Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 430 à 430 sur 453

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Oeuvres de Fontenelle. T. 5 / , précédées d'une notice historique sur sa vie et ses ouvrages

Auteur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757)

Éditeur : Salmon (Paris)

Date d'édition : 1825

Contributeur : Champagnac, Jean-Baptiste-Joseph (1798-1858). Éditeur scientifique

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 5 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k454794w

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30448104g

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/07/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


.T'avais cru tantôt entrevoir

D'une faible pitié la première apparence Vos regards adoucis un aimable silence Quelques mots échappés me permettaient l'espoir. Me suis-je fait une vaine chimère? i*

Par un songe trop ,doux l'Amour m'a-t-il flatté? i* J'ai cru facilement vous trouver moins sévère, Mes tendres soins l'avaient bien mérité.

LAVINIE.

Vous n'avez mérité que mon indifférence Si j'ai paru vous donner jusqu'ici

De faibles sujets d'espérance,

Je veux les oublier; oubliez-les aussi.

SCÈNE VIII.

ÉNÉE.

Implacable Junon, est-ce votre colère,

Qui de l'objet que j'aime excite les rigueurs? Avez-vous usurpé l'empire de ma mère ? P Disposez-vous des c?urs?

Je sais que sans pitié vous pouvez mettre en cendre De superbes remparts dont vos Grecs sont jaloux; Je sais que sur les mers votre bras peu) s'étendre, Que les vents et les flots servent votre courroux Mais du moins en aimant je croyais ne dépendre Que d un pouvoir plus doux.

Triomphez, Déesse inhumaine,

Je n'avais point encor fléchi sous votre haine Mais vous m'aviez su réserver

Le seul malheur que je ne puis braver.