Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 377 à 377 sur 908

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1781

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1781.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35800

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 77 %.
En savoir plus sur l'OCR


Fev.

178~.

j~ppz~Tvr

Au Mémoire /K SaintMartin de 7~.2.

Par M. LE MONNIER.

T'AI vu clairement par ce qui a été dit à la dernière J AuemHëe, qu'on ntétoit pas adez au fait du travail que les Afironomes ont entrepria fur nos rëfractions horizontales t At~

J'ai rendu compte cependant dans un de nos Mémoires

de 1780, & qui eft déjà imprimé, de ce que nous avons

fait en France depuis l'an 107' fur les rén-adions d'hiver

& d'été; on y voit d'abord que les François ont (euis~ décidé la quen:ion & les limites des rén-actions~orixontaiesT~ celles des grandes & exceutves chaieurs n'étoient que de 30 minutes à 1,800 fecondes & celles de nos plus grands ~{, ~i-oids à la fin de Janvier, ont été reconnues s'accroître au moins de o minutes i'Angteterre n'a nen_~roduit pour

les réfracHons d'hiver.

Ainu le rapport des ré~'acUons horizontaksjerott_donc~

ici dans nos zones tempérées, comme à ou bien comme

6 à t0; c'eft-à-dlre_que par analogie (îi on peut admettre

ce genre d'analogie &- dont je vais rendre compte), en

admettant ta plus petite rén-action horizontale dans la partie

la plus échauffée de i'atmofphère lunaire, de 6 fécondes, &

la plus grande de 10 iëcondes, le cône d'ombre de i'en: à

i'ouËiUeroi~rétré :i par les rén-adions, & ~eton ie rapport

de t2. ffcondes à 2.0 fecondes puifque les rayons du Soleil

v éprouvent une double rén-acHon horizontale.

4 Venons maintenant à quelques eûais pour approfondir une

conjecture pubiiée en 171 par M." de Louviiie & HaUei,

fur i'inégatité des ettets de ees'rëTractions dans le temps des

Ëciip~es tutoies: j'ai déjà rendu compte, en proJuiiant le