Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 647 à 647 sur 838

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1752

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1752.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35505

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 83


trou du porte-ocuiaire qui laiffe aux rayons un paHage libre pour fortir de la lunette. Pour faire l'effai de la bonté de ces verres, on fe contente prefque toûjours de regarder le Soleil au travers, & on choiftt.entre plufieurs celui de tous à travers lequel le Sole!! paroit le mieux terminé; mais cette méthode m'a paru allez peu fatisfaifante, parce qu'elle ne rend pas auez fenubles les inégalités qui fe rencontrent prefque toujours, tant dans les deux furfaces que dans l'intérieur de ces verres & qu'on pourroit fbupçonner d'altérer l'image du Soleil. Les expériences fuivantes m'en ont pleinement convaincu. Ma première expérience a été fur un verre rouge dont nous nous fervions depuis quelque temps à l'Observatoire pour regarder le Soleil. Je plaçai ce verre, non pas au devant de l'oculaire comme c'eft la coûtume, mais à l'extrémité du tuyau qui porte l'objectif, en forte que les rayons du Soleil, avant que d'arriver à l'objectif, étoient obligés de paffer par le verre rouge je regardai enfuite le Soleil à travers la lunette, & je vis que bien loin qu'il fût terminé il étoit au contraire fi confus & fi peu rond, qu'il étoit prefque impoûibte d'y rien connoître nous avons encore remarqué qu'en faifant mouvoir ce verre parallèlement à l'objectif, l'image changeoit de place & de forme, & avoit le plus fouvent un double bord de plus de l'y de largeur. J'ai fait la même expérience fur plufieurs autres verres femblables, & j'ai toûjours remarqué à peu près les mêmes apparences que celles dont je viens déparier, c'eft-à-dire, que quoiqu'on vît le Soleil bien terminé lorfqu'on les tenoit à la main il paroiffoit au contraire' trèsconfus & très-mal terminé lorsqu'on les appliquoit au devant t de l'objet

Ces expériences m'ont appris que ces verres ainfi placés au devant de l'objectif, empêchent par leurs furfaces & par leurs inégalités, que les rayons du Soleil ne tombent parallèles fur l'objectif, & que prenant toutes fortes d'inclinaifbns & d'écarts, ces rayons ( eu égard à la longueur du foyer de l'objectif ) fe réuninent en autant de points dirlérens ce qui forme une image confufe & mal terminée. Ces inégalités Lilij