Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 111 à 111 sur 885

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1829

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44652

Description : 1829 (T8).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3223j

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 88 %.
En savoir plus sur l'OCR


parant du sarcocarpe à la maturité; une ou deux graines dans chaque loge les feuilles parsemées de glandes. M. de Jussieu divise les diosmées en quatre sections. Les zanthoxylées, qui forment le quatrième groupe, sont des arbres et arbrisseaux à feuilles alternes ou opposées, simples ou cômposées, souvent parsemées de points biauduleux. Leurs fleurs régulières et unisexuelles ont un calice à quatre ou cinq divisions, des pétales eu pareil nombre, quelquefois nuls; quatre ou cinq étamines dans chaque fleur mâle, avec un rudiment de pistil. Les fleurs femelles ont souveut des étamines stériles. L'ovaire est simple, à deux ou cinq loges, surmonté d'un style, ou bien multiple, avec autant de styles que d'ovaires; deux ovules dans chaque loge, dont un avorte souvent le fruit capsulaire ou charnu la graine entourée d'une enveloppe cassante, un périsperme, la radicule supérieure.

Le cinquième groupe, celui des simaroubées, a pour caractères des fleurs hermaphrodites, rarement unisexuelles, des calices à quatre ou cinq divisions, autant de pétales et d'étamines, dont la base de chaque filet s'élargit en forme d'écaille quatre ou cinq ovaires, contenant chacun un ovule la graine recouverte d'une enveloppe membraneuse les cotylédons épais, la radicule supérieure, poiut de périsperme les tiges ligneuses; les feuilles le plus ordinairement composées et non ponctuées.

L'auteur rappelle, à la fin, quelques genres dont l'affinité avec les rutacées lui paraît encore douteuse, et qui doivent être soumis à un nouvel examen.

On voit, d'après ce qui vient d'être exposé, que la famille des rutacées, formée d'an grand nombre de divisions et