Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 109 à 109 sur 885

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1829

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44652

Description : 1829 (T8).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3223j

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 88


marais. Le sol est une tourbe spongieuse qui s'étend sans interruption sur les plaines et les montagnes, et qui se refuse à toute culture aussi les diverses colonies européennes qui ont tenté à diverses reprises de s'établir dans ces îles9 se sontelles vues obligées de les abandonner. Néanmoins ce sol produit beaucoup de plantes, mais qui appartiennent à des espèces peu nombreuses. Il n'y vient pas un arbre; et l'arbrisseau le plus élevé, la veronica decussata de Wildenow, ne s'y élève pas au-dessus de six pieds. L'une des espèces les plus s remarquables est une graminée ( festzcca flahellata de Lamarck ), dont les feuilles s'étalent en éventail comme celles des iris, et dont la tige vers sa base a le goût savoureux du chou-palmiste.

M. Gaudichaud annonce que, malgré la pauvreté de leur végétation les Malouines possèdent plus de 4o espèces qui n'ont pas encore été trouvées ailleurs.

Les familles dominantes sont les lichens, les fougères, les mousses, les cypéracées, les graminées, les synanthérées et les renonculacées.

Nous regrettons que les bornes prescrites à notre travail ne nous permettent pas d'entrer dans les détails des espèces décrites par l'auteur, et des particularités qu'il en rapporte; mais les botanistes trouveront bientôt ces'résultats intéressants dans la suite du bel ouvrage où sont consignés tous ceux de l'expédition de 11Z. Freycinet.

Nous regrettons également de ne pouvoir donner assez d'étendue à l'analyse du grand travail de .1\1. Adrien de Jussieu sur la famille des rrctacées. L'examen qu'il a fait du plus grand nombre des espèces connues, les dessins exacts qu'il a