Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 421 à 421 sur 732

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : L'Univers. , Algérie / par MM. les capitaines du génie Rozet et Carette. États tripolitains / par M. le Dr Ferd. Hoefer. Tunis / par le Dr Louis Frank,...

Auteur : Rozet, Claude-Antoine (1798-1858)

Auteur : Carette, Ernest (1808-1890)

Auteur : Frank, Louis (1761-1825)

Éditeur : Firmin Didot frères (Paris)

Date d'édition : 1850

Sujet : Algérie -- Histoire

Sujet : Algérie -- Géographie

Sujet : Tripoli (Liban)

Sujet : Tripoli (Libye)

Sujet : Tunis (Tunisie) -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 3 parties en 1 vol. (32-347-128-228 p.-[7] f. de pl.-[1] dépl.) : carte et pl. gravées ; in-8

Format : application/pdf

Description : Comprend : États tripolitains ; Tunis ; Précis historique des révolutions de Tunis

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k30796c

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39203147m

Relation : Titre d'ensemble : L'Univers : histoire et description de tous les peuples

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308770555

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 93


mètres, etformeuneespècedefataise crenséede toutes partsentombeaux. Des fragments de marbres et de statues, épars cà et là, témoignent de l'ancienne splendeur de cette cité. Les excavations sépulcrales sont remarquables par la prodigieuse quantité de niches taillées dans le roc, et dont les plus spacieuses paraissent avoir servi de chapelles aux premiers chrétiens. Le séjour des chrétiens à Massakhit est encore attesté par les sculptures de l'intérieur d'une grotte située à l'extrémité occidentale de la ville. Deux colonnes à chapiteaux en volute, dont un non achevé, soutiennent les angles d'une frise intérieure tainée, ainsi que les colonnes, dans le rocher. Cette~frise se compose de trois faces chacune sculptée d'une manière différente; sur celle qui est vis-à-vis de t'entrée on voit un médaillon formé d'une couronne de laurier, au milieu duquel est une croix entourée de deux serpents latéralement au médaitton sont de grossières arabesques, où la figure du cœur se trou ve souvent répétée. On ignore quelle est la ville ancienne que Massakhit a remplacée. Serait-ce Olbie (1) ?

Au sud et au nord de Massakhit on aperçoit un monticule couronné de ruines :'c'est un vaste édifice carré, dont chaque côté a environ quatorze mètres de iongueur des blocs de grès de deux mètres d'épaisseur en forment les assises; cependant de ces masses monolithes il ne reste plus que quelques mètres au-dessus du sol.Danst'intérieur,une corniche dorique et quatre chapiteaux de marbre, ornés de feuilles d'acanthe et de grappes de raisin, ont seuls échappé à une complète mutilation; on les voit à demi enfouis au milieu de blocs écornés et de tufs renversés ou debout.

Le cap roMr6a, à peu de distance à l'est de Massakhit, est le Zephyrium des anciens. A soixante stades de la, à t'ouest, se trouvait la station navale d'Aphrodisias, qui devait son nom à un temple de Vénus. Scytax place dans ce même lieu l'île ~pAro~MKM, que mentionne aussi Hérodote (IV, 169 Vis-à-vis de la situation présumée de l'île ou du port d'Aphrodisias se trouvent les ruines imposantes de Tammer (i)Comp.Sy!œsitn,ep.76.

4'<pr<M.!(M!. (ÉTATS TRIPOUT.

ou Bet<-T~mM!ef, situées sur le sommet l'une colline d'où la vue embrasse de magnifiques paysages, et s'étend au loin dans la mer. Ce sont sans doute les vestiges du célèbre temple de Vénus. En s'avançant dans lesterres, sur un espace de deux heures, chaque hauteur est creusée en tombeaux, et le sol est partout couvert de ruines de villages.a<t, Tadenet et Koubbeh paraissent de loin des collines percées circulairement. Ka//WMt, Zatrah et A'M<M hérissent la plaine de quelques pierres angulaires, et renferment chacun un petit château. ~OM66eA (coupôle) se distingue au loin à ses huit pilastres à chapiteaux, qui forment une galerie couverte de longs blocs monolithes, adossés contre la colline. Dans l'intérieur de la galerie est une petite ouverture pratiquée dans le rocher, au niveau du sol; un escalier aide à y pénétrer dès que les yeux sont familiarisés avec l'obscurité, on se voit dans une grotte dont le plafond, tapissé de fougères, s'arrondit en voûte sur une source d'eau limpide jaillissant avec force hors de la galerie, l'eau sa répand au loin dans la vallée, qu'elle fertilise. Tous ces monuments étatent certainement des dépendances du temple de Vénus.

A Koubbeh vient aboutir la vallée étroite et sinueuse de Betkraât, dont la direction générale est du nord au sud. Pour la défense de ses habitants, cette vallée était bordée par intervalles (le postes fortitiés. La mieux conservée de ces ruines est située sur le point le plus élevé et aux deux tiers de l'étendue du vallon elle consiste en deux bâtisses carrées, construites sur un rocher escarpé d'où l'on jouit d'une vue magnifique. Non loin de 7~raa< jaillit une belle source, qui ajoute encore aux charmes du paysage. TJn peu plus au sud on rencontre les vestiges d'un village, avec une tour antique qui fut pendant longtemps la résidence d'un chef arabe, d'où elle a pris le nom de RoM-~as.ssn, qui paraît être le fa&B&Mca; des anciens. Ces ruines sont à l'entrée du vallon J7aff~M,qui, d'abord spacieux, se rétrécit ensuite insensiblement, et forme enfin une gorge tellement étroite qu'elle ressemble à un profond sii)on creusé dans iamot)tt's"e; u ce point le v~uon ~)KS.) 4