Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 208 à 208 sur 306

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Jean-Arthur Rimbaud : le poète (1854-1873) / Paterne Berrichon

Auteur : Berrichon, Paterne

Éditeur : Mercure de France (Paris)

Date d'édition : 1912

Contributeur : Rimbaud, Arthur (1854-1891). Auteur de lettres

Sujet : Rimbaud, Arthur (1854-1891) -- Biographies

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (307 p.-[1] p. de front.) ; 19 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k282062p

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb374844164

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/01/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


fondait-elle dans un redoublement de désespoir, désespoir que parvenait à peine à atténuer la conscience des devoirs envers ses autres enfants. ·

Elle vivait ainsi depuis de longs mois à Charleville, lorsque lui arriva, timbrée d'Angleterre, une lettre d'Arthur. C'était vers le milieu de novembre 1872.

L'épitre était assez rassurante, en somme. On était en sûreté à l'étranger; on s'y portait bien on apprenait la langue anglaise on donnait des leçons de français. Il était aussi mandé que, Verlaine plaidant en séparation et les Mauté ayant beaucoup d'animosité contre leur gendre, la perte des papiers confiés autrefois à l'ami, et demeurés par sa négligence à Paris, était à craindre. Ces manuscrits, ajoutait-on, seraient d'un grand secours on les ferait éditer et ils deviendraient ainsi une référence livresque permettant de trouver à Londres des leçons plus avantageuses au pécuniaire et Rimbaud terminait en priant sa mère de vouloir bien faire réclamer ces papiers, ou d'aller elle-même les chercher, soit chez Madame Verlaine mère, chargée de récupérer les objets personnels laissés rue Nicolet, soit chez les Mauté, au cas où, en défi des requêtes, ceux-ci se seraient cru le droit de les garder.