Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 421 à 421 sur 678

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert ; 13-16. Correspondance. [4]. 1871-1877 / de Gustave Flaubert

Auteur : Flaubert, Gustave (1821-1880). Auteur du texte

Éditeur : Club de l'honnête homme (Paris)

Date d'édition : 1974-1976

Contributeur : Société des études littéraires françaises. Éditeur scientifique

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 4 vol. : ill. ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Club de l'honnête homme

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k26958m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34294076b

Relation : Titre d'ensemble : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34566560q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


Ma seule occupation agréable est de me rouler dans mes souvenirs. Je me réfugie dans le passé et il me submerge.

1. Autographe « mercredi I9 », que nous corrigeons, le lapsus paraissant évident.

2677. À RAOUL-DUVAL.

CroiSSet, samedi matin 28 [août 1875].

Mon cher ami,

Je vous ai écrit mardi dernier pour avoir avec vous une entrevue. Mon billet ne vous sera pas, sans doute, parvenu? Je voudrais vous demander un service. Lisez la note ci-incluse et vous comprendrez la chose. Il s'agit de garantir ma nièce [mot illisible] près Faucon pour une rente de deux mille cinq cents francs, soit vingt-cinq mille francs. La requête sera présentée au tribunal le 13 septembre 1. Donc, si la permission de vendre les biens est accordée, la garantie vous serait rendue immédiatement. Voilà la position, cher ami.

Si vous pouvez nous en tirer, mille remerciements d'avance. Dans le cas contraire, je n'en suis pas moins, et plus que jamais,

Tout à vous.

Je pars dans quelques instants pour Deauville 2. On me fait, relativement à mon dernier coin de terre, des offres avantageuses.

Voici la note jointe à cette lettre

« Pour terminer avec M. Faucon, il reste à lui faire un versement de cinquante mille francs* qu'il consent à recevoir par annuités en huit ou dix ans. Mme Commanville se propose de demander au président du tribunal civil l'autorisation de vendre un titre de rente de pareille somme. Si cette autorisation lui est refusée, elle peut s'engager à laisser cinq mille francs sur ses revenus chaque année. Le régime dotal ne lui permettant pas de prendre légalement cet engagement, M. Faucon demande une garantie, soit par bonne signature, soit par dépôt de titres, que cet engagement sera respecté. » *La moitié est garantie par le bon Laporte depuis que cette petite note a été rédigée.

i. Caroline, mariée sous le régime dotal, avait besoin d'une autorisation du tribunal pour se dessaisir de certains de ses biens propres en faveur des créanciers de son mari. 2. Sur les propriétés de Flaubert à Deauville, cf. lettres 227Y et 2660.

2678. À AGÉNOR BARDOUX.

Croisset, près Rouen, 29 août [1875].

Mon cher ami,

Je ne saurais te dire combien j'ai été ému jusqu'au fond du coeur par la démarche dont Raoul-Duval m'a parlé et dont vous êtes tous les deux complices. On n'est pas meilleur que vous l'êtes Avoir pris l'initiative d'un pareil