Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 242 à 242 sur 603

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le Mah?-Bh?rata : poème épique. Septième volume, [Bh?shma-Parva, suite] / de Krishna-Dwaipayana,... ; traduit du sanscrit en français par Hippolyte Fauche,..

Auteur : Vy?sa

Éditeur : F. Klincksieck (Paris)

Éditeur : A. Durand et Pedone-Lauriel (Londres)

Éditeur : Williams et Norgate ()

Date d'édition : 1867

Contributeur : Fauche, Hippolyte (1797-1869). Traducteur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VIII-590 p.) ; 25 cm

Format : application/pdf

Description : [Mah?bh?rata (français). 1863-]

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k1163458

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 4-Z-7506 (7)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34324135r

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35291344z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


Lakshmana, ton petit-fils, s'approcha avec colère du fils de Soubhadrâ, le pied ferme; et un combat de s'engager entre eux. 2,366.

Le Douryodhanide irrité blessa dans cette bataille, sire, le Soubhadride avec des flèches acérées ce fut comme un prodige. 2,367.

Abhimanyou à la main prompte frappa rapidement, avec colère, son cousin avec cinq centaines de sagettes. Mais Lakshmana lui trancha d'une flèche, puissant roi, son arc même dans son poing; exploit, qui fit jeter de hauts cris aux guerriers. 2,368 ? 2,369.

Le meurtrier des héros ennemis, le Soubhadride abandonna aussitôt son arme brisée, ô le plus vertueux des hommes à la voix articulée, et il en prit une autre aux diverses couleurs. 2,370.

Ces deux vaillants guerriers, s'étant joints dans le combat et désirant exercer l'un sur l'autre une vengeance, se frappèrent mutuellement avec des flèches aiguës et mordantes. 2,371.

A peine le roi Douryodhana eut-il vu ton robuste petitfils (1) accablé par le fils A'Arjouna, ce monarque des hommes se porta au lieu du combat. 2,372.

Quand ton fils se fut approché, tous les monarques ennemis d'environner de tous côtés l'Arjounide par la multitude de leurs chars. 2,373.

Cerné par ces héros dans le combat, ce héros invincible, sire, et d'une valeur égale à celle de Krishna, n'en fut aucunement, ému. 2,374.

(i) II y a ici ure faute éuorme dans le texte de Calcutta; niallieureusement, eLle se tiuu\e aussi dans l'édition de Bombay nous pensons l'avoir corrigée dans cette traduction.