Informations détaillées

Titre : 
Bible historiale complétée .

Date d'édition : 
1360-1365

Type : 
manuscrit

Langue : 
Latin

Langue : 
Français

Format : 
Paris. - Écriture gothique. Le manuscrit a été copié pour le roi Charles V par Raoulet d’Orléans qui a signé au f. 367v : « Ci fine l’Apocalipse saint Jehan, / parfaite par Raoulet d’Orliens, le / vintiesme jour de decembre, l’an /mil trois cens soisante et deux (inscription effacée, citée par Delisle, I, p. 154). Sur Raoulet d’Orléans, voir Rouse, II, p. 121. - Décoration : Le Français 5707 est le second volume d’une paire dont le premier n’a pas été retrouvé. Son illustration est l’œuvre du Maître du Livre du sacre, ainsi désigné d’après son illustration du Livre du sacre de Charles V (Londres, British Library, mS. Tib. B VIII), qui restera au service de Charles V jusqu’à la fin de sa carrière. L’ouvrage qui débute par les Proverbes de Salomon s’ouvre par une peinture en quatre compartiments dont l’iconographie est identique à la scène correspondante de la Bible historiale décorée par l’artiste quelques années plus tôt pour le roi Jean le Bon (Londres, British Library, ms. Royal 19 D II). L’ornementation se compose de vignettes aux personnages peints en grisaille se détachant sur un fond quadrillé de couleur. Deux peintures de plus grandes dimensions au début du volume et du Nouveau Testament : ff.2 et 204). Légendes : les légendes ont été établies d’après la base mandragore.bnf. fr et la notice d’Eléonore Fournié, Bible historiale, 2/3, Français 5707. Fol. 2 : Salomon et Roboam ; jugement de Salomon ; Salomon et Sagesse ; Salomon et Sagesse ; fol. 16 : Salomon et Sagesse ; fol. 20 : Vierge à l'enfant ; fol. 22v : Salomon rendant la justice ; fol. 31 : Église personnifiée ; fol. 52v : martyre d'Isaïe ; fol. 80v : Dieu et Jérémie ; fol. 108v : lamentations de Jérémie ; fol. 111v : Baruch prêchant ; fol. 115 : vision d’Ézéchiel : le tétramorphe ; fol. 138 : Daniel et Nabuchodonosor ; fol. 148v : Osée et Gomer ; fol. 158 : Jonas craché par le monstre ; fol. 172 : bataille de Bethzacharia ; fol. 191 : messager des Juifs de Jérusalem remettant une lettre aux Juifs d'Égypte ; fol. 204 : Saint Matthieu percepteur ; fol. 226v : Saint Marc écrivant ; fol. 242 : Saint Luc taillant sa plume ; fol. 267v : Saint Jean écrivant ; fol. 286 : Saint Paul prêchant ; fol. 329v : clerc prêchant ; fol. 358 : Saint Jean et la bête. Décoration secondaire : Encadrements vignettés. Au début des différents livres de l’Ancien Testament, lettres ornées de vignettes sur fond or. Au début des chapitres, lettres filigranées. - Parchemin. - 369 ff., précédés de deux gardes de papier et d’une garde de parchemin (A, B, C), suivis de deux gardes de papier. - 215 x 145 mm (justification : 145 x 95 mm). - 31 cahiers : f. 1, 1. - 12. - (ff. 2-13), 2. - 12. - (ff. 14-25), 3. - 12. - (ff. 26-37), 4. - 12. - (ff. 38-49), 5. - 12. - (ff. 50-61), 6. - 12. - (ff. 62-73), 7. - 12. - (ff. 74-85), 8. - 12. - (ff. 86-97), 9. - 12. - (ff. 98-109), 10. - 12. - (ff. 110-121), 11. - 12. - (ff. 122-133), 12. - 12. - (ff. 134-145), 13. - 12. - (ff. 146-157), 14. - 12. - (ff. 158-169), 15. - 12. - (ff. 170-181), 16. - 12. - (ff. 182-193), 17. - 10. - (ff. 194-203), 18. - 12. - (ff. 204-215), 19. - 12. - (ff. 216-227), 20. - 12. - (ff. 228-239), 21. - 12. - (ff. 240-251), 22. - 12. - (ff. 252-263), 23. - 12. - (ff. 264-275), 24. - 12. - (ff. 276-287), 25. - 12. - (ff. 288-299), 26. - 12. - (ff. 300-311), 27. - 12. - (ff. 312-323), 28. - 12. - (ff.324-335), 29. - 12. - (ff. 336-347), 30. - 10. - (ff. 348-357), 31. - 12. - (ff. 358-369). - Réclames. Têtes de chapitres rubriquées. Titres courants en lettres filigranées : correction (« COR ») du titre de l’Épître aux Romainsprolongé, de façon erronée jusqu'au f. 299. Foliotation moderne. - Note sur le feuillet de garde A (XVIII. - e. - s.) : « Ce second tome de la Bible en françois a appartenu au roy Charles V dit le Sage : il a été écrit par son ordre en 1363, comme il paroît sur le folio 368, où on lit une pièce de vers adressée à la sainte Vierge. En ce même folio, l’on voit une miniature en laquelle le roy Charles V à genoux devant l’image de la Vierge tenant le petit Jésus en ses bras ». - Autre mention sur le feuillet de garde C (même main) identifiant, à tort, la Bible avec les articles 8 et 9 de l’inventaire de la librairie du Louvre établi en 1380 [inv. A]. Le manuscrit ayant été donné en août 1397 à Louis de Bourbon, il ne peut s’agir du même exemplaire (BnF., Français 2700, f. 3v, nos 8 et 9, cités par Delisle. - Recherches. - , II, 6, n° 20). - Réglure à l’encre. - Reliure en maroquin bleu du XVIe siècle avec, au dos, les armes et la devise du cardinal Charles II de Bourbon : « de France à la bande brochante de gueules » et sa devise : « Superat candore et odore » (cf. Olivier, Hermal, Roton, Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises, 29e série, pl. 2614-2685, Paris, 1935, pl. 2617). Sur les plats ont été frappées par la suite les armes et la devise d’Henri IV : « I, de France, II, de gueules à la chaîne d’or en double orle, en croix et en sautoir » (plat inférieur : Olivier, Hermal, Roton, ibid., pl. 2492, fer n° 6) ; « .H. .IIII . PATRIS PATRIAE VIRTUTUM RESTITUTORIS » (plat supérieur, ibid., fer n° 13). Titre au dos : « SECOND VOLUME DE LA BIBLE. M ». Tranches dorées. - Aux ff. 1 et 369, estampille de la Bibliothèque royale (Monarchie de Juillet, proche du modèle de Josserand-Bruno, type 24)

Description : 
F. 2-367v. [Bible historiale complétée, des Proverbes à l’Apocalypse]. F. 2-203v. [Ancien Testament]. « Ci commencent les paroboles Salemon filz du roy David. I. (rubr.) …-… Car aussi, comme ce est ennuy de boire tous jours vin ou touz jours yaue et il delite a soif puis de l’un et puis de l’autre, ne plairoit il pas aus liseurs se il trouvoient touz jours une meismes parole. Et ma parole sera donc yci finee ». «Ci fine le secont livre des Machabeus (rubr.) ». F. 2-16. Les Proverbes. – F. 16-20. L’Ecclésiaste. – F. 20-22v. Le Cantique des Cantiques. – F. 22v-31. Le Livre de la Sagesse. – F. 31-52v. L’Ecclésiastique. – F. 52v-171v. Les prophètes : Isaïe (ff.52v-80v) ; Jérémie (ff. 80v-108v) ; Les Lamentations (ff. 108v-111) ; Baruch (ff. 111-115) ; Ezéchiel (ff. 115-138) ; Daniel (ff. 138-148v) ; Osée (ff. 149-152v), Joël (ff. 152v-154v), Amos (ff. 154v-157v) ; Abdias (ff. 157v-158) ; Jonas (ff. 158-159) ; Michée (ff. 159-161v) ; Nahum (ff. 161v-162v), Hababuq (ff. 162v-163v) ; Sophonie (ff. 163v-165) ; Aggée (ff. 165-v) ; Zacharie (ff. 165v-170) ; Malachie (ff. 170-171v). – F. 171v-203v. Les Machabées : Premier livre (table des chapitres : f. 171v ; texte : ff. 172-190v) ; Deuxième livre (table des chapitres : f. 191 ; texte : ff. 191-203v). F. 204-367v. [Nouveau Testament]. F. 204- 286. Les Euvangiles. « Ci commencent les .IIII. euvangilles , c’est a savoir saint Mahieu, saint Marc, saint Luc, saint Jehan. Premierement l’evangille saint Mahieu qui se commence par la geneologie des Abraham jusques a David et de David jusques a Nostre Seigneur. Si se commence par ceste maniere, premierement la nativité Nostre Dame et toute sa generacion .I. (rubr.) » …-… Je ne cuide pas que le monde les peust touz comprendre ne contenir clers pour les escrire ». « Ci fine l’Evangille saint Jehan. Et finent aussi les .IIII. Evangilles (rubr.) ». Évangile de saint Mathieu (ff. 204-226) ; Évangile de saint Marc (ff. 226v-241v) ; Évangile de saint Luc (ff. 242-267) ; Évangile de saint Jean (ff. 267v-286). F. 286-329v. Les Epistres saint Pol. « Ci commencent les .XV. epistres saint Pol apostre et docteur de sainte Eglise et veez en ci le prologue (rubr.) » …-… Saluez tous vos prelaz et les sains. Les freres d’Ytalie vous saluent. La grace de Dieu soit avec vous tous. Amen ». « Cy finent les epystres saint Pol. Et commence le Fait des apostres. Le jour de l’Ascension. Epystre (rubr.) ». Épître aux Romains (ff. 286-293v : correction du titre courant du f. 294 au f. 299). – Épître aux Corinthiens (ff. 294-306v). – Épître aux Galates (ff. 306v-309). – Épître aux Éphésiens (ff. 309-312). – Épître aux Philippiens (ff. 312-313v). – Épître aux Colossiens (ff. 313v-315v. – Première Épître aux Thessaloniciens (ff. 315v-317). – Deuxième Épître aux Thessaloniciens (ff. 317-318). – Première Épître à Timothée (ff. 318-320). – Deuxième Épître à Timothée (f. 320-321v. – Épître à Tite (ff. 321v-322v). – Épître aux Thessaloniciens (ff. 322v-323v). – Épître à Philémon (ff. 323v-324). – Épître aux Hébreux (ff. 324-329v). F. 330-349. Les Fais des apostres [Actes des apôtres]. « Primum quidam feci sermonem de omnibus, O Theophile, que cepit Jhesus facere et docere etc. I. (rubr.) » …-…Et recevoit tous ceulz qui venoient a luy, preeschant le regne Dieu et enseingnant ce qui est de Nostre Seigneur en toute fiance sans deffendement ». « Cy fine le Fait des apostres. Et commence l’epystre S. Jaques (rubr.) ». F. 349-357v. Les Epistres [Épîtres catholiques]. « Jacobus Dei et domini nostri Jheus Christi servus, duodecim tribus que sunt in dispersione, salutem etc. .I. (rubr.) » …-…Gloire et loange et empire soit a celuy qui nous puet garder sans pechier et restablir devant le regart de sa gloire en esleescement et en la venue Nostre Seigneur Jhesu Crist, qui est nostre sauveur et vit et regne pardurablement. Amen ». Épître de saint Jacques (ff. 349-351). – Première Épître de saint Pierre (ff. 351-353). – Deuxième Épître de saint Pierre (ff. 353-354v). – Première Épître de saint Jean (ff. 354v-356v). – Deuxième Épître de saint Jean (ff. 356v-357). – Troisième Épître de saint Jean (f.357). – Épître de saint Jude (f. 357-v). F. 358-367v. L’Apocalipse saint Jehan. L’Aposcalipse Jhesu Crist que Diex donna pour aouvrir a ses sers les choses qui toutes convient estre …-… dist cil qui donne tesmoing de ces choses : « voirement je vieng tost ». Amen, vien Sire Jhesu. La grace Nostre Seigneur Jhesu Crist soit avec vous tous. Amen. Ci fine l’Apocalipse saint Jehan ». F. 368-v. [Raoulet d’Orléans, Oraison à la Vierge]. Poème acrostiche de 63 vers dont les initiales des 63 vers se lisent ainsi : « Charles ainsné fils du roy de France, duc de Normandie et dalphin de Viennoys ».« Courtoise vierge, fille et mere / Honnoree du tres doulz pere / Auquel nuls n’a comparoison / Recevez en gré m’oroison …-… No procureur estre devez / Ou ciel ou pardurablement / Y puissons manoir sauvement / Sans faillir avecques les siens ». « De tous ces vers enluminez, / Par ordre les testes prenez. / Si nous sera mult bien descript / Pour qui cest livre fu escript. / Et fu parfait que je ne mente / L’an mil .CCC. trois et LX » (éd. Delisle, Recherches, I, 73-74).

Description : 
Le manuscrit originel en deux volumes a appartenu au roi Charles V, ainsi que le précise Raoulet d’Orléans dans les derniers vers de son poème acrostiche au f. 368 : cf. infra, Contenu. Les initiales des 63 vers se lisent ainsi : « Charles ainsné fils du roy de France, duc de Normandie et dalphin de Viennoys ». Les marques d’appartenance du manuscrit à Charles V se reconnaissent tout au long du volume. Au feuillet 368, une vignette représente le dauphin Charles, agenouillé sur un prie-Dieu recouvert d’un tapis aux armes de France et de Dauphiné, face à la Vierge à l’enfant. L’ex-libris du duc de Berry inscrit par son secrétaire Jean Flamel au f. 1 indique que le manuscrit provenait des collections royales : « Le second volume de [la] Bible au roy Charles le Quint de son nom… ». Parmi les différentes mentions portées sur le f. 367v, se lit une note autographe du roi : « Ceste Bible est a nous Charles, le Ve de notre non, roy de France ; et est en .II. volumez, et la fismez faire et parfere. – Charles » (cité par Delisle, I, p. 155). Le manuscrit pourrait correspondre à l’article 260 de la copie de l’inventaire de la Librairie du Louvre récolé en 1380 par Jean Blanchet : « Item une petite Bible en .II. volumez, couverte de soye a queue » (BnF., Baluze 397, f. 7, n° 260). L’inventaire de la librairie du duc de Berry dressé en 1413 indique que la Bible fut donnée, par Jean de Montaigu (1349-1409), vidame de Laon, grand maître de l’hôtel du roi, à Jean de Berry (1340-1416). Flamel a noté en lettres cadelées au f. 1: « … Le second volume de la Bible…et a present est a monseigneur le duc de Berry son frere. – Flamel », ajoutant au verso du même feuillet : « C’est le second volume ». L’ex-libris du duc figure à deux reprises : « Ceste Bible est au duc de Berry et fust au roy Charles son frere. – Jehan » (f. 367v) ; « Ce livre est au duc de Berry et fut au roy Charles son frere. – Jehan » (f. 368v). Le manuscrit est répertorié sous le n° 966 dans l’inventaire rédigé en 1413 par Robinet d’Estampes : « Item une autre Bible en deus petis volumes, escripte en françoys, de lettre de fourme, bien historiee et enluminee ; et au commancement du second fueillet du premier volume a escript : du sairement, et au commancement du second fueillet de l’autre volume a escript : nais (sic pro vais) seront destruit ; couvert chascun volume de drap de soye ouvree a feuillages, fermant a .IIII. fermouers d’or, esmaillez aux armes de France, et en chascun un ymaige, a une pipe d’or esmaillee ausdictes armes, et par desus une chemise de drap de damas violet, doublé de tiercelin noir ; laquelle Bible le vidame de Laonnois, en son vivant grant maistre d’ostel du roy, donna a Monseigneur, ou mois d’aoust l’an mil .CCCC. et .VII., et mondit seigneur y a depuis fait faire lesdictes chemises » (Guiffrey, I, p. 256, n° 966). L’incipit du deuxième feuillet du second volume figure à la première ligne du f. 3 du Français 5707 : « [et li mau][2]-vais seront destruit [de la terre] ». Comme l’indique une addition marginale de l’inventaire de 1413, le manuscrit fut donné, le 1er juin 1416, par le duc de Berry à sa fille Marie de Berry (1367-1434), duchesse de Bourbon : « Ista Biblia data fuit per dominum ducem et per suas litteras datas prima die junii M CCCC XVIo, hic retentas, domine ducisse de Borbonio, ejus filie. Et ideo idem Robinetum acquitatur hic de eadem » (Guiffrey, I, p. 256, n° 966). Au XVIe siècle, le manuscrit fit partie des collections du roi Henri III dont l’ex-libris est noté au f. 367v : « Ceste Bible est a nous Henry .III.me de ce nom, roy de France et de Pologne. – Henry ». Il entra ensuite dans la bibliothèque du cardinal Charles II de Bourbon (1523-1590), ainsi qu’en témoigne l’ex-libris noté en lettres capitales sur le f. 369 : « Carolo .II. S.R.E. cardinali a Borbonio, hujus sacrae Bibliae voluminis secundi ut aliorum quam plurimorum manuscriptorum restauratori antiquitatis conservatori, ad suam posteritatisque consolationem religio et pietas votis ejus annuentes consociatae assistunt ». Le dos de la reliure porte ses armes et sa devise (cf. supra : reliure). À l’exemple de plusieurs de ses manuscrits, le volume présente sur la contregarde du plat supérieur la mention : « 1593. Gaillon », suggérant que le volume était, à cette date, encore conservé au château de Gaillon : cf. Delisle, Cabinet des manuscrits…, I, p. 258-260. Sous Henri IV, les manuscrits sortirent de Gaillon pour entrer au Louvre, dans le Cabinet du roi. Les plats de la reliure portent les armoiries et la devise d’Henri IV (cf. supra reliure). Au f. 367v figurent aussi les ex-libris de Louis XIII et de Louis XIV : « Ceste Bible est a nous Louis XIII » ; « Cette Bible est a nous Louis XIIII ». Comme l’indiquent les dernières lignes d’une note manuscrite du feuillet de garde C, la bibliothèque du Cabinet du Louvre fut incorporée dans les collections de la bibliothèque du roi au début du règne de Louis XV : « Cette seconde partie de la Bible faisoit partie des manuscrits qui se sont trouvés dans le Cabinet des livres du vieux Louvre, qui ont été apportés à la Bbiliothèque du roy après la réunion de garde de ce cabinet à la charge de bibliothécaire sous Mr l’abbé Bignon en l’année 1720 » : cf. Delisle, ibid., I, p. 260. Le manuscrit entra, lors de sa fondation le 15 février 1852, au Musée des souverains, création éphémère supprimée en 1872, qui regroupait des oeuvres liées à la monarchie prélevées dans les collections du Louvre, du garde-meubles royal et de la bibliothèque nationale. La cote qu’il portait alors figure dans une étiquette collée sur la contregarde du plat supérieur : « 70 » : cf. H. Barbet de Jouy, Notice du Musée des souverains, Paris, 1866, p. 61. En 1820, fut créé le fonds du Supplément français et le manuscrit reçut la cote Suppl. fr. 22994. Le Français 5707 fut exposé avec les manuscrits les plus précieux de la BnF. à la fin du XIXe siècle (av. 1881), dans la grande galerie de la bibliothèque nationale, ainsi qu’en témoigne la cote inscrite sur la contregarde : « Exp. X-7 » (Bibliothèque nationale, département des Manuscrits, Notice des objets exposés, Paris, 1881, p.6, n° 7). Anciennes cotes inscrites dans le volume : [Musée des souverains] « 70 » (contregarde du plat supérieur) ; « Suppl. fr. 22994 » (f. 1, f. 2)

Droits : 
domaine public

Identifiant : 
ark:/12148/btv1b8455785h

Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 5707

Provenance : 
Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 
13/06/2012


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés