[American version]
Portrait de Charles César Robin, frontispice de ''Voyages dans l'intérieur de la Louisiane'', 1807. 
BnF. Philosophie et Histoire.

Publications françaises sur la Louisiane à l'époque de cession

 

Rétrocédée aux Français en 1800, puis revendue aux États-Unis en 1803, la Louisiane suscite en France une floraison de publications. Certains ouvrages, comme la Vue de la Colonie Espagnole du Mississippi de Berquin-Duvallon, sont inspirés par la perspective d'une renaissance de l'empire français d'Amérique. D'autres en revanche, comme le Voyage dans l'intérieur de la Louisiane de Charles César Robin, sont écrits après le transfert d'autorité aux États-Unis.

Le récit de Berquin-Duvallon, qui se présente comme une publicité destinée aux planteurs de Saint-Domingue réfugiés en Amérique, fournit des informations sur les sols, le climat, la main-d'oeuvre disponible et les possibilités de mise en culture du sucre, du coton, de l'indigo et du tabac. Sans doute pour répondre à la montée du sentiment abolitionniste, Berquin-Duvallon se proclame dans le principe opposé à l'esclavage, tout en le considérant comme un " mal nécessaire " essentiel à la survie économique de la Louisiane. Le Voyage de Robin, composé de trois tomes, comporte également beaucoup d'informations détaillées sur l'histoire naturelle, la géographie, les coutumes, l'agriculture, le commerce et l'industrie de la Louisiane, ainsi qu'un volume entier consacré à la Martinique. Contrairement à Berquin-Duvallon, Robin est d'avis que le recours aux contrats d'engagés serait une meilleure solution que le travail des esclaves. S'il ne réclame pas l'abolition de l'esclavage, il est l'un des premiers à conseiller d'étendre les droits civiques aux esclaves affranchis et à leurs descendants.

 

Documents associés :

- A l'instar d'autres porte-parole des intérêts coloniaux français, Berquin-Duvallon salue le progrès qu'apporterait à tous la renaissance d'un empire français en Amérique du Nord, après dix ans de guerre et de désorganisation du commerce international.

- La Vue de la Colonie Espagnole du Mississippi publiée par Berquin-Duvallon au début de l'année 1803 anticipe la reprise de contrôle de la Louisiane par la France. Selon la carte incluse dans l'ouvrage, la Floride espagnole comme la Louisiane font parties intégrantes du vaste dessein colonial de Bonaparte en Amérique.

- Nous savons peu de choses sur Charles-César Robin, tenant d'une politique modérée et ferme défenseur des ambitions impérialistes de Napoléon en Amérique du Nord. Il publie ses Voyages dans l'intérieur de la Louisiane en 1807. L'année suivante, il écrit à Napoléon pour l'inciter à occuper la Floride qui pouvait servir de point d'appui pour reconstituer un empire français en Amérique.

- Robin perdit son fils, victime de la fièvre jaune peu après son arrivée dans les Caraïbes en 1802 ; il consacre deux chapitres détaillés à ce sujet.

- Le Mémoire sur la Louisiane de Jacquemin est publié à Paris en 1803, au moment de la revente de la colonie aux États-Unis. Missionnaire de longue date en Guyane française et ancien évêque de Cayenne, Jacquemin termine son mémoire par une adresse flatteuse à Bonaparte, en suggérant de rebaptiser la Louisiane La Napoléone. Tout comme Robin, Jacquemin propose de peupler la Louisiane de Français nés en métropole grâce au système des engagés.

- Baudry des Lozières, planteur de Saint-Domingue réfugié en Louisiane, écrit son Voyage à la Louisiane (1802) en anticipant la reconstitution par Napoléon d'un empire français en Amérique. Sa préface débute ainsi en ces termes : "Nous allons rentrer en possession de la Louisiane...". Contrairement à des auteurs antérieurs comme Dumont de Montigny ou Le Page du Pratz, le récit de Baudry des Lozières ne comprend pas de descriptions ethnographiques détaillées et, même s'il s'attarde sur l'histoire de la présence française et espagnole en Louisiane, son regard se porte en priorité sur l'exploitation économique future de la Louisiane et l'avenir du colonialisme français.