Mon beau sapin, roi des forêts…

8
14 décembre 2018

"… que j’aime ta verdure." C’est par cette chanson que l’on honore le sapin qui décore nos maisons pendant les fêtes de Noël. L’arbre de Noël est l’un des symboles principaux de la fête, que l’on choisit et décore en famille pour fêter dignement ce moment. Mais d’où viennent nos sapins de Noël ?

"La décoration du sapin de Noël", tableau d’enseignement, 1967 (Ville de Paris / Bibliothèque Forney)

L’usage d’un sapin au moment de la célébration de Noël remonte au Moyen Âge : au XIe siècle se jouaient les "jeux du Paradis", sur les parvis ou dans le chœur des églises, au cours desquels l’arbre du Paradis était représenté par un sapin garni de pommes rouges.
 
La coutume du sapin de Noël a véritablement pris naissance en Allemagne. La toute première mention écrite de cette coutume remonte à 1521, dans un livre de comptes de la ville de Sélestat, appartenant à l’époque au Saint-Empire romain germanique. Martin Luther aurait été le premier à introduire un sapin de Noël illuminé dans sa maison.
Le sapin de Noël était à l’origine orné de bougies, d’oublies (pâtisseries rondes et minces), de fruits, de fleurs en papier. Traditionnellement, on y accrochait des pommes mais en 1858, une grande sécheresse priva l’Europe de l’Ouest de ses pommes. À Meisenthal en Moselle, un artisan verrier eut l’idée de créer des boules pour les remplacer.
 
C’est par l’Alsace que la tradition du sapin (parfois suspendu au plafond) arrive en France, au début du XVIIe siècle. Il est au centre de la fête de Noël en famille. Pour la première fois un sapin entier est exposé sur l'actuelle place Kléber de Strasbourg, où se tient le traditionnel marché de Noël.
 

Le marché de Noël (Kristkindels-Märk) de Strasbourg en 1865, illustration de la Revue alsacienne, 1866.

 

En 1738, un premier sapin de Noël aurait été installé au Château de Versailles sous l’initiative de Marie Leczinska l’épouse du roi Louis XV. Un siècle plus tard, en 1837, la duchesse d’Orléans, Hélène de Mecklembourg-Schwerin, fait dresser un sapin aux Tuileries. Mais l’usage du sapin demeure anecdotique en France.

Au même moment, en Grande-Bretagne, la tradition du sapin de Noël s’enracine : en 1841, le prince Albert, originaire d’Allemagne et époux de la reine Victoria, fait dresser un arbre de Noël au château de Windsor.
 
Après la guerre de 1870, les familles alsaciennes fuyant leur région introduisent la tradition de l'arbre de Noël dans toute la France. A partir de la fin du XIXe siècle tout le pays l’adopte et il s’en vend partout. La mode du sapin de Noël se répand ensuite rapidement en Europe, gagne le continent américain puis le reste du monde.
Les décorations du sapin évoluent : on y accroche des boules en verre, des bougies, des guirlandes, des jouets et des friandises. Et bientôt l’électricité s’invite dans la décoration du sapin.
 
Très vite des fêtes appelées «arbre de Noël» sont organisées par des institutions (Elysée, Hôtel de ville de Paris), des associations, des amicales ou des entreprises, pour les enfants et souvent dans un but caritatif.

L’Arbre de Noël à l’établissement Dietsch, illustration de Frédéric Théodore Lix, 1889 (source BNUS)

 

Le sapin trône en bonne place lors des fêtes et soirées de fin d’année. Les rues des villes se parent et s’illuminent. Les arbres de Noël s’installent dans les grands magasins  et parfois dans des endroits insolites comme le zoo de Vincennes, des établissements médicaux ou encore sur la plage.

sapinnoel-image3a.jpg

Menu de Noël, 1889 (source Biblioteca Nacional do Brasil)

Pas de fêtes de Noël sans sapin ! Il illustre les catalogues de jouets des grands magasins, des cartes postales, des cartes de vœux et des menus de réveillon ; il apparaît sur des affiches de spectacles ou de la Loterie Nationale, des tableaux scolaires, ainsi que dans des dessins humoristiques. Il s’invite aussi sur des affiches de propagande, voire sur des tracts syndicaux. Il peut enfin décorer les desserts de Noël !

Les beaux arbres de Noël (Encart publicitaire), 1938

Le sapin de Noël inspire aussi des poèmes, des fables, et de nombreux contes, comme L’arbre de Noël de Charles Dickens, Le sapin et La petite fille aux allumettes d’Hans Christian Andersen, La fée sucrée ou la nuit de Noël d’Adèle de Nouvion, ou  Robert et Michel d’Alice Dussauze. Il figure également en bonne place dans le décor du ballet Casse-Noisette de Tchaïkovski. Le sapin est honoré par des chants traditionnels, comme Mon beau sapin traduit de O Tannenbaum d’origine allemande, ou autres mélodies.
 
Quel sapin choisir ? En France, le sapin de Noël est le plus souvent un épicéa (Picea abies ou Picea excelsa), parfumé et à croissance rapide mais qui garde ses aiguilles moins longtemps que le sapin de Nordmann (Abies Nordmanniana). Ce dernier, originaire du Caucase, a été découvert en 1835 par le botaniste finlandais Alexander von Nordmann.
Le sapin étant devenu un objet de grande consommation, des plantations destinées à fournir la demande sont créées afin de limiter les coupes sauvages dans les bois. Le sapin peut même être artificiel !

L’arbre de Noël, dessin de Fernand Fau, 1902

Quel que soit l’arbre choisi, il ne reste plus qu’à l’installer pour que les enfants puissent le décorer et l’admirer. Il sera ainsi à l’honneur dans la maison et réjouira petits et grands. Joyeux Noël !