Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

La station de métro Gare de Lyon

0
24 novembre 2020

Découvrez grâce à la RATP et Gallica l'histoire des stations du métro parisien. Pour ce premier épisode, nous vous emmenons à la gare de Lyon !
 

Itinéraires des omnibus dans Paris, Migeon, 1860
 

La gare de Lyon est d'abord une gare ferroviaire. Une première gare est construite pour la compagnie du PLM (chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerrannée) en 1847 par les architectes Julien et Cendrier. Il s'agit d'un embarcadère, dénomination de l'époque que l'on retrouve sur les cartes, et le bâtiment, indique le Guide alphabétique des rues et monuments de Paris : à l'usage des voyageurs, n'a rien de monumental. Un nouveau bâtiment est donc construit en 1855 occasionnant d'importants travaux, que couvre la revue de Louis Figuier, L'Année scientifique et industrielle. Amédée Guillemin cite alors, en 1862, la gare de Lyon comme modèle architectural dans Simple explication des chemins de fer. Détruite pendant la Commune, la gare est ensuite rebâtie à l'identique. Devenue par la suite trop petite pour le trafic, elle est reconstruite pour être agrandie sous la direction de l'architecte de la compagnie du PLM, Marius Toudoire (1852-1922), en prévision de l'Exposition universelle de 1900 et se dote d'une grande horloge au sommet d'un beffroi de plus de soixante mètres.

 

Collection de cartes postales classées méthodiquement pour l'enseignement de la géographie,1928

La construction de la nouvelle gare entre 1899 et 1902, date de son inauguration, se déroule en même temps qu'est réalisée la station du métro gare de Lyon, qui doit également ouvrir pour l'Exposition universelle et dont les travaux ont débutés en février 1899. Le Génie civil revient sur les étapes de construction de la station gare de Lyon dans son numéro de juillet 1900 et Jules Hervieu, qui participe aux travaux conduits par Fulgence Bienvenüe, décrit les particularités techniques, comme le tablier métallique, dans son ouvrage Le chemin de fer métropolitain municipal de Paris. La Revue générale des chemins de fer et des tramways consacre également de larges parties de ses numéros de 1900 à la construction du métro et à ses défis.
 

Les coupes de la station extraites du Chemin de fer métropolitain municipal de Paris permettent de présenter les caractéristiques du tablier métallique qui recouvre la station. Elles montrent également que la station devait initialement accueillir une deuxième ligne, la ligne 2 circulaire, sur son tracé sud tel figuré sur une carte prévisionnelle de 1904.

 

Il fut finalement décidé de ne pas mettre la station gare de Lyon sur le tracé de la ligne 2. La ligne 5 se substitue alors à la ligne 2 sud et le tronçon construit jusque gare de Lyon est exploité de manière provisoire pour assurer une correspondance avec la ligne 1, avant le prolongement de la ligne 5 à Bastille comme le montre la carte de 1906. Le tracé passe par la place Mazas, devenue par la suite quai d'Austerlitz puis quai de la Rapée, et dessert la gare de Lyon. Cette branche éphémère est en service du 1er août 1906 au mois de décembre de la même année. Sur les plans de métro postérieurs, le tronçon ne figure plus. Il faut attendre la construction de la ligne 14 en 1998 pour qu'une nouvelle ligne desserve la station gare de Lyon.

La station gare de Lyon c'est aussi...

Deux serrures... On a trouvé, lors de la construction de la station gare de Lyon, deux énormes serrures authentifiées comme étant celles de la prison de Mazas, appelée aussi Maison d'arrêt cellulaire, en activité entre 1850 et 1898 et reconnaissable à sa forme semi-circulaire. Récupérées, les serrures sont alors conservées en 1934 par l'administration du Métropolitain dans des vitrines, parmi un ensemble d'objets trouvés lors des travaux, comme le détaille un article du Monde illustré.
 

Pour en savoir plus

"Un jour, une station, la gare de Lyon" sur le site de la RATP
Gallica part en live, les 120 ans du métro parisien

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.