Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Radiologues : la génération sacrifiée

0
15 octobre 2020

En 1895, le physicien allemand Röntgen découvre les rayons X. Inconscients de la dangerosité induite par cet outil, des praticiens décident de l'appliquer à la médecine. 

Maurice Blanche (Dr) [radiologue victime des rayons amputé d'un doigt] : [photographie de presse], 1927

Une lésion d'un genre nouveau

En cette fin du XIXe - début de XXe siècle, de nombreux médecins, enthousiasmés par les perspectives qu'offre ce procédé innovant, vont dans un premier temps chercher à l'exploiter comme un outil de diagnostic. Mais assez vite, on se rend compte que les rayons X provoquent des dermatites chroniques spécifiques aux opérateurs. Les techniciens comme les médecins sont logés à la même enseigne comme en attestent ces photographies de Henri Bourdon, préparateur en radiographie à l'Hôpital Saint-Louis. Voici une description précise de cette lésion :

Cours de médecine légale de la Faculté de médecine de Paris....
Les blessures et les accidents du travail / par P. Brouardel,1895-1909

Accidents du travail

Dès lors commence une longue série d'accidents du travail. Etienne Destot, un des premiers à s'être intéressé à la découverte de Röntgen, est gravement blessé aux doigts. Nommé médecin à l'Hôpital Tenon en 1897,  Antoine Béclère (1856-1939) y crée en 1898 le premier  laboratoire de radiodiagnostic. En l'absence d'installation électrique dans les hôpitaux, il pousse le zèle jusqu'à transporter chaque jour  le matériel dans le fiacre qui le mène de  son domicile à son lieu de travail. Atteint de radiodermite, il doit subir l'amputation de quatre doigts. Il dénonce des protections insuffisantes :

Tenez, voici mes mains. Vous voyez ces nodosités, ces pelures, ces ongles cassés ? Je suis touché. Un jour ou l’autre, le gros accident m’arrivera. Or, depuis 19 ans que j’opère,- je me suis toujours protégé, j’ai toujours porté des gants.  Ces gants, les voici. Ils contiennent du plomb ; soupesez-les. Déjà trop lourds ! Eh bien, ces gants-là sont traversés par les rayons X. Des gants plus lourds ? Inutilisables. Je mets au défi un radiologue de s’en servir pratiquement.

Professeur Bergonié de Bordeaux, M. Strauss [32e congrès de chirurgie
Ecole de médecine, du 8 au 14 octobre 1923]

 Le professeur Jean Bergonié utlise la Röntgenthérapie pour soigner ses patients. Il est connu pour être le précurseur de la radiobiologie -  étude des effets biologiques des rayonnements sur les êtres vivants. Une radiodermite chronique se déclare, entraînant de nombreuses mutilations jusqu'à la désarticulation de son épaule droite comme en atteste la photographie ci-dessus. Citons également le professeur Maxime Ménard, atteint aux doigts, aux yeux puis à la bouche.

Ceux qui s'obstinent à continuer leurs recherches dans ce domaine vont le payer très cher : plus longue sera l'exposition aux rayons, plus graves seront les mutilations. Ainsi Sébastien Turchini travaille comme radiologue pendant trente ans au cours desquels il ne cesse de subir des amputations.

Charles Infroit, chef des services de radiographie à l'Hôpital de la Salpêtrière y resta 22 ans pendant lesquels il fut opéré 22 fois ! Sans parler de Charles Vaillant (1872-1939) qui subit un véritable martyre : d'abord amputé de quelques doigts à la main gauche puis du poignet, suivi de l'avant bras droit. En 1920, on doit lui désarticuler l'épaule gauche.

 19 février 1923, remise de la cravate de la légion d'honneur à M. [Charles] Vaillant
 

Installations précaires : un facteur aggravant

Pendant la Grande Guerre, on déplore aussi de nombreux morts parmi les médecins militaires, irradiés car ils avaient oeuvré dans de mauvaises conditions pour sauver les blessés. A cet égard, on peut également évoquer Marie Curie qui, en compagnie d’Antoine Béclère susmentionné, créa des unités chirurgicales mobiles équipées de matériel radiologique : cela permettait de localiser l’emplacement exact des blessures. En 1916, au volant d'une petite Curie, la physicienne  sillonne les routes proches du front et réalise elle-même les radiographies. Or l’analyse de ses restes a permis d’établir l’hypothèse que ce seraient davantage les rayons X que le radium qui seraient à incriminer dans l’apparition d’une leucémie ayant entraîné sa mort à l’âge de 66 ans. Sachant que le radium est arrêté par l’obstacle de la peau et pénètre moins facilement que les rayons X  dans l’organisme.
Paradoxalement ce sont ces mêmes radiodermites qui font comprendre aux praticiens que la radiologie n'est pas seulement un outil diagnostique, mais peut aussi être utilisée comme une thérapie dans certains cancers.
N''oublions pas également ces électrocutions qui se produisirent avant que l'on n'introduise le principe de la cage de Farraday. Tel fut le destin tragique du docteur Auguste Jaugeas. 

Nous n'avons cité ici que quelques noms parmi toutes les victimes des rayons X. Avant que l'on ne mette en place des protections adéquates, puis un appareillage qui soustrayait les individus aux rayonnements, les premiers radiologues - partant littéralement en morceaux -  payèrent un lourd tribut à la science.

 Pour aller plus loin : 

retrouvez les sélections autour de l'histoire des hôpitaux de Paris.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.