Detailed information

Title : 
Recueil de textes astronomiques : notes et tables diverses Théon d’Alexandrie, Petit Commentaire ; Stéphane d’Alexandrie [= * Héraclius] Commentaire ; explicatio altera sur l’astrolabe ; Jean Philopon, Traité de l’astrolabe.
Author : 
Théon d'Alexandrie (0335?-0405?). Auteur du texte
Author : 
Étienne d'Athènes (0550?-0650?). Auteur du texte
Author : 
Héraclius I (empereur de Byzance ; 0575-0641). Auteur prétendu du texte
Author : 
Philopon, Jean (0490?-0566?). Auteur du texte
Publication date : 
1340-1553
Type : 
manuscript
Language : 
greek, ancient
Format : 
137 x 208 mm. - I-III + (A-90) + (93-181) + I-III. - ECRITURE Le copiste principal de ce manuscrit présente les traits habituels des écritures du XIVè siècle. Son écriture est de petit module, fluide, et relativement abrégée. Quelques lettres présentent un module plus grand, que ce soit un ω en cours de texte, ou un C agrandi pour finir la ligne. On note par ailleurs un grand nombre de mains postérieures ayant ajouté des notes et des scholies aux textes comme aux diverses tables.Le cadre des tables en pleine page est le même que pour le texte. Surface écrite : 110 x 160 mm environ. Marge supérieure : 13 mm. Marge extérieure : 10 mm. Marge inférieure : 30 mm. Marge intérieure : 10 mm. 31/40 lignes par page (pour le texte). - DECORATIONPeu de décoration : les titres tout au plus sont rubriqués, et l’encre rouge, palie, n’est presque plus lisible. Au f. 115v, la première lettre d’un distique est ornée d’un dessin d’oiseau, et le f. 87 comporte les dessins de 6 constellations, avec leur nom. - MATIEREPapier filigrané vraisemblablement italien. Les filigranes représentent un coutelas (Briquet 5111, 5113), une arbalète (Briquet 707) ou encore une fleur (Briquet 6332). Ces filigranes indiquent une datation comprise entre 1340 et 1353. - FOLIOTATIONOn observe deux mains pour la foliotation, ainsi que troisième qui procède à une pagination partielle du codex.La main la plus ancienne, que l’on peut attribuer au début du XVIè siècle, est antérieure à la reliure Henri II, puisqu’elle a été rognée en partie. Cette signature est apposée avec une encre très noire dans le coin supérieur droit. On lui doit la répétition de deux numéros : 85 et 103.La seconde main de foliotation est postérieure à la reliure, et intervient soit pour restituer les numéros rognés, soit pour corriger des erreurs. Ainsi, l’ancien f. 87 se voit corrigé en 88 après insertion du f. 87 actuel, anciennement 92. Dès lors, nous avons deux folios 88.Une dernière main enfin inscrit une pagination partielle dans le coin inférieur extérieur de la page. Seuls sont inscrits des rectos, toujours avec un nombre impair, mais tous les folios ne sont pas marqués de la sorte. Cette pagination est également postérieure à la reliure Henri II. - CAHIERSLe codex est composé principalement de quaternions, mais des cahiers irréguliers apparaissent. Ainsi, les ff. A-1 ont été restaurés en bifeuillet, et sont suivis d’un quinion (ff. 2-11). Suivent ensuite neuf quaternions réguliers (ff. 12-83), puis un quaternion augmenté d’un folio (possiblement d’un bifeuillet ayant perdu sa première moitié). Il s’agit du bifeuillet 91-92, dont seul subsiste le f. 92 sous le nom 87 après déplacement. Des ff. 93 à 123, quater quaternions réguliers, puis un binion (ff. 124-127) et un ternion (ff. 128-139). Le cahier suivant était un quaternion (ff. 140-147, mais seul en subsiste un bifeuillet, les ff. 152 et 145. Les trois autres (140, 141, 143-144, 146, 147) sont perdus. Les ff. 148-155 sont un quaternion, ff. 156-165 un quinion, et ff. 166-181 deux quaternions réguliers. - SIGNATURESOn trouve une signature grecque de la main du copiste au milieu de la marge inférieure du premier recto et du dernier verso. La signature de fin de cahier est souvent perdue, mais presque toutes celles de début de cahier sont encore visibles. La signature α’ est perdu, en revanche on trouve bien le β’ au f. 12r. Les signatures sont continues et confirment qu’il ne manque qu’un seul cahier entre les ff. 140-147, précisément le cahier ιη’. - REGLURERéglure à pointe sèche. Seules sont tracées les lignes de justification, et non les lignes rectrices. - RELIUREReliure alla greca issue de l’atelier de Fontainebleau, aux armes de Henri II. Les ais de bois sont rainurés, les tranches dorées et ciselées au chiffre royal, les plats portent les traces de 4 boulons, des sabots et quatre fermoirs.Couvrure de maroquin rouge estampée. Le décor est placé à l’extrême bord des plats, et présente une alternance de fers azurés et de fers lisses. Sur le plat supérieur, les armes sont dorées et le décor d’encadrement est à la fois doré et argenté. Sur le plat inférieur, c’est exactement l’inverse : armes argentées et décor doré. Le triple croissant, ainsi que les arcs et le croissant sur le cartouche, sont rehaussés de peinture blanche.Le dos est orné, en tête et en queue du quadrillage hérité de François Ier, et présente ailleurs un semis alternant les fers dorés (fleur de lys) et argentés (H couronné, triple croissant et monogramme du double D).Le titre a été placé dans le cadre central, au-dessus du cartouche : ΘΕΩΝΟΣ ΕΙΣ ΤΟΥΣ ΚΑΝ. Le dernier mot disparaît sous un B, conforme à la notice du catalogue.Par son décor, cette reliure est à mettre en lien avec le groupe identifié par M.-P. Laffitte autour du Paris. gr. 990 (p. 99), à ce détail près que le cuir utilisé est monochrome. Elle date selon toute vraisemblance du tout début du règne de Henri II (juste après 1547). - ESTAMPILLESff. Ar et 181v : estampille du XVIIè siècle, modèle Josserand-Bruno n. 1
Description : 
Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.
Description : 
f. Av : liste des tables de Ptolémée. ff. 1r-3r : notes astronomiques et tables. ff. 3v-4v : anonyme, texte astronomique, Inc. ἔοικεν ἡ πολυθρύλλητος τετρακτὺς... ff. 5r-90v : Ptolémée, Tables Faciles (sans le manuel d’utilisation), éd. A. Tihon, Πτολεμαίου πρόχειροι κανόνες, les « Tables faciles » de Ptolémée, Louvain, Peeters, 2011. (sauf f. 87, déplacé : figures de constellations, et pinax au commentaire de Stéphane d’Alexandrie). ff. 93r-115v : Théon d’Alexandrie, Petit commentaire aux Tables faciles de Ptolémée, éd. A. Tihon, Le 'petit commentaire' de Théon d'Alexandrie aux tables faciles de Ptolémée, in Studi e Testi 282, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1978. Θέωνος Ἀλεξανδρέως εἰς τοὺς προχείρους κανόνας. Inc. Ἡ μὲν λογικωτέρα ἔφοδος…, Expl. ὅταν ἐπὶ τὰ αὐτὰ τυγχάνωσιν / Θέωνος ὧδε τῆς θεωρίας πέρας. f. 115v : figure astronomique représentant les mouvements de la lune. ff. 116r-167r : Stéphane d’Alexandrie, Commentaire au commentaire de Théon aux tables faciles (de Ptolémée), éd. H. Usener, De Stephano Alexandrino commentatio altera, Bonn, 1880. Inc. ὅσα δεῖ προειδέναι..., Expl. καὶ αεὶ εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων, ἀμήν.Le Texte est précédé de 5 trimètres (publiés et commentés par Usener dans son introduction, p. 5), dont l’incipit (Ἄνακτός ἐστιν ἡ βίβλος Ἡραλείου…) est référencé chez I. Vassis, Initia Carminorum Byzantinorum, 2005, p. 41. ff.167r-172v : chapitres astronomiques anonymes. Titres : πῶς αἱ καιρικαὶ ὧραι ὀφείλουσι μεταβλητῶναι... Μέθοδος εἰς τῷ ψηφίσαι τὸν ἥλιον... ψῆφος τῆς κατὰ μῆκος ψηφηφορίας τῆς σελήνης... etc. 170v-172r : vacat. ff. 172v-173v : anonyme, explicatio altera, éd. A. Delatte, l’Explicatio altera, traité anonyme sur l’astrolabe, Anecdota Atheniensia et alia, vol. 2, Textes grecs relatifs à l’histoire des sciences, Bibliothèque de la faculté de Philosophie et de Lettres de l’Université de Liège, 1939, pp. 254-252. Ἐχήγησις μερικὴ ἀστρολάβου, In. Εἰ βούλει γινώσκειν..., Expl. τῆς μεθόδου τοῦ ἀστρολάβου. ff. 174r-181v : Jean Philopon, Traité de l’Astrolabe, éd. Cl. Jarry, Traité de L’astrolabe, CUF Paris 2015. Ἰωάννου Ἀλεξανδρέως τοῦ Φιλοπόνου περὶ τῆς τοῦ ἀστρολάβου χρήσεως καὶ τί τῶν ἐν αὐτῷ καταγεγραμμένων σημαίνει ἕκαστον. Inc. Τὴν ἐν τῷ ἀστρολάβῳ… Expl. διέστηκεν ἐπὶ θάτερα / τέλος τῶν τοῦ ἀστρολάβου θηωρημάτων.
Description : 
On sait peu de choses de ce manuscrit, et l’histoire des textes qu’il contient nous renseigne assez peu.L’histoire du texte de Philopon par Cl. Jarry et celle du Commentaire de Théon par A. Tihon proposent une reconstitution semblable pour les liens de dépendance du Paris. gr. 2492, du Vatican. gr. 304 et du Laurent. 28,31. Il s’agit des derniers descendants de leur famille, et sont dus à des copistes qui se sont efforcé d’améliorer un texte assez corrompu. Ce manuscrit provient d’Antoine Eparque, qui a apposé une marque au verso du f. A : Κτῆμα Ἀντωνίου Ἐπάρχου δοθὲν τῷ βασιλεῖ. On ignore où et comment Antoine Eparque a pu l’acquérir. Ainsi arrivé dans la bibliothèque de Fontainebleau, peut-être en même temps que le Paris. gr. 2490, il reçoit une nouvelle reliure, et figure dans le catalogue de manuscrits de Fontainebleau établi par Ange Vergèce en 1550, sous le numéro 277. Cette reliure est antérieure à l’établissement du catalogue, puisqu’elle y est décrite.
Rights : 
public domain
Identifier : 
ark:/12148/btv1b107226598
Source : 
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Grec 2492
Relationship : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc1027507
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date of online availability : 
27/02/2019


Help with consultation

Pictograms used