Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 110 on 110

Number of pages: 110

Full notice

Title : Recueil de documents tirés des Anciennes minutes de notaires déposées aux Archives départementales de l'Yonne.... Fasc. 3 / Eugène Drot

Publisher : (Auxerre)

Publication date : 1900-1902

Contributor : Drot, Eugène (1848-19..). Éditeur scientifique

Subject : Yonne. Archives départementales -- Histoire -- Sources

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : French

Format : 8 fasc. : fac-sim. ; in-8

Format : Nombre total de vues : 110

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bourgogne

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k96328g

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Z-9652 (7)

Set notice : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32045403t

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 15/10/2007

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 91 %.
For more information on OCR


ContfMte tntuffiMn! NFZ4M2(M4

Valable pour tout ou partie du document reproduit

Illisibilité partielle


Original en couleur NFZ 43-120-8

Couverture inférieure manquante


~(' ~~JËN.E~; DROT 'r ~BECtJE!L'DE DOCUMENTS TmËSDES

~ANM~~ MINIJTËS DE NOTAm~~ A~. f~

"U~ D~POSËPS

"~M.) 1 AUX ARC.MVES DÉPARTEMENTALES DE L'YONNE ~M~~

3eFASC!CU!,E

TRAVAUX D'ART ET ARTISTES AFFAIRES REU6IEUSES

Kxït'AtT M! ~<M: la ~OC~ des Sciences A!~Or~?<M ~< natitrelles ~fyOMM~,l~SKMESTRBi900'

'AUXtm~~J )MftHtmntS M t.A CO~~CT~, ~'OE~Rt~

't~M/C~s~ r,


r, ri t~ $~~

%<~ '< *?~ 'e~ ~––<=.L<~ ~e-t-

-?

<§"9~L


CHAPITRE III

-7~ 1

f~

~T~~ACX D'ART RT ARTtSTES AVANT-PROPOS

Lesmarché&de travaux d'art qui font l'objet de ce chapitre ne sont pas aussi nombreux que nous l'aurions souhaité. Néanmoins ils sont encore en quantité suffisante pour permettre de se faire une opinion assez générale du mouvement artistique dans nos contrées à la fin du moyen-âge et au commencement de la Renaissance.

Quant aux ouvriers qui les exécutent et qui sont leurs propres architectes, il n'est pas besoin de les étudier longtemps pour être étonné de leurs connaissances variées et de leurs aptitudes multiples. Et quelle sûreté de main; peu ou point de défaillances. N'at-on pas tous les jours l'occasion d'admirer la hardiesse de leurs coups de burin, de marteau ou de hache que la pierre-ponce, le papier de verre, la lime ou la varlope, inconnus ou dédaignés, n'ont pas altérés ?

Ce qu'a dit des maçons (1) M. Quantin, il faut également le dire (i) « Sous ce titre vulgaire de maçons, il ne faut pas seulement voir « des ouvriers équarissant ta pierre et gâchant le mortier. Les maçons < de nos minutes sculptent des cheminées, des contre-rétabtes, des dais, « des statues, etc. ». On peut vraiment dire que tous les ouvriers étaient artistes au moyen-âge. (De t'intérct des dépôts d'actes notariés, .CM~tM de la ~oc~M des Sciences de 1848).

~5


208 MKCUEtL ))E ttOCUMHNTS de tous les ouvriers de professions où l'art entre po

de tous les ouvriers de professions où l'art entre pour une certaine part.

Avec cela, artistes sans sot orgueil. Pour gagner leur vie, ils ne dédaignent pas des travaux l'art est, sinon exctu, du moins peu caractérisé.

Peut-être se spéciatisaient-its ? Au contraire, ils généralisaient. Le scutpt~'ur travaille indistinctement la pierre ou te bois c'est le < tailleur d'images t le mcnuis;or fait le mcuhie et même le meuble sculpté et ornementé, etc.

Encore s'ils avaient eu à leur disposition et à profusion, comme des nos jours, des éléments d'études, écoles de beaux arts. cours ùivers, musées, traités, aibums, machines et outillages perfectionnés, le résultat s'expliquerait. Mais, à part des recueils de gravures, ils étaient livrés à leurs propres moyens et n'avaient pour enseignements, que les monuments et travaux existants, t~s plantes et fleurs de la région, et les conseils et expérience des anciens. Leur initiative faisait le reste. Qde d'essais ils ont dû faire avant la production de ces œuvres qui font notre admiration et combien on comprend que peu soient arrivés a la fortune par une voie si hérissée de tâtonnements et même de difucuttés ()).

C'est sous l'influence de ces réuexions que nous est venue l'idée de dresser une liste des artistes et ouvriers d'art rencontrés dans nos vieilles minutes. Qui sait si la simple mention de leurs noms et de la date à laquelle ils exerçaient, ne peut pas amener à fixer d'une manière plus précise, des points ou des objets archéologiques douteux.

Seulement pour les ouvriers de gros oeuvre, tels que maçons, charpentiers, serruriers, menuisiers, nous n'avons donné que la liste le ceux qui ont fait des travaux aux édifices publics ou religieux ou qui sont connus ou cités comme tels (2).

Enfin, en dehors de ta liste où ils sont compris, nous avons ras(1) H est probable qu'Us avaient à cœur de ''lire bien ce qu'ils faisaient, sacrifiant quelquefois leurs intérêts à leur art, car nous voyons en 15051506 (G 1)43). le chapitre de Sens allouer à Jean Desmons, menuisier, qui avait entrepris de faire des dossiers aux <t chaires » (stalles) du chœur de son égtise, 11 1. de récompense pour ce qui) disoit quil avoit pardu à « la d. hesongne, et pour ce quit disoit quit avoit fait tes coings ou retours « plus riches quit ne devoit. »

(~i Nous avions m~me, lors de nos recherches dans ces minutes, retevé tous les artisans d'A txerre, à l'exception, bien entendu, des vignerons, )abourcursot maiiouvriei-s, Nous tenons ces notes à la disposition de celui de nos coHègues qui désirerait les utiliser.


TtttÈg ,t)'ANCtËNP)KS MtN~tHS. 209 es renseignements recueiHis curies artistes des

semblé les quelques renseignements, recueillis sur les artistes des famiUes Hympe, Michel, Cornouaille et Gramain et avons consacré une note spéciale à chacune de ces familles.

Nous devons bien cela à ces illustrations artistiques de l'Auxerrois et du ~énonais qu'aujourd'hui encore on peut juger d'après les œuvres qu'Us nous ont laissées.

Maintenant jetons un rapide coup-d'œil sur les documents qui constituent ce chapitre, nous bornant aux principaux. Parmi les marchés ou extraits, qui doivent plus particulièrement attirer l'attention, il faut citer les suivants (1)

<S'CK~M~ ~?' ~M~ sur bois. t622. AuxE~HE. Façon d'un crucifix en bois de 7 pieds et demi aSpieds pour la cathédrale d'Auxerre, par Isaac Gillet. Le corps de ce crucifix conforme au modèle en plâtre soumis par l'artiste, sera sculpté dans une pièce de bois qui lui a été montrée et à laquelle seront ajoutés des bras, le. diadème, ta couronne d'épines et l'espace, pour mettre le titre. Le travail devra être exécuté dans la chapelle du cimetière des clercs.

i64S.–Sculpture, sur les ordres et au compte de Mme Anne de Moroge, veuve de M. Léon de GhasteUux, seigneur d'Avigneau, d'une épttaphe et d'une pierre tombale destinées a la çhapelle Notre-Dame-des-Vertus.

.L'épifaphe sera de pierre de~Baiuy, de neuf pieds de haut sur cinq de large, au milieu sera incrusté un marbre noir, de quatre pieds de hauteur, et, deux pieds neuf pouces de largeur, sur lequel sera gravée en lettres d'or, de la hauteur, de t dix lignes et d'un poulce sy faire se peut une inscription qui pourra contenir de 7 à 900 lettres dans le blason figure au dessin, serpnt gravées tes armes des deux époux. Des deux côtés dc.t'cpitapheit sera fait les '.ymages de la Ste Vierge de Conceptionet de St-.Rçmaric.abbé. Ces statuettes, également en pierre de Bailly, seront de trois pieds de hauteur, plinthe et piédestal compris. La tombe sera de pierre grise de mesme longueur et largeur que celle. queJM. le trésorier Lemuet a fait poser en leglise cathédrale ». Les armes des deux époux y seront gravées, ainsi qu'une inscription de 3.à 400 lettres dont te; texte sena donné ultér.ieurement.

tS88.– Sculpture d'un crucinement en! bois destiné par un particulier A l'église St-Pèlerin, par'Pierre, Hubert dit Ducrez. H devua avoir 5 pieds de hauteur et sera accompagné des statuettes des quatre évangélistes, de la Vierge, St-Jean, la Madeleine et Longin à cheval. Cette dernière sera de la hauteur de quatre pieds et les (i) Ils sont donnés par matières dans t'ordt'e de classement des documents.


autres « de la hau'teur que la besongne le requerre ![

autres « de la hau'teur que la besongne le requerre !1 y sera en outre sculpté trois fleurs de lys. Il sera peint à l'huile aux couleurs habituelles, avec une bordure d'or autour des vêtements. ~841.–FoNTENAY-sous-FouRONNES. –Construction d'une contretable d'autel en pierre pour l'église, par Thubé et Blezeau, « maçons à Auxerre. Dans cette contre-table il sera fait un crucifiement avec Notre-Dame, la Madeleine et un priant, « à demye taille ').

JP~~M~. 1884. AsNiËRES (1). Crucifiement dans l'église, par Bonaventure Leschiain, de Noyers. Les costumes et leurs couleurs sont indiqués dans les plus petits détails, et il y est spécifié qu'il n'y sera employé que de l'or fin et de l'or de ducf.t. 1864. AuxERRE. Dorure de la croix de plomb de la chapelle Notre-Dame-des-Vertus (cathédrale), par le célèbre peintre Germain Michel. Les crosses, fleurons, fleurs de lys et la grosse pomme seront d'or fin; le champ de la croix, des branches et des huit grands couronnemehts d'azur fin et aux endroits où il faudra du vermillon en mettre du ~c~6

1568. –Verrière de la chapelle Notre-Dame-des-Vertus, par Guillaume Cornouaille, peintre de grand mérite. Malheureusement ce. marché, se référant aux « portraitz et divis » produits, donne peu de détails.

1568. Verrière du grand portail de l'église Saint-Regnobert, par Germain Michel. Cette verrière, faite aux frais d'Anne Michel~), veuve de Mathurin Breton, en exécution du testament de son mari, comprendra en huit histoires la vie de St-Regnobert. Les armoiries des deux époux y seront représentées. 1828 SAINT-GERMAIN-DES-CHAMPS. Peintures dans l'église, par G. de Beaufort, demeurant « de présent à l'Isle (sur-le-Serein). Il devra peindre au tableau devant le grand autel, les douze apôtres avec N. S. au milieu, et au-dessus, à la voûte de l'église, une Majesté avec les quatre évangélistes.

1668. VENOY. Restauration de tableaux dans l'église, par Claude Anglert. Par la liste des saints et la description de leurs costumes, ce marché est très curieux.

Fonte de e~ocA~.–1868.–AuxERRE.–Fonte de trois grosses cloches en ut, sol et la pour la cathédrale. Dans ce marché important que M. Quantin, qui nageait en plein inédit (3), brûle en quatre (<) Aenières en-Montagne (Côte-d'Or).

(2j Etait-ce une parente de Germain ? Outre l'homonymie du nom, Germain déclare dans l'acte « scavoir la forme des dictes armoiries (3) De l'intérêt des anciens dépôts des actes notariés. (J?M~<Mt de la Société des Sciences de 1848.)


URÉS D'ANCtENNSS MINUTES. 2~ 1 'marque, outre les conditions du travail, deux J. nne cone inFdnnW ic~ nc.loFun · I~nnn le

ugupa, uu y tcnifirque, ouuc n:s cunumuna uu mtvan, ueu& clauses qu'il n'est pas sans intérêt de relater l'une autorise les fondeurs, pour faire leur fourneau, à prendre dans les ruines des maisons canoniales « abatues, thuilie.tux, quarreaux, menues t pierres et terre rouge où en a esté cy devant tiré pour la d. « église la seconde nous fait connaître qu'il était de tradition que les « souppireaux et ances des cloches appartiennent aux t varlets des fondeurs. Le chapitre déclare se conformer à cet usage, mais en se réservant la faculté de convertir ce droit en 2 écus soleil.

Z~M~–1S22.– AuxERRE.–Faç~n d'un graduel en deux volumes, en parchemin, pour te chapitre d'Auxerre, par Nicole Gentil, écrivain à Auxerre. Ce graduel devra être bien noté et contenir six lignes à la page. Quoique dispensé des enluminures et des vignettes, ie sieur Gentil devra faire des lettres à « cadeaux » (1), garnir de feuillages et « visages rempliz d'azur, de rozete et saffran les intitulés des offices en vermillon. Le chapitre fournira le parchemin et paiera pour la façon 20 s. t. par cahier de 8 feuillets.

1576. Confection d'un antiphonaire par Jean Guillebert, écrivain à Auxerre, pour la fabrique de Saint-Mamert. M devra être en bon vélin et continué comme il est commencé le prix est de 45 s. t. par cahier.

1574.–SEtGNELAY. Confection d'un antiphonaire pour le curé M. Bohon, par Jean Guillebert, écrivain à Auxerre. Il devra être en parchemin vélin et relié en deux volumes. A la suite de la longue énumération des offices qu'il doit contenir, il est dit que l'écrivain devra « faire et remplir les cadeaux, tourner les grandes lettres de vermillon x. Ce marché est consenti pour la somme considérable de 100 1. t., représentant, d'après Leber. environ 1.000 fr. de notre monnaie. Encore convient-il d'ajouter que l'ouvrage de Leber remonte déjà à 1847.

Objets ~?~–1808.–AuxEURE.–Fabrication par Hector Garnier, orfèvre à Auxerre, pour le sieur Guénier, du dit lieu, d'un tambourin d'argent. Ce tambourin devra peser 4 marcs et avoir deux cercles de laiton. Si le sieur Guénier le veut doré, il devra fournir la dorure.

Le prix en est convenu à S5 1.1., environ 1.48S francs de notre monnaie d'après Leber.

1824. Gv-L'EvÊQUE.–Façon d'une croix d'argent avec pierreries, pour l'église, par Etienne Calart, orfèvre à Auxerre. Du côté (1) Grands traits de plume qui ornent les lettres.


3~ XHCUK)). DE DOCUMENTS opposé au crucifix sera représenté Saint-Phai, é)

opposé au crucifix sera représenté Saint-Pha), émaillé; il y aura de plus quatre < ymages qui ne sont pas encore choisies; les pierres de l'ancienne croix y seront enchâssées.

Co~t/~MM ~'M!~ sacerdotaux. 1S24. AuxERRE. –Confection de deux chappes destinées à l'église St-Loup, par Jean Champion, chasublier à Auxerre, pour le compte du sieur Brocart, du dit lieu. Elles seront de damas blanc avec orfrois d'or de Lucques. Les chaperons seront ornés l'un d'une Assomption, l'autre d'une Annonciation.

Mobilier. 1S41. Jean Delaponge, sellier à Auxerre, fait faire par P. Thibault, menuisier Joigny, divers meubles parmi lesquels on en remarque de luxueux, tels qu'un c banc a coucher de six pieds de hauteur, à panneaux, double draperie et couronnement une grande chaise de 7 pieds da hauteur < portant son doulciel taillé dantique » et garnie de couronnement. 1639. Parmi les meubles que Paradis, menuisier à Auxerre, entreprend de faire pour Ythier Leroy, praticien au dit lieu, figure un garde-pain à deux « guichetz et une layette p. Aumilieu il y sera fait un chérubin avec des feuillages, et aux deux fenêtres deux figures.

1662. P. Paumier, marchand à Auxerre, fait faire des meubtes par N. Rogey, menuisier au dit lieu. On y remarque une table ronde à quatre colonnes (pieds) qui devra être appropriée au tapis qui lui a été montre; 2 fauteuils et 12 chaises dont ita vu la tapisserie; et un cabinet 4 suivant le dessin (1).

FAMILLE HYMPE.

Peintres-verriers célèbres à Sens aux xv° et xvf stèctes et qui ont contribué pour une grande part la confection des verrières du portail d'Abraham de la cathédrale (2). Précédai immédiatece grand génie qui a nom Jean Cousin, ils sont passés presque inaperçus et attendent encore leur biographie. Ils ont pourtant, par quatre générations successives, exercé à Sens cet art avec succès, un siècle entier (1470-1570).

Nous ne venons pas combler cette lacune. On comprendra fort t bien que des recherches particulières sur un artiste ou famille d'artistes nous entraîneraient beaucoup plus loin qu'un simple (i) Le cabinet était le meuble où se mettaient les choses précieuses papiers, argenterie, etc. Aujouri'hoi le meuble correspondant est le secrétaire.

(2) Voir. pour la description des verrières de la cathédrale de Sens, te t, VU ~861) du Bulletin de la Société archéologique de Sens


recueil de documents. Mais rencontrant à la même époque deux Jean Hympe, peintres-verriers, l'un à Auxerre, l'autre à Sens, et chacun propriétaire d'immeubles dans sa résidence, nous avons eu la curiosité de compulser tous les comptes de la fabrique du chapitre de Sens dans le fol espoir de découvrir leur degré de parenté. Mais, ainsi que nous le présumions, nos recherches, dans des documents aussi laconiques que des comptes de recettes et dépenses, sont, sous ce rapport, restées infructueuses. Cependant nos investigations nous ont donné des renseignements qu'il n'est pas inutile de relater brièvement ici SENS. – 1" Jacquet Hympe, H lui est payé (G. 1139) en 14701~71,18s. pour avoir repeint Ia<chapse de madame Sainte Paule"; 1472-73,15 s. pour avoir fait les écussons du service de Mgr de Guyenne 1473-74, 7 1.10 s. pour fourniture de < trois platz de voirre et réparation des verrières derrière Saint Savinien;-14741475, 6 ). 10 s. pour déplacement et réparation de verrières 40 s. pour la façon des bordures des dites verrières; 60 s. pour cinq « platz de voirre de couleur dazur s, plus 2 s. 6 d. à son fils (Evrard) pour le « vin du marché

2° Evrard Hympe. –H lui est payé (G. 1141), compte de 14891490, 15 s. t. pour « avoir réparé la peinture des châsses (G H 43), 1802, il lui est payé 12s. t. pour « avoir visité le verre et ouvrage de quatre formes 1803 1504,18 1.1. pour ta facture de la verrière de la chapelle Saint-Jean il paie au chapitre 65 s. t. pour < cinq lyens de voirre de coleur, pris en la chappelle des enfans, à luy venduz au pris de 13 s. t. chacun lyen ».

3° Jean Hympe 1 et II. (G 1148), 1516-1517, payé à Jean Hympe l'aîné et à son fils, 40 1.1. à compte sur l'une des deux verrières qu'ils-ont faites au portail d'Abraham; (G1146),1817-15!8,il leur est payé 75 1. 6 s 6 d. t. pour la verrière « du costé de l'autel Bertault à raison de 7 s. t. le pied de roi payé aux mêmes 1211. 4 s. 4 d. t. pour une autre verrière du « costé de la chappelle Saint-Jehan à 7 s. t. le pied payé à Jean Hympe l'aîné et à Tassin Gassoi, 4 ). t. pour « avoir vacqué pour 100 (sic) de la croisée devant le eloistre ».

4° Jean Hympe M.–(G 1180), 1533-1534, payé 15 1. t. « pouravoir < par luy painct lymage de monsieur Saint-Estienne, les armes du « Roy nostre sire, les armes de Mgr le révérendissime légat, arce« vesque de Sens, estans attachées à la tour neufve du cousté du « palais archiépiscopal. Avec ce pour avoir painct dor et azu les ar« mes du feu Mgr de Salazaret de chappistr~, et une ymage Nostre< Dame estant atachez à la d. tour du cousté des parois de la d. « église 1834-1838,111.1. « pour dorer lymage que le chapitre a


« décidé de mettre sur l'horloge 12 1.10 s. t. pour les verrières qui « ont este abbatues par les grans vens et depuys refaictes à neufpar c le d. Hympe, en la d. chappelle des vicaires, et pour le vin de ses « serviteurs, 5 s. t. 24 s. t. « pour avoir painct devant la porte < Saint-Michel le l'eu saint Anthoine, pour obvier ès immondices t faictes continuellement par le commung populaire » (G 1164), 1863-1864, payé 20 s. t. < pour avoir attaché douze panneaux de « verre, mis plusieurs laurenges (losanges) ès d. panneaux, et mis « sur les basses voultes neufves quelques laurenges » payé 301. t. pour 120 pieds de verre à mettre sur les basses voûtes, à 5 s. t. le pied 64 s. 6 d. t. pour trois autres panneaux de verre mesurant 13 pieds moins un pouce; 1864-1868, payé 12 s. t. « pour avoir « painct les armoyryes de M. M. du chappitre à la chaize de l'auditoire (G 1168), 1869-1870, payé 70 s. t. pour avoir nettoyé les verrières de l'église.

En 1842, la veuve et héritiers Jean Hympe (1~) doivent 10 s. t. de rente et 4 d. de censive pour leur maison rue de la Parcheminerie (H 182). En 1868, les redevances de la « maison de feuJehan Hympe » sont au nom d'une veuve de Icobillart (H 182). AuxERRE. – En 1489, (G 1890) Jean Hympe habitait rue de la Parcheminerie (puis rue Notre-Dame et enfin rue Fourier) une maison pour laquelle les clercs du chœ'jr de Saint-Etienne payent 6 d. t. de censive (1) En 1491, il est un des « bastonniers de « l'église d'Auxerre », et à ce titre donne à bail pour 3 ans, des droits de tierce et de champart sur Sacy, qui appartiennent aux bâtonniers de cette église.

1498 (E 373), il reconnaît devoir encore 9 1. t. à Didier Robert, de Darne, pays de Lorraine, pour fourniture de « voirre de coleur « a faire verrières en 1808 (E 374), il grève de 40 s. t. de rente, sa maison paroisse Saint-Regnobert et une vigne, lieudit Côte-d'Or enfin, en 18H, (E 376) il est cité comme témoin.

En rapprochant ces notes, nous voyons que Jean Hympe ne se montre plus à Auxerre après 1811 et qu'il ne figure pas à Sens avant 1816. Malgré notre peu de goût pour l'hypothèse, n'est-il pas permis de supposer qu'il est venu s'établir à Auxerre (par mariage peut-être) puis est allé ensuite reprendre à Sens la direction des travaux d'Evrard, son père ou son frère ? Nous avons vu par les mentions de H 182 qu'il n'existait plus en 1842.

Jean Hympes II son fils cesse à son tour de figurer dans les (<) Au censier de 1499, G <89i, il y demeure encore, mais à celui de 1622. le plus immédiat, i) est dit « où demeuroit Jean Hympe f. A celui de 1467-1473 (G 18S9) cette maison est occupée par un nommé Joran.


comptes à partir de 1869-1870. Cependant, on faisait encore des travaux aux verrières puisque des payements sont faits peu après cette date à d'autres peintres verriers sénonais.

En résumé, nos recherches n'ont pas jeté absolument négatives puisqu'elles nous montrent à Sens de 1470 à 1870 quatre peintres verriers successifs du nom de Hympe Jacquet, Evrard, Jean I" et Jean M.

FAMILLE MICHEL

Les plus anciens peintres connus de cette famille sont Pierre et Macé (1). Le premier achète une vigne en 1493 le second prend à bail perpétuel du chapitre d'Auxerre le 27 septembre de la même année « deux maisons contenant deux louaiges entre tenans et « assis en la paroisse Saint-Renobert, atfrontans devant lhostel de ville du d. Aucerre, près le marché de la poissonnerie, tenant « par devant et de lun des costez aux rues et places commu« nes par lesquelles on va du chastel d'Aucerre à léglise des Cordeliers moyennant une rente annuelle de 6 1. t. et à la charge « dédiffier et réparer les d. deux maisons, et à ce faire « emploier la somme de 1001.1. dedans six ans prouchains ve« nant (2) ».

Macé n'existait plus en 1806 (E 374). On lui connaît deux fils également peintres, Jean et Germain. En 1812, Jean fit bâtir une maison (E 499) (3). En 1816, son frère Germain dont il était le tuteur, lui donne quittance des biens qui lui advenaient de la succession paternelle. Il vivait encore en 1841 (E 384). Germain, le second fils de Macé, est le plus célèbre de tous. On connaît de lui les travaux ci-après

(i) Une maison en face l'Hôtel-de-Ville que prend à bail en i479 du chapitre d'Auxerre Macé Michel, tient d'une part à celle que tient également du chapitre Humbert Michel, son père. Ce dernier était-il peintre aussi?

(2) En 1472, Macé Michel « occupait la maison de bois qui fait face à l'Hôtel-de-Ville et fait angle sur la place au lait ». (Quantin, Histoire anec~oM~Me ~M rues d'Auxerre). Si l'on rappelle qu'au moyen-âge, la place au lait s'appelait « rue de la Poissonnerie », on verra, en rapprochant les deux descriptions, qu'il s'agit des mêmes corps do bâtiment. JI a donc acquis en 1493 les maisons qu'il occupait comme locataire depuis 2t ans. Ce sont les maisons, place de l'Hotel-de-Vitte, portant actuellement le no 18.

(S) Cet acte est en trop mouvais état pour en permettre la lecture com.plète. M. Quantin nous fait connaître qu'en 1615, Jean Michel demeurait dans la rue Saint-Regnobert. ~W~Mt <~<t ~6. dei Sciences, ~S.~ 16


En ~2i, il peint le corps du crucifix de i'ég)Me de Saint-Bris.

En 1821, il peint le corps du crucifix de l'église de Saint-Bris. (ES01)(1).

En 1823, il fait avec Thomas Duesme et Tassinot Gassot, la deuxième verrière du côté droit de la nef de la cathédrale d'Auxerre, en partant du transept (E 800) (2).

En 1828, il peint l'histoire de Joseph etc. dans le soubassement et la rose du portail septentrional de la cathédrale d'Auxerre (3). En 1541, il fait une verrière pour l'église Saint-Regnobert d'Auxerre (ESOO) (4).

En 1864, il entreprend de dorer la croix de plomb de la chapelle Notre-Dame-des-Vertus (E 800) (8).

En 1868, il fait la verrière du grand portait de t'ég! se SaintRegnobert (E 800) (6).

En 1828, il habitait rue Notre-Dame, aujourd'hui rue Fourier (7). Nous trouvons enfin comme témoin en 1583 et 1884 (E 404,406), un autre peintre à Auxerre du nom de Mathurin Michel. Nous .ignorons s'il est de cette famille.

FAM!LLE CORNOUAILLE

Ce nom est orthographié et même signé avec quantité de variantes Cornille, Cornoille, Cornaille, Cornuatie.CornouaiMe, Cor~nouaiUes. Mais aucun doute ne peut subsister, ils sont tous de la même famille et détail curieux, tous ajoutent à leur signature, les uns avant, les autres après, un ornement en forme d'écusson. Le plus ancien connu comme peintre est Guillaume (8). Il a fait des travaux remarquables on connaît, de lui les suivants 1868,

(1) M. Quantin a adressé, en 1847, copie de ce marché au Comité des arts à Paris.

(2) Ce marché est publié dans le 4c volume des J~MOM'M de Lebeuf, réédités par MM. Challe et Quantin.

(3) Voir pour plus amples renseignements la notice de M. l'abbé Bonneau, sur les Verriéres de Saint-Etienne d'Auxerre. (Bulletin de la SoC! 1885).

(4) Marché publié dans le 4'' volume des Mémoires de ~'<ïM~ Lebeuf, réédités par MM. Challe et Quantin.

(6) Voir ce marché dans ce chapitre.

(6)

(1) Quantin, Histoire anecdotique des rues d'Auxerre.

(8) M. Quantin, dans son Histoire des rues d'Auxerre, cite bien un Jacques Cornouailles, habitant au xve siècle une maison conti&ue à l'Hôtel-de-Ville, mais comme il n'indique pas la source de son renseignement, nous avons dù, ne sachant où chercher, nous résigner à cette solution de continuité, matgré notre désir de la faire cesser.


verrières de la chapelle Notre-Dame-des-Vertus (1) 1572, un panneau de verrière en la chambre du Conseil des juges consulaires d'Auxerre (2); 1573 et 1575, à la cathédrale d'Auxerre, les vitraux du portail occidental, les fenêtres et rose du grand portail, 1573 le bas de la rose du portail méridional (3).

Il avait pour femme Jeanne Prot, dont il eut Claude, Jean, Louis, Pierre, tous peintres verriers à Auxerre, et une fille mariée à Lazare Martin, tailleur d'habits, également à Auxerre. En 1586, lors du partage des biens de Jean qui venait de décéder sans enfants et dont il sera parlé plus loin, Louis, Claude, Pierre et leur beau-frère Martin « pour l'amour naturel quilz portent à Jehanne Prot, veufve de feu Guillaume Cornaille, leur mère, ont promis et promectent lun à laultre de nourir par chacun moys de lan et entretenir de ses necessitez, lun après laultre et par ordre, la d. Prot, leur mère, et laquelle ilz promectent héberger en leer logis selon leur d. ordre.

« Et advenant le décès de la femme du d. Martin, qui est fille de la d. Prot, est accordé que le d. Martin ne sera subject à lentretenement des présentes. Et s'il advenoit le décès de lun ou de laultre des d. Cornailles, la charge demeurera au dernier survivant pour la norrir; la d. veufve Prot présente et acceptante. Car ainsi, etc. » (4).

Nous avons donné presque in-extenso l'acte qui précède, d'abord parce qu'il précise la descendance de Guillaume Cornouaille, dont les œuvres valent bien quelques lignes ensuite parce qu'il fait connaître dans quelles conditions les vieillards étaient assistés par leurs enfants.

De ces quatre fils, on ne rencontre d'autres traces de leurs travaux qu'un marché d'entretien des verrières de la cathédrale d'Auxerre, par Jean et Pierre, 1581. (E. 500).

Heureusement que quelques témoignages et actes de propriété constatent leur existence.

Claude n'existait plus en 1603. A cette date (E. 434), sa veuve, Françoise Grosday, donne à bail une maison près de la porte Chantepinot.

Jean meurt sans enfants en 1586 (5). La même année, il est pro(<) Voir ce marché aux documents ci-après.

(2) La juridiction consulaire d'Auxerre, par M. Ch. Domay. (Bulletin de 1894).

(3) Les Verrières de la cathédrale d'Auxerre, par M. l'abbé Bonneau. (.CMMeMM de 1886).

(4) Archives de l'Yonne, E 407, fo 89.

(5) Voir son intéressant inventaire après décès au chapitre 1"\


cédé au partage de ses biens (E. 408). Par ce partage

cédé au partage de ses biens (E. 408). Par ce partage il advient à ses frères et sœur un quartier de vigne lieu dit Chemineau, et un autre quartier de vigne lieu dit Piédaloue. A sa mère, Jeanne Prot, un quartier de vigne dans chacun de ces lieux dits, un quartier de terre lieu dit Beanvoir, « la moictié du verre tant blanc que de colleurs et en paincture, moictié des ustilz et ustancilles de la bouticte tels qu'iz sont portez à l'inventaire, à la réserve des establiz qui demeureront à la d. Chasneau à sa veuve, Anne Chasneau, il revient un quartier de vigne à Augy, un demi arpent de terre à St-Bris, la sixième partie d'une maison, paroisse St-Regnobert, « au quarre des Crenelles, lieu d. la Fricaulderye, selon lacquisition par le d. deffunct la sixième partie d'une autre maison à Auxerre, acquise également par son mari, et l'autre moitié du verre, outils, etc.

Comme la part laissée à la veuve de Jean est de plus grande valeur (dit l'acte) que celle advenue à sa mère, celle-là devra dégager celle-ci des dettes qu'il pourrait y avoir.

Cet acte de partage est fait en forme de transaction pour éviter un procès qui aurait pu entraîner à de grands frais, la mère du défunt ayant l'intention de contester une donation mutuelle dont la veuve se prévalait.

Louis et Jeanne Daiguemorte, sa femme, transigent en 1576 (E. 499) avec Guillé, sergent royal à Auxerre, à propos de droits sur une maison rue du Temple, dans laquelle le dit Louis demeure.

Enfin Pierre déclare par un acte de 1696 (G. 1892) être propriétaire rue du Temple d'une maison « tenant d'un long à la maison St-Just laquelle doit au chapitre d'Auxerre 2 d. de cens Après cette descendance directe de Guillaume, on ne connaît plus qu'Etienne en 1619 (B 39), cité par M. Demay, et Edme qui répare en 1648 (E. 500) avec François Cabasson, des vitraux de l'église Notre Dame la D'hors (1).

PIERRE GRAMAIN, sculpteur à Auxerre.

Malgré que nos archives départementales ne possèdent qu'une faible partie des anciennes minutes des notaires d'Auxerre, il nous parut surprenant de ne pas rencontrer un seul marché de travaux entrepris soit à Auxerre, soit dans les environs immédiats, par cet artiste, qui avait sa résidence dans cette ville et qui s'y maria.

(1) Les archives du département ne possédant pas de protocoles des notaires d'Auxerre postérieurs à 1600 environ, les recherches n'ont pu être poussées plus loin.


Deux actes seulement nous le font connaître, car il y est qualifié < tailleur d'images ». Par le premier, il prend en 1494 (E. 373) à bail perpétuel du chapitre d'Auxerre, une maison et dépendances, « tenant par devant à la rue commune par laquelle on va des Cordeliers à la grant ég!ise (aujourd'hui rue Fourier) par le deuxième, il se marie avec une veuve d'Auxerre, bien apparentée et qui parait aisée (1).

Au contraire, nous le voyons faire à la cathédrale de Sens des travaux importants et qui accusent un réel talent.

Dans le compte des recettes et dépenses de la fabrique du chapitre de Sens de 1491-1492 (G. 1141) il lui est payé 21 i. t. pour avoir taillé huict ymages de pierre pour le portail de la croisée » (2). Dans ceux de 1503-1505 (G. 1143) il reçoit diverses sommes qui terminent le paiement de 60 1.1. pour les « vingt six ymages qu'il a faictes pour la voussure du portail quon faict neuf (portail d'Abraham) (3).

La mention suivante que nous avons trouvée sans la chercher, nous fait comprendre comment, sans contester la valeur artistique de Gramain, il a pu faire autant de travaux à Sens Dans le compte de 1472-1473 (G. 1139) il est payé 6 s. 8 d. à Pierre Gramin « maistre des œuvres du roy nostre sire à Sens pour avoir mis à poinct la porte de la maison messire Jehan Huguet, laquelle avoit esté rompue pour passer la flexe de la charpenterie de la croppe (de l'église Saint-Etienne)

Ce maître des œuvres du roi à Sens, aux mêmes nom et prénom que notre artiste est probablement un de ses proches parents.

LISTE PAR PROFESSIONS DES ARTISTES OU OUVRIERS D'ART trouvés dans les minutes de notaires des archives de l'Yonne (4). .4)'baM<f<M's.

Billetoa Pierre, à Auxerre, ~570. E. 393. Davigneau Jeannot, à Auxerre, ~513. E. 4<0. Laurent Jacques, – ~570. E. 393. ')573. E. 398. (1) Voir cet acte intéressant au chapitre VI de ce recueil (contrats divers).

(2) « Ces 8 statuettes en cordon au portail du transept sud, sont muti!ées (Quantin, Répertoire archéologique de ~FoKK~

(3) « Ces ~6 statuettes sont sur deux rangs et se composent des auteurs des douze tribus d'tsraët et de <4 statuettes des petits prophètes et des sibylles » (Quantin, R~~o~~cA<'o~~M~.F<KMM).

(4) Nous faisons suivre le nom de la date de l'acte et du n° d'inventaire.


MaistreGf'rmfin, à Auxerre. 1511. E. 376. Mastru Alexandre, 1529. E. 416. Armuriers.

Bertrand Nicolas, à Auxerre, 1571. E. 396. Duclou Claude, 1560. E. 388.1567. E. 391. Foulain Nicolas, 1535. E. 423. Guillier Jude, 1546. E. 436. Pleure (Jean de), – 1513. E.376. Regnault Jean, 1512. E. 507. Richer Jean, à Auxerre, H574.E.400. Strabourg (Nicolas de); à Auxerre, 1570. E. 393. Arpenteurs.

Boutet Jean, à Auxerre, 1601. E. 431(1). ChancyMamert, à Auxerre, 1543. E. 385. Chuppe Guillemin, 1526. E. 414. Cornavin Colas, 1526. E. 414. Fouard Jean, – 1572. E.397. Monyn Pierre, – 1547. E. 387. 1573. E. 398. Monin Jean, – 1579. E. 402 bis. Simonnet Guillemin, à Auxerre, 1571. E. 395. Guillaume, – 1573. E. 398.1597. E. 430. Germain, – 1601. E. 431.

Dubrouil Pierre, – 1567. E.391. ~f~Mters (sic).

Billetou Jean, à Auxerre, 1520. E. 413. Cotart Jean, 1521. E. 379. Mullot Pierre, 1574. E. 399. Brodeurs et C/KMMMMt~.

Champion Jean, à Auxerre, 1507. E. 374. 1521. E. 500. 1524. E.499.

Mainson Claude, 1584. E. 406. 1586. E. 408. 1597.E.430.

Mochenet Jean, 1565. E. 390. 1571. E. 395. CA<tfpeH<Mrs.

Audebert Jean, à Auxerre, 1541. E. 500. Blandin Pierre, 1564. E. 500. Bachotte Jean, à Tonnerre, 1566. E. 657. Beaucoup de ces artistes ou ouvriers exécutent des travaux dont les marchés sont insérés chap. H et III.

(1) Est désigné à l'acte < Msistre arpenteur juré t.


Chasneau Pierre, à Lormes (Nièvre), 1667. E. 444. Colas Pierre, à Auxerre, 1522. E. 500. Dromon Millot, Tonnerre, ') 596. E. 697. Finot Dimanche, à Marigny (Nièvre), 1643. E. N. N. (M"' Chev.). Goys Léonard, à Auxerre, 157~. E. 500. Marchand Etienne, à Auxerre, 1630. E. 500. Molyneau Pierre, 1536. E. 421(1). Morlet Claude, 1576. E. 500. Vannes (Guillaume de), à Auxerre, 1580. E. 500. CoMOfeMfs.

Louât André, à Auxerre, 1564, 1571. E. 500. Musnier Pierre, à Cure (Domecy), ') 656. E. N. N. (Min. Chev.) Sellier Claude, à Lormes (Nièvre), 1666. 1668. E. 444. Couvreurs d'ardoises.

Dujon Blaise, à Tanlay, < 590. E. 471 (2). Ecrivains.

Aurelle Louis dit Lagarde, à Auxerre, 1573. E. 398. Gentil Nicole, – 1522. E. 480. Guillebert Jean, – ')574.E.399.~576.E.40<. Enlumineurs.

Bolet Etienne, clerc, à Auxerre, 481. E 368. Eperonniers.

Mayosson Pierre, à Auxerre, ~594. E. 429. Villon Guérin, – < 5K. E. 376. ') 5< 6. E. 377. Fondeurs.

Bézot Nicole, fondeur de cloches, <

à Bassigny, ')572.E.427M.f. Coteret Henrion, fondeur, à Troyes, 4507. E. 500 (3). Croissant Claude, fondeur de cloches,

àSt-Thibault-en-Lorraine, 4576. E.MO. Dubois Jean et Nicolas, fondeurs de

cloches, à Huillecourt, duché de Bar, 4568. E. 500.

Durant Pierre, fondeur de cloches,

à Auxerre, 1507. E. 374, E. 500. t508. E.501. ')535.E.499.

(1) Désigné à l'acte charpentier de « levre neuf de Saint-Etienne d'Auxerre.

(2) Il travaillait sans doute au château de Tanlay alors en construction. (3) Fabrique un aigle pour la cathédrale d'Auxerre. Cet acte n'a pas été relevé, M. Quantin en ayant envoyé copie fn 1846 au Comité des arts et monuments.


Faverot Etienne, fondeur de cloches,

&Huttiercourt-en-BassignyCMc;, 1507. E. 375.

Guillot Louis, « fondeur d'artillerie »,

à Auxerre, 1569. E. 481.

Millet Michel, « fondeur d'artillerie »

à Auxerre, 1569. E.481.

Votart Mougin, fondeur à Auxerre, 1535. E. 499 (1). Fourbisseurs d'épées.

Poinsot Claude, à Auxerre, <572. E. 397. Richer Jean, – <579.E.402Ms. Horlogers.

Maistre Germain, à Auxerre, 1537. E. 383, <567. E.39<. 4 570. E. 393.1573. E. 398.

Imprimeurs.

Fausset Viger, à Auxerre, <579. E. 402 bis. Vatard Pierre, – 1597. E. 430. 1602. E. 433. Libraires (3).

Bassillon Jean, à Auxerre, 1814. E. 411. le jeune à Auxerre, 1529. E. 415. 1536. E. 382. – Pierre, à Auxerre, 1570. E. 409, E. 393. Delabarre Pierre, 1545. E. 499. 1562.'E. 389. Nicolas, 1565. E. 390 (3). Delafousse Jean, 1529. E. 416. GaUyJean, 1504. E. 375. Lecoq Jean. à Troyes, 1506. E. 374. Vatard Pierre, à Auxerre, 1597. E. 430 (4). r

~fapoKS.

Amboise (Jean d'), à Auxerre, 1541. E. 500 (5). Beauson Nicolas, 1556. 1557. E. 500. Bion ou Byon Edme, 1572. E. 500. 1576. E. 401. BlezeauHumbert, 1541. E. 501. Cas Antoine, – 1521. E. 500. Chevalier Thomas, – 1570. E. 500.

(1) Gendre de Pierre Durant, fondeur de cloches, à Auxerre.

(2) Ils étaient aussi souvent imprimeurs. Ainsi, Gally, en 1504, prend un

apprenti et s'engage à lui montrer à imprimer, relier, etc.

(3) Fils de Pierre, se marie en 1545 avec Agnès, OHe du cétebre peintre-

verrier Germain Michel.

(4' Il était aussi imprimeur.

(5) Fait une grande fenêtre à l'église Saint-Regnobert. Ce marché est publié

dans le 4' vol. des JMmotfM de Lebeuf réédités par MM. Challe et Quantin.


Chevalier Etienne, à Auxerre, 1570. E. 500.

Chollier Jean, à Tonnerre, 4567. E. 659(1). Convers Nicolas, à Dannemoine, < 55<. E. 65<.

Corseron ou Courseron Antoine, à Au- 1571. E. 500. 07<. E. 499 xerre, (2). Dansoy Pierre, à Auxerre, < 509. E. 500.

Dormet Arthume, 088. E. 500.

Dutartre Jean, < 642. E. 501.

Ferrat Clément, 02<.E.500.

Gassot Adrien, '<5<3.E.4~0(3). Gassot Guiot, ~3. E. 4<0. ~5. E. 499. <536.E.42~,E.382.

Goffert Sébastien, à Aisy-sous-Rougemont, 4565. E. N. N. Minutes provenant de la Côte-d'Or.

Gorrier Pierre, à Auxerre, <577. E. 500.

Nicolas, 077. E. 500.

Gradot Nicolas, 1572. E. 500.

Grasset Nicolas « du pays de la Marche

de présent à Chastellux 1667, <668. E. 444.

Grégoire Mathieu, à Tonnerre, <574. E. 667 (4). Guérin Guillaume, à Auxerre, 1491. E. 372.

Guilleminot Jean, à Noyers, ~54<. E. 50<.

Guillet Jacques, à Auxerre, < 578. E. 500.

Huguenin Jean, à Tonnerre, < 543. E. 648.

Laurent Nicolas, à Grignon, 4565. E. Minutes non inventoriées.

Marcoul Adrien, à Cry, <553. E. N. I.

Monart Nicolas, à Tonnerre, 050. E. 650 (5). Pernot Laurent, à Auxerre, ~642. E. 504.

(1) Fait des travaux au château d'Yrouerre. M. Quantin a donné un extrait sufnsant de ce marché dans son BM~tt'~ du Tiers-Etat à Tonnerre, puMiée dans le Bulletin de la Société des .Sctemce~ de 1886.

(2) Est désigné dans cet acte où il est expert, « maistre maçon de t'œuvre de St-Père d'Auxerre

(3) Se marie. Il est le neveu de Guiot Gassot, le « maistre masson de levre » de l'église Saint-Etienne. Par un acte qui suit celui du mariage, Guiot dégage son neveu du temps qu'il devait travailler pour lui.

(4 Répare le pont de Tonnerre sous la chapelle Notre-Dame. M. Quantin a donné dans le Bulletin de 1886 un extrait suffisant de ce marché. (5) Construit le 2' étage de la tour de l'église Notre-Dame de Tonnerre. M. Quantin, dans le Bulletin de 1886, a donné un extrait suffisant de ce marché. L'incendie de 1556 a détruit ces travaux. La tour actuelle date do 1620.


Petit Guillaume, à Tonnerre, <567. E. 659.

Petit Guillaume, à Tonnerre, <867. E. 659. Ronsin Etienne, à Auxerre, 068. E. 500. Rouard Jean, à Tonnerre, 1543. E. 648. Roucher Pierre, à Tonnerre, 4 543. E. 648. Thubé Guyon, à Auxerre, < 838. E. 500. ') 541. E. 504. Truillier Jacques, à Auxerre, '1560. E. 388. Verdot Jean, à Tonnerre, < 066. E. 657. Ymbert Nicolas, à Auxerre, 1856. E. 500. Menuisiers ou Chambrilleurs.

Chaumet Edme, à Auxerre, ~865. E. 500. DefranceJean.ditdeSt-Germain, Auxerre, 1505. E. 500 (1). Defrance Germain, à Auxerre, ')841. E. 499. Desmons Jea[., à Sens, 1807. E. 500 (2). Petit Sidrach, à Auxerre, < 613, 1618. E. 500. Petit François, ')675.E.500. Rogey Nicolas, <662. E. 499. Thibault Pierre, à Joigny, 1541. E. 499. Musiciens ('« JOMCMM d'instruments

Couthereau Jean, à Auxerre, 1603. E. 433. Frappé Thomas, 1602. E. 432. Gremon Jean, ~830. E. 38< (3). Loppin Louis, <865. E. 390. 1574. E. 400. Pillard Etionne, Auxerre, < 565. E. 390. Pillard Léger, 1565. E. 390. 1574. E. 400. Titout Jacques, 1570. E. 409. Yore Pasquet, < 565. E. 390. Orfèvres.

Brochet Dominique, à Joigny, ~668. E.500. Calard Jean, à Auxerre, < 496. E. 373. Etienne, <5<6.E.377.')524.E.80<. <530.E.38L

Caron Michel, 1603. E. 433. Chesneau Nicolas, ~886. E.407. Chevallier Claude, 067. E. 391. 1584. E. 409. Duvert Pierre, 1570. E. 409. (1) Copie de ce marché a été adressée au Comité des Arts et Monuments en 1846 par M. Quantin.

(2) Fait une armoire pour placer les chappes du chapitre cathédral d'Auterre. Ce marché est en trop mauvais état pour qu'il en puisse être pris copie. (3) Désigné à l'acte « joueur de rebec


Duvert ou Duvet Antoine, à Auxerre, 083. E. 404. 092. E. 428. GarnierHector, – 007. E. 374,1508. E. 378. 009.E.499.

Gendot Pierre, – 084. E. 406. JobertJean, – <493. E.373. Jobert Pierre, 004. E.374. Lesgaré Adrien, 4583. E. 404. Mamerot Jean, 037. E. 383. 047. E. 387. 074. E.400.

Mamerot Pierre, 4 582. E. 405. 094. E. 429. MignatJean. 007. E. 374. Paris Nicolas, 072. E. 409. Pigalle Nicolas, 4603. E. 434. » – 062. E. 499.

Purorge Jean, 090. E. 427. Sappin Pierre, dit Mathieu, 4559. E. 409. Tillault Denis. 090. E. 427. Villy (Jean de), ~497. E. 373. 002. E. 375. Widerne Niçois, 4 498. E. 373. 006. E. 374. 1513. E. 410.

Organistes et Facteurs d'orgues.

Burat Michel, à Auxerre. ')641. E. 499. 054. E. 500. Languille Louis, « de présent à St-Flo-

rentin » 030. E. 499(1). Levasseur Jacques, à Tonnerre, 049. E. 500. Peintres et Peintres-verriers.

Anglert Jean, à Auxerre, 044. E. 496. 068. E. 50t.(2).

Aumont Nicolas, à Auxerre, 065. E. 390. Baude, à Tonnerre, 066. E. 658. 072. E. 663. 1886. E. 686.

Baude Simon, à Tonnerre, 00. E. 734. Beaufort (Guillaume de), « de présent

L'Iale-sur-Serein"), 028. E. 462.

Boudeau ou Bodeau François, à Auxerre, 067. E. 39<. 07t. E. 396. (3)

(1) S'engage à tenir les orgues de l'édlise Saint-Loup d'Auxerre pendant 3 ans.

(2) C'est l'artiste qui a peint le plan du territoire de Monéteau publié par M. l'abbé Bouvier (Bulletin de 1897).

(3) Sa veuve se marie en 1573 avec Jean de Longuerue, également peintre à Auxerre.


Cabasson Aignan, Tonnerre, 056. E. 685. 569. E. 664. 030.E.749(~).

Cabasson Didier, à Tonnerre, 073. E. 664. – François, à ChâtiUon[surSeino?], < 886. E. 686 (2). à Tonnerre, 1630. E. 749.

– à Auxerre, 039,045J648,E.500(3). – Germain, à Tonnerre, 05<.E.651.

– Jean, – 054. E. 649 (4). – 030. E. 749.

– Joseph, – 4586. E. 686.

Cornouaille Guillaume, Auxerre, 065, 070. E. 500. 07~. E. 499. 072, E. 397(5).

Cornouaille Claude, à Auxerre, 079. E. 402. 09~. E. 427. – Jean, – 072, 076. E. 499. 076. E. 440. 081. E. 500.

– Louis, – 070. E. 394. 070, 576. E. 499. 088. E. 405.

– Pierre, – 08~.E.500.084.E.406. 09~. E. 427, E. 500.002.

E. 432.

Ducoroy ou Ducouroy Claude, à Auxerre, 003. E. 434. Ducourroy Etienne, à Auxerre. 4633. E. 500. Duesme Thomas, – 0<4.E.4t1.0<7.E.378. 022. E. 499. 023. E.

500 (6).

Dulac Claude, – 059. E. 499.

(1) Aignan Cabasson qui figure en 1630 (E. 749), est fils de Joseph, peintreverrier. Didière Boyvinet, veuve de Joseph, vend à Jean, François Aignan, peintres-verriers, Suzanne et Antoinette Cabasson (probablement ses enfants) une maison où elle réside, place du pilori, pour le prix de 1.0001. et les vins accoustumez

(2) Ce François est certainement de la famille Cabasson de Tonnerre, car en 1586 il vend à Joseph, aussi peintre à Tonnerre, une part de maison, rue de l'hôpital, qui lui est advenue par héritage de Jean Cabasson. Cet immeuble tient d'une part à Georges Testevuyde, également peintre-verrier. D'après cet acte, Marguerite Cabasson, femme de Benjamin Baude, autre peintre-verrier, est la sœur de François.

(3) C'est sans doute le même que l'on trouve à Tonnerre en 1630. (4) Sa femme s'appelait Jeanne Lecourt, peut-être de la famille Lecour, qui a possédé les terres de Béru, Cry, etc.

(5) Voir à l'avant-propos notes sur cette famille.

(6) H n'existait plus en 1529 dans un acte de cette année, sa femme Jacquette est désignée veuve.


Fiévé Chartes, à Auxorre, 1692. E. 500. Gassot Tassinot, – 1515. E. 499.1523. E. 500. 1524. E. 501(1).

Guespier Jean, – 1536. E. 421.1546. E. 386. Michel, – 1567. E. 391.1870. E. 409. Guillaumeron Etienne, à Auxerre, 1639. E. 801

Hympes ou de Hympes Jean, à Auxerre, 1496. E. 373. 1505. E. 374. 1511.E.376(2).

Labour Pierre, à Nevers, 1602. E. 432. Lassue (Nicolas de), à St-Florentin, 1550. E. 651 (3). Le Buloys Guillaume, à Auxerre, 1571. E. 499. Le Bulois Antoine, – 1602. E. 432.1603. E. 434. Legros Jean, – 1570. E. 393. 1571. E. 396. 1576. E.40t.

Lelasseur Nicolas, à Tonnerre, 1550. E. 650. Leschiain Bonaventure, à Noyers, 1554. E. N. N. Letourneur Thomas, à Auxerre, 1536. E. 382. Longuerue (Geoffroy de), à Auxerre, 1514. E. 411. 1529. E. 416. – – 1571. E. 396.1573. E. 398, 499.

(Jean de) 1573. E. 398.1587. E. 495 (4).

(Pierre de), 1567. E. 391.

Louault Colas, 1512. E. 499. Mathieu Etienne, à Tonnerre, 1543. E. 648. 1555. E. 654. Michel Macé, à Auxerre, 1493. E. 373. 1506. E. 374. (5).

– Germain, – 1516. E. 499. 1517. E. 378. · 1531. E. 379. E. 501.

1524. E. 380. 1541.

E. 348.500.1564,1568

E.500.

(1) Cet artiste travaille avec Jean Hympe raine aux verrières de la cathédrale de Sens en 1517-1518 (G. 1146).

;2; Voir sur .'es artistes de cette famille une note à l'avant-propos. (3) Il est témoin à Tonnerre à un acte d'apprentissage de maçon. H travaitlait probablement à l'église Notre-Dame de Tonnerre que Ion construisait alors.

(4) H est fils de Geoffroy et se marie en 1573 avec Anne Chomon, veuve de François Bodeau, également peintre à Auxerre.

(5) U n'existait déjà plus à cette date, car l'acte te désigne « de son vivant peintre (Voir à l'avant-propos note sur cette famille).


Michel Jean, à Auxerre, 006, 4508. E. 374. 0<2. E. 499.') M 7. E. 378.

1537. E. 383.154~

E.384

Michel Mathieu, à Auxerre, 4583. E. 404. E. 406. 084. E.406.

Michel Pierre, à Auxerre, 4493. E. 373. Mortinat Louis, à Tonnerre, 16<2. E. 726. Perrenot Pierre, à Auxerre. 1547. E. 499. Proye (Louis de), – 1586. E. 408. Rigoullé Pierre, – 4630. E. 800 (<). Sellier Etienne, à Tonnerre, 050. E. 65< (2). Simon Pierre, OM.E.6M(3). Staeche ou Stache Jean, à Auxerre, 068. E. 499. Testevuyde Georges, à Tonnerre, 066. E. 6&7. 086. E. 686. Use Nicolas, à Auxerre, 08L E. 403. Villiers (Claude de), à Tonnerre, 050. E. 654 (4). Voloin Philippe, – 050. E. 651. Potiers d'étain.

Camus Jean, à Auxerre, 090. E. 500 (S). .HeHeMfs.

Causer Toussaint, à Coulanges-s Yonne, < 59~. E. 427 (6). Sculpteurs ~ma~Mrs, ymageurs).

Blondel Simon, à Auxerre, 0<1. E. 376. – Jean, – 00. E.377.

– – – OM.E.500(7).024. E.380.

(1) Signe RigoUé.

(2) Se marie avec Jeanne Bœuf. Sa mère se nomme Nicole Fleuriet et Jean Fleuriet, contrôleur au magasin à set, est témoin.

t3) Il n'existait déjà plus. C'est un acte intéressant ses enfants mineurs. (4) Se marie avec Roquette Tartar~n, n!!e d'un marchand de Tonnerre. H est natif de Villeneuve-le-Roi, et est assisté de Morant, avocat, et de Clays, marchand, tous deux demeurant à Chablis. Décidément, la construction de régtise Notre-Dame de Tonnerre a procuré des maris aux jeunes nites de cette ville.

(5) Cet artisan n'est mentionné que parce qu'il répare la terrasse de plomb de la tour Saint-Etienne d'Auxerre.

(6) H signe T. Gesset, et est indiqué à l'acte relieur de livres.

(7) En 1521, il fait une statue de Ste-Catherine-de-Sienne pour les Jacobins d'Auxerre. M. Quantin a envoyé copie de ce marché au Comité des Arts et Monuments en 1847.


Blondel Jean dit Darras, à Auxerre, 1527. E. 415. 029. E. 40. Blondeau Jean dit Darras, 034.E.420(<). Champenoys Jean, à (Troyes) (2), 4804. E. 374.

Chaudevant Etienne, à Auxerre, 072. E. 397.

Darras Jean, 0<7.E.4~2(2). Delafosse Gilles, 1498. E. 373.

Faulconnier François, < 516. E. 377. 4 52L E. 500. (3).

– 028. E.&01. 1530. E. 439. (3).

Germain Didier, à Tonnerre, 049. E. 650. 055. E. 654. Jean to jeune, 043. E. 648.

Jean, 053. E. 652.08a-E.654. (4).

068. E. 658 (5).

Gillet Isaac, à Auxerre, 022, ') 63Q. E. 500. Gramain Pierre, à Auxerre, ~494. E. 373. 4505. E. 374 (6).

Hubert Pierre dit des Closses et dit

Ducrez, à Auxerre, 087. E. 495 (7). 088. E.

500.

Marie Noë), à Auxerre, 075. E. 500.

(1) II peut fort bien se faire qu'il ne s'agisse que d'un même artiste malgré ces désignations si diiïérentes de Blondel Jean, Blondel Jean dit Darras, Blondeau Jean dit Darras, Darras Jean, si l'on veut bien rapprocher les noms les uns des autres et remarquer qu'elles sont circonscrites entre 1516 et 1534, soit 18 ans. Autrefois, les scrupules actuels dans les désignations des noms aux actes n'existaient pas. Aussi rencontre-t-on souvent de pareilles variantes.

'2) A l'acte le papier est déchiré à l'endroit de la résidence de cet artiste qui n'est que témoin. On n'y voit qu'une S finale, probablement Troyes puisqu'il se nomme Champenoys.

(3) L'acte de 1521 est un marché pour la sculpture du portail de l'église de Thury; il est publié dans le 4' vol. des mémoires de l'abbé Lebeuf réédités par MM. Challe et Quantin. Celui de 1528 est un marché pour faire une NotreDame-de-Pitié pour l'église de Coulanges-la-Vineuse. M. Quantin en a envoyé corne au Comité des arts en 1847.

(4) L'acte de 1553 est le traité de mariage de cet artiste avec Catherine Ratat, veuve d'un boucher de Tonnerre, Regnault Allier.

f5) Dans cet acte par lequel Germain achète la moitié d'une cave dans la rue de Rougemont, il est qualifié de marchand-sculpteur.

(6) Voir à l'avant-propos une note sur cet artiste.

(7) Cet acte est un peu intéressant contrat de mariage ». tl fait néanmoins connaître qu'il est natif de St-Florentin, N1~ de feu Pierre Hubert dit du


Serpe Louis, ~.E.384. Sourdin Michel, à'Tonnerre, 1626. E. 743. Tournelle Guillaume, à Auxerre, ~496. E. 373 (4). Selliers-Lormiers.

Huder Biaise, & Aùxerre, ~560. E. 388. Serruriers.

Carré Jean, à Auxerre, ~648. E. 500. HédotJacquinet. à Auxerre, <630. E. 500. Tailleurs de pierre (3).

Aussy Jean, à Auxerre, <574. E.40Û. BagaultJean, 603. E. 433. Blaiseau Himbert, à Auxerre, ~547. E. 387. Brusson Nicolas, ')594.E.429. Caunat Claude, ') 562. E. 389. Chéreau Blaise, 4 630. E. 500. Delaporte Nicolas, 1630. E. 500. Dormet Antoine, < 602. E. 432. Droynet ou Drynat Claude, à Auxerre, 586. E. 407. 408. Frerebeau Germain, à Auxerre, ~597. E. 430. ')618. E. 500. Gautherin Léonard, ')622.E.500. Gillet ou Gillot Isaac, à Auxerre, 1630. E. 500 (3). Gourrier Pierre, ''88~. E. 499. 160<. E. 43<. Guillet Nicolas, 1597. E. 430. Laligne André, 4633. E. 500. 4642. E. 50~. ~644. E. 499.

François. 1630 J633,<675.E. 500. Lejeune Vigile, 1570. E. 409. Manicard Bon, 1586. E. 408. Métrat Pierre. < 594. E. 429 (4).

Cloux. Il y est qualifié de « maistre tailleur-sculpteur Jean de Longuerue, peintre-verrier à Auxerre est un de ses témoins.

(1) Il prend à bail pour 9 ans une maison rue de la Draperie pour 100 s. t. par an.

(2) Nous avons relevé pour Auxerre tous les ouvriers rencontrés avec cette profession. Le seul exemple de Gillet qui, avec un confrère, entreprend de construire des piliers butants à l'église Saint-Loup en 1630 et fait l'objet de ,'a note ci-après, justifiera ce relevé.

(3) Gillet Isaac qui signe Gillot, désigné ici tailleur de pierres, en 1622 sculpte sur bois un crucifix de plus de 2 m. de hauteur pour l'église SaintEtienne. (Voir cet acte dans lequel il est qualifié « architecte-sculpteur *).

(4) Probablement Métrai, famille d'entrepreneurs et d'architectes bien connue des Auxerrois.


Millon André, – 1603. E.434. Pasquier Mathieu, – 1630. E. 500. PernotJeanTaîné, 1632. E. 500. – le jeune, 1632. E. 500.

Petit Jean, 1883. E.404. PoquetJean, <602. E. 482. Rossin Etienne, ~862.E.389. Roze Jean, <89<. E.427. Verriers.

Aubineau Guillaume, à Auxerre, ~3. E. 4~0. 't80. E. 377 (~.

Maréchal Benoit, à Vergigny, 1826. E. 4<4. Moreau Philibert, à Auxerre, <826. E. 414. Robert Didier, à Dsrno (pays de Lor-

raine), 1498. E. 373(2). Rousselot Claude, à ViUeneuve-l'Ar-

chevêque, 1868. E. 478.

Vauldre (noble Claude de), à Diges, 1821. E. 413 (3).

v aulare ~nooie L.iauae ue~, it ~'t(;es, u~ <. m. t) <j

21 Juin 1507. Appoigny. Fonte de cloches.

Reconnaissance passée par les procureurs de la fabrique d'Appoigny, qu'il est dû à Pierre Durant, fondeur de douches à à Auxerre, la somme de H3 1. t. « de reste de plus grand somme pour la facon de deux clouches et la vente et délivrance de métal. »

(E.600)

28 Mai 1554. Asnières-en-Montagne (Côte-d'Or). Marché de peinture

du cruciBement de t'égUM.

e Par devant Pierre Villain le jeune et Anthoine Micheau, notaires ou conté de Tonnerre. Furent présens en leurs personnes Pierre Villain, lesnel, Girard Bonin, Mathieu Guyon, Jehan Bonin, de la confrarie Jacob Coqueau et Jacob Lormiér, habitans d'Asnières, eulx faisans et portans fors pour le reste des aultres habitans absens, d'une part et Bonadveniure Leschiain,painctre, demeurant à Noyers, pour luy d'aultre part. Lesquelz de leurs bonnes volontez, etc., ont faict te marchié entre eulx qui sensuyt Cest assavoir que le d. Bonnadventure a marchandé au dessus d. habitans, de paindre le cruxillement de lesglise du d. Asnieres selon (1) Qualifié à l'acte de 1515 « marchand de verres et cordier

(2) Vend des verres coloriés à Jean Himpes, peintre à Auxerre.

(3) DeM hameaux de cette commune s'appellent encore la Haute et la Basse-Verrerie.

o


)o devis quil sensuyt; assavoir le crucifix, le dyadesme dor, les cheveu et la barbe couleur de tannée (i), le couvreché do blanc et le revers dasi

)o devis quil sensuyt; assavoir le crucifix, le dyadesme dor, les choveulx et la barbe couleur de tannée (i), le couvreché do blanc et le revers dasus (azur), et le bord, dor do la longueur dung pousse, la croix do couleur de boys madroz (2), le chapeau dcspine, de vert. Pour lymage de Nostre Dame, son manteau dasus semez de fleur ou destoillo dor, sa robe de dessoubz de poupre, bordez dung bor dor de la largeur dung pousse, le dyadesme dor, le visage tel qui) apartient. Le sainet Jehan, son manteau de beau rouge, bordez dor de la largeur que dict est, semez de fleurettes dor, sa robe de satin broché, les cheveux dor et le diadesme. La Magdelaigne vestue pompeusement de drap dor et satin broché. Et les anges, les cheuveulx dor, les eéejures (cercle; ) dor venny (3), les tunicques de satin broché et drap dor, les ~mot illisible) dargent te qui) appartient et bordez dor, les ailles dor et dargent et daisu. Et le bûche de dessoubz en façon de mabre vert. Le tout faict dor fin et dor de ducat. Et ce néanmoingtz la somme de trante cinq livres tournoys, etc., etc. Faiet le xxvur'jour de mny lan mil cinq cens cinquante quattre. » (Minute non signée).

(E. N. N. Minutes versées par la Côte-d'Or).

22 Décembre 1644. Auxerre, Marché de peinture et décoration de l'horloge de la ville.

Par cet acte Jean Angtert, maître peintre et vitrier à Auxerre, s'engage envers les maire et eschevins à < faire et réparer à neuf la montre de lorloge de la d. ville, de lung et tauttre des costez ès endroictz ou le verre est de présent hosté, cassé et rompu, le tout de verre de mesme couleur et qualité que celluy qui reste de présent à la d. montre, lequel verre sera aplicqué avec masticq,.bien et deuement garny de plomb depesseur et qualité pareille comme celluy qui reste encore aux endroictz ou la d. montre nest rompue, le d. plomb doré dor de ducat bien et deuement ataché icelluy, ensemble le verre avec ctoux et crampons qui seront mis dans la muraille pour seurement attacher le tout. Hetever les quatre coings de lung et laultre des costez de la d. monstre où sont de présent pains les quatre évangélistes, pour iceulx faire à neuf et rendre de mesme verre que dessus, lequel sera paint dazur en huille et garni tant plain que vuyde de fleurs de lis dor de ducat retenir toute leneeinte de la d. montre. Comme aussy sera le d. Anglert tenu de paindre et marbrer à neuf ainsy quelle a cy devant esté, toute larchitecture ou la d. montre est posée ensemble laver et netoier toute ta d. montre relever et reclouer avec cloux diamant le plomb qui tombe. Et netoier, remettre et applicquer les heures qui manquent; et ou il sen trouveroit de perdues, en mettre aultres de mesme eschantillon et esmallez et faire à la d. monstre tout

(1) Couleur du tan.

(2) cadrer, veiner, marbrer; donner au bois la ''outeur du bois naturellement veiné et marbré (Cotgrave).

(3) Or de Venise.


ce quit,conviendroyt ou sera jugé nécessaire to tout bien et douomont a dict de gens à ce congnoissans, suivant ce quelle estoit cy devant. En fournissant toutes les estouffes qui seront nécessaires. moyennant le pris et somme de 720 ). t. pour toutes les d. besongnes et fourniture destoufïos, sur laquelle le d. Anglert confesse avoir eu et reçeu 400 ). t. » (E. 496)

1507. Auxerre. Fabrication d'une armoire pour placer les chappes du Chapitre.

Marché par lequel Jean Desrnons, chambrittour (menuisier), à Sens, s'engage envers le Chapitre d'Auxerre représenté par plusieurs chanoines, dont M. Nicole Odry maistro de t'œuvre », à faire < une armoire à placer chappes, selon la place et chappes extubeez et monstrées ». Suit la division du meuble que la détérioration de l'acte empêche de lire. Le prix est do 33 t. t. Le sieur Desmons doit tout fournir. (E.600)

24 juillet 1522. Auxerre. Marché pour façon d'un gréez (1) en deux volumes pour t'égtise Saint-Etienne.

« Le xxim° jour de juillet mil vc xxn (1522), comparut en sa personne, maistre Nicole Gentil, lequel a promis et marchandé à messieurs les vénérabtes doyen et chappitre de t'égtisedAucerre, asavoir Mes Jehan Saujot, doyen, Jehan Le Roy, chantre, Germain de Charmoy, Jehan le Broc, Guillaume Lotin, Pierre de Pilles, Robert Pourein, Pierre Riote, Philibert t Guimard, Jehan Pelault, Nicole Desrues, Michel Machuré, Jehan Billart, Pierre Myete, Denis Cassin, Guillaume Lesaige, assemblez ensemble, faisant et représentans la plus grande et saine partie des d. vénérables de faire et parfaire ung greez en deux volumes en parchemin, bien nothé et six lignes en chacune payée (2) du volume, tel et semblable ou meilleur qui! a baiUé le patron ausd. du chappitre, signé du d. juré et du d. Gentil. Et pour chacun cayer qui contiendra huit foulletz, seront tenuz tes d. vénérables paier et bailler au d. Gentil, la somme de vingt soly tournoyz paiable asavoir en baillant et rendant par le d. Gentil deux cayers parfaitz luy sera payé seullement vings solz tourn., qui est la moitié du pria, et continuer le paiement jusques à la perfection des d. deux volumes, et les d. volumes parfaitz selon ce d. marché, les d. vénérables seront tenuz paier au d. Gentil à la raison de vingt solz tourn. pour chacun cayer. Pour lequel faire et parfaire seront tenuz les d. vénéraMes fournir et bailler au dyt Gentil. le parchemin; lequel Gentil sera tenu faire les cadeaux (3) convenables es d. cayers, garny de feullage et visages et rem(1) Graduel, V. Lacurne de Ste-Pallaye aux mots Grael, Gréel.

(2) Pour pagée, ce que doit contenir une page.

(3) « Grands traits de plume fors et hardis dont les maîtres écrivains ornent leurs écritures. Lettres ornées de traits superflus. Ménage dérive ce mot du latin catme. Il vient peut-être de capitale ». (Lacurne de Ste-Pallaye). Voir dans ce même auteur les mots cadelé cadeler, cadeleure.


pliz d'azu (azur) derozeteetsaffran en la meilleure forme que' faire se pourra, et intitulé de vermillon les messes et autres choses nécessaires au d. greez. Lequel le d. Gentil sera tenu et a promis rendre fait et parfait comme dit est selon'te d. patron du volume dessus d., ou mieulx. Réservé quil ne sera tenu icelluy enluminer, ne faire les vignetes et relieuse (reliure). Car ainsi, etc., promettant, etc., obligeant, etc., renonoeant, etc. Présens à ce Me. Jehan Lebeuf, prebstre et Francoys Sayot, clerc, demeurans à Aucerre

(E.480)

15 Décembre 15M. Auxerre. Marché pour dorer la croix de plomb qui sera mise sur la chapelle des Vertus près la tour de la cathédrale. Par ce marché, Germain Michel (1), peintre ,à Auxerre, s'engage envers le chapitre d'Auxerre, représenté par MM. Scipion de Pourpincourt, trésorier, Jean du Broc et Jean Board, chanoines, à « dourer et peindre la croix de plomb qui se mettra sur la chappelle de Nostre Dame des Vertus, édiffiée de nouvel près leglise St Etienne du d. Aucerre, assavoir les cresses (crosses) et fleurons de fin or, la croix avec le champ des d. branches de fin aru (azur), ensemble la grosse pomme de dessoubz, laquelle il sera tenu de dourer de fin or avec les anrichissemens, et le champ de la d. pomme de fin arru, ensemble huit grands coronnemans desquelz les fleurs de lys esmo)ues(et moulures?) serontdourée donner, et le champ de fain aru. Toute ta besongne en riche et fin vermillon là où il en appartiendra quil sera. Le tout bien et deuement faire a dict de gens ouvriers à ce cognoissans, et la rendre faicte et parfaicte dedans le jour des Roys prouchain venant, moyennant la somme de cinquante livres t. surquoy le d. Michel a confessé avoir receu la somme de vingt livres t. et le reste luy sera paié la d. besongne faicte et parfaicte.. Et a esté accordé que si les d. sieurs de chappitre veullent faire des rayons de soleil commençant au pied de la croix dembas et descendant sur le dome, le d. Michel a promis le dourer de fin or, le tout à huille, fournissant par le d. Michel toutes les estouffes pour ce faire. Car ainsi, etc., etc.

(E. 500)

15 Mai 1565. Auxerre. Marché pour confection de verrières à la chapelle Notre-Dame-des-Vertus.

« Le xt[" jour de may, lan mil cinq cens soixante cinq, comparut en sa personne, Guillaume Cornille, pinctre et verrier, demeurant à Aucerre, lequel cognut et confessa avoir marchandé à Messieurs les vénérables doyen, chanoines et chappitre de leglise Sainet Estienne dAucerre, stipulants par vénérables et scientifiques personnes M" Scipion de Pourpin-.cort, thresaurier, Pierre du Broc et Jehan Board, chanoines dicelle eglise,

(1) Ce Germain Michel est le f"meux peintre-verrier qui fit en 1524 la rosace du portail occidental de la cathédrale, etc., etc.


TtRÉS D'ANCtENNËS MINUTES. 235 antz, suyvant la conotusioncnppitutau'o de faire et par les verrières des deux frrands formes avec les deux

présent et acceptantz, suyvant la conelusion cappitulairo de faire et par faire de son estat les verrières des deux grands formes avec les deux petites, qui sont de costé et daultre en la chappelle Nostre Dame nouvellement édiffiée près leglise du d. Sainct Estienne dAucerre, selon les portraictz et divis qui par luy ont esté faictz des d. verrières, que le d. Cornoalle a mis es mains des d. vénérables. Lesquelles verrières le dict Cornaille a promis et sera tenu bien et douement faire, parfaire ft n's<jor, a diet de gens adce ce cognoissans, fournissant par le d. Cornaille tout ce quil conviendra pour ce faire, hormis la ferrure que les d. venorabtes seront tenuz de fournir et ce dedans la Sainct Remy prouchenemant venant. Et moyennant la somme de douze vingtz cinq livres tournoiz (245) sur quoy le d. Cornoille confesse avoir eu et receu des d. vénérables la somme de cent livres tournoyz, dont il se tient pour contant et le reste les d. vénérables ont, promis luy paier en besongnant et faisant la d. besongne pro rata. Et a esté accordé que si les d. vénérables veullent mettre aultres histoires es d. verrières que ceulx déclarez es d. divis et portraitz cy dessus, faire le pourront, que le d. Cornaille a promis faire au lieu dicelles, sans que luy en soyt aulcune chose davantage payé, synon la somme sus d. Car ainsy, etc. (1) ».

(E.500)

11 Février t565. Auxerre. Marché pour la confection du châssis des deux verrières de la chapelle Notre-Dame-des-Vertus près la cathédrale.

< Le unziesme jour de febvrier lan mil cinq cens soixante cinq, comparut en sa personne Gilles Massé, tasseur en fil d'archet et hostellier, demeurant à Monestau, et Jehan Baudyn, tourneur, demeurant à Aucerre, lesquels, etc. cognurent et confessèrent avoir marchandé à MM. les vénérables doyen et chanoines du chappitre de t'égtise Sainet Estienne d'Auoerro de (hernier ou hervier?) et lasser de fil de toton les deux verrières estans en la chappelle Nostre Dame des Vertus, du oosté de la maison canoniale de Me Jehan Portier et celle du portait de devant la d. chappelle. Laquelle besongne il a promis faire de quatorze mailles lasseez au pied, tant en long que en quarré, et le fil darchet de téion et de leschantillon à luy exhibé présentement en la présence du juré et tesmoings soubzcripts, en ung petit modelle quarré dun pied ou environ, que les parties mont requis paraphé ne varietur; et icelles rendre faicte et parfaiete bien et deuement a dict de gens ad ce cognoisans, en fournissant par les d. Massé et et Baudoyn tout le fil darchet quit conviendra avoir pour ce faireles d. verrières, le fert en concordance, le jour do Pasques fleuries prochainement venant, moyennant la somme do cin quante livres tournoys. Et en ce faisant est comparu en sa personne Guillaume Cornitto(~M) (2), peinctre Aucorre, lequel a certifié les d. (1) Le peintre signe Cornouaille.

(2) H s'agit assurément des verrières que G. Cornouaille avait entrepris de peindre par marché du 12 mai précédent.


Massé et Raudom estre suffisants et capables pour satisfaire au contenu du présent marché. Car ainsi, etc. »

(E. 390)

14 décembre J568. Auxerre. Marché pour la fonte de trois grosses cloches pour la cathédrale.

Par ce marché, Jean et Nicolas Duboys « marchants fondeurs de c)oehcs x à Huittecourt, duché de Bar, s'engagent envers le chapitre d'Auxerre, représenté par MM. Laurent Petitfou, grand archidiacre, Edme Thévenon, chantre, Pierre du Broc et Pierre de Beaulieu, chanoines, à <t faire et parfaire bien et deuement à diet de musiciens, organistes, fondeurs et gens ad ce cognoissans, troys cloches; lune de la pesanteur de unze à douze milliers, laquelle ils seront tenuz proporsionner do telle sorte et façon quelle puisse estre montée et sonner au lieu où soulloyt estre antiennement la grosso cloche, et que )axeau qui soulloyt servir ta d. grosse cloche puisse servir et estre commodé à la d. grosse cloche. Laquelle ils seront tenuz faire bien sonnant, concordant et servant de la notte de ut. Et tes deux aultres au dessus servant lune de sol et laultre de la, de sorte que cy après on en puisse cy après fondre troys aultres propres et commodes de mi, fa lune dicelle deux douches de pesanteur de (blanc à l'original) et tauttre de (blanc).

Lesquelles troys cloches iceulx fondeurs, ung chacun deulx seul et pour le tout, renonçans au bénéfice de division et discution, seront tenuz et ont promis faire et parfaire bien et deuement comme dict est, bien aocorddante, observant le diapason et aultres sons à ce requis pour laccord dicelles, et les fondre à deux diverses foys, rendre la plus grosse et première faicte et parfaicte dedans dhuy en deux moys et demy au plus tard. Fournissant toutesfoys par les d. fondeurs tout ce quil conviendra et sera de nécessité, tant pour les mosles, fontes, que aultres estouffes, jusques à la perfection dicelle, au reste toutesfoys le mestal que les d. de chappitre seront tenuz fournir jusques à la quantité dessus d. et decheuste dicelle que les d. fondeurs ne seront tenuz porter. Et besongner aux deux aultres incontinant et par après, sans aulcune disoontinuation jusques à la perfection dicelles, et sans ce quilz puissent besongner à auttre oeuvre ny besongne que à celles cy dessus jusques [à ce que] tes d. troys cloches soient parfaictes. Et où elles ne seroient deuement faictes comme dict est, iceulx fondeurs ont promis et seront tenuz, se bon semble aus d. sieurs, les refondre à leurs despens, et ce sans délay ny discontinuation, et à toute dilligenee après que la faculté aura esté approuvée, à peine de tous despens, dommages et intérestz et sans en demander aulcune récompense ausd. de chappitre, lesquels ne seront pour ce tenuz. Et pour icelles cloches faire ont promis lesd. de chappitre fournir la place aus d. fondeurs, qui est le pressouer qui leur a esté monstre, dont ils sen trouvent contans. Aussi, les d. de chappitre leur ont permis et permectent prendre es ruynes de leurs maisons abatuez, sans riens discomodor ny desmolir, thuilleaux, quarreau et menues pierres pour


ayder à faire ieur fourneau, ensomble do la terre rouge que les d. fondeurs feront tirer à tours despens pour ce qui leur en fauldra à faire ieur d. fourneau et mos)os, à tendroiot où on a esté cy devant tirer pour lad. église, et sans incommoder la place. Et après icelles cloches fuictes et netoyez, ayderont iceulx fondeurs, de leur peine et taheur pour les tirer et charroyer jusques en tégtise et tour dicelle. Et ce moyennant la somme de troys cents vingt cinq livres t. que les d. de chappitre ont promis et seront tenuz leur paier, scavoir la moictié quand ilz auront rendu la d. première grosse, sonnant comme diet est, et estre receuo à dict do gens ad ce cognoissans, et le surplus et parpayement quand ilz auront faiot le semblable des d. deux dernières. A esté accorde que les d. fondeurs ne auront ni prandi'ont aulcune chose au mestal ny cendres qui resteront des d. fontes, synon ce quilz dient estre te droit des vartotz qui sont les souppireaux des ances des d. clouches pour lequel droict demeure & ioption desd. de chappitre, bailler pour icelluy deux escuz sot ausd. varletzs ou bien teur !aisser les d. souppireaux. Et au cas qui leur soyt aydé de quelques pièces de boys par lesd. de chappitre, ilz seront tenuz le rendre ausd. de chappitre sans aulcuno dyminutiou ni dégast. Car ainsi, etc » N

(Les deux Duboys ont signé à l'acte).

(E. 500)

158l. Auxerre. Entretien des verrières de la cathédrale.

Marché par lequel Jean et Pierre Cornouaille, peintres-verriers à Auxerre, s'engagent envers le chapitre cathédrat à entretenir les verrières de leur église « selon les coleurs des verrières, de plomp, piastre et des aultres choses nécessaires pour lentretenement dicelles », pour le prix do dO écus d'or soleil par an.

Le marché ne comporte pas de durée déterminée, mais ils promettent de « faire et continuer tant quil plaira ausd. sieurs de chappistre. e (E. 500)

15 Juin 1622. Auxerre. Marché pour faire un crucifix en bois

de 7 pieds et demi à 8 pieds de haut pour la cathédrale.

Isaac Gillet « seulteur architecte à Auxerre e, s'engage envers M. Madelain Julien, chanoine d'Auxerre, t présent et acceptant à faire pour mettre et poser en léglise St Estienne, ung ymage de crucifix en bois, qui sera de haulteur de sept piedz et demy à huit piedz, et de la mesme tongueur quest la pièce de bois qui est à présent au cimetière aux clorez de la d. église, que le d. Gillet a dict avoir veue, sans quil en puisse rongner aulcune chose, et laquelle il fera servir pour faire led. ymage. Et en cas quil y aie en quelques endroictz dicelle pièce, faulte de bois pour parvenir à son dessain parfaitement bien proportionné, sera tenu y en applicquer comme la besongne le requerra et bien joindre; faire icelluy ymage bien proportionné selon la grandeur de la pièce de bois qui luy est fournie par


le. d. sieur Julien, à laquelle il sera tenu adjouster et fournir les bras qui seront de bois de noier ou aultre bois, tel quil cognoistra bon et convenable, et iceulx bien joindre, icelluy garnir de diadesme et coronne despines quil ajoustora outtre la d. pièce de bois, qui seront aussy bieu joincts avec la d. pièce de bois pour mettre le tiltre, et de mesme façon et portraict que le modolle qui en a esté fait en piastre par le d. Gillet, estant en la possession du J. Julien, qui pour cest effect sera délivré au d. Gillet en la chappelle du d. cimetière aux clerez, en taqueUe il sera tenu faire le d. ymage, lequel modelle demeurera au d. Gillet. Et icelluy faict, sera tenu assister à icelluy poser sur la pièce de bois creux que le d. sieur Julien fera faire, et y apporter et donner son advis pour y estre bien posé. Et faire icelluy ymage bien proportionné selon la grandeur de la d. pièce de bois et modelle, et oien et deuement a dict de personnes ad ce cognoissans, dans le jour de Pasques prochain, moyennant la somme de six vingt quinze livres t. (135 t. t.) ».

(E. 500)

1633. Auxerre. – Entretien des verrières de la cathédrale.

Acte par lequel Etienne Ducourroy, peintre et vitrier à Auxerro, s'engage à entretenir les verrières de' la cathédrale pendant 9 ans, moyennant 50 1.1. par an (1). (E. 500)

25 Juin 1615. Auxerre. Marché pour une tombe et une épitaphe avec personnages. (Chapelle Notre-Dame-des-Vertus, prés la tour Saint-Etienne.) Noet Marie, sculpteur à Auxerre, s'engage envers dame Anne de Moroge, veuve de haut et puissant seigneur M. Léon de Chastellux, seigneur d'Avigneau, etc., demeurant au dit Auxerre, la dite dame de Moroge ci-devant dame chanoinesse de Remiremont, présente, de faire « une épitaphe de pierre de Bailly, bonne, toyatie et marchande, d'haulteur de neuf piedz et de largeur de cinq piedz par la hurne, suivant et conformément au desseing qui en a esté faict, signé des parties et notaires soussignez, outre lequel desseing y aura encore aux costez dicelluy deux images de mesme pierre, d'haulteur do trois pieds y compris la plainte et le pied destail, qui seront les représentations de la Sainte-Vierge, de la Conception et saint Romaric abbé au milieu de laquelle épitaphe y aura un marbre noir d'haulteur de quatre pieds et de largeur de deux pieds neuf poulces, sur lequel marbre le dit Marie sera tenu de graver en lettres d'or, de lettres d'haulteur de dix lignes et dun poulce sy faire se peut, telle quelle luy sera donnée par la d. dame, et qui contiendra depuis sept jusques à neuf cent lettres.

(1) Il n'a pas <!ni son bail, car en 1639 le chapitre en consent pour un an l'entretien à Fiançois Cabasson, pour te même prix de 50 1. Seulement, dans ce dernier acte les verrières de la chapelle Notre-Dame-des-Vertus sont comprises.


TtRÉS D'ANCIENNES MINUTE~. 239 ~'e une tombe de pierre grise de mesme longueur et largeur M. traHorier Lemuet a fait noser en )'ee'tiso cathédralle

<( Plus mettre une tombe de pierre grise de mesme longueur et largeur que celle que M. le trésorier Lemuet a fait poser en l'eglise cathédralle Saint-Estienne du d. Auxerre, et de mesme pierre que celle du d. sieur Lemuet; gravera sur icelle de trois à quatre cent lettres telles que les luy donnera la d. dame et encore gravera les armes du d. seigneur et dame d'A vigneau, poser encore les mesmes armes dans la d. épitaphe, dans le blazon représenté dans le d. desseing. Mectre et poser la dicte épitapho dans la chappelle de Notre Dame des Vertus, à l'endroiet qui luy sera monstre, aussy bien et deuement avec tout le fort nécessaire, en telle sorte que le pan ne soit endommagé, et que la d. épitaphe soit vallablement soustenue. Et pour la tombe, la posera à l'endroict qui luy sera monstre et est le diet desseing demeuré es mains du d. Marye qui le représentera touttesfois et quantes. Et faire la d. besongno et rendre icelle parfaicte et en place soavoir la tombe dans un mois prochain et l'épitaphe dans le jour de Toussainct ensuivant; fournissant le dit Marye touttes estoffes. Et ce moyennant la somme de cent quatre vingts livres, que lad. dame s oblige à payer <t d. Marye en quatre payemens osgaux. » Acte signé A. de Moroge.

(E. 600)

16 Juillet 1576. Auxerre. Confection d'un antiphonaire pour l'église Saint-Mamert.

Marché par lequel Jean Guillebert « escripvain à Auxerre, s'engage envers les procureurs de la fabrique de l'église Saint-Mamert d'Auxerre, « à faire et parachever ung anthiponier selon quil est ja encommencé par le d. Guillebert, et de telles nottes qui est le d. encommancement qui est demeuré ès mains du d. Guillebert, pour icelluy parachever; le d. Guillebert n promis faire do bon velayn, et le rendre faict dedans dhuy en ung an prochain. Et ce moyennant la somme de quarante cinq solz tournoiz pour chacun cayé » à payer au fur et à mesure du travail. (E. 401)

14 Novembre 158&. Auxerre. Marché d'un crucifiement à Saint Pélerin (1). Pierre Hubert, dit Ducrez, maître imageur à Auxerre <ta promis à honorable homme Estienne Naudon, marchant, demeurant à Aucerre, présent et acceptant, de luy faire de son estat, un cruoifiment de bois, de longueur de cinq piedz avec les quatre évangétistes et troys fleu de lis, garny de lymage Nostre Dame, saint Jehan, la Magdeleyne et Longin, au pied de la croix, de haulteur chaseun ymage, scavoir le d. Longin à chevet, de haulteur de quatre piedz et demy et les aultres ymages de haulteur que la besogne le requère.

< Et ce faiot, pindre les d. ymages de telle colleurs que Ion a accostume, (1) M. Quantin n'en dit que ces mots bien imafSsants < Pierre Hubert, dit Ducrez, maître imageur à Auxerre, taille pour saint Pèlerin un crucifiement de bois (1588) !), (Bulletin de la Sac. des .Se., 1818, p. 480).


et à tentour de leurs vestements ugne borduse dor, le tout pint en huille et de coleurs vifves, et rendra le tout dressé et faict bien et deuement a dict de gens, en tégtise Saint-Péterin.au lieu qui lui a esté monstré, dans ce jour de caresme prenant prochain. Et fornyr toutes estouffes par le d. Hubert quit convient pour ce faire, fors les attaches de fert qu'il conviendra, que le d. Naudon fornira. Et ce moyennant la somme de dix escuz sol que le d. Naudon a promis payer, savoir la m<'ity6 dans Noël prochain et laultre moityé le d. crucifiement estant dressé. Moyennant ce que dsssus, le d. Hubert sera tenu dorer une croix de saint André, etc. etc. »

(E. 500)

3 Janvier 1692. Marché pour la dorure de la grille de fer de l'église Saint-Pére-en-Vattée.

Charles Fiévé, peintre à Auxerre, s'engage envers tes fabriciens de Saint-Père-en-Vattée, < fondés de conclusion de tous les habitans de la paroisse » de « dorer dor en feuille aplicque en huille à deux couches, une jaulne et une rouge, laquelle dorure sapelle communément ormatte [or mat], les ornements do la grille de fert qui est dans la dite église comme il suit sest assavoir que tous les liens, rouleaux et ornement, léguallement tout ce qui compose de la dite grille, à la réserve seullement des barreaux et platte bande de la dite grille. et le crucifix, bien et deuement à dire de gens à ce connoissans, à condition par les d. sieurs fabriciens de fournir tout tor quil conviendra pour la perfection des d. ouvrages. Et outtre ce, moiennant pour la fasson des d ouvrages et les deux couches quil doit aplicquer avant tor, la somme de quarante livres, etc. été. »

(E.500)

17 Juillet 1590. Auxerre. Construction d'une verrière au-dessus du grand autel de l'église Saint-Pierre-en-Château.

Pierre Cornouaille, vitrier à Auxerre, s'engage à faire pour l'église StPierre-en-Château, « une vistre dessus le grand autel ducoustédotimage sainct Paul, et en icelle vistre peindre quattre istoires de sainct Paul telles que semblera aux d. procureurs (Jacques Barré et Michel Disson) et icelle vistre faire de telle largeur et grandeur quit conviendra, et selon la massonnerie qui est faiete, et ce de telle peinture et en telles couleurs quil conviendra et selon que la besongne le requiéra, et icelle rendre faiete, pprfaicte et plantée dansle jour de Toussainctz prochain venant fournissant le d. Cornaille les verrez, plomb et autres estouffes quil conviendra. Et ce moiennant la somme de dix sept escuz sol, etc. »

(E. 42'7)


23 Octobre 1565. Auxerre. Construction de la verrière du grand portail de Saint-Regnobert (1).

Marché par lequel Germain Michel, peintre à Auxerre (2) s'engage à faire « de son mestier de verrier » pour le compte de Anne Michel, veuve Mathurin Breton, en exécution du testament de son mari, la grande verrière au-dessus du grand portait de l'église Saint-Regnobert, « de la longueur et largeur quelle doibt estre et selon qua la besogne le requiert, de verre bon et convenable et en laquelle verrière telle quelle est ey dessus, le dict Germain Michel a promis y mectro et asseoir la vye monsieur Sainet-Renobert par ystoires et personnages, de bonne paincture loyalle et non vyciée,en huict histoires. Et le reste dicelle, horsmis les d. histoires, remplir le verre de paincture et hystoires selon. la grandeur dicelle verrière. Et à la charge que le dict Michel a promis et sera tenu mectre et insculpé, au dessoubz dicelle verrière, tes armoizies du dict deffunct Breton et sa dicte vefve, dont le dict Michel a dit sçavoir la forme des dictes armoizies; fournir par icelluy Michel les eschaffault, etc. etc. Et ce moyennant la somme de 250 livres t. La verrière devra être terminée pour Pâques d566.

( E. 500j

Octobre 1565. Auxerre. Construction de la grande porte de t'égtise Saint-Regnobert.

Marché par lequel Edmond Chaumet, menuisier à Auxerre, s'engage à faire pour Anne Michel, veuve Mathurin Breton, en exécution de testament de son mari, « la grande porte estant sur le devant de léglise SainetRegnobert, de bois de chesne et carrée par le dedans, largeur, longueur, épesseur selon la mesure prise par le dit Chaumet, et en icelle porte mectre et mscutpé les armoizies du dict deffunet Breton et de la dicte Anne Michel. Et oultre, de faire ouverture à la d. porte dun guychet à lune des moictyés de la d. porte, de haulteur et largeur compectantes, du cousté du presbytaire, etc. Et ce moyennant le pris et somme de soixante livres tournois, etc. »

(E. 500)

(1) M. Quantin, dans son article de 1848, ne parle pas de ce marché. (2) Ce Germain Michel était un verrier de talent. 11 est fauteur de la rose du portai! nord du transept de la cathédrale d'Auxerre, que l'on admire encore aujourd'hui.

M. Quantin, en le citant dans son article inséré au Bulletin de la Soc. des Se. de 1848, dit « qu'il travaillait encore en 1561 et dora la croix de plomb de la chapelle Notre Dame des Vertus, nouvellement reconstruite ».

On voit par le marché ci-dessus qu'il exerçait encore l'année suivante. Sa signature tremblée et indécise au bas de ce marché, dont nous donnerons un fac-gimile dans un chapitre spécial, parait être l'écriture d'un vieittard. Il n'était pourtant pas encore très âgé en 1565, puisqu'on 1516, il donne quittance de son compte de tutelle,


15 Décembre 1603. Auxerre. Verrière do la chapelle Saint-Martin, en l'église Saint-Regnobert.

« Comparut en personne, Claude Ducoroy, vitrier demeurant à Aucerre, lequel a marchandé et promis à bon. homme Me Henry Marie, procureur au bailliage d'Aucerre présent et acceptant, de faire de son estat, ta vistro de la chappelle Sainct-Martin de lesglise Sainct-Renobert d'Aucerre, suivant les meneaux et remplaige qui y seront faictz faire icelle de verre blanc tel et semblable que la vistre de la chapelle de noble homme Me Laurent Petitfou en la d. esgtise, quit a dict avoir veue. Y faire des bordaiges de colleurs telz et semblables que sontz les bordaiges de la vistre du d. Sgr Petitfou faire au millien de la d. vistre ung ymage de saint Henry, de haulteur de trois piedz et demy de roy faire icelluy en couleurs vives, moctre à chacun des coustez du d. ymaige une armoirie et escusson garniz d'un compartiment ou chappeau de triomphe à lentour telles armoiries que le d. Marie y vouldra mectre laisser une table dattente au dessoubz du d. ymaige pour y escripre ce que bon samblera au d. Marie, et le tout faire bien et deuement à dict douvriers et gens ad ce cognoissans et rendre faict dans le jour Saint-Thomas prochain venant fournissant par icelluy Ducoroy le d. verre, plomb et aultres estouffes de son estat, et icelle vistre attacher en la d. place. Et ce moiennant la somme de vingt huict livres t. Le dit Ducoroy a dict ne savoir signer ».

(E. 434)

15 Septembre 1676. Auxerre. Marché pour la fonte de cinq cloches de l'abbaye Saint-Germain.

Marché par lequel Claude Croissant, fondeur de cloches à St-Thibaulten-Lorratne, s'engage à fondre, en un mois sans discontinuer et dans la cour de l'abbaye, 4 cloches « sonnantes et accordantes x de la pesanteur du métal qui lui sera délivré par l'abbaye, plus une 5e qui est de présent au clocher du d. Saint-Germain non accordantes avec les aultres quattre cloches moyennant la somme de 70 1. t. It devra les livrer sous le clocher de Saint-Germain. ))

Dans le cas où il y aurait insuffisance de métal, l'abbaye devra lui en procurer du semblable, ou lui payer 5 s. t. par livre si elle le charge de fournir le complément. (E.600)

1891. Auxerre. Réparation des verrières de t'église de l'abbaye de St-Germain. Marché par lequel Pierre Cornouaille, peintre à Auxerre, s'engage à réparer les c vistres » du chœur et de la nef de t'église de Saint-Germain, pour la somme de 10 écus d'or soleil.

Il devra les refaire de « telles peintures, couleurs et ymages quil conviendra et fournira tous les matériaux ou produits.

(E. 500)


24 Mars 1618. Auxerre. Accord entre l'abbé de Saint-Germain d'Auxerre et Sidrach Petit, maître menuisier au dit lieu, au sujet de la confection de chaises (stalles) dans l'église Saint-Germain, dont le marché remonte au 10 décembre 1613. Le 24° jour de mars 1618. « Lesquelles parties, mesmes le d. seigneur a dict cestre ce jourd'hui transporté au lieu ou le d. Petit fait les chaises par luy marchandées au d. seigneur, par contract passé par devant le juré soubzsigné le dixiesme décembre lan mil six cens treize, veu et visité les d. chaises et ce qui est dicelles, et les bosongnes que le d. Petit a faictes oultre le d. marché, que pour raison d'icelluy, accorde comme ensuit, assavoir que le d. Petit a promis et sera tenu planter et mettre la cloison porté par le d. marché, en long de leglise, depuis le pillier où est a présent le siège du d. seigneur jusques à lautel sainet Pavas en dedans la nef. Et oultre faire une telle et semblable cloison et fermeture que selle cy dessus, laquelle il sera tenu poser et mettre en la mesme forme que la sus dicte, depuis le pillier qui est vis à vis du d. siège jusques à lautel sainct Philibert, et ensorte que les d. deux autelz soient hors les d. cloisons. Plus sera tenu faire une porte convenable et en la mesme forme que les d. cloisons, pour fermer le cueur entre les chaises du cousté de la grande porte de la d. égtise fournira toutes les ferrures quil conviendra tant pour les d. elosture que porte, et tout ce qui y sera nécessaire, à réserve des serrures qui seront fournies par le d. seigneur. Et le tout poser en leur lieu et place, ensemble les d. chaises le plus tost que faire ce pourra et pour en récompencer de ce que dessus ensemble de ce quit poult avoir faict aus dictes chaises, oultre ce qui est porté par le d. marché cy dessus, luy a accordé la somme de trois cens livres t., laquelle somme lui sera paiée avec les d. chaises, cloisons et porte estant dressées desquelles chaises il sera paié à raison de vingt trois pour chascun cousté, sauf à desduire ce quil a receu sur icelles et encoures sera paié de la cloison portée par le d. marché à raison de deux chaises pour icelle (1)

(E. 500)

25 Janvier 1642. – Chevannes. Marché à façon de la construction de deux cloisons en maçonnerie dans t'égUse.

Laurent Pernot et Jean Dutartre, maîtres maçons à Auxerre, s'engagent envers André Laligne également maître maçon au dit lieu, « faire et construire en lesglise de Chevannes, doux cloisons, l'une devant le

(1) C'est-à-dire qu'il recevra pour ta cloison, le prix de deux stattes. Malheureusement le marché de 1613 qui ferait connaître les conditions et les prix n'a pu être retrouvé. Mais un acte du 28 janvier 1620 inséré en marge de l'accord ci-dessus nous apprend que le sieur Petit a reçu pour les travaux la somme de 4.620 1. (environ S3.000 fr. de notre monnaie d'après Leber), & dont il se tient pour content », et que l'abbé Octave de Bellegarde reconnaît que ces travaux ont été « receus pour bien et deuement fait~ t.


coour de la d. esglise et tautre au costé de la nef des basses chappelles, le *t~tn~t)~o~tt; atû~îtfant)~.c'rtt)n~f)t<v<rïp'anrfht~p.tn)'ftR-da

coour de la d. esglise et fautre au costo de ta net des nasses cnappenes, ta tout suivant le desseing.et suivant les paneaux des architectures, de toute la besongne que le d. Latigne sera tenu, à la réserve toutesfois des ornements, cottonnes, chappitoaux et figures, auxquelles ils ne seront tenus faire aulcune chose, ains seullement descarir seize des d. collonnes préparées à mettre sur le tout, et les basses (bases) des d. collonnes garnies d'architectures, et faire toutes les d. besongnos. à la descharge du d. Latigne. Fournissant par le d. Laligne toute mathières en place. Ce marché est fait moyennant la somme de 90 t. t.

(E. 501)

26 Janvier 1612. Chevannes. Marché à façon des sculptures

de deux cloisons en l'église de Chevannes.

Lambert François, sculpteur à Auxerre, s'engage envers André Laligne, maître maçon à Auxerre, d faire et fasonner tous.les ornements et scuttures qui sont portés au desseing (1). à faire dans lesglise de Chevannes tournerles coullonnes quil convient mettre ausd. cloisons,lesquelles coullonnes seront escaries et mises à pants par icelluy Laligne; ensemble escarir toutes les aultres pierres quit conviendra pour faire les d. ornements et souttures, et toutes préparées à esbauche pour faire icelle scutture. Le tout bien et deuement. et à la descharge du d. Laligne. Fournissant par icelluy Laligne les pierres en place ».

Ce marché est consenti pour la somme de 45 t. t. (2).

(E. 501)

1508. Dracy.

Règlement de compte entre les fabriciens et Pierre Durant, fondeur de cloches à Auxerre, qui a fondu pour cette paroisse une cloche pesant 800 livres pour te prix de 140 1. 15 s. t.

(E. 601)

1485. Escamps.

Vente par les procureurs de la fabrique de t'égtise, autorisés par Me Jean Odry, grand archidiacre et official d'Auxerre, à Georges Rappin, du dit lieu, d'une pièce de 3 arpents de terre, située sur le territoire du dit Escamps, pour en employer le produit (12 t. 10 s 10 d. t.) « à la plus grosse cloche dicelle égtise ».

(E. 370)

2 Septembre 1511. Fontenay-sous-Fouronnes. Marché pour construire une contre-table d'autel contenant un crucifiement.

MaMres Humbert Btezeau et Guyon Thubé, maçons à Auxerre, s'enga-

(1) Ce dessin soumis à l'artiste est cause que l'acte ne contient aucune description des ecutptures à faire.

(2) L'acte porte que le sculpteur <: a diet ne savoir signer de ce requis ».


gent à faire pour le compte de Me Adrien Boyvinet, chanoine d'Auxerro (et sans doute curé de la paroisse en question) « une contre-table dautet en laquelle sera faict ung crucifiment, Nostre Dame, sainct Jehan et la Magdeleine, et ung priant, à demye taille (1) Laquelle contre-table sera de longueur do sept piedz, en ce comprins la maçonnerie, et de haulteur de quatre piedz, en ce comprinz aussi la maçonnerie. moyennant trente livres tournois n. Ce travail qui se fera à Auxorro, sera transporté à Fontenay aux frais du sieur Boyvinet,quisera obligé de payer les x dépenses de bouche des ouvriers qui iront la placer dans léglise.

(E. 501)

8 Février 1524. Gy-t'Evêque. Marché à façon d'une croix d'argent pour la fabrique de l'église.

Etienne Calart, orfèvre à Auxerre, s'engage envers les fabriciens et paroissiens de Gy-l'Evèque à faire et parfaire de son mestier dorfèvre, une croix d'argent montée sur boys, de la façon de la croix faicte du d. mestier, en leglise St Amatre)ez Aucerre. et de laultre part du crucifix, faire lymage de 8t Faute (2) esmaillé, et les autres quatre ymages telz quit leur plaira diviser et bailler au d. Calart, et asseoir les pierres (3) de ta vielle croix ou it les fauldra mectre. Quant au crucifix, le faire plus gros que celluy do la d. croix St Amatre, et ta rendre faicte et parfaicte do ta d. façon. Ce présent marché faict moyennant la somme de xm t. t. sur laquelle besongne et pour icelle faire, le d. Catart a confessé avoir receu des d. procureurs de la fabrico quatre marcz une once dargent, provenant do la vielle croix. Et ou faudrait plus dargent, les dessus d. seront tenuz fournir largent et doruze quit fauldra ".Cotas Guiart, eiergiot' à Auxerre se constitue pleige du d. Catart.

(E.60J)

1" Avril 1505. Mézittes. Fonte de éloches pour la paroisse.

« Furent présens en leurs personnes Jehan Grenon et Pierre Berger, demeurant en la parroisse de Mézittes, lesquelz ont confessé devoir à Pierre Durant, fondeur, à ce présent, la somme de six vingts dix livres (130 L) tournoiz, de reste de plus grande somme, pour vente et délivrance dun millier de métal à faire clouches. Si comme, etc., etc. x. Acte suivant

« Ce dit jour, présens les dessus ditz, le dit Durant a pleigé (cautionné) Me Estienne Faverot, fondeur, demeurant à Hulliercourt en Bassigny, ou diocèse de Tour en Tourrene, de la façon de la clouche quil a marchandé aux debteurs dessus nommez, ou cas quit en vienne aucune faulte, et jus-

(1) Les personnages moitié grandeur naturelle.

(2) St-Phal, t'égtise de Gy-t'Evêqneest sous le vocable de ce saint. (3) Il serait intéressant de connaître ces pierres précieuses.


ques à demy cent de matière de métat. lequel fondeur a promis de rendre indempno le dit Durant de tous pertes et dommages. Car ainsi, etc., etc. (E~5)

20 Avrit 1528. Saint-Germain-des-Champs. Marché de peintures dans l'église.

« Lan mil cinq cens et vingt huy le xxe jour du moys de apvril, comparurent en leurs personnes au lieu de Sainet Germain des Champs, honorables hommes Nycoliis Godin et Huguet Cheurat,. procureurs de la parroiche de Sainet Germain des Champs, dune part et maistre Guillaume de Beautfort, demeurant à présent à Liste [sur Serein], d'aultre part. Lesqueulx ont faict les marchandise entre eulx en la manière qui! sensuyt, cest assavoir Que le d. maistre Guillaume sera tenuz de faire au tableaut devant le grand aultez, les douze apostres avec Nostre Seigneur qui sera au milieux des d. apostre, de bonne couleur licite et raisonnable au dit douvriez. Item en (sic) le d. maistre faire au voultes de lesglise de Sainet Germain, la Maiestez avec les quatre évangélistes. Et ce pour le pris et somme de six fr. et demy monnoye ocrant. Et doit faire le d. maistre, le ovraige deans la sainct Franchiz prouchainement venant, et les d. procureurs pairons le d. argent par ratai (prorata), selon que la besongne se faira. Promectans, etc., obligeans, etc., renonceans, etc. Présens, maistre Claude Perrin et Jehan Gym, tesmoings adce requiz et appeliez (1). (E.462)

21 Mai 1574. Seignelay. Confection d'un antiphonaire.

t Comparut en sa personne honnorable homme M. Jehan Guillebert, escripvain, demeurant à Aucerre, lequel a promis et promect à vénerabta et discrête personne Me Jehan Bohon, prostré, curé de Seignelay, présent et acceptant, de faire ung antiphonier contenant toute lannée suyvant lusaige dAucerre, de pareille et semblable grandeur quii est ja encommancé par le d. Guillebert, enparchemain vellain, bon, loyal et marchant. Icelluy rellié en deux volumes, ainsi que le besongne le requiert; y mettre toutes les matynes des festes solempnelles, comme on a accostume aux eglises parrochialles dAucerre, avec les ygnes (Hymnes), festes faisables et auitres festes doubles, avec deux commungs, scavoir premieres et secondes vespres tant des festes doubles que des d. commungs, faire et remplir les cadeaux, tourner les grandes lectres de vermillon; laquelle besongne le d. Guillebert a promis et sera tenu bien et deuement faire a diet de gens ad ce cognoissans, et la rendre faicte a scavoir le temps divert, dedans le jour de StAndré prouchain venant, et le temps desté, dedans (1) Cet acte porte en tous sens des traits à l'encre qui semblent indiquer que le marché n'a pas été exécuté. M n'est donné qu'à titre de curiosité, d'autant plus que de 1868 à 1870 t'égtise de Saint-Germain-des-Champs a été totalement reconstruite, (t'abbé Henry, Mémoires historiques sur le canton de Quarré).


TtRÉS D'ANCtENNES MINUTES. 247 17 ~sques prouchain venant. Et ce moyennant la somme de etc.

le jour de Pasques prouchain venant. Et ce moyennant la somme de 100). 1. t., etc., etc.

(E.399)

12 Septembre 1524. Venouse. Construction d'une verrière dans l'église. Tassinot Gassot, « vitrier » à Auxerre, s'engage à faire dans l'église do Venouse pour le compte de Matheron Bolay, meunier au d. Venouse, une verrière dans laquelle x it mectra ung ymage de sainct Martin au millieu, et )e reste de verre blanc moyennant 100 s. t. et ung couchon de laict ».

(E. 501)

23 Avril 1668. Venoy. Marché de peinture et dé dorure dans t'égtise. Claude Anglar (1), peintre à Auxerre, s'engage envers les procureurs de la fabrique de l'église de Venoy, « peindre le grand crusiflx et la croix dicelluy en couleur de chair, le crusifix et ta croix en couleur rouge avec des filetz blancs sur les arreste de la croix, le voile en argent et bordé dor ducat et la pièce de bois en azur plus les images des doux costez en azur et couleur rouge avec les bordages des robbos et manches dor ducat. Plus les fleurs quit y conviendra en couleur dor ducat sur tours robbes. Plus aux images saint Louis, saint Esloy, saint Edme, saint Pavas, sainte Anne, saint Jean, aussy les paindre comme ils estoiont autrefois, à réserve que celluy de saint Louis, son mantheau sera en couleur bleu azuré, et semé partout ou bosoing sera, de fleurs de lis dor ducat. Plus à l'image sainte Barbe, le peindre en azur et couleur rouge et les hordages et fleurs dargent taint et huille trois couches à tous les images cy dessus et à chascun deux. Plus le rétabte de devant le grand autel, paindre en lestat et de même façon qu'il estoit cy devant, et les deux chérubins des deux costez, en or comme celluy du mellieu. Plus le plat fond avec les deux pilliers de la chaire, paindre en azur et au plat fond un Saint Esprit en argent, et le tout en huille. Plus paindre les châsses au mesme estat quelles estoient, et oncorre escrire en lettres dor aux pieds de saint Louis et saint Esloy, des lettres et mots qui y sont, et au devant du grand autel, ce qui y est escript, le redorer et de plus escriro à la pièce de bois et du long dicelle où est posé le crusifix, ce qui sera dit et nommé par M. le curé de ta d. esglise faire les d. besongnes bien et deuement. »

Ce marché est fait pour le prix de 80 t.

(E.501)

(1) Le peintre signe Claude Auglert. C'est cet artiste qui a peint le plan du territoire de Monéteau publié par M. l'abbé Bouvier dans l'histoire de cette localité. ~B«<tetftt de tt Société des Sciences, 1897).

18


22 Janvier 16(i9. Venoy. Peinture et dorure en t'égtise.

Le peintre Anglert reconnaît avoir repu le prix du marché précédent, plus la somme do 30 t. t. pour les travaux ci-après « Avoir dore et painct le tabcrnncte qui est sur t'hostct, et au devant dicelluy avoir couché des fteursdotisdoretestoiHeotchamp dazur; plus faict une corniche de dantieut!e,derougoetdazur,)es dittes besongnes faictesouttres celles contenues au dict marché précèdent. »

(E. 50')

TRAVAUX POUR PA[tT)CUL[EnS

16 Octobre 1508. Auxerre. Fabrication d'un tambourin d'argent. Marché par lequel Hector Garnier, orfèvre a Auxerre, s'engage à « faire et parfaire » pour le compte de PierronGuenier du dit tien, « ung tabourin dargent pesant quatre mares dargent, au pris chacun marc de 18 t. t., avec les deux cerotcs de leton ([aiton). Et se le dit Guénier les veult faire dozer (dorer), il sera tenu fournir la dorure. Et ce moiennant le pris et somme de 55 t. t. Et se plus il poise, il a promis paier Je plus au pris dessus dit, et rabatre aussi se moins il poise. » L'orfèvre reconnaît avoir reçu 46 1. t., et il est convenu que le reste de la somme sera payé en livrant l'objet. _(E.375)

20 Février 1524. Auxerre. Confection de deux chappes pour le compte d'un particulier.

Acte par lequel Jean Champion, ehasubtier à Auxerre, s'engage envers Robert Brocart, contrôleur du grenier à sel d'Auxerre, à faire deux chappes de damas blanc, c pour lesquelles faire le d. Brocard fournira et baillera le d. damas et doubieure, et le d. Champion les orfroys dor de Luc (Lucques) à couple, qui est en chacune chappe six couples, et ou chapperon de lune des d. chappes une Assumpcion et en laultre une Annonciacion, et d'aussi bon or et estoffes qui est à présent en une chappe à Saint-Loup (une des égtiaes d'Auxerre), que Mademoiselle de Garchy a baillé pour la somme de 22 1. t.

(E.499)

15 Juin 1541. Auxerre. Fabrication de meubles.

Marché par lequel Pierre Thibault, menuisier à Joigny, s'engage à livrer à Jean de la'Ponge, sellier à Auxerre, les meubles ci-après Ung banc à couché garny de doulz ciel fait à paneaux et double drapperie et coronnement par dessus, de six piedz de hault, avec une petite chaize portative, une grande chaize pourtant son doulciel taillé danticque, garnie de coronnement de la haulteur de sept piedz et de largeur raisonnable une table ronde garnie de sa chaize ung banc à seoir à table couppé par des


boutz, pourtant son marchepied ung autre grand banc pourtant son banc à couché dun costé, auquel costé y aura une fenestre et dautro costé y aura une croisée et deux coffres dedans, garny de marche pied. Le tout de bois de chesno bon, loyal et marchand, qui sera tenu livrer au d. Aucorre, en la maison du d. de la Ponge, et icelle hesongne asseoir dedans la Sainct-Jacques prochain venant '< moyennant le prix de 22 t. 10 s. t. (E. 499)

1639. Auxerre. Fabrication de meubles.

Marché par lequel Jean Paradis, menuisier à Auxerre, s'engage à faire pourMeYthierLeRoy, praticien au d. lieu, « ung garde pain à doux guichetz et une layette, au milieu duquel sera dépuint un chérubin, avec quelques feullages, et aux doux fenestres y faire deux figures Plus une couchette de 5 pieds de longueur et de 3 pieds ~2 de largeur, 6 chaises à bras (( à la mode pour y mettre tapisserie w, six escnboties, 2 oaquetoiros (causeuses) et deux placetz (1), en bois do noyer, « fors le derrière et ienfonsure du milieu du garde pain et fonfonsuro de la d. couchette, qui seront do bois de chesne Ce marché est faict moyennant la somme de 45 t. t.

(E.507)

17 Janvier 16S2. Auxerre. Fabrication d'un mobilier pour un marchand. Nicolas Rogey, menuisier à Auxerre, s'engage envers « honorable homme « Pierre Paumior, marchand au dit lieu, à < faire et façonner les meubles qui ensuivent, scavoir un chaslit à quattre coulonnes de bois do noyer, enfoncé dessus et dessoubz, le dessus de sapain et le dessoubz destre (de hêtre), de longueur de six pieds, de cinq de large et de hauitour suivant la garniture, ferré de vis et crochets pour aerocher te dociei plus une table de bois de noyer, tirant en carré sur quattre colonnes, de ta grandeur du tapit; plus une douzaine de chaizes de mesme bois, unies, de la grandeur de la tapioerie qui lui a esté monstréo plus deux fauteulx, aussy suivant la tapicorie plus un cabinet suivant le dessein qui a eslé paraphé des parties et retiré par io d. entrepreneur, de bois de noyer, à réserve des enfonsures et derrière dicelluy, de chosne plus un garde pain aussy de bois de noyer de la grandeur et largeur, qui aura deux fenestres comme celluy du sieur Pigalle, orfèvre et encorre un pétrin, de la grandeur dicelluy du sieur Pigalle, de bois de noyer, à réserve du fond et derrière qui seront de bois de chesne. Auquel cabinet y aura deux serrures, huict fiches, quattre verrouts à ressort au garde pain, deux serrures et deux bandes lardez lesquelles serrures et toutes autres ferrures qu'il conviendra, le d. entrepreneur sera tenu les fournir, ensemble tous les bois pour faire les d. besongnes, bon, loyal et marchant et sans fisture, et le tout, etc. a Ce marché est fait pour le prix de li5 1. 10 s. t. Les meubles devront être livrés dans le délai d'un mois. (E.499)

(1) Placet, petit siège sans bras ni dossier (Lacune de Sainte-Pallaye.)


IV

AFFAIRES RELIGIEUSES

LISTE DE PRÊTRES DE PAROISSES ANTÉRIEURS AUX ACTES DE CATHOLICITÉ. –CURES, BAUX, AFFAIRES DIVERSES. CLERGÉ, AFFAIRES DIVERSES. L'Église est si intimement liée à l'histoire de l'ancienne France et de ses subdivisions que les faits généraux pouvant l'intéresser sont connus et archi-connus. Il y aurait donc grande témérité à croire qu'il pût encore être découvert des documents de grande importance, surtout pour une région qui a produit des savants tels que Lebeuf, Cherest, Challe, Quantin, Ernest Petit, etc. Avec raison on peut les appeler les gros décimuteurs de l'histoire de l'Yonne.

Cependant, les questions de détail qu'ils nous ont laissées ont bien aussi leur intérêt, si secondaire qu'il soit, mais à la condition de se livrer à beaucoup de recherches pour arriver à un maigre résultat, quand il n'est pas négatif. C'est ainsi que nous pouvons encore offrir quatre séries intéressantes de documents ou de mentions dont nous dirons quelques mots plus loin.

Dans ce chapitre, il ne s'agit plus, comme dans les précédents, de documents sur un sujet spécial, mais bien de notes diverses auxquelles seul un classement a pu donner un corps. En outre, il reste une assez grande quantité d'éléments qui n'ont, entre eux, qu'une parenté éloignée. Ceux qui se rattachent à l'administration des paroisses ont été classés par ordre alphabétique ceux intéressant le clergé en général par ordre chronologique. Examinons donc rapidement chacune des quatre parties dont se compose ce chapitre

40 Liste du e~~jM~oM~M~ (1475-1603). Cette liste ne comprend pas moins de 594 mentions de prêtres inconnus, étant antérieurs aux registres paroissiaux ou d'état civil, et même pour beaucoup, à l'ordonnance de Villers Cotterets, de 1839, par laquelle François 1er prescrit l'établissement de ces registres. Personne n'ignore que cette obligation a été imposée aux curés, autant dans le but de créer un état civil aux citoyens, que dans celui d'en constater la catholicité.

Les plus anciens actes connus ne sont que des actes de baptême, ou plutôt de simples listes baptistaires, le plus souvent non signées. C'est seulement en 1579, par l'ordonnance de Blois, qu'il


est enjoint aux curés de tenir note des naissances, mariages et décès.

L'intérêt de cette liste n'est donc pas à démontrer.

~C' (1481-1632). Cette série est extrêmement intéressante en ce qu'elle renseigne sur les revenus approximatifs d'une cure par le montant de la pension que se réserve le titulaire.

Si pressuré que veuille bien être un amodiataire, il faut bien cependant lui laisser à peu près de quoi ne pas mourir de faim, surtout s'il est prêtre étranger à une localité ou il n'a pas d'intérêts personnels. Exercer toutes les fonctions sacerdotales et gérer les biens et revenus d'une cure ne devaient pas être une sinécure. pour lui.

Les titulaires ne paraissant considérer que le chiffre de la pension, consentent indistinctement ces baux à des ecclésiastiques ou à des laïques. Dans ce dernier cas, l'amodiataire prend, vis-àvis du curé, l'engagement de faire desservir la cure in divinis. Le plus souvent les preneurs sont du pays, y ont déjà des moyens d'existence et ne voient là qu'une occasion d'augmenter leurs ressources. Le titulaire, qui les connaît, y trouve à la fois une plus forte pension et une plus grande garantie. De part et d'autre, c'est un véritable marchandage, une véritable spéculation. H ressort, de ces actes, que le curé prélève une pension subordonnée à la richesse de son bénéfice sans faire autre chose que d'aller une ou plusieurs fois par an, à son choix, visiter ses paroissiens. Encore invariablement, durant son séjour, il doit être hébergé aux frais de l'amodiataire, ainsi que ses hommes et ses chevaux

D'après ces baux, ces pensions varient de 2S à 350 1. Pour les plus fortes, c'était, au xvr siècle, un assez joli denier. A cette époque de croyance et de pratiques religieuses, il devait être particulièrement pénible aux habitants des paroisses, de voir trafiquer sur un bénéfice enrichi par leurs donations, comme sur un champ ou sur un cheval.

De tout temps ils ont protesté contre ces abus. Le Concile de Trente (1548'1S63) a beau interdire le cumul des bénéfices, ceux qui en profitent sont tellement nombreux et influents, qu'après comme avant, la vénalité continue à fleurir.

M. Salomon a publié (1) les remontrances des cahiers du bàil-

(')) Notice sur les cahiers du bailliage de Saint-Florentin pour les Etats-Généraux de ~5~6 et 1614. (Bulletin de la ~oc!~ des Sciences de Z'.FOKM,1864.)


liage de Saint-Florentin pour les Etats généraux de Blois en 1876, ville où pourtant il n'y avait pas un seul protestant. Nous en extrayons le passage relatif à notre sujet

« Le commencement de la discorde et division des chrétiens < procède pour les abus qui sont aux ministres de la religion, car « il se trouvera qu'en l'Eglise catholique, apostolique et romaine, « toutes choses sont vénales, étant la plupart des ministres d'i« celle Eglise romaine remplis de toute symonie.

< Seront élus les curés par les habitans des lieux, résideront t aux dits lieux et ne paieront pension.

« !1 est requis en la dite Eglise que les prêtres, curés, abbés, « prieurs, chanoines et autres bénéficiers, tiennent les dits bénéfices par eux et non par autres personnes interposées mais la « plupart et grande partie des bénéfices se tiennent sous le nom « de pauvres simples prêtres qui ne sont que Custodinos et ne reçoivent les revenus des dits bénéfices, ains seulement kabent, « Me~<~ vestitum et rendent le revenu des dits bénéfices à au« tres gens.

S'il se trouve sur les dits bénéfices pensions être constituées « en autre cas, elles doivent être cassées et annulées. » Cures et fabriques. ~~a~~ diverses (1488-1677). Cette subdivision ne contient qu'un petit nombre de documents, mais quelques-uns sont particulièrement intéressants. Citons un inventaire très complet des ornements, vases sacrés et livres liturgiques de la paroisse Saint-Regnobert d'Auxerre (1608) (1 ) Une requête de 1677, présentée à l'évêque d'Autun, par Philippe César de Chastellux, Judith de Barillon, son épouse, et les habitants de Chastellux, pour obtenir l'érection en paroisse, de l'église du dit lieu. En faveur de cette érection et pour avoir le droit de collation de ce bénéfice, M. de Chastellux abandonne les dîmes de la chapelle actuelle, les tierces de Narbois et les dîmes des métairies de la Chaume et de la Tuilerie. M s'engage en outre, à donner une maison pour servir de presbytère, une place pour le cimetière, et à faire construire à l'église une chapelle seigneuriale, une sacristie, un clocher et des fonts baptismaux. M' de Chastellux promet de fournir tous les ornements sacerdotaux et vases sacrés nécessaires à la célébration du culte. De leur côté, les habitants s'imposent l'obligation de donner par an les laboureurs, deux gerbes de seigle et 7 s. 6 d., et les manouvriers 12 s. 6 d. Une requête de 1SS8, des habitants du (1) Nous avons cru devoir publier cette pièce qui ne se trouve pas dans le fonds de la fabrique (G. 2394.)


TtHÉS D'ANCIENNES M)Nt!TES. 283 3 tremont, au curé de Perrigny-sur-Armançon leur

hameau de l'Autremont, au curé de Perrigny-sur-Armançon leur paroisse, sollicitant l'autorisation de terminer la construction d'une chapelle et d'y fairecélébrerleservicedivin --Unecurieuse transaction de 1821, entre le curé et les habitants de Mailly-laVille, relative aux droits paroissiaux et funéraires Des engagements, par les nouveaux curés, par ~~K~o~, des paroisses de Sementron et du Val-de-Mercy, de payer des pensions annuelles à leurs prédécesseurs. La résignation, dit M. Chéruel (1) « était « un moyen de rendre des bénéfices héréditaires ou d'en tirer des revenus ». Il ajoute t Dans certains cas, le résignant pouvait deK mander à rentrer dans son bénéfice; cette demande s'appelait regrès. Le regrès avait été prohibé par le Concile de Trente, « mais les Parlements continuèrent à l'admettre e.

4° Clergé et alfaires religieuses diverses (1497-1893). – Rien n'est, en effet, plus divers que les actes, extraits ou mentions constituant cette série, et qui vont du sujet le plus élevé au plus vulgaire.

Qu'on en juge ou plutôt, ce qui est de beaucoup préférable, que le lecteur s'arme de courage pour les parcourir lui-même. 1497.– Un orfèvre d'Auxerre reconnaît que, dans une saisie dont il a été victime, à la requête d'un créancier impitoyable (le progrès n'arrivera jamais à améliorer cette race), se trouve compris un calice d'argent qu'un prêtre de Chablis lui avait confié pour le réparer.

1821. Un boulanger s'engage à « cuyre et paneter » à façon, pendant un an, pour la somme de 10 1.1., tout le pain nécessaire aux religieux de l'abbaye St-Germain d' Auxerre.

1821. Un particulier s'engage à aider le sonneur deSt-Etienne d'Auxerre, à sonner les cloches pendant quatre mois environ, « moyennant une jaquette de gris et une paire de soliers 1824. Procuration donnée par un chanoine d'Auxerre, curé de Pressas, diocèse d'Agen, pour poursuivre les fermiers de la dite cure en paiement de ce qui lui reste dû.

1842. Donation à un étudiant à Paris « afnn qui se puisse mieulx entretenir aux escolles (2).

1558. Un boulanger de Tonnerre s'engage à cuire, chez lui, sa vie durant, tout le pain nécessaire à l'abbaye St-Michel, et à four(1) Dictionnaire AM<OW~M des institutions de la France, t. !e' p. '?3. (3) On trouve fréquemment des donations ou constitutions de rentes par des parents en laveur de leurs enfants qui se destinent à la prêtrise. Nous avons négligé ces actes constatant une coutume bien connue. Ils ne sont du reste intéressants que par la formule qui est génératement


284 HECUEU. DE DOCUMENTS nir le bois pour la cuisson, excepté dans le cas ( .r" ~i.,r.o l'~hh. /`.,w,w, .,r"~w.

nir le bois pour la cuisson, excepté dans le cas où l'abbé voudrait faire cuire ce pain dans l'abbaye. Comme paiement, le boulanger est dispensé d'acquitter une rente de 40 bichets de grain qu'il doit à l'abbaye.

1566, 19 a vrit.–Réquisition par M. d'Aussonvitte(~c), chapelain des hautes messes de la chapelle et musique du roi, pour être. mis en possession du premier canonicat vacant, dont il a été pourvu « cejourd'huy par le roy estant en léglise Sainct-Estienne d'Aucc cerre ».

1868. Amodiation pour 5 ans à un particulier, par le prieur de St-Eusèbe d'Auxerre, de tous les revenus du prieuré, à la charge de « nourrir bien et honnestement les religieulx qui feront le ser« vice de la d. eglise St Eusèbe, ainsi que le prieur est tenu et << quon a accoustume faire », et moyennant 210 de pension annuelle.

Là conséquence d'un pareil marché, c'est que les religieux seront nourris a portion congrue, c'est-à-dire mal. Le prieur, satisfait de recevoir régulièrement une pension qu'il a dû demander la plus forte possible, ne fera, le cas échéant, que de molles observations à l'amodiataire qui,' de son côté, n'a pas dû se faire Ma~aM~ <~ soupe, uniquement pour les beaux y~M? des pauvres moines. Le veau d'or a toujours eu ses adorateurs.

1570. -Conflit entre le chanoine solliciteur duchapitred'Auxerre et l'archiprêtre de Puisaye au sujet de la publication du jubilé dans les paroisses. L'archiprêtre, malgré son désir « d'obéir aux commandemens de Messieurs (te chapitre) a refusé d'y faire proc< r à ses dépens, ses prédécesseurs ayant, en pareil cas, reçu de l'argent du chapitre.

1871.– Sursis demandé par te procureur de l'abbaye St-Germain, avant d'acquitter une redevance réclamée par le chapitre d'Auxerre, pour s'assurer de la date de l'échéance, « attendu que les « papiers qui les en rendroient certains ont esté perduz durant « les troubles derniers ».

1871.– Attestation par deux chanoines d'Auxerre, que Me Lenormant, leur confrère, est de bonne vie et moeurs, etc. « et preschant contre les hérétiques tellement, qu'il est digne, suffisant « et capable de tenir ung évesché ou aultre grand bénéfice 1876. Requêtedu chapitre d'Auxerre, sollicitant une réduction e pour quilz puissent y vivre honnestement et convenablement Une seule fois nous avons rencontré cette variante plus caractéristique « à celle fin quil ne soit mendiant, mais puisse vivre honorablement comme <c un homme déglise t.


TIRÉS D'ANCIRNNES MINUTES. 255 t dans tes S0,000 écus de rente octroyés au roi at-

de sa quote part dans les 50,000 écus de rente octroyés au roi « at« tendu tes fortunes survenues tant à leur église, que à chacun « deulx, particullièrement pendant le temps que ceulx de la nouvelle relligion occupèrent la ville ».

1581. Procuration donnée par les religieux de l'abbaye St-Père d'Auxerre, pour suivre la succession de Félix Le Masle, prieur de St-Etienne de Dijon, religieux profès de leur abbaye. 1886. Acte par lequel un marchand d'Auxerre s'engage envers l'abbaye St-Père, si son fils novice à la dite abbaye y est reçu religieux profès, à l'entretenir pendant six ans dans une université, lui faire avoir degrez, donner la chambre garnie ordinaire, faire le festin de sa première messe, l'habiller selon sa qualité jusqu'à ce qu'il soit prêtre, et donner à l'abbaye dans les six mois qui suivront la profession deux « psautiers à i'usage de Sens, une « aulbe de thoille blanche, ung messel et deux brévières usaige « d'Aucerre, nouvellement imprimez

Cet engagement est suivi d'un acte de ratification par l'abbé et les religieux.

1586. Engagement par un chanoine semi-prébendé d'Auxerre, de nourrir et loger pendant trois ans, un de ses confrères, moyennant abandon du revenu de sa semi-prébende.

1890. Opposition formée par M. Sébastien Le Royer, chanoine d'Auxerre et chantre de la collégiale St-Honoré, de Paris, à l'élection d'un nouveau chantre, en son lieu et place, pour défaut de résidence à Paris. Dans sa procuration, il donne pour motifs d'absence forcée, ses fonctions de gouverneur du fait commun de la ville d'Auxerre, et le défaut de sécurité des chemins, durant cette période de troubles. Ces deux -raisons sont très valables, mais il en est une troisième qu'il eût mieux fait de retenir. Il invoque comme défaut de résidence à Paris en ~90, son assistance, comme député du clergé, aux Etats de Blois en ~76, c'est-à-dire ans auparavant. C'est peut-être vouloir trop prouver 1891. Le même Le Royerdonne procuration pour opérer une saisie-arrêt sur les biens de Philippe Cabrieu, « médecin ordi« naire de la feue reyne mere », locataire de sa maison canoniale au cloître de St-Honoré, lequel lui est redevable de 320 écus pour termes échus.

1893. Désignation par le clergé du diocèse d'Auxerre, de Jean de Pilles, abbé de Fabbaye d'Orbais, chanoine de Notre-Dame de Paris et vicaire général de l'abbé de St-Germain d'Auxerre, pour assister à l'Assemblée des Etats convoqués à Paris par le duc de Mayenne. « !1 devra consentir et se conformer à se qui sera advisé « et ordonné par les deputez ecclésiastiques du diocèse de Sens


« comme mcn'opounnns, HL nutnes uupumx ut;s mu(.)c. utu~.nca tdeFra.nce".

Et dire que le Xtx" siècle a la prétention d'avoir inventé le mandat MM~'a~y

LISTE DES ECCLÉSIASTIQUES DU CLERGE PAROISSIAL ANTÉ!U)!(jnEMENT AUX DEGtSTHES DiTS PAROISSIAUX (1)

Accolay. Gentot Didier, 1490. E. 371. Quincy Pierre, 1507. E. 374.

Aillant (2). Delabonde Humbert, 1524. E. 380. Anan ou Avan (3). Pericr Jean, 1541. E. 384. Andryes. Marnot Jean, 1490. E. 37~. Dampierre Edme, 4573. E. 398.

Annay (Nièvre). Rosé Guillaume, 4 536. E. 424. Annay-la-Côte. Le Caron. prêtre,

docteur en médecine, ch. d'Aux. (4)

et lecteur du chapitre, 1514. E. 411.

Annay-la-Côte. Poirier Jean, 1528. E. 439. Droin (sans prénom),

chanoine de Saint-Lazare d'Avallon, 1591. E. 427.

Appoigny. Lambert Nicole, tréso-

rier (5), 1493. E. 373.

Appoigny. Grillot Jean, 1516. E. 377. Molée Germain, 1517. E. 412.

Olivier Jean, ch. d'AMX., 4531. E. 420. 1535. E. 422. (1) Les vicaires rencontrés avec cette qualité dans les actes sont désignés par l'abréviation fM. Ne sont pas compris dans cette liste les vicaires par amodiation qui, assez souvent, associent des laïques à leur gestion. On les trouvera dans les baux d'autre part.

L'orthographe des noms et les qualités sont données telles qu'elles figurent aux actes.

(2) Indiqué à l'acte, diocèse de Nevers. Le dictionnaire topographique de ce département ne donne pas cette localité. Il est vrai que les départements actuels ne correspondent pas aux anciens diocèses.

(3j L'acte indique « diocèse de Nevers-» Asnan, canton de Brinon est le nom qui s'en rapproche le plus.

(4) Comme beaucoup de curés primitifs du diocèse sont chanoines d'Auxerre », le chapitre ayant un grand nombre de seigneuries et de cures à sa nomination, cette dignité sera désignée par l'abréviation (A. d'Aux. (5) Le trésorier de la collégiale d'Appoigny était de droit curé de la paroisse.


Appoigny. Balleur (Jacques de),

c/t. ~tM; 1843. E. 385.

Appoigny. Berger Pierre, 1586. E. 408. 1893. E. 449. 1602. E. 432.

Arcy-sur-Cure. Bette Denis, 024. E. 380. Arquian (Nièvre). Pellegrin Jean, 189~. E. 427. Arthonnay. Paris Jean, 1896. E. 697. Asnières prësVézelay. Bard Claude, 1808. E. 374. Augy (4). Guiller Odo, 1498. E. 488. – Bludet Etienne, 1813. E. 410.

– Cressin Félix, 1817. E. 412. 1819. E. 488. – Masle Félix, 1841. E. 488.

– abbé de Marcilly, 1868. E. 390. 1874. E. 399. – Vie. Borgne Etienne, 1829. E. 416. 1843. E. 388 (2).

Auxerre (paroisse Notre-Dame-la-D'hors) (3).

Frère Guil lon Félix, 1483. E. 369. 1494. E. 373. Martignon Pierre, 1804. E. 374. Bourgeoys Jean, 1821. E. 379. 1822. E. 494. Thévenon Philibert, 1893. E. M9. 1603. E. 434. Auxerre (paroisse Saint-Amatre) (4).

Frère Leux (Robert de), 1808. E. 375. Frère Richard Martial, religieux de

Saint-Salvateur (sic), 1529. E. 416.1830. E. 420. Roujault Claude (8), 1893. E. 429. Frère Garnot Jean, religieux de Saint-

Père d'Auxerre, 1602. E. 432.

Vie. Rappin Regnobert, 1586. E. 407. Auxerre (paroisse .S<MM(-EM~6e.).

Molée Martin, 1483. E. 369. GaulthierHimbert. 1804. E. 374. Champs (Pierre de), 1508. E. 375. Lelièvre Pavas, 1886. E. 407. 1890. E. 427.

(1) Augy était un prieuré-cure.

(2) En 1541, il est amodiataire pour 3 ans de ce prieuré-cure avec Cressin Fétix, cure de Saint-Pèlerin d'Auxerrre (E. 488).

(3) La cure Notre-Dame-la-D'hors dépendait de l'abbaye Saint-Marien d'Auxerre et un religieux de cette abbaye en était curé.

(4) Saint-Amatre était un prieuré-cure dépendant de l'abbaye SaintSatur en Berry.

(5) Il signe Rojot.


Regnard Claude, ~91. E. 427. 1593. E. 429.

Regnard Claude, 1591. E. 427. 1593. E. 429. 1602. E. 432(1).

Vie. Moreau Louis, 1808. E. 375. Vie. Cathelin Etienne, 1529. E. 417. Auxerre (paroise S<!M<-Gerc<t!'s).

Frère Jacob Gaucher, prieur, 1481. E. 368. 1485. E. 370. Lebouf Jean, curé, 1513. E. 376. Loysie (Pierre de), prieur, 1516, E. 377. Cernelle (Guy de la), prieur, 1517. E. 412. Thibault Jean, curé, 1542. E. 425. 1543. E. 385. Riotte Pierre, ch. d' prieur, 1547. E. 387. Thibault Jean, ch. d'Aux., curé, 1562. E-. 389. 1870. E. 393. Mioche Florent, curé. 1574. E. 399. Le Roy Noël, curé, 1574. E. 399. Martin Edme, curé, 1586. E. 407. Pesselières (frère Pierre de), grand

prieur de l'abbaye Saint-Germain,

prieur, 1593. E. 429.

Auvergne Joseph, curé, 1597. E. 430. 1602. E. 432. Vie. Champoyn Jean, 1527. E. 415. Vie. Veiltillart Michel, 1533. E. 419. 1535. E. 422. Vie. Borne Etienne, 1562. E. 389. Auxerre (paroisse Saint-Loup).

Hébert Jean, 1511. E. 376. Charmoy (Germain de), ch. d'Aux., 1511. E. 376. Boquin Charles, 15'6. E. 377. Tournemotte Pierre, 1560. E. 388. 1565. E. 390. Kerner Michel (2). 1568. E. 392. 1570. E. 394. Lecœur Antoine (3\ 1574. E. 399. 1579. E. 402 bis.

Roy Edme, 1601. E. 431. f~c. Desportes Simon, 1504. E. 374 (4). 1~.Ythier Guillaume j 1507. E. 374 (5). Amonet Guillaume, t

(1) Ce prêtre est résignataire de la cure de Val-de-Mercy au profit de Jolly Laurent, moyennant une pension annuelle de 10 écus. (Voir les documents.) (2) En 1568, ce curé de Saint-Loup est en, morne temps curé de SaintRegnobert (E. 392'.

(3) En 1574 (E. 399), ce cnré est désigné naguères curé de Bonnard

(4) H n'existait plus à cette date. Ses héritiers vendent un bien provenant de sa succession.

(5) Ils étaient probablement vicaires par amodiation.


vtc. aeurre rierre, 1~4. m. jsu. i&db. n. jN! Vie. Jullien (sans prénom), 1565. E. 390. Vie. Louat Germain, 1571. E. 395. Vie. Blanche Edme, 1590. E. 427. Auxerro (paroisse Saint-Mamert).

Chabin Jean, 1494. E. 373.1504. E. 374. 1~1. E. 376. 1513. E.410.

1&17. E.412.

Brothier Jean, 1581. E. 379. Tribolé Simon, 1570. E. 427 bis. Frère Tribolé Simon, 1577. E. 403! (1). Cochon Nicolas, ch. <~lMa! 1586. E. 407. Auxerre paroisse Saint-Martin-les-Saint-Julien).

Pinseribault Jacques, 1504. E. 374. 1516. E.377. 1524. E. 380.

Thomereau Jacques, 1594. E. 429. Gauthier Pierre, 1597. E. 430. Auxerre (paroisse Sa~M<-JMc[f<M-<M-SatM<-JK<trMM~.

Frère Lhuillier Michel, religieux de

Saint-Marien, 1560. E. 388.

Quarreau Pierre, 1577. E. 402. Chrestien Germain, 1603. E. 434. Auxerre (paroisse Saint-Père-en-CMteau).

MulartJean, 1513. E. 410. Pinot François, 1535. E. 422. Grossot Claude, 1565. E. 390. 1568. E.392. 1570. E. 393(2).

Mioche Florent, 1571. E. 395. Regnard ou Regnauld Marin, 1576. E. 401. 1877. E. 402. 1581. E. 403.

Gorgereau Jean, 1590. E. 427. 1593. Ë.429. Vie. Bïanvillain, maître ès arts, bache-

lier en décrets, 1495. E. 373.

Vie. Gauthier Jean, 1529. E. 416. Vie. Nault Hugues, 1532. E.. 418. 1535. E. 422.

(1) Ce frère était en même temps que curé de Saint-Mamert, prieur de Saint-Eusèbe.

(2) En 1571 (E. 395), il est mentionné décédé.


Auxerro (paroisse .~<Mtn-~wc- ~at;ee/.

Frère Seguin Pierre (1), 1481. E. 368. 1498. Ë. 373. Sergent Pierre, 1491. E. 372. Poinsot Guillaume, alias des Bauges, 1502. E. 375. Frère Deiorme Jean, 1529. E. 416. 1536. E. 382. Frère Robert Etienne, 1568. E. 392. 1871. E. 395. 1577. E. 402. 1590. E.427.

1593. Ë.429.

Aux erre (paroisse Saint-Pélerin).

Gendot Miles, 1481. E. 368. 1483. E.369. Guinebert Jean, 1508. E. 375. Cressin Félix, 15<3. E. 410. 1527. E. 415. Frère Collet Guillaume, 1568. E. 392. Frère PauUeve Gaspard, 1577. E, 402. Jouan Scipion, 1593. E. 429. Auxerre (paroisse S(tint-Regnobert).

Pourain Robert, 1509. E. 376Bretel Laurent, cA. d'Aux., 1527. E. 380. 1541. E. 384. Kerner Michel, 1568. E. 392. Maignain Jacques, c/t. d'Aux., )571. E. 396. 4577. E. 402. 1590. E. 427(2).

Millot Jean, 1594. E. 429. Bargedé Gaspard, c~AtM; 1603. E.434. ~ïc. Parigot Ythier, 1505. E. 375. Vie. Petit Martin, 1515. E. 377. 1521. E. 379. ~<c. Sire Jean, 1547. E. 387. Vie. Laulne (Louis de), 1560. E. 388. ft'c. Guidon Jean, 1565, E. 390. 1568. E. 392. 1571. E. 395.

Batiliy.–ChefdevitIeRaouLc/t.~ltM; 1511. E.376. – Givarlay Jean, 1521. E. 379. – Carault Jacques, 1573. E. 398. Bazarnc. Gauguery Vincent, 1570. E. 394. Beauvoir.-Blanchard Nicole, ch. d'Aux. 1562. E. 389. 1564. E. 478. Morin Antoine, 1570. E. 394.

Beines. Rigolet -Nicole, 1493, 1496. E. 373. Bétry-lès-Vermenton. Ménigot Jean, 1505. E. 375.

uetry-tÈS-vermenton.–memgotJean, 45U5. Ë.37&.

(1) La cure de Saint-Père était à la nomination de l'abbaye du même nom. Un religieux en était curé.

(2) Il signe Magnien.


Bctry-les~Vcrmcnton.–MusnicrËtienne, 1529. E. 416. – LamoignohEt" 1568. E. 392.

RjHy. Colas Pierre, c~. d'~lMfK., 1571. E. 396. Lesourt Jean, cA. ct'~tM.t' tréso-

rier du chapitre, t578. E. 402. 1591, E. 488. Vie. Pautrat Louis, )603. E. 434.

Bteigny-le-Carreau.–Lomyre Guillaume, 1502. E. 375. – ChauvotJean, 1524. E. 380.

– Chauvot Dreux, < 524.1527. E. 380.

– Foucher François, ')54'). E.384.

Hiénoau. – Girault Jacques, ') 541. E. 384. Bonnard. Lecueur Antoine, 1574. E. 399 (1). Bouiiiy.–Moturat Louis, 1567. E. 391. Beaurepaire (Pierre de), reli-

gieux et chantre de Saint-Germain

d'Auxerre, 1570. E. :J94..

Briare. Leconte Githert, ch. <~M:B., 1591. E. 427. Brosses. Détachasse Pierre, cha- noine de Châtel-Censoir, 1504. E. 375.

Carisey. Maridolle Regnault, 1508. E. 375. Langlois Guillaume, chanoine

et chantre de la collégiale Saint-

Pierre de Tonnerre, 1575; E..667 (2). Cessy-tes-Bois.– Maignen Pierre, ch.

d'Aux., ~830. Ë.381.

Cézy. Chappon Jean, prieur de Saint-

Sauveur de Melun, vicaire et curé

perpétuel de Cézy. ')476. E. N. N. Chailley. Cayn Léonard, alias de

Bombe!, ~S~3. E. 376.

Champcevrais. Prye (Antoine de),

protonotaire du Saint-Siège, 1568. E. 392 (3). Champlemy.- Olivier Jean, c~.d'~Ma; 1535. E.488. Charbuy. Gallois François, 1493. E. 373.1508. E. 374. Maignen Pierre, ch. at'AMa!

promoteur général du dioc., 1524. E.380.

promoteur gênerai uuutou., tu~'t. ~.uou.

(1) Dans cet acte, cet ecclésiastique, curé de Saint-Loup d'Auxerre, est désigné « naguère x curé de Bonnard.

)2) A cette date il n'existe plus. Il y est désigne « en son vivant a cure de Carisey. Il doit ~tre décédé depuis peu, car cet acte est le partage de ses biens entre ses héritiers.

(3) H était en même temps curé de Futvy, cure ayant pour annexes ViUiersles-Hauts et Mareuit.


Charbuy. Cu6rm Guillaume, ~70. E. 393. ')573. E. 398. <t4T<! Wtn<

Charbuy. Guerin Guillaume, 1570. E. 393. 1573. E. 398. 1576.Ë.401.

De!inotteMartia].ch.<<M~ 093. E. 429.

Yic. Chappillon Thomas, 1537. E. 383.

Charentenay. Berthier Guillaume, 1483. E. 369. 1493. E. 373. 1508. E. 375.

Berthier Jean, 1524. E. 380.

Lucat Michel, 068. E.392.

Charmoy. Robeleau Guillaume,

maître es arts, 148t. E. 368.

AuverjatJean, 1483. E. 369.

Sainctonner (Louis de), 093.E.429(<). Charmoy. Vie. Soufllart Edmond et

Guynebert Jean, prêtres, à présent

vicaires de Charmoy (2). 033. E. 420.

Chasnay. Barre (François de la), ch.

d'~MK. et doyen du chapitre, 071. E. 396.

Boier François, 097. E. 430.

Chastenay. Taillebrin Jean, 070. E. 393. 076. E. 401., 1591. E.427.

Roy Philbert, 1603. E. 433.

Chaumot. Le May Jean, ch. d'Aux., 1516. E. 488. Chemilly-près-Seignelay.-Thénin Jean, 1490. E. 371.1491. E. 372. – Madelin Jean, 1513. E. 376. 1517. E. 378. 1524. E. 380 (3).

Delaveau Antoine, 1565. E. 390.1567. E. 391. Bouchot Jacques,

eh. d'Aux., 1576. E. 401. 1577. E. 402.

Darolle Claude, 1602. E. 432.1603. E. 434. Vie. Synnot Ger-

main, 1817. E. 378.

Vie. Cathelin

Etienne, 1524. E. 380.

Chemilly-sur-Serein. Jobert Pierre, 1571. E.661. Chevannes. Bijon Pierre, religieux

de l'abbaye Saint-Père d'Auxerre, 1602. E. 432 (4).

(1) H n'existait plus à cette date. Dans cet acte il s'agit d'un transport d'amodiation des fruits des vignes qui lui appartenaient. Il y a donc peu de temps qu'il est décédé.

(2) Sans djute vicaires par amodiation.

(3) Dans cet acte il est qualifié chanoine de Notre-Dame de la cité d'Auxerre.

(4) Est désigné prieur-curé.


uu.

Chichery< Jaquot Louis, 1515. E. 377 (1) Légeron Charles, ch. ~'AtM; 1 570. E. 394. 1 571. E. 396. Grongnet Guillaume, 1578. E. 402.

Chitry. Johannis Nicole, chanoine

delacitéd'Aux., 1535. E.420.

Faudenier François, 1893. E. 429.

VM.DemayValérien, 1524. E. 380.

Clamecy. Pilles (Girard de), chantre

de la collégiale de Clamecy 4534. E. 42<.

Piles (Girard de), ch. d'Aux.,

chantre de la collégiale de

Clamecy, 060. E.489(2).

Sacquenet (Jacques de),

chantre de la collégiale de Clamecy, 1577. E. 402.

Commissey. Gauchier Arnoul, ~476. E. N. N. Lancluse (Fiacre de), ')586.E.682.<S87.E.684. Coquagny ou Coquagin (?). Millelot

Louis, ''808. E. 375.

Corbeilles-en-Gatinais.–AlIiet Pierre, 086. E.407. Corvol-l'Orgueilleux. -Boitel Antoine, < 568. E. 392. 571. E. 396 076.E.40<(3).

Corvol[d'Embernard].-Damy Gaspard, 4576. E. 40i (4). Coulanges-la-Vineuse. Monin Nicole, 1603. E. 434. – Vie. Briot Pierre, 021. E. 379.

CouIanges-sur-Yonne. –RoyEdme, 073. E. 398. 077. E. 402 (5). 090. E.427.

Couloutre. MoteauJean, 1490. E.371. Chausson Guillaume, ch.

d'Aux., et oîûcial du dio-

cèse, 024. E. 380.

Maignen Pierre, ch. d'Aux., 1530. E. 381. 1541. E. 384. Damy Gaspard, cA.fTAM.B., 1568. E. 392 (6). 1571. E.396.

(1) Son prédécesseur était Jean Jacquot E. 377 f' 127.

(2) Sans doute le même que le précédent.

(3) A partir de 1571 il est qualiné chanoine d'Auxerre.

(4) Il ne peut être question que du curé de cette cure attendu que celui de Corvol-l'Orgueitlem figure également dans cet acte.

(5) Dans cet acte il est dénommé Le Roy.

(6j Cet ecclésiastique est encore qualifié de pénitencier du chapitre, grand vicaire général de l'évoque d'Auxerre et curé de Saint-Amand.

<o


CouIoutre.–Damy Gaspard, d'Aux., 1577. E. 408 (1). – Chaucuard Droin, ch. d'.4!M;. 1590. E. 427. 1594. E. 429. Bernard Simon, ch. tortrier

d'Aux., ''632. Ë. 488.

Courgis. Millet Etienne, 1508. E. 375. – Guidons (2) Jean, 1609. E. 376.

– Millet Etienne, 1511. E. 376. 4 51 3. E. 410. 1517. E. 412.

– Gandete Etienne, 15~1. E. 379.

– Bridé Louis, ch. d'Aux., 1525. E. 481.

– Le Maire Edme, 1576. E. 401 (3). – Légeron Charles, ch. d'Aux., 1586. E. 408. 1590. E. 427. 1593. E.429.

– Guillaume Jean, 1602. E. 432.

– Lesourt Jean, ch. d'~t~M; 1618. E. 488.

Cours (4). Quatranvault Jean, 1513. E. 410. 1517. E. 412. 1524. E. 380.

Frère Froment Etienne, reli-

gieux de l'abbaye Saint-Père

d'Auxerre, 1578. E. 402.

Courson. Baudequin Pierre (5), 1513, E. 377. Demontjot Pierre, ch. d'Aux., 1537. E. 383.

Brissard Antoine, cA. d'Aux., 1570. E. 394. 1571. E. 396. Synson Etienne, c~ME., 1578. E. 402. 1579. E. 402 bis.

Vantrouiller Jacques, c/t.d'~tM; 1580. E. 488.

Colombat Simon, 1593. E. 429.

Vie. Ragon Jean, 1537. E. 383.

Coussegré. Benoire Nicolas, 1475. E.N.N. Crain. Pramy (Antoine de), 1505. E. 375. 1509. E. 376. Robert Laurent, c/t.~ua; 1541. E. 488.

Buisson Etienne, 1574. E. 399.

Cravant. Couchet Agnan (6), 1507. E. 374. 1511. E. 376.

(li N'est pas le même que le précédent, mort le 6 janvier 1573. Lebeuf surnomme le premier l'aîné et le second le jeune.

!2) Dans un acte suivant, il est dénommé Condoins. Quel nom est le vrai? (3) Ce prêtre n'existe plus. Il y est qualifié. de chanoine semi-prébendé d'Auxerre. Par cet acte ses héritiers déposent les fonds pour l'exécution de son testament.

(4) Aujourd'hui hameau de la commune de Grimault (Yonne).

(5) Ce curé n'est que sous-diacre d'après l'acte.

(6) En 1511, il est qualifié de maître d'hôtel de t'éveque d'Auxerre.


et chantre du chapitre, E. 396. 'i&77. E. 402.

(1) Il n'existe plus; il s'agit de sa succession.

(2) Neveu du précédent.

(3) Ce savant ecclésiastique pouvait bien être du Tonnerrois les Courcelles y étaient assez nombreux à cette époque. L'un d'eux est mattre maçon à

Cravant. Cornot Noël, ch. d'~Mtc., 1579. E. 402 bis.

PougnyEtienne, 1602. E. 432.

VM. Quincy Guillaume, 1521. E. 379.

Crux-Ie-ChateI.–Racine Antoine, 1493. 1494, 1495, 1497. E. 373.

Cruzy-le-Chatel. Jazu Jacques, 1551. E. 651.

Cuncy-les-Varzy. Martin Regnault,

c~M~ ~9L E. 427.

Cuy près Sens. Repoux Jean, ch. 1568. E. 392.

d'Aux.,

Dannemoine. Langlois Pierre, ~550. E. 651 (1).

Diges. Borne Simon, 1808. E. 375. 1521. E. 379. Delune Claude, 1577. E. 402.

Vie. Delacroix Marcel, 1537. E. 383.

Dixmont. vie. Hore Jean, 1536. E. :~82.

Dracy. Dupré Charles, 1590. E. 427.

Druyes. Charmoy (Germain de),

ch. d'Aux., 1509. E. 376.

– Charmoy (Germain de), 1530. E. 381 (2).

Églény. Fourneau Étienne, 1494. E. 373.

– Souef Vincent, 1496. E. 373.

– Cochet Martin, c~d'~tM; 1538. M. 488.

– Julian Jean, 1541. E. 384.1543. E. 488. – Bernard (sans prénom), 1549. E. 376.

– GuichardJean, 1855. E. 488.

– Varlet Louis, 1576. E. 401.

– Morin Pierre, 1586. E. 408.

Ëpineuil.–Belot Guillaume, 1475.E.N.N.

– Courcelles (Émery de), doc-

teur régent de la Faculté

de théologie, principal du

collège du Plessis, 1543. E. 648 (3).

– Ménestrier Denis, 1571. E. 664.

Escamps. Bureteau Laurent, 1483. E. 369.

Lesage Guillaume. 1505, 1508. E. 374. 1515. E. 377.

Tbévenon Edme, <A. d'Aux.


Tonnerre, et Pierre Catin procureur d'Émery pour passer le bail de sa cure d'Épineuil, est son cousin et habite Tonnerre.

(1) Paroisse de l'ancien diocèse de Sens, aujourd'hui du Loiret.

(2) Ce chanoine n'est pas curé de Fouronnes, mais il jouit d'une pension de 25 1. sur les revenus de cette cure. Il l'a sans doute résignée avec cette réserve.

(3) Voir Champcevrais.

Escolives. Remond Jean, 4530. E. 381.

Bretel Pierre, 1547. E.387.

Étais. Thorinon Laurent, 1603. E. 434.

Ëtaules.–Julien Jean, 1510.E.438.

Millot Jean, 1528. E. 439.

Faverelles. Bretel Laurent, 1505. E. 374.

Festigny. Busansoys Michel, 1541. E. 384.

Feins (1 ). Chuyn (Jean de), 1841. E. 384.

Fleury. Bailly Jean, ch. d'Aux., 1603. E. 434.

Vie. Galetier Michel, 1 SI 3. E. 376.

Fléys. Moncel Étienne, mattre de la

maladrerie de Sainte-Marguerite-

les-Auxerre, 1494. E. 373.

Fléys. Perrin Claude, 1 Ml. E. 379. 1 &36. E. 382. 1537. E. 383. 1541. E.384.

Flogny. Langlois Guillaume, 1563. E.488.

Fontaines. Dubois André, ')547. E. 387.

Fontenailles. Bard Jean, 18<1. E. 376.

Lamy Georges, 1562. E. 389.

Fontenay-sous-Fouronnes. Boyvinet

Adrien, ch.d'~Ma: 1541. E. 501.

Fontenay-sous-Fouronnes. Viviers

(Pierre dé), 1572. E.488.

Fontenay-sous-Fouronnes. Garnier

Gervais, 1574. E. 399.

Fontenoy. Demonjot, ch. d'Aux., 1521. E. 379. 1529. E. 416. Normant Laurent, 1547. E. 387.

Vie. Dorbourg Jean, 1521. E. 379.

Fouronnes. Chevallard Jean, ch.

d'Aux., 1593. E. 429 (2).

– Servignen Jean, 1594. E. 429.

Fresnes. Simonnet Guillaume, 1552. E.652.

Baudot Claude, chanoine de

Saint-Pierre de Tonnerre, 1566. E. 657.

Fulvy. -– Prye (Antoine de), 1568. E. 392 (3).

_1' 1 ..11-


(1) Ce chanoine est cité comme aacien curé de < Gifz au diocèse de Paris (2) Dans cet acte passé par ses héritiers il est quahfié <: en son vivant curé de Goix.

Fulvy.-Yantrouiller Jacques, c~.<f .4 MK., 1571. E. 396. 1576. E. 401. Gifz. Couchet Agnan, c~. d'Aux., 024. E. 380 (1). Gisy-tes-NoMes.–Gentilhomme Léon, 1511. E. 376.

Goix (Saint-Bris). Voilant Jacques, 029. E. 416 (2). – Bunetier Pierre, 4529. E. 416.

– Le Marchant Claude, 1530. E. 381.

– Royer Edme, « es-

colier estudiant en luniversité de

Paris", 037. E. 383.

Goix (Saint-Bris). Fauchot Germain,

ch. d'Aux., 065. E. 390.

Goix (Saint-Bris). Brisejon Pierre, 083. E. 404. 1601. E. 431. Grandchamp. – Noyon (Jean de), ch.

d'Aux., 005, 008. E., 375. GriseUes. – Varet Simon, 027. E. 380.

Grisy (Saint-Bris). Charmot Guil-

laume, OU. E. 376. 1313. E. 410.

– Cointil Jean, 1581. E. 488.

Gurgy.–BojatJean, 016. E. 377.1521. E. 379. 024. E. 380.

Berault Pierre, ch. <~4M:c., 560. E. 388. 1570. E. 394. 1571. E. 396. 091. E. 427.

FÏc.Chauchon André, 094. E. 429.

Gy-l'Évêque. Bossotte Jean, 1497. E. 373.

Roze Guillaume, 1536. E. 423. 1541. E. 384. Roze Nicolas, 041. E. 384.

– Le Marchant Guillaume, 1578. E. 402. 1583. E. 404. Dubiez Antoine, 1590. E. 427.

Vie. Delacroix Martial, 042. E. 425.

Hauterive. Magdelin Girard, 1516. E. 377. 1527. E. 380. Thiebault Guillaume, ch.

d'Aux., 074. E. 399.

Héry. Boquet Thibaut, 1530. E. 381.

Ferrand Jacques, 1560. E. 388.

Fernier Jacques, 1561. E. 492. 068. E. 388. Irancy.-Chopart Simon, secrétaire de

l'abbé de Saint-Germain-d'Auxerro, 1505. E. 374.

Irancy. Challegrin Antoine, 1508. E. 374.


Irancy. Cassin Denis, c~. d'Aux., 152). E. 379.

Coquère (sic) (Coquart) Jean,

alias Baron, eh. d'Aux., 1541. E. 384.

Delorme Claude, 062. E. 389.

Jaulges. Bonnet ou Brunet Pierre,

chanoine de Brienon, 1513. E. 376. 1817. E. 378. Joigny, paroisse Notre-Dame.-Rous-

seau Pierre, 1507. E. 374.

Jussy. Riote Louis, 1481. E. 368.

Garnier Jean, mattre ès arts,

ch.~lM. 1491. E. 372.

Jussy. Estain Siméon, 1568. E. 392. 1573. E. 398. 1579. E. 403 bis. 1591.

E.427.

Vie. Rémon J., 1505. E. 375.

La Chapelle Saint-André et Corbellin.

Bosseau Nicole, chantre et cha-

noine de Varzy, 1570. E. 394.

La Chapelle Saint-André. Légeron

Charles, chantre et chanoine do

Varzy, 1576. E. 401.

La Chapelle-Vaulpelteigne. Gérard

Miles, chanoine do Saint-Pierre de

Tonnerre, 1544. E. 648. 1549. E. 650.

Laduz. Mirault Pierre, 1504. E. 375.

Pouy Sébastien, ch. tortrier

d'Aux., 1560. E. 388.

Laignes, Fanon Ythier, prieur de

Branches, 1593. E. 429.

Lain.–Leblanc Étienne, 1502.E. 375. 1504. E. 374(1).

~tc.CourtynBenoit, 1521. E. 379. 374(l).

Lainsecq. Vie. Chevalier Laurent, 1513. E. 576.

VM. Bourgeois Jean, 1521. E. 379.

Lalande. Chocat Hugues, 1504. E. 374. 1524. E. 380. – CaiHaultEdme, 1568. E. 392.

Dupré Charles, 1601. E. 431.

Lavau. Millot Toussaint, ch. d'Aux., 1574. E. 399. 1576. E. 401. La Villotte. Le Royer Sébastien, 1545. E. 426.

Leugny. Dupuygrenet Jacques,

clerc, demeurant à Paris, 1502. E. 375.

(1) Il n'existait plus en 1505. Partage de ses biens E. 375, f 218.


(l)Hsigne<Pezé~.

(2) Remplace comme de Mailly-la-Ville, son frère Jean Gautthier, décédé.

(S; Est désigné à l'acte « demeurant à Auxerre

(4) Cure vacante par suite du décès de M. Féti: Bartholomé.

Leugny., Johannis Nicole, 1536. E. 382.

Levis.–Ga veau Christophe, 4 521. E. 379.

Colas Edme, 4594. E. 427.

Vie. Tallebrun Jean, 1584. E. 380.

Lignières. Frouard Jacques, chape-

lain de Notre-Dame de Paris, 4552. E. 652.

Lignorelles.– Dubois Jacques, <493. E. 373.

Barat Jean, président et

proviseur du collège de Reims en

l'Université de Paris, 1562. E. 389.

Lignorelles. Lemaistre Étienne, ch.

semi prébende d'Aux., ~670. E. 394. 1571. E. 396. 1574. E.399.

Lignorelles. Chauchon André, 1586. E. 407.

Père (4) Claude, < 597. E. 430.

FM. Petit Edmond, maître

de la maladrerie de Maligny, 493. E. 373.

Lindry. Deniseau Pierre, ')490. E.37't. ·

Maillard Chrétien, ch. d'/tt<a;

et sous-chantre du chapitre, <513. E. 376.

Lindry.–Gorgin Jean, 1524. E. 380.

Leclerc Jean, 4529. E. 4<7. ')530. E. 384. Gonthier Claude, ch. d'~iMa; ')560. E. 388.

Repoux Jean, c/t. d'Aux., ~570. E. 394. 1577. E. 402. Galliot Pierre, 4582. E. 405.

Damy Gaspard, c~M-K., <594.E.429.

Lucy-le-Bois, Bussière Imbault, cha-

noine d'Époisses, 1562. E. 448.

Lucy-sur-Yonne. Chevallaid Jean, <568. E. 392.

MaiMy-la-Ville. Gaulthier Jean (2), i521. E. 379. <524. E. 380. Gaulthier Toussaint, ~536.E.423(3).

MaiIIy-Ie-Château, » n 562. E. 389 (4).

Marigny-l'Église. Roy Hugues, 4507. E. 438. ~7. E. 449. Mannay ou « Vaul-de-Barges Odry

Jean, grand archidiacre d'Auxerre. ~490. E. 371.

Marolles.–Frère Claude d'Ancienville,

religieux et inûrmier de l'abbaye de

Molesmes, ~568. E. 658.


2TO RECUEIL DE DOCUMENTS Mauvoisin, diocèse de Tarbes.

(1) Procuration donnée par noble Pierre du Broc, chanoine d'Auxerre, à M. François Le Broc, pour recevoir la pension qui lui est due pour la résignation au profit de M. Deaulhe, de la cure de Mauvoisin, au diocèse de Tarbes.

(2) Prise de possession de cette cure, par suite de résignation de ce bénéfice par Sébastien Le Royer, chanoine d'Amerre.

(3) Dans la procuration qui suit cet acte, il est qualifié Docteur régent à Paris, en la faculté de médecine

(4) Cette cure était unie à l'archidiaconé de Puisaye.

1itII."

Mauvoisin, diocèse de Tarbes. –

Deaulho, 1570. E. 394(1).

Méré. Marchant Ponce, 1478. E. N.N.

Frère Pesselières (Pierre de),

grand prieur de l'abbaye Saint-

Germain d'Aux.. 1570. E. 394.

Merry-Ia-Vallée.– Courtoys Jean, 1541. E. 384.

– Julien Edme, 1865. E. 390 (2).

Teppenier Joseph, ch.

d'Aux., 1586. E. 407. 1593. E. 429. Merry-la-Vallée. Madelain Julien, 1603. E. 434.

Merry-Sec. Odry Nicole, 1481. E. 368. 1483. E. 369. Roussel Pierre, docteur en

médecine, 1305. E. 375 (3).

Merry-Sec. Charmoy (Germain de),

ch. d'Aux., 1521. E. 413. 1541. E. 488. Merry-Sec. Halle (Jacques de Méta-

gnes de la), docteur en théologie,

ch. d'Aux., !~8. E. 392. 1571. E. 396. Merry-Sec. Delagrange Isaac, 1603. E. 434.

Merry-sur-Yonne. GrassetËtienne, 1508. E. 374. <509. E.376. Méziïïes (4). Delaloé Louis, ch.

d'AMa; archidiacre de Puysaye, 1527. E. 380.

Mézilles. Delabarre Louis, ch.

d'Aux., archidiacre de Puisaye, 1535. E. 421.

Mézilles. Grillot Charles, ch. d'Aux.,

archidiacre de Puisaye, 1560. E. 388.

Mézilles. Martin Regnault, ch.

d'Aux., archidiacre de Puisaye, <594. E. 429.

Migé. Poillopot Germain, 1515. E. 377.

Pellard Jean, 1568. E. 392.

Migennes. Thénin Henri, 1502. E. 375. 1504, 1505, 1508. E. 374. 1513. E. 376.

1516. E. 488. 1521. E. 379.


Migennes.–~tc.Toynot Michel. 1543. E 388.

Molesme. Bénard Jacques, 1821. E. 379. 1824. E.380. 1528. E. 496. 4527. E.

417(1).

– Bard Nicole, 1868. E. 392. 1886. E. 407. Molosme (la fosse). Ginoy (Jean de),

chanoine de Saint-Pierre de Tonnerre, 1588. E.681.

Monéteau. Delastre Étienne, 1517. E. 378.

– Joyse Jacques, ch. d'Aux., 1536. E. 382.

– Lenormant Laurent, ch.

d'Aux. ~568. E. 392. 1570. E. 394 1571. E.396.

Monéteau. Moreau Edme, 1574. E. 399. 1583. E. 404. Vie. Guillot Humbert, 1506. E. 374. 1517. E. 378. Vie. Maupetit Jean, 1524. E.380.

Montsauche.- Partiot Léonard, 1578. E.402.

Montigny-le-Roy. Le Gay Guillaume, 1494. E. 373.

– Regnard Guillaume, 1513. E. 410.

– Guiart Philippe, i524. E. 380. 1528. E. 417.

– Colas Louis, c/t.d'~Ma:. 1571. h. 396.

Vie. Rétif Claude, 1829. E. 416.

Moulins-s-Ouanne.–Théveneau Nicolas, 1804. E. 375.

Moutiers. Magdelain Jean, 1509. E. 376.

Lemuet Philippe, 1530. E. 381 (2).

Lemuet Étienne, chantre de

la collégiale de Varzy. 1580. E. 381.

Moyson (?). Bougars Jean, 1819. E. 439.

Myennes. – Billart Jean, ch. d'Aux., 1824. E.380.

Nannay. Machuré Michel, c~. d'Aux., 1821. E. 379.

Boitel, Antoine, ch. d'Aux., 1571. E. 396.

Narcy. Frère Aulbin Guillaume (3), 1808. E. 378.

Legendre Jeannin, 1524. E. 380.

Vie. Blasy Hugues, 1507. E. 374.

Neuffontaines. VÏc. Guyton Pierre, 1527. E. 439.

Neuilly. Guillot Pierre (4), 1494. E. 373.

(1) Pans ce dernier acte, il est dénomme Bernard et qualifié de chanoine de Notre-Dame de la Cité d'Auxerre.

(2) A cette date il ayait déjà résigné sa cure à Etienne Lemuet, son neveu. Il est désigné à l'acte « ancien curé

(3) Il est qualifié prieur-curé.

(4) Dans l'acte de 1591 E. 430, <~ 202, il est relaté qu'un Pierre Guillot en était curé en 1568.


Neuilly. -Vie. Dumont Étienne, 1597. E. 430.

Ncuvy-Sautour.– HuréËtienne, 1602. E. 432.

Nolay. Blondeau Philibert, 1585. E.N.N.

Noyers. Brusselet Martin, 4603. K. 433.

Odant (Oudan). Ramonet Pierre, 1547. E. 387.

Oisy. Garnier Jean, c/t. d'/ttu; 1491, E. 372.

Lotin Étienne, ch. d'A~ < MO. E. 388. 1565. E. 390. 4571.M.396.

Ormoy. Davy ou David Germain,

ch. de la cité d'Aux., 1570. E. 394. 457t. E. 396. Ormoy. ~M. Perrette Jean, ~3. E. 410.

Ouagne.– Pinot Claude, ~94. E. 429.

Ouanne. Rojot Hugues, t M~. E. 379.

Ûevauix.Jean, 1576. E. 404.

Ouzouer. Hervy Pierre, ')568. E. 392.

Parly. Maillard Chrétien, ~3. E. 376.

Laponge (Jean de), ch. d'Aux., 4560. E. 392.

Vie. Robin Guy, ~3- E. 376.

Perreuse. Loré Jean, ~6.E.377(<).

Covignon, 1577. E. 402.

Frère Garnot Jean, religieux

de l'abbaye Saint-Père d'Auxerre, 1590. E. 427.

Parigny-la-Rose.- Richard Zacharie,

ch.deVarzy, ~76.E.40<(2).

Parigny-la-Rose.– Guillaume Edme,

<A.~M~ 1591. E. 427.

Perrigny-pres-Auxerrf.–Souef Vincent, 1494. E. 373.

Chatmoillet Guillaume, 1496. E. 373. ')504. E.

374 (3).

ChoppartJean, 1527. E. 415,

Dupuis Jean, 1573. E. 398. 1583. E. 404.

1590. E.427.

VM. Jardelot Jean, 1505. E. 374.

Perrigny-sous-Rougemont (sur Arman-

çon.) Nauldot Jean, 1555. E.N.N.

Pimelles. Berthelot Jean, ''475. E. N. N.

Boullard Jean, 1549. E. 650.

(1) Prieuré-cure de Perreuse et Lainsecq.

(2) Son prédéceseur, avec lequel it transige, est noble Jean Lesourt, chanoine et trésorier du chapitre d'Auxerre.

(3) En 1505 il n'existait plus, ses héritier!! vendent ses biens E. 374, f 38.


(1) Dans son histoire de Quarré, l'abbé Henry ne mentionne pas cet ecclésiastique dans la liste des curés de la paroisse.

(2) Quenne était un prieuré-cure.

(3) Laurent Petitfou était en môme temps que curé de Quenne, ch, d'Auï., abbé de Saint-Père d'Auxerre et curé de Sougères et d'Etats.

(4) Probablement vicaires par amodiation ils sont deux et de plus l'acte porte « a présent vicaires

Poilly (lequel ?), Benoist Jean, doc-

teur et régent en l'Université de Paris, 1862. E.389.

Poilly-sur-Tholon. Auberger Edme; 4574. E. 400. 1602. E. 432. Pontaubert. Frère Jansson Jean, 1827. E. 439.

Pougny-sur-Loire, Barat Jean, ch.

d'Aux., 1558. E. 488.

De la Halle Jacques,

ch. d'AtM; 1560. E. 488.

Charnot François, 1576. E.401

Pourrain. Grilot Jean, ~490. E. 371.

Lambert Nicole, H96. E. 373.

Charmoy (Germain de), ch.

d'Aux., 4524. E. 379.

Pourrain. Julien Jean, 4537. E. 383.

Pourron Edme, 184~. E. 488.

Delabarre François, doyen

du chapitre d'Auxerre, ''562. E. 389. <56&. E. 390. Pourrain. Le Royer Sébastien, ch.

d'Aux., ')57i.E.396.~574.E.400. Prégilbert. Montenoys (Claude de), 1577. E. 402.

Préhy. Massot Jean, 0~. E. 376.

Magnen Pierre, ch. d'Aux. et

sous-chantre du chapitre, ) 841. E. 384.

Préhy. Denisot Valérien, 1577. E. 402. 1390. E. 427. Prémery.–CouchetAgnan,c~.c!'At<iE., 1524. E. 380.

Vie. Chappuz Étienne, 1534. E. 380.

Quarré-les-Tombes.–ToullotToussaint, 1513. E. 449 (1).

Quenne (2). Lestau Jean, 1506. 1508. E. 374. 1514. E. 411.1517. E.412.

Robert dit Martinot, Guillaume, 1527. E. 415. 1529. E. 416. – Petitfou Laurent, 1560. E. 388. 1568. E. 392 (3). 1577. E. 402.

Gastron Jean, 1586. E. 407.

Vie. Gauthier Antoine, '!S24. E. 380. 1527. E. 415. – ~c.Guiart Antoine, 1529. E. 416)~

– Vie. Borne Étienne, 1529. E. 416 )


(Juenne. fM. ~nasunon~tcoie, m~. n. ~.7~.

Hon'ey (1). Guillaume Laurent, 1475. E. N.N.

Pescheteau Marin, 1553. E. 652(1).

Picard Edme, 1869. E.661.

Ronchères. Tallon François, 1821. E. 379.

JobertAignan, 1525. E.488.

Vie. Mathieu Blaise, 041. E. 384.

Sacy. Goy Jacques. 013. E. 376.

Saintpuits. Pourcin Robert, 004. E. 375. 007. E. 374. 4524. E. 380 (2).

Saintpuits. Peronnet Denis, ch.

~M.B. et pénitencier du chapitre, 091. E. 427.

Saint-André-en-Morvan. Coutin Clé- 043. E. 452.

ment,

Saint-Bris. Boileau Edmond, cha-

noine de la cité d'Aux., 002. E. 375.

Saint-Bris. Girardot Jean, 4563. E. 390. 074. E. 400. Lebrun (et Brun) Jean, 076. E. 401. 1583. E. 404.

Satnt-Cyr-Ies-Colons.–GuyartHugues, 1483 E. 369.

– Cornevin Germain, 1574. E. 400.

– VantrouillerJac-

ques ch. d'A~ 4 576. E. 401(3) 1577, E. 40~. Saint-Cyr-d'Entrains(4).-Broc (Pierre 1571. E.396.

du) ch. d'Aux.

Saint-Eusëbe-en-Puisaye. Masoyer 1515. E. 377.

Jean,

Saint-Eusèbe-en-Puisaye. Massurt 016. E. 377.

Jean,

Saint-Eusèbe-en-Puisaye. Massurt 035. E. 421(5).

Jean, dit de Villiers.

Saint-Franchy-les-Aunay(6).-Delavau

Denis, ch.d'~Ma; 067. E.391.

m RnÛRv est un orieuré-cure. M. Pescheteau est mentionné « demeurant t

(i) Ron'ey est un prieuré-cure. M. Pescheteau est mentionné « demeurant au diocèse de Chartres ».

(2) Est désigné chanoine d'Auxerre en 1524.

(3) Ce chanoine devient curé de Saint-Cyr par permutation avec M. Catin Bonaventure.

(4) Saint-Cyr, hameau d'Entrains, était autrefois paroisse (Dictionnaire topographique de la Nièvre).

(5! It n'existait plus à cette date. Une maison qu'il possédait à Auxerre est vendue par ses héritiers.

(6) Ancienne paroisse lieu détruit. (Dictionnaire topographique de la Nièvre.)


itH~O U A~Lti~~ME'O iTH~MtEfO. · ~iv

Saint-Georges. Riote Louis, 4 495. E. 373.4 504. E. 374(4). – Pérille Etienne, 4543. E. 376.

Gojat Jean, cha-

noine de Notre-Dame de la cité d'Au-

xerre 0~7. E.445.

Saint-Georges. Musniot'GuiUaume, ')566. E. 488.

– Troyes (Jean de), ')568.E.392.

– Gueneau Pierre, 1570. E. 393. 071. E. 395. – Thiébault Guillau-

me, ch. d'Aux., 4576. E.404.

Saint-Georges. Lessouré Jacques, 4383. E. 495.

– Dallandard Pierre, 4 603. E. 434.

Saint-Germain-des-Champs. Chevil-

lotte Didier, 4532.E.462f2).

Saint-Loup-des-Bois, Pelaud Jean,

le jeune ~M4. E. 380.

Saint-Loup-des-Bois. Leclerc Jean,

c/t.~M~ 4 546. E. 386.

Saint-Malo. Musnier Jean, 4544. E. 376.

Saint-M artin-des-Champs. Delaporte.

Jean,c~. d'Aux., ~~6. E. 377.

Saint-Martin-des-Champs. Gaulthier

Pierre, ~68. E. 392.

Saint-Martin-des-Champs. Lefort

Samson, ) 574. E. 396.

Saint-Martin-des-Champs. VM. Man-

gis Simon. 4546. E. 377.

Saint-Martin-de-Tronsec.– Molée Phi-

lippe, 4 5~4. E. 379 (3).

Saint-Maurice-Thizouaille. Theve-

neau Nicole, ch. tortrier d'Aux., 4505. E.374.

Saint-Maurice-Thizouaille. Pierre

Claude, ~T3. E. 398.

Saint-Père-du-Trépas (autrefois Nusy)

Hennequin Jean, ch. et grand archi-

diacre d'Aux., 4 524. E.380.

(nacre u aux., tu< ~.uu~.

(1) Est qualifié ainsi que tous les curés qui suivent, maître et administrateur de l'Hôtel-Dieu de la Madeleine d'Amerre. Pendant longtemps le cure de Saint-Georges a été de droit maître de cet hôpital.

(2) L'abbé Henry est dans l'erreur en indiquant la nomination de ce curé en 1535 (Histoire du canton de Quarré-les-Tombes).

<3) Etait un prieuré-cure.


(Ij Etait un prieuré-cure.

{2) Indiqué à l'acte naguières curé de St-Vinnemer et Tanlay son secours (3)DiocesedeRoan(Rouen).

(4) Etait en outre chanoine d'Avallon et curé de Vermenton.

i&) Résigne sa cure au profit de M. Morisson Jacques qui s'engage, aussitôt qu'il en sera pourvu, à lui payer sa vie durant une pension annuelle d e 2o 1., à prélever sur les revenus de cette cure.

3'78 XËCUML DE DOCUMENTS

Saint-Pere-du-Trcpas. Moreau Jac-

ques 1S70. E. 394.

Saint-Privé. Courtenay (Jean de) 1535. E. 421.

– Delabarre François,

doyen du chapitre d'Auxerre, 1586. E.407.

Saint-Sauveur. Robineau Etienne, 152'). E. 379.

Saint-Vérain-des-Hois. Dùchanoy

Jean, 1591. E. 427(1).

Saint-Vinnemo-. Boivin Jean, ~550. E. 68L

– Le Seui-re Nicolas, ')o87.E.676(B).

Sainte-Colombe-près-l'Isle. – Lalmus

Jean, ch. d'Avallon, 15:30. E. 439.

Sainte-Cotombc-prës l'Isle. Durand

Nicole, ''58t. E. 403.

Sainto-Cokmbf-sur-Loing. Lemuet

Etienne, ch, et pénitencier d'Aux., ')543. E. 385.

Sainte-Genevieve-cn-Bray (3). Mi-

chel Jean, ~4. E. 4~. ·

Sainte-Pallaye. Monot Jean, 1511. E. 376. <513. E. 410. <5m.Ë.50~. e

Guillaume VaI6ricn, ~568.E.3M.4577.E.403.

Saints-en-Puisaye. Bertrand Ger-

main, ch. d'Aux., ')574. E. 399.

Savigny-en-Terro-PIainf;. Frère

GuUlautne, E. 438(4).

Saxy-Bourdon. Legros Etienne, ch.

d'.4Ma;. ~o09. E. 376.

Seignelay. Carpe Jean, ')485. E. 370.

– Azinier Edme, 1516. E. 377. 1521. E. 379. DamyBtanchet(lc jeune) 1534. E. 380.

Moreau Jacques 1568. E. 392.

BohonJean, ') 574. E. 399.

Roy Jean, 1601. E. 431.

~c.Perrin Claude, 1524. E. 380.

Somentron.–ThiotCharles.c/t.~M.K. 1568. E. 392. 1571. E. 396. Armant François, 1591. E. 488 (5).


(1) A cette date il n'existe plus. L'acte qui le fait connaltre est une requête présentée à t'évëque d'Auxerre par M. Fourneau Doucet, pr6tre, pour être pourvu de la cure de Sery, vacante par le décès de M. Regnard Regnauld, pour laquelle il a été présenté par l'abbé de Vézelay.

(2) Désigné comme prieuré-cure.

!3) Citée à l'acte diocèse de Nevers.

(4) Il est qualifié à l'acte curé de Sully, de Bouy et de Saiut-Cyr.

(5) Dans E. 488 il est quattfié de secrétaire de révoque d'Auxerre.

(6) Cité « naguières curé de Taingy ».

(7~ Qualifié en 1571 de eh. de la cité d'Auï. et en 1586 de ch. d'Aux.

(8) Le curé était doyen et maître de l'hôpital Nôtre-Daine de Tonnerre.

Semcntron.– Morisson Jacques, 1591. E. 488.

Brusselet Thomas, 1603. E. 433.

Septfonds. Couchet Agnan, c~.

d'/tMa?. 1524. E. 380.

Septfonds. Baron Jean, ch. d'/tM.t; 1541. E. 384.

Serrigny. Joterat Léger, 1550. E. 651.

Merroy (Philippe de) reli-

gieux de l'hopital de Tonnerre, 1569. E.661.

Sery.–RegnardRegnauld, 1576. E. 401(1). Sougères-en-Puisaye. Gouste Ale-

xandre, 1509. E. 376 (2).

Sougëres-cn-Puisaye. Petitfou Lau-

rent, 1565. E, 390. 1o71. E. 396. Sougères-en-Puisaye. – Frère Bure-

teau Pierre, 1377. E. 402. 4590. E. 427. Souzert ? (3). Delaplanche Jean,

chanoine de Varzy, 1530. E. 420.

SuIty-sous-Loire.– Broc (Pierre du)

c/t. d~ (4), 1568. E. 392. 1576. E. 401. Surgy. Maillard Edme, 1577. E. 402. 1S86. E. 408. Taingy. Bridé Louis, 1524. E. 380, E. 488 (5). Kerner Michel, ch. <f.tMa; 156~ E. 389.

De la Motte Hector, 1565. E. 390 (6).

Motet Jean (7), 1570. E. 394. 1571. E. 396. 1o86. E. 407. 1591. E. 427.

Motet Jean, le jeune, 1593. E. 429.

Thon. Me. Guilleton Thomas, 1516. E. 377.

Tonnerre. Paroisse Notre-Dame(8).

Poussier Guilleaume, 1475. E.N.N.

Tonnerre, Paroisse Notre-Dame.

Mousse (Pierre de la), 1543. E. 648.


uetormGL.tauue,6ft.n~tt.< tuu<j. n.ouu.

(1) Il était en outre évêque de Bethléem (Clamecy) et aumônier ordinaire du roi.

(3) Probablement Poneret, devenu curé de la paroisse en 1583.

(3) Curé du Val-de-Mercy par suite de résignation à son profit par M. Claude Regnard, curé de Saint-Eusèbe d'Auxerre, moyennant la pension annuelle de 10 écu!.

(4) Cette cure était unie à la chantrerie de Varzy.

(5) Désigné prieuré-cure.

Tonnerre. Paroisse Notre-Dame.

Beaûjeau (Philibert de), 1553. E. 653 (1).

Tonnerre.–ParoisseNotre-Dame.–

Barbette Edme, 1585. E. 676.

Tonnerre.– Paroisse Notre-Dame.

Vie. Brasley Jean, 1 S49. E. 650.

Tonnerre. Paroisse Saint-Pierre.

GuérinJean. 1476. E. N.N.

Tonnerre. Paroisse Saint-Pierre.

Poneret Claude, 1583. E. 678,

Tonnerre. Paroisse Saint-Pierre.

Dujardin Michel, 1601. E. 708.

Tonnerre.- Paroisse Saint-Pierre.

Vie. Porret (sic) (2) Claude, 1 554. E. 651.

Toucy. Lecueur Antoine, chanoine

trésorier de la collégiale de Toucy, 1590. E. 427.

Treigny. Delabarre François, doyen

du chapitre d'Aux., 1584. E. 406. 1586. E. 407. Triguières. Chiquereau Hugues, 1573. E. 429.

Trucy-sur-Yonne. Charretier Jean, 1513. E. 410. 1524. E. 380, 1526. E. 414.

Val-de-Mercy. Frère Regnard

Claude, ''S68. E. 392.

Val-de-Mercy. Jolly Laurent, 1591. E. 427 (3).

Varzy. Paroisse Saint-André. Le

May Jean, ch. d'~M~. chantre et

chanoine de la cathédraledeVarzy(4), 1507. Ë.374.

Vaux. Colon Etienne, 1491. E. 372.

Lesago Jean, 1508. E. 374.1521. E. 379. ')5S!4.E.380.

Gastron Jean, 1578. E. 402.

Thomereau Jacques, 1594. E. 488.

Frère Canet Toussaint, 1603. E. 434.

Venouse (5). Pouchère Jean, 1502. E. 375.

Bolangiers (Hugues de) 1526. E. 414.

DelormeClaude,ch.d'Aux. 1565. E. 390.


TmÉS O'ANCtËNNES MtNUTES. 979 IUftnh:ftft a"v ~ft~À

(1) Etait en outre abbé de t'abbaye Saiut-Pore d'Amerre.

(2) Etait du diocèse de Rouen.

(3) Etait en outre en 1511, curé de Savigny (on terre plaine).

(4) Etait un prieuré-cure.

(5) Etait en même temps curé de Saint-Mamert d'Auxerre.

(6) Un Martial Delinotte est ch. d'Aux. en 1591 (E. 429).

TUtES 0 ANCIENNES MINUTES. ~U

Venousc. Gy6 (Maurice de) grand

archidiacre de Troyes, 07~. E. 396.

Venouse. -Petitfou Laurent. c~. d'~tM.

et grand archidiacre, 086. E. 407.093. E. 429(<). Venoy. Brocart Etienne, <48<. E. 368. ')490. E. 37<. <49~.E.372.

– Masoyer Hugues, clorc, <534.E.380.

– Follet Ponce, 1566. E. 488 (2).

– Roy Edme, <o70. E. 393. <S72. Ë. 397. – Laud Edme, ~83. E. 404. <884. E. 406. Vermenton. Frère Guillaume, ch.

d'Avallon, ~LE.438(3).~7.E.378. <833.E.4SL

Vermenton.–GiboinEdme, ')570. E.393.

Vie. Delacourt Jean, <5~. E. 379.

Vittefargeau(4).– Frère Cousin Jean, <490. E. 37~. 004. E. 374. 006. E.374. OU. E. 376.

DorleansJean, 0<6.E.377.024.E.380.

Cochon Gilles, ch. d'Aux., 066. E. 488. 067. E. 39L

Tribolé Simon (5), 068. E.393.

Legueux Gaubert, <603. E. 434.

ViUomer.–GuUlaumeEdme.c/t.tM!. 094. E. 429.

Delinotte Martial (6), 097. E. 430.

VM.JattierJean, 034. E. 379.

ViUeneuve-les-Genets.–NoirotJean, 008. E.374.

Villeneuve-Saint-Salve. Charretier

Jean, ~493. E. 373.

Villeneuve-Saint-Salve. Dagobert

Léon, ch. d'Autun, 039. E. 384.

Villeneuve-Saint-Salve. -David Nicole 062. E. 389.

– Droin Jean, 4568. E.392. 1577. E.402.

094. E. 429.

– Bourbon

Jean, ch. de Varzy, 1570. E. 392.

Vincelles. Servignien Jean, 090. E. 427.


Vincetottps. Frero Hetin Nicole, 00!E.375.<5<5.E.377(<).r<c.LcgierGuy. ~07. E. 374.

t)c.MoynatPien'o,)'c-

tigicuxdo Saint-Marien d'Aux., <5<5. E.377.

Vittiers-Saint-Monott.–LcChaussc-

tierYthier. 1 <M8.E.37!<.

Vitticrs-Vincux.–LaprostoJcan, <!)8H. E.68<. Vutaincs.–ThibauttJoa)), <6t.E.t75. BAUX t)H CURES (2)

A)')'0)GNY. 1886 (E. 408). Amodiation pour un an, par m~ Pierre Berger, trésorier de la cottégiate et cure de la paroisse, a M. Chartes de la Motte, prêtre du diocèse de Cambrai, de la cure du dit Appoigny, moyennant ta redevance de 5 écus 1/3, toutes charges acquittées.

AMY-suR-Cmu;. 1824 (E. 380). Raymond Froissart, prêtre, reconnait qu'il doit a Denis Bette, cure d'Arcy, 19 1.1. sur l'amodiation de cette cure.

Aucv. d519 (M. 488). Amodiation pour 3 ans par M. Feiix Gressin, prieur-cure d'Au~y, a M. Ctaude Prunier, prêtre, du dit prieure-cure, moyennant la pension annuelle de 27 1.1. De plus, le bailleur se réserve la jouissance du jardin situé devant le presbytère et de la maison sise ù Auxerre, qui appartient au prieure.cure iS4t (K. 488), amodiation pour trois ans par M. Fetix Masle (3), prieur-cure d'Augy, à MM. Félix Gressin, cure de Saint-Peterin d'Auxerre, et Etienne Borne, prêtre a Augy, du dit prieuré-cure, moyennant la pension annuelle de 95 1. t. et à la charge de faire chaque année dans les vignes de la cure 300 chefs de provins, les fumer ou les terrer, et de recevoir à leurs frais 3 fois par an le curé, son homme et ses chevaux ~865 (E. 390), amodiation pour 5 ans par Félix Masle, abbé de Marcilly et prieur-curé d'Augy, à Jean de Rimbert, prêtre, du dit prieuré, moyennant la pension annuelle de 120 1.1., 2 feuillettes de vin clairet provenant des vignes de la cure, livrables à Auxerre, et aux charges suivantes faire dans les vignes de la cure 200 chefs de provins par an entretenir le verger de clôture (<) Est désigné !t cet acte sacristain de Saint-Macien d'Auxerre. (!) Voir le bnil de la cure d'Oisy (1491) inaÉr6 in «!'<<MO & titre do spécimen. C'est le plus ancien dos actes de cette nature. 4

(3) La famille Maate habitait Auxon'e à la fin du xv. siècle et au xv<' on on trouve dos membres, notaires, tanneurs, bouchers, etc.


« sans le dépoputer d'arbres, ains y en planter au lieu on le d. « preneur verra bon estrc acquitter la redevance de 12 bichets de froment dont la cure est grevée au profit des chanoines de la Cité d'Auxerre, et recevoir a ses trais, 4 fois par an et deux jours chaque fois, le bailleur, son homme et ses chevaux – 1874 (E. 399), amodiation pour 5 ans par le même, à Germain Jarsin, prêtre, du dit prieure-cure d'Augy. Chacun aura droit a la moitié des revenus et paiera la moitié des charges.

AuxEanE. Cure <S'(M~-6'<<ïM, 1862 (E. 389). Amodiation pour 3 ans par Jean Thibault, chanoine d'Auxerre et curé do Saint-Gervais, à Jean de Rembert, prêtre, de la dite cure, pour 30 1.1. de pension annuelle.

C<<~ ~a~-ZoMp, 1816 (E. 377). Bail pour un an par Robert Brocart, contrôleur du grenier Il sel d'Auxerre, commis par le roi « au gouvernement et régime de la cure de SaintLoup à M. Simon Barbarant. prêtre, de la dite cure, pour 50 1. t. de redevance 1570 (E. 394), bail pour 6 ans par Michel Kerner, chanoine d'Auxerre, curé de Saint-Loup, à MM. Pierre Bertrand et Marin Regnault, prêtres, de la dite cure, moyennant la pension annuelle de 140 1. t., le paiement de toutes les charges dont la cure est grevée et l'entretien de la maison presbytératc. de menues réparations;–1662 (E. 494), le curé de Saint-Loup, Pierre Sa lié, amodie pour 15 ans la desserte de la cure à M. Pierre Breton, prêtre. Ït lui alloue la portion congrue de 300 t. t. dans lesquelles se trouvent comprises tes 180 que les fabriciens doivent au curé pour gages d'un vicaire.

Cure ~M~<:M~, 1521 (E. 379). Bail pour 3 ans par Jean Brothier, curé de Saint-Mamert. à Guillaume Baron, de la dite cure. Pension annuelle, 45 1. t.

C~e ~?~0~, 1827 (E. 380). Bail pour 4 ans par Laurent Bretel, chanoine d'Auxerre, curé de Saint-Regnobert, à Michel Galetat, prêtre, de ladite cure. Pension annuelle, 50 1. t.; 1871 (Ë. 396), bail pour 3 ans par Jacques Maignen, chanoine d'Auxerre, curé de Saint-Regnobert, à Claude Legros, prêtre, de ladite cure. Pension annuelle, 60 1. t. Le preneur jouira du « jardin « et aisance de la maison presbytérate »; 1878 (E. 402), id. pour 3 ans, par le même, à Nicole Chaillot, prêtre, au même prix. Pen~ dant ce temps, le preneur jouira du presbytère et de son jardin 1890 (E. 427), id. pour 2 ans, par le même à Joseph Morisson, prêtre, pour le prix de 13 écus sol. et 1/3 d'écu.

ANAN (Asnan). 1841 (E. 384). Amodiation pour 3 ans par Jean Périer, curé, a Jean Longeron, prêtre, de la dite cure. Pension annuelle, 52 1.1. et à la charge de recevoir a ses frais,


deux fois par an, le dit curé ou ses commis avec deux chevaux.

BEAuvom. 4564 (E. 478). Amodiation pour 3 ans par Nicole Blanchard, chanoine d'Auxerre et curé, aux frères Maquaire, prêtres et autres, de la cure. Pension annuelle, 90 1 t. Au cas où les preneurs seraient empêchés dans la perception des revenus par les personnes appeliez huguenotz n, il leur sera fait, après expertise ou information, une déduction proportionnelle :x dommages 1570 (E. 394), bail pour un an par le procureur d'Antoine Morin, curé de Beauvoir, à Edme Tesson, prêtre, de la dite cure. Pension, 45 1.1., sous condition que « ou les rebelles < au roy prandroient et transporteroient les fruictz dicelle pen« dant le d. temps M déduction sera faite.

BILLY. J871 (E. 396). Amodiation pour 3 ans par Pierre Colas, chanoine d'Auxerre, curé, à Laurent Pautrat, prêtre, et Jean Simon, praticien. Pension annuelle, 120 1. t.; charges faire dans les vignes 300 chefs de provins et les fumer et « SNMM~M* faire arpenter et borner tous les biens, à leurs frais, et donner l'arpentage à la fin du bail faire établir par un notaire < tous les < ans et à leurs despens ung papier ou roulle [rôle] contenant « la recepte des cens et rentes et recevoir à leurs frais le curé, son homme et ses chevaux « toutes et quantes foys qui luy plaira e. y aller, et chascune des d. foys par lespace de troys jours 1891 (E. 488), id. pour 3 ans, par noble Jean Lesourt, trésorier et chanoine d'Auxerre et curé, à Jean Duval, prêtre. Pension annuelle, 28 écus d'or soleil.

BOUILLY. –1878 (E. 394). Amodiation pour 3 ans par frère Pierre de Beaurepaire, religieux et chantre de l'abbaye SaintGermain d'Auxerre, curé, à Jacques Naslot, prêtre. Pension annuelle, 70 1. t. et recevoir à ses frais, 4 fois par an et 3 jours chaque fois le curé, un homme et les chevaux.

BRANCHES. 1593 (E. 429). Bail pour 3 ans par noble Ythier Fanon, prieur et curé de Branches, à Guillaume Perrette, prêtre, de la desserte de la cure. Portion congrue, 16 écus sol et 2/3 d'écu et les « revenus du dedans de léglise seulement ». Charge fournir le luminaire « et aultres choses que le prieur est tenu fournir. CESSY-LES-Bois, 1830 (E. 381). Amodiation pour 3 ans par Pierre Maignen, chanoine d'Auxerre, curé, à Louis Marchas, prêtre. Pension annuelle, 140 1.1.

CHARBUY. 1824 (E. 380). Bail pour 3 ans par Pierre Maignen, promoteur général du diocèse d'Auxerre, curé, à Edmond Jalletier et Jean Edot, prêtres. Pension annuelle, 90 1.1. 1893 (E. 429). Id. pour 3 ans par Martial Delinotte, chanoine d'Au-


xerre, curé, à Pierre Contentin, prêtre, de la desserte de la cure. Portion congrue, « revenus du dedans de l'église (casuel) et 32 bichcts de blé « tel que le curé a droict de prendre et per« cepvoir sur le grand disme appartenant à lévesque J'Au< cerre

CHASTENAY. 1891 (E. 427). Bail pour un an par Jean Tallebrun, curé, à Edme Bertrix, prêtre, de la desserte de la cure. Portion congrue 45 bichets de blé et les « revenus du dedans de léglise

CHAUMOT. –1516 (E. 488). Bail pour le temps qui reste à courir du bail de la cure consenti pour 5 ans en !818 à feu Pierre Gascoing, prêtre, par Jean Le May, chanoine d'Auxerre, curé. a Richard Gascoing, prêtre, neveu de l'amodiataire défunt. Pension annuelle, 120 t.

CHEMiLLY-pRÉs-SEtGNELAY. 1576 (E. 401). Bail pour S ans par Jacques Bouchet, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Jacquemier, prêtre, et autres. Pension annuelle, 110 i. t. Charge recevoir à leurs frais, 3 fois par an et 3 jours chaque fois, le curé avec deux hommes et deux chevaux. Nota. Il leur est expressément défendu de faire desservir Beaumont, « le secours de Chemilly (annexe) par un homme dégiise sans le consentement du curé. 1S76 (E. 401). Id. pour 7 ans par le même à Pierre Sigault, prêtre, et Edmond Soufflard, laboureur. Pension annuelle, 110 1.1. et réception du cul é.

CHEMtLLY-suR-SEREiN. 1871 (E. 661). Bail pour S ans par Pierre Jobert, curé, à S. Jullyot, prêtre, et Tartarin, boulanger. Pension annuelle, 160 1. t., plus la réserve de deux petits prés. Outre les conditions ordinaires, il est stipulé que si le bailleur était contraint de résider à Chemilly ou voulut y demeurer, il aura droit au tiers du revenu de la. cure.

CHicHERY. – 1571 (E. 396). Bail pour 5 ans par Charles Légeron, chanoine d'Auxerre, curé, à Jacques Huchon, prêtre. Pension annuelle, 70 1. t. Charge recevoir à ses frais, 2 fois par an et 3 jours chaque fois, le curé, son homme et ses chevaux. 1578 (E. 402). Bail pour 5 ans par Guillaume Grongnet, curé, à Edme Mensain, prêtre. Pension annuelle, 23 écus et un tiers, la rente de 81. t. due au curé par le chapitre d'Auxerre, et à charge de recevoir le curé.

COULOUTRE. 1824 (E. 380). Bail pour 5 ans par Guillaume Chausson, chanoine d'Auxerre et officiai, curé, à Jean Girault, prêtre. Pension.130 l.t.– 1830 (E. 381).–M. pour 3 ans par Pierre Maignen, chanoine d'Auxerre, curé, à Philibert Barse et' Martin Nallot, prêtres. Pension l'" année 220 1.1.. les 2 autres 240 1. t.-


1841 (E. 384). Id. pour 6 ans par le même, sous-chantre du chapitre d'Auxerre, à Jean Girault, prêtre. Pension, 240 1. t. 1565 (E. 390). – Id. pour 2 ans par Gaspard Damy, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Delavau, prêtre. Pension, 170 1. t.- Id. pour 5 ans par le même, pénitencier du chapitre d'Auxerre, à Toussaint Martin, prêtre. Pension, 148 1.1. 1590 (E. 427). Id. pour 3 ans par Droin Chaucuard: chanoine d'Auxerre, à Jacques Priart, prêtre, et Pierre Guillaumot, hôtelier à Couloutre. Pension, 40 écus d'or soleil. 1894 (E. 429). Id. pour 3 ans du même aux mêmes. Mêmes conditions. 1632 (F. 488). Id. pour 5 ans par Jacques Bernard, chanoine tortrier d'Auxerre, à Jacques Saulnier (1). Portion congrue, 160 1. t., les revenus du « dedans de léglise » et la jouissance du presbytère et de la pièce de terre près de l'église.

CoRvoL-L'ORGUEtLLEUx. 1871 (E. 396). Bail pour un an par Antoine Boitel, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Foutier, prêtre. Conditions, les revenus se partageront par moitié.

COURGIS. 1821 (E. 379). Antoine Tortet, vicaire amodiataire pour 3 ans de la cure (Etienne Gaudète, curé), moyennant pension annuelle de 140 I. t., 6 feuillettes de vin clairet <: de la vigne de la cure et un demi-muid de poires, associe pour moitié à son amo-'diation Liénard Darnol, prêtre. )828 (E. 488). Bail pour 4 ans par Louis Bridé, chanoine d'Auxerre, curé, à Pierre Rousseau et autres prêtres. Mêmes redevances qu'en 1821. 1886 (E.408).-Id. pour 3 ans par Charles Légeron, chanoine d'Auxerre, à Claude Rousseau, prêtre. Pension, 23 écus soleil 1/3. –1890 (E. 427). Id. pour 3 ans par le même à Claude Rousseau et Jean Guillé, prêtres. Pension, 33 écus soleil et un tiers d'écu. 1618 (E. 488). Edme Boullé, prêtre, s'engage envers Jean Le Sourt, chanoine d'Auxerre et curé de Courgis, à desservir la dite cure moyennant la portion congrue de 90 1.1.

COURSON. 1870 (E. 394). Bail pour 3 ans par Antoine Brissart, chanoine d'Auxerre, curé, à Denis Verrain, Nicolas Borne et Pierre Ménigot, prêtres. Pension, 110 1.1. Charge recevoir à leurs frais, 3 fois par an et 3 jours chaque fois, le curé, son homme et ses chevaux.–1871 (E. 396).–!d. pour 3 ans par le même à Pierre Lesaige, prêtre. Pension, 110 1.1. et recevoir, etc. 1880 (E. 488). –Id.pour2ans par Jacques Vantrouiller, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Bard, prêtre. Pension, 80 1. t. Le preneur n'aura aucun droit sur ceux des revenus de la cure actuellement en procès avec le baron de Courson et le seigneur d'Asnus. Charges il sera tenu u (<) H signe ~oat~.


de faire arpenter « et y mettre des bornes par auctorité de justice toutes les terres de la cure, et de donner au bailleur les déclarations des dites terres. Non seulement il ne pourra couper ou abattre aucun des arbres ou noyers qui s'y trouvent, mais au contraire il devra y planter quatre noyers par an. Réception du curé 3 fois par an.

CRAIN. 1541 (E. 488). – Bail pour 3 ans par Laurent Robert, chanoine d'Auxerre, cure, à Bertrand et Petit, prêtres. Pension, 601. t. et recevoir à leurs frais le curé « quand il ira à Crain ». CRAVANT. 1511 (E. 376). Pierre Bérault, prêtre, vicaire pour 3 ans de la cure, par amodiation à lui consentie par Conchet Agnan, curé, moyennant la pension annuelle de 95 1. t. la 1"' année et 100 I. t. les deux autres, prend pour co-associé Guillaume Quincy, prêtre.

CUNCY (ou QumcY)-LÈs-VARZY. – 159t (E. 427). Bail pour un an par Regnault Martin, chanoine d'Auxerre, curé, à Edme Barillot, laboureur. Pension, 60 écus d'or sol. et à la charge de faire desservir la cure in <M~M!M.

DIGES. 1524 (E. 380). Bail pour 5 ans par Jean Borne, curé, à Blaise Lclièvre, prêtre. Pension, 80 i. t.

EGLËNY.–1538(E 488). Bail pour 3 ans par Martin Cochet, chanoine d'Auxerre, curé, à Nicole Carré, prêtre. Pension, 801. t.; –1541 (E. 384). Id. pour 3 ans par Jean Julian, curé, à Nicole Carré, Etienne Roncelin et Claude Michau, prêtres. Pension, 80 1.1. –1543 (E. 488). Id. pour 3 ans par le même, curé, à Nicole Carré. Pension, 90 1. t. -1576 (JE 401). Id. pour 3 ans par Louis Varlet, curé, à Nicolle Chaillot, prêtre. Les revenus et charges se partageront par moitié.

EPINEUIL. 1543 (E. 648). Bail pour 3 ans par Emery de Courcelles, docteur-régent en la Faculté de théologie, principal au collège du Plessis, curé, à Pierre Girard et Pierre Carré, du revenu de la cure. Pension, 135 1.1.; et de la desserte de la dite cure à Nicolle Richardot, prêtre à Epineuil, qui la dessert depuis 7 ou 8 ans. Portion congrue, les revenus du < dedans de léglise », c'est-à-dire les oblations, droits mortuaires, épousailles, etc., à condition de satisfaire aux charges de spiritualité.

EscouvES. 1530 (E. 381). Bail pour 3 ans par Jean Rémond, curé, à Philibert Armant, prêtre. Pension, 80 1.1.

FESTtGNY. –1541 (E. 384). Bail pour un an au nom de Michel Busansoys, curé, à Jean Pourchier, prêtre. Pension, 8 écus soi. FLEURY. 1603 (E. 434). Bail pour 3 ans par Edme Bailly, chanoine d'Auxerre, curé, à Edme Nouet, prêtre, de la moitié de la desserte de la cure. Portion congrue, 50 1.1., 16 bichets de méteil,


tt~–i" ~1 T't~~

~JSOO MB.mJML un uutjumf~io

la moitié des dimcs d'agneaux et la moitié du casuel. L'autre moitié est réservée à un second prêtre qui desservira ~M~e moitié de la cure. Le preneur est affranchi de tous frais de droits spirituels, droits de visite, luminaire, etc.

FONTAINES. 1568 (E. 392). Bail pour 5 ans au nom de Jean Paydet, chanoine d'Auxerre, curé, à Edme Gérulle, prêtre. Pension, 130 t. et la charge de recevoir à ses frais, 3 fois par an et 3 jours chaque fois, le curé, son homme et ses chevaux.

FONTFNOY. –1541 (E. 387). Bail pour 6 ans par Laurent Normant, curé, à Jean Millot, prêtre. Pension, 160 1.1.

FOURONNES. 1593 (E. 429). Bail pour 3 ans par Jean Servignien, curé, Nicole Doin, prêtre. Le preneur aura seul droit au casuel de l'église. Les autres revenus et charges se répartiront par moitié. Dans les charges, figure une pension de 25 1.1. que l'ancien curé, Jean Chevallard, a le droit de percevoir sur les revenus de la cure (sans doute à la suite d'une résignation de ce bénéfice).

GtSY (LES NOBLES). 1811 (E. 376). Bat! pour 5 ans par Léon Gentilhomme, curé, à Louis Bourt, prêtre. Pension, 120 t. GouAtx-LÈs-SAiNT-BRjs. 1868 (E. 390). Bail pour 3 ans par Germain Fauchot, chanoine d'Auxerre, curé, à Jacques Marendes, prêtre, et Bastien Collinet, marchand. Pension, 38 i. t.

GRISY (SAINT-BRIS). –1881 (E. 403). Bail pour 3 ans par le procureur du curé (le nom du curé n'est pas mentionné) à Jean Berry, prêtre. A titre de pension, le curé se réserve la jouissance d'une pièce de terre et vigne de deux arpents, appelée le « cloux du curé

GURGY. 187l (E. 396). Bail pour 6 ans par Pierre Bérault, chanoine d'Auxerre, curé, à Edme et Hugues Jacob, prêtres. Pension, 100 t.

Gv-L'EvÊQUE 1541 (E. 384). Bail pour 3 ans par Nicolas Roze, curé, à Marceau Delacroix, prêtre. Pension, 80 l. t.

HAUTERIVE. –1874 (E. 399). Bail pour 3 ans par GuiHaume Thiébault, chanoine d'Auxerre, curé, à Pierre Bertrand, prêtre. Le preneur aura seul les proffits du dedans de léglise, avec les dismes daigneaulx et de chambfe Les autres revenus se partageront par moitié.

IpANCY. 1841 (E. 384). Bail pour 3 ans par Jean Coquère (sic) (Coquard), alias Baron, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Roulet, prêtre. Pension, 120 i. t.

LAIGNES. –1893 (E. 429). Bail pour un an par Ythier Fanon, prieur de Branches, curé, à Pierre Millot et Robert Pitoyet, marchands à Laignes. Pension, 40 écus sol. et 3 aunes et demie de


drap non', cnarges ïan'e desservir ta cure consoenoeusement par un prêtre « o!oM~ et acquitter toutes les charges dont la cure est grevée.

LAIN. 1834 (E. 488). Bail pour 3 ans au nom de Pierre Pouchet, curé, à Pierre Bourissat, prêtre. Pension, 100 t. t. (1). LAVAu. 1574 (E. 399). Bail pour 3 ans par Toussaint Millot, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Bédu et Pascal Guérin, prêtres. Pension, 200 1. t.

LiGMÈRES. 1882 (E. 689). Bail pour un an par Jacques Frouard, curé, à Bonnet Godin, prêtre. Pension, 220 1. t., dégagée de toutes charges de bénéfice. Charges nourrir deux religieux de Saint-Michel qui « ont coustume de faire le service le 1" jour de may, la veille et soir seulement idem le jour de la fête de la translation de saint Martin; de ptus.recevoirte curé, son serviteur et ses chevaux, une fois ou deux par an résider au presbytère. 1861 (E. 656). Id. pour 4 ans par Jean Géret. prieur commendataire d'Ancy-Ie-Libre, curé, à Bonnet Godin, prêtre. Pension, 230 i. t., et aux charges énoncées dans le bail ci-dessus, à l'exception des décimes, dons gratuits et de la rente de 301. t. que l'abbaye Saint-Michel de Tonnerre a le droit de percevoir sur les revenus de la cure, qui restent à la charge du titulaire, mais dont le preneur fera l'avance.

LtGNOREiLLES. 1862 (E. 389). Bail pour un an au nom de Jean Barat, président et proviseur du collège de Reims en l'Université de Paris, curé, à Antoine Robert, prêtre, et autres. Pension, 1001.1. 1571 (E. 396). Id. pour 5 ans par Etienne Lemaistre, chanoine semi-prébendé d'Auxerre, curé, à Jean Chichou et Antoine Robert, prêtres. Pension, 130 1. t. Charges, outre la réception du curé, etc. délivrer chaque année aux chanoines de la cité d'Auxerre 30 bichets de grain, par moitié froment et avoine, et deux muids de vin clairet « provenant des dismes qui « sont deues ». De plus, il est convenu que le bailleur disposera comme bon lui semblera des « novalles de gros buisson et les « cinquentaines. Nota. Sil survenoyt pendant aulcunes des d. « années guerres civilles et troubles comme le passé et par « fortune de gresle, gellée dommageable déduction en sera faite. 1586 (E. 407). Bail pour un an par André Chauchon, curé, à Jean Bourgoin, prêtre, de la desserte de la cure. Portion' congrue, 10 écus sol., 2 muids de vin clairet, 30 bichets de froment, les menues dimes et le casuel de t'égtise.

(1) Pou)' éviter un malentendu, il est dit dans Facto 100 t. t. « nettes c'est-à-dire franches de toutes charges. Il est certain qu'il en est de même pour les autres amodiations où cette Mt~M est sous-entendue.


L~))RY.–1810 (E. 388). – Bail pour 3 ans par Claude Gonttiier, chanoine d'Auxerre, curé, Edmond Bossuat, « maire de Lindry ». Pension, 100 t. Charges faire célébrer le service divin et recevoir à ses frais, 4 fois par an et 2 jours chaque fois, le curé, son homme et ses chevaux. 1882 (E. 408). Bail pour 9 ans par Pierre Galliot, cure, à plusieurs habitants de Lindry. Pension, 50 écus d'or sol. et à charge de faire desservir la cure, aucun des amodiataires n'étant prêtre.

LucY-sup-Yo~tE. –1868 (E. 392). Bail pour 5 ans par Jean Chevallard, curé, à Nicole Borne, prêtre. Pension, 30 i. t.

MËKË. 1570 (E. 394). Bail pour un an au nom de Pierre de Pessetières, grand prieur de l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre, à Toussaint Jossot, prêtre. Pension, 120 t. t.

MERRY-LÈs-ËGLËNY (f.A-VALLËE). 1541 (E. 384). Bail pour 3 ans au nom de Jean Courtoys, curé, à Denis Metel, prêtre. Pension annuelle, 1SO 1. t. en argent, 12 pintes d'huile, un « quarteron de chambres (chanvre) et ung porc gras du pris de 100 s. t. » 1886 (E. 407). Id. pour 6 ans par Joseph Teppenier, chanoine semi-prébendé d'Auxerre, curé, à Marin Panyé, prêtre. Pension, 30 écus d'or soleil.

MERRY-SEC. 1808 (E. 378). Quittance de 17 1. 10 s. t. donnée au nom de Pierre Roussel, docteur en médecine, curé, à Robert Pourciu, curé de Sainpuits, et à Philippe Baron, prêtre, vicaires par amodiation de la dite cure. Elle avait été amodiée pour 9 ans à raison de 125 1. t. par an. 1568 (E. 392). Bail pour 3 ans par Jacques de la Halle, docteur en théologie, chanoine d'Auxerre, curé, à Pierre Pierre et Jean Davau, prêtres. Pension, 2001. t. Charges :reeevoiràteurs frais, 4 fois paran et 3 jours chaque fois, le curé avec 4 « hommes et chevaulx » et devront résider au dit Merry-Sec. Nota. Au cas où « ilz seroient attainctx de maulvaise « vye et scandalle, le d. bailleur les pourra mettre hors du pré< sent bail ». 1871 (E. 397). Id. pour 3 ans par le même, à Louis Sartin, prêtre. Pension, 200 1.1. Charges outre la réception du curé acquitter <: sans diminution sur son admodiation » les décimes et autres droits il ne pourra, sans le consentement du curé, intenter aucun procès relatif aux dimes de Chéry. S'il subit des pertes occasionnées par des troubles, guerres, grêle, etc., il lui en sera tenu compte après expertise.

MËZ)Lt.ES. –1827 (E. 380). Bail pour un an au nom de Louis de Latoé.curé de Mézilles par son archidiaconé de Puisaye auquel cette cure est unie, à Guillaume Charbonnier, prêtre. Pension, 300 1. t. 1894 (E. 429). Id. pour 5 ans par Regnault Martin, archidiacre de Puisaye, curé, à Jean et Edme Ledroit frères,


prêtres. Pension, 113 écus 1/3. Charge recevoir le curé 4 fois par an, etc.

M)GE')NES. 1821 (E. 379). Bail pour 6 ans par Henry Thévin, curé, à Edmond Cornu, prêtre. Pension, 60 1.1.

MoNËTEAu. – 1868 (E. 392). Bail pour un an par Laurent Lenormant, chanoine d'Auxerre, curé, à Edme Martin et Edme Moreau, prêtres. Pension, la moitié des grains et vins provenant tant des dimes que des biens de la cure. 1574 (E. 399). Id. pour 5 ans par Edme Moreau, curé, à Edme Martin, prêtre. Pension, 80 t. et la réservé par le cu.é des fruits provenant des terres, prés et vignes de la cure.

MoNTtGNY-LE-Roi. 1871 (E. 396). Bail pour un an par Louis Colas, chanoine d'Auxerre, curé, à Claude Flamant et autres, laïques, des revenus de la cure. Pension, 80 1. t. En outre, ils devront donner 12 bichets de blé et 20 1. t. à Germain Catysset, vicaire, suivant le bail de desserte.

MYENNES. 1824 (E. 380). Bail pour 3 ans par Jean Billart, chanoine d'Auxerre, cure, à Denis Bolé, prêtre. Pension, 9KK ) t

ZOu 1. t.

BAIL DE LA CURE D'OISY.

< Le XI" jour du mois de septembre ou dit an (1491), comparurent en leurs personnes, vénérable et discrète personne maistre Jehan Garnier, maistre ez ars, chanoine dAucerre et curé de léglise parrochial dOisy, pour luy dune part, et vénérable et discrète personne M" Alexandre Louat, prebstre, demoutant au dit Oisy, pour luy dautre part. Lesquelles parties recognurent et confessèrent, cest assavoir ledit Garnier avoir baillé et admodié audit M~ Alexandre, et ledit messire Alexandre avoir pris et admodié dudit Garnier ladite église parrochial dOisy ensemble tous les drois, prouffitz, revenues et emolurnens dicelle église dOisy, pour les tenir, avoir, prandre, lever et parcevoir par ledit preneur ou nom dudit curé bailleur; du 4° jour du mois de novembre prochainement venant, jusques à cinq ans prochainement venant et après ensuyvant, contenant cinq debleures. Soubz et parmy ladmodiacion et pension annuelle de soixante et cinq livres t., que en sera pour ce tenu et a promis ledit preneur rendre et paier chascun an audit bailleur, en son hostel cathédral audit Aucerre, en deux termes, savoir, etc. En telle manière et soubz telles condicions que ledit preneur sera tenu et a promis ladite église parrochial desservir bien deuement et honnestement, et les sains sacremens administrer aux parrochiens dicelle comme il est accostume faire dancienneté les mande-


mens de reverend père en Dieu monseigneur levesque dAucerre etde ses oficiers et subgetz, diligemment exécuter; et les héritages qui sont en nature de chose, les maintenir, soustenir en bon et suffisant estat; et à la fin desdites années les rendre et délaissier en bon et suffisant estat de toutes réparacions quelconques. Et ledit Garnier, bailleur, faire, paier et supporter toutes autres charges accostuméez et non accostuméez. Promettant, etc. » (E. 372).

OtSY. 1560 (E. 388). Bail pour 3 ans par Etienne Lotin, chanoine d'Auxerre, curé, à Etienne Botheron, prêtre. Pension, HO I. t. et 2 bichets de pois. Charge recevoir « le curé, son a homme et chevaulx deux foys en lan quant bon luy semblera « aller visiter ses parroichi~ns et le défrayer pour le temps et < espace de troys jours – 1871 (E. 396). Id. pour 3 ans par le même à Etienne Bouteron, prêtre, et à Pierre Bouteron, laboureur, son frère, de la moitié de la cure. Pension, 50 1. t. et un bichet de pois verts livrable à Auxerre. Charges desservir ou faire desservir la « MO!~ d. cure » et recevoir le curé. OuAGKE. 1594 (E. 429). Bail pour 14 mois de la desserte de la cure par Claude Pinot, curé, à Vincent Boisot, prêtre. Portion congrue 80 bichets de grain, par quart blé, seigle, orge, avoine, provenant des dimes de la cure, la moitié de l'herbe du pré du presbytère, la moitié de la chenevière avec « son usage » au jardin du presbytère, la moitié des dimes de chanvre et d'agneaux, à < tous les feuages et passions », et à son chauffage à prendre dans les bois de la cure. Il demeurera au presbytère. PERREUSE. 1890 (E. 427). Bail pour un an par Jean Garnot, religieux de l'abbaye Saint-Père d'Auxerre, prieur-curé, à Germain Divollé, religieux des frères prêcheurs d'Auxerre. Pension, 10 écus d'or soleil et la moitié de la pension due à la cure par le seigneur de Montpensier, qui est de 3 muids de vin, 42 bichets de froment, 8 bichets d'orge, 10 bichets d'avoine et 2 écus sol. PAptGNY-LA-RosE. 1891 (E. 427). Bail pour 2 ans par Edme Guillaume, chanoine d'Auxerre, curé, à Jacques Petit, chanoine de Varzy. Pension, 36 écus d'or soleil et 2/3 d'écu.

PERRtGNY-pRÈs-AuxERRE. 1841 (E. 384). Bail pour 3 ans au nom de Jean Beugnot, clerc, curé, à Pierre Laurent, prêtre. Pension, 60 1.1.

PouGNY. 1888 (E. 488). Bail pour 3 ans par Jean Barat, chanoine d'Auxerre. curé, à Pierre La Faulche, prêtre. Pension, 160 1. t.; recevoir le curé, etc.

POURRAIN. 1841 (E. 488). Bail pour un an par Edme Pour-


cin, cure,- à Jean Robin, prêtre. Pension, 300 écus d'or soleil, la. moitié des « fruits provenant de la cure et 4 agneaux. Charges faire dans la vigne de la cure 300 chefs de provins et les fumer, et recevoir le curé ou son « envoyé et les chevaux, 4 fois par an, 2 jours chaque fois. – 1562 (E. 389). Id. pour 5 ans par François de la Barre, chanoine et doyen du chapitre d'Auxerre, curé, à Christophe Dupont, prêtre. Pension, 160 1. t. et la moitié de la récotte d'une pièce de vigne de deux arpents, appartenant à la cure. Le bailleur n'aura d'autre charge que celle de fournir ses futailles. 1568 (E. 390). Id. pour 3 ans par le même à Nicolle Borne, prêtre. Pension, 100 l. t., 40 bichets de grain livrables à Auxerre et la moitié de la récolte de la vigne ci-dessus. Charge le preneur devra s'adjoindre un « homme déglise < pour l'aider à la desserte de la cure. Nota. Comme le bailleur a fait pour l'année courante tous les frais d'entretien de la vigne de 2 arpents, il en aura tout le produit, moins deux feuillettes de vin qu'il devra donner au preneur. 1571 (E. 396). Id. pour 3 ans par Sébastien Le Royer, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Dupré et François Préhot, prêtres. Portion congrue le casuel de l'église, la moitié des dimes de « gros grains e, toutes les menues dimes la moitié des chanvres exceptée, la moitié de la récolte de la vigne, à charge d'entretien et d'y faire chaque année 500 chefs de provins. Le bailleur paiera la moitié des frais des provins.

PRËHY. 1541 (E. 384). Bail pour 2 ans par Pierre Maignen, chanoine et sous-chantre du chapitre d'Auxerre, curé, à Philibert Bochot, prêtre. Pension, 25 1. t., la redevance annuelle de 150 t. t. pour les grosses dimes de vin et de blé appartenant à la cure, et le produit des vignes de la cure.

ROFFEY. 1553 (E. 652). Bail pour 4 ans par Marin Pescheteau, prieur-curé, à Edme Mathieu et Jean Pascault, prêtres. Pension, 240 1. t.

RoncHËRES. 1521 (E. 379). Bail pour 4 ans par Guillaume Grasset, chanoine semi-prébendé d'Auxerre, curé, à André Caulmet, prêtre. Pension, 80 1. t. 1521 (E. 379). Id. pour 3 ans au nom de François Talion, curé, à André Caulmet, prêtre. Pension, 85 1. t.

RouvRAY (I). 1586 (E. 407). Bail pour 3 ans par Laurent Petitfou, chanoine et grand archidiacre d'Auxerre, prieur-curé do Venouse et Rouvray, son annexe, à Jean Millot, prêtre, de la

(<) Rouvray n'était pas paroisse mais seulement annexe ou secours » comme on disait alors, du prieuré-cure de Venouso.


desserte de Bouvray seulement. Portion congrue 801. t. en argent, 4 bichets de froment, 2 feuillettes de vin clairet et le casuel de t'égtise. H aura droit à une chambre pour se loger, < sans préjudice des actions du bailleur allencontre des habitans dud. Rouvray pour l'édification dun presbitaire

SAttT-AMAN)) (E~-Pu)SAYH). 1S81 (E. 403). Bail pour 3 ans par Denis Peronnct, chanoine pénitencier d'Auxerre. curé, à Jean Denisot et Jean Duverger, prêtres. Les revenus et charges se repartiront par moitié, à l'exception des « fruictz du dedans d~ tégtisc qui seront perçus par les preneurs.

SA)?)T-CYR-L(';s-ENTMA)NS (~). 1571 (E. 396). Bail pour 4 ans par Pierre du Broc, chanoine d'Auxerre, curé, à Philippot Louron. prêtre. Pension, 160 1. t. H est convenu qu'en cas de guerres ou troubles occasionnant des pertes au preneur, une déduction équivalente lui sera accordée. 15'18 (E. 402). td. pour 3 ans par Loup Frappé, chanoine de la cité d'Auxerre, curé, à François Boilleau, prêtre. Pension, 160 1. t. Charge recevoir à ses frais, 6 fois par an et 3 jours chaque fois, le cure, son homme et ses chevaux.

SAtN'r-GEOMGKS. 1676 (E. 401). Bail pour 3 ans par Guitlaume Thiébautt, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Regnauld, prêtre. Les revenus et charges se partageront par moitié, même « la paille deue à Ihostel Dieu de la Magdetaine dAucerre ». SAtNT-Lour-DES-Bots 1846 (E. 386). Bail pour 5 ans par Jean Leclerc, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Toussaint, prêtre. Pension, 80 t. t. et obligation de demeurer dans la maison presbytérate.

SAtM-MARTit-DES CHAMPS. 1868 (E. 392). Bail pour 8 ans ait nom de Pierre Gautthier, curé, a noble Guyon Grenon, écuyer, seigneur d'Hérisson, paroisse de Mézittes. Pension, 240 t. t. Charges faire desservir la cure par un prêtre et recevoir 6 fois par an et 3 jours chaque fois le curé, son homme et ses chevaux. SA)NT-PÈHE-ct!-TRËPAS (autrement Nuxy-tès Cosne).- i824(E. 380). Bail pour 3 ans par Jean Hennequin, chanoine et grand archidiacre d'Auxerre, curé, à Pierre Guillemin, alias Vanon et Jean Sire, prêtres. Pension, 150 1.1.

SAtNT-PfuvÉ. – 1S86 (E. 407). Bail pour 4 ans par François de la Barre, chanoine et doyen du chapitre d'Auxerre, curé, à François Martin et Edme Mausinjon, prêtres. Pension, d33 écus sol. et un tiers d'écu et 20 bichets de froment. Charge recevoir à (1) Saint-Cyr, hameau d'Entrains, ancicnnemottt paroisse (.0!C~<MM<WC topographique de la Nièvre).


leurs frais, 3 fois par an et 4 jours chaque fois, le cure, 3 hommes et 3 chevaux.

SA)NTV)N~HMKR ET TANLAY. 1880 (M. 680). Bail pour 3 ans par frère Gilles Barbier, religieux de l'ordre de Saint-Benoit, prieur-cure, frère Antoine Baurettes, religieux de Saint-Miche) de Tonnerre. Pension, 3SO t. t. et cent bichets de grain, moitié froment et avoine. Charges recevoir le cure et « ses gens une fois par an pendant 3 jours. Nota. Le preneur devra avancer les décimas dûs par ce bénéfice.

8A)NTs.– 1874 (E. 399).– Bail pour Sans par Germain Bertrand. chanoine d'Auxcrre, curé, à Loup Breuillé, prêtre, et Jean Bynet, praticien. Pension, 340 1. t. recevoir à leurs frais le curé et son cheval fois par an, quand il plaira au curé de venir visiter ses paroissiens.

SA!zv (1). 1824 (E. 380). Bail pour 9 ans par Louis Bride, chanoine d'Auxerre, curé, à Jean Detestang et Jean Chartier, prêtres. Pension, US ). t. 1824 (R. 380). Id. pour 6 ans au nom de Pierre Bouttart, chanoine de Beauvais, cure, à Jean Delestang. Pension, 105 i. t.

SAXY-BouRDON. –1809 (E. 376). Bail pour 4 ans par Etienne Legros, chanoine d'Auxerre, curé, à Robin et GuiHcminot, prêtres. Pension, 120 t. t.

SEtGNËLAY. 1568 (E. 392). Bail pour 6 ans par Jacques Moreau, curé, à Blanchet Sam'oy, prêtre. Pension, 120 t. t. Charge recevoir 3 fois par an et 3 jours chaque fois le curé et son homme.

SHMHNTMN. 1868 (E. 392). Bail pour 3 ans par Charles Thiot, chanoine d'Auxerre, curé, à noble Germain du Deffand, curé de Fontenay (~c). Pension, 130 L t. 1871 (R. 396). !d. pour 3 ans par le même à noble Germain du Deffand, seigneur de Sementron. Pension, 130 ). t. Charges faire desservir la cure et payer à l'abbesse de Crisenon la part qui lui revient sur les dimes de la cure.

SEPïFONDs. 1824 (E. 380). Bail pour 4 mois par Agnen Couchet, chanoine d'Auxerre, curé. à Georges Froiosart. prêtre. Pension, 80 1. t. – 1841 (E. 384). Id. pour 5 ans par Jean Baron, chanoine d'Auxerre, curé, à Sagin Véron, prêtre. Pension, 200 1. t.

SERtUGNY. 1569 (E. 661). Bail pour 3 ans par Philippe de (i) Paronise indiquée à l'acte et au Dictionnaire topographique de la Nièvre « diocèse d'Autun". Est aujourd'hui une commune du canton de Tannay (Nièvre).


Merrey, religieux de l'hôpital de Tonnerre, curé, à Jean Hugot et Pierre Copperot, prêtres. Pension, 100 1.1. et « les charges ordinaires*.

SouGÈRES-EN-PutSAYE'. 1868 (E. 390). Bail pour 3 ans par Laurent Petitfou, prieur-cuM, à Quantin Cameau, prêtre, et autres, Pension, 120 1. t. et la réserve de la partie des dimes de blé et vin que le sieur de Pesselières tient en amodiation du prieuré-cure. 1571 (E. 396). Id. pour 3 ans par le même au même. Pension. 100 t. t. Charges acquitter les charges ordinaires sans aucune réduction sur son bail et recevoir à ses frais, 3 fois par an et 3 jours chaque fois, le curé, son homme et ses chevaux. SUILLY (LA Tenu) ET VERGER. –1868 (E. 390). Bail pour 2 ans par Pierre du Broc, c'.tanoine d'Auxerre, curé, à Antoine Lorget et Jacques Breuzard, prêtres. Pension, 200 t. t. Charges faire chaque année un cent de provins dans la vigne de la cure recevoir 2 fois et 3 jours chaque fois le curé, son homme et ses chevaux.

TAINGY. 1824 (E. 380). Bail pour 3 ans au nom de Pierre Bridé, chanoine d'Auxerre. curé, à Etienne Le Roy, prêtre. Pension, 85 1. t. 1862. (E. 389). Id. pojr 5 ans par Michel Kerner, curé, à Antoine de Beaulieu et Denis Mignard, prêtres. Pension, 160 1.1. et à charge de recevoir à leurs frais le curé, son homme et deux chevaux 3 jours entiers < et ce quant bon sem« blera aud. curé aller visiter ses parrochians ». 187) (E. 396). Id. pour 5 ans par Jean Motet, chanoine de la Cité d'Auxerre, curé, à Guillaume Davodet, prêtre, de la desserte de la cure. Portion congrue, 50 bichets de blé froment, mesure de ~eM.c (Druyes), 6 muids de vin clairet, provenant des dimes de la cure, ou 30 t. t. si les vignes du climat ne pouvaient fournir le vin convenu, la toutatiité des prouffictz du dedans de ie~tise », la moitié des dimes de chanvre, toutes les dimès d'agneaux. De plus, le bailleur sera tenu de lui procurer pour toute la durée du bail une chambre à Taingy pour y loger avec « quelques petitz Me~M f.

Toucy. – 1890 (E. 427). Bail pour 9 ans par Antoine Lecueur, trésorier de la collégiale de Toucy, et par sa dignité curé dudit lieu, aux chanoines de cette collégiale. Pension, 45 'écus d'or soleil.

TREIGNY. –1886 (E. 407). Bail pour 5 ans par François de la Barre, doyen du chapitre d'Auxerre, curé, à Guillaume Colas, prêtre. Pension, 66 écus 2/3 d'écu.

VENOUSE ET ROUVRAY. 1893 (E. 429). Bail pour 9 ans par Laurent Petitfou, chanoine et grand archidiacre d'Auxerre, abbé


de l'abbaye Saint-Père d'Auxerre, curé, à Jean Droyn, prêtre. Pension, 80 écus d'or soleil, revenant suivant l'édit à ~0 Charges recevoir le curé, etc., 2 fois par an. Nota. Seuls, les décimes ordinaires et extraordinaires resteront à la charge du bailleur.

VENOY. 1824 (E. 380). Bail pour 3 ans par Huguet Masoyer, clerc, curé, à Jean Macé, prêtre. Pension, 50 ). t. 1866 (E. 488). Id. pour 5 ans par Ponce Follet, prêtre du diocèse de Rouen, curé, à Edme Roy, prêtre. Pension, 80 t. 1586 (E. 407). Id. pour 8 ans par Edme Laude, curé, à Louis Chenu, prêtre. Pension, 21 écus d'or soleil. Le preneur jouira du presbytère. VILLEFARGEAU. 1566 (E. 488). Bail pour 3 ans par Gilles Cochon, chanoine d'Auxerre, curé, à Gaubert Legueux, prêtre. Pension, 90 i, t. et 40 livres de chanvre, moitié M<Mf /c~ ° VILLEMER. 1894 (E. 429). Bail pour un an par Edme Guillaume, chanoine d'Auxerre, curé, à Roch Prinsault, prêtre, de la desserte de la cure. Portion congrue 12 écus sol., 10 bichets de grain. moitié froment et orge, et le casuel « du dedans de l'égtise. 1603 (E. 434). Bail pour 8 ans par Martial Delinotte, chanoine d'Auxerre, curé, à Jacques de Rigny, marchand a Auxerre. Pension, 90 t. Charges donner au prêtre qui dessert la cure 30 1. t., 18 bichets de blé et la moitié des dimes de chanvre et d'agneaux acquitter toutes les charges incombant au curé.

VILLENEUVE-SAINT-SALVE. 1539 (E. 384). Bail pour 3 ans par Léon Dagobert, chanoine d'Autun, curé, à Jean Bellicard, prêtre. Pension, 42 1.10 s. t.–1861 (E.392). Id. pour 3 ans par Jean Borbon, chanoine de Varzy, curé, à Jean Droin, prêtre. Pension, 28 I. t. et 8 bichets d'avoine. Charges recevoir à ses frais, 2 fois par an et 3 jours chaque fois, le curé, son homme et 2 chevaux. VINCELOTTES. 1818 (E. 377). Bail pour 3 ans par frère Nicole Belin, religieux de l'ordre de Saint-Benoit, curé, à frère Pierre Moynat, religieux de Saint-Marien d'Auxerre. Pension, 26 i. t.

CURES. –AFFAtRES DIVERSES.

AUXERRE. Paroisse,Saint-Amatre. –1886 (E. 407). – Acte par lequel Pierre Chevillié, prêtre à Auxerre, s'engage à assister pendant un an M. Regnobert Rappin, vicaire de Saint-Amatre d'Auxerre « pour faire le service au dit St-Amatre, tant les veilles des « festes que le jour des festes, et ayder à administrer les saincts sacrements aux parrochiens. » En outre il devra chaque semaine, les dimanche, lundi et jeudi célébrer la messe à la chapelle 2i


B

contraste insuffisant MFZ4M20-14

Valable pour tout ou partie du document reproduit

Illisibilité partielle


de Notre-Dame de Miséricorde au grand cimetière, pour les eoa/~M~coM/ ït recevra d8 écus soleil payables de trois mois en 3 mois. Il aura droit au logis de St-Michel dépendant de St-Amatre, à l'exception de la chambre basse qui restera au dit Rappin.

Si le sieur Rappin réclamait la présence du dit Cheviltié pour la célébration de messes à St-Amatre ou à la chapelle St-Michel, les mardi, mercredi et samedi, il sera tenu lui payer chaque grande messe 7 s. 6 d.

AuxERRE. Paroisse Saint-Regnobert. Dernier jour de février 1608. Inventaire des meubles, vases sacrés, ornements et livres appartenant à ia fabrique

< Troys chappes de demye ostade noyr, garnyes de leurs offroys dé camelot blanc pour les services des trespassez

Une chessuble de trippe de velours noyr, garnye de son offroye de satin de Burge blanc, et de son estolle et manipulle. Deux tunicques de demye ostade noyre, garnyes de leurs offroyes de trippe de velours noyr'

Une chessuble de camelot noyr, garnye de son effroye de satin de Burge blanc, et de son estolle et manipulle.

Une chessuble de demye ostade noyre, garnye de son parrement de satin de Burge blanc, de son estolle et maniputte. Ung parement dhautel tant hault que bas, de camelot blanc, garny de croix de satin de Burge blanc.

Ung autre parrement dhautel tant haut et bas de futaye (futaine) noyre, garnye de leur croye (croix) de futaye blanche. Ung poisle de trippe de velours noyr et blanc garny de satin de Burge.

Ung aultre poisle de futayne noyre, fort vieil, garny de sa croix de futayne blanche.

Ung aultre poisle de trippe de velours noyr, garny de parrement de satin de Burge blanc.

Une chassuble de trippe noyr, estolles et manipulles, delaissée à la fabrice par deffunct M. Nicolas Coutant, et encores le parrement dhautel tant hault que bas, de trippe de velours noyr, garny de leur croix de satin de Burge blanc.

Troys chappes de camelot rouge, garnyes doffroie fort vieilles. Deux tunicques de taftas changeant, garnyes de leurs offroys fort vieilles.

Une chappe de camelot blanc, garnye doffroys.

Une chasuble de camelot blanc, doublée de thoille rouge, avec' lestolle et manipulle.

Une chasuble de damas blanc, fort usée, doublée de thoille bleu, garnie d'offroye et estolle.


Une,chappe de damas blanc, garnye de son offraye de velours bleu, doublée de thoille viollet.

Une chasuble de damas blanc, doublée de thoille noire, garnye destolle, manipulle et offroye.

Deux chappes de satin de Burge blanc, garnyes de leur offroye de satin de Burge rouge.

Deux tunicques de satin de Burge blanc, garnyes doffroye de satin de Burge bleu.

Ung parrement de grand hostel tant haut que bas, de satin de Burge blanc, garny de franges et himagé de broudeiyes (sic) [broderies].

Une chasuble de satin de Burge blanc, garnye doffroye de satin de Burge, les manipulle et estolle.

Ung pettt tapyt de damas blanc, servant à mettre sur le petit pulpitre à dire l'évangille.

Une chasuble de taftas changeant, garnye d'offroye de brodeiyc, estolle et manipulle.

Une chasuble de camelot rouge moucheté de blanc, garnye donraye de satin de Burge gris, garni destolle et manipulle. Une chasuble de velours viollet brung, garnye dott'roye de brodelye.

Une tunicque de demyc ostade noyr, garnye doffroye de velours noyr.

Une chasuble de velours rouge damassé, les parrements de bandes d'or, doublée de futayne rouge, garnye de manipulle et estolle. Une autre chasuble de velours viollet tané en graine cremoisy, des offroys de satin orange, garnye de manipulle et estolle. Une chappe de mesme velours tané en graine, garnie d'offroye en brodelye.

Ung parrement pour le bas du grand haultel, de taftas rayé blanc et rouge.

Une chasuble de damas changeant, les offroys de velours damassé rouge, garnye de son estolle et manipuUe.

Une aultre chasuble de damas tanné, les offroys de brodelye, garnye de son estolle et manipulle.

Ung parrement d'autel taut hault que bas, de damas rouge cramoisy, garny de franges de soye rouge cramoisy, avec le petit ciel pour cannon, le corps de Dieu de mesme estoffe.

Deux custodes de camelot cramoisy rouge et deux pantes de ciel de mesme estoffe, tout garny de franges.

Ung aultre petit ciel de velours orange avec la brodelye autour pour couvrir le corps de Dieu, couvert dung aultre petit ciel de thoille blanche, garnyz de leurs franges.

Ung taftas changeant rouge, qui est le drap pour espotisée.


298 RECUEIL DE DOCUMENTS Deux chappes de velours rouge cramoisy,

Deux chappes de velours rouge cramoisy, doublées de tlioille vert les offroys de damas rouge et jaulne.

Ung bahu de cuyr, ferré à plain, fermant à troys serrures, garny de soubzbassement, dedans lequel cest trouvé

Ung petit parrement de drap rouge, faict à brodelye,pourservyr au hault dung aultel.

La couverture dung petit carreau de velours violet et toille dargent à carrez, faict à fleur de lyz et daulphins à brodelys. Le parrement de bas dung autel, de moquette à carreaux blanc et rouge, garny de ses franges.

Ung parrement dautel tant hault que bas, de camelot rouge garny dimages.

Ung ciel de velours rouge tainct en graye (sic) (<), garny de bordure et de son fond de satin de Burge vert, et de thoille bleue, et de ses franges, pour porter le corps de Dieu.

Ung petit ciel en troys pantes, de velours cramoisy rouge, bordé dor avec ses crespines dor, le fond de taftas rouge, servant à mettre sur le corps de Dieu, sur l'autel.

Une pante de thoille dargent rayée.

Une aultre de thoille dor servant à mettre au paradis. Troys courtines de taftas gris, jaulne et bleu, fort usées, garnyes de leurs franges et boucles.

Deux courtines de demye ostade de jaulne, vert et rouge, garnyes de leurs franges et boucles.

Ung tapit de drap servant à couvrir le grand aultel. Ung aultretapy de tapisserie, fort usé, estant en la chapelle pù est enterré M. le controlleur Coûtant. 1 Une tunicque de thoille viollet, garnye de ses franges, servant à la confrairie Saint-Anthcine.

Item sest trouvé ung petit coffre de bois fermant à deux serrures, servant à mettre linge, dedans lequel cest trouvé Troys nappes neufves de thoille de plain delyes (?);

Seize aultres nappes de thoille de plain, qui ont servy aux aultels de la d. église.

Une aultre nappe dautel, my usée.

Une aultre petite nappe y ayant des franges.

Une custode de thoille ouvrée, garnye de franges, servant à mettre devant les images du grand aultel en caresme.

Deux aultres petites custodes de thoille de plain, aussy à mettre devant les images.

(1) Graine, couleur écarlate (Lacurne de Sainte-PaUaye).


Une aulbe de thoille plain, garnye de hamy (amict) et seinture neufs.

Dix aulbes de thoille de plain,. garnyes seulement de quatre hamys.

Plus cest trouvé cinq autres hamis servant ausd. aulbes. Troys tabliers de thoille ouvrée, servant à la communion. Deux aultres petitz tabliers de thoiiie cnvrée, servant aussi à la communion.

Deux aultres tabliers de thoille ouvrée, servant à mettre sur le grand aultel.

Deux petitz surpelis pour servyr aux petitz enffans. Quatre pauvres amis (amicts), le tout de thoille.

Deux bassins destain servant aux torches.

Deux chandelyers destain, lung rompu, et ung de cuyvre. Ung benoistyé dhairin.

Cinq escuelles destain servant à chercher [quêter] par léglise. Huit chandelyers de fert savoir quatre grandz à mettre devant le grand aultel et quatre moyens.

Ung viel tappy de tapisserye.

Tous lesquelz meubles et ornementz cy-dessus ont été délaissez en la charge et garde du d. Claude Mainson (1), par les d. Desbordes et Boucher procureurs fabriciens lequel Mainson sen est chargé et promis les rendre et représenter quand requis en sera. Plus ont les d. procureurs fabriciens representé pour estre joinct au présent inventaire

Ung calice d'argent garny de sa platine et estuy.

Deux chopinettes d'argent.

Une grande croix dargent avec le baston de braisy (~e)(2) semé de fleur dheliz (de lys) et chiffres d'argent.

Une petite croix dor où y a de la vraie croix.

Une couppe dargent doré, couverte, servant à porter le corps de Dieu.

Le soleil dargent servant à porter le corps de Dieu à la procession, où y a ung crucifix.

Une paix de cuyvre où est paind une Nostre-Dame de pityé, garnye dargent au tour, et le pied dargent.

Ung calice d'argent avec sa platine, pesant dix onces Lesqueizjoyauix cy-dessus sont demeurez en la charge des d. procureurs fabriciens, qui sen sont chargez et promis tes représenter touttes foys et quand requis en seront.

(1) Claude Mainson était brodeur c'est-à-dire chasublier. (2) j?~t! ou .Br<M«, bois de teinture rouge. (Glossaire ajouté à ta Notice des émaux, etc., du Louvre, par M. de Laborde, 1863).


Plus a esté trouvé en la d. église les livres qui sensuyvent Premièrement ung grand livre de parchemin apellé graduel, couvert en porc noyr, ferré, commençant à la feste de Pasques et finissant le premyer dimanche de l'Avant.

Ung autre grand livre apellé sanctoral, couvert en veau noyr et ferré, commençant Pasques et finissant à l'office de Saincte-Catherine.

Ung aultre grand livre apellé graduel, commençant le premyer dimanche de l'Advant et finissant à Pasques, couvert en veau et ferré.

Ung aultre livre apellé l'anthiphonyer où sont contenus les matines de Pasques, Penthecoste, Feste Dieu, Assomption, Toussaintx et Noel, couvert en veau et garni de fertz.

Ung aultre livre apellé antifonyer commençant à l'Anonciation Nostre-Dame et finissant aux Venite, couvert en porc et ferré. Ung aultre antifonyer graduel et sanctoral pour toutte l'année, couvert en peau jaulne, fort usé, ferré.

Ung aultre petit livre en parchemin où est contenu touttes les festes de l'année, et commençant par le psaultyer, couvert de peau, fort vieil, non ferré.

Ung aultre viel livre apellé graduel et sanctoral, en parchemin, couvert de peau jaulne, fort usé, sans fers.

Ung aultre viel livre en parchemin, apellé Légendes, sans couverture, fors dung ais (un plat de bois.)

Ung aultre petit livre en parchemin apellé loffice de la croix, couvert de parchemin.

Ung aultre petit livre en parchemin,oùsont contenuz deux passions, scavoir du dimanche des Rameaux et vendredy benist. Ung aultre livre couvert en peau rouge, où est contenu lofficé de la Dedicace, est en parchemin.

Deux processionnautx, lun diceulx en parchemin et laultre en papyer, couvert en veau noyr.

Deux messelz servant à la d. église.

Tous lesquelz livres sont demeurés, du consentement des d. procureurs fabriciens, en la charge et garde de venerable et discrette personne M- Guillaume Legrand, vicaire de la d. église, qui sen est chargé et promis aussy les représenter quand il en sera requis. Signé: des fabriciens, vicaire et témoins.

(E. 438)

CHASTELLUX. Août 1677 (E. 446). Erection de la chapelle Saint-Germain en paroisse.

Requête présentée à l'évêque d'Autun par le comte Philippe-


César de Chastettux, Judith de Barrillon son épouse, les habitants de Chastellux, de ta rue Chenot, la rue Perrin, la rue de la Croix, la Bascule, Vernois, la Rivière et des métairies de la Chaume et de la Tuilerie, tendant a voir ériger en paroisse l'église SaintGermain de Chastellux.

En faveur de cette demande, M. de Chastellux s'engage à abandonner au curé les dîmes de la. chapelle Saint-Germain, les tierces des finages et village de Narbois, les dimes sur les métairies de la, Chaume et de la Tuilerie, « appelées les méthairies de la basse court du château de Chastellux », à donner une maison pour servir de presbytère et une place pour le cimetière à faire construire sur le côté gauche de la dite chapelle, une chapelle seigneuriale avec une sacristie attenant, un clocher « de fond en comble dont le dessoubz de la tour servira de porche et de vestibulle à la grande porte de la d. esgtize (1), et à faire construire des fonts baptismaux.

` Son épouse s'engage à fournir < sy tost après la d. érection de paroisse », un soleil, un ciboire, un calice, un portatif du viatique et des vaisseaux pour les saintes huiles, le tout d'argent un tabernacle doré, des parements, chasubles et chappes aux couleurs de l'église, aubes, nappes, linges et tous les ornements nécessaires à la célébration du service divin.

Ces libéralités sont faites sous condition de collation. De leur côté, les habitants s'engagent à fournir par an les laboureurs deux gerbes de blé seigle et 7 s. 6 d., et les manouvriers, 12 s. 6 d. (2).

A cette requête est joint un règlement pour les droits de chantre et de marguillier de la paroisse; lequel fait connaître qu'un traité a été passé avec les habitants Je 1" janvier 1678. Le chantre aura droit aux trois quarts de l'argent et des grains dûs par les habitants, l'autre quart appartiendra au marguillier. Droits casuels. pour un grand enterrement il sera payé au chantre 8 s. et au mar~uHlier 8 s. et un tiers de vin (sic) pour un petit, 8 s. au chantre

(i) Voir au ch. Il le marché du 12 août 16T?, pour couverture du clocher « nouvellement bâti

(8) M. le Comte de Chastottux, dans son histoire généalogique de la maison de Chasteitux, et M. t'abbé Henry, dans son histoire du canton de Quarré-tes-Tombes, nous apprennent seulement que cette requête a été agréée et que la même année (167'7) le savant Bocquittot, chanoine d'Avallon en a été nommé curé. Matgré ce fait signalé, nous ne sommes entré dans ces détails, uniquement parce que M. l'abbé Henry, qui n'en cite pas les plus importants, paraît avoir ignoré le document dont il s'agit ici.


et 6 blancs au marguillier pour un mariage 8 s. au chantre et 5 s. au marguillier < si mieux n'aime aUer diner chez les nouveaux mariés », pour l'assistance de chantre à un grand Libera annuel 15 s. à un service de défunts, de vigile et de messe, 10 s. La ~M~ signée Chastellux et Judith Barrillon. EscAMPS. – 148S (E. 370). Vente au plus offrant et dernier enchérisseur par Charbuy et Duplex, dit Colas, procureurs de la fabrique de l'église d'Escamps-Saint-Germain « du congié et « licence quilz disoient avoir eu de vénérable et discrète person« ne, maistre Jehan Odry, grant archidiacre en léglise d'Aucerre et official d'Aucerre à Georges Rappin du dit Escamps, d'une pièce de terre de trois arpents située au dit territoire, pour le prix de 12 1. 10 s. 10 d. t. « que les dits procureurs ont confessé « avoir euz et receulz du dit acheteur pour mettre et employer à « la plus grosse cloche d'icelle église. Promettant garentir de « toutes charges, sauf et réserve des cens et dismes à paier den« cienneté, et de faire dire et célébrer chascun an à tousjours, « en la dite église, une messe basse des trespassés pour l'anni« versaire de messire Michel Régné, prebstre et de Ogier La t Crampe et de Perrette sa femme, qui icelle terre ont donné à la « dite fabrice à la dite charge.

L'AUTREMONT (1). – Requête des habitants de l'Autremont au curé de Perrigny-sous-Rougemont leur paroisse, en autorisation de terminer la construction d'une chapelle dans le hameau et d'y faire célébrer le service divin.

(16 avril 1585)

< A Monseigneur messire Jehan Nauldot, prebstre, curé de Perrigny-sous-Rougemont. Rernonstrent en toute humilité à vous, monseigneur, les habitants de Laultremont, finage et parroisse de Perrigny, que comme ainsi, soyt que au d. lieu saccroissent et multiplye en grant nombre, et que leur est besoing de faire construyre une chappelle pour, en icelle faire célébrer messe pour les petitz enffans qui ne peultent et ne sauroyent aller a la messe au d. Perrigny, où ils sont tenuz aller aux festes solennelles et tous les dimanches, pour ce quilz sont loingtains dune lieue et plus, et que ja ilz avoyent commencé et de nouvel construict la d. chappelle (2). Supplyans que permis leur fut par vous icelle parachever, et en

(1) L'Autremont (Côte-d'Or), autrefois hameau de Perrigny-sur-Armanoon (Yonne).

(2) Voir ch. II le marché de cette chapelle.


icelle faire célébrer messe pour le solagement des enffans, habitants et leurs familles quilz ne peullent aller au d. Perrigny. Ce faict ferez bien et seront tenuz prier Dieu pour vous. Faict par les d. habitans représentés par. le xvf jour de apvril après Pasques v"iv. )558].

Veu par le d. Nautdot curé, la présente requeste estre civille et raisonnable, et que les d. de Lautremant parochiens du d. Perrigny, sont loingtains dune lieue ou envyron, a consentu que les d. supplyans parachèvent la d. chappelle par eulx commencée, aux charges quilz s'ensuyvent, assavoir que les d. supplyans pourront faire célébrer tant les dimenches et festes solempnelles, une messe basse pour les petitz enffans et parens quilz ne peuvent aller au d. Perrigny, qui se dira par ung homme desglise, commis par le soing du d. curé, son vicaire, et curés et vicaires successeurs. Aussy que les d. supplyans seront tenuz d'aller à la messe tous les dimanches au d. Perrigny et festes solennelles, ainsin quilz ont acoustume faire. Et ne pourront les d. supplyans faire faire eau begniste ne pain begnist en la d. chappelle. Et oultre, seront tenuz les d. supplyans de venir prandre leurs sacremens en lesglise parrochiale du d. Perrigny, comme ainsin de Pasques le corps de Dieu, et aux aultres festes solempnelles ainsin que de coustume ilz ont, et comme ung bon crestien doibt faire. Aussy que le d. Nauldot curé, les curés successeurs, prandront toutes oblassions et émolumens qui se feront en la d. chappelle. Les habitans seront tenuz bailler contract au d. curé. (E. N. N. Minutes versées par la Côte-d'Or).

MAiLLY-LA-ViLLE. 7 mars 1821 (E. 379). Transaction entre Jean Gaulthier, curé, et Jean Caméiinat et autres, procureurs des habitants, au sujet des droits < funérauix et parroieliiaulx x. Le curé défunt, Jean Gaulthier, frère du curé actuel, dans un procès avec les héritiers Gaudart, pour lesquels les habitants ont pris fait et cause, prétendait avoir le droit de percevoir, au décès de chaque chef < dostel Il, savoir < pour le trantei xvn s. iiii d., ou offrir pain. vin et chandelle par trante jours durant, et ung an durant, après les dits trante jours passez, qu'ilz eussent (les héritiers) a offrir par chacun dimenche ung an durant après le décès, pain, vin et chandelle ou luy paier la somme de 37 s. t. Aussi pour le luminaire fourni par le dit curé, de chacun des ditz deffunctz; le jour quilz sont inhumez 5 s. i. ou une livre de cire. Et pour le droit de la terre (1) 3 s. t. et3 s. t. pour les unctions e. Par cet accord, (1) Probablement ce qu'aujourd'hui on appelle le droit municipal.


304 HECt!Ë)t. DE DOCUMENTS U sera paye, à l'avenir, pour chaque chef de fam sommede M s. t. savoir < pour !annuei et trantel 27

il sera payé, à l'avenir, pour chaque chef de famille décède, la sommede 31 s. t. savoir < pour lannuel et trantel 27 s. t. ou le pain, le vin et la chandelle, pour le droit de la terre 3 s. t., et pour les unctions 13 d. environ. Et sera tenu ledit curé de dire et célébrer messe haulte, le corps présent, où il sera inhumé le matin, et où il sera inhumé après disné, sera tenu dire vigilles à nothe, en fournissant par les dits paroissiens habitans ayder à chanter et à dire. Et fourniront les héritiers du trépassé, le luminaire. MAMGNY (Nièvre). 1648 (Liasse n" 8 des minutes Chevillotte N. N.) Traité d'assistance à ?? prêtre paroissial. Jacques Morin, maître d'école, demeurant < de présent à Quarré, s'engage, pendant 6 années consécutives, envers M. François Simon, curé de Marigny « à le servir et l'aider à faire le service divin n. Il sera tenu d'assister à tous les services qui se feront en la dite église. Le curé lui paye 10 1. t, par an, lui abandonne « toutes les gerbes de passion et argent qui lui sont deheuz par les paroissiens de la d. parroisse, pour en disposer ainsi que bon luy semblera pendant le d. temps ». Il aura droit en outre au champ qui va de l'église à la maison presbytérale, a en aval jusqu'à la fontaine, pour y emblaver ce que bon luy semblera chacun an, « par partie avec le d. sieur Simon. »

A la suite de cet acte, il s'en trouve un autre, de 1654, qui proroge ce traité pour 6 autres années, et dans lequel Jacques Morin est désigné maître d'école à Marigny.

SEMENTMN. –1591 (E. 427). Procuration donnée par François Armant, curé de Sementron, à Jean Rémon, procureur en cour de Rome, pour présenter au pape, la résignation de sa cure au profit de Jacques Morisson, prêtre du diocèse de Sens. La procuration fait connaître que M. Armant consent cette résignation, moyennant une pension annuelle et viagère de 25 1.1. à prélever sur les revenus de la cure.

Par un autre acte de la même année (E. 488) M. Morisson s'engage à payer à son prédécesseur la rente de 2S 1. t. convenue, aussitôt qu'il sera pourvu de ladite cure résignée à son profit. VAL-DE-MERCY. – 1591 (E. 427). Laurent Joly, curé, reconnaît devoir a M. Claude Regnard, curé de Saint-Eusèbe d'Auxerre, une pension annuelle de 10 écus, pour résignation à son profit de la cure dudit Val-de-Mercy.

VAUX et CHAMPS. – 1594 (E. 488). Association entre M. Jacques Thomereau, curé de Vaux et Champs et Antoine Morant, prêtre demeurant à Champs, pour la desserte de ces deux localités, à frais et profits communs c aussi longuement que le sieur Thomereau sera curé des d. cures Quinze jours après ils


admettent dans leur association un sieur Syrot prêtre, qui devra demeurer au dit lieu et célébrer te service divin. Ce traité est passé dans les mêmes conditions et pour la même durée.

VuLAiNES (Aube). 1~64 (E. 475). Amodiation à moitié pour l' 9 ans, par M. Jean Thibotilt, curé, à Pierre Rémy. laboureur au dit lieu, de toutes les terres de la cure Le curé ne sera tenu qu'à fournir la moitié de la semence et payer la moitié des frais de « /Me~~ et de < /~MC~~M Le preneur devraacquitter les droits de censive, conduire la part du curé dans sa grange et mener dans les dites terres tout le « fumier qui se fera dans la maison du curé.

CLERGÉ ET AFFAIRES RELIGIEUSES DIVERSES

1497. (E. 373). Jean de Villy, orfèvre à Auxerre reconnait devoir et estre tenu bailler et délivrer à discrette personne « messire Jacques Gresle, prebstre, demeurant à Chablies à ce « présent, ung calice dargent vezé. pesant un marc, et ce pour et « ou lieu et en paiement dun semblable calice que le dit de Villy confessoit avoir eu et reçu du dit Gresle, par le mains de frère «Jehan Botart, religieux des frères mineurs à Aucerre, qui lui « avait baillé icelui calice pour le capareilter et mectre à point. « Et lequel calice avait été prins en la possession du dit de Villy, « par justice, et vendu par exécusion, pour le paiement de cer< taine debte par lui deue, se comme le dit de Villy disoit et dont « il se tint pour content par devant moy juré. En la main duquel < juré icelui de Villy debteur, promist par sa foy et serment ren< dre, bailler et délivrer ledit calice dargent vezé et pesant ung marc, au dit Gresle ou au porteur de cestes, dedens le jour de « la feste de Toussains prouchainement venant, avec le cost de « ces presentes. Promettant etc. »

d521 (E. 379). Acte par lequel Jean Legendre boulanger à Auxerre, s'engage envers l'abbaye de Saint-Germain, représentée par frère Philippe Juysard, infirmier et sous prieur, à < cuyre et paneter tout le pain quil conviendra pour la forniture du d. couvent ung an à icelluy, commancer le deuxiesmé jour de janvier passé, jusques à pareil jour lan révolu; lequel pain sera du pris de vingt huit onces, qui est vingt pains pour bichet de blé, moyennant et parmy ce que les dicts religieux luy fourniront bt.ed pour ce faire, qui prandra en leurs greniers, et le dit délivra chacun jour au dict Sainct-Germain, et lequel blé sera loyal et marchant, tellement quit en puisse faire bon pain, et luy bailler vingtcinq bichets pour vingt-quatre. Et oultre, moyennant ce que les dits religieux seront tenus à luy paier et bailler pour sa peine et


306 KECUEI). DE DOCUMENTS vacacion, la somme de dix livres t. que ledit enfe

vacacion, la somme de dix livres t. que ledit enfermier sera tenu paier au dit Legendre en servant pro rata.

1821 ((' 379). Christophe Taupin reconnait « soy estre a loué à Jehan Duclain demeurant à Aucerre, à ce présent, pour le servir et aider à sonner en l'église d'Aucerre, aux festes doubles et festes solemnelles et annuelles, anniversaires qui sont faictes et célébreez en l'église d'Aucerre, dujourd'huy jusques à Pasques prouchain venant, moiennant une jaquette de gris et une paire de soliers. »

1524 (E. 380). Procuration donnée par Etienne Legros, chanoine d'Auxerre et c'irë de la paroisse de Pressas et ses annexes, diocèse d'Agen, à Jean de Pochet d'Auxerre, pour poursuivre les fermiers de la dite cure en paiement de ce qui lui reste dû, et recevoir les deniers.

1529 (E. 417). Constitution de rente par divers au profit de la chapelle Notre-Dame-des-Nciges, fondée en i'église SaintEtienne d'Auxerre, par M. Philibert Guygnart chanoine du dit Auxerre.

1542 (E. 425). Donation par Cléophas Guyart, marchand à Auxerre (1) à Jean de Thou escollier estudiant à Paris f de 4 bichets de froment et 16 bichets'd'avoine de rente, à prendre sur la 3° partie de la métairie de Jaulges « affin qui se puisse mieulx entretenir aux escolles t.

1550 (E. 651). Acte par lequel Jean Royer, boulanger à Tonnerre, s'engage envers Guillaume Ragnyer, abbé de l'abbaye de Saint-Michel dudit Tonnerre < à cuire sa vie durant, en sa maison, bien et convenablement, tout le pain quil conviendra, tant pour le d. seigneur abbé et son train, que religieulx et couvent, ensemble le pain de laulmosne que les d. abbé et religieulx ont accoustume faire et aulmosner en karesme, et pourront faire cy-après. !f Le tout à ses frais et dépens, même le bois nécessaire à la cuisson. Dans le cas ou l'abbé voudrait que le pain fut cuit dans l'abbaye, il devra fournir dix cordes de bois par an pour la cuisson. Par ce marché et pour paiement, le sieur Royer est dispensé d'acquitter, sa vie durant, une rente de 40 bichets de grain, moitié froment et avoine, qu'il doit à l'abbaye.

1565 (E. 390). Procuration donnée par M. Mathieu Morellet chantre, chanoine ordinaire de la chapelle du roi, pour recevoir de M. Charles Hacqueville, trésorier et payeur des chantres (t) Ce Cléophas Guyard tenait à Auxerre la maison à l'enseigne duplat d'étain.


~nes de la dite chapelle, la somme de 75 1. t. pour ses

et chanoines de la dite chapelle, la somme de 75 ). t. pour ses gages des mois d'octobre, novembre et décembre derniers (t). 1566 19 avril (E. 478). Réquisition par M. Nicolle d'Aussonville, chapelain des hautes messes de la chapelle et musique du roi, à l'official et vicaire générai de l'évêque d'Auxerre (2), de le pourvoir de la première vacance de chanoine prébende de la cathédrale qui se produira, alléguant « que ce jourd'huy le roy nostre sire, estant en léglise Saint-Estienne d'Aucerre, lauroit pourveu de la première chanoynye et prébende qui vacquera en ceste église a (3).

1868 (E. 392). Amodiation pour 8 ans par M. Jean Darcy, prieur de Saint-Eusèbe d'Auxerre, à Jacques Huberson du dit lieu, de la totalité des revenus du dit prieuré à la charge de « nourrir bien et honnestement les religieulx qui feront le service de la d. église Saint-Eusèbe, ainsi que le prieur est tenu et qu'on a accoustume faire », moyennant une pension annuelle de deux livres t. (si,) (4) à payer au dit Darcy.

1570 (E. 394). Publication de Jubilé. Acte constatant que M. Jean Thibault, chanoine et solliciteur du chapitre d'Auxerre a « suyvant la charge et conclusion capitulaire de la d. église x présenté à M. Simon Tribolé, archiprêtre de Puisaye les 42 articles du jubilé envoyé par le Pape, pour !e& 'a publier dans les paroisses de son archiprêtré « comme il est tenu à cause de son office A quoi « le dit archiprehstre a faict response qui! veult obeyr aux commandemens de MM", en luy donnant .tt'geut pour faire tenir les d. article, ainsi que ont accostume par cy devant recepvoir ses prédécesseurs archiprebstres, et qu'il nest tenu les faire tenir à ses dépens. Et oultre, a dict qu'on luy a présenté les d. articles troup tard et qu'il ny a plus que troys jours, et que son archiprebstré est de plus longue estandue et le plus long de tout le

(t) Dans la même année (1565) et dans le même registre (E. 390) folio n4 cet ecclésiastique est en outre qualifié de chanoine d'Auxerre. (2) Gaspard Damy, vicaire général du cardinal de la Bourdaisière (1663-16'M).

(3) Comme il signe sa réquisition ainsi que la procuration qui y est annexée, il est présumable qu'il suivait la Cour dans ce voyage. MM. Le~ beuf et Chardon parlent bien do ce passage do Charles IX à Auxerre, mais ne citent pas ce fait. M. Quantin, dansMn article inséré au bulletin de 1848 n'en fait également pas mention.

(4) Il y a évidemment une erreur du copiste le mot «?< a été omis. Il faut lire deute cents livrés, attendu que le preneur avance une somme de 120 1. t. à déduire sur les premiers termes.


308 nMCEH.. DE DOCUMENTS diocèse et encoures que les chemins ne sont

diocèse et encoures que les chemins ne sont libres mesmes à Gien, St-Fargeau, Bléneau et lieux circonvoisins, et au surplus sen rapporte à raison ».

Le dit Thibault considérant cette déclaration comme un refus, proteste et requiert acte.

1571 (E. 396). A propos d'une redevance en grain et vin réclamée par le chapitre d'Auxerre à l'abbaye de St-Germain qui la devait, le procureur de l'abbaye demande un sursis de quelques jours pour s'assurer de la date de l'échéance, attendu a que les papiers qui les en rendroient certains ont esté perduz durant les troubles derniers.

1S71 (E. 494). Attestation par MM. Etienne Lotin et Germain Bertrand, chanoines d'Auxerre, que M. Lenormant, chanoine du dit lieu, est de bonne vie et « conversation catholique, vivant selon leglise apostolique et romaine, et preschant contre les hérétiques tellement, qu'il est digne, suffisant et capable de tenir un evesché ou aultre grand bénéfice

i576(E.40i).– Permutation pure et simple de cures, entre M. Jacques Vantrouillé chanoine d'Auxerre, curé eFutvy, Villiersles-Haut et MareuU, ses annexes, et M. Bonaveniure Cathin chanoine de Chabtis et de Notre-Dame de la Cité d'Auxerre, prieurcuré de Saint-Cyr(les Colons).

1S76 (E. 401). Procuration donnée par M. Jean Preignas, chanoine d'Auxerre et de Ste-Croix d'Orléans, pour prendre possession du < prieuré, chappelle et administration en la spiritualité de la maladerie et chappelle en la d. église Ste-Croix. x 1576 (E. 401). Requête du chapitre d'Auxerre, sollicitant une réduction de sa quote-part dans les 50.000 écus de rente octroyés au roi sur les biens d'église, attendu les fortunes survenues tant à leur église,que à chacun deulx, particullièrement pendant le temps que ceulx de la nouvelle relligion occupèrent la d. ville (1).

(1) Voir dans G. 1148, où nous les avons fait passer, quelques copies d'actes intéressant les taxes ecclésiastiques, que nous avions extraites de E. 392, mais que, vu leur longueur et leur intérêt relatif, nous avons renoncé à publier. Il s'y trouve notamment un procès-verbal du 25 août 1568, adjugeant la perception -pendant dix ans, de la somme de 81701. 14 s. 7 d. t., sur les bénéfices du diocèse d'Auxerre. L'adjudication esUranchée au profit du sieur Pierre Crethé, marchand à Auxerre, qui, pour ses frais de recouvrement, aura le droit de prélever 6 d. t. pour livre. Ni M. l'abbé Lebeuf, dans ses Mémoires, ni M. Challe, dans son Histoire du Ca~nisme et de la Ligue ne parlent de ces taxes.


158~ (E. 403). -Procuration donnée par les religieux de l'abbaye Saint-Père d'Auxerre, pour suivre la succession de Félix LeM asle, profès de la dite abbaye et prieur du prieuré de Saint-Etienne de Dijon.

~58i (E. 403). Attestation par MM. Pierre Bridant, chanoine semi-prébendé d'Auxerre et Germain Boucher, marchand au dit lieu, que M. Jean Massé, chanoine d'Auxerre et docteur en médecine est mort à Auxerre le ~7 août 1S71.

1886 (E. 407). Engagement par Jean Froment, marchand n Auxerre et sa femme, de satisfaire aux conditions ci-après à titre de dot si leur fils Roch, novice à l'abbaye Saint-Père d'Auxerre, y est reçu religieux profès « entretenir à leurs fraiz et dépens le d. frère Roch dabitz et aultres choses nécessaires à son estat luy faire avoir ses ordres de prêtrise l'entretenir aux escolles à Paris ou aultre université, le temps et espace de six années, et luy, faire avoir degrez; donner chambre garnye comme on a accostume faire à ung relligieulx faire le festin de sa première messe et toutes aultres charges accostumées lhabiller bien et honnestement selon sa quallité jusques ad ce quil soyt prestre. Et oultre ce, promectent de bailler à la d. abbaye deux psautiers à l'usaige de Sens, une aulbe de thoille blanche, ung messel, deux ~p: M~M~ <e~'< nouvellement imprimez, dedans six mois après la profession faicte e

Cet engagement est suivi d'un acte de ratification par l'abbé et les religieux de l'abbaye.

i586 (E. 408). Etienne Sainson, chapelain de la chapelle des pénitents du roi, héritier de Pierre Sainson mort chanoine d'Auxerre. 1

1S85 (E. 407). Gilbert Leconte, chanoine de Clamecy, qualifié chapelain de la chapelle Saint-Benoit, fondée en la Sainte-Chapelle du Palais à Paris (1).

1S86 (E. 407). Acte par lequel M. Joseph Teppenier chanoine semi-prébendé d'Auxerre, s'engage à nourrir'et à loger pendant 3 ans, M. Claude Tholard, également chanoine semi-prébende, moyennant abandon du revenu des fruits de sa semi-prébende, sous condition que le dit Tholard assistera aux oftices qui y donnent droit. Au cas où il ne pourrait y assister il devra tenir compte de l'équivalent au dit Teppenier.

l" juin 1590 (E. 427). Procuration donnée par noble Sébas(1) C'est cet ecclésiastique qui, chanoine ~'Auxerre, fut empêché, par une manoeuvre de huguenots- ou de flibustiers de faire prendre possession de la cure de Briare dont il était pourvu. Nous avons publié cet


tien Le Royer, docteur « es droitz chantre de la collégiale SaintHonoré de Paris, chanoine d'Auxerre, et gouverneur du fait commun de cette ville, pour s'opposer à l'élection d'un autre chantre par la collégiale de Saint-Honoré, pour défaut de résidence à Paris.

Dans cette procuration M. Le Roycr fait connaitre qu'il n'a pu se rendre à Paris pour y résider, ayant assisté aux Etats de Blois en qualité de député du clergé du bailliage d'Auxerre, d'où il est revenu à Auxerre pour rendre compte de sa mission que ses fonctions de gouverneur du fait commun d'Auxerre, l'ont retenu dans cette ville que d'autre part, < les chemins pour aller du d. Aucerre à Paris auroient esté tellement occupez par les ennemis de ta saincte unyon catholicque apostolicque et romaine, que le d. constituant, ainsy qnit ne peult encoures de présent, n'auroit peu, se transporter à la d. ville de Paris pour y faire sa demeure. t H ajoute qu'une seule fois (1), en sa qualité de gouverneur du fait commun « et estant emploie aux affaires du public, il ce seroict, par ordonnance des maire, gouverneur, eschevins et habitans de la d. ville, acheminé et auroit voiagé avec les sieurs baron du Broullard, de Montalan et leurs compaignies, estant en garnison en la d. ville d'Aucerre, pour moienner avec Messieurs de Paris, pour la conduite des vins jusques au d. lieu de Paris, pour la fourniture.

25 mai 1891 (E. 427). Procuration donnée par le même « estant à présent demeurant en la ville du d. Aucerre lung des gouverneurs du faict commung de l'hostel dicelle « à M. Pissebeuf, chanoine du dit Saint-Honoré, pour recevoir du receveur du domaine de Paris, < la somme de vingt escuz sol. au d. sieur constituant adjugez par Messieurs les commissaires etjuges depputez pour la vente des biens des absens de la ville de Paris, par sentence du vnt° jour de mars dernier passé, sur et temmoingnage de ce dont luy peult estre redebvable M. Philippe Cabrieu, médecin ordinaire de la feue royne mère, à cause des loiers de la maison qu'il tenoit du d. sieur constituant au cloistre du d. Sainct-Honoré, provenant les d. vingt escuz de la vente des meubles du d. Cabrieu, suivant la d. sentence, et dicelle somme bailler quictance au d. recepveur en tel cas requis. o

Par un acte suivant, du même jour, il donne procuration pour faire saisir et « a~'c~~ » tous les biens du sieur Cabrieu, qui lui acte curieux dans le supplément au tome i"' du Bulletin de la ?PC~<~ MMaeM de 1897.

(<) Sans doute depuis les troubles de la Li~ue.


est redevable de la somme de 320 ecus sol. pour les termes échus et à échoir au 't~ octobre prochain, de la location de sa maison du ctoitre Saint-Honoré.

17 février 1593, (E. 429). Procuration donnée par 18 ecclésiastiques demeurant à Auxerre « assemblez au logis épiscopal dudict Aucerre, de l'ordonnancee des vénérables doien, chanoines et chappistre de l'église du d. Aucerre, comme aiant droit de regalle le siège vacquant (1); et au nom des ecclésiastiques du diocèse, a M. Jean de Pilles, abbé d'Orbest (2) et chanoine de Notre-Dame de Paris (3), pour se présenter à rassemblée < des Estatz convoquez en la ville de Paris de iaucthorité de Mgr le duc de Maienne, lieutenant général de ta coronne de France ». Il devra « consentir et se conformer à ce qui sera advisé et ordonné par tes députez ecclésiastiques du diocèse de Sens comme métropohtains, et aultres députez des aultres diocèses de France. »

(1) Le siège d'Auxerre est resté vacant depuis la mort de Jacques Amyot (1593) jusqu'à la nomination de François de Donadieu (1599), par suite dos guerres de la Ligue et du dél'aut d'investiture, p:<r la cour de Horne, des évoques que nomma Henri de Hourhon (Henri )V). J,

(2) Sans doute Orbais-t'Abbaye (Marne), abbaye de bénédictins. ~3) Cet abbé était en outre vicaire généra) du cardinn) Pau) Sfodrato, abbé de St-Cermain d'Auxerre (K. 429 l'olios 363 et 378).