Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 271 to 271 on 498

Number of pages: 1

Full notice

Title : Causeries littéraires sur le XIXe siècle (1800-1850) / Émile Souvestre ; ouvrage inédit publié par Mme A. Beau,... ; préface de L. Dugas,...

Author : Souvestre, Émile (1806-1854). Auteur du texte

Publisher : H. Paulin (Paris)

Publication date : 1907

Contributor : Beau, Ada-Anah (1836-1926). Éditeur scientifique

Contributor : Dugas, Ludovic (1857-1943). Préfacier

Subject : Littérature française -- 19e siècle -- Histoire et critique

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : français

Format : 1 vol. (XI-479 p.) ; in-18

Format : Nombre total de vues : 498

Description : Contient une table des matières

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k801884

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Z-16984

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb313903310

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 15/10/2007

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 98 %.
For more information on OCR


et qui ne le connaissait point encore, il se disait « Va,j'en ferais aussi bien que toi, des chansons, si je le voulais. »

Il le voulut enfin, et composa, coup sur coup, Le Sénateur, Le Roi d'Yvetot, Ma Grand' Mère, Les Gueux, et vingt autres chefs-d'œuvre. Depuis Voltaire, la poésie légère n'avait jamais été maniée avec cette élégance facile et le jeune chansonnier laissait bien loin le patriarche de Ferney pour le rythme, la précision et l'originalité. Les premières chansons ne furent point imprimées sur-le-champ, mais elles coururent manuscrites et attirèrent l'attention. Ainsi, au secrétariat de l'instruction publique, tandis que Béranger copiait les rapports de son chef de bureau, celui-ci copiait les chansons de Béranger tous deux se trouvaient expéditionnaires, l'un, de pièces administratives, l'autre, de couplets.

Ces derniers r.'étaient point, pourtant, précisément de ceux qui pouvaient attirer sur le poète les faveurs du pouvoir. Sans renfermer une satire directe du gouvernement impérial, ils raillaient tout ce qui faisait sa force la vanité, l'ambition, la gloire militaire. Le Roi d'Yvetot, qui parut en 1813, semble une protestation détournée contre les rêves gigantesque du conquérant qui gouvernait alors la France c'est un appel, plein de gaieté, à la simplicité et à la modération. On y trouve la première manière de Béranger, lorsque ses vers sont encore des vers de chansonnier, un peu lâches parfois, mais déjà alertes et colorés.

LE ROI D'YVETOT

Il était un roi d'Yvetot

Peu connu dans l'histoire,