Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 2 to 2 on 2

Number of pages: 1

Full notice

Title : L'Echo d'Alger : journal républicain du matin

Publisher : (Alger)

Publication date : 1914-10-19

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb327596899

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Format : Nombre total de vues : 67558

Description : 19 octobre 1914

Description : 1914/10/19 (N948,A3).

Description : Note : GG14181.

Description : Collection numérique : Documents consacrés à la Première Guerre mondiale

Description : Collection numérique : Bibliothèque Francophone Numérique

Description : Collection numérique : Zone géographique : Afrique du Nord et Moyen-Orient

Description : Collection numérique : Thème : Les droits de l'homme

Rights : Consultable en ligne

Rights : Public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k75795447

Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, JOD-10396

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 05/08/2013

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 99%.


EN ALLEMAGNE

LA LOURDE PLAISANTERIE TEUTONNE

LUGERNE, 17 octobre. — Un voyageur qui a pu visiter un camp de prisonniers français et anglais, près de Cologne, dit que les allemands ont affiché à d'entrée du camp, ua large écriteau sur lequel on lit :

« Terrain de: revue, ouvert toute l'année, hiver comme été : situation magnifique. au milieu des beis ; -dîners et soupers en plein vair, sans distinction de rang, entièrement international. Très recommandé aux soldats étrangers ;. brillant succès -de l'entreprise pour la première saison. Près de 30.000 invités, portant tous leur .costume national. Le Gouvernement allemand -supporte tous les frais de cet établissement. » C'est plein, dé tact, ajoute le voyageur. (Paris-Echo.) y":

UN BLUFF A L'ADRESSE DES NEUTRES

COPENHAGUE. — Des agents du gouvernement allemand à Hambourg s'efforcent de faire signer aux Suédois et aux Norvégiens résidant dans cette ville, une adresse exprimant leur sympathie pour la civilisation allemande.

Cette adresse dont cent mille exemplaires ont-été imprimés et au bas de laquelle on sollicite les signatures des citoyens des pays ,neutres, affirme que les troupes allemandes n'ont commis aucun acte de barbarie et exprime le vœu des signataires pour la victoire du drapeau allemand.

On prie de faire- circuler cette adresse également en Suède et en Norvège. (Havas.)

LA MORT D'UN PANGERMANISTE DE

MARQUE

PARIS. Les journaux allemands, annoncent la mort de l'amiral Breusing, Vice-Président de la Ligue Pangermaniste, qui avait fait; il y a quelques mois, dans ramphitéâtre de la Chambre des Seigneurs, une conférencé qui ne dissimulait en rien les intentioris de l'Allemagne.

L'orateur avait très vivement insisté sur Ja nécessité de faire empêcher par l'escadre allemande le rapatriement du 19° corps d'arinéé franchis. On sait que les croiseurs « Breslau » et « Goeben » n'ont pu y arriver.

(Paris-Echo.) ,

EN AUTRICHE

LA TYRANNIE AUTRICHIENNE EN ISTRIE

ROME. On mande de Trieste qu'en Istrie, tous les hommes reconnus bons pour le service sont contraints par la force- à (collaborer aux travaux de. terrassements et de fortifications. Ceux qui refusent sont arrêtés et deviennent i'objet de mauvais traitements.

,

La population manifeste une vive indignation. (Paris-Echo.)

ON EXPULSE DE TRIESTE LES ITALIENS

EN MASSE

YENISE; - Le Gouverneur autrichien de Trieste a décrété que tous les Italiens, employés dans les entreprises de construction ou de travaux publics, seraient immédiatament renvoyés.

L'indignation est très vive dans 'les milieux ouvriers italiens. Cependant l'expulsion des ouvriers italiens continue. La semaine" derrière, cinquante-sept d'entre eux, presque Aous vénitiens, ont du quitter Trieste, (Havas.)

UNE GARDE NATIONALE

FORMÉE DE GOSSES

ROME. - On mande.de Vienne que tous les hommes valides étant partis pour la guerre, le Gouvernement austro-hongrois a prescrit ail maire de foriner une garde analogue à la garde nationale qui sera composée de jeunes çehs de moins de dix-huit ans. (Havas.)

EN PORTUGAL

LE PORTUGAL VEUT ABSOLUMENT PREN.

DRE PART A LA GUERRE, AUX COTÉS

DE LA TRIPLE ENTENTE

ILISBONNE, 16 octobre. - Le Conseil de Cabinet a décidé de convoquer le Congrès, afin d'obtenir -l'autorisation de mobiliser les trou.pes portugaises. -

OR dit que :liMiai.tre .Q'Al.iemagne et les <liv$r^, résidents allemands gont £ ur_le point-, de Lisbonne. (Paris-Écho.)' >

EK SUISSE ,

LE GOUVERNEMENT SUISSE

CONTACTERAIT UN NOUVEL EMPRUNT

DE GUERRE

BERNE. - Le Gouvernement helvétique examine l'opportunité d'un nouvel emprunt de 150.000.000 de francs au taux de 5 pour cent, destiné à couvrir les dépenses "nécessitées par le maintien des classes sous les drapeaux.

(Paris-Echo.)

AU MAROC

LA SITUATION RESTE RASSURANTE

ET EXCELLENTE

TANGbn. — Les bruits perfides répandus par des agents .allemands sur l'incertitude du maintien de. notre occupation, n'ont produit qu'une influence superficielle et passagère sur les indigènes. La situation est aussi bonne qu'avant la mobilisation.

La disparition des éléments allemands -a

-arrêté la contrebande des -armes.

Sur le front de Kenifra on signale une amélioration sensible. La situation dans la région de Marakeeh demeure excellente.

Dans le Sous, l'action du prétendant El Heiba, concertée avec des émissaires allemands, est. enrayée. Toute-la vallée du Sous est dégagée jusqu'à Agadir, où la présencede croiseurs anglais et français constitue une opportune manifestation de l'entente entre les deux pays.'

L'arrivée prochaine au Maroc de prisonniers allemands, ne peut pas manquer d'accentuer les sentiments loyalistes que mani, festent les indigène. (Paris-Echo.)

ECHOS

M

ORTS AU CHAMP D'HONNEUR.

C'est - avec tristesse que nous avons ap

pris la mort devant l'ennemi de nos jeunes amis, Abel yrcelle, de Maison-Carrée, tombé à Lùnéville, le 2 septembre, et Max.Larché, d'Alger, tué le 12 septembre, alors qu'il portait, à motoçydette, un pli de son commandant.

Aux familles éprouvées, nous adressons, l'expression de nos condoléances attristées.

s

OR LE CHAMP DE BATAILLE.

Le caporal Georges Papi, du 2e génie.

frère du lieutenant dont nous annonçons la blessure, a été nommé sergent pour actions d'éclat sur le champ de bataille.

-.rv-. ,

L

OUABLE INITIATIVE. ,

Les journaux signalent le merveilleux

service de renseignements, pour les familles et les soldats, créé au Mans, - par M. Bordes, préfet de la Sarthe, ancien directeur au Gouvernement Général de l'Algérie.

'VV",. -

A

SSOCIATIÓS DÉS ANCIENS ELÈVES DIt COL- LÈOE ET DU LYCÉE D'ALGER..

Le Conseil d'administration, dans sa séance de rentrée du vendredi 16 octobre, vote une somme de 500 francs à l'œuvre du Paquetage, adresse l'expression de toute sa sympathie à tous les anciens élèves du lycée sous les drapeaux, à l'armée d'Afrique, à l'héroïque armée française, et lè"ve la séance au cri de : Vive la France I

A la mémoire d'Albert LIorens

Si Albert Llorens était mort par accident, nne maladie le frappnt au cours de la vi?

xicrmalc, au milieu 'les sii-ns un ooriège de camarades de la Faculté de Droit eurait accomj«agné sa depouille, et l'un de nous, en paroles émues aurai* -JJayé à sa tombe ou\erte le tribut de l'amitié et tTes souvenirs.

Il suwnmbc au service de la Patrie, loin d'Alger, loin de sa famille. Nos camarades sont dispcr.^s ça et lit; faisant vaillamment leir (Y" hl,.,.,',.., -17'.

Peut-être seule de cette troisième année de droit qui s'est séparée il y a quelques semaines, je suis là parce que l'on ne sait pas utiliser nos énergies et nos dévouements de Françaises. Je. considère comme un devoir de remplacer nos amis pour rendre l'hommage suprême à Albert LIorens.

Sous un extérieur timide, notre camarade cachait un cœur vibrant, une - âme ardente..

Dans nos discussions de groupes qui restent pour tous un souvenir'aimé de notre temps d'études, il était .toujours pour les râves audacieux, les théories les plus généreuses.

Travailleur sérieux, il avait été en première et en deuxième année un des plus brillants lauréats de la Faculté. Il était bien décidé à se faire par son labeur sa place dans la société.

Sa place est maintenant sous la terre et la famille dont il était la fierté est dans le deuil.

Nous aussi qui avons été les camarades d'Albert LIorens, nous avons été douloureusement affectés par la nouvelle de sa mort, et je suis sûre d'être l'interprète de tous en exprimant ici, au nom de la Troisième année de Droit sortante, les regrets profonds que nous en avons ressentis.

Suzanne LAFITTE.

L'ITALIE ET LA GUERRE

Le Comité d'Alger des Volontaires italiens vient d'adresser la lettre suivante au Pré- sident du Cdîïàèii des ministres d'Italie :

« A Son Excellence Monsieur Salandra, Président du Conseil des Ministres du. Royaume d'Italie.

« Depuis dix semaines se poursuit, sur les champs de bataille de l'Europe, la lutte de la civilisation contre a barbarie-f De la Somme à la Lorraine, de la Meuse à la mer du Nord, de la Baltique au Danube, la France, l'Angleterre la Russie, la Belgique et-la Serbie livrent combat pour la défense du droit, pour le respect des « chiffons de papier » contresignés par les grandes puissances, y compris l'Italie. -

« Ces dix semaines de guerre ont mis en lumière les véritables causes du conflit, montré la mentalité allemande.

« La formidable querelle qui ensanglante l'Europe ne saurait se terminer que par l'écrasement de l'un des deux camps. Les triomphateurs dicteront la loi aux vaincus.

« L'Italie du Dante, de Cavour, de Garibaldi. de Mazzini, assistera-t-elle les bras croisés à cette compétition si décisive pour l'humanité ? Nous, Italiens d'Algérie,. qui connaissons à fond l'hospitalière France, les chevaleresques Français, pensons bien que notre patrie tiendra à honneur de prendre enfin son poste de combat.

« Entre les Vandales qui massacrèrent les Belges, bombardèrent la: cathédrale de HI :"r.s.

et les monuments de Louvain, et les champions du droit des gens, l'hésitation pour la noble et fière Italie n'est pas possible.

« Nos frères du Trentin. de l'Istrie et de la Dalmatie attendent -d'ailleurs leur libération. L'Italie se-doit à elle-même d'aller les délivrer du joug odieux-des Autrichiens.

a Permettez-nous d'espérer que votre ardent patriotisme donnera bientôt le signal d'une offensive désirée par le peuple italien tout entier.

« Exaucez le vœu de notre cher pays. lancez nos vaillantes armées contre les Tudesques honnis, et votre nom sera honoré dans l'histoire, à l'égal des grands hommes qui firent l'unité de-notre -belle, patrie.

« Daignez agréer Excellence, l'assurance de nos sentiments les plus respectueux et l'affirmation de notre sincère patriotisme.

« Pour le comité des volontaires

Italiens d'Alger. »

Le Vice-Président :

- A. SALERNO.

m »

Audacieux Cambriolage

I.,;uf.j ': , ,

** BÎux millS francs dé* soieries et une spmme de huitôeïitsfrancs sont dérobés chez un commerçait

La Sûreté opère trois arrestations d'autres sont imminentes

Dans la nuit du 24 septembre dernier, d'audacieux malfaiteurs pénétraient, à l'aide de fausses clefs, dans le magasin de M. Sion Saâda, négociant, rue de lia Lyre, 20, et dérobaient divers effets indigènes en soie, pour une valeur d'environ 2.000 francs. Ils fracturaient ensuite le tiroir du comptoir et s'emparaient d'une somme de 780 francs qui y était contenue.

Au matin, le commerçant, s'apercevant du vol dont il avait été victime, déposait une plainte au commissariat;

- La Sûreté générale fut saisie de l'affaire et M. Columeau, Chef de la brigade mobile, ouvrit aussitôt une enquête.

A la suite des recherches faites, des soupçons tombèrent sur un épicier, Bâaziz Salah ben Hadj Bâaziz, demeurant Tue- Annibal, 18.

Désireux d'éclaircir ces soupçons, fle magistrat chargea l'inspecteur Sin-tès et l'agent Mebarki dé cette besogne ; les deux agents se rendirent chez Bâaziz et se livrèrent à de minutieuses recherches qui furent loin de rester infructueuses.

C'est ainsi que l'on' trouva, dissimulée sous deux sacs de .semoule, une caisse dans laquelle se trouvaient deux 'gandourah et un haïk en soie. Dans'une cave, située rue de Thèbes, qui servait d'entrepôt à l'épicier, les policiers trouvèrent une autre caisse qui contenait également deux autres gandourah et un haïk en soie. '., Les agents appréhendèrent l'indigène èt saisirent les ma" rchandises suspectes, qu'ils déposèrent à la Sùr-eté.

M. Sion Saâda, prévenu aussitôt, ne fit aucune difficulté pour reconnaître que cette marchandise appartenait à une partie du stock de soieries qui lui avait été volé.

Interrogé par M- Columeau, .a.a.ziz déclara tenir le tout d'un nommé Adman ben Said ben Amokrane, dit « Saïd el Grosse »,. originaire du douar Zerfaoua, commune-mixte d'Azeffoun.

Les renseignements que possède la Sûreté sur ce dernier sont des plus édifiants. Adman est coté1 comme -un- dangereux repris de justice, récemment libéré d'une peine de 7 ans de réclusion pour vod qualifié et autres méfaits.

L'enquête ouverte, apprit que le complice d'Atman ne pouvait être qu'un nommé Bel Hadj Si Mohamed ben Amar, du douar ben Rebri, commune mixte d'zazga également connu comme un repris de justice et un malfaiteur dangereux. -

Comme ces deux malandrins étalent en fuite, l'inspecteur 'Sintès et l'agent Mebarki furent, chargés de les retrouver. Ce ne fut pas chose très facile ; mais, dans la circonstance, l'inspecteur Sintès et son agent firent merveille, car, malgré les difficultés, ils réussirent à mettre la main sur les deux indigènes - qu'ils ramenèrent à Alger.

Interrogé par M. Columeau, Adman Saïd!

déclara que, venant de purger une peine de 7 ans de réclusion et étant sous le coup d'un arrêté, d'interdiction, il n'était point venu à Alger depuis le 2 novembre 1909 et n'avait pu commettre le vol qui lui était reproché. -

Bel Hadj, interrogé à son tour, dit avoir connu Atman fin Kabylie, mais n'être pour rien dans cette affaire.

D'autre part .divers témoins ont affirmé avoir vu Atman remettre un paquet à l'épicier BaAziz, en lui disant qu'il contenait des effets de soie..

Naturellement, les deux personnages incriminés nient lès faits, mais suffisamment convaincu, le chef - de. la brigade cnOlloi e les a fait écrouer et ils seront déférés aujourd'huL au Parquet. -

Pour le restant des marchandises dérobées, l'enquête se poursuit et le ou les voleurs ne tarderont point à tomber entre les mains des agents lancés sur leurs traces.

c En. la circonstance, il convient de féliciter le service de là Sûreté, et en particulier

Inspecteur Sintès et l'agent Mebarki, qui ont su faire de la bonne, rapide et surtout utile besogne. x

Pour les changements d'adresse, nos abon.

nés sont priés de nous adresser l'ancienne bande et 0,50 en timbre poste, pour frais l'impression des nouvelles bandes.

TRIBUNAUX

Couloirs du Palais

LA SESSION CRIMINELLE

Une session de Cour criminelle s'ouvrira à Ailger le 26-octobre courant sous la présidence de M. Granval, conseiller à la Cour, assisté de MM. Etienne et Villatte, également conseillers à la Cour.

Avocats- généraux : MM. Binas et Perrin.

Aucune des affaires inscrites au rôle n'offre un intérêt particulier.

La session d'assises pour le 4e trimestre 1915 s'ouvrira à Alger le 16 novembre prochain.

Le jury sera formé au moyen d'éléments tirés au sort et non mobilisables.

Tribunal correctionnel d'Alger

LES BEAUTÉS

DE LA « KULTUR ALLEMANDE.

Un des produits de la « kolossal kultur allemande », Pluschow Guillaume, 62 ans, se disant 'artiste photographe 'et installé depuis quelques années à Alger, rampe Valée, comparaissait, hier, à l'audience correctionnelle, sous d'inculpation d'outrages aux bonnes mœurs.

Il résulte, des débats, qu'à la date du 11 février dernier, là Douane d'Alger faisait saisir dans ses entrepôts, par les soins d'un commissaire de police, un volumineux colis' adressé d'Italie à l'allemand Pluschow. Il contenait un îlot important de photographi.

obscènes, dont il était fait retour à Pluschow1 le destinataire, n'ayant pu les utiliser. Plus: tard, après la mobilisation et alor-s que von Pluschow était, mis en lieu sûr. un autre., paquet de cartes parvenait à la poste d'Alger. On saisissait également des lettres fort suggestives-

A l'audience, Pluschow se défend de l'accusation qui pèse sur lui. Il ajoute que les « photos » étaient destinées à des -peintres et sculpteurs italiens dont elles devaient inspirer les œuvres.

M. le Substitut Lehec a requis une condamnation sévère et a flétri la mentalité abj ecte de l'accusé.

Le tribunal, présidé. par M. Fulconis, a condamné Pluschow à un an de prison et 500 francs d'amende. *

Aucun des avocats de notre barreau n'a voulu se charger de, la défense de l'inculpé.

Pour nos Petits Soldats Africains

, LETTRE AUX ALGEROISES -..;

Mesdames,

Voici venir l'hiver, avec son habituel « cortège de vent. de froidure, et de pluie ». Malgré les préoccupations de l'heure présente, qui tenaillent si sincèrement votre cœur de bonne Française et attristent si douloureusement l'pxçellente maman ou la sœur , aimante que vous êtes, il vous faut, songer aux vêtements que nécessite la Saison proche et former; déjà des' projets relativement au « tailleur » ou à la robe queconfectionnera.

le bon faiseur. '-

C'est à; ce suj et que je prends la liberté de vous éeriré pour une proposition, à laquelle vous réserverez, j'en suis sûr, le meilleur accueil : quelqu'ennùi que vous éprouviez à porter durant deux hivers de suite votre tbilèïté élégante de l'an dernier, renoncez à la remplacer pour la saison qui commence, faites ce léger sacrifice aux petits soldats qui défendent si vaillamment notre belle France et remettez à la caisse de « l'œuvre du paquetage » le prix de l'économie ainsi réalisée; qui permettra de vêtir chaudement-quelques-uns des chers enfants qui combattent si courageusement à la frontière. ,

Vous serez plus" séduisantes encore sojïs ,fi vètement que vous aurez ainsi conservé, car rien ne rend plus doux un regard, da^femplé que la, reflet d'une belle H bi niie action, ; vous aurez en ,q;u.rfJooaq:'¡oqr" l'II Vëfàm cette robe de l'an dermer. la joie lnttme de

contempler dans votre miroir une femme de dévoir et de cœur.

Je .vous "prié d'arféer, Mesdames, l'expression de notre gratitude anticipée et de nos hommages les plus respectueux.

Le Président,

, A. HANNEDOUCHÈ.

Les dons sont reçus au siège social de l'&ttvre. 1, rue Combe.

- ————————. ■-

Les Algériens tombés j tfti champ d'honneur t, ; d' ,'w- ';.:.- -

Parmi 3es, tués :

.Les capitaines Limouzy, du 4e zouaves, tpé à jCradhne ; Blancart de Léry et Champenois, du ler zouaves, "tués dans l'Aisne. ,

Le» lieutenants J.-C.-E. Jost, du 1er zouayés, tué dans l'Aisne; Borchard, du 3e tiràilléûrs algériens, tué dans l'Oise. (ParisEcho1^

r les blessés : Le capitaine Lemosy, du 1er tirailleurs, 21 régiment de marche, qui avait reçu trois' balles dans le. bras gauche, est en bonne: voie de guérison. (Paris-Echo.) 1 L'.adjudaptchèf Granger, du 1er zouaves,' a reçu une horrible blessure par une balle dum-dum, qui l'a atteint en plein visage.

Les-chirurgiens doivent lui refaire la mâchoire.

L'adjudant Granger appartenait au bataillon de Fort-National. Il s'est conduit en brave sur le champ de bataille, et c'est en entraînant ses hommes qu'il a été frappé.

Nous lui souhaitons-un prompt rétablisse" ment.

BLESSÉS ARRIVÉS A 4LGER

Avant-hier - est arrivé par le « Timgad » dix-sept de nos vaillants soldats blessés à l'ennemi - et- envoyés - en convalescence dan&' leurs foyers : -

L'aspirant lieutenant de' réservé Léon Mayer, 'fils du colonel d'artillerie Mayer,.

blessé d'un éclat d'obus au comn bat de Yllery, le 34 août, et proposé pourl d'Alger, Villery, le 24 août, et proposé pouK bat de une citation à l'ordre du jour par le génél'al ViHa, pour bravoure. L'aspirant Mayelrf appartient au 56° groupe d'artillerie. ;

Antono Toussaint, adjudant au zouaves, blessé près du château de Môhtement, 7,

boulevard des Casernes, Oran.

Desmay, 2e zouaves, place du Ruisseau,

Alger. -

Chavt, 149 chasseurs alpin, boulevard

Bru, Alger.

Anglaaa,v556 groupe, d'artillerie, Kouba.

Querici, caporal 2e ouaves. 27, avenue

Pasteur. Aleer.

Cort. 21 zouaves, Bou-Saâda.

Travèrsinat, ¡a zouaves,' Douéra., ;

Sala Cyprien, caporal 1er zouaves, Ténès.

Brinca Henri, 1er zouaves, 4, rue des Marseillais, Alger. - PaoliHÓ Janvier, 1er groupe d'artillerie, re-1 joint le dépôt de son corps à Hussèin-Dey.

, Pratz François, 1er groupe d'artillerie, a rejoint le dépôt de son corps à HusseinDey, ■;

Bedouk, , 20 zouaves, boulevard Gambetta.

Vignadacho, 2° zouaves, 14, rue de la Révolution, Alger.

Garnier, caporal-fourrier 1er zouaves, 88, rue d'Amourah Alger. ,,' Luciani, 46 zouaves, Maison-Carrée.

Toucas; adjudant chasseurs indigènes. 9, rue Trollier Alger. ,

.—————————————————————————————— m m M

Syndicat Commercial Algérien

ANNUAIRE

MM. les MembreS" du Syndicat Commercial Algérien sont priés de vouloir bien faire prendre, au Secrétariat, Palais Consulaire, l'exemplaire de l'Annuaire qui est tenu gracieusement à 'leur disposition.

La Hernie

Nous sommes heureux de pouvoir rappeler à nos lecteurs et. à nos lectrices que le réputé. Spécialiste Herniaire des Etablissements^ C LAVERIE de Paris a bien voulu, malgré îles difficultés de l'heure présente, répondre aux nombreuses demandes qui lui étaient adressées et pour rendre service ii toutes les personnes atteintes de HERNIES et.

de DEPLACEMENTS DES ORGANES, il vi site actuellement l'Algérie.

Nous rappelons que Seuls, les Appareils CLAVEJtlE assurent, quels que soient le volume et l'ancienneté de la, tumeur, une contention parfaite et douee.

Seuls, ils procurent dès leur application un bien-être immédiat et absolu.

t Seùls, ils sont appliqués, avec toute la compétence désirable et d'après chaque cas soumis.

Seuls, ils sont ordonnés journellement par plus de 5.000 Docteurs-Médecins.

Aussi nous engageons. nos lecteurs à ne pas manquer d'aller voir l'éminent Spécialiste de Paris qui recevra de 9 h. à 4 h. à :

A ALGER. Lundi 19, Mardi 20,

Mercredi 21 et Jeudi 22 Octobre,

Hôtel de l'Europe.

TIZI-OUZOU : Vendredi 23, Hôtel Lagarde.

BOUGIE, dimanche 25, Hôtel d'Orient et de la Marine.

; SET1 F, lundi 26, Hôtel de France.

PHILIPPEVILLE, mardi 27, Grand-Hôtel.

;CONSTANTINE, mercredi 28 et jeudi 29, Hôtel de Paris.

GUELMA. vendredi 30, Grand Hôtel (Trouyère) BONE, samedi 31 octobre et dimanche lor novembre Hôtel d'Orient.

tSOUK-AHRAS, lundi 2 novembre. Hôtel d'Orient. 1. r -,. ,

Ceintures perfectionnées et appareils CLAVERIE contre les maladies de matrice, déplacements des organes, varices, déviation du corps, etc.

M. A. CLAVERIE, Spécialiste Breveté, 234,

Faubourg Saint-Martin, à Paris.

Ecols municipale de Sourds-Muets

Le Maire porte à la connaissance des intéressés .que l'Ecole municipale des sourds ct •muets d'Alger s'ouvrira le lundi 19 octobre courant, à 8 heures du matin.

Les familles des anciens et des nouveaux élèves pourront- obtenir leur inscription et tous les .renseignements utiles en s'adressant, dès dimanche, 18 octobre, à M. Rolland, directeur de l'école, chemin du Télemly, villa « La Chimère ».

Les élèves des deux sexes y sont reçus à partir de l'âge de 7 ans.

La pension entière est de 500 francs par an ; la demi-pension de 250 francs ; les externes surveillés paient 150 francs.

Les pensionnaires seuls sont tenus d'avoir un trousseau évalué à 200 francs.

Des bourses ou fractions de-bourse peuvent être allouées aux familles nécessiteuses par la Colonie, les départements algériens ou les communes.

A travers Alger

-,

Réouverture de fécole de la Place Lelièvre- - Le Directeur de l'école publique .sIe garçons de. la place Lelièvre prévient les familles que l'ouvertur-e des classes aura lieu lundi prochain, 19 courant.

L'inscription des nouveaux, élèves se fera le même jour, a. 1 heure de l'après-midi.

WVi VWVVVT-'

-Une désespérée. - Hier matin, vers 7 heures. une femme se promenait sur les quais.

à. l'arrière-port de l'Agha, lorsque soudain ; elle se fprécipita à la mer. ; , Deux pêcheurs qui se trouvaient non loin. do là, se poi'U-; o.n.f Ul sc-conrs de la dé^esj>ér J. ii.->rvinr«nt à «mener saine et suuvi! fur le .^du .r^> ', Tran<portée*'éu ^orjiunilsïf .Ht' 3lii w ariondjsseroenfc, la désespérées, Marie Ilsa, âgée td an,,, demeurant rue Clauzel. 17, y a féen les., soins du docteur Coste

Interrogée, elle -déclara que. depuis longtemps souffrante, elle avait résolu d'en finir avec la vie.

Entre temps, son mari, prévenu, arrivait au commissariat; et accompagnait la' malheureuse à son domicile.

rvwv-vwww

Renversé par une auto. — Rue Sadi-Carnot, hier soir à 5 heures, Jean Nadal, âgé de 16 ans. apprenti coiffeur, descendait d'un tram en marche, lorsqu'il fut heurté et renversé par une automobile appartenant à M.

le docteur Geoffray.

Sérieusement contusionné, -le. jeune homme a reçu au commissariat du 6° arrondissement les soins du docteur Geoffray, puis a regagné son domicile.

RwnwwvM

Malfaiteurs arrêtés. — Dans la soirée d'hier à 8 heures 15, M. Léon Godard, demeurant rue Valentin 34. passait boulevard Baudin, en compagnie de sa femme, lorsque le couple fut assaillé par deux indigènes.

M. Godard, sans se laisser intimider par l'attitude menançante de ses agresseurs, leur fit tête courageusement, pendant que sa femme appelait au secours.

Avec l'aide d'un militaire qui arriva à la rescousse, les deux malandrins, Mekeri Saïd ben Moussa, âgé de 29 ans. journalier demeurant Impasse du Caftan., 6 et Saàdi Ahmed ben Ali, âgé de 33 ans, demeurant Impasse Renard ont été appréhendés et conduits au commissariat du 6« arrondissement.,

Ils seront déférés au Parquet.

MIWMWWI

Institut Pasteur d'Algérie. - Afin de laci liter la vaccination antivariolique les séances gratuites de vaccination ont lieu tous les jours sauf le dimanche à 11 tw.H't' du matin à l'Institut Pasteur (Jardin d'Essai)

De plus des séances ont lieu le jeudi scir à-4 heures à l'annexe de l'Institui Pasteur, avenue Pasteur. -

Dans les Départements

OIE nos connESPONDANTSI

Département d'Alger

SAINT-EUGENE

, RECENSEMENT DE CHÉVATÏX; Le Maire Invite tous les propriétaires de chevaux de 4 ans et au-dessus, classés ou non classés et même 'réformés par les Commissions antérieures a se présenter sansdélai à la Mairie pour en faire la déclaration, la Commission devant procéder aux opérations de recensement le lundi 19 octobre à 9 heures du matin au Plateau de Saint-Eugène.

COMMUNICATIONS

f®lociéf©-«

Fédération des Mécaniciens et Chauffeurs du P.'L.-M. (Section d'Alger). Le* camarades fédérés sont, informés qu'une réunion extraordinaire aura lieu le mardi. 20 courant à 8 h. 30 du matin au siège de la Section. Le bureau de la Section compte sur la-présence de tous les camarades disponibles.

Pour cause de démolition

Mme E. FAREAU, Sage-Femmè, a l'honneur d'informer sa nombreuse clientèle, que son cabinet de consultation est transféré rue Henri-Martin, 21.

I.ES MANUSCRITS NON INSÉRÉS NE SONT pAS H END'*:1

Le Directeur-Gérant ..- E. BAIL AC

Journal exclusivement composé par des typographes syndiqués sur machines Linotypes et imprimé sur Rotatives J. Derriey, dans ses ateliers spéciaux.

Madame Vve Pascal Sanchez ; Monsieur Vincent Sanchez et sa famille, de l'Arsenal; Monsieur Séraphin Sanchez et sa famille ; Madame Mélinand, née Sanchez, et ses enfants ;" Monsieur Philippe Sanchez, d'Htissein-Dey, et sa famille ; Monsieur François Sanchez, commerçant à Maison-Carrée, et sa famille,

Les familles Bastouille, Ripoli et Schwartz, de Belcourt, Ont la douleur de vous faire part de perte cruelle qu'ils viennent d'éprouver en la personne de

Pascal SANCHEZ

décédé à l'âge de 73 ans, muni des Sacrements de l'Eglise.

On se réunira au domicile mortuaire, 12.

rue de Mulhouse.

Enterrement à 4 heures.

Madame et Monsieur Arthur Rey, pharmacien, et leurs enfants : Marcelle. Nadine ,"t Andrée ; Monsieur Jules Rey ; Monsieur Léon Rey et sa famille, d'Hammam-Rhigha,

Ont 'la douleur de "vous faire part de la perte cruelle qu'ils viennent-d'éprouver en la personne de

- - Jane REY

leur fille, sœur, petite-fille et cousine, décêdée dans sa douzième année. - -- -

Et vous prient de vouloir bien assister à ses obsèques qui auront lieu aujourd'hui lundi, à 3 heures de l'après-midi.

Réunion au' domicile mortuaire, 1, boulevard de Provence, Bab-el--Oued.

Il n'y aura pas dé lettres de faire "part, le" présent -- avis en tenant lieu. ■

OFFICE :DETATCIVIL

L COSSO GENTIL. Directeur: Téléph. : 27.01 Alger, 64, rufe dè Cbnsfantine. 64. Alger

- BUREAU DE POMPES FUNÈBRES

Ouvert dt Jour et de nuit

Convois funèbres- Exhumations. — Transports de corps

Corbillards automobiles de toutes classes

Couronnes mortuaires de la Maison Aorile et Brachet

REMERCIEMENTS

Les familles Rameau, de Flatters : Joseph Montés, Bonnet, Fortin et Antoine Montés.

adressent leur bien sincères remerciements à toutes les personnes qui leur .ont adressé leurs témoignages de sympathie à l'occasion de la perte cruelle qu'elles v\ennet!i xi éprouver en la personne de leur regretté

Louis-Cimsnt-Cêleste RftBEAU

Réserviste au 26 régiment de zouaves décédé à l'hôpital de Saumur des suites de ses blessures.

Les aw<< de décès sont reçus, à des prix modérés, jusqu'à dix heures du soir, au Bureau auxiliaire de Publicité de l'ECHO D'ALGER, rue d'Isly, 46, en face des Etablissements Méritan-Marcé (téléph. 21.73). et jusqu'à onze heures aux Eureaux de l'ECHO D'ALGER, 26, boulevard Carnot. (Tél. 20-54',.

7

Préfecture du département de Constantine

PONTS ET CHAUSSÉES

Chemin de fer de Constantine à TOned Athmenia

(10 Lot d'infrastructure)

ADJUDICATION RESTREINTE

A une date qui sera fixée ultérieurement, il sera procédé, en séance publique, par M. "le Préfet de Constantine, en Conseil de Préfecture et en présence de M: l'Ingénieur en chef du service des études et travaux des lignes nouvelles de l'Algérie, dans les formes réglementaires, à l'adjudication, sur soumission cachetée, des travaux de construction de la plateforme du-chemin de fer de Constantine à l'OuedAthménia, entre l'origine et le km. 12.449,20.

Montant du cautionnement provisoire. 30.000 fr.

Montant du cautionnement définitif 30.000 fr.

L'adjudication sera basée sur un détail estimatif préparé par l'Administration quant aux quantités, et complété par les soumissionnaires quant aux prix unitaires.

Conditions principales de l'adjudication

1. - DEMANDES D'ADMISSION ,-

Les concurrents qui désireront prendre part à l'adjudication devront en aviser par télégramme M. Vicaire, Ingénieur ex chef des Ponts et Chaussées à Alger, 26, boulevard Bon-Accueil, en même temps qu'ils lui adresseront sous pli recommandé lés pièces ci-après : ',

Pour les concurrents autres que les Sociétés d'ouvriers français

1° Une déclaratfon indiquant leur intention de soumissionner et faisant c'ônnaîtfe les nom, prénoms, qualité tt e u candidat ; ,.

2° Une note indiquant le lieu,-la dt C, la nature et l'importance des travaux exécutés par le candidat ou à l'exécution'desquels il a concouru, l'emploi qu'il occupait dans chacune des entreprises auxquelles il a collaboré, ainsi que les noms, qualités et domiciles, des hommes de l'art sous la direction désqttels - ces travaux ont été. exécutés. Les certificats délivrés par ces hommes de l'art peuvent être jointe à la note. ,;.;'"

Pour les Sociétés d'ouvriers français

1° La liste nominative de leurs membres (noms, prénoms, domiciles, dates et lieux * de naissance) ; ..- *

2° Leur acte de Société i ,

3° L'engagement d'empoyer effectivement aux travaux pendant toute leur durée.

un ivvni-rruiV .• «.= *oci;''Vi ; '(-îles aux travaux pendant toute leur durée, v c,,: [ ilL en hr>fjriô et dû? ioïlpfte, désîgnmtt délégué chargé de les représenter et définissant ses pouvoirs Cd^ninty iT est presi-rit çi-aprës : Une déclaration de délégué indiquant son intention de soumissionner et faisant connaître ses nom, pr, éricmvs, qualité et domicile ;

6° Une note de ce délégué indiquant le lieu, la date, la nature et l'importance des travaux que la Société a exécutés ou à - l'exécution desquels elle. a concouru, ainsi que les noniS; -qualitéS et domiciles des hommes de l'art sous la direction desquels ces trava v ont l'te t'xècuttS. Les certificats délivrés par ces hommes de l'art pourront être joints à la note.

- Les avis télégraphiques adressés à l'Ingénieur , en Chef devront lui parvenir avant le samedi 31 octobre, à 5 heures du soir, terme de rigueur.

Il. INSTRUCTION DES DEMANDES

La liste, des personnes admises à concourir sera arrêtée par le Gouverneur général de l'Algérie.. ,',

Aucun concurrent ne pourra être écarté sans avoir été appelé à présenter ses observations devant la Commission spéciale chargée de proposer au Gouverneur général la liste des concurrents à admettre.

On n'admettra, d'ailleurs, que lés concurrents qui justifieront qu'ils sont en mesure de commencer les travaux en leur imprimant une très grande activité immédiatement après l'approbation de l'adjudication.

Les personnes admises à prendre part à l'adjudication seront avisées ultérieurement et directement, par lettre recommandée, de la. date et des autres conditions de l'adjudication. : -

Les pièces remises par les personnes non admises leur seront renvoyées avec l'avis que leur demande n'a pas été accueillie. - .0

III. - COMMUNICATION DES PIÈCES DU PROJET AUX ENTREPRENEURS

Les pièces du projet seront communiquées aux entrepreneurs tous les jours,'excepté les dimanches et jours fériés : -

le Dans les bureaux de la Préfecture de Constantine (4e bureau), de 9 à 11 heures el de 14 heures à 16 heures. - -

2° Dans les - bureaux de M. Saurel, ingénieur ordinaire rue Alexis-Lambert, no 8, à Constantine, aux mêmes heures.

Un programme, sommaire résumant l'objet de l'entreprise et la description des travaux, accompagné de croquis très sommaires indiquant le plan général des travaux et les dispositions d'ensemble des principaux ouvrages, pourra être envoyé aux entrepreneurs et aux personnes intéressées qui en feront la demande à l'Ingénieur en Chef.

Fait à Constantine, le 8 octobre 1914.

- -" -" Le Préfet,

- - E. SEIGNOURET.

Pouvoirs à délivrer par une Société d'ouvriers français à son délégué

L'acte par lequel une Société d'ouvriers français désignera le délégué qu'elle aura choisi devra spécifier que le délégué désigné est chargé de diriger l'entreprise au nom de la Société et de la représenter vis-à-vis de l'Administration.

Il stipulera que ce délégué aura, au regard de l'Administration, les mêmes droits et les mêmes obligations qu'un entrepreneur agissant pour son propre compte, et qu'il aura notamment qualité pour signer 1rs attachements, -. recevoir les notifications, accepter les décomptes, toucher les mandats, etc.

Cet acte sera passé dans la forme exigée par l'acte de Société peur que les pouvoirs qu'il confère soient valables.

Département d'Alger

COMMUNE DES ATTAFS

D JIID fc 4 T10 ÎN

DES TRAVAUX DE CONS.

TRUCTION D'UNE ECOLE DE

GARÇONS A UNE CLASSE

AUX ATTAFS

Le public est prévenu que le MERCREDI, 4 NOVEMBRE 1914 à 2 heures du soir, il sera procédé à la Mairie des Attafs, en séance .publique-, par le Maire, assisté de deux Conseillers Municipaux, en présence du Receveur-municipal et de l'architecte de la communé, dans les formes réglementaires, à l'adjudication au rabais sur soumission ca-I chetées, des travaux ci-après :j Construction d'une Ecole de

Garçons à une classe aux

- ---- Attàfs

Montant des travaux à l'entreprise. 13.306 48

Mobilier se -l dre. 700 »

Somme a valoir pour surveillance et imprévus « 1 493 52 TOTAL. 15.500 »

Cautionnement provisoire : 400 francs. Cautionnement définitif : 800 francs.

Le projet complet est déposé au Secrétariat de la Mairie des Attafs, où les intéressés pourront en prendre connaissance tous les jours non fériés aux heures de bureau.

Attafs, le. 15 octobre U",

Signé : BILLIET.

CHARBONS DE TERRE

Briquettes MERTHYR, anthracires, cokes - 7

L-L LEGEMBRE

AL6 R-Çuai Voûtes 79, 80,81 S 82 - Tél. 2-77

Service d.s Combines

LE VENDREDI 23 OCTOBRE 1914, à 10 heures du mâtin, à la Manutention Militaire, à Algér, vente aux enchères publiques de : ;' Remoulages, Recoupettes, Son gros et son fin de blé tendre.

provenant du Service dès vivres militaires. - -..--

Au comptant et 5 en sus.

Le Receveur des Domaines,

L. LEBEAU.

e D A E E vaincu I!

Après ? mois de la cure 9 et 9 bis, j'ai fait analyser mes urines chez mon ph.en qui n'a trouvé aucune trace de sucrp, vos « Thés Indiens » m'ont été d'une efficacité surprenante, t; oyant vous être utile, vous pouvez dissoser de mon attestation. Signé : Mme Spinoza, Bd B'u. A!ger. (légalisée). Dépôt : Académie Heriioristique, }.. rup de la Marinp, Alger.

Ít;¡t'igef" Hindi n *•

sur cliaqu»1 l>oît

AVIS

M. VIGNES, avocsi, 10, avenue Pasteur, reçoit personnellement, en son cabinet, tous les matins de 9 à il heur.

suf les jours fériés.

L Nt~ ό HE d EUX

Auguste SRELLET

5, Rue Lestienne

Esplanade Bab-el-Oued

Téléphone 30-05

On Porte à Domicila

ON DEMANDE

pour durée de la guerre gardon de errne marié, connaissant viticulture, références sérieuses exigées..

S'adresse** Mme RI EU, 3, vue Sdcgéma,Alger.