Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 348 to 348 on 408

Number of pages: 1

Full notice

Title : Coutumes, mythes et traditions des provinces de France / Alfred de Nore

Author : Chesnel, Adolphe de (1791-1862). Auteur du texte

Publisher : Périsse frères (Paris)

Publication date : 1846

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : français

Format : X-394 p.

Format : Nombre total de vues : 408

Description : Contient une table des matières

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k670586

Source : Bibliothèque nationale de France, département Département inconnu, Amiens : B.M.*M. 1570 (1)

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35976575s

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 15/10/2007

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 92 %.
For more information on OCR


sont des cas qui ressortent de la juridiction de la Basse-loi.

LE PMNCE DE RaËTOMQOE. On avait institué en France des chambres dites de JR~ongtM qui distribuaient des prix aux auteurs de poésies et de momlités. A Douai, le prince de rhétorique était celui qui avait fait la meilleure pièce de vers en l'honneur de la Vierge, mère de Jésus. La fête se célébrait le 2 février de chaque année, à la suite d'un concours où tous les princes de Rhétorique devaient parodier les sujets qui leur étaient présentés. Les vainqueurs, après avoir reçu les prix qui consistaient en pièces d'orfèvrerie, parcouraient la ville dans un char.

LE BANC POETIQUE DU BARON DE CUINCY. En i670, Antoine de Blondel, seigneur de Cuincy, près de Douai, fonda à son manoir une académie de poésie française, et lors des joutes littéraires qui avaient lieu annuellement, les lauréats venaient en cavalcade parcourir les rues de la ville. ANMYERSAïRE DE LA DÉFENSE DE MËZÏÈRES PAR LE CBEVAUER BAYABD. En i52i, cette place était assiégée par deux corps d'armée campés sur les rives opposées de la Meuse et avait peu d'espoir de se soustraire à une capitulation. Bayard était, il est vrai, dans la ville à la tête d'une no-