bpt6k663276s/f2


AUJOURD'HUI

De 8 h. 30 à 11 h. 30 et de 13 h. 38 à 17 h. 30. Au Palais St-Georges distribution des titres d'alimentation du mois de juin aux consommateurs dont les noms commencent par lea lettres M. N. 0, P. Q. Ra. Re.

CAMOUFLEZ VOS LUMIÈRES de 21 h. 37 à 5 h. 58

La Mairie fait savoir ALLOCATIONS D'ASSISTANCE AUX REFUGIES

Les allocations seront payées à la Recette Municipale, place de la Mairie, de 9 h. à 11 IL et de 14 h. à 16 h. dans l'ordre alphabétique rigoureusement indiqué A à J vendredi 26 mai; K à Z, samedi 27 mai.

LOTERIE NATIONALE

Au tirage de la 17· Tranche, les acheteurs de dixièmes c CREDIT DU NORD > se partagent plus 'de 13 MILLIONS de francs de lots, dont: Le GROS LOT de 8 MILLIONS gagné p. les dixièmes et Fer à cheval s Le Gros lot de 1.700.000 FRANCS gagné par les dixièmes Le Trèfle 9 Un lot de 400.000 FRANCS

gagné par les dixièmes a Le Trèfle Un lot de 400.000 FRANCS

gag. p. 1. dixièmes et P'tit Quinquin,» Exigez partout les dixièmes.

PORTE-BONHEUR

QUI GAGNENT LES GROS LOTS Il René LEME'RLE. courtier.

Boite postale 473, NANTES

LE RAVITAILLEMENT VIANDE DE CHEVAL

Exceptionnellement par autoriaation, maison Sauvage, rue SaintMichel, du DO 1.800 au n» 2.200. ENSEIGNEMENT COMMERCIAL STENO-DACTYLOGRAPHIE

A LEGOUT

Professeur agréée de 1'l. S. JP.

Tous Tra vaux Copies

Circulaires Duplicateur

Travail prit' et remis è domicile. 9 impasse Ste-Marie Tél. 20-27.

ETUDES CHEZ SOI

Les cours par correspondance de l'Ecole Universelle permettent de taire chez dans le moindre temps et aux moindres frais, des études complètes dans toutes les branchues. Demandez l'envoi gratuit de va. brochare qui vous intéresse Br 32900 Cirasses et exam. prim. Br. t2SM)5 C.asses second., baccal. Br 52»iO Lie. (Droit. Se., Lettres). Br. 52916 Grandes Ecoles spécia..es. Er. 52921 Carrières administra tive6 Br. 52925 Industr. et Trav. publics. Br. 52930 Carrières de l'agriculture Br. 52936 Carrières au commerce. Br. 52940: Orth., redaetion, ca.cul Br. 52945 Langues étrangères Br. 52951 Air. Marine.

Br. 52956 Arts du dessin, profess. Br. 52tM>2 Musiq., tneor. et instr. Br. 529(58 Couture, coupe. mode. Br. 52970 Secrétariats.

ECOLE UNIVERSELLE

h9, Boulevard Exelmans. PARIS-166. 1- et 12 pi Jules-Ferry. LYON. Rh. Alais, Froges et Camargue O'echiney)

Du 25 mai au 26 juin 1944, la société procède à une augmentation de capital de 837 millions à 1.255.500.000 francs par l'émission à Frs 600 par action de 837.000 actions nouvelles de 500 francs, réservées aux anciens actionnaires. Souscriptions reçues, à titre irréductible, & raison de une action nouvelle pour deux anciennes.

BA.L.O. du 15-5-44. No 21

IL A DE L'ESTOMAC Son assurance vous en impose.

Mais il a aussi un estomac. Il est à la merci de crampes, de lourdeurs, de migraines après les repas, mais il évite tous ces maux en prenant, après chaque repas, une petite dose de poudre ou quelquescoraprimésde Magnésie Bismurëe. Visa N« U63 P. 10425.

En pleine nuit,

un cultivateur met en fuite

trois bandits masqués Au cours de la nuit de mardi a mercredi, vers 23 heures, trois individus armés de pistolets pénétrèrent dans la cuisine de la ferme exploitée, rouit de Melesse, au lieu dit La Belle-Leuelle, en Sai&t-Orégoire< par M. Le Breton, cultivateur. Des ouvriers de la ferme, qui dormaient dans une pièce voisine purent sortir de l'immeuble et alerter des voisins, sans être entendus des visiteurs. M. Lebreton sortit également et, s'approchant des bandits à la faveur de l'obscurité, frappa l'un d'eux de sa fourche. Les trois hommes réussirent à s'échapper sans réagir plus brutalement.

Au cours de l'enquête menée dès le matin par la gendarmerie de Rennes, on a retrouvé 4 proximité de la ferme un portefeuille contenant 500 francs et provenant d'une armoire placée dans la cuisine. Les bandits ont également emporté une certaine quantité de beurre. Les recherches sont activement poursuivies.

La coiffure est la parure Indispensable de la femme élégante. Sans électricité. MARY JANE, spécialiste de la coiffure., vous coiffera chic comme par le passé.

27. r. du Champ-Jacquet (Tél. 38-73) L'orchestre

de Rennes-Bretagne va jouer au Thabor Nous apprenons que le grand orchestre de Rennes-Bretagne donnera chaque dimanche, pendant la belle saison, un concert au kiosque du Jardin des Plantes.

La première de ces auditions aura lieu dimanche prochain, jour de la Pentecôte, de Il 18 heures, sous ia direction de Maurice Henderick. Gageons que cette reprise des concerts au Thabor aura la faveur d'un nombreux public.

BRUZ. M. et Mme ROUSSIN et leurs enfants sont en bonne santé. Us résident chez M. CHARTIER, à EONT-REAN, en BKUZ. et continuent à exercer leur activité commerciale.

A TRAVERS LA VILLE On a volé une boite vide d'accumulateurs, valeur 2.000 fr., à Mme Jouannolle-Lemarchand, cultivatrice au Baudrier, route de Châtillon. Fugue 7 Mme Planchais, domiciliée boulevard de Cleunay, a signalé la disparition de son fils, le jeune Claude, ouvrier agricole chez Mme Richer, cultivatrice à Goven. Le jeune homme a quitté la ferme le 22 mai dernier.

NAISSANCE. M. et Mme François CARETTE, née DRANSART, sont heureux d'annoncer la naissance de leur fils DOMINIQUE. 66, Bd de la Duchesse-Anne. Rennes, 20 mai 1944.

SYNDICATS et SOCIÉTÉS Abeilles Rennaises Art et Jeunesse. Lundi 29 mai, à 8 heures, dans la chapelle Saint-Pierre, une messe anniversaire sera célébrée à l'intention de notre camarade Fernand Palicot.

NECROLOGIE. Nous avons appris avec regret la mort de M. Victor Perrier. décédé dans sa 78€ année, à St-Melaine, où les obsèques ont lieu ce matin.

Le vénérable défunt était le père de M. V. Perrier. l'industriel rennais sympathiquement connu, à qui nous présentons, ainsi qu'à toute sa famille, nos bien vives condoléances.

Le problème

de l'enf ance paralysée par M. Jean Chauvière Poursuivant une série de conférences de propagande en Bretagne, M. Jean Chauvière. secrétaire général de l'Association des Paralysés, a traité hier, à l'Hôtel de Blossac. en présence d'une nombreuse asaistance L'enfance paralysée et l'urgence d'une solution en France». Quatre principaux fléaux causent chez nous des ravages profonds la tuberculose, le cancer, l'alcoolisme et la paralysie consécutive 'à la poliomyélite. L'orateur étudie le mal à sa naissance, 11 en décrit le développement. les effets foudroyants et indique brièvement les méthodes et moyens de traitement. L'année passée, 1.800 nouveaux cas de paralysie infantile ont été rele- vés sur notre territoire. Oe tait pose avec acuité le problème de l'enfance paralysée.

M. Jean Chauvière examine ensuite le cas infiniment douloureux de jeunes frappés par ce terrible ma:; leur détresse morale après le premier choc, les difficultés de leur existence, la solitude accablante de l'hospice où le plus souvent leur état de fortune les oblige à chercher refuge, l'espèce de c captivité » dont ils risquent de ne jamais être libérés. Cent vingt mille jeunes victimes de oe fléau existent dans notre pays, la plupart confi- nés dans des chambres d'où ils ne sortent presque jamais, où ils se consumment en silence. le plus souvent abandonnés a leur terrible infortune.

Le problème social qui se pose, M. Jean Chauvière le définit avec des accents de pitié, avec une émotion que son expérience personnelle et de douloureux témoignages rendent sensibles à tout l'auditoire. Il faut sauver ces 120.000 jeunes victimes de l'isolement moral qui les accable; il faut leur donner le moyen de. reconquérir une p.ace normale dans la société. 80 des cas sont récupérables dans la communauté française.

Qu'a-t-on fait pour aider les paraiysés ? Presque rien, surtout parmi les nécessiteux. L'orateur indique les taches à accomplir création d'établissements, formation de personnel spécialisé, installation du matériel médical Indispensable. Cette œuvre a été faite à l'étranger. Pour nous, sa réalisation est une question d'humanité.

L'orateur parle ensuite de l'Association des Paralysés, créée en 1933 par quatre malades. Il marque les étapes difficiles, mais tenaces, de cette première croisade en faveur de l'enfance. En dix ans, des résultats positifs ont été atteints parmi eux, la c rééducation » des malades, les centres d'apprentissage établis dans différentes régions, les établissements de soins, les colonies de vacances, etc. D'innombrables sauvetages ont .été ainsi rendus possibles des paralysés exercent aujourd'hui des professions lucratives. Leur détresse morale a été» vaincue; ils .ont repris une place solide dans la communauté nationale.

Après un émouvant résumé de l'œuvre qui reste à accomplir, et qu'il fit avec tout son coeur, M. Jean Chauvière indiqua à son auditoire comment l'action de tous peut s'unir à celle de l'Association adhésions nombreuses à ce mouvement, aide pécuniaire, collaboration avec les dirigeants en lui faisant connaître les paralysés, visites fréquentes des jeunes ma:ades, témoignages attentifs de sollicitude, etc. Il y a là une aeuyre de charité, un devoir national à remplir auxquél les âmes de bonne vo'onté ne peuvent hésiter à se consacrer. Des renseignements complémentaires pourront être demandés à Mlle Lepetit, secrétaire régionale, 111, rue de Fougères, à Rennes.

La conférence de M. Jean Chauvière fut écoutée avec une attention émue et de nombreuses personnes s'empressèrent de souscrire des bulletins d'adhésion.

POUR ALLÉGER LES MESURES D'EVACUATION L'ORGANISATION DE RESTAURANTS D'ENTR'AIDE DANS LES QUARTIERS SUD DE LA YILLE

On sait que pour protéger la population et notamment les femmes et les enfants contre les bombardements, les pouvoirs publics ont été amenés a décider l'évacuation obligatoire de certains quartiers réputés « dangereux ». Tonte une. partie de la ville étant comprise dans cette zone d'évacuation, et nombreux se trouvant les hommes, employés et ouvriers qui étaient susceptibles de se trouver seuls à leur foyer, la municipalité a pensé qu'il était nécessaire de créer une oiganisation qui leur permit de ne nourrir, malgré l'absence de leur épouse, et en continuant leur travail.

C'est ainsi que des conversations engagées ,tant à la préfzeture qu'à la mairie et à l'Intendance régionale Economique, la Chambre Syndicale de l'Hôtellerie d'Ille et Vilaine, par l'intermédiaire de son actif président, M. Grasset, présenta un projet de création de rés. taurants d'Entr'aide qui fut, ainsi que l'annonçait un récent communiqué. immédiatement accepté et qui est, actuellement en voie de réalisation.

Ce que seront ces restaurants ? Ils existent déjà.. Car, il ne s'agit pas. en l'occurence de créer des restaurants communautaires qu'il faudrait doter d'une administration spéciale. Les ressortissantes de la Chambre de l'HôtelUrie dT.le-etVilaine ont si spontanément répondu à l'appel des pouvoirs publics qu'il n'a pas été nécessaire de recourir

à la réquisition de certains restaurants pour y installer des cantinea. Dans la catégorie D, qua.rante maisons S'offrent à servir chaque jour, midi et soir, des repas à 15 francs comprenant un plat unique composé d'une ration de viande ou de charcuterie ou de pâtres ou d'oeufs, et d'un légume. Deux légumes s iront servis en cas d'insuffisance de viande. Et le nombre des places disponibles dans ces quarante maisons est de 837. Dans la catégorie C. le prix est fixé. 20 francs par repas tt les restaurants .au nombre de cinq, disposent d'environ 80 places.

En outre, pour ceux qui préfèrent le calme reposant du logia pour prendre leurs repas, la vlnte à emporter a été prévue.

Dans les prix Indiqués, le service est compris, mais les consommateurs doivent fournir pain et bois. son.

Ajoutons que la direction du Ravitaillement général, qui a pris part aux conversation* ,fera elo aussi, tout ce qui dépendra de ses services pour que soit assuré le bon fonctionnement de ces restaurants d'entr'aide.

Et terminons en Indiquant que les inscriptions continuent à être enregistrés à la Chambre Syndicale de l'Hôtellerie, quai Lamennais, chacun des clients éventuels des restaurants d'entr'aide démeurent libre de choisir la maison où il désire être inscrit pour prendre ses repas.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL

Terrorisme d'amateurs. Guy G. 22 ans. garçon Jardinier, au Taillebois, en Chartres-de-Bre- tagne, et son camarade, Henri H. 23 ans, domestique au Bois-Rond, en Nouvoitou, conçurent, vers la mi-décembre, une expédition digne de l'Ambigu. Deux soeurs, vieilles cultivatrices, à la Chaufnnais en Nouvoitou, les demoiselles Colleu, reçurent donc leur visite nocturne. Masqués, l'un d'un cache-nez, l'autre d'un masque de Mardi-Gras, armés. G. d'une pompe de bicyclette, promue mitraillette; H. d'un puéril pistolet à amorce, ils pénétrèrent dans le paisible béguinage au cri classique de c La bourse ou la vie 1 L'une des c anciennes » demoiselles, sautant du lit. saisit un broc d'eau, mais jetée à terre. elle écopa d'un coup de pied à l'aine; l'autre vêtue de sa chemise et de ses seuls sabots se précipita au dehors, en criant à la garde, et fut rejointe par sa sœur. Avant l'arrivée des voisins. les deux héros d'opérette commirent le larcin d'un morceau de lard et de deux bouteilles dont le contenu fut, par H. qualifié de i purge de vache y. Ainsi, par un vol, se terminait, ce que nos deux clampins regardaient comme un bon tour. Après plaidoirie de MM<« Baudet et Georgel, 3 mois à G. et H. 6 mois.

A

Coups et blessures. Le 13 mars dernier, à Mordelles, François Ber- thelot, 35 ans, maçon, 15, rue Pou- lain-Duparc, a roué sa femme de coups 15 jours de prison et 600 francs d'amende par défaut. Adolphe Verrier, 34 ans, ouvrier agricole, à Gurgeon, en Andouillé-Neuville, fait opposition à un jugement le condamnant pour coups à 3 mois et un jour. Comme il ne répond à la citation, le tribunal prononce itératif défaut. Vol de bicyclettes. Marcel Geffray, 28 ans; Jean-Yves Robert, 29 ans, manœuvre, 56. rue de Nantes la dame Amélie Robert, 32 ans; le premier a a répondre du vol de quatre bicyclettes et les deux époux de leur recel. Trois de ces bicyclettes ont été soustraites à Rennes, une à La Gue^-che Geffray, 18

mois; Robert, 4 mois; la dame Robert, un mois avec sursis. La victime plaignante, M. Rollet, reçoit 1.500 francs.

Vols. Yvonne Marchand, 24 ans, ouvrière agricole à Montgermont, est inculpée de vols de linge et de vêtements un mois et 600 francs d'amende.

Louis Brulé, 40 ans, manoeuvre, à Vern, a dérobé au cultivateur Guillemet 50 kgs d'orge et d'avoine. 30 litres d'huile usagée, un cric par défaut, 4 mois de prison.

Manoeuvres antinatalistes. Suzanne M. 25, ans, ménagère, a à répondre du délit en question. Jean Jocet. 37 ans. boulanger, à Pont-Péan, fut l'indicateur qui désigna l'opérateur, Félix Thual, 55 ans, maçon. 10, rue Pierre-Abélard. Débats à huis-clos. MM1» Georgel et Jeanne Gonnon-Le Coroller occupent le banc de la défense Thual. un a.i et 4.000 frs d'amende; chacun des deux autres prévenus, 6 mois de prison.

Infidélité. Madeleine Urlen, femme David, 26 ans. 45. rue Duhamel. est l'objet d'une plainte de son mari, en captivité. Me Le Bourc'his' l'assiste 4 mois de prison et confusion avec une peine précédente de deux mois.

LES EXPOSITIONS Le peintre Léon Leray à la Galerie Beaux-Arts Depuis quelques années, l'excellent peintre Léon Leray, un ancien élève de notre école des Beaux-Arts, était resté absent des manifestations picturales et c'est une heureuse surprise pour ses amis et pour les amateurs d'art de retrouver ses toi'es pleines de fraicheur et de lumière. Léon Leray possède en effet un métier sûr et' une grande maîtrise qui lui permettent de brosser des œuvres d'une exquise sensibilité et d'une grande finesse de nuances.

Les œuvres de Léon Leray sont actuellement exposées à la galerie 1 Beaux-Arts place de la Mairie, et nous espérons que nombreux seront les amateurs qui voudront manifester leur sympathie à ce talent exceptionnel.

HOTEL DES VENTES MOBILIERES de RENNES. 5. place Champ-Jacquet. Etudes de M" BENIS'et BOULANGER Commissaires-Priseurs.

MARDI 30 mai 1944, à 14 h., à l'Hôtel des Ventes Vente pour cause de départ. Bon mobilier salon 2 chambres complètes avec leur literie, salle à manger Renaissance, glaces, sellettes, fauteuils, chaises, buffet, lustre cristal et bronze, carpettes, toilettes, yaisseile, batterie de cuisine, etc.

MERCREDI 31 mai 1844. à 14 h., rue Honoré-de-Baûzac, 10. Vente cause divorce Ameublement de cuis'ne moderne laquée: ameublement de chambre moderne en acajou verni; literie; cuisinière mixte émaillée blanc; draps, linge divers; service de table en porcelaine. vais- se,lle, batterie de cuisine, etc. JEUDI 1" juin 1944, à 14 h. Vente hebdomadaire à l'Hôtel des Ventes nombreux meubles, bascule romaine, char-à-bancs, 10 barriques, etc. Etude de Me SOUFFLET, notaire à Vern-sur-Seiche.

Le Dimanche 11 Juin, à 15 h. 30 flégalet. VENTE MOBILIERE à Vern. sur-Seiche, près la gare Chambres à coucher, lits, armoire à glace, literie, bureau Ministre, bibliothèque 3 portes, œuvres littéraires brochées et reliées; Larousse 7 volumes, etc. Voir affiches.

Etude de Me PATARD. notaire à Gaël.

A LOUER pour le 29 septembre 1944 une FERME à Quénoleuo en Pinmandat, bien groupée de 17 hect. 75 ares. S'adresser zu notaire.

Etude de Me COUDRAY, notaire à Pleugueneuc.

VENTE MOBILIERE volontaire le lundi 29 mai, à 14 h. au bourg de PUuguoneuc. On vendra Armoire cerisier; bois de lit axée sommier et matelas; 2 tables de nuit; salle à manger Renaissance; lit d'enfant; poste de T.S.F.; vêtements usagés p. dames et enfants; objets divers. Etude de Me TIREL, notaire à Gruiclien.

I. VENTE mobilière le dimanche 4 juin, à 14 h. (h, anc), au Pont-au-Prieur, en Baulon. Domici e de Mine Vayer. Outils de menuiserie; 2 bicyclettes homme. Installation en bon état d'un ancien moulin. Divers autres articles.

II. A LOUER pour le 29 sept. 1944, près bourg de Goven, bonne FERME de 11 hectares.

Pour renseign.. s'adr. au notaire. Etude de M«~HINAULT,~notaire~~ à Combourg.

IMPORTANTE VENTE MOBILIERE vendredi 9 juin, à 15 h., et le lendemain même heure s'il y a lieu. A la Touche- Yrls, près LANHEU.N après décès de Mme LAMY SaJIe à manger, importants mobilier, verrerie, vaisselle, iingerie, fauteuils, pendules. Conditions ordinaires. Etudes de Me L'HOTELLIER, notaire et de Me POUILLOUX. huissier, à Bain-de-Bretagne

ADJUDICATION en l'étude de Me L'HQTELLIER, le samedi 24 juin 1944, à 15 h. Maison de Commerce place de la République, Il Bain; Jardin à Sabin de 240 m2. Autorisation préfectorale nécessaire p, enchérir.

Etude de Me MARIVIN, notaire à Plélan-!e-Grand. suppléé par Me LE FRECHE.

ADJUDICATION VOLONTAIRE, le mercredi 14 juin 1944. à 14 h. (heure solaire), en l'étude une petit* FERME d'une contenance totale de 3 ha 48 a 65 ca, située aux Boulais de la Rivière, commune de Plélanle-Grand. Pour tous rens. et l'autorisation préfectorale, s'ad. à l'étude Etude de M« LEFEÛVRÊ, notaire à Bennes: de Me LUGAND, notaire à Dmani. et de M' CHEVREUIL, --avoué à Saint-Malo.

(Autor. préf. 11.621 du 20 mars 1944) A VENDRE par adjudication, en l'étuds de Me LEFEUVRE, le 22 juin à 14 h. MAISON à usage d'habitation, abattoir, écurie, dépendances, jardin de 9 ares, au Temple de Blosne, commune de St-JACQUESDE-LA-LANDE. Mise à prix 80.000 fr. S'adresser aux notaires et avoué, notamment pour la demande d'autorisation préfectorale au moins 15 jours avant la vente.

Etudes de Me Henri JEAN, avoué, docteur en droit, 5, rue d'Orléans, à St-Malo. et de M« JAMBU, notaire à Châteauneuf.

VENTE le lundi 19 juin 1944, à 15 h. (heure de l'Europe centrale), en l'étude de Me JAMBU, notaire à Châteauneuf. Au bourg de SaintSuliao. 1" lot Un ensemble de bâtiments ruraux comprenant maisons et dépendances, étab'.es, celliers, cour, jardin. Mise à prix 90.000 fr. 2" lot Une parcelle de terre en jardin de 59 ca. Mise à Px 10.000 fr.

Etudes de M» G. PRODHOMME. avoué à Rennes. 5. rue de l'Horloge et de M» RIMASSON, notaire à Sens-de-Bretagne (I.-et-V.).

VENTE PAR LICITATION

le jeudi 22 juin 1944, à 14 h. (heure solaire), en la Mairie de Gahard et par le ministère de Me RIMASSON. COMMUNE de GAHARD

la lot. Au bourg Une maison d'habitation de 2 pièces au rez-dechaussée, chambre, grenier. Deux celiers. un four. Hangar, cour, jardin. Le tout contenant 6 ares 40 ca. Mise à prix 40.000 fr.

2o lot. Près la Pénaudais Une pièce de terre en prairie nommée « Les Trois Cornières ou « Croix des Vignes de 24 ares. Mise à prix 5.000 fr.

3' lot. Près le Valjoie Une pièce de terre en prairie dite Le Olos Robinault A, contenant 78 ares 20 ca. Mise à prix 15.000 fr.

4« lot. Pres le Oairay Une pièce de terre labourable dite « Le Grand Raoul Lecoq », contenant 57 ares 30 ca. Mise à prix 10.000 fr. 50 lot. A la Provotals et aux environs Ferme comprenant bâtiment d'habitation et d'exploitaion, cour. déport, pièces de terre labourab'es et prairies. Le tout contenant environ 3 ha 91 ares 55 ca. Mise à prix 45.000 fr.

Faculté de réunion et de division. Pour enchérir, autorisation préfect. L'Avoué poursuiv.: G. Prodhomme. Pour renseignements, s'adresser à Me RIMASSOV, notaire à çens-deBretagne; il. M» PRODHOMME, avoué poursuivant, et à Me CHAUDET, avoué co-licitant à Rennes.