Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 1 on 2

Number of pages: 1

Full notice

Title : L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial

Publisher : (Rennes)

Publication date : 1944-04-17

Contributor : Desgrées du Lou, Emmanuel (1867-1933). Directeur de publication

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Language : français

Format : Nombre total de vues : 135307

Description : 17 avril 1944

Description : 1944/04/17 (Numéro 17132).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bretagne

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k6632440

Source : Bibliothèque nationale de France

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 19/01/2015

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 99 %.
For more information on OCR


10> Année. Ne 17.132

JOURNAL pUOTIDIEN REGIONAL

UN FRANC

̃CNNIS. M. rue du

T61 38-71 CF. 118 RINNI8

LUNDI

17

AVRIL

1944

8t Anlcet

Rédaction

parisienne,

114 Ch.-Elyiées

PARIS (8

Tél. Bill, n-n

Plut d'abonné

nwnta nouveaux Jusqu'à nouvel

avis.

ANNONCES

«••no* Hava*.

Les trois buts de l'Armée Rouge n'ont pas été atteints rite militai» en Crimée. De durs combat», depuis une huitaine de fours' se déroulent en effet dan* la péninsule, baition crance de remuée allemande qui faisait peser une lourde menace sur le flaae oau ci» des Bolchevfsfes. Dans le dessein cTéJlnilner cette menace, après une longue préparation qui «'échelonna sur plusieurs mois. les Soriets ont lancé de puissantes formations à fassent de cette position. Et pour réussir

çwgm opération, point ménagers du sang des hommes ni da matériel, les Soviets De se soudent point des pertes. lis en consentent d'effroyables.

Cest un mourais calcul, pour deux raisons. D'aàord. U ne conrienl pas. aa milieu d'opérations militaires d'une actiriié général*, de sacrifier sans compter des hommes et du matériel oui plus tard. lors de combats décislts, pourront être employés non plus dans le but d'acquérir quelque gloire, dobtealr quelque prestige. mais d'arracher le succes, de gagner la victoire. Puis,, après les mourements de recul opérés par le haut-commandemuf allemand dans le secteur sud du front orientai, la Crtmee a perdu soa andenne importance ,'raté aique. Aussi sa conquête ne représente-l-elle qu'un intérêt moral et ne Tant pas le tragique bilan que bous serrons.

Si les Soviets connalssenf en ce moment des heures favorables aa sud du front oriental, 0 n'en est pas de même aa nord eu même front. En dépit de rengagement par les Rouges de forces considérables, de la Mer Noire à la baie finnoise, les armées allemaades gardent Intactes leurs positions sur ies quatre-cinquièmes de cet espace, de TarnoPol à Narwa. Il a'y a donc qu'un cinquième du iront à subir des mourements.

La grande offensive soriétiqu* poursuivait trois buts. Elle tendait à reconquérir les pars baHes. à «'emparer da gouvernement ginéral de Pologne et à occuper la Roumanie. L'acharnement de la réils tance allemande de farnopol à Narwa a fait ichoner les deux premiers buts. L'armée rouge a mis en acCon. dans le secteur du lac Peipus. des forces aussi considérables que celles qui opèrent au sud. mais elles n'ont rien obtenu. La défense héroïque de Tarnopol, de Brody et de Korel a déjoué la tentative vers la Pologne. Quant à laronce vers les matières premières de la Roumanie, sl elle a donné d'incontestables arantages aux Rouges. eue a'a point réussi totalement et ne semble pas devoir abontir.

En effet. le retrait des forces allemandes de Cri- mée, comme le décrochage d'autres forces allemandes du secteur sud mettent à la disposition du août-commandement allemand des éléments Intacts. qui permettront de constituer, en orrlire, une ligne de résistance solide. Ces éléments intacts. d'une voleur combattre éprouvée. sûrs de leur supériorité militaire, prouveront leurs hautes qualités dans les opérations d'été, opérations que Tarmée rouge ne pourra affronter qu'arec des forces épuisées par nue trop longue course et décimées par des pertes considérables en hommes et en matériel. F. T.

Les Allemands avancent à l'ouest de Tarnopol 51 AVIONS AMÉRICAINS ABATTUS SUR LE REICH ET SUR LES BALKANS

G.Q.O. DU FUHRER, 16. Le H.C. Allemand communique Dans le Sud-Ouest de la Crimée. les troupes allemandes et roumaines ont. après de durs combats, arrêté les bolcheviks qui serrent de près nos motivements. Vingt-huit chars ennemis ont été détruits. Trente-six ai-long ennemis ont été abattus au cours de violents combats aériens et par la D.C.A.

Sur le Dniestr Inférieur et dans la réclon d'Orhelu de nombrruses attaques ennemies ont échoué devant la résistance de nos troupes, soutenues d'une façon remarquable par la Lufttraire. Des pénétrations locales ont été verrouillées.

An nord-ouest de lassy, au cours de poussées locales, nos troupes ont Infligé de lourdes pertes en hommes aux bolchevlks.

A l'est de Stanlslawow. des formations soviétiques ont été rejetées vers le sud.

Dans le secteur de la Strypn des attaques répétéea de l'ennemi ont échoué.

A l'ouest de Tarnopol, nos formations d'assaut, soutenues par des avions de combat et des avions de bataille, ont continué à progresser après des combats acharnés. La garnison de Tarnopol continue sur la lisière ouest de la ville à opposer une résistance héroïque aux Soviets qui attaqutnt sans relâche.

La nuit dernière, de poissantes formations d'avions de combat lourds allemands ont attaqué la gare de Sarny. Un grand nombre d'explosions et d'incendies a été observé. Au sud de Pskov, l'ennemi. soutenu par des chars et des avions de bataille, a attaqué. hier encore, pendant toute la ¡ journée. Il a été repoussé et a

UN CANON LOURD A LONGUE POBTÊE

POUR LA DEFENSE DE LA COTE DE L'ATLANTIQUE (Photo DJI.P )

La pression anglo-américaine sur les nations neutres NEW-YORK.. 16. Selon t'agence United Piess, la presse américaine, commentant la démarche des Anglo-Américains auprès de la Suede et la presslon exercée simultanément par eux sur plusieurs autres Etats neutres d'Europe, considère qu'il faut voir 1a 1>> mlse en pratique de la politique annoncée dimanche par M. Cordell Hull. D'après le Herald Tribune, les mesures envisagées qui entreront en vigueur au cas où le gouvernement suédois n'accéderait pas aux désirs des c ailles comprendraient notamment l'embargo sur le pétrole et i» suppression des livraisons de froment et de cuirs. En ce qui concerne l'Irlande, on projette la suppression des livraisons d'huile. de froment et de macn'nes américains. Le Portugal serait également privé d'nuile et de machines, et on prévoit pour l'Espagne, outre la continuation du blocus, .a suppression des livraisons de charbon par la Grande-Bretagne. A ce propos, on rappelle Que les livraisons d'armes a la Turquie ont deja été interrompues et qu'en outre oh suspendrait l'exportation, vers ce pays, de textiles. produits chimiques, médicaments, laines etc

La presse turque repousse

les exigences britanniques

ANKARA. 16. La presse turque consacre de nombreux arrcle* la démarche britannique demandant la suppression des exportations turques en Allemagne.

Les journaux sont unanimes a déclarer que si le peuple turc souha.te le rétablissement de la paix. Il considère qu Il est du devoir des belligérants de ne prs cheicher a entrainer les neutres dans le conflit U.-« mesures de contrainte a l'égard de ceux-ci sont interprétées comme un aveu d'Impuissance u<-« nations qui les utilisent, faute de pouvoir remporter la victoire par les armes.

AVANT DE RECONNAITRE LE COMITE D'ALGER

Me exigerait la démolition des fortifications

des côtes de la Manche ANKARA, 10. Selon des informations de source sûre émanant de la colonie Britannique d'Ankara, on est resol a Londres, a ne Das reconnattre le Comité d'Aller comme gouvernement français, tant Que certaines conditions d'ordre politique et technique n'auront Das *té remplies

Dana le cas ou un débarquement en France réussirait, tes Anglais, annt de reconnaître le Comité d'AUrr. auraient notammcnt l'intention de détruire toutes les constructl-ins que les Allemands ont érigées le lont des côteg de -a Manche à des fins offensives aussi bien Que défensives, et qui s'étendent sur une profondeur considérable l'Intérieur des terrea.

On craindrait, en eCet, a Londres, Qu'un gouvernement français souverain ne s'opposât 1 la destruction de ces ouvrages, parce que celle-ci entraînerait la dévastation de territoires étendue et celle de nombreuses villes et 1 territoires industriels.

l n cyclone dévaste la Réunion Saint-Lfnis-de-la-Rédnion, 16. Un cyclone et un raz de marée ont ravage l'lie de la Reunion au cours des journées des 10 et il avril. On compte jusqu'à présent six morts et huit blesses. Les dégâts mate- riels sont considérables. Cinq mille personnes sont sans abri et 60 des cultures détruites dans tes régions du nord et du nord-est.

subi de lourdes pertes en hommes. 72 chars ont été détrults dans cette région au cours des dernières 48 heures.

Sur la tète de pont de Nettuno, au sud-ouest de Llttoria, l'ennemi a effectué d'assez fortes attaques contre quelquesuns de nos points d'appuis avancés. Ceux-ci momentanément tombés aux mains de l'ennemi ont été repris au'coun d'une contre-attaque.

Sur les autres fronts, la jour.née s'est déroulée sans événements notables.

Des bombardiers américains ont attaqué hier plusieurs loralltés roumaines, notamment Bucarest. Des Immeubles ont été endommagés et la populaUne zone réservée est créée dans les Alpes VICHY. la a l'intérieur dune zone comprise entre les frontière» italienne et une d*une part, et par un arrêté que publie le a Journal oniciel Il est interdit cesormais de circuler aux Personnes qui n'y sont pas domiciliées. Peuvent seuls séjourner et circuler librement dans cette une. sans autorisation spéciale. jet Français y possédant ieur domicile ou leur résidence nabituelle avant le l" septembre 1943. Ils devront cependant être munis d'une carte d identité officielle avec Photographie sur laquelle les maires apposeront la mention < sone réservé» alpestre D.

Les Français et étrangers non domiciliés dans cette zone et oésireux de s'y rendre, devront adresser. avec toutes pièces Justificativea. leur demande de sauf-conduit aux ma.rea des communes de destination Toutefois les voyageurs en transit, munis d'un passeport régulier, sont oispenses de cette formante.

Le séjour et la circulation des étrangers dans cette partie du terrltotre sont soumis à une réglementation distincte suivant leur natlonallte,

tlon a subi des pertes. D'après les nouvelles parvenues jusqu'à présent vingt avions ennemis, pour la plupart des bombardlers quadrimoteurs, ont été détruits par la chasse allemande et roumaine, ainsi que par la 31 avions ennemis ont été abattus le 15 avril lors de raids eflectuép par des formations de chasse américaines sur le nord et le centre de l'Allemagne. Les batteries légères de D.C.A. de la LiirtwtilTe. la D.C.A. de marine et les bateaux de protection se sont particulièrement distingués en contribuant à repousser ces (attaques.

Evacuation

de Simferopol

et de Théodosia

Bsnijfc, 18. Le Bureau International d'Information annonct qu'au cours des opérations da repli effectuées par les forces Allemandes opérant en Crimée, Jeu villes de Slmféropol et de Théodosia ont été évacuées..

Uri ordre du jour

dn régent Horthy

à l'trmée hongroise BUDAPEST. le. Le régent Horthy vient d'adresser un ordre du Jour à ta Honved dans lequel il déclare n ttamment

• La erre, qut est arrive» au tournant .iécitlt. approche de sa cerne la Hongrie. L'ennemi est tout Srèt de nos Ironllères; il s'agit donc nouveau de défendre directement notre Patrie. Il n'y a pas de recul possible. J'attends de nous que chacun remaille son devoir et se montre dlgni.de tes héroïque» ancêtres. a Aujourd'hui, comme dans la premièreiguerre mondiale, nous ne sommet tas seuls, nous combattons cote à te avec l'armec allemande qui, de 1914 a 1918. tut notre ndeie camaraderie scellée par la tant. sortir vflnqueurt dt cette lutte teuteme notre patrie, mais autsi

L'AFFAIRE DE LA RUE LE SUEUR Dès juin 1943, le inirM de meubles Porchon avait averti la police

PAKIS. 18. M. Berrj, juge d'instruction, a procède samedi heures a l'interogatoire du riche marchand de meubles. Roland Porchon qui est Inculpe de complicité de vol et qu'assistaient M" Chantepie et Peyroles.

Après avoir déclare qu'il connais.saa Nézondet. natif comme lui de l'Yonne, Porcnon reconnut qu'il avait indique au docteur Petiot les époux Marie désireux ae Passer l'étranger.

A cette question du juge d'instructlon

Netondet vous a-t-ü réellement déclare Qu'il savait que le docteur exécutait les personnes qu'on lui envoyait et quand vous i'auralt-li dit? Porchon a repondu J'ai vu Netondet en Juin 1943 après sa sortie de prison. Il m'a dit i Petiot est encore détenu. C est le dernier des brigands Il aup.)rime les gens qu'il dit faire passer i l'étranger. J'ai vu chez lui seize :aaavres allongés, Ils étaient tout loirs. »

e Vous pensez si J'étais stupéfait. a Je lu: al dit a Il faudrait aver-

tir la polfce t. n m'a repondu « Ce n'est peut-étre paa très prudent. Nous verrons après la guerre i • Comme Je savais que Nezondet était très enclin 6 la plaisanterie, al cru a une boutade Néanmoins je me suis empresse de tclepooner un policier que le connaissais Intimement. Olui-cl est venu me voir Après un explications, il m'a dit que. pour le moment. U était preférable de garder le secret et d'attendre. d'autant plus qu'on ne craignait rien, puisque le medecm etalt en prison. C'est ce que J ai fait Jusqu la libération du docteur en février dernier A ce moment. Jai de nouveau averti la police. On ne peut donc pas m accuser de n'avoir pas fait mon possible. De plus iorsque l'affaire a été découverte, en mars dernier. Je me suis rendu a la ponce Judicaire dès le 14 Je suis retourne le 17. quai des Orfèvres, ou on m'avait convaque Quelle n'a pas été ma stupéfaction de me vo:r signifier un mandat d'arrêt » Les futures confrontations promettent d'être intéressantes, notamment cel.e de Nczondet. qui se trouve en contradiction avec 1?orchon sur de nombreux points.

A la Commission des Paissances du Pacte Tripartite Le général Tojo affirme la volonté du Japon de renforcer sa collaboration avec l'AIe TOKIO. 18. Le bureau d'Information du gouvernement japonais publie le communiqué officiel suivant La commission technique com nune des représentants du Japon, de l'Allemagne et de l'Italie, prévue par le pacte tripartlte. s'est reunie le 16 avru 1994, dans la demeure officielle du premier m'.nlstre. Il s'agissait d une rencontre de la commission générale et de la commission militaire.

Au début de la réunion, le général Tojo. premier ministre, a fait un exposé de la situation générale.

t L'Amérique et l'Angleterre, a-t-il déclaré, qui, au début de la guerre, ont subi défaites sur défaites, ont proclamé ces dernières années qu'elles contreattaqueraient sur tous les fronts en déployant la totalité de leurs forces. Elles tentent donc d'attaquer A l'est et l'oueet & la périphérie des territoires des puissances de l'Axe. Elles n'ont, cependant, réussi nulle part ébranler la solidité de notre position. Bien au contra:re, la îol en la victoire finale de nos pays et en l'Invincibilité de nos forces s'est raffermie de Jour en Jour. C'est avec admiration que Je suis la lutte valeureuse des troupes allemandes et Italiennes en Europe.

c En Asie. a poursuivi le général Tojo, le Japon contrôle des réglions Importantes du sud et s'oppose victorieusement aux tentatives ennemies qu'elles viennent du continent ou de l'Océan pacifique. Notre certl-

tude de vaincre est basée sur la parfaite coopération des Etats et des peuples de l'est asiatique, et par la mise en valeur méthodique des riches ressources de ces territoires. i Le combat mené fraternellement aux frontières de la Birmanie par les troupes nlppones et L'armée nationale hindoue "st tn plein développement, et couronné de succès. Le mouvement d'indépendance gagne de Jour en Jour aux Indes, il s'accorde parfaitement avec les buts de guerre Japonais, qui visent a l'affranchissement des peuples asiatiques.

c Bien que nous soyons fort éloignés de nos alllés a conclu le général Tojo, nous voulons et pouvons rendre plus efficace et plus étroite encore la collaboration avec eux. Dans ce but, nous entendons déjouer toutes les tentatives de nos ennemis en vue de nous séparer » L'ambassadeur d'Allemagne a pris ensuite la parole, Il a déclaré que la solidarité des puissances du pacte tripartite était la condition essentielle de la victoire finale.

M. Mareel Déat expose ses projets et ses réalisations

r-AKio. ib. uans une Interview qu'il a accordée au Journal Intente. M. Marcel Déat dresse un premier bilan des négociations actives au il a engagées des son arrivée rue de Grenelle. Après avoir fait ressortir que les salaires du bâtiment viennent d'être revises, que d'autres problèmes, notamment ceux de la fermeture des boulangeries, de la récupération des heures petboas par suite des événementa de goerac, du allocations familiales, font l'Objet d'examens pressants, le ̃«rtrr poursuit

c Noua avons pu régler certaines difficultés qul avalent surgi dana la métallurgie marseillaise. Et l'ot1 peut espérer que l'occord Intervenu aura unt certain» valeur de juntprutence et a»wlnr*- tn -jjprtrj. Aussi Me» «1 e-t-<l pas d'autrt et te la conciliation, puisque la grève est rigoureusement tnterdite par la loi. et que, de toute évidence, les autorités allemandes wadmet.traient aucun arrêt du travail. a La mise en place de la Charte te poursuit Il un rythme tatUfaUant et nous pourront tires- as bilan très positif au 1" mal prochain dont la célébration, d 1a date du

30 avril, doit revêtir un éclat et une signification exceptionnels, 8 Après avoir déclaré que le service civique rural va faire l'objet de modalités nouvelles. M. Déet ajoute: i Puisque nous parlons maind'œuvre, ai-ie besoin de dire que c'est de ce côté que t'accumulent mes soucis majeurs J'ai pose en principe que les jeunes devraient remplacer les vieux et partir avant eux en Allemagne. J'al bon espoir du parvenir. progressivement. Nous avons établi un trés important prolet qui. dépassant le cadre ancien des chantlers, doit permettre un lour la mite en train d*un grand service du travail de la jeunesse. S'il est finalement adopte, la France et t'turope en mesureront l'interét. a La situation des ouvriers français en Allemagne, celle des travailleurs occupés en France par l'organisation Todt et sur les divers chantiers, nous intéresse légitimement. En ce qui les croncerne, toute une série de mesures sont a l'étude. Le ministre soulUne. ensuite. que son effort est poussé dans la direc-

généralisant les cantines d'entreprises ou Interentreprises est en preparation. Quant au texte Instituant nationale. Il est presque achevé La réunion des délégués régionaux

de l'information sociale PARIS, 11. Les délégués réglonaux du département de l'Information sociale, (propagande ouvrière», .os sont réunis vendredi et samedi au ministère de l'Information, 10, rue de Soif à Paris, pour examiner et;= lea problèmes sociaux de leur ressort.

Après avoir fait le point de la législation actuelle, notamment de l'appllcation de la charte du travail, Ils ont traité des problèmes des salairee et de la main-d'oeuvre. Sur leur tache essentielle, M. RoEer Gaillard, directeur du service, leur s communiqué ses directives, puis ont été entendus, MM. Marcel Déat, ministre du Travail et de la solidarité nationale; Philippe Henriot. secrétaire d'Etat à l'Information et à la Propagande.

306 journalistes

suivraient tes opérations de (( débarquement » BERLIN 16 Dans un article Intitulé a le jour D J, la c Natio. nal Zeltung • d'Essen. écrit au suJet de l'éventualité d'une invasion du continent européen

< Aujourd'hui, demain ou oano quelques mois le 1 jour D trouvera toujours la défense allemande prête et montrera à l'assaillant ce que c'est que d'être contraint d'attaquer le bastion le plus puissant de r c histoire a.

De son coté, la < Donau Zeltung » publie une information seIon laquelle 306 correspondants de guerre anglo-américains auraient été désignés pour suivre le débarquement

LE FOOTBALL DE SÉLECTION A PARIS. Sélection du Nord tint Sélection dU Sun Le championnat de France prof essionnel A CLERMONT-FERRAND. et 2

MATCHES AMICAUX

A NANTES, F. C. NANTAIS

BAT RENNES-BRETAGNE, 1 A t Contrairement a tous les pronostics, les poulams de Nuic ont fait baisse. pavillon aux pros de Rennes-Bretagne. Il est toutefois des surprises qui n'en sont pas. Les Rennais nous ont fait voir toute la technique, la finesse de leur jeu terre, fait de passes courtes et précises et parfois ar demi-volées Leur jeu de tête était leur propriété. La puissance et la régularité de leurs shoots sont malheureusement tombés sur la forme splendide du portier nantais Lopez, qui arrêta pour ainsi dire tout. même dans certaines situations périlleuses.

Les Nantais ont employé. eux, la méthode, la seule qui convienne lorsque l'on a devant soi un adversaire indiscutablement plus fort le long coup de pied vers les avants, qui trompe la technique de l'équipe adverse.

A Rennes, Proufl et Moysan étaient absents A Nantes. Ocrgotich, blesse. ne jouait pas non plus

Les buts ont été marqués de la façon suivante En première partie. Rennes marqua sur corner tiré par Rousseau Artigas rentre le but. En seconde partie du jeu. 1 la minute, un beau tir de Lodo, de Nantes, met les équipes à égalité 1 a 1. Peu aprés sur pénaMie, Rennes-Bretagne prend t'avantage 2 à 1. Vers la 40* mmute, Lodo. encore lui, sur passe de Nuie. remet les équipes 1 égalité 9 1 2. Six minutes Joueur, prend l'avantage définitif sur Rennes, 3 2. En résumé, avec ces trois buts, rentrés de façon impeccable, le P C Nantais a bien mérité son succès.

On a beaucoup remarque, dans l'équipe nantaise, les nouveaux Joueurs Incorporés dans le onze Bowens et Georges, qui ont fait grosse impression sur le public assez nombreux L la réunion. 3-5 A PIED

RAPHAËL PUJAZON REMPORTE L-KPREUVI VERSAILLES-PARIS

QUAND LES c PRO JOUENT EN AMATEURS

A NANTES. (Samedi), P C. Nantes bat Rennea-Bretaane, 3 à 3. A NICE. Sélection Niçoise bat Nlce-COte d'Azud, 4 à 2.

A CAEN. 8. M. Caennals bat Paris Capitale, 2 à 1.

A Montpellier. Amateurs Languedoc battent Montpellier-LangueA DOLE. Parts-ne de France bat F.C. Dolols, 4 à 3.

A TROYE8. Reims-Champagne bat Sélection de l'Aube. 2 à 1, AU HAVRE. Rouen-Normandie bat Le Havre A.C. 4 4 1.

A ROUBAIX. 'Lllle-Plandre bat Excelsior A.C., 5 à 3, 0 A Pulieanx. Lyon-Lyonnais bat Pulseaux, 7 A 1.

A Manellle.' Marseille-Provence bat 01. Marseille..S A à

BASKET-BALL

LE CONCOURS DU JEUNE

BASKETTEUR A BENNES

RENNES, 16. Ce matin, stade Courtemanche, a eu lieu la finale régionale du concours du Jeune basketteur. Cinq présents sur neuf qualifiés. Pas rlche Volet les résultats 1. JOURDRAIN (J. A. Pontl'Abbé), 91 points 2. Pruvost (C. A. Vannes). 83 pts 3. Jourdain (Vannes) 88 pts 4. Le Lan (Vanner. 65 pts 5. Morvan (Saint-Brieuci 49 pts. Le premier Ira dimanche à Paris, disputer la grande finale A noter qu'il n'y avait aucun représentant d'Ille-et-Vllalne, le comité organisateur. Enfin 1. 1-5 CHAMPIONNAT DES PATRONAGES A RENNES. E. de St-Héller (1) a bat 15. Aurore- de Vitré (1) par 27 pts Le terrain détrempé et la balle glissante nuisirent beaucoup 6 la facture du jeu de cette demi-finale. St-Hélier qui domine nettement manque de réussite dans ses nombreux essais et Il faut la fin de la parti» pour lui permettre de distancer nettement son concurrent au titre de champion d'Ille-et-Vilalne.

LES EPREUVES DU CYCLISME REGIONALI

LA COURS DU PRINTEMPS DU V. C. RENNAIS EST QAGNtE PAR DELEPINE

Cette course, organisée aux environa de Rennes, sur un circuit de 10 km. à couvrir dix fois, a été gagnée, maigre le temps plutôt mauasade, par un coureur vrallment de claase. Il ne fut évidemment pas le seul à mener la bagarre car il eut au molns, pendant la moitié de la course, des adversaires très dangereux PRUDOR de Fougères, et ROCHER, du C. C R.

Au 5" tour du circuit, nous avions en tète les trois aa que nous venons de citer et, par la suite, soit après accidents mécaniques ou crevaisons, nous n'avions plus en tête que DEI. EPINE e: PRUDOR, alors que ce brave ROCHER était relégué A l' arrière-plan.

Parmil Iceux qui auraient pu Jouer leur rôle dans la course, certains coureurs, acldentés, malchanceux, malades durent ce retirer de la compétition et sur 38 partants, alors qu'il y avait 76 engagés, Il c.ureurs feulement terminèrent le parcours. C'est dire que l'épreuve fut disputée par un temps Inclément et Que ceux qui rutilent Jus-

qu'à l'arrivée furent vraiment des courageux.

Cltsement 1-r DELItPINE IV. C. R.) 2. Prudor (Fougères) 3 Ouesdart (C. C. R ) 4. Le Marrec IV. C. Lorient) 5. Person (CCR.i- 7. Rocher (C, C, R.) 8. Oulgot (V. S. Lorlentals).

Ces épreuves, parfaitement organisées par le Véloce-Club Rennais. avalent aottiré, malgré le mauvais temps, une sascz nombreuse rou!* aux environs de la Croix-Rouge et Près des lignes d'arrivée, et ceci est dÛ au président, M. Benolst-Legendre, ainsi qu'à ses dévoués collaborateurs, qui ont voulu prouver, une tolu de plus. que le vieux club vivait toujours. 1 (1-S) THUAL, DE NANTES,

TRIOMPHE A SAINT-BRIEUO Classement 1. Thual, de Nantes, 100 km. en 2 h. 57 58": 2. Beghettl, en 3 h. 2' 47": 3. Oouyette; 4. Cavan: 5. Rlcard Alexnndre; 6. Scardln; Dhooghe; 8 Yendt; 9. Druuet; 10. Lévèque, tous même temps. 1-3-5 AU FRANÇAIS TERREAU

LE GRAND PRIX D'EUROPÏ

LE FOOTBALL l^ Sports CHEZ LES < PURS » AU MANS. Arago d'Orléans bat U. S. Strvannala. 3 a o

LE MANB, 16. Le Jeu débute très rapide et les Servannals perdent le Jeu dans les vingt premières minutes de la partie.

A ia suite d'un corner accordé à Orléans, à la 26* minute, un cafouillage se produit devant les buts de Salnt-Servan qui sont dégage par miracle. C'est A partir de ce moment que la pression des Orle.nais se fait plus particulièrement sentir et deux fois de suite Thepot intervint m extremis

Sur échappée de POREST, l'avant centre breton manque encore une fois l'occasion d'ouvrir le score, son shoot s'écrasant sur la barre. A la mi-temps, 0 à 0.

A la reprise, le Jeu de SaintServan semble désorganisé et les Orléanais déchainés ouvrent le score sur centre de PROVOST, bien repris par BIENVENU.

THEPOT boite, HAMON mai remts d'une recente blessure n'est pas lui-même et LEQUIEC est lui-même blesse a non tour. Aussi l'inevitable se Produit. C'est d'abord un but qui n'est pas accordé, puis, à la 25* minute, un second qui compte et enfin à la 28". un troisième par ALLARD. ainsi qua ie precedcnt. ce dernier étant repns sur un rebond d'uu snoot sur la barre par PROVOST.

Excellent arbitrage da M. Jeui\.

On liquide la poule Anjou-Bretagne A RENNES. Stada Rennais et T. ». de Rsnnes 3*3

MATCH NUL A RENNES I

C'EST TOUT DIRE

RENNES. 16. Sur je terrain de la T.-A.. transformé en pâte à berlingots par des ondées serieuses. les d.ux équipes de Rennes s'enorcérent de pousser un ballon aussi lourd que ce fameux impôt-métal dont on parie tant. Vous voyez ça a ici LAZttiNNEC fut celui qui deplaça le moins malaisément ce bouiet; il lui arriva mèmj de l'envoyer mance digne d'éloges si le football n'était pas un sport orienté vers la précision.

Que raconter de sérieux ? D y eut six points de marqués ce furent les seuls événements dj la rencontre. Hervé LEDAN, le meilleur stadiste avec SCHARWATH. ouvrit la homme lie la T -A., égalisa puis un de ses centres, mal bloqué par NOGUES fut transformé par MER Le dynamique LEDAN. d'un tir soudain, égalisa à son tour. Au repos. 2 A 2. En seconde ml-t'mps, LETORT s'échappa et conclut vietorieusement sa course dans la gadoue 3-2 Enfin H. PERON, d'une tête opportun:, remit les choses au A M. MERCKX. arbitre énergique et clairvoyant, qu'à renvoyer les vingt-deux ]ou:urs aux vestiaires. Là au moins Ils purent ne laver en somme taire quelque chose de propr* P. BSOUIER. COUPE DES PATRONAGES

A Banraar. En demi-finale, J. A. de Saumur bat Reims, 8 4 0.

CLUBS J. 0. N. P pu Buta pTc.

1. St-MalO 17 13 2 2 28 42 10 2. Nantes 18 8 8 3 24 33 18 3. Brest 18 10 3 à 23 38 21 4. Angara 17 8 4 4 22 38 24 5. Et. Rennes 17 7 4 8 18 47 32 8. Quimper 18 ? 7 4 18 28 31 7. Chartres 18 7 2 8 18 40 35 S. T.A. Rennes 17 4 3 10 Il 1J J1 9. St-Nazaire. 18 2 4 10 8 15 43 10. Le Mans te 2 0 14 411 80

IIOCKEY

A LAVAL. Stade Rennais fil bat Stade Lavallols fil par 1 1 0. Pour leur début à Laval, les hockeyeurs stadistes aval.nt fait appel à l'excellente équipe du Stade Rennais qui Di.n que supérieure dans toutes les lignes. dut .'employer à fond pour l'emporter finalement par un tout petit but 4.5 COUPE FEMININE

Sporting-Club d'Angers bat Primerose de Bordeaux par 3 buts à t: Moultns bat B, E, C. par 5 buta A 0 BOXE

COUPE DES PROVINCES

La Coupe des Provinces qui opposera la Bretagne A la Normandie aura lieu au rhéàtre Municipal de Reaars, le 30 avril en matinée. 0

20 terroristes

fusillés

PARIS, 16. A la fin de Tan-

née 1943. une organisation terroriste

dont les vastes ramifications s'étendaient jusqu'au sein du Comité

central du parti communiste français Illégal a pu étré brisée 1 Parla et aux environs. Plusieurs chefs imDOrtants ont été arrêtés un

ex-Polonais, qui avait aussi servi comme officier dans l'armée route espagnole, était le suprême c responsable Alors que ces chefs se

tenaient eux-mêmes dans l'ombre,

lis faisaient commettre par d'autres,

Pour la plupart des Jeunes ttftf

Paris et en banlieue. des actes ter-

roristes, tels que sabotage du trane

ferroviaire, Incendies volontaires et attentats t la bombe, au préjudice

de la puissance occupante et du

peuple français. De ce fait, Plusieurs

citoyens français ont perdu la vie.

De plus, des attentats ont été commis contre des personnes dont les

terroristes Drenalent ombrage, un

agent de police français a, ainsi,

été grièvement blessé.

Fin mars 1944. vingt de ces terro-

ristes ont été condamnés A mort car

un Tribunal militaire allemand Paris. Pour dix-sept d'entre eux le

Jugement a été confirmé et exécuté.

Un terroriste exécuté

à Chalons-sur-Marne

CHALONS-SUR-MARNE. 16. O

7 a quelques Jours, comparaissait

devant la Cour martiale française

de Chalons-sur-Marne, un Individu

coupable de tentative de meurtre

Dour favoriser une activité terro-

riste. Il a été condamné mort et

immédiatement fusillé.

M. Wallace

confèrera-t- il

avec Staline

et Churchill?

NEW-YORK, 16. Selon l'agence-

Assoclated Press, la mission diplomatique que va remplir, a Tchoung-

King, M. Wallace, vice-président des

Etats-Unis, a surtout pour but de

persuader le marechal Tcriang-KaiChek et le peup:e chinois que tout retard du côte des anglo-amérlcalna pour reconquérir la Birmanie n'est

que passager.

D'autre part. l'Army and Navy

Journal annonce qu'il est possible

que M. Wallace confère également avec Churcniil et Staline

La réunion de la L.V.F.

au Vélodrome d'Hiver

PARIS, 16. Le comité central

de la L. V. f. avait organisé, an

Vélodrome d'Hiver, une réunion

placée sous la présidence de IL

Fernand de Brinon et à laquelle

assistaient MM. Qabolde, garde des

Sceaux Deet, ministre secrétaire

d'Etat au Travail et à la Solidarité

Nationale Abel Bonnard. ministre

secrétaire d'Etat à l'Education Na-

tionale Bouffet, préfet de la Seine;

Bussière, préfet de police des re-

présentant3 du R. N. P., du P. P. P.,

de la milice des Amis de la Légion

et de nombreux membres de l'armée

allemande.

1 Le commandant Demessine Indi-

qua d'abord à l'assemblée les remer-

clementa des volontaires qui com-

battent actuellement sur le front de

l'Est.

C'est le général Puaud. en uni-

forme français. qui lui succède, n

fait l'éloge de ses légionnaires, ainsi

que celui de la « Phalange afri-

caine

c Pour que la France vive, re-

trouve sa grandeur et sauve la civi-

Usation chrétienne, déclare le gêné-

ral, Il faut qu'elle combatte la main

dans la main avec son vainqueur

contre le bolchevlsme. »

Prennent ensuite la parole le capi-

taine Bassompierre. le lieutenant

Gaucher.

Mgr Mayol de Lupe, qui a assisté

de son ministère pendant le com-

bat les légionnaires françalls, ra-

conte mille faits qui Illustrent l'hé-

roisme des légionnaires c lesquels,

dit-il, sont tombés pour notre Dieu

et pour notre France

Le lieutenant Doriot prend le

dernier la parole. Il dégage le sens

historique de la L. V. P.. « Sans la

Légion, di.-II, notre pays se serait

couvert de honte et aurait aubll le

plus dur des châtiments qui peu-

vent frapper un pays la bolchevi-

satlon b.

L'orateur analyse ensuite le dan-

ger communiste « Si les Bolcheviks

nous écrasaient, poursuit Il, la

France et tous les peuples d'Europe

seraient réduits en esclavage. >

S'adressant aux Français qui se

battent aux cotés des Anglo-Améri-

cains. Il s'écrie 1 Savent-ils. ce*

combattants. que leur sacrifice pré-

pare le lit du communisme ?

'Enfin, après avoir affirmé que c la

problème franco-allemand sera ré-

solu quand il y aura plusieurs dl-

valons françaises sur le front de

l'Est t, il conclut, en s'adressant

aux Jeunes Français c Nous vous

offrons toutes les possibilités de

gloire, nous vous offrons de recons-

tituer notre armée française en ve.

nant combattre dans nos rangs t.

Cette réunion, à laquelle assis-

talent pars::urs milliers de person-

nes, a pris fin à 18 heures, tandis

que les musiques Jouaient a l'Hym-

ne de la Legion a.

LE SERVICE DU TRAVAIL

EST UN SERVICE

DU A LA NATION 1

Giraad faif qes adieux

à ses troupes

TANGER. 16. L'cx-général Ol-

raud a adressé hier à ses troupes

un ordre du Jour d'adieu.

Après avoir annoncé la suppree-

sion de son commandement. il a

dressé le bilan de son activité à

la tète des forces armées dissi-

dentes et a exprimé le « serrement

de cœur qu'il ressentait d'avoir

été mis dans l'obligation de quitter

ses tonct.ons.

Pacte d'assistance

entre Ottawa et Alger

LONDRES, le, D'après une dé-

pêche Reuter d'Ottawa M Mac-

kenzte K.ng premier ministre du

Canada, a annonce, vendredi, rue

le Canada avait signe un pacte

d 'assistance mutuelle avec te Co-

mite GtsMdr»nt d'Alger

+ TOKIO. AU cours des demttrt

jours, 4 sous-marins ennemis ont

été coulés dans le Pacifique.