Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 14 on 14

Number of pages: 14

Full notice

Title : L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial

Publisher : [s.n.] (Rennes)

Publication date : 1932-12-24

Contributor : Desgrées du Lou, Emmanuel (1867-1933). Directeur de publication

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Language : français

Format : Nombre total de vues : 135307

Description : 24 décembre 1932

Description : 1932/12/24 (Numéro 13197).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bretagne

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k659137w

Source : Bibliothèque nationale de France

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 18/01/2011

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 99 %.
For more information on OCR


DDNIKOWSKI, LE FABRICANT D'OR, COMPARAIT EN CORRECTIONNELLE « Je n'avais pas connance dans les experts, jdit-il, je craignais qu'on escroquât mon secret »

f -•'̃–̃. 23 décembre. Zbiniew DuniTfowski, cet ingénieur chimiste polonais, qui annonçait qu'il pouvait fabriquer do l'or, comparaissait cet apresmidi devant la 11' Chambre oorrecUortnelle. inculpé d'escroquerie et abus de confiance

Petit olond, l'air assez souffreteux, fI s'exprime avec un accent polonais si prononcé que le président a recours à l'interprète Dès le début de l'au- dienct. on constate que plusieurs témoin» cités par le ministère public ne sont pas venus les uns se sont excu- ses, les autres n'ont pas répondu- L'interrogatoire commence sur les rivée de Dunikowski à Monaco Dans tout ce que Dunikowski raconte d'a-

(Wlde Woria Photo.)

"̃-̃

̃ conférant avec son avocat

bondanoe. nulle précision, mais une habileté singulière pour être toujours à v'6'f de la question Ainsi, pour son appareil, il dit tout ce que l'on veut 11 entre dans une multitude de développements, si bien que le président l'arrête,

Dnnikowski se défend

Vous parlez à des profanes réservec vos répliques techniques quand les experts seront là.

Puisqu'on ne peut aborder la parties importante des débats, on s'attache à l'examen de la constitution des so- ciétés qui furent établies par le comte Stanislas Sobanwki, avec le concours d'autres personnalités pour la constitution de l'appareil, sa mise en train. etc._

Je suis toujours resté étranger ces sociétés je n'ai aucune connaissance jundiquaire (sic), affirme Dunikowski On m'a introduit dans des sociétés trompeteuse6 tsic) j'ai signé des contrats mais le n'y comprenais rien, c'étaient des contrats d'esclavage (sic) et comment ics au- rais-je lus ? Ils étaient incompréhensibles et on a menacé de tuer mes enfants, 81 je ne signais pas, pourtant on voulait avoir mon secret pour un Mfteack on me volait de partout.

La plus grande victime de toute cette affaire, c'est moi, continue Dunikowski (sourires).

Et votre secret en quoi consistait-il ? demande le président. Il était dans un pli ferme.

C'était le secret de votre appaAh 1 mais non (Nouveaux sourires).

On aborde les conférences de Bayonpe. puis celles de Londres on sait que ces conférences n'ont pas donné de résultat probant.

Le président en vient à la période où les sociétés acquirent la certitude qu'elles avaient affaire a un nouveau Lemoine. à un escroc, en d'autres termes et elles le sommèrent avec vivacité de faire les expériences prévues au contrat du 26 août 1930.

J'ai refusé, explique Dunikowskl, parce que j'ai compris qu'on voulait m'escroquer mon secret.

Sur quoi, plainte des compagnies. Oui, elles n'avaient pas confiance en moi, s'excuse Dunikowski. (Sourires.)

Le Président n'insiste pas et passe à la série des expériences qui date de la mise en prison de Dunikowski, soit le 9 décembre 1931 La première expérience (8 janvier 1932) fut négative. Mes avocats sont partis en emportant l'ampoule, explique DunikowsCe n'était pas moi, l'avocat, intervient M' Legrand. (Rires.)

Une autre expérience eut lieu le 24 février 1932. puis une autre le 31 .mai 1982.

On m'a volé ma matière radioactive. dit l'inculpé. alors, impossible de faire les continuations (sic) et j'ai refuse parce que je n'avais pas confiance dans les experts.

Les experts avaient-ils confiance en vous ?

La confiance ne régnait pas, riposte l'inculpé. (Nouveaux rires.) L'abbé SUhouette, qui vient à la barre. est un chimiste de Bayonne qui se rendit à Monaco et assista à une expénence positive où ri constata l'apparition de l'or.

Vous avez (ait des réserves, M l'Abbé, sur une fraude possible, fait observer le substitut.

Oui, mais au point de vue scientifique seulement ce que je disais n'avait rien de désobligeant pour Dunikowski. Voici, explique l'abbé Silhouette, chaque fois, l'or se présentait sous une forme incompatible avec les données actuelles.

Vous avez conseillé de subventionner ces expériences ?

Et je suis encore de cet avis. M·' Legrand, défenseur de Dunikowski, intervient et dans cette explication, donne toute la thèse de la défense. Ce qui n'est pas vrai un jour, peut être vrai le lendemain.

MI Legrand continue à donner des explications scientifiques d'ordre général.

(Voir la auite en deuxième page). i m

Vingt Japonais périssent dans un incendie

Tokio, 23 décembre. Un incendie s'est déclare dans un quartier popu- laire. Vingt personnes ont péri. Il y a trente blessés. Plusieurs immeubles ont été détruits

A Versait, une Bretonne et ses trois enfants sont renversés par une auto DEUX BÉBÉS MEURENT ET LA MÈRE

EST DANS LE COMA

VERSAILLES. 2j décembre. Hier soir, M e Anne-Marie Le Cam. âgée de 31 ans. traversait la chaussée, tenant dans ses bras la plus 'l'une de ses enfants la petite Colette, âgée dé 16 mois, tandis que ses deux autres enfants. Marcel. âgé de 7 ans, et Hélène. 5 ans. marchaient à ses côtés.

Soudain. une automobile heurta violemment le group:. Le petit Marcel et la jeune Colette ont été tués: Mme Le Cam a été atteinte d'une fracture du cràne- la petite Hélène est blessée légèrement à la i "te et aux Jambes. La victime de l'accident Mme Le Cam. née Anne-Marie Le Corre. est de Plougonver (Côtes-du-Nord). Son mari. Marcel-Marie Le Cam. est de MaëlPestivien.

Le conducteur de l'automobile, qui a été laissé en liberté, a été prié de se tenir à la disposition du Parquet, en attendant les résultats d l'enquête Comment s'est produit l'accident Voici des détails sur le terrible accident, qui s'est produit hier soir en fin de journée.

Une auto conduite par M. Raymond Bicard, directeur de garage. 45. rue de la Pompe à Paris, a renversé la malheureuse famille au moment où elle traversait l'avenue de Paris, à hauteur de la rue de Noallles.

M. Bicard. qui n'avait pas vu le petit groupe s'engager sur la chaussée, stoppa aussitôt, mais déjà les quatre personnes étaient étendues sur le sol.

On se porta à leur secours. Le jeune Marcel succomba pendant son transport à l'hôpital. Sa petite sœur Colette mourut, elle aussi, d'une fracture du crâne, deux heures plus tard.

Mme Anne-Marie Le Cam également admise a l'hôpital, est dans le coma. Quant à la petite Hélène, blessée superficiellement 8 la tète et aux jambes, son état n'inspire aucune-inquiétude.

M Le Cam, qui travaille comme cocher aux pompes funèbres, a appris avec le désespoir que l'on devine le malheur qui le frappe.

LA COUVERTURE-OR

DE LA BANQUE D'ANGLETERRE PASSE DE 33 A 18

LONDRES, 23 décembre. On a publié hier à Londres, le bilan hebdomadaire de la Banqut d'Angleterre, qui était attendu avec impatience, ;ar c'est pour la première fois que se trouve enregistré le payement effectué par la Grande-Bretagne aux Etats-Unis le 15 décembre au titre du remboursement de sa dette de guerre et, de ce fait, la répercussion de ce versement sur les finances britanniques.

Il ressort, en effet, qae la proportion de la couverture or de la circulation fiduciaire est aujoura'hui de 18.15 contra 33,31 la semaine dernière. D'autre part, le total des réserves- or de l'Institut national d'émission, qui était Jeudi dernier de 3y .422.097 livret sterling (11.85087?.245 fr>. est tombé aujourd'hui à 119.7u3.284 livres sterling 10.1o*.004.140 fr.). 1

ENFIN LES JOURS

VONT AUGMENTER Depuis le 20 décembre, nous étions dans la période des jours les plus courts de l'année Le soleil en effet. n'éclairait notre planète que pendant 8 heures et 11 minutes.

Aujourd'hui va commencer la période ascendante de la course du soleil. Le soleil qui se levait hier à 7 h. 44 et se couchait à 15 h. 84 se lève aujourd'hui à 7 h. 44. mais retardera son coucher d'une minute. A partir du 26 décembre iusqu'au chaque matin à 7 h 45 et 7 h. 46. mais son disque rouge restera à l'horizon, chaque four, une minute de plus.

Nous voici donc partis lentement vers la période des longs jours.

GUERISSEUSE?

MAIS AUSSI ESCROC LIMOGES. 23 décembre. L'instruction ouverte contre Anna Desbordes. cette paysanne presque illettrée de Ladignac. qui est inculpée d'exercice semble entrer dans une phase nouvelle qui pourrait bien amener nne inculpation plus grave

On sait que, prétendant avoir entendu des voix lui conférant le don de guérir toutes les maladies, Anna Desbordes, en raison de la réclame qui lui avait été faite, recevait chaque jour plusieurs centaines de malades venus de tous les points de la France Mais bientôt des plaintes parvinrent Il ressort de l'instruction que la guérisseuse, contrairement à ses affirmations, donnait des indications thé- rapeutiques à des malades atteints d'affections aiguës et, chose plus grave encore, faisait abandonner tout trai- tement à ceux qui allaient la consulter. C'est ainsi que de nombreux ma- lades, atteints de tumeurs ou d'hernies étranglées furent soignés par elle sans aucun résultat.

UN REMOULEUR A BICYCLETTE ti Un mutilé de guerre, mécanicien de son métier, actuellement sans emploi, a en l'ingénieuse idée de monter une meule sur sa bicyclette

EN CURANT UNE RIVIÈRE DEUX HOMMES

SONT ÉLECTROCUTÉS Rouen, 23 décembre. Ce matin, à 10 h. 30, M. Adolphe Tranchan, 62 ans, demeurant à Saint-Fierre-deVarangeville. travaillait au curage de la rivière, dans la traversée de Barentin, lorsqu'il s'affaissa en poussant des cris.

Un voisin, M. Eugène Prémont, 50 ans, garagiste, se porta à son secours il entra dans la rivière, mais, lorsqu'il saisit M. Tranchan, il tomba à son tour dans l'eau en criant. Les malheureux avaient été électro:utés par un fil de protection du réseau l'une société a'électricité qui traînait dans la rivière et était chargé de courant. Ce n'est qu'après vingt minutes 6'efforts que les cadavres purent être retirés de l'eau.

UN AVION S'ABAT

L'OBSERVATEUR

EST TUÉ

Le BOURGEr, 23 décembre.- Pendant un vol d'entralnement, vers 15 heures, un avion militaire du 34' régiment est tombé sur le territoire de Gonesse en bordure de la route de Flandre. Son pilote été sauvé, grâce à son parachute, mais l'observateur, le sergent Calier, en voulant à son tour sauter de l'appareil, est resté accroché à la tourelle et a été entraîné dans la chute de l'avion. Relevé grièvement blessé, il a succombé pendant son transfert à l'hôpital du Val-de-Gràce.

Vos souhaits seront meilleurs s'ils sont accompagnés du timbre antituberculeux, le timbre doré a JOIE DE VIVRE Il.

En vue de l'émission

de cinq milliards

de Bons^dujrésor

M. CHÉRON EST APPROUVÉ PAR LA COMMISSION

DES FINANCES

PARIS. 23 décembre. Voici le communiqué ojficiel de l'audition de H. Chéron par la Commission des Finances

La Commission des Finances a entendu M. Chéron sur le projet de lot ayant trait au douzième provisoire de janvier et à l'émission des Bons du Trésor.

Le ministre a trouvé à son arrivée, le 20 décembre, 212 millions de liquidités, plus des facilités de recouvrement et d'émission qui lui permettront de se procurer environ 3 milliards- Cette somme lui assure les moyens de franchir l'échéance du 31 décembre 1932.

Il faut donc immédiatement et tout d'abord trouver les ressources nécessaires pour assurer l'administration du pays. Le ministre demande la faculté d'émettre, si besoin était, un maximum de cinq miliards de Bons du Trésor, parce que les premiers mois de l'année sont ceux pendant lesquels ne rentre pas l'impôt. Il tient d'autre par a ce que la Trésorerie n soit jamais conduite il. des expédients, mais il prendra toutes les mesures d'économie indispensables pour ne pas gaspiller ces ressources et n'en faire emploi que dans la limite du strict nécessaire. Le chiffre de cinq milliards est exactement celui que M. Poincaré avait constitué par la loi du 7 août 1926. Si le temps n'a pas permis d'insérer dans le premier douzième les mesures d'équilibre que le ministre eut souhaitée*, on en trouvera les éléments essentiels dans le second douzième. Le budget de 1933 doit être en équilibre et la trésorerie ne doit pas alimenter plus longtemps les déficits budgétaires.

Le ministre a terminé en disant qu'il était reconnaissant au Président du Conseil d'avoir précisé avec netteté la position du Gouvernement sur le problème budgétaire et financier.

M. Chéron a répondu à des questions posées par MM. Bédouce et Emile Borel. sur le retrait des billets de 5. 10 et 20 francs par M. Denais. sur la suppression de la division des cotes des Contributions Directes par M. de Tinguy, sur la répartition du fonds commun des Contributiofls Indirectes: par MM. de Lasteyrie et Bonnevay. sur la nature des placements de la Caisse des Dépôts et sur le chiffre des bons du Trésor par M. Moch. sur l'émission des obligations des grands réseaux par M. Patenotre-Desnoyers et 'Bonnevay, sur les répercussions de l'ajournement du vote du projet de loi d'outillage national, sur les subventions et les constructions d'habitations à bon marche.

M. Malvy, considérant les difficultés que va rencontrer la Commission dans L'examen du budget des dépenses, a demandé au ministre à quelle date pourraient être soumises à la Commission, les nouvelles propositions d'equilibre soumises par le Gouvernement. M. Chérou a fait connaitre qu'il serait prêt, dès la rentrée de janvier, à soumettre ces mesures de redressement financier.

Après le départ du ministre, la Commission a donné un avis favorable a L'ensemble du projet et a décidé de passer à la discussion des articles. La Commission poursuivra cet examen lundi.

U CI >̃, ',r ProtO.)

ARBRES DE NOEL

A Paris, devant la Madeleine,

un marchand de saptni qui

feront de beaux arbres de Noël.

LES ETALAGES TENTATEURS DU 24 DECEMBRE Médor hume ks oies passes dont tes reliefs constitueront pour hd un pantagruélique lendemain de réveillon.

NOËL EN ANGLETERRE

Les mousses de la Marine marchande anglaise s'en vont, joyeùx, en vacances de Noël

NOTRE PAGE DE NOËL ILLUSTRÉE

(Wiae Wona 1*0010 >

LIVREUR DE NOEL

II ne manque à l'employé qu'ont longue barbe blanebe pew Mm

tout à fait dans la ̃̃•̃>


Le martyre d'une enfant

Il faut que je vous conte l'effroyable martyre d'une petite fille de cinq ans. C'est une affaire que vient de juger la Cour d'assises du Nord. Elle est lamentable.

Dans les premiers jours du mois de Juillet, un sieur Victor Vourpe cessait les relations qu'il avait avec une femme du nom de Jeanne Cottin et recevait dans sa mansarde la nommée je copie l'acte d'accusation la nommée Françoise Guittard et la fille de celle-ci, Marinette, née le 14 août 1926. Apres quelques jours de vie commune, Françoise Guittard tombait malade, entrait à l'hôpital et confiait son enfant à la garde de Vourpe. Le lendemain, Vourpe réinstallait chez lui son ancienne maîtresse, Jeanne Cottin.

N'allez pas plus loin, me dites- vous, lecteurs. Nous avons deviné. Dans ce faux ménage, l'enfant de l'autre est de trop. Elle va souffrir, la petite Marinette

Oui, elle va souffrir, beaucoup. Voici, en effet (je résume), le spectacle qu'à quelques jours de là, le commissaire -de police contemplait dans la mansarde du couple hideux. La petite Marinette, ligotée sur un lit de fer. à l'aide de cordes et de courroies, avait les mains attachées en croix si fortement que la main gauche très enflée, présentait une fracture du premier métacarpe. Deux eourroies bouclées sous les aisselles tiraient la partie supérieure du corps vers la tête du lit. taritus que des liens maintenaient les pieds dans la direction opposée. Bref, l'enfant, écartelée, se trouvait dans l'impossibilité de faire le moindre mouvement. Complètement nue, elle était étendue sur un matelas humide un linge mouillé lui couvrait une partie de la tète le corps était couvert d'ecchymoses et de plaies la jambe gauche était fracturée et entourée d'éclisses maintenues par de grosses cordes. A l'instruction, Vourpe n'a pas caché que sa compagne et lui avaient formé le dessein de faire mourir la petite Marinette, parce qu'ils en avaient assez de la nourrir.

On a peine à ajouter créance à de semblables faits. Et cependant ils sont la Quelle honte pour l'humanité I Les fauves. dans la jungle, observent une loi. La Bête humaine, quand elle se dégrade, aucun frein ne l'artéte elle se ferme elle-même l'accès dî la jungle un moment policée. Quand la passion dénude les êtres et leur pétrifte le coeur. ils disent adieu, et quel déplorable adieu, à leur condition d'homme. Selon Balzac, l'homme est un composé de matière et d'esprit l'animalité vient aboutir en lui et l'ange commence à lui. Balzac nous laissera penser qu'il est des heures où se décèle en lui une animalité plus féroce que celle des loupa. c Ce monde, a dit Nietzsche, n'a Jamais perdu tout à fait une certaine odeur de sang et de torture. m Partout où n'existe pas l'amour, partout où le lien religieux s'est relâché, se déchaîne, dans la société humaine, la lutte la plus cruelle. Moins l'homme s'éloigne de l'état de nature, moins il a de chances de s'améliorer. Jean-Jacques Rousseau a dit le contraire. Mais Jean-Jacques Rousseau était un rêveur et cet homme de la nature, quand il a eu des enfants, les a mis aux Enfants Trouvés. Pour assouvir leurs instincts, les hommes les plus près de l'état de nature commettraient tous les jours des crimes si le spectre de la guillotine ne se dressait subitement devant eux. Le crime contre l'enfance est entre tous les crimes le plus abominable. Dans quelque condition qu'un homme ait pris charge d'enfant, il lui doit, à cet enfant, protection et amour, méme et surtout si l'origine du devoir est, comme le croit Bergson, de nature métaphysique et religieuse. L'enfant a besoin de caresses et d'amour. Son destin est de vivre, sinon dans la joie. du moins dans la sérénité, hors des souffrances morales. Un enfant qu'on n'a pas caressé, câliné, dorloté, un enfant qu'on n'a pas aimé, se plaindra plus tard, justement, de n'avoir pas eu d'enfance. Quelle disgrâce est comparable ? Poil de Carotte déclarait avec cynisme « Tout le monde n'a pas le bonheur d'être orphéon Ne trouvez-vous pas qu'ils méritent, les parents d'un Poil de Carotte, qu'en cherchant, une fois la

vieillesse venue, un asile dans le coeur de leurs enfants, ils y trouvent une tombe plus creuse que les hommes n'en font d'habitude à leurs morts T Que les hommes différent donc entre eux 1 Pendant qu'un Vourpe et sa compagne font souffrir un effroyable martyre à leur fille adoptive, d'autres trouvent dans un cœur d'enfant l'infini du sentiment et goûtent dans l'intimité de leur foyer les plus pures joies du plus pur attachement qu'on éprouve sur cette terre. La grâce de l'enfance. ceux qu'elle affecte en gardent un ravissement dont la vie, en se prolongeant, prolonge la durée. Le bonheur, le grand bonheur d'une existence humaine, n'est-il pas fait de la somme des bonheurs infimes que dispense l'état de père ou de mère ? On a quelque confusion à redire ces vérités, tant elles ont force de conviction. Et pourtant, de telles redites s'imposent, puisqu'il y a des Vourpe sous le soleil

Ces Vourpe, je veux dire le tortionnaire de Lille et sa compagne, la Cour d'assises s'est montrée sévère à leur endroit vingt ans de travaux forcés pour lui, trois ans de prison pour elle. Ah 1 ce n'est pas ici le lieu de s'attendrir. Les juges populaires ont bien jugé. Renoncez, Monsieur le juge, cédez la place au médecin » écrivait André Gide, au sortir d'une audience du Palais. A quel médecin, s'il voua plaît? celui des corps ou celui des âmes ? Passez votre chemin. Messieurs les psychiatres 1 Le cas d'un Vourpe n'est pas un cas pathologique. Scrutez et perscrutez son âme vous ne trouverez rien que la sauvagerie de l'instinct, rien que brutalité, cruauté, écœurante lâcheté, régression morale. Un Vourpe, c'est une maniere d'hyène sous la vesture d'un homme. Sa place est où on l'envole au bagne. L'échafaud même était tout désigné, puisque le crime n'a pas été commis en une minute d'égarement, puisque, de l'aveu du criminel il y avait eu préméditation. Celui qui s'arroge le droit de mettre à mort doit subir la loi qu'il a faite.

Et maintenant, lecteurs, médites cette pensée de Jean-Jacques Rousseau, principe fondamental, selon lui, de toute morale c Que l'homme est un être naturellement bon, aimant la justice et l'ordre, qu'il n'y a point de perversité originelle dans la cœur humain et que les premiers mouvements de la nature sont toujours droite. »

Eugène Li BRETON.

LES CAMBRIOLEURS DE BIJOUTERIES

OPÈRENT A PARIS Paris. 23 décembre. Ce matin de bonne heure. la devanture d'un joaillier, 90, avenue des ChampsElysées, a été brisée à l'aide d'une pierre. Des bijoux, représentant une valeur d'environ 10.000 francs ont été volés.

Dans la nuit, une tentative de cambriolage avait été commise à la bijouterie Nolki, 12. boulevard Baint-Germain. La glace de la vitrine de l'établissement a été brisée. Les malfaiteurs ont dû être dérangés, car ils ont abandonné avant de s'enfuir une pince-monseigneur.

LA FAIM

EN ALLEMAGNE

Beaux, 23 décembre. Une vingtaine de jeunes gens ont fait irruption dans un grand magasin de denrées alimentaires et ont dérobé des marchandises pour une valeur de 1.500 marks. Après une lutte difficile, la police est parvenue à les arrêter.

A Elberfeld. des manifestants se sont livrés à des voies de fait contre la police dans plusieurs rues. des reverbères ont été brisés à coups de pierres et de pavés arrachés, tandis que des maisons d'alimentation, oont les vitres avaient été brisées étaient mises au pil- lage; trois personnes ont été blessées par des coups de feu sur la place du Marché.

SOURIRES

Voici rhioer. Le problème du chauffage préoccupe pas mal de gens qui ne saulaient le résoudre en allant passer la aaison froide en Afrique centrale. Les voyages sont encore trop chers. Et cependant, c'est de la zone tropicale, où les habitants /on/ cuite les aujs à la coque aur rayons du soleil, que vient l'idée d'une solution idéale, déjà mise en pratique qui l'eût dif par les Russe*.

En U.R.S.S. l'énergie solaire est captée et conseroée auec soin pour être employée au 6on moment. Une maison enivre ul ainsi chauffée, éclairée et réfrigérée à des prix défiant toute concurrence. Certes, nous pouvons nous enorgueillir d'avoir mis le soleil en bouteilles de champagne, de bourgogne ou de bordeaux, nous n'avions pas encore eu celle initiative de demander à l'astre lumineux de nous «tarer le chauljage cenlral. Par les accumulateurs, pas une caloiij n'est perdue. C'est très simple, encore fallait-il y penser I

En regardant 6ien. autour de nous, nous découvrirons d'ailleurs d'autres énergies gaspillées àam profit pour le pauvre monde. Est-ce que la force des vends, par exemple, si nous «wons un jour Ctmptisomter la tenir en rtserot

n'est pas de nature à nous rendre de /(en services Quand on sait que le mistral est capable de sur des locomotives, on regrc:te. que Ici C ompagmes de Chemins de lei ne l' emmagasinent pas afin de réduire les frais de transport. Et la pluie ? llc arrose nos jardins, souvent à contretemps, mais combien de personnes n'ayant pm les moyens de se payer un appareil à douches ne savent pas la receooir dignement, dans un but d'hygiène, chaque- joit qu'elle lombe en cataracles

Passons sur les glaciers des Alpes, si méprisés, pendant que non loin d'eux on construit des frigorifiques. Et j'en arrive à déplorer que le poids des hommes assis toute la sainte journée ne serve absolument à rien. Mais on achète des prestes à copier, des presse-purée, des pressscitron 1

Bien mieux calculez, s. o. p., en ktlogrammttres, le total des forces bel et bien dépensées sans compter par les mouoements des Piétons en marche ? C'ut /antastique 1

Ils comprennent tout cela, en U.R.S.S. Ils ramast~nl tout, ils ne perdent rion, absolumenf rien, sauf la mémoire des picaillons que leur prêtèrent, jadis, nos petilt rentien. Ut Petit Urecoir*.

iWlde World Photo.)

Mme DUNIKOWSKI ET SES ENFANTS

DUNIKOWSKI,

LE FABRICANT D'OR, EN CORRECTIONNELLE: (Suite de la in page) M8 Legrand s'en prend

à an expert

Les témoins continuent M Attali, au nom des Laboratoires Electrochi- miques, partie civile, dit qu'il réclamer 75.000 francs M. Revol, directeur de la Compagnie d'Entreprises financières et industrielles réclame 575.000 fr.; Mme Van Heutz, veuve d'un autre mandataire, demandera 950.000 francs. Et voici l'expert Guillet qui soutient les conclusions de son rapport. Il estime aue le procédé Dunikowski est une mystification à l'état pur. Quant à son brevet, il est inutilisable et les expériences faites contrôlées n'offrent aucune garantie.

Ces conclusions ne sont pas particulièrement goûMes de l'avocat de l'inculpé.

Est-n exact que M. Guillet ait des intérêts dans une société aurifère 1, demande-ML

Cest exact, Je suis Intéressé à ditférentes compagnies, reoonnait l'expert, et j'étais Jusqu'en juillet dernier administrateur de la Compagnie Equatoriale des Mines et Minerais (mouvement).

Sur quoi. M* Legrand réplique L'expert avait donc un intérêt direct rejeter les expériences de Dunikowski. La réussite de mon client entraînerait la faillite de ces société aurifères (irruit). Et n'aves-voos pas été pressenti. Monsieur l'Expert, à un certain moment par les parties civiles ? (nouveaux bruits).

C'est exact, dit M. Guillet, j'ai reçu la visite d'un directeur d'une des entreprises financières qui soutenaient Dunikowski, mais mes conditions n'ont pas été acceptées (rires).

Je voulais que l'inculpé, pour éviter toute fraude, fit ses expériences entièrement nu.

» Marcel Heraud, avocat d'une par. tie civile, pose une question à l'expert: Quelles étaient, d'après vous, les connaissances scientifiques de Dunikowski ?

Oh 1 pas très fortes, il n'aurait pas pu passer en France eon premier bachot (rires).

A ce moment, Dunikowskl se lève et se jette dans un exposé assez fumeux où il essaie d'expliquer ses théories, sa méthode et ses expériences. On entend les deux derniers experts MM. Sannier, chef de l'identité judiciaire et Bedeau, radiologue qui complètent les conclusions de M. Guillet. Les débats continueront demain samedi après-midi

LE PAPE PRONONCERA

AUJOURD'HUI UN DISCOURS Cité du Vaticc», 23 décembre. Demain. 24 décembre, au cours de réception traditionnelle du corps diplomatique, le pape prononcera un discours. On s'accorde à penser que ce discours qui durera probablement vingt i\ vingtcinq minutes aura une véritable portée politique. Le pape passera en revue la situation des differentes parties de la chrétienneté et ferait, dit-on, allusion aux grands problèmes internationaux les plus actuels.

LES INONDATIONS DU MIDI

Oum, 23 décembre. On a évacué les habitations des maisons qui ont été lézardées et menacent de s'effondrer par suite de mouvements de terrains qui sont la conséquence des pluies persistantes.

L E NOUVEAU BUREAU

DE L'ASSOCIATION GÉNÉRALE DES ETUDIANTS

Paris, 33 décembre. Récemment l'Association générale des étudiants de Paris a procédé à l'élection de son bureau

Président M. Ziegler viçe-président* MM Oeorges Lambropoulon et Traut trésorier M Rodolphe secrétaires généraux MM. Scheffhauser et Danthon secrétaire général adjoint M. Grisent bibliothécaire général M Couret. et bibliothécaire adjoint M. Julien. La publtvKê de VOuert-eetatr «st a ̃fflnii cher* oarce que laoJtj^twortuctlr»

LES ATTENTATS AU GAZ CONTINUENT A VIENNE Vunni, 23 décembre. Ce matin, vers 11 heures, le grand hall de la Caisse d'épargne postale a été le théâtre d'un attentat aux gaz lacrymogènes. Les nombreuses personnes qui s'y trouvalent furent prises de panique et s'enfuirent au dehors, brisant portes et fenêtres pour se frayer plus rapidement un passage vers l'air libre.

Les pompiers, alertés d'urgence, pénétrèrent dans le hall avec des masques à gaz et ventilèrent tous les locaux du rez-de-chaussée, où l'air était devenu irrespirable.

La police croit qu'il s'agit d'un coup IL l'américaine entrepris par une bande de cambrioleurs bien organisée qui se proposait de prendre d'assaut les guichets.

ECHOS PARLEMENTAIRES Au groupe de la gauche radicale Paris, 23 décembre. M. de Chappedelainl a été élu président du groupe de la gauche radicale. Les loyer» des chômeur»

Paris, le 23 décembre. La Commission d'assurance et de prévoyance sociales a procédé à un premier examen du rapport de Mo Massimi, sur le projet de loi tendant à modifier diverses dispositions de la législation sur les habitations à bon marché. La Commission s'est préoccupée de la grave question des loyers des chômeurs et, en présence des difficultés financières actuelles, a chargé son président et M. Massimi de s'entretenir avec les ministres du Travail et des Finances des solutions envisagées par elle.

Un groupe France-Italie

d la Chambre

PARIS. 93 décembre. Un groupe parlementaire France-Italie, vient de se constituer à la Chambre; il a nommé secrétaire général, M. l'abbé Desgranges. Le groupe a établi le programme de ses prochains travaux et distribué un de ses rapports à M. Pezet, député du Morbihan.

A la Commission sénatoriale de l'Agriculture

Paris, 23 décembre. La commission sénatoriale de l'Agriculture a rejeté l'exclusion totale de l'action récursoire. Un texte transactionnel ainsi conçu a été adopté

c Le délai de garantie est de quinze jours francs non compris le jour fixé pour la livraison et ce même délai court contre toutes les actions récursoires de quelque nature qu'elles soient, »

Sur la question des engrais chimiques, la commission a adopté la motion suivante

c La commission considérant que le régime actuel des engrais permet d'acheter le nitrate de soude naturel ou synthétique à l'étranger à un prix voisin du cours mondial et de le revendre a l'Agriculture avec un bénéfice de 10 à 20 francs par 100 kilos, décide d'appeler l'attention du Gouvernement sur cette dime prélevée sur les cultivateurs sans aucun bénéfice pour le Trésor public. »

LE PRINCE GEORGE EST SOUFFRANT

Londres, 23 décembre. On déclare officiellement & Yorlc-House Que le prince George, quatrième lUs des souverains anglais, qui souffre d'un refroidissement, devra rester alité pendant quelques jours.

UNE EXPLOSION

Cinq tués

Rome, 23 décembre. Une explosion s'est produite à l'Ecole d'artillerie de Nettuno, près de Rome; cinq soldats, qui préyaraient des munitiona, ont été tués.

Le cabinet belge

devant les Chambres BRuxnj.es, 23 décembre. A la Chambre, l'ordre du jour de confiance dans le gouvernement de Broqueville a été adopté par 100 voix contre 80.

UN VOLCAN QUI SE RALLUME LES INGIDENTS DE TROGIR

SONT POUR L'ITALIE UN PRETEXTE A UNE AGITATION ANTI-YOUGOSLAVE v ET DERRIÈRE LA PETITE-ENTENTE C'EST LA FRANCE QUI EST VISÉE

Milan, 23 décembre (de notre correspondant particulier). Une agitation d'un caractère anti-français et antiserbe en même temps, tend à prendre en Italie des proportions qu'il serait dangereux de négliger.

En voici en quelques lignes la genèse plutôt complexe

Les lieu de Trogir

n y a trois semaines, à Trogir, en Dalmatle. des inconnus ont brisé des têtes de lions sculptés sur des édifices du temps où les Vénitiens y dominaient. Les journaux italiens ayant parlé du fait avec d'amples détails, des manifestations d'étudiants éclatèrent en différentes ville de la péninsule contre Belgrade.

En quelques endroits, les manifestante essayèrent d'envahir des consulats yougoslaves la police s'y opposa; mais à Bari, ils réussirent à abattre le drapeau serbe qui flottait sur le consulat de la ville, le remplaçant par un drapeau italien.

Après les étudiants, ce fut le tour de personnalités plus importantes. Le chef des mutilés fascistes. le député Delacroix, prononçait à Brescia un discours qui était une véritable diane. Puis le Sénat s'étant réuni à Rome. toute une séance fut consacrée au c vandalisme n de Trogir.

Un sénateur, Corrado Ricci, ancien directeur général des Beaux-Arts, dans une longue évocation historique, dénonça comme une preuve de barbarie orientale la façon dont les Serbes traitent les monuments vénitiens en Dalmatie, louant par contre le soin avec lequel la monarchie des Habsbourg les entretenait. Jamais l'ancienne Autriche n'avait été l'objet d'éloges semblables dans le parlement italien.

Répondant à M. Ricci, M. Mussoli- ni fut bien plus rude il établit une distinction bien nette entre les Serbes et leurs nouveaux sujets, les Croates et les Slovènes, rejetant sur les premiers la responsabilité de l'outrage infligé aux liona de Saint-Marc. L'affusion du Duce à la France Cet outrage même, U le présenta comme le simple épisode d'un plan précis » dont les auteurs étalent, ditll, c d'autres éléments que j'appellerai Européens ». L'allusion à la France que des journaux fascistes attaquent depuis des années comme l'âme damnée de Belgrade » était bien. claire. le ministre des Affaires Etrangères yougoslave, M. Bogoloup Yevtitch. répondait au duce le lendemain, II protesta contre l'affirmation qull existât un plan prémédité dont les Serbes étaient les exécuteurs contre l'Italie. Il qualifia d'inventions toute une série de détails donnes par les journaux italiens sur es qui s'était passé à Trogir où 11 n'y avait eu autre chose oue des coups de marteau donnés sur des bas reliefs par des inconnus que la police recherche. Il contesta enfln au chef du gouvernement italien le droit de parler de la Dalmatie comme d'une province irrédente. Sa population n'eat composée en effet que de 4.000 Italiens et de 700.000 Yougoslaves.

Les manifestations italiennes ayant cessé entre temps, les étudiants de Belgrade, de Zagreb, de Split, se mirent en campagne pour honnir l'Italie. Il y eut des bagarres sanglantes avec la force publique et les journaux des deux pays reprirent à distance leur duel homérique.

Depuis cinq jours les manifestations ont recommencé en Italie entre autres. à Trieste où le secrétaire général adjoint du parti fasciste. M. vIa:picati était lui-même à la tête d'un cortège imposant.

Italie (6) Un bort prétexte

Lorsqu'on examine de sang froid ce qui s'est passé à Trogir, même selon la version italienne, on doit reconnaitre que la réaction permise, peut-être voulue, par M. Mussolini est exagérée. S'il l'a permise, s'il l'a voulue, c'est qu'il visait un autre objet.

Dans les milieux bien renseignés, on ne cache plus en effet que les vandales de Trogir ont fourni à M. Mussolini un prétexte pour dénoncer une vaste manœuvre qu'il prétend avoir été ourdie par la France. Ne prétend-on pas à Rome que la France veut transformer lllllllllllllillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

1 1 (Wide World Pho.

M. Pierre MFXON,

avocat la Cour d'appel de Lyon, vainqueur du prix littèraire

du (c Temps » pour son roman Il A*fcm«t-Tt.iil« »

la petite entente et en faire un VUm solide destiné à empêcher le duce dm former la chaîne que, selon des révélations publiées à Londres par M. W. Stead. il tente en ce moment d'établir entre la Hongrie, la Bulgarie, l'Allemagne et l'Italie elle-même.

Les allégations

de la presse fasciste

La preste fasciste a accusé et accuse M. Herriot d'avoir, avant d'abandonner la direction du quai d'Orsay, aa moment même où il exprimait son désir de s'entendre avec l'Italie, appuyé à Prague, à Belgrade, et à Bucarest» un projet conçu par M. Benès et qui consistait à remplacer le pacte de simple amité qui liait les trois pays de la petite entente (Roumanie. Tchtchoslovaquie et Yougoslavie) par un trait4 d'Alliance stricte assurant à l'un d'eux. s'il était attaqué, la collaboration militaire des autres. Des trois puissances! intéressées à ce pacte. seule la Yougoslavie semblait jusqu'ici devoir craindre une attaque de la part de l'Italie. Aujourd'hui. la menace de la revision des traités développée par Rome, d'accord avec les Bulgares, les Hongrois et les Allemands, atteint la Roumanie ainsi que la Tchécoslovaqvie. La faute de la France

La faute de la France, selon la presse fasciste, a été de louer de cette menace pour renforcer la position de la Yougoslavie en lui assurant la solidarité militaire des deux autres pas» de la Petite Entente.

La France a en outre, si l'on en croit la presse romaine, empêché le renouvellement du pacte d'amitié conclu en 1926 entre Roumains et Italiens qui venait ces jours-ci is échéance et auquel M. Mussolini aurait voulu alouter une clause eneraeeant la Roumanie A la neutralité. en cas de conflits de 1Ttalle avec une tierce puissance.

C'est à l'initiative française également que la presse italienne a attribué la rétmion en secret à Belerade des chefs des états-majors yougoslave. roumain et tchécoslovaque, avec nartlcipation d'un représentant de la France quelques jours avant l'incident dit Trau dout préparer, prétend-on, la nouvelle triplice.

Aujourd'hui la presse italienne dé/nonce l'ébauche d'une fédération antiitalienne et l'agitation qui avait commencj lors des incidente de Troirlr reprend avec une nouvelle vlguew. M. Chéron reçoit les représentants des fonctionnaires

PARIS, 23 décembre. Le ministre des Finances a reçu ce soir MM. Charles Laurent. Lacoste et Giron de la Fédération générale des Fonctionnalres. M. Courrières de la Fédération Postale; M. Michod. de la Fédération des Travailleurs de l'Etat.

UNE PLONGÉE DE SOUS-MARIlI A 101 MÈTRES

Gêhes, 23 décembre. Le sousmarin Marc-Antonio-Bragadino. durant dca essais de recette à La Speïl» a atteint une profondeur de 101 mètres.

LE RAID DE LEFÈVRE DJASK. 23 décembre. L'aviateur Lefèvre, poursuivant son raid vers l'Indochine, est arrivé à Djask. venant de Bagdad. Cette étape comportait 1.80* kilomètres.

Les grèves du Havre LE HAVRE. 23 décembre. Les grévistes se retrouvent toujours sensiblement aussi nombreux tous les matins, à la salle Franklin et officiellement. il n'y a pas de changement dans la situation. Cependant, le nombre des rentrées encore peu nombreuses dans certains établissements augmente chaque jour

FAITS DU JOUR

Des bandits pillent une banque. Valence. 93 décembre Quatre bandits armés ont pénétré hier dans les bureaux d'une Importante société commerciale ils sont parvenus. malgré la résistance du caissier, à s'emparer de 1.500 pesetas et à s'enfuir avant l'arrivée de la police.

Violent otiragvkD. Vancouver, 33 décembre Un ouragan soufflant i. une vitesse de ne tan à l'heure à balayé aujourd'hui la côte dn Pacifique. Deux personnes ont péri. Les dégâts sont considérables.

EN QUELQUES LIGNES PARIS, La fondation hellénique k la cité universitaire a été solennellement inaugurée, à 14 q. 30, en pré» g^nre A.. PwuM.ni d« la République


LES DETTES

M, Roosevelt

oppose un démenti

au présidont Hoover

>ViSHii«GToii, 23 décembre. M. toosevelt a causé aujourd'hui une grande surprise en dementant une iéclaration faite hier soir par le président Hoover qu'une impasse avait été atteinte dans les négociations entre M Hoover et lui-même

Voici les principaux passages du communiqué officiel remis à la presse par M. Roosevelt c Je suis plutôt surpris de la déclaration faite hier soir à la Maison Blenche concernant le problème des dettes il est regrettable. non seulement pour les EtatsUnis. mais aussi pour la solution de tous les problèmes mondiaux que des déclarations aient pu être faites informant le public que j'avais considéré comme indésirable d'accepter une coopération dans une action se rapportant au règlement des problèmes internationaux.

€ J'ai, au contraire. fait au président Hoover des suggestions bien définies dans lesquelles je lui disais notamment qu'il devrait choisir des représentants qui seraient chargés de faire une étude préliminaire du problème des dettes.

Je lui ai. aussi, demandé. poursuit le communinué. de me tenir au courant des orogrés réalisés au cours de cette étude préliminaire, de même que j'ai offert au président Hoover d'entrer en consultations libres avec lui dès maintenant et jusqu'au 4 mars prochain, date d'exou-Etlon de son manda; J'espère que ce programme pratique et cette offre définie de coopération seront acceptées »

Malgré la mise au point de M. Roosevelt. le président Hoover reste décidé à ne plus prendre d'initiative en ce qui concerne le problème des dettes de guerre, à moins que des développements importants et inattendus ne se produisent en la matière.

Des incursions de pêcheurs italiens sur les côtes de Corse

Bastia. 23 decembre. Malgré la sévérité des tribunaux de la Corse, le littoral de l'ile de Beauté reste en butte aux incursions des pécheurs italiens. La nuit dernière encore le garde-côtes Diligente donnait la chasse ̃*̃• au chalutier Flutto, qui péchait à l'embouchure du golfe.

Vainement les pirates coupèrent leurs filets et jetèrent leur poisson pour activer leur fuite. Ils purent être capturés et conduits dans le vieux port de Bastia Le chalutier, qui a son port d'attache à Livourne. était monté par neuf hommes que commandait le capitaine di Lucca, déjà condamné par les tribunaux répressifs de la Corse pour le même délit. Sur le pont. il ne restait plus que 50 kilos de poisson.

La défense du marché du blé PARIS, 23 décembre. La Commission des Finances a examiné le projet de loi relatif à la défense du marché blé. M. Deyris a donné connaissance de son rapport et justifié les mesures proposées par l'état actuel de l'agriculture, puis il a commenté les divers articles et a conclu à l'adoption du projet de loi.

Notons que l'article 3 a été adopté en reportant au 31 mai 1933 le délai pendant lequel pourra être engagée la défense nécessaire pour le paiement des primes d'entretien aux agriculteurs qui souscriront des contrats de report. L'article 4 a été disjoint et l'ensemble a été adopté.

Lea délégués des Associations agricoles

au Ministère de l'Agriculture Paris, 23 decembre. A la suite de l.ur assemblée générale, les délégués des associations qui font partie de la Confédération Nationale des associations agricoles ont été reçus au ministère de l'Agriculture par M. Queuille et M. A. Jaubert.

M. Queuille a répondu aux demandes qui lui ont été présentées. n a dit ce qui pouvait être fait d'urgence pour le blé, le vote du projet préparé par le précédent gouvernement qui favorisera le report d'une partie de la récolte pour les produits menacés par la concurrence étrangère.

Il a indiqué aussi comment il pensait pouvoir intervenir en faveur de l'agriculture au cours des prochains mois: il a lnsisté d'une façon pressante sur la nécessité de réaliser entre le ministre et le sous-secrétaire d'Etat l'administration de l'agriculture et les associations agricoles de toutes natures et à tous les degrés, un accord de confiance permettant aux agriculteurs de reprendre courage.

De l'or français

pour les banques américaines CHERBOURG, le 23 décembre. Le paquebot Albert-Ballin Dartant pour New-York, a embarqué, ce soir, 198 barils d'or représentant environ 127 millions de francs destinés à des banqoet américaines.

A PROPOS DES SCANDALES' DE L'AVIATION

M. Riche refuse

la présidence

de la sous-commission que lui offrait

M. Renaudel

PARIS, 23 décembre. La réunion de la sous-commission des services contractuels et de l'aéronautique qui a eu lieu, cet après-midi, comme suite à l'interpellation sur l'affaire de l'Aéropostale, a été assez mouvementée Cette sous-Commission, qui a été chargée de s'informer à la suite du vote de la Chambre sur cette affaire, comprend quatorze membres, sept de la Commission de l'aéronautique et sept de la sous-Commission des services contractuels de la Commission des finances. M. Renaudel, qui, on s'en souvient, avait soulevé cette interpellation dans le courant de novembre a proposé à la sous-Commission qui avait à élire son bureau de choisir comme président I M Etienne Riche, ancien sous-secrétaire d'Etat a l'aéronautique dont il a toué l'impartialité.

Or M. Riche a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de s'associer à une œuvre politique quelconque mais que son but était de travailler uniquement à élaborer les solutions destinées à empêcher le retour d'errements anciens et à développer le prestige de t l'aviation française.

Il a demande à M. Renaudel s'il persistait dans son intention de mettre journellement en cause M. Flandin et, comme le députe du Var n'n pas pu prendre un engagement contraire, M. Riche a déclaré qu'il n'accepterait pas de couvrir de son impartialité les 1 travaux d'une .'ous-Commission qui risquait de prolonger une atmosphère de scandale qui n'avait que trop duré. C'est à la suite de ce relus de M Riche que la Commission a nommé président M. Renaitour, député de l'Yonne.

A TRAVERS L'ESPAGNE « L'Espagne est le Paradis de l'Automobiliste Le mot est d'un Anglais, Charles L. Freeston, qui connaît bien 1 Espagne. Paradis de l'automobiliste en effet, l'Espagne de jour en jour plus modernisée possède actuellement une organisation touristique qui peut être comptée parmi les premières du monde Depuis quelques années, les Travaux Publics espagnols ont fait un effort considérable pour améliorer le réseau routier et cet effort a été couronné de succès.

De bonnes routes sillonnent l'Espagne, aussi bien construites que merveilleusement réparties. Il en est d'aussi soignées que les meilleures rues d'une cité moderne. On a utilisé pour les construire des pierres de basqlte et du goudron. Elles forment un circuit rayonnant autour de Madrid comme centre, et s'étendent sur plus de 8.000 km. D'autres, qui les coupent en tous sens. permettent de parcourir l'Espagne avec la plus grande commodité. Ce sont 60.000 kms de routes en très bor état, dont quelques-unes longent et surplombent le littoral pour le plaisir des yerx. Miis les deux plus belles routes d"Esp?gnp sont certninpment celles de San Sébastien à Alcésiras, via Madrid et d'Aleésiras à Huelva, par Séville. Véritables autodromes route rêvés des automobilistes et qui, avec celles de la Côte Cantabrique, de Spn Sébastien à Santander. sans oublier celle de Biscaye, de Navarre et de la Catalogne, permettent d'frtmirer toute l'Espagne dans sa diversité. L'automobiliste trouve facilement à se ravitailler ft. l'étnne. Presque rh»oue village a ses dénôts d'essence et d'huile. très visiblement slenilés. En Espppne, comme dnns bien des pavs, l'auto a fait la route. La route est belle en Espagne. mais elle est aussi pratique, l'A'itomobile-Civb veillint avec le plus grand soin à l'entretien des poteaux indicateurs qui permettent de suivre en neu de temps les itinéraires les plus curieux.

Quelques jours suffisent pour narcourir i"Espagne, et les automobilistes ont vraiment toutes frci'ités pour faire le voyage. Ils n'ont même pas à se soucier du passenort s'Ils se sont fait délivrer le permis de conduire international qui en tient lieu et les autorise 4 séjourner en Espagne toute une année.

LE PROFESSEUR COGYNS PRÉPARE UNE ASCENSION DANS LA STRATOSPHÈRE BRUXELLES, 23 décembre. On annonce qu'au cours de l'été prochain sera entrepris un nouveau vol dans la stratosphère. L'Institut national belge des recherches scientifiques, qui avait financé l'entreprise du professeur Piccard, a trouvé le moyen de se procurer de nouveaux fonds pour organiser ce troisième vol.

Cette fois, ce ne sera pas le professeur Piccard, mais le professeur Cogyns, qui accompagna M. Piccard dans la dernière ascension et qui surveilla, comme on le sait. les Instruments d'enregistrements du bord, qui entreprendra le vol dans la stratosphère Le vieux ballon du professeur Piccard sera de nouveau utilisé, mais Il sera muni d'une nouvelle cabine. L'ascension aura lieu dans le sud de la Belgique.

Un haissier condamné. Metz, 23 décembre. M. Lemal, huissier à Metz, a été condamné à 8 jours de prison avec sursis et à 200 francs d'amende pour avoir employé la force publique pour faire expulser un comtmerçant, locataire d'un immeuble. 0

LA GUERRE DU CHACO Le Pape obtient

une trêve de 24 heures à l'occasion de Noël

Crrt DU VATicAN, 23 décembre. En face du conflit qui met aux prises la Bolivie et le Paraguay le pape a fait faire une démarche auprès des deux gouvernements pour obtenir que les hostilités cessent pendant les fêtes de Noël.

La démarche e obtenu plein succès et les deux gouvernements se sont engagés à poser les armes pendant 24 heures à partir de demain 24 décembre à 22 heures, jusqu'à dimanche soir, à la même heure Au reçu de cette acceptation. le pape a envoyé ses vœux aux deux gouvernements. en souhaitant que cette première trêve soit le commencement de la paix entre les deux peuples.

LE PAPE ET LES JOURNALISTES CITÉ DU Vaticah. 22 décembre Le Pape a parlé de l'éducation physioue et du journalisme dans l'allocution qu'il a prononcée hier devant les dirigeants des associations universitaires italiennes d'action catholique venus au Vatican pour lui présenter leurs vœux. A prooos de la presse le Saint-Père a insisté sur le soin que l'on devait apnorter à la préparation et à la diffu- sion des Journaux en pensant aux personnes oue ceux-ri do'vmt nUelndrp Le Saint-Père n'ignore pas qu'il ex'ste une science du journalisme. n se félicite de l'existence de cette science qui doit former une technique journalistique comme existe déjà une technique typographique.

L'AÉRONA'lTifWF ALLEMANDE S'ORGANISE

Berlin, 23 décembre. Un accord de principe est intervenu entre l'AéroClub d'Allemagne et la Deutsche Lufittamrvrband (Association Aéronautique Allemande), au sujet de la fusion prochaine de ces deux organismes. Cette fuslor permettrait à l'Allemagne de défendre plus efficcement à l'égard de l'étranger, les intérêts de l'éronautique Sportive Allemande.

UNE SÉPULTURE D'ENFANTS VIEILLE DE 400 ANS

Meiz, 23 décembre. On a découvert à Nilvange, en creusant les fondations des nouvelles écoles, une fosse commune contenant de nombreux squellettes d'enfants. Les archéologues consultés ont trouvé dans la fosse des monnaies d'or. Une des pièces porte le millésime 1598. trois fleurs de lys et l'effigie de Henri IV. ce qui permet de dater cet enfouissement de nombreuses personnes au temps où des épidémies successives ravagèrent cette région de Thionville entre 1635 et 1640.

UNE PRINCJSSE AU FM AN DE ARRÊTÉE A BIARRITZ

Biarritz, le 23 décembre. Certaines informations ont annoncé l'arrestation à Biarritz d'une p sonne appartenant à l'arLtocratie allemande, la princesse Hohenlohi. qui aurait été convaincue d'espionnage.

Ces lnformations sont dénuées de tout fondement.

La déclaration ministérielle et l'opinion étrangère

La presse anglaise

Londres, 23 décembre. La pressé londonienne de ce matin publie d'assez larges extraits de la déclaration ministérielle du cabinet Paul-Boncour et plus particulièrement les passages relatifs aux dettes de guerre, la question du désarmement et au budget. Dé l'avis du Financial Times, l'importance du passage de la déclaration ministérielle relatif aux dettes de guerre réside dans l'absence de toute allusion à une Intention quelconque du gouvernement de modifier l'attitude de la France par rapport à l'échéance du 15 décembre.

FAITS DU JOUR Le prix Sévérine. Paris, 23 décembre. 'Le prix Séverine, d'une valeur de 5.000 francs, destiné à récompenser une œuvre écrite par une femme et ayant pour but de faire vivre l'idée de paix internationale, a été décerne ce soir à Mlle Simone Tery, pour sa pièce de théàtre Comme les autres.

Cinq voix sont allées à Fille de Jephte, de Mme Eva Kerja. Mlle Simone Tery, est la fille du fondateur du prix.

Un généreux Mécène. Paris, 23 décembre. L'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres a été informée cet après-midi Que M. Salomon Relnach a légué par testament à l'Institut de France, une somme de 200.000 francs, nette de tous droits Les revenus en seront laissés à la libre disposition de l'Académie des Inscriptions.

Deux pourvois rejetés. Paris, 23 décembre. La Chambre criminelle de la Cour de Cassation vient de rejeter les pourvois formés par Louis Rambert. 27 ans, et Gustave DemailIY, 28 ans, condamnés à mort par la Cour d'Assises du Rhône du 28 octobre dernier, pour avoir, le 22 octobre 1Ô30, assassiné à Ecully (Rhône), M. Henri Bergeron, 56 atu et Antoinette Péan, 80 ans.

EN QUELQUES LIGNES Perpignan. A Cerbère, les transitaires ont décidé de se mettre en grève pour protester contre la façon dont sont délivrés les permis d'exploitation.

DANS L'ARMEE PROMOTIONS

DANS L'ETAT-MAJOR GENERAL Sont promus

Au grade de général de division. Les généraux de brigade Fournier. commandant supérieur de la Corse Pochot-Ducios, commandant la 2- Di.vtston Nord-Africaine. a Toul Herschér, commandant la 14, Division d'Infanterte, a Mulhouse Gellton, commandant de l'Artillerie, 7' Région, à Besançon Blanchard, nommé commandant de l'Artillerie de la 6' Région à Metz Chabert. secrétaire général de la Défense Nationale.

Au grade de général de brigade. Les colonels

infanterie Marchai, commandant le groupe de subdivision, A Orléans Spitz gouverneur de Besancon Marmin'a. commandant d'Infanterie 19* Division Saint-Bneuc Delalor.dc, commandant militaire du Sénat Touchon. commandant, commandant de l'Ecole d'Application de l'Infanterie à Versailles

Caillault. du centre des Hautes Etudes.

Arttllerie Coudanne, commandant de l'artillerie de la 18' Rég'on à Bordeaux Brayer centre des Hautes Etudes.

Corps de santé Le médecin-colonel Plisson. directeur du Service de Santé. 12' Région, Il Limoges.

MUTATIONS

Le général de division Langlols. commandant la 19* division. est nommé commandant de la 10· Région. a Renne@ le général de brigade Leroy, commandant l'I. D. 10- Division, est nommé commandant P I. de la 10· Division, à Rennes le général de brigade Schwelsguth, disponible, est nommé commandant de la 3* Brigade Nord-Africaine. à Tout.

Les colonels ci-après sont nommés au commandement P. I. suivants Pigeaud du C. H. E a l'Infanterie de la 10' Division à Paris Oabo.de. du 74' d'Artillerie à la place de Metz Mollard. de la section militaire d'études des traités, chef de cette section Ptchter. chef d'Etat-Major de la 18' Région, au 1" groupe de subdivision A Bordeaux Mlcûet de la Baume du 3' Etranger, au service des Commandements Territoriaux. au Maroc.

FORCES AERIENNES DE TERRE Tableau d'avancement

Sont Inscrits

Pour le grade de capitaine. Les lieutenants n- 4. du Plessis Casso. du 31' d'Aviation n- 5. Trancard. du 3' n° 23 Ramer\. du 31' n° 24. Venot. de la 22' escadre de bombardement. Pour le grade de sous-lieutenant. N' 9. Thouzet, du 3' d'Aviation. GENDARMERIE

ARMEE ACTIVE

Par décision du 22 décembre 1932. les militaires et anciens militaires désignés cl-apres. sont admis dans la Garde Républicaine Mobile, et affectés, pour ordre, eu vue de leur instruction. aux légions ci-dessous désignées. Première COMPAGNIE DE Nantes

Alliens. Loire- Inférieure Beaupeux Vendée Chêne Loire-Inférieure CosQuérlc, Finistère Danard. Morbihan Falvre. Vendée Jollivet. Morbihan Mazouin. Vendée Olllvler. torpilleur Aventurier. a Toulon Pateau, Vendée. Neuvième COMPAGNIE DE Pontivt

Chevallier. Manche Guéguen. Côtesdu-Nord Houdusse. Manche Lamer Côtes-du-Nord Lecerf. Manche Pochon. Côtes-du-Nord Rondel. Côtesdu-Nord Vivier. Manche.

PELOTON MOBILE N° 3 DE SAINT-BRIEUC Bougréau. 8' Régiment de Chasseurs. Il Orléans compter du 29 décembre 1932. date de son passage dans la disponibilité) Gallals. contre-torpilleur Vautour, a Toulon Le Fichant. 10- Régiment d'Artillerie à Rennes Macè. 501' Régiment de Chars de Combat, A Tours.

INFORMATIONS

VACANCE de CHAIRE de FACULTÉ Par arrêté du ministre de l'Education nationale, en date du 22 décembre 1932. la chaire d'anatomie medico-chirurgicale et de technique opératoire de la Faculte de Médecine de l'Université de Paris. est déclarée vacante.

Un délai de vingt jours, dater de la publication du présent arrêté, est accordé aux candidats pour faire valoir leurs titres.

Aujourd bni, 24 décemb. Ste Oelphin* Le soleil se lève à 7 h. 45 et se cou.che Il 15 h. 56.

La lune se sève Il 4 h. 17 et se coti.che a 12 h 52.

Nouvelle lune le 27. à 11 b. 22.

Températures maxima du 22 décerné bre. Royan (La Coudre Bordeaux Marseille (Marignane). + 15*; Na: cl. Perpignan. Clermont-Ferrand. + H» roulouse, Satnt-Raphaél, + 13- Paris Saint-Mauri. Rennes. Tours + 12° Brest, Lyon. + 11- Valenciennes Calais (Salnt-Inglevert). Le Havre. Besançon, + 10 Dijon, Nancy, + 8° Stras. bourg. 0» • Pau (Ville i. + 14.

Températures mintma du 23 décem.bre. Brest. + 19- Bayonne, + 8° Royan iLa Coubre). Toulon + 7° lA Havre, Rennes, Nantes. + 6* Calai» iSalnt-Inglevertl. Perpignan. + 8° Valenciennes. Bordeaux. Marseille (Marignane). +4"; Part;- iSaint-Mauri, +3·; Tours, + 2* Toulouse, Lyon. + 1* Besançon, 0* Ciermont-Ferrand. 1« Dijon, –2°: Metz, –3°; Strasbourg, 4» Pau (ville). 0°.

Evolution probable de la situation jusqu'au 24 décembre a 18 heures. Le 24 decembre. à 7 heures, une baissa en vingt-quatre heures s'étendra de l'Islande 8 la mer du Nord, au sud de la Scandinavie, Il la France et a l'Es- pagne, avec maxima de 10 millibars en Islande, de 15 millibars >ut la sud-0uest de la Norvège. Une haussa couvrira le reste de l'Europe avea :nax::ua de + 20 millibars sur locéaa Glacral. + 5 millibars sur les Paya Baltes et + 3 millibars en Islande L* bord méridional du système nuageux qui accompagne la bat-se envahira cemain le quart nord-ouest de la France. De plus. un système nuageux se développera sur le sud et le sud– est dis pays sous l'action de cette même baissa. Probabilités

pour la journée du 24 décembre. l'ent Dan, le quart nord -ouest seo» teur sud, passant à sud-ouest asse7 -ort. Dans le sud et le sud-est secteur ,udest modéré Ailleurs, secteur sua modéré

Etat du ciet Extrême-Sud et Sud. Ouest, ciel trols quarts ou entlévtien» couvert: quelques pluie..» eparses N'ord et Nord-Est, ciel brumeux avec ecîatr- Cleo; quart Nord-Ouest, trois qun1»' cou.vert. Ailleurs, ciel tro'= quarts ou ;utlèrement couvert, avec quelques plutôt éparses et éclaircies.

Température Nord-Est et Est. stationnaire ailleurs en faible baisse. à Paris, maximum, 3°.

M H» S. Ht

(h.i dm. (b.) d».

Cherbourg 4.23 54 16.54 54 Granvllle 2.35 15.02 » Salnt-Malo 2.24 104 14. 5T 108 Saint-Bneii 2.15 » 14.42 » Palmpol 2.17 » 14.30 b Brest 0.26 64 12.57 6fl Lorient 0.11 42 12.41 44 Vannes 2.34 » 14.50 Sables-d'Olonne.. 0.49 45 13.13 47 La Rochelle 0.39 49 13.04 51 Saint-Nazaire. 0 49 45 13.13 47

RENSEIGNEMENTS MILITA rRKSRecrutement sursis d'ineorrxiratin»v «forme pensions etc S'idrvt*r» .Itmus Ouest-Eclair Rennes Joincra t tr. aa tlmbres-Dostt oow la réponaa*

PITCHE A LA VEILLE DE NOËL


Une législation nouvelle simple en matière cidricule

Ce qu'est le cidre; ce qu'il devrait être

Le cidre depuis une vingtaine d'années a perdu ia réputation qu'il avait conservée jusqu'alors en Bretagne et en Normandie et si on n'y prend garde, nous le verrons bientôt disparaître de nos tables.

C'est. en effet, vers 1908-1910 que des lois nouvelles. que l'on peut aujourd'hw qualifier de néfastes, ont compromis cette réputation d'une boisson nutritive et hygiénique de premier ordre au bénéfice de deux autres boissons le vin et la bière, qui s'infiltrent de plus en plus dans nos régions et entre lesquelles pourtant le cidre avait sa place marquée là oi1 le vin n'était apprécié chez nous que comme liqueur de luxe et où la mère n'était encore il y a seulement 30 ans que consommée au café

Il est un fait indéniable, c'est que le cidre tiré à la clé disparait de plus en plus des tables familiales et que ron n'en trouve plus dans les hôtels J'en ai fait la constatation très triste, cet été. en Bretagne, pendant plus d'un mois au cours d'une mission que j'avais à remplir Si vous demandez du Cidre de table dans un hôtel, on vous répond presque invariablement c Nous n'en avons pas, nous ne possédons que du cidre en bouteilles à. Cidre d'un prix prohibitif et qw majore de près de la moitié le prix d'un repas Je n'ai trouvé qu'un hôtel, 6 Callac, où sans rien demander, ü était placé devant moi un cidre en carafe, excellent d'ailleurs, sans augmentation du prix de mon déjeuner non moins excellent.

Quelle est donc la cause de la raréfaction de cette ooisson que l'on trouvait cependant en abondance ü y a .cinquante ans et même une vingtaine d'années, de bonne qualité à des prix inconnus désormais aujourd'hui. A ces époques déjà lointaines on trouvait des cidres d'un degré alcoolique convenable. Les maires des grandes villes principalement, restaient maîtres de la situation. Je me souviens qu'à Rennes, le Maire, M. Le Bastard. en complet accord avec mon ancien et regretté maître, M. Le Chartier. professeur de chimie à la Faculté des Sciences. fixait chaque année le titre alcoolique du cidre qui devait être au molns de 4°,5 ou exceptionnellement de h dans les années déficitaires. Aujourd'hui, ü ne pourrait plus en être ainsi puisque les maires se trouvent en présence d'une loi rigide qui fixe depuis peu le titre alcoolique à 4° et qui a encore fcr.ce légale a 2°£. à la condition qu'ii soit vendu sous le nom de petit c.dre.

Voilà. sans qu'il soit besoin d'insister davantage, un fait brutal. Actuellement tout cidre vendu il un degré qui n'est pas inférieur à 2°,5 est un petit cidre légal. C'est un cidre manifestement et largement mouillé dont tout le monde demande la suppression de la vente et de la circulation, mais il restera légal tant que la législation actuelle ne sera pas remaniée.

Ce n'est pas tout, à cette fraude. t'en ajoutent d'autres qui consistent à additionner les cidres, et en quantités autorisées de substances soit-disant améliorantes sur lesquelles je n'ai pas m'etendre Mais la plus scandaleuse des fraudes parmi les autres et qui vient de se produire lors de la dernière campagne, est l'addition légale toujours. d'alcool à 95° pour relever à 5° lî titre de cette boisson qui n'a de cidre que le nom et de faciliter sa vente à l'exportation C'est l'Etat lui-méme qui encourage cette fraude en accordant aux Pxportateurs de l'alcool de rétrocession au prix de 250 fr. l'hecto 100° mais en imposant toutefois la seule condition que ce mauvais cidre ainsi cuisiné soit vendu à l'étranger. En résume, voici où nous en sommes le pur Jus de nos pommes qui sort de nos pressoirs avec des quantités de sucre donnant après fermentation des richesses alcooliques atteignant sans difficultés 5o puis, le plus souvent, 6°, 7», 8° et au-dessus, peut-être ramené par mouillage légal à 2°.5 au moment de la taoncation, additionné d'autres substances améliorantes, d'alcaol et expédié a l'étranger.

Je vous laisse apprécier l'accueil réaervé à une pareille mixture C'est 4 se demander en vérité qu'elle a été l'idée direetnce qui a présidé à l'élaboration d'une semblable législation. Je sais bien qu'on a essayé, depuis peu. de supprimer le petit cidre o. cause primordiale de la chute et de la mevente ,du cidre mais ce n'est pas en remplaçant son appellation par celle de o boisson de pommes fraîches » ou de pommes sèches » ,.qu'on arrivera à remonter le courant dans lequel sombrera le pur jus de nos pommes. base du vrai cidre ai apprécié de nos pères à tout point de vue et qui a perdu. aujourd'hui, toutes ses dualités anciennes

C'est pour cela que. cette année enfin, de bonnes volontés se sont fait jour pour arrêter ou plutôt, essayer de mettre un frein à de pareilles manœuvres, licites, répétons-le une dernière fole. Je me plais à rappeler qu'un premier groupement composé de producteurs,

qui s'est formé en faveur de la propagande du Bon Cidre, est né en Hle-etVilaine, sous le nom de Syndicat du Bon Cidre de Rennes et d'llUe-etVilaine, et qu'au même moment, en janvier dernier, naissait à Rennes, sous la vive impulsion de M. le Président de la Chambre de Commerce, M. Bahon-Rault. le Comité Pomologique de Bretagne, dont le rôle est de propager la fabrication du bon cidre. Faisant suite a ces mouvements bretons, en naissait un autre en Normandie, en plein pays d'Auge, à Vimoutiem sous l'intelligente direction de M Gavin, son président.

Enfin, un peu plus tard, en juillet dernier, un mouvement de plus grande envergure prenait corps sous le nom de l'Association Nationale pour la Propagande du Bon Cidre auquel s'associaient les organisations existantes ou naissantes avec l'espoir de profiter toutes ensemble de la subvention de 480.000 francs réservée pour le cidre et prise sur les fonds de l'outillage national (Loi du 29 décembre 1931). Tout ce mouvement de renaissance du cidre est fort bien, mais nos efforts resteront vains tant qu'une législation nouvelle du cidre n'aura pas été votée et appliquée.

Nous nous permettons d'attirer l'attention de MM. les Parlementaires Bretons et Normands, et plus particulièrement ceux des groupes cidricoles de la Chambre et du Sénat, groupement dont devraient faire partie tous nos parlementaires sans aucune exception. sur cette capitale question de la re- fonte d'une législation nouvelle des cidres, car c'est à cette seule condi- tion que l'on sauvera notre boisson régionale.

Professeur Lehormahd,

Président du Comité Pomologique de Bretapne.

Les Cadeaux

qui font plaisir

̃>> BONBONS ET CHOCOLATS 9 a'achètent à l'ECONOMIQUE LES BONS DESSERTS MI ECONOMIQUE-MELANGE 3'achètent à l'ECONOMIQUE

LES VINS SAVOUREUX II ranges, rosés et blancs DE LA QUALITÉ DES PRIX DES TIMBRES-PRIMES SUR TOUT l'Economique

ALIMENTATION GENERALE

Après la perte de la Seine » La commission d'enquite

sera présidée

par le contre-amiral Dev'dle BRUT, 23 decembre. Le croiseur Dupleix, commandant Despax, est arrivé vendredi matin, ayant à son bord le capitaire de corvette Brun, les officiers de l'état-major et l'équipage du transport Seixie, qui a sombré mercredi soir à 30 milles dans le suroît du phare du Chassiron (ile d'Oléron). Une commission d'enquête a été nommée et sa présidence a été confiée au contre-amiral major général Deville, du port de Brest. Elle aura pour mission d'établir de façon précise les causes de cet accident et les mesures prises pour tenter de sauver le transport; le commandant Brun aura nécessairement à répondre de la perte de son bâtiment devant un Conseil de guerre qui se réunira vraisemblablement à Brest. Une vieille affaire maritime L'abordage da paquebot

« Formhgny

et du chalutier « Locqueltas » devant le Tribunal de Commerce de Lorient

Loriedt, 23 décembre. Malgré les jugements rendus par le Tribunal correctionnel de Lorient et la Cour de Rennes, sur l'abordage du paquebot Formigny et le chalutier Locqueltas, dont L'Ouest-Eclair a narré à l'époque toutes les phases malheureuses, l'armement du Locqueltas avait cru bon d'engager une instance contre les armateurs du Formigny en dommages et intéréts devant le Tribunal de commerce de Lorient.

Me Martin soutenait cette Instance et Me Kréaly était défenseur, avec l'autorité de la chose jugée devant les deux précédentes juridictions.

C'est ie point de vue de cet avocat qui a été admis par le Tribunal consulaire qui a confirmé la première décision. à savoir que le Locqueltas était en faute dans l'accident de mer dont il s'agit. Il a en conséquence débouté lecapitaine Yvon, du Locqueltas, et son armement. et a condamné l'un et l'au- tre i titre rcconventlonnel à 5.000 fr. de dommages-intérêta

EN GARE DE SAINT- NAZAIRE, QUATRE WAGONS D'UN TRAIN OMNIBUS DÉRAILLENT

ET L'UN D'EUX SE COUCHE SUR LA VOIE Trois personnes sont légèrement blessées

Samt-Nazaire, 23 décembre. (De notre rédaction). A 7 heures 45, vendredi matin, l'omnibus 648 de SaintNazaire à Chàteaubriant quittait doucement notre station, emmenant vers Blain et les au-delà une quarantaine de voyageurs. Laissons la parole à deux d'entre eux, MM Maurice Quatrevaux. chevalier de la Légion d'honneur. employé principal à la Société Générale de Saint-Nazaire. et Bourdaia, industriel à Colombes (Seine). Le récit d'un témoin

c Nous avions pris place, nous content-Ils, dans le 2' wagon de 3' classe du convoi, qui ne comprenait que quelques voitures de voyageurs et de marchandises, avec, bien entendu, les inévitables fourgons à bagages. Nous roulions encore sur une voie secondaire, quand, brusquement, à l'aiguille qui oriente les trains vers les voies principales. notre wagon fit un bond désordonné. Nous crûmes qu'une cale avait été coincée entre les pointes de cette aiguille, peut-être dans un but crimi- neL.. Mais nous n'eûmes guère le temps de nous attarder à nos réflexions.

En effet, notre voiture, projetée hors des rails, labourait le ballast dans un grand bruit de ferraille, de boiseries fracassées, de tôles enfoncées. Le wagon parcourut ainsi de 30 à 40 mètres arrachant les pierres de taille d'un quai, et les traverses de la ligne Il oscilla une ou deux secondes et se coucha sur le côté gauche, face aux Phalanstère, vaste bâtisse, vous le savez. qui donne asile à de nombreux ménages de cheminots.

« Des cris de terreur, et aussi des gémissements, montaient de la voiture renversée.

a Nous pûmes nous échapper, après des prodiges d'acrobatie, en nous glissant comme des anguilles par la portière droite de notre compartiment. Ce ne fut pas sans peine. On ne s'imagine pas quelles difficultés on éprouve à sortir d'un wagon renversé. Il faut secouer les coussins et les bagages qui se sont abattus sur votre corps. C'est une geôle infernale. Toute votre

cousse. I1 est probable que la cale était à quelques mètres du fourgon de tête. en direction de Chateaubriant. Quand on attela la locomotive au fourgon, cette cale dut glisser sur le rail. Elle arriva à une intersection de la voie assez large pour la recevoir et se coinça entre le rail et le contrerail. A 7 h. 45. le train s'ébranlait. Les wagons passèrent sur la cale. ce qui eut pour effet de leur faire exécuter des bonds désordonnés. Une voiture de Se classe sortit des rails. Trois autres voitures aussi. mais la première, après avoir labouré le ballast ainsi que nous l'avons annoncé, se renversa sur le côté gauche.

Les blessés

Trois personnes ont été blessées par les éclats de verre. Ce sont Mlle David Marie-Josèphe, 9 ans, dont le père est maçon à Gâvre (Loire-Inférieure). La fillette revenait de Pornichet, où elle avait passé quelque temps au bord de la mer, dans la maison des Sœurs du Sacré-Cœur. Elle était accompagnée de Mlle Hyver Paulette. 18 ans, de Grez-en-Bouère (Mayenne), qui, elle aussi revenait de l'établissement des Sœurs de Pornichet. Marie David a le nez et la lèvre supérieure entièrement coupés. La blessure est sérieuse et l'enfant devra être examinée de très près.

Mlle Hyver a le menton écorché sérieusement.

Un troisième blessé, malien Tho- mazeau Antonio, marchand ambulant. s'en va dans les campagnes, offrir des étoffes. II avait pris le train pour se rendre à Pouancé et a reçu de légères contusions sur diverses parties du corps.

Les trois victimes reçurent au buffet de la gare de Saint-Nazaire des soins dévoués. Le chef de station Renaudon St diligence pour demander en ville des médecins et des pansements et même l'ambulance des sapeurs-pompiers, qui transporta la petite David dans une clinique et la ramena ensuite à la gare.

Le wagon qui a déraillé et qu'on est en train de relever

énergie, après la minute d'affolement du début, est tendue vers une seule idée s'évader de ce tombeau 1 Coùte que coùte Nous entendions au-dessus de nous des employés qui couraient en se jetant des ordres de l'un à l'autre. C'étaient les secours qui s'organisaient. Si l'instant n'avait été si tragique, on aurait ri en nous voyant faire des contorsions ridicules pour nous hisser hors de notre prison. Nous sommes enftn libres, mais à quels prix. Nos vêtements sont maculés de taches d'huile et de graisse 1.

Vous n'êtes pas blessés

Aucune égratignure. Seulement, tout le monde n'a pas eu notre chance. Une fillette, Mlle David, avait le nez à demi arraché Le sang ruisselait de sa blessure Une toute jeune fille, pâle, les yeux hagards, articulait des mots sans suite. Une sorte de colporteur, coiffé d'une casquette marine, comme en portent les navigateurs, et chargé d'un sac blanc, rempli de pièces d'étoffe, était effondré sur sa marchandise. Nous sûmes, après coup. que ces blessés étaient légèrement attemts. Après pansement, Lis ont pu prendre, à onze heures, le train qui les a conduits au Gâvre, à Grez-en-Bouère et à Pouancé, leurs lieux de destination ». L'enquête sur les causes de l'accident Tout le long de la journée d'hier, M. le commissaire spécial Lacroix a procédé à une enquête sur les causes dérail'ement qui s'est produit en gare de Saint-Nazaire. Jeudi soir, vers SI heures, selon la coutume, on avait (orme sur la vole 4 deux trains pour le lendemain. D'abord le 148 de l'Etat, qui devait partir à 7 h 46 vendredi matin pour Chateaubriand, et en avant de ce convoi le 3.556 P.O. quittant notre gare à 6 h. 6 du matin, en direction de Nantes

I,'homme d'équipe Cado Louis, arrét i selon l'usage la rame des voitures de ce train à l'aide d'une cale placée sous la dernière roue du wagon de queue. Cette cale resta coincée La manœuvre qui devait la dégager ne fut pas faite.

L'équipe en quittant son service n'avertit pas celle qui lui succédait et a 6 h. 6 vendredi matin, le 3.558 P.O. partit. La cale fut dégagée mais elle resta sur la voie.

A 7 h. 40 la machine du train Etat arrivait pour s'atteler au convoi 648 de Chateaubriant. Ni le brigadier de manœuvre Dréano, qui procéda à l'at- telage de la locomotive et du fourgon de tête du 848, ni le mécanicien du dit train ne remarquèrent la cale. En franchissant l'obstacle, chauffeur et mécanicien ne ressentirent aucune se-

a onze neures. reconiortees, et; ie visage entouré de bandelettes, Marie David et Paulette Hyver prenaient le train de Chateaubriant.

Dans la soirée, les ingénieurs de la traction de Nantes ont procédé à des constatations sur place. La voie 4 a été remise en état au bout de quelques heures de travail. n reste à resceller les pierres de taille du quai, disloquées par le deuxième wagon déraillé.

PRÈS DE PONTIVY

Une jeune mère de famille

est luée accidentellement

d'un coup de fusil

Posnvy, 23 décembre.- Jeudi aprèsmidi, Mme Le Corre, 30 ans, mère de trois enfants, habitant Cléguérec. causait avec un chasseur, M. François Rioux, 58 ans, aux abords d'une prairie. M. Rioux avait posé son fusil à terre. Tout à coup, une détonation retentit et la pauvre femme s'abattit, tuée sur le coup.

Bien que les circonstances du drame ne soient pas complètement éclaircies, Il est certain qu'on ne trouve en présence d'un accident.

Le Concours de l'Almanach de Y « Oaést-Eclair »

Avis important

A la demande de plusieurs de nos lecteurs et d'un nombre important de nos dépositaires dont la vente de l'Aimanach de L'Ouest Eclair est très importante dans la première quinze ine de janvier, la fin de son intéressant concours est reporfée AU 20 JANVIER.

Qu'on prenne bien note de cette date et que les retardataires se hâtent de profiter de cette prorogation. Nous prions les dépositaires d'envoyer lea invendus seulement le 31 Jan- La publicité de vouest-Eetoir ta* la moins chère parce que U.plti»tuoductif •.

Théâtre Municipal de Bennes Ce aoir, Gala PatUotaa et Le Jongleur de Notre-Dame.

D?maln dimanche en matinée, Mi- reille et Cavalleria Rustioana; en soirée, Ciboulette.

Mardi 27 décembre (Tournée Baret) La Banque Némo.

Jeudi 29. Grand Gala Le Barbiet de Séville.

On peut retenir à l'avance les places de 1" série (soirée* et matinées); en» voyer lettres et mandats au Dlrectaua Téléphone 20-37.

LA JOURNÉE

13 h. 30. Au Palais de Justice Tri. bunal correctionnel,

H h. A ta Maison du Peuple Ar·bre de Noël de l'Union des Syndicats Confédérés.

14 h. 46. Au Royal n est charmant.

14 h. 49. A VExcelsior Les Qsltes de l'Escadron.

14 h. 45. Au Select Un Plia d'Amérique.

17 h. Au Royal Audition de la Manécanterie des petitt chanteurs d la Croix de Bois.

18 h. 30. Hall de 2'Ouest-Eclalr Informations. Cinéma.

20 h. 30. Au Thé4tre Paillasse et Le Jongleur de Notre-Dame.

30 h. 30. A La Tour-d'Auvergne Le Juif Polonais.

20 h. 30. Satte du Colombier Le Blasphémateur.

20 h. 30. A Toutes-Grâces, séance théâtrale Docteur et La Poudre aux yeux.

20 h. 80. A la salle Saint-Gabriel La Nuit merveilleuae.

20 h. 30. Au Patronage Saint-Hélter La Grande Epreuve. Attractions. 20 h. 45. Au Bayai: Il est charmant.

20 h. 45. A VSxeelsior Les Galtés de 1 Escadron.

20 h. 45. Au Select Un Fils d'Amérique.

20 h. 49. A la. Maison du Peuple Le Lieutenant souriant.

21 h. Chez Qadby Bal-révritllon des Trompettes Rennaises.

21 h. Au Cercle Paul-Bert Balréveillon.

21 h. Chez Gaze Bat du Lilys Orcheatra.

Minuit. Dans les églises Meuet de Minutt en musique.

1 h. à 5 h. Au Royal Séancemanente n eet charmant.

A LA GOUPILLAIS

BAL REVEILLON depuis 8 heures

Menu très soigné Prix 20 fr. Un bébé allait tomber à l'eau Hier après-midi, une jeune femme promenait son bébé le long du quai Chateaubriand. A la hauteur de la place Saint-Germain. elle fut arrêtée par une personne avec laquelle elle lia conversation. Tout à couple bébé s'écarta de sa mère et s'approcha de l'endroit où le parapet du quai avait été détérioré par une auto, puis sans que sa mère le voit, Il le franchit et serait inévitablement tombé à l'eau si un passant ne s'était pas empressé de l'arrêter.

Grâce à la présence d'esprit de ce monsieur, un accident qui aurait pu être mortel fut ainsi évité. Mais quand s'occupera-t-on de réparer les quatre mètres de parapet brisés ?

AU FAISAN DORE, face le Royal REVEILLON-BAL

Les escrocs courent toujours Dans notre numéro d'hier nous avons relaté les circonstances dans lesquelles un cultivateur des environs de Rennes. M. Blot avait été délesté de ses économies par deux escrocs qui témoignèrent dans leur opération d'une habileté et d'une audace vraiment peu ordinaires

Le coffret dans lequel M. Blot avait eéposé ses économies est une boite de bois blanc recouvert d'un vernis or pale. M. Gaudry, le sympathique commissaire du deuxième arrondisaement a remis cet objet à M. Courtial, chef de la sûreté qui entendra cet après-midi la victime de cette escroquerie. Q'iant aux 250 000 francs oue le cultivateur a soi disant perdus, ont-ils réellement existé ? Il est fort prcbable, que les liasses sous une couverture d'un ou de deux billets de 1.000 fr. ne contenaient que du papier sans valeur.

Le plus étrange de l'histoire est certainement le changement des billets de banque en journaux. Aussi, on suppose que l'individu, à l'accent méridional, possédait deux coffrets et que profitant d'une minute d'inattention de sa victime, il réussit à remplacer le premier coffret contenant les prétendus 250000 francs et l'argent du cultivateur par un second coffret à l'intérieur duquel se trouvaient les trois journaux dissimulés dans un mouchoir.

la provenance du coffret remis entre les mains de M. Blot. Si celui-ci sort d'un magasin de notre ville, on saura vraisemblablement si les deux escrocs en ont acheté un second.

D'autre part, comme leur coup a pleinement réussi à Rennes, on pense. dans les milieux policiers, que ces deux individus feront d'autres victimes. C'est pourquoi leur s!gnalement a été transmis à Paris et dans les principales villes de la région. Espérons maintenant que leur arrestation soit imminente.

REVEILLON

CE SOIR. BONNE CUISINE, bon vtn. Italté. Jaxx. chan«. rentrai Prix modérés UNE AUTO PREND FEU. Hier mâtin, à 8 h. 15, une auto conduiteintérieure Renault 8855 GV appartenant à M. Chevalier, à Cleunay, prenait feu sur la place de la Cathédrale, sans doute à la suite d'un retour de flamme. Grâce à la promptitude des secours apportés par un chanfleur du garage voisin, le feu put être maîtrisé (tellement.

Les dftgAts sont peu Importante.

Il LA GALER1£JOBBÉ-DUVAL La physionomie des vitrines a déjà change de ce qu'elles étaient la semaine dernière. M. Auguste de Penguern a succédé à M. Jean Gobaille. L'Automne au Thabor l'a attiré, lui aussi, dans notre jardin public. Mais l'artiste a gardé sa fidélité à la Bretagne des ajoncs d'or. Il a, dans les yeux, tout le poème de la lande fleurie, au pays de Rochefort-en-Terre ou sur les plaines qui avoisinent le Pouldu. Il connaît ces bosquets touffus. épineux. On pourrait lui reprocher d apàlir l'or qui les recouvre cet or est plus maie que celui de la vision du peintre. Il est vrai, qu'éminemment suggestive est la vision de chacun. Très intéressante composition que celle des Chardons bleus sur les dunes du Pouldu. Le colons de ces chardons est bien atteint, si on peut regretter la tonalité un peu rose des sables qui les entourent.

M. de Penguern expose, cette année, quelques marines vues dans le soir, et qui ont permis à l'artiste de très heureux effets de la mer sous le couchant. Une vue générale de* côtes du Pouldu attire beaucoup l'attention, ainsi que ta Marine au Pouldu, classée sous le n° 16.

M. de Penguern est un sincère qui sait exprimer sainement une nature qu'il aune et comprend.

M. Hamonet présente, aux mêmes galeries, toute une série d'aquarelles du pays d'Erquy, du Val-André, du cap Fréhel. Elles sont comme toujours traitées de cette façon précise. avec ce soin de la lumière douce et de la couleur qui caractérise le peintre. On préférera peut-être la tonalité plus assombrie sur les pins et la lande cependant il est difficile de ne pas aimer l'anse tranquille où entrent les barques blanches.

Fidèle au vieux Rennes, M. Dudoret nous apporte deux maisons encore visibles, celle de Leperdit, restaurant Sainte-Anne aujourd'hui, et celle dont la toiture, à l'angle des rues SaintLouis et des Innocents, nous apparait comme une carène renversée, dont la poupe regarderait l'arrivant. L'artiste nous a, avec minutie, rendu l'amincissement en lame de couteau des deux côtés réunis de la toiture, vraiment plus bleue qu'il ne convient mais dont les portes et panneaux bruns ont de la réalité. Cette maison devait faire partie de l'hôtel Josseau du Plessis, encore à cette famille au xvhp siècle (C. F. Le Vieux Renne» de M. Banéat).

Abalor.

LES ACCIDENTS

DE LA CIRCULATION

RENVERSE PAR UVE AUTO

Hier matin, vers 7 h. 40, M. Edouard Dufeil. âgé de 28 ans, suivait en auto la route allant de Rennes a Antram quand, près de Saint-Laurent, il vit devant lui un jeune homme qui conduisait plusieurs vaches en liberte. L'une des vaches s'etant avancée sur le milieu de la route. le jeune homme M. Louis Roblin âgé ae 17 ans voulut la faire se garer, mais U fut heurte par l'aile droite de l'auto et renversé sur la chaussée

Un automobiliste de passage aidé dt M. Edouard Dufeil, se oorta au se.cours du blessés. Celui-ci se plaignait de vives douleurs dans le côté. Il fut transporté dans une clinique de Rennes où les soins nécessaires lui fuirent prodigués.

Après quoi, il put regagner son domicile.

TAMPONNEMENT D'AUTOS

Hier après-midi, rue Saint-MaJn, une collision s'est produite entre un» auto conduite par son propriétaire M. Philippe Rillet et une autre auto pilotée par M .Jacques Héliard.

Dégats matériels seulement.

CHUTE DE CYCLISTE

Vers 18 h. 15. rue de Nemours, ua cycliste, M. Jean R. âgé de 22 ans, domicilié rue de Nantes, a dérapé et est tombé sur le sol, se faisant dans sa chute diverses contusions à la tête. DEUX MOTOCYCLISTES

FONT UNE CHUTE

Vendredi, dans l'après-midi, M. Julien Laclotte. âgé de 24 ans .circulait en motocyclette sur la route de Mordelles. Un camarade. M. Michel Dubois, avait pris place sur le strapontin. A peu de distance d'Apigné. en un point où la route est en déclivité et décrit une légère courbe, la roue arrière de la moto dérapait brusquement.

Le passager. M. Michel Dubois était alors projeté sur l'accotement droit de la route où il se contusionnait légèrement au visige et au côté droit. Quant au conducteur de la machine, après avoir parcouru une vingtaine de mètres environ, Il allait s'affaler sur le milieu de la chaussée où il restait inanimé.

Secourue aussitôt par son camarade, la victime recevait sur place les premiers soins d'un médecin de passage, originaire des Côtes-du-Nord. Le motocycliste fut ensuite dirigé vers une clinique de Rennes où sa Un repas dp quinze jours sera npi cessalre Au rétablissement du H«A


t ` AYANT L'EXPOSITION NATIONALE DU TRAVAIL LES CONCOURS DE SÉLECTION DE lA BOUCHERIE

Photo-Cliché. Out it-EcUur i

LES MEMBRES DU JLTRY

De fauche à droite MM, Larchcr: Roux. directeur des Services vétérinaires; GrUlet, Inspecteur du Travail; Gnérin et Thomas

Jeudi après-midi, eut lieu à l'Abattoir municipal la première partie des épreuves Imposées aux concurrents de la sélection à l'Exposition Nationale du Travail. Cette première partie comprenait le concours d'abattoir. Il A donné les résultats suivants 1" Théophile Pellion, garçon chez M. Guérin, boucher, avenue Janvier 17 points.

2' ex-eequo Georges Ory, volontaire aux Abattoirs et Lucien Léchât. chez M. Larcher, boucher. rué Hoche, 16 points 1 2.

4» Michel Gernigon, chez M. Geffroy, boucher, boulevard de la Liberté. 16 points. p

31 M. Marcel Thomas, 7 points 1/2, Boucherie Morlais, Rennes.

4» M. Morlais fils, 7 points, Boucherie Morlais, Rennes.

51J M. Eug. Morice, 6 pointa 1/2, Boucherie Duchéne, Rennes.

Signalons le beau succès du jeune apprenti Lechat, àgé de 18 ans, qui n'a pas hésité à concourir avec des hommes ayant du métier. Cela ne lui a pas si mal réussi puisqu'il enlee la première place. Il faut dire aussi qu'il est à bonne école et que les leçons du maître, M. Larcher, n'ont pas été sans produire leurs fruits.

Les pièces toutes faites qui étaient résentées au jury étaient fort belles

i'iioto-OUcbé Quert-Eclair).

UKS ASPIRANTS » AU TRAVAIL La «oupe et la présentation

U* l'iECKS EXPOSEES PAR LES BOUCHERS CONCURRENTS

5° Théodore Ooriaux. aux Abattoirs. 8 points 1/2.

Hier matin, les épreuves ont oon.tinué par le concours des étaliers. Ce concours comprenait le découpage d'une cuisse de bœuf, la coupe, larder et ficeler une épaule de veau larder et ficeler une épaule d'agneau décorer une pièce de bœuf et enta une interrogation technique.

Voici les résultats obtenus par les concurrents

1° M. Lucien Lechat, 13 points 1i2, Boucherie Larcher, Rennes.

2° M. F. Ferron, 12 points, Bouchen?. Defontaine, Rennes.

et bien appétissantes. Citona un rond de tranche grosse, de la Maison Larcher un filet lardé de la maison Du.chêne: un faux-nlet, de la maison Defontaine deux entrecôtes-papillotes, des maisons Duchène et Morlais et un superbe faux-filet ficelé lardé et décoré.

Il y avait aussi trois épaules de mouton, l'une « en pannier », l'autre L en poulette la troisième « en daube ». Ces trois pièces ne prenaient pas part au concours.

Le jury était composé comme suit MM. Grillet, Duchêne, Larcher. Guérin et Thomas fils.

(Photo-Cliché Ouett-Eelair) t

MM. Lechat (lauréat, au deuxième pian à fauche), Ferron. Thomas, Il

LES AUTOBUS URBAINS

M. MORJN ABANDONNE LA PARTIE.

par Iu T.E.R. qui, eux-mêmes, cesseront celle de Sivigné

Il y a quelques Jours, rendant compte d'une séance du tribunal de simple police, nous disions que M. Morln, l'in- dustriel Rennais bien connu, s'était entendu condamner à cinq contraventions de deux francs pour défaut d'autorisation de stationner en ville. On se souvient aussi des polémiques qui séparèrent M. Morjir de la Municipalité. Cependant, très courageusement, M. Morin avait continué d'assurer son service.

Mate le jugement du tribunal de simple police a découragé M. Morin. Estimant que l'on n'avait rien fait pour l'aider dans son heureuse initia- tive, il avait pris la résolution de cesser tout trafic urbain.

Cette nouvele qui coulrait sous le manteau depuis plusieurs jours déjà, nous a été confirmée hier par M. MoM. Morin abandonne donc ses deux services d'exploitation de transport urbain. Sentant que l'industriel allait probablement lâcher la rampe, la Cie des Tramways Electriques Rennais s'était abouchée avec la municipalité et il avait été entendu que cette Cie prendrait la succession de M. Morin pour la ligne de Villeneuve, dans le cas où il serait défaillant. 1

'Nous sommes aujourd'hui en mesure d'annoncer que c'est chose faite. M. i Morin abandonne la partie et les T. c E.R. prennent a leur compte l'une des t lignes de M. Morin celle qui part de c la rue Chalais et aboutit rue de Vil- a leneuve. c Ce changement de « propriétaire si nous pouvons employer ce terme, se fera lundi prochain, naturellement il Ç n'y aura aucune interruption de ser- i r vice. f

Quant aux T. E. R., qui assuraient jusqu'ici le trafic Sévlgné-Redon, par supprimer un important tronçon de leur ligne la partie boulevard de Sé/igné-centre de la ville.

Ce changement aura lieu le 2 janvier 1933. Les autobus qui partent de l'Usine à Gaz s'arrêteront donc au xntre de la ville, en un lieu qui reste i fixer par la Municipalité et ils ne poursuivront plus leur trajet jusqu'au xmlevard Sévlgné.

Nous avons pu joindre M. Ratier. lirecteur de la Compagnie des Tramvays électriques de Rennes et voici ;e qu'il nous a déclaré, à propos de 'e changement de service dans les raMports urbains

J'ai, dans cette affaire, agi en plein accord avec M. Morin. Ce dernier a Ibrement décidé de cesser d'assurer les ranaports urbains. Comme convenu wec la municipalité, nous avons repris notre compte celle de ses deux lignes ui nope paraissait la plus intéresante la ligne Chalals-Villeneuve. Quant il. cette Bedon-Sévignë, que oas M6urons actuellement, nous nie ourrons plus en continuer l'exploita;.ion dans Jes mêmes conditions: la cir.ulàtion au centre de la ville devient npossible; nos autobus sont très géés de passer dans les rues trop étrol:s. La circulation y est trop intense t parfois les cars doivent céder le pas ux camions et même reculer de plueurs mètres pour les laisser passer. <e plus, nous avons constaté de séieux déficits sur cette ligne. toutes lisons bonnes, comme vous le voyez, qui nous ont déterminé à prendre ;tte décision u.

En résumé, donc, deux seules lignes autocars urbains fonctionneront à artlr du 2 janvier dans notre ville ?lle « Ohalais-Villeneuve » et celle Redon-Centre de la VUle et toutes eux seront assurées par la Compagnie es tramways électriques rennais. :he« BOUGOUIN, PL 6atnt-Michel Ce soir DES dames surprises. UN éclairage féerique.

DE nombreux

NOEL DANS LES EGLISES Aux Sacrée-Coeurs

».MS**JLu.e minuit Minuit Chrétiens! 1 M. J. Parte, buar: Même en mi bémol de Th. Dubois. Propre de la messe en srégorian. A l'Offertoire Hodie Ohrlstua natus est (C.-A. Collin). Pen- dant les messes basses, cantiques dodu- laires harmonisés Il est ni le divin enfant: Les anaes dans nos campagnes- Accourez pastoureaux (Henri Btlsser): Le sommeil de VEn/ant-jésui (zur slè- cle); Voisin, d'où venait ce grand bruit ixme siècle), arrangement à 4 voix mlz- tes de Gevaert. A 9 h. 46 grand'mease au cours de laquelle la maîtrise paroissiale se fera Aux Vépres Psaumes en faux bourdons de Perruohot: Adeste Fidèles (Abbé Lepage); Ave Maria (C.Franck); Tantvm Ergo iPaul Delnatte).

Eglise Notre-Dame

PROGRAMME musical

Messe de minuit Chant du Minuit Chrétiens par M. R. Trécan. premier prix du Conservatoire; dfesse à 4 voix mixtes et 2 orgues, de J. Noyon, avec accompagnement d'un Quintette à oordes composé d'élèves et lauréats du Conservatoire; Et incanratus est, Il 4 voix mixtes, extrait de la messe Cantate Domino, de Fr. Cosset. Pendant les messes basses, vieux Noëls harmonisés A 4 voix mixtes et accompagnement de quintette Il cordes (abbé Divet)- Dans une pauvre étable, Il 4 voix mixtes, de Praetorius. ] Grand'messe du jour Chant de l'A' deste fidèles, solo et chœurs 4 voix mixtes et 2 orgues de J. Noyon lorganlste-accompagnat«ur des chanteure de la Sainte-Chapelle, Paris 1 IL est né le divin enfant, à 3 voix mixtes. c Vépres du Jour. Faux bourdons à 4 ï ̃ nlx mixtes; Salut du Saint-Sacrement- t o Salutarit; à 4 voix mixtes, de Frantz F Llstx, Ave Maris St«lla, Il 4 voix mixtes I do Palestrlna; Tantum Ergo, chant po- n imlalre; Vieux Noël a 4 voix mixtes al» sortie,

Messe de minuit à la T. A.

Ua quart d'heure après la séance de :inema, la mease de minuit sera celé- n Drée dans la chapelle de l'œuvre Minuit Chrétiens sera chanté par M. Jean Goupouf. et la Psallette du patro- le tage exécutera la Pastorale d'Arifov, itleg Vieux N0615 tant goûtes du pu- n

M. Banéat et le prix Monthyoj 500 francs, décerné au Vieux Renne, 1 de M. Banéat, il y a quatre mois, e dont rappel a été fait, ces jours der niers, à l'occasion de la proclamatior solennelle, en séance académique, i récompensé une œuvre chère, non seu lement aux érudits, mais tous ceu> qui aiment les vieilles rues,. les vieus logis, évocateurs si prenants du passé On est heureux, surtout, si l'on mani( souvent cet ouvrage, de sa consécra. tion par l'Académie.

Il y eut trois éditions du View Rennes, croyons-nous. Une étude avait paru d'abord, en 1904, dans les mémoi. res de la Société d'Archéologie d'lile. et- Vilaine. Il en fut fait dès tirages à part, en deux parties, par les soins de la maison Plihon.

Cette même maison en publia une seconde édition en^-1914. C'est l'édition que nous-jn*Jfis sous la main. et qui appartient aux Archives départementales. Enfin, il y a quelques années, une dernière édition augmentée et dont la couverture, illustrée et en couleurs, est due à Charles Rallé, apparut également.

Mais M. Banéat a désiré agrandir son travail et l'appliquer au département tout entier. C'est à quoi nous Vilaine.. soit histoire, son urchéoloOie. ses monuments et qu'édita la maison Larcher. L'auteurt dans le tome III, est revenu sur l'Histoire même du Vieux Rennes, en appuyant sur certains points Mairie. Caisse d'Epargne, Palais du Commerce, etc. Ainsi se fixe, dans les souvenirs, l'image d'une époque disparue, à l'heure où tout se transforme, comme le remarquait, lui-même, l'auteur, dans la préface de la deuxième édition. Et combien plus précieuse sa documentation, à ce moment où nous voyons des quartiers disparaître, entièrement, sous la pioche des démolisseurs, quand ce n'est pas dans l'incendie. comme le Cartage.

Conservateur du Musée archéoloqique et ethnologique de Rennes, M. Banéat contribua encore à l'histoire du pays, en refondant et revisant le catalogue de cet établissement, catalogue dont l'année 1909, chez Oberthür voyait la troisième édition. N'était-ce pas beaucoup du Vieux Rennes cela et par de là les âges, Condatc, les Rhedons et l'Armorique elle-même, h la veille de devenir la Bretagne au temps des' Voies Romaines d'llle-etVilaine ?

Les écrits de M. Banéat sont nombreux, articles de revues concernant les découvertes et fouilles archéologiques, la numismatique, etc, toutes questions, dans lesquelles sa compétence reconnue fait autorité. Mais c'est toujours il l'Histoire locale qu'il en vient eu définitive L'Incendie de Rennes en 1720: Armoiries des Corporations de Bretagne, d'après les travaux de la famille Ramé Remède universel, épisode Rallier du Batty sur la médecine d'autrefois. Rien qui n'intéresse notre concitoyen dans le passé de sa ville et de sa province 1 L'Académie h parfaitement agi, en récompensant ce travailleur acharné, cet érudit d'une simplicité charmante et nous osons espérer que des prix plus avantageux encore, viendront, comme l'édictait M. de Monthyon en son testament « aider au Française qui compose et fait paraitre le livre le plus utile aux mœurs ». En est-il à remplir mieux ces conditions que des oui-rages qui, en nous apprenant la vie les ancêtres, nous enseignent aussi le respect pour leur mémoire et les services qu'il sont rendus à la postérité. Léon LE Berre.

Réveillonnez joyeusement.

VAL ROSE

Le Vin de la gaieté!

Le général Langlois est nommé général commandant

du 10e corps d'armée

Nous apprenons que M. le général Langlois, commandant la 19e Division est nommé général commandant de la X" Région il Rennes.

Le général Langlois, le nouveau commandant du X, Corps, est no a La Fère, en juillet 1874. Il appartient à 1. Armée de l'artillerie et est breveté de l'Etat-Major. A la mobilisation, en 1914, il était officier de liaison au G.O.G. Russe, puis chef d'Etat-Major de la mission française en Russie. En 1918, comme colonel, il commandait

la 9' Division. Après la guerre, il appartint à la mission interalliée de contrôle en Allemagne. Il commandait en dernier lieu la 19< Division.

Titulaire de trois citations, le gêné- ral Langlois est Officier de la Légion d'honneur du 9 juillet 1924 et sera promu Commandeur sous peu. Dans tous les postes qu'il a occupés, soit en France, soit à l'étranger, le général j Langlois a toujours été considéré com- j me l'un de nos plus brillants officiers. Nous sommes heureux de lui adres- ser ici nos très vives félicitations. J de brigade i

mandant l'I.D. de la lC Division, est a nommé commandant par intérim de o la 19- Division, a Rennes. d En même temps que la bienvenue, r nous adressons à M. le général Leroy s nos bien sincères compliments, •

Il AUTOUR DE LA DISPMHTION DE M, ABEL FORÊT

(Photo-Cliché Ouest-Eclair).

La rue Marteville, dont nous avons parlé lors de la disparition du comp- table Blary, eit une nouvelle artère qui Tient d'être récemment empierrée. La + indique le domlcicile de M. Abel Forêt.

(Photo-Cliché Ouest-Eclair Ce qui reste aujourd'hui de la ferme de la Touche des ruines servant d'abri à des clochards

Au premier plan, la + indique l'emplacement du puits.

(Photo-Cliché Oucst-Eclain.

Le puits de la ferme de la Touche dans lequel des recherches ont été entreprises en vue de retrou ver des traces du disparu

APRÈS l'ASSEMBLÉE DU COMITÉ POMOLOGIQUE DE BRETAGNE Comme suite à la publication du compte rendu de la dernière assemblée du Comité Pomologique de Bretagne, nous avons reçu de M. Le/as, sénateur, président du C.mité, la lettre suivante que nous publions volontiers

Monsieur le Rédacteur en chef. Un passage de la rédaction du compte rendu publié par vous de l'assemblée du Comité Pomologique de Bretagne pourrait faire penser à vos lecteurs que j'ai voté contre la définition du Bon Cidre dont il est question, et que M. de la Bourdonnaye s'est abstenu sur cette définition ?

Ce serait inexact.

La définition du Bon Cidre proposée et adoptée contient plusieurs paraadoptés successivement. Les voici « Le Bon Cidre est un cidre bien fabriqué, qui se transporte et voyage sans perdre ses qualités et qui plait c aux consommateurs.

c Un tel cidre doit toujours être c franc de goût, bouqueté, d'une belle couleur, stable, aussi limpide que c possible et aussi alcoolique que posc sible. »

(Adoptés sans opposition, l'unanimité.)

c Le Bon Cidre doit renfermer au minimum b- d'alcool total et ne pas contenir plus de 1 gr. 50 d'acidité « volatile par litre, c'est-à-dire plus de 1 gr. 50 d'acide acétique.

L'ensemble de ce dernier alinéa n'a pas rencontré d'opposition non plus. sauf en ce qui concerne la fixation du chiffre de 5° d'alcool au minimum. C'est sur ce chüire seulement qu'un échange de vues suivi d'un vote a main levée ont eu lieu.

J'estime pour ma part, que le chiffre de 4" H était plus prudent tout au moins au début que le minimum de 5°, qui risquait de conférer aux cidriers normands un avantage sur les cidriers de nos régions, les normands pouvant fabriquer des cidres de 5° avec addi- tion d'eau. Quant à M. de la Bourdonnaye il rappela que la Chambre d'Agriculture qu'il préside, avait émis le vœu que fut maintenu le minimum de 4°, prévu par le décret réglementaire, comme définis- sant les cidres marchands. Il estime au surplus que pour les cidres d'élite 1 mxquels la qualification de bon cidre i ievra être réservée. le degré qui les ca- i vactérise est variable, non seulement iufvant les régions mais suivant lea années de production, et par conté- (

quent non susceptible de fixation immuable. En conséquence, il s'abstint prendre part au vote.

Mais sur l'ensemble de la déflnitioa du Bon Cidre, il n'a été fait aucun» autre observation, ni aucune opposition de sa part pas plus que de la mienne. Pour être complet, il faudrait d'ailleurs ajouter qu'un amendement qui voulait exiger que le Bon Cidre s'entendit exclusivement des cidres pur jus fut proposé et finalement retiré. Je m'excuse, Monsieur le Rédacteur en chef, d'être obligé de notre part tous deux, de vous demander d'Insère' la présente rectification et Je vous prit d'agréer mea remerciement et plus distingués sentiments.

Le président, A. Litas.

Réveillonnez joyeusement.

VAL ROSE

Le Vin de la gaieté!

NOTRE ENQUETE SUR L'EAU A RENNES

L'abondance des matières nous obit.ge à remettre à demain la suite de notre enquête sur l'eau de Rennes Nous publierons alors des interviews de personnalités rennaises qui depuis longtemps ont étudié et fait étudier la question et qui souhaitent que le renouvellement prochain de la concession à la Compagnie Générale des Eaux permettra de réaliser les travaux qui s'imposent.

A propos du cancer Interview d'un rȎdecin

.je m'étonne, nous dit le Docteur MORET, de Paris, qu'après les travaux du Professeur Delbet et surtout après les dernières statistiques sur la diminution du cancer dans les pays où la consommation du sel alimentaire magnésien est habituelle ( Egypte», Je m'étonne, dis-je, qu'on continue à utiliser en France, dans l'alimentation familiale, du sel la plupart du temns pratiquement privé de magnésium i1 existe cependant en France une Société puissante Bozel Malétra qui livre lu commerce un sel de cuisine et de able d'origine marine, riche en marnésium, au même prix que le sel orlinaire

(le ael marin MALETRA se trouve M >ente dans toutes le3 bonne» maiaom l MtlSr


AUJOURD'HUI, DERNIÈRE PHOTO 1 j

ITES-VOUS PHOTOGÉNIQUE? Les enfants dont le buste sera encadré d'un rait et qui e reconnaîtront, pourront se preenter, avec l'on de leurs parents et habilles bsolument comme sur la photo, a l'adresst 1-dessoas, de 10 heures à midi ou de M heures 19 heures (saut le dimanche), portant le nnrviftl nù ils auront trouvé la nhoto.

La ressemblance une fois établie, et le bénéficiaire idenUtié, celui-ci recevra mmédiatement UN TRÈS JOLI CADEAU.

Se présenter à « L'OUEST -ECLAIR »,

38, rue du Pré-Botté, RENNES (1" étage)

ENCORE DEUX GAGNANTS Ce sont les jeunes Paul Macé, 114, avenue du Gué-de-Baud, et Pierre Huchet, demeurant au 108 de la même avenue, qui ne s'attendaient guère à ̃̃iBiaïaïaïaïaiBiaïaiBiBiBiaiBiB

cette surprise, tandis qu'ils observaient avec attention ce qui se passait de l'autre côté de la Vilaine.

Aujourd'hui, nous publions la der nière photo. Les gagnants d'ajourd'hui sont 1es derniers de la série.

PRENDRAIT-ON LES BRETONS POUR DES FUMEURS

DE SECONDE ZONE ?

Depuis longtemps déjà, les Parisiens ont l'heur de fumer les nouvelles cigarettes « Celtique ». Par exemple, en province, vous n'en trouverez pas un seul paquet Tout dernièrement, j'eus lidée de < faire a tous les bureaux de tabac de Rennes pour m'en procurer. L'expérience fut, iw fol, concluante. Le soir même. un ami m'abordait en ces termes

Dis donc, mon vieux, quand donc aurons-nous des « Celtique » à Rennes ? Toi qui est journaliste, du dois savoir ça.

Non Je suis journaliste, mais je ne savais pas « ça a.

Je ne devais pourtant pas tarder à découvrir la solution de l'énigme. Un jour que les obligations du reportage me conduisirent à l'entrepôt des tabacs, je pensais à ma tournée des bureaux de tabac et à la question de mon camarade. Quand donc auronsnous des CI Celtique Il à Rennes ? La question me brûlait les lèvres. Je la posai à l'honorable fonctionnaire qui me reçut.

Der. « Celtique ». mon bon monsieur ? Mais vous n'en aurez pas de sitôt. Savez-vous que je ne suis pas encore autorisé à en commander ? Mais. pourtant.

Oui, je sais la remarque que vous allez me faire vous en avez déjà fumé.. Je vois que vous ne connaissiez rien des mystères de notre administration.

Et comme j'avoue mon ignorance des lois qui régissent le royaume de M. Nicot, l'honorable fonctionnaire des contributions indirectes m'initie aux secrets de sa Majesté enfumée. Voilà Lorque 1- R. F (la Régie Française et non la République du même nom) lance une nouvelle marque, elle se soumet aux exigences de la déesse Mode.

Ah ? •

Oui. Seuls les Parisiens, les Niçois et les indigènes d'une autre ville dont je ne me souviens plus du nom ont le droit de fumer et cela pendant un certain laps de temps. le nouveau tabac, les nouvelles cigarettes ou les nouveaux cigares.

Et après ?

Lorsque ces messieurs en sont dégoûtés. alors on en inonde le marche provincial.

Mais. monsieur. ta Régie vient de lancer des « Celtique ».. Nous sommes en Bretagne, que diable. et nous aurions pu tout aussi bien que les Provençaux. lancer le nom dont on a coloré les nouveaux paquets bleu-de-roy et dont la consonnance nous rappelle quelque chose de chef nous ?

L'employé de la Régie Française est entièrement de mon avis. mais Il esquisse un geste large d'impuissance un geste qui doit signifier la loi est dure, mais c'est la loi z Or ça Madame :a Régie, nous prendriez-vous pour des fumeurs de seconde zone et estimenez-vous par hasard que nos qualités gustatives ne valant pas celles de nos camarade, Provençaux Yann Lorahz.

POISSONNERIE LORIENTATSE. Ch.Jacquet. Pour NOEL Huitres, En-airirota et Coqnilles en toute confinée Le prix du pain a baissé La Chambre Syndicale de la Bou laagerie nous communique que le pri> du kilo de pain vient d'être fixé à 1 fr. • au lieu de 1 frto70.

Parmi les cadeaux que l'on fait aux enfants, il en est un particulièrement qui leur procure une très grande joie c'est un livre d'images. Les fantastiques aventures d'Albert, Toto, Black et Jacquot, réunies dans un album, illustré par l'excellent dessinateur qu'est Jean-Jacques Rousseau, ne manqueront pas de les divertir grandement. Que de dangers Que de folles équipées Les bambins se réjouiront à la vue des pérégrinations multi- pies des quatre héros de cette histoire. Mais le livre de Jean-Jacques Rousseau n'est pas seulement un livre d'images. C'est aussi un magnifique album à colorier qui sera pour eux une excellente leçon de dessin. En même temps qu'une leçon, cetera un agréable divertissement.

L'album est en vente à la Bibliothèque de l'Oust-Eclair, rue du Pré-Botté au prix de 10 francs, franco contre 12 fr. 60.

Achetez l'album de Jean-Jacques Rousseau, vous ferez plaisir à vos enfants et vous les inciterez à s'instruire. REVEILLONNEZ.

Vous allez sans doute réveillonner ? N'oubliez pas en mangeant. Le fameux VAL -ROSE Le Vin le plus fin, le plus léger que vous puissiez trouver. C'est le Vin des fêtes.

En vente dans toutes maisons d'aUmentation.

Gros Entrepôts Gorieux-Bonrrassel, Rennes

RENNES-SAINT-BRIEUC ET VICE-VERSA

par BROONS, LAMBALLE (route directe)

SERVICE RÉGULIER par Autos Pullman bleus

ROGER PANSART

Cancale Téléphone 76

Trois départs par jour

daas chaque sena

7 heures, 13 h. 30, 17 heures Rennes. Place de la République. Broons Hôtel des Voyageurs (Tél. 3.) Lainballe. Hôtel de :a Gare. (Tel 35.) St-Bncuc. Hot Du Guescim. (Tél. 1-65.) PRIX Aller, 21 francs; Aller et retour, 35 francs Les Aller et Retour sont valables 1 mois Renseignements et Billets à VOIfice des Voyages de L'OuestEclair P. 38. rue du P;é-Botle. Rennes Tél?phone 36-75.

Aujourd'hui continne

rechange des bons

pour les cartes d'entrée

GRATUITES au Cinéma LE ROYAL

Les séances gratuites

offertes par L'Ouest-Eclair aux enfants de

RENNES

à l'occasion des Fêtes

de NOEL 1932

auront lieu mercredi 28, vendredi 30

et samedi 3 décembre,

à 9 heures 30 du matin

Magnifique programme avec le concours gracieux de la direction du ROYAL et de la S. A. F. des Films PARAMOUNT

Conservez précieusement les six bons que vous avez découpés pour les échanger contre une carte d'entrée gratuite au Cinéma.

L'échange se fera à l'Office des Voyages de J'Ouest-Eclatr. 38. rue du Pré-Botté {rez-de-chaussée), de 9 heures à mfdi et de 14 heures à 18 heures, sauf le dimanche.

Les 6 bons suffiront pour les enfants d'une même famille. Cha- que enfants âgé au moins de 4 ans et au plus de 16 ans. aura droit à une carte. Pour Justifier du nombre d'enfants, présenter le livret de famille en même temps Que les bons.

Les enfants âgés de moins de 7 ans, pourront être accompagnés d'un de leurs parents.

LA YIE RENNAISE EST PARUE SOMMAIRE DU NUMÉRO DU 25 décembre. Noël au temps passé, par E. Herpin deux gravures). La galette révélarice, conte de Noël, par Pierre Vente, llustrations de Louis Garin. La hanson de Noël, par Louis Tiercelin. Noël dans les églises. D'une senaine à l'autre, intéressante chronique lu Furet. Les autobus Morin vontls continuer ? Rennes s'embellit une gravure). A Radio-Rennes. jes plaintes du quartier de Villeneuve. Les chaires extérieures de Breagne. En écoutant les conféren:iers, par Jean de Perros. Toute la Vie artistique Chronique théâtrale, jar MM. Valentin Blanchet et André Marceil; chronique musicale, par C. 3.-A. Collin. Carnet. Les Echecs. Les Sports. La T. S. F., etc. La Vie Rennaise est en vente chez les dépositaires, dans les kiosques, à la ibrairie de l'Ouest-Eclair, les bureaux de tabac et à la gare. Achetez La Vie Rennaise à votre marchand de jourlaux. Prix 0 fr. 25. Abonnement 13 francs.

REVEILLON DE NOEL

« Chez METAYER »

SERVICE A LA CARTE

Prlr habituel

FERMETURE DE LA BANQUE DE FRANCE. En raison des Fêtes de Noël et du Jour de l'An, 'la Banque de France sera fermée les 26 décembre et 2 janvier.

1 LA MOTOROUE A

DEUX TYPES DE MOTOROUE

II y a quelques années évolua sur la place du Palais une grande route, avec un moteur et qui semblait tenir debout par miracle. C'était la motoroue qu'avait inventé un ingénieur italien M. Govetosa.

La motoroue est de nouveau dans nos murs, et M. Gredir, le pilote, la présentera pendant les journées des 24, 25 et 26 décembre, sur la place du Palais.

Comment tient-elle debout? Disons simplement qu'elle est basée sur le

principe gyroscopique et qu'à 4 kilomètres à l'heure l'équilibre n'est point rompu.

La machine de route peut atteindre de 110 à 120 kilomètres à l'heure et peut s'arrêter sur trois mètres. Sur autodrome, à New-York, un type de course a atteint la vitesse formidable de 217 kilomètres sur un kilomètre lancé.

Tel est l'engin que les Rennais pourront voir évoluer sur la place du Palais.

Le bal du Réveillon

des Trompettes Rennaises C'est ce soir, samedi 24 décembre, de 21 heures à 3 heures, à l'occasion du Réveillon, que les Trompettes Rennaises organisent une grande soirée dansante dans les salons Gadby, 156, rue d'Antrain. Le Comité n'a rien négligé pour assurer le succès de ce bal: les danses au goût de chacun seront exécutées par le jazz de la société. Un buffet des mieux assortis sera tenu à la disposition des danseurs pendant la durée du baL Le prix d'entrée est fixé à 6 francs demi-tarif pour les membres honoraires. Les mamans accompagnant leurs jeunes filles entreront gratuitement. Donc, une bonne soirée en perspective pour le réveillon. LES FINS GOURMETS

ET CEUX QUI AIMENT LA GAIETÉ SOUPER REVEILLON servi par petites tables dans les SALONS GAZE

Rue Ponllaln-Duparc

Prix 25 fr. (tues comprises) LE LILYS ORCHESTRA

JOUERA ET FERA DANSER Retenir sa table t'avance chez Gaze MENU

Consommé C'oihert

Huitres de Claire.

Croustades Régence.

Dindonneau farci

Salade Chancellére.

Pâté de foies (çras de Strasbourg Suédoise aux fruits.

Dessert.

L ES BUCHES D E NOEL confectionnées par les DOCKS DU Rien d'étonnant à cela, quand on sait qu'il n'entre dans leur fabrication que beurre frais extra-fin, oeufs frais et succulents, bonne farine de froment et sucre blanc.

Ces excellentes choses délicatement parfumées

Au kirsch pur de cerises de la Forét Noire, pour les bûches café Au rhum Charleston, pour les bûches chocolat

Au curaçao Bols, pour les bûches pistache.

Enfin, ce qui ne gâte rien, malgré le prix élevé des éléments de choix employés, leur prix est comme toujours le plus avantageux.

Aujourd'hui samedi, assurez-vous de celle que vous dégusterez en famille ce soir ou demain.

Demain dimanche, toute la Journée, sans Interruption le midi réclame de petits gâteaux frais, bûches, chocolats.

MAISONS DE VENTE A RENNES 5, rue de Coëtquen (bas de la place de la Mairie) 36, rue d'Antrain 2, rue de Brest.

800.000 fr. de Bijoux, Diamants, Montres, Orfèvrerie, Objets d'Art sacrifiés avant inventaire chez

E. GRIMOUX

S et 7, Rue de l'Horloge RENNES (Derrière l'Hôtel-de-VUle). TOUTE OFFRE RAISONNABLE AU COMPTANT SERA ACCEPTEE

i Rue du Pré-Botté, n° 3

ï (En face l'hôtel de l'Ouest-Eclair) La POUR LES CADEAUX ï S STYLOGRAPHES et STYLOMINES de toutes marques i PAPETERIES DE LUXE ET DE FANTAISIES GARNITURES DE BUREAU

| POUR LES ENFANTS

i GRAND CHOIX D'ALBUMS de la collection Hachette ï « PITCHE », prix 10 fr., franco recommandé. 11.60 E « BICOT », prix 17 fr., franco recommandé.. 19.40 ï S « LES AVENTURES MIRIFIQUES D'ALBERT, LE ï TOTO, BLACK ET JACQUOT )), prix 10 fr., franco recommandé 12.60 m Tous les envois sdnt faits en paquets recommandés joindre le mon- 5 tent à la commande (Compte Cheaues Postaux 118, Rennes), ̃ ï SERVICE SPECIAL DE LIBRAIRIE 'Pour toutes publications ou 5 T volumes Souscription aux édition? Larousse. ̃ I .lUilBIBiaiaiBIBIBIIIBIIWiaiHIWBMMIWMIIIBIBIBIBIIiailiai?

̃ 13 rue w> Bret aune LAVAL Mayenne laaai ENVOI DU CATALOGUE PAS DE TAPAGE. INUTILE

UNE VIEILLE MAISON. DU STOCK.

Marcel DUCLOS 6, Rue Hoche, RENNES Tél. 30.30

PHONOS T. S. F.

TOUTES LES MARQUES PATHÉ-BABY

APPAREILS ET FILMS

personne nabltant la campagne prendralt enfants & partir de 1 an. S'ad. Mme Bornais, au Noë Cintré (I.-et-V.) LAIT Fermier désire créer cllentèli LAIT certaine quantité. S'adresse] Havas. Rennes, n<* 185.

NOËL. Cadeaux. Au Saphir, bd Liberté Rennes chevalières, bracelets, montres colliers, pendentifs, ménagères, couteaux carillons, pendulettes, articles en écrin Prix très réduits. Escompte. Achat d'or

LA MANECANTERIE AU ROYAL Une dernière fois rappelons que c'est ce soir que voua pouvez entendre en première audition pour Rennes et la Bretagne La Manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois

Il est désormais inutile d'en dire le» merveilleux talents. Au programme «le vieux Noëls et de vieilles chansons harmonisées. Comment ne pas commencer une fête de Noël sans se retremper dans la fraîcheur et la beauté de ces Jeunes âmes d'artistes.

Aussi vous serez tous ce soir au Royal Prix des places ordinaires. Mêmes réductions consenties. Location et programme gratuits.

ON RÉVEILLONNE

au Continental

(GRANDE BRASSERIE DIT PALAIS)

Le Consommé froid madrilène

Les Huitres de Marennes

Le Saumon de Loire Sauce Hollandais* Les Pommes Vapeur

La Dinde de Noël

parée aux Perles Noires

Les Marrons Napolitains

Les Asperges d'Argenteull chaudes

a L'Huile

Les Délices de Foie Gras Strasbourgeoitt» La Salade Mimosa

La Bombe de Minuit

La Bûche du Père Noil

Les Fruits de France

PRIX (Taxes et cotillon 50 CD compris) vv

Orchestre à partir de 10 heures

mais à VICTOR-HUGO 2, Rue Victor-Hugo RENNES

Po.u:r£fî;RECLAIHE EHCEPIIOHHELLE Solde d'articles d'usage pour quelques jours SEULEMENT COMPLETS draperie. JQ fr. CALEÇONS jersey. 1 A f r. Depuis 10 Depuis IV

PARDESSUS chauds. AT tr. TRICOTS sous-vêtements, C n. Depuis 95 lité

VAREUSES draperie. AQ fr. Cfkfl Ainsi que Manteaux Cuir den. 175 fr., Gants Cuir 20 fr. Tout un Lot de PULL-OVER et CACHE-COLS Laine

En outre, tous articles travail, cottes et vestes bleues mécaniciens Blancs pour peintres Vestes charcutiers à 29 francs. Blouses blanches pour étudiants, médecins et coiffeurs.

Il y a à voir également

LE RAYON de MESURES et à faire son choix de tissus pure laine, coloris récents, pour COMPLETS coupe dernier cri, travail soigné, à 295 francs C'est la saisore de prévoir pour sa santé

ENTREE RUE VICTOR,HUGO


Nous Drévenona nos lecteurs que nous ne pouvons pas garantir la moralité des p èces ou des films que nous annonçorts,

THÉATRE MUNICIPAL DE RENNES

CE soir a 20 H. 30

par M. Gabriel d'Artois qui va obtenir un gros succès dans ce rôle qui convient si bien a ses qualités vocales et scénl%?%̃£ ?" <MV Jean Praudy, André Banelle, David. Le spectacle sera ter- miné (avant minuit par PAILLASSE avec le concours de .'If. Georges Oinin, !«• ténor de 1 Opira. qui va triompher devant une salle archl-comble et enthou- slasmée par sa voix magnifique Les Interprétes de PAILLASSE avec M Georges Géntn, seront Mlle Lucienne d'Artevelle pr°"ri". -W P. Mcrcadel, M. L. Hxart. Orchestre et chœurs sous la direction de M. Maurice Henderick pour les deux ouvrages

Demain dimanche. matinée à 14 heures préc'.seb MIREILLE et CAVAL- LERIA RUSTICANA avec le concours de toute la troupe d'opéra.

En soirée, a 20 h. 30 CIBOULETTE le plus grand succès d'opérette fran- calse de ces dernières années que notre troupe vient de faire triompher à nou- veau. Tout Je monde viendra applaudir les excellents interprètes de CIBOU- LETTE et la divette Léo Boi-v bissée dans tous ses airs et trissée dans le fa- meux e.isemb:e: Mof, f m'en fous que toute l'assistance reprend en chœur La location est ouverte de 10 heures à midi et de 13 h. 30 à 17 heures pour les trots représentations. Téléphone 20-37.

LA BANQUE NEMO

Mardi 27 décembre. Cette fois, c'est du rire que les Tournées Ch. Baret nous promettent, car La Banque Nento est cme pièce très amusante.

C'est de la grande actualaé.

n y a certains sujets Qui sont, si l'on 'eut dire, dans l'air La Banque Nemo 'ait partie de la série de Topaze, mais ̃loins amer que cette dernière A Paris le succès a été éclatant. L'auteur. M. Louis Verneull. n'est plus •uiement l'amui>eur de Va Cousine de ̃ 'arsovie, de Maitre Bolbcc et son Mari, de L'Amant de Mme Vidai, de Pile ou '-ace et de tant d'autres vaudevilles c'est nalntenant un véritable auteur drama;¡que, qui a pris rang à côté de Le Bec-̃ue. d'Octave Mirbeau. etc.

Location lundi.

'Communique du Théâtre.'

r CINEMA PARLANT ̃ de la Maison du Peuple AIJOURIVHII. EN SOIBKK

Le lieutenani souriant avec

Maurice Chevalier

Le Lieutenant Souriant est Inspire de la fameuse opérette Kève de Valse

« IL EST CHARMANT » AU ROYAL

Nou n'aimons pas beaucoup cette sorte de compromis entre le cinéma et le théâtre. que l'opérette reste ce qu'elle doit être et le cinéma aussi Il ne nous déplaît pas d'entendre chanter les phrases banales de la vie lorsqu'el- les sont mises en musique par un Wagner ou un Massenet, mais elles deviennent franchement insupportables lorsqu'elles sont arrangées par un bruitiste inconnu. Que dirons-nous du passage où Henry Garat commente le code civil sur le ton réservé au chœur antique ? Le scénario, par lui-même, n'est pas franchement mauvais mais il comporte certains passages peut corrects du point de vue de la morale. Ces remarques sévères faites, nous reconnaissons que cette opérette cinématographique est habilement construite encore que nous ayons une véritable indigestion d'entendre à longueur de film des airs qui finissent par être agaçants à force d'être entendus. MM. Henri Garat, Baron fils et Dranem. et Mlle Meg Lemonnirr se partagent les premiers rôles. Ce sont d'excellents artistes qui évoluent à l'aise dans cette perpétuelle atmosphère de chansons, de bals et cabarets.

Le clou de la soirée était très certai- nement le petit sketch cinématogra- phique et au cours duquel nous eûmes le plaisir de revoir Tramel, l'innénarable Bouif.

Sur scène. Mlle Mismarguett, qui se dit sosie de Mlle Mistinguett, a chanté quelques morceaux du répertoire de la célèbre vedette parisienne. Le jazz Ulys Orchestra a présenté, en entr' actes, Quelques-une.s de ses nouvelles

CINÉ PARLANT

LA TOUR-D'AUVERGNf;

Téléphone 42.89.

Semaine du 23 au 23 Décfmbrr

LE JUIF POLONAIS

avec llarry B.UR.

Mady Berry, Jules Maurice, si i,. Marenll, Raymond Gardanne.

POUR SON FILS

comédie, avec

Junior Coxhlan et Luis IVolhPim ARAIGNÉES ET OISE Al X

dessin animé

u ÉCXAIR- JOURNAL »

dernières actualités

Programme entièrement sonore et parlant salle chauffée location gratuite.

Prix des places 3. 5 et fr. Matinée Dimanche, à 14 h. 15.

Soirées: Samedi, dimanche, 20 h. 30.

« LE JUIF POLONAIS

A LA TOUR D'AUVERGNE Le Juif polonais, film d'origine franfil- d'un intérét captivant qui 'ceVtafnement ne décevra pas ceux qui iront le voir En quoi réside cet 1 \St ? Dans le sujet du drame lui-mên'e qui se résume en peu de mots un homme a tué ot longtemps après se présente devant lui. Un représentent de la justice charge da faire une nouvel:e enquête Terreur de l'aesaaetn, Qui sent se resserrer le filet et qui est hanté par le. eauchémars et les h|lU"c'n«ions. Finalement. Il meurt le soir du mariage de sa fille Raconter cette histoire n'est rien: il faut voir le jeu puissant d'Harry qui dans le rôle de Mathls (l'assassin démontre son grand talent de comédien. 'Ses partenaires sont aussi excellents Mady Berry, Raymonde Gardanne. Jules Maurice. Simone Mareuil, campent parfaitement leurs rôles

La photo est bonne, le scénario bien construit, la réalisation très expressive. En complément Pour son Hls une comédie spirituelle pleine de mouvement; un dessin animé: des actualités, j font de cette séance une des plus remarquab'es nui aient été donnés é la Tour d'Avvergne.

Ce soir la séance de cinéma commen- cera exactement à 20 h. 30 et sera ter- minée assez tôt pour permettre d'as- slster à la Messe de Minuit.

SELECT Albert PREJEAN

ET

ANABELLA

dans une 6ne comédie gaie Un Fils EXCELSIOR Succès sans précèdent

RAIMU dans

LES GAIETÉS

DE L'ESCADRON

de Georges COURTELÏNE

A LA MAISON DU PEUPLE

« Le lieutenant Soarimit t>

Un bon,, point à Maurice Chevalier très drôle et très parisien dans une opérette viennoise, il a, dans Le Lieutenant Souriant, le mérite inattendu de jouer le jeu d'équipe, comme on dirait en sport. Les spectateurs de la Maison du Peuple uront eu la bonne surprise de voir un Maurice entouré de deux rivales également attirantes, les laisser au premier plan. sans passer au deuxième.

Inspiré de Rêve de Valse, dont les airs langoureux harmonisent tout le développement, le scénario est agréable. La princesse Anna (Miriam HopKins), mariée par surprise au lieutenant Niki (Chevalier), conquiert à la longue le cœur de son époux volage, et c'est Franzi (Claudette Colbert), la petite violoniste viennoise, qui parisia- nise, si je puis dire, la princesse de Plausenthurm, dont la métamorphose n'est pas le moindre attrait du spectacle.

Dans la première partie, La Brigade du Bruit avec Noël-Noël, et le Cycle du Vin, avec Yvette Guilbert,. constituent, avec de bonnes actualités et des dessins animés très amusants, le meil- leur prélude au spectacle un specta-

La Grande Boucherie Henri DE- FONTAINE prévient sa fidèle clientèle Ou'elle a pu se procurer un joli lot d'AGNEAUX' de LAIT de premier choix, qui seront détaillés dans ses magasins le Samedi 24 Décembre. POUR PRENDRE DATE Le Cercle Saint-Yves vient de fixer les dates de ces séances annuelles aux dinée, dans la salle des fêtes de l'Institution Saint-Martin. Les Etudiants catholiques interpréte- ront une des plus belles pièces de Miguel Zamacols qui n'a Jamais encore été représentée A Rennw.

Réveillonnez joyeusement

VAL ROSE

Le Vin de la gaieté

LA VEILLEE DE NOEL

AU PATRONAGE SAINTHELÏER C'est ce soir. a 20 h. 30, Due le Patronage du bou:evard Laênnec donnera- sa Veillée de Noël ».

Au programme, un film qualifié à iuste titre de « national» La Grande Emeuve, dont le succès ne s'est Jamais épuisé. Un documentaire et Les Fêtes de Jeanne d'Arc à Orldans termineront la représentation.

Billets en vente à la porte de la salle Prix unique 2 francs; demi-tarif pour les enfants.

La Graiade Epreuve sera donnée en deuxième et dernière séance, demain dimanche 25, à 17 heures.

Réveillonnez jayr ̃̃nement. VAL ROSx' I

Le Vin de la gaieté! Il SALLE DU COLOMBIER (7, rue de Plélo)

Nous rappelons que ce soir, en Vel" •« i de Noël, à 8 h. 30 très précises, et de- main dimanche, à 14 h. 30. seront ^ro- Jetés à l'écran deux beaux films de circonstance Le Blasphémateur "'̃ ~l du Marin. t Les billets sont en vente a la sacristie de Toubsalnts. aux prix de 3 Tr. 2 fr. 60, 1 fr. 60. La salle sera chauffée. < i

LA VEILLEE DE NOEL

| A LA SALLE SAINT-GABRIEL Ainsi Que nous l'avons annoncé & dl1 verses reprises, c'est ce son- & 20 n 30 très précises. Qu'aura lieu à la salle StGabriel rue Papu, la grande séance de gala, a l'occasion de la Veillée de Noël. Au programme figure la comédie en 5 actes et 12 tableaux de Jeanne LeroyDenis. tirée des Conte» de Noël de Ch Cette comédie doit obtenir un immense succès car elle est délicieuse. C'est un contre de Noë; plein de fantaisie poétit que et c'est une pièce moderne aux scé- nes fortes et poignantes.

Le spectacle sera terminé vers 23 h. 30 pour permettre aux spectateurs d'avoir tout '1e temps nécessaire pour se rendre à la messe de minuit. Les trois coups seront rigoureusement frappés à 20 h 30. Nous ne saurions trop recommander aux personnes qui ne l'ont déjà fait, de 'bien vouloir retenir leurs places dans la Journée, aux bureaux de locations, de façon a ne pas envahir tous ensemble le guichet qui sera ouvert 8 la porte de la salle, a 20 heures.

r Venez entendre Georges GÉNIN le fameux ténor de l'Opéra

CE SOIR

AU THEATRE DE RENNES

^•>oooooooooooooe<x>oo©o©oo-'

VIN FAMbtA

dans toates maisons d'alimentation

GROUPE Rennais DES Eclaireurs DE FRANCE, Dimanche 25. troupe des Flibustiers, clan Broceliande, meute Mowïll Réunion à 4 heures, au local, en uniforme, pour assister à la séance des petits chanteurs à la Croix de Bois. à Saint-Vincent.

CHEZ LETENDRE

Réveillon- à la Carte

DANCING

ScouTs DE France. In- et 5* troupes. Fet* de Noël. Rendez- vous 9 h. 3.4, parvis de la Cathédrale, pour assister à la grand'messe pontificale. L'après-midi. à 4 h. 3/4, réunion à Saint-Vincent pour l'audition de la Ma- nécanterie.

Ne pas oublier que dan? les manifestations officielles, l'uniforme réglementaire est seul toléré.

^Communiqué.)

H. LASNIER, 4, quai E.-Zola, Rennes Travaux sérieux, soins et DENTIERS SCOUTS DE FRANCE. Troupe Guyne. mer les scouts qui logent des manécantres devront se trouver à 14 heures à la gare. A 16 h. 40. rendez-vous pour toute la troupe. en uniforme, devant le cinéma Royal.

Clan Guynemer les routiers désirant assister à l'audition des manécantres sont priés de se rendre à 16 h. 40 devant le Royal, en uniforme.

GRAND PORTO O'ORIGtNË

CARTE BLE UE CARTE NOIRE. UVOTtlfianaMel Klilrti UOltlEl X-UOl UK.VSSEI., Rennes LUSTRERIE ELECTRICITÉ T. S. F.

PHONOS DISQUES

L. MARTIN

ET'» RENNES-RADIO

13, rue Victor-Hugo Téléph. 33-97 j ETAT CIVIL DE RENNES

NAISSANCES

23 décembre. Simone Van de Walle. place du Champ-de-Mars; Jeanne Manil, 45. rue du Général-Margueritte; Yves Jeusset. 28. Canal Saint-Martin.

DÉCÈS

23 décembre. Alfred Hardy, 82 ans, s. D. 27, quai de la Prévalaye: veuve Gautier. né? Bécherte 75 ans, 20, rue Louis-Poste!' Clotllde Busnel. 47 ans, tricoteuse, célibataire, 108 rue de Paris- Constant Daumolnx. encaveur, célibataire. 31 ans. Hôtel-Dieu: veuve Ruellan. née Delaune. 67 ans, 2, rue du PèreGrignlon.

CONVOIS MORTUAIRES

8 heures Mme Crénol. rue Marçais• Martin; église des Sacrés-Cœurs, cime- tière de l'Est.

10 heures M. Hardy église Saint- Sauveur. cimetière du Nord.

10 heures Mme Desbln. rue SaintMelalne. 5: église Notre-Dame, cimetière du Nord.

10 heures Mlle Rigaudias. rue Loblneau, 22: église des Sacrés-Cœurs, cimetière du Nord.

14 heures M. Chotard, Hôtel-Dieu; cimetière du Nord.

Madame,

Vous êtes embarrassée pour offrir à Monsieur un cadeau de Noël ou des étrennes utiles. Voyez donc les étalages de la Chemiserie Moderne 6, raé Lafayette

Vous y trouuerez le plus beau choix d'articles pour cadeau à des SEANCE CINEMATOGRAPHIQUE A LA SALLE SAINT-MARTIN. En veillée, de Noël, ce soir, il sera donné, sur l'écran du patronage Saint-Martin, le beau film La Tragédie de Lourdes, r~médie dramatique en huit parties. Au programme également, une comé- die Tuut s'arranye, et aussi une re- vue documentaire La Pêche à Douar- nenez, L'Auberge et l'Automobile, En Palestine, Le Lac de Tibériade. La Direction de l'oeuvre réserve pour 1. cette soirée une heureuse surprise. Ouverture de la salle à 20 heures. écran à 20 h. 30. Prendre ses billets à l'entrée.

LE POYAL Tél. 42.45 Place du Calvaire Tél. 42.45 | NOËL!

Le film le plus somptueux et le plus gai de l'onnée avec Henri GARAT, DRANEM, BARON Fils et Me£i LEMONNIER

Sur scène Le Sosie de Mistinguet

NUIT DE NOEL

Spectacle permanent sans attraction et orchestre de I h. 5 h. du matin. P rix unique des places, 5 fr.

QUEBRIAC

Un couvreur fait une chute de six mètres

M. Pierre Maurel. couvreur, âgé de 26 ans, était occupé hier à la réparation d'une toiture.

Vers 15 heures, alors que le travail se terminait, M Maurel trébucha et tomba sur le sol d'une hauteur d'environ 6 mètres. L'on s'empressa autour du 'blessé qui heureusement. n'était que légèrement atteint. Un repos d'un mois lui a été prescrit.

Betton

A LA SALLE SAINT-MARTIN. A la veillée de Noël, samedi soir à 8 h. 30, sera projeté sur l'écran de la salle Saint-Martin le beau film La Tragédie tlê. Lourdes "et augsi au programme Tout s'arrange, comique. Un documentaire La Pèche à Douarnenez, L'Auberge de l'automobile. En Palestine, Le Lac de Tibériade

Une heureuse surprise sera réservée aux spectateurs.

La salle sera ouverte dès à 8 heures, prendre ses billets à l'entrée.

Dingé

LE NOEL DES ENF'ANTS. Le dimanche 25 décembre, sous la présidence de M. Chabot, maire, aura lieu, à 2 h. 45, dans la Salle des Fêtes, une distribution de jouets et fruits aux enfants des écoles, accompagnée d'une séance récréative comprenant chants, saynètes d'enfant et d'une pièce de théâtre exécutée par des amateurs. BAL DE BIENFAISANCE. Le dimanche 25 décembre, à 8 heures du soir, bal avec le jazz combourgeois, au profit des enfants malades recevant des soins en sanatorium.

N'oubliez pas. chaque dimanche, de lire le grand hebdomadaire de votre département

L'ILLE-ET -VILAINE

Le plus ancien, le mieux illustré. le plus complet.

Châteaugiron

FETES DE NOEL. En la veillée de Noël, Pathé-Rural présentera à l'écran de la salle Sainte-Jeanne-d'Arc un programme de choix La Tragédie de Lourdes, comédie dramatique en huit parties, interprétée par Henri Krauss, RoUa Norman. Gaston Jacquet.

Le programmc comporte en outre une revue documentaire et un comique Tout s'arrange.

Séance à 8 h. 30. Entrée, un quart d'heure à l'avance au prix ordinaire des places Gradin (strictement réservé), 3 francs (réduit à 2 francs pour les membres du Patronage) parterre, 2 francs: enfants, 1 franc. La salle est confortable et bien chauffée. A 11 h. 30 Réveillon pour la Musique et la Psallette.

La musique « La Concorde et la Psallette paroissiale prêteront leur concours à la messe de minuit.

Une seconde représentation de la Tragédie de Lourdes sera donnée en matinée le dimanche de Noël, à 4 h. 30. REPRESENTATIONS THEATRALES. Les dimanches 1.r janvier, en matinée, et 8 janvier, en soirée, la troupe des artistes du Patronage des jeunes filles, avec le concours et sous la direction artistique de l'auteur, interprétera Chanteuse de Rue, grande comédie en trois actes, inspirée du Christ dans la Banlieue (du Père Lhande). Cette pièce à la fois très spirituelle et très émouvante, prix hors concours de La Vie au Patronage, est le chef-d'œuvre de Gabrielle Bossis. Il n'y aura que deux représentations. Location jeudi 29 décembre et dimanche 1" janvier, de 1 heure à 9 heures, à 1a Bibliothèque.

LA FETE DE NOEL A L'EGLISE. Ce soir, grand'messe à minuit. La musique Sainte-Cécile se fera entendre, ainsi qu'aux vêpres. Le sermon des vêpres sera prononcé par M. l'abbé Huguet, aumônier du pensionnat SaintJoseph.

Servon-sur-Vilaine

MESSE DE MINUIT. La chorale paroissiale exécutera à la messe de minuit le programme suivant Cantate de Noël, pour soli et chœur à 4 voix mixtes, sur un Noël varié de CI. d'Aquin Bergers, réveillez-vous, à 3 voix de J. Bouéry Le Messie vient de naitre, à 3 voix, de G. Renard Adeste fidèles, à 3 voix, de Henry Les Anges dans nos campagnes, à 3 voix, de Gevaert Pastorale, à 3 voix, de Périvier.

VEILLEE DE NOEL. Une séance récréative sera donnée samedi soir, au Cinéma paroissial, en veillée de Noël. Au programme Ces Dames aux Chapeaux verts, d'après le célèbre roman de G. Acremant, qui eut au théâtre un succès énorme. Une matinée bien occupée, comique superbes projections lumineuses avec chant de Vieux Noëls populaires.

La séance commencera à 20 h. 30 exactement. Le jour de Noël même. séance à 16 h. 30, pour les personnes qui n'auraient pu venir la veille.

AUJOURD'HUI

«»A 9 .heures et 1 4heures, rue Charles Malard distribution de bots.

A 15 heures. Café Busnel Société d A 15 heures, a la Maternité consulta tlon mensuelle.

A 20 h. 30. au Théâtre Municipal ̃ L< Banque Nemo tournée Baret).

A 20 h. 30. vu Cinéma du Peuple • Li Bande à Bouboule.

A 20 h. 45. a l'Etoile Cinéma Le Var. chand de sable,

A 21 heures, salle de l'Alliance Bal.Réveillon.

A 21 heures, salle Guillaume Con. cours de Ping-Pong.

La Noël dans les églises A L'tGLISE SAINT-LtONARD A la Messe de Minuit Minuit Chrétiens (Adam), solo et chœur; Messt de la Nativité (Fr Albert des Anges), 4 voix mixtes Hod e, Christus natus est (Samuel Rousseau), choeurs et orchestre Vieux Noëls, harmonisés à 4 voix mixtes a) Le Sommeil de l'Enfant Jésus (Gevaerti a) Près de la Crèche c) Dans une étable obscure (Proetorius).

Aux Vêpres 0 Salutaris (Ch. Pineau), Psaumes en faux bourbons (Henri et Mgr Perruchot) Adeste Fideles (Henri) Tu es Petrus (Théodore Dubois) Tantum Ergo (Saulnier^ Gloria in excelsis (S Rousseau). A N.-D. DE BONABRY

A la Messe de Minuit Messe à 3 voix mixtes de Th Dubois Minuit, Chrétiens (Adam1), par M. Blin. A l'Offertoire Hodie Christus natus est (Samuel Rousseau), à 4 voix mixtes. Solistes Mlle Goupil et M. Blin. Aux Messes basses Pastorale sur de vieux Noëls (Arifon), solo et chœur avec accompagnement d'orchestre Il est mntuit (Lacôme).

Aux Vêpres Psaumes en faux-bourdons (Perruchot) Musettes (Gevaert); Hodie Chr stus natus est, Adeste Fideles. faux-bourdons, Ave Maria (Arcadet' Tantum Ergo (Bach), à 4 voix mixtes Il est minuit..

A SAINT-SULPICE

A la Messe de Minuit Messe grégorienne Fans Bonitatis. A l'Offertoire Annuntio vobis, à 4 voix mixtes.

Aux Messes basses Pastorale de la Nativrté (J. Noyon), soit et chœurs Cantate de Noël (Cl. d'Aquin) Qu'en un instant tout se réveille (Ch. Pineau), chœur à 4 voix mixtes. Aux Vêpres Faux-bourdons (Perruchot) Rosa vernans, cantilène grégorienne Adeste Fuites (Henry).. à 4 voix mixtes Tantum Ergo (G. Fauré), 3oli et chœurs.

Aux orgues Noël porte (C. Franck): ri eat né le divin Enfant (Diétrich), par Mlle Th. Rouzlau,

Une campagne pour le bon cidre Le Comité Pomologique de Bretagne s'était ému devant une définition du Bon Cidre, exigeant « un minimum de 5 degrés d'alcool. »

Les raisons données étaient que les pommes de notre région ne pouvaient donner un cidre de plus de quatre degrés

Entre temps, des échantillons étaient prélevés dans notre région fougeraise à titre de documentation. Les résultats ont été les suivants

10 échantillon de pomme fourni par M. Esnault, de Javené. 7 degrés 25 d'alcool.

2-- échantillon fourni par M. Rouasel, de Lécousse 8 degrés 10 d'alcool Chiffres obtenus en laboratoire évidemment mais qui n'en restent pas moins instructifs.

La preuve était faite qu'il etait possible, sinon facile, d'obtenir un cidre capable de soutenir la comparaison avec le nectar normand.

Dans le but d'aider les cultivateur» de notre région, à donner une plusvalue à leur boisson, le Comité Pomologique a l'intention de distribuer, au printemps prochain, des greffes dea meilleures variétés de pommes. Des conférences seront en outre organisées A Fougères et dans les deux autres centres.

M Menez, avoué, nous prie de faire connaître aux cultivateurs qu'il est à leur disposition pour prendre leurs noms et adresses et les affilier à l'Association Pomologique formée à Rennes.

Nos concitoyens à l'honneur La médaille de bronze de l'Educa,. tion Physique vient d'être décernée a à MM. Desmoires, Faisant et Grouaset.

Nous leur offrons nos meilleurs compliments.

En y joignant de vifs éloges 4 l'adresse de deux sympathiques menuisier et sabotier de la Madeleine, MM. Morel et Dreux, qui, au Concours Lépine, à Paris, ont été l'objet de flatteuses distinctions.

Marcel Sorel. que nos lecteurs connaissent déjà, avait œuvré aux heures de veillée une minoterie en miniature, dont chaque détail scrupuleusement exact et proportionné a fait l'admiration du jury parisien. Le jeune menu!sier a reçu une médaille d'or et un diplôme.

Avec la minoterie s'en étaient allé» à Paris, vingt minuscules paires de sabots, œuvre de M. Dreux.

Ces minutieux petits chefs-d'œuvre de dix à treize centimètres de long agrémentés d'ancres ou de collets ajourés, ont valu à leur artisan un diplôme et une médaille de brnnze Nous renouvelons noS compliments aux deux lauréats qui perpétuent la glorieuse tradition des artisans patients et artistes.

SUR LES ECRANS Dans leurs genres très caractérisée et différents les spectacles cinématographiques de cette semaine sont appelés au meilleur succès.

La fantaisie la plus gracieuse préside au déroulement de la mélodie de Je t'adore, mais pourquoi ? (Etoile), d'un humour discret et attachant. Elle forme contraste avec les scènes où évolue Jean Toulout, dans le décor hallucinant de la steppe saharienne. Le Marchand de sable (Etoile) a dressé son château mystérieux à proximité d'un bordj, et, sur les officiers esseulés dans le morne désert, le château exerce une attirance invincible. Et nous suivons, parmi les bellea photos d'Afrique, le drame qui va sa jouer entre le lieutenant prisonnier du marchand de sable, sa belle et douloureuse amante, et l'esclave, âme damnée du maitre criminel.

Le Sahara prête sa magie aux scènes émouvantes aussi bien expliquet-il la psychologie des personnages qui ont à lutter contre le mauvais génie de l'isolement et le spleen et la soif.

Au Cinéma du Peuple, un docua»^- taire sur ce même Sahara prêtait


strie en scène du pétulant Mnton de sa Bande à Bouboule.

L'ancien roi des resquilleurs s'est ué en chauffeur de taxi. Il refusera ̃s clients s'il conduit sa voiture à avers toutes les péripéties par où tsae le scénario Un voyage sans ;al, dont chaque détour dévoile une ouvaille hilarante, une scène inatindue. sans que jamais l'effet soit tté par des développements déme- j irés. Et le chauffeur a un tel entrain un clignement d'yeux, d'un rire de i bonne face aux joues pleines il ,lance une action qui se déroule à thme endiablé scènes de paddock, dancing, de palace ou de plages,' aiproquos autour de la personnalité e Titine, la jument à grosse cote, te, composent un joyeux kaleïdos- jjpe, caricatural' sans aigreur, et rôle sans arrière-pensée.

Sachons gié à nos sympathiques irecteurs de Ciné a de nous offrir es programmes attrayants et preants qui, en ces heures incertaines, ous font, quelques heures durant, ublier la crise.

Séances gratuites de » offertes par » L'Ouesl-Eclair » aux enfants de

> FOUGÈRES

à l'occasion des Fêtes

de NOEL 1932

à L'ETOILE CINEMA Conservez précieusement Ies six bons que vous avez décou- S pés pour les échanger contre i nne carte d'entrée gratuite an 1 Cinéma.

L'échange se fera à partir du

lundi 26 décembre. au Dévot central de l'Ousst-Eclair. ¡¡brai- Jaurès, à Fougères, l'après-midi. à partir de 14 heures.

? Les 6 bons suffiront pour les enfants d'une même famille. Chaque enfant âgé au moins de 4 ans et au plus de 15 ans aura droit à une carte. Pour Justifier < du nombre d'enfants. présenter le livret de famille en même temps que les bons.

Les enfants âgés de moins de 7 ans, pou;. ont étre accompagnes d'un de >»nw parents.

NOTE IMPORTANTE. C'est par suite d'une erreur typographique que la date de Jeudi 29 Décembre a été indiquée hier pour les séances de Cinéma gratuites.

La date exacte sera fixée en temps voulu dans « L'OUEST-ECLATK PETES DE NOEL ET DU PREMIER JANVIER. A l'occasion des fêtes de Noël et du 1" janvier 1» les études de notaires seront fermées les lundis 25 décembre et 2 jan2. les bureaux de la mairie seront fermés à ces mêmes dates à l'exception de la Caisse de chômage qui fonctionnera toute la journée et du bureau de l'état-civil qui serf ouvert de 11 heures à midi pour 1es inscriptions de décès.

L'ARBRE DE NOEL A LA « CRISTALLERIE ». Comme 11 est de coutume depuis la création de la Cristsllerfie, la fête familiale de 1 Arbre de Noël aura lieu. demain dimanche, 25 décembre, à 16 heures, dans la salle de la Vigilante, au Chêne-Vert. La traditionnelle distribution de jouets et de friandises sera agrémentée d'une partie concert organisée par les Syndicats Chrétiens et d'une piece en un acte interprétée par leur groupe Un Ballet mericain dansé par les élèves de François Gripon, le sympathique moniteur de la Vigilante, terminera ce beau programme. A LA REGIE. Nous apprenons le départ de M. Bertini. entrepositaire de tabacs à Fougères.

Sa courtoisie lui avait mérité la sympathie de tous les commerçants qui étaient en rapports avec lui. Nos bons vœux l'accompagnent dan! sa nouvelle résidence.

AUJOURD'HUI 1

20 h. 30. Sévigné-Cinéma. en sol- ree Côte d'Azur, film parlant: Mapie moderne, comédie parlante: actualités parlantes. 21 heures. Bal de Réveillon. Hôtel < des Voyageurs. place de la Gare. Nous apprenons qu'un Bal de Ré- I veiUon aura lieu le 24 Décembre 1932, à partir de 21 heures, dans les salons j de l'Hôtel des Voyageurs à Vitré- L'en- trée est flxée à 10 fr. ou 30 fr. avec diner de réveillon. Une somme de 150 fr. prélevée sur le montant des entrées sera remise au Bureau de Bienfaisance.

La Guerche-de-Bretatne

OBSEQUES. Hier ont eu lieu, au milieu d'une nombreuse assistance, les obsèques de M. Pierre Guévenoux. marbrier. faubourg de Rennes, décidé prématurément à l'âge de 28 ans. Les cordons du poêle étaient tenus par MM. Jean Couesme. Paul Hervoin, Gustave Beaubras et Ernest Platier, amis du défunt.

La musique de l'Union Philharmonique, dont il était membre, joua le long du parcours des marches funèbres. Dans cette pénible circonstance, nous renouvelons à sa mère et à sa famille nos condoléances émues.

FETE DE L'ARBRE DE NOEL. Le Comité du Sou des Ecoles invite la population à assister à la fête de l'Arbre de Noël qui aura lieu demain à 15 heures dans la Salle municipale des fêtes, sous la présidence de M. le docteur Vallée, maire de La Guerche, chevalier de la Légion d'honneur. Cette séance récréative est organisée par les maîtres et maîtresse* de l'Ecole laïque, petites filles et pet.ts garçons sauront, comme les années précédentes, interpréter les rbles qui leur sont assignés. Belle soirée en perspective, capable de dérider le visage des plus moroses. NOS MAGASINAS ET LES ACHETEURS. Les fêtes de Noël et du Nouvel An sont proches. Les magasins de aotre ville rivalisent d'Ingéniosité

(Photo H. Bonne). Vitré.)

LES BELLES FAMILLES BRETONNES M. et Mme Souvestre, de la Maisonn euve, en Argentré-du-PIessis. viennent d'obtenir un prix Colombat-Buvat p our familles nombreuses. Ils ont eu 13 enfants. Les voici au milieu des 12 enfants qui leur restent.

dans la présentation !le leurs marchandises. Les prix offerts sont des plus bas. Acheteurs de Vitré et des campagnes, profitez-en.

Nullle part, vous ne trouverez meilleurs choix et meilleurs prix.

Achetez à Vitré les cadeaux que vous destinez aux petits et aux grands. En faisant valoir le commerce local, vous travaillez dans votre intérêt. Ne l'oubliez pas.

NOEL A NOTRE-DAME. A la messe de minuit Minuit Chrétiens, Messe à trois voix mixtes, de E. BouiI chère. Noëls de P. Lacôme, E. Audran, etc.

L'Harmonie Notre-Dame se fera entendre à l'Entrée, l'Offertoire et la Sortie de Messe du jour.

Le soir aux Vêpres et à la clôture des Quarantes Heures, la Psalette paroissiale chantera Psaumes en FauxBourdons. Antienne à la Sainte-Vierge sur un thème de Beethoven. Adeste Fideiès de E. Henry: Tantum Ergo, de Novello et Noël, de P. Lacôme. Chàteaubourg..

BICYCLETTE CONTRE PIETON. M. Jean Lion, cultivateur à St-Mélaine, rentrait tranquillement mercredi soir vers 18 h. 30, à son domicile. lorsqu'il fut heurté et jeté à terre par une bicyclette non éclairée. Le cycliste n'ayant pas jugé bon de donner son nom. M. Lion ayant remarqué qu'il était porteur d'un bidon de pétrole ou d'essence, la gendarmerie enquêtant, a découvert l'auteur de l'accident dès hier matin. C'est un nommé Serini Ernesto, sujet italien travaillant au câble Le Mans-Rennes pour le compte de l'entreprise Collet. Serini a avoué les faits. M. Lion qui a l'œil tuméfié et se plaint de douleurs internes, a été examiné par le médecin qui lui a prescrit 8 jours de repos, sauf complications.

Salnt-Brice-en-Gogles

SEANCES RECREATIVES. Ce soir à 20 h. 30, demain en matinée à 15 h et en soirée à 20 h. 30, le cinéma Pathé' présentera au public dans la salle des fêtes de la Mairie La ¡ Flambée des Rêves H, drame interprété par Charles Vanel et Saridra Milowanoff: « La proie des flots drame interprété par Sandra Milowanoff. Pathé-Revue. Documentaire.

PHARMACIE DE SERVICE. Demain, jour de Noël. le service pharmaceutique sera assuré par M. Lorin. pharmacien, place de l'Eglise.

L'audition

des petits chanteurs à la Croix de Bois

Nous sommes heureux d'annoncer la venue parmi nous des Petits Chanteurs à la Croix de Bois, de la Manécanterie de La Rochelle. filiale de la Manécanterie de Paris.

Ils donneront une belle audition en matinée à 14 heures dans la Salle des Fêtes de la Ville. Cette audition comprendra des rondeaux, madrigaux, vieilles chansons du xvr siècle, quelques Noëls, etc.. et permettra aux personnes libres de Redon, et celles des environs de goûter un magnifique concert. car la réputation des Petits Chanteurs est mondiale.

Le soir à 20 h. 30. les petits chanteurs, parés de leur aube blanche et de leur petite croix de bois, qui leur a valu leur titre original, donneront dans le chœur de la vieille Eglise abbatiale des vieux Noëls harmonisés et chanteront un salut solennel puisé dans leur magnifique répertoire avec une interprétation qui a depuis longtemps fait leur renommée.

C'est là un privilège pour Redon. Les personnes qui ne sont pas libres durant la journée ne seront donc pas privées du passage des Petits Chanteurs, puisque le soir, ils se feront entendre à l'Eglise paroissiale dans un décor de beauté.

LA CHANSON FRANÇAISE A TRAVERS LES AGES

Les nombreux spectateurs qui se pressaient jeudi soir dans notre salle des fêtes auront passé une excellente soirée.

Le programme annonçait une conférence-concert sur « La Chanson française à travers les âges », par M. René Le Gentil, membre de la sociétés de Gens de Lettres et vice-président de l'Association des Ecrivains combattants, accompagnée par l'exécution des œuvres des chansonniers de toutes les époques. Ce fut parfait. Le talent de notre sympathique sous-préfet a été consacré depuis longtemps dans le monde des arts et des lettres, et nous devons le remercier d'avoir bien voulu faire œuvre de décentralisation artistique en nous retraçant la marche de la chanson dans notre pays de France. Sa causerie de fin lettré, pleine d'érudition et de remaintes reprises, et le public ne a'é-

tait guère aperçu de la marche du temps lorsqu'arriva la fin de la soirée. Quant aux interprètes des chansons, on leur fit fête et ovation. Mme Jean Mahé et Mlle Madeleine Menguy, aux agréables et cultivées voix de soprano; Mlle Marie-Thérèse Tenaud, à la prenante et chaude voix de mezzo; M. Jean Godichon, un baryton qui pourrait avoir des prétentions, à la voix étendue, au timbre particulièrement agréable, emballèrent à maintes reprises leur auditoire à la fois surpris et charmé de la valeur de nos talents locaux.

Car c'est une remarque que nous tenons à faire. Depuis l'accompagnateur le professeur J. Cœuret, dont le talent de musicien a été consacré par un premier prix de Conservatoire jusqu'au distingué conférencier, tous les artistes que nous applaudissions avec tant de plaisir étaient de chez nous et quelques-uns ne pouvaient guère songer à perfectionner leur éducation artistique qu'après une dure journée de labeur. N'est-ce pas Godichon Leur mérite n'en est-il pas plus grand ?

La dernière partie du concert fut consacrée aux œuvres d'un des derniers vrais chansonniers, le poète compositeur Pierre Alin. et dans cette partie, des enfants gentiment costumés, aux voix encore mal assurées, mais dont la bonne volonté était grande, vinrent recueillir leur part de bravos.

C'étaient Jeannette Arnaud, Madeleine, Renée et Denise Boizard; Yvonne et Odette Cadoret: Suzanne Gauthier. Une mention spéciale à la soliste Jeannine de Parades, une blondinette aux yeux noirs, à la frimousse bien éveillée.

La préparation des chants et de la partie musicale fut 1'oeuvre de M. Leray, dont l'éloge n'est plus à faire et dont la valeur n'a d'égale que la modestie. Qu'il reçoive nos bien sincères compliments.

La conférence était donnée au bénéfice du timbre antituberculeux.. M. Le Gentil devait nous donner en fin de soirée; le résultat financier de l'œuvre du comité, dont il est le président et dont les ressources, ainsi qu'il le disait, sont réservées aux œuvres de notre région. Il aura jugé vraisemblablement que l'heure tardive ne lui permettait pas cet exposé et sous peu nous espérons pouvoir donner à nos lecteurs quelques chiffres qui montreront le bon résultat des efforts de tous.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL (AUdience du 23 décembre)

Laille. Le droit de passage, Marie-Joseph Gardebler, couvreur, au 1 Fordezais, était poursuivi pour bris de F clôture, à la requête de son voisin. Francis Esnault, Ce dernier avait éta- bli une barrière sur un passage au- quel avait droit M. Gardebler. Aussi, M. Gardebler coupa-t-il la dite bar- J rière.

La preuve ayant été faite que le f droit de passage existait, il y a acquit- 1 tement pur et simple. le Sainte-Marie. Et le droit de pro- priété. Bouvier Jean-Baptiste et Mahé Edouard, revendiquent tous deux la propriété d'un terrain sis à la Couplais, leur village; tous deux font acte de propriétaire et il en résulte maints heurts. Le 26 novembre dernier encore Mme Bouvier et Edouard j J Mahé se querellèrent et se frappèrent, sur le terrain litigieux. Le Tribunal qui n'a pas à connaitre de cette histoire, renvoie les deux adversaires dos à dos, avec 20 francs d'amende chacun. Pipriac. Un cheval de retour. Albert Juin, du Bois-Gouy, a fait à nouveau parler de lui ces Lemps derniers. C'est un ivrogne invétére et un méchant homme, qui est poursuivi pour avoir frappé son père et son beau-frère. Juin écope de 15 jours de prison ferme.

Guicneh. Rien ne sert de cotcrir Eugène Février, domestique chez M. Barbier, aux Rétallières, passant à bicyclette à Pipriac, le 20 novembre dans la soirée, n'avait pas de lanterne à sa machine; bien que sifflé par les gendarmes il ne s'arrêta pas. Il lui en coûte aujourd'hui 16 francs d'amende avec sursis et 5 francs pour la contravention. Bovel. Les coups. Le 18 novembre dernier, Mme Leray. de la Barbotais, allant à la fontaine, passait sur le terrain de son voisin, Joseph Mar- tin, lorsque ce dernier, avec lequel elle vit en mésintelligence, l'interpella et la frappa brutalement. Joseph Martin est condamné à 30 fr. d'amende.

Redon. Après la rixe. Il est inutile de retracer les péripéties de la rixe qui mit aux prises le 31 octobre dernier un groupe de forains campés sur la place de la République à l'occasion de la foire Teillouse et des jeunes gens de Redon. L'Ouest-Eclair l'a relaté en son temps. Cette rixe a son épi- logue aujourd'hui.

Marcel Bayon, forain à Nort-surErdre, est condamné à 16 fr. d'amende René Lesecrétain, autre forain est acquitté: Joseph Royer, considéré comme le principal auteur de la rixe, écope sévèrement de 8 jours de prison

vec sursis et 50 francs d'amende; q toile Bouillant, est acquitté et Mau- p ice Guesselin est condamné à 25 fr. F 'amende. b SADrrE-AmiE-suR-ViLAiin:. Les mauais ménages. Eugène Lambert, ma- I .A on à La Bosse, en Sainte-Anne, in d ulpé de coups et blessures envers sa ( emme née Gabrielle Garçon, écope t le 1 mois de prison ferme. f Guipry. Du même au même. t /ictor Masquelier, manoeuvre au bourg c >st également inculpé de coups et 1 blessures envers sa femme, née Doleau Marie-Ange et pour ce motif se voit Lnfliger 50 francs d'amende avec surFougerat. Pas en règle avec la foi. m. Louis Duvert, représentant j de commerce à Nantes, avait laissé périmer sa carte d'identité profess:on- nelle. Il lui en coûte 16 fr. d'amende avec sursis. LE SEL. Mendiant. Louis Bre- ton, journalier agricole sans domicile fixe, au Mans, et âgé de 39 ans, arrêté pour mendicité au Sel est condamné à quatre jours de prison. redob Tribunal d'enfant. Le Tribunal réuni en chambre du Conseil acquitte un jeune homme de 14 ans. inculpé de vagabondage et d'infraction à la police des chemins de fer. AVIS DE LA PERCEPTION. Le percepteur de Redon a l'honneur de prévenir MM. les contribuables que ses bureaux seront fermés le lundi 26 décembre et le lundi 2 janvier.

Le samedi 31 décembre, ils seront ouverts jusqu'à midi.

Les personnes qui ont déposé des titres de rentes pour conversion sont priées d'échanger au plus tôt les quittances tenant lieu de reçus provisoires contre des récépissés définitifs. Le percepteur rappelle, aux retardataires, que le solde des impôts de 1932 doit être payé avant le 31 décembre, dernier délai. FETES DE NOEL ET DU JOUR DE L'AN. A l'occasion des fêtes de Noël et du jour de l'An, les débits de bois- sons de la commune de Redon pourront rester ouverts au public dans les nuits du 24 au 25 décembre et du 31 décembre 1932 au oremier janvier 1933 jusqu'à deux heures du matin.

Bain-de-Bretagne

SEANCES DE CINEMA. Nous rappelons que c'est ce soir et demain à 20 heures que l'A. S. O. R. de Bain projetera sur son écran la comedi,bouffe « Le Sous-Marin de Cristal. » avec le célèbre Tramel et aussi un urame avec Jane Novak et Johnr> Harron dans « l'Ame Errante ».

Nul doute que le public dans le but de passer une agréable veillée de Noël. et aussi pour prouver sa reconnaissance à l'A. S. 0. R. ne manquera pas d'assister à cette séance.

Nous tenons à rappeler, que vu la longueur du programme, la séance commencera à 20 heures précises. I Comme il l'a été annonce précédemment, la salle sera chauffée.

Pancé

ETAT CIVIL. Naissance. Roger Oraln, au village de Beauvais.

Publication de martape. Marcel Bttauld, sergent-chef aux goumiers mixtes marocains, à Paris, et Jeanne Bltauld. employée des Postes, demeurant Décès. Prudent Massicot, 81 an., au village de la Bouvetlère.

Plélan-le-Grand I GRAND BAL DU 1" JANVIER. -11 1 On nous prie d'annoncer que M. E Andler, le sympathique dépositaire de l'Ouest-Eclair à Plélan-le-Grand. or- ganise chez lui un grand bal le 1" janvier prochain à 15 heures. Les mères qui accompagneront leurs filles bénéficieront d'une entrée gra- '1 Voilà une bonne journée en perspective.

LA VEILLEE DE NOEL AU PA- TRONAGE St-JOSEPH. Surcoût, Ile Roi des Corsaires, ce film qui reproduit la vie du grand corsaire malouin, sera projeté sur l'écran à la salle du Patronage Saint-Joseph, à la veillée de Noël, à 20 h. 30 précises. Une deuxième séance sera donnée le jour de Noël à 16 h. 30.

La deuxième partie de ce grand !film passera sur l'écran le jour du premier de l'An. Retenir ses places chez M. Morel, rue de Gaël.

PING-PONG CLUB MEYENNAIS. Tous les joueurs sont invités lundi i soir, à 20 h. 30, au siège social, pour le tirage au sort et disputer les pre1 miers matches de la coupe de Noël. Les résultats donneront le classement pour les rencontres futures.

Le drame des Lnamps-v amens i EN ATTENDANT LE NON LIEU, I ROGER AUSTIN EST MIS

EN LIBERTÉ PROVISOIRE Roger Austin était entré jeudi aprèsmidi dans le cabinet du juge d'instruction, le sourire aux lèvres.

Déjà il savait que les portes de l'Espérance allaient s'ouvrir définitivement devant lui. Et quand, après deux heures d'instruction, il quittait le Tribunal, son sourire s'était élargi. La dernière scène avait été des plus touchantes.

Visiblement, le juge d'instruction était ému. Cette affaire mystérieuse ] des Champs-Vauverts avait plus d'une fois troublé son sommeil, car depuis quelques semaines il se demandait si Roger Austin était ou n'était pas cou- ] pable. < L'audition des inspecteurs de la po- < lice judiciaire, MM. Bonnel, Renault, Buchemuller et Petit, allait lui enlever ses derniers doutes et ce devait lui être un véritable soulagement Il serra avec effusion la main de son prisonnier en lui offrant un cigare. Dès lors, la cause était entendue et le Parquet général, saisi aussitôt de la procédure, ordonnait hier midi la mise en liberté provisoire de Roger Austin- Austin était informé de cette nou- velle peu de temps après et les formalités de la levée d'écrou remplies, il

quittait l'Espérance, où Il venait de passer trois mois. Son arrestation à Paris remonte en effet au 24 septemNous devions bientôt voir Roger Austin circuler librement dans les rues de Saint-Malo, avec son libérateur M. Gilbert Krauss qui, depuis l'arrestation, avait tout mis en œuvre pour faire éclater l'innocence de Roger Austin, comme celle d'Ernest Gabellon, qui, lui, devait rester moins de temps à l'Espérance.

Roger AUSTIN

qui vient d'être mis en liberté I provisoire

M. Krauss rayonnait: Austin nous a dit toute la reconnaissance qu'il éprouve pour cet ami fidèle dont les démarches incessantes ont amené sa libération. s Nous n'épiloguerons pas autrement sur ce qui pouvait devenir une erreur judiciaire. On nous permettra toutefois ] de faire remarquer que l'enquête faite f par L'Ouest-Eclair n'avait pas fait qu'enfoncer des portes ouvertes, com- me on l'avait insinué. La conclusion 1 qui se dégageait de notre enquête se trouve au bout de quelques semaines rt-e celle de l'instruction qui n'a évi- gemment pas à compter sur ce qu'on appelait le testament du mort pour éclaircir le mystère que reste la tuerie de la porte des Champs-Vauverts. P. B.

LE BAL DE LA COUTURE. Enfin C'est ce soir le grand bal de la Couture.

La gaieté de cette soirée fut certainement la principale préoccupation des organisations et nous sommes certains qu'ils dépasseront leurs désirs. Venez donc tous ce soir, au Casino, rire, chanter, danser Vous tous pour qui 1932 fut une année d'ennui et de désillusions, venez avec nous commencer de creuser la fosse de cette mauvaise année, dont nous n'avons que faire, venez l'enterrer avec joie pour que 1933, qui va naître, se prépare sous des auspices de souriante prospérité.

Qui gagnera les surprises extraordinaires des carnets de bal, le complet de 650 francs, la robe de 550 francs, le gigot, les beaux métrages de soies et de lainages ? Qui gagnera le homard les très nombreuses paires de bas de soie, les bouteilles de champagne ? Qui gagnera les robes, les pantalons ? Qui gagnera la tête de veau ? et tant d'autres surprises aussi belles, aussi charmantes ? Et tout cela dans la gaieté et le plaisir.

ADJUDICATION DES DROITS DE PLACE. Hier après-midi, dans la salle des Mariages de l'Hôtel de Ville avaient lieu, en présence de MM. Baudet, adjoint; Chapin, Raoult, conseillers municipaux; Lefèvre, secrétaire général de la Mairie, et Desfoux, recei veur municipal, les adjudications des droits de place concernant les Halles 1 et la Poissonnerie et le bastion SaintPhilippe.

Mc Briend, notaire, recevait les enI chères; les droits de place des Halles et Poissonnerie sont adjugés à la Maison Serva, de Paris, rue de la Pompe, au prix de 53.100 francs, au lieu de 48.400, prix de l'adjudication de l'an- L'écurie du bastion Saint-Philippe, 1 mise à prix à 600 francs, ne trouve pas d'acquéreur. Ramenée au prix de 300 francs, elle est adjugée à M. Garel, boucher, sur enchère de 120 francs. LE BAL DE LA JEUNESSE. Les organisateurs du 'Bal de la Jeunesse qui avait lieu dimanche dernier, en la salle artistement décorée et illuminée de l'Hôtel de la Gare, tiennent il. remercier vivement toutes les personnes qui sont venues collaborer par leur présence à l'indiscutable succès qu'il a remporté. Encouragés par ce résultat et pour répondre au désir d'un grand nombre de personnes, une autre soirée sera donnée le 15 ou le 22 janvier prochain. Il y aura, cbmme à la précédente réunion, de très jolies danses, un buffet bien garni et le même confort. Ils espèrent que danseurs et danseuses n'hésiteront pas à se réunir à nouveau pour passer une soirée aussi agréable et aussi gale. La date exacte sera fixée ultérieurement.

D1NAKD

L'élection

de la nouvelle municipalité M. KESTER EST ELU MAIRE AU TROISIÈME TOUR

Sous la présidence de M. Casimir, doyen d'âge, le Conseil municipal de Dinard s'est réuni hier soir, à 18 heures, pour procéder à l'élection du maire et des adjoints.

21 conseillers étaient présents MM. Kester, Cauchin. Aillerie. docteur Badin, docteur Besnier, Bigot, Casimir, Cessou, de Sonis, Doury, Grossetéte, Joubert. Lancien. Lenoir. :orin. Licoul, Payer, Poulmaire. Quévet, docteur Simon et Tarabeux.

Absents MM. d'Esménard et Porte, excusés.

M. Cauchin, tète de la liste républicaine dinardaise, déclare qu'aucune des huit élus de la liste ne désire faire partie de la nouvelle municipalité. ELECTION DU MAIRE Il est procédé à l'élection du mairt qui va nécessiter trois Wurs de scrutin.

Premier tour M. Cauchin obttoBf 10 voix; Marcel Cachin, 1 voix; 7 bulletins blancs et 3 nuls.

M. Licoul demande la parole pour dire qu'il trouve surprenant qu'aucun membre de sa liste, ayant obtenu la majorité, ne soit mentionné dans ce Avant de procéder au deuxième tour. M. Kester fait connaître qu'il regrette de constater sur certains bulletins des annotations regrettables.

Deuxième tour 11 voix à M. Kester; 7 à M. Aillerie; 1 à M. Cauchin. 1 à Marcel Cachin: 1 bulletin blanc. M. Kester n'accepte pas son élection avec un tel résultat. Et M. Aillerie fait connaître qu'il n'est pas candidat et engage ses collègues à reporter leurs voix sur M. Rester.

Troisième tour 17 suffrages vont à M. Kester: 1 à Marcel Cachtn; an trouve trois bulletins blancs.

M. Kester déclare acepter et. m

prenant possession du fauteuil présidentiel, il fait part au Conseil de la nécessité d'élire trois adjoints un se chargera de l'administration intérieure, un autre des Finances et un troisième prendra les travaux. Cette proposition est acceptée.

ELECTION DU PREMIER ADJOINT Les voix se répartissent ainsi MM. Doury, 11 voix; Cauchin, 1 voix; de Sonis, 1 voix; Licoul, 1 voix; Marty. 1 voix, Léon Blum, 1 voix. Il y a cinq bulletins blancs.

M. Doury. qui accepte, est proclam6 premier adjoint.

ELECTION DU DEUXIEME ADJOIN? M. Poulmaire recueille 12 suffrages; M. de Sonis. 2; Tarabeux, 1; Jacques I Duclos. 1; 5 bulletins blancs.

M. Poulmaire déclare accepter et est proclamé deuxième adjoint.

ELECTION

DU TROISIEME ADJOINT

Comme pour le maire, trois tours de scrutin sont nécessaires.

Obtiennent au premier tour. M; Aillerie. 8 voix; Tarabeux, 4; de Sonis, 1; docteur Badin, 1; Bigot, 1; il y a 6 bulletins blancs.

Au deuxième tour. 7 voix vont a I M. Tarabeux; 7 à M. Nicoul: 1 à M. de Sonis; 1 au docteur Badin; 1 à M. Bigot, 4 bulletins blancs.

Les résultats du troisième tour accordent 10 voix à M. Licoul; 4 à M. de Sonis, 2 à M. Aillerie; 2 à M. Tarabeux; 1 à M. Bigot. 2 bulletins blancs.

M. Licoul accepte, mais, ne disposant que d'un temps assez limité, il demande la collaboration de ses collègue» qui la lui promettent.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL Audience du 23 décembre

Violences et voies de fait. C'est sous cette inculpation qu'un employé de banque, M. J. comparait à l'audience.

Le 16 février dernier, vers 19 heures, M. J. qui voulait avoir une explication avec M. Géraud, préparateur en pharmacie, l'attendit boulevard de la République et lui porta plusieurs gifles. Cette affaire bénigne en semme, a pris tout de suite de l'ampleur en raison de l'honorabilité de ces deux personnes. C'est ce qui explique la présence dans le prétoire d'un nombreux public. M" Eluère représente le piaignant il demande une condamnation et 5.000 francs de dommages-intérêts. M' Chauvin défend le prévenu.

Après un réquisitoire modéré dit ministère public, le Tribunal mat l'affaire en délibéré et rendra son jugement à quinzaine.

Coups et bris de clôture. A la suite d'une discussion survenue le 4 décembre dernier entre Riot Joseph. 24 ans, couvreur à la Boucherie en Nort-sur-Erdre, et les époux Ramier. demeurant au même lieu, Rlot aurait porté un coup de poing à la femme Ramier née Blond et brisé la fenêtre de la maison d'habitation des Ramier. A l'audience, Riot reconnaît avoir brisé la fenétre il s'engage à la faire réparer, mais nie avoir porté des coups.

Après plaidoirie de MI Troussel, qui défend Riot, le Tribunal estime que la preuve des coups portés n'est pas faite il acquitte Riot de ce chef mais il le condamne à 10 frs. d'amende avec sursis pour bris de clôture.

CINEMA. Ce soir, au ctnéma 01y. pla, à 20 h. 30 Azaïs.

ETAT CIVIL

Naissances. Néant.

Mariage. Lemonu:er René. canonnier, au T groupe d'aruUerie, Fontatnebleau ,et Provost Marcelle, factrice. Chàteaubriant.

Décès. Ferré Marcel. 8 ans, cite da Carforf. Bouchet Yvette. 3 ans, 9 mois, place de l'H6tel-de-ViUe; Bourde! Jean, époux de Aury Augustine, 68 uns. manœuvre, rue de Nantis; Robin Jeanne, veuve de Dupré Pierre. 80 ans. s. p.. 9» rue Rennes,

Vay

UN PORTEFEUILLE DISPARAIT. Le 19 courant, vers 18 heures, M. Tourillon Joseph, 43 ans, cultivateur à Clégeuc en Vay quitta son domicile pour se rendre au bourg. Dans la poche de son veston se trouvait un portefeuille contenant 150 francs, dont un billet de 50 francs.

En cours de route, il rencontra deux carriers. Tous trois consommèrent dans divers débits, et le soir, vers 22 heures. en s'en retournant. Tourillon était fortement pris de boisson. Il perdit son portefeuille.

La gendarmerie enquête.

ENTRE VOISINS. Depuis déjà longtemps, l'accord ne règne pas entre I Lefeuvre Jean, 39 ans, cultivateur à la Créhondais et Poussière Jean, 55 ̃ ans, cultivateur au même lieu.

Aussi, à la suite d'une discussion survenue le 18 courant dans l'apr*»midi, Roussière aurait frappé à coupe de sabot et de trique son voisin Lcfeuvre C'est ce que déclare ce dernier I qui, souffrant des blessures reçues, s'est fait visiter par un docteur et a dépose une plainte.

Roussièra, interroge reconnaît bien qu'il a eu une forte discussion avec Lefeuvre, mais ü nie lavoir frappé, et ne s'explique pas comment Lefeuvtw -'e:.t fait les bl^'ires qu'i" porto.

Eiwuèir de la ffpntoriwip


TABLEAU DE CONCOURS POUR LA MÉDAILLE MILITAIRE MARINS DE TOUS GRADES DES EQUIPAGES DE LA FLOTTE, MARINS DES DIRECTIONS DE PORT, MARINS POMPIERS, GUETTEURS SEMAPHORIQUES, SURVEILLANTS MILITAIRES et MARINS INDIGENES

Année ias3

ACTIVE

Mahœuvre. (Insc. nouv.) Le maître Angote. les sec. maltres Bozee, Mollo. Heronnet. Jaffré. Rolland. Lieugant Zonart 6alah. Marquant Rulz. Manican Mas, Tréguier. Nedelec. Chevalier Gelin, Thomas. Lannu7el. Herve, Blonsard Audren. Prlol, Hloual. Le Gall, Rabin. Quemar Quillevere. Bogard. Petit. Raatonet. Henst. Goa«dufl. Uguen, Carals. Plrlot, Lolllchon. Corra. La Ble. Guorguan. Barbier.

Timoniers, Ilnsc. ont.) Kerdraon. second maître tlnsc. nouv.) Jestin, Masbou. Pourbennec. Bnant. Lazennec, Bleuvtn. sec. maîtres Audo. Plhult, mattres Troadec. Rio. Btzien. Kermorgant. Boullalre, Penhoat. Laloy. Quéré. Le Sann. Kerhoas. Patinée, Haybrard. Carré. Courtln. sec. maîtres Mordelet, maître Andrieu. sec. m. Le Bellec. Allancon, maître Camus. Cann. sec. maîtres.

CHARPENTIERS Ilnsc. nouv.) Le Gon. Le Quellec, Hamonic. Simon. Autret. Runavot. sec. m.; Le Berre, m. Rlou. Richou. Hamon. Brezellec. sec. m. Pilotes, anse, nouv.) Raoult. m.: Després, Rousseau, Audren. sec. m. Furlc. m.: Gervalse Boussard. sec. m. ARRIMEURS. (insc. nouv.) Garnier, Levêque. maitres provisoires Vermeil. Papinaud. Suc. Marchi, sec. m.; Balze, maitre Paquet, Barbe. Le Chevanton. Montler. Bourbier, sec. m.; Castel. maltre provisoire Le Bivic. Kerner, Provost. sec. m.; Cann. maître Ethet. AufTret, sec. m.: Le Moal. maître Luherne. sec. m.; Gilles. Rlcheux. maitre Charrier. Dupuy. Le Gali, Douguet, sec. m.; Saliou, quartier-maître. Canonnière 4inscription antérieures) Marzin. sec.-m. (inser. nouv.); Henry. Abère. sec.-m.: Pellen, malt.; Le Blhan, qu.-m.: Peron. C.A.P. sec.-m Herry, qu-m.; Le Hardy. Cocaign. Creff. Rou- «l.mt. sec.-m.- Leroux. Le Cann, Qu.-m.; Denlel. Vaillant. Mallegol. Helles. Liech- ty. Kermarrec. Pelle. Roudant. Le Goff. Danlélou, Kerloch. Corre. Bervas. André, Yven. Palabe, Bihan, Coueffec. roulalan. Postel. Thomas. Qulllten. Lefonte. Dun. Abiven. Cornen, Le Moal, Salaun, Leostic. Le Houedec. Le Guen. loreau. Coum. Cohat. Cloarec. Anqueil. Forest. sec.-m. ̃ Daniel, qu.-m. ̃'uillerm. Stéphau. Meyer. Le Gall, Hostls, Btzten. Calves. Scomec, Mével. )antepal. Clavaldlnl, sec.-m.

CANONNIERE SEDENTAIRES <t7lSCT. nOUV.) ïoijnlo. Favennec. Bergot. Le Bourdon, i'c.-m.: Nicolas. qu.-m.- Thomas. Danelou. Le Bris. Hamon. sec.-m.: Floch. lu.-m.: Roch. Camureac. sec.-m. Le hun. Saliou. mait.

Armuriers (inser. nouv.) Kerraln. ̃cm.: Jamot. malt.: Denis, Le Bihan. 'raille. 6ec.-m.: Munsch. mait.; Leveel. aisne. sec.-m. ̃ Blayot, malt.

Fusiliers (inser. antér.) Cutulllc. fc.-m.: (lnscr. nouv.) Le Puth. Rol.and. sec.-m. Couchouron, qU.-m.; Le (ioulll. Roubaud. Lagadec. ̃ Qulllien. Oarrère. Abllly. Jezequel. Path. Lutbert, ."̃ourul. sec.-m. Le Molgne. malt. Cnxj. sec.-m.: Renaut. malt.; Le Dou.'et. sec.-m.: Vezo. Abgrall. Bouguyon. Creach. malt.; Le Guern, sec.-M.; Kerdelhue, malt.: Pelle. Muller, Lazadec. Labomodlére, sec -m.; Saumard. Malt. T:zien. malt.: Quintric. sec.-m.: Ruch, Pérou, malt.; Le Goff, Boussard. sec.-m. Le Normand, malt. Geiger, Calazel. ̃sec.m.: Conan. malt.: Creach, sec.-m. Torpilleurs (inser. nouv.) Perrot. malt.: Renaut. Ansquer. sec.malt.; Morlac. malt.: Corvez. Leclère. Cadlou. sec.m.. Hervé, malt. Dufresne. Le Goff. Robert. Castel. Derrlen. Gelard. Qullllen. Lemolgne. Dauphin. Bodisis. Gulllou, Jeeéquel. Philip. Le Gall, sec.-m.; Pichon. malt.; Cosquer. Cadoret. secrm.; Ranch Carfantan. malt.: Bloch, Maillot, Dalahen. Guivarch. Fortune, sec.m. Inizan. malt. Sylvestre Jégou, sec.-m. Kerloch. Brunou. malt.; Le Puth. Corre. Le Stum. Litaize. sec.-m.; Lejart mait.: Jaouen. Tanguy. Touzalin. Jézégou. Kernels sec.-mait.- Quintric. L'Hostis. Bellec. mait. Cleach. Pennée. Pouliquen. sec.-m.

Electriciens. ilnscr. nouv.) Jegousse. Heder. Menard. sec.-m. Vlnche. mait.; Cariou. Le Baut. QuiniOu, Beaumont. Pellegrlm. Pouliquen. Le Gaublr.hon Le Gac. sec.-m. Le Coz. malt. Morvan, pr.-m.; Perrot. sec.-m.; Wllllème. pr.-m.; Allain. malt.; Le Coz. sec.m. Burguin, Guézou. malt.; Page. secm. Bourcier. mait.: Priol. Huon, sec.m.: Soubigou. Le Roux. Ducos. mait. Prouff. Bothoul. sec.-m.: Denans. Roger. Daniel niait.: ̃ Mandray. sec.-m.- Le Stir. Mollo. malt.: Blllant. Kervella. sec.-m.; Gulllou. mait.; Guillot. sec.-m. Dique- lou. Marrec. malt.: Bouguen. Kermabon. sec. m.. Guillou. Jlenaft*. Longeard. Bescond. malt.: Cottlneau. Bonfils. Jaffry. sec.-m.- Le Courtaud M., Jaouen. sec.-m.- Toudle malt.: Kerdreux. Thos. Jezequel Le Bldeau. Pirlou. Le Taro. sec-m.; Floch. Bonlzec. malt.: Kervella. aec-m.; Bellac. malt.: Le Roy. sec.-m.: Jaflry. malt.: Stephan. Tromeur. Meudec. sec.-m. ̃ Nicole, malt.; Castel. Carre. Calvez. Bocheur. sec.-m.: Chataln. malt.; Cornen. Le Goff. sec.-m.; Millet. malt.: Michel. Stephan. sec.-m.: Derrien, malt.: Fertier. Le Roy. Quéré. Rogel. sec.-m.

RADIOTELEGRAPHISTES. Inscriptions nouvelles Guivarch. mattre; Bogard, Gutllemot. sec m.; Coulm. maitre: Le Floch. sec. m.; Dents. Delhaye. maîtres; Pleyber. sec m.; Bédenés. maître; Ol1fant Guillou. sec. m.; Rogé. maitre; Caroff, Yven. Luet. sec. m.; Chatton de la Touche, maitre; Kervaroc. Lutz. Guyomard. sec. m.: André, maitre: Jouno. Le Dubé. sec. m.; Strullu. maître: Bourles. Gaby. Derrien. sec m.: Le Blvic. Montillet, maîtres; Deniel Brehonnet. Jolie. Nicot, se. m Mear. maître; Tanguy. sec. m.; Roncajolo. maître provisoire; Lammot. Marzin seconds maltres; Schwalm. maltre: Hellegoet. Riou. sec. m.; Rebour. maitr.' Le Gall. Bentz. Paria. Rolland, sec. m.; Duperron. m.; Dréano. Pianelli. B»rthelé. Ramée Corbel, Laurent. Dago.-n. sec. m

Mécaniciens. Inscriptions antérieurra Musquln. mattre: Julien et Guésuen. sec. m.

Inscriptions nouvclles Mahéo. pr. m.; Kersale. maitre; Le Bris et Le Vanie. sec. m.; Ansqucr Galeune. maitres Méar. pr. m.: BPrthelé. sec. m.; Quégulner. mattre: Lacaze. Pouncon. pr. m.: Jardin. Pichavant Michel Vautrin. Le Coz. Brochard sec m Mathieu, maitr*; Castaud, sec. m.. Binct, Le Bihan. sec. m.; Hélary. pr. m.: Gouello. L'Hostis, Le Cléach sec. m.: Castor. Trouhu. pr. m.; Petlt. Ansquer Arhan. maitres; André, sec. m Robiu, maitre; Le Marrec. «ec. m.: Cab:lic maître; Godefoy. pr. m.: Lefaucheur Berthou, maîtres. Lucas. Le Plem. ur. m.· Gourlaouen. maitre; Gulllou. G rail. séc. m.; Herry. Lancestremére Lucas. Fournier. maitres: Gulvarch. Kirinec. Antonln. sec. m.: Le Goff. maltre; Leroux, sec. m.: Thomas, maître; Olivier. sec. m.; Le Houx. pr. m.; Lautror sec m.; Cornec. Cornic. sec. m.; Aubain. pr. m.; Pasqulou. sec. m.: Prlol. maître. Le Roy. sec. m.: Parant. pr. m.; lA- Her. Cotonéa, Brun. sec m.; Guédez M.. Pellan. pr. m.' Brunner. Couteau. Jaff-al. maîtres: Le Nancelot. Mens. pr. m.: Vlgouroux. maltre; Roblc. pr. m.; Thévenon. maître: Saule. Pichenot, sec, m.; Leroux, Eliot,

pr. m.; Pinet. Estienne. Lecaër. maîtres; Riou, sec. m.; Umaenstock, maître; Walter, maître; Bodénés. se: m.; Darchen, pro m.; Loriant, maître; Hasser, Soust, pr. m.- Bertm. Le Quellec. Lemeur, maltres Rebutât. Petit, pi m.; Corcuff Kervella, maîtres; Cartron, Fillon, Péron, sec. m.; Pont. Brolse. pr. m.; Cadec. Lafarge, maître»; Maessen, sec. m.; Couhier. maître; Cadlc Briand. sec. m' Fulachier, pr. m.; Jeandenant. Querré. maitres Le Blainveaux. pro m.: Pestel maltre Gttse. pr. m.; Floch, pr. m.: Kerbaol, sec. m.; Neuville, pr. m.; Charlot, sec. m.; Le Goff, Steber, Laurent. Cassac, maîtres; Bldeau. sec m.; Berthelot. par. m.; Bourhis maître; Le Penher, pr. m.; Raffin. sec. m.. Le Corvec. maître; Cosquer. François. Lienbenguth. Le Pape. Ollivier. 7e Meur. sec. m.: Rauch, maître; Le Goff. Roques Pouzet sec. m.; Clément, Salaun. maîtres Ceccaldl, Digarcher, Le Roux. sec. m.; Pidgri. pr. m.; Orven. sec. m.; Baloux, Guillerm, pr. m.Bozer, maître; Doméon. pr. m.; Hamon, maître; Rochet. sec. m.; Cousquer. pr. m.; Gullcher. Nénez. sec. m.- Nedhlec, Le Néa. Le Blhan. pr. m.; Paugam Nordez. Lesconvarch, Grall M.. Le Bras. Plassarp. Jégou. sec. m. Béchard. Nougue, pr. m.: Mocaër. maître: Zimmer Riou. Guézou. sec. m.: Léal, pr. m.' Guével, Kervarque, Le Bras. maîtres; Le Calvez, Léon. sec. m.; Gelébart. pr. m.; Rlou, maître: Conan. sec. m.; Bideau. maître; Lebas, sec. m.; Hetzel. Le Bourdoulous, maîtres; Mazé, sec. m Poudoulec. pr. m.: Henry, maître Sénéchal sec. m.; Gillet. Tanguy, maîtres: Guéstan. Quéré. Schlldtnecht. sec. m. Métivier. sec. m.; Richou. pr. m.; Le Goec. maître: Lebrun, Coulogner, Frln, Bacconnter. Mével. sec. m.: Lieutaud. pr. m.; Kessler. Ragot, sec. m.; Leselgneur. maître; Vermeil. Gattepaille. pr. m.. Le Stéon. Frcyburger. maîtres: Badanl. sec. m.; Le Dourneuf. pr. m.: Pérln. maître- Renaud. Gouzille. Gaillard. Le Saux. Dannic. sec. m.; Le Borgne. Le Roux. Habasque. pr. m.; Duparc. maître. Lebrave. Caër. pr. m.: Berthault maître Loaec Renaud, pr. m.: Le Queffellec. maître; Thérené. pr. m.; Bonneau. pr. m. MÉCANICIENS SÉDENTAIRES. Inscription nouvelles). Alerint. Beauperln. Le Saos. Fontes. Burlut, Sossat. Le Garrec. 2' maîtres Broudin. maître Kernéis. Marc. Cauvi. 2' maîtres Barthouet. maître Schmltt, Mével. Cloarec, Nédellec, Antoine. 2* maîtres. Mécaniciens d'aéronautique

Mécaniciens d'aéronautique. Inscriptions nouvelles Le Luron. 2' maltre Braud. 1" maître Lescaré. Le Cann. 2" maître Delplace. Marc. maitres Sizun. 2' maître Hadan. 1" maître Mansengal. 2' maître; Marc. maitre, Queyrol, 2« maitre Gautier, maltre Samson. 2' maître Guégan, maitre Cassellari, Granval. Puyo. Yonnet. Barel, Jaffredo, Daumel. 2* maîtres Dollo, maitre Givan, Relchard. 2» maître Menier, maître privlsolre Rat. Minlou, 2- maîtres Martin, maître provisoire Le Quer. 2' maître Chenais. Madiot, maître provisoire Calonnec. 2' maître Le Gall, 2' maître Caillon, maître provisoire Neveur. Bodllis. maître Morer, de Peretti, 2» maltre. ce CHAUFFEURS. Inscriptions nouvelles Monot. Henry. Cosnefroy. 2' maltres Le Menn. quartier-maitre Bothorel, 2' maître Madec. quartier maltre Prigent. Le Borgne. Daigne. Corre. Le Gouic. Guillou, Le Moigne. Kéromnès. Spagnol, Calvarin, Quéméneur. 2' maîtres Thépaut, quartier maître Riou. compayre. Péron. Gestin. Ramonnet. Sal1ou. Breton. Le Bervet. Kernéis. Uguen. Guennou. Gac, Le Goff. Salou. Cueff. Nédèlec. 2' maîtres Guen. quartier maître Pussaud, 2* maître Le Bec. Plchon. Méar, 2' maîtres. FOURRIERS. Inscriptions nouvelles Kerbrat, 2' maître Le Bat, maitre Rochatx, Le Gall, Josse. Oddo. 2* maitres Simian. maître Poli. 2' maltre Le Stang. André. Jarreau. Yézou. Moudren, 2* maîtres Ropars, Langonne, maîtres Le Questel. Girardon, Daniel, Maréchal, Quelavoine, 2' maitres Pouchet. maître Le Fouest. Kerleau, Guyavarch. 2' maîtres Grovel. maltre Tanguy, 2' maître Flchot. Callec, maîtres Goujon. Le Cann, Billant. 2* maitres Flatrés. maître Nicolas, Morvan, Rolgnant, 2' maîtres Feigna. maître Eveillard. 2' maître Cosnefroy. Provost, maître Bézard. 2' maître Jézéquel. maitre Scotet, Le Gat. 2* maître Mingant. maitre Le Corre. Guillo. 2' maître Guéguen, Nicolas, maîtres Le Caugant, Daouben, Le Penven. Pascoet. 2* maîtres Garbovski. maitre Guichet. Abily. Le Golf, Le Gac. 2< maître Courcoux, maître Rivoallan, Qulmerch, 2' maitres Le Gall, maître Pronost, Déniel. Jézéquel, Kervella, 2' maître Naviner. maître Droguet, Dlverrès. 2' maîtres Riou, Gourmelon. maîtres Saliou. 2' maître Ogucr. maître Bathany, Basslbey, Le Scornet, Kéromné.i. Calice. Hautot. 2' maîtres Le Fur, maître Bicrel, Jacolot, 2' maîtres Cueff. maître Gulllou, 2' maître Le Bouzennec. maître Sellin, Biaise. ForJonel. Ruz. 2' maîtres Auffroy. maltre Escoffre. Guéguen. 2' maîtres. SECRÉTAIRES MILITAIRES. Inscription nouvelle Guillou. 2' maître. COMMIS AUX VIVRES. Inscription antérieure Le Roy. 2, maltre. Inscriptions nouvelles Gulvarch, Guichaoua, Pierre. Allain. Salaun. 2* maîtres Mazé. maître Ragil. Bourvon, Colin, 2' maltre Abiven. maître Guillerm, Goarant, Le Bras. Prlgent, Le Goff. Kerhalgnon. 2' maltre.

Cuisiniers. Inscriptions nouvelles Manière. Berthou. Dlroulche, Potin. Dlnculf. Hervé. Renevler. Papin. Le Gai. 2' maitres.

BOULANGERS. Inscriptions nouvelles: Perramant. Pandolphe sec. m.

TAILLEURS. Inscriptions nouvelle André quart.m.

CORDONNIERS. Inscriptions nouvelles Barré sec. m.

Musiciens. Heugue m.. Moreau. Crouet, Clarion q-m., Grégoire pr.-m., Berthelot sec. m.. Linge. Bagnol q.m., Boucolran. Roquefort pr.-m

CLAIRONS. Inscript, ara Horel q.m. Inscript, nouv. Jaffre sec.-m.. Le Coz m.

INDIGENES. Inscr. nouv. Ho Van Ky sec. m, manœuvre. Nguyen Van Ngoc sec. m.. Nguyen Van Xuyen m.. Iham Van Sao. sec. m. infirmier. Guibril Thiam. q.-m. chauffeur: Mansour Ben Sassi Den Ahmed m. manoeuvre; Rabeh Ilhadjstanou m chauffeur Bechir ben Mohamed sec.-m infirmier.

Infirmiers. Inscr. nouv. Foricher Salaun, Bonnec. Pichon, Kerlslt. H 1 Mear. Mevel, Mlard. T:resson. Duduyer. Soisson sec. maîtres Gai. q.-m.. Berthé Grtmm. Farran-, Louzaouen, Coutras, Marchadour. Squiban. Guenal, Thépaut sec-mattres

MARINS DE DIRECTIONS DE PORT. /'M. antérieures néant. Insrnpt. nouvelles': Berthou sec. m. man.. David sec. m. méc. Corbel sec. m. man.. Mezou q.-m. man.. Ingouf sec. c. man.. Galot sec. m. man.. Perquy m. man.. Gallon, sec. m. man., Quentrlc. q.m. man.. Ménard. Marais. Balley sec. man.. Le Gall. q -m man.: Le Gall sec. m. man.. Bremont sec. m. méc., Jézéquel m. méc. Dréano sec. m. man.. Lecarpentler m. méc He Bras sec. m. man.. Ade m. man.. Le Goff sec. man.. Unia m. mari., Penhoat sec. man. Or- I

sont. Mouchel dit Blnet, Guillemet, Eychart, Carlint sec. m. man., Travert sec. m. man.. Le Marec sec. m. man., Simon q.-m. méc., Le Gall. Rampl sec. m. méc Patoiseau m. man.. Vlgor, Jourdain. Bertaut sec. man Morin q. m. man.. Bérot, Leriche, Caubrlére. sec. m. man.. Bourhis q. m. man.. Raoul sec. m. man., Alain q. m. man., Gueguenlat q. m. man.. Sequin pr. méc. Polard Louis sec. m. méc.. Quer, Magueur q..m. méc, Le Gall sec. m. man.. Dldalller, Derrien sec. m. man.. Ferrée q. m. man., Grall sec. m. man.. Guérard, Lecarpentler sec. m.. Le Roy. Quentrlc. sec. m. man., Auguste sec. m. man.. Trecant. sec. m. mec.. Gaudin sec. m. man.. Gueguen sec. m. méc.. Keraen. Lellde sec. m. man. Téphany q. m. man., Tarallo m. man., Jean q. m. man.. Portenguen. Leportier sec. m. man.. Baus m. man., David pr. m. méc.. Poignantes m. man., Elleouet, Maurice sec. m. méc. Postie man., Auvray gu m. mèc. Levanoy sec. m. man.. Brame. Rlou qu. m. man.. Jézéquel sec. m. man.. Menesguen q. m. man. Le Golf m. méc.. Créach sec. m. man.. Loy sec. m. méc.. Le Bras sec. m. man., Bon!zec q. m. man.. Gan sec. m. man. Auffret m. man.. Torrent sec. m man.. Cordonner m. man.. Marzin Bervez sec. m. méc. Beziaud sec. m. man.. Le Gulllouc m. man.. Mattel. Le Josse sec. m. man. Paron m. man.. Sénéchal sec. m. méc. Franzoni. Le Guen q. m man.. Colombe sec. m. man.. Martin m. mée.. Goulran. Lyon sec. m. man.. Lecuyer sec. m. mec. Bœnnec sec. m méc. Martin m. méc.. Hochet sec m. man.. Dessalr q. m. man.. Gallot sec. m.. Nicol sec. m. man.. Bescond méc.. Le Rose sec. m. man.. Portanguen q. m. man.. Brassuer sec. m. man.. Oliva. Louchart. Renouf m. man. Saisit sec. m. man., Albertint m. man.. Otavlanl. Gregorl sec. m. man.. Grouhel sec. m man.. Donzella irayé des contrôle de l'activité le 9-11-32) Clairtcl Baltlnl sec m. man., Guillas. Clerlcan sec. m.. Mouchel q. m. méc. Le Cœur sec. m. méc. Corbani sec. m. man.. Laffllay Manareila sec. m. man.. Vérina q. m. méc.. Barbier sec. m. man.. Vautier m méc.. Rio q. m. man. Guetteurs SEMAPHORIQUES. Inscrv. nouv. Moreau. Le Flem, Forner sec. m.. Quéméneur. Audrezet m.. Adam. Le Roy sec. m., Rivoal m.. Mlchon, Lemalre sec. m.. Blaizot m., Audrezet sec. m.. Allcot m.

Surveillants Militaires. Inscript, nouvelles Miens, surveillant de 1" ci.. rayé des contrôles de l'activité le 1-1032; Hervols. surveillant de 1" cl.- Crom. surveillant de 1" cl.: muratl. surveillant de 2' cl.: Glustlnlanl. surveillant 2' cl.; Lecarpentler surv. 1 CI.: Toullieu Roger. surv. 2« cl.: Béguet m.. Bouyer. Laouénan. surv 1" cl.; Morvan. m

Surveillants MILITAIRES INDOCHINOIS. /n»cr. nouv. Truong Van Ngon. surv. principal.

MARINS POMPIERS. Inscriptions nouvelles Dauge. Scherer. Daugé m.: Schérer m. (rayé des contrôle de l'activité le 17-11-32). Lavenant m.. Mattel pr. m., Prigent. Casanova sec. m.

Personnel volant de l'aéronautique ou rayé des contrôles du personnel volant depuis moins de deux ans {Inscriptions., nouvelles) Allègre, sec.-m. arrimeur, ¥6555. malt. m£c> d'fcé*ro Mouchy, malt prov. arrimeur; Pruleau. malt, méc" séro: Lagrange. malt. prov. méc. d'aéro; Joyaud, sec.-m. arrimeur Noal. malt. méc. aéro: Meheut, sec.-m. méc. aéro Blln. malt. prov radio: Becam. sec.-m. méc. aéro: Lavigne, sec.-mait. arrim.; Chapeau, malt. prov. radio: Labot. malt prov. radio Corvino sec.-m méc. aéro: Cholley. malt. méc. aéro: Bouchard. sec.-malt. arrim.: Menault. malt prov méc. aéro: Le Diraison. sec.-m. méc. aéro: Caharel. malt. prov. radio Barre. malt. prov. arrim.: André. malt prov méc. aéro: Lescarre. sec.-m méc. aéro Pormente. sec-m. arrim.: Levavasseur. sec.-m. arrim.: Auditeau. sec.-m. arrlm.: Selling. malt. Drov. arrimeur.

Flotte

Sont arrivés à

Toulon, la l~ escadre et le pétrolier Rhône, le 22.

Brest, le croiseur Dupleix le 23 décembre.

AFFECTATION

Administrateur

de l'inscription maritime

M. Gaultier de Kermoal. administrateur principal de l'Inscription Maritime. en service à Nantes. est affecté en qualité de chet du quartier à Camaret. en remplacement de M Heck admis à la retraite. Cet officier sera mis en route le 3 janvier 1933 pour prendre ses nouvelles fonctions dans les délais réglementaires.

Paquebots et vapeurs longs-courriers

AZROU arrivé a Las Palmas le 22. de Marseille.

AURILLAC signalé à Landsend le 22, venant d'Alger.

ARDESHIR arrivé é Port-Saïd le 22, de Rotterdam.

ALSINA parti d'Alger le 22, pour Barcelone.

AURtGNY parti de Bordeaux le 23. pour La Plata

ATLAS-MARU arrivé à Hong-Kong le 23. de Dunkerque.

ANTILOCHUS arrivé à Shlmonosekl .e 23 de Clyde.

AGAPENOR passé à Pérlm le 23. ail. i Jiverpool

ADEN arrivé à Anvers le 22.

BENDORAN parti d Oran le 23. pour dangkok.

BRAZZA touché Dakar le 21. allant ce Matadl A Bordeaux.

BCRANGER arrivé au Havre le 23, de Vancouver.

CLAN KEITH arrive & Calais le 22, de Calcutta.

CAP TOURANE touché Singapour le 22 allant de Bordeaux à Halphong. C4NADA parts d'Alger le 22. pour Dakar

COMP1ÊGNE arrivé à Mareetlle le Z3. de Maurice. • CAP-SAIMT-JACQUES parti de Mar. ] -:et)le le 23. pour Saigon < CATHAT parti de Marseille le 33. )our Bombay. 1

COLOMBIE arrivé Il Brest le 23, du CUBA parti de Colon le 21.

CLAN SKENE parti de Galle le 23, pour Londres.

VAtiu iij/v ANTONfO parti de Buenos- Aires le 23, pour Marseille.

COMORIN part. de Bombay le 23. pour Marseille.

CASTAHA parti de Port-Saïd le 23. pour Marseille.

CARBET arrive Il Bordeaux le 20. D1INKERQUO1S passé Il Gibraltar le 22. allant de Tunis à Dunkerque. EXPLORATEUR-GRAND1D1ER touché Aden le 22, allant de Halphong Marseille,

EXETEK arrivé Il Marseille le 23. de New-York.

EDITH parti de Rouen le 21.

EXERMONT arrivé à New-York le 23. de Barcelone.

FIBUZ passé à Pérlm le 23. venant d'Abadan.

FVSHIN1-MARU parti de Marseille le 23, pour Yokohama

FORT-MÈDINE parti de Bordeaux le 23. pour la Côte d'Afrique.

FORT-BINGER arrivé au Havre le 23, d'Anvers

FLANDAE parti du Havre le 23, p Dunkerque.

FORMOSE arrivé à Nantes le 23, de Conakry.

FORMIGNY parti de Rotterdam le 22. pour Marseille.

GENERAL- METZ1NGER arrivé à Marseille, le 23. de Yokohama.

HELIOS parti d'Anvers, le 23, pour Barcelone.

HENRY-DESPREZ arrivé à Bordeaux, le 21, du Havre.

HAKONE-MARU parti de Stngapore, le 23. pour Yokohama

INDIA arrivé à Colombo, le 23, allant à Sourabaya.

ISARCO parti de New-York, le 23. pour Gènes.

KATINGO parti d'Oran, le 23. pour Saint-Nazaire.

KOUTOUBIA arrivé à Dakar, le 7. de Marseille.

LAFAYETTE parti de Fort-de-France le 21.

MALOJA arrivé Il Marseille, le 23, de Brtsbane.

MARRAKECH arrivé a Bordeaux, le 23. de Casablanca.

OREGON attendu au Havre, de Vancouver.

P. L. M. 26 parti de Cardlff. le 22. pour Port de Bouc

P. L. M. 21 signalé A Landsend. le 22. allant de Caronte Il CardiH.

PLATON arrivé à Montevideo, le 22, d'Anvers.

PROVIDENCE attendu à Marseille, de Beyrouth.

PHOBOS arrivé Il Marseille, le 23, de Rouen.

PEGU parti de Rangoon. le 23. pour Marseille.

QUEDA arrivé a Suez, le 23, allant à Marseille.

RANCHI arrivé a Shanghai, le 23 de Marseille.

SARDINIA arrivé à Dieppe, le 23. des Canaries.

SAN JOSE arrivé à Dieppe, le 23, des Canaries.

SIL parti de Sète. !e 23. pour Gènes. SAINT-AMBROISE passé & Gibraltar. le 22. allant de Tunis à Rouen. passé à Gibraltar, le 23. allant de Rouen à Tunis. STORTEN arrivé à Bordeaux, le 23. de Philadelphie.

SAN MIGUEL arrivé à Stavanger. le 23. de l'Espagne.

SEHEER parti de Bombay, le 23, pour Marseille.

SAINT-RATHAL arrlvé à Brtsbane. le 23. de Marseille.

SAN DIEGO arrivé il La Palllce, le 22 TOUAREG arrivé à Marseille, le 23, de Douala.

VILLE DE STRASBOURG arrivé à Marseille, le 23, de Nouméa.

VICTORIA MARU passé à Pérlm. le 23. allant à Londres.

tWYOMING parti de Los-Angelès, le 23.

YOMA parti de Port-Saïd, le 33, pour Marseille.

Caboteur»

♦ ALGER. Arrives le 22. Canada, de Marseille; Capitaine-Paul-Lemerle, de New-Orléans; Martmiere, de Nantes; Moutte, de Nice; Sch.io/Hno-23. de Sète: Sidt-Brahim, de Marseille; Mitidja, Cliarles-Schiaj/tno, de Bône: le 23. Briséïs, de Bône; Btida, Ange-Sch.iaftino de Rouen: Tlemcen, Marie-LouiseSchia/Jino. de Brest; Lainoricière. de Marseille.

Partis le 22, Sctiiallino-2i. p. Bougie Catherine-ScliialUno, Ville-Mostagancm, pour Séte: Martimére, pour Bougie; Lida, pour Oran; Timgaa, pour Marseille: le 23. El-Biar.

♦ BOULOGNE. Arrives le 23, Kamaa, de Brest: La-Seine, de SaintMalo Robert-Morji, de Dantzig, LaMailleraye, de Caen.

Partis Ville-de-Caen, pour SaintMalo Montaigne, pour Bordeaux. Attendu Penchàteau, de Londres. ♦ BREST. Arrives le 23. GransIta, de Rotterdam; Eranvia de Nantes; Marcelle-Schia/lino. d'Oran; voilier Iderose, de Douarnenez.

PARTIS MarceUe-ScMa/fino, pour Rouen; Cratgolive, pour Newlyn; Gunnar, pour Cardlff; voilier Elorn. pour Landerneau

♦ BORDEAUX. Arrives le 23, Chàteau-Palmer, du Havre; Bidassoa. de Nantes; Clodoald, de Concarneau; Président-Lavit, de Conoarnenu. Brittc, de Gdynla: Fredavorc. de La Palllce; Landes, de Liverpool

PARTIS Caitdebec, pour Brest; Charles-Méric, pour Barry; Président-Lavit. pour Brest; Paris, pour Glasgow; Landes pour Uverpool: Psyché, pour Oran.

ATTENDus Orne. Ctiateau-Larose, Trsat, Santa-Cruz, Edimbourg.

BONE. Arrives le 22. Djemtla, de Marseille; André-Thome, de Herbil.on; le 23, Aimaya. Qr Fhilippevule Emile-Delmas et Kroumir, de Tunis Silvio. de Valence; Fedelta, de Messine; Akropolis, de Marseille

Partis te 22 Finistère, pour Phlllppevllle; le 23. Igotz-Mendi, pour Vlaardingen DjemiLa, pour PhuippeviUe. ATTENDUS Schtallino-lrères, Actif et Se/ua/no-23 venant de Phllippsvllle; Tasso, venant de Sousse; Ovoiua, venant de Gênes; Lieutenant-Fournaud, venant de Nice; Maindy-Hill. venant de Sunderland.

♦ CARDIFF. Arrives voilier Océanide, le 23: La-Roche/oucault, le 22 Le-Scort).

RELACHE volllers Sylvabelle, Léon. Bretonne. Eldjezaïr.

Partis Depute-Georges-Cliaigne, le 22. pour Gibraltar; t solde, le 23. pour Vannes.

♦ CALAIS. Arrives le 23. Kilvey, d'Anvers; Minuter. Canterbury, Cote d'Azur, de Douvres.

PARTIS Torungen, pour Immtngham Captaon, Illiaquer, pour Casablanca Ton bridge, Wliistable. Cote d'Azur, Can- terbury, pour Douvres

♦ CASABLANCA. Arrives le 23. Ueknès. de Bordeaux

DIEPPE Arrives te 23. Neto- 'taven. Paris, de Newhaven.

PARTIS Rouen. Worthing, Arundcl, pour Newhaven.

Attendu Qranville. de Cherbourg. ORANV1LLE Arrives le 23. Jros-Pierre, Cenacle (voit.) de LézarIrieux; Marcel Jean de Cherbourg. Partis Otterburn, Pour Dunstan. LE HAVRE Partis le 23 Pays le France (yacht) en croisière; Sable ♦ LA ROCHELLE-PALUCE Arri- es le 22. Seitte. de Bordeaux; Renais- j ance, de Cognac: le 23. Batavier 8. de lord eaux. chalutiers T a vanne /1 et, ruvenne.

Partis le 23. Wasaborg. pour Aners; Fredavore, pour Bordeaux; Cht-

tcau Palmer, pour Le Havre; le 25. Seb ne, pour Le Havre; Batavier 8. pour Rotterdam.

Attendus Bourges, de Rotterdam Maréchal Foch, de Bordeaux: Arzic. de Nantes.

MARSEILLE. Arrives le 23. Espagne, d'Alger. Sidi-Ferruch de BOne Charles-Roux, de Bône, Cap-Corse. de Bastia: Caramanie, de Trébizonde; Bldjem, de Sfax; Timgad, d'Alger: Ktl- bane, de Tunis Oued Zem, de Casa- blanca; Berbère, de Tunis: Césaré, de Gênes; Ville-de-Sète, de Sete: Tamise, de Saint-Tropez.

Partis Gouverneur-Gueydon, pour Tunis; Marsa il, pour Alger: Cap-Ferrat pour Nice; Toneline, pour Berre; Catifornia, pour Gènes; Taroudant, pour Nemours. Lieutenant-Fournaud, pour Bône; Sil, pour Gènes: Franc, pour Nice Tunisie, pour Rochefort; Réaumur, pour St-Louls du Rhône; Ville-de-Lyon, pour St-Louis-du-Rhône

Attendus Et Bair, d'Alger; Gouverneur-Laferrtère. d'Oran.

NANTES. .Arrives le 23, Trsat de Southampton; Médoc, de Calais; Guermor. de Belle-Ile; Stantslas-Poumet. de Vannes: Saint-Tropez, d'Algérie; Santa-Cruz, de Ténérlff; Skeldon, de Port-Talbot; Anubis, de Glasgow; Samouraï, de Vannes; Etolle des Mers, de Lerlent.

Partis Trsat, pour Bordeaux! Medoc, pour Brest; SantOrCrus, pour Bordeaux Taillefer, pour Londres: FlvngScotsman, pour Anvers; Samouraï, pour La Rochelle.

ORAN. Arrives le 23. DjebelDira, de Marseille: Alfa, de Las Palmas: Oued Sebou 11, de Sète; Mascara, de Séte: Guerctl, de Benisaf; Thornhope, de Newcastle; Georges-Henri, d'Alger: Caïd Kebir, de Mostaganem; Bendoran, et Sidi Bel Abbés, de Marseille; Sèvre, d'Alger; Djebel Amour, de Sète.

Partis Djebel Dira de Nemours; Nemois, pour Anvers; Henri Mory, pour Casablanca; Alla, pour Alger: Laferriére pour Marseille; Djebel Amour, pour Alger Mascara, et Montque-Seftta//ino, p. Rouen.

Attendus Sidi Okba, Badascany. PORT-TALBOT. Parti le 22. Beltinge, pour Chantenay.

PHILIPPEVILLE. Arrives le 22. Anton, de Bône; Aïn Taya, de DJldJelli.

Parti Aïn Taya, pour Bône.

Attendus Actif, de Collo; Scliiaf/ino Frères, d'Alger; Ljubica Matfcocic, de Tunis: Martiniére, de Bougie.

ROUEN. ARRIVES le 23. Clapham, de Swansea- Hauzeur, de Anvers. PARTIS Margaux, pour Hambourg: Pomerol, pour Brest- Tarnwater, pour Llverpool; ÇJio, pour Fowey; Fennta, pour Abo- Seine, pour Rotterdam; Stcallow, pour Honfleur.

ROCHEFORT Arrives le 23 Emerald, de Manchester: ilrffonne, de Swansea.

PARTIS le 23, Hedda, pour CardLff; Ktnuood, pour La Tyne.

SWANSEA. Partis Gallium, le 22. pour Rouen; Henri Delmas, pour La Rochelle.

SETE. ARRIVES le 23. Venizelos, de Chalchls; lieutenant Fournaud, Taroudant, de Marseille: Loukia, de Touapse.

PARTIS Ardèche. Taroudant, pour Oran; Hermia. Pour Mostaganem. An- dréa Ludbello voU.i. poui Livourae. TREGUIER. Partis le 23, Her.mann (voit.), pour Cardiff: Idéal ( voil.l, pour Cherbourg Ramier (voit.) pour Saint-Malo.

TANGER. Arrives le 23. Asni, de Casablanca; GibeUerjon. de Laracha. Partis Asni, pour Oran et Marseille; Gibelzerjon, pour Malaga.

Marche de "arts

Paris, le 23 décembre iDe notrm correspondant spécial). Vente satisfalsante avec hausse sui lee colins. lottes. merlans et homards et baisse sur les raies. A noter une forte saisie de 3.382 kilos. le 22 décembre.

MAREE CRUSTACES

On cote au kilo icours extrêmes) Barbues 10-16 bars 20-40 carrelet* 3-6 colins décapites 12-14.50 colins entiers 1.50-13 congre. 1.50-5 crevettes grises 3-4.60 crevettes rouges grosses 35-5.» crevettes rouges petites 15-30 harengs français 1,25-3 homards vivants 16-26 homards morts 412 langoustes vivantes 27-38 langoustes Mauritanie vivantes 20-24; langoustines 3-10 limandes 2-10: limandes-soles 8-12 maquereaux fran- cals gros 7-9 maquereaux français petits 8-11 ̃ mer'ants br.llaats 4-7 merlants ordinaires 1-4 mulets 8-25 raies entière-. rougets-barbets 5-20: rougets-grondins 2-6 soles françaises grosses 25-30 soles françaises petites 15-22 turbots 10-16 morues salée» 2.50-4.

On cote au cent sardines salées petites 2-10 sardines fraîches 5-35. MOULES ET COQUILLAGES

On cote aux 100 kilos Moule« diverses 50-9C

On cote au cent Coquilles SaintJacques 25-75 • nultre-. dee Marennes 85-145 huîtres d'Arcachon 28-50 huîtres portugaises 20-34 huîtres de claires 25-42.

On cote au sac Coques ou hémon 2,50-3,50.

POISSON D'EAU DOUCE

On cote au kilo Ablettes 1-3.50 anguilles vivantes 10-12 anguilles mortes 6-10 barbillons 5-6 brémes 0.50-3: brochets vivants 12-13 brochets morts 6-10 carpes vivantes 4.50-5 carpes mortes 3-5 éperlans 3-4.50 goujons 14-16 perches 1-4 saumon frigorifié 5-15 tanches vivantes 6,50-7.50 tanches mortes 2.50-5 truites saumonées argentées 25-50 truites de pisciculture 14-30.

Arrivages Marée 325.600 eau douce 21.700 coquillages 55.100 déposé au frigorifique 48.500 resserre de la veille 118.500 quantité" mises en vente 522.400 quantités saisies le 22 déc 3.382 vg.

Arrivages par gares Gare du Nord 181.800 Vaugirard 79.500 SaintLazare 112.000 Orléans 14.400.

LaVie Sportive]

CAUSERIES DU DOCTEUR Déformation professionnelle Le corps n'est pas seul à porter l'empreinte des gestes habituels l'esprit aussi subit dans chaque profession, même manuelle, des déformations caractéristiques. Il existe ainsi des spor.tifs (que le sort soit leur métier ou seulement leur dada favori) dont la vie n'est qu'un enchaînement d'entrainement et de compétitions et qui en arrivent à ne plus penser et parler que sport. Ils rêvent de record; à la table 1 familiale, ils exposent la tactique de leur prochain match, dans un salon sont intarissables sur leur dernière course. En vérité, ces sujets sont assez ennuyeux pour leur entourage qui peut avoir des goùts différents des leurs, mais ce ne sont pas des monstres. Un monstre est un être sans rôle, tandis que le champion superspécialisé (qu'il soit devenu machine à nager, à courir ou à boxer et ne soit plus ni lettré, ni père, ni citoyen, mais seulement outil à fabriquer des records), le champion remplit un rôle social en attirant la jeunesse vers le sport qui, n'en déplaise aus esprits chagrins, est indispensable à tout peuple civilisé qui veut vivre en notre temps.

Je considère comme moins interessaut socialement le jeune snob dont les exigences massotherapiques. hydrothérapiques et photographiques sur le stade n'ont d'égales que le nombre et l'importance des infractions aus règles de l'hygiène en lumière diffuse et inaxténique après le couvre-Jeu sonné.

Ainsi l'oscillation de celui qui est trop sportif à celui qui l'est mal m'amène à la perfection d'un juste milieu celui qui mène une existence normale orientée vers le sport. C'est un brave compagnon cltantant sur son échelle en raccordant des fils, c'est un élève de grande école bûchant ses derniers concours, c'est un monsieur comme tout le monde d table ou dans la rue. Seulement, il se lève tôt et (si le Il boulot » le permet) ne se couche pas trop tard; si on lui offre une vigarette ou de l'alcool, il refuse oh 1 très simplement, il ne cherche pas un faux fuyant pour s'excuser ni ne fait un cilscours pompeus sur tes sacro-saintes lois du ,port ti refuse parce que le record est un maximum et que pour atteindre un maximum il ne faut mettre aucun risque contre soi.

Nous reculant et nous élevant un peu pour juger ces excellents camarades, nous nous apercevons que le but sportif les fait suivre strictement les lois de la ntorale sans s'opposer à celles de la bonne éducation et de la bonne éducation et de la camaraderie et nous posons cet argument dans la balance des détracteurs du sport, souhaitant que cette sévère balance soit juste.

Dr L. BARBEDOR

Championnat Professionnel PARIS. 23 décembre (de notit colle$pondant sportif parisien). Le No6. n'arrête pu l'élan des proteutc^ne)*.

Encore faut-Il dire que ceux de France ne connaissent pas encore les tribuls.tions de ceux d'Angleterre, qui pendant 4 Jours voyagent de nuit pour aller chez les autres, revenir chez eux afin d'épuiser toute une série de matches. UL match est au programme de demain samedi 7 se trouvent épingles au programme de dimanche, car le C.A. de Paris et le Stade Rennais louent demain et les rencontres Excelslor-Hyeres et Metz-Sochaux sont reportes 6 plus tard, au jour de l'An probablement car Excelslor et le F.C. Metz ont Il rejouer un match de la Coupe de France. Voici donc la liste des matches de la onzième journée

Poule A. 01. Lillois contre Racing Club Sète contre Nîmes Mulhouse contre Nice.

Les résultats à l'aller furent O.L. bat Racing Club. 1-0 Séte bat Club Français. 3-2 Marseille bat Nîmes, 3-1 Nice bat Mulhouse. 5-2 Le cinquième match ayant été gagné par Hyéres sur Excelsior par 3-1

Classement actuel 1. O. Lillois. 16 points 2 2. 0 Marseille. 15 points 3. Nîmes et Racing. 12 points 5. Nice. 10 points 6 Sète et Club Français, 9 points 8. Excelstor. 7 points 9 Mulhouse et Hyères. 5 points

Poule B. CA. Paris contre Stade Rennais Red Star contre Cannes Antibes contre Aies Montpellier contre Fives.

Les résultats à l'aller turent Stade Rennais bat C.A. Paris, 3-1 Canne. bat Red Star 2-1 Aies et Antibes. 3-3: Montpellier bat Fives, 3-2: le cinquième match ayant été gagné par Sochaux battant Metz par 5-0.

Clossement actuel 1. Cannes. 14 points 2 Antibes. 13 points 3. CA.P. et Rennes. 12 points 5. Montpellier et Sochnux. 11 points 7. Red Star et FIves. 8 points 9. Metz. 7 points 10. Alès. 4 points.

On relève comme matches importante en Poule A. :0 Llllots contre Racine; Marseille contre Nîmes, et en Poule B. C.A.P. contre Rennes. et Red Star contre Cannes.

Les sanctions demandées par la commission du professionnalisme contre l'Olympique Lillois par suite de l'attitude fâcheuse de l'équipe Il Marseille le- 11 décembre sanctions marquant un blâme Il l'Olympique Lillois, une amende de 10.000 francs sur les 17.000 francs *oucnes jai ,c Jiua du Nora .a i\isoenslon d'un nrweant oour un an sans sursis. enfin ics suspensions prononcées contre deux loueurs qui furent renvoyés au vestiaire uar l'arbltre lors lu match de Marseille ne manqueront: Pas de donner un coup de fouet à l'équipe celle-ci doit tenir a se réhaoiliter devant son pUblic et prouver qu'elle n'a rien perdu de sa valeur Le Racing oalera-t-11 les pots cassés ? Ce n'est guère prouvé, de sorte qu'une nouvelle défaite des Lillois les mettrait dans une lâcheuse position quant i ;eur sort futur dans la compétitif t. D'autre part. 11 n'est pas prouvé o • même sur son terrain Marseille puisse wolr facilement raison de Nlmes très remonté

En Poule B. il raut s'attendre demain i un match acharné au Stade de Paris entre le C.A Paris et Rennes Le C.A.P. est très capricieux, le Stade Rennais est très régulier Le C A.P pourra faire des étincelles mais lusqu'à preuve du contraire 11 convient de lui préférer les Rennais qui cueillent de dimanche »n dimanche .es lauriers qu'il leur a 'd lu aller chercher au loin

En principe Cannes doit battre le Red Star mais comme le CAP le Red Star est capricieux et. devant son public. 11 peut créer une surprise.

PRONOSTICS

Poule A Racing Club. Sdte. Mar.seille Mulhouse.

Poule 8 Scade Rennais. Cannes An.'.lbea. Montpellier.

Robert GutRa.

N.-B Rappelons que sont rejouée dimanche les matches suivants de la Coupe de France Excelslor-Roubais contre Moyeuvre: F.C Metz contre Le» (le plus Intéressant des cinq); Bruay "ontre Havre A-.C. Bel fort cowre M» naco \s. Strasbourg contre BUlWi-


GRAND MATCH INTERNATIONAL Demain, à 14 h. 30 précités, ae Parc des Sports, à Rennes SLAVIA DE PRAGUE

CHAMPION DE TCHECOSLOVAQUIE

FINALISTE DE LA COUPE D'EUROPE CENTRALE CONTRE

STADE RENNAIS U. C.

SOUS voici arrivée la veille du plus raad match international qui se soit •éroule, a c- jour. tant à Rennes. que Jans l'Ouest.

La Blavia de Prague (six fois cham- Monne de Tchécoslovaquie finaliste de a Coupe d'Europe Centrale de la Cou- te dez Nations, du Tournoi de l'Expoef- ;on Coloniale de Paria 19311: est In- ̃ontestablement l'une Ces plus grandes ·t des meilleures équipes d'Europe. Apre* le match Autrlche-Angleterre. ciel le match Tchéco-Slovaqule-Angleerre en préparation Sept des joueurs le la. Slavla seront très probablement ippelés à représenter les couleurs natlo- <ales tchèques, sept Joueurs que es -portifs de l'Ouest seront à même de olr évoluer au Parc des Sports. joueurs ̃m ont nom

ZENISK, arrière droit

du Siavia de Prague

?!anicka. l'un des meilleurs gardiens Europe A déjà opéré à différentes reprises contre l'équipe nationale de France et contre l'Ital: le 28 octobre. Svoboda. 24 fois international, connu dans le monde entier. Inter-droit contre l'Italie le 28 octobre dernier.

Camba.1, maintes fois international. Demi-centre extraordinaire. A joué à cette place contre l'Italie le 28 octobre dernier.

ZBNISEK. le meilleur arrière tchèque dq l'époque.

Pue inter-gauche. international contre l'Italie le 28 octobre dernier.

VcxUcka, demi-droit, titulaire de ce poste depuis de nombreuses années dans l'cquipc nationale de la République Tchécoslovaque.

Junek. ailier droit, dit lois international. A joué contre l'Italie le 28 octobre dernier Centres parfaits et est en même temps excellent shooteur.

Puis Frala. arrière gauche: Jezbera, demi-gauche: Hejna. ailier gauche, et enfin Sobotka. avant-centre qui devait entrer au Stade Rennais à la fin de la .saison dernière.

Le publie se demande comment se emporteront les Rouge et Noir » devant une aussi belle équipe. Le Comité 1u S.R.D.C.. qui ne laisse rien à la légère. a voulu que ses représentants lassent honorable figure; il a songé à renforcer sa ligne d'attaque il a solll:ité deux grands Joueurs dont la réponse est impatiemment attendue et 3 ont nous serons à même de donner les noms demain en même temps que la formation exacte des Rennais.

Nous ne saurions trop recommander aux spectateurs de prendre leurs dispositions d'avance et de s'adresser aux différents guichets de location. Le nombre des entrées a été intentionnellement limité à 8.000.

Cette rencontre. sans précédent, est placée sous la présidence de M. Lemaistre, sénateur-maire de Rennes, qui donnera le coup d'envoi.

M. Rldard, l'excellent et sympathique arbitre fédéral, aura la charge de dlrlger le match.

ORGANISATION

Des détails spéciaux d'organisation ont été adoptés. C'est ainsi qu'à la tribune centrale des places seront réservées et numérotées. Des bancs seront installés sur le terrain, le long de la main-courante, côté des tribunes, ainsi que le long des tribunes. Les guichets du Parc des Sports seront douoies. et des guérites installées rue de Lorient. En raison des très gros sacrifices financiers consentis, les prix des places ont été fixes ainsi qu'il suit

Tribune centrale (places numérotées, hommes ou dames 25 francs.

Tribunes de côté ou enceinte réservée messieurs. 20 Ir.: dames. 15 francs. Gradins et pourtour. 8 fr.:

Militaires non gradés et scolaires en groupe, 5 francs.

Les membres honoraires auront accès gratuit aux tribunes de côté. Ils pourront, sur présentation de leur carte, retenir une place numérotée moyennant un droit de 10 francs.

Un service spécial de location fonctionnera pour les places- numérotées de la tribune centrale au siège social du S.R.U.C., Café de l'Europe, de vendredi midi au dimanche matin Il heures. Des billets seront en vente pour les autres places aux guichets habituels de location de samedi midi à dimanche, à savoir

Au siège social du S.R.U.C.. Café de l'Europe, rue Jean-Jaurès; au Café du Présidial. rue de l'Hermine, haut de la place de la Mairie.

Des places assises ne seront garanties qu'à la tribune centrale (place» numérotées)- aux tribunes de côté. à concurrence du disponible.

Un service unique toncttonnera pour les autos

A l'aller, par le Mail et la rue de Lorlent.

Au retour, par le boulevard Marbœuf. rue Saint-Brieuc. rue Papu. rue de Brest et quai d'I'.le-et-Rancc

Un garage sera installé boulevard Marbœuf et seules, auront droit au Parc des Sports, les autos munies d'un coupe-file.

Des services de tramways ou de cars fonctionneront soit de la place de la Mairie, soit de la place de la République. 8

JEUDI 29 DECEMBRE, A SAINT-MALO SOUS LE PATRONAGE DE c L'OUEST-ECLAIR FERENCVAROS (Hongrie)

contre U.S. SERVANNAISE ET MALOUINE

TURAY

l'avant-rcntre de Frrencvaros,

26 ans, international, a jour contre toutes '«es équipes nationales, sauf celle de France.

Députe 1912. où. un revenant des Olympiades de Stockholm, el:e Joua à Paris, contre le Red Star et le Stade Français et les battit par 8 buts à 0, cette grande équipe ne s'est Das produite en France. Ce n'est pas qu'elle dédaignait notre jeu, mais ses dirigeants, sollicltés par tous les grands clubs du monde, n'arrivaient pas trouver des dutes en concordante avec 1m nOtres pour se produire dans notre Ferencvaros est certes l'équipe la plus cotbe de Hongrie. Sur les listes établies dernièrement dans certains journaux sportifs, et donnant le classement par valeur des c:ubs de chaque nation européenne, le FerencvarOE. figure en tête de ceux de son pays.

Et pourtant quelle belle pléiade de Joueurs forme en Hongrie les clubs qui

suivent ̃ UJpe8th, Hungarla. Budaï, Bostay. Ce sont des noms connus et admi•és de tous les sportifs.

Toutes ces équipes sont venues en France les années passée». plusieurs sont même venues jusqu'en Bretagne, et nous avons pu, soit à Rennes, soit :hez nous, admirer leur virtuosité et leur science du football.

Mais nous n'avions pas vu la plus belle. Elle sort cette année de ses habitudes, et avant (maintenant que les matches aller du championnat sont fiair», de repartir courir le monde, elle va faire sa tournée européenne et africaine.

Les Malouins auront l'honneur du deuxième match en France. Le mercredi 28, ces « as » du football arriveront à S&lnt-Malo, et le lendemain Jeudi 29 décembre,, 1'U.S.S.M. se mesurera avec eux.

La rencontre avait été primitivement

le demi-centre du Ferenevaros. 19 ans, 8 fois International

fixée au 31 décembre. Mais comme il fallait le prévoir, l'annonce de la venue de Ferencvaros allait déchaîner les offres de réception.

n leur était donc Impossible de Jouer à Safnt-Malo le samedi 31 décembre. Désirant remercier François de WoggenbUber, qui est un de leurs anciens joueurs et qui s'est beaucoup occupé en France de leur tournée, Ils ont accepté de Jouer le Jeudi, ce qui leur permettra de se reposer avant de rencontrer les c pros parisiens.

Ensuite, les Allemands et les Hollandais recevront leur visite. Sa tournée terminée, 1*équipe rentrera en Hongrie pour finir le championnat, puis repartira au Mexique et Jouera plusieurs matches au Brésil et en Argentine. Le 29 décembre 1932 marquera dans l'histoire sportive de l'U.S.S.M. Car, Dieu sait quand, les circonstances permettront à nos c Diables Noirs s de se mesurer avec ces joueurs qui figurent parmi les plus grands footballers du monde entier.

Le match commencera à 14 heures, Jeudi 29. Arbitre, M. Merckx. arbitre fédéral.

L'équipe sera formée parmi les Joueurs suivants

Corbel, Noury. Hardy. Cbartier. Loncle. Delabare. Cloarec. Denis, Rouxel, Richard, Poromba, Szombati, Fleury. Cho'.lst. Pasquler. Halna.

Le prix des places, malgré les gros frais engagés, a été fixé à

Tribunes, 10 fr.; pelouse, 5 fr. 8 NOËL A VITRÉ

Grand match amical

E.S. JUVISY (1)

contre A.S. VITRÉENNE (1) Il n'est question a l'heure actuelle que de cette superbe rencontre qui opposera l'une des meilleures formations ds le région oarlstenne au onze local. Tous les sportifs de la région a2tendent avec impatience le coup d'envoi de ce match et nous engageons ceux qui feront le déplacement du Stade municipal d'arriver à l'heure pour avoir les meilleures places.

Comme nous l'avons déjà ait. Juvlsy alignera ses meilleurs joueurs. C'e&t donc que la tâche sera rude pour les Vltréen-s.

Que feront ies a rouge et or devant de te!s adversaire» qui adopteront la formation suivante

Boucheron, gardien de but connatt à l'heure actuelle la grande forme. Alletonn arrière véritable mur, puissant dégagement.

Bergevin. arrière très mobile. Gauchet demi-droit très bon joueur connaissant son rôle à merveille, toujours sur l'adversaire.

Nachbaner grand joueur, excellent distributeur de jeu, alimente sans cesse la ligne d'avants.

.Angêe. demi-droit joueur redoutable et en ce moment en belle forme. Desmarest. ailier-droit loueur vite aux déboulés dangereux.

Poullguen. inter-droit très bon shooter, s'entend très bien avec son ailier.

Lhéritier l'âme de la ligne d'avants qui grâce lui est très incisive. Le Du inter-gauche très bon shooter.

Hubault, ailier-gauche joueur rapide au centre précis,

Tous les sportifs de la région voudront admirer ces as du ballon et nous prévoyons une assistance record pour demain.

Etant donné les frais engages pour faire venir a Vitré l'équipe de Juvlsy, les carte. de membres honoraires ne donneront pas droit a l'entrée gratuite. A Saint-Malo

STADE COLLEGIEN MALOUIN (1 B) bat IMMACULEE-CONCEPTION par 6 buts à 2

Saint-Malo, le 23 décembre. Le Collège a donc renversé le pronostic et franchement. Au débu dominé, 11 se rattrapa vite et domina son adversaire pourtant courageux.

Les meilleurs ont gagné.

A signaler au Collège Chaste!. Gruell. Burgot. Tyson.

A l'Immaculée Conception. le très bon goal Maillard: les deux arriéres et le deml-cente- la ligne d'avants est peu effective. 8

Demain à LiBré p

AMICALE SERVANNiAIBE d contre U. S. LIFFREENNE Le Noël sportif sera marqué à Liffré t par une rencontre amicale entre l'équi- pe locale et l'Amicale Servannalse. Nous avons déjà dit tout le bien que noua pensions de cette équipe qui se } produira a Llftré pour la première fols. Un autre attirait pour les sportifs lit. 1 fréens consistera en ceci le match de J demain aura lieu sur le nouveau ter- r raln de l'U. 8. Llflréenne. Nous rappe- t lons que ce stade se trouve sur la route de Chasné. dans la foret même, à 200 a mètres de l'entréc de l'ancien terrain. Le coup d'envoi sera donné à 14 h. 30. 1 Dimancht, à Saint-Halo U.S.A Clichy contre U.S.S.M. L'équipe de OUchy bien qu'en promo. tion est une des meilleures formations parisiennes; elle possède un palmarès qui prouve sa valeur, en effet .ou» y relevons notamment des victoires aur l'A. S. Valentlgny. sur le Stade Havrais. sur le Stade Malherbe Caennais; le Stade Brtoohln. le O. A. Montreull, le R. C Calais, le C.A.8.G. qui vient de battre l'A. S. Brest en Coupe de France. La Garenne-Colombes.

n ne vient d'être éliminé au 32- de finale que par le club professionnel de Nice et par un score peu élevé 2 à 0 et encore les Parisiens avalent du faire le déplacement. Si le match avait eu lieu à Paris le résultat n'aurait certes pas été le même.

C'est donc une équipe de toute première force qui rencontrera les Servannais dimanche prochain et comme les locaux seront obliges de s'employer à fond cela leur procurera un bon entraînement en vue des prochains matches et en particulier celui du prochain tour de la Coupe de France.

Les Parisiens viendront à St-Malo au complet car ils veulent renouer les bonnes relations du passé et faire voir au publlc ma'ouln qu'ils n'ont rien perdu des qualités de leurs aînés qui se sont produits si souvent à Rocabey.

Nous verrons donc au txw Maguc. tlectlonné Universitaire: arrières Oé\irdln, Monet, International corporatif: 'omis Dubois. Ramousse (Int. corp.l. lousserand (Int. corp.l; avants 0iert Bourdois isél. militaire). Alexis. requin (sel. corp) ot Chauvin.

lA A cette bette formation le club local apposera sa meilleure équipe possible. compte tenu des blessés ou lndljponlson succès de dtmanche dernier.

De toute façon la partie de dlmanohe eera des plus disputé», le» Parisiens

voulant arracher la victoire et effacer leur échec de la Coupe Armateurs de football, vous avez donc là un bon après-midi de Noël a passer aussi rendez-vous libres et venez encourager les Joueurs qui chercheront tous à voua uonner satisfaction.

Dimanche à Rennes

A 13 h. 30 Match entre les u Jeunes Espoirs n de l'A. S. C. R. (football) Il heures Match entre A. S. C. R. (1) et Cheminots du Mans (1) (basket) 14 h. 30 Match ci Mariés contre Célibatalres » de l'R. S. C. R. (football) 15 heures Match A. S. C. R .(2) et Cheminots du Mans (1) (basket) Dimanche prochain nous verrons sur le stade Francis-Troufflard évoluer des équipes de Cheminots.

En effet le Comité de l'A. S. C. R. a décidé de faire Jouer un match entre c Mariés et « Célibataires à 14 h. 30 et h 13 h 30 deux équipes de Jeunes. De cette faon. le Comité pourra se rendre compte de la valeur de ses Joueurs en les voyant opérer soit en face ou à coté les uns des autres et prévoir des Joueurs pour la formation des équipes pour les matches retour dans le championnat de la L.O.F.A. Pendant le football, deux matches de basket se dérouleront sur le terrain de la balle au panier. Nous y verrons encore tous Cheminots, puisque les Rennais seront opposés a leurs camarades du Mans.

Les amateurs sont donc conviés à une bonne après-midi de sport et le Comité a décidé de fixer un prix unique de 2 francs, pour toutes ces rencontres.

Demain a Saint-Aignan

8AINT-AIGNAN SPORTS (1)

contre A. S. MUROISE (1)

Le terrain de Quènécan sera demain le théâtre d'une rencontre amicale très intéressante entre les équipes premières de Saint-Aignan Sport., et de l'A. S. Muroise.

Saint-Aignan Sports se présentera de la façon suivante

J. Polo

Le Nagar Il. A. Jégo

Le Sourn Le Mouël Allano J. Jégo L. Bouaec Wecker Mérel IIx Nagard (2)

Coup d'envol il 1.5 heures.

Le Cross

des Cinq Provinces de l'Ouest (13' ANNEE)

Organisé par L'Oaest-Eclair avec le concours de la L.B.A. sera couru

LE 8 JANVIER 1933 A RENNES

II y a treize ans. sur l'hippodrome des Gayeulles 182 coureurs prenaient 1e départ pour notre première epreuve. Nous avons rappelé, Il v a quelques jours. ce que fut cette première compétition et t'enthousiasme de la foule mussée rue Touiller où se faisait l'arrivée. La se distingua Marcel Dents qui Inscrivait le premier son nom au pal. mares de notre épreuve

Reprenons l'historique et voyons aujourd'hui ce que fut notre deuxième Cross des Cinq Provinces. L'enthousiasme des coureurs pour notre compétition nous amena un grand nombre d'engagements et on trouva réunis au départ 261 coureurs. Ils partirent du Champde-Mars. suivis par les ovations de la foule sportive accourue en grand nombre. L'année précédente la course s'était déroulée aux Gayeu:es et dans la partie Nord-Est de la ville Cette année. dans un but de diffusion. l'Ouest-Eclair résolut de faire profiter du spectacle magnifique des coureurs les populations riveraines des quartiers de Villeneuve et de Qutneleu. Les concurrents empruntaient la rue de l'A.ma. le boulevard Jacques-Cartier et par un tracé dans les champs. accomplissaient une boucle qui :ea ramenaient boulevard Beaumont. puis au Champ-de-Mars. Ce parcours n'était accompli qu'une fois par les « Jeunes » et deux fois par les adultes

Comme l'année précédente. la lutte fut vive pour les premières places dans la catégorie olympique D. Hale. des P. T. T. de Nantes: Lhulsster. de la Tour-d'Auvergne- Teulléres des P T. T.; Joltvet, de T'Arsenal-Sports s'acharnèrent pendant tout le parcours pour terminer dans l'ordre sus-indiqué. Chez les a vieux » la bagarre est ) aussi sérieuse. Tour a tour Lemaitre. Moser. Jarno et Herry prirent le dessus Pendant la seconde boucle le favori de l'épreuve. le dur gulngampais Jarnu dut s'Incliner battu de peu. Il est vrai par le morlaislen Herry. qu: fit une course merveilleuse- Moser. de l'A. S. B.; Lemattre. du Mans- Marchais, de Nantes, prirent leùr suite tes places d'honneur.

C'est ainsi que se disputa le second Cross des Cinq Provinces Une seconde fois il avait connu la gloire et le succès. succès près des crossmen. succès aussi prés de ta toule sportive qu'enthousiasmatent les belles performances de nos pedestrlans.

Notre cross du 8 Janvier 1933 ne saurait démériter. Il attirera. comme les ans passés, la foule des amateurs du sport pédestre coureurs et spectateurs. LES ENGAGEMENTS Les engagements pour le 13* Cross des Cinq Provinces, qui sera couru à Rennes le 8 Janvier 1933 sont reçus dès maintenant par la Ligue de Bretagne d'Athlétisme l'adresse suivante Lipue de Bretagne d'Athtettsme

Boite postale 129

à Rennes.

Les clubs sont Invités engager leurs coureurs au p.us tôt. en indiquant les nom. prénoms, date de naissance et numéro de licence.

Le· engagements seront clos le dimanche l" Janvier 1933. à minuit. 0 D'ores et déjà. M. Fauque. secrétaire du C A. Mayennais. prie la L. B. A. d'enregistrer les engagements de deux équipes de son club. une équipe seniors et une équipe Juniors. Le C A. Mayen.nais possède une belle section de cross. Depuis de nombreuses années cette section participe à notre a Cinq Provinces » et à chaque fois. ses coureurs s'y sont faits remarquer.

La liste est ouverte. A qu: le tour ?

UNE TENTATIVE

CONTRE LE RECOUD DE L'HEURE DES 24 HELKKS A MONTHLERY Monthlery. 23 décembre. l.es pi- lotes George» Monneret. Marei-Jean Ro- land et André Gitlard sur moto 350 ce, ont pris le repart ce matin a 11 n. ii pour tenter de bettre le record du monde des 24 heures.

UNE ECONOMIE FACILE C'est celle qui consiste à maintenir son moteur en parfait état de fonctionnement grâce à l'emploi de l'huile CASTROLLO (produit de CASTROL) mélangée à l'essence pour le graissage des hauts de cylindres et tiges de soupapes. L'usure prématurée et les coûteuses révisions de moteur seront ainsi évitées. L'emploi de CASTROLLO est nécessaire en tous temps et indispensable en période de rodage. Pour garantir son origine, la CASTROLLO est teintée en violet léger.

'tuée Il h. 30. au siège, pour déplacement à Liffré.

iiiimiiiiiMiiimmuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiimiiiiimiiii

AURORE DE VITRE contre

ABEILLE DE VILLENEUVE-TRIAGE Voici une phase de cette partie qui se déroulait dernièrement à Vitré. Cette photo ne sera pas sans intéresser les Vitréens qui ont assisté à ce match qui fut, en tous points, intéressant.

NOS ÉQUIPES DE BASKET-BALL

L'EQUIPE PREMIERE DE LA VITREENNE De fancb* à droite Hascouët, Païen, Tlenvrot, Dueuet, Pécher

B:ouet, Daveux, Lenormand R., Roguet, Lucas Jean, Lenormand L. (cap.); Jean Macé. Chotard, Leloup, Lucas Joseph.

L'équipe II est convoquée aux Grèves de Chasles dimanche a 14 heures. 8

COURSES A V1NCENNE8

Partants probables

Prix DE Neuville ,attela, a vendre. 10.000 fr. 2.675 mètres). Fil de Fer Il (Boudage). Farceur 111 Gypteau). Fleur d'Amour iSouchoni, Far West Il Combot). Fleur Nor:nande iDugrenaudl. Dzvwtiac ̃Lecomte). Fatma II iGittonl, Djalta .Marie'. Fa nu sot iPetiipas). Champiilon Vercruysse,. Fativa itamberli. Fleur de Serfotet .Butin. Dau.phin V Vanlandeghemr. Conscrit 11 iVandemnstei Espoii X Massoni Douphtn IV (X. i Coq d'Or ou Dare Dard Leuburn <Balclccr>. Corrouoienne Lec';ercqi, Du" Noir i Vigneaux Conquerant D ijobin) Diabolo Il (Cheval). Dtv.su iSourroubllle.. L'Emballé -Monsieuri. Dictateur III ,Daudtnl. Derviche (Gras) Fetzche VI Forclnal). Daphnin» iVautien Etoile Filante Il Van Dycki. Eleusis C Slmonardl. Fresnay iX.). Depessiaux X.. ).

P«<ix DE Menneval (monte. 10.000 fr. 2 250 mètres). Heureux i Marie Har.vey (Chrétien). Héliotrope V .Neveux». Hidalgo Il iBrèhini. Honlleur Forcinali Hams Buissoni. Hermès 'Rencaudi. Haut Clos Pentecôte). Roche iPrével) Héros de Bony .Bertogltatll. Hamlet fil De:aroche fils). Héritot ou Hanoi .Marie), Hetiotrope IV iPlcardl. Hennés III X. Harmonieux cLagals1 se). Hollywood 'Sauve' Hoemus iHaPrix DE Momtbeuil. ,Attelé. 10 000 irancs, 2.250 métrés). Hérode j .Bêgoui Houat iMasson) Hulubertu O. iCapovillai Houleux cLeclercql Hortensta III iLeboucherl Harceleur • Koch) Hades 'Netter) HacQueviUe i (Monsieur) Horizon III (Aman Heurtcloup (Gypteau) Heat (Simonardl Hotot (Dupuisi Harlay III iCheval) Haro' lll .Gypteau t. Halifax Il 'Nefi, Penaud) Harceleur Il iChêronl: Hocne S Sourrouoihe) Hardi bouquet (Simouard) Hevillers (Lemolue) Har. di Petit Il (Bouiey) Harley B iDoumen) Hector V (Forcinal) Helder 1l (Carré) Huit Clos (Hardy) Hankéov. tPh. Kochi Harkoll Jenesonl Hierophante (Céran-Maillard)

PRIX Edmomd HENRY. {Monté, 50 000 Irancs. 2.250 mètres). Hélona Il (Visa) Houlette iVerzéle) Halim Pacha (Morel) Hyaanis i«ran-MaUla-di Horus 11 iForcmali Hava Il i Simouard) Hoppe 'Carré) Hérodiode iPerlbarg) Halctone iHazet) //< aenvilliers ittlaudl

PRIX DE LA Moselll. [Attelé. 20000 francs. 2.800 mètres). Demi. Mcmdin ou Fou-nre Il ijanssen) Firmmy ou Eclair V iMassoni Dorylléc (Doumeni Dastilax icarre Fils) Espoir de Verfay (Carré) Galentin f Vacher) Delna WUkes (Capovilla) Fou du Rot Il (Leprincel Friscourt Van DNycfcl Etua Il iRajoni Eucüde C. Cèran-Mail!ardi Panthere Noire (Pot- tic) Eoline (Dapet) Epicéa iForclnal) Desespoir .Bulh-.on) Duc de Normandie (Vercruysse) Epinard Ill (Sourroubille) Ciboulette V iVerzéle) FutstalJ Monsieur) Enee (Slmonard) Ep-iom IV (Vigneaux) Dakota iMacé) t FcUche IV (Vieil Cresus (Souchon) Evnnvmus (Goum) Corbon (Ruttl) PRIX DE Maisons-Lafftte monté. 12 000 fr.. 2.250 m.) Gabelle (Verzelei Galatu-.e il iCr-eze Gabardine ( Picard Galant Il iLibeert) GagnePettte iMorel. Gaf/i-iWarie (Reneaud). Gua-yaquil 'Monclinl, Grane iBerto»gliatil Gérantu»! Il (Boudeau fils). Genet-d'Or lExper'), Grand-Sire (Pentecôte). Gyptis iHazet) Giroflée iLefevre). Gourchelles i Dezieray > GrtnriIZe (SaintFils), Gelon iPh. Hanse) Grand Krak (Martes. Garcia l. (Vache- Go-to-bed ¡Neveux Georirtna (Bas:)en). Gnselrta iSimonard), Good 8ye iPlcard). Gvsptl» ou Guitte iForcinal,. G. de Mesxl (P^card). Gitane XI (Pottler).

Pronostic»

lr» course Eleusis C. Fresnay.

2* course Héliotrope. Herttot.

3* course Hurluberlu. Hiérophante. 4' course Ec Olry. Halim Pacha.

5' course Fétiche IV Duc de Nef» mandte.

6' course Gourchetles. Géranium Il, Pronostics de la presse speciale Paris-Sport

lr» course Fleur de Serpolet.

3» course Hoilywooa.

3' course Hurluberlu.

4" course Heltenvttlters.

5' course Eptnard

6' course Gourchelles

AtrrruiL-LoNGCHAM»

I" course Eleusis C.

2« course Héliotrope IV.

3" course Hurluberlu.

4' course Ec Oiry.

S' course Enee.

8'course Gourchelles.

SOMMES GAGNÉES EN 1938 PA* LES CHEVAUX DE NOS ECURIES RÉGIONALES

Cournes platea

Chevaux ayant gagne au moins vingt mille francs

In Nigns. a ans. 56 770 fr. vtctotrrts; Quedtlmbourg, 3 ans. 51.845 fr., 5 victoires; Sabéenne, 4 ans. 46.940 fr., 4 vtotoires: Dilecta, 3 an.. 41 COS tr.. 8 vlotores Martini. 4 ans 38.140 fr.. 1 victoires: Red Girl, 4 ans. 31.890 fr.. 6 victoires- Golden Wave. 3 ans 31.435 fr..4 victoires: Scartet Quill, 3 ans. 31.040 fr. 2 victoire" Slide Along. 3 ans. 30.880 fr.. 4 victoires: Ganee. 4 ans. demi-sang. 29.930 fr.. 6 victoires; M'Amy. 3 ans. 29 885 fr.. 5 victoires: leilah. 4 ans. 29.470 fr.. 4 victoires: Lamidaël. 3 ans. 29 405 fr 4 victoires: Anvers. 3 ans. 28.370 fr. 4 vlcto'res: Marie-laurencm. 4 ans 27.795 fr.. a victoires: Gerbera Il. 3 ans. 25.275 fr.. 3 victoires: Lyrisme. 7 ans. 24.480 fr.. 3 victoires; Darfc-Girl» 3 ans 23.800 fr.. 4 victoires: Gagne ta (.'route, 4 ans. demi-sang. 22.500 francs. 4 vtct.: Patsy O'Neill. 3 ans 21.835 le. i 6 victoire».


Si vous hésitez,

écrivez-nous

Biett souvent, sans doute, lorsque voua avez besoin d'un renseignement d'ordre agricole, vous ne .;avez à quel organisme vous adresser.

Nous rappelons à nos lecteurs que nous tenons à leur disposition un service de renseignements et consultations ou Les collaborateurs les plus Qualifiés répondent C toute demande concernant l'agriculture. Ecrire d la page agricole de L'Ouest-Eclair. 38. rue du PréBotté. d Rennes, en ayant soin de signer lisiblement et de mettre son adresse complète.

Renseignements et demandes d'adresse 1 franc

Consultations 3 francs.

Délai minimum de réponte 10 Jours.

Votre droit

Le droit de pèche dans les étants Il convient avant tout, de définir les étangs

Il en est, en effet. de deux sortes certaina ne sont constitués que par l'épanouissement d'un cours d'eau et sont soumis a toutes fee réties de police en vigueur sur lésait* cours d'eau lengin* prohibés pèche Interdite a certaine* époques de J'année et certaines heures etc..

Les vrai. étangs eux. ne aont ail- mentes que par les eaux de eources et les eaux de ruissellement Issues de la pluie.

Les propriétaires de ces etangs-la sont absolument libres d'y pécher en toute saison des poissons de toutes dimensions par tout procédé qui leur plaira, de nuit comme de jour il n-est fait aucune restriction a leur droit de propriété et ils disposent du contenu de leurs étangs comme bon leur semble. Bien plus. ta vente et le colportage du poisson des écrivisses et des grenouillas péchés dans ces étangs en temps prohibé sont autorisé*. alors qu'Us sont Interdits pour les premiers étangs il faut seulement que le vendeur ou le colporteur Justine de l'origine de ces animaux et se munisse d'une attestation émanant du propriétaire ou de l'exploitant ce l'étang certifiée par la maire de la commune, et rédigée sur une feuille spéclale délivrée à l'intéresse par les chefs de bureau des Conservations de» Eaux et Forets (coût de la feuille 0 tr. 25).

Entre ces deux cat6goria d'é:anga. on doit en placer une troisième, les fonde d'eau aménage* en enclos sur des portion* de ruisseaux, de rivières ou de canaux.

En vertu d'une loi du 18 Juin 1923. ces fonds sont ceux pour lesquels i on a réalisé l'état des clôtures, c'est-à-dire que la circulation des poissons entre les eaux closes et les eaux libres est efficacement Interceptée au moyen de dispositifs appropriés > (treillages, grilles serrées etc:

La pêche sur ces fonds est assimilée i la Dèche danb les étangs de la deuxiè- me catégorie et les propriétaires bénéficlen' d'une liberté Identique II en est de même cour les ennaux et fossés appartenant à des partlcullera dès que leurs eaux cessent naturellement de communiquer avec les rivières. P. N. Dictons agricoles

Décembre

A Paquet brait ta bûche de NoiL

Claire nuit de Noël

Claire Savelle.

Beaucoup de paille et peu de bti

Quand Noël est claire.

De W Toussaint 4 Avent

Jamais trop de pluie et de vent.

(le bouton» râblé 8 fil». TUsiit

«rnre iwhu -le illohlr. (id TKtXT-J

Conaeils pratiquea

«r» m*

Logement des travailleurs agricoles. Un décret du ministère de l'Agriculture paru au Journal officiel du 19 novembre porte règlement d'administration publique pour 'application de la iol du 31 Juillet 192S. concernant l'amélioration du logement cet travailleurs agricoles. Droits de douant sur lu bou. A l'Officiel du 20 novembre le ministère de l'Agriculture publie un décret modi- fiant le tarll des douanes en ce qui concerne les bou Un arrêté paru a la même date fixe et limites du contingent pour certaine; catégories de bois. Le concret de la Machine agricole. prévu pour ianvier 1933. aura pour objet l'étude du mntenei de travail du eol et de préparation des récoltes du matériel de récolte des tracteurs et transporta agricoles de traitement des produits agricoles

Un court d Horticulture public et gratuit a commence le 6 novembre dernier à l'Ecole d'Horticulture. 301. avenue Daume-r': a Paris. Oe cours, divisé en deux an: .es. se continuera les mardis pour 1a première année et les vendredis pour la seconde année & 20 heures. L'Italie vient le relever Jortement ses tarifs douaniers Les droits frappant l'importation des oœufs taureaux et vaches passent de 55 à 350 lires ceux des veaux. de 120 A 200 lires la viande fraîchie et salée de 27 et 50. à 140 lires. Enfin les chevauar qul pcyrleoc 278 lires, en p»le.nt désormais 700

La rouille des chrptanthémet peut. la plupart du temps, btre évitée par de* soufrages suivis exécutés préventivement Cependant si des taches appamiment. Il faut faire des pulvérisation de polysulfure alcalin (sel pour Barègse) a 4 ou 5 grammes par litre. Le traite. meaedolt vlaer la, tact Inférieure des

Traitement méthodiqae d es vergers contre

les maladies

et les insectes

Au congrès International sur la lutte nisé à Lyon par la Compagnie des chemins de fer P. L. M., M. Palllot directeur de la Station de zoologie agricole du eud-Est. a attiré l'attention des produr de fruits sur la nécesslté, au dou r. point de vue cultural et économIque, de traiter méthodiquement en hiver leurs vergers à la bouillie cuproanthracénique afin de détruire les germes reproducteurs des maladies de ia « Cloque ». du t Coryneum ». du c Motemps que les chrysalides, larves. insectes ou carapaces des c chenilles arpenteuses et flleuses ». de la carpocapse des c pucerons », des c cochenilles etc.. Le Serrlee de la défenses des végétaux, des Services agricoles, les OfCces agricoles et les Chambres d'agriculture. et la presse, ont de leur côté. vulgarisé ce traltement d'une efnsclté éprouvée contre ces maladies ervptogamloues et ces Insectes, son application c'est généralisée L la satisfaction de ceux QUI l'ont apnltqué. Il existe bien. de-cI. de-ln encore quelques producteurs de fruits routiniers. entêtés r6fractalres au progrès qui s'obstinent à se croiser les bras Aussi les quelquesuns. ont attendu cette année que les cailles tombent rôties, ont pu luge-. la suite de l'h'imlcVté et du froid de ce printemps et du début de l'été, en quel mauvais état la t clooue a a mis leurs Dlanratlnns de oêchers. misses sans défense. En attendant qu'une loi prochaine les obllee à suivre l'exemple donné Il convient de leur dire une fois de nlus au'11 exista des armes Qui leur permettent d'amél'orer considérable- ment le rendement et la qualité des fruits produits par les arbres qu'ils cul- tlvent. D'après les conseils donnés au conerès de Lyon. par M. Paillot. et ceux qu'il a renouvelés le 8 novembre dernier, la Journée du Fruit tenue dans cette ville à l'occasion de sa foire. ces armes d'une grande efficacité sont aisées à manier, avec un peu de bonne volonté Il s'agit tout simplement de pulvériser sur les arbres fruitiers au moins une foIs car an. a l'automne et i la fin de l'hiver. l'émulïlo-» d'huile d'anthracéne en bmilJlie bor<lse. préconisée par M Palllot. La fom ie recommandée comnorte 10 parties d'huile d'anthrscêne pour 90 parties de boulllle bordelaise t 2 <& de sulfate de cuivre et 3 de chaux Cette prooortlon d'huile d'anthracène nécessafre oour débarrmiser le- no'rlers et les pommiers des mousses. lichens et cochenines. tout en combattant la c Tavelure 3 peut être réduite à 8 %̃. et même a 6 ou 7 pour le traitement de la Cloque des pêchers. peu sensibles en général aux attaques des nn-asitee de l'écorce ou des plantes éntphytes. L'apDl'cation de cette émulsion cuprlanthracéntaue. que d'aucuns pensaient être susceptible de nuire à la santé des arbres fruitiers sur lesquels elle était pulvérisée, n'a aucune action fâcheuse. à condition toutefois que l'huile d'anthracène employée contienne moins de 2 de phénols Inférieur». SI des brûlures ont été constatées cette année sur des pêchers traités l'automne et au cours de la première moitié de l'hiver contre le ̃ Coryneum Bélérlncku ce n'est pas. a déclaré à la c Journée du Fruit ». M. Paillot. à l'huile d'anthracéne, qu'elles doivent être attribuées. mais bien aux sels de cuivre. A l'action desquels les Jeunes pousses de pêchers se sont montrées en cette année humide d'une grande sensibilité Cette sensibilité anormale. due pour une grande part à l'aoûtemcnt défectueux du bois. a duré jusqu'en févner. les pêchers traités en mara n'ont eu aucune brûlure. A l'ave- nir, lorsque le bois des pêchers apparaltra insuffisamment aoùté. Il sera prudent. a dit M. Palllot. de s'abstenir de traiter ces arbres à l'automne avec l'émulslon cupro-anthracén:que. mais plus tard en février-mars, car à ce mo.ment-la, non seulement on combattra efficacement la Cloque ». mais on protégera également l'arbre contre les attaques de printemps du c Coryneum ». Une excellente mesure, que M Paillot recommande aux arboriculteurs ayant de vieux arores fruitiers dans leurs versera. notamment des pommiers, et que nous-mêmes avons recommandée dans nos articles, c'est de faire préceder le traitement cupro-anthracénique par le décorticage des écorces. afin de mieux atteindre les divers parasites, indiqués au début de cet article, réfugiés dans les replis des branches et :es aniractuo- aités du bois. Par ce moyen aussi les pommiers peuvent être débarrassés progressivement des chancres.

En un mot, la pratique régulière des traitements d'hiver de nos vergers. tout en augmentant :a vitalité et la productivité des arbres fruitiers, permet de réduire le nombre des parasites de toutes espèces qui s'attaquent a leur bols, a leurs bourgeons fructifères et a leurs parties vertes. Et cette réduction est d muant plus élevée, d'autant plus marquante, que le traitement d'hiver est Judicieusement complète par des traltements de printemps.

Lu valeur de ces traitements d'hiver et de printemps est si grande que à titre d'exemple. M Paillot a cité à la Journée du Fruit. le cas d'un propriétaire de la région viennoise qui applique depuis 7 ans ces traitements et qui a récolté cette année, dans une plantation de poiriers Williams de 2 hectares. environ 30.000 kilos de poires. à peu près Indemnes de a tavelure a avec une pro.portion de fruits véreux Inférieure a s Ce magnifique résultat montre de quelle puissante action sont les traitements d'hiver et de printemps de nos vergers.

Il est à eouhalter de voir un. tel exemple se généraliser rapidement: Com- me les traitements ne sauraient donner de bons résultats que s'ils sont exécutés convenablement avec des pulvérisateurs à grand débit. dont les démonstrations publiques ont montré les avantages économlques. et la bonne désinfection des arbres fruitiers obtenue grâce & leur force de projection et de pulvérisation, et comme d'autre part, le prix d'acbat de ces appareils n'est pas à la portée de toutes les bourses. Il serait opportun. pour faciliter leur dlfluslon. de créer dsns chaque centre fruitier des groupements de propriétaires ou d'associations de propriétaires, uniquement en vue des traitements des arbres fruitiers. Avec les subventions des Offices agricoles et des Chambres d'agriculture, qui ont déjà pris l'initiative de ce mouvement dans quelques départements. l'achat collectif de ces pulvérisateurs, comme des produits antlcryptogamiques et ln•ectlcldes réduirait sensiblement les frais des traitements. qui seraient dès lors plus rapidement et mieux exécutés. pour peu que le groupement envisagé soit Judicieusement dirigé Un tel organisme, auouel le» encouragements du ministère de l'Agriculture ne sauraient faire défaut contribuera, en tout cas. à améliorer la production fruitière. Sucre de fruits Alors que les oerlses renferment 10 de sucre, les pommes et les fraises n'en contienent raapeoUvameM Que 7 «t •

ENCORE L'OFFICE DU BLÉ La fonction de l'Office qui est de fixer les prix de vente dn blé d'après tes prix de revient constitue une opération techniquement impossible à réaliser. Les espérances qu'on a fait naître dans ks esprits à son sujet sont parfaitement chimériques. Ses résultats seront nuls sinon nuisibles.

Les esprtts n'ont pas encore réalisé partout a la campagne ce que doit être pour eux ce fameux « Office du blé 9 dont la Chambre des députés a tenu a faire cadeau aux paysans. Car il faut bien dire que dans les villages on ne se 1 croit pas obligé de suivre de très préa ni pour les comprendre, ni bêlas 1 pour s'v opposer, toutes les innovations des politiciens On ne s'en rend bien compte qu'au moment de l'application Mais on peut oien prédire la stupéfaction que causera l'Office du blé quand il viendra à la campagne pour y dicter la loi. On devrait pourtant bien savoir que le paysan, si jaloux de son indépendance. est le dernier qui on deI vralt Imposer pareille sujétion. Office du blé Pourquoi pas Office de la productlon ou des différentes productions industrieUes. Office de la vente au détail. Office des salaires etc. ? Sans doute qu'on craint de rencontrer des résistances insurmontables dans les autres ordres d'activité Alors on s'est rabattu sur la matière agricole. comme sur quelque chose de plus vil et dont on aurait plus facilement raison On I pourrait bien se tromper Il est bon d'éclairer l'opinion alors qu'il est en[ core temps. puisque l'Office du blé voté par la Chambre, ne l'est pas encore par le Sénat. M de Nadaillac vient de publier dans La Revue de France un article capable de rendre ce service. Je vais l'analyser et longue- ment le citer.

L'office empêtré sans sa fonction Câpres le texte adopté par la Chambre. 1 Office du blé aura pour fonction de régulariser les cours du blé et de diriger les Importations. On ne veut. semble-t-fl, pas parler de taxer le blé comme si le mot faisait honte.

Mais, dit M de Nadaillac. puisqu'on stabilisera le blé à un cours, qui sera maintenu, il sera taxe Et qui le taxera. sinon l'Office du blé ? En réa lite, c'est bien la pensée socialiste l'Office national du blé, chargé chaque année, de fixer le prix de vente d'après le prix de revient.. La recherche de la solution comporte des conséquences qu'il laut connaître-

Le sol, en France, est fort bizarre. Or, chaque couche a sa fertilité propre et qui change avec l'humidité de Tan- née. La carte des prix du blé qui] va falloir dresser. sera fort compliquée. Je précise. J'ai fait, il y a quatre ans. pour la Chamore d'agriculture de la Nièvre, une enquête sur le prix de revient d'un quintal de blé Les résultats, très étudiés, très consciencieusement recherchés par mes correspondants, ont varié de 138 à 280 francs Il faudra quatre ou cinq classes de terrain par commune donnant des prix de revient différents; et ces classes ne seront pas comparables d'une commune à l'autre. Et si deux cultivateurs voisins sont. l'un dans la zone riche a 150 francs et l'autre dans la zone pauvre à 200 fr, comment ferez-vous pour empêcher te paysan à 150 de porter nuitamment son blé chez le paysan à 200 ? Vous n'allez tnut de même pas rétablir les douanes intérieure, je pense. Alors ? e Alors, c'est l'Etat seul acheteur et seul vendeur de 80 millions de quin- taux. S'il y a des gens pour croire que l'Etat peut, mieux que le commerce libre. acheter. tout le blé Cu pays. puis le répartir au jour le jour entre les meuniers en donnant chacun juste ce qu'il faut au moment convenable. libre à eux J'ai de la méfiance et le souvenir du ravitaillement de la guerre n'est pas pour me l'ôter.

Prix de revient impossible

à déterminer

c Donc, voici l'Etat aux prises avec ce problème déterminer, pour chaque parcelle de champ le prix de revient du quintal de blé II s'ngit, bien enten- du, du prix exact; il 30 francs près on ne s'en contenterait pas. C'est le pro- blème de la comptabilité agricole. Or. Il est insoluble Le voici concrétisé du Un paysan passe un jour à porter proriétaire. Son chariot est tiré par deux vaches nées chez lui, vivant de son herbe, qui lui donnent des veaux. du lait. et une partie du fumier qu'elles transportent L'effet du fumier 1 ne s'épuise pas en une seule récolte et après le blé. il fera pousser des racines de la journée du paysan ? Que vaut la tonne de fumier crise dans la cour de la ferme ? Je préviens les amateurs de casse-tête que, depuis Mathieu de Dombasle, on cherche ft résoudre le problème sans y parvenir.

c C'est que, continue toujours M. de Nadaillac, pour calculer le prix de revient du blé on ne peut pas se tenir aux seules opérations culturales d'une saison, du labour à la moisson. Le fu- mier et les engrais qu'on met dans la parcelle font sentir leur action plusieurs années: si on les a mis en terre pour cultiver des betteraves après lesquelles viendra le blé, une partie de ces engrais doit être portée au compte blé: les deux cultures forment un cycle dont on ne peut séparer les termes. Si avant le blé on avait semé du fourrage. même difficulté; le fourrage s'est transformé en viande et c'est le prix de cette dernière qui influe sur le prix de revient de la céréale

Elargissement redoutable du problème On ne peut fixer la valeur d'une denrée agricole prise isolément. La taxation du ble. c'est le doigt pris dans l'engrenage qui conduit nécessairement à la taxation de tous les produits de la terre Or. si déterminer le prix de revient exact du blé n'est pas possible. que dire de celui des autres produits. du bétail et du vin en particulier ? Le blé est une denrée relativement standardisée. dont on peut fixer un type auquei comparer les autres Comment voulez-vous déterminer des types de bovins et coter tous les animaux par rapport à ces types ?

« Le problème, le le répète, ne peut se résoudre par l'établissement de cinq ou six prix différents pour cinq ou six grandes régions de la France. Il deraandp des solutions presque individuelles, et exige tout au moins l'examen séparé de chaque parcelle de culture, aux fins de classement dans une des innombrables catégories à prévoir Il devra être refait tous les ans, car, si la terre ne change pas, la pluie et le soleil ne sont pas constantes. et les différents terrains réagissent de façons très diverses à un surcroît d'eau ou d'insolation. C'est ainsi qu'en 1932. bonne année dans l'ensemble, certaines parties du territoire ont eu une récolte nettement déficitaire et que. par conséquent leur prix de revient s'est élevé par rapport aux régions voisines. On voit (l'impossibilité technique mise à part), l'énormité de la tAche, le pullulement des commissions de classement. l'affolement des fonctionnaires dirigeants, sollicités de toute part d'accorder des relèvements à tel ou tel. Car le paysan est en même temps un électeur et sait fort bien faire marcher son député Les contrées pourvues d'un parlementaire influent en seront, cela va sans dire, favorisées: mais la sincérité de J'opération n'y gagnera pas

Et finalement.

J'ai tenu à mettre sous les yeux de mes lecteurs, cultivateurs et autres. ce tableau tracé a même les réalités agrlcoles, qui détaille a merveille toutes les difficultés au milieu desquelles devra évoluer un organisme officiel pour déterminer le prix de revient du blé et. dès lors, pour flexer son prix de vente. Office du blé. c'est bientôt dit et il semble que cela doit porter remède a tous les maux Quand on n'examine pas les choses de près. peutêtre peut-on le croire, et il y a. je n'en doute pas. parmi la masse des consommateurs, laquelle est particulièrement gobeuse et crédule. mais même parmi les producteurs aujourd'hui un peu affolés. des gens qui sont persuajés qu'avec un système de réglementation à outrance, tout irait mieux S'ils veulent bien accorder quelques minutes de réflexion à la documentation si objective que vient de leur présenter M de Nadaillac. ils doivent être parfaitement édifiés.

Mais ce n'est pas tout M, de Na-, laillac montre que l'Office du blé aboutira à des résultats diamétralement opoosés à ceux qu'il cherche et lue, .railleurs. il a promis Non seulement. il n'arrivera pas à faire baisser les prix de revient ni. conséquemment. les prix de vente, mais par la force les choses, il les fera augmenter Cette partie de l'argumentation de M. de Nadaillac constitue un morceau de haute graisse humoristique, dans la bonne manière campagnarde, fleurant )on le terroir Nous le lirons ensemble ici même la prochaine fois Je ne doute Dcint que les facultés goguenardes des irais paysans ne se dilatent jusqu'à l'extase en humant son fumet. J. GKINDOKGE.

Pour vteillir de l'eau-de-vie le seul procédé recommandable est de la mettre en fût- de chêne dans un local a température modérée ¡'eau-de-vie se bonifie ainsi, et se colore rap:dement.

Engrais simples

et engrais composés Doit-on acheter des engrais simples ou des engrais compoaés ? La question a été discutée sous toutes ses faces En cette matière, on ne saurait poser de règle absolue Ce qui est certain, c'est Que l'opinion des conseillers officiels de l'agrleuiture s'est modifiée sensiblement en faveur de l'emploi des engrais composés ou combinés.

Peut-être cette évolution s'expliquet-elle par celle qui s'est produite dans le commerce et l'industrie des engrais composés. Les maisons douteuses disparaissent tous les jours sur ce marché. qui est aujourd'hui à peu prés assaini la science elle-même n'a pas dédaigné de s'occuper du problème de l'engrais combiné, puisque le grand savant Georges Claude. auquel nous devons déjà le procédé le plus élégant de fabrication de l'ammoniaque synthétique, nous a également dotés d'un engrais combiné remarquable, potassique azoté, comme l'Indique d'ailleurs très clairement son nom Le Potazote

Le principe de la préparation de ce dernier produit était évidemment séduisant, mais on pouvait se demander si les résultats de J'emploi du nouvel engrais répondraient aux grandes espérances que l'on avait fondées sur lui Il en a bien été ainsi cet engrais a été expérimenté plusieurs années dans les diverses régions de la France et sur toutes sortes de cultures, et toujours avec grand succès.

Ainsi. dans le Nord, un eual sur pommes de terre etfeciué à Arrest i Sommol, chez M Roussel, permlt de porter le rendement de 300 a a80 quintaux, après emploi de 250 Kilos de cet engral» potassique azoté dans le Midi, un essai sur la même culture, pratique Houre (Hautes Pyrénées), donne 84 quintaux, contre 63 précédemment. En ce qui concerne ta culture de K> betterave, des expériences conduite* par le secrétaire du Syndicat dea n«rbage« de l'Orne, portent le rendement ce 290 Il 385 quintaux à Tavaux iJurai M. Detranou, professeur d'agriculture obtient 460 quintaux contre 3M str-a cet engrais.

Sur blé, enfin, un essai etlectué à Nonancourt (Eure), avec 150 Kilo* de ce produit, donne 24 quintaux de grain* contre 18 précédemment obtenus: dans le Gers à Monteron ta même faible dose amène une récolte de M quintaux de grains, succédant A 16 quintaux précédemment obtenus sans cet engrais potassique azoté.

Ces quelques chiffres sont glanés PUmi les nombreux résultats relevés encore l'année dernière et faisant suite à ceux des années précédentes comme on Le voit l'introduction d'une technique plus scientifique dans la iabricstion de l'engrais composé présente ua grand intérêt pour l'agriculture, qui a» manquera pas d'en tirer profit.

La consommation du lait par an et par tête est de 381 litres pour la Finlande 251 Litres pour le» Etats-Unis: 140 litres pour la Grande-Bretagne 124 litres pour l'Allemagne 115 litres pour la France.

A

PARIS, le 23 décembre (o« noire correspondant spécial).

BEURRES. Demande encore moyenne mais à cause des arrivages modérés et du tempa plus froid. les cours ont été soutenus et même en légère hausse pour les centrifuges. On cote au kilo (cours extrême:, avec cour4 moyens entre parenthèses) Beurres en mottes Centrifuges des Laiteries Coopératives et Indusnellest Charentes-Poitou 17-20.80 (1880e Normandie 16-19.20 118.20) Touraine 17.20 80 (18.80) autres provenances 1317.50 (171.

Malaxés Normandie 10,bO-17 116): Bretagne 31-16.80 1 15.80) autres provenances 10-16 (14.50).

Beurres en vrac provenances diverses 14-15 il4.80).

Beurres en livres: provenances diver- ses 13.50-17 (16.50).

Beurres étrangers Danois 19.80-20.50 (20)- Argentins 15-17 il6l: Hollandais 16-17',20 (16.50) Lettons 16-17 (16.50) Irlandais 16-17.20 (16.60) Hongrois 17.40-18 (17.60).

Arrivages du )our œurres français 31.410 kilos: ventes du Jour 2.545 mottes' resserre du jour (mottes) 1.224 françaises et 1.312 étrangères.

• ŒUFS. Nouvelle amélioration dans la vente, mais par suite d'un accroissement des expéditions, il y a eu un peu de faiblesse, particulièrement en ce qui concerne la belle marchandtae.

Cours par colis de mille œufs (cours extrêmes avec cours moyens entre parenthèses)

Picardie, Normandie 700-1.040 (930) Bne. Beauce 800-980 '850) Bretagne 050-800 (730) Poitou. louralne. Centre 750-1.050 i960) Champagne. Bourgogne. Bourbonnais 820-860 1840) Auvergne. Mldl 770-880 (8201 conserve 000700 1660).

Etrangers: Outre-mer 330-660 (670 Arrivages du Jour 997 colis ventes du jour 752 colis resserre du jour (colis) 1.860 français. 3 étranger-- • FROMAGES. PeTts MOLLES. Marché plus calme. Cours facilement défendus et hausse de 10 fr. sur les camemberts normands.

Prix au cent Camemberts Normandie 140-340. divers 100-190; Pont-1'Evêque 150-330 chèvre 50-300.

Prix d ta draine Brie moyen moule 160-190. laitier 150-175.

Patzs SÈCHES. Transactions suez active. aux anciens prix.

Aux 100 kilos Port-Salut 560-1.060: Gruyère 850-1.250: Comté 950-1.250; Hollande 1.040

Arrivages pâtes molles 70.180 kilo pâtes sèches 8.090 kilos.

VIANDES. Bon débit et tendance ferme en dépit des gros apports. On cote au kilo cours extrêmes 1 BOEUF Quart derrière non traité 1" qualité 6.50-8.50 2' 5.60-6.40. 8' 4,605.40 Quart devant 4-8 aloyau 6-13,60 train entier 5-10.60 paleron 4-7 bavette 4-7.

VEAU. Hausse de 0.20 sur la 2" et la 3. qualités

Entier ou demi: 1- qualité il-13. 2' 8.50-10.90. 3* 6.50-8.40; pans. cuisseau, carré 7.50-15.50 basse complète 4-8 50. MOUTON Hausse de 0.60 sur toutes aualtids.

1™ qualité 11.50-13.50. 2- 8.50-11.40. 3' 6-8.40 gigot 12-22 carré 10-30 épaule 6.60-11.60- agneau de lait 11.6017

PORC. Demi Il qualité 10-11. 2> 7-9.80 longe ou filet 7-13.50 reine 7-12: poitrine 7-il: jambon 9.60-14.20; lard 4.60-8.

Arrivages du Jour 390.000 kilos. VOLAILLES. La demande active t'est très facilement approvisionnée t des prix en baisse de 1 fr. sur les agneauz et de 0.50 sur tes dindes et le! oies dépouillées.

On cote au kilo icour» extrêmes i agneaux de lait 8-11.50 gros 7-10.50 canards Rouennais 14-17, Nantais 14-

t-r. ae terme u-i* ainaes au tiouaan poules 18-22, coqs 14-1b. Gfttlnait et Touraine poules 13-15. oU. coqs Il.110-10.:10, Auvergne. Poitou poules 1U-15,50 coqa 8.50-10,60 du Midi poules 14-16: foie gras d'oie 45-8U lapins du Qâtlnais et Touraine 10.25 10.75. de provenances diverses 10-10.50 oies en peau 5.50-9. dépouillées 8-9 poulets du Houdan 18-20 Nantais 14-16 50. du Gatinal» 41-16. de Bresse 17-18.50. des Charente») 14-15.50: poules de Bretagne 11-12. On cote à la pièce icours extrêmes) t pigeons igros et petits) 4-10.50 platades 14-2-J

Volailles vivantes

On cote au kilo .cours extrêmes) canard» B-11 lapins 6.50-7.23; oles 7.50-U.50 poulets jeunes Uàtmais. Charentes 11-13. vieux Uatlnal». Bretagne «50-10.50

Arrivages 225.000 kilos; resserre da Jour 16.300 kilos.

GIBIER. Vente active aux mêmes cours

On cote a la ptèce (cours extrêmes) bécasses 10 16 bécassines 4-6 canard* sauvages 10-20 faisans coqs 15-29. poules 14-27 grives 1 50-2.50 lapins de garenne S-9 lièvres 20-34 levrauts 14-19 merles 1.50-2: pigeons ramiers 3-6 pllets 6-10 sarcelles 4-6.

On cote à la douxaine (cours extrè> mes) alouettes 16-22 cailles 48-72. On cote au kilo cours extrêmes) 2 cerfs ou biches 7-9: chevreuils 10-13.50; lapins de garenne dépouillé 5-7; marcassins i2 14 sangliers 7-12.

Arrivages 9.000 kilos.

♦ LÉGUMES. Devant la mollesse de la demande. on a dû faire une nouvelle baisse de 10 à 20 fr. sur les escaroles au cent. 25 ù 50 fr. sur les chouxfleurs du Midi. 10 à 25 fr. sur les chouxfleurs de Saint-Malo. et 50 fr. sur le8 crosnes.

On cote aux 100 kilos. ait. 180-280; carottes de Meaux. 55-65: de Chevreuse. 160-280: champ. gnon.- couche extra. 1.000-1.200; moyens. 800-1.000: conserve, 750-950: chicorée améliorée. 300-350; choux de Bruxelles. 30-130: raves ou rutnbrwsiâ. 25-35: crosnes 250-400; échalotes-oignons 100-250 endives. 250-400. éplnards. 100-200: escaroles. 120-250; fèves. 250-300: haricots verts d'Algérie, 350-1.000: haricots verts d'Espagne. 250 à 700: haricots secs. 150-450; laitue de départements. 300-500 lentiUes. 300500 mâches. 500-700: navets de Meaux, 20-50: oignons en grains. 120 200 oseille. 300-400: patates. 180-220: persil, 150-250; pissenlit de Vendée. 16C-200; Pissenlit de Paris. 400-700: de Meaux. 500-600: pois verts départements. 600800 pois mange-tout. t.iO-550; pois cassas. 300-400: potirons. 40-50: topinambours. 50-80.

Pommes de :erre nouvelles d'Algérie. 150-180- du Midi. 180-240: Hollande commune 70-S0. rosa. 70-75 jaune ronde, 30-40. saucisse rouge. 40-55 esterling. 35-42; étoile du nord. 45-50. On cote au cent artichauts bretons. 60-175: divers. 175-250: aubergines, 75125 chicorée de Paris. 20-50 choux: verts de Par.s. 20-70: choux rouges. 30100 choux-fleurs du Midi. 150-300. de Saint-Pol. 150-250. choux-fleurs Salut.Malo. 100-225: choux-fleurs de Parts, 40-200: escaroles 20-130: laitues. 60130. romaines. 150-225.

On cote aux 100 bottea barbe de Capucin. 100-150: carottes des Vertus. 125-175: carottes ae Montesson. 175-250; CI boules. 100-125- fenou.i, 200-300: nav.ns. 75-125. panais. 50-100: poireaux, lûO-300' radis N^tes. Orléans. 40-60^ radis noirs. 100-200.

On cote auj. 216 bottes cresson. 50-140.

On cote à la botte asperges diverses, 25-40. pointes J'asperges. 3 25-3.75: oélert en branches. 1-5; sais Ils de la Manche. 0.75-1.25: salsifis Orléans. 2.50-3;: de Paris. 1,50-2.50 thym. 1.50-3.

On cote à la pièce cardons. 4-9; cé- len-rave. 0.50-1.50.

On cote au >tilo truffes. 50-80.

FRUITS Marché peu actif. Baisse de 30 A 60 fr. sur les marron* et 50 à 100 fr. sur les noix sèche». Hausse de 50 fr sur les oranges.

On cote aux 100 kilos abricots. 500 à 700 amandes sèches 500-600: chitafe gnes. 80-120 dattes 400-900: figue» ssV ches. 250-500: marrons. 140-300:

150-300; noisettes sèches. 400-000; mS


•ftc&es 360-450; poires choix. b00-1.100; poires communes 80-200: pommes choix 350-1.000; pommes communes. 80-220; rasin chasselas Moissac. 500-1.200; tomates Algérie. ZôO-330

On cote au cent bananes des Antilles. 40-45

Aux 100 kilos bananes des Canaries. 350-500. bananes de Guinée. 350-450. ^aris-Vaugirard. 23 dtcemure. ¡De notre correspondant spécial)

Au marche de ce Jour. il a été pré•euie 413 chevaux de boucherie français et 42 étrangers La vente s'est un peu améliorée mais il est encore reste 106 invendus français et 11 étrangers. Les prix se dont rangée entre 300 et 1.900 1 ranci pièce.

La cote oiÇcelle du marché de ce tour s'est ainsi établie 1" qualité. 4,30. 2'. 3. 3-. 1,50; cours de l'eara, 5.60. le tout au kilo de viande nette -̃es prix vifs se rangent entre 0.75 et 80 le kilo.

En même temps. a eu lieu la vente tux enchères publiques de 9 chevaux de i garde républicaine adjugés entre 850 r 1.440 francs pl*ce les Ta'" Pr sus

PARIS, LA Villette, 23 décembre. De notre correspondant particulier) Au petit marché aux veaux il a été amené en tout 44 animaux dont 23 du renvoi de la veille et 21 arrivants de- provenances suivantes 9 de l'Eureet-Lofe. et 12 du Loiret.

La vente de ces animaux a été facile et d'autre part, l'orientation du marché de ce te viande aux Hal:es a été fac:le Tout a été vendu.

Cours officiels au kilo viande nette première qualité. 10.80: deuxième qualité. 8 troisième qualité. 8.40 extra 12.80 Cour au kilo, poids vil, première qualité. 6.48 deuxième qualité. 4 56 troisième qualité. 3.52: extra. 7.94.

COTE OFFICIELLE DES METAUX A PARIS

CUIVRE. En lingots et plaques de laminage, livrables au Havre ou a Rouan 320.50. en lingots propres au laiton, livrables au Havre ou à Rouen. 32050: en cathodes. livrables au Havre ou à Rouen. 313.

ETAIN. Banka, livrable au Havre ou à Paris. 1.411 Détroits, livrable au Havre. 1.407 Anglais. CornoualUes. livrable a Paris 1.393.

PLOMB. Marques ordinaires, livrable au Havre ou à Rouen. 133: marques ordinaires, livrable au Havre ou à Parla. 141

ZINC De bonnes marques livrablrs au Havre ou à Paris. 175.50: extrapur. livrable au Havre ou a Paris. 203. ALUMINIUM. 1.050.

BOURSF DE PARIS

'loturt

PARIS, le 23 décembre.

BLES. Tendance calme disp cote oftlc.elle 108. oase 76 kilos. courant 112.50 payé; prochain U3.25-113.50: février 114.75 payé; 3 de Janvier 114.50114.25 payés 3 de février 116-116.25 paies 3 de mars 117-117.25 3 d'avril 117 2b-117.75.

FARINES Tendance sans affaires courant 146 vend.: prochain 147.50 vend.. février Incoté 3 de Janvier Incoté 3 de février Iacoté 3 de mars incoté 3 d'avril 152 ach.

AVOINES DIVERSES. Tendance Irrégulière courant 82.50-83 prochain 83.50 payé février 84-84.25 3 de janvier 84.25-84 75 3 de février 84.75-86 S de mars 87 87.25 3 d'avril 87.75-88. SEIGLES. Tous Incotés.

ORGES Tous incotés.

MAIS. Tous Incotés.

RIZ ET BRISURES. Tous Incotés. SUCRES Tendance calme courant .'10 210.50 payés prochain 21160 payé 3 de Janvier 212-212.60 3 de février 213-213.50; 3 de mars 214.50 payé.

Co<p officielle 210 à 210.50.

ALCOOLS (libres) Tendance lourde courant Incoté prochain 880 payé 3 de Janvier tncoté février incoté 3 de février Incoté 3 de mars Incoté 3 d'avril incoté.

ALCOOLS (LIBRES! Cours officieux Tendance lourde courant 865880 prochain 880 payé. 3 de Janvier 890-895. février 885-895. 3 de février 900-905. 3 de mars 900-915. 3 d'avril 910 ach.. 3 de mal 915-935.

CAOUTCHOUCS Crépts tirst latex et feuilles lunées gaufrées courant 2.5<) nom. prochain 250260. 3 de janvier 2 70 vend.. février 2 70 vend.. 3 d'avril 2 80 vend mal 2.80 vend.. 3 de Juillet 2.80 2.85. août 2.80 payé tendance lourde offres plus abondantes. FARINE DE CONSOMMATION. Cote officieuse 167.

BLES. Cote officielle 108.

BOURSE DU HAVRE

Cloture

Les cours s'entendent Pour les coS0 kilos pour tes colis Type Santa*, en francs par V) kilos

LE HAVRE, le 23 décembre.

COTONS. Tendance calme. Vente 3.150 balles Décembre 217 Janvier 207, février 207, mars 208 avril 208. mal 210, Juin 211. Juillet 212. août 212. septembre 214, octobre 215. novembre 216. CAFES. Tendance Irrégullére. Vente 2.000 sacs. Décembre 210.25. Janvier 205.50. février 202.50. mars 200.60, avril 200. mal 197. Juin 19626, Juillet 196.50, août 195,75. septembre 196. octobre Incoté, novembre Incoté.

BOURSE DE ^VON

Cloture

Le kiloa en francs valeur 60 jours escomptable*

SOIE£. Grèges Italie extra 13/15, 85 Grèges Syrie bon deuxième ordre 9/11. 86/87. Grèges Cévennes premier ordre 13/15. 85

Japon filatures 1 1/2 13/15, 85/87.50 Greges filature Chine petit extra 9/11, 10750/110

Canton Best N' 1 1/15, 72.50/75. BOURSE DE MARSEILLE

Clôture

Marseille. 23 décembre.

Les 100 kilos nus au comptant sans escompte.

HUILES. Arachides à fabrique dispomble, 222.50 (6 de taxe en plus): de coprahs, disponible. 178.75: de palme blanche, 175; Dahomey (Oaf) Marseille, 135.

De graines comestibles arachides neutralisées désodorisées, 275-285: Rurisques supérieures. 290-300; sésames alimentaires désodorisées. 280-275.

D'Olive de pays, nues. prises au moulin, suivant région. 500-550; Tunisie, Irt pression. 385-400; 2» pression, 340-320; A.terie surfine. 330-310: Borja* extra. 215-220. Andalousie extra, 200-190 surfine 165-160.

MARCHES ETRANGERS

META UX

Les métaua sont cotes par tonnes de 1 OIS Kilos en livres shillings et penet, saui ''or cote par once trop 31 çr 103s en shillings, l'argent cote par once trop en pence et le mercure par potiche de 75 Livres.

%̃ LONDRES. 23 décembre. Antimoine qualité speciale. 42 42 10/0.. Cuivre comptant, 28 3/9: trois mois. 28 10/0, Bes Selected. 31 32 10/0; Electrolytlque. 33 15/0 34 5/0.

Etain comptant, 148 13/9; trois mois. 149 18 9.

Plomb anglais comptant, 12 10/0: étranger comptant. 10 16/3; étranger livraison éloignée 11 6/3

Zinc comptant. 15 7/6: livraison élo.gnée. 15 /6.

Arpent. comptant, 18 13/16; deux mois. 16 .3/16.

Or 123 /11.

Mercure 10 10 15/0.

CËKEALES

Let bles sont -otes sur tes marchés de Liverpool. en shillings et pence lei 100 livres Les mats Plata sont cotes en shillings et pence. Les 480 livres cal Pour Les marcnes d'AmcnQue du Nord. tes cours s'entendent en cents pat oushel Dans ta pratique courante, on admet Que 1 Ouahel de blé = 27 kilos 2. 1 bushet de mais = 25 kilos 1 dollar = 100 cents

Pour tes marches d'Amérique du Sud Les cours sont en pesos et centavos. les 100 kilos

♦ LIVERPOOL, 23 décembre. (Ouverture). Blés Ancien contrat. Tendance facile. Déc. incoté: mars 4/3 3/4. Nouveau contrat. Tendance facile. Déc. incoté mars 4/6 3/4, mal 4/7 3/4. Mais tous incotés

LIVERPOOL. le 23 décembre. (Clôture Blés ancien contrat tendance soutenue décembre 4/7 5/8. mars 4/11 1/2 nouveau contrat tendance soutenue décembre Incoté, mars 4/7 3/8. mal 4/8 3/8 Mais tendance calme. La Plata :décembre 17/. Janvier 17/. février 17/3.

CHICAGO, te 23 décembre. (Ouverture). Blés tendance factle Décembre. Incoté mal, 45 1/4 juillet. 45. Maïs ten-lance calme. Décem- bre 20 3 '4 mal 3/4 Juillet, 27 5/8 · CHICAGO. 23 décembre. (Clbture) blés n<> 2 disp Incoté no 3 disp. incoté: déc.. 43 1-4: mal. 45 1-8 à 45 I 1-4: Jull. 45 à 45 1-8: mais dlsp. incoté: déc.. 21 1-4; mal. 26 1-4; jull.. 27 3-4; avoines déc.. 14 7-8: mal. 16 7-8' jull.. 17 1-4; seigles disp. incoté: déc.. 30 1-4: mal. 32 3-4: Juil.. 32 5-8: orges mal, 29 1-2.

WINNIP£G. le 23 decembre. (Ouverture). Blés décembre, 40 1/2 mal. 42 1/2- Juillet. 43 3/4.

♦ WINNIPEG. 23 décembre. (Clôture) blés déc., 41 1-4: mal. 43 1-4; juillet. 44 1-4: avoines déc.. Inc.: mai. 21 3-4: Jull.. incoté: seigles déc. Incoté; mai. 32 1-8: Juillet. 32 3-4; orges déc. 27; mal, 27 1-2; juil.. 27 1-4.

♦ NEW- YORK, 23 décembre. (Clôture ) blés roux 56 3-4: dur, 53 3-4 bigarré Incoté; mais. 36 3-4. BUENOS-AIRES. 23 décembre. Blés fév. 5,15: mars. 5,25; mal, 5,35; maïs déc., 3.90; Janv., 3.95; avoines fév.. 4,10: orges 3:90. ♦ ROSARIO 23 decembre. Blés fév., 5.05; mats. 5.25; maïs Janv., 3,85; fév.. 4.00.

COTONS

Pour Liverpool en pence par livre >4i3 grammes).

Pour Neto-York et New-Orltans en dollars et cents par ttvre.

· LIVERPOOL, le 23 décembre. (Clôture 1. Sakellaridis décembre 6,77, janvier 6.83, février 6,93. mars 6.93, avril 6.98. mal 7.02. Juin 7.10. juillet 7.10. août 7.10. septembre 7.20. octobre 7.20. novembre 7.22.

Haute-Egypte décembre 6.56. janvier 6.50. février 6.45. mars 6,45. avril 6.43. mai 6.43. Juin 6,42. Juillet 6.42. août 6.42. septembre 6.42. octobre 6.39, novembre 6.38.

Américains déoembre 4.84. janvier 119331 436. février 4.87. mars 4.89. a.rll 4.90. mai 4,91, juin 4.92. Juillet 4.93. août 4.94 septembre 4.95 octobre 4.96. novembre 4.97, décembre 4.99.

♦ NEW-ORLEANS 23 décembre. (Clôture) disp. 5.82: déc. Incoté; Janv.. 5.77; mars. 5.87-89: mal, 602; Juillet. 6,12-14: oct., 6.28; déc, (1933). 6.35. ♦ NEW-YORK, 23 décembre. (Clôture) déc.. incoté: Janv.. 5.78-80: fév.. 584: mars, 5.91^92: avril, 5.96; msl. 6.02-03; Juin, 6X19: Juillet, 6.1618; août. 6.21; sept.. 6.27' oct., 6,32-33; nov_ 6,38; déc. (1933). 6.45.

SUCRES

Pour Londres, en saillings et pence le quintal' anglais {SU KO. 8).

Pour New- York en cents par livre .453 grammesi.

♦ LONDRES, 23 décembre. (Ouverturel Base 981. Tendance' facile. Déc. 5/3 vend.. 5/ ach.: Janv. 5/1 vend.. 5/ ach.: mars 5/3 1/2 payé; mal 5/5 1/2 vend., 5/5 1/4 ach.; août 5/8 1/4 vend., 5/8 ach.: décï5/ll payé.

♦ LONDRES. le 23 décembre. (Clôture). Base 96°, tendance soutenue décembre 6/2 1/2 vend.. 5/ ach. janvier 5/0 1/2 vend.. 5/ ach. mars 5/3 3/4 vend.. 5/3 1/2 ach.: mal 5/5 3/4 vend.. 5/5 ach.: août 5/8 1/2 payé; décembre 5/11 1/4 vend.. 5/11 ach. ♦ NEW-YORK, le 23 décembre. iOuverture). Centrifuges Cuba, 282: a terme sur Janvier, 65 mars, 71 mal, 77 juillet. 87 septembre, 87. CAFES

En cents par livre 453 grammes Tvpi- Saniost

♦ NEW-YORK. 23 décembre. Dlap. 10- mars. 8.57; mal. 8.09: Juillet, 739; sept., 7,73; déc. (1933). 7.60.

COTES-DU-NORD

LAMBALLE, 22 décembre. Les 100 kilos, froment rouge. 100 fr.: avoines grises et noires, 75; seigle. 70; orge. 70 (mouture et brasserie): farine première qualité, rendue au seuil des boulangeries. 150- sons. 70.

La barrique de 220 litres, rendue à domicile ou en gare, marchandise logée. les droits de régie restant & la charge de l'acheteur cidre nouveau ordinaire. 145 à 150 cidre nouveau, pre-nlère qualité. 160 à 165: cidre de la récolte précédente, 140 & 145.

Porcs de lait, l'unité. 160 à 210. Vieilles poules. la couple. 25 à 28 poulets de grain, la couple 24 à 28 vieux poulets, gros. la couple. 28 à 30; petits. la couple. 22 a 24: canards, la pièce, 14 à 15; Jeunes canards en bonne

qualité, la couple suivant grosseur, M a 13; pigeons couple, 8 a 9; lapins, la pièce. 14 à 15 fr,

Beurre ordinaire en détail. le kilo. 15 à 15.50- beurre demi-fin. le kilo. 14 à 15: beurre extra fin au détail, le kilo. 16 à 17; œufs, la douzaine, 7 à 7.50. MAINb-E'l-LOIRb

CHEMILLE, 23 décembre. Animaux gras amenés 370 vendus 370. bœufs 110. première 3,80 deuxième 3.20 troisième 3 taureaux 60 première 3.30 deuxième 3 troisième 3,75 vaches 200 première 3,70 deuxième 3 troisième 2.50 veaux gras 21 vendus 21 première 6 deuxième Il 50 troisième 5 porc¿, gras IL la boucherie première 7,60 deuxième troisième 7. Le tout au kilo sur pied. Expédition sur Paris. Strasbourg. Bordeaux, Metz. Valenciennes Mulhouse. Angers. Tours, Saumur. Blois. Romorantln. Orléans. Pouzauges. Cholet. Bœufs maigres 22 vendus 6 de 3.500 à 4.800 la pa.re vache. maigres 67, vendues 32. de 1.500 à 2.700 pièce. Porcs maigres 54 vendus de 340 à 500 pièce porcelets 37. vendus de 200 à 300 pièce.

Blé 105 a 108 le quintal avoine 88 Beurre 9.2S IL 9.50 la livre œufs 8,50 A 9 la douzaine poules et poulets 4.75 à 5.25 la livre lapins 3 a ..25 oies 4 à 4,60 la livre dindes et dindons 6.26 à 7 la livre.

ILLE-ET- VILAINE

MARTIGNE-FERCHAUD. 23 décembre. Farine, 1" quitté, 145 a 150; blé. 103 à 105; méteil, 72 a 75; seigle. 70 à 75; sarrasin. 78 à 80; avoine, 75 à 80- orge 82 à 85; son. 65 à 70; paille, 200 a 215- foin, -315 330.

Beurre en gma 13.50 le kilo; en détail 14.25 à 14.50; œufs, 8 fr. la douzaine. Légère haussb sur le beurre et les Poulets, 5 à 5 50 la livre; vieilles poules. 3.50 la livre; canards. 6.50 & 7 fr. le kilo; pigeons. 5 à 6 fr. pièce: oies, 3.50 à 3.75 la livre lièvres. 20 à 25 fr. pièce; garenne, 7.50 a 8 fr. pièce; perdrix, 7 à 8 fr. pièce; ramiers, 5 à 6 fr. pièce.

Cidre, 125 à 130 fr la barrique. ♦ GEVEZE, le 23 décembre. Les 100 kilos froment rouge 100 à 105: avoine blanche 72 à 76: avoines grises et noires 70 à 75- seigle 70 à 72; méteil 70: blé noir, 75 a 80: orge 72. 75 (mouture et brasserie); farine première qualité, rendue au seuil des boulangeries. 150 à 152; sons 66 à 68. Cours stationnaires sur toutes les céréales secondaires. Au mille (environ 500 kilos foin 320 à 330; paille de froment 200 à 220. La barrique de 220 litres, rendue à domicile ou en gare, marchandise logée, les droits de régie restant à la charge de l'acheteur cidre nouveau ordinaire, 105 à 110- cidre de la récolte précédente 105; cidre destiné aux distilleries Bœufs gras, le kilo sur pied, 270 à 290: vaches grasses, le kilo sur pied, 240 a 2.50; veaux, le kilo sur pied. 4.30 à 4.50; Porcs de lait, l'unité 180 à 200 fr.; porcs gras sur pied la livre 3.40 à 3.50; porcelets de trois mo's l'unité, 280 à 310 (suivant taille et espèces).

Vieilles poulets la couple, 26 à 28; vieilles poules au pold 4 la livre; pou:ets gros, la couple, 32 & 36- poulets vivants au poids, la livre 4.75 & 5: canards, la pièce. 12 à 14; oies, la pièce. 24 à 28; pigeons, la couple. 7 à 7.50: lapins, la pièce, 6 à 8; lapins vivants, au poids, le demi-kilo. 2 à 2 25: lapereaux pour l'élevage, la pièce. 3 à 3.50.

Ramiers 5.50 yà 6: perdrix de 7 a 8; lièvre 20 à 26: lapins sauvages 6 il. 7. Beurre ordinaire; en gros la livre, 7.50 il. 7.60; en détail, la livre. 7.90 à 8;

LES BONS ÉLEVAGES NORMANbS

(Photo Chambry. Il Rouen.)

Eleoage de la hfoinerie, à M. André Routier, à (Orne),

1 beurra deml-ael fin, ta livre, 8 8.35; oeufs, la douzaine. 7.50 7.60.

GUICHEN, le 23 décembre. Le marché de ce Jour était un bon marché nordinalre, de la marchandise en quantité normale.

Les vaches. Les vaches, au nombre d'une vingtaine environ ne se vendaient pas vite;- très peu d'acheteurs, mêmes cours.

Les veaux. Les veaux se vendaient beaucoup plus facilement que la semaine dernière, la vente ayant tt«vn peau meilleure hier à Paris et le min1 re de veaux mis en vente n'étant pao exagéré, les cours ont progresses un peu de 2.25 à 2.60 la livre.

Les mouton. Le cours de ces animaux ne change pas. les bons sont rares. les moyens se vendaient de 2.25 à 2.50 la livre selon poids et qualité.

̃%• MELESSE, le 22 décembre. Les 100 kilos froment rouge 100 105; avoine blanche 72 à 75: selpie 70 à 72; blé noir. 75 à 80: orge, 72 a 76 (mouture et brasserie): farine première qualité. rendue au seuil '•"« boulangeries, 152 à 153 fr.: sons 66 à 68.

La barrique de 220 litres, rendue à domicile ou en gare, marchandise logée. les droits de règle restant à la charge de l'acheteur cidre nouveau ordinaire. 110 a 115; cidre de la récolte précédente 100 à 105: cidre de distillation 18 20 le degré.

Veaux, le kilo sur pied 430 à 450: porcs de lait, l'unité, 160 à 200; porcs gras sur .pied, le kilo. 6 80 à 7: porcelets de trois mois, l'unité, 220 à 310 (suivant taille et espèces).

Beurre ordinaire, en gros, le demi-kilo 7.60 à 8: en détail, le deml-kilo. 8 25 à 8.40; beurre demi-sel fin. le demi-kilo 8.50: oeuf$., la douzaine 7.50 7.60. %̃ LA CHAPE! LE-CHAUSSEE. le 23 décembre. Les 100 kilos fro:nent rouge de 100 à 102; avoine blanche 70 à 75; avoines grises et noires 72 à 76- seigle 70 à 72: métetl 70: blé noir 75 à 78; orge 72 a 75 (mouture 'et brasserie): farine première qualité, rendue au seuil dois boulangeries, 150 152: sons 64 à 68 fr.

Au 1.000 (environ 500 k' is) ̃ foin 310 320: pallie de froment 200 a '210. La barrique de 220 litres, rendue domicile ou en gare, marchandise logée. les droits de régie restant à la charge de l'acheteur cidre nouveau ordinaire, 100 à 105: cidre de la récolte précédente 100. cidre pour la distillation 18 a 19 le degré.

Bœufs gras. le kilo sur pied 270 à 280: vaches grasses, le kilo sur pied. 230 à 240: veaux, le kilo sur pied. 4.20 à 4.40.

Porcs de lait, l'unité. 160 à 205: porcs gras sur pied, la livre 3.40 & 3 50; porcelets de trois mois. l'unité. 260 à 310 (suivant taille et espèces).

Vieilles poules. la couple, 24 à 26: poulets de grain, la couple. 28 à 30: vieux poulets gros, la counle. 28 à 36: poulets vivants, au poids, le demi-kilo. 4.50 à 4.75' canards, la pièce, 12 à 14; jeunes canards en bonne oua'.lté. la couple suivant srosseur. 28 à 30: oies. la nièce 24 à 28: pigeons. la couple 7 à 8 fr.; lapins. la pièce. 6 a 7: lapins vivants, au poids. le demi-kilo. 2 à 2 25: lapereaux pour l'élevage. la pièce. 3 à 3.50: nlo-eon* ramiers. 5.50 A 6: llèves 20 iL 25 la pièce- lapins de garenne 6 à 7.50: perdrix à la couple 15 à 17. Beurre ordinaire, en gros, le kilo 15 a 15.20: en détail, le kilo. 1580 à 16: beurre dem'-sel fin. le kilo '6 à 16.20; œufs, la douzaine. 7.50 a 760.

Baisse sur les neufs de 0.60 par douzaine.

COTES DU-NORD

LANNION. 22 décembre. Les 100 kilos froment rouge. 106 à 110; froment blanc, 110 à 112: avoine blanche, 70 à 72; avoines grises et noires. 72 à 25; seigle. 65 à 70: méteil, 60 à 65: blé riClr, 75 à 80; orge, 70 72; (mouture et brasserie) farine 1" qualité, rendue au seuil des boulangeries. 166 à 170. Au 1.000 (environ 500 kilos) foin, 140 à 150; paille de froment 125 à 130. La barrique dp 220 litres. rendue domicile ou en gare marchandise logée, les droits de régie restau* à la charge de l'acheteur cidre nouveau ordinaire, 255 à 260; cidre nouveau. 1" qualité. 270 280.

Bœufs gras. la livre sur pied; 2.50 3: vaches grasses, la livre sur pied. 2 à 2.50; vaches laitières, l'unité. 1.200 à 1.300; taureaux, le kilo sur pied. 4 à 4.50- veaux. le kilo sur pied 4.50 à 5: porcs de lait, l'unité. 150 à 155; porcs maigres, le kilo sur pied. 7.

Vieilles poules, la couple, 35 à 38: poulets de grain, la couple. 35 à 36; xleux pouleta gros, la couple. 35 a 40: moyens, la couple, 28 30: petits, la couple. 20 d 25; pigeons, la couple, 9.50 A 10- lapins, la pièce. 14 à 23; lapereaux pour l'élevage la pièce. 3 IL 5.

Beurre ordinaire. en gros.le kilo. 14 à 15: en détail, le kilo. 15 16: œufs, la douzaine, 7 à 7.50.

MORBIHAN

♦ MALESTROIT. 22 décembre. Farine. première qualité. 150 à 160 blé, 103 à 105 seigle, 70 sarrasin. 75 a 76.50 avoine 71 à 73: orge. 85 a 86 son. 50 à 55. paille de froment, 100 les 1.000 kilos d'avoine. 90 foin. 200. Bœufs. 2 à 3.30 le kilo: vaches. 2 à 2.50 le kllo veaux 2.20 à 2.50 la Ilvre procs gras. 7 à 8 le kilo porcs maigres. 200 à 370 la pièce porcs de lait. 160 à 170 la pièce Les porcelets se maintiennent au prix ci-dessus depuis quelques semaines.

Poulains. 450 à 15 le kilo; chevaux de 3 5 ans, 1.200 1.900.

Beurre doux. 14.50 à 15 le kilo sa)4. 15,50 à 16 le kilo œufs. 8 9.50 la da. Poulets. 4 a 4.75 la llvre canards, 16 à 18 la pièce oies. 40 à 48 bécasses, 10 à 12 ramiers. 6 a 8 grives. 1 a 1.25 ELVEN. 23 décembre. Farine 1" qualité. 160 à 165 blé ,105 à 106; seigle 70 à 74 sarrasin 72 à 75; avoine 70 à 72.

Beurre en gros, de 14 à 14.50 le kilo en détail, de 14.50 à 15: œufs de 7.50 à 7.75 la douzaine.

Poulets. 4.50 la livre, 17 24 la couple vieilles poules. 4 fr. la livre. 20 s, 28 la couple lapins domestiques 3 s, 3.50 la livre lapine de garenne 6 8 lièvres 3.50 la livre. 15 a 24 la pièce perdrix. 8 fr. ramiers 5 bécasses 8 à 11.

♦ ALLAIRE. 23 décembre. Farine. 1" qualité, 160 à 163 qualité 150 à 155 blé 105 à 107 métell 74 76 seigle 70 à 72 sarrasin 78 à 80 avo:ne 70 à 75 orge 70 à 74 son 68 & 70 paille 175 à 180; foin 155 à 200.

Veaux 1.85 à 2 fr. la livre.

Beurre en gros. de 14.50 à 15 le kflo en détail de 15.50 à 16; œufs 7.50 fc 8.25 la douzaine.

Vieilles poulets. 15 à 20 fr. la couple poulets de grain 16 à 22 moyens et mutés. de 25 à 32 la couple canards. 20 à 30 la couple pigeons 7 à 9 la couple lièvres. 3.75 à 4 1 alivre perdrix 7.25 à 9: lapins de garenne. 7 a 10: bécasses 10 à 12: bécassln»s. 2.50: pigeons ramlers. 5 merles 1.25 grives 2. LOIRE-INFERIEURE

♦ CLISSON. le 23 décembre. Vaches pleines ou en lait amenées 188. vendues 41. première qualité. 2600 fr.: deuxième 1.900 troisième, de 700 à 1.100 fr.; Jeunes bœufs taures ou taureaux amenés, 47, vendus 21. de 2.85 à 3.60.

Bœufs de travail. amenés 104, vendus 32. de 4.000 à 4.300 francs,

MAYENNE

EVRON, 15 décembre. Lapin» domestiques. 5 il. 20: poules, la couple. 25 à 35: pou.ets maigres. 15 a 25 poulets gras. le kilo 9.50 a 10: canards la coun:e. 30 à 35; pigeons 8 a 9. beurdes. 7.50 a 8: œufs la douz.. 9.50 a 10: perdrix rouges, 7 a 8: perdrix grises. 6 à 7; lièvres 18 à 22: lapins de garenne, 6 à 7: oies maigres la pièce 25 A 30; oies grasses. le kilo. 6.25 à 6.50

CHATEAU-GONTIER, 22 décembre. Marché bien approvisionné en raison des fêtes de Noël. Beaucoup de dindons vivants et d'oies mortes avalent été amenés et leurs prix assez élevés au début avalent bien baisse vers mfdt La vente en a été mauvaise car la plupart des fermiers durent les ramener ainsi que la volaille Pas de changement sur les autres denrees. Beurre gros. 675 à 725: détail. 7.50 à 7.75 la livre- œufs gros. 8 détail. 8.25-850 la douzaine: poules. 3.75-4 la livre- poulets. 4.50 à 5 la livre: canards. 3.50 à 4 la livre- dindes. 3.50 à 450 1a livre- oies. 3.50 à 3.75 la livre: lapins, 2.50 à 2.75: garenne 5 pièce suivant grosseur p'geons 5 pièce suivant grosseur perdrix, 6 pièce. suivant grosseur,. lièvres 27 pièce, suivant grosseur

Blé. 105 à 107: orge. 80: avoine grli». LES CHOUX-FLEURS

♦ Saint-Pol-de-Léom. 23 décembre. Les arrivages sont toujours faibles; on a compté ce matin sur le marché de la place de l'Evèché 40 voitures de chouxfleurs. On a enregistré une légère baisse des cours. Les choux-fleurs ont été payé* 1,30 à 1.60 la tête suivant qualité.

♦ SAINT-MALO. le 22 décembre. Une grosse baisse s'est produite aujourd'hul sur le marché de Rocabey. malgré l'importance des arrivages. On a payé 90 francs en gros choux, 40 francs en moyens et 20 francs en petits. n faut chercher la raison de cette baisse importante dans le fait que le marché de Paris est bien approvisionné en chouxfleurs du Midi, à un prix bien plus abordable que les cours de notre région. D'autre part. la demande de la province est nulle.

LES OIGNONS ET ECHALOTES

♦ Saint-Pol-de-Léoi», 23 décembre. Les oignons sont payés à la culture 60 francs les 50 kilos: demandes d'Importance normale; cours a tendance ferme. Les échalotes sont peu demandée' On les pale à la culture. 50 fr. les 50 kilos. LES AULX

♦ SAiKT-PoL-DE-Lio», 23 décembre. L'ail est payé à la culture. 55 à 60 fr. les 50 kilos suivant qualité. Cours soutenus.

LES CAROTTES

♦ Saint-Pol-de-Leon, 23 décembre. Demandes peu importantes. Cours peu élevés et stationnaires. On pale les carottes rouges. 18 à 20 fr. les 50 kilo» suivant qualité.

LES POMMES DE TERRE

Saint-Pol-de-Léon, 23 décembre. Les demandes sont toujeurs peu importantes- les cours stationnaires. On cote aux 50 kilos pommes de terre à chair Jaune 18 à 20; à chair blanche. 14 à 15.

Feuilleton de L'Ouest.Eclair

du 24 décembre 1932 37

du soopcoq

£/5?JfîO ROMAN

Pardonné ?

SI vous voulez appeler ça ainsi, ricana Bell.

Et Méchin et vous avez gardé pour vous deux le fameux secret dans l'intention de vous en servir plus tard?

Où voulez-vous en venir? demanda l'homme au couteau, devenant provocant. parce qu'il commençait à craindre d'avoir fait fausse route. Oh simplement à ceci que. n'ayant pas réussi une première tentative vous en prépariez une seconde Ceci était notre afJaire

Sans aucun doute Mais je suppose que si vous êtes Ici c'est dans le but de me vendre ce secret ?

Evidemment

En ce cas. convenez que ce qui est votre affaire devient aussi la mienne.

Cela se peut, dit l'homme d'un ton rude

Et à la lueur de l'allumette qui lui •Kvit à rallumer sa pipe, Langogne

put constater que son visage n'était pas particulièrement rassurant. Mais déjà Langogne avait fait un pas vers luL

Le secret dont vous me parlez est-il de ceux qu'on peut prouver? demanda-t-il de ceux qu'on peut proudemanda-t-il Méchin, par exemple. eût-il pu s'en servir au moment de sa mort?

Facilement.

Et moi, en supposant que je vous l'achète, pourrais-je m'en servir contre Steel?

N'importe qui le pourrait.

Très bien. En ce cas. quel est votre prix ?

Cinquante livres.

Impossible Je ne suis pas aussi riche que M Steel

Pas un sou de moins

Vous refuseriez vingt livres payées sur l'heure ?

Mettons trente.

La voix de William Bell vibra plus près Langogne se recula un peu. Il avait l'impression très nette que le gaillard entendait se servir lui-même s'il sortait son portefeuille, Il se força à rire de bonne humeur.

Voyons. M. Bell. vous n'avez pas pensé, j'imagine, que Je viendrais au rendez-vous nocturne fixé «Par un inconnu les poches pleine d'or? Je n'ai pas un sou sur moi, mais venez jusqu'au chalet des Roses.

Non. Je n'irai certainement pas. Jusqu'à la porte alors? Nous en sommes à peme à trois cents mètres. Je vais vous montrer le chemin. Langcgne prit les devants le coeur un peu battant, mais les pas de l'autre ne gagnaient pas sur lui. un» sorte de grognement avait été sa seule réponae, mais il suivait. )

En quelques minutes, ils purent voir les lumières de la ville et ils se trouvèrent rapidement à la porte du chalet.

Vous préférez vraiment ne pas entrer ? répéta Langogne, mettant un regret dans sa question.

oui.- Et ne soyez pas trop longtemps.

Une minute et je reviens.

La demeure de Langogne était encore éclairée Il n'était pas tard et la bonne Berton devait veiller son malade. Un rayon de lumière parut et disparut quand l'écrivain ouvrit et referma sa porte.

Bell crut entendre un bruit de verrou tiré de l'intérieur et pensa qu'il était joué.

Son acheteur en perspective n'entendait cependant pas lui brûler la politesse aussi rudement. Il reparut à l'une des fenêtres du premier étage. Vous m'avez bien dit. n'est-ce pas. avoir reçu un chèque de trois mille francs de M. Steel ? demandat-il

Oui. mais ne criez pas si fort 1 Et après vous avoir donné ces trois mille francs, il vous envoya au diable ?

S'il vous plaît de dire ainsi. Eh bien je fais comme lui, moins le chèque.

La fenêtre se referma avec bruit et les Persiennes de fer tombèrent lourdement sur la fureur du maître chanteur.

xvin

UN POINT IMPORTANT

Le fait de n'avoir pas accepté la collaboration de William Bell. en participant à son chantage, ne changeait rien à la réalité du fait.

Langogne pouvait se targuer d'une preuve de plus à l'appui de son enquête et c'était là l'important. Il marquait un point.

Un secret existait bien réellement, entre Steel et Méchin.

Et ce secret était d'importance, puisque Bell et même son supérieur, l'ingénieur Méchin. avaient tenté de l'exploiter a financièrement

Il semblait que ces deux hommes seulement connaissaient ce secret. et l'un des deux, le plus honnête, vraisemblablement, avait payé de sa vie la connaissance qu'il en avait

Qu'importait après cela la nature exacte de ce secret?

Il restait le t motif ». cherché par la police, et sans lequel les preuves accumulées pour établir la culpabilité du mari de Kate, restaient incomplètes.

Et, cependant, en dépit de sa volonté, en dépit des preuves accablantes qu'il avait réunies. l'écrivain sentait croître en lui une sympathie pour le coupable.. et U n'était pas loin de se reprocher la part qu'il prenait à sa perte.

n lui fallait penser à l'infortunée Kate pour endurcir son cœur contre son mari, cause probable de tous ses malheurs.

Ses pensées étaient maintenant si diverses, son jugement si peu sûr de lui-même que ce lui fut comme un soulagement de monter.à à la chambre de Severino ri devait le veiller toute la nuit et cette fois, du moins, sa veille serait utile.

Le jeune artiste dormait d'un sommeil fiévreux, coupé de délire et il laissa peu de '•pmps à son gardien bénévole pour coordonner ses pensées.

Cependant, avant l'aube, Langogne avait pris une décision

Il donnerait à Steel < sa chance ». Il lui fournirait l'occasion de s'expliquer.

Cette simple résolution eut pour résultat de calmer ses nerfs.

Et ce fut en homme sûr de soi et bien équilibré, qu'il reçut la visite quelque peu absurde, à son avis, d'un visiteur matinal qui se fit annoncer a lui comme étant le commissaire de police.

Ce fonctionnaire avait entendu parler de l'enquête entreprise par l'écrivain, et prétendait en connaître le résultat.

Langogne le prit de haut.

Si la chose était vraie. Je n'aurais à en rendre compte à personne, dit-il Vous parlez ainsi parce que vous n'avez pas trouvé te coupable; s'il en était autrement, vous Jugeriez que la chose est du ressort de la police, et vous auriez recours à moi

Ce serait en ce cas l'affaire du tribunal et non de la police locale. A moins que le coupable habitât ce district. en ce cas il appartiendrait à ma juridiction.

Langogne chercha du regard le policier, il crut y voir un? lueur soupçonneuse. Instinctivement il mentit Nous n'avons aucune raison de le rencontrer ici Delverton est bien le dernier endroit où je penserais à le chercher.

Le commissaire se leva. 11 avait un singulier sourire, et Langogne éprouva une inquiétude qu'il ne s'expliqua pas. Que lui importait, après tout, que Steel fût soupçonné et qu'il fût démasqué par d'autres que par lui, s'il était vraiment coupable I t

Mais l'étalt-il ?-

Avec ce doute, une sorte de crainte et presque de remords lui venait. Peut-étre serait-ce sa faute si Steel, innocent. était accuse injustement par la faute du mauvais détective ama.teur qu'il était.

Séverino l'appelait De ce côté aussi il était préoccupé.

Kate n'avait pas répondu à l'appel pressant du jeune artiste et celui-ci était dévoré d'une fièvre d'impatience parce qu'il l'attendait depuis la première heure

Etait-ce parce qu'elle ne voulait pas venir? Et le malheureux allait-il mourir sans l'avoir revue ?

Langogne parvint à le calmer en lui promettant d'aller lui-même cher- cher Kate à la Faisanderie et d'user de tous les moyens pour attendrir le coeur de son mari 1

Ceci arrangeait du reste assez bien l'écrivain.

C'était le prétexte cherché pour donner au mari de Kate loccasron de « courir sa chance en s'expliquant. Tout a ses projets. Il ne remarqua pas qu'un policier gardait la porte de la Faisanderie et qu'un pêcheur à la ligne qu'il savait être agent secret, montait la garde dans les mêmes parages.

Il fallut la rencontre du pasteur, escorté de Mona. pour qu'il comprit la situation.

Le jeune ménage courut littéralement au-devant de lui non seulement la gracieuse Mona. mais son mari, toujours si compassé

Quel bonheur que vous soyez revenu 1 s'exclama Mona. dont les yPUx étalent noyés de larmes

Et sans lu donner le temps d'un» question, elle supplia.


!S1SS

RADIO-RENNES à 1 k. t 87t m. 11 h. 16. Mu»lque enregistrée sur disques Salabert Mélodie en la. orchestre (Rumnsteini Barcarolle des Contes d'Hoffmann, orchestre (Oftenbaefa) Je Marchand de sable, mélodie (Jane Boa) da Maison des Amourettes mélodie (J Jekyll) Sérénade des MiÙ l'ont. d'Arlequin, violon solo iDrlgo) Sérénade, violon solo (Toselll) Pour demain, loi-trol chanté du film e Chasse-Croisé (Jean Lenoir) Parlezmot d'afjairet, fox-trot chanté du film • la Bonne Aventure (Jean Lenoir) Sous le pont notr, Java. orchestre de jeu (Raoul Moreitl) l'Amour, one-step de l'opérette la Pouponnière ». orchestre de Un (H. Verdun et C. Oberteld) Deux danses chantées du film < Une nuit argentine » a) Un tango dans tes bras (J. Jeàyll), b) A quoi bon T (C. Oberteld) Je viens vers toi, Java du film e Atout, coeur (G. Sellers) Ne te platns pas, one-step du film Cœur de l1laa» (Maurice Yvain).

15 heures. Concert organisé par l'Œuvre de la T.S-T l'Hôpital.

17 heures. Diffusion du concert symphonIQue Pasdeloup.

19 oeure*. ̃ c Radio-Journal de France >.

19 h. 45. Disque».

30 heure». Informations.

20 h. la. La demi-heure Pathé CydaiXse et je Chèvre-pied, Entrée des petit* faunes, orchestre iflabriel PierDel Valse romantique, orchestre (Déoest de Séverac) la Damnation de Faust, Chanson de la puce (Berlioz) Thaïs Air d'Athanael t cNon, mon cœur est plein d'amertume (Massenet); Habanera, orchestre IEmmanuel Chabrler) Deux chansons de la marine à voila ̃ a) Valparalso. chanson à hisser, b) Passant par Paris, chanson à virer (arrangement de François-Marie Le Janntc> • Inta l'moukakin, marche avec chœurs, musique de la Garde du Sultan du Maroc.

20 h. 46. Soirée théâtrale la Parisienne, comédie en 3 actes d'Henry Beoque, interprétée par les Comédiens de Radio-Rennes.

PARIB P. T. T. 1 1 4€7 m.

lt heures. Concert organisé par l'œuvre de la T. S. F. a l'hôpital. « 17 heures. Diffusion du concert symphonique Pasdeloup. + 10 heures. Emission du c Radio Journal de France » ♦ 19 h. 45. Musique enregistrée. ♦ 20 h. 10. Conseils du vieux bricoleur. ♦ 90 h. 25. Causerie e En temps de crise par M. René Doumie. de l'Académle française, é 20 h. 33. Rosalie, comédie en un acte de Mas Maurey • le Mariage de mademolselle Seulement. comédie de Wleheler et Fonson. A l'issue de la soirée Informations de la dernière heure.

TUOR EIFFEL 15 IL 1.445 m. la h. 30. La soirée radlo-thêàtrale Contât de Noël (Ch. Dickens. Alphonse Daudet, etc.). adaptation radlophonique de Paul Castan. ♦ 20 h. 30. Retransmission du Conte de Noël poème de Maurice Boucher. musique de Paul Vidal, donné a Radlo-Straabourg avec le concours de la troup théâtrale, sous la direction de Maurice de Vtllen- Premier tableau l'Etable de Bethléem deuxiène tableau les Bergers aux champs; troisième tableau L'EtoUe des Mages quaTfléme tableau l'Adoration.. 7 IL. 45. Disques Vienne. 6 viUe exquise (Slecrlnsxl): Si vous n'étiez pas aussi jolie i8ylvlano) Haarlem blues (Wiener) Idylle passionnelle (Razigade). 9 heures. Diffusion du concert donné par la Société des Concerts du Conservatoire Orchestre sous la directlon de M. Philippe Gaubert. avec le ooacourn de Mme Germaine Lubtn. Urne Madeleine Vhtta et Ni. de Trévl. Festival Rtchurd Wagner Faust, ouverture) Parsi/al a) Prélude du premier acte, b) Grande scène du deuxième acte. Interprétée par Mme Germaine Lubin et M. de Trévl Lohengrin. prélude du premier acte ̃ Tristan et Ysev.lt. grande scène du deuxième acte, interprétée par Mmea Germaine Lubin. Madeleine Vhita et M. de Trévi Tannhœuser, ouverture. 12 heures. L'orchestre Radio-Paris. musique populaire Impressions provençales (Brun) Carnaval, Cache-cache. Panse de Magall. les Tambourinaires pastione mia (Barblroll) le Nil (Xavier Leroux) Esquisses sur Londres (Fr. Casadesus) le Policeman au zoo. Idylle •> Trafalgar Square. Hyde Park l'Amc dea humbles (Maurice Pesse) Vers la plaine. Près d une baie fleurie. l'Angé.lus. Au chemin du retour Neiailde (Silver) Mazurka des patineurs. la Glissade. Pas des trois. Valse. Finale Chanson de printemps (Mendelssohn) la Glaneuse (Fourdraln) Introduction, Danse montagnarde. Valse vosgienne: Rapsodie mauresque (Canard) A Alger. le soir. Cortège de noces. Danse Au prtntemps de la vie (Mouton) Sérénade Musique pour guignol (Gabriel

Marie). e> le heures. Lu ondes enlantlne*. organisées et présentées par Mme Magdeleme Morland et Mme SuBanne de Sainte-Croix, 16 h. 60 L'orchestre Radio-Paris, musique de danse Sur le flot berceur (Berger) Madre Patria (Agaetino) le Point du jour (Mllll) la Java rigolote (Lyndei Granada (BiUi) ̃ Vkraina (Cardonl) El Gaucho arc) Déclaration d'amour (Cerri) Sartta (Macchli la Pendule (Billi ) Maxim't java (Rualten) ta Roule-boule (Qauwin-Swartz) Billy-Bull (Wellleri. 4> lE h. 46 Diffusion du concert donné par i'Aaaociâtlon des concerto Lamoureux orchestre sous la direction de M. Albert Wolff avec le concours de Mlle Simone FUon, violoniste, et de Mlle Le Michel du Roy, cantatrice Patrie, ouverture (Btzet) mélodies a) Clair de lune (Fauré), b) le Temps des lilas (Chausson), c) Chère nuit (Bachelet), Mlle Le Michel du Roy Symphonie avec orgue (SaintSaëns), organlste: M. M. Faure; Fantaisie norvégienne pour violon et orchestre (Lalo). violoniste Mlle Simonne Filon Espana iChabrier). ♦ 19 heures. Par M. Georges Colomb Pasteur, 19 h. 20. Causerie agricole la Répression du bracenage, par M. Altn Cailla. + 19 h. 46. Revue de la presse latine.. 20 heures. Lectures litté.aires présentées par M. André Baqué Contes de Noël. 20 h 40. Chronique, par Jean Rleux ♦ 20 h. 46 Représentation organisée par Art et Pensée. Poésies et chante de Noël A quoi récent les jeunes filles (A. de Musset). avec des artistes de la ComédieFrançaise, présentation par M. ValmyBaysse. ♦ 22 h. 30. Disques Concerto brandebourgeoia en la majeur (Bach) le Messie (Haendel) a) Un enfant nous est né, bi Gloire à l'agneau, c) Alléluia. enregistré par les chœurs de Sheffield Noël alsacien (J. Tiersot). enr. par Ninon Vallin; Madrigaux du xvr siècle a) Echo, b) Quand mon mari, c) Tu as tout seul. Noél (Rdsemondo Gérard). dit par Roger Monteaux Bergers et mages (Samuel Rousseau) Fées de Noël (Pfttner). enr. par l'orcliestre de l'Opéra de Berlin. sous la direction de l'auteur. 23 h. 30. Revue de Noël. par Lucien Boyer. avec le concours de l'auteur. ♦ 24 heures. Transmission de la messe de minuit de l'église SaintEustache Messe, avec chœurs, orgue et orchestre (L. de Saint-Martin), solistes MM. de la Patellière et Pactat Allocu- tion du Révérend Père Sanson Pièces d'orgue, Interprétées par M. Joseph Bon- net Oratorio de Noël, sixième partie (Bach). interprétée par la Maîtrise de l'église Salnt-Eustache. ♦ 1 h. 30. KfiiKlmi» ri» riftmcA

BORDEAUX-LAFAYETTE

(12 IL 304 m.»

30 h. 35. Relais de Parls-P.T.T. c En temps de crise », conférence de M. René Doumlc. de l'Académie Française. ♦ 20 h. 35. Musique enregistrée le Comte de Luxembourg (F. Lehar) Lio Estello (J.-B. Wekerlln) Lou baatinen (Castil Blaze et F. Mistral) Je t'ai donné mon coeur IF. Lehar) Totct est flni (R. Stolz) Quand Ca peut sourire et Canari (Borel-Clerc), ♦ 21 h. 05. Concert. Prélude de Noël (Paul Vidal) La Fête de Noël (Tschalkowsky-Salabert ) Deux pièces brèves sur deux tyeux Noëls (C. Franck-Buseer) Noël (Holmes) la Vierge la crèche (Cé«v Franck-Charmettes) l'Enintermèdes àè chants religieux,1 par Mlle Suzy Andry et M. Larrouy. ♦ 23 heures. Quelques Noëls célèbres. 24 heures. Diffusion des pièces de chant et de musique d'orgue qui seront exécutées pendants la nuit de Noël en l'église Notre-Dame de Bordeaux Te Dcum (chœur et grandes orgues) Il est né le divin anlant. à quatre voix mixtes (Rouher). Plèce d'orgue Deuxième offertoire sur des Noëls (A. Gullmant) Silence Ciel, Noël languedocien à quatre voix mixtes (J. Noyon) la Charmante étoile. Noël bourguignon à quatre voix mixtes (A. Gévaertl. Pièce d'orgue In diclei jubilo (J.-S Bach) Marche des Roi.s Mapes (Th. Dubois) Dans une étable obscure. Noël à quatre voix mixtes (Prétonusi Pièce d'orgue Pastorale (Lefebvre-Wely) 0 Dieu. que n'étais-je en vie Noël provençal à quatre voix mixtes (A. Gévaert). Pièce d'orgue Noël (d*Aquin) Laissez paitre vos bétes, quatre voix (A. Gévaert) Les Anges dans nos campagnes. Noël populaire à quatre voix mixtes (A. Gévaert). FÉCAMP (Basse-Normandle) «6 "9 9 12 heures. Concert, 12 h. 30. Nouvelles de presse, 12 h. 45. Radio-concert la Mascotte (Audran) Eternelle désillusion Ralter) Dans la marine (Bousauet) les Deux Pigeons (Messager) Pourquoi douter de mon cœur (S. Quentin) JffmouH (Raiter) la M Ame Biclo (Dufas) Dans les rues de Totilon (Bousquet) Chante pour moi (Saint Quentin ) les Hirondelles 'Raiteri. ♦ 19 h. 30. Radio-gazette normande # 19 h. 85. Courrier de Paris. 20 h. 10. Concert. 20 h. 45.

Radio-concert Cherche* la rime iBmo- ny) Rote tante (Delannay) la Voix de maman IR. de Buxeull) Petite fumée (M. Caze) ia Ronde des heures (8ylvlano) • Dine-dono (Jac Nami On na, pas V *°u (S. Quentin); Petite maison grise P. d'Amor) ̃ Mimotette (Charlys. ta moulins) Coucou (Jonasson) roc-Toc (Jac Nam); Bout de mégot (8. Quentlnl. 22 heures, Quelques airs de Noël: Un réveillon Il la campagne Un aoir de Noil (Gavel) le Paradis, mélodie cretonne (A. Alain) te Sommeil de l'Entant Jésus (H. Musser) Noël d'amour (Deanoullns) Chant du tnomphe (Noyon). Entre ces disques seront passée quelques histoires et contes de Noël. » 23 heures Messe en ré ^(Beethoven).- ♦ 24 h. 16 Concert. ♦ 2 h. 48. Soirée de NoëL EMISSIONS PHILIPS

Le 28 décembre, à 20 h. 30. le Poète lées de Noël d'autrefois. en nous preCette même station nous offre encore une autre émission PHILIPS, pour la soirée du réveillon où l'on dltfusera dï la musique de danse de 1 h. 30, 3 h POSTE PARISIEN 60 Kw. 328 m. t 19 h. 80. Concerto brandebourgeois en sol majeur (Bach) Esquisse sur les steppes de l'Asie centrale (Borodine) Divertissement sur du chansons russes (H Rabaud). Musique enregistrée, 20 heures. Le fait de la semaine reportage par le Petit Parisien.. 20 h. 15. Entr'acte. « 20 h. 30. Concert par orchestre symphonique du poste: les Noëls français. 0 22 h. 30. De> nières Informations ♦ 22 h. 35 Musique de danse enregistrée.

STRASBOURG 12 lt. Sa m. 1 17 heures. Concert eymphonique donné par la Société des Concerts pas ?•' OUP- ,♦ 18 heures. Causerie sur 1 horticulture (en allemand). 19 h. 15 ?,i^aeai ♦ 19 h. 30. Information*: j ♦ 10 h. 46. Disques. » 20 h. 30 Soirée de Noël. Conte de Noël, poème de Maurice Bouchor. Musique de Paul Vidal ♦ 23 h. 45. Retransmission. depuis le Temple-Neuf Culte de véll^ lée de Noël. Orgue. Chant les Anges chantent dans les airs. Liturgie. Choeur d enfants Sur la chambre gémit le vent icarl Reyazl Lecture de la Bible Chœur mixte Gloire Dieu (Fontayne). Lecture de la Bible. Noëls anciens (Mlle Wieger) Prière. Choeur mixte Le Cantique des anges (Bischoff) Bén6- r diction. Chant 0 Dieu, notre Père. Orgue, 23 h. b0. Retransmission, depuia la cathédrale de Strasbourg sonnerie des cloches, Te Deum et Afefje te Minuit solennelle. c

RADIO-TOULOUSE t 8 k. Stt m 18 h 15. Musique militaire lea Grenadiers du Caucaie (Melster) Alepria de Jerez (Bamall) • Parejito (Boronet) Marche det gladiateurs (Souta). ► 18 h. 80. Orchestre symphonique Pavane pour une infante défunte iPavel) Le Mariage secret (Cimaroea) la Moldave (Smetana) Harmonie céleste (Strauss). 6 19 heures. Quelques extraits de films sonores i# Lieutenant sovriant, Déjeuner d'amoureux (Strauss) Paris la nuit, Je t'atme d'amour (Lenoir) Mariont-nout, Ce n'était pas vous (Whitlni ) Flagrant délit, 81 c'est l'amour (Soyer): 19 h. 15. Informations de dernière heure. ♦ 19 h. 20. Bulletin du commerce toulousain. 19 h. 4B. 8011 divers xylophone. ,($..) Plus que lente, airs d'opéras-comiques Sophie Arnould J'al atx moutons <P»raé) ;-̃ Manon, 4e R«v* Massenet) « la Vie de Bohime. O défroque si chère (Pucclnl) « 20 h. ^o.,T Petit. ensembles Un peu d'amour (Silésu) Trio lOoldnwfc) Vienne, ville de mea rêves (Sleczensky ) « 20 h. 30. Fragmente d'opéras la Flûte enchantée, air de Pamlna (Mozart) Guillaume Tell, prière (Rosslnl) le Trouvère, Son regard, son doux sourire (Vepdl). 4 30 h. 45, Carillon. Toutes les cloches de Noël. 4 31 heures Concert. Les vieilles mélodies françaises le Coeur de ma mie (DaJcrow) Quand l'oiseau chante (Tagllanoo) l'Anneau d'arotnt iChamtnade) •" Sérénade française (Léoncavallo) Pauvres fous (Tagllaflço) Sérénade (Gounod) la Chanson de« yeux clos (de Buxeull) Quelques morceaux d'orchestre Con-certo pour orgue et orchestre en la majeur (Bassi) Rendez-t'ou« chez Lehar rTruby) le Soldat de bois (Jones)Illégal (X.). · 22 heures. Un peu d'accordéon Ca gaze (Marceau) Fremito d'amour (Girard) la Java des petita coeurs (Vacher). 4 22 h. 18 Le Journal sans papier de l'Afrique' du Nord. 22 h. 30. La deml-heure des auditeurs marocaths Ctnquante ans d'opérettes (Misrakl) Boris Godounow. Polonaise (Moussorgsky) Elégie, orgue (Massenet) le Cor (Flégier) Une jolie blonde (X.) la Mantilla. paso doble (Bentls) le Béret, par M. Faut}'. & Oudjda (Boyer). 4 23 heures. Le con- cert des auditeurs la Rondt des heures (Sylvlanol Invitation la valse (We- ber) Pensée d'automne (Mftssenetl Il me faut mon patelin (Oborfeld) Afar-

pierrot, Une nuit h. 30. La deml-heure des heures06. Concert de Nuit de Noël: Où een vont ces pats orgue (Bègue) anpes cloches a la Ave Maria, Noël 110 DL h. 15. Bulletin hebdomadaire de la R. C. par Mgr 19 h. Journnl parlé. Chronique des événemente Internationaux. par M. Hector 20 heures Relsis de l'exécution de la Messe du Pape par la maltrise de SaintRombout. sous la direction de M. le Van 20 h. heures. Concert donné par l'orchestre symphonique Ouverture du Measie l'Oratorio de de l'Oratorio de Noël 1 Enfance du' Christ Noël, extrait du triptyque Deux Noëls anciens, chant; Pastorale ROpartz) Fantaisie sur de= Noëls wallons heures. Journal parlé.. 22 h. 10. La demiheure dea disques demandés Star air de Canatine Elle était très bien Légende de la Sauge le dea No, Marche de parade pour capotent Marche de la garde consulaire d h. Le qusrt d'heure de la bouche Boléro 23 heuspéctale. Veillée de Noël Marche, orgue (Hecndel); Extraits du Measie le Pevple QUI attendait. Un enfant nous est né, Récita, les Bergers, Louanges des anges, Et l'ange disatt. Et Gloire Dieu, 0 les yeux de l'aveugle Venez il lui, Son Joug est léger, Voici agneau de Dieu Il est né le (De Lecture lecture de l'Evangile.. heures. Minuit, chrétiens

MILAN 3

Florence: t0 kw. 600

18 heures. Disques. 19 heures. ROME 441 m.

tU8 6) k. 18 heures. Carillon. Mercuriales. 18 h. programme de Noël. h. 80. Messe de minuit.

romande)

que$ monologues.. 20 Il. la. Société de musique de chambre. 0 21 heures. tures de Noël par M. Eugène Fabre. Service religieux, météo. Chansons de oi folks Pan heures, Concert d'orchestre de cinéma; le Kelmer) (Hart) Un rêve Arbre de Vieille chanson de Noëltombe ide Rose) Cat4,case (Bandera) Trois danses]Or) la Voix des cloches IThurbanl (Rathket Sélection 14 heures Une heure de Fnuslque Irlandaise (baryton. Concert d'orchestre relayé de l'hippodrome- aux Enfers lune le fleuve (Green 1; 8Zave Pot-pourri Trots da Ave .Maria SéleCtion (ShadweUl. Mélo- dei de. 16 h. 30. Concert de Noël pour les enfants. Musique d'orgue de cinéma Mélodie de (Foortl The Longer (Connelly) c'est l'Amour est la plus douce chose Une heure avec voua et 17 L'heure des enfants.. le heures. Météo et nouvelles.. 18 h. La magie de Noël. 18 h. 45. Inter-

méde gallois. 4 19 h. 05. Causerie scientifique. 4 19 h. 30. Service religieux de Noël (orchestre militaire et choeur, relais de Sainte-Marie g Whltechapel). 4 20 h. 10. The Yeomen of the Guard (les Yeomen de la Gardel, relais du premier acte de l'opéra-comlque de Sullivan, du Savoy-Theatre. 4 23 h. 10. Musique de danse par Àmbroee et son orchestre du May Pair Botel.

Immeubles à Vendre ou à Louer 10 francs la ligne

talion 4 Pièces, état de neuf, face église Salnt-Brlac.

S'adresser M. BERTHIER, 8, rue Tiphalne, PARIS ( 15').

.Le Oufn, au Fort de Kerbel. Klnnt<-e Recherchons LOtiE.MtM 3 a 5 pièce» Caea. Ecrire avec conditions à MM. DEHE et Cle, Baslgny (Nord). Cessions de Fonds de Commerce 10 rraaca la ligne

céder raison santé, canton Ouest. ̃̃•"̃> Os. toile», bâcbeg, confection hommes, vieille clientèle avec bel Immeuble grandes dép le tout Havas. Rennes, no 616.

Etude de M' BOIZET. notaire

à Bernay (Etire).

UN FONDS DE COMMERCE de Marhrlcr et Entrepreneur de Maçonnerle, slb 4 Bernay. rue du Pont-Rnvet, No 25. Conditions très avantageuseh. Pour toua renseignements s'adresser a M- BOIZET. notaire il Bernay COIFFEUR Snlon nommë~a vendre. *S'adr HavnH_Cnejn_1313

agence ni 'nterniéîllalre (iKA.M)s VINS de Corbière», 6. faub. St-Denls taris, dem. 2 Menaces pr ouvr. sup. dép b. logé gain 30 à 40.000 net. Aidons de 1 moitié Gdes f?cU' pr march. Mise au courant. Se présent, avec référ. et garantie même dimanche matin.

A VENDRE Pour cause de santé. de l'Orne de ville commerçante “'•. Important GARAGE avec agence générale d'une des plus grandes marQues franealaes d'autos. Excellente clien. tèle. Gros chiffre d'affaires annuel. Faculté d'acquérir l'immeuble. Prix modéré. Conviendrait à associés

II. Un très hon fonds de «IUINCAILLERIE parfaitement sItué. On peut acquérir l'immeuble.

III. Fonds de HONNT.TERIE, MERCERIE, avec immeuble.

Pour tous renseignements. «'adresser à M- PLAISANCE. greffier de paix à Trun (Orne). Téléphone 41.

CHARCUTERIE urgent- Or- une petite tournée Compt. 15.000. JOUANNEAU, 81, rue Belfort. Le Mao*. OFFRES D'EMPLOIS 8 franc» la mne

Ouvrier» ipèctalitttt

PHÉNICIEN pour travaux ayant références e: TYI'OUKAPHE* sont de»mandés de suite par Imprimerie IL .PINÇON. A 111 bol se

ON DEMANDE tien 7 voitures. Henri BARON. Derval, Reprèientant»

STVATION ANNUELLE de 20.000 FB, Offerte à commerçants retraités, rien.tler. pour disposer de plusieurs Jour* pr semaine et voulant augm. leurs re nus d- cantons ou communes de la Bre- tngne et Normand pr représent. Société d'Assurances Incendie. Accidents. Vie coin. Agent général. On mett. au cour. Ecr. avec réf P EBEL. Inspect. général rue Max-Richard n^_2, ANGERS LERIZ((L'INDOCHINO737 demande de bons REPRESENTANTS. Ecrire avec références à BOCQUET boit» postale 1.000 LE HAVRE.

Importante mature du >oru aemande cation et mercerie pour toute la Brs.tagne. Rép. au bureau du lournal. N" 331 Cabrlcant dem. à la coraml conn. vente rideaux et Introduit de clientèle. Ecrire avec références Atf. HAVAS Lyon, N" 5.217.

Tri"» nn( Idiiii' maison de l'Ouest chercha REPRÉSENTANT ÏTïTJZ voyages toute 1n France. Références premier ordre exigées. Ecrire Ag. HAVAS. Angers N' 22.886

tère. Côtes-du-Nord et Normandie. par maison Importante de silencieuse cousu singer, connue dans ces région*. Ecr. ZAFRAN Ag. FIAVAS, Bordeaux. comptoir M-iiirncesi Doiirdan iS.-et-O.) recherche COURTIERS asrlcoles de métier et locaux bien Introduite culture Prix doux. Bonnes commission*. Paiement* réguliers Ecrire suite. Codéte demande oons A<ihM> regi(C u naux a la commission sérieux et déjà introduits chez droguistes garages accessoires autos. pour vente article ex.clusif connu Indispensable. Ecrire SPRIDO 21. rue Le Pelletier. Pari» I9-). fabrique de rideaux dem. Keprrsfiitant commls. ay. auto Bretagne-Normand. Ecr. av. référ. Ets O. SPAS. 'lazebrouck. Flrme cycles CYntre~reclT p'ï. visite client. Bretagne. Voyag. sér. b. lntrod. Ecr Agence Hâves Nevers. ne 8600. NAGOYASOIK 30 Annonciade Lyon. rech. Renr. introd. rlipnt hniira r-.rns imina

BOURSE DE PARIS Paris, le 23 décembre.

Marché beaucoup moins actif et tendance nettement moins satisfaisante. La déclaration ministérielle du nouveau gouvernement semble n'avoir pas été appréciée par certains porteurs de 3 le tltre ayam perdu Plus d'uu point D'autre part l'horizon boursier International ne s'éclaire pu et New-York notamment est carrément mauvais La Banque de Paris a donc reperdu une vingtaine de point* 1849. le LyonIndustrielles relativement soutenues Faiblesse des Internatlona:es et en particuller de la Royal à 1492 ( 34) Au marché en banque, la perspective de 1 abandon de l'étalon or en Afrique du Sud continue t être jouée par certains spéculateur» Qui achètent le* mine, d'or à faible teneur. On a recherfbé aujourd'hui la Randfontcin à 207, la 5élL*roL* 115S0 yEast Rand et la We** ftand.

Recul des valeurs belges Krtanga perdent une cinquantaine de point* l^Ue Montagne et Tubize sont réallCàoutcboutiéres résistante*.

Banque Knt LOYER

niiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiii Cours d es changes

Préoéd Jour

Dollar 25 62 25 62 Belr>* (1M) S55 » 354 75 Ures (100) 131 10 131 20 Pfaeta» (100) 808 87 209 » Florin. (100) 1 OU 1029 25 (̃our. Ichec. (1001 75 80 75 80 Franc» buismes (100) 493 23 493 50 Cew. méd^Mt (100) Ul » 4M Il

MARCHE A TERME MARCHE AU COMPTANT 3 PERPETUEL 77 771 76 70 ACIÉRIES DE FiRMiNv 54 501 56 u MUi v™TÀ, 1*- » Précéd. Jour tr-ceo j«,,» 3 AMORTISSABLE » » il ÈtECTHOOIVES j 294 » 292 » Jîïi" XiïSfî!, 125 *?} î'2 «»N0UE INDOCHINE. 3185 .»|3200 Il BONS TRÉSOR 5 1924 749 » ALOI (soin*$ f£5 =«• îi? » »OO MARSEILLAISE 605 »i<S04 u »l 748 5» 6 t 1930 AMORTIS8. 118 35! 118 » OOURRlERe» HAVRE 378 ..380 » SSÏkpan «J "fui » 0OMP(" ..3245 » ptt'ÏÏ'hm Slï •“• M»"; 8 Si 88 2S 3 ^SÎoSoSr~: HË2* «"-oi:.HffuTï- v I8?, 1 1919 0 lois.. » 0" AUTON- O'AMORT. 958 » 955 50 «"ENARROVA «n? «oï SSOUI0M0U0* •• 1W 80| 100 » n«nTai)( 0 lOLAin I 444 i îïl °o â foie 5zt '"̃ *«1 Sa »955 50 » °»«" O«N. MtWolm 97 98 nSLoiS?.10 «1 75I & ?? téléphonés 617 615 «C i î ï «,îtri I9M ?1? "H% » » BANQUE DE PARIS 1665 » 1649 se «"MLMANN 530 »| 529 n 22î!w Jï.^iV fi^f Jl M OMANTIBRS SI N*Z«IRC I 211 |fs 520 "518 es BANQUE uniok paris. 463 455 MOHiNlV 8 119» iiln 438 »432 » et.U» o'* VranialMi i 1830 18S0 0EP •'»« 1. "« «18 '624 » ALGÉRIENNE 1690 » 1665 l OHAROEURS-Rtum. 223 » 218 » '̃•«•»0-W»0MlN0 167 »|lt« 50 SCHNEIO- .?" liS llisn PAS DE CALAIS "SSL «f mm »- h. "M 800 OBN> FONOISP.E 1780 1750 » •»« OBOT 273 » 278 » •"«"•'ONTtIM 108 50,108 60 Entrep d. OREnÊllB UMÏ 11460 00MM1~ 3 1911 • loi. 195 », 192 P.rl, a. Fond. t. USBS >»il5050 » «nion EUROPEENNE.. 22» en » cSmÎÎ". 2 \A^ l93° S^ "Sf5 » d1^ » ÏX%l.Vi3™,tfi- iïiiàk SVur. JJJ » »SS V^, v: METROPOLITAIN 1295 » 1290 » OREOIT FONO EOVPT 2145 »2100 » SZauSS nàiilïïA'iSi «8 "^îfS .ï °'"«»" "ANOAIS 725 » 721 ?2? 22Î » PARISIENNE INDUSTR.. 445 » 351 » tîîïï ^J???»™1™" 32g _îï 'i* M MATER USINE • QAI. 1505 » 1515 » lîï 791 TRAM DE «H.NOH». 945 »' 941 » W AO0N8 LITS Ordln.lï. "Si » 8150 Siiti^Wi,! .fi W Jî85 » '"flNS W"TINOH. I960 -.2010 S "° ° » S îîïi' H\ ïf? 0 LYONNAISE DES BAUX 2355 »|2350 » 0BNTRAI WININO 1001)' 1 RAND MINE$ 1708 552 ::000'- DU 809 »| 809 » .i, '? l'£ 4^ », 2»i » ELEOTRIO PARIS 1175 »jl«5 MONTEOATIM \U H 131 30 VImoMÎ.V?*0" 2 il 50 0RBD O.NAO 4900 .4OT4 se «“̃« “• ï l9t1 ••" §2^ SW asSC-aSSi 677 =|J ;i:H^»:= -À- «&EE «211 ™ EBh€= %i%à £?*«?••«* !JH 1 :'SÏ= iSSaSCp Ml S g $Sz: 99 aarwasau. z aaj :,aaw«M«: hit: vBvxstdT; 1 SaS-ST1^ flj âa^ai" & Si


Prenez l'Hiver

DES BONBONS RÉSINEUX de l'ERMITE

TRES EFFICACE. La bolte 3 francs dans LoUb leb bureaux de tabacs. Les 2 boites contre manc de 6 tr. BONBONS UESINM/X. Uoulon IL.1.1 Représentants demandés.

POUR TOUS VOS IMPK1MES CONStt-ilfit

LlMPKIMLKlt ar L OUEST-ECLAIR Employéa de bureau

ON DEMANDE seneux actif. Bonnes références S'adr. à M' LECOMTE, notaire à Carrouees (Orne). Emploi* dtvers

Conrours du 6 Février 19?3

ASSURANCES .SOCIALES o'AOm nistration. 2a. 6à de, interne» Pam-> PRESBYTERE tôle Suint -BrlPui- désire HOMME de 40 à 50 ans, bon. référ. Ecrire Havas. Rennes, n- 617.

Pour être admic aux situations colonlales otiertes par l'Etat et les gdes Clés. dem. broch. no 16 Ecole Super. des Colonies. 65 Avenue Wilson. Montreull ( Seine i. Renseign. officiels et gratuits. j m port. firme bordelaise crée succurs. Nantes dem. CHEFS service grosse situation. Cautionnement exigé. Ecr. SESTA, Ag. HAVAS. Bordeaux.

DEMANDES D'EMPLOIS 3 Iran» ta ligne

D emande place dans une boucherie. leune nomme 19 ans très sérieux. travailleur connait l'abattoir étal Bonnes références et a permis de conduire Ecrire J Paty primeurs. 61. rue d'Auteuil Paris-16-.

Sténo-dactylo. B. E.. notions de comptabilité cherche place région. S'adr. Havas. Rennes, n* 162.

Jeune homme sér., bon. lnstruct. cher- j place mécanicien électr. entretien. Sér. référ Havas. Rennes, n» 188. Commls de cuisine, références, dëST place stable ou extra. B. G. Cos- qulnquls. Plonévez-Porzay. T. 17-F. Jeune fille. 19 ans, demande place dans café-restaurant. Mlle Franclne Jégu, à St-Melaine (Ille-et- Vllalne). ALIMENTATION

10 trano la ligne

MIU extra Ies 220 1. port fut rég. AOQ • ̃ compr. ech gr Représ. accept. SUBRA. Prop Vins. Narbunne

AUTOMOBILES

lU trano la ilina

CAMIONS et CAMIONNETTES Suis acheteur tous modèles récents DE LA VILLETTE. 225. rue Egl. SalntSeurin, BORDEAUX.

AVIS DIVERS

10 trano ta ligne

LAINES A MATELAS

Détail prix de gros Laines Flocons et crins livraison sans Irais Ech. gratuits 1 Vantlaetliem. 1. rue Pasteur Tourcoing. DEMENAGEURS

dem. pour petit mobilier ménage outrier de NANTES a CHAKLEVILLE. Envoyez conditions nettes de tous Irais sous no 450/6. Agence Havas, Strasbourg TRAVAIL CHEZ SOI assuré sur machine a tricoter. Catalogue gratis. Ecrire LA LABORIEUSE. 10, Q. d'Orléans. Vantes. Représ Ml If Chulnard. 41. rue Salnt-Melaine. RENNES. PAPIERS PEINTS VENDUS AU-DESSOUS DES COURS Album N- 2 franco province en conv» t LA DÉCORATION AL tOYEK à 16. ru- OlicrkamiH. l'ARIS ill-i SÛISÂCHËTÈÏÏRlSïn VrÎ'c": TER .lur<iunrt à main et au moteur. Etablissements PHILIPPE, 17, rue Notre-Dame, LE MANS.

UN CADEAU UTILE

pour homme dame ou enf nt

C'est une machine à coudre ou une bicyclette STELLA

Le Gérant Et HALLlKtt

HOUUEflUTÉ HEURES SOUTflHTES Ni Verre Ni Aiguilles Lecture Facile Nickel 11 f. I Mostrebricel«tl»iirtj munie' 48 t. Ctl«nJritrniootrih«amu«t. ̃ 20 0 f. » bnt.kt hoaa. wi|uillti 14 f. Exigezlamarque"|(APLUSI>. Garantie 10 mi. Envoi contre remboursement. Ouvert le Dimanche

DêpAts à RENNES, Pharm. Nouvelle, 5, rue Je 'Horloge; NANTES, Ph" de Paris, pli HoyaU; VANNES, M. P. Ramais, Pharm: t cuaipose

oat une équipe d'ouvrière syndiquas.

imprimerie le • loI'Iï.î'1-KOLaIK M

J& rue du Pre-Botté. Heunes.

4__

-'LE FIN MOKA .089 CAFES GILBERT EST DE OU19LIT9 INCOMPARABLE EXICEI LE PAQUET ROUGE AVEC SES PRIMES SPLENDIDES* PARIS -PROVINCE: 60000 DEPOTS i

Feuilleton ae L'Ouesi ̃ Ectatt

du 24 aécembre 16

La fleur par jean de KERLECQ Qu'y avait-il là de si extraordinaire ? Néanmoins, au souvenir des grâces j dépensées par Olga, au oroSl ûe son visiteur de marque, Savidan ne pouvait se deiv-uore d'un sentiment oe ja~lousie.

II avait surpris des regards, des chucbôttemcntK. qui semblaient lnd quer r.a certain ûegre C'mtiraité entre Olga et.cet olnciel

De la quand il y pensait, un regain de fureur concentrée.

'Alors, quoi ?. il aimait donc cette femme?

Folie

Ah certes. contre cette folie, il était bien décidé à réagir de toutes ses forces.

Il ne prétendait paa devenir, pour Félicien Dorsanges et pour personne un objrt de risée.

Après avoir rorgé K)n frein en silence. il se mêla aux conversations, en devint le pivot et, au ton désabusé

dont il trouvait bon de faire son ordinaire, il émit quelques aphorismes sur l'amour, qui soulevèrent des protestations.

Il ne croyait plus à la femme. Elle demeurait la cause première de tous les déboires de l'homme, et ne valait point qu'on s'y mtéressât.

Lance à fond sur ce thème, il tomba dans des généralités déplaisantes, qu'il desavouait intimement. prui-étre uniquement pour ébaubir la galerie. Il s'attira quelques répliques vives. Dorsanges déclara l'abandonner a son pessimisme. Il avait connu des femmes exquises dont 11 gardait un souvenir attenari Une ombre de mélancolie passa dans son regard. Il parut se recueillir, et» tandis Qu'on faisait silence autour -le lui, il conta une histoire de sa jeu. nesse. une idylle touchante avec une jeune tille pure. qui aurait pu le me- ner au mariage, à la douceur d'un foyer.

Félicien Dortangss avait prononcé 1rs dernières phrases de son récit d'une voix hésitante, changée, qui surprit son auditoire.

On ne pouvait douter qu'il fût vraiment ému.

C'est étonnant, fit-il. qu'après si longtemps, de tels souvenirs puissent encore vous troubler a ce point. Je ne te savais pas si impressionnable. remarqua Savidan, légèrement ironique.

Mon cher, il ne faut pas toujours juger les gens sur des apparences. ni les femmes sur. le patron ne quelquesunes. Je suis un raté C'est entendu Mais je crois que j'aurais peut-être fait. tout de même. le bonh°ur d'une brave fille, qui aurait eu de la cervelle pour dasL

Rien n'est perdu encore. i Allons On ne se réforme plus a quarante ans. Ce n'est pas en cherchant des arlequins dans les aima- nachs qu'il me serait possible d'élever une famille decemment. Un ban. pour Dorsanges, proposa le peintre, il même un anx Monthyon. x Cousin Detire », haussa les épaules, et viàa son verre d'un seul trait. Le garçon tournait autour d'eux, re- gardait 1 oeil de boeuf, comme pour les inviter a se souvenir qjc l'elabliss0ment iermait a une heure, et qu'il ne laliaa plus s attarder. Dorsanges nt semblant de tirer son porte-monnais. mais Anare prévint son geste, et tendit un billet au servant Payez-vous du tout.

Il n'avait pas vu qu'une petite chose informe avait glissé d'un compartiment àe son portefeuille sur le marbre de la table.

Cette « pt'lit.1 enose n'avait pas échappe a la sagacité ae Souàrille. Il la prit dans ses mains, la tourna. la retourna. -• Une lfeur Tiens, 'hns le sceptique Savidan collectionne les amulet- Us Dorsanges a raison, il ne faut pa.. ries 6ens jur ta mine. Cette fleur ne m'appartient pas, mentit André, bougon.

En es-tu bien sùr ?

La prouve: la voici

Il écrasa d'un geste rageur l'humble fleurette qu'Anne-Marie, les larmes aux yeux, lui avait donnée. là-bas. le oernier soir tandis qu'ils redescendaient vers Trl-Gazou « Que ce souvenir ne vous quitte jamais. J'ai dans l'idée qu'il vous protégera. »

Le peintre, certain de ne s'être pas trompé, regarda Savidan avec un élan- 1

nement où il entrait une nuance de ré- probation, et crut devoir s'excuser Mon cher, je serais désole qu'à :ause de moi.

Quoi ?. quoi ? Puisque je te cils îué ce fétiche n'a rien de commun avec moi.

Je te crois. Ne te tàches pas, j mon vieux., ça ne vaut pas la peine. Pour bien prouver qu'il n'attachait, en realite, aucune- importance a ce il fétiche », Savidan le balaya d'un geste deaaigneux le piétina Et voila. tit-il. La petite fleur de reve venait de ren- dre l'âme parmi la sciure de bois, les j crachats et les cigares abandonnes. Le parjure demeura quelques secon- des anéanti devant l'horreur de son fcrfalt. Il éprouvait comme la sensation d'avoir écrase sous son talon le cœur tmmble d'Anne-Marie, et toute sa jeunesse, et toute sa loi.

Il sentit passer dans l'air un souffl? qui ressemblait à i'hal?iue âpre de la lande et de la mer. éternellement liées. La terre natale venait de frappeur l'in- fldele au visage.

Il ramassa sa monnaie, Puis. sans aire adieu Il u.rsonne. s'en alla. soil- taire, par des rues noires et fétides. XIII

Leur enfant

.Mais il Golgon. la mère avait le cœur en fête.

Y penses-tu, Anne-Marie,- dans moins d'une semaine, il sera là Anne-Marie souriait de sentir Aline si complètement transportée. JI.

A vrai dire, elle ne se contenait plus, ne pouvait rester en place, criait. a tout passant, sa joie par-dessus la baie;

« Vous savez, André va venir pas- C ser les tètes avec nous. » f Ah comme elles lui pardonnaient, les cheres femmes, de les avoir un peu <j négligées.

« Un peu », disaient-elle avec mdul- b gence. 1 yu un portait. puisqu'il allait revenir. tlle» l'attenaaient d'un cœur 1er- f vent, avec peut-être un soupçon de crainte. ( Maiiuenunt que- c'etait un « mon- c ,leur ae t'ans ». mèie a une vie qui. cie loin. leur aonnaii le vertige, ne serait -il c pas un autre homme ?. Ne scTaienl- j c elles point, pour lui. a'étonnantes créa- tures s Aurait-il change de visage ? N'au- raiHl pas un peu honte de s'asseoir sur le banc ou, jadts, il s'installait près du s pere. a lire les nouvelles dans le journal du pays. 1 Comment trouverait-il sa chambre ? La semaine piesédi-nte. Constant Le 5 Flocn était vonu aider le pere a depla- 1 cer les meubles tout un déménagr- ̃ ment pour blanchir à neuf les murs et le pUcond. j Ou avait remplace les rideaux du lit. i et ceux de la tenêtre que le soleil dt-s i êtes avait brûlés. 1 An.ie--Marie avait mi.s des pièces Il in- j visibles à la courte-pointe. Elles se voyaient bter un peu. mais on comptait avec la complicité des ?ours de aecîmbre. et des soirs éclaires à la lampe Pigeon.

André ne sanercevrait de rien.

Sans doute qu'à Paris il avait une belle chambre avec de la literie pa- reille à celles des villas de la plage, et des tapts à rosaces aux tons chauds ? Ici. le lacis montrait ta corde, 't ,n'avait plus de couleur avouable. On verrait à le remplacer l'an prochain.

)n ne couvait faire tous les frais à la Certainement. le cher tils comprei> Irait.

La table, pour l'instant, était encomirée de branches de houx, de fleurs en lapler. et de gui de chêne.

Anne-Marit:. de ses doigts- habiles, abnquait aes guirlandes.

La chambre en était, déjà décorée. )n n'y pénétrait nlus que sur la pointe les piecis. ;tvec respvct.

C'était une manier»1 du s.inctuaire, iont le dieu absent allait reparaitre tans toute sa gloire

Au rez-d<?-cnaussee, on commençait eulement les préparatifs.

Altne avait termine, la veille, sa ;rande lessivr. F1U- n'avait plu-* qu'a l'occuper de rendre la maison belle.

Il etaii entendu qu'André passerait a Noël a Goitton. on la famille Audi;ou déjeunerait et dinerait, et que tous ;e retrouveraient, au jour de l'an, pour nanger la dlnae et le gigot. à TriL'.azou.

Naturellement, entre ccs deux granas lours. les flancês ne si» quitteraient {̃lere. Oat avait refufé pour eux des nvitattons chcz de,, cousint. des amis: ̃nême Que les Barrazer étaient furieux.

Tant pis, ils se contenteraient.

iA sw.tret.

Toux tes texte» et toutes tes propositions de lOmanS'ieuilletov.s douent ttr* id'fjsés irrpctrment et personnellement 3 M. A V DE Wuli bureau.¡ parisien* le l'Onest-B.clalr. 20. bouleront Mon> martre Paris 'fft

Nous ieclinons toute responsaMMC iu sujet des eiiroi.* qui ne seraient 0ÊI lait* dan» eu condition».