Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 14 on 14

Number of pages: 14

Full notice

Title : L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial

Publisher : [s.n.] (Rennes)

Publication date : 1932-06-18

Contributor : Desgrées du Lou, Emmanuel (1867-1933). Directeur de publication

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Format : Nombre total de vues : 135307

Description : 18 juin 1932

Description : 1932/06/18 (Numéro 13008).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bretagne

Description : Collection numérique : Yroise, bibliothèque numérique de Brest

Rights : Consultable en ligne

Rights : Public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k6589496

Source : Bibliothèque nationale de France

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 18/01/2011

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 99%.


DE LA COMÉDIE FRANÇAISE AU MONASTÈRE M"" YVONNE HAUTIN devient Soeur Marie-Yvonne

Paris, 17 juin. (De notre rédaction parisienne). C'est une des plus belles vocations religieuses qui vient de trou ver oet après midi la conclusion rituelle. Je vais vous la conter d'apres le récit que m'en a fait la seule religieuse du monastère des Bénédictines de la rue Monsieur qui soit en rapports journaliers avec les gens de la grande ville.

U y a quelques années, une Jeune fille simple et blonde faisait demande la révérende de prendre pension au monastère de la rue Monsieur, rue calme et reposante du quartier des Invalides. dans l'ombre même de l'église Saint-François-Xavier.

Comment vous appelez-vous, mon enfant. demanda la révérende ?

Nommez-moi seulement Madeleine, répondit la jeune fille.

Et Madeleine fut admise à partager la vie des postulantes du Couvent. Elle s'y faisait remarquer par la délicatesse de son esprit, par un dévouement inégalable à l'égard des malheureux et des malades, mais surtout par une voix

et une jeune bénédictine tout de blanc vêtue. On chuchote dans la foule c le doyen Albert Lambert, Alexandre. Pobinne. Devoyod. Bertin, etc. b Après les vêpres, à la porte de la « clôture » où l'avait accompagnée la Révérende Mère prieure, apparut soudain Yvonne Hautin, toute blanche dans sa magnifique robe offerte par ses camarades de la Comédie Française, voilée de tulle et couronnée de fleurs des champs. Mgr Verdier, suivie des prélats parmi lesquels le R. P. Samson, de M. Emile Fabre, de M Albert Lambert, doyen du Français et de M. Alexandre, président au Conseil d'administration de l'illustre compagnie, et qui représente la famille de la -novice, la vient chercher en procession solennelle et la conduit devant l'autel où elle prend place entre ses deux marraines, Mme Emile Fabre et Mme Dussanne.

Mgr Gerlier ouvre d'abord la cérémonie par une touchante allocution retraçant l'admirable vocation de Mlle

Service téléphotographlaue spécial de rOucst-Bclair (Système Bellnv) UNE VUE DE LA CEREMONIE DE PRISE DE YOUM DE MUe YVONNE HAUTIN

magnifique qui. chaque jour, aux offices, rehaussait les chœurs d'un éclat sans pareil.

Un beau matin, la pensionnaire Madeleine' formula une extraordinaire demande, tendant à rentrer vers minuit tous les soirs.

Ah 1 ça dit la supérieure abasourdie, me direz-vous, Madeleine, les raisons de cette sortie, et, au surplus, j'exige sur-le-champ des éclaircissements sur votre état civil ? Madeleine éclata en sanglots.

Le succès mondmn 1

de « Madeleine 1

Je suis, ma Révérende, confessa- '-elle, admise depuis hier à la Comé- die-Françalse après avoir passé le concours du Conservatoire. Je me nomme Yvonne Hautin. Mais je vous supplie de me conserver parmi vous. car ce n'est pas démériter, croyez-le bien, que d'appartenir au théàtre. Aussi bien, mon oncle et deux de mes cousines sont dans les ordres. Gardezmoi près de vous et des postulantes. mes chères amies fidèles.

Et la révérende mere, d'abord renversée par une telle révélation, eut le grand esprit de conserver à la communauté sa pensionnaire civile. Elle la conservera désormais dans son ordre jusqu'à la tombe, car depuis aujourd'hui. Yvonne Hautin est devenue soeur Marie-Yvonne.

Dans l'étroite rue Monsieur, une foule d'amis, de Parisiens et de Parisiennes, émus par la brusqua nouvelle de cette prise de voile, se pressent devant la vieille bâtisse du monastère On savait bien qu'après deux années de postulat passées à Lourdes après des malades, puis à Paris oour t'initier aux rites et aux travaux de l'ordre, Yvonne Hautin n'avait jamais renoncé à sa vocation, mais on doutait encore.

Lorsque, par-dessus les hauts murs du monastère, une voix de soprano merveilleuse et claire s'élevait, les dames du vieux quartier savaient bien que c'était celle d'Yvonne Hautin, plus que jamais décidée à prendre le voile Par un soleil radieux, la novice a mis son projet exécution Elle a quitté le monde et tout ce qui l'enchante pour devenir moniale. Cependant que les cloches du monastère tintent joyeusement. les socletaires, les pensionnaires, ainsi que le personnel de la Comédie Française, a la tête desquels se trouve l'administrateur général M Emile Fabre passent successivement le porche de I» communauté, ngourru^ement défend,jjH tf"u cuisses en tenue d'apparat

Hautin. Puis des chants liturgiques s'élèvent, et, tandis que retentit « Seigneur, la terre et tout ce qu'elle renferme ». la novice vient s'agenouiller tout près du cardinal

Des ciseaux coupent Il les blonds cheveux i

L'instant solennel est arrive. ses 1 narrâmes font tomber le voile de 1 sulle, qui, déchiré, est jeté dans une :orbeille. Des ciseaux coupent de )londs cheveux. Un voile de lin rem)lace bientôt le voile de tulle. Puis a novice se dirige vers la sacristie où ;lle demeure un instant. Et c'est Sœur Marie-Yvonne des Bénédictines, qui •n revient, vêtue de la grosse robe de l'ordre et le visage encadré d'une juimpe blanche. On lui passe en outre la ceinture de cuir et le scapulaire. Mgr Verdier souligne alors la grandeur des vocations religieuses et, en particulier. celle de la nouvelle bénédictine, dont la jeunesse avait connu les plus brillantes espérances. Les assistants ont beaucoup de peine à réprimer leur émotion et bien des larmes coulent de beaux yeux, cependant que sœur Marie-Yvonne se dirige lentement, gravement, mais fermement. vers la e clôture Il derrière laquelle chantent ses nouvelles compagnes qui semblent l'appeler vers elles.

La novice frappe alors trois coups à la clbture a et s'agenouille devant la porte en chantant, sans aucune défaillance C'est à jamais le lieu de mon repos. Il C'est là dans la petite cour de la chapelle qu'elle reçoit l'adieu de ses camarades, de ses amis, en un mot, du monde, auquel, à son tour, d'une voix bien décidée, elle lance un dernier adieu.

Sur la novice qui l'a franchie, la porte de la clôture se referme lentement et soudain un hymne de liesse monte du cloître, mêlé au joyeux carillon de la cloche du monastère. Yvonne Hautin. ex-jeune première de la maison Molière, n'est plus qu'une petite bénédictine anonyme, vouée à la rude discipline d'un ordre monastique entre tous sévère et rigoureux Henry Roulleao.

LE GANGSTER PARKER EST BLESSÉ

HicAGo, 17 juin Le gargster Parassocié de Capor.e 3 été grièveblessé par des membres de sa àe, il a succombe pendant ton

PÊCHEURS

TOUTES GAULES

DÉPLOYÉES

C'est demain le grand jour si impatiemment attendu des disciples de Saint-Pierre.

Dans tous les magasins d'ustensiles de pêche, il il a affluence de clients venus acquérir l'outillage nécessaire à la capture de la gent aquatique porte écailles.

Pour l'un c'est une canne, dont le choix demande a être fait avec soin. L'instrument, en effet, a besoin, pour remplir son office à la satisfaction de son propriétaire, d'être à la fois, léger solide. élastique, sans être, naturellement, d'un prix trop élevé.

Pour d'autres ce sont des bas de lignes, des crins japonais. des hameçons, des flotteurs, etc.. et aussi, bien entendu des appâts, blé cuit, chènevis (la graine) et naturellement de grouillants asticots.

Ceux-la on ne les prendra que ce soir, juste avant la fermeture du magasin; par ce temps orageux, ils pourraient tourner et demain on n'aurait plus rien pour capturer gardons, ablettes ou vaudoises.

Mais si les marchands d'articles de pêche font de bonnes affaires, les marchands de comestibles ne leur cèdent en rien. IL faut des vietuafiiea pour tenir demain toute la jorcrnée au bord de la rivière ou le long du canal. Pécheurs mes frères, respectez la propriété d'autrui, surtout ne piétine2 pas les foins, dont beaucoup, en. raison du mauvais temps. n'ont pu encore être coupé8.

Bovone et Sbardellotto

ont été exécutés hier matin ROME, 17 juin. Les terroristes Bovone et Sbardellotto ont été fusillés ce matin à l'aube.

C'est au fort Brawetta que les terroristes Bovone et Sbardellotto ont été fusillés à l'aube. Le peloton d'exécution était formé de miliciens fascistes. Les condamnés sont arrivés dans une voiture cellulaire accompagnée de carabiniers qui les ont remis aux miliciens. Ceux-ci ont signé un acte constatant la remise. Les condamnés ont été liés à leur chaise et l'ordre de faire feu a été donné. Un médecin militaire a ensuite constate la mort.

ROME, 17 juin. L'exécution de Bovone a eu lieu à 5 h. 16. Le condamné avait passé la nuit à écrire à sa soeur, il s'est entretenu avec l'aumônier. s'est confessé et a communié Il a également écrit à l'aumônier pour exprimer son repentir et demander pardon.

L'exécution de Sbardellotto a eu lieu à 5 h. 45, il a refusé l'assistance religieuse et a déclaré que sa pensée ne s'adressait à personne, ayant rompu même avec sa famille.

VIOLENT INCENDIE A ROUEN

Près de six millions de dégâts Roura 17 juin. Un incendie extrêmement violent s'est déclaré, cet aprèsmidi, dans un vaste bâtiment de l'Ile Elle où étaient emmagasinés 5.000 tonnes de nitrates, 350 tonnes de pâte de papier et du blé.

Le feu a pris, pense-t-on, à la suite d'imprudence d'ouvriers qui. ce matin, ont procédé a des opérations de soudure autogène, sur le toit du bâtiment long de 80 mètres et large de 20. De nombreuses explosions se sont produites, les dégâts s'élèvent à près de six millions.

UN AVION PREND FEU Versaiu.es, 17 juin Un grave accident d'aviation s'est produit vers midi 15 à Villaroublay L'adjudant Aimable Prévost, du 1er groupe d'aviation, 1™ compagnie exécutait des vols d'es- sai lorsqu'au cours d'une descente en vrille l'appareil prit feu Ne perdant pas son sang-froid, l'aviateur réussit à atterrir normalement et se précipita hors de la carlingue Il a été relevé avec une grave brûluru au bras gauche et une fracture à la jambe droite Il a été transporte a l'hôpital militaire de Versailles Sa femme, qui habite Le

LA COURSE A L'.OR HOMMES, FEMMES, ENFANTS FOUILLENT UNE RIVIÈRE CHERCHANT DES PÉPITES 300 familles sont campées dans un pays désert hier Londres, 17 juin. De notre cor- respondant particulier. Une dépê- che arrivée de Bahia annonce que dans les environ» de Duallma-Dutra, où les paysans étaient dans l'angois- se a cause de la sécheresse qui les a j obligés à quitter leurs terres, une véritable fièvre s'est emparée de la population. à la suite de la découverte de pépites d'or le long de la rivière Istaricourou.

Aussitôt, des caravanes se sont dlrigées vers la rivière. A l'heure ac- | tuelle. plus de 300 familles sont cam- pées dans la région déserte. Sur une étendue de plusieurs kilomètres, des hommes, des femmes, des vieillards, des enfants même travaillent à fouil- ler la terre.

On raconte qu'un vieux fermier au- rait, il y a quelque temps, vendu à plusieurs reprises des pépites nom- breuses à Bahia. sans révéler la localité où il les avait .trouvées. Le vieux fermier, devenu très riche, est mort. il y a cinq ans. emportant dans son tombeau le secret de sa fortune. Ce secret, les chercheurs d'or des rives de l'Istaricourou croient le tenir maintenant.

IWtde World Photo.

LA MODE.. EN ANGLETERRE Un bonnet très remarqué aux courses d'Ascot

I M. POINCARÉ VOYAGE Bar-le-Doc, 17 juin. M. Poincaré, dont l'état de santé est excellent, a quitté hier soir. Sampigny. pour entreprendre un voyage d'une huitaine de 1 jours.

DRAME DE LA MER

vwwvw\

A LA SUITE D'EXPLOSIONS UN PÉTROLIER PREND FEU ET SOMRRE AUSSITOT

Quatre matelots sont tués et dix-sept sont manquants Mobtréal, 17 juin. Une explosion s'est produite à bord du pétrolier anglais Cymbeline, elle a été suivie de plusieurs autres. Un violent incendie s'est déclaré. On signale 24 blessés et 2 mécaniciens manquants.

Montréal, 17 juin. On a déjà quatre morts à déplorer à la suite de l'explosion du Cymbeline et on craint que seize ou dix-sept corps ne se trouvent encore à l'intérieur du navire qui sombre. D'autre part, trente-cinq personnes environ ont été blessées. L'ORAGE

TARBES, 17 juin. Un violent orage s'est abattu hier soir de 19 heures à 20 heures sur Tarbes Les rues ont été transformées en torrents et certaines places en lacs La foudre est tombée sur plusieurs maisons. Le mauvais temps, qui dure depuis plusieurs jours, nuit aux récoltes.

LA SÉANCE PLENIERE D'HIER A LAUSANNE

MALGRÉ LU MODÉRATION DES TERMES FT UNE BONNE VOLONTÉ MANIFESTE, LA THÈSE ALLEMANDE S'EST OPPOSÉE DIAMÉTRALEMENT 9 LA NOTRE LE CHANCELIER VON PAPEN DEMANDE UNE LIQUIDATION DÉFINITIVE DONT M. HERRI07 LAISSE ENTREVOIR LE POIDS POUR LES ETATS CRÉANCIERS

M. Chamberlain cite en exemple les réductions consenties par l'Angleterre

LES PAIEMENTS SUSPENDUS PENDANT LA DURÉE DE LA CONFÉRENCE

LA SEANCE INAUGURALE DE LA CONFÉRENCE DE LAUSANNE

LAUSANNE, 17 juin. Les délégués a la Conférence de Lausanne se sont réunis ce matin, à 10 h. 30, à l'hôtel Beaurivage, en séance plénière. Au début de la séance. M. Ramsay Mac Donald a donné lecture de la déclaration suivante Les groupements soussignés, prolondément pénétrés de la gravité des périls économiques et financiers qut menacent le monde et de l'urpence des problèmes que la Conférence de Lausanne a pour mission d'examiner; fermement convaincus que ces problèmes erigent une solution finale et précise. tertdant à l'amélioration des conditions européennes, et Que cette solution doit être recherchée sans délat et sans interruption pour être réalisée dans le cadre d'un règlement universel; constatant que certains paiements des réparations et des dettes de guerre tomberont à échéance le premier fuillet prochain

Sont d'avis, aün de permettre que te travail de la Conférence se poursuive sans être troublé, que, sans préjuger des solutions susceptibles d'être atteintes ultérieurement, les paiements dus aux puissances participant à la Con-'férence au titre des réparations et des dettes de guerre soient réservés durant la période de la Conférence qui. suivant la volonté des gouvernements soussignés. doit aboutir un résultat dans le plus bref délai possible. Etant entendu que tes services des emprunts émis sur tes marchés ne seront pas affectés par cette décision. Les gouvernements soussiqnés decla- [ rent qu'en ce qui 'es concerne, ils sont prêts à agir conformément au présent arrangement. et invitent les autres

la Conférence, à adopter la même attitude.

Signé à Lausanne, le 16 juin. Pour le Royaume-Uni de GrandeBretagne et d'Irlande du Nord Neville Chamberlain;

Pour la France Edouard Herriot; Pour l'Italie Moscoia;

Pour la Belgique Renkdi;

Pour le Japon Yosida.

La Presse avait été invitée à assister à la lecture de ce document. La séance devint privée immédiatement après.

Le chancelier du Reich. von Papen. déclara alors qu'il prenait note, avec une vive satisfaction de cette déclaration dans laquelle il voyait l'expression de la ferme volonté des Etats d'arriver à une solution définitive et complète de tous les problèmes en discuasion.

c Cette déclaration, a-t-il dit. est un appel qui sera entendu par te monde entier et qui éveillera des espoirs qui pourront être difficilement déçus. »

Le discours de M. von Papen Lausanne, 17 juin. C'est derrière des portes hermétiquement closes que s'est déroulée, après la sensationnelle déclaration de M. Mac Donald la séance plénière de l'hôtel Beaurivage. Le premier orateur fut M. Von Papen. Le chancelier allemand précisa d'abord que les délégués n'étaient pas venus à Lausanne pour discuter des réparations au point de vue juridique. Les accords de La Haye restent en

doute. Il s agit seulement a examiner la situation en fait.

Après un exposé assez sombre de la situation intérieure allemande, M. Von Papen a exprimé le regret qu'on n'ait pas tenu un compte suffisant des suggestions des experts financiers de la S. D. N. Sur les lé milliards de marks empruntés par l'Allemagne. 10 milliards ont servi au paiement des réparations.

Très habilement aussi, l'orateur a déclaré qu'il était faux de prétendre qu'une Allemagne libérée des réparations serait pour les autres pays un concurrent dangereux au point de vue des échanges économiques.

« Une série de tentatives ratées » L'histoire des réparations, a conclu M. Von Papen. pourrait s'intituler une série de tentatives rateea Chaque fois que l'on a envisagé un mode de règlement nouveau, on s'est préoccupé seulement de demander a l'Allemagne le maximum, sans savoir si elle était capable de ce maximum. Les échecs du passé doivent servir de leçon.

« Les réparations, poursuivit le chancelier, n'ont rien reconstruit, mais tout détruit L'heure est venue d'envisager hardiment l'avenir. C'est pour cela que le gouvernement allemand a tenté, une fois encore, de rassembler les forces vivantes et constructrices de la nation allemande pour assurer à son peuple les conditions qui sont nécessaires à son existence. t Le temps des petits moyens. des moratoire des ajournements est passé pour toujours. II doit être bleD


(Keritone View.)

LAUSANNE, VUE DU PALAIS DE LA CONFÉRENCE

u«v»u couplet, a une liquidation définitive. >

M. Herriot répond

M. Edouard Herriot répond immédiatement après au discours de M. von Papen. Dans son expose, M. Herriot prend pour base les idées qui ont provoqué la réunion de la conférence et le rapport du comité consultatif de Baie.

c A quoi, dit-il, cela servirait-il de provoquer les libres consultations des hommes de la plus haute autorité, de réunir leurs signatures, si l'on devait ensuite les désavouer ? Le rapport de Baie doit être notre règle et notre loi. c Nous admettons donc sans arrièrepensée sa première conclusion à savoir que la crise économique mondiale dépasse en ampleur la dépression relativement courte envisagée dans le plan Young.

« Nous admettons aussi, avec ce document, que les difficultés financières dp. l'Allemagne sont dans une large mesure à l'origine de la croissante paralysie du crédit dans le monde et qu'elle rend nécessaires les actions concertées que seul le gouvernement peut entreprendre.

< Pareillement nous nous réjouissons de constater que la conférence de Lausonne a dejà proclamé le principe indiscutable suivant lequel un règlement européen ne peut s'opérer que dans le cadre d'un règlement universel.

« Le rapport de Bâle ajoute aussi que l'Allemagne a constitué un outiliKge économique à grand rendement et qu'elle retrouvera certainement un jour ou l'autre son équilibre.

D'autre part, il affirme que, selon les lois de l'histoire, toute période de dépression est suivie d'une période de prospérité.

c Si nous voulons faire œuvre durable, nous devons retenir non pas une partie du rapport, mais tout le rapport. Il faut à la fois tenir compte du présent et ménager l'avenir. à Quelques exemples donnés par M. Herriot montrent les conséquences d'une annulation éventuelle des réparations

La sitnation privilégiât de l'Allemagne |

Le montant des dettes comparées de- l'Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne par les chiffres suivants (en reichsmarks), 12 milliards pour le Reich, 51 milliards pour la France et 130 pour la Grande-Bretagne, correspond a 105 milliards. L'application du moratoire Hoover pour une seule année a créé dans le budget français un déficit d'environ 1 milliard 800 millions de francs, qu'il va falloir compenser par des mesures satisfaisantes.

n est facile de démontrer que la charge imposée aux chemins de fer allemands pour les réparations, soit 660 millions de marks, n'est pas excessive. Si l'on supprimait pour l'avenir les paiements de réparations. les charges en capital des chemins de fer allemands (actions et emprunts) seraient ramenees à environ 10 milliards de francs, tandis que celles des chemins de fer français sont d'environ 65 milliards de francs et celles des chemins de fer anglais de 100 milliards

Une situation à ce point privilégiée permettrait aux chemins de fer allemands d'accorder des réductions de tarifs considérables, et, pour les matières de faible valeur, d'abaisser de 15 à 25 les prix de vente.

n est non moins légitime de comparer les soldes dans le cadre du plan Young et des accords de La Haye. Pour la France, l'excédent de ses recettes sur ses propres dettes déduction faite du service de l'emprunt Young s'élève à 360 millions de marks environ par an. c Il suffit de comparer ce chiffre aux autres soldes pour mesurer l'injuste excès du sacrifice qu'une annulation imposerait à la France s.

L'Allemagne elle-même, comme l'ont dit les experts du plan Dawes, ne pourrait résister à une crise qui sévirait autour d'elle.

Pas de tranferts des charges, mais loyale association d'efforts Il faut remédier à ce trouble non point par de simples transferts de charges d'un pays a l'autre, mais par une loyale association d'efiorts auxquels la France entend sans réserve se prêter.

e Telles sont nos vues, conclut M. Herriot. Nous défendrons les intérêts de la France dans le cadre des intérêts européens et mondiaux. Nous voulons tenir compte du présent et ménager l'avenir. Nous demandons seulement, pour la République française, une part de cette justice qu'elle veut elle-même pour toutes les nations s.

M. Neville Chamberlain

M. Neville Chamberlain succède à M. Herrlot. Il souligne l'importance de la déclaration signée ce matin même. et qui. dit-il, affirme la nécessité d'un règlement final et définitif. M. Chamberlain fait observer que le chancelier du Reich n'a, en aucune manière cherché à répudier la validité des obligations de réparations contractées par l'accord de La Haye, mais qu'il est évident que des circonstances lant wrMfiue* qui rendent impossible

pour i Allemagne ce reprenare le mois prochain ses paiements.

L'impossibilité de payer les dettes intergouvemementales

« Le gouvernement britannique, ajoute-t-il, a dans ce domaine des vues précises et définie; qui ne sont pas celles d'un seul parti, mais de tout le parlement, opposition ou majorité. Dans notre opinion, l'expérience prouve que le paiement de ces énormes dettes intergouvernementales ne peut être exigé sans avoir des conséquences désastreuses sur tout le système économique de notre civilisation.

L'orateur souligne que l'Angleterre a consenti une importante réduction de ses créances, malgré un solde débiteur britannique de 200 millions de livres.

c C'est une initiative sérieuse que de sacrifier nos droits: mais nous sommes tellement convaincus que seules des mesures radicales nous permettront de restaurer la confiance, sans laquelle les roues du crédit ne peuvent plus être. cette fois encore, mises en mouvement librement, que nous serions prêts- à prendre notre part du coup d'épongé général sur l'ardoise des dettes si les autres Etats interessés étaient disposés au même sacrifice.

M. Mosconi, qui prend la parole le dernier, au nom de la délégation italienne, souligne. lui aussi, l'importance de la déclaration

La collaboration du gouvernement italien, dit-il. s'inspirera, cette fois encore, comme dans le passé, d'une large compréhension des conditions de tous les pays et d'un esprit de sincère solidarité. Il

La séance privée de la Conférence a pris fin à 13 h. 30.

A l'issue de la séance. M. Herriot a été félicité par les chefs des principales délégations.

Dans les milieux de la Conférence. on s'est généralement félicité de la courtoisie et de la volonté de conciliation dont a fait preuve le chancelier du Reich.

SOURIRES Sous le règne de Tardieu, nous avons perdu le ministère de la Guerre remplacé par celui de la Défense nationale. M. Herriot ressuscite la Guerre quelle drôle d'idee chez un homme qui ne veut pas d'histoires avec les voiains I alors qu'il était si simple d'inaugurer le Ministère de la Paix 1

Passons. Mais nous perdons avec la nouvelle combinaison gouvernementale et cela vaut la peine d'être soultpné le ministère de l'Instruction Publique Vlan il disparaît d'un coup de plume Sans doute n'y a-t-il pius un seul illettré en France, tous les citoyens étant dotés du certificat d'études à la suite des derniers scrutins.- Après tout, on pourrait aussi bien distribuer des diplômes uni.versitaires que des palmes dites académiques. Faiton subir un quelconque examen aux nobles étrangers reçus docteurs honoris causa ?

Et c'est le ministère de l'Education nationale riche compensation que dirige aujourd'hui M. de Momie 1 Si le ne me trompe, M. Mario Roustan, son prédécesseur, se bornait à administrer les enseignements supérieur, secondaire et primaire. M. de Monzie embrasse tout ce qui se rapporte à la formation des Français, met un pied sur tous les terrains ce qui est d'un loueur habile et prend tous sa couve tous les professeurs et tous les élèves de toutes les écoles connues en France et en Navarre.

N'ayant pas lu dans les gazettes la circulaire que nous attendons et qui fixera les devoirs des citoyens, jeunes ou vieux, qui auront à reconnaître l'autorité de M. de Monzie, le tiens à prévenir immédiatement les intéressés. Voici la liste des établissements qui recetront désormais leurs directives du Mlnistère de l'Education Nationale

10 Les Ecoles de natation où l'on ne pourra enseigner la nape en eau douce et en eau salée que si l'on sait soi-même nnger 2° L'Ecole anormale des piétons parisiens tondation Chiappe dirigée par les gardiens de la paix; 3° L'Ecole de rugby dont lea journaux sportifs préconisent la création 4a L'Ecole des Stratèges en chambre qui donne ses cours dans chaque cliei-tieu d'arrondissement, au Calé du Commerce 5° l'Ecolt de», coiffeurs, l'Ecole des stars, l'Ecole aes chauffeurs, l'Ecolt des lemmes qui date de Volière, l'Ecole de bilboquet, l'Ecole des cambrioleurs, etc., etc. Il va sans dire que toutes les Académies seront contrôlées par les inspecteurs de l'Education nationale, notamment cette institution étonnante qui parodie irrévérencieusement le travail des Quarante et qui t'appelle l'Académte Française de billard! 1« retU Orèf «Mh

LE DRAME DE CHARHAY-LES-MACOH ON A ARRÊTÉ ^'ASSASSIN DU VIGNERON OCTOGÉNAIRE Le meurtrier,

un soldat en permission,

qui voulait. de l'argent,

ne trouva rien dans les meubles Duos, 17 juin. Cette nuit, on a arrêté, après une quinzaine de jours de recherches, l'assassin d'Etienne Charvet, ce vigneron octogénaire de Charnay-les-Mâcon, qui fut tué dans la nuit du 5 au 6 juin, dans sa cave. Contrairement aux hypothèses faites après le crime. il n'appartient nullement à l'entourage de la victime, c'est un rôdeur venu pour voler.

Les gendarmes de Mâcon recherchaient, depuis quelques jours, un soldat permissionnaire du 95* régiment d'infanterie à Bourges, qui se trouvait en absence illégal et était soupçonné, en outre, du vol d'une bicyclette. Ils apprirent que ce militaire, nommé JosephMonnot, né le 23 mars 1909, au Creusot, pupille de l'Assistance Publique de Snnr"-et-Lolre, se trouvait dans un cale àe la rue Victor-Hugo, à Mâcon.

Interrogé sur son emploi du temps, depuis son départ du régiment, Monnot répondit d'une façon si réticente que les gendarmes le conduisirent devant leur chef, le capitaine GuillauMot. Le soldat finit par avouer que. connaissant la région mâconnaise pour y avoir travaillé avant son entrée au il il s'y était rendu depuis l'expiration de sa permission. Cette déclaration inattendue prit un caractère dramatique, lorsque Monnot précisa qu'il avait couché à Charnay-lesMâcon dans la nuit du crime.

C'est moi

C'est vous qui avez tué Etienne Charvet ? lui demanda, à brûle-pourpoint, le capitaine Guillaumot. Oui, c'est moi, répondit le militaire.

Puis il nt le récit du crime

« Je passais à Verneuil entre 10 heures du soir et minuit: je n'avais pas d'argent; je ne savais pas où coucher. Alors. au hasard, j'ai frappé a la porte de M. Charvet. Lorsqu'il m'ouvrit, je lui demandai de m'héberger. Il refusa. Mais si vous avez soif, me dit-il, je vous donnerai volontiers un verre de vin.

e Et il me conduisit dans sa cave où je le suivis.

« Tenant un verre à la main il était accroupi devant un tonneau; j'eus aussitôt l'idée de le tuer. Je saisis un marteau qui se trouvait à proximité et je frappai le vieillard violemment. Il s'écroula sans mot dire. »

Pour faire croire à un suicide, Monnot dépouila sa victime de son pantalon qu'il monta dans la chambre à coucher, puis il se mit à fouiller partout il ne trouva pas d'argent. Cependant, le tiroir d'une commode renfermait 2.200 frs. Ce crime ne rapporta donc absolument rien à Monnot. Avant de se retirer, l'assassin lava le marteau. Selon ses déclarations, il n'eut aucun complice.

n a subi déjà plusieurs condamnations. On le soupçonne d'avoir commis plusieurs larcins avant l'assassinat d'Etienne Charvet

La photographie est une invention FRANÇAISE. Achetez des appareils et des produits photographiques FRANÇAIS LE PROCÈS DE MATUSCHKA Viehhe, 17 juin. Une fois de plus, à l'audience de ce matin, du procès de Matuschka, l'inculpé déclare qu'il ne saurait dire s'il est allé à Paris. Le président lui a pourtant donné lecture d'une lettre d'un ingénieur-conseil, M. Steines d'où il ressort que Matuschka s'est présenté en 1926 à son bureau à Paris pour lui proposer la vente aux chemins de fer français d'un brevet de son invention d'ailleurs déjà refusé par les chemins de fer allemands. La déposition de Mme Matuschka est attendue dans la salle comme devant constituer l'évènement sensationnel de la journée. Et pourtant cette déposition n'apporte pas d'éclaircissement capital sur l'affaire. II y est question de maladies de Matuschka et de ses ascendants, de ses projets pour l'électrification de tous les chemins de fer de l'Europe. Mme Matuschka remarque notamment que son mari s'est toujours prononcé contre le communisme.

Déçu de ne rien entendre, l'auditoire trouve des compensations dans les éléments émotifs de la scène où Matuschka affirme hautement à sa femme qu'il n'a jamais aimé qu'elle. n n'en faut pas plus pour faire perdre totalement contenance au témoin qui s'affeie sur un piège apporté en hâte, cependant que la salle est visiblement saisie d'une vive émotion que les adieux du couple à la fin de la déposition portent à son comble.

CONSEIL DES MINISTRES CE MATIN

PARis, 17 juin. On annonce à la présidence du conseil que M. Edouard Herriot quittera Lausanne ce soir, à 23 h 11 pour être de retour à Paris demain matin, samedi, à 7 h. 18. à la gare de Lyon.

M. Paganon et M Marcel Ray, chefadjoint ae son Cabinet, l'accompagneront dans son voyage.

M. Germain Martin. ministre des Finances, restera à Lausanne.

A la demande de M Herriot, un conseil des ministres se réunira demain matin, à 10 heures, à l'Elysée, sous la présidence ce M. Albert Lebrun, président de la République.

Un conseil de Cabinet, sous la présidence de M. Edouard Herriot aura lieu dans l'après-midi, à 17 heures. RENBEIGNEMENTS MILITAIRCS Recrutement, sursis d'incorporation, Ramua. Ouett-Eclair Rennes. Joindra I ?. en umbne-port* rtqgM»

Le Congrès de IU N. C. qui se tient à Lille adopte une série de vœux

en faveur des marins anciens combattants

Lille, le 17 juin. (De notre envoyé spécial). La journée d'aujourd'hui a été partagée entre le travail et le plai- sir. Au chapitre du travail. les séances des commissions, qui ont eu lieu ce matin, se sont prolongées bier. au delà de l'heure prevue. Nous reviendront tout à l'heure sur ce sujet.

Au chapitre du plaisir ·les réceptions des congressistes par la municipalité, la visite en autocar de la banlieue industrielle de Lille, celle notamment de Roubaix et de Tourcoing, et, enfin, le soir. un grand gala au Théâtre municipal.

Parmi les vœux adoptés ce matin, il y a lieu de signaler ceux qui concernent le chômage. Tout une série de mesures très efficaces sont proposées pour que le travail, sur le sol de France, soit réservé aux Français. Une seconde série de vœux importants concernent les prêts agricoles. Le Congrès a émis le vœu que, dorénavant, pour bénéficier du taux réduit de 1%, pour les prêts individuels à long terme, ainsi que de la majoration de 0,50 par enfant de moins de 16 ans. les demandeurs devront avoir la Carte du Combattant; que le maximum qu'une caisse de garantie caucréée avant la fin de l'année dans chaque département.

En faveur des marins

anciens combattants

Mais il est une série de vœux qui doivent être relevés à un double titre; ce sont les vœux concernant les marins anciens combattants. Ces vœux sont, à quelques légères modifications près, les vœux mêmes qu'avait déjà adopté la FA.M.A.C. (Fédération des Anciens Marins Anciens Combattants). Les voici

1° Que le temps passé à l'hôpital ou en convalescence, pour blessure de guerre ou réouverture de blessures de guerre entre en ligne de compte pour le calcul de la retraite de l'inscrit maritime intéresse sur la Caisse des invalides de la Marine, quand ce temps se place antérieurement au 1" février 1930; 2° Même voeu, en ce qui concerne le temps passé en embarcation, après abandon forcé du navire pour événement de guerre

30 Que les marins qui ont fait la guerre dans les formations dépendant de la Marine et qui. pour des raisons d'ancienneté de service ou toute autre raison, ont ete, depuis lors versés dans l'armée de terre, continuent A concourir pour l'obtention de la Médaille militaire sur les contingents prévus pour la Marine et suivant les conditions de la circulaire du 3 juillet 1931; que leur situation soit étudiée

4° Que la médaille commémorative d'Italie soit attribuée aux marins anciens combattants, dans le même esprit qu'aux militaires de l'armée de terre 5° Que les marins versés dans la réserve de l'armée de terre y soient affeatés avec le grade correspondant à celui qu'ils avaient à la Marine et spécialement en tenant compte de leur spécialité

6o Que les inscrits maritimes réformés de guerre, au titre de la loi du 31 mars 1919 et qui, du fait de leur invalidité, n'ont pu parfaire les 300 mois ou les 180 mois exigés par la loi du 14 juillet 1908. pour avoir droit à pension sur la Caisse des invalides de la Marine, bénéficient d'une pension proportionnelle

7° Que soit appliquée aux marins des navires de guerre torpillés, la circulaire du 9 janvier 1931. pour la répartition des fonds par l'Office des biens et intérêts privés et qu'à défaut de crédits disponibles, on alloue à ces marins une indemnité équivalente il celle allouée aux marins du commerce Carte du Combattant. ayant navigué pendant la guerre soit sur les navires militarisés soit sur les navires armés défensivement, voient cette navigation majorée de 5/10 que cette majoration puisse compter soit pour parfaire les 15 ou 25 ans de navigation nécessaires pour l'obtention d'une pension sur la Caisse des invalides ou des agents du service général soit comme supplément pour les marins réunissant plus de 25 ans de services à l'àge de 50 ans. Plusieurs congressistes présents ont tenu à dire hautement la sympathie éprouvée par les rats de tranchées c'est l'expression pittoresque dont on a gratiflé les anciens poilus, pour leurs camarades les marins.

t Nous n'avons pas toujours été justes a déclaré un délégué dont je regrette de n'avoir pu me procurer le nom pour les combattants de la mer; ce n'est pas notre faute, car on n'a pas pris soin en haut lieu. pendant la guerre, de nous tenir au courant de

ce qu'ils avaient fait. Aujourd'hui que nous sommes mieux informés, nous pouvons affirmer à nos camarades qu'ils nous auront derrière eux. chaque lois qu'ils auront besoin de nous. » De vifs applaudissements ont salué ces paroles.

Les délégués de l'Ouest Parmi les nombreux délégués, nous avons relevé la présence de MM. Logeais (La Rochelle), Gomart (Vendée), Bourel. Ieray, DT Patay, Perouas et Bertel (Rennes) Hardy, Borel, Berger, Hémery et Chaillon (Mamers). Guillerin, Vienne. Luneau. Lebatard, Richeux, Barille, Boudet et Sigogneau (Loire-Inférieure), Sille Raymond (Blo's), Le- clercq et Bois (Tours), Maillard (Man- che), Lombart (Brest), abbé Guillouart (Orne), Rousseau (Niort).

Jacques Pêricard.

Dans !a séance du matin,

le congrès a dénoncé

certains abus

T.iTi.t.e, 17 juin. Le Congrès de l'U. N. C. a ratifié, ce matin, dans sa première séance plénière, toute une série d'économies étudiées hier par les différentes Commissions. Il a confirmé notamment ses votes antérieurs contre la péréquation des pensions aux veuves de guerre remariées et redevenues veuves ou divorcées à leur profit. Il y aurait peut-être là quelques réserves à faire il a également protesté contre le fait que certains militaires, qui ne se sont jamais plaints de leur santé, tant qu'ils ont été maintenus en activité, se découvrent subitement, lorsque sonne pour eux l'heure de la retraite, de graves affections consécutives à la guerre, ce qui leur permet de demander une pension. Il y a là. de toute évidence, un abus qu'il convient de faire cesser. C'est un abus également que la facilité avec laquelle on accorde tous les droits des victimes de la guerre à des jeunes soldats pour des infirmités qui, presque jamais, ne sont imputables au service. Toujours dans le même ordre d'idées, plusieurs orateurs ont signalé que des fonctionnaires retraités, ayant déjà des pensions leur permettant de vivre, touchent encore un traitement de l'entreprise privée ou même de certaines administrations de l'Etat. Il est également Inadmissible que l'As- sistance publique emploie, pour ie contrôle du droit des pauvres, des fonctionnaires touchant déjà un traitement, il en est de même pour Tins- pection des Services de santé de la ville de Paris ou des retraités touchent encore un traitement de près de 50.000 francs, de même aux services des assurances sociales.

A 11 heures, s'est tenue l'assemblée générale statutaire où l'on a approuvé le rapport moral de M. Henri Rossignol. le rapport financier de M. de Pontalba et où l'on a procédé à l'élection du Conseil. M. Henri Rossignol a été réélu président par acclamations.

SOUSCRIPTION NATIONALE DE « LA PLUS GRANDE

FRANCE^»

Souscrivez dès maintenant aux œu-,vres de la Fédération Française des Anciens Coloniaux (reconnue d'utilité publique), sous le patronage de M. le Ministre des Colonies et de M. le Maréchal Lyautey.

Le billet 3 francs.

Le carnet de 50 billets 50 francs. Vous faites une bonne œuvre et vous avez la chance de gagner le gros lot d'un million de francs.

9.000.000 de francs de lots. 45.000 lots. Adressez les demandes de billets en joignant 0 fr. 60 pour frais d'envoi au journal l'Ouest-Eclair, 38, rue du Pré-Botté. à Rennes.

Nous rappelons que la liste des nu- méros gagnants sera publiée par les sons de l'Ouest-Eclair.

A

Une rreur s'est glissée dans notre dernière information, concernant cette belle œuvre que nous avons appelée La plus jeune Fronce. Qu'on voie, dans cette erreur involontaire un présage de vitalité 1

(Wtde World Photo.) (

LA MARCHE POUR LE « BONUS > A WASHINGTON Notre photo représente un des dirigeants haranguant les marchenrs avant te départ pour U vttl*.

PIRIS, SUR LE COURS LA RE1W UN CAMION RENVERSE

DEUX AGENTS CYCLISTES Le conducteur,

assoupi à son volant,

n'avait rien vu.

Un agent a été tué

PARIS. 18 juin. A 5 h. 20, ce matin, les gardiens cyclistes Pierre Gros et Alfred Rickli, de service sur le Cours la Reine, ont été renversés par un camion automobile conduit par son propriétaire. M. Albert Riciz d'Evreux. Le gardien de la paix Gros est décédé à l'hôpital Beaujon et RicMl a été admis à la maison de santé des gardiens de la paix où son état a été Jugé grave.

De l'enquête, 11 résulte que le chauffeur auteur de l'accident devait être assoupi à son volant ou bien a eu une défaillance inexpliquée. Un témoin, M. Allaire, chaudronnier. 5, rue Malakoff, à Paris, a signalé que le camion n'a fait aucune embardée, aucune manœuvre pour éviter les cyclistes et a remarqué l'attitude hébétée de Rieiz aussitôt après les constatations faites. Sur la voiture on a relevé les traces d'un choc extrêmement violent et des traces sur le sol indiquant que les gardiens ont été trainés environ quarante mètres. Le sol était sec, il faisait grand jour et Riciz n'était nullement en état d'ébriéte.

Dès que M. Jean Chiappe, préfet de police, a eu connaissance de l'accident U s'est rendu en compagnie de M. Paul Guichard à l'hôpital Beoujon pour saluer la dépouille mortelle de l'agent Pierre Gros. puis à la maison de santé des gardiens de la paix au chevet de l'agent Rickli. dont l'état est très alarmant.

CONGRÈS DES DÉBITANTS DE TABAC DE FRANCE PARIS, 17 juin. Le Congrès des débitants de tabac de France a eu lieu lundi et mardi au Palais d'Orsay, sous la présidence de M. Pipet. Deux cents délégués venus de toute la France ont discuté pendant ces deux jours les principales revendications stabilité, transports, augmentation des remises, diminution des redevances, propriété commerciale et diverses questions. Des vœux ont éte émis et présentés au directeur général des Contributions indirectes, et. d'ici peu, les débitants de tabac auront satisfaction sur certains points. Le soir, un banquet les reunissait sous la présidence de M. Milan, sénateur, président du Conseil de la Caisse autonome d'amortissement. Ils ont entendu les discours de leurs défenseurs et amis. M. Pipet, président de la Confédération, a d'abord salué ses invités et présenté les diverses revendicaticns. M. Evain, députe. président du groupe extra parlementaire de l'Industrie et du Commerce M. Serres, sénateur, président de la commission du Commerce MM. de Lasteyrie et Cheron, anciens ministres, ont ensuite plaidé la cause des debitants de tabac Puis M. Milan a promis d'alléger les charges des débitants de tabac, au sujet des transports. Il a promis de continuer la même bienveillance que son predece.sseur M. H. Lebrun, maintenant président de la République.

Pendant les travaux du Congres. M. Brehault. le sympathique président dille-et-Vilaine. a etc cite en exemple pour son activité syndicale aux acclamations de toute l'assemblee et a été félicité pour son dévouement au Sy» dicat et au monopole.

M. Pipet a été réélu président par acclamations.

Les vice-présidents sortants ont été réélus MM. Weyrier, de Marseille Raffi, de Paris Dompsin et Ronsse. de Lille.

Quatre nouveaux vice-présidents ont élus à l'unanimité des voix. Ce sont MM. Valadier, de Paris François, de Nice Péron. du Havre, et Le Roide. de Saint-Malo.

Ce dernier, l'actif délégué de la Côte d'emeraude de la Chambre Syndicale du département d'Ille-et-Vilaine, est le benjamin des vice-présidents de la Confédération.

La carte des voyageurs de commerce

Paris, 17 juin. A la requête de l'Union syndicale nationale des voyageurs et représentants de commerce de France et des Colonies. le Conseil d'Etat a annulé. pour excès de pouvoir, une décision du préfet de police accordant la carte d'identité de voyageur de commerce à un inspecteur d'assurances.

DES POURVOIS REJETÉS PARis. 17 juin. La Chambre criminelle de la Cour de Cassation a rejeté le pourvoi de Félix Milanl. navigateur, et de Jeanne-Eugénie Eyglier, épouse Caglien, sa maltresse, contre l'arrêt de la Cour d'assises des Bouches-du-Rhône qui les avait condamnés à la peine de mort par arrêt du 29 avril dernier.

Mllant et la femme Eyglier avaient été condamnés pour coups et blessures, privations d'aliments et de soins exerces volontairement et avec intention ae provoquer la mort contra la petite Odette Càglieri. fille de l'ac'usée qui. effectivement, décéda a Marseille, en septembre 1931. des suites de mauvais traitements subis. A la même audience. la Chambre criminelle a rejeté le pourvoi de Raaatel. ancien agent de change près la' Bourse de Grenoble, qui avait été conjamné, le 7 mars 1932. par la Cour d'assises de l'Isère à sept ans de tr% raux forcés pour abus de confiance, qualifiés, faux, usage de faux et ÙPPj lite d'agent de change.


A LAUSANNE

Anniilalion Dire et simple dps réparations,

dit

Beri.hi. 17 juin. La déclaration des cinq puissances est interprétée dans les milieux gouvernementaux ailemanàs. comme l'équivalent d'une déclaration de suppression définitive des réparations.

La Wilhelmstrasse observe que le chancelier Von Papen et la délégation germanique à Lausanne ont notifié aux hommes d:Etat. ex-alliés, que l'Allemagne ne serait jamais plus en demeure de reprendre des paiements. L'opinion qui prédomine dans les cercles diplomatiques et politiques du Reich est Que les cinq ont joué avec les mots et que la suspension des paiements, qui a été décidée, ce matin. ne signifie rien d'autre, en réalité, qu'une annulation pure et simple des réparations.

Les prochains travaux

Iausmwe. 17 juin. Le Comité des puissances invitantes se réunira lundi à 10 heures pour arrêter l'ordre des piochains travaux.

La prochaine séance de la Conte- rence a é;é fixée à mardi. A la séance de cet après-midi, cest M Yoshida. qui a pris le premier la parole. La délégation japonaise n'a rien à ajouter aux observations présentées sur la situation économique et financière, par les représentantes de l'Allemagne, de ia France, de la Grande-Bretaune et de l'Italie.

A la racine de la crise mondiale sévit un manque de confiance plus grand de jour on jour. Si nous n'y parons pas imrr.éd'a;»ment. nous craienons d'être inévitablement acculés à un désastre sans exemple.

Les avis des petites puissances M. Rer.ki:i expose ensuite la position de la Bo!g:nue. oui aborde cette discussion fous J'empi:e d'une double préoccupation le souci du respect des droits que consacrent à notre ég?rd les er.grgemen^s internationaux et sur lesquels est fondé l'équilibre de nos firances publiques et le fait qui .a suspension générale des dettes intergouverncmenta'es entraîne des conséquences particulièrement dommaToutefois, la délégation belge ne méconnaît point la nécessité d'un ajustement de l'ensemble des dettes intergouvernementales. mais elle partage a cet égard l'avis qu'exprimait le comité consultatif de Bâle, dans ses conclusions.

Le ministre des Affaires étrangères du Portugal. M. Branco, déclare que, quel que Mit son désir de coopérer a l'intérêt général il ne pourra accepter un sacrifice qui porterait préjudice a l'économie de son pays.

M. Marinkcvitch. président du Conseil de Yougoslavie. déclare que chacin doit être prêt à faire des sacrifices, mais que ces sacrifices doivent être raisonnables et notamment que les arrangements conclus en faveur de certains Etats, ne doivent pas mettre les autres Etats dans une situation impossible.

M. Zsuceanu. premier délégué de la Roumanie, déclare que la délégation roumaine n'épargnera aucun effort de con.-iliation, dans la conviction que :e même esprit animera les autres délégations.

M. Herriot a quitté Lausanne

Lausanne, 17 juin. M. Edouard Herriot a quitté Lausanne ce soir, à 23 h. 10 par le train régulier, pour rentrer Paris.

L'impression en Amérique

Washington, 17 juin. La décision prise à Lausanne, de déclarer un moratoire pour la durée de la conférence a été accueilli avec satisfaction dans les milieux officiels américains.

M Franklin Roosevelt, leader du parti democrate et qui sera probablement désigné comme candidat de ce parti à la présidence des Etats- 1 Unis, critique vivement dans la Li- berty Maoazine. la politique suivie par le président Hoover. à propos des dettes de guerre.

Les nations européennes

doivent payer coûte que coûte c L'administration américaine, dit M. Fraaklin Roosevelt. s'est embarquee dans une politique consistant à soutenir les finances américaines. afin d'evitur des répercussions fâcheuses sur la positiun financière et econo- mique des Etats-Unis Elle n'a pas eu le courage d'informer les nations eu- ro;jéermes qu'elles devraient. coûte que coùie, payer leurs dettes de guerre Tous les efforts faits pour stabiliser la situation financière mondiale seront vains aussi longtemps que l'Europe ne fera pas face à ses justes obligations envers les EtatsUnis ».

La Grèce suspend ses paiements aux Etats-Unis

LONDRES. 17 juin. (De notre correspondant particulier). ̃- Une depeche d'Athène annonce que le minstre de Grèce à Washington a été prie, par M. Venizeloî. d'informer le département a'E:at amenca'n que la Grece. étant donné ses difficultés financières se vi oblifrce de suspe-rdre tout pa:ement de ses d-t'es de guerre aux Etats-Unis. peur un temps Indéfini, a partir du 1, juillet prochain cela indépendamment de toute décision qui pourrait êt'e prise par la conférence de 1 lifta n ne.

DES CENTAINES DE MILLE DE CHEMISES BRUNES TÉMOIGNENT DU SUCCÈS DES TROUPES D'ASSAUT BEFLiN, 17 juin. Des centaines, des milliers de chemises brunej. dans les rues des villes et des villages allemands, témoignent de la grande victoire remportée par le na.io :alsocislisme.

Les detachemants d'assaut sont à nouveau autorisés et jamais on ne vit :es hommes d'Hi,ler marcher avec tant d'assurance à travers les rues fréquentées de Berlin qu'hier et aujourd'hui.

Ils donnent l'impression de gens conscients d'être à la veille de prendre le pouvoir.

La question qui se pose est de savoir en quoi et dans quelle mesure la siliulion intérieure a changé. Un bruit qui court

S'Ion une rumeur qui court, et qui a même un écho plus ou moins violent dans de nombreux journaux allemands. la réorganisation des troupes d'assaut serait faite aux dépens des fonds publics.

Cette assertion e?t naturellement incontrôlable et on doit jusqu'à plus ample informé la tenir pour fausse, mcis le fait que de tels bruits puissent circuler est caractérist.ique de la situation actuelle et du développement qu'elle peut prendre.

Le parti national-socialiste aurait l'intention d'installer à Berlin une partie de son organisation centrale. LES RELATIONS

ANGLO-IRLANDAISES M. Thomas, ministre anglais, souligne les points discatés par l'Irlande

LONDRES, 17 juin. Devant une salle remplie, M. Thomas, ministre des Dominions, a fait aujourd'hui des déclarations sensationnelles au sujet da relations anglo-irlandaises. Son discours a duré plus d'une heure On peut le résumer de la façon suivante 1° M de Valera a déclaré au Gouvernement anglais qu i1 considérait les problèmes du serment d'allégeance et des annuités foncières comme n'intéressant que l'Irlande et pouvant être résolus par l'Irlande, sans aucun accord préliminaire avec l'Angleterre. 2° M. Thomas lui aurait répondu que cette attitude était non seulement inadmissible entre gouvernements, mais qu'elle était inconcevable. 3" M. de Valera a déclaré que son but était de reprendre à l'Angleterre les six contrées de l'Ulster. ce qui est certainement contraire au traité de 1921.

4» M. Thomas a suggéré à M. de Valera que la question des annuités foncières pourrait être soumise à l'arbitrage.

5° M. de Valera aurait répondu qu'il ne voulait ras de cette procédure, car le « dé » serait toujours jeté contre l'Irlande.

M. de Valera reste

sur ses positions

Dubliw. 17 juin. Dans le même temps que se poursuivait à la Chambre des Communes l'ex amen de la situation irlandaise et l'exposé du ministre des Dominions. à 2 h 10 exactement. M de Valera prenait la parole au D1il Eareann. Il commence à lire la déclaration du cabinet sur la question des annuités qu'il a adressée au ministre des Dominions. Il accepte l'arbitrage sur la- question des annuités, mais récuse le Tribunal impérial oui ne saurait satisfaire le peuple irlandais Quant à la Question du serment elle reste sans changement.

Après cette brèvp lecture. le président fait savoir à rassemblée que M Thomas se refuse il accepter ses propositions.

Tant Dis. déclare-t-il. alors, nous avons fait ce qu'il v avpit à faire La séance est alors levée. Elle n'a duré que 20 minutes.

A LA MÉMOIRE

DE CLAUDE DEBUSSY Paris, 17 juin. En bordure du bois de Bou.ogi.e, boulevarj Lannes, a 15 heures ce. apres-rm&, sjus ia haute présidence ue M. Alocrc Leorun, le monument eleve a la gioire ue Caaae Deousijy. a ete ïoleuneliextiu rem.s a la ville de farts par le Conii.e consu- tue pour perpétuer It soutenir au ce- leore compositeur Iraiiçais.

Ce monument, qui est l'œuvre des sculpteurs Jan et Joe Martei et de l'architecte Jean SurKhauer est un e:isemole qui represe:.te une lonta.ne aecoree de .actifs a lesor.r ues L'eau glisse sous les pieds des statuettes et mou 'Ile '̃̃ ist de? b-s-rei'eis. Les principal' oeuvres du maître sont évoquées « Le preiude a l'ap:esmidi d'un faune »: Pel:eas et Mèl.sande « Le martyre de saint Seoaitien ».

Le compositeur est représente Inlmême au piano sous une liguie de la danse.

Des discours ont ete prononces par M Paul Léon directeur des Beaux,Arts, pres.dent du Comité du monument. René Petcr et Joubert. au nom de la Société des Auteurs et des Compositeurs et par M. François Latour. président du Conseil municinal qui a remercié, au nom de la ville d» Paris.

DU THÉÂTRE AU CLOITRE Le tragédien Alexandre, de la Comédie Française, décrit scs impressions PARIS, 17 juin. (De notre rédac- tion parisienne)

A quelques heures de la cérémonie d» vèture monastique de Mlle Y'vonne Hautin, nous avons voulu connaitre l'impression ressentie par les artistes du premier théâtre français. Nous avons été reçu, dans sa lege. par M. Alexandre, le grand tragîdien, auquel nous allers laisser la psrcle « Je suis d'autant plus heureux de vous donner cette courte déclaration que VOuest-Eclair est mon journal. Je passe, en effet, plusieurs mois de l'année dans ma propriété de Beg-Meil, près de Fouesnant. Aussi bien je sais tout l'ir.té-êt que portent les populations de l'Ouest à tout ce qui se rattache au domaine de la religion. « Je pourrais avoir aujourd'hui de bien tristes pensées. C'est, en effet, un peu grâ?e à moi que la jeune Hautin fut admise à la Comédie Française. Timide, peu fortunée et seule à Paris, elle vint me trouver un jour pour me demander mon appui. Je le lui accordais et son talent fit le reste.

C'est donc un peu une petite filleule que je viens de perdre aujourd'hui. Mais comment pourrait-on envisager son geste avec tristesse, lorsqu'on sait cu'il a été mûri durant trois longues années de méditation ? En en'et. Yvonne joua régulièrement pendant un an. sachant qu'elle prendrait le voile. Les deux années qui suivirent ne flrsnt que confirmer son irrésistible vocation.

« Avant la cérémonie, mes camarades et moi-même avions cru qu'il nous faudrait réprimer notre émotion. Or, pas un instant je n'eus l'impression d'un regret ou du plus petit sentiment de tristesse.

Yvonne allait manifestement vers son bonheur et la joie radieuse qui illuminait son visage était pour nous qui remplacions sa famille le plus puissant des réconforts. Je n'oublierai jamais l'éclat de ce cortège incomparable qui la précédait vers le cloître avec S.E. le Cardinal Verdier. mitre en tête. crosse à la main et revêtu de la capa magna, ni les saintes paroles de Mgr Gerlier, exposant à nos camarades les artistes, gens a'action souvent mêlés à la vie dans ce qu'elle a de plus rude, le rôle des ordres contemplatifs et qu'il faut bien que des gens prient pour ceux qui fautent et ils prient d'autant mieux qu'ils ont appartenu à telle ou telle profession dont ils ont connu les mystères et vécu les travers.

Je n'oublierai pas. surtout. lorsqu'à la porte du cloître s'ouvrit sur sœu: Yvonne l'admirable vision de ces deux rangées de religieuses qui l'accueillaient en chantant le plus limpide des psaumes.

Sœur Yvonne est au cloître, soit. mais puisqu'elle fut cour nous un exemple, nous ne l'oublierons pas el à tour de role. nous irons lui rendra vi"tte derrière les grilles de son cou vent de Palaiseau.

La sérénit.é de sa vie nous reposera au moment des vicissitudes de i£ H. ROULLEAU.

L'escroc aux tableaux avait besoin d'argent PARIS, 17 juin. M. Matifas. juge d'instruction a interrogé cet aprèsmidi l'industriel bordelais. Paul Duten qui a été arrêté il y a quelques Jours à' la suite de la tentative d'escroqué- rie commise au prelucHce d'une compaenie anglaise d'assurances.

Devant le juge d'inrtruction, l'industriel a expliqué qu'il avait un pressant besoin d'argent et que n'ayan' 1 pu vendre en Amérique ses trois tableaux, Il s'était décidé à tenter cette escroquerie.

NOUVELLES RELIGIEUSES Le légat du Pape fera

un pèlerinage à Lisieux

PARIS. 17 juin. S. E. le cardinal Lorenzi Lauri. légat du Pape au Congrès Eucharistique de Dublin, est arrivé à Paris ce matin a la gare de Lvon Il a été reçu par S. E. le cardinal Verdier. archevêque de Pans et par Mgr Meglione. nonce apostolique.

En revenant de Dublin Rome. le cardinal Lauri. fera un pèlerinage à Lisieux où la basilioue inférieure sera inaugurée le 3 juillet.

« CHARLOT » ECONOMISTE HDLLYVOOD, 17 juin. Charlie Chaplin le célèbrc Chariot de i'écran, qui vient de rentrsr a Ho:lyvocd. après un vcypge autour du monde, a déclare qu'il avait élaboré un plan dont l'api plication pourrait régler le problème des dettes et des réparations et restaurer la prosp:rite économique mondiale.

II affirme avoir déjà soumis ce plan à plusieurs économistes américains qui l'auraient approuvé.

L'ARME ETAIT CHARGÉE Deux enfanis jouaient avec une carabine: l'un d'eux est tué

Boulocne-sur-Mer, 16 juin. Au petit village de Brimeux, près de Montreuil-sur-Mer, deux enfants. Robert Soufflai et Florent Bruchet, âgés de 9 ans, jouaient.

Le F mier avait en mains une carabine Soudain, il mit son camarade en joue. L'arme était malheureusement chargée et le petit Bruchet s'abattit mortellement blessé.

Soixante pêcheurs japonais en perdition

Tokio, 17 juin. On signale de l'ile de Tane^ashirra que 60 pêcheurs, qui montaient 10 bateaux, ont été surpris par la tempête hier matin et sont manquants depuis.

Des navires de sauvetage se sont portés en hâte sur les lieux.

ECHOS PARLEMENTAIRES Les démocrates populairea

dans les grandes commissions Paris. 17 juin. Le groupe démocrate populaire a procédé ce soir à la désignation de ses membres piur les diverses commissions.

Sont désignés aux Affraires étrangères. M. Pezst; aux Finances, M. Schui mann; à l'Armée et à l'Aéronautique, M. Champ?tier de Ribes: à la Marine militaire. M. Paul Simon; aux Travaux publics et administration générale. M Trémintin; à la législation ciIl vile. M. Louis Rolland: à t'Enseignement MM Lerolle et Desgranges: au Travail, M Reille-Soult et deux autres de ses collègues du .groupe: à l'Al• sace-Lorraine. MM Brom et Seltz e1 deux autres de leurs collègues du groupe.

|3 I | T DE fROlklEhAne, D I I»J JK H IZ> situation incomcarablc

UNE JUNTE CHASSE L'AUTRE AU CHILI

Le colonel Grove a été destitué et arrêté

Santiago DU CHILI, le 17 juin. Un mouvement militaire, sous les ordres du général Saenz. a chassé la junte gouvernementale socialiste.

Les troupes se sont emparées du palais du gouvernement. Le colonel Grove a été destitué

Le mouvement a abouti à la constitution d'une nouvelle junte gouvernementale, le général Saenz s'est proclamé chef du pouvoir exécutif et fait arrêter le colonel Grove.

Le colonel Grove et M. Matté seront déportés

SANTIAGO DU CHILI. 17 juin. Le colonel Grove et M. Eugène Matté. prisonniers, seront déportés pour avoir orienté le mouvement révolutionnaire vers le communisme. M. Carlos Davila assumera la présidence de la nouvelle junte.

500 arrestations à Valparaiso La police a fait une descente dans les milieux communistes de Santiago et a opéré 500 arrestations. On ignore encore si M. Monteiro reviendra au pouvoir, mais on assure que le congrès chilien a tenu une réunion secrète, au cours de laquelle il a accordé à l'anc:en président un congé constitutionnel.

LA PRÉSIDENCE

DES COMMISSIONS DE LA CHAMBRA

Paris, le 17 juin. Les groupes de ga vue se sent reunis hier après-midi pour s'entendre sur les cuKliduiu>es à la présidence des grandes commissions.

L'entente a été réalisée pour un certain nombre de cas, ainsi que nous l'evons annoncé hier: les présidenis scrtants seront réélus.

Par contre, divers candidats des groupes de g'uohe resteront en compétition pour les emmissions des Affaire,- étr-ngères. de l'Agriculture, des Colonies. des Douanes, du Travail, des [Travaux publics, des Pensions et du 'Suffrage universel.

MATUSCHKA EST CONDAMNÉ VIENNE, 17 juin. Matuschka est 1 condamne a six ans de travaux forces. EN QUELQUES LIGNES PARIS, 17 juin. M. Aimé Berthod, ministre des Pensions, pie-iaera di1 manche prochain à Lille, la manirestalion de clôture du congrès de l'Union Nationale des Combattants et le banquet qui suivra.

Paris. A la suite d'un refroidissement au cours de son voyage a Gel nève. le piésident Puinlcvé est atteint I dune crise rhumatismale a In chevtllc gauche qui le force a garder .a chambre une semaine.

PARIS, 17 juin. M Bracke, juge d'instruction, sur réquisitoire du procureur de la République, vient de renvoyer devant la Chambre des Mises en accusation, pour corruption de fonctionnaires, le ilnancier Albert Oustric et M. Andre Benoist. ancien directeur de la police judiciaire. PARis, 17 juin. La Cour d'Assises de la Seine vient de prononcer l'acquittement du marocain Laheen ben Lazareg. qui était accuse d'avoir. le 7 octobre derr.ier. rue au Repos. il Asnières, tué d'un coup de leu, l'algérien Moharned Mansouri.

LONDRES, Un avion militaire s'est écrasé à Netheceven iWiltshirei. L'officier aviateur, OeoS.-oy Waston. a ete tué.

Rome. Le vicomte et la vicomtesse ae Fonunay sont p.irtii ce matin a 8 h 20; M Charles Roux, nouvel ambassadeur de France, près le Saint-Siège, cst attendu pour mardi prochain

Berlin, 17 juin D:s drsordres on> vaqués par des sans travail et des mu tilcs de !A guerre se sont produits s midi devant le mlnistere au travail dt Reich.

Dernières nouvelles maritimes LES

DU ci UÏ.CtJîîi DIEU » AR1Ï1VEN1 AU I1AVKE

H Hv ke 17 lutn. Le paque'.O' Parts. a rati.cne en ('Tance il uoiniiier cic.it te capitaine k. lifts Un loirc-neu vier O/o:ie-à-Otr! de Si'iu-Mulo. perdv hur les bancs, au cours de la tempètr du 12 au 13 mal et recueillis par le terre-neuvier GlarimtcitT de Fécamp t Ces marins sont partis à 17 h. a5, liai là train à destination de Ssiat-Malo.

Aujourd'hui. 18 juin Saint Amand Le soliu. se levé 1 a. 4d se couche a 20 il i>o

La luae se ieve a 2! h. 48 et se couche a a h ôl.

P.eme lutte le 18 a 13 n 38

Température nianma au 16 juin Paris (6t-iVi.<uri .via seu t M.t.u.i.mei, SaUiL-Hapnae. -r ^i" lour; Naates. 26 Valencieruie». Keie 2ô Le tlawe. Lyon. 24 Bresc Renne.». Duou Besançon. 23: Caaaux Nancy. 22. CtermontFerrand. 21 Straaoourg t0: Iou!oui9, 19 Calais iSt-Ing.eveit i8 Bayonne. 16

Tempcraturc miniina du 17 lutn Roi.in. kt CoilQitKenaiiQ + IS" Herptiiiuin Si-ttnpnaëi 15: Le Havre, Nantes 14 BresL l'oiirs.rlgunne La; faru itft-Ma.;r'. Kcuiip», Lyou 12. Va.eu-.ienr.es Dijon. Besançon. 11. Ca.ais Si-Ingeveili 10: "aucy Scrasbourz. b

Evoiut, on probable de ta sicua:wn :usçuau 18 juin a 18 ntwca Le ib juin, a 7 heures la oa:=se sfcteuura sa: .a 5o.iuain.>vie £•: l'Allemene 12 millibars en 24 neures nora ûa.uciue es 10 mll:i. jars -lies* A lemagne l.a oaisse se maintiendra =ur la fê.nusu.o Ibenque et :a Meduenanse oceiUt-nraio -2 a -a iu;Ll:oar». La nausst d'Autricne ?era sur >e.- BJlK.tsi: à a 4 raillit>.trs une nu're lan^t vrj sur le nù*Mouest ci(- l'Eu one j 6 mi.ioars En France arruep û'un 'j^'f'e nuageux de nord-est dano quart nord-est avec ta baisse B.

Probabilites pour la journée du Its juin Vents Qu.ir; ;.1.u 1 i atv.cu: noru, modère" ou as-e* ;ort^' ^.i.u- secteu n'ird-0!»' m i'1*1*?- ^n ta'rir*.

Etat du Ciel Dau.s le Nord et le Nord-Est ciel troit quarts ccu ert avec éc'.alrcKs et couvert avec plaies» wtermittentes.

Ailleurs, brumeux demi ou trot^ quarts rouvert aur

Temrê.ratnrr nan« lc O'"r' NordEst, en baisse ou en Lal. te faï 1". A Par is maximum 24.

M H" a H'i

Cherbourg -.a otf au 41 bl UlalUMlt toi » .8 S» » juitu-.wio tiO ii4 mot n7 ôutnt-bi.cUC b.lb Itio9 » Huimpol ail id.aï » 4. il |U .!>A4 ij Loi. eut JOt 4/ 1711 49 val. ne» o 1» • l«au » 40.2b Ol '.a Rncnello1 Jos- 54 lbai oj jaini Na/airt 4.1A OU lb-d) ôl

Paris On nous prie d'annoncer te prochain mariage de M!le Jacqueline Hcnry-Pdté avec M. Jacques Deveaud.


UN INCENDIE DÉTRUIT EN PARTIE j L1 N r IMPORTANTE FABRIQUE DE CHAUSSURES PRÈSDECHOLEI

Les dégâts s'élèvent à plus de 1.503.000 francs LE SINISTRE EST DU A UN COURT-CIRCUIT

(De notre Rédactton de Nantes) A 18 kt:omètres de Clirson et deux kilomètres de la route de Cholet se trouve la charmante localité de Saint- Germain remarquable par ses sites extrêmement pittoresque?. Une perte rivière la travers» l'Auneau. entre^oupée de ci de 1à par des barrages nécessités par la présence de tissages et de moulins.

A l'entrée du bourg est située une fabrique de chaussures. une des plus Importantes de toute la région. Cette fabrique, anciennement Pasou er frères, s'appeile aujourd'hui société anonyme Pasquier et Chauveiu

M. Pasquier, le principal directeur. est maire et conseiller d'arrondissement de Saint-Gennain. Il est très aimé de la popuiation et de son personnel. Il a sous ses ordres dlrects. à l'usine. 300 ouvriers habitant Saint-Germain. Mnntfaucon Montigne et aulres environs. En outre. de nombreuses femmes sont employées à l'usine et par ailleurs près de 400 personnes travaillent à leur domicile chaque jour pour le compte de la fabrique Pasquier

L'alarme

Hier matin la fabrique de chaussures a été olus qu'à moitié détruite par un inrendie qui s'est déclare en quelques secondes

L'usine est divisée en plusieurs bâtiments Donnant sur la route, ce sont les grandes chambres des machines. Dans la partie toferrure de la fabriqueet donnant sur l'Auneau, se trouvent les réserves et les magasins C'es: une usine moderne. Tout le confort a ete prévu pour 1-5 ouvrers qui avaient une cantine spacieuse à leur disposition Les divers amenagements ne laissaient rien à désirer ici une reserve d'essence qui contenait hier 3.000 litres: là des alcools sont emmagasmes et eerrent à fabriquer de la colle pour semelles de crêpe. Cette colle, extrêmement inflammable, s'obtient par un mélange de vieux films de cinéma avec des essences et de l'alcool. D'autres magasins renferment du caoutchouc. des talonnettes. des talons, semelles de feutre ou de liège, etc. Le bâtiment ppele « Chapelle ardente » renferme la pompe à incendie de l'usine.

Un autre bâtiment, ayant un soussol, était appelé t la Cave par les ouvriers.

C'est là que le sinistre prit naistance.

A 8 h. 55. une ouvrière allait chercher un pot de colle pour semelles de crêpe. Rien d'anormal a ce moment. Dix minutes plus tard, des ouvrières. assises sur des chaises à l'étage s'.tué au-dessus de la cave, entendaient une explosion. Presque aussitôt. elles ressentaient une assez forte commotion. tandis que des crépitements se faisaient entendre. provenant de sous elles.

Un ouvrier. M Pierre Poh' donnait aussitôt l'alarme Ma's le fléau devait prendre une extension formidable. Presque en quelques secondes. les flammes étaient visibles à peu près dans tout les bâtiments, à tel point qu'on ne peut encore expliouer cette rapidité. Tout le personnel n'eut que le temps de s'éloigner et de combattre le sinistre ensuite. Les compteurs électriques furent fermés et, tandis que M

Pasquier téléphonait aux pompiers. les ouvriers se préoccupaient de circonscrire le feu et de l'empêcher d'atteindre le réservoir contenant les 3000 litres d'essence.

Les pompiers de Mont faucon arrivaient les premiers sur les lieux. L'attaque du feu

Tout de suite. ils étalent à l'ouvrage et préservaient, eux aussi, le réservoir d'essence.

Vers 9 h. 30. les pompiers de Vallet arrivaient à leur tour. venant de parcourir a toute allure. avec leur motopompe. les 30 kilomètres qui séparent leur commune de Saint-Germain. Ils se chargèrent de protéger de l'incendie les vastes chambres à machines qui. en effet, ont relativement peu souffert.

Du renfort arrivait ensuite avec les pompiers de Clisson. Cholet. BeauprPau. Poussay. Montigné.

Après une heure et demie d'efforts. l'incendie faisait encore rage, mais il était eirconscrit le réservoir d'essence, les garages étaient hors d'atteinte. et à 11 h. 30, les dernières flammes s'éteignaient, faisant place à d'énormes colonnes de fumée qui montaient dans les airs.

Pendant tout l'après-midi, on noya les décombres et à 18 heures, il ne res- tait plus sur les lieux QUI' les gendar- mes de Montfaucon, MM DPlaunav. Lavergne et Veillard qui. après avoir fait preuve d'un grand dévouement au cours de l'incendie, se chargèrent de prévenir tout retour de flammes. les foyers n'étant pas encore complètement éteints.

Signalons que les pompiers de Nantes. mandés d'urgence, étalent partis pour Saint-Germain. Hélas ils ve- naient de traverser le pont de Pirmil lorsqu'ils restèrent en panne, leur voiture se refusant à aller de l'avant Les dégâts

M. Camille Pasquier a évalué approximativement les dégâts causés à 1.500.000 francs. L'usine est assurée à six compagnies pour un total de 2 642.000 francs.

De l'enquête faite par la gendarmerie, sous les ordres du capitaine Garat, de Chôlet, il semble bien résulter que le sinistre a été occasionné par un court-circuit.

Comme on le conçoit facilement, cet incendie a causé hier un gros émoi dans toute la contrée où, comme nous l'avons vu. nombreux sont les ouvriers qui vivent de leur travail à la fabrique de chaussures.

M Pasquier s'est d'ailleurs préoccupé de la situation et. hier soir, il était en mesure d'affirmer aux gendarmes que le chômage serait presque nul Dès aujourd'hui, la moitié du personnel masculin sera employé à enlever les décombres de la partie de l'usine détruite.

Les autres ouvriers hommes seront employés dans des usines de chaussures Que M Pasquier possède encore à Saint-Germain.

Et le directeur de la fabrique espère que, dès lundi prochain, il sera en mesure d'employer toutes les ouvrières qui étaient à son service.

DEUX MOTOCYCLISTES

GRAVEMENT BLESSÉS

DANS UNE COLLISION

AVEC UNE AUTOMOTRICE V aunes, le 17 juin. De notre rédaction

L'automotrice de Vannes à PortNavalo venait de quitter, exactement 4 18 h. 15. la gare des chemins de fer du Morbihan lorsque, cinq minutes plus tard, au dangereux passage à niveau de l'Arsenal, le tampon de l'avant heurtait violemment l'arrière d'une moto, montée par deux hommes, employés à l'hôpital sanitaire du Gras-d'Or le vaguemestre. M. Reillon, un infirmier M François Tregouet.

La plupart des voyageurs de l'automotrice avaient assisté, impuissants, à cette rencontre et ils eurent la vision tragique de deux hommes décrivant dans l'espace une boucle avant que d'aller retomber, l'un sui la route, les bras en croix. l'autre dans le fossé, la tête coincée entre des cailloux.

Quelques mètres plus loin, l'automotrice s'arréta et. premiers témoins de l'accident. avec M. Crauffon, secrétaire général de la préfecture. nous nous dirigeâmes vers les victimes

Celles-ci étaient sans mouvement les yeux, a demi-ouverts. se voilèrent peu a peu. Puis le sang afflua et s'échappa par le nez. la bouche et les oreilles. De temps à autre, les corps faisaient de légers soubresauts et, un peu plus tard. les râles s'échappaient des gorges oppressées. M Reillon paraissait souffrir terriblement. Son malheureux compagnon. qui avait de plus lA jambe a demi sectionnée, semblait nana le coma Près d'eux, après avoir fait un demi-tour sur elle-même, la moto. renversee. était au travers de la route, la rnue avant continuant encore sa course

Un automobiliste charitable. M Otbriel Fabre. voulut bien faire prévenir le médecin et la gendarmerie Peu après. un prêtre M l'abbé Candalh. traça successivement sur les victimes. le s'gne du pardon

Puis le personnel de l'hôpital sanitaire. l'Officier gestionnaire. des Infirmiers et les soeurs vinrent reconnattre et tramporter sur des civières, lea deux

employés, tous étaient unanimes dans leurs sentiments d'éloges

Dans la soirée, ils furent transportés à l'hôpital mixte. Ils portaient tous deux plusieurs fractures du crâne et de plus. M. Trégouét, une fracture de la cuisse. Ils ont subi l'opération du trépan.

Les causes de l'accident

Dans les circonstances actuelles, elles ne peuvent être imputables à la Compagnie. Le conducteur de l'automotrice avait actionné son signal à la distance prescrite par les règlements. Ce signal est continu.

Toute la question est de savoir si ce signal, nettement perçu par des piétons, est suffisamment puissant pour être entendu des automobilistes. Il y a quelques semaines, la compagnie avait procédé à de nouveaux essais. Elle avait invité les usagers de la route à lui donner leur avis. Personne, sauf toutefois un automobiliste, ne s'est décidé à prendre une feuille de papier et à écrire ce qu'il pensait. Au reste ceci a fait l'objet d'un de nos articles.

Quoi qu'il en soit. les deux victimes jugèrent sans doute qu'elles avalent le temps de passer.

Nous nous sommes rendu à 1 hôpital à 23 heures pour prendre des nouvelles des blessés. Tous deux sont dans le coma et on conserve peu d'espoir de les sauver.

Noyé dans une mare LOUDEAC, le 17 juin. De notre correspondant

Lebault Alexandre, ouvrier agricole, chez M. Desbois Louis, au hameau de la Ville-ès-Toulards en Le Loscoutt, a été découvert noyé dans une mare, à proximité du hameau.

Il avait quitté son patron à 7 h 45. pour aller garder les vaches M. Desbots, ne le voyant nas revenir, partit le chercher à Il h .15. I1 le trouva étendu dans une mare d'eau. ayant près de lui son fouet et une faucille Il le secoua. mais trop tard, le malheureux était mort.

Le docteur de Tersannes. de SaintMéen-Ie-Grand (I.-et-V), appelé en hate. conclut à une mort accidentelle, par JxoinexfkMk

LE CONGRÈS NATIONAL DES MUTILÉS DU TRAVAIL A BREST

Brest, le 17 Juin. (De notre Rédaction):

La journée de vendredi a été consacrée à la conférence des avocats. C'est une des manifestations les plus importantes du congrès annuel des Mutilés du Travail.

Tous les congressistes se sont fait un devoir de venir entendre la parole de leurs éminents défenseurs. Ceux-ci venus de tous points de France atteignaient un nombre de 50 environ. La séance est ouverte vers 9 heures.

M» Servas, du barreau de Paris. nommé président, souhaite la bienvenue à ses collègues et donne la parole à M' Labat. avocat à la C^'ir d'Appel de Nimes L'éminent orateur traitera en des termes nrécis et avec une documentation parfaite l'importante question du calcul des salaires de base, en matière d'accidents agricoles. Son exposé, particulièrement brillant est suivi de très nombreuses discussions alimentées par une vingtaine d'orateurs.

Après avoir rendu un éloquent hommage a M. Durafour qui, toujours, sut mériter la confiance des Mutilés du Travail et honorer grandement le barreau français. M" Servas. invite les congressistes à continuer leur travail. M' Labat résume les débats et soumet un projet de résolution relatif au salaire fixe et au salaire variable des ouvriers agricoles, ainsi qu'à la commission départementale qu'il convient de modifiée.

Ses propositions sont adoptées et la séance est levée vers 12 h. 30.

La soirée de vendredi

La conférence des avocats a repris au début de l'après-midi.

M- Marx. bâtonnier de Belfort, préside la séance. Il salue M. Gros, le très aimé député de Vaucluse, qui répond en termes délicats et évoque le souvenir de M. Durafour, trop tôt enlevé à l'affection des Victimes du Travail. qu'il a toujours protégées.

MI Moithy. du barreau de Lille, rapporte sur l'action contre le patron et ses préposés. Une longue et intéressante discussion s'engage et se termine par l'adoption de la résolution proposée par le rapporteur et à laquelle est ajouté un additif.

C'est ensuite M' Penverone, de Saint-Etienne (Loire), qui rapporte sur l'évaluation de l'incapacité des infirmités les plus classiques. Après le développement des divers avocats présents, les propositions du rapporteur sont adoptees.

Il est près de 20 heures. lorsque se termine la séance, qui clôture cette journée consacrée à l'audition des éminents juristes.

Fédération régionale

des Caisses départementales de l'Ouest

La Fédération régionale des Caisses départementales de l'Ouest, qui embrasse 14 départements, a tenu ses assises au Mans. le 4 juin. sous la présidence de M. Garczynm. président de la Caisse départementale de la Sarthe. président de la fédération de l'Ouest, vice-président de la Fédération nationale des Caisses départementales.

Dix de- ces caisses s'y trouvérent representées celles des Côtes-du-Nord, du Finistère, de ITlle-et- Vilaine, de la Loire-Inférieure, de Maine-et-Loire, de la Manche, de la Mayenne, du Morbihan, de l'Orne et de la Sarthe. Leurs délégués, présidents. administrateurs. directeurs, agents-comptables, au nombre de 27, furent présentés par M. Garczynski a M le Préfet de la Sarthe, qui avait bien vowu marquer l'intérét particulier qu'il 1 porte a leurs travaux en manifestant son désir de les accueillir a la Préfecture, et en mettant à leur disposition la salle des séances du Conseil général. Il tint d'ailleurs à présider la séance d'ouverture au début de laquelle M Garczynski ne manqua pas de lui adresser, au nom de la Fédération, ses remerciements, a la fois pour le ferme et constant appui qu'il n'a cessé de lui accorder depuis la mise en application de la loi. et pour le nouveau témoignage de sympathie qu'il lui avait plu de donner en ce jour aux assurances sociales et a leurs servants.

M. le Préfet dit son vif plaisir d'avoir l'occasion de feliciter les délegués des Caisses départementales de l'Ouest de la tâche si délicate qu'ils ont accomplie depuis 18 mois il les loua d'avou eu la pensée de s associer pour échanger leurs vues. pour confronter leurs méthodes, et parvenir ainsi à augmenter et améliorer le rendement de leur travail, au grand benéfice des assurés. Il les encouragea à étudier. suivant les directives ministérielles, l'organisation des œuvres de prévention, qui a devant elle un si bel avenir il leur indiqua le projet. qui, sous l'active impulsion de M. Garczynski est en voie de réalisation dans ia Sarthe Il les assura enfin de sa cordiale et dévouée sympathie. L'ordre du jour ne comportait pas moins de 26 articles. Le programme de la journée fut exactement et completement épuisé Ce fut l'emploi de deux séances laborieuses, dont la seconde ne s'acheva pas avant six heures du soir.

Bornons-nous à dire que l'étude qui en fut faite, les rapports dont il fut l'objet, les débats qui les suivirent. les vœux adoptes qui seront transmit a la Fédération Nationale en vue de leur présentation M le Ministre du Travail, furent dontlnés par cette pensée donner a la loi des Assurances Sociales, par une interprétation aussi large, aussi bienveillante que possible de ses dispositions, et des textes de toute nature, qui sont venus l'étayer, son maximum d'efficacité au profit de «es bénéficiaires.

AUX 240.000 BRETOHS MORTS POUR LA FRANCE

La bénédiction solennelle du monument

de Sainte-Anne-d'Auray Les fêtes grandioses du 24 juillet VANNES, 17 juin. vDe notre Rédaction). C'est donc le dimanche 24 juillet que la Bretagne, toute la Bretagne, rendra hommage à 240.000 de ses enfants morts pour la France. Entouré de Son Excellence Mgr Maglione. nonce apostolique et d'une vingtaine de prélats, Mgr Mignem, archevéque de Rennes, bénira le monument central et l'ébauche du chemin de Croix.

Pour ces fêtes auxquelles vont être Invités les autorités civiles, militaires et maritimes, tous les parlementaires et présidents des conseils généraux de

LE MONUMENT

DE SAINTE-ANNE-D'AUR AY Bretagne, depuis plusieurs mois les bretons et les bretonnes travaillent. Sur les diverses routes conduisant à la basilique et au Champ du Monument, seize arcs de triomphe retraçant, sur leurs toiles les piincipaux faits de l'histoire de Bretagne seront édifiés. Ce que seront les fêtes de l'Union Dans ses grandes lignes, voici le programme arrête

10 heures entre la haie des drapeaux, défilé du cortège officiel de l'esplanade de la basilique au monument. 10 h. 15 chant pa'r.otique par un chœur de 600 exécutants; bénédiction du monument: sonnerie, Au drapeau la Marsezllaire.

Discours de Mgr Duparc, doyen de l'épiscopat de Bretagne Mewe pontificale chantée par, Mgr Mignen, archevêque de Reunes

12 h. 30 oanquet. Aucun toast ne sera prononce

L'après-midi Hommage des Anciens Combattants aux 240.000 bretons morts a la guerre.

14 h. 15 Rassemblement des drapeaux sur le terrain d2 la Scala Santa.

14 h. 30 Défilé des drapeaux, cantate, discours de Mgr Serrand. ancien combattant, évêque de Saint-Brieuc. Salut du Très Saint-Sacrement. Chant de l'absoute.

Des trains spéciaux seront organisés tant sur l'Etat que sur les Chemins de fer du P. 0.

Deux trains spéciaux sont des maintenant retenus pour le transport des Bretons A C., actuellement dans la region de Paris

Au fur et à mesure des décisions prises par le Comité d'orgarisation. nous en aviserons nos lecteurs. Qu'ils notent bien la date 24 juillet Il faut que ce jour soit celui de la Bretagne ardente, pacifique et reconnaissante

A .B.

Le VIII' Congrès de l'Union des Sociétés d'Art dramatique de l'Ouest

Vannes, le 10 juillet 1932 On nous annonce que le 8* congrès de l'Union des Sociétés d'Art Drama- tique de l'Ouest, filiale régionale de la Fédération Internationale des Sociétés Théâtrales d'Amateurs de langue françaice, se tiendra à Vannes, le dimanche 10 Juillet. sous la présidence de M. Fraval, de Coatparquet.

La Orange aux Lices profitera de cette occasion pour remettre en com- pétition le challenge qui lui échut définitivement à la suite des épreuves de 1928 et 1929, à Rennes, et de 1931. à Lorlent.

A ce tournoi seront conviées les sociétés de l'Ouest des divisions horsconcours. excellence et supérieure, et ayant déjà obtenu les plus hautes récompenses. dans les concours Interna.tionaux Genève, Maisei.le. Rouen Bruxelles, Lyon, Liège et, tout dernierement. Vichy.

En plus pour que soient également favorisées les sociétés des première. deuxième et troisième divisions ou n'ayant pas encore concouru, la Grange fonde une coupe-challenge. dont la première épreuve se disputera le dimanche 10 juillet. de 8 h. 30 rs 12 heure*, au même lieu.

UN JEUNE DOMESTIQUE DE FERME

ÉCRASÉ PAR UN ROULEAU Dînai», 17 juin (de notre correspondant). Un jeune domestique de ferme, le nomme Marcel Gauthier, àge de 14 ans. ne A Plouasne (Côtes-duNord). écrase par un rouleau de culture, est mort sur le coup

Voici en quelles circonstances l'accident s'est produit,

Le 15 juin, vers 16 heures. M. Joseph Joubeaux. cultivateur, demeurant à la Fosse, revenait. en compagnie de ses deux domestiques. Marcel Gauthier et Niarcel Poulain. ce dernier âgé de 22 ans d'ensemencer un champ Ce premier trivail terminé. le fermier commanda au Jeune Gauthier de se rendre dans une autre pièce de terre située a 100 mètres du hameau du Fournet. en Langaulnay. Dour en effectuer l'ensemencement.

Tenant le cheval par Il. bride, le domestlque sortit d'un chemin avec le rouleau de culture. L'attelage venait de franchir la barrière. lorsque le cheval, effrayé sans doute par le bruit de l'instrument agncale. s'emballa. Le Jeune Gauthier essaya. mais en vin. de le retenir. Dans ses efforts il fit sans doute un faux pas et tomba Le lourd rouleau lui passa sur le corps.

MM. Joubeaux et Poulain se précipitèrent au secours de la victime, qui gisait inanimée, le sang lui sortant par la bouche et les oreilles. Le docteur Maillard, appelé en hâte. ne put que constater le décès Le cultivateur fit prévenir les malheureux parents de son jeune domestique Ce terrible accident de travail a causé une vive émotion dans la régicn de Pleuasne. Nous prions la famille du jeune Gauthier d'accepter nos vives condoléances.

L'Oucst-Eclair publie chaque jour de» e ANNONCES CLASSEES paraissant dnna m^« 12 éditions

Horrible mort t

d'un cultivateur nnisiérien Poirr-DE-Buis, 17 juin. (De notre correspondant). Jeudi, dans la soirée. M Gabriel Suignard. cultivateur à Pen-ar-Hciat en St-Si-gai. se rendait à Pont-de-Buis. pojr les oesoins de sa ferme, monte sur une charette trainee par un seul rhew.l. Il suivait la route n:\rionale lorsqu sprps avoir passé le tcurnant accentue de Pen Carn Logct?c. son cheval prit peur au passage d'un lourd camion d- l'Union des Docks, se dirigeant sur Brest. M. Suignard voulut sans doute descendre précipitamment pour maitriser sa bête. mais ses j1mbes s'Ampetrerent dans les guidrs et il resta suspendu à son attelage, sa tête touchant terre et il fut entraine sur une longueur d'une cinquantaine de mètres. Auprès de la boulangerie Seznec. la charrette buta sar un poteau indicateur qui fut renverse, les guioVs se rompirent et le malheureux conducteur resta sur !a route tendis que le cheval continuait son chemin.

Les témoins se précipitèrent vers la victime, affreusement blessee a In tête et aux bras qui perdant son sang en abor.dance respirait encore Un médecin de Chàteaulin. appelé d'urgence pour lui donner des soins ne put que constater le décès.

Un automobiliste abat

deux poteaux téléphoniques LE MANS, 17 juin. (De notre rédaction).

Mercredi soir, vers 17 h 30. NI. Lebreton. épicier a Parennes. fit. au carrefour de l'Anjoubert route du Mans un virage trop brusque et son automobile alla n"urter 2 poteaux télêphonioues fur la berne lesquels heureusement un peu usagés cédèrent sous le choc Le conducteur en fut quitte pour une forte émotion et des dépits materiels peu Importants à la voiture.

LA JOURNÉE

Congrès des officiers de réserve. 14 h. Au Stade ntunicipal, concours hippique

13 h. 30. Au Palais de Justice Tribunal correctionnel.

14 h. 45. A l'Excelsior L'Arlésienne.

Au Select L'Aiglon.

20 h. 30. Au Palais St-Qeorçes réunion des anciens cavaliers.

20 h. 4ô. Au Select L'Aiglon. A L'Excelsior L'Anéslenae.

A la Matson du Peuple Buster Keaton s'en va-t-en guerre.

21 h. 30. A l'Hôtel de Ville, bal des officiers de réserre.

Chemiserie Moderne 6, Rue Lafayette, RENNES

Aujourd'hui Samedi 18 Juin DERNIER JOUR DE LA

RÉCLAME DE CRAVATES Bon marché incroyable

9 7 5 et 3 FRANCS Profitez-en au plus tôt

Chez les Cadets de Bretagne, Parc de Montab'ué,

Dimanche 19 juin

GRANDE FÊTE CHAMPÊTRE DE GYMNASTIQUE

La journée des championnats artistiques et olympiques de l'U. R. B. va remporter un magnifique succès par le nombre des engagés, près de cent. et sa partage organisation confiée au Comité des Cadets de Bretagne. Mais il faut que le public réponde à l'effort des dévoués dirigeants de la Fédération des Patronages en assistant à la grande fête champêtre de gymnastique, qui aura lieu, a 14 heures. sous les frais ombrages du parc de Montabizé.

De nombreuses personnes ont visité depuis jeudi la kermesse de J'église Saint-Martin et ncus souhaitions que beaucoup d'autres les imitent; nous serions heureux aussi qu'elles viennent applaudir les gymnastes des patronages et nous comptons qu'elles répondront à notre appel Cela leur permettra d'assister à une jolie fête sportive, dont le travail des champions sera le principal attrait.

Prix d'entrée 1 franc.

La distribution des prix offerts par diverses personnalités sera présidée par M. le vicaire général Gayet N B On trouvera sur la pelouse, rafraîchissements et collation.

Une fête à la Hublais L'Association des Anciennes Elèves du Lycée de Jeunes Filles donnera Ip dimanche 19 juin a la Hublais de heures à 8 heures une -i-ir*» dansante avec le concourt du Lilys Orchestra.

Un service d'auto-cars assurera le retour au prix de 2 il. M.

AVANT LE CONGRÈS

DES OFFICIERS DE RESERVE A l'occasion du III" Congrès de da Fédération des association dof&ciers de reserve de la 1C région, 1 Association des O. R. de Rennes, MontforC et Redon organise, dans les salons de l'Hôtel de Viiie, un grand Gal de bienfaisance au profit de toutes les colonies de vacances (y compris celle des enfants de sous-officiers).

Ce bal aura lieu le samedi 18 juin, à 21 h. 30, sous la présidence d'hortieur de M. le général Dufûeux. membre du Conseil supérieur de la guerre, inspecteur des E. P. 0. R.. et sous la présidence effective de M. le général Putois, commandant le 10' corps d'armée.

Voici le prix des cartes d'entrée première carte, 15 fr.ç autres cartes, 10 fr. 10 fr. également pour les lieutenants, les sous-lieutenants et les étudiants.

Il ne sera pas délivré de cartes à l'entrée. Uniforme ou tenue de soirée. On peut encore se procurer des cartes numérotées et nominatives chez MM. le docteur Patay père. 22, quai Duguay-Tromn, président; Kuentz, 81, boulevard de la Duchesse-Anne; Tanvet, 57, rue de Paris; Lailler. 50. rue du Mail, vice-présidents; Le Noir. à la Banque de Bretagne, secrétaire général LoyseL 11. rue de Robien. secrétaire-adjoint Jeusset. 3. quai Châteaubriant, trésorier; Le Breton. 62, avenue du Gue-de-Baud. trésorier-adjoint le commandant Bourgault-Ducoudray, 2, rue Victor-Hugo Blain Marcel, 2, boulevard Voltaire Bougouin, 5, rue de Viarmes: le docteur Colbert de Bcaulieu, 2. rue Léonarddc-Vinci; Comte, 1, rue Chalais; de t'Orne d'Alaincourt. 133, rue de Fougères le docteur Fraleu fils, 1. rue Chalais; Gastard, pharmacien. 1, rue de Chàteaudun Gatin. 3. rue nés Trente: Girre René, pharmacien, 13, rue Hoche: le docteur Jambon fils, 15, rue Le-Bastard; Leroy. 6, rue Nationale Langlois. 10. rue du Thabor; Marion Henri, 6, rue Victor-Hugo; Ronaud-Loubens. 22. rue de la Monnaie; Svahn, hôtel de Frar.ce: Vacher, pharmacien, place de la Gare: Vene Jean, 3, rue Victor-Hugo, commissaires du bal; et au Cercle des offlciers de garnison pour les officiers.

Avis aux congressistes inscrits. Les congressistes qui arriveront à Rennés par la gare trouveront leur dossier au bureau des essences de la gare (ourc extérieure).

Ceux qui arriveront en auto et les Rennais les trouveront à l'hôtel de France.

ti. LAs.NlfcK. i. quai E.-Zola Hennea Travail* «prlem. DENTIERS garanti» A la Société

de Bretagne,

Les membres de la société sont speculement Invites à assister à la causerie que fera M. le docteur de ChaisemarUn. meaeem-chef de l'école de Joinvllle. sur ses récents travaux faits en collaboration avec M. le profcaseur Vaquez. «Etude de la pression moyenne

Cette causerie donnée sous les auspices de la Société médicale d'éducation physique de l'Ouest, aura lieu le samedi 18 Juin. à 18 heure*, à l'amphithéâtre de botanique et de zoologie de la Faculté des Sciesss.


/près la Fête des Mères Let remerderaenU du Comité

Le Comité d'organisation de la Pète des Mères, remercie bien sincèrement toutes les personnes qui lui ont donné leur concours. Les scouts qui ont agrémenté de leurs très beaux chant* la conférence si impressionnante du général Borie ceux qui ont rempli de manière impeccable les divers servicet d'ordre les aimables vendeuses d'insignes, la maîtrise de la cathédrale. les quêteurs et quêteuses, les artistes petits et grands de la séance familiale au théâtre, la maison Racine qui a prêté Cracieusement le Pick-up, les Beaux-Arts. Les pàtissiers qui ont offerts des gâteaux aux mères déco- rées, notamment les maisons Leroux, Anquetil, Lévéque, Merzic et Bibault. Chacun des autres pâtissiers a olIert un gâteau. Les jeunes filles qui ont ai- dé au buffet, le Café Glacier, la direc tion. les employés du théâtre, la So- sicale l'Indépendante qui a donné pla- ce de la Mairie un concert très appré- cié. san. oublier le groupe printanier enfants et jeunes filles qui a semé dans la foule les papillons du concours. Enfin tous ceux qui ont su comprendre la poitee morale et le charme de la Fête des Mères et qui ont bien voulu contribuer à son succès.

Ayis important

Le Comité d'organisation de la Fête des Mères informe les concurrents du concours sur la e Déclaration des droits de la Famlllle que les réponses devront être fournles avant le 30 iufn dernier délai.

Des boites seront placées a partir du 17 juin pour recevoir les réponses. A la porte du Foyer Familial, 34, Place des Lices aux bureaux de taoacs suivants Mme Chanteau, 4, «oulevard de Sévigné Mme Renault. '4. boulevard de la Liberté Mme )uhoux, 60, rue de Paris Mlle Au.rain, 10, rue de Toulouse.

Le règlement du concours est affilé dans la salle des dépêches des quoliens rennais et à la devanture de ombreux magasins.

Le Comité rappelle que le concours >t doté d: nombreux prir en arpent t en objets, notemment d'un prix de <30 francs

Une coniéiuiCb sur l'œuvre du Touring Club de France

Mercredi 21 juin, 20 h. 30, M. le général Girard, ancien commandant du 2' Corps d'armée, fera à la salle de l'Ecole des Beaux-Arts, à Rennes, rue Hoche, une conférence sur 1'oeuvre du Touring-Club de France.

Tous nos concitoyens connaissent la grande associatiou française de tourisme, mais, au moment où nous devons mettre en valeur toutes nos richesses naturelles, ils aimeront apprendre par le détail toute l'importance de l'œuvre accomplie par le Tourmg-Club de France, notamment pour l'amélioration et la signalisation des routes, le meilleur aménagement des hôtels, la protection des trésors artistiques de notre pays. Ils aimeront connaitre aussi tous les sérieux avantages que le Touring-Club de France procure à ses sociétaires. La conférence sera accompagnée de projections parmi lesquelles « Cotes et ports de France », c Fleuves et rivières de France ». Le TouringClub de France, son oeuvre de paix, son eeuvre de guerre ».

L'entrée de la Mlle est libre, gratuite et ouverte à tous.

A LA PAROISSE DE TOUSSAINTS. Messe des pécheurs. A partir de dimanche prochain 10 Juin et pendant la saison d'été. la pre- mière me*se sera célébrée à 6 heures, en l'église de Toussaints

ïm mçs&e de 5 h. 30 est supprimée.

LES HABITANTS DE SAINT-HÉLIER SE PLAIGNENT DU GAZ

Il y a quelques jours nous recevions une réclamation d'un habitant du quartier St-Hélier. Notre correspondant se plaignait du gaz et ecrivait notamment « La pression du gaz laisse de plus en plus à désirer et Il nous est par- fois impossible de cuire rapidement nos aliments Nous sommes donc obligés d'allumer la cuisinière, 'ce qui est une source de retard pour les ouvriers devant se rendre de bonne heure a leur travail t.

A la suite de cette lettre, nous som- mes allés dans le quartier de SaintHéiier et toutes les personnes que nous avons visité une dizaine nous ont dit la même chose

Le gaz ne marche pas

Pour certains le phénomène du manque de pression existe à l'état chronique, pour d'autres, il ne se pro- duit que par intermittence. Il y a quelques jours. à midi. dans la rue de Vern, un enregistreur accusa moins de 20 alors oue la pression normale est de 50. Nous avons rencontré hier M. Rollin, du service municipal de l'éclairage et un représentant de la Cie du Bourbonnais.

Ce dernier nous a expliqué, qu'en effet, dans la rue de Vern, les ouvriers de la Compagnie avaient découvert une obstruction dans la canalisation du gaz et que les réparations nécessaires allaient être immédiatement eSectuées.

M. Rollin nous a fait savoir que les habitants qui auraient à se plaindre du gaz sont priés de lui adresser une réclamation afin qu'il puisse en aviser immédiatement le service compétent.

A LA KERMESSE

DE L'EGLISE SAINT-MARTIN Peut-on dire. que la kermesse StMartin, qui bat maintenant son plein, est magniflquement organisée sur le vaste chantier de la future église ? Peut-on dire. qu'à tous les comptoirs on peut faire de bonnes occasions. notamment à l'alimentation et à l'habillement ?

Peut-on dire. que les attractions sont aussi distrayantes que nombreuses. le buffet et les buvettes délicieusement fournis ?.

Peut-on dire. que toutes les vendeuses font un accueil des plus char- mante aux visiteurs, qui ne cessent depuis jeudi de défiler devant leurs comptoirs ?.

Tous ceux de nos lecteurs qui se sont rendus ces jours-ci 214, rue StMalo, savent quelle réponse on peut faire à ces questions. La kermesse StMartin aura été l'une des plus brillantes et aussi, nos l'espérons, l'une des plus fructueuses que notre ville aura vues.

Nous encourageons vivement nos lecteurs à la visiter encore aujourd'hui et demain. Tous ceux qui aiment la tranquillité, fuient les grandes foules, feront bien de ne pas attendre demain.

Rappelons que tous les comptoirs y compris 1a boucherie, sont ouverts aujourd'hui de 9 heures à 12 heures et de 14 à 19 heures. Les attractions fonctionneront l'après-midi.

A la kermesse on trouve légumes, épicerie, viandes. On peut donc faire son marché.

Demain dimanche, à 10 heures, à l'église Saint-Etienne, grand'messe solennelle avec sermon de charité, par M. le chanoine Loué, secrétaire particulier de Mgr l'Archevêque. L'excellente chorale paroissiale s'y fera entendre et exécutera la messe si réputée de M. l'abbé Divet.

A 14 heures, réouverture de la kermesse, vente attractions. Au théâtre, ou jouera Fleurs d'ajoncs, de Botrel, et l'Affaire Rasant Papou.

Le soir, à 20 heures, fête de nuit, acrobaties, poses plastiques, feu d'ar- tifice, illuminations. etc.

Pour se rendre à la kermesse prendre Je tramway Mairie-Nord. (Le chantier de l'église est à 100 mètres à droite du terminus) ou le service d'autos organisé par la maison Delory.

Dans l'Enseignement libre

le Avis concernant les examens dans l'arrondissement de Rennes. Les écoles convoquées pour la séance du 22 juin, à l'école Notre-Dame, boulevard de la Duchesse-Anne, ont été informées. Crlles qui n'ont pas reçu de convocation. se présenteront lr lendemain 23, à l'école de la rue Saint-Yves.

Pour ces deux séances, on est prié d'arriver pour huit heures moins le quart, heure légale.

Les examens auront lieu dans les cantons de l'arrondissement, aux jours indiqués et à 8 heures, heure légale.

20 Avis concernant le concoursexamen d'enseignement agricole et ménager.

La Commission chargée de corriger les compositions de ce concours a fini son travalL

Les écoles qui ont eu des échecs sont informées ou vont l'être au moment de l'examen diocésain. Il y a eu près de 200 échecs sur 1800 candidats. Les écoles qui n'ont pas reçu d'avis peuvent considérer lears candidats comme reçus. Les diplômes seront à prendre au Comité, 49, rue StMelaine et à Fougères, pour les écoles de l'arrondissement, à l'exception du canton de Saint-Aubin du Cormier, partir du samedi 25 juin. UN CONCERT AU MAIL Voici le programme du concert qui sera donné au Mail le samedi 18 juin 1. Le Compiéçnois, allegro (E. Leblan) 2. Fête Proaençale ouverture (P Popy) 3. Casablanca, marche, (Tolchard Evans) 4. Hana, le joueur de flûte, fantaisie sur l'opérette de Louis Ganne, arrangée par F. Andrleu: bugle solo, M. Jouvln 6. Concfiita. valse de P. Vimont, arrangée par Ph. Parés et Givan-Parys 6. Barcelona, marche (Tolchard Evans).

Le

RENNES IL Y A CENT ANS LE CHOLERA ET SA PROPAGATION M. Jouin aborde l'historique du.choléra en 1832. Rennes avait eu ses lé1 preux au Moyen-Age et ses pestiférés au xvir siecle. Il y a cent ans, elle subissait le choléra. Après l'Asie, la Pologne et l'Angleterre, il ravageait la France.

L'hygiène laissait tant alors à désirer La Presse signale au Maire de Rennes, l'habitude des lardiers et des charcutiers de vider, le soir, dans la Vilaine, des baquets de sang et des débris, des boyaux de porc a demi putréfiés, ce qui altère encore les eaux déjà insalubres. Il faudra attendre, pour le tout-à-1'égout, l'administration de Le Bastard. On note aussi des dépôts de chiffons en décomposition au cœur de la cité.

Le 29 lévrier, un arrêté municipal de M. Jouin rappelle de tenir les dalles propres, de balayer le devant des maisons, les mardi, jeudi et samedi, de déposer les bourriers, avant le passage de-, tombereaux. En pleine chaleur de I juin, une circulaire préfectorale aux maires. leur dénonce, comme un dtn1 ger, la présence des cimetières au mii lieu des bourgs.

UN FLÉAU DE DIEU

Le choléra? c'est aux yeux des catholiques fervents le fléau de Dieu, châtiment consécutif aux impiétés commisea à l'avènement de Louis-Philippe. Un acte public d'irréligion, en juin 1831, vint consacrer cette opinion. La procession arrivait au reposoir de la paroisse Saint-Aubin. La foule suivait, avec respect, le Saint-Sacrement. C'était une belle cérémonie, encore que les légitimistes déplorassent, d'une part, l'abstentton des corporations, tant civiles que militaires, et la présence de quatre drapeaux tricolores, dans la verdure du reposoir. L'évéque donnait la bénédiction, quand une bande d'hommes sortit d'un café et se porta au devant du cortège. Leurs vilaines chansons scandalisèrent les âmes pieuses. La police de Rennes laissa les perturbateurs impunis et Mgr de Lesquen décida que les procession du « Sacre n ne sortiraient plus des églises.

Mais la même année, il prescrivit des prières publiques en attendant de faire sortir a nouveau la procession, à la reprise du fléau, en 1834. Mille cierges eclairent les chapelles de Rennes. le marbre des ex-votos en tapisse les murs des hommes, en nombre, attendent auprès du confessionnal Mais il n'y avait pas que des croyants Il y avait aussi des t crédules », les victimes des « bobards ». Le bruit courut parmi les femmes du peuple, que la fontaine de Guines allait être aussi (!) empoisonnée et que l'administration la faisait garder par des sentinelles. Aussitôt, les commères d'y aller voir et d'en revenir honteuses de leur crédulité. Un journaliste écrivit que le choléra s'attaque également aux chênes. Ce n'est que le 21 juin que l'on parla d'un premier cas, bien caractérisé, sur un conducteur de diligence. Les postillons jouaient de malheur, cette année 1832, car le 24 mai précédent, quittant Rennes, la diligence de Saint-Malo avait versé en face l'auberge des TroisAfasrea. Il y avait eu des blessés. La cause de l'accident, c'était une charrette que le postillon obligé de tourner rapidement, au débouché de la petite rue, en face Saint-Etienne. n'avait pu éviter.

Le 13 septembre, nouveau cas du fléau un ouvrier tanneur est transporté à l'Hôtel-Dieu, rue Saint-Yves.

L'EMPIRISME

Des spéculations charlatanesques se produisirent. On vendit, sur les places, des produits empiriques et de son côté, l'administration tenta une nuée de recettes prophylactiques et médicales. On recommanda d'abord la transpiration. Chateaubriand, le plus illustre des Anciens du Collèges de Rennes, rapporte qu'il s'appliqua lui-même le traitement. Il nous le dit dans ses Mémoires d'outre-tombe après un solennel exorde, où il compare la marche du « fléau sorti du Delta, du Gange, en 1817 à la marche de Buonaparte t Dès le 26 mars 1832, l'Hôtel-Dieu de Paris recevait les cholériques. Et c'est à Paris, rue d'Enfer, qu'une nuit, Chateaubriand se sentit pris de frisson, avec crampes aux jambes. Ne voulant pas sonner, de peur d'effrayer Mme De Chateaubriand, il se leva à la façon d'un bohème, il chargea son lit, de tout ce qu'il rencontrait dans la chambre. Il se recoucha sous les couvertures et se tira, tout seul, d'affaire, par la transsudation. Le lendemain, évidemment courbaturé, il se remettait à ses brochures légitimistes. Tour à tour et parfois simultanément, on pratiquait, sur le co-ps, l'échauffement par bains, bouillottes, fers repasser, bassinoires, à moins que ce ne fussent des applications froides, draps mouillés, glace sur l'épigastre. Les malades absorbaient des punchs brillants, des bols de vin ^haud, des infusions de menthe et de camomille. Les dos portaient des traces de ventouses, de sinapismes. Tel remue à peine le bras car l'on vient de le saigner. Jamais les pharmaciens rennais ne vendirent tant d'opium, de belladone, d'aconit, de laudanum, d'arsénic, de sulfate de quinine. Quand Alexandre Dumas eut bu son verre d'éther, pensant boire du rhum, il crut avoir avalé l'épée de l'ange exterminateur Une ordonnance, venue jusqu'à nous, prescrivait d'ingurgiter, d'heure en heure, quatre grammes de charbon SPECIFIQUES RENNAIS

C'est à qui fera la meilleure publicité, pour cure préventive. Un efficace vinaigre ? chez le parfumeur Mercier, 1, rue de Brilhac du camphre raffiné au Magasin de Provence, 16, rue aux Foulons. La dame BrossaysSaint-Marc, de la Manufacture de la Piletièrc et mère du futur archevêque dr Rennes, grâce à son appareil à chlore, pouvait, à bas prix, fournir par jour, plusieurs barriques de ce désinfectant. Où vont à pas lents ces valétudinaires ? Goûter, chez Deffleux, au Petit Bazar, le Café de Sant? et le rafraîchissement Calé-chocolat anti-cholérique.

REGIMES RECOMMANDES

Etait-il obligatoire pour tous de s'abstenir de fruits ? Non 1 mail! les sanguins proscriront le thé, le vin et les liqueurs ils mangeront légumes et fruits. Les lympthatiques, au visage pâle, prendront, au contraire, des consommés, du rôti. Ils y ajouteront des vins généreux, des punchs, du café stimulant. Les nerveux et bilieux s'abstiendront des assaisonnements et des boissons excitante»-»

En hiver ? par temps humide on sera camivore au froid sec, végétarien. Au printemps ? pas de surcharge alimentaire. Durant les grandes chaleurs on usera d'asaaisonnements aromatiques on consommera modérément des fruits rafraîchissants. La nourriture sera mi-végétale et mi-carnée. Au reste de l'été et en automne, on préférera les viandes légères. Les boissons fermentées seront peu excitantes et l'on se déflera du cidre nouveau.

TRAITEMENT MEDICAL

Le traitement variait suivant le médecin et la période de la maladie. Le choléra se développait, en effet, en cinq phases. On comptait le choléra léger ou cholérine l'invasion du mal le choléra algide ou bleu la phase de réaction la phase typhoïde.

Voit-on ces malades bondir, se pelotonner sur le lit, se coucher à plat ventre, en gémissant ? Ils sont dans la terrible troisième phase le choléra bleu. Avoir une « peur bleue » devint dès lors une expression courante. Aux débuts, tout malheureux, atteint, succombait en quelques heures. Deux salles hautes de l'Hôpital Saint-Yves furent choisies, par le Conseil médical, pour y traiter les malades. Quatre religieuses Augustines vinrent en volontaires, à leur chevet, et eurent la chance d'échapper à la contagion C'était les Révérendes Mères Saint-Charles, Sainte-Thérèse, Sainte-Chantal, Sainte-Madeleine-dePazzi.

Ceux qui sortirent vivants de SaintYves n'apprirent pas sans émotion que Joseph Bertin, médecin de cet ancien Hôtel-Dieu, depuis 1804, et devant le rester Jusqu'à sa mort, en 1839, recevait l'étincelante étoile de la Légion d'honneur, pour son dévouement lors de l'épidémie.

Célèbre en Bretagne. Bertin, plein de charité pour les malheureux, cachait, sous des dehors brusques, un cœur excellent. On l'appelait le Bourru Bienfaisant. Notre génération a connu un autre médecin des pauvres. Gustave Regnault. Et la Commission municipale, présidée par Georges Dottin. s'est honorée en donnant à Rennes, la rue Docteur-Régnault. Fougères a une ru? Docteur-Bertin sans spécifier lequel, car il y en eut trois d'illustres. LES VICTIMES DE LA CONTAGION Malgré de bons médecins, malgré de dévouées religieuses-infirmières, les fossoyeurs travaillaient dur. En 1832, le fléau ne fait que d'apparaitre. De juin au 2 novembre à midi, 228 rennais avaient été atteints 130 avaient succombé. A la réapparition du fléau, été 1834, l'hécatombe sera presque double Nos journaux donnaient, rubnque effroyante, la marche du « choléra morbus ».

Les légitimistes dévots ne manquèrent pas de remarquer que la paroisse de Saint-Aubin, où s'était produit l'incident de la Féte-Dieu, eut 150 malades en trois mois. Vers la mi-septembre, l'épidémie sera rue Saint-Malo et elle y sévira encore en octobre. Par la rue du Tour-du-Chapitre, elle sautera rue de Brest, et de là à PontLagot, Vezins et environs.

La proportion des victimes du sexe féminin est presque du double de celle des hommes atteints: quant à celle des enfants elle est minime.

Il y aura au cimetière en septembre, 118 petites croix, sous lesquelles dorment, surtout des gens d'humbles professions plus exposés d'après l'énumération qu'en donne M. Jouin, de par l'insalubrité des logements. On compte cependant un chef de bureau de la préfecture, M. Dusaul un ancien receveur des Domaines: un négociant, un contrôleur d'armes, un général. des gens sans profession ou âgés. Pour résumé Léon LE BERRE. ABALOR.

Le mardi 28. M. Jouin radiodiffu·sera une conférence optimiste et joyeuse La Gourmandise à Rennes en 1832.

I RENNAIS! ̃ H'onbliez pas que demain, 5 LES AS DE LA S.D.A. i groupés sous le patronage ï du Comité des Fêtes et de L'OUEST-ECLAIR, donneront une

¡ Grande Fête Aérienne i Des promenades en avion! 5 seront organisées ̃ ïlBlB|a|B|B|l|B|BJB|BIBIBIBIBrc « LA YIE RENNAISE » EST PARUE SOMMAIRE DU 11° DU 18 juin. Les artisans rennais Impressions d'ensemble, par Pierre Vente: L'ouverture de la pêche par le Cousin Pierre Un beau succès de l'école régionale des Beaux-Arts les études historiques de M. Gaston Dodu Les coins dangereux Au Conservatoire résultata des concours de fin d'année Où aller cette année ? Au Minlstère de l'Instruction Publique La pose de la première Pierre de l'Eglise Saint-Martin (4 gravures) A la société archéologique d'Ille-et-Vilaine (4 gravures) Sous les Arcades de la Poste (2 gravures) A la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne Les richesses du Musée de Rennes le Nouveaa Né par Jean des Erves Le concours hippique Devant les vitrines (2 gravures) D'une semaine à l'autre, par Le Furet Chronique Musicale par C. A. Collln Variétés par Jean de Perros La Kermesse de Saint-Martin Les livres récents par Pierre Cressard Au Théâtre Municipal La préparation de la prochaine saison lyrique par Ariel Ternant (4 gravures) carnet les sports les échecs la T.S.F.. etc.

Faites retenir la Vie Rennaise par votre marchand de journaux elle est en vente dans les bureaux de tabac, les kiosques A la librairie de l'OuestEclair, 38, rue du Pré-Botté et à la gare prix 0.25 abonnement. 13 fr. L'Ouest-Eclalr publie chaque 1ont de» 4 ANNONCES CLASSEES 3. parMsaan' «Wfl,ees 12 éditions.

UNIVERSITÉ DE RENNES Faculté des Lettres Les résultats des licences

Sont définitivement reçus

Philosophie

Histoire générale de la philosophie: MM. Hellegouach et Le Lay.

Psychologie Mlles Giteau et Robert; MM. Daniel. Helbert et Lemignot. Logique et Philosophie générale Mlle Milbeau (in A. Bien) MM. Gravot Rxceur, Tohe.

Morale et Sociologie Mlles Chelb et Borel; MM. Bars (A. Bien). Gravot (A. Bien), Joquet (A. Bien), PalaudRicœur (Bien).

Lettres

Etudes grecques Mlles Goron (Assez Bien), Mahe (A. B.). Martin-Rioche (A. B.); MM. Périgcis et Ters

Etudes latines MM. Raoudour et Le FelL

Littérature française Mlles Clément (A. B.), Galletler (A. B.). Grargier, Jamet (A. B.). Le Berre, Le Noan, Mar- tin (Bien) Quelennec.Thaumoux; MM. Gauthier (Bien) et Tondeux. Grammaire et Philosogie: MUes Aubry, Feltmann (A.), Lucas, Maillot (Bien); MM. Daveaux Dumas, Lasoquer (A.B.), Roudard A. B.).

Histoire et géographie

Histoire anciene M. Jéhannin. Histoire du Moyen Age Mlles d'Haucourt et Sosson: M. Gautier.

Histoire moderne et contemporaine: Mlles Barat (A. B.). Glnchenet. Hamon, Lageat, Lucot, Reuze (Bien) MM Bonvallet 'A.B.), Chaumont, Daniel «A.B.), Illusic (A.B.), Lailler (A.B.), Peuscet (A.B.), Querneau <A.B ).

Géographie MUes Cerbelle (A. B.), d'Haucourt iA.'B.). Lesage (A.B ) Ogee, Valarché (A.B.). Viel (Bien); M. Lecomte (A. B.).

Langues vivantes

Etudes littéraires classiques: Mlle Andneux (A.B); MM. Le Guern (A. B.), Marcheteau tA. B.). Philtpot (A. B.). Taupin lA. B.). Trepos.

Litterature anglaise Mlles Bazerque (A. B). Kervoas (A B.). Le Hénall, Martinelli; M. Phllippot (A B.). Etudes pratiques d'anglais Mlles Baule et Ohier

Liitérature allemande M. Camille Plcilologie allemande Mlle Saum (A B.); MM Kuhn (A B.) et Louchart Etudes pratiques d'allemand: Mlles Babad (A. B.), Girard, Sittler (A. B.); M. Morvan

Certificats de licence Ubre

Langues et littérature française du moyere âge: Mlles Jones (A.B.), Martin. Géographie humatne M. Declerdc Langue et littérature portugaises Mme Cnanu, Mlle Ohier; MM. SimonDuparemeur (T. B.) et Robert (A. B.). Philologie française M. Roger (T.B.). Diplômes d'études celtiques

M. Delaporte et M. Le Goff (mentions Très Bien).

AU CONSERVATOIRE Résultats des concours

de 6n d'année

CLASSES DE PIANO

COURS PRÉPARATOIRE. Mention Brunel Suzanne, Chanu Yannick, Jouannic Lucienne.

COURS élémentaire. Deuxième mention: Lagadec Andrée, Lévy Norma, Thébault Josette.

Troisième mention Guillaume Marie, Faucheux Marie, Delalande Jacques, Vasseur Georges.

CLASSES D'HARMONIE

COURS SUPÉRIEUR. Deuxième prix: Duval Maria.

Troisième accessit Benoît Yvette. COURS MOYEN. Troisième médatlle: Bréhu Marie.

COURS ÉLÉMENTAIRE. Première mentlon Lechaux Simonne.

Deuxième mention Guimont Madeleine, Dufour Charles.

Trotsttme mention Jean Suzanne, Duclos Madeleine, Marque Gisèle. CLASSES DE VIOLON

COURS PRÉPARATOIRE. Mention Le Boulch René. Chaussinaud Raymonde, Lang Suzanne, Rissel Odette, Daubeck Emilie, Panaget Jeanne, Martin Micheline.

Cours élémeutaire. Première mention a l'unanimité Henry Jeanne. Première mention Mougeat Pierre Bouffort Solange, Boullier André. Noël Madeleine, Lailler Jeanne.

Deuxième mention Bécel Victor, Peigner Roger, Etrillard Lucienne, Peltier DanieL

Troisième mention Hamon Paul, Guillet Georgette, Peltier Marcelle. CLASSES DE SOLFÈGE

Coups supérieur (jeunes filles). Premier prix à l'unanimité Lechaux Simonne. Renou Paulette, Brehu Ma- rie, Vacher Jacqueline, Durand-Vauga- ron Marie-Thérese.

Premier prix Guvon Jacqueline. Deuxième pnx à l'unanimité Bellanger Marthe, Duclos Madeleine, Thi.rion Simonne.

Deuxième prlix Debro1se Yvonne. Premier Félict Léone. Loupiac Marthe, Noais Yvonne, Departout Marcelle.

Deuxième accessit Lelay Yvonne. Troisième accessit Bettevy Lucienne, Husson Jeanne,, Robert Suzanne. Cours sltmueur (garçons). Premier prlx a l'unanimité Gullloux Robert.

Premier prix Lebru Lucien.

Deuxième prix à l'unanimité Gaudln Serge, Bannetel Henri.

Deuxième prix Voisin Marcel. Premier accessit à {unanimité Lucas Jean.

premier accessit Gougeon Charles, Leclaire Maurice.

Troisième accessit Dufour Charles. EGLISE SAINT-GERMAIN, Dimanche 19 jutn pendant la mew de 11 heures 30. Mlle Renée Baudry. contralto interprétera les œuvrei suivantes Notre Père (Henri Bûwer) £va maria iWon Roaueet 0 Stlutaria (sur un thème Breton) 4r« Verum (Marcello).

i.w grand-onu» li. Ooorge» Luog.

['Harmonie des Chemins de Fer JJSaux fêtes du M

Sous l'habile direction du professeur au Conservatoire, M. Bonnardet les musiciens de l'Harmonie des Chemins de fer, se sont, a leur tour. produits. hier au soir Apres la Marche Republicaine d'Allier, nous avons eu l'Enlèvement au Sérail, dont on avait beaucoup goûte, a la fête donnee au Thabor, le solo de hautbois qu'y a place l'inspiration artistique de ses auteurs. La Houzarde. valse de GanneKelser fait toujours plaisir, avec ses. passages ou tous les gros cuivres donnent ensemble, -vec une broderie de fiutes et de clarinettes. Bonsoir Suzon est une gavotte de grand style qui flatte toujours l'instinct musical populaire Une trouvaille appropnee est le Bourgmestre, pas redouble de l'Alsacien H. Tiesboch. Elle est remarquable avec ses contre-chants de ba3se et de trombone, pendant que le leit motiv se répète par les clarinettes et les petits cuivres.

Quelque chose de détestable, dans nos concerts du Mail et particulièrement hier au soir, c'est l'agaçant sifflet de la locomotive du T. I. V.. Juste au moment où l'on s'embarque sur les ailes de la musique. Hier, ce fut juste au moment de l'Enlèvement au serail que les machinistes, remorquant le long serpent qui va entrer en gare. ont cru bon d'apporter leur coopération. Nous voulons bien croire qu'il v a nécessité du service, bien mystérieuse nécessité, à coup sùr

N'oublions pas de féliciter la Municipalite, qui ne chicane pas sur son éclairage, et qui, allumant a temps la couronne électrique, permet a nos musiciens de ne pas trop se hâter, par peur de n'y voir plus clair.

Et en passant, complimentons les musiciens cheminots et leur chef, M. le professeur Bonnardet, qui a la joie d'enregistrer le succès d un de Fis anciens élèves. M. Squldrals, premier prix de trompette du Conservatoire de Paris.

Abalor.

SPORTS ET MÉDECINE La Société Médtcale d'Education Physique de l'Ouest a organisé une conférence qui sera faite par M. de Chaisemartin, médecin commandant de l'Ecole de Joinville. sur ses récents travaux originaux, en collaboration avec le professeur Vaquez.

Cette conférence sera faite, ce soir samedi 18 juin. à 18 heures, à la faculté des Sciences de Rennes (amphithéâtre de Zoologie).

EGLISE SAINT-ETIENNE. Dlmsnche 10 Juin, à 11 h. 30. messe basse en musique

Largo, pour violoncelle et orgue (Goens), Mlle B. M. Clervoy, Pre.nler prix du Conservatoire, élève de M. Clervoy Je vous salue Marie (Chrétien), Mlls B. M. Clervoy. élève de Mme Clervoy Amiante, pour violoncelle et orgue (Sammartini). Mlle B. M. Clervoy 0 Salutaris (Th. Dubols). Mlle B. M. Clervoy.

LES BISCOTTES « LA CLOCHETTE » 2, rue d'Erlon à NANTES

SONT LES MEILLEURES

Représ. M. GOGLIN, 1, rue DntMmel, RENNES.

Saint-Grégoire. S'adr. à Mme DESBOIS. 22, rue Lebastard. Rennes (l* étage). L'indéfrisable MAIER

chez LUCIENNE et HENRI EST GARANTIE

Son prix est modéré

6, rue Beaumanoir, 1er étage

tion neuve. 48. rue du Mail. Confort moderne: ascenseur. engouflreur d'ordures. S'adr. Garage PARIS-BREST. rue du Mail. RENNES.

A louer. joulsa. Imm., 3 P., jard. e. t. él. S'adr. HAVAS, Rennes, 2.093. 'JEUNES GENS âgés 18 ans au vaux bureaux et déplacements. S'adr. Economique, r. Mgr-Duchesne, Rennes. PEINTRE AUX CARROSSERIES LAENNEO. boulcv. Laënnec, RENNES.

DAMES

FORTES

Que faites- vous pour votre Ligne? Vous vous regardez dans la glace en poussant de gros soupirs Cependant quelle importance y a-t-il pour vous d'être forte, puisque vous pouvez obtenir une silhouette élégante et jolie avec une ceinture ou une coiwlette WARNER'S qui modèlera vos formes. Allez sans plus tarder demander un essayage gratuit sans engagement à M- RŒMER

I. Rue de Brilhac, RENNES

(En haut de la Place de la Mairie) et vous serez émerveillée de la transformation que vous constaterez dans votre ligne.

Méflez-vous des imitations et exigez bien la marque

PERMONNB «érlitUM environs Remua prendrait »nfant en nourrice. S'«4r. Mme QUSRARD la GrenouiH* à Meillac (1110 -et-.Vilaine) j


AUDITION D'ÉLÈVES

DE M. JEAN SUSCINIO

Hier apr^-midi, M. Jean Suscinio a do.:né, maaon B-SEard-tœnel, une audition de ses élèves. Le programme, fm^U?1" a laissé la meilleure unp.ession. Notons au passée la Rhapsodie honGroise, de Liszt, pour puro exécutée avec un vif sentiment du rythme et une technique sûre par Mlle Eisch, dont le jeu est Pénétré d'un charme romantique. Mme Rocca, avec du Golhler et du Massenet, révèle les trésors d'une voix très sûre et très jraiche. La virtuosité vocale et la technique sùre de Mme Zappone se sont affirmées, une fois de p.us, dans du Puccini et du Proch. M. Belin fait 3 wntre, fvec du Weber, du Duparc et uu Mousorgsky, d'une belle générosité vocale et de beaucoup de sentiment. Mme Mocquery, avec les Tilleuls de Schuoert, qu'elle se plaît à faire entendre avec tant de charme, et Tristesses de Chopin, est toujours le soprane d'une qualité si pure et d'une étendue délicieuse que nous connaissons. Beaucoup de charme aussi dans son duo avec M. C*toeUer Au bord de l'eau, Une excellente occasion également fut 1 audition, pour Mile Vernery, de faire apprécier dans son duo, l'Alton. ne, de Mendelshonn, avec le maltre Suscinio. la finesse de son mezzo- soprane.

Enfin, l'air de Jean dans les Noces de Jeannette fut enlevé de brillante façon par M. Menez et Mlle Marivint qui. l'un et l'autre, y mirent, avec la mélancolie et l'entrain requis, beaucoup d'action et de jeu de physiono-

La fête d'été de l'Amicale

des Originaires de l'Est

Ainsi que nous l'avons indiqué, c'est demain dimanche 19 juin que les originaires de l'Est organisent leur fête d'été, dans le cadre mélicieux de la Départ en autocar à 9 h. 30, place de la République, près la Poste.

Retour, départ de Hédé vers 22 h. Déjeuner et diner à l'hôtel Letort, place de la Mairie.

Prix pour la journée (transport compris 30 francs. Prix des deux repas, 23 francs. Les enfants seront transportés gratuitement.

Jeux divers palets, fléchettes, pingpong. courses, etc. Concours de pêche dans l'étang de Hédé.

Prière de faire les dernières adhésions à M. Albert, président, 6. rue Lafayette, Rennes ou à M. Beau. c Au Caïfla », rue de la Cha-

OBSEQUES RENNES-ANGERS. Voua «tes prie d assister au convoi et A la messe d'enterrement de

Monsieur Maurice JAN

Rédacteur a l' 9 Ouest-Ectair »

dlcédé accidentellement à Louent, le crements de 1-Eglise

La cérémome religieuse aura lieu en 1 église Toussaints de Rennes a 10 neures au matin, le samedi 18 juin

L inhumation se fera au cimetière du On se réunira' la Gare de Rennea, a De la part de Mme Maurice Jan. son épouse: Ce Mme et M. henry Jaa, secre.taue de la rédaction de l'Ouesi-Ectair sa belle-soeur et son frère. ae M. et Mme DuJuara. négociants a Rennes. 804 Oea,u-Pere et sa Delle-mere- des fa- milles Jan et L)uluara. ainsi que de ia Direction et de :a R«tlac*lon de l'OuestLe présent avis tient lieu de faire-part FOUGÈRES- Vous êtes prié d'as- aister aux convoi, service et Inhumation qui auront lieu le lundi 20 Juin 1932, & 10 heures, en l'église Saint-Léonard de Fougères, pour le repos et salut éternel de 1 une de

Madame Charles PANAGET

Née Clémentine DANDIN

décédée accidentellelment à Fougères le 16 juin 1932. dans sa 31- année, munie des sacrements de l'Eglise. On se réu- I nira à la maison mortuaire à 9 h 30. De Profundis

De la part de M. Panaget, son époux- M. Charles et Mlle Jacqueline Panaget ses enfants, et des familles Panaget' Dandln. Janvier, Lecomte, Hirbec et de toute la famille Le présent avis tient lieu de faire-part

FOUGERES PARAME. Vous êtes prie d'assister aux convoi, service Inhumation qui auront lieu le 20 juin, 10 h. 1 2. en l'église N.-D. de Bonabry. pour le repos et salut éternel de I Ame de

Madame Maurice BORDEAU

née Céline-Louise CHEVAL

d6Cédée en son domicile. Il Fougères. rue Albert-Durand. n" 12. le 17 Juin 1932. dans sa 49- année, munie des sa- crements de l'Eglise.

De De Profundis 1 De la >ir' de M. le docteur Bardeau, «on époux; Mlle Janine Bardeau, sa Si1^ ilST' aon beau-père, et Il ne sera pU envoyé de Mn-»*« On se réunira Ia maison mortuaire à 10 heures un quart.

REMERCIEMENTS

RENNES. Mme Veuve Hérault, Mme Veuve Hérault mère, et toute la famille remercient bien sincèrement toutes tes personnes qui leur ont témoigné de la sympathie à l'occasion du dbc6a de

Monsieur Marcel AERALTLT

SAINT-MALO NANTES. Madame veuve Gui ->t; M. Marcel Gulot; Mme veuve Oulllou: les famille» GullÎS™t t°ï*r"? remercient b:en sincèrement toutes les personnes qui leur ont témoigné de la sympathie à l'occasion du décès de leur regretté

Docteor Célestin GUIOT

Officier d'Académie

Conseiller municipal

Administrateur des Hotpicet

et de la Caisse d'Epargne

Contentieux. Droces affaire» liugieutea otux. lojirt successions imaor.» été a JnI?«a? renseignement» contre maildu 4» 6 te. M *dr«ué a VQuuhBolair

1 LES ACCIDENTS DE LA RUE Vers 17 h. 30, au carrefour, formé par les rues d'Antrain, de Vincennes et rue Saint-Martin, la voiture de M. le docteur Biet, médecin, à Saint-Aubin-d'Aubigné, laquelle venait de la rue d'Antrain, a été télescopée par la camionnette de MM. Delisle et Chouan commerçants, quai d'Ille-et-Rance, Rennes, débouchant de la rue de Vin- cennes, en direction de la rue Saint Martin. Dégâts matériels constatés par M' Travers, huissier.

Au carrefour de la rue de Tronjoly et Pierre-Abélard, la voiture automo- bile de M. Robert, demeuraait rue Nan- taise, à Rennes, débouchant de la der- s ruère de ces rues, vers la rue de Plé- 1 lo, est entrée en collision avec une mo- ( tocyclette, venant de la rue de Nantes i et pilotée par M. Chauvel, soldat au 32* génie, à Alger, et actuellement en per- d mission, à Rennes, où il demeure 50, h rue ce la Faix. Dégâts matériels à l'auto et à la moto. Ils ont été constatés 1* par M' Travers, huissier à Rennes. 9 e

L'ouverture de la pêche Excursion à Hédé et à Tinténiac et leurs environs

La Compagnie des Tramways à vapeur d'Ille-et-Vilaine a l'honneur d'informer le public qu'elle mettra en circulation, le dimanche 19 juin 1932, des trains spéciaux à prix réduits, à destination de Hédé et de Tinténiac. Les horaires observés seront les suivanta

ALLER (i« train)

Renhes-Croix-de-la-Misslon. dép. 5 Saint-Cyr 5 4 La Touche 5 9 Trois-Croix 5 12 Hédé arr. 6 9 Tmteniac 6 27 (21 train)

Rennes-Croix-de-la-Mission.. dép. 9 32 Saint-Cyr 936 La Touche 9 41 Trois-Croix 9 44 Hédé arr. 10 41 Tuiteniac 11 1 RETOUR (1" train)

Tinténiac dép 18 » Hédé i8 19 Rennes-Trois-Croix arr. 19 17 La Touche 19 20 Saint-Cyr 19 25 Croix-de-la-Mission.. 19 29 (2* train)

Tinténiac 19 30 Hédé 19 49 Rennes-Trois-Croix arr. 20 46 La Touche 20 49 Saint-Cyr 20 54 Croix-de-la-Mission.. 20 58 Prix du billet (aller et retour) 5 francs.

NOTA. Les billets pourront être pris à l'avance aux gares de Rennes (Saint-Cyr, Croix-de-la-Mission, Viarmes et La Touche).

MATINÉES & SOIRÉES

cmama Parlant i I de la malsondu Peuple | Semaine de Clôture i Anjourd'hui en soirée, à 20 h. 45 j Deux grands films comiques fBuster KEATONl DANS BUSTER [S'EN IIA-T-En «Ef ET ÎS. LAUREL et 0. HARDY | dans en film comiqae parlant Une nuit i

extravagante

SYNDICATS & SOCIÉTÉS

Scouts DE FRANCE (Deuxième Rennesl, Dimanche 19 juin, rendez-vous au local à 9 h. 45. Départ à 10 heures très précises pour Champaufour. Retour vers 19 h. 30. Sortie obligatoire pour les Hermines et les Cigognes.

GROUPE RENNAIS DES ECLAIREURS de FRAxcE. Louveteaux dimanche 19. meute Mowgli. sortie au deuxième bois de Fougères. laye. Réunion 1 h. 45 au local. Socitrt des ANCIENS Cavaliers. Il est rappelé que ln réunlon générale aura Heu ce soir samedi 18 Juin à 20 h. 30. Palais Saint-Georges (salle 7, premier étage). Compte rendu des démarches faites par les membres du bureau pour l'organisation de la fête annuelle du 3 Juillet. Propositions diverses. Inscriptions pour le transport et le banquet. Nomination des commLssalres pour le concours de pêche et jeux divers, etc. Préxnce de tous lSA NOTRE-DAME. Dimanche pendant la messe de 9 heures. C. A. Collin. fera entendre, au grand-orgue les œuvres suivantes I. Adagio (si majeur), Ch. M. Wldor Il. Fugue fur l'Invocation < Cor Jésus 3 Stojenalrée) III. Méditation (Louis ( Vierne) IVl ToCcata tfa «UwurîrSÏ! t

INSTITOT RÉGIONAL D'EDUCATION PHYSIQUE DE RENNES Examens de 1932 Certificat d'Etudes Supérieures d'Education Physique de l'Institut Régional. (Les diplômes d'Enseignement secondaire ou primaires supérieur sont exigés.)

Epreuves THÉORIQUES (Ecole de Médecine 23 juin 1932). Ecrit 8 à 10 h Pédagogie une question à traiter au choix sur 3 présentées 10 à 12 h Ana. tonne une question à traiter au choix sur 3 présentées 14 à 16 h.. Physiologie: une question à traiter au choix. sur 3 présentées.

Oral.- 16 h. 30 à 18 h., Hygiène, paLes épreuves théoriques sont éliminatoires.

EPREUVES PRArIQVES (Vélodrome Mu- nicipal 24 juin, de 9 à 12 heures). Filles et garçons 1° un exercice d'as- souplissement combiné au choix de l'élève 2° grimper à la corde; 3° saut (longueur ou hauteur, au choix de l'élève).

Filles course de 60 mètres; lancer du poids de 3 kilos; rythmique (échelle horizontale, barres parallèles). Garçons une course de 100 mètres: lancer du poids de 7 kilos ou lever de gueuse; attaque et défense; barre fixe et barres parallèles. Chaque exercice comporte 1a théorie du geste.

Examen de fin d'études d'Education Physique (aucun diplôme universitaire n'est exigé pour cet examen)

EPREUVES THÉORIQUES (Ecole de Médecine 23 juin). Ecrit 8 h. 30 à 9 h. 30 traiter, au choix de l'élève, une question sur les trois présentées une question de pédagogie, une question d'anatomie, une question de physiologic.

Oral 11 à 12 h. questions de pédagogie appliquée (enseignement, sport, gymnastique).

EPREUVES PRATIQUES (Vélodrome Municipal 24 juin, de 14 à 16 heures). Filles et garçons enseignement d'une leçon et exécution pour les élèves; performances (avec théorie du geste); un exercice d'assouplissement combiné, au choix de l'élève; grimper à la corde un saut (longueur ou hauteur, au choix de l'élève).

Fiües une course de 60 mètres; lancer du poids de 3 kilos; rythmique; échelle horizontale et barres parallèles. Garçons une course de 100 mètres; lever de gueuse ou lancer du poids de 7 kilos; attaque et défense; barre fixe et barres parallèles.

ETAT CIVIL DE RENNES

NAISSANCES

17 Juin 1932. Auguste Rouanet. rue Jeanne Jugan Ernest Thébault, HôtelDieu Paulette Leven, 239, rue de Fougères.

Dicta

17 Juin 1932. L. Simon 71 ans, cultivateur, marié, 2, rue du Père Grignion; Isidore Leredde, 62 ans. manœuvre veuf 61, rue de Brest Jean Denis, 64 ans, cultivateur, marié. 108, rue de Paris Lucien Roland, 36 ans, manœuvre aux Chemins de fer, marié, 2. rue Brlzeux Mme Panaget. née Moizo, 37 ans, 12, rue Legraverend.

Oonvois mortnalree

10 heures M. Jan, Gare-Etat, Toussaint, cimetière Nord.

10 heures M. Simon, rue Père Grignlon, 2, église Saint-Ettenne. cimetière du Nord.

14 heures Mlle Lucas, boulevard Voltaire. 86. église Saint-8auveur, cf- metlère du Nord

14 heures M. Rolland, rue Brizeux 2, église Notre-Dame, cimetière du Nord. 16 heures M. Leredde. rue de Brest. 61. cimetière de l'Est.

Langouët

FÊTE COMMUNALE. Dimanche 3 juillet, grande fête communale à Langouët.

Nombreuses attractions. Jeux de palets. Courses cyclistes communale et cantonale. Course à pied. Jeux divers Nombreux prix. Betton Betton

CERTIFICATS D'ETUDES. Voici les noms des élèves des écoles communales qui ont subi avec succès l'épreuve du certificat d'études primaires à Rennes, le 16 juin.

Ecole publique des garçons, (13 présentés, 13 reçus) Chalmel Léon (mention bien); Julien André (mention bien); Delépine Louis, Hervé Louis. Dutey Jules, Barbier Emile. S Bourset Henri, Morel Georges, Chevallier Jean, Guesdon Ange, Pestouri Louis, Bénis Joseph, Philouze CharEcole publique des filles, (4 présentées, 4 reçues) Gréal Claire (mention bien); Kerguenou Yvette (men- tion bien); Gautier Madeleine, Del Bourgot Eliane.

Ecole libre des filles Leduc Simonne, Brizard Odette, Jarry Simonne, Leray Elise. (4 présentées, 4 re• çues).

Nos compliments pour ce beau succèsç et félicitations aux maîtresses et maîtres et aussi aux élèves.

• LA FETE DE DEMAIN. Demain fête annuelle sous la présidence d'honneur de M. Pinault, député et de M. Priour, maire, avec le concours de la fanfare c l'Eveil de Betton. Nous rappelons seulement les grandes lignes du programme de cette journée

Concours de palets 1- prix. 100 fr.; ? 75 fr.; 3' 50 fr.; 4' 30 fr.; 5' 20 fr. Concours de tir à la carabine 1prix, 60 fr.; 2- 40 fr.; 3' 25 fr.; 4' 10 fr. Grande course régionale de bicyclettes sur circuit fermé, environ 50 kilomètres 1" prix, 200 fr.; 24 100 fr.; 3e I 50 fr.; 4' 25 fr.; 5' et 6' prix en nature. Nombreuses primes sur le parcours. (Voir tous les détails de la course en vie sportive dans le numéro de 1 Ouest-Eclair du jeudi 15). Course à pied communale 1- prix, 25 fr.; 2« 15 fr.; 3' 10 fr.

Jeux et attractions diverses, manèges.

Retraite aux flambeaux, embrasement, splendide feu d'artifice.

CERTIFICAT D'ETUDES CpRm AIRES. Ecole publique de filles. Deux élèves présentées, deux reçues Anna Chevalier (mention très bien) Ger- t malne Coqueux ¡mention bien 1.

Ecole publique de garçons. Neuf élèves présentés, neuf reçus André fc Bourdler (mention très bien); Joseph Coulon (mention bien) René Couvreu:, Louis Frogerai, imention bien 1 E Auguste Louis (mention bien Constant Marchand (mention bien 1 Emile Mouzln (mention très bien) Daniel. Olivier, Albert Peltier. «""« Rappelons que André BourdJer et Emile Mouzln ont Pub] avec succès les épreuves du concours des bourses na-

ELECTION MUNICIPALE COU- PLEMENTA1RE. Dimanche pro chain, 19 juin. aura lieu l'élection dt deux membres pour compléter 1( Conseil et pour l'election d'un maire en remplacement de M. Guyot, démis-

LES COURSES

Elles approchent, à la joie de tous, ces belles journées de courses qui réuniront sur le magnifique hippodrome de la Grande-Marche, des milliers de spectateurs.

On y viendra de loin applaudir les nombreux concurrents qui se disputeront les 70.000 francs de prix sur les pistes de plat et d'obstacles qui, l'une comme l'autre, sont parfaitement préparées.

Un sens unique est prévu dès le départ de Fougères le parc des autos est déjà organisé.

Souhaitons du soleil et la fête sera complète.

Nous rappelons qu'un rallye automobile des plus intéressants aura lieu le dimanche matin, à 9 heures, auquel tous les automobilistes et motocyclistes sont invités à prendre part. Droit d'enPour tous renseignements concernant ce rallye, s'adresser à M. Alliaume rue de Paris, à Fougères.

Beaax ateliers à louer à Rennes jourrait convenir fabr. chaussures ou î"^»"059'adr' Agence Havas, Rennes>

LE CONFLIT

DE LA CHAUSSURE CONVOCATIONS

Aujourd'hui, aux Syndicats Professionnels, de 14 à 17 heures, distribution de secours aux enfants de chômeurs.

Sous les Halles, à 15 h. 30 grande réunion organisée par le syndicat confédéré. Orateur M. Chéreau, de Rengrand défilé.

Au lendemain

du terrible accident du Chemin Neuf

L'émotion très profonde causée par accident d'automobile de jeudi soir, »est pas apaisée. Toute la population ougeraise commentait, hier, ce capoage tragique qui vint clore pour la nalheureuse victime une journée jo'euse passée à Saint-Jean-le-Thomas Les témoins que nous voyions hier nous les englobons tous dans les nemes compliments pour leur dévouelent prompt, n'ont pu que confirner l'impression de soudaineté de ce errible tête à queue de la torpédo. « Il y eut un cri et un vacarme e ferrailles. Il

M. Guillois demeure dans un état e prostration indicible sa femme st blessée à la jambe les enfants sucrent à peine de coutusions sans Les obsèques de Mme Panaget aumt lieu, lundi matin, en l'église aint-Léonard.

Le Commissaire de police a recueilli, a long de la journée les dépositions ^témoins de l'accident et de

De tragiques événements comme celui qui vient d'affliger un de nos plus sympathiques compatriotes, remettent en mémoire des suggestions que nombre de lecteurs ont faites par notre intermédiaire.

Il est dit qu'en notre pays de France, les événements tragiques émeuvent un instant, souvenez-vous du SaintPhilibert ? mais qu'on retombe promptement dans le calme indifférent qui les a précédé

Ne nous lassons pas autant de redire que l'établissement d'un refuge avec lampadaire à l'embranchement des deux routes de Rennes et de SaintMalo inciterait les chauffeurs à réduire leur vitesse et l'hiver, l'éclairage de cette extrémité du CheminNeuf ne ferait qu'y gagner.

Pourquoi ne pas a re » demander encore, la pose d'une plaque indicatrice d'embranchement, dans le haut du boulevard Saint-Germain à soixante ou cent mètres du débouché de la route si fréquentée de SaintJames ?

A la suite d'une collision Il y a quatre ou cinq mois, nous la réclamions déjà. On attend, on attend jusqu'au jour fatal.-

Hier matin, une série d'embouteillages dans la rue des Prés faisait dire à des riverains Que n'établit-on le sens unique dans ces artères étroiProchainement nous reviendrons sur cette question que l'intensité croissante de la circulation va pous- ser, espérons-le, à résoudre.

J. O.

LES RÉSULTATS

DU CERTIFICAT D'ETUDES Les enfants des communes rurales de Fougères faisaient hier l'examen du certificat d'études.

Voici les résultats par localité GARÇONS

Beaucé. Alain. mention bien Brasset, très bien Harnois.

Billé. Lebret, bien Serrand, très bien Sieur, bien; La Chapelle-Janson. Touchefeu, bien Saucet.

Ecole des Cotterets. Baudron, bien Guillard, bien GrouazeI, Pesnel, très bien.

Javené. Cordier, Guérin, bien Paumard, Rébillon.

Laignelet. Duclos, Loyer.

Lécousse Bertrand, bien.

Le 'S. Chérel, Cottin, trés Romagné. Bouvier, bien Oger. Saint-Sauveur-des-Landes. Bazllan, bien Balluait, Canto, bien Du-

1 Pofcrf. Delaunay, blen Guil- laume, Metivier, Battais, Coupas. Parigné. Segouin. Raite.

FILLES

Combourtillé. Brard, Durocher, bien.

Javené. Segouin, bien Jouault, bien.

Dompterre-du-Chemin. Touchard bien Leveaux.

Laignelet. Chérenne. Dupré Fernande, Dupré Denise, bien.

SYNDICATS ET SOCIÉTÉS

U. N. C. MUTUELLE-RETRAITE Rappelons que le recouvrement des cotisations de juin et juillet aura lieu 1 demain, de 9 heures à 11 heures, à la maison de l'U. N. C., rue Pasteur. AU GROUPE JOCISTE

Lundi 20 juin, à 20 h. 30 réunion obligatoire du groupe J. O. C. de StSulpice, salle habituelle.

Ordre du jour

Congrès des 24, 25 et 26 juin à Rennes.

MATINÉES ET SOIRÉES

LA SOIREE DE BIENFAISANCE POUR LES ORPHELINES

DE LA PROVIDENCE

Nous présentions déjà il y a quelques mois, à nos lecteurs, l'œuvre si noble et désintéressée poursuivie à la Providence, en faveur de petites orphelines de Fougères ou de l'arrondissement.

Demain, dimanche, à 16 heures, un groupe d'artistes musiciens et acteurs, offre une séance au programme choisi en faveur des petites sans famille. La salle des Œuvres de Saint-Louis de Gonzague a été retenue pour cette maanee de bienfaisance à laquelle nous voulons souhaiter le meilleur succès.

Les musiciens, Mme et M. Forest et e sympathique Elie Friteau assurent un spectacle varié de chants soli de violon, monologues hilarants que vient :ompléter le groupe Mélusine par 'interprétation de Camille débute ce oir. Les orphelines prendront part iussi au spectacle en jouant Le Grand ecret de Mme Becauer.

Nos concitoyens ont un faible pour ette œuvre si belle d'éducation ils eront nombreux à apporter leur oboe à la quête faite par les bienfaiteurs e 1'oeuvre.

LE CONCERT DE MARDI

AU Jardin PUBLIC

L'Harmonie Fougeraise offrira, mardi prochain à 20 h. 30 le programme suivant au jardin public.

Espéranza (marche) Boyer La Fiancée du Mousquetaire, Bayer; Au bord de l'eau (valse), S. J. Leroy Les Saltimbanques (fantaisie) Ganne La Mousmé (mazurka) Ganne Tous en choeur (défilé avec clairons). S. J. Leroy.

UN CONCERT

DE L'HARMONIE JEANNE-D'ARC Jeudi prochain, à 20 h. 30, au Jardin Public, l'Harmonie Jeanna-d'Arc donnera un concert. En voici le programme

1° Roule ta Bosse, pas redoublé de concert, de Hemmerlé.

2° Jeanne d'Arc, célèbre ouverture, de Bajus. a) Début Jeanne entend ses voix divers sentiments de son âme, tristesse, joie, etc.. b) Avant de quitter son village, elle prie solo de bugle par M. Croissant c) Elle part au combat allegro héroïque sonnerie de tompettes d) Elle triomphe marche triomphale e) Fin Jeanne remercie priere finale. 3° Confidences, magnifique petite gavotte de Wesly.

4° Les cloches de Corneville fantaisie, arrangement de Blémant. Trompette solo M. Rault, sous-chef trombonne solo: M. Piron saxo-ténor solo M. Lepape.

5° La Marche des Mousses, pas reioublé avec clairons, de FarigouL

Saint-Aubin-du-Cormier

CINEMA. Ce soir, à la salle des fêtes, en soirée à 8 h. 30 (heure ancienne), séance de cinéma.

Programme Un grand drame moderne Prix de Beauté un documentaire De Vannes à Quiberon un comique Malec, L'insaisissable. Prix ordinaire des places.

N'oubliez pas, chaque dimanche, de lire le grand hebdomadaire de votre département

L'IUE-ET-VILAINE

Le plus ancien, le mieux illustré, 1 le plus complet.

Dompierre-du-Chemin

FETE COMMUNALE. Elle aura lieu le dimanche 26 juin.

A 13 heures Course de bicyclettes régionale. Prix 70, 50, 30, 20 francs. Engagements chez M. Bâton, au bourg.

A 14 heures Raid hippique, attelés ou non attelés, pour les chevaux des cultivateurs de Dompierre-du-Chemin et des communes limitrophes. Prix 100, 75, 50 francs.

Engagements 10 fr., chez M. Bouillon au bourg.

A 15 heures Raid hippique, attelés ou non attelés, pour chevaux pur-sang et demi-sang, du département. Prix 100, 75 et 50 francs.

Engagements 10 fr., chez M. Bouillon au bourg.

Concours de tir. Prix 70, 50. 40 fr. Le concours commencera le dimanche 19 Juin 1932.

Concours de palets. Prix 60, 40, 20 et 10 francs.

A 16 heures Course en sac. polochon, concours de chanteurs, concours d'accordéons, mangeurs de soupe, concours de fumeurs, course à pied (adulFeu d'artifice

Un groupe de l'Harmonie Fougeraise prêtera son gracieux concours.

La distribution des prix aura lieu à L8 h. 30. à la Mairie,

L'heure Indiquée est l'heure ancienne.

18 le LA FETE DE LA SAINT. JEAN. Elle aura lieu le dimanche 19 juin, avec le programme suivant

A 5 heures Réveil en fanfare par l'Etolle Coglaise a.

Courses de bicyclettes. A 13 h. course régionale à 16 h 30 course communale Prix des engagements 3 francs. à souscrire au départ des cour14 h 30 Courses de chevaux course communale. au trot, 100. 30 Course régionale. au trot. Prix 150, 100, 50. 30 francs.

A 14 h. 45: Courses à pied sur Je champ de course.

A 17 h. 30 Course à pied régionale. Jeux divers, attractions.

soir Concours de tir. 5 francs.

A 21 h. 30 Retraite aux flambeaux. Illuminations, très joli feu d'artifice. Le programme se déroulera à l'heure

TRIBUNAL CORRECTIONNEL mGoyra- Fin de journée. Le 18 mai dernier, vers 23 heures, M Jean Gouin, boulanger, ramenait dans son automobile, de Bréal-sous-Montfort, Isidore Durocher, cerclier a la CroixPoulain, et Théodore Marais, journaAvant de se séparer les trois hom. édita de M. Gouin. Une discussion éclata entre Durocher et Marais. le premier reprochant au second d'étre entré dans son cellier en son absence. Ils allaient se battre dans la cave, quand M. Gouin les sépara et les mit Naturellement la séance recom.mença à la sortie et Durocher reçut de nombreux coups de son adversaire. A l'audience Marais déclare avoir été traité de gamin et de fainéant par Durocher et reconnait lui avoir donné un coup de poing.

Marais écope de 1 mois de prison avec sursis et 50 francs d'amende. Langoh. Menaces de mort. Les biens de Chevrier Joseph, de Treaut, en Langon, ont été vendus par autorité de justice et achetés par plusieurs voisins. Chevrier a profére des menaces de mort envers les acheteurs de son bien et notamment contre Morin S^une^haThr village, qu'il a me. Par défaut Chevrier est condamn6 Bain-de-Bretagne. Un chien avait pris un pigeon. Le 22 mai dernier, vers 18 h. 30, Mlle Javel, de la Mon. tianle, s'apercevait qu'il lui manquait un pigeon, une voisine Mlle Echelard lui déclara que c'était le chien de M. Louis Couvreux, de la Martinais. qui s'était ince sur un groupe de volailles et avait pris le pigeon.

M. Le Douarec, qui présente la défense de M. Couvreux, déclara que ce n'est pas le chien de son client qui a pris le pigeon, mais, mème si c'était lui, il ne voit pas la raison qui ferait poursuivre correctionnellement le proBiïfîSnffl116 faute ne pouvant lui Le Tribunal se range à son avis et

<»»ijuiLiç sa. vouvreux.

GUIPRY. Les Coups. Pour une question de pacage une discussion surgit le 7 mai dernier, entre Jean-Marie Tuloup, de la Cassière, et Mme Bertier, une voisine qui avait sur ses bras miette. ses enfants et à côté d'elle sa Le père Tuloup se montrant menaçant, elle envoya sa fillette chercher son mari, Joseph Bertier et d'un direct blen appliqué fit Tuloup battre en Le 24 la séance recommença dana un champ et se termina encore par l'arrivée de Bertier qui mit fin à la discussion.

Le Tribunal retient les inculpations de Jean-Marie Tuloup qui est condamné à 25 francs d'amende avec sursis et de Joseph Bertier qui écope de 16 francs également avec sursis. La femme Bertier est acquittée.

LIEUROH. Dévaliseur de poulailler. Depuis quelque temps les cultiva-'teurs de La Fourchais, La Croix-Bouëxie. Lemée, etc., en Lieuron, voisins de Alexis Jouadé, journalier, à Lesnee, constataient la disparition de volailles. On pensait bien que Jouadé qui en avait plus qu'il n'en pouvait nourir n'était pas étranger à ces disparitions, mais on ne l'avait jamais pris sur le fait. Or, le 15 mai, en veine de confidences, Jouadé déclara au jeune Jean Pentecote, domestique chez M. Paumier, de la Hardonnière, avoir volé un coq chez Mme veuve Lemoine sa voisine

Cet aveu déclencha les poursuite». Jouadé reconnaît le vol du coq, il y est bien obligé, et exprime de tardifs regrets.

Le Tribunal lui octroie 6 jours de prison avec sursis.

Le concours de gymnastique du 31 juillet

'AVIS .4UX SOCIETES

Les Sociétés devant pr-cdre part au concours de Redon, sont priées de vouloir bien adresser, pour le 20 juin. dernier délai, tous les questionnaires en double et triple exemplaires et de faire connaitre par quel moyen de locomotion elles arriveront.

Ci-dessous les heures de départs des trains pour l'excursion du lundi l'r août.

LA BAULE. Aller (départ Redon) 5 h. 20, 8 h. 25. 10 h. 9 (arrivée La Baule) 8 h. 52, 11 h. 10; 14 h. 2. Retour (départ La Baule) 13 h. 41. 18 h. 22; (arrivée à Redon) 17 h. 8, 21 h. 12.

Sainte-Anne. Aller (départ Redon) 6 h. 43, 8 h. 42; (arrivée SainteAnne) 8 h. 23, 9 h. 50.

Retour (départ Sainte-Anne) 14 h. 19. 16 h. 56. 13 h. 54; arrivée Redon) 15 h. 53. 12 h. 54, 20 h. 12.

COURS DE PERFECTIONNEMENT DES S. 0 R. Demain, à 10 heures. :aserne de la gendarmerie, il y aura .Ours de perfectionnement pour les sous-officiers de réserve de l'anaa de 'artillerie.


UN. CYCLISTE EST RENVERSÉ PAR UNE AUTO

Vendredi, vers 11 h. 45, le jeune René Thomas, âgé de 17 ans, dont les parents, demeurent à Codilo. paissait à bicyclette. en compagnie de son cousin, rue du Chatelet.

Au carrefour de la rue de la Guiehardais, les deux cyclistes furent surpris par l'arrivée de l'aut.omoblle de M. Tiger, épicier en gros à Redon, venant de la direction de la Fondene, et René Thomas fui renversé avec aa machine par l'automobile.

M. Tiger, qui allait à allure modérée. s'arrêta et dégagea le jeune homme dont le pied était demeuré engage sous sa bicyclette. Il fut transporté, tout d'abord. chez Mlle Beaujon où un cordial le ranima, puis à son domicile.

Mais, dans l'après-midi René Thomas fut conduit à l'hôpital car une fracture de la jambe gauche avait été eonstat ee.

L'enquête ouverte établira les responsabilités.

La bicyclette a eu une roue démolie. MEDAILLE DE SERBIE. M. Yves Caro, surveillant à la gare de Redon. vient de se voir décerner la médaille commémorative de Serbie.

Nos compliments.

MESSE POUR LES PECHEURS. Una messe pour les pécheurs sera dite dimanche prochain, à 5 h. 30, à, l'occasion de l'ouverture de la pêche. LE CHOMAGE DES CANAUX. Comme chaque année l'époque du chômage des canaux et rivières approche et l'animation de nos voies d'eau va s'arrêter complètement sous peu.

Cette année la période de chômage est uniforme et coincide pour les divers biefs du cana. de Nantes à Brest et la Vilaine.

Elle est fixée à 31 jours du 18 juillet au 18 août.

Bain-dc-Bretaane

CHEZ LES PECHEURS A LA LIGNE. La Société des pêcheurs à la ligne de Bains a composé son bureau comme suit

Président M. le docteur Rialland Alexis, de Bain.

Vice-président M. Le Tadellec Pierre. pharmacien a Bain.

Secrétaire M. Hémon Corentin. à Bain

Trésorier pour Bain M. Travers René, a Bain

Trésorier pour Tancé M. Delalande Joseph. à Tancé

Assesseurs pour Bain MM. Chotard Louis et Bérhaud Louis, à Bain.

Assesseurs pour Tancé MM. Gérard Claude et Moidrel Albert, à Tancé. Nous souhaitons à la jeune société longue vie et prospérité.

Ercé-en-Lamée

DELIT DE PECHE. Hier matin, vers 5 heures. M. Janot meunier à Algvlllon en Ercé a et* surpris par les Kenciarme» de Bain-de-Bretagne, se licrant à la pêche dans la rivière du Semnon. avec des engins prohibés et en temps prohibé.

Procès-verbal a été dressé.

Le Grand-Foujeray

ACCIDENT D'AUTOS. Hier, vers 18 h. 30, un accident dont les conséquences auraient pu être graves s'est produit au croisement très dangereux de la rue Feart et du chemin de Ronde. Une auto conduite par M. Torlay qu'accompagnait M. Joseph Bernard, tous deux employés au Comptoir d'Escompte de Redon et venant du chemin de Ronde a rencontré une voiture hippomobile descendant la rue Féart et conduite par M. Julien Richomme, cultivateur à la Lambardais dans laquelle avaient pris place deux de ses voisins. Dans le choc, M. Richomme fut projeté à terre et c: releva avec une forte entorse au bras d:olt. Les deux occupants de l'auto sont indemnes, mais les dégâts sont assez importants glaces brisées, capot et ailes avant enfoncés. Le cheval a été sérieusement coupé par les débris de vitres un brancard et un marchepied de la voiture furent brisés.

La gendarmerie a ouvert une enquête.

AUJOURD'HUI

30 h. 30. Concert par l'Harmonie Notre-Dame au jardin public, suivi d'une grande retraite aux flambeaux.

20 h. 30. Sévigné-Clnèma. En soirée: La Fille du Bouii, film parlent et chantant; Le Lit conjugal, comédie parlante: actualités parlantea.

POUR LA FETE D'AVIATION. Programme du concert donné par l'har. monie de Notre-Dame au Jardin Public, ce soir à 20 h. 30

1. Le Comptègnois (pas redoublé) de E. Leblanc.

2. Ouverture fantastique de A. Go- 3. L'Estudiantina (valse) de E. Wald- tence:

4 Bella Bocca lpolka) de E. Wald- tencel.

5. J. Zamora (marche) de F. Andrieu. A l'issue du concert, grande retraite aux flambeaux, par les tambours clairons et trompettes de l'Aurore.

U N C. SECTION DE VITRE. Les membres de la section de l'Union Nationale des Combattants de Vitré, qui désirent assister à l'inauguration du Monument élevé à SainteAnne-d'Auray. en mémoire des 250.000 héros bretons tombés au champ d'honneur pendant la Grande Guerre, sont priés de donner dés maintenant leur adhésion à MM. Pngent. président, rue Notre-Dame; David. 4. rue de la Poterie ou Govin, Café de l'Ouest. Dernier délai samedi 25 Juin. Prix du voyage (auto-car) 60 francs.

Le Pertre

LA FKTE DES MERES. Uunancle 19 juin, la commune du Pertre, tétera les meres de lamille, dont une trentaine recevront la médaille de la famWe française. Une messe et des vépres solennellcs seront célébrées puis, a 16 heures, sous les Halles, aura lieu la cérémonie de remisse des decorations. Une séance récréative au patronage terminera la fête.

renseignements militaires

Recrutement, aurais d'incorporation réforme, pension», etc. S'adresse? » RJtmus. Ov'it-Eelatr. Rennes Jomare t tt. m ttmbres-poct* pour la ftponM.

Le Dimanche 19 juin, sur l'hippodrome de Saint-Etienne,.à Vitré

GRANDE FÊTE D'AVIATION Organisée par le Comité des Fêtes,

la Société pour le développement de l'Aviation, sous le patronage de L'Ouest-Eclair

(Photo Bonnel Vitré

MAURICE FINAT ET SON MECANIC IEN LORS nE SA PREMIERE VENUE A VITRÉ, IL Y A 12 ANS

Avec une activité qui recevra demain dimanche sa récompense, le Comité des fêtes de Vitré, en parfaite collaboration avec M. Thouin, le sympathique représentant de la S. D. A., poursuit l'organisation du meeting qui attirera sur l'hippodrome de SaintEtienne, aménage en terrain d'aviation, des milliers et des milliers de spectateurs.

Tout est prêt pour la grande journée des Ailes qui se dérouleia dimanche dans le cadre magnifique de la coquette cité qui fut chère à la marluise de Sévigné. Nous avons donné récemment un rapide aperçu du programme et indiqué certains détails l'organisation qui serviront au public.

UN VOL DE FROISSARD

HÉLICE CALEE

De tout cela, nous reparlerons demain, en même temps que nous publierons le plan du terrain.

Ce que nous voulons dire aujourd'hui, c'est l'intérêt spectaculaire et sportif de ce meeting. Le seul énonce des noms des aviateurs participant au meeting est une garantie de la valeur du spectacle. Aujourd'hui, les avions viendront se poser sur le terrain de Saint-Etienne. Ils arriveront en droite ligne du camp d'aviation de Gaël où, depuis lundi dernier, ils ont été garés. Aussitôt leur arrivée, les pilotes seront à la disposition de ceux qui vont être

UN PASSAGE D'AVION

AU RAS D'UN ARBRE

tent és par l'occasion qui leur est offerte de faire une promenade en avion. Une promenade en avion Lequel d'entre nous n'a pas fait ce rêve ? Lequel d'entre nous ne sera pas tente de la réaliser aujourd'hui, ou dimanche ou lundi, alors qu'une pléiade d'as tels Maurice Finat, Charley Froissard. André TUouin, René Bois et Roger Montheil, s'offrent il. no îs emporter. dans leur confortable apr.areil. à travers l'espace infini.

Voilà quelques douze années que Maurice Finat donna, dans la région de Vitré. les premiers baptêmes de l'air. Nombreuses et nombreux furent celles et ceux qui, à l'époque, éprouvèrnnt les excellentes qualités de pilote du distingué administrateur-délégué de la Société pour le Développement de l'Aviation. Aujourd'hui, Mau-

rice Finat. qui a milité plus que jamais au service de l'Aviation, nous revient entouré d'une pléiade d'excellents pilotes ayant tous à leur actif un palmarès de performances brillantes. Quelle plus belle occasion de se faire donner le baptême de l'air pourrait-on espérer ? Aucune. Aussi. sommes-nous persuadés qu'il y aura foule dès cet après-midi sur le terrain de Saint-Etienne et que. parmi les milliers de curieux qui défileront samedi, dimanche et lundi devant les appareils de la S. D. A., il s'en trouvera plusieurs centaines qui voudront connaitre le charme véritable d'une promenade aérienne. Encore une fois, les néophytes ne sauraient trouver de meilleure occasion.

Quant à ceux qui « en ont déjà goûté », gageons qu'ils seront nombreux à vouloir recommencer. LA JOURNEE DE DIMANCHE Le matin, de 9 heures à 11 heures, visite des avions sur le terrain, l'entrée sera gratuite.

A 11 h. 30. départ de la place de la Gare du Rallye-parachute. Les inscriptions seront gratuites et seront reçues de 10 heures à 11 heures par les deux commissaires du comité de fêtes. Ce rallye est ouvert aux coureurs à pied amateurs ainsi qu'aux cyclistes et motocyclistes.

A midi, ouverture de contrôles et commencement du programme à 14 heures. Il se déroulera sans interruotion jusqu'à 18 heures.

Un programme officiel, vendu un franc, donnera tous les renseignements sur les nombreuses épreuves inscrites. ainsi que la photo et la biographie des aviateurs.

LE PRIX DES PLACES

Afin que chacun puisse se pe'mettre d'assister à cette manifestat.on, un prix de places très minime été établi. Les places de la pelousr seront à 5 francs: les premières à Vi francs et une enceinte réservée à 15 francs, mais. étant donné l'affluence à prévoir, aucune place assise ne pourra être garantie.

Les billets sont en vente dans tous les bureaux de tabacs de Vitré sans majoration.

Attention Prenez vos billets à l'avance, vous gagnerez du temps et vous vous éviterez l'inévitable attente aux contrôles d'entrée.

Soyez prudents, évitez la bousculade.

Martigné-Ferchaud

ETAT CIVIL. Naissances. Monique Fichard, au Pigeon-Blanc Jacqueline Pléau. rue Sainte-Anne Paul Richard, La Mbtairie-Neuve Roge Ga-u.nier. La Boutiérc Chantebel Jean. Le Brossais; Odette Lorée, à St-Morand. Mariages. Pierre Malœuvre, cultivateur, et Marte Groulet. cultivatrice, Martigné; Victor Olivrie et Marie Chan.teny, cultivateurs. Martigné Marcel Chataigner et Léontine Olcquaire. cultivateurs. Martigné Louis Outff&ult, cultivateur à Dent (Maine et- Loire), et Albertine Cherruault, cultivatrice & Martigné.

Décès. Jean Moquet, 5 mois. au Breil-Néret Marie Houls, 6 ans. à La Rebéehére Simonne Marsolller. 3 ans, à La Forge Ernest Houls, 8 mois. à La Rebéchère; Anne Gendrot. épouse Letort. 37 ans. cultivatrice à La Verrerie-Férat Marie Bordier, veuve Groulet. 63 ans. à La Landais Joséphine Bouëtel, veuve Vallais, 74 ans, s. p., place de l'Eglise.

La Goerche-de-Bretagne

DES LEGUMES A BON COMPTE. M. Pierre Lodé. grainetier, faubourg de Rennes à La Guerche, admirait depuis quelque temps, dans son jardin, son carré d'artichauts et se promettait d'en cueillir prochainement. Mardi matin, en allant à son jardin. il constata que quatre beaux artichauts avaient été coupés et emportés pendant la nuit.

Les propriétaires du Jardin vont faire bonne garde, et si c'est le seul moyen de parer à la vie chère, l'auteur ferait bien de ne pas recommencer.

SOUS-OFFICIERS DE RESERVE. Une séance d'instruction pour les sous-officiers de réserve du canton aura lieu demain, à 10 h.. salle municipale des fêtes.

AVANT LES COURSES Nous rappelons à nos lecteurs -;ue no,: courses toujours si suivies auront lieu le dimanche 26 juin. à 2 heures de l'apres-midi, sur le coquet Hippodrome de Bromcdou. Nos concitoyens auront à coeur d'en assurer le succès et s'y rendront en grand not bre. Toujours de plus en plus appréciées

elles attireront certainement un très nombreux public.

Notre ville si accueillante et qui a s. acquérir un renom justifié pour l'organisation de ses fêtes, ne faillira p.ts à sa réputation et tiendra à donner à cette manifestation si importante pour le commerce local tout l'éclat possible. Dans ce but, le Comité invite instamment les habitants à pavoiser particulièrement aux abords de la gare et sur le parcours que les voitures et les piétons suivent pour se rendre à l'hippodrome.

Le total des prix à distribuer dans cette réulon est nettement supérieur à celui de l'an dernier. Quant au nombre des engagements, jusqu'à présent il n'avait jamais été atteint à Montfort et présente une augmentation de plus de 35 ;e nous sommes donc assurés d'assi ter à des épreuves Intéressantes et fort disputées.

L'organisation de cette journée sera sans doute parfaite et les dévoués membres du Comité notamment MM Laroche, Tirel, Pincemin, Cottin et Pihour qui, par suite d'une erreur, n'avaient pas été désignés lors de notre précédent article, se dépensent sans compter pour obtenir le succès la plus complet.

Les cartes d'entrée dont les prix sont les suivants, seront en vente aux différents guichets installés aux abords de l'Hippodrome Tribunes et pesage. 15 fr. pelouses des tribunes, 5 fr. pelouse, 3 fr.

Le pari-mutuel fonctionnera comme d'habitude

Le prix des cartes d'automobile est fixé à 5 tr

Les propriétaires de chevaux pourront retirer leurs cartes, le matin même des courses, chez M. Tanguy, secrétaire de la Société. 3, rue de Guittai.

Pour répondre un désir exprimé par les commerçants de Montfort et étant donne l'heure fort rapprochée du train de Il heures, le train spécial de midi 20 a été supprimé, mais les nombreux Rennais qui se proposent de venir à Montfort. sont assurés par avance du meilleur accueil, et ajoutons même que les pêcheurs seraient bien inspirés en venant, dès le matin, ils pourraient ainsi passer une agréable matinée sur les rives poissonneuses du Meu.

En résumé, la journée du 26 juin obtiendra comme par le passe le succès le plus complet et ne manquera pas d'attirer à Montfort l'affluence considérable qui s'y donne rendez-vous chaque année lors de la réunion de la Société des Courses.

CERTIFICAT D'ETUDES. Ont subi avec succès l'examen du certificat d'études primaires jeudi

Talensac Filles Picault Marie (très bien), Cnchu Yvonne ihiem, Bourdois Lucie (bien), Boncard Anna. Le Verger. Filles Gaillard AdeUne (bien), Gayet Marie, Dernay Léonie.

Breteil. Filles Piquais Maria (t. bien), Demay Yvonne (bien). Guilmois Lucienne (bien), Thébault Marie (bien), Sicot Marie.

Pleunieleuc. Demay Anna (bien), iBriand Bernadette, Lefeuvre Anna, Delahaye Léontinc.

L-Hennitage. Berthelot Yvonne (bien). David Albertine (bien), Le Moine Marie (bien).

BoraiUé

CERTIFICAT D'ETUDES PRIMAIRES. Tous les élevés presentés par l'Ecole publique de garçons ont été reçus. Ce sont Barbot Alphonse (mention très bien) Guülemer Jean (mentiou bien) Guillemots André. Haouisee Pierre, Vilboux Roger (mention bien).

PléUn-le- Grand

LES SUITES D'UNE PLAINTE. Nous avons relaté la plainte portée par M. Auguste Robert contre son amie. Georgette Sabot, qu'il accusait d'abus de confiance.

Ayant appris cela, l'accusée, qui avait quitté Plélan. y est revenu pour se Justifier. Informé, le juge d instruction l'a fait appréhender et conduire à la maison d'arrêt.

Saint-Gonlay

SUCCES SCOLAIRES. Les écoles publiques de Saint-Gonlay presentaient troig élèves à l'examen du Certificat d'Etudes.

Ont «été reçus Clouet "Henriette (mention bien) Saillard Jean, Lebrun Célestin (mention bien).

Les droits d'entrée

sur le marché de Rocabey Les prix pratiqués cette année, sur le marché de Rocabey, ne correspon- dent plus aux droits d'entrée piyés depuis plusieurs années par les cultivateurs.

En présence de cette situation. M. 1 Juhel. président du Syndicat Agricole s'est rendu à l'Hôtel de Vïle, accompagné de M. Ange Hesry, pour demander une réduction des droits d'entrée. M. Gasnier-Duparc, sénateur maire de Saint-Malo, a écouté les doléances des représentants du Syndicat agricole dont il admet les raisons.

Malheureusement, du fait de la crise du marché, le budget de la ville de Saint-Malo va se trouver atteint. Il en -"r? dp même vraisemblablement, pour les recettes habituelles venant des jeux du Casino.

D'autre part, la taxe de séjour ne parait pas devoir rendre cette année, le même chiffre que précédemment. Autant de raisons pour lesquelles M. Gasnier-Duparc n'a pu donner satisfaction à MM Juhel et Hesry. Les droits d'entrée sur le marché ne seront donc pas modifié cette année. OUVERTURE DES BOULANGERIES LE DIMANCHE. A partir de dimanche prochain, les boulangeries seront ouvertes le dimanche, pendant la durée de la saison.

UNE AUBADE. Jeudi soir, à l'issue de sa répétition, la Musique Municipale s'est rendue au domicile de M. le Maire, rue de Toulouse, où elle a exécuté la Marseillaise, en l'honneur du nouveau sénateur. M. Bonafous remit ensuite une gerbe à M. Gasnier-Duparc, qui remercia les musiciens. SEANCES RECREATIVES. Comme nous l'avons annoncé, c'est dimanche soir, à 20 h. 30 que sera représentée à Saint-Malo, dans la salle des fêtes de la rue de Toulouse, la comédie célèbre de Roger Ferdinand Chotard et Compagnie

Une seule représentation aura lieu mercredi 22 juin.

ACTE DE PROBITE. Hier matin, sur le marché aux légumes. hllle Garel. demeurant rue Broussais a trouve un porte-monnaie contenant une certaine somme, aussitôt elle l'a apporté au commissariat où une demie neure après, la propriétaire a eu la joie de le retrouver.

Félicitations à Mlle Garal pour son acte de probité.

VIN D'HONNEUR. Les employés municipaux de la Ville de Saint-Malo et les membres du Conseil ont offert, hier soir, à 18 heures, à la mairie. un vin d'honneur à M. Gasnier-Duparc, maire à l'occasion de son élection au Sénat.

Manifestation intime, toute de cordialité. au cours de laquelle M. le Sénateur-Taire se montra très touché de l'initiative prise par ses collaborateurs des différents services et du ConseiL

PARAMÊ

RECOMPENSE OFFICIELLE A LA LYRE MUNICIPALE. Noua apprenons que la Lyre Municipale vient de recevoir au titre du ministère des Beaux-Arts, uuo subvention de 120 1rs qui lui est attribuée pour le Premier prix de lecture à vue qu'elle obtint au concours national de Fougères.

Nos félicitations.

CONCERT DE LA LYRE MUNICI- PALE. Demain, à 10 h. 45. la Lyre Municipale donner). Jardin de la Briantais. un concert dont voici le programme

Bfaze Away. marche (Holanann) Les Echos du Midi, airs variés (Kel- sen); Beau Rêve. grande valse (Partgot): Mireille, fantaisie (Gounod)

SAINT-SERVAN-SUK-MER LA CIRCULATION

POUR LA BRADERIE M. le Préfet d'Ille-et-Vilaine, sur la demande du Maire de Saint-Servan, vient de prendre t'arrêté suivant Article l«r. La circulation des véhicules de toute nature est interdite le 19 juin 1932. de 7 heures du matin à 6 heures du soir, sur la route nationale n °U7. dans la traverse de SaintServan, entre le Mouchoir-Vert (origine du boulevard Douville) et l'esplanade du Naye

Art. 2 Les dispositions suivantes seront prises pour 1a réglementation de la circulation

Les voitures se rendant A SaintMalo emprunteront les voies suivantes R. N. 137, rue de la Marne, rue de la Pie. rue de l'Hôpital, rue des Quatre-Pavillons, quai du Val. quai de Trichet et pont de Saint-Servan. Les voitures se rendant à la gare emprunteront la R. N. 137, ancienne traverse.

Art. 3. Le tramway qui traverse la ville à 10 h. 30 marchera à une allure extrêmement modérée.

Art. 4. Les panneaux indiquant l'interdiction et la déviation de la circulation devront être établis par les soins de la Municipalité de Saint-Servan.

CONTRAINTE PAR CORPS. TItulaire d'une condamnation pour ivresse en récidive. Marcel Lemé manœuvre a Saint-Servan, devait de ce chef 83 francs au Trésor. Invité à payer ou à faire 5 jours de nrison Il a opté pour la seconde solution et a été écroué.

DINARD

UNE MANIFESTATION DE LA LIGUE MARITIME ET COLONIALE

Nous apprenons que la Ligue Maritime et Coloniale organise pour août. un grand gala do la mer avec le concours des autorités locales et sous la présidence du vice-amiral Guépratte, ex-commandant en chef des forces navales aux Dardanelles.

Après entente avec la Municipalité, cette manifestation se déroulerait dans l'ordre ci-après

Le vendredi 12 aotit, arrivée sur rade de Dinard de plusieurs bâtiments de la marine nationale. Visite officielle de ces bâtiments par le vice-amiral Guépratte et les autorités locales. Nous croyons savoir que la Musique Municipale prêtera son concours à cette manifestation.

Le samedi 13 aottt, à 16 heures, au Casino Municipal. dans la salle des spectacles. mise gracieusement à la disposition de ta ligue par son très aimable directeur. M. Hébrard. conférence avec projections sur la France Maritir·- nir le vire-amiral Guépratte. Lf iini*nche 14 août. à 21 h. 30. au Casmo Municipal, bal de la Marine, sous la présidence du vice-amiral Guépratte.

La Fête Nationale des Mères La ville de Dinard célèbrera demain la fête des Mères Françaises. Après une grande messe chantce à leur intention, à 10 heures en l'église de Dinard, une reunion aura lieu à 11 h. 15. i la cantine scolaire. sous la présidence M Marcel Degonzague, conseiller ^'arrondissement. A cette réunion sont invitécs toutes les familles de Dlnard chacun voudra, par sa présence, témoigner sa sympathie et sa reconnaisiance aux mères françaiscs.

Dans la journée une vente d'insignes tara organisée pour venir en aide aux

mères de familles nécessiteuses. Noua sommes assures que les Dinardais sauront se montrer très charitables et ré..serverotrt le meilleur accueil aux venr. denses.

STENO-DACTYLOGRAPHIE. Les épreuves annoncées pour oiraancrte auront lieu à l'ecole Morati. 1, rue AoDe-Emile-Duployc, a Dinard. Elles commenceront a 8 h. 30. pour la stenographie et a 9 h. 30 pour la dactylographie.

LA BRADERIE. Tous les commeçants et industriels de Dinard. membres ou non de i'U C. 1. D. et tous les Dinardais, même non commerçants, soucieux des intérêts de notre station. sont Invites a assister a la réunion générale preparatoire qui aura lieu mercredi prochain, 22 juin, à 20 h. 38. & l'Hôtel des Etrangers, rue Saint-Enogat, a Dinard. en vue de l'organisation de la Braderie du 4 septembre.

Au cours de cette rcumon, i comité d'organisation fera l'exposé du projet, dans ses grandes lignes et indiquera les moyens qu'il envisage pour réaliser cette manifestation particulièrement intéressante pour le commerce local

PRIS EN FLAGRANT DELIT. Jeudi après-midi, l'agent Menier remarquait un individu qui se livrait à la mendicité, dans plusieurs maisons. Comme cet homme lui paraissait valide, il l'appréhenda et le conduisit au bureau de police, où il déclara se nommer Joseph Lorre. né a Dfnard le 25 Juillc: 1876, demeurant habituellement a Samt-Malo, qu'il avait quitte le matin même et reconnut plusieurs condamnations pour ivresse.

Il a été. dans la Journée d'hier, ccroué à l'Espérance à Saint-Malo.

CANCALE

CONSEIL MUNICIPAL Le Conseil municipal se réunira demain, à 10 heures, en Commission générale, et à 11 heures en séance puoliquo CONSULTATION DE NOURRISSONS. La consultation mensuelle des nourrissons aura lieu à la mairie, mardi, à 14 heures.

ETAT CIVIL. Naissances. Charles Patras. à la Baie; Charles Deiaros» rue de l'Hôtel de Ville; Jean La:r, place Saint-Meen.

Publications. Hippolyte Marcel. 2' maître mécanicien, a TerreUbouët, et Esther Bausire. s.p.. il la Brou» tière; Désire Leroy. commis du Trésor, rue du Port, et Maeeleme Béc.sse. Institutrice à Saint-H:laire du Landes Aristide Royer entrepreneur. rue de Dinan. et Joséphine Coliln sp a St-Méloir-des-Ondes.

Décès. Julienne Lemaitre, veuve Duval, s.p., 81 ans, rue Jeanne-Juston. Saint-Coulomb

COLLISION D'AUTOS. Dimanche, en quittant la petite place située devant l'église de St-Coulomb. 1 auto de M. Hers, cultivateur a la VilleHerguais, a heurte celle de Mme veuve Jugand. propriétaire à Quatrevais. en Cancale. Il n'y eut pas d'accident de personnes et les dégâts turent léger». Chàteauneuf

SOCIETE DES AMIS DE L'ECOLE LAIQUE. Les Amis de l'Ecole sont informés que l'assemblée générale a) de la Mutualité scolaire cantonale, b) des Pupilles de l'école publique, c) du Comité de Défense laique. aura lieu le dimanche 3 juillet. à 2 h. 30 (heure légale) à la mairie, sous la présidence d'honneur de M. Loisel. inspecteur d'académie.

A l'issue de cette réunion, conference par M- Tromeur. avocat. adjoint au maire de Rennes, et M. Cauwel, publiciste à Argenteuil, délégué de la Fédération.

Pleurtult

MÉDAILLES MILITAIRES. Les camarades Médailles militaires de la 164» section de Pleurtuit-Dinard sont priés d'assister à l'assemblée générale annuelle qui aura lieu le dimanche 26 juin courant, pour Dinard et les communes environnantes, à 9 h. 30, salle de la justice de paix. Pour Pleurtuit et les communes envircnnantes. à 15 h. 30. salle du café de France, chez Mme Vve Giffard.

DOL-DE-BRETAGNE

Les contribuables protestent Un groupe de contribuables dolois nous adresse la protestation suivante: « Sur la foi des avis parus dans la presse régionale, annonçant la constitution d'un syndicat de contribuables. lors de la réunion tenue mercredi soir à la mairie de Dol, plusieurs de ceuxci avaient tenu à y assister. Or. on a bien constitué un comité de défense dcs intérêts commerciaux, mais on n'a nullement songé à creer un comité de défense des contribuables, ainsi que cela avait été promis.

« Nous protestons contre ce manquement à la promesse faite et nous demandons que le syndicat des contribuables soit constitue au plus tôt.f Un groupe de contribuables dolois.

Un père de dix enfants se suicide

Jeudi soir, vers 19 heures, on trouvé pendu dans une etable à chèvres, contigüe à son habitation, M. Marie-Ange Chevallier, cantonnier aux Chemins de fer de l'Etat. habitant la maisonnette de l'un des passages à niveau de la Barattière. près de Dol. Ce fut l'un des fils de il. Chevallier, qui, étant entré dans le btitunent ser- vant d'étable. aperçut, avec un indicible effroi, son père pendu dans le refuge.

Affolé, l'enfant courut appeler sa mère qui. atdée d'un jeune homme. employé d'assurances à Dol. M Rayer, put, surmontant sa frayeur et son émotion compréhensibles, couper la corde qui enserrait le cou de son mari. Malheureusement, celui-ci paraissait déjà avoir cessé de vivre.

Un médecin dolois. M le docteur Mathieu, qui avait été appelé, ne put que constater le décès du malheureux cheminot

On se perd en conjectures sur les motifs qui ont pu pousser M. Chevallier à se donner la mort. Toute la journée. il avait travaillé en équipe à La Fresnsis et s'était montré d'excellente humeur avec ses camarades dr travail

Le soir, en rentrant chez lui, Il ps.


raissait absolument normal et rien dans son attitude ne pouvait faire prévoir sa funeste détermination. Toutefois, depuis quelque temps, bien qu'asses gai à l'extérieur, Il paraissait parfois soucieux chez lui et même assez mélancolique.

On croit qu'il a agi dans une crise de neurasthénie ou dans un accès de démence subite.

Le malheureux désespéré était AgE de 42 ans et père de 10 enfants, dont le dernier à deux ans à peine.

Nous prions la pauvre veuve, si cruellement éprouvé, d'agréer l'expression de nos bien sincères condoléances.

BUREAU DE BIENFAISANCE ET HOSPICE. Jeudi, à 10 heures, ont eu lieu à la mairie les soumissions pour la fourniture de viande à l'hospice de Dol et au bureau de bienfaisance.

Les soumissions ont été les suivantes pour la fourniture de bœuf et veau première qualité M. Logonné, 7 fr. 10 le kilo: M Biet, 6 fr. 99; M. Gazengel. 6 Ir 98.

PERMANENCE PHARMACEUTIQUE. Le Service de garde sera assuré duemain par la pharmacie Gelly, Grande- Rue.

SPECTACLES. Ce soir, à 21 heu- res. au cinéma des Familles, séance par le célèbre hypnotiseur magicien. Kamal et sa troupe de chinois et sénégalais. En supplément au programme. le cé- lèbre ténor Di Mazorl de l'Opéra, l'hom- me aux 100 visages.

ETAT CIVIL. Naissances Madeleine Glémot. 33. rue de Parts Marcelle Davy. 14. avenue de la Gare France Daniel. 23. boulevard Demlnlac. Publications dr mariages Roger Letertre. plâtrier, au bourg de Carfantm. et Odette Berguer. sans profession. 6. rue de Paris Ernest Lerède. domestique agricole à Mont-Dol et Fernande Caillez, domestique agricole. Sous les Mariage Clément Beauflls, cultiva- teur & La Grange-Neuve. en Pleine Pou- gères, et Marie Louise Daumer, cultivatrice à La Forét-Harault, section de Carfanttn.

Décès Léon Mary, employé du Chemtn de fer. époux de Léontine Bertrand, rue Saint Malo. 43 ans Marie Ange Chevallier employé du Chemin de fer, lpouz de Aurélie Colas, la Barattlère. 42 ans.

COM BOURG

Grave accident du travail M. Joseph Badignon. 23 ans, cultivateur, demeurant aux Rivières, en Combourg. Était occupé, hier, a aiguiser une lame avec une meule. Cette meule était mue par un moteur électrique. Celui-ci n'étant pas d'aplomb, M. Badignon voulut le redresser et fut happé par l'arbre de transmission.

Le malheureux cria de toutes ses forces à son père et à son frère d'arrêter le moteur.

Dégagé aussitôt. le blessé fut transporte dans l'habitation où deux docteurs. MM. Legros et Perré. mandés d'urgence, prodiguèrent leurs soins au fils Badignon.

M. Badignon est gravement atteint au bassin, mais ses jours ne paraissent pas en danger.

Nous lui souhaitons une prompte et complète guérison.

ACCIDENT DE LA ROUTE. Une auto-citerne de la maison Morin. de Dinan s'est renversée près Landelin. Dégàts matériels.

M. R. bouilleur de cru, a culbuté avec sa moto et s'est blessé sérieusement.

Deux mois de repos.

M. L. a fait une chute de moto, côte de l'Hôpital.

Blessures légères. Dégâts matériels. INTERRUPTION DE COURANT. L'Energie Industrielle avise ses abonnés que le courant sera interrompu à Combourg, dimanche prochain, de 7 h. à 18 h

PHARMACIE DE SERVICE. La pharmacie Lemée assurera demain le service pharmaceutique.

PETE DE LA GARE. Réunion, ce soir, à 8 h. 30. Café Hodebourg. Présence indispensable.

TINTENIAC

LES CERTIFICATS D'ETUDES PRIMAIRES

Garçons

tinUniac. Lehry, mention bien Lorrc, ment. bien B. Ridé, J. Ridé. Saint-Domincuc. Bourdet. ment. bien Bouvet, ment. très bien Derieux. Gabillard. Lesné, Longlé, Pinault.

Saint- Thual. Commeureuc. Leclanché, Lemarchand, Piel. Pinault. Plesder. Chrétien.

Plcugueneuc. Huet. ment. bien LegofT. ment. bien Abraham, Cotard, Fcuéré Guédé. Plihon. Rémond, Reux La Baussame. Belan. ment. bien Chiqueray, ment. bien Legrand ment. b. Gérard. Guillemer. Pinault. La Chepelle-aux-Filtzméens. Le mée ment. Men Pinault. Trémaudant.

Longaulnay. Allaire. Decommunier.

Trévérien. Beaujour, mention bien Maumusson.

Trimer. Belan.

Filles

Tlnténiac. Jeanne, ment. bien Piot., Bazin, Rauly.

Saint-Domineuc. Arribard. Briand Corvaisier, Demay. Grison. Pinault. Plesder. Guyot.

Pleuguencuc. Roty. ment. bien Roty, ment. bien. Chantrel. Fouéré. Preytag. Lesnouel, Ldzion, Madre, Pimou.

La Baussaine. Caresmel. ment bien Lemarchand, ment. bien Her pin. Rivoal.

La Chapelle-aux-FilUmeens Dure Gautier, Maud'huit. Pinault. ment. bien

Longaulnay. Pedron. Rouault

Trimer. Chevalier.

La publicité ae Ouest -Eclair r

moto» titre parce que la pais prou,

Service de la Rance Heures de dé- part des vedettes De Saint-Malo a 6 h. 45 et à 15 heures de Dinard, à 7 heures et 15 h. 15 de Dinan à 16 heures et 18 heures.

A 17 h 45 Concert symphonique, direction Ch. Guizien. à la Bretagne. A 20 h. 30 Conseil municipal.

A 20 h. 30 Cinéma-Familia. Eclair Journal ̃ Tobys' Attractions ̃ BlvJl, comédie Albert Préjean et àlna Mânes dans un émouvant drame Le Requin. A 21 heures Au Celtlc PathéNatan actualités. Gibier à plumes des Carpathes Potion magique, comique. Un grand film d'aventures Le Capi- ADJUDICATION DE LA BUVETTE DES COURSES. Le samedi 25 juin 1932. à 11 heures. il sera procédé à l'adjudication de ladite buvette pour une durée de deux années 1932 et 1933. Le cahier des charges peut être consulté au cabinet de M. Even. LES EPAVES. Il a été trouvé une paire de lunettes; une coupure de billet de banque; une bicyclette; un cache-nez; un bracelet: une manivelle d'auto; une écharpe; un bon de réduction au nom de Mme Costuas. mère du manœuvre de Châteaubriant; un stylo; une montre; un autre cachenez un béret.

Il a été perdu une fourrure de renard noire: un chien de chasse; une bague rose en brillants.

S'adresser au commissariat de police. LES INDESIRABLES. Yen-ChenFa, né en 1897 à Chekhang (Chine), rencontré vendant des tapis à Léhon par les gendarmes de Dinan ne put leur présenter l'indispensable carnet anthropométrique. Le procureur de la République ayant délivré un mandat d'arrêt, le Chinois est allé rejoindre à la maison d'arrêt ses deux compatriotes.

Nous avons appris qu'une récente circulaire interdit en France l'admission des nomades étrangers. Aucune délivrée et des mesures sont prises pour délivré et des mesures sont prises pour opérer le refoulement à la frontière de ceux voyageant actuellement en France.

PREPARATION MILITAIRE. c AMATEURS DE DINAN Il. Résultats des tirs du dimanhe 12 juin 1932. 1. Samson. 68 2. Arribart 67. 3. Michel, 67, 4. Harnois, 67, 5. Lelandais, 67, 6. Daucé 66, 7. Crochet 65. 8. Le Petit, 64, 9. Herriaux 64, 10. Tostivint 63, 11. Lorre 61. 12. Le Bert 61 13. Houée 60. 14. Morin Laurent 60 15. Lucas 60. 16. Deschamps 59, 17 Ruault 59, 18. Nouazé 59, 19. Merdrignac 59, 20. Elllot 58. 21. Grison 57, 22. Madiou 54. 23. Houel 53, 24. Homo 53, 25. Morin Jean 50.

Dimanche prochain 19 juin, cavalerie à 8 h., au manège et au stand du Colombier de 8 h. 30 à midi. Il n'y a plus que 2 séances avant l'examen. Il sera fait au stand une instruction spéciale sur le masque à gaz. Les candidats qui n'ont pas assisté à la première séance sur les Kazs devront sans faute être présents à cette deuxième séance.

Le terrain des sports n'étant pas encore en état, la course de 2.000 mètres en 9 minutes aura lieu le samedi soir 2 juillet sur les grands fossés.

Les 20 élèves présents dimanche dernier ont fait cette course de 2.000 m dans a~s conditions très satisfaisantes

POUR LES ASSISES. Par décision de la Chambre des mises en accusation, Aillet Jean-Baptiste, l'auteur de la double tentative d'incendie volontaire de Saint-Michel-de-Plélan, sera jugé à la prochaine session des Assises des C6tes-du-Nord.

A cet effet. Aillet sera transféré de la prison de Dinan à celle de SaintBrieuc.

AVIS. Le public est prévenu qu'en exécution de l'arrêté de M. le Préfet des Côtes-du-Nord, en date du 11 juin 1932. et en conformité des articles 4. 5 et 6 de la loi du 3 mai 1841, sur l'expropriation pour cause d'utilite publique, le plan parcellaire et le tableau indicatif des immeubles dont la cession est considérée comme nécessaire à la construction d'une Ecole Pratique de Commerce et d'Industrie de Dinan. dans la commune de Dinan, ont été déposés à la mairie de la dite commune et y resteront jusqu'au 4 juillet 1932 inclusivement, afin que chacun puisse en prendre connaissance.

Un procès-verbal d'enquête est ouvert à la mairie pour recevoir les déclarations et réclamations qui seront faites pendant le même délai. Plouaane

UN JEUNE DOMESTIQUE DE FERME ECRASE PAR UN ROULEAU. Lire en chronique régionale. Broons

ASSOCIATION DES ANC:NS COMBATTANTS. Le bureau de l'association des Ar.ciens Combattants s'est réuni le 8 juin.

Après avoir pris connaissance de la situation financière. il a décidé à l'unanimité de placer à la Caisse d'Epargne les fonds disponibles de l'Association. Le président et le trésorier ont été chargés de cette opération. Quelques membres de l'Association n'ayant pas encore versé leur cotisa- tion pour l'année en cours. il va être adressé à chacun d'eux une invitation à retirer leur carte chez le trésorier M. Paul Forgeoux avant le 1er juil- let.

A partir de cette date, tout sociétaire qui n'aura pas payé sera oonsideré comme démissionnaire et raye de la liste.

Le Bureau se propose en outre de provoquer ie premier dimanche de juillet une seconde réunion générale pour décider s'il y a lieu d'envoyer une délégation de l'Association aux fêtes qui doivent avoir lieu du 24 au 26 juillet prochain à Ste-Anne d'Auray à l'occasion de l'inauguration du monument 1 érigé a la mémoire des Bretons morts peut la France pendant la guerre 1914-1918.

Léhon

CERTIFICAT D'ETUDES. Ont passé avec succès le certificat d'etudes • primalrei les élèves de l'Ecole communale des filles dont les noms suivent Barthélemy Marcelle, Lejeard Jeanne, Rusard Christiane (mention très bien).

Est reçue aux bourses nationales i" série Ru^ard Christiane.

Nos lélicitfttioan

CERTIFICAT D'ETUDES. 3 élèves présentés, 3 reçus. Ce sont DuEam Lucien, RenaUlt Henri, Le Grain Auguset.

Nos compliments.

Plancoet

ECOLE DE PERFECTIONNEMENT DES S. O. R. La réunion mensuelle des sous-officiers de réserve du canton de Plancoët se tiendra dimanche 19 juin, à 9 heures. Rassemblement au Moulin du Tertre de Brandefert (artillerie et infanterie). Présence indispensable, cette réunion étant la dernière de l'année.

AU VIOLON. Le Maout Francis, remouleur, demeurant à Salnt-Malo, rue du Cànnda. repassait les couteaux et ciseaux dans les rues de Plancoët, mais tout en livrant son travail. il Saint-Carné

AU CONSEIL MUNICIPAL Par Mtr» du 16 iuin. M le Préfet des C6t»s-r"Nord a arceoté la dèm'winn de M Ouicp FrancoK de ses fonctions buvait force bolées. Jusoue là rien de mal. tout citoyen à le droit de boire ouand il a soif et même sans cela: mais il eut le tort. la tournée finie. de causer du scandale dans la rue, ce qui lui valut d'être ramassé au violon municioal et de se voir gratifier le lendemain un procès verbal pour ivresse.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL outrages Coquet Louis, 39 ans. cultivateur à Ligné, comparait à l'audience. accompagné de deux gendarmes. sous l'inculpation d'outrages par paroles a magistrats dans l'exercice de leurs fonctions.

A l'audience précédente, le 12 juin dernier, Coquet inculpé de coups et blessures se présenta devant le tribunal en état d'ivresse publique et manifeste

A une observation du ministère public qui lui faisait remarquer son 'tat. il répondit Je ne suis pas plus ivre que vous a Au président il répondit toujours sur un ton arrogant e Je me tairai si ie veux. etc. si bien que vu son attitude, le président le fit expulser de la salle par la gendarmerie et il fut mit sous mandat de dépôt.

Le régime de d'arrêt où il vient de passer 8 Jours lui a été salutaire, car aujourd'hui il cst bien ratme. A l'audience, il manifeste des regrets pour les paroles qu'il a prononcées. Mais dit le ministère public ces regrets sont-ils sincères, car Coquet, d'après les renseignements fournis, passe pour un ivrognetéré et il est déjà déchu de la puissance paternelle.

Toutefois, pendant la guerre, il a eu une belle conduite, et le tribunal lui en tient compte, car il fut 7 fois blessé

Après s'être retiré pour délibérer, le tribunal condamne Coquet à 4 mois de prison avec sursis et à 5 francs d'amende pour l'ivresse.

Défenseur Me Chauvin.

EPAVES DE LA SEMAINE. Réclamer au commissariat de police un chapelet. une pompe de bicyclette, une génisse. une pince universelle, un tournevis.

ETAT CIVIL

Naissances. Jonchera)' Louis, au Bois-Hamon Delanoue Louis, 10, rue Jean-Jaurès.

Publications de mariages. Oraln Pierre, boucher a Châteaubriant. et PerrigauLt Bernadette, couturière a Nozay Brémont Arsène, secrétaire du Parquet de Châteaubriant. et Toubtanc Joséphine, employée des postes à Nantes. 9. place Viarmes

Décès. Terrien Marie épouse Ferrand Jean. 43 ans ménagère. 8. rue Hoche Courgeon Amand, veuf de Louis Jeanne, 76 ans. Journalier. 9, rue de Renne*.

LE COMICE AGRICOLE DE LAVAL

Le président du Comice Agricole de Laval fait connaître que le concours pour la bonne production de blé et tenue générale de l'exploitation aura lieu cette année dans le canton de Laval.

Ce concours aura pour but de récompenser les cultivateurs qui présenteront les meilleures récoltes de blé dont les noms de variétés seront publiés afin d'en faciliter la vente pour semence.

Les propriétaires, fermiers et métayers qui voudront prendre part a ce concours devront adresser leur demande avant le 10 juillet à M. Merluzeau. 8. rue André-de-Lohéac. à Lavai. Serviteurs ruraux. Les domestiques et servantes des cantons de La.val qui sont dans la même exploitation ou dans la même famille plus de cinq ans. sont priés de se faire inscrire chez le secrétaire du Comice avant le 1" août 1932. en y joignant un certificat de leur patron légalisé par <e maire. indiquant la date et le lieu de naissance ainsi que la durée des services. etc.

Des prix en argent et des médailles leur seront accordés. Des programmes seront envoyés sur demande.

ETAT CIVIL

Naissance. Albert Doudet, 30. rue Sanchu-Servlnlére.

Publication Pierre Gouébault. ajusteur. 70 cité Fourmond. et Alber5 tine Demaréts. blanchisseuse. à Nanterre.

Mariage. Raoul Brochet, garagiste. 1 5. place du 11-Novembre et Juliette Lenormand. p.. 19 rue du Pontceau. Décès, Germaine Besniei épouse de 1 Emile Berthtn. 31 ane. lournal'ère 2. 5 rue Sainte-Anne dom4cillée a SaintBerthevtn- Jean Duchemln. 89 aas, Jour1 aaUar, 1. rue dt C&ajMll*.

DE TRIBORD A BABORD NOUVEAUX TAUX DES PRIMES ALLOUEES AUX ENGAGES DANS LES EQUIPAGES DE LA FLOTTE

Le taux des prime» mensuelles de rengagement ou de rèadmlaslon dana tes Equipages de la Flotte a été axé ainsi qu'il suit

«UMBTTAT TT*S QUART.-MAlTRES MATELOTS 8PECIAIJT«8 conTRACTAirr CONTRACTANT RBNOAGElinn OU MMOAOEMMT OU GROUPE READMISSIO» DE READM1SSIOH D»

Armuriers, mécaniciens du service 1 an 2 ana 3 ans 1 an 2 ans 3 ana général ou de l'aéronautique, élèves et et plus mobiles radiotélégraphistes titulaires fr. fr. fr. fr fr. fr. de l'ancien certificat de chef de poete. 120 138 168 66 ai 96 Dzuximr GROUfrx

Canonniers polteurs principaux, télé-

pointeurs ou télémétristea. torpllleurs.

tailleurs, cordonniers, personnel séden-

taire des transmissions, radiotélégra-

phistes ayant obtenu le brevet de la

spécialité depuis le 8 Juin 1931. 108 128 144 57 73 87 TRoismu anoura

Charpentiers, arrimeurs d'aéronauti-

que, canonniers pointeurs secondaires,

électriciens, radiotélégraphistes ordinai-

res. mécaniciens sédentaires chauffeurs.

fourriers.. commis aux vivres. infirmiers.

musiciens sédentaires, pompiers auxi-

liatrea. radiotélégraphistes ayant obtenu

juin "Î931 .d9 ̃ .1*. ,^t.C'a?1. ̃ aya?*. ̃ ̃'• De 114 i32 48 sa 78 QUATRIEUI CROUPI

Manœuvriers, timoniers canonniers

ordinaires du service général et canon-

nier3 sédentaires, fusiliers, clairons.

secrétaires militaires, boulangers et

maîtres d'hOtel. 84 103 120 89 M 69 dKQUXXMI GROUPE

Matelots sans spécialité» » » 80 46 60

La prime de rengagement ou de réadmleslon est due aux quartiers-maîtres et matelots qui contractent un nouveau lien au service

Cette prime acquise a partir du Jour .où commence a courir le rengagement ou la réadmission. est payée en même temps que la solde, à terme échu. Cette prime est également due aux militaires des corps sédentaires de la Marine ou des troupes de l'armée de terre qui contractent un nouveau lien dans le corps des Equipages de la Flotte ou dans le personnel des musiques de la Flotte.

Les quartiers-mattres et matelots congédiés depuis plus de trois mois qui contractent Su nouveau lien reçoivent une prime réduite égale a la moitié du taux normal pendant une période de six mois ou d'un an. suivant que l'Interruption de service est Intérieure a six mois ou égale ou supérieur a six mois. Apre'' cette pérfode. Ils bénéficient du taux normal. Cette mesures s'applique aux anciens militaires des corps sédentaires de la Marine ou des troupes de l'armée de terre qui contractent un nouveau lien dans le corps des équipages de la Flotte ou dans le personnel des musiques de ta Flotte.

DU PÉCULE

Les marins de tous grades peuvemt recevoir un pécule au moment de leur libération s'ils en ont accompli au moins

cinq ans de services effectifs minter. rompus, non compris le temps passé dans une école professionnelle (Ecolet de malstrance de ta Flatte, écoles des apprentis- marins et des apprentis-méca.nldens).

Le taux du pécule, variable d'après la durée des services Ininterrompus est le suivant

Pour 5 ans de service et moins de t 5 ans de serv. et moins de 6 ans.. 5.OOG 6 ans de serv et moins de 7 ans. 6.200 7 ans de serv. et moins 8 ans.. 7.400 8 ans de serv. et moins de 9 ans.. 8.600 9 ans de serv et moins de 10 ans. 9.800 10 ans de serv. et moins de 12 ans. 11.000 12 ans de serv et plus 12.500 L'attribution du pécule qui a pour but d'aider les bénéficiaires a se créer une situation dans la vie civile entrai.ne l'Impossibilité de rengager dans lee armées de terre et de mer et d'être oom mlsslonné ou adml» dans le cadre df malstrance ainsi que la perte de tout droit à l'obtention d'un emploi civil réservé.

Ces renseignement» répondent auy nombreuses questions qui nous ont été posées ces Jours-ci par plusieurs lecteurs Louis D'Autos.

Pour tous renseignements d'ordre maritime. s'adresser à Louis d'Armor, OuestEclair, à Rennes. qui répondra directement par lettre aux Intéressée. Joindre trois francs pour la réponse.

Flotte

Sont arrivés à

Canal Doré le pétrolier Le Niger, le 16

Blzerte le Castor, le 17.

Font route vera

Cherbourg le croiseur Toutville, le Il. Lorient, le transport Jeanne et Geneviève, le 17.

NOMINATIONS OANS LA RESERVE Officiers le marine

Sont nommés dans la réserve de 1'armee de mer Icorps des officiers de marine 1

Au grade de lieutenant de vaisseau de réserve M. Simon. capitaine au long cours. ex-lieutenant de vaisseau auxiliaire.

Au grade d'Enseigne de Vaisseau de première classa de reserve M. Hunot. capitaine au long cours, ex-enseigne de vaisseau de première classe auxiliaire. Ingénieurs mécaniciens

Est nomme dana la réserve de l'armée de mer tcorps des ingénieurs mécaniciens)

Au grade d'ingénieur mécanicien de deuxième ctasse de réserve M. Deliasen officier mécanicien dp première classe de la Marine Marchande, ex-mécaniclen principal de deuxième classe auxiliaire Nouvelles diverses

APRÈS LE SÉJOUR

DE LA lre ESCADRE A NAPLES Pari». 17 juin M. Georges Leygues ministre de la Marine a adresse à M Sirlani. ministre de ;a Marine royale italienne a Rome a la suite de l'accueil si cordial réservé a la 1" escadre lors de sa visite a Naples. le télégramme suivant f Je prie Votre Excellence d'agréer mes vifs remerciementt pour l'accueil si amical que l'amiral Robert, les étatsmajors et les équipages des batimentt sous ses ordres ont reçu a Nap.es de le part de toutes les autorités italiennes. Je prie également Votre Excellence de bien vouloir transmettre a leurs altesses royales le prince et la princesse de Piémont et la duchesse d'Aoste mes très chaleureux remerciements pour les attentions délicates qu'elles ont eues 9 l'égara de» officiers de la Marine franCalae. •

Le ministre de la Marine italienne u aussitôt répondu par le télégramme suivant a J'ai été vivement touché par le télégramme que vous avez bien voulu m adresser. Nous sommes très heureux d'accueillir dans un port italien des navire» de la Marine française Soyez assuréa que le transmettrai vos remerciements a leurs altesses Je vous prie d'accepter mes salutations les plus cordiales.

ACADEMIE DE MARINE

Concoure 1. 1932-1933

L'Académie de Marine a mis au concours pour 1932-1933 tes sujet* luivanta

1» Navigation condition» de l'établtssement de tables w1"" "1n» le tracé rapide d'un arc de grana cercle •ur le» oartM marine* tetuallM et w

plot des relèvements ractiogoniométriques pour la navigation par l'arc de grand cercle en utilisant les cartes marines actuelles.

2* Economique solidarité d'Intérêts entre l'industrie de l'armement et celle de la construction navale dans la marine marchande française. Mesures les plus propres & assurer dans notre économie nationale la satisfaction de ces intérêts communs.

Pour tous renseignements on est prié de s'adresser au secrétariat de l'Académie 9. avenue Octave Qréard. Paris <V).

COMPOSITION DU CABINET CIVIL DU MINISTERE

Directeur du Cabinet M. Henry Chavin, sous-préfet, ancien directeur du Cabinet du Ministre de l'Intérieur; chef de Cablnet M. René Mauger. chef de bureau au Mln'.stè-c Ce ;a Marine; chefs adjoints MM. de Chanterac. docteur en droit, archiviste paléographe et Lucien Deshales. Ingénieur des directions de travaux de la Marine chargé du secrétariat particulier: chargé de mission: M. Charles Marcel. publlclste: attachés: MM. Georges Bourrent, administrateur en chef des Colonies et Jacques Moureau.

LES SOUS-MARINS c ORION ET ONDINE RALLIENT TOULON Les nouveaux sous-martna Orlon et Ondine ont quitté Brest hier auprèsmidi pour rallier Toulon, leur port d'affectation.

Ces bâtiments feront en cours de route escale à Casablanca et Alger.

AVIS aua

EXERCICES DE TIR

Un tir de Jour à obus lestes sera exécute dans le Pertuis d'Antloche, le 23 juin 1932.

Bien qu'il n'y ait pas de zone interdite pendant les tirs. les signaux x d'alarme seront laits de la façon suivante

La oatterie tirera les coups de semonce réglementaire Un coup une neure avant le ur. Deux coups a 30 secondes d'lnterval!e. 10 minutes avant le tir. Les pavillons rouges seront htsséa pendant toute la durée du tir a la Datterie de l'lie d'Aix et aux sémaphores de l'Ile d'Aix. de Ohasslron et des Baleines.

TIRS A QAVRES

La Commission de Uavres exécutera des tirs de nuit d'obus a éclatement dans ia soirée du 23 Juin 1932. Direction du ttr. Zone dangereuse Le tir sera exécute dans le sud de la oatterte située a l'entrée ouest du Polygone de Gavres. dans la aone dangereuse a A ».

Limite de la zone dangereuse t A ». sommet mit du polygone de Gavre, position approchée latitude 47* 41' 30 nord. longitude 3* 20' 10" ouest: limite est ligne partant du mit du polygone et tengentant la côte ouest de ta presqu'île de Qulberon. ¡Azimut approché 148').

Limite ouest ltgne partant du mit du polygone et ayant comme azimut apuroche 188'.

Limite sud parallèle de la Pointe Sud de l'Uot Teviec. 47° 33 33" nord. Signaux d avertissement. Signaux de Jour préparation du tir de nuit. Pendant ta Journée du 23 Juin. les sémapnores de la Croix. Gavre Qulberon. Talllefer bisseront depuis le lever du solpll iiiw.u'au rouerie? un pavllton rouge supérieur à une flamme roua*.

Au vue de ces signaux. les bâtiments éviteront de se trouver a. ta tombée, de la nuit dans la zone interdite et d'y séjourner pendant le tir.

Signaux de nuit une heure avant le commencement du tir. un coup de ca-, non sera tiré au parc de Gavres, en même temps un feu rouge sera hissé, au mit de la batterie d'épreuves. Une demi-heure avant le commencement du tir. les signaux par fusée». Indiqués ci-après seront effectués pari le sémaphore de la Pointe de la Croix 3 fusées rouges lancées A 5 minutes! d'intervalle

Pendant toute la durée du Ur. ce même sémaphore lancera une fusée rouge de quart d'heure en qusnl d'heure.

La fin du tir sera signalée par uni groupe de trois fusées blanches lancées à la batterie de Gavre.

Heure du tir. Commencement du tir 21 heures: fin du tir. 24 heures.' Nota. En cas de non exécution, le tir sera reporté de Jour en Jour. sauf le dimanche. aux mêmes heures.

Les quartiers seront prévenus télégraphiquement de l'exécution du tir ou de l'annulation du présent avis.

Nouvelles diverses

AVANT LE DEPART

DU • CHAMPLAIN

LE Havre, le 17 Juin. Ce matin le chanoine Alleaume. archlprètre du HAvre a procédé à la bénédiction de l'autel du nouveau paquebot transatlantique Champlain qui entreprend demain sa1 première traversée allant du Havre à New-York.

UNE IMPORTANTE DECISION

DES PECHEURS SARDINIERS

Comcarneau, le 17 Juin. Sur convocation du président de la Coopérative d'achat d'appâts et d'engins de pêche du quartier de Concarneau, tous les patrons pècheurs sardiniers se sont réunis ce soir vendredi 17 Juin, & 17 heures, au siège social de la Coopérative, rue Vauban.

Les Importantes décisions qui suivent ont été prises

lo Pas de sortie pour la pêche de la, sardine le samedi Jusqu'à nouvel ordre, adopté l'unanimité. pour la créa-. tlon d'un comptoir d'achat, c'est-à-dire que les bateaux devront être libérés de leur pêche à l'arrivée au port, ce qui n'existait pas précédemment. Après discussion ont été délégués pour faire une démarche auprès des industriels et mareyeurs à ce sujet, les patrons pêcheurs Alphonse Duot, Gabriel Gargan. Charles Le Bars.

La réunion s'eat tenue dans le plus qrand calme. Elle était présidée par IL Guenole Bescond.

Aujourd'hui vendredi, la pèche de la sardine est bonne, quarante bateaux ont vendu aux usines une moyenne de 8.000 sardines chacun, au prix de 40 fr. le mille aux usines. 65 poissons au kilo en moyenne.

Paquebots et vapeurs longs-courrier*

ATHOS Il touché Pénang le 17, allant de Yokohama a Marseille.

AMBOISE arrivé à Madras le 16. allant à Halphong.

AZAY-LE-RIDEAU parti de Saigon le 17, pour Slngapore.

ANGKOR parti de Marseille le 17. pour Djibouti.

ANSONIA parti de Montréal le 17. pour Le Havre.

ANTON 1O-DELFINO arrive à Bremerhaven le 17. de Boulogne.

AMERICAN-BANKER parti de NewYork le 17. pour London.

AENEAS parti de Dairen le 17. p. Hambourg.

AMUR-MARU arrivé à Slngapore le 17, allant à Londres.

ANGELINA-LORO parti de SaintNazaire le 17, pour Cardlfi.

AMASS1S arrivé à Dunkerque le 17. ALPERA arrivé à Marseille le 17. de Glasgow.

BELGENGAND parti du Havre le 17. pour Southampton.

BRAZZA arrivé à Port-Gentil le 17, allant à Pointe-Noire.

BALŒRAN arrivé à Tanger le 17, allant de Marselle à Southampton. COLLAMER arrivé à Saint-Naaalre le 17, de Bordeaux.

CHINDWING arrivé à Marseille le 17, de Liverpool.

COMPIEGNE parti de Port-Saïd le 16. pour Marsellle.

CAMPANA arrivé à Buenos-Alres le 17, de Montevideo.

CITY OF DUNDEE parti de Madras le 17. pour Londres.

CAP NORTE parti de Rlo-de-Janetro le 17. pour Santos.

CAP PADARAN arrivé à Touran» le 17. allant à Haiphong.

CLAN MACBRIDE parti de Mormugao le 17, pour Londres.

COBLENZ parti de Belawan Dell le 17, pour Bremen.

CORFU parti de Colombo le 17. p. CHAMBORD arrivé à Marseille le 17. de Port-Sald.

COLOMBIE parti de Bordeaux le 16. pour les Antilles.

CANTAL attendu au Havre, venant des Antilles.

DEUTSCHLAND parti de Cherbourg le 17, pour New-York.

DAHOMEY parti de Matadi le 15. pour Anvers.

DERINDJE parti de Dunkerque le 16. pour le Levant.

ELYSIA passé à Pérlm le 17. allant à Bombay.

EUBEE arrivé à Buenos-Atres le 17. de Montevideo.

EXC.4MByON arrivé à Marseille le 17. de Beyrouth.

FOUCAULD parti de Madère le la pour Dakbl

FORT-BINGER ar/lvé à Psrt-Bouet le 15. allant à Douala.

FLANDWA parti de Bahi.» M 11 p. PernambuCo

FRANKEN arrivé à Suez le M, allant a Marseille.

FULDA parti de Yokohaicaa le 17 pour Bremen.

FORT-LAMY attendu au Havre le 17. ae la Côte d'Afrique.

GEIERFELS passé à Péri= le 17. allant à Brème

GANGE parti de Shanghai le 17 p. GENERAL VON STEUBEN parti de Southampton le 17 pour New-York. H1GHLAND-MONARCH parti de Las-Palmas le 17 pour Rlo-de-J*nelro. HARUNA-MARU arrivé à Shanghai le 17, de Marseille.

HECTOR arrivé à Singapour le 17. allant à Londres. HAZELSIDE arrivé Liverpool le 17. de Barcelone.

HARPOON arrive à Tanger le 17, de Lisbonne.

IPANEMA parti de Rlo-de-Janeiro te 17 pour Victoria.

JAMAIQUE parti de Dakar le là pour Brest.

KOUTOUBIA parti de Dakar le la pou· Las-Palmas.

KERGUELEN arrivé à Anvers le 1«. allant a Buenos-Alres.

KAISAR-1-HIND arrivé i YokobMM i0 17. de MatseUla.


KKILVNG passe Pérlm le 17. allent a Londres.

KAUPANQt.lt arrivé à Uverpool le 11, de Barcelone.

KOTTJAND1 arrive Rotterdam le 17. de Naples.

KARLSRUHE parti de la Havane le 17 pour Gai veston.

L'ATLANTIQUE parti de *'igo. le 17. pour Lisbonne.

LEVONTE-UE-LISLb arrive a Mutsamudu, le 17. allant a MayoMe.

LUCHANA parti de Barry. le 17, pour Savane.

MEDJERDA arrivé à Dakar. le 19 d'Antwerp.

MYSON parti de Montevideo. le 12. pour Antwerp

MONT-VISU parti de Dakar, le 15. pour Marsellle.

MARECHAL-LYAUTEY passé Gibraltar, le 17 venant d'inconnu.

MEXIQUE parti de Salnt-Nazaire, le li. pour Cuba.

MADONNA arrivé à Sierra-Leone, le 17. allanf Tabou.

MONFIORE parti de New-Orléans. le 17, pour Gènes.

MONGOLIA arrive A Londres, le 17. de Marseille.

MALWA arrivé d Londres, le 17. de Marseille.

MARIETTE-PACHA parti de Beyrouth. le 17. pour Marseille.

MONTE-SANTOS parti de DunkerQue, le 17, pour Buenos-Aires.

MEKNES arrive Bordeaux. le 17, de Casablanca

NARVAL arrivé à Maraeille, le 17, de Sfa:.

NEMAR1A pai« de Corpus, le 17, pour Le Havre.

NISHMALIA parti de Houston, le 17, pour Le Havre.

OTRANTO arrivé a Brlsbane. le 17. dt Toulon.

P. L. M. 17 passé Gibraltar, le 17. allant de Caronte à Dunkerque.

PARIS arrivé au Havre, le 17, de Mew-York.

PEMYBRYN passé a Thursday-Island. le 17. allant Marseille.

POCLAN-TELLO parti de Java, le 17. pour Le Havre.

PIAVE arrivé à Marseille, le 17, de Dénes.

ROLLON arrivé à Rouen, le 17, altant aux ports du Nord.

RAWALPINDI parti de Marseille, le l7. pour Port-Saïd.

ROMOLO parti de Clombo, le 17, pour Gênes.

RECA parti de Marseille, le 17, pour Heu-Orléans.

SIERENTZ parti de Québec le 16. pour Le Havre.

SAN arrivé au Havre le 17, de New-Orléans.

SARPEDON arrivé à Colombo le 17. allant à Yokohama.

SCHWABEN parti d'Anvers le 17, pour Crlstobal.

STAAFFORSHIRB arrivé a Marseille le 17. de Liverpool.

SISTANA parti de Marseille le 17. pour Mogadlséro.

SILVERELM parti de Marseille le 17, pour New-York.

TURIA parti de Séte le 17, pour Cènes.

TAMARA parti de Kobe le 17. pour Qothembourg.

TENERIFFA (norvégien) parti de Dalren le 17. pour Hambourg.

TOYOOKA MARU passé à Pérlm Se 17, allant à Marseille.

TRONGATE arrivé a Newport le 17 d'Oran.

TOURNY parti de Dunkerque le 16 pour Rotterdam.

TOMBOUCTOU arrivé i Marseille le 17. de Lagos.

ULYSSES parti de Nleuwe Waterweg le 17. pour Alger.

VILLE D'AMIENS arrivé Melbourne le 17, allant à Sydney.

parti de Dunkerque le 17, pour Le Havre.

WEISSESEE arrivé le 17. de Marseille.

parti du le WINCHESTER parti de Cape Town le 17, pour Madère.

WASHfNGTON arrivé au Havre le B7, de Vancouver.

Navires divers

Signalés par T. S. F. le 17 juin A CASABLANCA-RADIO

Prika, Suwa-Maru, Harpon. Adriatico. Kardborg, Ceuta, Woodcock, Koutoubia, Muirton, Ardolaa, Penthiètre, Doukkola. Toronto, Satnt-0amille, Ville-deDunkerque, Marijapotrinovio.

A OUESSANT-RADIO

Achurt, Ascania, Amerlcan-Merchant, fino, Alfred, BeauJort Baron-Kelvin, British-Courage, Bavtrée. Boulderpool, Ba.ldur, Bahme, Chaco, Colombie, Cephée, Chifuku-Maru, Clemenceau, Docteur-Pierre-Benoit. Deptjord, Dortmund, Eridano, Eifaku-Maru Enseigne de Vaisseau Marie-Saint-Germain, Fides, Ftrtree, Fortlamy, Garlinge, GloucesterCastle. Gustaochindler, Gallois, Harpenlien. Harpalyce, Henri-Desmarais, Jutland, Kardistan, Lauter/els, L'Attantique, Luncourg, Mtn, Llangibv-Castle, Kexigue, Meknès, MeHgela, Moyle, Malutte, Mantilla. Moniaue-Schiaf/ino. Maria-AeUArrinaga, Middlesex, Narcissus, Napdya, Oatrenent, Pasajes, Paris, Prometheus Pegaway, Parana, P&checo. Peking, Puma, Raila, Rotterdam. Rolandseck, Rendsburg, Ruahine, Sslentyool, Sdiégo, Saland, Sir/us, Sna 8. Sttfarc, Saint-Nazaire, Spramex, Tipre, Tyr. Tenrile Uhenfels, Usktport, Umberleigh, Veendem. Waterland.

A TANGER-RADIO

Aldroa, Moordrecht, Sponiilus, P.L.M. 17. Ugobast, Harpoon. Suja-Maru, Marrakech, Toronto, Stoeaten, BaUxran, et. Lord-Bradbury, Sainpedro, Dou)cala Pœlauraebuch Uruguay, Bamakoa, Madali, City-ot-Oxtord, Ardeola, Tropico Belvédère, Penthiévre. Paetaarolas, Marie-Loulse-Schiaflino, Varlaby, OWedel-Abid.

Caboteurs

ALGER. ARRrvts te 17. Smaïa, de New-York; Martinique et' Jonnart. de Marseille,; Villc-de-Rouen, du Havre; MarecHaUFoch, de Bordeaux; MenhirBraz de Rouen; Djebel-Amour, de Séte. Partis Et Biar, pour Marseille; Rux. pour Phlllppevllle.

BOULOGNE. Arrivés le 17, Bourgneu], de Londres; Almée, de Dunkerque.

Parti Bourgneut. pour Caen.

BREST. Arrivés le 17, Greysfnard de Newcastle; Arztc, de Nantes. Edern, de Plymouth; Cherbourg, de Boulogne; les voiliers Douar Breiz, de Paimpol; Marguerite, de ?ort-Launay; Alliance, de Quimp*l; Eaptrance, de Port-Launay Fleur de l'Odet, de Quimpet; jeune-Olga, de l'Aberildut.

Partis Cherbourg. pour l*ndévennec; Arztc, pour Londres; Bltda pour Oran; voiliers Marguerite, pour Douarneneij; Port-Launitte pour ChAteaulin; Camarttois. pou- Camaret; Mascotte, pour Pont-l'Abbé: Elorn. pour Landerneau.

BORDEAUX. Arrivés le 17. Charles-Méric de CardlR; Chiteau-Larose du Havre; Psyché, de La Pallice; La Rochrtoucauld. de Cardlff; Clamwood, de Barry.

Partis M F 4, pour Rochefort; Cajntame-Auguslin, pour Rotterdam: Car(Hviuin-Coast, pour Llverpool; Persena, pour Amsterdam.

Attikdu Barsac de Saint-Tropez. BONE. Arrivés le 17. SaintCyrille venant de Tunis; Ettane-Busck, venant de Séte: Gouverneur-GénéralLénine, ven. de Pnllippevllle; Malienne et Colleville venant de Marseille Kauldi venu»" de Uvourne.

Partif. 1" 16. Prouper-Schiaffino, alIqpti Tuais; Smuland, ailaot 4 Rotter-

dam; Sidi-Ferruch, allant a Phlllppeville le 17 Eltane-Busck allant a Alger; Gouverntur-Genéral-Lepine, allant à Philippeville.

Attxkdus Rica, venant de Philippeville. Batna. venant d'Alger; Schiaffino Freres, venant d'Alger.

CALAIS. Arrivés le 16. TrainFerry, de Harwich Seine, de Londres. Quaen-Ot-Thanet, de Chatam-Hythe Farde, Autocarrier, Canterbury et Côted'Azur, de Douvres.

Partis le 16 Solskin pour Boston Queen-Of-Thanet pour Chatam TratnFerry pour Harwich Walmer. Autocar- rier. Farde. Cte-d'Azur et, Canterbury pour Douvres.

CAEN. Arrivés le 17. Bourg- neul, de Boulogne Danaé, de Swansea: Emite-Deschamps, du Havre.

Partis Marna pour Llverpool Honfleur pour le Havre r Méngnac pour Lorient Campami pour Port-Talbot Adolphe-Leprince pour le Havre. CASABLANCA ARRIVES le 16. Cap-Dantifer, de San le 17..Marrakech, de Bordeaux.

PARTIS le 16. Bamako pour Marseille Ville-de-Dunkeraue pour Kenltra.

DUNKERQUE. Arrivé le 17. Gransha, de Cardin".

Parti Président-Franqui p. Rouen. ♦ DIEPPE. Arrivés le 17. Versailles, Arundel, Bennes de Newhaven. PARTIS le 17. Dteppe, Worthing pour Newhaven

LE HAVRE. Arrivés le 17. Penerf. du Maroc.

PARTIS le 16. Charolais (voilier) pour Cherbourg Roon pour Rouen le 17. Erica (voilier) pour Brest.

LE LEGUE. ARRIVES le 16, Hematite, de Barry; Limburg, d'Amsterdam.

PARiT le 16. Appollinaire VII. pour Flessingue.

LORIENT. Arrives le 17, Par/ina, venant de Dunkerque; VirgoVeneranda, de Nantes; Sauternes, de Bordeaux; Armenier de Barry; Adrien de Montgol/ier, de Boucau; Ma Pré/irét (voilier), de Belle-Ile

Partis le 17, Val de la Haye, pour Rouen; Trajan, pour Mumbles.

LA ROCHELLE. Arrive le 17, chalutier Lavardin.

PARTIS le 17, Psyché, pour Bordeaux avec diverses; le 17, chalutier Mane-Béatrice.

Attends Parseus, Henri Desmarais, Enseigne Marie St-Germain, Monkestone, Susa, Ellonghton, Saint-Tropez, Borsac Chateau-Latour, Féonia. MARSEILLE. Arrives le 17, Espagne, d'Alger; Cap Corse, de Bastia: Mustapha.. de Tunis: Charles-Roux, de Bône Tamise, de St>-Tropez; Jocelyn (voil.i, de Séte: St-Elme, de Port-Vendme; Timgad, d'Alger; Boudjmel, de Tunis-. Signotas, de Génes;; CatherineSchiaffino, d'Alger.

PARTIS Diemila. pour Alger; Corte 11, pour Calvl; Azron, pour Casablanca Duc-d'Aumale, pour Tunis; StServan, pour Bizerte; Le Corse, pour Bastia-, Etderazionc, pour le Pirée; Liri pour Gènes; Ville-Cassis pour Alger. Attendus MaréchaULyautey, de Casablancs: El Blar. d'Alger; Explorateur Grandidier, de Maurice; Gouverneur-Laferrière, d'Oran.

NANTES. Arrives le 17. Brozmer, de Belle-Ile; Paris, de Bayonne; Sèvre, d'Algérie; Saint-Louis, de Noirmoutler; Antoine, de Lorient; Inver, de Swansea; Cédartrée, de Port-Talbot. PARTI le 17, Paris, pour Glasgow. · ORAN. ARRIVES le 17, «uguette. d'Arzew; Sidi-Bel-Abbès de Marseille. Partis Gleni/fer, pour Londres; Baron-Rutven, pour Morkington.

Attendus Drika, Hazepside, SaintClair.

ROUEN. Arrives le 17, Castlehill, de Swansea; Ganton, de Newcastle Largo, de Penarth; Fleetwing, de Hartlepool; Jumiéges, de Dantzig; Ebastard, de Rotterdam; Glynn, de Seeansea. Pastis Olterra, pour Gibraltar; Winka, pour Tznnimtfham;' Blsckioater, pour Seaham; CastlehlU, pour Gravesend; Fleetwing, pour Tyne; Largo, pour Jarrow Granton, pour Hartlepool.

SAINT-NAZAIRE. Arrivés le 17. Kentwood. de Barry; Barsac, de Rouen; voll. Marie-Annick, de Brest; Michel, de Pomlc;

Partis voiliers Florentine, pour Nantes France et Raymond-Poincaré. pour Noirmoutier.

SETE. Arrives le 17, Kroumir, de Tunis; Prodda et Ville-de-Sète, d'Oran Augustin-Le-Borgne, d'Alger; Pena-Labra, de Port-Talbot; Britlsh-/ndustrie, d'Abadan; Cabo-la-Plata, de Barcelone.

PARTIS Cabo-la-Plata, Auguste-Leborgne, Ville-drSètc et Proefdo, pour Mnrseille; Kroumir. pour Tunis. ♦ TANGER. Arrives le 16. Maréchal'Lyautey, de Casablanca: Tibcrlus, de Rotterdam; Mandala, de Londres. Partis Mandala, pour Marseille et les Indes; Tibérius, pour Oran; Maréchal-Lyautey, pour Marseille.

Nouvelles de Terre-Neuve

Sautt-Malo, le 17 juin. Le chalutier Heureux a quitté Terre-Neuve pour rentrer en France. Tous bien à bord.

Marche tie Paris

Paris, le 17 Juin (de notre ometpondant spécial )

Très bonne vente. Les offres saeez importantes n'ont pas empêché une hausse sur le colin, le congre. la dorade. les maquereaux, les merlans et les muleta.

MARÉE CRUSTACÉS

On cote au kilo tcours extrêmes) barbues 8-14 bars 15-28 carrelets 1,50-7 chiens de mer décapites 1-2 colins': décapités 6-8.60. entiers 2-7 congres 4-6 crevettes grises 4-8. rouges grosses étrangères 8-40. rouges petites 3-10; dorades de France 2-13 harengs trançaib 2-3 nomards vivants 10-18, morts 3-10: langoustes vivantes 15-24 langoustines 3-8: limandes 410: llmandes-soleo 4-12 maquereaux trançats gros 2.50-5. petits 4-9 merlans brillants 3-8. ordinaires 1-4 mulets 6-20 raies entières 2-3.75 rougetsbarbets 3-20 rougets-grondins 1-4 soles françaises grosses 18-30. petites 10-16- turbots 4.50-12

On cote au cent sardines salées grosses 25-36. moyennes 15-25. petites 6-16 sardines fraîches 10-40.

MOULES El COQUILLAGES

On cote aux 100 kilos Moules Istgnv-Houfleur 50-80. de Boulogne 100-120. On cote au cent palourdes 4-6. On cote au tac coques ou hémon 4-b.60. POISSON D'EAU L)OUCE On cote au kilo ablettes la. nnguille» vivantes 12-1b. mortes 4-12: broclietF mort* 6-10 carpes vivantes »-8. mortes 2-4 :épenant 2.50-5 goujons 26 perches 4-8 saumon français 25 petit 10-28. trigorlne 7-16 tanchee vivantes 8-10. mortes 6-8 truites saumonées argentées 18-32. de piscieulture 13-24. de rivière (au-dessus de 125 gr.) 18-26.

Arrivages marée 313.100 eau douce 10.100. coquillages 3.500 dépose au trigorinque 76.200. resserre de la veille 84.800 quantités misée en vente 412.600 quantité saisies le 16 Juin la73 silos.

Arrivages par gares gare du Nord 146 400 Vaugirard 162.000; 8t-Lazare 30.100 Orléans fc&OO.

La Vie Spor*trve •

CAUSERIES DU DOCTEUR Qaadriaections capillaires

C'est indiscutablement très difficile de couper un cheveu en quatre daM le sens de l'épaisseur, mais j'avoue me sentir incapable d'admiration pour l'ar. tisan qui perdrait son temps à cette prouesse au lieu de vaquer aux travaux utiles de sa profession. Je n'approuverais pas non plus le coupeur de cheveux en quatre qui interdirait à tous ses voisins de travailler tant qu'il n'aurait pas terminé sa délicate opération les théoriciens qui n'admettent pas une pratique utile tant que les bases théoriques de cettj pratique ne sont pas définies parfaitement sont aussi repréhensebles.

Récemment, le disais que Sport et Santé avait pr:.s l'initiative d'un concours d'athlétisme complet avec contrôle médical, usant de l'émulation sportive pour attirer de nombreux concurrents (plus tentés encore par la division en catégories par âges) vers une culture physique prudente et vanée, Les athlètes ne semblent pas y avoir beaucoup mordu, et c'est compréhenstble; pourquoi prendre la peine de s'entrainer à dix épreuves quand on brille dans une spécialité ? Mais ce qui est moins facile à Justifier, ce sont les critiques faites au programme de l'épreuve par ceux qui proclament vouloir une éducation physique complète pour le plus grand nombre possible de pratiquants.

Et voilà que l'examen médical est sans valeur parce qu'on peut mourir d'une cheminée sur la tête un quart d'heure après avoir été reconnu increvable voilà que le lever de la gueuse est une épreuve sans signification parce qu'on n'y tient pas compte de la vitesse voilà que la cotation du grimper à la corde est discordante d'avec celle du saut en longueur, que l'épreuve est mai placée dans le calendrier, que l'initiative de Dupont est une copie démarquée de Durand.

Et puis

Avez-vous mieux à nous offrir ? Etes-vous sur le point d'inventer un barème parfait pour ne pas permettre qu'on travaille sur des bases imparfaites ?

Non ?

Alors, estimables censeurs, continuez à couper des cheveux en quatre chez vous, mais ne les tendez pas en travers La perfection n'est pas de ce monde, c'est entendu il est très louable quand même d'y tendre, rien n'est plus cer- tain mais pour arriver à une épreuve d'athlétisme complet presque parfaite, mieux vaudrait en organiser une fran^chement mauvaise et l'amkliorer à l'usage que rêver à un idéal chimérique hors du contrôle expérimental des réalités,

0 IV L. Barbedor.

UNE SEANCE D'ENTRAINEMENT AU VELO CLUB NAZAIRIEN Jeudi dernier 16, a 19 heures, sur la piste du Vélodrome municipal, le VéloClub Nazalrlen. a tenu sa réunion heb- domadaire en vue de son organisation de dimanche.

En même temps, une course a laméricaine s'est disputée afin de désigner une ou deux équipes devant prendre part la ronde do deux cents tours, avec les as Internationaux, sous les couleurs du Vélo-Club Nazairlen.

Olllvler-Tassin et Le Carrer-Renaud porteraient a huit le nombre des associations au départ ce qui parait raisonnable.

Chose curieuse. beaucoup de sportifs s'étalent donnés rendez-vous jeudi soir. au Vélodrome. Il y eut même des primes–

A LA COLOMBE COMBOURGEOISE Voici les résultats du concours en mer disputé le 12 Juin

1- Emile Rouetz. en 8 h. 24' 59" 2. Yves Le Béver 3. Raoul Péchai d ̃ 4. Rouxln 5. Gaston Péchard 6. Gaston Bellter 7. Gaston Péchard 8. Rouxin 9. Raou» Péchard 10. Belller: 11. Corvalsler 12. Le Béver 13. idem: 14 Idem 16. Idem îe.Corvalaler, etc.

Sables-d'Oloniœ, le 16 juin. Pèche à la sardine. Aujourd'hui 16 juin, 45 bateaux sardiniers de La Chaume seulement qui avaient pris la mer. étalent rentrés à 16 h. 30 avec une pêche, suivant la taxe de 7.000 poissons chacun pour la poissonnerie et la coopérative. maille 42 à 46 millimètres Prix variant de 60 à 90 fr. le mille. Au détail dans les rues de 0.10 a 0,15 pièce. GtnxviNEc, le 17 juin. Petits maquereaux 7 bateaux rentrés ayant de 200 a 800 petits maquereaux de dérive vendus de 65 à 70 le cent; sardines 7 bateaux ont vendu de 800 à 3.000 petites sardines de dérive de 27 à 30 le cent; 3 pinasses sont rentrées, ayant de 1.800 à 3.000 grosses sardines de dérive vendues de 12 à 13 le cent; orphies 3 bateaux de Lesconil sont rentrés ayant péché a la senne de 200 à 400 orphies vendues de 33 à 35 1 e 100; langoustines 50 bateaux rentrés avec une pêche de 20 à 60 kilos de moyennes et grosses langoustines vendues de 3.30 à 3.80 le kilo; de 30 à 120 kilos de petites vendues de 0.90 à 1 le kilo; ces mêmes bateaux ont vendu divers poissons pour des sommes de 5 a 45 fr. par bateau; lleus 3 bateaux ont vendu leur pêche de 7 à 14 fr. le lot; pironneaux 15 bateaux rentrés. ayant de 50 a 400 plronneaux vendus de 25 & 35 le cent aux revendeurs et 0.40 pièce à la consommation locale; langoustes 6 barques langoustières sont rentrées, ayant de 100 à 140 kilos de langoustes vendues 18 le kilo; de 20 & 30 kilos de homards vendus 13 fr. le kilo crabes tourteaux 4 barques ont vendu de 90 120 kilos de crabaa tourteaux a 126 le Ua.

Aujourd'hui et demain, à Rennes LES JOURNÉES NATIONALES DE L'ATHLETISME COMPLET créées par « Sport et Santé et organisées

pour la région de l'Ouest

par la L.B.A.

sous le patronage de

L'OUEST-ECLAIR

C'est aujourd'hui que vont commencer les épreuves des Journées Nationales d'Athlétisme complet. créées par Sport et Santé, organisées dans la région de l'Ouest par la L.B.A sous le patronage de la ville de Rennes. de l'Institut régional d'Education physique et de VOueit-Eciair.

Ces épreuves se disputeront au Stade d'athlétisme du boulevard de M»tz sauf la natation, & partir de 15 heures Voici l'ordt des épreuves 100 mètres, lancer du polda. longueur. lever. L'épreuve de natation aura lieu à la Piscine municipale à 19 h. 30.

Demain auront lieu les autres épreuves à partir de 10 heures. Ces épreuves sont les suivantes 200 métres haies. lancer de grenades. hauteur. grimper, 1.500 mètres.

Organisation et contrôle des épreuves Les concurrents sont groupés par séries et doivent se présenter toujours ensemble a chaque Jury

100 mètres piat piste en cendrée. Lancer du potds poids de 7 kgs. 257. veiller à ce Que les pieds ne «mordent» pas sur le cercle et à ce que le lanceur ne sorte pas du cercle par déséquilibre (même après que le poids a touché le sol). Trois essais de chaque bras. Retenir le meilleur jet du droit et du gauche.

Saut en longueur avec élan mesurer l'empreinte la plus rapprochée de la planche d'appel Jusqu'à la partie antérieure de celle-ci. Trois essais autorisés. Enregistrer le meilleur.

Lever de la gueuse: la gueuse de 40 kllogs étant placée terre, la saisir, la soulever, fléchir les bras pour l'épauler, la développer au-dessus de la tète. bras tendus. Descendre la gueuse audessous des genoux et non Jrsqu'a terre. en fléchissant d'abord les bras puis le tronc. Se redresser et recommencer le mouvement sans déplacer les pieds. Natation départ plongé, style libre. 200 mètres haies haies de 0 m. 76. La première hale placée à 18 m. 29 du départ, les autres haies espacées de 18 m. 29. Distance entre la dernière haie et la ligne d'arrivée 17 m. 10. Il ne sera tenu compte que du temps. quel que soit le nombre de haies tomLancer de grenades sans oourae d'dlan lancer a la suite trois grenades sans course d'élan par bras tendu ou par détente du bras fléchi. Ne pas dé[>asser la ligne du départ. Seul le meilleur jet sera retenu.

Saut en hauteur avec élan 3 essais à chaque hauteur. Pas d'essais supplémantaires. Pas de barrage.

Grimper à la corde lisse départ assis. Décoller du sol d'un seul temps, s'élever sans remettre les pieds a terre. Ne pas se servir des cuisses, des Jambes. des pieds. La position à a l'équerre • ne sera pas exigée.

1.500 mètres plat piste plate en cendrée.

N. B. Le concurrent qui n'aura pas obtenu, dans une épreuve, le minimum de 1 point prévu au barème sera éliminé Immédiatement du concours. Les engagés

Voici les engagements reçus à cette heure

Thébault (Lycée de Rennes) Montebrun (Stade Rennais) Roy Pierre (Espérance Salnt-Héller) Allaln Jules (Espérance Salnt-Hélier) Le Pannetler René (Stade Rennais) Grassot Rodolphe (Stade Rennais) Le Roux Maurice (Stade Rennais) Loncle Marcel (U S. Servannalse) Hervé (Indépendant) Demoulln Adrien (Stade Brioch1n) Anfray Charles (Stade Rennais). Le 10 jaillet, à Laoal

LES CHALLENGES CONILLEAU ET JEAN-YVINEC

Le Stade Lavallols organise le 10 Juillet 1932 le challenge Conilleau (superbe bronze d'art), sur 100. 400, 1.500, hauteur .longueur, disque par équipe do deux hommes, ouvert à tous les clubs affiliés à la F. F. A. et le challenge Jean Yvlnec (même règlement que le Conll- lesul réservé aux sociétés de la Mayen- ne affiliés à la L. B. A

En dehors de ces challenges, les épreuves suivantes seront disputées poids, Javelot, 5.000 métrés, saut a la perche iengagfment 1 franc par homme et par épreuve) relais 4x100. lutte a la corde (engagement. 2 francs par équipe).

Rappelez-vous que le Stade Lavallols est réputé a Juste titre comme la société de l'ouest distribuant les plus beaux prix dans ses réunions d'athlétisme et que tout sera mis en œuvre pour que l'organisation de cette réunion soit Impeccable.

Envoyez vos engagements sans retard avant le 3 Juillet, minuit à G. Bauge. secrétaire de la C. A.. 28. rue de Bootz. Laval.

Les règlements

du challenge « Conllleau 1

(ouvert à tous les clubs affiliés à la F. F. A.)

et du challenge a Jean-Yvtnec (réservé aux sociétés de la Mayenne affiliées à la L. B. A.)

Art. 1. Il est organisé par le Stade Lavallois sous les noms de challenges Conilleau et Jean- Yvlnec, une épreuve d'athlétisme annuelle, Interrégionale, à disputer par invitation et par équipes. Art. 2. Le club vainqueur se verra attribuer pour une année le challenge Conllleau 'offert par Mme Conllleau. membre d'honneur du Stade Lavallols) ou le challenge Jean-Yvlnec.

Art, 3 Ce challenge est soumis à tous les règlements généraux de la P. p A. et les épreuves seront disputées suivant le code de courses à pied et d'athlétisme de la F. F. A.

Art. 4. En 1932, ces challenges seront dispute* sur lea épreuves sulvan-

100 m.. 400 m.. 1.500 m.; saut en hauteur. saut en longueur. disque, de nombreux prix seront distribués aux vainqueurs de chaque épreuve.

Art. 6. Chaque club peut engager deux hommes dans cnaque épreuve des challenges et tous les deux comptant pour le classement. Le même peut participer à plusieurs épreuves.

Dans chaque épreuve du challenge, un concurrent comptera un nombre de points égal à la place qu'il occupe a l'arrivée, en cas de deat-heat. les challenges reviendront à la société ayant le plus de victoires.

Les séries de 100 m. et 400 m. plat seront établies par la C. A. du club organisateur.

Art. 6. Les réclamations s'il y en a. devront être formulées par écrit dans les 24 heures qui suivront le Jour de l'épreuve et remises au secrétariat du S. L., 28. rue de Bootz. Le comité de cette société Jugera en dernier ressort. Aucune réclamation concernant la quallficatlon d'un concurrent ne pourra être admise si elle n'a pas été précédée des réserves faites avant le signai du départ par le réclamant et remise au Juge arbitre. Toute réclamation pour être valable devra être appuyée de la somme de dix francs.

Art. 7. Ces challenges se disputeront chaque année obligatoirement sur le terrain du Stade Lavallols et seront organisés par lui.

Art 8. Chaque année les objets d'art challenges devront être remis 15 Jours avant la date de la réunion au Stade Lavallols. Les irais d'envol de ces challenges seront la charge dee sociétés détentrices.

Art. 9. Le droit d'engagement sera de un franc par athlète et par épreuve. Art. 10. Le Stade se réserve le droit d'apporter tous les ans les modifications qu'il Jugera utiles au dit règlement. Pour l'année 1932. ces challenges seront disputés le dimanche 10 juillet et les engagements seront reçus Jusqu'au 3 Juillet a minuit, dernier délai, chez M G. Baugé, 28, rue de Bootz. à Laval.

-Une dédaration de principe des clubs professionnels

PARIS, 17 Juin. (De notre correspondant sportif parisien.) On lira Siirdessous un document tout fait lnte^ ressant que l'Amicale des Club admettant le professionnalisme. a présenté hier a la Commission professionnelle. On retrouve dans ce document la patte de Bayrou qui ne se fait pas d'Illusion sur le professionnalisme a ia 3 F. A. et qui reste convaincu que. par suite du mauvais esprit régnant au Comité directeur de la i F. A., en ce qui concerne le professionnalisme franc et loyal, Il sera nécessaire avant peu dé fonder une Fédération professionnelle de football, la 3 F A. restant strictement amateur.

Voici le document

DECLARATION DES CLUBS

ADMETTANT

LE PROFESSIONNALISME

Les clubs amateurs ayant demandé à la F. F. F. A. d'utiliser des Joueurs professionnels réunis pour la première fois Parts, estiment que les nombreuses attaques dont ils sont l'objet leur imposent une explication publique; Déclarent que, n'ayant pas été plus consultés que Ifs autres par la Fédération sur la question de la création du professionnallisme, Ils se sont trouvés en présence comme tous les autres clubs, d'une décision du Conseil National de la F. F. F. A., émanation de toutes les Société;

Reconnaissent la nécessite de mettre de l'ordre dans la maison et de supprimer l'hypocriBie.

S'Inclinent devant :a décision fédérale acceptent d'appliquei immédiatement chez eux le nouveau statut du professionnel dans le bu: d'améliorer la technique du footoail irançais et de supprimer l'amateurism marron. tout en conservant, pour les 9/10 de leurs membres seniors. Juniors et scolaires, le statut de l'amateurims intégral; Regrettent vivement que parmi l'élite du lootball français, ving clubs seulement, ni plus ni moins amateurs que les autres, aient répondu a l'appel de la F. F. A. pour l'o;uvre d'assainissement du ballon rond;

Comptent sur la Fédération pour une application juste, mais sévère, des textes votés par le dernier Conseil National, en vue d'éliminer définitivement l'amateurisme marron et de sauvegarder les intérêts de ceux qui, s'étant conformés ces textes ne doivent pas devenir victimes de leur loyauté:

Protestent energlquemeni contre les allégations de ceux qui veulent voir dans le professionnalisme, une affaire commerciale rendue impossible par le fait que les clubs devant fonctionner sous le régime de la loi de 1901. ne peuvent a aucun moment distribuer une somme quelconque sur leurs bénéfices, ni disposer de la moindre partie de leur avoir, en dehors des sommes nécessaires invitent les incrédules a se faire inscrire dans un des vingt clubs, en y apportant la plus forte obole, afin qu'ils puissent ainsi ne rendre compte, la fin de l'exercice, du résultat de leur opération financière;

Rappellent que les grands clubs vivent grâce a la générosité d'un noyau de dévoués qui compensent chaque saison le déficit de fin d'exercice, déficit variant entre 25 et 100.000 francs (suivant l'époque d'élimination dans la Coupe de France), sans compter l'argent dépensé pour la construction des stades;

Espèrent qu'avec une bonne organisation et une réglementation financière raisonnable dans tous les domaines. Ils pourront d'ici peu de temps arriver à boucler leur budget et par *a suite trouver les ressources nécessaires pour augmenter le nombre de leurs terrains et les mieux aménager, afin de permettre aux Jeunes de se livrer convenablement à la pratique du footbal; Se défendent de convoiter exclusivement le partage du gâteau (comme 11 a été écrit), car ce gâteau, résultat des recettes des rencontres entre grands clubs, dans les épreuves officielles et des matches internationaux et de sélection disputés par leurs Joueurs, contribue a assurer les budgets de la Fédération. 3.000.000 francs: la Maison du Football. 1.200.000 francs- les grandes Ligues, 2.000.000 franc3: les district» des grandes Ligues. 500.000 francs; Assurent la Fédération de leur attachement:

Affirment leur volonté de participer la vie des organes fédéraux dans la possibilité de leur: moyens, mais ne peuvent se laisser traiter d'accapareurs, car Ils constituent le seul organisme qui, en fin d'exercice, termine avec du déficit, précisément parce que les grands clubs ont fait vivre tout le monde; S'élèvent avec force contre tous ceux qui, les combattant Injustement, au nom de certaines principes, acceptent leur argent an nom des mêmes principes;

Demandent la même Justice, les mb.mes droits, les mêmes égards que tous les clubs affiliée;

Désirent vivement vivre en parfait accord et en bonne camaraderie avec tous les clubs, ligues et districts; veulent maintenir l'unité du football français

S'engagent continuer a se dévouer pour l'intérêt général:

Décident de constituer une Amicale des clubs amateurs autorisées à utiliser des Joueurs professsionnels, cette Amicale devant leur permettre d'établtr entre eux des rapports plus étroit*, d'étudier en commun leurs Intérêts, de mettre au point toutes les propositions tendant à l'amélioration de leur organisation et de s'entraîner à l'occasion.

DIMANCHE 19 JUIN, A RENNES Parc de Monta6izé, 135, rue d'Antrain

CHAMPIONNATS ARTISTIQUES ET OLYMPIQUES de l'Union Régionale de Bretagne des Patronages

C'est une très belle réunion sportive qui aura lieu dimanche prochain sur le terrain des Cadets de Bretagne, pendant laquelle on pourra constater l'activité et les progrés réalisés dans les sociétés de gymnastique des patronagea.

Prés de cent délégués seront présents pour affronter les difficiles épreuves. C'est avec plaisir que nous publions la liste des engagés

Les engagés

Drapeau de Fougères. Chauvin, Rochelle. Hubert, Rault. Souty, Buffet. Fesnel, Bernard, Sauvage, Rivière, Gérault.

Armoricaine de Brut. Cren. FonVigilante de Fougères. Foucault, Lagoutte. Chérel.

Beaumanoir de Dinan. Mcnler, Duval. Archel. Labbé. Billot, Karrer. Tour d'Auverpne de Rennes. Letournoux, Le Boloch, Levrel.

La Samsonnaise, Doi. Perrin Fis. Perrin E.. Lehoux.

Espérance de Fougères. Fouauet. Lefeuvre, Baron Y.. Baron A.. Havard. Frittau, Chardère, Rlmpot.

La Penthièvre de Lamballe. Gardin. Le Gall, Riot.

Stade Charles de BUrts, Guingamp. Naudtn. Maurice.

Phalange d'Arvor, Qutmper. Le Gars. Deniel. Kéribin, Sigorn. Moysan. Etoile Dinardaise. Roger. Lainé. Boucher. Bloch. Huet, Huet Georges. Boizou.

Les Gars d'Arvor de Landerneau. Kerdoneuff. Kerbrat. Gulloux. Péron, Salaun Le Gall. Richard. Balch. Ellouet Le Goff, Herron, Cueff, Kergean. Blhan. Cadets de Bretagne. Renne. Péron Jean, Gullleux. Dupont. Saumon. Colombier, Luchl Richard Joseph, Youenou, Pénard. Richard A.. Aubin, Qulnton. Loyer.

Jeanne-d'Arc de Quintin. Bazin, Perrin.

Avenir Saint-Etienne de Rennes. Plnseault. Thébaut. Brault, André. Louis Rabu, Marquet.

Paimpolaise. Paimpol. Chariot. Godert.

Jeanne-dArc de Quimper. n Caxlou,

Un beau soleil a la oarre tixe par J. Perron, l'un des favoris du championnat artistique de Bretagne qui aura Ueu dimanche.

Etoile Sportive Saint-Brieuc. Laurent, Gautier. Week. Jacq.

Les engagés par catégories

En artistique A 5 engagés.

En artistique B 29 engagés.

En olympique 24 engagea.

Championnat des Pupilles 39 enfa» Les concours commenceront à 7 h. le matin entrée 2 francs. A 11 h. 30, messe des gymnastes à Toutes-Grâces^ A 14 h.. grande fête champêtre de i-. ̃̃îr.astique.

Prix d'entrée i i tome. M


LES CHAMPIONNATS

DE FRANCE DE NATATION 18 et 19 jain 1932, à Marseille Les Champlonnats de France de Natation et de plongeons du tremplin, messieurs et dames seront disputes aujourd'hui 18 et demain 19 juin a Marseille

Cl-dfBfeO-.m le programme des différentes reunions

Réunion n. ..18 juin après-midi. 1. 400 m nsge libre dames (classement au temps 2. 10U m. nage libre m««a:eurs iseriesl; 3 Championnat de France du tremplin. messieurs: 4. Grand Pr:x des Jeunes. 100 m brasse. ftreons flllettes; 5 100 m. dos, mesSieurs iseriesi, 6. relais 300 mètre* 3 nages dunes: 7. 200 m. nage libre messieurs séries).

Héunion n* 2. samedi 18 futn, aoir*r. Demi-finales 100 m. nage libre: 2. 200 m, brasse dames icla&sement au temps); 3. 200 m. brasse messieurs i séries I- 4. 100 m nage libre dames (Séries) 5. exhibition de plongeons (messieurs) 6 100 m. do. messieurs (Ona-ei. 7. 400 m. nage libre messieurs Iclasbement au temps).

Reunton n* 3. dtmanche 19 juin. 16 Mures. 1. Re.ais 4 x 100 nage libre dames-, 2. 200 m. nage libre messieurs ,finale!: 3 Tentative de record 300 m. brasse. Mite Guth: 4. Grand Prix aea Jeunes 100 m. nage libre, garçon* et ti;lettes; 6 relais 4 x 100 nage libre i2* série Il. Champlonau de plongeons du tremplin dames. Reunwn n- 4, dimanche 19 juin, sacrée. 100 m. nage libre dames irinaiei; U 10U m nage libre messieurs ( anale 3. 200 m brasse messieurs ifinale i: 4. exhibition de plongeons mesa:eurs et dames: a exhibition de *auveuge- Il Grand Prix des Jeunes. 100 m dos garcors. ailette». 7 100 m. dos dames; 8 Relais 800 m. 4 « 200 m., nage Ubre, messieurs 9 water-polo. Les engagés

Miles Chiaver.m iC.N. Marseille): Bironi C.N Marseille!; Pourqu;er iC. N Marque) Fleuret iC.N Paris Salgado ,Mouette¡; Godard (C.N Paris Delbord iC.N Parisl; • Mah'.eux (C.N Marseille): Jobert .Mouettes,: Smitn (Mouette»): Mtzieres (Libellules Lyonl Valencon (Libellules Lyon); Plancke .CN N Marseille); Mocquot Mouettes Yvonne Jeanne (Mouette* Manson (Neptune Amphitrite. Casaolanca): Guth ieports Réunis. Colmari- Boiteux cCN Marseille); Imbert (Mouettes): Humblot iC.N. Nancy Berhoux iC.N Pans): Hennonnet Movertesn Levlonnols (C N Caenl; Chayla (Emulation Nautique Toulouse i; Sineau iC.N. Nancy: Rigolage Mouettes); Mme Po.rler; Mlle Th. B:ondeau.

MM Barnler iC.N. Nancy Slm!en iC.N Marseille). Delanaye LN TourooiBiti; Tans ilnaiv.dueli Le Gentil iRCF) Busch Lyon N* Thlbaud (CN. Pansi; Court (SCUF, le TanMr (AS Cheminots Renne., A Vandeplancke iE.N Tourcoing' Astorg (Olympique Toulon*» M:ddletou 'C.N. Marseille!. Puis !t>ipique de Toulouse) Neau iC.N. MirseiUei. Verges tC.N Paris); P Vandaplancke (EN. Tourcoing): Rault (A.S Villeurbanne); Mérelle tSCUFI: A Panza iCb Roze Sport* Marseille, D:enner ,Sports Réunis Coimar): Durand iC.N. Marseille!: Aiolias .C.N Narbonnei; Cotteiand iSCUFi; Cuvllly (C Paris): F Panza (Ch Roze Sport de Marseille): Borocoo (A.S. Montferrandaise ) Beuchat iC.N. Msrselllei Afiar (R.U Algeri Chauchon (RU Aaleen: Moig (R.U. Algern Phiallet i&CUF); Navarra ICh Rom Sport de Marseille NeuIaa (Ch Roze Sport de Marseille); Grimaidt iC.N. Marseille): Moulin lA. C. Limoges de la Pannetene iSCUF); Guérm nndividuell: Talmone (C.N. Nice) Idoux iCh. Roze Sports de Marseille): Liander (C.N. Marseille): Gardez iN.E. Amph!tr.te Casablanca Roger (EN. Tourcoingl: Regs Amicale n. Pyrénées); Prieur iC.N. Parts) Lepage (Individuel Benott iE.N. Tourcoing)' Martin (Stade Un:versitaire Lorrain): Helnckelé iSCUFl; Poussard (SCUF) FniSfcch (Sports réunis de Colmari: ThorKOWslti (SAN Nice); G. Vanuxen iCh Roze Sport» de Maraeillei: Nouai (C.N Seine): d'Arnaudy (Olympique de Toulouse Natta IC.N. Marseille): Rechignac (Stade Français*: Zelbig tSN.S Strasbourg); Philippot (CN. Seine): A. Vanuxen (Olympique Toulouseï: Rudolph cCN. Strasbourgl Faye iA.S. Montferrandaisel: Lozac'h (C N Breîtr Atchinikoft iSCUF): Van de Caste* (E.N. Tourcoing! Theveniau (C N. Panei: Thierry tAS. Montferrananise); Navarre 'Chevalier Roze Sports Marseille Brun (C.N Paris); Anglossy iCN. Marseille): Lesur (6CUF): Veyssières iSCUF); Belbeze (Olympique Toulouse Fichter (Ch. Roze Sports MarseuleY Cartonnet iSCUF); Fumat iCh Roze Sports Maraellle); Barthel >C.N. Parai Castex (C N. Toulouse)- Geromini 'Ch. Roze Sp. Marseille)- Schœbel ,SOUFI: Muller (Ch. Roze Sp. Marseille, Plron (Stade Français); Robert (AS. Cheminots Rennais); Rafiy IC.N. Marseille); Lau-

by (S N Mplhouse), Pujol (Ch. Roze sport» de Marsciei. Deoara iCh. Roze 6poru ce Marseille Bchater iA.S P P*r;si; Numez (C.N. Narbonne); Tumelaire (Stade Français).

Le* ôqulpes

Féminines. Mouettes de Paris; Cercie des Nageura de Marseille; Club ces Nigeurs de Par;s.

Masculines Stade Français; Cerc.e nweurs ne Lyon; Cercle Nageurs d» Nancy Cercle Nageurs de Narbonne; Lyon Nautique Athlétique; Aawciation Sportive Montferrandalse Sports Reunls de Coimar: Cercle des Nageurs ce Pans: Sporting Club Universitaire de France iSCUF): Cercle ces Nageurs de Nice: Enfants de Neptune de Tourcomg; Chevalier Roze Sports de Marseille: Cercle dea Nageurs de Marseille; Racing Universitaire d'Aller. 0

Le bel exploit

de l'automobiliste lyonnais Lecot Un nouvean raid de 100.000 kilomètre* sur Rosengart

Lecot. automobiliste amateur Lyonnais. âgé de 64 ans, a entrepris ce second raid de 100.000 kilométres. pour prouver la véracité du premier raid accompli en 1930, qui avait soulevé des doutes

Sur une 5 CV de serte. lui appartenant. Lecot est parti de Lyon le 7 mars 1932. pour couvrir journellement le Parcours Lyon-Parùj. Parle-Lyon. soit 966 kflomètree.

Ayant toujours a bord un contrôleur délegué de l'Automobile-Club de France I<eeot est passé chaque jour entre 12 h. 30 et 13 heures. place de la Concorde, ou Il se faisait contrôler par la commission technique de l'A.CF.

Leeot. pendant tout son raid n'a ressenti aucun malaise aucune défaillance Il a toujours suivi un entralnement sportif régulier et un régime normal. Voici l'haralre de la journée pendant le raid

Départ le matin à 4 heures de Lyon. paasage à Chalons-pur-Saône. Avallon Sens. Melun. arrivée Il Paris A 12 h. 30. Départ de Paris a 13 heures, arrivée a Lyon le soir vers 22 heures. Horaire général parfaitement observé et différences Insignifiantes. Merveilleux conducteur qui fait absolument corps avec sa voiture. aux dires des contrôleurs qui l'accompagnent.

Sur tout le parcours ou depuis 3 mois et demi on le volt journellement. la population lui a témoigné partout sa sympathie et son admiration. Qnant à la voiture. aucun Incident mécanique digne d'être signalé. Les réceptions dignes de son exploit lui sont réservées à Parts et Il Lyon. a partir du 21 juin de raid se terminant virtuellement le 19 Juin au soir). Elle!- commenceront dés la dermére arrivée de Lecot à Paris, mardi prochain 21 Juin a 14 heures.

Réceptions diverses Réceptions dans différents journaux Banquets présidé par M. Justin Godart. ministre de la Santé publique.

C'est un exemple d'énergie peu commune que vient de donner ce sportif français. C'est la deuxième foie qu'un Français accomplit cet exploit que nul au monde jusqu ce jour n'avait osé tenter.

Les représentants olympiques Paris. 17 juin. La Fédération Française de Boxe a nxé comme suit la liste des six compétiteurs au tournoi olympique de boxe de Los Angeles Fayaud (mouche); Nicolas icoqi; Henri Walter ¡plume): Mayor i léger Laplace (ml-moyen Mlchelot (moyen

Un record dt France

Paris, 17 juin. Ce soir, à la réun:on de l'U. S du Métropolltaln, le poids moyen Allène, a battu le record i de France de l'arraché à droite, avec • 88 kilos: ancien record 86 kil. 500.

UN TOURNOI DE TENNIS

DU 3 AU 10 JUILLET A REDON Le Comité du Tournoi de Tennis a le plaisir de faire connalttl qu'il organiae comme les années passées, un grand tournoi de tenls à Beaumont, qui se Jouera du dimanche 3 au dimanche 10 Juillet Inclus. Tous les Joueurs non classés peuvent y prendre part. Deux épreuves sont prévues: simpte dames, simple messieurs. De nombreux prix seront distribués.

Les engagements seront acceptés Jusqu'au jeud: 30 Juin chez Mme Viel. rue- des Etats: M. Mathehn. rue des Etats; M. P. Marotte, la Digue, tél. 14. 8

Le tournoi international de Paris Paris, 17 Juin. L'avant dernière Journée de la grande semaine était consacrée aujourd'hui au Gymnase Huyghcns. aux premières épreuves du tournoi International do Parts qui ont donné les résultats suivants

A. 1. Plot (Parlsl. 6 victoires: 2. Brun iNiems). 5 victoires; 3. Fauré iJolnvlllel et Krichoff iE.V.I. 4 victoires 5. Gardére (Pariai, 3 victoires; 6. De Beaumont tAng.), 2 victoires. B. 1. Prat (Monaco. 5 victoires. 9 touches: 2. Wormser (Colmar). 5 victoires. 10 touches; 3. Mercier (Paris), 5 victoires, 11 touches; 4. Ses (Belg.), 4 victoires; 5. Dutot (Toulouse). 3 victoires, 14 touches; 6. Daekenbergv ¡Suède), 3 victoires, 15 touches. C. 1. Géo Buchard (Le Havre), 7 victoires: 2. Jaulet ¡Belge 5 victoires 3. Velin (Nancy). 4 victoires, 15 touches; 4. Mtlncr lE.U.), 4 victoires 17 touches; 6. Brethons iLlbournei, 4 victoires 18 touches; 6. De Pignol (Paris). 4 victoires. 20 touches.

Demi-finales aujourd'hui à 9 heures: finale à 14 heures. 0

A Rennes aujourd'hui

DEUX CONFERENCES

SUR L'EDUCATION PHYSIQUE ET LE CONTROLE MEDICAL A l'occasion du congrès des officiers de la réserve de la 100 région, le mé- decin commandant de Chaisemartln. de l'Ecole supérieure d'Instruction Physique de JoinvUle-le-Pont. fera à 14 h. 30. au Foyer du Soldat, une conférence sur l'Education yhysiqus et le contrôle médical.

Les membres dirigeants des diverses sociétés sportives sont invités à y assister.

Une autre conférence sera faite à 18 heures, à la Faculté des Sciences de Rennes (amphithéâtre de zoologie), sous le patronage de la Société médicale d'Education Physique de l'Ouest. Au cours de cette conférence. M. de Chaisemarttn parlera de ses récents avec le professeur Vaquez. 8

Société la Tour d'Auvergne (Gymnastique). Tous les gymnastes adultes et pupilles sont priés de se reumr au siège de l'œuvre, A 19 h. 16. pour assister au festival de gymnastique qui a lieu aux Cadets de Bretagne, a l'oocasion des championnat» artistiques et olympiques de Bretagne.

Présence indispensable. route absence non motivée sera sanctionnée. 8

Bspérance de Saint-Hélier. Tous les membres de la Société sont instamment priés d'assister à l'assemblée générale statutaire annuelle, qui se tiendra le mercredi 22 Juin 1932. à 20 h. 30. au siège social, 25. boulevard Laennec. Sont convoqués mardi 21 courant, a 20 heures. angle des rues Salnt-HéHcr et Adolphe-Leray Allain. Sice. Bourges A., Roy et Leduc.

8

COURSES A MAISONS-LAFFITTE Paris, 17 juin. Un temps superbe a favorise cette réunion et maigre quelque* abstentions de dernière heure. le programme a été plus que copieux. comme toujours a Maisons.

L'épreuve principale de la lournée. Prix W. K. VanderoiK. a été pour Pougatchew l'occasfon d'affirmer à nouveau sa réelle qualité. tout en faisant ressortir les mérites de La Pommeraie II. qui a joue avec lui. Le poulain de M. André Prévost disposait aujourd'hui avec désinvolture de la 2' de la Poule d'essai qui avait très bien couru dans le Prix de Diane. Après avoir attendu jusqu'au parc aux voitures Pouaatctiew bondissait au premier appel de son Jockey et laissait tout le monde sur place. Disguise, second précédait de presque aussi loin Serre-Chaude. Les autres n'insistaient plus. 0

Résultat»

Prix d'Aigbemoht (à vendre. 7.500 fr.. 1.100 m.). 34 partants 1. La Goulettre (Rosen), a M Volterra: 2. Oesha (Vaixelnschl, a M. Holller-Larousse a. Walked-Over (Weston). a M. W Pratt. Non placés Rainette (A. Lecavelien. Neuvtllats (M Lynch); Francohn (C. Sautour): Ensorceleuse iA. Montanê): Lorely lE. de Cook): Irxmn lA. Hatton): Luette IR. Rossignol K Folata (J. Patrick); Cor Anglais (P. Jean Teuica IM. Bonaventure): Mouke 'M.. Leroy); Hélette (E Leroux); Ziberty (G. Jusseaumei: Rovbet IJ David): Divin Il (A Relnette); Escrennes iG. Delaurle): EWite des Mage (F. Emmanuelli I BraTondu); Eae (S. Woodi; Sunspot (W Slbbntt); Lomond iR Peltlerr Tvr iR Arnal) La Menara (E Goldtni: Naaman iA. Rabhei; Beau Diamant iL Bcwch): Empedocle (Ch. Semblât); Queen't Nalt iC Bouillon); Le Loir (R Fortin): Allegra tA. Français); Corné. Ua-lll (J. Rosso).

Prix Ugamda llO.OOO fr.. 800 m.). 2c partants idead heat pour la trolslémi placel. 1 Cap d'Antibes iRoseni à M. Volterra: 2 La Souricière iDulorezl. a M. Aumont: a. La Loutnért (Bouillon), a M. Chamon 3. Klankt (Sibbrlttl. à M. Wittouck.

Non placée Cormenctto (C Sautouri, Uraietmette iLecavellen. Sœur Cadeilt ae ta Lune 'O ueiaunei. Enclate (R Ferre:: Bonbonne R Hucnen Banbaltna tA Reinette); Ma Recoin,Dense iM Lynch Rosa la Rose iK Ar. nan. TMesecake iCh Semolact: i: Honei Moon .M Brethes Eldora lA Haooei: Massilia-U (A Laviallei. Mère Lurette iN Pelât) Bitter Sweet (M Lerayc Argyope (L. Lynchi; Plume Rouge L Bosch i; Ella iM Bonaventure): treaenca M AUenmndi. Pagoda iJ. Roosoi. PRIX DE Chcnneviérfs ,a vendre, i oOO francs. 2 100 m.), 21 partants. le. Julepe (Pecqueux). a M Unzue: 2 Belqrano iLethieni Il M CasteJa: 3 Gagne Petit iPeitieri. a M Banller.

Non places Fleur d'Ali .E. Goldin); Chetk Lass ij. Fngouli, Imtaiivc >f. Jean San Pedro (G Duforez i. Brocart (R. Auge); Magicien III ij. Bail liez Nubar tA. Hattoni; Samt-Plactde IL. Maillet i; Kertys iN Heiati; Le Mmautaure IC. François! Paramout Star (R. Taèsett; Mademoiselle d Argagnon >K Huchet Piclienctte tA Bonnini; Badinguette iF Rochettl: Hero iR. Arnal Camelote tA Martlnezi; En Beaute iM Lynchi, Ma/ra IG. Westonl. PRU W. K. VANDERBILT (26.000 trancs. 1.600 mètres. 1 partantal. 1. Pouaatchew iRaobe) 'a M Prévost; 2. Dwguise (Dulorezi a M. Derby.

Non placés Watteau (P. WlcKet», Necklet iC-H Semblât!. Mon Amour III (A. Lav:alle). El Peru (1V. Sibbritti, Serre Chaude (P. VUlecourt).

l RtX Plaisanterie chaud.. 12.500 fr.. 2 000 mètres, 20 partants 1.' 1. Dark Lady iPratt) a M. Schwob 2. Radolme (Hubert! a M. Gaillard; 3. Hallobie .Dulnrez) a M. Gallo.

Non Dlaces Hatston (A. Flabbei K'ne GirJ'j iC. Bouillon). Buenos Aures Il (G. Bridgland Nuit de Prince A. Cheret). Maxtcure iG Delauriei. Cassandra (M. Allemand!. Masked Parade tM. Lynch). Perle Japonaise (F Rochettn. Glenara IJ. Rossol. Crigny (P. VUlecourt La Roudoule (B Roseni. Perle Fine Aude iL Fichet). Boccanera 'C. Heroette Cane Town tR Arnal), Fortitude iE. Tourniel. Myab (N. Pelat).

PRIX MONTOQARTIN (12.500 fr.. 2 400 mètrès 9 partants). 1. Titi Bag (Lavlaile) M. Dubots; 2 Metchoni (Delaurle) fi M. Renier: 3. Mirontaine (Duforez' a M Champion.

Non placés Whlte Bait (A Rabbe). Greystoke (M. Bonaventure) Javeleur iC.-H. Semblât). Tortoise Shell (B. Rosenl. BUnd Hope (R. Huchet). Rober.tico (I. Vaixelflsch).

Prix DU CHALONNAIS (haies. 10.000 fr.. 3.200 mètres. 10 partants). 1. MatsUnissa .Lethien) M. Crlstobal 2. Domination iMaupasi a M. Randon: 3. Apvio Claudio 'Gulho) a M. Délor. Non placés Liana iJ Bertlnn. Petit Luc (J Mlgeon). Cocardasse IM. Amossel. Marrakech lA. Reinette). Libellule VI 9R George). Mounéou (M. Plaine), Santoria (C. Vagnat).

pari Mutuel

La Goulette 89 à P.

P. 50 P. 16 50 2' c Deat-heat pour ta 3' place

Cap d'Antibes c. 23 La Sourtciere P. 12 La P. 8 50 Klarika P. 19 50 P. P. P. 2't 50 G. 12 P. 6 n

P. G. 50 P. 22

Radoltne P 26 Haflobie P. 50

61 c. Titi Bao G. 154 s Mctclioul P.

.Utrontaine · P. 10 »

7, c..Ua.vimssa G. 24 50 P. Il 50

Domination P* 16 50

Appio Claudio P. 14 »

COURSES A SAINT-CLOUD

Partants probables

l'mx de Covlommieks .a vendre. 7 MO francs UUO mètres,. Daims Maillet), Panutisinque 'Goldin La BeLle Epine, (Bou.iveat.urei. Kiiaitat iGiddsi Silistrie Jean) Tiens iDiven Banque Ouverte -Hubertl. Crème Renversée (Rochettu. Dame du î'mr; ,Woodland). Sans Pannt ,X.̃. Catalane iAl.emand), Epine Verte .Bonneaui Williams tHrtdglanai. Gobée Il Sautoun King Coal • Vaixelfiscni..4i»nu Il (Roser.

Prix CHAAIPAUBERI 2U ooo francs. 1.600 mètres). Renard Bleu tdulorezi. Kars iLelevni. Aiglewont ibruneti. Mwnnlios iBrelhesi. Pnar (Semoiati. IV is/i (Peiati Mmnmee iFrancois). Dark liubOle iSibbntti

PRIX Prince Palatine inandicap o0.000 francs 2100 métrés i. Vaçabona Laver iBnerre). Ottaua (Lavialiei. Bievres iRabbe). Chanardon (Sibontti. Dunpiiatl iRochettii, Thieuy .Hervé) Le Pelvoui (Hatton! Cieion ̃Pecqueuxi. Queens Secret iBretnes». Dclicia -Seinblati. Uoodly iDutore/i. Jocosa (Brldgland,. Mctusme Pelat). Coq du Midi iROf.cn). Sonardiere .Herbfttei Oman PRIX JOYEUX Drille ia venare. 10 000 francs. 2 600 mètres). Juiu (Dutorezi. Dark Polish iJusseaumei. Mclusme (Pelât), yternois ,Dupontt. Boudtthu (VVnodlandi. Lantkez iRabbei. Passara, (Crawleyi. LAmye du Peuple (Vaixelfisch) La Guimard tSequ:nl.

PRIX FLYING Fox (handicap 50.000 fr. 2.100 mètres) Tartempion rHattonl. Tapinois Duforez i. Tchang 7i Semolat) Smnaman iSlbbrltti. Archimede Il (Boscni. Cromos IRoseni. Jupiter IV ,Rabbe). Huchet (Bouillon) Noirmcutiers iBrethes), Braianib Boroimhe 'Hubert) Poseur iSautour), Dtlov IBr:djrlnndi. Masked Démon (Valxelfls* Aphrodfte 111 (Rossoi. Golden Manna (Pratt).

Prix Jus d'Orange Il ;;00 francs. 800 métros) Roi dit Diamant (Bouillon), Omval (Lynch) Le Montagnard iBndglandi. Lansquenet (Turneri. Pantalon (Duforez i. Double Deux iRochettn. Le Tremble (Hervé) Bamako (Ranbet. Ls Cocktail iTrèmeau). Chebli (Sautour), Black Opai (Semblât). Starling 1 (Lyon), Cornac cKeogh). Tarais Il lS11> brut).

Pronostics

1- course Epine Verte. King Cool. 2' course Prior. Mammee.

3' courbe Dunphail Bievres.

4- course Juju, Dark Polish.

S> course Mtel Rosa Aphrodite /H. 6' course Pantalon. Starlina.

Pronostics de la presse spéciale

PARIS-SPORT

1" course Dame du Turf.

2' course Morrfn'ios.

3« course Ottawa.

4t cnurse Melusme.

S course Cromos

6" course Le Montagnard.

ACTrOTL-LONGCHAM»

1" course Khatlar.

2' course Gracux Germony.

3' course Bievres.

4e course Julu

5" course Cromos.

6' course Le Montagnard.

Feuilleton de L'Ouest -Eclair

du 18 juin 1932 221

Le --Mendiant d'amour

inédit le MARIE Son premier som avait i-e de st remémorer minutieusement toutes les circonstances de cette reconnaissance dont Il avait, pour les besoins de sa cause, éleva la précision à la valeur d'un dogme. Et il avait été obligé de s'avouer que. faute d'un Indice certain. par exemple, la trace d'une fracture ancienne, attestée par des témoins irrécusables. Il serait impossible de prouver que le squelette Inhumé en Australie etau bim celui du roi des épices. Or personne au moment des funérailles, n'avait évoqué Dareil accident Seule, une enquête très serrée, et très difficile. étant donnés les capitaux dont l'adversaire aurait l'entière disposition, pourrait donner une précision sur ce point. Dans ces conditions mieux valait réserver le moyen et n'en user qu'à la dernière extrémité.

Au fait. conclut-il, peu m'impprte que cet individu usurpe ou n'ueurpe pas une fortune à laquelle

Joëlle a renoncé Et même qu'il reprenne ce qui avait été donné par contrat, et que, de t utes façons. je refuserais de conserver. L'essentiel est que notre foyer demeure intact. J'lgnore quels seraient, le cas échéant. les droits du premier man toute la question est là. Le plus pressé est de m'en informer. Ensuite. J'aviserai Or. Flore ne s'était pas trompée. Ivre de Joie, Freddy n'avait pas voulu s'éloigner si rapidement de celle dont l'accueil, sans être celui qu'il avait rêve, lui donnait de si grands espoirs. Il était allé s'installer a la terrasse du café le plus proche, et avait commandé n'importe quelle consommation

Les projets les plus extravagants lui hantaient le cerveau. Il bâtissait des palais, acquérait, pour son idole, des parures princières, donnait à son fils une armée d'esclaves Bref il délirait de bonheur anticipé

Dans son allégresse, il en avait oublié les détectives qu'il avait mobilisés en cas d'échec. L'un d'eux, leur chef, vint s'asseoir à sa table. Mon ami. lui dit-il, en sortant son portefeuille. votre mission vient de prendre fin. J'ai rendez-vous demain avec.. la personne en question. et nous sommes parfaitement d'accord.

Vous m'étonnez répliqua froidement Je policier Le ménage Kersann est réputé, a juste titre, le meilleur de cette ville. pour ne pas dire unique de son espèce. Je suis désolé de jeter un peu d'eau froide sur votre enthcualasme: mais je crois fort que pour agner quelques heures. on ne vous ait joue la comédie

Eh que feraient-116 d'ici demain matin

Disparaître, tout simplement Peuh Et pour combien de temps ?

Qui sait? Le docteur Kersann n'est pas un adversaire négligeable; doue d'une intelligence d'élite. et d'une énergie peu commune, il peut, aide par des amis bien places, se soustraire définitivement, avec sa petite famille, à toutes les recherches. Donnons lui l'éveil c'est fait! et qu'il ait vingt-quatre heures, et nous ne le retrouverons jamais

Mais, puisque je vous dis que. Enfin, ce sont des choses que l'on garde pour soi.

Je vous entends parfaitement, et je vous souhaite sincèrement de n'être pas déçu. Cependant, je préférerais. si vous n'y voyiez pas d'inconvénients. exercer. cette nuit encore, une surveillance discrète autour de la maison supposez que le docteur Kersann, mis au courant de votre apparition, ne prenne la décision d'enlever sa femme pour la soustraire à vos entreprises? By Jove Voilà une idée qui ne m'était pas venue Il ne m'a pas semblé que J'étais très sympathique au personnel nul doute que quelqu'un ne prévienne l'intéressé Redoublez donc de surveU'aiice. et n'oubliez pas, en cas d'alerte, que vous avez une complice dans la place

Le lendemain. pour la première fois depuis le mariage de son fils. ce fut le vieux docteur Kersann qui reçut les malades à l'heure de la visite. Yves l'avait réveillé, au petit matin, pour le mettre au courant de la situation: et le vieillard, atterré, avait été le premier à conseiller à son fils d'agir sans retard. Yves était parti aussitôt, dana l'intention bien

arrêtée de voir un de ses anciens camarades, avoué de grand renom. Peu désireux de mettre un tiers au courant d'une affaire si particulière. U avait décidé de solliciter le conseil de son ami, au nom d'un de -ea clienta Ce n'était pas la première fois qu'il avait recours aux lumières de son camarade, en faveur d'un patient désargenté.

Mais, aux premiers mots qu'il prononça. l'avoué l'arrêta d'un signe et lui dit d'un ton peiné

Eh quoi, est-ce là toute la confiance que j'ai su t'inspirer ? Ecoute le mariage de Mlle Warins, et son rapide veuvage, ont fait assez de bruit dans notre petite ville, il y a quelque trois ans. pour que 4a réapparition du pseudo défunt risque de ne pas passer inaperçue Il s'est fait inscrire sous son nom, en arrivant, hier midi. à i'hôtel Terminus une heure après, j'étais au courant de la nouvelle. Je t'attends depuis ce temps-là

Excuse-moi, plaida le docteur j'espérais éviter le scandale.

Tu n'y peux rien 1 Il faut en prendre ton parti. Je puis t'affirmer que personne n'a vu revenir avec plaisir ce grossier individu. Il n'y a qu'une voix pour vous plaindre, toi surtout; ne m'Interromps pas. toi surtout, qui avais fait bon marché d'un affront immérité Je t'en prie Ne prends pas la peine de défendre ta femme tout le monde avait compris qu'elle se sacrifiait pour sauver l'honneur de son père ruiné par des spéculations absurdes. Je te le répète si la commune de Dlnan avait, comme jadis, droit de justice sur son territoire, l'indésirable trouble-fête serait déjà expulsé. Mais. 11 va falloir plai- der.

Plaider ? Il a donc conservé des droits. ?

Imprescriptibles

Mais. son absence.

Involontaire

Cependant, son identité.

Est pratiquement incontestable Nous la contesterons. pour gagner du temps Tu me pardonneras d'être intervenu avant que tu m'en aies prie n y avait urgence, j'ai agi sa.i£ retard. Le commissaire de police, alerté par moi, est allé lui réclamer ses papiers ils sont parfaitement en règle Son passeport est régulier rien a tenter de ce côte-la. La seule faute à invoquer contre lui est le temps qu'il a mis venir se prévaloir de ses droits. Il aurait dù le faire dès sa. résurrection; or, il s'est attardé en Australie. Nous plaiderons l'abandon de domicile. Peut-être gagnerons-nous la partie

Tu n'en es pas certain ?

Non Tu dois bien penser qu'un milliardaire n'hésitera pas à charger de la défense de ses intérêts les jurisconsultes les plus qualifiés pour nous faire échec 1 Aussi, je suis d'avis de ne rien faire avant d'avoir épuisé toutes les possibilités de conciliation. Mais enfin, c'est fou, cela C'est inique Puisque la loi autorise le remariage, sous certaines conditions, elle devrait en garantir l'invlolaDllité 1 Que veux-tu que je dise, mon pauvre ami Un contrat rompu par erreur conserve fatalement toute sa valeur I Ton mariage est nul de plein droit, parce qu'tl y a erreur sur la personne non pas sur la personne physique, mais sur la personnalité civile, d'un des conjoints. Tu avais le droit d'tpomer une veuve, mais non

une femme encore légitimement ma- riée

Mais. nous l'ignorions tous la deux. et tout le monde avec nous 1 Evidemment Votre bonne foi n'est pas discutable; par conséquent, vous ne serez pas poursuivis c'est tout L'erreur commise n en devient pas, pour cela, une vérité Tu détenais. de bonne foL un oien qui n'avait pas le droit de tappartenir tu es tenu de le restituer Il son propnétaire, du moment où il fait valoir ses droits

Et la conciliation consisterait.- ? A obtenir du de cu1us qu'il donne à son épouse. mais oui son épouse n importe que tu te rendes oien compte de la situation, si tu veux obtenir un résultat Je disais donc 11 s'agit d'obtenir de Loveless qu'il autorise.Mme Kersann à introduire une action en divorce pour abandon de foyer En divorce ?

Cela va de sol De même que. 31 nous plaidons, ce sera pour obtenir du Tribunal l'autorisation pour Mme Kersann d'introduire une semblable action Du moment que le premier mari est toujours vivant, et nullement déchu de ses droits. le manaff« ne peut être dissous que pur le divorce! Je ne te parle ici. évidemment, que du mariage civtl. Pour le mariage religleux, J'ignore ce que ferait 'église dans un cas comme celui-ci Mais, je ne suis pas certain que fjoveless auto* rise ta femme « la sienne i fc demander le divorce.

Et, pas d'autre solution?

tA svivrO

La publicité de VOuest -tclatr ma ̃ paolna chère parce que la pltj» productif*


Expositionde printemps de la Société Nationale d'Horticulture

1 plaint que depuis la ̃^ ̃»! marque dans ce siècle srisle^ >oint de repère, il n'y u vlus de oisons et en particulier plus de printemps. A'otre planète semble ne plus c tourner rond comme on dit en mécanidue. Il faut croire que le soleil t'est pas tout, car chaque année les exposants se surpassent à l'ex- position de printemps organisée par Za Société Nationale d'Horti- culture. L'émulation, un peu de concurrence, le goût, la recherche de l'art et les progrès d'une véri- table science nous ont donné cette année l'occasion d'un délicieux enchantement.

Le visiteur n'était plus sur terre, rnais dans un paradis terrestre. Dès l'entrée, qui s'ouvrait sous un portique nouveau style, son oeil était attiré par l'harmonie d'un ravissant jardin où les lignes géométriques des arbustes taillés en cordons, en gobelets ou en pains de sucre se mariaient avec l'étrange chaos d'un parterre de dalles blanches disjointes, comme enchassées erztre de verdoyantes ou multicolores plates-bandes au milieu desquelles un bassin ovale jonché de nénuphars apportait sa note de fraîcheur.

Plus loin, massifs de rhododendrons et d'azalées, bégonias et hortensias, d'une incomparable richesse de tons, nous transportaient dans un cadre tout méditerranéen. Ailleurs, semblant vous inviter au repos, des pergolas se dressaient dont les colonnes étaient enlacées de roses, beaucoup de roses aux troublantes efftuves.

C'était une collection autant qu'une exposition des plus beaux spécimens de toutes les fleurs printanières groupées là, comme par «n peintre, dans une harmonie parfaite, pour la réalisation du plus beau des chefs-d'oeuvre.

Mais, quoi qu'en dise le vieux dicton, l'artiste ne vit pas d'art et d'eau fraîche ».

De savants étalages de fruits et de légumes, s'ils semblaient une nature morte, nous rappelaient à la vie. Il suffisait de les contempler pour se rendre compte du côté pratique de cette manifestation.

C'est toute l'élite de l'industrie fruitière et potagère que nous saluons dans ces exposants, et il faut reconnattre que de semblables résultats n'ont pu être obtenus qu'au prir d'un travail acharné et persévérant dans le cadre d'une méthode sélective qui leur fait honneur.

Souhaitons aussi que pécuniairement ils soient, dans leurs entreprises, largement récompensés. M. Chottpot,

Ingénieur agronome.

Entretenez vos outils de jardin

Rien n'est désagréable çomme dets outils de jardin auxquels adhère encore de la terre. Nettoyez-les avec le plus grand soin chaque fois que vous avez terminé votre travail si vous ne voulez pas qu'ils s'oxydent sinon. la rouille accroissait fortement l'adhérence, la pénétration devient Tés difficile. Le po!Ss de l'outil augmenTe en même Que le frottement mêla: fur terre est remplacé par un frottement terre sur terre qui ne favorise pas le Ellsfemeitt. CppenJnnt. malgré tous vos soins, 11 j arrive que les outils rouf'lent surtout quand Ils travaillent dans des terres acides et par suite très oxydantes. C'est une incitation précieuse en oe sens qu'elle démontre la nécessité de neutraliser l'acidité du soi par un copieux énsndn^e de chaux Mais, en attendant, dérou'lle* vos outils Employez dans ce but :a solution suivante qui dissout ranldement la roulée eau distillée 500 irammes acide tanrlqne 2 Kr. 5. nnvoehlorure d'étaln 25 gr. ImblbfK un t»mnr>n et frottez Lorsque le métal est 'jn'lant. lavz a grande eau et séchez •o!~nput-ernervl

Rendrz "nviltt vos outils lnoxyd ib'es. tjiil'sp» pour cela une graisse préparée au buln-marie en Incorporant 40 tr. de camphre pulvér'se à 500 Kr de saindoux puis de la mine de pomb en quantité suffisante pour donner il. cette graisse une couleur orrlR fer. Appliquez la composition pendant quelle es' chaude. NARCISSE.

Conseils pratiques

les vaches chaque Jour. Ne trayez que *u?lqj* temps après avoir nettoyétabie ou distribué les fourrages pour Ou'U ne voltige p'us dans l'air, aes nrcel'es de paille ou de foin Lavez jours soigneu^emîiu le pis et les crayons avant la traite n'utilisez pour récn'ter le lait. tlue des récipients parfaitement iavt« que vous avez ensuite passes à l'pau bouillante quand vous rom-nencez à Taire, rejetez le premier jet de 'ait da chaque t-ayon.

Détruisrz lijritc ou puce du chou. Dès l'apparition des altises. répande/. sur ea t" s fvec un pulvérisateur ou une seringue une rosée de Jus de tabac xfefae dilua rate» de a gramme» PU

Les traitements

antidoryphoriques

des pommes de terre Trois procédés sont mis et œuvre le ramassage. le traitement des feuilles et le traitement du sol.

LE RAMASSAGE

Le ramassage est l'opération essentielle qui. si le foyer doryphorique est peu étendu et traité temps. sufflra souvent pour a-T&ter l'in!ectlon. Il s'agit simplement de ramasser tous les Insectes adultes et toutes les larves que l'agriculteur observera sur les pieds de pommes de terre ou sur toute autre plante.

Surtout ne sortez Jamais du chamn un Insecte vivant Tous les doryphores adultes tu non. doivent être lmmédla- tement mis dws un récipient quelcon- que, contenant de l'eau additionnée d'un peu de pétrole ou de l'alcool brûler.

Quant aux œufs, détruisez-les avec les doigts en écrasant la feuille sur laquelle Ils ont été pondus.

LE TRAiT'EMENT DES FEUILLES Il doit avoir lieu après le premier ramassage. dès la découverte du foyer. Renouvelez deux fois à huit ou dix mcnts en tout

Employez piur cela de t'arséniate dl- plombloue (2 kilogrammes d'arsenlate pour 100 litres d'eau) que vous pulvérisez eu moyen d'un appareil semblable à celui utilisé pour la bouillie borde- laise.

Opérez par temps sec. de la périphérie du champ vers le centre.

Sans condamner les traitements Ilquides. Il faut reconnaître les difficultés fréquente- qu'ils présentent pour l'ap- provlsionnement en eau. dlfflcultéa encore accrue; lorsqu'il s'agit de traiter des cultures éloignées des points d'eau (sources rivières ou puits) et seulement accessibles par des chemins étroits et tortueux. Le transport de l'eau (1.200 a 1 400 litres par hect.» poids mort énorme par rapport à la faible quantité de produit actif nécessaire. la préparation de la bouillie le remplissage des pulvérisateurs à l'aide d'une pompe, les pertes de temps occasonnées par les allées et venues, sont évités par les pou- drages.

L'emploi des poudres présente de mul- légèreté et à leur ténacité. s'insinuent dans toutes les parties des plantes les plus touffues ou aucun liquide ne peut pénétrer Les produits entrant dans leur composition (généralement arséniate de chaux avec un sel de cuivre), efficaces à la fois contre le doryphore et le mildiou, les rendent ainsi à double effet. Les poudrages twrmettent de traiter rapidement et: dans la lutte contre le doryphore. Il existe des moments comme en juin où cette rapidité est indispensable. si l'on veut préserver à temps de vastes surfaces attaquées. Enfin. l'effort de traction nécessaire pour un appareil à grand travail est insignifiant. I1 ne pourront malheureusement pas être généralisés tant que l'emploi des Poudres arsenicales pour ces traitements sera interdit en France et c'est fort regrettable.

Il convient, tout de même, de signaler que l'exécution des poudrages ne doit pas se faire sans précautions. Toutefois les dangers pour le conducteur et l'attelage sont plus apnarents que réels, puisqu'il n'a pas été enregistré d'accidents eu cours des traitements d'essai. LE TRAITEMENT DU SOL

C'est un traitement d'arrière-saison. Il a pour but de supprimer les Insectes hivernants et les nymphes ou d'éteindre rapidement un foyer peu étendu et Isolé.

SI la surface contaminée est petite, vous pouvez vous contenter d'asperger le sol de pétrole, de benzol ou d'essence (5 litres par mètre carré).

Si. au contraire la zone à traiter est grande, le sulfure de oarbone est IndisPensable 750 litres l'hectare au moins, au moyen de pal-injecteur enfoncé à 15 centimètres de profondeur. Espacez les coups de pal de 25 & 30 centimètres en tous sens en ayant soin de fermer d'un -oup de talon les trous laissés par le pal.

Le traitement au sulfure de carbone n'a d'effets que M le sol n'est pas trop argileux.

litre d'eau. Faites ce traitement en plein sole! Bne première application étourdit les altises une seconde, un quart d'heure après. touche celles qui ont échappé et aggrave l'état des autres une troisième application un quart d'heure après achève d'asphyxier les altises.

Evitez let écuries trop chaudes qui rendent les chevaux délicates et frileux et les écuries trop froides qui exigent des animaux une nutrition plus active. La température la plus convenable est aux environs de 15° SI vos animaux ne sont pas logés dans des étables, veillez à ce que :ed bat-flancs puissent se détacher facilement. Nombre d'animaux s'embarrent en ruant et il peut en résulter des accidents fort gravies. Si vous construisez une écurie neuve, ne ménagez pas la lumlére. Les êtres organisés s'étiolent vite lorsqu'ils sont privée de lumière d'une façon sérieuse.

Pour conserver longtemps !es bouçvets Cueillez des myosotis et mettez-en tremper les tiges dans >•̃»»stette soupe remplie <»»«. ue pluie. Placez les ft»^rs auprès de la fenêtre pour qu'elles Jouissent des avantages résultant de l'abnndance de la lumière Remplissiez l'assiette mesure que l'eau s'évapore. Les fleurs se conserveront tout à fait fraîches sauf celles qui étalent déjà avancées quand elles furent cueillies. Aussitôt que les racines courront dans l'eau de nouveaux boutons se montreront pour remplacer les fleurs fanées. Ayez seulement la précaution d'enlever au fur et & mesure les parties mortes afin d'éviter que la pourriture se mette dans l'assiette.

Contre les pucerons des rosiers. Faites des pulvérisations avec une solution eau 100 litres savon vert 3 kilos, alcool à brûler 2 kilos.

Reconnaissez le fraîcheur des œufs. Plongez-les dans un récipient contenant de l'eau additionnée de 126 grammes de sel de cuisine par titre. Les oeufs du Jour tombent au fond, ceux de la veille restent dans le bas du liQuide, ceux de deux Jours montent au-dessus du milieu. Les œufs qui ont plus de cinq Jours montent à .a surface et sortent d'autant plus de l'eau qu'Us sont vieux. Pour enlever la peinture sur des boiseric3 passez une mixture composée de benzol 50 gr.. acétone 50 gr.. paraffine 3 gr. La peinture s'enlèvera assez facilement. E:oienez-vous de toute flamme. ce mélanre étant très Inflammable. 1,VOITURES & CHARIOTS

LE CREDIT AGRICOLE Le dernier rapport dn Ministre de l'Agriculture sur la situation du crédit agricole montre que celui-ci se développe de plus en plus, Son influence grandissante ne pourra avoir que des conséquences heureuses en animant tout et en rendant l'activité de plus en plus débordante à la campagne.

L'usage du crédit devient de plus en plus habituel et courant à la campagne. 1 C'est là un des symptômes les plus heureux que l'on puisse souligner. Le nerf non seulement de toute guerre, mais de toute activité, c'est l'argent. L'argent anime tout, vivifie tout. Oui, mais à une condition, c'est qu'il soit utilisé, c'est qu'il travaille. Ce qui a fait et ce qui fait la prospérité de l'industrie et du commerce c'est que l'argent y est très actif. C'est qu'il revient dix fois quand dans l'agriculture on ne le voit réapparaltre qu'une ou deux fois seulement. Bien plus des organisations sont préposées au commerce de l'argent et intéressés à rendre sa circulation aussi intense que possible. Grâce au crédit et à l'escompte, le même argent peut travailler dans deux, trois endroits différents. L'Allemagne s'est enrichie follement avant la guerre par cette superposition de crédits, rendant sans doute son économie un peu fragile par l'audace de ses acrobaties (l'événe- ment l'a bien montré depuis la guerre), mais animant partout l'activité et fondant s-. prospérité. Et ainsi en est-il plus eu moins dans toutes les nations à l'heure actuelle. C'est le crédit qui mène tout, parfois à un train endiablé, au risçue de faire la culbute. ce qui lui arrive, hélas trop souvent. Mais on est. en général. indulgent à son égard, car sans lui rien ne se ferait. Le paysan en face du crédit Il est bien clair qu'en agriculture nous ne sommes pas atteints de cette fièvre des affaires. Les spéculations que nous engageons sont à terme beaucoup plus long, même quand elles sont dites a court terme. Elles n'intéressent pas les banques et les banques ne nous intéressent pas. Cependant l'agriculture a elle-même besoin d'argent, besoin de crédit, besoin d'avances. Il a donc été nécessaire de créer pour son usage des institutions dispensatrices d'argent adaptées à ses nécessités. Ce sont ies caisses de crédit agricole qui sont et doivent être les vraies banques des cultivateurs. Et ce qu'il y a de particulièrement intéressant et de rassurant, c'est de constater qu'elles obtiennent leur confiance.

Oh cela ne s'est pas fait du premier coup, ni dans un jour. A la campagne, l'argent est soupçonneux et timide. Le crédit s'enveloppe de mystère et comme de honte. Les premières caisses rurales qui furent fondées manquaient partout de clients. Ouvrir une boutique où chacun pût venir demander de l'argent à emprunter, cela choquait tellement toutes les habitudes qu'on eut peine tout d'abord à y appliquer son entendement et l'on continua d'aller en se faufilant, trouver la porte dérobée du notaire ou de l'usurier pour lui expliquer avec de longues palabres qu'on aurait besoin d'un « service d'argent

Puis les plus audacieux se hasardèrent, ordinairement les plus riches, car les riches ont aussi souvent, sinon plus que les pauvres, besoin d'argent pour le règlement de leurs affaires. Surtout quand on se fut aperçu que le secret des opérations pouvait être et en fait était aussi bien gardé dans les cuisses rurales que chez les notaires, un mouvement assez lent au début, mais qui s'amplifia assez rapidement, encore qu'il soit loin d'être général, se dessina pour diriger les paysans vers les caisses de crédit agricole. Aujourd'hui un très grand nombre de cultivateurs, non seulement n'éprouvent plus aucune hésitation ni surtout aucune honte à se présenter à la caisse de crédit, mais ils trouvent en elles un instrument fort commode pour toutes leurs opérations commerciales ou financières. Ils ne gardent plus d'argent chez eux. J'entends de grosses sommes. Ils ont de l'argent disponible, ils l'y déposent. Ils en ont besoin, Us demandent des avances. A l'occasion. ils demandent à la caisse de payer pour eux. C'est vraiment la banque à la campagne. Le tout est réglé par un )eu d'intérêt, en doit et avoir, dont le relevé e..t **u»*îi périodiquement A>rf ïuvtsent. au lieu 0'vtr» aans des multitudes de urolrs, est continuellement en travail, car parmi les membres d'une caisse rurale, si l'un a des disponibilités, l'autre a des besoins. La caisse est une «rte te caisse de compensation qui établit le ron^rt et ainsi l'argent de la campagne reste à la campagne et vivifie la terre.

L'argent y est d'ailleurs en parfaite sécurité peut-être plus que chez soi où il peut toujours craindre le feu ou les voleurs. Les dirigeants des caisses rurales sont des cultivateurs qui ne placent qu'à bon escient. A la cam- pagne on se connalt. Il est autrement difficile qu'en ville et dans les affaires de donner le change sur la solidité de sa situation et de son travail. Il est extrêmement rare qu'un mauvais pla- cement soit consenti. D'ailleurs .le cré- dit agricole est le premier du monde. A la campagne, on n'emprunte pas avec l'Idée do ne pas rendre. Et puis, pour faire face à cet aléa, ainsi que pour couvrir les frais, 11 y a toujours une légère différence entre le taux du prêt et celui de l'emprunt. Cela permet de constituer une petite réserve. Ce qui est certain, c'est que, à la différence des banques dont on entend à chaque instant raconter la déconfiture et éva- luer le déficit, on n'a jamais entendu dire qu'une caisse de crédit agricole ait fait perdre de l'argent.

Son développement rapide

depuis la guerre

C'est ce qui attire aux caisses rurales une confiance croissante. D'après le dernier rapport du ministre de lagriculture au président de la République pour lui faire connaître la situation du crédit agricole à la fin de 1930. il y avait 470.466 chefs de famille affiliés aux différentes caisses locales disséminées sur le territoire français. Mais ce n'est pas tout, 460.000 chefs de famille (sans doute les mêmes pour une part sans qu'on nous indique la proportion), bénéficiaient du crédit agricole comme membres de coopératives. enfin un million comme adhérents de syndicats. Il y avait 6.002 caisses locales de crédit avec un capital versé de 102 millions 205.946 fr. et 32 millions de réserve. Il y avait 100 caisses de crédit régionales avec un capital versé de 143.419.177 francs, auxquelles étaient affiliées les caisses locales. Malgré qu'un trop grand nombre de cultivateurs se tiennent encore éloignés des caisses de crédit et n'en comprennent par le bienfait, il faut reconnaitre que ces chiffres sont imposants et nous font voir. mieux que tout le reste, l'importance du bloc qu'elles constituent. Le gouvernement s'est d'ailleurs intéressé à l'œuvre du crédit agricole, chargée de répartir ses avances entre les caisses régionales qui doivent les distribuer aux caisses locales, le gouvernement a mis à la disposition de l'agriculture 1° 1 milliard 127.952.977 sur les redevances de la Banque de France: 2° deux avances de 500 millions pour les prêts à moyens terme; 3° une avance de 250 millions pour le crédit à long terme. Ces sommes ont été réparties jusqu'à concurrence de 2 milliards 250 millions environ. Ces chiffres paraissent énormes. Mais quand on songe que l'agriculture pro- cure à la nation une valeur de 100 milliards chaque année par sa produc- tion, on estimera qu'une avance de moins de trois milliards c'est bien peu de chose.

Ce qu'il y a d'intéressant à examiner dans le rapport du ministère de l'Agriculture c'est la progression rapide du crédit rural depuis la guerre. Avant la guerre les caisses de crédit ne prêtaient guère qu'à court terme. deux ans au plus. Ce mode a été conservé, cela va sans dire Il s'est même développé considérablement. Ainsi les effets à court terme escomptés par les caisses régionales sont passés de 108 millions 904.670 en 1921. à 768 millions 490.645 en 1930. Cette forme reste la plus unportante parmi toutes celles qui sont pratiquées, parce que répondant davantage aux besoins de l'agriculture Les prêts à moyen terme, remboursables par annuités dans un délai maximum de 10 ans, sont consentis pour achat d'animaux ou de matériel, pour des améliorations foncières, pour réparations des bâtiments ou aména- des exploitations. Partis du chiffre de 558 comme nombre et 4 millions 782.403 comme montant en 1921, ils sont arrivés à 12.906 en nombre et 259 millions 240.180 en valeur en 1930. Les prêts à long terme se sont développés à tel point que la dotation du crédit agricole ne peut plus faire face aux demandes. Ils sont consentis pour l'acquisition, l'aménagement, ia trans- formation et la reconstruction des petites propriétés rurales et ont pour but

NOS BONS REPRODUCTEURS NORMANDS

« Farceur est un taureau classé recommandé s par la Com- mission d'inscription au livre d'élite. Il appartient à M. Rouuin,

les allocations

familiales

Qui n'a pas entendu parler des Indemnités accordées, en sus de leur salaire habituel, aux ouvriers et aux employée pour chaque euian£ dont ils ont la charge.

Ces indemnités, ce sont les allocations familiales dont le but est de faciliter au salarié chargé de famille l'éducation de ses enianu et de lutter ainsi contre la dénatalité. L'Etat, de grandes administrations comme les chemins de fer ou de grands industriels co:nme les Michelin le font depuis longtemps. Ce mouvement a obtenu un grand succès. De nombreux commerçants et Industriels ont voulu spontanément participer à cette œuvre en adhérant a des caisses de compensation qui répartissent les allocations familiales et dont nous allons expliquer en quelques mots le fonctionnement un peu plus loin. Enfin, le Parlement vient de décider (loi du 11 mars 1932 de généraliser le système des allocations familiales et des caisses de compensation et de rendre obligatoire pour tous les patrons (du commerce, de l'industrie et de l'agriculture) l'affiliation aux caisses de eompensatlon et le versement des allocations familiales.

La Caisse de compensation est constituée par une association d'employeurs qui versent pour chacun de leurs salariés tdu débutant au directeur général) une certaine soin,ne toujours modique que ces salariée soient chargés d'enfants ou non.

En revanche, la Caisse de oompensation versera, par l'intermédiaire des employeurs, à tous les salariés pères ou mères de famille des allocations mensuelles (variables selon les caisses) d'autant plus fortes que le nombre des enfants est plus élevé. Par exemple, un ouvrier recevra en un an

Pour 1 enfant 240 francs 2 enfauts 600 3 1.200 4 5 2.b20 6 3.180 La charge n'est pas considérable pour le patron car. la proportion de célibataires et de parents d'un seul enfant étant très grande, la Caisse de compensation ne donne finalement en moyenne par salarié qu'une somme très faible. Le patron n'a pas, d'autre part. à craindre les exigences d'un employé père d'une nombreuse famille ni a rechercher de préférence les célibataires, puisque ses charges à lui seront toujours les mêmes.

Signalons enfin que certaines caisses de compensation ont organisé des consultations gratuites pour les mères et les nourrissons, des gouttes de lait, des dispensaires des préventoriums qui recueillent les enfants malades ou en Instance de l'être et soulagent les parents. etc.

On mesurera le rôle Joué par les caleses de compensation quand on saura qu'elles ont ristourné en 1930 pour 380 millions de francs en faveur des salariés du commerce et de l'induMrle; les salariés agricoles n'ont reçu de leur côté que 2 millions de francs, par l'lntermédiaire de 40 caisses

Et pourtant rien n'empêche le développement des allocations familiales en agriculture. La très forte proportion de salariés célibataires (80 à 90 %) permet de ne demander aux employeurs que des cotisations particulièrement faibles. C'est la raison pour laquelle quand la Gouvernement a déposé en 1929 un projet de loi tendant à rendre obligatoire les allocations familiales dans les professions- commerciales, Industrielles et libérales, seulement, le Parlement a accepté la proposition de la Fédération nationale des Caisses agricoles d'allocations familiales d'étendre les dispositions de la loi aux professions agricoles. Nous vous dirons prochainement ce qu'elle contient; mais signalons dès aujourd'hui qu'en ce qui concerne l'agriculture tous les détails d'application seront précisés ultérieurement par un règlement d'admlnistratlon publique préparé en collaboration avec les chambres d'agriculture.

Pierre WoCttb,

Ingénieur Agronome.

de retenir les travailleurs ruraux à la terre. En 1921. ils ont éte pour un nombre de 1.554 d'un montant de 15 millions 512.458 francs. En 1930. ils se sont élevés au chiffre de 7.903 et au montant de 168 millions 375.806 francs A ces prêts, U faut ajouter ceux qui ont été accordés aux pensionnés militaires et qui, en 1930. ont atteint le nombre de 3.301 et le montant de 69 millions 829 570 francs. Enfin les prêts dont ont bénéficié les coopératives et syndicats en 1930 se chiffrent au total de 293 en nombre et de 47 millions 670.000 francs valeur.

Il y aurait à glaner beaucoup d'autres renseignements intéressants dans le document que Je viens d'analyser Ceux-ci suffiront sans doute pour montrer la puissance du mouvement qui pousse l'agriculture à organiser le crédit, suivant la formule qui lui convient. On ne peut qu'applaudir à ces heureuses dispositions. On ne peut que souhaiter les voir se développer encore et atteindre les couches jusqu'ici réfractaires à son influence. Le crédit sera alors le levier puissant qui permettra de soulever les difficultés et de traverser la crise.

J. GRINDORGE.

SAVEZ- VOUS PLANTER les CHOUX? Pour assurer leur reprise rapide et leur développement vigoureux, mettez chaque pied, en les repiquant, une poignée de

NITRATE DE CHAUX

dont l'action est immédiate même en saison sèche.

Réduisez vos prix de revient: c'est 14 meilleur moyen d'avoir un bénéfice Mais cela ne veut pas dire qu 1. n« faut pas acheter. Il y a en enTet des tcoJ nomies qui coùtent fort cher. Tartem.pion. pour économiser un cou chez la maréchal, perdit le îr- f-n î-»ai lui tourbu; et comme il passait a pied danj le bois, la nuit tirée, les bandits le dévallsèrent. C'est l'histoire légendaire qud tous nous avons traitee comme sujet aa narration figurant dans la petite gram. maire de Claude Augé, quand nom usions nos culottes sur les bancs de récolte. Et cette histoire a sa valeur Vous vous contentez pour vos porca de vieilles auges en bois que les ani. maux rongent pour se faire les dents On ne sait Jamais quand on verse la buvée si elle ne va pas déborder. Et puis l'auge coule et elle ne tient pas debout. Tous les Jours, sur dix litres. Il y en a bien un de perdu et naturelleJ ment c'est le liquide qui a dissous tou les meilleurs principes. Deux ou trou) fois le porc impatient ou boudeur cuH bute la moitié de sa pitance. Sur 70 litres que vous donnez pas semaine. 5Q litres à peine vont dans l'estomac de l'animal. Sur 100 francs de dépense, i\ y a seulement 70 francs de dépensa utile. SI cela -vous amuse de perdra 30 francs chaque fois que voua dépen., se? 100 francs, libre a vous.

Cependant, si vous achetiez pour chacun de vos porcs une bonne ange en tôle d'acier galvanisée soudée b l'autogène. Inversible, indestructible, propre et facile à nettoyer, ne croyez-vous pu qu'assurant un rendement de cent pour cent, elle se trouverait payée dés 14 première année ? Conserver le vieux matériel usé n est pas une économie, bien au contraire. Remplacez donc vos vieilles auges pour travailler plus facilement, et plus économiquement vous y trouverez un gros bénéfice.

Pour vos poules, c'est la même choses Que de grain et de pâtée jetée h même le sol qui se trouvent grattes. souillé» et gaspillés en pure perte Le système est simple. Mais Il coûte cher et le»! mule comme les volailles ne reviennent plus dés lors un prix permettant d'espérer un Juste bénéfice Quelques au* ges bien établies pour recevoir la nour.riture et la situation se retourne. Comme c'est simple. Et comment n'y a-t» on pas pense plus tôt.

Jusqu'à ce bon Médor qui n'a pour toute valsePlle qu'une écuel'e boiteuse et biscornue qui. lorsqu'il unit sa pi. tance, fuit devant lui Jusqu'au bout de sa chaîne se retourné et la souille. Une bonne auge stable, un peu surélevée de terre ferait bien mieux son affaire. Voue le verrez manger posément. avec délicatesse et tenir sa vaisselle en parfait état de propreté. Quand vous vous déci- derez à acheter des auges pratiques, n'oubliez pas ce bon Médor.

Choses et autres

Terrasse A. Stand 1972 de la POTAS DE PARIS, les AGRICULTEURS et les INDUSTRIELS AGRICOLES ont pu enfin trouver le bloc moteur tant attendu, consacré par plus de 10 années d'expé-, rlence et de pratique, le bloc moteur aux huiles lourdes. C'était naturellement un ASTER •. Renseignements et essais l'ASTEK. 102, rue de Pari^ 9A1NT-DEXI8 (Seine).

Concours central hippique de 1932. Le ministre de l'Agriculture a l'honneur d'informer MM. les éleveurs qu'en raison d'épizooties qui se sont manifestée* dans certaines réglons d'élevage et dans le but de prévenir autant que possible tous les risques de contagion des animaux prenant part au Concours central des reproducteurs des espèces chevaline et aslne de Parls, où un très grand nombre d'animaux en provenance de toutes les réglons d'élevage du territoire sont rassemblés, un arrêté ministériel a prescrit que tous les animaux présentés au Concours central devront être accompagnés d'un certificat, ne comptant pas plus de six Jours de date. émanant d'un vétérinaire sanitaire et établissant qu'ils proviennent d'une écurie Indemne de toute maladie transmlsslble depuis six semaines eu jiolns

Ce certificat sera remis dès l'arrivé» au Concours au vétérinaire de l'Administration des Haras. membre du Comité de réception maies et femel.es.

Dans le cas où l'exposant présenterait a la fois des étalons et des Juments, le certificat devra être établi en double expédition destinées checune au Comité de réception lnttéresaé

Une conférence internationale sur U doryphore. Une conférence internationale comprenant les représentante des pays Intéressés à la lutte contre le doryphore a tenu sa première séance le 6 Juin au ministère des Affaires étrangères.

Les importations contingentées, -r Aux termes d'un avis aux importateur publie à l'Officiel du 5 juin, l'Importation des ovins d'Italie et dea Pays-Bas. des chevaux de boucherie ae Hongrie, de Pologne ne pourra avoir lieu qu'au vu d'un certificat de contingentement délivré par le pays intéressé.

Le Congrès de la Forêt et de ses In.dustries à Bordeaux. Le 19 Juin. la Journée du Congres de la forêt et de se» Industries sera consacrée la visite des champs d'essai d un nouveau mode de gommage, ainsi qu'à des expériences de débroussaillement d'extraction de souches, d'extinction d'incendie en forêt. Ces différentes manifestations seront présidées par M. Carrier, conseiller d'état, directeur général des eaux et forets.

Interdiction d'introduction de certain» produits végétaux en provenance de Belcrique. Au Journal officiel du 26 mai, p 5.440 a paru un décret daté du 23 mai ainsi conçu Article 1" A partir de la date fixèe par arrêté du ministre de l'Agriculture. l'importation et le transit de pommes de terre, tomates et aubergines sont .nterdlts en France, en,. provenance de B«lgtque A titre exceptionnel l'Importation des pommes de terre de semence en provenance de ce pays pourra être autorisée dans les conditions fixées par arrêté du mlnlaci» de l'AgTlcuiture.

(lîTËNERGAZ SPÉCIAL POUR TRACTEURS ET CAMIONS ALIMENTÉS AUX HUILES LOURDES Or »•̃ ocs MUici» oi Kmou. Si. eut Q« LA BiENr*is*wce. p*c»


EMISSION DES AGRICULTEURS DE FRANCE

.1 partir du 20 juin 1932. de 13 h 30 13 h. i5: Emibsious de la Tour Eirlei il.444 mi et ae lEcoie Superteure des PII 1447 m.) tous les jours (saul le almancne). de la h. 30 13 h. 45.

Programme du 1- au 31 juillet 1932 Vendredi r juillet Semez des navets pour cet huer (Kusticai. La crise économique et le prouieme de ta maiud œuvre agricole

Samedi 2 juillet la Crise du métayage et du lermage. La pèche du gardon au pain

Lundi 4 luillet Un effort pour le retour a la terre. La pèche du gardon (fin

MArdi 5 Juillet La marque aide le produit Les machines de recolte moderne

Mercredi 6 Juillet L'aspirateur de poussteres.

Jeudi 7 juillet Les tenthrédes nuisibles aux arbres Iruitiers La taxe sur les chasses gardees.

Vendredi 8 Juillet Les fourrages vert* pour le printemps iRusrlca). Samedi 9 juillet La maladie des ormes

Lundi Il juillet Les Associations de péche.

Mercredi 12 juillet Le produit aide la marque. Le cardon.

Mercredi 13 JutUet L'equtpement électrique des machmes il coudre. Vendredi 15 juillet Elevez les poules faverolle.^ iRusticai.

Samedi 16 juillet Les parasites du chou Le butor.

Lundi 18 millet Comment créer une fourmt!iere artificielle.

Mardi 19 Juillet La marque et la vie agricole La gambusie au Fezzan. Mercredi 20 Juillet Les machines frigorifiques.

Jeudi 21 lttlllet Les coléoptères nuisibles aux plantes potagères. Le transport routier des wagous sur remorQues automobiles

Vendredi 22 Juillet Surveillez la veraison au vignoble iRusUca).

Sarr.em 23 iuiliet La lecondatlon arut.c.elle des œule de brochet et murene.

Lundi 25 Juillet Le rapport de la conimist-ion de l'agriculture sur le projet de toi mortifiant la lot sur les accidents au travail.

Mardi 26 luilet La marque et la vie sociale. La securite agricole. Mercredi 27 Juillet Le labourage marficner électrique.

Jeudi 28 juillet Le ver du poireau. Ditieientes tormes de l'Association contre la mortalité du bétail.

Vencredi 29 tuillct Apprenez à régler voue oatiouse (Rustical Les organi:;n^ gérant la loi sur les assurances sociales agricoles.

Samedi 30 juillet Les cas spéc!aux d'accidents cu travail la hernie, le coup de chaleur, le durillon forcé. INFORMATIONS AGRICOLES FABRICATION DES FARINES

destinées a la panification et autres usages alimentaires.

Le pourcentage minimum de blé inrtlgène que Les meuniers devront. sous réserve (Ses dispositions du pnraijniphe 2 de l'article 1" du décret du 2 décembre 1929. ob.igatoirement mettre en œuvre pour la fabrication des farines destinées à la panification et autres usages alimentaires, est fixé a 55 p ICO

Le décret du 27 mai 1932 est abrogé.

Paris 17 Juin (De notre correspondant spécial).

BEURRES Les affaires ont été actives. De ce lait. la modération aes arrivages a perm« une sensible diminution de la resserre. En conséquence, cours oien maintenus pour toute murchandise de bonne tenue.

On cote au kilo icours extrêmes avec court moyens entre pareuthèsesi:

Beurres en moites centniuges des lauer.e^ coopératives et industrielles Charentes-I'ouou. 1250 a 18 1I4.8O1: Normandie. 12 a 1550 <13 80i: Touraine 12.50 à 18 1 14 80 autres provenances, 12 a 14 60 .13i

Malaxes Normnncl!P. 8 à 14 112 801: Bretagne Il a 14 il2 00 autres provenances 7 a 12 60 Ull.

Beurres en trar provenance? diverses. 10 a i3 il 1.50>; beurres salés. 10.50 à 1250 H180'

Arrivages du tour beurres français. 3d 176 fc'los: vente.- du jour. 4.078 morttes: resserre du iour 1372 mortes. · ŒUFS. Marche un peu p!us anime La vente dépassant quelque peu le, nrnv.\["es du lour la resserre est en diminution et par suite les cours plus soutenu.» avec nouvelle nau^se.

Cours par coli* de mille teiifs (cours extrêmes avec cours moyens entre parenthèsesi: Picardie Normandie. 370 a 550 '480 Brie Beauce 350 a 530 i460i; Bretagne 300 il 400 (3S0i: Poitou. Toitraine. Centre. 380 550 480 ChamPagne. Bourgoene Bourbonnais. 4:30 480 i440> Ativergtie Midi 350 a 400 1380': canes 400 à 450 i430i.

Etrangers outre mer. 310 à 320 1315'

Arrivages du tour 650 colis: ventes du tour 784 colis; resserre du leur 709 colis.

♦ FROMAGES P»TTS molles. Vente dilflcile suriout en trompes de Qunllte ordinaire mais la modicité de l'offre a permis de se défendre. Prix au cent camtmberls Norman- die. 100 a 190: divers 50 à 120; Pontl'Evèque 100 a 250: chèvre. 40 à 300. Priz a la duatne Brie. moyen moute. S0 a 100: lait!er. 30 à 70.

PATFs sêchfs Marché très ca'me: ba sse de 50 francs -ur les gruyères et Comte ordinaires: 50 à 100 franc- sur le Port-Salut et 20 francs sur le Hollande.

Aux 100 kilos Port-Salut. 500 à 850: gruyère 800 a 1.150 Comte, 750 a 1.050 Hollande 880 a 900

Arrivages pâtes molles, 57.540 kilos; paies sèches 4 620 kilos.

VIANDES Après «'être réservée depuit le début de la semaine. la demande doit s'approvisionner: aussi les ÎO00O0 trl'.os d'arrivages se sont-Ils asse? facilement débarrassés aux mêmes course pour le bœuf veau et porc. avec hausse sur le mouton.

On rote au kilo (cours extrêmes)*. Botrr. Quart derriere non traite première qual-.te 950 a 1150: deuxième. 8 à 9 40: troisième 6 50 a 7 90: quart devant. US. aloypu 850 a 19: train entier. 6 50 à 14; paleron, 3 & 6. bavette. 3 a 6

VEAU. Entier ou demi pr»mté>c (r-Jltf. 10.50 à 12.80. deuxième. 8.50 II

10 40 troisième. 7 à 8 40: ran. cuisseau carre 7 50 à 15.50: basse complète. 4 a Moiton Hausse de 0.50 sur toutes qualités.

Première qualité 12 50 a 15: deuxième 10.50 a 1240: troisième 7 50 a 10 40 tr'got 10 à 20: carré. 12 à 34: épaule 6 à 12: agneau de lait. 12 à 17. PORC. Demi première qualité 10 a 11.20: deuxième 8 9.90: <onge ou filet. 10 à 16: reins. 7.50 à 13: poitrine 6 à 9 iambon 9 3(1 à 15 R0: lard. 5 a 8 Arrivages du jour 300.000 kilos. ♦ VOLAILLES Les arrivages étaient charges pour les besoins peu imnonants. aussi a-t-on du faire une nouvelle baisse de 2 fr sur les coquelets: 1 fr sur poules de Bretagne; 050 sur oies et poulets nanta s et g&tinals. et 025 sur lapin* ordinaires.

On cote an kilo (cours extrêmes) canards rouennnls 13 à 15: nantais 13 à 15: de f-rme 10 a 12.50: agneaux de lait. 8 a 11: ern« nçneoux. 11.50 à 1250: lanms ̃-•••• -ai. 11.50 à 12.50 lapins divers 10 ou à 12: poulets nantais. 17 & 21.50: poulets gâtinnis. 17 a 22.50. poulets Bres-e 22 à 26: cooucleu 14 à 19: pouets congelés étrangers. 15 à 17: poules de Bremcne 10 à 12: chevreaux de Tour.ilne. 10 à 11; chevreaux divers. 8 a 925

On cote d la pitre (cours extrêmes) pecons (gros et ptltsl. 5 à 11: pintades. 18 a 25.

Vo ailles vivant. On rote au kilo (cours pxirêmesi: laplas 7 a 8.25: poulets îeunes 15 à 19: poules et coqs vieux. 9 50 a 10 50: poussins gros. 4 à 9 poussins petits 2 à 3: canetons. 3 à 12: oisons. 8 a 23.

Arrivages du lotir' 64000 kllos: resserre du tour 6.800 kilos.

LÉGUMES Les expéditions me sont encore accrues ce qui a provoqué de la lentcur dans la vente et une baisse de 100 a 150 Ir. sur les pois manee-iout et haricot* mange-tout; 60 à 100 fr sur les haricots beurre: 50 fr. sur le.. hnr rots verts du Midi et les carotte* de Naures; 25 tr. sur les navets aux 100 bottes: 150 A 200 fr sur les poireaux: 20 a 50 fr. sur les asperges et les chlcorées de Nantes: 10 fr. sur les chicorées de Paris: 10 fr sur les scaroles, pois verts- 10 à 40 fr sur les choux nouveaux: 5 à 15 fr sur les pommes de terre nouvelles du Midi. de Paris. et 5 fr sur celles de Cherbourg. Début des artichauts Saint-Mathurlu, cotés 150 a 200 fr. le colis.

On cote aux 100 kilos ail, 150 il. 250: asperees en vrac. 200 a 400: carottes de Nantes Sully. 300 500: champignons couche extra. 600 à 750; moyens. 450 à 600: conserve. 350 il. 450: cèpes. 2.000: chicorée Nantes. Orléans. 200 à 250 échnlotes-oignons. 250 à 280: éplnards. 150 à 200: fèves du Midi. 150 a 180: haricots verts du Midi. 250 à 750 d Altrérip. 250 500; haricots beurre. 40U a 650 haricots mange-tout, 500 à 600 haricots a écosser d'Algérie 400 a 450: haricots secs. 150 à 360: laitue de Nantes. 120 à 200: départements. 150 à 200; lentilles. 250 à 400: navets d° Nantes. 200 a 300: olgnons en grains. 150 à 170: oscille. RO à 100 persil. 150 à 200: poivrons 700 à 900: pois verts de Parts 130 a 180: pois -erts du Midi. 140 .1 180: pois mange-tout. 200 à 300: fontnambours. 70 90: pommes de terre nouvelles Midi. 80 & 100: Noirmoutier. 70 à 80: Saint-Mfto 50 à 55: Palmpo! 50 à 55; Cherbourg. 45 à 60; Parts. 75 à 120

On cote au cent: artichauts du Midi. 50 a 100 artichauts bretons. 30 à 125: chicorée Nantps 75 a 125: Paris. 50 a 100: choux nouveaux Paris. 20 a 40. choux-fieurs de Chalon-sur-Saône. 175 à 250: de Mailles 160 à 220: Paris 250 à 375: courgettes. 70 à 90: scaroles 50 a 80: laitues. 15 à 50.

On cote aux 100 bottes 911 nouveau 200 à 250: carottes de Montesson. 200 il. 250: ciboules. 100 à 125 échalotes nouvelles 100 à 150: navets 100 à 175: oignons ion il. 200: panai., 50 à 100: poireaux 200 il 300

On rote aux 216 bottes cresson 15 à 100

On cote d la botte céleri en bran- chefs. 4 à 5: rhubarbe. 0.75 à 1: thym. 1 à 2.

On cote aux trois bottes radis de Pnrls. 2 il. 3.

On cote au colis artichauts Salnt- Mathurin 150 il. 200

FRUITS. L'accentuation des arrivages rend la vente difficile. surtout en ce qui concerne les fraises, qui doivent s'écouler rapidement. On enregistre une forte baisse sur les fraises de Saumur et une baisse moins importante sur les bigarreaux et les tomates. Les premières groee Iles à arappes sont olfertes 300 à 400 fr les 100 kilos. On cote aux 100 kilos abricots dit Midi. 800 à 1.000: amandes vertes. 350 à 600: bigarreaux du midi 350 à 8<X): corses de choix du Midi 600 a 800. ordinaires 400 à 600: fraises de Bretagne. 500 Il 000: Saumur 280 à W0. Monta ubnn 400 a 500. du '^ot 350 il 700: de Paris. 400 a 700: tfroseilles a grappes. 300 Il 400 oranges. 400 à 450: néches du Midi 400 à 1 000: d'Esnaene. 600 à 1 .000: pommes choux. 600 à 800- communes. 400 à 500; prunes. 400 à 600: tomate- Algérie. 200 à 280. On cote à la pièce melons de serre 12 A 60.

On cote d la corbeflle fralses de Niort Poitiers Orléans. 8 a 15 On cote ait cent bananes des Antilles 50 à 60

Aux 100 kilo, bananes des Canaries. 450 à 500

MARCHÉ AUX CHEVAUX Paris. 17 juin. (De notre correspondant particulier Nombre de cheveaux amenas 321 animaux franchis. dont 85 invendus, et 119 animaux étrjnpers. dont 27 invendus Vente mauvaise aux prix compris entre 600 et 2.300 fr. pièce

Prix de vente de la vinnde de bouchérie 1" qualité 510 2 4 3r 2.50: extra. 5.80 Poids vlf. de 1.15 à 2.50.

PARis LA Vn.LKTTE. le 17 Juin (de noire conrsponda' spécial

Au petit marché aux veaux. II a été amené 555 animaux du renvoi de la veille et 35 arrivants des provenances Puivantes 12 d'Indre et-Loire. 16 du Pas-de-Calais et 7 de Seine-et-Marne. La vente de ces ar .rux a été difficile et. d'autre part. orientation du marché de cette viande aux Halles a été très calme Il est resté aujourd hui 171 invendus.

Cours officiels au kilo de vfande nette: 1" qualité 11. 2» 9. a». 8. extra 12.30 :cours nu kiln poids ,'il: r qualité 6,60, 2- 5.13. 3' 4.40, extra 7.32. "^EENSETONEMENTS JURIDIQUES" Contentieux or'^n amures .mg;eu»e» j»ux loyers juc»«3ini.a impnii- *«<̃ Envoi ces- rers'ignemenia contre man ajx a* 6 U. d0 adre»«e a vOueu-Bclav.

BOUttSF DE PARIS

Clôture

Paris le 17 Juin.

BLES. Tendance îaioie Uisp Cote ofûcie.ie 166 Date. 74 Kg Courant. 168.50. 168 167. IG350 paye; procnam 150. 149.50. 149 payé; jull et août. 144 payé 3 d'aoùt. 135.75 payé 3 de sept.. 135.50 payé 3 d'octobre 136 payé; 3 de novembre. 136,75 vend

FARINE. Tendance sans affaires. Courant. 209 vend. prochain. incoté juillet août. lncotê 3 d'aout. 177 vend.; 3 de septembre 176 vend. 3 d octobre. 177 vend. 3 de novembre 178 vend. AVOINES dlv. Tendance soutenue. Courant. 111.75 112 11225 payes: prochain. 105.75 106 payé: Juillet août 98.50 payé 3 d'août. 89 25 69 76 3 de septembre, 87 50 88 3 d'octobre 87.50 ach. 3 de novembre M payé.

SEIGLES Tous l:ntès.

OKGLo. Tous Il'Otes

MAIS. Tous Incotés

RIZ et brisures tous Incotii. SUCRES Tendance soutenue. Courant. 226 payé prochain 224.50 22b payés aoÜt. 224 50 225 septembre 220.5U paye: 3 ci octobre 211.50 payé 3 de novembre. 211.50 payé.

Cote oificieile 226 a 227.

ALCOOLS (libres. Tendance calme. Courant. lncotè prochain. Incoté août 960 payé septembre 915 paye. ALCOOLS .libres). Cours officieux Tendance calme. Courant. 970 990- prochain. 9S0-980: août. 960 paye; .septembre 915 paye.

CAOUTCHOUCS Crêpes first latei et feuilles fumées gaufrées Courant. 2000 ach.: prochain. 2.05 ach.: 3 de nilllei 2.15-2.25: août. 2.15-2.25: 3 d octobre 2.50 vend.; novembre. 2.50 ver:d.; 3 de Janvier 2.75 vend, février, 2.75 vend Marche nul.

FARINE DE CONSOMMATION. Cote officieuse 229

BLÉS. Cote officielle. 166.

BOURSE DU HAVRE

Clôture

Les eotas sentendent. Pour les cotons Type Oood MiddUng, en vancs par 50 M/os, Pour les Cales Type San.tos. en Irancs par 50 kilos.

LE HAVRE. 17 Jutn.

COTONS. Tendance soutenue. Vente 1.550 batles Juin 182. Juillet 183. août 185. septembre 180. octobre 187. novembre 188. décembre 189, janmer 190. février 19'. mars 193. avril 194. mai 196.

CAFtS Tendance calme. Vente nulle Juin 243.75 lulllet 243 75 août 243 25. septembre 244, oc;obre 242.50 novembre 242.50 décembre 240.75. Janvier 240 25 février 240.25. mars 237.50. avril 236. mal 235.

BOURSE DE LYON

Clôture

Ltoh, le 17 Juin.

Le kilo en francs, valeur 60 jours escomp'ab'es

SOIES Grèges Italie extra 13/15 90: grèges Syrie bon deuxième ordre 9/11, 82/85: grèges Cevennes premier ordre 13/15. 85,90.

Japon Hlatures 1 1/2 13/15 77.50 '80; arêtes Ilature Ch:ne petit extra 9/11. 11^/120.

Canton Béat no 1 3/15. 70.

BOURSE DE MARSEILLE

Clôture

Marseille, 17 juin

Les 100 kilos nus au comptant sans '«compte.

HUILES Arachides à fabrique disl'omble. 250: de coprahs. disponible 180 de palme blanche. 175 Dahomey Caf' Marseille 135

De graines comestibles Arachides neutralisées désodorisées 300-310 Ru;lsoue« supérieure? 315-325

D'Olire Tunisie 1" pression 520-540. 2' press:on 470-490 Algérie surfine 480t20: BorJas extra 265-275 Andalousie ?xtra, 240-255 surfine. 235-210.

MARCHÉS ETRANGERS

METAUX

Les métaux sont cotes par tonnes de 1.U16 vitoi en litres, shillings et pence. sam l'or cote par once trou .31 or KJ3> In shillings, l'argent cote par once trop en nenct et le mercure par potiche dt 75 livres

♦ LONDRES. 17 Juin Antimoine Qualité spéciae 42 42 10/0.

Cuiure Comptant. 27 16/10 1/2; trois mois 27 1C /7 1/2: Bes Selected, 30 10/C 31 15/0 Eiectroiytique 31 10/0 32 10/0.

Etain Comptant, 114 2/6; trois mois 116 100

Plomb. Anglais comptant. 11 10/0: étranger comptant 9 15.0; étranger ilv éloigiiéf 10 2/-6.

Zinc Comptant 11 16/3: livraison éloignée 12 2/6.

Argent Comptant 16 15/16' deux rcois. 17

Or 113 Il.

Mercure 12 j2 10/.

CEKEALtS

Les bits sont cotes sus tes marches de Lu.,rpool. en shillings et pence les LOO Uvres Les mais Plaia sont cotes un ̃shillings et pence les 4BC nrrej cal. pour le.\ marches d Amérique du .Vcia.ie.* cours s'entendent en cents var bushel [/ans La pratique courante on admet Que bus-hel de bre = 27 kilos 2 1 bushel df mais = 2b kilos. 1 dalla, 10(j cents

Pou7 les marches d Amérique 1u Sud les cours sont en Pesos et centavos les 10(i kilos

LIVERPOOL. 17 juin. lOuverturei. Blés Tendance soutenue- Juillet 4/9. octobre 4/11. décembre 5 1/8. Mais Incotés.

♦ LIVERPOOL. le 17 Juin. (Clôture. Blés tendance ferme. Juillet 4/9 7,8. octobre 4/11 3/4. décembre 6/1- Maïs La Plata Car) mai-Juin 17/4 1/2. Juin-Juillet 17/4 1/2. Juillet-aout 17.4 1/2

♦ CHICAGO. 17 Juin (ouverture). Bles juillet 50 1/2 septembre 53 1/4. décembre 56 1/8. mars suçoté «• CHIGAGO, le 17 juin .Clôture) Blés dur d'hiver no 2 disponible, 51 1/2: dur d'hiver il- 3 disponible, lncotè julllet, 48 1/2 4 48 3 8 septembre 51 1/8 a SI décembre 54 1/8 Mais bigarre no 2 disponible 32 1/4. Juillet 29 1/4 septembre 31 1/4. décembre 31 1/8. .4rotnes • juillet 20 3,8 decembre. 22 3 8 Seigles no 2 disponible. mcote juiiiet 30 1/4 septembre. 33 decemore. 36 1/4.

WINNIPEG. 17 Juin (ouverture). Blés Juillet 55 1/2. octobre 57 7/8. ♦ WINNIPEG. le 17 jutn .clôture). Blés juillet 54 1/8 octobre 56 1/2 décembre 57 3,8 Avoines juillet 32 3/4 octoure. 28 1/2 décembre :ncoté Seigles juillet. 33 3/4 octobre 35 1/8 décembre. lncolè. Orpes juillet. 37 3/4 octobre, 33 3/8 décembre, 33 1/2.

••• BUENO3-AIRES, le 17 mai iclôrurei. nie sur juin, Incote juillet. 6.45 août 6 45 septembre. 6 50 Maïs juln. incoté juillet. 455: août 4.65 septembre. 4.70. Avoines Juin, tncote juillet, 5.50. Orges dlsponible. Incote.

̃ ROSARIO. le 17 Juin iclôtnrel. Blés. juin, Incoté juillet 6.40 août 6.10. Maïs juin, Incoté Juillet, 4.45 août. 4.55.

NEW-YORK. le 17 mars .clôture) Blés roux d'hiver no 2 disponible 61 7/8 dur 61 7,8 bigarré durum. Incoté. Maïs bigarré pour l'exportation. COTONS

Pour Liverpo<j. en pence par livre t45d grammes).

Pour Seic-York et New-Orléans en ioliar$ et cents Dar Uvre

LIVERPOOL. le 17 juin. (Clôture). SajVfi/arirtis Juin 5.93. juillet 5.93. août 5.98. septembre 6.08 octobre 6.13, novembre 6.18. décembre 6.22. janvier 6.30. février 6.42. mars 6.42. avril 6.51. mai 6.54.

Haute-Egypte Juin 5.23. juillet 5.25. août 5.29. septembre 5.31. octobre 5.35. novembre 5.36. décembre 5.37. Janvier 5.42. février 5.49. mars 5.49. avril 5.56. mai 5.56.

Américains juin 4.09. juillet 4,07. août 4.06. septembre 4.03. octobre 4,06 novembre 4.07. décembre 4.08. janvier 4.11. février 4.13. mars 4,16, avril 4.18. mal 4.21. juin 4.23.

NEW-ORLEANS, le 17 Juin (clôture). Disponible. 5.15 juillet, 5.14/ 15 octobre. 5.34 décembre, 5.48 Janvier 5.55 mars. 5.71 mai. 5.85'87 NEW-YORK le 17 Juin (clôture). Disponible. 525.juin5.09 juillet 5.15. août 5.24. septembre 5.32. octabre 540. novembre 547. décembre 5.54. janvier 5.62. février, 5.70. mars 5.78. avril 5.85, mai 5.93.

SUCRES

Pour Londres en shillings et pence, le qumiai anglais .ou Kg 81.

four Netc-York m cents par livre .453 grammes)

♦ LONDRES. 17 Juin. (Ouverture) Tendance très terme août 5,4 1/2 payé. octobre 5/6 1/2 vend.. 5/6 ach. décembre 5/7 3.4 paye; mars 5/10 3,4 payé; mai 6 3/4 pnyé

LONDRES, le 17 juin. (Clôture). Tendance facile août 5'5 1/2 vend.. 5/5 ach.: octobre 57 vend., 5/6 ach.; décembre 5/8 vend.. 5/7 3 4 acn.; mars 5/11 payé; mai 6/1 vend.. 6/0 3/4 ach.

•% NEW-YORK. 17 Juin .ouverture) Centrifuge Cuba 260. ferme sur Juillet 84 septembre 89. décembre 96. janvier 98. mars 102

CAFÉS

En cents par uvre 453 gramme» 1i,Pe K101.

♦• NEW-YORK. le 17 juin. Rio no disponible. 8 Juillet 6.35 septembre. 6.35 décembre. 6.29 mars. 6.27: mai. 6.27. Ventes approximatives. 3.000 sacs.

̃♦ GUICHEN 17 juin. La foire measutUe qui ce mois-c1 a nom la iolre Saint-Jean. était importante, beaucoup de monde surtout des promeneurs et des jeunes gens, c'est l'habitude.

AU CONCOURS DE MAISONS

(Phot Deslandes, à Bayeux.)

Rolande ». H. B. N., prem ière des vaches adultes: a donné en 48 heures 2 kgs 712 de beurre av ec 68 kgs 50o de fait. Médaille offerte par « L'Ouest-Eclair à la uache ayant à la fois le meilleur rendement en lait et en beurre. A M. André Busnel, de Putot, en Bessin.

De la marchandise en quantité normalc sur les deux marcnés, Sur le marché des vaches et des porcs il n y avait pas beauoup d'anlmaux mis en vente. Les vaches. en petit nombre pour un Jour de foire, ne se vendaient pas vite. Il n'y avait pas d acheteurs.

Les porcs de lait ainsi que les moyens n ont pas changé de cours le prix des gras ne varie pas

Les veiux. en assez grand nombre pour les besoins du jour, se vendaient lentement. Après la debàcle d'hier a la Vlllette. les expéditeurs n'étaient pas chauds, llj ont payé les bons gros veaux de 2.50 2.30 et les moyens ont été vendus de 2.20 a 2.40 au maximum Il en a été relevé quelques-uns.

Pour les moutons et agneaux au nombre de 35 a 40 la vente est difficile, baisse de 4 À 5 sous par livre.

> GEVEZE, 17 juin. Farine première qualité. 210 à 212; blé 176 kilos à l'hestolltre 245 à 248: seigle 95 a 100; sarrasin 102 à :05; avoine 105 a 108: orge 95 à 96; son 70 a 75- paille 250 à 260: foin 270 300.

Veaux. 2.60 a 2.75 la livre: porcs gras 3.25 a 3.50 la livre porcs de lait 130 a 180 pièce.

Beurre eu gros. 12 à 12.30 le kilo- en détail 12.80 a 13.20 le kilo; œufs de 3.35 à 3.50 la douzaine. Cours maintenus sur les beurres; œufs de 0 25 sur les œufa sur le précédent marché. Poulets vivants 6 la livre: poules de 4 à 425 la livre. lapins domestiques 2 75 a 3 la livre: canards de basse-cour 4 la livre; pigeons au couple, de 8 à 10 fr.

Cidre de consommation. de 90 à 95 la barrique.

♦ LA CHAPELLE CHAUSSEE. 17 juin. Panne première qualité 210 à 212; blé, 242 a 245; seigle 95; sanasin 100 a 105; avoine 10a a 110; orge 85 à 100; son 72 a 76: fom 230 à 300 Veaux 2.50 a 2.60 la livre; porcs gras 3.25 à 3.40 le demi-kilo- porcs de lait 120 a 180 la pièce.

Beurre en gros 5.50 a 5.75 la livre; en détail 6 50 la livre; œuts, de 3.35 a 3.50 la douzaine.

Légère baisse sur le beurre et hausse sur les oeufs.

Pigeonneaux, de 8 à 9 la couple poulets, de 20 a 25 la pièce; canards domestiques 3.75 d 4 la livre; poule., vivantes 3.75 à 4 la livre;; lapins domestiques 250 à 2.75 la livre.

Cidre. 90 à 100 la barrique droits en sus.

· MARTIGNE-FERCHAUD. 17 Juin. Farines. ln qualité. 215 à 218: ble 148 a 152. inèteil. 98 à 106: seigle, 100 à 105: sarrasin, 120 a 125; avoine. 112 a 115; orge. 110 à 112; son, 78 à do; paille, 260 à 270; foin. 315 à 320.

Beurre en gros, 10.50 le kilo; en détail, 11.25 à 11.75 le kilo; oeufs, 3.50 la douzaine.

Beurre, sans changement; œufs, légère tendance à la hausse.

Vieilles poules, de 3.25 a 3.50 la livre; poulets. de 5 a 6 fr. la livre; pigeons domestiques de e à 7 fr. pièce; canards. 5 fr. la livre.

Cidre. 105 à 110 fr. la barrique. ♦ MONTFORT, 17 Juin. Les 100 kilos froment. 140; avoine 115; blé noir. 100; orge 100: farine première qualité, rendue au seuil des boulangeries 205 a 210; sons 68.

Aux 500 kilos fom 220: paille 140. La barrique de 220 l;tres, rendue à domicile ou en gare. marchandise logée. les droits de régie restant a la charge de l'acheteur cidre nouveau ordinaire. 90.

Bœufs gras. le kilo sur pied. 4: vaches grasses, 3; moutons et agneaux, le kilo 3.50 à 4: porcs gras le kilo 7. Pigeons, la couple 9 à 9.50; lapins vivants au poids le demi-kilo 150 à 2. Beurre ordinaire en gros le kilo 5.50 à 5.75: en détail le kilo 6; œufs, la douzUn? 3.25.

En alsou des travaux de la campagne et du temps favorable, peu de monde au marché; cidre en hausse; baisss légère sur les beurres et hausse sur les œufs.

̃%• CHATEAU-GONTIER. 16 juin. En raison des travaux actuels, le marché était ass;z bien approvisionne. pas de changement dans le prix du beurre, mai, on a enregistré une hausse sur les oeufs, un léger fléchissement se produisait sur la volaille.

Beurre en gres. 5.50 à 6 au détail, 6.25 à 6.50 la Uvre oeufs en gros. 4 il 4 25 uu détail, 4 50 la douzaine poules. 4 à 4 50 poulets. 6 a 6.50 canards. 4.25 a 4 75 lapins. 2.75 à 3.25 (le tout à la Uvre) mgeons. 10 a 12 îr. la courte suivant grosseur. Blé, 152 à 156 orge de mouture. 95: avoine grise. 120 Ces 100 kilos). ♦ EVRON. 16 Juin Lapins domestiques 4 à 22 fr. poules. la couple. 35 Il 40 poulets maigres, 20 a 30 poulets gras. le kilo 6.50 canards, le couple 35 Il 40 pigeons Î à 8.

Beurre, le demi-k:lo. 6.50 à 7 œufs, la douzaine 4 50 à 4.75

Marché peu important en raison des travaux de fenaisons qui sont commences dans la région cours suns changement.

GUER 15 Juin Cours du Jour blé. 130 à 145: avoine. 105: orge 100: se gle. 100: sarrasin. 100: farine. 205 à 210. son. 40.

Cidre de consommation courante. qualité débits 100 fr. la barrique. plus le= droits.

Paille de blé. 200 fr la tonne départ Guer: paille d'avoine 180: paille d'orge 160: paille de seigle 160.

LES ARTICHAUTS

Sunt-Poe-de-Lio», le 17 Juin. Environ 150 vottures d'artichauts ont été amenées ce matin sur le marché de la place de l'Evéché

Les transactions ont été très actives légère hausse des cours.

Les artichauts ont été payés 115 à 130 francs les 50 kilos. suivant qualité.

POMMES DE TERRE NOUVELLES SAINT-MALO. 17 Juin. Arrivages importants Cours 13 fr. les 50 kilos ce matin et 13 50 l'après-midi. Saint-Poe-de-Leon. le 17 juin. On a compté environ 100 voitures de pommes de terre nouvelles sur le marché de l'Evêché. Elles étalent cotées aux 50 kilos

Blanches, 12 à 15 fr.; Jaunes. 18 à 20 francs.

Au marché de ce mat:n, la pomme de terre blanche a év» payée 12 à 13 francs les 50 kilos.

Treguisr. 17 juin Les cultivateurs présentent de moins en moln. les pommes de terre sur le marché Environ trois mille paniers ont été offerts aujourd'hui. Le prix fixe de 50 kilos a été de 10 francs.

Paimpol, 17 Juin. Court sans changement. 11 il 12 fr le panier de 50 kilos. Arrivages abondant».

· DoL-nr-BnETAONE. 17 Juin. Place du Champ de Mars, le marché aux

pommes de terre a été aussi peu animé que les Jours précedents.

Peu de transactions. Les cours pra- tiques ont été de 13 trancs pour la panier de 50 kilogrammes. PETITS POIS

BRIVE. 17 juin. Apports. 500 à 600 sacs à 120. 130 et 140: POIS ser- pettes 150 a 180 les 100 kilos

̃* MONTAUBAN. 17 juin Marché bien approv:s:onné: vente lente baisse sur les pois. Apports 20.000 kilos, de 100 a 120: serpette;, 150: fèves 2 500 kilos de 100 120 le tout 100 kilos. ♦̃ VILLENEUVE-SUR-LOT. 17 Juin Apport Important: cours de 50 •» 55: serpettes 60 à 65. fèves 25 a 30 le tout ♦ Concarneau. '17 juin Plusieurs usines de conserves de Concarneau et des environs se préparent a travailler les Petits pois. La récolte n'apparaît pas excellente. Les premières livraisons aux usines s'effectueront vers la fin de la semaine prochaine.

INFORMATIONS

DIPLOMES D'ETUDES SUPERIEURES DE LANGUIES ET LITTERATURES ETRANGERES VIVANTES EN 1932-1933.

Pendant l'année scolaire 1932-1933 les epreuves al1érentes aux diplôme» d'etudes supérieures de tangues et littératures étrangères vivantes peuvent être subies aans les étaulissements d enselgnemeni supérieur ci-après désignes Diplôme d'études supérieures de langue et littérature allemandes et diplô- me d'études supérieures de :»apue et littérature anglaises Facultés des let- tres des dix-sept Université.

Diplômes d'études supérieures de langue te littérature espagnoles Facultés des lettres des Universités d'Allé: Bordeaux. Montpellier. Paris. Pot tiers. Stras,bourg. Toulouse

D:pl6me d'etudes supérieures de langue et littérature italiennes Facultes des lettres des Universités d'Aix-Mar- seille. C.ermont. Grenoble. Lyon :Iolontpeller. Paris. Strasbourg

Diplôme d'études supérieures de langue et littérature russes Facultés des lettres des Universités de Lille. Lyon. Pans. Strasbourg

Diplôme d'études supérieures de langue et littérature polonaises Faculté* des lettres de l'Université de Ul:e

Diplôme d études supérieures de langue et littérature arabes Facultés dos lettres des Universités d'Alger et do Bardeaux et Ecole nationale des langu»s orientales vivantes a Paris

Les recteur, d Arané:nie et l'adminittrateur de l'Ecole nat;onale des langues orientales vivantes aont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté.

CERTIFICAT D'ETUDE

AUX FONCTIONS DE SECRETAIRE D'INSPECTION ACADEMIQUE

Par un arrêté en date du 15 Juin 1932, la date des épreuves écrites du prochain examen pour le certificat d'aptitude aux foncttons de secrétaire d'inspection académique est fixée au Jeudi 6 octobre PROPOSITION POUR LE GRADE D'INGÉNIEUR ORDINAIRE

DES PONTS ET CHAUSSEES

Par arrêté du 15 juin 1932. le nombre maximum des ingénieurs et lng*.nteurs adjoints des travaux publics de l'Etat 4service des ponts et chaussées) susceptibles d'être portés au tableau de propositions pour le grade d'Ingénieur ordinaire des ponts et chaussées pour. l'année 1932 a été fixé à six.

JUGES DE PAIX

Sont nommés iuge de pair de

Caen. canton Ouest. Villers-Bocage et Evrecy (Calvados) (2- classe NI. MaoGrath. Juge de paix d'Isigny-sur-Mer et' Trévières (Calvados) (3' classe en remplacement de M Le Lem. qui a eté nommé Juge au tribunal de premiere instance de Caen.

Putanges et Brtouze (Orne) (4» classe), sur sa demande. M Cardon. Juste de paix de Sées et Morrèe 'Orne) 14l clai* se). en remplacement de M Le Fur, décédé.

GREFFIERS

Sont nommés greffiers des justices de paix de

Pornic (Loire-Inférieureh M Braud, (Camille-Eugène), en remplacement de M Mainguin. démissionnaire.

Satnt-Jean-Brévelay i Morbihan!. M. Simon (Louis-Marié), en remplacement de M. Gillet. démissionnaire.

Est nomme greffier honoraire M. Letendard. ancien greffier de la Justice de paix d'Argentré du-Plessis (Ille-etVilaine).

DANS L'ARMEE

ADMISSIBILITE

A L'ECOLE DE SAUMU R

Candidats de la cavalerie aamis A suoir les épreuves orales au concoure. d'admission a i Ecole Militaire de sousjrliciers et élèves officiers de cuvaltr e de Saumur en 1932. division de la cavalerie 4< région Le Chevretel du 1" régiment de chasseurs Govin du 1" régiment de chasseurs More! du 1" régiment de chasseurs (fluer de Baulny. 1" rèçiment de chasseurs

91 Région Buret de l'Ecole de Saumur Courte' de l'Ecole Saumur. 10" Re<;ion Forlclion. 19- régiment de dragons.

ADMISSIBILITE

A L'ECOLE D'APPLICATION

DE LA CAVALERÉE BT DU TRAIN Candidats admis a subir les epreuves orales du concours d'admission à l'Ecole militaire d'application de la cavalerie et du train, en 1932. (division des sous-. officiers et élevés jfliciert du train 1 4' Région Le Chevretel. maréchal, des logis Il régiment de cnasseurs Il' Kcflion Oounet. marecual ue. 10-,gis. Ecole Militaire et d'application de la cavalerie et du train Nouque-Lar-; rouy. marechal des logis chat 19- regtment ne dragon»

Il' Region Evain. lieutenant de reserve. 10" compagnie du train ̃ Roy. maréchal des logis chef 11' compagnie du train.

F ASTHMATIQUES^ La Poudre Exibard J

6, Rue Combine, ParM.


RADIO-BENNES 1 L t W m. 13 h. 1S. L'heure des auditeurs (disques demandés par les auditeurs adhérents à l'Association des Amis de Radio- Rennes).

18 h, 15. Relais de Parta-P.T.T. Radio-Journal de France.

20 heures. De Rennes Informations.

20 Il. 16. f La demi-heure Pathé concert de musique enregistrée offert par les Etablissements Lévltan. 63. boulevard Magenta à Parle Lakmé (Léo Dellbes). sélection, par orchestre An doit) Benfrnuto Cellvni (E. Dtaz) De \'art splendeur Immortelle, par Bauge a Vie de bohème (Pucctni) On m'ap.elle Mlml. par N. Vallln la Juive iHalévy) Rachel. quand du Seigneur, première et deuxième parties, par José Trevl Manon Lescaut (Puccint f Romance de des Grteux c Anse sirène ou femme s, par Raoul Girard Der Greise Kopt (Schubert), mélodie, par Rudolf 6tetner Samson et Dahla (Saint-Saénsl Bacchanale Air de ballet, première et deuxième parties. car orchestre direction P. Ruhlmann. 20 h. 45. Soirée de comédie. organisée et offerte par l'A.A.R.R.. avec le concours des Comédiens de RadioRennes la Fipurante. comédie en 3 actes de François de Ouret

PARIS P. T. T. 1 IL 447 m. 8 heures. Revue de la presse.. 12 heures. Chroniques. 12 h. 25. Disques. 18 h. 30. DlBques. ♦ 16 heures Concert offert aux malades des hôpitaux Une sacrée Goutte. c #médle de Pierre Dumalne et Roy. interprétée par Mlle Ellne Slnelle. MM. Maurice Baudon. Pierre Dumulne. Marcel Dubois. ♦ 18 h. 16. Radio-Journal de France. ♦ 19 h. 80. Informations. ♦ 19 h. 45. Disques. 20 h. 30. Festival Charles Lecocq, en l'honneur du Centenaire de sa naissance Quelques mots sur Charles Lecocq, par M. Joubert. président de la Société des Auteurs. Compositeurs et Editeurs de Musique Les airs les plus célèbres de la Fille de Madame Anoot la Petite Mariée: Fleur de thé Girollé-Girolta Le Pettt Duc te Jour et la Nu!t le Cœur et la Main les Cent Vierges Interprétés par Mme Lacroix. Mlle Polis. M Delancay. M. Hlripraray. M. Cadet-Grégoire Orchestre dirigé par M. Albert Chantrler. Musique de danse 'usqu'à 24 heures.

TOUR EIFFEL 15 IL L445 m. 20 h. 30. Radio-théâtre. La soirée théâtrale On dine à sept heures, comédie en un acte de Maurice Moreaux. Le Truc de M. Trac, comédie en un acte de Oulllot de Salx. Baptiste n'est

pas Baptiste, comédie en un acte d'Olivier et Foucher. A l'entr'açte le courrier des ondes.

RADIO-PARIS 100 k. 1.724 m 6 Il. 45 et 7 h. 30. Culture physique. Metéo. ♦ 7 h. 45. Disques A quoi bon? Divine Lady Il Happend tn Monterey Dts-moi Joséphine. ♦ 8 heures Informations Météo. Revue de la presse, 12 heures. Disques 'variétés) le Cheval de La Garde; Elégie, par M. Vlard Parade des Soldats de bois Jeune Fille au jardin, par Mme Magda Tagllaierro Pas des Echarpes Viens près de moi, par Fred Gouin Gavotte des vers luisants Berceuse. par As8elin: Gouttes d'eau, par Eugene Poveau Prenez mes rosés, par Lucienne Boyer la Princesse Dollar, fantaiale: Reviens, par M. Léoni la Salade. par M. Léon Bernard Septante Gavotte Bimba, par Robert Marmo Je n'en demande pas plus, par MM. Jacques Pllls et Pierre Ward Infiniment. Tous les deux. du film Un coup de Téléphone », par Jeanne Bottel Estretlita par Tenebaum Moineau Chaque souvenir d'amour, par Robert Burnler Sur la Rance ̃ C'est toi, chérie, mon seul amour, par Allbert Ranavalo Mascarade. Au cours du concert Intormations. Météo 15 heures. Les ondes enfantines. La Boite à Malices le Génie des Plaines; le Père Lustucru; le Bonhomme NoeV. Saint Nicolas les Petits Nains de La Montagne la Petite Sirène te Nid le ROI des Autnea les Quatre Pantins l'Homme au sable l'Oiseau Bleu le Pantin polichinelle Marionnettes Au pays des Chimères Gulliver et Lilliput. « 15 h. 45. Cours ♦ 16 h. M. Reportage par le Parleur Inconnu, des 24 heures du Mans le départ. 18 h. 30. Cours. Communiqué agricole. Causerte Utilisation comparée des attelages et des tracteurs, par M. Ballu. Résultats des courses. 19 heures. Causerie Sovez plutôt maçon, par M. Larcher. ♦ 19 h. 10. Causerie sur les moteurs à explosion et à combustion production de l'énergie mécanique, moteurs électriques. moteurs thermiques, par le colonel Bourgoln. ♦ 19 h. 30. Cours de comptabilité ♦ 19 h. 45. Revue de la presse latlrre Cours. Informations 20 heures. Lectures littéraires présentées par M Denis d'Inès, de la Comédie-Française Mimes antiques Les Syracvsaines de Théocrite le Cordonnier d'Hérondas. « 20 h. 30 Informations. Résultats sportifs. Météo. ♦ 20 h 40. Chronique par René Dorin. 20 Il. 45 Reportage, par le Parleur Inconnu, des 24 heures du Mans. 21 h. 16 Revue de la presse. Informations.. 21 h. 30. Radto-cocert. La Vie drôle (parodies) le Roi Pausole (Honegser) la Coupe du Roi de Thulé- le Petit Faust (Hervé) Air de la Puce la Calomnie (Bastla) le Mariage de Tilémaque (Terrasse) Hymne national des Phaiak!ens. par M. René Hérent; le Chapelier (Satie): l'Escarpolette (Bedtz) les Vieilles de notre Paris (Max Blot) Air de Pharaon (Roger), par Jullane Meyrande.

ALUER 16 IL 163 m. b

20 heures. Renseignements finan- ciers et maritimes. Mercuriales. Météo. 20 h. 16. Quelques chants à succès déjà oubliés Marehe des grenadiers pari*, le t'aime Y a des loups l'Ame dea rosés Quand on s'en va Mes souvenirs sont pour mot des Fi.chesses. ♦ 20 h. 40. Ensembles Inasembles Instrumentaux.

BORDEAUX-LAFAYETTE

(12 k. 304 m.)

20 h. 30. Disques Elle est d vous; Jules, on se lait pouett-pouett (Yvainl- les Deux Sourds 1H. Poupon) Un re- gard (Hollaender) Mary Ann, fox (Abner Bttver) Ramona (Wayne) Frissons INtlson Fyshen Ma Doudou ijean Detannay). ♦ 21 heures Soirée de comédie avec le concours de la Cle dramatique (dlr. Roter Bonall Rodogune. comédie en un acte de MM. Goeaard et André Richard. Distribution le conférencier Pierre Samson le Maître Roger Bonal le cinéaste Henri Danois la dame Jane Lobtt la poétesse Nadine Morhange l'Accident, comédie en un acte d'Henri Duvernols, avec Pierre Samson et Jane Lobls.

FÉCAMP (Baste-Noanandie) Î22»8 12 heures. Disques. Informations. ♦ 13 h. 46. Radio-Concert. 19 h. 30. Radlo-Ciasette normands. + 20 heures. Concert. « 20 h. 45. Concert offert par le journal c le HautParleur i les Allobroges (Porot) Us Noces de Jeannette Margot lève ton sabot (Massé) Kadubec Il n'y a plus de binious (M. Y vain) Tu l'as connu Anatole (Bousquet) ♦ 21 heures. Grande soirée de café-concert avec le concours d'un groupe d'artistes amateurs de Fécamp. Orchestre symphonique sous la direction du maestro Lahaye. Pianiste Mme Delacour. 0 23 heures. Musique hawaïenne Mantla Moon Palikiko Blues Hawaïan Lotoe Kilima Wtth and do home and tell your mother Hawaïan Hôtel. + 24 heures. Thafs Shell-ac. That Wast. Disques. ♦ 1 heure. Vaudeville, 2 heures. Musique de danse.

LILLE :1k. 265 m.

20 heures. Demi-heure des adhérents. ♦ 20 h. 30. Sotrée théâtrale Interprétation de le Roman d'une jeune hnmme pauvre, comédie en cinq actes d'Octave Feuillet, par la troupe Darlex. POSTE PARISIEN (329,9). 60 k. 20 h. 20. Causerie sur la musique, par M. Louis Schneider. critique musical du Petit Parisien. ♦ 20 h. 30. Journal parlé. Informations. 20 h. 45. Concert la Chanson française, avec le concours d'artistes du music-hall. ♦ 22 heures. Musique de danse. ♦ 24 heures. Informations.

STRASBOURG 12 IL 346 m. 20 h. 30. Concert Symphonie légendaire IB. Gorard) Air d'Othello (Verdi), par Mme de Terras; Sonate pour violoncelle (Boccherlnl), par M. Roskam Absence (Berlioz. par Mme de Terras Maroul, suite d'orchestre (A. Rabaud) le Bots donnant (A. Bachelet), par Mme de Terras; Ballet du Rot de Lahore (Massenet). ♦ 22 h. 30 à 24 heures. Diffusion de la musique de danse du Savoy.

RADIO-TOULOUSE 8 IL 385 m. 30 h. 45. Chant la Fille de Madame Angot Elle est tellement fatlooente Véronique Couplets de Floreatan; le Postillon de Longmme.au la Ronde. ♦ 21 heures. Fragments de Roméo et Juliette, de Gounod. ♦ 22 heures. Exraits de olms. ♦ 22 h. 15. Orchestre l'Enfant prodigue Prélude Air de danse Carmen Entr"ftcte. 22 h. 30. Journal sans papier. 22 h. 45. Balalaïkas l'Echo dans la forêt les Douze Voleurs: Yeux noirs Ombres du passé.. 23 heures. Heure des auditeurs. 6 0 h. 05 à 0 h. 30. Musique anglaise.

BRUXELLES 20 il. 569 m. 20 heures. Concert Ouverture de Jean de Paris (Boleldieu) Fantaisie sur Rienzi (Wagner) Menuet de la Sonatine (Ravel) Piccolino. mélodrame (Gutraud) Bourrée en la mineur 1J.-S. Bach) Conte pastoral (B. Godard) Fresques (Ph. Gaubert) Valse Caprice (Rubtnstetn) Diffusion de l'hôtel Métropole à Bruxelles, des discours prononcés à l'occasion du congrès libéral. Reprise du concert Danses symphoniques (Grleg) Croquis chinois (P. Leemans) Pet te polonatse (Théo de Joncker) Suite caucasienne (Ivanow). · 22 heures. Journal parlé. 22 h 10. Diffusion du concert donné à l'Ancienne Belgique.

MILAN 8 k. 7. 500 m. 8

(Turin 8 k. ?. 296 m. 1)

20 h. 15. Concert varié les Dtamants de la Couronne (Auber) Gab.v (Zocchi) Marionnettes dansantes (Fétras) Danse macabre (Salnt-Saënsl Marche serbe (Volpatti). ♦ 23 heures. Musique de danse.

ROME 75 k. 441 m. 2

(Naples 1 IL 7. 331 m. 4)

20 heures. Musique reproduite.. 20 h. 30. Opérette.

SOTTENS (Suisse romande)

P 95 IL L. 400 m.

20 heures. De Genève Variétés, par Ruy Blag, avec le concours de JeanMarc Pasche et de son orchestre. ♦ 21 heures. Musique récréative par l'orchestre.. 22 h. 10. Montreux Musique de danse.

BEROMUNSTER (456 m 6) 60 IL. 20 heures. Opéra» et opérettes, 21 h. 30. Informations. Dancing Gansebraten, sketch de J.-H. Roesler. LONDRES

National-Daventry (1.554,4). 3 kw. 10 h. 15 Service du jour.. 10 tl. 45. Causerie. la heures. Nord régional. 12 h. 45. Récttal d'orgue Ouverture de Matin, midi et soir (Suppé) Sérénade (Fane) Petit Godabout (Colin) Rêve d'amour après le bal (Czybulka) Dis-moi une chanson d'amour (Arden) Fragment de Lohengrin (Wagner), et oeuvres de Olseu, Dubourg. Malnesh. 18 h. 30. Reportage sportif, 13 h. 25. Musique légère la Source, suite (Dellbes) lntermezzo ¡Permis) Alinuit moins cinq (Hall) Czardaq (Thtnner) AndaiWno (Lemare)' les Roses de l'Aurore iKahn); Vieilles Gens à la maison (Roberts) Pot-pourri de comédies musicales, sélection (Muscant). ♦ 16 h. 30. Sextuor avec soit de ténor et de ptano Spirituais nègres (Virgo) Danse de la Petite Dolly (Rayners) Soli de ténor Yesperale Danse russe Soli de ptano le Coucou dans le nid (Norton) Levez-vous et chantez (Charig) Danse du Clair de lune (Fines) Soli de ténor Réverie tdowell) Canzonetta (Godard) Trésor de Colombsne (Drlgo) Poupée chtnoise (Murray et Noble) Mariage des oiseaux (Toblns et Kixo)- Pianisteries (Clarke): Je veux votre coeur (Wood) Valse iGodin). ♦ 17 h. 15. L'heure des enfants, 18 heures. Informations.. 18 h. 30. Reportage sportif. 18 h. 45. Ethel Braker. contralto airs de Sanderson, Rlego. Harty. Leont. Peel. ♦ 19 h. 05. Causerie. 19 h. 30. Musique de danse (H. Hall). ♦ 20 heures Waterloo, radio théâtre (en coin- mémoration de la bataille de Waterloo 18 juin 1815). de Norman Edwards et Val Gielgud ♦ 21 heures. Informations ♦ 21 h. 20. Causerie. par Weston Martyr, 21 h. 60. Concert de musique française. Orchestre B. B. C. (dir. Hutchlnson) Suite ancienne (Lacorne): Une nuit à Lisbonne. barcarolle (Salnt-Saëns) Gavottt (Canne ) Suite brève (Dubois) Sérénade A!arche des petits soldats d» Plomb (Plerné).. 22 h. 35. Dancing.

iii.iimiiiMmiiiimimimiilllliiiniMiniUtlIIIINIIIIIIIIIII

Cours des changes

ïnui joua

Livre 92 22 92 72 Dollar 25 45 25 47 Belgas (100) S54 » 35450 Lires (100) 130 » 130 » Pesetas (100) 209 87 210 25 Florins (100) 1028 50 1028 25 Cour. tchéc. (100).. 75 40 75 40 Francs suisses (100) 495 75 496 » Zlotys (100) 285 50 Ma

L'Ouest-Eclalr publie Chaque lour du ANNONCES CLASSEES à. paraissant dana ses il éditions.

BOURSE DE PARIS Paru, le 17 Juin.

Marché très nerveux. On est forcé de on venir impartialement Que la cllentèle n'ait pas semblé se montrer disposée à acheter après la hausse très orutale d'hier.

Les seuls ordres d'achats aujourd'hui ont donc été le fait de vendeurs au jour le Jour, rendus cralntUs par la bru'allté du mouvement.

Q ici qu'il en soit, la clôture n'a pu s'eff ectuer au plus haut et les derniers cours présentent une note d'irrégularité comparés à ceux d'hier.

Au compartiment bancaire. la BanQue de France abandonne 160 francs à 11.440, tandis que le Foncier en gague encore 60 & 4.460.

Valeurs d'électricité et de produita chimiques, sensiblement inchangées. Aux Internationales, le Rio est encore ferme à 1.205 1+40), ainsi que la Royal à 1.272 (+151.

La coulisse a été bien tenue dans l'ensemble.

Les Katanga demandées par l'arbitrage progressent d'une cinquantaine de francs.

Aux Industrielles, Pernod ferme à 1.497 ( + 17).

L'abolition de la lot de la prohibition aux Etats-Unis peut provoquer des demandes sur cet excellent tItre,

Banque Rot LOYER.

Obligations du Trésor 4 1/2 La BANQLM *KNÊ LOYER reçoit les souscriptions aux obligations 1/2 net émises pour le FINANCEMLNT DE L'OUTILLAGE NATIOVAL a 940 FRANCS POUR 1.000 FRANCS. Ces obligations, remboursables au pair en 30 ans sons réserve de remboursement anticipe à partir du 1" janvier 1935, rapportent un interet anDuel de 45 fr. ENTIEREMENT NET D'IMPOTS, payable semestriellement, lea 15 juin et 15 décembre.

MARCHE A TERME MARCHE AU COMPTANT

PARQUET PARQUET BANQUE PARQUET OBLIGATIONS Précéd. Jour Préoéd. Jour Précéd. Jour frécéd. Jour Frecéd. Jour 3 AM0BTI8SABLI 81 50| » » ELEOTRO-DIVE» 347 »S55 » AtBI (Mil». UT 445 «UgO » ÏV^StV BlÉotr'* W »\fiï » ÏÏÎS5? %» "I S?» » 5 1920 AMORTIES. 119 50 118 50 «̃«* 454 » 446 » BRAKPâN 337 » 332 » l*6- de caËn VM » <?§fi » p-T-T-« <•'« «« •– «g «g » 6 1920 101 100 50 VICOIONE » NŒUX. 570 Il 365 Il BRUAV 228 » 232 r?n Mfl J l ï lïll -fi 4 1925 102 10125 BOLEO 69 » 74 » CAIRO HÊLIOPOtlS 978 »975 Il dm, Il î H • 5 5 <», ISÏ0 » lots oZl Il o22 » 0» AUTOM- D'AMORT. 954 »<953 B0ZELMALETR4 215 "217 Il CHARTERED 7150 73 » "1LeEoP1"?\E(A,(;wv' 5oq 5=2 » «H i 6 1923 » lott. o2b 522 >. BANQUE DE LULCERIE 9420 » 9400 » PHOSPHATE OE OAFSA 370 373 0ON0ORDIA .». 36 36 » NANTAISE. D'ECLAIR.. innn » n Z 6 1924 » lois. 540 »:|34 Il BANQUE TRANSATL. 390 «399 OHAROFURS RÉUNIS.. 195 » 202 OE BEER8 Ordlnslr. 206 »211 » "EUT*U* '£" C'rér0 ••'• }?Ï2 i}??S D 06P. NORD 6 1921.. 52o 1^522 BANQ. UNION PARIS. 368 »|365 » TRANSATLANTIQUE. 73 79 » PRANOOW VOMINO 131 » 130 50 SCHNEI:1ER ÎÂ^n liïn PAS OE CALAIS 7 1927 538 »>l 540 » 0» ALGERIENNE 1460 »1480 VOITURES A PARIS 176 » 190 OEOULD 392 501 392 50 î^1?"6 1930 !i}2}g V. PARIS 3 1871 « lot» 393 »l 385 ORED. PONO. FRANCE.. 4400 «4450 Citroën 320 » 328 HOT0HKI88 1055 «1055 Il H*010 "•• » 4% 1930 à lot. 878 »l 881 » ORED. F-' de l'IND..OH. 131 Il HO FORD 98 t 100 LA HOUVE 427 » 434 » LE NICKEL IRBO 1X« FONCIERES 3 1883.. 308 •> 301 CRÉDIT LYONNAIS 1850 » 1863 » PATHE-OINEM» JOUltS. 99 50 103 n HUANOHAOA 54 » 53 75 SÎV,' I Dnmrwn B80 I Wî COMM'e. 3 1OT6 » 'ott 360 360 CRÉDIT MOBILIER 90 t 92 u O«plt.l 123 50 128 50 HUELVA·OOPPER 44 50 45 25 RNONE POULENO 995 FONO«. 3 1909 s loti 130 » 187 » SOC FIN" FR" et COL" » ni » PEUGEOT 222 » 230 ̃> HVDRO ÉLEOTR. OERE 121 t 121 » 1* P ^Viri'TV »n î Î??S 00MM'« 3 191Î ̃ lois 190 "1 187 SOCIETE GENERALE 1083 «1083 SAY (R.mnsrl.) 1638 »|1658 » JAOERSFONTEIN 56 S7 ENTREP de CRENELLE fonC- 3 1 2 1913 « lot. 385 ni 390 RENTE FONCIERE 568 •>( 570 UNION EUROPEENNE.. 278 J298 » LANOLAATE 7975 79 » 5"?."6.1» !,ï.?t i™ !t?™ COMM»«4%1930 «?9 » go3 » SOC. GÉN" foncière.. 198 «J204 n PLANVOUNO 440 »| 487 «-•«»'« 270 », 268 » ,i?sn COMM'" 4 < »31 » lot. 91« »' 910 SUEZ Act.o J37X0 «113920 » RUSSE o^NS 1" « ». 3 95 4 35 LORRAINE. 98 » 100 » Son marcSS 485 480 EST 3 Anotennw 364 «.369 » Psrt. d« Fond. t. 11700 » 11700 » SERBE 4 1895 49 53 » malaoa ORD 78 78 75 SSïpâL \\(M »I14« » 6 19 836 EST 1 856 TURO 5 1914 16 95 16 95 MIOHELIN 1/6 d. n«rt» 919 915 SfhF. !«/ 11-1 SiiSn LYON f t/J •• 323 ». &* 5» LYON 1020 «IlSi? » BANO M». MEXIQUE US >>> 164 » ONOME « RHONE 365 >^368 » *Ï5I. Sli jiin » « 1921 »815 NORD .18 » » 878 » BANOUE OTTOMANE 1935 »|384 Il MOZAMBIQUE 209 50l 26 » 1\0DlLN01o Ï*V*Ju TiVrë" lRnn ,lâ-in MIDI 3 »nol«nnos W? » 340 » Orléans » 960 Il OANADIAN PACIFIC 241 H 239 » PERNOD 1480 "1497 Il Il >i ,50 5^,311» 820 »J 825 » BANTA.PB 1030 «11027 Il WAGONS-LITS Ordln«lro 71 A 75 » PHOSPH. 0ON8TANTINE 255 »|258 » MATIR. \ln\ «Inno NOHO 3 Anelori.» 369 >H 367 » METROPOLITAIN 1136 «11147 Il CENTRAL MININO 74S »{ 752 » PLAKALNITZA 33 S 34 » !?,* «TINOH 19Ro 2000 -5% 1911 A. >1 821 » TRAM DE SHANOHAt.. » »l 916 » MONTEOATINI 110 i3 110 50 RANOFONTEIN 130 n\ 127 » BEC *«»6R 810 » 840 » 0BLEANS 3 1921 A. 307 » 310 » LYONNAIS; DES EAUX 2270 »|2280 » RIO TINTO 1165 «I1205 n RAND MINES 298 Il 299 Il P"00"'11 LION NOIR.11047 "gf > -6% 1921 A. 831 iri 828 Il OISTRIB D'ÊLECTRIO. 2180 «Î2200 Il AZOTE (Norvège) 540 n{ 533 8HELL TRANSPORTS 162 «116150 £PED. P« FRo-CANAO. i 49|3 4995 > OUEST 3 Ancien».. 3o9 ni 3B0 » ELECTRE DE PARIS. 1065 «1025 Il LAUTARO 36 ni 36 » TANOANVIKA 6775 6950 EST ASIATIO DANOIS 14.Î5 "11405 BRESIL 4% 1910 U" CM) 260 >> 265 ELECTR. OE LA SEINE 725 ni 730 Il ORIENTAL CARPET 124 134 TERRES ROUOEB 107 501 109 50 ECVPTE Unl-'â* b7 M 68 » élec. GAl du NORO 627 621 n pétrofina 343 »l 348 Il THARSIS 209 nI 213 BANQUE Japonais 4 19*0 40 aO 41 » ELECTR. fC" Central» i 1970 »|1985 Il ROYAL DUTCH 12K7 » 1272 » TRANSVAAL r. 92 50' 9175 MEXIQUE 4 1910. 2oO » 250 EN" ELEC. du LIT. MÉO 975 ni 970 Il PORTUO»- OC.S TABA08 122 n\ 121 » SOIE DE TUBIZE 157 159 Il OTTOM N 1902-r. » 64 » EN"ELEO Nd FRANOE 632 «|619 » SUCR. D'ECYPTE Orrt. 342 >?328 Il UN. MIN. KATANOA 0.. 1750 «11800 Il BRUAY | 2235 "2280 .<> 0» CÊN* ÉLECTR 4 1 '2 835 » 830 » MORD LUMIERE 1935 Il,1972 » KRBUCER AND TOLL.. 4 ni 4 51 01». 1745 "1795 Il HUTCHINSON Ordlnalr» i 119o «I120o 678 » 685 THOMSON HOUSTON ..I Il 378 n> 390 » VIEILLE MONTAGNE I 1180 «ill85 Il hiONAOO 3240 "3300 » KUHIMIN» J V2 755 755 » UNION D'ELECTRICITE1 879 >H 890 » VINS » SPIRITUEUX 1 66 50 67 » 1 OOOERF'1"TEI.i B.I 50 75 Si » ENTR' CRENELLi- S *6d <* 870 » WEST BANO 56 501 57 25 hôtel» r*u«»i« 1<« 900 «I 900 Il rÇvilion e »l 870 »

Feuilleton de L'Ouest- Eclair du 18 juin 1932 18

SANS FARD Roman Inédit a Par Louis DERTHAL a

Chère petite amie, murmura le jeune nomme en saisissant les deux mains d'Helene qu'il pétrissait entre les siennes. Il ne m'est donc pas possible de vous aider a la chasser, cette peine ?

Si. vous le pouvez. en m'affirmant que je puis compter sur vous pour cette affaire de tableau

Mais. apres avoir mélancoliquement secoue sa Jolie tête blonde, elle reprit Excusez-moi, ce que J'exige de vous est tellement impossible.

Pas du tout Mademoiselle, votre Titien sera bel et bien acnete par M. de Mandâmes, Je vous en donne ma parole.

Ces Jours-ci T_

Dana deux ou trois Jours au plus Lard

Mon Dieu, al- Je bien entendu ?. dit-elle avec un regard d'extase levé sur Tony.

Puis après une courte réflexion, elle repnt un bnn mquiete

Mais comment vous y prendrezvous pour exécuter semblable tour de force?

Ne vous tourmentez pas. réponditIl avec un sourire mystérieux tout sera fait selon votre deslr

Merci, ohl merci, dit Hélène a

M de Nolrmont en s'approchait de lui. Je crois que j'en rêverai 1

Je ne le souhaite pas. si cela doit troubler votre repos. Dormez fort tranquillement, Mademoiselle.

Le l.ndemain matin. Tony se trouvait d.ins la meilleure disposition d'esprit pour affronter l'hôte agressif de Bellerive. Pour bien lui marquer son indépendance, Il s'habilla le plus simplement du monde chemise avec col Danton, costume de toile kaki, espadrilles brunes. Mais Il soigna avec un soin méticuleux toute sa personne qui ressortait plus distinguée et plus seduisante encore peut-être, du fait même qu'il portait de pauvres vêtements. Comme 11 en avait l'habitude depuis qu'il se rendait quotidiennement au château. Tony commPnça par aller cueillir des fleurs champêtres quii apportait a Hélène pour servir de motifs variés & la composition de ses aquarelles La veille, il avait aperçu, dans un champ d'avoine, d'abondants piedsd'alouette 'rosés en pleine floraison. Il s'y rendit donc aussitôt et cueillit toute une botte de ces fleurs auxquelles 11 ajouta de? miroirs de Vénus et quelques a.mourettes.

A peine était-11 dans le vestibule du

château qu'Hélène, qui l'avait aperçu, s'écriait enthousiaste

Oh l'exquise et ravissante gerbe 1 Telle quelle. elle est à peindre N'y touchons pas.. Montez-la, si vous le voulez bien a L'atelier et je vais me mettre immédiatement au travail Mais avant que Tony eut le temps de placer un mot, une voix brève, qui venait du palier superieur, lançait cette interrogation

Hélne I. Veuillez donc me dire qui est ce garçon qui se permet de vous apporter des fleurs.

Surpris. M. de Noirmont leva les yeux, mais ne vit personne. Mlle de Langle. elle, se pinça les lèvres et après avoir échange un vif regard avec Tony, elle chuchota c M. de Villefrolde à. Comiquement, le jeune homme esquissa un demi salut et Hélène répondit enfin

Ce jeune homme est M Delchaume me permettez-vous de vous le présenter ?

Gardez-vous en bien! Mot je n'ai aucune relation avec ces sortes d'indlvidus.

Merci_. murmura ironiquement Tony qm s'inclinait nouveau. Hélène ne put retenir un sourire et comme aussitôt, ils entendirent une porte se refermer avec violence. les deux jeunes gens s'aventurèrent dans l'escalier.

Je suis réellement confuse, dit Hélène d'une voix basse, de l'impolitesse de M. de Villefrolde, mais l'ose espérer que vous n'en tiendrez pas rigueur aux châtelains de Bellerlve. Le pensez-vous L'humeur de cet homme n décidément rien à voir avec J'exquise sympathie que M dt Rleux et vous, Mademoirelle avez bien voulu toujours me témoigna».

Merci chuchota Mlle de Langle en posant sur Tony un regard craintif qu'elle ne savait pas si chargé de ten- dresse et d'un geste spontané, elle lui tendit la main. Tout remue par le regard de la jeune fille, M. de Noirmont. s'empara avec feu de cette petite main qu'il baisa tendrement.

Au contact des lèvres chaudes. Hé- lène pâlit et ce fut plus fort que sa raison, ses doigts se raidirent sur ceux de Tony

Mais vite reprise, elle détourna son visage qui s'était empourpre. et. amèrement, en son for intérieur, elle se reprocha aussitôt, comme une faute. cette inconsciente faiblesse.

Très vite. elle acheva l'ascension du deuxième étage et ce fut seulement dans l'atelier que Tony put la reJoindre.

Ayant fort bien compris ce qui se passait dans ce cœur altier et pur de jeune fille. M. de Noirmont affecta une certaine indifférence et ce fut très correctement qu'il reprit la conversation Si l'humeur de M de Villetrolde est toujours aussi maussade permettezmoi de vous dire que je ne comprends pas votre amitié pour 111.

Sa principale raison d'être, c'est qu'elle est vieille Je le connais depuis toujours et. dès ma petite enfance, il m'a sans cesse témoigné beaucoup d'affection.

La belle excuse 1 Tout le monde vous aime 1

Oh dit Hélène, avec un bel air d'incrédulité Enfin, reprit-elle, l'ose croire que chez M. de Villefrolde, le fond vaut mieux que la forme.

Cest-à-dlre qu'il me semble hor- -iblement jaloux de tous oeux à qui vaua témoignez quelque favem

Il a peut-être, en effet, l'amitié un peu exclusive. répondit Hélène pensive et soudainement attristée.

Tony eut inconsciemment la certitude quil venait d'effleurer un point délicat et, rêveur à son tour, il se plongea dans un silence farouche.

Ce fut dans cette double disposition d'esprit qu'un instant plus tard. M. de Rieux et son hôte trouvèrent les deux jeunes gens.

Eh bien 1 Delchaume, interpella cordialement le châtelain, est-il terminé. ce portrait ?

Tony. qui s'était leve pour saluer M. de Rieux, lui répondit avec bonne grâce, nullement gêné par les regard dédaigneux de M. de Villefrolde qui le dévisagealt.

« Ciel pensait Tony, quel grand échassier que ce de Viliefroide Mais où diable. ai-Je donc déjà rencontre sa vilaine tête d'oiseau ?

Ce dernier, monocle à l'oeil, constatait avec un sombre dépit que ce Delchaume était mieux qu'un joli garçon. avec ses yeux brillants qui appelaient et retenaient le regard. sa bouche spirituelle et son air d'indépendance hautaine. Alors, avec une expression d'arrogance narquoise, le baron demanda en esquissant un ague geste vers Delchaume

Et c'est ce garçon qui se targue de connaltre le duc de MandaiUes ? Lui-même, Monsieur. riposta Tony, en s'inclinant ironiquement Et c'est vous qw avez la prétention de vouloir lui faire acheter ce Titien ? leta le baron, visiblement rageur Je n'ai aucune prétention, Monsieur. répliqua Tony sans perdre un atome de son'calme Mais, dès lors que M de Rieux possède un tableau à ven. dre. ü me semble bien que les acheteurs sont en droit de se présenter.

Oh pour ces sortes d'achats, ils ne sont jamais nombreux, objecta le baron en ricanant.

n suffit qu'on en trouve un. Mon.sieur En tout cas. j'ai prévenu le duc de Mandailles.

Ah I vous lui avez écrit dit avec vivacité M. de Rieux qui ne pouvait cacher sa satisfaction.

J'ai fait beaucoup mieux. Monsieur hier soir, je lui ai envoye un telegramme. Comptez donc sur une x&oonse au.tourd'hu même.

Cristi 1 voilà du zèie dit le baron sarcastique; c'est à croire que vous travaillez pour vous Une bonne ris- tourne n'est pas a dédaigner. n'est-ce, oas jeune homme 7

C'est vrai, sans doute connaisses vous cela vous Monsieur, riposta prestement Tony mais avec un sourire de <J séduisante bonne çrftce qu'il semblait en même temps demander pardon pour son impertinence.

Le baron pâlit et ses frms sourcils se ramassèrent sur eu:mèmes. Helene se prit a trembler, tandii que le vieux chatelain cherchait ce qu'll pourrait bien dire pour détourner l'orage. Tony, liu. s'était remis au travail, et sans au. cun trouble. négligemment, il posait de ci. de là, de légères retouches Sa- vantes

L'inconscience du jeune homme dérouta le baron qui ne savait trop quelle contenance adopter. Après -eflexion, U prit le parti -'e te tenir coi: néanmoins,' au bout d'un instant, il dit un peu per. sifleur

CA rttvnh

RENSEIGNEMENTS JUiRIDIQUï» Contentieux, procès, affaires lttlglauMfc oaux. loyers, successions. Impôts, etc_Envoi des renseignements contre m*j>das de Ir, 50 adressa à l'Outtt-JetoSr,,


`ESTOMAC;

FOIE INTESTIN un seul remède les POUDRES DE COCH

OD ne redira jamais amer que la santé dépend d'ebord de l'estomac. Pour comprendre toute l'importance qui «'attache au bon fonctionnement de l'estomac. on doit se rendre compte que soigner une maladie d'estomac, dyspepsie, gastrite gastralgie ce n'est pas seulement soigner cette maladie pour la guerli mal. ces' encore prévenir une maladie de foie ou d'Intestins. li est cependant bien facile d'exercer la surveillance ̃ nécessaire Ce lestomac. Car. dés Que celul-ci n'accomplit pas normalement ton travail. ie trouble dont 11 souffre se manileste par des signes qui ne sauralent passer inaperçues ce sont des aigreurs, des renvois vomissements. indigestions, erulurea ballonnements. nausées, vertiges insomnies, maux de tête, perte de l'appétit etc.

a est criminel de négliger ''avertissement qui indique que votre santé est en danger des les premières manifestations douloureuses, vous devez v mettre bon ordre par une médication appropriée

Les Poudres de Gock, qui ont eu gagner la confiance universelle, sont aussi bien en cachet* qu en comprimés le traitement idéal pour réparer 1es désordres de votre estomac. pour désinfecter l'intestin, pour décon- Cestlonner le tôle. Docteur DEPIERRE. La boite (cachets ou comprimés). 10 francs. En vente dans toutes les pharmacies et aux laboratoires du Docteur de Code, a Jeumont (Nord). CHERCHEZ-VOUS à reprendre un fonds de commerce, soit hôtel, café, tabac, alimentation, chaussures, nouveautés, coiffure, boucherie, charcuterie, bazar, quincaillerie, couverture, plomberie, etc., etc.

ALLEZ VOIR en tonte confiance

A. JUPIN, 13, Rue des Boucher»

VERNEUIL-SUR-AVRE (Eure) Tél. 119

qui a des affaires de tout Ier ordre dans toutes les bonnes régions de France, soit à céder, soit à vendre avec immeubles dans de bonnes conditions. Nombreuses références.

GRAINES, PRODUITS DU SOL

A LOUER Ouvrtert spécialisteh cause départ centre SAUMUR, vas- OUVRIER Paris, qui transmettra. schiste un MINELK etPieorU,rier carrier Travail assuré. S'adresser LE TOR-

RIELLEC, entrepreneur. Ecouché (Orne )

on salaire. Travail assuré. S'adr

li J au GARAGE BHUNET. à Argentau. Immeubles a Vendre on à Lonei ovDvv^rzTx^roo^tt ̃' M Cran» 18 11cm ondulation S'adr Ag. HAVA6. Naii|ps. < •– Opérateur pr mach A composer « TypoBELLES FERMES LIBRES rt Particuliers gde ville de l'Ouest dem. EM PLOYE très sérieux connaissant

HERBAGES CLOS LABOURS mémoires correspondance commerciale Contenance 30 62 et 67 ha environ calculs béton arme si possible, capable COD.enaucet 30 62 et 67 ha emiron seconder et remplacer patron. Situation Bad MM B>rnnelm. 23 r Arcade. Paris stable. Sérieuses références exigées -Environ., IMMEUBLE neuf et Adresser demande à l'Agence HAVAS, à de La Baule dépend. Rennes, N, 20672. qui transmettra. sur route nationale. Prix 90.000. PETIT- ON DtMANÛE sikh nourri couHAVAS, Foiiteiiay-le-Conile.

APPRENTI de suite. demandé

de suite. BOUCHERIE

et PIQLELSES sont demandés. S'adre. Agence Havas, Caen, n- 24.622.

CÉDER COMMERCE de Bonnete-

WtUtn rif Merrerie. Chaussures Rtptesentanl> et Lalnes ni cros, exploité au MANS

teusnbrensefKPn" 1869 M^bÂoqSet SorlM* d>En«™" recherche un excellent breuses relations, busceptlble traiter lm-

yjèronct* portantes affaires Seule représentants

bien qualifiés. bons vendeurs. sont priés

90 t O(V\ Dnr jour a DAMES et ME- Kei>reM-iit.-Déiiion»tr. av. auto pr lancer nages sérieux et travail dossier-camping brev. a 28 fr. plage et en tenan> Lux. DEPOTS VINS av. ou camp Campo 12. r du Commerce, Paris. début si rtr Faut mmnlm 10.000 Ecr de nouveautés col:ect. unique plus de oa voir eus au Siège SEBA proprlét, ,i(m échant ta art. trouas, toiles ilng. Bon> et. 102 Ba Sfbastopol PARIS literie, layet bonnet.. tous tissus fant Importante Coclete d'Alimentation de et class et confect nom. et dam vente J'Ouest demanae MEN'AUE ou DAME au détail av. fac:llté de paiem. à la 8EI I.K possédant petit cautionnement clientèle particulière recherche VOVAO déilreux de se faire bonne situation ay tournée établie Condlt. tr. lntér loremem auure gratuitement. Ecrire Situation d'aven, pour pers. active de JJS, fT"?1 00 BeUelootaln*, AHOER6. 1* pa«H*. Scrlr* 3470, BAVAS, Toulouse.

désire REPRESENTANT à la commission pour visiter maison de nouveautés et confections dans départements Finistère. C.-du-Nord, Morbihan, I.-et-VU.. Mayenne, Sarthe. Lolre-Infér.. M.-et-L., Vendée. Ecrire Mais. ISRAEL Frères 11. rue de Mulhouse PARIS (2'). sont demandés par gros établissement de crédit en vue de confier postes rég. d'une nouvelle organisation province. lr» lettre à COLIN. 6 r. Bondy. Parls-X*. Soie artificielle et Laine pour tricotage tagne, un autre pour Normandie, bien Introduits bon détail, mercerie et nouveautés. Vente facile. Commission 10 Ecrire avec références Agence HAVAS, saint-Mienne. N^ 3.318.

SERIEUX. deux sexes. recherchés partout pr création Affaires nouvelles, rapport Immédiat. Ec. UUANA, 103, rue Luiuyctte, PARIS (10*i Employés de commerce

COMMERÇANT début DAVY, 202. r. St-Jacques, PARIS (5'). PREM!ÈRE VENDEUSE Conf. dames conn. étalages, sér. référ. exigées. J. BAYÉ, LAIGLE.

Gena de maison

TY CHUPEN GUEN. Concarneau, dem. 1 UNE JEUNE FILLE en coiffe pour service café et restaurant pour l» juillet Références sérieuses exigées. BONNE A TOUT FAIRE demandée pour maison bourgeoise. Ecrire avec références et prétentions Agence HAVAS Hennés. N° 41.076. Bon SECOND CL'ISIN. 30 ans environ dem pour restaur. Ecr. réf. et prix Pl. année. Ag HAVAS. St-Na7.alre, 55. BON N E Pour cuisine et ménage âgée de d0 A 45 ans est demandée par M- CONAN notaire à BOUCS:. près Argentan (Ornel.

EXCELLENTE CUISINIËRE est dem. par Sanatorium de Clavléres. par Lavai (Mayenne). 115 personnes & nourrir. Références sérieuses exigées. Bons gages. Ecr. Directeur. Pressé. Emplots divers

Concours d'Octobre 1932. Aucun dl piftne eiigt. Ecole Spécial! d' Administration, 4, r. Firou, Pana$ NE VÉGÉTEZ PLUS. conz5u1îrJexzC,olL"Ex':PANSION NATIONALE s, BORDEAUX. DEMANDES D'EMPLOIS rran<-» la mn»

Jeune homme cherche place garçon de café ou restaurant bonnes référ. S'adr. Agence Havas, Nantes, Ne 8.891. Dame dem. place cuisinière ou "ménage u la Journée; non couchée. Mnid Monel, 9, rue de Brest. Salnt-Brieuc. Mén. 30 a. val.-f. de en. dem. pi. pr sais. ou st Bel. Ecr. Havas. Nantes. 8.713. Serveuse restaurant limonade, bonne présentation demande emploi saison. Ecr. Renée. Agence Havas. Poitters. coiffeur bon salonnier, libre de suite '̃' (âge et références). Ecrire bureau Ouest-Eclair, Mayenne.

pâtissier 28 ans uemande place saison hôtel*, libre de suite. Ecrire J Gourlaouen, 47, rue Ouguay • Trouin, Jouarnenes (FlnUtèreJ^

ans dem. place stable. Ecrire ou tél. 48, Bottelle. Le Meslé-sur-Sarthe. Jardinier 4 branches demande place. S'adr. AU. Havaa, Rennes No 2.104. ALIMENTATION

10 franc.. la ligne

wi UQ Narbonne. Mlnervols. Corbières, OrIgInes garanties. Px avantag. Vve Lenn Bergon Viticulteur Varbonne Vln 10» S»S. Port fût, rég. olw tout compr. Echant. grat. JALLAGU1EB, propr.. CAISSARGUES (Gard). AUTOMOBILES

10 (rano la lune

OKI) dern. mod 4 p. exc. état, phares Marchai. Ag. HAVAS. Rennes N° 7.701 A vendre PANHAKD 10 HP très bon A état. Prix Intéressant. Agence HAVAS, Saiut-Nazalre, No 9.452. CAPITAUX

20 tntot> ta ligne

Agriculteurs, Commerçant» PRET8 toute import depuis 6 sur toutes garanties. Durée à volonté. Discrétion Frais réduite t'as ae commission Rien des agences. Union Apncote et Commerciale. 10. rue des Halle*. PARIS il-). AVIS DIVERS

l0 iraoi> ,a ligne

LAINES A MATELAS 13 francs le kilo. Echant. grat. sr dem. Vrléllnck, r. Brun-Pain, Tourcoing (N.). IHAVAIL ChtL S01

assure auj fna^mnf a Nicole*, wataio.tue gratis terirt la laBuHIKUojv Ht t auneant Nantes ttepr. Mlle cbuinarn »1 iur raiu'. Meiame «tNNtt P A P I t 8 S P £ I N T VtNDUfa AU-DtSSOUfc Ufct GUUHS ·Ubum N- i iranec province en coin* u LA UCIUU.IIIDN AL tOitil • 16. rur (H)fknnitil l'IKI" • 1 1 LAINES A MATELAS Laines pays iaranues aepuis la irancs .e Kilo Ëcnan; jra^ults H VANLAEtHEM 1 rue easreu' 1UURCOING echerchoiis CITERNES métalliques 18 à 20 m3 et RËSERVOIRS rectangulaires 15 & 20 'La. Faire propositions Trénlerle> de l'Ouest, à BRUZ (I.-et-V.) Camion capit. ch. retour pr Paris à cond. avant, du 25 au 30 Juin. Rapld' TransItort, 143. av. Rénubl., Montrouge (S.). ur. ) I »w, Cartier, No 32, Rennes, ne répond pas. à partir de ce Jour, des dettes de sa femme, née OUTIN, et de ses deux filles.

SURDITE BRUITS D'OREILLES, BOURDONNEMENTS, sont rapidement supprimé», sans drogues, sans opération et sans perte de temps, par la méthode de rééducation auditive HAKKYS, le repute spécialiste de Paris. 95. rue des Boulets, qui visite régulièrement la région depuis 10 ans. Cette méthode a donné des résultats probants dans des cas déclares incurables par 14 médecine. Les millier» d'applications, de nombreuses guérlsons, ont d'aU.leurs consacré son efficacité. ainsi Que peuvent en témoigner les personne» guéries, parmi lesquelles nous citons NI. Favler (Alexandre), propriétaire à Vonas (Alm Mme Porte-Forte, accoucheuse, 69, rue Servient. a Lyon; M. Estable (Louis), au Pont-Vieux, le Puy (Haute-Loire) M. Bellèvre, à Salnt-Florls (P.-de.C.) M. Bérodler, 3, rue J.-J.-Rousseau, a Tournus (S.-et-L.) NI. Callot, Pacy-sur-Eure M. Mlllard (Julien), & Le Mée (S.-et-M.), etc. N'hésitez donc pas a recourir à la méthode 1IARRVS, car entendre est aussi nécessaire Que voir 1 La démonstration en sera faite gratuitement, ce 9 heures à 4 heures, &

Guer. dlm. 19 juin, Hôtel de la Gare St-Méen-le-Grand, samedi 25 Juin. Redon, lundi 20 J., Hôtel de France. Hôtel-Restaurant Slénegent. Hédé, mardi 21 Juin, Hôtel Letord. Fougères, dlm. 26 j., Hôtel Moderne. Janzé, mère 22, Hôtel des Voyageurs Combourg lundi 27, Hôt. du Château Maure-de-Bretag. Jeud 23, H. Cotler. St-Malo mardi 28 Gd Hôt. du Centre Rennes, vendr. 24. Hôtel de la Gare. Rennes. mercr. 29. Hôtel de la Gare. LOTS 3ooo°

7 autres de 10.000 8 000 6-000 4.000 3 000 2.000 1.000 En tout. 3 100 lots pour une valeur réelle de 250.000 fr, offerts par la SOUSCRIPTION PUBLIQUE de l'Association des Pères et Mères des Fa- milles nombreuses d'Oran. BILLET 1 FU. TIRAGE 26 JUIN 1932 Pour recevoir des billets, s'adresser M le Président de l'Association des Familles Nombreuses, 9, rue Renê-Estlenne. Oran (port gratuit pour 10 billets). Pour recevoir la iiste des gagnants, ajouter 0 tr. 75. Les timbres-poste sont refusés tes coupons réponse franco coloniaux sont acceptés Chèque postal. Alger 171.03.

LES PARALLÈLES QUI SE RENCONTRENT La questton de savoir si les parallèles

se rencontrent peut troubler parfois la

quiétude des savants, mats ce qui ne

troublera pas la qufétude du commen-

çant qui lait de la publicité c'est M

savoir si la publicité rencontre le marché.

SUe la rencontre parce qu'elle provoqué

^attention du publtc. éveilla son désir

Rachat, et fait largement connattre le»

produits annoncés,

elle fera augmenter vos ventes. at(0>

mentera votre produciton. vous rendra

maitre de votre succès.

Pornlehet Hot. des Etrangers, Dr. mer. Tout confort Pension luin depuis 25 fr. A PARI» descendez en Plein centre HOTEL VIVIENNE

40 r. Vlvienne. prés Gds Boulev. Instal neuve. Dernier cont. Tenue irréproch. Chaub. dep. 20 fr. Deux pers. dep. 28 fr SYPHILIS Une Grande Découverte

D'immenses pi-Oftrèu ont aie réalisée au cours de ces dernières anncea. Un traitement buccal, aussi bien dans la période active du début que dans lea manifenùitioas tardives a ete pour beaucoup dann l'évolution de ces progrès. les médicaments lea plus fictifs et sont parfaitement tolères. Ils remplacent les piqûres. Leur efficacité leur n bahui'i) une réputation universelle. Ile sont aujourd'hui employés dans le monde entier et réussissent!* ou totit a échoué. La boite de 50 comprimes 1 6 fr. Brochure et renseignement* gratuits (pli cacheté) Pharm. GIBERT, 19, bus d'aubaonx, MARSEILLE. SLÉMGLJ fera orillei'l

vos cuivres

san* fatigue j!

J'AI MAIGRI MM auoun dmgtr tn 8 jour» de 3 ka Mut rien ivilar. En rtconnilmno» )• donne gpituit«m«n( simple recette i (lire «ormemt m secret. Maigrir i volonté de la pertle déelrie. ou «ntlerement pour Itre mince, dutlnguee et mien» voua porter. Eer. L. STELLA GOLDEN 47, boul. le Chapelle. Pari* Qolnd. t timbre) rep. dlscr. 1 LOUtai-KOLAIK i eal compose par une équipe d'ouvrlen syndique». imprimerie Ce < L'UUES'l-ECLAJH t H. oit du aA-3otM. »em-.

Baume Tue-Nerf Mirlga Guérison mUilIlbll, inttinUnél, ndlult de MAUX oi DENTS Seule prdparation gnérlsiaot déOnilitoncit. 1 1 tr. 75 toiles ptanndes. Enil r- c 1 1 fr. 78 «lm.iP.GIP.AUD, Pt' 8, r. Dakt, ITM-tHUOI

INTERROMPUES

TROUBLES DF LA CIRCULATION

Prenez les PILULES EMMEN AGCGUES d8 Dr Gil Pérès Envoi contre mandat idfr. 84X Oipàt à Rennes c Pb" Dlvet. Place de la Mairie

INFORMATIONS CHEMINS DE FER DE L'ETAT

UNE BONNE NOUVELLE

POUR LES COLLliCXIO'NEUB»

Les Chemina de fer de l'Etat Tleaw nent de faire éditer une nouvelle série d'affiches artistiques

le Format de O.ti'l x 1 m., vendu cinq francs l'exemplaire château de Vltr6, Chartres. Les Sables-d'Olonne, Honneur. Bagnoles-de-1'Orne. Angoulème Lannion. Mont-Saint-Michel, Llsleuz (réé-. dltlon).

2° Format de 1 m. x 1.24, vendu ÎO tr, l'exemplaire port de Nantes, pott de Rouen, port du Havre.

Quelques exemplaires en nombre très limité des mêmes affiches ont été numérotés et sont mis en vente aux prix de 10 et 20 francs suivant le formata Conditions d'envol. Dans les loca» lltés desservies par une gare des Chemins de fer de l'Etat, les affiches sont expédiées sous rouleau franco gare. Pour les autres localités (France et *tr»Bger). les affiches du format 62 x 100 sont envoyées sous rouleau franco par poste comme Imprimés celles des autres for-' mats sont expédiées sous rouleau pat colis postal.

Paiement à la commande par mandatcarte (de la valeur des affiches et s'il y a lieu des frais de colis-postal) adressé au Service de la Publicité, 13, rue d'Amsterdam, à Paris.