Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 1 à 12 sur 12

Nombre de pages: 12

Notice complète:

Titre : L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial

Éditeur : [s.n.] (Rennes)

Date d'édition : 1929-05-11

Contributeur : Desgrées du Lou, Emmanuel (1867-1933). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : français

Format : Nombre total de vues : 135307

Description : 11 mai 1929

Description : 1929/05/11 (Numéro 10057).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bretagne

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k657814p

Source : Bibliothèque nationale de France

Notice du catalogue : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 04/12/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 91 %.
En savoir plus sur l'OCR


Le recul des socialistes aux Mens municipales PARIS, 10 mai. Les désistements et regroupements qui viennent d'être opérés dans plusieurs villes en vue du scrutin de ballottage de demain, constituent une nouvelle confirmation du recul des socialistes aux élections municipales.

A Paris, d'abord, ils ont perdu 30.000 voix sur les résultats de 1925. Les communistes, il est vrai, en ont gagné 9.000. Mais il reste que, dans l'ensemble, le marxisme plus ou moins larvé enregistre un déchet de 21.000 voix. C'est le Populaire lui-même qui le reconnaît et qui spécifie bien que ces suffrages sont allés à ses adversaires de droite.

A Lyon, les socialistes abandonnent le combat dans le 4' arrondissement, sont en fort mauvaise posture dans le 6' et trouveront contre eux, dans le 7', la liste radicale du jeune député Massimi qui, cette semaine, a gagné beaucoup de terrain. Or, déjà, au l«r tour, le chef de la liste socialiste. M. Rognon, député, avait perdu 2.600 voix sur son élection de 1925. Dans le 3' arrondissement, les socialistes sont également serrés de près par les radicaux. Enfin, dans le 2', où ils ont fait cartel, ils n'ont que deux représentants sur la liste des « Gauches », qui sera, du reste, battue par les républicains centristes du député Salles.

A Marseille, les collectivistes purs de M. Tasso ont été obligés de se désister en face des socialistes opportunistes de M. Flaissières c'est la tendance réformiste Boncour qui l'emporte sur la tendance révolutionnaire Blum.

A Toulon, l'administration municipale va échapper demain aux socialistes de M. Claude, comme elle a été arrachée, le 5 mai, à Brest, à ceux de M. Goude.

A Tours. le cartel ne joue pas les radicaux sont les arbitres de la situation.

A Lille, si les socialistes se maintiennent en place, ce sera grâce à un très fort contingent de radicaux encore M. Salengro et ses amis ne conserveront-ils la place que de justesse ils recueilleront, selon toute probabilité, 19.000 voix contre 17.000 républicains anticartellistes. Ce n'est pas triomphal.

A Bordeaux, M. Marquet garde la Mairie, mais il n'a qu'une minorité de socialistes unifiés.

A Strasbourg, M. Peirotes a recueilli dimanche dernier 9.500 voix sur 45.000 inscrits ses amis ne seront élus que dans un seul des quatre cantons de la capitale alsacienne.

Dans la banlieue ouvrière havraise et à Harfleur, le Cartel, dominé par les socialistes, a été battu. Et nous ne reviendrons pas sur Angoulême, Le Creuset. St-Chamond, St-Yrieix. Ceret, dont nous avons déjà signalé le redressement.

IL est donc vraisemblable que demain la poussée antisocialiste s'accentuera, mais à une condition c'est que les électeurs qui ne veulent pas de la guerre de classes et qui demeurent fidèles à l'idée de paix sociale, votent en masse, avec une rigoureuse discipline, contre le fascisme rouge et contre ses fourriers.

L-A. PAGELS.

(Keystone View)

MISS LILLIAN EMERON,

« reine » d'Amérique, qui doit étre. présentée ci la reine d'Angleterre. IIIIIIWIHIIIIlilllllllllillllllllllillllllllllllllllllllllilllllllll Le successeur de M. Fachot PARIS, 10 mai. M. Louis Barthou. :arde des sceaux, a fait signer un déret aux termes duquel M. Bouchardon .résident de Chambre à la cour appel de Paris, est nommé conseil•r à la cour de cassation, en remplacent de M. Fachot, admis à faire ̃toir «w droite à la retraits.

M. BAYLE, DIRECTEUR

DU SERVICE DE L'IDENTITÉ JUDICIAIRE A PARIS,

DECLARE QUE LES OBJETS DE GLOZEL SONT DES FAUX Mais des savants,

dont M. Joseph Loth, déclarent que la questions reste entière

Paris, 10 mai. Le rapport officiel de M.. Bayle. directeur du service de l'identité judiciaire sur le gisement de Glozel sera, ce soir, entre les mains de M. Python, juge d'instruction à Moulins.

C'est un volumineux dossier de 150 pages, comprenant 500 planches photographiques.

Outre M. Bayle, un naturaliste et géalogue, M. Maheu, chef de travaux de micrographie à la Faculté de p:.armacie de Paris et M. Randoin. assistant de géologie au Collège de France. y ont collaboré.

C'est le 29 février 1928 que M. Bayle fut commis par le juge d'instruction de Moulins pour examiner les objets saisis chez les Fradin, lors d'une perquisition effectuée le 25 février par un commissaire de police de Clermont-Ferrand. Le rapport déposé aujourd'hui traite seulement des tablettes d'inscriptions provenant du champ des morts de GIozjI.

Ces tablettes sont au nombre de trois. Deux d'entre elles sont celles que le docteur Morlet, de Vichy, a publiées dans ses fascicules sur Glo7'li

Bien que le texte même du rapport de M. Bayle n'ait été l'objet d'aucune déclaration à la presse, il n'est un secret pour personne que le directeur de l'identité judiciaire conclut formellement à la récente fabrication des tablettes en question. Il précise même que cette fabrication remonte à moins de 5 ans.

M. Bayle a abouti à ces précisions à la suite de recherches ardues sur les éléments constitutifs de la matière de ces tablettes. La chlorophylle (matière verte des cellules des feuilles) qui existe abondamment dans les fragments végétaux inclus dans la pâte même de ces dernières a permis a l'auteur du rapport d'établir la date de leur fabrication.

M. Python pourra d'ores et déjà poursuivre son instruction en attendant un deuxième rapport de M. Br-e qu: traitera, celui-là, des objets en poterie. galets et schistes.

Mais on peut déjà déclarer que le rapport en question aura des conclusions identiques au premier, c'est-àdire défavorables à la thèse de l'authenticité du gisement de Glozel. Paris, 10 mai. Un rédacteur du Temps a soumis les conclusions du rapport Bayle à différentes personnalités qui prirent part aux polémiques relatives à cette affaire.

Voici les déclarations qu'ont faites à notre confrère

11 M. Dussaud. A l'académie des inscriptions et belle-lettres notamment. M. Dussaud ne cessa d'affirmer que les documents trouvés à Glozel étaient de fabrication réqente. Aussi ne peut-il que se félicitée des conclusions du rapport et les approuver. Toutefois, estimant qu'il convient de laisser la justice suivre son cours et désireux de ne pas rouvrir uns polémique, il se refuse à parler oavantage.

2o M. Camille Jullian est le premier qui ait dénoncé « les faux de Glozel». Les conclusions de M. Bayle ne sont point del nature à modifier son opinion. 11 estime, il l'a dit à maintes reprises, qu'un certain nombre d'objets découverts à Glozel sont authentiques ce sont ceux qui ont été mis au jour avant le premier janvier 1926.

«Tout le reste est faux », dit M. Jullian.

Ce que dit M. Loth

3° M. Joseph Loth croit à l'authenticité des documents trouvés a Glozel. mais non de tous. Il estime, lui aussi, qu'il y a des faux et il l'a dit, tout récemment, dans un article de l'Ouest-Eclair.

Il se défend donc de contester les conclusions du rapport de M. Bayle. Il leur oppose seulement les conclusions auxquelles sont r.rrivés des savants qui, comme lui, ont étudié, examiné, analysé des objets venant de Glozel.

Ces savants qui ont travaillé à l'institut de minéralogie d'Oslo, au laboratoire de l'identité judiciaire de Lyon et au laboratoire de chimie de cette même ville ont conclu, séparément. à l'authenticité indiscutable des pièces qui leur avaient été confiées. C'est aussi la conclusion du savant portugais, M. Mendés-Corréa et de M. Bruet, le vice-président de la Société dc géologie de France.

« La question reste donc entière, dit M. Loth. Comme je l'avais prévu, le rapport de M. Bayle n'apporte pas la solution définitive, mais il la prépare, car il va provoquer des contre-expertises. » Enfin, M. Loth tient à rappeler le* conditions, qu'il qualifie d'illégales? dans lesquelles furent saisis, au musée Fradin, les objets qui ont été soumis à examen de M. Bayle.

iV'ide World Photo).

LE GÉNÉRAL MAURIN,

qui doit être nommé chef d'étatmajor général en remplacement du général Debeney.

LE NOUVEAU CHEF

D'ETAT-MAJOR GENERAL PARIS, 10 mai. Contrairement à certaines inïormations, le décret aux termes duquel le général Maurin devait succéder au général Debeney à l'état-major de l'Armée et le général Jacquemot au général Guillaumat au commandement de l'armée du Rhin, n'a pas encore été signé par le président de la République.

Ces nominations, croyons-nous, n'en sont pas moins imminentes, le général Carence, directeur du cabinet militaire du ministre de la Guerre, devant prendre le commandement de la XV Région à Marseille et laisser sa place au général Marquis, sous-chef du cabinet de M. Painlevé.

:= SQURHRES \WWVV\A

Nôs ministres souffriraient -ils de la crise du logement ? Je ne le crois guère, mais la « Commission du Domaine national » se demande tout de vaëme car ce problème est de sa compétence où il conviendrait d'abriter nos Excellences ? ?.

Grave question chaque ministre doit-il avoir un appartement privé à côté de ses bureaux, ou bien veut-il percher où bon lui semble, aussi loin que possible des antichambres bourrées de quémandeurs ? En somme, affaire de rendement ministériel, plutôt que d'harmonie architecturale Un conseiller d'Etat qui parait avoir des dispositions pour la vie bien réglée propose la construction, à Paris, dans le quartier de l'Ecole Militaire, de quatre ou cinq hôtels particuliers où seraient logés, indépendamment de leurs ministères, nos gouvernants. Et pourquoi pas ? Avec un grand mur autour de ces hôtels, un beau quartier des ministres s'épatant dans 1'ombre de l'Ecole Militaire, mais ce serait l'idéal Là, au neoins, chaque titulaire de portefeuille vivrait dans une atmosphère de discipline' vraiment républicaine il ne s'ennuierait paà le moins du monde au milieu des camarades il n'oublierait jamais ses devoirs.

En effet, dés l'aube, des clairons délégués par les casernes voisines sonneraient^ le réveil et, dans la journée, rappelleraient aux ministres distraits tel M. Painlevé les heures des corvées inévitables réception des visiteurs maintenus par des huissiers, signature de courriers volumineux. Et puis, quoi, lorsque le Président du Conseil aurait besoin d'un collaborateur, il saurait où le trouver Allez, planton, fouillez la cour du quartier et ramenez-moi le premier de ces messieurs. Chéron, Maginot ou Tardieu..

Et quelle économie de temps par surcroit. Le matin, rapport, puis revue du Président de la République ou Conseil des ministres, repas en commun, au cours duquel se poursuit l'expédition des affaires courantes (car les affaires sont toujours courantes, même quand elles ne bougent pas). Ensuite, l'homme de t chambr» » est désigné il vd essuyer 'le feu des interpellations 1. Des permissions de minuit sont accordées et même des permissions de 24 heures quand il s'agit d'aller prononcer un discours a Narbonne ou à BelJort.

N'est-ce pas très bien ainsi ? De l'ordre, de la méthode, du travail ? La Commission du Domaine National a une idée très heureuse. Nous sommes d'ailieurs énchantés Ce savoir que l'on songe à faire observer une discipline stricte, aux engagés volontaires de l'armée politique. Quoi de mieus qu'une vie de caserne sérieuse entre les grandes manoeuvres et les campagnes électorales I.-

Le Petit Gréfoife.

LA RENTIÈRE OCTOGÉNAIRE ACCUSÉE D'AVOIR TUÉ

SA BONNE, EST CONDAMNÉE A CINQ ANS DE PRISON

AVEC SURSIS

NICE, 10 mat Le jury des AlpesMaritimes examine aujourd'hui l'affaire Portois. On sait oue le 17 novembre 1927. Mme Louise Leandron, Vve Portois, demeurant dans sa villa, chemin Sainte-Thérèse, appelait «j»r téléphone au secours.

Sa bonne, Marie Gros venait d'être assommée.

La police découvrit le corps de cette dernière dans une courette, devant une porte de service. le crâne défoncé à l'aide d'un instrument de jardinage. Mme Portois expliqua que le meurtre était l'œuvre d'un bandit masqué qui. après avoir tué Marie Gros, s'était introduit dans la maison et l'avait contrainte de lui remettre de l'argent. Des meubles avaient été fracturés. La découverte d'une chemise de nuit de Mme Portois, maculée de sang fit arrêter cette dernière et elle reconnut alors avoir menti, imaginé la fable du bandit masqué. En réalité elle avait elle-même tué sa bonne au cours d'une discussion, non pas le lundi, matin mais ie dimanche dans la soirée. Mme Portois confirma ses aveux à l'instruction.

Par la suite elle les rétracta entièrement et affirma avoir avoué parce qu'elle avait été menacée d'être enfermée dans un cachot noir C'est donc comme « non coupable que se présente devant le jury Mme veuve Portois, âgée de 83 ans. La veuve Portois clame

son innocence

Aujourd'hui, à l'audience, la veuve Portois reprend sa première version. Sa domestique a été assassinée par un individu masqué qui s'était introduit dans la villa qu'elle possède à Cimiez pour la cambrioler elle-méme fut victime des violences de cet homme qui disparut sans laisser de traces avant qu'elle ait m prévenir la police.

Elle affirme son innocence et déedare qu'elle avait fait des %veux parce qu'elle y avait été contrainte.

Aux questions du président, elle répond obstinément

Avoir signé, là est ma grande faute.

Le docteur Paudoleu. médecin légiste, fait ur:e déposition qui produit dans la salle une vive sensation. On sait qu'une chemise de nuit appartenant à la veuve Portois fut trouvée par les enquêteurs tachée de sang. L'accusée a expliqué le fait en disant que le bandit masqué l'avait'blessée à la main Le praticien affirme qu'une blessure aussi insignifiante n'a pu occasionner une telle hémorragie. Il conclut en déclarant que l'examen mental et physique de la meurtrière présumée de Marie Gros peut faire admettr? des circonstances atténuantes.

Le verdict

Après réquisitoire et plaido:rie, la veuve Portois est condsr-ipée i cinq ans de prison, mais, en raison dr son état de santé et de son âge, !e sursis lui est accordé.

MARDI PROCHAIN

DEUX NOUVEAUX

X FEUILLETONS g JOSETTE LA ROMANESQUE Par Pierre d'AUVERGNE ET

VIVRE SON RÊVE

(Keystone View)

Le plus grand éléphant actuellement en Europe, pensionnaire du fameux cirque Iiagenbeck, se fait « faire les ongles » par son cornac avant ses exercices quotidien*.

Une merveille d'architecture navale si

le croiseur « Tourelle le plus beau navire de notre marine et le plus rapide du monde

On sait que le croiseur Tourville, le plus beau navir* de notre marine et le plus rapide de tous les bateaux de guerre actuellement en service, a quitté Brest le 5 mai pour entreprendre une croisière autour du monde. Le Tourville va promener par les mers et montrer aux terres lointaines, à nos colonies et ci l'étranger, le pavillon tricolore. Il ra représenter la France. L'événement ne saurait passer inaperçu et il est, d'ailleurs, pour nous, d'une importance considérable. C'est pourquoi nous avons tenu ci suivre le Tourville dans son beau voyage, dont un collaborateur de talent donnera, au hasard des escales écrite spécialement pour nos Iecteurs une relation détaillée.

?our aujourd'hui, ce collaborateur, un marin qui sait et qui aime la mer et les choses de la mer qui aime son bateau va nous dire ce qu'est le Tourville, cette merveille d'arcltitecture navale, gloire de notre marine militaire.

Le port de Lorient peut être fier son œuvre de 10.000 tx est en effet une merveille d'architecture navale. Deux mâts de 60 mètres dominent cette coque fine et élégante, longue de 191 mètres et large de 19 mètres Voici la passerelle de commandement qui atteint la hauteur d'une maison de quatre étages et que pro- tègent, sur les côtés des canons antiaériens de 75 et sur l'avant. 4'canons de 203 en tourelles doubles.

Au-dessous, et devant soi. s'étend la proue. C'est la plage avant où, par beau temps, se déroulent mille et une danses, aux accents d'un jazz endiablé ou d'un phonographe « dernier cri ». Sur la plupart de nos navires, c'est encore là que le marin s'improvise boucher en abattant bœufs et moutons.

Ici "pareil spectacle ne s'offrira pas à nos yeux, et les solitudes océaniques ne retentiront plus des beuglements et des bêlements tristes des bêtes que la mort frappe pour donner aux hommes. la vie.

Le progrès est venu, et le « Tourville n part avec une usine frigorifique où 12 tonnes de viande viennent d'être récemment logées.

Sur le pont supérieur ou spardeck, voici à droite de la passerelle, une coopérative, parfaitement organisée où l'on trouve tous les articles dont on a besoin dans la vie courante, à des prix défiant toute concurrence. De l'autre côté à gauche ô surprise fonctionne régulièrement un atelier de blanchissage qui complète l'œuvre d'hygiène corporelle, commencée chaque matin dans les lavabos- douches de l'entrepont.

Le temps des bailles a vécu, et les ablutions quotidiennes ainsi que la propreté du linge s'opèrent désormais dans les mêmes conditions qu a terre. Derrière nous, deux immenses cheminées émergent, groupant autour d'elles, vapeurs, vedettes et baleinières d'où l'on aperçoit le socle de la catapulte et les bureaux, qui servent de perchoirs à nos « coucous » deux hydravions gris bleuté qui voleront bientôt sous le ciel des tropiques. Nous arrivons maintenant à l'extrémité du spardeck. au pied d'une tourelle qui pointe, avec sa voisine du dessous, de gros canons de 203 sur un horizon vague et lointain

Témoins fidèles des récréations des officiers sur la plage arrière, que limitent les appartements du commandant, « Sceptre » et Soleil Royal », car tel est leur nom d'histoire, deviendront prochainement les spectateurs de nos réceptions aux colonies et à l'étranger. L'entrepont

L'étage inférieur est l'endroit habité, c'est l'entrepont où descendent de

multiples échelles. De larges hublots y déversent à flots la lumière et l'air pur de la mer et les joyeuses chansons éclatent de tous côtés. Là-bas au bout, tout est calme cependant la. lecture en effet, et la correspondance exigent le silence. Nous allons de découverte en découverte, voyez-vous. Jamais, la vieille marine n'avait connu de salles où les hommes pouvaient venir se délasser et se recueillir. C'était du luxe, et l'austérité militaire s'en accommodait fort mal. Aujourd'hui les tentatives ébauchées timidement en escadre. après la guerre pour distraire les équipages, reçoivent leur consécration officielle. C'est dans ce lieu que de temps en temps, le soir, avant de se confier au balancement paisible dt! hamac. le marin assiste à des séances de cinéma ou de musique, voire à des séances de prestidigitation. lorsque l'occasion se présente

Bonne nourriture distractions attrayantes confort moderne service agréable. Commen songeraientils à se plaindre ? Aussi ne faut-il pas être surpris de les voir demander a faire campagne, quand sonne pour eux l'heure de la « classe »

N'est-ce pas là un présage heureux pour notre « tour du monde » ?

Pas de charbon

C'est M. le capitaine de vaisseau Abrial qui commande et 25 officiers dirigent, sous ses ordres. 550 hommes qui servent joyeusement dans les divers métiers de la terre électriciens. mécaniciens, chauffeurs, boulangers, cuisiniers, infirmiers, tailleurs, etc. La première spécialité est incontestablement souveraine à bord en raison de Ja maitrise que l'électricité exerce sur les appareils auxiliaires, à 1. mer comme au mouillage. Grâce a elle. les matelots n'épluchent plus de pommes de terre, ne lavent point leur linge et ne font plus la vaisselle

Ensuite vient la troupe la plus nom- breuse. cellg des mécaniciens et chauffeurs, qui. au nombre de 200. constitue le tiers de l'équipage. C'est à eux qu'incombe l'entretien et la mise en marche des 136.000 chevaux du Tourville. Jamais Vulcain n'eut un domaine pareil, puisque la force des paquebots les plus récents et des cuirassés les plus rapides nous est inférieure de 80 à 100.000 chevaux.

Puissance formidable que développeraient à peine, durant huit heures* d'une manière régulière et continue un million et demi d'hommes, s'il était possible de les employer tous à la foi.. à tourner une manivelle pour donner au Tourville l'allure horaire de plus de 36 nœuds qui en a fait la champion du monde.

im esi-u pas prouigieux de penseur que

ce navire pourrait théoriquement se rendre 83 heures de Brest à NewYork et que si ses turbines étaient utilisées à actionner un ascenseur. elles seraier.t capables de hisser, en moins de trois secondes. au sommes de la Tour Eiffel, c'est-à-dire a 300 mètres de hauteur, une locomotive et son tender d'un poids de 100.000 kilcgs. Nul doute que votre imagînatior ne

soit frappée par ces exemples incroyables. Les chauffeurs vous apparaitront probablement comme des damnés, au torse nu. noirci et suant, une lourde pelle de charbon dans les mains, face aux portes d'un foyer immense. avide et ardent. De grâce. rassurez-vous, car, ici. vous n'aurez point de visions d'enfer.

Une pompe, m jet de pétrole, une

torche enflammée et la chaudière est allumée. Un homme a suffi pour cela. Ses camarades, maintenant, ouvrent des soupapes, surveillent des manomètres et, dix minutes après l'appareillage, le Tourville atteindra à 30 nœuds, la vitesse d'un train express. Désirez-vous la clef du mystère t

Eh bien il n'y a point de charbon à


bord. C'est un pétrole brut, dénomme mazout, qui opère tous ces miracles et celui de la main-d'ceuVre n'en est pas le moins important. Qu'on er juge pur nos cuirasses de 24.000 tonnes, qui sont les plus forts, 1.000 hommes sont absolument nécessaires pour emoarquer, en huit heures. 1.800 tonnes le charbon

Ici, 12 hommes manœuvrent des vannes et, disposant des tuyaux, réussissent, sans la moindre fatigue, i loger, dans nos réservoirs, une même luantite en combustible liquide Autre avantage Le pouvoir calo:1fique pratique du mazout étant preslue deux fois supérieur à celui du charbon, le rayon d'action des navires moderne- comme le nôtre se :rouve presque double, ce qui revient x dire que nous pourrions accomplir deux fois le tour de la te.re quand un i charbonnier » d" notre tonnage .chève son premier périple.

La guerre a détrône le charbon et ''est aux avisos contre sous-marins -lue les croiseurs nouveaux, le Duquesne et le Tounille. en particulier. doivent la sécurité de ce merveilleux progrès de la mécanique navale. Une marine nouvelle nous est donc aée et la renaissance maritime est chez nous un fait accompli.

Avec Paul Chack. nous dirons qu'elle est l'œuvre d'une volonté inflexible, d'une persévérance méthodique, d'un espr.; hautement organisateur « Elle est l'œuvre d'un grand patriote qui est aussi un grand ministre ». M. George.; Leyguas. La salle d'honneur

Notre visite prend fin nous entrons dans la salle d'armes. La soie fraîche, tricolore et frangée d'or du drapeau offert par Mme la comtesse ie Galard. descendante du grand lomme de mer. domine la salle d'honieur. Partout des peintures ou des draieaux de Pierre Lecomte évoquent les ̃xploits admirables du maréchal de "ourville.

Agosta. Palerme en 1676, sur le sceptre Beveziers en 1690. Barfleur z 1692 sur le Soleil Royal.

Jamais, nous enseigne l'histoire ma.time. les équipages n'abandonnèrent Tourville », leur chef, qu'ils aimaient admiraient.

Notre conduite i tous est ainsi fixée. )ue notre commandant soit tranquille, peut compter sur son équipage. Marcel MONGRAND,

Tous les hôtels, tous les services motionnent à Vittel dès le 18 Mai. "'our éviter l'encombrement, faites otre cure en Mai et Juin. Hôtels de lûtes classes. Prix spéciaux.

UN PÈRE VOULAIT BRULER SON ENFANT

Madrid, 10 mai. Parce que son sa. un bambin de 7 ans, avait pris jans une malle un billet de banque de 100 pesetas qu'il s'amusait à découper, une menuisier de la Corogne, Severino Quintana, l'assomma d'un coup de poing, puis lui ayant passé une corde sous les bras, le suspendit à une poutre de l'atelier dans l'intention de le brûler vif.

A cet effet, il imbiba de pétrole les vêtements du gamin. Sa femme arrivant au moment où il allait y m?t'r.- le feu, arracha l'enfant au père barbare et alla dénoncer le fait à la police, qui vint procéder à l'arrestation de Quintana.

Sans l'intervention énergique du commissaire, le père dénaturé aurait été lynché par ses voisins.

Un nouveau décès de bébé à ITiôpital Claude -Bernard Paris, 10 mai. Le petit Raymond Lennission. né le 21 avril dernier, qui était gravement malade à l'hôpital Claude-Bernard des suites d'une intoxication, vient de succomber à son tour.

L'état de sa sœur Yvonne reste. d'autre part, toujours alarmant. Le juge d'instruction a confié au docteur Paul la mission de procéder à l'au- topsie du petit cadavre. LE « LIVRET ELECTORAL » PARIS. 10 mai. M. Joseph Denais. deputé de Paris se propose de deman- der au ministre de l'Intérieur, à la rentrée des Chambres, les modifies- tions qu'il envisage pour remédier aux conséquences de la distribution par la poste des cartes électorales et pour mettre au point la loi de 1924 qui a réglemente cette distributon

Il souhaite que l'examen de cette question conduise le ministre à proposer l'institution du « livret électoral APRÈS LES FÊTES

DE JEANNE D-ARC

Le cardinal Lépicier

et le cardinal Bourne

sont arrinés à Paris PARIS. 10 mai. Le caroinal Lépi- cier, légat du Pape aux fêtes de Jeanne d'Arc, et le cardinal Boume venant d'Orléans, sont arrivés cet après-midi à Paris.

Ils ont été salués sur le quai de la gare d'Orsay par Mgr Maglione, nonce postolique

DEUY CHEFS REBELLES

EXÉCUTÉS AU MEXIQUE Londres. 10 mai. On mande de New-York au c Times »

On annonce de Mexico que les autorités fédérales ont fait exécuter à Iiruela. dans l'état de Guerrero. après.. un conseil de guerre, deux chefs par- tieans des Cristeros.

Le discours du trône prorogeant le. Parlement a été lu hier matin aux Chambres anglaise Le roi présidé

son premier conseil- privé Lpndres. 10 mai. Le roi a présidé. ce matin. a Bognor, son premier conseil privé depuis sa maladie. Il s'agissait d? .a cîiiso.ution du Parlement.. Les membres de l'entourage du roi étaient en communication téléphonique avec les deux Chambres, et c'est. lorsque le discours du trône prorogeant le Parlement eut été lu, que le Conseil privé se réunit- Il fut d'ailleurs très court.

Londres, 10 mai. Le discours du roi prorogeant le Parlement a été lu ce matin aux deux Chambres.

Le souverain. après avoir constate que les relations avec les puissances étrangères continuent d'être amicales. rappelle le dépôt, à Washington. de la ratification. par la Grande-Bretagne, du pacte multilatéral de renonciation à la guerre et le voyage au Japon du duc de Gloucester, pour remettre au mikado les insignes de l'ordre de la Jarretière, en signe de l'amitié qui unit les deux pays

En Afghanistan, l'incertitude de la situation et l'absence de gouvernement stable ont nécessité le retrait, au mois de février dernier, du représentm britannique à Caboul Le souverain espère que la paix intérieure sera promptement rétablie et que la Grande-Bretagne pourra reprendre avec un gouvernement ayant l'appui du peuple afghan, les rapports amicaux de jadis.

« Mon gouvernement, poursuit-il, a continué, en accord avec les autres puissances, à appuyer à Genève la réduction des armements. Le récent discours qu'a prononcé le délégué des Etats-Unis a apporté un regain d'espoir pour un prompt régiment de la question de la repris? du désarmement naval, et mon gouvernement n'a pas tardé à marquer son approbation des déclarations américaines. »

En ce qui concerne le chômage, le souverain constate qu'il continue 0. être inquiétant, mais qu'un notable progrès a été enregistré et qu'on peut espérer une reprise générale du travail. grâce à la bonne volonté constante et la coopération des patrons et des travailleurs.

Passant ensuite aux questions intéressant exclusivement Angleterre, le roi rappelle les mesures d'exemption partielle d'impôts prises pour soulager l'agriculture et les industries produc- tives. la revision des tarifs de chervi'i de fer, etc.

En terminant, le souverain énumère les mesures prises concernant l'administration locale et mentionne constitution d'un fonds subventionne par l'Etat pour l'acquisition du radium nécessaire au traitement du cancer. Après la lecture à la Chambre des Communes du discours du trône. les députés, ayant à leur tête le doyen de la Chambre T. P. 0' Connor. qui était poussé dans un fauteuil de malade, ont défilé un à un devant le speaker, auquel ils ont serré la main.

LE RECORD DE LA HAUTEUR EN AVION

Washington, 10 mai. Le « National aéronautical Association » a officiellemerit homologué le nouveau rerr.id d'altitude établi par le lieutenant Scuck qui est monté à 39.140 pieds AU CONSEIL DES MINISTRES L'examen du budget,

l'organisation de l'aéronautique marchande

Paris.10 mai. Les ministres se sont réunis ce matin à l'Elysée Le conseil a poursuivi 1 examen des -ispositions budgétaires des divers ministères et a terminé l'examen de 1 en- semble du budget des dépenses. M Laurent Eynac a fait approuver par ses collègues la constitution du Conseil supérieur des transports aériens ch-.rgr d assurer la coordination der. eff:>7t= a le oëveloppement ratio- riel de i aéronautique marchande L'institution nouvelle est compléter par la création d'un comité consultatif technique et d'un comité de l'exploitation commerciale des transports aé- riens. Notre dette commerciale à l'Amérique

PARIS, 10 mai. Bien que le communiqué officiel ne fausse aucunement état des délibérations des experts, on croit savoir que le conseil des ministres s'est longuement ir.nulété de la tournure de ces délibérations.

De leur succès ou de leur échec dépend en effet l'attitude du Gouvernement quant au paiement de la dette commerciale à l'Amérique (409 millions de dollars au principal, soit environ 10 milliards de francs et 518 millions d'intérêts).

Cette dernière somme est actuellement consignée en devises Londres, mais on sait que l'Angleterre est momentanément hostile à son transfert à New-York.

Faute d'un accord sur ce vint au Comité des experts pour les modalités de paiement de la créance américaine le Gouvernement serait dans l'obligation d'inscrire cette dépense dans le budget de 1930. alors que régulière- mei't elle incombe à l'exercice 1929, son échéance étant fixée au le, août

Le différend Pershing-Foch sur l'utilisation

des armées américaines pendant la guerre

Washington, 10 mai. La section historique du War Collège (école de guerre) vient de publier une brochure d'un vif intérêt, touchant les relations du général Pershing avec le grand état-major allié aux heures les plus sombres de la grande guerre

Il s'agit du différend qui s'éleva entre le commandant eu chef des forces américaines et 1e maréchal Foch lui-même, à propos de l'utilisa-, tion de l'armée envoyée en Europe par les Etats-Unis.

Le général Pershing s'opposait aux prélèvements que l'on voulait faire sur son contingent pour boucher les trous creusés dans les autres armées par les offensives allemandes.

La discussion avec le grand étatmajor allié connut son point culminant le 30 août 1918. au début de la rontrp-offensive victorieuse des alliés, à une heure, par conséquent, encore fort critique de la tragique épopée. Le général Pershing. s'étànt rendu au quartier général de Ligny-enBarrois, le maréchal Foch lui posa nettement la question

« Voulez-vous vous battre? Bien évidemment, mais en tant qu'armée américaine ». répondit le général. Le maréchal objecta qu'il faudrait un mois pour mettre cette armée à même d'entrer en ligne. A cela, le général Pershing répliqua <t Donnezmoi un secteur où vous voudrez, je 1 occuperai immédiatement. » Il y eut a!ors. dit l'auteur du petit ouvrage, un instant critique où les deux chefs s'affrontèrent avec. l'un et l'autre, des convictions bien arrêtées.

Onze jours plus tard, le 10 septembre, tandis que la première armée du général Pershing s'établisse prête à entrer en jeu, dans le secteur de Saint-Mihiel. l'accord fut signé donnant au général un secteur de 145 kilomètres sur le front en l'espace de deux semaines. les forces américaines s'engageaient dans l'Argonne. en direction de Sedan. jusqu'à l'armistice.

Déjà. le 12 mai 1918. alors que l'ennemi menaçait de crever notre front, le général Pershing avait refusé de colmater les trous des armées alliés avec des renforts américains, et cette attitude n'avait pas été sans provoquel une assez vive tension entre lui et le grand état-major allié.

Le « New-York Herald », qui publie ces citations, ajoute que ces documents concordent avec ceux que contient le volume de M. Raymond Recouly. sous ce titre « Les entretiens du maréchal Foch n. Il y est dit, notamment, que. malgré ses différends avec le général Pershing. le maréchal le tenait en haute estime, et qu'ü refusa nettement d'obtempérer à la demande de M. Clemenceau. lequei voulait qu'on priàt le président Wilsoi. de relever de son commandement le général en chef des forces américaine? UN AVION MILITAIRE S'ÉCRASE

Les deux occupants sont

carbonisés

Lucerne, 10 mai. Un avion militaire, monté par deux officiers, a pris feu ce matin, à environ 800 mètres d'altitude.

Il est tombé sur le sol où il s'est brisé. Les deux occupants ont été retirés carbonisés des débris de l'appareil.

La flotte chinoise

s'est rendue aux Cantonais Canton, 10 mai Les avions des troupes cantonaises ont bombardé et mitraillé, ce matin, la flotte chinoise. à proximité des forts de Macao. L'engagement a duré une demi-1 ..re. Les pertes sont élevées. Un des avions a été abattu.

La flotte a remonté la rivière, s'est ancrée à Chameen. à proximité des canonnières étrangères, s'est rendue aux Cantonais qui ont désarmé les navires

LA CITÉ UNIVERSITAIRE DE PARIS

Paris. 10 mai Le comité général de Meurthe-et-Moselle vient de décider de fonder une chambre à la cité universitaire de Paris. Ainsi quatre départements dont le chef-lieu est siège d'une université regionale s? sont associés à 1'oeuvre de la cité universitaire de Paris et deux au- très de ces départements, gràce i •*£? liberalités privées, s'y trouvent =gale- ment associées

Ces départements sont Les Bouches-du-Rhone, l'Ille-et-Villaine, la Meurthe-et-Moselle, lé Puy-de-Dôme, le Rhône et le Bas-Rhin.

Au total. le nombre des départements qui ont fondé des chambres à. la cité universitaire s'élève à ce jour ¡. une trentaine

PltPRX II ÏÏTTiËH? AIIICF^ Un Rennais parmi les lauréats Paris. 10 mai. A 1 Académie des Inscriptions et Belles Lettres, le grand prix Gobert, histoire (9.000 francs), a été décerné à M. Prenthout. pour son histoire de la Normandie.

Le second prix Gobert (1.000 francs) a été attribué à M. Pocquet c'u Haut Jussé, pour son ouvrage Les papes et les ducs de Bretague.

Le Lauréat, ancien élève de l'école des Chartes, est né à Rennes en 1891. PARIS. 10 mai, Le Comité du Cercle littéraire frar.çais vient d: décerner son prix annuel de roman, d'une valeur de 5.000 francs, à Claude Quinard (pseudonyme de Mlle Madeleine Dubois), pour son roman Les coeurs inttable».

LES EXPERTS ONT TENU HIER UNE REUNION

PARIS, 10 mai. Les experts des puissances créancières se sont réunis cet après-midi, à 15 heures, sous la présidence de M. Owen Young, qui a mis ses collègues au courant des négociations qu'il poursuit depuis samedi avec la délégation allemande.

M. Young a indiqué notamment qu'il s'était mis d'accord avec le chef de la délégation allemande sur une procédure susceptible de permettre à toutes les délégations intéressées de connaître dans leurs détails, sans plus de perte de temps, les réserves et les conditions que les experts allemands mettent à leur acceptation des derniers chiffres qu'il proposés.

La question du pourcentage momentanément écartée

LONDRES. 10 mai. L Agence Reuter publie une dépêche de son corr|>pondant parisien dont voici une analyste Les pays créditeurs ont, à la- réunion de cet après-midi, décidé d'abandonner, pour le moment, la question épineuse de la répartition des paiements allemands. C'est ce qui constitue l'événement marquant du jour. » On irait trop loin en attribuant cet acte de prudence la déclaration de M. Churchill à la Chambre des Communes. Probablement la résistance de la Grande-Bretagne aux propositions de M. Young et ia controverse animfe que le rejet britannique a soulevé dans la presse non seulement à Londres, mais à Paris, Bruxelles et dans d'autres capitales, ont amené les experts alliés à enterrer la question pendant quelques jours. Pourtant celle-ci ne peut l'être complètement elle reste simplement en suspens.

Maux de jambes Varices, lourdeurs, démangeaisons, eczemas et utcere3 variqueux, hémorroïdes. Sans interrompre vos occupations. vous pouvez facilement vous soigner vousmême par le traitement médlca: a résultats rapides du docteur LE NAOUR (récente découverte). Ni piqûres, ni plàtrages. N'envoyez pas d'argent demandez la Brochure gratuite au Laboratoires du docteur LE NAOUR, 4. place Carnot. Quimperlé (Finistère!. LE GÉRANT D'UN JOURNAL COMMUNISTE EST ARRÊTÉ BORDEAUX, 10 mai Sur mandat du procureur de la République, une perquisition a été opérée au domicile de M. Léon Pichon, demeurant à Bègles, gérant du journal Le Trarailleur et secrétaire général du parti communiste de la région bordelaise. A la suite de cette perquisition, l'arrestation de M. Pichon a été ordonnée. Il est inculpé de menées communistes et de provocation de militaires à la désobéissance.

UN MOUVEMENT EN TURQUIE CONTRE LES MISSIONNAIRES Constantinople, 10 mai. Le journal turc « Djoumhuriet » publie l'information suivante

« Des membres de la Presse turque ont fondé une association contre les missionnaires chrétiens dont la première réunion a eu lieu hier. Le but de cette association est d'interdire aux missionnaires considérés comme les instruments des puissances impérialistes d'exercer leur activité. de résider en Turquie et d'y diffuser le christianisme. »

IL TUE UNE JEUNE FILLE BOURGES, 10 mai. Ce matin, près de Saint-Baudet. un passai a découvert, gisart -dans un fossé, le cadavre d'une ieune fille, Mlle Yvonne Laudat. âgée de 23 ans. aînée d'une famille de six enfants.

L'enquête ne tarda pas a révéler que le coupable ne pouvait être qu'un nommé Favereau Charles, âp de 22 ans, domestique de fume, qui avait été vu, à la so><e d'un bal. en compagnie de Mlle Yvonne Laudat. UNE BOITE DE VERMIFUGE Contenant du délicieux chocolat vanillé à base de Semen-Contra est en vente ch-z votre Pharmacien. Le Vermilv.ff» YONO ne coûte en out'-e aile 3.3G.

YONO chasse et tue les Vers. Après le tremblement de terre en Perse

Il y aurait 3.000 morts

Téhéran, 10 mai. Les journaux annoncent que le nombre des morts. dans le tremblement de terre du Khorassan. serait cîe 3.000 I! y a, en outre, de nombreux blessés.

Plusieurs villes ont été détruites. Les Elections Municipales Modérés et radicaux

contre socialistes à Perpignan PRRPIGNAN, 10 mai. A Perpignan, pour le scrutin de ballottage la liste républicaine nationale et la liste radicale socialiste, ont fusionné avec, pour chef de liste. M. Victor Dalbiez, sénateur radical, contre la liste socialiste unifiée du céputé Jean Payra. La liste Payra était arrivée en tête, la liste républicaine seconde et la liste radicale troisième.

L'EXIL DE TROTZKY j N'EST-IL QU'UNE COMEDIE ? h LoifDRES, 10 mai. (De notre correspondant particulier). Le correspondant du Times a Constantinople for- mule une accusation sensationnelic contre Trotzky au sujet de son « exil » en Turquie. Cet exil. dit en substance le correspondant, serait une pure co- médie, organisée eitre Trotzky et Staline. Le- deux personnages qui etaient effectivement brouillés l'année dernière, se sont, depuis, réconciliés, Sans cette réconciliation. Staline n'aurait eu aucun intérêt à ramener en Europe son ancien adversaire du fond de l'Asie centrale où il l'avait, tout d'abord, envoye.

Le traité de paix conclu entre eux comportait pour Trotzky l'engagement de travailler au triomphe de la revolution communiste aans les pays européens en prenant pour base l'Allemagne, où (telle est l'opinion de Staline) les masses sont plus mùres qu'ailleurs pour un bouleversement total.

C'est a cause de cela que le gouvernement de Moscou après avoir donné son visa au passeport de Trotzky, n'a pas hésité à appuyer, auprès du gouvernement allemand, sa demande tendant à s'établir à Berlin. On avait même espéré de voir cette requête accueillie avant le 1er mai. Trotzky aurait pu, ainsi, sans perte de temps, prendre la direction de l'agitation bolchevique que la Troisième Interna- tionale avait espérée faire éclater à Berlin à cette date.

Le gouvernement de Berlin semble avoir soupçonné le but réel auquel on visait et ce serait là la raison du refuse qu'il a fini par signifier à Trotzky. Il s'agit, maintenant, de savoir ou Trotzky emploiera, d'accord avec Sta- line, ses loisirs d' « exilé ». On dit que le dictateur lui a déjà demandé de s'en aller « travailler n dans le proche Orient.

APRÈS L'ASSASSINAT DE MISS BRANSON L'enquête se poursuit

Marseille, 10 mai.– L'enquête menée par la brigade mobile sur le drame des Baux-de-Provence se poursuit activement.

Un nouveau transport de justice aura lieu incessamment.

A la prison Chave, Pinet, auteur présume du meurtre de Miss Branson. ne se départit ni de son calme ni de son mutisme.

Avant le raid transatlantique des aviateurs polonais

VILLACOUBLAY, 10 mai. Cet aprèsmidi, à Villacoublay, le pilote français Pollon a reçu en vol. pour le compte du Gouvernement polonais, l'avion de grand raid avec lequel les aviateurs polonais Kapula et Izikowski comptent traverser l'Atlantique.

Après mise au point du moteur et essais de consommation, l'appareil partira pour Istres où auront 'iru des décollages à pleine charge. Apres ces essais, l'appareil reviendra à Villacoublay, mais le départ sera donné du Bourget.

ENCORE UN HOMME-FEMME LONDRES. 10 mai. Un camionneur d'Evesham transporté à l'hôpital a été reconnu pour une femme.

La mystificatrice vivait depuis qua- tre ans avec une compagne et celle-ci prétend qu'elle ne s'était jamais doutée que son « mari » était une femme «Elle avait, dit-elle, la voix d'un homme et fumait 100 à 120 grammes de tabac par semaine dans une pipe de terre. »

UN COLIS MACABRE BELGRADE, 10 juin. On mande de Nisch que ce matin ^e commissaire de police de la gare de Nisch. averti par des employés de la gare qu'un colis degageait une odeur nauséabonde, a découvert dans ce dernier le corps d'un homme auquel la tête manquait et dont les jambes étaient sectionnées à hauteur du genou. Les mains étaient ramenées derrière le dos et liées. Le colis était adressa à un certain docteur Avlovic, inconnu a Nisch. Il a été expédié par la gare de Belgrade de 7 mai dernier.

LES FAITS DU JOUR 120 maisons incendiees. Vienne, 10 mai. Un violent incendie a détruit la nuit dernière 120 habitations dans le petit vHl2ge de Gottscheerieck, près ce Gratz. 250 personnes se trouvent sans abri.

Les tableaux du Havre. Paris, 10 mai. M. Valade, juge d'instruction, chargé de l'affaire des tableaux du Havre, a mis en liberté provisoire non seulement l'inculpé principal Lafitte, sous cauton de 10.000 fr.. mais encore deux autres Inculpés. Albert Schwob et Marcel Lapuyade.

Un troupeau de moutons écrasé. Lille, 10 mai. Cet après-midi, à quelques centaines de mètres de la gare de Templeuve, des moutons broutaient sur le talus de la voie ferrée. Au moment où survint le rapide Aulnoye-Paris les bêtes s'affolèrent et se précipitèrent sur la voie ferrée. Le train écrasa une soixantaine de moutons.

L'augmentation de capital à laquelle procède actuellement la Cie des 1 CHARBONNAGES. D'EKATHERINE. par la création de 245.000 actions nouvelles émises à 300 francs retient l'attention en soulignant l'ample développement que prend cette entreprise. Privée par la révolution russe de son ancienne exploitation dans le Donetz, Ekaterine a porté depuis plusieurs années ses efforts vers la mise en oeuvre de régions richement minéralisées on Espagne où, après de sérieuses études. elle put constituer le « Consorcio de Almagrara au capital de 20 millions de pesetas afin de grouper et de moderniser de nombreuses exploitations jusqu'alors disséminées. Si l'on observe qu'en 1928, nvec tin capital de 20.500.000 francs, Ekatherine a réalisé un bénéfice de plus de 10 millions, on peut se rendre compte de ce qui lui sera permis d'espérer avec un capital porté à 45 millions et un ensemble de disponibilités qui va atteindre près de 100 millions. Aussi l'action ancienne cotée en Bourse dans les environs de 400 fr. coupon 10 détaché, ce coupon donnant droit de souscrire jusqu'au 15 mai à une action nouvelle à 300 francs est-elle recherchée d'autant qu'avant la période de marasme du marché, elle se traitait à des cours notablement plus élevés.

Voir en derrière page TOUTE L'ÉQUIPE Peugeot VICTORIEUSE

EN QUELQUES LIGNES Paris. Hier après-midi, en présence de M. Doumergue et de M. Poincaré, a eu lieu l'inauguration de la Maison des Etudiants du Japon.

Bucarest. Hier ont commencé en Roumanie les fêtes du 10' anniversaire de la constitution de la grande Roumanie.

Londres. Un aéroplane-qui évoluait au-dessus de l'aérodrome d'enj trainement de Notheraven. est venu I s'écraser sur le sol. Le pilote a été tué. LE HAVRE. Deux individus ont dérobé à Mme Tannou. épicière. 23. rue La Fontaine, une somme de 250.000 fr. contenue dans un panier qu'elle avait déposé sur une table.

Paris La Idr Chambre du tribnnal a rejeté les demandes de mise en [liberté formées par Mimoun Amar tt AnquetiL


La grève à Saint-Nftaire Les inscrits et le personnel civil des paquebots

de la « Transatlantiqne

ont mis sac à terre

Saiht-Nazaire, EU mai. (De notre rédaction). Cette fois le Rubicond est franchi et les ponts coupés. L'Ouest-Eclair laissait prévoir la rupture en signalant vendredi matin la déconvenue des délégués des inscrits et du personnel civil de nos paquebots, qui attendirent vainement deux heures durant, à la sous-préfecture de Saint-Nazaire, lâ venue de M. le ministre Forgeot.

Jusqu'au soir du lancement du La Fayette, on pouvait espérer une solution du conflit ou tout au moins un modus vivendi qui aurait conduit doucement navigateurs et armateurs à la grande réunion plénière de Paris du 21 mai

Oui ou non. M. Forgeot a-t-il pro- mis de recevoir, non pas à la Cham- bre de Commerce, comme il avait été proposé tout d'abord, mais à la sou^préfecture de Saint-Nazaire, les navigateurs nazairiens ?

Oui répondent avec une farouche énergie ceux qui sollicitèrent cette entrevue. Et ils citent des témoins qui entendirent tomb?r des lèvres de M. le Ministre des Travaux publics la promesse solennelle.

On lira plus loin l'ordre du jour voté hier matin par les inscrits et agents du service général du port de Saint-Nazaire qui, tout le long de l'après-midi, ont mis leur sac à terre. Les répercussions de cette grève, helas seront immenses. Deux paquebots déjà, le Pérou et la Guadeloupe, qui devaient quitter Saint-Nazaire jeudi sont immobilisés. Demain d'autres navires, à leur tour, seront désertés. Seuls resteront à bord, pour le service de sûreté et d'entretien. les officiers. Le Pérou, en vertu d'un contrat international, était chargé des sacs postaux pour les Antilles, Colon et escales. Il faudra au plus vite acheminer ces chargements sur un autre port. Ne parlons pas des reine: de beauté qui n'ont pu nous prodiguer leur souverain sourire. Ces déesses trouveront facilement d'autres moyen: pour rallier Galveston. Ne nous affligeons pas trop non plus sur 1 sort des 30 ou 40 fonctionnaires et soldats coloniaux qui devaient regagner la Guadeloupe et la Martinique. Leur situation n'a rien de bien angoissant.

Mais il y avait à St-Nazaire depuis trois jours une soixantaine d'émigrants venus de l'Inde mystérieuse, de 1 Autriche, des lointains pays slaves pour s'embarquer dans notre pcrt à destination des pays de l'Amérique' latine. J'ai assisté hier soir, à 17 heures, à un spectacle d'une atroce tristesse C'était rue d'Anjou, devant le café de l'Europe. Il y avait là des Indiens au neigeux turban, des Bohémiens, des Russes. Parmi eux, quelques femmes, dont quelques-unes fort errants que les bateaux ne partiraient b?lles. Un interprète expliquait à ces pas et qu'ils devraient, en conséquence, quitter la ville. Alors, chacun de ces émigrants, dans sa langue, fit entendre de violentes protestations. Ces malheureux montraient le plus profond désespoir. On voyait des larmes couler sur les visages féminins. Les hommes serraient les poings est crispaient leur visage. Des enfants criaient. Où s'en iront ces pauvres gens ? Nous le saurons demain.

Voici l'ordre du jour voté hier par les inscrits

€ Les inscrits maritimes et agents du service général du port de SaintNazaire, réunis au nombre de 800, le 10 mai 1929, à la Bourse du Travail. a 9 heures

c Après avoir entendu le secrétaire sur la situation du conflit et l'attitude du ministre

« Prennent acte que le matin il a opposé un refus formel à une demande d'audience, et que. peu après, ayant fait la promesse de recevoir une délégation le jeudi soir, à 17 heures. il n était pas au rendez-vous

Considérant que cette entrevue ministérielle pouvait être de nature à résoudre le conflit

« Ne s'expliquent pas cette attitude d'un membre du Gouvernement et protestent énergiquement

« Entendent mener la lutte avec toute la vigueur nécessaire et sans « Décident d'éliminer par les moyens les plus énergiques les dissidents, quels qu'ils soient, qui voudraient prendre les directives du mcuvement

e Font confiance pleine et entière au comité de grève pour mener à bien le conflit, et, quoi qu'il arrive, jurent un attachement indéfectible à l'organisation

«Se séparent aux cris de 'vo le syndicat Vive la vieille fédération Vive la confédération générale du tra9 Pour les grévistes

e Le secrétaire, HLITZ. à

Un communiqué

de la Cie Générale Transatlantique On nous prie d'insérer

Les équipages des paquebots Guadeloupe et Pérou se sont mis en grève et on ne sait si les départs pourront avoir lieu

Les revendications présentées par les marins portent sur des questions qui doivent, précisément, être examinées le 21 mai. dans une conférence organisée à Paris entre le Comité des Armateurs et les deux Fédérations de marins. Après avoir refuse l'arbitrage, le Syndicat des marins a émis la prétention d'exiger des satisfactions immediates, sans attendre l'ouverture des pourparlers avec la Fédération dont il dépend

Le Compagnie envisage la suppression du départ de ces deux paquebots s'ils ne sont paF réarmés dans la journée

Malgré les conseils unanimes donois aux équipages sur l'inopportunité

• de, faire un mouvement à une date très rapprochée de celle de la réunion de la Commission paritaire qui doit 1 étudier la question du relèvement des soldes des diverses catégories de navigateurs, les équipages ont décidé, ce matin, de continuer la grève.

La Compagnie Générale Transatlantique se trouve dans l'obligation de faire désarmer les navires dans le port et de supprimer les départs prévus pour le 9 courant

1° Du Pérou pour Cristobal et escales.

2». Du Guadeloupe pour La Havane et le golfe du Mexique.

Voici venir les fêtes de la Pentecôte

LA BAULE, « la plage du soleil », est actuellement plus belle que jamais, c'est la résidence idéale.

Venez donc bien vite vous y reposer et n'oubliez pas que LA BAULE est accessibles aux bourses les plus moyennes LA BAULE n'est pas une plage chère.

En outre, durant cette période printanière. les hôtels et pensions de famille consentent des prix extrêmement avantageux. Pour tous renseignements, adressez-vous au Syndicat d'Initiative de la Côte d'Amour et de la Presqu'Ile Guérandaise, Esplanade du Casino. LA BAULE.

Elections mnnicpales

BULLETINS DE VOTE Nous croyons utile de rappeler aux divers candidats qu'une loi récente interdit sous peine de confiscation et d'une amende de 500 à 5.000 fr., Ja distribution de bulletins de vote, de tracts ou de circulaires, le jour des 'élections municipales.

Par distribution, il faut entendre non seulement la distribution sur la voie publique, mais dans les lieux ouverts au public, tels que les débits de boissons.

L'INIMITABLE

Chemins de fer Economiques Réseau Breton

La Direçtion de la Compagnie annonce des modifications à l'horaire des trains, à partir du 15 mai, notamment sur les lignes de Morlaix à Carhaix, de Carhaix à Chàteaulin, etc. Il est donc prudent de consulter les affiches dans les gares avant de s'embarquer.

UN CONSEILLER GENERAL PEINTRE ANIMALIER

CHERBOURG, 10 mai. tZe notre redaction cherbourgeoise). Il n'est bruit dans la Manche que d'une terrible mésaventure qui vient d'arriver a un jeune conseiller général du centre du département, lequel est non seulement un homme politique, mais aussi un agriculteur et éleveur de chevaux. Notre confrère le Courrier de la Manche, bien place pour être parfaitement renseigné, raconte tout au long l'histoire que voici, en donnant, d'ailleurs, le nom de l'intéressé « Ces jours derniers, à Saint-Lô, eut lieu un concours spécial pour chevaux de selle de trois ans. Trente éleveurs prirent part à ce concours. Le conseiller général en question présentait une de ses bêtes Elle paraissait sans defauts, quand le directeur des haras, M. de Saint-Palais. caressa le front de l'animal. Il retira sa main tout humide et noire d'on ne sait quel cirage. La bête avait été truquée. Au milieu du front, elle portait une étoile blanche et le conseiller général, éleveur de profession, artiste peintre à ses heures pour faire disparaitre cette étoile. lui avait donné un coup de pinceau Naturellement le signalement donné par l'artiste peintre était aussi truqué que sa bête. Il ne portait indication d'aucune étoile.

« On comprend, ajoute le Courrier, la surprise indignée qu'éprouva M. rie Saint-Palais en faisant cette découverte. M. de Saint-Palais reprocha en termes très vifs au conseiller généra! l'indélicatesse de ses procédés. Après quoi, un palefrenier bouchonna l'animal et l'étoile blanche réapparut aux yeux de tous. car nombreux étaient les témoins de la scène et. bien entendu. ils n'ont pas juré de s'en taire ». Et notre confrère ajoute

« On attend avec quelque curiosité a suite qui y sera donnée

Les élections municipales Pom contrôler la mairie,

une opposition est nécessaire Demain, scrutin de ballottage.

Pour le second tour comme pour le premier, la campagne électorale a éte calme. Du côté cartel, on a fait de son mieux pour la passionner, mais les grandes phrases et les gros mots du journal qui défend la municipalité sortante, n'ont pas porté.

Cette absence d'agitation ne signifie pas, d'ailleurs, que l'électeur soit indifférent. On avait beaucoup vote le 5 mai. On votera davantage encore demain. Et demain, comme dimanche dernier, on votera de sang-froid. Mais puisque sang-froid il y a, nous en profiterons peur attirer l'attention de nos concitoyens sur quelques idées que nous tenons, quant à nous, pour des vérités de simple bon sens. La liste de M. Jossand a été remaniée. Les quatre candidatures nouvelles qu'on y voit figurer ont luureusement accentué sou caractère professionnel et ses tendances sociales La liste municipale s'est allégée de M. Bahon. Sans vouloir désobliger le moins du monde son remplaçant, l'honorable M. Deleusme-Bétin, on peut bien dire que. par là, elle a perdu en valeur intellectuelle. Est-il sûr qu'elle ait gagné, du même coup, en valeur électorale ? M. Deleusme-Bétin faisait, il y a quatre ans, opposition a la Mairie. Aujourd'hui, il s'y rallie. On estime généralement que cette attitude n'indique pas, ;le sa part, des ionvictions bien solides et un esprit de suite extrêmement remarquable.

Au surplus, ces questions de personnes sont d'un intérêt secondaire. Ce qui importe infiniment plus, c est la vérit. d'ordre géneral qui se degage du scrutin du 5 mai et qui devrait demain dicter leur vote à tous ceux des électeurs rennais qui ont le sens de 1 cquit.e en matière électorale

Notre ami Félix Deldon a très opportunément signalé, jeudi, cnmnent la représentation proportionnelle eût été le vrai moyen d'assurer cette c.quite. Il aurait pu montrer également la criante absurdité eu système majortaire. Si. en effet, la liste du i rtei était élue tout entière au scrutin d.: ballottage, il en resulterait que 1 Hôte) di> Ville serait occupe, comme /attestent les chiffres du 5 ma.i, par des hommes qui ne représentent que .a minorité des électeurs, soit 7620 suffrages sur 16.082 votants

La R P. n'est pas possible, puisque les socialistes, naguère ses partisans. et les radicaux-socialistes n'en »euleni pas. Il reste donc que la masse imposante des 7.150 citoyens qui >c sont ralliés dimanche dernier à la iv»:.e Qt M. Jossand. est menacée de cun représentant a la Mairie Du poin; de vue démocratique, c'est une injustice flagrante. Mais c'est aussi, pour

la sauvegarde d'une bonne et saçn administration de la ville de Rennes, un danger certain.

Qu'est-ce, à tout prendre, qu'un Conseil municipal ? Un petit Parlement, et qui devrait donc s'assujettir aux règles essentielles du régime parlementaire. L'une de ces règles, la principale, c'est le contrôle. Et il n'y a pas de contrôle réel si, dans l'assemblée, il n'y a pas de minorité pour l'exercer. Cette évidence s'impose plus fortement encore, s: l'on songe que le ma: dat des nouveaux élus sera -nesormais d'une durée de six ans

Nous ne pensons pas qu'aucun citoyen capable d'un peu de réflexion, puisse se résigner, pour si longtemps. à l'abdication de ses droits.

Six ans d'absolutisme municipal, si l'on peut dire Six ans d'administration non contrôlée, de décisions non discutées, de délibérations occultes, mal camouflées d'un simulacre d- séances publiques où l'on ne fera, comme précédemment, qu'enregistrer les conclusions d'un comité .;cr.ret voilà où nous allons si ceux ce nos concitoyens qui réprouvent de tels errements ne font pas entrer, It-main. à l'Hôtel de Ville une opposition active et vigilante.

Or, pour y parvenir, il ne leur reste plus puisque la R. P. leur >*st iefusée qu'une seule ressource, qui est de voter carrément, sans hésitation, pour la liste de M. Jossand.

Il ne s'agit plus ici de politique. Il s'agit d'assurer sur le plan purement administratif, et avec l'unique moyen dont on dispose, !e contrôle et la critique des autorités municipales et de ne pas renoncer, pour la satisfaction momentanée de ses préférences politiques, à un droit de regard qui est de l'essence même du régime démocratique.

E. D L.

L'heure du scrutin, et les lieux de vote Le maire de Rennes rappelle que le scrutin du 5 mai n'ayant donné aucun résultat, il sera procédé le dimanche 12 mai courant à un second tour de scrutin pour la nomination >e trentesix conseillers municipaux.

Le scrutin sera ouvert à 7 heures et clos à 18 heures (heure légale) dans les mêmes conditions et aux mêmes lieux qu'au premier tour de scrutin, savoir

Cattton Nord-Ouest. Cartes blanche, jaune, lilas école municipale de garçons, -ue d'Echange.

Canlon Nord-Est. Cartes grisclair, beige, gris-bleu Conservatoire de Musique, rue Hoche. 26; BeauxArts, rue Hoche. 30.

Canton Sud-Est. Cartes verte, brique, bleue groupe scolaire entrée boulevard de la Liberté iporté à l'Est). Canton Sud-Ouest. Cartes rose. jaunie d'or groupe scolaire, entrée boulevard de la Liberté (porte à l'Ouest).

NOMINATION ECCLESIASTIQUE. M l'abbé Henri Briand. vicaire à Montauban. est nommé recteur de Marci'.lé-Raoul. en remplacement de M l'abbe Jules Liger autorisé à se retirer du saint ministère pour raison de santé.

LA FÊTE NATIONALE DE JEANNE D'ARC

Le programme

Voici le programme détaille de la féte

8 heures Salve de 21 coups de canon sonneries de cloches.

8 h. 45 a la Métropole, entrée des autorités, des sociétes, écoles, groupements et des délégations. Les drapeaux et fanions se groupent sur le parvis de la Métropole, pour se rendre ensemble au chœur. Des ilaces sont reservées dans la nef pour les autorités civiles et militaires, les représentants des Corps élus et constitués, les sociétes patriotiques et les groupements de la ville. Les drapeaux ce placent dans le choeur .Les élèves des écoles, dans les chapelles latérales. Le service à la cathédrale sera assuré par les Scouts de France).

9 heures Cérémonie religieuse et patriotique, sous la présidence de S. E. le cardinal Charost, a-chevèque de Rennes, Dol et Saint-Malo. La messe sera célébrée par M. le chanoine Lamy, vicaire-général.

9 h. 50 Formation du cortège place de Bretagne. (Les Eclaireurs de France qui assurent le service du cortège, indiquent, par des numéros, au bout d'une pique, les emplacements. Voici l'ordre du cortège Clairons, tomoours, harmonie et gymnastes de la société La Tour d'Auvergne, drapeau, Sociétés patriotiques (premier groupe), les Eclaireurs de France. Sociétés patriotiques (deuxième groupe), les Cadets de Bretagne, délégations des Ecoles. L'Avenir de Saint-Etienne. groupements de la ville (troisième groupe), groupements d la ville (quatrième groupe), les Scouts de rrance. groupements de la ville (cinquième groupe), l'Abri du Soldat.

Pendant la formation du cortège Les Apprentis Marins, marche de Farigoul. par l'harmonie La Tour d'Auvergne.

9 h. 55 Départ du cortège. Itinéraire rue de .la Monnaie, rue de Toulouse, rue La Fayette, rue Nationale, place du Palais (côté Ouest, côté Sud), arrêt défilé 1. Paris-Belfort (Farigoul) 2. Le Marsouin (Sibillot). 10 h. 15, place du Palais Revue des troupes Ce H garnison par le général Tanant.commandant le X' Corps d'Armée. Remise solennelle du drapeau au 41- régiment d'infanterie reconstitue.

A la sonnerie du « Garde à vous », les drapeaux et bannières viennent se placer de chaque côté de la statue de Jeanne d'Arc.

Hommage ci Jeanne d'Arc

Pendant que tambours battent et clairons sonnent « Aux Champs » et que les troupes présentent les armes, M. le Préfet d'Ille-et-Vilaine, accompagné de M. le Secrétaire Général de la Préfecture, vient, au nom du Gouvernement, déposer une gerbe de fleurs devant la statue de Jeanne d'Arc; S. E. le cardinal Charost, archevêque de Rennes, accompagné de ses vicaires généraux, vient déposer, au nom de l'Eglise. une gerbe de fleurs devant la statue de Jeanne d'Arc le Général commandant le X' C. A. vient, accompagné d'une délégation des officiers de la garnison, déposer au nom de l'armée, une gerbe de fleurs devant la statue de Jeanne d'Arc M. le Maire de Rennes vient, au nom de la ville de Renhes, déposer une gerbe de fleurs devant la statue de Jeann d'Arc. Immédiatement après l'exécution de la Marseillaise, défilé des troupes. Puis le cortège se met en marche et chaque chef de groupe st détachant. va déposer aux pieds de la statu; de Jeanne d'Arc les Heurs, la palme ou la couronne offertes par son groupe. La dislocation se fera à l'extrémité Ouest de la rue Nationale.

De 10 h. 5 à midi Concert sur la place du Palais par l'harmonie La Tour d'Auvergne. En voici le programme 1. Alsace, marche (Andrieu) 2. Martha, fantaisie (M rgue); 3. Elle me disait. valse (Ch. Gélin) 4. Marche Lorraine (Ganne).

A 12 heures Salve de 21 coups de canon. Sonneries de cloches.

A 15 heures, à la Métropole Panégyrique de Sainte-Jeanne d'Arc, par M. le chanoine Déan. directeur des Œuvres Diocésaines.

A 18 heures Salve de 21 coups de canon. Sonneries de cloches.

Place du Palais, à 21 heures Illumination de la statue de Jeanne d'Arc. De 21 h. 30 à 22 h. 30 Projections lumineuses (La Vie de Jeanne d'Arc) feux de bengale, feux d'artifice. Illuminations générales.

Pendant la fête, de gracieuse-; fillettes offriront une fleur aux couleurs de Jeanne d'Arc

Dans les Sociétés

Uttion Nationale des Combattants. A l'occasion de la fête nationale de Jeanne d'Arc, tous les anciens combattants de la Section de Rennes sont instamment priés de se réunir le dimanche 12 mai, à 8 h. 30, place de la Trinité, pour la cérémonie à la cathédrale, ou à 9 h 30 pour le défile.

Au cours de la revue qui doit avoir lieu place du Palais, le général Tanant qui. dès son arrivée à Rennes a voulu témoigner sa sympathie aux anciens combattants ae Rennes en se faisant inscrire comme membre de la Section, remettra le drapeau au 41' R.I. reconstitué. Un emplacement sera réservé aux membres de l'U N C. qui auront pris part au défile.

Le Bureau

Médaillés Militaires Les medaillés militaires de Rennes sont invités à participer à la fête de Jeanne d'Arc qui aura lieu le dimanche 12 mai.

Société de la Légion d'Honneur. MM les Membres de la Société sont prfés de vouloir bien se rendre à la Métropole, le dimanche 12 mai, à 8 h 40, pour assister à la cérémonie religieuse et patriotique en l'honneur de Jeanne d'Arc Des places leur seront. réservées en haut et à droite dans la nef de la Cathédrale. A la suite de cette cérémonie les sociétaires réunis se rendront à la place du Palais pour porter une gerbe de fleurs à la statue de Jeanne d'Arc.

Association dei Ençapés Volontai-

res de l'Ouest. Les engagés volontaires sont priés d'assister aux fêtes qui auront lieu en l'honneur de Jeanne d'Arc, le dimanche 12 mai. Rendez-vous, place de la Trinité, à 8 h. 30.

87' division Itcfanterie Territoriale.Les anciens combattants de la 87' D. I. T. sont priés de se grouper à 8 h. 45, devant la Cathédrale, autour de leur drapeau, pour assister à la cérémonie puis place de Bretagne pour prendre part -au défilé, honorer Jeanne d'Arc et saluer le drapeau du 41'.

Soutien mutuel des Veuves et Ascendants des morts de la guerre du caicton Sud-Est. Les membres du Soutien mutuel du canton Sud-Est sont invités à assister aux cérémonies de la fête nationale de Jeanne d'Arc. dimanche prochain 12 mai. Réunion à 8 h. 35, autour du drapeau de l'escorte d'honneur, près de la Cathédrale.

Souvenir Français. Les membres du Souvenir Français sont invités à assister aux cérémonies de la fête nationale de Jeanne-d'Arc, dimanche prochain 12 mai. Réunion à 8 h. 35, autour du drapeau, près de la Cathédrale.

Amicale du 41' et 241' tlsly). On sait que, au cours des fêtes célébrées en l'honneur de Jeanne-d'Arc, dimanche matin. le général Tanant doit remettre solennellement le drapeau au 41' R. I. reconstitué.

Tous les membres de i'Amicale se feront un devoir d'assister à cette cérémonie. Le rassemblement aura lieu à 9 h. 50 au coin de la rue de Brilhac (en haut de la place de la Mairie, près ia place du Palais).

i THEATRE DE RENNES ALLEZ VOIR

LE CINÉMA AU THÉÂTRE Programme sensationnel

avec l'Orchestre du Théâtre

LE GRAND CONCOURS

DE LA « DUGUESCLIN » La deuxième journée du concours de tir au stand des Gayeulles s'est déroulée vendredi par un temps splendide. Les tireurs, un peu moins nombreux que la veille, n'en ont été que plus acharnés pour s'efforcer d'améliorer leurs résultats.

Parmi les nouveaux arrivés, citons MM. Moreau. d'Angers: Leveugle, de Roubaix: Leven et Millour, de Brest; Le Deuff et des Monts, de Paramé; capitaine Dœrler. de Rennes; maréchal-des-logis Le Guilloux, du 10e d'artillerie: Renaud, de Pleine-Fougères Tricault, de Rennes, etc. L? déjeuner, présidé par le commandant Loysel, président de la Duguesclin. assisté de M. Gefflot. viceprésident, fut empreint de la plus franche cordialité. Après avoir souhaité la bienvenue aux nouveaux arrivés, il leva sa coupe en l'honneur des tireurs, en les félicitant des résultats acquis. Puis M. Voize, directeur du classement. proclama les beaux points réalisés la. veille

Catégorie I. Fusil Lebel, à 200 mètres lieutenant Mauger. 3/39 Vinçot, 1/39: docteur Castex, 1i39. Catégorie Il. Fusil Lebel. à 200 mètres. (Jeunesse.) Guillet. 1/18; Hautcœur. 1/17.

Catégorie V. Carabine et pistolet, à 5i mètres Panthou. 3/40: Coleu, 1/40: Gouéry, 1/40,

Catégorie VIL Carabines dames, à 12 mètres Mme Gefflot. 2/15 Mme Thébault, 1/15.

Dans la catégorie Jeunesse, MM. Gauthier fils. Alliot Hautcœur et Guillet ont fait de belles séries et promettent de devenir par la suite des tireurs de tout premier ordre. L'après-midi fut particulièrement animée et de très beaux tirs furent exécutés, en particulier par M CoIeti. qui fit preuve d'un brio étourdissant Nous donnerons demain les points obtenus, lorsqu'ils auront été contrôlés par le service du classement.

Aujourd'hui et demain, continuation du concours, qui sera clos définitivcment dimanche soir, à 18 heures. CHEZ LES EMPLOYÉS MUNICIPAUX

Une note du syndicat

Nous recevons la communication suivante que notre souci d'impartialité nous fait un devoir d'insérer « Nous avons l'honneur de vous adresser ci-dessous copie de l'ordre du jour voté par le Conseil d'administration du syndicat au cours de sa réunion d'hier soir et que nous vous serions obligé de bien vouloir insérer. « Ordre du jour « Le Syndicat des Ouvriers et Employés municipaux, ému des allégations tendancieuses concernant le personnel municipal parues dans l'Ouest-Eclatr au sujet des élections, et de certains bruits propagés dans le public et dans les réunions électorales

« Proteste contre toute insinuation qui tendrait à représenter le Syndicat des Ouvriers et Employés municipaux comme ayant eu une attitude provocatrice et hostile qui aurait eu pour résultat d'atteindre la personnalité du maire de Rennes en particulier « Déclare que ses dirigeants sont restés dans la neutralite la plus absolue en rendant compte des différentes réponses envoyées par les candidats a un questionnaire adressé à ceux-ci par le Syndicat et la Fédération nationale services publics

« Demande a tous d'observer la même neutralité vis-à-vis des travailleurs municipaux, libres d'exercer dans leur pleine indépendance leurs droits de citoyens sans avoir à subir de pression d'aucune part, pression qui. dans cette période de lutte électorale, pourrait être diversement interprétée. » Le Conseil d'administration.

La publicité de lOnex-Eclaii f.-i m moins cbère parce oue la Plus productive.

LES ELECTIONS

DANS L'ARRONDISSEMENT Canton de Châteaugiron

BRECÉ. MM. Pannetier Julien,. 104; Clerau Pierre. 104; Coqusi-. Jc,seph, 99; Ollivault Joseph, 96; Medard Ernest, 95; Jan Joseph, 91: Brossault Paul, 90; Marchand Ernest, 89; Texier J.-B.. 88; Perrin Jean. 88; Lelion Jean, 86; Bordeau Alphonse. 86

CHANCI;. MM. Haigrun Louis, 72; Barbier Joseph. 71; Lebouc Julien, 71; Croyal Eugène, 66; Poirier Jean, 66, Thorigné Louis. 61: Roussel Celestin, 61; Thorigné Pierre, 54; Bricer Alexandre. 52: tagburd Alfred. 46. DOMLOUP. MM. Denis Auguste, 101; Bouget Dominique, 104; Aubrée Jean, 99: Poirier Laurent, 96: Delalande François. 106; Gàtel Joseph. 97. NOUVOITOU. Andry Jean-B- 264; Goupil julien, 256; Brossault Léon, 254; Gayet Constant. 250: Ruffault J 250; Gâtel Jules, 250; Deny Pierre, 231; Butault François, 231; Primault Isidore. 230; Crocq Francis, 216; Martin Désiré. 216: Marquer Prosper. 202

NOYAL-SUR- VILAINE. Marchand Pierre, 405; Guillaudun Emile, 389; Louàpre Hyacinthe, 385; Fontaine Jacques, 379; Sauvage Jean, 379; Burchin Louis, 376; Pannetier François, 376; Coudray Pierre. 374: Poulain Louis, 372; Cotrel Joseph. 372; Lesné Alexandre 349; Colleu René, 346; Fortin Alexandre, 346: Hamel Pierre, 338; Poupin Clément. 336: Ravalet Félix. 335

Canton de Hédé

VIGNOC. Rouré Jules. 127: Richard Joseph, 124 Gaucher Pierre. 114 Bohuon Aristide. 112 Guitton Pierre. 112: Lebret Jean. 112: Sillard Jules, 107 Barbon Jean. 100 Guinard François. 93

DINGE. Clerel Alphons, 459 Toupe Victor, 456; Beilamy Elie, 452; Bellamy Elie, 452; Guillemer François, 447; Leieuvre Eugène. 445; Chabot Armand, 444: Vallet Amédée. 423: Papail François. 440: Davoine Louis, 41:: Desouches Jean. 415: Dupont Pierre, 396 Juoault Armand, 367 Buou Louis. 352 Migret Hyacinthe. 351 Riollier Emile. 338: Lecompte Constant.

LANGOUET. Lorant Julien (Perray), 89 Râtel Julien, 81 Richard Louis, 75; Collet Julien, 73; Sarciaux Jean, 71; Lorant Julien (Ville-Allain), 70; Communier Pierre. 70; Letournoux Jean, 63; Houitte Alphonse. 61': Lebreton Laurent. 52

SAINT-ARMEL. MM. Berthel Denis, 102; Chevalier Jean, 95; Guinguene Louis, 94; Guérart Pierre. 94 Bourdon Louis, 93; Micault Aristide. 93: Sauvée Isidore, 92; Colleux Pierre, 90; Le Rigoleur François, 88: Debroise Auguste, 88; Etimble Ange. 83; Frogerais Pierre. 72.

ST-AUBIN-DU-PAVAIL. MM. Roullier Jean. 64; Primault Jean, 57; Norans Edouard, 56: Rupin Emile. 53; Drouadaine Jean, 51; Betin Benjamin, 51; Lemoine Victor, 48; Allain Adrien, 46; Gestin Louis. 44; Chopin Pierre. 38.

VENEFFLES. MM. Rabaux Félix. 46; Pelhate Jean, 45; Anger François. 44; Hazard Celestin, 43; Guillandeux Jean, 43; Massot Ange, 43; Garnier Théophile. 43: Lecoq Jos-ph, 40; Delalande François. 39: Fauwel Edouard. 39

LANRIGAN Fournier Louis, 24 Roger Pierre, 24 Genu Eu;vne. 24 Chevalier Pierre, 20 Feillais Joseph, 20 Fondineau Célestin. 19 Lelievre de la Morinière Gaston. 19: Lebret Julien. 18: Jamin Louis. 15.

QUÉBRIAC. Legendre Francis, 204: Leray François. 202 Loret JeanLouis, 198 Garel Armand. 196 Launay Jean. 194 Cohan Emile, 187 Pasquer Julien, 185 Martin Théophile, 178 Pelle Emmanuel. 175 Benel Julien. 175 Jaigu François. 171 Desouches François. 156

SAINT-GONDRAN. Denuis Jean, 69: Piguel Paul. 66: Denot Joseph, 65 Massot Henry, 65 Dupuis Jean, 65 Thouault Pierre. 65 Aubert Joseph, 64 Verger Pierre. 60 Collet Jean. 52 Sevin Julien, 41

SAINT-SYMPHORIEN. Riaux Alexandre, 74 Thébault François. 72 Dénouai Jules. 70: Huchet Alexandre, 68 Riaux Jean. 60 Rehault Eugène. 60 Beaucé Louis. 60 Tessier Henri, 56 Hilliard Jean, 52

LES ACCIDENTS

Nous avons signale hier l'accident survenu jeudi eprès-midi, au coin des rues Victor-Hugo et Gambetta. Une auto et une moto arrivaient en même temps au carrefour. Le conducteur de la voiture, en voulant éviter le motocycliste, alla s'emboutir dans l'angle de la maison. Le cher, du reste, ne s'en produisit pas moins.

Ajoutons que. dans l'accident. une des occupantes de la voiture a été légèrement blesser

Vendredi, au début de l'après-midi, une collision s'est produite, rue de la Monnaie. e.i fa;:? le Comptoir d'Escompte.

M. le major Levilain. nes troupes coloniales, sortait en automobile, de la cour d'un hôtel voisin. Au même moment, arrivait le tramway de PortCahours. La collision fut inévitable. Fort heureusement, personne ne fut blessé, mais les dégâts matériels sont assez importants.

Vendredi soir, vers 8 h. 15. deux autos nant l'une de la rue EdithCavell, l'autre, de la rue du Vau-StGermain. se sont rencontrées au carrefour.

Il n'y eut que quelques dégâts matériels.


A près la Fite Chrétienne

Il. Travail

LIME DE JUSTE SALAIRE par M. Charles Bodin

Voici le resume de la conférence faite jeudi, à la salle de La Tour d'Auvergne, par M. Charles Bodin. à l'occasion de la fête chrétienne du travail

L'encyclique ifkrum novarum renferme, en des passages désormais célèbres, des directives concernant les conditions du c juste salaire t. Le conférencier se propose de construir? une théorie économique du salaire qu: en soit une application aussi ûdèle que possible.

n commence par montrer que la théorie du salaire professée par l'école classique' libérale est tout à l'opposé des enseignements pontificaux Pour cette école, le travail est une marchandise comme une atctre. dont le salaire est le prix Or. un prix est « juste pourvu que deux conditions nécessaires mais suffisantes soient remplies la libre concurrence entre ceux qui offrent d'une part et. d'autre part, ceux qui demandent, puis une certaine proportion entre les offres et les demandes, do laquelle résulte précisément le juste prix L'école libérale ne se préoccupé nullement de rechercher si les contractants sont socialement et éconnmiquement égaux et. comme, par silleurs, elle interdit les associations professionnelles. elle livre l'ouvrier sans défense à la puissance capitaliste. D'où il résulte que le salaire qu'elle appelle a juste » sera souvent un salaire imposé et par suite iniuste.

L'erreur a été de ne voir dans l'ounier qu'un instrument de travail et d'oublier sa qualité d'homme.

L'encyclique entend, au contraire Que dans le travailleur ou reconnaisse toujours l'homme et le chrétien. Il y aura donc lieu de tenir compte. parmi les éléments de détermination du salaire. de conditions vitales à respecter et de valeurs morales à apprécier

Cependant chose curieuse. pour arriver à une conception précise des conditions du iuste salaire, il suffit d'établir un parallèle entre ce qtie l'entrepreneur capitaliste dépense pour son matériel et ce au'il devrait accorder à son personnel.

Le capitaliste achète son matériel, ensuite il l'assure, enfin il l'amortit. Et d'abord, il achète son matériel Le paiera-t-il un prix inférieur à son fout de production ? Non; quel est, en ?fîet. le constructeur qui consentirait à lui vendre une machine moins cher qu'elle ne lui a coûté ? De même, le salaire minimum de l'ouvrier doit être égal au coût de sa subsistance personnelle. Mais, il y a plus. le patron paiera, souvent, son matériel un prix supérieur à son prix de revient et cela en considération de l'utilité au'il peut avoir pour lui. C'est pourquoi l'utilité du travail de l'ouvrier entrera aussi normalement en cause dans la détermination du salaire Qu'entendre par l'utilité du travail d'un ouvrier ? C'est d'abord sa productivité personnelle. laquelle dépend de ses capacités naturelles, de son degré d'apprentissage. de sa valeur morale et des ressources dont il dispose pour entretenir et renouveler ses forces. C'est ensuite la productivité réelle de ce même travail résultant du perfectionnement de l'outillage et des conditions de vente des prnduits.

Ainsi, selon les conditions de l'offre et de la demande de travail, le salaire se fixera entre le minimum du coût de l'existence et le maximum de l'utilité résultant des mérites de l'ouvrier ainsi que des conditions techniques et

économiques dans lesquelles ce travail est accom,pli.

Mais poursuivons le parallèle Le capitaliste assure son matériel; il doit également assurer son personnel Aujourd'hui, depuis la loi de 1888. cette solution est légale et si l'on ajoute qu'en vertu des lois de 1910 sur les retraites ouvrières et de 1928 sur les assurances sociales, le patron participe à l'assurance des risques de :'existence autres que le risque professionnel, couvert par la loi de 1898, on reconnaîtra que. sur ce point, l'ouvrier reça pleine satisfaction

Enfin, le capitaliste amortit son matériel, c'est-à-dire qu'il met de côté les sommes nécessaires pour le remniacer lorsqu'il sera usé ou démodé De m*n-<- init-il largement participer à l'amortissement de ses ouvriers Cela s'entendra en ce sens qu'il doit les aider à fonder une famille, à élever "t à éduquer des enfants l'amortis=ement de l'homme suppose ou'il a pu remplir son rôle de procréateur et d'éducateur Et voilà le sursalaire fãvi'.ial justifié.

Une application ferme et prudente rie cet ensemble d'idées et de déductions ne serait-elle pas exactement conforme aux enseignements du Pape les ouvriers? Le conférencier le pense. laissant aux syndicats chrétiens le soin d'agir en conformité de ces directives et dans l'esprit même de l'encyclique Rerum notarum.

A LA KERMESSE

DE SAINT-ETIENNE

Nous rappelons à nos lecteurs qu'aujourd'hui, à partir de 9 heures, les comptoirs d'alimentation seront ouverts Tous les autres comptoirs et diverses attractions ouvriront à 2 heures

Toutes les maitresses de maison désireuses de faire des ach:.ts avantageux et d'aider en même terips une œuvre intéressante. doivent aller faireleur marché rue Papu. Les amateurs de poisson volailles légumes feront bien de se presser. Hier matin, tout fut emporté de très bonne heure. Le boucherie (aimablement tenue par M. Gendrot) est ouverte toute la iournée. Demain, jour de clôture de la kermesse, de 14 heures à 19 heures. tous les comptoirs, toutes les attractions L'après-midi, grand concours de bébes travestis. Le soir de 20 h à 22 h., fête de nuit, illuminations, feux de Bengale.

Entrée absolument gratuite, rue Papu.

Si vous avez des tableaux anciens ou modernes, des gravures signées et des objets d'art à vendre. adressezvous à Mary-Raynier, prof. hon. Histoire, B.-A., Villa Primerose, avenue Jules-Simon à Saiid-Malo, qui vous les fera vendre aux meilleures conditions.

A Cesson, un charretier passe sous sa voiture

Un grave accident s'est produit vendredi soir, vers 6 h. 15, à Cesson, au carrefour de la route nationale et de la route de Chantepie.

M. Coquillot, charretier au service de M. Villeneuve, demeurant au PontBriand en Cesson revenait de Rennes conduisant une charrette chargée de sacs d'engrais Survint une auto; le cheval prit peur, fit un écart, s'emballa et renversa l'infortuné charre-

tier, qui passa sous les roues de la voiture.

Le docteur Fougères. d'Acigné, qui se trouvait sur les lieux, donna les premiers soins au blessé et le conduisit à Rennes.

'tribunal

CORRECTIONNEL

Combine

Depuis quelque temps, on s'apercevait à la fonderie Thuau, à Rennes. que des marchandises emmagasinées fondaient littéralement. On remarqua sur les entrefaites les visites fréquentes d'un automobiliste. On fut amené ainsi, de fil en aiguille, à constater les malversations d'un chef expéditionnaire. M Blévin Georges. 30 ans. de Rennes.

Celui-ci revendait pour moitié de leur valeur marchande des objets qui étaient placés sous sa garde. Un commerçant lui demandait-il à acheter quelque article détérioré au rabais, il acquiesçait avec volubilité, recommandant quon le lui payât à lui-même. M. Moulet, qui trafique de vagues quincailleries dans les campagnes, s'aboucha air.-¡ avec lui, et les deux compères firent subir à la maison Thuau un préjudice de 5.000 francs. Pour tromper la vigilance des autres employés, on simulait une expédition au nom d'un client sérieux de la maison Moulet emportait la marchandise dans sa voiture. On se partageait le prix convenu, et la farce était jouée. M. Blévin. type de l'employé neutre et consciencieux, n'avait été jusqu'à la découverte du pot-aux-roses, l'occasion d'aucun reproche n date ses malheurs de la mort de son père qui obéra sa situation. Poussé par des besoins d'argent, il ne se décida qu'après une :ongue lutte à user de manœuvres frauduleuses érigées. prétend-il, au rang des pratiques normales à la maison Thuau.

M. Moulet prétend avoir été tenté par ip magasinier.

Ces deux thèses ne satisfont point le tribunal, qui condamne Blévin, après plaidoirie de M' Chaignon. Â huit mois de prison, et Moulet. le recéleur, défendu par M' Gonnon, à six mois

Pour remonter sa garde-robe M. Dayant, forain, remarqua dans l'après-midi du 4 mai. le manège d'un homme qui, avec une minutie toute féminine. palpait, à son éventaire. les bas et les chaussettes. A for- d'attention, le commerçant s'aperçut que' des bas dépassaient la poche de l'amateur. Il l'lnterpella. Frrrt L'inconnu prit son vol.

M. Dayant le rattrapa. Il s'agissait d'une vieille connaissance des tribunaux correctionnels, Olier Yves, qui fut bien obligé d'avouer son larcin et de restituer une paire de bas et deux paires de chaussettes.

A quel mobile obéissait-il ? Manoeuvre, il occupait les loisirs permis par la semaine anglaise en faisant un tour de foire, et il avait été tenté. Voilà une conséquence imprévue de la nouvelle réglementation du travail Les moralistes vont-ils s'en emparer. Trois mois et un jour de prison, pendant lesquels Olier ne manquera pas de se rappeler qu'oisiveté est mère de tous les vices

Mauvaise rencontre

Le 2 avril 1929. Coquillon JeanMarie 20 ans. domestique agricole à Liffré et Bohuon Théophile. 40 ans, se

rencontrèrent au débit Bazillet, à La Bouëxière.

On but amicalement, pour reprendre l'expression de Bohuon, jusqu t 21 heures, mais à la sortie ce fut à qui des deux humeurs de plot qui hurlerait le premier « Au secours » Chacun veut que ce soit l'autre qui se soit jeté sur lui

Bohuon formule un argument qu'il estime décisif « Ma famille à moi est honnête, Je ne suis pas un Coquillon.. »

25 francs d'amende avec sursis à chacun. Vont-ils se mettre d'accord sur les origines du conflit?

Il y a un commencement à tout

En apprenant a conduire son auto. M Dubée aura su comment e en scène un accident. Il venait d'acheter sa voiture il rentrait de Rennes, quand aux environs de La Brosse il arriva à hauteur de deux cyclistes qui venaient en sens inverse. M. et Mme Bossard

Ils entendirent l'automobile et appuyèrent sur leur droite. M. Dubée inexpérimenté, les doubla tant bien que mal sur sa gauche, et brutalement ramena sa voiture à droite. Il s'aperçut de sa fausse manceuvre et voulut se redresser vers le milieu de 1 route Malheureusement, l'arrière de l'automobile atteignit M Bossard qui. s'appuyant à l'épaule de sa femme, entraina celle-ci dans sa chute.

Le chemin avait une largeur de douze mètres. M. Dubée avait donc toute latitude pour prendre ses ébats. mais il avait oublié que la route de Rennes à St-Malo est extrêmement fréquentée et qu'on ne choisit pas un dimanche soir pour faire ses débuts de conducteur d'auto et sans permis. Après plaidoirie de M. le bâtonnier Bougeult, M. Dubée est sacré as du volant par une condamnation à 1 fr. d'amende.

Une négligence

M. Pierre Brochard. cultivateur à tfoyal -sur-Seiche, vient chaque matin livrer son lait en automobile à Rennes. Le 19 avril, vers 5 Il. 30 du matin. il descendait la rue de l'Alma. A sa hauteur. mais un peu en arrière. roulait a bicyclette Mme Defaille. Elle croyait que M. Brochart allait continuer sa route. alors oue l'automobiliste prenait le boulevard Beaumont. En tournant, il renversa Mm» Oefaille Après plaidoirie de M. le bâtonnier Courtois. M Brochart, qui se montra imprudent en ne s'assurant pas de ce qm se passait derrière lui et en doublant une cycliste dans un tournant. est condamné à 50 francs d'amende LA SOIRÉE

DE L'HOTEL DE VILLE C'est ce soir, à 21 h. 30, qu'a lieu, dans les salons de l'HOtel de Ville, la magnifique soirée organisée par la corporation des étudiante en Droit, sous le patronage de maintes personnalités rennaises et de la municipalité, promet d'être particulièrement réussie. L'annonce de ce grand bal a été accueillie avec beaucoup de plaisir par toute la jeunesse de notre ville, heureuse de clore la saison dansante par une soirée dont tous prévoient le sur- ces sans précédent

Notons, du reste que rien n'a été négligé par les organisateurs. Un buffet fort bien approvisionné et magnifiquement décoré accueillera les couples désireux de se reposer un instant

Le bal serait à lui seul suffisant pour attirer dans les salons de la maison la grande foule. Mais pour donner à cette soirée plus d'entrain et plus d'éclat, diverses attractions ont

été prévues une danse de ballonnets une danse -surprise, un rallye-enve. loppe, etc.

On sait que le Comité a pensé également aux joueurs de bridge. C'est pour eux qu'un grand tournoi aura lieu dans un des petits salons, et nous sommes persuadés que cette autre attraction connaîtra beaucoup de fervents. Plusieurs prix de valeur seront d'ailleurs distribués aux vainqueurs Rappelons que le Comité a confié la direction de la danse au meilleur jazz de notre ville.

Ix « Jack and Lec » jazz et le « Famous reg O's » jazz qu'une heureuse association vient de corvertir en Hot Boys » jazz présenteront un orchestre d'une composition impeccable et encore inconnue à Rennes. Un répertoire entièrement nouveau et de style « américain » répondant à la composition des orchestres jazz modernes sera innové à l'occasion de cette soirée. Les oreilles habituées aux vieux refrains et' aux airs faciles seront peut-étre étonnées par les dissonnances de cette musique syncopée, mais les danseurs sauront l'apprécier pour la supériorité des rythmes et la diversité des timbres.

N'est-ce pas, du .reste, un attrait de plus que d'entendre les huit musiciens du « Hot Boy's Jazz » jouer de 21 instruments ?

Tout permet donc de prévoir la parfaite réussite de ce gala, pour lequel la tenue de soirée est de rigueur. DANS LES P.T.T. La Direction des P. T. T. nous communique

Des conversations téléphoniques pourront désormais être échangees entre tou^ les postes publics et privés du département d'Ille-et-Vr!aine d'une part, de l'Indre, la Nièvre, la Vienne, la Haute-Vienne d'autre part..

SYNDICATS & SOCIÉTÉS Harmonie LA TOUR D'AUVERGNE. Tous les sociétaires sont instamment pries de vouloir bien se trouver demain matn dimanche, à 8 h. 30, devant la cathédrale, pour service de la fête de Jeanne d'Arc. En casquette.

SOCIETE DES PALETISTES RENNAIS. Le Comité rappelle aux sociétaires que le concours organisé chez M. Bazin, rue Saint-Héller. aura lieu le dimanche 12 mal 1929. et les prie d'y participer en grand nombre.

ECLAIREURS Unionistes DE FRANCE. Troupe de Rennes. Dimanche 12 mal, les écialreurs taisant partie de la délé-.gation à la fête de Jeanne d'Arc, se réuniront au local, a 10 heures. L'après-midi, sortie de troupe aux petite buttes. Départ à 13 h. 30 du lo- cal. Le C. T.

HARMONIE c LA LYRE RZNNAISE Prière à tous les musiciens, tambours et clairons, de se trouver ce soir. en casqueue, à 20 h. 15 très précises, sur le Pont Saint -Georges, pour assurer la retraite des fêtes du Mail-d'Onges. Ces musiciens, Qui auront à assurer les services des dimanches 12 et 19, seront désignés aussitôt la retraite. Le Secrétaire. SOCIETE PHILATELIQUE RENNAISE. La prochaine réunion mensuelle aura lieu le jeudi 16 mai, à 17 h. 30. Palais SaintGeorges. 2' étage, salle n- 4.

Ordre du jour de la réunion admission de nouveaux sociétaires: communications diverses: causerie et exhibition de timbres-tombola.

Pour renseignements et adhésions à la Société. s'adresser au Président de la Société M. Dalibot 63. rue de la Palestine; au vice-président. M. le Commandant Peslin. 18. rue de Paris: au direc- teur des Echanges. NI Houdard. 46. boulevard de la Duchesse-Anne, ou au secrétaire M. de la Bouteillère. 3. boulevard Magenta.

Scouts DE FRANCE. District iScouts et Louveteaux). Demain, fête de Jeanne d'Arc. 8 h. 30. rassemblement place

jÉtabis* TROUVÂT & CAUVÎN 91, Boulevard des Alliés, CAEN MACHINES-OUTILS A BOIS ET A MÉTAUX MOTEURS ÉLECTRIQUES A HUILE LOURDE ET A ESSENCE TUBES ET RACCORDS POMPES ROBINETTERIE

Agents généraux pour la Région des Firmes auivantea

Ci. Française des Métaux. La Soudure Aucogène Française Moteurs Japy

(Asents pour le Calvados)

Les Moteurs Legendre.

Moteur « Puissance » Diesel. Moteur «Duplex: Semi-Diesel. Machines à bois c Copeau s. j

e L. Dard D, Machines de charron nage.

Manufacture Havraise d'Où- tillage Klingerit

Matériel A.D.T. d'Einsheim. Pompes Alweiller. Le Fibro-Ciment de Poissy..

PAS-DE-PORTE

Plein centre liennes, 1 uns bail. ) A CEDER, l'rlx débattre.

S'adr. à l'Ag. Havas, Rennes. 3850a pour travail à l'atelier et à domicile OUVRIERES pout confection militaire a l'atelier et à domicile. l'ETITES-MAINS pour travail en atelier. Se présenter aux Etablissements DAISAY. 44. boulevard de Chez; RENNES.

Etude de M' PERRIER avoué près le Tribunal départemental d'Ille-et-Vllaine (section de Rennesf. rue Hoche, n- 8. à Rennes.

nrvoxuixi

D'un jugement Pai défaut, rendu par le Tribunal départemental d'Ille-et-Vilaine (section de Rennes, le 24 octobre 1928. enregistré, entre M. BINARD. demeurant à Rennes, rue Vasselot n° 26. et Mme HenrieGte LOMBARD. épouse divorcée de M. Binard, demeurant a Vitré, précédemment plaça de la Gare. Café du Commerce, et actuellement boulevard des Rochers, 11 appert que le divorce a été prononce d'entre les époux Blnard au profit du mari et aux torts et griefs de la femme

Pour extrait certffié conforme par l'avoué soussigné Rennes, le 8 mai 1929. M PERRIER.

(Voir en dernière page)

VURPILLOT & PRESTON Rue Dupor.t-dcs-Loges, RENNES Agents généraux pour l'I Ileet-Vilaine, qui sont à la disposition de la clientèle ^our tous renseignements et essais. POUR SE LOGER

adressez-vous 17, rue Chlrogné. centre de Rennes, HOTEL MEL'BLÉ complètement remis à neuf. Electricité. Eau courante. Garage. Téléphone.

Chambres au mois. de ]00 fr. a 200 fr. Chambres iL la journée. de 8 fr. à 12 fr. POUR TOUS VOS IMPRIMES CONSULTEZ

L'IMPRIMERIE de L'OUEST-ECLAIR

MACHINES A ECRIRE de toutes Marques Vente. Echange fiZfUCi MAP S'adr. l'anelerle Il), pt. du Palai», REN.NEs. T. 26 74

Elégantes. i'reciM. llnlmste:. sont les Montres de Besant'un. Pendules, Carillons, Orfèvrerie Bijoux Il'Seule Maison à Rennes

Bas de la l'Iuie ilv la Muirk- ECHUT Bijom, Celrtiers et iUmnales

La piihllclte de rouest-Bclan e<t In moins ehero parce c|tie la plus productive.

de la Cathédrale. Messe. Partictpatlon au défilé.

L'aprés-mldl. sorti» de trempes. Ccmp de la Pentecôte. I1 se tiendra du 18 au 20 mal. Plusieurs départs sont prévus deux par chemin de fer, l'un 12 heures. l'autre à 18 heures deux à bicyclette. Le premier 10 heures pour la troupe Mangin, avec le chef Lellèvre; le deuxième à 16 h. 46 pour les troup»- Duguesclln et Guynemer, avec le chez Gosme.

Le retour s'effectuera jar le train arrivant a Rennes à 21 soit en bicyclette, arrivée à Renn. 1 sa 20 h. Prix au camp pour les ftc. Jours 22 francs pour ceux partant par le train; 16 francs pour les cyclistes. Prière d'apporter Individuellement le diner du samedi soir. Les deux couvertures sont obligatoires.

Les adhésions devront être remises au chef Gosme. le 12 mal. avant 6 h. du soir.

Furet d'Arvor S. M. D.

GROUPE bhtnais DES ECLAIEEURS di FRANCE. Dimanche 12 mai, Fête de Jeanne d'Arc. Réunion des Eclaireurs et Louveteaux désirant assister au service religieux à 8 h. 30 précises au local, rue des Lauriers. Pour tous les autres Eclaireurs et Louveteaux, a 9 h. 15, au même endroit. Les Edalreurs et Louveteaux sont instamment priés de ne pas manquer cette réunion et de s'y présenter en tenue complète isans bâtons).

Après la cérémonie, sortie à Tizé pour les Eciaireurs. Apporter repas à volonté (bicyclettes autorisées). Les sacs et bicyclettes seront déposés au local. Pour les Louveteaux, sortie au bols de Vaux. Réunion à 13 h. 30. octroi de Fougères. Apporter pèlerine et goûter. Le commissaire local.

PELERINAGE A LOURDES (DU LUNDI 10 AU SAMEDI 15 JUIN) Prix des btilets de Rennes à Lourdes 2, classe. 290 fr.; 3e classe, 190 fr. Inscriptions Prière de s'inscrire le plus tôt possible chez Mme veuve Thanoux, libraire, 4, rue Chàteaurenault, à Rennes. Les inscriptions cesseront le 23 mal et les billets seront classés et répartis aussitôt après. Ceux qui demanderont des billets après le 23 mai ne pourront plus être placés avec tel ou tel pèlerin.

Remarque importante. Beaucoup de pèlerins demandent à voyager dans le « train blanc i> Le directeur des pèlerinages informe les intéressés que ce train est réservé aux malades, aux brancardiers, aux infirmières et aux personnes ayant des raisons sérieuses pour accompagner des malades. Malades. La liste des malades sera close à partir de demain 12 mai. Le Comité des Pèlerinages examinera ensuite les demandes et les malades seront prévenus dans le courant de la semaine.

Le directeur des pèlerinages fait un appel à la charité en faveur des malades pauvres dont les demandes sont très nombreuses.

Pour tous renseignements, s'adresser à M. le chanoine de Montgermont, directeur diocésain des pèlerinages, 19, rue Salomon-de-Brosse, à Rennes.

CHUTES de MATRICE REtN MOBILE VARICES Quinze anneea de auccês, lee millier» d'aiteetHtions obtenues et déjà publiée» le« certificat n du corps médical, le diplôme d'honneur qui vient de lui être décerné prouvent que

La Méthode LEROT par son tristement rationnel, sans ope- maximum <Xt «ar-amie dans

LA GUÉRISON progressive et radicale, au bout de quel quee moiti. du ces affection» graves et trop Nouvent mortelles.

Ausdi toute personne anucteuxe de ne tante ne doit-rien entreprendre eana avoir pris conneiU de M. LEROY, le seul sp*'euient de 9 heuree à 3 heures A

ntnntd rite du PréIVn-iit'. et le r'nunche matin.

Krilmt. lundi 13 mai. Hôtel de AiHrain. 14 mai. Ilote! Cramlinnisim. Tinténiac. mer. 15. Hôtel «les Vovaseurg Maure, Jeudi 16. Hôtel de la «are. .Martiané-Ferchaiid. venlredt 17. Hôtel 1 de la (tare.

C'onihouric. lundi 20. Hôtel du Château. La (iuerche. mardi 21 mal. llôtel du Scilell d'Or.

Fougères, merc. 22. Hôtel de l'Ouest. Cliâteaiiciron. leudi 23. Hôtel du Cheval Ulanc.

St-.Maln, vend. 24, Hôtel Centre et paix. Bain, lundi 27. Motel des Quatre- Vents M. LEKOV, spécialiste a RENNES 7. rue du Pré-Perché

Mad, LEKOV reçoit les Damea.

La publicité de l Ouest. Kcliiir est la moins chère parce elle la [tins productive.

Vous avez encore le temps de faire le Concours DRESSOIR

GRAND BAZAR & NOUVELLES GALERIES -RENNES Les plus grands Magasins de Nouveautés de toute la région Les meilleur marché Les mieux assortis JEUDI le, VENDREDI 1^7, SAMEDI 18 MAI

GRANDE VENTE RÉCLAME ANNUELLE VERRERIE, FAIENCE, PORCELAINE Ci-dessous liste des principaux articles sacrifiés

ASSIETTES plates et creuses, faïence décorée 1 AlQfl SERIE DE 6 BOITES A EPICES faïence. forme carrée SERIE DE 4 PLATS CREUX, .porcelaine à feu 1 Cf7C BOITE DE 12 GOBELETS Atf)Z. SERVICES DE TABLE ET DESSERT 60 pièces, faïence La série C\J UU FILTRE CAFÉ grès à feu émail brun 7fCA VASE A FLEURS forme obus, fond tango, décor, toinc 1" choix, 6 décors nouveaux a choisir 1 CCt nn SERIE DE 6 JATTES faïence terre de fer, décor rosé Contenance 0 1. 80. I 01/ fleurs. hauteur 0 m. 28. 9 10 Exceptionnel IVJ VW et treillage 16t50 SERVICE DE TABLE demi cristal, forme nouvelle, pied TASSE A THC porcelaine du Japon, fond nacré, couSERVICE DE TABLE ET DESSERT, 74 pièces porcelaine La série améthyste, composé de 12 verres à eau, 12 verres a leurs variées yl'OC fine, forme nouvelle, joli décor, bordure /JCnfftA SERVICE A GATEAUX 13 pièces fafence, décor OftfCA bordeaux, 12 verres à madère. 1 carafe et Cnfnfl Avec soucoupe 4W anses or 'tOV UV fleurs bleues à la main CV t)" 1 broc Le service 38 pièces. OÎJ UU COQUETIER à pied porcelaine irisée, nuances AfAÇ SERVICE A CAFÉ 15 pièces porcelaine fine, de- 55(00 SERTE DE 5 CASSEROLES no'rrnininp'ï feu blanche DESSOUS DE CARAFE demi.-cristal, uni, fond If ÇA variées, filet or Pièce U ÎNJ Le Service à Thé f>rt(\n P^-monture meta |Q,yr PORTE-COUTEAUX règle 1 f QC Pièce 1» 5U GARNITURE DE TOILETTE 5 pièces faïence 1" rhoix. SFRIE DE 3 MOULES à soufflés porcelaine A leu BOITE DE 6 VERBES A PIED, .forme oeuf ou Dallcn 5 compartiments décor nouveau rouge et vert lû'flft blanche plisri-e ̃% m rn demi-cristal blanc gravé f SAC CABAS. 2 tons. intérieur doublé, couleurs ICfCA (Diamètre de la cuvette 35 cm.i J«7 Oe 13 à 21 cm. La boite 13 Sa assorties. Exceptionnel 10 OU Les quantités de ces articles étant limitées, nous n'en garantissons la délivrance que jusqu'à épuisement du stock. Tous ces articles seront exposés demain dimanche dans nos étalages,


MATINEES & SOIRÉES

Théâtre municipal de Renies

Le cinéma an théâtre

Ce soir samedi, a 2u n 45. demam dimanche, ?112 tint a 14 il. 30. soirée b 20 h. 45; trois representatlca! ciaeia.^ tographlques de fou rire ave., ftc/o.. Lloyd dans O£n t.itsse.' dernière réduction du grauu liuialsiste ameruaui qui est inénarrable dans cette abracadabrante « lolle ». Que ce boit a LunaParck. et: a chaulfeur de taxi ou eu conuuiMriir d'un omuibus préhistorique C'est le fou rire à toutes les scènes. Harold Lloyd mérite plus Que Jamais son titre d'acteur comique nllaranx et le plus fécond en trouvailles inédites et désopilantes. Le spectacle débute par Sinonia ou La Fitle de Zoro. grand film c Paramouut d'aventures à la i Douglas Fairbancks P. avec Bébé Daniels, costumée en gaucho sud-américain. qui. dans le rôle principal, fait admirer une fois de plus son grand talent.

Ajoutons que dans Senorita, nous avons le plaisir de revoir notre grand champion Paoli, dans un rote où il peut déployer toute sa force.

On peut retenir les places à l'avance pour les trois représentations au théâtre, de 10 h. à midi et de 13 h. 30 à 17 h. Téléphone 20-37. Location gratuite. L'entrée du théàtre (et du bureau de location) est située place de la Mairie, face à l'entrée des bureaux de l'Hôtel de Ville.

CINÉMAS

EXCELSIOR

AUJOURD'HUI

Venez voir la grande vedette LIL DAGOVER dans un film tourné dans les grandes forêts scandinaves •< LE PLUS IIEAU MARIAGE n

Belle photographie Intrigue captivant»SELECT-PALACE

« L'LTKKXEIJ.E INFAMIE »

Drame réaliste. Belle mise en scène de RUDOLPH MEINERT.

« LES 5 SOt DE I.AVARKDE n (Fin) « VENDEUR IMPROVISÉ » (Comique). MERCREDI PROCHAIN: (irand Gala avec une suiwr-proijurtiim Al'HERT « L'EAU DU NIL» de Pierre Frontiaie. avec Lie Parry. Muxudiaii, Gaston Jacquet, etc. Ce magnifique film français, tourné à Paris au Caire, au pied même des pyramides et du sphynr.. est de toute beauté c'est un film français.

LES FETES DU MAIL D'ONGES. Samedi 11 mai. à 20 h. 30, retraite aux flambeaux. départ Pont Pasteur. A 21 heures, grand bal. halle Laënnec. Orchestre jazz de la « Lyre Rennaise b. Prix d'entrée 2 francs. Dimanche 12 n:ai. De 9 heures à 18 heures, continuation du concours de palets.A 14 h. jeux divers et attracuons. Concours de grimaces, café Duhamel. avenue du Gué-de-Baud; concours de fumeurs, café Baudaire, aveaue du Gué-de-Baud; concours de chant, café Anneix. rue Dupont-desLoges courses aux grenouilles, café Manceau. rue Alphonse-Guérin: courses aux œuls. café Plessix, rue de Chàteaudun: concours de pêche, café Du- eloyer, rue de Châteaudun: concours de gargantua, cafés Lemétayer, Pradel. Levrel. avenue du Gué-de-Baud; concours de biberons, café Goualin. 'rue de Chàteaudun; jeu de casse-pots. café Ollivro. avenue du Gué de Baud: jeu de la poéie, café Rouesné. pont Villebois-Mareuil; jeu de la farine, café Cobac. rue de Châteaudun. ueiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiii

Pendant les jeux, la t Lyre Rennaise s se fera entendre.

A 14 heures, bal. café Ollivro, avenue du Gue de Baud.150.

Le soir, à 21 heures, grand bal, halle Laënnec Orchestre-Jazz de la « Lyre Rennaise

Buvette-vestiaire. Prix d'entrée 2 fr. Pâtisserie, confiserie.

LA RÉUNION DE L'ASSOCIATION VALENTIN HAUY. L'abondance des matières nous met dans l'obligation d'ajourner à demain le cojvpte rendu de la réunion générale Se l'Association Valentin Haüy.

COURS DE LA SOCIETE HORTICOLE ET AVICOLE. Le dimanche 12 courant, à 9 'i. 30 très précises du matin, au jardin de culture, aura lieu une ieçon de floriculture. par M. LIoriceau, directeur du Jardin des Plantes, sur le sujet suivant Les iria et les pivoines dans ses jardins du chou des espèces et description de chacune d'elles plantation et soins culturaux UN TRISTE INDIVIDU. Gautier Louis, 39 ans, manœuvre, demeurant 93, rue St-Malo, a été tt.a vendredi, à la disposition du Parquet, sous l'inculpation d'attentat à la pudeur, commis en novembre dernier.

A LA BASILIQUE SAINT-SAUVEUR. Dimanche, la Salvatorlenne in- terprétera

I. GRAND' MESSE Messe à 4 voix mixtes tJh. Noyon); O Jesu christe, mo- têt à 4 voix mixte (J. Berchem, 16' s.); Chant d'Allégresse à 4 voix mixtes (G Renard).

II. Vêpres ET Salut Faux bour- dons anciens et modernes 0 Sacrum convivium, 4 voix mixtes (J. Rault. organlste à Saint-Sauveur); O plena gratia, 4 voix mixtes (Quignard); Tantum Ergo, 4 voix mixtes 'J. Rault); Cantate à Sainte-Jeanne-d'Arc, 4 voix mixtes Messe basse à 11 h. 15. Pendant la messe. M. Rault fera entendre au grand orgue. les œuvres suivantes Prélude sur un Thème liturgique (F. de la Tombelle) Pastorale (César Franck); Caril- Ion (Louis Vierne). EGLISE SAINTE-JEANNE-D'ARC. A l'occasion de la fête patroaale, le di- j manche 12 mal. la Chorale paroissiale exécutera

A LA GRAND' MESSE, 10 heures Bone pastor, de Lance'.èvre. solo M. Dupont: Sanctus, Agnus Dei, de la messe en mi bémol à 3 voix mixtes. de Th. Dubois: Quare tremuerunt gentes, offertoire à 3 voix mixtes, avec solo, de C. Frank, soliste M. Dupont; Tantum ergo. choral à 3 voix mixtes. de l'abbé J. Inry. organiste de la cathédrale de Rennes: Hymne à Jeanne d'Arc, à 4 voix mixtes. avec solo, de J. Beesau. organiste à StEtienne, soliste M. Dupont.

Un orchestre il cordes, composé d'amueurs distingués, prêtera son con- cours gracieux pour l'accompagnement des choeurs.

Aux VÊPRES, à 17 heures 0 Salutaris, de Mozart: solo M. Dupont; Psaumes en faux-bourdons à 4 voix mixtes, de Perrucbot: Hymne à Jeanne d'Arc, de J. Beesau. solo M. Dupont: Panégyrique par M. le chanoine Ch. de Lesquen: Quare jremucrunt, 3 voix mixtes. de C. Frank: Ave Maria, de Beethoven: solo M. Dupont: Tantum ergo, à 3 voix mixtes. de M l'abbé Inry: Hymne à I'éten- dard, de Marcel Laurent. A NOTRE-DAME. Dimanche, pen'1ant la messe de 11 h. 30, Mme Mocquery fera entendre l'Offrande à la Ste Vierge H914I. poème de L. Tlercelln. et un Ave Maria (1890), de M. C.-A. Collin. Celui-ci interprétera au grand orgue, des fragments de sa Symphonie « Te Deum s et son Chant Héroïque Breton. EGLISE SAINT-ETIENNE. Diman- che 12 mai. à 11 h. 30 messe basse en musique Cantique à Sainte Jeanne iiiimiiiiumimiiiiiEiiiiiiiEititiiiiiiiii.

OBSÈQUES

RENNES- Vous êtes prié d'assister aux convoi. service et inhumation. qui auront lieu le samedi 11 mai. à 10 heures du matin, en l'église de Toussaints. pour le repos et le salut éternel de l'âme de

Monsieur Louis DENIS

Greffier de Paix

décédé en sa demeure, a Rennes. 1. rue Chalais. le 8 mai. dans sa 65' année. muni des sacrements de l'Eglise. On se réunira à la maison mortuaire à 9 h. 45. L'inhumation aura lieu au cimetière du Nord

De ProJundis i

De la part de Mme Louis Denis, son épouse; Mlle Yvonne Denis, sa filé M. et Mme Antoine Moniur. son gendre et sa fille Miles Antoinette et Simone Monter, ses petites-nues Mme Olympiade, ra soeur: Mme Veuve Dents, sa belle-soeur de ses neveux et nièces. cousins et cousines, et de toute la famille.

Le présent avis tient lieu de faire-part. RENNES- Vous êtes prié d'assister au convoi et à la messe d'enterrement qui auront lieu le lundi 13 mai. à 10 heures du matin (heure légale), en la chapelle de Pontchaillou pour le repos eR le salut énernel de l'âme de

Monsieur Pierre SAVAKT

décédé à Rennes, dans sa 78' année, muni des sacrements de l'Eglise

L'inhumation aura lieu au cimetière du Nord.

De prefondis 1

De la part de M. et Mme Pierre Savary. ses enfants M. et Mme Bélier M. Louis Fontaine; Ralinond. Pierre et Madeleine Savary. ses petits-enfants Mlle Juliette Bélier, son amère-petite- fille des familles Savary Guédeux Derval.

Le présent avis tient lieu de faire-part. RENNES- Vous êtes prié d'assister au convoi et à la messe d'en.terrement, qui auront lieu te lundi 13 mai 1929. à 8 h. 15, en l'église de Saint-Hélier, pour le repos et salut éternel de l'âme de Madame Pierre BAMBOUGE

Née Lucie POSSON

décédée en sa demeure a Rennes, rue Duhamel. 33. le 9 mai 1B29. à ï'âge de 50 ans. munie des sacrements de l'Eglise. On se réunira à ia maison mortuaire à 8 heures.

L'Inhumation aura lieu au cimetière de l'Est.

De la part de M. Pierre Bambouge. son époux M. et Mme Lion sa fille et son gendre-; M. et Mme Hamard. sa son époux M. et Mme Lion. son gendre et sa tille M. et Mme Hamard. son beau-frère et sa soeur; M. et Mme Vallée. son beau-frère et sa belle-sceur; ses neveux et nièces, cousins ^t cousines et de toute la famille.

Le résent avis tient lieu de faire-part MINIAC-MORVAN- Vous êtes prié d'assister au convoi est à la messe d'enterrement de

Madame V^nve Pierre CORBINAIS .Ver Rose CROY

décédée en -;a demeure, aux VieuxBourg dan- sa 51* année, munie des sacrements ue l'Eglise qui auront lieu le samedi 11 mai. t 10 heures (heure ancienne), en l'église de Miniac-Morvan. De la part de Mme et IL Auguste

Marchand, sa fille et son gendre des familles Corblnais et Cron

Le présent avis tient lieu de faire-part. RENNES. Vous êtes prié d'assister aux convoi, service et Inhumation qui auront lieu le samedi 11 mai 1929. à 10 heures 10 du matin, en l'église de Saint-Etienne de Rennes. pour le repos et le salut éternel de l'âme de Monsieur Marins-Alfred DAILLET décédé en sa demeure, Rennes. 46. quai Saint-Cyr. le 9 mai 1929. dans sa 66' année. muni des sacrements de l'Eglise.

On se réunira à la maison mortuaire à 9 heures 50.

L'inhumation aura lieu au cimetière du Nord.

De Prolttndis

De la part de M. et Mme MariusAlphonse Daillet, ses enfants; M. et Mme Edgard Daillet et leurs enfants. M. et Mme Fernand Daillet. M. et Mme Gustave Daillet et leurs enfants. M. et Mme Georges Daillet et leur fils. M. et Mme David Delphin et leurs enfants, Mme veuve Cane et ses enfants. M. et Mme Georges Briquet et Mlle Charlotte Briquet. Mme veuve Eugénie Trillaud. Félix Guéry. M. et Mme Lebert et leurs enfants et des familles David. Ducarroy. Pillault. Glboureau, ses frères, sœurs, beaux-frères, belles-soeurs. tante, neveux, nièces, cousins, cousines. et de toute la famille.

Le présent avis tient lieu de faire-part.

RENNES. Vous êtes prié d'assis- ter aux obsèques de

Monsieur Alexandre NAVATTE décédé en son domicile. 3, boulevard Solférino. à l'âse de 74 ans. qui auront lieu le lundi 13 mai. à 10 heures en l'église de Saint-Hélier. On se réunira à la maison mortuaire à 9 h. 45. De la part de M. et Mme Alexandre Navatte. M. et Mme Jean Navatte. ses enfants: MM. Bernard et Jean-Paul Navatte, ses petits-enfants. et de toute la famille.

Le présent avis tient lieu de faire-part. CORSEUL- Vous êtes Prié d'as- slster aux obseques de

Monsieur Jean-François DAVID pieusement décédé le 8 mai 1929. dans sa 50' anuée. muni des sacrements de l'Eglise qui auront Heu le 11 mai 1929 en l'église de Corseul. à 10 heures iheuDe la part de Mme David sa mère: de Mme David. son épouse: Mlle Marie- Thérèse David et M. Jean David, ses enfants: et des familles David Marliu et Lerigoleur

Le présent avis tient lieu de faire-part. NI fleurs ni couronnes

REMERCIEMENTS

MALESTROIT Le docteur et Mme Paul Colineaux et .eurs enfants M. et Mme Ernest Cotlneaux e; leurs enfants. le R. P Flrmln Colineaux prêtre des missions africaines de Lycn M et Mme Aristide Delebecque et leur fille remercient sincèrement toutes les personnes qui leur ont témoigne Je la sympathise 4 l'occasion du décès de Madame COLINEAUX

leur mère. Deile-mére «t grand'mére.

d'Arc, choeur à 4 voix mixtes (Ch. MaI gin), soliste M. Cabelller: Ave Maria, ( choeur iLecooq); 0 Salutaris, chœur il 4 voix mixtes (Gounodi; solis MM. Morfoisse. Cabellier e t Guyomard; Hymne à Jeanne d'Arc, chœur iL 4 voix iJ. Béesau): soliste M Morfoisse. EGLISE DES SACRÉS-CŒURS. Demain il la grand'messe. 9 h. 45, la psallette paroissiale exécutera le programme musical suivant Hymne Jeanne d'Arc, choeur à 4 voix mixtes et solo. Soliste. M. André Bréhé iJ. Béesau); Messe, a 3 voix mixtes de H. Potiron, maître de chapelle de la basllique du Sacré-Coeur; Quare /remerunt gentes, choeur à 3 voix mixtes et solo. Soliste. M. Henri Bréhé ¡César Franck). A LA METROPOLE. Programme musical de la fête de sainte Jeanne d'Arc Marche solennelle, pour grand orgue, F de la Tombelle. (La Musique de la Tour d'Auvergne se fera enten- dre au début de la cérémonie, aussitôt après le morceau exécuté au grand orgue) Sedenti in thromo, soli et chœur à 4 voix mixtes (extrait de Mors et Vita de Gounod); Panis Angelicus à 3 voix mixtes, abbé Inry Domine salvam lac rempublicam, adapté à un motet ancien Ange sauveur de la Patrie, solo et chœur à 4 voix mixtes, abbé Delporte. Le soir, aux Vêpres, psaumes en faux-bourdons. Au Salut du Saint- Sacrement Panis angelidus à 3 voix mixtes: Benedicta es tu à 3 voix mix- tes de P. Delnatte; Tantum ergo, chant ordinaire sur le ton du Pange: Zingua; Genitori genitoque, à 4 voix mixtes,. Ecole flamande. Avant le sermon Sainte Pucelle. j cantique à sainte Jeanne d'Arc, de Ch. Bordes, fondateur de la Schola Cantorum ITINERAIRE DE LA VISITE PAS- TORALE ET DE LA CONFIRMATION. Lundi 13, à 9 h. 30 Bille avec Combourtaié et Parce mardi 14, à 9 h. 30 Luitré avec Dompierre et la Selle mercredi 15, à 9 h. 30 La Chapelle-Janson avec Fleurigne et Beaucé jeudi 16 les paroisses de Fougères St-Sulpice le matin à 9 h., Saint-Léonard le matin à 10 h. 30, Bonabry le soir à 3 h. 30 vendredi 17 à Rillé, cérémonie de Vêture et de Profession samedi 18, à 9 h. 30 Javené lundi 20, à 10 h. Pleurtuit avec Le Minihic mardi 21, à 10 h. Dinard avec La Richardais mercredi 22. à 10 h. Saint-Enogat jeudi 23, à 10 h. Saint-Lunaire vendredi 24, à 10 h. Saint-Briac dimanche 26. Trinité, à 2 h. 30 école Saint-Pierre à 4 h pensionnat Saint-Etienne

ETAT-CIVIL DE RENNES

NAISSANCES

Robert Le Glatln. 102. rue Ange-Blai(impasse des Planches)- Joseph Krupe- zak. rue de l'Hôtel-Dieu: Louis Mel- geant. rue de l'Hôtel-Dieu; Gabrielle Miloii. 48 rue de Brest; Simone Brute de Remur, 21. rue de Paris; Emile Da- niel. 34. rue Saint-Malo.

DECES

bureau la Préfecture. 11. rue Victor- Hugo; Louis Denis. 64 ans. marie, gref- fier de paIx. 24 bout Volney: Chartes Thébault. 71 ans. marié retraite des chemins de fer. rue Moreau-de-Jonnès: Mme Bambouge née Posson 50 ans 33. rue Duhamel: veuve MuBsout née Legendre. 40 ans rue Hôtel-Dieu: Ma- rius Daillet. 65 ans. veuf Sentier 46 i quai Salnt-Cyr; Paul Mlcault 57 ans s p.. veuf 17. rue de Plélo; veuve Aubin née Robin. 71 ano. 4. rue Adolphe-Le- ray; Pierre Savary. 77 ans. s. p.. veuf boul. de Verdun.

Convois mortuaires

du samedi 11 mai 1929

8 heures M. TKèbault. rue Moreaude-Jonés; Jeanne d'Arc; Est.

8 heures M Cheruet. rue Richard- Lanoir 24; Notre-Dame; Est. 8 heures Mme Mussault Hôtel- Dieu: Est. 10 heures M. Denis, rue Chalais 1; Toussaints; Nord.

10 heures M. Derennes, rue VlctorHugo. 11; St-Germain; Nord.

10 heures M. Daillet. quai SaintC; 46: St-Et!enne: Nord.

AUJOURD'HUI

Ce soir. à 8 h. 30. au Sévigné-PalaceCinéma séance.

Les Elections Municipales Les Vitréens, en envoyant dès le premier tour au Conseil municipal sept des candidats c.e la liste d'union républicaine et des intérêts conamunaux et sociaux, ont manifesté leur droit de voir enfin la mairie considérée comme une maison communf. Ils .ont donné un formel désaveu au maire sortant, dont la défaite, pour pénible qu'elle puisse légitimement lui paraître, marque une étape dans la vie de la Cité. La campagne, de notre côté et du^ côté des candidats républicains, a été empreinte de sérénité qui décèle le bon droit. Nous espérons fermement que demain ies électeurs vitréens, voulant parfaire cette victoire du bon, droit, feront l'impossible, après avoir donné satisfaction à leur légitime dé- sir de représentation des minorités. par l'élection de quelques membre: parmi les plus modérés d'ailleurs de la liste Garreau, auront i. cœur de poursuivre cette œuvre d'assainissement politique et administratif en vo- jtant en masse pour

MM.

ANTIN Francis, négociant en vins, croix de guerre. BERTHO1S Pierre, agriculteur il Claireux, vice-président du Crédit Im-'mobilier (habitations à bon marché, loi Loucheur). BOINET Ernest, industriel.

CHATELAIS père, ancien négociant. DORGËRE Adolphe, tailleur.

GROULT Georges, imprimeur HUARD Joseph, ex-receveur d'octroi, médaille militaire, croix de guerre

NOEL Henri, industriel.

RETIF Pierre, cultivateur aux Fourcheries. médaillé militaire, croix de guerre, ancien conseiller:

ROUSSEL Léon, pharmacien honoraire

TOUZÉ Léon, directeur particulier d'assurances.

VENTURINO Carlo, chirurgiendentiste.

Et nous pourrons, mardi, tirer les hçons d'une élection municipale qui aura dans tout le département une repercussion du meilleur aloi

Après le tragique accident de la Loirie

Nous avons fait prendre aes nouvelles à l'hôpital de la rue Payeur, j0. il est en traitement, de M. Auguste Monnerie victime au trafique .rciutnt u automooile que nous avons relate mercreai, et qui coutu la vie à .sa sœur M. Monnerie va mieux et L..mt fait supposer que si aucune complication ne se proauit, il sera d'ici tjuelquf-s jours complètement retaoli.

Son hls Francis qui, comme nous l'avons ait, n'avait été que très .egerement oiessé a donne aux genoaruv-s la version suivante de l'acctdent La camionnette qu il conduisait avait ses feux allumes et marchait a une vitesse d'environ 3â à 4U kilomètres a l'heure. La route était liore. L'amo ar rivait à Hauteur c:e la terme de ia Loi rie, en Quelles, quand soudam, le cou- ducteur sentit qu'il n'était plus îuailru oe sa direction, les vis maintenant le cercle en bois du volant s'étaient dévissées. L'auto lit une embardée se jeta dans le talus e» continua 1 rouler li long du talus sur une distance d'une vingtaine de mètres, heurtant • .'olem- ment au passage aes souches qui vitjetèrent hors au véhicule M. Moiinerie père et sa sœur avant son arrêt complet. Le corps ensanglanté de M Auguste Monnerie et de sa sœur g'saient en effet à 3 et 6 mètres de :,1 camionnette.

Les obsèques de Mlle Monnerie auront lieu aujourd'hui.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL

Un tempérament

Le jeune Bienassis Joseph, 18 ans. domestique de ferme, a été nourri au lait de chèvre. Il est bourru, il est fantasque, il a la tête près du bonnet: c'est le mauvais garçon, dans toute l'acception du terme. Il lui est donc bien difficile de se plier à une discipline et, mercenaire par obligation, il entend bien régenter ceux qui l'emploient.

il était place, eu dernier lieu, chez M. J.-M. Legendre, 40 ans, cultivateur au Fresnay, en Saint-Aubin-des-Landes. Le 17 avril, on lui avait cunàé une jument qu'il ramena trempee de sueur U. pauvre bête lançait luterai lement le leu par les naseaux et ha- jetait. rendue. La jeune brute trouvait qu elle renàclait. Pour lui donner une leçon, il se mit en devoir de l'assommer a coups de manche de fouet. M. Legendre intervint. Mal lui en Prit. Bienassis qui, maigre son nom Sort trop facilement de son assiette tourna son ire contre le patron et l'injuria Montrant quelle piètre idée il avait de ses prérogatives de maitre. il poussa le mépris jusqu'à le tutoyer Nullement intimide par ce minuscule matamore, M. Legendre le prit 1 par le bras et lui dit « Va-t-en » 1 Bienassis résista le fermier le mata et espérant bien que son valet aux prétentions de conquérant allait plier sa tente sans autre discussion. il lui jeta « C'est fini !» »

Il avait compte sans la sournoise exaspération du gaillard. Celui-ci. tête de mule, ne remit pas sa vengeance à plus tard, comme la légen- daire mule du pape. Il s'empara d'une fourche et naacte ammo, generese puer d estoc et de taille il chercha a embrocher son maître. qui fut blesse au front.

A titre de leçon, le Tribunal inflige au trop bouillant et irrespectueux Bienassis. un mois de prison avec

« Qu'as-tu vu, compère, qu'as-tu vu? » M. Meneu François-Joseph, 22 ans, de Visseiche, entend croasser, le 20 avril, 'vers 18 h. 15. une escadrille de corbeaux. Il prend son fusil, et, miraI cle, aperçoit perchès au plus haut d'un chéne, devant lui, des ramiers. Ii bénit le hasard, tout en tirant. Le pauvre, il avait crie sa joie trop tôt Le bruit a attire un gendarme. Le seul bénéfice que lui vaut son aubaine est une comparution devant le Tribunal correctionnel avec les conséquences d'usage 25 francs d'amende avec sursis, le ccùt d'un permis général' ,116., francs et la confiscation de son fusil.

Un beau feu de joie

Anezzo Joseph, 30 ans, bùcheron à Broons-sur-Viiame, faisait la popote le 18 avril. Il souffla avec tant d'éner- gie sur son leu que la forêt de la Corbière s'embrasa. Ylusieurs hectares .furent consommés.

Anezzo profita de l'arrivée des pre- miers secours pour s'éclipser. Il met moins de conviction, semble-t-il, a éteindre un incendie que l'inflamma- tion qu'il a dans le gosier. Depuis son arrivée à Broons, en effet, il eut surtout un souci, celui d'éteindre sa soif 50 francs d'amende.

SOCIÉTÉ DES COURSES. NI. le trésorier de la Société des Courses de Vitré, a mis les cotisations des membres sociétaires en recouvrement. Le comité rappelle à tous les sociétaires que cette cotisation est fixée à la somme de 15 francs, chiffr, peu élevé étant donné les avantages que la So- ciété accorde à ses membres.

Les personnes qui désirent se faire inscrire ermme sociétaires, sont priées de s'adresser chez M. Louis Dubois, trésorier de la Société des Courses de Vitré, 13, rue de Chàteaubrisnt. Passé le 15 mai, il ne sera plus admis aucune demande d'inscription comme sociétaires.

CLASSE 1927. Ce soir, réunion d? la classe 1927, à 3 h 30. chez M Bagourd, rue Poterie. Présence indispeisable.

Cornille

UNE DOMESTIQUE INDELICATE. Mlle Bobille, domestique au service de M. Martin, cultivateur à la Gorgerie, en Cornillé, avait laissé son sac à main sur sa chaise pendant qu'elle entrait àu con'rsFionnal. Une jeune !le qui Fe trouvait à côté d'elle pro- flta de son absence pour explorer le sac et en extraire une somme de 15 francs.

Les soupçons s'étant portés sur elle.

elle fut entendue par la gendarmerie à laquelle elle fit des aveux complets et promit de restituer le produit de son vol.

Dans ces conditions Mlle Bobille a retiré la plainte qu'elle avait portée. La Guerche-de-Bretagne

LE CONCERT DE JEUDI SOIR. C'est dans le décor du square de la gare, au milieu de grands arbres, que l'Association Philharmonique nous présenta un programme des plus choisis.

Le concert devrait avoir lieu diman- che 12 mai, jour de Jeanne d'Arc, mais le ballottage donnant lieu il ne nouvelles élections, avec juste raison, les organisateurs ont avancé cet'» date.

Aussi, ce fut une belle soirée, une température des plus clémentes permit à un nombreux auditoire de prendre place autour du'kiosque; l'on entendit de la bonne musique et après chaque partition, de nombreux applaudisse ments vinrent récompenser les musiciens et leur actif chef de nous avoir procuré une aussi banne et belle soirée

FÊTE

DE JEANNE D'ARC A l'occasion de la fête nationale de Jeanne d'Arc les monuments publics seront pavoisés et illuminés demain 12 mai. M. le Maire prie les habitants de vouloir bien également pavoiser et illuminer leurs habitations.

CLASSEMENT CES CHEVAUX. Le classement des chevaux, juments. mulets et mules susceptibles d'être requis pour le service de l'armée, en cas de mobilisation, n'aura pas lieu en 1929 pour l'arrondissement de Mont- Iflendic

RECETTE BURALISTE. M. Canet Joseph, nommé receveur buraliste de 2' classe à Mendie, a prête ser- ment en cette qualité devant M. le Juge de Paix du canton de Montfort. SAINT-MEEN'-LE-GRAND Les Elections Municipales

Saint-Méen était bien parti. Contre une tentative de cartel des gauches a peine déguisée, M. Letort avait mené à la br taille une solide phalange de républicains éprouvés, nettement libéraux, profondément respectueux de de toutes les forces morales et religieuses, et rendu plus libre dans leur action démocratique par la démission de M. de Montgermont. dont nous te- nons à saluer ici le désintéressement. Dès le premier tour, cette liste republicaine indiscutable, Indiscutée obtenait une notable majorité et M Letort était élu avec dix de ses co-listiers. Ainsi l'on pouvait espérer que tout irait à souhait pour le second tour. La majorité était acquise aux républi- cains de gouvernement et le scrutin de ballottage ne pouvait que confirmer ce succès, dont les conséquences méri- teront d'être commentées après le se- cond tour.

Hélas On avait compté sans certaines rancœurs. Avant même que la liste de ballottage de M. Letort se soit fait connaitre. ces messieurs de l'extrême droite, jaloux peut-être d'un sucés démocratique sur lequel, réduits à leurs propres forces. ils n'étaient cas en droit de compter, annoncaient qu'ils formaient une liste. Nous reconnaissons là l'influence de certaine presse au rabais qui exploite les légi- times regrets des conservateurs du canton. N'y insistons pas. Constatons seulement que l'inévitable s'est pro- duit. comme partout où les conservateurs éprouvent le besoin de se réveiller et de s'étirer.

M. Letort. loyalement, a rendu leur liberté à ceux de ses co-listiers, les dix qui n'avaient pas été élus. Et un républicain malin en a recueilli quatre sur une liste que nous combattions. cependant que les conservateurs en recueillaient un cinquième.

Ainsi s'est constituée l'Union répu- blicaine. sans compromissions, sans promesses, nous le savons, contre le réveil intempestif d'un parti définitivement incomorf» i*" masse populaire.

Qu'on nous comprenne bien nous ne voulons ici froisser personne. Nous connaissons sur cette liste des conservateurs politiques, des réacteurs sociaux, àes hommes qui par leur charite, leur dévouement, leur science méritent mieux que le respect. Nou^ avons le droit de regretter profondement que des hommes de cette trempe persistent a croire encore aux bientaits a une politique négative pronee par un journal parisien dont la plus naute autorite morale du monde a condamne la doctrine civique. Nous avons le droit de nous révolter quand de pareils hommes, justement respec- tés, sabottent, pour un interêt de parti, une victoire qui s'annoncait' « Ce n'est pas avec du vinaierp qu'on pzend les mouches », dit le p?" verbe. Ajoutons, ce n'est pas avec de tels procédés qu'on encourage les nonnetes gens dans leur œuwe de, déblaiement politique. Comment ne: pas comprendre que certains hommes sincères et non assez instruits rieux esprit conservateur ne soient c?dSésrSque|fUChe par de tels pro Nous livrons ces réflexions aux électeurs de Saint-Méen. Leur conscience Mais, puisque très nettement, nous avons dit toute notre Pensée, il nous plaît de publier ce soir un appel que nous n'approuvons aucunement parce que, nonobstant la personnalité de son auteur, nous estimons qu'il perpé- tue l'équivoque que nous voudrions dissiper. c'est M. Marivin, élu conseiller municipal de Saint-Méen comme candidat isolé et qui. à ce titre, a le droit de dire son mot, qui nous prie. avec une exquise, cordialité, de l'insérer sous sa signature. Nous le faisors volontiers, parce que nous ayons dit

à M. Marivin lui-même que nous n'é- *~l tlons pas d'accord avec lui. Le ,,ici a POUR LA LUMIÈRE, V- « POUR LA CLARTÉ

« Vous savez, mes amis, que je me suis battu au grand jour, drapeau déployé. En conséquence, comme conseiller catholique, je ne puis que vous engager à voter pour des hommes droits, loyaux, qui, eux, n'ont jamais changé de camp. En vrais gars de Saint-Méen, i;~rs, indépendants, votez pour la liste anticarteWste du docteur Roger.

Vive notre vleu.r Samt-Méen

« Jules Marivih.

Quand comprendra-t-on qu'il est dangereux pour le religion d'être mêlée aux luttes dp ns>>-f'<:

LES ELECTIONS

1 DANS L'ARRONDISSEMENT Cantoc de Pipriac

LOHEAC MM. Gueutier Constant, 84 Tourtier Paul, 82 Roulleau Jean-Baptiste, 32: Gicquel Armand, 81 Cottais Francis. 79: Eon Joseph, 78 Loizance Célestin, 78 Logeais Alexis. 76 Prévert André, 76 Coué Jean. 75: Gérard Pierre. 72: Boudard Eugène. 57.

Canton de Bai&-de- Bretagne

SAULNIÈRES. MM. Duclos Louis. 88: Dumast Théophile. 86 Menard Alexandre. 85; Bitault Joseph. 85; Sicoul Clément. a4: De^houx Emmanuel. 84; So:ais Théophile. 30: Guéné Constant, 73: Philippe Pierre. 76; Hervochon Félix. 75: Gacrot Théophile. 72; Dclourmel Pierre. 66

Canton du Sel-de-Bretagne

PANCÉ. MM. Gendrot Jean-Marie. 184: Chartier Alphonse. 182; Thomas Eugèire, 182 Morel Jean-Mare. 178; Gérard Louis. 176: Morel Hippolyte. 175; Barbotin E'igène. 174: Gérard C!aude. 171: Lunel Théodore, 164; Piton Henri. 163; Jahier Victor, 160: Lorin de Branbuan Charles. 157.

LA FÊTE DE BEAUMONT Voici les résultats du gymkana aui tomobile

Classement de la course aux chaises l'r Burban. 2* Chauveau. 3r Lechêne, 4- Pasquier. 5" Jagut. 6' Caro, 7' Vlnouze, S- Bertineau. 9' Silard. 10* Dorkins

Classement de tn course aux anneaux 1" Dorkins. 2° Bertineau. 3' Jagut, 4' et 5' ex-aequo Chauveau et Burban. 6* L^chène. 7' Caro. 8' Pasquier. 9' Vinouze. lûr Silard.

Classement du basket-ball Vr Dorkilts. 2' Vinouze. 3' et 4' yx-ajniio Bertineau et Jagut. 5* et 6' ex-eequo Pasquier et Chauveau, 7' Caro. 3 Li-chêue. 9' Burban, ÎO' SUard.

Claessnioit général l-: ex-sequo, Chauveau et Jagut, 11 points 2- Darkins, 12 pts 3'- Bertineau, 13 pu; 4' Burban, 14 pts 5' ex-aequo. Lechêne et 'Pasquier, 17 pts 6' Vinouze, 18 pts 7' Caro. 20 Dts 8- Silard. 29 pts.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL

Le pain trop léger

Le 20 avril, les gendarmes ont joué à M. Louis Anchard, 63 ans, boulan1 gel' à Bain-de-Bretegne. le mauvais tour de contrôler le poids de ses pains. Hé Les constatations furent intéi ressantes sur des pains de 6 livres il ne manquait que 250 grammes, si bien qu'une livraison totale de 39 lii vres accusa un déficit d'un kilo.

50 francs d'amende

Pas bon œil, mais bou pied

Alphonse Lebeau fait son entrée dans la salle d'audience au bras d'un gendarme. Il traine lamentablement ses savates cherchant dans le vide une corniche à laquelle s'agripper. Cet CEdipe sans Ant:gone ne s'en remet pas moins aux hasards des grand' routes, ces grand' routes du vagabondage à chaque carrefour desquelles veille un gendarme.

En 7 ans Alphcr.se Lebeau a donc été condamné 30 fois, 27 rectine-t-U, tenant avec la conscience d'un greffier son propre casier judiciaire. Il ne peut plus travailler, avoue-t-il, msis les docteurs ne sont pas de son avis. Il n'a pas de carnet et semble ne pas tenir du tout à en posséder un bien qu'il protestât doucement « Oh si. » Cette douceur, il doit la ménager pour les grandes circonstances car s'il mendie ce n'est qu'avec des menaces et s'il accepte pour guide un gendarme, ce n'est qu'après l'avoir copieusement injurié.

Ayant été rencontré dans les envi-

rons de Guipry par la brigade de Messac, Lebeau fera encore 2 mois de prison

ENCORE UN2 fliCYCLETTE VOLEE. Mardi soir, vers 21 h. 30. M. Joseph Gautier, bouilleur de cru, demeurant à Galeme, entrait au débit Allain. rue St-Micheî pour consommer, en laissant sa bicyclette à la porte de la maison. Quand il sortit, un quart d'heure plus tard, le vélo avait disparu. M. Gaatier alla conter sa mésaventure à la gendarmerie.

La bicyclette volé°: marque « Automoto » a un cari.e :.ou-. porte un guidon relevé, il y manque une poignée. La mach!ne vaudrait 450 frs. UNION REDON N AISE DE T.SJP. Réunion mensuelle, mercredi 15 mai Compte rendu de la séance du 4 avril et de dcmarches faites près de certains sociétaires: auditions radiophoniques; questions 'diverses.

Venez tous à cette réunion qui seru des pins intéressantes.

Le secrétaire Pascal CAHOUR.

FETE NATIONALE DE JEANNE D'ARC. Aujourçl'hui, à 21 h. 15, retraite aux flambeaux; demain. à 14 h. 30, Parc des Sports de Beaumont (entrée gratuite), match de coupe FoUiard premier groupe, second? poule, Amies! Club Redonnais Il) contre Cercle Paul Bert (1).

De 17 h. 30 à 18 h. 30. sur le cours Bertrand concert par l'Harmonie manicipale.


Le maire invite ses concitoyens a pavoiser à l'occasion de cette fête nationale.

Saiut-Nicolas-de-Redon

GRAND CONCOURS DE TIR. La Jeunesse Républicaine, S.A.G. n- 12.060, fait connaître aux tireurs de la région, qu'un grand concours de tir à 200 mètres, au fusil Lebel et au mousqueton Lebel, aura lieu au stand de la Garenne en Saint-Nicolas-deRedon, les dimanches 12. 19 et 26 mai de 14 heures à 17 heures 300 francs de prix

Le règlement du concours sera affiché sur le terrain de tir pendant toute :a durée des épreuves.

Connaissant les marques de sympathie des tireurs de la région, à l'égard de notre jeune société, nous voudrions avoir le plaisir d'être honorés de leur présence pendant cette période de tir Ercé-en-Lamée

EN BORDEE. Deux mineurs travaillant aux mines de Croppé, en prenant une consommation au débit Paris, à la Croix-Brault s'emparèrent d'une taie d'oreiller qu'ils emportèrent à leur cantine tenue par M. jschiaux. Mais ils quittèrent la cantine le lendemain en négligeant de payer leur pension. Les gendarmes ont retrouvé les mineurs qui. ont réintégré la mine et ont promis de désintéresser tout le monde.

La Chapelle-Bouëxie

CHASSE DEFENDUE. Henri Pouessel fils, cultivateur au bourg. était allé couper de la litière sur un landier. Il était accompagné de ses deux chiens qui soudain partirent en chasse sur un lapin. Henri Pouessel, armé d'un bâton, s'apprêtait à aider ses chiens dans leur chasse, quand les gendarmes surgirent.

Procès-verbal fut dressé contre le jeune homme.

LA DOMINELAIS

APRÈS LE SCRUTIN Dimanche soir, les hommes s'étaient attardés au bourg pour attendre le dépouillement du scrutin. Quelquesuns burent plus que de raison, et alors que M. Marcel Pelherbe, de la Bonnais s'en retournait tranquille- ment chez lui il fut assailli par Alphonse Lavigne et François Flanchais, de la Minière et Julien Ribot, de la Bourdonnais.

Le malheureux Pelherbe se releva couvert de sang. A ses appels cependant, d'autres cultivateurs étaient accourus et avaient pu le dégager et reconnaitre ses agresseurs.

Pelherbe a porté plainte pour coups et la gendarmerie a ouvert une enquête.

ARRESTATION. Marie-Léonie Guesnerie. femme Cornard, 50 ans. casseuse de pierres, sar»- domicile fixe. originaire de Jublains (Mayenne), été arrêtée pour vagabondage, défaut de visu de carnet anthropométrique et défaut de vaccination.

LES ELECTIONS,

DANS L'ARRONDISSEMENT j CANTON DE COMBOURG

CUGUEN MM. Costard Pierre, 262; Garnier Hyacinthe. 26C; Cronier Pierre. 255; Chartier François, 254; Mary Mathurin. 2.54; Playou Alfred, 246; Benoict Pierre. 246; Cronier AI» fred. 242; Tiercelin Ambroise. 241; Legoût Louis. 235: Claude Pierre, 235; Lemétayer Jean, 225; Aoustin Jean, 224; Courtois Emmanuel. 205; Plihon Julien. 20: Nivolle Jean. 174.

hLOUk

Le pétrolier Kance fait route vers Oran le 8.

Le croiseur Tourvilte et le pétrolier Loing sont arrivés à Callao le 8. L'aviso Quentin -Roosevclt est arrivé Cobh le 9.

Le garde-péche Sentinelle appareille de Kiasale le 9.

L'aviso Aldebaran fait route vers Basse-Terre le 9

Le croiseur Waldeck- Rousseau a

quitte Toulon le 10 mal et fait route vers Port-Saïd.

L'aviso Ailette et le Passcreau sont sortis de Cherbourg pour exercices. Les chasseurs 77, 53 et 75 ont apparenté de Cherbourg pour tirs d'artillerie. L'Ariane est sortie de Cherbourg pour exercices.

PAQUbBOlï L'I VAPEUR* LONGS-COURRIERS

ARRIVES. A Gibraltar. 10. Lapey- rade, de Cardiff; à Fremantle. 9.Léo- pold-L.-D., de Philadelphie; à LasPaimas. 9. Hogoar, ail. de Duala à Mar- seille: Blois. de Bordeaux: à Alger 10. Louqsor, de Marseille; à Marseille 9, Scantic, de New-Orléans: 10. Naldera. de Yokohama; Borneo. de Batavla; Gloucerter-Shire. de Raneoon; Moldavia, de Sydney; Concordia, de BuenosAyres Ducro et Dœta-Arolas, de Ténérifle; Capitaine-Paul-Lemerle, de NewOrléans Marçuerite-Finaly, de BayTown Citv-of-Eoansville, de New-YorK; au Havre. 10. France. de New-York: Carimare, des Antilles- Suzanne-et-Marie, de Dunkerque.

A Hambourg, 9. Ango; a New- York. 8, De Grasse; à Anvers. 10. Arizona; à San-Francisco. 5. Indiana; à Galveston 9, Bruges, à Marseille, 9. Anpkor; à Anvers, 8. Commissaire Pierre-Lecoq; à Rotterdam, 9. Yaîou. ail. à VladlvostocS; à Saison. 7.Commandant-Mages.

PARTIS. De Norfolk. 8. Sunik, ail. de New-Orléans à Hambourg: de CoI lombo, 9. Dalny. ail. d'Haiphong à Dunkerque: de Marseille. 10. Tambora, p. Batavia: Cap-Saint-JacQues, p. Haïphong dlaloia, p. Sydney: Mendoza. u. Buenos-Ayres.

De Rotterdam. 8. Min, p. Dunkerque; -.de Marseille, 8. Cephée, p. Dunkerque: Louqsor, p. Dunkerque; de Lisbonne. 8. Ville-de-Verdun, p. Nouméa; de Beyrouth. 9, Mariette-Pacha, p. Marseille; de Colombo. 8. Chenonceaux, p. Marseille; de Baltimore. 4. Maryland, p. Bordeaux. Le Havre. Dunkerque de Galveston. 9. Niagara. p. New-Orléans; de Plyranuth. 9. Paris. p. New-YorK: de San-Juan-PortoRico. 8. Macoris, p. Le Havre: de New-York 8. Roussillon, p. Bordeaux; de Fort-de-France. 5. Aveyron, p. Bordeaua; de Colon. 6. La Marseillaise, p. Amsterdam; de Pointe-àPitre, 9. Cuba. p. Santander. Le Havre Saint-Nafcaire: de Riga. 9. Virginie; ae Dunkerque. 9. Saoulé; de Colombo. 9 Dalny.

ENTRÉ. A St -Pierre- et -Miquelon le 10, Sénateur -Duhamel, avec 10.400 quintaux.

NOUVELLES DES BANCS

La société des Œuvres de Mer nous communique le télégramme suivant Le 8 mai. le navire-hôpital est arrive â Saint-Pierre et fait route pour le banc de Saint-Pierre.

Position du navire-hôpital Le jeudi 9 mai. latitude Nord 45° 45; longitude Ouest de Greenwich 56° 15. Vent Petite brise Ouest; mer belle d'Ouest; ciel, brume légère. Baromètre à midi 768 mlll.: température à midi a l'ombre +4°.

Navires visités Anne-de-Bretagne, Pomone, Porto, Santa-Maria, de SaintMalo Cajntaine-Guyomard. de SaintServan Pèrè-Pierre, de Cancale.

Marché de Paris

PARIS, 10 mai (de notre correspondant spécial). Bons apports et vente-particunérement active For la barbue, le colin. ie hareng, le homard et le maquereau qui sont en hausse.

MARÉE-CRUSTACES, On cote au kilo (cours extrémes) Barbues. 10 à 17; bars. 15 à 40; carrelets. 2 à 6: chiens de mer décapités. 5 a 6: colins décapites. 6 à 10.50; colins entiers. 5 à 9: congres. 2.50 crevettes grises. 3.50 à5: crevettes rouges grosses. 70 à 110; crevettes rouges petites. 15 à 30; dorades Ce France 2.50 à 5.50: harengs d'hollande. 1 à 4; homards vivants. 18 à 28: homards morts. 8 à 15: langoustes vivantes. 16 à 2e; langoustes Mauritanie vivantes 14 a 18: limandes. 1.50 à 10: Ilmandes-soles. 6 à 12: maquereaux francals gros. 4 à 5.50: merlans brillants. 6 à 8: merlans ordinaires 1.50 à 6.50; raies entières. 4 à 5.50: rougets-barbets. 12 à 35; rougets-grondins. 4 à 7: soles françaises grosses, 14 à 22: soles francaises petites. 10 à 14; turbots. 10 à 18. On cete au cent Sardines fraches. 60 à 110.

MOULES ET COQUILLAGES. On cote aux 100 kilos Moules Isigny-Honfieur. 60 à 70: moules diverses. 70 80 On cote au sac Coques ou hémon 4 a 4.50.

COURSES DE BONNEMAIN

Compte rendu du dimanche 9 mai Le soleil a brillé avec à-propos pour la réussite de la réunion de Bonnemaln. qui a obtenu tout le succès prévu. L'assistance était très nombreuse et les champs ont été largement fournis. Les affaires ont été actives au mutuel et se sont élevés & 50.000 francs environ. Nous attirerons l'attention des dirigeants sur la défectuosité des obstacles qui n'ont rien de réglementaire. Les I uales notamment ne sont pas assez garnies, les maigres branches qui les composent laissent voir le jour au travers et peuvent causer des accidents et des chutes, car c'est dans ce cas, que les chevaux sautent le plus mai. et puis 11 faut des alles aux obstacles.

Les opérations ont été bien menées et les départs donnés de façon satisfaisante.

1° Le pru du département. Il a 1 été gagné par Unité, comme si elle avait peur des loups, elle a filé en tête dés le •départ et a fini loin devant un Petit Loup que suivait d'aussi loin un autre Petit Loup. Mutuel 5.50. 2° Prix de la Société d'encouragement ntrot monté. 2.100 fr.. 2.075 m.l. 1. Condé-sur-Sarthe, 2.125. à M. V. Cavey. Bréhin); 2. Clef des Champs Il. 2.125. ,Leroux): 3. Citoyenne, 2.075 (Moncliaj. Non placés Duc-d'Angoulins, 2.075. (Brunet): Danube, 2.075. (Donadieu); As d'atout III. 2150 (Jobin): Alla V. 2.100. (Legros): Dianelle, 2.075 (Halvand). 3' 35": 3' 35" 3/5: 3' 37". Mutuel 8.50. 6. 7. 8.50. Citoyenne à tenu assez longtemps en tête mais a fini par être rejointe et dépassée par Condé-sur-Sarthe et Clef des Champs que le terrain désuni a déséquilibrés par Instants Finalement Condé-sur-Sarthe gagnait nettement, devant Clef des Champs revenue d'assez loin.

3" Prix du Gouvernement et de ta Société d'en courage ment. (plate. 5.000 fr. 2.100 mètres). 1. Bethilo, 62, à M. Le¡¡-rand (P. Legrand): 2. Callistrate, 54 (Râteau); 3. Flamboyante. 60 1/2 (Kerbiriou). Non placés La Vilaine, 52 1/2 (Lucas) Chambarder. 62 (Storck). Une encolure. 2 longueurs. Mutuel 9. 7. 10.

Chambardeur a mené tout d'aoorc: suivi de Callistrade et de Bethilo; puis il disparaissait, laissant en tête Callistrate. Celui-ci s'écartant de la corde permettait à Bethilo de s'y glisser. Une lutte serrée s'engageait entre les deux chevaux et se terminait en faveur de Bethilo bien soutenu par Legrand. Flamboyante en difficulté pendant le rapprochait sur la fin.

4° Prix de la Société sportive (trot monté. 3.000 fr., 3.050 mètres). 1. Condé-sur-Sarthe, 3.150. à M. V. Cavey (Brehln): 2 Clef des Champs Il, 3.125. (Leroux); 3. Citoyenne, 3.050 (Monclin). Non placés Duc-d'Angouléme. 3.050 (Brunet): Dianelfe, 3.050 (Melvand): Alfa V, 3.100 (Legros): Vauville II, 3.150 (Donadieu). tombé. 5'15". 5' 16" 5'17" Mutuel 11.50. 6.50. 6

La course ne s'est passée qu'entre Citoyenne. Condé-sur-Sarthe et Clef des Champs il, Elle a eu la même physionomie que !a première: Citoyenne partie le plus vite possible a été rejointe par Condé-sur-Sarthe qui l'a réglée en quelques foulées, puis par Clef des Champs qui s'est mise à la poursuite de Condé-sur-Sarthe et s'en est rapprochée sans pouvoir mettre sa victoire en doute

5» Prix de la Sociéte des steeple-chases de France (steeple-chase. 4.000 fr.. 3.400 mètres). 1. Cut Glass. 72, à M. Ch. Philippe (Howell): 2. Anna-Maria. 72 (Bronner); 3. Cérès IV. 66 (M. de Castellan). Non placés Fanchon, 71 (Langlols): Scapin, 68 (Storck Le Libertin, 71 idormoy) 1 long.. 5 long. Mutuel 36. 10.50, 7.50.

Cut Glass s'est élance en tête devant Cérés IV et Scapin, puis Scapin forcait le train et menait devant Cut Glass. Cérès et Fanchon. A mi-parcours Cut Glass galopait devant Fanchon. Scapin et Anna-Maria. Au dernier tour AnnaMaria se rapprochait de Cut Glass et les deux chevaux se détachaient de leurs adversaires: dans la ligne d'arrivée Anna-Maria attaquait Cut Glass mais celui-ci se défendait et ne se laissait pas déborder; Anna-Maria lâchait dans la montée de J'arrivée et Cut Glass gagnait nettement. Sur la fln Cérèe venait coiffer Fanchon sur le poteau pour le 3' prix.

Anna-Maria a fait une très grosse POISSON D'EAU DOUCE. On cote au kilo Ablettes. 6 à 15; anguilles vivanteà. 22: anguilles mortes. 6 a 20; brèmes 3 à 6: brochets morts. 8 à 20: rarpes vivantes. 10 à 12; carpes mortes. 6 à 7; eperlans, 3 à 5: goujons. 16 A 25: saumon français. 32 à 4,; saumon petit. 30 à 40: saumon frigorifié. 12 à 24; tanches vivantes. 9 à 10: truites saumonées argentées. 27 à 70: truites de pisciculture. 22 à 25: truites de rivière audessus de 100 à 125 grammes. 20 à 25. Arrivages Marée 296.600 kilogs: eau douce. 9.100 kllogs: coquillages. 5.400 k.; déposé au frigorifique. 27.300 kilogs: resserre de la veille. £5.000 kilos: quantités mises en vente. 363.80" kilogs: quantités saisies le 9 mai. 100 kilogs. La publicité de Ouest-Eclair est la moins chère parce que la plus productive.

faute en face et a sauvé la chute dé peu: cela a pu lui coûter la course. mais il semble qu'une tactique eu avant. qui lui eut permis de mevtre à de les contenir. lui eùt été plus au lieutable.

6° Steeple-citas- m'ittaire, |3' série. 3.000 mètres). 1. Katmka, 74 (M. Plveteau); 2. Pur et Simple, 69,-70 iM St-Jevin); 3. Mavo, 67 M. Nédelec). Non placés Bijnu, 64-70 (M. Vineuse): Benjamin, 72-73 (M. Danlaui; Satomon, 72-74 iM. Bourrelier): Aida, 64 (M. Bazzle0ni). tombé Tête. 4 longueurs Mutuel 11.50. 8.50. 31 50

Mavo a été d'abord en tète suivi de Katinka et Pur et Simj:e Puis U baissait de pied et Katluka menait suivie de Pur et Simple et de Aida. Puis Katlna et Pur et Simple mentaient de compagnie. Katinka semblait vouloir 3e détacher en face mais Pu: et Simple revenait courageusement sur elle et ne succombait que d'un '.été. Il est bien probable que Pur et Simple prendra sa revanche sous peu. notamment sur un hippodrome où 11 sera plus à l'aise 5-7-8 HIPPARQUE. LES COURSES DE LESSAY

Prix CHATEAU LLSSAY (trot monte ou attelé. 8 partants. 400 francs. 3.000 métres). 1. Ursuline, à Ni. Grandin (propriétaire) l' 38" (monté) 2. Sur- pris, à M. Truffaut (Lepelletler) 1' 39" (monté) 3. Tant-qu'à-Cha. à Villedieu (propriétaire) V 40" 4. Narcisse, à Cousin Delaroche Non places Vianus, à Nicolle (propriétaire); Colka. à Belamy (Cousin Unité, à Lefebvre (Anot); Pourquoi-Pas, à Bonne: (propriétaire). Mutuel gagnant. 35.50: placé. 6.50. 5.50. 5.50

Prix DE l'arrondissement DE CouTANCES (partie liée. If épreuve 2.000 francs. 1.600 mètres). 1. Belle-deNuit, à Ratti (V. Feray) 1.625 mètres. 72 kds 2. Brise, à Jeanne (André Choisselet) 1.650 mètres; 3. Carakol. a Nonet-Raisin (L. Levai) attelé, 1.650 mètres. Non placés Chouette, Oury (Ribertl 1.650 mètres. 65 kgs. Temps 2' 35". 2' 35" 3 '5. 2 38" 4/5 Vitesse au km.. il 33". 1, !3" 1/5. l' 35" Mutuel: gagnant. 40 fr. placé. 17.50 et 10 francs.

PRIX CU Gouvernement DE LA RÉPUBLIQUE ET DU CONSEIL GÉNÉRAL (trot monté. 3.500 francs. 2.400 métrés). 1 Dominante. à Marie i.Veveuxi 2.450 mètres: 2. Dame-Masquée, à Oury (Ribert) 2.350 mètres; 3. Décor, à Jeanne (A. Thoisselet). Non placés Dollar, à Demmannetaux (Pavée): Gazelle, à Nonet-Ralsin IM. Levai): Doudjka D., à Marcel Saint (Bertogllat); Esrlarmonde-lI. à Marcel Saint (Castel). Temps 3' 44". 3' 46". 3' 47". Vitesse au km.. l' 30".

Mutuel gagnant. 12.50: placé. 9 et 13 francs.

PRIX DE L'ARRONDISSEMENT DF COUTANCES 12' épreuve, même monte). 1. Brise (Jeanne): 2. Chouette (Oury); 3. Belle-de-Nuit (Ray): 4. Carakul (Nonet-Raisln)

Mutuel gagnant. 10.50: placé. 7.10. PRIX DU Syndicat DES ELEVEURS (trot monté. 3.050 francs. 2.800 mètres). 1. Chauve-Souris, à Oury (Robert! 2.900 mètres. 65 kgs 2. Kaline-Ill, à Raty (Feray) 2.825 m., 69 kgs 3. Doudjka D.. à Marcel Saint (Bertho) 2.800 m.. 63 k?s. Non placés Dafila. à Cardi (Pavée i 300; Chartreuse, à Jeanne (A. Choisselet): Desttnée, à Lacauve (Neveux). Temps 4' 26". 4' 31". 4' 31" 1/5. Vitesse au km.. Il 31".

Mutuel gagnant. 17.50; placé. 8.50 et 8.50.

tances (3' épreuve. même monte). 1. Brise (Jeanne): Carakul (Nonet-Ralsinl; Chouette (Oury). Non placé Belle-de-Nuit (Ratti) Temps 2' 40". 2' 45" 1/5. 2' 42". Vitesse au km.. 1 37".

Mutuel gagnant. 8.50; placé. 6 fr. et 7.50.

PRIR DE LA SOCIÉTÉ D'ENCOURAGEMENT (trot monté, 2.300 mètres). 1. Orpilée, à Oury (Rlbert): 2. Erato, à Làcauve (Neveux): 3. Curieuse D., à Marcel Saint (M. Levai). Non placés Emil-II. à Gardin (Pavée): PutoisRusse, ù Nonet-Raisin (M. Levai). Temps 3' 56" 4/5. 4' 5". 4' 8". Vitesse au km.. l' 42" 6/10.

Mutuel gagnant. 7.50: placé. 6 et 8 francs

Prix DE LA SOCIÉTÉ (galop. 1.600 fr.. 1.400 mètres). 1. Che Cha Co Il, à Ratti (Burel Henrd à trois longueurs Danseuse Il, à L. Besnard (Demot). Mutuel gagnant. 5.50.

Bonne réunion, courses très suivie. nombreuse affluence, M. Lebarbanchon. négociant à Cherbourg, fut un starter parfait en l'absence de M. Monte. emnêché,

0 LE DANOIS. COURSES A ENGHIEN

ENGHIEN. 10 mai. Cette réunion réservée aux steeple-chasers a obtenu un succès complet. Le steeple chase de 4 ans était épreuve importante de cette agréabte réunion Il avait réuni 12 partants de bonne classe et a donné lieu à une course intéressante: le train a été soutenu dés le début du parcours et le peloton est resté bien groupé lusnu'entre les derniers tournants. ou Fellah en tête depuis longtemps et Dainée, venue en abordant

les derniers tournants, se sont détaches et sont restés ensemble jusque la dernière hale où Fellah a pris un avantage définitif pour gagner très facilement devant Dainée, Marcotte et Manerblo. Nous Indiquions Dafnée, qui mal monté a du se contenter de la seconde place.

Résultats

Prix DE LA VILAINE (steeple-chase. a vendre aux enchères, 7.500 fr.. 3.700 m.). 6 partants. 1. Postillon (R. Haesi. Michel Sevadjlan; 2. Adratus (B. Bollai. VIlle Edmonde Guy 3. Petit-Papa (F. Rovella), Henri Le Corre; 4. Zebzat tG. Lester), Octave Homberg.

Non placés Corot iH Haesi. Precurseur (P. HameO.

Paix Noirmoutier (haies 10.000 tr. 2.800 mètres). 10 partants. ler Gobelin iFeasdale). baron Leonino 2' Dark Antony (H Haes). Michel Levadjean 3' Ivor (G. Brlllets Fredenc Lieux 4' Cistercien (S. Bushr Edouard Jonas. Non places Kitte (R Tondu frère Yves (R. Bagniardi Cosaque IV (A. Bertnelot) Despote (J. Luci: Clamades (P. Hamel) Le Lagoin lA Kalley). PRIX DE l'Armoiuque ihaies. a vendre aux enchères. 7.500 fr. 3.200 mètres) 14 partants. 1" Velox tJ. Teasdale), Mme Albert ron 2' Morceau de Roi iP Kervegani Mme André Ferry 3' Sador (André Joseph). Edouard Mayer: 4e Jucca Il (R. Haes). Miguel Sanz. Non places Prince d'Alep (P. Sentier Houblon (Costadoati; Advance Guard (A. Kalley); Collevillette (M. le Sech); Carotte (H. Haes) Carpincho iJ. Luci; Surya (P. Rlolloi; Goahead iJ. Faucon); The Osprev (R Bagniard): Phlox IN. Horvath).

Prix HIPPARQUE (haies. nandicap. 15.000 :rancs 3.600 mètres 13 partants:. 1. Renardine ij. Martinezj. S. J. Unzue 2. Dark Victory (H. Haes). Raymond Kalm"; 3. Racahout (P. Hainel). Arthur Veil Picard; 4. Fortunio (J. Faucon). Comte T. de Gramedo. Non placés Grandee (M. Sautour) Bourg Denis (André Joseph) Poisson Volant (F. Gaudinet) Firecrest IP. Kcrloegan) Montsoreau (R. Haes) Giglefort (J. Luc) ippecourt (A. Katleyi Bezet Be rA. Cerez) Bayford (J. Teasdale).

STEEPLE-CHAS!. DE QUATRE ANS (40.000 francs 4.000 mètres. 12 partants). 1. Fellah tG. Lester) Mlle D. W Baruch 2 Dafne IL. Niaudot). Georges Wlldensteln 3 Narcotic (R. Domaletche), Michel Calmann 4. Manerbis (R Locki. Jean Cerf.

Non Dlacés La Baute Il (R. Petit) Xavier de Savoie (J Luc) Sari Signy U Bédeloup); Magic-Fan IJ. Teasdaie) Sericourt (H. Howesi Moukentos (Anc-è Benson1!) Contraint (F. Bellouse). Iftikar 4A. Kalleyl. PRIX DE L'AUNIS isteeple-chase. handicap. 13000 fr.. 3.400 mètres). 16 partants. it Tresigny IJ. Faucon). E. Martlnez de Hoz: 2' Chimère (P. Hanel. Raymond Eoussac: 3' Lais VI (A. Bedeloup). Jacques Fould: 4' Matho (H. Howesi Dikran Keleklan.

N. pi. Gunpowder (R. Fégerl. Papa-Nui (J Luc.. Adorandus (P. Sentier). Gabelon (M Couéhon). Tout-en-Or (P Romain), Joyau (H Lock). Doxtno (R. Haèsi. Tire-au-Flanc (M. Fernandez). Erigan (H Haès). Waterfc-d (B. Bolla). Rioal III (J.-B. Lassus). Mithra <ït. Bagn:ard).

PRIX HOCHE (au trot monté, 7.500 fr.. 2.100 mètres) 12 partants. If Charlot (L. Dufour). F. Pigeonnier: 2' Barbebleue (A. Forcinal), F. Gouhier: 3' Caline-IV (Guéroult). G. Derossy: 4e Buridan du Verdier (A. R. Guigot). Mlle R. Urbain.

N. pl. Colette Mab (L.Pottler) .Champenoise (Dumesnil), Diamant-[Il (Peribarg). Cigare (Verzele). Colibri (Bondeau). Balandard (Auvray). Bolidc-X (Gougeon). Daisq esson).

Pari-mutuel

G 48 p 12 7 50 2 c. Gobelin G 21 p 50 p 9 c 58 50 P P 16 Il Sador P G 19 P P 10 Marcotte G 15 p

P 12 50 Racahout P 31 G 29 P 9 50 Chimère P 8 0 Lais P 11 50 7· c. Charlot 50 P P 12 50

COURSES AU TREMBLAY

Partants probables

Prix Wink/ield. A vendre. 8.000 fr. 1400 mètres. Sunny 11. (R. Ferré). Tedjanie fP. Lehmanni: Sape Volante. (R Slrvaln): Gaillon ;Ch. Semblât): Easterazv (D. Denoblll): Ceylon Chief IF. Rovella); Champlleurette (A. EsI ling): Comme il Faut (X.I: Méduse, E. Hoarei; Le Phalot (D Guihoi: Sorthmann (G Fabrettl): Trimace (W. Stbbrltti: Donato (X.): Ploumanach (R. Mangematin): Garnin de Paris (B. Schmoukleri; Louton Il ou Libertin V/7 (J. Cornut): Le Goulet (R. Trémeaui; Antigone (0. Aernil; Rosalinde (G Duforez): Nadinette (H. Signo-

ret); Dilemma (J Wlnkfleld): Queen't Misery (A. Suc): Amoureuse III, (A. Rabbe); Pollinie (J. Lée): Rosa Bonheur IG. Vagnat).

Prix Emma. (10.000 francs 2.150 mètres). La Cantiniere tF. Williams), Massabielle (A. Esllng); Cephia (R. Slrvaln); Argentine (G. Garuen; Spindrift (M. Mac Gèe): Kerange (J. Cornut) Silva Plana ,L. Robsoni: New Yolande tG. Vatard); La Grêle (P. Sampson); Starry, (M Bonaventure);. Jessy IH. Signoreti: Lina IX, IF. Hervé) Reine de France. (Ch. Semblât);! Peccata. (R. Tremeau).

Prix SVest /lustraixan. 110.000 Ira* 2.150 mètres). Frolic lA. Esling); St-Aubin iG. Garner): Nom de Guerre (M. Chancelier): Petit Luc (R. Vin'cent!: Siberrick (X.); Sourabaya, IG. Vatard); Bréville lE. Hoarè); Sumac, (X): Fil d'Or. (A Rabbe): De Ramus, (A. Renard): Zéro (F. Hervé); Coup de Vent, (Ch Semblât): Or/ano iC. Boulllon)

Prix Melbourne. 15U.UU0 trs.. 2.000 mètres). Eros (X. Oliver Cromw, iF. Rochettl): Netherby tA. Esllngi; Bashlul tG. Vatarti: Ergoteur, (Ch. Semblât); Jack ot Trumps (G. Garner) Passionnément (R. Rouellle): Frelon Il (X.): Le Guide (C Bouillon); Parthenis IF. Hervé).

Partant douteux Illico (X.I.

Prix Daphnis e: Chloe. (8 biennal 1928-29. 2' année. 40.000 trb.. 1.800 mètres), Pachalik ou Dark Pearl (G. Vatard Tape à l'Œil. IT. Dwyer); Orosmade (C. Bouillon); Attissimus IXI Eremurus (F. Hervé Magicien Il, (M, Mac Gèe Cornwall (W. Slbbritt); Badabent lA. Esllng Camors tCh Semblât); Polycrate (G. Garner); Tracy tE. Chancelier): Astolphc cG. Duforez i; Seymour iC. Herberti:' AllobroDe, (H. Allsop )

Prix Solon. (Handicap. 10.000 1rs." 2.300 métrés). Quincampoix (M. Allemand): Dinardais. tE. Chancelier i% Occam, (R. Mongcinl: Siradan (G. Kreel): Rhadamante iR. Mangematinl; Hotchkiss IG. Duforez Byzantin (M. Bonaventure La Cantiniere (G. Yvo.net) Sir Lancelot (F. Rochetti); Tolga (X.): Alcarazas (M. Begulristaln); Mascaret, IJ. Rosso); La Tartine, ( A. 1 Palmerr.

Partant douteux Prince Monaco (X.).

Pronostics

1- course Lactese, Sunnv ll.

2' -course Princess Mace. SpindriJ. 3' course Frolic. Fil d'Or

4' cottrse Netherby, Frelon Il. 5' course Yesternight. Ste-Manda.ne.

6' course Girahon, llotckiss. 0

Le Tenus qil fait Aujourd'hui 11 mai saint Marner Le soleil se lève à 5 h. 17 et se couche à 20 h. 18.

La tune se lève à 6 h. 34 et se couche à 23 h. 42.

PARIS. 10 mat. Temperature marima du 9 mai Marseille, Marignane, Dijon. 20,: Perpignan. 19": Paris (SaintMaur), Antibes. 18°; Besancon. 17°: Valenciennes. Tours. Bordeaux. Toulouse. Lyon. 16: Royan-La Coubre. Nancy. 15 Calais. Saint-Inglevert, Bayonne. 14°: Strasbourg. 13; Le Havre. 11°.

Temperaturc mmima du 10 rnai Perpignan. Antibes. 12°; Royan-La Coubre. 10°: Bayonne. Marseille. Marignane, 9°: Dijon. 8°: Le Havre. Lyon, 7°: Toulouse. 6°; Brest. Nantes. Besancon. 5°: Calais. Salnt-Inglevert. Paris (Saint-Maur). Bordeaux. 4: Nancy, Strasbourg. 3°: Valenciennes. Rennes. Tours. 2°.

Situations probable le 11 mai. Un» hausse de +8 à +10 mbs viendra se centrer au sud de la Pologne lntéressant tout le centre de l'Europe. Une baisse B suivra mais plus septentrionale entre la Finlande et l'Islande, avec maximum de -10 à -12 mbs sur la centre de la Norvège.

En France, le bord sud du système nuageux lié à la baisse B Intéressera le Nord de la France. Le reste du pays restera en marge de cette perturbation. Probabilités pour la journée

du 11 mai

Vertts moitie Nord secteur Ouest modéré: restons Sud et Sud-Ee. NordOuest modéré Ailleurs. variable. faible. Etat du ciel Régions Sud-Ouest. Sud es Sud-Est nuageux avec éclaircies rares, orages: régions Nord. NordOuest et Bretagne très nuageux se couvrant l'après-midi par Sud-Ouest. avec quelques pluies. Autres régions beau, peu nuageux.

Teinpérature Très faible hausse.

meure légale)

MATIN SOIR

Cherbourg 10 h. 05 22 h. 28 Granville 8 h. 29 20 h. 45 3aint-.Malo 8 h. 18 20 h. 40 Salnt-Brleuc 8 h. 10 20 h. 27 Paimpol 8 h. 12 20 h. 15 Bres; 6 h 06 18 h. 29 Lorient 5 h. 47 18 h. 12 Vannes 8 h. 05 20 h. 14 Sables-d'Olonne 5 h. 43 18 h. 04 La Rochelle 5 h. 31 17 h. 51

Feuilleton rtc i Ouest ̃ Eclair

du 11 mai 1929 40

CE WE TU SAIS- Par le Docteur

Marthe BERTHEAUME

En octobre, approuva Claire pensive, et j'espère maintenir mon rang, à moins que.

Elle fit une pause et son visage s'attrista

A moins eue je ne sois loin d'ici. acheva-t-elle en baissant la tête, afin qu'il ne pût comprendre Veux-tu revenir aux Tuileries? suggéra Philippe c'u::e voix caressante, la banque est fermée aujourd'hui, nous aurons le temps de causer.

Mlle Lermont répondit par un regard qu'elle croyait aMicaL mais ou perçait, a son insu. plus d'orgueil que d'abandon.

Le jeune homme dut se mettre a son pas, renonçant à accorder aux étalages variés des antiquaires cette curiosité que le Parisien ne refuse jamais aux manifestations de l'art, si absorbé soit-il en ses propres sentiments. Mais Claire poursuivait sa route, Indifférente aux copies de

l'Ecole française, dédaigneuse des meubles ventrus dont les cuivres anciens brillaient dun vif éclat par ce matin de soleil radieux.

Ils atteignirent le pont des SaintsPères Claire, qui devançait son compagnon, se sentait enivrée de succès, absorbée dans le triomphe de la réussite. Sa démarche allègre était bien celle de la sportive entraînée au rythme du mouvement une satisfaction nouvelle charmait son esprit, la libérait de tout autre désir son amour pour Philippe, en passant au second plan. lui paraissait rétréci et de moindre importance.

«Serais- je donc une vulgaire ambitieuse que les disputes d'examens suffisent a contenter ? Il pensait-elle avec un peu de honte.

Elle se retourna vers .hilippe, lui sourir. pour se faire pardonner une désertion dont il ne se doutait guère.. Il ne vit que le sourire, et. retenant son amie par la main, l'obligea a s'arrêter un instant. près de lui. Penchés sur le parapet, tous deux regardaient couler le fleuve. Sous l'arche béante, un chaland, ayant renversé le long tuyau de sa cheminée, s'engageait dans un glissement doux. Le marinier qui tenait la barre aperçut les deux jeunes gens, serrés l'un contre l'autre l'hom- me eut une exclamation populacière dont Mlle Lermont soupçonna l'injure comme frappée d'un soufflet en plein visage, elle se rejeta en arrière Un peu gênée, le reprit sa marche. 6'écartant d'instinct de Philippe. Ce-

lui-ci, préoccupé d'un secret tourment qu'il ne voulait pas reconnaitre, s'avançait sur la chaussée du quai Royal sans jeter autour de lui le regard circulaire du sourd qui doit rendre sa vue doublement attentive Le heurt d'un taxi, en le frôlant au passage, tandis qu'une main vigoureuse l'empoignait par l'épaule, le contraignit à reculer Mlle Lermont, qui avait prévu le danger, se tenait à ses côtés un peu tremblante, se répétant avec une douceur consolante Il a besoin de moi »

Cette fierté de se sentir nécessaire venait bien à propos pour apaiser les révoltes d'une conscience qui ne parvenait plus à se mettre d'accord avec elle-même.

Elle lui fit atteindre le jardin des Tuileries, son bras passé sous le sien. et, ainsi enlacés, tils contournèrent les pelouses égayées de fleurs aux nuances vives. Silencieuse, la jeune fille menait son fiancé vers le portique funéraire qui. en un coin oublié, à l'abri dts grands saules. accueille, sous son égide, les couples épris de vie et d'amour. Ils s'assirent sur le socle en hémicycle et Jlaire se taisait toujours. une tristesse accablante l'oppressait a Je m'enorgueillis d'être son guide. dp lui épargner le danger, songeaitelle, mais si je n'étais pas là. Guillemette me remplacerait

Philippe crut que sa compagne s'absordait dans la contemplation du jardin aux horizons harmonieux làbas, le pavillon de Flore resplendis-

sant de lumière, ici, dans cette oasis de fraicheur, la vasque autour de laquelle sautillaient les moineaux et les roses 'rutilantes des parterres. L'heure méridienne ayant dispersé les promeneurs, les amoureux étaient seuls en ce séjour enchanté.

Pour éveiller l'attention de son amie, Philippe demanda

Parle-moi du concours, quand as-tu connu le résultat ?

Hier au soir, je ne t'ai pas envoyé de pneumatique, sachant te rejoindre ce matin.

Ingrate reprocha le jeune homme en souriant. Tngrate qui dédaignes de rassurer celui qui l'aime Et puis. je suis très intéressé à ton succès, tu le sais. ma chérie, puisque tu refuses de fixer la date de notre mariage avant d'avoir terminé les épreuves de l'oral. Je serai libre avant toi Aurais-tu oublié nos promesses ? Je n'ai rien oublié. dit Claire gravement. mais il y a le consentement de ma mère à obtenir, et je crains ses observations Jusqu'ici elle ignore nos projets

Il se raprocha et, passant le bras autour du cou de la jeune fille, l'embrasse en cherchant ses lèvres. elle ne lui rendit pas le baiser. Prise d'une subite réserve, comme tout à l'heure devant l'injure gouailleuse du marinier, elle s'arracha à l'étreinte. Il suivit son regard dans la courte allée. une voiture d'enfant contournait le zigzag d'un parterre, menée par une femme si jeune qu'elle semblait la

sœur aînée du bébé endormi. La voiture glissa lentement sur le sable pour s'arrêter devant Claire. La jeune m.mau penchée vers le petit, s'assurait que la capote protégeait le frais visage. Claire s'était levée

Je rentre, dit-elle avec décision Il vit son émoi et comprit Bien qu il lui en voulut de se laisser dominer par cet excès de sensibilité qu'un homme se persuade ne jamais éprouver, lui-même se sentait mal a l'aise. Depuis que sa mère lui avait appris l'état de Guillemette. il s'efforçait de distraire son esprit de l'événement attendu. s'ingéniant à multiplier les arguments fallacieux pour se dégager de tout devoir. Soudain la rencontre de ce petit étranger l'avait remis en face du problème, et le trouble de la jeune fille qu'il aimait. de celle que l'honneur lui défendait, jugeait-il, de sacrifier pour la seconde fois. l'impressionnait fortement

Il la suivit. obsède d'une unaee penible qui le séparait d'elle, ne cherchant plus a se rapprocher. Et les amoureux, accablés, fuyaient à travers les quinconces, sous les voûtes de verdure les couvrant de leur ombre, poursuivis par l'Ange invisible qui mettait dans leurs cœurs, entachés de l'humaine faiblesse un ineffaçable. remords.

Ils sortirent du jardin et se rejolgnirent à l'entrée du métro de la Concorde alors, seulement, Us osèrent se regarder. Ils tentèrent de se soutire pour emporter chacun le ten-

dre reconfort qui les soutiendrai éloignes 1 un de l'autre, mais ils n'en eurent pas la force, et. après une banale poignée de mains, Claire disparut dans le couloir sombre.

Philippe s'éloigna hâtivement, li se sentait mécontent, brise par les lois logiques de la vie. Il se jeta au milieu des voitures qui sillonnaient la grande place. indifférent aux dangers qu'il courait

« Un infirme, se repetait-U avec amertume. ne peut être aimé que par pitié »

Et. pour la premiere lois depuis ses fiançailles nouvelles, il éprouva que l'amour de Claire ne suffisait plus le consoler.

CHAPITRE XI

Depuis que Chanta! accordait à sa belle-aile l'hospitalite de la Châtaigneraie, Philippe prenait le petit dejeune à une heure si matinale qu'il avait quitté la maison de la rue Galliera avant que sa mère se fit servi»- le sien. Mais, ce jour-là, à peine achevait-il de beurrer ses tartines, quand Mme Amaury, le chapeau sur la tête et vêtue du trotteur » professionnel, apparut sur le seuil de la salle a manger.

Vous commencez de bonne heure votre tournée, serions-nous menaces d'une épidémie ? interrogea le jeune homme d'un ton qui s'efforçait d'être badin et où perçait une sourde hostilité.

01 suivre).


Propos

d'un Paysan

Le Jeandel et sa femme, TOctavie, avaient un garçon qui était bien intelligziit.

Au lieu de l'envoyer garder les bêtes dans les pâtures, ils le mirent à l'école tout le long des jours et eux, qui ne laissaient sortir que la fumée de leur toit, ne regardèrent pas à Iui acheter des livres, des cahiers et tout ce qu'il faut pour écrire.

A douze aïs. le petit bonhomnce décrocha son certificat d'études et. pour le coup, le Jeandel et l'Octavie crurent avoir hérité d'un château.

Ils n'en dormaient plus ni nuit ni jour ils se tarabustaient le cerveau pour savoir x qu'ils feraient de leur petit Grégoire.

Le JeandeZ, qui était conseiller municipal, disait Je veux qu'il soye préfet. », mais l'Octavie répliquait Vaut mieus pour nous qu'il prenne une étude de notaire comme M. Boquin. Il vendra des champs et des maisons et au prix que c'est au jour d'aujourd'hui, y sera bientôt riche comxne Crésus. »

Ils interrogèrent l'instituteur qui leur répondit Si vous voulez pour votre fils une situation comme celleslà, il faut d'abord l'envoyer au collège pendant cinq ou six ans, puis après, dans une Faculté durant trois ou quatre années et après encore il fera un stage très long. »

En entendant cette kyrielle d'obligations et de dépenses, le Jeandel faillit en avoir une attaque. Voyons, expliquez-nous la chose comme si not' Grégoire, c'était vof enfant ». demanda l'Octavie.

« Je répondrai à volre demande Jranchement et sincèrement, dit l'instituteur. C'est à la terre que les fils de terriens, intelligents, doivent s'a- dresser pour se faire une situation heureuse et libre. Gardez votre fils chez vous il n'aura point de maître au-dessus de lui il vous aidera dans votre vieillesse et vous lui aurez rendu un grand service car, étant débrouillard, il fera un bon cultivateur gagnant très largement sa vie. Les agriculteurs instruits, capables de vraitnent bien mener leur affaire sont trop rares. n

Si tous les instituteurs ressemblaient à M. Vernon, nos fermes seraient plus belles et notre agriculture plus prospère.

LE Père GODOT.

Franc x s

le Brico!ier

zisra son tracteur Depuis que Jean-Marie qui faisait si J'»n son affaire est parti au régiment, t niçois est toujours en retard 11 prisse la moitié de son temps à la recherche de charretaillons qui le quittent ou qu'il met à la porte au bout de huit jours. Le vieil Y>es fait des c raies à enterrer un veau. Pierre brutalise chevaux et charrues. Et quand il est seul, François qui, mal;ré toute sa bonne volonté, ne peut cond-^ire tout de même qu'une attelée, doit repartir en chasse d'un nouveau c zèbre ». Ah cette main-d'œuvre, quelle plaie Va-t-il falloir laisser les terres se prendre d'herbe alors que deux Le Bricolier sont déjà de petits hommes qui, dans quatre ans, trois ans peutêtre, prendront les mancherons en mains ?

Avec ça la semaine de printemps a duré à plaisir, vu qu'il a fallu réemblaver aux trois quarts les terres à blé qui avaient pris un sacré coup de gelée. Et bientôt, tout va tomber en même temps la moisson, les déchaumages, les façons. les deux labours, les regains à faucher, les semences à battre. Du mois de juillet au mois d'octobre. 11 n'y aura pas un instant de répit pour François et bien heureux encore s'il ne termine pas sa semaine de blé comme l'an passé, vers la Noël ou un peu plus tard.

François, ce solr-lft, tire rageusement sur sa pipe en songeant qu'il lui faudrait quatre bras pour conduire deux charrues et que tout irait bien si la nuit n'arrêtait pas le travail.

Il y aurait bien un moyen de conduire tout seul deux ou trois charrues. de moissonner, de déchaumer en vitesse et François est presque décidé à s'en servir. Ce n'est pas l'envie qui lui en manque depuis longtemps. Mais savoir comment Jeanne va prendre la chose ? Justement elle s'inquiète tout en rangeant la vaisselle dans le bahut: c T'as l'air tout chose. François, c'estil que t'es repris de douleurs ?

Oui. Marie-Jeanne, mais c'est surtout le travail qui m'inquiète. Et je me demande bien comment que je vas m'y prendre pour donner le déchaumage sitôt la moisson.

Tu feras comme les autres années, François. Et ce que tu ne pourras pas faire, tu le laisseras. La belle affaire si les terres ne sont pas déchaumées Ça fournit de l'herbe pour les moutons et on ne fait plus tant de manières aujourd'hui. »

Mais François n'est pas de cet avls c Tais-toi, Marie-Jeanne, protestet-il. tu me rends malade. On n'a qu'à récolter un peu moins que le voisin, mettre un peu moins d'argent de côté cette année que d'habitude et je sais bien la vie que tu feras François ne

sait pas s'y prendre, François ne travaille pas assez. François patati. François patata. Eh bien je sais tellement m'y prendre que je vas conduire tout seul tr^b charrues, moissonner déchaumer 5 hectares en 10 heures. Et je donnerai dix façons s'il le faut; et tout le blé sera semé avant le 15 octobre.

T'as trouvé un c secret », François, ou c'est-il que tu deviens fou ? Non, ma belle, je ne suis pas fou, mais j'ai trouvé un secret, comme tu le dis. car, pas plus tard que demain, je commande un tracteur. Ça ne peut pas durer cette vie-là

Du coup, Marie-Jeanne en laisse choir une assiette.

c Le voilà encore son tracteur, s'exclame-t-elle. Ah ma mère, il va nous mettre sur la paille Et avec quoi que tu vas le payer ?

Tu sais aussi bien que mol, MarieJeanne, que. sans gagner des cents et des mille, j'ai encore de quoi payer. a Laisse-donc l'argent tranquille. François, on sera bien content de le trouver quand on sera vieux.

« Mais, réplique François, on en remettra d'autre argent à la banque; c'est pas fait pour dormir cette marchandise là, et un tracteur c'est un placement. Ca a de la valeur une machine comme ça et puis ça rapporte. Ça travaille la terre et tu sais bien que dans nos terres, il y a un trésor caché. Ça le fera sortir. »

Mais Marie-Jeanne pleure. Elle pleure les vingt et quelques billets de mille qui vont partir pour le tracteur de François.

François s'approche c T'as pas confiance en ton François ? Il fait pourtant assez bien ses affaires et t'en es fiére d'habitude. Ecoute, tu sais compter. Eh bien je vais te dire ce que ça nous coûte de ne pas donner à nos terres toutes les façons qu'il faudrait et d'être toujours en retard. C'est moi qui ai fait la commande d'engrais à Le Tallec en même temps que la mienne. On a mis juste la même quantité par hectare. C'est moi encore qui ai battu son blé et le mien. Sur 2 hectares, il a récolté 58 sacs et sur 12 hectares nous en avons vendu et semé.

276 sacs, répond Marie-Jeanne. qui retrouve ses esprits.

Donc Le Tallec a récolté 29 quintaux par hectare et nous seulement 23 quintaux dans des terres qui se valent. Pourquoi? Parce que Le Tallec a donné trois façons; parce que sa terre était nette, sans un poil de chiendent et parce qu'il avait fini de semer le 15 octobre Moi, mes terres étaient sales. Je n'avais pas eu -le temps de donner toutes les façons et pourtant, j'ai fini de semer le dernier bout. en février, je crois bien. Alors j'ai perdu 6 sacs par hectare, 72 sacs pour 12 hectares et à 150 francs le sac.

1.800 francs. Dis donc. François. pourquoi que tu ne fais pas comme Le Tallec ?

C'est-il pareil, un bonhomme qui a 6 hectares de terre et deux juments poulinières Il est à son aise cet homme. tandis que moi. je suis tout seul avec cinq chevaux dans l'écurie et pas de charretier. Il faut que J'achète un tracteur et sans charretier, je ferai le travail en temps voulu.

Alors, tu auras un tracteur et cinq chevaux à nourrir ?

Mais non. petite fille, je vends deux chevaux sur cinq et ça diminue le prix du tracteur. A 8 kilos d'avoine chacun chaque jour ça fait aussi quelque chose comme 60 quintaux d'avoine à vendre. Et puis, il y a le foin. Mais rien que d'avoine, ça fait dans les 7.800 francs d'argent liquide.

« Alors, je mets mon tracteur en route à 2 hectares et demi par jour de labour, je culbute le sol à blé en cinq jours, alors qu'avec ma charrue je mettrais un peu plus d'un mois. Je recommence deux fols, trois fois s'il le faut, je brûle 30 litres d'essence par hectare de labour, moitié moins pour le déchaumage. moins encore pour les faCons. Comptons 100 litres par hectare et 10 litres d'huile ça fait du 270 fr. par hectare et si je fais 30 hectares par an. 8.100 francs, à peu prés le prix de l'avoine que je vends.

« Alors bénéfice sur le temps, bénéfice sur l'avoine, bénéfice sur les récoltes, bénéfice partout et, en fin d'année, un bon denier à placer. Sans compter ce que rapporteront les deux vaches. Quelles vaches ?

Celles que je vais acheter en remplacement des chevaux pour manger les 3.000 bottes de foin qui seront de reste. »

Marie-Jeanne rit maintenant « Ah mon François, si tu m'achètes deux vaches, tu peux y aller de ton tracteur. Parce que deux vaches en plus, ça fait deux veaux, ça fait bien aussi 180 kilos de beurre par an. et, avec le lait écrémé, cinq ou six cochons de plus dans l'écurie.

Perrette sourit François. Allons. c'est dit. Prends la plume et je vas te dicter la commande. »

J. ENGELHARD.

Souvent par suite de pénurie de plantes fourragères, le cultivateur, pour y faire face et ne pas grever son budget par des achats de nourriture qu'il ne prévoyait pas, devra ou vendre son bétail, ou subir des frais généraux élevés. Comment y remédier ? en employant la Farine ATÉ, produit qui a déjà fait ses preuves depuis de nombreuses années. De cette façon, l'Eleveur peut éviter des frais supplémentaires et réaliser des bénéfices appréciables. Les trois quarts de la quantité de la nourriture que l'on donne journellement à un animal et une mesure de Farine ATÉ mélangée à cette nourriture à chèque repas suffiront amplement pour avoir des animaux sains et vigoureux.

En effet, la Farine ATE par ses propriétés digestives permet à l'animal d'assimiler entièrement tous les principes actifs de la nourriture qu'on lui donne, d'où économie très grande. puisque chaque mesure de Farine ATÉ revient à peiue au chiffre modique de 0,10.

N'ACHETEZ PAS UN MOTEUR AVANT D'AVOIR DEMANDÉ AUX AGENTS DE IBERNARD-MOTEURM

LA NOTICE DANS LAQUELLE SONT COMPARÉS L PRIX DE REVIENT DU CHEVAL-HEURE l'AVEC UN MOTEUR ÉLECTRIQUE 2* AVEC UN BERNARD-MOTEURS

Les éleveurs normands ont présente un bon lot d'animaux gras, marquant ainsi sur lai années précédentes, une progression sérieuse.

Voici une excellente vache grasse à M. Aimé Desprez, éleveur à Colleville par Brionne (Eure), qui se classait deuxième, la première place ayant été enlevée par une vache charollaise.

La bête est âgée de 6 ans 1/2. Très régulière, fine, viandée, bien grasse, avec une jolie couverture, elle accusait à Paris le poids de 1.010 kilos et fut vendue à la Boucherie parisienne pour 7.000 francs.

La vache, à l'engrais depuis Noël 1928. a .été alimentée avec du tourteau de coton. Son engraissement a été achevé avec du grain bouilli. F. G.

lllllllllllllllimmimiimiliMiimimiimmmimmiiimmimiimmiimimii

La Production La Mère

On ne connaît pas assez l'influence du taureau sur cette production

M. Diffloth vient de faire un rapport extrêmement intéressant sur les méthodes employées aux Etats-Unis pour déterminer avec précision l'influence du taureau dans la production laitière. Les résultats qu'on a obtenus et les conclusions qu'on en a retirées pourraient être, je crois, discutées sur plus d'un point. Ils n'en sont pas moins dès plus instructifs. Nos éleveurs, qui ne les ignorent pas complètement et tendent de plus en .plus à y conformer, quoique encore un peu obscurément, leur pratique, auraient le plus grand intérêt à les connaitre et à en retirer pour leur conduite ce qu'ils renferment de vraiment utile. Le principe d'hérédité

Ce n'est pas d'aujourd'hui que nos éleveurs ont remarqué que le principe héréditaire jouait par rapport à l'aptitude laitière. De tout temps, nos praticiens et nos ménagères, à qui revient surtout à la campagne le soin de la vacherie et de la laiterie, ont choisi pour les élever les veaux provenant de leurs méflleures laitières, afin de retrouver dans les génisses. suivant le vieil adage telle mère. telle fille, les qualités les plus appréciées de leur cheptel. Mais jusqu'à ces derniers temps l'attention, pour effectuer cette sélection et déterminer ce choix, ne s'était guère arrêtée que sur la mère. On ne s'imaginait pas que le taureau pût avoir quelque influence sous ce rapport. Ce n'est que tout dernièrement que cette idée est venue à l'esprit de quelques éleveurs. car l'ensemble ne juge encore guère un taureau que sur sa conformation ne tenant presque aucun compte de son origine laitière ni de ses qualités de raceur pour transmettre cette aptitude

Cependant, grâce aux syndicats et aux concours de contrôle laitier, on a pu se rendre compte, d'une façon d'ailleurs empirique, que l'influence du taureau pour la transmission de cette aptitude n'était pas moindre que celle de la mère, et que c'est en conjuguant les aptitudes de l'un avec celles de l'autre, par des croisements judicieux. qu'on arrive rapidement à améliorer foncièrement une race ou une étable pour la production du lait. Les concours ont nontré que la descendance de certains taureaux, qui en cela se sont classés comme excellents raceurs. s'est affirmée exceptionnelle, comparée à celle de certains autres qui ne le leur cédaient en rien au point de vue de la conformation. C'en est à ce point que les Danois, qui son; des maitres en élevage, conservent les taureaux que l'expérience a révélés comme de premier ordre sous ce rapport jusqu'à 8 et 10 ans.

Quoi qu'il en soit, l'habitude s'est prise en France, comme ailleurs, de

vendre les jeunes taureaux non seulement avec la garantie que donne le coup d'oeil au point de vue de la conformation, mais encore avec celle du certificat d'origine laitière, et le prix d'un taureau est d'autant plus élevé qu'il peut justifier, d'après le livre des origines, cu corar.e or dit le Herd-book, d'une ascendance plus longue et plus brillante au point de vue laitier.

Je ne veux pas dire que cette garantie soit d'une sécurité absolue. Il arrive que des taureaux, sortis d'une lignée absolument remarquable, ne possèdent pas eux-mêmes l'aptitude personnelle pour transmettre les qualites de la race, ne sont pas bons raceurs, et ne donnent qu'une postérité médiocre. Il n'en reste pas moins qu'en agissant ainsi on se procure une grande chance d'améliorer son étable. Et cette chance, quand on veut se l'assurer, il est juste qu'on la paie. Encore est-il bon d'en rechercher et d'en demander la justification. Car cette garantie, si elle se paie, elle paie aussi, autrement dit, elle rapporte. C'est 'ordinairement faire un très bon placement d'argent que d'introduire dans son troupeau un bon géniteur qui améliorera la race et augmentera la production.

Etendue de cette influence

C'est sur ce point que les observations organisées aux Etats-Unis permettent d'apporter certaines précisions extrêmement intéressantes Dans un troupeau de vaches ordinaires et de production moyenne, soit 1: à 200 livres de beurre par lactation, on intrr duit un taureau de race pure laitièn immédiatement, sans que le régimt courant de ces vaches soit changé, on constate dans les filles une augmentation considérable de la production laitière et beurrière. De 4.695 litres de lait et 179 livres de beurre en moyenne, la production s'élève à 7.607 litres de lait et 300 livres de beurre: cette augmentation, en une seule génération, devant être, d'après les conclusions de l'enquête et du contrôle, entièrement attribuée à l'influence du taureau.

On trouvera peut-être ces chiffres élevés. Ils m'ont paru tels au premier abord et il y aurait, à mon sens, lieu de recommencer l'expérience pour se rendre compte si un pareil avantage peut être considéré comme habitue! et courant. Il n'en reste pas moins certain que l'influence du taureau est considérable sur le développement de l'aptitude laitière dans sa descendance. C'est un fait qui ne peut pas être mis en doute et dont il y aura lieu de tenir le plus grand compte dans le choix des bêtes d'élevage I L'attention des cultivateurs n'a pas été assez attirée sur ce point. D'au-

tant que l'influence d'un taureau est beaucoup plus profonde sur un troupeau que celui d'une vache. Celle-ci ne pourra produire que 8 à 10 veaux, dont 4 à 5 génisses, dans sa vie. tandis que le taureau peut imprimer sa marque sur 100 veaux, dont 50 génisses, par an. Et quel moyen de transformer un troupeau et d'augmenter la production du lait, quand on sait que sa seule influence, d'après les expériences d'Amérique, peut, au moins en certaines circonstances, accroitre d'un tiers la quantité de lait produit

N'est-ce pas dommage que l'on envoie à la boucherie tant de veaux dont l'influence eût pu être salutaire et marquer dans nos troupeaux, alors que l'on continue d'élever tant de bouvillons médiocres, sans qualités. dont l'influence ne peut être que banale: quand elle n'est pas régressive. Sans doute, un veau de qualité coûte cher. Mais si son influence peut faire gagner, ainsi que l'expérience tendrait à le démontrer 1.000 francs par an sur la production de chaque vache, on aura vite récupéré ses débours.

M. Diffloth ajoute quelques détails pratiques pour déterminer les veaux d'élevage. Il conseille de n'élever que les génisses qui ont le bassin le plus développé, l'écartement le plus fort des pointes des hanches et de la fesse. Cette conformation assure, nous ditil, une gestation plus aisée, un vêlage plus facile et une sécrétion lactée plus abondante Pour faire ces mensurattions, il suffit d'avoir à sa disposition un centimètre de couturière. De même pourra-t-on mesurer l'écartement des tétines que portent déjà les toute jeunes génisses, le plus grand étant signe de bonne aptitude laitière. Il conseille même de mesurer l'écartement des tétines que les taureaux portent marqués dans leur jeune àge. Car on sait que jusqu'à six mois de gestation, le- veau n'est ni màle ni femelle, ou plutôt il est les deux et en porte les caractéristiques, si bien qu'on peut en reconnaitre les traces à la naissance, mesurer leur écartement, qui donne pour les taureaux les mêmes indications que pour les femelles. En tout cas, il est indispensable que l'attention des éleveurs soit attirée sur l':nfluence du taureau au point de vue laitier.

J. GRINDORGE.

ASTHMATIQUES

Emphysémateux. Bronchiteux

allez au MONT-DORE, c'est par milliers que, chaque année, vos pareils y recouvrent la santé.

MALADIVES DE DEGENERESCENCE DE LA POMME DE TERRE'

Désâts.

Récolte des tubercules faibles, plants chétifs. Se présentent sous différentes formes feuilles, 1" enroulées enroulement 2» gaufrées frisolée; 3» décolorées par endroits mosaïque; 4° acec raies ou points bruns bigarrure La cause de ces maladies est Inconnue elles sont transmises d'une plante à l'autre par les piqûres des pucerons. Les tubercules provenant d'une plante malade sont porteurs de la maladie. Traitement préventif.

Renouvelez fréquemment vos semences en tout cas ne plantez jamais que des tubercules provenant de plants sains, éloignés des plants malades. Arrachez et brûlez les pieds atteints dès que vous constatez qu'ils le sont. Faites des pulvérisations pour détruire les pucerons (voir pucerons).

SEMAINE DE TOURS 1 (9 au 20 Mai)

L'aboutissement d aie Expérience de 56 Années

L'Acier Electrique Nous avons le plaisir d'informel nos lecteurs que la Société Amouroux Frères exposera à la Foire de Rennes les pièces primées au CONCOURS DE FORGEAGE DE L'ACIER ELECTRIQUE organisé par cette Société entre ses agents, pièces tirées d'un simple doigt et qui ont déjà été admirées au Salon de la Machine agricole à Paris

Le Président de la République et le Ministre de l'Agriculture ont tout particulièrement félicité à cette occasion MM. Amouroux d'avoir mis au point un acier parfaitement malléable, grâce auquel ont pu être obtenus les magnifiques résultats qui, au cours du Salon, ont retenu l'attention ae plus de 100.000 visiteurs.

La Société Amouroux Frères exposera également dans son stand les machines pour lesquelles elle s'est spécialisée, les seules fabriquées av.« des pièces en acier électrique.

Ce nouveau progrès les classe.

LES PLUS MODERNES DU MONDE

La nouvelle LIEUSE Amoureux Frères, type C, modèle 1929, extrêmement robuste, comporte 30 de bouIons de moins que les modèles étrangers les plus connus, et prouve ainsi son indiscutable simplicité. De plus, ses boulons sont à double écrou et ne se desserrent par,. Le faible écartement de ses roues de transport et la grande hauteur de sa roue motrice audessus du sol permettent son passage dans les chemins étroits et rocailleux. La ficelle Sisal, 1" qualité, que livre la Société Amouroux Frères, assure le parfait fonctionnement de cette remarquable lieuse.

r

La nouvelle FAUCHEUSE Amouroux Frères nu 15, modèle 1929, à engrenage hélicoïdaux, possède 5 coussinets en bronze une vitesse de coupe accélérée et des organismes très élevés au-dessus du sol.

Une nouvelle clef de belle à rochet

remplace avantageusement l'ancien dispositif de la bielle dite automatique «

La nouvelle FANEUSE Amouroux Frères modèle F 4, 1929, se distingue par ses grandes et fortes roues, son relevage automatique breveté, ses fourches en une seule pièce.

En plus de ces avantages techniques, l'acheteur d'une machine Amouroux Frères bénéficie d'une garantie de cinq ans par bon signé et enregistré, de la possibilité de vérification gratuite de sa machine par des inspecteurs-mécaniciens de l'usine, et de la plus grande facilité de réapprovisionnement en pièces de rechange par ses cinq succursales et ses 1.500 agents directs qualifiés.

Grâce à sa rigoureuse spécialisation et à sa fabrication en grandes séries, la Société Amouroux Frères, fondée en 1873. produit au meilleur prix les machines de récolte de la meilleure qualité.

Ces machines intéressent particulièrement les clients connaisseurs et techniciens recherchant avant tout la qualité, le fini et la bonne fabrication durable et qui comprennent qu'on ne saurait employer de trop bonnes matières dans la construction de machines appelées souvent à effectuer de très durs travaux.

R. V.

La reproduction des articles et dessins parus dans La Terre de France est rigoureusement interdite

Anciens Et" BROUHOT & ci,5 VIERZON (Cher)


La Tab e

de a t rliUlé

Il y avait à l'exposition des engrais. au Concours général agricole. un motif central bien curieux. Sur le soi reposait un énorme bloc de .chaux. De ce bloc panaient trois pieds de couleur différent; sur lesquels était écrit azote. acide phosphorique. potasse.

Les pieds supportaient une table appelée Fertilité. et sur la table s'érigeait une lourde gerbe d'épis

Et la légende proclame Que la chaux est la base sur quoi s'appuient les trou éléments de la Fertilité.

Retenez bien ceci, car c'est l'un des principaux secrets pour réussir en agriculture.

Si J'étais ministre de l'Agriculture. le voudrais Que dans chaque village ce monument soit reproduit sur la place publique, pour que chacun en tasse son profit.

Nos pères le savaient bien. qui marnalent régulièrement leurs champs. Mais depuis, on a cru. avec les engrais chimiques, trouver le pactole. Les uns ont prétendu que la chaux ruinait les terres. et le dicton le constate c Qui chaule sans fumer se ruine sans y penser. P C'est exact d'ailleurs. et vous auriez tort de croire que la chaux vous dispense de tout autre apport.

Les autres se sont contentés de donner des engrais commerciaux parce qu'lis sont faciles épandre. alors que la main-d'œuvre nécessaire pour extraire la marne est Introuvable. Or. si la chaux ne suffit pas sans les engrais et le fumier de ferme, les engrais de ferme et le fumier ne suffisent pas sans la chaux.

Un bon repas sans pain n'est pas un bon repas.

Une bonne fumure sans chaux n'est pas une bonne fumure, car la chaux est à la fois

11) un aliment nécessaire la formation des plantes

2°) un corps nécessaire pour que les engrais soient assimilés

9°1 un neutralisant qui détruit l'aclSuivez le conseil du monument de la Donnez en supplément de la chaux vos terres Puis, en supplément. les fumures habituelles, et vous vous en trouverez bien pour vos récoltes J. E.

Paris, 9 maL (Dc notre correspondant spécial)

BEURRES. Vente native et malgr la bonne quantité, les cours sont fermes sur toutes les qualités, et en légère hausse sur les moyens.

On cote au kilo (cours extrêmes) Centrijuges Normandie. 19-22: Bretagne, 19-21.50- Charente-Poitou. 1923 Touraine, 19-22.50; clvers. 13-21.50. Marchands Normandie, 17.50-21 Bretagne, 17-20 centres divers. 1118.50 divers, 11-20.

Petits beurres Normandie choix. 17,50-18.50 Bretagne choix. 18-20 divers. 12-18.

Beurres en livre Loiret, 16-19,50 frigo. 14-18.

Arrivages du jour beurres français, 66.612 kilos; ventes du jour, 5.192 mottes: resserre du jour, 1.291 mottes. ŒUFS. Placement moins facile. mais cours soutenus.

Cours par colis ae mille oeufs (cours extrêmes) Picardie extra. 660-710 Picardie choix. 620-630 Normandie extra., 650-720: Normandie choix, 590640 Normandie ordinaire. 530-58U Bretagne choix, 550-600; Bretagne ordinaire, 400-540 Brie. Beauce, 620-680 Poitou choix, 640-720: Poitou ordinaire. 660.-630; Touraine choix, 850-î00; Touraine ordinaire, 600-640 Midi choix 680-630 Europe-Centrale. 450-540 canes, 650.

Arrivages du jour. 1.162 colis; ventes du Jour, 889 colis resserre du jour. 1.276 colis.

FROMAGES. PATES molles Vente calme et en raison de la bonne quantité, les cours sont faibles sur les Bries et Camemberts du Centre. Prix au cent Camemberts Normandie, 250-390; divers, 75-280; Gournay. 130-170 Neuchâtel. SO-120 Pontl'Evêque, 240-450: chèvre. 100-450 Prix à la dizaine Brie moyen moule. 190-230; laitier. 160-190.

Pâtes sèches Vente assez bonne et cours toujours fermes et en hausse de 0.50 sur les Gruyères

dux 100 kilos Port-Salut. 700-1500; Gruyère, 1350-1450; Comté. 1200-1450 Hollande. 810-900.

Arrivage» pâles molles. 88.412 kilos pâtes sèchesfi 15.249 kilos.

VIANDES. Vente assez bonne. On cote au kilo (cours extrêmes) Bœuf. Vente active avec hausse de 0.20 à 0,50 pour toutes qualités.

Quart derrière non traité lr quai., 1230-13.50 2'. 11-12.40 3'. 8-10.90 3«, 8-10.90 quart devant. 6-6.80 aloyau, 9-18,50 train entler, 9-14,50 'paleron, 5.50-8.20: bavette, 6-8.50. Veau. Vente active. hausse de 20 francs en lr- qualité. 90 francs en 2' qualtté et 50 francs en 3«.

Entier ou demi lr- quai., 13.5015,50; 2'. 11.50-13.40; 3'. 9-11.40; pans. cuisseau, carrè. 9.50-18.50; baisse complète. 8.50t12.

Mouton. lr qual.. 15.50-16.50 2-, 12.50-15.40; 3', 8,50-12.40; gigot, 1222 carre. 15-32 épaule. 10-16,50 ag::eau de lait. 1?- 19.

Porc. Demi lr* quai.. 13.40-14 2', 10-13.40; longue ou filet. 14-18: reins. 12.50-16: poitrine. 9.50-12.20 jambon. 11-18: lare. 11.50-13.

Arrivages du jour. 360.000 -kilos; resserre de la veille, 11.000 kilos.

VOLAILLES. Le marché de la vola1l1e est très caractéristique. Peu de marchandise, peu de vente, mais cours très élevés pour toutes marchandises les poulets Niiltals et Gatlnais ont tout de même perdu 1 franc par kilo, mais ceux de Bresse et des Charentes res- tent fermemert tenus baisse de 0.50 sur les canards Nantais et Rouennais hausse nouvelle en lapins et en pintades.

On cote au kilo (cours extrêmes) Canards Rouennais. 20-26 canards Nantais. 20-26 canards de ferme. 1216 agneaux de lait. 8.50-11 gros agneaux. 10-15.50; dindes Midi, poules. 14-23; lapins Satinais. 14.50-15; lapins divers. 14.25-14.75: oies en peau, 8-12; oies nouvelles. 12-15: poulets du Houdan. 33: poulets Nantais. Gàtinals. 2434 poulets Touraine. 24-34 poulets Bresse 34-40 poulets des Charpentes. 28-33: -,boules congelés étrangers. 1422 poules de Bretagne. 14-19 chevreaux de Touraine. 8-9.75; chevreaux divers. 7-8.75.

On cote la pièce (cours extrêmes) Pigeons gros et petits. 4-13 pintades. 18-34.

Volailles tnvantes

On cote au kilo (cours extrêmes) Lapins. 10-11.25: oies. 9-10.50; poulets Jeunes. 14-20; poules et coqs vieux, 13.50-16 poussins petits. 2-4 oisons, 8-18.

Arrivages 33.000 kilos resserre du jour. 6.100 kilos.

GIBIE3. Ou cote d la pièce (cours extrêmes) lapins de garenne. 4-10 œufs de vanneaux. 0.75.

On cote la douzaine cailles d'Egypte. 48-120.

On :.rote au kilo (cours extrêmes) sangliers. 9.

Arrivages 100 kilos

LEGUMES. Bons apports, mais vente sans animation baisse de 100 fr. sur les carottes nouvelles de Nantes. 50 fr. sur les poireaux. 50 fr. sur les épinards. 40 à 60 fr. sur les navets de Perpignan. 10 à 15 fr. sur les chouxverts de la Manche, 20 fr. sur les pommes nouvelles d'Espagne. 30 fr. sur celles d'Algérie.

On cote aux 100 kilos ail, 250 à 400 asperges en vrac. 300 à 700 carottes de Meaux. 120 à 200 carottes de Chevreuse. 100 200 carottes nouvelles. 200 à 400 cerfeuil. 300 à 500 chicorée Nantes. Orléans. 200 à 300: chicorée améliorée. 100 à 150 raves ou rutabagas, 60 à 160: échalotes-oignons. 300 à 400 endives. 280 à 330 épinards. 200 à 350 fèves. 200 à 350 haricots verts Algérie. 600 à 1.000: haricots beurre Algérie. 850 à 950 haricots secs, 450 à 800 laitue de Nantes. 150 à 250 laitue départements. 140 à 250 lentilles. 500 Il A00 navets de Perpignan. 200 à 250 navets de Nantes. 300 à 400 oignons en grains. 120 à 220 oscille. 60 à 120 patates, 230 à 280 persil. 400 a 800 pissenlit de Paris. 80 à 120 pois verts de Nantes. 450 à 500 pois verts du Sud-Ouest. 480 à 500 pois cassés. 300 à 400 topinambours. 60 à 100.

Pommes de terre Nouvelles Algérie. 200 à 240 nouvelles Espagne. 220 à 250 nouvelles Midi. 240 à 260 Hollande commune. 130 à 160 rosa. 140 à 155 jaune ronde. 70 à 75 saucisse rouge. 70 à 100 esterllng, 85 à 95 Salnt-Malo. 70 à 80 blanche commune. 60 à 80.

On cote au cent artichauts du Midi. 100 à 210 divers. 50 a 125 choux nouveaux Manche. 90 à 110 chouxfleurs Barfleur. Cherbourg. 175 à 450: Angers. 50 à 375 courgettes. 75 à 125: Romaines, 75 à 300.

On cote aux 100 bottes ciboules. 50 à 100 estragon. 200 à 300 fenouil. 400 à 600 oignons. 250 à 350 panais. 100 à 150 poireaux. 400 à 550 radis Nantes. Orléans. 40 à 80.

On cote aux 216 bottes cresson. 55 à 90.

On cote à la botte asperges diverses 3 à 16 carottes nouvelles Nantes. Orléans. 1 a 4 navets nouveaux Nantes. 1 à 2.50 oignons nouveaux Nantes. 1 à 3 rhubarbe. 1.40 à 1.60 salsifis Orléans. 3.50 à 3.75 thym. 1,50 à 3. On cote à la pièce célerl-rave. 0.40 à 3 francs.

FRUITS, Vente calme baisse de 50 à 100 francs sur les cerises.

On cote aux 100 kilos cerises.' 700 à 1.000 figues sèches, 200 à 900 fraises. Carpentras. 1.000 oranges. 350 à 550 poires choix. 300 à 800 pommes choix. 500 à 1.400 pommes communes.

250 à 450 tomates Maroc. 700 à 900 tomates Canaries. 650 à 750.

On cote à la pièce melons Nantes, 40 à 100

On cote à la corbeille Fraises d'Hyéres. 5 à 16

On cote au kilo au cent bananes des Antilles, 65 aux 100 kilos bananes des Canaries, 500 à 575.

Paris, La Villette. 10 mal. VEAUX. Au petit marché aux veaux 11 a été amené en tout 29 animaux, dont 12 du renvoi de la veille et 17 arrivants des provenances suivantes Marne 10. Seine-et-Marne 7. La vente des animaux a été bonne. et d'autre part l'orientation du marché de cette viande aux Halles a été active. Tout a été vendu.

Voici les cours officiels au kito de vtande nette 1" qualité. 15.20; 2' quai. 12.80; 3' quai. 9.80: extra 16.90.

Au kilo^poids vif. on cote 1- quai. 9,12; 2' qùal.. 7.29; 3' quai.. 5.34; extra 10,14.

PORCS, Les arrivages ont été de 57 animaux, tous vendus selon la même échelle de cours qu'hier tendance bonne.

BOURSE DE PARIS

Ouverture

BLES. Tendance Irrégulière, Base de liquidation, 153.50 courant, 151.25151 P.; prochain. 152.75-151.25-152.50152.75 4 de mal, 152.60-152.75- 153 P.; juillet, août, 153.50 P. 4 derniers, 153.50. plus report. 1.50 P.

FARINES. Tendance calme. Base de liquidation, 206 courant. 199 V. prochain. 199 V. 4 de mai. 198 P. juillet. août, 198 N.; 4 derniers, 198 N. AVOINES (noires). Tendance faible. Base de liquidation, 134 courant. 130-130.25; prochain, 129.50-129.25128.75-129 P.; 4 de mai. 126-125.75 P.; Juillet, août. 121.50-121.75 P.

Diverses. Tendance sans affaires. Base de liquidation, 129 courant, 128 N. prochain. 125.50 N. 4 de mai 119 A. juillet, août. 116 N.

SEIGLES. Tendance sans affaires. Base de liquidation. 133 courant 133 N. prochain. 133 V. 4 de mai, 127 N. Juillet, août. 126 V. 4 derniers. 125.50 N.

ORGES. Tendance lourde. Base de liquidation, 139: courant, 135 A -136 V. prochain, 135.50 A. 4 de mal. 131 N. juillet, août. 130.25 V. 4 derniers. 126.25 P.

MAIS. Tendance sans affaires. Courant. 132 N. prochain, 134 N. 4 de mal. 119 N. 4 de juillet 120.50 N. 6 de Juillet. 119 A.

SUCRES. Tendance faible. Courant, 225.50-22E prochain, 225-224.50 Juillet. 224.50-224; août, 220-223.55 septembre. 222-222.50-223 3 d'octobre. 220.50-221 3 de septembre. 220.50221.

ALCOOLS (libres). Tendance calme, Courant, 1.430 P.; août, 1.420 P.

Clôture

BLES. Tendance ferme Disponible cote officielle, 156.50-157.50; base de liquidation 153.50 courant 151.75151.50 p. prochain 153.25-153.50 p 4 de mai 153.50 P.; juillet-août 153.50 + r. 2 p.; 4 derniers 157.50 + r. 2 p. FARINES. Tendance sans affaires base de liquidation 205; courant 199 v.; prochain 198 a. 4 de mal 198,50 a.. Juillet-août 198 a.; 4 derniers 198 n. AVOINES. Noiru Tendance ferme base de liquidation 134; courant 131-131.25 p.: prochain 130 p.: 4 de mai 126.75 p.: juillet-aoùs 122.36-122.60 p. AVOINES. Diverses Tendance sans affaires; base de liquidation 129; courant 128 n. prochain 125.50 n. 4 de mai 119 n.: Juillet-août 116 n. SEIGLES. Tendance sans affaires base de liquidation 133: courant 133 n.; prochain 133 n.; 4 de mai 127 n.; Juillet-août 126 n.: 4 derniers 125.50 n. ORGES. Tendance calme; base de liquidation 139 courant 135.50 n. prochain 135.50 a. 4 de mal 131 a.: juillet-août 130.25 n.; 4 derniers 127 p. MAIS. Tendance sans affaires courant 132 n.; prochain 134 n.; 4 de mai 132 n.: 4 de Juillet 120 a. 6 de Juillet 120 a.

SUCRES. Tendance faible courant 223.50-223 prochain 223 Juillet 223.50-223; août 223.50-223- septembre 221.50-222 3 d'octobre 219 3 de novembre 219-219.50.

Cote officielle 223.50-225.

ALCOOLS (libres). Tendance calme courant 1420 p.

RIZ. Courant. 165;- prochain, 165; Juillet-août 165: 4 derniers 165. BRISURES. Courant 152: prochain 152: juillet-août 152 4 derniers 152 tous nominaux.

CAOUTCHOUCS. Courant 12,05 payé; juin 12,,05 a.: 3 de Juillet 12.50 a.: août 12,50-12,80 3 d'octobre 13,15 v.; novembre 12,75-13,15, 3 de janvier 13-13,50; février 13-13.40.

BOURSE OU HAVRE

Ouverture

Le Havre, le 10 mal.

COTONS. Tendance à peine soutenue, vente 750 balles; mai. 615; juin 612; Juillet 612: août 611: septembre 611 octobre 609; novembre 608; décembre 609; janvier 608: février 608; mars 611; avril 611.

CAFES. Tendance soutenue, vente 500 sacs mai 481.25; juin 478.75: juillet 473; août 469.50; septembre 479.78; octobre 476.75: novemt re 473.75; décembre 468: janvier 464; février 460; mars 457.25: avril 457.25.

Clôture

COTONS. Tendance soutenue vente. 2.500 balles mai 617; juin 614; juillet, 614; août, 614: septembre. 614; octobre. 614; novembre 610; décembre, 612: janvier. 611; février. 611: mars, 614; avril. 614.

CAFSS. Tendance à peine soutenue; vente, 2.250 sacs mal, 481; juin. 477.95; juillet: 472; août. 468.50; sepbre. 472.75; décembre, 467: janvier, 463- iembre, 478.75; octobre 475.76; novemfévrier, 459; mars. 456.50

LAINES. Tendance calme mal, 1.600; Juin. 1.600; Juillet. 1.600; août. 1.600; septembre. 1.600: octobre. 1.600 POIVRES. Saïgon mal, 845; juin, 840; juillet. 835; août. 835; septembre, 845; octobre, 835; novembre, 825; décembre. 840; janvier, 840; février, 840; mars, 840: avril, 840; marché calme. Tellicherry les douze mois, 850.

BOURSE DE MARSEILLE

Marseille, 10 avril.

HUILES Arachides à fabrique dis.ponible, 437.50; de coprahs, disponible, De Drames comestibles arachides neutralisées désodorisées. 480-490; rufisques supérieures. 515-545 ordinaires. 500-510; sésames alimentaires désodorisées, 530-545.

D'Olive Tunisie extra, prem pression..920-940; 2' pression. 860-880: Algérie surfine, 840-900: Borjas extra, 265270: Andalousie extra. 235-240; surfine, 230-225.

MARCHES ETRANGERS

COTONS

New-Orléans, 10 mal. (Ouventure). Mai, 18.51-18.52; juillet, 18.45-18.47; octobre, 18.45; décembre 18.57. 2- avis mal. 18.58; juillet. 18.55; octobre, 18.55; décembre. 18.67.

New-Orléans, 10 mal. ClètureJJisponible 18.51, mai 18.59, juillet 18.52-53 octobre 18.52-53. décembre 18.62-64, janvier 18.67. mars 18.80.

CHICAGO, 9 mal. Ouverture Juillet 18.55; octobre 18.55

Chicaoo. le 9 mal Deuxième avis Juillet 18 67: octobre 18.66.

CHICAGO, 10 mal Clôture juillet. 18.57: octobre. 18.58.

NEw-YoRK. 10 mal. Clôture. Disponible 19.55. mai 19.30-32, juin 18.81, Juillet 18.50-52, août 18.55. septembre 1855. octobre 18.67. novembre 18.69, Nouveau contrat octobre 18.59-61. novembre 18.67, décembre 18.75-76, janvier 18.80. février 18.88. mars 18.96 avril incoté.

Liverpool. 10 niai. Cotons américains. Clôture mal. 9.91: juin. 9.84: juillet, 9.89; août. 9.91; septembre-octobre. 9.90; novembre. 9.89: décembreJanvier. 9.90: février. 9.91: mars. 9.95: avril, 9.96; mai (1930). 9.98.

Cotons Haute-Egypte. Clôture mal, 11.57; juin, 11.64; Juillet-août-septembre. 11.74; octobre. 12: novembre. 12.02: décembre. 12.09: janvier. 12.19: février 12.24; mars-avril. 12.34.

Cotons Sakellaridis. Clôture mal. 17.08: juin. 17.09; juillet. 17.13; août, septembre. 17.14: octobre-novembre. 17.28; décembre. 17.38; Janvier. 17.58; février. 17.58; mars-avril. 17.67.

̃JEREAL!>

LrvERPooL, le 9 mal. (Ouverture) BLés tendance faible, rnai 7/7 1/2; juillet 7/10 1/4; octobre 8/2 1/4: mais incotés.

Livebpool, 10 mai (clôture). Blés tendance soutenue; mal, 7-8 2/8; juillet, 7-11 1/2; octobre, 8-3 1/4 Mais tendance facile; juillet 7-4 3/4; La Plata C.A.F. avril-mal. 33-6: mal-juin. 33-6; juin-juillet. 33-9. CHICAGO 9 mai. Blés (ouverture) Mal Incoté; juillet 108 1/4 Il 109. CHICAGO. 10 mai. Clôture Blé dur d'hiver n. 2 disponible, Incaté n. 3 incoté: sur mai. 103 3/8; sur Juillet. 107 7/8 à 108; sur septembre. 111 5/8 à 111 3/4; décembre. 116 3/8 à 116 1/2: Maïs bigarré n. 2 disp., 90 1/4 sur mai. 84 1;4; sur juillet, 88 1/8: sur septembre, 90: décembre, 84 1/8: Avoines, sur mai, 45 7/8; sur juillet, 43 7/8; sur septembre, 42 1/2; Seigles n. 2. disponible, lncaté; sur mai. 87 1/4: sur Juillet. 87 1/4; sur septembre. 90 1/4.

Winkipeg, 10 mal. Clôture blés, sur mai, 111 7/8; sur juillet, 113 5/8; sur octobre, 114 1y4: seigles, sur mal. 86 3/4: sur juillet 83 3/4: avoines, sur mal 45 1/8; sur juillet. 46 3/8; sur octobre. 47 3/8; orges, sur mal. 88 3/8: sur Juillet, 67 1/8; sur octobre. 67. New-York, 10 mal. Blés roux d'hiver n° 2. disponible. 127; dur bigarré durum, incote: maïs bigarré pour l'exportation 98 1/8.

Buenos-Aires, 10 mal. Clôture Blé sur juin. 8.68: août, 8,8b. Ventes en tonnea 13.000. Maïs sur juin. Avoines sur mal. 7.00. Ventes en tonnes nulles. Orpes disponibles, 7.10.

Rosario. J0 mai. Clôture Blés sur juin, 8.55. Maïs sur juin, 7,25. SUCRES

LONDRES, 10 mal Marché à terme (ouverture) Sucre brut 88°, tendance soutenue hial 8/0 3/4 à 8/ août 8/2 1/4 à 8/1 1/2; octobre 8/5 1/4 à 8/3; décembre 8/6 3/4 à 8/5 1/4: mars 8/9 à 8/8 1/4

LONDRES, 10 mal. Marché à terme (clôture) Sucre brut, tendance calme; mai. 8-1 1/2 a 8-; août. 8-1 1/2 payé; octobre, 8-4 1/2 a 8-1 1/2; décembre. 8-6 à 8-5 1/4; mars, 8-8 1/4.

New-York, 10 mal (ouverture). Sucres Cuba 358: à terme sur mal 182; Juillet 187; septembre 194; Janvier 195. CAFES

Nrw-Yonx, 10 mai. Disponible 17 3/8: mai. 15,80; juillet. 10.08: septembre 14.45, octobre 14.33, décembre 14 09. janvier 13.97. mars 13.75. Ventes approximatives 20.000 sacs. Demain clos.

MONTFORT. 10 mai. Marché très ordinaire. On cotait beurre en gros, la livre, 8; beurre en détail, la livre, 8.50; en augmentation de 0.60; œufs, ta douzaine. 5.75, prix sans changement. La volaille est rare et chère: vieilles poules, la couple, 35-40: lapins domestiques. 15-16: pigeons, 5-5.50.

Au kilo, sur pied vache. 3: boeuf,« 4; veau. 6.50; mouton, 5; porc, 8.60, Céréales, le quintal blé, 150: avoi- ne. 135; blé noir, 150; orge, 130-132- son, 115; fourrages.aux 1.000 kilos pail- le. 420: foin, 650-700.

Cidre, la barrique, 160 fr., droits de circulation en plus.

GUICHEN. 10 mal. Vaches amenées 50 à 60, vendues 2/3, de 600 à 1.700 francs Je pièce; veaux amenés 120 à 130. vendus tous, de 3,25 à 3 75 la livre; moutons amenés 12 à 15, vendus tous. de 2.50 à 4 francs la livre. Le marché n'était pas fort, surtout sur les veaux; le temps s'est maintenu beau toute la journée.

Les vaches, amenées en grand nombre pour un marché, ordinaire, se ven- daient lentement car la marchandise mise en vente dépassait les besoins. Les acheteurs n'étaient pas aussi nombreux qu'à l'ordinaire, les cours se maintiennent bien. Les veaux n'étaient pas assez nombreux pour les besoins du jour, c'est encore une hausse de 3 4 sous par livre qu'il faut enregistrer. La cause principale de cette augmenta- tion c'est que les bouchers-marchands qui, d'habitude, forment sur le marché un noyau d'une trentaine de veaux. n'en avaient pas amenés aujourd'hui. Très peu de bons veaux, pour Paris une dizaine à peine. Les veaux pour élevage, trop nombreux, se vendaient lentement, une relève d'une demi-douzaine. Les moutons et agneaux se vendent toujours bien.

ROCHEFORT-EN-TERRE. 7 mai. On cote aux 100 kilos farines 1" qualité, de 210 à 220; céréales blé. de 148 à 150: seigle. de 110 à 112; sarrasin. de 148 a 150: avoine, de 122 à 125; son, de 115 à 120: fourrages pallie, de 130 à 140; foin, de 350 à 370. Tendance assez calme; ferme pour les fourrages. Veaux, vendus de 3.25 à 3.50 la livre: porcs gras. de 7.75 à 8 le kilo. Tendance ferme, principalement sur les porcs gras très recherchés.

Beurre en gras, de 13 à 13.50 le kilo; en détail, de 14 à 14.50 le kilo; œufs, de 5 à 5.50 la douzaine.

Poulets, la couple. de 25 à 30. selon grosseur: poules, de 20 à 25 la couple: peu de volaille aujourd'hui.

Cidre. de 170 à 180 la barrique. LES CHOUX FLEURS

Saint-Pol-de-Leon, 11 mal. Une centaine de voitures de choux-fleurs ont été amenées ce matin. sur la nouvelle place de l'Evêché: les cours des beaux choux demeurent soutenus. On a payé les beaux choux-fleurs « extra de 4 à 4.50 la tête; les moyens, de 2.75 à 3.75 la tête, le tout venant et suivant qualité: les petits choux destinés à l'exportation en Angleterre, de 1.75 à 2 fr la tête suivant qualité.

TIRAGES FINANCIERS VILLE DE PARIS 1876. Tirage du 10 mai 1929. Le n° 51.395 est rembourse par 100.000 francs.

Le n° 86.544 est remboursé par 10.000 francs.

Le n* 69.990 est remboursé par 5.000 francs.

Les 10 numéros suivants sont remboursés chacun par 1.000 francs 7.973. 9.881, 69.961, 71.292. 89.847, 100.134. 123.498. 144.674. 174.952, 216.650. OBLIGATIONS FONCIERES 5 1/2 7o 1917. Le numéro 1.659.355 est remboursé par 250.000 francs.

Le numéro 402.129 est remboursé par 50.000 francs.

Le numéro 9.711 est remboursé par 25.000 francs.

Le numéro 72.309 est remboursé par 5.000 francs.

Le numéro 1.342.300 eut remboursé par 5.000 francs.

Les dix numéros suivants sont rei->»boursés chacun par 1.000 francs 301.841 608.132 613.497 871.475 1.030.339 1.254.831 1.259.841 1.291.861 1.548.139 1.839.004

Cinquante numéros sont remboursée chacun par 500 francs

12.763 25.700 52.429 158.721 183.653 186.738 248.481 266.124 314.314 389.470 408.276 415.004 476.427 507.452 562.693 565.489 6:4.648 633.545 704.264 743.144 757.996 797.392 813.522 870.497 954.235 971.940 990.486 997.105 1.109.120 1.146.155 1.155.695 1.162.279 1.249.387 1.442.199 1.472.579 1.564.781 1.614.362 1.634.715 1.694.919 1.703.906 1.721.074 1.738.731 1.743.219 1.805.947 1.836.874 1.860.949 1.928.814 1.933.385 1.944.704 1.945.784

pour cent 1920. vbmgkqj vbgkqjvv OBLIGATIONS COMMUNALES 5 1/2 70 1920. Le numéro 409.001 est remboursé par un million.

Le numéro 1.462.068 est remboursé par 100.000 francs.

Le numéro 18.815 est remboursé par 50.000 francs.

Le numéro 809.003 est remboursé par 10.000 francs.

Le numéro 237.356 est remboursé par 5.000 francs.

Le numéro 880.335 est remboursé par 5.000 francs.

Trente numéros sont remboursés chacun par 1.000 francs

92.591 181.195 198.920 264.350 320.314 456.302 474.103 484.865 682.667 687.627 721.801 804.701 951.969 96S.824 1.015.684 1.134.545 1.234.048 1.255.126 1.335.885 1.351.019 1.363.311 1.392.662 1.586.575 1.649.425 1.661.733 1.680.427 1.706.778 1.725.965 1.822.013 1.985.290

INFORMATIONS

CONCOURS

Avis de concours pour l'emploi de dame s'.énodactylographc à l'Office national des Assurances sociatesPar décision du directeur général de l'Office national des assurances sociales. un concours est ouvert pour 10 emplois de sténo-dactylographes au dit Office, Les épreuves commenceront 'e 17 juin 1929.

Les demandes d'admission établies sur papier timbre, accompagnées de toutes tes pièces nécessaires, devront rances sociales, bureau du personnel. 40. rue du Cherche-Midi, avant le 31 mai 1929.

Nort. Les dames steno-dactylc–graphes reçoivent un traitement qui va de 8.000 fr. à 13.500 tr. auquel vient s'ajouter une lndemalté de résidence annuelle de 2.240 fr.. et. le cas échéant. des indemnités pour charges de famille.

Le traitement proprement dit est en cours de révision et ira incessamment de 8.500 à 14.000 fr.

MARCHE DES CHANGES

124 21 New-York 25 60 » » Hollande n Suède 683 75 Suisse 493 » 75 80 15

^ASTHMATIQUES^ La Poudre Exibard

k Soulage instantanément. A 6, Rue Dombasle, Paris.

BOURSE DE PARIS Paris, 10 mai. Le marché se présente soutenu dans son ensemble avec des transactions assez réduites en première heure les fluctuations de cours par rapport à ceux de la dernière séance ne sont pas prononcées et la cote tente même de s améliorer. Nos rentes restent toujours bien orientées et les banques françaises tiennent leur position, ainsi que la plupart des valeurs d'électricité, de charbonnages et de produits chimiques. A noter la légère avance de Citroën à 1.914.

Aux cuprifères, le B<. :o seul est plus actif, le Boléo ancien à 425 contre 414, le nouveau à 438 contre 422 le Rio se présente indécis et débute à 7.100 pour terminer à 7.09J.

Aux fonds d'Etat étrangers, légère avance des Turcs Ottoman unifié à 101,50 contre 99,80 "Ottoman 5 1914 à 94.90 con; 94 de plus, les fonds d'Etat brésiliens poursuivent leur avance, ayant un marché actif le 4 1310 progresse à 1.165 contre 1.100 le Brésil 4 1911 à 1.349 contre 1.325.

Au marché en banque, diverses m;nes d'or font preuve de bonnes dispositions Brofciw:i, 584 Langlaagte, 148 les valeurs de caoutchoucs ont reperdu une partie de leur avance. Les pétrolifères restent inchangées Royal r *"h, 40 500 contre 40 300 Aux valeurs diverses, reprise de Paria Foncier l'action à 265 contre 258 LOXER.

PARQUET COMPTANT ACTIONS MARCHÉ EN BANQUE »,“ banque Indochine 13500 »|l|300 » Terme terme Fonds garantis par l'Etat CRei». fONO. colon.. 81? "LgJs » ni » l^ 576 "( sll -Précéd. Jour 3 Ut AMORTIS. 94 251 94 25 1240 .1259 CAOUTCHOU0S 576 »| 270 3 PERPETUEL 74 601 7485 «. S 1 5 1915 1916 101 101 101 05 MIDI CAPITAL 2605 »!2645 » OHARTERED 231 » 232 » S 192J AMORTIES.. 125-125 10 «i\4%1917 9010 90 25 S2i?e»SÎ ÔIpÎta"l 1270 "1285 » OOLUMBIA 282 ..284 » BANQUE DE FRAM-.E. 25275 » 25495 » S S 4 1918 88 45i 88 90 SHeRT capital 745 » 744 » O« NOORDIA 221 »I 222 » banque DE PAPI8 3345 »13395 » Sg J6 1920 106 501105 90 4900 .4900 CHPWN-MINES 390 50! 404 » BANQ..NiON PARIS 2470 » 2500 aîf9%K2& 12220 12215 pl-i _« tplpÎbÏpÏ" 764 770 BEERS OhDIN 1685 "1698 » O- «LUCIENNE 2625 ..i2640 » "• 6 <fc 1927 108 301108 35 Êf^Vz ou NOBD "55 ..11175 BASTERN RUBBER 198 -.195 » CREDIT O ESCOMPTE 2135 ..12150 » 5 1928 97 971 98 » |Er2ie industriel 564 »i 568 » fRanoowyominc 621 »! 622 CREDIT commercial. 1895 .1885 » a. OBLIGAT. 6 1927 518 ..1517 50 acTeries 2410 «2525 » CCDULO 426 ..439 » CREDIT FONCIER .5545 » 'r 59M AM 683 »i 683 » «§ §RES MARINE 1755 Il 1765 Il OOLOFiELD. 349 » 350 » CREDIT LYONNAIS 3225 ..13245 Il o£ 7 1926 561 Il 562 Il « "les miOHEVillË 2605 ..12660 » CULA 2185021950 SOCIÉTÉ GENERALE.. 1938 ..1947 » « 7 1927 j 567 ..568 » »c Ir PARIS-OUTRE âU 2100 »2135 Il HARTMANN 110 »; 121 » RENTE FONCIERE 1370 .11375 » S 1919 A LOTS. 585 Il' 580 » ç ANTIERSSt.NAZAIRE 745 ..1750 » HOTOHKIS8 2265 o^goO Stê c» foncière 828 .833 » i [ 5 1920 » lots j 532 »1 » n 6110 ..6160 » "UOAENHCSHFAOC* 2b9 »' §g§ Il' lvon cap" uË5 lûè° » 00 6 FEVRIER 1922. «s Il 545 doeS"nfanzÏnh*mb. Il;2450 » joh.nnh.uro 2|g 55î 2gg » Wâ »i362» » »i iil Hïïïtl"* r: %& Il 2135 /1 uA^osori. SiYtrV oVlectr.c: 2865 n2880 » f Hg 2" LOTS. 540 »1 537 » ÏoVnViWT" 2170 Il 2200 » ï^ô"5î«cï 351 »! 464 » C- G- ÊLEOTRICITE.. 3725 ..13735 » 6 6 1924 ««;«£•• 545 544 » SENELLE-MAUBEUOE. 3990 »4100 MALOPOLSKA • 45b 4b4 » t°°i;sRR1EKES 1630 SiiëS » » 8^/00%^° ?. èè?8° Œ° KS-ÎIÎ'o'^o'.i.ïmT: 92 5» 95 50 PLATINE I =1 1 iSfïï II! SI» IIS Util 1 1 j TRANSATLANTIQ ORO 1289 » 1290 11 o \C0«MUN. « I *1W, 3UD ni 509 » PARIS·MAROC 152Q ,,|1520 Il TABACS ORIENT 6O » 468 » voitjiEB PARIS. 2590 »26UO EST 3 ANCIEN 360 ,,360 » AGENCE 8 1750 ,1755 » TERRES ROUGES 472 468 » AIR liou.o» 1455 »ii45o est e 1924-1934.. sto » 500 ^SP*AULEB. 1750 smo » "aSIis. 508 »i «oo » pa?h^^ma Mou,»: et? "ièt fî: n S»ïr5X28 Vio-ivr.: 7875 S » t^^eVrT".1.0! 38 » 82 » HAFFINER'. SAYC'0'RBD tSS S S J5" ffi /1 B^ S"! » ™ilMI" ~r Un, 149 TURC 5 în<' 94 III 94 90 ORLEANS 6 Î4-34 503 »! 504 chike 4 OR 189& » »T 458 » CR0SNVIPRIV 322 »322 » BANO NAT ^lEXIOUE 678 Il 671 n OUEST a ANCIEN 348 ni 354 » EOYPTE UNIFIEE 404 501 402 n OMNIUM INT. PETROL 321 325 » crédit FONC ECYPT 4455 "4465 Il ->\ <M» C" ELEOT. 6 %• 518 ni 522 n JAPONAIS 5 1907 401 »I 4O3 Il B ML. MOH^BT FILS 537 n\ 5J» » ?e«.h,V"n?" 2285 Il;2335 » co, S lSScwy 6 1/1 «0 »l 520 Il Maroc 5 1910 1570 .,11565 » hutsnini 4000 ..3995 » Vârz Nor,.gi. 3400 "!3«o sis sw » m.nas-cbraes 4 1910 » .» » MoooEhFONTiiN ».» » la7jt-.ro 57S i cïn «f'ii MAROC S 510 ni 510 /Il OTTOMAN 4 Douane» 339 n1 335 ROYAL OUTOH 40300 Il,40500 omETNTB.OL oiïMÏ- 580 «là Il S[oliRÎlo."?nl.N*B% 517 .In » <%]•;• 163 5O1 il? i^\ln^onl 597 i "2 8U0R. D'BPYFTE OBO. 1007 «11005 V LILLE-BONN. 6 *•• » »i Il 8IBIE j 1913 •«. 125 se) US 75 BRIV. LBPH4NO. 1140 »1 R

Opérations traitées

par la Banque René Loyer SOUSCRIPTION A TOUTES LES ÉMISSIONS

NÉGOCIATION DE BONS

DE LA DÉFENSE NATIONALE Achat immédiat (argent de suite? des Bons non échos, aux meilleurs taux.

ORDRES DE BOURSE au comptant et à terme

sur toutes les places françaises et étrangères.

ACHAT COMPTANT

DE TOUS TITRES COTÉS

PAIEMENT DE TOUS COUPONS Achat et vente

de toutes Monnaies étrangères Paiement et déliorance de Chèques sur la France et l'Etranger. LOCATION DE COFFRES-FORTS Renseignements financiers fiataits.


MATCHES OFFICIELS Le Lycée du Havre est champion de France scolaire

Paris. 10 mal. La finale du Championnat de France scolaire de footballassociation i2> édition), s'est déroulée cet après-midi sur le terrain annexe du Stade Olympique de Colombes, devant une asslstance restreinte, et s'est terminée sur un résultat définitif.

L'équipe du Lycée du Havre a triomphé de celle du Lycée de Montpellier et s'est adjuge ainsi le titre de champion de France scolaire 1929. Les Havrais sont sortis vainqueurs de la rencontre par 1 but a 0. sur un penalty. Score acquis dans les 20 dernières minutes de Jeu. 0 CHAMPIONNAT DE LA L.O.FA. (Finale)

Demain, à Saint-Malo

DRAPEAU DE FOUGERES

contre U.S. SERVANNAISE

Nous avons dit hier que cette rencontre officielle. la dernière a SaintMalo. devait remporter un réel succès. Certes. bien que le titre ne soit pas directement en jeu. 11 existera une certaine rivalité d'honneur entre les deux équipes, qui donnera au match une grosse importance.

Le Drapeau de Fougères qui a réussi cette année, après son barrage avec Dinard, à participer à la poule finale du championnat, voudra prouver qu'il mérite bien de figurer parmi les Quatre meilleures équipes de l'Ouest. Il aura également à cœur de racheter sa dernière défaite que lui a Infligée le Club Sportif Jean-Bouln et viendra à Salnt-Malo avec la ferme lntention de mettre les Servannais, sinon en échec, mais de les battre.

C'est que l'équipe usslste n'a pas été battue en championnat et réaliser un tel exploit sur le terrain de Rocabey. où 1'U. S. S. règne en maître, serait d'un grand retentissement.

Nous savons que les Berthelot. Dominique. Chemin, Serrand. pour ne nommer que ceux-là. essaieront d'arriver ce résultat et mettront tout en œuvre pour l'obtenir.

La partie sera donc captivante de bout en bout, car les Servannais sont de leur ebté, bien décidés à ne pas se laisser faire et en conserver. telle, leur belle page sportive.

Tous les sportifs de la Côte d'Emeraude ne manqueront pas de venir assister p cette belle rencontre, la dernière à Rocabey, et d'encourager leurs joueurs favoris qui ont eu cette année une saison des plus régulières et aussi des plus remarquables.

Pour cette dernière réunion sportive. le comité de l'U. S. S., afin de permettre à tous les sportifs de venir au Parc de Rocabey. a ainsi fixé les prix tribunes, 6 franc*; pourtour, 3 francs.

Equipes réserves

S.R.U.C. contre U.S.S.

(tenant du championnat)

Demain, au Parc des Sports

du S.R.U.C.

Dimanche 12 mal, & 14 h. 30, sur te terrain du Parc des Sports, route de Lorient, les équipes réserves des deux grands clubs seront en présence. Au match aller. l'U.S.S. battait les Stadlstes à St-Malo, par 3 buts à 1. la finale se jouant en matchas aller et retour. si les Servannais gagnent. Ils restent champions de Bretagne, si le coptraire se produit, les équipes devront se rencontrer. à nouveau pour la belle. C'est assez dire tout l'Intérêt de la rencontre et comme ces deux équipes comprennent des joueurs déjà classés. c'est à une belle partie que les sportifs sont conviés.

Nous n'avons pas encore la formation aervannalse, mais les Boulllet, Solon. Pinabel. Ducam. Chollet, sont des titulaires certains et bien connus dans la région, ils forment avec leurs camarades une équipe qui défendra chèrement son titre.

L'équipe stadlate' se présentera dans la formation suivante

Tanguy

Lavigne Gulhard (cap.)

Léon Salmon Le Michelet

Rouaud DupuY Dubois Poulain Guérin Remplaçant Sroones leune.

Tous ces Joueurs ont maintes fois fait leurs preuves les Tanguy, Gulhard, Léon. Salmon. Lemichelet. Rouaud. Dupuy. Poulain, sont si sympathiquement connus, qu'il est inutile de e'étendre sur leur très réelle valeur, aidés par les jeunes Lavigne, Dubois. Guérln Us doivent constituer une formation. que pas mal de clubs de division d'honneur envieraient.

Qui doit gagner L'équipe stadlste a condition mon bon ami Guihard que votre équipe serre des dents, car vous n'ignorez pas le légendaire courage des a Gas de la Côte ».

Prix unique des places. 2 fr. 58 COUPE FOLLIABD

A.C. Redonnais contre Cercle P.-Bert Demain, à Redon

La finale de la Coupe Folliard aura lieu demain, 12 mal. au parc de Beaumont. entre les équipes premières de l'Amleal-Club Redonnais et du Cercle Paul Bert.

Ce match promet d'être très intéressant et très disputé. Ce sera une belle clôture de saison de football Rodon. 68

MATCHES AMICAUX C.A. Enehien-Erroont

bat A.S. Cheminots Rennais par 5 à 2 Ce n'est pas sans une certaine appréhension que les Cheminots se présentaient sur le terrain. En effet. privés de 5 équlpiprs premiers et non des moindre- (Ridard, Cadeville Hervé. Lemaiire et Lebreuin) et opposés au C. A. Enghien-Ermom Qui Le dimanche précédent venait de succomber seulement par 3 buts à 2 devant le RedStar Olympique au grand complet. Ils pouvaient craindre un écrasement. Il n'en fut rien.

En première mi-temps. Enghien marque 3 buts dont deux sur penaltles transformés par C!»lz.»rgue» Après le repos et par l'Intermédiaire de Leblais M., les Chemlnots marquent leur premier but suivi bientôt d'un deuxième signé Morin. Les Cheminots se dépensent mais Enghlen se réveille et par Quédec et Claizergues marqua deux nouveaux buts.

A Enghien les .meilleures turent: Quédec. Clslzerguet et Beaulleu Chez les Cheuinou Rihet Saiaun. Leblais V Berric. Pivolo. Leblals M. et Morin se distinguèrent. g Un sportif élu à St-Brice-en-Coglès Nous sommee heureux d'annoncer l'élection au Cnnseti municipal de 8tBrice-en-Coglé» de M Léonard. président du Réveil Brlcois. la letute et déjà brillante société de football de Saint.Brice.

Touts» nos félicitations-

La réunion cycliste de demain au vélodrome municipal de Rennes

Nous avons entretenu toMe la semai- ne nw lecteurs de l'importance de la réunion que le V. C. R. a réussi à mettre r.ur pied. malgré les frajs énormes engagés. Le soleil, nous l'espérons, sera de la fête et nul doute que le Stade Municipal connaîtra une fois de plus la foule des grands jours qui sera satisfaite. Qu'on en Juge par l'exposé du programme

Le Critérium du jeune Pistard. où nous verrons peut être sortir un futur espoir: le championnat de l'U. V. F., épreuve qul sera chaudement disputée, car les Goupil. Letourneur et autres veulent être champion de leur département.

DAR£

un de nos meilleur. régionaux

qui prendra part d la réunion de demain. Une américaine, épreuve toujours goûtée du public, où nous trouvons les meilleures équipes actuelles les frères Bach qui, malgré toute leur valeur, devront s'employer à fond pour vaincre Voisin qui fait équipe avec Le Gai), également sérieux prétendant à la première place. Et. Letourneur-Navarre, Goupil. Drouet. etc. Comme il ne peut y avoir qu'un premier, la lutte Rera chaude. La partie musicale a été confiée par le Comité du V. C. R. aux Trompettes Rennaises, bien connues pour leur Indénlable valeur. 8 COMITC D'ILLE-ET-VILAINE DE L'U.V.F.

Avis aux coureurs débutants

Les coureurs qui n'ont pas encore retiré leur licence pour 1020 sont informés qu'une permanence sera établie dimanche 12 mal, de 10 à Il heures, au Café de l'Europe. Les coureurs débutante sont avisés que s'ils ne sont pas possesseurs de la licence, le départ pour le critérium des jeunes pistards de l'Ouest leur sera refusé, ainsi que tout coureur non muni de sa licence, sera pénalisé s'il veut prendre part & la réunion. (Dernier avis.)

Le Comtfé de l'V. V. F. d'l.-et-V.

Les championnats de Rennes

(9' année)

Retardés par la pluie, les championnats de Aennea double de lawn-tennls n'ont pris fin qu'hier; la finale du double mixte, disputée jeudi, a vu la victoire de Mlle A. Courtois-» Dlck » sur Mlle H. Courtois-Bolelll. par 8-6. 6-3. après une partle d'un intérêt soutenu. Longtemps indécise, jusque vers la On du 2- set. la finale du double messieurs revint aux c tenants a Dick »-Huchet. qui l'emportèrent sur Lagogué-Lefort après une très ^elle défense de ces derniers 10-12. 6-3. 6-3 f40 jeux !) Le palmarès des championnats de Rennes 1929 est donc le suivant Simple messieurs H. Bolelli. Simple dames Mlle F. de Parcevaux. Double messieurs a Dick s-Huchet. Double mixte Mie A. Courtola-i Dick ». 458 Championnats scolaires

d'IUe-et- Vilaine

Convocations du 12 m-t

13 h. 30 de Marp-Sichet contre Poirier-Warnet: Gandon contre de Pontbriand

14 heures Huchet-Le Jantel contre Jeffray-Dayot; de Lanlay-Fontaine contre Lengaigne-de Lambert.

Tous les autres joueurs restant qualifiés sont convoqués pour 14 h. 30. 58

Les championnats départementaux La L. B. A. organise actuellement ses championnats départementaux. Ceux de la Mayenne ont eu lieu jeudi; demain. Côte d'Emeraude. il Dinard; I!le-et-Vilaine, à Rennes: Côtes-du-Nord à StBrieue. La Pentec6te verra Brest et Lo- ) rient pour le Finistère et le Morbihan. Les championnats de District Dimanche à Dinard

La L.B.A. a désigné Dlnard pour y faire disputer le championnat de dis- trict d'athlétisme. éliminatoire du championnat de Bretagne. Les épreuves commenceront à 14 heu- res, elles auront lieu sur la magnln- que terrain d'honneur du vieux club local. le D.A.S.C. qui. cette année en- core, fait preuve d'une belle activité dans cette branche l'athlétisme. La L.B.A. a eu là une heureuse idée, le cadre est plaisant, plates, sautoirs. plateaux. sont en excellent état et le comité rïasclste saura par une organi- satlon parfaite justifier la confiance qui lui a été témoignée.

Nous reviendrons demain sur cette réunion qui groupera Içs meilleurs athlètes du district de la Côte d'Emeraude. plusieurs champions de Bretagne soucieux de conserver leur tttre et des Jeunes qui cherchent l'occasion De se révéler. •

Les championnats d'IUe-et-Vilaine Dimanche, à 14 heures, au Stade Courtemanche. se disputeront les cham- pionnats d'Ille-et-Vllaine avec le programme suivant

Courses. 100 m., 175 m.. 300 m., 600 m., 1.200 m. et 8.000 mètres. Saut3. Hauteur et longueur. laacers (poids et disque).

Jeunes. 60 m. et 1.000 m.

Les engagés sont nombreux (17 au 100 mètres et 10 au 5.000) et promettent de belles luttes entre Cadets et Stadlstes, T. A. et Cheminots.

On aura des engagés de marque, connus et nouveaux, notamment les deux premiers de certain championnat de France des Patronages, et nous notons la participation certaine de nombreux étudiants.

On annonce aussi des épreuves du Championnat de Bretagne féminin. MM. les membres des commissions sont priés de bien vouloir venir pour constituer les Jurys.

Demain nous publierons l'ordre des épreuves et les engagements. 8

GYMNASTIQUE

LA SI FETE DE LA JEUNESSÉ A RENNES

La V1 fête de la jeunesse s'est déroulée jeudi et a obtenu un succès consid6rable, tant par le très grand nombre des participants, Que par les performances réalisées. au cours des épreuves d'athlétisme et de gymnastique disputées le matin, Que par la foule énorme des spectateurs échelonnés le long du parcours suivi par l'imposant défilé des 1.800 enfants et sportifs, qu'accompagnaient quatre musiques, où entassés dans l'enceinte trop petite du stade municipal, l'après-midi. Jamais le ter- rain de la rue Alphonse-Guérln n'avait été foulé par autant de personnes. On évalue & prés de 10.000 le total des en- trées. Cette manifestation annuelle peut être classée parmi les plus Importantes de notre ville.

M. Bougouin, le sympathique proies- seur, avait établi un très beau program- me qui enthousiasme le public pro- ductions par les belles sociétés de Fou- gères (garçons et filles), de Balnt-Malo (garçons et filles), de' Rennes (Vigilants) et du C. P. B. (adultes, pupilles et :eu- nes filles). la jolie démonstration des fillettes des écoles (coquelicots et boutons d'or), accompagnée par la musique de l'Ecole Normale, les évolutions va- rtees par les enfants des écoles (1.500 garçons et filles). Parmi les nombreuses figures qu'accompagnaient la musique du 41- ou les chants des élèves, les clo- ches, les canots et les colimaçons soulevèrent les bravos des spectateurs. Pourquoi fallut-Il qu'un nuage vint empêcher les ensembles avec drapeaux. ainsi que l'exécution de la marche des sports, en déversant une trombe d'eau et de grêle, privant le public d'un Joli spectacle et terminant brusquement cette belle 5e fête de la jeunesse.

Résultats des différents concours Coupe d'Educations physique féminine 1" Cercle Paul Bert de Rennes, 240,80; 2' Les Libellules de Fougères, 235.95; 3* La Malouine de Saint-Main, 166.40.

L'épreuve de natation fait perdre la coupe à Fougères. L'année prochaine cette épreuve qui favorise les Rennaises sera enlevée du programme.

Classement individuel lr Mllea Dubac (F.), 59,20; 2' Epron (R,), 68: 3' Rouesné (R.), 51; 41 Sllard (F.), 47,10; S' Moene IF,), 46.20; 8» Oulllerm (R.), 44,70: T Fournerle (R.), 44,30; 8* Oul- hot (R.), 42,80; 9' Coquarnont (F.), 42.10; 10' Allain (F-.), 41; Il« Baudals (R). 41; 12' Lecrocq (R,). 40,30; 13. Jourdan (M.), 40; 14' Le Guen (R.), 38,70; 14' Plé (F.). 38; 15' Hlrtz (R.), 37.7Q; la' Lenormand iM.). 37,60: 17' Mesnl! (R.). 37,20; 18' Morin (F.), 37,10: 101 Forclnal IR.), 36.60; 200 Patard (F.), 36.10; 21· Dauval iF.I, 38,90; 22' Duré 35.70; 23' Bourhis (R.). 34,20; 24' Prloul (R.), 33,70; 25' Allain (M.). 33; Loger (F.), 31.90; 26· Labourler (F.), 30.10 27' Rousseau (M.). 28,60: 28' Teaer (M.), 27.20: 29' Dubreil (R.), 30' Charretier (M.). 26,40: 31' Tardivet (M.). 26.30: 32' Jugan (M.), 26,10.

Diplôme d'Education physique Mîtes Duboc, Epron, Rouesné, Silard, Mœne. Guillerm. Fournerle, Coquemont, Allaln, Baudals. Lecrecq, Leguen, Plé. Hirtz, Mesnll. Morin.

Challenge du Gymnaste sportif l" Cercle Paul Bert. 468.20; 2' La Malouine (équipe Incomplète): 3* Avant-Garde de Fougères (équipe Incomplète).

Classement individuel 1" Kervizic (R.). 103.05: 2# Desouches (R.), 101.40: 3' Bonnler (R.). 89.66; 4" Aubert (R.). 87.75; 5- Lelan (e.), 86.35; 6' Maillard (R), 79.45; 7" Guillou (M.), 77.7D; 8' Blals (R.). 73.70; 9' Avennec (F.), 60.80. Obtiennent la diplôme du gymnaste complet Kervlzic. Desouches.

Challenge de l'athlète complet 1" La Malouin. 328,70; 2' Avant-Garde de Fougères (équipe incomplète I; 3' Cercle Paul Bert (équipe incomplète).

Classement individuel 1-r Le Calvé iM,), 79,80; 2' Gachot (M.), 69,45; 3'Uoudlc (M.), 65.15; 4' Aviunto (F.). 61,10; 5' Hirta (R.). 61,01; 6' Dagorne IM.) 59.35; 7« Brlens (M.), 54.96; 80 Jussiaux (R.). 52,70: Il' Tropée (F. 1,49.25; 10* Delanoé (F.), 49.10; Il' Levesque (R.), 42.86; 12' Meslé (F.). 42.05; 13' Prijant IM.I 40.80; 14' Besnard (M.). 38.05; 15' Delzlc (M.). 34.35; 16" Turmel (M), 31.65. Obtiennent le dlplôi.e de l'atlhète complet MM. Le Calvé. Gachot, Aven-

nec.

Challenge d'Educatton vhysiaue (juniors) 15-18 ans l*r Cercle Paul Bert. 360.30; 21 Ecole d'Industrie. 346; 3" La Malouine, 334,10; 4« Cours complémentaire boulevard de la Liberté. 302.10: 6· Avant-Garde de Fougères féqulpe In- Complète); 6e Ecole de la rue d'Echange (équipe incomplète).

Classement individuel 1" Bonnamy (C.P.B.1. Bl.80; 2" Roussillon (M.). -78,80: 3' Lerique (I.), 78,60; 4' Allaln (C.P.B.). 77,90; 5' Moulehe Il.), 74.50; 6* Defrance (F.), T3,90; 7' Bougault (M.), 73.70; 8' Thébault (L.). 69,70; 9- Tardif IC.P.B.I, 67.80; 10- Coudè (1) 66,80;. 11' Gutllou (C.P.B.). 68,15; 12' Thibolt (F.), 86.70; 13' Gachot (M.), 83.65: 14' Brillant (I.), 63.4b; 15' Tallgot (F.). 63.35, 16' Ruelland il.), 62.65: 17' Lemolng (L.). 61.40: 1B> Théfalne d.i. 61.16: 19' Plchon (Mj.1 60.80; 20' Bigot (Lt. 58.70; 21' Tannbu iL.i. 57.20; 22' Relandeau iM.i. 67.18: 23' Dhomme (M.1. 57.05; 24' Touchais IC.P.B.I. 66.65; 25' Catelina iL.1 i. 55.10: 26' Poignet H.i. 55; 27" Maujer 't? B.i. 53.40; 28- Jounot (M.). 52.2U' 2ir t -u- tret (L.), 48.30; 29' Chaye cE.i. tb 30: 30' Llraeul (C.P.B.i, 46.55; 31' Gallois IL.). 46: 32' Punelle (E.i. 44.90; 33- Gamard Il.) 44.85: 34- Etrillard (E.i. 43; 38* Le Gai! iL.). 43.50; 36' Jamet iL.). 39.60; 37' Le Osez IL). 3910: 38' Lasnier (M.). 38.80: 39' Langouet (M.l. 37; 40' Lenormand (M.) 36.70: 41' Lecomte IL.), 34.80: 42' Benech (M. 30.65. Obtiennent le diplôme de débroulllard Bonnamy Roussillon, LerlquejUIrIu,' Defrance. Boueault. Plehan, fan- neu. Relandeau. Thibolt, Brillant, Dhomme. Cateline. Foignet Punelle

Challenge seolnire départemental Garçons 1- Ecole e Salnt-Malo. 2- Redon. 3' La Guerche. 4» AnctoilHé-Neitville, V Salnt-Méen, 0' Fougères. HUN 1' Kool« de SainUMéen. 69

CONVOCATIONS

La Tous d'Auvergne. Sont convoqués pour demain, au Stade Courtemanche, tous les athlètes dont les noms suivent. pour participer aux épreuves du district

Bagglo, Hardy, Roussel 1 et II, Jamet. Malnguy. Lebreton. Coustance, du Halgouet. Gallet. Cordeller.

Pour l'heure, prière de se conformer à l'article du journal. 8 Tour d'Auvergne (basket-ball). Tous les joueurs de basket de la Société sont convoqués demain matin, à 8 heures 30, au siège de la Société, pour entralnement. La présence de tous est Indispensable. 8 Cercle Paul-Bert. Convocations du dimanche 12 mai. Equipe 1, à 9 heures, station Delory pour se rendre à Redon Simon. Séveno, Le Moal. Jouault. Renaud, Josse. Mallécot. Desmons, Moguetet. Etienne Galle. Furie stade Francia-Troufflard Poignet. Dallbard.

Equipe minimes à 14 heures au Masse. Postel, Hirou. Gamard. Chabot. Reine. Michel. Lafaye. Burel. Briand. Collet. 8 Union Sportive Lif/rcenne. Les joueurs premiers de l'Union Sportive Llffréenne domt les noms suivent sont convoqués café des Sports, à 11 h. 30. (heure légale), le dimanche 12 mal, pour déplacement de Laval Juveau. Delalarule, Marquet, 8ouhy. Guine. Martinaia. Millet, Boullé, Laurent. Delalande. Rouault. Les joueurs Lemoine et Collln seront pris au passabe à La Bouëxlére. Les joueurs devront a.volr pris leur déjeuner. 8 L'huile « CASTROL » triomphe à la TARGA FLORIO

et dans le TOUR DE FRANCE La Targa Florio, justement reputée comme une épreuve terrible pour les moteurs vient de consacrer à nouveau la haute valeur de l'huile CASTROL qui fut utilisée pour la lubrification des Bugatti gagnantes. Divo prenant la première place en battant le record de l'épreuve et Minoïa la seconde a 2 minutes, mais battant le record du tour. Une fois de plus les faits consacrent deux belles réputations; Bngatti merveille de construction mécanique; CASTROL, l'huile supérieure assurant un graissage parfait à tous les régimes. Dans le Tour de France, épreuve de grand tourisme, l'huile CASTROL a également remporté un beau succès. Tous les concurrents ci-après, qui utilisaient CASTROL ont terminé premiers ex-sequo dans leur catégorie, sans aucune pénalisation. Voitures 3 litres Morel et Lamy, sur Essex, dont la marche rapide, les départs foudroyants -et les démarrages à froid furent très remarqués durant toute l'épreuve. Tricyclecars 1.100 croc. Sandford et Goyard, sur Sandford; Motos 500 cmc. Tixier sur Vanderer; Motos 350 cmc. Pinney sur Triumph, Maisonneuve sur Velocette, Louis sur X. Motos 250 cmc. Mont et Capdepont sur Favor.

Conclusion Pour tous les moteurs, pour tous ];s régimes, l'huile CASTROL domaine et le prouve.

DANS LES PATRONAGES Demain a Uinan

FINALE DU CHALLENGE BRETON DES PATRONAGES

Drapeau de Fougères c. Paimpolaise Les sportifs dinannais auront demain le plaisir de botr évoluer sur le terrain du stade les équipes premières du Drapeau de Fougères et de la Paimpolaise pour la finale du Challenge Breton des Patronages.

Le Drapeau de Fougères fournira sans doute le vainqueur. mais opérons Que la Paimpolaise. qui s'est qualifiée pour la finale après avoir éliminé le champion du Finistère, montrera ses réelles qualité et ne se retirera de la lutte qu'après avoir défendu vaillamment sa chance Jusqu'au bout. 578 BASKET-BALL

La Coupe Mgr Dubourg à Rennes La coupe Mgr Dubourg, remise en compétition cette année, sera disputée entre les équl,pes de bnsïet-ball des Patronages de la ville de Penne d'après le règlement ci-dessous.

Les sociétés, après entente entre elles. engagent chacune trois équipés. Ces équipes soat réparties en trois séries. Les joueurs de la a- série, devront être juniors, c'est-à-dire nés après le 31 décembre 1910.

Les sociétés sont divisée en deux groupes

Groupe A Tour d'Auvergne, Cadets de Bretagne, Espérance Saint -Héller. Groupe U Satnt-Etienne St-Vlncent. St-Martln.

Le classement, dans chaque groupe. se fait par addition des points match gagné .3; matchs nul, 2; match perdu, 1; forlait. 0 et les équipes prennent les places 1. 2. 3 de leur série et de leur grou;v.

Pour le classement général, les deux premiers de ehaque série et de chaque groupe se rencontrent et prennent les places 1 et 2 du classement de leur série; les 2 seconds, se rencontrent et prennent les places 3 et 4 de leur série, etc.

Pour le classement définitif, chaque équipe compte autant de points que le numéro de sa place dans la série où elle est engagée.

Chaque société totalise le nombre de poInts de ses 3 équipes. La poupes re- vient à la société ayant le moindre co-

Calendrier de la Coupe

Groupe A. Cadets I. Il (Juniors) T. A. I, II (Juniors). Semaine du 12 au 19 mal.

Saiiu-Hélier-Cadets. Semaine du 19 au 26 mal.

T. A.-36-Héller. Semaine du 28 mai au 2 Juin.

Groupe H. St-Vlncenx-St-Martln. Semaine du 12 au 19 mal.

8t-Martln-St-Btienne. Semaine du 19 au 26 mai.

St-Etlenne-St-Vlncent. Semaine du 26 mai au 2 juin,

i.e droit d'engagement est fixé à 5 fr. par société pour ses trois équipes. La Coupe sera disputée par match unique. Ce match aura lieu sur le terrain du premier nommé pour les équipes I et II et sur le terrain du second nommé pour l'équipe junior,

Les matches devront être joués dans les délais fixés au calendrier et le ré- sultat être envoyé au secrétaire de la commission, pour le m3r dl suivant. Les Joueurs sont qua!!flé3 après le premier match, dans la s Vie où ils ont joué: Ils ne peuvent plus ni monter ni descendre.

La présentation sur le terrain, de la licence du Patronage, est obligatoire pour tous les Joueurs, 8

Le Messager des Troia-Villes au concours de Granville

Résultat du concours de Cherbourg du 28 avril (lâcher, 7 heures) 1. Ruquay. 9 h. Il'; 2. Biziel, 9 h. 14' 40": 3. Legentll, 9 h. 17' 50"; 4. Corbel fils, 9 h. 19' 31"; 8. Fiel. 9 h. 20' 15"; 6. Henry, 9 h. 26' 7"; 7. Bouvet. 9 h. 30'; 8. Roullet, 9 h. 50' 29": 9. Renard, 9 h. 49': 10. Tlelle. 10 h. 10' 27". 8 A l'Entente Rennaise

Les sociétaires prenant part aux entrainements sur la direction de Bordeaux et Toulouse, qui doivent mettre leurs pigeons à l'entraînement du 12 mai à Châteaubriant, sont informés que la mise en panier aura lieu samedi soir, de 17 h. 30 à 18 heures à la gare de l'Etat, cour de la grande vitesse, au lieu de dimanche matin.

Compte rendu du concours

de Cherbourg du 28 avril

Ce concours a eu lieu le dimanche 28 avril par un temps très dur. Un fort vent d'ouest soufflant en rafales et de fortes averses ont contribué à handicaper nos pigeons d'une façon très sérieuse. Néanmoins, les rentrées furent nombreuses et sa suivirent très serrées. 1" Sort: 2* Charpentier: 3" Dein: 4» Charpentier; 5» Trochel; 6' Trochel; 7' Bon: 8' Gayet:- 9* Sort; 10« Mailleux: 11' Royer; 12' Gayet; 13' Cancouët; 14' Cancouët; 15' Mailleux; 16' Charraud; 17' Charraud; 18' Gérard; 19' Gérard: 20- Rouzic: 21' Frédouët; 22' Bon; 23. Philippe; 24' Dein; 25' Renaud; 26' Rouliaux 8

Les auditions radiotélépleoniqaes RADIO-RENN ES-P.T.T.

L. 270 m. P. 1 kw 500.

20 h. 20. Informations (communique de la Bourse de Commerce de Rennes)

20 h. 30. Relais des P, T. T. de Paris.

l'OUK EIFFEL

l,. 1.470 m. P. 15 kw

18 h. 45 a 20 h. 10. Le Journal parlé par T. S. P. M. Marc Fraysslnet Le Postillon; Dr Pierre Vachet Portes-Doits bien: M' Jacqueline Bercillon. avocat a la Cour Les œuvres sociales; M' Rocklawskl, avocat a la Cour Chronique du Palais; Les collaborateurs La bonne histoire.

20 h. 10 h 20 h. 20. Prévisions météorologiques.

20 h. 20 a 22 h. Soirée artistique régionaliste

ii..ADIO-1'AUlS

1,744 m P. Il Kw

12 h. 30. Concert symphonique. 15 h. 46 La demi-heure enfantlne Mi h 15. Musique de danse. 18 h. 35 La demi-heure Pathe UaTQVfseta iPadillai: Une Yeune homme costaud iMortreull) Slap and Laugll iVlardl Mtreille iGounodl Deuxième rapsodte hongroise iLlSïtl Prçlude en re bemol (Chopin): .Vlssidipi Lullary (Palmen Dream House • Cowan )

20 h La vacclnat.on antl-dlphtènque

20 h. 15. Radio-concert Variétés 21 h. Musique de danse

rAius-f-'i-'i

i~ «68 m V 0 II SOU

an. Informations de la nuit transmission de l'heure

10 h 25 Signaux Horaires internationaux bulletin météorologique. 12 b, Emission du Radio-Journal de France Economiqut. Le quart d'heure des agriculteurs de France Informations de la Sociéte d'Etudes et Informations économique

12 h. 30. L'heure des variété* musicales présentées par L. Ralter avec le concours des publications AI' Mustc 51. faubourg Saint-Martin Paris.

13 n. 30. Informations de la m*tlnée Cours commeretaux et Induscrlets Communiqué du Bureau Internatlonal du Travail.

13 h. 45. Informations coloniales données sous les auspices de la Presse Marocaine

14 h. Radio-concert organise pa! l'Association Générale des Auditeurs de T.S.F.. avec le concours du Comité de la Falre de Paria, membre bienfaiteur âe l'Association. Programme Final

du Quatuor avec piano iSalnt-Saêns) Cavatine de La Kontchakovna. Danse du Prince Igor iBorodinei Paillasse, fantaisie iLeoncavallo' Egloaues (IL Rabaudi Scene3 rustiques (Mouton). 16 h. Concerc offert par l'œuvr» « La T.S.F. a ['Hôpital avec le concours de Sille Germaine Barbier Lucr Dragon Yvonne Simonot Renée Chantelx MM. Jean Herbe-Baret. André Gulllerault. Georges Mar'in, M. et Mme de VeMac. le fantaisiste Domlnus Programme La chanfon de Florlan (Benjamin Godard) Petit bonhomme (Samuel Rousseau) Voua dansez, marquis^ iG. Lemaire) Mlle Germaine Barbier Chanson Loz.u XIII et Pafane icouperin). flûte Lucy Dragon Sketch comtque. par M. et Mme de Vellac Aria id'Ambrosio) Caprice viennoIs iKretssler violon Ni. Jean Heroe-Baret La nuit de mai rRtmsky-Korsakow) Air de Romeo et Juliette (Gounod), chant M André Guillerault Adagio et allegro iBoccherini). violoncelle Yvonne Slmonot L'humoriste Dominus dans ses œuvres Chansons anciennes par hilte Renée Chantelx et M. Georges Martin.

18 n. 30. Emission du Radio-Journal de France

20 h. Causerie, par M. Gévllle, homme de lettres.

20 h. 15. a Un quart d'heure jurt. dique D. par M' André Saudemont, avo.cat & la Cour.

20 h. 30 Chronique des combat.tante.

20 h. 45. Diffusion de la soirée organisée au Trocadéro par la c Fédération Générale des Invalides et Mutilés de guerre russes à ''étranger ». Programme De Prolundis iBachl Marche triomphale du centenaire de Napoléon (Vterne) Salvum Fac >WUdor). avec trompettes et trombones de la Garde Républicaine (aux grandes orguss le comte de Saint-Mania organlate suppléant de Notre-Dame de Paris) Son d'orgue. par le comte de Saint-Martin a) Stienka Racine (Glazounow); b) Porte de /fie// (Mous. sorgskt) c) Couvent ;Bo-odine) ci) Vol du bourdon (Rtmsky-Korsakow) Chants, par Mme Sadoven. de l'OpéraNational. accompagnée car l'orgue Polonaise iChnnln) dansée avec orgue et trompettes de mA Oarde Chœurs russes.

A l'Issue de la eolrée lmormatlons de la dernière heure transmissions de l'heure et du bulletin météorologique. Musique de danse, transmise du Collséum de Paris Jusqu'à 24 heures.

KAOlO-TOULOliSE

u 389 m. 60. P. 8 kw.

12 h. 45. Concert. Son Variatiorts sur un thtme à deux cJacierft piano ISaint-Saënsi Minstrels violon (Debussy) Marlvl. saxophone iWiedoeft) Dans la nuit tranquille trompettes (Bohmi. Chansonnettes Les gars d'Arzon (Bourgaut et Ducoudray) Silvestrik (Bourgaut et Ducounray) Elle a perdu son pantaloit (Paoly) Charetez, grand'père IGabaroche) My blue heaven (Donaldson). Le Héron (La Fontaine). Orchestre symphonique. Danses du Prinoe 10 or (Borcxllne)

20 h. 30. Musique militaire Concertlno pour clarinette si bémol (Weber) Salut au 85» (Petit); Marche du roi Frédéric (Radeck). Tangos chantés. Orchestre viennois Valse de Faust (Goiinod) La vie d'artiste (Strauss) Vienne lldèle IKomzak) Destinée (Wayne) Quand l'amour meurt (Crémieux). Fragments d'opèras-comlques Manon (Massenet) Romeo et Juliette (Gounod) La Basoche (Messager) Paillasse (Leoncavallo).

21 h. 45. Musique de danse.

BIBLIOGRAPHIE

REVU¡; DES DEUX MONDES, 1S. rue de l'Université. Par; Sommaire de la livratson du 1" avril 1929

Erromango, dernière parue. Pierre Benolt Deux années Il Berlin (19121914) La guerre turco-balkanique et la vie de Cour, Baron Beyena Correspondance inédite, publiée par M. Ch. D'Esptnay de Briort. le prince lm¡,criai Ernest Lavisse Femmes d'aufourd'hut V. Rédactrice» et journalistes. Colatte y ver Une ténébreuse affaire Philippe Il et Antonio Perez. fI. Louis Bertrand, de l'Academie trançnise Vue d'ensemble sur la crise agricole. Lucien Romler La défense anti-aérienne. Moyens actirs et Passifs. général Niesael Quand le dormeur s'éveillera. Octave Hombery Un deuil national La Mort du r.tarechal Foch. René Doumlc. de l'Académie française Reru? dramatique Le marchand de Paris Mélo Tristan et Iseut. R. D. JJerue Litteraire Madame de Chantai. Victor Olrnud L'exposition du théâtre au .Musée Carnavalet. Gerard d'Hou1 ville; Chronique de la Quinzaine: Histoire oolttique, René Plnon

Prix de l'abonnement Paris. Seine, Seine-ei-Oise un an. 100 Ir. six i mols 51 fr. trois mois 28 fr. 50. Départements et colonies françaises un an. '06 fr. stx mois. 64 Pr. trois mois. 28 francs. Prix du numéro 6 fr. VITE ET BIEN

Sans fatiguer aucun organe, sans vous donner la moindre colique, les comprimés Dozières. laxatif strictement végéta, doux et énergique, vous déconstiptront vite et bien. Essayezles. La grande boite 6 fr. 75. Phcie Divet. 10. pl. de la Mairie. Rennes; u Quimper. Phcie Centrale, 24, pL StCorentin ù Brest, Phcie Léchât. 59. rue de la Mairie; à St-Brieuc, Phcie Dan?t, 24, rue St-Guillaurae; à Vannes, Phcie Resnais, 10. rue du Mané: Caen, Gde Phcie du Progrès, 19, rue St-Jeall: à Vire. Phcie Amand Marie. 12. pi. de l'Hôtel-de-Ville; à Lavai. Phcie Thierry, place de la Préfecture. La publicité de l'Ouest Eclair «t la Inclus cuère parce que la plus prodaetiTo.


Feuilleioii i> r»; fwn

du 11 mai 1929 33

ENCORE' Par Jacques GRANDCHAMP Laisse donc cela Il est inutile de rien changer maintenant, plus tard nous verrons.

Oui. mais, mot ce que je ne veux plus voir, c'est cette figure grimaçante

Et. leste, prpmpte, avant qu'il eût eu le temps de calculer son geste et de l'arrêter, Laurence, grimpant sur le bras d'un fauteuil, déplaçait le lourd portrait. Un épais feuillet de papier blanc, glissé derrière, s'en échappait. Qu'est-ce donc ?.

La jeune Llle, sans voir le mouvement esquissé par Denis pour la lui arracher, dépliait la feuille, et, stupéfaite, lisait tout haut

c Etchegoya, 10 juillet 1919.

c La discussion pénible que je viens « d'avoir avec mon neveu Denis Bé« renger m'incite à changer complèc ténent les dispositions que j'avais c prises en sa faveur.

c Considérant que les idées qui sont c devenues siennes seraient de nature « à compromettre le bonheur de ma « nièoe Laurence Lagardère, s'il l'éc pousait, je déclare léguer à celle-ci c seule la totalité de mes biens meuc blee et immeubles, y compris Etche-

te goya, Denis Bérenger devant se contenter de ce qui lui revient de la fortune de ma femme.

« Ce testament annule le précédent. Jean-Baptiste Lagardère. »

Comment ce document se trouvaitil dissimulé derrière le cadre? Quelle main l'avait porté jusque-là ?. Pas celle de M. Lagardère à coup sûr Qui a pu. commença Laurence interloquée.

Elle n'acheva pas sa question; son regard s'était posé, Interrogateur, sur Denis dont l'évident désarroi bouleversait le visage, et elle acquit aussitôt la conviction da sa culpabilité

C'est toi ?. Mais pourquoi! pourquoi

Frémissante, apeu;.e, elle le suppliait, sentant un abtme s'ouvrir sous ses pas. n'osant comprendre.

Il n'avait pu nier l'évidence même. Eh bien oui. c'est moi Oui, j'ai commis cet acte malhonnête -.le cacher ce testament qui me dépouillait à ton pro3t. Je l'ai trouvé avanthier, quand tu m'as envoyé remettre en place différents objets. n était dans le buvaii de mon oncle, et personne n'a pensé à y regarder, puisque le notaire, au courant des intentions de son client, possédait !es papiers, bien en règle, dans son étude. Je n'ai pas osé supprimer celui-ci, le détruire; je l'ai caché au premier endroit venu, n'importe où, sans réfléchir

Mais pourquoi as-tu fait cela' encore une fois gémit Laurence. C'était si simple de m'appeler, de me faire

part de ta trouvaille Tu sais bien que rien n'aurait été changé, car, en somme, mon oncle ne me formule pas d'interdiction absolue de t'épouser, et je reste libre de ma personne et de mes biens. Ce qui est à moi t'appartient. Qu'avais-tu besoin de tant de détours

Très sombre, il avait répondu Comprends donc l'humiliation que me faisait subir vis-à-vis de toi cette décision de notre tuteur De deux choses l'une o je te perdais et je perdais Etchegoya, ou je recevais l'aumône en t'épousant, toi riche, alors que j'étais dépossédé

La bAlle affaire Entre nous devions-nous user de tant de cérémonie! Tu juges la chose à ton point de vue de femme, moi avec mon honneur d'homme.

Non sans amertume, elle avait riposté

Ton honneur d'homme Parlonsen Pour le inénager, tu as préféré commettre une indélicatesse que tout homme d'honneur réprouverait La parole Laurence avait dépassé sa pensée. Quelque surprise douloureuse que lui ':L;piràt cette lâcheté de son fiancé, elle était toute prête à l'excuser, mais il se rebiffa sous la trop juste apostrophe, et, parce qu'il se savait coupable, s'emport-. et perdit toute mesure.

Eh bien, oui, je suis déshonoré Appelle cela comme tu voudras, crime ou folie, je sens que désormais j'ai rerdu ta confiance, Ne dis pas non, je

lis dans tes yeux ce que tu n'oses pas m'avouer 1

Tu te trompes. Denis, je ne veux pas te jugen Sais-je seulement pourquoi mon oncle a eu îtte fâcheuse inspiration de te déshériter Que s'est-il passé entre vous ?

Oh! rien que de très imple. Avant mon départ pour l'Angleterre, je lui ai dit que j'espérais bien que ce serait là mon dernier voyage pour le compte de a compagnie minière à laquelle j'étais attaché, et que j'avais l'intention de quitter ce métier que je détestais pour aborder la carrière d'auteur dramatique.

Et c'est cela qui provoqua le conflit ?

Uniquement. Comme tous les vieillards, notre oncle -vait l'horreur des situations qui sortent de la. routi' i sacro-sainte. Avocat, ingénieur, officier; hors cela point de salut L'idée que j'allais écrire des pièces pour le théâtre IV- ouchait; il me voyait déjà menant la vie de bohème à Paris, et t'entraînant avec moi dans la ruine, dans la misère peut-être. Il aura voulu te mettre à l'abri en me sacrifiant. Alors, Laurence, pour ne pas te perdre à tout jamais, j'ai eu ce geste malheureux, malhonnête, qu'à raison tu réprouves

Pensive, ele murmura trop vite cette phrase, qu'elle eût désiré rattraper à peine avait-elle franchi le seuil de ses lèvres

Me perdre ou perdre Etchegoya! lequel te coûtait davantage ?

Il se méprit totalement sur le sens d'une réflexion qu'elle avait émise sans soupçonner ce qu'elle pouvait avoir d'injurieux envers son fiancé, et bondit

Comment tu en es déjà là tu m'accuses de t'avoir préféré la maison Ah oertes elle m'était chère, et sans doute eussé-je Éprouvé la plus cuisante des déceptions à m'en éloigner, mais c'est toi qui vas m'en chasser. Puissé-je te prouver ainsi que ce n'est pas Etchegoya que je tenais à garder à tout prix

Longtemps, il aidait parlé ainsi, exhalant en paroles pleines d'amertume sa douleur et sa honte, car maintenant l'acte qu'il avait commis lui apparaissait dans toute sa laideur, et il eût donné dix ans de sa vie pour ne s'en être point rendu coupable. En vain Laurence essayait de le calmer mais prise, elle aussi, entre deux feux, elle était inhabile, maladroite, et ravivait la blessure au lieu de la panser. C'est ainsi qu'elle eut des phrases inconsciemment cruelles qui atteignirent comme autant de flèches mortelles l'orgueil et le cœur de Denis.

Sans parvenir à s'entendre, ils se séparèrent brusquement après des mots irréparables.

C'était tout Depuis ce jour tragique, ils s'étaient volontairement ignorés l'un l'autre. Ils n'avaient cédé ni l'un ni l'autre. Et voici que la trame du passé se renouait.

Fiévreux, agité, le romancier se dw manda

Soupçonne-t-elle la vérité ?. At-elle voulu me mettre sur la voie des probabilités ? Mais, si elle m'appelle encore, sachant que Manuel et moi ne faisons qu'une seule et même personne, c'est donc qu'elle consent à me revoir

Cet espoir gonfla d'une immense allégresse son cœur meurtri. Il ouvrit la porte de sa chambre, redescendit quatre à quatre le bel escalier de pierre de taille à rampe de fer forgé et, en quelques secondes, fut devant ses hôtes

Sacha s'écria-t-il, riant et pleurant à la. fois, Rolly c'est Laurence Je pars

XX

L'auto s'arrêta à la sortie du village, et le voyageur qui en descendit prit la route d'Etchegoya, après avoa donné un ordre bref au chauffeur. PRENEZ des FORCES

contre la maladie

avec la

TONITRINE

LA SANTÉ LESSIVE LA CROIX

Pour entretenir propres les parquets. les carrelages, les tapis.

que de peines, que de temps, que de dépenses Pour les

entretenir beaux, que de cire. que de vernis, que d'essence,

que de fatigues 1

N'attendez donc pas plus longtemps pour employer le

courant, assure une hygiène parfaite

et donne à vos pièces un agrément nouveau.

Plus de rainures, plus de trames où s'accumulent poussière

et microbes. Une surface continue, émaillée de couleurs

splendides dont un simple et rapide essuyage suffit à

entretenir l'éclat.

Mais prenez garde 1 Ne vous laissez pas vendre un autre produit

présenté comme étant "la même chose". Exigez le Congoléum.

Nouvelle qualité extra-souple "Etoile d'Argent"

Prix maximum 15 frs. 50 le mètre carré.

Demandez-nous notre catalogue gratuit et nous vous dirons

00 vous adresser en toute confiance.

Pour tous renseignements écrivez à CONGOLÉUM, M. Quai de la Gare, Paris (13e) Etude de NI' THIB.W'D, notaire aux Couêts, près Nantes

à 3 k. de Châteaubriant (Loire-Ini.) DOMAINE DE 65 H.

AVEC MANOIR ET CHAPELLE DU XVIP dans un suite ravisant, à vendre ensemble ou séparément.

Pour visiter, s'adresser au propriétaire NI. DE CUIVRE, 13, rue Copernic, NANTES.

AVIS IMPORTANT

Nous avons l'honneur d'informer MM. les OfBciers Ministériels, MM nos Annonciers, nos Dépositaires et Correspondants, qu'à partir de maintenant, tontes nos annonces, sans exxption, seront reçues et nous seront transmises par les soins des Succursales de l'AGENCE HAVAS dans I" conditions suivantes

Département»

ILLE-ET-VILAINE

COTES-DU-NORD MORBIHAA FINISTERE MAYENNE

par Havas-Renns 3-5. rue Le Bastara LOIRE-INFERIEURE VENDEE par Havas-Nantes, 6. place Royale CALVADOS MANCHE ORNE par Havas-Caen. 124. rue Saint- Jean MAINE-ET-LOIRE DEUX-SEVRES par Havas-A ngers,

6. rue Chaperonnière

.ARTHE

pf Havas-Le Mans. 9. place Ttiier.- INDRE-El -LOIRE

par Havas- Jours,

25. Ooulevara Heunetoup

PETITES ANNONCES CLASSEES Renseignements «ênéraux

La ligne comporte 30 lettres oa chiffres, voir les prix en tète de chaque rubrique. !>es ordres doiven. être accompagnes de leur montant en mandat au nom de l'Agence Havas 'Agence Havas recevra et réexpédiera ter réponses aux annonces domiciliées a son adresse, gratuitemeu pour les demandes d'emplois, moyennant une somme fixe de 5 francs poux toutes les autres rubriques. Les anRonciers désirant conserver l'anonymat voudront bien l'indiquer dans lettres de commande.

Les jours fériés et tons les jours a partir de 18 heures les avis d'obsèques seront transmis directement a L'Ouest-Eciair,

Immeubles à Vendre ou ? 8 fr. la ligne

A VENDRE A L'AMIABLE

UNE MAISON neuve, sise à la ville d'Audierne, prés de la plage. comprenant cave. deux pièces au rez-dechaussée, deux pièces et cabinet de toilette à l'étage, et grenier au-dessus. avec jardinet devant, le tout clos. S'adresser à M' H6NAFF. notaire à l'ont('roix (Finistère).

puTâl FT à vendre; 3 pléces~et~cuTIsine p. de débarras; citerne terrain 650 mq. Prix 30.000 fr. M° LEBEL, notaire, Granville. _• Etude de M* ETOURMY.

huissier au Mans. 14, rue Janfcowskl. A VENDRE

MAISONS d'habitation avec dépendances, sise à 4 km. du Mans, pouvant convenir à charron, forgeron, maréchal ou charpentier. Jouissance de suite pour partie et pour le surplus au ier novembre 1929.

Pour tous renseignements, s'adresser l'huissier.

Etudes de M- GEORGES. avoué, 6. place du Bouffay. Nantes M* POISSON, avoué, 11, rue Copernic. Nantes: M' DURAND, notaire. 1. r. Affre, Nantes. ADJUCATION

le mardi 4 juin 1929. à 13 heures, au Palais de Justice. place Lafayette. le. lot. UN IMMEUBLE industriel, sis à Nantes, rue Desaix. n° 76. comprenant grand bâtiment à usage de fabrique de brosses, cour et servitudes, d'une contenance de 2.097 m2. Sur la mise à prix (frais outre) 275.000 francs.

2' lot. UNE PROPRIÉTÉ sise à St-Julien-de-Concelles iL.-Inf.), comprenant maison d'habitation, soussol, caves, rez-de-chaussée, un étage et mansardes, remise, écurie, grenier, Jardin anglais et potager, contenant environ 1 h. 58 a. 52 c.

Sur la mise à prix (frais outre) 40.000 francs.

3» lot. La moitié Indivise d'une PARCELLE DE TERRAIN contenant environ 424 m2. sise à Vallet, sur la route d'Ancenis.

Sur la mise à prix (frais outre) 100 francs.

Pour tous renseignements, s'adresser aux dits avoués, notaire et au greffe du Tribunal civil de Nan.tes, où le cahier det chargea est déposé.

P.HFRPHF Rennes MAISON séne. rieuse 8 à 12 pièces dans

rue passagère avec jardin, en viager ou comptant. Ecrire MARIN. 2. Voles du Bois à Colombes (Seine).

Etude de M' THIBAUD. notaire. Savenay iLoire-Inférieure)

A VENDRE A L'AMIABLE

(EN BLOC OU EN DETAIL)

VILLE DE SAVENAY

MAISON D'HABITATION 5 pièces et grenier. Jardin. Vaste terrain planté en vigne. Contenance totale, 24 ares environ. Très bien placé. S'adresser à M- THIBAUD, notaire. Cessions de Fonds de Commerce 8 fr. la ligne

MAGASIN ALIMENTATION travail assuré long ball petit loyer prix modéré Dlnard. ROYAL-OFFICE. Dinard.

wtUtn Atelier de réparations. Long bail. Sud-Finistère. S'adresser Agence Havas. Rennes. 24201.

A gréable situation à la Baule. Rapport net 20.000 à doubler par personnes actives Logement 4 pièces. Prix total 30.000 Tlnot, 58. bd Magenta, Paris. CAUSE YERIKIABLE MALADIE

PENSION 10 kms de Paris, pays sain et agréable, desservi par tramways et chemin de fer. Clientèle bourgeoise. Peut convenir à jeune ménage ou deux soeurs. A CEDER pour 60.000. Thiebaut Hôtel ('asuls, La Pérlère LORIEXT. AFFAIRE l'r ORDRE

ALIMENTATION céder à Nantes exploitée dans tr. beau local. Installat. mod. Aff. 800.000 fr. Prix et compt. à déb. Clilron. 3, quai Penthlévre, Nantes. VENDRE cause double emploi CAFEBAR. Bonne client., matériel neuf. bien situé. Intermédiaires s'abstenir. S'adr. Agence Havas. Le Mans, n' 1208. INDUSTRIES

8 fr. la ligne

A céder d- bon centre Bretagne Atelier runuL, blen mtall. Beau bén. Prix 170.000 av. propriété 700 m. car, Habitat. Biimiue l'etltjean 12 r. Montmartre Paris A vendre In bon Fondu de Cycles, •* Autos. Garage, d- gr. bourg route nationale Parls-GranvlUe. pr. ville. Pays très industriel, gare, poste, téléphone. Conviendrait & débutant. Pour renseignements, écrire avec timbre à COMTANT. No 242.254, r. Vivlenne._15, Paris Etude de M» BONNET, notaire

à Carentan.

.4 VENDRE ensemble ou séparément par suite de décès

Dun njnuo lerie_ aux envi-

rons de Carentan.

Pour tous renseignements, s'adresser à M' BONNET, notaire.

ŒUFS A COUVER POUSSINS D'UN JOUR

RHODES-ISLAND RED

WYANDOTTE blanche. AUSTRALORP LIGIIT SUSSEX BRESSE NOIRE LEGHORN BLANCHE ANCONE Nombreux Prix d'honneur et l'" Prix. Lapins de race pure disponibles (Tarif contre timbre

Beuchzrie, Elevage des Héliantis St- JACQUES-DE-LA- LANDE (I.-et-Y.). OFFRES D'EMPLOIS 6 fr. la ligne

Ouvriers spécialisés

demande PElft.TRE-en voiture bien payé.

liers d'Usinage de Puntchardon (Orne) OUVRIERS MOULEURS assuré rLUHIDICnO gion parisienne. Ecr. Directeur Usine à Gaz BRIE-COMTEROBERT (Seine-et-Marne).

MtLANIbltNb de 2- classe ae ta Marine Marcnanae trouveront place otlicier mécanicien dans grande compagnie de Natigauon. Pour ren&eignenienu* sagresser pureaui au Journal 25M7B-D UN UEMANDE SUH MKl.iLX. S'adresser Usine Marcel KKOUEK. a SABLE

unHH I ICno Boite Postate n 9. CAEN. embauchent des riveurs et mateurs pneumatiques, chaudronniers, tuyautiers, électriciens, ajusteurs-mécaniciens de bord, charpentiers en bois de navires. Facilités de logement. Cl M ENTI ERS~S6NT"DËM7 à l'ENTREPRISE NOVELLO, 25, route de Lorlent. RENNES.

Bon OUVRIER CORDONNIER BON CHAUFFEUR DE TAXI demandé Atelier LEPELTIER. RENNES. Le Secteur Electrique de Safiit-STéëlï" DEM. BONS OUVRIERS connaissant bien le moteur et l'énergie « basse tension S'adr. au Chef de Secteur, à Saint-Méen-le-Grand. UIOI ILLCnlC vern, DEMANDE un ajusteur-mécantclen pour entretien, un chaudronnier fer, charpente, et un maçon.

MINE DETRICIEN d'entretien haute tension, logement assuré 2° SURVEILLANTS fond ou mineurs capables de remplir ces fonctions. Ecrire Directeur MINES DE BARBERY, à Saint-Germain-le-Vaaon (Calvados).

C'est de la Gastralgie Prenez garde, Madame, c'est de la gastralgie -Ces douleurs violentes de l'estomao, qui vous font horriblement souffrir, ne laissent aucun doute. Elles sont d'ailleurs précédées ou accompagnées des symptômes caractéristiques, maux de tête, vomissements incoercibles, insomnies, lnappétence et de tous les troubles douloureux, qui varient suivant les malades et qui ont tous une même cause: la gastralgie. Il taut remédier à cela au plus vite, d'abord parce que vous ne pouvez pas souffrir indéfiniment, ensuite parce que la gastralgie, comme toutes les MALADIES D'ESTOMAC ferait de vous une victime toute désignée à la première maladie infectieuse qui s'attaquerait à l'un quelconque de vos organes. Vous avez besoin de digérer facilement, complètement et sans souffrances. Vous avez besoin de dormir d'un sommeil réparateur, de perdre cette nervosité excessive, cette irritabilité sans raison apparente qui font de votre existence un perpétuel cauchemar. Cet état morliide va cesser, vous allez retrouver bientôt une santé normale en vous embarrassant de cette cruelle gastralgie. Vous allez prendre des cachets ou comprimés de POUDRES DE COCK Par leur heureuse formule onganothérapique, elles facilitent la digestion, tonifient l'estomac, désinfectent l'intestin, décongestionnent le foie, régénèrent, en un mot, le tube digestif La botte 45 fcachets ou comprimés), foules pharmacies. Pour ton renseigaemeats sur le traitement intégral dn D' de Cock, écrire aoz Laboratoire» du D' de Cock, à Jenmont (Nord)

TOURNEUR,, service militaire demandés par Etablissements J. SAMBRON, Pontcllâteau iLolre-Inf,). ÉF^DlJ VRÏÉRSTPËI TITRES d' mandés. Pressé. Fd CHAPRON, 40, rue P- .teur, SEGRfe (M.-et-L.).

jti DEM. AIDE-FROMAGER sachant tourner camembert. Ecr. PRODUITS LACTÉS JOVENCE, 11, boulevard Emlle-Zola, LE MANS.

Bons «UVKIKKS PLOMBIERS et MONTEURS EN CHAUFFAGE sont dem. Bon salaire. LEVRARD. La Baule. Bons SALONNIEKS demandés pr julllet, août. septemb. Ecr. Durandeau, coiffeur, avenue de la Gare. Pornichet. Lecardonnel, Soulles (M.) dem. de suite COMMIS BOUCHER. Ecr. ou se prés. ON UL.ni auto permis conduire libéré service militaire. Garage Fischer, (Calvados).

Bon Ouvrier PEINTRE d'uni est demandé chez M. REFLEU à ORBEC (Calv.). Bons appolntem. Trav. assuré. On dem. un bon OUVRIER SERRUrTËR MINIER. 14. rue Thoré. LE MANS. Un UCm. UN FERREUR chez BENOIST, maréch. Pacy-sr-Eure Voy. payé EN-SE- SCIAGE. EMBALLAGE. Ecr. av. références Agence Havas. Saint-Nazaire. ON DEMANDE "~Stion. connaissant construction lignes HT et BT péfér. célibat, pr surv. chanKI et TRAPLOIR, Le Mans.

TUILERIE MANCHE DE¥. 1° MECANICIEN pour entretien courant d'usine

2o JEUNE HOMME ayant connaissances fabrication tuilerie, pour assurer poste surveillance, séchoirs et four. Emplois stables. Logement assuré. S adresser Havas. Caen. no 986. 0 N DE M A N D E "n~bbn~AJUSTEÙR

.IGNES, boulanger, à Tes*y-sur-Vlr« DENLJJON SECOND^ MANUFACTURE DE CHAUSSURES RENARD Frères. 124 bd Béranger. Tour» D EM OUVRIERSdasn^f£?us_ sure et PIQUEUSES EN CHAUSSURES. Travail assuré toute l'année.

OUVRIERS PEINTRES demandés dé suite, bons salaires, chez l.algre Maurlcf. r. de Caen, Dlyes-sur-Mer [ Calv.) On dëïiï7~un~BON OUVRIER CORDON*NIER. Très pressé. Ecrire à M. CYPRIEN. BARNEVILLE (Manche).

rée. Entreprise ESNAULT, Bayeux. Carrosserie~CÔLZY, Rennes, demande PEINTRES k SELLIERS GARNISSEURS Refi .entant*

automobiles et graissage demande REPRÉSENTANTS à la commission pour toute% les régions où elle n'est pas encore représentée. Ecrire Cie des Huiles PH6NIX, boite postale 83. Caen. REPRÉSENTANTS

ACTIFS A LA COMMISSION SONT DEMANDÉS

par IMPORTANTE MAISON CONSTRUCTION MATERIEL CHAUFFAGE ELECTRIQUE ET AUTRES, bien introduit» dans la région.

Faire offres avec références et maisons représentées COURTY. No 209/599, rue Vlvlenne. 15. PARIS.

ON UCm. sérieuse clientèle de cafés. épicerie, restaurant et hôtels, pour la vente d'eaux-de-vie de cidre du Calvados. Etabliss. MARTIN. Vire ICalv.); FABRIQUE DE LINGERIE DAMES EN.r FANTS ayant grosse clientèle CHERCHE VOYAGEUR ou REPRESENTANT Normandie Bretagne bien Introduit dans nouveauté avec sér. réf. ARMAND MOCH. 42, rue Turblgo, PARIS.


EPARGNANTS! c'est pour vous Qu'a été créée L'OU EST-CAPITALISATION SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE DEUX MILLIONS DE FRANCS

Entreprise privée assujettie au contrôle de l'Etat

DONT LES DIRIGEANTS VOUS SONT BIEN CONNUS

Confiez-lui vos économies en lui souscrivant un ou plusieurs de ses titres

IL N'EN EXISTE PAS DE PLUS AVANTAGEUX

TITRES A de ZMO fr., payables 10 fr. par mois pendant 20 ans au plus et remboursables par tirages mensuels ou à 1 échéance dans 25 ans.

TITRES B de 10.000 fr, payables 30 fr. par mois pendant 2U ans au plus et remboursables par tirages mensuels ou à 1 échéance dans 25 ans.

TITRES C de 10.000 fr, payables 50 fr. par mois pendant 15 ans au plus et remboursables par tirages mensuels ou à l'échéance dans 15 ans.

TITItES D de 3.000 fr., payables 20 fr. par mois pendant 10 ans au plus et remboursables par tirages mensuels ou à l'échéance dans 15 ans.

Chaque tirage désigne 5 titres de la série A, soit 1 sur 1.200, soit 1 pour 100 par an, soit une chance sur 4 d'être remboursé avant l'échéance, et 4 titres de chacune des autres séries, soit 1 sur 1.500, soit 1 sur 125 par an.

Les tirages d'amortissements ont lieu publiquement, au moyen d'urnes, le deuxième jeudi de chaque mois ou la veille si ce jour est férié.

TIRAGE MENSUEL DU 8 MAI 1929

Versement Remboursement

TITRE Série A, A. M. 0, souscrit par M. Henri LEMARDELE, 33, boulevard Hanssmann, à PARIS. 400 TITRE' Série C, No A. U. 3, souscrit par Me Gisèle GENU, à PLEUR- souscrit par MIIe CELTON Yvonne, à TITRE No N. S. 5 souscrit Constance (Moyenne) TITRE Série D No Q. H. 4, souscrit par MIIe Peine TETREL, Noa- veantés à SAINT-POIS (blanche)

LE 43' TIRAGE AURA LIEU LE JEUDI 13 JUIN W29' à 15 heures, an Siège Social La Société accepte des représentants sérieux dans tontes les localités où elle n'est -<« représentée Pour tous reaeelgnements et «^^sÛ^S^À Ye^A^™8*"0^ «-» ^nnais.

SOIERIES VOYAGEUR régional pour visiter magasins nouveautés confections. Sérieuses références exigées. 81, rue Réaumur. PARIS.

MAMiACUBE DE SACS A PROV!111 SIONS demande VOYAGEUR & la commission pour la Bretagne. visitant droguistes et merciers, de préfér. avec auto. Ecrire E. MARGUERITE. 27 rue Nationale. ROUEN.

ON COURTIERS sér. avec ré7* lerences pour vendre à la culture des céréales de semences de Maine-et-Loire. Pour tous renseig. s'ad. à Talbotec, négoc. à Doué- la -Fontaine. BON VOYAGEUR à la conmils. désirant ̃* s'adjoindre confect. dames et enfants PIXGEXOX, 170. r. St-Martln, PARIS. Employés de commerce

ON DEMANDF u Bon employé fection pour hommes; 2° Un bon EMBLOYB pour le rayon ameuoloment. SEad. jtfatton DA&PRE; Fougères

KlAfîASlN& de nouveautés et conRiHlaHOINO fectIons pour dames demande BONNE PREMIERE pour la vente. logée et naurrie bon flze serait Intéressée sur chiffre de ventes. S'adresser Maison PBCHON, nouveautés et confections, Saint-Calais (Sarthel. On dem. de suite. Quincaillerie Lellos, 1. r. d'Athis. Klere. un JEL'NE COMMIS ayant terminé son apprenties. Ecr. en indiquant fige, référ. et prétentions. Employés de bureau

BONS CALCULATEURS

et BONS DESSINATEURS libérés service militaire, au courant béton armé ou charpente métallique. Ecrire âge. références et prétentions. Entr. Georget Cormier. 10. r. d'Ouessant, PARIS (15e). EMPLOYÉE TYLO et demandées de suite. S'ad. Havas, CAEN. n- 22.093. CLERC est demandé PRINCIPAL étude de M> L. NORMAND, successeur désigné de feu M» CHOLLET, huissier à LISIEUX. 23. rue au Char. Pl. atab. Bons appoint. Gens de maison

ON DEMANDE aide-cuisinière nés références. Fromagerie de Clévllle. par MfiRY-CORBON (Calvados).

HOTEL TERMINUS à Carteret (Mancliei. demande un BON COMMIS CUISINIER pour la saison.

HOTEL DES VOYAGEURS NANTES. demande Garçon de chambre. DONNE sachant cuisine est demandee. Mals<in (tuer). St-L6. Bons gages. On dein. pour banlieue Paris. JEUNE v MENAGE valet toutes mains et jard!nage, fem. cuis. et ménage. Bons gages Réf. Bourgeois, 5. r. de la Bourse. Paris ON DFM Bonne à tout faire ayant ON ISbin. déjà été placée. aimant les enfants. couchée à l'appartement. Deux dames et un enfant de trois ans; de 250 à 300 selon aptitudes. Bonnes référ. CAHEN. 43, r. de Flandre. Paris. HOMME

Mme Henri CHAUVIN, de Poncé (Sar111 the). demande une bonne CUISINIERE 'catholique. Place stable. Deux maîtres. Trés bonnes référ. exigées. JEUNE FILLE courant service Sérieuses références exigées. CAFE pCHET. Le Mont Saint-Michel.

_leur Marie, St-Martln-des-Besaces dem. une m/inifc aenter.ou écrire MAISON DE COMMERCE demande CUISINIERE nourrie et logée bon salaire. S'adreeser Maison PECHON^. nouveautés St-CalaU (Sarthe). 0 NlD È M À N D TÉ ~BôNNfTto«~fâT:LEMOINE, rue du Roulage. Granville. Emplois divers

Cté TRANSPORTS EN COMMUN région parisienne demande RECEVEURS nationalité français*, libérés service militaire, âgés moins 40 ans. Se présenter ou écrire pour renseignements. 118. rue du Moni-Çenls. à PARIS 18'.

'DES BONS MANOEUVRES sont deu:andés par la Maison DOSSO frères, Granvllle, pour la fabrique du

ADRESSES .1 COPIER chez soi. Ecrire l'Echo Universel. 33. Bayonne. MANŒUVRES SONT DEM. AUX PAPETERIES DE BRETAGNE RENNES. 25. route de Lorient. RENNES GAGNEZ DE L'ARGENT en travaillant chez voua Travaux manuels. Ecritures. Comptabilité. Couture. Broderie. Tricotage, etc. Ecr. Aide Sociale. La Rochelle (Joindre timbre). ON DEMANDEenfaats, aux TUILERIES DE BEAUVAIS, à Argences (Calvados).

DEMANDES D'EMPLOIS 2 fr. la ligne

Jeune chef cuisinier demande place stable hôtel. Femme de chambre ou fille de salle polir saloon,. Ecrire Pupllclté. Générale. 2. rue de Rohan, Rennes.'

Chauffeur demande place pour chateau ou garage libéré du service militaire débutant. S'adresser Agence Havas n* 7.

Commis boucher, après un an d'apc prentissage, demande place de suite. S'adr. à M. Quévert, & Tremblay. pour Bagnoles-de-1'Orne, Dame, 35 ans, demande place gérante ou caissière dans tous commerces. Ecrire l'Ouest-Eclalr, 20, boulevard Montmartre. Paris. nous no 312.

Très bon chef de cuisine connu dans la région, grande famille de Morlaix. demande place de saison, connaissant pâtisserie. Ecrire Toumemlne. 32, rue Esquarmoise. Lille (Nord).

Ménage un enf., bonnes réf., dem. pi. stable; hom. ferait chauf. aide-jard. ou gard.-ch., fem. b.-cour. Merle* Henri, 67, rue de la Bastllle, Nantes (L.-I.). rég. de l'Ouest, de préf. en Lolre-Infér. Faire offres Ag. Havas. Nantes. n° 1686. Ménage demande place, homme, toutes mains, femme fille salle ou femme chambre. Ear. Refloch 60, rue Puébla. Lambézeliec-Brest. DE Mère et fille demandent place femmes de chambre pour saison. Libres de suite. Mme Velllet, boulevard de la Gare, Bressulre (Deux-Sèvres).

ALIMENTATION

8 fr. la ligne

WIN exq. la b. 208 1. 9« p. r. OQn fllt neuf. t. comp. 3 éch. 3 t. C«J« NI- v. Rpih n nn 21 bis S'-Luc p. Nlmea Médoc ou Salnt-Emlllon an choix ^ar 111 quarteau. 250 fr. le quarteau. Etiq. grat. f° logé. Et. Vlticolen 8t-Loub»s ro.) 43' R. A. D

COMMISSION DES ORDINAIRES Le mercredi 29 mai 1929, à 10 heures, à la salle d'honneur du quartier Claude-Deacen. avenue Guynemer, Caen, 11 sera procédé à l'adjudication par soumissions cachetées sur papier timbré de VIANDE FRAÎCHE OU CONGELEE (bœuf et mouton) à fournir au 43" R. A. D. pendant la période du le, juillet au 31 décembre 1929 (denrées livrables au quartier Claude-Deacen).

En cas d'insuccès de l'adjudication, une séance de réadjudication aura lieu à Caen. même lieu, même heure, le lundi 10 juin 1929.

Pour détails, voir les affiches.

AUTOMOBILES

8 fr. la ligne

OCCASIONS A SAISIR CONDUITE INTÉRIEURE 6 places 10 HP c Lorraine pneus confort, type A. 14 exceUent état peu roulé. TORPEDO 4 places •* Citroën » B. 14 28 peu roulé. TORPÉDO 4 places Citroën » B. 14 27 excellent état mécanique peinture neuve. CONDUITE INTÉRIEURE c Llcorne » type B. 7 W. 4. MOTEUR c Ballot » 9 HP excellent état nombreux accessoires S'adresser Etablissements C. CERVEAU et Y. DESALAY, 21, rlle Grollier, La riioh* (6aflUM).

A VENDRE Wrpédo DELAUNAY6 roues Confort, pare-brise arrière, pelnture et capote neuve. Bas prix. S'adr, CLENET, 8-8. quai Monge. ANGERS. SUIS ACHETEUR B-14 28. libre immédiat. Faire offre M. RA-

C·NE, 39. avenue Janvier. BENNES. CAPITAUX

12 fr. la ligne

Société Générale de Négociations 21, rue Auber, PARIS (IX')

Fondée en 1873

PRÊTS formes po bibles à Commerçants et Industriels CREDIT HYPDTHECAliCE DE FRANCE, 2, quai BraLcas, Nantes. PRETS SUR IMMEUBLE au-dessus de 25 000 fr. OUVERTURES DE CREDIT.

AVIS DIVERS

8 tr. la Ilpe

FORAINS Coupons soieries, vel. rub. [issus soldés au kg. MIARD. lu. rue Constantine. LYON. PAPIERS PEINTS VENDUS AU-DESSOUS DES COURS Album No 2 franco province

u LA UËCUKATION AU FOYER 16. Rue Oberkampt. l'AR'S (II-). A LA FABRICATION DES CHAUSSURE8, machines diverses, moteurs 10 et 2 HP, fournitures diverses. S'adresser à M. JUGE. Liquidateur, 12. rue Pascal, à Clermont-terrand.

tt)ufs à couv. Wyand. blanc. délect. 18 f. dz. Delabruuière, Marvillé-la-Ville (M.) GROUPE ÉLECTROGÈNE c De Dlon » 110 volts là ampères très bon état mécanique complet avec tableau marbre et bac de ref roidiasemeat. Prix Intéressant. VOIRIN, 16, rue Cordier, Lisieux.

SI VOUS NE CRAIGNEZ PAS DE CONNAITRE LA VÉRITÉ. LAI.SSbZ-AlOI VOUS A DIRE

Certains faits de votre existence passée ou future. la situation que vous aurez. d'autres renseignement? confidentiels

Vous seront révélés par l'astrologie. la science la

plus ancienne Vous connaîtrez votre ave air. vos amis vos ennemis le succès et le bonheur qui vous attendent dans le mariage, tions, les hé rttages Que vous réaliserez.

LAissez-mol

vous donner gtatultement ces renseignements qui vous étonneront et qui modifieront complètement rctre genre de vie. vous apporteront le succès. le bonheur et la prospérité au lieu du désespoir et de l'insuccès qui ous mer ^cent peut-être en e moment l 'ttirorprératlon astronomique de votre destinée vous sera donnée en un langage clair et simple, et ne comprendra pas moins de deux pages.

Pour cela, envoyez seulement votre date de naissance, avec votre nom et votre adresse, écrits distinctement, il vous sera répondu lmmédiatement. 81 io.i= le voulez. vous pouvez Joindre 2 fr. en timbres de votre ijays pour tea trais de correspondance.

Ne pas mettre les pièces de monnaie dans les lettres.

Profitez de cette offre qui ne sera peut-être pas renouvelé. S'adresser IOXROY, Dépt 358 B, Eniniastraat, 42, LA HAVE iHoiiando). Affranchir les lettre* 1 1 U. de

NOUS AFFIRMONS 1

avec des miniers de lettres qu'Anémie, Neurasthénie, Insomnle, Palpitations, Epuisement nerveux. Amaigrissement. Suites de grippe, Epoques douloureuses, Pertes. Faiblesses, ne résistent pas à l'action merveilleuse d'une cure de PIIOSPHO-SERU.M. supérieure aux Injections hypodermiques. Donne du sang pur. des muscles, des nerfs. du poids. La conseiller est faire oeuvre utile. Flacon, 8.46. D- vot. lntér.. exig.-le. T. Phies

demsndez Qypsia Qui SEULE action au poil. Une Un Secret M et trip joindre un timbre. J. GYPSIA. 55. de Ri.oli.

FABRIQUE DE BICYCLETTES

INTERROMPUES D' <«ll l*er^M. Cn> dite, wnt mandat f6'80 Depot •»• DIVET. pi. de la Mairie. Rennes

Adressez-vous directement la Manufacture

Après la Grippe petit, faites un traitement de P Cachets de PULMICURE (3 cachets par jour 2 pour les jeunes gens) et la santé revlen- dra vite Toutes pharmacies ou Labora- toire EON, DINAN. I

59, boni. Montparnasse, PARIS i TE'Jh.r.f^ss A J DERNIER CONFOR1 1 Bains o;i Cabinet cl- toilette. t

Imprimerie de « L'OUEUT-FULAIK • SA *w<" -*n Pre-Bocté Renne»

i« oerant et. Kftl.ilFirt

Maigrir

est un plaisir avec les PilulesGalton Amaigrissant itlénl. sur et sans danger, qui agit en améliorant Ut digestion.

Uouble menton, nu joues. lianchcs. ventre s<nt vite réduits et l'organisme rajeuni. ̃ Un seul flacon de Pilules Galton ni' fait perdre neuf centinwires de lour de taille, i de f>ius tin Ires gros ventre f Imissé comme par tnchantcnifnl.

M. E. Iî. de Monibnra

« les Pilules Galton m'ont /ait maigrir de trois kilos en 17 tours. Depuis. j'ai continué ui<ec des rêsiili/ift renutrtfinibleâ sans aiwir besoin de quitter

mon travail et sans être grnè en rien.

Ainsi donc, si vonsdôsiri'z mniiîrir. n 'lu* sites Pilules Galton. flacon vous convaincra. (Composilion exclusivement vcçclaîe.)

Flacon avec notice 18 fr. 60 contre remboursement. J. Biilié, pharmacien, 45 rue de l'Echiquier, Paris-X'

IMPUISSANCE Traitiraeni lérim Don l'ii' l>ii»i. v. c? ii. Mairie 2