Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 11 à 11 sur 70

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Bulletin / Société d'émulation de l'arrondissement de Montargis

Auteur : Société d'émulation de l'arrondissement de Montargis. Auteur du texte

Éditeur : Mairie (Montargis)

Éditeur : Société d'émulation de l'arrondissement de Montargis (Montargis)

notice.date : 1984-09

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : français

Format : Nombre total de vues : 8369

Description : septembre 1984

Description : 1984/09 (N64,SER3).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k65583981

Source : Société d'émulation de l'arrondissement de Montargis, 2013-307834

Notice du catalogue : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb344294845

Notice du catalogue : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344294845/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 22/10/2013

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


EDWIGE PEPIN (1894 - 1984) POETE MONTARGOIS

par Mme France THOUVENOT

Edwige PEPIN ncus a quittés la veille de la Saint Jean. Elle était née à Montargis il y a 90 ans et toute sa vie s'est écoulée dans sa ville natale son père était tailleur de pierre. Enfant fragile, souvent malade, elle ne fréquenta l'école que jusqu'à sa quatorzième année, puis fut placée comme tant de jeunes filles à cette époque en apprentissage dans un atelier de couturière, ce pour quoi elle ne se sentait nulle vocation et qui provoqua chez elle bien des révoltes et des larmes. Malgré sa mauvaise santé elle se remettait à l'étude le snir, cherchant l'évasion dans les travaux intellectuels. Plus tard, tout en tenant son ménage, elle parachève sa culture et surtout elle écrit, en dépit de certaines railleries (qu'on imagine la vie de province vers 1920).

Emerveillés cependant, des amis l'encouragent et un premier recueil de poèmes parait en 1928 : "Les Chants du Petiot". Il sera suivi d'autres volumes : "Près de mes eaux chantantes" en 1936, "Rose œillet" en 1 950, "Passent les heures, passe la vie", le plus beau peut-être, en 1970, ,.

"L'amour n'est pas un jeu" en 1977.

Parallèlement, de nombreux contes et articles sont publiés dans la presse. Mais une grande partie de son œuvre demeure manuscrite.

De hautes récompenses viendront couronner ses talents : Prix de la Société des Gens de Lettres, dont elle deviendra membre, Prix de l'Académie Française.

Elle sera chevalier, puis cfficier des Palmes Académiques et obtiendra de nombreuses autres distinctions.

Elle entrera en relations avec de nombreux artistes et écrivains, et connaîtra entre autres l'amitié de Georges Duhamel et du compositeur Henri Sauguet qui traduira en musique quelques uns de ses poèmes.

Edwige Pépin a consacré l'essentiel de sa vie aux Lettres.

Elle fut durant plus de vingt ans biblinthécaire de la ville de Montargis, et se montra, dans cet office, particulièrement attirée par l'histoire locale à laquelle elle consacra de nombreuses chroniques; l'histoire de Jean de Luxembourg, dit Jean l'Aveugle, avait spécialement retenu son attention. Une collaboration étroite se noua alors entre elle et Henri Perruchot qui passait chaque jour un certain nom- » bre d'heures penché sur les archives municipales. Mais la partie la plus prestigieuse et la plus attachante de son œuvre demeure la Poésie Sur le plan local elle était membre de la Société d'Emulation et des Amis du Vieux Montargis, des Amitiés Littéraires, des Beaux Arts du Gâtinais.

-------------------------------