Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 434 to 434 on 612

Number of pages: 1

Full notice

Title : Oeuvres complètes de Voltaire. 40,8 / nouvelle édition... précédée de la Vie de Voltaire, par Condorcet et d'autres études biographiques

Author : Voltaire (1694-1778). Auteur du texte

Author : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Auteur du texte

Publisher : (Paris)

Publication date : 1877-1885

Contributor : Moland, Louis (1824-1899). Éditeur scientifique

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : français

Format : 52 vol. ; 24 cm

Format : Nombre total de vues : 612

Format : application/epub+zip 3.0 accessible

Format : Format adaptable de type XML DTBook, 2005-3

Description : Comprend : Vie de Voltaire

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : GTextes1

Description : Avec mode texte

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k6514333b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Z-721 (40)

Set notice : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31602455d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 13/05/2013

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 100 %.
For more information on OCR


vous à Mme de Courteilles, avec qui je vous soupçonne de conspirer contre la gourmandise de monsieur.

4152. – DE M. D'ALEMBERT.

Paris, ce 16 juin.

Mon cher et illustre maître,

1° Ce n'est pas tout d'être mourante, il faut encore n'être pas vipère 1. Vous ignorez sans doute avec quelle fureur et quel scandale Mme de Robecq a cabalé pour faire jouer la pièce de Palissot ; vous ignorez qu'elle a empêché qu'on ne jouât votre tragédie 2, que les comédiens voulaient représenter avant les Philosophes, espérant par là gagner de l'argent et du temps, et fuir ou éloigner la honte dont ils sont couverts ; vous ignorez qu'elle s'est fait porter à la première représentation, toute mourante qu'elle est, et qu'elle fut obligée, tant elle était malade ce jour-là, de sortir avant la fin du premier acte. Quand on est atroce et méchante à ce point, on ne mérite, ce me semble, aucune pitié, eût-on f.... avec Dieu le père et son fils.

2° Cette méchante femme d'ailleurs a été ménagée dans la Vision. On dit, il est vrai, qu'elle est bien malade ; mais cela ne lui fait aucun tort, et si c'est là un crime, j'ai grand'peur pour celui qui imprimera ses billets d'enterrement : car, puisqu'il n'est pas permis de dire qu'elle se meurt, il le sera encore moins de dire qu'elle est morte.

3° Il est très-vrai qu'on a arrêté Robin-mouton du Palais-Royal.

Ils m'ont pris ce pauvre Robin 3, Robin-mouton, qui par la ville Vendait tout pour un peu de pain, etc.

Mais soyez sûr que Mme de Robecq n'en est pas la cause. Ceux qui persécutent les philosophes ne se soucient guère ni de Dieu ni d'elle ; mais ils sont au désespoir d'être démasqués ; hinc irae, hinc lacrymae. Ils croyaient qu'on serait la dupe de leurs cachotteries, et ils se voient l'objet des cris et de la haine publique. Je ne vous en dis pas davantage ; mais souvenez-vous de ce que je vous ai marqué dans ma dernière lettre, que vos amis 4 l'étaient encore plus de Palissot, et relisez la Vision dans cette idée, vous verrez clair.

Il est très-vrai que la persécution est plus grande que jamais. On vient d'arrêter et de mettre à la Bastille un abbé Morellet, ou Morlet, ou

1. Parodie de ces deux vers :

Mais ce n'est pas tout d'être heureux ; Il faut encore être modeste.

2. Celle de Médime.

3. La Fontaine, livre IX, fable XIX.

4. Le duc de Choiseui et Mme du Deffant.