Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 12 on 12

Number of pages: 12

Full notice

Title : L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial

Publisher : (Rennes)

Publication date : 1925-04-11

Contributor : Desgrées du Lou, Emmanuel (1867-1933). Directeur de publication

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Language : français

Format : Nombre total de vues : 135307

Description : 11 avril 1925

Description : 1925/04/11 (Numéro 8575).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bretagne

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k6479722

Source : Bibliothèque nationale de France

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 27/11/2008

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 99 %.
For more information on OCR


M. HERRIOT A MENTI Les journaux du Cartel sont très embarrassés. Pour défendre le ministère, ils rejettent sur les gouvernements précédents la responsabilité de la crise financière actuelle.

Piètre raison. Si les gouvernements précédents avaient commis des fautes, fallait-il donc les imiter ?

Mais le ministère Herriot n'a même pas l'excuse des précédents.

Certes, il y a eu des avances consenties par la Banque au Trésor à des heures difficiles, en 1922, en 1923 et au début de 1924, mais ces avances n'ont jamais eu qu'un caractère provisoire et elles ont été remboursées normalement à de très brefs délais. En tout cas et c'est cela qu'il faut faire remarquer elles n'ont jamais entrainé une majoratlon de circulation. Quand M. Herriot a pris le pouvoir, Il n'y avait paî d'inflation, pas d'émissions de billets, le budget était en équilibre, le bilan de la Banque de France était établi d'après les règles normales. Voilà la vérité. Et la vérité, c'est que, dix mois après, plus de 2 milliards de billets étaient mis en circulation, secrètement, et que l'on forçait la Banque de France, pour masquer cette opération illégale et dangereuse cette opération de faillite à publier un bilan faux.

Et ce qu'il faut qu'on sache aussi, parce que les journaux du Cartel se garderont bien de le dire, c'est que, sous le ministère précédent, la circulation des billets était inférieure d'un milliard à la limite d'émission.

Enfln, retenons ces dates c'est en janvier 1925, en février 1925, en mars 1925, à l'apogée de son règne, que M. Herriot a tire secrètement, illégalement, deux milliards de la Banque de France.

Or, le'2 avril 1925, alors que la planche à billets fonctionnait à plein, voici ce que déclarait M. Herriot dans un communiqué officiel

« Le Gouvernement, fidèle à la déclaration qu'il a faite de ne demander aucune inflation potiF les besoins de l'Etat et de rester dans fa limlte des avance légale* de la Banque de France au Trésor, a examiné les moyens qu'il proposera pour faire face aux besoins actuels du commerce sans manquer à cet engagement.»

On ne connaît pas dans l'histoire de la République, déclare M. Bailby dans l'Intransigeant, de mensonge officiel qui égale celui-ci.»

Un ordre du jour récent du Cartel revendiquait le programme exprimé le 11 mai.

Le dit programme disait Pas d'infla- tion Pas d'impôts nouveaux

Nous avons eu l'inflation nous avons eu des impôts nouveaux. Et voilà que nous sommes sur le chemin de la faillitel Ah vraiment, c'est beaucoup. C'est môme trop 1

UN DOCUMENT

PARIS. 10 avril. Voici le texte de la lettre adressée par le gouverneur de la Banque de France au ministre des Finances à la date du 8 avril 1925

Comme suite aux indications que j'ai eu l'honneur de vous donner verbalement, je vous confirme que la situation hebdomadaire qui sera arrêtée ce soir et publiée demain fera ressortir, selon toutes probabilités, pour la circulation fiduciaire. un chiffre voisin de 43 milliards et, pour le compte courant du Trésor, un solde débiteur de 400 à 500 millions.

« En présence de cette situation, la question va se poser aujourd'hui devant le Conseil de réaenec, de savoir si. en l'absente du vote du Parlement, la Banque doit continuer ses opératinns. d'une porl nvec la clientèle, d'autre part arec le Trésnr ?

• Pour prévenir les graves conséquenoes qu'entraînerait un arrêt de la vie économique et sociale du pays, mon intention est de proposer au Conseil la continuation de nos opérations en attendant ce vote qu'il est nécessaire d'obtenir sans délai.

< Si telle n'était pas votre manière de voir, je vous serais très reconnaissant de me le faire savoir d'urgence. car les dispositions nécessaires devraient être prises immédiatement dans tous nos établissements.

Signé ROBINEAU.

M. DE LASTEYRIE ACCUSE PARIS, 10 avril. M. de Lasteyrie, ancien ministre des finanoes, ancien député, proteste de la façon la plus formelle contre les assertions mensongères apportées hier par M. Herriot à la tribune de la Chambre. Il a déclaré notamment Depuis 1914,-du fait de la guerre et de la carence de l'Allemagne, tous les ministres des finances qui se sont succédé ont hélas éprouvé à des degrés divers, des difficultés de trésorerie. Ces difficultés, l'y ait fait face de mon mieux en agissant dans la limite des autorisations législatives. J'affirme, sur l'honneur, qu'à aucun moment les opération de trésorerie que j'ai pu être amené à effectuer, n'ont eu pour résultat d'entraîner un dépassement occulte de la circulation. J affirme sur l'honneur, gue pendant le temps que j'ai dirigé le ministère des finances, le chiffre rénl d'émission des billets a été le chiffre qui figure dans les hilans publiée par la Banque de Franco. Cp chiffre est donioure très sensiblement au-dessous du maximum légal des 41 milliards. •

Le ministère Herriot est renversé au Sénat Ayant posé la question de confiance sur sa

politique financière, il est battu par 156 voix contre 132 Tour à tour, M. François-Marsal et M. Poincaré ont dénoncé les procédés de faillite du gouvernement du Cartel des Gauches

M. FRAifÇOIS-MARSAZ

-PARIS. 10 avril. Dans Paris, les nouvel; les se répandent vite. Personne ne savait ce matin que M. François-Marsal allait interpeller M. Herriot. On l'ignorait à midi. Et à 2 h. 30 on s'écrasait aux portes du Luxembourg.

Les députés sont venus nombreux. Et nous remarquons à l'entrée des travées, à gauche, un groupe dans lequel se trouvent MM. Balanant, Léon Bérard et le pasteur Soulié. Selon la formule, le président fait connaître que M. François-Marsal demande à interpeller le Gouvernement sur les déclarations financières que M. le Président du Conseil a faites hier il. la Chambre,.

M. Herriot. Le Gouvernement demande la discussion immédiate de l'interpellation de M. François-Mareal

Elle est ordonnée.

M. François-Marsal à la tribune M. François-Marsal ne parlera pas longtemps mais il parlera avec sa clarté ordinaire dans une atmosphère de sympathie qui s'étend sur les trois-quarts de la salle. M. FrançoiSrMarsal intervient parce que M. Herriot a mis hier en cause les gouvernements précédents.

il\ François-Marsal. Il convenait de reprendre la conversation ici, les parties étant face à face. {Applaudissements.)

M. le Président du Conseil a parlé d'un document publié hier matin par la presse or. aucune des opérations relatées dans ce document n'a été faite sous mon ministère. En outre, je répondrai que quand un homme se croit de taille à remplacer un ministre, il ne doit pas se plaindre de la tache assumée par lui. Je parlerai donc des opérations en question comme si j'en était l'auteur. (ApDans le texte publié par le Quotidien, un qualificatif avait été sauté et qui était le sulvant ayant un caractère d'exception En effet, s'inspirant d'un précédent de la Commission de l'armée pendant la guerre, on avait sauté un mot mais différent dans chacun des exemplaires distribués aux membres de la Commission des nuances.

• Ainsi il a été possible de se rendre compte que la publication n'avait pas été faite par un membre de cette assemblée. (Applaud.) Quoi qu'il en soit, le document on question date d'avril 1924. Il énumérait les opérations de trésorerie effectuées dans les mois précédents en vue de résister aux attaques dirieées contre le franc. 11 n'indiquait innne pas l'intervention de la Maison Morgan. L'attaque étrangère contre le franc Le gouvernement de M. Poincaré avait été attaqué de plusieurs côtés de l'étranger mais toujours à l'origine de ces attaques il y avait une intervention germanique. Pour triompher de ces attaques, le Gouvernement français a eu recours aux armes a lui fournies par ses amis et voila toute l'histoire du document publié hier.

M. François-Marsal fait un exposé tr^s complet de toutes les opérations faites par les ministres des Finances depuis la guerre. M. FRANCO! s-Marsal. Cet incident éclairci, je rappelle que les avances de la Banque de France à l'Etat, parties de 2.900 millions en 1914 ont atteint jusqu'à 27 milliards -n 1919. La Banque avait, en somme, ouvert un crédit au Trésor qui pouvait tirer des chèques sur elle.

Mais la limite maxima des avances de la BanqtiP étant presque atteinte a plusieurs reprist comment alors aelt l'taat T Notamment le 7 octobre 1920, il s'adresse à des

banques privées pour obtenir d'elles la souscription de bons du Trésor qu'il s'engage ù rembourser à bref délai. Effectivement un milliard fut prêté dans ces conditions et remboursé sur le produit de l'émission de rentes 6 si bien qu'en janvier 1921 je pouvais faire part de ce remboursement à mon successeur, M. P. Doumer. En 1931, on resta constamment au-dessous de la limite d'émission de la Banque et des avances et même deux milliards furent remboursés sur ces dernières; de plus, au début de 1K2, il restait disponible sur les avances de la Banque 850 millions. A la fin de 1922, il fallut, en revanche, renoncer à rembourser il la banque plus d'un milliard. En octobre 1923, a la suite de la conspiration étrangère contre la France, M. de Lasteyrie ne voulant obtenir le relèvement du maximum des avances ni ouvertement ni d'une manière dissimulée et .illégale, fit de nouveau appel aux banques dont le patriotisme répondit i1 son appel. Il ne, remboursa à la fin. de cette année-là que 800 millions à la Banque.

La limite d'émission

ne fut jamais dépassée avant 1924 Au début de 1924 se place l'origine des opérations auxquelles je dus moi-même me livrer comme ministre des Finances. Le résultat de ces opérations fut la victoire du franc sur toutes les conjurations internationales.

c Aucune d'elles n'avait atteint ni crevé le plafond de la Banque. (Applaudissements (jrjuts– et exclamations à gauche).

« La c2rcutatiort était limitée- à 41 mitliards. Or, d aucun moment, cette Limite ne M. dépassée ». Il en fut ainsi jusque fin 1924.

M. François-Marsal. Bien plus. on n'atteignit 40 milliards que le 4 novembre 1924. Puis, en 1925, il y eut une élévation successive du montant de la circulation, mais sans jamais dépasser, d'après les situations publiées hebdomadairement, la limite de 41 milliards.

M. Frnnçois-Marsal montre alors ce qui a été fait ensuite. La situation de juin à septembre 11)24 avait été exceptionnellement favorable, se traduisant par un mouvement de confinnce à l'intérieur et à l'extérieur A l'égard du gouvernement de M. Herriot et de sa politique. Il y eut jusqu'à 6t.î00 millions de circulation de bons du Trésor. La crise de confiance

Mais ceçi ne dura pas longtemps et 'bien vite le mouvement de confiance commença à s'amenuiser et ce n'est pas là la moindre cause des difficultés du Gouvernement. M. François-Marsal montre la chute des valeurs dites de père de famille l'impossibilité d'émettre des obligations dont l'épargne ne veut plus. Il y eut là fuite devant le franc parce qji'on avait pourchassé le producteur et l'épargnant et qu'on avait, par les menaces proférées (vifs applaudissements) ébranlé la forte constitution des classes moyennes. {Vifs applaudissements). M. FRANÇOiS-MARSAL. Tout vient de la crise de confiance. (Inlerruplions gauche). Les plus fermes soutiens de la politique du Gouvernement, voilà les auteurs de cette M. Voilà l'équivoque.

M. François-Marsal. L'équivoque est de savoir qui gouverne. {Vifs applaudtssements au centre et d droite.) Dans tous les pays parlementaires, il faut que la tribune soit libre et qu'on puisse dire ce qu'on pense. (Apptaudissements.)

« Je ne suis pas d'ailleurs le seul à dire ce que je viens d'indiquer au sujet de l'équivoque. Le 26 mars 1925, le président Coolidge, à propos de suggestions analogues à celles qui nous sont venues de la Chambre, a déclare qu'un Gouvernement ne devait pas viser l'application du système socialiste sous prétexte de taxation. (Applaudissements.) Il ne voulait donc pas d'équivoque.

t A cet égard, je crois que l'œuvre de notre Commission des finances a été inspirée par le souci de ne se porter Il aucune équivoque, de ne pas présenter obliquement des dispositions ne répondan au sentiment ni de cette assemblée ni de la France.. (Apptaudtssements.)

L'inflation actuelle

et l'avertissement de la Banque de France M. François-Marsal parle* ensuite de l'inflation actuelle et note les ^claratlons successives sur la nécessité de rembourser la Banque.

il produit des documents gênants pour M. Herriot. Le 89 décembre 1924, le Gouverneur de la Banque de France écrit au ministre des Finances pour lui signaler le péril d'une Inflation progressive. Le 5 février 1925, nouvelle lettre du Gouverneur, déclarant que l'augmentation de la circulation ne peut être comprimée que par la réduction des dépenses budgétaires et par l'lmpress!o-i de sécurité répandue dans le pays. Le 26 lévrier, nouvel

avurilssouicnt de la Banque au Gouvernement (j'Il (\0, que c'est un problème de politique Kéiiétnle que celui qui consiste à réconforter lu. confiance en France et au dehors {Vifs applaudissements) pour obtenir la baissa des changes, la baisse des prix et la réduction de la circulation fiduciaire. Le gouverneur ajoute qu'il conviendra de régulariser le dépassement de la limite légale de la circulation.

M. François-Marsal. Donc le Président du Conseil a été tenu pour ainsi dire au jour le jour au courant des patriotiques angoisses de la Banque de France. Comment a-t-il répondu Quel réconfort a-t-il apporté aux dirigeants de la Banque

Voici ce que vous avez écrit au gouverneur

Le Gouvernement est d'accord avec vous « pour penser qu'un relèvement de la limite d'émission serait grave, et il est décidé à ..tout faire pour l'éviter. J'insiste auprès du Conseil général pour qu'il veuille. bien « conserver jusqu'à la fin du mois de mars une situation d'expectative..

M. Herriot. Lisez la dernière phrase de ma lettre 1

M. François-Marsal. Si les circonstances ajoutez-vous dans votre lettre, deo valent ne. pas répondre à' notre effort, le c Gouvernement, se- réserve .de prendre les moyens mettre fin 'cette* situation.. Les chiffres des dépassements

M. Francois-Marsal. Voici maintenant les chiffres des dépassements de la limite de circulation 15 janvier 1925, 1.360 millions 12 mars 1925, 2.625 millions 2 avril 1925. 3.130 millions.

J'ajoute que c'est le 2 avril qu'à cette tribune M. le Président du Conseil s'exprimait en ces termes « Je rappelle qu'un de € mes premiers soins a été d'abaisser le plus possible la limite des avances que l'Etat a le droit de se faire faire par la Banque.. c De cet immense drame qui commence en octobre 1924, nous arrivons à la conclusion. C'est la lettre pai laquelle, le 8 avril, le Gouverneur de la Banque, signalant l'élévation à 43 milliards de la circulation, se demande s'il doit continuer se-, opérations avec ses clients. Il'conclut que oui, mais il demande qu'une loi intervienne promptement. M. DE Monzie. J'ai répondu en remerciant le Gouverneur et en faisant ce que le devoir me commandait le compte du Trésor n'a pas été inscrit au débet. M. François-Marsal conclut

M. François-Marsal. Pour caractériser la situation actuelle, je me reporterai à l'inventaire de M. Clémentel; il dit Vous repoussons comme un crime contre la Patrie toute tentative d'inflation; la prospérité nationale en dépend, toute mesure d'inflation compromettrait définitivement le re• J'ai exposé les faits et dit les chiffres. Permettez-moi d'ajouter que ni impOt sut le capital, ni emprunt forcé ne rendront au pays la confiance qu'il a perdue en ceux qui le gouvernent. C'est maintenant au Sénat de se prononcer ». (Vifs applaudissements sur la plupart des fauteuils, même Il gauche).

M. Herriot répond

Gne attitude de M. HERBIOT

A 4 heures 15 M. Herriot monte iL la tribune. Il semble fatigué, et c'est bien naturel. Il ne voulait venir devant les assem- blées que lorsque des solutions pourraient

M. POINCARB

eue proposées, mais il n'éprouve, fiib-il, aucun embarras à répondre, insistant sur ce fait que, selon lui, M. François-Marsal fait de la politique.

M. Herriot. C'est de bonne guerre, mais c'est la guerre 1 (Cris: oui, oui 1)

Et Il reprend sa thèse de la Chambre sur le point de savoir si c'est le Gouvernement actuel qui est responsable. Il ne veut pas rechercher si pendant la guerre on a eu tort ou non de recourir à l'emprunt. Mais il dit que pendant tout son gouvernement il n'a jamais cessé de collaborer étroitement avec la Banque de France, l'accusant d'ailleurs d'avoir communiqué les documents lus par M. François-Marsal. Celui-ci se lève et précise dans une interruption que ces documents, il les a eus en dehors de la Banque. M. Herriot. Pendant la guerre, on a emprunté 45 milliards et depuis la guerre 160 milliards.

A droite. .Papier 1

M. Herriot en conclut que cet appel formidable à l'épargne a diminué les fortes financières du pays. (Très bien à l'extrêmegauche). Il afflrme qu'en février 192i, par l'échec de l'emprunt du Crédit. National, le pays montrait qu'il ne voulait plus que des valeurs à revenu fixe.

Pendant que M. Herriot parle ainsi, M. Poincaré, congestionné, échange des mots aigres qu'on n'entend pas, avec un sénateur d'extrême gauche. Il prend force notes.

M. Herriot se plaint de ce que M. François-Marsal n'a pas mis la même énergie à le combattre après le 11 mai qu'avant. On remarque que le Sénat est très froid à l'égard de M. Herriot qui semble parler dans le vide et sans aucune de ces réactions de passions qui, il. la Chambre, se traduisent par des mouvements de tumulte.

On dirait une assemblée de statues de marbres; seuls, à l'extrême gauche, M. Cornaud et deux ou trois amis ont organisé un petit groupe bruyant mais assez modérément pourtant.

Interraptions

M. Herriot. faisant une remarque d'aitleurs Insignifiante sur l'emprunt Morgan, M. Poincaré l'arrête de sa voix acide, car il le suit pas à pas.

M. François-Marsal Interrompt lui aussi M. Herriot qui venait de se vanter d'avoir gar- dé les fonds de la masse de manœuvre, pour lui dire que c'était imposé par la convention et que cependant il les offrait à la Banque.

M. Herriot ergote en disant que cette of- fre visait d'autres livres, d'autres dollars. M.1 Herriot se défend d'avoir inquiété les producteurs et les classes moyennes (protestations) et il va jusqu'à dire que l'impôt sur le revenu pour les grosses fortunes est trop élevé. On rit de bon cœur devant cet argu- .j ment de tribune. Comme il ajoute qu'on n'a plus Intérêt à produire, on lui riposte Et alors L'impôt sur le capital ?» Il s'en prend aux fraudeurs, notamment aux fraudeurs de capitaux mobiliers.

M. HERRIOT. En ce qui concerne les classes moyennes qui sont écrasées parce qu'elles ne peuvent pas augmenter leur prix de vente comme le font les commerçants, ni faire aug- menter leurs salaires comme les ouvriers, je suis sûr qu'elles sont d'accord avec nous


pour poursuivre les fraudeurs. (Applaudi.- Ai>r«k> quelques minutes de suspension, le président du Conseil passe aux queo:ions de trésorerie. Il accuse les services du 1'réeor de s'être opposés en i923*-2i & la Banque de France qui voulait la déflation.

M. Herriot manque son effet

M. IltBKioi. Je veux bien piejidie toute ma part, toute ma part de responsabilité, répète-t-il, mais j'espère que la justice du Sénat ne me laissera que la mienne. (Quelques applaudissements a l'exlrtme-gauche).

M. Herriot invoque une déclaration de M. FrançoisMarsal accusant, le 8 mars 19R4 devant la Commission des finances, le Gouvernement de n'avoir rien fait pour 6;outrer la crise de confiance dont est responsable le Gouvernement Poincaré, l'accusant d'avoir manqué de franchise et disant que les termes du rapport de NI. Bérenger ne sont pas assez sévères pour le Gouvernement.

M. I'iunçois-Maesal. Je voua remercie d'abord.

.Ni. HtRnioT. Il n'y a pas de quoi

M. KB.WÇOIS-MARSAL. Je vous remercie d'avoir lu ces documente qui montrent ma franchise. J'ai, en effet, reproché a mon ami de n'avoir pas pris certaines précautions qui ont été prises après le rapport de la Commission des finances et qui ont été victorieusement suivies. Ces précautions ont rétabli le change. J'ai alors décidé de ne pas intervenir en séance.

Le président de la Commission des finances, NI. Milliès-Lacroix, se lève-et eg plaint de la divulgation par -M. Herriot de ce document qui était confidentiel. « Nous savons quelle est la personne qui l'a communiqué dit-il. M. Millès-Lacrnix reproche encore à M. "Herriot de ne s'être pas borné à la lecture d'un passage. (Applaudissement! au centre et e droite.)

M. Herriot s'empresse de dire qu'il n'insistera pas.

Trop eccupé

M. Hehriot. J'en arrive. à l'époque de mon ministère. Vous avez le droit de me dire Pourquoi n'avez-vous pas mis fin a ces avances occultes î

Pourquoi je ne l'ai pas fait T Parce qu'en juin I9i4 je suis parti pour Londres avec des préoccupations d ordre extérieur formidables et puis parce que J'avais en vue un plan que vous jugerez. Je ne pouvais faire lee deux choses f-n même temps l'équilibre budgétaire était a établir tout de suite il fallait aussi faire paver l'Allemajrne. Une fois l'équilibre budgétaire obtenu, il fallait assainir la trésorerie.

Les adieux de M. Herriot

M. Herriot dit encore qu'il a demandé au Parlement d'abaisser le plafond des avances a 22 milliards qu'il a voulu travailler à la revalorisation du franc, et il en donne cette preuve singulière

• On m'a demandé il la Chambre de faire une déclaration contre l'Inflation. Je l'ai faite. (Hilarité.) Eh bien oui 1 je suis monté à. in tribune (Rires.)'J'ai demandé l'union. (Rires.) On m'a répondu on ne peut la faire avec vous. (Rires.) Pour faire l'union, elle doit s'effectuer par dessus les opinions. poli- tiques de chacun et avec le respect des con- viction* de chacun. {Exclamations.)

0 Larmoyant. M.^ Herrior^i^p^ iffaul que la France se sauvé. (Applaudistementi sur la plupart dés fauteuils.) Vous me dites. dans votre amour du pays qui doit être préféré de beaucoup au Gouvernement C'est parce que vous êtes là que le pays ne « veut plus des Bons.

On me dit « Question de confiance, • question morale. Gela n'empêchera pas que le ministre du Tréscr soit obligé de trouver G millianis eu -fin décembre.

« On me dit Vous êtes dominé par des influences ,Oui Oui vous êtes conduit par certaines personnes. » Le Slnat ne m'estimerait pas si jo répudiais las concours -qui m'ont été donnés au moment. des batailles politiques ou si jo répudiai:, de vieilles ami-liés.. (l'ils applaudissements.)

M. Henioi ne s'en déclare pas moins indépendant et termine sur un ton résigné, dans une sorte d'adieu

a Le lemps des endorhieurs est fini. (Vif' applaudissements.) Je vous ai dit la vérité. Jugez-moi et reconnaissez que j'ai voulu faire mon devoir. applaudissements prolongés ci l'extrlmr-gauche.)

M. Poincaré intervient M. Poincaré monte à la tribune. Il reproche à Ni. Herriot d'avoir, hlcr, à la Chambre, et l'autre jour. à Fontainebleau, jugé ses prédé- cesseurs avec moins de bienveillance que tout à. l'heure.

M. Poincaré veut présenter au Sénat le véritable langage de M.. Herriot, celui qu'il tient dans d'autres enceintes, et il lit un extrait du discours de Fontainebleau. il prête dans cette lecture un ton particulièrement acerbe au Président du Conseil.

Il reproche vivement à a!. Herriot d'avoir fait retomber sur ses prédécesseur, la carence de l'Allemagne. Il rappelle toutes les dépenses que devait supporter la France pour sa restauration, les intérêts des sommes empruntécs, et l'effort prodigieux qui put être fait grâce a la confiance des citoyens, une confiance inébranlable. Il s'étonne du langage de M. Herriot à son isard.

M. HrRRiOT. Pas vous.

;NI. Poixcaré. Pas moi Eh bien 1 et mes collaborateurs

M. Poincaré s'attache à rappeler qu'en 1925 devait luire le relèvement financier. Le budget de 1925 est une résultante. Il a été préparé, il a été rendu possible, par les persistants efforts des années précédentes. [Applaudissements.)

Il. Herriot se plaint de ce qu'il n'y ait pas eu davantage d'impOts pendant la guerre. M. Poincaré montre la difficulté d'imposer les combatants. ou leurs femmes en leur absence. Il rappelle qu'aux taxes nouvelles répondaient les objections do la gauche d'alors.

Rappelez-vous, Monsieur Herriot

Ensuite M. Poincaré souligne tous les efforts de M. lierrlot pour que le décime proposé par NI. de Lasteyrie ne soit pas voté. M. HERRiot. J'indiquais mes préférences en faveur d'autres systèmes que le double décime.

M Poincaré. Oui, vous préconisiez la répression des fraudes en matière de valeurs mobilière6 et la péréquation de l'impôt sur le revenu. Vous saluiez la mort du décime or Il me semble que vous avez un peu prolongé la durée du cortège funèbre. (flirts.),

i M. Herriot préconisait alors, le carnet de coupons dom il attendait d'importantes ressources. Il réclamait des mesures contre les contribuables défaillants avant l'établissement de nouveaux impôts. Devant ses objec- i tlons, le décime propose par nous en- 1923 ne fut pas voté, et la situation de la Trésorerie ne s en trouva pas améltorée.

Et le doute décime ? f

De même .'l'année suivante, M. de Lasteyrie se heurta, pour le vote du double décime, à l'opposition d'alors. D'ailleurs, beaucoup de personnes comptaient sur des plus-values fiscales elles croyaient également que le crédit de la France suffirait pour le paiement des réparations..

M. Poincaré oppose son attitude à celle de M. Herriot

M. PoikcarS. Mon Gouvernement n'a-t-11 pas demandé aux Cliambreb les ressources nouvelles qu'il jugeait indlspensables 1 S'at-il pas alors montré la situation véritable N'a-t-il pas demandé et obtenu du Parlement un acte de courage qui pouvait lui être reproché et qui l'a été effectivement t Toutes ces difficultés que nous rencontrions en }9H ne nous ont.pas empêchés de persister dans nos projets. Si, conformément aux conseils de M. Herriot, le vote en avait été ajourné après les élections. -NI. Herriot. J'avais commencé par com> battre le budget biennal qui a obligé à prendre, des mesures précipitées.

M. PoiscARï. Vous avez dit que l'élévation des impôts n'était pas forcément un moyen d'améliorer la tenue des changes. Vous avez d'ailleurs ajouté que s'il fallait recourir ü de. nouvelles mesures fiscales, ce devait être sous la forme d'un impôt sur le capital et d'un emprunt forcé à taux réduit. Voilà donc par avance le système que M. de Monzie nous présente aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, c'est grâce au double décime, cojnbattu par il. Herriol. que le budget de 1923 pourra dire équilibré. « Quant aux versements de l'Allemagne, il serait Inexact de dire qu'ils ne remontent qu'à l'avènement du cabinet actuel. La Ruhr a rapporté trois milliards et a permis l'établissement du plan Dawes. Le cabinet actuel n'est pas le premier a avoir travaillé pour la paix. Avant lui, le plan Dawes avait été rendu possible et accepté. Quant à l'accumulation sur 1925 d'échéances très lourdes; elle n'est pas le fruit d'un dessein préconçu contre le cabinet qui se trouvait alors aux affaires. (Sourires). « VOUS êtes peu qualifiés

pour me critiquer

La vérité est que tout a été fait pour le maintien du credit de l'Etat et que les émissions de bons qui viennent cette année à échéance ont été autorisées par le Parlement, y compris les membres du Gouvernement actuel. lis sont donc mal fondés à les critiquer.

-Ni. lleniot a été d'accord avec M. de Lasteyne sur les emprunte a autoriser et quand il a discuté eu uujet, c'eut seulement sur le taux d'intérêt qu'om uorté ses critiques.

M. Heriuot. En effet, j'ai toujours été favorable il. la politique des emprunt: ù intérêt le plus bas possible. Je me suis efforcé notamment d'obtenir une réduction: du taux de Timêrât &? titaprum en"renfV perpétuelle t; °' que NI. Marsal s'apprêtait à émettre en 1920. ̃̃ ̃ M. Poixure. Vous avez voté les emprunts, vous êtes Q'onc .forclos Mur les critiquer.

• M. Herriot a attribué aux cabinets précddents la responsabilité de la situation de notre trésorerie; je veux en dire un mot hier la Banque faisait publier la note suivante « L'émission des billets s'élève à 43 milliards 4 millions de francs, le compte des avances à l'Etat e'élève à «24 milliards C'est la un état de.choses illégal. Quand cette iliégalitv a-t-elle commencé ? Dans l'exposé des motifs de son projet de loi pour l'assainissement financier M, de Monzie à dit que cet état illégal avait commencé au mois de janvier 1923. D'autres affirment que c'est en octobre I9£t. Que ce soit l'une ou l'autre de ces dates, il ne peut s'agir que du Cabinet actuel. Au moment où le fait ¡'est produit on ne nous l'a pas révélé

M. Miluès-Lacroix, président de la Com- mtssion dcs Finances. Voici ce qui s'est produit. M. le Rapporteur et moi avons été appelés dans lé cabinet de M. le Président du Conseil à l'occasion des douzièmes provisoires. M. Robineau était là. M. Herriot ne nous a pas caché que le plafond de la limite d'émission était crevé, mais il ne noue, a pas dit de quelle somme était dépassée cette limite. Je dis à M. Robineau que j'étais surpris d'apprendre que les situations hebdqmadaires publiées par la Banque n'étaient pas conformes il. lu vérité. J'ai cherché comment cette situation avait été dissimulée je ne l'ai pas encore trouvé.

or M. le Président du Conseil nous a lu la lettre du Conseil de la Banque l'invitant à boucher le trou. Je fis remarquer à M. Herriot qu'il fallait des ressources immédiates. Je lui dis Vous n'avez pas d'autre moyen que de demander au Parlement l'autorisation d'émettre 3 ou 4 milliards de billets ceci était contraire aux théories de M. le Rapporteur général qui a déclaré souvent Ici même qu'il se refuserait à rapporter tout projet tendant h l'inflation

LE Rapporteur général. Je l'ai dit et je le maintiens (vils applaudissements au centre et droite).

M. LE PRÉSIDENT D£ LA COMMISSION DES FINANCES. NI. le Président du Conseil m'a répondu

Jamais le ne ferais cela, car je serais deshonoré.. » (Mouvements divers, 6ruit au centre et d droile.)

Les arguments serrés de M. Poincaré continuent sur ce ton qui ne souffre aucune réplique, malgré les Interruptions constantes de NI. Herriot. Il est très applaudi à sa descente des tribunes.

Les ordres du jour

n y a deux ordres du jour le premier qui va être adopté est de MM. Henry Chéron, Pierre Berger et Humblot. Il est ainsi conçu Le Sénat, convaincu que la situation du problème financier est étroitement ltée 4 La politique générale, et résolu à n'accorder sa confiance qu'à un Gouvernement qui rétablira par l'union des républicains, la paix intérieure. et la concorde nationale, passe à L'ordre. du jour.

Le second, de MM. Bienvenu-Martin, llinuger, Lrson Perrier, Vieu, rtachet, Mazurier, Héry, Montfeuillart, Pottevin, est ainsi conçu: Le Sénat, confiant dans le Gouvernement pour assurer l'assainissement de la situation financière et la continuation d'une. politique de paix, de progrès démocratique et social, passe à l'ordre du Jour. »

Là .priorité:,eir faveur de l'ordre du jour de M. Chéron est mise aux voix. L« Président -«u Conseil la repousse en posanf la question' de confiance.

LE VOTE

Après pointage, la priorité est votée par 156 voix c'ontre 13S, sur 288 rotatif». A l'extrême-gauche, on crie Vive Herriot »

Le Président du Conseil tort de la séance, sutvi des ministres, ce qui est la démission. l'ordre du jour Chéron est ensuite adopté d l'unanimité de 163 voix, et le Sénat s'ajourne sine die.

Les minlstres s'en vont

PAnis, 10 avril. Dan. le Salon des Conférences, où l'agitation est extrême, un groupe de députés du Cartel ,oubliant qu'ils ne sont ,pas chez eux, organisent un monôme dans la vaste salle, aux cris de Vive Herriot I • Puis les membres du Cabinet quittent le Sénat, groupés autour du Président du Conseil, pour se rendre au Ministère des Affaires étrangères où ils vont rédiger leur lettre de démission collective qui sera portée aussitôt au Président de la République.

LA SITUATION

Pour rétablir la confiance et la trésorerie

Tout le monde se trouve d'accord nvec MM. Michel Caffort et autres Bouffandenu pour reconnaître que ce n'est pas un ministère de concentration qui s'impose en ce moment. Dans les périodes de crise et de grande néoessitk nationales, il faut pour écarter le péril très menaçant, faire appel à un ministère de salut national et d'union sacrée. Le problème à résoudre. angoissant et terrible, est celui de la. Trésorerie et de l'échéance de juillet.

La politique doit être écartée et tout doit être subordonné d la solution de la question financière et fiscale. Il faut limiter l'inflation, restaurer la confiance et renflouer la Trésorerie. Un homme comme M. FrançoisMarsal, M. Olémentel ou comme M. Boko.tiowski, faisant appel à toutes les bonnes voloniés. de M. Pauï-Boncour à M. Louis Marin, pourrait sans doute dépasser victorieusement l'écliéauce de juillet et arriver à celle de septembre.

Quand le pays aura médité le discours de M. Bokanowski, les aveus de M. Herriot et la tableau comparatif de M. François Poncet, il se détournera de la politique du Cartel avec horreur, en attendant que les événements politiques lui permettent de vaincre le Oartel lui-même. Mais il faut aller au plus pressé, qui est de restaurer la. confiance et les finances de ce pays. P.-O. DOLBEBT, L'ŒUF TRADITIONNEL

VALEUR 1.000 FRANCS lira attribué

à l'un de nos lecteurs.

UNE LÉGÈRE BAISSE

DU PRIX DU PAIN A PARIS Paris, 10 avril. La commission des farines a décidé une légère diminution du priv du puin.'Celle-ci sera appliquée partir du 21'avril. Deela sorte,.le prix du pain actuellement de 1 fer. GO le kilo et qui doit être amené dr 1 fr. 55 le 14 avril, sera abaissé à 1 fr. 50 le 21 de ce mois.

Cette décision a pu être prise, le léger relèvement des cours du blé constaté ces tout derniers jours n'ayant pas sensiblement influencé la moyenne des cours de la quinzaine âni sert de basa à la détermination du prix du pain et qui s'établit en baisse.

La cote officieuse de la farine panifiable réplementalre comportant une incorporation de 2rt de blés exotiques a pté fixée il 158 francs le quintal au lieu de 163 francs cote actuelle. UNE EMPOISONNEUSE Saint-Gillk-du-Gard, 10 avril. La nom- mée Antoinette Scierrl, originaire de Ven- rires (Hérault) a été arrêtée sous l'inculpation ti'empoisonnement. On reprocherait à l'inculpée au moins six empoisonnements.

MNDENBURG NE VEUT PAS

DU DRAPEAU DE LA REPUBLIQUE Rerlin 10 avril. La feuille de gauche « Voi.i;s\ville (Volonté du Peuple), paraissant' Hanovre, écrit qu'au cours de l'entretien qu'il eut avec l'amiral von Tirpitz et il. l'issue duquel il se décida accepter d'être candidat à la présidence du Reich, Hindenburg aurait exigé que le drapeau noir-rouge et or de la République allemande disparaisse et que le président ait à sa disposition une autre résidence que le Palais actuel de la présidence. Ce ne serait qu'après que von Tirpitz l'aurait assuré qu'on tiendrait compte de ses désirs que le maréchal Hindenburg aurait accepté.

Une vi1le mexicaine détruite par un tremblement de terre MExtco, 10 avril. La ville de Sombrerek qui compte 10.000 habitants,-dans l'Etat de Zacatecos, centre des régions argentifères, vient d'être complètement détruite par un tremblement de terre.

Hier, un torrent de lave se mit ft descendre des volcans qui entourent la ville en même temps que de violentes secousses renversaient des centaines d'édifices.

L'incendie ajouta bientôt aux horreurs de la catastrophe.

On n'a pas encore pu déterminer le nombre des victimes.

LE BUDGET

DES CHEMINS DE FER DEVANT LE SENAT PARIS, 10 avril. Le Sénat a discuté ce matin le budget dea chemins de fer. t M. Peytrul, ministre des travaux publics, répondant il diverses observations, fait quel- ques déclarations intéressantes. A propos de tarifs il rappelle qu'à partir de 1927, l'Etat n'alimentera plus le fonds commun des ré- 1 seaux. Ceux-ci devront donc, par leurs seules ressources, assurer l'équilibre de leurs bud- gets au moyen de tarifs judicieusement amé- nagées. L'augmentation des tarifs des voya- geurs réalisée l'année dernière exigeait la ra- tification parlementaire. Un projet spécial a d'ailleurs été propose en vue d'obtenir cette ratification.

Puis le ministre aborde la question des sa- laires.

M. Peytral. On a signalé que le relève- ment des salaires des cheminots et l'applica- tion de la loi de huit heures avaient large- ment contribué Il augmenter les dépenses des réseaux. C'est exact. Mais le relèvement des salaires était inévitable, étant donné ce que l'on faisait Il cet égard pour les fonctionnai- res de l'Etat 11 a, d'ailleurs, été aussi mo- déré que possible il a coûté ÎXW millions, chiffre élevé c'est vrai, mais qui n'est pas excessif si l'on tient compte des effectifs des compagnies.

La loi de huit heures

« Quant à la loi de huit heures, du fait qu'elle est la loi, elle doit être appliquée aux chemins de fer. Les compagnies elles-mêmes unt d'ailleurs reconnu que le décret du 14 septembre 1922 réglant cette application appelait des modifications. Ces modifications que j'ai réalisées au moyen d'un décret récent entraîneront une dépense supplémentaire de 72 millions si d'ailleurs il est une Industrie dans laquelle l'application de la loi de huit heures s'impose, c'est celle des chemins de fer, surtout pour certaines catégories d'emplois. Reste la question des cheminots anciens combattants. Ceux-ci ont été défavorises, le fait n'est pas contestable, par rapport à leurs camarades. à

Le ministre reconnaît qu'ils ont droit à un rappel de solde. Il fera tout le nécessaire pour le leur accorder. Un projet de loi spécial est Il la signature du ministre des finances.

Quant aux travaux neufs des compagnies de chemins do fer, ils entraînent, cela est ccrtain, des dépenses considérables. Mais ou ne peut les Arrêter il est seulement permis de les ralentir.

On parle ensuite du retard des colis postaux. M. Peytral annonce que des négociations sont engagées avec les P. T. T. pour remédier à cet état de choses.

On passe ensuite Il la discussion des enapiires qui sont rapidement adoptés.

En fin de séance, on adoptée les articles du budget des chemins de fer de l'Etat.

UNE TERRIBLE CATASTROPHE DE CHEMIN DE FER

PRÈS DE BARCELONE

26 morts, 105 blessés

Barcelone, 10 avril. Une terrible catastrophe de chemin de fer s'est produite la nuit dernière sur la ligne électrique Ue Sarriu, entre Sarrla et Bonanova.

Un train venant de Las-Planas avait quitté cette gare à 7 heures. Les wagons qui le composaient, deux de troisième et un de deuxième, étaient bondés de voyageurs qui avaient passé la journée au bois de Las-Planas. Par suite (te la vitesse excessive ou du mauvais fonction:. urnent des freines, le train a déraillé dans .ni., courbe et les wagons ont été projetés violemment sur la voie ascendante. Les voitures de 38 classe tombèrent l'une sur Vautre et furent littéralement réduites en Parmi les victimes il y a de nombreux enMalgré l'activité avec laquelle on poursuit les travaux de déblaiement, il est encore impossibe à l'heure actuelle de déterminer exactomeni le nombre des victimes. On sait que 180 voyageurs avaient pris place dans le train. On pense qu'une trentaine environ ont été tués et que plus d'une centaine ont été blessés, la plupart des autres ont reçu des contusions. On signale qu'un certain nombre de familles ont complètement disparu. La catastrophe s'est produite aux environs de Sarria, alors que In train s'engageait sous le dernier tunnel du parcours. La courbe sur ce point étant très forte, la voiture motrice dérailla, continnant sa course pendant quelques dizaines de mètres, les autres voitures déraillèrent également et tout le convoi alla s'écraser contre le mur de soutien du tunnel. A 4 heures du matin, le nombre des morts qu'on avait retirés des décombres était de 26; celui des blessés de mï parmi ceux-ci, plusieurs sont à l'agonie. Une cinquantaine d'aùtres sont dans un état grave.

UN TAMPONNEMENT

SUR LE RÉSEAU DE L'EST Paris, 10 avril. La Compagnie de l'Est communique la note suivante

Le train express 230 devant arriver à Paris fi 14 Il, 05, a tamponné vers 12 h. 30 à MontNotre-Dame une rame de marchandises en manœuvre. La cause de l'accident n'est pas encore connue. Aucun voyageur n'a été atteint. Quelques agents de la Compagnie ont été blessés.

DES LETTRES ANONYMES Versailles, 10 avril. Depuis environ un an, des lettres anonymes étaient adressées iL certains habitants de Chambourcy. Une enquête fut ouverte et M. Fougery, juge d'instruction, désigna NL Gebalin pour unq exI perttse.

M. Gebelin vient de déposer son rapport concluant à la culpabilité d'un habitant. LES EMPLOYÉS DE BANQUE MANIFESTENT

Paris, 10 avril. Une manifestation organisée par 1a Chambre Syndicale des Em·ployés de bourse et de banque a eu lieu cet après-midi place de la République. D'après les organisateurs, cette démonstration était destinée à permettre aux dirigeants du syndicat' confédéré d'apprécier le nombre des employés qu'ils ont à leur disposition pour faire aboutir leurs revendications, dont la principale est le relèvement des salaires,

LE RECENSEMENT ET.U NOMBRE j DES CONSEILLERS MUNICIPAUX Le recensement de 1921. qui n'est pu encore entièrement publié, a fait appai*Hce fier- talns mouvements de population par rapport au recensement de 1911. Des communes ont diminué de population, d'autres se sont ac- crues.

Or, il est apparu que ces mouvements se ressentent encore des suites de la guerre dans les communes où la popuUtùyi a dimi- nué. -Les sacrifices en viens humaines, si gé- néreusemcnt faits .partout ont. Ole particulièrement lourds comme pourcentage, dans no» petites communes rurales.

D'autre part, dans les régions sinistrées, tl a a des cantons, des villes même, qui souffrent encore de l'exode des habitants ou des destructions causées par la guerre.

Il snraH malséant de diminuer le nombre des représentants municipaux de ces communes, d'autant que dans nombre de ces localités, des changements se sont déjà produits depuis le recensement de 1921.

Aussi, est-ce i bon droit que la Chambre a dernièrement voté. a l'unanimité, un texte de toi proposant que, pour les élections mùnicipales qui vont avoir lieu, le nombre des conseillers municipaux soit calculé d'après l*»ncirn recensement de 1911, et non d'après «tlul de 1921.

Le texte soumis par la Chambre au vote du Sénat portait donc que le nombre des conseillers municipaux à éitre prochainement serait le même que lors des dernières élections municipales.

Mais ce texte une objection fut faite après la séance, au groupe do défense de-.la famille et de la natalité. On fît observer que certaines communes avaient au contraire augmenté de population depuis 191.1, et qu'il n'était pas juste que celles-là ne puissent pas nommer un nombre de conseillers municipaux en rapport avec leur chiffre constaté par le dernier recensement de 1921.

C'est alors que Je fis observer qu'il était facile de concilier tes deux préoccupations. Il suffisait d'atlopter comme minimum partout, le nombre fixé par le recensement de 1911 et d'admettre que la maximum du nombre des conseillers élire serait pris dans le recensement de 1921. La motion fut adoptée par le groupe et transmise au Sénat, où un amendement en ce sens, fut adopté par la commission et vient d'être voté. Le texte du Sénat a été raUffé hier après-midi par la Chambre. On doit dono *ri fonder sur cette loi nouvel!.» pour la constitution des listes municipales. Elle» na devront contenir nulle part moins de noms qu'aux dernières élections. Mais plies en comprendront davanl.ip;. si le l'ocenioment de 1921 e,;t en excellent suffisant, sur celui de 1911. pour autoriser un accroissement du nombre de conseil!ers municipaux.

A. Lefas. député d'IUe-et-VUalnf.

A LA CHAMBRE

La session des Conseils générant Les expulsions de locataires

Paris, 10 avril. La séance est ouverte 15 heures, sous la présidence, de M. Bouys&oa. La salle est très calme, la plupart des dépûtés étant allés en spectateur* intéressés à la séance du Siinat. i

La Chambre vote le projet de loi modiilé par le Sénat qui concerne le nombre des conseillers municipaux.

On vote également le projet de loi tendant à retarder pour l'année 1»25 l'ouverture de la première session ordinaire des conseils généraux jusqu'au 18 mai.

̃M. René Renoult, Garde des Sceaux, demande la (iiscussion immédiate de la propos- tion de iii adoptée par la Chambre, adoptée avec modifications par le Sénat qui tend à interdire les expulsions de locataires de bonne foi jusqu'au premier Janvier 1926.

M. Arthur Levasst'ur, rapporteur, donne lecture de son rapport concluant l'adoption dit la proposition, sous réserve de l'addition, à l'arllcli! premiers, d'un luirjirr-aph.; ainsi conçu: « Pendant li- dit cié!.ti, c'est-à-dire jusquau premier ju;llet 1925, les locataires .et ocaipanls de lionne foi seront maintenus dans les lieux nonohstant toule décision contraire.. A l'arlicle 3 également, la Commission propose une modification qui consiste, à limiter aux propriétaires de locaux d'habitation le droit de reprise.

Le Garde des Sceaux demande à la Chambre d'adopter sans modification lo texte du Sénat alla qu'une circulaire ministérielle puisse intervenir utilement avant le terme d'avr:l. Après rejet par iOG voix contre 59 (douze députés environ étant présents!) d'un amendement de M. Garelicty, l'article' premier de la proposition qui proroge le délai pour les demandes de prorogation Jusqu'au terme de juillet est adnpl'

L'addition ci.; Jl. Levasseur 4 l'article premier est également adopté ainsi que les articlcs suivants après quelques observations de MM. Lefa3 et Cautru.

L'ensemble est mis aux' volx et adopté t mains levées.

On vote alors divers projets Inscrits iL l'ordre du jour sous réserce qu'il n'y aura pas débat, notamment: le projet de loi portant modification aux appellations dans le corps des offlciers mécaniciens: le projet de loi rrservant à titre transitoire un certain nombre d'emplois d'ingénieur d'artillerie navale aux officiers des années de terre .et de mer du grade de lieutenant ou assimilés autres que 1es enseignes de vaisseau de première classe la .proposition de loi de M. Dubois-Fresncy tendant a modifier l'article premier de la loi du 18 octobre 191 sur lés Caisses d'Epargne. Le Conseil national

écovomique

M. Chassaigne-Goyon demande à Interpeller sur la composition du Conseil natinnal économique institué par décret du 16 janvier 1925 et sur les attributions que' le président du Conseil entend lui conférer.

Le ministre du Travail est aux ordres de la Chambre, dit NI. Justin Godart, mais ,1e déclare que quel que soit le sort de l'interpellation, les arrêta instituant la composition du Conseil économique paraîtront demain.- M. Chavagnes qui a une interpellation sur le même sujet qua M. Chassaigne-Goyon déclare qu'il attendra la présence du président du Conseil.

Le renvoi est ordonné.

ï.a séance est suspendue jusqu'à 7 heures dans l'espoir que 1a Chambre sera alors en mesure de fixer son ordre dn Jour.

La séance est reprise à 7 heures. Une ving- talne de ddputi1» sont présents. Le président dit qu'il a reçu diverses demandes d'Interpet- tatlcns au ministre des Travaux publics. La date en sera fixée ultérieurement.

FÊTE DES FLEURS De RENNBt 31 Mal la Juin


:LA CHUTE DU MINISTERE

LE DEBAT AU SENAT COMMENT ONT VOTÉ

LES SENATEURS

I'aris. 10 avril. Rarement on uvuit vu au Luzembourg une aussi grande animation qu'aujourd'hui. L'effervescence s'accrut encore pendant le vote et le dépouillement du scrutin.

Dans la Salla des Coutereu.-i.-s du Sénat, c'est un brouhaha qui devient presque du tumulte. Députés, sénateurs, journalistes échangent des propos sans aménité. On remarque l'excitation de M. Lautier, la tristesse contenue de M. Paul-Boncour, la colère froide de M. Maurice Sarraut. les invectives de M. Perrier. NI. Millerand est assis, immobile, sur un canapé et cause avec quelques amis. Les ministres sourient et les diverses nuances du jaune passent sur leurs visages. MM. l'abbé Bergey, Paul Simon, Balanant, Cautru. Blaisot, Le Trocquer, Flandin, François Poncet, de la Riboisière, Parteu résument en souriant les causes de la chute maintenant certaine- M. de Lasteyrie est très entouré. NI. Poincaré passe, rapide et muet.

La sonnerie résonne. Le vote est acquis 156 voix contre le Gouvernement. 132 pour lui.

M de Selves proclame ce résultal dans le silence. Et tout à coup, à gauche, c'est un orage d'applaudissements et de cris Les sénateurs cartellistes. debout, ovationnent leur président du Conseil qui s'en va, suivi des ministres. Les attachés de cabinet crient Vive Herriot 1 et forment une sorte de monôme dans les salons du Sénat. On laisse faire en dix minut** tontes les ailles sont vides

Voilà donc reuvi-iic ci- cuuiiii-i de piovocation. ce cabinet de parti, ce gouvernement de division et de discorde. Pendant dix mois. il a vécu de la guerre entre les citoyens et du mensonge. Il tombe pour avoir mentt depuis trois jours plus impudemment que Jamais. Il tombe justice immanente ce gouvernement qui avait violé la loi en chassaint M. Millerand de l'Elysée, au lendemain du triomphe du même Ni Millerand à Paris. La France, délivrée de l'oppression sectaire et du cauchemar de la ruine immédiate, poussera un soupir de soulagemen* et saura gré an Sénat de l'avoir affran' <lu joug intolérable qni l'écrnsnif.

Les votes dis sêzziz.rz

Paris, 11 avril. Voici les votes des sénateurs en faveur de l'ordre du jour présenté par M. Ctiéron et réponse4 par 1" Gouverneniant

Ont voté contre le Gouvc.-nttriziii

1:1, du Berger, Berscz, Bluyssen, Pavaine, Debierre, Gauvain, Lebeit, Pirhcry, Potié, Rio, Taufllieb et Trouva.

19 de l'Uniun déinvcralnjuc cl radicale MM Albert Mahieu. Blaignan, Calmel, Chagnaud, Cliaumet. Daasset, Deloncle Delpierre' DiH-hein. Dnpuy, Enjolras, F. Faure, l-'euga, Gérard, Hayez. Martin Binachon, Masiuraud, Strauss, Saint-Martin.

94 dit groupe de l'Union républicaine MiM. iiam d'Alsace. Amédée \ïdal. AMie, Baihelet Barthou de Bertier, Billiet, Bompard, Bonnevay, Couctot. général Bourgeois, Brangier, Brindeau. Ruhan, Cadilhon, Catalogne, Cazals, Chalamet, Chauveau, Chéron, Cornudet, Damecour, Daraigucz. Daudé, DiéblotWeber, Dudouyt, Ercard, Elby, Erniant, Farjon, François-Marsal, (iéRauff, Gomot, Chastent Guillier, Giiiltois, Helmer, Hennessy, Hirschauer, Honnorat, Hughes Le Roux, Humblot, lamin. Japy. Jonnart, Courtier, Lamy, Langlois, Lebarillier, Lebrun, Lecourtier, l.eneveu, Lévy. Lhopiteau, Alando, MassaLuau, Guesnier, Michel, Millerand, Monsservin, Montenot, de Moustier. Mulac, Ordinaire, Oriot, Pérès. Pierrin. Poincaré, Pol Chevalier, Provost-Dumarchais, Quesnel, Raiberti, Ratier, Baynald, Rinlleau, Rouland. Roussel. Scheurer, 'Srrni'n. TIh'tpi, \'illetteGaté, Weiller

26 du groupe ur >•< i.^mne républicaine MM Roivln-Champeaux, Rrager de la VilleAloysan, Bussy, Chêneboit, Coignet, Delsor, Duquaire. Fleûry, Fortin, Garnier, Berthoulat, Gourju, Hervey, Jenouvrier, Josse, Lemarié, de Lubersac, de Marguerie, Méline, Michaut, Morand, Néron, de Pommereu, Pnrteu, Renan din, de Saint-Quentin, Stuhl.

10 du grnupr de la droite MM. Uabin-Chc vaye, D. Delaltaye, de Dion, de Fontaines, François Saint-Maur, de I.andemont, Las- Cases, de Lavrignais. de Alnntaigrr, de Rougé. 3 sénateurs de droite n'nppartenant ci aucun groupe MM. de Rlois. Il, nelahaye, C.audiu de Villaine

Un sénateur de gauche n'appartenant ci aucun groupe M. Savary..

M'ont pas pris part au vote

9 de la Gauche démocratique et radicale socialiste MM. H. Bérenger. Doumer. Gras, I>ron, Jeanneney, Messimy, Milliès-Lacroix. Ranson, Steeg.

4 de l'Union républicdine MM. Fenou.r. Le Hars, T.oupvc, d) Selves qui présidait la séance.

2 de 'Union et radicale: MM. l^fèvre, Vilar.

N'ont pas pris part au vote comme excusés de ne pouvoir assister à la séance MM. de la Batut et Noël.

Absents par congé MM. Albert FouiUoux, Duplantier, Gaston Menier.

Les autres sénateurs ont voté pour le LES PLANTES MEDIOINALES DE DRETAQNE par M LUCIUi DANIF.L,

Président du Comtlt de llretaanr

itet Plantes Médicinales

Dans cet opuscule se trouvent tous les renseignements relatifs aux plantes à récolter dans notre réston et la manière de lem préparer pour la vente. ainsi ane leurs principaux usages.

En rente la Bibliothèque «le VOuetl-Eclalr. Prix i fn,nc et 1 fr W par la poste

Les ministres ont présenté leur démission à M. Doumergue qui l'a acceptée

PARIS, 10 avril. Le président du Conseil et les membres du gouvernement, réunis au Quai d'Orsay, ont reçu, avant de partir pour l'Elysée, quelques députés radicaux-socialistes et socialistes qui étaient venus leur exprimer leurs sympathies notamment MM. Léon Blum, hlilhaud, Maupoil, Alexandre Varenne. Uhry, etc.

Les ministres sont sortis à 10 heures du cabinet du Président du Conseil. M. Camille Chautemps, ministre de l'Intérieur, a dit aux journalistes la décision prise par les membres du gouvernement lp donner leur démission.

M. François-Albert ajouta en souriant Nous marchons sur l'Elysée

M. Herriot s'est entretenu un instant avec des journalistes et a distribué des poignées de mains..

Un éclair de magnésium, et c'est l'inévitable photographie des grands soirs la photo qu'illustrera demain, dans les journaux. les derniers moments des condamnés

A 10 heures, les automobiles des ministres quittent le Quai d'Orsay pour se rendre à l'Elysée.

La lettre de démission

A 10 heures 5, M. Herriot a remis à M. Gaston Doumergue sa démission et celle- de ses collaborateurs.

Le président de la République a accepté cette démission et a prié les ministres suivant la formule consacrée d'assurer l'expédition des affaires courantes

A 22 h'eures 20, les ministres quittent le palais de l'Elysée, Seul M. Herriot demeure dans le cabinet du président de la République pour s'entretenir avec ce dernier de la situation politique.

Le ministère Herriot avait été constitué le 14 juin 1924 il aura donc duré 10 mois. Le reniement de saint Pierre

u s'en serait fallu de yeu, dit-on, que le unistére refusAt de s'incliner devant le vote ..il Sénat.

Dans la soirée, on loi avai:, en effet, laissé entrevoir pour demain, uni% importante manifestation du Cartel, dont la signification eut été la suivante « Vous avez posé la question de confiance: c'est bien. Mais nous, nous vous obligeons rester*. ».

Mais il était bien difficile au ministère moribond de ne pas s'incliner devant l'arnM si formel du Sénat, ce qui ne veut pas (iire d'ailleurs que la manifestation de sympathie n'aura pas lieu.

En sortant de l'Elysée, M. Herriot. libéré (tes entraves du décorum, s'écria: « Maintenant, je vais pouvoir m'asseoir il côté de mon chauffeur »

Et, de fait, il quitta l'Elysée, assis sur le siège de sa voiture, à côté du chauffeur. Nous avons dit que M. Herriot, avant son départ pour l'Elysée. avait reçu plusieurs amis, fidèles i la politique de soutien ajoutons ce détail amusant

Le premier qui se présenta fut -Ni. Léon lîltim. Le député socialiste, désignant du •.reste les ministres groupés autour de M. Herriot, s'écria plaisamment « Voilà mes victimes » Et s'approchant de M. Herriot, il lui donna l'accolade.

Alors, Il. Herriot, souriant, s'adressant il cher ami Blum

« Mon pauvre ami, je t'ai renié et je t'ai renié aujourd'hui I

Le reniement de Saint Pierre Aujourd'hui, Vendredi Saint

QUI PRENDRA LA SUCCESSION ? PARIS, 10 avril. O soir, dans les premiers moments qui ont suivi l'échec Ce M. Herriot, certains députés du Cartel paraissaient peu disposés à s'incliner devant la décision de la Haute-Assemblée. Suivant ew, le vote du Sénat n'est qu'un épisode de la lutte engagée depuis le 11 mai entre la politique du Cartel des Gauches et celle du Bloc National. Et ils préconisaient le retour de M. Herriot, tout simplement.

Puis, cette solution ayant été asstz vite écartée, les mêmes députés déclarèrent que dans les circonstances actuelles, on ne pouvait songer il ranslituer un ministère de concentration.

Dans ces conditions on était conduit à envisager la formation d'un nouveau Cabinet s'appuyant sur la même majorité qui a soutenu M. Herriot et le nnm de M. Painlevé était prononcé.

Indépendamment des présidents cie groupes, le chef de l'Etai se propose de s'entretenir de la situation avec quelques notabilités politiques, notamment MM. Aristide Briand, Steeg, .Loucheur, etc.

Ces consultations sont trop nombreuses pour que M. Doumergue puisse être en mesure de désigner avant dimanche l'homme politique auquel il offrira la succession de M Herriot.

Les groupes de gauche

se réuniront aujourd'hui

PARIS, 10 avril. I.es délégués -lis qiiutre groupes de gauche', ainsi que les sénateurs ?t députés memhres du parti radicul et radical-socialiste se réuniront samedi il la Cham bre des députés au 8" bureau.

l'opinion de la presse

Le Journal écrit

Ceux des membres de i'op,position qui siègent au centre gauche- accorderaient volontiers leu concours un Cabinet de concentration rlus à droite on préférerait rester

en dehors des responsabilités et des solidarl- La tâche qui va incomber à NI. Doumergue apparaît comme des plus ardues. Deux avis lui seront donnés dès aujourd'hui ceux des présidents des deux Chambres. On peut 6 attendre à ce que M. Painlevé ne confirme point fe sentiment qu'exprimera M. de Selves. Du Figaro face aux sacrifias nécessaires

i2 son salut, la Nation voudrait une trêve politique et crie silence aux politiciens. .Niais voudront-ils se taire ? Hélas Les groupes radicaux et socialistes ce motin se réuissent et M. Herriot, hier soir, rentrant au ministère après la séance, aurait dit ce mot aux journalistes « C'est une bataille qui commence ». Quand la France obtiendra-t-elle de ses élus la paix? »

LA FORMATION DE LA CLASSE 1926 l'vms lu avril. l'occasion de la foriiiullon de la classe 1926, le ministre de la Guerre appelle l'attention des Intéressés sur les points suivants:

Les jeunes gens ont tout Intérêt à répondre avec la plus grande précision aux questions posées dans la notice individuelle, leur affectalion résultant à la fois de leur situation de famille et de leur profession.

La décomposition de la famille devra être indiquée avec la plus grande exactitude pour ceux des jeunes gens en situation de hénéllcier de la réduction de 6 mois de service accordée aux familles nombreuses.

Les dossiers de demandes de sursis ou dr renouvellement de sursis pour l'année 1920 devront être déposés en 11)25 dans les deux mois précédant les opérations des conseils de révision qualifiés pour statuer. Les dossiers de demandes ou de renouvellement de sursis concernant les jeunes gens qui doivent être incorporés en novembre 1925 devront être dé- posés pour le 1" septembre 1925.

Au surplus, pour connaître leurs droits et les formalités à remplir, les jeunes gens consulteront utilement l'affiche, apposée dans lo= mairies.

LE NOUVEAU SENAT BELGE Bruxelles, "lu avril. il a fallu des calculs compliqués pour déterminer, d'après le résultat des élections de dimanche, la composition du nouveau Sénat belge. La Chambre Haute comprendra 71 catholiques au lieu de 73 23 libéraux au lieu de 28 59 socialistes au lieu de 52.

De Mlle M. L. ROIF, à Paris

o mon Dieu 1. faites que nos cloches Nous revenant sans anicroches

Au lieu d'oeufs portent au clocher

Des flacons de Cherry-Rocher

UNE INVITATION AUX PRESIDENTS DES SYNDICATS D'INITIATIVE PARIS, 10 avril. A l'occasion de la Foire de Paris, une invitation a été adressée à tous les présidents des Syndicats d'Initiative de France pour se rendre dans la capitale du 12 au 15 mai.

Cette invitation n'a d'autre but que de faire aux invités les honneurs de la capitale et des attractions qu'elle présentera à ce moment.

LA REPUBLIQUE DE NAKHITCHEVAN EST MAL GOUVERNÉE

Moscou, 10 avril. L'Agence Rosta annonce qu'on a arrêté plusieurs fonctionnaires de la République autonome de Nakliitchevan, notamment les commissaires du peuple aux affaires intérieures et aux Finances.

Cette décision a été prise sur l'initiative de Rykof qui, à la suite de son dernier voyage en Transcaucasie, a signalé l'organisation peu satisfaisante de l'administration de Nakhitchevan. Le Gouvernement transcaucasien a nommé une Commission de révision qui a établi que de nombreux abus avaient été commis grâce il l'inertie des fonctionnaires actuellement arrêtés. (La république de Nakhitchevan est l'tm de ces Etats minuscules nés de l'émiettement de l'ancienne Russie des tsars. Nakhitcltevan ou Natkhivan, ville de Transcaucnsie, près de l'Arns, avait avant la guerre environ 6.000 habitants; elle était le cheflieu d'un, district groupant 70.000 âmes. C'est l'ancienne Naxuana de Ptolémée). •

QUI SUCCEDERA

AU PATRIARCHE TYKHON ? Moscou, 10 avril. L:n nombre considérable de fidèles visitent le monastère Donskoy, où le corps du patriarche Tykhon est exposé et où il sera inhuma Le corps est revêtu des habits patriarcaux que le défunt reçut en cadeau l'année passée en Angleterre d'un groupe d'admirateurs, pour le 35« anniversaire de son activité de prélat. Le bruit s'est répandu, que le patriarche Tykhon a laissé un testament recommandont en cas d'élection d'un nouveau patriarche les candidatures Cyril, évt·que de Cazan Agathangel, évêque d'Iaroslav et Pierre. évèque de Kroutitzhy.

UN NID DE VIPERES

Lapamsse, 9 avril. M. Pierre Auger, cultivateur ts découvert en labourant at la lisière d'un'bois, 22 vipères, qu'il a détruites a l'aide de ses deux ouvriers.

PETITES NOUVELLES Constantine. Une secousse sismique de courte durée, mais violente, a été ressentie à 5 h. 45. On ne signale aucun dégât. Epinal. Une somme de 40.000 fr. environ en titres et bons a été dérobée pendant la nuit au préjudice de M. Aristide Demangeon. cultivateur à Fimenil, près Epinal. PARIS. Les congrès de l'enseignement se sont poursuivis aujourd'hui, tant à la Sorbonne que dans différents lycées de Paris. DERNIERES NOUVELLES SPORTIVES

CYCLISME

LA RÉUNION PASCALE AU MANS

L'Union Sportive du Mans organise. demain, au Vélodrome Léon-Bollee. au Mans, une réunion appelée à un gros succès.

Les épreuves suivantes sont Portées au programme

Handicap) (3 tours;, débutants et aspirants; Grand Prix de Pâques (vitesse) prix des abonnés, course derrière vélomcieurs (15 km.) course de vélomoteurs (50 Km et étHlilIsscmen; du record des 5 km, par M Douillet, sur voiturette autumobile Rail)' 7 HP avec la participation (les Compaln, Richard. Lande. Peiard, Laloue, La')arre. Ulln. Lande, Urellepoix. Gulllet, Frolssard, Mallet. etc.

Il y aura encore la foule demaln au Vélodrome de l'Avenue du (irnrd rimettcre.

Aujoura nui dans

L'ILLUSTRATION 24 pages de texte et de gravures dont plusieurs en couleurs, notamment

Une partie de rugby à Colombes (aquarelle de G. Leroux)

et l'Hôtel Lauzun, la fameuse demeure historique du xvne (peinture de Paul Thomas et autochromes).

Avec l'habituel supplément littéraire Prix du Numéro 3 francs.

JURIDIQUES

(Loyers. Procès. Litiges, etc.1

sont envoyés par lettre particulière contre 2 fr. 25 en ttmbres adressés^ VOuial-Eclair.

Pour Sauver la Terre t Si l'agriculteur gagnait moins durement son argent;

S'il pouvait aller. à la ville quand ça lui plait

Il ne penserait plus à abandonner la terre. Nous avons envoyé nos voyageurs visiter teutes les régions de France. Ils ont causé avec des centaines de cultivateurs, éleveurs, herbagers. maraîchers, vignerons.

Tous ceux qui se servent d'une auto reconnaissent qu'elle leur permet

de gagner du temps et de l'argent:

de faire leur travail avec moins de peine; d'avoir une vie plus agréable.

pas un ne pourrait s'en passer maintenant. Si tous les agriculteurs avaient leur auto, la terre serait donc sauvéc

Henri IV A chaque paysan, la poule au pot 1 Bibendum A chaqus agriculteur, son auto 1

Dans les urtiules qui vont suivre, nous mon- trerons en détail les services que l'auto peut rendre dans les campagnes. Nous laisserons la parole aux agriculteurs 1 eux-mêmes. Ce sont donc des chiffres, des renseignements précis et vécus qui passe- J rcnt sous les yeux du pulilic i

RENAULT ses 6 et 10 cv.

avec freins sur roues avant

TYPES DE VÉHICULES 'TARIF

6 cv.

Torpédo 3 places 15.100 fr. Torpédo 4 places 16.500 fr. Tous Temps 2 places 17.500 fr. Conduite intérieure

4 places 18.900 fr. 10 cv.

Torpédo Série 22.900 fr. Torpédo Luxe 4 places. 25.100 fr. Torpédo Luxe 6 places. 25.600 fr. Conduite intérieure 30.600 fr.


AVANT LA FOIRE-EXPOSITION

L'illumination des rues de Rennes

Dans sa séance de jeudi dernier, le Conute de la loiie-Exposition a pris ses dernières décisions pour l'éelairajfe électrique des rues de Bennes pendant la grande semaine du 25 avril au 3 mai.

C'est ainsi que nous verrons les illumina'!ON jusqu'à 1A heures et demie du soir dans tuut le centre de la ville, c'est-à-dire rue Molie-Fablet et rue d'Orléans jardins de la Daine couverte, rue Edith-Cawell, pace du Palais, quai de Rohan, place Lej*Mit rue de Montfon. rue Rallier du Batv. place du Cariée, place Beaudrairie, rue de 1 r»ermine, rue Duguesclin, rue de la Monna.e rue de Brilhac, rue Victor-Hugo et au Thabor. Nous omettons même peut-être quelDes bandes électriques au total 800 mètrfs de bandes seront prêtées aux commorrants; des guirlandes seront placées à tous les carrefours; on en comptera trois ou quairi' par tronçon de rues. Dans chaque rue. la répartition des frais-

M. Sexer, président du Syndicat des élec..nciens, a été chargé de s'entendre avec tous les électriciens pour que la pose soit faite aux meilleures conditions possibles et d une façon uniforme.

Ajoutons, dans un autre ordre d'idées, que. pour compléter l'animation de la cité, il y aura musique tous les soirs, soit par la nouba du «• colonial, soit par la Musique Municipale, la Fraternelle ou l'Harmonie «fs chemins de fer et que deux retraites aux flambeaux sont déjà prévues.

Pour la reptation de notre ville. pour dissiper dans l'esprit des étrangers le prélugé que Rennes est une ville morte, le Comité de la Foire-Exposition compte que tous les commerçants n'hésiteront pas à pavoiser n A tenir leurs magasins ouverts tous les soirs jusqu'à 10 heures et demie. C'est leur ;itérêt narliculier et c'est l'intérêt général. 'tant donnée l'affluonce énorme des visi- 'ours pendant i-ctte grande semaine.

le paiement de l'impôt

sur le chiffre d'affaires

11 est rappelé aux contribuables acquittant cet impôt rue de -'Aima, que le premier trimestre devra être versé le 19 courant au plus Ceux qui ont souscrit un forfait, recevront contre accusé de réception, la feuille des paieiiK-nts trimestriels au moment où ils S'i piésentei-OQt pour verser le montant du p.-emier irimestre. lequel leur sera indiqué sur p ace. Il y a intérêt à ne pas attendre les ferni^rs jours, si l'on veut éviter une longue atume au guiiliet.

LE CONTnoLlU'R.

LA VIE RENNAISE

Flebdomadaire illustré, politique et littéraire Directeur Gibaud-Mangin

L'inauguration du monument Charles Lenoir (M. nonein prononçant son discours, le monument portrait du peintre J. Lemordant). Les Sports le départ du Critérium du Premier Essor. le réunion du VéloUrnme photogravures.

La Polinière.

La Semaine politique.

iievue de la Presse locale.

il y a Cinquante ans.

Le Carnet Miiuiain.

La Vie Artistique.

l.n Vie Sportive, etc.

Feuilleton, etc.

nombreuses illustralions

(Le numéro: 15 cenUmes)

Médailles de la Prévoyance sociale PROMOTION NORMALE

Médaille d'argent

Wc-el-Yilainc. MM. Delanot F., à Cançale Glard J., à Saint-Malo Millardet H., à Rennes Pinot A., ù Vitré: Poste A., à Rey A., il Rennes Sourd in L., Saint-Malo Turcas 1- à Saint-Malo %*et-gnioux A., à Vitré.

Médaille de bronze

MM. Jarnin P.. à Dol Leberger L., à Dinard Lcnuir A., à Dinard Pihier L., à Argentré Richard A., à Retier.

FAMILLE INTERESSANTE, avec cinq enfants, vivant a Rennes dans une seule pièce depuis îaii, cherche appartement de 2 ou 3 pièces.

La Direction de l'Ottttt-Kclair fait un appel pressant û ses amis de Rennes pour que cette demande soit ac; ueillie favorablement. SYNDICATS & SOCIÉTÉS STnmcu dis Mf.i»i:x. Ou nous communique Réunion généralc du Syndicat des Métaux CyonOrdre du jour Réponse patronale; inauguration de la Maison du Peuple. Présence indispensable. SVXHXT RENNtls lits E1IM.OÏÉS DU COMMfilCE ET K l'Indl-stbie (C.F.T.C.). lu, rue Salnt-Ilelier. Avis important. Il est rappelé à MM tes employeur, et aux employés de toutes catégories, qu'un servie- gratuit de placement fonctionne les main et vendredi. au siège social, de 18 heures à 19 heure* i>a correspondance peut y être aarenic chaque Jour.

A L* Maison dit PEUPLE. L'inauguration oe \a salle des fêtes aura lieu le samedi 18 avril, il S) h. la.

MTB DES FLEURS DE RENNES

31 Mal 1« Juin

Chez nos étudiant!

APRÈS LA MI-CARÊME Le neuvième numéro de l'A, qui devait p.araitre mercredi prochain, est reporté au mercredi 29 avril par suite des vacances de Pâques.

Nous trouverons dans ce numéro tous les renseignements concernant la Foire-Exposition et .notamment le stand de L'.4, qui sera installé sur la butte, près du restaurant. il sera animé pnr nos bons amis dont on connaît l'ardeur et par un orchestre qui fera merveille.

Prière aux œuvres de bienfaisance qui défirent loucher une part des subventions sur les bénéflces de la Mi-Carême, d'adresser une demande à M. Picquenot, commissaire général des fêtes, à la Maison des Etudiunts, rue Clialais.

Les subventions seront versées le 29 avril, à cause des vacances, comme nous l'avons dit plus haut.

Le Congrès de l'Union générale

Le Congrès de l'Union Générale des Etudiants de France aura lieu Ii Lille lu 14 au 21 avril 1!)35.

Les intérêts de l'Université de Rennes seront défendus par !'on!. Colas-Pelletier, président Picquenot et Bossu, vice-présidents; Le Gallo. trésorier de l'Association Générale des Etudiants de Rennes, auxquels se joindront pour les sports MM. Lagrée et Pcnanhoat.

A lorrasion des Fêtes de Pâques, les Magasins Modernes seront fermés le lundi 13 avril. BRISOU, DIT « BRISE-TOUT », EST EN PRISON

A différentes reprises, les frèr?s Brisou, demeurant rue Saint-Malo, ont eu des comptes is régaler avec la police, pour ivresse manifeste et bris de clôture.

Ernest Brisou, âgé de 25 ans, renouvelait ses exploits jeudi soir, chez Mme Bourdon, débitante, rue de Brest, où il avait passé une partie de sa journée ù consommer

Vers 18 h. 30, comme il se trouvait en comPlrt état d'ivresse Mme Bourdon refusa de lui servir iL boire, mais Ernest Brisou n'entendit pas la chose de la même façon et après avoir copieusement injurié la débitante 11 brisa un bol et descella une table. Un rassemblement se forma aussitôt cependant que Mme Bourdon s'échappait en courant et prévenait le poste du commissariat central. Deux agents se rendirent immédiatement sur les lieux et mirent l'énergumène en état d arrestation.

Conduit devant M. le commissaire Dubois, il dut reconnaitre les faits qu'on lui reproProcès-verbal lui a été dressé ainsi la .D'autre part, Ernest Brisou ne s'était pas acquitta envers l'Etat d'une contravention qu'il "h1.' subie. Aussi a"t-" {té arrèté hier après-midi par les agents de la Sûreté et conduit à la maison d'arrêt, où il devra purger une peine de cinq .jours de prison.

CYCLISTES, c'est demain dimanche, voulez-vous" goûter les joies du tourisme et excursionner sans ennui î

Munissez votre bicyclette de la

FAMEUSE CHAINE PEUGEOT

LES PROCHAINES ASSUSIES D'ILLE:ET=VILAINE

La session qui va s'ouvrir le 11 mat, sous la présidence de M. le conseiller LehuérouKérisel, ne sera pas des plus chargées Jusqui présent n'ont été inscrites au rôle que deux affaires d'infanticide, une affaire de meurtre et une affaire de vol qualifié Ln revanclie, la session d'août sera certainement très importante, avec le crime de la rue Nationale et l'affaire du pseudo-marque de Champaubert et plusieurs autres qui seront évoquées à cette session.

^MATINÉES S- SOIRÉES OMN1A-PATHÉ

CETTE SEMAINE

"J'AI TUE"

et LES FIANÇAILLES TRAGIQUES (3« chapitre de Surcoût)

RlïUEMMATION DE (iAH DES TnrRMXS H MAX Ce soir samedi il avril, 1" représentation au Théâtre Municipal de Bennes Troublti-moi oraCrette en pactes, de Yves Mlrapde. musique du compositeur vous vous amusjrez. car vous chanterez tous les r&rains en choeurs pendant les entracte» Vous tous amu«crei. ear vous assisterez à un sr>ecta<:le follement sat.

Vous serez content, car M. il.. Max vous devait un nouveau S".tr>s.

Location comm- d'usage.

EXCELSIOR

présente cette sematne

Un chef-d'muvre de sentlment,

de fantaisie

et de science cinématographique

CENDRILLON

transposition filmée de la célèbre légende et le dernier épisode de

LA CLOSERIE DES GENETS

SELECT. Tournée organisée par la Société Gaumont présentant leur grande production. L'œuvre entüre a chaque stance SCARAMOUOHE Film que tous les Rennais voudront voir, certains quartiers de Rennes particulièrement le Palais de Justice avant été reconstitués en Amérique pour les besoins de la mlse en scène. sottie tous les jours. Matinée de Jeudi avec prix spécial de 1 fr. droits compris, pou. l»s jnfants et élèves des écoles.

LES PLANTES MÉDICINALES DE BRETAGNE par M. LUCHlH DANIEL,

Prissent du Comité <lr Bretagne

des Planta KédictnaUs

Dans cet opuscule se trouvent tous les renseignement» relatifs aux plantes a recoller dans notre légion et la manière de les préparer pour la vente, ainsi que leurs principaux usages

En vente la Bibliothèque de l'Ouest-Eclalr. Prix 1 franc et 1 fr. 10 par la roste.

POUR G'ELECTIflN DE LA REINE DE LA FETE DES FLEURS

Tous les ateliers, tous les magasins de Rennes sont priés de désigner une ou plusieurs jeunes Rlles susceptibles d'être candidates il l'élection de la reine et des demoiselles d'honneur de la reine de la l'Ole dfs Fleurs. Les noms, âges, professions, <oitsses exactes, désignation de l'atelier ou eu u i f?asin des candidates choisies, ainsi .'ue ceux des candidates qui voudraient se faire inscrire directement, devront être envoyés avant Je ';5 avril à Ilt. Emile Brevet, présrJnU de la 40 Commission de la Fête «les Fleur? 10 rue de Neinours à Rennes. Adi-iîs le 25 Iviil aucune candidature ne sera r.'çuc tout<> ocmande d'inscription qui ne parvl mdri us dans le délai fixé ne pourra, soin aucun prétexte, être admise. Les latines f.lle- d:nt les candidatures auront etc reii-nues enr la Commission seront convoquées par ltitre pour l'élection.

La Pommade Cadum i fait disparaître

toutes les affections dsrl EXCURSION SUR LÀ COTE Dimanche et Lundi de Pâques

SAINT-MALO ET MONT SAINT-MICHEL par auto-car Il places

Itinéraire du dimanohe

Départ Hôtel de V Ouest-Eclair à 9 heures pour Dinan; Dinan, arrêt jusqu'à 15 heures départ Dinan pour Saint-Malo par Châteauneuf.

Lundi

Salnt-Malo-Mont-Saint-Michel: départ SaintMalo Porte Saint-Vincent à 9 heures; arrêt Rothéneuf (rochers sculptés); arrivée MontSaint-Michel à 12 heures; départ pour Rennes à 18 heures.

Prix de la place 50 fr.

Adresser les demandes au GARAGE DU CHAMP DE MARS, 16, rue d'Isly, Rennes Téléphone 1.53.

N. B. En cas de mauvais temps, le départ n'aura pas lieu et les places seront rembou rsées.

EN PASSANT

Une farce.

Un de nos sympathiques commerçants rennais vient d'être victime d'un mauvais plaisant. Il s'était absenté une journée de son magasin et lorsqu'il rentra le soir, une majestueuse pancarte se balançait ù la devanture.

La pancarte portait évidemment une lnscription mettons .ironique.

Notre commerçant, qui a bon caractère, ne se fâcha point, m4is la prochaine fois, il pourrait en cuire au farceur.

A L'INSTRUCTION'. Mme Oiprrois Vi cultivatrice qui tua dernièrement s-jn mail d'un coup de fourche, à Amanlis, a été interrogée hier matin par M. le ïvgi 0 du parquet de Rennes.

Ce matin, en présence de il" T.ecoq, .on défenseur, Guibert, le conmice de Lt Sm dans le crime de la rue Nati-jualu subira son second interrogatoire. Le premier iiiltr.rogatoire, très court, n'avait été qu un interrogatoire d'identité.

VOL DE FLEURS. Mme Vve C. demeurant rue Chateaudun. a été prise hier en narrant délit. de vol, au moment où elle cou(les fleurs (des camélitis et des rhododendrons) dans le jardin de M. Lucas, avoué à la Cour, rue Martenot.

l'rocts-verbal a été dressé ù Mme Vve C. VOL D'UN SAC A MAIN. Dans l'aprèsmidi d'hier, à l'arrivée du train de Paris, une dame a porté plainte au commissariat de police du 3« arrondissement contre un inconnu qui lui aurait dérobé, pendant le voya.ge, son sac à main contenant CO francs et divers.accessoires de toilette.

La police a ouvert une enquête.

DANS LA LEGION D'HONNEUR. Nous avons le plaisir d'apprendre que M. Boulanper. le sympathique et dévoué sous-directeur de l'Ecole de rééducation des Mutilés, vient d'être nommé chevalier de la Légion d'honneur. Nos vives félicitations.

RENSEIGNEMENTS JURIDIQI'QES sur loyers, baux, lltlfcres de toutes sortes sont donnés sur do- mande et par ;ettre moyennant 5 fr. 25 en timbresposte adressés AU Servie» des Btnseianementi ivrt- d'quel, d i'Ouest-Eclalr. Bennet,

K'entreprenei Jamais un voytre quelconque, «°1lerur ou Individuel, en France ou k l'Hnogtr, sans demander préalablement des renselrnementi au Service de« Voyages pour tous de l'Ouest-

LA FETE DE PAQUES A RENNES A la Métropole

Demain, le Cardinalla grand'messe et aux donnera après la messe ladiction Papale laquelle est attachée une indulgence plénière.

:1 l'issue des vêpres. sermon par l'abbé Culéno, prédicateur de la Station Programme musical. sur dit', de la Symphotale Avant la pontificale. rhanf dequel, à 4 voix mixtes, .T.-S.

et de la Messe Sa. Sortie de A. Ignotus; Inla. LamBonnet; Au Salut à 4 voix mixtes, rieà 4 voix mixtes. choral à 4 voix J.-S. Bach; Lofiez le

Sortie du 21 Concerto, J.-S. A Notre-Dame

Dimanche il 5?pi iheures, me.M» des hommes • \llocutou I)ar le H.P. Germain; org-uo .Ni. C K. ColIHn. CbMiis. Pendant la messe de neuf heures, M ̃c.-A. CoHlii rera1 entendre au grand orgue le. oeuViTe» suivantes

Prélude pour Piques (Ciment Loret, 1333-1909) ex-orgsniste de St-LouU d'An Un a Parts- o/fertotre pascal (J. Guy Hopaitzj; Sur V Antienne · Ve8pere et la U Main); Toccata sur V" 0 F"" et 1Hœc dlés (Jean A la grand'messe de dix heures, des chœurs nulles uo .Notyre-Uame Ittterpréteront 0 Fllti (A 4 v'olx mixtesi 0 Sncrum convlginm, il 4 voix mixtes (i:A. Colin); .Me«e 0 Magnum Mystenum 'a 4 voix mixtes 4 Capella (ViiiorH. I540-iso«,- Avrie, Gloria, Sanctus, Benediclus et Agnut be\ (à 5 voix mixtes; Tanlurn ergo a 4 voix mixtes (a capeMa), P. da falestrlna (lJSl-13!)li: l» Propre (le '1 ornée en grpégorleji, par le groupe des soprani. Aux veprea -.Magnificat, modulations il 4 voix inlxtes (Carolus Arçdréas?; vivant et glorieux, canlio.uo à i voix mlîtes <if. HaSndel); Christus resurrexit, voix mixtes (C.-A. CoBlo); Regiiia cœli ft « voix mixtes (A. Lottl, 16«7-lîfO); Tu es Petrus iL. Salnt-Réquler; Tantum ergo, à 4 voix il Kiẽdermeypr.

(Les olia-urs sous lia direction de M. C.-A. CoUin ¡¡et. l'orgue •d'aceompagnomont. Mlle M.-Th. Molsse-

A Sainte-Jehanne d'Arc

A l'occasion de 1% fête de Pâques, la Chorale exécutera le programme- suivant

Entrée Fugue sar l'Alléluia. Pascal, de Seeger; Messe a 3 vnu mixtes, de Paolo Amatucct; A'yrié' Gloria, Sanclus. Agnm Del; Offertoire à 3 voix mixtes de César Franck; et (anlahlle. de :a Sonate en «I, de Cervetto pour Tlol*icelle et orgue. Violoncelliste Mlle Le Floch, élève de M. Loidreau.

Vêpres Faux Bourdon, de Perruchet. 4 voix mixtes 0 FUH a 4 voix mixtes 0 Satutaris lloslta, il 3 voix m:xtes, de C.-A. Collin organiste it NotrenDame. pièce conwiosée pour la choraJe SteJehanne-d'Aw; Aue Maria, 3 voix mixtes d« c A..Ç«i(in; Tantum ergo, il 3 voix mixtes Choral), de abbé J. rnry. organiste du grand ergue de la Cathédrale.

Enturô vapre;. grand choeur en si bémol de Mendelshonn.

Sortie Grand'messe, Fanfare (Lemmens); Vêpres O ftllt (A. Gutlmant).

Basilique Saint Sauveur

La Salvatortenno exécutera le programme suiTant:

Grand'messe Cantique pour une premilrc messe 'Vincent ti'Jndy); Messe à 3 'Voix mixtes (Ce-,sar Fanck); Offertoire Christua resurrrxil, 4 v. m. (Marcello): Cuvrez vos portes éternelles, 4 v. Vftpres et Salut Faux.Bourdon, 4 T. m. (Perruchot); Jésus, notre Muitre, est ressuscité, 4 v. in. iHiiemlel): O F Ml 4 v. m. (Henry¡: Cantate Domino, a v. m. (Vinrent tf'Indy); Tota puUhra es duo, ténor, baryton (Casimlri) TaïUtun higo, v. in. (J.-S. 1J.1): uuvre: vos portes éternelles (Uouuod).

A Toussaints

Le dimanche da Paqoe», l'orchestre paroissial et la maîtrise se feront entendre uvec le programme sutvant

A la grand'messc 0 FUU, sûll et choeur messe avec Credo de U. Nibelle, organiste de Sai'n^-Fraiiçois de Saies, a Parts (œuvre couronnée au concours de 1923)

Offertoire Mélodie pour hautbois et orchestre. Sollste M. A. Fétu, prix d'honneur du Conservatoire Tantum ergo, de Den'. Cantique de Pâques.

Aux vêpres Psaumes en faux-bourdons Louons le Dleu puissant, choeur de P. Sohren (1668 Jésus ressuscité, solo et ohoeur de Prœtortus (XVIf s.) Ave Maria de César Franck soliste. M. J. Trécan Tunlum ergo, grand cheeur Chant de Pdques, soit et chœur.

Basilique Saint-Aubin

A 7 heures, messe de communion des hommes. Gi'aiicTmesse a u h. 00. Vêpres a a heures. Clôture de la Mission, sermon.

A Saint-£tienne

A 10 heures, grand ipessfl en musique Messe de Sainte-Céclle (Gounod) ihceurs 3 quatre toK mixtes avec orgue et orchestm Kurie, Clona, Saiulus et Aunus. Solistes MM. Brlaiai, Carnet. Martin et Morfolsse. Mmcs Martin et Sniinlet, Mlles Poirier et Colle i ie» choeurs sous la direction de M. l'abhe Dtvet.

A la mesce de Il Il. 30 Ilosannah. chant de Pâques, M. Carnet O Saltttur;s (C. Franck), Mlle Reux Hymne de l'dques (Reuschel). Mlle Reux. Aux vêpres 0 FUIl et Filiee. cheeur Il qnatra voix avec soli ro«(i;?/i croo, cliceur à <|uat« Voix Regtna ccr.ll. chœur à trois voix (J. Bécsau); solistes, Mme llfarttn et M. Morfolsse.

A Saint-Cermain

Le dimanche de Pâques. à la grand'messe 19. maîtrise paroissiale exécutera le (programme suiEntrée (1/:rand orgue), (Th. Dubois): Kurie (à 3 voix mixtes). (C. Franck); Gloria (s 3 voix mixtes. (Th. Diilmis); punis Ullo Guillon), (César t'ranck); Agims Del (.1 4 voix). (G. Ltroy); Sortlo Psaume iso (a 4 voix), (C. FranoK).

Aux vapres Psaume en taux liourJon de Paruchot et Henry Au Salut 0 FUii et Filtx (a 4 voix); (soliste Mlle Gulllon); Rfinlmi C02U (grégorien); Tantum Ergo 4 voix). (Minart) Sortie Alléluia (Th. Dubois).

A Saint-Hélier

Orand'Messe Messe a 3 voix en nu bémol de 0 et (fatux bourdons), vêpres Psaumes en faux bourdons, Mgr 'Perruchot; 0 FMI (faux bourdons)." Henry; Aie Maria Gounod; Tantum Enjo, Gounod. ( 1 Aux Sacrés-Cœurs

La Psalette paroissiale exécutera la programme sulvant

Gr&nd'Messe Messe & 3 voix d'hommes, de Pérosi; a l'Offertoire Dextera Domlni. de César Franck. Aux vêpres Psaumes en faux bourdons. Mgr Pertuchot; au Snlut 0 FUU (grégorien); lltijluu Ccku (grégorien); Tantum ergo (à \O>x), abbé inry.

ETAT-OIVIL Dl RENMES

Naissances

10 avril. Jean-Baptiiste PKraerel, rue 9l-Malo. iC; Raymond FrogeaU, rue Chlcogné. il; Marcel

I.or*r. anx Chstups-Manceant; Georg*tte Pontet DÉCtS

10 avril. Gotlhll Huzenlauto. fourreur, marié. ans, rue de Toulouse, 5; Valoiitln Lel>k>vennec niaiiii.'iivrp, marlii. 3; arts. rue Mail Conseil 43 Veuve Morhan. liée llarouleJ, SI uns. rue -Vlphoose Giiérin, 6; Jeanne Bai-bot. veuve l.emonnter, 74 ans. rue de ParH. 103; Ohve Orhatwl, p., c6Hbatalre, 8t ans, rue de Parti, ÎOS; Veuve Contl. ne*- Lloy-d. tu ans. rue Frmrols Ijnno 9: Mme Bazin-, née Le rocheux. îj ans, ruu Adolphe 1AConvois mortuaires

dn samedi Il avril ikô

10 h. 30 M. Brlot. rue de la Palestine. 4Î, égline .Notre-Dame. Ctmet4ère du Nord.

10 heures '1. Ifu/enlaul), rue de Toulouse 5, église' St-sauveur, Cimellùro du Nord.

2 heures Mine Perlautt, Ilùtel-Dleu, ClmeUère s heures si. Bigarré. Pontchallloù, Cimetière 4 lmir« Enfant BréJl, Hôtel-Dieu. Cimetière EU'' égtlse SiInt" LA FETE DE PAQUES. A 10 heures, çrand messe solennelle avpo le concours de la sainte-Cécile. Messe il. 3 voix eu mi bémol de Th. Dubois, avec orchestre.

A 3 heures, vêpres sotennelles.

SUCCES. Nous recevons de NI. P. Lagelain, directeur de l'Ecole Supérieure de Peinture de Bruxelles, la communicatlou suivante Eu ma qualité de directeur de l'Ecole Supérieure de Peinture 'l.ojrelain de Bruxelles, j'ai l'honneur de porter iL votre connaissance que M. Louis Cintré, de Samt-Aubin-d'Aubigné, est parvenu à mériter, grâce .à son travail et à ses dons personnels, le DirJôme de Capacité, récompense qui lui a èté décernée avec la plus grun.de distinction ».

Notre comratriote, M. René Trécan, a obtenu la même distinction.

Nos félicitations.

AUJOURD'HUI

Ce soir, à 8 h. 30 précises, soirée au Sévira*. PAQUES A VITRE. A NOTRE-DAME. Voici le programme qui sera exécuté par 1 harmonie Notre-Dame, à la Grand-Messe, le jour de Pâques:

Entrée La Croix de Lorraine, marche, de Senee Offertoire llfarche tnrque, de Mozart arrangement de Dias Sortie • Vercingetonx, de Bonjean.

A Saint-Martin. Messe 3 voix de Th. Dubois Offertoire Dextera Domini de Franck; Vêpres Faux Bourdons, de M Perruchet Salut du Saint-Sacrement 0 filii Tantum Ergo, de Schumann

A SAINTE-CROIX. Messe a 2 voix Kyrie. banetns et Agnns, d'Oscar Van Durme Gloria. de Bourguignon Vêpres Psaumes en faux bourdons, de Perruchet avant le sermon Choeur en français Hosanna de Ferrand Salut voix 0 Regina et DISTINCTIONS. Nous apprenons avec plaisir que MM. Boulais et Bridier tous deux directeurs de la Caisse d'Epargne de Vitré depuis près de vingt-cinq ans, viennent de se voir attribuer la médaille d'or de la Prévoyance Sociale.

Nous leur adressons nos bien sincères félicitations pour cette distinction Justement

POUR LA FETE DES FLEURS DE RENNES. Le comité des fûtes de Rennes l'ayant invité 1 désigner une jeune fille de Vitré pour représenter comme demoiselle d'honneur de la Reine, l'arrondissement de Vitré à la fête des fleurs qui aura lieu g Rennes les 31 mai et i·· juin prochains, le Maire do Vitré a l'honneur de prier les jeunes Illles désireuses de remplir ces fonctions, de vouloir bien se taire inscrire à la mairie jusqu'au samedi »5 avril courant, dernier délai.

Le président du comité des fêtes de Vitré fixera ultérieurement le jour de l'élection de la demoiselle d'honneur qui sera choisie dans une réunion il laquelle seront conviées les jeunes fllles de Vitré.

Le Comité do la fete des lleurs de' Rennes prend à sa charge les frais de voyage et de séjour de la demoiselle d'honneur ainsi que ceux de la personne qui l'accompagnera. 11 lui offre en outre sa toilette.

AVIS. En raison des fêtes de Pâques les allocations d'assistance aux vieillards, aux fa- milles nombreuses et aux femmes en couches seront payées la Recette des Hospices de' HARMONIE NOTRE-DAME Voici le programme qu'exécuta l'Harmonie \otreuame à la graiiu'messe du jour de Pâques hntnV Croix (le Lorraine, marche (Sénée). Offertoire Marche turque, Mozart arrangements de Dias. Sortie Yercingiiorix allegrfc, Boujean.

UN MINOTIER FAIT APPEL. Nous croyons savoir qu'un des minotiers condam- nés le 3 courant par le Tribunal de simple police de Vitré -pour infractions il l'arrêté pn-fmoral fixant le prix de la farine a interjeté appel de cette décision.

L'affaire sera donc prochainement évoqué» devant le Tribunal correctionnel.

COUPS ET BLESSURES. Le lundi 4 cuitrant, M. Louis Cherruault, charpentier, demeurant au Champ-Trir.quant, commune ne Bais, étant a son travail dans la cour de M. sccrctnili, a été frappé violemment par le solciat Mahé, du 52» bataillon de génie, en Qprmission à Bais.

Sajis aucune provocation, Mahé s'est élancé sur lui, l'a renversé. l'a frappé à coups de poings à la figure et lui a fait des blessures d'ont il portera longtemps les marque?. Sans l'intervention de Al. Ruhlon, patron de Cherruault, qui a pu maîtriser Dlahé, les blessures de Cherruault auraient pu être très graves.

il faut^lire que Mahé était ivre, sans cela il serait difficile d'expliquer cet acte de violence.

,NI. Cherruault a porté plainte.

DANS LE BATIMENT. Depuis quelques jours, il y a conflit chez les couvmirs entre Irs ouvriers et les patrons au sujet d'une austmentation de salaires. \ous espérons t qn'un arrangement interviendra dans un court délai.

CONSEIL DE PRUD'HOMMES. Le Mb* du la ville de Fougères invite les personnes désignées l'artiste 5 de la loi du 27 mars


1907. modifiée par la loi du 30 mars 1KU, iL s: présenter 8 la Marie (bureau éicctqioJ; jusqu'au 20 avril inclus, il l'efÇ«t de Justifier de leur droit à étre luscrlteà sur la liste des électeurs.

Les conditions requises sont les fculvuulti 1" l'.uv inscrits sur les listes ulectorales politiques;

8» litre &sès de M ans révolus au plus tard t-lecteurs pur la Mairie.

̃i' Exercer depuis 3 uns, apprentissage compris, une profession dénommée dans le décret d'institution du Conseil et de résider dans le ressort de ce Conseil depuis un an. Sont électeurs ouvriers, les chefs d'équipes ou cuntiuinaiires prenant part à l'exécution inatéiielle des travaux industriels et les chefs d'atcuer de famille travaillânt eux-même.. KJecteurs patrons les patrons occupant pour leur compte un ou plusieurs^ouvriers uu employés.

Sont inscrites également sur les listes électorales, suivant la distinction ci-dessus, les femmes possédant la qualités de Françaises, réunissant les conditions d'asc d'exercice de la profession et n'ayant encouru aucune des condamnations prévues aux articles 15 et 1G du décret organique du 2 février» 185Ï. \.»i électeurs déjà inscrits n'ont pas il. demander à nouveau leur inscription. Ceux < 1 1 1 par leur clinnceincnt de situation. doivent passer de la catégorie ouvriers il la catégorie patron», sont (irlc« de faire opérer le dit changement.

CLASSES 1912-1923-19M. Les ajournés maintenus, exemptés et pris bons services armé ou classés service auxiliaire, par le Conseil de révision de 1924, sont prié, de se présenter eux-mêmes à la Mairie (bureau mi.itaire) pour retirer leur livret militaire. NOTARIAT. M. Auguste Huhlot. princinal clerc de M* Antoine Chevallier, notaire :2 Fougères, vient d'être reçu à l'examen du notariat. Tous nos compliments.

JUSTICE DE PAIX. M. Pédroti, jupe de paix il HPiniebont (Morbihan), vient d'être nomme juge de paix du canton nord de Fougères et du canton ile Louvigné-du-Désert, cn remplacement de M. Dcnugues, nommé à lnntes.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL. Le tribunal correctionnel a condamné à deux mots de prison, Gagncrlo Charles, 53 ans, né i la Bazoge (Sarlhe), arrêta en flagrant délil de mendicité le 6 courant, à la Cliapclle-Thouaraull. CHIFFRE D'AFFAIRES. Le chlffre d'aff.iires, impôt sur les automobiles et les licences, seront perçus Il la mairie le mercredi 1j avril, de 9 à 1:> et de 11 a 17 heures.

La charmante blette de M. P. Besnier, ln-9- pecleur primaire Redon, passait vendredi matin dans la Grande-Rue, regagnant la mai-

son ùc ses parente avec son frère. Elle n'en-,teudit pas venir par derrière aile un motoeyclitlu qui maigre ses efforts né put l'éviter et la renversa presqu'en face la rue Bilnt-Nioolas. Aux cris des enfants, des témoins se précipiteront et transportèrent la pelllc fille chez M. Kiallanl, pharmacien.

Fort heureusement. l'enfant n'avait aucune blessure Rravc, siniplenii'nt quelques contuslow et ecchymoses Après pansement, la petite fut ramenée chez ses parenls.

Nous faisons des vœux pour son prompt rétablissement.

Maure

DOMESTIQUE INDELICATE. Depuis 3 unique temps, Ni. Léon Crczé, hOtellcr près de la gare de Maure était surpris des nombreuses dépenses faites pur sa jeune domestique Mûrie Margat, de la Maillais, en Maure. Il acquit bientôt «lis certitude qu'il était volé. Il interrogea alors sa petite bonne qui dut reconnaitre que depuis le mois de juin dernier, date de son gage, elle avait puisé dans la caisse de ses ruaitres. Elle reconnut, en outre, avoir dérobé une chaîne en or appartenant Mme Crézé, et une paire de ciseaux.

L'ensemble de ces vois atteindrait 547 fr. Marie Mariât a passe des aveux t la gen- darmerie en prétendant avoir été initié au vol par une de ses parentes t qui elle remettait fréquemment de l'argent volé, Celleci nie le fait. mais rpeonnalt uvolr reçu il divornes reprises de l'argent de sa nièce. L'pnqiiùtp flp la gendarmerie continue

l'AOLKa A LA CATHEDRALE. La maî- Ui6o de la Cathédrale se fera entendre l'occasion de la fête de Pâques et exécutera à la grand'messe une Messe Lrève & 4 voix mixtes de l'abbé Roux, maître de chapelle de lu Cathédrale de lice, et 4 la sortie Vivant et Glorieu.r, choral 4 voix mixte* de Haëndel. M. 1\1. Reymoncl, le violoncplllste s' npprécié, exécutera également au coin*, de l'office un Adagio de Vivaldi.

Au Sulut qui suivra les Vêpres- 0 salularii a capella, de P. de la Rue Ave vera Viroinitas, a capella. de Josquin des Prés 0 fitii ri filiy. traditionnel Tantum ergo, a eapella. (le \'ittoria Alleluia, loué solt Dieu, grand chœur de Hai'nciel.

SERVICES SPECIAUX DES T. B. POUR LKS FETES. 1° Le tllmancho et le lundi de Pâques, l'automotrice fera un voyage supsur Cancale. Départ de St-Malo (porte St-V'incent) d 1S h. 38 arrivée A Ln Houle (port de Cancale) à 14 h. 40 départ de- là Iionle (port de Cancale) à 17 h.; arrivée à St-Malo (porte St-Vincent) à 17 h. 42. Prix du voyage aller et retour • 4 fr. 50.

2u Le luudi de Pâques, l'autobus du tramw:tv desservira l'assemblée de Saint-Jouan. Les départs auront lieu approxinativement d'heure en heure de Saint-Malo (station des ti-iimwys. porte Si-Vincent).

Départ de St-Malo ù 13 h., dernier départ de Saint-Joiian ù 18 h. 30. L'autobus s'arrêtera Salnt-Servan (place de l'Hôtel-de-Ville) pour prendre des voyageurs «'11 y a lieu. Prix du voyage aller et retour 2 fr 50 voyage simple 1 fr. 50.

HABILLEZ-VOUS AU

Fermier Cossu 2, rue de Nemours, 2

RENNES Poste RE\NES GRANDE MISE EN VENTE DE

Vêtements Commun! un COMPLETS VESTONS

ET PANTALON: FANTAISIES

Dernière Nouveauté

LE PLUS GRAND CHOIX

LES MIEUX FAITS

LE MEILLEUR MARCHÉ

Cette Saison, malgré la hausse actuelle, nos prix n'ont pas subi d'augmentation, c'est la GARANTIE DE NOTRE SUCCES, car

Nous ne faisons que du Vêtement mais nous le faisons TRES BIEN Notre Maison n'a pas de succursales

Àî,r PROSTATE Maladies de.t l'oie. urinairei et des Rein* PITDIUAH par Composée de plantes in- itDACTil rl%il7 lier le Corps médical de 1 llWlJ 1 /lLulilIj Paris et Province. rDACOCDAHl La dose pour un mois, llllWi5i5rjnU:i prendre tn infusions. 10 fr 10, impôt compris. En vente dans toutes les Pharmac. et aux LABORATOIRES GROS. 6ER0N, pharmacien, 31, r. de Littré, Nantes. Lcs Feuillets Uk\ AMA7{V) sont maintenus des Refrl <l res •»"fc»*»* reliés par un sys tèiiK- inviolable et Indéréglable. Nos reliures sont garanties 7 ans. NANTES, U, rue Paix. (Tél.. 30.07.) MAGNETOS. DYNAMOS. ACCUS BOBINAGE

DE COUESBOUC

5, lue des Trente, RENNES. Têlér.h. 11-CC HOMEOPATHIE DU F MARÇAIS Le Docteur Albert MARÇAIS, 40. boulevard Mappntn. Parle, informe sa clientèle que le Docteur VATON, son collahorateur, recevra à HENNES, HOtel de l'Univers, les vendredi 17 avril et samedi 18, de 9 a 10 heures.

MAISON MODELE Ch8ussures io, rue de Toulouse, 2, rue Rallier (près le Bazar), RENNES TOUJOURS MIEUX

Nos Séries pour Dames et Messieurs 39 fr. 49 fr. 59 fr. plus soignées que jamais, vous donneront satisfaction Actuellement SUPERBES PRIMES pr tout achat au-dessus de 30 VOYEZ NOS ETALAGES

AGENÎ GENERAL i GOBII UX-1OURAS5EL, REHNuS

UN BEAU VOYAGE. C'est celui que font en ce montent deux Jeunes anglaises, Miss Mile Evans et Miss Ryder, arrlvées jeudi à Jsain't-Maio, venant de llantes par le canal d'ille-ciRance il. bord de leur canot Uoseniory.

O> jeune* yaiitfwpmen, dont la tenue nauremarquée dans nos rues, vont gagner Cherbourg, puIs ce sera le retour en Angleterre. ~ÏmIRAIHH= PALACE Séances de grand Râla; samedi, dimanche, -Lundi de Pâques. PARI S

Exceptionnellernent pour ce Illin, prix des places loges, 5 fr. premières. 4 fr. secondes fr.: troisièmes, 2 fr. Billets do faveur et réduction refusai.

TRANSFERES A RENNES. Maurice Perchey et Colas condamnés récemment il des peines assez élevées par le Tribunal correctionnel. vient d'être transférés Rennes pnr la gendarmerie. Ils ont fait appel des jugements qui les frappent.

SAINT SERVAN

Union Commerciale et Industrielle Servannaise

L'Union Commerciale et Industrielle Servannaise a tenu son assemblée générale, a laquelle assistaient une cinquantaine de commerçants. 1

NI. Sarlandie, président, fit l'exposé des questions traitées au congrès de la Fédération des Groupements commerciaux d'Ille-etVilaine notamment de la loi sur la propriété commerciale.

Loi de /Inancea. Lettre adressée il MM. les Sénateurs d'Ule-et-Vilalne. Lecture des réponses parvenues.

Portes du bassin de Salnt-Servan. Expose de la question. M. le Maire fait connaitre qu'il a écrit à NI. le Président de la Chambre de Commerce à ce sujet. Le vœu précédemment^mis par le bureau est adopté à l'unanimit*.

Cotisations. Les cotisations seront mises en recouvrement sous quinze jours de nouveaux adhérents se font inscrire.

Téléphone. M. Hauducœur se plaint de la situation défavorable faite aux premiers abonnés servannali rattachés au Central malouin. Un vœu est érr.is pou.- qu'une mesure d'exception administrative soit étudiée par le Ministre de» P.T.T. tendant à l'unification du tarif téléphonique entre les trois villes. Fête du 7 Juin. M. Sarlandie demande aux membres de l'Union de seconder leur Commission des fêtes en décoran: leur maison et magasin. I1 1 rappelle que la visite de Cairette Angot à Saint-Servan doit être une fète populaire que beaucoup de quartiers profiteront de sa présence parmi nous. aussi espère-i-il que son appel sera entendu. Il passe la parole 1 M. Ragonneau nommi commissaire général par la Cbmmislun des fêtes.

.Ni Ragonneau éclare que le 7 Juin sera pour Salnt-Servan un jour de grand enthousiasme, de réjouissances populaires de bienfaisance. Il expose le programme de la fête de jour et de nuit, donne l'itinéraire détaillé du cortège.

Aucune qufete ne sera faite des lots seront demandés potir-ftitoWibola. Il compté 'sur la gêiiérositi5 habttuellvân public- servannais et fait appel à la' bonne volonté des commerçants pour que cette fête soit digne des nricédentes.

Quelques observations entre les adhérents terminent la réuulon.

Paramé

VOL DE CHOUX-FLEURS. M. Collet, cultivateur il la Briantais, a constaté que depuis une quinzaine de jours, des choux-fleurs disparaissaient de l'un de ses champis. Il estime son préjudice à environ 1.20 francs. La gendarmerie recherche le voleur.

EXPLOITS DE NOCTAMBULES. Au cours de la nuit d'hier, des Jeunes gens se sont amusés il. briser les fusains d'un restaurant des Massues. Ils ont ensuite démoli grand bruit une bicyclette qnn conduisait l'un d'eux. La police les recherche.

COMPTEUR VOLE ET RETROUVE. Le compteur dont nous avions signalé le vol rlane une maison de la route de Rothéneuf, Il été retrouvé dans le jardin d'un propriété, boulevard de la Borderie.

Lu police pense qu'il a été jeté là par le voleur qui ne savait qu'en faire. L'enquête continue.

ETAT-ttvil.. naissances. Albert Luyer, 4 Sî-JO5eph; Renée Pinson, ave-nun Il,' Lorraine Ijouis Goug^. Il St-ld^nr: Jean Illbaut. au Craml Troiu; Jos^phliw Trlgory, i nollifrneuf; H«*ne Lau'iian'J. i BeauUcii.

Publication.! de mariage. Eugènp Brlanrt, jcimir-atTutenr. H Amélie \lacé. s. p.: Krançolj Laquia, et :M«Uïc Méb&JUet, s. i>.i Hené .More Mec, cultivateur, et Henriette Dumoulin, culthaiMve.

Dol-de-Brctagne

SPEC'l'ACLES. Aujourd'hui', à 20 h. ai. séance de gala au cinéma des Familles rue de Rennes. Au programme Le l'etil Jacques, film drantatique, tiré du roman de Jules Claretie.

CAISSE D'EPARGNE. Les bureaux de la Caisse d'Epargne, de Salnt-Malo «'iront fcrmes demain, dimanche, jour de PUqups. KTAT-C1VH.. Sattsancfs. Paillette frorlaux, rue Lf>Ja'ini!)iel; Itogcr Hubert, rue 'l.ejamiitel. Publication dp iimriage. Edouard Lognonnt. plombier, rue èt-Malo, à Dol. et Mario Dt'corgne, z. p.. ù I.aunay-Blot. en iBa(?u-tlr-Morvan. 'Décès. François Cron, jouivuslier, veur de Marie naslin, rue de Dlnan, 07 un'.

Combourg

FETE ANNUELLE. Le Comitc des fêtes de la ville s'est réuni au grand complet, salle (le la mairie, le 8 avril courant, it 9 h. 30 du soir, sous la présidence de M. Bienvenu. il l'effet d'élaborer le progranune de la ffte annuelle qui aura lieu cette année le 17 mui. Prochainement, nous donnerons le programme .complet. Les forains ne paieront pas de droit de place.

ETAT-CIVIL. Naissances. Bessin Yvonne, Riolllpr Joseph.

Décès. Quiimerals Marie-Joseph, veuve r.crnlgon. &{ ans. s. p., rue Cnateaunriant; Tréhel Rose, 'ri ans. s. p., hospice.

Duguay-Trouln (près la rue du Centre), STMALO. Agtno* Générale, excluslvem' installée et outillée pr la vente et les réparations de Lincoln &r/Qf*€Ù ïonlsoiv Seule Agence officielle directe pour la rérion Cancale, Chateauneuf, Combourg, Dinard l'ieurtuit nol, Pl?ine-Fou?^res, St-Servan. Tinténiac. Arr' de tt-Male (Stock important du pièces détachées authentiques).

PITE DES PLEURS SE RENNIt

31 Mal 1" Juin

DANS LA MAGISTRATURE. M. Pinot, procureur de la République Dinan, est nommé tl Vannets.

C'est là un avancement 1res mérité auquel nous applaudissons bien sincèrement, mais c'est avec un très vif regret que, comme tons ceux qui connaissent M. Pinot, nous voyons ce magistrat de haute valeur, de parfaite droiture et d'une exqule amabilité quitter notre ville où il a conquis le respect et la sympathie unanimes.

M. Pinot ne laissera à Dinan que des sympathie.

EN CONSEIL DE GUERRE. Le jeune Villemont, originaire de Paris, qui ne s'était soumis il. aucune des obligations militaires auxquelles il était astreint et qui tenta il y a quelques mois d'assassiner ses patrons, à Galorguen, a été conduit il Rennes où il sera remis à l'autorité militaire. VlUemont passera sans doute en Conseil de guerre pour insoumission.

LES ECOURUES DE LA RANCE. Il y aura écoulement en Rancc entre Pont-Perrin et Le Chatellier, du avril au 3 mai; entre Pont-Perrin et Rennes, du 15 juillet ait 1" août

GENDARMERIE. L'un des chefs de brigade les plus estimés de ses chefs, décoré de a médaille militaire. qui commandait ù Plancoët, vient de prendre sa retraite, aux Quatre-Routee, à quelques pas de la caserne où il a commandé, près du bourg où il a su conquérir le respect et la sympathie de tous. LA FIN DU LIEGE. Ce fut avant-hier la dernière journée du Liège. Elle ne fut pas brillante. Jeudi ordinaire qui n'a pas empêclié la tractation de quelques affaires, malgré la pluie.

DANS NOS EGLISES. Beaucoup de fidèles jeudi matin dans nos églises pour les émouvantes cérémonies du Jeudi Saint. ~ÔÏRQUC~ÂNÔlLLbTTI. Aujourd'hui en soirée, grande et unique représent, de gala. PALET DINANN'AIS. Les membres de la société du Palet Dinannais qui désireraient prendre part au concours do Dol, qui aura lieu le dimanche 19 courant, sont priés de se faire inscrire chez M. F. Burlot, jusqu'au 16 courant, dernier délai. Prière eu même temps de retirer sa carte de membre. La société partira par le train du matin, c'est-à-dire à 6 h. 28. Rendez-vous la gare i 6 heures.

CONFERENCE D'UNION CATHOLIQUE. Lundi 13 avril, 16 heures, M. E. Delahaye fera à Plélan-le-Petit une conférence d'union catholique. Tous les hommes de la commune de Plélan et des communes voisines sont conviés à cette réunion.

KTAT-CIVII.. Naissance. Coionna de Gio-velliim Hugues, rua Beaununolr; Richard iiaivel. rue Lainerie. 9: Conte Léon, rue Amirauté, 8: Iiurniancourl Adèle, rue Croix-Quart; C'olas Marcelle, rue l'halotals: Briand Jeaa. rue de l'Horloge, v. Publications de mariages. Ba.-set Uaston, comptable, et Le Oué Marie, t. p.: Auffiay Jules. ajusteui-inécajilclen, et Daguenet Yvonne, ouvrière en chaussures.

Décès. Donne Pierre, cultivateur. 81 ans. Teuf de Jeanne Landais, rue Chauffepieds (H); Le Louédcc Yves, ex-instltutcur, r>y ans, époux de Catherine Dlnez, rue Chalotals Plnault Mary, marchand de charbon, :u ans, époux de Maria .Monnler, rue Sainte-Claire; Brebel Marie, s. p., &l ans, veuve FantBux, rue de l'Ecole: Letoqxeux François, âoinestlque, 60 ans, époux d'Azellne 0rtun, rue Carnot; J.e Chantonx Louis, maron, 75 ans, célibataire, rue de Brest,

Saint-Mandez

POUR LA DEFENSE DES LIBERTES RELIGIEUSES. Dimanche 32 courant, jour de Pâques, à 16 heure, dans la salle de l'école libre. M. Gombault, président général des groupes de jeunesses catholiques des Côtesdu-Nord, fera une conférence qui intéressera tout particulièrement les hommes de SaintMandez et des communes voisines qui y assisteront.

M. Gombault parlera des droits et des devoirs des catholiques.

MERITE AGRICOLE. M. Niée Eugène. l'un des agriculteurs les plus avertais de Plélan-le-Pettt, qui sut toujours se classer parmi les plus heureux lauréats du Comire agricole, viptn de recevoir 1". croix de chevalier du Mérite agricole.

RELIEMENT DIREC'I'. Nous somme, heureux d'apprendre que Plélan est, actuellement relié directement à Dinan par téléphone et que le circuit par Lamballe est supprimé.

Médailles de la Prévoyance sociale PROMOTION NORMALE

Médaille d'or

Cfiies-du-Xord. MM. Georget A., i SaintErieuc; Marcel J.. à Saint-Brieuc Le Merrer Ph., ù Laniilou.

Médaille d'argent

MM. Lohou J,, Il Tréguier; Belin J., à SaintBrieuc Lemarchand G., à Saint-Brieuc, Médaille de bronze

NI. Bienvenue E., à Saint-Brieuc.

ACCIDENTS DU TRAVAIL. M. J. Nivet, menuisier à l'entreprise Allée, rue de Gouédic 99, a été gravement blessé à la malu gauche par un compas. Il devra garder un repos de 10 jours sur certtdcat médical de M. le docteur Lafon.

Au départ de la gare de l'Etat, M. Jean Caurnt, demeurant rue de l'Armistice, a eu la main gauche serrée entre deux pièces de fer. 11 en est résulte une contusion qui, de l'avis de M. le docteur Tessier, entraînera uno incapacité de travail de 12 jours.

M. Louis Nivet, mouleur, demeurant au Légué et ouvrier aux établissements Chaffaleaux, a été brûlé par de la tonte en fusion qui l'atteignit au pied gauche. Il a reçu les soins de il. le docteur Lafon.

UN NOCTAMBULE RECALCITRANT. Au cours d'une de leurs tournées, les agents (le lu sûreté, (htédés et Le Gludic, arrêtèrent rue de Gouédic, Emile Armnnd Kronweich.iO ans, né à Paris le 10 janvier 1005, qui, complètement Ivre. faisait du scandole sur la voie publique. L'individu opposa une certaine résistance aux agents qui eurent du mal il. en venir à bout.

Il fut cependant conduit au poste et procès-verbal a été dressé.

POUR LE TOURISME ET L'INDUSTRIE HOTELIERE. Nous apprenons que la ffrttagne. H6telidre, organe de défanso des intérêts du tourisme et de l'hôtellerie dans notre région, dirigée par notre confrère O. L. Aubert, va paraître le 1* mai prochain. No»-" meilleurs voeux.

Salnt-Aaran

ACCIDENT DU TRAVAIL. M. Guinard Esprit, domestique de ferme chez M. Guinard Jean, ancien maire, a été victime d'un accident de labour. Plaie tranchante de la face dorsale de la main gauche. Le docteur Paillard, qui a donné ses soins au bleasé, a conclu il une incapacité de travail de 12 jours sauf complications.

tRETTEVILXE

CAMBRIOLAGE

Emile Gallis, habitant Bretteville, se trouvait depuis quelques jours sans travail. Revenant en bicyclette le 4 avril de voir sa mère qui demeure à Tourlaville, Gallis en passant au hameau Bellevue, en Bretteville. aperçut une maison isolée qui semblait déserte. L'idée d'un vol germa alors dans l'esprit de l'ouvrier désœuvré et aussi désargenté. Gallis descendit de ea machine, A pas de loup il 6'approcha de l'habitation eilencieuae, puU voyant qu'elle était vraiment inhabitée, il casen un carreau de la 'enëtre de la cuisine, tourna l'espagnolette et pénétra il l'Intérieur de la maison.

Dans une chambre, le cambrioleur ouvrit une armoire dont la clef était sur la serrure. Sous une pile de draps il trouva une montre qu'il mit dans sa poche. Passant dans une autre pièce voisine, Gallis en passant l'inventaire d'une commode aperçut une deuxième montre et un portefeuille. Il mit le tout dans sa poche et reprit, en sens inverse. le chemin qu'il avait fait pour venir.

Lorsqu il fut eur la route. Gallis ouvrit le portefeuille volé et compta son contenu il y avait exactement 180 francs de billets. Prou coup fait, Gallis rentra tranquillement chez lui, mit son costume des grands Jours et s'en alla h Réville au baptême d'un petit neveu dont Il avait accepté d'être le parrain. Il acheta des dragées et fit avec l'argent volé le grande seigneur.

Pendant ce temps, la volée. Mme Lhomme. rentratt chez elle et constatait qu'un individu avait pénétré dans sa maison pendant son absence. Elle porta plainte. Les soupçons se portèrent immédiatement sur Gallis qui avait été vu rùdant autour de la maison au moment du vol et qui avait perdu, dans la maison cambriolée, sa carte d'identité.

Trouvé en possession des deux montres, Gallis dut avouer. Il a été arrêté et écroué. DÉPÊCHES COMMERCIALES MARCHÉ DES CHANGES

Pakis, le avril. Cours colis hors bour-e de 9 heures à !î heures Londres. 9A3O-93; New-York. 19.5-J-W.5O-19.4i.

Lu Bourse des Valeurs est fermée pendant les têtes de raques, du io au 13 aira iu'Aut.

HALLES CENTRALES

Parts, 9 «Trtl.

BEURRES. Tendance sans changement.

Pour les beurres en mottes, on cote le kilo en marchands français, Normandie, 16 & 18.90: Bretagne, 15. "jO à 1S.J0; en centrifuges Normandie, HJiOt 4 iiuff; BreutgRie. H à 19.

Arrtrages du jour 3-2.3W k+tos.

OEUFS. Tendance sans changement.

On cota par colis de t.u00 oeuf» Je» extras Ce Normandie, 4M à \Su, tes gros. 370 à 410: les gros de Bretagne. 3ôO à .Où: les ordinaires. 310 il 3iU. Arrivages du Jour 82.I/Î0 kilos.

FROMAGES. Les 1W kilos Port-Salut, MO à 1.000; Camemberts too i :i00; iIIut». 80 a 1?5; Pont-l'Eveqii-. 80 A 290; arrivages • paie nielle, 60.990 kilos; pato sèche, 15.8t4 kilo».

̃ POISSONS. Barbues 9 A 13; bars. le 18: homards vivants, 9 il. 16. langoustes vivantes. 18 à 23; maquereaux frais, gros, morues salées, 3 à S: raie*. à a 4: sardines salées Bretagne. 15 a 25; soles, 16 à 21; Duttres portugaises, f0 îo- ARTICHAUTS. Midi. 50 à 110.

BOURSE DU COMMERCE

PARis. te avril. 1.a Bourse de Commeree et II Bourse du Havre sont fermées jusqu'à, mardi i>ro-

MARCHE AUX OOTONS

NEW-YORK, 9 avril. Disponible. 54. '•»-. nirril, 9*,09; mai. »i.I6-t7: juin. îi.M; juillet. 21.15-47; août, 94.38; septembre. 'IW; octobre, 2*4.ntMI: aonrensbr?, 24.is; décembre, ïi.-3<i; janvier, ̃• 08; mars,

MARCHÉS DE LA RÉGION CH&RTIVE3 (Eure-et-Loir), 0 avril. lorca malgres. SSU-380 fr. pièce; porcs de lait, I&U-ISW veaux gras, lu. DU- II. 50 le kg; veaux de lait, Sihj»ôO la pièce.

MONTFORT-SURvMEU. 10 avril. Beurre, le kilo, en gros, 14.0, et en détall, li; oeufs, la «I0117.. 3.50; poulets, la couple, 30 à 40: lapins domestiques. la pièce. 10 à 15; plgeons, la couple, 6 a 7. Sl-AL'BIX-D'AI'BIG.NE. 10 avril. Beurre le kilo en gros. 17.50-18; œufs ta douzaine, 3.50: pouleii 1 couple. Î2-Î2; cidre, la barrique, 55-6U.

DINAN. 9 avril. Sarrasin. 00; pommes de terrer 40; beurre eu motte. 14.70 a 15, et marchand. ù t'i.50-, œufs, la douz.. 'J. 50; {lorceleti. 8<i à Boeuf, le kilo, sur pied, 3.50, et au détail, 8.50: vaches, ï.80 et 7. au; porcs, 4.S5 à 5. et 9.75; moutons, •<! à 0, et 1: veaux, i a 5.W. et 9.:6.

LES CHOUX-FLEURS

SAlNr-MALo, 10 avril. Les derniers choux-fleurs de la saison arrivent en ce moment sur le march0 de Rocabey qui va fermer momentanément vers la fin du mois en atteudant sa réouverture pour les pommes de terre.

Les cours qui s'étaient malntenus longtemps aux environs de 80 i 1W franc* sont descendus entra 60 et 70 francs le cent.

Les Auditions Radiotéléphoniques d'aujourd'hui

TOUR IIPPCL

».85O m. P. S.000 W.

18 h. Radio-concert. avec. le concours de Mlle Suzanne Teissier; de MUe Madeleine Girard, cantatrice, soliste des grands concerts > lasiiquefc Mlle Maligne de violoniste; M. yilionesc*. pianiste, 1r pric du conservatoire de Bucarest et Mlle Denise l.anquetin, pianiste. Programme Chuses A la mode, par Mlle Suzanne Teissier. Ouverture de la Mille enchantée |Mo?art). violon. par Mme Maligne de Tj«sl«r; Le ltojilgiwi j'est tu Le Bruit du monde (SokolofT). chant, par Mme Madeleine illrard; Deux prtlttdti (Chopin), piano, pnr .M. Flllonesco: Âlleqro et Hondo de la Sonate en t". pour violon et piano (Beelhovcnt. par Mme Matlfrnô de Te-sler et Denise I.amjuetin: a) Mon pays; h) Berceuse (Gretehamarow): chant. par Mme Madeleine Girard; Detix maturhas iChopln), par M. Fllionesco: Romanrr m fa (Beethoven), vtoioii, pir Mme Maligne de Tesster: a) Au bord nu Don (Moussorgskl); h) 1rs Tetir (Balouski1, ipar Mme Madeleine Glrard; Batgnetuei au tnleil (Décniat de Severac). piano, par NI. FlUone^co. 18 h. O> Les dernières nouvelle».

P. T. T.

4» mètres

A 30 heures Chronlaue musicale, Dar M. Bartr. A il. 30 Caiwrie par M. LouU PftWf t L'Œuvre *.e rurwooâ.

it heure I Radio-concert 10 Dame-SMne, Lit


Les Elles des Pierné) Quand J'aurai dix-huet ans (A. La Rtve l'esse); Suplw (La vres; Le Déluge 6' Chanson du (Léon Le (E. Mu Barque Le Leroux; d'Amour RADIO-PARia

w

L b. par ''orchestre tzigano Radlo-Paris trance (Ch. Feret) 2 menuet (H. voici des clou' · violon (J. Antuaga) danse 9. violoncelle il, Paspua 12· rhée Sérénade. violon 15' Menuet du (A. 10' de la Maric (J. Mur et Damare) satanique1'le) 19* d'Auber, trio par

13 h. 45 Extraits journaux de la matinéeCours d ouverture. des Halles. Prévisions Communiqué Havas Radlo-eommuniqué des religieuses. Radio-communiqué auto, néro et sports. 20 h. Radio-concert de gala avec le concours des artistes des théâtres et concerts de Paris Femmes de chez nous et Chagnon) b) Yas-y ma et R.ce,) 2. a) La Ytctoire b) Les jeux d'eaux d'Este (Liszt), piano plique b) Les Saisons (Mass6) a) Sarabande piano. 6. M. Rend Lapelletrie de dan5 sonSi lit vois ma tanie (Nelson) b) Je après Tittne (Daniderf) 8. Le Gars Let huissiers du Père Thomas (J. Marb) Scherzo (Van 10. a) Faubourgs 12 Le Barcarole (X.) Les Filles du village Mc) ou Chdteav ne la (Rochard): il) 1'auteur e) Coquelicot, Pour lA. a) (le chansonnier G. Secrétan) a) Chanson Le 8 et Pavane b) Ga· Lta Gitanes A.-Georges). accompagné Quand une femme vous Le Temps qu'il fait

11 avril: Saint

Bretagne. La baisse est l'Europe Centrale et le A Parts. eu Suède. Minimum: Les I.yon; 18 à Clermont, a à a Ia veille ont été de Paris, lice. Lyon; à 1 à Bourges, Cherbourg, Ce matin, 1,luies Est; ondées en

SOIR

Il- 44 Il. 21 PatmrM 7 Il, 26 Tréguier h. 12 1; Il, 41 le, 23 Il. 14 Concarneau L'elle.1 le Il. 29 Vannes Il. 1:-

DANS L'ARMÉE

ETAT-MAJOR GENERAL

Le général de division Pavot, commandant la 19» division dïnfanierie. à Rennes, est maintenu dans son affectation.

SERVICE I)E SANTi:. Le médecin inspecteur R!gaux, directeur du service de santé de la *• région, au ilans. est malntenu dans son affectation Le médecin inspecteur Beausienat, directeur ilii service de santé de la T région, est nommé directeur du service de santé de la Il. région à

INFORMATIONS

JUGES DE l'AiM. sont iiommé.v supiiiéants les juges de pal» A n:abl« Côtes-du-XorUl JI 1 ourlens. en remrlaceinent de M. Lc Sert. demis- V "wal^ à Gu'«a'"l-. M. Mahi, en lemplacement, de M. Tynever d, -dé; (Flnlstère;, NI. Lioaier. en reiiu ceiiioni de M. Firhoii. décédé Sont nommes (rrefflers Des Justices de paix X,u°rn"i- A1 ,1J|U"- en rpinplacemcnt de M. re). M. Cnuapel. ci iciiiplacvinent de M Cuibcrt détnlssonnaire; de St-Séver (Calvados) 'il. Chesnais. ç:. t-mr-ln, mont de Ni. Lepesant, demis.sioanalry

DES OCTROIS MtiNAUX. Calvados. Médaille darîent • M Marie receveur d'octroi à Orber.

Côte, du Xord. Médaille d'argent M c.inn préposé à l'octivil de Guiiigamp..M. Hoimui'V oréposé en cne.f à I octroi de SalniBrieui

IIUwLVilaine Médaille d'argent MM Rcllnir(iautbier, cHilrcleur a l'octroi de Hennés • M<5nard, receveur à J'octroi de Rennes Heaugrand lircpoM1' en chef ù l'octroi de Fciintèns- Delainarctie. ex-rneeveur il l'octroi de Fougères; Lehergcr prépose en chef A l'octroi de binant: Ilertru Charlier, I)esbois, llaquin, Malien, receveurs d'oclrot tiennes; Chauve). pK|.osp principal à l'octroi de Vitré; Mouslinel. contrôleur d'octrui à StServan- Patard, receveur d'octroi a Vite,: Rloult, contreleur d'etroi à Fousrères.

Médaille de hrnnze M. omnés, receveur <1octrvi à Sl-Servan

Haine -rtl.olre. Médaille d'argent NI. nlin et M. Chollet. receveurs d'octroi il Ange. Médaille de brome Ni. ftufioul ex-brlgadler A Hanche. Médaille d'argent MM. Lepaumler,

préposé principal Il l'octroi de (irauville; Hay, receveur d'octroi a .branches; Manger, receveur à l'octroi de Cherbourg; Lemaresyuier, receveur principal à l'octroi de Clierbourg; Pézet, Letouzé. Lechevalier, Fontaine, receveurs principaux Blgot, receveur à l'octroi de Villedleu; Lecadet, prépoaé en chef à l'octroi de Coûtantes: Vende préposé ambulant Il l'octroi de. Coutances; Lecord'ler receveur à l'octroi de Mortaln; Le Bihan, prépose en chef à l'octroi de Cherbourg,

Uauenue. Médaille d'argent NI. Ouyaril brigadler t l'octroi de Laval; M. Vettier. receveur en chef A l'octrot de Laval; NI. Oger brigadier a l'octrol de Château-Oontler; LMrol. receveur a l'octroi de Chateau-GopMer.

Morbihan. Médaille d'argent M. Le Mellec, receveur à l'octroi de Vannes; Uotlan receveur a l'octroi de Pontivy; Plchon, receveur a l'octroi de Vannes; Poulsin, préposé en chef l'octroi de Lorient.

Orne. Médaille d'argent Mil. Boutn. préposé prteip. l'octroi de la Ferté-Macé; Fourcade. rec.

à l'octroi d'Atencon: Vallée. Foulon, rec à l'octrot u'Aleuçuu; Cioujon. préposé en chef Il l'octroi a Aleucon; Leiuané, rec. à l'octroi ae Flers. Sarthe.. Médaille d'argent MM. Vldal, prépsé en chef à l'octrot du Mans, Pelletier réc. à 1 octroi du Mans; Bouvet, Beucher ex-rec à l'octrois du "Mans; Foucault, brigadier a l'octroi du Mans; Uriieau, Lemeunler, Chapuls, receveur» a l'iKMrol itu Mans,

Méilsllle de bronze: MM. Leroy, ex-commis principal a roctrol du Mans; Haine, receveur l'octrot de Sable.

Vendée. Médaille d'argent Ni Bourserault, receveur à l'octroi de la Roche-sur-S'on; Deplagne. Bordet. rec. à l'octroi des Sables-d'Olonne; Trlthet. brigadier chef à l'octroi de la Roche-sur-Ybn. Qauducheau, receveur à l'octroi de Lucon.

ASSOCIATIONS DECLAREES. Association de l'a;uvre laïque du canton de Rohan (Morbihan); Association cathollque des Chefs de famille « L'Etoile il Brest.

LES 12 ET 13 AVRIL

LA COUPE DE PA QUES DE LV.S.S.AU PARC DES SPORTS DE ROCABEY, A SAINT-MALO

L'U. S. SERVANNAISE

organisatrice du tournoi a» V-iquet des 12 et 13 avril d Saint-Malo

Kocs voilà à la veille de cette sensationnelle manilestation du ballon rond.

Ce beau tournoi suscite dans la région si sportive de la Côte d'Euieraude de nombreux commetaires et la question qui prune le plus, c'est d'envisager quelle sera l 'équipe qui Prendra la suite du glorieux palmares de la Coupe de Pâques de l'U. S. S.

Jusqu'à ce Juur, a ce palmarès ne figure que de très grandes equipes et parmi les plus marquante nous relevons les Coiintnians (deux années), Soutliampton-<Cauibridge (W13), Olympique da Pvris usai), London Umvtrsity A. F. C. («-22-1923). Stade français (1W;).. Vu la qualité et !a .réputation des équipes qui participeront eliwro cette sai^>.i au CuaUeufu: .harles Crémier, nous pubviv> ttre asruiéi que le onze qui enlèvera le slon- trophée sera uu onze de grande classe.

Pour les rwicoulies, le tirage au sirt des équipes a dunné le résultat suivant Stade Rv.<nnaU> u. C. contre Gallla Cluu du Parls, Union Sportive Servannaise contre la Sélection Hongroise Les matalies <*liiiuiiatoires présenteront donc cette année encox un indiscutable intérêt, car dans les différentes équipes figureront des internationaux iiançait et étrangers et de nombreux in:erregionaux

Voici quelle sera pour cette manifestation la formation de l'Union Sportive Servaonaise CM • Daynt, plusieurs fois sélectionné de la L.O. F.A.. actuellement da:is une belle forme a fait dimanche dernier une partie spleudlde. Arrières t'loarec. Xoiir> qui ont toujours tenu excellemment leur post- cette saison et qui !ormem une ligne arriéres difficilement lianchissable. Il sera intéressant de voir le nouvel International militaire-, seconde par son Partenaire préféré, aux prises avec les attaquants hongrois.

Demis Burnouf remplacera le brillant Cadoret; très lourde -tache dont le consciencieux Léon se tirera tout à son honneur. Boquen l'excellent footballer. unanimement apprécjé sur tous les grounds. et V. Bénie, qui joint à de belles qualités physiques un courage A toute épreuve

Avatits Hlchard, excellent petit ailler drolt aux centres précis, progrès sans casse Chauchlx. inter scientifique et fin coinblneur, doublé d un cran qui lui fait accomplir un gros travail Foucher, joueur brillant, possède des qualités superbes. malheureusement un tantinet nerveux et cela l'empêche parfois de s'afflfnier comme il le devrait. 'Dents, remarquable petjt inter d'une acparties, et Lebreton, dont les Impressionnantes déboulés et les shoots puissants en font un attaquant brillant. Morellec, (iuihomat, Humbert et Crocq sont assez connus Ju public pour qu'au cas de besoin on puisse leur lui. confiance.

Ainsi formée, l'équip.- du grand club de la Cote d'Emeraude doit nous faire assister une belle exhibition et forcer la sélection hongroise a s'employor. et qui sait ?

Organisation. Le Comité organisateur, soucieux de la réussite dt. son tournoi n'a rien né gligé pour en assurer la régularité aussi l'arbitrage de ces importants rencontres a-t-il été con fie a M. Van Luyten, arbitre fédéral, l'as indiscuté du sifflet de notre région, et M. Marchand le sympathique referee rennais.

Le lundi. la Musique Municipale de Saint-Malo sous la direction de son ém!nent chef, M. Flament rehaussera de sa présence l'attrait de la finale de Les matrhes devant commencer a 1'. heures précises, il n'est pas exagéré de dire yu'en raison de lafftucnce prévue, les retardataires auront du mal i trouver des places.

Lundi de Pâques, à 15 heures,

au Stade des Cheminots Rennais

Vieux contre Jeunes

Tour compter dignement son grand Tournoi de palets. qui aura lieu dimanche et lundi, au Stade des cheminots, le Comité de l'A.S.C.H. a mis sur pied un match de football sensationnel par son originalité Vle-ux contre Jeunes avec enjeu. L'équipe première de l'A.S. Cheminots au grand complet donnera la réplique aux « Vieux eut Pour que les rhwices soient à peu près eniiles, léqulpo première rendra 1 Luts aux vétérans, chez lesquels nous retrouverons des As du ballon rond tels, que Goupil Marcel, Coadou, Desnoes, Le Poullenec. Bourdln. Le Canu Edmond, Bécel etc -Nul doute que ce beau duel attirera les amateurs avides d'émotions. :\ou. la composition des équlpes.

Priv d'entrée unique, 1 franc

Sont convoqués, lundi 13 avril,' à li heures au Stade des Cheminots

Goupil Marce-1, GuUIcux. Coadou, Troufflard Bécet, Jamet. BounHn, Desnoes, Potàot. Le Cann E., Le Cann NI., Hoyer, Rémlnlac, banet. Hainel JalTredou. Ridar.-J, Le Bourhiç. Oefontal-nv I!tvé. Salinon, Harlet, Rlbet Bolvineau Lebreton liarie. C0Hea.11. Levahcr Roger, Leblal;.

A. S. Vitréenne (1) contre U. S. Bayeux (1) Celte rencontre qui aura Ueu demain dimauche au sta<l<- municipal. il 14 h. 30. s'annonce i-omnio particulièrement serrée. L'A.S.V. re-nrorcée par I>esbois. qui efferlue sa rentrée parmi les « rougP et or au- grand plaisir des sportifs, aura la (Jermain. Divel, Velllard, Polot. Desboi-, Gauche!. Pousse). Orrière, Lemosme Boucherie Leflooh.

r. S. Baycuï. Lebrun, dise, Lurevrc. Hébert Ni.. il. Brldlau; linui. Vliley, EuJeilne PUan, Il. nmiot. I.. uiiillot.

Ceux-ci dont on connaît le.* Jolies performances en coup. pnunotlon Basses -.Normandie, sont bien décidas a mettre en échec l'équipe vlirécmic leurs succès les y aiMorisent, mais cependant les locaux qui s'aguerrissent au contact des équipes de DiUsion d'HmuiiMir. sont Tort capables de raire pencher le score en )eur rameur. loile rencontre en persrH-ellvB et qui rellendra. soyons certalns, l'atteution de nombreux sportifs.

CONVOCATIONS

SMilc Dnmnts Il. C. replacement de Saint.Malo, tournoi de Pâques. 1-.M3 avril. Les Joueurs dont les noms suivent sont priés de se trouver gaiv Etat, le 1* avril à 5 h. 30 trouver

t/t?j'iSia'Tainige? Vè"°' Gervnt, Mollfs. Gulhard. Le gulnlu, Ileslot P. Oastigcr. Cormier. Leurln^re. Xtare. Darr;s. Delabarre, Rozg, ji. Gasti"er Gast. dc Larm.

M. Jo«se est m.é Je passer au siège, ce soir à 17 heures. 6 Tour d-Auvergne. Sont convoqués lundi 13 avril, AU stade oourtemanchc. à « h 15 Alexandre. Collaux, Lanslols. Pol-Martin Gallbourir. Mouton Penlchot. de Moustlers. Lescuyer, Motel, Oreffier. Cialgnon, Plcquart, .'levier, flou.

tet. Vallée. Travers et tous les Jeunes sens pratiquant 1 athlétisme. Présence indispensable Sont cnnvoqb s lundi 1» avril a h 30. au siège de la Société, l'équipe des Requins pour entraînement. 6 Cadets de Bretagne. Sont convoqués lundi 13 avril, à h. 4i, gare de Viaruies, pour se rendre a Fougères

Parlset, Roussel, Chatou. Dolaliaye Vaillant, Danlel, Moroux, l'ulllcrot, Fréinln, (laalzot. Robin. Amicale Sportive Vttrfcnnr. Equlno 1 contre U.S'. Bayeux. au stade. il 14 h. 30 eiermaln, Veillaid. Divcl, Gaucliet, Desliols Polot, Lefloch, ))oucherle. Lcmrsme, Orriùre. Pousset.

Il est aux membres du bureau, ainsi qu'aux capitaines d'équipes, que la réunion hebdomadaire a lieu le mardi, il 18 h. 45 au siège 15, rue de la Borderie. g Tourd'Aurcrgn". Baskell-BaU. Sont convoques. i, il heu-es. en face l'Eclisr» Saint-Hélier, le lundi 13 avril, les joueurs suivants

Lauuny. c -ri- contre l'Espérance de H. pourlier (•}), sur le terrain de cette équipe. 6

TIB

AU STADE MUNICIPAL DE VITRÉ partir du dimanche 19, et tous les dimanche? suivants, 11 sera fait une séance d'instruction sur le tir, à 9 h. 15, au Stade Municipal, pour tous -les Jeunes gens des classes 25 et 2G, pour leur permettre (le prwwire part au concours organisé par l'autorllé militaire, et qui aura lieu à Rennes, le 15 Juin.

File drk'fraUon de seniors participera au roncours .MM. Béjrasso. Aussant, Gauchet, liemaln, DlArt. VeillaiM. Thearcl. Momy, etc., (Il tous ceux qui s'y iiitéreeuiMit sont lnslainmeiil priés de s'entralner Tcel effet au Stand tous les dimanches.

IIOCK6Y

LE TOURNOI INTERNATIONAL

DE GENÈVE

GENE, 10 avril Cei après-midi se sont disputes les deuxième et trotsiènte mate lie» du tour noi lntci national de hockey. La Belgique a battu la Hongrie par a à u. la mi-temps, la Belgique menait par t A u. L< Fiance a batti> l'Espagne par 1 A 0. A la ml temps, Il a 0.

Durant ces niatches, une petite pluie froide n'a cessé de tomber. Demain ,la France rencontrera la Tchécoslovaquie, et la Suisse la Hongrie. PALETS

A. S. DES CHEMINOTS RENNAIS

Le Comité d? l'Association 'Sportive des Cheminots Rennais organise, pour les fêtes de Pftques. deux grands concours de palets, un sur planche et l'autre par équipe de cinq Joueurs, ,sur terre

Ces concours sont réservés aux sociétaires membres actifs et honoraires et dotés de nombreux prix. Le règlement des concours est sfficne au Stade des Chemtpots, ainsi que la liste des prix. ITItminafolrei Dimanche 12 avril, de 9 heures à mlùl et de 14 heures à. 17 heures.

Finales et concours d'honneur Lundi 1:1 avril, do 9 heures Il midi et do n IL 1; heures. A t1 heures rDIstrlbutlon des prix.

Réunion de tous les receveurs, ce soir snnicdl. A 17 h. 15, au t.«rrain. Présence indispentaUle. G

HARRY WILLS RENCONTRERA

CHARLEY WEINERT

Kew-SoRk. 9 avril Un njatch e« quinze ceprises a été conclu pm je 19 Juin entre le boxeur nègre poids lourd Harry Wills et Charley Welnert. Il est probable que le matoh entre Walkjr et Harry Greb aura lieu le -menu jour et au même endroit, à New- York.

LES CHAMPIONNATS DE BRETAGNE ET DE L'OUEST

Nous avons reçu par télégramme, Juste à la limite. l'engagement de Kiki Schumacher, !IL Mans, Kiki, nous écrit son manager, n'est pas satisfait d'avoir fait match. nul avec Le Moueilic le 2 décembre, à la salle Famil1a. Il veut affir. mer sa supériorité et montrer à son adversaire «un a lait de sérieux progrès. Nous n'avons pas eu l'occasion de revoir Klki Schumacher depuis la soirée du Cercle de l'Epée, mals nous avons suivi de Près l'entrafnement de Le Moueilic. Nous n'exagérons certainement pas en affirmant qu'un œil corapétant pouvait constater. chez Le Monel.Ses amis de salle a ,?ns«ue séance d'entralneinent.chin c'est dire qu'Ils fondent sur lui les plus Le troisième Combat Has«ouet-Pelllsson sera parert flnSÎSlt-,lntéSesSantHascouet- de la Brestoise, est finaliste des championnats de Bretagne 1924 et détenteur du titre. Polisson est un confnfin|-man de classe demi-finaliste des championnats de Touraine de l'an dernier. C'est une sérieuse re«n'r^agne^ds^r bientôt le fameux champion de la Marina Colloc possède un Palmarès écrasant et 11 a la renommée d'être un maître du K.O. Pour affronter un.tel homme. Il ne fallait pas attendre moins du courage de Castel. Nous pouvons nous attendre à un beau coin-

Poids welters Le Guennlc.Le Gott. été un des meilleurs poulains de la salle Falconnier de Paris. Il a l'habitude du ring Où toujours monté à la victoire. Le certainement tous ceux qui l'ont vu boxer contre à Familia. a accepté depuis quatre Mois. toutes les rigueurs d'un xentratnement. Il boxe avec le style le plus élégant, feinte et esquive en sonplesse; il est prompt comme 1'éclatr et son punch est devenu redoutable. Nous sommes certains de l'applaudlr souvent pendant son combat.

Une c'est le champion du qui avait fait un si beau combat contre Schumacher soit en de Plus Tous rouleurs la Samaritaine, qui reaura présenté le

("manche et lundi de Pâques

Dtnan;refue;jeanL%nrrrnAU?USte' Monco"^ur° 20. Moreau Jean. Pont.de.Buis: 21 Allain Paul, SalntBrieuc; r. Le Villain Louis St-Br"euc 23 wlas Pierre St-Brieuc; 24. Tallec Joseph, Le Faou; îo. Jfcnguy Vittor. Rennes-, 26. Richard Félix, Uim-1 Bre'f'T'r0**11*- Br6St: «• Hendrycks Ar- thur, Brest; "*• Gorge Robert. U?<jl 3o. André l'lerre, Corlay: 31. Gorlou Louls, Lorlent Dans ceite liste nous trouverons des homme qui ont fait lent preuves Le Doeré et Le Ooft champion du Finistère sur route E. Bly, qui a ni:s à son actif d'innombrables victoires telle celle de dimanche dernier dans le circuit de Landerneau Verbraken. dont on se rappelle la brilante performance lors de la course du mardi de 1a Pentecôte, l'an dernier, où Il accomplit seul le parcours Brest-Morlaix et retour, laissant derrière lui des cou ours de classe de la valeur des Nedellec. Tonceur, Blnst.. Davolne. etc. Kerboul Raffaltin. Le Breton. Le Vilaiu, le footballer bien connu: le Tour dE France Richard; le populaire Hendrycks; sans oubller Le Drogo, Jaffrédou et autres Kervaud.

Yut douto qu'vec un pareil lot la course ne soit aprement disputée et qu'elle ne donne lieu une bataille sportive des plus passionnantes Nous rappelons que les opérations préliminaires du départ signature, remise des dossards, plombage, se feront de 6 heures à 7 h. 15. aux M4«asins des Dames cte France, rue de Slam. Hrest Le défilé des coureurs est obligatoire. Le dopart officiel sera donné à 7 h. 30. Tout coureur ne prenant pas part au dénié se verra pénalisé de 10 francs.

AU VELOCE CLUB RENNAIS

De nombreux sportifs s'inquiètent de savoir si la réunion sur piste du 5 avril aura un lendemain.

Nous pouvons affirmer que le programme élaboré pour la prochaine saison, que nous publions ci-dessous, donnera satisfaction a tous.

Qu'on en Juge

Dimanche U6 avril Vélodrome, de 21 heures il minuit.

Samedi 2 mit Vélodrome, de 21 heures à minuit.

Dimanche 3 nu Vélodrome, de 14 heures à 18 heures.

Dimanche 10 mai Circuit La Rafale et Coupe des Magasins Modernes, sur route.

Dimanche ? Jinn Vélodrome, avec la participation de l'équipe olympique.

Dimanche 9 août Vélodrome, vite-se avec tes meilleurs champions. Poulain, etc.

Dimanche 27 septembre Vélodrome.

Dimanche 18 otiolire Critérium des As de l'Ouest, avec arrivée au Vélodrome, au cours de la réunion de c.Oture.

Nous reviendrons d'ailleurs en détail sur chacune de ces réunions.

Cependant, en -e qui concerne plus particulièrement celle Ju 26 avril. Il n'est pas' douteux qu'elle n'obtienne un grand succès, si l'on songe que ce sera la première nocturne qui se Qérodlera à Rennes.

Tous ceux qui ont vu déjà de semblables réunions y reviendront, et ceux qui n'en ont Jamais vu iront, car il est rien (le plus féerique que cette rondfl sous tes lumières.

Cette réunion aura une répétition le samedi 1 mal, toujours en nocturne, et le 3 mal, en matinée, et la encore le public ne sera pas déçu, car le Comité du V. C. R. a engagé pour ces trois dates les meilleures équipes parisiennes et provinclaies.

En outre de c^!a, une surprise agréable sera réservée aux spectateurs de ces réunions. Agréable, le mot est inférieur à la réalité.

Disons pour le 'i.oment que cette surprise fera courir tout Rennes et les environs au Vélodrome. Nous donnerons très prochainement de nouveaux détails.

CommlMIon Sportive. En raison des fêtes de Pâques, la réunion hebdomadaire du lundi est reportée au mardl, même heure. se

AU VELODROME D'HENNEBONT

Comme nous lavions déja annoncé, l'ouverlurf du lélouroine d'Hennebont aura lieu le 19 avril, Des coureurs de choix se disputeront les diver. ses épreuves et les spectateurs peuvent ê'n* a>sn- 'rés d'insister A des courses intéressâmes à tout point» de vue; car, désireux de satisfaire le [ul>H4 si lyinpaihlque ue la région, le Comlté ;t mis tout en œuvre pour obtenir ce résultat

•Jintro courses auront Ileu

Il course. Départementale réservée. nux en* reur. des 3' et ♦' catégories et débutants. Prix 40. 30. M. 10 et francs

•2' course. Régionale, vitesse, par séries et finale, toutes catégorie. Prix 80. 60, 40 et '.11 fr« 3* Course. Internationale, vitesse, par série» et finale, toutes catégories Prix 10e. e>, 40 et 80 fr. 4» course. Américaine de IM tours, toutes catégories. Prix SCO. 110. 7.1 et 3o francs.

t'n service d'autohus fonctionnera d'Hennebont au Pnrc des Sports.

T.es engagements sont reçus jusqu'au Jeudi 18 avril Inclus, chez M. du Bouëtlez, a Ktrllren, !!en' nehont.

AVIATION

LE RECORD DE LA PLUS GRAND«

DISTANCE EN LIGNE DROITE

Paius, 10 avril. La Commission sportive d» l'Aéro-CIub de France a homologué aujourd'hui i 3.166 km. 300 le record de la plus grande dU. tance en ligne droite. pour appareils de la cla»«se C établi les 3 et i février 19S3. par les capt taines Arrachart et Lamaltre. Ce record a été efi fectué sur te parcour; Etamp&3-Vllla CLsneros.

COURSES DE LOUDÉAC

Premier jour. Dimanche 12 avril

C est t0UJ( '5 a-eC 1a m2me satisfaction que les sportnmen voient chaque année s'ouvrir les portes de 1 hippodrome de Calouet. Commençant avec Nantes, la campagne hippique, elle est une des reunions préférées du oublie des courses et son su'cès d'affluence croit d'année en année

Les engagement- «m dépassé de beaucoup cette fois la chiffre de l'an dernier et les lots restant Inscrits après les forfaits, nous assurent un nombre de concurrer/ plus que suffisant pour asiurer à la réunion tout l'intérêt possible.

Selon la eoutuie. le programme débute part une course de chevaux de service qui fait trou dans l'ensemble les épreuves et qui, pour une Société aussi nrospère que celle de Loudéac, de.manderait à être remplacée par une course 'plus dans le ton générât, d'autant mieux que le re» crutement des éléments locaux parait bien pénfi Les amateurs trouveront aussitôt compensation dans le prix de la Société Sportive d'Encourage.ment, course plate pour chevaux de setle, qui se présente so'u le meilleur aspect et devrait void au poteau dr m-mbreux et excellents chevaux, Dans une course A parcours réduit comme celle. lA, un choix est toujours risqué et le coup de drapeau du starter annihile souvent les Meilleurs raisonnements :1 certains chevaux paraissent si près les uns in autres, que cet aléa est encore plus net*

Cependant, Va Plie, Vatsulona. Va-nu-Pledi, Foiau-Vent H, paraissent être ceux que les courses passées recommaadent le mieux. Va-Vite après d'autres succès, a terminé la saison dernière en battant un excellent lot, à \antes, sur 1300 Mètres même distance qu'aujourd'hui et dont fal»salent partie Voi-.u-Vent II, son runner up; Va* au-.Pieds. Valsulona, Venise XII, Vas-y III, etc. Va nu Pieds s'est beaucoup amélioré depuis qu'il est devenu le pensionnaire de M. Moreau- mait des progrès plus grands encore ont été fait par Vai-Sulona, qui vient pour sa rentrée de gagner sur 1.300 mètres, ,1 Nantes, le 5 avril, devant Va. nu-Pieds, Cette pr.ullche, retardée par la maladie. n'avait pu donner sa mesure l'an dernier elle es* très vite et sa bonne forme actuelle en fait une des concurrentes en vue de l'épreuve.

Vol-au-Vent Il. second de Va-Vite, à Nantes, eU octobre, est aussi un concurrent redoutable: l'ensemble de ses performances est excellent, et parmi ses bonnes courses de 19M. sa victoire de StMalo sur un très ^on lot, dénote un poulain qui lutte

D'autres performers comme Venise XII, ga- gnant à Lorient. devant Va-nu-Pieds. Testât Il, Vaillante et Vas-r ill; l'honnête Vas-y III, titulaire de quelques succès; Verax. dont la campa* gne de l'an demi' est honorable; Viveur Il gagnant St-Brieue: puis Vestale Il, toujours à l'arrivée Vermouth hl, souvent placé; l'aillante, Yi. te et comageuse. ,ieuvent avoir progressé et avoir droit à des prétentions. Les autres ont peu court* ou sont inédits.

Le Prix de Calouet. au trot monté, a groupé un nombre d'engagements Inusité, parmi lesquels six 3 ans. Parmi les chevaux d'âge, il n'y a guére que les représentants Combot qui comptent et aucun des autres ne semble de taille à leur dix puter la course. Utysse, ancien pensionnaire de lai grande écurie Onry, n'a pas du courses récentes 'fut s'imposent mais 11 était en ligne cet hiver, a Vlncennes, dans des lots de très bonne cluse, et son passe en f.-It un crack.

Vtllis reste sur deux succès, l'un à Enghlen, l'autre à Vinceunes, trottant sur le même pied dans ses deux sorties, c'est-à-dire en 1' 31" et une -fraction. Quarr. 4 Vauban lit. Il a bien failli fal- re un coup magistral à Vincennes, le 2 mars, en nnissant 21 de Valseur II, et précédant un lot nombreux. Parmi les autres chevaux d'âge de le course, seul. Virr.-i il a remporté un petit succès en juillet, n Dattant Nora et Togo Wllkes. qui mt rendaient Oo mètres Rosa. Pétrogradl étaient parmi les non placés. NI Itfoline, ni Vol' tigeuse 111, ni Villageois ne peuvent, malgré l'avantage de distance émettre la moindre prétention. Le danger pou l'écurie Combat ne peut venir que des i ans. qui sont tous inédits et dont on 110 peut préjuger. Ils seront très avantagés par les rendements de distance et Utllls ou Ulyssa n'auront sans doute pas moins de 150 mètres, voire peut-être, selon le cas, îoo mètres a leur rendre: néanmoins, la distance de 2.6U0 mètres, un peu longue pour des jeunes chevaux, sera avantageu.se pour les 7 eux, et leur permettra de refaire leur retard assez facilement.

Les très nombr jx engagements du Prix de Ta Société d'Encouragement forment un lot très touffu, où il est bien difficile de dégager quelque chose de net. Outre les inédits comme Facelieuse et Scopolo. A autreb ont fait déjà leurs débuts, mais sans fournir d'indication sur leur valeur.

,%faisons. elle état t ton placée, dans une course gagnée par Sabin tte sur l'oppy et Mitonette. Cocotte il s'est 'laiée Il ans, à Chantilly, der,rière La Belle Poule et Puppy. dans un récla.-lier. et elle viet." de se placer 3' à Lyon. diman. che derrière Kouako et Grison, sur 1.DO0 mètres, devant La Feuille il et Gavotte.

Flis d.: Prix n jamais rien fait, ni Colabour,r. ni uazzarlija.

ilyaurée a que' :ues places en province, dang des lots noyons, «us des polds légers.

Siinulwi lia que les petits succès sans Impor- Ath'ena u eu quelques succès en tuais en obstarles. HurrUune a tatt dernièrement une rentrée infructueuse à Maisons, dans uu reclauaw de 2.5<io mènes gagne par Il 11 est en rupture d'obstacles ou 1) a couru médiocrement l'an dernier Ilollu-Hau a .-ouru a il ans. de façon effacée, mals il se présentait assez vert et il a pu progresser Kl-lUo a gagne en obstacles a Paris, pu;s il a fait une lonxue ahxMice Brahmapoutre vient de courir non place A trois -éprises en réclamer a Paris il pourrait Jouer un rûle utile sur les •onn mètres de la course qu'il a déjà disputée il y a deux ans bu trois ans et o0 il montra peu ne courage La MnrJic-IX a terminé la campagne dernière. par une hnniie victoire sur X'Riy. Accajl, La Marea-Miel. A Pont-1'AhhiV mats la distança sera courte oonr elle. HonsPoulnt est bien modeste. Kelsuké a du progresser, mais II est 6 revoir. T.e steeple-chnv pour chevaux de selle nous promet une très belle couru. si comme il est prohnhle les conrurrents se présentent ^en hnn nombre. Peux d'entre eux attirent particulièrement l'attention. ce sont Rtsida V et Stdvn-int Il. Le premier nomme particulièrement, vient de Mon courir Il deux reprises cette annee. le mars, a Auteitil. Il s'est placé 30 à et 4 Ifingueurs d'Enernay et n"Cn<-as. devant Turbulent Il. Stèle..Tnrlus etc. T.e sr. février. il s'est pl.vé <lerrl»re llltrachlc, devant Wlle-VTnut. Tartus. Initiative etc.. S>>. deux victoires en novemhre. f« Vlnocnnes e' !i Aiiteiill. sur Ae nerfnrmtrs de rlnsse comme Turbulent 11. Urne, Cltrachle. etc. dénotent sa auallt* certain».


Séduisant Il fera sa rentrée. Il compte aussi son actif de Jolies victolres et des pla»_>s importantes. dont l'une, à t et 3 longueurs de Rablauleur et Uruguay Il, a Vincennes, dans un lot de il partants, parmi lesquels Quinola IV, Chicotte. imposant III, etc. Sa victoire à Angers, où 11 bat Urne, Ultra IV. Rabia.uteur. Chicotte, etc. est significative. Cheval très allant, le parcours coulant de LOudéoc. devrait particulièrement lui conventr

Tulipe Vu a montré également de la qualité en ÏÏÎÏÏ11 ?l de Réséda V à Vincennes. de même qu vitra IV qui, pour une de ses premières tentatives en obstacles, a ttnl a Angers 33 de Séduisant ..et d'Urne, devant Rablauteur. 'ïennysec. Chlcotte etc. Course très prometteuse, filauia IV et Théodora Il, malgré leurs mérites et leur hon.nêteté, ne semblent pas d'une classe suffisante pour avoir une première chance. Aucun des autres concurrents n'a de titres à faire valoir. Le milltary de 2« série, qui clôture cette premièse journée, ne parait pas avoir réuni un lot de Qualité, sauf eu ce qui concerne les inconnus Maison-Blanche. Ceinture, etc. Ceux que nous elle peut servir d'Indication. En effet dans ce avons Tus l'an dernier, se sont rencontrés a S«ni«5î septembre et si la course est régulière, steeple-chase. Radieuse Il battalt Marquis 2'; Lan. gammes, 3' et Julie. Very-Bully a couru nulle part a gantes le 22 mars; Grand-Coq n'a rien fait. Dans cette course, c'est encore la bouteille a encre. Nos préférés

2» Course • Va-vite, VaUxilona

3' COurso Ecurie Combol

40 Course Brahmapoutre, cocotte /l.

5'Course Lance-Flammes Ceinture.

«• Course Radieuse il, ceinture. C

COURSES DE CHERBOURG

Première journée. 31 Mai 1925

f course. Prix des Eleveurs, au trot monté ou attelé. 500 francs et ïlnq objets d'art ̃ distance. '800 mètres.

Enna(rements jusqu'au mercredi 97 mal, avant midi, au Secrétariat de la Société des Courses, i rue Divette, Cherbourg.

S" course. Prix des arrondissements de Cherbourg et de Valognes, au trot monté. 2.500 fr; distance, 2.5O0 mètres.

Engagements Jusqu'au mardi 19 mai avant midi, au Secrétariat de la Société d'Encouragement pour l'amélioration du ch<vai franrais de demisang, 7, rue U'Astor^, fatis.

3" course. prix de MM-tlnvast. chevaux de selle, régional 3.GOJ francs distance 1.300 mètres environ

Engagements Jusque mardi 19 mal, avant deux heures de l'après-midi, au Secrétariat de la Société d'Encouragement. 3, Ne Scribe i Paris (9'). 4* coura. Prix de la Société d'Encot-Mirement pour l'amélioratton du cheval français de deml-sanp. au trot mo'té. 6.000 franc- Ilstance. 2.800 mètres.

Engagements Jusqu'au mardi 19 mal. avant midi au Secrétariat de la Société d'Encouragement pour l'amélioration du cheval français «le demisang, T. rue d'Aswrg, Paris |8').

5' **urSfL PrU des Commerçants au trot attel4 5.000 francs distance. 2.800 mètres E»igagements jusqu'au mardi 19 mai. avant midi au Secrétariat de U So,lété d'Encnuiagemer.i pour l'amélioration du clteval français de demi sang. 7. rue d'Astorg, pails.

6' cour, berb> <i.> uaenlln. poule d'essai au trot monté. 5.0* francs distance. S.80O m. Un forfait a été déclaré le 30 Janvier

poulalns et poullcJ.es res'ent engag

T course. prix de la Société dp îlPort de France, steeple-chase. ctosa-country mlx'.t. hacks et hunters. gentinnen-r.ilers. 4.030 frai»>< distance. 3.500 mètres.

Engagement? Jusqu'au mxrdi 19 mal avant 14 heures, au secrétatiat de la Société des Steeple çhases de Franc. 10. ru Trellhanl, Paris (S1). Entrée 20 1 fr/: forfait. 10 fi jusqu'au mardi 20 mal. avant 14 heures au même secrétariat.

COURSES DE VIRE

26 Avril

Voici le progra.ne des coirses qui auront lieu » ai •'« avril prochain.«* Jt £2" prix to -TUIe de Vire. au trot monté. PMx :̃•.«* francs. DJstante. 5.400 mètres'. r A 14 ». 3». Eorènv? régionaJe de la Société Sportive d'Encouragement. Pour chevaux qualifiés de demi-sang. Prix. francs; distance. 1.100 mèA 15 heures Prix du Conseil Général, au trot monté. Prix, 3.5OO francs; distance. 3.500 mètres. A 15 h. 30 Gra"d Prix de Vire, au trot monté. Prix, 4.100 francs; distance. Il.800 mètres.

A 10 heures. Prix de* Amateurs au trot monté ou atlelé. Prix..400 Irancs; distance., ïWV) mùA le h. 30. Prlx la Société des Steeple-Chapes de France, course de haies. Prix. 1.800 francs; distance. 2.800 mètres

A 17 heures. Prix Frédéric Eudes, au trot attelé. Prix. 18:0 francs: distance. e.Sto mètres. Les engagements devront être faits au Secrétariat de la Socié.é d'Encouragement, pour l'amélioration du cheval français de demi-sang, rue d'Astory, 7, à Paris (.SI). pour toutes les courses au trot, Jusqu-t. mardi 14 avril. avant midi. i-;30 COURSES A VINCENNES

Une très nombreuse afflucmce assUialt aujuurd'hui 1 il réunion de Vincennes. Les lecteurs qul veulent bien nous suivre reniais ueront que nous avons donné les gagnants de six courses ;ur sept dont Tempête et Acteon, le.; gapnanis des épreuves les plus importantas de la Journée (*82 et 17.50 pour 10). Voici > temps des gagnants Vercinyétorir 1'29'13/iO; Varendeux l'33"l/5; Tempête l'S5"; Vsbek l'33"7/20; Acteon 1'33"2/5; Baccarat Prix d'Ancenls. (Au trot monté, 10.000 rrs., Î.500 mètres). 1. Verctngétorix (Forcltial). de Waxleres; 2. Vrat Trésor (Dclamare). Huas de Mottlaran. Non placéa Vautour Il (DUfour); Vertige (Gosseltn). Vagabond II (Slmonaril), Val Dampierre Il iGuerouU), Voie Lactée (Boudenu). Prix 'd'Aurtllac. (Au trot nttelé. 8.000 rranes, J.500 mètres). 1. Varendeux (Oltton), Coiwpln; 2. Vaoulette (Boudeti, I.emsitre. Non placés Vichnou (Gueroult). Viathn (Tambérl), Verveine !I (Henooque), Vincelles (Bakker).

Prix de Metz. (Au trot montré, 13.000 rrs., Î.900 mètres). 1. Ecurie Bivon, gagnante avec Tempête, monté par Il. Picard; 2. Tulipe (Riaud) Olry Roederer: 3. UnJeux (Chrétien). Haras de Montaran. Non placés Ultimatum (Verzele). Roshiori (Pain), Sidi Bel Abbas (Ponter). Sabreur (Glwon), Terceu (GuerouOt), Tzigane (Picard), TiennevaF (Forrinal.

Prix de Bourg, (Au trot attelé. 8.000 francs S.800 mètres). 1. Usbek V (Sourroubllle). Sou.rroubille: S. Villageoise (Adam), Mme Villwiave. Non plRcés L'i/àlde (Neveux), Un néve (Tanfbérl) Une Etoile (Ama.r).

Irlx d'Essai. (Au trot monté, 20.000 francs, 2.S50 mètres). 1. Acleon (Riaud) Olry Hoederer; 2. Adam V (Onugeon) Céran-Malilard;. Non placé» Allah (Picard); Ailly (Hardy).

Prix du Mans. (Au trot attelé. 10.000 francs !.800 mftlres). 1. Baccarat (Courtadet Tlionney; 2 Vva Urai Il (Gition) Godet; 3. Teddy Wilkes «îueroult. Mme Prat. Non placée Templier, (Kock), Slim (Hude). Itiffr (ilacé). Galilée (Oypteau) Torpille (Tambérl). Sogvette (Korcinal) Snintond,? (naublehon), Tommu Wilkrs (LiuinoLs). Prit lA Junilèges. (Steer»!o chas' chevaux de setl. 111.000 n-î.. 4.000 metresi. 1. iK'm'dn Il (FJlnti. MW» Ooulpfau; 2. Toten- (r.osson), TM nynck. Non placé* Unie (Ayot). Ténor II, (Dubramii. rnarquH de Croix.

Part-mutuel

Pes.

G. 50 P. 8

G. Il 50 9 Tulipe P. 7 950 3t. 5' c. Actton P. il P. C Baccarat 7750 P. P. 7950 12 50 G. 15 7

COURSEg

Partant@ probable.

Prix du Hameau L'Eclair, MaUlerbc,

Ferruboat Tha:.os, Gazouillis, Belie-Garde, Ç11Fartbôfe II, Petit-Suisse. Phocée.

Prix des Ttianons Saint-Patrick. Jeu-de-R oi Hétaire, Rol-du-Rire, Lebey. Cyclone. Bostock, Ambênay, Layisia:tllt. Oleg. Guentllou. Le Veilleur Ivyberry. Erotite, Iroquots, Flushrounl 111, Monaïdeschl. Lejasmln, Labesti. La Faribole Il. Prix de .Neptune Mon-Déilr .Indra, Lorlpan, L'Eciair. Pervenchèns, Cajole. Ballyrack. Bcnuasu. Naskcdmarvel. Alabardero. Orfroi, Mont-Yerdun, Lebey, Conseil, Renterla, La Royale, Amlrakméd, Condùver.

Prix Le Rot Soiell .Va:eppa Il, Zettoun FerRouge. Dauphin 111, Seclin. Torchbcarer. Po'lucucte. Sang-Froid. Soldat-de-France, Belphigor Qulnzemllle. Chantde Guerre.

rlx d'Apollon Belfonds. Tresigny. Addomtnum, Dark-Orient, Mektoub. Arabat, Combien Dreux, Saint-Patrick. L'Habit-Vert, Listenfrt.

Prix de l'Orangerie Primat. Etellau la:Rand, Lotoe, Ça-Mord LJ, Eps, La Bricole, itontsoreau, Gol'alh, PomafnrlMe, Révérence. Nos pronostics

1" course"; Sylvan, Despard.

r course Ci/clone, Ambenay.

3' course Alabardero, Mont-Verdun.

4« course Mazeppa, Séolln.

5» course Saint-Patrtck, Trittgny.

C course Mazeppa, Lowe.

Le croiseur Jcanne-a-Arc est arrivé à Salnt-RaLes avisos et Varne font route de Aden Le dragueur Ardent sort de Oherbourg pour exerL'hydravion n' 3 sort également de Cherbourg pour exercices le 10.

Le navire hydrographe Gasfon-Rivlrre cart de Cherbourg le 10.

Le sous-marin René-Audry sort de Cherbourg pour exercices le 10.

OFFICIERS UES EQUIPAGES. Les officiers de 2' classe des équipages de la flotte désignés ciaprès, nouvellement nommés a ce grade par décret du 6 avril 1925, sont rattachés aux ports suivants Cherbourg. M. Lamill, off. de 2« et. des équipages, électricien.

Brcst, 3L Goulaoulc, off. de 2' CI. des équipages, radlotélégraphlste.

INTENDANTE ET SANTE. Le commis principal de première classo des services d'lntendance et de santé Uurand, sera maintenu, suT~Sa demande, en service à Saigon, pendant une nouvelle période d'affectation d'une année comptant du 10 julilet KWi.

PROMOTION DANS LA MAISTRANCE. Les officiers mariniers et quartlers-maltres dont les noms suivent ont été promus dans le corps des équipages de la flotte, pour fonder du fer avril 1925

1' Comptes de notes complètes et complément d'effectif. Au grade de prem. m. mécan. Les rviltres mécaniciens tltulailes du brevet supérieur MaJec, 97 points: CorgufT, 94 p.; Le Coupanec, 9. p.; Jouquan, 9J p.; Croislé. 9; p.- Brochen, 9u p.; Marc, 81 p.; Lapierre, Si p.; paret, 51 p.: Bris. 49 Ji.

Maître mécanicien Les 2« m. mécan. Bllloo, 986 p.; Chevassus, 9& p.

Second-maitre timon nier Le quartier-maître Ansilia. 059 points.

!le maître radiotélégraphiste Le quartier-Mettre •raajotéltgripJilsre.iSaoazes, 341 points. ̃ « l2i maître mijcariû'iën Les quartiers-maîtres mécaniciens Veio:i. 3i> points; Le Targat, C68 p.; Nenez. 219 p.: Luce 218 p.; Le Gall, 172 p.; Salaun, 127 p.; Uodenes, 103 p.; Coreuff, 96 p.- Treguer, 95 P.; Uguen, 89 p.; Ott. 5: p.

2' maître mécanicien d'aéronautique Lestiers-maîtres mécaniciens d'aéronautique Braud, 17- .points; Lagathn, un; Murfrale, 109; Touche. 107 p.: Mullols. 08 p.: Ruault, 5» p.; Blônd'è-. 49 p. °° l'ar suite lIe l'ohteiitlon du brevet supérieur, de leur spécialité

̃Second-maître de manœuvre • Brésil Lechoux. Pllhon, !\lacé, Geffroy.

SeconUinaitre tlmomnler Les quartiers-maîtres timoniers Lemallet, Cren. Didou, Jeau Ely Le 1 Ciel', Coat.

2* maître canonnier Les quartiers-maîtres canonniers Le Eayon. Coz. Calloch, Toullec, Berthoas. liurban Bertliou, Jouyaux. Caugant Sergent, Moreau, OUivler. Guedcs] Marzin Favé, Paugam, Kervella.

S* maître chauficar Les quartiers-maîtres chauffeurs Normand. Chapel, Bunavot, Omnés, Hall, Le Gall, Yezou. Le Menn. L'Amezec.

2' maître commis Les quartiers-maîtres commis Clerlvet, Bécliennec.

3° Titre atelier de la flotte. Maître mécanlcien le seconi maître mécanicien Gulrard. 4° Pour comotur lu 1» Janvier 1925 (compte de notes rectifié)

Ie"- maître timon:er, !e maître timonier Chenaie. 878 points, au 1" octobre 1924. au lieu de 860.

Les Instructions qui font suite a la promotion faite par décision du 23 mars l£îj, sont applicables dans leur ensemble à la présente promotion.

DESIGNATION D'CfFICIERS MARINIERS. Brest, ".0 avril. Plouzané Gouesuou, 2' m. can., école navale de Brest.

l'our le Canada. Salnt-PUrre et Miqiielon. TerreNeuve, via Bordeaux, 14 avril Cherbourg, 15. 16 Pour tu Mexique, Culs via Salnt-Nazalre SO avril Boulogne. 17 avril

Pour les Antilles françaises, l'Amérique Centrale, via Saint-Kazalie, 311 avril.

Pour les Antilles anglaises, le Centre Amérique, via l3onlogne, 10 et 24 avril

Pour les pays du f.ud-Paclflque. via La Pallice, 10 et 21 avril, Marseille, 19 avril

Peur le Brésil, les pays du Sud-Atlantique via La Pallice, 1G avili Cherbourg, 16 et 92 avril Marseille, 9 et 19 avril

Pour Dakar, la C. O. A., te Congo, via Bordeaux 17 et 19 avril Marseille, 9, 14 et 19 avril Pour l'Afrique du SL:d, via Southamoton 16 et 23 avril

Pour Djibouti. Madagascar, Réunion, via Marseille. 15 et 19 avril

Pour les Indes, Indochine, Japon, Chine. via Mar-

CONCOURS D'ENDURANCE DE M^ULE NAAS et BERNARD sur GNOME & RHONE

SANS PENALISATION

AVEC L'HUILE

TONELINE

seille, 8. 18, 22 et 29 a\rli

Pour l'Egypte, Syrle, Grèce, Constantiuople, Mer Noire, via Marseille, n, 13, 14, 17 et ic avril Pour l'Australie, Noi velie-Calédonle via 'Marseille. 16 avril et 4 mai icrtun, w avril Pour la Nouvelle-Zélanae. via Marseille, 10 avril et 4 mal; Southainnton. si avril.

IiOUVELLBS Dl VERSES

nRUnRf^Trlm'lS T°°^ETOIS ESCADRILLE .DE DRACAGE. LE OoNQUBr, 9 avril. Les pécheurs et navigateurs du quartier du Conquet doivént prendre connaissance de l'avis important suivant Du 20 au 23 avril 19», la 2* escadrille de dragage exécutera des dragages hydrographiques dans les régtons suivantes [abords du Conquet)

r Le phare de Kermorvan. par la pointe de Corsen. à partir de 1-Astrulabe jusqu'à la base de riroise;

«̃> Le sémaphore de Camaret, à droite des roches du Toulinguet, au sud de la (Paruuette et du Goèmant:

30 La tourelle du Petit Léach, par le phare du Minou, entre la basse Men&hoinin et le chenal du j.ôttt Léach;

4' Le sémaphore de Camaret, par le Tas de Pois Ouest, h la hauteur du Cap de la Chèvre. RAPATRIEMENT DES .MARINS DE COMMERCE. LÉ CONQUET. 9 avril. Le Ministre des Pensions porte à la connaissance des intéresses, l'avis émis sur la question de l'imputation des frais résultant du débarquement des marins de commerce redonnes de guerre et tombés maladies au cours d'un voyago mailt.lnie, par suite de l'aggravation do l'affection ayant motivé leur rulorme. En ionséquence, ¡\ la suite de cet avis, le Sous-Secrétaire d'Etat croit devolr appeler l'attention sur les prescriptions ci-après

Les Administrateurs de l'Inscription Maritime, lorsqu'ils auront i porter au rôle d'équipago d'un navire de conunerce des marins réformés de guerre, devront s'assurer que ceux-ci ont bien eté Inscrits sur ies listes spéciales établies chaque année à leur domicile de secours, sous le titre Soins médicaux aux victimes de la guerre inscription qui leur donne droit, aux tenues )nimes de la loi, à la gratuite des soins médicaux et pharmaceutiques, mais exclusivement pour ies accidunts ou coiuijlcations résultant de la blessure ou de la mal.Tilc qui a donné lieu il pension. Les autorités consulaire' et coloniales devront, lorsipi'un capitaine de navire leur offrlra un versement lorfaitaire, ne pas faire entrer dans le décompte du fortai qu'elles auront établir, les frais d'hospitalisatlon du marin débarqua, réformé. de guerre. Ces décomptes n'auront à comnrenfXre. que les frais éventuels de séjour il la. sortie. de l'hùpital et ceux do rapatriement, et ce sont ces lrais qui devront faire l'objet de la traite à tirer sur l'Administration de la Marine Marchande.

VISITE DE BATEAUX AU-DESSUS DE 10 TON'JfEAUX. Cancale, 10 avril. Aujourd'hui samedi Il avril, aura lieu la visite annuelle des grands l>ai«iu\ de du port de Cancaik', jeangeant i>ius Je dix tonneiiix. U visite roiniimtrira il Il heure* du malin, et les nuirons sont iprivs il'éliro présent, au monioat de la visite de leur bateau.

d.es engins de sauvetage ceintures, bouées les signaux pdtoniques; les fanaux et tous lie» engins réglementaires devront être présentés et dé̃pusÊs sur le pont, bien en vue. De plus, les voiles devront être hlsîeea convenablement pour permeMre de démasquer les marques et numéros. Les «ubarcations annexes, devront porter les mêmes marques et numéros que Iles bateaux dont ils dép entier.

La Commission commencera sa tournée en visitant d'abord les bateaux placés 'le long de la cale de la • Fenêtre ».

CUMUL DE L'INDEMNITE POUR CHARGES DE FAMILLE AVEC LES RENTES-ACOIDEiNTS DE 1.A LOI DU 9 AVBJ» 1803. Les indemnités pour charges de famille ne ^peuvent être allcaées du chef d'un enfant recueilli, titulaire d'une renteaccident de la loi du 9 avril 1S0S, quand il s'agit d'une rente servie à l'enfant il l'occasion d'un accident survenu à son père ou à sa mère. Cette rente revêt alors le caractère d'une pension et ne peut se cumuler avec l'indemnité pour charges de famille.

S'il s'agit au contraire d'un accident survenu à l'enfant lui-même, la rente correspond à l'invalidité et peut se cumuler avec l'indemnité pour charges de famille.

CONDITIONS D'AIIIRIBUTIOM DE L'INDEMNITE \POUR CHARGES DE FAMILLE POUR LES ENFANTS AGES DE PLUS I)E 16 ANS SUIVANT DES COURS .l'AR (X'RRliSPON'.DAiNl'E. Les enfants qui suivent des cours par correspondance, en vue de la préparation d'une iurot*ssion. d'un concours ou d'un diplôme déterminés, et qui sont âgés de plus de 16 ans, ont-ils des droits à l'indemnité et au supplément, d'indemnité pour charges de famille prévus par l'article 4 de la loi du 2!) décembre 1923 et la circulaire (Finances) du il Janvier 192-i (J.O. du 12 Janvier) 7

Le Ministre les Finances a fait connaitre que rien ne s'oppose à l'attribution des indemnités de l'estjièce dans le cas sus-vlsé, l'attribution de ces indemnités restau*, bien entendu subordonnée il la réalisation dus conditions exigées lorsqu'il s'agit d'enfants poursuivant leurs études sous la direction d'un professeur, c'est-à-dire que l'enfant consacre effectivement la majeure partie (le son temps aux études qu'il ipoursuit, et que l'enseignement soit donné par des personnes possédant des capacités pédagogiques notoires.

Ces deux points %ont soumis à l'application des ordonnateurs responsables.

Il va sans dire que, dans ce cas, comme d'ailleurs dans tous autres cas, l'enfant du chef de qui l'Indemnité est demandée doit être sans ressources personnelles et effectivement à la charge du fonctionnaire.

MAINTIEN AU DELA DE LA LIMITE D'A(!F. DE K, ANS .DES FONCTIONNAIRES DE LA JUSTICE MARITIME. Les ofllclors suiieriours et subalternes, officiers marinier», wius-oftlciers et agents en retralte ne sont admis dans le service de la Justice maritime que Jusqu'à l'Ago du 01 an»; Ils n'y sont maintenus a,|irès l'Age de 05 ana et jusqu a 08 ans au maximum que ·ur leur demande et en vertu d'une décision spéciale du Ministre, qui peut toujours les suspendre, les licencier ou les révoquer.

CONDITIONS DAiPTITUDE PHYSIQUE EXIGEES DES CANDIDATS A L'ETABLISSEMENT DES PUPILLES DE LA MARINE ET A L'ECOLE DES APPRENTIS MARINS. Pupilles de la Afa tue. Etre exempt de toute maladie ou vire de conformation de nature a les rendre. Inaptes au service de la Flotte, quand ils seront en Age de contncter un engagement dans l'armée de mer. et remplir les conditions de poids et de taille mintma Indiquées <l-des*>us

13 ans, 1 m. 42, 34 kilos; 11 ans, 1 m. 43, 37 kilos; Avoir une bonne acuité auditive et une acuité » visuelle au moins égale il. 6»IO pour un œil et 4/10 pour l'autre, sans correction.

Etre exempts df; strabisme, de diplaple et de daltonisme.

Ecole des apprentis marins. Avoir une bonne acuité auditive et une acuité visuelle minima de e/10 pour un œil et 4/10 pour l'autre, sans correction, et être exempts de daltonisme, de diplopie et de strabisme.

Les enfants ét3nt totsés pieds nus, doivent avoir

De 15 ans a a ans 6 mois, 1 m. 47; de 15 ans 6 mois à 16 ans. 1 m. 47S; au-dessus de 16 ans, 1 m. 50.

COMMISSION D'EXAMEN DES STNIMOS ET GARDES MARITIMES. Les commissions qui doivent se réunir à StServant le lu avril l»J3. à 14 heures, pour examiner les candidats aux emplois de syndic des gens de mer et de garde maritime seront composées comme suit

Syndic des de mer. Dard, trateur en chef de 1-" classe, président; Plquols et Mantel, administrateurs de ir classe, membres. Carde maritime. MM. Mante!, administrateur de il, classe président; Ansquer, syndic princiipal à Dinard. membres; Briand, syndic principal A Saint-Servan.

Avis aux navigateurs

Bbest. 10 avril. Baie de Cancale. La bouée de la « Grande Bunouse est disparue. Feu permanent de Corn Carhal, rallumé, fonctionne normalement.

Lorunt. 10 avril. Front de mer de Logent et compagnie de cote lorient-Lolr». V Tirs rédutts a La mer. La compagnie de cote LorlentLoire effectuera des tirs réduits de jour. a la batterie du Talud ,les 17, 18 et se avril 1935. Les tirs pourront avoir lieu chaque jour, de 8 heures à 17 heures.

Ces tirs, dont la portée n'excédera pas 2.000 mètres, seront effectués au tube canon sur but remorqué dans la zone comprise entre l'Ouest et 1 Est de la batterie.

une neure avant le commencement de chaque séance de tir ,un coup à blanc sera tire par la Un pavillon rouge sera hissé par la batterie et le poste de vigie du Pouldu et de Bec-Melen, une heure avant le tlr; Il sera amenA après le dernier Le vapeur remorquant le but. portera un pa.vitton rouge pendant toute la durée du tir Les bateaux ne devront pas s'approcher il motos d'un mUle du but.

r.2,' Tirs A obus à la mer. En exécuuon des ?^3,. e M' le Ministre delaMartne et- avec l'autorisation de :\1. le contre-amiral, Préfet ntaritime dit 3» arrondissement, des tirs il obus seront exécutés à la batterie du Talud, les 21 et "2 avril Ces tlrs seront effectués sur but remorqué Ils pourrornt avolr lieu chaque jour entre 8 heures et Uno heure avant le commencement du tir, un coup A blanc sera tiré par la Batterie de tir et un p.ivlUon rouge lusse par la batterie

Dix minutes avant l'ouverture du feu, deux coups à blanc seront tirés il 30 secondes d'imerUn pavillon rouge sera hissé par les postes-vigfe Le remorqueur ,en outre fles signaux régleroen£K0S™îrŒ portara un pavillon rouge le^ernic^X^rS85 M seront amenés qu'après Les zones indiquées oi-dessous seront Interdites A la navigation pend-int te, heures de tir sauf t Alix MttmenH des quartiers de Grolx et de l.orient, *f1.m*!i £ 1? pêche sardinière et aux MJ, ,£?< fa<S!mt le *Prvlco r*<r entm Lorle.nt «'ft1^ ̃' aux bAt ments de guerre faisant des e\eTflu>3 nu il(% "!• aux bâtiment» dn <~>r- vice des stationnes ,pour tra- vaux urgents de Oalisage; «• aux bâtiments ptLes navires ne devront pas 1e remorZones maritime% Interdites Limita Nord paf 'h de la pointe du Courant: limite Est Pointe do Pen-Men ,par Pointe du Talud: limite Sud I;arall.Me,.<ie la Pointe des chats; limite Ouest Le mcndion 3' 40' Orest de <îr.'enwii-h Si Ie tir ne peut avoir lieu Il date fixée les toZÙT qui °"K?"Wé les anches, e- seront veille t*l#«raphiquem«!it agi yXis tfrd :la

NAVIRES DIVERS

SIGNALES PAR T. S. I'. EN COURS DE ROUTE. Aux postes de

Ouessant. 10, Gramllleu, Cambroiwe La Rochefoucauld. Ontario, .Missouri, Monl.Venloux Cuba, SaiKt-jtrûvK. Annlk, France. Salnl-Dldlei *• PAQUEBOTS

ET VAPEURS LONGS-COURRIERS ARRIVES. Au Havre. 10, Caravelle des Antilles; La layette, de Houston; Brurellin de NewOrléans; a Marseille, 9. Amlral-Pontii. de Dunkerciue: Anua-Dusck. de Beyrouth Amenée de llathtirst: à Saïgnn, 10, Chei-MeeiiiHrUiiMiiilhol du llavriv

A ChiTbourff. 10. Préshlcnt-noosevelt, Orduna dU Southampton; Gebrta. d'Amsterdam.

PARTIS. De Buenos-Aires, 8, Forbin p Dunkerque; de la Plata, 7, Fort-deDouaumont pour Dakar: de Marseille, 8. Forla, p, cotonou- G.G.-Cambon. p. Bône; 9, Chantilly, p. Yokohama G.-G.-Gueydon, .p. Alger; du Havre, 9, Klaaara'. p. Houston: de Bordeaux. 10, Huïft, r. Casablanca; de Gibraltar. 9, Sons; de Houston, 9, De Lasalle, p. le Havre.

VAPEURS CABOTEURS

ARRIVES. A Marseille, 9, EugènePerelre d'Oran; 10. Le Rhiu, de Mogador; à Dunkerque, 10 Pomerol, du Havre; Mcator. Cantenac, de Rnuen; lludson. de Bordeaux; Germinal, de Dakar: Arzlc, de .Boulogne; à Rouen, lu, Calluna. de Cardiff- (rossbIU. de Charlestown; Député-André-Thomé' Aie. d'Anvers; au Havre. 10, Gazelle. lie Caen; à Brest, 10. Haitt-Brion, de Bordeaux: à Bordeaux, !O. Diralle. de Gau: Gavu de Rotterdam- Graniille, de Nantes; Le Landais, d'Angleterre Bordeaux, de Rotterdam: Cambridge, fia Mortagneà Lorient. !0, Mousse-Le-Moi/ec, de Cirdiff; Gitervior, de Belle-Ile.

PARTIS. De Boulogne. 10. Arzlc. p. Dunkerçue; de Dunlierque. YJ, Dahomey, Céphée, pour Anvers: de Marseille, 8. Areturus, p. Dakar: 9, NU, p. Dakar.- Eliane-Busek, ji. sfax l\mlttla p. Bonlf.icio; de Brest, 10, Le Tell, p .imifcer- que: du Havre, 10, VUle-dr-Battln, p, f»-.inkerque Hirondelle» p. Chen; de Rouen. I0, llurbyn, p. Hull; Union, .p. I/>ndres: Kls. de iPeunrth: JollyLauru, p. Padston; Gunger-Rolf, p. oslo; DéputéJosselin-ile-llohan, p. Rotterdam; de Bordeaux. 10, Députi-Gcorges-Chalgues; de Lorient, 10, Arménie, p. Cardiff.

A Cherbourg, 10, Galice, de Exmoutb; Alextor. de Pool.

VOILIERS CABOTEURS

ARRIVES. A Boulogne, t0, Ideros, de Plymouth; PUrre-Altne, de Shorenam; à Brest, 10, Printemps, de Noirmoutler; La Victoire, de Camaret.

PARTIS. De Boulogne. 10. Bretonne, p. Landerneau p. debonne, 7, Vonetle. p. SUPlerre-et-<Miquelon; SainteAnne, p. Boulogne.

GRANDE PECHE

RENCONTRES. Par le steamer Halse, le a1 mam, Santa-Maria, par 45'i) Nord et 40'25 Ouest; Solidor, par 45'49 Nord et 4O*2-2 Ouest.

Le temps était beau avec fraîche brise de l'Est. PECHE HAUTURIERE

ARRIVES. A Lorient, 10, Furet, 10.000 kilos; Latta, 600 merlus et 6.000 kilos.

A la Rochelle, d0, llorhcbanne, 2.M0 merlus, 840 dorades, 322 |.l. de gros, r>s pi. do petits; Pélican, 1.230 merhls, 3.<uo dorades, 9*3 pi. de gros, 464 pi. de petits.

PETITE SECHE

Doi'AnNENEZ. Pêche du 9 avril. Merlans. Onze canots sont rentrés avec une moyenne de 1S0 Il 250 merlans do toutes tailles qu'Us ont vendus à raison de 35-42 le cent, suivant grosseur. Que-:ques canots ont au~sl péché de; tacots et des lleus, pour une va!eur de 45-70 francs. Crevettes. Six canots de Treboul ont pêche au casier. de 4 a 5 ktlcs de orevettea qu'ils ont vendus il raison de 13-14.50 le kilo.

Lançons. Quatre canots sont rentrés avec SO a 30 caisses de lançons qu'Us ont vendu il raison de 10- IS francs la caisse de 10 kilos. Ohiens de nier. Deux canots sont re.ntrés avec 10-lc' chiens de mer, qu'ils ont vendus à ratson de 3-2-36 6r. le cent.

Langouste. Deux bateaux sont rentrés de Mauritanie, l'un patron Lauvaux, avec 8.000 kilos de grosses langoustes vertes vendues 5.75 le kilo; l'autre patron Le Saout. avec 4.000 lba3 de petltes langoustes vertus, vendue; S.H le kilo. ,Raie. Deux bateaux sont rentrés avec des raies, des posieaiu, des maracue*, des c»agre3.

pour une valeur >lo 300 à 500 franc*. Mulet. Un bateau de Morgat a vendu KO kc i dé mulets à 8 tr. le kilo. Maquereau. Douze bateaux sont rentrés avec 800. t.000. 1.500, 2.000 maquereau, qu'Us ont veo> dus à raison de 100-110 le cent. Concaiuieau. Pèche du 9 avril. Drague. » Drague 25 bateaux ont ve-ndua des raiet, so- les, plies. UmaïKles. langoustines, pochetesux. ira- fiches, etc. Le tout aux revendeurs et mare- yeura pour dea sommes variant de 300 4 1.17S francs.. Langouitlnes. -0 bateaux cet vendus quel- quel dota de langoustines. Le tout aux mareyeur* et revendeurs, pour des sommes variant de îjO a S00 francs. Gronditts. Cinq bateaux ont vendus des De- ches varlïnt de 150 a 600 grondins. Le tout au* revendeurs, à raison de 36-56 Je cent.

Orphies. Un pêcheur a vendu 170 orphies, la î tout aux revendeurs a raison de 113-113 fr. le cent. Pettta maquereaux de dérive. 2 bateaux ont eu des pêches variant de liOè 160 petlts maque- l'eaux vendus le tout aux revendeurs et mare- 1 yeuns raison de 6C-70 le cent.

Harengs. 2 bateaux ont vendu des pêche» vartant de 150 Il 600 harengs. Le tout aux reven- oeu« et mareyeurs, Il raison de 31-36 le cent. Coagres. Un bateau a vendu quelques con- grès. Le tout a un revendeur, pour la somme de .1 57 francs. 1 LA PEOHE A OUESSAOfT. Pendant le PW- rnler trimestre de 1925, la pêche a été plutôt mé- Oloore. S. 403 kaoj de marée fraîche représentant 3 une valeur de 17.230 francs se repartlssant de la façon au-lvante 1.500 kg. de poissons divear j 2 2 Ira.; 460 de homards, à 17 fM.: 292 de Jan- <̃ goustea a 31, 150 de crabes potrparts et tourteaux a 2 francs.

OBSÈQUES

RENNES Vous êtes prié d'assister aux ob Madame Veuve MORHAN décédée à son domicile, 6, rue Alplionse-Guérin. dans sa 85» année, qui auront lieu le lundi 13 ^j avril à S heures, en l'église de Notre-Dame. On se réunira il. la maison mortuaire il. 7 h. 90. L'inhumation aura lieu au Cimetière de l'Est. De la part de ses enfants, petits-enfants et de toute la tamille. 1 Le préwiit avis tient lieu de faire-part.

RENNES Vous êtes prié d'assister au convoi et à la messe d'enterrement qui auront lieu le lundi .13 avril il. to h. 15, en la basilique Saint- Sauveur, pour le repos et Salut éternel de lame de Monsieur Théophile TIGEOT décédé en sa demeure, 15, rue de la Santé, h Re.L- nés, en sa 74. année, muni des sacrements de l'é- glise.

L'inhumation aura lieu au Cimetière du Nord. On se réunir. à la maison mortuaire à 10 h. De la parut de .Mine Tigeot. sa veuve; NI. Théo- PHile Tlgi'ut, Miles Maria et Madeleine Tigeot. ses enfants; Mme veuve Tigeot, sa belle-soeur M. et Mme Georges Ruai et leurs enfants, M. et Mme Pierre Rnal et leurs enfants, NI. et Mme Glous- chkine. M. l'abbé Henri .Maillet. Mme veuve Jean. Baptiste Manccl et ses enfants. M. et Mme Bel- mont et leurs enfants, ses neveux et nièces et des familles Tigeot, Thomas. Desgrées.

Le présent avis tient lieu de fa-ire-part.

ACIGNÉ Vous est. s n.-ié d'assister au convoi et à la messe d'enterremtnt qnt auront lieu le lundi 13 avril 19-25, Il tu heures du matin (heure an.-ienne). en l'église panrissl.-îîe «l'Acigne, Pour le repos et salut ét.M-n 1 Je l'Ame Il,,

Monsieur Henri BRETEL

En son ilcnnl éi'oiu de Paine Marie SOREL décédé en sa (texture. il la Lande (l'Aelgni dans sa '.S" année, muni des, sacrements de l'Eglise. On se réunira ft In maison mortuajrf à 10 h. 15. L'inhumation aura lieu au cimetière d'Acignê. De la part de Mme lierri Bretel son épouse de ses enfants et de toute la famille.'

LAVAL- Vous êtes prié d'assister a la Monsieur Frédéric OUTIN-BERTRON Ancien industriel

décédé lo 3 avril 1925, en son domicile. à Laval «1. quai d'Avesnlères. dans sa 82» année, muni des sacrements ,1e ,'Eclls. qui se fera le lundi avril ,1 10 hiMiivs iwécises, en la Basiliniu» On se ri'-unlni la maison mortuaire 9 h 3fi. Nt Heurs, ni

De la part ne Mme t've Paul Rabeau, née Ou- 1 tin-Bertron, sa n.ere; M. et Mme Gabriel Rabeau et leurs enfan je» petits-neveux et arrières-ne- tifs-neveux. 1 Les personnes n par erreur on omission n'au- ra:ent. pas reçu de .ettres de faire-part sont r-rièes de considérer le présent avis comme en tenant lieu. SAINT-BRIEUC- Voits êtes prié d'assister au convoi et inhumation de

Monsieur Jean RADENAC i Avocat, Docteur en Droit décédé dans sa ôo« année, en son domicile, 8, rue j des Promenades, qui auront lieu aujourd'hui 11 avrtl. On se réunira à la maison mortuaire a 13 h. 45, pour se rendre à l'église Cathédrale.

De la part de Mme Jean Radenac, sa veuve; de Mlles Marie et Jeanne ses enfants, de M. et Mme Dano ses beaux-parents. Mme veuve Vincent Radenac sa belle-soeur, Ni. le chanoine Radenac, pro- fesseur de théologie; MM. Louis. Joseph et Emlla i Radenac ses frères. NI. le docteur Attila et 'fine. M. Gabriel Dano, ses heaux-frères et belle-sœur. de ses oncles. tante·, neveux et nièces et de tous les parents de la famille.

Le présent avis tient lieu de faire-part. i CJIATEAULIN Mme Hémon-Richet, ses en- j fants >'i toute ta famille ont la douleur de vin* j faire part de la perte cruelle qu'ils vie:.n. nt i d'éprouver en la personne de 1 Monsieur Alain-Hippolyte HÉMON

leur époux, père et parent, décédé le 9 avril, 15 heures, dans sa 50* année, muni des sacrement» de l'Eglise.

Les obsèques auront lieu dimanche 12 avril, a 16 heures 30.

1 VANNES- Vous êtes prié d'assister aux convoi et enterrement .le

Madame Veuve CAUDAL

.VYe BAVI'

décédée dans sa 7-2' année.

Le convoi partira de l'HOpital Général à 3 h. ii. De la part de toute la famille.

REMERCIEMENTS

RENNES La famille Godet remercie blta i sincèrement les personnes qui lui ont témoigné leur sympathie à l'occasion du décès de Madame Camille GODET REDON Mme Cancer M. Léon Cancel. M. R.-A. Cancel et le:ir famltle. très touchés des nombreu»fs marques de sympathie qu'ils ont re- Monsieur Jaoquet OANOEL

remercient bien si more. lient les personnes qui ont pris part il leur peiiR. BfiGARD- Mine Gulllou, Jacques et Mlchel j Guillou, M. Pierre Gulllou et Mlle Marie Yvonne Guillou remercient profondément toutes les per- î sonnes qui leur ont témoigné de la sympathie à 1 l'occasion du décès du ] Docteur GUILLOU i

leur mari. père et frère.

Le service d'octave aura lieu le mercredi Il avril, à Il heures (heure légale).

MORLAIX- Mm veuve Dantec. sa fille et toute la famille remercient bien sincèrement les personncs qui leur ont témoigné de la sympa*- à l'occasion du décès de j Monsieur François DANTEC


Soyez donc raisonnable 1 Buvez

SUZE-CA'SSIS ou

S UZE- citron Pttisqne tous savez que votre santé en dsoend

Contre l'Asthme

POUDRE D'ABYSSINE

EXIBARD

Efflcaoité certaine.

Soulagement fmmédlat

B»il|jtDgwto^Mi» ttlemi rimclM.

VOICI 2 produits à basa de sucre PUR i i° LA CRÈME FRANCO-RUSSE peur préparer vous mime, avec du bon lait un entremets sucré, au chocolat,

vanille, café, etc.

2» « PUDDING LÉONE »

un gâteau exquis (4 parfums au choix) TOUTES EPIDERIES

DROUET-CORDIEB. Confiseurs. Romainville (Seine)

EXIGEZ I

IDÉAL-BOULE RAVIVER LES COULEURS

̃ PRODUIT DE LA TEINTURE IDÉALE

^^J.ouisGONNET.fqbpicont.6S.PIaee de la République, LYON

MEMENTO MILITAIRE,

ADMINISTRATIF ET JUDICIAIRE Amnlstle-

Il L'exclusion de l'armée n'est pas un obstacle au bênetki: de l'amulxUe et les exclus qili ont etfectivement appartenu pendant trul» mils ou six moi, à l'une deà unités réputùet combattantes, sont amnistiés par les disposition» de la lui d'amnlstle, dont l'application est subordonnée un séjour dans unu unit» combattante ideTrol* mots ou de six mois, suivant te cas); !il les «kserteurs amnistiés par la lui du 3 janvier jofci doivent faire leur soumission & lautorité milltalro qui les laissera en liiHjrto et régularisera leur situation, conformément a ia circulaire du 2 fary 1345.

lis Bocaux à Conserves

PYREX remplis de fruits ou de légumes,

peuvent être, sans précaution,

Plongés dans l'eau bouillante et aussitôt la stérilisation terminée,

Retirés du bain-marle bouillant et Refroidis brusquement.

EN VENTE PARTOUT CATALOGUE FRANCO de Bocmx •Couera* Verrerie cnliaaii* allant

ao four •Artidte fHjrfttu Biberoes, etc.

| U PYBEX, 8. rua Fabra fl'lBiaiittiw « MWS (12*)

LES CADEAUX

DE L' « OUEST-ECIAIR » A SES LECTEURS

En présence de M* Du huissier Rennes, ruo Lafayottc. la Direction de ['Ouest'tciatr a procédé 4 La reparution des cadeaux suivants:

W« d'inscription

BininciUru i au répertoire (I inr» d'todlcai'.onj

Une machine à coudre à main,

valeur 455 fr.: Mlle M. Delvlgne, *4 rue Waldeck-Rousseau, Saint-Nazaire. 72.225 Une montre-bracelet pour dame,

155 fr.: Mlle Nicol, 3, rue Clemenceau, Falaise (Calvados) 72.634 Un lit fer et cuivre, lôO Ir.: M Gu-

guen, place MarécliaJ-Foch, Dinan. 40.839 Une montre en argent pour dame,

145 fr.: Mme Paule Huiban, 19, rue Kéréon, Quimper. 123.268 Une montre en argent pour dame,

145 fr.: Mme Désirée Jeshayes, brodeuse, toenez-Roee, Pont-l'Abbé. 101.986 Une montre nickel pour hom.ne,

97 fr.: M. Dh;lippé, employé de chemin de fer, 59, r. Saint-Malo, Rennes. 99.208 Une montre nickel pour homme,

97 fr.: M. François Morio, marin, Kérarden (Morbihan) 138.403 Un rasoir • Apollo en écrin, 70 fr.:

NI. Eugène Chesnay, comptable, place Belle-Croix, Milieux (Calvados) 88.356 Un rasoir « Apollo en écrin, 70 fr.:

M. Jean-Marie Philippe, charpentier, Saint-Hilalre-du-Harcoët (Manche). 120.009 Un rasoir « Apollo en écrin, 70 fr.:

-Ni. Georges Poisson, mécanicien, route de Bellème, St-Cosma-de-Vair fSarthel

Un rasoir « Apollo » en écrin, 55 fr.: M. Léon Leroux, correspondant, Sautron (Lolre-Inf.) 124.597 Un rasoir « Apollo » en écrin, 55 fr.:

Ni. Louis Madeau, marin, avenue de la Gare, Croix-de- Via (Vendée). 129.788 Un rasoir • Apollc en écrin, 55 fr.:

M. Jules Collet, Gronde-Rue, Hédé (Ille-et-Vilaine) 77.081 Une caisse de bouteilles Champagne

Mercier. 50 fr.: M. Henri Le Boucher, cultivât, au Mené en Bignan (Morb.) 111.286 Une caisse de bouteilles Champagne Mercier, 50 fr.: Ni. Julien Benoit, manutentionnaire, 5, rue Jérôme d'Arradon, Vannes 27.367 Une caisse de bouteilles Champagne

Mercier, 50 fr.: M. Alfred Mosso, en. trepreneur, Loiron (Mayenne) 74.053

Une caisse de bouteille de cham- agne Mercier valeur 50 fr ̃ 1 M. Chevrel, rue de Marcillé-Robert.

Retiera (llle-et-Viiaine; 119 1 Une caisse de bouteille de cham.

pagne « Mercier •, valeur 50 tr.

M. Jean Le Queller, Instituteur, Plou- 1 uévez-Moëdee iCûtes-du-Nord 38656 Un colis de deux flacons parfum « Arys valeur 26 fr. Mllu Mar- guérite Cadoret, comptable, rue au

Fil, Loudéac (Cotes-du-Nord) 154.405 Un colis de doux flacons parfum « Arys », valeur 26 fr. Mme veuve Briquin, Pérênès, Locquirec (Fin.). 25 566 Un colis de deux flacons parfum

Arys l, valeur 26 fr. Mme Charles

Thomas. 51 bia, avenue Saint-Mandé i Paris (12-) xm Un colle de deux flacons parfum

« Arys », valeur 26 fr. Mlle More).

hbtel de l'Océan, Pornichet (Loire-In-

férieure) jpj Un colis de deux flacons parfum

Arys valeur 26 fr. Mlle Dénouai

chez Mlle Deslnndps, café Tinté-

niac (IllP-et-Vilalne) 114 «91 Une boite de savons « Teindelys

Mme Lechvien, Kérano, en Kéritv

Paimpol (COtes-du-Nord). 988 Une boite de savons « Teindelyg".

1\1. Léon Gouvard, restaurant des

Messageries. Gare, Aizenay (Vendée) 74 590 Une boite de savons t Teindelys

.NI. Cazo, Gommené, par Mcrdrlgnac

(Cùtes-du-Nord) 60 988 Une boite de savons « Teindelys

.NI. Alfred Lecouetev. chauffeur. 19,

rue Tliiers, Saint-LO (Manche) tt.llf Une boite de savons • TeirvdPlvs •

M. Huchet, chasseur, 5050 n. C: C.,

V compagnie, Hennés 70126 Une botte de savons « Teindelys

M. Léon Brochard, clerc de notaire,

Juvigné (Mayenne) 6 818 Une botte de savons « Teindelys

Mme Lejeune. Creach-Cœur. Plou-

gasnou (Finistère) 71.857

Recommandatton importante. Vérifier soigneusement les colis à leur arrivée avant d'en donner décharge au livteur.

Les cadeaux seront envoyés par le soin des fournisseurs, dans le mois courant. Il n'est aocepté ni achat, ni vente, ni échange, et il 'est Inutile d'entrer en négociation» aveo t'Ouest-Eclair à cet effet

Les dépositaires, sous-dépositaires et vendeurs, entre les malns desquels les lecteur* ci-dessus ont signé un engagement, sont priés de nous écrire Immédiatement pour nous dire 'si ces lecteurs achètent bien V Ouest- Eclair. chaque jour.

Feuilleton de ÏOuest-Eelalr

du il avril 1985 ô

LE POISON DE LA JUNGLE Par F.-L. BARCLAY

[Traduction de E. de Saint-Segond). CHAPITRE IV

A la lueur du feu dans l'atelier.

Ronald dégagea la main gauche de sa femme et la baisa tendrement. Ce fut la seule réponse, mais. le silence parut Hélène plus éloquent que n'importe quelle parole les mots, pour exprimer ses sentiments superficiels, arrivaient si rapidement et si aisément aux lèvres de Ronald et quand ils lui manquaient, c'était la preuve certaine d'une émotion profonde dans ce silence même l'épouse trouva joie et réconfort. Ronald n était jias- tout mirage sous cet extérieur d'apparence frivole existaient des réserves de force destinées à se répandre un jour au loin en une lumière bienfaisante. Mais il fallait la perspicacité des yeux clairvoyantes et fidèles d'Hélène pour discerner cet avenir. Au bout d'un moment, Ronald dit

Vous souvenez-vous de la visite des Dalmain en janvier avec leur petit Geoff T Quand je voyais ce gentil gamin trotter si gaiement et regarder sa mère de ses beaux yeux luisants hleins de confinnre et île naïf courage, absolument sans crainte. malgré les farons un peu <le Mr3 Dal-

main et la discipline sévère qu'elle impose, je me disais qu'avoir à «m un pareil enfant est le meilleur enseignement que la vie puis· se nous donner, en nous imposant le devoir d'enseigner le bien à cet être innocent. Il faut justifier par sa propre conduite la foi que l'enfant vous témoigne; n'est-c pas vrai, Hélène t

Oui, darling. et c'est ainsi que nous agirions.

J'espère que vous verrez beaucoup les Dalmain pendant mon absence. Faites-leur une longue visite, et je suis sur que si vous aviez besoin d'elle, vous pourriez l'appeler. Oui, cher, elle viendrait certainement à moi si J'avais' besoin d'elle.

Vous êtes grandes amies, n'est-ce pas Pour ma part,elle m'effraie un peu. Quand elle me regarde, je nie sens un ver de terre, j'ai envie de disparaître dans un trou, mais on ne trouve jamais ce trou 1 Il me faut rester debout offrant le thé et les tartines de psin beurré tandis que mentalement je rampe terre.

Oh Ronnie, quelle folie 1 Je sais que Jeanne admire beaucoup vos livres. Néanmoins, elle me considère évidemment comme indigne de nouer les lacets de vos souliers.

Taisez-vous, Ronnie 1 vous n'auriez pas peur d'elle si vous aviez eu besoin de son conseil ou de son appui à une heure difficile. Elle m'a aidée et soutenue dans une mauvaise passe que J'ai traversée six mois avant de vous connaître. Elle m'a montré ce que je devais faire, puis est restée à mon côté pendant que j'agissais. Je crois qu'elle n'a pas sa pareille au monde.

Alors, ne manquez pas de l'appeler si

en mon absence vous aviez quelque ennui. Dissimulé dans les hautes herbes, je me sentirai pour la première fois très à l'aise avec elle 1

Ronnie, existe-t-il une possibilité que vous reveniez plus tbt que vous ne pensez ? Bien incertaine en tout cas. Hier encore mes éditeurs insistaient ,pour qu'au retour je m'arrête il Leipzig et à La Haye, afin de soumettre aux maisons de là-bas mon manuscrit et faire des arrangements pour les traductions immédiates. Je crois que je ferais bien de. suivre leur conseil, et de rêve. nir par la Hollande. J'aime traverser la mer la nuit, et arriver à Londres de bon matin. A propos, est-ce que vous n'avez pas un quelconque cousin à Leipzig ?

Oui, mon cousin germain Aubrey Treherne il est là pour étudier la musique, e: je crois s'occupe à composer il demeure dans la Grosse Strasse.

Très bien, inscrivez son adresse dans mon agenda. J'irai le relancer. Mon bon tamarnde, Diek Cameron, doit aussi se rendre à Leipzig vers 'la mi-novembre il étudie les € cures d'eau Je voudrais tant que vous connusslez Dick Caraeron, Hélène le serai content de le rencontrer. Croyez-vous que votre cousin ait une chambre d'ami dans son appartement ?

Je l'ignore. Aubrey Treherne ne vaut pas cher ce n'est pas un homme en qui vous deviez avoir confiance.

Darling, on ne donne pas sa confiance à un homme parce qu'on habite une nuit une chambre qui lui appartient. D'ailleurs Dick saura bien me trouver un logis. Aubrey n'est pas un homme de bien, répéta fermement Hélène.

Chère, bien peu le sont.

Vous l'êtes, Ronnie, dans le sens que j'entends, sans cela je ne vous aurais pas épousé.

En ce cas, d'accord je suis très ffrt homme de bien.

Il riait, mais le visage d'Hélène était grave puis une pensée soudaine le rasséréna.

Si vous vous décidez à aller à Leipzig, Ronnie, pourrez-vous faire une incursion chez « Zimmermann », une maison de-premier ordre pour la vente et la fabrication des instruments de musique de tout genre, et me choisir une petit orgue pour notre nouvelle église J'ai vu dernièrement une vraie merveüle, dans le genre d'orgue que je désire, et dort le maniement est très facile on l'avait fait venir de Leipzig, et il n'avait coûté que quatre livres en Angleterre, il faudrait en dépenser quarante pour un instrument équivalent, Si vous pouviez m'en choisir un, et le faire expédier par bateau, je vous en serais reconnaissante. Avec le plus grand plaisir, ma chérie, j'adore essayer toutes sortes d'instruments. Mais pourquoi vouloir économiser sur l'achat de l'orgue Si ma femme en souhaitait un de cent guinées, je le lui offrirais volontiers. Non, Ronnie, vous ne devez pas être gaspilleur.

Je ne suis pas gaspilleur, chère, ce n'est pas l'être que d'acquérir ce que nos ressources nous -permettent d'acheter.

Si, quelquefois ainsi, par exemple. lorsqu'on paie un prix exagéré un objet d'une qualité supérieure au besoin ou aux circonstances. Je vous ai trouvé gaspilleur 'hiver dernier lorsque vous avez donné cinq

guinées pour une loge de huit places à l'Olympia, qui n'a servi qu'à nous deux. Je le sais, dit Honnie, vous ne l'avez pas caché. Mais vous étiez dans l'erreur. J'ai payé une livre six shillings pour nos deux places, plus trois livres neuf penoe pour le plaisir d'être seul avec ma femme, et J'al estimé que c'était bon marché I

(A suivre.)

LE PROGRÈS RURAL )) 5, quai Lamennai., à RENNES

a l'honneur d'informer MM. les Cultivateurs qu'il a inscrit sur ses listes d'abonnés, déchets déduits,

PLUS DE 600 NOUVEAUX ABONNEMENTS du 1" au 31 Janvier 1925

Prix de l'abonnement 6 fer. par an

reuineion de I Uursr-Eclair

du il avril 1925 54

MALDONNE

Par Jean et Jacques GRANDCHAMP TROISIEME PARTIE

LI dernier enjeu

IX

Le rire de Claude I La voix de Claude I Personne désormais à Kérilis, ne s'en souviendrait.

François eut envli de s'écrier soudain avec désespoir

Mais si i quelqu'un s'en souviendra toujours 1 Moi Moi je n'oublierai jamais I. Mais aucune son ne sortit de sa gorge serrée. Il avait peur d'en trop dire, et fit semMant de lire son journal. Les minutes passaient, lentes, monotones, au milieu d'un lourd «ilpnre troublé par le bruit continuel 'le la tempête. le mugissement des vagues, le hululement du vent, le craquement affolé des branches d'arbres et le roulement du tonnerre.

A un mompnt donné, portant la main à ·a poche et la ramenant vide, François s'exclama. contrarié

Suis-jo Ptupide I J'ai oublié ma pipe dans le pavillon 1 Tant pij pour mot. je me passerai de fumer.

Il reprint sa leotnre. Qnelques Instant* pins tard, il c'aperçut qu'il était seul dans le salon Claude avait disparu. Il pensa qu'elle Hait remontée dana ea chambre, filant & ranclnise. pour éviter des adieux pénibles. Ainsi, c'était fini. Ils ne se reverraient pas La chaîne qu'ils avaient choisie volontairement, ils la brisaient d'eux-mêmes sane nn reirret. «ans un rappel sur le passé. plus Étrangers l'un l'autre que s'ils ne se fussent Jamais connus

Frr.nr-ois eonpon amèrement

Onplle rrreiir il été la nôtr- 1 Tout eût flô préférable à cette situation 1

En offot. Il avait cru posséder Claude et ,]le lui avait révél.* le serret qui devait lmpitovnWrmont lYloijrnpr rt'fllr-. Maintenant iu'el!e «venait vers lui, il se dérobait à son

tour, et, par un fol entêtement, se murait dans son implacable rancune. Pourquoi ne pas écouter son cœur, son cœur las, désenclanté. mais toujours avide de tendresse, toujours épris d'idéal, et qui ne demandait qu à revivre après de cruelles blessures 1 Pourquoi ne pas suivre l'avis sage et désintéressé de la parfaite amie qu'il avait si vainement chérie. Hélène ce nom béni n'évoquait plus en eon ame ni souffrance, ni souci, car un autre nom qu'il avait voulu oublier, sans y parvenir, remplirait désormais sa vie.

Soudain un cri, un seul cri de douleur et d'effroi venu du dehors, le fit tressaillir. Il fallait qu'il fût bien strident, ce cri, pour que le commandant l'entendit dans le fracas de la tempête.

Claude on dirait la voix de Claude 1 Déjà il s'élançait dans le Jardin, nu-tête sous la pluie diluvienne qui le cinglait au visage, au sein de cette nuit noire, trouée seulement d'éclaira aveuglante, et il courait au hasard, inquiet, éperdu, cherchant* partout la jeune femme

Mille pensées tragiques torturaient son esprit. Où était Claude ? Pour quelle raison avait-elle quitté l'abri sûr de la maison par ce temps éponvantable et, dans quel but 7 S'était-elle suicidée 7 L'avait-on assassinée î Les suppositions les plus invraisemblables étaient permises. Que signifiait ce cri 1 ce cri unique et terrible, que le marin croyait encore résonner à son oreille I

Ponm. sortant de sa niche malgré l'averse, vint au-devant de lui. François eut une inspiration subite

Poum cherche ta maitresst 1 cherche, mon bon chien 1

La bonne bête, comprenant ce qu'on attendait d'elle, partit à fond de train. Avant que François eût le temps matériel de le rejoindre il entendit l'aboiement Joyeux du chien, et courut dans la direction que lui indiquait sa voix. C'était l'allée du pavillon situé au bout du parc.

A quelques pas de la. il entrevit & la lueur des éclairs, a côté d'une grosse branche arrachée au tronc d'un vieux sapin, une forme blanche allongée, auprès de laquelle Poum hurlait furieusement. S'en saisir, l'emporter dans ses bras comme une proie disputée

encore une fois à la mort, et la ramener en toute hâte au manoir, fut l'affaire de courtes minutes qui parurent à l'officier longues comme des siècles. Et lorsque, ruisselant d'eau, il étendit dans le salon illuminé le corps inerte, il s'aperçut que Claude portait au front une large estafilade d'où s'écoulait un mince filet de sang. Dans sa main crispée elle tenait l'étui de maroquin contenant la pipe de François, et il eut ainsi toute l'explication du drame I Pour satisfaire un dé.sir, moins que cela, un caprice de son mari, Claude avait joué sa vie; la branche d'arbre détachée par l'ouragan avait du la frapper au visage tandis qu'elle sortait du pavillon, et elle s'était évanouie sous la violence du choc.

Avec la maladresse touchante des hommes en pareil cas, François essayait de la ranimer. EloignN de tout secours, n'osant abandonner sa femme pour nllcr chercher de l'aide dans la ferme la plus proche, il l'avait enveloppée de son propre caban, décroché d'une patére, pour la réchauffeur, et bassinai son front d'eau de Cologne en lui répétant des phrases vides de sens qui traduisaient à la fois son angoisse et son amour, victorieux enfin, mais à quel prix 1

Si Claude mourait, cet amour venait trop tard 1

Claude I ma bien-aimée 1. mon cher trésor 1 Revenez il. vous 1 C'est moi 1 moi, François votre mari qui vous nlme Claude, ma toute petite, mon enfant adorée 1 Prenant un linge, il étanchait le sang qui filtrait de la blessure. Sans réfléchir a ce qu'il faisait, cherchant é tout prix a réveiller la Jeune femme; il lui passa sur les tempes un tampon d'ounte Imbibé d'éther qui provoqna une réaction immédiate. Claude sous la brûlure ouvrit les yeux 1

François eut une expression de jote Oh Clnnde 1 Claude chérie I pour moi pour mon bon plnisfr, avoir fait cette folle de sortir en pleine tompOte I Je ne doute plue maintenant que vous ne m'aimiez, et je vous aime, chère Petite adoréo 1

Elle avait refermé les yens, mals uri sourire heureux flottait sur ses lèvres encore pâlies. Puis, un peu après. elle murmura François, mon mari bien-aimé, répétezmoi ce que vous venez de dire.

Et inlassablement Il redisait les mêmes mots sans suite, qu'elle écoutait avec la même expression de ravissement et de béatitude.

Non, il ne doutait plus de sa tendresse, Il comprenait enfin combien jusqu'à l'extrême elle avait su mettre en pratique sa maxime favorite Quand on aime, rien ne coûte 1 Puisque pour lui qui la dédaignait, n'opposant à sa tendresse que méRance et dureté, elle eùt tout sacrifié I Ne lui avait-elle pas donné cent preuves de son attachement, discret et profond comme elle, et pourquoi s'était-il obstiné si longtemps 8 le méconnaltre I

L'aveu qu'il venait de lui faire pourrait-il compenser ce qu'elle avait souffert par lui, et sa vengeance n'avait-elle pas trop duré plus duré que les limites raisonnables de l'expiation 1

II la regardait craintivement, conscient maintenant du martyre qu'elle avait dO subtr, et comme si elle eût comprle ce qu'il ressentait, elle lui sourit doucement. Les force», revenaient dans son oorps jeune, elle renaissait à la vie, et la vie, tout coup, Iui sembla si belle qu'elle se demanda si elle ne rêvait pas, si un réveil affreux n'allait pas suivre ce songe doré

François, «itesmol que Je ne pôve point, que tout cela est vrai.

Elle s'était blottie frileusement devant la vante cheminée, dans laquelle Françots avait allumé un feu clair, et une délicieme torpeur l'envahissait peu à peu.

Tout cela est vrai, tout cela existe, mon cher amour.

Et pourtant, ami, sais-je encore si vous m'avez pardonné, si le passé ne restera pas gravé dans votre mémoire pour que vous me le reprochiez un jour.

Il lui ferma les lèvres par un baiser Si tu m'aimes vraiment, et Je le croie, ne reparle jamais ainsi; le n'ai rien à te pardonner, le passé n'existe plus, c'est à 1 avenir qu'il faut songer désormais 1 Les peuples heureux n'ont pas d'histoire. le. gens heureux non plus. Ce soir-lA, malgré le fracas formidable de la tempête qui ébranlait sa masse solide, le vieux manoir fut bien en vérité la maison du bonheur.

X

Les cloches gaiement tintaient dans l'azur le premier sou des vêpres de Pâques. Les ajoncs et les genêts fleurissaient la lande; les pêchers du Japon, les tulipiers, les arbres de Judée, mêlaient leur gamme éclatante Il la verdure éblouissante des arbustes du parc. La campagne était toute baignée de lumière et de paix; le suleil radieux inondait la mer de saphir, le sable doré de la plage et les guérets en fleurs.

Le bon recteur, qui, chaque dimanche, déjeunait à Kérilis. s'apprêtait à quitter le manoir pour aller chanter les vêpres dans la vieille église romane. Lucie et Louisa mirent la tête à la fenêtre de leur cuisine pour le saluer d'un joyeux

A dimanche, monsieur le recteur 1

François et Claude accompagnèrent jusque la grille du Jardin le saint prêtre que Poum se croyait dans l'obligation d'escorter ausU d'un air solennel.

Et l'abbé Conan, devant cette félicité parfaite d'un ménage qui avait connu tant de tribulations, ne put se retenir de lancer une petite phrase pleine de malice. S'adressant au commandant, il dit d'un ton doucement ironique

Crois-tu, mon fl, qu'il faille encore établir le doseier pour l'annulation de ton mariage 1.

Un large sourire Irradia la flgure grave de François. L' Alléluia du bonheur, retrouvé en.fin, chantait aussi en son cœur. D'un long regard tendre Il chercha Claude qui, son tour, lui souriait, et répondit d'une voix gaie qu'une secrète émotion faisait vibrer M'est avis, mon cher recteur, que voue ferez sagement de préparer plutôt votre registre de baptêmes 1

FIN

LES PLANTES MÉDICINALES DE BRETACNI par M. Li'CiiK DANIEL,

Priildtnt tu Comitt de Bretagne

du Plantes Médicinale).

Dans cet opuscule se trouvent tout leq remetenements relatifs aux plantai à récolter dans notre «Klon et 1a manlère de les VTtynm pour la Tinte; ainsi que leurs principaux iisaire*.

En vente a la Bibliothèque de VOÙettlclalr Mx 1 frang et i te. 10 par 1» pxta.


OFFICIERS MINISTERIELS Etude de M* AUTRET, notaire à Aura)'. VENTE MOBILIERE

A duray, place de la Miiubliquc. S' 13 Mo ALTRET procédera les 2i et 25 avril W25. a îi heures à la vente aux enchàres, d'un beau mobilier, comprenant notamment

SALON. Salon acajou (1 canapé, 2 fauteuils, Il chaise», table, table de Jeu. guéridon, grandes glaces, 1 prèle Faunus •, appliques, PIANO marque dl et tabouret, etc.

SALLE A MANGER Table 1 rallonge», buffet. desserte, 8 chaises, grande glace, appliques

< I1SINE. Fourneau, batterie de cuisine, vaisselle, table.

CHAMBRE A CuLCHER. Trois chambres avec lit acajou, lit de fer et cuivre et lit noyer, avec sommiers, matelas, traversins, oreillers, tables de nuit. toilettes. glaces, chaises, etc.

DIVERS. Armoire & glace, amolre lingère, armoire ancienne vieux chêne. garnitures de cheminée, fauteuils. grandes glaces, casier à musique, secrétaire. lit cape, vitrine, etc

:VM °i. en su».

Etude de M« GAUTIER, huissier àSt-MaW. VENTE VOLONTAIRE

POUR CAUSE DE DEPART

LVSDl 13 AVRIL TROIS HEURES fleure nouvelle), à la Bardoulals en StMéloir-des-ondes. M» GAUTIER, huissier. vendra VOITURES LAITIERES. HARNAIS, CHARRETTE.

Au comptant 10 et crieur en sns.

Etude M* AUTRET. notaire à Auray. ADJUDICATION

LU 18 NA1 ci li heures, en VUude D'UNE MÉTAIRIE

sise a « Kerogli en farnac, contenant environ 2i hectares, affermées à Ouennec, jusqu'au septembre ièK'7. Mise à prix '5.000 francs.

On traiterait avant adjudication en cas d'offres suflisantes.

S'adresser à M° AUTRET. notaire. Etude de M'' BOULIERE, notaire à Dourres-la-Délivrande (Calvados)

A VENDRE, par adjudication volontaire Le SAMEDI 21 MARS 1935. à 15 heures. En l'étude et par le ministère de M' BOULfERE

TRES BONNE FERME SISE A 1IEUOUVILLE-SAINT-CLAIR, k 3 kilomètres de Caen.

BEAUX BATIMENTS

Contenance 30 hectares.

Moitié en herbages, moitié en labours. Jouissance sans charge de bail le 211 septembre 19S5.

Facilités de paiement.

Faculté de traiter avant l'adjudication. S'adresser, pour tous renseignements, 1 .il, BOULIERE, et, pour visiter, a M. FERRE, fermier.

Etude Me ÂUVRET, notalre à Aura, ADJUDICATION

LE 11 IfAI lit», d 14 heures en Vitui* DE DEUX METAIRIES d'une contenance totale de 30 hectares, sises a • Kerouzcrh en Locoal JUendon. affermées à Le Pen et Guillevln, et libres le 29 septembre ifl£6.

Mise a prix 90.000 francs.

On traiterait avant adjudication en cas d'offres suffisantes.

S'adresser à M» AUTRET, notaire.

Etudes de M- PALVAiDEAU, avoué a Nsnles, 7. quai Uranras M1 BEZAULT, avoué à Lizleux, boulevard Carnet. Vente sar Saisie Immobilière A l'audience du Tribunal civil, de Nantes, place Latayette, lo Mardi 21 Avril lOSà. ̃a Il. heures.

rr Lot. MAISON DE RAPPORT a Nantes, 44. rue de la Distillerie.

Revenu brut susceptible d'augmentation 5.950 fr.

Slise 3 prix outre les frais 30.000 Ir. 2' Lot. MAISON DE RAPPORT à iNantes, 18 rue de. la Carterte.

Revenu brut, «uceptlble d'augmentation 4.315 Ir.

Mlso a p'ix. outre les frais 20.000 fr. 3' Lot. MAISON D'HABITATION construite sur le terrain il'autrul, revenu brut 2.400 fr. environ.

Mise a prix, outre les frais 5.000 tr. Pour tous renseignements, l'adresser auxdlts avoués.

Les enci ares ne sont reçues qus par ministère- d'avoué. 3730 PRÈS DINARD

d 10 kilomètres

MAISON DE PIECES avec greniercellier, dépendance^ puits, Jardin et pièce de terre 4.000 mètres carrés. Le tout se tenant et en partait état. Libre 29 septembre prochain. Prix demandé S7.S00 Ir. Facilités de paiement.

MAISON DE 2 PIECES avec ¡renier.ceiller, puits, jardin de 700 mètres carrés en bordure de route, de Dinan à Dinard. Prix demande 20.000 Ir. Libre de location. S'adresser à M« LESKE, notaire Plerfln (Côtes-du-Nord).

Etude de blé AUTRET, notaire & Auray. ADJVDICATIQS

LE LUNDI 4 MAI isij, a 14 heures, en l'étude.

D'UNE BELLE MÉTAIRIE sise iL .Trémaudec en la commune de Plougoumelen, affermée à Kergoslen, con.tenant environ 43 hectares, en bordure de route et pouvant être divlsée. Beaux bâtiments. Mise à prix 80.000 francs. On traiterait avant adjudication en caa d'offres suffisantes.

Etude de M* AUTRET, notaire à Auray. ADJUDICATION

LE LUNDI 27 AVRIL 19». à 14 heures. en l'étude

D'UNE MAISON

Use place de la République, N' le. com.posée au rez-de-chaussée, de magasin à usage de bijouterie et 3 pièces: au 1", Ce et 3» étages, de 4 pièces; mansardes et grenier au-dessus. Cour avec puits et pompe. Jardin derrière.

Situation exceptionnelle pour tous genre de commerce.

Mise à prlx 70.000 francs.

Etude de M' COURSIN. notaire Pornlc, (Lolre-Inférlcurej

fl Itnunt Glrault, La Plaine. Les bâtiments d'une ferme transformés en maison d'habitation confortable, de neuf pièces, garage, dépendances, potager, 4.000 mètres carrés.

Plage au sud de la Loire, à t kilomètres de Pornlc.

A VENDRE, uas belle villa de neuf pièces, sous-sol, garage. Libre, meublée ou non. Facilités de paiement.

Etude de Me Marcel DESSOLI.MRE, notaire à vantes, rue -au calvaire, i.

A VENDRE

Chemin Ae I.onirchimp, Il 5 minutes du tram, libre do suite

le PET1l' CHATEAU, bon état, parc, Verger et dépendances, contenant i nectars environ.

2° MAISOy, bon état, i pièces, hangsr et Servitudes avec Jardin, condenant 300 metres carrés envlron.

Pour tous renseignements s'adresser au notaire- et pour visiter il Mlle DIARD, 76, boulevard Gabrlel-L'Aurlol, ou a M. CADOU, expert, 5, ruo de Feltre, NANTBS. MAHE. Plestln-les-Qreves (Cotes-du-Nord). Timbre pour réponse.

Etude de M1 G. TARIN huissier à Rennes, rue de Nemours, n' 30.

SUIVANTACTE vendu à Mlle HUMBERT, Propriétaire demeurant à Rennes, rue de Brest, n' 46, le fonds de DEBIT DE BOISSONS qu'ils exploitaient à Rennes, rue de Brest, n* 46. Les oppositions seront iecues a l'étude Jusqu'au 21 avril îess inclus.

nRAINFTFRIF engrais a céder. ge. Chef-lieu canton Mayenne. V.-wtes magasins continues. Gare grande ligne. S'adresser au Journal. aoiSS BON HÛTELRESTAURAN'r à cSchef-lieu canton Mayenne. Grande ligne. 9 chambres, pensionnaires. Garage, vastes écuries. S'adresser au Journal. 30987

A CÉDER A FOUGERES

BAIL DE 1s .4.YS

d'un local commercial bien placé, ayant 1S mètresde façado sur M mètres.

CONDITIONS INTERESSANTES

Facilité tic paiement

S'adresser il M" BKAULT. huissier, tj rue Chateaubriand. Fougères.

Etude de -%Il RUPÊ. notaire à Nogentle-Kolrou.

A Vendre à l'Amiable

Un pré attenant de 1 n. jo ares peut y être joint.

Sadrossu»- Il ,%le RIPE. 3W02 Etude de NI' LECORPS, agréé au Tribunal de Commerce du Mans. y. av. Thiers. FONDS DE CO.MMElîi K

DE FABRIQUE DE MEUBLES dans important ranton cte Ia SartUJ, Installattun mécanique et moderne.

Jouissance de suite.

Bail avantageux.

Pour tous renselgnerann!» et traiter s'adresser audit M' I.ECORPS. nsréé. BEAUX CHANTIERS DE GRANIT fis a LE OAST. à il-, currlrres de Montjoie, il l'anirlo de deux routes, avec remise, écurio, jrreuiers. bureau. Superficie 20 ares. Bel herbage y attentant, un hectare.

A VENDRE

S'adresser a M» Gl'ILLOTrN, huissier Satnt-Sever (Calvados).

QUINTOSÉRUM GUÉRIT immédiatement Toutes Pharmacies la

IMMEUBLES A VENDRE OU A LOUER A CÉDER, NORMANDIE

l' FERME i0 hect dont 35 herbages, 5 de bols, seul tenant, loyer 8.000 francs. Reprise cheptel Oô.uuO fr. dont 40.000 Ir. comptant.

2' FERME iî bect. herbages, loyer 6.000 fr., seul tenant, bail 9 ans, cheptel Important, eo.000 cpt. 3' FEHME cuit, et herbages, M hect., reprise cheptel 60.000 fr.. a débattre.

*• FERME Si hect. dont es herbages, le reste terres et bols seul tenant. reprise Important ehepttt SB.oun a débattre. Maison de maître, etc. Et plusIeurs autres toutes grandeurs.

S'aiirfi^r au journal. C0974-D RECOMPENSE a qul procurera appartement de six A ^p, Pièces. a RENNES. S'adr. au bureau du Journal. 657 Cabinet F. de la Patellièra

lI.M A. M. DENIS) S1" Année 23. Place de la Bourse, NANTES

LOIRE-INFERIEURE 1 t kilom. de La Saule, Belle Propriété. Excellent état, 15 p Dépendances, magnifique vue sur la mer. Parc boisé 2 hecto 7 hect. terres pièces d'eau. Prix à débattre.

PORNIC Magnifique Villa, 9 pièces. large vue de mer. Electricité. Jardin d'açrém. Pelouses. Bois. Jardin fruitier Belles dépend. Clos de murs. Conten 2.900 m. A déb., 135.000 fr.

PORNICNET Belle Villa, 8 pièces, cave, grenier. E. G. E. Jardin anglais et pota^t-r. Prix 90.000 fr.

illéTet-vilaine i Jolie Ferme, «9 hect. Bâtiments excellent état. 1'rés !>ien plantée. Llbre 24 avril 192(1. Prix à déb. MAINE-ET-LOIRE Trois Bonnet Fer. mes situées à bord de route. Terres bonne qualité. Prix avantag. Jouiss. Imméd. A VENDRE, NURMANDIE 1' FERME 2 hectares, seul tenant, b. bâtiments. lS.iOO Ir. roii.ptant.

2' FERME i hect. 1/3. bons bâtiments, herbages et t<rrf«. B-i 1100 fr. comptant.

3' JOLIE FERME 6 hect. herb. seul tenant, rivière. bons liatim? .s, etc. Gû.boo dont 00.000 tr. compt, 4- rftKME cuit. et berb. 13 hecto 1/2. TU.000 comPris

Il,. près grande ligne. U hect.. herbages. -i<- fermes Il ni libres aussiw: achetées. S.iilf à à l'Oiwst-Eflalr. 60973 D CHAMBP confortable, avec repas facultatifs, denianilijs par exposant foire RENNES pour environ treize jnurs. facilités garage voiture proximité. Otrres immédiatement a Georges BRUNEAU. 18, rue Orlgft. Toi' RS (I.-et-L.l. «7* A VENDRE, FAUBOURG DE RENNES

JARDIN bl<>n planté. 760 mètrfs carrés. CESSIONS DE FONDS DE COMMERCE 9AA FONDS A VENDRE *WU PARIS-BANLIEUE Ecrire PETIT, 02, rue Victor-Hugo

LEVALLOIS (Seine)

D0ULA.NCERIE-C0NFISERH faisant 65-70 quintaux par iiiiius 6 céder dans petite ville Morbihan. Prix a débattre. Ecr. L. l' à l'Ouest-Eclair. TRÈS FONDS "D^fV^^ dans l'aar*. Bénéfice» net* par an 30.0m à 35.OOt tr, Jtcnselg. AGENCE UESMOULIN6. DEAUVILLE.

FONDS D'HORTICULTEUR 2™™™ t vendre dans ville de l'Ouest. ïiayasins, serres. Jardin, facilites paiement. SI! des Plages, 3. Place Buurse, PARIS. iiiS-E QuINOAtLLERIE banlieue, long bail, bien logé. Bénéf. 50.000 fr., avec 50.000 fr. MASICXN', 75. boulevard Magenta, PAiU£. S h. a 7 b. INDUSTRIES

GARAGE S-» mu. Bail 10 -nI. Loyer 5.0O0. Emplaccment pour voitures. Cédé cause nialatllo, avec SO.OOO. JIEUUTOS. 64, rue Montmartre, PAltlS. A PFDFR • TRES DONNE FURtiÉ avec «Itlix n CEDER souflets TOUR, SOUDURE ALTOGE\):. Matériel en très bon état. S'adresser à M. LABB1Î. La Boussac T-ct-Y.1, 44540-C Uuevilk-Ouest CHARPENTES et Menuiserie Entrepreneur possédant usine trè» moderne évaluée 300,000 fr., recherche COMMANDITAIRE avec 50.000 ou ASSOCIE avec JOO.OOO IMJ.OOO fr. Aftalre de gros rendement Banque PETITJEAN, 12. rue Montmartre, PARIS. EMPLOIS, DEMANDES ET OFFRES CHANTIERS NAVALS bf^Tc!en. demandent des ouvriers traceurs de navires riveurs mateurs, perceurs, chaudronniers, tuyautters. m6canlcieii3._eiectriciens._Facilités de logement. ON DEM. UN JEUNE HOMME A TOUX 1 \IR1J

HOTEL DES BAINS. Le Pouldu (Finistère). 80915-D BONS EBENISTES pour meubles massifs que de Meubles, 3, rue du_(.lorloux^_8j»Jnt-Ser»an. DEM. 2 OUVRIERS CHARRONS logés, nourrls, outillage niré.tnlque. C0SS2-D il' MUEL, notaire à Sainl-Lloiul (Seine-et-ûïseT DEMANDE UN CLERC ^T^_ JEUNE HOMME demande pour service tablr. v LEI.orp. 5. lipiilev. l!ono- r.pvasstur LK MAN'S EM PLOYÉ OJU I N CA I L LIER "1^ militaire, très au courant de la partie, est demandé par LEt'RIEL'H. Fers et Quincaillerie, Salnt-Hllalre. du-H«rcouW (Manche). 6091G-D BONS CHARRONS ^lU^/lu-Pulls, Bons salaire.?. Michlnes-outtls. 17061 ON DEMANDE aS< «fierai sér. vlsitant spéciale pour botte de vitesse et pont arrière. Situation d'avenir. Ecrire Comptoir Industriel de r.onguy, à Longwy IM.-et-MM. /CSO-C MINOTERIE ul-TESï. Associe est demande exMINOTERIE, moulin 80 quintaux, pleine activité. placement, production et approv:sionnement blé rayon jrU tllomei-raj. Ecr. M. S.. A l'Oiwst-Krlnlr. C0678-1) 1r9 VENDEUSE eH demandée « RENNE: pour rummerce de luxe. B^férPnce» erijré»». S'adr. Journal. tOMJ-D ON DEMANDE CUISINIERES Débutantes Marie PAULET, 131. rue St-Honoré, PARIS (1"). Emploie mtci.nl» toutes proie» Franc». Colonies, fa F-tmng RaPid Pr«M«, B. P. V> PARTS ItO"). COURTIERS recherchés pour vente «acile (organisation régionale.

Excellentes conditions, FREREBEAU, »7. rue des P«tltr.-Champs. PARIS. 39061-E TRES BON OUVRIER MECANICIEN demandé de 1 suite pour Rennes. S adresser Publicité Clntrale, 2, rue de Kohan, à RF.XNKS.

FI LLE OU VEUVE est ^"i»™1*» pour Je œufs ayant bonne Instruction. Références. S'adrester au bureau du Journal. 44548-C

VOULEZ-VOUS des OEUFS en QUANTITÉ ?

Donnez régulièrement à vos poules Le Toni-Pondol des Héliantis qui les fortifiera et doublera leur ponte sans jamais les forcer. Cette poudre à faire pondre, TRES ECONOMIQUE, ne ressemble en rien aux pnviuits slmt. laires et vous donnera des résultats certains. Faites un essai le paquet de 450 grammes sufllsant pour 10 poules pendant 3 mois, 7 fr. franco par poste. contre mandat la commande. 7 fr. 80; tranco contre remboursement. 8 tr. 70 En vente chez son fabricant et tnventenr M. BOUCHERIE

GRAND ELEVAGE DES UELJAOTIS A PACÊ (IlIe-rf-Vilair*)

DEMANDEZ LE

Porte-Plume Réservoir "ANHÉOL*

PLUME OR, 18 CARATS Plume rentrante Ne 2 à 16 fr. N° 4 à 20 fr. N° 6 à 26 (r. N° 8 à 32 fr. Modèle auiomatique N° 2 à 18 fr. N° 6 à 24 fr. Franco recommandé contre man- dat adressé à la.Papeterie de l'Ouest- Eclair, à RENNES.

ON DEMANDE *̃ la Manche = UN bon connaissant l'équ'pement des voitures automobiles et la répara. Ion des accus.

S'adresser au journal. 61O1O-D BON OUVRIER COIFFEUR ^S. lion salaire. S'adresser a l'Ouest-Eclalr. 44ii7-C VOVAfiFlil R"1' commission est demandé de suttu pour auto3. moto» et

cycles, arrondissement de Salnt-Nazalre. Situation d'avenir. Eorim au journal.. C0070-0J rnvmnuuilL p,,ur le ^i^j et l'emballage

et des I^ITIERS sach, blen conduire les chevaux. AIARTEJ Fiéres. Fromagerie, VIRE (Calvadus). GERANCE DE MAGASIN Suocuc^t" est demandé, de préférence à Rennes ou région S.iim-Ma!u ou Dîna. par personne oCrant toutes ijurantie*. Ec"te X. Y. P., l'Ouest-Eclair, FORGERON Voitures, Oandol. près Salnt-LO. I79»i JEUNE OUVRIER PATISSIER est demandé riiez M. IAV11ENT, a Landlvliiau (F.). ELECTRICIEN _SECTEVR J1E SOURDEVAL. OUWiJ-D AGENTS GENERAUX sont demandde eu "ÙTêTa?ne pour assur, nouvelles Fond, de

commerce. Fortes commission, Ecr à li DIT.1OX Inspecteurs. Poste restante, VANNES S0981-I> (cuivro et fer), Mouleur de pièces mécaulciues de préférence célibataires

2' MECANICIENS ^°xr^reX '-MANŒUVRES célibataires pouvant faire aldes-maclilnlstes de moteurs a gaz. pontonniers •barbours. sont demandés par Société Ndtallurglque de Normand! prés 0AIN. Facilités de Penilion. Ecrire. 4044 PHARMACIE "^£5? ft^^sa^ DEM. FEMME DE CHAMBRE Sérieuse bien au courant service tachant coudre et repasser. Références exigées. Docteur Eltrlech, M. rue de Bretagne. Alenoon (Orne) ëOocg-û OUVRIER MÊUMTaf^sWS blo et bien rétribuée. S'adr. A l'O.-Eclalr '̃•><; GARAGE PEUGEOT, .S^-BRIÊÛC" DEMANDE CONTREMAITRE capable. Logement assure. Se préspnte. nver PHARMACIE PRlTfC7PÂTDÂl[ÉT Salnt-Brleuc. demande JEUNE FILLE ou JEUNE PREPARATEUR au courant service du comptoir. REPRÉSENTANTS demandés par Th. A GENTS départ. J. act. M. ou D. préf. connaiss. publ. slt. min. 85.000. Ecr. av. rtfér. détail. à NO '81. BOULY. 11. houlevard de» Italiens. PARIS. ON DBMANDI IX)I;R L'ILLE-lîT-VILArNE IN MFNAftF p°nr maison de campagne, le 'Un mari jardin et petite rulture.

la femme bas»?-coiir et toutes mains. Referme** exigées. Ecrire N* 1010&. AGENCE HAVAS, NANTES

PETIT-BEURRE

Véritable Petit-Beurre de NANTES

ON DEMANDf entièrement libres, 40 iL 50 ans, pour commerce, homme plongeur, femme tout taire. Références sérieuses exigées. S'adresser C. V.. PUBLICITE BOURGEOIS, 19. rue Créblllon, NANTES.

CARRIERS-MINEURS demandés aux Carrlères de ChâtUlon-en-V«nd'el;ils, près de Vitré. Bons salaires. Travail longue durée assuré. Ecrire ou se présenter à M. BELLONCLE. entrepreneur. G07U1-D COUPEUSE Belle confection article classlville bord de mer Loire-Inférieure, 15 à 10 fr. par jour iL personne capable. Ecrire avec références N' 10.033. AGENCE HAVAS. NANTES.

pour portefeuille comm. je cherche comme assorié JEUNE HOMME bonne lnstructton, dlspoFant d'une cinquantaine do mille francs, voulant se créer situation libérale et Intéressante. 'Ecrire N' 51G0. AHKN'CE IIAVAS. NANTES.

REPRESENTANT' commission visitant Finistère, <.Yitfs-du-Nord, Morbihan. lll«-et-Vllalne. foireInférieure, Calvados, Manche, bien Introduit chez quincailliers et grands mapaslns, demandé- pour placement articles granctc utilité. Envoyer référ.: CRAHET. 9i. rue Emile-Cailé, NANCY. 3aa30-E ON UtlBi TOLIERS et des FERBLANTIERS A. et T,. firiLLOUARD. avenue Wattignies, Nanto». Chauffeur, B2 a., tr. sér., (lein. place maison nourCPOisc- ou livraison camionnette. T.'O.-Ecl. 44530-C EMME DE CHAMBRE demano» rlace. Sérieuses réfi rences. S'adresser an Journal. 41545-0 ANCIEN INSTITUTEUR, 124 ans, accepteratt surveillance lnternat ou cmpl. de bur. L'O.-Ec. 44539-C ALIMENTATION

̃ IN fût neuf compris. Fch., 1 f- *fj ROUSSE Aine, RARBONNE

GRANDS VINS de BOURGOGNE DUFOULEUR PÈRE & FILS

A NUITS 8T-GEORCE3 [Côte d'Or) Prnpriétuires aux 'Clos-Vougeot, Oloi do Corton (Monopole), Vosno-Romanéa, Nuits Saint-Georges, etc..

Demana.ei* AGEN1'S strleux pour la vente M IN sup' 9' fr-<î5 le 11{- Coteau 10' 1 fr. 33. Blanc ̃ IH mii>' 10* 1 K). Vins nus rendus votre gaie. t- ̃ ,t « fr. Marguerite BERMO.ND, à NIMES.

III M naturel 240 PR. Ia pièce de tr> litres franco I •• port. ré(tle, fût compris. Ecli. 1 1 fr. M. RaymonTl OAT'SSF.N. Sommlèrot (Gard). \/|W naturel, 60 tr. i'hecto, 3/ine r.. Banctl, Vit'. D D d'AIguefresque, Sommliret (Gard). Ech. 1 t. -M AUTOMOBILES

V Cil une; 0aqi» neufs extra souples HUT- OHINS*»N t.OOOxtM sortant usine. Prix i.280 fr. LE BEKRE, Conuuiisloaaalre, Lootudy (fluliUie).

CAMIONS AUTOMOBILES ET BANDAGES ̃ PRBSE

A. MERVIH & Cle, SAINT.MALO (Illeel-Vil.) A VENDRE rau'-e double emploi BOLLEI n ikiiuiik la CV'. coniluite Intérieure. Eclat. rago et démarr. électrlque. S'adr. Rend Ouchtmln, Neuvilie-au-Waln, Ste-ilère-Egll*e (Mauclw). GARAGE GRATUIT

pour automobiles particulières à vendre Solution rapide et sans Irais

CONDUITES INTERIEURES DE DION,

NEUVES, disponibles. Conditions exceptionnelles.

OCCASIONS REGENTES GARANTIES

Conduites intérieures et t> places

De Dion, Delage 11 CV, Talbot, Unie, Delaliayo, Peugeot, Renault, piovvaaxit de particuliers.

Torpedos Blgnan sport, Peugeot sport,

Landaulete De Dion, Citroën, etc.

Coupé grand luxe Oelahaye.

Toutes ces voitures sont récentes,

absolument comme neuves, essai il vol. N'ACHETEZ RIEN SANS NOUS CON-

SULTER. Facilités de paiement.

Reprenons toutes voilures en compte,

AGENCE GEORGES IRAT, 37, avenue

du RENNES. électrique, 3 roued secours ou-tiilage coiupiel. freins avar.t et derrière. Prii :J.000 Cr DROGUET. GENET.VIS. REZB (L,-L). 3T0t 8.000 kilom.. parfait état mécanique, peinture et ntck. à neuf. Pneus excalL conf. AU, double emiploi. Prix intér. S'adresser N' iilo lou<t»Eclair. LE ÎIANS.

AVIS DIVERS

A VENDRE bSSSe LOCOMOBILE de 12 chevaux à retour de f]amme av«c sa rlx'mf. née et hanbans. S'ad. à l'Ouost-Eolair. 0OJJ8-D FILATURE DE LAINES

Laines à tricoter 14.80 le kilo?.

Expéditions garantie. Vaduret, ù Lille (Nord). SOMMES ACHETEURS. OCOASION, parfait état 200 MÈTRES VOIE ETROITE

genre Décauville, 2 plaques tournantes, 3 trains il« roues. TANNERIES ATLAS. Iwé [Lo i re-1 ntcrWu M». COQUILLES SECHES. Acheteur toutes quantités JULES DESGRAXfiES. Pontorson (Maniln- 6C971-P A tendre couveuse artifictelle Inpins angoraa blanca S'adr 1NQUEL. fuiemlo. Gaudan IMorbibanl. DEUX YIATÉRIELS Mprlln petite f»1»1™- utuA Batteuse n- 1 Société Française. Matériel 7/t4 Saleté Française. Batt«useH neuves bille». 35 quint., s.jno n 4.500 fr. double nettoyage. Demi fixe VVeyhor. type 8. fojter amovible avec chsurtlfrs soml-tubul-ilK". BlBot, parIait état. Ruban & (mîmes r.uilllct- ïirr*. volai* 100, avec chariot 4 mètres. Loco Naslvct 15 CV coiximund. Mnc''lnp M'ro Ici se_lies de galoches d'occasion. Machine à f.il.» l*s sabots. ^tot^urs Forestière1:. Cirnilali»» Ruhan. Machines il point.. ft rlous et ft Krlllaar*». Matériel industrie en général. Bon» sur rhartot neuf avec dynamo 5 CV, rliéostat. etc. TURBE. 4. mp T^rov. CAF.N.

A la 5»ilte d'un doull crn^l réwnt. ii^s malveillante font ctrrnler des bnilt^ diffamatoire. M. ALFRED BEURRIER FILS

poursuivra en Justice quiconque persisterait k colporter ces bruits. At/FNnRP Matériel m la Fandorle Kerlo* t AL'R.\Y Cubilots, pochei de cou- lée. cbAMls, tours, perceuses, pressa hydrauliques, 1. ru« Kleber. NA.NTES. au|


| 59, Boul" Montparnasse, PARIS FACE LA GARE I Dernier Confort, Toute! les Chambres avec i^ Bnll» de Bolnt ou Cabinet de tollette. Voulez-vous-doubler

votre chiffre d'affaires ?

Médecins Ayez une Automobile Voyageurs vous l'offre à des cond. uniques <6t Représ» Eor. 16, r. de Châteaudun, Parie. Tel. Trudaine 18-15.

iiluniiiiiiiiiuimiiniNiiiiNiuiiiu""»^' BATTEURS Demandez la Briquette A.D. Fabrication spéciale

assurant le meilleur rendement vapeur

Société d'Importation de Charbons (Anciennement Durand et Renault)

1, q. Jean-Bart, NANTES. Tél. 6-77, 18-20, 12-33 SACS TOILES

La Textile Française 3, Rue du Calvaire NANTES

(TEL 80-56. 28-1»)

USINE 28 à 34, rue Heurl-Cochard

et Rue de La Poudrière

SACS NEUFS et D'OCCASION pour Pommes de terre, Oignons,

Céréales, Engrais, Noix, Marrons TOUJOURS DU DISPONIBLE

PRIX TRES AVANTAGEUX

TOUTES LES MALADES épuisées par l'anémie, les pertes blanr.hes les règles Irrégulières et douloureuses, trop abondantes, doivent, sans tarder, si elles veulent guérir, prendre de l'ULMINUCINE MOREUL, médicament très actif, et le plus agréable Il prendre, consacré par vingt années de résultats. oui leur rendra force, vigueur et courtage

L'ULMINUCINE MOREUL par 'un Iode spéclal (découvert par l'auteur M MOREUL, Docteur en Parmacie a LANDF.RNEAU) Iode qui ne se trouve ni dans le commerce, ni dans des produits similaires, purge le sang de ses Acretés.'le vivifie, le régénère.

Par remploi de ce médicament, puissant régénérateur, on garde, des couleurs vives et roses. indices d'une bonne santé

Demandez l'ULMINUCINE MOREUL Il votre pharmaclen habituel. S'il n'en a pas, écrivez à M. MOREUL. Docteur en jrtinrmnrie à LANDERNEAU fFinlstCre). Le litre 19 fr.; le 1/2 litre 10 fr.; le flacon., 7 fr.

La BRAZZA et les LEONARDT à boule Économie par la qualité VMTS PAPETIERS, GRANDS MAGASINS*

MINISTERE DE LA GUERRE

ATELIER DE CONSTRUCTION DE RENNES AVIS AU PUBLIC

ADJUDICATION A RENNES. LE 5 MAI 1935, à Quinze heures.

Fourniture en oinq lots v IOOOOO kilos de RESINE (bral cuir) divisée eu cinq lots de chacun 30.000 kilos.

Lo rnhliT des charges est déposé à l'Atelier de Construction de RENNES et dans les bureaux de la Direction des Forges, 2, av. de Saxe, & PARIS, où on peut en prendre connaissance.

Pour tous autres renseignements, consulter ies affiches et le cahier des charges.

E? ADJUDICATION des lots non adjugés le 2R mal 1H?r>. 6O9C0-D FVENDRE UNE DEMI-FIXE *&; Très hon état de marche, foyer carré pouvant être chauffé au bols, t2 mètres de cheminée.

S'adresser au bureau du journal, «XJ38-D

JE CHERCHE Particulier dis-

posant 2U0.000 fr. pour enlever affaire immeuble présentant gros

intérêt. Fafte offres Bp. 500.

NANTES.

POUR COLLER TOUT, méme la vaisselle allant il l'eau chaude, le SOUDE GRÈS est garanti. Emplot entanttn. Grand tube. î."5. L'ASTIQUE COUTEAU. • POLIMIEUX il 295. frottotr interchaugeable, polit à neuf, sans cuir ni poudre. rnrlout et rite Pinnlle. PARIS. 9n8 nols. PLOUAT Morbihan). tint A VENDRE VOILIER caboteur, 50 t., portée wt.ll uns, lourd, à Concarneau. Pour renseignements, l'adr. au bureau du Journal. 44510-C

OEUFS A COUVER (Saison 1925) Grand choix de volatiles de race très pure, sé lectlonnées parmi tes plus pratiques, les mieux acclimata et le» ;lus avantageuses pour la ponte Bresse» noires, Leghorns blanches d'Amérique. Anconts Rbooe-Island Red et Llabt Sussex. Grand prix d nonneur et nombreux premiers prix Prix modéré, expédition rapide. Vente en conLE CREDIT HYPOTHECAIRE 2, q. Brencas. Nantes, 53, r. de la Palestine. Rennes, prête aux propr. d'Imm.. ouv. crèd. et escomp. effets à comm. prof). d'Imm. ouv. créd. H la constr. SAGE'-FEMME prend des pensionnaires a toute époque, place entantl.

119, FAUBOURG SAINT-MARTIN. PARIS.

Vve GEOOUT & FILS 32, rue Clovis, La HAVHE

LAINES CRINS KAPOKS PLUMES COUTILS TOILES Fournitures exclusives aux Revendeurs Echantillons et Tarifs sur demande Représentant pour la Bretagne, DOUAT, 7. pi. de la République, PonM'Abbé (Fin.)

MACHINES t TRICOTER. Pour r ganret d» Bonniterl* M"fondfa °o 1883. r^t D. t*. 0. Ljm» constr' oslne S7 bit. ru* dm Moulin-Vert. PARIS.

L'AUTOCATALOGUE DES MODÈLES 1925 EST PARU

Edition luxueuse, 500 pages format 85/3Î, couverture cartonnée, reliure pleine toile chagrinée estampée or. Recueil des Catalogues de l'Industrie Automobile, Caractéristiques et prix de tous châssis anciens et nouveaux, de toutes carrosseries et de tous accessoires. Annutire de la Production et des Débouchés. Indispensable aux Constructeur», Agents et Propriétaires d'Automobiles.

EN VENTE A L'AUTOOATALOQUE

40, Rue de Liège. PARIS. Tél. Gaatral «4-tt. Paiement chèque on mandat à la commande. Expédition à lettre lue.

Pnx franco France 40 Francs Colonies Françaises 42

Etranger 45

Il n'est pas fait d'envoi contre remboxmement.

La CURE de PRINTEMPS

Les dinérents malaises que nous éprouvons tous au moment du Printemps nous indiquent d'une façon précise que nous avont besoin de faire une bonne cure pour éliminer les impuretés qu'un hiver prolongé a accumulées dans le sang.

Aux nombreuses personnes qui se sont bien trouvées de l'emploi de la

JOUVENCE DE L'ABBÉ SOURY nous rappelons qu'il est bon de faire, chaque année, une cure d'environ six semaines à l'approche du Printemps. A celles qui n'ont pas encore fait usage de ce précieux médicament, nous devons répéter que la JOUVENOE de l'Abbé 80URY est uniquement composée de plantes, qu'elle est acceptée et tolérée par les estomacs les plus délicats. Employée la dose qui convient & chaque tempérament, elle régularise la circulation du sang en agissant Pans secousse et tout naturellement.

La JOUVENCE de l'Abbé SOURY est particulièrement employée contre les maladies de l'Estomac, de l'Intestin et des Ner/s, contre les Troubles de la Circulation du Sang, Varices, Phlébites, Hémorroïdes, Fibromes, Hémorragies. La Femme étant sujette à une foule de malaises occasionnés par la mauvaise circulation du sang, doit faire usage de la JOUVENCE de l'Abbé SOURY, car non seulement elle facilite la formation de la jeune Fille, mais encore fait disparaître les Migraines périodiques, les Maladies intérieures, les Infirmités et les dangers du Retour d'Age, Chaleurs, Vapeurs, NIvralgies, Congestions

La JOUVENCE de l'Abbé SOURY, préparée a la Pharmacie Mag. DUMONTIER à Rouen, se trouve dans toutes les pharmacies. Le flac. 7 fr. 75. Impôt compris Bien exiger la véritable JOUVENCE de l'abbé SOURV qui doit porter le portrait de l'abbé SOURY et la signature Mag. DUMONTIER en rouge. IL

MOTEURS SEMI-DIESEL à huile lourde DELAUNAY-BELLEVILLE

Fixes et Marins

De 7 à ioo chevaux

Toutes facilités de paiement

Agent général pour la Bretagne

M. GARNIER

21, Place Bretagne. Téléphone 27-84

/PLUSdIVROGNES t mante@. Ph(, de parle. place Bojai».


Pâques aux SABLES D'OR 32 kilomètres de DINARD, 35 kilomètres de ST-BRIEUC

TROIS HOTELS OUVERTS Dernier Confort Prix modérés

En 1923. Un désert boisé.

En 1925. UNE STATION A LA MODE.

Six hôlelsouverls en juillet 192S,

Seize magasins, Vingt villas.

Cent-quarante Terrains vendus en 8 mois

(avec obligation de construire en 2 ans).

HUIT MILLIONS de travaux traités dont SIX MILLIONS actuellement en cours. Situation exceptionnelle pour création de commerces prospères.

PARCS BOIS TENNIS GOLF ALLÉE CAVALIÈRE Tous les sports d'une grande station moderne

Renseignements Bureaux de 3.

Constructions Electriques de Nantes H. SALMON et L. MICHAUX

Ingénieurs-Constructeurs

9, rue Haedandine, et 5, rue Banier, NANTES Tél. 26.95 TRANSFORMATIONS et RÉPARATI0N8 RAPIDES de toutes MARQUES 1 Achat et vente de matériel neuf et d'occasion

INSTALLATION COMPLETE D'USINES ET D'APPARTEMENTS

La Gérant, Fa. Ralueb. 1

un mois •jciu1r<!n!"u*'j"(tVi UuHtltl m$lidltSé4l§ PMUttV/'t*3*uM/)g SoulafcemeDl immédiat ilts prrmiAre i|ipticaIloo îles cas graves anciens p'putcs incurables. .ECZEMA. ULCERES VARIQUEUX ISTCOSIS. PELADE. MALADIES *DU CUIR CHEVELU PSORIASIS

(nseo contrt auuUt da 8.00 on e. rtmbourwmeot da *^O I hm mmttitrm4»VàJ»iP»MKt,0ém Hti mtaifïi»Ê(l'.<t.C.)\

CADEAUX DE PAQUES Voici venir Pâques et ses œufs légendaires, époque à laquelle chacun est sensible aux cadeaux. PI votre choix n'est pas encore défini, n'hésitez pas, offrez l'un de nos bijoux, d'une élégance sure et d'un fini parfait.

VERITABLE PLAQUE OR, GARANTI SOUDÉ A L'ARCENT

vendu à la clientèle particulière au prix exceptionnel de

TRENTE FRANCS

iiumaiu, parce qu'il chasse dans les selles et les urines, les Humeurs et les Déchets nuisibles d la bonne circulation du Sang et au bon fonctionnement des pores de notre Peau. La lettre que nous recevons est une p reuve éclatante des grandes vertus de ce remède précieux.

1 Je suis heureux de vous faire connaître que votre DEPURATIF BLEU m'a rendu la Santé; après avoir fait une cure de 4 fla cons, je digère tout et ne sens plus aucun « malaise, chose qui ne m'étais pas arrivée depuis longtemps, et après avoir cependant 1 essayé beaucoup d'autres remèdes. 1\Ion foie est complètement dégagé et mes selles régu• Hères et abondantes, Aussi je vous autorisa à publier ma lettre et soyez sur que, de moa cote. le ferai tout mon possible pour faire connaître à mes amis votre merveilleux Déptt. c ratlf Bleu.. Recevei BlaiM, Roucé (Allier 7 fr., Ph"». Cure 4 S., f» mand. 28 te. BrMand, Ph., 31, r. Antoinette, Lyon. R.T.C.L. 37!btfc


Ce changement de saison qui dans toute la: Nature fait, à la torpeur de l'hivër, succéder les fermentations printânieres, ne doit laisser personne indifférent. Les Plantes ne sont point seules à voir se réveiller une activité endormie depuis de longs mois. La Sève ne fermente pas seulement dans les Végétaux; si les bourgeons crevant l'écorce des arbres se font jour à l'extérieur, combien nombreux sont ceux dont la peau, au retour du Printemps s'illustre iie rougeurs, se boursouf le d'éruptions, craque sous la poussée des boutons, clous, f uroncles, etc. Et ceux-là sont des privilégiés parce que ces accidents visibles leur indiquent nettement qu'il faut au plus tôt recourir à L'EFFICACITE DÉPURATIVE des Nombreux sont encore ceux que travaillent intérieurement les humeurs morbides qui voient se reproduire cfës accidents dont ils se croyaient débarrassés, qui souffrent des accès aigus de maladies chroniques, de ynigraines, de névralgies, de douleurs, de waux de reins, de coliques hépatiques ou néphrétiques, de lassitude générale, de troubles digestifs ou autres manifestations maladives. A ceux-là, il faut rappeler la cause de leurs tourments dont souvent iJ3 ne soupçonnent pas l'origine et indiquer le remède, LES PILULES DUPUIS

à base de Plantes, laxatives, antiglaireuses, antibilieuses, dépuratives

Leur efficacité ne connaît point de saison

Rafraîchissantes, .pendant l'été, .précieuses en automne, souvent nécessaires l'hiver, elles jfevjentiént

dès le retour des premiers beaux jours. w

Ne faut-il pas, en effet, comme la terre, comme les Plantes, comme tout ce qui vit, faire peau neuve, expulser les résidus accumulés pendant la saison froide, donner à la fois le coup de balai qui nettoie et le coup de fouet qui stimule les organes et ravive la nutrition.

Vous que travaillent les fermentations printanières, qui certain matin vous réveillez avec là tête 'lourde, le Bouche amère, la langue chargée; vous dont le Fo-ie sensible menace de se congestionner, dont les Reins sont douloureux, les Urines troubles; vous qui manquez d'appétit, dont les?' digestions deviennent pénibles, et vous aussi Goutteux^ Rhumatisants, Arthritiques, Eczémateux qui redoutez l'attaque de Goutte ou de Rhumatisme, qui sentez venir, la poussa d'Eczéma, l'éruption dartreuse ou l'interminable furonculose

PRATIQUEZ VITE UNE CURE DE PRINTEMPS

AVEC. LES PILULES DUPUIS

Recourez-y aussi, vous qui êtes bien portants, pour prévenir les inévitables malaises printaniers auxquels, plus ou moins, chacun paie annuellement son tribut.

Les PILULES DUPUIS suppriment du jour au lendemain la Constipation

Elles font couler les Glaires qui chargent l'Estomac, éliminent l'excès de Bile.

ET PAR LEUR ACTION HAUTEMENT DÉPURATIVE RAFRAICHISSENT ET PURIFIENT LE SANG N'attendez pas à demain Aujourd'hui même, commencez votre CURE PRINTANIERE AVEC LES PILULES DU PUIS

qui sont de

VÉRITABLES PILULES DU PRINTEMPS

Dans toutes les Pharmacies. En boites de 2 fr. 50. Dépôt général 3

Ch. BAILLCEUIL, Docteur en Pharmacie, 109, Rue Léon-Gambetta, LILLE