Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 1 à 10 sur 10

Nombre de pages: 10

Notice complète:

Titre : L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial

Éditeur : [s.n.] (Rennes)

Date d'édition : 1924-12-24

Contributeur : Desgrées du Lou, Emmanuel (1867-1933). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : français

Format : Nombre total de vues : 135307

Description : 24 décembre 1924

Description : 1924/12/24 (Numéro 8468).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bretagne

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k6478645

Source : Bibliothèque nationale de France

Notice du catalogue : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 27/11/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 99 %.
En savoir plus sur l'OCR


LA CULTURE DE LA VIGNE AU NORD DE LA LOIRE

L'Uluàtrc écrivain Marcel Prévost, dans un Article paru en 1909, a stigmatisé, à la façon ̃1:- Juvénal, les ennemis ùu vin, lequel, sur notre vieille terre gauloise, n'avait eu autrefois que des partisans. Selon lui, la défaveur passagère de cette boisson fut causée en partie par lés fraudeurs d'alors oten partie par l'avidité des propriétaires de vignobles du Midi qui. constatant le facile débit des récol*es, accrurent sans relâche le territoire des vignes et cherchèrent la quantité sans se préoccuper de la qualité du produit. « Bonne ou mauvaise terre à vignes, dit-il, la vigne y poussait tout de même à force d'engrais peu importait la qualité de la vendange puisqu'elle se vendait toujours. C'est ainsi que la majorité des départements français se mirent à produire du vin il y eut des vignobles dans

L'étonnement de l'écrivain à propos de ce département prouve qu'il n'était pas bien renseigné sur notre région. La vigne est cultivée en Ille-et-Vileine depuis des siècles dé]fi dans l'arrondissement de Redon et, il n'y a pas 50 ans, le Pinot de la Loire fournissait de petits vins agréablc-s et corsés, a Bouillant, près Vern. Je dois à M. Hervé, l'aimable directeur des Contributions indirectes à Rennes, la liste des quantités de vins récoltées dans notre département depuis 1842 jusqu'à nos jours. Les récoltes ont beaucoup varié suivant les années et cela se conçoit. En 1842, on récolta 4.700 hectolitres de vin en 1847, 9.540 ectolitres en 1856, 5.S50 hectoIitres en 1857, 7.800 hectolitres en 1858, 7.000 hectolitres. A partir de cette époque, les récoltes diminuèrent d'importance il y eut cependant quelques sursauts, dans les années chaudes ainsi en. 1884, il y eut 1.000 hectolitres, 1.027 en 1893, 710 en 1900, 275 en 1906

Les maladies cryptogamiques et surtout la perte portèrent à la vigne un ocup fatal. Aucune récolte ne fut déclarée pendant la guerre. Depuis, les récoltes ont été de 27 hectolitres (1920), 18 hectolitres (1921), 45 hectolitres (19-22). 27 hectolitres (1923). L'abandon des vignobles bretons tient à ce que les vignes furent trop souvent greffées, à l'imita!ion du Midi, ce qui livra aux maladies cryptogamiqiies nos vieux cépages insuffisamment résistants.

C'en était fait de la culture de la vigne au nord de la Loire si l'on n'avait réussi à obtenir des cépages nouveaux, résistants et mûrjssant de bonne heure, en hybridant les vignes françaises défaillantes par des cépages américains sains et vigoureux. Ce soitt ces cépages nouveaux que j'ai essayés depuis 1906 dans le jardin de mon Laboratoire à la Faculté des Lettres. L'un d'eux s'est montré Tout particulièrement intéressant c'est le B&co NI 1, dont les raisins ont parfaitement mûri chaque année, sans aurun traitement. C'est lui que je cultive il Bouillant, près Vern, depuis cinq ans, en un sol rocailleux presque stérile, exposé au midi et impropre il d'autres cultures. Il y pousse d'ailleurs admirablement. étant donnée son extrême vigueur. Cette année, nous avons eu un été pluvieux et froid, par conséqii' nt très défavorable à la vigne. Nos chasselas en plein air, même à J'abri d'auvents et placés contre un mur 5% midi, ont été atteinte par les maladies leurs raisins ont pourri sans mûrir. Le Baco n» 1 du vignoble de Vern n'a jamais été malade et, sans le moindre traitement, il a fourni des raisins qui ont parfaitement mûri, ainsi qu'ont pu le constater de nombreux visiteurs qui sont venus voir notre petit vi,noble. Ces raisins ont fourni trois barriques de vin environ. Le mémo cépage, cul2ivé à Vergonnes, près Pouancé, par M. Blanchet, sur une étendue de 71» arcs à peine plantée en 1921, a donné plus de dix ba.rriques de vin. Il était intéressant de connattre la composition de ce vin fabriqué dans une année particulièrement mauvaise. le soleil ayant fait presque constamment défaut pendant la maturation des raisins Ceux-ci cependant se révélèrent sucrés et leur produit s'est montré aiche en alcool, ainsi qu'en témoigne l'analyse suivante, due à mrn collègue Perrier qui, chaque année, veut bien me prêter son concours.

de novembre

1.000 Alcool 10' Extrait sec, en grammes et par litre 30,9 35,6 Cendres, par litre 3,3 Acidité totale, par litre 8,4 Acidité fixe, par litre 8,3 Acidilé volatile, par litre 0,1 Acide tartrique total, par litre 5,2 Potasse totale, par 4,9 Sulfate de potasse, par lttre moins de 1 gr.

Ce vin est bien coloré, fruité et agréable. 'ja richesse en extrait sec et en alcool, la faiblesse de son acidité volatile et Sa teneur /ssez forte en acidité tartrique permettent de Hen augurer de sa conservation. De ce resulAt, obtenu dans les conditions les plus défa"orables, je conclus que, en se servant du daco n° 1, la possibilité de cultiver avantageusement la vigne au nord de la Loire, est aujourd'hui démontrée.

:irais ce n'est cependant pas le seul cépage conseiller aujourd'hui. Je possède actuellement d'autres vignes hybrides qui m'ont également donné satisfaction cette année, qui ont mûri leurs raisins sans le moindre traitement, dans mon jardin d'expériences. Tels sont le Gaillard 2, les Couderc 1 et 3, pour les cépages'rouges le 5.279 Seibel pour les cépages blancs. D'autres sont à l'essai depuis l'an dernier et me semblent eux-mêmes intéressants, par exemple le 4.986 Seibel, à raiatas blancs.

J» crois1 devoir rappel* Ici que chacun de ces eépages exige une taille «pédale, ft ne

se conduit pas comme les vignes françaises. La plupart exigent la taille' longue, système Guyot ou procédés voisins. Si l'on taille court, orf obtient beaucoup de. bois et de' feuillage, au détriment des raisins qui coulent et mûrissent mal. En viticulture, tout comme en arboriculture, il faut savoir réaliser un juste équilibre entre la vigueur et la production fruitière. Une taUle trop longue donne trop de fruits et tue la vigne à la longue; une taille trop courte favorise la poihsse ligneuse au détriment du fruit. Enfin, pour obtenir de bon vin, il faut que l'on opère sur des quantités suffisantes de raisins. La vinification en petit réussit mal. Cela ne surprendra pas nos cultivateurs qui savent qu'il en est de même pour le jus de la pomme.

Lucien Daniel,

Professeur à l'Université de Rennes. N. B. De nombreux lecteurs de l'OuestEclair m'ont demandé à acheter des boutures de vignes citées dans mes articles. Je ne vends rien, j'ai simplement donné des boutures tant que j'en ai eu; mon stock étant épuisé, je prie mes eorrespondants non-servis de s'adresser aux pépiniéristes s'occupant de la multiplication de la vigne, par exemple, pour le Race, à M. Baco, viticulteur à Labatut (Landes); pour tous cépages, à M. Perbos viticulteur à Saint-Etienne-deFougères, par Monclar (Lot-et-Garonne), ou à tout autre pépiniériste sérieux.

L'AVENTURE DE M. PLUMHAUS Ce gae nous avons appris à Saint-James .Nous avons annonce hier qu'un garagiste de Saint-James (Manche), M. Yumhaus, avait été rencontré près d'Orléans dans un état de prostration complète. M. Plumhaus déclara que s'étant rendu à Paris le 10 décembre pour tariter une affaire, il avait été enlevé par des inconnus. Chloroformé par ces aventuriers, M. Plumhaus fut séquestré pendant onze jours et conduit par la suite hors de Paris. M. Plumhaus ne peut d'ailleurs donner aucune précision, n'ayant plus le souvenir de ce qui s'est pissé.

Voici le télégramme que nom avons reçu de Saint-James.

Avraxches. 23 décembre. Je reviens de Saint-James, mais n'ai pu obtenir de nouVeaux renseignements;' ceux que vous avèz donnés sont parfaitement exacts.

Naturellement les' langues vont leur train dans 'le pays.

M. Plumhaus était allé à Paris pour placer une vieille voiture Darac appartenant à M. Lebeschu, patron mécanicien Saint-James et lui acheter une Citroën neuve. M. Plumhaus avait reçu d'avance les fonds de M. Lebeschu qui devait le rejoindre à Paris pour prendre livraison de l'auto.

M. Lebeschu se rendit dans la capitale avec sa vieille voiture, en compagnie d'un mécanicien de M. Plumhaus. Ce mécanicien que j'ai interrogé n'a pu me fournir aucun renseignement sur l'affaire, car il a quitté Paris avant de connaître l'aventure, arrivée à son patron.

M. Lebeschu est resté à Paris quelques jours espétant toujours retrouver M. Plumhaus. Vaines recherches. Découragé, il est revenu à Saint-James.

M. Lebeschu, ou plutôt sa femme, a réussi à céder la vieille voiture, mais il n'a pas sa Citroën, car M. Plumhaus n'a pas versé les fonds.

Voilà tout ce que l'on sait à Saint-James sur les circonstances qui ont entouré l'enlèvement de M. Plumhaus. Mais sur l'enlèvement lui-même. bien entendu, on ne sait rien.

LA SAMTÉ DE M. HERRIOT PARIS, 23 décembre. M. Herriot pourra sc lever demain, mais devra encore garder la jambe allongée pendant quelques jours. Il ne sera plus publié de bulletin de santé quotidien.

La Commission du Sénat repousse l'amnistie pour Sadoul

et pour les anarchistes Paris, 23 ,décembre. Le rapport de M. Poulie sur -l'amnistie déposé âü nom de la commission de législation civile du Sénat, vieht d'être distribué ce matin. Il accepte certains points des modifications apportées par la Chambre au texte du Sénat, notamment la date du 12 novembre 1924 pour point de départ des infractions au lieu de celle du 9 juillet.. • Mais sur plusieurs points il se sépare nettement du de la Chambré. C'est ainsi que la commission écarte L'amnistie pour les infractions prévues par les lois des 12 décembre 1893 et 28 juillet 1894 [Lois sur les menées anarchistes)- que la Chambre avait admises. La commission maintient également que seuls' lés.'délits connexes aux infractions visées par les sept premiers alinéas seront amnist.iés mais non les crimes.

Sur les réintégrations de fonctionnaires, agents, employés ou ouvriers des services publics; le Sénat avait voté un texte ainsi conçu

Le réintépralion si elle se produit n'aura lieu. La Chambre avait supprimé les mots «-;st elle se produit La commission en propose le rétablissement.

En- ce qui touche les déserteurs, le Sénat avait voté une disposition par laquelle les bénéficiaires de l'amnistie pour désertion ou insoumission ne pourraient être inscrits sur les listes électorales avant le 1er janvier 1934. La Chambre a rayé cette disposition. Le rapporteur, déclare que la commission s'est ralliée à la décision de la Chambre parce que cette prescription se heurterait à de grandes difficultés d'application et qu-il est inadmissible que la loi qui amnistie et fait l'oubli maintienne le souvenir d'une condamnation amnistiée et en inflige une autre peut-être plus grave.

Enfin, la Chambre avait voté que les dispositions des articles 3 et 4 visant l'amnistie ne s'appliqueraient pas aux faits de désertion à l'ennemi et d'intelligences avec l'ennemi, de trahison eu d'espionnage. Mais elle avait ajouté ces mots visant évidemment le cas Sadoul et celui des militaires qui étaient passés aux armées bolchevistes « Lorsque la décLaration de. guerre est intervenue gant teé formes légales ». ta commission rejette cette addition.

LE POISSON ET.LA:TAXE

SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES Paris, 23 décembre. Le groupe' sénatorial des Intérêts maritimes, a pris une délibération demandant que 1'6 poisson soit compris parmi les denrées de première nécessité exemptées de la taxe sur le chiffre d'affaires.

SPORTS D'HIVER | Voici les grands froids. La montagne, tout emmitouflée de neige, est devenue pleine d'attraits, non seulement pour les amateurs de paysages, mais encore pour les sportifs. Les fervents du patin, du ski, <1u lugge affluent dans les centres touristiques des Alpes et des Pyrénées, et chacun s'y adonne avec frénésie à son exercice préféré, s? grise d'air, de vitesse, parmi les éciaboussuresde la neige, insensible aux atteintes de la température. Sur notre cliché ds haut, on assiste au dé.part d'un couple qui se prépare à faire une- descente vertigineuse en lugge.

En dessous, trois enfants qui ne sont pas tous des novices. Une jeunes patineuse est déjà suffisamment experte pour jouer le rôle de professeur et guider les premiers pas d'un petit débutant,

LA SITUATION

LES POURPARLERS COMMERCIAUX

̃ BS Allemands, rassurés économiquement et certains du désir pacifique des autres peuples, parleat en agissent en vainqueurs.

Il.est souhaitable que ceux qui 'représentent la France ne prennent pas, sous prétexte de générosité ou d'idéologie, une attitude et une mentalité de vaincus.

La date du 10 janvier approche. Nous sommes heureux qu'on annonce que la Conférence des Ambassadeurs va constater que l'Allemagne n'a pas désarmé et que, par conséquent, l'Angleterre se voie obligée de ne pas évacuer la zone de Cologne. Mais attendons-no'us à la pression économique. L'audacieuse Allemagne va réclamer des compensations et des concessions.

Les négociations commerciales commencées, scmble-t-il, dans un esprit do réciproque bonne volonté, sont interrompues, et il ne faut pas douter que les Allemands espèrent nous imposer leur volonté. Les négociations ont été jusq'u'à ce jour très laborieuses et les délégués <\u Reich y ont montré des exigences croissantes. Au sujet do la métnllurgie. le conflit est patent. C'est ce conflit qui a certainement interrompu des négociations qui semblent malheureusement ne devoir reprendro qu'à une date très voisine de celle du 10 janvier.

Le groupe do M. Fritz Thyssen s'engagemit, dit-on, à acheter tous les ans une certaine quantité de minerai qui no pourrait atteindre le chiffre d'exportations d'avant guerre des usines de Lorraine et de la Sarre. De plus, le Reich éléverait d'environ 50 pour cent les taxes douanières sur le fer. En échange, l'industrie métallurgique allemande réclamerait le tarif minimum français pour l'exportation des produits finis et demi-finis de l'industrie allemande du fer.

On ne pouvait accepter; on s'est séparé. On dit que les négociations reprendront le 8; elles ne seront certainement pas achevées l0 10.

Que de tergiversations et de ehicnnes, alors que l'accord entre l'Allemagne et l'Angleterre s'est conclu en si peu de jours P.-O. DOXBEBT.

L'HOMME COUPÉ EN MORCEAUX Paris, 23 décembre. On sait que parmi les pistes actuellement suivies par la police judiciaire dans l'affaire de l'homme coupé en morceaux, la disparition d'un Américain, M. Mac'Fillac, de Philadelphie, a particulièrement attiré l'attention des policiers. Ilaas la nuit du 15 au 16, M. Mac Fillac avait quitté brusquement un hôtel de la rue de Provence, à. Paris, où il logeait. Or, M. Mac Fillac se trouve actuellement au Havre. Il partit de Paris pour des raisons personL'APPLICATION

DE LA LOI DE HUIT HEURES DANS LES CHEMINS DE FER

Le Conseil supérieur adopte

la nouvelle réglementation

PARIS, 23 décembre. Le Conseil supérieur des chemins de fer s'est réuni ce matin au Ministère des Travaux publics, sous la présidence de M. Albert Mahieu.

Il avait à délibérer sur un projet de décret portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi de 8 heures aux mécaniciens, chauffeurs et agents des trains des grands réseaux.

On sait que depuis 1919, cette réglementation n'était fixée que par les arrêtés ministériels pris en 1919. Une Commission spéciale avait été instituée au sein du Conseil pour l'élaboration d'un projet de règlement. Après une discussion sur divers articles à laquelle ont pris .part les représentants des diverses catégories, discussion qui a porté notamment sur la durée des divers repos e, sur le calcul du temps de service, le Conseil a adopté le projet de décret qui améliore notablement la situation du personnel par rapport au régime actuel.

Voici bientôt le nouvel an

et le budget n'est pas voté

PARIS. 23 décembre. Il est désormais certain aue la Chambre ne pourra pas terminer avant lA. fin de l'année, la discussion du budget des dérenses. Elle va achever demain nrohablement la discussion du budget des colonies. Quant au Ministère des Affaires Etrangères, dont le budget reste Il voter. on Pn renverrait l'examen à la session ordinaire de janvier.

Néanmoins. 1a clôture de la session no pourra être prononcée avant te 11 décembre rrochain. Il reste huit leurs à courir d'ici il la ffn du mois. Il en tout défalquer la iourn6e de leudi, iour férié légal et le dimanche 28 Ce court délai sufflra il peine pour permettre à la Chambre de voter le cahier des crédits supplémentaires dont elle est saisie et les deux douzièmes provisoires que le eouvernement demande pour les mois de ianvier et de février prochains. Le gouvernement insistera auprès de la Chambre pour au'elle vote avant son départ le proiet de loi relatif il l'amnistie dont le Garde des Sceau* va demander, l'adoption au Sénat, pour cette semaine.

M. Charles BENOiST membre de l'Institut,

ministre plénipotentiaire

démissionné par le Cartel

dit son f ait à M. Herriôt PARIS, 23 décembre. M. Charles Benoisx, membre de l'Institut, ancien député de Paris, ancien ministre plénipotentiaire de France aux Pays-Bas, vient d'adresser t, M. le Président du Conseil la lettre que voici

« Monsieur 1p Piésident,

i Maintenant que j'ai présenté mes lettres de rappel et remis le service, je n'ai plus à observer vis-à-vis de p°rrcnnt' la c^S^iyprié du silence.

« Les formules de politesse, dont vous avez tenu à envelopper votre décision du 16 octobre, ne lui ont pas ôté son caractère. Ce n'est pas le ministre des Affaires étrangères qui a dt2 mettre à la retraite un collaburateur fa- tigué ou malheureux, c'est te chef du parti radical et radical-socialiste qui, jusque datvs le ministre de France à La Haye, a poursuivi l'ancien député Ce la Seine.

« Je vous remercie de m'avoir délivré d'une crise de conscience qui ne s'était que mal apaisée pendant cinq mois. Au lendemain des élections du 11 mai, j'avais résolu de donner ma démission. Tout mon passé, toute ma vie publique me le commandaient. Je le sentais bien. J'ai eu le tort de nie laisser persuader qu'en le faisant, je pourrais nuire aux intérêts dont j'avais la cuarge et qu'il était de mon devoir de rester a mon poste.

« Ce poste, je l'avais accepté alors qu'on pouvait espérer que la politique française. après une victoire achetée si cher, aurait pour principal souci de rendre au pays, par l'effort unanime de tous ses enfants, sa vraie place dans le monde. D'autre? temps son; venus et il s'en annonce de pires.

• En quittant la carrière •, je ne la regrette pas. Elle aur>. reçu de moi plus qu'elle ne m'aura donné. Je laisse à mon successeur le bénéfice d'un* situation morale dont porteront témoignage avec la Hollande entière, tous ceux de nos compatriotes qui la connaissent, et je souhaite seulement qu'il ne lui devienne pas, par des fautes qui ne seront pas les siennes, impossible de la maintenir. « Le bruit est parti du Quai d'Orsay que j'allais « entrer dans les affaires Non. De retour en France, je me contenterai d'y retrouver la parole et d'y reprendre ma plume. La liberté est le premier des biens. C'est aussi la plus forte des armes. Dès demain j. lui demanderai le moyen de n'être pas encore tout à fait inutile.

Charles Benoist. e

LA GUERRE CIVILE

EN RUSSIE ROUGE 1

L'armée rouge soutiendrait Trotsky contre Staline

et des combats seraient en cour»

PARIS, 23 décembre. L'Intransigeant publie seul la dépêche que voici

LONDRES, 23 décembre. On mande de Riga au Daity Mail que la lutte entre Trotsky, commissaire de la guerre, et les dictateurs actuels do Moscou, a atteint un caractère très serieux, à tel point que la guerre civile menacerait d'éclater. En de nombreux endroits, des combats entre les factions rivales auraient déjà eu lieu, notamment à Moscou. Pe. trograd, Ca2an, Nijni-Novgorod, Rostoff et autres localités moins importantes.

Les partisans de Staline s'entourent de tchekistes et des troupes spéciales de la défense intérieure. Le Kremlin est oondé de troupes, de mitrailleuses, d'artillerie, d'autos blindées, et est presque en état de siège. Toutes les Tchekas persécutent les partisans de Trotsky et les locaux officiels où ceux-ci prédominent sont armés et fortifiés.

On dit que Staline fut fait prisonnier par l'armée de Trotsky et conduit dans une caserne, mais qu'il ïut libéré plus tard, après un combat où il y eut de nombreux blessés. L'armée rouge est pour Trotsky, y compris les anciens officies tsaristes et les cadets dee écoles militaires

Staline et ses amis n'auraient l'appui que d'un petit nombre d'officiers. Les généraux rouges et les commandants des districts militaires sont pour Trotsky et en plusieurs endroits ils ont occupé les bureaux du Gouvernement.

La position de Staline et de ses collègues est critique et comme les communistes sont en faveur de Trotsky, celui-ci a des chances da gagner le pouvoir On croit que, dans ce cas, il adopterait un système de gouvernement plus modéré et chercherait à unir tous les soVoict une seconde dépêche qui confirme la précédente Riga, 23 décembre. Selon des bruits luisqu'à présent non démentis, la rivalité de Trctsky et de Zinoview se traduirait par des troubles Moscou. Staline serait arrêté et détenu dans une caserne de la ville. Des combats auraient eu lieu entre les partisans do Trotsky et les troupes gouvernementales dans le but de délivrer le chef du bureau politique. Des émeutes auraient eu lieu également en province où les partisans de Trotsky auraient l'avantage.

LA DEFENSE

DES PORTEURS RUSSES PARis, 23 décembre. Le comité cent*:4 txécutif du congrès des oréanciers français de la Russie a arrêté le texte des lettres adressées au président du Conseil au ministre des Finances, au Garde des Sceaux et aux dépuUa pour leur signaler les manoeuvres pratàquées en Bourse et destinées «à faire btltmt la valeur des titres russes émis en frotta'


LE BUDGET DES COLONIES

DEVANT LA CHAMBRE

Puas, 83 décembrc. La Chambre reprend ce matin la discussion du budget des Colonies. M. Candace continue son discours commencé hier. Il fait le procès de M. Boisneuf, ancien député de la Guadeloupe, son adversaire aux élections dernières.

Comme M. Candace donne lecture d'une lettre qui émane du Procureur de 'la République et où M. Boisneuf est qualifié d'assassin, un cri part d'une tribune.

Menteur. menteur.

C'est Mlle Boisneuf, fille de l'ancien député, qui apostrophe M. Candace. On expulse doucement Mlle Boisneuf et M. Candace continue son discours. E, deux heures durant, il en. tretient la Chambre des hisboires électorales de La Guade!oupe.

Au cours de cette discussion. M. Baladier, ministro des colonies, est amené confirmer sa déclaration d'hier. Le gouverneur, M. Jocelya Robert, qui aurait combattu M. Boisneuf et ses amis avec un zèle un peu excessif, et était d'ai.lleurs en guerre ouverte avec le procureur général, ne retournera pas à La Guadeloupe.

M. Candace s'étonne de cet.te décielon par laquelle le ministre offre la tête d'un gouverneur en holocauste à un parti d'agitation et de désordre.

L'approvisionnement en blé et en farine

A Il h. 30, le député de La Guadeloupe interrompt son discours qui doit continuer cet f.près-midi et on aborde le projet de loi, retour du Sénat, sur l'approvisionnement en blé et en farine.

La Commission proprose à la Chambre d'adopter le texte du Sénat. Quelques observations sont toutefois pa-ésen'.ées par M. Qucuille ministre de l'Agriculture, qui proteste notamment contre les bruits d après lesquels les blés français auraient été expédiés à l'étranger. Il affirme qu'il n'est pas sorti de France un seul grain de blé français e; que les farines qui ont pu être exportées correeponda;ent il des blés entrés sous lit régime de J'admission temporaire.

Les divers articles et l'e»semble du projet sont adoptée avec le texte du Sénat.

La séance de l'après-midi

M. Bouteson préside.

M. Candies IL terminé le long discours au'il avait «commencé la veille au matin et poursuivi le soir. Nous n'en serons pas quittes avec ces trois séances, car M. Candace annonce ou'il reoortera sur les chapitres, ses observations d'ordre économique et financier. Sa conclusion est qu'il faut faire confiance au eouvernement de la République a la Guadeloupe.

M. Henry Fontanier. député socialiste du) Cantal, revient sur la question de la propaaande bolchevik en Indo-Chine et se déclare «convaincu que l'idéologie communiste peu de chances de se développer dans ce bavK.

Sur la question de l'enseignamrent, il pré*en(t.,aue. cet enseignement n'est encouragé Qu'autant au'il ne porte pas ombrage à le. mission catholioue. (BMamationt dur tUvers bOnCt). ̃̃̃̃ ̃ Le haut-commissariat du Pacifique

M. Daladier. Ministre des Colonies. répond tout d'abord au racport de M. Archimbaud. Il le montra neu favorable à la création d'un Haut-Commissariat d« Pacifique demandé var celui-ci. Qui, en effet, ferait les frais de ce Haut-Commissariat ? L'IndoChine 1 Un Haut-Commissaire aux "colonies installé Paris. ne serait qu'un sous-secrétaire rl'Etat..

Le Ministre expose l'étendue ides compressions qu'il a faites. Il s'explique sur celles qu'il n'a pu réaliser et celles qu'il compte accomnlir.

La propagande communiste aux colonies

M. Daladier dit que. depuis qu'il est Ministre. il n'entend parler que de la propasaivde communiste, aux colonies. Or, quelle est la thés* communiste aux colonies C'est J'émancipation de ces eok>ni»->s. Quel moyens les communistes comptent-ils em- ployer pour l'établissement du 'communUme intégral aux colonies Les indigènes ont trop de bons sens tour accepter cette doctrine. Aussi. le communisme v povyrsfciitil un autre but l'émancipation du joug impérialiste des nuissances. A nous de parer à ce danser en montrant aux colonies oe qu'elles peuvent attendre de nous.

\Z Ministre ses Colonies. Le plus pres-

sant a réaliser, c'est une croisade sanitaire. il faut faire revivre le corps de santé coloniai et créer un millier de médecins du corpi de santé colonial.

.'Il faut développer l'enseignement primaire, mais supprimer toute limitation à l'enseignement supérieur. i

La mise, en valeur

en de nos 'colonies Le ministre aborde ensuite le plan de mise en valeur des colonies. Jusqu'à la grande guerre, on ne connaissait que la loi des débouchés. Aujourd'hui, nous constatons quï daA.s le monde entier, il y a une grande poussée d'industrialisation. Nous avons un iiouveau genre d'efforts à nccomplir pour que la production sorte de la colonie même et s'y développe.

Au Congo, notamment, nous ferons appel à toutes les disponibilités budgétaires et aux prestations en nature.

« Il serait bon de stabiliser la paix et, dès qu'on le pour'a, stabiliser le franc. C'est er. nous fournissant les aliments indispensables que les colonies nous aideront à stabiliser le franc, comme à stabiliser la paix en nous fournissant des observatoires de premier ordre dans le monde entier, en vue de prévenir par la force morale les conflits qui peuvent se produire sur les océans lointains.

Les fonctionnaires coloniaux Après M. Daladier, on suspend la séance pendant vingt minutes et à la reprise M. Angoulvent, député de l'Inde française (gauche radicale;, ancien gouverneur des colonies, monte à la tribune pour parler tout d'abord du sort des fonctionnaires coloniaux. M. Angoulvent souhaite que nous nous inspirions pour notre domaine colonial de l'exemple des Hollandais à Java. Leur méthode consiste à favoriser le plus possible l'assimiliation des indigènes, do manière à en faire des fonctionnaires.

Après une intervention de M. Accambray, députe radical-socialiste de l'Aisne, la suite du débat est renvoyée à demain matin. J. MOLLET.

COMMUNISTBS ITALIENS EXPULSÉS Saint-Etienne, 83 décembre. Des arrêtés d'expulsion émanant du Ministère de l'Intérieur ont été signifiés ce matin à quatre Italiens habitant Saint-Etienne, qui se livraient à la propagamde communiste et qui devront incessamment regagner la frontière italienne. L'ECOLE UNIQUE

PARIS, 23 décembre. La commission de l'école unique, réunie pour la première fois, a tenu séance ce matin au ministère de l'Inswuction publique, sous la présidence de M. Ferdinand Buisson.

Le mimistre de l'Instruction publique a Indiqué les grandes lignes du programme qu'il envisage sous le vocable de l'école unique maximum d'égalité entre tous les enfants <onnés à l'Université pour y recevoir l'éducation primaire accession de toutes les capacités à l'enseignement secondaire sélection par les aptitudes des enfants appelés à bénéde l'enseignement secondaire et supérieur conditions d'accession des diplômés primaires 'à l'enseignement supérieur. M. François-Albert, après avoir indiqué le but à atteindre et qui serait la gratuité de l'enseignement à tous les degrés, a invité la commission à marquer les étapes qui permettront d'y parvenir et en particulier à bien définir celle qu'il juge indispensable de Irait.cr.ir dès la rentrée prochaine.

A déf ant de la pierre phiiosophale. Nous avions annoncé récemment qu'un savant allemand, le professeur Miette, de Charlottenbourg. avait obtenu la transmutation du mercure en or.

Le physicien employait pour ses travaux une lampe puissante à vapeur de mercure. Au bout d'un certain temps, il constata que sur les parois de l'ampo ule traversé" par uu 1 courant électrique intense, se fcrroait u'!f> pellicule sombre très mince Analysant le. composition de cette pellicule, le professe;- ne fut pas peu surpris de découvrir do l'cr. Mais la dépense d'énergie électrique est si élevée, qu'un gramme d'or ainsi obtenu coûto plusieurs milliers -de fois -plus cher que l'or qui n'est pas fabriqué.

Un procédé moins coûteux ne pourrait-il pas être trouvé Les Américains s'en sont tout de suite préoccupés et le Sricntific American a mis à la disposition de deux professeurs de l'Université de Now-York, MM. Sheldon et Kashewsky tou< les fonds nécessaires pour poursuivre les expériences dans ce but. S'ils aboutissent à un résultat, on imagine les conséquences énormes qu'entraînerait une pareille découverte.

UN INCIDENT

A LA COMMISSION D'ENQUETE! DES FONDS ELECTORAUX

M. Taittinger fait appel à la conscience du président, M. Renaudel,

mais M. Renaodel rejte soard

Paris 23 décembre. La commission d'enquête sur l'origine des fonds électoraux s'est réunie cet après-midi.

Dès le début un dialogue assez vif s'est en. gagé entre M. Taittinjrer et le président, M. Renaudel au sujfet de la situation de celui-ci comme président de la commission. M. Taittinger ayant protesté sur l'honneur contre l'accusation d'avoir touché de l'argent de M. Billlet. Tetourne l'argument contre M. Renaudel. Il demande si le président de la commission a la même indépendance vis-àvis du Quotidien et s'il peut être considéré comme un juge impartial vis-à-vis d'une association que son journal a traînée dans la boue. Il ne lui appartient pas de demander la récusation de M. le Président, mais il cite 1 opinion du Dalloz, déclarant qu'un juge peut obéir aux scrupules de sa conscience pour se refuser à siéger dans telle ou telle affaires.

M. Bouteilus. n y a pour nous antinomie entre les fonctions de président de la commission et celles de rédacteur appointé du Quotidien. N'est-il pas à la fols juge et partie T Quoi que vous fassiez, l'opinion vous accusera de mener cette enquête avec JjartiaM. François Poncet n'insiste ipas sur la question de la récusation C'est affaire entre le président et ea conscience.

M. Taittinger. J'ai fait appel à la conscience de M. le Président je n'ai pas reçu de réponse.

LE Président. Ma conscience n'a pas à répondre à la voire.

L'incident terminé, la commission a entendu M. Osemont, trésorier de la Ligue des Intérêts Economiques.

M. Renaudel, .président, lui a posé diverses questions relatives au nombre de cotisants, aux souscripteurs, au journal Le Réveil Economique, au rôle de M. BilUet, etc, etc.. M. Osemont a répondu qu'il était plutôt un commissaire aux comptes qu'un trésorieur. qu'il ignorait le nombre de souscripteurs, au'ilne s'occupait nullement.de propagrande, ni du journal, que, somme toute, il n'ayait aucune connaissance du fonctionnement intérieur de la Ligue.

M. Blateot a demandé la communication à l'a presse du compte rendu sténographique des séances de la commission la majorité s'y est refusée M. Blaisot a été battu par 10 voix contTe 6.

On veut donc faire l'obscurité sur les débats de cette commission d'enquête qui, de nlus en plus, sombre dans l'impuissance et le grotesQue.

Dans les couloirs de la Chambre, en apprenant la manière dont la séance s'était dérpulée, cet après-midi, c'était une risée générale.

AU SENAT

PARIS, 23 décembre. M. Japy (Doubs) demande à interpeller sur la reconnaissance du Gouvernement des Soviet*. On fixera la du Conseil sera présent Divers rapports ou projets sont déposés.

Vient ensuite la discussion de l'interpellation de M. Mollard sur l'application de la loi relative aux tram-ports d'énergie. Et c'est un véritable réquisitoire que le sénateur de la Savoie prononce contre l'Administration Des hauts fonctionnaires, dit-il, qui Passent volontiers dans les sociétés privées est qui ont une tendance excessive à abandonner leur rôle de oentrOleur pour prendre celui de contrôle ont, en attendant, des complaisances excessives vis-à-vis de certains concessionnaircs. Naturellement, les paysans protestent et pendant ce îc;r.ps-là les intéressés atten:r des campagnes, con;)HarJ. on a trop abandonné jusqu'à I-jiti U'jj petites agglomérations il ellesi:iê;ii(!3. l/cUiNlsscmeni des réseaux et superrûse-uux des lignes électriques n* doit pln;; être laissé au hasard, mais s'inspirer des directives d'une véritable politique ode l'électricité. Attachions les paysans t1 leurs terres, c'est le moven le plus efficace il. employerpour empêcher qu'ils ne grossissent la troupe des communistes.

Le ministre des Travaux publics, M. Peytral, répond. Il reconnaît qu'il faut modifier la législation actuelle et notamment qu'il est nécessaire de recourir à l'expropriation et non au système des indemnités pour servitudes.

Le ministre défend ensuite les hauts fonctionnaires de son administration. En ce qui concerne le transport de l'énergie électrique, il faut évidemment payer aux propriétaires de terrains les indemnités qui leur sont dues, mais il ne faut pas que ceux-ci puissent s'opposer au transport de cette ,énergie qui contribuera à la prospérité de notre pays Le Sénat adopte un ordre du jour de «ÏM. Mollard, Milan et Machet ainsi rédigé Le Sénat, confiant dans le Oouv^rnemeni pour 1' Donner toutes instructions nécessaires pour une meilleure application des lois etirèglements estants 20 pour imposer à ses services des travaux publics l'étude des projets de réseaux à haut voltsge préalablement à toute enquête, particuliën-ment en ce qui concerne le passage des lignes dans les agglomérations et le respect de la proriété privée et faire apponter sur ces deux derniers points aux projets il l'instruction toutes modifications utiles, passe à l'ordre du jour.

Le Sénat décide de renvoyer à demain matin le débat sur l'amnistie, puis il adopte le projet de loi voté par la Chambre, relatif au régime des 'pétroles et portant création d'un Office national des combustibles liquides. Le8 inondations

L'urdre du jour appelle la discussion de l'interpellation de M. Paul Strauss et de plusieurs de ses collègues, sur les mesures à prendre pour protéger Paris et la région parisienne contre les inondations.

Le ministre, M. Peytral, répond que le gouvernement ne peut s engager à supprimer les inondations il ne peut que s'efforcer de les enrayer.

M. Strauss dépose un ordre du jour de confiance.

M. Dominique Delahaye déclare qu'il ne pourra voter cet ordre du jour, car le Gouvernement ne mérite pas pareille confiance. Sous prétexte de rendre la Loire navigable, il gaspille des sommes importantes pour la rendre « inondante

L'ordre du jour est adopté.

Séance demain matir mercredi, s 10 heures, pour l'examen du projet relatif à l'amnistie. La Mongol du Nord se rattache à 1'Union des Répabh'qnes

Soviétiques

Paris, 23 décembre. Un événement dont on ne saurait exagérer l'importance vient de se pr oduire en Asie du- Nord. La Mongolie extérieure, dont la capitale est Ourpa, et qui compte- trois millions d'habitants, vient de se détacher de l'Empira chinois pour adhérer à l'Union des Républiques Soviétiques. Autrement dit, la Russie des Soviets, faisant un bond formidable dans le sud sibérien, porte ses frontières à quelques milliers de kilomètres de Pékin, débordant à l'est la Mandchourie et menaçant la Mongolie dite intérieure, où régnait hier Tchang Tso Ling.

Le vainqueur d'Ou Peï Fou, devenu le mal. tre des destinées de la Chine, n'est certainement pas étranger à l'événement. On savait déjà que le maréchal, après avoir déclaré nul et non avenu le traité sino-rus6e conclu, le 31 mai, entre Karakhan, ambassadeur des Soviets, et le ministre Wellington Koo, s'était décidé à traiter pour son compte avec les dirigeants de Moscou. Il avait, alors intérêt à se concilier les bonnes grâces de ses voisins, les Russes, afin de ne pas s'exposer à des complications à l'arrière, pendant qu'il aurait besoin de toute ses forces sur le front pour battre les armées gouvernementales. La cession de la Mongolie constitue la base du nouvel accord entre Pékin et Moscou. Tchang So Lin paie ses dettes. Le maréchal Touan, qu'il a installé lui-même à la présidence de la République, est incapable, il le sait bien, de contrecarrer sa politique. Quant a l'agitateur Sun Yat Sen. le dictateur du Sud. provisoirement réfugié au Japon, il a déclaré que le maréchal Touan lui apparaît comme le seul homme capable de rapporteur la paix et de gouverner la République. C'est dire que Tchang Tso Lin et Sun Yat Sen sont d'accord. Or, Sun Yat Sen a partie liée avec tous les Bolcheviks de l'Empire et reçoit des secours de la Russie. Son rôle est infiniment dangereux, parce qu'il se fait le propagateur des idées moscoutistes en Asie et qu on ne peut pas savoir jusqu'où ira son action révolutionnaire. On lui prête l'intention de proclamer d'ici peu la République des Soviets en Chine. Il commencera probablement ipar la proclamer dans son flef. à Canton, où il est parvenu à fonder une sorte <l Etat indépendant. Ainsi ce qui resterait de 1 Empira chinois serait pris, étouffé, entre deux Républiques soviétiques.

Les conséquences du drame qui se joue làbas pourraient devenir terribles pour nous si te Russie et l'Allemagne dont Tchang Teo Lin s'est déclaré l'ami et qui l'a, d'ailleurs, appuyé en sous-main venaient à se ménager en Chine la situation définitive qu'elles y cherchent. Elles le seraient davantage encore pour nos Alliés anslnis. Les Indes, en effet, sont toutes proches. Quelle serait la réaction des Hindous « lp soviétisme S'installait sur leurs frontières du Nord-Est ?

LE CONFLiT DE DOUARNENEZ TOUCHE-T-IL A SA FIN ?

f Le penomul i'me urne \_r reprend le tramai

Docahnbik. 23 décembre, (De notre con resvondant vartlculier). Certains0 <#htp1&mes permettent d'opérer que le conflit de Douarnenez pourrait avoir une Issue pro.chaine. -oLa fin Ide la erève de l'usine Quéro e«t auiound'hui un fait accompli et cet événe.ment est suscer.tihle d'avoir une heureusi réoercusslon. »

Lundi soir. il 8.heur,4, une grande réunion à laauelle assistaient 2500 personnes s'est benue sous les Halles.

Le citoven Simonin, après avoir exposé la situation do la maison Quiéro. a m!s aux voix l'ordre du tour suivant

Les grévistes de Douarnenez, après avoir entendu le raonort du camarade Simonin,' enregistrent les protositions de la maison; Quéro acceptent dans leur désir de conciliation les dites propositions autorisent la rentrée du nersonnel de cette maison et décident de. continuer la lutte jusqu'à la victoire.

La ouestlon ainsi posée n'amené psa été comprisse de l'assistance 7 Un flottement, une hésitation se crodult. Le citoyen Racamond intervient, alors et montre aux grévistes la gravité de la situation. L'auditoire a compris. A mains levées, la reprise du travail est votée pour la maison Quéro. Le citoyen Renoult félicite les grévistes pour la victoire obtenue et prédit la victoire complète dans un avenir prochain. Le citoyen Bonnieu invite les pêcheurs à se syndiquer. A ce moment, NI Guy, vice-président du i Syndicat des fabricants de conserves monte. < à la tribune pour demander des explications sur l'application de la loi de 8 heures. L'assistance, après les paroles de M. Guy, est res-.tée sous l'impression que !a reprise du travail ne tarderait pas

A titre de renseignement, voici les conditions de la maison Quéro ouvrières, 1 fr. de l'heure pour 19 heures de travail 50 en plus pour les heures supplémentaires a partir de la 110 et 50 en plus après minuit manoeuvres, 1 fr. 50 de l'heure et même rtgle- j J mentation que pour les ouvrières. A Tréboul, les pêcheurs ont organisé un référendum afin de décider s'ils devaient reprendre la mer. La question a été tranchée par l'affirmative plusieurs bateaux sont sortis et ont péché de 2 à 3.000 sardines.

Aujourd'hui mardi, à 2 h. 3C^*une nouvelle réunion s'est tenue sous les Halles. Ur. millier de personnes y assistaient. Le citoyen La Flanchec, de retour de Paris, a annoncé que le bal auquel il avait assisté avait obtenu du succès et avait rapporté 3.000 francs d'entrées. Une quête faite au meeting du Pré SaintGervais a aussi rapporté 7.500 francs.

La citoyenne ColllarS annonce que mercredi, à 7 h. 30 du soir, sous le; Halles, un arbre de Noisl sera offert aux enfants des grévistes, un bal suivra.

Le citoyen Racamond fait promettre aux grévistes de tenir jusqu'3 la victoire complète. La réunion s'est terminée vers 3 h. 46 Par suite de la reprise du travail à l'usine Quéro, M. Melot, entrepreneur de transports à Douarnenez, a pu transporter les conserves de cette usine à la gare. Deux wagons de conserves ont été expédiés.

M. Cachai va interpeller •

Pabis, 22 décembre. M. Marcel Cacnte, député communiste de la Seine, a déposé une demande d'interpellation sur les retards apportés à la distribution des secours pronlls par M. Godart aux victimes de. l'attitude du patronat de Douarnenez 1.

LES DOMESTIQUES DE FERME

NE DEVRONT PLUS COUCHER

DANS LES ECURIES ET LES ETABLES Paris, 23 décembre. La Chambre vient de voter le texte de 'oi suivant

Il est interdit, dans les exploitations agricoles, de faire coucher le personnel dans les écuries ou les étables où sont logés les animaux.

« En ce qui concerne les gardiens de nuit, 1a pièco qui leur sera réservée sera installée de telle sorte qu'ils ne soient pas en contact direct avec les animaux.

Des peines d'amende sont prévues pour les contraventions.

Le Sénat va être appelé incessamment à ratifier ce vote de la Chambre.

Au surplus, dans les six mois qui suivront la promulgation de la loi un règlement d'administrntion publique déterminera les condi.tions générales du logement des salariés dans les exploitations agricoles.

TOUT COMMERÇANT qut ne fait pas de publielté abandonne le marclié ceux de. ses concurrents qui en font.

Feuilleton de l'Ouest.Eclair'

du 24 décembre 1924 11

'UN FILS DU PEUPLE Par la Baronne ORCZY

{Adapté par Loufs d'Arvers.)

VI

Le Fermier de Klsftllu.

Il avait réappris le chemin de l'église et y venait chaque dimanche, s'arrêtant maintenant sous le porche comme les autres et invitant les jeunes beautés du village peur les danses de l'après-midi. Toutes se montraient flattées de sa recherche. Sa solitaire et dure enfance noblement surportép, le prestige de son immense fortune, le tout assez romanesque, somme toute, le désignait particulièrement à leur nttciitlon, et il n'y en avait pas une parmi plles qui ne rêvât intérieurement de devenir maltresse de Kisteu.

Mais Andras ne se hâtait pas de faire un choix.

Quand les vieilles femmes le taquinaient au passage sur son mariage et le pressaient de faire un choix, il riait

Le malheur est que je les aime toutes disait-il, et le ne pense pas les amener toutes à Kisfallu. Outre qu'il n'y aurait pas assez de place, ma mère n'approuverait pas la chose.

Et pour peu qu'en Insistât

Comment pourrais-je choisir entre cent bella fllles, sans être cruel pour les autres que f aime, aussi t de,mandait-il Avec une si

joyeuse bonne humeur que les mamans trop. pressées de lui donner leur fille ne songeaient pas à se froisser.

Avec sa mère, la réponse était différente Maman, disait-il en jetant ses bras autour de son cou comme quand il était tout petit, il n'y a qu'une sainte à Arokza.llas, et c'est vous. Quand un ange descendra du ciel en droite ligne, je lui demanderai d'être votre fille, mnls. Jusqu'alors, je me contenterai de vous aimer.

La mère soupirait, les jeunes filles pleuraient en cachette, et Andras restait le modèle des fils dans sa béatitude de. célibataire. VII

Principal et Intérêts

Les choses en étaient là quand Roseinstein, retour de Bidtskut, rossé et content, était venu rcj>unJre Andras devant l'auberge de la belle Lotty.

Celle-ci avait avancé une table à l'ombre et apporté son meilleur vin.. Avant qu'Andras eût fini de caresser Czlilas, elle avait frotté banc et table, n'y laissant pas un atome de poussière.

Quand il se retourna, elle était devant lui, toute rose et toute souriante, jouant avec les rubans de son tablier.

Vous devenez de plus en plus jolie chaque jour, Lotty, ma petite Ame. Si j'étais votre seigneur et maître ce que, pour beaucoup de raisons, je voudrais être je n'aurais pas un moment de paix Il doit avoir rudement de travail pour empêcher les camarades d'approcher trop près de sa petite femme.

ne savez pas. confessa la belle hôtesse, tandis que des larmes montaient à ses yeux et les faisaient paraître plus brillants encore. Quoi ? Quel est ce malheur que je ne sais pas, Lotty ? Est-ce Un nouveau ruban dont vous avez envie, ma colombe, ou une robe pour le dimanche 7 Dites-le moi bien vite au lieu de pleurer et je vous assure que vous l'aurez.

Non non. ce n'est ni une robe ni un ruban, Andras, protesta la jeune femme, snnglotant tout à fait maintenant. A quoi me seiv'rri; d'être bHle maintenant-que mon mari a cessé de m'aimer T

Cscaù de vous aimer, ma rosé de Bengale Kalmar est-il devenu aveugle ou fou ? Je ne sais pas, Andras, mais il ne m'aime plus, répéta l'éplorée, maintenant toute secouée de sanglots, voilà plus de trois semaines qu'il ne m'a pas battue.

Andras réprima un sourire et prit l'air de condoléance qui convenait en si triste occurrence.

Voilà qui est sérieux en effet, dit-il gravement mais. vous, Lotty t

Oh je lui al donné pleinement sujet de le faire. J'ai dansé la czarda avec Reszaï pendant deux heures et comme j'étais près de m'évanouir de fatigue, je suis positivement tombée dans ses bras.

Heureux Reszaï 1 Et Kalmar était là t Il y était. Et même il a vu Reszaï m'embrasser, mais il est allé tranquillement se coucher et, quand je suis rentrée, il n'a même pas daigné me tirer les oreilles. Et comme Andras, intérleurement amusé, faisait mine de rester muet d'horreur devant une telle preuve d'indifférence, la jolie dé-

C'est très humiliant, n'est-ce pas ? Panna, dimanche dernier, pouvait à peine tourner la tête ou remuer les bras, tant elle avait reçu de coups I Et Lujza avait une grande marque bleue entre ses deux épaules, ce qui prouve bien qu'elles sont réellement aimées, car il faut que leur mari soit jaloux pour les battre ainsi. Tandis que mot. je ne pouvais même pas montrer une pincôe sur mes bras et j'ai dû porter des manches longues pour cocher ma honte.

Là. là 1 ma jolie fleur, ne pleurez plus 1 fit Andras, la consolant, et promettez-moi de danser avec moi toutes les czardas, dimanche prochain. Je presserai si étroitement votre jolie taille et regarderai si amoureusement dans vos beaux yeux que Knlmar cessera sûrement d'être indifférent et cassera son bftton sur votre joli dos mar jnlonse rage. c Et maintenant, ma jolie, apportez-moi d'autre vin pour ce vieux sacripant' de Roseinstein qui m'attend. Il a l'air d'avoir ohaud et soif et j'ai besoin de causer avec lui, ce que je ne pourrai pas faire tant que son gosier sera desséché.

Tout à fait réconfortée maintenant, Lotty courut au cellier, en revint vivement avec une petite cruche de grès qu'elle plaça, non sans quelque répugnance, devant le juif. Roseinstein avait attendu patiemment dans son coin, recevant stoïquement sur sa maigre personne les plus chauds rayons du soleil de midi, figurant assez bien un épouvantail k moineaux. Quand il entendit le jeune fermier commander du vin pour lui, son visage s'éclaira. Il n'était pas accoutumé aux pré- venances de cette sorte, Andras était le seul qui en usât envers lui. Mais Andras savait «s. "propre expérience

nible d'avoir chaud et soif sans avoir une boutpiila de vin frais devant soi.

Merci, mon pigeon, dit Andras congédiant la jeune femme, ce que j'ai à dire à ce vieux Roseinstein n'est d'aucun intérêt pour vos petites oreilles roses faites seulement pour entendre des mots d'amour.

La jeune femme eut une moue indignée. Oh Andras. Vous allez faire des affaires avec cet horrible homme Vous n'allez pas lui emprunter de l'arqent, j'espère T Non, rassurez-vouh, dit Andras en riant, mais sauvez-vous bien vite, ce que nous avons à dire n'est pas digna de votre curiosité. Lotty dut se résigner.

Andras avait si complètement appris l'obéissance depuis sa naissance qu'il avait une manière do comman.ter absolument irrésisRoseinstein, se hâtant de finir son vin s'était rapproché auprès de lui, avec son obséquiosité coutumière et ce sourire déférent qui avait toujours l'air do demander grâce pour on ne savait lequel de ses méfaits.

Eh bien vieux malin, pas trop fatigué d'atterdre t demanda Andras avee bienveillance.

Hé hé les jolies femmes prennent toujours beaucoup de Jei.ips dans la vie d'un beau jeune homm», je sais cela.

En tout cas, il y a peu de temps qu'il m'est donné d'en faire l'expérience, constata Andras sans paraitre tâché de la remarque. Allons, approchez-vous et asseyez-vous près do moi. non, plusprès encore, dit-il en riant gaiement; l'usure n'est pas contagieux ]• suppose t


L'ÉVACUATION

DE LA ZONE DE COLOGNE 'La Conférence des Ambassadeurs

adressera

une note à l'Allemagne

PARis, 23 décembre. Les services du Ministère des affaires étrangères s'occupent activement d'élaborer un projet de note relative à l'évacuation de Cologne, dont le texte sera soumis à la Conférence des Ambassadeurs lors de sa prochaine séance fixée finalement à samedi et qui sera adressée au Gou- vernement du Reich après ratification. LONDRES, 23 décembre. On fait remar- quer dans les milieux autorisés de Londrcs, que ce n'est nullemen: le désir du Gouvernement britaninqut de continuer l'occupation de Cologne au-delà de ta dste stipulée par le traité de Versailles (c'est à-dire l<> lu janvier 1925), mais que le retaru apporté à établir le rapport final de la Commission militaiie de contrôle interalliée, est dû au fait qu'il n'a as été possible de procéder a une inspection adéquate depuis l'occupation de la Ruhr. On aurait pu arriver à prendre une décision en se basant sui le rapport provisoire, mais on estime qu'ur.e décision d'une telle importance vitale ne peut i'tre prise qu'après un 'amen très approfondi du rapport comVlet final. Ne soyons pas dupes

Berlin', 23 décembre. L'Agence Wolff publie une note avec tableau comparatif des armements français, polonais. tchéco-slovaques et belges par rapport à ceux de l'Allemagne tendant à démontrer que cette dernière est complètement désarmée

En cas de guerre, dit notamment cette note, l'Allemagne ne disposerait que de 100.000 soldais prêts à combattre alors que la France, la Belgique, la Tchéco-Slovaq.uie et la Pologne disposent ensemble d'une armée permanente de 1.300.000 hommes et elle doit s'attendre de trois côtés il la mise en marche immédiate d'une année de couverture. L'ENTRÉE DE L'ALLEMAGNE

DANS LA S.D.N.

GENEVE, 23 décembre. Dans tes milieux de s. D. N., on se montre assez réserve au rf]jet de la note du Reich relative à l'entrée de l'Allemagne dans la S. D. N. 11 parait, en effet, très difficile de dire si une réponse peut être donnée à ce document et dans quelle forme, car le gouvernement allemand, en le rédigeant, ne semble pas avoir eu une vue très claire de l'organisation de la S. D. N., ni de ce qu'il appelle les organes compétents de la S. D. N.

Les bonnes nouvelles de M. Lucien Rosengart, Administrateur Délégué de la Société Anonyme des Automobiles et Cycles PEUGEOT", qui a subi une grave opération dernièrement, se confirment et nous espérons qu'il. pourra, après une courte convalescence, reprendre ses fonctions.

LE GENERAL SARRAIL

PART POUR LA SYRIE

Parus, °3 décembre. Le général Sarrail, liaut-Dommissaire de la République française en Syrie, qui rejoint son poste, a quitté Paris ce soir par le rapide de Marseille à W h. 45. ECHOS PARLEMENTAIRES Les paiements par chèqaes

PARIS. 2H décembre. L'Ancncc Havas jroit savoir aue dans le projet des douzièmes provisoires, le Ministre des Finan'ces introduira quelques dispositions destinées à favoriser les raiements par chèques.

1» Exemption du droit de quittance pour les versements en compte dans une banque. 2° Exonération du droit de quittance pour les recus de somme? réglées par voie de chèque ou due virement.

3o Elévation légère du droit de quittance pour les sommes au-dessus de 10.000 francs. La mobilisation des forces industrielles Paris, 83 décembre. La commission dos marchés et des spéculations a adopté un rapport de M. Jean Molinié, relativement aux nurchée passés pendant la guerre par les services Je l'armement, et montrant l'insuffisance de préparation du ravitaillement d2s armées en munitions et en matériel de guerre.

Sur l'initiative du rapporteur, la commission a adopté la proposition de résolution suivante qui sera soumise à la Chambre c La Chambre, soucieuse d'éviter il 1'avenir les expériences coûteuses auxquelles a donné lieu au cours de la Grande Guerre le ravitaillement des armées en munitions et en matériel de l'armement, et adoptant les conclusions formulées à cet égard par sa commission des marchés, invite le gouvernement il hâter de tout son pouvoir les mesures de préparation propres à assurer en ca le ÎTuerre !a mobilisation effective et rapide des forces industrielles du pays dans des conditrnns sauvegardant à la fuis la complète satisfaction d?s besoins des armées et une sage économie dos ressources publiques, c'esta-dire deux conditions essentielles pour vaincra et prospérer..

La retraites des fonctionnaires

de l'Instruction Publique

Park, 23 décembre. Aujourd'hui a été déposé sur le bureau de la Chambre, un prolet de loi portant ouverture d'un crédit de ». 261. 820 francs, en vue d'effectuer le verseent rétroactif à la Caisse Nationale des Retraites, des sommes nécessaires pour assurer la. constitution de retraites aux fonrtioniiriites de l'instruction publique entrés dans les cadres auprès l'Age de M ans et ayant demandé leur affiliation A cette caisse par application des lois des 30 avril 1920 et 29 avril Wft.

CE QUE SERA

LE NOUVEAU RÉGIME DE L'ALSACE

ET DE LA LORRAINE Paris. 23 décembre. On sait que diverses modifications au projet sortant suppression du commissariat général d'Alsace et de Lorraine, ont été apportées par le rapporteur. M. Georees Weill. Voici les principales de ces modifications

1° Il n'v aura cas d'administrateur général, à Paris. mais un directeur généra das aJïair:s d'Alsa.ce et de Lorraine, comme il existe des directeurs généraux dans les autres décartements ministériels à 2 Il na restera a Strasbourg, que la direct.iou do l'instruction F'i.Miq.»' et des Cultes et non nlus la direction dts Finances comme le prévoyait le projec gouvernemental.

3° Le eouvernement aura un délai de trois mois à narlir de la promulgation de la nouvelle loi pour sumrrimer ou rattacher les services appartenant au commissariat général et aui ne sont pas spécialement pré- vus comme devant rester Strasbourg. 4° Les rroiets dépendront de la présidenlce du Conseil et non dit Ministère de l'Intérieur pour pt-rmettre au Président du Conseil d'avoir la haute main sur la politique des trots (ir-nartement'î

3° Pour l'annücation de la loi sur les statuts de, fonctionnaires en ce qui concerne les droits acauis institution d'une Commission naritairn dont le secrétaire administratit résiflr-r.i il Strasbourg et sera en liaison avec tous le,; services Intéressés. 6° La faculté OU'3 le gouvernement d'intraduire des disrosifions législatives «ous forme dp décrets soumis a la ratification telle q-iYllp existe pn vertu de la Ici du 17 octob- ï inifl. nrpndrn fin un nn après la promulcration dn la 101.

La-, autres modifications rorrr rancit le transfert dos crédits afféranis aux traitements et nu* indpjnnitês des fonctionnaires. L'AFFRANCHISSEMENT

DES CARTES POSTALES

ET DES CARTES DE VISITE PARis, 23 décembre,. Le sous-secrétariat des P.T.T. nous communique la note suivante: A l'occasion des envois du Premier de l'An, l'administration des Postes rappelle les tarifs applicables aux cartes illustrées et aux carte de vi«i',e dans le régime intérieur et francocolonial.

Cartvs illustrées. Cartes postales illustrées dont la moitié du recto est réservée à la correspondance, l'autre moitié à l'adresse et dont le verso est ocoupé par une illustration ou gravure, à l'exclusion de tou'c annotation manuscrite 15 centimes.

Ce tarif est réduit à 10 centimes quand les cartes illustrées ne portent que la date, l'adresse et Il signature de l'expéditeur et 5 mots r>u plus de correspondance.

Cartes de visite. 1° Cartes de visite contenant les indications imprimées ou manuscri'.es ci-après: Nom. prénom, qualité ou profession et adresse de l'expéditeur, jours et heures de consultation ou dr réception: Cinq centimes sous bande ou sous cnvcloppo ouverte.

2° Caries de visite porlant toutes les indications imprimées ou manuscrites autres que (elles indiquées ci-dessus: jusqu'à 5 mots: l.ï centimes sous bande ou sous enveloppe ouverte.

Au-dessus de 5 mots, 25 centimes, quel que soit le mode d'envoi.

O

L'AFFAIRE DU PUITS GALLOT Georges Lemaitre, le déserteur du 144» d'ini'nterie, a pris comme avocat M' Cluzan, du barreau de liordeaux. Dans les dernières déclarations qu'il a faites, il a affirmé nouveau qu'il n'était pour rien dans l'affaire du Puits Gallot, au sujet de laquelle il fut. entendu au titra de témoin.

L'-?iiquète se poursuit actuellement à Sion et à Chât."aubrinnt, à l'effet de connaitre les derniers témoins qui aperçurent ensemble Lemaitre et Collet.

j)ès que cette enquête sera close, elle sera transmise au Parquet, qui décidera ou rejetteta l'inculpation du déserteur dans l'affaire du puits Gallot.

I.einaltre, poursuivi comme déserteur, peut encourir, nous a-t-on dit, une peine allant de doi.x ans à cinq ans de prison. Des renseignements sur eein compte, il ressort qu'il ricssèdc un grand nombre de têtes de bétail. ur lot de valeurs importantes et 60 à 70.000 francs d'argent.

A LA MEMOIRE DES VICTIMES DU « DIXMUDE »

Toulon. M décembre. (De notre correspondant particulier^ Ce malin, à 11 heures, au centre des dirigeables de Currs-Pierrefeu, le vice-amiral Futou, préfet maritime. a prés'.ùi l'inauguration d'une plaque commémorai ive aux morts du Dixmudc érigée par souscriplion. des iHs'j-mnJors et des équipages Celle plaq;ic rappelle le sacrifice des marins qui périrent au largo le 21 décembre 1923, et celte phrase termine l'inscription:

« I-pur souvenir vivra i.n ceux qui contiLes de valsscau Chognnrd et de Roux ont fait l'appel des noms des disparus au liiMlPii do IVmot'on générale, puis des discours ont été prononcés en présence de la plupart des autorités maritimes et militaires, civiles et religieuses.

Le Parlement égyptien est dissous Le Cair1:, r:i diVnnbrc. Le roi a signe je décret de dissolution du Parlement. L'éleclion des délégués aux Collèges électoraux aura lieu le 20 janvier et les Collèges électoraux éliront les députés le 24 février. La nouvelle Chambre se réunira le 9 mars.

NOTRE DETTE

AUX ETATS UNIS

Le président Coolidge

répond

à une suggestion de M. Jusserpnd Wassuingto.n, 23 décembre. Le président Coolidge a déclaré estimer que le gouvernement américain ne peut pas prendre officiellement en considération la suggestion émise lier par M. Jussertand, ambassadeur de France, au cours d'un discours en public e* selon laquelle la France a besoin d'un moralolre pour le remboursement de sa dette en- vers les Etats-Unis.

Le président a ajouté qu'il avait le senti- ment que tout commentaire il ce sujet serai', déplacé puisque NI. Jusserand a cru devoir omettre cette suggestion publiquement. bien que l'on sache que le seul moyen de faire examiner une suggestion de cette nature, par le' gouvernement américain, est de la soumettre à l'organisme créé à cet effet par le congrès, à savoir la commission de consolidation de ia dclle.

LES INSURGÉS ALBANAIS ONT PRIS SCIT ^ÎI

Belgrade, 2, décembre. Les nouvelles d'Albanie que publient les journaux confirment la prise par les insurgés de Scutari et d'Aiesio après des combats meurtriers qui ont duré plusieurs jours.

La restitution de la flotte Wrangeî Paris, '23 décembre. La Commission ravale russe chargée de prendre livraison des unités de la flotte Wrangel que le Gouvernement français a décidé de restituer au Gou- vernement de Moscou est attendue incessamment à Bizerte.

LES MENÉES COMMUNISTES

Varsovie.. 23 décembre. Les journaux annoncent qu'on a découvert à Vilna. deux postes émetteurs communistes clandestins qui étaient chargés de renseigner les pays limi- i trophes sur l'activité communiste en Pologne. Les organisateurs de ces postes ont été arrêtés.

La mise sous séquestre

des Mens privés russes en France Paris, 23 décembre. Le président du '.ribunal des référés, M. Servin. vient de rendure son ordonnance 'ians l'affaire du référé provoqué par la mise sous séquestre des biens privés russes en France.

On se souvient qu'une ordonnance de référé du 29 novembre avait nommé M. Jaudon, sequestre1 des sociétés russes soumises à la législation soviétique dont les succursales en France, en raison des circonstances, se trouvent dans une situation juridique incertaine rendant leur administration statutaire impossible.

Cette ordonnance visant les biens privés russes en France, avait été signifiée par Ni. Jaudon il !a Banque Générale pour le commerce à l'étranger, société anonyme française qui fut alors considérée comme personne* interposée masquant des intérêts russes. M. Rosenmark, pour cette banque, plaida devant le- président Servin que l'ordonnance du 29 novembre visait seulement les sociétés soumises il la loi soviétique et ne saurait aucunement concerner une cociélé française. .Ni. le président Servin, dans son ordonnance de (.%et après-midi, déclare que c'est à tort qu'il avait été fait application de l'ordonnança du 29 novembre, à la Banque Générale pour k commerce il l'étranger; que M. Jaudon fait signifier celle ordonnance de sa propre initiative à cette banque et que la justification de la Banque comme interposée, n'est pas de la compétence du tribunal des référés. Un cadavre à demi carbonisé dans le bois de Vaucresson Versailles, 23 décembre. On a découvert dans le bois de Vaucresson,. au lieu dit le Pré Vert. le cadavre à demi carbonisé d'un homme d'une soixantaine d'années dont les vêtements avaient été brûlés. Cet homme por- tait des chaussures noires et des chaussettes blanches en coton. Une casquette noire, dont le derrière était consumé, coiffait 'a victimes Le Parquct de Versailles s'est Iransporté sur les lieux ainsi que les inspecteurs do la première brigade mobile. L'autopsie du cadavre sera pratiquée demain.

Brevet supérieur et baccalauréat Au cours de la réunion de la commission de l'école unique, le ministre de l'Instruction PuM'mic a prononcé un discours dans lequel i1 a dit notamment:

"Actuellement une question brûlante est celle de l'accession du prlmaire au secondaire. Ii y a aussi une autres question qui n'excède pas, A mon avis, le cadre de vos travaux: a'es; l'accession du primaire au supérieur. Si le brevet supérieur n'est pas au niveau du baccalauréat, qu'on y ajoute un autre oxamen conçu dans le sens du développement naturel qui est au bout du primaire supérieur. Au contraire, si le brevet supérieur est réellement équivalent au baccalauréat, qu'il donne accès aux Facultés. La question est de sivoir si vous allez proclamer l'équivalence entre le baccalauréat et le brevet supérieur. Si vous la proclamez, la question est réglée, ilnon, trouvez autre chose.»

POUR LES SURSITAIRES

DES CLASSES 21 ET PLUS ANCIENNES Paris, 23 décembre. L'0//iciel promul- guera demain la loi fixant la durée du service militaire pour les sursitaires des classes 1921 et plus anciennes.

PETITES NOUVELLES Varsovie. On mande de Washington, qui ia Sénat et la Chambre des représentants ont approuvé à l'unanimité la convention du 14 novembre sur la consolidation de la dette polonaise.

Melbourne. Le premier ministre australien a annoncé que l'importation du sucre en Australie continuera d'être interdite pendant trois autres années.

Bruxelles. Le Sénat a voté la nouvelle loi sur les loyers portant le taux de l'augmentation des loyers à 125 sur le chiffre d'avant guerre.

paris. Ce tna'.in, s'est tenue l'assemb:ée général,3 annuelle du syndicat des ent.repre'neurs de travaux publics.

paris. La police' judiciaire est convainrue que le dessinateur Louis Lamy, qui. à La Ferté-sous-Jouarre, a tiré cinq coups de revolver sur le chauffeur de taxi Klébof, ancien lieutenant de marine russe agit. non pas sous une influence communiste, mais bien dans le but de dévaliser sa victime.

PARIS. Le banquier Genvot. arrêté sous l'inculpation d'escroquerie de 131.000 francs 1;. un industriel, vient d'être renvoyé en .police correctionnelle.

PARIS, M. Justin Godart. ministre du Travail, est parti pour Bruxelles où il va signer un traité de travail reglant les conditions de réciprocité relatives à l'application des lois sociales belges aux ouvriers français travaillant en Belgique rt des lois so- rialcs françaises aux ouvriers belges travaillant en France.

Nancy. Rentrant de l'école chez ses parents, à Laneuville. devant Nancy, le jeune Gérard, Afié de 11 ans, a été surpris par une automobile qui l'a projeté en l'air. La mort été presque immédiate.

Montpellier. A Bezieis, Mme Dussoz Blanche, âgée de 58 ans, est morte subitement liaos sa chambre d'une congestion causée par le froid.

Avignon. A la suite d'un vol de 380.000 francs qui eut lieu il y a deux ans, en gare d'Arle,s-sur-Rhône, la police' d'Avignon a arrCé trois dangereux malfaiteurs.

TURPIN-MONOPOLÈ GRAND VIN BLANC DE BORDEAUX ITURPIN Frères RIOUT a Bordeaux j ̃B- S" A- au Capital de 4.O0O.0O0F» mmmmmm3 INFORMATIONS

̃ AUTOMOBILISTES,

FAITES VOS DECLARATIONS

Il est rappelé aux automboilistes qu'ils doivent déclarer les véhicules dont ils sont propriétaires, à la mairie de leur domicile, avant le 15 janvier 19'5.

Les déclarations intéressent les deux catégories suivantes de véhicules:

1° Poids lourds (transports de personnel, transports de matériel," tracteurs à roues à chenilles. tracteurs agricoles, remorques, trains autos);

2° tourisme (ambulant, voitures ,de' touri.-nic, inotocyclety?, sidccars).

Toutefois. m sont pas astreints il e-o'.lc déclaration, les propriétaires ayant déjà declarû leurs véhicules. si aucune modification n'est survenue dans la situation de ces dei-niers par suite de changement de résidence. de propriétaires, de vcn'e, d'échange, etc. Dans ce cas la carte grise correspondante doit avoir reçu l'apposition du cachet de la mairie dans le coin supérieur gauche à l'intérieur de la carte' et les propriétaires de remorques doivent être en possession d'un certificat de déclaration remis par la municipalité. DEPECHES COMMERCIALES Paris. 53 décembre.

ARTICHAUTS. Du Midi. 00-:40; bretons. 50-iC0 le cent.

BEUHRES. Tendance hausse de 20 francs sur tes centrifuges normands; de 3a francs sur les marchands normandes.

Pour tes beurres en mottes on cote le kilo en marchands françals Normandie. 14 iL 16.80; Bretagne. 10 à 10.50; en cen'ritugcs Normandie, 16 il 17.60: nretogne. 16 a n.Mi.

Airlv.iffis (tu Jour 09.180 kilo».

ŒUFS. Tendance hnusïo do 10 francs sur tes norman Js extra.

On cote par colis do l.ooa œufs les nxtras de Normandie. ax> SX): les gros,. «10 a 680; les srros de Bretagne, 500 a 030; les ordinaires, 480 580. Arrivages du jour 19.950 kilos.

FROMAGES. Camemberts Normandie. 140 à C30; divers. 110 ISO; Pont-l'Evoque. 150 il 3C0;Brie. grand moule, CO3S05; moyen moule, 140-210; arrivais. pâte mette. 60.434 kilos; pâte sJche. lî.07-5 kilos.

POISSONS Bflrbuos. 7-?5: bars, lî-K; harengs homards vivnnts, 2fc«6; langoustes vivantes, n-7:>; maquereaux frais. gros. 4-G: a. la lisne.C: mo- rues salues, 4-0; raies. 2-3; soles. 16-C8; huîtres por- tugaises. 10 il 20, VOLAILLES MORTES. Prix mosens canar.ls rouenn.ils. pièce. 23; nantais. O; ,le ferme. O.ôO: dindes de Houdan, pièce, la; G.lttnals et Toura!- ne, roqs. le kilo, fl; Ofttlnals et Touralne. poules 10: 'lu Midi. ciq, le kilo. poules. fl.7.r>: oies non velles, en peau, fi.50: dépouillées. S. 00. piccons pe. tits pièce. moyens. 5: gros, 7: pintades fran- j caises. 14.50: poulets Houdan. 11: Nantais. In kilo, 13..V- Gfif'nnls. I3.i<n: Bresse. W.K: des Ohn- rentes 14.93: nretnr-e t pin1-* Tiret-prne. 10.7. BOURSE DU COMMERCE

SIXRES. L Parte. J3 décembre. Ouverture- eoiirai: ICI, 163.50; janv'cr. 166.r.0, 160; 3 do Janvier. 1(10, 16D.5O: 3 de février. 17I..10, 172. 17:.50; 3 (le mars, 171.50. 173. Tous paye". Tcntlanrn fnlbln

C!ôtr..ro ooiiMint. 161. 163. M; Janvier, M7; S tin Janvier. 171: 3 de févrler, 173.50. 171; 3 de mars. 176. Tons psyte. Tcnitanri» forme. C.ole orrielc'.lc dcs courtiers as?i>rmpntte 163. CAFES. Le flavrc. Î3 décembre. Tendance «uiteinue. Vomies 5.0O0 sa- Janvier. 187.73; février, 481.50; mar?, 173.30; avril. 469.73: mai, 437: JulT.. 151.50; Juillet. 439.50; août. 433-50; septembre, 423; octobre, novembre, incotes; décembre. 4U3.

Mcrdhé c:os les 20 décembre et 1", 2. 3 Janvier.

LAINES. Marché clos le S5 décembre et 1", 3, .1 Janvier.

COTONS. Le Havre. S3 d*po«nl>ro. Clôture. Tendsni.cc soutenur. Ventes 2.600 balles. Jinvler. 573; Mvrlnr. 579; mars, 583; avril. 587; mU, 590: juin. soi; JulHe.t, &03; août. 502; septembre, 59ff; octobre, 5S3; novembre, S8Î; décembre, iTi.

Mirent des les 35, *6, 27 décembre et I" & 3 Janvier.

Uverpool, î3 décembre,. Oo*oo« méricuiiK, Clôture décembre, 18.07; Jiovler 13.08- févrter. 13.0»; mars, 13.14; avril. f3.16: mal, 13 »3Juin, 13.23; Juillet. 13.26; ao0t. 13.1«; septembre, 13.09; octobre, ti.93; novwrt>re 12.84.

SaketlirMls. Clôture décembre, 28.35- Janvler, 27.33; révrler, 27.10; mus, 90.65; »vrtl. 26.10,ma!, 95.60; Juin, 25.f0; Juillet, 54.50; août, 34.»; septembre, octobre, novembre, luootés.

.New-York. 22 décembre. Cotons disponible», 24.10; décembre, 23.33-60; janvier, 33.58-60- Mvrler, 23.78; tnars, 23.99-Î4; avril, 24.17- mal, 24.36-3S; Juin, 24.44; JuUkK, 24.53; août, Î4.4»; septembre, 24.:0; octobre, 24.06: novembre. 21.11, HUrLES DE LIN. Courant, 410 a 418; Janvier, 410 420; 4 premiers, 415 Il 4î5; 4 de mal, HUILES DE COLZA. Courant. 490 N; Janvier, 300 S; 4 premiers, 500 N; 4 de luai, 500 N.

CAOUTCHOUCS. Cc-UKKii, 16.40 à 16.75; Jan- vier, 16.50 A; 3 de Janvier, 16.75 V; février, 16 50 Il 16.70; 3 d'avril, 10.70; mal, 16.75; 3 de Juillet, t7 V; août, 16.60.

ALCOOLS LIMIES. Courai», 470 a 4S3- Jaovier, 4SO V; février, 490 V; mars -avril, 330 ?( CEREALES. Blés. Base de liquidation 9 lf?3.73; courant, plus-value 1 rr. >•; report 2.50 N'; Janvier-février report 2.75 t 3.25 V; 4 premiers report 4.75; roars-svril report 6.15 Il 6.73 V.

Avoines. Nofre» courant. 90.50; Janvier, 91.3U 4 92; Janv.er-Cdvrlrr, 03; 4 premiers, M à 94.75; mars-avril, 03.73 Il 06.

D:verees courant, 89.50 N; janvier, 90.73 N» Janvier-février, 92 N; 4 premiers, 83.25 N; mirsavril. 9i.75 N.

S'igies. Courant. f06 N; Janvier. 106 N- Janvier-février, 106.50 S; 4 premiers, 107 3: mar3·avril, 107.3U y.

Farines. Base de liquidation, 133; oourant, 133 N; Janvier report 1 fr. N; janvier-février report ïr*po-rt45If!?TrS report 4 fr. N; marsMARCHÉS DE LA RÉGION BA1N-DE-BEETAGNE, as décembre. On cote Cidre, la barrique, -lu il bœufs, la paire, 2.50» Il 4.S0U; vaches, do 730 à 1.5-30 la pièce; génisses, dit ;co a 700 la pièce; porcelets, de 50 a 80 la pièce: porcs moyens, de I6i à 350 la pièce; ;porcs gras, le kilo, i.S'J; veau. 5.10; mcuton, 3; poulets. ire couple, ii ;i S2; lièvres, ta piece. 15 à -^3; pei^rix, à 0; beurre, le kilo, 13.60; ceufs. la douzaine. 6. 1IOXFLLUB. s» décembre. Demandes très nom. lireuses qui entraînent la hausse sur les volailles et les li'irumes. Cours stationnai res sur lo bourre et les œufs, maigri; des offres raréfiées par la et le Iroid.

• ^f'T? en Klvs- d3 "•'a a la demi-kilo: au (!étai!. do T.is à 7.7. œuf. en gras. ".75 à 8 la douzaine; au détail, s à S.->5; lait, de O.4& à 1.10 le litie: pain, i.;j le kilo: crème. 7.S5 a 7.30 le turc Fromages l'oiit-LEvêque. en gros, 2;.50 à 20 50 la douzaine: au détail, j.10 à s.io al pièce: camemberi. en gros. ai -J3.50 la douzaine; au détail de -.20 à -2.50 la pièce; Livarot, en gros, 47.50 à 50 la douzaine; et au detail, do 4.50 ;i 4è75; vieux froma.ses carrés, de 5.7S à li.so la pièce: gruyère. de 5.2S il j.U) le demi-kilo: Poit-Salut, de 0.50 a 5'â

Légumes Pommes de terre en «tros. les blanche* se 27.o0 a 30 fr.mcs les 50 kilos; les rouges. de a-: Ou a •>̃>; au détail, les blanchets. p.<» et 0.6:, le kiloles pièce o.7O et 0.71: rhoux-fleurs. do 1.75 i jà Volailles (limions ..V» 50 fr. la pièce; quelques canards, do a) ,t SU: oies des finies du pay?. de 2R à :i: pLKOons. de 10.30 à 11.50 le couple: béciutc» et bécassines, do G.ao a 10 fr. la pièce; pintades il» 18 Ï2: poulets, de 9 à il; poules maigres, de Il Il l.>: poules srasses. de 15 à JO: vieilles poules db 1:. à 17: lapereaux pour l'élevage, do 3.75 à 4 50 lsb pièce: petits lapins. de 7.50 à 9: lapins dômes! i<(ues de g à 13: qros lapins pour rôtir de 13 il 18; lapins de garenne. de 6.50 ,1 8.50: volaille tuée de 6.50 à 0.75 la livre: lapin tué. de 0.50 & 5.75: .-lirniau de 5.75 à 5.90: veàu, de 3,15 à 8.25; boeuf. de .1 "5 IL 7.75; porc, de 3.ôt> à 5.50; mouton, de 5.80 4 7 Poisson Rros achats sprat, de 4.50 à 5.50 la botte: hareng frais, do 0.30 à 0.60 la pièce; n#quereau. de i.so à 1.75; rougets, de 0.75 à 1.S5; rafoW. de 1.0 raies. iSo IL 6; carrelets. de 1.50 à 3JQ le lot; flondres, de 1 à l.T5: merlans, de 1.25 à 2' bulots. de 2 à 2.50 la douzaine: crabes de 1 M i 1.10: étrilles de 3.M à 4: huîtres, de 1.75 iL 3.50capelans. de 1 i 1.95; morue.de 0.55 il 2.50 la livre: langues de morue. de 2.50 à 2.75.

CHEBBOUHG. 23 décembre. Orge. les 100 kl-» los, 110; sarrasin, 105; avoine, 95; pommes de terre 52 à 60: son. à 70: beurre. le kilo, 16 à 17; oeufs. la douzaine. 8 a s.âj; cidre, îs à 22 l'hectolitre' plus les droits: suit le kilo 5 à 6; lard en gros les K» kilos, 7(10; veau, 5.60 1 6.20; mouton, 4.80 3.20; pain. le kilo. 1.45-

VILLEDIEU-LES-POELES. gr décembre. Farine. i.»5 4 ici): fromont. 11G A 12U; snrraSB 90 à 100; avoine, '.Ii IL 03.

AL'iiAV. il décembre. Beurre, le kilo, à Ici. Une Dalsfe s'est produito sur les œufs qui valaient, au début du marciio. 6.0 à 7 fr 1a douz. ci qui se sont vendus de 0 à 5.6U à 1,1 fin. Poulets. la couple. 12 à 1G et 17 20; pigeons domestiques, la couple. 5 il 5.60: ramiers, la pièc^ 375 a 4; lapins domestiques. 4 -i 7 et S 15- :pins de garenne, 5 à 8; lièvres. 15 à 00; perdrix ri à 6.50; bécasrs, 6.50 7; canards domestique' 9 10; froment, le quintal, 110; seigle. 00; avoine, SGpommes de terre les 25 kilos, primes 7 à 8; rouges plates. 10 à 1. uignons, les 55 kilos 16 A 17- • arottos. 8 a 9: haricots (producteurs) 3EO; sil les 12 paquets. 2.50 à 3.25: choux. 0.10 à 0.50; chouxflours, 0.25 à l.lô, suivant irross?ur pommes à couteaux, les kilos. 5 à 6: foin. tes 5tt> kilo! 110; paille de froment. 80; paille de sclirle et d«'à, voinc. 00.

Veaux. R amenés et vendus, 1-? kito sur pW se porcs, i.75 à 5 JIORLAIX. 23 décembre- Le cours du beurra aux io3 kilos a ôté de 1.000 francs pour le Léon et do J.3CO francs pour la première qualité. POXTIVY, 22 décembre. Farine, les La? kUoi 115; froment, lie ns; seigle. 92 à 93; sarrasin 85; avoine. 78 80; pommes de terre 36 1 40; fotn' le_% 500 kilcs. 90 a 55: paille. 70 .» 75- bœuf le kilo sur pied. 3.73 à XSO; vache. 3.70 à 3.30; veau 'j.80 i 5: mouton. .1; porc, s.an il 3.50; beurre. la 2.50 a ,i; lièvres, la livre, 3.73; perdrix, 8 t. Cidre nouveau, la barrique 3* à 31

SAVON

DUVET VELOURS L.T.PIVER

LE PORTE-PLUME ÉLÉGANT ROBUSTE


AU SANATORIUM DE KERPAPE La commission administrative

de l'Union Mutualiste

nomme un nouveau directeur

Lorient, 23 décembre. Réunie sous la présidence de M. Herwegh, récemment nommé président de l'Union Mutualiste du Morbihan la nouvelle commission administrative avait à choisir le directeur du sanatorium de Kerpapc. en remplacement de M. Pruneteau, démissionnaire.

Après examen des titres des candidats, la commission a décidé de proposer la fonction il. M. Lamourec, chef de division à la Préfecture du Morbihan, qui dgit prochainement prendre sa retraite.

Ainsi, voilà donc régit, du moins provisoirement, le système administratif de Kerpape.

Nous n'irons pas 'puiser dans des rapports récemment soumis l'assemblée des mutualistes, des révélations sur de lamentables plaies qui auraient pu être pansées depuis longtemps. Ne parlons pas des responsabilités, de toutes les responsabilités, oar elles n'incombent pas qu'à un seul homme. Passons.

L'opinfon publique fera conflance au nouveau président de l'Union Mutualiste, à la commission nommée dimanche dernier et qui est composée d'hommes qui n'ont qu'une seule ambition, nous ont-ils déclaré, mettre de l'ordre dans la maison et aussi dans la caisse.

Cest la tache à laquelle tous vont s'em.ployer dans l'espoir que les diverses collee1-ivités d'Ftat auxquelles on a fait appel se mettront d'accord avec l'Union Mutualiste du Morbihan pour subventionner Kerpape, c'està-dire le remettre à flot et lui permettre de vivre normalement.

C'est bien là notre vœu le plus cher, puisqu'il s'agit d'une oeuvre méritante entre toutes, la protection de l'enfance, et c'est dire aussi combien nous continuerons à suivre pas à pas la nouvelle marche de cet établissement intéressant.

UN RECEVEUR DES CONTRIBUTIONS EN CORRECTIONNELLE

Fougères, 23 décembre. (De notre correspondant particulier.) Nos lecteurs se rappellent que M. François Durand, receveur des Contributions indirectes à SaintAubin-du-Cormier, est inculpé d'avoir reçu à son domicile un fflt de cidre sans congé. Quatre autres parsonnes sont également poursuivies Hyacinthe Simon, garçon livreur, qui a conduit le fftt son patron, Jean Roux, marchand de vins en gros, pro- priétaire de la voiture utilisée pour le trans- port Jean Pioc, distillateur à Noyal-sur-VIlaine, et J.-M. Delaunay. gérant de distillerie à Saint-Jean-sur-Couësnon, pour avoir laissé le fût sortir sans déclaration de leur établissement.

Le Tribunal a remis son jugement eu 6 janvier.

LE DON DE

AUX ECOLES DE FRANOE

(Série Octobre)

La répartition de la f» Série des Dons de Peugeot aus Ecoles de France a été effectuée le 1C déccmbre au Siège Social de la Société Peugeot cn présence de MI BEHA, huissier. Parmi les élèves gagnant une bicyclette Peugeot signalons

LOISEAU (Auguste), Ecole de Garçons, Tiffauges (Vendée).

VIOLLEAU (Paul), Ecole de Garçons de S-tJulien-des-Landes, par La Mothe-Achard (Vendée).

Les dix départcments suivants

Corrèze, Doubs, Indre-et-Loire, Jura, Landes Loiret, Moselle, Pyrénées-Orientales, Seine, Vosges ont Gté désignés comme devant bénéficier de la 2« répartition (Série Novembre).

L'ELECTION

DU CAMION NORD-EST La démission de M. Deschamps comme conseiller général du canton Nord-Est étant maintenant officielle, la question de son remplacement est posée. Aux termes de la loi, l'élection doit avoir lieu dans le mois qui suit la date de la démission. C'est donc au plus tard les dimanches 11 ou 18 janvier que les électeurs du canton Nord-Est seront appelés à voter.

Le Cartel des Gauches (socialistes uniflés et radtews-*ocialistef) a décidé de faire un gros effort pour essayeur de conserver ce siège. Au,besoin, les dirigeants de ce parti présenteront un candidat camouflé en modéré et sur lequel ils auront barre. A ce sujet, des tractations do toutes sortes se poursuivent dans la coulisse.

De leur côté. les républicains anticartnllistes étudient la situation. Quand nous disons « anticartellistes nous entendons les antistieialistes et anticommunistes, car cartellistes et collectivistes. c'est bonnet blanc et blanc bonnet, les premiers travaillant volontairement à faire le lit des seconds. Nous répétons donc que le,- républicain» antisocialistes et anticommunistes, les partisans du maintien de la propriété privée et du respect de toutes les liberté, ne restent pas inactifs. Ils cnicndput que le siège de conseiller général du canton Nord-Est, pour lequel le suffrage universel désigna jadis M. Deschamps, à l'époque où M. Deschamps n'avait pas encore retourné sa veste et afPchait des idées modérées, soit occupé par un républicain sincère, non contesté à ce point de vue et également éloigné des partis extrêmes.

Nous avons appris avec plaisir que M. Le Doùarec, député, sollicité par do nombreux amis, avait accepté de poser sa candidature. Nous félicitons vivement le sympathique et populaire député de cette décision, et sans vouloir jouer le prophète, nous pouvons lui assurer par avance un joli succès. APPRENEZ A DANSER CHEZ BOUCOUIN CHAMBRE DE COMMERCE DE RENNES Avis aux Commerçants

M. le' Président de la 'chambre de Commerce adresse aux commerçants l'avis suivant

€ Les émissions de la Banque de France arrivent à 40» millions à neu près de la limite qui lui a été assignée "i/ar la loi or, par suite de l'augmentation de toutes choses, il faut de plus en plus de billets pour effectuer les paiements, si nous ne faisons a.ucun effort pour économiser les paiements en papier, la Banque de France va être dai;s la necessité d'émettre de nouveaux billets et cette inflation Dura pour résultat certain en au:mentant la dévalorisat:on de 'notre monnaie, de faire augmenter la vie. Le remède est facile à appliquer nue tous les commerçants petits et gros ne conservent en, caisse que Il' strict minimum de fonds et •juili déposent dans les banques une ou deux fois par semaine leurs recettes ils gagneront ainsi des intérêts qui au bout de l'année seront appréciables, et ils éviteront en grande partie les risques de vol et les risqjcs d'incendie enfin qu'ils s'habituent à frire tous leur? paiements par chèques, ce qui leur économisera du temps et des erreurs, voici le moment où chacun reçoit les notes de ses fournisbeurs. que chacun <li> i;ous les pale par olièques ou prie ses fournisseurs de domicilier leurs traites dans sa banque

a A Fougères il y «i à-- nombreuses années que tout le commerce de détail dépose journellement ses fonds dans les banques et ffaire ses paiements par elles, il s'en trouve très bien.

< Je fais un paressant appel à tous nos ressortissants pour qu'ils adoptent cet usage dans le plus bref délai.

Le Président de la Chambre de Commerce de RI nues,

Trancis Denuud.

AVANT LA FOIRE-EXPOSITION DE L'OUEST

RENNEg VILLE-LUMIERE

Nous avons déjà dit par suite de quelles circonstances l'éclairage de Hennés sera sans doute l'anncie' prochaine intensifié, généralisé. On sait, en effet, que le Comité de la FoireExposition avait décidé que, pendant la durée de celle-ci, des guirlaiîdcs éleclriques seraient placées au centre et dans les principales artères de la ville. Les commorçants demandèrent alors que ce projet prit plus d'extension et que, grâce aux nouvelles prises de courant établies, le oentre de la Ville resttt Éclairé d'irae1 façon permanente; ils offrirent de payer dans oe but uno contribution. Eniln troisième phase sur la proposition de la Municipalité, un projet plus vaste a été mis à l'étude pour l'extension générale de l'électrification urbaine. Ce projet ne coQtera d'ailleurs pas plus cher aux commerçants que le projet antérieur qu'ils avaient présenté. On attend, pour le 10 janvier environ. la réponse de la Compagnie du Gaz à ce sujet. Dès que cette réponse sera connue, l'Union du Commerce et le Comité de la Foire-Exposition convoqueront l'ensemble' des commerçants rennais et les mettront au courant: ainsi s=era fixée la contribution volontaire et exerpiionnelle, qu:;ls auront à player, et qui sem égale au tiers de .a dépense totale. Le bureau touristique

pendant la Folre-Expositlon

Le Syndicat d'Initiative, présidé par MM. Fontaine et Nitsch, a décide hier que le bureau touristique sera joint au bureau de renseignements commerciaux place de la Gare, où le public pourra tous les jours aller chercher des renseignements sur tout ce qui concerne le tourisme.

Ajoutons que la Foire-Exposition prendra cette année une importance qu'elle n'a jamais connu. On compte déjà, 3.000 mètres carrés de location de plus que l'année dernière. Exceptionnellement MERCREDI 24 DECEMBRE, Distribution de Ballons. MAISON MODELE, Chaussures, 10, rue de Toulouse et rue Rallier, RENNES.

LA FERMETURE

DES BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALE ET UNIVERSITAIRE

Les bibliothèques 'municipale et universitaire seront fermées du mercredi 24 décembre (18 heures) au samedi matin 3 janvier. Les séances du soir (30 à 22 heures) ne seront reprises que le lundi 5 janvier. Pour le Noël des Grands et Petits Allez au rayon spécial de la boucherie CHARPENTIER, Halles de la Poissonnerie, qui vous donnera, à des prix défiant toute concurrence, gigots et rôtis de viande congelée extra.

THEATRE MUNICIPAL DE RENNES Ce soir, 80 h. 30 Gala du JI<?ief!!on Werther avec le concours de M. Capitaine. 1er ténor de l'Opéra-Comique; Mme Lemarchsnd, de l'Opéra de Nanties: bflle P. Marelly. MM. Cahuzac, Pararéda. De Fuzes, Yvonny. orchestre et chœurs sous la direction de M. M. Hcndérlck. Le spectacle sera terminé a !K> h. 30.

Jeanne Cuionle d Rennes

Nous sommes heureux d'annoncer tous les admirateurs de la sympathique artiste jet ils sont nomnreux il Rennes) que c'est Mite Jeanne Gulonie qul chaulera LaknU demain <n matinée. Le rôle de Lakmé, quu MUo Jeanne Gulonlo vient do chanter tout récemment rOixSra-CoinKiuo, est un des plus grands succès de cctto exqu!so chan. teuse qui va attirer à nouveau la foule nu théâtre. L'Interprétation de Lakmé sera complétée par MM. P. Marelly. Rcitmert. Gillet. Gally et MM. De Flzes, Parareda. Ferrus. etc. etc. Le soir. à 20 h. 30. l'opérette à grand spectacle. Les Saltimbanques. avec le concours de toute la troupe d'opérette et des 3 attractions sensationnelles Les carabiniers, intermède battit comique par 1-2 enfants. Lcs 4 Senners, numéro de force de 1" ordre et Les Quins'Leu. 15 (rymnastes dans les Pyramides humaines dont le succès a été si grand samedi dernier.

Mise en scène grandiose, nombreuse figuration. Le bureau de location Mt ouvert de i0 heure* à U heures sans Interruption.

LES FETES DE NOEL A la Métropole

Grand'mtsse. Entrée Marche Pontificale. Ira symphonie de Ch.-M. Widor Kyrie, Gloria, Sanctus et Agnus de la messe solennelle du SacréCœur a 4 voix mixtes de H. Potiron. Maître de Chaipelle de la Basilique du Sacré-Cœur. Offertoire Solo et rhwur à 4 voix mixtes, sur un texte de l'Office de Nuit de la ICte de NoCL Sortie Toccata de F. de la Tombelle.

Ylpres. Entrée Grand Chœur en style fugué sur VAdeste fidèles (abbé Inry). dédié a Son Eminence le Cardinal; Psaumes en taux-bourdons; interludes sur des Noëls de J. Bonnet, M. Dupré, Il. Gisout et CI. Loret.

Satut. Ave verum iL 4 voix mixtes de Mozart; Aut Maria à 4 voix égales de VKtoria: Tantum ergo à 4 voix mixtes en' ut mineur (J. S. Baoni. Sortie Carillon de L. Vierne.

A Notre-Dame

A la grand'messe de minuit, le programme muaioal suivant sera exécuté

Minuit. Chrétiens; Petite cantate pour Noël, sur lo cantliiuo grégorien Tota SUcsctt, boli et choeurs (L. Salm-Rciiuler, directeur des Chanteurs de StGervals), sollsto Mme iP. Galle; Nom (ù:millo Andrés), Mme Il. (;elle; Noil Depuis plus de quatre mille ans (R. Quignaid. luallio de chapelle de Notre-Dame, i Versailles, Cache liants l'ombre du mystère (paroles de M. le chanoine Le Dorz, musique do Tn. ûeaker, professeur au Collège de St-François-Xavier, a Vannes Chœur des Chanteuses do l'Archiconfrério sous la direction de M. l'abbé Dcsmares. A l'orgue d'accoinpagnement. Mlle Jeusset, organiste du chœur. Pendant la nwsse da minuit et les messes basses qui suivront. M. C.-A. Collln jouera au grand orgue des NotU de L. C. d'Aquln (1694-1772), organiste de la chape)!9 du Roi et de l'église Saint-Paul; Puer nobls, mijcllur (Le Bègue. XVU* siocle); Noël, de A. Péiilhou, Charles Collin I1827-1W1), lilesserer, ex-organisto do St-Charles, A Marseille. A la grand'messo Ou jour, 10 heures précises, les oliœurs du Mois de Marie » et la Maîtrisa de Notre-Dame, sous la direction de M. C.-A. Collln, interpréteront Adeste lUlcles. à 4 voix mixtes; Caro mea IL. SWlequier), 3 voix mixtes: L'Introït en grégorien, par le groupe des soprani de ronpOielin&t St-Vincent: Messe Puer huius est, d'après le thème liturgique (à 4 voix mixtes). abbé E. Collard, ex-maitre de chapelle de la cathédrale d3 Châlons-sur-Marne K!rie, Gloria, sanctus et Aamts Del. Offertoire /lap«odte but, ilts \oels, Eugène Gigont (pour le grand orgue )1. C -A Collln; 0 Salutarit, 3 voix mixtes (C.-A. Collm); Tantum crao. 4 3 voix mixtes (1,. SaintAux vêpres Ave verum, à 3 voix mixtes (J.-G. Roparti- Magnltycat, faux-bourdons (Carolus Andéas); Louons li Dieu Puissant, h 4 voix mixtes (J -S Bacli)- Adeslc fidèles, à 4 voix mixtes; Hodie Chrislus naius cst, à 3 ivolx mixtes (C-A. Collin); Aima Itcdemptoris (Ch. Bordes); Tu es Pctrus (L. Saùrt-ïtequier). à 2 voix; Tantum ergo (en ré bémol) à 4 voix mixtes). E. Bouichère, ex-maître de chapelle de la Trinité, à Paris; Vivat Chrislus, à 4 voix mixtes <C-A. Oollln). à l'orgue Dille Jeusset. Pendant 14 mes»» <to 11 b. ao, M. C.-A. Collin tera entendre au grand orgue frotl (Claude d'Aouln)- Noël breton (C.-A. CoUin); Pastorale ARené IMn); Pltce sur des Nolla (n'Il du Ltvre d'Orgue lA. Périlhou); Sortie itir des Notls (César Framck). Eglise de Toussaint»

A la messe de minuit Noit d'Adam, par M. Robineau; Messe en ut. de Ch. Gounoïl; SMd"fJ Noll lorrain, Paur OTchest*o: Offertorre Noil bovrguignon, pour orchestre; Elévation Panis w acllcus pour trois voix d'hommes de Casrioltni; communion Noil de Dcslandres. solo et choeur. A la (rramriuesse du Jour Messe en mi-bémol. do Carini; Graduel Variations sur la Nofcl Entends ma voix /Utile (orchestre); Offertoire Noël provençal, pour orchestre; Tantum ergo. choeur de Boyer; il est ni le aivtn rtnlan

Aux vêpres Psaumes en faux bourdons: f a»fl. Une d lExfnnt Jisus: Adeste. ttdelei. Soli et chœur; Acc Maria. Dour trois voix d l'<>™"es do Ch Bordes: Tantum ergo. de G. de SatntiUony; Le Fils du Rot de gloire.

Eglise Saint-Germain

A la messe de minuit Minuit, chrétiens, solo. CTli soliste. Mme Rauch.

Messe sur des vlcux Noëls, à 3 voix, de Desauges; ilirttrise paroissiale; solistes Mme Hauch M. Guézennec ̃ à l'.Offertolre Pastorale, pour hautbois et violon (Samuel Rousseau); Mlle Debon, violoniste; M. Busnel, hautboiste, prix d honneur du Conservatoire; chant de Fiera Aosu Maîtrise paroissiale; au grand orgue Noëls de Gullmant. d'Aqnin, Boelmann.

Aux vêpres Psaumes en faux bourdon, de Perruchot-Henry; au salut Adeste Moele. choeur à voix; soliste, Mme Rauch: Preclara euftos. à 4 voix ,abbé Petit); Tantum ergo, a i voix (Minard).

Les chœurs par la Maîtrise paroissiale. Eglise Saint-Sauveur

Mss«e de Minuit Minuit Chrétiens (M. Roussel), Ni. MaeaJur, jn-ore^seur de violon ou CousoTviito'ire, se fera ententtre; au grand orgue ùoilt Aux messts basses Noëls anciens par les chanteuses parotisiules.

We»«o du Jour Xyric, Sanctus Agnut (Duboio); Gloria trt creeUfs de l'A. B. C.; Offertoire fragments de l'Oratorio de Noël (Salnt-saùns) sortie It est né 11 devin enfant (-Abbé Lepage). Viflires ot Saî'Ut Faux-BOurdons do Perructtot; au grand orgue Antiennes sur des Noëls; Noël <P Wach=)- Tollite hostias f5aint-'3aôr;s) Aima n-'demptoris Mater <AÎ)bé Lcjwge); Tantum Ergo ÇNI. B»*t. organiste à la basilique Saint-Sauveur); Il est ni le divin enfant (Abbé Lcpïffe). Eglise Saint-Etienne

A Qa messe dc mdnudt MimM Chrétiens, solo. <aw.'ua- et orc(he*trc; soliite M. Carnet. Vase d trois voix mixtes de L. Salnt-Réquler, directeur des Chanteurs de Salnt-Gervals; Kyrie. Gloria. SanclU! et Agnus pour orgue, choeur et orchestre.

A l'Offertoire, Andante et Allegro, pour deux violons et orgue, Hœndol; Dille Chaumet, MM. Nitsch et Bèesau.

Cantate Domlno, chmur à 4 voix mixtes et deux orgues, A Alain.

Noël, Anclrès, M. Carnet.

Trois vfeua Notls. choeurs,

A l'orgue du chœur. M. l'abbé Dlwt. Chœurs sous la direction de Mlle Bornet et de M. Béesau.

Au salut Adeste fidèles, chœur a 4 voix; solisto !il. Morfolsse; Ave Alorla, choeur à voix d'hummos, Le-coq; Tantum ergo. à 3 voix, Abhe Mwt.

A la messe de Il h. Lr'a Anges dana nos campagnes (vieux No!)l); 0 SnlutarU, Alémar; l/d petit Entant nous est ne et Grand Dieu qui vient de naître (vieux Noêls), Mlle nardouin. Au grand orgue Notts, de 'BoSlliunnn, Gullamant et Listz.

Eglise des Sacrés Cœurt

Messe de mtnut. Minuit Chrétiens, d'Adam, ^ar M. Lebouc: Kyrie, Gloria, Sanetus Benrdlctus et Agnus Dei, de la messe pour trois voix d'hommes de 51gr .l'éros!.

A l'offertoire, Tollttc Hosttas (fragment de l'oratorio de Noël) de Saint-Saéns.

Aux messes basses chants de Vieux NoVi il est nt te divin enfant (6 à voix), Abbé Lepagt;

Adeste Fidèles (faux bourdons à 6 voix). HenrY; Vieux Nous avec solo de hautbois.

Messe du jour. » h. 45. grand'meaae solennelle. Entrée Introduction-Ohoral sur l'ddeste FI deics, abbé. J. Inry; Messe de Mgr l'éros! et Offertoire de Saint-Sepns; Sortie sur des loëls de Alexandra Gullmant.

Vomi. A 3 heures, entrée Chauvet, Psaumes en faux bourdons de Mgr Perruchot; cantique Le Fils du Rot de gloire; salut Adeste Fidèles (son et chœurs à 4 voix), variations de l'abbé Inry: Aima Bedemptorts (grégorien) et Tantnm ergo. Sftlmoé; sortie final, en style fugué sur l'Adesta Fidèles, abbé J. Inry,

Igllse 8alnte-Jehanno d'Aro

Messe de minuit. Minuit. Chrétiens. Messe rolennelle à 3 voix mixtes de Diontglo Canestrarl. Offertoire Et pastofes erant flro partie de l'Oratorio de Noël) par Siint-Saënj. soit et chœurs tl i voix mixtes. Soties Mme X. MUe élève de MBe Le Porh.

Pendant la 2' messe 1' Il est né le divin Enfant: U' Esprits divins, choral du XVI» siècLe à 3 voix d'hommes, acapella; 3' Les AW-s dans nos campagnes, choeur a 3 voix mixtes, sopr., xnez.sopr., basset; i' A'oSl Provençal recuellt par Gastoué,

Grand'messe Même programme qu'a la gTand1messe de minuit. rantum, de Puyo, à 3 voix mlxtes.

Vêpres (id heures) Faux-bourdon*, à 4 voix mixtes de Perruchot. Au salut Adeste, seto et chœur a 4 voix mixtes de Pirio, nfaltro de chapelle de cathédrale de Vannes), variations d'accompagnement de M. l'abbé Inry; 0 Vlrgo putcherlma. motet grégorien-. Tantum. de Vidal. Sorties grand'messe et vêpres, TolLite hoatias, final de l' « Oratorio ̃• de Saint-Saëns. i 4 voix mixtes.

C'est aux DOCKS DU TRAVAIL, 6, rue Chàsale, que vous trouverez les dernières nouvenutés en Chemises, Cravates, Oaohe.cols, Pochettes. Pour tout achat de 100 fr. PRIME SENSATIONNELLE (Une canne ou un parapluie). Bonnet" Ling«c, Vêt. de trav. *il t« g. Union Nationale des Combattants Arbre de Noël de 1924

A l'occasion de la distribution de l'Arbre de Noël, le Gomité des fêtes de l'U. N. C. organise le 25 décembre, jour de Noël, dans la salle des fêtes du Lycée, à 14 h. 30, une séance récréative gratuite sous la présidence d'honneur de Mme la générale Barbier. Voici le programme

1re PARTIE. 1. Orchestre. 2. La fille 6ien gardée, comédie en un acte de E. Labiche et Marc Michel. Distribution la baronne de Flasquemont (Mme H. D'Orval) Berthe sa fille (Mlle S. Roy) Marie (Mlle Gonnet); Saint-Germain (M. E. Surel) Rocambole (M. G. Dartois). 3. Orchestre. Entracte. 2a PTRTIE. Concert 1. Orchestre. 2. Paul Guyot (répertoire Draneni). 3. a) N'oubliez jamais (Botrel) b) Rien. Marie, (Dans Mlle Leruesle. 4. Au feu, récit Mllo Dorval 5. a) La Messe de Minuit (Fontenaille) b) Le Nid (Cordinni) M. Boscher baryton. 6. M. Le Gall sur son Unir. Corde dans son répertoire. 7. Lagourde à Paris, paysannerie (Dorîy) Mlle Nelly-York. 8. a) Des pécheurs de perles (Bizet) b) Grisélidis, air (Massenet) M. Beuohear, ténor. 9. M. Le Daim, imitateur. 10. M. Paul Guyot, Polin.

3« PARTIE. Les 17 jours d'un Réserviste, comédie.

Orchestre. Distribution de l'Arbre de Noël.

Le piano d'accompagnement sera tenu par Mme Scouarnec. Entrée rue Toullier. Ouverture des portes pour les veuves ou personnes accompagnant les orphelins, 13 heures 45 pour les porteurs de cartes d'invitation ou cartes d'adhérents à l'U. N. C., 14 heures. Ces cartes seront exigées à l'entrée.

Vu la longueur du programme, la séance commencera à 14 h. 30 très précises. Les personnes qui souffrent d'eczéma depuis des années peuvent recouvrer un sommeil paisible en employant la Pommade Cadum qui arrête instantanément les démangeaisons, Bien des souffrances sont évitées en employant à temps la Pommade Cadum contre l'eczéma, tes boutons, dartres, gale, éruptions, écorchures, hémorroïdes, urticaire, croûtes, coupures. SYNDICATS & SOCIÉTÉS La Celée Harmonique. Tous les membres actifs de la Gelée Hanmyni<ruo sont priés d'assis <«r i ta réunion oui a lieu su elège social, 7 rue iL à sa h. 30. Les membres actifs clisponltiles à partir de 5 heures sont priés de bien vouloir venir au slèje monter l'Arbre de Noël. Union National de Défense Profïejwhxs LES CHEMINOTS. On nous communique î'ordro du jeur suivant

Afin d'examiner la situation <iul serait créée au moyen et au petit personnel dos Cix'mins -le fer dans l'application du projet que les Réseaux Iroposent pour le réajustement il?s salaiers ts membres de l'Union Nationilo Il'1 lirouiw de Fennes réunis le M novembre 19W la )la-:0 n-.x Tolles, ont adopté à l'unanimité, l'ordre du joor suivant

Considérant que le mini ne wronim nf<resalre à l'existence des travailleurs est de S.lsOo a 1 exivtenco des travailleurs est Co +:o plus 720 = 4 ££O; « Que les compléments de fraiteraent offerts p.r lo projet des Réseaux se irad.issnt en icol.tô par une augmentation do if» fran.-s pr.ur 3SN j. us 75O=4.M0 do ressources -Ojt 0 10" et 9.7S0 liwr 45.000 de traitement .soit O.S16: «'«st--i-«lire des majorations 20 fols plus fortes pour oes traitements qui ne sont que 10 fois plus élevés. « Déciarant no pouvoir accepter Las chiffres insuffisants prévus pour le çpetit irersonnel sur qui le coût do la vie pèse en raison inverse de ses ressources.

« Insistent très viwment pour que notre organisation soit appelée à discuter avec les réseaux l'échelle établie sur la base (le 6.C00 francs et qui accorde A tout le personnel une augmentation presque unfïorme pour faire face au coût de la vie qui est sensiblement égale pour tous. » Le'secrctalrc généraL Lo Président LE CBFVHUER. E. FORESTIER.

Conseil de guerre de la 10* Région Voie» de faite envert un supérieur '̃"̃̃̃ et port d'arme prohibé

Le 24 octobre dernier. le soldat de? 2, classe René Hervé, appartenant au 2* régiment d'inf. coloniale, 1'r bataillon, se trouvait campé à Gaël (Morbihan), revenant des manœuvras du camp de Coétquidan.

Au cours du lu soirée. pris de boisson, le soldat Hervé causa du scandale dans un café. On dut avoir recours à la patrouille qui le conduisit en prison. après avoir eu le soin de le ligoter.

Quelques instants après, le caporal de garde étant venu dans les locaux disciplinaires, voir le prisonnier, ce dernier saisit un couteau à cran d'arrêt, l'ouvrit et se préoipita sur le caporal. Fort heureusement, le caporal put faire dévier l'arme et maitrisa le soldat Herrâ jusqu'à l'arrivée de ses camarades. Les renseignements recuelllls sur Ilacousé ne sont pas mauvais. Il n'a jamais été condamné. Après réquisitoire de M. le' Commissaire du Gouvernement et brillante plaidoirie de MI Bougerie, le soldat Hervé est condamné à 2 mois de pjjson avec sursis.. Une rixe sanglante dans un café

Le 12 novembre dernier, le soldat <ie 2« classe Antoine-Marie Bouohard, appartenant au 2" R. 1. C. en garnison à Landerneau. se trouvait dans un café de la place des QuatrePompes à Landerneau, en compagnie d'un de ses camarades. Maintes bouteilles furent absorbées. Le soldat Bouchard qui semblait dans un état de neevosité extrême chercha soudain querelle A son compagnon et, sans aucuu motif sérieux, sortit son couteau et en planta la lame dans le dos de son camarade.

La capote et la chemise de la victime furent inondées de sang.

Le blessé fut transporté à l'infirmerie ou il reçut les soins que nécessitait son état. Les renseignements recueillis sur l'accusé sont loin d'être bons.

A,prés le réquisitoire de M. le Commissaire du Gouvernement et l'éloquente plaidoirie de M* Germon, Bouchard est condamné à 6 mois de prison.

Insoumission

Le soldat Eugènê'Maria Le Roy, jeune soldat de la classe 1924, du recrutement de Brest, versé au 48° régiment d'infanterie Guingamp. comparait devant le Conseil de guerre pour insoumission en temps de paix. Le soldat Le Roy, natif de Saint-Frégant (Finistère), ne connaît pas un mot de français et l'on doit avoir recours à un interprète.

Domestique de ferme. Le Roy ne se présenta pas au Conseil de révision de Plabennec et fut inscrit comme bon pour le service nrmé.

Le Roy déclare en breton qu'il ne savait pas qu'il avait été avisé par sa feuille d'appel. La bonne foi de l'accusé semble bien établie. Aussi le réquisitoire de M. le Com- missaire du Gouvernement est-il des plns modérés. t Après une habile plaidoirie de Me Durand. "i le soldat Le Roy est acquitté. ETRENNES A BON MARCHÉ ̃ SI vous voulez avoir des étrennes pour rien l'an prochain

Consultez la dernière page de l'Ouest-

Eclair du 25.

MATINÉES 6- SOIRÉES Omnia-Pathe. Noos offrons o notre clientèle L'Aventurier. L'coiivre d'Alfred Caç>us, si célèbre aujourd'hui a Sa setae. obtien* au cMna un suocès <i«el;>lr. OEuvre prorcm<l*im«vt vraie et Imroifcne, «mpreinte à la fois diuno bauta moralMé et d'ii.nu ironie cUisrtatt*, et: charme par san Intrlgue slnwk\ naturelle et pulasamle. L'.n.tftnpretalkin. eonlleo Il Jean. Amyrlo. Dcwufiourir. Mme Unrysis, etc.. est absolumeivt supérieure, et remarquait» Il tous point» de vw. Quant à H mise en srfcne, la réalisai '.on tort dtffldta été efrwtiié« awec \me> maîtrise parfaite; 1« scène» tournées en Afrique iv-tanmn?nt £Or.tpensons iu'< ce fi^in de de TesarK rxançaià le i-.a.î our c=: i:s <:i>3 V'Iei Le Vert-Galant, Pathé-Iicvuc, Patlié-Jounuii <̃* un amusant coanKni« Tins petits femme tenace. composant Un programme d'une ternie lTr*prochable. px.:râmement Iritéreisaot et convenant parfiltemeoi; aux forolllcs.

Voir la $ëte en C page.

VINS ROU6E extra BLANC moelleux VINS Prix sur demanda Albert LAND£, Vins, BENNES |T^;

BISCUITS BONBONS

CHOCOLATS

NOUGATS LE MEILLEUR MARCHÉ DE TOUT RENNE* 18, Rue de IViilim! 18 cédé iL LOUAZEL Armand, le Préfet d'Ille-et-Vtlalne a arrêté que NI. LOUAZEL Alfred, boucher à Mtntac-Morvan est autorisé iL établir et à explol. ter dana cette localité, une tuerie particulier» d'animaux de boucherie, sous réserve des prescriptions en vigueur.

cesseur de '.NI. LESAULMER Hippolyte. le Préfet d'Ille-et-Vilaine a arrété que M. HUBERT Eugène, boucher !i Mintae-Morvan. est autorisé 4 établir et à exploiter dans cette localité, une tue.rie particulière d'animaux de boucherie, sous r*> serve des prescription* en vigueur,

M AISON MMELE Chaussures 10, Rue de Toulouse 2, Rue Rallier (près le Bazar) RENNES Nos SERIES pour DAMES et MESSIEURS à 39. 49. 59 fr. sont INCOMPARABLES

ACTUELLEMENT SUPERBES PRIMES


NOËL ETRENNES

l\ VrFleuse où vous trouverez tout ce qui concerne

BONNETERIE CHEMISERIE GANTERIE

ARTICLES DE LUXE SPÉCIALITÉS POUR LES TOUT PETITS Vous suez sûrs de faire des heureux 1

LAINAGES DU DOCTEUR RASUREL

UNE FOURRURE! Voilà le CADEAU rêvé par une

FEMME ÉLÉGANTE, surtout quand il sort des Grands Magasins

de L'

Place du Palais, RENNES

RENNES | J. GOSME, Place de la Mairie j EXPOSITION permanente des articles pour etrennes en Lingerie haute nou- veauté. Mouchoirs fantaisie, Linge de table, Linge de maison, Jolis articles ji pour enfants. R.C.4380

MAGASINS MODERNES n. C. !il R. C. Seine visiter notre EXPOSITION

JOUETS VOIR NOS ARTICLES SPECIAUX POUR CADEAUX A TOUS NOS RAYONS Il sera offert du 20 Décembre au 5 Janvier un chiffre en argent pour tout achat de Maroquin2rie TOUS LES JEUDIS CINEMA DE 15 HEURES A 18 HEURES

LIVRAISONS PAR AUTOMOBILES DANS TOUTE LA RÉGION

̃̃«̃•̃«̃•̃̃̃•••̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃"̃̃̃•"̃"̃"̃̃•̃•̃"««u I Aux Frères Provençaux! CONFISERIE ARTICLES DE NOËL g SABOTS BUCHES CHOCOLATS} ivâLwT-iaLXsrans ^imimiMiiHUMiiiiiiii'"»1»""1'11*1*11111*

Pour vos Cadeaux, Etrennes Chez FORTIN. bijoutier RENNES niR (l'Kstrees. RENNES

FOURNITURES POUR MODES, DEUILI REPARATIONS

MANÎEZ-CORIOU 1, Rue d'Oriéans, 1 RENNES

PRIX TRÈS MODÉRÉS

̃-A.U. COIN de RXJE| 7, Place de Bretagne 37, Rue de La Chaïotais RENNES À rOCCasi'On des Étrennes 10 Q/° d'Escompte GRAND CHOIX D'ARTICLES POUR ÉTRENNES TISSUS, SOIERIES, NOUVEAUTÉS, CONFECTIONS, BONNETERIE, FOURRURES, LINGERIE, TO!LES, LITERIE

CADEAUX préférés ymjm JBOKNETERIELEPERDÏÏ LE PLUS GRAND CHOIX au de soie, Sweaters nouveauté.^ m Sous-Vitem", Echarpes soir. Gilsts^ W. Confections pour poupées W/. RENNES Rmo Loperdlt RENNE Sp,^

Chemiserie Moderne I 6, Rue Lafayette RENNES Le plus beau Choix d'ETRENNES UTILES 111

La premiire Maison de la Région comme choix et comme prix

Le plus beau choix en SOLITAIRES DIAMANTS montés platine Saphirs, Emeraudes, Perles Chronomètres et Chrcnographes de précision, sonneries répétitions. Sujets marbres signés importés d'Italie Dernières Noîiveaatés en Bracekis-Montrss piatice avec brillants, or, plaqués or, arginï, qualités garantes.

BONNETERIE MARCHERAS REMUES, 22, Rue Vcsselot, 22, RENNES A l'occasion des Fêies

De COSTUMES GARQONKETS (unis et rinnes), de 2 à li ans. c:i beau jersey laine, toutes nuances (UN SEUL PRIX;. Valeur réelle 30 fr., SACRIFIÉS A 15 fr. Nous ne entignons pas la concurrence et nous le prouvons (Voir nos étalages). Entrée absolument libre

CONTINUATION DU

Soleil des Jouets Jusqu'au Ier janvier chez

G. GUÉGAND Fils

Angle des Boulevard, Magenta et de la Liberté RENNES En Jrnvier, réception des DERNIÈRES NOUVEAUTES EN VOITURES D'ENFANTS Ainsi que la dernière création des CYCLES A. THOMANN ET HURTU. NOS MODELES ET NOS PRIX!

MOTOS B.S.A., SOYER, D.F.R.

CYCLES B.S.A., NOVELTY A coudre Pfaff, Ossa, White, Politype cordonnerie Claës sellerie-

Vve BERNARD-GODIN et FILS Mécanidea-SpÉdaliste

38, rue de la Visitation 9, rue Bertrand RENNES

INCROYABLE

BONNETERIE RENNAISE

12' Rue Saiut-Melaine. lî HlJllliEia (Près la place Hoche) BAS iersfiv pure laine, couture 10.50, 12.50. 14.50.

CHAUSSETTES ctinëes, pure la,ne G.50, 7. 7.50.

LES PLUS BAS PRIX

LE PLUS BEAU CHOIX DE CRAVATES CACHE-COLS & ECHAPPES

A L'OCCASION des ETRENNES Le Fabricant Albert REHAULT

10 °|0 d'Escompte sur toutes les Marchandises

MEUBLES et uterie Livraisons 'rance. ICI. 0-58

Le Cadeau le plus apprécié cette

année sera une

GRAVURE

de chez

C. BRI AND

23, Place Sainte-Anne RENNES lotit décoration intérieure

CHAUSSURES ^ALES LA MAISON J. LORÉE 13, R«e do Pré-Botté RENNES offre ;'¡ sa Clientèle l'occasion

des Etrennes

10 °|o d'Escompte sur tout article de rayon

SUPERBES CALENDRIERS CADEAUX DOUBLES TIMBRES

Papeterie-Bibliothèque de TOMesl-Eclair^ A L'OCCASION DE NOEL. & DU JOUR DE L'AU Grand Choix d'Articles pour Cadeaux GARNITURES DE BUREAUX, PAPIER A LETTRES FANTAISIE. Bel assortiment de PORTE-MINES et PORTE-PLUME RESERVOIR de toutes marques. Articles riches et ordimaires. ALBUMS D'IMAGES pour Enfants, LIVRES D'ETRENNES

Le cadeau utile pour tous LAROUSSE UNIVERSEL en 2 volumes reliés. Tous les ouvrages de la Collection in-4° LAROUSSE, GEOGRAPHIE, LITTÉRATURE, SCIENCES ET HISTOIRE

T'LWRIJNÉ DIOR

E. HERSANT

9, Rue de Nemours. 9 RENNES Bijouterie Orfèvrerie Horlogerie Couverts de Marque Coutellerie Très foemi choix il(, Bijoux or

V nos étalages de Garnitures de cheminée DIMANCHE PROCHAIN

EXPOSITION

QUELLE MEILLEURE SURPRISE à faire à un être qui vous est cher ? UN PORTRAIT D'AIT 5i9Hé G. MENANT

Photographe de Paris

Anc. Maison MEN7.IL. 6. rue Beaumanoir

Reproductions, Agrandissements, Pastel» Encadrement$, Spécialité de MarqueHrte


^«.Soub D'ACTEBO». Selon sa bonne habitude, 1a snÊipalhique troune d'artistes de la T. A. donnera «pte année encore uno veillée de Noëd pour ses ajnis de l'Œuvre. Les portes ouvriront à 8 h. 30 Au programme deux gentilles comédies et une pastorale dé Noël avec un choeur final par la Chorale de l'Œuvre. L'orchestre prêtera son concours. Retenir ses places à l'avance.

PROGRAMME EXCELSIOR. Du vendredi 19 au jeudi SB Semaine de Grand Gala. i' Le Tour de Francs par deux Enfants IY et dernier épisode Le Naufrage ••• Parle qul dort, le Rayon Plabollqu», Comédle originale. Ce film a été réa lise par M. René Clair, auteur de scénario. Il a fait appel pour l'interpréter aux meilleurs artiste Le rôle principal est vécu par Henri RoDant entouré de Madeleine Rodrigue. Myle jfeller et de -VU. Marcel t'allée, Préjean. Staquet. Maitenelli et Pré Fils. Les vues son prises sur la Tour Eiffel clans les rues de Paris et dans les décors d'Indre Foy. Et 3' le plus grand succès de l'écran L'Arriviste, le plus célèbre roman de Féllcl'n Champsaur le fécond et populaire auteur français Réalisation à l'écran par André Huron. à pi Ton doit tant de beaux films. Une interprétation femarquable sert l'œuvre <l" Félicien Ohampsaur. Aenrt vîn?ii?- nn,P,tle M'1dflit>- Pierre ntanchf-r. Jeanne îto^SS' Dall2V' Jean d'Yd. Camille Bert. CharMer, etc. Rien que du fllm français.

Patronage Saint-Hêukr. m. boulcvnr,! T.aënncr Ln Ciraanrhp 9R décembre. 16 h. S5 riaj*?rn sur l'écran )p eélerre flim comique en 3 part'c* Lut, marin maigre lui. iAvec cette merveille du cinéma Il est permis de compter sur un public nombreux qui sanra dr plus apprécier les artistes du Groune théAtral dans la deuxième repré? entât ion de la Kouvtttc bonne, comédie en 1 acte de chanot

Les billets seront en venfe à nart;r dn jeudi chez les dépositaires aux prix ordinaire;. La salle sera chauffée.

AU première K-n.lne L'Hérltitr d'un YrCno ou la liï£?£ «••» Habsbourg. o dr.mo d'autant plus poignant qu'il fut vécu a été tourné à Schonbrunn adaptation mustcaie.

u^^ BiL AUX TJCES- y°us rappelons <tu5 Ost. .S™' en matinée, à u h. :r, qu'aura lieu aux Lices, le bal organis:- nar la Fraternelle MusYal? âj a-casion de Noël, nnnvs .'nrifnr.es et nioierneF. Jaiz-Band. Buvette. Entrée uilq;:c Une tenue correcte srr.t de ri<ru'i:r. Jb! Vmjtr- m No«- tontfs.c.iuces. vous nn ̃̃"HSZOSJ1 nos < <•* selr que seront étonnées, en attendant la rocs» de minuit tes ««usantes Trltoitvtions «l'un Tfmoin.

'«i5rîn5 pièce. en trois actes d'un fornique IrrpsteMble fera les délices des crawls ei des petit-; et nous ne pensons yas rru'i1 puisse être .:Onn* .vaux femmes rennaises de pa«s?r une meilleure Les personnage évolueront en costumes de !5SC* toujours gracieux dans leur originalité spéciste, eues acteurs, eux-mêmes originaux dans leur le» ontieajlront dans teurs compositions très dlffé^ rentes. ,le meiiieur succès.

-lie spectacle commencera à s b. 30 précises ^l sera, croyons-nous, possible do so procure» cartes la permanence de l'Œuvre, mais pour re. cs»st-a-dire a 8 heures.

chantée p»r les messe -s-en* du P-dtronaç». aura lieu dans la cnap-^lie do l'Œuvre.

Toutes les Umillcs amines, si nomireure-; soicnlelaes, sont. Invitées il !¿ Teillee et a la messe elr«ineinv.

BECEXSEÎ1E.NT DES PIGEONS-VOYAGEURS. Tous les éleveurs isolés et les sociétôs colombophiles sout informés que la déxaaration de leurs pipeons-voya^eurs doit 'être faite à la Mairie (Sa bureauj avant le 1" jMwier. 1925, et que cette déclaration doit oonapprter le nombre de colombiers, le nombue de mitreons-voyageurs et les directions ilans lesquelles ils sont entraînes.

Par définition, la TH. SCHNEIDER de BE. SAttçON est économique d'achat, s'usage et d'entretien.

ELECTIONS AI; TRIBUNAL DE COMMERCE DE PENNES Le Préfet d'Ille-ot-Vilaine a l'honneur de faire connailre aux électeurs oue ]<« nm-raiions élecorales qui ont eu lieu, le 14 décembre courant, en vue du renouvellement partiel du Tribunal de Commerce de Rennes, n'avant ;na (,r.>t!uit cte résultats. il sera procédé. le di:r::nche 28 décembre 1924. il un deuxième tour de scrutin pour l'élection. à la :najorité nclative, de trois ii'res titulaires rt de ut-ux juges suppléants.

Le vote aura lieu par canton, à la mairie du 'chef-lieu, sauf uour les cantons ci Rc;nes. nour lesauels les assemblées e;i-cicral"s .se tiendront à la Halle aux Toiles Tue Clia3a»s). au scrutin de mais par i!os scrutins distincts. rorresiHindant chacun il la naJure du niaiKlit. (.'cst-ii-dlro au -ioyen de bulletins donosé', de., urnes Le scruta n ouvrira à 10 heures et sera clos Ifi linire*

Ces véritables ÉTRENNES DES MÉNAGÈRES

-A l'occasion des fêtes, les Etablissements h&VILLY attirent votre attenti(>n sur leur l)oucherte des Halles Sainte-Anne, où ils vendent des viandes congelées de toite première qualité il des prix exxeiitionneis. spécialité de gigots et de morceaux de cho: x.

ETAT-CIVIL DE RENNCS

Ti déccmbi'e. Albert llabouiii. rue de la Parclreminerie. 7: Paulette Texicr tauliours de Nantes. 41; Isabelle Travers. -j- i*ancine iBarol, rue :s*iat-L-ouis. 11: Madeleine Jolie, rire de Roion. 12: Christiane Lebreton, rue dn Maîl. 70.

DÉCÈS

8S déeembre. Pierre Uerouin. 10 mois, rue RiChard-Lenolr. 27: Eulallo TouzatU s. <p- c*libatalre. 74 an», fîaleiles iM*ret, 2: Jo»pn Le Ny, emPloyé aux chemlns do fer. dirojee. *S ans. HôtelDieu.

Convois mortualrss

du mercredi 21 décembre DU.

8 heures M. Bcrtir.. l'il') co :Vantes. 3i; ég1. Toussaints; ciniitjére de C-uignen.

8 heures Mme Vuémerais. faubourc Sain!-Ma- lo. 34; éffl. Saiaî-E'iecm: cimetière du Nord. 8 heure s: 11. Uuiay, Pontohaillou; ciir.etière du Nord.

10 heures M. Tliéaud. rue GeorKcs-Sanl, 9. éal. Notre-Kaïuo: cimetière du Nnrtl.

10 heures M. Navsult. rue Denis-Pspln. égl. Saint-Sauveur: cimetière du Nard.

2 heures Enfint Dcrouin. rue RU'-liard-Lenoir S7: étfliee Notre-Dame: cimetière <ju Nord. S h. 30 M. Le Ny. Hôtel-Dieu cimetière, da l'Est.

Janzé

VOL D'UN PARDESSUS. Le 20 décembre, danp .l'après-midi. M. Jean Bouyaux. flirù de 31 ans, expert, demeurant place de la Répu blique à Janze, se rendit en automobile Essé, en compagnie de M. Montgerniont, se- crétaire de mairie à Janzé, pour taire une partie de chasse.

"•̃ !̃ f- de la PiMèrq, où Il laissa son auto après avoir étendu son pardessus sur le capot de la voiture. A son retour quelle ne fut pas f-a surpris Qe constater que son pardessus nvnit disparu.

Une enqu'')e fut faite le lendemain par la gendarmerie. Elle permit de découvrir le voleur.

C'est un nommé Albert Martin, âgé de 29 ans, domestique de ferme, sans domicile fixe.

LA GENDARMERIE

FAIT UNE BONNE CAPTURE La cendorinerie de Vitré vient de faire une bonne capture en la personne d'Isidore Hardy. 41 ans. originaire de Saint-Herblon. dnmestioue de ferme à ses heures, so»s mandat d'arrêt des Parquets de Rennes et de Vitré. Dour abus de confiance et Voici les circonstances dans lesquelles cette arrestation a été ovérée.

Le 8 décambre courant, un individu se naceait comme domestique moyennant 100 francs par mois, chez M. Louaisil, cultivater ù la Rninclière en Cornillé. Avant de rrendre son service. il demanda, l'autorisation d'aller chercher ses effets et plia scn patron dp. venir avec sa voiture les ijiondre dans une auborce située à Châtenubaurg, prè;. de la passerelle de la voie ""rrée. M. Louaisil s'v rendit. Le domestique rit charger une lourda maile, un sac d'effets *t u»e bicyclette à neu urès neuve.

Le Indcmain. le cultivateur lui demanda ses Dariei's. « Ils sont. dans ma malle •, réDondit-il demain. je vous les montrerai. Ce jour-là. il annonca qu'il allait les chercher et il ne rentra à Brnncliére qu'il 7 heures du matin. le 11 décembre. Après Sivolr pris un café. il disparut. M. Louaisil, é:orné, iip :;cs allures étraînvs cm. l'idée de se rtndre le local où le domestique couchait et avant ouvert une armoire il s,aperçu,t au'elle contenait une grande quantité de liusre et d'effets d'habWlement.. rouillés et jrlateés.' comme s'ils venaient d'être enlevés d'un séchoir Pris de soupçons, ii avisa aussitôt la Gendarmerie de Vitré.

Les cendarmes Feajsard et Cornillet se rendircnt la Brunétière pour y procéder à uuc cmi'.utfi et. purent faire l'inventaire du sinr"; îlnjrc-rie que possédait le domestiqn. •̃ :;̃ ;it notamment des c! ei. -ses et. de! c;o't. dr> femmes, des flanelles, des mouchoirs..1(' (tamises <l'licvnm<\ -etc. Tout ce linee orovenait, le doute n'etait point permis, de vols. Le domesticue. qui n'était autre que le sieur Hardv. eut la malencontreuse idée de revenir h Li Brunelièrfi où il fut immédiatement cueilli ncr le chef de brigade fallodé et.le cenùarme Cornillet. Il venait, dit-il, de Cesson et comptait recartir dans la soirée acet ses bacaœs et sa bicyclette.

Divers obiets ont déià été reconnus et remis à leurs propriétaires Mme Berthois et Mlle Travers, toutes deux de Torcé. Les victimes des autres vols ne tarderont certainement nas il être connues.

Ouant à la bicyclette, Hardy l'avait achetée moyennant la somme de 300 francs, M. BolTccs. mécanicien à Chantepi/e. Il avait déclaré au marchand qu'il allait immédiatement. avec sa bicyclette, se rendre iL Rennes, pour cliej*cher la somme nécessaire au paiement de la bécane. Naturellement M. Bources ne le rovit point. Hardv a déjà subi rlusieurs condamnations. Il a été écroué à la maison ¡¡'arrêt de Vitré.

LA JEUNE EMPOISONNEUSE A L'INSTRUCTION

-Ni. Duelos. le distingué juge d'instruction, ?. eu hier une journée bien remplie..11 a procédé à l'interrogatoire oe la jeune C. prévenue, comme nous l'avons annoncé, de tentative d'empoisonnement sur la personne de son père, charron au bourg de Montreuiides-Landes puis à l'audition de ce dernier et enfin de la mère de la jeune fille, Nous ignorons le résultat de ces divers interrogatoires, mais nous croyons toutefois pouvoir dire que chacune des parties reste sur ses positions.

La jeune fllie prétend au'elle a agi de son plein gré et n'a été poussée par personne à 1 cette tentative criminelle. Il a été impossible au magistrat instructeur de la faire revenir sur ses déclarations.

Le père est d'un avis tout dl.Tirent et ne peut croire que sa fille a'ait pas agi sous l'influence d'une tierce personne. Quant à la mère, elle semble se ranger à l'avis de sa fille.

M. Duelos parviendra, nous n'en doutons pas. A lircr au clair cette affaire qui reste entourée d'un profond mystère

A la Société d'Instruction Populaire Une conférence sur l'Océan

C'est Ufvjint une très nombi'ciu-e assistance que M. Prtiteau, professeur d'histoire ;u Colîèg<? des ftirçc-hs de Vitré, a prononcé, dimanche après-midi, en la salle des séances dc la Société d'Instrucbion publique, sa. confércnce sur l'Océan.

L'Océan Nul n'était plus qualifié qu2 M Petiieau pour traiter ce sujet aussi vaste qv.i captivant. Dix aiuiées de marine lui ont appris à connaître la mer, à l'aimer, car lorsqu'on la connaît, on l'aime, et il reste •ouiours comme un regret de l'avoir quittée Les vieux loups de mer qui ont bowlinyvé sous toutes les latitudes ne descendent-ils pas encore, îmi soir de leur vie, au bord du rivage comme attira par la chanson berceuso des vagues venant doucement expirer sur le sable ou par leur sarabande infernale quand ̃'Iles montent à l'assaut des falaises, menaçait de tout emporter

L'apparition de la vie dams 12s mers primitives, la vie des Océano et dans les Océans, K'1 fut le thème fort intéressaint de la pramière partie de cetle conférence, thème magistralement développé et dans une forme littéraire impeccable.

Puis, abandonnint le domaine purement scientifique, l'orateur s'élève et donnant libre cc:rs il son imagination fertile, à sa vive sensibilité, nous dit la poésie de la Mer. Ecoutons-!(,

« De la Scandinavie glacée ou de la soinlue Islande, chassés de leur terre marâtre par des dieux bienveillants, bravant les terribles colères de la mer du Nord, le vent âpre et le brouillard amer, indifférents aux mors;:res du froid, hantés seulement par leur v'.oiix rêve anceslral et familier, les Vikings, si, leurs barques légères, cherchent par deli lYtendue vide, les terres ensoleillées et merveilleuses où pousse la vigne et où, à chaque printemps, refleurit le cœur des roses. « Compagnon,; infatigables, volètent auikseus d'eux les grands oiseaux de mer avec | «int que l'espace immense et la faim qui les niird aux entrailles.

Et les guerriers roux au fond des DrakPars pour couvrir Ici clnnieurs de la mer l'i'iouse, hurlent en chœur, en %-denre, le 1 chant de mort du vieux LcdbroJ Jeté, ies yeux crevés, au fond d'une fosse pleine de serpents.

1 Voici maintenant 1a mer violette cernée

d'Iles de marbre où glisse, silencieux, le long cor.ège d'Amphitrite. et enfin, venue des rivages de la lointaine Asie, mystérieuse et jadis impénétrable, Aphrodite, l'Anddypmène née -de l'écume de la mer) suivie des Néréides, sur la mer tranquille, abordant aux rivaxes enchantés de Cythère, vêtue de l'or sr:lendide de ses cheveux. et Thétis, pensive dans une nuit bleue à demi-transparente sur le rocher fauve d'Athéné, doré par le soleil immortel de l'Iliade..

M. Petiteou est un historien doublé d'un poète.

Sa conférence fut chaleureusement applaudie et lui valut de vives félicitations. Des artistes amateurs interprétèrent ensuite pour la plus grande joie de l'assistance, une ilne comédie de Max Maurey, Monsieur le Directeur. Ils ont droit à tous les éloges, ainsi d'ailleurs que les excellents exécutants (!•: l'Orchestre symphonique qui, suivant l'usî«rc, prêtaient leur concours si apprécié à cette charmante séance.

Le dimanche 10 janvier,' à 5 heures, con. térence de M. G. Garreau, maire de Vitré, sur l'affaire Lafargc.

AUJOURD'HUI. A 8 h. 30 précises, au i-'vjgné Palace Cinéma. Jocelyn, de Lamartinc. Demain, en matinée et en soirée', même spectacle.

CHEZ LES A. E. DE L'ECOLE DE FILLES. 1:'assemblée générale de l'Association des Anciennes Elèves de l'Ecole publique de fil* jps a eu lieu dimanche dernier. Après avoir entendu le compte rendu moral et flnanci<>r h's sociétHires soumirent leurs projets de fA. tes et promcnades pour 1923. On procéda ensuite à l'éléction du comité.

NOËL DANS NOS EGLISES. Voici le programme musical qui sera exécuté dans les aiverses paroisses de '.a ville à l'occasion de m fêle de Noël.

A NOTRE dame. L'Harmonie Notre-Dame se fera en.endre. Au programme, entrée': Marche du Sacre du Prophète, Meyerbeer- Offertoire tfarch* des Rois. Bizet, transcription de G. Parés: Sortie: Condc, allegro, G. Wettgc. Ps-aetk-: A la messe de minuit et à la prand messe. Messe d'Henri Nibelle, voix il hommes. Cantate de de René Quignard. Aux vêpres: Psaumes de Pcrruchot; au Saiut: Atleate fidèles, Tantum crgo de Hayn. A sainte-croix. A 1a messe de minuit: Mlcluw, de Cadicr; Messe à 2 voix de l'abbé Goupil; Offertoire: Puer natus de Dom -Pothier; A ocls au village, chants variés en français de p. de la Tombellc.

A la grand'messe. répétition de la messe do minuit. Sortie: Noël! Vivat! chœur à 2 VOIX.

Vêpres à 3 heures: Faux bourdons de Porruchot; cantate: Les Mages a Bethléem; sermon, Salut 2 voix de la Tombelle et Pii-iol. A saint-Martin. Kyrie et Gloria, de' la messe solennelle de D. Canestrari. Offertoire: lfodle Christus nalus est. dé C.-A. Collin,Sanctus de l'abbé Agnus Dei, de Oscar Van Durm. \oêls en français.

Au salut.: Adcste fidèles, accompagnemen; de M I'abhé Lcpage; 0 magnum mrlsterium, de loibe Boyer; Tantum ergo, de H. Puyo. POUR LA DEFENSE DES LIBERTES HELIGIEUSES. Le 21 décembre, sous la présidence de Ni. le Maire et de M. le chanoine Fesneh, assistés de M. Rubin, curé auxiliaire, quatre cents hommes ont acclamé le programme de l'Union catholique.' que leur ont exposé des conférenciers délégués par la Jeunesse Catholique.

Des adhésions très nombreuses ont été recueillies à liisue de la réunion qui s'est tenue dans la mn^nifique salle du patronage.

TRIBUNAL CORRECTIONNEL Coups. François Connault, originaire de I,andéan, 39 ans, carrier. en pension rue de Savigny, étant en état d'ivrcsse, le 7 décembre, fit d3s saletés à la. porte de Mme Champ, née Brunet, rue de Rillé.

Celle-ci, mécontent, lui fit des observations accompagnées de coups de balai. Mal lui en prit, car Conncult attrapa une grosse pierre qu'il lui lança il 1a tète, lui faisant une plaie profonde.

Le Tribunal se montre indulgant, en raison des coups provocateurs, et condamna Connault à 15 jours de prison et aux dépens. UNE AUTO DANS UNE TRANCHÉE. Lun. di soir, vers 8 h. 30, M. Variéras, chiffonnier rue des Fontaines, rentrait en auto de Riennes, quand au détour de la rue du Château, près de l'école de garçons, son auto tomba dans une tranchée qui n'était pas éclairée. Il ne s'est heureusement pas hlessé, mais l'auto a subi-de sérieux dommages. Saint Aubin du-Cormier

UNE COLLISION. Une collision s'est pro- duite le 19 décembre, rue de la Garenne. entre le tamion-aufo de 5IM. Deleurme et Prime, négociants en faïence, rue de Verdun, à Fougères, et la voiture de M. Thomas, marchand de beurre et œufs.

Les dégâts sont purement matériels; il n'y a pas eu d'accident de personnes.

Louvigné-du-Désert

CINEMA DES FAMILTI&. Aujourd'hui 2i décembre, il. 8 heures 30 du soir, dans la salle du Patronage de Jovence. aura lieu une séance de cinéma.

Programme comique. Belle humeur, Joyeux troubadour: comédie dramatique, La petite marchande de fleurs, grand film en couleurs comiiruc, Ycr-t-Dcbout s'entraîne comique Teddy mange sa soupe.

La salle sera chauffée.

A LA COUR D'APPEL DE RENNES MouUlage de lait à la Chapelle-Poireau. Le 24 septembre, deux cultivatrices, Mme Pcrrine Lhopila!, veuve Ménard, 71 ans. et sa sœur, Mme Marie Lhopital, veuve Dêruel, 69 ans, furent condamnées respectivement h 25 francs et !Où francs d'amende pour mouilla ge de lait à 10%.

Les faits sont reconnus par les prévenues qui, d'ailleurs, ont une bonne réputation. Pour le principe, M. l'avocat général Dorlhao demande une peine de prison. mitigée de sursls IL cause du grand ago des prévcnues et de leur passé honorable.

La Cour condnmne Mme veuve Ménard à 8 Jours de prison avec sursis et 100 franc* d'nmende. Mme veuve Déruol IL 15 jours de prison avec sursis et 300 francs d'amende. En outre, la Cour ordonne des insertions dans VlUc-et-Vilaine et le Nouvelliste de Bretagne, ainsi que l'affichage.

Bain-de-Bretagne

CHIEN ENRAGE. Le 20 décembre, vers 9 heures, M. Jean Favreau, de Clalrebaudière, en Bnin, eut son attention attirée par las aboiements de ses chiens dans la cour de la ferme. Il s'aperçut alors qu'un chien suspect roulait et mordait les -siens; s'armant d'un fusil. Ni. Favreau nbalti', l'animal dont il porta la dépouille chez M. Heurtin, vétérinaire. L'autopsie pratiquée permit de reconnaître quc le chien suspect était enragé.

Ce chien appartenait à Ni. Isidore Piel. marchand de porcs à la Vijnc, en Lassy. Il avait quit'.é le domicile de son maître dsnuis le 1b décembre. M. Piel avait fait la déclaration d'usage à la mairie.

L'AFFAIRE DU PRIEURÉ Georgette Misery confrontée avec la police spéciale

On se souvient que Georgette Hüsery, fem me PassaJ. avait déclaré au cours de bon dernier interrogatoire qu'elle avait refusé, le soir du 2-5 septembre, d'ouvrir aux policier le Castel du Prieuré, purec que la somumtkui lui avait été aiasi faite Au nom de la Loi, Gisèle, ouvrez

Affolée, avait-elle dit, par la présence de la police et par ce nom de Gisèle qu'elle. ento:ilait pour la première fois, elle s'était réfugr;o dans une des pièces du Castel, où M. ?:li\vab, commissaire spécial, qu'accompagnaient M. Thomas, son inspecteur, et deux inspecteurs de la Sûreté générale, allaient la retrouver.

.est pour la faire préciser ce point que M. Boucly, juge d'instruction, a tenu hier à interroger de nouveau Georgette Misery. Assistée de son défenseur, Me Marjot des i.os, la femme Passa! a dû comprendre ou'clle s'était fourvoyée en mêlant Gisèle de Gisors, dont elle avait prétendu ignorer l'existence.- à l'intervention de la police au Aussi s'est-elle montrée beaucoup moins affirmative au début de son interrogatoire pour déclarer ensuite qu'elle ne se souvenait plus exactement et qu'elle avait dû faire erreur en parlant de Gisèle.

Malgré ces déclarations nouvelles, le juge d'instruction a tenu à préciser exactemer,t comment s'étnit produite l'intervention de ia police au Castel.

Georgette Misery est donc revenue dans !i'lirès-midi l'instruction pour être confrontée avec M. Schwab, commissaire spéciii!.

y. Schwab a fait le récit détaillé de ce qui s'était passé dans ':& soirée du 2i septembre au Prieuré, peu après l'arrestation du marquis à Dinard, et il a déclaré qu'il n'avait pa dire en faisant ses sommations « Au nom de la Loi, ouvrez Gisèle 1

.NI. Schwab, en effet, ignorait alors, sinon l'oxistenca de la marquise, du moins le nom d9 Gisèle de Gisors, qu'elle ne prit d'ailleurs pas à Dinard.

Et Georgette Misery a dù reconnaître qu'elle s'était trompée. Elle a été ensuite coa'routée avec l'inspecteur Thomas qui suivait l'affaire depuis déjà, quarante-huit heures. Ce fut. en effet, M. Thomas qui fit la première enquête sur l'existence que menait alors Passai au Castel du Prieuré, en compagnie t) une « jolis femme ainsi désignait-on à Dinard la brillante marquise niais, comme son chef, M. Thomas ignorait alors que la marquise s'était appelée précédemmer.t G;sele de Gisore.

Pour les veuves et Ses orphelins • des Terre-Neavas

MM. les Administrateurs des quartiers de Saint-Malo, Cancale et Dinan se sont réunis hier chez M. de Bolsmenu, président du Syn- i dicat des armatcurs, pour arrêter les coinp- tes de la souscription ouverte en faveur des veuves et orphelins de la dernière campagne de pêche à Terre-Neuve.

La souscription avait atteint 21.500 fr. à répartir à raison de 500 fr. par veuve et 200 fr. par orphelin, ce qui a laissé un reliquat de 1.200 Ir. déposé à la Banque Gilbert, soit un fonds permanent de secours, soit pour' créer une caisse de secours mu.tuels entre les marins'terreneuvas.

La répartition s'est faite ainsi

Quartier de Saint-Malo 9 veuves et 10 orphelins. 6.500 fr.

Quartier de Concale 6 veuves et 7 orphelins. 4.400 fr.

Quartier de Dinan 12 veuves et 17 orphelins, 9.400 fr.

Nous reviendrons prochainement sur le projet de création d'une caisse Je secours mutuels préconisée par M. l'Administrateur principal Boret, du quartier de Saint-Malo, appelée si on la réalise à rendre de nombreux services aux familles des marins de l'armement à Terre-Neuve.

FETE DE NOEL. La maîtrise de la cathédrale exécutera à la messe de minuit la Messe de Noël de F. de la Tombelle, avec accompagnement d'orchestre, et à l'Offertoire des fragments de l'Oratorio de Noël de C Saint-Saêïis. Noëls anciens et modernes. Au salut des vêpres Ave l'erunt, Mozart; O Xirqo blaria, abbé Brun; Adeste, Tidcles, traditionnel; Tantum ergo. Boël:mann. Dinard

LA FETE DE NOËL A L'EGLISE PAROISSIALE. La maîtrise paroissiale se fera entendre il la messe de ntinuit et y exécutera le programme suivant:

Minuit, Chrétiens, solo Mite Duval-Joign.ant et chœur à 3 voix mixtes. Messe en mi bémol de Théodore Dubo'is. A l'Offertoire: Hodic, Christus na!us est. c'c 5. Rousseau. Soli e\ choeur il. 3 voix mixtes: solistes Miles bavai- i Joignant et Badin. Perdant les messes basses: Adeste fid-'lcs, solo par Mlle Duval-Joignant et chœur il..¡, 4 voix mixtes, .fif gai Noël, Eymieu, cantiqur: à l'unisson. Noël dr Deslandris, solo par .Mlle Badin et chœur il 4 voix. Il est né le Divin Enfant, à i voix niixles. Il est minuit, Lacome. 2 voix égales. Dans celle étnhlc. fhor.il du xiii* siècle, it i vnix mixtes. L- Verbe s'eut fait chair, chœur final de la Rédemption de Gounod.

Le snir aux vêpres: Psaumes en faux bourdons. Au Salut du Saint-Sacrement: Lauda Sion, à 4 voix mixtes. Tota pulchra es, y,ï,rcello, à 2 voix égales. Tantum ergo, L. Boëllmann, solo par Mlle Duval-Joigna'nt e', chœur à 3 voix.

Dol-de-Bretagne

LA GYMNASTIQUE AU PATRONAGE STSAMSON. La séance dc gymnastique habituelle aura lieu au Patronage Saint-Samson, ce soir, à -'0 heures, pour les 'euneh gens au-dessus rie li ans.

FETE DE NOËL A LA CATHEDRALE. La maîtrise caroissiale, sous la direction (le M. Havard. se fera entendre ce soir, à la Messe de Minuit.' Au cours de l'office, les morceaux snivants seront interprétés La Cantate des Auqes, musique oc l'abbé Roulier Messe à 2 voix. de Bagand lieux Nous aurons le plaisir d'entendre Mme Guê-rln-Lhôtolipr A l'Offertoire et urinant la communion. L'orgue sera tenu tar Mlle Elisabeth Robert.

LE CROSS DES CINQ PROVINCES DE L'OUEST

Organisé par l'Ouest-Eclair avec le concours de la L.B.A.

50 ANNÉE 11 JANVIER 1925

Le 3e cruss des Cinq Provinces yui se .Imputait In li janvier 19-JJ Dattit tous les rt'uvùa U'cnRa^ements. sur Sii coureurs -lui si f.veu; inscrira, :>2 prirent le départ. Les jeu ics fcnimeiit un iot important «le 1;0 partants. Continuant son œuvre de décentrallsation, l'Ouest-Helair avait choisi la promenade du Mail pour effectuer le départ et l'arrivée.

Malgré un mauvais telnps, plusieurs milliers de personnes étaient ocliojonnêe* sur le parcours qui partait do la place de '!Abattoir. continuait par le boulevard Voltaire l'Usine il Gaz, les prairies bardant la Vilaine. le thène d'Ilcnri IV. la Tauninals. les avcuues de la Privalayo et la liouclc se rejoignait il Sainto-Foy après avoir loupe la Vilainc. La Jonction opérée, les concurrents ftlalent sur l'arivée située ̃, 1.000 mètre?.

L'épreuve des jeunes fut enlevée par Jarry do Mayenne, devant Jutoau. de Nantes et Morin, d'Ansers. La lutte fut belle, entre.' les deux premiers. Ju!)eau. distancé à mi-parcours ne put reloindre Jarry qui affirma, du reste, en d'autres circonstances. une excellente qualité.

Denis triompha facilement, chez les seniors.Derricre. la lutte fut vive jusqu'à mi-parcours; il ce moment. L«niattrc prenait définitivement le meilleur pour la deuxième place devant de la Thébaudière. qui fut la révélation de la Journée: Les suivants jusqu'au vingtième terminaient séparés nar do très faibles écarts.

Par équipes, victoire de Bossonneau. chez les Jeunes, devant les Postiers Nattais et les Cheminots Rennais Vans l'ordre. Che'z les view, belle victoire des Nantais, loin devant Jets Cordiers d'Ansers et les Monceaux de l'U.S. séparés psr un point seulement.

Rappelons que les listes d'engagements pour notre épreuve du il janvier 19J5 sont ouvertes et qu'elles seront closes le 4 janvier a minuit. Que les retardataires sa hâtent donc d'ouvoyer leurs engagements' (Noms prénoms, numéro des licences), a VOucit-V.clair. rédaction sportive.

DEUX EQUIPES ETRANGERES A PARIS Ainsi quo tous les ans a p:-rclllo époque, quel- ques grandes équipes étrangères vont venir à Pa- ris afin do se mesurer aux clubs de la Capitale. C'est ainsi que. demain, velllo (le Noël, l'équipo nollai.dalse des >valuwen rencontrera au Stado Buffalo, une setertlon des meilleurs joueurs du Club français et du Stade Français, les deux clubs qui sont actuellement en tête du ChamplonDu de Paris.

L'équipo néerlandaise dans laquelle figurent plusieurs joueurs de l'équipe nationale hollandais* nul réalisa min très belle performance dans ]• tournoi olympique. Jouera le lendemain jeudi au Stade de Paris contre le Ked-Star.

Une très bonne équipe suisse, les Old Boy de Baie viendra également Paris cette semaine. Elle- jouera jeudi contre l'Olympique de Paris. Ce match aura lieu sur le terrain de ce dernier club au Stade Borgeyre.

MATCHES OFFICIELS CHAMPIONNAT DE LA L.O.F.A. A la suite des matches juués dimanche dorntor, le classement des équipes de division d'honneuy s'établit ainsi ̃

Groupe A

S. Quimpérois 7 matches .19 points A, h. Brestoise 7 matches, 17 points S. Rennais U. C. 3 matches, Il points Armoricaine 6 matches. ir> points Cadets de Bretagne 7 mateces. 10 .points S. Briochiu 6 matcucs, U pcints Groupe B

U. S. Cheminots 7 matches. 18 points Cheminot-! Rs.niis 7 matches. 17 points C. S. Jean Bonln 7 matches. 15 points Drapeau de Fougères 7 matches. 1:' points U. S. Beaurtgard 7 matenes. Il points S. Lavallols 7 matches. 8points

Questembert bat A. C. Redonnait

par 6 buts 1

Pour son dernier match de championnat, assure qu'il était do gagner le» championnat, l'Amical Club Redonnais produisit dimanche uno piteuse exhibition u, Questembert en se faisant battre par ii buts à 1. Pour un club champion, ce n'est pas brillant. C'est du reste la première défaite do l'A. C. R. cette saison.

L'équipe comprenait quelques remplaçants, alors que Questembert se trouvait renforcé par des collégiens en vacances. Mats la meilleure équipe sur le terrain easiw.

A Questembert, l'on joua avec un courage et un allant extraordinaires et les jaune et noir se trouveront constamment dominés.

Bon arbitrage de il. Ridard.

En équipes secondes l'A. C. R. gagna par 3 buts à 2.

Pour le championnat, les- trois équipes de l'A. C. Redonnais sent en tète dit classement. Stade Quimpérois bat Cadets de Bretagne (1) par 6 buta 1

Les équipes sont celles annoncées. Toutefois dans l'équipe uultnptTolse. M. Chacun Insuffisamment romis, a laissé sa place A tinyarter. Bleu ''ou«nus par leurs demis, les Rennais maint leune-ut dans le innvp iiulnM'Arols. mais manquent de déelsion. Toiiit'lols, Tliohnut, d'un shoot plonReniit, ouvre la mnrquo pour les visiteur». Par Lc(rrnnd, Qu Imper se dégage, sur centre de ce dernier et sur miuival'-e Interception de Routbemy. Ix Cot qui a bien suivi, bat tacitement Rlhet. QulmpeK 1; Rennes, t.

Le jeu revient dans les IS mètres qulmpérofc. Le Corre, peu en tortne, cède sa place N. Le* ̃ail qui. aptes un bel «dort, marque un bat ira-


(érable. Qulmi>cr. 2; Rennes, t. Le jeu devient Plus égal. Le*raud. bien servi. file sur 1a touche kj centre amène la balle devant Rlhet qui/ne uioutoi» bloquer. repousse vers R. Le Versas lequel centre il nouveau sur Lo Ooz, qui trenifor- ^ra-0!"1 j: Cfî'ets- 1. Maigri, un léger avantage les cadets ne roussissent pas à ajouter à la mar. que avant la mi-temps.

Ce résultat a-t-il pour eCet de les Ofcaurage-r: ou est-ce l'effort du début qui se fait sentir ?Toujours «-il qu'après le repos. les visiteurs ne font plus preuve du mème entrain. Chaque fois qu it est servi. Legrand met la défense a4ver&- en danger et par deux fois, il trompe Rihet puis Guyader marque l0 e» but. Les Cadets tentent Lien de se dégager par leur aile gauche mais la défense quimptroise fait bonne garde et la On est sifflée,

A Quimper. quelques joucars excellents M. Legrand. Seznec. Le Coi. G. Chactm et P. Lo GaE D'autres par contre furent très faibles te] Le Corre qui. souffrant, ne prit que très rarement une part effective au jeu. L'entente Guyader-L* Versos ne fut pas souvent heureuse Coïc fit «nie »Mile 2e mi-temps, mais il négligea trop son aile en début de partie. Les autres firent une bon. ne partie dans l'ensemble.

Toute l'équipe rennaise est à féliciter. Les melllenrs y furent Rihet, Hamelin et Jegu.

Bon arbitraire de M. C-uihéry.

8. C. Malouin bat U. S. Combourgeofse par 3 buta à 1

Dimanche dernier, le Collège Malouin rencontrait sur son terrain l'Union Sportlv» Comboiirroolse pour la première manche de la finale du cb.am.niaanat de district.

La Tictoire est revenue au Collège par à à 1. La partie fut intéressante il suivre, iri gré le froid assez vif. Durant la crémière «ni temps le Collège marque mi but sur penalty. lA' jeu est très rapide de part et d'autre, mais j-h.-s précis au Collège. Les Combourgeois se dépensent et Lien servis par Tessier, qui fournit une i Mie ip. ¡:nitique, tentent de marquer, mais la «.«ense du Collège veille et le goal sauve Uusieiirs rtpTises. De leur côté, les rapides amants collégiens font de dangereuses incursions ilans Ir rinn de Oooibourg. et U faut tout lo brio de Darot peur sauver 1a situation.

I* mi-temps survient sur le score S.C.M., 1; A La reprise, les avants du Collège r.l'n soutenus par leurs demis repartent a -curuo et par deux fois OâJiou augmente 'e serre Com'bourg réagit et d'un beau shoot sauve H'honneur. La fin surrient sur le résultat ,1e ail en flwwur du Collège.

Le* meilleurs furent à 1T. S. C. ̃ V«sier D.iyot riibœt. Denais .t Tellier. Au Collège. Hel.'eus fit une partie superbe. Il convient de < mt S'et lui, De la Fauchais. Grouazel. Cadiou. Vremiidnfl, et OQot.

Eareilent arbitrage d. M. Giu'.tler.

CHAMPIONNATS MILITAIRES

A Lille

Ltut. Ils décembre. Le 110' régiment d'Infanterie bat le 16" régiment da génie par 4 buts a Il. Partie tout l'avantage du 110, grand favori du championnat de France.

CHAMPIONNAT DES PATROttAGES

Espérance Saint-Hélier (1)

bat Cadets de Bretagne (4 B)

par 4 buts à 0

Partie où les verts dominèrent constamment les bleus. Ceux-ci eurent merité sauver iuionneur. mais l'Espé-raiwc aurait pu obtenir un score plus térère en sa faveur.

A la miiemps. Sint-Hélier menait par i 0 seulement.

L« » mi-temps, vit les verts marqueur 3 nouveaux buts dont un penalty.

Les deux équipes sont g féliciter ainsi que l'arbitrage correct et imparital de M. Lefeuvre. a" MATCHES AMICAUX

RESULTATS DIVERS

Patrie de L:,lgiiclot 'a; et Drapetu (h), t à 1. A. S. Vitroenne U) bat P;:trio PU il 0. Servon (1) bat A. S. Vitréonne (3)

par 1 but à 0

Partie très anticale, assez disputée en première nu-temps. Servon ouvre le score et rentre de plus deux buts non accordés.

En deuxième mi-temps. Servon prend le contrôle de la balle et dans la dernière <!enii-heure de Jeu >Jomine constamment, réussissant à marquer deux nouveaux lxi'is non accordés par l'arbitre.

La fiu arrive sans changement.

Saint-Jacquet Sporte (1) bat P.T.T. (1) par 6 bute à 1

Disputé sur le terra m <le» Il. T. T.. ce matcb vit la victoire des jcunes equiplei* de Saint-Jacques, qui Xi>- frieniifliiuse que leurs adversaires. </n enirciiï fuson malgré leur courage et liar (leur qq'ils déployèrent. Les deux eruipes sont k féliciter.

Dinard A.S.C. ,1) bat J. A. Saint-Servan par 6 buts à 1

Cette p3itie qui ,yh discutée dimanche au PortBlanc. fut peu inléressuiig dans l'ensemble les deux équipes fuurnissant un jeu vlus Brouillon que scientifique. '11 manque Lebras, au D. A. S. S. la J. A. Joua à dlx. A part le premier quart d'Heure, où les Sermiunals se montrèrent le» mell. leurs. le reste do la partie fui a l'avantage du D. A. S. C. et la J. A. n'eut que quelques échappées d'ailleurs peu dangereuses. C'est la J. A. qui ouvrit le score, mais yeu après sur corner bien servi par L. Savidan. Mûrie égalisait, puis sur un autre corner tire par le mciue, Gicquel donnait un point d'avance a sjn club. La mi-temps fut iiftlée sur le résultai D. A. S. C. J. A. 1. La deuxième mi-tem'.ns est plus intéressante; Gicquel qui joue centre avant connneuce à mieux s'accomoder à cette place et s'entend très bien avec les deux Savidan. Les buts servannais sont coniUnuneui menacis et quatre nouveaux buts .viennent récompeiikar le. efforts des Dinardais La J. A. descend iilualeur. tut., maia la défense du*cistes Teillo. Murrkx a «lui-lque» beaux arrêts, no- tamment un dur sbo»; eu coln de Levavas»eur. Un penalty est arrête aver brio par le goal scrvannats qui se fait applaudir et quelques instants «près la fin est sifflée au montent où la balle, d'tin retourné d'A. Savidan. tombe dans le but servannais. mais ce but n'est pas conrpté. Le D. A. S. C. n'a pas Joué comme d'habitude, le remaniement opère dans l'équipe, ne fut pa:. Ineureux. surtout en première mi-temps, Bourse. blessé, fut courageux. Nayl complètement dépaysé au centre-demi, ne fut d'Aucune utilité, de ce fait, il y eut un seul demi, ce fut Le Bourhis qui se dépensa sans compter. La défense fut elle-même, «•/est-a-dire exc?llento. quoique Chultton sembla dans un mauvais jour. A l'avant, L. Snvldan. Weaver furent les meilleurs. Gicquel ferait un bon centre avant, mail est meilleur cnmmo demi. A. Savlflan se dépensa, nialn jono trop la défanao. Il ne shnote pis assez et crle tron. Mûrie a des centrès remarquables et semble bien s'accliniattr son norveau poste, un seul reproche, Il ne descend i>as assez.

A lu J. A. tous jouèrent courageusement et ne diecherent jamais i fermer le jeu, les meilleurs furent Levarasseur, Lemoal, Prosper et l'arrièrl droit.

M. Delarue arbitra avec son Impartialité ordinarre et réprima tout s?ste brutal, il n'eut pas d'ailleurs beaucoup a intervenir à ce sujet.

CONVOCATIONS

Les joueurs 'Je f et 9» équipes ï >m convoqués demain iL 14 heure* précises sur le terrain des Victoires t Saint-Jacques. I*ésence indispensable.

A LILLE

Litxi. 23 décembre. Les Etudiante Hindous de Londres et le Hockey-Club de Lille font match nul, 2 à

AVIATION

ENCORE UN RECORD BATTU

Paris, 33 décembre. Cet après-roWI, sgj la base df ViH«-Sauva«e-La MirroogTie, à Etampes, J'aviaiour Doret s'est attaqué au record du inonde d« vitesse eur 500 kilomètres avec Î50 kilos de charge utile.

Doret a réussi à baWre la distance à une moyenne de US kil. OU à l'heure, battant ainsi largement le record qui était détenu par le capiiaioe américain Louis G. Meisteq-, qui, le 2S Juin 192-4. avati volé sur 500 kilomètres & une moyenne de 120 M. 030 à l'heure. 0

LES AUTRICHIENS ACHETENT

NOS TROTTEURS

La Commissicn d achats autrichienne qui opère en -D moment Vincennes a acheté Ut Majeur à M. Saint. Les pourparlers pour l'achat de Outstiti continuent. Ils sJnt sur le point d'aboutir en ce qui concerne Lrttmatum à M. Blancart. NOS TROTTEURS EN ITALIE

Les troli"i:i5 français récemment importés en Italie continuent à remporter de brillants succès Après les victoires de /.iq-Zag, Sans-Tdche et tant d'autres, le trotteur Quito vendu dernièrement par M. A. Narguet à lit. Fabris Favaro. vient d'enle- ver aisément le prix Legagno i la dernière réunion du meeting de Turin. Drivé par le Chevalier Brntichtni, le fils de Bcaumanoir et de Bravoure a trotti sans grande peine sur le pied de 1' 29" précédant Paraszit, Brisamberg, M. Azuorlhy et TUgo

COURSES D'AVRANCHES

I ;s courses d'Avranches peur l'année las sont dennilvement fixées aux samedi 25 et dim:utche ifl Juillet.

LES COURSES DE VITRt SONT FIXÉES AU 7 JUIN

Le Comité et l'assemblée générale des courses se sont réunis le lundi 22 décembre a la mairie de Vitré, sous la présidence do M. Garreau, maire, président de la société des courses.

Ont été approuvés le compte de gastion des courses duquel il résulte un excédent de recettes de li.406 lr. 64, et le compte de gestion du parimutuel d'où il résulte un excédent c'e recettes de 531 fr. 67.

Ont été maintenus icommo coumnlisalres tioi courses pour être proposés à l'agrément du ministre de l'agriculture. M. Alain des Beauvats, M. le comte Claude de Langle, M. J.-B. Pinson. Ont été réélus les deux membres sortant», du Comité M.M. Joseph Binard et Pinson. Les courses de Vitré ont été fixées au dimanche 7 juin I9î5. deux heures, sur l'hippodrome de Saint-Etienne.

Le président rend compte que le montant total des entrées s'est élevé en 192s 9.415 francs au lieu de 8.131 francs en 1953, et nue la subvention <1e la ville pour 1935 a été portée de ô.oeo à 3.500 francs.

Sur la demande de la Société Sportive d'Encouragement, le Comité Il décidé que le prix de 2.000 francs offert par cette société serait porté en 1925 fl.noo francs, la société prélevant i.ooa francs sur ses ressources pour cette augmentat.inn.

Il en r£suli<i qu'il sera' distribua à la réunion du 7 juin 16.000 francs de prix environ sans les entrées évaluées 2.030 francs.

Il sera accordé demi-tarif aux caporaux et soldats de la Rarnison de Vitré.

Le T>rozvimm£»de5 courses en 192S ne sera définitivement arrêté par MM. les commissaires qu'en février Et25.

Lo Comité et l'assemblée dérident que 5?ra cons.tri!:t avant la réunion de 19-23 un nonveau pesar" "o qui entraînera une dciionse évaluée 10 A 1 francs, que l'hlnpodrnme ?cra mis en état r~ 'al t At que le paxMock sera aggrandl. Le président a remercié d'une façon spéciale MM. les commissatrcs, MM. l«i membres du Comlté en particulier M. Louis Dulwls. secrétaire et trésorier. M. BAnard. piqueur. dnnt Je concours a été trPs apprécie. MM. les Sociétaires et d'une façon Rénérajc tnuj rrux qui s' intéressent aux coures de Vitré aujourd'hui très florissantes.

COURSES A VINCENNES

Excellente Jounue tous les points de rue température et programme qui comprenait eutrn autres deux épreuves de lO.two fr. les prix de Nice et de Saint-Malo. Le premier, au trot monte, a échappé à notre favori Ubalde, qui tousse un peu et est revenu a Vruuus; le second est revcuu difficilement a Sceptre qui a réglé de justesse qui a réglé de justesse Sans-Uinc.

Temps des gagnants Valseuse. 1" 35" 1/2: Toutenonne, r 33" 9/10; Urgence. 1' 31" 7/10: Valdam· Pierre, 1" 31" 7/20 Sceptre, 1' JO" 9/10; Uranus, de Maronnes. Au trot monêt. 6.000 fr., 2.200 mètres. 1. Valseuse E. Picard), M. L. Bisson: 2. Visa (Chrétien), à Mme J. Robert. Non placés Vautour-ll (L. Dufour). Vcnisc-1' (E. Marie). Vasylick (P. iDaubicbon). Viviane (L Pottier), Vamu (Riaud).

Prix de Mortagne: Au trot attelé, 8.001) fr., 2.S00 mètre. t. Totitc-Bonur (M. L. Homard), tu haras du Cliolcl; 9. (X. Bernardin). a M. V. Régis; 3. Tentateur (E. Marie), il M. L. Tlourgols. Non placé? Une-Trente (Th. Mon. sieur). Toinrttc (Llbeert), Ut-Vlvtre (V. Masson). Tretiililetseaux (Verzele), Urlut (J. Poey), Udt (Labayle).

Prix de Rambouillet. Au trot montè. îo.oon fr. 2.200 mètres. 1. Urgence (LintauO. à M. L. OIryRaedcrer; Y. Ripaille (Chrétien), Mlle R. Chesné Non placés Topaze (E. Picard), à 'il. O. Desmanneteaux. Tanxist (Lepelletier). Qutnsae iTouzauil). Ramadan (L. Pottier), Tanit (Gougeon). Prix de Sées. Au trot attelé, 8.000 fr., 2.500 mètres. 1. Valûampterre-11 (Th. Monsieur), au haras du B de Troarn: 2. Viatka (Tambêrl), k M. C. Rousseau); Vrigny (Lintanf). a M. L. OlryRoBderer. Non placés Violctta-II (P. Pocy). Walkyrte-V (Leroux). Volga-ll (M. de Moussas) Voerort :verzelc), Vlgtlaute (Neveux). Vaunuclln (^r. L. Hcmard), Valmy-IIl (A. Dupuls). Vermouth (Auvray!.

Prix de Nice. Au trnt. monté. 10.000 fr.. 2.800 mètres. 1. Vrannt (nuéroult). à M. Gavrel; 2. Ukase (Chrétien), M. Ch. Dumont; 3. JJbal&e. lE, PicaTd), Vu-Soir ;L. Boudet), Urodonal (P. Daubi.cbon). Univers (Llntauf).

Prix île Saint-Malo. Au trot attelé. 10.000 fr.. 2.800 mètres. I. Sceptrc (M. P. Viel). à M. A. Gamare: 2, Sans-Gêne (Bulhion). a ̃M. R. Robert3. Rlgotlou iWanquetin). a M. de Wazières Non iplatês lievigiiy (Verzole). Ratine (M. R. CéranMalllard). Turin (H. Récapé), Qui-Vive (M. F. Perot). floshfoii (M. Koch).

Pari-mutuel

Pu, Pel.

30. Yisa 9M 20 c. G. 56 50 21

Tambourin Tcntateftr P. 7 P. 8. P. 6 Ripaille il 50 c. G. 71 P.

P. P. G. P.

j,e.patroullieur Passertau sort de Cherbourg pour DESIGNATIPNS D'OFFICIERS

Sont destinés

Les médecins de 1re ci. Glnabat. cuirassé JeanToulon, immédiatement, en remplacement de Ni. Palud qui servira temporairement Il Tous Ion; Chrétien, médecin major du centre d'aviation maritime de Rochefort. 3 janvier 1»». en remPlacement de M. Maud«; Poirier, médecin-major de la flottille des sous-marins, a foulon. immé Les lientknants de vaisseau • Richoufftz. Le \fa.Plante, embarquent à la flottille Les enseignas da vaisseau de 1" cl. Dard et Tanguy des Déserts sont mis en route pour l'école des élèves officiers torpilleurs; Roiisset a été mis en route sur Rochefort pour l'école des officiers brevetés d'aéronautique.

Le lieutenant de vaisseau Allain îoanonnier) arrive au port de Brest, disponible.

ORGANISATION DES OFFICIERS

DE RESERVES DE L'ARMÉE DE MER Le MM«4rc de la Marin?, vu l'arrôté mlnls'i?rlel du t7 déccmtiTs 1807, rcsrlant toutes les diwposKions de détaM relatives t PopRanteoilon dos oiri^lei'i des corps de l'arn-éo de mer; VII In <Jf?re< du 14 novenfl>re IDîi reiaur Il tlos tabieaux d'avancemeniit, do coirœanrtemCTM e' de coacours pour les corps aii-lpanls de la Marine. aprè-îe

L&s articles 33 et 34 de l'arrêté ministériel du 17 décembre 1897 sont molinéts comme suit AiUicI* 33. r. 'Le Ministre de êa Marine anr0te chaque aim-ée pour compter, du t". Janvier 1« les tableaux d'avancement des officier* de réserva des corps de l'armée de mer susceptibles d'ob'enîr un avancement

2° Les tableaux de concours des officiars de réserve «iscopiibles d'être nommés ou promus dans la Léirton d'Honneur.

Il. Les cHmeuu d'Jipp!'<JctaU»n 4 rétaolUsomenl des tableaux «osu ceux teùiqués t l'artloic 3 du <Hwe'. du M novembre 1WI.

.Utlcle 34. .Nul oirioler de réserve ne peut recevoir de l'avAncement s'il n'eat port sur le tableau d'avancement de son corps par le ministre.

Fa-lt k Paris, le 18 décembre 1924.

J.-L. Dumessil.

LA REGLEMENTATION DES CERCLES D'OFFICIERS

Par décret en date du M décembre I9ïi les cercles ou lieux do l'éuuiou des officiers seront administrés comme suit

Le Préfet maritime a la surveillance des cer- cles ou lieux de tuunion pour les officiers de la marine de guei-ro existant ou créer dans les purts. Ces cercles sont dirigés par un Conseil d'administration composé d'officiers des divers corps de la Marine du cadre de l'activité ou de réserve résidant dans chacun des pnrts. Les statuts des cercles sont approuvés par le Préfet maritime. Les cercles contiennent selon les ressources dont on peut disposer dans les ports, des salles d'études, des bibliothèques, des salles de réunion, etc. Les cercles sont installés et entretenus au moyen 1* de cotisations versées par les officiers, membres bénévoles, de ces cercles; •>' des bénéfices de J'exploitation: G* du revenu des dons et legs et autres allocations. Le taux 'te ces cotisation est approuvé par le Préfet maritime.

Le$ président* des Conseils fadmlnfelratinn «les cercles s'ndrcssent hiérarchiquement au ministre de la Marine (bureau .du Ja correspondance généraie! pour traiter de toutes les questions relatives il l'installation et à l'entretien du matériel des cercles

LA REGLEMENTATION DES FOYERS DES MARINS

Par décret en date dn 22 décembre 19-M les Foyers des marins des équfnages de la flotte seront administres comme suit

Le Préfet maritime a la surveillance des foyers pour les marins des cnuipaites de la flotte existant ou iL créer dans les ports. Ces toyers sont dirigés par un Conseil d'administration composé d'officiers des divers corps do la Marine du cadre «l'activité nu de réserve, résidant dans chacun des ports. Les statuts «les #>yers sont approuvé: par le Préfet maritime. Les foyers contiennent. selon les ressources dont on peut disposer dans les ports, des salles d'études, des bibliothè- ques. des salles de réunion, des organisations sportives. etc. Les foyers sont installés et entretenus au moyen l- des bénéfices de leur exploitation; 2* des subventions qui peuvent éventuellement leur ètre accordés; G' du revenu des dons et tegs.

COMMANDEMENT. Le lieutenant d« v:iis«n>i Benech, vouant de Teuton, a pris le commandement du sous-marin Eulcr.

CORPS DE SANTE. Par décision ministérielle en date du 15 décembre 19*i, les officiers supérieurs du corps de Santé ci-a-nres ont été maintenus dans leurs chaires actuelles l'Ecole d'Anpliccation des Médecins et Pharmaciens d3 ::• cl. à Toulon, pour une péricde d'un an. à l'oiiipter du 1" janvier 1925 MM. Uargein. chaire «le «-linique interne et de pathologic exotique: OtKtorrt, chaire de clinique externe et de chirurgie d'armée.j

R15CEPTION A BORD DU VAItBLE-HE.iD. Mmîseiule, ?3 décembre. Une grnndo et brillante réception IL été organiste cet après-midi boi-fl du croiseur .10 la marine de (rucrrii des Etnl.-rnls. amarré an bnwln National, l.n Marble-llead quittera Msrsclilo demain pour VIIlefranche.

6» c. Sceptre G. 19 9 P. il 6

Sans-Gêne P. 14 53 R » Rigodon P. 20 1o

COURSES A VINCENNES

Partants probables

Prix de lia- Rochc-sur-ïoi!. Urgent, Ulllmus, Vpas-V, Vcaiai-U, Udon, Ultra-Violet, Ulysse Utnis Vtrccht, Unellltc, Ucellu, Urdos, Uppercut, Ugollne. Unc-Finucr, Udrya, irduptle. Uperna, Ursule, UcaXall, Ustlca, Vrnnia-ll, Ukase-ImpMal, l'mona. Prix de Pont-l'Eveiiue. Sœurette, Titan, Thénits, Sant-Sonel. Sacleux, Tarte, Janvier, Quolibet, TempStc, Triboult, Tanaurt, aérante, Ruy-Elas Saloucl, Servo:, Tahure, Réconfort, Rayon-X, Sorano, Rlen-d-Cœnr, Royal, Saphir, Trlpoteur, Topaze. Sultane, Railleur, Tourterelle-Blanche, Saure-iiui-Peut, Richemoni, Scrmoise, Sarcelle, Troubadour, Sammy, Robinson. Tourgevllle. Prix des Andelys. rnmbourfH, Thdrésa, Ta. mise, Slr-Dougloss, Téte-d'Or, Tourlrelle, Janvier, Sarcelle, Tirelire, Trocadéro, TanvWe, Select, Tosca, Séileuse, Torpille-H, Tantale, Trouvire, TorptUe-Cr Taïaut, Télégramme.

Prix d'Angers. Volnay, Vendôme, Petlt-Crls, Vlttel, Violette-il, Vuleain-ll, Vertueux, Verdun-11 Vertus, Visa, Walkyrte-V, Valseusc-V, Volupté-Il, Vieille-Mondaine, Viviane. Vlllembrau.

Prix Jacques Olry. Venelle. Whallls-!I, VmVictis, Valpurgis, Val-Dante. Vancouver, Vassal, Vegrana.

Prix de Vesoul. Ulia, Ubert-V, Urlut. Umno dla, i;s-Marincs. Uchourron, Udine, Vgo, Uranus-M Une-Etoile, Ulmnirr, Upsal, Urbain, Uranus-F, UneMarguerite, Josaphat, Un-Rive. Union, Usulmit, Uranvs-II, Ugaidei Ulêa, Usurpateur.

Nos pronostics

1" course Umbrlu, Udryc.

2' course Sermolse, Tonrgevtlle.

31 course Titganc, Tanrille.

4' course Violette, Viviane.

5 couru Vassal, Vancouver.

r course EevrU Ctran, OriofiH,

puis plusieurs Jours a succédé une tempête qui sévit sur les cotes et dans la campagne, causant de sérieux dégâts. Sur mer le vent fait rage, les bateaux se sont hâtes de regagner leur port. Chebbourg, 23 décembre. Le mauvais temps a empêché le ravitaillement ha'bituel de l'Ile Pelée.

Loeiost, 23 décembre. Une tempête du S.-E. sur la Bretagne a été annoncée par le Bureau météorologique. Elle a commencé il souffler ce matin.

Un navire anglais en détresse

Ouess.ot, 2J décembre, A r> lKHire.; ce matin, le navire anglais Clanross. désemparé a demandé l'assistance de deux remorqueurs pour rejoindre la port le plus proche. Position approximative Kolybearl 35 milles è92 degrés.

Un bateau de pêche à la dérive

LE Haviie, 23 décembre. Le chalutier à mateur Auguslvie-leabelle, de Boiilogrne. a remorqué cat après-midi eu Havre le ba'teau de pèche Océan C-710, de Port-ea-Beîsln, qu'il avait aperçu en détresse au largs du Cap La Hftve. Océan a son ̃mit cassé e: son gréement enriommayo; un des hommes de son équipage a été b".o*?e légèrement. Réunion du groupe sénatorial des Intérêt* maritimes

Le Troupe sénatorial dos intcrOi- maritimes s'est réuni sous la présidence de M. Brlndcau. Après avoir constaté l'insuffisance des crédits prévus pour 1O?5 pour les travaux neufs, il a décide de déposer un amondement tendant il provoquer de la part de la Chambre une nouvelle délibération augmentant ces crédits conformément la demande faite par l'union des Chambres de coinmerce maritime.

Avis aux navigateurs

Bkest, 22 décembre. Allerraqe ac hi-rbnurg. -• Les travaux de sondaae do la ̃ a=.se îiest vo la crandc rade de Cherbourg ont fait i|(-iiiviir UUO tete de roche couverte de lo m -ires dt»u à .v<0 mètres et 310' du feu Ouest de la i'isue cen- tialo.

A

ACADEMIE DEne, dans sa dernière oéanec. a entendu une cocnmunication de .M. Doyère. sur La ^eïis^ãnce Il la marche dc« navires srétntiétriquen;e:n semblables L'auteur a montré que 1'augmer/atlon de tlôptacemc-nt pour uno même vitesse peut correspondre à un acLToliicniout très faible ou A une «limninuiion (Ip puissance et par su-ite a une sugmeu'aliou uotab!e du poiJs «i lourd.

Au cours de la discuiision de la communication de 'si. Dal Plaz sur « La conception du paquebot moderne Mey a examine les posstbIH-tés de développement de l'utilisaHon des machines marines avec trainsnîi~s.!on électrique et a insisté partLcu-lii:Nrecn?nt snr la nécessité de former un personne! de méca-niciMià élecu-iciwis dans la maTine marcnamde.

L'Académie de Marine s'est associée à cette manière de voir.

Est déclarée ouverte la succession au fauteuil par le décès de M. Berlin, dans la section du matériel inavaJ uLiiruo "MarWirno et Coloniale Française, 30, boulevartl dos Capucines.) LA VEUVE DIVORCEE D'UN MARIN .N'A PAS DROIT AU SE'COURS LVGAL DE 10 l-'R» .V.S. La Huestion a été poste >S« s-tv^r yi un* vct\e divorcée puuvalt prèteti.U'n au su-ours lcpra! do .'6o francs sur la Caisse «!es .ny.lttfes de la n:aJlne. I.o paragraphe 7 de l'article f- d<> la loi rtu 1-i juillet ne contient aucune vl:pc.:t:r), expresse concernant ce cas parti; i:'cr.

Néanmoins, le secours .estai étant attribué a x veuves en remplacement !*une n'iui n qui n pj leur être accordée, le ministre cs'ime yu il «.<vient. défaut des règles sociales fixées par la lui, de se reporter, pour ce •ec-rars aux reiile? applicables en matières de veuvos sur li .îste (icr Invalides. Or. le paragraphe 4 ,'e l'ar'lda eu loi précitée, dispose que la pension n'est Jamai. acquise la veuve.

CERTIl'ICAT DE CAPACITE. Brest. 23 décembre. Uiva sm^loai d'examen pouf l'obleovtKHi du certificat de capacité de patron pécheur (le bateaux JanKïam pliw <ir r. tonneaux aura Heu A

Il est raprelé aux co-ndidats qu'un cours a été institut1 au bureau paritaire de placement maritime (Port de Commerce), les lundi et vendredi de chaque sonwmii, de S li. 30 à 10 b. 30.

Le prr.yramnje est à la disposition des in.téresse', a riascription maritime et eu. bureau paritire. NAVIRES DIVERS

SIGNALES PAR T. S. F. EX COt'R8 DE ROUTE. An.\ pôles de

Ouo3s;iut. 23. Flandre. Asie, Uieztim. $I-Louit Chdtcau-Latour Vauclusc, Margaux, Malgache La Faijcttc. Snffrcn.

Gibraltar. s!i. St-Thomas, ail. île Rouen à .Mgor (Jibraltar. S2..lsio. atl. de New-York au Pirée Satnt-Fcrcol, d'Oran; 23. Formigny. ail. dp Lon dres à Marseille; Covdobn. alL de Bueuo .-Aires à Gêne. Medlé-ll. aU. <lc Mnrscille ? Rufisqu Périm. 2. Gcncral-Duchetuc. ail. de Muraille Maurice.

Sagres. 22. P.-I.W. 13. de Barry.

PAQUEBOTS

ET VAPEURS LONGS-COURRIERS AIlHlVEs. A .Marseille. *(. Jules-Henry, de .New-York; La Uaulc, (k Ueyrouth; »3. Anwzuu- de Yokohama; P. L. M. XIV, de Barry; Général Mclzingci; dc Beyrouth: Ltiopold Sed, do l'hiladelplme; Carnoulles. de Tunis Citeik, d'Alger. A Anvers, 21, saint-André, «1.2 VaJ.para.uso- iH Bourbonnais, de Nossibé; à Malte, -a ïrlcaiu de Barry; à Gibraltar. 23, r,uaru)u, ail Ce Santas à Marseille; :l Kobé. 2-2. Paiil-Lecal. a1l. de Marseille a Yokohama; à Colontbo, 23 /iii.botre. ail. de ltarsetile il Yokohama; :1 San-r"r.incisco' 17. loua. ail. d'Anvers à Vancouver; Dakar. 19, Alba, ail. de Buenos-Aires il Bordeaux à New-York. -»), Matrix, de Rouen; 23. La virole, ou Havre: il Montevideo, «j. ila.isllla. lll. de Bordeaux à Buenos-Aires; à Las-Palmas, 2.Va- rie-Simonne.

A .\ii'iit<*s, 23, An-as, Aes Atvtilles; Pcrn-lobto, dn Huelva: a Bordeaux. J3. Figuig de Casablanca; Htivrattc, du Havre; Labrador, 'lo Terre.NCIH'I".

Au Havre. 23. France, de Vew-York; Forbin. du Brésil; Rouen, 23, Burguadlo et Ardemlca, de Goteberg.

A Lagos, 20. Syria. aü. à Marseille; à Hong1Kon?. 93. Andrc-Lebon. ait. de Marseille à YokoA Cherbourg, 23, Majeslic, de New-York. PARTIS De Marseille, 2tf. Eugène Péreire, p. Boue; Ga Maria 11, p. Tunis; P. L..V. XX, p. Baory.

De Bordeaux, !?3, Marseillaise, p. New-ûritar*; de Lorlent. ii, Olon. p. de Bor·deaux. «3. Mississipi, p. Les Antilles.

Du Havre, 23. Chdteau-Palmer, p. Dantzlg; 23, Aurigny p. Hambourg; Meltne, p. Cabedello après réparation.

PARTIS. De Lisbonne, 21..4.la, p. Marseille; de Rio 90. Aquitaine. p. Marseille: de Cotonou. 19, Hoggar, p. Marseille.

De Liverpool. 22, Sonora, all. da Talcshuano au Havre; do Santiago, 10. Caravelle, aU. du Havre Haiti; de Colombo. 2?. D'Entrecsteaux.jt. Anvers; de Haipbong, 23, Meinam. all. de Haiphong è Dunlierque; de Barry. ai. P.I.V.-12. p. Qônes; de La.Palmas. C2, Valdivla aJl. de Buenos-Aires à Gênes; de Valencia 20. Saint-Amhulae, p. Allcante: de Duala, 21. Satnt-Ortare, p. Cotonou; de Dakaj. 90. Donkkala, p. Casablanca: Touareg, p. Marseille; îl. Adrar. ait <1«> Gramllahou à Hambourg; de Pernambuco, 21. Guichen, ail. de BuenosAtres à CeneJi de Clbr»l»r, 19, Jura, de Newport.

ARRIVES. A Lorleot, M. Unton 1 et vides III, de Nautes; t 9eliU-litMre, li, Rite, de NewctsHe.

A Salnt-Nazairo. Slar-Roto, de Newcartle Lorient. 23..irez, ùe Port-Î'alb<)t; Fez. de Cardlff; au Légué, 23. MorWix, de Morlalx; wolUton, de Leith; a Morlalx. s2, Unamore, de Cardiff: à Brest. 22, Britisch, de S:ax; Saint-Trlett a Oran Chézinc, de Sfax.

A Nantes. 23. Ohio, d'Algérie: Lord Rhondha, de Swansefl; Henri Delmas, de Glascow; Menton, de Ghri'sihaaa; Arzic, de Dunkorque; Union l, de BeUeIsle Foopool, de CarGttf; Canlabrta. de Giwcow: Haut-Brion de Houon; Thtlit, de Londres; t Bordeaux 23, York, de Cardin"; Bordeaux, de CardilT; Pontet-Canet, de Rouen; Saint-Palais, de La Tyne; Montauban, de Rotterdam.

Du Ilavre, 23. Hirondelle, de Caen; Salnt-Brlac. de Southampton; Rouen. 23, Calcarlo, de Swansca: Edouard Uakl, de Sfax.

A Cherbourg, 23, Cherbourg, du Havre.

PARTK. De Satnt-Nuaire. 33, Stilbe,. p. Rotterdam; Tourbillon, p. Belle-Ulc; du Lâgue. -1. Carnalea, p. Newport; Monte d'Oro, p. Jersey. De Palais, 22, Union-I. p. Nantes; de SaintNazaire. 2>. Arzic. p. Nantes: Stilbe, p. Rntterdnm; de Lorient. 23, Armémàs. p. Arcaohon; de Brest. 23, Taillifcr p. Nantes; Mars, p. M'mMes- Bonrgneuf, p. le Havre.

Bordeaux, ii, Sainte-Anne, p. Mùmble»; Pâmerai. P. Dunkerque; Charles YorHcr, p. Bïrry; Ville de S1' Hantes, p. La Palllce. ;$ Du Ha-re. T2 La Mallleraye, p. Boutonne; Ban- -1 lonia, p. Southampton; 23. Emile-Deschamps, p, Caen: de Rouen. 23, carrait, p. Cardiff; Dragon; p. Elyth: .v^ofa» Jean, p. Dunkerque: Mascara, p l'Algérie: Lulona, p. Londres; Andelle, p. New.port Belloy, p. Newport.

VOILIERS CABOTEURS;¡ ARRIVES. A Saliu-Nazaire, 28. en reUcbs. -t Avenir, de Nantes; au Léguk 21, Jeanne, de Tréfruier.

Le Palais. 22. Araok, de la Trinité; au Legué, 23. Goèlarxl. de Boulogne.

.V Nantes. 23, Pare Crépter, de Belle-Ile; SatntLents, de .Nolrmou'.ler.

PARTIS. Du Léru«. 31, Bri:cur, p. Ol»rnflàey; Cathrinc, p. Li-Sbonme; do MajsetUe, 21, Bonne Lorraine, p. Toulon; Sainte -Marguerite U. p. Bizerw.

De Lorient 23. Lcon p. cavernes' P. C.U* p. Btaye: du Légué. 33. Catherine, p .Lisbonne. De Bordeaux, 23, Trieux, p. La R«x>6ell«. GRANDE PECHE

Uo sloop langoustier arrive à Douarnene* battant tous les records

DOL'arnfnez. âa décembre, Deux sloops langous.tiers, venant des. côtes do Mauritanie, viennent de rentrer au port et ont vendu leur pèche de langoustes vertes pour près do no.000 fr. L'un d'eux a bxttu tous les records, n'ayant mis que W Jours pour faire le voyage aller et retour et sa nèche. la moyenne étant de trois mots. AHn que le sloop Petlt-Mcdard puisse regagner le port, ces deux navires, avant de quitter la Mauritanie, ont dû prélever sur chacun d'eux des hommes d'équipage pour remplacer ceux qui faisaient partie de l'équipage du Petit-Médard et qui ont trouvé la mort dans un naufrage récent. PECHE tlA.VTJJF.lERE

AIUUVES. A Lorient. i!. lion. SUO merlus, 15.OU hilo>: Maric-Lonlfr. s.ooo kilos: DncO'irdte. 2.000 merlus, 1.000 dorades et fl.onii kilos; Pivoine, 12.U00 kilos; Archiméde. 3.0» kilos.

Lorient. 23. Labeur, 8.000 kilos: Mars. 6.000 kilos: furet, 15.000 kilos; cvlamen Il. lo.ooo kilos; K?ryado. 1.800 merlus. i.ooo dorades, 10.000 kilos; Kcigrolse. 900 merlus et 8.000 kilos.

PETITE PECHE

LE palus. Péche du 22 décembre. Merlans bateaux sortis et rentrés. 10; poissons par bateau. 5M il 900; au quart, beaux: vendu au vert, le tout; prix moyen du mille. c*> fr.; prix le plus bas. 'i50 fr. Quelques-uns ont eu une moyenne de 1.600. Com'cmineal'. Pêche du 2 décembre. Tré- nuil bateaux ont vendu vleittes, li?us tacots, le tout aux toveatlmirs, pour des sommes varl|iiic -'de- 30 ,eG' fr.̃• Mblo-ts ̃: t sonneur lorlental3 a vendu 4M muvWA<Jets. le tout aux nia:-eyeurà. il raison de 1*3 à"ii»n Iî3 fr. le cent.

Drag-ue 1 bateau est rentré avec rates. soies. j>lie=, etc.. le tout aux mareyeurs et revendeurs, peur la somme de ISO fr.

Crevettes aux mets bateaux ont eu des pèches variant de 3 à 6 k3k>s de crevettes aux mots, vendues le tout aux mareyeurs, à raison de 10 fr. le kilo.

DANS L'ARMÉE

NOTICE CONCERNANT LES EMPLOI» DE CAVALIERS DE MANÈGE

L'n certain nombre (le places de cavaliers de manège sont vacantes a l'Ecule Supérieure de üuerre, a Paris, à l'Ecole d'Application de Cavalerie à Saumur et à l'Ecole Spéciale Militaire, i Saint-Cyr.

Conditions. Peuvent y prétendre les militai. res de toutes armes ayant accompli la durée légale de service, exercés à soigner les chevaux agrées par le Ministre, ainsi que par le Conseil de régiment de l'Ecole où ils demandent a servir. Un droit de préférence est réservé aux militaires ayant servi dans les troupes à cheval et panât ceux-ci a ceux 'lui comptent deux ans de serv^ ces et plus.

Les rengagements en qualité de cavalier- de uiwv uége peuvent être contractés pour 1, 2. 3, 4 ou ans;

a) Soit au cours de la dernière année de service

b) Soit p'iur les militaires rendus à la vie civile, dans les trois ans qui suivent la libération. Les grades qui sont nommés à l'emploi de carva- lier de manège doivent rendre leurs galons. Avantage!. Les cavaliers de manège jouissent d'une solde spéciale qui progresse avec leur ancienneté de service et qui. Jointe aux diverses Indemnités, se monte il environ: 13 fr. par Jour pour les cavaliers mariés, to tr. par Jour pour lei célibataires.

Eu plus «le ces suninus, l'Indemnité exceptionnelle de guerre de deux francs par Jour a été maintenue Jusqu'à nouvel ordre.

Les cavaliers de manège sont habillés aux frais de l'Etat ;képi spécial).

Ils logent en ville et se nourrissent à leurs frais. A l'Ecole de Guerre et l'Ecole de saintCyr ils peuvent, s'ils sont célibataires et s'ils la désirent, être logés à l'Ecole.

Ils ont droit pour eux et leur famille aux soins médicaux gratuits.

A l'Ecole de Saumur une Société de Secours Mutuels assure a ses adhérents les médicaments et divers avantages pécuniaires en cas de maladie ou de naissance d'enfants.

Après quinze ans de services, lls ont droit k une retraite proportionnelle et après 25 ans. à la retraite- d'ancienneté.

Les cavaliers de manège ont également accès aux emplois civils des tableaux F et G, réservés aux engagés et rengagés.

Leur service consiste iL panser et soigner les chevaux de l'Ecole. En dehors des heures consacrées â ce travail, ils Jouissent d'une grande Il.berté.

Demandes. Les demandes de rengagement peuvent être présentées pour l'une des trois Ecoles en question, ou même pour toutes les trois en indiquant un ordre de préférence.

Les demandes seront transmises au Ministre de la Guerre iâ" direction, 1' bureau) par la vole hiérarchique si le candidat est encore sous les drapeaux, par le général commandant la subdivision de région où 11 réside, %'il est passé dans la réserve Dans le premier cas elles seront re.vêtues de l'avis des chefs de l'Intéressé, en particulier sur son aptitude al'emploi et accompa- gnées de t'état signalétique et des services et du relevé des punitions. Dans le second cas, outre ces deux pièces, elles devront être encore accompagnées d'un extrait du casier judiciaire et d'un rapport de la gendarmerie sur la conduite et la situation du candidat dans la vie civile.

SERVICE DE SANTE. Tableau d'avancement pour le grade de médecin-major de Ir classa les inéd. majors de 2» cl.. liauvur, 4. elle. do traln des cijvipages; Poulhes. direction du wmf vice de santé du 4« corps.

Pour le grade de médecin major de f le médecin aide-major de F* classe RocJm, M IP églmeet «T-aMatlon,


Les Auditions Radiotéléphoniqnes d'aujourd'hui

RADIO-PARIS

ii h. 30 Radiu-cinccrt par l'orchestre tzigane. la h. t. cours d'ouverture. Météo. Commun!gué Havai.

11 h. *"• Radio concert avM le concours des soliiUt Radio-Pari: 1. Air de ballet, piano Pnadels)- 2. riu: tc/Ifée en Brctjt. violon Jeanne Tronche lA. rerahou); Kol Nidri, violoncelle (Max Bradt: 4. Pi.no; 5. Vieux conte (poésie d'Edmond Rcsiand). avec adaptation musicale roui' piano et violoncelle M. Pe·se), poésie dite par RaAiolo; 0. Prière et berceine. violon lSarasate); 7. Pumo; 8. Oh le irnt, monologue dit par Radtolo (Sonal e: Grehuu): Polonaise en ri. violon (Wie- nlawsknA; 10 V.'odlr rn la Wmol. piano (Orlefr); U. Rpmanct et i'cflieruie. violoncelle iO. Faurél; sa. flnnjf, pluto '(Tanadcs).

17 h. 4i Cours do clôture. Résultats des courte*. CommuninuS Havas.

40 la. 30 Derniers résultats des courses. Récapitulation courses Changes. Communiqué Havas et. de presse. Clôture des cours (les cotons de New-ïork. Radio-chronique de l'Agriculture. 31 heures &ul:o-«oucort Fragmenta de Carmen, opcrs-comtquc de Bizet.

S» heures Rado-sauterio par l'orchestre Jautnain.

TOUR EIFFEL

1« heures Radio-concert avec le concours de Mite Jacques tferney, cantatrice; Raymond Thiol.1UN, amateur de vioilles chanscns et de M. Garda de Pieda. planiste; Vieux Sofls et vieilles chansons, chanté par Mme Jaques Fcrny, accom7>agnés par M. Gamin de Pieda et M. RaymojKi Tîiiollièro qui l'accompagnera lui même.sur le luth; Chansons d'amour et Chant du Terrrob.

18 &. 55 Les dernière nouvelles.

ECOLE SUPERIEURE DES P.T.T.

30 h. 30 Causerie les carrières de la Mécani- que. par M. Io colonel Wrdicr, ancien rlùve de l'Ecole Polytechnique, ancien sous-directeur de la màDUiacture d'armes de CUatellerault La chronique musicxle, prr M. Ettenne Roycr. compostil n«ures Radlo-diffuslon du concert donné avec le concours ne Mmes Loutse Sauval. Madeleine Geolier, cantatrice*; 161]les Geneviève ne Wandre. violoniste; M. Ericouri, pianiste, 1.r prix du Conservaioire; Mme Carmen Artini. au piano d'Moompaenement. Festival de 1. Dame Brahms!, M. Ericourt; 2. Rédemption, sir de l'Archaiifre (Franck). Mme Gcoliar; 3. a) Autmac vrovenrate (Couiierln-Kreissler;; b) Menuet (FMerewKki-XreltiSler). Mlle Geneviève de Wandrc; 4. La V>'rge ci la crerhe (Périlhou); bl Sotl IAuBiwta Holmes), Mme IXMu^f Sauvai: 5 Prélude (Chopin). M. Encourt: c. \otli bretons, Mme GeoUir; 7. Largo (Vivaldi-Nadir*). Mll« (Jenrvicvc de Wandre; 8. al L'Entant aux Etoiles (j«an MessaPar); b) noël (luclen Ghevmllller), Mmo Louis* Sauvai); Il. Mlletrro (Nardlni), Dllle oencrieve de Wlndre: 10. Dame du Fer (de Flalla), M ErlcourtIl. Pttlt Sotl 'Ed. Audran), duo Mmes Loutse Sauvai et Madeleine Geôlier: au piano d'accompagnement Gabriel Mme Artinl.

INFORMATIONS

ASSOCIATIFS DECLAREES. Association Lavallo:<,a d'Education et d'Enselgnement, 1», rue Solnt-Mathurln, Laval; ^ssoclatlou des Blanîalleurs de l'Ecole de la hsallette, rue des Chevaux 5, I.avjj; Association Catholique des Chefs de Famille ào lIle-d'Teu (Vende»; Association Amicale des Ancienne» élèves de l'Ecole libre de N.-D. du Pcrt. lle-d'ïeu fVendée).

DANS LA JU8"ÛCE- Sont nommés suppléants des Juges de Pai» a Beny-Bocage '.Calvados), M. Lelebvi'c, en remplacement de M. Larsonneur démissionnai: e; (îi>ezecbouere (Mayenne) *M. Mansoii, en rcurtdaecuieut de NI. Chadaignc. démissionnaire, Pilmbœur iLoire-lnlérleure) M La Meur, en remplacement de M. Molnard, démisslonnaire; l'ouancé (M.-et-L.). M. Mablre, en remplacrment de Ni. Godlvler, démissionnalre: Qucttehou (Man:he). M Lecarpentler, on ramplacement de M. Glatlgny, decêdt; Sarlllly (Manche), M. Hubert, e:i r«mplo< om.'at de M. Martin, décodé Salnt-Phlll.oi't Ue (Jrnndleu (Loire-Inlérieuré!, M. Fertoret, eu remplateiiKnt de M. Cail!eter.u don: la démission est acceptée et qui est nommé juge de paix honoraire; M. Castel, en remplacement de NI. Jacquet'.o. doit la démission est acceptée et qui est nommé juge de paix honoraire; Varades IL.-I.). M. Jatnin, en rentpiacenient de M. Frangent. démissionnaire Varies (Loire-lnJérieure), M. Justeau en remplacement de il. Branebereau. décédé- LandivtsWau (Finistère). M. Mesmeur. en remplacement de Ni. Orttou, non acceptant.

FACTEURS DES POSTES, Ont été nommés lartour-, ruraux Morbihan A. Oubry. M. Le Moign: à Ktel, M. Prévost; à Plouay, M. Tastardà PclUard. NI. 1 ussat.

Sarthe à La Cuapelle d'Aliguo. M. Bcllœuvre. Lcs tours de nomination de ces postulants avaient été précédemment réservés.

Ont été nommés facteurs auxiliaires des postes à titre temporaire pour une durée do 6 mois, défaut de candidats militaires classés

Finistère A Audierne M. Moullec; il Locquirec. M. Selliau; au Fret. M K«rmel; il. Hanvec, M. Brellvet: à Landlvl»lau. M. Mlnganr. SaintSauvrur, M. Autre); a Lojierec, M. Le Mcur. Sarth« au Mans, Mme veuve Lcgay.

Le Temps qu'il f ait Aujourd'hui 24 décembre Sainte Delphine Le soleil se lève il 7 h. « et se couche à 15 h. 56 La lune se lève à 5 h, w et se couche à u h. 51 Paris, a décembre. Situation générale A 7 heures La bourrasque d'Islande s'est creusée –13 ou -19 nillllm. en Ecosse, lt nillllm. en Norvcsr. –9 mllllm. en Irlande, « mtlllm. en Bwtapne. Lègère baisse en France et en Europe Centrale. Le dépression de Laponle est détruite +17 mlllim. iL Varda. A l'arls, 7T1 mlllim.. maximuni 775 millim. en Bavière, minimum 715 mlUllm. eu Islande.

Les vents sont faibles et modérés de Sud-EstSud-Ouest en Dfanche, très forts du Sud sxr le

Cotenttn et en Bretagne. faible» sur l'Océan, nuls en Méditerranée.

Les maxima de la veipe ont été de 3' a Parts; l il Cherbourg; 5 Il Argentan; 6 a Orléans; 9 Il Clermont; Il Limoges; 19 il Bordeaux; 15 a Perpignan; 17 il Toulouse. Marseille, Mec; il a Amiens; –1 A Lyon; –3 à Dijon, M«tz, Strasbourg; 4 à Nancy.

Les minima ont été de –4 Paris, Bourges, Toulouse. Lyon « à Dijon, Metz, Toulouse –10 Nancy; –3 a Argentan, Orléans. Limoges; –S à Amiens, Bordeaux; –4 à Nice, Perpignan; +1 il. Chartres; +7 il Nice; +12 n Brest.

Pluies des 54 hcures a 7 heures: Néant. Ce matin, beau temps sur presque toute 1a France, sauf brouillard à l'Est et au Nord.Est. Pluies à Brest.

7h.46 4 IL 01 Trotter. Brut. 1h. m 1 h..8 Vannes 13 1h. 58

OBSÈQUES

FOUFÉRES-PARAMÊ- Vous êtes prié d'assister aux service. convoi et inhumation qui auTint lieu le vendredi e6 décembre, en l'église Nolie-Damfxie-Bonabry, pour le repos et salut éternel de l'âme de

Madame veuve Anatole CHEVAL

Sée Ctllne MATHIEU

décédée en son domicile, Fougères, boulevard M) la Gare, le M décembre WM, dans sa Ta» anmW munio des sacrements de l'Eglise.

DK PROFVND1S

De la part do M. le Docteur et Mme Bordean.

tes ectants; =le Janine Bordeau, m peUie-OUe. et de toute la famille.

On se réunira h 1a maison mortuaire à B b. 3/4. SAINT-DOMINETJC Vons êtes prié d'assis- ter au convoi et à la mesM d'enterrement de Madame Veuve MIRIfL

Nie Eugénie LEVEQUE

décédé & Salnt-Domineuc. le $t décembre, munie des sacrements de l'Eglise, dans ma 801 année, qui auront lieu le vendredi S6 décembre. & 10 h. 1/2 du matin, en l'église de Salnt-Domlneuc. Or se réunira à la maison mortuaire à 10 h. lii De la part de M. et Mme Octave Miriez ses enfants; Mlle Marie Mlriel, sa petite-Olle et de toute la famille.

Le Drésent avis tient lieu de faire-part. SAINT-BRIBUC Vous êtes prie d'aatster aux obsèques de

Mademoiselle Marguerite OALLAI8 pieusement décédée dans sa 18* année qui auront lieu aujourd'hui 24 décembre, & 15 heures7~an la chapelle de l'Hospice de Saint-Brleuc.

De la part de Vf. Gallais. secrétaire en chef de la mairie de St-Brieuc, son père • MM Jean et René Gallals. ses frères, et de toute la famtlle. Le présent avis tient lieu de faire-part. PORDIC- Vous êtes prié d'asatater aux eonTOi serrvire et enterrement de

Mademoiselle Eulalle THORAVAL

décodée en son domlcilo à Pordic, munie d*s Sacrements de l'église, qui auront lieu le vendredi 96 décembre. 10 h. en l'ésrliae de Pordic. De la pnrt de M. Yves Tboraval, son trère M et Mme Victor Philippe et leurs enfants: M. et Mme Le Boulanger et leurs enfant»- M, et Mme Charles Babct et leurs enfants, et de toute la famille.

REMERCIEMENTS

RENNES M. et Mme Royer et leur dls mitrclent bien sincèrement toutes les personnes qui leur ont témoigné de la sympathie A l'occasion du décès de leur fil?

JAOQUCS

NANTES- Les familles Mathé, Turbe. Lmoi.ne. et Gabriel Crétaux. remercient sincèrement les persoraie» qui leur ont témoigné leur sympathise à l'occasion du décès cte

Monsieur Théodore MATHÊ

VANNES- ilme et M. Jean Rollando remercient bien sincèrement toutes les personnes qui leur ont de la sympathie à du Madame Veuve RIVIÈRE

Mandarin

ASTHME ET EMPHYSEME Soulag' imméd». guirison rnp. pr l'Antaethme 0lbrand, qui reuscit où tout a échoué. P>» rh'« et 17, r. Moutier, Auhervilliors, Fo 8 fr.

Feuilleton de l'Ouest-Lclcir

du 84 déoembre 1924 18

MA COUSINE NICOLE De Mathilde AUNIC

VII

Ah 1 murmure-t-elle, la voix toute petite, comme enfantine, cela est si différent de ce que j'espérais

< On n'aime pas quand on veut et qui l'on veut. répond-il très bas, pénétrant ]'allusitm. Après un instant de pénible silencu où il est cent fois près de se jeter au ccu de sa tante en lui disant Voyez comme il faut que le l'r.imc pour persister et vous faire tant de pelle. il reprend. Su voix glacée par l'excès même de son émotion.

Laissez-moi espère que vous vous accoutumerez :i cetie idée ?.

D'un prompt revers de main, elle essuie ses plenrs.

Jamais, articule-t elle dans lui a \ii.ii:i retour de forces. Elle ajoute avec ironie M*Is qu'importe r. Tu n'exiges pas, J'espère, que J'aille faire moi-même la doi'.i.inde T

Rémy n'ose lui dire qu'il l'espérait en effet, et hésitant et pâle, delKwt devant elle, il comprend que ce serait peine perdue de chercher à la persuader en ce moment. Plus tard, quand il se possédera mieux, il reviendra à la charge. Mais maintenant, comment poursuivre le débat, en risquant de se choquer encore plus cruellement

A bientôt, ma tante dit-il faiblement. Et il se dirige vers la porte.

Adieu 1

Il fait un mouvement pour revenir vers elle. Non .plus tard 1. La portière de tapisserie retombe. Elle demeure seule, prêtant l'oreille machinalement. Son pas dans le vestibule. Les gourmettes de son cheval qui tintillent. Puis encore une fois le son de sa voix, le roulement de la grille. Et toujours ce susurrement assourdissant dans la téte. où se noient toifs les autres bruits. Les yeux égarés, la grand'mère apparaît sur le seuil .de la. porte du,.petit saionv.où Nicole est restée. ̃̃ ̃ • "̃.̃'̃ Quelle chose élranse jirDfère-1-ellp. T'imagines-tu ce que Rémy est venu m'annonccr.

Son mariage, sans aucun doute 1 répond Nicole tranquillement. Je me doutais bien du motif de sa visite. Puis vos voix me parvenant à travers la porte ont achevé de me renseigner.

Et cela ne te chagrine pas. cette introduction d'une étrangère dans la famille î fait Mme Marfeau pétrifiée, regardant Nicole avec consternation comme elle dévisageait Rémy tout à l'heure.

R'?my peut bien épouser la sultane de Zanzibar, s'il le désire réplique vivement la jeune fille, en enfonçant fiévreusement son aif'iilto il tort et A travers.. Qu'y puis-je A quoi Don nous en tourmenter 7 S'il nous délaisse, nous serons heureuses quand même sans lui, allez, grand-maman ?

la vieille femme s'égaient. Celte dissidence entre les deux enfants qu'elle souhaitait

unir, c'est l'écroulement de tous las rêves qui bercèrent le crépuscule de sa vie éprouvée De nouveau, un vertigo 1 fait osciller. Elle n'a pas le temps do stagner un siège, et tombe à terre tout d une pièce, pendant que \icolc, jetant un g;-r.rl cri éperdu, s'élance Inutilement pour la retenir.

VIII

La maison s'emplit instantanément de la- îiu'inalions, d'alliés ot Les domestique, la tête perdue, s'empressent en soins maladroits et contradictoires, pendant .cjue ,Kicple pansée, les tenx rtvSs a li finit; où ne se reconnaissent plus les traits familiers. Eile laisse Blaise transporter la mala'ie sur un lit, Perrine lui introduire d*j sel dans la bouche, remède souverain contre les attaques, assure i.i vieille cuisinière, tandis qu'Héloïso, après avoir dévêtu à grand'peine sa maîtresse, feuillette un Manuel Raspail d'une main fébrile.

La conscience même du danger tire enfin la jeune fille de sa pénible prostration. Et quand Biaise, équipé en hâte, annonce son départ pour la ville, où il va chercher un médecin, Nicole a^fecouvrû assez de lucidité pour lui enjoindre de prévenir au plus vite, en même temps, le commandant Kermeur. Et M. Rémy, naturellement ajoute innocemment le bonhomme.

Non 1 Pas M. Rémy C'est inutile fait biquette, presque rudement.

.Ah les lourdes minutes d'attente que scande la grosse horloge placée dans le vestibule, et dont le tic tac semble la respiration même du logis Fait-il encore jour Est-il

déjà nuit î Nicole ne pourrait le dire, toutes ses facultés étant concentrées dans une seule pensée poignante.

Jusqu'ici dans sa quiétude d'enfant, elte n'avait pas même envisagé la possibilité d'un pareil malheur. Ne sommes-nous pas tous disposés à croire que ceux qui nous sont chers doivent être immortels, ou peu s'en faut ? Peut-on admettre que notre vie, dont ils forment un rouage actif et nécessaire, devra s'organiser sans cn Nicole sort il peine de cette insouciance enviable du premier âge, où l'ont si longtemps mainteuua la sollicitude tendre d* l'aïeule, et le, candide optimisme d'une nature droite et saine.

La grand'mère- était mêlée à ses confuses idées d'avenir, comme à ses moindres souvenirs. Pas un seul instant la jeune fille n'a supposé que la bonne vieille dût un jour lui manquer. Aussi aujourd'hui, c'est le chaos, la fin de tout, un effondrement

Mon Dieu permettrez-vous que cette chose cruelle S'accomplisse Un frisson glace Nicole jusqu'au fond de l'âme, ainsi que dans ces rêves terribles où l'on se voit perdu, dans la nuit et dans le désert. .Quand donc le médecin arrivera-t-il ? Que faut-il faire pour retenir la vie si précieuse qui palpite encore faiblement Pour se donner l'illusion consolante de combattre îc atad, la jeune fille seconde de son mieux la femme de chambre, qui, sur la foi de son Manuel, frictionne sa maîtresse avec ardeur et l'inonde de lotions sédatives, remplissant la chambre de pénétrantes émanations de camphre et d'ammoniaque.

une voiture A travers les

rideaux, Nicole, le cœur battant, distingue le sommet d'un chapeau haut de forme. Le médecin

Mais à la place de l'ancla* major qui a soigné tous ses bobos d'enfant, se présente un inconnu devant lequel la jeune fille recule interdite. Le vieux docteur, souffrant, garde la chambre. Encore quelqu'un d'atteint parmi ceux qu'elle aime. La sensation de vide, déjà si douloureuse, s'accentue encore. Les mains nerveusement crispées, elle observe craintivement le nouveau venu, un jeune docteur de la nouvélie école, froid tt rigidement correct, dont la figure Incolore, nllorigfcfi d'une Barba îftuve, la voix hasse, mais l'émeuvent 'l'une impression sinistre, comme si cet homme ne devait se pencher que sar des chevets funèbres. Plus que jamais, elle éprouve impérieusement le besoin dune parole sympathique .d'une présence amie.

.Encore un grincement ce roues. oh I cette fois. ce ne peut être que le comma» dan! L'oreillp au truat. Nicole perçoit «les 'pas précipites, des voix étouffées dont le chuchotement monte. Elle se jette vers la porte et tombe, d'un élan, sur la poitrine de Kermeur.

Ma pauvre petite murmure une voix mouillée.

Oh I parrain 1 parrain 1 sanglote-t-elle passionnément.

(A $uivr«).

LOI DU 1t AVRIL SUR LE NOUVEAU REGlttg DES PENSIONS CIVILES ET MILITAIRES accompagné du règlement d'administration publions <lo Hn vente 1a Bibliothèque de VOmst-S clair t France, i fr. ;,0; Rîcomir.sndé, S fr. 10.

BOURSE DE PARIS

Paris, 23 dOcjniUT- \ou. signalions hier, une légère amélioration du marché et l'on constate avec plaisir, qu'aujourd'hui, ces bonnes dispositions se sont accentuées. La cote en général a été sensiblement meilleure. n est simplement à regretter que les transactions ne soient pas plus nombreuses, e «qui aurait évité un peu de tassement en fin de séance

Le groupe des banques qui avait été particulièrement calme à la. précédent? séance s'est réveillé aujourd'hui, a telle enseigne que la Banque de Paris que noua laissions à 1.373 a co!é aujourd'hui 1.-106 la Banque de 1 Union Parisienne a bondi de 815 à 894 le Suez soutenu par la tenue des changes s'avancx à 7.892 fermetô de la Royal Dutch qui pawe à 27.700, venant de 27.500.

Excellente tenue des Mines d'or qui n'ont du reste cessé de faire l'objet d'échanger animéa la Modder B notnmment cote 124 50. En résmné, marché sensiblement meilleur qui ne manquera pas de retrouver son activité au fur et à mesure que les ordres d'a- chats se préciseront.

Banque René Lotir.

Marché des changes

Londres 87 42 Notvège 17950 New- York 18 57 Suède 500 75 BtHK|qu« M Suisse 360 25 Espagne 257 75 ?rague 5630 Italie 7945 Vienne 26 12s Hollande 750 25 Roumanie 9 46

LA BANQUE RENÉ LOYER délivre en tout temps des

BONS DU TRESOR 6 1923 qu'elle vend invariablement 500 francs plus intéréts courns depuis le dernier coupon et qu ell" rembourse invariablement sans aucun préavis d la minute mtme où vout te «Mtn au prix d'achat augmenté des Inler.ts couru»

Le prix de cession et de remboursement est au.jourd'hui de

F'r. pour les Bons Il tfv a aucun Irais ni d L'achet tu la vente.

PARQUET Comptant Action* japonais 4 1910. iu 30I 1U » PONDS OABANTIS PAR L-m* BANQ. 01 FRANOI. 7400 1)17480 Il «î K iB? M Terme 3?U tois-isie 62 oâ oredit ponoibr 1373 » 1370 •> tau 4 OR 19i0. 73 ni "«'4% 1917 1k »| 52 » MABSE1LU. CREDIT. 477 » 479 SBRBE4 ̃« lias 44 » 43 ni «̃̃ i i 70 «£-==: g –*vaç 116 Il 115 0' OENen u'ÉLEO i«n <Sî Il oaCENNALn tfttft 368 ïl 78 D WAO0NS-LIT8 »RD 16811 Il,1679 » tROWN MINIt 148 Il! 249 O aérien u B LEO 1330 Il,1360 B °"|LES 1919 76 »175 Il sOtHOVIOE 1191 !1210 a DE tEERS ORDIN 1066 «11 066 n THOriSON-HOÙsTÔM «? *Li,ï *iimi< 1 %T taiw iam 353 Il 253 Il BANQ INDO-CHIME 3900 1)3860 FRANCO WY0MINC 364 » 425 )) ELe%OD"« 1M1 !!iSS .UNIS 3 1902.19071 i «0 2W » F0M0- 0OL. 7Oi 740 Il okDULDO 286 2M Il FDJOES «u M M ïi'SSS n «U1. ENERGIE INDUIT. 139 »I 139 » OOLDFIELOS 77 Il 77 JEUMONT t III 318 ï Obligations CAZ DE paris 263 a 260 Il HARTMANN 170 176 c^SrVbr-es" J? ̃ js l\m 2 «'"rS 640 Il' 535 Il HUANOHAOA 'S T$ » BPSNcâ6BR0VA- jg* Il,619 s sss.îîSS lUi 29g SB*mfJosîsîïaeT: ijg ï tg m >S KUHIMANN 465 Il II « COMMUN 19*0 291 » 2*' 85S£IM:?JÏJÎI..io S ï "S » mSdDBRPOUtÏÎn 365 S 124 M AIR LIQUIDE 397 Il! 835)1 MIDI 6 30< ni 323 Il Sr0O,oNE aïViaùx «0 i 80S Il SMANSi 466 50 64 50 Î^.Mâ" B m 10 OtaO. BI6%1" «14 x| 418 POLIETt OHAUSBON 1301 «1360 » TR..NSVAAL 116 »! 118 il S.1?6. «o? 9 40 THOMSON 0 KJ »| 366 1BNOE HAVAS 1l76 1)1290 Il TUBES SOSNOWIOB 19S » 195 » 1 l «JÏ5" i! fin il M °»Z PARIS 6 3'a III 490 60 OMAPAL i. 4055 «4060 "J* 1570 » 1578 » 5 1906 OR. 15 60 ÏSS8 ffliï"?..]?: "l Il ..VAïuKTA? 101B5 » 1W "w" TURO UNIFIE 59 25 S ACIER MAR. 6% 384 l 375 Il OA«R. LA FAVEItÎ 118 127 Il Comptant BAMOUE OTTOMANE 815 «1821 > CARMAUX 6 < 400 il 1 J ï Ai fin r.K FONO .OTPT M74 «12480 S «llne.d.1. LOIRE 380 ni 370 S oU BRUAY 5 28»5 « 28M STRATE ILWA» 953 al 051 11 w OUENZA 6 1/2. 462 ni 450 Il on étrangers POLIET tt OH parti 6300 S4S0 Il îlO TINTO S4K '>343? » 5 LL..0NIM 6V2 1 384 S BUBN «YHE8 a 4 0<! 1030 »' Il UNION parla 106 i SM 1 ÏB*rEMNTTtAL"U08»iRIp.T ÎI5 ï SS Kl VJÎSSi S.«ï 31! 317 » «TÏ£bS?A0n"l. 2*3 Wl » Î S^ïi* "T."°".1 330 » 3»

RENSEIGNEMENTS FINAHCIERS AUGMENTATIONS DE CAPITAL EN COURS Crédit Foncier de l'Indo-Chtns. SouscrjjSon ouverte Jusqu'au 10 janvier. Prix d'éinteelon, 376 Ir, Droit <io sooucx^ptioo 1 ««ion nouveSe ipour actions anciennes. Pour I"«rerc!ee de ne droit, les ancien* actionnaires totvent <Wposer 1» coopon tv> t de leurs actions.

EtQblissFment3 Fouga. Souscription ouverte Jusqu'au ïl décembre, Pri.\ d'émission 600 fr. Droit de «ouitrlptlon l actton nouvolle pour ô ac»tlons anciennes. Pour I'ototcIoc ce ce droit, MB anciens acUOT'nakres doivent dépcser leurs x&aem anciennes.

Maison Briguet. Souscription ouverte Jusqu'au 10 janvier. Prli d'émission 776 fr. Droit de joaiortptlon t action noiivelîc pour 5 «aons ancien- nes. Pour 3'excrelc» do ce drott les »ncl«n» actionaiircs doivent déposer le coupon n- S» de leurs actions.

Etablissements Poulenc frères. SoiucityUon ouverte Jusqu'au Janviw. Prix d'éoMaah» XM fr. Droit de »cusurl<pUon l action aauvoll» pour 9 actions ai)?iwii:o>. Pour t'exarctce de ce ̃droit. ]ea nnc.erw actlouna:res doivent di-poaer le coupon c° do leurs actltas.

nouvelles Caieriis. SouscrtpUoo ouv«vt* Juôqu'»u 2J décembre. Prix d'émission 0 ÏM fr. Dro;t de souscription 3 actions Qouvel3«a pour 9 aiiclenno;. Pour l'exercice *> ce droit, H« anciens srilonnaircs b4lv«at déposer 1a coupon n- 5S de leurs actions.

MoHta-el-Ucti\ii. fiousoi-^PUon oiiveMe Jusqu'itt 31 Janvier, Prix d'emisaon 500 fr. Drott de souaorip'Uon 1 action nouvelle pour t anclMvn*. Pour Vexercloe de ce droit, les «oréens actwonaJ.r« doh-eat déposer le coupon a» li« de leurs actions.

Plantations Terres-Rouges. Soasortçt'on omvp.ptc Jm^u'au DO Jijivlec. Prix d'éraisalan 100 n-. Droit do âouTcrl'Htom 1 action ncnvelle pour 10 ictluiH onclrjniifs. Pour Vexeraiee de ce droit. les anciens aououiiatres doivent dépoatr le oou. IKiii n° 8 de leur* actions.

Brasserie de Soehrtux. Applications Industriel- les. Mines de lilansy. Le Secours dents ». Cic Française de Tramways (todoObioe). L«3 actionnaires de ces socMUb aoM invités à nous dcnvmdcr <l'urge>nce les nuMMKia do oe3 ausmen'tai'lons de otpittl, pour l'Amfiott desquelles la pïac» nou-a TsM (W*ui têt.

Banque René Uy*r-

La BANQUE René LOVER ne traite aucun* affaire commerciale, u'escompte aucun elet, ne fait aucun prêt et n accepte aucun <Hp6\ de fonds.


LE MAL DE DOS chez les vieillards

An cours d'oM longue existence, les reins ont nn traail très dur à fournil ils doivent 6ltrer le sang et débarrasser l'organisme de l'acide ariqne dont les effets sont si déplorables sur la santé.

Lorsque les reins sont usés et faibles, il Il'1' a plus de bien-être possibla et, lorsqu'on néglige de leur donner les soins nécessaires, la gravelle, l'hydropisie, la pierre, la sciauqae, le lumbago et le rhumatisme chronique ne tardent pas à se déclarer.

Les Pilules Foster sont on remède éprouvé; elles donnent de bienfaisants résultats aux personnes âgées en ehassant le mal de dos et les antres tristes symptômes qui .proviennent de la faiblesse des reins on de la vessie.

Elles sont nn dissolvant pariait de l'acide nriqne qu'elles chassent hors du corps ainsi que tons les poisons qui causent l'usure de nos tissas *t la vieillesse prématurée.

HEUREUSE VIEILLESSE M. L. Debcaud, Chitillon-Coligny (Loiret), nous a écrit i J'ai 74 ans et ma santé est excellente je ne ressens aucune douleur, je digère et dors bien, mais je n'oublie pas

de prendre de temps en temps quelques Pilules foster.

Cest, en effet, grâce à cet

excellent médicament que j'ai été débarrasse de maux de reine, de faiblette, de bourdonnements d'oreilles, de vertiges, d'oppression et d'un état coagestif très inquiétant. J'avais déjà été trnité sans succès.

Les Pilules Foster m'ont

parfaitement réussi elles ont assoupli mes reins, fait disparaitre les douleurs et les malaises. Dès le début, j'ai ressenti leurs bons effets et j'ai continué leur emploi; mon sommeil autrefois aptù est devenu meilleur, ainsi que tout mon état général, et mes forces sont revenues.

Gr4ce aux Pilules Foster ma vieillesse s'é- coule sus trouble ni douleur, aussi, c'est avec reconnaissance que je signale à ceux qui souffrent les bons résultats qu'il* peuvent obtenir, 1 (Signature liaalitét le 15 Octobre 19Î4).

PILULES FOSTER POUR LES REINS ET LA VESSIE

La boite: 5.6O La double boite 9.60 Toutes pharmacie* on franco H. Bixat, pharmacien, 25, Rue Saint-Ferdinand, Paris-i7'. REFUSER TOUTE IMITATION

IMMEUBLES A VENDRE OU A LOUER A VENDRE MAISON de la Gare, Quimperlé (Finistère), avec vaste rezde-chaussée, s chambres w.-cl., aux deux étages, grenier, remise, hangar. Pays très commerçant Et toun. tique. Grandea facilites de communication* Le tout libre et jouissance en mars prochain. S'ad. à M. LANDREIN, bd de la Gare, Qulmperlé. cole, habitation, dépendances et terres de rapport, libres de suite. Faire offres à G. L., à l'O.-Ecl. A l'Oit N A VENDRE. Location 1.700 francs. I..HUUIÏ PrlI: 350QQ fr. S'ad l'O.-Ecl. S617S-D A VENDRE à QUIMPER, à 100 mètres de 'a rivière Odet et en bordure de grande roui» VASTE PROPRIETE -JÏÏtu, grns commerces ou industries. Libre de suite. S'adresser au journal. 18010 A LOUIR POUR LA SAINT-MICHEL 18tt

LE MANOIR DU FOUGERAY

Saint-Senler, 4 kllom. (fAvranctiei. 39 hectares. habitations, plusieurs pièces. Bols, eau, avenue. Beau site. S'adresser Ouest-Eclair. 58185-D CESSIONS DE FONDS DE COMMERCE A CEDER 8 chambre. dont net. Loyer nul. Affaires 66.000 fr. en llmonade, sens restaurant, mats on peut 1'y ad)otndre. Prix K*t» avec ».ono cpt. Belle et véritable occasion t saisir. MANNOURÏ. 17. rue de Toulouse. fcAINT-MALO. [MM A MOtft BOURRELLERIE, dessert trou oommunes. Décès. Occasion. S'aO. l'O.-Eclalr. 16013 INDUSTRIES

A CEDER après Fortune faite (Région Ouest) ENTREPRISE DE VIDANGES

va,peur, avec 117 hectares de culture ou herbate». Ville lmportante. Très bon centre. Avec tout ttat«rtel et cheptel. ll faut posséder I50.000 fr. envlron pour trafter, ou de sérieuses garanties. Contiendrait à fermier ou nourisseur ayant des enfants pour le seconder, ou a deux associés connaissant l'agriculture. On mettrait au courant pour les vldanges.

S'adresser à M. ALINANT. Indicateur Aleneon. EMPLOIS, DEMANDES ET OFFRES n FR'P M* GAREAU, notaire a Mauves-surHuisne (Orne). ligne de Nogent-leftotrou a Mort&fme. demande un bon clerc aux actes courants, commençant à liquider. gfcffi JEUNE HOMME prendre le commercede nouveautés. Nourri et couché.

J. BAYE. Nouveautés. Sées. »l!5-n ON DEMANDE W-OMBIER-GAMEB. Usine l'Usine, place stable. 68144-D un) Wl bien pué. £mire Agence Haras. ̃>" I0.O39, TOURS. de jour.

HIHnVOUintO pouvant faire chauffeurs de

locomotives, $erre-freins. accrocheurs poseur», aide-machinistes de moteurs à gaz., pontonniers, sont demandés par Soelété Métallurgloue de Nor* mandK à Mondtvill*. près CAEN. Facilités de pension Ecrire. 77989 BONS CHAUDRONNIERS ™OC™J™. pour ateliers de réparations de locomotives. Faillites de logement. Ecrire en Indiquant références 4 la SOCIETE METALLURGIQUE D^t NORMANDIE t MONHEVIU.K. près CAKN.

on ouprler Couvreur Zingueur est demande pour pouvoir faire contremaître. Travail assuré sana perte Ae tomr*. Ecruv» au journal. 1M>75 MONTEURS EN FER, TOURNEUR$, CHAUDRONNIERS, de préférence célibataires, sont demandés par SOCIETE METALLURGIQUE DE NORMANDIE A MuNDEVILLE. près CADI, rafllités de pension _Eçrt re. met MANOEUVRES DEMANDES

pDREJtlE MOL1ME Frères, ««Inl-Sww (Calvad. PHARMACIE. PRïPARATIUR au courant rnAniilAUlC. demandé. S'adrefaer

Pharmacie CHAPEL, Roiporfl«n. 199M IAflft fr- P' m. gain eh sol s' cap. ni conn. sp. •VW Bon, 19. Rayon 30. Bur. Central. Parie. É AN (F UVRES M è M fr. par mHntCUVnCO semaine. logé, nourri, plus

rlmes dlv. Ecrire PIsWH. *» MonUIII» (Calvados) J. BATE. NouTeaiitéf, L«lgl«. 56114-D OK or par Joui b uuiu empl trat tac. Ecrira *•*» AtWers SERPOLt, St-CyT-MWOt (ttONJ.

pour Janvier Para et Très bonnes Ecrire Dinard. ON DEMANDE au courant Industrielle. S. I. C. E. A.. 16, Quai BONS MONTEURS et Quinoaillerle, pour travail de bureau. CLER'C NOTAIRE actes et comptademandé étude canton. S'a-

ON DEN. DE BONS OUVRIERS- Pour réparations voitures et camions automobiles. Garage de la Croix-d'Or. 17, avenue d'AlenÇcn, LE ON MENAGE AGENCE HAVAS, NANTES.

A base de Crème Rodoll, Lanoline, Beurre de Oieae> a àltutchll tl «tenta merveiUeutemtnt rèpidermt. Recommandé par les médecins pour la toiletta des épiderme. délfesu dei Oames et de* Bébia. RODOLL

ETREHMES UTILES

MACHINES A COUDRE

ANTINEA LES PLUS PEBFECTIOHNÊES

Garantie lu ans, sur facture, depuis Çftft fr. Catalogue pratts. Expédit /• prov. OvU Etab. MAURICE, 30, r. Cambronne. Pari» (15«)

ON DEMANDE aux ('arrières et Fours 1\ et-Loire), des CARRIEiRS._CASSEUKS DE PIERRE et des MANŒUVRES de préférence mariés, places stables, bons salaires. allocations pour charge de îanUlle, logement avec Jardin assuré.

S'adresser au Directeur. S6184-D MENAGE cuisinier est demandé pour gérer res111 taurant au centre des affaires Paris Caution11('ment exigé 30.000 fr. Ecrire à N° ST6 BOULY •11. boulevard des Italiens, PARIS. 3S464-E VOYAGEUR EN TITRE pour Bretagne et Ouest, ayant déjà relations d'affaires suivies, avec épiciers en gros, est demandé par importante et ancienne Savonnerie nantaise. Ecrire avec toutes références. Publicité Ouest, Nantes, Initiales SAVO. BON OOINMIS EPICIER~KSSS.&.-rnces. est demandé Maison COTJESfEL-PUTOT. T«««y-»ur-Vlr«. 5817&D REPRESFNTA NTS »-<> par Chocolat lilvoll, PARIS. Ecrire en Indignant références. CHAUFFEUR blen au courant camion CHAUFFEUR SAURER et tracteur panHARD est demandé. S'adr. A M. H. GUYOT. f'clerle. BAUD (Morbihan). M176-.D

LA CONSTIPATION ABRÈGE LA VIE Elle engendre, favorise, entretient et complique les maladies de dépression elle est la cause initiale de la vieill2sse prématurée. La thérapeutique moderne, d'après les recherches de nos plus illustres savais, recpnnaît que la plupart des éléments morbides s'élaborent, prennent nais.sance et se développent dans l'intestin. Véritable égout collecteur de l'organisme, l'intestin est le siège de fermentations favorables aux microbes, aux toxines et autres poisons organiques de toute nature, Ces fermentations sont d'autant plus actives, la pullulation des microbes est d'autant plus intense que l'intestin est plus encombré. L'accumulation des matières fécales constitue un véritable bouillon de culture dans lequel les microbes, les toxines, les poisons intestinaux les plus virulents naissent, se développent, se reproduisent avec une effrayante rapidité. Dans son trajet circulatoire à travers toutes les parties du corps, le sang véhicule et disperse ces semences de maladies, ces éléments de décrépitude qui minent les constitutions les plus robustes. Et l'on s'étonne des signes prématurés de vieillesse chez tel homme, de la beauté qui s'étiole chez telle femme, de la mollesse, du manque de force de tel jeune homme, de l'anémie, du teint chlorotique de telle jeune fille.

NE CHERCHEZ PAS PLUS LOIN

Interrogez-les ils avoueront qu'ils sont constipés. Et c'est de là que viennent tous leurs maux, depuis l'anémie, la Chlorose jusqu'aux maladies d'Estomac, depuis la Goutte et les Rhumatismes jusqu'à l'Eczéma, l'Artériosclérose et la Neurasthénie. A tous ces malheureux qui souffrent par leur faute, qui empoisonnent leur existence, qui abrègent leur vie, il faut dire, Il faut répéter sans se lasser

LES PILULES DUPUIS préviennent, combattent, suppriment la CONSTIPATION ELLES REUSSISSENT LA OU TOUT A ÉCHOUÉ LES PILULES DUPUIS rétablissent toujours la liberté de l'intestin elles assurent d'une façon régulière, automatique, l'évacuation quotidienne des résidus, des déchets intestinaux elles expulsent les éléments fermentescibles au soin desquels vivent les microbes, agents infec- lieux des maladies les plus graves.

Constipés, quelles que soient l'ancienneté et l'opiniâtreté de votre constipation, vous pouvez être certains que les PILULES DUPUIS vous en débarrasseront. Eviter l'encombrement intestinal, assurer la liberté du ventre, pratiquer journellement l'expulsion des fermentations microbiennes qui menacent à toute heure la santé, c'est le seul moyen d'éviter nombre de maladies, de retarder l'apparition de la vieillesse, de conserver aux organes un fonctionnement régulier et au corps entier toute l'activité de la jeunesse. LES PILULES DUPUIS FONT TOUT CELA Les exiger dans toute* les pharmacies, la belle 1 fr. M, portant une étoile rouge sur le couvercle. Les mots 0 e Oupule Lille 1 «ont Imprimés en noir sur chaque pilule de couleur rouge. Dépôt général: Ch. BAILLŒUIL, docteur en pharmacie, 109, rue Lèon-Gambetta, LILLE

BISCUITS PILON Dessert Sans Egal Le Meilleur du Repas

est le Dessert.

Le Meilleur Dessert

est le Sans-Egal

la- _^M

emballages. est demandé. S'adresser au journal. W83-D jnttitutrlu pour château Normandle demandée p' Instruction 3 flllettes 10, 8 et 4 ans. Anglais, lildro et Lravafl manuel exigés. S'ad. l'O.-E. 4-Mifi-G ulalnliri sérieuse rtuuaiulta pour château !\ormnndle,. Place stable. an journal. 49t47-C ON nPMAftinP de bons ouvriers meoa. l'auto. GARAGE VEROT, FOUGERES. ENERQIE ELECTRIQUE de la BASSE-LOIRE DEMANDE an courant étude, piquetage et construction réseaux base tension.

e UN DESSINATEUR da préférence au courant d'tnstallat!ons électriques.

Ecrire avec références ou ee présenter, 6, rue Amiral-Courbet, a SAINT-NAZAIRE. W186-D Ol! nFM UN BON OHAUFFIUR muni de 1*^111 bonnes rétérences, pour camionnette automobile ne pas se présenter, envoyer références et certificats au SERVICE DE LA PUEL1CITE DE L'OUEST, NANTES, Qu1 transmettra NI 78T7.

BON OUVRIER FERBLANTIER QmgSîiiS ING. ?RI"C- dlpl, ens. llbTC' références, conn. I(V "«lien. ay. créé nt dlrlire deux ans lait»iloelcvage. oli«rche direction affaire similaire. F,cr. offres et conditions DTJFAU. FIOEAC (LOT). JIUNB HOMME » ans, licencié en droit, dent Ecr RmArui4:RÉOTatiOr€CherC?9 situation d'aven' ter. R. ALFFftET. se, rue de la Porte, BREST, ALIMENTATION

VIIM ^A port' fûtl régie c°nipr> £20 1. Ci AI. Jean BOUIS, ORUI8SAW (Aude)

AUTOMOBILES

VOITURE 10 Hp> moteur Boucan ^Charron. A l'Ouest-Eclair. 8^S A VENDRE, pour o«UM untt

CAMION yAS(m QUAD, s tonnes, partait état' Prix 8 500 franct. S'adresser LE MEN, PontrAhbé, PlcauYlll» (Manche). MVtSi, CAM. 5 T- A S. ben. bascul. ismo. TIRIAÛl winmi rue de Vannes. yANTES 7, CEDERAIS aTec K10*»6 nprte MATHI» cycF« uu"u""9 car. S places, luxe, pneus confort, restée neuve plombéo en magasin dans un Karaté de l'Ouest. Urgent. Ecrire GERARD avenue Victor-Hugo. PARIS (16'). 48*35-0 AUTOCAR ROCKET-SCHNEIDER », «TpH INTERIE1RE, 3/4 places, 10 CV, DELAGE 19ÎI excellent état roues métalliques TORPEDO LUX, Il CV, BERLIET 18B4, état de neuf 6 plaça». prix Intéressant.

S'adr. GARAGE NEUMAGER, S-^NT-BRIEUC. RENAULT 6 HP. 9 cyl., s pi. et spider, écl. éloct. ot Magondeaux. roue rechange, pneus neufs. î1Ar™*tao^.C0° tr. co^un-E rNTïJRijniRB 10 HP RENAULT 203 places, récente, et CO\DUITE INTERIEURE DE DION lfl-14 HP. 0 places. On reprendrait voiture en compte. PERRI. CAULT. 3. r. du Champ-de^Mars. Rennes. Tél. 10.» U N IL 8 HP| 2 à bas prix, Â~~VEXbHE.AVIS DIVERS

CHIENS POLICIERS ^.r?^ et Malinois, au sevrage (avec pedigree). Mômtt race: adultes pour toutes gardes, toujours disponibles. Mme ROBIN, à Plouha (C.-du-N.). 34816 ALCOOLS RECTIFIÉS

Courtier Assermenté du Nord de la Franc» aurait Preneurs par envol de 10 Pipes m'olmua. livraisons Décembre-Janvier. Faire offres aux Inltlalea G. K.. bureau d» journal <pil fora suivi». NICKELAGE-ÉMATUrÀGË

Pour toutes ptèces de cycles et autos, carrosserie, supports d'étalage en tous genres, chirurgie Me. H. JELXAN'I»: 3 et 5, faub. d'Antratn, RENNES. Tout le nickelage est garanti fait sur cuivre. BOUTEILLES A CIDRE

litres, champenoises, etc., neuves ou usages a vendre. Prix réduits, par wagons ou détail sur demande. Expéditions vour tous pays. Verrerie de Touraine. ïO. r. du Commerce, Tours, tél. 5-48. AVIS AUX TAILLEURS Suis acheteur Draps neufs s francs le kilo; Tolles 1 fr .50 16 ilo Cordases. chanvre, 1 fr. 50 le kilo, a partir do 10 kilos Jusqu'à wacnn complet. LE MARTELOT ̃1. Tllff PH1UPPK. r.OKTKNT 15 aM A SAISIR, OCCASION *SSSTSL Il(, en filet." il maquereau, bon état. 9 kilos chacun; Deux treuils et plate-torme pour cheval Trois cuisinières convenant Mte) on maison bo01·geoise, longueur 1 mètre et 1 m. 50.

T.E MARTELOT. 4. rue PHILIPPE. LOR1ENT. par les piiuIm nnuiwi> dSporati» txcowtsiau ton les 116 l S ou chroniques) les fl««rw. l'EPILEPSIE les CONVULSIONS préservo de la Tubercuiou et ci,- touub MwilniltM, Bottes spéciales p. les petfts enfant!. Jusqu'à 10 an» P» 10 tr. ttf> Pille. et Phi. «lll»um«, Il 'ou. a chaudiére horizontale tubulalre, foyer amovible. ;o CV. type 8'8. Excellent état, visible en marche. E. SCHOLTES et Cle, Fiers ,Orne), 18.004 Exovllent FUT A OltrBF environ 3 barriques, A *• \"ENDRE. 15. r. des Dames. RENNES. SCM-D >t-"L'rtu B chev S'ad. a l'O.-Ecl. TW08 marque oonnue. Ecrirt L. O. A. l*0.-BrtEA


CAPITALISATION LA PLUS IMPORTANTE DE TOUTES 4 rue Jules-Lefebvre dues. SOMMES MENSUEL PUBLIC ou 15 DÉCEMBRE 7 0 0 0 francs Sur les FRANOS répartis au tirage du 15 Décembre, les règlements antlcipés des titres dont ci-après la ltste, appartenant iL des adhérents de la région, s'élèvent à 36.000 francs. TITRES DE 6.000 FRANCS. Tarif W (durée 32 au). Somme répartie 18.000 franc.

42-576. G., (Orne)

TITRE DE 2.500 FRANCS. Tarif L (dnrée 20 ans primes payables pendant 15 ans). Somme répartie 55.000 francs. MENAGER S, Angers

TITRES DE 1.000 FRANCS. Tarif G 10 au). Somme répartie: 18.000 francs.

M- J., M. LORTN P., Moyenne

Tarif C (durie 15 au). Somme répartie 556.000 franc,

Au proolfaln Tirage '%flic quatre MAUNGE V.. Noyant

rI'fTRE DE FRANCS. Tarif E (durée 33 ans). Somme répartie 4.000 francs.

A.. Tourlaville

Pour renseignements et à l'AGENCE DE aux Inspecteurs et aux Agents locaux.

Au PROCHAIN TIRAGE DU JEUDI JANVIER il sera réparti aux Adhérents: 775.000 frs

Votre intérêt est de confier S?£ Assurances au groupe des

SEQUANAISE ASSURANCES SUR LA VIE (l>

RENTES VIAGÈRES

ASSURANCES CONTRE L'INCENDIE ET les ACCIDENTS

DE TOUTE NATURE

CONSTITUTION DE CAPITAUX PAR VEHEMENTS UHIQUES OU PERIODIQUES TIRAGES MENSUELS Demmder f ratnitem«nt urift et renaeifneineiita Siègttoctel: 4, rut Jules Ltfëton, Part» R. C. Seine 8277. 8278 et 215.468 B

(1) lA Séoua-i» Vu et Opitalhatk» muimmtn. priai prirées anujeuie» au contrôle de l'Etat.

POUR CUISINIÈRES, GRILLES. POÊLES Brûler |

i économiquement i est possible avec les Troulets, { i boulets d'anthracite anglais perforés le trou assurant une économie de 30%, véri- j fiée par le» Laboratoire des j Arts et Métiers. j

Pour obtenir le meilleur rendement | tous allumez à tirage rapide et quand le boulet est entiérement j rouge, voua réduisez le tirage. Vous demandez Troulet à votre marchand de charbon et, à l'adresse d-dessous, un joli frottoir et la bro- chure explicative.

TOLES OMDULÉES

NOIRES A GALVANISÉES

Etabllsaemu PLUNIAN frères, LORIENT

H Parfum ultra persistant. I 1 K I ̃̃ 11 n VERITABLE. M WW mancfoutlmt..AfMV.parl. ̃ ̃ 248, rut Crtqm • LYON.

Vente en gr- MANTES, 1, r. Camllle-Berruyop 1

par représentation facile, agréable et lucrative. (Hommes ou Dames). Ecrlre • DAURIGNY, 27, rue Bonvallet, AMIENS.

PRIMES Tous les Commerçants détaillants I IIIJ1IJL3 désireux de faire plus d'affaires ont intérêt à donner les TIMBRES-PRIMES PHENIX dont les primes sont les plus appréciées. Notice franco. Société PHENIX, la% rue

LES RHUMES à répétition

Vous avez senti le froid, une petite démangeaison dans les fosses nasales suivie d'un éternuement et vous voilà encore pincée par un. rhome de cerveau qui, délaissé, vous retombera sur la poitrine. L'irritation se propagera rapidement ivrs les bronches pour provoquer l'accès de toux et l'expectoration de crachats épais et abondants. Vous pouvez presque instantanément vous débarrasser de ce rhume et de ses suites fâcheuses, car le PECTORAL RICHSIXI est là pour vous rendre ce service, comme veut bie> nous le dire une malade reconnaissante

J'étais depuis plusiewt années sans cesse victime de rhuntes de cerveau qui, touvent, se terminaient par un rhume de poitrine. Il a fallu qu'une 6)-onchite grave me fasse connaître votre PECTORAL RICHELET. Trois flacons m'ont remise sur picd se apporté la guérison complète.

M"» Madeleine D. sténo-dactylo à Paris.

Le PECTORAL RICHELET est, en effet, infaillible. Qu'il s'agisse du plus petit rhume, d'un mal de gorge, d'un catarrhe, d'un asthme ou d'emphysème, il opère avec la même rapidité. Au dehors et pendant ses occupations, le malade doit encore user de la PASTULE RICHELET, véritable c potion sèche • spécialement créée pour continuer l'œuvre du PECTORAL RICHELET, protégerles bronches et activerlaguérison. Toota» pharmacies le Pectoral Richelel, 6 fr. 95 le flacon; les PistOlas Rithelet, 8 .95 la boite. Enra d'un flacon de Pectoral Rich.-lct et 2 bottes de Pastilles Ricielet, feo, contre mandat de 12 fr. 85 utessé à L Richelet, de Sedan, g rue de Beltort, Baronne (B.-P.)

LE NIGER LE SUBLIMIOR QARANTIS INOFFENSIFS

En vente chez tous les Coiffeurs, Parfumeurs Pharmaciens, Herboristes, Grands Magasins et PARFUMERIE ROYALE

13, rue de Trévise, PARIS

Envoyer timbres ou mandat pour recevoir en colis discret et cacheté, port en plus, 1 fr. Pour LE NIGER indiquer la nuance

Le Moniteur Industriel 23, Place de la Bourse, HANTES

PRINCIPALES OPERATIONS i

FORMATION'S DE SOCIÉTÉS

EMPLOIS INTERESSES

PRÊTS HYPOTHÉOAIRES

VENTE Propriétés, Châteaux ACHAT DE Immeublea, Industries Quelques références d'affaires réalisées par le Cabinet.

SOCIÉTÉS L'Agence commerciale « SaintMichel à Ndntes, Conserues et Produits atimentaires. Société en commandites 'Impies i1.000.000).

La Soctété en commandite simple Portoleatt, NOM et Cte. Capital 680.000.

La société Nantaise de Carrosserie d Nantes. Anonyme 1636000).

PROPRIÉTÉS Le Domaine d'Ancremer, 250 Met. {Finistère).

Le Dunuitne du Buisson (Normandie).

Diverses Propriétés et Fermes.

Excellente CHAUDRONNERIE fondée 1829. réputation mondiale, 150 ouvriers, demande DIRECTEUR COMMERCIAL expérimenté avec capitaux, en vue d'augmenter matériel insuffisant pour exécuter commandes importantes. A OEDER, région Ouest TANNERIE créée 1870 tenue par vendeur depuis 24 ans, marque réputée, outillage :noderne, force. hydrauligue. etc. Vendeur resterait intéressé au !lesoin.

Vendeur resterait Intéressé au besoin.

Prix: 425.000 à déhattre. Facilités patemeat. Correspondants dans toute la France.

t* NEURASTHENIE OOULtUR SOUFFRANCE tontes JMALADIE6 NERVEUSES pitatfona,i«'évrai(riew. Le Fiae. race. Fco rfir