Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 10 on 10

Number of pages: 10

Full notice

Title : L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, politique, littéraire, commercial

Publisher : (Rennes)

Publication date : 1923-06-07

Contributor : Desgrées du Lou, Emmanuel (1867-1933). Directeur de publication

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Language : French

Format : Nombre total de vues : 135307

Description : 07 juin 1923

Description : 1923/06/07 (Numéro 7906).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Bretagne

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k647298v

Source : Bibliothèque nationale de France

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32830550k

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 26/11/2008

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 99 %.
For more information on OCR


Le Bloc national et

Action Française a L'esprit froiiffle où il veut., et ce sent parfois d'anciens révolutionnaires qui, revenus de leurs utopies subversives parlent le langage du bon seins et de la raison. Tel est le cas de M. Gustave Hervé. Voilà bientôt neuf ans que le rédacteur en chef de la Victoire, transformé par la guerre et les épreuves du pays, mène dans son journal le bon combat quotidien pour la patrie et ses libertés. La reprise des luttes politiques et le réveil des antagonismes de partis ne l'ont pas rejeté comme tant d'autres aux querelles surannées d'autrefois. Il est resté, dans la paix 'victorieuse comme il le fut durant la guerre, le défenseur vigilant de la poli- tique de réconciliation et de concorde nationales. C'est pourquoi nous avons plaisir à reproduire ici l'article si sage et si clair qu'il vient d'écrire à l'occasion des derniers débats de la Chambre et qui contient à l'adresse des gens de droite et des gens de gauche, des avertissements dont il serait à souhaiter qu'ils fassent enfin leur |>roflt. Il fallait s'y attendre. Les adeptes du Bloc des gauches exploitent habilement l'indignation générale produite dans tout le pays par la dernière gaminerie malpropre des camelots du roi et par les campagnes d'outrages de Léon Daudet et de son équipe contre leurs adversaires républicains. Briand, avec son habileté manoeuvrière redoutable, a commencé une campagne électorale dangereuse pour )o Bloc national. Elle consiste à ameuter contre ce dernier toute l'opinion publique en criant partout a Le Bloc National, c'est Daudet 1 »

Mais non Daudet n'est pas le Bloc National. Il n'en fait pas partie. Il s'est même présenté dans le secteur parisien où j'habite contre la liste du Bloc National. Il a beau prendre sous sa protection le Bloc National dans ses articles de journal, il n'a rien de commun ni avec Millerand. ni avec les clemencistes qui sont les chefs et les fondateurs de la coalition qui a triomphé le 10 novembre 1919. On comprend très bien que les battus du 16 novembre 1919 essayent d'attacher une pareille casserole à la queue de la majorité actuelle. C'est à nous, et en particulier aux républicains catholiques qui forment l'aile droite de notre Bloc National, de ne pas laisser s'accréditer ce mensonge et de nous désolidariser bruyamment des royalistes sous peine de subir l'année prochaine un désastre comme aucun parti n'en a jamais subi. Si j'ai un conseil à donner a certains curés, c'est d'avoir l'intelligence et le tact de ne pas arborer en public l'Action Française, à moins qu'ils ne tiennent absolument à ruiner l'eeuvre de pacification religieuse si bien commencée par Millerand depuis quatre ans.

Non la prochaine bataille électorale n'est pas entre les républicains et les royalistes, lesquels ne comptent pas dans le pays, malgré les bruyantes sottises auxquelles ils se livrent.

La bataille est entre deux conceptions de la République la République laïque et anticléricale, c'est-à-dire anticatholique d'avant-guerre, dont l'aboutissement fatal est le socialisme révolutionnaire et le bol- chevisme, et une effrayante dépopulation de la France, et la République vraiment nationale, qui fera appel à toutes les grandes forces morales du pays y com- pris l'Eglise catholique pour tâcher d'enrayer cette crise de la dépopulation et restaurer dans tout le pays le respect, l'autorité, la discipline qui sont en train de disparaître.

Suivant la première conception de la République, les catholiques ne peuvent pas entrer dans une majorité gouvernementale ils sont des « blancs », comme les appelle Briand. condamnés à perpétuité à rester en quarantaine comme suspects d'antirépublicanisme.

Suivant la seconde conception, tous les républicains, qu'ils soient libres-penseurs ou catholiques, ont voix au chapitre pour la direction de la République, et il est beaucoup moins scandaleux de les voir former des coalitions gouvernementales que de voir des républicains libres-penseurs lier partie, comme Herriot ou Briand, avec les socialistes qui s'affichent, même les plus modérés, comme des partisans de la lutte de classes et de la révolution sociale.

C'est entre ces deux conceptions de la République que le paps aura à choisir en 1924. comme il a eu à choisir en 1919. Malgré l'équivoque que crée à notre préjudice le quarteron de royalistes d'Action Française, dont on exploite les sottises contre nous, le Bloc National républicain vaincra en 1924 comme il a vaincu en 1919, si nous n'attendons pas la dernière heure pour nous organiser en vue de la grande bataille électorale, dont dépend pour cinquante ans l'avenir de la France et de la République.

Gustave HERVÉ.

UN INCENDIE DÉTRUIT

LE MARCHÉ COUVERT DE TOULON Toulon. 6 juin. Un violent incendie s'est déclaré à midl au Marché couvert servant nour le fonctionnement des Halles Centrales, à Toulon. Le feu a pris rapidement de grandes proportions menaçant tout le quartier. Les dégâts matériels sont imporUBto tout je Marché couvert est détruit.

LA SITUATION

U réforme électorale a a été entendu que la Chambre, après Je vote du projet sur les pensions de retraite, reviendrait à la question de la néforme électorade. Il importe, en effet, que le pays aoit fixé sur le mode de scrutin, un certain nombre de mois avant les élections. L'opinion de la commission du suffrage universel est connue, et personne ne doute que la Chambre la suivra dans la voie qui conduit à la représentation proportionnelle intégrale. Le Gouvernement, qui connaît les résistances du Sénat, proposera un texte transactionnel qui améliorera le système de la loi de 1919 dont les défectuosités sont incontestables ce texte se rapprochera de celui que le Congrès du Parti républicain démocratique et social adopta au dernier Congrès de Marseille les listes incomplètes seraient interdites et la prime à la majorité absolue serait supprimée.

Il 8lit tout naturel que la Chambre ù&ue directement du suffrage universel et principale intéressée dans la question se prononce la première sur le choix du mode électoral. La discussion de la réforme est à l'ordre du jour. Il parait tout naturel que le Sénat, qui pourra discuteur le plus sérieusement du monde la question, attende pour s'occuper de l'élection des députés que la Chambre lui ait envoyé un texte précis. Or, comme s'il s'agisFait. à la fois de donner un conseil au Gouvernement et il la Chambre, le Sénat prétend voler, avant que les débats ne ooinmencent au Palais-Bourbon, une motion qui, dans son esprit, doit exercer une influence sur les débats de la Chambre.

On sait que c'est M. Jeanneney qui a pris l'initiative d'une motion ainsi conçue « Nul ne peut être élu s'il a obtenu moins de voix que son concurrent

A l'heure présente, il parait certain que cette motion, déjà signée par 132 membres de la Gauche démocratique, obtiendrait lamajorité de l'assemblée.

Mais à quoi aboutirait ce vote. sinon à créer un conflit entre les deux assemblées ? La question du mode électoral a été soumise au' Sénat en 1919 et le Sénat accepta que des députés fussent élus en ayant obtenu moins de voix que leurs concurrents. Cette même question sera posée à nouveau devant l'assemblée du Luxembourg dans quelquee mois. Le Sénat verra 4'il doit donner une preuve de versatilité eu revenant sur un vote de 1919. ou s'il doit, au contraire, corriger cette loi.

Mais, en attendant, toute motion parait inutile et même incorrecte.

P.-O. DOLBERT.

LA COUPE MICHELIN Le beau raid du commandant Vaititmin Vuiiteinin. veinant du C.rotoy, a atterri a

un. 20 à Villacoublay. Il a- donc effectue le parours de 2.S50 kimiètres à une :iioyenne de 104 ;ilo in êtres à heure, malgré ni arrêt de plus !a 7 heures au Crotoy, en raison il mauvais ̃̃MipS.

Il a une avance l'une heure sur on temps de l'an Iprnier.

Rappelons l'itiuraire parcouru iar l'aviateur qui ,lait parti de Yilacoublay mardi matin à 2 heures Paris; Tour», An- Pan. Toulouse

Clermont-Ferrand,

Bourges, Dijon, Strasbourg, Metz, \fourme-1 Ion, Valencfennes, Paris.

La conférence

franco-belge a eu lieu hier à Bruxelles

Nouvelles mesures de pression contre l'Allemagne

Bruxelles. 6 Juin. M. Poincaré, M. De Lasteyrie. M. Le Trocquer et leurs collaborateurs sont arrivés à Bruxelles a 13 h. 20. Ils ont été salués sur le quai de la gare par le général Dégoutte, M. Tirarri, président de la Haute Commission des territoires rhénans et M. Herbette. ambassadeur de France. Le Président du Conseil a été accueilli à sa sortie de la gare par les cris de: Vive Poincaré » il s'est rendu aussitôt en automobile à l'Ambassade de France où il passera la nuit puis au ministère des Affaires étrangères où il a été reçu par MM. Theunis et Jaspar.

Les trois ministres y ont eu un long entretien qui a porté notamment sur les études fournies au Cabinet de Paris par le gouvernement belge et relatives il. la question des réparations. Seuls le= trois ministres ont pris part à cette conversation.

Après cet entretien qui a duré plus d'une heure, les experts ont .été appelés en séance. La séance a duré jusqu'à 6 h. 30. Le communiqué suivant a été distribué

Communiqué officiel

i Lés gouvernements belge et français ont continué aujourd'hui L'étude en commun des divc'rses questions posées par t'occupation de la Ruhr. Ils ont intégralement maintenu toutes leurs décistons antérieures, notantment en ce oui concerne les conditions dans les- quelles aurait lieu L'évacuation de la Ruhr après paiement des réparations en en se qui concerne l'obligation pour l'Allemagne de mettre fin à la résistence passive avant tout examen de ses Propositions. Les deux gouvernements ont réglé le programme des nouvelles mesures à prendre pour accentuer la pression et pour contraindre l'Allemapne à l'exécution rapide de ses obligations,

LA TERREUR ROUGE EN GEORGIE GONSiAimxopix, 6 juin. Le 23 mai, sous l'inculpation de préparation d'une insurrection, la Zaktch*ka (îctiéfca de ïransctniftasie) a fait fustller sans jugement 15 offteifirs de l'armer géorgienne dont 4 généraux et 4 colonelf. D'autres exécutions visant des généraux, dont l'un était sous-secrétaire d'Etat à la guerre dans le gouvernement national, sont en préparation.

Au début de mai, 80 détenus politiques dont plusieurs gravement malades, furent déportés dans le nord de la Russie.

Le 26 mai. jour de l'anniversaire de la proclamation de l'indépendance de la Georgie, plus de 800 personnes ont été arrêtées. Deux journalistes libertaires condamnés

Annecy, 6 Juin. Le Tribunal a rendu son jugement dans le procès intenté au journal communiste Le Travailleur de la Savoie et de l'Isère, pour excitation de militaires à la désobéissance, dans un but de propagande anarchiste. Le gérant et l'auteur des articles visés sont condamnés chacun à 800 francs d'amende et aux dépens.

Le soldat Groset est acquitté.

UN NOUVEAU CANON-REVOLVER PARIS. '6 6 juin. Sous ce titre, la France militaire annonce que M. John Browning vient d'achever la construction d'un canon à tir rapide capable de tirer 120 coups à la minute. Chaque obus pèse environ 500 grammes. Le canon d'un poids de 75 kilos est monté sur un trépied et peut tirer dans n'importe quelle position sans que sa précision en souffre. Sa portée serait d'environ 11 kilomètres.

Liiie EN 7* page

LA PAGE DE LA JEUNE FILLE

LA MODE AUX COURSES =i= 1

Comment on ment

à lf« Action Française»

Le mécanisme de leurs mensonges mis nu et démontré au moyen d"un simple fait-divers

Ah 1 lea Tartutes Ces gens de l'Action Française quels beaux Tartufes 1 Ils mentent vraiment pomme Ils respirent, par besoin, par habitude. Chez eux c'est une passion, un vice c'est une nécessité. Nous pourrions relever chaque jour les mensonges impudents qui meublent, jusqu'à les encombrer, les colongues de l'Action Française. Ils sont trop De temps à autre, cependant, il est bon de démasquer pour ceux qui en doutent encore le vrai visage de ces Tartufes; il est bon, en passant de saisir au collet, tout vit, entre mille, uh mensonge de l'Actlon Française, de l'exposer au grand jour et de dire au public voilà un mensonge 1 Eh bien, en vniri un le dernier, il est d'hier.

Il s'agit d'ailleurs, d'un fait sans grand intérêt, mais qu'importe l'Action Française opère en petit aussi bien qu'en grand. Nous avons rendu compte hier, en dernière heure, dans la plupart rie nns éditions, sous ce titre « Mœurs de mouchards d'un petit incident qu'eut Paris. dans la soirvo du 5, Monsieur l'abbé Troc)))), Rnnpelonsle Mardi soir, M. l'abbé Trochu, rie rnssage Il Paris, dînait avec deux amis. membres du Conseil de surveillance de L'Our.it-Eclair, dans un restaurant voisin (le la rarr Montparnasse.

Comme le repas s'achevait, uu garçon a-sez ému vint avertir M. l'abbé Trochu que deux jeunes gens d'allure suspecte venaient de l'interroger pour savoir s'il se trouvait dans l'établissement ils lui avaient même offert, pour le payer de sa complaisance, de l'argent qu'il avait re/usé. Les deux mouchards s'étaient alors postés des deux cotés de la porte et guettaient la sortie.

M. l'abbé Trochu. sans hésiter, descendit aussitôt, accompagné de ses deux amis, et marcha droit à l'un de ces messieurs, qu'il interpella

i Vous m'avez demandé. Monsieur Eh bien, me voilà. Que déslrez-vous t à

Le camelot pâlit., verdit et balbutia d'obs¡ cures dénégations. Il était piteux.

Cependant un attroupement extrêmement hostile aux deux (:amelots du roi s'était formé et, comme la foule commençait il parler n d'une bonne tournée qui s'imposait, un agent s'approcha et emmena les deux mouchards amateurs, fort déconfits, au commissariat de la rue Delantbre.

Interrogés par le commissaire de police, ils ont déclaré se nommer Henri Courmont et Louis Parent et avoir suivi l'abbé Troehu afin de savoir ce qu'il venait faire a Paris.» Tel est le fait dépouillé de tout commentaire, le fait dans sa vérité rigoureuse. L'Aclion Française aurait pu le relater en quelques lignes mieux, le fait n'étant pas à son honneur, nous l'eussious excusée de n'en i>as pa.rler du tout. Mais c'est mal connaître l'.4ction Française. Elle en parlera, mais elle en parlera à sa façon. c'est-à-dire qu'elle le déformera, le dénaturera jusqu'à le renrlre méconnaissable. jusqu'à en tirer un effet de polémique contre toute vraisemblance, contre toute vérité.

Citons le morceau tout entier il en vaut la peine

LE SCANDALE DE c VOVKST-ECLAIR

Une conscience Inquiète ou le ricil persécuteur ? Hiet soir, un restaurant bien connu, proche de la gare Montparnasse, a été le théâtre d'un amusant incident.

L'n de nos amis prenait son café à la terrasse lorsqu'un abbé accompagné de deux messieurs sortant d'un cabinet particulier de l'établissement s'avança et jetant des regurds inquiets sur les consommateurs, s'écria qu' c on voulait lui Jairc prendre de l'huile de ricin C'était l'abbé Troehu. Comme notre ami souriait de la répulsion que Trocliu paraissait avoir pour cette drogue salubre, alui-ci essuya d'ameuter le public en crian: « C'est un Camelot du Roi Il a sûrements une bouteille d'huile de ricin dans sa poche 1 »

La foule s'était massée devant le restaurant et des agents attirés par les cris de Trochu emmenèrent au Poste notre ami. le directeur de L'Ouest-Eclair et. un paisible consommât eu."

Devant te commiisaire de police, l'abbé Trnchu prétendit que notre ami formait 1'avant-gati.e d'uni' uo'pe de Camelots du Roi porteirs d'huile ae ricin.

C'est probable, répondit le commissaire.

De plus en plus affolé. l'abbé Trochu insulla notre ami, en le traitant d'hypocrite. Celui-ci lui fit simplement remarquer qu'en l'occurrence l'hypocrite était celui qui avait imprimé clandesîinement des affiches injnrieuses. L'abbé Trochj ne sut rien répondre.

Notre ami protesta alors vigoureusement contre son arrestation arbitraire et le commissaire donna congé à tout le monde. Vous avez bien lu ce récit de L'Action Française 1 Vous convenez qu'il ne ressemble en rien au récit que nous avons donné T Mais vous vous dites peut-être De L'OuestEclair ou de L'Action Française, qui a tort qui a ralscn t

Les lecteurs de L'Action Française qui ne

lisent que leur journal croiront dur com. me fer leur chroniqueur, c'est entendu 1 mais ceux qui lisent d'autres journaux T Et bien, ceux qui lisent d'autres journaux s'apercevront, une fois de plus, que L'Action Française a menti impudemment, comme d'habitude, comme toujours.

La preuve ?

La preuve est faoilb à faire. Nous avons sous les yeux les journaux de Paris, or. tous les journaux de Paris relatent l'incident exactement comme nous t'avons relate. Que vous preniez le Temps, les Debata, l'Intransigeant, le Journal, le Petit Journal, le Petit Parisien, le Figaro, l'Ectair, l'Œuvre* la Libre Parole, la Victoire, l'Ere Vouvelle, la Croix, etc. c'est la même relation, iL quelques détails insignifiants près.

Et comment en serait-il autrement, puis- qu'il s'agit d'un fait vu par cinquante pet% sonnes; consigné par un commissaire de police purement et simplement ?

A titre documentaire, voici la version du Temps ce journal, que nous sachions, n'a pas la nîptitaiion d'rtrn un informateur On lit dans le Temps, sous le titre L'abbé Trochu et les Camelots du Roi

L'abbc Trochu, directeur de VOutsU Eclair, qui est en polémique avec l'Action Française depuis quelques semaines, se trouvait hier soir, en compagnie de deux amis, dans un restaurant voisin de la gare Montparnasse.

« Alors qu'il dînait, un garçon vint la pré- venir que deux consommateurs assis a la terrasse lui avaient offert de l'argent pour recevoir de lui l'assurance que l'abbé Trochu était bien dans l'établissement. Celui-ci sortit alors et, s'adressant a l'un des jeunes hommes Vous m'avez demandé, Monsieur, lui dit-il que me voulez-vous 1

«La foule intéressée pa.r la discussion qui' suivit s'amassa un agent survint qui mena au poste les deux jeunes hommes. Ils déclarèrent se nommer Louis-Willy Parent, âgé de 24 ans, employé de commerce, demeurant rue Ollier. et Henri-Emile Courmo.n, même âge, imprimeur, rue de la Tour-d'Auver,xne. Interrogés, ils diront que. Camelnts dn Hoi, ite avaient accepta ln mission 41P surveiller l'abbé Trochu il Paris. Procès-verbal a été dressé- et, après vérification de leur identité, MM. Parent et (:nnrmon ont été remis en liberté.

La version du Temps ne vous suffit pas TPrenons celle de la t'roi.c. La voici

La Croir, sous le titre de Les Camelots du Roi et NI. l'abbé Trochu »

« Mardi soir, vers 10 heures, deux Camelots du Roi ont été amenés au commissariat du quartier Montparnasse sur ivqiiisttion tie M. l'abbé Trochu, de V Ouest-Eclair Celui-ci, qui avait (liné au restaurant avec des amis, avait été prévenu par le garçon de l'établissement. que deux jeunes goas qui se trouvaient 3 la terrasse lui avaient offert 5 francs pour qu'il s'assurât de son inrtentité. M. l'abbé Trochu requit aussitôt un agent et fit conduire ces jeunes gens au commissariat de police, .â ils déclarèrent se nommer Louis Parent et Henri Cnurmon, être Camelots du Roi et avoir reçu mission de s'informer des faits et gestes de M. l'abbé Trochu il Paris.

Voulez-vous la version du Petit Journal 1 Le Petit Journal, sous le titre • Dpux Camelots du Roi suivaient l'abbé Trochu. » Vers 9 h. 30, hier soir, place de Rennes, près la gare Montparnasse, l'abbé Trochu, directeur de l'Ouest-Eclair, qui est en polémique avec l'Action Française, a demandé à. un gardien de lk paix de conduire au commissariat de la gare deux Camelots du Roi. « L'abbé Trocliu venait de diner dans un restaurant voisin de la gare avec deux amis. Un garçon de café l'avait prévenu que deux jeunes gens qui se trouvaient iL la terrasse du restaurant lui avaient proposé nn billet de 5 francs pour savoir si l'abbc Trochu était bien dans l'établissement.

Les deux jeunes gens I.ouls-Willy Parent, 21 ans, employé (le commerce, drtneurant 4, rue Olier, et Henri-Kmile Coiinnon. 24 ans, imprimeur, domicilié 'M, rue de 1s Tour-d'Auvergne, ont déclaré qu'ils étaient venus dans l'intention de suivre l'abbé pour savoir ce qu'il venait faire iL Paris.

Ils ont été rclachés après vérification de leur domicile. »

Faut-il citer d'autrçô journaux ? 1 Le Figaro, l'Œuvre l'Erlair, la Libre Parole, le Petit Parisien, la Victoire ? etc., etc.

Non, n'est-ce pas, cela suffit. Leur version est absolument la. même a quelques variante) de rédaction près.

Voilù donc L'Action Française, une fois d1 plus, prise en flagrant délit de mensonge. La preuve est faite, une fois de plus, qu'elle ment systématiquement, qu'elle dénature eystématlquement, pour les besoins de sa basse polémique, la vérité jusqu'à la rendre méconnaissable.

Ah 1 Quel beau professeur de polémique vous êtres, M. Léon Daudet 1

UN NOUVEL INCIDENT

Les camelots du Roi. füent toujours Notre rédaction parisienne nous transmet la relation d'un nouvel incident survenu hier matin entre NI. l'abbé Trochu et les Camelot1


du roi. SI l'Action Français*, en rend compte demain, elle le déformera affrontement comme eU« a déformé celui d'avant-hier, soyez.en sur. C'esl pourquoi prenant les devant», nous donnerons de ce petit incident, non notre versloa, mais la version de l'Agence Havas la voici

Puus. 5 juin. Ce matin à 9 heures, l'abbé Trochu a fait conduire au commissariat de Sa1nt-Thomas d'Aquin un nommé Marre Aimé, né le 18 août 19(6 à Bastia, se disant étudiant et représentant de commerce, domicilié boulevard de la Barlcne à Eplnay. L'abbé Trochu avait remarqué que ce jeune homme le fllait. Interrogé, Marre a reconnu « avoir été charge par les Camelote du roi de surveiller les faits et gestes de l'abbé Trochu.

Après vérification de son identité et de son ilorolrtle. 11 n +tt remis en liberté.

et la Croix notamment, donnent de l'incident exactement la même version les termes seuls diffèrent. Nous verrons demain la transformation qu'il aura subi après être passé par le truchement des maîtres-menteurs de l'Action FTançaitr.

ILS PRATIQUENT AUSSI

LA LETTRE ANONYME

Paris, 6 juin. M. Aateriou. député de l'Aotlacbe. a relaté cet après-midi, dans les couloirs de la Chambre, qu'au cotus de la eéance d'hier il avait, ainsi que M. Herrlot, reçu une lettre pneumatique anonyme les avertissant tous deux que leur attitude à propos de menées royalistes recevrait prochainement Juste récompense.

LE BON TRUC

L'Honorable Lton Daudet est embêté. Le ministre de l'Intérieur ayant déclaré en pleine séance de Chambre que le prudent njatamore, tout en reprochant à la police d'avoir commis des crimes, ne se faisait pas faute de s'adresser à elle le cas échéant a, noue attendions avec curiosité les explications de l'Action Française.

C'est Maurice Pujo qui fut chargé e les donner. Disons tout de suite qu'il avoua une fois n'est pas coutume l'exactitude du fait. Il avoua même que ce Guicnard-là qui veille à la sécurité de Léon Daudet, son patron, est un brave commissaire unnête commissaire », landis que l'ant.re tiulchard ah l'autre celui de la Haute police est, avec Dumas et Durrocq. un complice de l'anarchie

Restait le ministre de l'Intérieur à ang. pour avoir vendu la mèche.

Pujo trempa trois fois sa plume et quelle plume dans l'encre et quelle encre t (c*Mt à croire qu'un mauvais plaisant y mêla en douce un flacon d'huile de ricin) puis trouva reol (je cite)

Au »un de la séance de vendredi, ci n'eu pas sans quelque stupeur qu'en a vu M. Maumury, pour Léon Daudet qui le tri« Dumat-Duoroeq-Culehard, lui reprocher d'avoir un jour eu recourt a la police.

L'usage d'un pareil argument par le ministre de l'Intérieur ne pourra @,excuser que par lien ignorant» légendaire de tout ce qul ooneerna tm fonction!.

Il Ignore qu'elles l'obligent au secret professionnel

1'ariuie, va Et combien maladroit 1. On ne pouvait «vouer p"'s ornement a vérité que voici

Léon Daudet, pour pouvoir, sans risque personnel, diffame;- à tour de bras qui lui plaît tous les matins, a recours à la protection de la police, mais.

MAIS IL EST FURIEUX QU'OM Ll SAOHE 1 CELUI QUI TIRAIT AU PLAFOND Taupin est condamné à 15 jours de prison et 25 francs d'amendt

Paris, 6 juji. l..t \y Cltambre correclionnelle a condaimu- cet après-midi, à 15 ioucs -de prison et a 2ô irancs d'amende Geor;e« Taupin. charpentier en fer se disant anarchiste qui, le 85 mai dernier, a tiré un coup de revolver dans les bureaux de l'tcA l'audience taupin n dit qu'il n'avait pas eu l'Intention de tirer sur quelqu'un, mais -imDlem»nt de faire une manifestation.

Le vote de l'affichage du discours de M. Brousse

Nous croyons intéressant Ce donner le réavant-hier à la Chambre, au sujet de l'affichage du discourt de M. Emmanuel Brousse. nombre des votants 498 majorité absolue t50

Pour l'adoption MO contre 38. Ont voii pouh

MM. Abbo, Abrami, Accambray, Adolphe Chéron, Aiguler (Henri), Ajam, Albert-Favre, Amodru, Anoel (Georges), André Escoffler (Drome), André Fribourg, André i ayer, Andrieux (Louis), Angles (Raoul), Anquetll, Antérlou, Antier (Joseph), Antoine (Somme), Ango (François), Archimbaud (Léon), Arts- tide Briand, Artauti (Adrien), Aubriot (Faut). Aubry Audlffred-Pasquler (duc d'), Auge. Auriol (Vincent), Avrt..

Balanant, Baradé, Barbé (Léon), Barillet. Barthe (Edouard), artholoni. Basly, Bataille, Baille, Uazirt, Belcastel (de), Belle Bétfazet, Bernard (Pas-de-Calais), Bernard (Chartes) (Seine), Berquet. Berthélemot, Bertrand (Charles) (Seine', Bertrand (Jules) (Charente-Inférieure), Betoulle, Bilger. Binet, Blaisot, Blanchet, Blum (Léon), Bluvsen (Paul), Boissel-Dombreval, Bokanowski, Bonnet (J.-L.), Bonnet de Paillerets, Bonnevay, Boret (Victor), Borree (Antoine), Bosquette, Boué, Bouilloux-Lafont, Bouisson ;B.-<Iu-R.), Boulanger (Narcisse). Bouligand, Boureler, Bouteille, Boutton, Bouvet, Bouyssou (Landes), Bovier-Lapierre, Bracke, Bringer. Brogly. Brunet (Jules) (Dordogne), Buisset, Buie. Cadot Caillat, Cltucoli, Calary de Lamazière, Calmes, Camuzeî C.anavelli, Candace, Capus, Caron, Cassagnac ;Paul de), Castel, Castelnau (général de Curières de). Causeret, Cautru, Cazals, Cels (Jules), Chabrun (Mayenne), Chappedelaine (de). Charles Barès (Ht«-Garonne), Charles Guilhaumon, Charles Péronnet, Chariot, Chassaig.te-Goyon, Chateau, Ghauly, Chassuy, Chautemps (Camille), Clament (dément). Clanssat, Clerc, Cnni- broute, Compère-Morpl, connevot, ConMsns (Adrien) (Tarn-«t-Garonne>, Constans (Pierre) (Aude), Constans (Victor) (Haute-Loire), c:ordelle, Conrnudet, Coucoureux, Courttal, Courtier, Coûtant iHenri) (Seine!. Couteauz, Cresnel. Crolard.

Daladier, Unniélou. Daniel-Vincent (Nord) Dariac (Adrien), Decloux, Dsccene-Racouchot' Defos du Rau. Delarheiial. Delafoy, Delesalle, Dclmas. Delory Delpnrt. Denise (Paul), Deschampr; (Loni? l.-et-Y.1. Desgroux, Desjardins. Hussein Krouaiil), Dezarnaulds, Diagiip. Dignae :Pip.r«). Dodat, Doléris, Doussaud (Marc!, 1)uboia (Jacques' i HauteSavoie), Dubois (.onis) (Seine). Dubois (Paul) (Somme'. Dubois de la SablnnièK 1 Pierre) Duboys l-'rrxnni, Ducltmx-Motileil. Ducos, Dugueyi 'Paul!. Dumesnil acqtte.-I.ouJe) Dumont .Chartes). Dnpln. Punuy (Pierre).' Durafour. liKrand-Rprhet, Durai (Alexandre), Diival-Arrculd.

Engerand d>rnan'), F.rllcli, Escoffler (Léon) (Nord), Evain (Seine), Even (C.-d.-N.l, EvrarQ, Eyiuond (Edouard) 'Giron> Faisant 'Joseph), Fallières (André), Félix, Ferrand, Kerrette. Ferry (Désiré) Flori, Flandin (Ernest) (Calvados), Flayelle, Fleurv-Ravarin, Fonck, Korgeot (Pierre). Forissler (Roland), Forzy, Fouché, Fougère (Hen. ry). Fould, Fournier-Sarlevèze, Frey (Charles), Fringant.

Gaborit, Gadaud. Galluu (C.-d.-N.), Gasparin, Uaat, Gaston Deschamps (Deux-Sèvres). Gavini, Gavoty, Gay Geoffroy-Satnt-Hilaire, Géo-G«rald, Georges-Barthélemy (Pas-de-Cala16), Georges Boussenot, Georges (RicharT, Gheusi, Gilbert Laurent. Girmi (Auguste), Giraud (Hucert!, Girod (colonel;, Godart (Justin), Géniaux. Goneet, Goude (Fintstèrei. Gounoullhou, Gourd Rhône', Gourin. Grandmaison (commandant de), Grinda (Edouard), Groussier (Arthur), Guépratie (amiral), Guérin, Gurrntrr, GuiehanJ, Guichen.-vé, GuUt'hall.

Hackspill. Hareourt (comte d' Hauet. Hennessy (Jean), Henri Auriol. Henri Poncet, Henry .Simon :Tarn), Hermwessière, Herriot, Hugues (Frédéric^, Huguet (Puy-deDôme:.

Inghe]«, Initan, lriat d'Etchepare (d'). Isaac, Israel 'Alexandre;.

lad*. Jamruy Sclunidi, Januin. Jean (JeanPierre Moselle). Jean Molinié (Aveyron), Jeani-r:. Join Lambert, Joseph Barthélemy (Géra'. Joseph Ducaud. Joese (Heut. -colonel', Jourdain, Judet (Victor).

Kempf 'Maurfre), .îenn.flech (de), Klotz Lafagette. Lafarge, Lagrosilllère, Lajarrlge, fLouls', Lalanne (Gaston), (.amoureux, Camy Land! l.aniel (Henri). Lastoui, (comte Ae\ Laudier, Le Bail (George). Lebas, Leboucq (Char'es'. f.e Corbeil'er. Lerourtier. f/-febvre (Franrois) (Nord'. t.pfpbvre du Prey (Pas-de- Calais). Léger, l.egros :Gforses). Le Guen, Le Mire 'Henry; (Eurei. l.emiie (Nord), Le Moigne (Mancfiel, Lenaii, l.enoir. Lçredu. Lesaehé. Lesseux 'commandant de), Levasseur; I>ygues (Georges), Liouville (Félix) I.obe't. [.ocquin. f.orin (Henri), Loucheur, Ludre icomninndant d>) Lugol, Lvons de Feucliin (baron des'.

Macarez. Mnes, Malrat Mairie. Maître. Manant. Mance.au. Marçais, Marcel Habert, Marcollot. Marcel Plaisant. Margalne. Marot, Marrou, Masson, Mathis (Edouard), Maulion,

Maunoury (GabriaU Maurice Marcha., MauI ries, Maurisson, Maraud, Menthon (de), M6ritan. Mermod, Meunier, Miellet, Mlgnot-Bozérian, Milhet. Milllaux, MistrsiTMollnlé ^Heotor) (Seine) Monicault (de), Montjou (Edgard de) (Yienne), Montjou (Guy de) (Mayenne), Mord (Victor), Morin («rdlnand), Morlnaud, MoroGlafferri (de), Mourst (Jean), Moutet. Murat (prince Joachim).

Nadi (Jules), Nectoux, héron (Edouard), Xeyret (Bliase), Nibelle, Niveaux Noblemaire. Palnlevé, pillant (André), Parvy, Pasqual. Patureau-Mirand (Anselme), Patureau-Mirand (Joseph), Paul-Bernier (I.-et-L.), PaulBoncour, Paul Si?non (Finistère), Paven iF/louard), Pays, Périnard, Périvier, Perreau-Pradier (Pierre), Persil Raoul), Petit, Petitjean, Peyroux (Amédée), Pfleger, Philippoteaux, Pierangeli, Pierre Deyris, Pierre Rameil, Pierre Robert. Pilaté (commandant), Pinard Piton, Planche, Plet, Pllssonnier, Poltou-Duplessy. Poittevln (Gaston), Pouasineau" Pressemane (Adrien), Prevet, Proust, Puech (Louis), Pumeuf (colonel de), Puis. Queille.

RabouLn (Alfred!, Raynaldy. Raynand (Maurice) (Charente), Regaud, Régnier (H.) (Nièvre). Regnler (Etienne) (Yonne), RellleSoult, duc de Dalmatie, R°nara, René-Lerebvre (Nord), Revault, Reymonenq, Rhul, Ribotsière (comte de la), Richard <Humoert) Ricola (Humbert), Rillart de \erneuil Ringuier, Hobic, Rocher, Rognon, Rolliii, Roques, Roquette, Rothschild (Maurice de;. Rotours (de«), Rougé (de), Roulleaux-Dugage (Henrj-). Roux (Charles), Roux-Frelssiuang, Rozier (Arthur).

Saget Salllard (Antoine), Saint-Venant Salera. Saumande, Scheer, Seltz (Thomasl. Sénac, Sérot (Robert). Sevtne, Sibuet (Jean" Simonin (Camille(, Soulier (Edouard). Tauponnier, Taurines, Ternois, Th2veny, Thibout, Thomas (Yves1 (Côtes-du-Nord), Thomson, Thoumyre, Tillhet, Tanguy du Pouët (de), Tixier, Tranchand. TrlncartMoyat.

nhry.

%'altère, Xaliette-Viallaro, Valude, Vandame, Varennes lAlexandre). Vavasseur, Verlot, Victor Jean (Bouches-du-RhOne), Villeneau, Vincent (Emile) (Côte-d'Or).

NValter (Miche), Warren (Edouard de). Wendel (François de) (Meurthe-et-Moselle), Wendel (Guy de) (Moselle), Wetterté. ONT voie conthf

MM. About.

Barrée (Maurice Baudry d'dsson' de), Bermond d/Auriac (colonel comte de:, Bougère (Ferdinand).

Daudet (Léon), Dion (marquis de). Escudler (Paul).

Fabry (Jean), Ferraris.

Gailhard-Bancel (de,, Géraid (baron François), GinouX'Defermvn, Guibal.

Henri Gallois.

Joly. Juigné (marquis de,

La Ferronays (marquis der. La Groudilse de) Lavotaoe, Le Cour Grandmaison (Jean), Le 'Febvre (Jean) (In<ire).

MagaJlon (Xavier de), Magne, MaUlard, de Bezé (de).

ïretitflls (Edmond). Picot (colonel;, Pouzin. Rame! (de). Rendu (Ambroise), RocheÆau, Ruellan (Charles).

Seynes (de).

Tissevre.

Ybamégaray.

;on PAB PRI8 PARI AU VOTE

MM. Alexandre-Blanc. Aubigny Au;soleil.

Bahande, barety (Lion), Baron ,Charles). Bérard (Léon), Berthon (André), Boisneuf, Bonnefous (Georges), Brousse (Emmanuel). Cachin (Marceij, Chambrun (marquis de), Charles Reibel, Corrat (Maurice).

Davld (Robert), Dior, uormoy, Dulreil. Flandin (Pierre-Etienne) (Yonne), Français (Charlee), Frouin.

Glotin, Groussau.

Henry-Patk, Heurtaux.

Ignace (Edouard).

Jean (Renaud) (Lot-et-Garonne). Jules Burnet (Eure).

Lacotte, -font fErnest) (Loire), La«teyrl« de\ Laurent Eyrnc, Le Trocquer, Leusse (coute de), t.évy (Georges).

Mfljrinot, Mande) (Georges', Marin (Louis), Maunoury (Maurice). Maure!. Mauriee-Binder (lieut. -colonel), Meyer (Louis), Moruccl. Xicotl.

Oberkirch

Paul Laffont (Ariège), Péret (Raoul), Phtlliois, Pierre Vtala.

ltio.

Sarraut (Albert). Schuman (Robert). TalhouM-Roy (de), Tardl^u (>"rtré). Vaillant-Coudurier, Vidai (Gr.n).

ABSfîfTS PAR CONGÉ

MM. Allorffer.

Rernipr (Joseph) (Ain), Bessonneau, Bignon Paul), Blanc (\ntolr* (i.tn), Bois?ard, BusDarblay·, Farges, Fontalnes'de).

(Jules).

[.aveu, Le Brecq, Lefèvre 'André! Bouches<lu-RIi6ue). Le Provost de Launay.

Marc Sangnier. Mazerand. Mercier Faut). Mourier, Muller (Eugène).

Outrev (Ernest).

Paul Revrmud (Basses-Alpes).

Rodez Benavent (de).

«ibllle (Maurice).

Tnittinger.

Villault-Duchesnoîs, Voy

L'APPLICATION DU REGIME SEC AUX NAVIRES BTRANGERS Les intentions de la France Paris, 6 Juin. On sait que tout navire quittant un port étranger après dimanche prochain 10 juin, à minuit, ne pourra emporter dans les eaux territoriales américaines que 1a provision de boissons et d'alcool nécessaire aux besoins médicaux et religieux du bord. L'u permis spécial devra même être délivré par les services de l'Hygiène des Etats-Unis pour le transport de cette provision rédutte.

De nombreuses protestations ont déjà été adressées au gouvernement américain par la F rance, la Grande-Bretagne, le Japon et l'Italie .Ces pays ont fait successivement valoir auprès tu département d'Etat leurs pro.pres obligations vjs & vis des équipages de leurs navires et le droit international. M. Dal Piaz. directeur de la Compagnie Transatlantique a fait ce propos la déclaration suivante

Nous ferons tout no*re possibl» pour nous soumettre à la lettre à la Compagnie americaine, cependant nous enverrons jusqu'à nouvel ordre nos bateaux avec une provision de vins et de liqueurs suffisantes pour atteindre les eaux territoriales américaines et avec la quantité de via* nécessaire aux marins français «uivaat les lois françaises. Ce oui en résultera, nous ne le savons pas encore mais nous espérons que les autorités américaines appliqueront les nouvelles mesures avec modération et de façon à ne pas contrevenir à nos obligations vis-à-vis de no» marins.

M. Dal Piaz a déclaré également que l'éventualité de déiournpr la ligne <e New- York vers Halifax n'a pas encore été complè- tement écartée. On ignore encore les décisions des» lignes aneliists à ce sujet. On se rappelle que la Compagnie Cunard a fait dé- mentir l'informatson d'après laquelle elle aurait accepta de se soumettre aux mesures édictées par la Cour supiême. On sait que l'Etat de New-York s'est déjà refusé à prêter ses ngents et ses forces policières pour la mise en vigueur des nouvelles mesures. Aux dernières informations. les Etats du Maryland et du Massachiicetts seraient crisposés a suivre l'eremple de l'Etat -e N»«- York.

L'ANCIEN INTENDANT

DE L'EMPEREUR D'AUTRICHE ARRÊTÉ A PARIS

P.uus. 6 juin. on aunonce l'arrestation A Paris du baro:. de Sie.uôr de Valmont, ancien intendant de u l'empereur Charles de Halsbomg. L'opération a été faite par la Surets Générale, sui mandat d'un juge de Berne, Le btroti sera extradé.

La Sûreté Générale :e refuse à donner d'autres détail- raflai.* n'étant pas termi- née et d'autres arrestations devant suivre celle du baron dt St^iner. Celui-ci serait, paraît-il, inculpe par le Parquet de Berne d'escroqueries se rapportant la vente de bijoux ayant appartenu t1 l'empereur Charles I* d'Autriche.

Le maréchal Lyautey

va subir une opération

Parié, 6 juin. Le maréchal Lyautey qui, on le sait, souffre d'une maladie dp foie, a été conduit hier soir la maison de santé de la rue Georges. BJ'et. Le maréchal y subirfl rletnntn niiv o'Hrmii'.i • ̃ • i ï i-i • f-^j î •••if Dans l'entourage du on te mortire très lass'iré sur ii?*ue de .e Il' opération.

TOUJOURS MARTY

Le préfet de Seine-et-Oise refuse m candidature aux élections législatives VEP.41L.U-, 6 jum. La candidature de Vex-ofAcJer Many aux prochaines élections législative.- de Seine-et-Oide ayant été refusée par le Préfet, la Fckiérotlon Communiste de Sehu>-et-0 se a déniiv oç présenter une liste portant le- noms n^ M. Jean Marty. frère du détenu et de M. Pecqveraau, secrétaire de la Fêr^ratlon de Seine-et-Otse.

ECHOS PARLEMENTAIRES A k Commission des Affaires étrangères P\ri.s, 6 luin. La Commission des Affaires Etrangères dF la Chambre s'est réunie eous la presidence dp M. Georges Leygues.

Le Président a commiiuqué la noUOcattoa qui lui a «té faite du décret parapprobation du traité de Washington nUUt l'emploi du gaz pcoa&iu la guerre. a ao» vtau projn» a en eHK été substitué au tszt* primitif.

M. Guermer a donné communication 4 la Commission de la lettre qu'il avait été chargé d'adresser «u son nom au Président du Conseil, au sujet de l'interprétation de la convention de Washington en ce ce qui concerne la pioportion des Capital-Ships. La Commission a adopté les conclusions du rapport dE M. Maurice Barrée tendant a accorder 1 autorisation à la Congrégation de la Société des Missionnaires d'Afrique (Père* Blancs)

Le bien familial insaisissable

Paris, Il 1 nu. La Commission Je l'Agriculture de la Chambre a approuvé il. l'unànil mité le rapport sur la proposition de loi de NI. Lemire tendant à augmenter la valeur du bien familial agricole lusaisissbale.

11 serait înièressint a tan remarquer le rapporieu», que cette loi tût, comme en Suisse, étendue à l'industrie et au Commerce. LA CULTURE MECANIQUE P.uus, 6 juin. An cours de la séunc» hebdomadaire de l'Académie d'Agriculture. NI. Thomassln a donné ensuite lecture d'une note sur les essais de labour profond par des moyens mécaniques. Il a signalé les excellent résultats obtenus par la culture mécanique et a attiré l'attention de l'académie sur la uécessité de prvoir dans la future onganisaUon électrique des campagnes, un réseau passant à proximité des champs et des lignes intermédiaires.

On fixe la frontière du Maroc utile Uuukech, 6 juin. Tandis que d'importante' opérations continuent dans la région de Taza aous la direction du général Pœrayreaù, des opérations seoondairea mais cependant très"' intéressantes ont commencé (tans la région d'Azifal, à l'est de Maraksch, sous les o.ires du général Daugan. Ces opérations oit your but l'établissement d'une courtuu reliant le poste dee Ouaouizert au piste d'Alsemsid et dressant face au Graud Atla« la frontière définitive et solide d* Maroc Utile.

Un groupe rnubue a occupé hier DjebelAtont, surprenant l'ennemi grâce au coi» cours énergique et intelligent de trois ha> Las de partisans. La construction d'un postf il. Atoni a été aussitôt commencée.

Les opérations continuent. Séquestrés pendant quarante ans par leur père

Madrid, 6 juin. Le compositeur Lapl4 étant mort, un notaire se présenta au demicile du défunt pour inventorier la succession et recherchercher les héritiers. On ne connaissait pas d'étants b Lapid. C'est aloi» que le maltre d'hôtel du compositeur fit un* révélation qui stupéfia le notaire. Il lui apprit que Lafld, considéré jusqu'8 présent comme étant un célibataire. avait été marld et avait deux enfants, encoore vivants, l'un José âgé de 41 ans et l'autre Fernando, âgé de 40 ans. Ceux-ci étaient des nains, dont leur père, très vaniteux, avait eu honte. Il n» les avait jamais déclarés à l'état civil et les avait tenu.: caché? et^z lut, les laissent sans instruction.

Les deut fils séquestrés furent alors pré» sentés au notaire.

QUELQUES INDICATIONS

pour les personnes participant à

NOTRE BEAU VOYAGE EN SUISSE Quoi qu il tay-e, paralt-il. très beau temps en Suis3b, 11 est nece%,aire d'emporter d« quoi se couvrit poui tes excursions en haut» montagne.

Nous lie caunwi;- également trop recommander d'aJ\poncr de '.oik-s chaussures. Pour le pas.^epoii qui est indispensable. il fRi.t demander soit à ls Mairie, soit su Commissa-'at de Police les pièces nécessaires ir drnoser ensuite à ia Préfecture qui délivrera 'irectem?rt 'e rmsweport.

Les Carn'rs de Voyage' seront expédiés par la posie. 4? miMiiè'e à parvenir à chaque inscrit nu.'Ulue* Jours avant '? départ. Les nom* des hûlp' y stront indiquées.

Adhésion* au Service fies Voyages de rr>iv«/-£Y'cfr.

feuilleton de i nnci-Eclalr

la juin 1923 85

LE

CALVAIRE DE LADY WING Par Mrs Humphry VVARD Traduit de t'anglais par Maxime MAURY XVI

De toit le mcnde, dit-il, pendant quelque temps. Liil«<ez-inni partlr. Carrie. ou je rralndrais qu.- vous hp vous en repentie: Et plut t&i iL. partirai, |>us vite Je reviendrni. Elle plaida et plaida sa cause, encore et encore, mals »n vain. Enfin, lasse de discuter, un désespoir silencieux s'empara de son nme. et elle sentit le cnmbnt sans gloire perdu Pour elle.

Et personne d'autre ne put détourner ».;oc Wing de bon nrojet. Lewson et Durrant employèrent pour cela tous leur* efforts. Mils Lewsf.i:i. rotnme açpi:i d'Ale; avait les mains liées; ri Durrant ics avait aussi, cause de Joyce Il e \oulait riei» faire qui pût cl.rnger sa situation dans la maison dea Wlng, et aux cLtés de «".arrle. L'ne querelle entre lui et Alec. aurait nmené quelque 'mp'*rttnence du jpune lord vls-n-vts de Joyce, et léterminé fatalement son départ, elle d'ii: Carrie Wing avait maintenant plus l"eso!.i que jamais. Le capitaine savait bien que

\ing avait devint son aftection pour 'a jeune orpheline, qu'il l'en blâmait, la "onsidérant comme une sotte toquade; et qu'il irlerait sa désapprobation sur les toits, la moindre provocation. En réalité, Jim ;)urrant n'était pas encore assez sûr des sentiments de la jeune fille A son égard pour courir ce risque.

Furieuse. la duchesse vint, elle aussi, (lire Wing quelques bonnes vérités. Il 'es j-rit avec philosophie, puisqu'elle était à la fois sa tante et une duchesse, mais cette -.ortie ne l'emut nullement.

Trois jours de fiévreux préparatifs • il partit. La nuit précédant son départ, C.2roline changée en fantôme silencieux et Même, plainte par tous ceux qui l'approchiucnt, pour la première fois depuis leur union, ferma sa porte & son mari.

Elle passa la nuit sur uue chaise, près du feu, immobile et sans sommefl, hantée par les visions du passé, et sans espérance de retour futur. Que son Alec pût agir cinsi résister il son amoui. il son chagrin. bri?er le printemps de sa vie, et d'une ¡{'on si cruelle rompre les liens de quatre années de passion Sans amour, sans le grand imour qui justifie tout. ne tombait-elle pas pu rnng de simple maîtresse d'Alec. n'était-il pas en droit de la traiter de femme immorale et déshonorée T

Le matin, le regard de Wing la sonda, interrogateur, sans qu'il prononçAt ,me parole. Sur un baiser glacial. ils se sépareront. Elle, froide et raide, écouta la porte ne ter mer sur lui; puis, Joyce sanglotant Vivant gagea doucement des bras de la jeune bile

et demanda tout bas à être laissée ;eu;.e Après quelques heures de compte -olif.ide elle reparut, la figure immobile, mais ci s.-mblable au visage d'une créature dont a v'e se serail retirée, que personne n'osa lui témoigner de sympathie.

Le soir, elle reçut un court billet de Snu- thampton, appnrte par un messager. Caroline iut

« Au revoir, Carrie. je sais que .'ou* me Jugez bru:al, Peut-être le suis-je Mats je crois agir pour le mieux. Si vous désire/ vous conformer A mes souhaits (je reconnais n'avoir guère le droit de vous rien emander), vous n'abandonnerez pas Eltham-HO'ise.- ni vos réceptions du soir. Elles constituant le seul espoir d'un succès futur pour rous deux. Aussi ferez-vous bien de lee continuer; cet tre, comme vous l'entendrez. Le yacht n.nr- ch? splendidement, Pt l'air de la mer ir'a déjà donné une vie nouvelle. NE- man j.vez pas d'aller il la campagne pour Paques Au revoir.

Quinze jours plus tard. Caroline s'était installée sur la côte de Cornouailles, dans une petite maison ayant appartenu à la ,raid*mère d'Alec. L automne précédent, elle nvait souhaité y venir respirer le printemps la catastrophe survenue elle s'y réfugia weuErlément. traînant »e« ailes brisées. Comme tous le* êtres blessés, elle voulait se vacher dans un coin tranquille. en pleine rature, demandant un peu d'apaisement à cette consolatrlce bénie

.donr le but muet est arteint

Pourvu que naicsent des êtres et que fuh.sis\tent des choses.

Elle passait <le longues heures ù ia ilsièie d'un bols de chênes su bord de la aJeise. regardant les mouef.es argenté** voleter audessus des dnne., fraîchement labi>uréps. puis t nouveau, au loin sur la m?r, 1rs niâ- tnes mouettes aux poitrines blnrH-h.s un1! ser sur les flots mouvants ».

Parfois, au soleil u'avril. e!ic -'t-juiaii ;u milieu des bois, des feuillages Elle allait avic Joyce eu pleine frire de longues ni-omeiiades sur la cote et r-arler aux pêcheurs, dans les humbles villages dissimula parmi les fleures et les accidents des falaises.

Ses paroles, ses gesteô itaient auiomuti lues, n'ayant rien de l'ancienne Carrie. La i:.ime actuelle étalt noyéc. submergée dans un rêve perpétuel, une Incessante lutte intérieure, dont de trév légers indices apparaissaient seuls dans sa vie extérieure. Elle voulait <ttre point paresseuse, et elle occupa ces ;»malnes à essayer très sérieusement de comit;re les humbles, de comprendre leur vie. Le pécheur de Cornouaflles a l'Allie Ubro. Il ne la livre pas nut riches. ni aux rands. Mais parmi ces humbles, eUe se fit des amls, captivés par sa beauté et si bonté: des la( mmes et des femmes qui secrètement lui soubaltaient de la marmaille pour Les villages étalent méthodistes de -e!l>;ion, influencés par un courant de réveil ùéilstc et Carrie se glissait parfois dans la -hap'lle du hameau où elle était plus sûre de n'être point connue, pour. entendre le proche du pasteur itinérant. Il la surprenait p'u sa rnde éloquence, et souvent la touchait.' nai* ses voix intérieures, à elle, ne lut parlaient pas de la sorte. Au bord de la mer, dans la

nuit, au milieu des bois, elle icntinuait à entendre encore ces même* vu).\ mystérieuses, touchant au ('(par de sa vie, qui avaient Infusé en son 8me. pour ta première fol* A Londres, le rayonnement d'une vision splri:iif'lf. pas plus tOt évoquée que diurne. Eile-mêine ne reconnaissait plus en c-'Je In Carrie du dernier hiver: 11 lui semblait voavent «voir gliv-A hors t'il ravaump ces vtvams. sur un c!ie!iii:i en lisière, pour y attendre. quoi Elle l'ignorait un pas, ur.e lumière lointaine, une Présence, une Joie austère et merveilleuse qui la fuyait t-ntrre et toujours

ne lemci* A autre uu télégramme d'AVo arrivait d'un port de l'Amérique du RuJ. Mais ses déplacements étaient si peu réglés qu'elle pouvatt rirempnt lut répondre sûrement que par cable. Une ou deu* fois elle parla de retourner ù Londres pour rouvrir Eitham-House. niais elle fiait si incapable de tout effort que Joyce, aussi Dien que «.vso.i et Durrant. qui venaient souvent visiter le% deux Jeunes finîmes, ne firent rien pour encnurnper ce projet. Il sembla se iHss^vr rapidement.

Un soir par un de ces glorieux crépuscules du commT'icenent de mal, devant l'Océan bux teints admirables, Carrie rtait assise un livre eur !c? genoux, louant distraitement, d'une rr>ni'i tranrparen'.e, avec les herbes marines, quand on lui apporta le courrier. Elle recon: ut l'écriture de lord Melton et ouvrant fiévreusement l'enveloppe, elle lut 8


Les sanctions

contre les saboteurs allemands Elles produisent leur effet

Dlsseldohf, G juin. La municipalité a offert une prime de un miiiion de marks à qui dénoncerait les auteurs d'un acte de sabotage commis dernièrement sur les lignes et les poteaux télégraphiques entre Dueseldorf et Rath.

Au cours de la séance du Conseil municipal, le président a déploré la fréquence des actes de sabotage qui n'ont pour résultat que d'attirer de lourdes sanctions contre la po- ̃ ijulation. 11 fait appel il la raiàon de ses administrés, leur demandant de rester calme ot de ne pas se laisser eutralner & des actes irréfléchis.

Deux coups de feu ont été tirés sur une sentinelle de garde aux abords d'un cantonnement à Ost Herbède.

Le corps du saboteur Schlagetter a été exhumé ce matin du cimetière de Dusseldorf pour être transporté dans son pays natal, en Allemagne non occupée.

Occupation d'une ligne de chemins de fer Dl-ssh-dorf, G juin. Les troupes françaises ont occupé hier la ligne de chemin de fer de Geleenkirchen à Vanne et Herne. Elles ont occupé également les gares de la ligne Bergebhrbeck-Alternessen et Dortumund. Cette ligne serait militarisée pour servir à l'écuation du charbon saisi sur le carreau des mines Hibernia, Znllvercin, Rheinelbe et Onhlhausen.

Des sanctions

contre les établissements Krupp

cublknce, 6 juin. Les tiablissem.-nts métallurgiques de Krupp, Neuwied à Engers et Il Mulhefen ont été occupés militairement et seront conservés en gage jusqu'au paiement complet de la somme de 20 milliards de marks représentant le montant de l'impôt sur le charbon dû par les établissements Krupp d'Kssen et qui n'ont pas ;nco' été payés.

A Buir, les autorités d'occupation ont fait saisir 44 millions et demi rie marks dans les misses municipales.

Malheureux accident

OibSELDORF, G ju;n. Un malheureux acci.dent s'est produit hier à Dusseldorf. Un soldat d'un p ;ste de garde i.ist.illé snr les bords du Rhin procédait au nettoyage de son arme, lorsqu'un* belle qui était restée dans le magasin partit ot tua un petit oui jouait à proximité du poste.

Le soldât passera en Conseil de Guerre pour homicide par imprudence.

M. Cerf tat remis en liberté

Berlin, 6 juin. Ni. Cerf, le commerçant français de Nancy qui avait été arrêté il y a quelque temps son, l'inculpation d'espionforts de 1 ambassade de France. Des représailles avaient éte prl^s par les autorités françaises contra ùPtte mesure arbitraire, et, on particulier. le maintien de l'arreetation ilu député communiste, allemand Hœllein. On arrête une bande

de redoutables malfaiteurs

BRUXELLES, G juin. Mu a parlé dernièrement de l'arrestation d'il! iividus de nationalité allemande qui, revêtus d'uniformes belces, s'étaient rendus coupables d'actes de bri;aiidage. La police allemande faisait endosser toute la responsabilité de ces attentats il main armée aux militaires belges. La gendarmerie belge et la sûreté militaire belge viennent de découvrir les vrais auteurs de ces actes de banditisme dont le quartier général était la commune de Wurselen.

Le chef de la Danae. Peter Bock a été arrPté au Faut du lit et la perquisition opérés immédiatement chez lui a amené la déconverte d'un li4spi belge. Il a reconnu avoir dirigé 10 attentats dans les fermes. En réalité. 18 att.aques il main armée sont considérée comme commise? par ces bandits. Deux autree rrwnnlices ont également été mis en état d'arrestation et la sûreté possède des renseignements qui lui permettront de faire air.rAter bref délai deux antres membres de rette -redoutable bande. Tons ces individus sont des sujets allemand?.

LA REFORME ELECTORALE EN. ITALIE

Home, G juin. Le Conseil des ministres a adopté il l'unanimité le projet de réforme électorale législative, ainsi que le projet accordant le droit de vote et l'éligibilité dans les élections municipales à certaines catégories de femmes.

ECHOS PARLEMENTAIRES

Le crédit hôtelier

Paris, G juin. La Commission sénatoriale lu commerce a pris connaissance de l'avis de NI. Mollard sur le projet de loi relatif à la création du crédit hôtelier. Le rapporteur conclut que le décret constitutif du crédit hôtelier spécifiera notamment

10 Que la durée des prèts à long terme ne lrourra excéder 10 années 20 Que les membres du conseil d'administration de l'organisme du crédit hôtelier devront être choisis :inssi bien parmi les hôteliers des autres déWirtements que parmi ceux du département de la Seine 3° Qu'il sera créé un comité consultatif composé de délégués appartenant à toutes les régnions économiques et chargé de donner son avis sur le programme des établisernents hôteliers à construire ou il aménager prouvant bénéficier du crédit hôtelier 4o Que l'organisme du crédit hôtelier ne puisse, ni s'ingérer ni s'intéresser directement ou indirectement dans les opérations de toute entreprise de travaux de construction ou de fourniture, qu'en outre ses administrateurs ne pourront avoir aucun intérêt direct ou par personne interposée dans ces mêmes entreliriset.

APRÈS LES CONVERSATIONS DE BRUXELLES

Collaboration franco-belge ou collaboration interalliée ? Bruxelles, 6 juin. '>ès son arrivée au ministère des Affaires étrangères, M. Poincaré eut avec MM. Theunis et Jaspar, en dehors de tout autre témoin, un entretien qui ne dura pas moins d'une heure et qui, à n'en pas douter, constitue la partie la plus importante de la conférence d'aujourd'hui. C'est au cours de cette discussion privée qui fut surtout un dialogue entre MM. Poincaré et Theunis. que fut examinée la politique générale que les deux gouvernements entendent suivre en vue du règlement du problème des réparations.

Une nouvelle condition sine qna non de conoersation avec le Reich

Déjà au cours de l'une des précédentes réunions de Paris et de Bruxelles, il avait été convenu que les territoires occupés de la Ruhr ne seraient évacués qu'au fur et à mesure du paiement par l'Allemagne de ses obligations de réparation. Non seulement cette décision a été maintenue et connrm-Se, mais une condition nouvelle d'un très grand intérêt a été admise aujourd'hui de oart et d'autre, à savoir que le Reich doit faire cesser la résistance passive dans la Ruhr avant que ses propositions puissent être examinées. Le général Dégoutte. M. Tirard et M. Rollin Jacquemyns, commissaires français et belce des territoire* rhénans, ont d'ailleurs précisé d'un commun accord dans quelles conditions la résistance passive <e l'Allemagne pourra éventuellement être considérée comme aa·ant pris fin.

.et de collaboration avec l'Angleterre Puisqu'on est aussi résolu à Bruxelles qu'à Paris à ne pas transiger sur ces conditions fondamentales, il ne reste plus qu'à les faire admettre de nos alliés les Anglais et Italiens si l'on vent reconstituer an plus tôt l'unité de front interalliée. C'est là précisément une préoccupation très profonde et très légitime de nos alliés belges. Si le Cabinet de Ni. Baldwin se rallie à la thèse franco-belge. l'Angleterre sera alors mise en mesure de s'associer il une réponse collective dos Alliés à la prochaine note allemande mais si 8n contraire le désaccord subsiste il Londres sur cette procédure jusée comme essentielle à Bruxelles et à Paris, il serait bien cifflcile de réalier pour le moment, sur le fond du problème, un rapprochement des diverses conceptions des Alliés.

Lea propositions du Reich

seraient insuffisantes

Les ministres français et belges n'ont pas été en mesure de délibérer aujourd'hui sur la nouvelle offre du Reich, car 11s n'en nossédaient pas encore le texte.

Ces offres ne contiendraient pas de chiffre quant à la capacité de paiement de l'Allemagne, et ne seraient donc pas conformes aux analyses déjà publiées. Elles marqueraient toutefois un progrès en ce qui concerne les garanties offertes et feraient une allusion il la résistance passive, mais d'une façon générale on juge à Bruxelles qu'elles sont insuffisantes.

C'est seulement quand ils auront examiné la note allemande dans son texte officiel et après s'être concertés par la voie diplomatique et par des entretiens directs, que les gouvernements français et belge pourront décider de la forme à donner à la réponse, qu'elle soit franco-belge ou interalliée.

Un exposé de la situation dans la Ruhr La seconde partie d&s entretiens a été consacrée à l'examen des questions techniques relatives à notre action dans la Ruhr Succès sivement, le général Degouttr, MM. Guillaume" Bréaut. directeurs de la régie des Chemins de fer, ont exposé la situation de leurs services respectifs l'ordre n'est point troublé, les sabotages diminuent, le stockage du charbon et du coke se poursuit normalement ainsi que leur enlèvement; les transports s'améliorent, la population allemande utilise davantage les chemins de fer de la Ruhr.

A 30 heures, Ni. Poincaré et ses collaborateurs ont assisté à un grand diner offert en leur honneur par M. Jaspar. Ils quitteront Bruxelles demain à 8 heures pour rentrer à Paris.

LA NOTE ALLEMANDE

SERA REMISE AUJOURD'HUI BERLIN, 6 juin. La note allemande sera remise aux gouvernements alliés demain jeudi à la fin de l'après-midi et sera publiée ici dans la soirée.

Avec le thé, les gâteaux préférés dee gourmets sont les Galettes Saint-Michel, au beurre fin de Bretagne.

L'Union des Alliés à Lausanne Lausanne. 6 juin. La situation est sans changement. Il existe heureusement entre les Alliés une solidarité complète pour regretter l'attitude de la délégation turque et pensier que le moment d'y mettre fin sera bientôt venu.

On constate avec satisfaction dans les milieux français que cette solidarité interalliée s'affirme aussi bien dans la question des intérêt spécialement français comme celle des coupons et des concessions rtrangères que dans les autre?.

L'AVIATEUR BARBOT

VICTIME D'UN ACCIDENT New-York, G juin Un nccident vient d'arriver ù l'aviateur Barbot. Il était parti ce matin de Washington sur son alérlon, lorsqu'en atterrissant près de Clarksboro dans le Ne%Jersey il a Ireurtr un. arbre. Il n'a pas été blessé, mais ;un appareil est en partie détruit.

De graves incidents éclatent à Leipzig

II y a 6 morts

Leipzig, 6 juin. Des incidents graves se sont produits à Leipzig.

Au cours d'une manifestation organisée par les socialistes, la foule a exigé le retrait de la police.

Des collisions ont eu lieu. La police a fait usage de ses armes et l'on compte à l'heure actuelle 6 morts et Z3 blessés.

Les agressions des camelots du roi PARIS, 5 juin. L'enquête ouverte contre les agressions commises par les camelots du Roi contre MM. Marius Moutet, député du RhGne; Marc Sangnier, député de Paris, et V'iolette, ancien député, suit son cours.

Aujourd'hui M>M. Marius Moutet et Marc Sangnier ont été entendus par M. Laroque, juge d'instruction.

.NI. Moutet a rappelé qu'au moment où ayant hélé un taxi-auto il se proposait à monter, deux jeunes gens voulurent s'installer à ses côtés et lui dirent de ne pas se rendre à la réunion de l'Hôtel des Sociétés Savantes que les camelots du Roi avaient chambardée.

A ce moment ils le frappèrent à coups de canne et s'enfuirent en lui emportant son chapeau.

M. Moutet a déposé à ce sujet une plainte en vol contre ses agresseurs. Il a ajouté qu'il avait vu Ni. de Lorgeril près de lui. Il a l'impression que M. de Lorgeril se disposait lui barrer le passage au cas où il voudrait s'échapper, mais que ce n'est pas lui qui l'a frappé.

:'1. ,Marc Sangnier a retracé la scène du 31 mai au soir. Il était déjà monté dans le taxi-auto qui devait le enoduire aux Sociétés Savantes quand deux jeunes gens ouvrirent la portière et la brisèrent. Il voulut sauter dehors par la portière opposée, mais il fut jeté à terre et avec un pinceau on lui barbouilla le visage au coaltar.

Il ne peut reconnaître ses agresseurs, mais ses secrétaires qui l'accompagnaient, MM. Chatclat et Lardenois et deux soldats, ses ex-secrétaires, ont reconnu l'inculpé Hugues Delvalve.

M. Delvalve soutient qu'il passait par là par hasard et qu'il ignorait ce que concertaient ses amis de l'Action Française. NI. Delvalve qui a des examens prochains à passer a formulé une demande de mise en liberté provisoire, demande sur laquelle le Parquet n'a pas encore statué.

L'enquête se poursuit, mais il sera bien difficile, semble-t-il ,de mettre la main sur les vrais coupables. En malfaiteurs expérimentés, leur coup fait, ils se sont enfuis. Et les compères ne parleront pas.

NOUVELLES PROPOSITIONS

DE FLAMANDISATION

REPOUSSÉES PAR LE SÉNAT BELGE Bruxelles, 6 juin. Le Sénat reprenant la discussion de la question de l'Université de Gaud. rejette par 78 voix cont,re 53 et une abstention la proposition de M. Spaak, tendant créer il G;ind une univers! é. flamande avec la faculté pour les étudiants de celle-ci de suivre tout ou partie des cours de l'Université française et de subir en français l'examen relatif à ces cours. Cette faculté devait être réciproque pour les étudiants de l'Université française.

A l'unanimité,le Sénat repousse une proposition de M. Vinck portant ftama.ndisation de l'Université de Gand, m^is maintenant des cours français aussi longtemps qu'ils seraient fréquentés par un nombre d'élèves égal au moins au quart du total des étudiants des (jeux facultés réunies.

Battling Siki poursuivi

en correctionnelle

PARIS, 6 juin. Le boxeur nègre Battling Siki. inculpé de violences sur un garcou de café à Montmartre et de port d'arme Praliibé pour avoir tiré deux coups de revolver il blanc le 6 mai dans la brasserie du boulevard Bonne-Nouvelle, a été interrogé par M. Warrain, juge d'instruction. Il sera poursuivi en police correctionnelle. UN BANDIT MANQUE SON COUP

Lyon, 6 juin. M. Clairet, 31 ans, garçon de recettes, faisait sa tournée <i'encatecments, lorsque dans l'escalier d'un immeuble il fut assailli par un individu qui l'ayant frappé sur la tête, a essavé de lui dérober sa sacoche contenant 3.000 francs. A). Clairet a pu bousculer le bandit qui a roulé par terre et s'est sauvé dans la rue, un revolver la main. Poursuivi par sa victime et par des passants il a été finalement appréhendé rue de l'Hôtel-de- Ville et conduit au poste de police, C'est un nommé André Weller, qui se dit imprimeur.

gil Exqnii déjeuner, Puissant reconstituant.

Aliment tdéal dés Malades, des

Convalescents et des Vieillards.

PETITES NOUVELLES M. Léon Béiard dément qu'Il soit quesLd Tribun*! Correctionnel de Troyes a

condamné a 18 mois de prison et 500 francs d'amende le nommé Gustave Pourille, veilleur if nuit dans un .hôtel, qui pendant son ?enClce- passait ;on temps à soutirer des piuet? de banque du tiroircaisse de l'établissement à l'aide d'un til de fer La bourse nationale de voyage pour 19% d'une valeur de 3.000 .rancs, a été attribuée M. JEan-Michel Renaitour, pour des roman-- MonHeur Sceptiou, et L'En/aile M. Woiff. maire de Mulhouse, vient de donner sa démission.

Le détl?? sux ,les réparations qui devait avoir lieu hier à la Chambre des Lords est ajourna »i//t die.

Hier.en traversant le tunnel de la gare neur'fpJ1-5-0^!1, Ni. AiHrert, entrepreneur à Paris a été tamponné et tué par un Des malfaiteurs ont maculé de goudron re du capitaine aviateur Tarron, qui fit une chute mortelle d'avion le 18 avril 1914. On mande de Rio-de-Janeiro que le gouvernement a décidé qu'un premier achat de cent reproducteurs dans le Charolais et le Limousin.

On nanonce la mort de Ni. Dervelov ancien député, qui est décédé subitement il Vichy où il faisait une cure.

Le gérant du Libertaire M Albertini, poursuivi iL la suite de la publication de deux articles, a été condamné à 2 mois tle prison pour chaque article avec confusion des peines.

Deux nouveautés viennent de paraître dans dans la BIBLIOTHEQUE DE MA FILLE, qui s'assure décidément les meilleurs romans pour les jeunes filles et la famille. Celui de M. Maryan, PIERRES VIVANTES, fertile en émotions, se déroule dans le Strasbour" d âpres-guerre. BONHEUR EN PERIL de P. Perrault, est une délicieuse idylle que la coquetterie menace de compromettre. En vente dans toutes les bonnes librairies (6 fr le volume broché: 8 fr. 75 relié).

depeches7mmmercsai.es HALLES CENTRALES

BEURRES. Tendance baissa de 0.10 sur centrifuges bretons.

Pour les beurres en mottes on côte le kilo en marchands tranais Normandie, 7 à 9 60: Bretagne 6 à y.00; en centrifuges Normandie. 8 1 Il; Hre.iagne. 8 à 10; en fermier français Islgny. 8.:» à Arrivages du jour beurres en mottes. 63.M5 kflos; beurres en livres. 2.n:2 kilos; petits heures. ŒUFS. Tendance Hausse de 10 francs sur normands extras et bretons de choix.

On cote par colis de 1.000 œufs tes extras de -Normandie. 350 à 50p; les gros. ;i00 à s-10- les gros de Bretapne, 310 365; tes ordinafres, ÎSO à S00. Arrivages du jour i «6.G50 kilos.

FROMAGES. Camemberts Normandie, 12p à 230; divers. 80 à 150: Ltsieux. boites. 50 à 535- en vrac. 100 à 480; Pom-1'Evêqne. 80 à 280: arrivages. pâte molle. 7-j?87 kil.; pâte sèche. 13 O>; kilos.

poissons. Bnrlmrs 5 il 6: bars. ). à ?o- homards vivants. 7 à 9; langoustes vivantes, 8 la; maquereaux françafs gros, 1 à 1.50; petits 3 00 4: raies, 1 à 2: sardines salees BreLagne, 15 à 40; fraîches. 30 a 60; soles françaises 10 1 is. VOLAILLES MORTES. Prix moyens Canards rouennais. pièce, 25; nantais, 17; de ferme. 9: oies nouvelles, le kilo. 9; pigeons petits, la pièce, 3.50; moyens, 5: gros, 6.»; poulets Fioudan, le kilo 17.50; nantais. 14.50; gatinais. 14.50; Chartres. 14.50; Touratne, 14.50; Bresse. 16.?5; du Midi. 14; congelés, 10; poules Bretagne. 10

BOURSE DU OOMMERCE

CAFES. Le Havre 6 juin. Tendance calme; ventes 1.000 sacs. Janvier 173: février m 95 mars. 169.25; avril, 167.25; mai, 1«S75- juin, 909 75; Juillet, 900.25; août. 193.75; septembre. 187; octobre 182; novembre. 179.75; décembre. 174.75.

SUCRES. Paris, 6 juin Ouverfure • <ourant, MS fait; juillet. WS fait; août. 298.50 talt; septembre, 983-S8. fait: 3 d'octobre. 3354» 50- 3 de novembre. Î23.50. Mi et 221.50 fait. Tendance soutenue.

Clôture courant. Î08-299; juillet 29S.50-9f>9- août 1OH !Â\iOO: septembre ̃:̃!? arlie'<"ijrs- j d'octobre' 93.-I-23C: 3 de novembre. ? fait. Tendance soiitcm:<\ Cote oflielollo fies courtiers assernien'ts 3O2-°'W.V> COTOXS, Le. liavre, 6 jnin Clôture (Ifi Il, 5ô). tendance ferme. Vente 4.300 balles Ja ivif 4M; février. 443; mars. 438: avril WS: mal. 4K- Juini 5:N; juillet: août. fit ̃SCS: novembre, 454; décembre, 41».

Lirerpool. 6 juin. Cotons américains Juin, 14.73; juillet. 11.45: aont. ii.K: septembre. 13.53; octobre. 13; novembre, 12.70: décembre, 1-2 m- Jan.vier, 13.47; févrler, 12.00; mars. 13.3!; 'avril 13?3- mai. lî.15

Sakellaridis Juin, 13.23: Juillet. 15. 4ô- août 1S.53: septembre. 15.03: octobre. 15 7.1: novembre 15.83; décembre, f3.93; janvier. tg.03; févrler 1C.08; autres mois, incoté-.

LAINES. Le Havre, 6 juin. (ours inchangés.

CEREALES. Paris. 6 Juin Blés. Courant, Oi: juillet, 9!.73; Juillet-août, S3.?3; i dernlers, 93.75.

Seigles. Courant, M acheteur; Juillet-août. 17.53 acheteur: 4 derniers. M

Farines. Courant. 1:0: Juillet. 118.50; juilletaoût 117: t derniers. 1A8.

.4voines. Noires courant. 6i et 63.75- juillet, f.3.50 acheteur: juillet-août. M .93 et Cl.;>0: derniers SC: diverses courant. G1.75; juillet, 58 nominal; Juillet-août. 5.50 acheteur; 4 derniers 54 il 55,

HUILE. De Hn courant, iio nominal: juilIet, 335 nominal: Juillet-août. 333 A 340; 4 derniers. 313 à 317. de colza courant. C35 nominal: Juillet, 330 nominal: juillet-août, J2ï nominal; 4 derniers, 330 nominal.

MARCHÉ DES FOURRAGES

Paris-u-Chapeue, 6 Juin. Marché bien approvisionné Tendance générale soutenue. On cote les loi bottes de 5 kilos environ, franco Paris, suivant qualités luzernc, tcj à ?io; fin \'ja à MO: regain. 150 il 200; paille de blé. 120 i40: paille d'avoine 75 à 109: paille de seigle 130 il 140. Une Toiture de fourrage nouveau n'a pas trouvé preneur parce que trop humide

MARCHE HEBDOMADAIRE

Halle aux blés

Dans toutes les directions le besoin de chaleur et de soleil se fait plus vivement sentir car te temps anormal, froid et humide qul domine depuls si longtemps ne peut être que préjudiciable I>nur la l'éiolks dont l'éplage est commence. La culture n'est fins sans éprouver des appréhensions et de ra fait la tendance a notre réunion de ce jour était soutenue pour le blé, l'avoine, le sarrasin et la farine. Les autres articles sont calmes. D'ailleurs l'assistance était peu nombreuse et il ne s'est t.raité que des aftaires de peu d'Importance. On demandait aux too kilos départ Blés. Nord, l'as-de-Calats. 92 à 92.30: Somme. Aisne, 93.50 il 93: Seine-Inférieure, 91; Oise, 93 il 9J.:>0; Eure, 91; Eure-et-Loir. 9d: Loiret, 9:. i 9G; Seine-et-Marne. 94 à 9*»; Tonne. 93.50; Touraine, 96 à DO.:»; Malnc-ot-Lolre, 90 Sarthe. Mayenne, DU: Bretagne, 9I..JO.

Farina. Supérieures, Il:. à 118 suivant rayons.

Seigles. 53.

sarrasins. Normands. 6330 à Ci; bretons, 60; limousins, Gj.

Avoines. Beauce, Brie. 6:i: noires Centre, 6i IL C4.J0: grises d'hiver. 68.30 à 67; Jaunes blanches, il) à 00.

Orges. Beauce. Borrl, & Sarthe, Mayenne, 63; Champagne, Gfitinais. Ci.

Escourgeons. Beauce, Câlinais, 03 à 61. PRODUITS COLONIAUX

Cours par tonnes des produits du au Guinée, au W nui palmistes. 900,95; arachides, aïihuile de palme, I 400 fr. 80; caoutchoti'- 0.250 fr.; peaux dr bœuf*, j.650 tr,; peau,( de moutons, 1.1M tr.; gomme copal, 7. KO 'i.; cIre ma fr.; Côte d'Ivoire. du 9 au 16 mai nulle da palme 1.450 tr.; palmUUl, «50 fr.

IMPORTATIONS D'ALLEMAGNE OCCUPÉE DROITS DE DOUANE

«ifniTfrtU,1'w décision de la Haute Commitslon Interalliée des territoires rhénans en date du 15 mars. les Importateurs français ayant passé des I commandes a des maisons allemndes des terrltol- res occupés antérieurement au l«r février sont au- 1 tories, lorsqu'il s'agit d'une commande ayant un intérêt général, à ne payer les drotts de douane cu vieueur a la date de la passation de leur commande Mais Ils devront fournir, entre autres plèfei Justificatives, un extrait certifié contorme da leur registre d'ordres ou de correspondances Indiquant la date de la passation de la commande et telle» des paiements. Les commissariats de police ont quanti pour déltvrer aux Intéressé les visa» pour copies conformes qui leur sont nécessaires. MARCHÉS DE LA RÉGION 67; orge. 00 à 62; son. < il 4d; pommes de terre, 1\ et en détail. 7.50; œufs, la donzilno. 3: poulet^ LES POMMES DE TERRE

i/n^'hi0-, juin. It est entré bi«r snt le marché de Rocabey 19.371 paniers de 50 kilos les arrivages d'aujourd'hui semblent devoir être Les cours ont subi nne nouvelle baisse. On s ™yîU\n);'lti!' le. les 50 kilos pour descendre au début de ap"ès"inidl S* et pmsque aussitôt Ce prix du reste a eu du mal à s* maintenir et vers i heures on offrait 21 Tr. et la pratique Jersey, où les arrivages sont abondant, a vu également ses prl:; descendre. Ces prix qui étaient à 7 shillings hier sont tomhés ce matin 6 et l'après-midi 5 shilling? 6.

Le, demandes d'Angleterre restant limitée» comme prix la baisse qui s'est produite aujouru nui n'a rien de surprenant.

La cessation des achats à 4 henres 15 a eu lieu pour la première fois aujourd'hui les cultivateurs prévenues étaient arrivés fin peu plus vite Cependant le marché est resté ouvert Jusou'à 5 heure,.

DOL, 6 juin. Il em venu aujourd'hui 1200 pa. niers de nommes de terre répartis en 1m rharrettes, T.e prix moyen a été de 1.' à 2r. francs PARIS. o juin. Les vieille- pommes de terre sont beaucoup plus rtemnndees qu'on ne l'csp^ralt Il y a un mnl; et w vendent rhPr Mal» inalrré le retard de la récolte voici le% n(Tre« <1o pomme. de terre nouvelles plus nombreuses et i plu« bal prix qu'il y a huit jours, On cote Paimpol. 43 k 41 fr départ; St-Mnlo..V. .V,

II se traite toujours des pnmni. de terre d'E<=narre: celles de Valencia ?ont offertes de K, à m francs, en gare de Cette.

B»RFL»nm. r, juin Cours d'aujourd'hui 15 «9 francs les f.o kilos.

Saint POL-nr.-T.Er>N. j-|n. Ccrr: du Jour Hollandes jaunes. 19 ù îo, et Manches 17. PdNPOL, 6 juin. Cours du jour 7 le;; jaune». 1., à 17: le; blanches. 1> iL ii les 50 kilos. Arrlvaçes nombreux de TrêproroK

LES ARTICHAUTS

SttsT-pnt.DF-l.f'ns o juin. Cours du Jo'jt 1 V. francs les 1nn kilns Les auditions radi^éléphonioues d'anionrd'hui

ECOLE SUPERIEURE DES P. T. T.

(Longueur d'onde 450 m.)

A 20 heures 30. Salle des fetes du Trocadéra Transmission radlotétéphonlrtue de» allocution» et discours prononcét à la fête de 1a T. S. F. et as Johtlé scientifique, de Branly.

CONCERTS DE LA TOUR EIFFEL

A 1? heures Concert avec 1e concours -de Mme Hélène Bressac-Matlel. cantatrice des Concerts Colonne; M. Nino Sinl. dee erands opéras Italien et de Monte-Carlo: Mlle. Gabrtelle Delean. pianiste: Mme Singery Mody. violoniste des Conrerts classiques de ParK rt dc Mlle Claude Rohan. compositeur Se,'se Largo, ,le Hrpnrtel, cantatrice, violon et Tiiano; Yn Fin*' <hi. FurWrsl, de Puccini. M. Mino Sinl: au pinno Mlle Doloaii Marguerite an Rotin, de Srhuhert. Mme Ilre^ac-Mattoi; \0rt11rnr. en >;i! bémol il» Chopin, Mme Slngory-Mody: Un peu iVHnr.monte. do ('1111(le Phhan, Mme Bres?nr-Matt»l; Il est d'étrange,* soir*, dp Paul Parav. Mme Hressnc-Mnttci; les l'Urhevrs de Perles Blzet, M. Mino Sini.

CCNCERTS RADIOLA S.F.R.l

A 12 heures 4.1 Informations de la matinée: cours de5 cotons du Havre, de Llverpool et d'Alexandrie.

13 heure'; -.5 Radio ccncert par orchestre tzigane Radiola.

17 heures cours de la Bourse du Commerce de Paris, du Havre, de Llverpool, de New-York et d'Alexandrie.

17 heures 10 Informations financières de Parls et do Londres r.iurs des changes.

17 heure» 20 Hadio concert arcc le concours des solistes Radiola Il Prilmle en ut dièse, piano 'Chopin): ̃}• Parane, ilno. pour vtolon et violoncelle (Ralnt-Saëns): 3' Sonatine, violon et piano. allegro, tuvtantr ci allegretto. Léo Daiitezat': -l* quatrième .'on^te. flùtp et piano. larghetto allegro larghetto, tempo di gavotte Haendel; ;.• Sonate en si hémol majeur, violoncelle e: piaro, largo, allegro, larghetto, ailegro spiroloso (yivaldi Salmon!; 6" Impromptu en mt bémol, piano (Schubert!.

50 heures 45 Ouvertnre de la Perle du Brésil, de F. David; Informations.

?l heures Radio concert avec le concours de Mlle l.evalllant, de la f.alté-I.yrlque <te Mme .lenny-Joly, prix d'honneur du Conservatoire, sellfte des concerts Radota de Mlle Simonot, premier prix du Conservatoire, et de M. Bas. de l'Opéra t* Divertissement Flamand (Paul Vidal); 5" Dans les Champs hautbois, M. Bas A. Chapuis); .•)• Méloile. chant. Mlle Levait.lant: 4* Aubade du Conte cf.lvril «Vidor!; 5" Folin, violon, Wmo Jenny Joly fCorclli); 6* Les Promis (Samnel Rousseau); 7" Sicil(i?n7i<j violoncelle Mlle Simonnnt G. Fauré); 8. a) Chanson persane (Salnt-Saêns); b) Le Tambourin, cor anglais. M. Bas (Hameau) 9» Mélodie, chant. Mlle Levalllant: 10' Rigaudon (SaintSaëns).

CREME DE BEAUTE ET PARFUM SECRET DE FEMME 4 MOUILLERON PARIS

Voire devoir est ae faire des économies Faites votre devoir en vons adressant au STOCK-OFFICE dont il faut lirj l'annonce en dernière page.

VOLT L-T-PIVER .Dernière l* />(ua ptruitant c/tt parfum»


La nomination de Mgr Serrand à Févêché de Saint-Brieuc

Lu nomination de Ni. le chanoine Serrand au «lège épiscopal de Saint-Brieuc, nomination que L'Ouett-Eclair annonçait dès hier en première page, a pté uès favorablement accueillie par tous nos concitoyens et par les habitants de Saint-Brieuc, ainsi que nous l'écrit notre correspondant. A vrai dire, la surprise n'a pas été extrême: depuis quelques Joui*, en effet, la nouvelle était au moins officieusement connue dans certains milieux on savait quel avait été l'heureux choix du Vatican et Ion n'ignorait pas que, seule l'acceptation définitive du nouveau prélat fatealt encore défaut.

Ainsi que nous le disions hier, Mgr Serraad n'est pas un Inconnu pour ses nouveaux diocésains

lAs anciens soldats de la grande guerre ont conservé vivace et fidèle le souvenir de celui qui, pendant de longs mois, partageant leurs fatigues et leurs dangers quotidiens, leur fat. aux heures d'angoisse et de souffrance, le meilleur soutien et le plus chrétien réconiort.

L'an dernier le nouvel du alla il SaintBtieuc, le 5 juin, l'occasion du Congrès de l'A. C. J F. qui cette année-là ee tenait au chef-lieu des Cotes-du-Nord. A cette occasion, M. le chanoine Serrand prononça il. la Ca- thédrale un eloquent discoure, qui impressionna fortement la foule de jeunes gens et de fidèles qui se pressaient dans l'édifice. Quelques heures plus tard, à l'EcoLe Saintlee, à l'is>sue du banquet, l'orateur s'entretenait familièrement avec l'auditoire et dans une aimable causerie envnit conquérir tous les coeurs.

possession de sa charge épiscopale lieu et voici lee explications qui nous ont été très aimablement données

Aussitôt la nomination officielle du nouvel évêque, celui-ci fera prendre possession de sort siège par un prêtre de son choix. En cette circonstance, le prélat n'a pas il. se déranger lui même.

A partir de ce moment il est evêque de Saint-Brieuc et administre son diocèse. De ce fait même cessent les pouvoirs du vicaire capitulant.

Après une période de quinze jours à trois semaines après la réception des bulles du Pape, a lieu le Sacre du nouvel élu. Cette cérémonie, selon toute probabilité, aura lieu à l'église Métropolitaine de Rennes, sous la préaidence de S. E. le Cardinal-Archevêque. Enfin, quelques jours plus tard, l'evêque nouvellement sacré fera son entrée dans sa ville épiscopale. Après la réception soJÇnûelle. en présence de plusieurs autres prélats, le cortège parcourra les principales artères de la ville et l'évoque de Saint-Brieuc officiera pontiflcalement dans sa cathédrale, on il recevra l'obérlwirp <!n rhanitrf et de tout son clerg..

UNE NOUVELLE METHODE peur périr la tdatiqoe rhumatismale Tous les médicaments ayant jusqu'ici fait faillite dan: 1? traitement de la sciatique rhumatismale, on essaya, tour ù tour, des agents physique.. lumière, massages vibratoires, électricité, nir chaud stypage froid .par le chlorure d'éthyle, etc. et il a bien fallu reconnaître que ces traitements étaient aussi peu efficaces que leurs prédécesseurs. Quelle ne fut paa la surprise des premiers médecins utilisant contre les affections rhumatlsmales et goutteuses, les remarquables propriétés d'un nouveau médicament mis il. leur disposition l'automne dernier en s'apercevant qu'en peu de temps la sciatique rhumatismale disparaissait cher les malades auxquels on faisait des piqûres de hitroyL La voie était ouverte, les essais se multiplièrent et aujourd'hui la guérison pratique de la sciatique est un fait accompli en quelquelles on fait disparaltre les rhumatismes. lot arthrites, douleurs intercostales lumbago, en un mot la plupart des affections arthritiques.

t'est la méthode employée par l'Institut Anti-Arthritique de France: Un docteur spécialisé dans le traitement donnera ses consultations chaque semaine.

SYNDICATS & SOCIÉTÉS EcunuuEs M FB»Nci ii7. faubourg de Fougères) Louveteau- Convocation Jeudi 7 juin Sortie. le HHvalayf. Ra«seniMem<-nt a 13 h. 30. place de Uretagne.

de 1* Protection Mutuelle aura lieu le vendredi 8 eounm. A la Maison de 1a Mutualité rue Stntê, t 17 h, 30. Ordre du Jour Compte rendu du congres de mal.

Un grand concours de coiffure*

Le président de J 'Union Amicale des Colfteui-s de l'Ouwt 'section d'ille-et-VUalne). dlrecteur de l'Ecole Professionnelle de coiffures de Rennes. orpnlse, sous la prfelJence des autorités officielles de département. le dimanche 17 Juin i»a>. un concours local et réqlonal de coiffure», au restaurant Oadby, faubourg d'Antnaln. i Renne» anc teacontre de l'élite professionnelle du Mans et do la région.

Celle fête qui commencera 4 ü heures précise?, «ei» suivie d'un banquet a 19 h. et d'une *auUM» intime à Zi heures.

Le cripé est seul autorisé. Les exécutants devront se munir de leur modèle, outillage, peignoir, ters. lump* garnie, épingles et parures; peignes Le conaeU d'adniinitration de 1-Ecole de Rennes s'assocle pour inviter tous ses collègues, femme» de conteurs, Patrons et ouvriers, sociétaires de l'l'nloo coonme non-sociétaires et tous ses collègues dit département et de la région Ouest, à assister cette manifestation professionnelle où le bon *oût et la mode se révèfrtont, grâce aux maître? et leurs «lèves

Pour tous r*n«tlgnernents et cartes de banquet s'adrrMer chaz M le PrfsiVot. i«. place Saint*;Amie. à Rennes. Clôture des «dhtsloni. le mercredi iâ juin (M.

SOYAL-SLR-VILAINE. est un fromage d'BTE recommandé pour sa digestion facile. BIEN RETENIR CETTE DATE. le dimanche 5 août prochain, -J'Ecole de Rééducalion des Mutilés donnera sa fête annuelle. Noua reviendrons sur les détails de cette lite qui promet d'être parfaite.

Un projet intéressant de voirie dont on attend la réalisation L'aménagement de l'Avenue de ta Care Tout le long des trottoirs de l'Avenue de la Gare, on remarque depuis plusieurs semaines des rails déposés là, en attendant que l'un en constitue une double voie pour les tramways au milieu de la chaussée. Près de la butte du Champ de Mars, les pavés s'amoncellent, attenannt leur pose Avenue de ra Gare..

On sait, en effet, que le Conseil Municipal a approuvé le projet suivant d'aménagement en sa séance publique du 28 février dernier 1») Au milieu de la chaussée, qui conservera sa largeur actuelle de 12 mètres, zone de passage en pierre large de 4 m. 50 sur laquelle seront établies deux voies parallèles de tramway.

2°) De craque côté de cette zone, deux bandes avec empierrement macadamisé et goudronné et ayant chacune 3 m. 25 de large. 3») En botdure des trottoirs, deux demicaniveaux de 0 m 50.

L'Avenue de la Gare étant voie urbaine sur une loneeur de 420 mètres (entre la Gare et la rue Saint-Hélier) et voie nationale sur une longeur de 230 mètres (entre la rue SaintHéiier et le pont Saint-Georges), les travaux de voirie doiveut être effectués d'un commun accord entre le Service des Ponts-etChaussées et l'administration municipale sur les bases suivant**

La Ville assurera la préparation de la plate-forme pour les deux voies nouvelles de tramways elle fournira les matériaux et la main-d'œuvre pour le pavage de la zone prévue au milieu de la chaussée, sur toute la longueur, depuis la Gare jusqu'au pont Saint-Georges.

Les Ponts-et-Chausséos fce chargeront du défoncement de la chaussée, du triage, du réemploi ues vieux matériaux, de la façon, de la forme, de 1 empierrement et du goudronnage des deux bandes latérales sur toute leur longueur.

La défense est évaluée pour les Ponts et Chaussées, à environ 80.000 francs et pour la ville (achat et transport de pavés, achat de sable) à 140.000 francs. Ce crédit a été voté le 22 février.

On se souvient aussi, que le terminus de la ligne de tramways doit être modifié et que l'on doit établir un circuit dans la cour même de la gare. Le tramway venant de la ville pénétrera dans la cour de la gare par l'entrée située vers le boulevard Beaumont et déposera ses voyageurs devant le grand hall de la salle d'attente, puis, longeant le trottoir qui borde ce hall, Il ira près de la sortie des voyageurs, s'y arrêtera et sortira de la cour de la gare, se dirigeant alora>vers la ville, en empruntant le passage situé du côté du boulevard Solférino.

Ce projet a recueilli l'approbation unanime des administrations intéressées. Les frais de pose de la voie seront à la charge de la Compagnie des Tramways Electriques. Tout semble prêt pour une très prochaine entreprise des travaux. On s'étonne cependant que les services qui doivent les exécuter attendent si longtemps. Les rails en effet, ont été déposés avenue de la Gare bien avant la Foire Exposition et la Fête des Fleurs 11 serait temps, estime-t-on généralement, de prendre 1. départ et de profiter de la belle saison relative pour transformer l'avenue de la Gare à la satisfaction de tous. Il est à craindre, en effet, si l'on entreprend trop tard de macadamiser les deux bandes projetés que l'on renouvelle l'expérience lamentable du faubourg de Fougères à laquelle eu procéda beaucoup trop tard. Il semble en outre que les travaux doivent durer asssz longtemps Il paraît opportun de les commencer. A propos d'entreprises et de construct.ions, chacun constate avec satisfaction que l'on travaille avec la plus grande activité il l'achèvement du Palais du Commerce. Les progrès sont de plus en plus sensibles et nous verrons, bientôt sans doute, commencer la cons. îrMunicipafnJ.1"-0" central dont est chargée NANOUK L'ESQUIMAU

En raison de la valeur instructive et docu.mentaire de ce Film, la Direction du SELECT a décidé d'accepter pour la Matinée de deudl, ^?.ftmileii*ProfFseua« el Instituteurs ,l'ainsi que les élèves de toutes les écoles pour MALENCONTREUSE INGURGITATION Jeanne Maillard, âgée de 36 ans, n'a pas Tn™nCUe,,to ni de moyens d'existence. Toutefois elle est inscrite en bonne place sur les registres de la police pour deux raisons d'abord elle est raffut des bonnes rencontres et d'autre part elle a été sept W* condamnée pour des motifs variés.

Ayant accompli hier une longue courte elle souffrit en arrivant à Rennes d'une soif ardente. Vers 20 heures elle Pénétra dans mi débit 28, faubourg Salnt-MalSet se fit servir une bolée qu'elle fit remplir et vida quatre fois, coup sur coup.

Lorsque la dernière gorgée eut pris rapt- dement la direction de son puissant estomac. Jeanne Maillard dit au patron

Si ne vous fait rien, je paierai en On lui répondit que la maison ne fait pas de crédit. Elle fut contrariée mais n'eu laissa rien voir.

Quelques instants plus tard, profitant du va-et-vient du débitant, eLe prit la porte avec une légèreté surpre nante; mais elle fut vite rejointe et ramen*> au débit ou elle s'atta- bla. pour annoncer froidement qu'elle n'avait pas un sou vaillant.

La fille Maillard vit bientôt arriver un agent qui la conduisit au bureau de policu de la rue Volvlre. Après ùn interrogatoire d identité et ses aveux complets, elle passa la nuit au violon ce qui parut d'ailleurs la oombler d'aise et sera mise aujourd'hui il la disposition du Parquet pour grivèlerie. LA TOMBOLA DE LA FETE DES KLEUItS Nous croyons savoir qu'elle sera tirée incessamment. Les personnes qui n'ont pas encore rendu les souches des carnets qui leur avaient été confiés, sont priées de les remettre d'urgence à M. Deleusme-Bétin, rue

LES RESULTATS

DE LA JOURNÉE PASTEUR La Commission de contrôle de la Journée Pasteur s'est réunie à l'Hôtel de Ville lundi dernier.

La somme totale dans les troncs est de trois mille cinq cents soixante-seize francs cinquante centimes (3.576 fr. 50). Cette somme a été remise à M. le Préfet d'Ille-et-Vilaine. C'est la un fort joli résultat qu'ont et. tenu les 150 quêteuses qui ont bien voulu participer la journée.

LE RIME EST VAINCU Messieurs, si vous portez les toupets invisibles de la Maison MURIEL, Poeticheur spéciali6te. 11, rue Lebastard. Rmnet. Tél. 3-48. MATINÉES & SOIRÉES Musique de l'Amicale DE l'Ecou lIE B£eduutiom. Programme du concert du Jeudi 7 Juin, à 90 heures 30 précises, folie du Mail 1. Le Paiisieii, allegro. Allier; 9. vaçdala, ouverture, Morand; 3. Beau Htve, grande valse, Parigot; 4. Gillette de Narbonne, marche, AuAudran b. Souvenir Fiançai- marche, Aurlaux.

UNE GENTIANE FRÉMY

STIMULANT PARFAIT

NECROLOGIE. C'est avec regrets que l'on a appris à Rennes la mort de M. l'Abbé Le Caz, économe de l'Ecole du Manège depuis un an. Originaire de notre ville, NI. l'Abbé Le Caz fut ordonné en 19U7 et se dévoua pendant quinze années à l'Œuvre de la Sainte-Famille, boulevard de La Tour d'Auvergne. D'une santé très débile, mais avec un courage extraordinaire et grâce à une ame très sacerdotale, Il se donna tans compter au milieu des situations les plus délicates et les plus variées. Le mal qu'il combattit pendant de longues années, l'a enfin terras3é à la Clinique Saint-Yves où il s'est éteint doucement. Tous les jeunes gens qui ont connu l'Abbé Le Caz à La Tour d'Auvergne ont gardé de lui un souvenir respectueux et reconnaissant.

Nous nous associons au deuil de tous les anciens de la T. A.

Les obsèques auront lieu samedi à 10 heures, en l'église Saint-Sauveur.

ETAT-CIVIL DE RINN8S

HUUlNCtS

6 juin. Bernard Horane, rue de l'Abattoir. 6; Madeleine Quéplo. rue Loblneau, S6 ilaurlca Chauvin. quai Chateaubriand 9.

Nets

6 juin. Veuve Viel, née Allalr r W ans. oouleTard Sérlgné, 9; Louise Feuillet, 8 Jours boulevard VUlebois-Mareuil, 38 Mme Poulard, née Chenaller, 60 ans. Hôtel-Dieu.

Convois mortualtea

du jeudi 7 juin IV»

8 heures Mme Radier. Pontcha1llou. Nord. 10 heures NI. Taunel, H0tel-Deu. Est.

10 heures Mlle Glllnrd rue SI Héller. 5' Salnt- Héller, gare Etat.

4 heures Enfant Feuillet boulevard VlllobotsSaint Erblon

FETE DES MINES DE PONTPEAN. Le dimanche 17 juin 1923 il y aura de grandes courses de bicyclettes régionale (30 kilomètres), intercommunale (10 kilomètres) ;concerts, concours de palets. tir au pavois, course is pied, retraite aux flambeaux, illumina- tions.

LA F ETE DU BATAILLON L'Ouest-Eclair annonçait récemment que la fête annuelle du '6' bataillon du 41· aurait ieu le samedi 16 juin courant, veille de la réunion des courses de Vitré.

Nous avons eu la bor-tte fortune de recueillir quelques détails sur cette fête au succès de laquelle travaillent depuis longs jours M. le. commandant Pérès et ses actifs et dévoués collaborateurs, et nous n'étonnerons personne en disant que tout a été imaginé, mis en ceuvre pour qu'elle sorte de la banalité courante et réserve à l'assistance les plus agréables surprises.

Elle débutera naturellement par une Revue qui se déroulera dans la cour de la caserne il. 7 heures. A 8 heures commencera au stade du quartier un grand concours sportif militaire.

A 14 heures, les portes de la caserne s'ouvriront pour laisser la population vitréenne prendre part à la grande fête de l'après-midi et qui comprendra de nombreuses attractions, une kermesse, un velousel, uu théâtre, un café concert, etc., etc.

Une brillante retraite aux flambeaux clôtu,rera cette belle journée.

LA SOIRÉE DE GALA

DU CHOEUR UKRAINIEN

C'est devant une salle archicomble et une assistance aussi élégante que choisie, que s'est déroulée hier au théâtre municipal la sulrée de gal;t organisée par le Chœur natif,)nat ukrainien. Elle lut l'occasion d'un nouceeu triomphe, après tant d'autres pour M. G. kiritschenko et son élite chorale vraiment exceptionnelle.

La maîtrise incomparable du professeur a su mettre en un relier saisissant toutes le* qualités avec chœur étonnante discipline artlstique, ensemble remarquable, technique Impeccable. Elle permit également d'apprécier le volume, la puissance et la beaute des voix que nous avons entendus comparer aux Instruments de musique la p'Us parfaite. L'auditoire écoutait ravi, dans un silence presque religieux, et les chants liturgique.

et les rondes et les compositions dramatique,, que mettaient en valeur avec un ftn1 merveineux, les ressources vocales de chacun des éléments du Choeur. Il a surtout admiré l'ampleur des basses qui faisalent songer aux grandes orgues de nos cathédrales. Ce fut une délicieue soirée dont il convient de remercier le maitre Kiritchenko et le choeur ukrainien, mais aussi M. André, le symrpathique et distingué professeur de musi. que qui s'est généreusement dépensé pour nous procurer ce régal artistique.

Marclll*-Rob«rt

FETES. N0U6 apprenons que les fêtes de Marellé-Robert auront lieu le dimanche 9 septembre.

Le tir a la carabine et les jeux de palets, dotés de nombreu» prix. commenceront le dimanche 1" juillet.

UNE HECATOMBE DE CHIENS. Un chien reconnu enragé appartenant il. M. Raufflet. a été abattu à Marcillé-Robert

D'autre part, 11 chiens de la commune qui avaient été en contact avec l'animal malade ont également été abattus

Coesme»

CONCOURS DE TIR ET DE PALLETS. On nous prie de dire qu'il n'y aura pas de fête6 les 10 et 17 juin à Coesmes, mais un concours de tir et do palets.

LE FEU AVENUE DE MARVILLE Hier après-midi, vers 1 heure. la feu s'est déclaré dans un bâtiment à usage d'atelier, occupé, avenue de Marvin?, par ?IL Desprès, habitant Saint-Servan, fabricant d'emballages, et appartenant à NI. Charlopin, vannier u la Gare.

L'alarme fut aussitôt donnée tant à la caserne de Rocabey qu'à Saint-Malo, par M. Ferdinand Levillager. Bientôt les soldats 'lu 47* arrivaient, ainsi que les pompiers, sous les ordres de leur capitaine. M. Pinabel. Malheureusemeut, l'atelier de M. Després, qui travaillait actuellement à la fabrication de papiers tne-mouches, contenait des matières facilement inflammables, et le bâtiment entier, qui mesurait 11 mètres de long sur 6 de large, fut bientôt tout en feu. On dut se borner à préserver les bâtiments voisins dont plusieurs étaient construits en bois.

Vers 2 heures, la j.art du feu étati faite et les pompiers, aidés des soldats. n'avaient plus qu'à noyer les décombres.

Tout le matériel, ainsi que les marchan- dises de M- Després ont été détruits. Les pertes qu'il subit, ainsi que celles de M. Char- lopin, n'ont pu encore être évaluées. Elles sont couvertes par des assurances.

Dès l'annonce du sinistre, les différentes autorités de Saint-Malo étaient accourues sur les lieux. Notons la présence de MM. Bouquet-Nadaud, sous-préfet de Saint-ltalo; Guillet, secrétaire général de la Sous-Préfecture de M. le lieutenant-colonel Tixier, commandant le 4de, ainsi que du capitaine de gendarmerie, NI. Nicolet de M. Bordier, commtssaire de police. et de N. Morin, de la police spéciale, qui assuraient le service d'ordre.

L'enquête a été ouverte par M. Bordier, commissaire.

ENCORE UN IHCEMOIE RUE PORCOtt Un incendie s'est eniore déclaro, mercredi soir, a Saint-^Ialo.

Le feu a pris dans les mansardes de fa maison Hugue, 25, rue Porcon, au-dessus des magasins uresby et Font.

Au moment ou nous rédigeons ces lignes, la toiture de l'Immeuble est embrasée. DANS LES RUES PRIVEES. Sur la demande des propriétaires de l'avenue du Casino prolongée, la mairie a fait établir hier une palissade fermant l'accès de cette avenue sur le boulevard Lamennnais prolongé. Cela montre que la ville ne peut se désintérexer des détériorations que le passage t'.e lourds véhicules tels que les charrettes de patates peut causer a une rue même privée. C'est là une constatation intéressante. DEMENAGEMENTS par capitonné automobile

ECONOMIE RAPIDITE SECURITE Entreprise J. BEAUDRÉ, près la Gare, DINAN LOCATION D'AUTOMOBILES

& CAMIONS de 3 à 6 tonnes

pour tous gros transports.

UN BEAI' 300 METRES. Une course à pied improvisée a intfi-eïsé mardi soir, vers 8 heure* tout le quartier de- la gare. Il s"aKis:Mit d'un 300 mètres rltsputé par les frères Duchesne, les commerçants de la gare bien connus et deux sportmen éqalement bien connus Uller Kesry et Michaux. Ce sont les deux sportmen qui ont triemphé. M. Hescv distançant d'une tète M. Michaux. les frères Unchesne restant en arrière.

Un dîner chez Ferdinand a clôturé ce match.

SAINT-SERVAN

LA CRISE MUNICIPALE La juurne d'hier n'a apporté aucun renseignement précis sur la rrise municipale ouverte par la démission de NI. Brouard. Ce dernier, que nous avons vu dans la soirée, continue à observer la plus grande discrétion. N'ayant rien à se reprocher, il ne veut rien dire. Le public comprendra cette réserve.

En ce qui concerne NI. Brouard, nous pouvons dire.cependant qu'il a reçu depuis lundi de très nombreux témoignages de sympathie, tant de ses amis que de ses adversaires. En quittant la Mairie en des circonstances telles que beaucoup d'autres à sa place y seraient restés, M. Brouard peut se dire qu'il conserve la sympathie de toute la population servannalse.

Quant à M. Michel, il continue, en l'absence de M. Haize, a exercer les fonctions de Maire. La majorité qui s'est affirmée dimanche sur son nom semble surprise de la tournure prise par les événements. Il est évident, en effet, que les treize électeurs de M. Miche) n'avaient pas prévu la démission de M. le Maire et dès qu'ils l'ont connue, ils en sont restés tout surpris.

Leurs regrets pourront-ils contribuer a wlutionner la crise

DIMARD

AU CONSEIL MUNICIPAL (SUITE et FIII)

(fecupation de trottoirs. La taxe do staticzlrtement et d'occupation de trottoirs est établir progressivement, avec maximum de 50 francs, suivant qi'elle 6'exerce sur le sol, il 1 m. 50 ou plus.

Dtstribuleurs d'essence. On fixe la taxe annuelle pour 1923 à la somme de 2W francs pour les distributeurs fixes d'essence placés en bordurt de truttoirs.

Taxe du tuut-â-ïegout. L'annuité dd l'emprunt du tout-à-1'égout s'élevant à 114.000 frrncs, la taxe de 4 sur le revenu cadastrai donne une recette insuffisante, alors qu'il y aurait lieu de doubler Le produit serait alors de il.000 franc6 la différence sera demandée à la taxe de séjour. Approuvé.

ÂgfrcjiuMsstmemt des écoles. L'adjudication des travaux d'agrandiseement des écoles n'ayant pas donné les résultats espérés, 11 y a lieu d'ouvrir un crédit upplémentaire de 20.000 francs. Approuvé.

Digue de àaint-È7iogat. Le crédit de 150.000 francs primitivement ouvert est augntenté de 8.000 francs, comme étant Insuffisant.

Budgets. Après appruba.tiou du compte de gestion du receveur municipal, on passa s l'examen du compte administratif du maire, des budgets de la Chambre d'industrie climatique, du Bureau de bienfaisance et da l'Office public des habitations à bon marché, qui reçoivent l'approbation du Conseil. Lettre Melllnger. M. le Mairie donne lecture d'une lettre d3 NI. Mellingér, demandant le déplacement d'un arbre situé en face de l'entrée u garage qu'il fait construire, hou.levard Féart. Comme il est trop tard pour procéder à ce déplacement, M. Mellinger est autorisé, moyennant une indemnité de J50 fr., à abattre cet arbre.

Voirie. II est donné lecture du repport de la commission de la voirie, concluant à poursuivre la construction doe bordures de trottoirs et caniveaux pavés, principalement dans les rues de la section de Saint-Enogat, et à l'adoption du plan d'em.bellissement et d'extension de Ditinrd. Ap. Iout-â-l'égovt. M. le Maire annonce au Conseil que le procès pour malfaçon inteut* ;"i la Société des Ciments de Grenoble vient de se termiuer par une transaction entre la Ville et la société concessionnaire. Ceite dernière s'engage à la mise en état des travaux sous la surveillance des experts nommés par le Conseil de préfecture. Elle paiera tous les frais du procès. Après la réfection complète des ouvrpgvs, il sera procédé à une réfection des travaux; c'est de ce jour que courra le délai de 10 ans pendant lesquels la société concessionnaire demeurera responsable du bon état des constructions effectuées; de plus, pour ne pas retarder l'achèvement du piemier lot, U est décidé de confier l'achèvement des travaux à. cette société, naturel)eiu«m, avec des prix nouveaux. A défaut d'une entente amiable, les experts fixeront les prix. M. Ogereau demande au Conseil de voter des remerciements à M. le Mairie, pour tout le dévouement qu'il n'a cessé d'apporter depuis quatre ans à cette importante question, et l'heureuse solution qu'il vient d'obtenir M. Brossard en réclame également pour AI. Crolard, père de l'affaire. Le Conseil se lang* à ces avis.

Retraite des employés municipaux. Lue précédente délibération avait fixé la limlte d'âge pour la retraite des employs municipaux à 55 ans. M. le Préfet demande qu'elle soit maintenue à 6U ans.

Location des plages. La ville de Dinard étant locataire de la plage de l'Ecluse seulement, il est décidé de demander au ministère la location de toutes les plages de Dinarii telles que Saint-Enogat. le Port-B!anc t Le Prieur?.

Amélioration au service des trains. bans le but de faire avancer la saison, NI. !e Maire s'était adressé aux parlementaires du département pour obtenir de la Compagnie des Chemins de fer de l'Etat une avance .le son service d'été à partir du 1er juin. La Jemande ayant reçu une solution favorable, il demande au Conseil un vote de remerciements aax parlementaires qui s'en son occupés.

Adopté.

Acquisition de la villa Brtc-d-llrac. En vue de conserver, sur la baie et l'estuaire de la Rance, la dernière vue possible et en prévision d'un usage plus ou moins prochain qui pourrait fe faire sentir de la propriété par la ville de ce superbe immeuble, une promesse de vente vient d'être signée moyennant 400.000 francs pour la villa et :i0.000 fr. pour le mobiliser. L'annuité sera de «6.000 fr. pendant 30 ans, mais comme le rapport annuel est de 30 il 32.000 francs, ou conclut une bonne opération pour la ville aussi -Ni. le Mairie est-il autorisé réaliser cette vente et un emprunt de nOO.000 francs et les centmes éventuels sont votés iL l'unanimité. projet d'établissement d« bains chauds. Ni. le Mairie communique au cuiiSL'il les résultats de son voyage à Venise pour étudier la question de l'hydrothérapie. Après consultation de diverses sommités médicales, il indique- les merveilleux résultats obtenus par les établissements de cure marine, traitant par eau de mer et algues marines, au moyen S'ailrewer à l'Ouest-Eclair. «S6B-D

LA MUTUELLE-VIE

Entr*i>rl<* privée a^ujeme au contrée de l'Etat cotisations fixes

Siège social ROUEN, Il. pi. de la Cathédrale Fonds de garantie î.Sotuou Iranca.

Fonds placés 3S.000.uio francs.

Assurance» en cas de Decej et en caa de Vit lien tes viagères.

M. 9 SCNOIT DU REY Directeur Régional de "Ouest, n. me (,ui![XTt. IL GAIN

M. MORIOE, Inspecteur pour la Bretagne, la Sarthe, la Mayenne, le Maine-et-Loire, u, ru« Poullain-Duparc. IL RENNES

Agents généraux p' la Sartht, Maytnn* et Maine-et-Loire: MM. Vlllttt- lu. ruo Thoré. Le Mans; Durtau, à Châtsau-du-Loir; Rodltn, 2J, rte du LuJe, n La Flèche: Ohevalllsr, 21 bis. r. du Lieutenant. & La>ali Hamon, r. St-Vlncent. à Mayenne; Poirier a Rinaié; Dupond, M. r. de Brlssac, Angirti Bretln, e. r. Petit-Mail liumur O\ DEMANDE DES AGENTS

BIJOUX, ENTIERS. BRILLANTS Achat au Maximum

RIQOULOT, Bijoutier, fl2. Pl. Rallier, tttnnm.


d* balns chauds. Dans ce* ordre d'1dées 11 he, voit lit* dt mtaox qua de ttfer un» piscine U'eau de mer chaude. MM. Grolard et Brossard le Joindront 1'ancienne commiMioa pour étudier ce que l'on pourrait faire à ce sujet.

Leltre de Al. Joubrrt. Lecture est donnée d'une lettre de M. Joubert, protestant contre l'application de la taxe de séjour telle qu'elle m, à partir du 1" Juin. lA!! CodmII proteste et décide que cette lettre n'est pas reeevabje tant au fond qu'en la forme, et maintient la perception de la taxe de séjour telle qu'elle es; voue.

l.s séance est levée midi et demi.

iiODEliBS DE NUIT. M. Hamoniau a oiistaté le vol de 100 kilogs de pommes de .erre dans un champ situé au Port-Blanc. Il isiime ion préjudice à 10 rrancs.

Saint-Criao

KNTRE VOISINES. Mme* Allée et OUi-ro, cultivatrices iL la Noé, ont porté plaintt .i la gendarmerie, au sujet de coups qu'elles auraient reçus de Mme Gouëzel, cultdva'rice au même lieu. L'affaire ne semble pas ne» grave, cependant l'inculpée se eerait ervfe d'une fourche et les blessures faites ii nécessité l'intervention du docteur. Canoale

\C COMITE DES FETES DE CANCALE. is tnembras dU bureau sont instamment 'ries de bien vouloir se réuntr aujourd'hui. .i 8 h. 90 du soir, chez M. Fauchon Feli*. me du Port, trésorier de la 6oriéie.

Présence mdi*pen sable.

ON RECLAME. Plusieurs lecteurs du ;rourg nous adresse les quelques lignes su1vantes:

Après toutes les améliorations apportées, uous vous 6* nous reooonaiasante de bien vouloir encore signaler le mauvais état de la petite rue des • Mlnquters située en plein bourg, dans le prolongement de la rue Duqtiesne. C'est un vrai' dépototr, nous ignorons ei. cette Tue est classée, en tous cas, les années précédentes, on procédait, aux environs des Fête»-Dteu, à son nettoyage. Cette année, aucun cantonnier1 de la Ville n'y a été vu ? T

Par la même occasion, ne pourrait-on pas déplacer l'urlnotr qui se trouve placé en face le porche de l'église parotatiato et le tran'i:tj<te» de M« J. LfcRTHBUX. avoué rue de Nemou», n* 9, à Hennés, et de M» t. SAUVAGE uouira a Satnt-Malo. n' 14. rue Jacques-Carrlti VENTE PAR LICITATION

Le V«n4redi se Juin 19*3. a li heures, en l'étud*- •i J»ar le ministère de M» L. SAUVAGE. uotaire a Milnt-Malo. Il sera procédé a la vente au pli^ • iffrani et dernler eochéri*«ur des IMMEUBLE-- i DESIGNATION

1'r LOT

j 'Ue <ie Satnl-Servan-tur-Mer, uu lieu ,{il Le Mouchoir vert

I. TERRAI .4 clos de mure actuellement à Liage M» levraiu de temnis, i rentrée de la ville eu Uurdure de 1a route nationale de Saint-Msio il uoKte&ux, d'une contenance de t.t'i ms cadastré ̃oui le a' 1430 p de la section A. joignant vers nord if. Slmonet, vers est la route nationale et sud et vers ouest M. Pottler.

Mise a prix 10.000 francs.

!le LOT

'ûinmune de La Gouemtirt. au toi dt BonaOun INE PIÈCE DE TERRE dite La Grande Prée »i la Puée de la Garde contenant 75 aras < centiares, Joignant vers noM Mme Attirant uu représentants), vers est M. HouHU. vers sud N. Michel Lesaunler et vers oueot Ni. Joseph tornillet.

Mise t prix 4000 franc,.

3' LOT

̃ t.mmunc de Sainl-Guinotuc. au toi de la Benrochc LA NUE-PROPRIETE (pour y réunir lusufruii au décès de l'usufruitier SKé de "C ans) D'UNE l'iBCE DE TERRE dite Les Colombiers con.tenant H are» M centiare*. cad«jtr«e fout le n' SB de la section A et jolgnant vers nord les l'nfaat» de Vlari». vers a>t Mme Ti>rpln vers sud Min» (iulllou et vers ouest un chemin.

Mue Lt prix i 500 lranr».

«• LOT

commune de Sainl-Quinour an L'A du

Tertre aux Uaçoni

I.A NUE-PROPRIETE (poux y réunir l'usufruit m décès de l'usufruitier ag^ de 70 &ns) D'UNE H'ECE DE TERKi: Hue Le Champ Court • contenant 75 are. ;>i rrntlarcs. cadastrée sous le Il' S7S de la sertii.n ci joignant vers nord Mme veuve Huet et le Biuoan de Bleolalsamy ,le Salnt<îulnou\. vers est un chemin, vers sud NI. Félix Fourre et v»r* ouc-t M. Jac(jiiev rmtrr« (Il lee enfants de Kerouan

Mise à pHx e.iwo francs.

1. vente du Trihnn.il rlrll de Rennes rontradic- ti-.lreiD«it

il. Mlls-Fran,-niv.\rlhur EESRÈE. cher (1* 3- M. Charles ithur-Jules MARCY. employé de ̃'̃• M Henn-Louis-Fj-ancls-FrédéPIr M.4RCÏ. ejn- "loyé de banque derneuranl à Paris, rue Laffltte, Demandeurs ayant pour avouf M« BERTHEUX. Et 1» Mnv? Marie-ninlIle-Jonne F\ls\ï:r. voiivr de M. Artbur-Euccne-Marie-Juls* iiESRLE saii^ profession, prise en sa qualité de tutrice naturelle >-t légale de -a fille mineure .leannlne-Marle-Hen- Uette BESREK. demeurant i Rennes., ru? du Mail. il- 79

Défenderesse ayant pour avoue %le BERTHEUX ,» Ni. Charles-Edouard MARCY. commerçant, demeurant à Rennes. boulevard Jacques-Cartier. <•̃' 13», pris en sa qualitf de tuteur naturel et légal il- m deux enfants mineurs ̃ André Eugène. Défendeur ayant pour avoué M» MALAPERT. Le «ubrogé-tuteur de, mineures leannlne-MarieMXRCT sera présent à la vente ou dament appelé l.'Arové pourtmranl J, UEP.THF.rx.

SAUVAGE. notaire S«int-Malo n* Il, rue Jac- cues-Cartl^r, ràdacttnr et dépositaire du cahier -les charges; ?• M» BROSS.UT.T notaire à Rennes, rue Lalayette. n' i: 3' NI@ BERTHEUX. avoué pour•uirant. rue de Nemours, Il' 9. Rennes; «• Me \ULAKRT. avoué cnliiit.im rn.> I..i Ch»lotai«, EXTRAIT

J»t MinutM du Crotte du Tribunal Correctionnel de M>ntl*rl-mr-H»u U!l«-ei-V.>U,j»)

Par jurement contradictoire du Tribunal Coricctionuci de Mcmiton-sur-Mfii, en date du 18 ̃ ut 1KS, eni«gi«tre, le» uoiame» lU URKL Angt.Marle-Jo-eijh. 40 ans, cultivateur, demeurant au Urand-Laumijr, cauimuoo de .MtOrcjr. (téclavo oupable d'Infraction la loi sur les fraudes (expédition Paris, aux Halles Centrales, d'une ,ache impropre à la consommai ion;; 2" I.EBKK- i'ON Eraest-Marie-Joscpli i« ans, boucher demeurant k Médréac: 3' CSN'At.'LT Marcel-Joseph. aos, journalier, demeurant au Clos-Huré, commune de Médréac. déclarés coupable» de complicité du délit ci-des<iis spériné reprorhê à Tirel, nt éte condamné,

Tirel a huit jours d'empriM.nnrment arec »ur»i« deux cents francs d'ameude Lebreton a quinze jours d'emprisonnement avec aunit et troit un,. franc» d'amende: Esnault. i selïe francs d'amende; l'ar appllcalton des articles l«r S et 4. 1 2. 7 de :;i loi du 1" août i»o:. iu-eo du Code Pénal, i" et de la loi du 36 mars 1891.

lA Tribunal a en outre ordonné l'Insertion par "lirait 4n Git jug' nt uan« le- Journaux routut-Eclalr et le t -.•elliste de Bretagne >. Vu an Parquet

le Pnocur»ur de la Républirur.

M SCZANN-.

Pour extrait conforme

Lt Cotnznis-iTefflér du Tribunal,

L. Hl'MBr.OT.

Del

CONCOURS DE PALETS (Amateurs). L'n conconrs de palet* (amateurs) aura lieu dimanche prochain 10 juin, toute la journée, chez M. Brfeset, place du Champ de Mars, à Dol.

Un jeu de 12 mènes et un jeu de 6 mètre; seront dressés à oette occasion.

La fernwUne du jeu aura lieu 6 h. 30 du soir.

Lee prix des deux jeux seront répartie selon les résultats de la cslfse.

Bacuar-PiOMi

CHUTE MORT.ELLE. L'autre matin, M. Julien Dioré. culUvatew au bourg de Ba(ruer-Pican. a trouvé mort dans son écurie -NI. Jean Flaut, 68 ans, domestique à sa ferme, qui «iseit au pied de son Ht, avec une blessure la tête.

LVnqiiête a établi que NI. Flaut a dû tom-

ber excLdeoiellemeal u. nuit de «on lit, freupé sans dowte (Turte congertlon.

Basu«r-M«rvan A QUI LA. VACHE? Une vache sous poil rouge et blanc «st ailée se réfugier, le S4 mai dernier, chez NI. Louis Van Landeghem, cultivateur au Bignon, commune de Baguer-Morvan, où «on propriétaire pourra la réclamer.

SERVICE PHARMACEUTIQUE. Il sera assuré dimanche prochain par MM. Alliaume rue du Tribunal et Aussant, place Gambetta.

Les cuirais Jean-Bart et Courbet sont airlvis à Mers-el-K*bir. Les torpilleur. et sous-marlm sont entrée Alger le i.

Le croiseur-cutrassé learme-d'Arc est arrive & l'ort-Sald, le 5.

Le S, le sous-marin Cuter «i le rhiwtnr si -nt moulli* Pois, le l"^ tOTpUlsars 9!6 et • SM au kilomètre 90. Le torpUevr Delage rejoint Brest pour reparalions le «̃

'Jour croisière, le t.

Le transport Creutot est arrivé à Bmt le s. Le pétrolier Aube a appareillé de BUerte pour l'ciilon le B.

Le transport Creusot, venant de Cberboarg. est îtwndu & Brest.

L'hydravion B-22 arme il Lorient le 6 juin venant de Brest pour participer aux exercices de la division navale de la Manche et de la Mer du Nord a Qntnercn.

DESIQNATION8

Sùnt désignes

i.»s capttalues de frégate Dumont, d4<igmt'Tin i.our les oot'rs dita de franchis»ment de grade ani'iiléi; de Llgnr, président de la commlnlon de recettes des torpilles à Toulon (choix) 1 son débarquement du Vuleain: Glraudeau, comm. de la niarme au Sénégal.

Les capitaines de corvette Soulte, commandant .In Monaemeni, a Beyrouth; Decarpentler, second jeanne-i'Arc, à Brest.

1 es lieutenants de vaisseau Delactienal, chef du sociétariat E. M. du oontro-amiral commandant la 3É division de ligue a Toulon (choix), k Juin is*: Muiier, E. M du contre-amiral commandant la Jlrlsion navale de Syrie à Beyrouth; Maillou*. Jeanne-if Arc, Brest icbolxl, Ij septembre 19S3: nauch. second, Bellatrix, Ocfan Indien: Denls Deryvoire, E. M. du préfet maritime du 4' arrondis.ment à Rochefort (3- et 3'); Vulllez, autorise à *srrlr temporairement & Toulon à l'expiration de -a convalescence; Platon, désignation pour l'E. M. du contre-amiral commandant la n« division de t!gne annulée; Oommentry, E. M. du préfet maritime du «̃ arrondissement a Rochefort isectloa mobilisation!; Bl»ior. autorisé i permuter de port d'attache avec je tient. de rats. Ctmmbrun d'Uxe.loup de Ro&emont, du port de Toulon; Lardlef, rannonieT Courbet, a 'foulon; Ranin, centre d'a.viation de Bi:erte; Pecqueur, aviation d'escadre ie SaUit-Haphaél. escadrille R.-10; Thomlne, cherke de l'école des arrlineurs d'aéronauttque, centre '(aéronautique de Rocbefort Icholx). 10 juin. Les en de vais-, de lr* ci. Nauge» Bellâtrlr, Océan Indien; Calas. Ideni: Peaucelller. Garonne. Cherbourg linmW.: Guettée aulorlsA à servir temporairement à Lorient. k son débarquement de l'école des officiers fuilltem

Le mécanicien Inspecteur de 9* el. Jauch, méc. de division état-major du contre-amiral oftmiwtndant la '̃ division de ligne t Toulon le M Juin 199».

L* mécanicien en chef Calen. flotlUe de la Mfcndie et de la Mer du Nord. Cbertlourg. Les mécan. prlnt de 1» et. Cornet. Pellerud l^eprloux, Jrnnnt-d'.lrr, à Brest (choix' S août 19Sf.

Les méVaii ptinc. de cl. Doublet. marin* au Maroc Casablanca, tour colonial: L'Uostls, Butno, div. de la Manche et de la Mer du Nord iinméd.- Le G a<1. Mulhoutt, & Smyrne; Kerdoncnl', i.astiopér. station de l'Atlantique.

Les officier» cI. des équipage» orosset. capit. de compagnie, compagnie de forma; ien de n>ar;ns Indigènes à Dakar: Rolland, marine à Da·kar I* Calvez. direct, des tnourpnwiK du port à Toulon le 10 Juin 1K3.

SERVIOE DE SANTÉ

Le pharmacien chimiste en chef de 1" classe Le Navur est admis a la retraiie; le médecin général de 9' cl. BoiKiin. adjoint a l'inspection d'hygiène et o'épidémiologie à Paris, a été désigné pour remplir les fonction? de directeur du service de santé à Toulon; M. le médecin en chef de 1" cl. de Fre>-ine en service au port de Tonton, a été désigné l>.iir remplir les fonctions d'adjoint à l'insi><>cteur U»s concours pour les emplois de en chef de clinique et piosectpur énumerés cl-auros, auront lieu aux dales et dans les ports indiquts lomme suit

a à Bocbefort le V octobre 1M3;

il Pour l'emploi de professeur d'anatomie à H'tcole annexe de Rochefon jury d'examen Mil. l'inapert. général du service de santé, pre'Ident; Avérons et Oudarj, médecins en chef Ai 2* ci., membres.

1) Pour l'emploi de professeur de physiologie et d'histologie à l'Ecole annexe de Rochefort. Jury d'examen MM. l'Inspecteur général du service rle santé, pi >->; tient Lancelin, médecin principal rt Ployé, médecin de f" ci.. membres.

S" A Rochefort le 8 octobre 1K3. Pour l'emploi ne chef de clinique médicale a l'école d'application des médecin» et pharmaciens bUglaires a Toulon. Jury d'examen MM. l'inspecteur générat du service de santé, président; Dargein. médecin en chef de v cl. et Vlalaird, médecin ne i • cl., uiemhi'es.

3' A Brest, Rocliefort et Toulon, 15 octobre !M;i. Ponr l'emploi de protessenr d'anatomte à l'école annexe de rlia.'ua de ces ports. Jnry d'examen le directeur du »<?rvlce de santé du port; memi>^«s ii BreM MM. Averou», médecin en chef de cl. et Lejeune, médecin de t" cl.: Rochefort MM. peiTH).. médeem en chef de 9' ri. et Ronde;, médecin de 1" ri.: il Toulon MM. Oudard. inê. Ueciu en clirt de 3* cl. et s>lcatil inédccin il*1 I" et.

r.ucor.E de cutauti: navale a toulon I.'Kcol* de guerre et le tentre des hautes études /.avales viennent de faire lui voyage d'études il Toulon. les officiers ont notamment visité les ce1.lies de recherche; et les diverses commlsiionk d'expériences qui y fonctionnent. Des professeurs de l'Ecole de guerre et des offleierb des centres de re.'herches et des écoles de Toulon ont fait une selie de conférences sur leurs études respectives. POUR LE SERVI CF. DE SURVEILLANCE i:i:lst. 5 juin. Le sons-direcleiir des Construction» naval» prie MM. les chefs ci 'atelier, de chantier <i de salle de dMtin. de lui faire parvenir le S juin, au plu-, tard. le» noms des agents techniques ries spécialités cl-drssous Indiquées désireux du continuer leur* «rrlces a la sufrelllance ni Agents techniques charpentiers en fer ou chaudronniers pour Maubeuge; hl Agents technlques mécaniciens pour Lille.

A L'ARSENAL DE BREST. BRE6t, a juin. r Le transport Crtusot a été rentré 1 l'arsenal à 16 heures et est amarre au poste Tourvtlle pour déchargement de matériel.

Le contre torpllltiw Delage e«t rentr* à l'arsenal il "& h. 30, venant d'extrclcM; Tl s'et amarrf au povt»

OFFICIERS MARINIERS. LoEUM 6 Juin. Les mattres armuriers de la marine Oulffés et 1* Ny sont désignée re»p»cttv«m«nt pour les usine» du Creusot et de Ruelle. Inspection des fabrications.

MODIFICATIONS A L1TUNKBA1R1C DE LA DIVISION VOLANTS DES CROISEURS. Par suit* de la suppression de l'escale de Bombay des croiseurs cuirassés JultiMUntUt et ylctor-Sugo, l'Itinéraire prévu pour la division volante des croiseurs est actuellement la suivante Colombo, du 98 mai au 4 juin; Djibouti, du 13 au si juin: Port-Saïd, du 77 juin au 1" Juillet; Alexandrie du Il an 6 Juillet- Toulon, le il Juillet.

CONGE Un congé de deux mon t demi-solde, pour affaires personnelles, a été accordé t M. Cas-ag%e«, tngénleuT de 1" darse du génie maritime pour compter du w Juuiet vjv.

LA SITUATION ACTUELLE

DE LA FLOTTE ANGLAISE

D'après 1 Admlraltu Bille Boolt qui Tient de parait», la marine anglaise ne possède plus en service que 83 batlmenta de ligne, soit vs cuirassés et 4 croiseurs de bataille. Ce total sera réduit a ao au moment de l'entrée en service du letton et du Rodney et de la disparition de 4 bàttmente plus anciens le le Centurion. VAvaax et le Thundértr.

L'armement des principaux bâtiments anglais a été renforcé d'environ 90 Le Nood est le bâ1!ment anglais dont l'équipage est le plus nombreux; 11 s'élève à 1.(77 officiers et marins. La moyenne des équipages est bien supérieure à ce qu'elle était en 19M. Le King-Otorge-V par exemple, n'avait iL cette date que 900 oKwtor» et hommes d'équipage; il en a 1.132 aujourd'hui. La marine anglalse a en service t2 croiseu-rs légers: 9 seulement déplacent plus de 5.000 tonne:. Toua les monltcirs de la guerre ont été supprimé* saut A. Les destroyers qui a la fin de la guerre étaient au nombre de 500 sont réduits a 187. La marine anglaise possède actuellement LB sous-marins dont 4 seulement sont mouilleurs de mines. L'équipage des sous-marUis est relativement réduit. La marine anglaise a maintenu en service 24 sloops. En outre elle a conservA eo dragueurs da mines. il bâtiment! de patrouille, ai canonnières de rivière e: quelques antres bâtiments auxiliaires.

Quant au [personnel, la .Vaiy Liât qui vient de paralti« également révèle que pendant les douze mois qui viennent de s'écouler, les effectifs totaux sont de 94.9W hommes contre 110.361 l'an dernier. Us ont été notamment réduits de 1.304 officiers. Parmi le» officiers combattants de 108 capitaines de vaisseau, US commanders, 4SI lieutenants, 1C3 sous-lleutenante. Le corps dee mécaniciens perd un contre-amiral. 102 commandera. t; lieutenants commanders. 33 lieutenants; le corps de santé, 15 commanders, 8 lteutenants commander$; Il en est de même pour les officiers comptable. et les officiers des équipages.

L'Amirauté a donc poursuivi une double politique compression des eftectlb et des dépenses, armement d'un nombre assez restreint d'unités modernes et puissantes.

Maritime et Coloniale Française et le Syndicat de la Presse Maritime organisent à Bordeaux, du 97 Juin au w Juin, au cours de la grande Semaille Maritime, un Congrès placé soua la présidence d'honneur du n sou;-secrétatr« d'Etat de la Marine marchande et des Ports et nous la présidence effective de NI. Louis Brlndcau, sénateur.

Le Congrès a pour objet de coordonner les efforts de tous ceux qui sont Intéressés il. la prospérité de nos ports et de notre marine marchande. il étudiera dans sa première section la portée du régime de l'autonomie des ports et du nouveau réglme de.. ports non autonomes dans sa deuxième section, l'effort des ports français an cours de V/22 et des premiers mois de 19J: dans ba troisième section, le transport des marchandises françaises sou* pavillon national. Les adhésions au Congrès comportant un droit d'inscription do 30 francs doivent être adressées au secrétariat général du Congre», 7:f. boulevard Hatusmaon, Paris.

AVIS AUX .NAVIGATEURS • Chiheoubo 6 juin. On signale a la Préfeciure maritime une mine ilôriyante par il degrés ai de latitude Noril et V degrés .Vj minutes de longitude Km.

NOS FRIGORIFIQUES. Le Jonrnul o/lkitt du 6 juin publie un décret en date du A juin, îeUtit 1\ lA concession de d'exploitation de l'établisseruent frigorifique de Saint-Pierre et Miquelon et donne Je texte complet du cahier des charges. Quant au frigorifique de Lorlent-Kéroman, le décret stipule que les conditions d'exploitation de l'étahliïaenient frigorifique de l.orient-Keroman feront l'objet d'un -14-fret spécial rendu après avis du conseil d'Etat ei 'onlresigné par le inlnlsno des Travaux publics ut par le ministre de, FInatice-

Jusque In publication de ce décret pt au plus tard jusqu'au 31 décembre I960, les conditions provisolres de l'exploitation de l'établissement, frigorifique de Loiient-Keroman seront fixées par le ministre cbargé de la marine marchande, après avis de la commis-ion des marchés (le la marine marchande.

LA RADIATION DKS IRSCRITS MARITIMES INACTIFS. Les disposition» de l'article 46 do la loi dn 2i décembre ID96, ne s'opposent pas il et que la. rapItAlnes au long cours et les chefs mécaniciens de la marine marclrandc wleut soumis a la règle gèuerale po^ée par l'article 1:. de la dite loi. qui p-pvrii de rayer tous le% Inscrits inatl Unies It.artlfs depuis plus de irais an«. Il en «?t de mêni- a fortiori pour le» autres brevetés de la marine manhandp non vi*t* par r.irtirle M de la lui du ?t décemhre lise.

La radiation des officiers de la marine marrliande inactif? doit être effectuée suivant le% rèales applicables à tous les gens de mer. Il convient d'observer que la radiation de 1 Inscriptton Maritime n'a pas pour effet de priver I** Intéressés de leurs brevet:, II en résulte !• qu>< les capitaine» au long cours rayés et désireux fie servir dan» l'arma de mer en temps do guerre peuvent demander a être nommés officiers de réserve dan» cette armée, dans les condittons prévues par la loi du 10 juin iwe. modifiée lf>n nvril 1917 et qu'à fortiori ceux qui sont déjà officier» de réserve dans l'armé* de mer conservent leur grade

*• que les brevetés de la marine de commerce. nienie ceux rayés de l'inscription maritime exerçant a terre une profession en rapport avec lettrs connaissances maritimes, pourront, en cas de moblliaation, être maintenu* dans leur emploi (Uni les conditions qui seront fixées ultértturemtnt.

̃VBttSMIMT» Dt MM

La Mu fe b*ra «un vspwr frai* Lonïhu, a juin. Le feu s'eat déclaré cenea à bord du rapsur français Bovrbomau, allànt de Nsw-Xork t Marseille. Le eharbon 4e soutjxl. la cale Il a ûû être nu la mer. on a réOssi maîtriser riacwxlM.

NAVIRES DIVERS

SIONALES. Au large d'OtxssuM i* ê ̃ Mi- ropt, AmtrolBmouU de GinovUiy. p t. là u LaurentScKiatnno, Sa_ne. Drame, sàlut-Saiatre r. L. M. le. Banoa. Laurette.

PAQUEIOTS

ET VAPEURS LONOS OOURRIUU

ARRIVES. Au Havre, Moite. de La Plata: a Barry, s. P.-L.-H.na. de MaoeiUe; a N«w-ïork, t, Atla, de Marseille; A Yokohama 3, Auuen, de .Marseille; a Sydney. 4. àaimJotepli, de .Nouméa; a Brlsbane, il, Louqtor. ali. de Soumet à Marseille; a Gibraltar, s, Utorgttle, de Buenoi-Alres; a Uu*nos-Aire> t" YakUcia, de Marseille; i Rlo-de^Janeiro, 4, yiata, ait. de Buenos-Alres 4 Genet; a Shanghai, d, CordllUre, ail. de lokohaoia a Marseille; Commandant-. Vag et, ait. de Londres a Mankow; à GlDraltar, 4, SurviUe, dea lUaneilla, C. Laid, d'O»au; Monuctnt», de Fort-de-Fraoce; BritannUi, de .Nsw-ïori; Nundiia de Bonlfaclo; a Alexandrie, 4, traga, de Marseille; santoo. i, Italie, de ttueaos-Aires; a Poitland, i, Inatau*.

Au Havre, CI, de Hananouig PASSES. A Ulbralur, i P.-L.-M. M, aU. de CardtR à Marseille; YUU-dt-verdun, ail. de !)un.kerçue il. Manellle; 6, (iomiemeur-Gitiiral-Jonnart de Brest; StCamUle, all, d'Alger i Rouen; P.-L..M. n. ail. de Marseille iL Uany; à Safrts. i La GaTonne, au. de Rouen Alger; 6. Armroi.Sielly ait. de Ualpbong Dunkerqu*.

PARTIS. Du llavK, d, Warnuxirilt. p Bordeaux; de Bordeaux, 6 Baould, p. Le Havre Doifta, p. Barry; de Valdivla, 9, Saint-Joseph, V. Coqulmbo; de Singapore. i. AmboUe, aU. de Yokohama à Marseille; de Barry. 6, H. L. M. 14. p. Marseille; dt Téoérufe t. Airtno. ail. de Gènes à Buenos-Airet; Ouediem. ail. de Marseille a Dakar; de Port-Talbot, i, P. L. V. vi. p. Marteille: de Colombo, 5 Porlfto», aU. de Mirsejlis k ïokobama; de Dakar, l'r, AtU. aU. oé B<«deaux à Matadl; de Duala. 2. Tchad, aU. ua llatadl iL Bordeaux; de Vosl-Be, i\ lle-ae-laRéunion p. Dlégo-Suarez; de Marque, 4, Jtan. iic-achlaffino. p. Oran; S, Flandre, p. Oran; Hanoubu, p. Alger; Gouxemew-Qinèral-Urivy p. Alger; Maint, p. pnlUppevllle- Moulovya, p. Aliter; ontnitra; Sldt-Uabrouck p. Balle: de Senios J Plata, i>. Marseille.

Départs probables

Cie iieneruie iramallanimuc. Du Uavie La Fayette. 9 juin, juf/ten, 14 Juta; (JHicagu. 1e juln; Parit, 1(1 Juin; HQUuimacau. le juin France, su Juin, pour Nsw-Tork; De la salit, 7 juin, pour les Canaries, Cuba.

De Bordeaux La Bourdonnait. 37 juin, pour New-ïork; Pcrou, 28 Juin, pour les Antilles, Colon; Voiutiiiii, 14 Juin. pour Casablanca; Jtfar. liniuiMi, si Juin, pour Casablanca, urau; Carinuire Si Juin, pour Pélate-a-pttre, Fort-de-France, Hànningion court, 99 Juin, quur Cuba le Mexi- que et la NouvUle-orléans; SalnUean, 30 juin. pour Colon, Callao, Valpataiso; AlatHa, 30 Jutn, pour Colon, San-Franclsco, Vancouver.

De DunJterque Pologne, i juin Ktntucky. li Juin; Californie. Il juin. pour Daatzig.

Du SalDt-Naiaire Btvagne. 13 juin. pour la Htvane; Cuba, 21 juin, pour la tiavane, Vera-Cruit La Nauarre, 13 juin pour les Antilles, Colon et coïncidence a Fort-de-France avec l'anoexe de Cayenne,

De Rouen, Saint-Ferriol, Il juin, pour Oran, Alger. Tunis Sfax.

Cie Uavratie Péninsulaire. De Marseille YUlt- du-havre, juin, pour Madagascar, la Réunion. Maurice.

Ménageries marltlmtt. De Marseille Loin», il juin Sphinx, 21 juin. pour Alexandrie. Ueyrouth: Lamartine, u Juin. pour Smyrne, Constantinople: Chamoord. li juin; Paul-Ltcat. 99 juin, pour Saigon, la Chine et lé Japon; ivtauur-R.Garros, 91 Juin, pour Madagascar, la Réunion. Mau rlce; Ville de Verdun, 13 Juin, pour Colombo et l'Australie.

De Londres Çommandant-DorUt. 9 juin pour Saigon, Shanghai, Hankow.

De la Palllce Docleur-p. -Benoit, 9t juin, pour Saigon, Tourane, Ualphong.

Chargeurs Réunit et Sua Atlantloue. De Bordeux Waiillta, 9 juin, p. Rio, Buenos-Aini; M*duana. 19 Juin, p. Dakar. Rio. BuenoM.lr*s: H»'pon, 93 juin, p. Macéio, Hosarlo de Sanu-Fé: i«rope, 13, juin, p. Dakar. toionou, Matadl; AmiralDuperie', 30 juin, p. Dakar, Cotonou. Port-Oemll. Du Havre Fon-de-Troyon 9 juin, p. Pernsmbouc, Rlo>Graaâe-do-Sul; terta'nl, i" Juillet, p. Saigon, Tourane, Halpnong.

De La Palllce Ceylan, u juin, 9. Dakar. Rio. Buenos-Alres; Formate, 96 juin, p. Dakar, Rio. Buenos-Alres.

De Marseille D'iterville, 91 juin. p. Saigon. Tourane, Haiphong.

compagnie Française de Navigation à Vapeur. De Marseille Biitannia, li Juin, p. New-ïorï; Braga, 90 Juin, p, Constantlnople, Odessa; Madonna, juin, p. Beyrouth; lotiront no, jj juin, pour Dakar, Cotonou.

Société iUt Transports Maritimes il Vapeur. De Marseille Pincto, 9 juin; Mtndoza. 30 Juin, p. Rio, Santos. Buenos-Alre» Paul-Lemerlt la juin, p. l)nenos>-Alres, Rosailo. Mont-Pelvouz, 1s juin, p. Antilles, Cuba, Nouvelle-Orléans. SDrUU Maritime Nationale. De Marseille Celte, 10 Juin. p. Tripoli. Gsbé».

C'ompapule fraistlni-t. De 'Marseille HenryFrais tlnet, 13 juin, p. Consiaminople.

Compagnie Paquet. De Marseille Doukkala. 9 juin, Il. Casablanca; Jarlot, g juin, p. Casablanca Kenitra: Clrcuttle. lu juin. p. Mazagan, Mogador; Tadla, 1;' juin, p. Conatantinople; Arménie, :K> juin, P. Dakar. Kuflsque.

Compajnie d'* Transports Maritimes et Flu- viaux. De Marseille Formigny 1? juin Il, Beyrouth. Alexandrie.

Compagnie Maritime Coloniale. De Marseille Belgruno, 8 juln: Porl-de-cutt, 94 juin. p. Alexandrie, Beyrouth.

Ltoyd Royat Hollandais. De Cherbourg- Flandria, T, juin, p. Rio. Santos. Bueoos^Alres. Compagnie Transatlantique Italienne. De Marseille Anealao-cnn.l:inrgiu, 10 Juin p rolc.u. Valparai-o.

Société /taltenne de l'Afrique Occidentale De Marseille vsia. ver« le lî juin pour Dakar. ilatadi.

Cie Belge .Varitime du Congo De La Pallice Slisabethville 91 Jitlu. ThytvUte li Juillet pour Dakar. Matadl.

Orient Linr, De Teuton Orvielo 99 juin pour Colombo, Austratla

Nippon Yutsen Kaltha. De Marseille Suwa Maru 17 lu.n, p. Ctilne. Jupon

Cip de Karig. Royale Néerlandaise. De Boulogne Crijtjtsen l« juin. Orange juin Peninsular Ant Oriental C. De Londres Nagoya. 13 juin. p. MMte. Calcutta: de Marque Sailumdn, 1; juin u. Bomlny. Australie; Plassu ii Juin. Macéilonla «9 Juin p, Bombay.

rie df \avig. Rotterdam Lloyd. De Marseille Au». 12 juin. Tterlma} 56 juln p. lava. Buîna'ra.

Cltu And Hall T.inet Dt Llvexpool City Or Baroila, 19 Jn:u, p. Madras. Calcutta: (.'Ou or txr /CI', '3 juin il. Bombay. Karachi.

\ei>on Liuf. De Boulogne Ulglilnti.i Hovti li Juin P. Rio. Sunios. Buenos-Aires.

Whili- star Une. De Cherbourg Va/iutir, 13 juin Ol'jmplc 90 juin p Vew-York.

Red Star Linr, Di 1 hnbourg I.'tplana Il Juio. Sainl-Paul -il Juin u. New- York.

canard Une. De Cherbourg Mourftania 9 Juin. Turrhénia Il Juin. SaroMn il juin, Brrengaria 16 Juin n New-York: Anânnta 8 Juin P.. Que !<«̃. Montréal.

rnilCti American l.Uits De Cherbourg Il.. liance 1.1 juin, Hésolute t>7 juin p. New-York. Cmifd v'n'r.< Une). Ue Cherbourg, PréjMenlr,ar)Md, 10 juin: Président. rtoosevell, 14 Juin; Pré- stnent-ASams, n Juin: America, juin, pour New-Tort.

Holland America Line. l» Boutonne. Ryndam, >3 juin: Xieuw-Amsterdnrn, 30 juin: Yrtnaam, 37 juin, pour New-York: Spaorndam, 14 juin, pour La Havane. Vera-Cruz.

Royal Mail Steont Purhet. De Cherbourg, .• manzom, 8 juin; Andtt, 99 juin, pour Rio, santos, Buenos-Alrts; Ordtina, juin, Ohto, «3 juin, pour New-Yoïk.

par/fil' Sic a m Sang C'o. De La Pallice, Oroposa. i Jaln, pour Rio. Buenoi-Alrct, Punt«-Arrcas. ValpaMso; Orita, S3 juin, pour Cuba, Panama. Valpftratso.

pour Mis, liaaaos.

CompafmU dé Nmtgoiion Md*rlo*&. TM.&0U- thamplon. Grotmt, 12 juin, Hmtmpn ber mi*rlandtn, as fin. pour Jars, Sunutn.

»«Hon Canu Mail Co. De LondsM. Uamie. phon Came, u juin, pour Zanzibar, Dar-es-lsOsam; Guld/ord Castle, 91 juin, pour les Iles de l'AVeention et Sainte-Hélène.

Oe Southumpton Armadale Caille, 16 juin, pour I* Cap, Natal, Belra Batmorat Cutte, il juin, Saxon. Juin, pour Madère, Le Cap, N*t*l. CanoOUsn Pacific »ctan Co, De Obsrbourg £mpres»-o/-Fronce, la juin Mmpret*-or-BHtmiy 90 juin, pour Québec.

Du. Havre Marglen, Si juin pour Québec, Monter!

Barruon Ltne. De Lirerpool Studtnt. fl juin, pour Jamaïque, Bermudet, Babamas est Mexique.

lamport et Boit Line. De Llrerpool sT«r»chet, va juin, pour Buenos-Alre», Rosarlo; Jto» Bibby Line. De Maneille OxforOshtrt, 14 juin; LancatMrt, 30 juin, pour Colombo, Rangoon.

Blue tunnel Line. De Liverpool SarptOCtn, 3 Juin; Pyrrhus. juin, pour Hong-Kong Shanghaï.

Paquebot* attendu* darw les ports franoaii A Marseille Xndr*ebon, du Japon, li juinGéntraUDucheme de nie Maurice. 14 Juin- ru. U-dt-M tu, de U Nouvelle-Calédonie. Juin Mendoza, de Buenos^"ilr*«, Il juin Vtata de Buenos-Aires, 9i juin.

Au Havre Hochambeau, de New-York. 9 Juin- Pérou, de Coton, îs Juin; AmiralrSaUandroutt de la Mornaix. de Rlo-de-Janeiro. 9 juin; Linois, de Pernambouc, t4 juin.

A Saint-Naialre Haïti, de Colon, 98 juin: P» Da, de Vera-Cruz. 8 juin.

A Bordeaux Mosella, de Buenos-Airss, 17 juin. A Cherbourg \leuw- Amsterdam, de New-Tork 9 juin; Albanie, de New-Yori. ;o Juin- Brrrnaai-in. de >'ew-York, le jjnin.

VAPEURS CABOTEURS

ARRIVAS. A Dunkerque, 6. Barbo. de Boulogne: Pologne, de Dantzlg: êDptt.-CommeUn de Barry: Su:anne et Marie, de Ha.mbourg; Chdteaur.atour, de Dantzig; s Brest 6, Maudrake de Cardiff; segontian, Chersoley, de 8wansea: 'Santes, 6. Paris, de Glasgow; Agathe. d'Hennebont St-Ftrréol, d'Alger: Meuse, d'Anvers: Lnion-1, de fielle-Isle; a st-Naiatre. S, Couard, de Nantes; Pena-Labra, de Newcastle; a Tréroier. 5. Faia. rec, de Swanaea.

A Bordeaux, 6. Saint- Ha m on d.isaises du Par. tugal: Cybtle. de Timis; Ditattt. d'Angleterre; au Havre, 5, La Btte, de Cauentan; i. Deichamçs. de Caen: à Rouen. 5 S..V. A.7. de Newport à La Pallice. s. Granrllle. de CasablatK-a.

PARTIS. De Dunkerque, 6, Orne, p. le Havre: Californie, p. Dantlzg; de Brest, o. Boopiee, pour la Palllce; Bldauoa, P. le Havre; Pontet-Canet. p. le Havre: de Nantes, 8, MarictuU-Foch, pour l'Algirie; TAorlum, p. Numnle»; Bolbec, p. ryn»; Caf. loTd. p St-Saïalr«: «façon, p Port-TaUjot La4yHhorulda p. Xumbiet; de St-Nazair». 5, Kart p Tyne; de Trsgater. 5. Olive. Adame Smith, pour Cardiff; de Morlalx. 5, Yprdun. p. Guernesey. De Bordeaux. a. Seine, p. Riga- Haut-Brioii. p. -Vantes: CapfJ. Couiton, p. Casablanca; BTeE, p. Pasajes; du Havre, r rantenac. p. Anver?; et- rons, p Boulogne; £il. Troppey p, Granvffle; B, >̃'̃. u Cherbourg; Gazelle, p, CaéVi: de Boulogi* <i. Villertt-Caen, p. Caen- Slrolas-Sorbert p, Un.nelly; de Rouen, s. simlas-jean, 9. ^ewcasile- Lient. Rabut Mory p. Hull: Jean Jacques, p. Brest; Jacquet Sciafhfino. p. orao; de C'Wïca'nean. ta Mailleraye. p. Rochelle. 8. Sauitrve*. f. Bordeaux: Ponrieux. P. HMterdam: Cnef Mécan. 4rmand Blanr. p. Barry. VOILIERS CABOTEURS

ARRIVES, A Brest, 6, Jean, de Cavernes. k Palais. 6..V. D. du Bon Vouapc de Loc'uiy A Boulogne, 6. El-DIeiair, du Havre-, liperan* ce, de Chez-bourg; Jeanne, de Shorebam: à C'oncarneau. 5, Fleur-del'lle, de 'Br«>

PARTIS De Brest. 0. Olga, p. Morlaiv La Via. foire. p. Camaret; Anne Marie, p. La Rachellï: de Nantes, 6, Saint-Varoei, p. NoirmouUer; Amu ral-Cnurbrt, p La Palllce: MarseittaTte, p. Quim̃per: de Perros. 5. Alarm. Saint Ida, p. Plymoutb: de Palais, 6. Petit-Lucien, p. Tsjum*: Boudedto-Vab, p. Concameau

De conciroeau. ̃. Pnul-ri-jean. p. I.«i Sahl«s> d'Olotine

GRANDE PECHE

ARRIVES. A St-Plerrt-et-MlqusUjn, 6. Champa- gne, 4.OD0 quintaux.

Courrier de Saint-Pwrr*. M«uv*m»nH du mois de mai.

Entrées dcs Bancs. io mal chalutier Sagittaire. ca[,lt. Robin, mnoo morues, 4O0O qx. 10 mat chalutier Uranui, tapit. Allante, w.000 moru«. 1.300 qx: 10 niai chalutier Mauritanie, capitaine L«:aucheur is»ns pêche!, venant de Bordeaux, divers; 11 mai chalutier Prouence, caplt. Ledun. de retour a Saint-Pierre après troismain« dans les glaces sans charbon, remorqu* par le vapeur français Romanitta, de Salut-Sazaire, équipage bien; 15 mai chalutier Octam, capitaine Dufour, 130 000 morues: 4.000 qx: 18 m*4 navire saint-Christophe, capit. Lhermitte. MjQOV morues, w» qx: ce navire pécheur a rapatrié l'équipage Ju voilier paimpolals Gloirr-a-Dieii, cowle sur leb HajK-> (voie d'eau).

Sorties pour tet Balle., mai VaurUai.it 16 niai chalutier Saoillaire i9 mai chalutier Provence, parti sa taire réparer an Patent Slip <le Burin (Terre-Neuve

Snlriex des longs coitrritn. s n>ai navire Margutrite-E.nilie, capit. le Dantec, venant a* Lisbonne avec: *• 9 mai Westellng, capit. Doio. venant de f-i vei poiii en relâche lu mal navtr* M. t. A capit. Hcmon, venant de Salnt-Malo. avec dlveu: il mai Romanilza. capit. Trtfiilard, venant de Rotterdam, relâche; 13 msl navira Polo, oapit. Le Bleiz. venant de Lisbonne, avec sel; 13 mai navire Georges-Pierre, capit. Rouauil, venant de Fécamp, avec divers: 13 mal navire Muguet, capit. bagot, venant de Lisbonne, avec .•*l: 13 niai navire Heorgei-ierre, capit. Rousult, venant de L'sbonne. avec &«1 1.1 mal cargo trac. cals fla/ii>u, rapit Poilvet, venant de Granvitie et Glasgow, divers; 10 mai navire SUnte-Aiutt, caDil. Keriuarer. veuant (le Lisbonne, avec sel; 1s mai navire l's Jumelles, capit. Lebrland, Tenant de Lisbonne, avec sel: Se mal navire AnwAntoinette, copit. Caous avec divers) venant de Glasgow et d'Halifax: n mat navire Tramontane, capic. Olllviei', venant de Lisbonne, avec sel.

•iortiet au («n(/» roui rien. Néant

Liste d.s malades admis p l'luipital. s mal Quecoec François, France-et-Brrtagne, de Saintbr'euc; Poriberon Jean, France-et-Bretagnt, dElalTles; Trécan Pierre, Fntnee-tt. Bretagne, de SiMaJo: Bouchet Henri, France-tt-Bretagnt, de Reu- nes: n mai Cler h Yves, Sagittaire, de SaintBriouc Mangaret Loul*. Sagittaire, de Plélo; li mai (iournxr Plerre. Occ'dn, de I.eportei.

Sr-PnaR(-iT-Mi«tn.o<i, a Juin. Position de la Xalmt^eonni-d'Air, 4 juin M°4.t N., M>1S O: brl*e moyenne du Sud: houle du Sud, bruine «paisse baromètre 7M mm.; tempér. degré». l.a sauHc-jrannf-iïArc a appareillé pour le Banc StPierre: aucun navire sur ce banc. La Sainte-Jeanne-d'Arc fait route pour le Banquerut

[l'on, 3 juin. Extrait du rapport de mer du capitaine du vapeur Wwseliiig. Le 3 ruai 1933. 1 9 heures du matin, J'ai rencontré un dort, avec, deux hommes dn vollter-pecneur Ce, deux hommes avaient perdu leur navire dans la brume, le V> avril et étaient >ans rcs«uurcoi> depuis cinq jours. L'un d'ena. Burlot France i^. avait les pieds gelés. J'ai remis ces deux nomtrvs au croiseur Hrgulm le même loar. Voici lento DODU Burtot Frsocois. quartier de Orarrille, no :f«v,: Flzrt Augn^ti". quartier de SiBrieuc. n» 3W7.

SORTIS. De Salut-Pierre et Mlqutlon, 4 juin. S I>. Il- .V..D. des Dunes.

PETITE PtOHE

Lt Pauu. Pèche du s Juin. Meilan M bateaux tout rentrés avec une plche tttf ITit Coq merlan?. Le tout a é<4 vendu aux mai*r*u.ii ft raison de » à u francs le o*nt. suivant puisssir. Quelques canon ont eu 100».


Les championnats d'athlétisme du loe Corps J armée (challenge Dalsay) doivent se disputer les 9 et 10 juin après midi, au Stade Courtemanche, boulevard do Metz. Malgré la réduction actuelle des effectifs présents, c'est plus de 1» athlète» qui doivent lutter sur le Stade pour ravir au tenant actuel le magnifique objet d'art du challenge.

Lea amateurs d'athlétisme ont de belles performances à aller voir et seront nombreux pour les applaudir.

La final* du championnat milltaire de baskettbaü sera un attrait de plus pour l'après-midi du 10 Juin.

Nous donnerons de nouveaux détails demain. LES CHAMPIONNATS DE LA OLASSE 22 Volet les résultats des championnats militalres de la classe 18» disputés aujourd'hui au Stade athlétique du parc Salnt-ManiT

Ritabltutnenti. i« Ramadier (centre I. P., 16 corpt d'armée1, note 18.5; s* Dubois (90a bataillon aviation), note 18: m Dacouel (bile rég. de chars de combat), note 18,

Saut en hauteur tatir élan. itr Houln (centre d'i. P. de Metx), 1 m. il-. 3. Lebnlner (sergent au lie» R. I.) » m. 38; 3 De Cara (S8« escadron du train), i m.

MO mitres plat. ler Leroy, caporal (18« bat. de cnaattnra pied), m 10; Se Chaubet (*• tir. tunlstaos). s. m. )5: 2 De Cara (s* esc. du train), 5 m. 16.

LIGUE DE BRETAQNE

Le» travaux d'aménagement du Stade Courtemanche pour les championnat! d'athlétisme du 1P eorp» d'armée (challenge Dalsay) étant en roors d'exécution, les athlètes possesseurs de cane» d'entraînement sont avisés que l'entralnement eet suspendu au Stade du boulevard de Meti les vendredi S, samedi Il et dimanche 10 juin Communiqué officiel). CONVOCATIONS

A. S. dm Cheminots Rennais

loua les coureur» et joueurs de football désirant entrer 4 l'A. S. des Cheminots sont invités a M présenter au Stade des Cheminots, rue des Ateliers, tous les mardis, de 17 À l« beures, où la secrétaire se tiendra à leur disposition pous tant renseignement» utiles

La correspondance devra être adressée à M. J. Coadoo. secrétaire gé.néral, 37, rue Duhamel, Union 8portive Gazière

Tous lu membres actifs de l'U. S. G. R. sont pries d'aMlster à la réunion générale qui aura lieu et soir, a 8 IL SO, Café Fontaine, place des Lices.

Les Jeunes gens désirant pratiquer la football

Pendant la saison 1S33-1K4 soua les couleurs de l'U. S. G. R. sont également Invités cette réunton.

Tour d'Auvergne

Les jeunes gens de la T. A. sont priés de se trouver au siège dé ta société le samedi 9 courant, à 8 heures précises. Les tambours clairons et gymnastes devront être en tenue. souliers uotrs, pour assister aux obsèques de M, l'abbé Le Cas.

EDUCATION PHYSIQUE

LE CHALLENGE DE DIMARD

Nouveau tuocèe de l'Ecole normale de Renne* Nous avons le plaisir d'enregistrer le succes de l'équipe de l'Ecole Normale de Rendes qui pour la 90 tols, emporte le challenge de Dlnard L'*lève Ferron, 1" du classement général prend les dewx premières places au lancer et au saut en longueur avec élan Compliments à toute l'équipe ains, qu'à NI. Qatin, le distingué professeur d'éducation puy. ,¡que du Lycée et de l'Ecole Normale.

LE CHAMPIONNAT DE FRANCE D'EPÉE Le championnat de France d'épée de la grande semaine organisée par la Fédération parisienne d'escrime a commencé aujourd'hui. De nombreuses éliminatoires et demi-finales se sont tirées. Se sont qualifiés dans ces premières épreuves les tireurs suivants MM. Ducret, Olllvler, Baur, Laplerre, Bernard, Henard, Aube, Colllgnon, Eapallac, Lonneau, Charton, Talnturler, Latontan. Rossignol, Mllner, Rablnovltz, Lagouvp, Gras.

LE V 8. FOUGERAIS FERA DISPUTER UNE GRANDE AMERICAINE

ua kaneai 30 ju:n et dimanche 1" juillet, le V. S. f. fera disputer une américaine de 18 heures ouverte aux coureurs licenciés nationaux et dotée des prix comme suit

l.JOO tr aux premiers; 800 fr. aux deuxièmes; G00. 400 et 9(X> francs. En plus de ces prix il sera payé a toute équipe terminsnt la courte et ne s'étant pas fait doubler plus de 10 fols, un prix de i00 francs.

Les engagements, 4 francs par équipe, seront reçus chez M. Laboutre, 37, rue de Laval, Fougères. Clôture le 37 juin, à SO heures.

La courte se fera en 2 étapes de 9 heures, le samedi, de !si à Î3 heures, et le dimanche, de 16 à d heures. Distribution des dossards au café Loi.ière, a 13 nenres Défilé par les rues du Tribunal, de Nsi tes, de LavaJ. et boulevard Edmond Roussin.

LA DYSPEPSIE

PEUT ETRE

FACILEMENT ENRAYÉE II n'y a rien de plus facile qae de se débarrasser de la gastrite, de la dyspepsie, de l'acidité et de tous les autres troubles digestifs pro- venant d'un excès d'acidité stomacale. Il suffit que tous preniez une demi cuillerée à café de Magnésie Bismurée dans un peu d'eau et vous pourrez alors attendre les résultats avec conBance. Vosdonleurs, vos malaises disparaîtront presqu'instantanément i>:ir<c que la Magnésie Bismurée neutralise l'acidité, anéantit son action malfaisante et arrête votre indigestion en s'atta- j quant la source même du mal. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que nombre de personnes se servent de la Magnésie Bismurée car de plus ton action est pour ainsi dire immédiate. Si vous soutirer de dyspepsie, d'indigestion ou de troubles stomacaux sous n'importe quelle forme procnrez vous dès aujourd'hui chez votre pharmacien un flacon de Magnésie Bismurée (marque déposée) prrnes-en selon les indications et vous screx des plus satisfaits des résultats obtenus. LE "TI P remplace le Beurre Ba vante chez EDicler* et Marchand» de Comestible. Ebapr.: JOLV, 1, r. de la Bourdonnaye. Ranna

Teindrez et Nettoierez (on mime temps)

sans les faire bouillir TOUS TISSUS TOUTES NUANCES

Teinture tenace Coloris chatoyants CHAMPAGNE Très anc. Maison de Reims cherche AGENTS REGIONAUX à la comm°». Condit. très avant Ecrire 0. V. PLAZAL, 7, rue Clauzel, PARIS. CORPORATION MINIÈRE DU MEXIQUE

Cette Société, dont l'Agence de Paris est M bis. rue Pierre Charron, au LLOYD FINANCIER, met ses services à la disposition de TOUS LES CAPITALISTES INTÉRESSÉS DAMS UNE ENTREPRISE QUELCONQUE AU MEXIQUE,

APPLIQUEZ SANS RETARD A VOTRE HERNIE un des nouveaux Appareils brevetés de A. CLAVERIE conçus et établis entièrement dans les Etablissements A. CLAVERIE, qui soat recunnus par tous comme les plus modernes, les plus scientifiques et les plus considérables du monde entier.

Vous obtiendrez aussitôt sans douleur et tans gène,

CONTENTION ABSOLUE

REDUOTION PROGRESSIVE,

allant jusqu'à la DISPARITION TOTALE Les merveilleux Appareils de A. CLAVERIE, essentiellement sériev.r et scientifiques, recommandés par 6.000 Docteurs-Médecins, adoptés par quatre millions (4.000.000; de per- sonnes sont le dernier mut de l'drt herniaire. La réputation mni><1inlr 'Je.<; Etablissements A CLAVERIE est fondée sur quarante années de travaux, d'inventions et de succès ininterrompus, et non pas s»r << réclames •n nageuses et outrancières.

Quand on s'adresse aux Etablissements A. OLAVERIE, on s'adresse il une 1 Maison SI vous souffrez de Hernie, DEPLACE MENTS D'ORGANES, Obésité, Varices, eto., ne manquez donc pas d'aller voir l'émtnent Spécialtste des Etablisaements A. CLAVERIE qui recevra de 9 h. à 4 h dans les villes sut vantes en prodiguant gracieusement à toutes les personnes qui lui feront visite les bons et loyaux conseils de sa haute compétence professionnelle

MONTFORT-SUR-MEU, 8 Juin. Hôtel doly. PLELAN-LE-GRAND, 9 Juin, Hôtel Ohérel. DOL-DE.BRETAGNE, dimanche 10 juin, Hôtel Orand'Malson.

REDON, Jundi 11 Juin, Hôtel de France. St-MALO, mardi 12 Juin. Hôtel de l'Univers. MONTAUBAN-DE BRETAGNE, mercr. 13 juin. Hôtel de France.

CANCALE, jeudi 14 juin, Hôtel de l'Europe. LOUVIGNE-DU-DÉSERT, vendredi 15 Juin. Hôtel Nicolas (jusqu'à 2 h.

COMBOURG, samedi 16 Juin, Hôtel de France. MAEL-CARHAIX, 21 juin, Hôtel de la Poète. MUR-DE-BRETAGNE, vendredi 22 juin, Hôtel Levailiant (jusqu'à. 2 h.).

LANNION. samedi 2:1 juin, Hôtel de France et de l'Europe.

SAINT-BRIEUC, dimanche 24 et mercredi 27 juin, Hôtel d'Angleterre.

Un éminent Spécialiste-Collaborateur recevra également de 9 h 4 h. a

DIVES, jeudi 7 juin, Hôtel de Normandie et du Commerce.

CAEN, vendredi 8, samedi 9 et dimanche 10 Juin. Hôtel Moderne.

ARGENTAN, mardi 19 juin. Hôtel de France. rLERS, mercr. 80 juin, Hôtel du Gros Chlne. LA FERTE.MACÉ, 21 juin, H. du Cheval Noir. VIMOUTIERS, 22 Juin, Hôtel du Soleil d'Or. GAGE, samedi 23 juin, Hôtel de l'Etoile. ALENCON, dimanche 24 Juin, Hôtel de France CEINTURES PERFECTIONNÉES et Appareils bnvetée contre les Maladies de Matrice. Déplacement d'Organes, Obésité, Variose, Déviations, etc.

Etablissements A. CLAVERIE, 234. faubourg Saint-Martin. PARIS

CPtM^ /P ffh IBl II fi IP IRV INDISPENSABLES SAVON.

VBLOOE CLUB RENNAIS

Renne»– Fougères– Saint-Malo– Renne* le 10 juin

La période d'organisation de la grande épreuve cycliste 6ur route est presque terminée, les. nèchei de direction sont placées sur le parcours et les coureurs n'auront pas a craindre de se tromper. Notre épreuve a suscité partout ton grand Intérêt, encore quelques jours et les poDulatlons sportives de notre région pourront applaudir au passage de leur* favoris.

Conformément aux Tèglements de l'U. V. F., les voitures automobiles appartenant aux agents ou constructeurs de 'cycles devront avoir à berd de leur voiture un commissaire de course. Rappelons que les engagements sont reçus jus- qu'au 9 courant par le secrétaire du V. C. R., Cercle des Sports, 2, rue Jean-Jaurès, Rennes. Joindre e tr. pour droits d'engagement et le numéro de la licence départementale. A

Les coureurs cyclistes qui se sont classés au cours des épreuves suivantes grand prix .Lapize et débutants Rennes-Tlnténlac et retour sont Informés que la remise des prlx se fera ce soir 7 Juin, à 20 heures, au Cercle des Sports, ?, rue Jean-Jaurè«.

COMITE D'ILLE-ET-VILAINE DE L'U.V.F. L'épreuve Bennes, Montauban. Montfort, Rennes que nous avons annoncée hier sera courue l'après-midi let non le matin. Volai quelques renseignements sur cette épreuve.

Elle est réservée aux licenciés de 4' catégorie et débutants n'ayant jamais été classés dans les trois premiers d'une course organisée sous les règlements de l'U. V. F. La anale se disputera Caen, le B juillet.

L'éliminatoire de l'Ille-et-Vllalne sera organisée par le Comité départemental de l'U. V. F. le dimanche 10 juin prochain, sur le parcours suivant Rennes, Montauban-de-Bretagne, Montfort-sur-Meu. Rennes.

Dossards à 13 heures, café de l'Europe, quai Chateaubriand: départ officiel à u heures précises. Port-Cahours; arrivée, octroi SalntCyr. Entraîneurs, soigneurs et récipients en verre interdits Cinq coureurs seront qualifiés pour la finale Jusqu'à 60 partants.

Un coureur de plus sera qualifié par dizaine au tdessua de S0.

Prix de l'éliminatoire Au 1" une bicyclette et trois boyaux aux quatre suivants, trois boyaux; du 6' au 101 Inclus, deux boyaux. Les engagements seront reçus chez M. Détain, mécanicien, 3, Tue des Carmes, a Rennes; droit d'engagement, 2 francs.

Le Comité départemental recommande aux intéressés de s'engager dès maintenant et de se présenter munis de la licence 1923 dament signée du titulaire.

L'EPREUVE DES JEUNES A OALLAC (17 juin)

Coureurs, ehgagez-vous 1

Nous rappelons que la course de 130 kilomètres, organisée par M. Barré, Oallac (Cotes-du-NoxdJ. le 17 Juin prochain est dotée de prix Importants et nombreux. (Environ 9.000 francs) tant en nature qu'en espèces.

Que les engagements accompagnés de la somme de 3 francs sont reçus jusqu'au 13 juin par M. Barré et seront irrévocablement clos à cette date. Que l'épreuve est classée régionale. (Tous les départements bretons sauf celui de la Loire-IQférlenre) et réservée aux débutants et aux coureurs de T et h catégories.

Dossards, Il heures; départ. Il h. S0.

UNE RÉUNION AURA LIEU A QENNES LE 14 JUIN

La réunion commencera & 13 heures 30 (heure ancienne) elle comportera les épreuves suivantes

I. Tour du canton d'Argentré, grands course de 50 kilomètres sur route, organisée par le Comité des fêtes de Gennes, sous les règlements de l'U. V. F.. dotée de 300 francs de prix au minimum en espèces et en nature. t" prix, 100 francs et un plaquette.

Les engagements seront reçus Jusqu'au 24 juin 13 heures (heure ancienne), chez M. Théophile Fougères, forgeron au bourg. Prix 3 fr. Il. Course cantonale avec surprises (12 kilomètres), 18 heures 30 (heure ancienne), organisée par le Comité des fêtes, dotée de 150 francs de prix en espèces et en nature.

Seuls les coureurs du canton d'Argentré et des communes limitrophes de Gennes pourront y prendre part.

Les engagements seront reçus jusqu'à 17 heures le 24 juin, chez M. Boltel, forgeron au bourg. Le Comité ne répond d'aucun accident.

COUPE DU SABRE A CHEVAL

Le ministre fait connaître qu'il autorise les offlclars de l'armée active et les élèves de l'Ecole d'application de cavalerie (sous réserve qu'Ils solait ou deviennent membres de l'L'nlon des sociétés d'équitation militaire de France) a prendre part aux épreuves de la coupe au sabre chefval qui sera disputée Saumur le dimanche 22 Juillet après le concours du cheval de guerre. GRAND MILITARY INTERALLIÉ

Le ministre fait connaltre qu'il autorise les officiers français à prendre part au Grand MUitary Interallié qui sert disputé & Ostende le H Juillet, les demandes devront être adressées avant le 'M Juin au général commandant le corps d'armée. LE DERBY D'EPSOM

S.400 mètres. 1 Papyrus 100115. par Tracery et Miss Matin, appartenant à M. B. Irlsh )Donoghue) S» Pharos. 6/1. par Phalaris et Scapa Flutc, appartenant à lord Derby (Gartner): 3e Parth, 33/1, par Polymclus et Willia. appartenant A MM. Goculdas (A. Walker), 10 partants, Gagne d'une longueur; le 3» à une longueur et demie. COURSES DE REDON

15 .Juillet

I. Prix du Gouvernement de la République (au trot monté). 1.î00 francs. Distance 3.000 mètres environ.

Engagements jusqu'au samedi 7 juillet, avant '6 heures, chez M. Slmon-Mabon, trésorier de la Société des Courses, à la Digue, Redon.

il. Prix de la Société d'Encouragement et de a Ville de Redon hors série n» 4: course plate, au galop). 3.Ô00 francs. Distance 2.4m mètres -nvlron. 4

engagement? jusqu'au mardi 3 Juillet avant 14 heures, au a^rétariat de la Société d'Encouragement, J, rue Scribe, Pari*

III. Prix de Salnt-Nlcolas-deiRcdon (au trot attelé). 1 000 francs. Distance 3.000 mètret enEngagen-ents jusqu'au samedi 7 Juillet, avant 16 heures, chti M. Simon-Mabon, trésorier de la Société des Courses, a la Digue, Redon

fV. Course de hales de la Société Sportive d'Encouragement et de la Société des Courses '9* série). 2.000 francs. Dlstance 3.000 mètres environ.

Engagements jusqu'au mardi 3 juillet, avant n ieures, au secrétariat de la Société des Steeplehases de Fiance. 10, rue Trellhard, à Paris (8'). V Prix de la Victoire (steeple-chase militaire de Il' sôjie). 1.600 francs. Distance 3.500 mètres. Engagements Jusqu'au mardi 3 Juillet, avant l, taures, 16, rue Trellhard. à Paris (se).

i.es forfaits poulront être déclarés par lettre Jusqu'au mercredi il juillet, avant n heures, 10, rue Trelihaid, IL Paris (8').

•VI. Pr.x de la Société des Steeple-Chases de France (Steeple-chese) 2.360 francs. Distance 3.400 mètres environ.

EngagemeMs jusqu'au mardi 3 juillet avant M heures, !0, rue Trellhard, Paris i8>).

COURSES os LA PLUME

8 juillet

I. Prix de la Ville. de La Flèche et du Conseil général. Au trot attelé. 1.715 franc». 3.*» mètrès.

IL- Prix de la Société d'Encouragement pour l 'amélioration du cheval franc*!» de sans et du Gouvernement. Au trot mont*. 1.8O» trascs. 3,900 mètres.

Engagements pour ces deux courses Jusqu'au mardi 96 Juin, avant 14 heure*, cha M. Moucha'Ire, secrétaire des Courses, rue Couchot. et, à La Flèche.

fil. Prix de l'Association d'Encoo*a«em«nt à l'Agriculture, à la Littérature et aux Sports. Course de haies. 2.000 francs, î.soo mètres environ.

Engagements Jasqu'au mardi 26 juin. avant '♦ heures. 10. rue Trellhard à Parie (8"). IV. Prix de la Société Sportive d Encouragement et des Chemins de fer d'Orléans. Steeple- enase militaire. s* série. î.eoo francs. 3.i00 mStret environ.

Engagements jusqu'au mardl M juin. avant 14 heures. 10, rue Trellhard, Paris (fi.

V. Cross-country régional de la Société Sportive d'Encouragement M série pour chevaux qualifiés de doml-sang s.floo francs. 4.000 mètres. Engagements lusqu'au mardi 26 juin, avant 14 heures 10. rue Trellbard, a Paris (8'1.

VI. Prix de la Société des Steeple-Chas*? de France S'eeple-Chase. 2.060 fremes. 3.500 inètra» environ.

Engagements jusqu'au mnrdl i6 juin. avant 1* heures. 10. rue Trellhard. Paris (8>).

COURSES DE BLAIN

24 Juin

I. Prix du Département Au trot monté. 1.000 francs. Distance 3 000 mètres.

Engagements jusqu'au mardi la Juin avant 17 heures chez M. Grégoire secrétaire des Course*, Blaln.

Il. Prix de la Société d'Encouragement (hors série n' 2). Au galop, ï.«0 francs. Distance 2^X0 mètres environ

Engagements jusqu'au mardi 13 Juin, avaat 3 heure? de l'aprèwnkll, au Secrétariat de la Société d'Encouragement, 3. rue Scribe, Paris. ni. Cross-Country régional de la Société Sportive d'Encouragement. 2.000 francs. Distance 5.OO0 mètres envlton, en terrain varié

Engagements Jusqu'au mardi 12 Juin avant M heures, à Paris, lu. rue Trellhard. à Paris (»•). IV Prix de la Cie des Chemins de ter de l'Etat. Au trot attelé. 800 francs. Distant» 3.000 mètres.

Engagements Jusqu'au mardi 12 juin, avant n heures chez M. Grégoire, secrétaire des course». Blaln.

V. ler Prix de la Société des Steeple-Chases de France Cross-Oountry militaire. 1.000 franc». Distance 4.600 mètres environ, en terrain varié Engagements jusqu'au mardi 12 juin, avant 1. heures, 10 rue Trellhard. à Paris (S').

VI. Prix de la Société des Steeple-Chas« de France. Steeple-chase. S.1S0 francs, pi* tance 3 400 mètres environ.

Engagements jusqu'au mardi 12 Juta avant il heures. 10, rue Trellhard. à Paris (8').

VU. Prix du Conseil municipal. Au trs» attel6. t.000 francs Distance *.M0 mètres environ.

Engagements Jusqu'au mardi 12 Juin, avant 17 heures, chez M. Grégoire, secrétaire des coursea, Blaln.

COURSES AU TREMBLAY

Assistance restreinte. I1 ne pouvait en être autrement avec le temps épouvantable que nous subissons. Le prix Aguado, la plus grosse épreuve de la Journée, n'avait réuni que & concurrents. t'orscll, pour lequel l'on craignait la distance un peu longue, s'en est bien accommodee et Il a été maître de la partie dès l'entrée de la ligne droite. Prix d'Avon. A réclanter, 4. OOO Ir.. 1.000 mè.tres. 1" Xtnaxic ;J. JeniUngs), Gabriel Montandon; T Flambeau (K. Boultengeri, Charles Lombard; 3* Saint-Rtcher (F. llovella), Léon Volterra. Non placés Quaker (R. Vayer) Stoecarte (.Ni. Andouard), Loup [a. Semblât), Grignu (J.-B. Le Provost), HarrUll (Nash Turner),, Rouge-Liard (R. Brethèi).

Prix de Franchard. i.000 fr.. Il,000 mètres. 1" Lanoelv (M. Allemand), Marcel Boussac; r Urippt-Sou (G Garoerj, E. Ambatlelos', T Waterloo il: Boullenger), Adolphe Hoffmann. :ion placés Sanaolqf [F. Williams), Yucca (J. Jenninas). Rappel (E. Botteuln), â'eurïre-4' Avril [M. FruhlDslioltz), I'tmur (U. Vatard), Ducdt-Goudeux (Dugroprez), Voc&nas (R. Yayer). TeddyUcar (-NI. Mac Uee).

Prix du Bréau. 6.000 Ir., 1.600 métras. 1" L'Astucieuse (Ch. Hobbs), L. Merlno; 3* KiplonBeüe (G. Garner), prince Aga Khan. Non pl. Polkeute iA. Atklnson), Christine g. Jennings), Coral-Hcef iM. Eudel, Dorothy-Dtckson (.NI. Allemand). •

Prlx des Chartrettes. A réclamer, 4.000 fr., :.300 mètres, 1" Franche-Lippée (N. Greenweell), Arthur Manby; 2' Orvieto (A. Rable), Roger Glrcne; 3' MaravedU (G. Kreel), Adolphe Hotlmann. Non placés Majorque (J.-B. Le Provost), t'omtte (M. Bourlon), Adamy (T. Klng). ilatnagore (L. Marie), Scarlet-pimp iR Lassus1, Peseta (H. Haes;, Flurhe >P. Hamel).

Prix Gnéslme Auguadu. t5.000 Ir., 2.S00 mètrès. il Forsetl \U. Vatard;. A K. Macomber; 2' .Uista (N. Greenweel.. Alexis Deleau. Non placés T.ombray (J. Jeiralngs). Apothtose (G. Martinet), Labyrinthe (F. Williams).

Prix de Marlotte. Handicap, 6.000 fr.. 2.000 mètres. il Abricot IJ.-B. Le Provost). vicomte O. de Rlvaud 3- Bamondie (G Kreel), George Newton; 3' Longwood [1. Clay Rolll, M. Déarly. Son placés Magnii'icence-11 (G Vatard). Komney (M. Allemand;,Francon«ia (F. Williams;, Aigrelette (J. Jennlngs), Joli-Rien (J. Leplnte), Rosédet-Ventt (A. Gautier). Spade (J. Enlght). Mermati (N. Greenweell, Frtdêoonde (A. Phlllpps). Pari-mutuel

G.

Ftambeau P 99 P Grippe-Son.?. P. e 50 c. G

P Franche Lippée P 40 P. Il c. G P 18 Il. 1i 750 c. Abricot 96 50 P Ramona. 0. P. Se

COURSES A CHANTILLY

Partant* probables

Prix de Vlneull. tlarlposan. l nltalre, Grossovtrs Astptlc, Zenalde. Morelia, Mail, tyctnulr, KUIon. VioleUede-Parmt.

Prix de Lamorlaje. Relance Mllfdt-Coulongts Bellona, Siorena-II, Fenyllce, Rose-Cremc, Teuse Grande- ttoHf, Bamtlle Ophir. PrlnceuMary, Zaira, Apret-l'Ondit, La-Mantille. Luciole, Sumara Jonicole.

Prix de Courteull. Agram. Tht-Uèlr. Lvlli. The-Osprey, Manuscrit. Tournoi, Objel-d'Art. Grippe-Sou, Trllby-II. Câprier, Pyrrhus, Bernique, Solsy-le-Rol.

Prix du Lys. Silver-Ten, Sao-Paulo. Comité. Sotsy-lc-Rot. Trtlby-n. Noce. Grand-Guignol. Prix du Gros Chêne. Prétexte, Phuala, Verte Feuitle, Slr-Gallahad, Epinard, Pomari Prix de la Route. Mlllard. Marauuan, 11/£mu, B«JI!f8j. Krnny, SHver-Ttn, Pontavert, Flou, Ilaplat. Duke-dc-Sormandu, Royal-Chut, Hildebrand, Allfsa.

Nos pronoetio*

Il* course. Mariposan, Vision.

3* course. Zaira, Samara.

S' course. Lutio, Bernique.

4* course mo-Paulo. Soct.

5' course. Epinard, PomarE.

course. satnt-Savin. Pontavert.

OBSÈQUES,

RENNES fou» «te» prié d'aulsttr an rot et lia mette d'enterrement de

Vénérable tt DtaorM MMslra

Abbé Yvee-Marl* La au

AncHn Sous-Dlrtcteur au Patronage

de la Sainf-rtanille

Mconomt du Pensionnat Sainl-Stlctm*

rue du Manèfe, d Seântt.

pieusement décédé la clinique Salnt-Ives. M à juin, dans sa 43* année.

De la part de M. l'abbé Janvier, directeur du Patronage de la Sainte-Famille, et de M. l'abbé Courtln, supérieur du Pensionnat Saint-Etienne. De la part de ses Meurs Mlle Malle Le CA11 de Mlle Augustine Le Cas, en religion Scout Agathe du Sacré-Coeur; de Mlle Amélie Le Cai, en religion Sont Marie-Camille de LélUs, et de toute la famille.

Le convoi se réunira Je samedi 9 lain 1933, à dix heures, k Saint-Yva, ponr se rendre t SaintSauveur.

L'inhumation aura lieu au cimetière du Mord. Vous êtes prit d'assister aux convol. servir* et Inhumation qui auront lieu le jeudi 7 juin, 10 heure; 30 du matin (heure an*cienne), en l'église de Llftré, pour le repoa et salut éternel de l'àtne de

Madame Veuve HODEYBR

v vre Eugénie MORIS

décidé* an sa demeure, a Liffré. le 4 juin 1«3). dans sa 79* année, munie des Sacrements de l'Eglise. On se réunira à la maison tnortualra & 10 heures t5 L'Inhumation aura lieu au ci- metlère de UBré. De Profumti». De la part de Ni. et Mme Maroll- et leur» enfants; M et Mme Froc et leurs enfanU; M. et Mme Bertoe et leur fils; M. et Mme T5uï»d* Hodeyer et leurs enfants-. Mite Constance Hodeyefj M. et Mme Emlie Hodeyer et leun enfants: M. et Mme Brionne et leur fille, ms enfants et P«tlts-enfanti. Mme veuve Candon. sa soeur et xt entant?; Mme veuve Moulin, sa soeur; Mme Teuve Touffet. sa belle-so*ur et wi «ntant«. et de toutt la famille

FOUGÈRES Vous ôtes prié <l'»s»t»ter a la cérémonie religieuse qal aura lteu le vendredi 9 juin, à dix heure» du matin, en de Saint-Léonard, pour le renos rt salut éternel <J# rame de

Mademoieelle Marie AUSSANT

décodée chez Ma Datent», s. rue de la lotit, dans sa 90' année, inutile des Saerements du l'Eglise.

De la part de M. Attisant, pharmacien, son père: de Mme Aossant. -la mère: de MM. Geortm et Jean Autant. te* rrèresi ds Mlles Jeanne, 80tanne et Marguerite Auront, <«* bouts. Pt de toute la famille, On se réunira a la maison mortuatre k 9 heure* 40.

LP présent avi» tient lien dm faire-part. ~SÂÎNTÔPŒBRÊ DE-IpLESQUEN- Vous êtes prie d'a?sl<>tfr a la messe d'enterrement. M v#ndrertl 8 Juin 19OT. a 10 h«upes. en l'églM» 4e Saint-Pierre de-Ple«Ku«n. Ae

Madame Veuve PERRON

Vr,. Marie FOLTSL

décéda le, 6 courant.

De la part de M. et Mme Liront, ses enfanta et de toute la famille.

HINAN Vnus êtes prlé d'aster au »ervlci> anniversaire qui sera <*l«bFé le «smedl 9 Juin, A du heures, en l'éstll"» Satnt-Maln. pont le r»pco de l'Urne de

Madame DE MILLEVILLE

\e> Blanche DU PASSAGE

ne la part de la famille.

Le présent avis tient lieu d'Invitation. DINAN- Vmi« «tes p-lé d'assister aux-eo«« vol. service et enterrement fi»

Madame LEMOINC

déoértée dan« Kj' enn^î. tminle de» Sacrement» de en «on domicile, rre Bertrand» Rohtdnu. qui auront 11-il le vfndfdl « luln, h to heures, en I'e>lt» Snlnt-Malo rte Ilnan. on «̃ Téunln 1 la maison tnortnf'r'

ne 1,1 n.ir! de M T.emolne. tin énont et Mme Rohert Lemotne: >f. ra.<ton Lemolne, M enfant*, et re tnute la fimllle.

Le présent avl« tient lieu de faire-part. rESSON-SMNT-BRrfîTTC. v<™? e^« vtt» d'a«si."ter aux convoi et service fur-ibre de Monsieur Jwn LE COFF

PldfTirr

QUI nuront 1-eu vendredi 8 Juin, à to heure% en l'éillse de Osson.

Le présent avis tient lieu de talre-pait. Tmn »te» pr'.è <l'»«1ster ans service et enterrement du

Capitaine Pierre DESORBES DU LOU tna à l'ennoml. «^if^mbr î«li. Snlzv-aoBoIj fMsrne). qui auront Heu 1t cathédrale <•» Vannes le samedi 9 juin. Le deuil partira de la *a-e te heures.

ne la part d- Mme Pierre Deseré** d'i Loa. aa veuve- de >fW. Henri et Pierre Deî|rrè>« « LoO. s« m«: de et Cellevlèvp ivsirée» du Loa. «*< filles, et de toute la famille.

S AVEN A Y Vous tten prié d'autster ans obsèques <v

Monsieur Anthima MCNARD

Ararat. Dnetntr rn Droit

Ancien D*miti (te 1a T.oirt-T-ntfrievre

Ancien Vitre de Ta Chirpfne-Lnartay

Chevalier de l'Ordrt de Snint-Grigotre-le-Grand Le* office? seront célébrés à rè7il<E de Savi»nav. le Jeudi T Jv'n courant, a 10 heure.; 30. ne la nart de Mme Anthlm* Méaard: do canltrtne de corvette et de la comte»» de Loynei d'Ktrée»

T.p nrésent nvls tient lieu de f»lre*part. NI Beurs fil couronnés.

REMERCIEMENTS

RENNES M. Bofsnler. Ingénieur en chef (les Ports et CnTOssee? et sa famille adressent leurs plus vif» Temewiement? à toutes le» p*»•onne? qui leur ont t*molené de ta symosthle à l'occasion de la perte cruelle qu'ils vi-noent <l̃én^ouve^ en personne rte

Madame BOI8NIER

8AINT-BPTTr!jr- M. Henri B*1ou de la HériuiHAw %file Anne Hedou de ta Hémuillère et tour f^mlll» tetnerr'ent le» peMninr» o>t| ont Commandant HPDOU DE LA HtRAUDIÉRI Offii-ter de la T.tglon d'Honneur. (Totr de Gutrrt aln«1 que celle» qui leur ont Umottn* leur sympathie en cette douloureuse occastop.

11» ont et* particulièrement touchés de ITiommage que McM. 1»» Officiers et Soldat» du Ti"atment territorial ont rendu à leur ancien commandant..

ris U? prtent de trouver in i'èTT«1!>»»'\n '•e \mt vive reconTm1'»<ihre.

le Or SAMY, tiens un hut humanttitlrc, a Aorit un wflt livre irt* lnt«re»««rrt ror les MA?.*rviFS il,? «s A NO, de l'ESTOMAC et les nnnr vîtirs Fcrire n m tarart uw. ^ou. leva M Snlnt-ri<>rmBln. PAPI^ gril en ffffi un nlalfir de l'envoyer erat '•

/mprfmertr de rootst-KOAiB Ht» ««• ravalement les lettres <w


LES EXPOSITIONS PARISIENNES

dur mes petites amies curieuses des c Qoee» du dehon (et j'aime d croire qu'elle» le sont toute») je ne puie laisser tombar la quinzaine sans parler des expositions parisiennes. Elles

ont fleuri partout en cette On de mai, nombreuses que je passe sur la • foire de Paris d'ailleurs finie, et que tous ont louangée, sur l'Exposition « canine P. sur l'Exposition c d'horticulture qui a embaumé et charmé tout Paris. Je m'arrête rapidement au Salon du goût français oe Salon. auquel je suis fidèle et qui, dans quelques semaines. endos en quelques malle*, t'en ira courir le monde et faire l'air'ticle pour la France, avec le plus joli et le plus spirituel des sourires. Exposition lilliputienne d'images tlnes. transparentes, animôles d'un feu intérieur qui donne le rendu exact des choses, leur relief et l«ur ooloration, jusqu'à l'orient des perles et le chatoiement d'un satin admirables fl-eurs de notre industrie d'art, toujours a la recherche du luxe, du bon goût et du fml daos les détails

Je ne puis en dire autant de nos < Salons de peinture»; mais chacun sait que l'absence du dessin et l'incohérence des sujets, sont, i l'heure actuelle, maladie mondiale. C'est ce qui suggérait à un prince dC la science, rencontré lors de ma visite au e Salon des Tuileries (des dissidents, prétend-on) un prooédé nouveau de sérothérapie une ptqûre de bon sens à tous les peintres atteints de la moderne épidémie.

Disant cependant que là et au « Salon tout court (voue saves celui qui a un. tourniquet, mais deux catalogues et deux tzpwtlome en 67 salles. ouf 1) 11 y a de fort bonnes exceptions et quelques tableaux que l'on emporterait volontiers sous le bras, heureux de les avoir chez sol. Les femmespeitttres et oos artistes régionaux, dont on vous a déjà parlé, sout parmi les plus expressifs et les plus consciencieux. Mais. ce eauvetage fait, le reste est pour l'autodafé fermes qui reseemblent aux Jouets de bois des enfants, paysages qui n'en sont pas, portraits en. repoussé, nue à faire fuir l'aoatomle en personne, que saisje 7. Aussi ai-Je hAte de vous emmener au Pavillon de Marsan et enfla au Jeu de Paume des Tulleries •. Au Pavillon de Marsan dure enoore tout ce mois l'exposition de Vénerie un régal pour qui courre » 14 oerf- ou les tapisseries. lis sont la. beaux et lourds, les fusils de chasse ou autres armes, historiés et ciseles, tout encadrés de tableaux et de tapisseries qui nous ramènent à ns>s traditions françaises et nous reposent l'esprit. Depuis la tapisserie du xv* siècle, si amusante, en passant par les chasses de M ai! ml lien au xvi«, les délicieuses chasses de Louis XV avec Ouelry au xviii*, et le! miens de Desportee qui savait rendre le poli, Jusqu'aux équipages de Charles X et du Second Empire, tout est fin, délicat, soigné, vraiment français.

Et, pour clore la série, la merveille que vous ne manquerez pas de voir si vous venez ce mois-ci à Paris, l'Exposition belge des Tuileries. Jé vous sacrifie les modernes. ils ont besoin de la piqûre subite. le vous recommandé au passage certaine artistes du xix*, fidèles à le tradiuon flamande des tntérieurs joliment éclairés et je vous emmène vite dans les deux deiuiières salles où j'ai rêvé tout un après-midi, bien que je connusse le plus grand nombre de ces c Primlttfs de ces gens qui peignaient il y a 50p ans, en ce moyen âge que des ignorants, a2 tout comme, ont ose qualifier d'obscur. Quels peintres à cent coudées au-dessus du xx* siècle. et avec des éléments en moins 1 Voici Yan hyck qui i'offre malheureusement de son splendide triptyque de Gand qu' c Adam et Eve les moins intéressants de ses personnages. Mais, plus loin, se reneontrent sa délicieuse Sainte Barbe m. perdue dans sa grande robe aux plis de métal, en avant de la tour qu'élèvent les maçons, et ailleurs sa femme, fi « vraie en son portrait admirable et non flatte. Voici le Christ royal de Memlvng, entouré des anges qui chantent et jouent des instruments comme au paradis, tandis qu'en face, dans la Cène », de Thierry Bouts, nous revenons sur terre, Mme perdre pied dans le divln.

A coté, se blottit La délicate • Annonciation ». du Mettre ae FlemaUe, (collection de Merode), jolie chose, a La refis réelle par l'Intérieur si namatja, «t surnaturelle par le recueillement de la Vierge et le calme qui émane de la pièce.

Et que dire des tableaux de Van der Wtyden t Le tryptique de Beaune est là, éclatant, sur fomd d or pour le ciel, eux fond bleu pour la terre. En haut Ies personnes divines président au jugement dernier » en bas, let nommes ressuscitent, t perçant » la terre, ici de la tête, la d'un bras. Au milieu, un grand ange, pur, exquis, de toute beauté, « pèse les atne* » à la grande joie des. féministes (le Dalance monte du coté de la femme) virtuie* et penche, terrible, du côte de l'homme peccata. Plus belle encore, si c'est possible, la Descente de Croix de l'Escorial. On y retrouve c l'estoffeur de statut • les personnages sont hors cadae, détaché,. en quelque sorte de leur fond d'or dt te drame est si poignant, la Vierge si patljétiqu*. qu'on ne s'en éloigne qu'à regret.

Avec Girard Devin, c'est la grâce même que l'on trouve. Son chef-d oeuvre de Rouen est là, en plaine lumière toutes mes petites amies se délecteraient au spectacle des jeunes saintes qui eiiiourent la Vierge. Cdle-ci, assise, couronne en tête sur les che-

TROIS-PIEOSS ET QUATRE-PIEOES Elle est charmante et jeune la mode des petites capes. On voit poindre celles-ci. légères et flottantes, dès que luit le soleil elles vont beaucoup se porter et compléter robes vêtements lorsque Phébus, enfin galant, ne va plus les bouder. Je disais, il y a huit jours que les fillettes elles-mêmes les revotaient, à plus forte raison les grandes sceurs. Il faut si peu d'étoffe et cela finit si bien la

loi je ne fa aonnain mi petit air nouveau et eunet 70 centimètres et la cape est 'aite. Certaines l'emploient en simple rectangle qui s'arrête à l'épaule et se noue devant d'un ruban. Beaucoup la conduisent en avant des épaules, emboîtant celles-ci dans des froncés ou des pinces, le dos restant droit. C'est la courte cape ronde, ouverte devant et sur laquelle on pose un ruché ou un simple biais de même tissu. D'autres la font à col droit. le reste plissé 11 en est enfin qui se contentent d'un simple panneau plissé rejeté tout fait en arrière. Quoiqu'il en soit, la robe est ainsi bien accompagnée, et l'on a un joli troispièces », bien que, le plus souvent, il n'y en ait que deux, le corsage et la jupe se tenant. Dans cette ote est ce fort joli modèle numéro I. Fait d'alpaga très souple mais oui, l'alpaga est revenu <-t permet de jolies choses en noir, marine, ou bol6, par exemple, il a un long corsage uni.

drapé un peu à la taille, et cinq volants plissés en tablier. Le dos, tout droit, 1\ la cape plissée qui coupe sa monotonie et répond d'une façon charmante aux plissés du devant. L'encolure et

les manches sont de lingerie à jour.

Si vous désirez inverser, faites, en blond par exemple, le haut de la robe tout en crêpe plissé, et le bas uni avec cape unie. J'ai vu également un modèle avec large panneau tout plissé devent du haut en bas. et panneau détache et plissé derrière la hauteur de la taille. Je souligne simplement que les garnitures en « tabiler. comme dans notre modèle, sont de la dernière nouveauté.

Pour le quatreÎiièces », vous avez la upe, la chemisette, a jaquette et la cape, celle-ci mobile, s'attachant par des pressions ou autre système, sous le col de la jaquette. De cette manière, selon le degré de chaleur ou votre commodité, vous pouvez laissera veste à la maison, à moins que ce ne soit la cape ou encore les deux. Notre figure Il

est de lainage vert amande. La blouse. toute de crêpe plisé, peut être blanche ou de même teinte, mais elle doit faire corps avec la jupe ou tout au moins le paraître. Ainsi, avec les petites combinaisons qu'aime la femme adroite et de bon goût, trouve-t-on le moyen de renouveler une toilette et de la plier aux circonstances.

Ammic.

ENTRE NOUS Pour falre disparaître les points noirs ou tannes du visage, sans Irriter l'épiderme, employez l'Anti-Bolbos et le Savon à l'Anti-Bolbos (Parfumerie Exotique. 26, rue du 4-Septembre. Paris). Pour la beauté des cils et des sourcils, l'éclat plus vif du regard, Il faut user de la Sève Sourcilière de la Parfumerie Ninon, 31, r. du 4-Septembre.

veux blonds donoués et crêpelés, tient, grave et recueillie l'enfant qui égrène du raisin. Deux anges, dont on sent tes ailes frémissantes, jouent un hymue d'amour, tandis qu'écoutent et méditent, en avant ou peintre et de sa femme Cornélie, les plus jeunee et jolles saintes que oneques vit jamais Catherine la fille du roi, avec sa roue en couronne et sa robe de magnifique brocart rouge et or. Idéalement blonde et jolie, elle écoute Agnès qui mériterait un mauvais poLnt poui bavarder in ce divtn silence, s'il ne s'agissait de son bien-aimé Jésus. Doratttée derrière Catherine, tient des roses tandis que de l'autre cote, sainte GodeKeve lit, Barbe médite portant sn tour sur sa couronne. Cécile accompagne les anges, et Lucie, en grande et riche robe, tient en main les yeux que lui a ravis, son martyre. Toutes sont fleurs de la terre et du ciel, pleines de charme et de sainteté.

Ne trouvez-vous pas, petites amies, que les bons vieux peintre.- d'il y a 500 ans savalent « voir et « taire t Peut-Stre parce qu'Us connaissaient à fond leur métier et le pratiquaient en conscience sûrement, parce qu'ils y mettaient toute leur foi et toute leur ame, ce qui restera toujours le plus sûr moyen d'émouvoir l'âme des antres, AKxre.

L'ALBUM

L'Auch Le style louj XIV (i), les Eglises. Les églises, sous Louis XIV, acoen tuent la mouvemenl commencé suas Loato XIII. Les points de départ du style architectural restent toujours le dtlme de Saim-Ptorra de Rome, de renommée unversalle, et l'église du Gesu; Lameroler, le premier en France, voulut une église il dôme, et éleva l'église de la • Sorbonne > finie sous Louis XIV. Le second Drincipe fut de faim de la grande architecture et pour ce, on recourut aux grandes colonnes et établit des façades exteriueree pompeuses et solennelles. Cela nous valut des chefsd'oeuvre d'un genre spécial, aux lignes impeccables, mais froides, à l'ensemble, un peu tassé sous les dômes qui n'ont pas l'envolée des édifices du Moyen Age. Ainsi furent outre Ia Sorbonne, le Val-dç-Grâce, las Invalides et toutes les églises de l'époque comme Saint-Louis de Versailles, par exemple. C'est toujours, a l'extérieur, la façade à ordres superposés, les ailerons en volutes (supprimés par Mansard aux Invalides, ce qui allège l'ensemble) le dôme en cotes de melon, et le lanternon terminal. A l'intérieur, colonnes de marbre, pilastres lourds, chapiteaux grecs, grands baldaquins donnent une Impression de richesse, mais de froideur aussi. La peinture et la sculpture s'y associent étroitement: dans le pourtour du choeur (StLouis-Versallles) sous le dôme, autour et dans les chapelles (Invalides). A la fin du règne, la chapelle du château de Versailles réunira, en une harmonie très riche, l'or, le marbre ,la peinture, la sculpture. Un chef-d'œuvre, mais qui, avant d'élever vers Dieu, faisait d'abord songer au roi. LE LIVRE

Urne Mirxah. Pierres vivantes (« Bibliothèque de ma tille

Pierre Pebrauu. Bonheur sn péril (. Bibliothèque de ma nlle

M. AUMC A chacun sa chimère Bibliothèque de ma fille

prix de chaque volume 6 francs, 6 Lr. 85. Envol contre mandat-poate adresse la Bibliothèque de l'Ouesl-ffclatr.

On ne saurait trop recommander cette délicieuse • Bibliothèque de ma fille composée d'ouvrages sains. Intéressants, bien écrits et qui conviennent

parfaitement aux charmantes jeunes nlles qui elle s'adresse. Nul doute que l'oncle de Françoise, l'U a encore de Jeunes nièces, leur recommanderait cette collection de préférence il. toutes autres dont il sait bien l'effet funeste sur Françoise et ses amies. Mme Mary an a enchanté des générations nombreuses de Jeunes filles les mares s'en souviendront pour faire lire à leurs enfants cet auteur qui

n'a pas vieilli et, dans ce nouveau volume, nous montre ceux et celles que la douleur taille et po- lit comme le sculpteur une belle statue. Par l'é- prouve en effet, Pascal et sa fiancée Rosel. sont faoounés, dépouillés de leurs défauts ot deviennent, dans le décor enthousiaste du Strasbourg d'aprèsguerre, d'émouvantes et belles statues morfales. Avec Pierre Perrault, l'auteur de Petit* José, nos fille.» apprendront les dangers de la coquetterle, meme bien intentionnée, eu face de l'amour est du bonheur profonds: humour et sentiment se mêlent dans ce roman tort bien venu.

Enfin, près de Mathllde ALcoc l'un de nos auteurs favoris, n'est-Il pas vrai? mes ^petites amies riront, s'attendriront, au besoin se reconnaîtront en Christine Barousse. la jolie fille du viell archéologue. Elles qui partageât la chimère, souvent réalisable et ici réalisée, de Christine, une des leurs, la liront avec platîlr en attendant de la vivre quelque Jour, espérons-le.

LA CORBEILLE

Coussin rond Le chat noir. Beaucoup d'entre nous, ont chez elles de vénérables huit-reflets, dont elles ne savent que faire. et qu'elles mettraient vo-

lontters dans la hotte du chiftonuler; ne prend ce parti qu'après avoir décollé soigneusement la panne brlllante et soyeuw qui les recouvre. Repasser cette panne, en employant le méme procédé déjà donné plusieurs fols pour le velours, afin que toutes les soies se trouvent bien couchées dans le même sens.

Ceci faLt, découpez dans la panne un» silhouette de chat. Minet, pris de trois quarts, assis sur son arrière-train, d'aplomb sur ses quatre pattes bien tendues, sera d'un effet charmant. Avec du cordonnet de sole, vert, rouge, blanc, esquissez successivement au point de tige, le* yeux, le nez. la bouche du gracieux félin; n'oubliez pas le* moustachea marquées par de simples tratts de sole blanche. Bourrez légrement d'ouate votre silhouette afin qu'elle se détache bien sur le fonr, et après avoir noue au cou de Minet une faveur bleue ou rosé. rampez-le au milieu d'un coussin rond. en tissu éponge Jaune-or, et fixez-le au point d'application.

Pour achever l'ornementation de ce joli coussin, cousez tout autnvr une grosse cordelière de soie noir et or.

LES REOETTES

(I) Riz auz fruits. Faire cuire le riz dans du

lait bien sucré. Lorsque le riz est bien crevé, le lier avec un ou deux Jaune* d'oeufs. Le mettre dans un plat un peu protond et plusieurs places où l'on mettra des fruits, que l'on aura préalablement cuits en compote poires, pêches, abricots, pommes, ananas, prunes. Arrosez le riz avec le

jus de la cuisson des fruits, mêler si l'on veut un peu de kirsch ou de marasquin.

(II) Galette Normande, Une livre de far:ne, 150 gramme* de beurre 9 Jaune* d'oeufs, une pincée de sel. Petrir le tout ensemble, sans eau Faire une ou plusieurs galettes d'un centimètre d'épalsseur, mettre a tour doux 55 minutes environ. Ces galettes se conservent

Le lotie mondaln Le salin (I). l'P-e jeune fille salue la première, une dame, une jeune fille plus âgée, quand elles sont seules, ou avec d'autres dames. Mais si ces dames ou Jeunes fllles plus âgées sons accompagnées d'tm monsieur, c'est à celles-ci d esaluer les premières. Toutefois, 11 y a de* exceptions une jeune amie accompagnée de son père très myope, par exemple, peut recevoir votre salut d'abord.

Une jeune fille peut saluer la première un vieillard seul non s'il est avec d'autres messlew's; de même elle ne salue pas un monsieur on dnme accompagnée d'un monsieur, f-tt-ce leur fil*. File peut prendre l'Initiative pour un prêtre ou une religieux, même si celle-ci est accompagnée. JEUX DE SOCIÉTÉ

Il) Le mannequin ou la statue. L'infortuné QUI doit payer son gage en taisant le « mannequin se tient droit et immobile devant les assistants; l'un d'entre eux lui tourne la tête à gauche et Il doK conserver cette position Jusqu'à ce qu'il plaise à un autre de la lui tourner à droite, ou en avant ou en airrlère, ou penchée sur l'épaule. On lui fait lerer les bras, tendre le Jarret, plier les genoux, etc.. etc.

(II) La ménagerie. On pose une glace sur une table recouverte d'un tapis sous lequel on fait se mettre genoux la personne qui désire visiter la ménagerie. Le directeur du jeu annoncera alors soit un lion, soit un ane, etc., pour les hommes; soit une gazelle ou une colombe, etc., pour lu jeunes filles.

I1-faut deviner qui s'set penché sur la glace.

CHAPEAUX 1 CHAPEAUX 1

TOUTES MODISTES

MAMÈRI D'APPRfrBR LA PAIUX. NOUS avons arrête notre dernier cours après avoir cousu la paille sur le dessus du chapeau. Nous allons maintenant l'apprêter

10 Prenez un chiffon, mouillez-le. Tordez pour qu'il reste simplement humide. 2° Prenez votre forme dans votre main gauche munie d'un tampon.

3° Etendez le chiffon humide sur la paille. 4° Avec un fer très chaud, repassez-la vigoureusament. Cette opération a pour but de faire bien appliquer la paille sur la forme et en même temps de l'aplatir et de l'apprêter J.

Ceci fait

5° Prenez du vernis blanc. On appelle Virnis blanc, un vernis simplement incolore, et qui a une teinte d'apparence jaune. Seulement ce vernis est plus léger que les vernis de couleur, et c'est avec celui-ci qu'on apprJte les formes. Donc, avec un pinceau, passez une couche de ce vernis sur toute ja forme. Une couche assez forte.

6° Laissez sécher ainsi la paille sur la forme.

7° Lorsqu'elle est sèche, débatissez la pallia de sur la forme. La forme doit alors bien tenir et être exacteinnt conforme au moule, si vous l'avez bien apprêtée.

8° Préparez une entrée de tâte.

Cousez-la sur votre tortue de paille comme vous le ferlez sur la sparterie.

9° Laitonnez le bord Je votre chapeau, Pour cela, cuusez votre laiton au-dessou; de la première petite paille, du rang tonnant le bord. La mettre du coté envers de la paille. 10° Prenez un rang de paille de la pièce. Du cOté où vous avez mis le laiton, cousezle alors bord à bord; au point de rencontre, coupez la paille. Ceci a pour bü de tacher le laiton et de rendre le bord net. Si besoin en est, vous pouvez mettre des fourchettes pour la tenir. Mettez-les alors en barfette de soie de la même teinte que votre psille. Voila votre bord terminé.

Pour la calotte.

Vous vous inspirer des mémos principes que pour faire une calotte en paille souple (voir dernier cours).

Seulement, vous avez remarqué, la dernière fois que chaque rang de paille était formé par 3. 4 ou 6 rangs de petites pailles superposées.

Décousez alors ces pailles, et commencez votre petit rond de calotte, en cousant pendant environ une dizaine de loure, une seule petite paille.

Puis, prenez-en alors deux rangs cousus ensemble et continuez coudre pendant une dizaine de ranes encore.

Prenez ensuite trois. Faites dix rangs. Puis quatre, ainsi jusqu'à ce que vous soyez arrivée au nombre de pailles, formant le rang.

Si votre pièce de paUle est faite sur quatre rangs, alors arrivée à ces quatre rangs, continuez toujours à tourner pour faire votre fond et inspirez-vous alors des principes énoncés, pour continuer votre calotte.

Nota. Il va sans dire qu'ici aucun rang ne doit être cousu, après la calotte de mousseline ou de sparterie. Cette rtprnière ne servant ici que de moule.

Repassez et apprêtez la calotte exactement de la même façon que votre bord. Enlevez la calotte de mousselliH1 de sous la paille. Cousez-la au bord. A vous mesdemoiselles, le soin de garnir le chapeau de façon originale et se rapportant bien à la forme.

MOTS POUR RIRE 2c pourquoi les enfants û «UueutUs pat le sucre, cette année r

R. Parce qu'ils le 'trouvent trop salé 'Torii), Débuts d'auteur:

un jeune auteur vint trouver un cclcbre é^lratn pour lui montrer sa premlùie oeuvre Voudriez-vous me dite, cher multxe, ti dons ma composition J'ai lui$ aste.i de finmme? Apres en avoir pris connaissance. le maille répondit

Mon cher, croyez-moi, ce n'est pas de la flamme qu'il faut mettre dans votre composition, c'est la composition qu'U faut mettra dam la flamme..

Bons mot*

lo Pourquol ne trouve-t-on plus de tonneaux en Francet T

R. Parce qu'on les a tous mis en Perie (en perce!.

Pourquoi les auteurs dramatiques n'entrentIls Jamais dans leur cuisine?

R. Parce qu'ils craignent de voir le tour au fond de la «place

Pourquoi les cochers éprouvent-Ils uns certaine dllnculte a faire des économies? R. Parce qu'ils ont pris l'habitude de mener la vie • grande! guides

Quels sont les fruits les plus nutritifs? R. La pomme de pin (Palm et la frais* de veau.

ANECDOTE

Le maloman* l'Instruction. « Oui, monsieur le Juge, dit le prévenu, ti'ot une fatalité, J'aimais trop la musique, mais etlttnant' qu'elle ne in« tatsait pas gagner assez d argent Je l'abandonnat elle devait se venger cruellement en me poursuivant dans la suite. Ecoutez pimât

Avec du • piston J'entrai cnei un banquier; pour l'ouverture de ma arrière j'avais un emplol modeste, mais qui va ptano va sano. >̃ Assis derrière mon pupitre n, J'aperçus un jour une ciel sur le « sol c'était celle de la • grosje caisse « que J'ouvris et n'y trouvai que ces cinq balles »: derrière mon • dos ». le chef m'avait vu sale coup pour la « fanfare J'en Jouai tin air avec mes flûte» n et entamai un • galop « rapide. Mais le choeur criait ArrMei-le On me cacher Au boi« en étais loin. Je fls une pause et pou sat un soupir ». Un • sifflet écorcha mon oreille. C'est faux n. ne pus-Je m'empêcher de dire. Non répondit une voix de t ba«se> profonde ». > Ost Juste de vous mettre au violon n. Tri«te « IInale monsieur le jute SI Je pousse ce lamento ce n'est pas, croyez-le, pour app'iyer sur la chanterellt mais pour réaliser • l'accord parfait avec la vérité..

Mme 8 T. le regrette. étant tanné U au ti le nombre de ne pouvoir tout rendre le –rv*<* demande. la ne connais et rai commit* mcu* moyen de loirs dttparaitre. sur le Una*. Ut ptqUret de mousitntre.

A une demande. On m'avait demandé te moytH dt faire ditpttrcHre la marque IaljM« par un* trop gronde application de teinture d'iode, et prointerroge a répondu que, pour ce genre d'af/ee» lion, il n'y a que les applications de pomvuuW 4 t'oxyde de i*t>c qui aient quelque efficactU. Mats il faut en user orée dlMemement. Fauvotue égarée. où élet-vout égarée, petite amie En ce bas monde? Tout tvetet peuHtre pas la seule dis que t'on PU par en haut, U en est ainsi mais il faut bout de même rester U» pieds r terre, fil vous avez la phrase qui revient trop souvent dans les lettre* de ma uctricu s J'ai longtemps hésité avant de vous écrire • pourquoi? Je prie met une fait de ptou* de ne pot craindre le parée au* le suis, comme (iies, une simple sior(«,lU; parce que le leur veux du bien. le plus qu'il m'est possible. Donc. on «e m'importune pat. une colonne du journal étant réservte pour mes r&tonset d leurs demandes Si personne • n'usait écrire. it faudrait la sup- primer, et alors? Je tdcherat d'avoir le renseignement et vous te ferai parvenir comme vous le dérifet. Votre écriture est limpide cnmme votre dme de petite maman d l'égard de votre frère. Krels-Ker. Je suis désolée, mais tout ce qui est travail d la maison surtout pour un homme ut fort difficile d trouver, pour ne pas dire impossible. Il n'y a guère que des copies au des ci'riflcaltont dt compte, toutes choses dtji rarat l>u,t qui rapportent peu. La difficulté se complu que quand on habite un petit endroit; ces emplois délit rarissimes se trouvent sur place et dant de* vUtes. je regrette. amie lectrice, de ne pouvoir, vous dire plus et mitux,

Une jenue maman soucieuse de ses entants. C'est, hélas f te mime genre de réponse; le ne voit pas, et pour les mimes raisons. En ville on peut trouver, avec bien du mal, des copies, du recher- ches en bibliothèques pour quelqu'un qui écrit et n'en a pas te tempsi mais hors cela, le ne voie pas. L'ne • représentation commercial* > peut-être. maté alors U faut voyager. • Annie > regretté son impuissance.

Manuui do Jeun tt ttlao C'ut dommage, en effet que votre voyage ait précédé ma rtfànte. Présente; votre travail d l'Abeille,- inutile de cm*. pliquer, si on vous aide-, c'est fait pour vous 4t voila tout. Tous mes vaux de réussite. Fablola. La petite bretonne qui cherchait 1* romance « Oui, le t'aime d'atnour, d ma btU* Bretagne n'a donc pas Lu la Correspondance d* 24 mat? Elle y aurait vu qu'une aimable et res- pectaole lectrice, se souvenant de son enfance, t'd voit «aplee pour elle. Aujourd'hui, une lectrice, attentive, ayaut tu qu'il y manquait !a • tmuk que ̃ me L'envoie. du moins l'air proprement dit, la mesure restant d régler, L'aimable correspovr duntt ne possédant pas te morceau. La gracisusi. correspondante t'excutl de cette demi-musique, heureuse de faire plaisir d la petite « Bretonne Donc • h'ablola » est priée d'envoyer vite son adresse d • Annie qui lui fera parvenir lest drus Uocvmrntx intéressants.

Mlle £. vt. -Et viercl d rous, aimablt Uetrla%, de vous rendre au désir de cette enfant et ai mien.

M. M. T. .Va petite amie nie gâte, ruais le Vai pas reçu ce qu'elle m'a autmnoi; le suts tautt mntuse de <<̃! aimdbles et ripiitées attentions. Certes, oui. quand ime jeune fuie se elle si- doit toute il son loyer. avant tout le reste voyetroux. Qu'elle eu le tact de ne rien froisser délibértment, qu'elle tache, au contraire, d'or*1- les piévenancr* possibles .«au. cela 'ail, 'ai.t pu pour les susceptibililés trvp ombrageuses. il faut saroir ('ans t''<. éviter la causes de tautfrances aux autre»: mais, cela tau. il faut 'ot! autant sarolr ne pu.' s'occuper des susceptibilités qui paralysent uu entravent. Mime those pour tel médisances, petite amie, il faut !et • dipaster ». A> rien faire pour les proroquer; ri ellts étiosent seules, se.mettre au-dessus. et le montrer Le menteur moyen est d'éviter de parler des outra, de suivre les potins, de prendre un air ittrwi t et. ao besoin, quelque froideur. Toulti (-s petltetse* humaines ne doivent pas nous troubler ni dans notre devoir, ni dans notre --or. Et Mi,-ore mon affevliieus merci.

Minette. Environ JM francs à vto Vais se prir varie avec U.< rnnisonx ires montent.

^Apprenez sur place ou Par torrtipontianct la STÉNODACTYLO uiluu- JAMET-BUFFEREAU tas M. Bu* daBlTOU, PABB.- rinmim waiut mm

PLEURS ET RAYONS

Ceat sous ce titre uue J'ai reçu, de l'une de vous, avec une dédicace qui me va drott au cour, aa Joli recueil de fort Jolis poémei. Tels des nuases légers, vaporeux ou nostalgiques, ili ccurent de notre ciel breton au ciel lo'ntatn de la CDln*. nous apportant de tendrrs ou de féeriques vislcnt; toujours du « vu et du « senti •, et cela en un rythme toujours correct, bien que varié a\e.' des Images riches et prenantes. Aui>i je prends sur mol de vous donner fin de res ̃>ti. s, un vrai portrait la-bas au ii>< J.i ine, uu Eu rgai, vous allez voir.

Le Lattre

Le crâne bleui, trais rasé.

Deux sourcils minces, en arcado,

Vu teint couleur de citronnade.

Par transparence un peu roté.

De riches lunettea d'écaille

Aux ronds disproportionnés

Sur le plat d'un semblant de net

Se maintiennent rame que vaUl».

Au Invers, tal du Jais, deux yeux

Glissent a droite, à gauctut, oblique.

Leur éclat rapide, atavique,

Légèrement malicieux.

Et toute graasa d'aromate

De très suave odeur, dit-ca

D'une élégance de bon ton

La traditionnelle natte.

Puis robe vert-pale, en brocart.

Haut-de-chausse de Mie ottv*

Cbatotemant clair sar teint* vive

Cboist, sans conteste, avec art.

Pur Céleste aux ongles d'une aune,

A pas lents et f«utre». il va,

La célèbre « Tthouen (1) sous le bn8 Ainsi qu'U sied au savant Jaune.

Loutm TJUaiOh

(1) livre 4e l'écriture antique.


Bjolliiton de t rootrt-Bcltfr 0

.•< da 7 tnln VUS 16ô VINGT ANS MES Par Alexandre DUMAS LOKDMi

Ah! vraiment, dit «l'ArtogDMt, oea g*n«Ci tout bien ingénieux il faudra qu'en ro. venant en France, le donne ce moyen t M. da Ma*axin et M. le ooadjutaur. L'un épurera au nom de la cour, l'autre au nom dn peuple, de sorte qu'il n'y aura plus de Partantôt du tout.

Qu'est-ce que le colonel Pridge demanda Arami*. et de quelle façon •<y est-Il pt1« poar épurer le Parlement ?

Le colonel Pridge, dit l'Espagnol, est un ancien charretier, homme de beaucoup 4%aprit, qui a remarqua une chose en condnlteot sa charrette c'eet que lorsqu'une pierre se trouvait sur sa route, 11 était plus aoott d'enlever la piètre que d'essayer de faire panser la roue par-dessus. Or, sur deux cinquante et un membrea dont et composait le Parlement, cent quatre-yingt-onze le gênaient et auraient pu faire verser sa charrette politique. U les a pris comme au«rafoia Il prenait les pierres, et lem a jetés hors de la Chambra.

Joli I du d'Artagnaa, gui, homme d'asprit surtout, aatlmait tort lt»prtt partout otillla rencontrait

Et tous ces expulsés étaient 6tuarttotas7 fUmninda Ataos.

Sons aucun doute. Hnor, et vous ootnprenez qu'ils «uaseat sauvé la roi. pardieu 1 dit ma)<eétuesei»«nt Porthos, ils taisaient majorité.

Et vous pensez, dit Aramie, qu'll conaastira a paraître devant un tel tribunal T ni* faudra blsn, répondit l'Espagnol s'il essayait d'un rafua, le peuple l'y contraindra».

Merci, maître f*raa, dit Athos maintenant, je suis •umsamxnent renseigné. Commencez-vous croire enfin que c'est une cause perdue, Athos, dtt d'Art&gnan, et qu'avec les Harrison, les Joyce, les Pridge et les Cromw«U, Boue ne serons Jamais la hauteur T

Le roi sera délivré au tribunal, dit Athos le silence môme dé se* partisans Indique un complot.

D'Artagnan haussa les épaules

Mais, dit Axamia, s'ils osent condamner leur roi, Il@ le condamneront a l'exil ou 1 la prison, voilà tout

D'Artagnan siffla d'un petit air d'incréduNous le verrons bleu, dit Athos oar nous irons aux séances, ]• le présume. Vous n'aurez pas longtemps à attendre, dit l'hôte, car *Ues commencent demain. Ah ça, répondit Atbos, la procédure était donc lrutruH*) avant que le rot eut été pris

San* doute, dit d'Artagnaa, on l'a commencée du jour où Il a éU acheté.

-VOUS savez, dit Aramls, que c'eet notre ami Mordaunt qui a tout fait, sinon le marché, du moins les premiares ouvertures de cette petite affaire.

Vous eavez, dit d'Artagaan, que partout où Il me tombe sous la main, ]• le t» M. Mordaunt.

Fi donc dit Athos un pareil misérable! Mais c'est juftçiflent parce que c'est un mUérafcl* que le le tue, reprit d'Artagnan. Ah 1 cher ami, le fafs as*ei vos volontés pour què vous soyez Indulgent aux miennes; d'alUeure, que cela vous plais*, ou non. je vous déclare quê ce Mordaunt ne sera tue que par moi.

Et par moi, dit Porthos.

Et par moi, dit Aramts.

Touchante unanime 1 s'écria d'Artagnan, et qui convient bien des bons bourgeois que nous sommes. Allone faire un tour par la ville. ce Mordaunt lui-même ne cous reconnaîtrait point a quatre pas, dans la brouillard qu'il fait. Allons boire un peu de brouillard.

Oui, dit Porthoe, cela noua changera de la bière.

Et les quatre amie sortirent en effet pour prendre, ©oenm* on le dit vulgairement, l'air du pays.

LE procès

Le lendemain, une garde nombreuse coinduieait Charles I* devant la haute cour qui devait la Juger.

La foule envahirai le* ruts et las maisons voisines du palais aussi, dès le premters paa que firent 1ea quatre amis, Us furent arrêtés par l'obstacle presque infranchissable de ce mur rivant quelques hommes du peuple, robustes et hargneux. repoussèrent mOma Aramls si rudement que Porihos leva son poing fontfldable et le laissa retomber sur lu face farineuse d'un boulanger, laquelle changea immédiatement de couleur et se couvrit de,eang, écachee qu'elle était comme une grappe de ralsine mûrs. La choae fit grands rumeur trots hommes voulurent s'élancer sur Porthos mals Athos en écarta ttn, d'Artagnan l'autre et Porthos jeta le troisième par-deesus sa tête. Quelques Anglais amateurs de pugilat apprécièrent la façon rapide et facile avec laquelle avait été exécutée cette manœuvre, et battirent des marte. Peu s'en iallut alors qu'au lieu d'être assommés, comme ils commençaient à le craindre, Porthos et ses amis ne fussent portés en trlomphe mais nos quatre voyageurs, qui cralgnaient tout ce qui pouvait les mettre en lumière, parvinrent a se soustraire à l'ovation. Cependant Ils gagnèrent une chose a cette démonstration herculéenne, c'est que la foule, e'ouvrit devant eux et qu'ils parvinrent au résultat qui, un instant auparavant, leur avait paru Impossible, c'e*t-à-dire aborder Le palalo

Tout Londres se pressait aux portes des tribunes aussi, lorsque les quatre amis réussirent à pénétrer dans une d'elles. trouvèrent-Ils les trois premiers b?ncs occupés. Ce n'était que demi-mai pour des gens qui désiraient ne pas être reconnus ils prirent

donc leurs plaças, fort satisfaits don étn arriv¢s la. il, l'exception de Porthos, qui dé.Irait montrer son pourpoint rouge et ses chausses vertes, et qui regrettait de ne pa» être au premier rang.

Les bancs Matent disposé» en amphithéâtre, et de leur place, les quatre amis dominaient toute l'assemblée. Le hasard avait fait justement qu'ils étaient entrés dans la tribune du milieu et qu'ils se trouvaient juste en face 'du fauteuil préparé pour Charles I«. Vers onze heures du matin le roi parut sur le eeull de la salle. Ll entra environ** de gardeâ, mais couvert et l'air calme, 'et promena de toue côtés un regard plein d'assurance, comme s'il venait présider uno assemblée de sujets soumis, et non répondre aux accusations d'une cour rebelle.

Les Jugea, fiers d'avoir un roi à humilier, se préparaient visiblement à user de ce droit qu'Ils s'étaient arrogé. En conséquence, un huissier vint dire à Charles 1- que l'uaage était que l'accusé se découvrtt devant lui.

Charales, sans répondre un seul mot, enfonça son feutre sur sa tête. qu'il tourna d'un autre coté puis, lorsque l'huissier •« fut éloigné, Il s'aseit sur le fauteuil preparé en face du président, fouettant M botte avec un petit jonc qu'il portait iL la main.

Parry, qui l'accompagnait, se tint debout derrière lui.

{A suivre)

RENSEIGNEMENT!) JURIDIQUES. flonflons dtv. lover» héritages, formalité» admlnltfr.. *ta. Ecrlr» OuettSeinlr. ren«lit. jurld.. 9 f. sa ou

Le Temps qu'il fait Aujourd'hui 7 Juin 1 Saint Lié

J> soleil se lêv* t t h. M et M coud» t 1U u. iS la. tune m 1er» 0 h. M «t m ovoebe il h. m 4MKIS. 6 Juin. Situa4iOn générale le 6 fuin un il 1 heurei. La dépression du golf* de (Mon est emblée +7 7 mlil. en Corse; celle d'Europe Centrait également + 12 ml 111m La dépression de Ferrot est sur la Mer du Nord et la 6uède 4; le maximum atteint TJO La Oorogoe, *iW Vaiencla et Biarritz. A Paris 763. «infamim 717 Laponle. Antre dépression nul-ouest d'Islande.

Lee vents sont modérée de NorOOuest sur la Manche &l en Bretagne, sur la JiKditeTranee; faibles sur l'Ooé&o.

Les maxime, de la veUle ont été de 15 t Parle. Argwntan, Orléans. Strasbourg; 17 k Bordeaux; 18 A Toulouse. Marseille; Si à Perpignan; Ils à Slee; 14 k Ctmrires. DI1oa: 13 Il Oberbourg. Nancy; 12 Clermooi, Le navre Calai».

illnlnia de t k Paris. Nancy, Calai*; 7 à Clermont, Luncgef; a il Cherbourg- 9 Bordeaux Tou)OU»e, 10 au Havre; M Aroactioo; U à Nloe: 6 à Argentan. Nazites; 3 k Orienta, Lyan Hoouni«r. Pluies k 7 beures 1 mtlllm. Paru, Straaboorg; •k Calais. Camplegae: 3 t, Tours.

Ce ma tu, iu peu de plule et de bruine Nord et Nord-liit France: nuageux ailleurs.

soin

2 Il. 21 111 Il h. Ou Il Il, la 0 Il. ub Il Il. ci 11 Il, 3. 10 Il. Il lu Il, 17 1\) Il. :11:1 fartent. 10 Il. 011 10 Il. 66 h. 11 0 1 il. le 1 Il, Il,

MEMENTO ADMINISTRATIF,

JUDICIAIRE ET MILITAIRE

Impôts due par des héritier*

L'Lltltler d'une personne décé&e qui est mis eti cause pour l'étabUsMiuieni de la ooutribuuou rx^ritoraiivalre due a raison dei> l^nence» exoejnliouueis ou fciipplAai&utaixes riall^es par le d4fujr> Jouit, pour cuutester les hases U» lA taxation, des droits iru 'aurait eu ce dernier si cette taxation avait été établie de son vlvaut. SI la oonimlisloa du premier dette n'accepte pas les déclarations souscrites par le datant, l'bérlilfr peu, dès lors, dans le délai d'un mois à compter de la réception de la lettre par laquelle )a commission doit lui Indiquer les points contestés. préMtnter «es observations. En outre, dans le délai d'un moi* A partir du Jour de la notification de la décision de la commission du premier degré. l'Intéressé peut faire appel de cette décislon devam la commission supérieure. Dans ce ras. Il est admis. k conaitloo d'eu informer le percepteur, k surseoir au versement de la partie contestée de la cotisation, saut verser au Trésor, en cas de rejet total ou partlel de son recours. l'intérêt à c l'an des sommes dont le payement aurait été d1ftér» à tort.

La* Indemnité* pour enfant* recueilli* Les airenU du chemin de fer peuvent, par analorfe avec ce qui a Me décidé pour les fonctioñ aayw par une instruction du ministère des finance» du 12 mal 1931, bénéficier des Indemnités nour cïrarj e^ T.- famillo à raison d'enfants r<&cneillts ujl n'out avec eux aucun lieu <io parenU. sous la double reserve que ces enfants boient orobellns un cunsidérés comme tel% et que l'agent cru» les a i- cueilli» eu assutne effectivement la ebante. L expression • considérés comme orphelin» » vise rotamment lea enfants abandonnés, dont les priants sont inconnu', disparu*, borpl- lallaAe ou interne. a

Militaire* malades en cours de permission Un cénérol commandant de région iL remarqué au'un certam nombre de militaires, tombée malades au cours d'une permission, avalent obtenu de= Drolomratlon' de congé? -,ar le vu d'un certificat de médecin civil, déclarant l'homme Intranspor- table, alors Que deux ou trois Jours après ces même* militaires. en état apparent de bonne sanie. travaillaient dans leur» foyers. Cet officier général vient de prescrire la surveillance- des militaires ayant, obtenu des prolongation dan.4 ces condltlons pt C*% sanctions révère* Donr la délinquants qui eront mie en route sur leur corps par le commandant de gendarmerie déi qu'Un feront rencontrés en defiors de lmr domicile.

BOURSE DE PARIS

Paris, e Juin. Le marchb a encore d4buté aujourd'hui par la meme incertitude Au'bler, puis il t'est amélioré mais la clôture est lrréguJiere.

Au Parquet, no* Rentes sunt as*et soutenues le t m négocia à W.7S; la e k *7; les Fonds Mtttt tont lourds Consolidé 2185, le 6 l»oe

«r». Lé* rondi Ottomane «ont faible* 1 UnlUé 7S; 6 1t 4306. lA maroht de nos Bancme* tl*aOftlaes est wUataitant ̃ Banque de Part» l*w. Union Parisienne ai* après Oétaotmment d'un coupon de 96 fr.

>os grandes Compagnies de ctoemin* de Sar sont calmes Nord 1«00, Est *73. P.-L.-M. 1060. Nouvelle avance de la Rente foncière à SS46. Dans le groupe métallurgique, Jeumoot t'Inscrit en avance sensible à HO, Trénierles du Havre 163. L'action Matériel eu chemin de ter m traite à 2346. I* résultat de l'exercice 1S8S-S3 permettrait de porter le dividende de 70 a ÎW fr. Sur la réaction du cuivre hier k I/OQdres le Rio revient t seoj. Bol6o 570. Quelques réalisations aux valeur» de sacre say T7». Sucreries d'Egypte 1U*. Aux valeurs diverses signalons la reprise de la Patbé sur des déclarations très favorables faite» à l'assemblée de ce matin. £31e clôture k 881 après 888.

En banque, après avoir été Indécis, une grande partie de la séance, le marché est plus eaut fin en clôture. Au compartiment des pétroles, la Royal-Dukh 92.760, Mexlcan Eagle 108.50, Sbell 2'il. Fermeté du Mines d'or Crown-Mlnes toi, Goldflelds 7S.76. Rsndmlnee 908. T^es Mines de dlamant sont sans changement de Bean 1090. sortit Financière de Créait el de Participation, so. boulevard Montmartre. Parta

PARQUET Métaux

Terme Sosnowlce 15*) Banq. Indo-Chlnf 3780 Banque de Paris. fi06 Fonc. ÏTsn.-Can. sus Crédit k'oncler. 1906 • Wagons-llt« ord.. «75 Crédit Lyonnais. 1&47 Foncier colonial.. S1S5 Union Parisienne 81Y » indo-Cli Yuonan. 1040 Suez 86S0 • Littoral Médlterr. &00 Santa Ké «:» » Energie lndustr.. 1«0 Metropolitata 503 um<m d'Electrie. 314 ^?,?"SU<1 ÎS Ch. et At. St-.Vai. 801 S1*?- Par. dia- 2?S Acier. MIcbéTUle m ïbomXn-kôiiton ï!S Fort. et ""• JS& «SSf-di'ÏÏSS: Ï3 Cb^.Uu-TonVluT^ %Qléo 570 Courrières 5i0 Penarroy a". 1116 Uns fM FlaUne un » Cirage* françalv. 1260 Flnanc. Pétroles ao Elle. Brésilienne.. 610 SSgtaïnn^rr: M Obligations oafsa Vè Vtlle 3 1010. SM 50 Pr. chlm. d'Alals 786,. Ville i 1919. 396 SO Chargeurs Réunit 48JJ Ville & 314 lJtn 407 79 Messag. Martt. 188 Fonclères 18SS. fn omnibus 783 Communales 190e. sou so Transatlant. oM. 181 Foncières 1909. l«l 60 Voitures Air liquida Mo • Fonc. 101» 3 ::17 • HMhé rinéra* «si Communale» iwn. «7 Kafflncrle» Say o Emprunt 1V31 il i un R1«er1e<t Orleut. S» Est 6 4* Russe r. 1.r et '•. îi 70 Kst .1 anc .v.l v) lîuj.^ S 18M.. 15 SO P.L.M. Il B. <J. fti>> Rusfe .̃• JWd or 7* 75 Lyon S tas. n. 3n» Rus«e 4 i 1009. 19 Midi 6 r. B déc. un Turc 4 «i • Midi 3 anc .10' so Tare S 1914. 43 10 Nord 6 43* Rariij. du Mexlq 93? Nord 3 anc Si(- lianqno Ottomane 801 • Orléan* S 41» Or. Fonc Kgypt. «ni > Orléan* 3 1, 1881 W) Nitrate Rallwny.. 4M • Onert 3 anr.. Central Mining 7:<o

Rio Tinlo MARCHÉ EN Azote fNorvég.). a» Terme Suer. d'FCyp. or. lies

Tabacs Ottomane. 370 » Bakou 23» comptant Caoutchoucs iso comptant rolombla 4««

Rente$ et fonde garantis Crown Mines 190 par l'Etat De Beers ordln.. li»3 3 v Franco Wyoming 940 iîîS asET"» S: lois •« «"» Nfoxlcan Eairle. 108 M T> r, 1»S0 amort.. «8 85 Mexico El Oro 37" 6 >9i» n ̃ Padan* -mi B. du Trésor 1981 phosph Constant <<W H. Tré«. « 19M. 490 Pho«ph' Tiinl». Maroc 4 °; 1914.. :ho Rand Mines. vn 50 Maroc 5 °i 19:8.. 4.» Tuciz» prlv 48.7 50 Crédit Nat. f919.. M* > Tharsls 'ce Crédit Nat. 1990.. 476 • Tttan irm Crédit Kat. 1Bît.joo • Vermlnck im Ht C.X.B. 6 f. i«w 49-; nuanchua 1W 50 C.K.B. 6 «s J. 1955 W3 • Montécatinf 1» 50 Ho'uillér. 6 'n.

Algérie 3 19».. 340 Bruay 9499 lndo-Ch. 3 t, 1BW VU • Cieladi 174» TlinH .1 19C5-07. »H Shell c.rossnyl prlv. sec

Fonde d'Etat Omnium pétrole-.9. W! sAïs^-iïii i- Ff«r:?S Japonais 5 1907 «45 3B '•* Lurette. Sj0 » Mex. 4 or 190-1 MARCHE DES CHANCES Mex. 4 r. or )9'0 IW 75 Londre* 7! r.i' Actions New-Tork r, 4Sô Banq. de France «660 à11*™*11» *S Banque d'Algérie 47» nollande ««50 B. N. créd. lit. eoe *?.• Comptoir d'Esc. 979 S*1'1""1» Cr. C. de France. ffll ttalfe ™*> Cr. F. d'Algérie.. 51» ?Sagn Société Générale. 7« "Jî_ i!2 En 873 xjtjkt m» OE QUE VAUT Nord m» ««̃̃ "*N0 Orléan» 97« • A Londrf» 0 35 Magasins Génér.. g;» A A New-York 0 3* Ouest Capital ou A A Berlin 0950 Ouest Jouissance. 390 A Berne 0 3s Marsein. Créd. 555 A Bruxelles 1 15 Cie Gén. d. Eaux f000 A Rome t X Air comprimé. 1030 A A Madrid O 4S

va

VENTES MOBILIERES Ktud« d8 Ii' J. DSLAUKAZ. boisslar à Dol. LA VENTE IMPORTANTS

DE BESTIAUX ET MAT£RIEL agricole, pour cause de cessation de culture, de Mme ."aocrues BONHOMME, née HALLET. 1 la Pooltler*. en Sot-sur-Couesnoo, cet Ûxé* au Mardi a» septembre et jcmrt suivante. Etude de M' GOUVRION, conunlssalre-prlMur k Mayenne.

VENTE IMPORTAMTC D'UN

MATÉRIEL D'EXPLOITATION FOKESTIÊE£

entreposé k l'Usine POTTIBR (anciens Etablissemente ROOS), rue Volney, il. Maytnru. le DIMANCHE 17 JUIN 1883, à 13 Il. 30, M' OOTJVRION, vendra

TROIS LOCOMOBILES 1« chev., volants 1 m. 60. marques Ruston-Prodor timbrée k 8 kgs Albaret > 1020, timbrée 10 kg* « Société VlersonnalM tell, timbrée IU(i; DEUX CAMIONS A VAPEUR et 9 ramorqnes 4 roue!i Exshaw • l'/JO, remorque grume» à double mouton, dl/ihlo à avant-tralD, slx diables, trois chariots canadiens à grunws, un chariot k roue.% basses, bancs de •c1e.< circulaires à débiter et à déligner marque Jardoa tronçonneuse, affûte\i«e automatique Jardon C, tels « Sector à moteur, moufSe, scie k ruban, bn»«ln tôle Il,900 1., poulie-, transmissions, TROIS GROUPES ELECTROGEXFB avec accessoires, extincteurs d'Incendie, etc.

Au comptant et 10 «Jiai-0 IMMEUBLES A VENDRE OU A LOUER ON DEMANDE A ACHETER de suite dans la région rROPKIITIt, FONDS DU 00MMSR0E INDUSTRIES

quel qu'en soit le ganre et l'Importants CAPITAUX, PRETS HYPOTHÉCAIRE», ASSOCIATION»

Solution rapide. Discrétion absolue

Ber. inter Commercial, 94, rue St-Lazare. Parle if) Etude de Ni* ROBERT, notaire à Combourg. A VENDRE A L'AMIABLE

VII.I.K DE COMBOURG

MAISON D'HABITATION commerce. Jouissance immédiate. S'adreaser au notaire. S310»-0 Etude de Ni, A. ltOT.f.AND, notaire 1 Qulmperl*. A VENDRE A L'AMIABLE

«lu. PROPRIÉTÉ DU CARNOET t l'entrée do la forêt du CarnoFt, en Qulmperlé, en bordure de la rivière.

Jouissance immédiate, S'adresser au notaire. Etude de M» F. LE DILASS-ER. notaire k Uuelgoat (FLnlstcre!.

A VENDRE A L'AMIABLE

Au chef-lieu d'uUELGOAT

UNE MAISON k ui«ge de commercé, tris Une bien située. arec «cune. re-

mise, cour. Jardin et dépendan-

Jouissance Immédiate.

Pour tous renseignements, s'adresser audit LE DILASSER 33186-0 A VENDRE A L'AMIABLE

maison l'en!, vest'iule. salou, «aile a manger, à ciambres, la tout parqueté cuisine, office, «aile de bain», 3 mansardes, chauffage central, servitudes, garage, remtse, buanderie, client), poulail.er toits k lapin», etc. Grand jardlu uot*g*r et fruitier, prairie. Contenance 0.000 mètres. S'adre?*er k M' ItOV ._iio taire a < tiateau-Oontle SUPERBE CHATEAU 7,r"V£c<: A ^rENDRE en Charente. Parc, chasse, pjene, cheptell important*. Prix ôiO.000 franc* comytant. HERIAUD. k Carat (Charente). Mi-Jl Etude de M* GII.LFr. notaire k Baiouge»la-PCrou5«.

A VENDRE

MAISON D'HABITATION

propre au commerce, comprenant cave, rez-dechaussée de 2 pH-ce=>, chambres, liaugar, cellier. BELLE PROPRIETE le 50 maison de maître, bord Tlvlère. beau site. vendre dans la Manche. iJSO.ooo fr.). F.cr. C. O. 98. l'O.Eel. n VENDRE près de Fier»^ie-rorDe, avec ferme 49 hect seul tenant, bons herbages. Pour renseignements et visiter, écrire PREVOST, 1. rue Rollon, ROUEN. 47753-D A VENDRE DE GRÉ A GRÉ SUllE Magnlflque CHATEAU, parc, belle fern.e ion hectares, herbages, 800.000.

YONNE JOUE PROPRIÉTÉ agrément et rapport, 4 h éd., beaux commun!, situation unique, meublée. 70000.

SOMME Bt:U.E V1M.A près Berck. meublée, J0.000.

CALVKDOS SUPERBE PROPRIÉTÉ environs Trouvllle, 3 hért., 95.000.

Pettte INDUSTRIE BOIS-CHARBONS, plein fonctionnement, grosses commandes en cours. Cause santé t5.000,

MERCERIE-BONNETERIE, gros chiffres SÛ.OOQ comptant

ÊPICER'E-PRIMEURS avec meublée, 20.000. PAPIEES PEINTS. VITRERIE, bonne clientèle. 30.000.

Prière aux nombreuses personne* qui m'écrivent de bien spécifier le genre de propriété ou commerce qu'elles désirent et Joindre un timbre pour réponse.

Pour rénttlgMiMikt* et trait«, ̃'adréaétr COQUBUN, 7, rw taln»-Law«M, GAJtH.

Mh I A In IP réalé*. terres premier ordre,

*X 00.000. DUFFOUR, RégUn., CA. Lauraët, par Voadrln (Q«Xi!. 96SM-K CESSIONS DE FONDS DE COMMERCE Etude de M' METAIRIE, notaire à B«uez lïarltie) A VENDRE dau fort canton de la barino Important fond» de commerce

de Quincaillerie. Zlnguarl*, Plembirl* et de Ma. ohtnu agricoles, avec ou sans les locaux ¡Jans lequel 11 t'exploite

S'adresser à oU' TRÈS SERIEUX. MoB»i«ur actif recherchédre, commerce nu neprfeenii'.tloii. Ecrire -aux Iniliales M. T., uueat-iiclalr, LE M.VNS. 601C0 TABAC-CAFE Kace Kaie- t3roi «inïï^- BOULANGERIE uo x lM iulntau:c' beaicoup ttmaisl9 installa-

tion mécanique, jolie ville prù* Paru. Prix 70. m» (compt. a débattre), traiterait sans Intermédiaire. A profiter d'urgence, eau»* maladie. Ecrire MEKI.A, Ouest-Kc 1 a l£. 48888- A CEDER 1 Représentation alimentation groasilto, n JO.OOO net; Boulangerie campagne, 100 qtx. nicun portage Boulangerie 85 qtx camp., faclllt. Charpentes boh en gros Outil. mécan. gr. tact] paiem.; Chaussures, ^i.OOO f. d'af. place petite vl'k; Café-Billard, conv. à (lame ou J. gens; colff. Part. 17.000 t. d'af. s. frais, utoumeu». Locanons. -Lavai AFE-TABAC, viïie~ôuTriereT~Âff. 200.000 fr. Prix: w iO.OOO fr. HENRY, lt>u«st-Eclalr.

IPOUR ACHETER OU VENDRE. fonds de Commerce IMNBUBLES.INOUSTRIk) AOKISSM-VOUS

Agence VIEILLARDCAEN

HOTEL fhamh. Restaurant, belle limonade. ON MENAGE SERIEUX pour DEPOT VINS

Superbe logon,ent. 4 iHOce*. bénétlce &.0V0 traces par Il Il fa ut de :t0.000 fr. UOMS nu TITRAS ACCEfl'iaS. MHHIERK, 1», rue lit Prv- venct, d farts (9'). Aide acqiiircur. W»l-R« TABAC-CAFÉ Sortie duMne 90.0ûoriïniouade~k en"1 U-vr-r avec .TO.OuO eut. S. R.L. Btriot, D«auvlll«. v-»-'» Ydn avec «gooo fr. comptant. *ans concurrence.

3" CREMERIE. aPICBKIK FIXE, affaires importa ni os. Prix 30.000 fr. comptant.

3' HOTEI. à gre» rendement, 100 lits, avec iuim^ul)l(><. av<>c -Joooon francs comptant. Affaire s;>len<1iuV.

41 Apres fortune dans petite station balnéaire, P.ON HOTEL, CAFE ET TABAC, avec immeubles, 1.W0O0 fr., dont "i.OOO fr. comptant.

»• C'AFE-KKSTAUKANT. CHAMBRES MEUBLEES, vue «ur la mer, avec 38.000 tr. cpt. Pressé. MAXXOURY. 17, rue Toulouse. SAINT-MALO. HOTEL plage fréquentée. belle insta'i. 30 charab. rompt. item. 6i).O)0. Danjeu et Flcury, Oranvllla A CEDER CAFE-RESTAURANT nrc* g:irp. ^Qr^ AppAIRF i'<tire«ian^ a vendre, centit ville niiiï. d'Angers.' maça.-in mode avec atelier, fabrique de chapeaux dames, riche clientèle, reforma g« homme Pt deuil-, laissant VA.OPO fr. net par an. Prix JïO.COO fr.

S'adreseer Maison ROBERT, propriétaire so. ru» Béranger, AXOKRS. 6368- SITUATION jour daiu dépôt VINS-AUMENTATIOS, logb. 4 dame ou ménage disposant de 8. S. 1*. 15.000 y. B. 1). X. ou tlnet acceptés voir ensemble.

-IZEAH. riXS EN CHOS, iî, rue des Halles. PARIS J3003-E "hotel-café^rëstâurân HAUTES, quart, gare. A 0CDIR, t. chambre*. Facilités avoir 1-.1 autrei cliiininm. Loyer titiO fr. Prix à débattre 80.000 francs.

HKGn.N. ru? de Gorges A XAXTF.S.98:7 A CEDER r>OxriEX. Affaire'. f.RAXVITJ.E. oos;: A CÉDER PETITE PATISSERIE- Renseignem. UOMIEX, Affaires. Cranvliie. 60»?a A céder dan» Grande VINS SPIRITUEUX t77< Ville ouest Maison VINS ),)en Installée, firme connue. Beaux *j^néf. Px ̃>> iXjO f. av. matér. Banque PETITJIAN, i'.<, rue Montmartre. PARIS.

Maison sérifinae. ancienne et renommée (V GRAINS A GRAINES FOURRA. OGRES en gro~. prendrait pour extension COMMANDITAIRE ou A8S00IE, apport minimum ?00.000. CHIRON. 8, rue Chapeau-Honge, MANTE$.

A OEDER A ANGERS

̃«S«- FONDS DE COMMERCE de fabrication et réparation d'ESSIEUX. Pour tous renseignements et traiter, s'adresser à iM. BOSSE, liquidateur judiciaire. 9, rue de Paris, ANGJEBS. 4g»»-D poulangarl* Drès gde villa, 190 qtx. Cpt pour tralte «S .000 fr. DaniMi et Fleury, Qranvlile.

INDUSTRIES

A VENDRE

Usine de Construction Mécanique Superficie totale environ 1.000 lu. c. dont 1 t» u. e environ couverts, avec force motrice électrique et gros pont-roulant et comprenant un grand hall de Il m. 40 sur 39 m. environ de longueur. Conviendrait p. CONSTRUCTION DE MACHTNE* OUTILS. MACHINES A BOIS. MECANIQUE GENERALE, etc.. NonOj. inachines-outUs lnstaUée*. Cet atelier est en pi. activité, bien dispos* u est situé d uua vtlle Imp du Nord-Ou«st et 11 peut produire ltnméd. ayant péri. ouv. et dlrlg. néces. On dès. le céder p. cause de double emploi. Ecr. 4 M PEGARD, lng. e7, rue Gambetta, à Salnt-Leu (S. et-0 ) 1.194-X ON ACHETERAIT glou ce'. Industries, domaines et propriétés de rapport. (CAPITAUX. Prêts). Ecrire COMPTOIR IiTMOBII.IER, 48. boulevard Voltalre, PARIS Il' A VENDRE A L'AMIABLE^

Par suit» de tUcis

ENTREPRISE DE MENUISERIE avec matériel et installation électrique.

Situés au Mans, rue de l'Eglise St-OUles. n' la. S'adresser A M' MARION, notaire au Mans. A CEDER GARAGE Bon outillage. DOMIEN, rue Couraye, Cranvlll*. «oui A REPRENDRE DE SUITE, PRÈS PUUB FERME-LAITERIE

Comprenant 90 TacZies- extra (place pour ai), chevaux, voitures et tout le matériel. Tout le lait est vendu d'avance 1 tr. 90 rt 1 ir. 30 la litre. Belle tnstallatton. Malsou de maître, grande cour Jardin eau gaz, électricité. Bail il au. On traite avec 7000O francs.

Ecrire i NI. LAOkXLN, M, rue des P*tlte*-Jjcaries, PARIS.. 9S0QS-8 EMPLOIS, DEMANDES ET OFFRES UN UtRIAnUC ouisiniiris. douta* Tta et MIHAOKS de il 'ineilUiat'.t a bous Il, MARI» PAULBT,, 1"I, rue Satntllonoré. Parle (1"). ON DEMANDE REPRÉSENTANTS à la commission, visitant les garages et marchand» d'accessoires d'automoblles, pour spécialités améNe pas sa présenter. Ecrire ment: FRANK J. l'Aï. ?ti. aven. Bosquet, Part» CI'). rlnienté, apte a tous actes. Excelleots appointei ments. Logement assure. -gltO-O HOSPICE de l'Ho*plce wra vacant* la 1" Juillet. OUVRIERS PEINTRES Dt1S:;0tt RIfiAUX. 8AINT-MAI.O. 4WB8-1J res. logements ouvrier*, camtiae. ATELIERS U£ WAGONS Ut) VAL-DK-MAIZE1 ICalvaddj). 4>:0l-Ll HOTEL DE LA POSTE, DOMPRONT (Ornt! on uEMANDKfEMME DE CHAMBRE Bonne» référen ces ._K i pn payée. tjHÎ-L) DESSINATEUR ayant sérieuse pratique cfiarpent* métallique est ui :.i At«ll*fs Rimer.) Ang»rs. nCrnuOLli de cuir», ponr vislîfr Cafés-re«tauran.s, é-plc«rie«. Vltr», Filières Rennes. Saint-Malo- Ecrire OuesvEclair, F3T3^1'r^^n'ri^n| ohM soi par corr««p. îtit. W*J*ly£mj*J M. GABRIEL P. CI, «vr*u* ivl-s stabv. S'uilr. M. 1.A1LLET. Imprimeur, >'ltr<. ̃-llit* MK'IETK DG CHARBONNAGE 1 la HayeVUTAVaCUnO clCT5 Grainetiers, Quincaillier!, Hongreur», etc. t'orte; remise» offerte» par LE PIASMOCfi_NE.IaJn_!L.-l.). chefDe chantier FEl'R mécanicien pour conduire locomobile Scieur., Manœiivrfs. Charretiers, Bûcheron» sont demandés. Ecr. Exploitation For4t Pail, Avorton. CLERC C

M1 VERON, notaire a EtapU* (l».-d*-C.), prts ParlvPlag* (ligne Pari%-Calais), demande ua bon liquidateur et un clerc sachant taire tous actes courants Logement assuré. Très bons appointemenu. Indiquer détail, 'laie, B1I1O DOOTIUR PRINAULT, LÂToLE (orne)

DEMANDE MENAGE il£il(>& CHARPENTÎERS On domande de suite et une bonne Equipe d'Ouvrltr» Oharpsntlor*, muni. de sérleuw* réf*rances. Bon% salalres. Voyage rembourse apte un mois. S'adretMr t M M.\ILLET. chef de chantier, HOTEL OE L'EPEE, gulfu- p«r (Finistère'. 4770S-O VALET Du OMAMSRi ou EtMME on OHAMtM e*t dom. à L'HOTJU, DZ BJUTTAGNa. IKMEbbb.


LesllSINES HOliEkllTEitlE

invitent tout Paris à Visiter les immenses agrandissements de leurs 4 grandes Maisons de Vente à Paris. TBANBrORMATION BT

125,RueLecourbe (xv«). *«*-».<.• «</•<»«»» 29, Rnedn Buisson-SI-Louis

74, Rue de la Roquette (Xi«). > «»"u* 1 29, Bonl"de la.Villette (X«). «*• uutnut

M. Seuls nous maintenons nos prix. il. Nous voulons que chacun puisse posséder Marque dépotée le Véritable Lit National. "loB iâ loU LIT NATIONAL N8 Abu LIT NATIONAL N' 1

L. LIT, LIT TOUT CUIVRE

carrés. barreaux

Lt méme.viin l70lr. IUU LIT NATIONAL N° 56"

Le LIT. largeur 1-25 00Qfr OQ1' COMPLET awc literie bonne qualité. COQ

COUVERTURE

alfarlanne laine.

COUVRE-PIEDS CQlr.

MATELAS IHalNlcmti faibl:. 1 profiler 4« i«lu. V' 14. Mélsuge Inlna blanche et gris @vue cria tampico, coutil balle qualité.

Si) 90 100 US 1» HO 95 115 135 155 175 .195 A bonrrfl*!». 1» fr dn simplement.

Tous ces Articles sont vendus 30 °/ au-dessous des cours. Pressez-vous, venez vite faire votre choix Il

Une Couverture est offerte aux Acheteurs avant midi. La quantité étant limitée, cette grande Vente réclame ne durera que20 jours. Toutes nos marchandises sont livrées gratuitement par'no-- autos dans Paria et la Banlieue et expédiées franco de port et d'emballage dans toute la France continentale.

Envoyez-nous votre adresse, vous recevrez gratuitement notre nouveau Catalogue illustré en couleurs avec la Liste des articles soldés.

SITUATION LIBÉRALE

de 16 t SuOi-v a\ pur an. dont 8.000 Ir. d* n.v, puui direction départementale assurances, tous rl*q.ue», •n «fierté a Meneur* acill*. honorables, ayant apport Si.oou tr. un accepte agent» dans cti. canton et courtier» appointe*, Si fr. tue par Jour et lorn. cgmmluluu!) S adresser ou écrire a MiM. LION el THOMASSON. J n^ix.-t t Uivta.. AS- Uaca»..Vante», ON de l'auieubîeniïnt et uri^He. N'OL'Vlil.LES GA LBrtlES, CAtN. __i»W0 SECOND PREPARATEUR muni de vfrltuses Ktérencts. t?t demande. S'ad. à la Orandt Pharmacie Central» d« galnt-Malo. JEUNES FILLES "<̃ sur »~»ctVlSSl'Z Al NI., Gianviik. Jii7j:-b /groupa fabricant* dent. Fiance, Col., Er., bons w Rapréunt >;cr. ftev-e 10 r. Baudin. arli Mj VOYAGEUR tacuaul wndul.e auto est <iearticle mfcuatrc Fixe, Irais de route et comnilstlan. VISSCZAINE. Oranvllle. _i-ïi-:i il »»u» cherchai Agença Pr. Information, J-j, rue St-Augugtin. Parti QX DEMANDE VOYAQEURS Ên"~CH AUSSUBIS pour Bretagne *i Nomiamlii: ̃en i iirej. SOVLIEK. chau»surc> en cru». Mmtimon lAlllerj. EMPLOYE DE BUREAU J*tï»îT« cak-Lla.it Ui'ti. ù.niande pur ETABLISSEMENTS Charla» DAY61, t'uMHplT.i.i I.n-Vil., CW«1 ON_DEMANDE ™«!» dlrlg ateiler c^ï dcniandé* Ecrire pour convo- cation et rénv.Mjrnciiients a Maison LES F-LS nE KOÏEK LAROCHE it Cte, LE MASS. Très sérieuse- l-eférfnres ASIJB-D CHAUFFEUR est u, mande l.EBREV. a Plerguer l!If-et-Yllaiiig i.ljA-U BON OUVRIERTYPOGRAPHE LWn au courant il>x trav;in.\ de vlllc, célibauilre, est ilfiuandé a l'Impriroerif de la Galette Ct I Oltc. a COMrMEliXi: (OiH;

ON DEMANDE un Jeunr nmnne sacliam fc"-mlt"l/fcal.er t bicyclette pour tain* lv» coi.rsts Se prtsontor aux Grand?sl"j Saxt-Peiny. Rennes.

CHAUFFEUR voulaul «PPremli-e coininerce et faire voyageur

entuliy e.;t Amande. Vi^suialiif. Oranvlllg. VOYAGEUR amande pour BRETAGNE et .noR^^VDIE. bien au courant de la branche Acieu. Urne!. Meules, petit outillap, pour visiter clientèle Industrielle. FRAIS LE ROUTE ET COMMISSION, tndlguer rétlrence« de Tendeur. Errlrp galuxd et Cle, s?' rue Lafarflte. PARIS. 1195-F. ON OFFRE k Mt54l<'ur» ou Dame» actifs dêbroalllaM». quelque» poste»

vacant» dani Représentation facile sans connais. «Péclalei. Mise au courant (rraluiie. Gain Immed. Se préaent vendredi, ne 10 h. tnldl. M. Benard. Rfr«t«nrant rrnlyer?, s 1^ av de la Gare REXXES LA COMPAGNfÉTRANÇAISE lie L'AFRIQUE OCCIDENTALE engage peur s.^ Comptoir* d'Afrique, jeunet Fiançais de 50 ii ans libère» obl:gatloni militaires, de préférence onnam. comptabilité partie double et anglais. rrflr*' Conh 3», MAiRSEILLE.

AJUSTEUR ^"ùERlOi pour «aMVilen luonuUOI UUil Icur uii,ie_ IIavaj| assuré, lûu-

tllu de >e pr(s«iitci' saus rdértiats sérieuses. tEalu* succursale au Liji-iI Oe la iu*r, est <iemuiMl(r » acl»e«ej Malwjii I.IXaUVAUKR KlCUAOUU'i h|>lcerle ue cliulx AVKA.N'CHES. 43T7ao-L) BELLE SITUATIONdes <l«paiteuiciits de l'Oueït pax Tuyaiteurs d'6y1ierl«i et vins e-n ifros. sérieux, actifs, i-omims aux uïaltct, bien lauudults tlieatcle ileiail. lnftruclon K'eneiule, compiahiliit. lies sérlrusen it;=deuiaaiè-, IMLnl° par fabriquo de baials. SoROHO..ti.

iue_d'Anv«i>, Lavul PLOMBIERS, ZINGUEURS, PARFUMERIE FINE

ay. iuod<i:«& haute *ouTeautê fr</«, vente, diiuandc U>ii voyageur a la commis. Bi-etagne, NormauJlf. rue Bordeaux ON DEM. OUVRIER CHARRON Eons gages, nourri et couché. S'edres. x M. THO MAS, charron HOtel du Lion d'Or il"BON EMPLOYÉ~ÊTTdTMANDÉ QiiIncailUrle Lettr.cchal, CI StSEVER Cnlvadû-) OUVRIERS CUSTAVE MARIE au Meynl'Hïrman, par Sa'.niSaruson-tle-Bonfosie i.Mancbe'. ïZlïi-U DE CHAIS SIX, Vins, Salnt-Brlo-en-Oogl&i jT^i-B 1 PEINTRE Es" VOITURES est demundé. rra. vall assuré C.\RROS?ERIE LE BASTARD, 50. me Armand-Carri-1, liOUEX ON DEMANDE UN 8'ON OUVRIER connaissant a fond réparations automoGlle et inLse au point. ltN OUVRIER ELB0TRI0IIN pour l'automobile et réparations accu??.

_O ARAOE _L'ti"A s. P'NAN »:otes-ilu-Xord). CJgJi BELLE SITUATION S5SiiaSiS2ti a au courant du commerce disposant de *S(K/O francs pour ?aran le. SITUATION DE M.G00 FR. PAR W Agences et lrtermédtatres a'abstenlr. Ecrlre M GEOEUA. ouesi-i:c:air ir,X-D COUPEUSES <ou(ujicrin pour 1 atelier vgarçounet, dame et miette) sont rtema.'iuècs. Bonneteria tte l'Oatst. 8t. r. de Dlnan HOTEL ttLLEVUE, £tables (C6tes du-Nordi DFM FILLES UE SALLE et PLONQIUSIL HOM'MF IK>ur Mrv>cï Intérieur et q«elauf< nwmnik travaux rt'extériîur e«t demande Rôf^renct' M_ OjESCOQS plomb par Arranehr*. HftMMF °" FÊMM* pour nettoyage et courHOMME M, est demandé par pùarma-io fjO IRIER. rue Châlals. REXXF.S. Ci8<? nA ftP/^MC DE CHAMBRE ET DE S.\LLE Font detimfle* de saltr à l'HOTEI-

nr CHEVAL BLAXC. A VIRE. Cîvi-D LIQUIDATEUR M- ÎIEIOX.Oi. notaire LIQUIDATEUR. Situation satble. Bons appointent.

48 ANNÉES DE PRATIQUE CIDRES PRODUITS CONFORMES AUX LOIS

POUDR^PrXTE vêtante et AUTWlSJyMR^/wiiNiay te ET ^aCiPRJEW M)

RENFORCE LBS COUPAGES

4 fr. lé paquet Pour 1 tonaeau de 12 t 14 H'. La PANACÉE DES CIDRES N' 1 Préserve et ouirit lac 0ldta de Graisse. Pousse, Noire lut ment. Verdlasemeat, M»uvais Goût.

12 tr. la dose pour il IL- 8 ir. 60 pour e H* La PANACÉE DES CIDRES Ne 2 Adeusit IN CIDRES DuRi et M» read BUVA. tLII, tupprlm* l'Acidité et le Goût Alirre 1 fr. 60 la dote pour SI 3 Heet

LE CONSERVATEUR A. GATÉ Conserve les Oldrea Oeui et tuoréa, Olalra et pétillants, et la* empaoh* de durelr. 8 fr. la dose pour 19 H': 4 Ir. 60 pour « H' CLARIFIANT GATE

Pour Oldraa TROUILtf ou Mal Parmantai 6 tr. 60 la dwe pour il H*; 3 fr. 60 pour « H* Les PRODUITB OIDRIOOLES CATC se trouvent dans la plus granae partie des Pharmacies de Normandie U de Rretagne. Bien exiger le cachet Bleu et Or et la Marque i Soltll Sur Tonneau

Si tous ne les trouver pas. écrirez a PRODUIT! OIDRI0OLB8 OATt, I. OALI> OHERE. successeur, à SAINT-LO, et vous m recevrer franco.

REFUSRZ LES IMITATIONS

HÉRESdeFAMlliE ngouissez-vous.fe POUODt tHEGME détnjit ratiiulemj«lesPOUXitlolUnKcn5mnmes.PràâSO deux oilvrlCTi de «cterle pour pouvoir faire marcher scierie à ruban et scie circulaire sont deman dét S'adr. de suite a Léon FEUILLET, Scierie, a T1XCHEBR.AÏ (Orne). 3O8tT-C me») rour l'équipement; V Des OUVRIERES A DOMICILE pour l'habillement; »• Des MÊCAMCIEN- .NIES pour travail en usine (habillement). Se présenter aux EtablUsemrntt DAISAT. 44. boulevard Chéry RE.NXES. 6^3 AI A UrC II V/PPQ sont Jemaaaeï déduite hICOAMIPIFM ï>our entretien d'usine, conmeuv la Ford, est rtemandé. Logement fourni, liavaU assuré. S'adresser au journal. tt:ii-11 MANUFACTIURE VOITURES Ohûteau-Oontlar, dem. bonj LimeursAjusteur$, Charron*. Travail assuré. Bo» salaire. Logeuiem pour ouvriers mariés.

I S'adresser au bureau du JoUrnal. 6&5-D D J E U N K UiTlDI UC lia >i aii:, t»t demandé JEUNE pour soigner cheval, netloyer auto, âo francs pour commencer. S'adiess^r I .1. FOmt K. Ker Jartré, en Arradon CLERC actes courants dem. place prefércn<;e wU^nv Bretaçne. S'adr. Ouwt-Eelan ^;<i6T-D

MTcfrAMûTTER^rsor^rpa^: S'adresser Il l'OueM-Eclalr. 0i3<-D JEUNE HOMME 24 ttus. sérieux, très Initruit (bacc, brev. sup.) demande place. S'adre<. a l'Ouest^Eclalr. 3KB7-C PHARMACIE "««PLAÇANT, excellentes Jl'IX. THBI8, Noyant-Mton 6J47-D Dame au cour' comm. dem. Gérance ou emploi i>' saison Dinard ou env. S'ad, )im. Le Man. demande emploi lingère, surveillante, écriture. S'adresser S'adresser 1.773. k rOuft-Eclalr, LE MANS. 6ttl? Cmpleya Quinaalllltr. Bon. référ.. dem. situation S'adr. Flore. 6C6VD PARTIE Comptable demande situation «table. Bonne. référencer Ecr're au bureau de a««;-C ALIMENTATION

LIQUEUR BOUCHINOT Crando Llquour cie Flne Champagne LA PLUS HYGIENIQUE. t.A PI IS D1OEST1VK. Att RIVIERE, iAINT-MEENLE.QRAND [l..at*VII | AUTOMOBILES

CAMIONNETTE J.C.B, BERLIET \.mO kg état iiiecaiii-iue très' peu usagé. Affaire l'neiise. li.oou lianes-.

Garage RIOL'. Carhaii.

CARROSSERIE D'OCCASIU-N conduite inte">n é!al. Bas prix. SIMON* Frère», Cherbourg. ffcliwni. éta, f 1 i MU Tawtl, Lannlon. A VENDRE SIGMA 8( HP' «yundres ̃ua relie. Ej.r 88. rue des Fontaine». Morlaix. hpi AGE D. E- Il up- torpéJo, état neuf. C. O. 90 HP, torpédo, très bon état.

Double emploi. M. BIGOT, Î3. -avenue I-éoti- Hollée. LE 008: A vendre REMORQUE il.JOO k,. 3 roues, bandas- n nrnU, S'atir. Publicité Y. Bourgeols. XAVTB< I /UIHMlI Prix InUrcttant*. O. AUMONT, 80, rue Montoise. LE MANS

Que restera-t-il de.

vos belles randonnées si vous n'emportez pas un "Kodak"

Vous ne renconterez jamais deux sujets identiques

PfillIPr» Laen-Bollae 13 UP. 19», éclair, d4mar. 16.500 ff. SIMONOT. 48, rue Hoche, LE MANS. entièrement remis 3 neuf. A vendre cause double emploi. S'adresser AJLL&KY. t5, rue de Brlssac, ANQERS. 4W46-D A \1 E N D R F cause double emy-ul FIAT «i. Il uni. M.a_ pu(;u Jumele ù farrure. S'uOj'esior a lOuett-SclaU: V27W-D l>nnfiF Cond. lntér. bon état, a vendre ou échanger contre votturt 10-12 HP. S'ad.<ess<-r X' 1T76. 1 ouest-Etlatr, LE MANS. fie DION BOUTON, Torpédo 10 HP, i'JS.i, neuve A CEDER cauw de santé. Ecrire AGENCE FOURRIER, Nantaa, nui transmettra. iWij CITROEN Conduite Intérieure, 3-3 places, parfait état, tous estais. ̃ REVE1LI.UX. 1-3, rue Gambetta. _CHERBo.URlî SU IS ÀCH ETËU R C AM'ÎÔNN ETTE V. offre» JLEKOY. Eouyhfr. Cranville lMuik-Iw. ÂV/FnlDRF fORD. av--c trrûhd coffre arriére, ikiiunk (,11(5, at martlie. Prix lnie.lv jiaju. S adrï-r n" 1.775 uuest-E'Ia'.r, LE .MANS. ùulltt FORD l' éclair., dc-iuanr. èa-clr.. soiwiiw tant d'usine. Garauti Cause Uoubw emploi. j>'adres«r à l'Ouest-EcIalr. IWSïi pamionnaga. Currcsp. ch. fer gde Ile. \et à piac iOCjU. fond, avant. Danjou el Fleury, Cran»illa POUR ffilIQF J" ••aiiLrii île cuiumrrce. \jnuot. a TetlJre> camionnette Corre-la-Lkoine :s HP. l.ô'JO kllogs. ruu*» Jumelées complètement FORD IWJ. 5 roues amovibles en parfait état de marche. S'adresser ̃Mme UOL'AXXE, a Sulnt-IXi. ECHANGERAIS contre vottutette tiol* plores. bon état. S'adresser correspondant Ouest-Eclair, Qulmperk*. C36a-D CHEVAUX-VOÎTURES

A VENDRE VOITURES S'a-lr. N' 1.T49. l'uuest-Iùialr LF. MANS. m» A UFNHRF ou partlAt'dage seul on il deux.

S'adresser au bureau du journal. :r.'ï.tC AVIS DIVERS

GRANDE SCIE aianit" Erocwrl» Loull Oberthur, RENNES. OCCASION ÉTAT NEW (traînes; BAi;<:>TEl."SE 0J) et iw le.: DEUAI'CHISSEliSE. mortalseuie, scie cire, à diailoi et à tnb:<; Inclinable, prrquetouse 3 face», moteur essence p. ba:eau.t S oi e HP. aie^s.. chaiiK de nrarclie, hélice. etc.. tr. bns pr. TiUt. av. de Gisant. 8 Ms. Santés. tjA vUli Bifan1' non sllicme. Po?tnl m k'i vu fC0 ,nutPS cures coin, «rnb1 28 Ir. D. CEORC6S, n 8alon-de-PrOvence 'P.-iIii-R.I. FILATURE DU NORD .VADURET LILLE def LA1I\l!S InllUlLn ie kiio Franco par 4 kilos, Expédit. garantit? l'r retour A X/FMDRF CANOT automobile de course, très »fc«fc»nii belle coup, moteur 13 HP, vitesse is nœuds, peut faire remorquage.

S'ailre'ser au Journal. 4771 1-D EOQLE DU QUHOtlN

LOCATION UF MACHIN» « "i'RIRF RCMINOTON SUPER

BENNE» ̃̃» RHF lut H I F Sll IN < HENNE» VENDRE MOTEUR NATIONAL, vertical. 1-' HP, état neuf S'adresser QL'EVEHT, Trtmttiay. CAPITAUX a p'ai-p'r sur hypothèque. RRCn'. w :<->. rovitt- de Lorlfnt. Hanns» 'Télipli.: 1 NI UEMORRbmES-CONSfÏPATIOIJ uuBSiSo.N RADICALE: par traitf-mf.nt ION ̃n«»l netiot aipllaatlvt evntra 0«

Ecrit* ION, Od. pnarmaolt da France, OINAN

SENSATIONNEL»

AU COMPTOIR DES 8TOOKB

224, r. Championnet. Nord-Sud Marc.-Baiajj. Litr fer anglais et amer.. 1 et S pers., dap, 25 fr. Matelas, 35 fr. Draps lit anglais, blanc, dep. 10 fr- Lit de camp pour la campagne, s'emp. t1 la main 25 fr. Brancart pouv. servir de lit de camp neuf 12 fr. 50. Peignoirs Min, tissu éponge avec manche, 12 fr. 50. Oouv«i» tura» dep. 5 fr. 50. Ohauasettea, dep. 1 fr. b0. caleçons ou gileta, i fr. OuMInier* SB O. Enveloppes d'oreiller, 2 fr. 95. lmp«rnktaM*B, 1U fer. et quant, d'autres articles. Catatogu* sur deur. Verne au détail. Succura., 10 m» Caulainoourt. Métro Place Clichy et 104, m» Xt-Charles Nouv. Marché. Métro Beaugr»» iicIIh. Achat oompt' de t· articles hors cours. RATTâPFe" "ûuAKbu.N SPECIAL bien mota» BATTAGES. cher qiltf la oiiquett*. S'adter4* L s y -h}± e- (*nar|jo" aww NÉGOCllNf DEMANDÉ ASSOCIÉ iil?tiosalit ilr ICO.<«' A l^U.tw 11'. S'aU. l'O.-E. t-î&ti-U A VENDRE A GAZ PAUVRE ,.Ioder ne HP. parlait

élat. visible t'i marelle. S'adresser TROUIXrLA.HI). ̃•̃ Cultde 'M.-et-L.i. ;-J66fr-I> A VENDRE PAPIERS PEINTS

t)epuia 0 Ir. 6u le roi. au. l.e [.lus jrianil \lbuin il provinr» LA b.KCURATloN At' FOYER, i, -ue du Poplncoun. PARIS (14») ll«3-> SAHLE DE LUInt TOmbere.iox. ENTREPRISE CHARNET

N'ANTES. 'J. Mue Hermitage. NANTES H1£N Vi U Saitit-Lunaire (llle-et-V.J. LE MAIRE dTbégard 'ïitx*. caii-'n Lit renirepri<« du Service du Corbillard cutnmuoa! pour au» aura li^u ,1 la mairie de 6égarl le VENDREDI -3 JI'I l'J«. i » heures. On peut prendre connaissance du cahier Je» charges to'.i- les -our» ouvrable», au Secrétariat de la Mtlri». C2W-B lamoj de parquet, en bon état. Vlslb!e en inarcJi^ Etablisv-tuems A VENDRE CHIENNE SETTER VCnU CLE. tnarbon. 1 reebaud à gaz. deux Hou» tour, un fourneau a cUarbon de bois. ti-o.3 lions le tout en très boit état, garanti. S'adresjtr a l'uuestjVlalr. i**fil ON r>PM achitcr HIL DE F»b barbelé. »io^- UU.<>AL. naapordon ii-.bJ-ti partie ferait u dcutHianis prix au-oe&sous ùes «.̃ours, a'airesier uutit-Eclair. WÏS8-D phleiin» Policier* Matlnolb dressée Ohlmna ci; chasse A VEXHRE. S'sdr. à l'O.-Eclalr. 30UO-C SOMMES ACHETEURS MOTEUR courant continu '̃̃> volt>. -J HP environ. Faire offres l SISES VERITABLE OCCASION

P' acquérir Fromagarl* Important* an NarmanO* ON CHERCHE AMOOI« •»« fr. simple conti-olo. Fir. Chenu, 34. r. Paul-Polrler, Cranville. gjfrl-D INDUSTRIE UAVENIR Grande tille .de pleine »ploit.itlon. daman* OOMMAMDITAim au ASaOQlB. Sadre'ser au Journal. ft'30-P PIROU k Renne* UHCTMBDAIkLI a|«uraa •». ̃ Bann. A *>"«»>•


Rhumatismes

Gravelle

Calculs

Névralgies

ScialiQU*

Artério*ScUras* j Obésité I Aigreurs

fHBODONM. réalise une vérttabie eaignte uriqoe (acidt urlqafc «MA HOU EufilM Çtwteltln. • M».. rue VtlcnrtenDf». Puis Le j, Ucon «.» tnsco lotr. M; Il im a rnxeo «o Crus*. ? Awun «un»

mure remflntir»ffiinil

-• qa menait. «ue foiMti » rw pr««»» de» ï «flueuri et tu au (a poult«_

Ne crains rien avec quelque» cuWtti*» fURQDOSAL, cela passera tout seul j=.

et la Goutte ̃

r Administré è l'occasfon dea poussées aiguës dans la goutte, l'ORODONAÏ»' n'a aucun retentissement fâcheux, comme les salicylates, rien des effets dangereux, redoutables parfois, du colchique et de la colchidine. Les douleurs perdent rapidement de leur acuité, et la durée même de la poussée est parfois très notablement abrégée. • -̃xjL Ir P. Mono.

dM'bûpittDziU U mirlae et d*i colonie* • J'ai fait faire des analyses comparatives avant te traitement et.$pV.ès..par un pharmacien de non. hôpital; pu constater les. bons effets de l'yvodonaL ». u, JoMT< MtdBCUMIbal «• I-DAOIÙI IBUlUlM 0» «M. S

OtALIROU. Ahérlo-SdêroM. &né- mte, Dermatoses, Maladies de U femme, ArthritUme, Cardiopathie*. L'étui f=° 6,50, les 3 f 18fr. LINYOOL. Baume calmant. Rhum»- j tlsmes, Goutte. Lumbago, Névralgies. La botte po 5 fr. 50. les 3 f» 15 ÎT. j

[ Le PETIT ECHO h u IODE LE PLUS GRAND JOURNAL DE MODES ̃> LE MOINS CHER

PAGES I «ont 1 8 grand format

A cella de noa nouvelles lectrice* qui n'ont pu b début des deux romans en cour* de publication » Lùormem Albani, de Pcml Boarget, et En taivant !'Etoila, de Fioreacm Barclay, nous enverront le* cinq numéro* contenant le début d8 ees deux roman* contre 1 franc en timbres. Ecrire a M. le Directeur du Petit Echo", 1, rue r.f,.CT| Pari, (XIVe). Abonnement d'un en 12 fr.

25

centimes

LIQUIDATION DE STOCKS

par le STOCK-OFFICE, 315, Rue de Belleville, PARIS' 1

TABLE PLIANTE pour le jardin 98x43, chêne 8 tr. et hêtre.

LIT

style rustique

1 place, eu bols des Landes OC f. vernI pltcUpln (O.78x5T). Le Hinmlir spécial hygiénique t mailles galvanisées. 10 fr. Le mania. u tr. Le traxrsln tfr.

EXTINCTEUR JE* D'IHCEHDIE 43 9 marque

LE NATIONAL n# 1 10 litres

(Valeur 98 francs)

livré avec charges. frarantl neuf, plomb dorlfrlne.

LIT AMERICAIN

35 Ff

en ter, pieds repliant», sommler adhèrent (0.75 xieo), peint en noir ou rrla.

Btehe acier extra ptxlti emmancheo "r. PeUe-bteh* emmanchée.. 3 fa> pioche (0S5) emmanchée, qualité extra 6 fr. Plooha vigneronne (loug. 0.0), sans manche tr. Porte. de volière (0.7U v 1.90». mailles galvanisées de i?> »,™ renforcées {milliard. 10fr. Cuvette pliante tolle caoutchouVitrage armé translucide (targeur 155) le m. (val. 4 f. 1.60

TABLE DE BUREAU 1

en ohênt humII, clr6, avec 1 tiroir, 1.10x0.74. haut. 0.74 Valeur

150 t 7Q fr.

LIT DEUX PLACES

Hêtr»

ciré maMll 59 *̃

(largeur 1.S0). avec le eommler ressorts (valeur SuO francs). Le mlme en platane dur, poil et ciré acajou 79 fr. LITERIE, OUTILLAGE

ARTIOLE6 DE MENAGE, etc, la tout vendu de 60 à 76 b au-dessous des prix du commerce.

Port dû. HATEZ-VOUS AVANT L'EPUISE'MENT DES STOCKS. Arrhes à la commande. L CATALOGUE ILLUSTRE N' 101 DE NOS STOCKS SUR DEMANDE. J

Fermé le MERCREDI, Métro Lilas. Ouvert le DIMANCHE.

CYCLISTES 1. QVsitez pas

commandez Immé diatement votre

ROUTE COURSE DAME (Brasé ou autogène au choix).

CRÉDIT AU PRIX DU COMPTANT ROUTIERE: 3 9 5" RECLAME 21 Sous par Jour

10 MOIS DE CREDIT

Expédition rapide. Garantie 3 ans. Demandez catalogue et conditions. CREDIT COMMERCIAL DU CYCLE ET DE L'AUTOMOBILE 81, rue Brunel PARIS (17«).

auBSff Est toléré par tout les

H débilité».

Dam toutes pharmacie».

Siège Social:

3, me Mopdor, ParU

va_

SEUL PRODUIT GARANTISSANT 1» IMPUISSANCE I5(r.Trf« nuMda •• 1S.S0 ("u

••nnt*i Ode Phie de la Cari et rtit bennn PhlM

BONNES MONTRES BRÂÏDNMP^ÏÎÂYlO«rD'SnRUKnE 1», Rue de B«llort, BBUUICON (Doub.1.

ONGUENT ROULL

cicatrise et caille

Plaies varlqueum, Hémorroïde* démangeaisons. Toutes Pharmacies 3 francs, et OLAWREUL, Pb'" Alenpon.

TUBERCULEUX,00^1.? Et base d'ELIXIR DUPEtnOUX Il, autan DECUQ Ullitur au Bort.Siutiur i A /W (Tarn), atteint depuis six mois d'une bronchite algue tuberculeuse au 2~ degré avec crachements de sung, douleurs aiguës il l'omoplate droite, fatigue à la marche et au ri:veil, essoufflement, soulagé en trols mois. guéri en onze mois (44 mars 192!) et définitive ment comme on fait foi l'attestation du ÎB décembre 19Ï1; H–Amêlit PICHET, 11, rut Montbrun, Paris (M*«rr'), atteinte depuis deux ans de tuberculose pulmonaire avec crache'ments de sang, amaigrissement, douleurs thoraciques, fièvre légère, guérie en 18 mois (en août 1910) et dOfinitivement comme en fait foi l'attestation du 17 décembre 1921; M" BAZIRE, t Turritot, par ûonn«ri/(«-/i-lKl»»t (S»in«-/nf»rieur*), atteinte depuis cinq mois de tuberculose pulmonaire avec très forte fièvre, sueurs nocturnes très abondantes, quintes de toux douloureuses, amaigrissement de 16 Jtilogs, épuisement interdisant tout travail, améliorée en trois semaines, guérie en quatre mois. a repris ses forces, son embonpoint, peut travailler, comme on fait foi l'attestation du Mdecembre.iMl; M. attiré CHAUVIN, i Dongnin, prés Douai (Nord), atteint depuis cinq ans de tuberculose pulmonaire à la suite de 40 années de travail dans la mine, avec vomissements de sang, impossibilité de rester au lit, les étouffements l'obligeant 1 dormir dans un fauteuil, ennure des jambes, abondants crachats verts et jaunes, amélioré en 3 mois, guéri en onze mois (novembre IDlxi et di'-Snilivement comme en fait foi l'attestation du 7 janvier 19Î3; W" Germain. ROBERT, 23. rue Bohlaitu. à Pantin (Seine!. atteinte depuis un an de congestion pulmonalre tuberculeuse avec forte lièvre continue, crachements de sang, exténuation des forces, améliorée en tiois mois, guérie en dit mois (ddcemlue 1915) et définitivement comme en fait fol l'attestation du 7 janvier 1993; Il'' PONTET. 14, mUnoii, Paris (15' trr>), atteinte depuis 14 mois de lésions tuberculeuses pulmonaires constatées à la radiographie à l'hôpital Boucicaut, avec affaiblissement, crachats sanglants, pomts de côtés, amaigrissement, un peu de fièvre, améliorée dès le début du traitement, guérle en six mois (JulllcU918) et définitivement comme en faltfo! l'attestation du 11 Janvlerl92S. LeD' Dupbyroux, 5 Sauarede Messine.Pari». envoie grotisetlranco, aaraemande.BaMéthodeNouTelle de Traitement d– Tubrcnlomem avec un questionnaire pour Conaultmiiont Gratuites par correspondance. Il «xpedia à domicile, par poste, un grand flacon d'ElixirDtrMYnotJXoontreli fr.en mnndst-oarte. Conaultatfons.B.Sc/uaredeMessine.Pans.touales jours, non fériés, de !0 h. a Il h. et de U b. a 16 h.

BLANCHISSERIE et TEINTURERIE de Bretagne et de Normandie Société Anon. au Capital de 807.500 fr. Siège social 27 et 29, r. du Mail, Rennes EMISSION DE 700 OBLIGATIONS hypothécaires de 500 Francs Rapportant par an 7 net de tous Impôts présents et futurs. (Emission autorisée par délibération de l'Assemble Générale du 19 Afars 1923.

Prix d'émission 495 Francs Payables la souscription.

JOUISSANCE 1" JUILLET 1923. Les souscriptions sont reçues dès maintenant au siège social de la Société. 27 et 29, rue du rlail, RENNES.

Une ristourne d'intérêt sera faite aux souscripteurs pour le temps qui s'écoulera entre le versement et le l'r juillet 1923.

fclT ÛÂA S<w»- Vêtement PERIODIQUE

K. MACHINES OUTILS à travailler le Bois

Neuves et d'Occasion MACHINES COMBINÉES

pour la petite Industrie

(MENUISIERS. CHARDONS, EBENISTES) MOTEURS DE TOUTES MARQUES Dynamos et moteurs électriques

Ecrtre il

OUEST OMNIUM COMMERCIAL COMBOURG (l.-et-V.)

Migraine après les Repas signifie mauvais foncticnnement des organes de la digestion.

UNE PILULE DEHAUT prise tous les deux jours à l'un des repas, rendra leur fonctionnement normal à ces organes et vous délivrerades Migraine*, Congestions, Etourdlasements, Constipation, qui sont les pénibles conséquences d'une mauvaise digestion.

Demander la brochure cxplicalltle j 147. Faubourg Saint-Venls. Taris

Le Gérant, Fa. Rallier 3

MANTES, 10, rue Lafayette, NAMTES. Mon ple PARIS, rue Réum»

Jeudi 7, Vendredi 8, Samedi 9 Juin TOILETTES d'ÉTÉ Agrandissements Considérables de tous nos Rayons Pendant ces 3 jour», nos clientes sont sûres de se procurer les articles annoncé».

IdflDE dame, crépella enton IKUDt très belle [qualité teinte»

TUME beau tennis et lainage blanc pur. IIC» laine, jaquette doublée. B I Wi" Le même pour jeune tille 105.» Ulwlfccarr. noirs et blanct, uarocain laine teintes unies jaquette doublée 93'" Le même our jeune fille 65. i» fait en teintes Le même pour jenne tille. 5O.» ROBES fillette crepella coton raye ROBES teintes claires an. 5 il 7 ans 8 à 10 ans 11 à 13 au. 16.» 20.» 24.» 28.» ROBES miette mousseline pur» lune Et) roleretta plissée !ant. ru;rts pois 3 il 4 au. 5.1 7 ans 8 MÛ an» IliDioi 28. 20.1» 33.» 37.» COLLET marabout double, se fait et naturel ̃ âC^.5C [ÏAoAUUll*v manchet longues, col transformable, en jersey '^̃V vv de soie, belle qualité <J g m/S PEIGNOIRS manche. longues en apprêt luine. belle qualité. BES tricot pure laiue, cotes souplm, noir rouille. Jordan, ebamoia, pu. Eiccp.

Combinaisons en beau coton 4 A Richelieu Mb DRAPS deRonraWsqualil* La Drap IStSD

1 BAS mousseline. noir, du 35 aa 4t.. 0-91 ifiicc belle qualité rouge, or ou bleu IB.5O l4.6cT 130V1JI)

11.50

pure laine, teintes mode, 'jaquette oaise. Exceptionnel I M& Le même puur jeune fille, en gateintes unies lOO^I

SURDITÉ VAINCUE

J'entends parfaitement bien après avoir souffert de Surdité pendant 3 ans Ecrit-on en le remerciant Ii

M. PAULIAT-COURTOIS, Spécialiste Breveté S. C. D. 0.

UNE METHODE FACILE SANS INTERROMPUE SES OCCLPATIOIsS

eans drogues, sans douleur, sans opérations

Mlle PIQUE il WALLERS (Nord), écrit Monsieur,

Atteinte de bourdonnements, l'emploi de votre méthode les a fait disparaltre et je suis heureuse de pouvoir vous en remercier. Je vous autorise a publier ma lettre.

Agréez, etc. Mlle PIQUE. Madame CEAY à BALLON (Ch*-Inf*) écrit rlonsieur,

C'est avec beaucoup de plaisir que le viens vous remercier grâce votre prothèse auriculaire j'entends très bien.

Agréez, Monsieur mes sincères remercieF. CEAY.

M. Aucouturler, i Ste-Thèreno» (Indre) écris Monsieur,

Grâce il votre Prothèse auriculaire, ma Slle âgée de Iv ans entend bien.

Avec tous mes remerciements, je vous présente, Monsieur PAULIAT-COURTOIS, me» respectueuses salutations. M. AUCOUTURIER Mme Veuve LEBEL à LA THIEULOYI (PaÈ-de-Calats) écrit

Monsieur,,

Grâce à votre Prothèse auriculaire après avoir essayé beaucoup de choses, j'entend. parfaitement bien après avoir souffert de surdité pendant 3 ans. En témoignage de ma reconnaissance, je vous autorise a publie» ma lettre. Veuve LEBEL.

Ces attestations, qui se passent de tous commentaires, ne peuvent que décider les plue incrédules à en faire un essai gratuitement.

seront attribués à une œuvre de charité si ces témoignages ne sont pas authentiques. Dans votre intérêt, si vous êtes atteints de surdité, dureté d'ouie, bourdonnements, ne vous attardez pas a faire d'inutiles essais puisque, par la PROTHF.^b ai «"LMint, vous pouvez entendre mieux.

I,e meilleur accueil sera réservé par l'éminent spécialiste qui .vo"s,dém°n^2 GRATUITEMENT les résultats de cette belle application de 9 heures à 4 heures dans le» villes suivantes

CAEN, jeudi 7 juin, Hôtel de la Place Royale.

VIRE, vendredi 8 juin, Hôtel Saint-Pierre.

AVRANCHES, samedi 9 juin, Hôtel de France et Londres.

LE MANS, dimanche 10 juin. Hôtel de Paris,

CRAON, lundi 11 juin, Hôtel de la perle.

LAVAL, mardi 12 juin, Hôtel Moderne, face Gare.

VITRE, mercredi 13 juin, Hôtel des Voyageurs.

FOUGÈRES, jeudi 14 juin, Hôtel de la Gare.

SAINT MALO, vendredi 15 juin. Hôtel de l'Univer».

VANNES, samedi 16 juin, Hôtel du Dauphin.

LORIENT, dimanche 17 juin, Hôtel des Voyageurs.

PLOËRMEL, lundi 18 juin, Hôtel Moderne,

PONTIVY, mardi 19 juin, Hôtel Grosset, (le 9 heures à midi.

LE PALAIS Bclle.lle\ mercredi Si) juin, Hôtel du Commerce.

PLUVIGNER, jeudi 21 juin. Hôtel de la Croix Blanche.

LOUDEAC, vendredi 2-î juin. Hôtel de France.

SAINT-BRIEUC, samedi 23 juin. Hôtel d'Angleterre.

GUINGAMP, dimanche 2i juin. Hôtel de France.

BREST, lundi 23 juin. Hôtel da France.

MORLAIX, mardi 2U juin. Hôtel du commerce.

Spécialiste r»Sï S. G. confondre avec les

PouBeuERiR ASTHME Demandez à votre Pharmacien les cacheta dASTHMOSINE de P. PHILIPPE, pnarmucien. PAIMPOL. Soulagement Immédiat

Prix de la botte, toutes pharmactea Adultes 7 fr. 70. Enfants • fr. sa.

L a Bfi(kEEM ••UNIQUl BOISSON normand! PARFAITE CIDRE 4 francs pour 60 litres rranco domicile.

RESTIAUX. m. Rue Salnt-Anlalne, PARIS.

SCIES

A RUBAN

ET CIRCULAIRES

une seule «.dresse:

«0/17111 Aï«-50 Rue de fUrwilk