Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 6 to 6 on 14

Number of pages: 1

Full notice

Title : Notice sur l'eau minérale de Renlaigue (Puy-de-Dôme) Ferrugineuse, Acidule, Gazeuse et Chlorurée...

Publication date : 1873

Subject : Hydrothérapie

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : French

Format : In-8°. Pièce

Format : Nombre total de vues : 14

Description : Collection numérique : Fonds régional : Auvergne

Description : Avec mode texte

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k61010831

Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-TE163-1393

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33504748j

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 22/07/2010

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 97 %.
For more information on OCR


— 3 —■

naturel est de 57 litres par minute, soit 82,000 litres par 24 heures.'Il est encore de 40 litres par minute, soit 57,000 litres par jour, lorsqu'on fait monter le niveau de 0m60° dans la margelle de captage pour* augmenter la pression sur les robinets. La source peut donc suffire et au-delà à tous les besoins.

L'Eau minérale de Renlaigue a été l'objet de deux analyses faites avec le plus grand soin. La première en date a été exécutée en 1869 par M. Marchand, pharmacien-chimiste à Saint-Germainen-Laye, connu par de nombreux travaux de ce genre, notamment par les analyses des eaux de source des environs de Saint-Germain, qui ont servi de base à l'établissement du service hydraulique de cette ville. C'est cette analyse qui, par ses résultats favorables , a déterminé l'exécution des travaux de captage, de viabilité et de constructions nécessaires à la mise en valeur de la source.

La seconde étude scientifique de l'Eau de Renlaigue est l'analyse officielle exécutée par M. BOUIS, professeur de chimie et essayeur de la Monnaie de Paris, à la demande de M. le Ministre de l'agriculture et du commerce, analyse qui a servi de base au rapport favorable présenté par M. MIALHE à l'Académie de Médecine, dans sa séance du 9 avril 1872. Nous ne pouvons mieux faire que de reproduire ici les termes du savant rapporteur.

« Cette source, dit M. MIALHE, jaillit d'un terrain basal« tique et granitique, à la température de 12 à 15 degrés, avec « un abondant dégagement d'acide carbonique, sur le territoire « du village de Lains, commune de Saint-Diéry (Puy-de-Dôme). « Le débit de la source est de 40 litres par minute. Le « captage est suffisant pour assurer la pureté de l'eau minérale