Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 60 to 60 on 546

Number of pages: 1

Full notice

Title : Poètes contemporains : anthologie

Publisher : (Paris)

Publication date : 1938

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb335417804

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : French

Format : XI-523 p. : fac-similés ; in-8

Format : Nombre total de vues : 546

Description : Collection : Collection des Amitiés françaises

Description : Collection : Collection des Amitiés françaises

Description : Contient une table des matières

Description : Avec mode texte

Description : Poésie -- France -- +* 1900......- 1945......+:1900-1945:

Rights : Consultable en ligne

Rights : Public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k58492935

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y-649

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 22/06/2010

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 97%.


HÉLÈNE VACARESCO 43

DETACHEE

Mes yeux, ne suivez plus la lune langoureuse! Mes mains, n'égarez point vos caressants loisirs Dans l'herbe souple et drue ou dans la source heureuse ! Je veux vous détacher, mes yeux, de vos désirs.

De tout ce qui vous plaît^ mes mains, je vous détache : Que tiédeur et fraîcheur vous manquent tour à tour! Et vous qui poursuivez tout ce que l'ombre cache, Mes jreux, reposez-vous d'avoir vu tout l'amour !

Ne touchez plus la flamme, ô mes mains dévorantes, Frêles de contenir votre propre chaleur, Et vous, mes doigts glacés aux frissons des attentes, Ne plongez plus dans l'air votre geste enjôleur!

Ne cherchez plus une eau pour vous revoir vous-mêmes,

Mes yeux, pleins de vertige et de fatalité,

Car vous portez en vous les horizons extrêmes,

O mes yeux voyageurs, où vous avez été!

Mes bras, ne bercez point les voluptés éteintes Dont Arous ne pouvez plus ni blêmir ni brûler ! Fermez-vous, mes regards, fermez-vous, mes étreintes, Car l'espace et l'ardeur n'ont rien à vous donner.

(La Dormeuse éveillée.)

PRÉSENCE

Mets la clef dans la serrure, La lampe près du miroir, Pour que mon coeur se figure Qu'il est moins seul et moins noir.