Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 107 à 107 sur 512

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Oeuvres complètes de M. A. de Lamartine. Tome 1

Auteur : Lamartine, Alphonse de (1790-1869). Auteur du texte

Éditeur : C. Gosselin (Paris)

Éditeur : Furne (Paris)

Éditeur : Pagnerre (Paris)

Éditeur : Dufour et Mulat (Paris)

Date d'édition : 1850

Type : monographie imprimée

Langue : français

Format : 6 vol. : pl. gravées ; in-4

Format : Nombre total de vues : 512

Description : Contient une table des matières

Description : Avec mode texte

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k58202628

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-9224

Notice d'ensemble : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30725304d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 19/04/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


VI.

LE VALLON.

Mon coeur, lassé de tout, même de l'espérance, N'ira plus de ses voeux importuner le sort ; Prêtez-moi seulement, vallons de mon enfance, Un asile d'un jour pour attendre la mort.

Voici l'étroit sentier de l'obscure vallée : Du flanc de ces coteaux pendent des bois épais, Qui, courbant sur mon front leur ombre entremêlée, Me couvrent tout entier de silence et de paix.

Là, deux ruisseaux cachés sous des ponts de verdure, Tracent en serpentant les contours du vallon ; Ils mêlent un moment leur onde et leur murmure ; Et non loin de leur source ils se perdent sans nom.

La source de mes jours comme eux s'est écoulée ; Elle a passé sans bruit, sans nom et sans retour : Mais leur onde est limpide, et mon âme troublée N'aura pas réfléchi les clartés d'un beau jour.

La fraîcheur de leurs lits, l'ombre qui les couronne, M'enchaînent tout le jour sur les bords des ruisseaux ; Comme un enfant bercé par un chant monotone, Mon âme s'assoupit au murmure des eaux.

Ah ! c'est là qu'entouré d'un rempart de verdure, D'un horizon borné qui suffit à mes yeux, J'aime à fixer mes pas, et seul dans la nature, A n'entendre que l'onde, à ne voir que les cieux.