Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 186 to 186 on 580

Number of pages: 1

Full notice

Title : Histoire d'Auvergne. Tome I / par le chanoine Pierre Audigier

Author : Audigier, Pierre (1659-1744). Auteur du texte

Publisher : (Clermont-Ferrand)

Publication date : 1899

Subject : Auvergne (France) -- Histoire

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34099949s

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : French

Format : 1 vol. (VII-562 p.) ; 24 cm

Format : Nombre total de vues : 580

Description : Collection numérique : Fonds régional : Auvergne

Description : Collection numérique : Bibliothèque Rosalis (Toulouse)

Description : Collection numérique : Déodat de Séverac

Description : Contient une table des matières

Description : Avec mode texte

Rights : Consultable en ligne

Rights : Public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k5774101m

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK2-5952

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 01/02/2010

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 93%.


— 173 —

Valmcroux, proche du lieu du môme nom ; de La Bastide, qui est un village de la paroisse de Fonlanges, près de la ville de Salers; de Dicl (1), village de la paroisse d'Ydes, et de Saint1 Vincent, qui est une autre paroisse.

Dans l'élection de Saint-FIour, il y a un grand nombre de fontaines d'eaux minérales qui ne sont pas fort recherchées. On en trouve à Corent, à demi-lieue de Saint-FIour, dans la terre de M. te comte de Monlgon. La source esl abondante, mais fort négligée. Klle lient du vitriol, du soufre et du nilre. Celle de Magnac a le goût de vitriol cl de fer ; celle qui esl dans la paroisse de Paulicnc (2) est imprégnée de vitriol, et celle de Baboulct, dans la paroisse de Sainte-Marie, a beaucoup de soufre et de vitriol.

Les eaux les plus célèbres de l'élection sont celles de Chaudesaigues, qui est une ville à quatre lieues de Saint-FIour, sur le grand chemin de Bodez. Elle se (rouve au milieu d'un vallon fort profond, qui est ouvert du côté du couchant et fermé par des collines fort élevées vers le nord et vers le sud. Une source d'eau chaude lui a donné le nom qu'elle porte. Elle est bouillante, et sa chaleur surpasse celle de l'eau qu'on fail bouillir sur le feu. Elle esl si abondante à sa source, qu'elle égale, en sortant, la grosseur du corps d'un homme. Il y en a encore qui, se cachant sous terre, coulent, par des canaux souterrains qu'on ne voit point, dans plusieurs maisons particulières. Lorsqu'on veut manger une bonne soupe, on emploie celte eau, surtout avec les choux qui en ont beaucoup meilleur goût. Dans toutes les maisons, on ne se sert point d'autre eau pour écurer la vaisselle, sans qu'il soit besoin de la faire chauffer. Il n'y a point de poète qui communique tant de chaleur à une chambre qu'elle en communique à celles des maisons sous lesquelles elle passe. Celte eau, comme le veut M. du Clos, prise au printemps, est limpide et

(t) Dell, commune de Madtc. — La source d'Ydes, dite source Déribier, n'a été découverte qu'en 1818. (2) Paulbenc, connue sous le nom de source Fontanes.