Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 528 on 528

Number of pages: 528

Full notice

Title : Annuaire administratif et statistique du département de l'Aube... / publié sous les auspices et la direction de la Société d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département

Author : Société académique de l'Aube. Auteur du texte

Publisher : (Troyes)

Publication date : 1873

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Language : français

Format : Nombre total de vues : 35738

Description : 1873

Description : 1873 (A47).

Description : Collection numérique : Fonds régional : Champagne-Ardenne

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k5724097s

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LC30-44

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb326955097

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 30/11/2010

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 100 %.
For more information on OCR






ANNUAIRE

ADMINISTRATIF, STATISTIQUE ET COMMERCIAL

DU DÉPARTEMENT

DE L'AUBE

POUR 1873

PUBLIÉ SOUS LES AUSPICES ET LA DIRECTION de la

SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE

47e Année

TROYES

LIBRAIRIE DUFEY-ROBERT, RUE NOTRE-DAME, 83,

Et chez tous les Libraires DUFOUR-BOUQUOT, IMPRIMEUR-ÉDITEUR, RUE NOTRE-DAME, 43 ET 41

PARIS

LIBRAIRIE DUMOULIN, QUAI DES AUGUSTINS, 13



4NNUAIRE

DE

L'AUBE


COMMISSION DE L'ANNUAIRE,

Nommée par la Société Académique du département de l'Aube.

M M. Le président de la Société. Le Secrétaire de la Société. L'abbé COFFINET $, chanoine titulaire. BOUTIOT, ancien greffier. SOCARD (Emile), bibliothécaire-adjoint. LE BRUN-DALBAKNE, ancien notaire. PRON, artiste peintre. BLERZY, directeur du télégraphe. Jules RAY, archiviste de la Société.

AVIS.

Les personnes qui auraient des renseignements à donner, ou des réclamations à faire, sont priées de les adresser à l'Editeur de l'Annuaire, avant, le 1er octobre.

Les notices et les mémoires destinés à la deuxième partie de l' Annuaire doivent être remis à la Commission avant le 1er juillet.


ANNUAIRE

ADMINISTRATIF, STATISTIQUE ET COMMERCIAL

DU DÉPARTEMENT

DE L'AUBE

POUR 1873

PUBLIE SOUS LES AUSPICES ET LA DIRECTION

de la

SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE

47e Année

T.ROYES

LIBRAIRIE DUFEY-ROBERT, RUE NOTRE-DAME, 83

Et chez tous les Libraires DUFOUR-BOUQUOT, IMPRIMEUR-ÉDITEUR, RUE NOTRE-DAME, 43 ET 41

PARIS

LIBRAIRIE DUMOULIN, QUAI DES AUGUSTINS, 13



AVERTISSEMENT.

L'Annuaire Administratif, Statistique et Commercial du département de l'Aube, imprimé par M. Dufour-Bouquot, est arrivé aujourd'hui à la quarante-septième année de son existence. De 1826 à 1829, son format n'était qu'in-24 ; il ne contenait guère alors que la nomenclature administrative. De 1830 à 1833, il prit le format in-18; en 1834, le format in-12 qu'il conserva jusqu'en 1853; enfin, en 1854, le format in-8°.

Depuis l'année 1835, il est publié sous les auspices de la Société Académique d'Agriculture, des Sciences, Ails et Belles-Lettres du département de l'Aube, qui concourt à sa rédaction.

L'Annuaire de l'Aube est divisé méthodiquement. Au commencement, se trouve un calendrier très-détaillé, disposé pour notre département. Viennent ensuite, sous le titre de Documents généraux, les renseignements relatifs à l'administration de la France.

Deux parties composent la matière proprement dite de l' Annuaire : 1° Nomenclature des autorités et des établissements publics du département; 2° Notices et Renseignements statistiques, historiques et administratifs.

La première partie doit être en quelque sorte le vade-mecum des administrateurs et des administrés. Elle est composée de documents officiels fournis par les Administrations locales, et surtout par les Bureaux de la Préfecture; le plus souvent, chaque chapitre est précédé d'une notice explicative.

La seconde partie est destinée à contenir des mémoires sur l'histoire, l'archéologie, la topographie, la population, la consommation, la statistique industrielle, l'histoire naturelle, la biographie locale, etc.

On a donné dans l'année 1850 une table analytique des 24 premiers volumes de la collection. Cette table est indispensable pour les recherches


dans ces volumes, qui laissaient parfois a désirer sous le rapport de la méthode et du classement. — M. Finot, auquel on doit cette première table, a bien voulu faire également la table décennale de 1850 à 1860 : nous l'avons oubliée dans l' Annuaire de l'année 1861.

La Commission chargée de la rédaction de l' Annuaire, nommée, il y a seulement quelques années, par la Société Académique de l'Aube, a provoqué bien des améliorations et en désire d'autres encore que l'avenir - seul pourra réaliser; on peut cependant, dès a présent, remarquer que

l'Annuaire est imprimé avec un certain soin typographique, et que des planches lithographiées, sorties des presses de son Editeur, accompagnent les notices de la seconde partie.

Cette Commission a décidé que les articles et les dessins contenus dans la seconde partie seraient signés par leurs auteurs, — que ces articles et ces dessins, pour être admis, devraient être inédits, —et que l'on suivrait les instructions adressées par M. le Ministre de l'Intérieur aux Préfets, dans sa circulaire du 26 septembre 1844. En un mot, elle veut que l' Annuaire devienne un livre sérieux et utile.

Cest.au crayon de MM. Auguste Truelle, Schitz, Emile Vaudé, Gaussen, Gustave Le Grand, Chollot, Henri Boutiot, Charles Fichot, Rampant et Noyer, que l'on doit les dessins des lithographies qui, depuis 1854, sont annexées aux notices de la seconde partie de

l'Annuaire.

Le Conseil Général de l'Aube, accueillant avec faveur une demande de l'Editeur de Y Annuaire, a bien voulu, depuis 1854, encourager cette publication.

La Commission de l' Annuaire a écrit à M.M. les Maires, en les priant de lui adresser les renseignements nécessaires, afin de donner à son travail la plus grande exactitude possible ; Elle les remercie du concours qu'ils ont bien voulu lui apporter.

Troyes, le 1er janvier 1873.


ARTICLES PRINCIPAUX DU CALENDRIER

Pour F Année 1893.

Epoques.

ANNÉES.

6586 de la période Julienne.

2649 des Olympiades, on la lre année de la 663' Olympiade. Elle commence en juillet 1873, en fixant l'ère des Olympiades 775 ans 1/2 avant J.-C, ou vers le 1" juillet de l'an 5938 de la période Julienne.

2626 de la fondation de Rome, selon Varron.

2620 depuis l'ère de Nabonassar, fixée au mercredi 26 février de l'an 3367 de la période Julienne, ou 747 ans avant J.-C, selon les chronologistes, et 740 avant J.-C, suivant les astronomes.

1873 du calendrier Grégorien établi en 1582, depuis 290 ans; elle commence le 1er janvier. L'année 1873 du calendrier Julien commence 12 jours plus lard, le 13 janvier.

1289 des Turcs. Elle commence le 11 mars 1872, et finit le 1er mars 1875, selon l'usage de Gmstantinople , d'après l' Art de vérifier les dates.

Comput ecclésiastique en 1S73.

Nombre d'or 12

Epacte I

Cycle solaire 6

Indiction romaine 1

Lettre dominicale E


Quatre-TempB.

Mars 5, 7, 8.

Juin. 4, 6, 7.

Septembre . . . 47, 49, 20.

Décembre 47, 49, 20.

Fêtes mobiles.

Septuagésime. . 9 février. Les Cendres . . 26 février. La Passion. . . 30 mars. Les Rameaux. . 6 avril.

Pâques 4 3 avril.

Les Rogations . 49,20,24 mai.

Ascension ... 22 mai. Pentecôte. . . . 4er juin. La Trinité ... 8 jnin. La Pête-Diefi. . 42 juin. 4or dimanche de l'Avent. ... 30 novembre.

Commencement des quatre Saisons.

Printemps, le 20 mars, à 4 heure 2 minutes du soir.

Été, le 21 juin, à 9 heures 35 minutes du matin.

Automne, le 22 septembre, à 4 4 heures 44 minutes du soir.

Hiver, le 21 décembre, à 5 heures 42 minutes du soir.

EclipsesLe

EclipsesLe mai. — Eclipse totale de lune, invisible à Troyes. Le 23 mai. — Eclipse partielle de soleil, visible à Troyes. Le 4 novembre. — Eclipse totale de lune, visible à Troyes. Le 49 novembre. — Eclipse partielle de soleil, invisible à Troyes.


CALENDRIER USUEL

RELIGIEUX ET ASTRONOMIQUE

POUR L'ANNÉE 1873


10

JANVIER 1873.

Le Soleil entre dans le VERSEAU le 20.

JOURS g

de la FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS *.

SEMAINE.

mercredi 1 CIRCONCISION. s Clair, abbé.

jeudi 2 s Maximin, confesseur.

vendredi 3 se Geneviève, vierge.

samedi 4 s Rigobert, évèque.

Dim. 5 Vigile, sans jeûne. s Têlesphore, Pape et m.

lundi 6 EPIPHANIE. . se Licière, vierge martyre.

mardi 7 s Anastase, archevêque.

mercredi 8 s Frobert, abbé.

jeudi 9 s Pierre, évoque.

vendredi 10 s Guillaume, archevêque.

1 samedi 11 s Hygin, pape et martyr.

1 Dim. 12 s Arcade, martyr. lundi 13 Octavc de l'Epiphanie. s Rémi, évèque.

mardi 14 Saint Nom de Jésus. s Hilaire, év.', s Félix, prêt.

mercredi 4 5 s Paul, premler ermite.

mercredi 15 sMaur,abbé.

jeudi 16 s Marcellin, pape et mart.

vendredi 17 Fête des Sonneurs. s Antoine, ermite.

samedi 18 Chairedes. Pierre à Rome. sc Prisque, vierge martyre.

s Canut, roi et martyr.

2 Dim. 19 s Parres, martyr.

se Germaine, vierge mart. lundi 20 s Fabien, s Sébastien, inar.

mardi 21 se Agnès, vierge martyre.

mercredi 22 Fêle des Vignerons. s Vincent et s Anaslase, m.

s Oulph, martyr.

jeudi 23 s Raymond de Pennaforl,c.

Emérentienne, v. mart,

'vendredi 24 s Timothée, év. et martyr.

samedi 25 Conversion de saint Paul, s Prix, évèque.

3 Dim. 26 s Polycarpe, év. et mart. lundi 27 s J. Chysostôme, docteur. Fête des Collêqiens.

mardl 28 Solennité de S. Savinien. s Carlemagne, empereur

mercredi 29 s François de Sales, conf.

se Savine, vierge martyre, jeudi 30 se Martine, vierge et mart.

s Pouange, confesseur,

vendredi 31 s Bobin, év. s Pierre Nol. c

* On a mis en italiques les noms des saints qui sont du diocèse de Troyes, ou dont on a les reliques.


JANVIER 1873.

11

LE VERSEAU.

Les jours croissent de

22 minutes le matin, 42 minutes le soir.

FOIHBS TEMPS MOYEN. PHASES|

du Lever Couch Lever Couch. de | DÉPAUTEMENT DE L'AUBE. du du de de LA LUNE

1 7h.56 4 12 10 3 9 6 51 3

2 7 56 4 13 10 40 8 18 4

3 7 56 4 14 11 5 9 42 5

4 7 56 4 15 11 26 11 3 6!

5 7 55 4 16 11 44 7 P. Q. le

6 7 55 4 17 0 2 0 220 8 5, à 9

7 7 55 4 18 0 21 1 35 9 h. 37m.

8 7 55 4 19 0 42 2 48 10 du soir.

9 Brienne. 7 54 4 21 1 7 4 1 11 ;

10 7 54 4 22 1 39 5 12 12

11 Soulaines. 7 53 4 23 2 19 6 18 13

12 7 53 4 23 3 7 7 16 14

13 Ricey-Haute-Rive. 7 52 4 26 4 3 8 5 15 P. L. le

14 7 52 4 27 5 6 8 44 16 13, à 4

15 Auxon. 7 51 4 29 6 12 9 15 17 h. 32 m.

16 7 50 4 30 7 19 9 39 18 du soir.

17 Vendeuvre. 7 49 4 32 8 26 9 58 19

18 7 49 4 33 9 32 10 15 20

19 7 48 4 35 10 39 10 31 21

20 Piney. 7 47 4 36 11 47 10 46 22

21 Essoyes. 7 46 4 38 11 2 23 D. Q. le

22 Aix-en-Othe, Ervy. 7 45 4 39 0 2 38 11 20 24 21, à 8

23 7 44 4 41 2 12 11 42 25 h. 40 m.

24 7 43 4 42 3 30 0 11 26 du soir.

25 Dienville,Mussy-s-Seine 7 42 4 44 4 50 0 50 27

26 7 445 6 5 1 44 28

27 7 39 4 47 7 9 2 54 29

28 7 38 4 49 7 59 4 18 30 N. L. le

29 7 37 4 50 8 871 5 47 1 28, à 5

30 7 36 4 52 9 5 7 15 2 h. 56 m.

31 7 34 4 54 9 27 8 20 3 du soir.

Si les Foires tombent un Dimanche ou un jour de Fête légale, elles ont remises au lendemain.


12

FEVRIER 1873.

Le Soleil entre dans les POISSONS le 19.

JOURS

de la FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE.

samed 1 s Paul, évèque.

s Ignace, évèque, martyr.

4 Dim. 2 PURIFICATION. S Corneille, confesseur.

(s Blaise, évêq. et martyr,

lundi 3 Fête des Bouviers. s Savinien, martyr.

mardi 4 s Vincent évèque.

(s André Corsin, év. conf.

mercredi 5 se Agathe, vierge martyre.

ieudi 6 s Aventin, solitaire.

jeune se Dorothée, vierge et m.

vendredi 7 s Romuald, abbé,

samedi 8 s Jean de Blatha, confes.

Dim. 9 Septuagésime. se Apolline, vierge mart.

. lundi 10 se Scholaslique, vierge.

mardi 11 Prière doN.-S. aux Jardins s Séverin, abbé,

mercredi 12 se Eulalie, vierge martyre,

jeudi 13 s Fulcran, évèque.

vendredi 14 s Valentin, prêtre et mart.

samedi 15 s Fauslin, s Jovile, mart.

Dim . 16 Sexagésime. se Julienne, martyre,

lundi 17 s Théodule, martyr,

mardi 18 Commém. de la Passion, s Siméon, évèque.

mercredi 19 s Ernest, abbé.

jeudi 20 s Eucher, évêque.

vendredi 21 s Flavien, évèque.

samedi 22 Chaire de s. Pierre à Antio. se Isabelle, princesse,vierg

Dim. 23 Quinquagésime. s Pierre Damien, évèque.

lundi 24 s Matthias, apôtre,

mardi 25 Mardi-Gras. s Césaire, confesseur,

mercredi 26 Les Cendres. s Victor, confesseur,

jeudi 27 se Honorine, vierge,

vendredi 28 La Ste-Courohne d'épines, s Romain, abbé.


FEVRIER 1873.

13

LES POISSONS.

Les jours croissent de

46 minutes le matin, 44 minutes le soir.

S TEMPS MOYEN.

FOIRES S PHASES

du Lever Couch Lever Couch. de

du du de de

S DÉPARTEMENT DE L'AUBE. Soleil. Soleil. la Lune la Lune S. LA LUNE.

1 Chavanges, Saint-Phal. 7h.33 4h 55 9 2 47 10 2 4

2 7 32 4 57 10 6 11 21 5

3 Estissac, Pougy. 7 30 4 59 10 26 6

7 29 5 0 10 47 0 3 38 7 P. O. le

7 27 5 2 11 11 1 53 8 4, à 10

6 Villenauxe. 7 26 5 3 11 40 3 5 9 h. 15 m.

7 24 5 5 0 16 4 15 10 du mat.

7 23 5 7 1 2 5 13 11

9 7 21 5 8 1 57 6 4 12 10 Troyes. 7 20 5 10 2 58 6 45 13 7 18 5 12 4 3 7 17 14

2 7 16 5 13 5 10 7 42 15 P. L. le

7 15 5 15 6 17 8 3 16 12,à 11

7 13 5 17 7 24 8 21 17 h. 42m.

7 il 5 18 8 31 8 37 18 du mat

«A Brienne, Rigny. 7 95 20 9 38 8 5219

17 Marcilly-Ie-Hayer. 7 5 22 10 46 9 7 20

7 5 23 11 58 9 24 21

19 Avant-lès-Marcilly. 7 4 5 25 ---—- 9 44 22

Montiéramey, Charmonl 7 25 27 1 13 10 9 23 D. O le

10 Ricey-Bas. 21 Marolles. 6 59 5 28 2 p 30 10 42 24 20, à 11 il 6 58 5 30 3 45 11 27 25 h. 32 m. 23 Saint-Thibanlt. 6 57 5 31 4 52 0 28 26 du mal.

Saint-Mards, Lesmont. 6 55 5 33 5 47 1. 43 27 24 Chaource, Les Grés.

25 Mussv. 6 53 5 35 6 30 3 9 28

26 Vendeuvre. 6 51 5 36 7 2 4 39 29

27 Plancy. 6 49 5 38 7 27 6 8 1 N. L.

28 Arcis. 6 47 5 40 7 48 7 34 2 27, à 3

h. 31 m. du mat.


14

MAES 1873.

Le Soleil entre dans le BÉLIER le 20.

JOUKS

delà FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE.

samedi 1 s Aubin, évèque.

1 Dim. 2 Quadragésime. s Simplice, pape. lundi 3 se Cunégonde, reine.

4 s Luce. pape et martyr.

s Casimir, roi.

mercredi 5 Quatre-Temps. s Adrien, martyr.

jeudi 6 se Colette, vierge.

Quatre-Temps, s Thomas d'Aquin, c. et d.

vendredi 7 La lance, les clous de N.-S. se Perpétue, se Félicité, m. La lance, les clous de N.-S. s Théophile, curé.

samedi 8 Quatre-Temps. s Jean de Dieu, confes.

2 Dim. 9 Reminiscere. se Françoise, veuve, lundi 10 Les Quarante Martyrs. s Doctrovée, évèque. mardi 11 s Euloge, martyr. mercredi 12 Fête des Chantres. s Grégoire-le-Grand,pape. jeudi 13 s Melan, évèque. vendredi 14 Le Saint-Suaire s Lubin, évèque. samedi 15 s Zacharie, pape.

3 Dim. 16 Ocnli. s Cyriaque, martyr,

lundi 17 s Patrice, év. et confes.

mardi 18 s Alexandre, évèque.

mercredi 19 Fête des Charpentiers. s Joseph, époux de Marie,

jeudi 20 Mi-Carême. s Joachim, père de Marie,

vendredi 21 Cinq Plaies de N. S. s Benoît, abbé,

samedi 22 s Epaphrodile, évèque.

h Dim. 23 Laetare. s Victorien, martyr,

lundi 24 s Simon, martyr,

mardi 25 s Quirih, marlyr.

mercredi 26 s Ludger, évèque.

jeudi 27 s Rupert, évèque.

vendredi 28 Précieux-Sang. s Gonlraud, roi.

samedi 29 s Euslase, abbé.

5 Dim. 30 PASSION. S Amédée, prêlre.

lundi 31 s Benjamin, marlyr.


MARS 1873.

13

LE BELIER.

Les jours croissent de

1 heure 2 minutes le malin, 46 minutes le soir.

FOIRES TEMPS MOYEN. PHASES. du Lever Couch Lever Couch. de

DÉPARTEMENT DE L'AUBE. du du du de

Soleil. Soloil la Lune la Lune LA LUNE.

1 Champignol, Marigny,

Saint-Phal. 6h.45 5h.41 8 8 8 57 3

2 .... ... .. 6 43 5 43 81 27 10 . 17 4 Dienville, Merrey, Romilly.

Romilly. 41 5 44 8 47 35 5

4 Charmont. 6 39 5 46 9 11 6

5 Juliys-Sarce,Vendeuvre 6 37 5 47 9 39 0 5 52 7

6 6 35 5 49 10 43 2S. 4 8 P. Q. le

7 6 33 5 51 10 56 3 8 9 6, à 1

8 Villemaur. 6 31 5 52 il 48 4 2 10 h.34m.

6 29 5 54 0 0 48 4 46 11 du mat

10 Maraye, S'-Jean-de-Bon.

Troyes (dure 3 semaines). 6 27 5 55 1 52 5 2112

11 6 25 5 57 2 59 5 48 13

13 6 23 5 59 4 7 6 10 14

6 21 6 0 5 15 6 28 15

14 Bar-sur-Seine, Brienne. 6 19 6 1 6 22 6 44 16 P. L. le

15 Méry. 6 16 6 3 7 29 7 0 17 14, à 5

6 14 6 4 8 57 7 16 18 h. 54m.

17 Chesley. 6 12 6 6 9 48 7 33 19 du mat

18 6 10 6 7 11 2 7 51 20

19 Rigny-Ie-Ferron. 6 8 6 9 8 12 21

20 Saint-Jean-de-Bonneval 6

20 Lhuître. - Bonnaval 6 10 0 18 8 40 22

21 Essoyes. 6 4 6 12 1 32 9 20 23 D. Q. le

22 6 2 6 13 2 41 10 13 24 21, à 10

23 6 0 6 15 3 39 11 20 25 h. 29 m.

Payns, Ervy. 5 58 6 10 4 25 0 39 26 du soir.

25 Nogent-sur-Seine. 5 55 6 18 5 0 21 5 27

26 5 53 6 19 5 27 3 33 28

27 Chavanges. 5 51 6 21 5 49 5 0 29

28 Pougy. 5 49 6 22 6 9 6 25 30 N. L. le

29 Dampierre. 5 47 6 24 6 29 7 48 1 28, à J

30 5 45 6 25 6 48 9 9 2 h. 3 m.

31 5 43 6 27 7 9 10 29 3 du soir.I


16

AVRIL 1873.

Le Soleil entre dans le TAUREAU le 20.

s

delà FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS. SEMAINE.

mardi 1 s Leucon, évèque.

s François de Paule, conf.

mercredi 2 s. Nizier, évèque.

jeudi 3 s Richard, évèque.

vendredi 4 Compassion ds N. D.. s Isidore, évèque et conf.

samedi 5 s Vincent Ferrier, conf.

1 s Prudence, évèque.

6 Dim. 6 Les Rameaux. g rinebauld, abbé,

lundi 7 Fête de Saint-Nizier. s Hégésippe, confesseur.

mardi 8 ANNONCIATION. Edèse. martyr.

mercredi 9 se Casilde, vierge,

jeudi 10 Jeudi-Saint. s Fulbert, évèque.

vendredi a Vendredi Saint. s Léon, pape, conf. et dict,

samedi 12 Samedi-Saint. s Jules, pape.

Dim. 13 PAQUES. s Hermenegilde, martyr.

ss Tiburce et Valérien, m.

lundi 14 Fêle des Lithographes. Maximin, martyr.

mardi 15 s Paterne, évèque.

mercredi 16 s Fructueux, évèque.

jeudi 17 s Anicet, pape et martyr,

vendredi 18 s Parfait, martyr,

samedi 19 s Elphége évèque.

1 Dim. 20 Quasimodo. se Hildegonde, vierge. lundi 21 s Anselme, év., c. et doct mardi 22 ss Soter et Caius, papes, m. mercredi 23 s Georges, martyr.

jeudi 24 s Fidèlede Sigmaring., m. vendredi 25 Procession de Saint-Marc. s Marc évangéliste.

s Exupérance, vierge.

samedi 26 ss Clet, Marcellin, pont., m.

2 Dim. 27 s Vitalien, évèque. lundi 28 s Vital, martyr.

mardi 29 ss Robert, abbé, Pierre, m,

s Eutrope, évèque martyr,

mercredi 30 se Hoïlde, vierge.

se Catherine de Sienne, V.


AVRIL 1873.

17

LE TAUREAU.

Les jours croissent de

57 minutes le malin, 43 minutes le soir.

TEMPS MOYEN.

FOIRES PHASES

du Lever Couch Lever Couch. de

du du de de

DEPARTEMENT DE L AUBE. Soleil. Soleil, la Lune la Lune LA LUNE.

1 5h.41 6h.28 7 2 36 11 .46 4

2 Landreville. 5 39 6 30 8 9 ••- 5

3 Chavanges, Romilly. 5 37 6 31 8 49 0 5 36 6

4 5 34 6 33 9 38 1 57 7 P. Q. le

5 Bar-sur-Aube. 5 32 6 34 10 36 2 46 8 4, à 6

6 Auxon. 5 30 0 36 11 40 3 23 9 h. 45m. Béruiles, Plancy, Dien- 37 0 47 3 52 10 du soir.

ville.

8 5 26 6 39 1 55 4 16 11

9 5 24 6 41 3 2 4 36 12 10 Troyes, Ricey-Haut. 5 22 6 42 4 9 4 52 13

11 5 20 6 43 5 17 5 6 14

12 5 18 6 45 6 26 5 21 15 P. L. le

13 5 16 6 46 7 38 5 37 16 12, à 10 Pont-sr-Seine, St-Mards, 5 d, 6 48 8 53 5 53 17 h. m.

14 Villenauxe. 4 du soir.

15 S Mesmin, Vitry-l-Croisé. 5 12 6 50 10 9 6 16 18

16 Rosnay. 5 1 6 51 11 25 6 43 19

17 5 8 6 52 7 19 20

18 5 6 6 54 0 35 8 7 21

19 5 4 6 55 1 36 9 9 22

20 Jugny. 5 2 6 56 2 26 10 24 23 D. Q. le

21 Pougy. 5 0 6 58 3 11 46 24 20, à 5 22 Lusigny, Vauchassis. 4 58 7 0 3 31 1 10 25 h.57m. 23 Vendeuvre. 4 56 7 1 3 53 2 34 26 du mat, 24 Origny. 4 54 7 2 4 12 3 57 27

25 Lesmont,Mussysr-Seine 4 52 7 4 4 311 5 l9 28

26 Estissac. 4 50 7 5 4 50 6 42 29 N. L. le

27 4 49 7 7 5 11 8 2 1 26, à 10

28 4 48 7 8 5 34 9 22 2 h. 51 m.

29 4 46 7 10 6 3 10 37 3 du soir.

30 4 44 7 11 6 40 11 44 4

I

1

1873 2


18

MAI 1873.

Le Soleil entre dans les GÉMEAUX le 20.

in JOURS î

de la S FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE. |

.... s Amadour, évèque.

jeudi 1 s Philippe, s Jacques, ap.

vendredi 2 s Athanase, év. et confes.

samedi 3 Invention de la Sie-Croix. s Alexandre, martyr,

3 Dim. 4 Patronage de S. Joseph. ssc Hélène, Y., Moniquevc. lundi 5 s Pie V, pape et confess.

mardi 6 Fête des Typographes. s Jean Porte-Latinc, évang.

mercredi 7 Pèlerinage à Sainte-Mâthie. se Mâthie, v. s Stanislas év. jeudi 8 Apparition de S. Michel, s Désiré, évèque.

vendredi 9 Fête des Chantres. s Grégoire de Nazianze, doct

Translation de S. Nicolas.

samedi 10 s Antonin, évoque et conf.

4 Dim. il Souannité de Sainte-Mâthie s Gordien, s Epimaque, m. lundi ss Nérée, Achillée, mart.

12 se Domililla, v. Paucrace, m.

mardi 13 se Agnès, vierge,

mercredi 14 s Boniface, martyr,

jeudi 15 s Phal, ab., ets Isidore, m.

vendredi 16 Fête des Boulangers. s Ubalde, évèque e! conf.

samedi 17 ss Pascal, Baylon, conf.

5 Dim. 18 Fêle des Sommes de loi. s Venant, martyr, lundi 19 Les Rogations. j s Pierre Célestin, pape.'

6 se Pudentienne, vierge.

mardi 20 Les Rogations. s Bernardin de Sienne, c.

mercredi 21 Les Rogations. se Julie, vierge martyre.

Jeudi 22 ASCENSION. s Emite, martyr,

vendredi 23 s Donatien, martyr,

samedi 24 s Urbain, pape.

6 Dim. 25 Les saintes Reliques. s Grégoire VII, pape et c.

1 s Philippe de Néri, conf. lundi 26 Fêle de Saint-Urbain. ( s Eleulhère, pape et mart.

s Gdond, abbé, mardi 27 se Marie Madne de Pazzi,v.

mercredi 28 s Germain, év. s Lyé, abbé.

jeudi 29 s Maximin, évèque.

vendredi 30 s Félix, pape et martyr,

samedi 31 Vigile et jeûne. se Pétronille, vierge.


MAI 1873.

19

LES GÉMEAUX.

Les jours croissent de

38 minutes le matin,

39 minutes le soir.

.2 TEMPS MOYEN. PHASES

2 FOIRES PHASES

du Lever Couch Lever Couch. de

du du de de

DÉPARTEMENT DE L AUBE. Soleil. Soleil, la Lune la Lune LA LUNE.

1 Bligny, Jully-sur-Sarce. 4h 42 7h.l3 7 3 26 — 5

2 Ervy, Piney. 4 417 14 8 22 0 6

3 Chaource, Ramerupt. 4 39 7 16 9 25 1-22 7

4 4 37 7 18 10 32 1 55 8 P. Q. le

5 4 35 7 19 11 40 2 21 9 4. à 0

6 Clérev. 4 337 20 6S48 2 4210 h.42m. 7 4 32 7 22 1 58 2 59 11 du soir.

8 4 31 7 23 3 2 3 14 12

9 Arcis, Gyé, Brienne. 4 29 7 24 4 11 3 29 13 10 4 28 7 25 5 22 3 44 14 11 4 26 7 27 6 35 4 0 15

12 4 25 7 29 7 52 4 20 16 P. L. le

13 4 24 7 30 9 11 4 45 17 12, à 11

14 Cheslev. 4 22 7 31 10 26 5 17 18 h.27 m.

4 Chesley. 4 21 7 32 11 32 6 1 19 du mat.

16 4 19 7 33 7 0 20

17 Saint-Phal. 4 18 7 35 0 3 25 8 12 21

18 Chappes. 4 17 7 36 1 6 9 33 22 19 Orvlliers. 4 16 7 37 1 30 10 56 23 D. Q. le 29 4 15 7 39 1 59 0 l8 24 19, à 11 21 Essoves, Soulaines. 4 13 7 40 2 19 1 39 25 h. 9 m. 99 4 12 7 41 2 38 3 0 26 du mat22 4 1117 42 2 56 4 20 27

24 4 10 7 43 3 15 5 40 28

25 Saint-Mards. 4 9',7 44 3 36 6 59 29

26 A 8 7 46 4 1 8 10 1 N. L. le

27 7 7 7 47 4 34 9 27 2 26, à 9

28 4 67 48 5 16 10 28 3 h.29m.

29 4 6 7 49 6 9 11 16 4 du mat.

30 Dienville. 4 5 7 50 7 10 11 54 5 31 Marcilly-le-Hayer. 4 4 7 51 8 16 6


20

JUIN 1873.

. Le Soleil entre dans le CANCER le 21.

JOURS

de la FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE,

Dim. 1 PENTECÔTE. S Pamphile, martyr,

lundi 2 ss Marcellin, Pre, Erasme,m

mardi 3 s Lucilien, martyr.

mercredi 4 Quatre-Temps. s François Caracc, conf.

jeudi 5 s Boniface, évèque.

vendredi 6 Quatre-Temps. s Norbert, évèque et conf.

samedi 7 Quatre-Temps. s Lyé, martyr.

1 Dim. 8 TRINITÉ. se Syre, vierge.

s Medard, eveque.

lundi 9 ss Prime, Félicien, mart.

mardi 10 se Marguerite, reine d'Ec.

mercredi il s Blier, anach., conf.

s Barnabe, apôtre.

jeudi 12 FÊTE-DIEU. s Jean deS.-Facond., conf.

ss Basilide, Nabor, etc, m.

vendredi 13 Transl. de la fêle des Sonneurs S Antoine de Padoue, conf.

samedi 14 s Rasile-le-Grand, évèque.

2 Dim. 15 Solennité de la Fête-Dieu, s Vit, s Modeste, martyrs.

se Cresceuce, martyre, lundi 16 ss Quiric et Julite, martyrs.

mardi 17 s Avil, abbé.

mercredi 18 ss Marc, Marcellin, mart.

se Martine, vierge. jeudi 19 Octave de la Fêle-Dieu. se Julienne Falconieri, V.

s Gcrvms, s Protais, martyrs vendredi 20 s Silvère, pape et martyr,

samedi 21 s Louis de Gonzague,c'onf.

3 Dim. 22 Sacré Coeur do Jésus. ss Albain, Paulin, év. et c. lundi 23 Fête des Bouchers et Charcut. s Félix, marlyr.

Nativité de S. J.-Baplisle. mardl 24 Fête des Laboureurs . s Fauste, martyr.

mercredi 25 s Guillaume, abbé.

jeudi 26 s Jean et s Paul, martyrs.

vendredi 27 s Crescent, martyr.

samedi 28 Vigile sans jeûne. s Léon, pape et confesseur.

Fête de s. Pierre et s. Paul. 4 Dim. 29 Fête de la Cathéd. de Troyes. ss Pierre et Paul, apôtres.

Solen. s. Pierre et s. Paul. lundi 50 Commémoration de S. Paul s Martial, évèque.


JUIN 1873. 21

LE CANCER.

Les jours croissent de

5 minutes le matin, du 1er au 15, 13 minutes le soir, du 1er au 30.

Les jours décroissent de 3 minutes le matin, du 15 au 30.

FOIRES TB1IPSMOYM. J PHASES

du Lever Couch Lever Couch. o de

du du de de

DEPARTEMENT DE L AUBE. Soleil. Soleil. la Lune la Lune LA LUNE.

1 4h. 3 7h.52 9 3 25 0 3 23 7

2 Plancy, Gdes-Chapelles. 4 3 7 53 10 33 0 46 8

3 4 2 7 54 11 40 1 4 9 P. Q. le

4 4 1 7 55 0 47 1 19 10 3, à 6

5 4 1 7 56 1 54 1 54 11 h. 29 m.

6 4 0 7 57 3 3 1 49 12 du mat.

7 Montiéramey. 4 0 7 57 4 16 2 4 13

8 3 59 7 58 5 31 2 22 14

9 Bar-sur-Seine. 3 59 7 59 6 48 2 45 15

10 3 59 8 0 8 6 3 14 16 P. L. le

Nogent-sr-Seine, Ricey- 10, à 10

11 Haut,Pougy,Chamoy. 3 58 8 0 9 18 3 54 17 h. 11 m.

12 3 58 8 1 10 19 4 48 18 du soir.

13 3 58 8 1 11 5 5 58 19

14 3 58 8 2 M 39 7 18 20

15 Maraye, Chavanges. 3 58 8 3 8 43 21

16 Marolles. 3 58 8 3 0 2 5 10 7 22

17 3 58 8 3 0 26 11 29 23 D. Q. le

18 Aix-en-Othe. 3 58 S 4 0 44 0 49 24 17, à 3

19 Eslissac. 3 58 8 4 1 1 2 7 25 h. 41 m. Cunfin, Méry-sur-Seine, ' du soir.

20 St-Jean-de-Bonneval, 3 58 8 4 1 19 3 25 26 Arcis-s-A., Chavanges

21 Bar-sur-Aube, 3 58 8 5 1 39 4 43 27

22 Auxou. 3 58 8 52 36 9 28 "

23 . 3 58 8 5 2 33 7 13 29 St.-Pierre-de-Bossenay,

24 Traînel, Troyes, Van- 3 59 8 5 3 11 8 17 30 N. L. le:

lay. 24, à 9

25 Bouilly, Vendeuvre, Ro- h. 21 m.

25 milly-sur-Seine. 3 59 8 5 3 3J 9 10 1 du soir

26 3 59 8 5 4 57 9 52 2

27 4 0 S 5 6 2 10 24 3

28 Chaource, Dampierre. 4 0 8 5 7 10 10 48 4

29 4 1 8 5 8 18 11 8 5 30 Ervy. 4 18 5 9 25 11 25 6


n

JUILLET 1873.

Le Soleil entre dans le LION le 23.

1

JOURS de la FETES DU MOIS. N0MS DES SAINTS.

en SEMAINE.

mardi 1 Fête des Maréchaux, Au- s Thibaut, ermite.

mercredi 2 Visitation de Notre-Dame, s Cyprien, martyr,

jeudi 3 s Anatole, évèque.

vendredi 4 Translation de S. Martin. se Berthe, veuve,

samedi 5 . se Zoé, martyre.

5 Dim. 6 Le précieux Sang. s Tranquillin, martyr.

mardi 8 se Elisabeth, reine de Port,

mercredi 9 Commém. des évêq. de Troyes s Cyrille, évèque.

jeundi Dédicace de la Cathédrale, se Rufine et s" Seconde,m.

jeudi 10 Translat. de S. Benoît. Se Félicité, martyre.

vendredi 11 s Pie, pape et martyr.

S se Evronie, vierge,

samedi 12 ss Nabor et Félix, martyrs

6 Dim. 13 s Anaclet, pape et martyr.

lundi 14 s Bonaventure, évèque.

mardi 15 s Henry, empereur, mercredi, 16 Notre-Dame du Mont-Car. s Eustache, patriarche,

jeudi 17 s Alexis, confesseur.

vendredi 18 s Arnout, évèque, martyr.

s Camille de Lellis, conf.

samedi 19 s Vincent de Paul, prêtre.

19 se Vivance, martyre.

7 Dim 20 se Morguerite, vierge mart.

se Jule, vierge martyre.

lundi 21 s Claudien, martyr.

mardi 22 Fête de Sainte-Madeleine. se Madeleine, pénitente.

mercredi 23 s Apollinaire, évèque.

jeudi 24 se Christine, vierge mart.

vendredi 25 Fête des Chargeurs. s Christophe, martyr.

25 (Jours caniculaires.) s Jacques le majeur,apôtre.

samedi 26 Fête des Menuisiers. se Anne, mère de Marie.

8 Dim. 27 Fête de Saint-Pantaléon. s Pantaléon, martyr, lundi 90 s Camélien, évèque. lundi s Innocent, pape et conf.

mardi 29 Fête de la ville de Troyes. ses Flore et Lucile, vierg. m.

mercredi 30 ss Abdon et Sennen, mart.

jeudi 31 s Ignace, confesseur.


JUILLET 1873.

23

LE LION.

Les jours décroissent de

31 minutes le matin, 27 minutes le soir.

4, TEMPS MOYEN. c PH1cFS

| FOIRES S PHAS,ES

du Lever Couch Lever Couch. de

. du du de de LA LUNE.

g DEPARTEMENT DE L AUBE. Soleil. So]eil, la Lune la Lune LA LUNE.

1 Rieny-le-Ferron. 4h. 2 8h. 5 10 3 32 11 40 7

2 4 38 4 11-39 11 54 8 P. Q. le

3 4 38 4 0S46 9 2,à 11 h.

4 4 4 8 4 1 55 0 3 8 10 19 min.

5 Viltenauxe. 4 5 8 3 3 8 0 23 11 du soir.

6 4 5 8 3 4 24 0 46,12

7 Saint-Mards. 4 6 8 2 5 42 1 12 13

8 4 7 S 2 6 58 1 46 14

9 4881852 33 15

10 4 9 8 1 8 38 3 37 16 P. L. le

H 4 10 8 0 9 27 4 54 17 10, à 6

12 Clérey. 4 11 7 59 10 6 6 20 18 h. 43 m.

13 4 12 7 59 10 29 7 47 19 du mal.

14 4 13 7 58 10 49 9 13 20

15 Ricey-Haut. 4 14 7 57 11 7 10 36 21

16 4 15 7 56 11 25 11 56 22 D. Q. le

17 4 16 7 55 11 44 15 15 23 16, à 9

18 Chesley. 4 17 7 54 2 '33 24 h. 7 m.

19 Troyes. 4 18 7 53 0 3 7 3 49 25 du soir.

20 4 19 7 52 0 35 5 2 26 21 4 20 7 51 1 10 6 9 27

22 Piney. 4 21 7 50 1 54 7 5 28

23 4 22 7 49 2 48 7 50 29

24 Saint-Phal. 4 24 7 48 3 51 8 25 1 N. L. le

25 4 25 7 47 4 58 9 51 2 24, à 10

26 4 26 7 45 6 6 9 12 3 h. 43 m.

27 4 27 7 44 7 14 9 30 4 du mal.

28 4 29 7 43 8 21 9 46 5

29 4 30 7 42 9 27 10 0 6

30 4 31 7 40 10 33 10 15 7

31 4 33 7 39 11 40 10 30 8


24

AOUT 1873.

Le Soleil entre dans la VIERGE le 23;

JOURS

de la .g ' FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE. |

vendredi 1 j Fêle des Serruriers. Ss Pierre-ès-Liens, apôtre.

I s Etienne, pape,

samedi 2 iNotre-Dame des Anges, s Alphonse-Mi'de Lignori. Fête de s. Loup, év. de Tr.

9 Vim- 3 (invention de S Etienne. s Etienne Ier- martyr. - lundi 4 s Dominique, confesseur, mardi 5 Notre-Dame des Neiges. s Yon, marlyr. mercredi 6 Transfiguration de J.-C. ss Sixle, P., Félicissimo,m. ... _ , s Gaëlan, abbé.

jeundi 4 s Donat, évêq. et marlyr.

vendredi 8 ss Cyriàque, Large,etc.,m.

samedi 9 s Liébauld, abbé.

10 Dim. 10 s Laurent, martyr, lundi 11 Tr. de la^Sainle-Couronnc. s» Suzanne, s Tiburce, m. mardi 12 se Claire, vierge, mercredi 13 ss Hippolyle, Cassien, m. jeudi 14 Vigile et jeûne. s Eusèbe, confesseur, vendredi 15 ASSOMPTION. s Napoléon, marlyr.

/ Fêle des Tisserands. s Joachim, confesseur,

samedi 16 I Confrérie de S. Roch. s Hyacinthe, confesseur.

1 ' s Bausange, marlyr.

11 Dim. 17 Octave de Saint-Laurent, s Mammès, martyr, lundi 18 l'ête de s. Joachim. s Agapil, marlyr. mardi 19 s Joatihim, père de la V. mercredi 20 s Bernard, abbé.

jeudi 21 se Jeanne de France,

vendredi 22 Octave de l'Assomption. s Timothéo, martyr.

samedi 23 (Findes jours caniculaires.) se Asecline, vierge.

12 Dim. 24 s Barthélémy, apôtre. Fête des Fileurs. lundi 25 Fête des coiffeurs. s Louis, roi de France.

mardi 26 s Zéphirin, pape et martyr,

mercredi 27 s Joseph Casalanz, conf.

jeudi 28 s Augustin, contesseur.

vendredi "9 i décollation de S. Jean-Bap. s Julien, martyr.

Féte des Tailleurs. s' Sabine, martyre,

samedi 30 iFête des Horticulteurs. s Fiacre, solitaire.

13 Dim. 31 s Raymond Nonnat, conf. t


AOUT 1873.

25

LA VIERGE.

Les jours décroissent de

41 minutes le matin, 53 minutes le soir.

FOIRES 1 TEMPS MOYEN. PHASES du Lever Couch Lever Couch. de

DÉPARTEMENT DE L'AUBE. Soleil. Soleil la Lune la Lune LA LUNE.

1 4h.34 7h.37 0 30 10 47 9 P. Q. le

2 4 35 7 36 2 4 H 9 10 1, à 2

3 4 37 7 34 3 20 11 35 11 h. 39 m.

4 4 39 7 33 4 30 12 du soir.

5 4 40 7 31 5 46 0 319 13

6 Clérey. 4 41 7 30 6 45 1 14 14

7 4 42 7 28 7 31 2 25 15

8 4 43 7 27 8 6 3 49 16 P. L. le

9 4 45 7 25 8 32 5 19 17 8, à 2 10 4 46 7 23 8 53 6 48 18 h. 1 m.

11 4 48 7 22 9 12 8 15 19 du soir.

12 Jeugny. 4 50 7 20 9 30 9 39 20

13 4 51 7 18 9 49 11 1 21

14 4 52 7 16 10 11 0 22 22

15 4 537 15 10 37 l 40 23 D. Q. le

16 Orvilliers. 4 54 7 13 11 16 2 55 24 15, à 4

17 4 56 7 11 11 31 4 4 25 h. 50 m.

18 4 57 7 9 5 3 26 du mat.

19 4 59 7 7 0 42 5 60 27

20 5. 0 7 5 11.42 6 27 28

21 5 2 7 3 2 48 6 36 29

22 Saint-Phal. 5 3 7 1 3 56 7 18 30 N. L. le

23 5 4 6 59 5 4 7 36 1 23, à 1

24 Arcis, Loches. 5 6 6 57 6 11 7 52 2 h 40 m.

25 Chaource. 5 7 6 55 7 8 8 6 3 du mat.

26 5 9 6 53 8 24 8 21 4

27 5 10 6 51 9 31 8 35 5 25 Ville-sur-Arce. 5 11 6 49 10 39 8 51 6

29 Lesmont. 5 13 6 47 11 50 9 11 7

30 Bar-sur-Aube. 5 14 6 45 1 3 9 36 8

31 Ricey-Bas. 5 16 6 43 2 17 10 10 9 D. Q. le

31, à 3 h. 57 m. du mat.


26

SEPTEMBRE 1873.

Le Soleil entre dans la BALANCE le 23.

| JOURS |

delà 1 FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAIHTS.

SEMAINE.

lundi 1 s Gilles, abbé.

s Godegrand, eveq. martyr.

' mardi 2 s Etienne, roi, confesseur,

mercredi 3 se Clémentine, vierge,

jeudi 4 se Rosalie, vierge,

vendredi 5 s Laurent Juslinien.

samedi 6 s Onésiphore, martyr.

14 Dim. 7 s Mesmin, martyr, lundi 8 NATIVITE DE LA VIERGE, s Adrien, martyr.

Fête des Bonnetiers. se Beline, vierge martyre,

mardi 9. s Gorgone, martyr,

mercredi 10 s Nicolas de Toleutino, c.

jeudi 11 ss Proie, Hyacinthe, mart.

vendredi 12 s Raphaël, archange,

samedi 13 s Maurille, évèque. Exaltation de la S. Croix.

15 Dim. 14 Féte des Couvreurs. s Ly, berger Champenois.

lundi 15 Octave de la Nativité. ss Epvre, év., Nicomède, m.

mardi 16 ss Corneille, Cyprien, p., m.

se Euphémie, vierge mart. Stigmates de St François.

mercredi 17 Quatre-Temps. s Lambert, eveque.

jeudi 181 s Joseph de Cupertino, conf

vendredi 19 Quatre-Temps. s Janvier, év.etses cous. m.

samedi 20 Quatre-Temps. se Maure, vierge.

Fête des Lessiveuses. s Eustache et ses comp. m.

16 Dim. 21 Notre-Dame des Sept-Doul. s Mathieu, apôtre, lundi 22 Fête des Blanchisseurs. s Maurice et ses comp. m. mardi 23 Fête des Sacristains. s Lin, pape et martyr, mercredi 24 Notre-Dame de la Merci. se Ame, vierge.

jeudi 25 s Céolfrid, abbé. '

vendredi 26 s Cyprien, se Justine, m.

; samedi 27 s Côme, s Damien, martyrs

17 Dim. 28 s WencesIas duc, martyr.

ts Boum, solitaire,

'lundi 29 Fête des Peintres. s Ursion, prêtre.

Fêle des Mesureurs. s Michel, archange.

Emardi 30 s Jérôme, docteur.


SEPTEMBRE 1873.

27

LA BALANCE.

Les jours décroissent de

41 minutes le matin, 1 heure le soir

FOIRES TEMPS MOYEN. PHASES

du Leverl Couc. Lever Couch. de

du du de de

DÉPARTEMENT DE L'AUBE. Soleil. Soleil, la Lune la Lune LA LUSE.

Troyes dure 3 semaines),

1 Estissac, Mussy, No-5h.l7 6h.42 3 28 l0 57 10 gent-sur-Seine.

2 5 19 6 .'0 4' 31 11

3 Aix-en-Othe. 5 206 38 5 23 02 0 12

4 5 21 6 36 6 1 1 £.17 13

5 Bar-sur-Seine, Auxon. 5 23 6 34 6 30 2. 43 14

6 5 24 6 32 6 53 4 13 15 P. L. le

7 5 26 6 29 7 13 5 43 16 6, à 9

8 Landreville, Marcilly. 5 27 6 27 7 32 7 1117 h. 18 m.

9 Dienville, Avant-les-M. 5 28 6 25 7 51 8 36 18 du soir. 10 Chesley. 5 30 6 23 8 12 10 0 19

11 Charmant. 5 31 6 21 8 37 11 23 20

12 Rigny-le-F., Sommeval. 5 336 19 9 8 0 43 21

13 Neuville-sur-Seine. 5 34 6 17 9 47 1 56 22 D. Q. le

14 Ervy. Ramerupt. 5 35 6 15 10 36 3 0 23 13, à 3

Fontaine-Saint-Georges, h. 50 m.

15 Champignol. 5 37 6 1311 34 3 5124 du soir.

16 5 38 6 11 4 31 25

17 Celles, Soulaines. 5 40 16 8 0338 5 2 26 181 5 41 6 6 1 46 5 25 27 19 Bligny. 5 43 6 4 2 55 5 44 28

20 Saint-Jean-de-Bonneval. 5 44 6 24 36 0 29

21 Essoycs,Pougy,S'-Mards 5 46 5 0 5 10 6 14 30 N. L. le

22 5 47 5 58 6 26 6 28 1 21, à 6

23 5 48 5 56 7 22 6 42 2 h. 0 m.

24 Payns. 5 50 5 53 8 30 6 57 3 du soir,

25 Méry-sur-Seiue. 5 51 5 51 9 41 7 16 4

26 5 53 5 49 10 53 7 39 5

27 Chamoy. 5 54 5 47 0 6 8 86

28 5 56 5 45 1 17 8 49 7

29 Villenauxe, Rumilly-l.-V 5 57 5 43 2 22 9 4i 8 P. Q. le

30 5 59 5 41 3 16 10 33 9 29,à 3h.

3 min. du soir.


28

OCTOBRE 1873.

Le Soleil entre dans le SCORPION le 23.

JOURS S

de la FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE.

mercredi 1 Féte de Saint-Remi. s Remi, évêque. mart,

jeudi 2 SS. Anges Gardiens. s Serène, prêtre confesseur,

vendredi 3 s Simon, moine

samedi 4 s François d'Assise, conf.

18 Dim. 5 Le Saint Rosaire. s Placide et ses corap., m. lundi 6 s Bruno, abbé.

mardi 7 ss Serge, m , Marc, pape c.

mercredi 8 s Suode, év., se Brigitte, ve.

s Démétrius, martyr.

jeudi 9 s Dems et s Rustique, m.

s Eleuthère, martyr.

vendredi 10 s François de Borgia, conf.

samedi 11 s Victor, confesseur.

19 Dim. 12 La maternité de la Ste-Ve. s' Tanche, vierge martyre, lundi 13 ss Lupien, ab., Edouard, roi. mardi 14 s Calixte, pape et martyr. mercredi 15 se Thérèse, vierge.

jeudi 16 s Hercliaire, abbé,

vendredi 17 sc Hedwige, veuve,

samedi 18 s Luc, çvangéliste.

20 Dim. 19 La pureté de la Sie-Vierge. s Pierre d'Alcantara, conf. lundi 20 ss Adérald, Jean de Kent,c. mardi 21 se Ursule, s Hilarion,ab., m. mercredi 22 s Adérald, se Céline, v. jeudi 23 s Romain, évèque. vendredi 24 s Magloire, évèque.

s Espain, se Parie, mart. s Crépin, s Crépinien, mart. s Chrysanthe, martyr. 21 Dim. 26 Patronage de la Ste-Vierge. s Evariste, pape et mart. lundi 27 s Florent, confesseur,

mardi 28 Zèle des Tanneurs. s Simon, s Jude, apôtres,

mercredi 29 s Bond, pénitent,

jeudi 30 s Lucain, martyr,

vendredi 31 Vigile et jeûne. s Quentin, marlyr.


OCTOBRE 1873.

29

LE SCORPION.

Les jours décroissent de

46 minutes le matin, 58 minutes le soir.

TEMPS MOYEN. PHASES

FOIRES S PH4SES

3, du Lever Couch Lever Couch de

du du de de

DEPARTEMENT DEL AUBE. Soleil Soleil, la Lune la Lune LA LUNE.

1 Pinev, Traînel. 6h.0 5h.39 3 5 58 10

2 Arcis 6 2 5 37 4 30 0 14 11

3 6 3 5 34 4 54 1 46 12 4 Chavanges. 6 4 5 32 5 15 3 813

5 6 6 5 30 5 34 4 35 14

6 Romilly. 6 7 5 28 5 52 6 2 15 P. L. le

7 Charmont. 6 9 5 26 6 12 7 29 16 6, à 5

8 6 10 5 24 6 35 8 55 17 h. 41 m.

9 Lhuîlre, Manières. 6 12 5 22 7 4 10 9 18 du mat. 10 Rosnay, Saint-Phal. 6 13 5 20 7 40 11 38 19

6 15 5 18 8 26 0 48 20

12 Marciltv-le-Hayer. 6 16 5 16 9 22 1 47 21

13 ' 6 18 5 14 10 26 2 32 22 D. Q. le

14 6 20 5 12 11 34 3 5 23 13, à 6

15 Chavanges,Ges-Chapelles 6 215 10 3 30 24 h. 33m.

16 6 23 5 8 0 43 3 50 25 du mat.

17 6 24 5 6 1 51 4 7 26

18 Chaource, Lesmont. 6 26 5 4 2 58 4 22 27

19 Bérulles, Saint-Lupien. 6 27 5 24 5 4 36 28

20 Maraye. 6 29 5 0 5 12 4 49 29

21 Vendeuvre. 6 30 4 58 6 20 5 4 1 N. L. le

22 Troyes 6 32 4 56 7 30 5 21 2 21, à 11

23 6 33 4 55 8 43 5 42 3 h. 4 m.

24 6 35 4 53 9 57 6 10 4 du mat.

25 Ervy 6 37 4 51 11 9 6 47 5

26 Brienne. 6 38 4 49 0 16 7 37 6

27 6 40 4 47 1 13 8 41 7 Dampierre, Nogent-s-S., 6 41 4 46 1 58 9 56 8

28 Ricey-H., Vauchassis.

29 6 43 4 44 2 32 11 18 9 P. Q. le

30 Dienville. 6 45 4 42 2 57 10 29, à 0

31 Marigny. 6 46 4 41 3 18 0 42 11 h. 19 m

du mat.


30

NOVEMBRE 1873.

Le Soleil entre dans le SAGITTAIRE le 22.

JOURS

de la FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE.

samedi 1 TOUSSAINT. s Bénigne, martyr.

22 Dim. 2 Les Trépassés. s Hubert des A., évèque. lundi 3 s Malachie, évèque.

... s Charles Borrômée, card.

mardi 4

s Vital, martyr.

mercredi 5 s Zacharie; grand prêtre.

jeudi 6 s Léonard, ermite.

vendredi 7 s Florent. évèque.

samedi 8 Octave de la Toussaint. .

samedi 8 Les 4 Martyrs Couronnes, s Clair, prêtre.

Dédidace de S. Sauveur.

23 Dan. 9 ..... s Théodore, martyr.

(Dédicace des Eglises.

lundi 10 ss André, cr, Triphon, m.

mardi 11 Fêle de S'-Marlin-ès-Vign. s Martin,év., se Menne, m.

mercredi 12 Fête des Sabotiers, s Martin, pape et martyr,

jeudi 13 s Didace, confesseur,

vendredi 14 s Vénérand, martyr,

samedi 15 se Gerlrude, vierge.

24 Dim. 16 Octave de la Dédicace. s Edme ou Edmond, arch. lundi 17 s Grégoire, thaumaturge. mardi 18 Dédicace S Pierre, S Paul. s Amand, abbé, mercredi 19 s Ponlien, pape et marlyr. se Elisabeth, veuve.

Jeudi 20 s Félix de Valois, coufes.

vendredi 21 PRESENT.DE LASto-VIERGE, s Albert, évèque, marlyr.

samedi 22 , Fêle des Musiciens s Edmond, roi d'Angl., m.

samedi 22 Fête des Musiciens. ge Cécile, vierge martyre.

25 Dim 2S se Félicité, martyre.

25 Dim. 23 s Clément, pape et martyr.

lundi 24 s Jean de la Croix conf.

s Chrysogone, martyr.

mardi 25 Fête des Charrons. se Catherine, vierge.

mercredi 26 s Pierre d'Alexandrie, m.

jeudi 27 s Vital, s Agricole, martyrs

vendredi 28 s Sosthène, conlesseur.

samedi 29 s Saturnin, martyr.

1 Dim. 130 1er Dimanche de l'Avent. s André, apôtre.


NOVEMBRE 1873.

31

LE SAGITTAIRE.

Les jours décroissent de

44 minutes le matin, 33 minutes le soir.

F0IRES TEMPS MOYEN. PHASES

du Lever Couch Lever Couch. de

du du de de

DEPARTEMENT DE L'AUBE. Soleil. Soleil, la Lune la Lune LA LUNE.

1 Brienne. 6h.48 4h.39 3 37 2 7 12

2 Lusigny, Piuey. 6 49 4 37 3 55 3 32 13

3 Bouilly, Plancy. 6 51 4 36 4 13 4 57 14

4 Aix-eu-Othe. 6 53 4 34 4 34 6 22 15 P. L. le

5 Chappes. 6 54 4 32 5 0 7 47 16 4,à 3h.

6 6 56 4 30 5 33 9 11 17 57 m.du

7 Chavanges. 6 58 4 29 6 15 10 29 18 soir.

8 Vilry-le-Croisé 7 0 4 28 7 8 11 35 19

9 7 14 27 8 10 0 2720 10 Chesley, Monliéramey. 7 3 4 25 9 18 1 6 21

Marigny. Mussy-s'-Seine, 7 4 4 24 10 28 1 35 22 St-Mesmin.

12 Sorameval.Ramerupl. 7 5 4 22 11 37 1 57 23 D. Q. le

13 Rigny-le-Ferron. 7 7 4 21 2 14 24 12, à 0

14 7 94 20 0245 2 29 25 h.57m.

15 Pont-s'-Seine, S'Panes-7 10|4 19 if.ga 2 43 26 du matles-Vaudes.

matles-Vaudes.

16 7 12 4 17 2 58 2 57 27

17 Lesmont. 7 13 4 16 4 6 3 11 28

18 7 15 4 15 5 16 3 27 29

19 . 7 17 4 14 6 29 3 47 30

20 Saint-Jean-de-Bonneval. 7 18 4 13 7 43 4 12 IN. L. le

21 Essoyes. 7 19 4 12 8 58 4 46 2 20, à 3

22 7 21 4 11 10 9 5 32 3 h. 46m.

23 7 22 4 10 11 10 6 32 4 du mat.

24 Soulaines. 7 24 4 9 11 38 7 43 5

25 Clérey Fstissac, Méry, , 25 h 8 0§35 9 5 6 1 Saint-Mards.

26 7 27 4 7 1 3 10 27 7

27 7 28 4 6 1 25 11 50 8 P. Q. le

28 7 30 4 6 1 43 9 27, à 8

291 7 31 4 5 2 0 1 12 10 h. 22 m.

30 7 32 4 5 2 17 2.-35 11 du mat. i


32

DECEMBRE 1873.

Le Soleil entre dans le CAPRICORNE le 21.

JOURS de la FÊTES DU MOIS. NOMS DES SAINTS.

SEMAINE.

lundi 1 Fête des Forgerons. s Eloi, évêque.

mardi 2 se Bibiane, vierge et mart.

mercredi 3 Propagation de la Foi. s François Xav.,ap. d.Ind.

jeudi 4 Fête des Artilleurs. se Barbe, vierge martyre.

vendredi 5 s Sabbas, abbé.

Fête des Sapeurs-Pompiers. samedi 6 , Fête des jeunes garçons s Nicolas, eveque.

2 Dim. 7 2e Dimanche de l'Avent. s Ambroise, docteur, lundi 8 CONCEPTION IMMACULEE DE s Euchaire, évèque. mardi 9 se Balde, vierge, mercredi 10 s Metchiade.

jeudi 11 s Damase, pape et confess.

vendredi 12 s Valéry, abbé.

samedi 13 - se Lucie, vierge martyre.

3 Dim. 14 3e Dimanche de l'Aveut. s Nicaise, évèque.

s Valérien, év. et martyr.

lundi 15 Solennité de la Conception s Eusèbe, évêque martyr.

mardi 16 s Flavit, solitaire, mercredi 17 Quatre-Temps. se Olympiade, vierge,

jeudi 18 s Gratien, évèque.

vendredi 19 Quatre-Temps. s Timolhée, martyr.

samedi 20 Quatre-Temps. s Malou , prêtre.

4 Dim. 21 4e Dimanche de l'Avent. s Thomas, apôtre, lundi 22 s Fabien, préfet romain, mardi 23 s" Victoire, vierge mart. mercredi 24 Vigile et jeûne. s Yves, évèque.

jeudi 25 NOEL. s' Eugénie, vierge mart,

vendredi 26 Solennité de Saint-Etienne, s Etienne, martyr, samedi 27 s Jean, évangéliste.

Dim. 28 Les Saints Innocents. s Théodore, abbé,

lundi 29 s Thomas de Cantorb., év. m.

mardi 30 s Eugène, évèque.

s Savinien, s Potentien, évêques martyrs,

mercredi 31 s Sirotin, martyr. s Sylvestre, pape.


DECEMBRE 1873.

33

LE CAPRICORNE.

Les jours décroissent de

21 minutes le matin, du 1er au 31, 3 minutes le soir, du 1er au 10.

Les jours croissent de 10 minutes le soir, du 10 au 31.

| FOIRES . TEMPS MOYEN. PHASES

du Lever Couch Lever Couch. de

DÉPARTEMENT DE L'AUBE. Soleil. Soleil. la Lune la Lune LA LUNE.

1 Arcis, Ervy, Brienne. 7h.34 4h. 4 2 036 3 3 57 12

2 7 35 4 4 2 59 5 20 13

3 7 36 4 3 3 28 6 43 14

4 7 37 4 3 4 5 8 3 15 P. L. le

5 7 39 4 2 4 53 9 16 16 4, à 4

6 Gyé, Saint-Mards. 7 40 4 2 5 52 10 15 17 h. 30 m.

7 7 41 4 2 6 59 11 0 18 du mat.

8 Villemaur, Dienville. 7 42 4 2 8 10 11 34 19

9 7 43 4 1 9 21 11 59 20

10 7 44 4 1 10 31 0 18 21

11 7 45 4 1 11 38 0 35 22 D Q le

12 7 46 4 1 0 50 23 11, a 10

13 Bar-sur-Seine. 7 47 4 1 0 3 44 1 3 24 h. 3 m

14 7 48 4 1 1 50 1 17 25 du soir

15 7 49 4 2 2 58 1 32 26

16 7 50 4 2 4 9 1 50 27

17 7 50 4 2 5 23 2 12 28

18 Origny-le-Sec. 7 51 4 2 0 39 2 45 29

19 Chavanges, * 7 52 4 3 7 53 3 25 30 N. L. le

20 Chaource. 7 52 4 3 8 59 4 21 1 19, à 6

21 Loches. 7 53 4 3 9 54 5 30 2 h. 59 m.

22 Pougy, S'-Phal, 7 53 4 4 10 35 6 50 3 du soir.

23 7 54 4 4 11 6 8 14 4

24 7 54 4 5 11 30 9 38 5

25 7 55 4 6 11 49 11 0 6

26 Traînel. 7 55 4 6 OS 6 7 P. Q, le

27 Dampierre. 7 55 4 7 0 23 0 2 21 8 26, à 4

28 7 564 8 6 41 1-41 9 h. 14 m.

29 Saint-Mards. 7 56 4 9 1 1 3 2 10 du soir.

30 7 56 4 10 1 27 4 24 11

31 Ramerupt. . 7 56 4 11 2 0 5 43 12

1873. 3



DOCUMENTS GÉNÉRAUX


SIGNES EMPLOYÉS DANS L'ANNUAIRE.

G. # Grand-Croix de la Légion-d'Honneur.

G. O. # Grand-Officier.

C. & Commandeur.

O. $< Officier.

& Chevalier.

f> Médaille militaire.


RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

GOUVERNEMENT

La France est gouvernée par une Assemblée nationale souveraine, nommée le 8 février 1871, par le suffrage direct et universel.

Le 1" mafs suivant, cette Assemblée a proclamé la déchéance de Napoléon III et de sa dynastie et créé le pou voir exécutif de la République française.

Le 31 août, le chef du Pouvoir exécutif a reçu le titre de Président de la République, et il en exercera les fondions sous l'autorité de l'Assemblée nationale, tant que celle-ci n'aura pas terminé ses travaux.

Le Président de la République promulgue les lois, dès qu'elles lui sont transmises par le Président de l'Assemblée nationale.

Il réside au lieu où siège l'Assemblée.

Il est entendu par l'Assemblée toutes les fois qu'il le croit nécessaire et après avoir informé de son intention le Président de l'Assemblée.

Chacun des actes du Président doit être contre-signe par un ministre.

Le Président de la République est responsable devant l'Assemblée.

Le siège du Gouvernement est à Versailles.

M. A. THIERS G. 0. ^, membre de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques, Président de la République française.

M. J. BARTHÉLÉMY SAINT-HILIIRE, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, membre de l'Assemblée nationale, Secrétaire général de la Présidence.

MINISTRES SECRETAIRES D'ETAT

Affaires étrangères : M. de Rémusat {$, membre de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques.

Agriculture : M. Teisserenc de Bort ^, membre de l'Assemblée nationale.

Finances : M. Léon Say, membre de l'Assemblée nationale.

Guerre : M. le général 'de Cissey G. 0. ^, membre de l'Assemblée nationale.


38 DOCUMENTS GÉNÉRAUX.

Instruction publique et cultes : M. Jules Simon ^, membre de l'Assemblée nationale et de l'Académie des sciences morales et politiques.

Intérieur : M. de Goulard , membre de l'Assemblée nationale.

Justice : M. J. Dufaure, garde-des-sceaux, président du Conseil d'Etat, membre de l'Assemblée nationale et de l'Académie française.

Marine : M. le vice-amiral Pothuau G. 0. ^, membre de l'Assemblée nationale.

Travaux publics : M. de Pourtou, membre de l'Assemblée nationale.

ASSEMBLEE NATIONALE

Le nombre total des représentants du peuple à l'Assemblée Nationalea été fixé à 759, non compris les colonies françaises (art. 11 du décret de Bordeauxdu31 janvier 1871 j —Le nombre de députés déterminé pour le département de l'Aube par le tableau annexé au décret du 15 septembre 1870 est de cinq. — L'élection a lieu par département, au scrutin de liste, conformément à la loi du 15 mars 1849. — L'éligibilité est réglée conformément aux dispositions du titre iv de la loi du 15 mars 1849.

La durée du mandat de l'Assemblée n'a point été limitée. — Elle est maîtresse souveraine de ses sessions. — Ses séances sont publiques, — C'est à l'Assemblée que doivent être adressées les pétitions.

Ain, 7 députés. — Bernard (Chnrles), Brun (Lucien), Cottin

(Paul), Germain, Mercier, Rive (Francisque), Tiersot. Aisne, M.—Fouquet, Ganault, Godin, Leroux aîné, Malézieux,

Soye, de Tillancourt, Turquel, Villain, Waddington, Henri

Martin. Allier, 7. — Général d'AurellesdePaladines,Martenot, Méplain.

amiral de Montaignac, marquis de Montlaur, Pâtissier (Sosthène),

(Sosthène), (Léon). Alpes (Basses-)? 3. — Allemand, Duchaffaut, Michel, Alpes (Hautes-), 2. — Cézanne, de Ventavon. Alpes-Maritimes, 4. — Bergondi, Lefèvre, Maure, Piecon. Ardèeke, S. — Broët, baron Cfraurand, Combier, Destremx,

comte de Rampon, Rouveure, Seignobos, Tailhand. Ardennes, 6. — Comte de Béthune, général Ghanzy, Gailly,

Philippoteaux, Toupet des Vignes, Mortimer-Ternaux.


DOCUMENTS GÉNÉRAUX. 39

Ariége, 5. — Aclocque, comte de Nouailhan, de Roquemaurel,

vicomte de Saintenac, Vidal (Saturnin). Aube, 5. — Blavoyer, Casimir Perier, Gayot (Amédée), Lignier,

Parigot.

Aude, 6. — Broustes, Buisson (Jules), de Guiraud (Léonce), Lambert de Sainte-Croix, comte Mathieu de la Redorte, comte de Tréville.

Aveyron, 8. — Barascud, Boisse, vicomte de Bonald, Delsol,

Deseilligny, Lortal, Pradié, de Valady. Bowhes-du-Rhône, M. — Amat, Clapier, Esquiros, Fraissinet,

Heirieis, Lanfrey, Laurier (Clément), Pelletan, Rouvier,

Tardieu, Gambetta. Calvados, 8. — Berthauld, Rocherf Delacour, Delorme, duc

d'Harcourt, de Saint-Pierre, Target, de Witt (Cornélis). Cantal, 5. — Bastid (Raymond), marquis de Castellane, Durieu,

Murat-Sistrière, Salvy. Charente, 7. — André, Boreau-Lajanadie, de Champvallier,

Ganivet (Alban), Marchand, Martell, Mathieu-Bodet. Charente-Inférieure, 10. — Bethmont, marquis de ChasseloupLaubat,

ChasseloupLaubat, Denfert, comte Duchatel, Dufaure (Jules),

baron Eschasseriaux, Mestreau, Rivaille (Arthur), Roy de

Loulay, baron de Vast-Vimeux. Cher, 7. — Amy, de Chabaud La Tour (Arthur), Duvergier de

Hauranne, Fournier (Henri), Gallicher, comte Jaubert, marquis de Vogué. Corrèze, 6. — Arfeuillères, général Billot, baron de Jouvenel,

L'Ebraly, Lestourgie, Rivet. Corse, 5. — Galloni d'Istria, Gavini, Limpérani, Rouher, Abatucci

Abatucci Côte-d'Or. 8. — Garion, Carnot fils, Dubois, Joigneaux, Levêque,

Levêque, Mazeau, Moreau. Côtes-du-Nord, ^3. — Allenou, comte de Bois-Boissel, Carré-'

Kérissouët, vicomte de Champagny (Henri), Dépasse, Flaud,

LeGall Lasalle, Huon de Pennanster, baron de Janzé, de

Largentaye, vicomte de Lorgeril, Hervé de Saisy, comte de

Treveneuc.

Creuse, 5. — Drille, marquis de La Roche-Aymon, de Lavergne,

Lavergne, (Jacques), de Saincthorent. Dordogne, 40. —de Carbonnier de Marzac, colonel de Chadois,

Daussel, Delpit (Martial), amiral Fourichon, de Fourtou,

Magne, marquis de Malleville, Mazerat, Monteil. Doubs, 6.—Fernier,Grévy (Albert), Mettetal, Monnot-Arbilleur,

de Vaulchier, Gaudy.


40 DOCUMENTS GÉNÉRAUX.

Drame, 6. — Bérenger, général Chareton, Chevandier, Clerc,

Dupuy, Malens. Eure, 8. — Besnard, duc de Broglie, l'amiral La Roncière Le

Nourv, Lepouzé, d'Osmoy, Passy (Louis), Prétavoine, de

Salvandy. Eure-et-Loir, 0. — Delacroix, marquis de Gouvion Saint-Cyr,

Lefèvre-Pontalis (Amédé), Noël-Parfait, marquis de PontoiPontcarré,

PontoiPontcarré, (Léon). Finistère, 43. — Bienvenue, de Chamaillard, Dumarnay, de

Forsanz, de Kormenguy, Lcbreton , général Le Flô, comte

de Legge, Montjarret de Kerjégu, Morvan, de Pompéry,

Rousseau, vicomte de Treveueuc. Gard, 9. — Baragnon, Boyer, Cazot, général baron de Chabaud

La Tour, duc de Crussol, baron de Larcy, de Tarteron,

marquis de Vallons, Lagét. Garonne (Haute-), tO. — D'Auberjon, de Belcastel, comte de

Breltes-Thurin, Depcyre, Galien-Arnoult, Humbert, baron

de Lassus, Piou, de Rémusat (Paul), Sacase. Gers, 6.—Comte d'Abbadie de Barrau. Bathie, Dumon, LacaveLaplagne,

LacaveLaplagne, comte de Rességuier. Gironde, M. — Bonnet, de Carayon-Latour, duc Decazes, Fourcatid,

Fourcatid, Journu, Larrieu, Léon (Adrien), marquis

de Lur Saluées, général Martin des Pallières, Princeteau,

Caduc, Sansas, Simiot. Hérault, 8. — Arrazat, Buisson, Gastelnau, Dupin (Félix), de

Grasset, vicomte de Rolez-Bénavent, Viennet, Vitalis. Ille-et-Vilaine, 42. — Bidard, Brice (René), colonel Garron,

comte de Cintré, général de Gissey, Grivart, Jouin, comte

de Kergariou. de La Rorderie, général Loysel, Roger-Marvaise,

Roger-Marvaise, 1 du Temple. Indre, 5. — Balsan, comte de Bondy, Bottard, Clément (Léon),

Dufnur.

Indre-et-Loire, S. — Gouin, Guinot, Houssard, Hulin, Wilson. Isère, 42.— Breton, Chaper, de Combarieu, Eymard-Duvernay,

Gueidan, Joctcur-Montrosier, Jourdan, Michat-Ladichère,

marquis de Quinsonas, Reymond (Ferdinand), Riondel,

Brillier. Jura, 6. — Besson (Paul), Grévy (Jules), Lamy, Reverchon, Tamisier,

Tamisier, Landes, 6. — Boucau, marquis de Dampierre, Duprat (Pascal),

de Gavardie, Lefranc (Victor), Loustalot. Loir-et-Cher, 5. — Bozérian, Ducoux, Dufay, marquis de Sers,

Tassin. Loire, 11. — Arbel, Boullier (Auguste), Callet, Ghavassieu,


DOCUMENTS GÉNÉRAUX. 41

Cherpin, Gunit, Dorian, Jullien, vicomte de Meaux, Montgolfier,

Montgolfier, Sugny. Loire [Haute-], 6. — Gallemard de la Fayette, général de Chabron,

Chabron, de Flageac, Malartre, Vinay (Henri), baron de

Vinols. Loire-Inférieure, 42. — Babin-Ghevaye, Cheguillaume, comte

de Cornulier-Lucinière, Dezanneau, Doré-Graslin, de Fleuriot,

Fleuriot, de Fermon, comte de Juigné, Lallié, de La

Rochette, de La Pervenchère, Simon (Fidèle). Loiret, 7. — Vicomte d'Aboville, Cochery, Crespin, Dupanloup

(évèque d'Orléans), comte d'Harcourt, Petau, Robert de

Massy. Lot, 6. — De Lamberterie, Limayrac (Léopold), comte Murât

(Joachim), Pagès-Duport, Rolland, de Valon. Lot et-Garonne, 6. — Comte de Bastard (Octave), Baze, de Gazenove

Gazenove Pradine, comte de Chaudonly, Faye, Sarrette.

Lozère, 3. — Comte de Chambrun, de Colombet, Roussel. Maine-et-Loire, 44. — Beulé, Chalelin, vicomte de Gumont

(Arthur), DeIavau(H.),comte de Durfort de Givrac, Joubert

(Ambroise), de La Bouillèrie, comte de Maillé, Mayaud

(Paul, Montrieux, Richard (Max). Manche, 44.—D'Auxais, comte Daru, Foubert, Gaslonde, Germonière,

Germonière, (Arthur), Savary, de Tocqueville, Le

Noël, de Saint-Germain, de Saint-Pierre.

Marne, 8. — Daupbinot, Leblond, Margaine, Perrier (Eugène), Simon (Jules), docteur Thomas, Warnier, N....

Marne (Haute-), S. — Comte de Beurges, Du Breuil de SaintGermain, prince de Joinville, baron Lesperut, PeltureauVilleneuve.

Mayenne, 7. — Bigot, Boullier de Branche, général DuboysFresnay, Gauthier de Vaucenay, Lechatelain, Le Lasseux, Vilfeu.

Meurthe-Moselle, 9. — Angelon, Berlet, Brice, Claude, Laftize, Varroy, Viox, Bamberger, Deschange.

Meuse, 6. — Benoit, Billy, Bompard, Gillon (Paulin), Grandpierre, Picard (Ernest).

Morbihan, 40. — Audren de Kerdrel, Bouché, Beauvais, Fresneau, marquis de Gouvello, l'abbé Jaffré, de Kéridec, comte de La Monneraye, de Pioger, N....

Nièvre, 7. — Comte Benoist-d'Azy, comte de Bouille, général Ducrot, Girerd (Gyprien), Lebas, Martin (Charles), N....

Nord, 28. — Baucarne-Leroux, Boduin, Bottieau, Brabant, Brame (Jules), de Brigode, de Gorcelle, Corne, Descat,


42 DOCUMENTS GÉNÉRAUX.

comte d'Hespel, Kolb-Bernard, baron de Lagrange (A.), Leurent, de Marcère, Maurice, comte de Melun, de Mérode, Pajot, Plichon, comte Roger du Nord, des Rotours, de Staplande, Testelin, Théry, Vente, Wallon, Dupont(Alfred), Deregn au court.

Oise, 8. — Comte de l'Aigle, duc d'Aumale, Desjardins, comte de Kergolay, Labitte, marquis de Mornay, Perrot, Gérard.

Orne, 8. — Ducd'Audifret-Pasquier, Beau (Améd.), Christophle, Duportail, Gévelot, Grollier, de La Sicotière, Lherminier.

Pas-de-Calais, 4 5 — Adam, comte de Bryas, de Clercq, comte de Diesbach, Douay, Dussaussoy, comte Fouler de Relingue, Hamille (Victor), Martel, Paris, marquis de Partz, de Rinequesen, de Saint-Malo, Wartelle de Retz, Levert.

Puy-de-Dôme, 44. — Baron'de Barante, Bardoux, de Chabrol, comte de Douhet, de Féligonde, de Lacombe (Ch.), Moulin, Roux (Honoré), Salneuve, Talion. Vimal-Dessaignes.

Pyrénées (Basses-), 9. — Barthe, Dasuenet, Duclerc, Dufaur (Xavier), La Caze, de Lestapis, Renaud (Michel), Chesnelong, Gontaut-Biron (Vte de,.

Pyrénées (Hautes-), S. — Adnet, Desbons, Ducuing, marquis de , Franclieu, de Goulard.

Pyrénées-Orientales, 4. — Arago (Emmanuel), Escarguel, Guilter, Lefranc (Pierre).

Rhin (Haut) — Bel fort. — Keller.

llhône, 4 3. — Ducarré, Favre (Jules), Flotard, Glas, de Laprade, Le Royer, Mancini, Millaud, Morel (Jul.), marquis deMortemari, Ordinaire, de Saint-Victor, Perret (J.-B.).

Saône (Haute-), G. — Marquis d'Andelarre, Gourcelle, Dufournel, marquis de Grammont, duc de Marinier. Rigot.

Saône-et-Loire, 4 2. — Alexandre (Charles), Boysset, Daron, Duréault, général Guillemaut, Jordan, de Lacrelelle. marquis de La Guiche, Mathieu (Ferdinand), général Pélissier (Victor), Renaud (Félix), Rolland (Charles).

Sarthe, 9. — Bernard-Dutreuil, Busson-Duviviers, Gaillaux, Gasselin deFresuay, Haentjens, marquis de Juisné, duc de La Rochefoucault-Bisaccia, marquis de Talhouët, Veillart.

Savoie, 5 — Garquet, marquis Costa de Beauregard, Guinard, Parent, Grange.

Savoie (Haute-), 5. —Chardon, Duparc, Folliet, Silva (Clément), Taberlet.

Seine, 42. —Adam (Edmond), André (Alfred), Arnaud (de l'Ariége), Bernard (Martini, Blanc (Louis), Brelay, Brisson, Brunet, Corbon, Denormandie, Dietz-Monnin, Drouin, lieutenant de vaisseau, Farcy, général Frébault, Greppo, Krantz,


DOCUMENTS GÉNÉRAUX. 43

Laboulaye-Lefebvre, Langlois, Laurent-Pichat, Lefébure, Liltré, Louvet, Marc-Dufraisse, Martin (Henri), Moreau (Ferdinand), Morin (Paul), Pernolet, Peyrat, marquis de Ploeuc, amiral Pothuau, de Pressensé, Quinet (Edgar), vice-amiral Saisset, Say (Léon), Scheurer-Kestner, Sébert, Thiers, Tirard, Tolain, Vacherot, Wolowski, N...

Seine-Inférieure, 4 6. — Ancel, Anisson-Duperron, comte de Bagneux, Buée, Buisson, Cordier, Duval (Raoul), Lanel, Lebourgeois, Nétien. Peulvé, Pouyer-Quertier, général Robert, marquis des Roys, Savoye, Vitet.

Seine-et-Marne, 7. —De Choiseul (Horace), vicomte d'Haussonville (')thenin), Jozon, de La Fayette (Orcar), de Lasteyrie, comte de Ségur (Louis), Voisin.

Seine-etOise, 44. —■ Barthélemy-Saint-Hilaire, Garnot père, Feray, Hèvre, Journault, de Jouvencel, Labélonye, Lefèvre-Pontalis (Antonin), comte de Pourtalès, Rameau, Schérer.

Sèvres (Deux), 7. — Aymé de La Ghevrelière, mar juis de La Rochejaquelin, général .Vlazure, Monnet, Ricard, Taillefert, Tribert.

Somme, 44. — De Beauvillé, Blin de Bourdon, général Changarnier, Gourbet-Poulard, amiral de Dompierre-d'Harnoy, Gauthier de Rumilly, Goblet, Magniez, de Rainneville, de Rambures, Barni.

Tarn, 7. — De Bermond, Daguilhon-Lasselve, baron Decazes, Guihal, Jamme, Jaurès (amiral), Le Camus.

Tarn-et-Garonne, 4. —. Lespinasse, de Limayrac, de Maleville Prax-Paris.

Var, 6. —■ Brun (Charles), Cotte, Daumas, Dréo, Ferrouillat, Laurier.

Vaucluse,5. — Delord(Taxile),Gent, Monier(Henri),Naquet, Pin.

Vendée, 8. — Beausire, Bourgeois, de Fontaine, Giraud (Alfred), Godet de La Ribouillerie (Louis), de Labassetièro, de Puiberneau, Vandier.

Vienne, 6. —-Ernoul, marquis de La Rochethuldn, baron Laurenceau, Merveilleux du Vignaux., Serph (Gusman), baron de Soubeyran.

Vienne (Haute-), 7. — Benoît du Buis, Mallevergne, de Peyramont, Saint-Marc-Girardin, Soury-Lavergne, Teisserenc de Bort, Charreyron.

Vosges, 8. — Aubry, Buffet, Claude, Contaut, Ferry (Jules), George, de Ravinel, Méline.

Yonne, 7. — Gharton, Guichard, Bert (Paul), Lepère, Rampont, Rathier, Raudot.


44

DOCUMENTS GENERAUX.

CONSEIL D'ETAT

Rue de Grenelle-Saint-Germain, 101.

Le Conseil d'Etat a été supprimé sous l'Empire. Il proposaitles lois ainsi que les décrets qui statuent : 1° sur les affaires administratives dont l'examen lui était déféré par des dispositions législatives ou réglementaires; 2° sur le contentieux administratif ; 3° sur les conflils d'attribulions entre l'autorité adminislrative et l'autorité judiciaire. Il donnait également son avis surtous les décrets portanl règlement d'administration publique ou qui doivent être rendus dans la forme de ces règlements.

Il n'y a plus aujourd'hui qu'une Commission dite du Conseil d'Etat.

Celle Commission est nommée par l'Assemblée nationale.

M. BuFAtmE, garde-des-sceaux, ministre de la justice, président. M. Odilon Barrot, vice-président, rue de la Ville-l'Evêque, 5.

MM.

Groalle ^ , président de la section de l'intérieur, de la justice, de l'instruction publique, des cultes et des beaux-arts , rue du Mont-Thabor, 8.

Aucoc -$*, président de la section des travaux publics, de l'agriculture, du commerce et des affaires étrangères, rue SainteAnne, 51.

Goussard 0. $fe, président de h section des finances, de la guerre, de la marine, des colonies et de l'Algérie, rue Bassedu-Rempart, 66.

Conseillers d'Etat en service ordinaire.

MM.

Vicomte du Martroy O. ïjfc, quai Voltaire, 25.

Gollignon 0. >&, boulevard Saint-Germain, 4 06.

Lieutenant-colonel Tourret O. $fe, rue des Saints-Pères, 78.

Saglio, rue de Grenelle, 77.

Tranchant ^, rue de Bellechasse, 54.

Andral, rue Saint-Lazare, 94.

Marquis de Châteaurenard, rue Duphot, 47.

Marbeau, rue Joubert, 47.

Comte'de Ségur O. ^, rue de Bellechasse, 72.

Le Trésorde la Rocque, rue des Saints-Pères, 67.

Vicomte de Montesquiou, boulev. de la Tour-Maubourg, 4.

Pascalis 0. ^, rue Solfcrino, 44.


DOCUMENTS GÉNÉRAUX. 45

Silvy, rue Garancière, 40.

De Bellomayre, rue de Marignan, 48.

Comte de Circourt, rue de Milan, 47.

Contre-amiral Bourgois C. $fc, rue Saint-Dominique, 97.

Pascal, rue Neuve-des-Mathurins, 87.

De Gaillard, rue des Saints-Pères, 3.

Conseillers d'Etat en service extraordinaire.

MM.

Amé O. $fè, directeur général des douanes, passage SainteMarie, 4 4 bis.

De Boureuille G. O. ^, secrétaire général du ministère des travaux publics, au ministère des travaux publics.

Delarbre G. $fe , directeur de la comptabilité générale au ministère de la marine et des colonies, au ministère de la marine et des colonies.

Desprez G. 0. ifê, directeur des affaires politiques au ministère des affaires étrangères, au ministère des affaires étrangères.

Dufrayer 0. ^, secrétaire général du ministère des finances, rue d'Anjou-Saint-Honoré, 47.

Durangcl $?, directeur de l'administration départementale et communale au ministère de l'intérieur, boulevard de la Tour-Maubourg, 14.

Durier (Emile), secrétaire général du ministère de la justice, au ministère de la justice.

Fournier, directeur des affaires de l'Algérie au ministère de l'intérieur, au ministère de l'intérieur.

De Franqueville G O.f, directeur général des ponts et chaussées et des chemins de fer, place du Palais-Bourbon, 3.

Grimpre! 0. ^, directeur général des contributions directes, boulevard Haussmann, 424.

Guillot ^, directeur général du contrôle et de la comptabilité au ministère de la guerre, rue du Bac, 53.

Ozenne ^5, secrétaire général du ministère de l'agriculture et du commerce, au ministère de l'agriculture et du commerce.

Provensal 0. ^, directeur général des contributions indirectes, rue Vivienne, 8.

Roy $$, directeur général de l'enregistrement et des domaines, rue des Saints-Pères, 45.

Tardif 0. ^, chef de la première division des cultes, rue du Cherche-Midi, 28.


46 DOCUMENTS GÉNÉRAUX.

Maîtres des requêtes.

MM.

De Baulny, rue Boissy-d'Anglas, 30.

Bérenger, quai Malaquais, 9.

Braun, rue de Miromesnil, 74.

Chauchat, boulevard Haussmann, 424 .

Compaignon de Marchéville, rue Tronchet, 34.

Coroudei ^, rue de la Chaise, 24.

Bon de la Coste du Vivier ^ , boulevard Haussmann, 435.

David, rue de Montalivet, 11.

Demonguot, boulevard Haussmann, 73.

Dunoyer, rue Lafayette, 6, Versailles.

Fabas, rue David, 40, Passy-Paris.

Flourens, place du Théâtre-Français, 3.

Fould, faubourg Saint-Honoré, 43.

De Franqueville ^, château de la Muette, Passy-Paris.

Griolet, rue de Pontieu, 42.

Hély d'Oissel ^, rue de la Ferme, 48.

Jacqueminot, comte de Ham, rue Saint-Pétersbourg, 22.

Laferrière, rue Gastiglione, 8.

Leblanc (Ernest) ^ , rue du Cherche-Midi, 57.

Perret O. ^, rue François 1er, 6.

De Richemont, rue de Belhchasse, 44.

Tambour, boulevard Haussmann, 44.

Tétreau, boulevard Saint-Germain, 235.

Vacherot^, impasse Royer-CoIIard, 4.

Secrétaire général du Conseil d'Etat.

M. Fouquier J$-, ayant rang et titre de maître des requêtes, rue de Rivoli, 236.

Auditeurs de 1re classe.

MM.

Billard de Saint-Laumer, rue Royale, 40.

Gomel, rue des Moulins, 42.

Le Vavasseur de Précourt ^, rue Chanveau-tagarde, 46.

Chabrol, rue Montpensier, 8.

Mayniel, rue du Cirque, 5 bis.

Mathéus, rue Beaujon, 4 8.

Marguerie, rue des Saints-Pères, 74,

Blin de Varlemont, rue de Vemeuil, 44.

Marques di Braga, boulevard Saint-Germain, 227.

Vergniaud, place Bréda, 8,

Auditeurs de 3e classe. (A nommer.)


DOCUMENTS GÉNÉRAUX. 47

Section de l'Intérieur, de la Justice, de l'Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arns.

Conseillers d'Etat : MM. Groalle, président. — Andral. —

Marbeau.—Comte de Ségur. — Silvy.—Durangel. —Durier

(Emile). — Fournier. — Tardif. Maîtres des requêtes : MM. Compaignon de Marchéville. —

Coroudei. — Bon de la Coste du Vivier. — De Franqueville.

— Jacqueminot. Auditeurs : MM. Marguerie. — Blin de Varlemont.

Section des Travaux publics, de l'Agriculture, du Commerce, et des Affaires étrangères.

Conseillers d'Etat : MM. Aucoc, président. — CoIIignon. — Saglio. — Marquis de Châteaurenard. — De Gaillard. — De Boureuille. — Desprez. — De Franqueville. — Ozenne.

Maîtres des requêtes : MM. Bèrenger. — Ghauchat..— Demon^ geot. — Dunoyer-Griolet.

Auditeurs : MM. Gomel. — Chabrol.

Section des Finances, de la Guerre, de la Marine, des Colonies et de l'Algérie.

Conseillers d'Etat : MM. Goussard, président. — LieutenantColonel Tourret. — Le Trésorde la Rocque. — Comte de Circourt. — Contre-amiral Bourgois. — Amé. — Delarbre. — Dufrayer. — Grimprel. — Guillot. — Provensal. — Roy.

Maîtres des requêtes : MM. Fabas.— Hély d'Oissel. — Leblanc (Ernest). De Richemont. — Vacherot.

Auditeurs : MM. Marques di Braga, Vergniaud.

Section du Contentieux. M. Odilon Barrot, vice-président du Conseil d'Etat, président. Conseillers d'Etat : Vicomte du Martroy. — Tranchant. —

Vicomte de Montesquiou. —Pascalis; — De Bellomayre. —

Pascal. Maîtres des requêtes : MM. De Baulny. — Braun. — Flourens.

— Fould. — Tambour. — Tétreau. Auditeurs : MM. Billard de Saint-Laumer. — Le Vavasseur. -^

De Précourt. — Mayniel. — Mathéus.

Commissaires du Gouvernement.

Maîtres des requêtes : MM. David. — Laferrière. — Perret.


48 DOCUMENTS GÉNÉRAUX.

RÉSIDENCES DIPLOMATIQUES

ALLEMAGNE, rue de Lille, 78. AUTRICHE, rue Las-Cases, 9 et 7. BAVIÈRE, rue de Berry, 5. BELGIQUE, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 453. BOLIVIE (République de), avenue Joséphine, 59. BRÉSIL, rue de Téhéran, 43 et 47. CHILI, avenue de Messine, 49. CONFÉDÉRATION ABGENTIHE, rue de Berlin, 5. CONFÉDÉRATION GRENADINE, rue du Luxembourg, 3, GOSTA-RICA, place de la Bourse, 4. DANEMARCK, rue de l'Université, 37.

DOMINICAINE (République), rue du Faubourg-Poissonnière, 477.. EQUATEUR (République de 1'), boulevard de Strasbourg, 49. ESPAGNE, quai d'Orsay, 25. ETATS-ROMAINS (voir Saint-Siège). ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE, avenue Uhrich, 75. ETATS-UNIS DE COLOMBIE, rue du Luxembourg, 3. GRANDE-BRETAGNE ET IRLANDE, rue du Foubourg-St.-Honoré, 39. GRÈCE, rue Vézelay, 9.

GUATEMALA (République de), rue Labruyère, 54. HAÏTI (République d'),rae de Berry, 44. . HAWAÏ (îles Sandwich), avenue de la Reine-Hortense, 43. HONDURAS (République de), rueDecamps, 27, et avenue de l'Empereur, 88. ITALIE, avenue des Champ-EIysées, 6. MONACO, avenue du Gours-la Reine, 20. NICARAGUA (République de), avenue Gabrielle, 44. PARAGUAY, boulevard Malesherbes, 44. PAÏS-BAS, rue Montaigne, 9. PÉROU, rue Ponthieu, 66.


DOCUMENTS GÉNÉRAUX. 41)

ROUMANIE, rue d'Argcnson, 4.

RUSSIE, rue Grenelle-Saint-Germain, 79.

SAINT-MARIN (République de), avenue du Gours-la-Reine, 20.

SAINT-SIÈGE, rue Saint-Dominique-Saint-Germain, 402, et rue

de la Bibliothèque, 4 0, à Versailles. SAN-SALVADOR (République de), boulevard Haussmann, 27. SUÈDE ET NORVÈGE, rueRovigo, 22. SUISSE, rue Blanche, 3. TURQUIE, rue Laffite, 47.

URUGUAY (République orientaledel'), boulevard Haussmann, 468. VÉNÉZULA, faubourg Poissonnière, 32.

187S. 4


50

DOCUMENTS GENERAUX.

TABLEAU ADMINISTRATIF & STATISTIQUE

i NOMS KOBÏS KOMS

des des des

nÉPAETEMENTS. PREFETS. CHEFS-LIECX.

! MM.

i Ain Rousseau. Bourg.

! Aisne Audoy(A).. Laon.

.! Allier Comte de Fradel. Moulins.

'| Alpes (Basses-) Picquel-Damesme. Digne.

i Alpes (Hautes-) Chais (Cjprien). Gap.

I Alpes-Maritimes Mi'lt.dcVillencuve«Bargemont Nice.

Ardèche Sazerac de Forge. Privas.

Ardennes . . Tirman. Mézières.

Ariège Burin du Buisson. Fois.

Aube Paul Cambou. Troyes.

Aude Lorois. Carcassonne.

Aveyron Doncieux. Rhodez.

i Bouehes-du-Rhôno . . Limbourg. Marseille.

Calvados A. Ferrand. Caen.

Cantal De Chazelles. Aurillac.,

Charente Baron de Landsdorff. Angoulême.

Charente-Inférieure.. Tenaille-Saligny. La Rochelle.

! Cher Camescasse. Bourges.

! Corrèze De Lajonkaire. Tulle.

Corse E. Poubelle. Ajaccior

Côle-d'Or De Brancisn. Dijon.

Côles-du-Nord De Flavlgny. Saint-Brieue.

Creuse Amiard. Guére-t.

Dordogne De Touslain du Manoir. Périgueux.

Doubs De Cardon de Sondran. Besançon.

Drôme Diard. Valence.

Eure Sers. Evreux.

Eure-et-Loir De Perlhuis. Chartres.

Finistère Pihoret. Quimper.

Gard De Champvans. Nîmes.

Garonne (Haute-). . . . Ch. Ferry. Toulouse.

Gers Du Gabé. Auch.

Gironde Duval (Ferdinand). Bordeaux.

Hérault Pougny (E.) Montpellier.

Ille-et-Vilaine Comte de BariheleMy. Rennes.

i Indre Baron de Crisenoy Châteauroux.

Indre-et-Loire Albert Decrais. Tours.

Isère André (Ph.) Grenoble.

Jura Paul Dumarest. Lons-le-Saulnier

Landes Sers (Charles). Mont-de-Marsan.

Loir-et-Cher Hendlé. Blois.

Loire Ducros (J.) Saint-Etienne.

Loire (Haute-) De Malai tic. Le Puy.

Loire-Inférieure Albert Le Guay. Nantes.


DOCUMENTS GENERAUX.

51

DE LA FRANCE.

Population Superficie Population Distance Nombre Nombre Nombre

des fixe de Paris en d'aviondépartemts

d'aviondépartemts chef-lieu myrtamèt. dis- de de

en 1872. hectares. en 1872. kilomèt. sements. cantons. commnes

363290 574822 14280 33 2 5 36 451

552439 735774 10365 12 9 5 37 837

390812 742272 20385 28 8 4 28 317

139332 690919 6877 75 0 5 30 251

118898 558961 8927 67 2 3 24 189

199037 383900 52377 88 0 3 25 149

380277 550004 7836 60 8 3 31 339

320217 523242 4312 23 5 5 31 499

246298 478401 6706 77 0 3 20 336

255687 610608 38113 16 1 5 26 446

285927 631626 23644 78 5 4 31 435

402474 882171 12111 60 4 5 42 287

554911 601960 312864 83 3 3 27 107

454012 551867 41210 22 3 6 37 765

231867 574146 11098 55 4 4 23 262

367520 58S803 25928 44 3 5 29 426

465653 716814 19506 47 3 6 40 479

335392 719834 31312 23 2 3 29 291

302746 594843 13681 48 0 3 29 287

258507 874741 16545 108 9 5 62 362

374510 876956 42573 30 4 4 36 717

622295 688332 15253 45 1 5 48 384

274663 599455 5725 34 5 4 25 261

480141 898274 21864 49 9 5 '47 582

291251 600000 49401 38 8 5 27 638

320417 653957 20668 56 0 4 29 367

377674 596638 13350 10 4 5 36 700

282622 692252 19580 8 8 4 24 426

642963 693384 13159 54 9 5 45 284

420131 582867 62394 71 3 4 39 345

479302 629601 124852 70 6 4 39 578

284717 625868 13087 68 5 5 29 4<i5

705149 1082522 194055 56 1 6 48 549

429878 630935 57727 75 0 4 36 332

589532 672249 52044 52 3 6 43 350

277693 652162 18670 25 7 4 23 245

317027 610697 43368 23 6 3 24 281

575784 762367 42660 64 3 4 45 552

2*7634 503364 10701 40 9 4 32 583

300528 932134 8615 70 2 3 28 330

268M11 635092 19860 17 9 3 24 297

550611 476109 110814 46 4 3 30 323

308732 492784 19233 61 0 3 28 262

6022U6 706285 118517 42 7 5 45 213


DOCUMENTS GENERAUX.

TABLEAU ADMINISTRATIF & STATISTIQUE

INOMS NOMS NOMS

des des des

DÉPARTEMENTS. PBÉFETS. CHEFS-LIEUX.

MBI.

Loiret Albert Gigot. Orléans.

Lot Servais. Cahors.

Lot-et-Garonne Welche. Agen.

Lozère Comte A. de Rocheforl. Mende.

Maine-et-Loire..... Baron Le Guay. Angers.

Manche .' Vaulhier. Saint-Lô.

Marne Jousserandot. Châlons.

Marne (Haute-) Grangier de la Marinière. Chaumont.

Maveune De Basson court. Laval.

MeûrlheetMoselle... Dnniol. Nancy.

Meuse Vimont. Bar-le-Duc.

Morbihan Delpon (Ch ) Vannes.

Nièvre Odent (Paul.) Nevers.

Nord Baron Séguier. Lille.

Oise Choppin Beauvais.

Ojne De Vaufreland. Alencon.

Pas-de-Calais Comte de Rambuteau. Arras.

Puy-de-Dôme Delmas (Albert). Clermonl.

J Pyrénées (Basses-).. . Marquis de Nadaillac. Pau.

Pyrénées (Hautes-). . Ferand. Tarbes.

Pyrénées Orientales. . Babaud-Laribière. Perpignan. Rbin (Haut-)territoire

de Belfort Le Bleu, administrateur. Belfort.

Rhône.. N... Lyon.

Saône (Haute-) De Bardonnet. Vesoul.

Saône-el-Loire Régnault. Mâcon.

Sarthe Ch Tassin. Le Mans.

Savoie J. de Tracy. Chambéry.

Savoie (Haute-) Philippe (Jules.) Annecy.

Seine A. Calmon. Paris.

Seine-Inférieure.... Lizot. v Rouen.

Seine-et-Marne.. ... Foucher de Caril. . Melun.

Seine-et-Oise Marquis de Chambon. Versailles.

Sèvres (Deux-).. .... Mahoû (L.) Niort.

Somme De Guérie. Amiens.

Tarn., Lauras (Paul). Alby.

j TanietGaronne. . . . Daunassan. Monlauban,

Var Laporterie. Draguignan.

Vaucluse Dauzon. Avignon.

Vendée Gauja. La Roche-s-Yon.

Vienne Lavedan (Léon.) Poitiers.

Vienne (Haute) Baron Coltu. , Limoges.

Vosges De Bligniéres. Epinal.

Yonne Ribiére (H.) Auxerre.


DOCUMENTS GÉNÉRAUX,

55

DE LA FRANCE.

Population Superficie Population Distance Nombre Nombre Nombre

des fixe de Paris en d'arron.

en du myriamèt. d'arron- de de

départemt. du lieu et disen

disen hectares. en 1872. kilomèt. sements. cantons. commne

353021 675191 48976 11 5 4 31 349

281404 398406 14593 59 6 3 29 315

319289 534628 18887 73 1 4 35 316

135190 514795 6906 56 7 3 24 193

518471 718807 58464 30 2 5 34 380

544776 577382 9287 28 5 6 48 644

386157 820273 16453 17 0 5 32 664

251196 625403 8600 26 2 3 28 550

350637 513841 26343 28 3 3 27 274

355137 52978 31 7 4

284725 620555 15175 23 3 4 28 587

490352 695761 14690 45 9 4 37 243

339917 686619 22276 23 4 4 25 313

1447764 567863 158117 24 1 7 60 660

396804 581424 15551 7 2 4 35 700

398250 989306 16037 19 3 4 36 510

761158 660000 27329 19 3 6 44 903

566463 800679 37357 38 2 5 50 444

426700 457832 27300 75 6 5 40 557

235156 464531 16565 75 6 3 26 476

191856 411376 27,78 84 6 3 17 230

56781 8030 42 3

670247 270424 323417 46 8 2 29 258

303088 515000 7716 36 2 3 28 583

598344 836410 17453 40 1 5 49 588

446603 620592 46981 21 4 4 33 386

267958 638420 19144 60 » 4 29 325

273027 638439 11581 44 » 4 28 310

2220060 47453 1851792 » » 3 28 71

790022 603463 102470 12 6 5 51 758

341490 595980 11130 4 5 5 29 528

580180 560582 61686 19 6 36 684

331243 607350 21344 41 1 4 31 355

557015 604436 63747 12 8 5 41 832

352718 571821 17469 65 7 4 35 317

221610 307697 25624 64 1 3 24 194

293757 730000 9446 86 4 3 27 144

263451 355429 38196 72 9 4 22 149

401446 680775 8841 41 3 3 30 298

320598 697301 30036 33 8 5 31 296

322447 551733 55134 37 1 4 27 201

392988 607994 11847 37 8 5 30 548

363608 738906 15631 16 8 5 37 485


54

DOCUMENTS GENERAUX.

ARCHEVÊQUES & ÉVÊQUES DE FRANCE

ARCHEVÊQUES NES ANNÉES

DIOGESES. et de

ÉVÊQUBS. l'an leur sacre.

PARIS... Guibert. 1802 1871

Chartres Regnault 1800 1852

Meaux... Allou 1797 1838

Orléans........... Dupanloup 1802 1849

Blois Pallu du Parc 1804 1850

Versailles Mabile 1800 1851

CAMBRAI Régnier. 1794 1850

Arras Lequelle 1811 1866

LYON et VIENNE. ... Ginoulhiac. 1806 1870

Aulun DeMarguerye. 1802 1836

Langres Guerrin 1793 1852

Dijon Rivet 1796 1838

Saint-Claude Nogret 1798 1862

Grenoble Paulinier 1815 1870

ROUEN De Bonnecbose........ 1800 1863

Bayeux Hugonin. 1823 1867

Evreux Grolleau 1828 1870

Séez Rousselet 1795 1844

Coutances Bravard 1811 1862

SENS et AUXERRE.. Bernadou.. 3816 1867

Troyes Ravinet 1801 1861

Nevers Forcadè 1816 1647

Moulins....... De Dreux-Brézé........ 1811 1850

REIMS Landriot 1816 1866

Soissons Dours.... 1809 1864

Chàlons Meignan , 1817 1865

Beauvais Gignoux 1799 1842

Amiens Boudinet 1806 1856

TOURS Fruchaud 1811 1871

Le Mans Fillion 1817 1858

Angers Froppel . 1829 1870

Nantes.... Fournier 1803 1870

Laval Wicart 1799 1845

BOURGES .......... De La Tour d'AuvergneLauraguais

d'AuvergneLauraguais 1861

Clermont Féron 1793 1834

Limoges Duquesnay. . 1814 1871

LePuy...... Lebreton 1805 1863

Tulle Berteaud 1798 1842

Saint-Flour De Pompignac 1802 1857

ALBY Lyonnet 1801 1865

Rodez Bourret ......... 1824 1871

Cahors Grimardias 1813 1866

Mende Saivet 1872

Perpignan. Kamadié 1812 1865

BORDEAUX Donnet, cardinal.... 1795 1852


DOCUMENTS GENERAUX.

55

ARCHEVÊQUES & ÉVÊQUES DE FRANCE

ARCHEVÊQUES NES ANNÉES

DIOCESES. et , de

ÉVÊQUES. l'an leur sacre.

Agen D'Outremont 1725 1871

Angoulême Sébaux . 1872

Poitiers Pie 1815 1S49

Périgueux Dabert 1811 1863

La Rochelle Thomas 1826 1S67

Luçon Colet 1806 1861

La Basse-Terre (G.). N

Le Fort de France.. Fava 1826 1871

S'-Denis (île Réun.). Delonnoy 1824 1872

AUCH Gérault de Langalerie . 1810 1871

Aire Epivent 1805 1859

Tarbes Pichenot 1816 187o

Bayonne Lacroix 1793 1837

TOULOUSE et NARBONNE Desprez 1807 1859

Moutauban Legain 1809 1871

Pamiers Bellaval 1802 1858

Carcassonne Lenilleux 1872

Aix, ARLES et EMBRUN. N

Marseille Place 1814 1866

Fréjus et Toulon... Jordany . 1798 . 1856

Digne Meirieu 1800 1849

Gap Guilbert 1812 1867

Ajaccio De Gaffory 1810 1872

Nice Sola 1791 1858

Alger Lavigerie 1825 1863

BESANÇON Mathieu, cardinal... . 1796 1833

Strasbourg Raess 1734 1841

Metz Dupont des Loges. .. . 1804 1843

Verdun Hacquard 1819 1867

Belley Richard 1819 1872

Saint-Dié Caverot 1806 1849

Nancy Foulon 1823 1867

AVIGNON Dubreuil 1805 1863

Nîmes Plantier 1813 1855

Valence Gueullette 1808 1865

Viviers Delcusy 1794 1857

Montpellier Le Courtier 1799 1861

RBNNES Brossais Saint-Marc.. . 1803 1859

Quimper Nouvel 1814 1872

Vannes Bécel 1825 1866

Sainl-Brieuc David 1812 1862

CHAMBÉRY Billet, cardinal 1783 1826

Annecy Magnin 1802 1861

S-Jean-de-Maurienne Vibert 1800 1841

Tarentaise Gros 1801 1867


56 DOCUMENTS GÉNÉRAUX.

DIVISIOS ADMINISTRATIVE DE LA FRANGE.

Le recensement de la France s'est opéré dans le cours de l'année 1872.

La France a pour chaque département un préfet, un conseil de préfecture, un conseil général du département, une cour d'assises, un général commandant la subdivision, un directeur de l'enregistrement et des domaines, un directeur des contributions directes, un directeur des contributions indirectes, un trésorier payeur général, un ingénieur en chef des ponts et chaussées, un inspecteur d'académie, un directeur des postes, et un sous-intendant militaire résidant ordinairement au cheflieu.

Il y.a par arrondissement un sous-préfet, un conseil d'arrondissement, un tribunal de première instance,- un receveur particulier des finances résidant au chef-lieu d'arrondissement. Le préfet remplit les fonctions de sous-préfet dans le chef-lieu d'arrondissement qui est en même temps chef-lieu de déparlement.

Il y a un juge de paix par canton, un maire et un ou plusieurs adjoints par commune, ainsi qu'un conseil municipal.


ANNUAIRE DE L'AUBE

REMIERE PARTIE

NOMENCLATURE DES AUTORITES

ET DES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS


Division

DE LA PREMIÈRE PARTIE DE L'ANNUAIRE.

1°. Département de l'Aube.

2°. Arrondissement de Troyes.

3°. Ville de Troyes.

4°. Arrondissement d'Arcis-sur-Aube.

5°. Arrondissement de Bar-sur-Aube.

6°. Arrondissement de Bar-sur-Seine.

7°. Arrondissement de Nogenl,-sur-Seme.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE

Députés au Corps Législatif

M. CASIMIR PERIEE, propriétaire à Pont-sur-Seine. — 76, rue Galilée, Paris.

M. Amédée GAYOT, propriétaire à Troyes. — 24, rue du VieuxVersailles, Versailles.

M. PARIGOT, propriétaire à Troyes.— 24, rue du Vieux-Versailles, Versailles.

M. Arsène BLAVOYER, propriétaire à Foolz-Bourguignons. — 99, rue Neuve-des-Petits-Champs , Paris.

M. LIGNIEE, propriétaire à Pougy. — -10, rue Mademoiselle, Versailles.



DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 61

PREFECTURE

Le Préfet est chargé en chef de l'Administration civile du département. Il est nommé par le Président de la République. Il est à la fois le délégué de l'autorité gouvernementale, dont il fait exécuter les lois et les décrets, et le représentant des intérêts spéciaux du département.

Le Préfet agil soit seul, soit avec le concours du Conseil général et du Conseil de préfecture. L'administration des communes et des établissements publics est presque entièrement placée sous son autorité par le décret du 25 mars 1852 sur la décentralisation administrative. II peut suspendre les Maires, les Adjoints et les Conseils municipaux (loi du 5 mai 1855, art. 2 et 13), et déclarer démissionnaire tout membre du Conseil qui, sans motifs légitimes, a manqué à (rois convocalions successives Il nommait autrefois les Maires et les Adjoints des communes, non chefs-lieux de canton, dont la population est au-dessous de 3,000 habitant^. Cette attribution a été supprimée par la loi du 14 avril 1871.

En cas d'empêchement ou d'absence, le Préfet ne peut déléguer ses fonctions qu'au Secrélaire général ou à l'un des membres du Conseil de préfecture. La délégation doit être approuvée par le Ministre de l'intérieur lorsqu'elle est motivée par un voyage hors du département.

Les Préfets ont été institués par la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800.)

MM.

PAUL CAMBON, préfet de l'Aube.

RONDINEAU, secrétaire-général, place de la Banque.

CONSEIL DE PRÉFECTURE.

MM.

Le vicomte GRUNDLER, vice-président, r. Jaillant-Deschainets. 6. BRUNCK, rue de l'Hôtel-de-VilIe. Léopold GRAVIER, rue de l'Hôtel-de-Ville.

Greffe du Conseil. M. L. GRÉ, chef de division, secrétaire-greffier, rue de Paris, 42.


62 DÉPARTEMENT DE L AUBE.

Attributions et Compétence du Gonseil de préfecture

Les Conseils de préfecture ont été créés par la loi du 28 pluviôse, an vin (17 février 1800.) — Les Conseillers sont nommés par le Président de la République ; leur nombre est fixé à trois pour le département de l'Aube (décret du 28 mars 1852). — Lorsque le Préfet assiste au Conseil, il le préside; en cas de partage, il a voix prépondérante. —Le Secrétaire général remplit les fonctions de commissaire du gouvernement.

Les attributions du Conseil de préfecture sont contentieuses ou purement consultatives. Les premières sont nombreuses et importantes; elles comprennent principalement : 1° Les contestations et demandes en décharge ou réduction des contributions directes; — 2° les difficultés soulevées contre l'administration par les entrepreneurs de travaux et par les concessionnaires de marchés ou entreprises de fournitures pour les divers services publics; — le réglement des indemnités et dommages intérêts auxquels ces travaux et fournitures peuvent donner lieu; — 3° les contestations relatives aux concessions du domaine public et des domaines nationaux, au transfert des rentes, aux adjudications des bois de l'État et autres opérations forestières'; — 4° les autorisations de plaider demandées par les communes; — 5° la répression des contraventions contre les règlements de grande voirie, de la navigation, de police du roulage et'des chemins de fer ; — 6° les réclamations relatives à la validité des élections communales et départementales sauf les questions de capacité' légale des Conseillers qui doivent être déférées aux tribunaux civils (lois du 22 juin 1833 et du 5 mai 1855).

Les attributions consultatives du Conseil de préfecture consistent dans les avis à donner sur certaines matières qui sont de la compétence du Préfet et qui sont relatives : 1° aux- expertises faites pour Vfa valuation des terrains occupés en vertu de la loi du 16 septembre 1807

— 2° aux réclamations concernant le cadastre (loi du 15 septembre 1807);

— 3° aux demandes en autorisation des établissements insalubres de première classe (décret du 15 octobre 1810) ; — Ao à la perception du droit des pauvres sur les spectacles (arrêté du gouvernement du 10 thermidor an xi); — 5° aux transactions faites par les communes (arrêté du 21 frimaire an XII); — 6° au mode de jouissance des biens communaux (décret du 9 brumaire an XIII);— 7° à la fixation des droits de régie à payer par abonnement sur les boissons (loi du 28 avril 1816);,— 8° à la contribution par les propriétés de l'État aux dépenses des chemins communaux (loi du 28 juillet 1824);.— 9° à l'adjudication des travaux des ponts et chaussées (ordonnance du 10 mai 1829) ; — 10 à l'annulation des délibératio..s prises par les Conseils municipaux sur des objets étrangers à ses attributions ; — 11° à l'approbation des évaluations cadastrales (règlement du 15 mars 1827); — 12° au règlement des subventions pour dégradations extraordinaires des chemins vicinaux


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 6.3

(loi du 21 mai 1836); — 13° à l'inscription d'office aux budgets des communes des fonds non votés par les Conseils municipaux pour le- dépenses obligatoires (loi du 18 juillet 1837); — 14° à l'annulation des actes du Conseil général dans le cas où il se serait réuni illégalement (loi du 22 juin 1833).

Le Conseil de préfecture est le tribunal de première instance de la justice administrative ; tous ses arrêtés peuvent être déférés au Conseil d'Etat qui statue en dernier ressort. — Le mode de procédure devant le Conseil de préfecture n'est réglé par aucune loi. Les réclamations ou actes introductifs d'instance sont adressées au Préfet qui les remet au Conseil. — Les décisions contentieuses de ce Conseil ne peuvent être annulées pour vice de forme, les conditions requises pour la régularité des jugements des tribunaux civils ne leur étant pas applicables. Ils ont néanmoins l'effet des jugements ordinaires et emportent hypothèque e contrainte par corps.

Le pourvoi au Conseil d'État doit être présenté dans les trois mois de la notification des arrêtés.

La loi du 21 mars 1832 sur le recrutement appelle un conseiller de préfecture à faire partie du Conseil de révision.

Le Conseiller de préfecture le plus ancien en fonctionsest chargé d'intenter ou de soutenir au nom du département les litiges pouvant survenir avec l'Etat (loi du 10 mai 1838). '

Les Conseillers de préfecture sont nommés à vie, mais ils sont amovibles. ,

Le Conseil tient ses séances à l'Hôtel de la Préfecture, le vendredi do chaque semaine. L'audience est publique.

BUREAUX DE LA PRÉFECTURE.

Les bureaux de la Préfecture sont ouverts au public tous les jours, de midi à deux heures, et le samedi de midi à quatre heures. — Il n'est fait exception à cette règle que pour les bureaux du visa des récépissés, des légalisations et des passeports, qui restent ouverts tous les jours, de dix heures du matin à quatre heures du soir.

MM. les chefs de division ont seuls qualité, soit pour communiquer les documents qu'on voudrait consulter, soit pour fournir les renseignements qu'on désirerait obtenir.

HEURES D'OUVERTURE ET AUDIENCES.

M. te Préfet reçoit tous les jours, de deux heures à quatre heures, 'M. le Secrétaire-général de la préfeclure reçoit tous les jours.

CABINET DU PRÉFET.

M. Adrien BLONDEL, Chef, à la Préfecture.

Ouverture et distribution de la correspondance; — affaires confidentielles et réservées ; — demandes d'audience.


64 DEPARTEMENT DE L AUBE.

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL.

M. RONDINEAU, secrétaire-général, place de la Banque, 14.

Surveillance des bureaux, des archives, de la bibliothèque administrative et de la transcription des arrêtés du Préfet, ainsi que des actes administratifs de la préfecture sur les registres et le répertoire à ce destinés.

Délivrance et signature des expéditions et ampliations;— légalisations.

Rapports du Préfet avec le Conseil de Préfecture. — Tenue du rôle des affaires et du registre des arrêtés ; — délivrance des expéditions.

Affaires et signatures déléguées.

BUREAUX DE LA PREFECTURE. 1re Division.

M. L. CRÉ, chef de division, rue de Paris, 42. 1er hureau : M. BASTIEN, chef, rue Gambey.

Recrutement; — affaires militaires; — sapeurs -pompiers; — listes électorales;

— élections;—jury; — police générale et municipale; — service télégraphique;

— service des postes; — imprimerie et librairie; — chasse;— police sanitaire;— agriculture, commerce et industrie; —statistique générale; — contributions directes et indirectes ; — instruction primaire ;— service des aliénés; — institutions de prévoyance.

2<= Bureau : M. DUBRUY, chef, rive droite du canal.

Chemins de fer; — routes nationales et départementales; — usines; —irrigations ; — associations syndicales; — service vicinal ; — voirie urbaine; — police de la grande et de la petite voirie.

2e Division. Administration départementale et communale. M. GÉRAED-BOILLETOT ^, chef de division, rue Glaude-Huez, 25. 1er bureau : M. Arsène BLONDEL, chef.

Administration départementale ; — acquisitions ; — aliénations ; — échanges ; bâtiments et mobiliers ; — baux, dons et legs ; — archives ; — inventaires, etc.; — contentieux.

Administration communale; — octrois communaux; — location de places dans les halles, foires et marchés ; — abattoirs, — droits de pesage et de mesurage publics; — biens communaux ; —■ amodiations;— acquisilions; — aliénations;

— échanges et usurpations; — jouissance eu nature ; — parcours et vaine pàtnre ;

— legs et donations ; — contentieux.

Hospices et bureanx de bienfaisance; — commissions administratives; — régime intérieur; — administration générale; — acquisitions, ventes, échangés; ■— constructions ; — réparations ; — dons et legs ; — secours périodiques ; — comités consultatifs; — contentieux.

Travaux communaux; — mairies; — églises; — presbytères; — maisons d'école, etc.; — demandes de secours; — archives et mobiliers communaux et hospitaliers; — inventaires, classement, entretien, etc.

Cimetières communaux ; établissement de nouveaux lieux de sépulture; — translations; — agrandissement; — clôture et entretien; — concessions de terrain pour sépultures particulières; — tarifs, etc.

Circonscriptions territoriales; — érections; — divisions et suppressions de communes.

Secours pour les eaux,


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 65

Secours d'extrême misère.

Enfants assistés; — inspection; — admission dans les hospices; — secours temporaires, etc.

Fabriques des églises; — personnel ; — acquisitions ; — aliénations ; — échanges; — dons et legs ; — contentieux.

Congrégations et communautés religieuses; — reconnaissance légale ; — dons et legs ; — acquisitions ; — aliénations ; — transactions, etc.

Prisons départementales et maison centrale de Clairvaux ; — administration et régime économique; — dépôts de sûreté, etc.

Forêts communales et domaniales; — coupes ordinaires et extraordinaires ; — affouages; — droits d'usage ; — cantonnements; — taxes; — aménagements; — défrichements, etc.

Domaines; — administration des domaines de l'Etat ; — acquisitions; — aliénations et échanges ; —successions en déshérence ; — instances judiciaires et administratives, etc.

2ê bureau : M. MATET, chef.

Comptabilité générale; — caisse des retraites des employés départementaux. Comptabilité départementale; — budgets et comptes du département. Comptabilité des communes et des établissements de bienfaisance.

SERVICES SPÉCIAUX. MM.

DECART ^, agent-voyer en chef du département, rue de la Paix. D'ARBOIS DE JUBAINVILLE^, archiviste du départemt, rue du Paon. ROUSSEL, architecte du département, mail des Blanchisseurs. PESME, inspecteur des enfants assistés, rue des Quinze Vingts.

Conseil Général

(Loi du 10 août 1871).

Le Conseil général a, chaque année, deux sessions ordinaires : l'une qui commence de plein droit le lundi qui suit le 15 août, sur la convocation du préfet (elle ne peut être retardée que par une loi) ; — la seconde a lieu au jour fixé par le Conseil général dans la session du mois d'août précédent

Le Conseil général fait son règlement intérieur et nomme ses président, vice-présidents et secrétaires.

Le préfet a entrée au Conseil général; il est entendu quand il le demande, excepté lorsqu'il s'agit de l'apurement de ses comptes.

Les séances du Conseil sont publiques. Néanmoins, sur la demande de cinq membres, du président ou du préfet, il peut se former en comité secret. — Le compte-rendu sommaire et officiel des séances, ainsi que les procès-verbaux de ces séances, sont rédigés par ses secrétaires. Les journaux ne peuvent apprécier une discussion du Conseil général sans reproduire eu même temps la port.on du compte-rendu afférente à celte discussion.

Le Conseil, pour préparer ses travaux et faciliter ses délibérations, se divise en quatre commissions, auxquelles est renvoyé l'examen des affaires.

1873. 5


66 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

1°. Commission des Finances et de l'Instruction publique. Elle comprend le répartement des contributions, les comptes, le budget déparlemental, le cadastre, l'instruction publique, le service des enfants assistés et des aliénés, le règlement des pensions de retraite, les encouragements et demandes de secours de toute nature et toute proposition de crédit qui ne rentre pas dans les attributions d'une autre commission. — 2° Commission des Voies de communication. Elle comprend les roules nationales et départementales, les chemins vicinaux, les chemins de fer et les voies navigables, en un mol, tout ce qui louche à la viabilité — 3° Commission des Bâtiments chargée d'examiner tout ce qui concerne la cotislruction, les réparations et l'entretien des édifices départementaux, le mobilier de la préfecture, des sous-préfectures et tribunaux, et les demandes de secours relatives à la conservation des monuments historiques ou religieux.— 4°. Enfin la commission des Voeux divers pour toutes les affairés qui ne rentrent pas dans les attributions spéciales des trois autres commissions.

Le Conseil général conserve néanmoins la faculté de renvoyer à des commissions spéciales les affaires qui paraîtraient de nature à exiger un examen particulier.

Chaque année, à la fin de la session d'aoùt, le Conseil général élit dans son sein une commission départementale qui doit, en dehors des sessions, se réunir au moins une fois par mois.

Celle commission règle les affaires qui lui sont renvoyées par le Conseil général, dans les limites de la délégation qui lui est faite, après avoir entendu l'avis ou les propositions du préfet, elle a les attributions suivantes : 1° répartir les subventions diverses portées au budget départemental, et dont le Conseil général ne s'est pas réservé la distribution, les fonds provenant des amendes de police correctionnelle et les fonds provenant du rachat des prestations en nature sur les lignes que ces prestations concernent ; 2° déterminer l'ordre do priorité des travaux à la charge, du déparlement, lorsque cet ordre n'a pas été fixé par le Conseil général; 3» fixer l'époque et le mode d'adjudication ou de réalisation des emprunts départementaux, lorsqu'ils n'ont pas été fixés par le Conseil général; 4° fixer l'époque de l'adjudication des travaux d'utilité départementale.

Les décisions prises par la commission départementale peuvent être frappées d'appel devant le Conseil général, pour cause d'inopportunité ou de fausse appréciation des faits. Elles pourront être aussi déférées en Conseil d'Etat statuant en contentieux, pour cause d'excès de pouvoir ou de violation de la loi ou d'un règlement d'administration publique.

Los membres du Conseil général sont élus pour six ans. Ils sont renouvelés par moitié tous les Irois ans, et sont indéfiniment rééligibles. Voici l'ordre de renouvellement des cantons :

Dans trois ans, c'est-à-dire en 1874, les cantons 1er et 2e de TROYES, ceux dé PINET, ERVY, AIX-EN-OTHE, BAR-SUR-SEINE, CHAOURCE, BARSUR-AUBE, SOULAINES, MÉRY, RAMEIUPT, ROMILLY, VILLENAUXE.

En 1877, les. cantons de TBOVES (3°), BOUILLY, LUSIGNY, ESTISSAC, RICEYS (les), ESSOVES, MUSSY-SUR-SEINE, BRIERNNE, VENDEUVRE, CHAVANGES, ARCIS-SUR-AUBE, NOGENT-SUR-SEINE, MARCILLY.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 67

MEMBRES DU CONSEIL GÉNÉRAL. Arrondissement de Troyes.

MM.

4« Canton de Troyes. Hippolyte Douine, adjoint au maire

de Troyes, manufacturier. 2« — — Parigot ^, député, à Troyes, rue du

Bois. 3E — — Huot (Gustave)^, propriétaire, à StJulien.(àTroyes,

StJulien.(àTroyes, Croncels, 7). Canton d'Aix-en-Othe. Ed. Mocqueris, propriétaire, à

Troyes.

— de Bouilly. Bonamy deVillemereuil 0. $fe, propriétaire

propriétaire Villernereuil.

— d'Ervy. Ricard (Emile), banquier, à Evry.

— d'Estissac. Gostel 2^, président du tribunal

civil de Bar-sur-Seine.

— de Lusigny. Le marquis de Mesgrigny (Edmond)

(Edmond) propriétaire à Villebertin.

— de Piney. Masson, propriétaire, à Piney.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube.

Canton d'Arcis-sur-Aube. Le comte Armand 0. ^, ministre

plénipotentiaire de France à Lisbonne (à Arcis -sur-Aube).

— de Chavauges. Vauchelet $fe, propriétaire et maire

de Chavanges.

— de Méry-sur-Seine. Prudhomme, maire de Méry-surSeine.

Méry-surSeine.

— de Ramerupt. Lignier, député à l'Assemblée nationale,

nationale, Pougy.

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

Canton de Bar-sur-Aube. Masson de Morfontaine 0. ^, propriétaire à Bar-sur-Aube.

— de Brienne-Napoléon. Le prince de Bauffremont-Courtenay,

maire de Brienne-Napoléon.

— de Soulaines. Thierry Delanoue, maire, au château

château Soulaines.

— de Vendeuvre-s-Barse.De Vendeuvre (Gabriel), propriétaire,

propriétaire, Vendeuvre-sur-Barse.


68 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

MM.

Canton de Bar-sur-Seine. Trumel de Fontarce i^, docteur en

médecine, à Bar-sur-Seine.

— de Chaource. Le baron Doyen (Charles), ancien

agent de change, à Paris.

— d'Essoycs. Berlherand (Arthur), propriétaire, à

Chacenay.

— de Mussy-sur-Seine. Grosjean $$, propriétaire, à Mussysur-Seine.

Mussysur-Seine.

— des Riccys. Henry, maire de Troyes.

Arrondissement de Nogent-stir-Seine.

Canton de Nogent-s-Seine. Casimir Perier G. 0. i$, propriétaire, au château dePont sr-Seine.

— de Marcilly-lc-Hayer. Perret 0. %£, propriétaire, à Pouy.

— de Romilly-sur-Seine. Lenfant, maire de Romilly-surSeine.

Romilly-surSeine.

— de Villenauxe. Roy C. >fê , directeur général de

l'enregistrement, des domaines et du timbre, à Paris.

Archives

DÉPARTEMENTALES, COMMUNALES ET HOSPITALIÈRES

de l'Aube ET BIBLIOTHÈQUE ADMINISTRATIVE DE LA PRÉFECTURE.

Les archives du département de l'Aube se composent : des titres des établissements religieux supprimés en 1790 ; des titres des biens d'émigrés, des cures et des fabriques; de tous les actes des administrations, enfin, de tous les documents historiques que l'on a pu réunir concernant le déparlement.

Les archives de l'Aube, d'abord déposées dans les combles de l'hôtel de la préfecture, ensuite transférées daus la halle aux grains, ont été définitivement installées, au mois d'octobre 1855, dans le bâtiment destiné à les recevoir, quai du comte Henri.

Extrait du Règlement général des Archives départementales.

ART. 14. — Les communications de pièces aux particuliers auront lieu sans frais et sans déplacement, et seulement au bureau, en présence de l'archiviste ou d'un employé.

En règle générale, on ne doit communiquer à chaque personne qu'un dossier à la fois.

Il ne sera perçu aucun droit pour la recherche des pièces.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 69

ART. 13. — Les demandes de recherches par les particuliers seront motivées et inscrites sur des bulletins qui devront être tout préparés. Les parties y porteront leurs noms, qualités et domicile, et les signeront. L'autorisation donnée, s'il y a lien, par le secrétaire général, sera inscrite au bas de chaque bulletin.

ART. 23. —Les expéditions ou extraits de pièces déposées aux archives ne seront délivrées au public par l'archiviste que sur demande écrite et d'après l'autorisation du secrétaire général, etc.

M. VARBOIS DE JUBAINVILLE $fe , correspondant de l'Institut, membre du Comité des travaux historiques et des Sociétés savantes, officier de l'Instruction publique, archiviste départemental, inspecteur des archives communales et hospitalières, rue du Paon.

M. Royer, archiviste-adjoint.

M. Aroué (Claude), concierge.

COMMISSION DES ARCHIVES

DÉPARTEMENTALES ET COMMUNALES.

Celle commission a pour objet 1° de délibérer sur l'opportunité des ventes ou suppressions des papiers administratifs devenus inutiles; 2° de donner au préfet, sur sa demande, des avis sur les questions qui intéressent les archivei communales.

MM

N..., secrétaire général, président. Socard, conservateur de la bibliothèque de Troyes. D'Arbois de Jubainville ^, archiviste du département, secrétaire.

Architecte du Département.

M. Roussel, mail des Blanchisseurs.

Inspecteurs des Monuments.

MM.

Fléchey, ancien architecte de la ville de Troyes, inspecteur des

monuments historiques du département de l'Aube, rue des

Quinze-Vingts. Millet (Eugène) ^, architecte des monuments diocésains de

Troyes, rue Saint-Dominique-Saint-Germain, 100. à Paris. Boulanger, inspecteur des monuments diocésains de Troyes,

rue du Palais-de-Justice.


70

DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

MONUMENTS HISTORIQUES

DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Les monuments historiques sont des édifices qui offrent un intérêt réel sous le rapport de l'art, et qui, en raison de leur architecture, de leur construction ou des souvenirs qu'ils rappellent, ont un titre aux secours du gouvernement. Les édifices inscrits sur le catalogue des monuments historiques ne doivent pas être entretenus par le ministre d'Etal; c'est aux communes, aux départements ou aux propriétaires de veiller à la conservation des édifices remarquables qu'ils possèdent ; le gouvernement ne peut que leur venir en aide dans les sacrifices qu'ils doivent s'empresser de faire à cet effet.

La direction des Beaux-Arts, dans laquelle se trouve compris le service des monuments historiques, a été distraite du ministère de l'intérieur pour cire placée dans les attributions du ministère d'Etat, par décret impérial du 14 février 1853.

Nos . NOMS

DESIGNATION DES MONUMENTS, d'ordre. DES COMMUNES.

* Arrondissement de Troyes.

1. Cathédrale Saint-Pierre. Troyes.

2. Eglise Saint-Urbain. Troyes.

3. Eglise Sainte-Madeleine. Troyes.

4. Portail de l'église Saint-André. Saint-André.

5. Eglise Saint-Jean. Troyes.

6. Eglise Saint-Nizier. Troyes.

7. Chapelle Saint-Gilles. Troyes.

8. Eglise Saint-Pantaléon. Troyes.

9. Hôtel de Vauluisant. Troyes.

10. Eglise de la Nativité de la S. V. Bérulles.

11. Eglise de l'Assomption de la S. V. Montiéramey.

12. Vitraux de l'église Saint-Pierrp-ès-Liens. Ervy.

13. Vitraux de l'église Saint-Martin. S'-Marlin-ès-Vignes 14. Jubé de l'église de l'Assomption de la S. V. Villemaur.

15. Hôtel de Manroy. Trnyes.

16. Maison de l'Election. Troyes.

17. Hôtel de Marizy. Troyes.

** Arrondissement d'Arcis-sur-Aube.

18. Eglise Saint-Etienne. Arcis-sur-Aube. 19. Eglise Sainte-Tanche. Lhuître.


DEPARTEMENT DE L AUBE.

71

Nos . NOMS DESIGNATION DES MONUMENTS.

d'ordre. DES COMMUNES.

*** Arrondissement de Bar-sur-Aube.

20. Eglise Saint-Maclou. Bar-sur-Aube.

21. Eglise Saint-Pierre. Bar-sur-Aube.

22. Eglise de l'Assomption de la S. V. Rosnay.

**** Arrondissement de Bar-sur-Seine.

23. Eglise de la Nativité de la S. V. Fouchères.

24. Eglise S.aint-Pierre-ès-Liens. Mussy-sur-Seine.

25. Eglise Saint-Pierre-ès-Liens. Ricey-Bas.

26. Eglise Saint-Martin. Rumilly-les-Vaud"

27. Vitraux de l'église Saint-Loup. Chappes.

28. Eglise Saint-Jean-Baptiste. Chaource.

***** Arrondissement de Nogent-sr-Seine.

29. Eglise Saint-Laurent. Nogent-sur-Seine.

30. Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul. Villenauxe.

Prisons Départementales.

M. Dusserre, directeur de la maison centrale de Clairvaux.

M. Céalix, entrepreneur (bureaux à Troyes, chez M. de SaintJean, représentant).


12 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Première Division Militaire.

La première division militaire comprend les départements de la Seine, de Seine-et-Oise, de l'Oise, de l'Yonne, de Seine-et-Marne, de l'Aube, du Loiret et d'Eure-et-Loir.

M. le général de division DE LADMIRAULT-G. è^ , gouverneur de Paris, commandant supérieur de la première division militaire, 9, place Vendôme, à Paris.

5e Subdivision. — Département de l'Aube.

MM.

Le général de brigade GUÉPRATTE, C. 2^, commandant la subdi

vision, rue Saint-Loup. Charleville, lieutenant, officier d'ordonnance, 2, place de la

Préfecture.

Sous-Intendant militaire. Simon £j£, sous-intendant, rue de la Limace, n° 1. Dallongeville, officier d'administration, rue de l'Hôtel-de-Ville,6.

Bureau de Recrutement. Rue Boucherat, 13.

Constant 2^, capitaine-adjudant-Major au 32e régiment d'infanterie, commandant, rue Boucherat, n° 4 3. Bazile %, sous-lieutenant au 34° régiment d'infanterie, adjoint. Baillot, sergent au 15° régiment d'infanterie, employé. Tison, sergent au 22e régiment d'infanterie, id.

GARDE NATIONALE MOBILE.

Capitaine-major: M. Engelhard ^, rue des Bas-Trévois, 3. (Bureau à la Caserne).

ClTES D'ÉTAPES.

Bar-sur-Anbe,

Brienne-Napoléon,

Vendeuvre-sur-Barse,

Arcis-sur-Aube,

Méry-sur-Seine,

Bar-sur-Seine,

Clairvaux,

Chaource,

Nogent-sur-Seine,

Villenauxe,

Ervy,

Piney,

Troyes.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 73

GARNISON DE TROYES.

La garnison de Troyes comprend :

Le 4e bataillon et dépôt du 71e régiment d'infanterie de ligne. Le 4e bataillon et dépôl du 6e régiment d'infanterie de ligne. Et 4 compagnies du 2° bataillon du 44e régiment d'infanterie de ligne. Ces troupes occupent la caserne de l'Oratoire.

Le service de sûreté de la maison centrale de Clairvaux est fourni par deux compagnies du 44e régiment d'infanterie de ligne.

91e d'Inranterie.

Bonneton 2&, major, rue du Temple, 39.

Allessandri éfe, chef de bataillon, rue Claude-Huez, 44.

Bablon 2$, médecin-major, rue Urbain IV, 4 4.

36e d'Infanteric.

Thomassin $fe, major, commandant le dépôt, place de la Banque, 44. Pabanal ^, capitaine d'habillement, faubourg Sainte-Savine, 49. Courrapied 2^, capitaine-trésorier, rue du Bois, 4 0. Loederich, médecin-major, mail des Blanchisseurs.

44e d'Infanterie.

Haffner 2^ , chef de bataillon, place de la Préfecture.

GENDARMERIE.

Il y a en France 26 légions de gendarmerie départementale, comprenant chacune trois ou quatre départements. La gendarmerie de l'Aube fait partie de la 23e légion, chef-lieu Orléans. Celte légion comprend en outre les déparlements de l'Yonne, du Loiret et d'Eure-et-Loir.

Chef de la légion d'Orléans, M. DOBOUSSE O. 2&, colonel.

MM.

Burillon 2^, chef d'escadron, commandant la compagnie de

l'Aube, à Troyes, à la caserne. Douchin, capitaine, à Troyes, à la caserne. Carvallo 2^ , lieutenant-trésorier, à Troyes, à la caserne. Poncelet, lieutenant, à Arcis-sur-Aube. Simon, sous-lieutenant, à Bar-sur-Aube. Terrien, lieutenant, à Nogent-sur-Seine. Bouvant ®, lieutenant, à Bar-sur-Seine. Cavet, maréchal-des-logis, adjoint au trésorier, à la caserne.


74 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

ARRONDISSEMENT DE TROYES. Brigades à cheval. MM.

1re, à Troyes, Pichon 2^fr, mar.-des logis-chef, 5 hommes.

2e - Caloux, brigadier, 5

3e - Vuillemin, idem, 5

Ervy, Petit, id. 5

Lusigny, No lot, id., 5

Piney, Malvit, id., 5

Estissac, Seguin, id., 5

Bouilly, Huez, id., 5

Brigades à pied. Troyes, Bourgeat, brigadier, S

Saint-Mards, Nicolas, idem, S

ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBE.

Brigades a cheval. Arcis-sur-Aube, Poncelet, lieutenant.

— Begrand, maréchal-des-Iogis, 5 Méry-sur-Scine, Schucher, idem, 6 Chavanges, Minot, brigadier, 5 Ramerupl, Chailley, idem, 5

ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. Brigades à cheval.

Bar-sur-Aube, Simon, lieutenant.

— Modot, maréchal-des-logis, S Outre-Aube, Garnier fè, idem, 6 Brienne, Léger %, id., 6 Vendeuore-s-Barse, Roser, brigadier, 5

Brigades à pied. Soulaines, Queil, brigadier, 5

ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. Brigades à cheval.

Bar-sur-Seine, Bouvant, lieutenant.

— Richard #, maréchal-des-Iogis, 5 Mussy-sur-Seine, Siredey, brigadier, 5 Chaource, Michel, idem, S Essoyes, N..., id., 5

Brigades à pied. Les Riceys, Majean, maréchal-des-logls, 5


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 75

ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

Brigades à cheval.

MM.

Nogent-sur-Seine, Terrien, lieutenant.

— Taillard, maréchal-des-Iogis, 6 hommes.

Romilly, Bouton. brigadier, 5

Marcilly-le-Hayer, Antzemberger %, idem. 5

Brigades à pied. Villenauxe, Chevalier, id., 5

Les Grès, Armbruster®, id., 5

Clergé du Département.

Le diocèse de Troyes, depuis la division de la France en départements, est renfermé dans les limites du département de l'Aube. Il est formé d'une partie des anciens diocèses de Troyes et de Langres.

Il compte, depuis saint Amateur, son premier évèque, l'an de J.-C. 340 jusqu'à ce jour, 98 prélats qui l'ont gouverné; neuf de ces évêques ont été placés par l'Eglise au nombre des saints.

L'évêque de Troyes est suffragaut de l'archevêché de Sens, de même que les évêques de Nevers et de Moulins.

ÉVÊCHÉ.

Mgr RAVINET 0. 2&, nommé à l'évèché de Troyes par décret impérial du 4 4 décembre 4 860. préconisé à Rome le 48 mars 4864, et sacré à Paris, le 48r mai de la même année.

VICAIRES GÉNÉRAUX.

Robin, protonotaire apostolique, ad instar.

Vosdey.

Roisard 2^, archiprètre.

Lecler.

Bacquiat, supérieur du Grand-Séminaire.

SECRÉTARIAT DE L'ÉVÈCHÉ.

Le secrétariat de l'évêché est ouvert depuis dix heures du matin jusqu'à quatre heures du soir. Il est fermé les dimanches et fêles. Secrétaire de l'Evêché, M. Leclerc, chanoine titulaire, à l'Evéché,

l'Evéché, Saint-Pierre.

Chanoines titulaires.

MM.

Roisard i^. vicaire général, archiprètre. Coffinet 2^.


76 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

MM.

Sercey, maître des cérémonies.

Fliche 2&', camérier d'honneur de Sa Sainteté.

Leclerc.

Lecler.

Estrayez Cabassole.

Bacquiat, supérieur du Grand-Séminaire.

Dollat.

fabrique de la Cathédrale.

Robin, vicaire-général, président.

Roisard 2^ , archiprètre, vice-président.

Sercey, chanoine.

Lecler, chanoine.

Leclerc, chanoine, secrétaire de l'Evêché.

Milliere, ancien notaire, ordonnateur,

Le Brun-Dalbanne, ancien notaire,

Babeau ij£, ancien inspecteur des ports, trésorier,

Angenoust 2^, président du tribunal, secrétaire,

Hoppenot (Emile(, filateur.

laïques.

GRAND SÉMINAIRE.

Rue de l'Isle.

Cette maison a été instituée à Troyes dés l'année 1637, pour y enseigner la théologie et disposer les sujets du diocèse qui se destinent à la prêtrise.

Supérieur, M. Bacquiat, vicaire général.

Vice Supérieur, M. Auger, chanoine honoraire.

Théologie morale, M. Ecalle, id. professeur.

Théologie dogmatique, M. Lalore, id. id.

Philosophie (Logique), M. Tapprest, id. id.

Histoire ecclésiastique, M. A uger, id. id.

Philosophie (Metaphysique et écriture sainte),

I. Nioré, professeur.

Econome, M. Ecalle, chanoine honoraire.

PETIT-SÉMINAIRE.

A S'-Martin-es-lignes.

Supérieur, M. Pontié, chanoine honoraire.


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 77

Professr de rhétorique, M. Chaumonnot, chanoine honoraire.

— de seconde, M. Defer prêtre.

— de troisième, M. Raverdeau, id,

— de quatrième, M. Lorrain, id.

— de cinquième, M. Bersonnot, id.

— de sixième. M. Daloz. id.

Préfets d'études,

M. Doche, id.

M. Picard, id.

CONGREGATIONS RELIGIEUSES.

MONASTÈRE DE LA VISITATION. A Troyes, faubourg Croncels.

Ner Ravinet O. *fe, supérieur. M. Brisson, chapelain.

MONASTÈRE DES CARMÉLITES. A Troyes, faubourg St-Jacques.

M. Roisard 2^, supérieur délégué. M. Charles, chapelain.

CONGRÉGATION DES URSULINES. Maison-mère, à Troyes, rue Notre-Dame.

M. Vosdey, supérieur délégué. M. Millet, directeur.

Des Ursulines sont établies dans les communes suivantes : à Bar-surAube, à Nogent-sur-Seine, à Arcis-sur-Aube, à Ervy, à Mussy-sur-Seine, à Méry-sr-Seine, à Pont-sr-Seine, à Traînel, à Gyé-sr-Seine et à Pougy.

COMMUNAUTÉ DES FILLES DE SAINT-VINCENT-DE-PAUL. Rue du Cloitre St-Etienne, rue St-F incent-de-Paul etfaub. St-Martin, à Troyes. Des soeurs de Saint-Vincent-de-Paul sont établies dans les communes suivantes : Bar-sur-Seine, Nogent-sur-Seine, Brienne-Napoléon, Dienville, Dampierre, Plaines et Polisy.

SOEURS DU BON-PASTEUR. Rue du Cloitre-Saint-Etienne, à Troyes.

M Roisard ;&, supérieur délégué.

M. Lalorc, M. Nioré,

chapelains.

SOEURS DE LA PROVIDENCE. Maison-mère, à Troyes, rue des Terrasses. La Congrégation des Soeurs de l'iustruction chrétienne,dites de la Providence, a été autorisée par ordonnance royale du 13 décembre 1835.


78 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

M. Robin, supérieur délégué. M. Gauthier, chapelain.

Des soeurs de la Providence sont établies à Aix-en-Othe, à Auxon, à Chaource, à Chavanges, à Chessy, à Essoyes, à Estissac, à Plancy, à Vendeuvre, à Champignol, à Cunfln, à Fouchères, à Lantages, à Lignières, à Maiziéres-la-Grande-Paroisse, à Montiéramey, à Morvilliers, à la MotteTilly, à Pouan, à Rigny-le-Ferron, à Rouvres, à Saint-Parres-les-Vaudes, à Vitry-le-Croisé. à Brienne-la-Vieille, à Rosnay, à Villemaur.

Les soeurs de la Providence ont un pensionnai prés de l'église SaintNicolas, à Troyes, sur l'emplacement du château de la vicomte de Champagne.

SOEURS DU BON-SECOURS. Rue du Cloitre-Sainl-Etienne, à Troyes.

M. Lecler, chanoine, supérieur délégué. M. Millet, chapelain.

Des soeurs du Bon-Secours sont établies à Arcis-sur-Aube et à Bar-surAube. . . .

SOEURS DE NEVERS.

Hôtel-Dieu : M. Arnould, chapelain.

Petit-Saint-Nicolas : M. Dantessanty. id. Saiut-Martin-ès-Aires : M. Pliche, id.

CONGRÉGATION DES FRANCISCAINES.

(ORDRE DE SAINT-FRANÇOIS.) Rue du Cloltre-Saint-Pierre, à Troyes.

M. Roisard % , supérieur.

M. Ecalle, M'. Tapprest;

chapelains.

RELIGIEUSES HOSPITALIÈRES DITES AUGUSTINES. A Saint-Martin-ès-Fignes.

M. Bacquiat, supérieur délégué M'. Defer, chapelain.

PETITES SOEURS DES PAUVRES. Asile des vieillards infirmes.

Mail des Blanchisseurs.

PAROISSES DE TROYES.

MM.

Saint-Pierre. — Roisard 2^, vicaire général, archiprètre.

Aubert, Trouvé, Foin,

vicaires.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 79

MM.

Sainte-Madeleine. — Gambey, chanoine honoraire, curé.

Madrolle, Lebrun, vicaires. Saint-Jean. — Morlot, chanoine honoraire, curé.

Cottenet, Foisel, vicaires. Saint-Remi. — Cornet, chanoine honoraire, curé.

Lécorcher, vicaire. Saint-Urbain. — Méchin, chanoine honoraire, curé.

Berthelain, vicaire. Saint-Pantalêon. . — Boulage, chanoine honoraire, curé.

Pillost, vicaire. Saint-Nicolas. — Merger, chanoine honoraire, curé.

Chaudron, vicaire. Saint-Nizier. — Prévost, chanoine honoraire, curé.

Héry, vicaire. Saint-Martin. — Coqueret, chanoine honoraire, curé.

Simon, Collin, vicaires. (Pour les Curés et les Desservants des autres parties du déparlement, voir le Tableau général des communes par cantons.)

Eglise Réformée de Troyes,

Celte église, qui fait partie de la Consistoriale de Meaux,a été reconnue par le gouvernement le 6 septembre 1840.

Le Temple évangélique de Troyes, construit sur les plans de MM. Boulanger et Garrel, architectes, a été inauguré lé 19 mai 1859.

Le Temple évangélique d'Estissac à été inauguré le 26 mai 1861. M. le pasteur BOISSARD, président du Consistoire, à Meaux. . M. BERTHE, pasteur, quai des Comtes-de-Champagne, à Troyes. M. G. SERFASS, desservant de la communauté protestante d'Estissac.

Cour d'Appel de Paris.

La Cour d'appel de Paris comprend les départements de l'Aube, d'Eure-et-Loir, de la Marne, de la Seine, de Seine-et-Marne, dé Seine-etOise et de l'Yonne.

Le garde-des-sceaux, ou le premier président, nomme, pour tenir les cours d'assises de chaque session des six départements du ressort,un conseiller qui les préside, assisté des juges des tribunaux de première instance, désignés par le premier président. Premier Président : M. GILLARDIN G. 0. 2^, à Paris, rue du

Cirque, 6. Procureur général : M. IMGARDE DE LAFFEMBERG 0. >ëfe, à Paris,

rue Solférino, 4.


80 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

COUR D'ASSISES DE L'AUBE.

La Cour d'Assises de l'Aube siège à Troyes. Il y a par an quatre sessions ordinaires, aux mois do mars, juin, août et décembre; l'ouverture en est fixée par une ordonnance du premier président de la cour d'appel. La présidence est exercée .par un conseiller de celle cour, nommé par le garde-des-sceaux. Les juges sont pris parmi ceux du tribunal de première instance, et les fonctions du ministère public sont remplies par le procureur de la République attaché à ce même tribunal, ainsi que par ses substituts.

Quarante citoyens, savoir : trente-six à titre de jurés ordinaires, el quatre à litre de jurés supplémentaires, forment le jury près de la cour d'assises. Ils sont désignés par un tirage au sort en audience publique de la 1re section du tribunal civil de Troyes, sur une liste de service annuel formée de la réunion des listes partielles arrêtées chaque année par les commissions cantonales, conformément à la loi de 1872.

Instruction publique.

ACADÉMIE DE DIJON.

L'Académie de Dijon comprend cinq départements : Côte-d'Or, — Aube, — Haute-Marne, — Nièvre, — Yonne.

La loi du 14 juin 1854 a réglé sur de nouvelles bases l'organisation de l'administration de l'instruction publique.

Par suite de l'application de cette loi, il y a aujourd'hui en France Ï7 circonscriptions académiques.

Chacune des académies est administrée par un recteur, assisté d'autant d'inspecteurs qu'il y a de départements dans la circonscription.

Il y a, au chef-lieu de chaque académie, un conseil académique dont la mission est de veiller au maintien des méthodes d'enseignement prescrites par le ministre, en conseil national de l'instruction publique, et qui doivent être suivies dans les écoles publiques d'instruction primaire, secondaire ou supérieure du ressort.

Il donne son avis sur les questions d'administration, de finances ou de discipline qui intéressent les collèges communaux, les lycées et les établissements d'enseignement supérieur.

Il y a, au chef-lieu de chaque déparlement, un conseil départemental de l'instruction publique qui exerce, en ce qui concerne les affaires de l'instruction primaire et les affaires disciplinaires et contentieuses relatives aux établissements particuliers d'instruction secondaire, les attributions déférées au conseil académique par la loi du 15 mars 1850.

Les appels de ses décisions dans les matières qui intéressent la liberté


DÉPARTEMENT DE LAUBE, 81

d'enseignement, sont portés directement devant le conseil national do l'instruction publique, en conformité des dispositions de ladite loi.

Le préfet exerce, sous l'autorité du ministre de l'instruction publique et sur le rapport de l'inspecteur d'académie, les attributions déférées au recteur par la loi du 15 mars 1850, et par le décret organique du 9 mars 1852, en ce qui concerne l'instruction primaire, publique ou libre.

Sous l'autorité du préfet, l'inspecteur d'académie instruit les affaires relatives à l'enseignement primaire dû département.

Sous l'autorité du recteur, il dirige l'administration des collèges et des lycées, et exerce, eu ce qui concerne l'enseignement secondaire libre, les attributions déférées au recteur par la loi du 15 mars 1850.

Recteur : M. MONTY. 0. 2^, officier de l'instruction publique, à Dijon.

Secrétaire : M. Desrues, officier de l'instruction publique.

FACULTÉS.

Faculté de Droit.

Doyen : M. Lacomme, officier de l'instruction publique.

Secrétaire agent comptable : M. Meneret, officier d'Académie.

Droit romain : MM. Lacomme, officier de l'instruction publique, professeur, et Renardet, agrégé.

Code civil : MM. Capmas, Villequez, officiers de l'instruction publique, et Guenée, professeurs.

Procédure civile : M. Duverdier de Suze, professeur.

Législation criminelle : M. Parenteau-Dubeugnon, agrégé.

Droit commercial : M. Renault, agrégé.

Droit administratif : M. Gaudemet, agrégé.

Agrégés : MM. Renault, Gaudemet, Renardet et Parenteau-Dubeugnon.

Faculté des Sciences.

.Doyen : M. Billet 2^, officier de l'instruction publique.

Secrétaire agent comptable : M. Brunel, officier d'Académie.

Mathématiques appliquées : M. d'Estocquois, officier de l'instruction publique.

Mathématiques pures : M. Méray, professeur.

Physique : M. Billet^, professeur, officier de l'instruction publique.

Chimie : M. Ladrey 2fë , professeur, officier de l'instruction publique.

Minéralogie, Géologie et Botanique : M. Emery, professeur, officier d'Académie.

Zoologie et Physiologie : M. Jobert, chargé du cours. 1873. 6


82 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Faculté des Lettres.

Doyen : M. Benloew Jfë, officier de l'instruction publique-.

Secrétaire agent comptable : M. Brunel, officier d'Académie.

Philosophie : M. H. Joly, chargé du cours.

Littérature ancienne ;M. Benloew 2$, professeur, officier de l'instruction publique.

Littérature française : M. des Essarts, chargé du cours. .

Histoire : M. Duméril, professeur, officier de l'instruction publique.

Littérature étrangère : M. Hallberg, chargé du cours.

Ecole préparatoire de Médecine et de Pharmacie.

Directeur : M. Morlot 2^ , officier d'Académie.

Secrétaire agent comptable : M. Brunel, officier d'Académie.

Professeur : Anatomie et Physiologie : M. Maillard.

— Pathologie externe et Médecine opératoire:

M. Flèurot.

— Pathologie interne : M. Boucher.

— Clinique externe : M. Brulet.

. — Clinique interne : M, Morlot 2$, officier d'Académie.

d'Académie. maladies des femmes et,des enfants : M. Gautrelet.

— Pharmacie et Toxicologie : M. Ladrey 2^, officier

de l'instruction publique.

— Histoire naturelle et Thérapeutique : M. Viallanes.

Viallanes.

— Minéralogie, Géologie et Botanique : M. Èmery,

chargé du cours. Professeur-adjoint: M. Tarnier :

Professeurs suppléants : MM. L. Grouigneau, Giraud et Collette.

INSPECTION ACADÉMIQUE DE L'AUBE.

M. Hanriot i^, officier de l'instruction publique, inspecteur

d'Académie, à Troyes, rue de la Monnaie, 60. M. Mougin, commis de l'inspection- académique, rue Gautherin,

Gautherin,

Les bureaux de M. l'Inspecteur d'Académie sont établis à l'hôtel de la Préfecture.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 83

Inspecteurs de l'Instruction primaire.

MM.

Bage (Hippolyte), inspecteur de l'arrondissement de Nogent-surSeine,

Nogent-surSeine, d'Académie, à Nogent-sur-Seine. Gillet, officier d'Académie, inspecteur de l'arrondissement de

Bar-sur-Seine, à Bar-sur-Seinc. Ballot, inspecteur de l'arrondissement de Bar-sur-Aube, officier

d'Académie, à Bar-sur-Aube. Château, officier d'Académie, inspecteur de l'arrondissement de Troyes, à Troyes, mail des Blanchisseurs, S. Labourasse, inspecteur de l'arrondissement d'Arcis-sur-Aube,

à Arcis.

Conseil départemental de l'Instruction publique.

Le Conseil départemental de l'Instruction publique, institué en vertu de la loi du 14 juin 1854, s'assemble deux fois par mois; son siège est à la Préfecture.

Le Préfet, président. Hanriot, inspecteur d'Académie. L'Evêque ou son délégué (M. l'abbé Robin). Guillot, procureur de la République. Le Pasteur Berthe, ministre protestant.

Argence 0. £$$, avocat,

Bouché de Sorbon i^, ancien président du trib. civil, Bonamy de Villemereuil 0.2j£, memb. du cons. gén., De Lassus père 2^, propriétaire à Arrentières, Château, inspecteur primaire, à Troyes, secrétaire, ,

désignés

par le

ministre.

Commission d'examen pour l'Instruction secondaire.

Bouché de Sorbon 2^ , ancien président du tribunal civil.

Robin 2^, vicaire général.

Pemet (Xavier), professeur au Lycée.

Quilliard 2^, ingénieur des ponts et chaussées.

Rouget, chef d'institution.

Assollant, ancien professeur de seconde au Lycée.


84 DEPARTEMENT DE L AUBE.

Commission chargée d'examiner les candidats aux bourses nationales, départementales et communales.

MM.

Hanriot, inspecteur d'Académie, président.

Dieudonné, proviseur du Lycée.

Hérelle, professeur au Lycée.

Pernet, professeur au Lycée.

Assollant, ancien professeur de seconde au Lycée.

Commission d'examen pour l'Instruction primaire.

Baheau (Albert), propriétaire.

Bage, inspecteur des écoles.

Château, inspecteur des écoles.

Gillet, inspecteur des écoles.

Martel, professeur au Lycée.

Millet, professeur de mathématiques au Lycée.

L'abbé Tissut, aumônier du Lycée.

Dames désignées pour l'examen des travaux à l'aiguilla,

Mmes Rattier, Huvier, Robin, N...

Dames déléguées pour l'inspection des pensionnats tenus par des institutrices laïques.

Arrondissement, de Troyes.

Mmes Parigol, Rattier, d'Ancelet, Le Brun-Dalbanne, du Preuil, Pelée de Saint-Maurice, Gayot, de Pâtis, Méa.

Arrondissement de Bar-sur-Aube. Mmes Lardier, Chavance, Allart, N...

Arrondissement de Bar-sur-Seine. Mmes petel, Moreau, Delbeuf, Morin.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 85

LYCÉE DE TROYES.

Une école ouverte à l'ombre de la cathédrale de Troyes, où on enseigna d'abord la lecture, le chant, la connaissance des rites et des cérémonies ' de l'Eglise, ainsi que les premiers éléments de la langue latine, et plus tard les sept arts libéraux : la grammaire, la dialectique et la rhétorique ou trivium; la géométrie, l'aslrologie, l'arithmétique et la musique ou quadrivium, tels furent les commencements et l'origine première du Collège de Troyes. Des documents positifs se rapportant à l'année 627 et à l'épiscopat de Ragnégisile, le prouvent suffisamment et donnent à penser qu'au IXe siècle Charlemagne avait trouvé l'enseignement public assez bien organisé à Troyes, pour n'avoir pas à le constituer sur d'autres bases. Les classes se tenaient, à cette époque, dans une ancienne hôtellerie située sur l'emplacement actuel de la caserne de la gendarmerie, et qui avait une licorne pour enseigne; aussi nos vieux chroniqueurs ont-ils souvent désigné sous le nom de Collège de la Licorne le plus ancien établissement d'instruction publique de la ville.

Vers 1560, les officiers municipaux de Troyes voulant fonder un collège qui fût à la hauteur du mouvement général des idées et de la révolution intellectuelle produite par la renaissance des lettres et des arts en France, après avoir pris l'avis des différents ordres de la cité, envoyèrent an roi François II une députation chargée de lui demander des bâtiments et deux prébendes pour doter le nouvel établissement. La mort du roi ajourna forcément ce projet, et la ville ne put obtenir qu'en 1564 des lettrespatentes de Charles IX qui affectaient deux prébendes à la fondation d'an collège à Troyes.

Des obstacles étant survenus, les classes continuèrent dans la maison de la Licorne qui pourtant menaçait ruine ; enfin, en 1599, le maire et les échevins obtinrent du chapitre de Saint-Etienne, à côté de l'hôtellerie de la Licorne, un emplacement où fut élevé le Collège. Les frais d'étude furent fixés au taux le plus modique, le prix de la pension se réglait à l'amiable avec les parents ; la rétribution à payer par un externe était de dix sous par mois; enfin gratuité absolue était accordée aux enfants de familles pauvres, mais honorables (1) Ce n'était pas de quoi faire ses affaires, aussi les études furent-elles bientôt languissantes par suite de la pénurie de l'établissement.

Il fallait à la ville une dotation assez élevée pour assurer les études et soustraire le Collège aux vicissitudes inséparables du changement des magistrats et de l'état des ressources municipales ; ce fut un de ses illustres

(1) En 1695, la ville autorisa les oratoriens à lever deux écus par an sur chaque écolier, à l'exception des pauvres, des physiciens et des logiciens, qui ne durent payer que moitié. En 1754, ils demandèrent à faire payer quatre écus, et la ville accorda cette demande à condition que les prix, qui ne se donnaient que tous les deux ans par économie, se distribueraient dans la suite chaque année.


86 DEPARTEMENT DE DAUBE.

enfants qui y pourvut. Par son testament, en date du 25 novembre 1617) François Pithou, dont le nom est inséparable de celui de son frère, qui mérita d'être surnommé le Varron de la France, légua, afin d'y dresser un collège pour enseigner la jeunesse, la maison où il demeurait, en face de l'église Saint-Remi, sa bibliothèque avec les manuscrits de Pierre Pithou, ses meubles et l'argent qui se trouveraient chez lui à son décès, ainsi flûe toutes ses terres, acquisitions, héritages, prés en la paroisse de Moussey et au-dedans du finage d'icelle.

François Pithou étant mort en 1621, ce fut seulement le 1er septembre 1630, après bien des difficultés et par suite de transaction, que les prêtres de l'Oratoire purent entrer en possession du nouveau collége, qui reçut alors le titre de Collegium Treco-Pithoeanum, en souvenir de son généreux bienfaiteur. Ils en étaient encore directeurs, lorsque la loi de 1792, portant suppression de tous les ordres religieux eu France, vint les disperser et fermer le collège.

Au mois d'ioctobre 1796, l'école centrale de l'Aube fut installée dans les bâtiments du Collège ; mais elle n'obtint guére de succès, grand nombre de parents ne voulurent pas y envoyer leurs enfants : aussi l'affiche qui annonçait la rentrée de la seconde année scolaire se plaint-elle de la perfidie de gens qui se font une lâche de décrier les institutions républicaines. En joignant à celle cause l'antipathie des familles et l'empire des préjugés, il n'est pas difficile d'expliquer comment l'attente des succès que devait obtenir l'école centrale a été déçue. De nouvelles mesures, ajoute-t-elle, vont être prises, la maison du ci-devant Collège va être affectée au service de l'école centrale et au logement des professeurs. De' fréquents examens auront lieu, des prix seront décernés solennellement le jour des fêtes nationales, etc.

Malgré ces promesses d'une administration aux abois, les élèves ne vinrent pas, pi Troyes vit avec joie un autre système d'enseignement s'plever dans la loi du 1er mai 1802. L'école secondaire de Troyes, autorisée par un décret, s'ouvrit le 7 octobre 1804 sous l'habile direction de M. l'abbé Lucot.

A la Restauration, l'école secondaire prit le nom de Collége communal de Troyes.

Grâce à la munificence de la ville, le collége fut constamment développé et tenu au niveau des meilleurs établissements d'instruction publique en France; aussi l'empire, conformément au voeu émis par le conseil municipal de Troyes, en sa séance du 28 juin 1853, n'a-t-il pas hésité à l'ériger en lycée par décret en date du 10 août 1853.

Les travaux reconnus nécessaires à une installation provisoire ayant été exécutés pendant les mois d'août et de septembre 1854, le Lycée de Troyes a été provisoirement organisé à partir du 1er octobre 1854. et jouit par conséquent, depuis celte époque, de tous les droits et avantages attribués aux lycées.

A la rentrée du mois d'octobre 1861, le nouveau Lycée, bâti aux frais de la ville sur l'emplacement de l'ancien embarcadère, a ouvert ses portes. Les services y sont complètement installés depuis la rentrée du mois d'octobre 1862.

Un décret impérial, du 18 octobre 1854, autorise la fondation, votée par


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 87

le Conseil général de l'Aube et par le Conseil municipal de Troyes, de cinq bourses départementales et de huit bourses communales dans le Lycée de Troyes.

Bureau d'administration.

MM.

Paul Cambon, préfet de l'Aube.

Hanriot, inspecteur d'Académie.

Henry, maire.

Le Brun-Dalbanne, ancien notaire.

Parigot fë, ancien maire, député et membre du Conseil général.

Quilliard i^, ingénieur en chef.

Bouché de Sorbon 2fè , ancien président du tribunal civil.

Truelle 2^, trésorier-payeur général.

Mgr Fliche $f, chanoine.

Dieudonné $$, proviseur.

Membres du Conseil de perfectionnement

Institué près le Lycée, conformément aux dispositions de la loi du 21 juin 1865

et de l'arrêté ministériel du 6 mars 1866. Henry, maire de Troyes. Hanriot, inspecteur d'Académie. Dieudonné 2^, proviseur. Quilliard 2& , ingénieur en chef. Frérot, industriel. Gayot (Amédée), propriétaire. Buxtorf (Em.), mécanicien. Blerzy, inspecteur du télégraphe. Bosseur 2fë, agriculteur. Meugy 2^, ingénieur en chef des mines.

PERSONNEL DU LYCÉE DE TROYES.

Administration.

Proviseur: MM. Dieudonné 2^, officier de l'instruction publique.

Censeur des études : Deschamps, officier d'Académie.

Aumônier: L'abbé Tissut.

Aumônier auxiliaire : L'abbé Lécorcher.

Econome : Biessy,

Surveillant général : Lenoir.

Commis d'économat : Josselin.

Service de Santé.

Médecin : MM. Carteron (Paul) 2$. Chirurgien : Viardin 2J£.

Chirurgien-Dentiste: Dupont.

Pharmacien: Ray (Jules).


88 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

ENSEIGNEMENT.

DIVISION SUPÉRIEURE. Lettres.

Philosophie: MM. Wissemans, officier de l'instruction

l'instruction Histoire : Rénaux.

Rhétorique : Jully, officier d'Académie.

Seconde : Thénard.

Troisième : Chandellier.

Sciences.

Sciences physiques : MM. Pernet (Xavier), officier de l'instruction

l'instruction

— Pernet (P.), officier d'Académie. Mathématiques : Desmons.

— Millet.

I/angues étrangères.

Allemand: MM. Martel, officier d'Académie.

Anglais: Souard et Gajewski.

DIVISION DE GRAMMAIRE.

Quatrième : MM. Watel.

Cinquième : Hérelle, officier de l'instruction

publique. Sixième : Voizard.

DIVISION ÉLÉMENTAIRE.

Septième: MM. Faure (Victor).

Huitième: Gérard.

Classe préparatoire à la

huitième : Millot et Baroche.

COURS D'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ET SPÉCIAL. 4e année.

Physique: MM. Pernet (Xavier).

Mathématiques : Millet.

— Desmons. Littérature et législation : Wissemans. Histoire : Rénaux.

Langues vivantes : Martel, Souard et Gajewski.

Dessin d'imitation : Loncle.

Travaux graphiques Leclerc.


DEPARTEMENT DE L AUBE.

89

3e année.

Sciences naturelles : MM. Ferrant.

Mathématiques : Millet.

Histoire : Rénaux.

Littérature : Flassayer.

Langues vivantes : Martel, Souard et Gajewski.

Dessin d'imitation : Loncle.

Travaux graphiques : Leclerc.

Comptabilité : Baudot.

2e année.

Sciences : MM. Ferrant.

Littérature et Histoire : Flassayer.

Langues vivantes : Martel, Souard et Gajewski

Dessin d'imitation : Loncle.

Travaux graphiques : Leclerc.

Comptabilité : Baudot.

1re année.

Lettres et Sciences : MM. Boudenoot.

Dessin d'imitation : Loncle.

Langues vivantes : Martel, Souard et Gajewski.

Dessin graphique ; Leclerc.

Comptabilité : Baudot.

ANNÉE PRÉPARATOIRE.

Lettres et Sciences : MM. Gaillard.

Langues vivantes : Martel, Souard et Gajewski.

Dessin d'imitation : Loncle.

Dessin graphique : Leclerc.

Arts.

Dessin d'imitation : MM. Loncle.

Travaux graphiques : Leclerc.

Musique vocale : Uffoltz.

Ecriture : Chrapanski.

Maîtres répétiteurs.

MM. Grosvillevin. MM. Gollet.

Galli Briulat. Terrasse.

Estivalet. Cottret.

Bauer. Gosset.

Coulai. Cessot. Royer.


90 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

ÉCOLE NORMALE PRIMAIRE

Faubourg St-Jacques, à Troyes.

L'Ecole normale primaire du départent 1 de l'Aube a été fondée en 1834.

Pour pouvoir y être admis, il faut 1° être âgé de 16 ans au moins, et de 20 ans au plus; — 2° s'engager à servir dix ans dans l'enseignement primaire public; —■ 5° être porteur des meilleurs certificats de moralité.

Quant au savoir, l'admission n'est prononcée qu'à la suite d'un concours. Les bourses ou portions de bourses entretenues soit par l'État, soit par le déparlement, sont accordées par le Préfet en conseil départemental.

Les Elèves-maîtres ont droit à l'exemption du service militaire.

Un cours spécial est ouvert dans l'Etablissement aux jeunes gens qui aspirent à l'Ecole normale. Ce cours préparatoire forme la i» division de l'Ecole annexe.

M. LERRUN, directeur.

ComenEsssion de surveillance. MM.

Gayot (Amédée), président.

Angenoust 2$, président du tribunal, Berthier-Roblot $£, ancien négociant, Quilliard 2^, ingénieur en chef, Robin, juge au tribunal civil,

membres.

Professeurs.

Lebrun, — enseignement pédagogique.

L'abbé Héry, — aumônier et professeur d'instruction morale et

religieuse. Géant, enseignement littéraire.

Clouin, — écriture, dessin, sciences physiques et naturelles. Pitrois, — Mathématiques, histoire et géographie. Robert, directeur de l'école primaire annexée. Uffoltz, professeur de musique. Lanier, — chargé du cours d'agriculture, d'arboriculture et

d'horticulture. Mann. — professeur de gymnastique.

Médecin de l'établissement : le docteur Vauthier i^.


DÉPARTEMENT DE L AUBE. 91

Administration des Mines.

INSPECTION DU NORD-EST.

Le département de l'Aube fait partie de l'Inspection Générale du nordest, qui comprend, en outre, les départements de l'Yonne, de la Marne, de la Meuse, des Ardennes, de Meurthe et Moselle, des Vosges et du territoire de Belfort.

M. HARLE O. 2$, inspecteur général, à Paris, rue de Milan, 15. M. PESCHAIIT D'AMBLY *&, ingénieur en chef, à Troyes, rue

Paillot-de'Montabert. M. Debette 2fë, ingénieur ordinaire, à Troyes, rue de l'Hôtel-deVille.

l'Hôtel-deVille. M. Pestelard, garde-mines, mail du Lycée, 10.

Ponts et Chaussées.

L'administration des ponts-et-chaussées, fondée en 1740, resta sous la direction des intendants de finances jusqu'en 1790. De cette époque à 1799 elle releva du ministère de l'Intérieur. Le décret d'organisation du Conseil d'Etat du 26 décembre 1799 chargea spécialement nu Conseiller de ce service qui, par ordonnance royale du 2 mars 1836, fut placé, ainsi que la direction des mines, dans les attributions du Ministre du Commerce et des Travaux publics.

L'institution des ponts et chaussées est réglée par le décret du 7 fructidor au XII (25 août 1804), qui a donné à ce corps une organisation définitive, par l'ordonnance du 23 décembre 1838 et enfin par le décret du 13 octobre 1851.

Un directeur-général qui relève du ministère est chargé en chef du service. Il a la direction du personnel et de l'Ecole des ponts-et-chaussées dont la création date de 1747.

Le Conseil général des pools et-chaussées composé : des inspecteurs généraux de 1re classe, de l'inspecteur spécial du département de la marine, de huit inspecteurs généraux de 2e classe, désignés tous les six mois par le Ministre, et d'un secrétaire ingénieur en chef, est consulté sur tous les projets généraux de routes, de navigation, de chemins de fer, de grands ponts sur les fleuves, rivières et canaux, d'endiguement, de dessèchement de marais et de canaux d'irrigation.

La France est divisée en 16 inspections déterminées par le Ministre. Le département de l'Aube fait partie de la 14me dans laquelle sont encore compris le Loiret, l'Yonne, Loir-et-Cher, Côte-d'Or et Seineret-Marne.


92 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Les ingénieurs en chef de département sont chargés, sous les ordres du Préfet, de la construction, de l'entretien et de la réparation des roules nationales et départementales, des ponts, de la navigation sur les rivières et canaux, des ports de commerce, des digues, du dessèchement des marais, des alignements sur la grande voirie, etc.

La surveillance, la police et l'exploitation de la pêche fluviale dans les fleuves, rivières, canaux et ruisseaux sont confiées, par décret du 29 avril 1862, à l'administration des ponts-et-chaussées. — La pêche fluviale était précédemment dans les attributions de l'adminislraliou des eaux-etforêts.

La police du roulage et de la grande voirie est exercée par les agents des ponts-et-chaussées, par la gendarmerie et les gardes-champêtres.

Indépendamment du canal de la Haute-Seine et des cours d'eau, MM. les ingénieurs des ponts et chaussées du département sont chargés des voies de communication ci-après

10° Routes ationales.

N° 19, de Paris à Bâle, par Nogent-sur-Seine, Troyes et Bar-sur-Aube; N° 51, de Givet à Orléans, par Nogent-sur-Seine et Villenauxe; N° 60, de Nancy à Orléans, par Estissae, Troyes, Piney, Brienne-Napoléon et Soulaines ; N° 71, de Dijon à Troyes, par Bar-sur-Seine et Mussy-sur-Seine; N° 77, de Sedan à Nevers, par Auxon, Troyes et Arcis-sur-Aube.

2° Routes départeimentales.

N° 1er, de la Belle-Etoile à Lesmont, par Méry-sur-Seine, Arcis-surAube et Pougy;

N° 2, de Vitry-sur-Marne à Dijon, par Rosnay, Brienne-Napoléon, Barsur-Aube et Ville-sous-Laferlé ;

N° 3, de Tonnerre à Brienne-Napoléon, par les Riceys, Bar-sur-Seine, Vendeuvre-sur-Barse et Dienville;

N° 4, de Tonnerre à Nogent-sur-Seine, par Ervy, Auxon, Maraye-enOthe, Saint-Mards-en-Olhe, Aix-en-Olhe, Villemaur et Marcilly-le-Hayer ;

N° 5, de Chessy à Saint-Florentin, par les Croûtes;

N° 6, de Troyes à Tonnerre, par Chaource ;

N° 7, de Bar-sur-Seine à Vanvey, par Celles, Landreville, Loches et Essoyes;

N° 8, de Nogent-sr-Seine à Sens, par Gumery, Traînel et La LouptièreThénard ;

N° 9, de Brienne-Napoléon à Joinville, par Juzanvigny et Epothémont;

N° 10, de Soissons à Troyes, par Méry-sur-Seine, Saint-Oulph et Etrelles ;

N° 11, de Bar-sur-Seine à La Ferté-sur-Aube, par Essoyes, Verpilliéres et Cunfin;

N° 12, des Riceys à Laignes, par Molesme, etc.

N° 13, d'Auxerre à Nogent-sur-Seine.

N° 14,'de Bar-sur-Aube à Soulaines, par Ville-sur-Terre ;

N° 15, de la Boule-d'Or à Saint-Just, par Romilly-sur-Seine.


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 93

MM.

Collin O. 2fë , inspecteur général de la 14e inspection, à Paris,

rue Tronchet, 1. Quilliard 2^, ingénieur en chef, à Troyes, rue Saint-Loup, 10. Leloup, conducteur embrigadé, dessinateur, à Troyes. Jeune, employé secondaire, à Troyes. Boulard, employé secondaire, à Troyes. Leclerc (Gyprien), employé secondaire, à Troyes. Leclerc (Léon), employé secondaire, à Troyes. Parigot (Emile), employé secondaire, à Troyes. Gillet, employé secondaire, à Troyes. Grandjean, employé secondaire à Troyes.

Arrondissement du Nord-Ouest.

Lagout, ingénieur ordinaire de 1re classe, à Nogent-sur-Seine.

Némon, condr principal, chef de bureau, à Nogent-sur-Seine.

Verdot (Victor), conducteur embrigadé. à Arcis-sur-Aube.

Aubrat, idem, à Nogent-sur-Seine.

Lua, id., à Méry-sur-Seine.

Roux, conducteur auxiliaire, à Nogent-sur-Seine.

Banry, employé secondaire. à Méry-sur-Seine.

Gardavot, idem. à Nogent-sur-Seine.

Gérard (J.-B.), id. à Nogent-sur-Seine.

Arrondissement du Centre. Colin 2^, ingénieur ordinaire de Ire classe, rue des Bas-Trévois,

11, à Troyes. Bellue, conducteur principal, à Troyes.

Saunier, conducteur embrigadé, à Troyes.

Millard, id., chef de bureau, à Troyes.

Ménuelle, id., à Ervy.

Moreau (E.), conducteur embrigadé, à Troyes,

Rozé, conducteur embrigadé, à Troyes.

Guillot (P.), idem, à Troyes.

Bellue fils, conducteur auxiliaire, à Troyes.

Moreau (Alf), id., à Aix-en-Othe.

Fleuron, employé secondaire. à Troyes.

Maillard, idem, ' à Troyes.

Chrétinat, id., à Troyes.

Ragu, id., à Troyes.

Hospital, id., à Troyes.

Arrondissement de l'Est.

Weisgerber, ingénieur ordinaire, à Bar-sur-Seine.

Sardin, conducteur embrigadé, à Bar-sur-Seine.

Haghe, id., à Bar-sur-Aube.

Nonnotte, id., à Brienne-le-Ghâteau


94 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Gérard, empl. secondre, chef de bureau, à Bar-sur-Seine.

Longin, idem, à Chaource.

Longin fils, id., à Bar-sur-Seine.

Labarre, id., à Bar-sur-Seine.

SERVICE EXTRAORDINAIRE DES PONTS ET CHAUSSÉES.

fiTavigation de la Seine, de Marcilly à la limite du Département.

MM.

Cambuzat 2&, ingénieur en chef, à Paris, rue Saint-DominiqueSaint-Germain, 32. Lagout, ingénieur ordinaire, à Nogent-sur-Seine. Flèche, conducteur embrigadé, à Nogent-sur-Seine.

NAVIGATION

DES RIVIÈRES D'AUBE ET DE SEINE, ET DD CANAL DE LA HAUTE-SEINE.

Le canal de la Haute-Seine a été livré à la navigation au mois d'octobre 1846. — Les travaux des dérivations ouvertes entre Troyes et Méry ont été faits de 1808 à 1812 ; le creusement du premier bassin de Troyes a eu lieu en 1812, et l'ouverture du canal à travers la ville de Troyes a été faite de 1840 à 1842.

Les gardes-ports et les inspecteurs des ports exercent leur surveillance, pour tout ce qui concerne la police des ports, sous la direction des ingénieurs, et pour ce qui concerne les opérations commerciales, sous la direction d'un inspecteur principal.

Le canal de la Haute-Seine est mis en chômage tous les ans, généralement pendant un mois, depuis le 10 août jusqu'au 10 septembre environ.

MM.

DAVID 2^, inspecteur principal des ports, à Paris, rue NotreDame-des-Champs,

NotreDame-des-Champs, Cnambron, inspecteur des ports, mail du Lycée, 40, à Troyes. Rouilliot, garde-port, à Brienne-Ia-Vieille. Dufour, garde-port, à Troyes.

Toulnuze, idem, à Arcîs-sur-Aube.

Marie, id., à Méry-sur-Seine.

Payen, id., à Conflans.

Vignole, id., à Nogent-sur-Seine.

Raquin, id., à Bray-sur-Seine.

Périez, id., à Montereau.

Ménissier, garde du commerce, à Brienne-la-Vieille.


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 95

Chemins vicinaux.

Le service des chemins vicinaux du département est sous la direction d'un agent-voyer en chef résidant à Troyes, et qui a son bureau à la préfecture. Il a sous ses ordres cinq agents-voyers d'arrondissement qui résident dans les chefs-lieux de sous-préfectures, quinze agents voyers cantonaux et six surnuméraires.

Un agent-voyer comptable et dessinateur est en outre attaché au bureau central, ainsi qu'un des surnuméraires.

Soixante chefs cantonniers, sous les ordres immédiats et sons la direction des agents-voyers cantonaux, sont placés sur les chemins vicinaux de grande communication et d'intérêt commun; ils sont spécialement chargés du travail manuel nécessaire à l'entretien d'une station, de surveiller l'emploi de la prestation en nature et autres travaux sur les chemins vicinaux de toute catégorie, et enfin de diriger les cantonniers préposés à l'entretien journalier de ces chemins.

Un arrêté préfectoral du 27 novembre 1838 met le service des chemins vicinaux ordinaires dans les atlribulions directes des agents-voyers.

Un autre arrêté du 9 avril 1861 admet les cantonniers des chemins vicinaux de grande communication et des chemins d'intérêt commun à prendre part aux charges et aux bénéfices de la caisse des retraites pour la vieillesse.

Chemins de grande communication.

N° 1er, de Nogent à la Malmaison, par St-Aubin,Marigny, Le Pavillon etc.;

N° 2, de Pont-sur-Seine à Montmirail, par Villeuauxe;

N° 3, de Villeneuve-au Chemina la route nationale no 60,par Bercenayen-Othe, Vauchassis, etc.;

N° 4, de Nogent-sur-Seine à St-Florentin, par Avant, Charmoy, Mar cilly-le-Hayer, Vulaines, Bérulles, etc.;

N° 5, de Maraye-en-Othe à Estissac, par Chennegy;

N° 6, de Chaudrey à la Haute-Marne, par Ramerupt, Jasseines, Chavanges, etc.;

N° 7, de Soulaies à la Haute-Marne;

N° 8, de Lesmont à Chaumesnil, par Blaincourt, Dienville, Larothière et Petit-Mesnil;

N° 9, de Bar-sur-Seine à Chessy, par Chaource;

N° 10. d'Essoyes à la Haute-Marne, par Champignolle et Clairvaux;

N" 11, de Ramerupt à Anglure, par le Chêne el Plancy ;

N° 12, de Maraye-en-Othe à Bouilly, par Sommeval;

N° 13, de Bar-sur-Aube à Doulevenl, par Arrentières et Maisons;

N° 14, de Champignolle à Dolancourl, par Meurville, Spoix, Argançon;

N 15, de Romilly-sur-Seine à Marcilly-sur-Seine ;

N° 16, de Villenauxe à Provins;

N° 17, de Saint-Mards-en-Othe à Sormery ;


96 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

No 18, dé Troyes à Méry, par la rive droite de la Seine;

No 19, d'Essoyes à Piney, par Eguilly, Longpré, Vendeuvre-sur-Bàrse et la Forêt-d'Orient ;

N° 20, de Lesmont à la route départementale n° 2, par Lassicourt;

N° 21, de Ramerupt à la Marne, par Vaucognes et Dampierre;

N° 22, de Lenclos à Beauvoir, par Villemorien, Avirey et Bagneux ;

N° 23, de Bar-sur-Seine à Piney, par Bourguignons, Briel et Gérosdot;

N° 24, des Maisons-Blanches à Gérosdot, par Verrières, Montaulin et Larivour ;

N° 25, de Moussey à Villery, par Saint-Jean-de-Bonneval.

Chemins d'intérêt commun.

N° 1er, de Vaudes à Ervy, par Montceanx, Cormost, la Vendue-Mignot, etc.;

N° 2, de Beauvoir à Boulancourt, par Crespy, Maizières,Hampigny,ëlc,;

N° 3, de Bar-sur-Seine à l'Yonne, par Pargues, Chesley, etc.;

N° 4, de Bar-sur-Seine à Bar-sur-Aube, par la vallée de l'Arce, Bligny et Couvignon ;

N° 5, de Troyes à Vitry-le-François. par Créney, Luyères et Coclois ;

N° 6, de Brienne-le-Château à Vitry-le-François, avec embranchement de Rosnay à Montmorency, par Chavanges ;

N° 7, de Marcilly-le-Hayer à Fère-Champenoise, par Marigny, Méry, Plancy et Salon ;

N° 8, des Echelles à Voué, par Lusigny, Dosches et Luyéres ;

N° 9, de Mailly à Nogent-sur-Aube, par Dosnon, Lhnttre et Ramerupt ;

N° 10, d'Arcis-sur-Aube à Fère-Champenoise, par Semoine ;

N° 11, de Piney à Radonvilliers, par Brevonnes;

N° 12, de Vendeuvre à Champignol, par Bligny;

N° 13, de Bar-sur-Aube à Rizauconrt, par Colombé-la-Fosse ;

N°14, d'Arcis-sur-Aube à Saint-Just, par Rhèges et Etrelles;

N° 15, de Cormost à Lusigny, par Clérey;

N° 16, dé Marcilly-le-Hayer à Anglure, par Romilly-sur-Seine ;

N° 17, de Chaource à Grancey, par les Riceys et Mussy-snr-Seine ;

N° 18, d'Amances à Nully, par Eclances et Ville-sur-Terre ;

N° 19, de Romilly à Trainel, par Gelannes, Ferreux et Avant;

N° 20, de Troyes à Savières, par Saint-Lyé;

N° 21, de Troyes à Montaulin, par Saint-Julien et Ronilly-Saint-Loup;

N° 22, d'Ervy à Saint-Mards, par Montfey, Vosnon, etc.;

N° 23, de Chamoy à Tonnerre, par Avreuil, Coussegrey, etc.;

N° 24, (sans affectation);

N° 25, de Villenauxe à Montereau ;

N° 26, de Lantages à Fouehéres ;

N° 27, de Saint-Phal à Cussangy;

N° 28, de Pargues à la Villeneuve-au-Chêne ;

N° 29, d'Etourvy àVanlay;

N° 30, de Cunfin à Bar-sur-Aube, par Baroville;

N° 31, de Bérulles à Arcis-sur-Aube, par Aix-en-Othe, Estissac,^ les Dierrey, Pavillon, St-Mesmin, Rilly-Ste-Syre et les Grandes-Chapelles ;


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 97

N° 32, de Chalautre à Nogent-sur-Seine;

N° 33, d'Eslissac à Romilly, avec embranchements d'Ossey-les-TroisMaisons à Saint-Martin-de-Bossenay, et de Maiziéres-la-Grande-Paroisso à Saint-Jost ;

N° 34, d'Estissac à Chaource ;

N° 35, de Brevonues à Blaincourt ;

N° 36, de Buxeuil à Lantages.

N° 37, de Riceys à Essoyes ;

N° 38, d'Eguilly à Viviers ;

N° 39, de Coclois à Chavanges.

MM. AGENTS-VOYERS.

DECARV. ifé, agent-voyer en chef, rue de la Paix, à Troyes. Garnier, agent-voyer comptable, rue Gautherin. Becker, agent-voyer surnuméraire, place de la Préfecture 45. .

Arrondissement de Troyes. Aubertel, agent-voyer d'arrondissement de 1re classe, rue Champeaux,

Champeaux, à Troyes.

Despeignes, agent-voyer cantonal, à Auxon.

Lelièvre, idem, . à Troyes.

Léger, id., à Troyes.

Laurent, id., à St-Mards-en-Othe.

Landre, agent-voyer surnuméraire, à Troyes.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube. Guilliot, agent-voyer d'arrondissement de 2e classe, à Arcis-surAube,

Arcis-surAube, agent-voyer cantonal, à Arcis-sur-Aube.

Vincent, agent-voyer cantonal, à Jasseines.

Delihu (Philippe), agent-voyer cantonal, à Méry-sur-Seine. Colar, agent-voyer surnuméraire, à Arcis-sur-Aube.

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

Léger (Célestin), agent-voyer d'arrondissement de 1re classe, à Bar-sur-Aube.

Caillot, agent-voyer cantonal, à Bar-sur-Aube.

Fayard, idem, à Bar-sur-Aube.

Thuillier, id., à Brienne-le-Château

N..., id., surnuméraire, à Bar-sur-Aube.

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

Roussel, agent-voyer d'arrondissement de 2e classe, à Bar-surSeine.

Gobert, agent-voyer cantonal, à Bar-sur-Seine.

Prieur, idem. à Bar-sur-Seine.

Richard, id., à Chaource.

Defrance, id., surnuméraire, à Bar-sur-Seine.

1873. 7


9.8 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Arrondissement de Nogenl-sur-Seine. Horiot, agent-voyer d'arrondissement de 2e classe, à Nogentsur-Seine.

Nicolas, agent-voyer cantonal, à Nogent-sur-Seine.

Guichard, agent-voyer cantonal, à Nogentr-sur-Seine.

Andry, agent-voyer surnuméraire. à Nogent-sur-Seine.

Commission des Bâtiments civils.

Une commission des bâtiments civils, chargée spécialement d'examiner les projets, plans, devis et détails estimatifs dressés par les architectes, pour travaux de toute nature à exécuter aux bâtiments appartenant au département, aux communes et aux établissements publics, a été créée par un arrêté du 15 septembre 1837, et réorganisée par arrêté du 18 septembre 1848. - Les réunions ont lieu une fois par mois à la préfeture, et plus souvent si le service l'exige.

Cette commission est ainsi composée :

MM.

Le Préfet, ou le Secrétaire général, président.

Quilliard 2^, ingr en chef des ponts-et-chaussées, vice-président.

Colin 2}£, ingénieur ordinaire. ,

Roussel, architecte du département.

Decary 2& , agent-voyer en chef, secrétaire.

Blutel, ingénieur principal des chemins de fer de l'Est.

Boulanger, architecte, inspecteur des édifices diocésains.

Receveurs des Finances.

TRÉSORERIE GÉNÉRALE.

Les trésoriers-payeurs généraux sont principalement chargés de recevoir pour le trésor les versements des receveurs particuliers des contributions directes, des préposés des administrations de l'enregistrement et des démailles et des contributions indirectes. Ils remplissent dans les arrondissements, chefs-lieux de déparlements, les fonctions de receveurs particuliers.

Les receveurs municipaux doivent déposer dans leur caisse, les fonds qui ne sont point encore affectés au service des communes ; les fonds sont placés, par leurs soins à la caisse de service du trésor public.

Le trésorier-payeur général est chargé d'acquitter les dépenses des divers ministères et les pensions de retraite de toute nature, d'examiner


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 99

toutes les pièces fournies à l'appui des paiements, de s'assurer de l'emploi régulier des crédits, de surveiller la régularité des dépenses mandatées, de voir si les crédils votés par le conseil général ne sont pas dépassés.

Les receveurs particuliers des finances, les percepteurs et les receveurs des revenus publics font, pour le compte du trésorier-payeur général et sur son visa, tous les paiements pour lesquels leur concours est jugé nécessaire.

MM.

TRUELLE 2^, trésorier-payeur général, rue du Temple, à Troyes.

Frémy, fondé de pouvoir.

Prévost, caissier, fondé de pouvoir.

Thiébaut, chargé de la recette particulière du chef-lieu.

La Prade, receveur particulier, à Arcis-sur-Aube.

Masson, receveur particulier, à Bar-sur-Aube.

Paulmier, receveur particulier, à Bar-sur-Seine.

Houel, receveur particulier, à Nogent-sur-Seine.

Percepteurs surnuméraires.

MM. Michon, Vinchon, Royer et de Corlieu.

PERCEPTEURS.

Les percepteurs ont seuls titre pour effectuer et poursuivre le recouvrement des contributions directes au profit de l'Etat, des départements et des communes.

Ils remplissent en même temps les fonctions de receveurs municipaux.

Néanmoins, dans les communes dont le revenu excède 30,000 francs, ces fonctions sont confiées, si le conseil municipal le demande, à un receveur spécial. (Loi du 18 juillet 1837, art. 65.)

La recette des hospices et des autres établissements de bienfaisance, dont les revenus ne dépassent pas 30,000 francs, est également confiée au receveur municipal. (Ordonnance du 17 septembre 1837, art. 12.)

On voit donc que, le plus ordinairement, le percepteur est, en même temps, receveur des contributions directes, receveur municipal et receveur de l'hospice et des établissements de bienfaisance.

Pour les communes, ainsi que pour les hospices et autres établissements de bienfaisance, dont les revenus ne dépassent pas 30.000 francs, les comptes des receveurs sont définitivement apurés par le conseil de préfecture, sauf recours à la cour des comptes; au-dessus de ce chiffre, ils sont réglés et apurés par ladite cour. (Loi du 18 juillet 1837. art. 66.)

On peut consulter l'ordonnance du 31 octobre 1839 et celle du 28 février 1840, et l'instruction générale du 20 juin 1859 pour connaître la division des perceptions en cinq classes, et le mode de nomination des percepteurs et des surnuméraires.


100 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

NOMS DES PERCEPTEURS ET COMMUNES DE LEURS PERCEPTIONS.

NOTA. — La première commune qui suit le nom du percepteur est le chef-lieu de la perception.

Arrondissement de Troyes.

MM.

BÉDARRIDES, mail du Lycée, à Troyes. — La ville de Troyes. (1)

CHARRAS. — Aix-en-Othe. Bérulles. Paisy-Cosdon. Rigny-le-Ferron. Saint-Benoît-sur-Vannes. Vulaines. ( 6)

BRULEY.— Auxon. Chamoy. Coursan. Eaux-et-Puiseaux. Mon-, tigny. Saint-Phal. Villeneuve-au-Chemin. Vosnon. (8)

MARÉCHAL 2^. — Bouilly. Crésantignes. Javernant. Roncenay. Saint-Léger. Saint-Pouange. Sommeval. Souligny. Villery. Villy-le-Maréchal. (10)

PRUD'HOMME DE SAINT-MAUR, mail de Croncels, à Troyes.— Chapelle-Saint-Luc. Barberey-Saint-Sulpice. Payns. SaintLyé. (4)

HENRI %. Ervy. Chessy. Courtaoult. Les Croûtes. Dayrey, Montfey. Racines. (7)

LERICHE. — Estissac. Bucey. Fontvannes. Neuvillé-sur-Vannes. Villemaur. (5)

VIGNES, rue de la Paix, n° 7, à Troyes. — Isle-Aumont. Les Bordes. Bûchères. Cormost. Montceaux. Moussey. SaintThibault. La Vendue-Mignot. Villemereuil. (7)

JACQUOT. — Lusigny. Clérey. Fresnois. Mesnil-Saint-Père. Montiéramey. Montreuil. (6)

COSSON. — Mesnil-Sellières. Assencières. Bouy-Luxembourg. Dosches. Gérosdot. Luyères. Onjon. Rouilly-Sacey. (8)

PELÉE DE SAINT-MAURICE , rue du Bois, à Troyes. — Montaulin. Bouranton. Courteranges. Laubressel. Rouilly-Saint,

Rouilly-Saint, Ruvigny. Thennelières. Verrières. (8)

NOEL. — Piney. Auzon. Brevonnes. Montangon. Villehardouin. (S)

GENTY (François), rue du Palais-de-Justice, à Troyes. — PontSainte-Marie. Créney. Lavau.Mergéy. Saint-Benoît-sur-Seine, Sainte-Maure. Saint-Parres-aux-Tertres. Vailly. Villacèrf,

- Villechétif. (10)

RATAT (Edmond), rue de Preize, à Troyes. — Saint-André. Bréviandes, Laines-aux-Bois. Rosières. Saint-Germain. SaintJulien. (6)

VERNHETTE. — Saint-Jean-de-Bonneval. Assenay. Fays. Jeugny. Lirey. Longeville. Machy. Les Maupas. Prunay. Villyle-Bois. (1 0)

DUPONT. — Saint-Mards-en-Othe. Maraye-en-Othe. Nogent-enr OUie. Villemoiron. (4)

BRULÉY. — Sainte-Savine. Macey. Montgueux. Les Noës. Le Pavillon. La Rivière-de-Corps. Torvilliers. Villeloup. (8)


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 101

JACQCOT. — Vauchassis. Bercenay-en-Othe. Cheanegy. Messon. Prugny. (5)

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube.

MM.

GAROUSSE. — Arcis-sur-Aube Le Chêne. Ormes. Pouarî. Torcy-le-Grand. Torcy-le-Petit. Villette. (7)

PARISOT. — Chavanqes. Arrambécourt. Bailly. Chassericourt. Joncreuil. Lentilles. Montmorency. Villeret. (8)

MICHAUX. — Dosnon. Aubigny. Grandville. Lhuître. Poivres. Trouan-Ie-Grand. Trouan-le-Petit. Vinets. (8)

BERGERAT.— Herbisse. Allibaudières. Champigny. Mailly. Semoine.Villiers. (6)

MOUGEOT. — Jasseines. Aulnay. Balignicourt. Braux, Chalette. Donnement, Magnicourt. Pars-les-Ghavanges. Saint-Léger. (9)

COROT. — Méry-sur-Seine. Châtres. Etrelles. Longueville. Mesgrigny. Savières. Saint-Mesmin. Saint-Oulph. Vallant. (9)

BocGuiER. — Plancy. Abbaye-sous-Plancy. Bessy. Boulages. Champfleury. Charny-le-Bachot. Rhèges. Salon. Viâpres-leGrand. Viâpres-le-Petit. (10)

BABDET. — Pougy. Avant-les-Ramerupt. Brillecourt. Coclois. Dommartin. Longsols. Mesnil-Lettre. Nogent-sur-Aube. Verricourt. (9)

LESEURE. — Ramerupt. Chaudrey. Dampierre. Isle. Mesnil-laComtesse. Morambert. Ortillon. Romaines. Saint-Nabord. Vaucogne. Vaupoissons. (41)

DECORLIEU. —Rilly-Sainte-Syre. Chapelle-Vallon. Chauchigny. Droupt-Saint-Bâle. Droupt-Sainte-Marie. Les Grandes-Chapelles. Premierfait. (7)

THIÉBAUT. — Voué. Aubeterre. Charmont. Feuges. FontainesLuyères. Montsuzain. Saint-Etienne. Saint-Remy. (9)

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

MM.

SIMARD. — Bar-sur-Aube. Ailleville. Arsonval. Couvignon. Fontaines. Jaucourt. Montier-en-Isle. Proverville. (8)

LORNE. — Arrentières. Bayel. Colombé-le-Sec. Engente. Lignol. Rouvres. Voigny. (7)

ARTIGOU. — Brienne-Napoléon. Brienne-la-Vieille. Epagne. Lassicourt. Lesmont. Molins. Précy-Saint-Martin. SaintChristophe. Saint-Léger-sous-Brienne. (9)

LAURENT. — Dienville. Blaincourt. Mathaux. Pel-et-Der. PrécyNotre-Dame. Radonvilliers. (6)

CAILLOT, à Bar-sur-Aube. — Dolancourt. Argançon. Bligny. Bossancourt. Fravaux. Jessains. Juvanzé. Meurville. Spoix. Trannes. Unienville. (11)


102 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

DELATOUR. — Morvilliers. Chaumesnil. La Chaise. Crespy, Epothémont. Juzanvigny. Le Petit-Mesnil. La Rothière Soulainps. La Ville-aux-Bois-lès-SouI iues. (10)

ANGENOUST. — Rosnay. Bétignicourt. Blignicourt. Courcelles. Hampiguy. Maizières. Perthes. Rauces. Valentigny. Yèvres. (10),

BAUDOUIN. — Vendeuvre-sur-Barse. Amance. ■Champ-sur-Barse. La Loge-aux-Cbèvres. Le Magiiy-Pouehanl. Maison-desrChamps, Vauchonvilliers. La Villeneuve-au-Chêne. (8)

LASSALLETTE. — Ville-sous-La ferté. Arconville. Baroville. Bergères. Champignol. Juvancourt. Longchamp. Urville. (8)

LUCCIONI. — Ville-sur-Terre. Colombé-la-Fosse. Eclance. Fresnay. Fuligny. Lévigny. Maisous-près-Soulaines. Saulcy. Thil. Thors. Vernonvilliers. (11)

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

MM.

DUPAVILLON. — Bar-sur-Seine. Buxeuil. Juilly-sur-Sarce. Merrey.

Merrey. Ville-sur-Arce. Villiers-sous-Praslin. (7) RIGOLEY. — Bagneux. Arrelles. Avirey. Beauvoir. Bragelogne.

Channes. (0)

NOSLEY. — Rernon. Coussegrey. Lignières. MaroIles-sous-Lignières.

MaroIles-sous-Lignières. Turgy. Vallières. Vanlay. (8)

MASSON. — Chaource. Avreuil. Les Granges. Lantages. Les

Loges-Margueron. La Loge-Pomblain. Metz-Robert. Praslin.

Vougrey. (9)

DEBOEUF. — Chesley. Balnot-Lagrange. Chaserey. Cussangy.

Etourvy. Lagesse. Les Maisons-près-Chaource. Pargues. Villiers-le-Bois.

Villiers-le-Bois.

HENRY. — Essoyes. Cunfin. Fontette. Loches. Verpillières. (5) MALLET. — Gyé-sur-seine. Celles. Neuville. Polist. Polisy. (5) GILLOT. — Mussy-sur-Seine. Courteron. Plaines. (3)

CAMUS. — Landreville, Bertignolles. Chacenay. Chervey. Noéles-Mallets.

Noéles-Mallets. Viviers. (7)

BIÉMONT. — Magnant. Beurey. Buxières. Eguilly. Longpré.

Montmartin. Puits-et-Nuisemetit. Thieffrain. Vitry-le-Croise.

Vitry-le-Croise.

LE MOINE DES MARES — Marolles-les-Bailly. Bourguignons.

Briel. Chauffour. Courtenot. Fralignes. Poligny. Villy-enTrodes.

Villy-enTrodes. - (9)

PRÉVOST. — Les Riceys. Balnot-sur-Laignes, (2)

VAILLANT. — Saint-Parres-les-Vaudes. Chappes. Fouchères.

Rumilly-Ies-Vaudes. Vaudes. Villemoyenne. (6)


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 103

Arrondissement de. Nogent-sur-Seine.

MM.

LOMBARD-D'ESPÉREL O. 2fë. — Nogent-sur-Seine. Le Mériot.

- Saint-Nicolas. (3)

SABAIL. — Fontaine-Mâcon. Courceroy. La Motte. Marnay. Pont-sur-Seine. Saint-Aubin. (6)

HURION.—Marcilly-le-Hayer. Avant-les-MarcilIy. Avon-La-Pèze. Bercenay-le-Hayer. Bourdenay. Charmoy. Fay. Planty. Pouy. Rigny. Traneault. (11)

GUICHARDET. — Romilly-sur-Seine. Crancey. Gelannes. Maizières. Pars-Iès-Romilly. Saint-Hilaire. (6)

MAUFROY. — Saint-Martin-de-Bossenay. Ferreux.Fontaine-SaintGeorges. La Fosse-Corduan. Origny. Orvilliers. Ossey-lesTrois-Maisons. Quincey. Saint-Loup. (9)

PIERRE. — Traînel. Bouy-sur-Orvin. Fontenay-de-Bossery. Gumery. La Louptière-Thénard. Plessis-Gatebled. Soligny. (7)

MOREAU. — Villadin. Dierrey-Samt-Julien. Dierrey-Sainl-Pierre. Echemines. Faux-Villecerf. Mariuny. Mesnil-Saint-Loup. Palis. Prunay. Saint-Flavy. Saint-Lupien. (11)

GALLÉE. — Villenauxe. Barbuise. La Saulsotte. La Villeneuve. Montpothier. Périgny-la-Rose. Plessis-Barbuise. (7)

SUCCURSALE DE LA BANQUE DE FRANCE

Place de la Banque.

Les lois du 24 germinal an XI, du 22 avril 1806, du 30 juin 1840 et du , juin 1857 donnent à la Banque de France le privilège d'émettre seule des billets de banque jusqu'au 31 décembre 1897.

Les opérations de la Banque consistent à escompter des effets de commerce à ordre et à trois signatures ; à faire des avances sur les rentes, lei effets publics français, les actions et obligations de chemins de fer, obligations du crédit foncier, bons de la caisse de la boulangerie, et sur les lingots d'or et d'argent ; à émettre des récépissés à vue et des billets a ordre ; à recevoir en garde des titres, bijoux et valeurs.

Les actions de la Banque peuvent être immobilisées par la déclaration du propriétaire, et elles deviennent sujettes aux lois qui régissent les immeubles.

Les succursales de la Banque où se font les mêmes opérations qu'à l'établissement de Paris, sont an nombre de soixante-deux; en roici la liste alphabétique :


104 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Agen.

Amiens.

Angers.

Angoulême.

Annecy.

Annonay.

Arras.

Auxerre.

Avignon.

Bar-le-Duc.

Bastia.

Bayonne.

Besançon.

Bordeaux.

Brest.

Caen.

Carcassonne.

Castres.

Châlon-snr-Saône.

Chambéry.

Châteauroux.

Chaumont.

Clermont-Ferrand.

Dijon.

Dunkerque.

Epinal.

Evreux.

Flers.

Grenoble.

Hâvre (le).

Laval.

Lille.

Limoges.

Lons-le-Saulnier.

Lorient.

Lyon.

Mans (le).

Marseille.

Monlauban.

Montpellier.

Nancy.

Nantes.

Ne vers.

Nice.

Nîmes.

Niort.

Orléans.

Périgueux.

Poitiers.

Reims.

Rennes.

Rochelle (la).

Roubaix-Tourcoing.

Rouen.

Saint-Etienne.

Saint-Lô.

Saint-Quentin.

Sedan,

Toulon.

Toulouse.

Tours

Troyes.

Valenciennes.

Versailles.

SUCCURSALES DÉCRÉTÉES.

Blois.

Bourges.

Chartres.

Monlins.

Perpignan.

Rodez.

Saint-Brieue.

Valence.

Vesoul.

Gouverneur de la Banque de France : M. Rouland G. ^, à Paris, hôtel de la Banque.

Sous-Gouverneurs :

M. Ploeuc (Mis de) 0.2&, M. Frédéric CuvierC. 2^,

à Paris, hôtel de la Banque.

Directeur : M. Paillette, à Troyes, hôtel de la Banque. Caissier : M. Hériot, à Troyes, hôtel de la Banque. Bureau d'escompte : MM. Breteguier, Doé et Schitz. Censeurs : MM. Truelle 2^-, trésorier-payeur général; Gréau (Julien), ancien manufacturier; Fontaine (Félix), négociant.

Administrateurs :

MM. Berthier-Roblot 2$s; Dallemagne-Cortier 2^ ; Baltet (J.) ^ ; Mocqueris aîné; Douine (Hte) ; Bazin-Rousselet.

ENREGISTREMENT ET DOMAINES.

- L'administration de l'enregistrement et des domaines de l'Etat est chargée de la régie et de la perception des droits d'enregistrement des acles publics, judiciaires et sous signatures privées, des droits de timbre, de greffe et d'hypothèques, et du recouvrement des amendes provenant des contraventions et condamnations de toute nature, même de celles attribuées aux communes, hospices et autres établissements.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 105

Elle administre les biens de l'Etat à quelque titre qu'ils lui appartiennent, et en perçoit les revenus de toute espèce. Enfin, elle régit les successions vacantes et en déshérence, les biens des contumax : elle est chargée de la suite et de l'exécution des lois sur les domaines engagés, du recouvrement du prix des baux et licences de pêche, et de tout ce qui se rapporte au contentieux, à la régie et à l'administration de ces différentes branches.

M. Ror C. 2fë, conseiller d'Etat, directeur général de l'enregistrement, des domaines et du timbre, à Paris, rue des SaintsPères, 15.

Bureau de la Direction. Rue de la Paix, 23. MM. Dumont 2^, directeur, rue de la Paix, 23, à Troyes. Sollier, inspecteur de 2e classe, mail du Lycée, à Troyes. Maret, vérificateur, mail de la Madeleine, à Troyes. Doré, vérificateur, à Nogcnt sur-Seine. Brisson, vérificateur, à Bar-sur-Aube. Lochet de Vaudidon, vérificateur, à Bar-sur-Seine. Falque, 1er commis, rue de la Paix, 15, à Troyes. Michelet, contrôleur du timbre, à Troyes. Roblot, timbreur, à Troyes

DÉBITS DE PAPIERS TIMBRÉS.

Mme Buisson, quai Napoléon, 10, à Troyes.

Mme veuve Labelle, rue de Belfroy, 10, idem. Lissot, rue de la Cité, 40. id.

Philippe, rue de Croncels, 5. id.

Mlle Fleury, rue de la Cité. id.

Protin, rue Notre-Dame. id.

Benoit, faubourg Saint-Martin. id.

Arrondissement de Troyes. Le bureau des hypothèques de Troyes a été créé par an édit du mois de juin 1771.

MM.

D'Aine Toustain de la Richerie, conservateur des hypothèques,

rue de la Paix. Ladroitte, receveur de l'enregistrement des actes civils et des

successions, rue de la Paix, 5. Pesneau, receveur des actes judiciaires et des domaines, mail

du Lycée, 69. Carré, receveur, à Bouilly.

Tisserant, idem, à Ervy. Bué, id., à Estissac.

Bràlez, id., à Lusigny.

Mercier, id., à Piney.

Laviron, id., à Aix-en-Othe.


106 DÉPARTEMENT DE L AUBE.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube.

Mercié, conservateur des hypothèques, à Arcis-sur-Aube. Lemoine, receveur de l'enregistrement et des domaines, à Arcis. Pillot, idem, à Chavanges.

Bouchet, id., à Ramerupt.

Aubert, id., à Méry-sur-Seine.

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

Couttolenc, conservateur des hypothèques, à Bar-sur-Aube. Lemoine, receveur de l'enregistrement et des domaines, à Barsur-Aube. Bauny, receveur des domaines, à Brienne-le-Château. Brisac, idem, à Vendeuvre.

Bernier, id., à Soulaines.

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

Bocquillon, conservateur, à Bar-sur-Seine Dommartin, receveur, idem.

Marhat, idem, à Chaource.

Raclot, id., à Essoyes.

Lefèvre, id., à Mussy-sur-Seine.

Robinet, id., aux Riceys.

Arrondissement de Nogenl-sur-Seine.

Lafond, conservateur, à Nogent-sur-Seine. Didelot, receveur, idem.

Renaud, idem, à Marcilly-le-Hayer.

Aubertot, id., à RomiIly-sur-Seine.

Bogie, id., à Villenauxe.

Surnuméraires.

Bégis, à Arcis-sur-Aube. — Thomas, à Nogent-sur-Seine. — Radel, à Bar-sur-Seine. — Mauperrin, à Troyes. — Vénard, à Bar-sur-Aube. — Poupelier, à Troyes,

CONTRIBUTIONS DIRECTES

ET CADASTRE.

La direction des contributions directes a été établie par la loi du 3 frimaire an VIII. Elle est chargée de l'assiette des contributions directes proprement dites et de la confection du cadastre.

II y a, dans chaque département, un directeur, un ou plusieurs inspecteurs


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 107

et des contrôleurs dont le nombre varie suivant les besoins du service. Dn arrêté consulaire du 17 ventôse an X a établi, dans chaque direction, un surnumérariat.

Le directeur prépare les documents nécessaires à la répartition de l'impôt entre les arrondissements et les communes ; fait entretenir et renouveler les matrices de rôles servant à repartir l'impôt entre les divers contribuables ; fait confectionner les rôles, avertissements, formules de patentes, état du montant des rôles ; instruit les réclamations formées : — par les arrondissements et les communes contre leurs contingents, — par les particuliers en décharge, réduction, remise ou modération de leurs taxes, — par tes percepteurs pour cotes irrecouvrables et pour, rotes indûment imposées quand les contribuables ne peuvent pas réclamer eux-mêmes ; provoque la délégation des crédits nécessaires pour couvrir les dégrèvements de toute nature ; expédie les ordonnances de dégrèvements et en donne avis aux parties intéressées.

En ce qui concerne le cadastre, le directeur dirige l'ensemble des opérations et conserve, dans ses attributions particulières, la rédaction des états de sections et des matrices cadastrales, la liquidation des dépenses, l'application des mutations sur les matrices de la direction. La partie d'art du cadastre, qui consiste dans la délimitation des communes et dans la levée des plans parcellaires, est confiée à un géomètre en chef qui a sous ses ordres des géomètresarpenteurs, des calculateurs et des dessinateurs.

Les plans et les matrices-minutes du cadastre sont déposés dans les archives de la direction des contributions directes.

Les inspecteurs tiennent également leur institution de la loi du 3 frimaire an VIII. Ile surveillent le travail des contrôleurs et recueillent les renseignements propres à améliorer la répartition et l'assiette des contributions.

Les contrôleurs font les recensements nécessaires pour la formation ou ta tenue des matrices de rôles des quatre contributions directes et des matrices de la prestation en nature ; ils sont chargés, de concert avec les percepteurs, du service des mutations foncières ; ils vérifient toutes les réclamations individuelles ainsi que les réclamations collectives pour pertes résultant d'intempéries, inondations, incendies, etc. Bans les opérations cadastrales, ils ont pour attribution le classement et l'évaluation des propriétés foncières.

Directeur général des contributions directes : M. GRIMPREL O. 2$, à Paris, boulevard Hausmann, -57.

DIRECTION DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

MM.

M. Jacquemin, directeur de 3e classe, rue du Grand-CloîtreSaint-Pierre,

Grand-CloîtreSaint-Pierre, Denouvilliers, commis principal de 1re classe, rue de la Paix,

34 a Troyes. Pératé, inspecteur de 2e classe, rue de la Paix, 25, à Troyes. Bureau, contrôleur principal de 2e classe, quai des Comtes-deGhampagne,

Comtes-deGhampagne, à Troyes. Vuillemin, contrôleur de 1re classe, rue Urbain IV, 16, à

Troyes. Bretagne, contrôleur de 2e classe, rue de la Cité, 23.


108 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Legendre, contrôleur de 2e classe, place du Lycée, 78. Biaise, contrôleur de 1re classe, rue de Clamart, 4. Graule, contrôleur hors classe, à Arcis-sur-Aube. Burle, contrôleur de 1re classe, à Nogent-sur-Seine. Roger, contrôleur de 1re classe, à Brienne-le-Château. Poyet, contrôleur de 1re classe, à Bar-sur-Aube. Poisson, contrôleur de 2e classe, à Bar-sur-Seine. Àrbeltier, surnuméraire, place de l'Hôtel-de-Ville, 8. Isambert, surnuméraire, rue Robert, 2.

ADMINISTRATION DES CONTRIBUTIONS INDIRECTES

Celte administration est chargée de la perception des droits sur les boissons, les voitures publiques, les chemins de fer, les cartes à jouer, les tabacs, les poudres à feu, les sels, la pêche fluviale et francs-bords, la navigation, les matières d'or et d'argent, les allumettes, le papier, la chicorée et le schiste.

M. PROVENSAL 0. ifë, Conseiller d'Etat, directeur général, à Paris, bôtel des Finances. M. Duchesne de Marivaux, directeur du département de l'Aube, rue Sainte-Jule, 1, à Troyes.

DIRECTION DE TROYES. Depuis le 1er janvier 1870, la direction de Troyes centralise dans ses bureaux la comptabilité et le contentieux des arrondissements de Troyes, Arcis-surAube et Nogent-sur-Seine.

1er Bureau. MM.

Thoquet, 1er commis de la direction. Remy, commis. Pillat, surnuméraire.

2° Bureau.

Gaulet, commis principal. Renaudot, commis. Sorg, inspecteur. N..., id.

Recette principale, entrepôt de Troyes.

Sauvage, receveur principal, entreposeur des tabacs et poudres à feu, rue Hennequin.

Recette particulière.

Millon, receveur particulier, place de la Bonneterie. Service actif.

Marcheteau, contrôleur. Cotte, id.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE? 10S)

MM.

Barat, savary,

Prost, Millet,

Royer, Legendre,

Chappe, Seurat,

Noël, Brague,

Maubé, Jourdheuil,

Antoine, Renault,

commis à Troyes.

Guy, Barrois, Damon, N..., surnuméraires.

Bourgeois, receveur de la banlieue de Troyes.

Darnel, commis principal.

Thouverey, receveur, à Ervy.

Bay, commis principal.

Bruant, receveur, à Estissac.

Faivre, commis principal, à Estissac.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube. Cheviet, receveur, entreposeur, à Arcis. Subille, chef de poste, à Arcis. Henry, commis.

Prou, dit Duprez, receveur de la banlieue d'Arcis. Mourey, commis principal. Soudoyen, receveur, à Pougy. Guéritte, commis principal. Taillandier, receveur, à Méry-sur-Seine. Milleret, commis principal.

Arrondissement de Nogent-sur-Seine. Genin, receveur, entreposeur, à Nogent-sur-Seine. Bernard, chef de poste, à Nogent-sur-Seine. Gomand, commis.

Vionnet, chef de service des sucres, à Nogent-sur-Seine. Léotaud, commis, à Nogent-sur-Seine. Valen, receveur à cheval, à Marcïlly-le-Hayer. Boileux, commis principal. Bertrand, receveur, à Pont-sur-Seine. Belbenoit, commis principal. Marquier, receveur, à Romilly-sur-Seine. Monjardé, commis principal.

SOUS-DIRECTION DE RAR-SUR-SEINE. Pour les arrondissements de Bar-sur-Seine et Bar-sur-Aube.

Lauchard, sous-directeur, à Bar-sur-Seine.

Louvet, 1er commis.

Coutouly, surnuméraire.

Clément, receveur principal, entreposeur, à Bar-sur-Seine.

Le Bâcle, receveur, à Bar-sur-Seine.

Royer, commis principal.


1,10 DÉPARTEMENT- DE L'AUBE.

Roguier, receveur, à Cliaource.- Boyer, commis principal. Roguier, receveur, à Essoyes. Lour, commis principal. Batier, receveur, aux Riceys. Michaux, commis principal.

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

Guépratte, receveur, entreposeur, à-Bar-sur-Aube.

Depontailler, chef de poste, à Bar-sur-Aube.

Guerrin, commis.

Salvy, receveur à cheval, à Bar-sur-Aube.

Biistien, commis principal.

Merckel, receveur, à Brienne-le-Ghâteau.

Bacquias, commis-adjoint.

Noël, receveur, à Vendeuvre-sur-Barse.

Burnier, commis principal.

Vérificateurs des Poids et Mesures.

L'uniformité des poids et mesures a été décrétée par l'Assemblée Constituante, les 8 mai, 8 décembre 1790 et 1er août 1793. La loi du 18 germinal de l'an m, en adoptant définitivement la nomenclature des nouvelles mesures, a interdit en France toute fabrication d'anciens poids el d'anciennes mesures.

La création des vérificateurs des poids et mesures ne date que de 1825. Avant celte époque, leurs fonctions étaient exercées par les préfets et sous-préfets, et en remontant à 1801, on trouve que la conservation des étalons et l'inspection des poids et mesures étaient confiées à des commissaires pris dans le sein de l'Académie des sciences.

En 1840, le Gouvernement, entrant dans une voie nouvelle, reconstitua le personnel des vérificateurs, et exigea des garanties d'aptitude dont on ne s'était jamais préoccupé jusque-là.

Cet état de choses dura jusqu'au 27 février 1873, époque à laquelle le service fut de nouveau reconstitué et placé sous la surveillance de vérificateurs en chef. Le bureau de Troyes relève de l'inspection d'Amiens.

Bureau de vérification, sis à l'hôlel-de-ville, ouvert au public les mercredis et samedis. MM.

Cottet, vérificateur, rive droite du canal, à Troyes. Brunel (Prudent), vérificateur-adjoint, faubourg Sainte-Savine, Mick, vérificateur, à Nogent-sur-Seinei

Baudoin (Alphonse), idem, à Bar-sur-Aube. Gobert, id., à Bar-sur-Seine.

Lhuillier(Alexis), id., à Arcis-sur-Aube.


DÉPARTEMENT DE-L AUBE. 111

Direction générale des Forêts.

La France est divisée en trente-cinq conservations forestières. Ledéparletnent de l'Aube et celui de l'Yonne forment la huitième. Troyes en est le chef-lieu.

Les attributions de cette administration ont principalement pour objet : la conservalion,la surveillance, l'aménagement et l'exploitation des bois soumis au régime forestier.

L'administration des forêts est en outre chargée d'assurer l'exécution des lois et règlements relatifs à la chasse dans les mêmes bois et forèts, et aux défrichements que les particuliers veulent faire dans leurs propres bois.

Par décret impérial du 29 avril 1862, la surveillance et l'exploitation de la pèche dans les fleuves, rivières et ruisseaux, ont été confiées à l'administration des ponts et chaussées. — Avant ce décret, l'administralion des forêts en était chargée.

L'étendue des bois et des forêts dans le département de l'Aube est de 93,203 hectares.

MM.

H. FARÉ 2&, directeur général à Paris, rue du Luxembourg, 6.

HUITIÈME CONSERVATION. La huitième Conservation est composée des départements de l'Aube et de l'Yonne, el comprend six inspections.

M. BRIÈRE DE MORDETOUR 2^, conservateur, rue de la Cité, 53, à Troyes.

Bureau de la Conservation. Frochot, sous-inspecteur, chef des bureaux, rue Gautherin, 14. Mathieu, brigadier sédentaire, rive droite du canal, 1. Lagesse, idem, rue de Croncels, 28.

Travaux d'Art.

Duret (Emile), sous-inspecteur, rue de Paris, Battut, garde général adjoint.

INSPECTION DE TROTES.

Le département de l'Aube est divisé en trois inspections : Troyes, Barsur-Aube, Bar-sur-Seine. — L'inspection de Troyes comprend les arrondissements de Troyes, de Nogent-sur-Seine et d'Arcis-sur-Aube.

Bujon, inspecteur, rue de Preize, 86. Villain, garde sédentaire, rue de Preize,


112 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Sont chargés du service actif:

MM.

De Taillasson, sous-inspecteur, à Troyes, rue de la Paix, 21. Hild, garde général, à Estissac. Et 39 brigadiers et gardes à pied.

INSPECTION DE BAR-SUR-AUBE.

Vinchon, inspecteur, à Bar-sur-Aube. Camus, brigadier sédentaire, à Bar-sur-Aube.

Sont chargés du service actif.

Antoine, sous-inspecteur, à Bar-sur-Aube. Millet, garde général, à Bar-sur-Aube. Et 38 brigadiers et gardes à pied.

INSPECTION DE BAR-SUR-SEINE.

Etchegoyen $$, inspecteur, à Bar-sur-Seine. Roger, brigadier sédentaire, à Bar-sur-Seine.

Sont chargés du service actif :

Voirin, sous-inspecteur, à Bar-sur-Seine. Colin, garde général, à Chaouree. Et 40 brigadiers et gardes à pied.

Commission syndicale de la forêt d'Aumont.

Elle est composée de vingt-un membres pris dans chacun des conseils municipaux des vingt-une communes qui ont des droits dans la forêt d'Aumont. ,

Président : M. Margueron, maire de Saint-Thibault.

Commission, syndicale de la forêt de Jeugny.

Président : M. le maire de Jeugny.

LIEUTENANTS DE LOUVETERIE.

De Feu de la Motte (Patris), à Moutceaux. Le comte de Lays, à Barberey. De Taisne fils, aux Riceys. Blavoyer (Lucien), à Foolz.


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 115

MM.

De Baussancourti à Bossancourt. Baltet (Julien) 2fë . à Troyes.

Service des Bois de la Marine nationale.

Le service des bois de la marine nationale est destiné à approvisionner les arsenaux, des bois de construction, soit par des achats à des fournisseurs, d'après des adjudicalions publiques ou de gré à gré, soit en recevant de l'administration forestière les chènes tirés des forêts domaniales (Décret du 16 octobre 1858).

Il est réparti en quatre bassins principaux et centralisé à Paris.

M. DE LAPPARENT G. 0.2^, directeur des constructions navales,

centralise le service, à Paris. M. Lisbonne 2^, ingénieur de 2e classe, chef du bassin de la

Seine, à Paris.

Les départements de l'Aube et de l'Yonne forment la 5e circonscription forestière maritime.

Vergot, contre-maître, à Mézières, pour les Ardennes et l'arrondissement de Montmédy. M. Ouvré, fournisseur de la 3e circonscription.

Administration des Postes.

Rue Charbonnet.

Les postes sont un service public auquel les lois attribuent :

1° Le transport des lettres cachetées ou non cachetées, des journaux, feuilles à la main, ouvrages périodiques, prospectus, circulaires, avis divers imprimés, gravés, lithographies ou autographiés;

2' La réceplton et le paiement, en espèces, des sommes d'argent remises à découvert ;

5° La réception et le transport des valeurs payables au porteur et des objets précieux de petite dimension (valeurs déclarées). ( Voir ci-après les notions sur ce service.)

1873. 8


114 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Direction générale. .

M. RAMPOX à Paris, rue Jean-Jacques-Rousseau.

Direction des Postes de l'Aube.

MM.

Poinsot, directeur, à Troyes, rue de Paris, 42. Coutard, contrôleur, attaché à la direction, rue du Ravelin, 2. Berthault,commis de direction de 3e classe, r. de l'Hôtel-de-V. Gosset, brigadier-facteur pour le département de l'Aube, rue Gautherin, 3.

Schneller, receveur principal, à Troyes, rue Charbonnet. Mécussnn, commis principal, rue Urbain IV, 43. Guirot (A.), commis de 1re classe, rue de Paris, 32, Larché, commis de 1re classe, rue de Clamait. Lequeux, commis de 3e classe, rue Notre-Dame, 8. Marchand, commis de 3e classe, rue Saint-Martin. Egeley, commis de 4e classe, rue du Bois, 92.

ENTREPÔT A LA GARE DU CHEMIN DE FER.

Moreau, entreposeur des postes à la gare du chemin de fer. Chuchu et Paupe, gardiens de bureau.

Courriers convoyeurs. Piot, Munerot, Lécorché, Pierre.

FACTEURS DE LA VILLE ET DES FAUBOURGS DE TROYES.

Briden, facteur-chef, rue Bruneval, 6. Louis-Pierre, bur. de la recette principale. Naury fils, rue Notre-Dame, 27. Flocàrd, rue de la Cité, 30. Royer, rue des Terrasses.

Quartier-Haut.

Laîné, rue Claude-Huez, 10. Marnez, place Saint-Nizier, 117.

Quartier-Bas.

Douet, rue Claude-Huez, 21. Blanchard, rue de l'Eau-Bénite, 11. Michot, rue du Bois, 100. Pierre, rue Saint-Martin, 5.

Banlieue.

Goeck, facteur-leveur de boites. Rigollot, idem.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 115

SERVICE DES POSTES DE LA DIRECTION DE TROYES.

Le bureau, rue Charbonnet, n° 1, est ouvert au public tous les jours, depuis 7 heures du matin jusqu'à 7 heures du soir. (Les jours fériés, de 7 heures du matin à 3 heures du soir seulement, et les 3° et 5e levées des boîtes supplémentaires n'ont pas lieu.)

Des boîtes supplémentaires sont placées aux lieux ci-aprés :

1° Caserne de Croncels,

2° Hôtel Saint-Laurent, rue Notre-Dame,

3° Place du Préau,

4° Rue Saint-Loup (porte de la bibliothèque),

5° Hospice Petit-Saint-Nicolas,

6o Hôtel-de-Ville (portail),

7° Halle de la Bonneterie,

8° Porte Saint-Jacques (Ecole normale),

9° Porte de la Tannerie, 10° Maison Pitancier, mail du Lycée,

11° Quai Napoléon (maison du préposé des ponts tournants), 12° Croix-du-Petil-Pavé, 15° La Moline, 14° Faubourg Saint-Martin, 15° Idem., maison d'école,

16° Faubourg Sainte-Savine, 17° Faubourg de Preize, 18° Gare du chemin de fer, 19° Rue Carré, maison des Augustines, 20° Angle de la rue Gautherin (rue de Paris),

Elles sont levées à

9 heures 5 minutes du matin, pour le 1er départ sur Paris ;

11 heures 30 minutes du matin pour le courrier de Chàtillon-surSeine.

Chàtillon-surSeine. heure 40 minutes du soir, pour le courrier de Châlonssur-Marne; 3 heures S0 minutes du soir, pour le départ de Tonnerre (Midi); 8 heures 10 minutes du soir, pour les déparfs n° 2 sur Paris. Bâle, etc., etc. — (La 4e levée n'a pas lieu les dimanches et jours fériés.) Une boite spéciale au service des chemins de fer est placée à la gare. Elle est levée CINQ MINUTES avant le passage de chaque train poste.

Il se fait quatre distributions par jour dans la ville et deux dans la banlieue.

Les dimanches et les jours fériés, la 2e et la 4e distribution n'ont pas lieu.

178 facteurs ruraux sont chargés de porter les lettres, journaux et imprimés divers, au domicile même des habitants des communes rurales ; de faire la levée de la boîte communale, et de rapporter, au bureau dé poste dont ils relèvent, les correspondances recueillies dans leurs tournées.


116 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Départ et arrivée des Courriers.

DEFAUT. ARRIVEE.

POINTS DESSERVIS

en même temps qne la route DERRIÈRE HEURES

principale. levée de la boîte de distribution

aux lettres. à domicile.

Arrondissemt d'Arcis, Idem. de Nogent, 10 h. 15 mat. 7 h. 1/2 mat. Le Centre, l'Ouest, le Nord)

Lusigny

1 Vendeuvre

Bar-sur-Aube

2. Langres (1er env.) (Brienne 10 h. 15 mat. midi.

Chaumont

(Langres

Vesoul

Bar-sr-Seine, les Riceys, GyéChâtillon-sr-Seine.

GyéChâtillon-sr-Seine. Essoyes, midi 30 m. midi 30.

3. ley, St-Panes, Fouchères.

Estissac Canton d'Estissac, 1er env. 11 h. 45 mant. 7 9 h. 1/ 2 mat.

iArrondissemt d'Arcis,

Alsace,

Champagne, 2 h. 45 soir. 10 h. 30 mat.

Lorraine,

Allemagne.

i Yonne,

Bourgogne,

Franche-Comté, Lyon, Algérie, Savoie, 4 h. 15 soir. 10 h. 30 mat.

Cantons Aix-en-Othé, de Bouilly,

de Erv,

(Bar-sr-Aube

Belfort(2e envoi). .Chaumont, Brienne. . . 10 h. soir. 7 h. 1/2 mal. (Langres, Vesoul )

Arrondissement d'Arcis.

Méry,

(Cantons Nogent,

Paris (2e envoi) . . de Romilly, 10 h. soir, midi 1/2.

f Villenauxe,

Le Centre, l'Ouest, le

Nord, le Midi,

i Bar-sur-Seine (2° envoi). Châtillon, Riceys, Essoyes St-Parres, Fourhères, Gyé, 10 h. soir. 7 h. 1/2 mat, Mussy, Landreville, lsleAumont

8. Piney Canton de Piney 10 h. soir. 7 h. 1/2 mat.

9. Les Grès-sous-Troyes. Les Grès-ss-Troyes, Payns 10 h. soir. 7 h. 1/2 mat.'

10. Lusigny Commune de Lusigny. . 10h. soir. 7 h. 1/2 mat.

11. Estissac (2e env.). Canton d'Estissac .... 10 h. soir. midi 1/2.


DEPARTEMENT DE L'AUBE.

117

Numéros des Routes,

Par lesquelles sont expédiées les correspondances.

Le prix de la lettre simple affranchie est de 85 e. de burean à bureau.

Numéros Numéros Numéros

dps Départements. des Départements. des Départements,

routes. routes. routes.

1. 5. 6. Algérie. 1. 6. Eure-et-Loire. 4. 6- Marne.

1. 5. 6. Ain. 1. 6. Finistère. 1. 6. Mayenne.

1. 6. Aisne. 5. 6. Gard. 4. 6. Meurthe.

1. 6. Allier. 1. 6. Gers. 4. 6. Meuse.

5. 6. Alpes-Maritimes. 1. 6. Gironde. 1. 6. Morbihan.

5. 6. Ardèche. 1. 6. Haute-Garonne. 4. 6. Moselle.

1. 4. 6. Ardennes. . 5. 6 Haute-Loire. 1. 6. Nièvre. 1. 6. Ariège. 2. 6. Haule-.VIarne. 1. 6. Nord.

» Aube. 5. 6 Haules-Alpes. 1. 6. Oise.

5. 6. Aude. 2. 6. Haute-Saône. 1. 6. Orne.

1. 6. Aveyron. 5. 6. Haute-Savoie. 1. 6. Pas-de-Calais.

2. 4. 6. Bas-Rhin. 1. 6. Haules-Pyrénées. 1. 6. Puy-de-Dome.

5. 6. Basses-Alpes. 1. 6. Haute-Vienne. 1. 5. 6. Pyrétiées-Orienttes

1. 6. Basses-Pyrénées. 2. 4. 6. Haut-Bhin. 5. 6. Rhône.

5. 6. Bouch.-du-Rhône 5. 6. Hérault. 5. 6. Saôue-et-Loire.

1. 6. Calvados. 1. 6. Ile-et-Vilaine. 1. 6. Sarthe.

1. 6. Cantal. 1. 6. Indre. . 5. 6. Savoie.

1. 6 Charente. 1. 6. Indre-et-Loire. 1. 6. Seine.

1. 6. Chareute-Infér. 5. 6. Isère. 1. 6. Seine-et-Oise.

1. 6. Cher. 5, 6. Jura. 1. 6. Seine-et-Marne.

1. 6. Corrèze. 1. 6. Landes. 1. 6. Seine-Inférieure.

5. 6. Corse. 1. 6. Loir-et-Cher. 1. 6. Somme.

5. 6 Côte-d'Or. 5. 6. Loire. 1. 6. Tarn.

1. 6. Côtes-du-Nord. 1. 6. Loire-Inférieure. 1. 6. Tarn-et-Garonne.

1. 6. Cre'ise. 1. 6. Loiret. 5. 6. Var.

1. 6 Deux-Sévres. 1. 6. Lot. 5. 6. Vaucluse.

1. 6. Hordogne. 1. 6. Lot-et-Garonne. 1. 6. Vendée.

5. 6 Doubs. 1. 6. Lorére. 1. 6. Vienne.

5. 6. Drôme. 1. 6. Maine-et-Loire. 4. 6. Vosges.

1. 0. Eure. 1. 6. Manche. 5. 6. Tonne.

5. 6. Colonies françeses.

Pays étrangers. Pays étrangers.

4. 6. Allemagne. 5. 6. Grèce. Pays étrangers.

1. 6. Angleterre. 1. 6. Hollande. 5. 6. Suisse.

1. 5. 6. Autriche et ses 5. 6. Italie. Turquie par mer.

possessions d'I- 1. 6. Pologne. 5. 6. Turquie par terre

" talie. 1. 6. Portugal. 5. 6, Afrique.

1. 6. Belgique. 1. 6 Prusse. 1. 6. Amérique.

1. 6. Uanemarck. 1. 6. Russie. 1. 6. Asie.

1. 6. Espagne. 1. 6. Norvège et Suède 1. 6. Océanie.


118

DEPARTEMENT DE LAUBE.

Pris, de la lettre simple à destination des Colonies françaises. Par les bâtimeuts du commerce partant dos ports de France 35 c.

Guadeloupe

Gorée (île)

Guyane française

Martinique .

Mayottc (île)

Sénégal

Sainte-Marie de Madagascar .... Etablissements français dans l'Inde. .

Paquebots français (affranchissem.) 50 c.

» » (non aflraneh.). GO

Paquebots aQglais (affranchissem. ) 70

» » (non aflraneh.) . 80

Colonies françaises

Voie anglaise ....... 70 c.

Voie française ....... 50 c.

Saint-Pierre et Miquelon (voie anglaise) 80 c.

Etablissements de la côte-d'or du Gabon, de la Nouvelle-Calédonie (voie de

Brindisi) .1 70 c.

Voie de Marseille 70 c.

Prix de la lettre simple affranchie à destination de l'étranger.

Angleterre (jusqu'à 10 gram) . 0f 30

Australie (10 gr.) 1 10

Autriche (jusqu'à 10 grammes). 0 60

Bade (7 gr. 1/2) « 50

Bavière (jusqu'à 10 gr.) . ...» 40 Belgique (jusqu'à 10 gr.) . ...» 30

Brésil (7 gr. 1/2) » 80

Chine (10 gr.) 1 »

Danemarck (10 gr.) » 50

Espagne jusqu'à 10 gram). . . » 40

Egypte (10 gr.) » 80

Etats-Romains (10 gr. ) » 40

Efats-Unis (voie française, 10 g) » 50

Grèce (10 gr.) » 60

— voie d'Autriche (10 gr.) . 1 60

Italie (10 gr.) » 40

Norwège (10 gr.) . 0 70

Pays-Bas (10 gr.) O 40

Pologne (10 gr.) : . . 1 10

— voie de Prusse (10 gr.) » 80

Portugal (par 10 gr.) ■. » 40

Prusse (10 gr.) de 40 à 50

Russie (10 gr.) 1 10

— voie de Prusse (10 gr.).» 80

Saxe (7 gr. 1/2) » 50.

Suède (10 gr.) » 60

Suisse (!0 gr.) M 30

Turquie (10 gr.) » 80

Wuriemberg (7 gr. 1/2) de 50 c. à 50; Pays d'outre mer,(voie du Hâvre " 85

sans distinction

de parage . . .(voie anglaise 1 10

RECEVEURS ET DISTRIBUTEURS DES POSTES.

Arrondissement de Troyes.

Bureaux de recette.

T1T0LA.IR.ES.

Troyes. — M. Schueller, receveur principal. Bouilly. — Mlle Duparcq. Ervy. — Mme André. Eetissac. — M'ne Petit. Lusigny. — M. Rousseau. Piney. — MIIe Warin. Saint-Mards-en-Othe. — Mme Bernard. Rigny-le-Ferron. — M. Robert. Aix-en-Othe. — MeGoudeaux. Auxon. — MIle Chrétien.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 119

Bureaux de distribution, Bercenay-en-Othe. — M. Brisois. Isle-Aumont. — Mme Degouet. Payns. — Mme Gautrain.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube. Bureaux de recette. Arcis-sur-Aube. — M. Mongin. Chavanges. — M. Lucquin. Méry-sur-Seine. — Mlle Guibout. Plancy. — Mme Travaillot. Ramerupt. — Mlle Martin.

Bureaux de distribution.

Aubeterre. — Mme Coutant. Coclois. — Mme Moreau. Dainpierre. — Mme Oudin. Mailly. — Mme Robert. Pougy. — M. Charrier.

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

Bureaux de recette. Bar-sur-Aube. — M. Moris. Rrienne-le-Château. — M. Keller. Clairvaux. — M. Fourrier. Vendeuvre-sur-Barse. — Mme Millot. Jessains. — Mme Huguenin. Dienville. — Mlle Champenois. Soulaines. — Mlle Roussin.

Bureaux de distribution. Bligny. — Mme Gerdy. Rosnay. — M. Benoist. Lesmont. — Mme Piat. Ville-sur-Terre. — Mme Dematons.

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

Bureaux de recette.

Bar-sur-Seine. — M. Moine. Chaource. — Mme Lecler. Essoyes. — Mlle Brodiez. Gyé-sur-Seine. — Mlle Remy. Landreville. — M. Ziégler. Mussy-sur-Seine. — Mme Didier. Les Riceys. — Mlle Valton. Saint-Parres-les-Vaudes. — Mme Guibert.


120 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Bureaux de distribution.

Cliesley. — Mlle Moret. Chervey. — Mlle Maréchal. Fouchères. — M. Guirot. Celles-sur-Ource. — N...

Arrondissement de Nogent-sur-Seine. Bureaux de recette. Nogent-sur-sur-Seine. — M Fortin. , Pimt-sur-Seine. — Mlle d'Yochct. Romilly-sur-Seine. — M. Wirth. Villmauxe. — Mlle Dumesuil de Maricourt. Marelly-le-Hayer. — Mme Demesmay. Traînai. — Mme Estorges.

Bureaux de distribution. Los Grès. — Mme Thiéblin. Saint-Martin-de-Bossenay. — M. Mathé. Pâlis. — Mme Guichard. Maizières-la-Grande-Paroisse. — Mme Simonnet.

Notions générales sur le service des Postes.

Fournies par l'Administration.

LETTRES ORDINAIRES. 1er TARIF.

Taxe des lettres de direction de poste à direction de poste, y compris les directions situées en Corse et en Algérie.

Lettresaffr. Let.non affr.

Jusqu'à 10 grammes inclusivement 0 fr. 25c. 0 fr. 40 c.

Au-dessus de 10 grammes jusqu'à 20 grammes inclusivement

inclusivement 40 0 60

Au-dessus de 20 grammes jusqu'à 50 grammes inclusivement .... 0 70 1 »

Au-dessus de 50 grammes jusqu'à 100 grammes

inclusivement 1 20 1 75

et ainsi de suite, en ajoutant par chaque 50 grammes ou fraction de 50

grammes excédant, 50 centimes en cas d'affranchissement, et 0 fr. 75

cent, eu cas de non-affranchissement.

2e TARIF.

Taxe des lettres nées et distribuables dans la circonscription postale du même bureau.

Lettres affr. et non affr.

Jusqu'à 10 grammes inclusivement . . » 0 fr. 15 c. 0 fr. 25 c.

De 10 grammes à 20 grammes inclusivement ... 0 25 0 40


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 121

De 20 grammes à 100 grammes inclusivement. . . 0 40 0 60 De 100 grammes à 200 grammes inclusivement . . 0 65 1 »

et ainsi de suite, en ajoutant par chaque 50 grammes ou fraction de 50 grammes excédant 25 centimes en cas d'affranchissement, et 40 centimes en cas de non affranchissement.

3e TARIF.

Taxe des lettres de Paris pour Paris.

Lettres affr. et non affr.

Jusqu'à 15 grammes exclusivement 0 fr. 15 c. 0 fr. 25 c

De 15 grammes à 30 grammes exclusivement. . . . 0 30 0 50 De 30 grammes à 60 grammes exclusivement. ... 0 45 0 75 et ainsi de suite, en ajoutant 15 centimes parchaque 30 grammes ou fraction de 30 grammes excédant pour les lettres affranchies et 25 centimes pour les lettres non affranchies.

LETTRES RECOMMANDÉES.

Le prix du port des lettres soumises à la formalité de la recommandation, circulant dans l'intérieur de la France, est réglé par les tarifs ciaprès :

1er TARIF.

Taxe des lettres recommandées circulant de bureau de poste à bureau de poste, y compris les bureaux situés en Corse et en Algérie.

Port de la lettre et droit fixe.

Jusqu'à 10 grammes inclusivement 0 fr. 75 c.

De 10 à 20 grammes 0 90

De 20 à 100 grammes 1 20

De 100 à 200 grammes 1 70

et ainsi de suite, en ajoutant 50 centimes par chaque 50 grammes ou fraction de 50 grammes excédant.

2e TARIF.

Taxe des lettres recommandées du bureau pour une distribution relevant de ce bureau et réciproquement, et des lettres d'une commune pour une autre commune du même arrondissement postal.

Port de la lettre et droit fixe

Jusqu'à 10 grammes exclusivement 0 fr. 65 c.

De 10 grammes à 20 grammes 0 75

De 20 grammes à 100 grammes 0 90

De 100 grammes à 200 grammes 1 15

3e TARIF.

Taxe des lettres recommandées d'une commune pour la même commune.

Port de la lettre et droit fixe.

Jusqu'à 10 grammes exclusivement . . 0 fr. 65 c.

De 10 grammes à 20 grammes 0 75

De 20 grammes à 50 grammes 0 90

De 50 grammes à 100 grammes 1 15


122

DEPARTEMENT DE L AUBE.

4e TARIF. Les cartes-postales, journaux, circulaires, prospectus, avis divers et prix-courants, échantillons, épreuves d'imprimerie corrigées, livres, gravures, lithographies en feuilles brochées ou reliées, affranchis à prix réduits, ainsi que les échanti Ions et papiers d'affaires, peuvent être soumis à la formalité de la recommandation, moyennant un droit fixe de 0,25 centimes par chaque objet.

5e TARIF.

Taxe des lettres chargées contenant des valeurs déclarées. Une lettre chargée, contenant des valeurs déclarées, et les boîtes renfermant des objets précieux, sont passibles, en outre du port de la lettre et du droit fixe portés dans les trois tarifs ci-dessus, d'un droit de 20 centimes par 100 francs ou fraction de 100 francs déclarés.

Lettres recommandées.

On peut insérer dans les lettres recommandées des litres et valeurs-papiers de toute nature. Les lettres à faire recommander doivent toujours être présentées au guichet du bureau de poste et affranchies L'administration en donne reçu aux déposants, et ne les livre que sur repu auE destinataires. En cas de perte d'une lettre recommandée, l'administration est passible d'une indemnité de 25 francs. Les lettres et les objets recommandés ne sont soumis à aucun mode spécial de fermeture.

Modèle des lettres chargées contenant des valeurs déclarées.

Imprimés, Échantillons, Épreuves d'imprimerie corrigées, Papiers de Commerce ou d'Affaires.

Leur taxe est réglée à prix réduits, moyennant affranchissement préalable. Le poids des imprimés, épreuves d'imprimerie et papiers d'affaires ne doit pas dépasser 3 kilogrammes, celui des échantillons, 300 gramm. La dimension des imprimés, épreuves d'imprimerie corrigées, papiers d'affaires et échantillons d'étoffes sur carte ne doit pas excéder 45 centimètres, celles des autres échantillons 25 centimètres.

Les Imprimés sont expédiés sous bandes mobiles couvrant au plus le tiers de la surface du paquet. Ils sont divisés en trois classes ;


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 123

1° Les Journaux politiques, taxe 4 c. par exemplaire de 40 grammes et au-dessous. Au-dessus de 40 grammes, augmentation de 1 c par chaque 10 grammes ou fraction de 10 grammes excédant. Moitié des prix ci-dessus, lorsque le journal est pour l'intérieur du département où il est publié ou pour les départements limitrophes. (Les journaux publiés dans les départements de la Seine et de Seine-et-oise ne jouissent pas de la réduction pour les départements limitrophes.

2 Les publications périodiques uniquement consacrées aux lettres, aux sciences, aux arts, à l'agriculture et à l'industrie, taxe 2 c. par exemplaire de 20 grammes et au-dessous; au-dessus de 20 grammes, augmentation de 1 c. par chaque 10 grammes ou fraction de 10 grammes excédant. Moitié de ces prix dans les cas indiqués au paragraphe précédent.

3° Les circulaires, prospectus, catalogues, avis divers et prix-courants, livres, gravures, lithographies en feuilles, brochés ou reliés, taxe 2 cent, par chaque 5 grammes et au-dessous pour toute la France, 1 cent, en sus par chaque exemplaire de 5 grammes ou fraction de 5 grammes, jusqu'à 50 grammes, au-dessus de 50 grammes 1 c. en sus par chaque 10 graram. ou fraction de 10 grammes excédant.

Les Avis de naissance, mariage et décès, les prospectus, catalogues, circulaires, prix-courants et avis divers, sont reçus sous forme de lettres, disposées de manière à pouvoir être facilement vérifies, ou sous enveloppes ouvertes d'un côté : taxe 5 centimes par avis, prospectus, catalogue, circulaire, etc., de 10 grammes et au-dessous, pour la circonscription du bureau, et 10 centimes pour le reste de la France; augmentation de 5 centimes ou de 10 centimes par chaque 10 grammes ou fraction de 10 grammes excédant. — Les avis de mariage, lorsqu'ils sont doubles, c'est-à-dire lorsque deux avis sont imprimés sur la même feuille on sur deux feuilles différentes, doivent acquitter une double taxe d'affranchissement, ainsi que tous les autres avis, circulaires, etc.

Cartes de visite (même deux ensemble) sont reçues sons enveloppes non fermées, aux conditions ci-dessus. Sont assimilées aux cartes de visite ordinaires les cartes de visite portraits photographiés.

Le port des échantillons de marchandises, des épreuves d'imprimerie corrigées, des papiers de commerce ou d'affaires, placés soit sous bandes mobiles, soit dans les enveloppes non fermées, soit dans les sacs ou boites faciles à ouvrir, est de 30 centimes jusqu'à 50 grammes. A partir de 50 grammes, il est augmenté de 10 centimes par 50 grammes ou fraction de 50 grammes.

Non affranchissement ou insuffisance d'affranchissement des Imprimés,

Echantillons, Epreuves d'imprimerie, Papiers de Commerce

ou d'Affaires.

Lorsqu'ils n'ont pas été affranchis, les imprimés, échantillons, épreuves d'imprimerie, papiers decommerce ou d'affaires sont taxés comme lettres; s'ils ont été affranchis et que l'affranchissement soit insuffisant, ils sont frappés en sus d'une taxe égale au triple de l'insuffisance. Le port en est


124 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

acquitté, à défaut du destinataire, par l'expéditeur, contre lequel des poursuites sont exercées en cas de refus de paiement (loi du 20 mai 1854).

Lettres contenant des valeurs déclarées.

L'expéditeur qui veut s'assurer, en cas de perte, sauf le cas de force majeure, le remboursement des valeurs payables au porteur insérées dans une lettre, doit la faire charger, et, en outre, faire la déclaration du montant des valeurs que cette lettre contient.

La déclaration ne doit pas excéder 2,000 francs; elle est portée en toutes lettres à l'angle gauche supérieur de la suscription de l'enveloppe, et énonce en francs et centimes le montant des valeurs insérées. Elle doit être écrite d'avance par l'expéditeur lui-même sans rature ni surcharge.

Une lettre chargée, contenant des valeurs déclarées, est passible, en outre du port de la lettre et du droit fixe de chargement, d'un droit de

10 centimes par 100 francs ou fraction de 100 francs déclarés.

Lettres des et pour les armées à l'étranger.

Les lettres de l'intérieur de la France pour les armées françaises à l'étran. ger, et réciproquement, ne supportent que la taxe de direction à direction, lorsqu'elles sont transportées exclusivement par des services français. Les lettres des armées françaises à l'étranger pour l'intérieur de la France doivent être déposées dans les bureaux de poste militaires français, à l'exclusion des bureaux de poste civils des pays où se trouvent les armées.

Il n'est pas reçu de lettres chargées contenant des valeurs déclarées ni de valeurs cotées à destination de l'étranger et des armées à l'extérieur de l'Empire.

Lettres pour les colonies et l'étranger

La taxe et les conditions d'envoi des lettres et des imprimés pour les colonies françaises et l'étranger sont réglées par des décrets spéciaux. Tous les renseignements utiles à ce sujet sont fournis au public dans les bureaux de poste; ils se trouvent aussi dans l'Annuaire des postes, et dans une publication ayant pour litre l'Indicateur des postes.

Les lettres pour l'étranger sont affranchies, soit au moyen de timbrespostes, et jetées à la boite, soit en numéraire aux guchets des bureaux, et laissées entre les mains des agents des postes. Revêtues de timbres insuffisants, elles sont considérées comme non affranchies, et ne peuvent recevoir cours, si elles soûl à destination des pays pour lesquels l'affranchissement est obligatoire.

Articles d'argent.

La poste se charge, moyennant un droit de 1 p. 0/0, du transport des sommes d'argent déposées à découvert dans ses bureaux. En échange, il est remis aux déposants des mandais qui peuvent être payés aux ayants droit dans tous les bureaux de la France et de l'Algérie. Les envois d'argent sont encore reçus pour les armées françaises en pays étrangers, pour


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 125

les militaires et marins employés dans les colonies françaises ou sur les bâtiments de l'Etat, et pour les transportés à Cayenne. Il n'est pas reçu de dépôt d'argent au-dessous de 50 centimes. — Au-dessus de 10 francs, les mandats supportent, en outre, un droit de timbre de 25 cent.

De la suscription des lettres.

Le public ne saurait apporter trop de soin à la rédaction de l'adresse des lettres qu'il confie à la poste, afin d'éviter les fausses directions. Les noms doivent être écrits très-lisiblement, et surtout le nom du bureau de poste ou de distribution qui dessert le lieu de destination. Lorsque le lieu de destination a une dénomination commune à plusieurs localités, soit en France, soit à l'étranger, on doit indiquer le nom du pays étranger ou du département français ; par exemple : Valence (Espagne), Valence 'Drame/, Grenade (Espagne), Grenade-sur-Garonne (Haute-Garonne). Lorsque dans le même département doux bureaux portent le même nom, il est essentiel de les désigner par les indications complémentaires ajoutées à leur nom principal pour les distinguer les uns des autres. Il est fort important aussi, pour les grandes villes, d'indiquer la rue elle numéro de la demeure du destinataire.

Le timbre d'affranchissement doit être placé sur l'angle droit supérieure de la lettre.

Timbres-Postes. — De leur valeur. — De leur emploi

Les timbres-postes sont de onze valeurs différentes : 1 c, 2 c, 4 c, 5 c. 10c, 1 5c, 25 c, 30 c, 40 c, 50 c ,80c. et 5 fr. Les timbres-postes de valeurs différentes sont différenciés entre eux par leur couleur ou par leur forme. Ils sont vendus dans les bureaux de poste, dans les débits de tabac, et par les facteurs et les boîtiers des postes.

Les particuliers doivent coller eux-mêmes les timbres-postes sur les objets à affranchir.

Toute lettre pour l'intérieur, revêtue d'un timbre-poste insuffisant, est considérée comme non affranchie et taxée comme telle, sauf déduction du prix du timbre. Ainsi, par exemple, lorsqu'une leltre pesant plus de 10 grammes est affranchie avec un timbre-poste de 25 centimes, elle est considérée comme non affranchie; elle doit 60 centimes : en déduisant 25 centimes que représente le timbre, il reste à payer 35 centimes.

Le poids des timbres-postes est compris dans le poids des lettres sur lesquels ils sont apposés.

Chiffres-taxes.

Les chiffres-taxes sont de petites étiqueltes imprimées représentant chacune une valeur de 30 c, 40c. et 1 f. à percevoir. Toute lettre non affranchie, née et dislribuable dans la circonscription d'un bureau de poste, doit ètre revêtue d'un nombre de chiffres-taxes équivalent à la taxe exigible. Les chiffres-taxes sont toujours apposés d'avance par les agents des postes. La personne à laquelle serait présentée une lettre de la catégorie sus-désignée, non revêtue du signe de taxe prescrit, doit refuser d'en acquitter le port et signaler le fait à l'administration.


126 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Contraventions aux: lois sur la poste.

La loi interdit le transport, par toute voie étrangère au service des postes, des lettres cachetées ou non cachelées circulant àdécouvertou renfermées dans des sacs, boîtes, paquets ou colis; elle interdit également le transport par toute autre voie que celle de ce même service, des journaux, ouvrages périodiques, circulaires, prospectus, catalogues et avis divers, imprimés, gravés, lithographies ou authographiés ; elle interdit, en outre, de renfermer dans les imprimés, échantillons, papiers de commerce ou d'affaires, affranchis à prix réduit, aucune lettre ou note pouvant tenir lieu de correspondance. Toute contravention est punie d'une amende de 150 à 300 fr.,et, en cas de récidive, d'une amende de 300 à 3,000 fr.(Arr.du 27 prairial an IX et lois des 22 juin 1854 et 25 juin 1856.)

Par exception aux dispositions qui précèdent, les ouvrages périodiques non politiques formant un paquet dont le poids dépasse un kilogramme, ou faisant partie d'un paquet de librairie qui dépasse le même poids, peuvent être expédiés par une autre voie que celle de la poste, mais à la condition expresse que, dans l'un et l'autre cas, les exemplaires ne porteront aucune mention ou suscription do nature à en faciliter la remise à d'autres personnes que le destinataire du paquet.

Des annotations manuscrites consignées sur les échantillons ou sur les papiers d'affaires eux-mêmes peuvent également être ajoutées moyennant l'acquittement préalable d'une taxe supplémentaire de 20 centimes.

L'usage d'un timbre-poste ayant déjà servi à l'affranchissement d'une lettre, est puni d'une amende de 50 à t,000 francs. En cas de récidive, la peine est d'un emprisonnement de cinq jours à un mois, et l'amende est double. Est punie des mêmes peines, suivant les distinctions sus-établies, la vente ou tentative de vente d'un timbre-poste ayant déjà servi. (Loi du 16 octobre 1849.)

La loi défend l'insertion dans tes lettres chargées ou non chargées des matières d'or ou d'argent, des bijoux ou autres objets précieux. Elle interdit, en outre, l'insertion dans les lettres non-chargées des billets de banque bons, coupons de dividendes ou d'intérêts payables au porteur.

En cas d'infraction, l'expéditeur est puni d'une amende de 50 à 5.00 francs. (Loi du 4 juin 1859.)

Il n'est pas nécessaire d'affranchir les lettres à l'adresse des grands dignitaires et des hauts fonctionnaires de l'Etat ci-après désignés :

Le président du Corps Législatif. Le grand chancelier de la Légion-d'Honneur. Les ministres secrétaires d'Etat à département. Les sous-secrétaires d'Etat des départements

ministériels. Le président du Conseil d'Etat. Le vice-président du Conseil d'Etat. Le président du contentieux du Conseil d'Etat. Le premier président de la cour des (Simples. Le premier président de la cour de cassation. Le procureur-général de la cour de cassation. Le procureur-général de la cour des comptes. Le commandant supèrieur des gardes nationales

de Paris et du département de la Seine.

Le commandant de la 1re division militaire.

Le commandant de Paris et du dept de la Seine.

Le préfet de police.

Le directeur geueral des contributions directes.

Lu directeur géneral des contributions indirectes.

Le directeur general des douanes cl des contributions indirectes.

Le directeur mèneral de l'enregistrement et des domaines.

Le directeur général des cultes.

Le directeur général des forêts.

Le directeur général des lignes télégraphiques.

Le directeur du personnel au ministère de la guerre.


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 121

Le directeur général des postes.

Le directeur général de l'administration de la

caisse d'amortissement et de la caisse des

dépôts et consignations. Le secrétaire general du Conseil d'Etat. Le président de la commission d'enquête des

tabacs.

Le directeur des affaires civiles de l'Algérie.

Le commissaire près la commission d'indemnité des colons de Saint Domingue.

Le secrétaire-général près la commission d'indemnité des colons de Saint-Domingue.

Le directeur de l'imprimerie nationale.

Et le procureur de la République, dans le ressort du tribunal où il siège.

ARRONDISSEMENT POSTAL DE LA DIRECTION DE TROYES.

La Taxe de Troyes pour ces communes et leurs hameaux, et réciproquement de ces commumes pour Troyes, est de QUINZE CENTIMES par lettre a franchie, et 0,25 par lettre non affranchie, — et CINQ CENTIMES par avis de mariage, naissances et décès.

1 Barberey-St.-Sulpice.

2 Bouranton.

3 Bréviande.

4 Chapelle-St.-Luc (la).

5 Creney.

6 Laines-aux-Bois.

7 Lavau.

8 Macey.

9 Montgueux.

10 Noës (les).

11 Pont-Sainte-Marie.

12 Riviére-de-Corps (la).

13 Rosières.

14 Rouilly-Saint-Loup.

15 Saint-André.

16 Saint-Benoît-sur-Seine.

17 Saint-Germain.

18 Saint-Julien.

19 Saint-Léger.

20 Saint-Lyé.

21 Sainte-Maure.

22 Saint-Parres-les-Tertres.

23 Saint-Pouange.

24 Sainte-Savine.

25 Thennelières.

26 Torvilliers.

27 Troyes.

28 Villechétif.

Distribution d'Aubeterre.

1 Aubeterre.

2 Charmont.

3 Feuges.

4 Fontaine-Luyères.

5 Vailly.

Distribution des Grès-sous-Troyes.

1 Echemines.

2 Fontaine-les-Grès.

3 Pavillon.

4 Savières.

5 Saint-Mesmia.

6 Villeloup.

Distribution d'Isle-Aumont.

1 Assenay.

2 Bordes-d'Iles (les).

3 Bûchères.

4 Cormost.

5 Isle-Aumont.

6 Maupas (les).

7 Moussev.

0 Roncenay.

9 Saint-Thibault. 10 Vendue-Mignot (la). 41 Verrières

12 Villemereuil.

13 Villy-le-Bois.

14 Villy-le-Maréchal.

Distribution de Payns.

1 Chapelle-Vallon.

2 Chauchigny.

3 Mergey.

4 Payns.

5 Villacerf.


128 DÉPARTEMENT DE LAME.

Lignes Télégraphiques.

Le premier bureau télégraphique du département de l'Aube a été ouvert, à Troyes, le 10 avril 1853.

Le télégraphe a été successivement établi dans les sous-préfectures, à Bar-sur-Aube, le 15 novembre 1860; à Arcis-sur-Aube, le 1er janvier 1862; à Nogent-sur-Seine, le 1 novembre 1862; à Bar-sur-Seine, le 13 décembre 1866.

Dans le courant de l'année 1866, on s'est mis à créer dans les chefs-lieux de cantons et autres localités importantes, des bureaux municipaux, ainsi nommés parce que la dépense d'établissement des lignes qui les desservent est payée en partie par les communes et qu'ils sont gérés par un agent local que le Maire désigne au choix de l'administration. Le premier bureau de cette catégorie est celui de Brienne-Napoléon, ouvert au public le 1er juillet 1866.

Enfin plusieurs gares de chemin de fer sont autorisées à recevoir les dépêches télégraphiques des particuliers et à les mettre en transmission par les fils qui appartiennent à la compagnie.

M. PIEBBET 0. ^, directeur de l'administration dos lignes télégraphiques, à Paris, rue Grenelle-Saint-Germain, 403.

M. BLERZY, inspecteur pour le département de l'Aube, à Troyes, rue du Ravelin, 8.

M. Rousselle, surnuméraire.

Travaux et surveillance des lignes.

MM.

Abit, employé de 1re classe, contrôleur des bureaux municipaux. Dufour, chef surveillant de 3e classe. Seguin, surveillant de 1re classe. Vautré, surveillant de 3e classe.

Bureaux télégraphiques de l'État.

Abréviations.

G. — Bureau à service complet ouvert de 7 heures du matin à 9 heures du soir, du 1er avril au 30 septembre, et de 8 heures du matin à 9 heures du soir du 1er octobre au 31 mars.

L. — Bureau limité ouvert de 9 heures du matin à 7 heures du soir les


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 439

jours ouvrables, de 8 heures à 10 heures du matin, et de 3 heures à 6 heures du soir les dimanches et jours fériés.

Troyes, C, rue du Temple, 11.

Mozer, directeur des transmissions de 2e classe.

Quesney, employé de 2e classe. Dauche, employé auxiliaire.

Angenoust, employé de 3e cl. Cousin, id.

De Rru\ray, id. Silvestre, id.

Forfillier, employé de 4e cl. Gaullet, id.

Terril lion, employé auxiliaire. Roy, facteur.

Robert, id. 3 facteurs-enfants.

Gares de chemin de fer (Service de la Compagnie de l'Est.)

Defer, employé de 3e classe. Gayard, employé de 4e classe. Royer, idem. Thirion, surnuméraire.

Bureaux des Sous-Préfectures.

Arcis-sur-Aube, G. — Mme veuve Vernède, agent auxiliaire. Bar-sur-Aube, G. — Mme Tacheron, idem.

Bar-sur-Seine, G. — Mme Terrillion, id.

Nogent-sur-Seine, G. — Mme veuve Janin, id.

Bureaux municipaux.

Ouverts de 9 heures du matin à midi et de 2 heures à 7 heures du soir, les jours ouvrables, des heures et demie à 9 heures et demie du matin et de 6 heures à 6 heures du soir les dimanches et jours fériés.

Aix-en-Othe, Mme Beugnon. Auxon, Mlle Mulat. Beurey, Mlle Godfert. Bouilly, M. Foisel. Brienne-Napoléon, Mlle Ollivier. Chacenay, Mlle Oudin. Chaource, M. Prunier. Chavanges, Mlle Désguerrois. Chervey, Mlle Laurent. Clairvaux, M. Agnus. Dienville, M. Adeline. Eguilly, Mlle Parisel. Ervy, M. Bernot. Estissac, Mlle ègue.é Essoyes, Mlle Beauvallet. Gyé-sur-Seine, M. Févre.

Landreville, M. Vendeuvre. Les Riceys, M. Morel. Loches, Mlle Prieur. Lusigny, M. Helleine. Maraye-en-Othe, Mme Vin. Marcilly-le-Hayer, M. Dauphin. Méry-sur-Seine, M. Charonnat. Mussy-sur-Seine, Mme Simonnot. Piney, M. Liger. Plaucy, Mme Collin. Palis, Mme Guirot. Baraerupl, Mme Couturier. Rigny-le-Feiron, M. Robert. Romilly-s-Seine, Mlle Deschamps. Rosnay, Mme Lécorché. Saint-Mards-en-Othe, M. Lagoguey.

1873. 9


130 DÉPARTEMENT DE LAUBE,

Soulaines, M. Senot. Traînel, Mlle Cottret. Vendeuvre-snr-Barse, M. Andrieu. Villemaur, M. Vallée.

Villenauxe, M. Vernier. Ville-sur-Terre, Mme Dematon. Vitry-Ie-Croisé, Mlle Tacheron.

Bureaux de gare.

Les Gares de chemins de fer, ouvertes à la correspondance télégraphique privée, sont au nombre de sept.

Frais de port à domicile.

Fouchéres » f. 50

Jessains 1 »

Mesgrigny » 50

Frais de port à domicile.

Payns »f.50

Polisot » 50

Pont-sur-Seine. ...» 50

Saint-Parres-les-Vaudes. » 50

Dispositions relatives a la correspondance privée.

Les dépêches télégraphiques, de en à vingt mots, adresse et signature comprises, sont soumises aux taxes suivantes perçues au départ :

FRANCE.

Entre deux bureaux du même département . . . . . . . » 60

Entre deux bureaux de départements différents 1 40

Pour l'Algérie 4 40

ETRANGER.

Alsace et Lorraine allemandes 2 fr.

Allemagne à l'ouest du Weser et de la Werra 3

Allemagne à l'est du Weser et de la Werra 4

Angleterre : Londres 4

Angleterre : autres bureaux , . 6

Belgique, Suisse. 3

Espagne, Italie. Pays-Bas . 4

Portugal 5

Autriche 6

Au-dessus de vingt mots, la taxe est augmentée de moitié pour chaque dizaine de mots ou fraction de dizaine excédante.

La date, l'heure du dépôt et le lieu du départ sont transmis d'office.

Tous les mots inscrits par l'expéditeur sur sa dépêche sont comptés et taxés.

Le port des dépèches à domicile ou au bureau de la poste dans le lieu d'arrivée est gratuit, excepté pour les localités desservies par des gares.

Toute dépêche adressée hors du lieu d'arrivée est transportée gratuitement par la poste si l'expéditeur n'a pas demandé l'envoi d'un exprès ou d'une estafette.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 131

Le service des exprès et des estafettes est réglé par des conditions spéciales. II peut être refusé si le bureau destinataire n'est pas en mesure de le faire.

La réponse peut être payée d'avance ; mention doit en être faite à la suite du texte, avant la signature. La personne qui se présente, pour expédier une réponse payée, doit exhiber la dépêche même qui en fait mention.

Toute réclamation doit être faite par l'expéditeur de la dépêche à laquelle elle se rapporte, et accompagnée de la copie remise par le bureau d'arrivée au destinataire, ou du bulletin de dépôt si la dépêche n'est point parvenue à destination.

Chambre de Commerce.

La chambre de commerce, instituée en 1809, a pour mission de s'occuper des progrés de l' industrie, de la prospérité du commerce, et de fournir des renseignements au Gouvernement.

Ses séances ont lieu, sans époque fixe, dans une salle de l'Hôtel-deVille, à Troyes. Elle est composée de neuf membres élus pour six ans et rééligibles. MM.

Le Préfet, président honoraire.

Berthier-Roblot ^, ancien négociant, rue du Cloître-SaintEtienne, président. Marot (Etienne), meunier, vice-président. Jacquin (Alexandre), négociant, secrétaire.

Saussier (Louis), manufacturier.

Douine (Hippolyte), filateur.

Marquot, fabricant de verrerie, à Bayel.

Buxtorf aîné, banquier.

Poron (Amand), fabricant de bonneterie.

Fontaine (Félix), filateur.

membres.

Boutiot, place de la Tour, archiviste.

Bureau de Secours aux Incendiés.

Ce bureau, institué avant 1800, a pour but de donner des secours aux personnes victimes de sinistres. Les fonds dont il dispose sont le produit de cotisations annuelles et de quêtes recueillies par les soins de MM. les


132 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

Maires. Il donne aussi aux communes pauvres les moyens de se procurer des pompes et des paniers; il prime les couvertures en tuile substituées aux toitures en paille.

La Préfecture de l'Aube est le centre naturel des opérations de là caisse des incendiés.

La caisse des incendiés ne fait pas double emploi avec les compagnies d'assurances; elle a un caractère particulier de bienfaisance, et elle emploie ses ressources dans des conditions toutes différentes de celles qui caractérisent le rôle des compagnies.

Les personnes qui ont versé à la caisse sont les seules qui aient droit aux secours.

Le Préfet, président.

L'abbé Coffinet ^, vice-président.

Pigcotte, rue du Palais-de-Justice, rapporteur.

Patenôtre, rue du Palais-de-Justice, secrétaire.

Baltet (Julien) ^ , place de la Banque, trésorier.

D'Ancelet (le baron), rue du Palais-de-Justice, Emile Hoppenot, place Saint-Pierre, Fernand Vernier, rue de Paris, Alfred Nancey, rue Saint-Loup,

, membres.

Société Académique

D'AGRICULTURE, DES SCIENCES, ARTS ET BELLES-LETTRES

DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

(55e année.)

La Société d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, connue également sous le nom de Société Académique du département de l'Aube, a été réorganisée lé 5 juillet 1818, par arrêté de M. le Préfet de l'Aube. L'époque de son établissement remonte au 19 juin 1798.

Elle a été reconnue comme établissement d'utilité publique par décret impérial, en date du 15 février 1853.

Elle se compose de 36 membres résidants, divisés en quatre sections ; de 60 membres associés, et d'un nombre illimité de membres honoraires et de membres correspondants.

Les membres résidants doivent avoir leur domicile à Troyes où dans; les communes voisines ; les membres associés, dans le département. Les membres


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 133

honoraires et les correspondants peuvent être choisis et résider dans toute la France et à l'étranger.

Les séances ordinaires de la Société se tiennent, le troisième vendredi de chaque mois, dans une salle de la Préfecture, qui renferme ses archives et sa bibliothèque.

Une séance publique, dont l'époque n'est pas déterminée, a pour objet d'entendre le compte-rendu des travaux de la Société, d'annoncer les sujets des prix proposés, de proclamer les noms des personnes qui ont obtenu des médailles ou des récompenses, et de lire des opuscules ou des mémoires.

Les productions et les publications de la Société sont imprimées sous le titre de Mémoires de la Société Académique d'Agriculture, des Sciences, Arts et Belles-Lettres de l'Aube. Deux années formaient ordinairement un volume in-8° de 45 à 60 feuilles d'impression ; seize volumes ont paru de 1822 à 1853. Depuis 1853, la Société publie un volume par année.

La Société Académique correspond avec la plupart des sociétés scientifiques de France, et est le centre commun de tous les comices agricoles du département.

Les cotisations des membres résidants, l'allocation annuelle du conseil général de l'Aube, celle du conseil municipal de Troyes, les subventions allouées par différents ministères, les abonnements aux Mémoires, telles sont les ressources financières de la Société. Ces ressources sont absorbées par des frais d'impressions, de distributions de prix et de médailles, des achats de bestiaux de race pure, et par l'entretien du Musée.

Membres du bureau en exercice pour 1873.

MM.

Le Préfet, président d'honneur.

Meugy »fë, président annuel, route de Saint-Parres.

Le Brun, vice-président, rue du Grand-Cloître-Saint-Pierre.

N..., secrétaire, rue

Bacquias $î, secrétaire-adjoint, rue Claude-Huez.

Ray (Jules), archiviste, place de la Banque.

Socard (Emile), trésorier, rue Saint-Loup, 17.

Liste des membres résidants. DIVISION DE LA SOCIÉTÉ EN SECTIONS.

Section d'Agriculture. DATE DE LA RECEPTION.

MM.

Bonamy de Villemereuil 0. ^, propriétaire. 20 mars 1840.

Lasneret (Charles), ancien maître de poste. 21 février 4851.

Dosseur-Breton ^, propriétaire. 15 avril 1853.

Hnot (Gustave) $£, propriétaire. 20 juillet 1855.

Reynaud-Pillard, propriétaire. 20 mars 4857.


134 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Paillot fils (Victor), propriétaire. 15 janvier 1858.

Le comte de Launay ^, propriétaire. 19 février 1858.

Baltet (Charles), pépiniériste. 48 février 1859.

Drouot (Ambroise), agriculteur. 48 mai 1866.

tt Section des Sciences.

Ray (Jules), pharmicien. 46 janvier 4816.

Boutiot. ancien greffier. 49 mars 4852.

L'abbé Cornet, curé de Saint Rémi. 24 décem. 4855.

Bncquias $<• , docteu -médecin. 48 juin 4858.

Quilliard #, ingénieur en chef des ponts et

chaussées. 48 décem. 4863.

Blerzy (Henri), inspecteur des lignes télégraphiques. 49 février 4864.

Gey (Camille), pharmacien. 48 mars 4864.

Vauthier (Arsène)-^, docteur-médecin. 47 mars 4865.

Guichard (Auguste), docteur-médecin. 21 décem. 4866.

+++ Section des Arts.

L'abbé Coffinet 2^, chanoine titulaire. 49 janvier 4819.

Le Brun-Dalbanrie, propriétaire. 24 avril 4 834.

Gréau (Julien), ancien manufacturier. 4 4 mars 4 856.

Vaudé (Emile), peintre. 20 juin 4862.

Boulanger (Henri), architecte. 48 janvier 4867. Meugy (Alphonse) ^, ingénieur en chef des

mines. 42 avril 4867.

Assollatit, docteur ès-lettres. 45 novem. 4867.

Babeau (Albert), propriétaire. 21 juillet 4874.

Pron (Hector), artiste peintre. 20 octob. 4874.

++++ Section des Belles-Lettres.

Gayot (Amédée), propriétaire. 46 février 4838.

Argence 0. ^, avocat. 24 février 4840.

Socard (Emile), conservateur de la Bibliothèque. 49 juin 4857.

D'Arbois de Jubainville ^, archvtede l'Aube. 46 décem. 4 859.

Laperouse (Gustave) ifè >gc, propriétaire. 20 juillet 4 860.

Jully (Ludovic), profrde rhétorique au Lycée. 49 décem. 4862.

Vignes (Edouard), directeur de la succursale

du Crédit agricole. 49 février 4869.

Des Guerrois (Charles), homme de lettres. 15 décem. 4874.

L'abbé Lalore (Charles), professeur au GrandSéminaire. 25 avril 4873.


DÉPARTEMENT DE L AUBE. 135

Liste des membres associés,

(Le nombre en est fixé à 60).

Lerouge-Courtin, propriétaire, à Troyes. 2 juillet 4819.

Lebaron Walkenaër, propriétaire, à Quincey. 45 mai 4829.

Dupin, docteur en médecine, à Ervy. 21 décem. 4 832.

Cartereau^, docteur en médecine, à Bar-surSeine. 24 juillet 4837.

Gérost, propriétaire, à Villenauxe. 24 juillet 4837.

Buret (Adolphe), propriétaire, à Saint-Légersous

Saint-Légersous 49 avril 4 839.

Gruyer-Jacob, propriétaire, à Villenauxe. 48 novem. 1840.

Recoing (Ambroise). propriétaire, à la Motte,

commune de Jully-sur Sarce. 47 novem. 4843.

Delassus père $s, propriétaire, à Arrentières. 4 5 décem. 4 843.

Grenet, propri taire, à Ramerupt. 45 août 4845.

Thierry, fabricant d'engrais, à Troyes. 46 mars 4849.

Chertier ^, docteur en médecine, à Nogentsur-Seine.

Nogentsur-Seine. 6 juillet 4852.

Fléchey, architecte, à Troyes. 4 8 mars 4853.

Ray (Eugène), propriétaire, aux Riceys. 48 août 4854.

De Vendeuvre (Gabriel), propriétaire, à Vendctivresur-Barse.

Vendctivresur-Barse. décem. 4854.

Gayot, ancien avoué, à Bar-sur-Seine. 45 juin 4856.

L'abhé Sausseret, chanoine honoraire, curé,

à Méiy-sur-Seine. 48 janvier 4856.

L'abbé Georges (Etienne), à Troyes. 20 juin 4 856.

Blavoyer (Arsène), député de l'Aube, au château de Foolz. 21 novem. 4856.

Bonamy de Villemereuil (Arthur) 0. j^, lieutenant de vaisseau, à Villemereuil. 27 novem. 4857.

De Feu de Lamothe (Ernest), propriétaire, au

château de Montceaux. 49 février 4 858.

Dubois du Tilleul (Henri), propriétaire, à

Cunfin. 18 mars 4 859.

Hariot (Louis), pharmacien, à Méry-sur-Seine. 24 octob. 4859.

Adnot (Prosper), ancien notaire, à Mussysur-Seine.

Mussysur-Seine. janvier 4860.

L'abbé Remion (Jean-François), curé, à Ramerupt.

Ramerupt. mars 4860.

Thévenot (Arsèae), négociant, à Troyes. 4 5 mars 4864.

Orry fils (Armandi, propriétaire, à Lusigny. 4 9 avril 4864.

Sardin, ancien professeur, à Piney. 46 mars 4 862,


136 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Bacquias (Hippolyte), notaire, à Essoyes. 4 8 juillet 4862.

Herbo-Prévost, agriculteur, à Eclance. 48 juillet 4862.

Vauchelet <Sfe , propriétaire, à Chuvanges. 24 novem. 4862. Benoit (Julest, agriculteur, à Châtres. 20 février 4863.

Bocquillon (Charles) 2fe, propriétaire, à Vendeuvre-sur-Harse.

Vendeuvre-sur-Harse. juillet 4 863.

Langlois (Artus), ancien notaire, à Nogentsur-Seine.

Nogentsur-Seine. janvier 4864^

Guerrapain (Narcisse), médecin-vétérinaire, à

Bar-sur-Aube. 45 janvier 4864.

Boisseau de Mellanville (Louis), propriétaire,

à Marcilly-le Hayer. 4 8 mars 4864.

Jourdheuille (Camille), juge, à Troyes. 20 mai 4864.

Deheurle (Victor), sous-préfet , à Bar-surSeine. 49 août 4864. Paillot (Adolphe), propriétaire, à Ervy. 47 mars 4865. Gasimir Perier G. 0 ^ . député de l'Aube,

au château de Pont-sur-Seine - 45 juin 4866.

Bertherand (Arthur), propriétaire, au château

de Chacenay. 47 août 4866.

Dutailly (Jules), propriétaire, aux Riceys. 4 2 avril 4867. Le comte de Mesgrigny (Franck), propriétaire,

au château de Villebertin-Moussey. 48 octob. 4867.

L'abbé Garnier (Alphonse), curé, à Pâlis. 45 novem. 4867.

Lagout ( Edouard ). ingénieur des ponts et

chaussées, à Nogent sur-Seine. 20 août 4869.

Verrollot (Alexis), propriétaire, à Rigny-leFerron.

Rigny-leFerron. avril 4870.

Remy (Ernest), notaire à Saint-Lyé. 49 mai 4871.

Léger (Léon), ancien avoué, à Bar-sur-Aube. 49 juillet 4872.

Berlot (Emile), concierge de la Société, à la préfecture.

MUSÉE DE TROYES

Rue Saint-Loup.

Le Musée, fondé en 1831, est dirigé par la Société Académique de l'Aube avec le concours et sous le patronage du Conseil général du département et du Conseil municipal de Troyes. — Il est ouvert, les dimanches et les


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 131

jours fériés, pendant l'été, de une heure, à cinq, et pendant l'hiver de midi à quatre heures; et tous les jours de la semaine, excepté le lundi, pour les étudiants munis d'une carte signée par l'un des conservateurs.

Le Musée comprend dix collections différentes de sciences et d'arts, inscrites sous les chapitres suivants : Pointure, — sculpture, — archéologie, — médailles, — collection ethnographique, — zoologie, — botanique, — minéralogie,— paléontologie. — conservatoire industriel.

On peut se procurer le livret du Musée chez le concierge, rue SaintLoup, et dans les librairies de Troyes.

Les personnes qui voudraient faire des dons au Musée, sont priées de s'adresser à MM. les conservateurs.

Les dons faits à la Société Académique sont inscrits sur un registre spécial, et publiés annuellement, avec le nom du donateur.

CONSERVATEURS DU MUSEE.

Pour les objets d'art, M. Le Brun, r. du Cloître-St-Pierre.

Pour l'archéologie, M. l'abbé Goffinet ^, rue Girardon.

Pour la zoologie, M. Ray (Julest, place de la Banque.

Pour la botanique. M. l'abbé Cornet, rue du Bois.

Pour la minéralogie. M. Ray (Jules), place de la Banque.

Concierge, M. Desmaisons.

Surveillants, MM. Desmaisons, Dauphin, Boutard.

Comice agricole départemental.

Le Comice agricole de l'Aube a été fondé en 1855, par les soins de l'administration départementale, et avec le concours de la Société Académique de l'Aube.

Son but est d'honorer et d'encourager l'agriculture; de favoriser le développement et le perfectionnement de toutes les branches d'industrie qui s'y rattachent, en décernant des médailles d'honneur, des primes d'encouragement et des récompenses dont la valeur est déterminée chaque année; d'aider au progrès, en cherchant et en indiquant les débouchés ouverts ou qui peuvent s'ouvrir à la production du sol; enfin, d'admettre, sous des conditions préalablement fixées, à participer aux récompenses et à recevoir des pris, tous les gens qui concourent plus ou moins directe-


138 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

ment à la culture de la terre et de la vigne, ou à l'élève des bestiaux, ainsi qu'à la conservation des récoltes.

Le Comice se compose de la section d'agriculture de la Société Académique de l'Aube, et des propriétaires et des cultivateurs qui souscrivent et adhérent aux conditions du Règlement.

L'administration de l'association est confiée à un bureau composé d'un président d'honneur, d'un président, d'un secrétaire général, de cinq viceprésidents et de cinq secrétaires-trésoriers.

Un vice-président et un secrétaire-trésorier son! pris do droit dans chacun des arrondissements. Le secrétaire général remplit les fonctions de trésorier central.

Le Comice est représenté, dans l'intervalle des assemblées générales, par une commission permanente composée du bureau du Comice et de cinq membres par arrondissement.

La cotisation annuelle des membres du Comice est de 10 fr. Elle est versée entre les mains de chaque percepteur.

Les propriétaires et les cultivateurs qui veulent faire partie du Comice agricole départemental, peuvent adresser leurs adhésions à M. le secrétaire général-trésorier central, par l'intermédiaire de la Préfecture, pour l'arrondissement de Troyes. et pour les autres arrondissements, à chacun de MM. les secrétaires-trésoriers.

Bureau d'administration du Comice.

Election du 1er décembre 1866.

Président honoraire :

M. BONAMY DE VILLEMEREUIL 0. $fe, membre du conseil générai, propriétaire, à Villemereuil.

Président : M. JOZON père $fè, propriétaire, à Nogent-sur-Seine.

Vice-Présidents :

Pour l'arrondissement d'Arcis, M. Grenet, propriétaire, à Ramerupt ;

Pour l'arrondissement de Bar-sur-Aube, M. N...;

Pour l'arrondissement de Bar-sur-Seine, M. Victor Paillot, à Rumilly-les Vaudes.

Pour l'arrondissement de Nogent-sur-Seine, M. Poletnich, ancien notaire, à Nogent-sur-Seine ;

Pour l'arrondissement de Troyes, M. le comte de Launay ^, propriétaire, à Clérey.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 139

Secrétaire général, trésorier central ; M. Dosseur ifê, propriétaire, à Saint-Parres-Ies-Tertres.

Secrétaires-Trésoriers :

Pour l'arrondissement d'Arcis-sur-Aube, M. Parey-Prut, propriétaire et maire, à Nogent-sur-Aube ;

Pour l'arrondissement de Bar-sur-Seine, M. Albert Lamblin, propriétaire, à Villemorien ;

Pour l'arrondissement de Nogent-sur-Seine, M. Lasneret (Charles), propriétaire, à Nogent-sur-Seine;

Pour l'arrondissement de Troyes, M. Ambroise Drouot, propriétaire, à Laubressel.

Membres désignés pour former, avec le Bureau d'administration, la Commission permanente.

Pour l'arrondissement de Trnyes, MM. Huot (Gustave)^, à Saint-Julien; — Eugène Boyau, à Troyes; — le comte de Lays, à Barberey ; —Lutel-Bourguignat, à Troyes; — Moniot fils, à Auzon.

Pour l'arrondissement d'Arcis-sur-Aube, MM Saussier (Victor), à Viâpres; — Gamichon-Guillaume, à Pouan;— Devertu fils, à Voué ; — De Larquelay, à Ramerupt.

Pour l'arrondissement de Bar-sur-Aube, M. Moniot père, à Jaucourt; — Mulinot, à Dolancourt ; — Guerrapain, à Barsur-Aube ; — Petit, à Rances.

Pour l'arrondissement de Bar-sur-Seine, MM. Honnet Chapplain, à Saint Parres-les-Vaudes ; — Naret, à Villemorien ; — Joffroy, à Jully-sur-Sarce; —Corpel, à Chanceron;—Ambroise Recoing, à la Rocatelle, à Rumilly-les-Vaudes.

Pour l'arrondissement de Nogent-sur-Seine, MM. Jules Huot, à La Louptière Thénard; — Bossuot, à Bernières;— Verniery à Romilly-sur-Seine;—Michon, à La Saulsotte ; — Cbaumet, à l'Aulne.


140 DÉPARTEMENT DE D'AUBE.

Ecole d'Accouchement.

A Paris, rue du Port-Royal, 5.

Deux bourses, votées annuellement par le Conseil général de l'Aube, sont destinées à entretenir, à l'Ecole d'accouchement de Paris, deux élèves sages-femmes de ce département.

Conseil d'hygiène publique et de salubrité

DU DÉPAETEMENT DE L'AUBE.

Le Conseil d'hygiène et de salubrité du département de l'Aube a été établi en 1834, par M. Combes-Siéyès, préfet de l'Aube.

Un arrêté du 48 décembre 1848 prescrit que chaque arrondissement aura un conseil d'hygiène publique et de salubrité, dont les membres, seront nommés par le Préfet. Il doit y avoir au chef-lieu de préfecture un conseil d'hygiène publique réunissant aux attributions ordinaires des autres conseils celle de centraliser et de coordonner leurs travaux.

Les conseils d'hygiène sont chargés de l'examen des questions relative» à l'hygiène publique, à la topographie, à la statistique, etc.

Membres.

MSI.

Le Préfet de l'Aube, président d'honneur.

Carteron (Paul) $£, président.

Vautbier^, docteur en médecine, secrétaire.

Henry, maire de Troyes.

Viardin ife, médecin.

Bourgoiu, pharmacien.

Michelin, vétérinaire.

Quilliard ^, ingénieur des ponts et chaussées.

Bacquias (Eugène) $fe , médecin.

Gey, pharmacien.

Fontaine (Félix), manufacturier.

Ray, pharmacien.

Guichard, docteur en médecine.

Membres adjoints. Le sous-intendant militaire. Meugy ^, ingénieur des mines. Roussel, architecte du département. Gérard-Boilletot ^ , chef de division à la préfecture. Cré (L.), id. id.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 141

Inspection des officines et des magasins de droguerie.

Un décret impérial du 25 mars 1859 attribue aux conseils d'hygiène publique et de salubrité l'inspection des officines des pharmaciens et des magasins des droguistes, précédemment exercée par les jurys médicaux,

D'après ce décret, la visite en est faite, au moins une fois par année, dans chaque arrondissement, par trois membres de ces conseils, désignés spécialement par arrêté du préfet.

Médecins des Epidémies.

Les médecins des épidémies sont nommés par le ministre de l'intérieur, sur la proposition de M. le Préfet, conformément à l'instruction du 30 septembre 1815.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube. M. le docteur Gossement. — 46 février 1859.

Arrondissement de Bar-sur-Aube. N...

Arrondissement de Bar-sur-Seine. M. le docteur Sainton.

Arrondissement de Nogent-sur-Seine. M. le docteur Chertier ^. — 23 décembre 1837.

Arrondissement de Troyes. M. le docteur Carteron (Paul) $fc. — 23 avril 1836.

Commission des orages de l'Aube.

M. Quilliard ^, ingénieur des ponts et chaussées, président.


142 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Société médicale de l'Aube.

Cette Société se réunit à l'Hôtel-Dieu de Troyes, le premier jeudi de chaque mois.

BUREAU.

Président : M. Viardin père ^, médecin, à Troyes.

Vice-Président : M. Mougeot, docteur en médecine, à Bar-surAube.

Secrétaire-Trésorier : M. Forest, docteur en médecine, à Troyes.

Association médicale de l'Aube.

Cette Société, agrégée à l'association générale des médecins de France, a été établie à Troyes, le 27 mars 1857, date de son réglement; elle a été autorisée par M. le Préfet de l'Aube, le 25 juin 1857. — Son but est de protéger les intérêts scientifiques, moraux et matériels du corps médical. — Le nombre des membres est illimité. — Les réunions de la Societé ont lieu à Troyes, dans une salle de l'Hôtel-de-Ville, tous les ans, le 2e jeudi de mai.

Président : M. Carteron (Paul) ^, rue Champeaux. Vice-Président : M. Cartereau $fc, à Bar-sur-Seine. Secrétaire : M. Bacquias ^, à Troyes, rue du Bois. Trésorier : M. A. Vauthier ^, à Troyes, rue du Paon.

Société vétérinaire de l'Aube.

Cet.te Société, qui a sou siège à Troyes, a été autorisée par M. le Préfet de l'Aube, le 7 février 1862.

Président : M. Profilet, vétérinaire, à Piney.

Société des Amis des Arts de l'Aube.

Cette société a été fondée en 1843. sous la présidence de M. de Bréville, alors préfet de l'Aube Son siège est à Troyes.

Elle a pour but de développer le goût des arts dans le département, en organisant des expositions, et d'encourager les artistes par l'achat. mirant ses ressources, d'un certain nombre de leurs oeuvres.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 143

La souscription est de 10 francs. Elle confère au souscripteur le titre de membre de la Société des Amis des Arts de l'Aube, et elle lui donne en même temps droit à un billet pour le tirage au sort de tous les tableaux ou objets d'art acquis par la Société.

Bureau.

Président : N...

Vice-Président : M. l'abbé Coffinet ^ , rue Girardon.

Trésorier : M. Gérard-Boilletot ^, chef de division, rue Claude-Huez.

Secrétaire : M. Le Brun-Dalbanne, propriétaire, rue du GrandCloitre-Saint-Pierre.

Membres de la Commission. Argence O. ^ , avocat, à Troyes, rue Jaillant-Deschainets. Berthier (Charles), négociant, rue Notre-Dame. Chalmel, greffier en chef du tribunal civil, rue de Paris. Fléchey, architecte, rue des Quinze-Vingts. Gayot (Amédée), propriétaire, place Saint-Pierre. Gréau (Julien), ancien manufacturier, place de la Banque. Hervey (Jules), docteur en médecine, rue des Cordeliers.

Société d'Horticulture de l'Aube.

Fondée le 11 août 1850, la Société d'Horticulture compte environ 500 membres titulaires. Elle tient ses séances le 1er dimanche de chaque mois, à midi et demi, et elle publie tous les trois mois le résultat de ses travaux, sous le titre de Bulletin de la Société d'Horticulture de l'Aube. Le premier numéro a paru en octobre 1850. Les meilleurs articles des publications horticoles, françaises ou étrangères, sont également insérés au Bulletin.

Les membres font connaître les procédés les meilleurs ou les plus nouveaux pour la culture des légumes, des arbres, des fruits, des fleurs ; ils traitent également de l'application et de la confection des objets d'art et d'industrie ayant rapport à l'horticulture.

Les statuts de la Société, approuvés par M. P. de Bantel, ancien préfet de l'Aube, ont été insérés au commencement du premier bulletin.

La cotisation annuelle est de 6 fr. Le secrétaire de correspondance reçoit les demandes d'admission.

La Société d'Horticulture provoque des expositions annuelles et y décerne des médailles. La première exposition, ouverte sous son patronage, eut lieu le 18 septembre 1851; la seconde, le 23 septembre 1852; la troisième, le 9 juin 1853; la quatrième, le 20 septembre 1855, la cinquième, le 24 septembre 1857, et quatre autres depuis, la dernière a eu lieu au mois de. septembre 1869. (Les deux expositions précédentes avaient été faites par la Société Académique de l'Aube).


144 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Présidents d'honneur :

M. le Préfet de l'Aube.

M. Henry, maire de la ville de Troyes.

Mgr Ravinet O. ^, évêque de Troyes.

Vice-Présidents honoraires : MM. Millière et Seroin. President titulaire : M. Le Bran-Dalbanne, propriétaire, rue du Grand-Cloître-Saint-Pierre.

Vice-Présidents :

M. Marinot-Germette, propriétaire,

rue Bruneval.

M. Lemoine. mail des Tauxelles.

Secrétaire général : M. Retournat, rue du Palais-de-Justice.

Secrétaire de correspondance : M. Gayon, rue Boucherat.

Secrétaire-adjoint : M. Brunet.

Archiviste : M. Finot, rue Neuve-des-Ursules.

Trésorier : M. Giot, propriétaire, rue du Palais-de-Justice.

Administrateurs :

Arson (Eugène), propriétaire. Ballet père, horticulteur. Boulat (Louis), jardinier-maraîcher. Chamoin, idem.

Junot. propriétaire. Berthier-Petit, propriétaire. Blanc jeune. Caffé, imprimeur. Carré-Cossard, horticulteur. Fléchey, architecte. Sellier, horticulteur.. Villain (Léopold).

Société Horticole, Vigneronne et Forestière à Troyes.

La Société Horticole, Vigneronne et Forestière de l'Aube s'est constituée au mois de janvier 1666. — Ses statuts ont été autorisés par le Préfet, le 3 mars suivant; elle compte déjà plus de 700 membres, et à obtenu, des sa première année, des encouragements du ministère de l'Agriculture, du Conseil général de l'Aube, et du Conseil municipal de Troyes.

Étendant le programme trop restreint des sociétés purement horticoles, la Société Horticole, Vigneronne et Fore.Miêre, ainsi que son nom l'indique, s'occupe de viticulture, ainsi que des plantations forestières. — Les séances se tiennent à l'Hôlel-de-Vilte, le dernier dimanche de chaque mois, à deux heures,—La cotisation annuelle est fixée à 5 francs. — Des bulletins spéciaux paraissent tous les deux mois, sous le nom d'Annales de la Société Horticole, Vigneronne et Forestière, et contiennent les procès-verbaux des séances, des travaux fournis par les membres de là Société, des


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 145

extraits de publications envoyées par les sociétés correspondantes, une chronique, etc.

Les instituteurs ont leurs entrées aux séances, aux Expositions et aux Conférences, sans payer de cotisation. La Société encourage ceux qui s'occupent de l'instruction agricole. Elle accorde les mêmes faveurs aux ouvriers cultivateurs intelligents.

En dehors des séances et des publications, les moyens d'action de la Société Horticole, Vigneronne et Forestière consistent en démonstrations pratiques, en Conférences, en cours publics, en visites aux cultures et exploitations, et enfin en Expositions.

A peine née, la Société affirmait son existence à Auxerre. en remportant la médaille d'or de la ville pour une exposition d'ensemble. A l'Exposition universelle de 1867, à Paris, une médaille d'argent lui était décernée pour son lot de viticulture. Elle a ouvert à Troyes et à Bar-surAube des expositions locales, régionales ou générales, à là suite desquelles des médailles d'or, de vermeil, d'argent et de bronze ont été décernées, au nom de la Société, aux exposants les plus méritants.

Le bureau se compose ainsi qu'il suit :

Président d'honneur : M. Paul Cambon, préfet de l'Aube.

MM.

Président : N...

Vice-présidents :

Cré.

Léger.

Lebrun, directr de l'école normale.

Secrétaire général : Thévenot (Arsène).

Secrétaires :

Baltet (Ernest).

Gambey.

Laverdet.

Trésorier : Bourgeois-Mignard.

Bibliothécaire-archiviste : Fortier-Guillain. Conservateur du matériel : Gibey-Lorne.

CONSEILLERS-ADMINISTRATEURS.

(Troyes.) MM. Aubin aîné, Baltet (Charles), Bertrand-Cochois, Douillot, Brai che (Hilaire), Cartier aîné, Chapelle-Abit, Chatron-Lanier, Cuisin, Gambey, Guenin-Gautherot, Guéniot, Haillot, L nier (Jean-Baptiste), Lécorche-Wuibert, Meusy, Moré, P. Naudot, Prévost, Royer, Rozier (Denis), Voitey.

(Arrondissements.)

MM.

Arcis-sur-Aube : Jules Benoist, Martinot.

Bar-sur-Aube : Guerrapain, Masson de Morfontaine O. $$.

1873. 10


146 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Bar-sur-Seine : Gayot, Saillard (Camille). Nogent-sur-Seine : Couvreur-Courtois, Poletnich, Troyes : Deheurle (Victor), à Rosson; Rousseau, à

Estissac.

Société de Secours mutuels

DES INSTITUTEURS ET INSTITUTRICES

DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Conseil Administratif.

Président : M. Hanriot, inspecteur d'Académie.

Vice-président : M. Dautremant, ancien directeur de l'école

l'école de Troyes, à Nozay.

Trésorier: M. Vernant, instituteur à Troyes.

Secrétaire : M. Malarmey, instituteur à Troyes.

Secrétaire-adjoint : M. Lécorché, instituteur à Troyes (section de Saint-Martin).

MM.

Administrateurs :

Ballot, inspecteur primaire à Bar-surAube.

Château, inspecteur primaire à Troyes. Blanchet , instituteur, à Romilly-surSeine.

Romilly-surSeine. instituteur à Landreville. Bourgeois, instituteur à Méry-sur-Seine. Coulhault, instituteur à Vendeuvre.

Maison centrale de Force et de Correction de Clairvaux.

La population de la maison centrale de Clairvaux se compose : 1° de condamnés à des peines afflictives, infamantes ou correctionnelles excédant une année, qui y sont amenés de vingt-six de nos départements et même de l'Algérie. Le nombre des détenus s'élève, cette année, à environ 1,350.

Le quartier des femmes de la maison centrale de Clairvaux est transféré à Auberive (Haute-Marne) depuis 1857.

La colonie agricole de jeunes détenus, annexée au quartier d'éducation correctionnelle, est supprimée depuis le 23 avril 1862,

Il existe à Clairvaux un quartier spécial destiné à l'exécution de la peine de la détention.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 147

Il y a aussi un quartier distinct de préservation et d'amendemeut destiné à soustraire du contact des malfaiteurs incorrigibles, les détenus qui paraissent susceptibles d'un sérieux retour au bien.

+. Personnel administratif.

MM.

DUSSEBRE $fc, directeur de première classe.

Bosc, inspecteur.

Grilliat, inspecteur.

Kozloffski, greffier.

Rigault, agent comptable.

Rongeat, commis aux écritures.

Agnius, idem.

+ . +. Services spéciaux.

L'abbé Nochez, aumônier de première classe.

L'abbé Ménétrier, aumônier de deuxième classe.

Bourjon, instituteur de première classe.

Le Dr Mosmant (Charles-Antoine), médecin,

Bonnefon, chirurgien.

Boyer, pharmacien.

Mullot, économe.

François, économe-adjoint.

St-Romain, idem.

Estienne, architecte.

Postel, conducteur des travaux.

Heidet, teneur de livres.

Chancel, idem.

Lefranc, idem.

Breton, garde-magasin.

Bourgeois, jardinier.

+ . +. +. Service de sûreté.

Mouteau, gardien-chef.

2 premiers gardiens.

53 gardiens ordinaires.

7 gardiens stagiaires. Deux compagnies d'infanterie.

Dépôt de Mendicité.

Par suite des votes émis en 1861 par le Conseil général de l'Aube, un décret impérial du 25 décembre 1861 a affecté le dépôt de meudicité de Montreuil-sur-Laon (Aisne) aux mendiants de l'Aube, et un arrêté du Préfet a interdit la mendicité dans toute l'étendue du département.


148 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Institut des Sourds-Muets de Nancy.

Le département de l'Aube entretient annuellement, avec des bourses ou portions de bourse, des sourds-muets à l'Institut de Nancy.

Le directeur fait connaître les conditions d'admission aux personnes qui les lui demandent, cl a soin d'envoyer les imprimés qui y sont relatifs. - Il engage les personnes peu aisées qui désirent obtenir des bourses ou des demi-bourses, et on même temps tout ou partie du trousseau, à adresser leur demande à M. le Préfet. — Les pensionnaires libres peuvent seuls être reçus au-dessous de 10 ans. — Les admissions ont lieu à une époque quelconque de l'année scolaire. — La durée du cours ordinaire est de cinq ans. Directeur : M. PIROUX.

Ecole nationale des Arts et Métiers.

DE CHALONS-SUR-MARNE.

Des fonds sont volés annuellement par le Conseil Général de l'Aube pour entretenir à l'Ecole des Arts et Métiers de Châlons des jeunes gens du département de l'Aube.

Directeur : M. GUY.

Compagnie des Chemins de fer de l'Est.

La compagnie des chemins de fer de l'Est a son siège social à Paris, rue et place de Strasbourg.

Elle exploite en ce moment les lignes suivantes :

1°. LIGNE PRINCIPALE DE PARIS A AVRICOURT.— Embranchements: d'Epernay à Reims, — de Châlons à Verdun et de Châlons à Mourmelon et à Reims, — de Blesme à Chaumont, — de Bologne à Neufchâteau et à Pagny-sur-Meuse, — de Saint-Dizier à Vassy, — de Nancy à Frouard, — de Nancy à Vesoul et à Gray, — de Lunéville à Saint-Dié.

2°. LIGNE PRINCIPALE DE PARIS A BELFORT. — Embranchements : de Gretz à Coulommiers,— de Longueville à Provins,— de Flamboin à Montereau, — de Chalindrey à Gray.

3°. LIGNE DE PARIS A LA VARENNE-SAINT-MAUR.

4°. LIGNE DE TROYES A BRICON, par Châtillon.

5°. LIGNE DE ROMILLY A EPERNAY.

En exécution du décret du 17 août 1853, par lequel l'Empereur a autorisé l'exécution d'un chemin de fer de Paris à Mulhouse, par Provins, Nogent-


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 149

sur-Seine, Troyes, Bar-sur-Aube, Chaumont, Langres, Vesoul et Belfort, la ligne entière de Paris à Mulhouse, ayant son point de départ à Noisyle-Sec, prés Paris, l'une des stations do la ligne de Paris à Strasbourg, a été livrée à la circulation le 26 avril 1858. Elle a une longueur de 491 kilomètres, avec 64 stations.

L'inauguration du chemin de fer de Troyes à Bar-sur-Seine a eu lieu le 20 juillet 1862. - Le service entre Troyes et Châtillon-sur-Seine a commencé le 19 octobre 1868. — Le service entre Romilly et Oiry a eu lieu d'une façon complète le 11 mai 1872.

ADMINISTRATION CENTRALE, A PARIS.

Conseil d'Administration.

MM.

D'Ariste G. O. ^, président.

Davillier (H.) O. $$, régent de la Banque de France, vice-président.

Baude (Alph.) O ^, inspecteur général des ponts et chaussées.

Berthier O. ^, ancien président du Tribunal de commerce de la Seine.

Van Blarenberghe $fe, ingénieur en chef des ponts et chaussées.

Chevandier de Valdrôme (E.) C. ^.

Dolfus-Mieg O. ^.

Du Hochet (V.) O. $fe, président du conseil d'administration de la Compagnie parisienne du gaz.

Galos O. ^, ancien administrateur délégué de la Compagnie des Ardennes.

Gros (Aimé) ^, ancien député.

Le général de division Noizet G. O. ifê.

Le vicomte Reille (Gustave) C. $fe.

Le baron Renouard de Bussière O. ^, directeur de la monnaie de Paris.

Le baron de Rothschild (Alphonse) î^, régent de la Banque de France.

Le baron de Rothschild (Edmond).

Sainte-Claire Deville (H.) C. ^, membre de l'Institut.

Le baron Seillière, ancien vice-président du conseil d'administration de la Compagnie des Ardennes.

Touchard ife, ancien administrateur des Messageries,

Werlé C. & , ancien administrateur de la Compagnie des Ardennes.

Morrison, banquier, à Londres.

Weguelin, régent de la Banque, à Londres.


150 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Membres du Comité.

MM.

D'Ariste, président. Davillier (H.), vice-président. Baignères. Baude.

MM.

Galos.

Berthier.

Sainte-Claire Deville.

Direction.

M. F. JACQUIN ^, ingénieur en chef des mines, directeur de la Compagnie.

Chefs de service. Il y a trois services ou divisions : — la Voie> — la Traction — l'Exploitation.

MM.

Durbach $$, chef de l'exploitation.

Ledru, ingénieur, chef des travaux.

Vuillemin O. ^, ingénieur en chef de la traction et du matériel.

Lamoninari ^, chef du mouvement.

Borrel ^ , secrétaire de la direction de la Compagnie.

Desiles-Pesnard ^ , chef du contentieux.

Fiévet, agent commercial.

De Laborie, sous-chef lu mouvement.

Giraud, secrétaire général.

Collin, secrétaire de la direction des exploitations.

Pioche, chef du bureau du secrétariat général.

Leuzinger, chef du service de la comptabilité générale.

Gobin, chef du bureau du contentieux.

Lemardelé, chef de l'économat.

Martin Saint-Léon, caissier.

Ingénieurs chargés des travaux.

Ingénieurs en chef : MM.

PARIS. Ledru, — pour la voie, — directeur des travaux.

REIMS. Gallois, ingénieur en chef des travaux neufs.

Ingénieurs principaux :

PARIS.

Martin <$ , ligne de Strasbourg. De Sappel, lignes de Vincennes, Nogent et SaintMaur.

SaintMaur.

TROYES. Blutel, section de Montereau à Chalindrey, de

Troyes à Chaumont par Châtillon, et de Blesme à Chaumont.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 151

NANCY. Leroy, section de Blesme à Forbach.

CHARLEVILLE. Combier, section des Ardennes.

Service spécial dans le département de l'Aube.

MM.

Blutel, ingénieur principal des travaux, rue de la Paix, à Troyes.,

Gardet, chef de traction, à Troyes.

Lefebvre, inspr principal de l'exploitation, 2e section, à Troyes.

Lépine, inspecteur principal, 5e section, à Vesoul.

Godard, chef de dépôt, à Troyes.

De Varennes, vérificateur de comptabilité, à Troyes.

Guyot, inspecteur.

Stocker, idem.

Desforges, chef de section de la voie, rue de Paris, à Troyes.

Michel, chef de section, rue de la Madeleine, 1.

Chapel, chef de la gare, à Troyes.

Richer, sous-chef de la gare des marchandises, à Troyes.

Mlle Dupont, receveuse des billets

Service médical.

MM.

Oulmont, médecin principal de la Compagnie, rue du Sentier,

39, à Paris. Viardin ^, médecin, rue du Temple, à Troyes. Chertier ^, médecin, à Nogent-sur-Seine. Tonnelier, médecin, à Montereau. Bacquias ^ , médecin, à Troyes. Ray (Jules), pharmacien, place de la Banque, à Troyes; Gey, pharmacien, rue Belfroy, à Troyes.

Contrôle et surveillance.

(Service du Gouvernement.) MM.

Thoyot, ingénieur en chef du contrôle de surveillance, à Paris. Le Bleu, ingénieur des mines, à Paris.

Villiers du Terrage, inspecteur des ponts et chaussées, à Paris. Baron Tascher de la Pagerie, inspecteur général des chemins de

fer, à Paris. Lambert, commissaire de surveillance administrative, à Troyes. Cabrol, commissaire de surveillance, à Nogent-sur-Seine. Sauvage, id. id. à Bar-sur-Seine.

Balesté, id. id. à Bar-sur-Aube,


152 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Compagnie des Chemins de Fer d'Orléans à Ghâlons-sur-Marne.

La Compagnie des Chemins de fer d'Orléans à Châlons a son siége social à Paris, 60, avenue de l'Opéra.

ADMINISTRATION CENTRALE, A PARIS.

Conseil d'administration.

MM.

BOITTELLE C. i^, président.

Lagrange (comte F. de) O. $£, vice-président.

Bureau O. St. administrateur délégué.

Argence O. $fe, Bussière (baron G. de), Donon (Armand) ^, Gautier (Jules), Tenré (Ludovic) §£, Villiers (vicomte de), Lachambre ^,

administrateurs.

Commissaires censeurs. Durrieu (H ) >&. Matharel (de). Rochefoucauld (comte A. de La).

Secrétaire du conseil. Magnieu (vicomte E. de) ^.

Ingénieur en chef de la Compagnie.

Boutillier 2^, ingénieur des ponts et chaussées.

Services de construction a Paris. Vignes ^, ingénieur-adjoint à l'ingénieur en chef. Pertué, ingénieur des lignes de l'Eure. Fragues, ingénieur de la construction de la ligne d'Orléans à

Châlons. Chollet, ingénieur du matériel fixe. Jarry O. $fe, chef du domaine. Wiart, chef du contrôle général. Remy, chef de la comptabilité générale.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 153

Exploitation.

Services en résidence à Troyes, rue de la Paix, 57.

Polack (Adrien) ^ ^t, chef de l'exploitation.

Landré, inspecteur de l'exploitation.

Linière (de) &, sous-inspecteur de l'exploitation.

Butor ®, id. id.

Chardonnel, chef de bureau central.

Bazin. caissier-comptable.

Dufour, chef du contrôle des recettes de l'exploitation (Paris).

Agence commerciale.

Escallier, agent commercial. Noirault, chef de bureau.

Voie et Travaux.

Rue de la Paix. 33.

Bischoff, ingénieur de la voie et travaux. Quellier, chef du bureau central. Frontier, conducteur de la voie. Viseur, idem. idem.

Matériel et Traction. Rue de la Paix, 33.

Jullin, ingénieur du matériel et traction. Béziat, inspecteur du matériel et traction. Marais, chef du bureau central. Hocdé, chef de dépôt.

Dessoffy de Czerneck (comte), chef de la gare de Troyes (Preize). Laborie, sous-chef de gare.

Liste du Jury d'Expropriation.

Le Conseil Général,

Vu la loi du 3 mai 1841 sur l'expropriation pour cause d'utilité publique ;

Vu les listes électorales ;

Arrête, ainsi qu'il suit, la liste du Jury d'expropriation pour chacun des arrondissements du département de l'Aube.


154 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Arrondissement de Troyes.

MM.

1. Abit (François-Jean-Baptiste), propriétaire à Laines-aux-Bois.

2. Baltet (Julien), négociant à Troyes.

3. Bazin (Ambroise), rentier à Troyes.

4. Bazin (Eustache), propriétaire à Chennegy.

5. Beaufils (Philippe-François), maire à Brevonnes.

6. Bellard (Gabriel), capitaine retraité à Troyes.

7. Benoît (Jean-Baptiste), cultivateur aux Bordes.

8. Berthier (Charles-Victor), négociant à Troyes.

9. Berthier (Napoléon), propriétaire à la Moline (Troyes).

10. Biche (Isaïe), rentier à Troyes.

11. Blondel (Amédée), cultivateur à Mergey..

12. Botiliot (Théophile), propriétaire à Troyes.

13. Boyau (Eugène), propriétaire à Troyes. 14. Briard (Pierre), major en retraite à Troyes.

15. Buxtorf (Emanuel), mécanicien à Troyes.

16. Cadet (Pierre-Louis), cultivateur à Barberey.

17. Chaussemier (Prudent), cultivateur à Nogent-en-Othe.

18. Cochois (Jean-Baptiste), maire à Verrières.

19. Collin (Sainte-Marie), propriétaire à Auxon.

20. Coppin (Modeste), propriétaire aux Croûtes.

21 Croissant (Amant) père, cultivateur à Villeloup.

22. Damoiseau (Pierre-Nicolas), maire à Laubressel.

23. Dard (Antoine), négociant à Villacerf.

24. Darnet (Florentin-Nicolas), négociant à Troyes.

25. Dauvet (Denis), maire à Lavau.

26. Dauvet-Dosseur, cultivateur à Pont-Ste.-Marie.

27. Delaunay Dulac, ancien négociant à Troyes.

28. Delépine buttet, maire à Neuville-sur-Vannes.

29. Demeurai (Jean-Louis-Alexandre), docteur-médecin à Rigny-leFerron.

Rigny-leFerron.

30. Deniel (Patrice), ingénieur civil à Troyes.

31. De Noël (Edmond), maire à Bûchères.

32. Des Réaulx (le marquis) René, propriétaire à Brantigny (Piney).,

53. Dozières (Anatole), propriétaire à Davrey.

54. Doué (Jacques), propriétaire à Saint-Germain.

35. Douine (Nicolas-Adolphe), propriétaire à St-Mards.

36. Droit (Louis-Michel), propriétaire à Sainte-Maur.

57. Dumanchin (Zéphirin), propriétaire à Estissac (Thuisy).

58. Dupont (Hippolyte), cultivateur à Saint-Lyé.

39. Dupont (Victor), propriétaire à Brevonnes.

40. Foizel (Edme-Alexandre), notaire à Lusigny.

41. Forgeot (Philippe), notaire à Aix-en-Othe.

42. Gambey (Edme-François), cultivateur à Saint-André,

43. Garrez (Barlhélemy), capitaine retraité à Troyes..


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 155

44. Gauthier (Joseph), propriétaire à Sommeval.

45. Gauthier Perricourt, huissier à Piney.

46. Gérard-Barrois, maire à Sainte-Maure.

47. Giboin (Fernand), meunier à Clérey.

48. Gillier (Marie-Emile), notaire à Lirey.

49. Gillot (Emile), meunier à Ervy.

50. Goussin (Adrien), propriétaire à Géraudot.

51. Guyard (Omer), ancien notaire à Troyes.

52. Guyot (Alphonse), propriétaire à Maraye.

53. Haillot (François), propriétaire à Moussey.

54. Héliot (Théophile), propriétaire à Estissac.

53. Henneton (Gustave), marchand de bois à Troyes,

56. Honnet (Elie), propriétaire à Jeugny.

57. Honnet (Martin), rentier à Saint-Julien.

58. Huguenot (Nicolas-Victor), négociant à Bréviandes. 59. Huot (Charles), négociant à Troyes.

60. Jotte (Jacques-Alexis), cultivateur à Rigny-la-Ferron.

61. Kellard (Augustin), entrepreneur à Troyes.

62. Lalliat (Jean-Baptiste), cultiv., adjoint à Aix-en-Othe (Mineroi).

63. Laurent (Gilbert), maire à Fontvannes.

64. Laurent (René-Félix), propriétaire à Bucey.

65. Marot (Nicolas-Quentin, maire à La Chapelle-Saint-Luc.

66. Masson (Hubert), propriétaire à la Vendue-Mignot.

67. Mérat (Noël), maire à Saint-Benoît-sur-Seine.

68. Michaux (Louis), maire à Aix-en-Othe.

69. Parigot (Théodore), propriétaire à Troyes.

70. Philbert (Pierre), cultivateur à Créney.

71. Piat (Ambroise), maire à Torvilliers.

72. Pouard (Alfred), marchand de bois et maire à Maraye.

75 Quinquarlet (Hilaire), conseiller d'arrondissement à Aix-en-Othe.

74 Raudin Alphonse), maire à Macey.

75. Reynaud-Pillard, propriétaire à Saint-Parres-Ies-Tertres.

76. Richard (Alphonse), adjoint à Isle-Aumont.

77. Toulouse (Léon), propriétaire à Vulaines.

78. Vallois (Victorin), maire à Oujon.

79. Vivien (Arsène), maire à Messon.

80. Yot (Arsène), meunier a Chessy.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube.

1. Aviat (Alphonse), cultivateur à Allibaudières.

2. Aviat (Emile), négociant à Méry-sur-Seine.

5. Bègue (Louis-Ernest), négociant à Méry-sur-Seine.

4. Bourdon (Edouard), maire à Braux-sous-Pars.

5. Boivin (Jean-Baptiste), propriétaire à Coclois.

6. Carré (Jean-Antoine), propriétaire à Arcis-sur-Aube.

7. Charton (André), cultivateur au Chêne.


156 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

8. Choiselat (Antoine), propriétaire à Saint-Mesmin.

9. Coffinet (Jules-Alexandre), médecin à Plancy.

10. Collin (Antoine-Eugène), propriétaire à Nozai.

11. Dautrement (Jean), propriétaire à Nozai.

12. Delalain (Onésime-François), maire à Saint-Léger-sous-Margerie.

13. De Larquelay (Edmond), propriétaire à Ramerupt.

14. Des Réaulx (le marquis) (Armand-Louis), maire, propriétaire à

Coclois.

15. De Salligny (Just-Henri), percepteur à Pougy.

16. Devertu (Emile), propriétaiie, à Voué.

17. Dollat (Eugène), rentier à Savières.

18. Feugé (Ambroise), maire à Saint-Etienne.

19. Forgeot (Pierre), greffier de la justice de paix à Ramerupt.

20. Frémont (Louis-Auguste-Hilaire), imprimeur à Arcis-sur-Aube.

21. Girardin (Théodore-Désiré), notaire à Trouan-le-Grand.

22. Graule (François-Pierre-Sébastien), contrôleur des contributions

directes à Arcis.

23. Grenet (Claude), conseiller d'arrondissement à Ramerupt.

24. Guerrier (Alexandre-Aristide), avoué à Arcis.

25. Herluison (Gabriel-Adérald), propriétaire à Vallant-Saint-Georges.

26. Jacobé-Darrembécourt (Edouard), maire à Montmorency.

27. Lalore (Charles-Eugène), propriétaire et maire à Joncreuil.

28. Lemoine (Eugène), propriétaire à Saint-Oulph.

29. Lhuillier (Henri-Victor), ancien juge à Arcis. 50. Ludot (Romulus), ancien notaire à Arcis.

31. Mahon (Alexandre), propriétaire à Longueville.

32. Mégard (Augustin), propriétaire à Etrelles.

53. Menuet (Louis-André), maire à Arcis-sur-Aube.

54. Moreau-Finot, propriétaire à Coclois.

55. Pageot (Louis-Gustave), propriétaire à Méry.

56. Parey (Ambroise-Antoine), propriétaire à Nogent-sur-Aube.

57. Pécardat (Menuel), propriétaire à Pouan. 38. Petit (Alexandre), propriétaire à Plancy.

59. Ragon (Alphonse), cultivateur à Bailly-le-Franc.

40. Royer (Louis-Edmond), négociant à Plancy.

41. Royer (Jules), rentier à Balignicourt.

42. Savetiez (Charles), notaire à Dampierre.

43. Vénard (Paulin-Marin), notaire à Ramerupt.

44. Vérollot (Edouard), propriétaire à Champfleury.

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

1. Beaudoin (Jean-Isaïe), propriétaire à Jessains.

2. Beaussire (Claude), propriétaire à Juvancourt.

5. Binoux (Louis-Auguste), confiseur à Bar-sur-Aube. 4. Bocquillon (Pierre-Charles), propriétaire à Vendeuvre.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 157

5. Boilet (Paul-Augustin), libraire à Bar-sur-Aube.

6. Boizard (Jacques-Isidore), commissaire-priseur à Bar-sur-Aube.

7. Buret (Adolphe), maire à Saint-Léger-sous-Brienne.

8. Chalicarne (Adrien), propriétaire à Eclance.

9. Chardon (Edme), propriétaire à Proverville.

10. Chatel (Claude-François), cultivateur à Juvanzé.

11. Chatel (Edme-Charles), cultivateur à Vernonvilliers.

12 Cortier (Claude-François-Nicolas), propriétaire à Vendeuvre.

15. Debias (Nicolas-Alexandre), notaire à Dienville.

14. Debrienne (Ernest), ancien notaire à Vendeuvre.

15. Delaine (Alexandre), médecin à Dienville.

16. De la Moussaye (Amaury), rentier à Bar-sur-Aube.

17. Deligny (Firmin), propriétaire à Précy-Saint-Martin.

18. De Saint-Martin (Edme-Emile), avoué à Bar-sur-Aube.

19. Dondon-Ribault (Charles), marchand de bois à La Loge-auxChèvres.

Loge-auxChèvres.

20. Drozière (Charles-Arnoult), boucher à Vendeuvre.

21. Durupt (François), maire à Fontaine.

22. Finot (Bernardin-Florentin), notaire à Bar-sur-Aube. 25. Gabriel (Gustave), propriétaire à Bossancourt.

24. Garnier (Michel), vigneron à Brienne-le-Château.

25. Gauthier (Pierre-Adrien), cultivateur à Juzanvigny.

26. Gouthière (Pierre), propriétaire à Dolancourt.

27. Grades (Léonidas), maire à Arsonvai.

28. Grandjean (Laurent-Isidore), propriétaire à Lesmont.

29. Herbo (François), cultivateur à Eclance.

50. Herment (Etienne-Zacharie), propriétaire à Vendeuvre.

51. Hutin (Paul), cultivateur à Valentigny.

52. Jacquet (Antoine-Pierre), cultivateur à la Chaise.

53. Jacquot (Louis-Auguste), propriétaire à Brienne-le-Château.

54. Leboeuf (Jacques-Louis), propriétaire à Champignol.

35. Leclerc (Pierre-Alphonse), pépiniériste à Epagne.

36. Legrand (Antoine), cultivateur à Fuligny.

57. Lerouge (Pierre-Auguste), propriétaire à Bar-sur-Aube.

58. Lorey (Louis-Auguste-Alfred), notaire à Bar-sur-Aube.

39. Loudin (Edme-Eugène), rentier à Bar-sur-Aube.

40. Mahon (Ferdinand-Charles-Sophie), propriét. à Ville-sur-Terre,

41. Marnat (Jean-Baptiste), cultivateur à Hampigny.

42. Martin (Joseph-Eugène), huissier à Vendeuvre.

43. Ménétrier (Jean-Pierre), propriétaire à Arsonval.

44. Mérat (Edme-Savinien), propriétaire à Pel-et-Der.

45. Merger (Charles), cultivateur à Thil.

46. Minot (Jean), marchand de bois à Baroville.

47. Modot (Nicolas), propriétaire à Juvancourt.

48. Monniot (Nicolas), négociant à Bar-sur-Aube.

49. Motel (Eugène), rentier à Bar-sur-Aube.

50. Musnier (Jacques-François), propriétaire à Champignol.


158 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

51. Odelin (Jules), tanneur à Bar-sur-Aube.

52. Parey (Alexis-Arsène), mercier à Bar-sur-Aube. 55. Patey (Léopold), avoué à Bar-sur-Aube.

54. Perrard (Louis-Gabriel), propriétaire à Lesmont.

55. Pesme (Théodore), propriétaire à Maizières.

56. Rouillot (Alexandre), propriétaire à Brienne-la-Vieille.

57. Tassin (Louis-Charles), propriétaire à Soulaines.

58. Vauthier-Tissier (Firmin-Pascal), limonadier à Vendeuvre.

59. Vouriot (Ambroise), propriétaire à Bligny.

60. Vouriot (Hippolyte), maire à Couvignon.

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

1. Bandé-Labbé, négociant à Bar-sur-Seine.

2. Bazarne (Louis-Auguste), maire à Lignières.

3. Beau (Louis), propriétaire à Mussy-sur-Seine.

4. Berton (Alexis-Raphaël), maire à Avreuil.

5. Blondont (Edmond), propriétaire à Puits-el-Nuisement.

6. Bonneville Jean-Baptiste Nicolas-Vincent). propr. à Eguilly.

7. Boucher-Frignot (Basile), négociant aux Riceys.

8. Boucher (Hippolyte), propriétaire à Courteron.

9. Boulard (Félix), propriétaire à Bar-sur-Seine.

10. Brocard (Hippolyte), marchand épicier à Bar-sur-Seine.

11. Cailletet-Sordoillet (Nicolas), maire à Mussy-sur-Seine;

12. Carré (Edme-Joseph), cultivateur à Etourvy.

13. Charbonné Robin, propriétaire aux Riceys.

14. Chatel (Blaise), notaire à Beurey.

15. Charvot (Alexis), propriétaire à Avirey-Lingey.

16. Cornibert-Calin (Félix), marchand de bois à Cunfin.

17. Couche. (Louis), propriétaire à Chaource.

18. Crost-Cornevin, marchand de vin aux Riceys.

19. Ferlet (Bernard-Eutrope), propriétaire à Bar-sur-Seine.

20. Fèvre (Alexandre), entrepreneur à Bragelogne.

21. Flogny (Basilide), propriétaire à Marolles-sous-Lignières.

22. Gautherin (Charles), meunier à Saint-Parres-les-Vaudes. 25. Grados (Appolinaire), propriétaire à Cussangy.

24. Gros (Emile), propriétaire à Chervey.

25. Guillaume (François-Nicolas), propriétaire à Chappes.

26. Guillemin (Jean-Baptiste), propriétaire à Poligny.

27. Henriot (Hyacinthe), ancien commissaire-priseur à Bar-sur-Seine.

28. Isambert (Arsène), régisseur à Bagneux-la-Fosse. 29. Jamin (Victor), maire à Cussangy.

50. Laffrat (Hubert), propriétaire à Vanlay.

31. Laurent-Jourdheuille, propriétaire aux Riceys.

32. Laurent (Louis-Nicolas), cultivateur à Chaource.

55. Laurent Paulin (Edme), propriétaire à Bagneux-la-Fosse.

54. Laurey (Henry), meunier à Bourguignons.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 159

35. Lécuriot (François), marchand de bois à Longpré.

36. Lejay (Joseph), cultivateur à Marolles-sous-Lignières.

37. Martinot (Louis-Jean-Félix), vétérinaire à Bar-sur-Seine.

38. Mathieu (Vincent), propriétaire à Bernon. 39. Millot-Bréjard, propriétaire à Gyé-sui-Seine.

40. Meunier-Rougelin. commis de forges à Plaines.

41. Olivier (Auguste), propriétaire à Landreville.

42. Paquet-Belliard (Edme), marchand de bois aux Riceys. 45. Pelissot-Bréjard, propriétaire aux Riceys.

44. Petel-Léautey (Nicolas-Siméon), propriétaire à Celles.

45. Renard-Prélat, propriétaire à Essoyes.

46. Renard-Taboin (Pierre), laboureur à Fontette.

47. Simon (Louis), propriétaire à Essoyes.

48. Simonnot (François-Théodore), maire, à Fralignes.

49. Taquey-Chapotel, négociant à Bar-sur-Seine.

50. Thomas (Gérasime), ancien huissier à Bar-sur-Seine.

Arrondissement de Nogent-sur-Seine.

1. Barbier (Augustin), fabricant de bonneterie à Ossey-les-TroisMaisons.

Ossey-les-TroisMaisons.

2. Beau (Félix), cultivateur à Marigny.

3. Beau (Pierre-Léonard), ancien huissier à Nogent-sur-Seine.

4. Beaugrand (Antoine-François), cultivateur à la Motte-Tilly.

5. Belot (Pierre-Louis-Honoré), cultivateur au Mériot.

6. Bénard (François-Jean-Baptiste), propriétaire à la LouptièreThénard.

LouptièreThénard.

7. Berthier-Boivin (Louis-Henri), bonnetier à Romilly.

8. Bertholle (Nicolas), huissier à Villenauxe.

9. Bruley (Abraham), propriétaire à Pâlis.

10. Chanoine (Jacques-Henri), ingénieur en chef retraité à Bourdenay.

11. Charonnat (Jules), notaire à Traînel.

12. Chossemier (Isidore), cultivateur à Planty.

15. Collinet (Pierre-Siméon), propriétaire à la Fosse-Corduan.

14. Collot-Legras, marchand de fer à Villenauxe.

15. Coppin (Alexis), propriétaire à Gumery.

16. Coradin (Edme-François), propriétaire au Mériot.

17. Cothias (Onésime), géomètre à Mâcon.

18. Debris (Nicolas-Hippolyte), notaire à Marcilly-le-Hayer. 19. Deschamps (Charles-Isidore), rentier à Romilly. 20. Dorez (Edme-François). médecin à Villenauxe. 21 Doume (Rubens), propriétaire à Orvilliers. 22. Dumant (Protais-Jean-Baptiste), rentier à Soligny-les-Etangs. 23. Felizet (Savinien), médecin à Maizières-la-Grande-Paroisse.

24. Fimbert (Louis-Célestin), propriétaire à Marigny.

25. Fossoyeux (Adolphe), propriétaire à Périgny-la-Rose.

26. Fournier (Valentin), bonnetier à Gelannes.

27. Gatelier (Claude-Joseph), notaire à Villenauxe.


160 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

28. Gouet (Alphonse), propriétaire à Bourdenay.

29. Guillot Jean-Baptiste), rentier à Soligny-les-Etangs. 50 Huez (Jean-Baptiste-Théodore), notaire à Villenauxe. 51. Jacob (Amant), propriétaire à Villenauxe.

32. Jeannerat (Lupien), notaire à Pâlis.

33. Juchat (Alphonse-Savinien), cultivateur, ancien maire de SaintLupien,

SaintLupien, Marcilly.

34. Lacour-Dheurle (Louis-Nicolas), propriétaire à Romilly.

35. Lasneret (Pierre-Charles), propriétaire à Nogent-sur-Seine. 56. Lévesque (Louis-Eugène , marchand de nouveautés à Traînel.

37. Lorin (Hippolyte), propriétaire à Traînel.

38. Maget (Armand), tuilier à Pouy.

39. Massey (Léopold), cultivateur à Traînel.

40. Paulin (Amand), propriétaire à Dierrey-Saint-Pierre.

41. Pecarrère (Pierre-Joseph-Emile), directeur de la sucrerie à Nogent-sur-Seine.

Nogent-sur-Seine.

42. Poyeau (Philippe-Hubert), fermier à Bercenay-le-Hayer.

43. Protin (Casimir), propriétaire à Crancey.

44. Raverdeau (Antoine), meunier à Romilly.

45. Roux (Victor), propriétaire à Saint-Loup-de-Buffigny.

46. Rozay-Masset, propriétaire à Villenauxe.

47. Rozé (Onézime), propriétaire à Pont-sur-Seine.

48. Simon (Alfred), marchand de bois à Marnay-sur-Seine.

49. Tartary-Noré, entrepreneur à Nogent-sur-Seine.

50. Trugal (Joseph-Nicolas), propriétaire à Barbuise.

51. Vajou (Auguste), propriétaire à Trancault.

52. Velut (Louis), propriétaire à Dierrey-Saint-Pierre.

53. Vignole (Etienne-Auguste), notaire à Nogent-sur-Seine.

54. Villacroz. (Léon-Ernest), vétérinaire à Villenauxe.

55. Villain (Césaire), maire à Origny-le-Sec.

56. Vivien (Marc-Antoine), ancien notaire à Pont-sur-Seine.

Stations d'Etalons dans le départ de l'Aube.

Le département de l'Aube, avec les départements de la Haute-Marne, de l'Yonne et de la Côte-d'Or, fait partie de la circonscription des haras de Montiérender dont le service se compose de 60 étalons environ.

En 1851, dans le but d'encourager plus efficacement l'industrie chevaline, et en vue d'améliorer la race des chevaux du pays, le Conseil Général, de l'Aube a adopté le système déjà expérimenté dans plusieurs départements, et consistant dans l'achat d'étalons départementaux et dans leur placement dans les haras de l'Etat. En 1852, le Conseil Général, persistant dans la voie adoptée l'année précédente, a voté un crédit nécessaire à l'entretien des étalons départementaux.


DEPARTEMENT DE L'AUBE, 161

Avec la somme votée par le Conseil Général et mise à la disposition du ministre de l'agriculture et du commerce, huit étalons ont été achetés. L'administration des haras y a joint douze étalons nationaux, et a pu ainsi former huit stations dans le département de l'Aube, réparties à Troyes, à Brienne-Napoléon, à Bar-sur-Aube, à Chaource, à Bar-sur-Seine, à Chavanges et à Nogent-sur-Seine.

Dans la session d'août 1853, le Conseil Général de l'Aube a autorisé la cession des étalons départementaux à l'administration des haras, avec l'espoir que celle administration fournira chaque année un nombre d'étalons au moins égal à celui formé depuis deux ans par la réunion des étalons de l'étal et du département, en ayant soin de les choisir selon les besoins des localités où ils seront envoyés.

Inspecteur général des haras du 7e arrondissement, M. DE CORMETRE ^, à Abbeville.

Composition de la station de Montiérender.

Directeur, M. Liégeard. Maréchal-des-logis-chef, M. PerAgent-comp.,

PerAgent-comp., Cte d'Humières rin.

Vétérinaire, M. Arnoult. 20 cavaliers-palefreniers.

Etat des Etalons devant faire la monte dans le départ, de l'Aube, en 1873.

ÉTALONS COMPOSANT LA STATION. EPOQUE PRIX

STATIONS. du du

NOMS. ESPÈCES. du au SAUT.

dépôt. dépôt.

JOVIAL. Gros trait. 1er fevrier 13 juin. 6f.

TROYES ROURDON. 1/2 sang, selle. id. id. 6

NUMA. 1/2 sang, double poney. id. id. 6

BRIENNE- LE CHATEAU FLAMBEAU. 1/2 sang, carrossier. id. id. 6

NATUREL. Idem. id. id. 6

JESSICA. Idem. id. id. 6

RIGAUD. Trait, leger. id. id. 6

CARLOS. Idem. Id. id. 6

BAR-Sr-AUBE. DARIUS. 1/2 sang, carrossier. id. id. 6

HEPPÈ. Idem. id. id. 6

VISMES. Trait, léger. id. id. 6

BAR-Sr-SEINE NÉRON. 1/2 sang, carrossier, id. id. 6

BRANDON. 1/2 sang, poney. id. id. 6

1878.

11


162

DEPARTEMENT DE L'AUBE.

Dépôt de remonte de Faverney.

Par suite de la décision do M. le maréchal de France, ministre secrétaire d'Etat de la guerre, en date du 10 avril 4863, qui fixe la composition définitive des circonscriptions de remonte, la succursale de Faverney (Haute-Saône) a pris, à partir du 1er juillet 1863, le titre de dépôt. — Cet établissement comprend dans sa circonscription les départements de la Haute-Saône, du Doubs, de la Côte-d'Or, de la Haute-Marne et de l'Aube.

Courses de Montiérender.

Ces courses ont été fondées par la Société d'Encouragement des courses de Montiérender.

Le Conseil Général de l'Aube inscrit annuellement au budget départemental, depuis 1851, un crédit de 1000 fr. pour la fondation d'un pris, dit Prix de l'Aube, à décerner par la Société d'Encouragemeut de Montiérender.

Marchés aux Grains du département de l'Aube

TROIES le Samedi.

Aix-en-Othe le Mercredi.

Auxon le Jeudi.

Bouilly le Dimanche.

Ervy le Samedi.

Estissac le Jeudi.

Lusigny. . le Jeudi.

Maraye-en-Othe .... le Mardi.

Saint-Mards-en-Othe. . le Lundi.

Pines le Vendredi.

Rigny-le-Ferron. ... le Mardi.

Villemaur le Dimanche.

ARCIS-SUR AUBE le Vendredi.

Chavanges le Samedi.

Méry le Jeudi.

Plancy le Mercredi.

Pougy le Jeudi.

Ramerupt le Samedi.

BAR-SUR-AUBE . le Mardi et le Samedi. Brienne .... le Jeudi. Vendeuvre . . le Mercredi.

BAR-SUR-SEINE . le Vendredi.

Chaource ... le Lundi.

Essoyes .... le Samedi.

Mussy le Samedi,

Les Riceys . . le Jeudi.

NOGENT-Sr-SEINE. le Samedi.

Maizières ... le Mercredi.

Marcilly-le-H. le Jeudi.

Pâlis le Lundi.

Pont-sr-Seine. le Mercredi.

Romilly. ... le Lundi.

Trainel .... le Jeudi.

Villenauxe. . le Vendredi.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 165

TABLEAU,

PAR ARRONDISSEMENTS ET CANTONS,

DES COMMUNES DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE,

Indiquant les noms des Maires, Adjoints, Curés, Desservants, et ceux des Instituteurs communaux (1).

NOTA. — La lettre c signifie curé, ch chanoine honoraire, vic vicaire, et b binage.

L'organisation municipale des communes est réglée par les lois du 5 mai 1855 et du 14 avril 1871.

Le conseil municipal élit le maire et les adjoints parmi ses membres, au scrutin secret et à la majorité absolue. Si après deux scrutins, aucun candidat n'a obtenu la majorité, il est procédé à un tour de ballotage entre les deux candidats qui ont obtenu le plus de suffrages. En cas d'égalité de voix, le plus âgé est nommé. (Loi du 14 avril 1871, art 9.)

Les maires et adjoints sont révocables par décret.

Dans les villes de plus de 20,000 habitants et dans les chefs-lieux de département et d'arrondissement, la nomination des maires et des adjoints a lieu provisoirement par décret du gouvernement. Les maires sont pris dans le conseil municipal.

Chaque commune a un conseil municipal nommé par le suffrage universel et par scrutin de liste ; pour toute la commune, il est composé : De 10 membres dans les communes de 500 habitants et au-dessous. De 12 " » 501 à 1500 habitants.

De 16 " » 1501 à 2500 »

De 21 » » 2501 à 3500 »

De 23 » » 3501 à 10000 «

De 27 » " 10001 à 30000 »

De 30 » » 30001 à 40000 »

De 32 » » 40001 à 50000 »

Les conseils municipaux nommés en vertu de la loi du 14 avril 1871 resteront en fonction jusqu'à la promulgation de la loi organique sur les municipalités. — La durée de ces fonctions ne peut néanmoins excéder trois ans.

Les conseils municipaux peuvent être suspendus pendant deux mois par le préfet. La disssolution ne peut en être prononcée que par le président de la République.

L'administration municipale est régie par les lois du 18 juillet 1837 et 24 juillet 1867.

(1) Les Communes par ordre alphabétique, avec les Distances, la Population et les Bureaux de la poste aux lettres, se trouvent au Tableau ci-après, page 173


164 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Le maire est chargé sous l'autorité de l'administration supérieure :

De la publication et de l'exécution des lois et règlements,

Des fonctions spéciales qui lui sont attribuées par les lois,

De l'exécution des mesures de sûreté générale.

Et sous la surveillance de l'administration supérieure :

De la police municipale, de la police rurale et de la voirie municipale,

De la conservation et de l'administration des propriétés de la commune,

De la gestion des revenus, de la surveillance des établissements municipaux et de la comptabilité communale,

De la proposition du bulget et de l'ordonnancement des dépenses,

De la direction des travaux communaux;

De souscrire les marchés, de passer les baux et les adjudications de travaux communaux, les actes de vente, échange, partage, acceptation de dons et legs, acquisition, transaction, lorsque ces actes ont été autorisés conformément à la loi,

De représenter la commune en justice.

Les décisions du maire sont formulées sous le titre d'arrêtés.

En cas d'absence ou d'empêchement, le maire est remplacé par l'un de ses adjoints dans l'ordre des nominations ; en cas d'absence du maire et des adjoints, par le conseiller municipal, le premier dans l'ordre du tableau ou délégué par le préfet.

Les conseils municipaux règlent par leurs délibérations :

Les acquisitions d'immeubles, lorsque la dépense ne dépasse pas, pendant le même exercice, le dixième des revenus ordinaires de la commune;

Les conditions des baux des bâtiments communaux pourvu que la durée du bail ne dépasse pas 18 ans;

Les projets de grosses réparations et d'entretien lorsque la dépense totale ne dépasse pas dans le même exercice le cinquième des revenus ordinaires de la commune, ni en aucun cas une somme de 50000 fr.

Le tarif des droits de place, de stationnement et de concession dans les cimetières ;

L'acceptation ou le refus des dons et legs faits à la commune sans charge ni affectation immobilière ;

En cas de désaccord entre le maire et le conseil, la délibération n'est exécutoire qu'après approbation du préfet.

Les conseils municipaux délibèrent entre autres objets sur :

Le bulget communal et sur toutes dépenses et recettes,

Les tarifs et règlements de perception des revenus communaux,

Les acquisitions, aliénations et échanges des propriétés communales,

Les travaux à entreprendre,

L'ouverture des rues et places et les projets d'alignement,

Le parcours et la vaine pature,

L'acceptation des dons et legs,

Les actions judiciaires et transactions,

L'établissement et la modification des taux d'octroi.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 165

Les conseils municipaux délibèrent sur les comptes d'administration présentés annuellement par le maire. — Ils arrêtent les comptes des receveurs ;

Ils donnent leurs avis :

Sur les circonscriptions relatives au culte et à la distribution des secours publics,

Les projets d'alignements de grande voirie dans l'intérieur des villes, bourgs et villages,

Le conseil municipal réclame s'il y a lieu contre le contingent assigné à la commune dans l'établissement des impôts de répartition.

Il peut exprimer son voeu sur tous les objets d'intérêt local. — Il ne peut faire ni publier aucune protestation, proclamation ou adresse.

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

Arrondissement de Troyes.

1er Conton de Troyes. — (11 Communes.) — 14,782 habitants, compris la portion de la ville faisant partie de ce canton.

Saint-Benoit-sr-Seine Mérat Feugey Duval Dormont

Créney Maréchaux Dauvet Bodier Jacquemard

Lavau Dauvet Malterre r. à Pont-Sainte-Marie

Sainte-Maure Gérard Charonnat Socquard Marchand, Mlle Maurot

Mergey Sourdat Chevance Jouvenet Laurent

St-Parres-les-Tertres Denizot Roger Collin Gayon

Pont-Sainte-Marie Boussard Paris Laour Vallée

Troyes Henry Baudin. Douine, voir v. de Troyes voir v. de Troyes

Vailly Pestelard Robert Fleury Lasneret

Villacerf Aumont Quénault Robin Choiselat

Villechétif Dubon N... Collin Berthelin.

2e Canton de Troyes. — (13 Communes.) — 20,629 habitants, compris la portion de la ville faisant partie de ce canton.

Barberey Comte de Lays Régnier Guyot Parigot

La Chapelle-Saint-Luc Marot Lécorché Laurent Luquin

Saint-Lyé Cornet Noble Massin Regnier, Mlle Fagnant

Macey Raudin Blosse Loispan Roglet

Montgueux Blanchet Baron François Charrier (Athanase)

Les Noês Prat Flogny Defert Jossinet

Le Pavillon Huchard Lécorché Robin Avril

Payns Lafosse Thomassin Lesure Gautrain, dlle Doche.

La Rivière-de-Corps Prat Cadet Patin

Sainte-Savine Janet Berthault Rousselot, ch. Maître.

Torvilliers Piat Cossard Pléau Odochon

Villeloup Croissant Charton Dalloz Vallée fils

3e Canton de Troyes. — (7 Communes.) — 16,963 habitants, compris la portion de la ville faisant partie de ce canton.

Saint-André Vivien Forgeot Delasalle Vartet

Bréviande Lécorché Fevre Salamon Dubut

Saint-Germain Doué N. N Mitis, Fandard

Saint-Julien G. Huot Jacquinot Aviat Vilnet.

Laines-anx-Bois Millon Prieur Charpentier Charrier (Nicolas)

Rosières Levé Sennegy Bouverat


166

DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. COURES INSTITUTEURS

DESSERVANTS. communaux.

4. Canton d'Aix-en-Othe. — (10 Communes.) — 9,539 habitants.

Aix-en-Othe Michaud [bly Lalliat, Quin - Berthier, c. Paris, Paris fils, Mlle

St-Benoît-sr-Vannes Peschard-d'Am-Lorin [quarlet Naury Caronjat, Mlle P ieur

Bérulles Lambert Devost Jublin (Gaucher, Mlle Thurat

(Vin, Spacenski et

Maraye-en-Othe Pouard Garnier Jorry Mlle Cathelot

[Mlle Huyard.

Saint-Mards-en-Othe Richard Mathieu Rigoley Lagoguey ainé, Gornet

Nogent-en-Othe Mosdier Goguey Rigoley, b. Adam

Paisy-Cosdon Lasne Rolley Milon Laroche, Huchard,

Rigny-le-Ferron Demeurat Pierre Jourdain Gallois, sr Adrienne

Villemoiron Baillel Toulouse Gaullet Bouquet, sr François

Volaines Toulouse Lécorché Raverdeau Mathieu. [de Sales

5. Canton de Bouilly. — (29 Communes.) — 7,851 babitants.

Assenay Horiot Mérat réuni à St-Jean-Bon.

Les Bordes Benoit Chenut Roger

Bouilly Forgent Piat Martinot, ch. c. Foisel, Mlle Bufferne

Buchères De Noël Junger Roger Leduc

Cormost Mérat Pénard Rourotte.

Crésantignes Lucat Largentier Borgne Doussot

Fays Houzelot Dubois Fromont

Isle-Aumont Jouvenet Richard Poncet Larcher

Javernant Pourille Bazin Bazin Chevanne

St-Jean-de-Bonneval Beaussot Sauvageot Philippon, c. Brague, Mlle Rozé

Jeugny Mouillefarine Honnet Morey Thiéblemont

St-Léger-près-Troyes de la Rapelle Gollot Cheurlin Pajot.

Lirey Gillier Dupont réuni St-Jean-Bon.

Longeviile Valton Raoult Lagogné

Machy Carré Drajon Ravalée

Les Maupas Houzelot Continant réuni à Longeville

Montceaux Vaudey Coffinet Haillot Moutot

Moussey Mis de Mesgrigny Remy Prévost, ch. Menneret

Saint-Pouange Vernier Rémy Collon Blondeau

Prunay Garnier Dupont réuni à St-Jean-Bon.

Roncenay Finot Philippon r à Villy-le-Maréch.

Sommeval N. N. Pimbet Duglin

Souligny Dupont Ninoreille Degois

Saint-Thibault Margueron Goderroy Foisel Derrey

La Vendue-Mignot Masson Masson Copel

Villemereuil Finot Vin réuni à Moussey.

Villery Cain Guillemin Chevallot

Villy-le-Bois Passerat Regnault r. à Villy-le-Mar.

Villy-le-Maréchal Philippon Leclere Thiney Caffet

6. Canton d'Ervy. — (15 Communes.) — 9,708 habitants.

Auxon Roger Sainton Cousin, ch. c. Mulat, Martin, sr EuphéChamoy

EuphéChamoy Guerbet Depoix Marcilly, sr Perpetue[mie

Chessy Gillot Clémandot Sebille, ch. Laine

Coursan Rambourgt Lambert Pimbet Lebon

Courtaoult Quicroit Millot Jobert Jacqumier

Les Croûtes Truchy (Eug.) Villain François Laurent

Davrey Charles Clémandot Loiseau Chailley

Eaux-Puiseaux Jamard Cosson Dupont Ribault (M. et Mme)

Ervy Regnault Potémont Bertholle, ch. c. Jeanson, Michelet

Montfey Coquille Jay Vontaines Collot

Montigny Brun Fouel Boyau Chandellier

Saint-Phal Couvreur Houzelot Guenin Degois

Racines Bernot Jorand Andreu Beaugrand

Villeneuve-au-Chemin Mélinotte Lorne Cardot Portier

Vosnon Gallot Andry Cardot, b. Fèvre


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 167

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

7. Canton d'Estissac. — (10 Communes.) — 7,120 habitants.

Bercenay-en-Othe Darce Solmon Carougeat Fayard

Bucey Flogny Garnier Pain Dugas

Chennegy Garrault Charmentier Brodard Mosdier, sr Denise

Estissac Mathieu Darce Labranche, ch. c. Lagoguey-Lagoguey fils

Meunier, v. Dumesnil, à Thuisy.

Fontvannes Laurent Lécorché Massey Floguy

Messon Vivien Lenfumey Gérard Joffrin

Neuville-sur-Vannes Delépine Brulèy Adam Costy

Prugny Velut Piat Guyot Caillat

Vauchassis Huguenot Lagesse Lobry Jeanson [phine

Villemaur Dorez Saviniat Simonnet Vallée (Arthur). sr Del8.

Del8. de Lusigny. — (14 Communes.) — 0,462 habitants.

Bouranton Gravelle Thomas Geoffroy Germaine

Clérey Ct de Launay Braley Hanier Corard, Mlle Janson

Courteranges Ganne Maillet Beaujean Goujet

Fresnoy Lombard Damoiseau Chollot Chevrolat

Laubressel Damoiseau Cadet Cousin Colard

Lusigny Ga ley Adam Laurent ch. c. Guillemot

Mesnil-Saint-Père Gumery Boutiot Kailing Henry

Montaulin Rebours Camusat Languery Candiot

Montiéramey Gobin Brusson Munières Meuneret (Alfred)

Montreuil Dauphin Lutel Bonneville Dauphin, Mme Dauphin

Rouilly-Saint-Lonp Bou Doé Damoiseau Caulin Robert

Ruvigny Coffinet Ma'atras Ganthier

Thennelières Brasley Derrey Verniquet Berthelin (Alfred)

verrières Cochois Margery Baveux Cottenet

9. Canton de Piney. (13 Communes.) — 5,797 habilanls.

Assencières Derrez Dauvet Cordier N...

Au on Moniot Picard Kanden Paubert

Bouy-Luxembourg Vauthier Thomas Cros Hennequin

Brevonnes Beaufils Duport Soumillon Parmentier et Mlle

Doches Delacour Molins Fontaine Mony [Masson

Gérosdot Grandnom Charmentier Carré Sergent

Luyères Grandnom Richard Germaine fils.

Mesnil-Sellières Damoiseau Thienot Cordier Bé

Montangon Veslot Nollez Bouclier

Onjon Vallois Simon Panthin Gillet

Piney Naudet Sureau (Pavn, c. Marinot, Courtillier

Dumont, vic. et sr Savine

Rouilly Sacey Meurville Malatras Chalons Gallois

Villehardouin Guyot Fèvre Brocard Courtillier père

(TOTAL des Communes de l'arrondissement de Troyes, 120. — Population, 98,848.)

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube. 10. Canton d'Arcis-sur-Aube. — (22 Communes.) — 9,694 habitants.

Allibaudières Grenon Bourgoin Delatour Dauvet

Arcis-sur-Aube Menuel Guerrier Gerard, ch. c. Marion, Grenet.

Arcis-sur-Aube Menuel Jacquin Georges, vic. Mlle Lalore

Aubeterre Jobert Coutant Pingat, b. Haran

Champigny Mahon Léon Lallé fils

Charmont Tarrin Carré Prevost Legros

Le Chêne Thibaut Delatour Lecler Adam

Saint-Etienne Augé Chenard Barrois, b. Pasquier

Feuges Beuve Briet Prevot, b. Boulanger

Fontaine-Luyères Molins Charonnat Philippon, b.


168

DEPARTEMENT DE LAUBE.

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

Herbisse Bertin Clément Parat Bourier

Mailly Robert Robert Leflon Martin, Mlle Costel

Montsuzain Braconnier Jacquard Pingat Mérat

Nozai Guillemot Somsois Barroy Adam jeune

Ormes Mérat Vulquin Fleury François

Pouan Gamichon Villenet Clivot Gérard

Saint-Remi Regnault Balanger Serizier Vinot

Semoine Carut Verjat Clairin Lorin

Torcy-le-Grand Maître Moine Trouvé Henriet

Torcy-le-Petit Gateau Led'huy Georges Quellard fils

Villette Mérat Colart Jossier Droit

Villiers-Herbisse Noblet Thomas Parat, b Herluison

Voué Carré Martin Guéniot Berlet

11. Canton de Chavanges. — (17 Communes.) — 4,699 habitants,

Arrembécourt Choppin Dounay Clément Marot

Aulnay Bouvart Géat Merger Pinnot

Bailly-le-Franc Bienne Ragou Cadet Dorez

Balignicourt Gerard Joanot Dutripon, b. Loret

Braux Bourdon Richard Guidon Delatour

Chalette Fenard Martin Perthuisot Royer Basile

Chassericourt Travaillot Ragon Fèvre

Chavanges Vauchelet Vagbeaux Gagon, ch. c. Forgeot, sr Bernard

Donnement Lécuyer Milliot Dutripon Royer Victor

Jasseines Jacquinot Joanot Tiffon Godon

Joncreuil Lalore Crossette Ludot Thirion

St-Léger-sous-Margerie Delalain Gérardot Pincot Noël

Lentilles Brouillard Rousselot Dangin Lepage

Magnicourt Hariot Braux Lecuriot Crespin.

Montmorency Jacobe d'Arembé- Perin Biémont Collot

Pars-lès-Chavanges lzabel [court Pesme Pincot, b. Berlot

Villeret Geoffroy Rosson Dangin, b. réuni à Lentilles

12. Canton de Méry-sur-Seine. — (26 Communes.) — 11,733 habitants.

Abbaye-sous-Plancy Fèvre Dubois Joffroy, b. Danton

Bessy Bourotte Merlot Lobry Legrand

Boulage Petit Rebours Joffroy Carrez

Champfleury Lécrivain Croissant Bardin, b. Cuvelez

Chapelle-Vallon Hanriot Mullet Doizelet, b. Gublin

Charny le-Bachot Vergeot Millez Hauvion Briet

Châtres Châlons Deterre Marinot Gombault aîné

Chanchigny Gueux Jacqnin Michel Garnier (Miltiade)

Droupt-Saint-Bâle De Chavaudon Deschamps Seurat Delaunay

Droupt-Sainte-Marie Hubert Bonnin Gouverne Comte, Mme Deheurles

Etrelles Corrad Rénom Véron Philippon

Les Grandes-Chapelles Clément Gamichon Doizelet Camus, Mme Toubeau

Longueville Mahon Gaillard Serizier, b. Grandjean

Méry-sur-Seine Joly Marelle Sauceret, ch. c. Bourgeois et soeur

Branche St Maximin

Mesgrigny N... Berthelin Degris, b. Michon

Plancy Petit Coffinet Jacquinot Lallée fils, sr Rose

Premierfait Guyot Drouard Clivot, b. Royer

Rhèges Jobert Adnot Gauthier Jouvenet

Rilly-Sainte-Syre Blasson Raudin Soinoury Bergue

Saint-Mesmin Faudard Collet Poullet Massey, Mme Remy

Saint-Oulph Choiselat Lemoine Branche Dehan

Salon Loiselet Denis Bardin Donon

Savières Laurent Dollat Benoist Sainton, Mlle Costel

Vallant-St-Georges Herluison Clément Degris Bertholle

Viâpres-le-Grand N... N... Laculte, b. Théveny

Viàpres-le-Petit Marion Marion Laculle Garnier (Elie)


DEPARTEMENT DE L'AUBE.

169

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

13. Canton de Ramerupt. — (28 Communes.) — 7,331 habitants.

Aubigny Menuel Recordaire Hotte, b. Lejeail

Avant-lès-Ramerupt Loiseau Labille Boucays Morisot

Brillecourt Lorphelin Girardot Merger, b. Paris Louis

Chaudrey Creux Gaillard Ludot Couturier fils

Coclois Laroche Guyot Lardin, b. Coret

Dampierre Becquin Pillard Maitre, ch. Ondin, sr Marie Carros

Dommartin Cheminon Hué Tiffon, b. Louis

Dosnon Fèvre Aviat Lenfumé Jubereau

Granville Dorez Prissard Millot Martin

Ile sous-Ramerupt Bertrand Moreaux Rémion, b. Deveaux

Lhuitre Trusson Aviat Maillot Dupont, Mlle Maillard

Longsols Mauffroy-Villain Manffroy Panthin, b. Clément

Mesnil-la-Comtesse Lorin Dumanche Maille

Mesnil-Lettre Philippe Vallois Quellard père

Morembert Auger Parey

Saint-Nabord Bonnet Lepage Mann Boudin

Nogent-sur-Aube. Royer Vauthier Doré Denis

Ortillon Dronot Ledhuy réuni à Vaupoisson

Poivre Hémard Gruat Guenin Hémard

Pougy Bozon Mougin Lardin Forgeot, sr Hyacinthe

Ramerupt Delatour Bertrand Rémion, ch. Couturier, sr Ignace

Romaines Angenoust Cheneveux

Trouan-le Grand Dorez Froissard Nicot Oudot

Trouan-le-Petit Soucat Gombault Renant Marchand

Vancogne Piat Droin N. Cheminon

Vaupoisson Loiselet Quignard Pailliez Febvre

Verricourt Coppois Paulin Philippe

Vinets Millot Queignard Hotte Gombault jeune

(TOTAL des Communes de l'arrondissement d'Arcis-sur-Aube, 93. — Population, 33,457.)

Arrondissement de Bar-sair-Aube.

14. Canton de Bar-sur-Aube. — (23 Communes.) — 16,756 habitants.

Ailleville Maubouge N... Herzog Raudin

Arconville Thivet Labbé Carouge Verpy

Arrentières Bureaux Franquefort Dormoy Dematons

Arsonval Grados Merle Foliard, ch. Lécuriot, sr Madeleine

Baroville Morel Roy Seroux Guignot

St-Pre Quellard, ch. c. Morin-Barrois Boizard St-Pre... Mercier, vic.

et Herzog, vic.

Brisson St-Mac. Paillard, c.

St-Mac. Bony, vic

Bayel Marquot Leclerc Marlot Deshayes

Bergères Maizieres Crespy Carouge Bezançon

Champignol Mathieu Munier Héliot Muguerot, sr Euphrasie

Colombé-le-Sec Legrand Petit Petit, b. Tinturier

Couvignon Vouriot Dubreuil Petit Genevois, sr Elisabeth

Engente Phelizot Boiteux-Remy Dormoy, b. Dauphin

Fontaine Durupt Petit Bony Doussot

Jaucourt Thyébaut Guerrapain Gigault Serrier

Juvancourt Modot Michaud Guyot Sauley

Lignol Piot De Saint-Martin Butat Gallaire

Longchamps Chamerois Lepan Chardon Bideau

Montier-en-l'Ile Georget Vidal Tribouley Masselin

Proverville Bouché Sarcelle Trippier Denis

Rouvres Lecerf Piot Lombardel Colin, sr Clémentine

Urville Barbier Bogé Aubert Dethon

Ville-sous-Laferté Breton Jobart Manon Noël, sr Anselme

Voigny Thinet Viot Chequin Aubry


170 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS, et

DESSERVANTS. communaux.

15. Canton de Brienne-le-Château. — (25 Communes.) — 9,657 habitants.

Bétignicourt Michaut Tassin Perthuisot, b. Simonnot

Blaincourt Bergeon Doizelet Michaut, b. Cuvilliers

Blignicourt Robert Doré Privé réuni à Rances

Brienne-la-Vieille Peignot Hugot Bourotte Marguillier, sr Eulalie

Brienne-Napoléon Pce de Bauffremont Dautel Legras, ch. c. Pinot, Barbier,

Saint-Christophe Frampas Martin Bastien r. à Lassicourt

Courcelles Champagne Deshayes réuni à Rances

Dienville Grand Noblot (Ridey, ch. c. Lamblin, Chardin, adj.

Epagne Leclerc Voulleminot Raguin, b. Bertrand

Hampigny Lugnier N. Pion Gallée

Lassicourt Barbarat Guyot Bastien Artaust

St-Léger-sous-Brienne Buret Lorey Raguin Bourgeois

Lesmont N... N... Fourré Senot, sr Madeleine

Maizières Pesme Luguier Simonin Ridey

Mathaux Maillard Desjardins Michaut Cotlenet

Molins Oudin Millot Fonré Forjot

Pel-et-Der Maire-Toussaint Maître Ludot Doiselet

Perthes. Boudelot Martin Dany

Précy-Notre-Dame Royer Badois Gresely, b. Courtin

Précy-Saint-Martin Deligny Nolot Gresely Mongeot

Radonvilliers Thiébaut Tisserand Perrin Priguot, Mlle Barnard

Rances Petit Dorez Privé, b. Honnet

Rosnay Guyot Huot Devolz Lécorché, sr Isabelle

Valentigny Marnat Bouillevanx Pesme Millard

Yevres Menuel Renard Guidon Foy

16. Canton de Soulaines. — (21 Communes.) — 5,883 habilanls.

La Chaise Jacquet-Soulot Dinant Manget, b. Remenant

Chaumesnil Suzanne-Cartier Moret Pain, b. Bezancon

Colombé-la Fosse Du Mesnil Rouot Bideaux Chanson

Crespy Garnier Moret Collot Rouissin

Eclance Herbo-Prévost Schvantz Philippon Devillard

Epothémont Robert Rollot Hugues Sainton

Fresnay Tabourin Pacquetet Simonnet Poissenot

Fuligny Legrand Dauvilliers Montillot, b. Levoin

Juzanvigny Baudoin Lallemcnt Collot, b. Bertrand

Lévigny Joffrin Mongin Montillot, ch. Dematons

Maison-près-Soulaine Pacquetet Janson N... Birost

Morvilhers Lemoine Tassin Manget Daunay, sr Flavie

Le Petit-Mesnil Bergerat Darnel Pain Prugniel

La Rothière Masson Pellé Person Vallée

Saulcy Beaussire Prudhomme Lelièvre Bernot

Soulaines Thierry Jourdan Thévart Senot, sr Frumence

Thil Perrard Merger Gouthière M. et Mme Aubriet

Thors Midrouet Gérard Lelièvre, b. Chevalet

Vernonvilliers Baudry Bour Clément, b. Villain

La Ville-aux-Bois-lesSoulaines

Ville-aux-Bois-lesSoulaines Coiffier Hugues, b. Jobard

Ville-sur-Terre Dematons Jobard Dégomain, ch. c. Labbé

17. Canton de Vendeuvre-sur-Barse.— (19 Communes.) — 8,347 habitants.

Amance Patout Morin Joffrin Parigot, Mlle Thomas

Argançon Maucert Guerrapin Torronèz Dumesnil

Bligny Michel Senet Mercier Colnot

Bossancourt cte de Baussancourt Lancelot Grosmard Bourdaux

Champ-sur-Barse Martin Varocley r. à Villen-au-Chêne

Dolancourt Guerrapin Guerrapin Albizet Mongin


DEPARTEMENT DE L AUBE.

171

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

Fravaux Ferrin Raguet Braux, b. Voirin

Jessains Baudouin Gaupillat Maréchal, b. Collinet

Juvanzé Chatel Marey Corrard, b. Marchandé

La Loge-aux-Chèvres Huyard Blanc Rincent, b. Lemasson

Magnifouchard Silmont Ruelle-Fleury Charles Gonvot

Maison-des-Champs Paré Arnoult Bailly, b. Michon

Meurville Barrat Borde Petit, b. Bàge

Spoy Lambert Guerrapin Braux Gouget

Trannes Croissant Hémard Maréchal Bazin

Unienvilte Petit Lécureanx Corrard Marguillier

Vauchonvilliers Dupin Truchot Bailly Parigot fils

Vendeuvre-sur-Barse Herment Blorgeot c. Coulbault, Brisson

La Villeneuve-au-Chêne Boutiot Chaboullier Rincent Carroy

(TOTAL des Communes de l'arrondissement de Bar-sur-Anbe, 88. — Population, 40,643.)

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

18. Canton de Bar-sur-Seine. — (22 Communes.) — 11,000 habitants.

ar-sur-Seine Saillard-Huot Bourbonne Eliot, ch. c. Magnien, Tonnelot,

ar-snr-Seine Saillard-Huot Dagron ) Marin, vic. soeur Vincent

ourguignons Gombault Laurey Rouby Cligny

riel Vte de Mesgrigny Viard Derode Prost

uxeuil Gauthier Amiot Brunet Prunier

hapoes Guillaume Richard Marelle Gourdon

hauffour-les-Bailly Fraty Milard Diette Gautherin

urtenot Pitois Javelle Clapin, b. Drujon

ouchères Gauthier Pitois Philippon Ragon, Mlle Baudoin

ralignes Simonnot Faussion Martinot [gnier

ully sur-Sarce Friquot Pillot Simonnot Pontailler, MllePrularolles-les-BailIy

MllePrularolles-les-BailIy Charton Gillier Petit

lerrey Hntinet N. Som-hette Rouvres [thier

t-Parres-les-Vaudes Honnet Gautherin Marnot Huguenin, Mlle Gauoligny

Gauoligny Dusacq réuni à Saint-Parres

umilly-les-Vaudes Recoing Carré Munier Noble

audes Mérat Masson Perrier, ch. Hutin

illemorien Friquot Baitly Jacquemin Delaunay

illemoyenne Courtat Lièvre Vaillant Petit

ille-sur-Arce Sicardy Michel Rabel Petit, sr Ildefonse

illiers-sous-Praslin Deviras Deviras-Anson Thiallier

illy-en-Trodes Chardin Gigault Leca Decourcelle

irey-sous-Bar Perrenet Truffe (J.) Clapin Prugnier

19. Canton de Chaource. — (28 Communes.) — 10,994 habilanls.

vreuil Berton Branche (Branche Simart

alnot-la-Grange Piot Prunier (Grégoire Bécel

ernon Barat Thiney Saulnier, b. Zaine

haouree Rouvre Crétey ™^> ch. c. Bienaimé, Massicard, '

haserey Piot Hugot (Claude) Roux Iresley Beudin Grados Branche Galley, Mlle Batréau Poussegrey Boudrey Bocquet Saulnier Jeanson 'ussangy Jamin Donon Simonnot Grados [gevin tourvy Guilleminot Guy Archambaut, Mlle Beres Granges Bazin Mérillot Marcilly Bailly agesse Rolland Hugerot Bergevin Jamerey [lestine antages Rousselot Goussard Person Fleury-Sébillotte. sr Céignières Bazarne Millot Pitois Beaudouin, sr Adrien a Loge Pomblain Mathieu Mathieu Jobard Ville es Loges-Margueron Deviras Forestier Hy, b. Détourbet es Maisons-près-Chaource Donon Perthnisot Fleutot Fleury larolles-ss-Lignières Alépée Laribe Bonin Guillemin etz-Robert Prunier Castillon Hy


172

DEPARTEMENT DE L'AUBE.

CURES INSTITUTEURS COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

Pargues Valnot Dosnon Person Gonvot, sr Maurice

Praslin Gibey Laurey Prud Cotteret

Prusy Bourgeat Mathieu Regnier 14

Turgy Patrois (Jos.) Jamain Grados

Vallieres Hugot (T.-Noël) Mathieu Simonnot, b. Lacroix

Vanlay Ranque Laffrat Lecuriot Lemasson, de N...

Villiers-le-Bois Duval Prunier Jacquinot Andriot

Vougrey Gobin Hugot Guyot Vial

20. Canton d'Essoyes. — (21 Communes.) — 11,882 habitants.

Bertignolles Froment Perthuisot Gigault Duval

Beurey Bauley Roblot Roux, ch. Châlons

Buxières Petit Laculle Gennetet Tournemeule

Chacenay Ribault Drouilly Masson Oudin

Chervey Gros Jacquard Beaudin Bertholle

Cunfin Maitre Gaumier Robert Deblaise

Eguilly Parisel Liébault Rougevin Lobry [Emile

Essoyes Barrachin Renard Lajesse, c. Fortier-Labbé, soeur

Fontette Renard Belorgeot Lochey Ribaut, Mlle Prieur

Landreville Robert Vandeuvre Lagoguey Tétevide, Mlle Gillot

Loches Vandeuvre Boisseau Lutel Prieur, Mlle, Guenot,

Longpré Lécuriot Bablon Chauvet Drouilly

Magnant Adam Vinot Socquard Ganard

Montmartin Ruotte Caille Collin

Noé-les-Mallets Ruotte Renard Barthe Fèvre

Puits-et-Nuisement Ruotte Rongeot Bergerat Remy

Thieffrain Bréaudat Thiéblemont Vivien Leduc

Saint-Usage Renard Bertholle Guibert Collin

Verpillières Jarsain Gentelot Gabiot Maitre

Vitry-le-Croisé Thielle-Soccard Thielle (Séverin) Testard. Boissier, sr Léon

Viviers Lécuriot Nourissat Jacquinot Doussot

21. Canton de Mussy-sur-Seine. — (8 Communes.) — 6,939 habitants.

Celles Couche Dangin Massé Poinsot, sr Louise

Courteron Boucher Bonnefoy Malgras Viard

Gyé-sur Seine Chuvarza Brement Deguilly, ch. Frère Olfric

Mussy-sur-Seine Cailletet Grosjean Perrin, ch. c.

Neuville-sur-Seine Boulard Languery Poupelier, ch. Defert, Mlle Mugnier

Plaines Disle Pourrier Disle Olivier Nullez

Polisot Langry Demeuve Raguet Musey

Polisy Quaniaux Rouvre Gueniot Robert

22. Canton des Riceys. — (8 Communes.) — 6,228 habitants.

Arrelles Raelot Regnault Isambert Michaut

Avirey-Lingey Babeau Viard Breton Vidier, Mme Deheurle

Bagneux Laurent Collin Bédée Mousson, Mlle Monin

Balnot-sur-Laignes Royer Parent Guéniot, b. Bailly

Beauvoir Laurent Prunier Horiot Nicot

Bragelogne Vezien Fèvre Guétet Bienaime

Channes Fèvre Tranchant Protte Billard

Jossier, ch. c. Marchand

Les Riceys Ducloux Dezeddes (Fournerat, ch. Planson

Berillon (Puissant, ch. Batteux

(TOTAL des Communes de l'arrondissement de Bar-sur-Seine, 85. — Population, 46,803.)

Arrondissement de Nogent-sur-Seine. 23. Canton de Nogent-sur-Seine. — (16 Communes.) — 10,300 habilants.

Saint-Aubin Godier Jeanson Maire Bernard

Bony-sur-Orvin Jeanson Guillot Lorain, b. Godier

Courceroy Cunin Dabel Morin Jeanson


DEPARTEMENT DE L'AUBE.

173

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

Fontenay-de-Bossery Michon Pléau Lescot, b. réuni à Gumery

Gumery Pléau Gambier Lescot Prin

La Louptière-Thénard Bertrand Lemire Sanson Dormoy

Màcon Beau Cottias Masson Boudard

Marnay Néron Delaunay Peuchot Champagne

Le Mériot Picard Vignole Biscarat Moreau

La Motte-Tilly Vle de Narcillac Jeanson Vioche Boiteux, Mlle Haillot

Saint-Nicolas Barat Grain Voury Fèvre

Romagny Bonnemain, ch. h. Huchard

Nogent-sur-Seine Etienne Romagny Masson, vic. Lutel, Virlois

Plessis-Càteblé Chaplot Payen Sanson, b. Fromajeot Croix

Pont-sur-Seine Vivier Anguet Donge, ch c. Courtois, sr Jean-de-laSoligny-les-Etangs

Jean-de-laSoligny-les-Etangs Modémé Lorain Guillaume

Trainel Charonnat Boudier Prieur, ch. c. Cottret

24. Canton de Marcilly-le-Hayer. — (22 Communes.) — 8,862 hab.

Avant-lès-Marcilly Cottias Havard Tatin Thomassin

Avon-la-Pèze Bourgeat Deotte Thiébault, b. Huchard

Bercenay-le-Hayer [Horiot Mony Batteux Gamichon

Bourdenay Fouché Courtois Doche Corpel

Charmoy Gennerat Parisot Tatin, b. Lefevre

Dierrey-Saint-Julien Laurent Velut Joffroy Carquet

Dierrey-Saint Pierre Coltat Garnier Joffroy, b. Loiselet

Echemines Choiselat Choiselat Bersonnet Robert

Faux-Villecerf Vincent Vincent Saulmon Baveux

Fay Martinet Boudard Dussac Rozé

Saint-Flavy Faytre Langlois Rigault, b. Guillot

Marcilly-le-Hayer Noël Juchat Gelinier, ch., c. Mignon,Mlle Chaplain

Marigny-le-Chàtel Picard Morin Rigault Garnier

Mesnil-Saint-Loup Bécard Courtois André Monsardan

Palis Jennerat Huez Garnier Gruyer, dlle descaves

Planty Vincent Lauxerrois Petit Librey

Pouy Juchat Henriot Coltat Noirjean

Prunay-Belleville Protin Huez Berthier Choiselat

Rigny-la-Noneuse Collet Jeannerat Thiébault Michel

Somme-Fontne-St-Lup. Davaine Martinet Courillon Pagnier

Trancault Hardy Rozé Michelin Thiriot

Villadin Pailley Douine Renault Martin

25. Canton de Romilly-sur-Seine. — (15 Communes.) — 11,910 habitants.

Crancey Thierry Payen Soubmermont Pillon

Ferreux Adam Ravidat Pénard Parisot

Fontaine-les-Grès Mariotte Fimbert Doyen Coulbault

La Fosse-Corduan Collinet Pariat réuni à St-Martin

Gelannes Huchard Vergeot Thibaut Berthier

Saint-Hilaire Lambert Dumençon Soubmermont, b. Raillite

St-Loup-de-Buffigny Collinet Roux Cousin Vernier

Maizières-la-Gde-Parsse Felizet Petit Barre Manon, sr Athanasie

St-Martin-de-Bossenay Villiers Corcelle François, ch. Prudon

Origny-le-Sec Villain Cottret Etienne Martin, Mlle Collot

Orvilliers Martin Clément Gaulet Gérard

Ossey-l.-Trois-Maisons Barbier N.(. Collinet Thomas

Pars-les-Romilly Lambert Badelier Hugues Lasnier

Quincey Bossuat Denis Maire, b. Watier

Romilly-sur-Seine Lenfant Lesage Haillot, ch; c. Blanchet, Payeur,

vanoux

26. Canton de Villenauxe. — (7 Communes.) — 4,864 habitants.

Barbuise Bié Jeanson Finot M. et Mme Délié

Montpothier Bié Drouin Richer Nicolas

Périgny-la-Rose Fossoyeux Debouy Millet, b. Legris


174 DÉPARTEMENT DE LAUBE.

CURES INSTITUTEURS

COMMUNES. MAIRES. ADJOINTS. et

DESSERVANTS. communaux.

Plessis-Barbuise Soumillon Grayer Baussire Guérin

La Saulsotte Joyeux Pétillon Pléau Billot, Maillard

Villenauxe Chenuat Jacob Talion, ch. c. poche, Jeanson,

Collot Beanssire, vic. 3 soeur Mathilde

Villeneuv.-au-Chàtelot Vignon Mhand Millet (Coltat

( TOTAL des Communes de l'arrondissement de Nogent, 60 Population, 35,930.)

Total des communes du département . 446 communes.

— des caillons. . 26 cantons.

— des arrondissements5 arrondissts.

Superficie du département 600,144 hectares,

85,107 hectares en bois et forêts.

22,222 hectares eu vignes, qui produisent (année commune) 692, 225 hectolitres de vins.

Population,

(recensement

de 1872):

Arrondissement de Troyes . . . 98,848

— d'Arcis .... 33,4571

— de Bar-sr-Aube. 40,643)

— de Bar-sr-Seine. . 46,803

— de Nogent-sr-Seine. 35,936;

255,687 habitants.

Electeurs inscrits :

ELECTEURS,

MUNICIPAUX POLITIQUES

Arrondissement de Troyes . . . 26,746 308

— d'Arcis .... 31,255 124

— de Bar-sr-Aube. . 12,198 128

— de Bar-sr-Seine. . 45,800 100

— de Nogent-sr-Seine. 11,141 321

TOTAL. . . . 80,110 781

Propriétaires 184,680 propriétres.

Parcelles de propriétés 2,558,187 parcelles.

Revenu territorial 12.869.000 francs.

Principal

des

contributions

pour 1872 :

foncière 1,499,096 »

personnelle et mobilière . 348,442 »

portes et fenêtres .... 275,244 »

patentes 433,152 05

2,555,934 francs 05 c.

Le montant des rôles généraux des contributions directes

de 1872 pour le département est de:

Pour les dépenses de l'Etat 2,950,105 99

Pour les dépenses du département . . 1,169.714 541

Pour les dépenses des communes . . 3,563,200 40

Pour le fonds de secours, non valeurs,

réimpositions et frais d'avertissements

d'avertissements

5,804,206 francs 41 c.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

175

TABLEAU ALPHABÉTIQUE

DES

COMMUNES DU DEPARTEMENT DE L'AUBE,

Indiquant les Distances légales, la Population, le nombre des Conseillers municipaux, les Bureaux de Poste aux lettres, les Stations et les Télégraphes.

distances

aux

NOMS NOMS ch.-lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissems Cantons. Poste aux Lettres

Abbaye-sous-Plancy Arcis-sur-A. Méry-sur-S 12 17 42 152 10 Plancy

Ailleville Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 3 3 50 217 10 Bar-sur-Aube

Aix-en-Othe <f Troves chef-l. dec. " 30 30 2779 21 Aix-en-Othe

Allibaudières Arcis Arcis 6 6 38 352 10 Arcis

Amance Bar-sr-Aube Vendeuvre 8 18 40 544 12 Vendeuvre

Arcis-sur-Aube *f chef-l. d'air. chef-l. de c. " » 28 2845 21 Arcis

Arconville Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 10 10 63 291 10 Bar-sur-Aube

Argançon Id. Vendeuvre 14 10 40 373 10 Bar-sur-Aube

Amelles Bar-sr-Seine les Riceys 11 12 30 362 10 Les Riceys

Arrembécourt Arcis Chavanges 4 41 53 148 10 Chavanges

Arrentières Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 5 5 69 592 12 Bar-sur-Aube

Arsonval Id. Id. 6 47 406 10 Bar-sur-Aube

Assenay Troyes Bouilly 7 16 10 107 10 Isle-Aumont

Asseucières csnSa Id. Piney 11 14 112 10 Piney

Aubeterre J™"' Arcis Arcis 13 13 15 222 10 Anbeterre

Aubigny Id. Ramerupt 3 10 38 147 10 Ramerupt

Aulnay Arcis Chavanges 15 22 36 211 10 Pougy

Auxon •? Troyes Ervy 8 29 29 1502 16 Auxon

Auzon Id. Piney 6 27 27 264 10 Piney

Avant-lès-Marcilly Nogent Marcilly-le-H 10 10 54 571 12 Marcilly-le-Hay.

Avant-les-Ramerupt Arcis Ramerupt 13 21 24 230 10 Coclois

Avirey-Lingey Bar-sr-Seine les Riceys 8 15 41 070 12 Les Riceys

Avon-la-Peze Nogent Marcilly-le-H 5 17 36 274 10 Marcilly-le-Hay.

Avreuil Bar-sr-Seine Chaource 14 35 43 379 10 Chaource

Bagneux Bar-sr-Seine les Riceys 6 21 48 073 12 Les Riceys

Bailly-le-Franc Arcis Chavanges 7 44 55 172 10 Chavanges

Balignicourt Id. Id. 9 27 40 215 10 Chavanges

Balnot-la-Grange Bar-sr-Seine Chaource 10 24 39 304 10 Chesley

Balnot-sur-Laignes Id. les Riceys 5 10 43 420 10 Les Riceys

Barberey Sa Troyes 2e c. de Tr. 0 0 0 313 10 Troyes

Barbuise ^*°" Nogent Villenauxe 5 15 50 579 12 Villenauxe

Baroville Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 0 6 59 875 12 Bar-sur-Aube

Bar-sur- Aube •ni <S*5 chef-l. d'arr. chef-l. de c. » » 63 4453 23 Bar-sur-Aube

Bar-sur-Seine """«aa T* Id. Id. » » 33 2798 21 Bar-sur-Seine

Bayel Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 0 0 59 967 12 Bar-sur-Aube

Beauvoir Bar-sr-Seine les Riceys 8 22 49 244 10 Les Riceys

Bercenav-en-Othe Troyes Estissac 10 20 20 606 12 Bercenay-en-Othe

Bercenay-le-Hayer Nogent-sr-S. Mareilly-le-H 4 23 40 289 10 Marcilly-le-Hay.

Bergères Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 9 9 51 294 10 Bar-sur-Aube

Bernon Bar-sr-Seine Chaource 16 37 45 445 10 Ervy

Bertignolles Id. Essoyes 10 14 47 257 10 Bar-sur-Seine

Bérulles Troyes Aix-en-Othe 10 30 39 827 12 Rigny-le-Ferron


176

DEPARTEMENT DE L'AUBE.

distances

aux

NOMS NOMS ch -lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissems Cantons. Poste aux Lettres

Bessy Arcis-sur-A. Méry-sur-S. 13 11 34 246 10 Plancy

Bétignicourt Bar-sr-Aube Brienne 10 33 30 98 10 Lesmont

Beurey rf Bar-sr-Seine Essoyes 17 12 39 430 12 Vendeuvre

Blaincourt Bar-sr-Aube Brienne 7 28 35 234 10 Brienne

Blignicourt Id. ld. 9 32 43 77 10 Brienne

Bligny Id. Vendeuvre 15 15 46 891 12 Bar-sur-Aube

Bordes (Les) Troyes Bouilly 18 14 14 14 270 10 lsle-Aumont

Bossancourt Bar-sr-Aube Vendeuvre 10 11 48 387 10 Jessains

Bouilly *f Troyes chef-l. de c. » 14 14 767 12 Bouilly

Boulages Arcis. Méry-sur-S. 15 20 45 422 10 Plancy

Bouranton Troyes Lusigny 11 9 9 305 10 Troyes

Bourdenay Nogent-sr-S. Marcilly-le-H 5 20 42 249 10 Marcilly-le-Hay.

Bourguignons Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 3 3 32 466 12 Bar-sur-Seine

Bouy-Luxembourg Troyes Piney 8 20 20 249 10 Piney

Bouy-sur-Orvin Nogent-s.-S. Nogent 10 10 52 124 10 Trainel

Bragelogue Bar-sr-Seine les Riceys 11 25 51 546 12 Les Riceys

Braux Arcis Chavanges 10 27 38 310 10 Chavanges

Bréviandes Troyes 3e c. de Tr. 5 5 5 604 12 Troyes

Brevonnes Id. Piney 6 27 27 829 12 Piney

Briel Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 13 13 25 322 10 Vendeuvre

Brienne-Napoléon «f Bar-sr-Aube chef-l. de c. " 24 40 1886 16 Brienne

Brienne-la-Vieille Id. Brienne-N. 2 22 42 015 12 Brienne

Brillecourt Arcis Ramerupt 9 19 31 139 10 Pougy

Bucey Troyes Estissac 4 18 18 449 10 Estissac

Buchères g^ Id. Bouilly 14 9 9 508 12 Isle-Aumont

Buxeuil Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 13 7 40 355 10 Gyé-sur-Seine

Buxières Id. Essoyes 13 9 42 386 10 Bar-sur-Seine

Celles Bar-sr-Seine Mussy-sr-S. 16 5 38 916 12 Landreville

Chacenay *f Bar-sr-Seine Essoyes 8 16 49 219 10 Landreville

Chaise (La) Bar-sr-Aube Soulaines 6 25 52 127 10 Soulaines

Chalette Arcis Chavanges 15 20 33 206 10 Lesmont

Chamoy Troyes Ervy 13 25 26 678 12 Auxon

Champfleury Arcis Méry-sur-S. 16 16 46 268 10 Plancy

Champignol Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 16 15 52 1107 12 Bar-sur-Aube

Champigny Arcis Arcis 8 8 39 178 10 Arcis

Champ-sur-Barse Bar-sr-Aube Vendeuvre +3 23 30 68 10 Vendeuvre

Channes Bar-sr-Seine les Riceys 12 20 54 350 10 Les Riceys

Chaource n1 Id. chef-l. de c. " 21 29 1546 16 Chaource

Chapelle-Saint-Luc (La) Troyes 2e c.de Tr. 4 4 4 402 10 Troyes

Chapelles-Vallon Arcis Méry-sur-S. 16 16 19 421 10 Payns

Chappes Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 12 12 22 296 10 St-Parres-les-V.

Charmont i@ Arcis Arcis 15 16 17 623 12 Aubeterre

Charmoy Nogent Marcilly-le-H 7 12 42 96 10 Marcilly-le-Hay.

Charny-le-Bachot Arcis Méry-sur-S. 7 19 37 258 10 Plancy

Chaserey Bar-sr-Seine Chaource 16 32 44 106 10 Chesley

Chassericourt Arcis Chavanges 3 40 62 185 10 Chavanges

Chatres Id. Méry-sur-S. 5 24 30 591 12i Méry

Chauchigny Id. ld. 12 19 18 440 10 Payns

Chaudrey Id. Ramerupt 2 10 28 310 10 Coclois

Chauffour-les-Bailly Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 12 12 26 210 10 Bar-sur-Seine

Chaumesnil Bar-sr-Aube Soulaines 10 22 47 161 10 Dienville

Chavanges T1 Arcis chef-l. de c. » 30 49 973 12 Chavanges

Chêne (Le) Arcis Arcis 4 4 31 383 10 Arcis

Chennegy Troyes Estissac 6 28 28 1002 12 Estissac

Chervey Bar-sr-Seine Essoyes 13 12 45 509 12 Chervey

Chesley* Id. Chaource 11 27 40 764 12 Chesley

Chessy Troyes Ervy 4 40 40 1215 12 Ervy

Clérey ^ Troyes Lusigny 8 17 17 701 12 St-Parres-les-V,

Coclois Arcis Ramerupt 8 16 28 273 10 Coclois

CoIombé-la-Fosse Bar-sr-Aube Soulaines 13 8 61 553 12 Bar-sur-Aube

Colombé-le-Sec Id. Bar-sr-Aube 8 8 00 348 10 Bar-sur-Aube


DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

177

distances

aux

NOMS NOMS ch.-lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissent Cantons. Poste aux Lettres

Cormost Troyes Bouilly 21 17 17 254 10 Isle-Aumont

Courcelles Bar-sr-Aube Brienne 13 36 44 62 10 Chavanges

Courceroy Nogent Nogent-sr-S. 8 8 59 254 10 Nogent

Coursan Troyes Ervy 11 37 37 274 10 Ervy

Courtaoult Id. Id. 4 41 41 242 10 Ervy

Courtenot ^g Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 8 8 28 275 10 Bar-sur-Seine

Courteranges Troyes Lusigny 4 14 14 251 10 Lusigny

Courteron Bar-sr-Seine Mussy-sr-S. 7 12 45 475 12 Gyé-sur-Seine

Coussegrey Id. Chaource 16 37 45 493 12 Chesley

Couvignon Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 8 8 47 600 12 Bar-sur-Aube

Crancey Nogent Romilly 7 12 45 548 12 Pont-sur-Seine

Créney S Troyes 1er c. de Tr. 6 6 6 440 10 Troyes

Crésantignes Id. Bouilly 7 21 21 442 10 Bouilly

Grespy Bar-sr-Aube Soulaines 14 28 47 224 10 Brienne

Croutes (Les) Troyes Ervy 8 45 45 247 10 Ervy

Cunfin Bar-sr-Seine Essoyes 12 29 62 904 12 Essoyes

Cussangy ld. Chaource 6 27 35 566 12 Chaource

Dainpierre-de-l'Aube Arcis Ramerupt 8 21 39 632 12 Dampierre

Davrey Troyes Ervy 4 40 40 391 10 Ervy

Dienville rf Bar-sr-Aube Brienne 5 19 44 1101 12 Dienville

Dierrey-Saint-Julien Nogent Marcilly-le-H 18 34 25 379 10 Estissac

Dierrey-Saint-Pierre Id. Id. 17 33 27 331 10 Estissac

Doches Troyes Piney 14 16 16 322 10 Piney

Dolancourt Bar-sr-Aube Vendeuvre 12 9 44 281 10 Jessains

Dommartin Arcis Ramerupt 6 19 32 168 10 Ramerupt

Donnement ld. Chavanges 11 25 38 195 10 Chavanges

Dosnon Id. Ramerupt 14 12 39 254 10 Arcis

Droup-Saint-Bâle Id. Méry-sur-S. 5 17 25 504 12 Méry

Droup-Sainte-Marie Id. Id. 3 17 27 406 10 Méry

Eaux-Puiseaux Troyes Ervy 12 31 31 092 12 Auxon

Echemines Nogent Marcilly-le-H 10 29 22 154 10 Les Grès

Eclance Bar-sr-Aube Soulaines 14 11 49 209 10 Jessains

Eguilly <f Bar-sr-Seine Essoyes 10 15 49 310 10 Chervey

Engente Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 6 6 58 130 10 Bar-sur-Aube

Epagne Id. Brienne 6 29 36 241 10 Brienne

Epothémont Id. Soulaines 10 28 52 338 10 Soulaines

Ervy tf Troyes chef-l. de c. » 37 37 1648 16 Ervy

Essoyes sUL <f Bar-sr-Seine Id. » 16 49 1596 16 Essoyes

Estissac <f Troyes Id. » 21 21 1893 10 Estissac

Eloarvy Bar-sr-Seine Chaource 13 30 42 473 12 Chesley

Etrelles Arcis Méry-sur-S. 7 24 37 250 10 Méry

Faux-Villecerf Nogent Marcilly-le-H 10 29 30 315 10 Marcilly-le-Hay.

Fay Id. ld. 8 13 41 194 10 Marcilly-le-Hay.

Fays Troyes Bouilly 8 22 22 220 10 Bouilly

Ferreux Nogent Romilly 16 10 42 342 10 St-Martin-de-Bos.

Feuges Arcis Arcis 16 16 12 118 10 Aubeterre

Fontaine Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 3 3 56 315 10 Bar-sur-Aube

Fontaine-Luyères Arcis Ramerupt 17 17 15 80 10 Aubeterre

Fontaine-les-Grès Nogent Romilly 21 38 21 483 10 Les Grès

Fontenay-de-Bossery ld. Nogent 7 7 58 94 10 Nogent

Foutette Bar-sr-Seine Essoyes 6 23 56 541 12 Essoyes

Fontvannes ^g, Troves Estissac 5 16 10 329 10 Estissac

Fosse-Corduan (La) Nogent Romilly 13 14 38 278 10 St-Martin-de-Bos.

Fouch. res ^ <f Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 10 10 23 502 12 Fouchères

Fralignes Id. Id. 8 8 36 194 10 Bar-sur-Seine

Fravaux Bar-sr-Aube Vendeuvre 13 9 45 143 10 Bar sur-Aube

Fresnay Id. Soulaines 8 11 60 136 10 Ville-sur-Terre

Fresnoy Troyes Lusigny 8 21 21 401 10 St-Paires-les-V.

Fuligny Bar-sr-Aube Soulaines 9 13 55 173 10 Ville-sur Terre.

1878.

12


178 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

dinstances

aux

NOMS NOMS ch.-lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissent Cantons. Poste aux Lettres

Gelannes Nogent sr-S. Romilly-s-S. 8 15 45 609 12 Pont-sur-Seine

Gerosdot Troyes Piney 7 28 23 540 12 Piney

Grandes-Chapelles (Les) Arcis Méry-sur-S. 12 12 23 687 12 Méry

Granges (Les) Bar-sr-Seine Chaource 6 27 36 145 10 Chaource

Granville Arcis Ramerupt 12 10 37 180 10 Arcis

Gumery Nogent Nogent 9 9 60 345 10 Trainel

Gyé-sur-Seine ëH <f Bar-sr-Seine Mussy-sr-S. 9 11 44 1190 12 Gyé-sur-Seine

Hampigny Bar-sr-Aube Brienne 11 36 51 300 10 Brienne

Herbisse ^ Arcis Arcis 11 1143 358 10 Mailly

Isle-Aumont Troyes Bouilly 15 11 11 158 10 Isle-Aumont

Ile-sous-Ramerupt Arcis Ramerupt 2 11 38 251 10 Raimerupt

Jasseines Arcis Chavanges 16 21 34 338 10 Jasseines

Jaucourt Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 7 7 48 297 10 Bar-sur-Aube

Javernant Troyes Bouilly 6 20 20 232 10 Bouilly

Jessains ^g rf Bar-sr-Aube Vendeuvre 9 13 44 369 10 Jessains

Jeugny Troyes Bouilly 9 17 17 400 12 Bouilly

Joucreuil Arcis Chavanges 4 40 53 264 10 Chavanges

Jully-sur-Sarce Bar-sr-Seine Bar-sr-seine 7 7 30 527 12 Bar-sur-Seine

Juvancourt Bar-sr'-Aube Bar-sr-Aube 17 17 70 297 10 Clairvaux

Juvanzé Id. Vendeuvre 14 16 46 88 10 Jessains

Juzanvigny Id. Sontaines 17 31 45 178 10 Brienne

Lagesse Bar-sr-Seine Chaource 4 25 33 443 10 Chaource

Laines-aux-Bois Troyes 3e c. de Tr. 12 12 12 617 12 Troyes

Landreville cf Bar-sr-Seine Essoyes 6 11 44 1426 16 Landreville

Lautages Id. Chaource 6 15 34 525 12 Chaource

Lassicourt Bar-sr-Aube Brienne 7130 37 130 10 Rosuay

Laubressel Troyes Lusigny 11 11 11 390 10 Lusigny

Lavau çE| Id. 1er c. de Tr. 4 4 4 201 10 Troyes

Lentilles Bar-sr-Aube Chavanges 6 41 50 370 10 Chavanges

Lesmont Id. Brienne 10 34 31 625 12 Lesmont

Levigny Id. Soulaines 11 9 65 280 10 Ville-sur-Terre

Lhuitre Arcis Ramerupt 9 10 38 506 12 Arcis

Lignieres Bar-sr-Seine Chaource 20 41 48 574 12 Flogny (Yonne)

Lignol Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 8 61 377 10 Colombey-les-2-Eglis

Lirey Troyes Bouilly 5 19 19 240 10 Bonilly [Hte-M

Loches >if Bar-sr-Seine Essoyes 3 13 40 1226 12 Landreville

Loge-aux-Chèvres (La) Bar-sr-Anbe Vendeuvre 6 27 30 233 10 Vendeuvre

Loge-Pomblain (La) Bar-sr-Seine Chaource 8 29 37 166 10 Chaource

Loges-Margueron (Les) Id. Id. 4 25 33 402 10 Chaource

Longechamps Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 17 17 70 562 12 Clairvaux

Longeviile Troyes Bouilly 8 22 22 144 10 Bouilly

Longpré Bar-sr-Seine Essoyes 16 17 40 259 10 Vendeuvre

Longsols Arcis Ramerupt 15 23 22 224 10 Coclois

Longueville ld. Méry-sur-S. 7 21 40 318 10 Méry

Louptière-Thénard (La) Id. Nogent 17 17 62 383 10 Trainel

Lusigny gsg *f Troyes chef-l. de c. » 16 16 1171 12 Lusigny

Luyeres Id. Piney 12 13 13 230 10 Piney

Macey Troyes 2e c. de Tr. 13 13 13 378 10 Troyes

Machy ld. Bouilly 7 23 23 198 10 Bouilly

Màcon Nogent Nogent 4 4 55 609 12 Nagent

Magnant Bar-sr-Seine Essoyes 20 8 40 422 10 Bar-snr-Seine

Magnicourt Arcis Chavanges 19 22 30 187 10 Pougy

Magnifouchard Bar-sr-Aube Vendeuvre 5 16 37 333 12 Vendeuvre

Mailly e^g Arcis Arcis 16 10 43 571 10 Mailly

Maison-des-Champs Bar-sr-Aube Vendeuvre 8 14 40 89 10 Vendeuvre

Maisons-près-Soulaines Id. Soulaines 11 9 62 120 10 Ville-sur-Terre

Maisons-près-Chaource (les) Bar-sr-Seine Chaource 6 22 35 819 10 Chaource


DÉPARTEMENT DE LAUBE.

179

NOMS NOMS ch.-lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissems Cantons. Poste aux Lettres

Maizières Bar-sr-Aube Brienne-N. 8 34 48 300 10 Brienne

Maizières-la-Gde-Paroisse JH. Nogent Romilly 7 23 35 1513 16 Romilly

Maraye-en-Othe <f Troyes Aix-en-Othe 13 27 27 1027 12 Saint-Mards

Marcilly-le-Hayer *f Nogent chef-1. de c. » 21 41 737 12 Marcilly-le-Hay.

Marigny-le-Chàtel Nogent Marcilly-le-H 11 21 30 536 12 Marcilly-le-Hay.

Marnay ld. Nogent 6 6 62 422 10 Pont-sur-Seine

Marolles-les-Baillv Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 10 10 28 279 10 Bar-sur-Seine

Marolles-sous-Lignières Id. Chaource 24 44 48 602 12 Flogny (Yonne)

Mathaux Bar-sr-Aube Brienne 8 25 39 443 12 Brienne

Maupas (Les) Troyes Bouilly 9 20 20 163 10 Isle-Aumont

Mergey Id. ld. 13 13 13 579 12 Payns

Mériot (Le) Nogent Nogent 5 5 66 604 12 Nogent

Merrey Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 2 2 35 537 12 Bar-sur-Seine

Méry-sur-Seine <f Arcis chef-1. de c. » 19 30 1450 12 Méry

Mesgrigny ^p <j" ld. Méry-sur-S. 3 22 28 190 10 Méry

Mesnil-la-Comtesse Id. Ramerupt 10 6 27 104 10 Arcis

Mesnil-Lettre Id. Id. 14 22 26 134 10 Coclois

Mesnil-Saint-Loup Nogent Marcilly-le-H 13 33 26 392 10 Estissac

Mesnil-Saint-Père Troyes Lusigny 6 22 22 555 12 Lusigny

Mesnil-Sellières Troyes Piney 10 13 13 420 10 Piney

Messon ^^ Id. Estissac 9 15 15 419 10 Estissac

Metz-Robert Bar-sr-Seine Chaource 2 23 31 111 10 Chaource

Meurville Bar-sr-Aube Vendeuvre 14 11 46 403 10 Bar-sur-Aube

Molins Id. Brienne 13 36 32 189 10 Lesmont

Montangon Troyes Piney 6 27 27 232 10 Piney

Moutaulin Id. Lusigny 6 15 15 463 10 Lusigny

Montceaux Id. Bouilly 24 20 20 335 10 St-Parres-les-V.

Montfey Id. Ervy 4 37 37 390 10 Ervy

Montgueux Id. 2e c de Tr. 10 10 10 351 10 Troyes

Montieramey gÉ Id. Lusigny 3 20 20 504 12 Lusigny

Montier-en-l'Ile Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 4 4 48 404 10 Bar-sur-Aube

Montigny Troyes Ervy 11 27 27 504 12 Auxon

Montmartin Bar-sr-Seine Essoyes 20 21 43 177 10 Vendeuvre

Montmorency Arcis Chavanges 3 40 45 301 10 Chavanges

Montpothier Nogent Villenauxe 4 11 62 434 12 Villenauxe

Montreuil Troyes Lusigny 4 20 20 488 12 Lusigny

Montsuzain JBH Arcis Arcis 11 11 18 342 10 Arcis

Morembert ^^ Id. Ramerupt 4 17 35 86 10 Ramerupt

Morvilliers Bar-sr-Aube Soulaines 11 25 50 671 12 Brienne

Molle-Tilly (La) Nogent Nogent 6 6 57 493 10 Nogent

Moussey Troyes Bouilly 12 11 11 320 10 Isle-Aumont

Mussy-sur-Seine iH <f Bar-sr-Seine chef-l. de c. » 19 52 1717 16 Mussy

Neuville-sur-Seine Bar-sr-Seine Mussy-sr-S. 11 9 42 880 12 Gyé-sur-Seine

Nenville-sur-Vannes Troyes Estissac 2 24 24 600 10 Estissac

Noé-les-Mallets Bar-sr-Seine Essoyes 6 22 55 378 10 Essoyes

Noës (Les) Troyes 2e c. de Tr. 313 3 192 10 Troyes

Nogent-en-Othe Id. Aix-en-Othe 11 83 33 162 10 Saint-Mards

Nogent-sur-Aube Arcis Ramerupt 5 14 29 641 12 Coclois

Nogent-sur-Seine ^Sl* chef-l. d'arr. chef-l. de c. » " 61 3474 23 Nogent

Nozay Arcis Arcis 5 6 25 184 10 Arcis

Onjon Troyes Piney 7 20 20 378 10 Piney

Origny-le-Sec Nogent Romilly 9 25 33 849 12 Romilly

Ormes Arcis Arcis 4 4 35 342 10 Arcis

Ortillon Id. Ramerupt 51 9 32 05 10 Arcis

Orvilliers Nogent Romilly 13 29 27 5 8 12 Méry

Ossey-les-Trois-Maisons id. Id. 12 21 34 322 10 Romilly

Paisy-Cosdon Troyes Aix-en-Othe 2 31 31 517 12 Aix-en-Othe

Palis <,> Nogent Marcilly-le-H 11 30 31 1371 12 Marcilly-le-Hay,

Pargues Bar-sr-Seine Chaource 6 18 34 431 10 Chaource


180

DÉPARTEMENT DE LAUBE.

distances

aux

NOMS NOMS ch.-lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissems Cantons. Poste aux Lettres

Pars-lès-Romilly Nogent-sr-S. Romilly-s-S. 4 21 42 240 10 Romilly

Pars-lès-Chavanges Arcis Chavanges 6 30 44 161 10 Chavanges

Pavillon (Le) Troyes 2e c. de Tr. 17 17 17 280 10 les Grès

Payns Un 1 Id. ld. 12 12 12 695 12 Payns

Pel-et-Der Bar-sr-Aube Brienne 12 33 31 431 10 Lesmont

Périgny-la-Rose Nogent Villenauxe 8 15 55 192 10 Villenauxe

Perthes Bar-sr-Aube Brienne 6 28 42 123 10 Brienne

Petit-Mesnil (Le) Bar-sr-Aube Soulaines 12 20 48 328 10 Dienville

Piney *f Troves chef-l. de c. " 21 21 1588 16 Piney

Plaines Bar-sr-Seine Mussy-sr-S. 4 17 50 803 12 Mussy

Plancy rf Arcis Méry-sur-S. 10 15 40 1220 2 Plancy

Planty Nogent Marcilly 10 30 40 696 12 MarcilIy-le-Hay

Plessis-Barbuise ld. Villenauxe 4 17 57 231 10 Villenauxe

Plessis-Gàteblé Id Nogent 18 18 63 112 10 Trainel

Plessis-Gàateblé Arcis Ramerupt 22 21 49 361 10 Mailly

Poligny Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 9 9 29 98 10 Bar-sur-Seine

Polisot r!*3 Id. Mussy 10 5 38 486 10 Gyé-sur-Seine

Polisy Id ld. 14 6 39 466 12 Gyé-sur-Seine

Pont-Sainte-Marie Troyes 1er c. de Tr. 3 3 3 559 12 Troyes

Pont-sur-Seine gfi ^f Nogent Nogent 9 9 49 854 12 Pont-sur-Seine

Pouan Arcis Arcis 6 6 33 843 12 Arcis

Pougy Arcis Ramerupt 12 20 28 538 12 Pougy

Pouy Nogent Marcilly 7 27 44 436 10 Villeneuve-l'Ar.

Praslin Bar-sr-Seine Chaource I 5 17 34 208 10 Chaource

Frécy-Notre-Dame Bar-sr-Aube Brienne 10 31 32 139 10 Lesmont

Précy-Saint-Martin ld. Id. 7 27 33 517 12 Lesmont

Premierfait Arcis Méry-sur-S. 11 11 27 193 10 Arcis

Proverville Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 1 1 53 336 10 Bar-sur-Aube

Prugny Troyes Estissac 14 13 13 212 10 Estissac

Prunay-Belleville Nogent Marcilly-le-H 11 31 26 278 10 Marcilly-le-Hay.

Prunay-Saint-Jean Troyes Bouilly 6 17 17 43 10 Bouilly

Prusy Bar-sr-Seine Chaource 14 34 43 217 10 Chesley

Puits-et-Nuisement Bar-sr-Seine Essoyes 20 16 36 325 10 Vendeuvre

Quincey Nogent Romilly 15 8 44 188 10 Nogent

Racines Troyes Ervy 6 43 43 424 10 Ervy

Radonvilliers Bar-sr-Aube Brienne 4 22 41 616 12 Brienne

Ramerupt tr 4 Arcis chef-l. de c. " 13 37 581 12 Ramerupt

Rances Bar-sr-Aube Brienne 10 33 44 148 10 Brienne

Rhèges Arcis Méry 11 13 41 389 10 Plancy

Riceys (Les) <f Bar-sr-Seine chef-l. de c. » 14 47 2957 21 Les Riceys

Rigny-le-Ferron -T" Troyes Aix-en-Othe 13 39 39 1195 12 Rigny-le-Ferron

Rigny-la-Nonneuse Nogent Marcilly-le-H 8 17 41 259 10 Marcilly-le-Hay.

Rilly-Sainte-Syre Arcis Méry 10 17 21 432 10 Payns

Riviere-de-Corps (La) Troyes 2e c. de Tr. 4 4 4 307 10 Troyes

Romaines Arcis Ramerupt 2 15 36 08 10 Ramerupt

Romilly sur-Seine «| »f* Nogent chef-l. de c. » 18 39 5030 23 Romilly

Roncenay Troyes Bouilly 9 14 14 91 10 Isle-Aumont

Rosières Id. 3e c. de Tr. 6 6 6 250 10 Troyes

Rosnay-l'Hôpital -f Bar sr-Aube Brienne 9 32 40 .612 12 Rosnay

Rothière (La) ld. Soulaines 15 18 46 111 10 Dienville

Rouilly-Sacey Troyes Piney 6 16 10 348 10 Piney

Rouilly-Saint-Loup ^É Id. Lusigny 10 9 9 349 10 Troyes

Rouvres Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 10 10 63 399 10 Colombey-1-2-Egl.

Rumilly-les-Vaudes Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 17 17 22 674 12 St-Parres-les-V.

Ruvigny Troyes Lusigny 8 10 10 200 10 Lusigny

Saint-André Troyes 3e c. de Tr. 4 4 4 822 12 Troyes

Saint-Aubin Nogent Nogent 6 5 471 609 12 Nogent

Saint-Benoit-sur-Seine Troyes 1er c. de Tr. 10 10 101 311 10 Troyes

Saint-Benoît-sur-Vannes essi3 Id. Aix-en-Othe 6 32 32 565 12 Rigny-le-Ferron


DEPARTEMENT DE L'AUBE.

181

distances

NOMS NOMS ch.-lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissems Cantons. Poste aux Lettres

Saint-Christophe Bar-sr-Aube Brienne-N. 9 32 35 61 10 Lesmont

Saint-Etienne S, Arcis Arcis 5 24 157 10 Arcis

Saint-Flavit Nogent Marcilly-le-H 13 23 28 237 10 Marcilly-le Hay.

Saint-Germain Troyes 3e c. de Tr. 6 6 6 545 12 Troyes

Saint-Hilaire Nogent Romilly 5 12 44 401 10 Pont-sur-Seine

Saint-Jean-de-Bonneval Troyes Bouilly 5 17 17 348 10 Bouilly

Sant-Julien Id. 3e c. de Tr. 5 5 5 718 2 Troyes

Si-Leger-pres-Troyes Id Bouilly 10 8 8 300 10 Troyes

St-Leger-sous-Brienne Bar-sr-Aube Brienne 2 26 38 377 10 Brienne

St-Léger-sous-Margerie Arcis Chavanges 7 3 44 224 10 Chavanges

St-Lour-de-Buffigny Nogent Romilly 12 13 39 245 10 St-Martin-de-Bos.

Saint-Lyé mi Troyes 2e c. de Tr. 9 9 9 911 12 Troyes

St-Mards-en-Othe rf Id. Aix-en-Othe 8 30 30 1633 12 Samt-Mards

St-Martin-de-Bossenay Nogent Romilly 11 18 37 348 10 St-Martin-de-B.

Sainte-Maure Troyes 1re c. de Tr. 7 7 7 636 2 Troyes

Saint-Wesmin ^ Arcis Méry-sur-S. 10 23 22 588 12 Les Grès

Saint-Nabord Id. Ramerupt 8 6 33 285 10 Arcis

Saint-Nicolas Nogent Nogent-sr-S. 5 5 57 184 10 Nogent

Saint-Oubh Arcis Méry-sur-S. 2 20 33 313 10 Mery

St Parres-les-Tertres Troyes 1er c. de Tr. 3 3 3 643 2 Troyes

S Parres-les-Vaudes siÉ tr Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 14 14 19 445 10 St-Parres-les-V.

Saint-Phal Troyes Ervy 10 24 24 520 2 Auxon

Saint-Pouange Id. Bouilly 7 12 12 202 10 Troyes

Saint.-Remi Arcis Arcis 7 7 22 258 10 Arcis

Sainte-Savine Troyes 2e c. de Tr. 2 2 2 1920 12 Troyes

Saint-Thibault Id. Bouilly 16 12 12 382 10 Isle-Aumont

Saint-Usage Bar-sr-Seine Essoyes 9 25 68 300 10 Essoyes

Salon Arcis Méry 20 19 51 328 10 Plancy

Sauley Bar-sr-Aube Soulaines 15 11 65 190 10 Colombey-1-2-Egl.

Saulsotte (La) Nogent Villenauxe 7 6 58 793 12 Nogent

Savi. res m Arcis Méry 15 36 18 771 12 Les Grès

Semoine Id. Arcis 17 17 49 454 10 Mailly

Soligny-les-Etangs Nogent Nogent 10 10 51 359 10 Trainel

Somme-Fontaine-St-Lupien Id. Marcilly-le-H 6 25 31 255 10 Marcilly-le-Hay.

Sommeval Troyes Bouilly 5 19 19 317 10 Bouilly

Soulaines ^ Bar-sr-Aube chef-l. de c. » 19 57 805 12 Soulaines

Souligny W Troyes Bouilly 1 13 13 311 10 Bouilly

Spoix Bar-sr-Aube Vendeuvre 12 7 44 621 12 Bar-sur-Aube

Thennelières Troyes Lusigny 8 8 8 177 10 Troyes

Thieflrain Bar-sr-Seine Essoyes 22 12 36 295 10 Vendeuvre

Thil Bar-sr-Aube Soulaines 6 16 63 368 10 Ville-sur-Terre

Thors Id. Id. 11 12 65 180 10 Ville-sur-Terre

Torcy-le-Grand Arcis Arcis 2 2 30 276 10 Arcis

Torcy-le-Petit Id. Id. 4 4 32 212 10 Arcis

Torvilliers Troyes 2e c. de Tr. 9 9 9 396 10 Troyes

Traînel T1 Nogent Nogent. 12 12 58 1380 12 Traînel

Trancault Id. Marcilly 10 15 46 325 10 Marcilly-le-Hay.

Trannes Bar-sr-Aube Vendeuvre 13 3 45 371 10 Jessains

Tronan-le-Grand Arcis Ramerupt 16 13 41 236 10 Mailly

Trouan-le-Petit Id. Id. 16 13 41 143 10 Mailly

Troyes cgâ ^ chef-l. d'arr. chef-l. de c. » » » 38113 30 Troyes

Turgy Bar-sr-Seine Chaource 14 35 43 185 10 Chaource

Unienville Bar-sr-Aube Vendeuvre 12 17 44 321 10 Jessains

Urville Id. Bar-sr-Aube 14 14 49 531 12 Bar-sur-Aube

Vailly Troyes 1er c. de Tr. 9 9 9 242 10 Aubeterre

Valentigny Bar-sr-Aube Brienne 9 35 49 207 10 Brienne

Vallant-Saint-Georges Arcis Méry 7 26 25 485 12 Mery

Vallières Bar-sr-Seine Chaource 1 31 39 357 10 Chesley

Vanlay ld. ld. 11 33 41 713 12 Chaource


182

DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

distances

NOMS NOMS aux ch.-lieux BUREAUX

NOMS DES COMMUNES. des des de la

Arrondissems Cantons. Poste aux Lettres

Vauchassis Troyes Estissac 10 17 17 798 12 Bercenay-en-Othe

Vauchonvilliers Bar-sr-Aube Vendeuvre 8 16 40 335 10 Vendeuvre

Vaucogne Arcis Ramerupt 5 18 37 147 10 Dampierre

Vaudes Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 17 17 18 414 10 St-Parres-les-V.

Vaupoisson Arcis Ramerupt 6 7 30 262 10 Arcis

Vendeuvre-sur-Barse Bar-sr-Aube chef-l. de c. ..2132 1942 16 Vendeuvre

Vendue-Mignot (La) Troyes Bouilly 12 17 17 340 10 Isle-Amnont

Vernonvilliers Bar-sr-Anbe Soulaines 11 12 53 184 10 Ville-sur-Terre

Verpillières Bar-sr-Seine Essoyes 4 20 63 439 10 Essoyes

Verricourt Arcis Ramerupt 11 19 23 101 12 Pougy

Verrières Troyes Lusigny 11 11 11 457 10 Isle-Aumont

Viapres-le-Grand Arcis Méry-sur-S. 15 11 43 14u 10 Plancy

Viapres-le-Petit Id. Id. 16 10 41 212 10 Plancy

Villacerf Troves 1er c. de Tr. 15 15 15 422 10 Payns

Villadin Nogent Marcilly 6 25 30 488 10 Marcilly le-Hay.

Ville-aux-Bois-lès-Sou

laines (La) Bar-sr-Aube Soulaines 6 25 57 75 10 Soulaines

Villechétif Troyes 1er c. de Tr. 6 6 6 415 10 Troyes

Vilehardouin Id. Piney 6 27 27 276 10 Piney

Villeloup Id. 2e c. de Tr. 19 19 19 252 10 les Grès

Villemaur T Id. Estissac 6 27 27 912 12 Estissac

Villemereuil Id. Bouilly 9 14 14 243 10 Isle-Aumont

Villeinoiron Troyes Aix-en-Othe 5 31 31 540 12 Saint-Mards

Villemorien Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 8 8 33 273 10 Bar-sur-Seine

Villemoyenne Id. Id. 17 17 22 553 12 St-Parres-les-V.

Villenauxe -r Nogent chef-l. de c. » 13 50 2361 21 Villenauxe

Villeneuve-au-Châtelot Id. Villenauxe 7 14 54 224 10 Villenauxe

Villeueuve-au-Chemin Troyes Ervy 8 35 34 397 10 Auxon

Villeneuve-au-Chêne (La) Bar-sr-Aube Vendeuvre 6 27 26 555 12 Vendeuvre

Villeret Arcis Chavanges 5 41 48 114 10 Chavanges

Villery Troyes Bouilly 3 17 17 284 10 Bouilly

Ville-sous-Laferté T (1) Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 17 17 69 2771 21 Clairvaux

Ville-sur-Arce Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 7 7 40 781 12 Bar-sur-Seine

Ville-sur-Terre T Bar-sr-Aube Soulaines 5 13 59 412 10 Ville-sur-Terre

Villette Arcis Arcis 3 3 31 213 10 Arcis

Ville s-Herbisse Id. Id. 12 12 44 264 10 Mailly

Villie s-le-Bois Bar-sr-Seine Chaource 12 28 41 323 10 Chesley

Villiers-sous-Praslin Id. Bar-sr-Seine 13 13 38 268 10 Chaource

Villy-en-Trodes Id. Id. 12 12 28 421 10 Vendeuvre

Villy-le-Bois Troyes Bouilly 12 19 19 74 10 Isle-Aumont

Villy-le-Maréchal ld. Id. 18 15 15 168 10 Isle-Aumont

Vinets Arcis. Ramerupt 4 9 36 359 10 Ramerupt

Virey-sous-Bar Bar-sr-Seine Bar-sr-Seine 6 6 27 472 12 Bar-sur-Seine

Vitry-le-Croisé T Id. Essoyes 13 18 51 891 12 Chervey

Viviers Id. Id. 9 15 48 280 10 Landreville

voigny Bar-sr-Aube Bar-sr-Aube 5 6 68 337 10 Bar-sur-Aube

Vosnon Troyes Ervy 10 35 35 575 12 Auxon

Voué Arcis Arcis 9 9 19 419 10 Arcis

Vongrey Bar-sr-Seine Chaource 9 14 37 97 10 Chaource

Vulaines Troyes Aix-en-Othe 10 30 30 314, 10 Rigny-le^Ferron

Yèvres Bar-sr-Aube Brienne 12 35 43 165 10 Chavanges

(1) La station et le bureau sont établis à Clairvaux, dépendant de la commune de Ville-sousLalTerté.


LISTE DES HAMEAUX

ET

DES AUTRES ANNEXES OU DÉPENDANCES DES COMMUNES du département de l'Aube.

Le signe — remplace les mots commune de.

A.

Abattir (l'.) Ecart.— Villenauxe.

Abondance ferme de l'). — Brevonnes.

Aires (hameau des). — Jasseines

Aires tienne des). — Jasseines

Ajou (ferme d'). — Brienne-Napoléon.

Allemagne (hameau de l'). — SaintThibault.

Alouettes (ferme des). — Rigny-leFerron

Amberts ferme des) — Gérosdot.

Année hameau de l'). — Vireysous-Bar

Antoinette (ferme d'). —Montigny.

Argentol (ferme d'). — Dampierre.

Argentoles (hameau d'). — Creney

Armentières hameau d'). — SaintBenoit-sur-Vaunes.

Asseline (ferme d'). — Hampigny.

Aubron (ferme d') — Voue.

Aulnay-le-Peiit (hameau d').—Aulnav.

Aulne (ferme de l'). — Nogent-snrSeine.

Aurore (ferme de l'). — Brienne Napoléon.

Autre-Monde (hameau d').— Racine.

Aux Grèves. Ecart. — Chalette.

Auzon-le-Petit (hameau d'). — Au zon.

Avalleur (hameau d'). — Bar-surSeine.

Avant-le-Petit (hameaud').—Avant lès-Ramerupt.

B.

Bachot (hameau du). — Charnyle-Bachot.

Charnyle-Bachot. (hameau des). — Chaource. Bailly (hameau de). — Chauffeur. Bailly-au-Bois (hameau des). —

Chaource. Baire-Saint-Loup (hameau de). —

Sairti-Parres-les-Tertres. Baire Saint-Parres (hameau de). —

Saint-Parres les-Tertres. Balsème (hameau de). — Ormes. Bande (ferme et château de la

grande). — Chaource. Banlées (ferme des). — Nosay. Barberey-aux-Moines (hameau de),

— Saint-Lyé. Barge (maison de la). — Radonviiliers

Radonviiliers (les). Ecart. — Vauchonvilliers.

Vauchonvilliers. (ferme de). — Bligny. Barrière (tuilerie de la). Tuilerie. —

Epothemont. Barrière de - la - Ferme - Neuve (la).

Ecart. — Vendeuvre sur-Barse. Barrière-de l'Homme-Mort (la).

Ecart. — Vendeuvre-sur-Barse. Barrisel (hameau de). — Pargues. Bas-de-Beauregard (le). Ecart. —

Saint-Mards-on-Othe. Bas-Clos (hameau et usine des). —

Saint-André. Bas-Nogent (section du). —Nogenten-Othe.

—Nogenten-Othe.


184 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Basse-Borde (hameau de). — Traînel. Basse-Coudre (ferme de la).—Montigny.

la).—Montigny. (hameau de la). —

Auxon. Basse-Cour (ferme de la). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. (hameau de la). — Trancault.

Trancault. (ferme de).— Montaulin.

Montaulin. (ferme, de). —

Brienne-la-Vieille. Basse-Moline (hameau de la). —

Troyes. Basse-Vacherie (hameau de la). —

Davrey. Basses-Villeneuves (hameau de). —

Villemoyenue. Basses -Voies ( hameau des ). —

Montigny. Basses-Voies (hameau des). —

Avreuil. Bassin (hameau et moulin du). —

La Fosse-Corduan. Basson (hameau de). — Marcilly-leHayer.

Marcilly-leHayer. (hameau des).— Troves. Batilly (ferme de). — Villy-le-Bois. Bauchet(ferme du). — Villy-le-Bois. Bauchot (ferme de). —Villy-le-Maréchal.

—Villy-le-Maréchal. (ferme de). — Bligny. Bé (ferme des Beys ou du). —Vendeuvre. Béard (ferme de). — Crespy. Beaucaron (hameau du). — La Vendtie-Miguot.

Vendtie-Miguot. (maison de).— Brevonne. Beaulieu (terme de). — Piney , Beaulieu (hameau de). — Juvanzé. Beaulien (ferme de). — DrouptSainte-Marie.

DrouptSainte-Marie. (château, ferme et moulin

de). — Trannes. Beaulieu (hameau de).— Le Mériot. Beauloisir (ferme de) — MesnilSaint-Père.

MesnilSaint-Père. (ferme de). — Cunlin. Beaumont-la-Rivour(hameau de).—

Lusigny.

Beaumont (ferme de). — Villemoyenne. Beau regard. Ecart. —La LouplièreThénard.

LouplièreThénard. (ferme de). — Piney. Beauregard (ferme de). — Balnotsur-Laignes.

Balnotsur-Laignes. (ferme de). — Parsles-Cliavanges.

Parsles-Cliavanges. (hameau de). — Villyen-Trodes.

Villyen-Trodes. (maison de). — Lainesaux-Bois.

Lainesaux-Bois. (ferme du).—Chaource. Beauvais (hameau de).— Chaumesnil Beauvoir (hameau de). — Chautnesnil.

Chautnesnil. (ferme de la).—Villy-enTrodes.

la).—Villy-enTrodes. (faubourg de). — Nogent sur-Seine. Bécherelle (hameau de). — SaintJean-de

SaintJean-de Becheret (moulin de).—Saint-Jeande-Houneval.

de).—Saint-Jeande-Houneval. (moulin de). — Pouan. Bel-Air (tuilerie du). — Chaource. Bel-Air (ferme de). — Marigny-leChâtel.

Marigny-leChâtel. (hameau de).—Saint-Mardsen-Othe.

de).—Saint-Mardsen-Othe. (moulin de). — Colombé-laFosse.

Colombé-laFosse. (ferme de la). — Marigny-le-Châtel.

Marigny-le-Châtel. (hameau de la).—Mesnil-Sellières.

la).—Mesnil-Sellières. (hameau de la). — Marcilly-le-Hayer.

Marcilly-le-Hayer. (tuilerie de la). — Brevonne Belle-Epine (ferme de la). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. Etoile (hameau de la). — Mesgrigny et Vallant-Saint-Georges. Belle-Etoile (hameau de la).—Cor -

most. Bellefayte (hameau de la)—SaintMards-en-Othe

la)—SaintMards-en-Othe Maraye. Balle-Guise (hameau de). — Vendeuvre-sur-Barse.

Vendeuvre-sur-Barse. (ferme de la). — Bayel.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 185

Belle-Idée (ferme de la). — Parslès-Chavanges.

Parslès-Chavanges. (hameau de la). — Romilly-sur-Seine. Belle-Idée (ferme de). — Saint-Léger-sous-Brienne.

Saint-Léger-sous-Brienne. (terme de la). — SaintEtienne-sous-Barbuise.

SaintEtienne-sous-Barbuise. (maison de la).—Polisy Belle-Nuit (ferme de la). — Arrentières. Belleville (ferme de). — Lusigny. Beileville (hameau de). — Prunay

Belleville. Bellevillotle (hameau de la). —Bourdenay.

—Bourdenay. (hameau de). — Montfey. Belle-Vue ( . . . de). — Polisot. Belle-Vue (. . . . de). — Courteranges.

Courteranges. (ferme de). — Piney. Belle-Vue (ferme de). — Villierssous-Praslin.

Villierssous-Praslin. (ferme de). — Vougrey. Belley (hameau de). — Villechétif. Bel ov (ferme de). — Bayel Be veder-d'Orgeval (ferme de). —

Dampierre. Bercenelle hameau de). — Bercenav-en-Othe.

Bercenav-en-Othe. (hameau des). — Racine. Bergerie (ferme de la). — Briel. Bergere-des-Pièces-aux -Dames

(ferme de la). — Les Bordes. Bergeries ( ferme des). — Solisny. Beiluvier (hameau de). — Bérulles Beuières chât au et ferme de). —

Notent-sur-Seine. Berquins (ferme des).— Estissac. Bertauche (ferme de la). — Les

Riceys. Bertoches (ferme et tuilerie de). —

Ville anx-Bois-les Soulaines. Besmont (moulin de). — Traînel. Blard. Ecart. — Crancey. Bierne (hameau de).—Villemereuil. Blaines ou de Blanum (ruines de).

— Auxon. Blancs-Fossés (ferme des). - SaintPouange.

SaintPouange. (château et ferme de). —

Savières. Boc-en-Fiel (ferme de). — Polisot.

Bochot (ferme du). — Rumilly-lesVaudes.

Rumilly-lesVaudes. (moulin du), ou Moliri. —

Bertignolles. Boisbureau (hameau de).— Bernon. Bois Carré (hameau du). — Villyen-Trodes.

Villyen-Trodes. de-Der (ferme du). — Thil. Bois de-lligny (hameau du). — Rigny-le-Ferron.

Rigny-le-Ferron. Gérard (ferme, château de). —

Ches y. Bois-Givy (. . . de). — Saint-Phal. Bois-Laissus ou de la Boulaisone

(hameau du)—Vanlay. Bois-le-Boi (hameau et tuilerie du).

— Bérulles.

Bois-Martin ferme du).— Urville.

Banlieu (ferme de). — Piney.

Bonne Idée (ferme de la).— Onjon.

Bonneveux. Ecart. — Coussegrey.

Bonne Vois ne (ferme de la). — Chamufleury.

Bons-Hommes (hameau des). — Isle-Aumont (Voir la Trinité.)

Horde (fermes de la) — Fresnois.

Borde hameau de la). — Bar-surSeine.

Borde (hameau de la). — Bayel.

Borde (hameau de la). — Traînel.

Borde-Ham (ferme de la). — Bayel.

Borde (hameau de la). — Les Crôutes.

Borde (hameau de la). — Marollessous Lignières.

Bordes (hameau des). — EauxPuiseaux.

Bordes (hameau des). — Avreuil.

Bordes-de-Lantages (hameau des).

— Lantages

Bordes ( ferme des). — SaintPouange.

Bordes (hameau des). —Villemaur.

Bordes (tuilerie des). — La VendueMignot.

Borne-Carrée (hameau de la). — Chaource.

Borne-le-Pierre (hameau de la). — Mesnil-Saint-Père.

Bouchon-Mariotte (ferme du). — Piney.

Bouchot (hameau du). — Aix-enOthe.


186 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Boue (hameau de). — Saint-Phal. Boudin (hameau du).— Courtaoult. Bonidan-Rup (ferme du). — Morvilliers.

Bouillant (hameau de la). — Aixen-Othe.

Aixen-Othe. Labouillant.) Boulaisone ou Bois-Laissus (hameau de la). — Vanlay. Boulancourt (hameau de). — Valentigny.

Valentigny. (hameau de la). — Romilly-snr-Seine.

Romilly-snr-Seine. (hameau des). — Marayeen-Othe.

Bourbereau (hameau du). —Vanlay. Bourdeau (hameau du).— Marignyle-Châlel. Bourg-Partie (hameau de). — Neu

ville-sur-Vannes. Botifon (ferme du). — La Chaise. Bousson (ferme de). — Saint-Flavit. Bout-d'en-Haut (hameau du). —

Davrey. Bautefer (ferme de). — Valentigny. Boute-Fourche (ferme de la). —

Montfey. Boutois (moulin du). — Montfey. Boutte-Fourche (moulin du). -Bril

lecourt. Boutte-Fourche (moulin de). —

.Montfey. Bouvelot (ferme du). — Bligny. Branles (ferme des) — Fresnols. Brantigny (hameau, chapelle et château de). - Piney. Braux (ferme du). — Piney. Braux (hameau de la). — Voir Labraux.

Labraux. Saint-Père (hameau de). —

Braux. Bray (hameau de). — Les Bordes. Bray (hameau du).— La Loge-Pomblain

Loge-Pomblain (hameau de).—St-Germain. Bressorey (hameau de).— Villemoyenne. Bretonnière (ferme de la).—Arconville.

la).—Arconville. (ferme de la), — Verrières. Breuil (ferme du). — Unienville. Breuil (ferme de la). — Juvanzé.

Breuil (hameau du). — Chessy,

Bréviande (ferme de). — Cunlin.

Bréviande (ferme de).— Chaource.

Bréviande (hameau de).—Fresnois.

Bréviande Saint-Léger (hameau de). — Bréviande.

Brevonnelle-le-Petit (ferme de). — Pel-et-Der.

Brevonnelle (ferme du grand).— Malhaux.

Bridaine (ferme et tuilerie de la).— Crespy.

Brosse (hameau de la). — Montfey.

Brossotte (hameau de la). — Montigny.

Brulée (la). Ecart. — Chaource.

Brunel (moulin de). — Pougy.

Bruyères (ferme des). — Bagneuxla-Fosse.

Bruyères (hameau des).—Montigny.

Bruyères (hameau des) —Chaource.

Bruyères (hameau des). — Vanlay,

Buglas (hameau de). — Les Maupas.

Bugney (ferme de). — Brienne-laVieille.

Buisson (moulin du). — Cormost.

Buisson-Jeanne (ferme du).—Piney,

Buisson-Rond (ferme du).—Amance.

Bures (hameau des) — Montreuil.

Burie (hameau de la). —Saint-Julien.

Burotte (la). — Chaource.

C.

Cabinet (le). Ecart. — Villechétif. Cailletet (moulin de). — Mussysur-Seine.

Mussysur-Seine. (hameau de la).—La Saussotte.

Saussotte. (ferme du). — Soulaines. Carests (ferme des) Ecart. — SaintJean-de-Bonneval.

SaintJean-de-Bonneval. (ferme de la). — Plancy. Carreaux (hameau des). — Vendeuvre-sur-Barse.

Vendeuvre-sur-Barse. ancien camp. —

Etrelles. Carrées (ferme des). — Voigny. Carrière-Blanche (ferme de la). —

Gyé-sur-Seine. Carrières (les). Ecart. — Lagesse.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 181

Cassine (moulin et hameau de la)

— Les Loues-Margueron. Caves (ferme des). — le Mériot. Cellier (ferme du). — Colombé-leSec.

Colombé-leSec. (hameau de). — Gumery. Cernoy (ferme de). —Dosches. Cerres hameau de). — Montceaux. Cervet (hameau et château de).—

Saint-Léger-près-Troyes. Chaast-le-Grand (hameau de). —

Bucey-en-Othe. Chaast-le-Petit (hameau de). — Bucey-en

Bucey-en Chaffaut ou de l'Hermhaae (ferme

du). — Vendeuvre-sur Barse. Chaillot (hameau du).—Courtaoult. Chaillots (hameau des). — Ervy. Chaillouet (hameau de). — Troyes. Chaînettes (hameau des). — PaisyCosdou.

PaisyCosdou. (ferme du). — Bar-sur-Aube. Châlet-des-Gravièies (maison du).—

Bar-sur-Aube. Châlet (hameau du). — Vendeuvresur-Barse.

Vendeuvresur-Barse. (hameau des). — Bérulles. Chamblain (hameau de). — Ervy. Champ-Cadot (ferme du).—Mussysur

du).—Mussysur Champ-Charme (hameau de). — Maraye-en

Maraye-en Champ-Giron (hameau de).-Montfey| Champ-Grillet (ferme du). — Semoine.

Semoine. (le). Ecart. —

Cussangy. Champ-de-Thorey (tuilerie du). —

Prusy. Champigny (hameau de). — Laubressel.

Laubressel. (hameau de). Longeville. Champ-Lalot (ferme et tuilerie du).

— Fresnois.

Champ-Marin (hameau du). — Bérulles.

Champsicourt (hameau de). — Maraye-en-Othe.

Champion (hameau du). — Racine.

Champ-Violet (ferme du). — Hainpigny.

Chanceron (ferme du). — Jully-surSarce.

Jully-surSarce.

hanet (hameau des). — Montigny. Chanet (hameau du). — Argançon. Chansae. (hameau de). — BarbereySaint-Sulpice.

BarbereySaint-Sulpice. ou Chantelot (hameau

clé). — Lusigny. Chanteloup (ferme de). — Marcillyle-Hayer.

Marcillyle-Hayer. (hameau de). —SainteSivine.

—SainteSivine. le (hameau de). — Cormost.

Cormost. le (hameau de). — Radonvilliers.

Radonvilliers. (hameau de la).—Montfey. Chapelle-d'Oze (hameau de la). —

Lantages. Chapelle Godefroy (château de la).

— Saint-Aubin. Chapelle-la-Vierge (ferme de la).—

Piney. Chapelle-Puiseaux (hameau de la).

— Eaux-Puiseaux. Chapelotte (ferme de la).—ChapelleVallon.

Chardonneret (ferme du).—RouillySacey.

du).—RouillySacey. (ferme de).—Saint-Légersous-Margerie.

de).—Saint-Légersous-Margerie. (hameau du). — Balnot-laGrange.

Balnot-laGrange. (hameau de la). — Troyes. Charmelle (hameau de la). — Vanlay. Charmes (ferme des). — Briennela-Vieille.

Briennela-Vieille. ( hameau de ). —

Traneault. Charmilles (ferme des). - Fravaux. Charmilles (quartier des). —Troyes. Charmoy (ferme de).—Villemorien. Charrey (hameau et moulin de). —

Marolles-sous-Lignières. Chartreux (hameau des). —Troyes. Chasse-Profit (hameau de). —Rigny-le-Ferrun.

—Rigny-le-Ferrun. (hameau et moulin de).—

Herbisse. Château (le). — Arrentières. Château (le). — Balignicourt. Château (le). — Bligny.


188 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Château (le). — Pont-sur-Seine.

Château (le). — Saint-Benoît-surVanne.

Château (ferme du). — Neuvillesur-Vanne.

Château (ferme du). — PlessisGâtebled.

Château-Chinon (ferme du). —Ervy

Château (le) Ecart. — Sainl-Parreslès-Tertres.

Château (le) Ecart. — Villechétif.

Château-Gaillard (le). Ecart. — La Villeneuve-au-Chemin.

Château (hameau du). — La MotteTilly.

Chatelier (ferme du).— Chassericourt

Châlelier (hameau du). — Chesley.

Chaumes (maison des). — Montigny.

Chaussée (hameau de la). — Vireysous-Bar.

Chaussepierre (ferme de). — Rumilly-les-Vaudes.

Chavaudon (ferme de). — Marcillyle-Hiver.

Chefgrain (ferme de). — Thil.

Chemin (hameau de). — Vaudes.

Cheminot (hameau du). — Javernant, Crésantignes et Saint-Phal.

Chêne-Merlin (hameau de).— Ervy.

Chenettes (hameau des). — PaisyCosdon.

Chène-Millot(hameau du). — EauxPuiseaux.

Chemil (le). Ecart. — Bligny.

Chevalliers (hameau de). — Bérulles.

Chevalerie (ferme de la), ou Ménonville. — Pouy.

Chevalière (ferme de là). — Bourguignons.

Chevillette (hameau de). — SaintGermain.

Chevreaux (hameau des). — Aix-enOthe.

Chicherey (hameau de). — SainteSavine.

Chienuat (hameau et moulin de).— Gumery.

Chiffreron ou Chicheron (ferme du). — Bailly-Ie-Franc.

Choiseau (moulin de). — SaintMards en Othe.

Clairlien (hameau de). — Pâlis. Clairvaux (maison de détention et

hameau de). — Ville-sous-laFerte.

Ville-sous-laFerte. (les). Ecart. — Arrelles. Climat-des-Correes (ferme de). —

Etourvy. Climat (moulin de). — SaintAndré. Cliquat (moulin de). — Bucey-enOthe.

Bucey-enOthe. (le). Ecart. — Saint-Julien. Clos-Barré (ferme du).— Dosuon. Clos-de-Mâcon (ferme du).— Bouysur-Orvin.

Bouysur-Orvin. (hameau du). — Bérulles. Clos-de-Saint-Cyr (le). Ecart, —

Chaource Clouterie (usine de la). — Mussysur-Seiue.

Mussysur-Seiue. (ferme de).— Epothémont Colimon (hameau de). — Montfey., Colons (hameau des).—Les LogesMarguerou.

LogesMarguerou. ou la Chevalerie

(ferme de la). — Pouy. Commanderie (ferme de la). —

Saint-Phal. Communes (hameau des). — Villemaur

Villemaur (hameau des). — Courteranges.

Courteranges. (hameau de). —Bercenayen

—Bercenayen Concurrence (ferme de la). —Pontsur-Seine.

—Pontsur-Seine. (ferme de). — Rhèges. Convers (ferme de).— Saint-Martinla-Fosse.

Saint-Martinla-Fosse. (ferme et tuilerie du). —

Jully-sur-Sarce. Coquerillons (ferme des). — Barsur-Aube.

Barsur-Aube. (ferme de la). — La

Chapelle-Saint-Luc. Cordelière (château et hameau de

la). — Chaource Cordiers (hameau des). — Montfey. Cordouan (hameau de).— La FosseCordonan.

FosseCordonan. (ferme des). — Etourvy.

Cornées-Alexandre (hameau des). — Aix-en-Othe.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 189

Cornées-Laliat (hameau des),—

Aix-en-Othe; Cornées-Cabourdin (hameau des).—

Aix-en-Othe. Cornées-Genettes (ferme des). —

Vendeuvre sur-Barse.(Détruite.) Cornet (ferme de). — Saulcy. Corpeau (moulin de). — Cussangy. Cosdon (fermede).— Paisy-Cosdon. Cosdon (ferme de). — Auxon. Coste-au-Blossier (ferme de la). —

Piney Côte-à-Four (ferme de la). — Lévigny.

Lévigny. la-Vente-Finet (la). Ecart.

— Bercenay-en-Othe. Côte (ferme de la). — Roncenay. Coudre (hameau de la). - Auxon. Coulons ou Colons (hameau des). —

Les Loges-Margueron. Cour (moulin de la). — Rigny-leFerron.

Rigny-leFerron. (hameau de la). — La Saussotte. Courbeton (hameau de). — Villemoyenne.

Villemoyenne. (ferme de la).— Fresnois.

Fresnois. (ferme de). — Bar-surAube. Courcelles (hameau et château de).

— Clérey. Courcelles (hameau de). — SaintGermain. Courcenay (hameau de).—Montfey. Cour-de-Villiers (hameau de) —

Magnant. Courgain (ferme de). —Hampigny. Courgelain (section de). — SaintParres-lès-Vaudes.

SaintParres-lès-Vaudes. (hameau de). — Bûcheres.

Bûcheres. (hameau de). — SaintMesmin.

SaintMesmin. (hameau de). —

Saint-Benoist-sur-Vaunes. Cours (château des).—Saint-Julien. Courtançon (ferme de). — Les Loges-Margueron.

Loges-Margueron. (hameau de) —Barbuise. Courtelon (hameau de). — Auxon. Courtillat (hameau de). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. (ferme du). — Traînel.

Courtioux (hameau de). — La Saussotte.

Saussotte. (hameau de). — Racine. Craney (hameau de).— Aix-enOthe. Craney-le-Haut (hameau de).— Villemoiron.

Villemoiron. (hameau et château

de). — Villemoiron. Crépy (tuilerie de). — Juzanvigny. Creuse (ferme de la). — Moussey. Crèvecoeur (moulin de).—Barbuise. Croc (ferme du) — Vaudes. Croc-Barre (ferme du). — Dosnon. Croc-du-Moulin (hameau du). —

Monteeaux. Crocs (ferme des). — Laines-auxBois.

Laines-auxBois. (château et domaine de). —

Les Loges-Margueron. Croix-Maillet (moulin à vent de la).

— Mesnil-Sellières. Croix-des-Fourches (hameau de la).

— Troyes. Croix-Saint-Jacques (hameau de la).

— Saint-Mards-en-Othe. Croncels (faubourg de). — Troyes. Crouillère (ferme de la). — St-Aubin. Guloison (hameau de). — SainteMaure.

SainteMaure. ine (ferme de la). — SaintThébault.

SaintThébault. (moulin des).—Arrentières

D.

Dames-Colles (quartier des). —

Troyes. Daudés (hameau de). — Montaulin, Davau (hameau du).—Sainte-Maure. Der (hameau de ). — Pel-et-Der. Der hameau du). — Villeneuveau-Chêne.

Villeneuveau-Chêne. (ferme de la). — Valentigny. Dival (hanteau de). — Villenauxe. Druisy (hameau de). — Aix-enOthe

Aix-enOthe (hameau des). — Bérulles.

E. Eaux (section d'). — Eaux-Puiseaux. Echange (ferme de l'). — Valentigny-


190 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Echarmilles (ferme des). — Riceys Echelles (ferme des). — Montiéramey.

Montiéramey. (hameau d'). — St-André. Echoite (l'). Voir Bouchot (le.) Ecluse (l'). Ecart. — Chauchigny. Enclos (hameau et filature de l'). —

Virey-sous-Bar. En-Iles (ferme d'). — Villy-le-Bois Epine (hameau de l'). — Saint-Germain.

Saint-Germain. (hameau des). —Vendeuvre-sur-Barse.

—Vendeuvre-sur-Barse. Ermitage (ferme de l'). — Pontle-Roi.

Pontle-Roi. (hameau de l') —Vendeuvre-sur-Barse.

—Vendeuvre-sur-Barse. (hameau d'). — Messon. Espérance (ferme de l'). — Villechétif.

Villechétif. (ferme des).—Les Croûtes. Essarts (ferme des). — Brevonnes. Essarts (ferme des). — Vulaines Essarts (moulin des). — BouillySacey.

BouillySacey. (l'). Ecart. — La VendueMignot.

VendueMignot. (hameau des). — Les Croûtes.

Croûtes. (l'). Ecart. — Balignicourt. Etang (hameau de l'). — La LogePomblain.

LogePomblain. château ou ferme de

l'). —Villechélif. Etape (hameau de l'). — Mathaux. Ex Moulin à-Vent (maison de l').—

Villadin.

F.

Falourdet (hameau de). —Longsols.

Faucillières (ferme de). — Gyésur Seine.

Faux-Fossés-Saint-Martin (faubourg des). — Troyes

Faux-Fossés-Saint-Nicolas ( faubourg des). — Troyes.

Faverolles (hameau de). — SaintHilaire.

Fayet (ferme de). — Saint-Hilaire.

Fays (hameau des). — Vanlay.

Fays (hameau des). — SaintUsage.

Fenus (hameau des). — Dosnon et

Trouan-le-Grand. Ferme (hameau de la). — Mailly. Ferme-du-Château (la). — Chauffour.

Chauffour. (la). — PlessisGâtebled.

PlessisGâtebled. (la). — Villemoiron.

Villemoiron. (la). Ferme. — Barsur-Seine. Ferme-Neuve (hameau de la). —

Valentigny. Ferme-d'En-Haut (la), ferme. —

Saint-Pouange. Ferme-en-Charmelle (la), ferme.—

Vauchonvilliers. (Détruite.) Ferme Fruitaer (La), ferme.— SaintBenoît sur Vannes. Ferme-Neuve (la), ou Saint-Gabriel,

ferme — Nogent sur Aube. Ferme-Neuve (la), ferme. — Piney. Ferme Neuve la) ou Saint-Victor,

ferme. -- Vendeuvre-sur-Barse. Ferme-Neuve (la), ferme. — SaintPonange.

SaintPonange. (la). — Valentigny. Fermes (hameau des). — Bérulles. Fermes-les-Laires (hameau des).—

Valentigny. Perrière (ferme de la). — Vauchassis.

Vauchassis. (hameau de la). — Chaource. Feuillée (ferme de la). —Chaource. Feuillée (ferme de la). — Maizières. Foicy (domaine de). — Saint-Parres-les-Tertres.

Saint-Parres-les-Tertres. (hameau de la). — Poivre. Folie (hameau de la).—Virey-sousBar.

la).—Virey-sousBar. (ferme de la). — Epothémont. Folie (ferme de la). — Ruvigny. Folie (ferme de la).—Bar-sur-Seine. Folie (fermes de la). — Saint-Legersous-Brienne.

Saint-Legersous-Brienne. (ferme de la). —Brienne-Napoléon.

—Brienne-Napoléon. (moulin de la). — Villeneuve-au-Chêne.

Villeneuve-au-Chêne. (moulin de la). — Bar-surAube. Folie (maison de la). — Pontsur-Seine.

Pontsur-Seine.


DÉPARTEMENT DE LAUBE. 191

Folie-Gayot. Maison de maître. —

Bar-sur-Seine. Folie-Godot (moulin de la).— Islesous-Ramerupt.

Islesous-Ramerupt. (hameau de la). — Herbisse.

Herbisse. (ferme de la). — Mathaux. Fontaine-Chapelet (la) Ecart. —

Courcelles (canlon de Brienne.) Fontaine-au-Peuple (ferme de la).

— Chavanges. Fontaine-Saint-Martin (hameau de

la) — Saint-André.

Fontaine (hameau de la) —Lusigny.

Fontainerie (ferme de la).— Lusigny.

Fontaines (hameau des). — PrecySaint-Martin.

Fontarce (hameau de). — Vitryle-Croisé.

Fontarce-le-Petit (ferme de). — Vitry-le-Croise.

Fontenay (hameau de). — Chavanges.

Fontenay-le-Pierreux (hameau de).

— Soligny.

Foolz (hameau et château de). —

Bourguignons. Forêt (ferme de la).—Bourguimons. Forêt (ferme de). — Vendeuvresur-Barse.

Vendeuvresur-Barse. (hameau de la). —Courtaoult. Forêt-Beauregard (hameau de la).

— Auxon. Forêt-Beauregard (hameau de la.)

— Ervy.

Forêt-Chenu (hameau de la).— Chamoy et Saint Phal.

Forge Basse, ou Forge-de-SaintBernard (la). Forge. — Longchamp.

Forge-d'en-Haut (la). Forge, hameau et châte u. — Longchamp.

Forge-de-Volcon (ferme de la). —

Estissac.

Forges (haut-fourneau, fonderie et hameau des grandes). — Vend' oeuvre-sur-Barse.

Forges (Les), usine métallurgique. — La Villeneuve-au- Chêne.

Forterelle (maison de la).— Radonvilliers.

Fort-Jacquet (hameau du). — Bérulles.

Fosse-Marceline (ferme de la). —

Jessaint. Fosse-Ronde (château et ferme de

la). — Engentes. Fesses (ferme des). — Fontette. Fosses de Haudebert (ferme des).

— Précy-Notre-Dame.

Fossés (maison des). — Pel-et-Der. Fossés (hameau des).— Saint-Usage. Fouchy (maison de.) — Lavau. Fouchy-lès-Vassaules (hameau de).

— Chapelle Saint-Luc Fougeon ou Foujon (ferme et ruines

de). — Pont-sur-Seine. Fougeon ou Foujon (hameau de). —

Pont-sur-Seine. Foulon-Bergeot (moulin du). —

Aix-en-Othe. Fourrières (fermes des).— Ville-auBois-les-Soulaines.

Ville-auBois-les-Soulaines. -Puiseaux (hameau du). —

Eaux Puiseaux. Fourrelle (ferme de la). — Cunfin. Fragne (terme du). — Landreville. Franchot (moulin du). — Colombéle-Sec.

Colombéle-Sec. (ferme de). — Arconville. Frécul (ferme de). — La Saussolle.

Saussolle. (ferme du). — Lignol. Fresnoy (hameau de). — Montpothier.

Montpothier. (ferme de la). — Chamoy. Fringale (la). Ecart.— Saint-Remisous-Barbuise.

Saint-Remisous-Barbuise. (ferme de). — Valamigny.

Valamigny. (hameau de). — La

Motte-Tilly. Fromemel (ferme de). — Dosches. Frouasse (maison forestière de). —

Radonvilliers. Froussard (ferme de). — Vendeuvre-sur-Barse.

Vendeuvre-sur-Barse.

G.

Gagnage-au-Chat (hameau du). —

Vendeuvre-sur-Barse. Gagnellerie (ferme de la).—Rignyle-Ferron.

la).—Rignyle-Ferron. (ferme de). — Marcilly-leHayer.

Marcilly-leHayer.


192

DEPARTEMENT DE L'AUBE.

Gallilée (hameau de). — Lainesaux-Bois.

Galops (hameau des). —Maraye-enOthe.

Garenne (hameau de la). — Saintléger-sous-Brienne.

Garenne (ferme de la). — Rosnay.

Gaty (ferme et tuilerie du). — Gérosdot.

Gaviot (le). Ecart. — Bragelogne.

Gayettes (quartier des). — Troyes.

Genièvres (hameau des). — Chaource.

Gerbeau (hameau et moulin de).— Rigny-le-Feiron.

Gérosdot (château et fermes de). — Gérosdot.

Giberie (ferme dé la). — Dienville.

Giberie (hameau de la). — PetitMesnil.

Gigeon (moulin à vent de). — Villyle-Maréchal.

Gillets (hameau des). — Bérulles.

Givrogne (hameau de). — La Vendue Mignot.

Gloire-Dieu (ferme de la). — Courteron.

Goguette (ferme de la). — Piney.

Gournay (quartier de). — Troyes.

Gourvelle (hameau de). — Vanlay.

Grammont (ferme de). — Ailleville.

Grand-Armentière (ferme du). — Saint-Benoît-sur-Vannes.

Grand-Beauvais (ferme du). — Vendue-Mignot.

Grand-Cernay (ferme du). — Dosches.

Grand-Champ (hameau du).—Courtaoult.

Grand-Chaast (hameau du). — Bucey.

Grand-Fontarce (hameau du). Voir Fontarce.

Grandchamp (maison du). — Landreville.

Grand-Fenu (maison du).—Trouan le-Grand.

Grand-Mallet (hameau du).— Noélès-Mallets.

Grand-Marais (le). Ecart. — Parslès-Romilly.

Grand-Richebourgt (ferme du). — Bouilly.

Grand-Haut-Guet (tuilerie du). —

Brevonnes. Grand Saint-Georges (hameau du).

— Vallant-Saint-Georges. Grand-Vaucouard (hameau du). —

Saint-Mards-en-Othe. Grande-Aulne- (ferme de la). — Nogent sur Seine. Grande Motte (. . . de la). —Villeau-Bois-les-Soulaines.

—Villeau-Bois-les-Soulaines. (la). Voir Paillarde. Grandes-Fontaines (moulindes). —

Villeneuve-au-Chemin. Grandes-Forges (haut fourneau et

ferme des).— Vendeuvre-sr-Barse. Grandes-Vallées (hameau des). —

Aix-en-Othe. Grandes-Vallées (hameau des). —

Laines-aux-Bois. Grands-Usages (ferme des). — Epothémont.

Epothémont. (hameau de la). — La Rivière-de-Corps.

Rivière-de-Corps. (ferme de la).— Polisy.

Polisy. (hameau de la). —

Macey et Montgueux. Grange-Carrée (ferme de la). —

Vendéuvre-sur-Barse. Grange-de-Jaillac ( ). — Le

Mériot. Grange-des-Prés (ferme de la). —

Bligny. Grange-Guillaume (ferme de la). —

Villenauxe. Grange-l'Evèque (hameau de la).—

Saint-Lyé. Grange-l'Evèque (hameau de la). —

— Macey.

Granges (hameau des). — MesnilSaint-Père.

MesnilSaint-Père. (hameau des).— Maizièresla-Grande-Paroisse.

Maizièresla-Grande-Paroisse. (hameau des). — FontaineSaint-Georges.

FontaineSaint-Georges. (ferme de la).— Ruvigny. Gris (hameau du). — Moutreaux. Grosse-Maison (ferme de la). —

Aulnay. Grosse-Maison (hameau de la)'. —

Racine.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 1955

Gruyère (moulin de). — Piney. Gué-Bourgeois (maison du). — Romilly-sur-Se

Romilly-sur-Se Gueraude (tuilerie de). — Ervy. Guet (tuilerie du). — Brevonne. Guillotière (hameau et tuilerie de

la). — Ruvigny.

II.

Haies-la-Demoiselle (ferme des).

Ecart. — Maizières. Haies-Fleuries (hameau des). —

Soulaines. Hamelet (hameau du). — SainteSavine.

SainteSavine. (ferme de la). — Nogentsur-Seine. Haut Chène (hameau du).— Fresnois Haut-Craney (hameau du). —Villemoiron.

—Villemoiron. (ferme du). — Villesur-Arce.

Villesur-Arce. (hameau du). — Engente. Hart-du-Moulin (le). Ecart. — Juzanvigny.

Juzanvigny. leneuve (ferme du). —

Bar-sur-Seine. Haut-Fourneau (hameau du). —

Vendeuvre-sur-Barse. Haut-Nogent (section du). — Nogent-eu-Othe.

Nogent-eu-Othe. -Racine (hameau du). —Racine. Haut-Toileau (maison du). Ecart.—

Rumily-lès-Vaudes. Hant-Villeneuves (hameau de). —

Villemoyenne. Haute-Fontaine (ferme de). — fPotigny.

fPotigny. (hameau de). —Losigny.

—Losigny. (hameau de la). —

Troyes. Haute-Rive (maison de), — Marayeen-Othe.

Marayeen-Othe. (hameau de la). —

Davrey.

1873.

Hantes Ventes (ferme des). — Les

Loges-Margueron. Hauts-Clos (hameau des).—St André Hauts- Fourneaux (hameau des). —

Villeneuve-au-Chêne. Hauts-Trévois (hameau des). —

Troyes. Hayes-la-Demoiselle (ferme des).—

Maizières. Hazard (ferme du). — Thil. Herbigny (hameau d'). — Saint-Léger-près-Troyes.

Saint-Léger-près-Troyes. (maison de maître et

ferme de l'). — Voir Chaffaut. Heurtebise. Ecart. — Montpothier. Heurte-Bise (ferme de). — Arsonval. Hôpitau (ferme et tuilerie de l').—

Saint-Phal. Hôpitau (ferme de l').—Montceaux. Hôpitau (ferme de l'). — Gerosdot. Houches (ferme des). — Bernon.

(Détruite ) Humesnil (tuilerie d')—Juzanvigny Hurtebin (ferme de). — Eclances. Hyot-Millot (hameau de). — Chauffeur.

I.

Ile (ferme de l').— Pont-sur-Seine. Ile (ferme de l').—La Motte-Tilly. Ile (huilerie de l'). — Riceys. Ile-du Hameau (l'). Ecart. — Marigny-

Marigny-

Isle (ferme de l'). — Mussy-surSeine.

J.

Jaillac (hameau de). — Le Mériot. laillard (lilatu e et moulin de). —

Troves. Jard (hameau de).— Aix-en-Othe. Jard (hameau et tulerie du). —

Paisy-Co-d n. Jaidelay (hameau de). —Courtaoult. Jarronuee (hameau de la petite).—

Berules Jaucoirt (ferme de). — Jaucourt. Jean-de-Vinebault (hameau de). —

Saint-Pierre-de-Bossenay.

13


194 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Jérusalem (ferme de). — Feuges. Chaource.

Jones (ferme des). — Saint-Phal.

Jubardière (hameau de). — ChaJource.

Justice (ferme de la). — Ruvigny.

L.

Labbévaux. Ecart. — Saulcy. Labouillant (hameau de). — Aixen

Aixen Labourat (hameau du). — PontSainte-Marie.

PontSainte-Marie. (hameau du). — Troyes.

Labraux (hameau de).— Chavanges.

Labraux (hameau de). —Montmorency. Lamarque. Voir Marque. Lames (ferme des). — Chessy. Lames (le moulin des). — Pargues. Lamily. Voi Milly. Langots (hameau des). — Bérulles. Lanneray (hameau de). — Bercenayle-Hayer.

Bercenayle-Hayer. (quartier de). — Les Ric ys. Lardms (ferme des). — Villechétif. La Reclaie ou l'Arquelaie) ferme de).

— Vendeuvre-sur-Barse. La Rivour (hameau de). — Lusigny. Lasnières (hameau de).—Chaource. Lenclos (hameau et filature de). Voir

Enclos. Lépine (hameau de). Voir Epine. Lessuy (moulin de). — Samt-Martinde-Bossenay.

Samt-Martinde-Bossenay. (ferme de).— Radonvilliers. Levant (ferme du). — Les Riceys. Lignerie (ferme de la). — Amance. Linçon (hameau de). — Saint-Germain. Lingey (hameau de). — Avirey. Lions (hameau de). — Romillysur-Seine. Liours (hameau de).— La Saussotte. Lisière-des-Buis (hameau de la). —

Saint-Mards-en-Othe. Loge (ferme de la). — Chauffeur.

Loge-Borgne (hameau de la). — Chessy.

Loge-Lionne (ferme de la). — Brevonnes.

Loge-Madame (ferme de la).—Piney.

Long-du-Bois (hameau du). — Rumilly-les-Vaudes.

Long-du-Bois (hameau du).—Montceaux.

Longueperte (hameau de).—SaintHilaire.

Longueperte (tuilerie de). — Bérulles.

Louisette (ferme de la). — La Vendue-Mignot.

Lugrand. Ecart. — Saint-Nicolas.

M.

Ma-Campagne (maison de).—Troyes Madeleine (ferme de la).— Baliguicourt.

Baliguicourt. (ferme de la). — Traînel. Magny (quartier du). — Les Receys. Mailly-le-Grand (hameau de). —

Mailly. Mailly-le-Petit (hameau de). —

Mailly. Maintegère (ferme de).—Montreuil. Maison-Blanche (ferme de la). —

Mesnil-Saint-Père. Maison-Blanche (ferme de la). —

Villeret. Maison-Diot. Ecart. — Villenauxe. Maison-de-la-Tombelle (La), maison. — Piney. Maison-des-Prés (La). Ecart. —

Saint-Parres-les-Tertres. Maison-Forestière (La), maison. —

Rumilly-les-Vaudes. Maison-Neuve (ferme de la). —

Bayel. Maison-Neuve (ferme de la). — Valentigny. Maison-Neuve (ferme de la). — Polisot.

Polisot. (ferme de la). — Polisot.

Polisot. Blanches (hameau des).

— Bûchères. Maisons-Bourgeat (hameau des). —

Romilly-sur-Seine.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 193

Maisons-de-la-Horre (hameau des).

— Bailly-le-Franc. Maisons-du-Bois (hameau des). —

Montey. Maisons-du-Pâlis (hameau des). —

Bailly-le-Franc. Maisons-Neuves (hameau des). —

Dolancourt. Maisons-Rouges (hameau des). —

Chessy. Maizières (hameau de). — Chessy. Maladière, ou des Trois-Gâteaux

(hameau de la). — La Rivièrede-Corps.

Rivièrede-Corps. (hameau de la).— SainteSavine.

SainteSavine. (la). Ecart. — Vendeuvresur-Barse.

Vendeuvresur-Barse. (hameau de la).—Loches Malassise (hameau de). — Balnotla

Balnotla Mallets (hameau des). — Noé-lesMallets.

Noé-lesMallets. (hameau de la).— Saint

Lyé. Malmaison (hameau de la)—. Payns Malminoux (ferme de). — SaintMartin-de-Bossenay.

SaintMartin-de-Bossenay. ou de la Prospérité (ferme

de). — Montsuzain. Malvoie (hameau de la). — Ervy. Marais (ferme du). — Saint-Benoîtsur

Saint-Benoîtsur Marais (ferme du). — Plancy. Marais (ferme du). — Romilly surSeine. Maraux (hameau des). — SaintPouauge.

SaintPouauge. (hameau du). — Coursan. Marembonrg (le) Ecart.- Dienville. Mardelle ( ferme et moulin de la)

— Saint-Martin-de-Bossenay. Marinerie (ferme de la). — Tran

cault.

Mariva- (ferme de). — La VendueMignot.

Marivat (ferme de). — Bréviande.

Marmoret (ferme de). — Brevonnes.

Martiaux (hameau des). —Assenay.

Marnay (hameau de). — Ste-Maure.

Marot (hameau de). — Rosières.

Marois (hameau des). — Troyes.

Marots (hameau des). — Saint-Thibault. Marque (ferme de la). VendeuvreSur-Barse.

VendeuvreSur-Barse. (ferme de).—Vaupoisson. Massonvide. Ecart.—Sainte-Maure. Mathaux (brasserie de). — Bar-surAube. Maugis, ou Mogis (ferme de). —

Crancey. Maurepaire (ferme et tuilerie de).

Piney. Maur court (ferme de). — Champignelles.

Champignelles. (ferme des). — Chaudrey. Meez (ferme des). — Bayel. Meldauçon (usine de). — Troyes. Ménardière (hameau de la). — Villadin.

Villadin. Ecart. —Pars-lès-Romilly. Menois (hameau de). — RouillySaint-Loup.

RouillySaint-Loup. ou la Chevalerie (ferme

de). Pouy. Me grigny (hameau de). — La Logeaux-Chèvres.

Logeaux-Chèvres. (hameau du). — Avant-lèsMarcilly.

Avant-lèsMarcilly. (hameau du). — Courtaoult. Mesnil-Auhert (hameau du). —

Brienue-Napoléon. Mesnil-Aubert ( ferme du ). —

Brienne-Napoléon. Mesnil-Aubert (ferme neuve de). —

Saint-Léger-sous-Brienne. Mesnil Haut ou Menilot (hameau

du). — (Voir Mesnilot.) Mesnil-Saint-Georges (hameau du).

— Ervy. Mesnil-Vallon (hameau de). — Massey.

Massey. (hameau du).— Montiéramoy. Métairie (ferme de la).— Rigny-lePerron.

Rigny-lePerron. airie (hameau de la). — Montiéramey.

Montiéramey. (moulin des). — Bayel. vidrée (ferme de la). — Chaource. Mi:.ii' ns(ferme des). —Villenauxe. Milardie (hameau de la). — Bercenay-le-Hayer.

Bercenay-le-Hayer.


196 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Milly (ferme de la). — Brevonnes. Minay (hameau de). — Saint-Hilaire. M neroy (hameau du). — Aix-enOthe

Aix-enOthe (hameau des). — Lavau. Minimes (hameau des). — Villeret. Minots (terme des . — Pargues. Mi-Voie (hameau de la) et haource. Mi-Voie (hameau de la). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. (hameau de). — DierreySaint-Julien.

DierreySaint-Julien. Moline (hameau de la). — Troyes. Moline-Saint Julien (hameau de la).

— Saint-Julien. Molins (ferme de). — Lignol. Molini (moulin de). Voir Bochot. Mondevelle (chapelle de). — Champignolle.

Champignolle. (hameau de). — Montaulin.

Montaulin. (ruines de). — Lainesaux-Bois).

Lainesaux-Bois). Foolz (hameau des).—

Villemorien. Montaphilant (hameau de). — Trancault.

Trancault. (ferme de). — Lignol. Montardoise (ferme de). — Montsuzainn.

Montsuzainn. ou des Mazelas (hameau de). — Chaudrey. Mont-Bel-Air (ferme de) — SaintBenoist

SaintBenoist Montchevreuil (château et tuilerie

de).— Les Loges-Margueron.

Montequoi (ferme de). — DrouptSaint-Bâle.

Monteville (chapelle de). — Champignol. (Voir Mondeville.)

Monthiérault (hameau de). — Ervy.

Montier-la-Celle (maison de). — Saint-André.

Montigny (hameau de). — Lajesse.

Montoie (hameau de la).— Romillysur-Seine.

Mon ois (ferme des). — Précy-SaintMartin

Montricourt (hameau de) .— Eclance.

Mont-Saint Benoît (ferme de). — Aix-en-Othe.

Morertz ou Morcey (hameau de). — Lentilles.

Mores (hameau de). — Celles. Morvilliers-le-Petit (hameau de).—

Morvilliers. Mothe (château de la). — Romillysur-Seine.

Romillysur-Seine. (hameau du). — Poivre. Mothé (hameau de). — Montier-enl'Isle.

Montier-enl'Isle. (ferme de la). — Lignol. Mothois hameau du,. — Marcillyle-Hayer.

Marcillyle-Hayer. (la). Ecart.—Jully-sur Sarce. Motte-le Hayer (hameau de lu). —

Marcilly-le-Haver. Motte ferme de la). — Saint-Loupdc-Buffigny.

Saint-Loupdc-Buffigny. (maison de la). — Ervy. Motte (hameau de). — La Rivièrede-Corps.

Rivièrede-Corps. ( hameau de la). —

Saint-Phal. Moulin (le). Moulin. — Ervy. Moulin (hameau du). — Marcilly-leHayer.

Marcilly-leHayer. (le). — Vaudes. Moulin (le). Moulin. — Ruvipny. Moulin (le). Moulin. — PronayBelleville.

PronayBelleville. (le). Moulin. — Balnot-surLaignes.

Balnot-surLaignes. (le). Moulin. — Charmes. Moulin (le). Moulin. — Chauflour. Moulin (le). Moulin. — Boulages. Moulin (le). Moulin. —Précy-SaintMartin.

—Précy-SaintMartin.

Moulin (le). Moulin.—Saint-Benoîtsur-Vanne.

Moulin (le). Moulin. —Saint Parreslès-Vandes

Moulin (le). Moulin. —Torvilliers.

Moulin (le). Moulin.— Trancault.

Moulin (hameau du).— Hampigny.

Moulin (hameau du). — Salon.

Moulin (le). Usine. — Neuville-surVaune.

Moulin à-Eau (le). — Jasseines.

Moulin à-Tan (le). Usine.— Aix enOthe.

Moulin-à-Vent (le). — Coussegrey.

Moulin-à-Vent(le).—Montmorency.

Moulin à-Vent (le). — Plessis Gâtebled.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 197

Moulin à-Vent (le). — Semoine. Moulin-à-Vent (le) — Belleville. Moulin-à-Vent (le). — Prunay-Belleville.

Prunay-Belleville. (le). Moulin. — Bragelogne.

Bragelogne. (le). Moulin. — Auxon. Moulin-Caïn (le). Moulin.— Urville. Moulin-Caire (le). Moulin. — Maizières.

Maizières. (le). Moulin. Auson. Moulin-d'en-Bas (le). Moulin. —

Chaource. Moulin-d'en-Bas-du-Château(ferme

de). — Saint Mards en Othe Moulin-d'en Haut (le). Moulin. —

Bligny. Moulin-d'en-Haut (le). Moulin. —

Chaource. Moulin-des-Nobles (le). Moulin. —

Villy-en-frodes. Moulin des-Roches (le). Moulin. —

Villenauxe. Moulin-des-Vignes (le). Moulin. —

Villy-eu-Trodes. Moulin-du-Bas (le). — Soulaines. Moulin-du-Bas (le). — Ville surArce.

surArce. (le). Moulin.—Villesur-Terre. Moulin-du-Bas (le). Moulin. — Mussy-sur-Seine.

Mussy-sur-Seine. (hameau du). —

Villy-en-Trode. Moulin-du-Bois (hameau du). —

Anxou. Monlin-du-Bois (le). Moulin. —

Thieffrain. Moulin du Haut (le). Moulin. —

Trouan. Moulin-du-Haut (le). Moulin. —

Villemaur. Moulin-Jacque (le). Moulin. —

Dierrey-Saint-Pierre.. Moulin-Leroy (papeterie du). —

Troyes. Moulin-Moyen (hameaudu). —Montiermey.

—Montiermey. (le). Moulin. — Hampigny.

Hampigny. (le). Moulin.— Urville.

Moulin-Neuf (le). Moulin. — Briel. Moulin-Neuf (le). Moulin. — Pouan. Moulin-Neuf (le). Moulin. — SoliMoulin-Pochet

SoliMoulin-Pochet Moulin. — Auxon.

Moulin-Rouge (le). Moulin. — Arrentières.

Moulin-Rouge (le). Moulin. — Channes.

Moulin-Rouge (le). Moulin.— Osseyles-Trois-Maisons.

Moulin-Rouge (le). Ecart. — Marigny.

Moulinet (ferme et château du). — Pont-Sainte-Marie.

Uoulinot (moulin du).— Arrentières.

Moulins-Brûlés (usines des). — Troyes.

Moulins-Neufs (ferme des).—Bavel.

Mousson (hameau de). — BarbereySaint-Sulpice.

Moussot (hameau du). — Pont-surSeine.

Muette (ferme de la).—Saint-Aubin.

Murais (tuilerie des). — Prusy.

N.

Nagots (ferme de).— La Rivière-deCorps.

Rivière-deCorps. (ferme de la). — Montaulin.

Montaulin. (ferme de la). — Pars-lèsChavanges.

Pars-lèsChavanges. (ferme de la). — Chaource. Nerveau ou Nervot (hameau de). —

Saint-Mards-en-Othe. Nicey (hameau de). — Rumilly-lesVaudes.

Rumilly-lesVaudes. (hameau de). — Nogent-en-Othe.

Nogent-en-Othe. (hameau de). —

Nogent-en-Othe. Notre-Dame (usine de). — Troyes. Notre-Dame-de-Lorette (ferme de).

Nogent-sur-Seine. Notre-Dame-des-Prés (ferme de).—

Saint-André.


198 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Notre-Dame-d'Ormont (hameau de).

— Arrembécourt. Notre-Dame-du-Buisson (ferme de).

— Cussangy.

Notre-Dame du-Chêne (chapelle de).

Commune de Bar-sur-Seine. Notre-Dame-du-Chène (hameau de).

— Crépy.

Noue (ferme de la). — SaintLéger. Noue (hameau de la). — Auxon. Noues (ferme des), — Ervy. Noues-des-Champs (ferme des). —

Lusigny. Nozeaux (hameau de). — SaintNicolas.

SaintNicolas. (ferme des). — La MotteTilly.

MotteTilly. (ferme de). — Chassericourt.

Chassericourt. (ferme de). — La Rivièrede-Corps.

Rivièrede-Corps. (ferme de). — Dampierre.

Dampierre. (ferme de). — Laubressel.

Laubressel. (ferme de). — Merrey. Nuisement (ferme et hameau de).

— Puits-et-Nuisemeut.

O.

Opterre (hameau d'). — Villery.

Orgeval (ferme d'). — Dampierre.

Orimont (ferme d'),— Arrentières.

Ormeau (hameau de l'). — La MotteTilly.

Ormeaux (hameau des). — Avantles-Marcilly.

Ormets (ferme des), — Balignicourt.

Outre-Aube (hameau d'). — Longchamps.

P.

Paillarde (hameau de la).— Chaource Palluau (ferme de). — Les LogesMargueron.

LogesMargueron. (moulin de). — Saint-Légerprès-Troyes.

Saint-Légerprès-Troyes.

Panais, ou Panay (ferme de). —

Saint-Parres-lès-Tertres. Paractet (hameau et moulin du).

— Quincey. Parc-d'en-Bas (ferme du). — Nogent-sur-Seine.

Nogent-sur-Seine.

Parc-de-la-Cassine (ferme du). — Loges-Margueron.

Parc-d'en-Haut (ferme du). — Nogent-sur-Seine.

Parc (ferme du). — Saint-Légersous-Brienne.

Parc-de-Moutfey (le) Ecart. — Montfey.

Paresse (moulin de). — Troyes.

Passage (ferme du). — Maizièresla Grande-Paroisse.

Pâture-aux-Reignes (ferme de la).

— Gérosdot.

Pâture-Bouchée (hameau de la). — Vanlay.

Pâture. Quincy (la). — Loge-Pomblain.

Paty (hameau du). — Metz-Robert.

Paty (hameau et moulin des).— Saint-Mard-en-Othe.

Pavé de-Praslin (hameau du). — Chaource,

Pavillon-Henri (le), Maison forestière. — Dienville.

Pavillon-Saint -Charles (terme du),

— Piney. Perchées (hameau des). — Auxon. Perchoy (hameau du). — St-Phal. Pernolle (ferme de). — Joncreuil. Perrière (hameau de la). — Marayeen-Othe.

Marayeen-Othe. (hameau de la). — Abbayesous-Planey.

Perte (moulin de). — Champfleury. Pertheleine (ferme de). — Soligny. Pétal (usine de). — Troyes. Petit-Armentières (ferme du), —

Saint-Benoît-sur-Vannes. Petit-Avant (hameau du), —Avantlès

—Avantlès Petit-Chaast (hameau du).—Bucey. Petit-Basson (hameau du). — Marcilly-le-Hayer.

Marcilly-le-Hayer. (ferme du) — La

Vendue-Mignot. Petit-Bois (hameau du ), — Montfey.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 199

Petit-Brévonnelle (ferme du). —

Pel et-Der. Petit-Craney (hameau du). —Villemoinon.

—Villemoinon. (maison du). — Trouanle-Grand.

Trouanle-Grand. Petit-Fontarce. Voir Fontarce-lePetit.

Fontarce-lePetit. (hameau du).—Parslès-Chavauges.

du).—Parslès-Chavauges. Voir Saint-Gabriel. Petit Haut-Guet (ferme du). — Brevonnes.

Brevonnes. (hameau du). —

Jasseines Petit-M llet (hameau du). — Noélès-M

Noélès-M Petit-Morsilliers. Voir Morvilliersle-Petit.

Morvilliersle-Petit. (le). Moulin.— Arren

tières. Petit-Moulin (ferme du). — Thors. Petit-Moulin (moulin du). — Urville. Petit-Parc (hameau du). — SaintLéger-sous-Margerie.

SaintLéger-sous-Margerie. (hameau du). —

Saint Julien. Petit-Saint Georges (hameau du). —

Vallant-Saint-Ceoiges. Petit-Saiut Mesmin (hameau du).—

Fontaine-les-Grès. Petit-Trannes (hameau du). —

Trannes. Petit Vaucouard (hameau du). —

Saint-Mards en Othe. Petite-Aulne (ferme de la). — Nogent-sur-Seine. Petite-Bande (ferme de la). — Chaource. Petite-Braux (hameau de la). —

Braux-sous-Pars. Petite-Fontaine (ferme de la). —

Gérosdot Petite-Jarronée (hameau de la). -

Bérulles. Petite Paillards (la). Ecart. —

Chaource. Petite-Vinoterie (hameau de la). —

Champ snr-Birse. Petites-Forges (hameau et moulin à

eau des).—Vendeuvre-sur-Barse.

Petites-Loges (hameau des).—Chaource. Petites-Loges (hameau des). —

Loges Margueron. Petites-Vallées (hameau des). —

Aix-en-Othe. Petites-Vallées (hameau des). —

Laines-aux-Bois. Petits-Usages (Tuilerie des). —

Epothémont. Pèze ( hameau de la). — Avon-laPèze.

Avon-laPèze. (ferme et château de la). —

Gérosdot. Pidance (ferme de). — Champsur-Barse.

Champsur-Barse. (ferme de la).-Chaource Pied-de-Cochon (quartier du). —

Troyes. Pielle (filature et moulin de la). —

Troyes. Pierre-Frite (hameau de). —Bérulles.

—Bérulles. (hameau de la). —Chanmesnil. Piété (ferme de la). — Le PetitMesnil.

PetitMesnil. (ferme de la). — Ramerupt. Pigy (hameau de). — Vosnon. Pilonnerie (hameau de la). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. (ferme de). — Bligny. Pitoyte (hameau de). — Aix-enOthe.

Aix-enOthe. (ferme de). — Montfey. Plaisance (hameau de).— Mathaux. Planche (ferme de la). — RouillySaint-Loup.

RouillySaint-Loup. (hameau et ferme de la).—

Saint-Léger-près-Troyes.

Planches (ferme des). — Barbuise. Planfort (ferme de). — Brevonnes. Platrière (maison de la). — SaintBenoît-sur-Vannes.

SaintBenoît-sur-Vannes. (hameau, ferme et château

du). — Fresnois. Plessis (ferme du). — Dampierre. Plessis-les-Chaast (hameau de). —

Bucev. Plessis-Mériot (ferme et hameau

du). — Le Meriot. Plessis-Puiseaux (hameau de). —

Eaux-Puiseaus.


200 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Plessy (ferme du).— Unienville. Pogain (ferme de). — Piney. Pogains (tuilerie de). — Champsur-Barse.

Champsur-Barse. (ferme du). — Neuville-sur-Vannes.

Neuville-sur-Vannes. Pointe-de-la-Papeterie (la). Ecart.

— Saint-Julien. Pointerie (la). Ecart. — Mussy-surSeine.

Mussy-surSeine. (hameau de). — SaintHilaire.

SaintHilaire. ou Pommeraux (hameau de) — Villenauxe. Pommereau (hameau de).—Mâchy. Pommereaux (les).Ecart.—Briennela-Vieille.

(les).Ecart.—Briennela-Vieille. (ferme du). — Les

Loges-Margueron. Pont-Verrier (hameau de).— SaintPhal.

SaintPhal. (hameau de). — Courteranges.

Courteranges. ou Pomblain (hameau

de). — La Loge Pomblain. Pont-de-Sarce (hameau du). — Virey

Virey Pont-Hubert (hameau du). — PontSainte-Marie.

PontSainte-Marie. (hameau de). — Dolancourt.

Dolancourt. (moulin de). — Lignol. Pont-Vert (écart du). — Troyes Porcherie (feme de la).— Lusigny. Port-les-Nogent (hameau du). —

Saint-Nicolas. Porte-d'en Haut (la). Ecart. —

Montfey. Poste (hameau de la). — Pont-surSeine.

Pont-surSeine. (ferme de la). — RouillySacey.

RouillySacey. (le). Ecart. — Avant-IèsM

Avant-IèsM Poteries (hameau des).—Chaource. Pouilly (hameau de). — Troyes. Poussey (hameau et château de).—

Maizières-la-Grande-Paroisse. Poveau, ou Povost (hameau du).—

Chaource. Prédaissy (hameau du). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. (faubourg de). — Troyes.

Pré-Lévêque (hameau du).— Troyes

Pre-le-Vieux (ferme de). —Courcelles:

Pré-Poinçot (maison du). —Villemoyenne.

Près-le-Moulin. Ecart. — DierreySaint-Pierre.

Près Vallières (hameau de). — Vanlay.

Presle-Neuf (ferme de). — Rosnay.

Presle-Vieux (ferme de).— Rosnay.

Pré-Totin (hameau dut.—Bérulles.

Prieuré (ferme du). — Lesmont.

Prospérité, ou Malva (ferme de la). — Montsuzain.

Provideme (ferme de la). — Voué.

Prudhomme (hameau de). Auxon.

Puiseaux (section de). — Eaux-Ptriseaux.

Puits-Buisson (ferme du). — Chaource.

Putteville (hameau de). — Rosnay.

Qnatre-Arbres (ferme des). — Les

Riceys. Quenotte (ferme de la). — Chaource. Queue-de-Pargues (hameau de la).

Chaource. Quinaut (moulin de). — Piney. Quincampoix (moulin de). — SaintMards

SaintMards Quincarlets (hameau des). — Bérulles.

Bérulles.

R.

Rachisy (ferme de). —Piney. Rasle (hameau de). — Lusigny, Rateu (hameau du). — Chavanges. Ravelin (quartier du). — Troyes. Rave (moulin de la). — Troyes. Reclaie (la). Ecart. — Vendeuvresur-Barse.

Vendeuvresur-Barse. (ferme de la). — Chaource. Remy-Mesnil (ferme de). — Epothémont.

Epothémont. (hameau de). — Fresnois.

Fresnois. (hameau de la). —

Saint-Julien.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 201

Renouillère (ferme de). — Villeneuve-an-Chêne.

Villeneuve-an-Chêne. (ferme des). — Ervy. Reserve (ferme de la). — Hampieny.

Hampieny. (hameau de). — La Saussotte.

Saussotte. (ferme de). — La Louptiere.

Louptiere. (ferme de). — Mussy-surSeine.

Mussy-surSeine. (hameau des). — Cussangy. Riancey (hameau de). — Saint-Lyé. Ricey-Ras (section de). — Les Riceys. Ricey-Haut (section de). — Les Riceys. Ricey-Haute-Rive (section de). —

Les Riceys. Ricotterie (hameau de). —Racines. Rigny-la-Noneuse (ferme de). —

Saint-Pierre-de-Bossenay. Riverolle (ferme de). — Plancy. Robins (hameau des). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. (ferme de la). — Rumillyles-Vaudes.

Rumillyles-Vaudes. (ferme de la). — Les Riceys. Roche (partie du hameau de). —

Isle-Aumont. Roche (partie du hameau de). —

Moussey. Rochelle (moulin à vent de la). —

Mesnil-Sellières. Roches (moulin des) —Villenauxe. Roget (moulin de). — Villiers-sousPrastin.

Villiers-sousPrastin. (hameau de).—Sommeval. Romainecourt (hameau de). —

Maily. Rome (ferme de). — Colombé-laFosse.

Colombé-laFosse. (moulin de). — Bligny. Rompure (hameau de la). — SaintThibaut. Roncenav (hameau de). — Auxon. Rondinerie (ferme de la). — Rignyle-Ferron.

Rignyle-Ferron. ( château de). — Rosières. Rosson (hameau de). — Dosches. Rotratte (ferme de la). — Blignicourt.

Blignicourt.

Rouge-Grange (ferme de la). —

Aulnay. Rougemout (ferme de). — Vaucogne.

Vaucogne. Herot (hameau de). — Ronilly-Saint-Loup.

Ronilly-Saint-Loup. (hameau de la). — Landreville. Routes (fermes des). —Vendeuvresur-Barse

—Vendeuvresur-Barse Rozat (hameau de). — Piney. Rozières (hameau de). — Avantlès-Marcilly.

Avantlès-Marcilly. (hameau du). — Bragelogne.

Bragelogne. (hameau du). —

Chaource. Ru-du-Thiéloup (maison du). —

Mesnil-Saint-Père. Rue (hameau de la). — PlessisBarbuise.

PlessisBarbuise. (hameau de la). —

Villy-le-Bois. Rue-du-Bas (hameau de la). — Davrey.

Davrey. (hameau de la). —

Chessy. Rue-du-Laps (hameau de la).— Davrey.

Davrey. (domaine et château du). —

Droupt-Saint-Bâle. Ru-aux-Pigeons, ou de la Folie

( terme du ). — Vendeuvre-surBarse.

Vendeuvre-surBarse. (ferme de). —

Champ-sur-Barse. Ruz (ferme de). — Chessy.

s.

Sables (château des). — Rigny-le

Ferron. Sacey (hameau de). — Rouilly-Sacey.

Rouilly-Sacey. (hameau des).— Chaource. Salé (ferme du). — Chaource.

Saint-Antoine (maison de). — Ervy. Saint-Antoine (hameau et chapelle de). — Les Riceys.


202 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Saint-Avenlin (château et hameau de). — Verrières.

Saint-Avii (chapelle de). — Aixen-Othe.

Saint-Barthélemi (ferme de). — Traînel.

Saint-Benoît (moulin de). — Marolles-sous-Lignières.

Saint-Bernard. Ecart. — Le Chêne.

Saint-Blaise (maison et tuilerie de).

— Mesnil-Saint-Père. Saint-Bouin (hameau de). — SaintMards-en-Othe

SaintMards-en-Othe

Saint-Claude (chapelle de). — Les Riceys.

Saint-Denis (. . . . de). — SaintChristophe.

Saint-Didier (hameau de).—Dosnon.

Saint-Elov (fort détruit de). — Bagneux-la-Fosse.

Saint-Eloy (hameaude). — La LogePomblain.

Saint-Esprit (ferme du). — Lignières.

Saint-Etienne (ferme de). — Valentigny

Saint-Evre (fermede).— Trancault.

Saint-Flavit (ferme de). — Marcillyle-Hayer.

Saint-Gabriel ou Petit-Forêt (ferme de), ou ferme neuve. — Vendeuvre-sur-Barse.

Saint-Gengoulph (ferme de). — Essoyes.

Saint-Georges-le-Grand (hameau de). — Vallant-Saint-Georges.

Saint-Geurges-le-Petit (hameau de).

— Vallant-Saint-Georges. Saint Gervais(églisede).—Traînel. Saint-Gilles (ferme de). — Savières. Saint-Gond (maison de). — Proverville

Proverville

Saint-Hilaire (tuilerie de). — Magnant.

Saint-Hippolyte (ferme de). — La Rivière-de-Corps.

Saint-Hubert (chapelle de). — La Saussotte.

Saint-Hubert (chapelle de). — Plaines.

Saint Jacques (chapelle de). — Les Riceys.

Saint-Jacques (faubourg de). — Troyes.

Saint-Jacques (ferme de). — Fouchères.

Saint- Jacques (hameau de). — Chaource.

Saint-Joseph (ferme de). — Chaource

Saint-Lange (hameau de). —Plaines.

Saint-Liebault (ferme de). — Soulaines.

Saint-Liébault (hameau de). — Estissac.

Saint-Martin (ferme de). - Ailleville.

Saint-Martin (ferme de). — Montiéramey.

Saint-Martin (hameau de). — SaintRemy-sous Barbuise.

Saint-Martin-ès-Vignes ( faubourg de). — Troves.

Saint-Martin-lès-Daudes (hameau de). — Verrières.

Saint-Michel (moulin de). Loches.

Saint-Nicolas (ferme de). — Chervey.

Saint-Nicolas (hameau de). — Rosnay.

Saint-NicoIas-le-Petit (ferme de). — Chaource.

Saint-Patrocle (ferme de). — La Saussotte.

Saint-Pierre-aux-Bois (ferme de).— Châtres.

Saint-Quentin (moulin de). — Troyes.

Saint-Roch. Ecart. — Villemorien.

Saint-Roch (ferme de). — Mussysur-Seine.

Saint-Roch (chapelle de). — Les Riceys .

Saint-Thiburce (hameau de). — Fuligny.

Saint-Victor ou Ferme-Neuve. — Vendeuvre-snr-Barse.

Saint-Victor (ferme de). — MesnîlSaint-Père

Saint-Victor (ferme de).— Soulaines.

Saint-Victor (ferme de).— Plancy.

Saint-Vinebaud (hameau de). — Saint-Martin-de-Bossenay

Saint-Vorle (termes).— Marolles sous-Lignières.


DÉPARTEMEMENT DE L'AUBE. 203

Sainte-Agathe (ferme de). — Poivre.

Sainte Anne (tuilerie de). — Chaource.

Sainte-Anne (moulin et ferme de). — Chesley.

Sainte-Anne (ferme de) — Confin.

Sainte-Aune (chapelle de). — Riceys.

Sainte-Anne (tuilerie de). — Vendue-Mignot.

Sainte-Beline( ferme de). — Landrevi le.

Sainte Elisabeth (ferme de). — Bra gelogne.

Sainte-Eulalie (ferme de). — Bligny

Sainte-Eulalie (ferme de). — Rosières.

Sainte-Germaine (chapelle, ferme et ancien camp de). — Bar-surAube

Sainte-Marie (ferme de). — Pouy.

Sainte-Reine(ferme de).— Bérulles.

Sainte-Scolastique (ferme de). — Rosières.

Sainte- Sophie (ferme de).—Plancy.

Sainte-Suzanne (ferme et moulin de). — Mailly. Sainte-Suzanne (hameau de). —

Poivre. Sainte-Syre (hameau de). — RillySainte-Syre.

RillySainte-Syre. (chapelle de). —

Lhuître. Sainte-Thuise (hameau de). —

Dommartin-le-Coq. Sainte-Valdeburge (ferme de). —

Lignières.

Saulte (hameau de la). — SaintJulien.

Sauret (moulin et ferme de). — Thors.

Saussiers (hameau des). — Vanlay

Saussois (hameau du). — Ervy.

Savesone (ferme de) — Cunlin.

Savoye (hameau de). — Moussey.

Scellières (hameau de). — Romillysur-Seine.

Scierie-de-l'Etang (la). Ecart. — Bligny.

Sèche-Fontaine (ferme de). — Avirey.

Semoine (moulin de). — Semoine.

Sermoise (ferme de). — Champignol.

Serrurot (moulin de). — Couvignon.

Servigny (domaine,hameau et chapelle de). — Essoyes.

Siberie (ferme de la). — Chassericourt.

Sivrey (hameau de). — Auxon.

Songet (propriété du). — Troyes.

Soubrechot (ferme de). — Amance.

Soubredou (hameau du). — Aix-enOthe.

Soulaunois (hameau de). — Barbuise.

Souleaux (hameau et domaine de) — Saint-Pouange.

Sugi (moulin de) — Hampigny.

Surançon (hameau de). — Villemoiron.

Surmont (hameau de). — Chavanges.

Survanne (hameau de). — Chessy.

Suzemont (moulin de). — Balignicourt.

T.

Tannerie (la). Tannerie. — Ervy. Tartarat (ferme de). — Neuville-surVannes.

Neuville-surVannes. (ferme de). —Chavanges. Tauxelles (hameau des). — Troyes. Teignes (hameau des). — Avreuil. Temple (ferme du). — Verrières. Thiehergeon (ferme de).— Lusigny.

(Détruite.) Thuisy (hameau de). — Estissac. Tellet (ferme du). — Chaource. Tineterriers (ferme de). Lignol. Tintefontaine (ferme de). — Longchamp.

Longchamp. (la). Tumulus.—

Jasseines. Tomoy (le). Ecart. — Ville-surArce.

Ville-surArce. (hameau de la). — MetzRobert.

MetzRobert. (moulin de la). — Troyes Tournebride (maison du) — SaintAubin. Tourrières (hameau des).—Dosches Tout-y-Faut. Ecart. — Chaource,


204 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Trace (tuilerie de la). — Brevonne Tragny (ferme de) — Lentilles. Trancault-le-Châlel (ferme de). —

Trancault. Tréfilerie (hameau et usine de la).

— Plaines. Trémaigne (ferme de) — Saint-Phal. Tremblay (hameau de). — Avantles-Marcilly.

Avantles-Marcilly. (moulin du). — Leches. Trévois (hameau des). — Troyes. Trillon (ferme du). — Lévigny. Trinité (ferme de la). — Traînel. Trinité-aux-Bois, ou les Bonshommes

Bonshommes de la).—Cormost.

la).—Cormost. (usine de la).

— Troyes. Trois-Fins (les). Ecart. — SaintMartin

SaintMartin Trots-Gâteaux ou de la Maladière

(hameau des). — La Rivière-deCorps.

Rivière-deCorps. (hameau des). —

Os ey-les-Trois-Maisons. Trois-Moineaux (ferme des). —

Magnifouchard. Trois-Vaufouchards (hameau des). —

Saint-Mards-en-Othe. Tronchet (château du). — SaintThibault. Truchot (hameau du). — Chaource. Truchot (hameau du). — Lantages. Truchot (hameau de). — Marollessous-Lignières.

Marollessous-Lignières. (hameau du). — Lantages. Tuilerie (ferme de la). — B iel. Tuilerie (ferme de la). — Arrentières.

Arrentières. (ferme de la). — Ville-auxBois-lès-Soulaines.

Ville-auxBois-lès-Soulaines. (maison de la). — Aix-enOthe. Tuilerie (la).Tuilerie.— Courtaoult. Tuilerie (la).Tuilerie. — Eclance. Tuilerie (la). Tuilerie. — MesnilSaint-Père.

MesnilSaint-Père. (hameau de la).— Chaource. Tuilerie (hameau de la). — Villyen-Trode.

Villyen-Trode. (la) Tuilerie. — Lusigny. Tuilerie (la). Tuilerie. — PaisyCosdon.

PaisyCosdon.

Tuilerie (la).Tuilerie. —Villeneuveau-Chê

—Villeneuveau-Chê Tuilerie (maison de la). — Villadin. Tuilerie (maison de la). —Aixen-Othe.

—Aixen-Othe. (maison de la).Tuilerie.—

Dierrey-Saint Julien. Tuilerie (la). Tuilerie. — Dienville. Tuilerie (la) Tuilerie.—Fouchères. Tuilerie (la). Tuilerie. — Mussysur-Seine.

Mussysur-Seine. (la) Tuilerie. — Saint-Benoît-sur-Vanne.

Saint-Benoît-sur-Vanne. (la). Tuilerie. — SaintParres

SaintParres Tertres. Tuilerie (la). Tuilerie. — Saint-Parres

Saint-Parres Tuilerie (la). Tuilerie. —Traînel. Tuilerie (la). Tuilerie. — Van ay. Tuilerie (ferme de la). — ValenTuilerie-Dié

ValenTuilerie-Dié Tuilerie. — PaisyCosdon,

PaisyCosdon, (la). Tuilerie. —

Villenauxe. Tuilerie-Lignier (ferme de la). Voir

Lignerie. Tuilerie-Maurepaire (maison de la).

— Piney. Tuilerie-des-Bordes (la). Tuilerie.—

Voir Sainte-Anne. Tuilerie-Sainte-Anne (la). Tuilerie.

— Vendue-Mignot. Tuileries (hameau des). — Villadin. Tuileries (les). — Mesnil-SaintPère.

Mesnil-SaintPère. (les). — Montiéramey. Tuileries (les). — Sommeval. Tuileries (les). — Villenauxe. Tuileries (les).Tuileries. —Vernonvilliers.

—Vernonvilliers. (les) Tuileries. — Villierssous-Preslin.

Villierssous-Preslin. (hameau de). — Turgy.

U.

Usages (ferme et tuilerie des). — Brevonnes.


DEPARTEMENT DE L'AUBE.

205

V.

Vacante (ferme de la). — Luyères. Vacherie (hameau de la). — Davrey Vacherie (hameau de la). — Clérey. V cherie (hameau de la).— Troyes. Val Béon (ferme du). — Coutteron Val-Corroy, ou des Chassignes (ha

meau du). — Pargues. Valdreux (hameau et tuileries du).

Cheunegy. Valette (ferme de la).— Mathaux. Val-Guillaume (ferme du). — Champignolles.

Champignolles. heury (ferme de). — Moutieren-l'Isle.

Moutieren-l'Isle. (ferme du). — Champignol. Val-la-Fontaine (ferme du).— Cunfin Vallée (hameau de).— Bercenayen-Othe.

Bercenayen-Othe. (hameau des). — Lainesaux-Bois.

Lainesaux-Bois. (hameau des). — Bucey. Vallièvre La Rivour (ferme et moulin de). — Lusigny. Vallon (hameau du). — Soligny. Vailotte (hameau de la) — Lavau. Valmoy (ferme de). — Isle-sousRamerupt.

Isle-sousRamerupt. (ferme de). — Estissac. Val-Odon ( ferme du). — Mussy-surSeine.

Mussy-surSeine. (hameau du). — Couvignon.

Couvignon. (ferme et chapelle du).

— Vendeuvre-sur-Barse. Valvimbourg (hameau de). — Chassenay.

Chassenay. (hameau du).—Les Riceys Vanne (moulin) de la).— Les Bordes. Vannes (hameau de). — SainteMaure.

SainteMaure. (ferme des).— Marnay. Varennes (ferme des). —Vendeuvresur-Barse.

—Vendeuvresur-Barse. (hameau des). — La Chapelle-Saint-Luc.

Chapelle-Saint-Luc. (ferme des).— BouyLuxembourg.

BouyLuxembourg. (ferme des). — 0rme. Vau (hameau du). — Montfey. Vau (hameau du). — Metz-Robert.

Vaubadon.(hameau de). — SaintMards-en-Othe.

SaintMards-en-Othe. (hameau de). — Blaincourt.

Blaincourt. (hameau de). — Saint-Mards-enOthe. Vaudemanche (ferme de). — Dosches.

Vaudepart (domaine et ferme de).— Villeloup.

Vaudepuits (ferme de).— Pars-lèsRomilly.

Vaudepuis (ferme de). — Osseylo-Trois-Maisous.

Vaudron (hameau de). — Balnotla-Grange.

Vaugeley (hameau de).— Estissac.

Vaugeley (hameau de). — Mérysur Seine.

Vaujuraine (hameau de). — PaisyCosdon.

Vaumoucoeur (ferme de).— Chamoy.

Vaussemain (hameau de). — Sommeval.

Vaux (ferme et château de). — Fouchères.

Vendues-Fontaines, ou Ventes-Fontaines (hameau des). - Laulages.

Vendues-Lévêque (hameau de). — Les Loges-Marg eron.

Vinebault (ferme de). — SaintMartin-de-Bossenay.

Vente (hameau de la). — La Saussotte.

Ventes-Fontaines (hameau de). — Lantages. Ventes (hameau des). — Ervy.

Ventes (hameau des). — Montfey.

Verdun (ferme de). — Saint-Julien.

Vemoise (château et ferme de). — Sainte-Maure.

Vernet (moulin de). — Arrentières. Vernon-Fays (ferme de). — Arrentières. Verreries (hameau des).—Le PetitMesnil.

Vert (hameau de). — Auxon.

Vert-de-Mai (ferme de). - Braux.

Vieille-Tuilerie (la).— Epothemont.

Vieilles-Fourches (les). Ecart. — Chaource.


206 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

Vieilles-Vignes (ferme des). — Balignicourt.

Vieilles-Vignes (hameau des). — Saint-Parres-les-Tertres.

Viélaines (hameau de). — Rosières.

Vignes (ferme des).— Saint-Hilaire.

Vignaux (hameau des). — Barbuise.

Ville-aux-Bois-lès-Vendeuvre (hameau de la). — Amance.

Villebertin (château et ferme de) — Moussey.

Villecerf (hameau de). — FauxVillecerf.

Villecerf (hameau de). — Messon.

Ville-les-Chaast (hameau de). — Bucey.

Villeloup (hameau de). — Marayeen-Othe.

Villemienne (ferme de).— Chaource

Villemont (hameau de La Coque, ou de). — Chaource.

Villeneuve (hameau de). Voir Hautes et Basses-Villeneuves.

Villeneuve (hameau et papeterie de la). — Bar-sur-Seine.

Villeneuve - aux - Riches-Hommes (hameau et château de). — Trancault.

Villeneuve-sous-Verrien (hameau de). — Rumilly-les-Vaudes.

Villepart (hameau de).—Bréviande.

Villepart-le-Petit (fermede).— Bréviande.

Villeron (ferme de). — Ervy.

Villetard (hameau de).— Bûchères.

Villevoque (hameau et chapelle de). — Piney.

Villiers (hameau de). — DrouptSaint-Bâle.

Villiers (ferme rie). — Ervy.

Villiers (ferme de).— Gyé-sur-Seine. Villiers (hameau de). — Auxon.

Villiers (hameau de). — Magnan.

Viliers (hameau et château de).— Villeret.

Villiers-aux-Choux (hameau de). — Nogent-sur-Seine.

Villiers-le-Brûle (hameau et chapelle de). — Piney.

Villy-le-Bois (hameau de). — Villyle-Maréchal.

Viney (tuilerie de). — Amance.

Vinoterie (maison de la). —Champsur-Barse.

Vireloup (hameau de).—Les Bordes.

Vireloup (hameau de). — Marayeen Othe.

Vivier (moulin du).—Colombé-le-Sec

Voie-Moyenne (hameau de). — Torvilliers.

Voie-Neuve (maison de la). — Barsur-Aube. Voivres (hameau de). — Chamoy.

Volcon on de la Forge (hameau de). — Estissac.

Vosnon (ferme de). — Vosnon.

Vosves (ferme des). — Saint-Thi banlt,

Vouldy (hameau du). — Troyes.

Vove (hameau de la). — Aix-enOthe.


DÉPARTEMENT DE L'AUBE. 207

Journaux du département de l'Aube.

L'AUBE

Journal paraissant tous les jours, le lundi excepté. — 37e année.

28 fr. par an.

Bureaux : Imprimerie Dufour-Bouquot, rue Notre-Dame, 41 et 43. à Troyes.

L'AVENIR REPUBLICAIN

Journal paraissant tous les jours, le lundi excepté. — 2e année. 38 fr. par an.

Bureaux : rue Urbain IV; 85, à Troyes.

LE PROGRES NATIONAL

Journal paraissant tous les jours, le lundi excepté. —22e année. 30 fr. par an.

Bureaux : Rue Paillot-de-Montabert, 13, à Troyes.

L'INDEPENDANT DE L'AUBE

Journal paraissant tous les jours, le lundi excepté. — 3e année. 28 fr. par an.

Bureaux : Imprimerie Bertrand-Hû, place de l'Hôtel-de - Ville, 40.

LE JOURNAL DE TROYES

COURRIER DES CINQ ARRONDISSEMENTS DE L'AUBE.

Politique et Agricole. — Paraissant le jeudi et le dimanche.

5e année. — 10 fr. par an.

Imprimeur-gérant : M. Dufour-Bouquot. Bureaux : rue Notre-Dame, 41 et 43, à Troyes.


208 DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

L'ECHO D'ARCIS

Journal hebdomadaire, paraissant le samedi. — 40e année. 7 fr. 50 par an.

Imprimeur-gérant, M. Frémont, à Arcis-sur-Aube, place de l'Eglise.

L'ARRONDISSEMENT D'ARCIS Journal hebdomadaire, paraissant le dimanche. — 2e année. 8 fr. par an. Bureaux : librairie Royer, à Arcis-sur-Aube.

ÉCHO NOGENTAIS Journal hebdomadaire, paraissant le jeudi. — 54e année, 10 fr. par an. Imprimeur-gérant, M. A. Faverot, à Nogent-sur-Seine

LE MEMORIAL DE BAR-SUR-AUBE

Journal hebdomadaire, paraissant le mercredi. — 46e année. 9 fr. par an.

Imprimeur-gérant, M. Emile-Marius Monniot, à Bar-sur-Aube.

LE PETIT COURRIER DE BAR-SUR-SEINE

Journal hebdomadaire, paraissant le vendredi. — 51e année. 40 fr. par an.

Imprimeur-gérant, M. Saillard, à Bar-sur-Seine.

REVUE CATHOLIQUE DE LA VILLE ET DU DIOCESE

DE TROYES

Paraissant une fois par semaine. 10e année, 4 fr. par an.

Bureaux : Librairie Lambert, rue Champeaux, 10.


ARRONDISSEMENT DE TROYES.

Sous-Préfecture.

M. le Préfèt remplit les fonctions de Sous-Préfet. (Voir page 61.)

CONSEIL D'ARRONDISSEMENT.

Le Conseil d'Arrondissement répartit les contributions entre les communes de l'arrondissement; il délibère, sauf la décision du Conseil Général, sur les demandes en réductions formées par les communes; il est l'organe des réclamations de la même nature formées par l'arrondissement ; il est appelé à donner son avis sur les questions qui intéressent plus spécialement l'arrondissement. Tantôt cet avis est nécessaire, tantôt il est simplement facultatif. Il reçoit du Préfet le compte de l'emploi des fonds de non valeur en ce qui concerne l'arrondissement, mais il n'a ni budget à voter ni comptes à recevoir du Son -Prefet ; du reste, il peut adresser directement au Préfet, par l'intermédiaire de son président, son opinion sur l'état et les besoins des différents services publiques en ce qui touche l'arrondissement.

Le Conseil d'Arrondissement est convoqué et l'époque de sa réunion est déterminée par décret de l'Empereur. Sa session ordinaire se divise en deux parties : la première précède et la seconde suit La session du Conseil Général.

Le président et le secrétaire sont nommés, pour chaque session, par le Préfet et choisis parmi les membres du Conseil.

(Voir les lois des 22 juin 1833, 10 mai 1838 et 7 juillet 1852.)

d873. 14


210 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

RENOUVELLEMENT TRIENNAL. 1re SÉRIE. — Bouilly, — Estissac, — Lusigny, — 3e canton de Troyes. 2° SERIE — Aix-en-Othe, — Ervy, — Piney, — 1er et 2e cantons de Troyes.

MM.

1er Canton de Troyes. Boutiot, membre de la Société Académique de l'Aube, à Troyes.

2e — — Buxtorf ( Emanuel ) , mécanicien à

Troyes,

3e — — Baltet (Ernest), pépiniériste, faubourg

Croncels, à Troyes.

Canlon d'Aix-en-Othe. Quinquarlet (Hilaire), fabricant de bonneterie à Aix-en-Othe.

— de Bouilly. Gillier, maire de Lirey.

— d'Ervy. Gallot (Emile), médecin à Auxon.

— d'Estissac. Mathieu, maire d'Estissac.

— de Lusigny. Le comte rie Launay (Maurice) ^ , propriétaire

propriétaire château de Courcelles, maire de Clérey.

— de Piney. Potel, médecin à Piney.

TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE.

Il y a un tribunal de première instance par chaque arrondissement communal. Le nombre des juges varie dans chaque tribunal, selon l'importance des localités.

Les tribunaux composés de trois ou quatre juges ne forment qu'une chambre, et ont trois suppléants; ceux composés de sept à dix juges, se divisent en deux chambres, et ont chacun quatre suppléants. L'une des deux chambres connaît des affaires civiles, et l'autre des affaires de police correctionnelle.

Au civil, les tribunaux, de première instance connaissent en premier ressort de toutes les affaires personnelles, réelles et mixtes, en toutes matières, excepté seulement de celles qui auraient été déclarées être de la compétence des juges de paix, et des affaires de commerce dans les arrondissements où il n'y a pas de tribunaux de commerce. Ils prononcent sur l'appel des jugements rendus en premier ressort par le juge de paix; ils connaissent en premier et dernier ressort de toutes affaires personnelles et mobilières jusqu'à la valeur de 1,500 francs de principal, et des affaires réelles immobilières, dont l'objet principal est de 60 francs de revenu déterminé, soit rente, soit prix de bail.

La chambre du conseil statue sur certaines affaires au civil.

La chambre de police correctionnelle connait des appels de jugements des tribunaux de simple police.

MM.

Angenoust $î, président, rue du Cloître-Saint-Etienne. Huvier, vice-président, rue de la Montée-Saint-Pierre, Bronville, juge d'instruction, mail de Belfroy.

Robin, rue des Cordeliers, E. Gayot, rue Paillot-de-Montabert, Jourdheuille, rue Gautherin, 14, Delaine, place de l'Embarcadère,

juges.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 211

MM.

Lacouture, place du Préau, juge-suppléant. Bouché de Sorbon $fc, président honoraire, mail des Blanchisseurs.

PARQUET. Au Palais de Justice, rue du Palais-de-Justice.

Guillot. procureur de la République, rue Saint-Loup.

Fellereau-villeneuve, rue de la Paix, Chaulin, rue

substituts.

Greffe, au Palais de Justice.

Chalmel. greffier en chef, rue de Paris.

Mignot, Vidier,

commis-greffiers assermentés.

Champrenaux (Baptiste), concierge du Palais de Justice. Huissiers-Audienciers.

Goussier, rue de l'Hôtel-de-Ville, Rincent, rue des Quinze-Vingts,

faisant le service du parquet

Dubois, rue Lharhonnet. Henry, rue de la Monnaie, 21. Chambrey, rue du Palais-de-Justice. Gauthier, rue Bruneval.

Médecin juré près les Tribunaux et Justices de paix.

Carteron (Paul), rue Champeaux.

AUDIENCES.

AFFAIRES CIVILES ORDINAIRES, les mardis. AFFAIRES CIVILES SOMMAIRES, les mercredis.

AFFAIRES CORRECTIONNELLES, les jeudis.

AFFAIRES CIVILES SOMMAIRES ET ADJUDICATIONS PUBLIQUES, les vendredis.

JUGEMENTS DES RÉFÉRÉS, les samedis.

BUREAU D'ASSISTANCE JUDICIAIRE.

Dès les temps anciens, on avait reconnu la nécessité de venir en aide aux indigents que les frais de procédure pouvaient mettre dans l'impossibilité de faire valoir leurs droits devant les tribunaux. Le Digeste et les Capitulaires, Charles V et Henri IV y avaient pourvu, et un édit de 1610 avait prescrit de commettre des avocats et procureurs pour les pauvres, en tel nombre qu'il sera avisé, selon la grandeur et la nécessité de chacune cour ou siège.


212 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

Sous la nouvelle législation, différentes dispositions avaient été adoptées dans le même but, soit par la loi, soit par les réglements intérieurs, et même, à défaut de règlement, par le dévouement désintéressé du barreau et des diverses compagnies d'officiers ministériels.

La loi du 22 janvier 1851 est venue coordonner ces dispositions, en accordant l'assistance judiciaire aux. indigents dans les cas qu'elle détermine, et sur la décision du bureau qu'elle institue.

Le bureau d'assistance judiciaire de l'arrondissement de Troyes se réunit deux fois par mois, le vendredi, à deux heures, au Palais de Justice.

Toute demande doit être adressée au Procureur impérial ; elle doit énoncer l'objet de la demande; il doit y être annexé : 1° la déclaration faite devant le maire de l'état d'indigence de l'impétrant, 2° un certificat du percepteur des impositions que paie l'impétrant, ou un état négatif.

MM.

Petit, avocat, président.

Jullien, ancien notaire, Parigot ^, ancien notaire, Baurlin (Jules), avoué, Pesneau, receveur des Domaines,

membres.

Dufresne, secrétaire.

AVOCATS.

Le titre d'avocat appartient à celui qui, après avoir obtenu le grade de licencié en droit, a prêté le serment nécessaire pour exercer la profession, qui consiste à défendre, de vive voix ou par écrit, les intérêts des citoyens devant les tribunaux.

Né avec les parlements, dont il avait partagé les bons et les mauvais jours, comme eux l'ordre des avocats fut supprimé en 1790.

Depuis ce temps, ceux qui avaient continué à suivre les audiences et à plaider devant les tribunaux civils et criminels, avaient reçu le titre de défenseurs officieux (décret du 29 janvier 1791), lorsque parut, le 22 ventôse an XII, une loi sur le rétablissement des écoles de droit, qui restitua le titre d'avocat et ordonna qu'il fût formé un tableau des avocats exerçant pres les tribunaux. Enfin, la réorganisation de l'ordre fut achevée par le décret du 14 décembre 1810, abrogé et remplacé depuis par l'ordonnance du 20 novembre 1822, modifiée elle-même par celle du 27 août 1830.

De la définition donnée en commençant, il résulte que l'on doit distinguer entre le titre et la profession d'avocat. L'exercice de la profession étant entièrement libre, il existe des avocats qui n'en ont que le titre. La distinction est clairement établie par les articles 5, 13 et 30 de l'ordonnance du 20 novembre 1822, d'après lesquels nul ne peut être inscrit sur le tableau des avocats d'une cour ou d'un tribunal, s'il n'exerce réellement près de ce tribunal ou de cette cour, et s'il n'a fait un stage de trois années.

Une ordonnance du mois de février 1327 défend de recevoir a plaider les avocats non idoines et non inscrits au rôle des avocats. C'est le monument le plus ancien de l'existence du tableau. En dernier lieu, sa formation a été prescrite par la loi du 22 ventôse an XII, article 29, et par l'ordonnance du 20 novembre 1822, articles 1er et suivants.

Tout avocat inscrit au tableau peut aujourd'hui plaider devant toutes les Cours d'appel et devant tous les tribunaux de la France, sans avoir besoin d'aucune autorisation, sauf les dispositions de l'article 295 du Code d'instruction criminelle. (Ordonnance du 27 août 1830, art. 4.)

Inconnue dans l'ancien barreau, l'institution des conseils de discipline des avocats n'a été créée que parle décret du U décembre 1810, art. 2.

Les membres de ces conseils et le président, qui a le titre de bâtonnier, sont aujourd'hui élus directement par l'assemblée de l'ordre. (Ordonnance du 27 août 1830 (art. 1er et 3.)

Le conseil de discipline a pour attributions : 1° de prononcer sur les difficultés


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 213

relatives à l'inscription au tableau de l'ordre; 2° d'exercer la surveillance que l'honneur et les intérêts de l'ordre rendent nécessaire; 3° d'appliquer, lorsqu'il y a lieu, les mesures de discipline autorisées par les réglements. (Même ordonnance, art. 12.)

MM.

Argence O. ^, rue Jaillant-Deschainets. Bourgouin, rue de la Madeleine. Babeau, rue du Palais-de-Justice. Petit (Joseph), rue Claude-Huez. Dosseur -^, à Foicy, près Troyes. Costel, rue du Palais-de-Justice. Baudin (Edmond), rue Paillot-de-Montabert. Fréminet, rue du Palais-de-Justice. Collin. place de la Bonneterie.

Stagiaires,

Dalbanne, place de la Préfecture.

Payen (Paul), rue du Grand-Cloître-Saint-Pierre.

Conseil de l'ordre des Avocats.

MM.

Baudin, bâtonnier.

Argence O. *$*,

Petit,

Bourgouin,

membres.

Costel, secrétaire.

AVOUES.

L'institution des Avoués appartient au droit romain, qui leur donnait le nom de procureurs ad lites.

En France, l'établissement des procureurs parait remonter à une époque fort reculée, car déjà, au XIVe siècle, les procureurs au parlement avaient formé une confrérie.

Un décret du 29 janvier 1791 établit des avoués chargés de représenter les parties auprès des tribunaux de district, et détermina les conditions d'admission.

Après avoir été supprimées par le décret du 3 brumaire an II, les fonctions d'avoué furent rétablies par la loi du 27 ventôse an VIII, qui créa une nouvelle organisation des tribunaux.

Aujourd'hui, l'institution des avoués est régie par cette loi et par les arrêtés des 13 frimaire an IX et 2 nivôse an XI, la loi du 22 ventôse an XII, les codes de procédure et d'instruction criminelle, les décrets des 16 février et 31 mai 1807, 6 juillet et 14 décembre 1810, la loi du 23 avril 1816, et les ordonnances des 23 décembre 1814, 27 février 1822 et 12 août 1831.

Leurs fonctions consistent à représenter les parties devant la cour impériale ou devant le tribunal près desquels ils sont établis.

Ils ont le droit exclusif de postuler et de conclure pour elles. (Loi du 27 ventôse an VIII, art. 93 et 94.)

En principe, il leur est interdit de plaider. Néanmoins, lorsque le nombre des avocats, inscrits au tableau ou stagiaires, exerçant et résidant dans le chef-lien est jugé, par la cour impériale, insuffisant pour la plaidoirie et l'expédition des


214. ARRONDISSEMENT DE TROYES.

affaires, les avoués, même non licenciés, peuvent plaider toutes celles dans lesquelles ils occupent. (Ordonnance du 27 février 1822, art. 2 et 3.)

Le nombre des avoués près de chaque cour impériale et près de chacun des tribunanx de première instance est réglé par un décret rendu sur le rapport du ministre de la justice, après avoir pris l'avis des cours impériales. (Décret dire juillet 1810, art. 34.)

Il y a, auprès de chaque cour impériale et de chaque tribunal de première instance, une chambre des avoués pour leur discipline intérieure. Composée de membres pris dans leur sein et nommés par eus, elle prononce par voie de décision lorsqu'il s'agit de discipline intérieure, et par forme de simple avis dans les autres cas. Le nombre des membres de chaque chambre se détermine d'après celui des avoués attachés à la cour ou au tribunal. (Arrêté du 13 frimaire an IX.)

Titulaires.

MM.

Biaise, rue du Palais-de-Justice. Bernol, rue du Palais-de-Justice. Gauthier, rue de la Monnaie. Berthelemot, rue Paillot de-Mont. Pierret, rue du Palais-de-Justice. Picard, rue Claude-Huez. Royer, rue du Palais-de-Justice. Paris, rue des Quinze-Vingts.

Prédécesseurs.

MM.

Delongchamps. Rollin. Mérat Baudin. Dutreix. Dourdy. Drouot. Le Brun.

Principaux clercs.

MM.

Vioix. Rollin. Dolat. Henriot. Philippe. Rufferne. Thiéblemont. la Roche.

Les études des avoués de Troyes sont fermées les dimanches et les jours fériés.

Chambre des Avoués pour 1873.

MM.

Gauthier, président. Biaise, syndic.

MM.

Royer, rapporteur. Picard, secrétaire.

HUISSIERS.

Les huissiers sont des officiers ministériels institués dans chaque arrondissement pour signifier les exploits et les actes de procédure, faire les notifications extrajudiciaires, et mettre à exécution les jugements et les actes authentiques ayant force exécutoire.

Autrefois on désignait plus ordinairement, par le titre d'huissier, l'officier qui faisait le service des audiences, et l'on appelait sergent celui qui faisait les notifications et exécutions.

Le décret du 14 juin 1813 a réglé le mode de nomination, le nombre, la résidence des huissiers, leurs attributions et leur réunion en communauté d'arrondissement, ainsi que l'organisation des chambres de discipline. Une ordonnance du 6 octobre 1832 a déterminé les conditions d'éligibilité pour la formation de ces chambres, chacune desquelles est présidée par un syndic nommé tous les ans par le président de la cour impériale.

Les cours et les tribunaux désignent parmi les huissiers exerçant dans leur ressort ceux qu'il leur convient de choisir pour faire le service intérieur de leurs audiences, ainsi qu'aux enquêtes, interrogatoires et antres commissions, et faire le service des parquets; ces huissiers reçoivent, en conséquence, le titre d'huissiersaudienciers. (Décrets des 30 mars 1808 et 14 juin 1813.)

La loi du 25 mars 1813 a donné également à chaque juge de paix le droit de choisir, parmi les huissiers résidant dans son canton, ceux qu'il lui convient de charger du service de ses audiences.

Autrefois certains huissiers avaient le privilège d'instrumenter dans toute la


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 215

France, et le coût du transport dépassait souvent la valeur de l'objet en liti e. Aujourd'hui aucun huissier n'a le droit d'exploiter hors du ressort du tribunal de l'arrondissement où il réside.

Les huissiers ont le droit de procéder aux prisées et ventes publiques de meubles concurremment avec les notaires, les commissaires-priseurs et les greffiers, dans les lieux où il n'a pas été établi de commissaire-priseur.

Huissiers de la ville de Troyes.

Titulaires.

MM.

Payen, rue du Temple. Duhois, rue Charhonnet. Goussier, rue de l'Hôtel-de-Ville. Rincent, rue des Quinze-Vingts. Gauchot, rue des Quinze—Vingts. Henry (Joseph), rue du Bois. Robin, rue Bruneval. Chambrey, rue du Palais-de-Justice. Gauthier, rue Bruneval. Buridant, rue Claude-Huez. Laloue, place de la Préfecture.

Prédécesseurs. MM.

Vallois.

Talion.

Deschanets.

Paris.

Huchard.

Raudin jeune.

Brocard.

Giot.

Lefebvre.

Préminet.

Leclerc.

Les études des huissiers de Troyes sont fermées les dimanches et les jours fériés.

Huissiers des cantons ruraux.

Titulaires. MM.

Lorne, à Saint-Mards-en-Othe.

Guyard, à Rigny-le-Perron.

Brun, à Aix-en-Othe.

Boucherat, à Isle-Aumont.

Loiselet, à Saint-Jean-de-Bonneval.

Costel, à Auxon.

Saussey, à Ervy.

Fourné, à Estissac.

Dauvilliers, à Estissac.

Devosuzenet, à Lusigny.

Valmy, à Lusigny.

Gauthier, à Piney.

Sureau, à Piney.

Prédécesseurs.

MM.

Hugot.

Quincarlet.

Aubert.

Gatelier.

Boucherat.

Tinting.

Poteau et Degois.

Charmentier.

Simonnet.

Richard.

Héleine.

Bottot.

Naudet.

Chambre de discipline des Huissiers pour 1873.

MM.

Dubois, rue Charbonnet, syndic. Valmy, à Lusigny, rapporteur. Payen, rue du Temple, trésorier. Goussier, secrétaire, rue de l'Hôtel-de-Ville. Guyard, à Rigny-le-Ferron, membre.


216 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

JUSTICE DE PAIX.

Les juges de paix ont des fonctions au civil et au criminel.

Au civil, ils sont : 1° juges en certaines matières; 2° conciliateurs et chargés de procéder ou d'assister à divers actes de juridiction non contentieuse.

Au criminel, ils forment les tribunanx de simple police et sont officiers de police judiciaire.

En matière civile, les juges de paix connaissent, aux termes de la loi du 25 mai 1838 :

1° En dernier ressort jusqu'à la valeur de 100 francs, et à charge d'appel jusqu'à la valeur de 200 francs, des affaires purement personnelles ou mobilières ;

2° Sans appel jusqu'à la valeur de 100 francs, et à charge d'appel jusqu'au taux de la competence en dernier ressort des tribunaux de première instance: — des contestations entre les hôteliers, aubergistes ou logeurs, et les voyageurs ou locataires en garni, pour dépenses d'hôtellerie et perte ou avarie d'effets deposés dans l'auberge ou dans l'hôtel; entre les voyageurs et les voituriérs ou bateliers pour retards, frais de route et perte ou avarie d'effets accompagnant les voyageurs; entre les voyageurs, les carrossiers ou autres ouvriers pour fournitures, salaires et réparations faites aux voitures de voyage; —des indemnités réclamées par le locataire ou fermier pour non-jouissance provenant du fait du propriétaire, lorsque le droit à une indemnité n'est pas contesté; — des dégradations et pertes dans les cas prévus par les articles 1732 et 1735 du code civil ;

3° Sans appel jusqu'à la valeur de 100 fr., et à charge d'appel à quelque valeur

que la demande puisse s'élever :— des actions en paiement de loyers ou fermages, es conges, des demandes en résiliation de baux, fondées sur le seul défaut de paiement de loyers on fermages; — des expulsions de lieux et des demandes en validité de saisie, gagerie: le tout, lorsque les locations verbales ou par écrit n'excèdent pas annuellement à Paris et dans on':eautres villes de France (loi du 2 mai 1854), 400 fr.,et 200 fr. partout ailleurs; —des actions pour dommages faits aux champs, fruits et récoltes, soit par l'homme, soit par les animaux, et de celles relatives à l'élagage des arbres ou haies, et au curage, soit des fossés, soit des canaux servant à l'irrigation des propriétés, ou au mouvement des usines, lorsque les droits de propriété ou de servitude ne sont pas contestés; — des réparations locatives des maisons ou fermes, mises par la loi à la charge du locataire; —des contestations relatives aux engagements respectifs des gens de travail au jour, au mois et à l'année, et de ceux qui les emploient; des maîtres et des domestiques ou gens de service à gages; des maîtres et de leurs ouvriers et apprentis, sans néanmoins qu'il soit dérogé aux lois et réglements relatifs à la juridiction des prud'hommes; — des contestations relatives au paiement des nourrices; —des actions civiles pour diffamation verbales ou pour injures publiques ou non publiques, verbales ou par écrit, autrement que par la voie de la presse; — des mêmes actions pour rixes ou voies de fait, le tout lorsque les parties ne se sont pas pouvues par la voie criminelle ;

4° A charge d'appel ; — des entreprises commises dans l'année sur les cours d'eau servant à l'irrigation des propriétés et au mouvement des mines et moulins ; — des dénonciations de nouvel oeuvre, complaintes, actions en réintégrande et autres actions possessoires fondées sur des faits également commis dans l'année; — des actions en bornage et de celles relatives à la distance prescrite par la loi, les réglements particuliers et l'usage des lieux, pour les plautations d'arbres ou de haies lorsque la propriété ou les titres qui l'établissent ne sont pas contestés; —des actions relatives aux constructions et travaux énoncés en l'article 674 du code civil, lorsque la propriété ou la mitoyenneté du mur ne sont pas contestées; — des demandes en pension alimentaire n'excédant pas 150 fr. par an, et seulement lorsqu'elles se sont formées en vertu des articles 205, 206 et 207 du code civil.

5° En matière d'octroi, sur les contestations qui peuvent s'élever sur l'application du tarif on sur la qualité du droit réclamé. Dans ce cas, le porteur ou conducteur est tenu de consigner, avant tout, le droit exigé entre les mains du receveur; faute de quoi, le conducteur ou porteur ne peut passer outre ni introduire l'objet qui a donné lieu à la contestation, sans se pourvoir devant le juge de paix du canton. Il ne peut être entendu qu'en représentant la quittarce de la consignation du droit, au juge de paix, lequel prononce sommairement et sans frais


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 217

soit en dernier ressort, lorsque la somme demandée ne s'élève pas au-dessus de 100 fr., soit à charge d'appel pour les autres affaires (art. 81, ordonnance du 9 décembre 1814). Mais si le conducteur d'objets imposés refuse de payer ou de consigner le droit à son entrée, il commet une contravention qui le rend justiciable du tribunal correctionnel (arrêt de la cour de cassation du 7 mars 1818), et les

peines prononcées par les art. 4 et 97 du réglement de l'octroi lui sont applicables, Le prévenu ne peut être excusé sur le motif qu'il est en réclamation auprès de l'autorité administrative. (Arrêt du 2 mai 1822.)

Les lois sur les chemins vicinaux, les irrigations, le drainage et la loi électorale, ont soumis en outre à la juridiction des juges de paix certaines contestations y relatives qu'il serait trop long de rapporter ici.

Dans les cas prévus, et sauf les exceptions déterminées par la loi, et notamment par les art. 48 et 49 du code de procédure civile, les affaires dont le jugement n'appartient ni aux juges de paix, ni aux tribunaux de commerce, sont portées devant le juge de paix pour y être conciliées, si cela est possible.

En matière non contentieuse, les attributions des juges de paix sont très-variées. Ils sont chargés notamment de la convocation, tenue et présidence des conseils de famille; de l'apposition et la levée des scellés après décès ou en cas de faillite; de dresser, dans un grand nombre de cas, des actes de notoriété, des actes d'adoption de tutelle officieuse.

En matière de police, les juges de paix connaissent :

1° Des contraventions de police commises dans l'étendue du chef-lieu de canton.

2° Des contraventions commises dans les autres communes du canton, lorsque, hors le cas où les coupables sont pris en flagrant délit, les contraventions ont été commises par des personnes non domiciliées ou non présentes dans la commune, on lorsque les témoins qui doivent déposer n'y sont pas résidents ou présents;

3° Des contraventions à raison desquelles la partie qui réclame conclut pour ses dommages-intérêts, à une somme indéterminée, ou à une somme excédant 15 fr.;

4° Des contraventions fautives poursuivies à la requête des particuliers ;

5° Des injures verbales ;

6° De l'action contre les gens qui font le métier de deviner et pronostiquer, ou d'expliquer les songes. Les juges de paix connaissent aussi, concurremment avec les maires, de toutes autres contraventions commises dans leur canton. On considère comme contraventions de police tous les faits que le code pénal ou des lois spéciales punissent d'une amende de 15 fr. et au-dessous, ou d'un emprisonnement de cinq jours et au-dessous.

1er Canton de Troyes. Audiences, les mardis, à une heure, en l'une des salles de l'Hôtel-de-Ville

MM.

Cornat, juge de paix, rue de la Petite-Tannerie.

Baudin, ancien notaire, rue de la Cité, Hoguais, notaire, rue du Temple,

suppléants.

Giot, greffier, rue Saint-Jacques.

Buridant, huissier-audiencier, rue Claude-Hucz.

2e Canton de Troyes.

Audiences, les mercredis et les samedis, à une heure, en l'une des salles de l'Hôlel-de-Ville.

Rousselet, juge de paix, rue du Palais-de-Justice.

Baudin (Edmond), avocat, r. Paillot-de-Montabert, Corpechot, notaire, rue Jaillant-Deschainets,

suppléants.


218 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

MM.

Rocard, greffier, rue Charbonnet.

Gauchot, huissier-audiencier, rue de la Monnaie.

3e Canton de Troyes.

Audiences, les jeudis, à une heure, en l'une des salles de l'Hôlel-de-Ville.

Maître, juge de paix, place de la Préfecture.

Dutreix, ancien avoué, mail de la Madeleine, Babeau (Victor), avocat, rue du Palais-de-Justice,

suppléants.

Muiroger, greffier, rue du Palais-de-Justice, 4. Payen, huissier-audiencier, rue du Temple.

Aix-en-Othe. Audiences, les mercredis, à dix heures, dans une salle de la Halle. Coudrot, ancien notaire à Saint-Mards, juge de paix.

Merlet, notaire à Rigny-le-Ferron, Vaillant, notaire à Saint-Mards-en-Othe,

suppléants.

Maillard, greffier à Aix-en-Othe.

Lorne, à Saint-Mards-en-Othe, Brun, à Aix-en-Othe,

huissiers-audienciers.

Bouilly. Audiences, les mercredis, à dix heures, à la Mairie. Jarrault, juge de paix, rue des Trévois.

Gillier, notaire à Lirey, Jouvenet, notaire à Isle-Aumont,

suppléants.

Lorey, greffier.

Boucherat, à Isle-Aumont, Loiselet, à Bouilly,

huissiers-audienciers.

Ervy. Audiences, les mercredis et samedis, à dix heures, à l'Hôtel-de-Ville. Plivard, juge de paix.

Charles, ancien notaire, Ricard, banquier,

suppléants.

Beugnon, greffier.

Saussey, à Ervy, Costel, à Auxon,

huissiers-audienciers.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 219

Estissac. Audiences, les jeudis, à midi, à la Mairie.

MM.

Jacquemier, juge de paix.

Harvier, ancien garde général à Estissac, Lagesse, notaire à Vauchassis,

suppléants.

Royer, greffier.

Fourné, à Estissac, Dauvilliers, à Estissac,

huissiers-audienciers.

Lusigny. Audiences, les jeudis, à midi, à la Mairie. Gervais (Prosper), ancien notaire, juge de paix.

Orry (Louis Armand), propriétaire, Lutel (Luc-Etienne), propriétaire,

suppléants.

Souillard, greffier.

Devosuzenet, à Lusigny, Valmy, à Lusigny,

huissiers-audienciers.

Piney. Audiences, les vendredis, à onze heures, à la Mairie. Merlat-Bottot, juge de paix.

Deheurle (Victor), propriétaire à Rosson, Moniot (Louis-Lucien), propriétaire à Piney,

suppléants.

Piat (Constant-Frédéric), greffier, à Piney.

Gauthier, à Piney, Sureau, à Piney,

huissiers-audienciers.

COMMISSAIRES DE POLICE CANTONAUX

DE L'ARRONDISSEMENT DE TROYES.

Ville de Troyes.

MM.

De la Chevardière, commissaire central de police, rue des BasTrévois,

BasTrévois, Laboulaye (moitié de la ville, 1er arrondissement), rue de la

Cité, 25. Fournot, rue Saint-Vincent-de-Paul, 53 (moitié de la ville,

2e arrondissement).


220 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

NOTAIRES.

Si l'on jette un coup-d'oeil rapide sur l'origine de l'institution du notariat, on voit que déjà chez les Egyptiens, les Juifs et les Grecs, il existait des scribes qui recevaient les conventions des particuliers; mais leurs actes ne devenaient authentiqnes qu'après que les parties contractantes les avaient présentés, devant témoins, au magistrat chargé de les revêtir du sceau public.

Chez les Romains, après les tabularii, véritables scribes sans caractère public, furent créés les tabellions, dont les fonctions furent érigées en offices publics. Les scribes ou tabulaires, auxquels on donnait aussi le nom de cursoresou logographi et de notarii, devinrent les clercs des tabellions; il fallait que deux témoins certifiassent la vérité de l'acte du tabellion, en le revêtant de leurs cachets.

En France, et jusques vers le milieu du XIIIe siècle, on ne trouve point de notaires en titre, c'est-à-dire ayant la qualité d'officiers publics. Le droit de passer les actes était confondu avec celui de rendre la justice. Des seigneurs ce droit passa aux juges, et les magistrats eurent des secrétaires ou copistes qui écrivaient les actes de toute espèce aussi bien que les jugements. Ces secrétaires étaient donc tout à la fois greffiers et notaires, et ils en portaient indistinctement les noms.

En 1270, Saint-Louis créa, pour la prévôté de Paris, soixante notaires chargés de recevoir les actes de la juridiction volontaire, et de donner à ces actes le caractère de l'autorité publique. Etendue d'abord, en 1302, par Philippe-le-Bel, à tous ses domaines, cette institution fut bientôt adoptée dans toute la France.

La création momentanée et absolument bursale, en 1542 et 1575, de divers officiers sous les noms de tabellions, garde-notes, garde-scel, ne porta aucune atteinte à l'autorité des notaires. Par un édit de 1597, Henri IV réunit bientot les offices de tabellions et de garde-notes à ceux des notaires, qu'il rendit héréditaires, et, en 1700, Louis XIV supprima les offices de garde-scels. Il enjoignit aux notaires d'avoir chacun un sceau aux armes du roi, et de l'apposer eux-mêmes sur leurs actes.

Les notaires royaux exerçaient en vertu de provisions délivrées par le roi ; les notaires seigneuriaux étaient nommés par les seigneurs justiciers. Il n'existait entr'eux aucune distinction quant aux pouvoirs et aux attributions, mais seulement quant à l'étendue du ressort dans lequel ils avaient le droit d'exercer. Enfin les notaires apostoliques avaient été créés principalement pour les prises de possession de bénéfices, et pour les autres actes ecclésiastiques.

La loi du 6 octobre 1791 supprima les divers offices de notaires alors existants, et les réunit en un seul corps, sous la dénomination de notaires publics.

Elle fut abrogée par celle du 25 ventôse an XI, qui, en consacrant les mêmes principes, organisa le notai iat sur les bases où il est assis aujourd'hui.

La loi de ventôse se complète par plusieurs autres lois ou réglements postérieurs, et notamment : 1° par l'ordonnance royale du 4 janvier 1843, qui organise les chambres des notaires, contient des dispositions étendues relativement a la discipline, crée l'honorariat et remplit quelques lacunes laissées par la loi, touchant les clercs des notaires ou aspirants au notariat; 2° et par la ioi du 21 juin suivant, relative aux notaires en second.

Aux termes de l'article 1er de la loi du 25 ventôse an XI, les notaires sont les fonctionnaires publics établis pour recevoir tous les actes et contrats auxquels les parties doivent ou veulent faire donner le caractère d'authenticité attaché aux attes de l'autorité publique, et pour en assurer la date, en conserver le dépôt, en délivrer des grosses et des expéditions.

Les notaires des villes où siège une cour impériale exercent leurs fonctions dans l'étendue du ressort de cette cour; ceux des villes où il y a un tribunal d'arrondissement, dans le ressort de ce tribunal; et ceux des autres communes, dans le ressort de la justice de paix.

Les notaires ont le droit de procéder aux ventes publiques de meubles, concurremment avec les commissaires-priseurs, les greffiers et les huissiers, dans les lieux où il n'a pas été établi de commissaires-priseurs.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 221

Notaires des Cantons de Troyes.

Titulaires.

MM.

Petit, rue du Palais-de-Justice. Hoguais, rue du Temple. Corpechot, rue Jaillant-Deschainets. Rousseltt (Emile), rue de la Monnaie. Delafoy (Em.), rue du Bois, 90. Letulle, rue de l'Hôtel-de-Ville. Bricet, rue de l'Hôtel-de-Ville. Voix, rue de la Monnaie. Lapierre, rue de la Cité. Casai, rue des Quinze-Vingts. Laty, place Saint-Pierre. Ludot, rue de la Monnaie. Pargny, rue du Dauphin. Millon, à Laines-aux-Bois. Remy, à Saint-Lyé.

Prédécesseurs.

MM.

Vincent.

Lefebvre.

Collot.

Couturat.

Aucoc.

Patenôtre.

Sourd on.

Pommier.

Baudin.

Noché.

Henry.

Payen.

Guyard.

Masson.

Jullien.

Principaux clercs.

MM.

Duez.

Huez.

Larrivé.

Desaille.

Neveu.

Ménot.

Salmon.

Salamon.

Hulin.

Boudaille.

Cochois.

Morin.

Roizard.

N..

N...

Les études des notaires de Troyes sont fermées les dimanches et les jours fériés.

Notaires des Cantons ruraux.

Aix-en-Othe.

Titulaires.

MM.

Forgeot, à Aix-en-Othe. Merlet, à Rigny-le-Ferron. Vaillant, à Saint-Mards-en-Othe. Richard (J.-H.), à Saint-Mards-en-Othe.

Prédécesseurs.

MM.

Coudrot. Soyer. Drouot. Prévost.

Bouilly.

Gillier, à Lirey.

Pain, à Bouilly.

Beausseaut, à Saint-Jean-de-Bonneval.

Jouvenet, à Isle-Aumont.

Portier. Regny. Pinsot. Baudin.

Ervy.

Jeanson, a Auxon. Laplagne, à Ervy. Delatour, à Ervy. Jutigny, à Saint-Phal.

Lruichard. Charles. Lancelin. Vivien


222 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

Estissac.

Titulaires.

MM.

Gérard, à Estissac. Depoix, à Estissac. Lagesse(Ed.-Ferd.), à Vauchassis.

Prédécesseurs.

MM.

Roussin (Désiré).

Depoisson.

Prévost.

Lusigny.

Gibey, à Clérey. Foizel, à Lusigny. Degouet, à Lusigny.

Lesvier. Gervais. Loré.

Piney.

Bernard, à Piney. Hémard, à Piney.

Duret. Bizet.

Chambre des Notaires.

MM.

Hoguais, rue du Temple, à Troyes, président. Gibey, à Clérey, syndic.

Richard, à Saint-Mards-en-Othe, rapporteur. Voix, rue de la Monnaie, à Troyes, secrétaire. Delafoy, rue du Bois, à Troyes, trésorier.

Jouvenet, à Isle-Aumont, Laplagne, à Ervy,

membres.

Baudin, avocat à Troyes, Picard, avoué à Troyes,

conseils.

Notaires honoraires de l'Arrondissement.

Millière, à Troyes. Aucoc, à Paris. Baudin, à Troyes. Henry, à Troyes. Guyard, à Troyes.

COMMISSAIRES- PRISEURS.

Avant 1789, il existait des offices Aejurés-priseurs-vendeurs de meubles, chargés. à l'exclusion de tous autres, de ta prisée, vente et exposition de biens meubles, (Edits de février 1556, mars 1576, février 1691, octobre 1686 et février 1771.)


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 223

Un décret du 21 juillet 1790 les supprima. Cependant les offices d'huissiers-priseurs avaient été conservés à Paris; la loi du 17 septembre 1793 ordonna qu'ils cesseraient leurs fonctions, et les notaires, greffiers et huissiers furent autorisés à faire les prisées et ventes de meubles dans toute l'étendue du territoire français.

Les commissaires-priseurs furent institués, mais pour Paris seulement, par un décret du 27 ventôse an IX.

La loi du 28 avril 1816, art. 89, généralisa l'institution en conférant au chef de l'Etat la faculté de nommer des commissaires-priseurs partout où il le jugerait convenable. Une ordonnance du 26 juin suivant régla l'exécution de cette loi.

Les commissaires-priseurs ont te droit exclusif de faire les prisées et ventes de meubles dans le lieu où ils sont établis. (Lois des 27 ventôse an IX, art. 1er, et 28 avril 1810, art. 89.) Dans tout le reste de l'arrondissement, s'ils résident au cheflieu ou seulement dans l'étendue de leur canton; s'ils sont établis dans des villes qui ne sont pas chefs-lieux d'arrondissement, ils ont la concurrence avec les notaires, les greffiers et les huissiers. (Ordonnance du 26 juin 1816.)

Titulaires.

MM.

Clément (Henri), rue des Quinze-Vingts, 4. Félix (Jean-Baptiste-Adrien), rue de l'Hôtel-deVille,

l'Hôtel-deVille, Petit, place de l'Hôtel-de-Ville, 4.

Prédécesseurs.

MM.

Pesme aîné.

Gruyer. Terrillion.

TRIBUNAL DE COMMERCE

SÉANT A TROYRS.

Le ressort des tribunaux de commerce est le même que celui du tribunal de première instance. Ils connaissent, 1° de toutes les contestations relatives aux engagements et transactions entre négociants, marchands et banquiers ; 2° entre toutes personnes, des contestations relatives à des actes de commerce. Ils connaissent également 1° des actes contre les facteurs commis des marchands, ou leurs serviteurs, pour le fait seulement du trafic du marchand auquels ils sont attachés ; 2° des billets faits par les receveurs, payeurs, percepteurs et autres comptables des deniers publics; de toutes les contestations relatives aux faillites. Les tribunaux de commerce jugent en dernier ressort toutes les demandes dont le principal n'excède pas 1,500 francs; tontes celles où les parties justiciables de ces tribunaux et usant de leurs droits ont déclaré vouloir être jugées définitivement et sans appel.

Il existe un tribunal de commerce dans l'arrondissement de Troyes. Dans les autres arrondissements, les juges du tribunal civil exercent les fonctions attribuée» aux juges de commerce.

Audiences, tous les lundis, à une heure, Hôlel-de-Ville.

MM.

Félix Fontaine, négociant, mail de Chaillouet, à Troyes, président.

Gabiot, rue du Bois,

Rousselet, négociant, rué Sainte-Savine, Dufour-Rouquot, imprimeur, rue Notre-Dame, 41, Gérard-Milot, négociant, rue de Paris,

juges.

Berthier (Charles), négociant, rue Notre-Dame, Jolly, ancien négociant, mail Saint-Nicolas, Darnet, négociant, rue Notre-Dame, Cazelles (Gustave), banquier, rue de la Trinité,

juges suppléants.


224 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

MM.

Lemoine (Herman), greffier, rue du Bois, 92. Guerbé, commis-greffier.

Payen, Dubois,

huissiers-audienciers.

Lefèvre (Baptiste), concierge, rue de l'Hôtel-de-Ville.

CONSEIL DES PRUD'HOMMES.

Le Conseil des Prud'hommes de la ville de Troyes a été institué par un décret impérial daté de Bayonne, le 7 mai 1808, déclarant applicables à la ville de Troyes les dispositions de la loi du 18 mars 1806.

Le nombre de ses membres avait été fixé primitivement à cinq. Il est aujourd'hui de huit membres patrons et huit membres ouvriers, aux termes du décret du 16 septembre 1850.

Ce Conseil connaît de toutes les contestations qui ont lieu entre les manufacturiers, les fabricants, les chefs d'ateliers, et les ouvriers qu'ils emploient : la police des ateliers est de son ressort.

Les audiences se tiennent le lundi de chaque semaine, à une heure, en l'une des salles de l'Hôtel-de-Ville.

Le secrétariat du conseil des Prud'hommes est établi à la mairie (bureau d'administration générale).

Elections des 3 Juin 1866 et 31 Octobre 1869:

Patrons.

MM.

Baudin-Berthier, fabricant de bonneterie, rue de Paris, président. Dubois, menuisier, rue Jaillant-Deschainets, vice-président. 1re Catégorie. Thévenot, filateur aux Bas-Trévois. 2e — Gazelles-Sauveur, fabricant de bonneterie, rue

Saint-Nicolas. 2e — Goutin, fabt de bonneterie, faubourg Croncels, 9.

3e — Cuisin, fabricant de tissus, rue Vieille-Rome.

4e — Lémarest, entrepreneur, rue Grande-Tannerie.

5e — Mortinet, relieur, rue de l'Hôtel-de-Ville. 6e — Bellot aîné, tapissier, rue Notre-Dame. 7e — Cavin, serrurier, rue du Palais-de-Justice.

Ouvriers,

1re Catégorie. Lecomte père, fileur, rue Saint-Jacques.

2e — Crévost, bonnetier, rue des Charmilles.

2e — Chaperon, bonnetier, rue des Fossés-Palris.

3e — Godard (Pierre-Antoine), tisseur, rue de la Cité.

4e - N...

5e — Canivet (Nicolas), typographe, rue Hennequin.

6e — Prestat-Finot, tailleur, rue Claude-Huez.

7e — Brunclair (Léop.), mécanicien, rue Delarothière.

M, Henry, chef de bureau à la mairie de Troyes, secrétaire du Conseil.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 225

BOURSE DE COMMERCE, COURTIERS, AGENTS DE CHANGE.

Les fonctions des agents, ou plutôt des courretiers de change, furent créées et érigées en titre d'office, pour la première fois, par un édit de Charles IX, du mois de juin 1672. Par un autre édit de décembre 1705, Louis XIV, supprimant les offices qui existaient alors en créa de nom eaux, et conféra aux nouveaux officiers, avec divers privilèges, le titre de conseillers agents de banque, change, commerce et finances.

Les agents de change cumulèrent les fonctions qui appartiennent aujourd'hui aux courtiers, jusqu'en 1781, époque à laquelle on commença à distinguer les deux professions. (Arrêts du conseil, des 26 novembre 1781 et 5 septembre 1786.)

Ces diverses fonctions, supprimées, comme tous les autres offices, par les lois des 17 mars et 8 mai 1791, furent rétablies par celles des 28 vendémiaire an IV et 28 ventôse an IX.

Aux termes de l'art. 76 du Code de commerce, les agents de change ont seuls le droit de faire les négociations des effets publics et autres susceptibles d'être cotés, et de faire pour le compte d'autrui les négociations des lettres de change ou billets, et de tous papiers commerçables, et d'en constater le cours.

_ Ils peuvent faire, concurremment avec les courtiers de marchandises, les négociations et le courtage des ventes ou achats de matières métalliques. Ils ont seuls le droit d'en constater le cours. (Même article.)

Une autre attribution, confiée exclusivement aux agents de change, consiste à certifier le compte de retour qui doit accompagner une lettre de change ou un billet à ordre protesté. (Code com., art. 181 et 187.)

Du arrête consulaire du 25 pluviôse an X (4 février 1802) a institue, dans la ville de Troyes, une Bourse de commerce avec six places de courtiers.

Un décret impérial du 16 février 1807 a complété l'organisation de cette Bourse par la création de deux places d'agent de change.

Toutefois, l'arrêté de l'an X est resté jusqu'ici sans exécution. Le décret du 16 février 1807 a, seul, reçu son effet.

Titulaires.

MM.

Henrion (P.), rue Claude-Huez. Régnier (E.), rue Charbonnet, 34.

Prédécesseurs. MM.

Poupot. Ruotte-Clément.

CONSEIL

D'HYGIÈNE PUBLIQUE ET DE SALUBRITÉ

de l'Arrondissement de Troyes.

Le Conseil d'hygiène du département réunit, dans ses attributions, celles du conseil de l'arrondissement de Troyes. (Voyez page 140.)

COMMISSION

POUR LES LOGEMENTS INSALUBRES.

Cette Commission a été instituée en vertu de la loi des 19 janvier, 7 mars et 13 avril 1850, pour rechercher et indiquer les mesures indispensables d'assainisse ment des logements insalubres loués ou occupés par d'autres que le propriétaire, l'usufruitier ou l'usager.

1873. 15


226

ARRONDISSEMENT DE TROYES.

MM.

Le Maire, président-né.

Viardin père *, médecin, rue du Temple.

Lebreton, propriétaire, rue Belfroy.

Vauthier *, médecin, rue du Paon, 16.

Baudin-Berthier *, ancien négociant, rue de Paris.

Gabiot, ancien négociant, rue du Palais-de-Justice, 17.

N...

N...

LISTE

DES MÉDECINS ET DES OFFICIERS DE SANTÉ, Dans l'ordre de leur inscription à la Préfecture de l'Aube.

M. le Préfet de l'Aube, d'après les instructions contenues dans la circulaire du ministre de l'intérieur, en date du 29 décembre 1852, a pris, le 2 janvier 1853, un arrêté portant qu'à partir du 1er janvier de la même année, tout docteur en médecine ou officier de santé ayant donné ses soins dans la dernière maladie à une personne décédée, devra faire parvenir, par les parents du défunt, à l'officier de 'état civil, un bulletin constatant la nature de la maladie qui a occasionné le décès.

DOCTEURS EN MEDECINE.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Lavalade (Jean-Louis Alp.). St-Mards-en-Othe. Paris, 1822.

Dupin (Georges-Auguste). Ervy. ld. 1825.

Carteron (Paul)*, r. Champeaux.

Champeaux. Id. 1837.

Hervey (J.), rue des CordeIiers. Id. Id. 1840.

Jouault (Edmond-Camille). St-Mards-en-Othe. Id. 1843.

Charbonnet (Charles). Lusigny. Id. 1844.

Jacotot (Victor-Armand). Ervy. ld. 1846.

Guichard (Auguste), rue du

Palais-de-Justice. Troyes. Id. 1847.

Gallot (Emile-Justin). Auxon. Id. 1847.

Vauthier*, r. du Paon, 16. Troyes. Id. 1848.

Nosley (Jean-Baptiste-Nicolas).

(Jean-Baptiste-Nicolas). Id. 1848.

Barre (Auguste-Edouard),

rue du Bois. Troyes. Montpellier, 1852.

Demeurat (J.-L.-Alex.). Rigny-Ie-Ferron. Paris, 1852.

Bacquias (Eugène) *, rue

Claude-Huez. Troyes. Id. 1853.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 227

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Lamarque (Jul.-Anselme). Estissac. Paris, 1855. Forest (Jean-Charles), rue

du Bois. Troyes. Id. 1836. Cahusac ( Jean-L.-P.-Fr.),

rue de l'Hôtel-de-Ville. Troyes. Montpellier, 1857.

Millot (Jules). Aix-en-Othe. Paris, 1858.

Picardat (Alex.-Adolphe). Montiéramey. Id. 1858. Mulbenbeck (Jean-Eug.). Rigny-le-Ferron. Montpellier,1859.

Bertrand (Stan.-Louis-F.). Ervy. Paris, 1860.

Martinet (Léonce-V.-Ed.). Piney. Id. 1860. Viardin (Franç.-Eug.), rue

Notre-Dame. Troyes. Id. 1864.

Mariotte. Motitaulin. Id. 186 .

François. Ervy. Id. 186 .

Velux. Estissac. Id. 1868 Coquoret, rue Paillot-deMontabert.

Paillot-deMontabert. Id. 1870.

Mole, rue Beffroy. Id. Id. 1870.

OFFICIERS DE SANTÉ.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Michaux - La perrière * ,

mail de la Tour-Boileau. Troyes. Paris, 1845.

Millot (Basile). Aix-en-Othe. Id. 1815.

Gallot (Edme-Joseph-Adérald).

(Edme-Joseph-Adérald). Id. 1815.

Nosley (Henri-Claude). Isle-Aumont. Troyes, 1815.

Sainton (Ant.-Jean-Pierre). Metgey. Id. 1816.

Viardin*, rue du Temple. Troyes. Id. 1822.

Potel (Charles). Pinéy. Arras, 1829.

Michon (Biaise-Alphonse). Auxon. Paris, 1835.

Lagoguey-Saint-Joseph. Troyes. Dijon, 1855.

Junot (Jean Rapt.-Henri). Bercenay. Id. 1855.

Junot (Charles-L.-E.). Payns. Id. 1855.

Jorry (Louis-Jules). Bouilly. Paris, 1856.

Bédor fils, rue de l'Hôtelde-Ville.

l'Hôtelde-Ville. Nancy, 1857.

Mathieu (Victor). Estissac. Dijon, 1858.

Bernot (Nizier-Sylvain). Racines. Paris, 1860.


228 ARR0NDISSEM3NT DE TROYES.

PHARMACIENS.

Reçus par les Ecoles spéciales. MM. Prédécesseurs.

Namur, rue Notre-Dame, à Troyes. Simon.

Barbier, place de la Préfecture, id. Marchandé.

Oudard (Louis), rue de Croncels, id. N...

Ray (Jules), place de la Banque, id. N...

Bourgouin, rue Notre-Dame, id. Spilment.

César, rue de la Cité, id. N...

Gey, rue de Belfroy, id. N...

Delaunay, rue du Bois, id. Delaunay père

Maison, rue Notre-Dame, id. Martin.

Roy (P.), rue Notre-Dame, id. Ruelle (James).

Huguier, place de la Bonneterie, id. Férant.

N.., rue de la Cité, id. Michel.

Tanret, rue du Bois, id. N...

Reçus par le Jury.

Jacotot, à Ervy, Amendt.

Cunier, place de l'Hôtel-de-Ville, à Troyes. Grignon.

N..., à Ervy. Coulombeix.

SAGES-FEMMES.

1re classe. NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Mme Durand (Vict.-Edmée), rue de l'Hôtel-de-Ville. Troyes. Paris, 1859.

2e classe.

Griffon (Sophie). Pavillon. Troyes, 1816,

Cuisin (Marie-A.), femme

Renard. Créney. Id. 1819,

Bacq (Madel.), femme Masson, rue Saint-Jacques. Troyes. Auxerre, 1820.

Bigot; Marie-Jeanne), femme Jorry. Chamoy. Paris, 1820.

Chaussin (Edmée). Fresnoy. Id. 1823.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 229

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Ravinet ( Henr. ), femme Bouillerot, rue de l'Hôtel-de-Ville. Troyes. Paris, 1823.

Avril, femme Bourcier, rue Saint-Vincent-de-Paul. Id. Id. 1826.

Loyauté (Marie-Catherine), femme Grados. Chamoy. Id. 1826.

Brot (Julie), femme Baucheron. Jeuany. Id. 1828.

Bruno (Marie-Euphrasie). St-Parres-les-Ter. Châlons, 1828.

Paillerie (M.-A.), Ve Philippon. Bréviandes. Id. 1829.

Bernut (Antoinette) Saint-Lyé. Id. 1829.

Chantriot (E.-V.), femme Feignez. Saint-Thibault. Id. 1833.

Huot ( Elisabeth ), femme Remy, rue de la Pierre Troyes. Id. 1835.

Drujon (Anne-Françoise). Saint-Mards. Id. 1836.

Oudinot (Eléonore), femme Renault. Lusigny. Id. 1836.

Berthelin (R -Julie), femme Fournier, rue du Bois. Troyes. Paris, 1836.

Demy,femme Diochin, boulevard Saint-Jacques. Id. Châlons, 1836.

Hérard (Marie-Reine). Vauchassis.

Godard (Edmée), fme Brusson, rue de Paris. Troyes. Id. 1837.

Bazin (Louise). Verrières. Id. 1837.

Prieur (Marguerite), femme Jost, rue Surgale. Troyes. Id. 1838.

Mahot (Anne-Virginie), Ve Coeur, rue... Id. Auxerre, 1838.

Maréchaux (E.-M.), femme Cousin. Vailly. Strasbourg, 1840.

Brun (Marie, fme Naudin, rue de Croncels, halle au vin. Troyes. Châlons, 1840.

Genevois (Eugén.-Stéph.). Payns. Id. 1842.

Dutertre (Florentine), fme

Haillot. St-J.-de-Bonneval. Id. 1845.

Cartier (Marie-Honorine). Brevonnes. ld. 1845.

Finot (Victorine-Emilie). Lavau. Strasbourg, 1845.

Chuat (Julie), fme Louvrier. Mesnil-Sellières. Troyes, 1858.

Costy (Joséphine), femme Renaudin. Ervy. Châlons, 1850.

Jeannart (Valentine). Montiéramey. Troyes, 1850.


230 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Salomon (Eup.),fme Bultel. Piney. Châlons, 1850.

Remy (Aline), fme Enfer. Bouilly. Paris, 1852. Cabanne (Aug. ), femme

Cerisier, faub. Croncels. Troyes. Id. 1852. Mme Laine, faub. SainteSavine.

SainteSavine. Châlons, 1854.

Meunier (August.-Eug.). Estissac. Id. 1854. Braux (Eugénie), femme

Dard, cité Jully. Troyes. Dijon, 1855.

Coffinet (Clémence-Céline). Bréviandes. Id. 1855.

Pénard (Savine-Eugénie). Les Bordes. Id. 1856.

Lorne (Adèle-Eugénie). Auxon. Id. 1856.

Régnier (Sophie-Amélie). Payns. Id. 1857. Boulleret (Clémence), fme

Lagoguey. Troyes. Id. 1858. Michaut (Agathe-Appoline),

femme Mirelle. Rigny-Ie-Ferron. Id. 1858. Quénard (Augustine), fme

Delaporte. Sainte-Savine. Id. 1859.

Forgeot (Sophie-Eugénie). St-Benoît-sr-Van. Paris, 1862. Montchaussée, rue de l'Hôtel-de-Ville

l'Hôtel-de-Ville Id. 186 .

Fenat (Ernest. Angélina). Id. Id. 1865.

Stref, femme Vigneron. Id. Nancy, 1866.

VÉTÉRINAIRES.

D'après une circulaire ministérielle, en date du 7 avril 1841, aucun propriétaire de bestiaux ne pourra désormais prétendre à des indemnités pour perte de bestiaux morts d'épizooties, sans justifier d'un certificat du maire, constatant qu'un vétérinaire breveté a été appelé pour les traiter. Le cas où ce certificat ne sera pas exigé est celui où il n'existerait pas de vétérinaire breveté dans un rayon de fi kilomètres autour de l'habitation ou l'épizootie aura régné.

Les vétérinaires brevetés dont les noms auraient été omis, à défaut de produc tion de leur diplôme,, et ceux qui viendraient a s'établir dans le cours de l'année, devront faire parvenir leur réclamation à la Préfecture dans la seconde quinzaine de novembre, afin d'être compris dans la liste officielle de l'année suivante.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Bochot ( Arsène-FrédéricAlexandre). Auxon. Alfort, 1844.

Remy (René-Isidore). Estissac. Id. 1844.

Michaux (Nicolas-Victor). Rigay-le-Ferron. Id. 1846.

Michelin (Pierre-Eugène),

rue de l'Hôtel-de-Ville. Troyes. Id. 1853.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 231

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Fréminet (Emile-Agénor). Ervy. Alfort, 1860.

Thierry (Ausrnste-Emile). Ervy. Id. 1861.

Lorne (Narcisse-Maximil.). Saint-Mards. Id. 1862.

Bertrand (Jérôme-Ulysse). Clérey, Id. 1805.

Copel (Jules-César). Piney. Id. 1867.

Masson (E.), rue de Troyes. Id. 1867.

Heuret (Jean-Baptiste). Lusigny. Id. 1870.

SAPEURS-POMPIERS.

Bataillon de la ville de Troyes.

Le nombre des pompes à incendie est de 23, réparties dans les dépôts sui - vants :

Hôtel-de-Ville;

Mail de la porte Saint-Jacques ;

Abattoir;

Rue des Tauxelles ;

Jacobins;

Faubourg Sainte-Savine ;

Rue des Marots;

Eglise Saint-Martin ;

Faubourg de Preize

Théâtre ; Halle au vin ; Faubourg Croncels ; Moulin de Pétal ; Rue de la Vacherie ; Moulin de la Rave; Halle à la Bonneterie; Rue Gautherin ;

Idem. (près le Pont-Vert).

Chef de bataillon. M. HUOT (Charles), filateur, rue

de la Trinité, 7.

Aumônier. Mgr l'Evêque de Troyes, au palais

palais

MM.

Capitaine adjudant-major. Bellard (Gabriel) *, rue Charbonnet,

Charbonnet,

Sous-lieutenant porte-drapeau. Hérard-Feste rue Molé.

Chirurgien aide-major. Hervé, rue des Cordeliers.

Capitaine, 1re compagnie. Goussin (Nicolas), mail de

Croncels, 120.

— 2e e — Lièvre (Jos.), rue de la Trinité.

— 3e — Marot-Bouvet, rue des Tauxelles,

Tauxelles,

— 4e — Camut (Emile), rue GrandeTannerie,

GrandeTannerie, Lieutenant, 1re compagnie. Gatouillat jeune, faub. Croncels.

— 2e — Suter, rue du Pré-Lévêque.

— 3e — Solle, rue du Paon, 8.

— 4e — Dorme (Isidore), rue de Paris.


232 ARRONDISSEMENT DE TROYES,

Sous-Lieutenant, 1re compagnie. Leclerc (Adolphe), r. du Dauphin.

— 2e — Rancilhat, rue de la Cité.

— 3e — Dubois, pi. de l'Hôtel-de-Ville.

— 4e — Bodier (Arsène), r. Trouvassot. Officier d'armement. Biémont, rue de Croncels. Seigent-major. Jacolliot, rue de la Trinité.

Id. fourrier. Prince, rue du Temple.

Id. id. N...

Id. id. Dubois, rue Jaillant-Deschainets.

Tambour-major. Hauvion, faub. Croncels, 46.

Sergents : MM. Veisse, — Tisserant (Vincent), — Lutelle (Ambroise), — Prévost (Louis), —Corthier (Antoine), — Brugisser, — Mignot (Antoine), — Grange (Emile), — Petit (Jules), — Colon (Auguste), — Marot (Isaïe), — Cuisin (Pierre), Picard.

Caporaux : MM. Gantait (Alexandre), — Baudin (Michel), — Gillot (Sylvestre), — Migeont(Paul), — Trumet (Antoine),— Millot (Théodore), — Dupont (Louis), — Baudin (Arsène), — Chambaron, — Chanterelle, — Clément, — Bodier, — Marquot, — Doué, — Sylvestre (Nicolas),— Frontin. — Laurent, — Bailleux, — Rillot.

Compagnies de Sapeurs-Pompiers des communes rurales.

MM.

Aix-en-Othe. Masson, capitaine

Auxon. Bonnin (Jean-Baptiste), capitaine.

Bouilly, Dupont, capitaine.

Ervy, Thomas (Louis-Emile), capitaine.

Estissac, Mathieu, capitaine.

Laines-aux Bois, Noble, capitaine.

Maraye-en-Othe, Guyot, capitaine.

Piney, Millon, capitaine.

Saint-André, Gambey, capitaine

Saint-Germain, Coffinet (Pierre), capitaine.

Saint-Mards-en-Othe, Gelinier, capitaine.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 233

Sainte-Maure, Bosserot, capitaine.

Villemaur, Monérat, capitaine.

Villemoiron, Truelle, capitaine.

Il existe, en outre, dans l'arrondissement, 91 subdivisions qui ont été réunies en 19 compagnies pour la formation de conseils de discipline.

COMMISSION SYNDICALE DE LA BARSE.

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube.

MM.

N..., directeur.

N...

N...

Orry, à Vendeuvre-sur-Barse.

Alphonse Vernier, propriétaire à Souleau.

N...

Commune d'Aix-en-Othe.

MAIRIE.

MM.

Michaud, maire.

Lalliat, 1er adjoint délégué.

Quinquarlet, 2e adjoint.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Michaud.

Millet.

Forgeot.

Chollet.

Boutet.

Auger.

Charonnat.

Dupin.

Quinquarlet.

Guyon.

Tricoche.

MM.

Douine.

Guyon.

Collard.

Adam.

Lalliat.

Prieur.

Quinquarlet.

Habert.

Decens.

Fandard.


234 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

POSTE AUX LETTRES (DIRECTION). Directrice : Mme Bernard.

Deux distributions par jour : 8 heures du matin, et 4 heures 50 du soir.

Trois départs par jour : 8 heures 30 du matin, 9 heures du malin, et 3 heures 30 du soir.

Trois boîtes supplémentaires sont placées dans les hameaux suivants : la Bouillant, les Chevreaux, le Mineroy.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE D'AIX.

Ce bureau municipal est établi à la mairie, depuis 1868.

Mme Beugnon, préposée.

PENSIONNAT DE DEMOISELLES. Directrice : Mlle Gillot.

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS.

UNION DES TRAVAILLEURS D'AIX-EN-OTHE.

MM.

Président : Maillard, greffier.

Vice-Président : Fouet-Pasquier, fabricant de bonneterie.

Secrétaire : Tricoche fils, idem.

Trésorier : Lafaist père, adjoint.

FOIRES.

Le 22 janvier. Le 18 juin.

Le 3 septembre. Le 4 novembre.

Marchés pour les denrées alimentaires et pour les marchands étalagistes, le mercredi matin.

Commune d'Auxon.

MAIRIE.

M. Roger, maire. M. Sainton, adjoint.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 235

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Gallot (Emile).

Roger-Fandard.

Collin.

Mallet.

Portier.

Michon.

Foizel.

Bonin.

MM.

Gallot (A.).

Joffrain.

Sainton.

Delapierre.

Garnier.

Milon.

Gauthier.

Druot.

POSTE AUX LETTRES (DIRECTION). Receveuse : Mlle Chrétien (Irma).

Bureau de distribution desservant les communes d'Eaux-Puiseaux, Vosnon, Villeneuve-au-Chemin, Montigny, Chamoy et Saint-Phal. Courrier de Paris : Arrivée, à 5 heures 1/2 du matin; — départ, à 7 heures 1/2 du soir.

Courrier de Troyes : Arrivée, à 7 heures 1/2 du soir; — départ, à 5 heures 1/2 du matin.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE D'AUXON.

Ce bureau municipal est établi à la mairie, depuis le 28 janvier 1868.

Mlle Mulat (Augusta), préposée.

INSTITUTION SECONDAIRE. Directeur : M. E. Chevillot. Professeurs :MM. Ch. de Brenon. Constant Cadot. Ecole primaire : M. Mulat, instituteur. Ecole de jeunes filles : Les soeurs de la Providence.

FOIRES.

Le 15 janvier. Le 6 avril.

Le 22 juin.

Le 2 septembre.

Marche le dimanche matin, pour les denrées alimentaires.

Commune de Bouilly.

MAIRIE.

M. Forjot, maire. M. Piat, adjoint.


236 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Forjot. Pinsot. Dupont (A.). Piat.

Dupont (E.). Dupont (0.).

MM.

Thoyer.

Lorey.

Gauthier.

Poullet.

Leblanc.

Jorry.

POSTE AUX LETTRES. Directrice : Mlle André (Irma).

Le courrier de Troyes arrive à 6 heures du soir. — Le courrier de Tonnerre arrive à 7 heures 30 minutes du matin.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE DE BOUILLY.

Ce bureau municipal est établi à la mairie, depuis le 19 mars 1868.

M. Foisel, préposé.

FOIRES. Le 25 juin. — Le 3 novembre. Marché aux denrées alimentaires, le dimanche malin.

Ville d'Ervy.

MAIRIE. M. Regnault, maire. M. Potémont, adjoint. M. Bernot-Lepage, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Guerrey.

Jacotot.

Fréminet.

Regnault.

Potémont.

Paillot.

Delatour.

Feste.

MM.

Prestat.

Druot.

Dubois du Tilleul.

Dupin.

Renaudin.

Guillemin.

Rode.

Baillot.

POSTE AUX LETTRES. Directrice : Mme Lestourgie.


ARRONDISSEMENT DE TROYES. 237

Distribution à 8 heures du matin et à 4 heures du soir.

Arrivée de Tonnerre : 3 heures du matin.

Arrivée de Flogny : 3 heures du soir.

Arrivée de Troyes : 9 heures du soir.

Départ pour Tonnerre : 9 heures du soir.

Départ pour Flogny : 7 heures du matin.

Départ pour Troyes : 4 heures du matin.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal est établi depuis le 1er septembre 1866, à la mairie d'Ervy.

M. Bernot (Hippolyte), préposé.

HOSPICE. Administrateurs.

MM.

Ricard, président. Jacotot père, pharmacien. L'abbé Bertholle, curé.

MM.

Habert, géomètre. Guerrey, marchand. Charles (Eugène).

Médecin : M. le docteur Jacotot fils. Receveur de l'hospice : M. Henry. Secrétaire — M. Bernot.

Les malades sont soignés par les religieuses Ursulines. Ecole primaire gratuite de jeunes filles, tenue par les religieuses Ursulines.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Le Maire, président-né. Bernot, secrétaire. L'abbé Bertholle, curé. Jacotot. médecin.

MM.

Potémont fils, ancien notaire. Guerrey, marchand. Charles (Eugène).

CAISSE D'ÉPARGNE.

SUCCURSALE DE CELLE DE TROYES.

Les séances ont lieu le dimanche, de une heure à trois heures, à la Mairie. M. Bernot-Lepage, secrétaire de la Mairie, caissier-comptable.

MUSIQUE MUNICIPALE.

MM. MM.

Renaud in (Jules), chef. Corgeron (Henri), sous-chef.


238 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

Couvreur (Auguste), secrétaire. Coquille (Cyrille), trésorier.

Ecole primaire :

M. Jeanson, instituteur.

M. Dauvet, instituteur-adjoint.

PENSIONNAT DE DEMOISELLES.

tenu par les religieuses Ursulines.. Supérieure : Mme Beau, en religion soeur Philomène.

FOIRES.

Le 22 janvier. Le 15 mars. Le 2 mai. Le 30 juin.

Le 14 septembre.

Le 4e samedi d'octobre.

Le 1er décembre.

Marché, le samedi, pour les grains, pour les denrées alimentaires et les petits marchands étalagistes.

MESSAGERIES. Départs et retours tous les jours, d'Ervy à Troyes, correspondant avec le chemin de fer, et d'Ervy à Tonnerre, à Flogny et à Saint-Florentin, correspondant également avec le chemin de fer.

Commune d'Estissac.

MAIRIE.

M. Mathieu, maire. M. Darce, adjoint.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Mathieu.

Gatouillat.

Trouvé.

Royer.

Hérard.

Bègue.

Hugot.

Broutin.

MM.

Darce.

Héliot.

Galley.

Roy.

Rover.

Truelle.

Gay.

Benoît.

POSTE AUX LETTRES. Directrice-: Mme Petit.


ARRONDISSEMENT DE TROYES, 239

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE D'ESTISSAC.

Çe bureau municipal est établi depuis 1867.

M. Bègue, préposé.

TEMPLE ÉVANGÉLIQUE. Le Temple évangélique d'Eslissac, construit en 1850, a été inauguré le 26 mai 1861.

Pasteur de la communauté protestante d'Estissac : M. Gerber.

FOIRES.

Le 3 février. Le 26 avril. Le 19 juin.

Le 1er septembre. Le 25 novembre.

Marché pour les denrées alimentaires, le jeudi matin.

Commune de Lusigny.

MAIRIE. M. Galley, maire. M. Adam, adjoint.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Galley.

Grangeret.

Chaussin.

Orry.

Massin.

Dauphin.

MM.

Millard.

Darnelle.

Adam.

Galley.

Bourguignat.

Helleine.

POSTE AUX LETTRES. Directrice : Mme Rousseau.

Ecole primaire : M. Guillemot, instituteur. Ecole des filles : Trois soeurs de la Providence.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE DE LUSIGNY.

Ce burreau municipal est établi en la maison de Me Foizel, notaire, depuis le

M. Helleine, clerc, préposé.

FOIRES.

Le 22 avril. — Le 2 novembre. Marché aux denrées alimentaires, le jeudi.


240 ARRONDISSEMENT DE TROYES.

Commune de Piney.

MAIRIE. M. Naudet, maire. M. Sureau, adjoint. M. Moreau, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Naudel (Léon), ancien huissier.

Grandnom.

Masson.

Bottot.

Maury.

Briet.

Bottot, père.

Gauthier.

MM.

Sureau. Potel. Clément. Bizot.

Jacquemard. Oudot. Millard. Des Réaulx.

BUREAU DE BIENFAISANCE. Naudet, maire, président. L'abbé Cadot, curé, ordonnateur.

Merlat, juge de paix, Sutaineédecin, Potel, mpropriétaire, Sureau, huissier, Perricourt-Honnet, propriétaire, N...,

membres.

POSTE AUX LETTRES. Directrice : Mlle Warin. Arrivée, à 5 heures du matin. — Départ, à 8 heures 30 min. du soir.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE DE PINEY.

Ce bureau municipal est établi à la mairie, depuis le....

M. Liger, préposé.

Ecole primaire : M. Marinot, instituteur.

Ecoles des jeunes filles : Les soeurs de la Providence.

FOIRES.

Le 20 janvier. Le 18 février. Le 2 mai.

Le 22 juillet. Le 1er octobre. Le 2 novembre.

Marche aux denrées alimentaires, le vendredi.


VILLE DE TROYES.

MUNICIPALITE.

Le Corps municipal de la Ville de Troyes se compose du Maire, de trois adjoints et de trente conseillers municipaux. Loi du 5 mai 1855.),

Le Maire et les adjoints sont nommés par décret du Président de la République. Ils sont pris dans le Conseil municipal. (Loi du 14 avril 1871). Leurs fonctions sont gratuites.

Les Membres du Conseil municipal sont nommés par les électeurs inscrits sur la liste communale dressée en conformité de la loi du 14 avril 1871. Cette liste comprend tous les citoyens français, âgés de 21 ans, n'étant dans aucun cas d'incapacité prévus par les lois, et ayant depuis une année au moins leur domicile réel dans la ville. — Sont éligibles tous les électeurs âgés de 25 ans.

Un quart des conseillers municipaux peut être nommé sans la condition du domicile, mais avec l'obligation, pour les élus non-domiciliés, de payer dans la commune une des quatre contributions directes.

Les attributions du Maire et du Conseil municipal sont réglées par les lois des 14 décembre 1789, 18-24 août 1790, 18 juillet 1837 et 24 juillet 1867.

Le Maire est le délégué du Gouvernement ; à ce titre il pourvoit sous son autorité à la publication et à l'exécution des lois et règlements, et remplit les fonctions spéciales déterminées par les lois. Il est, en même temps, l'administrateur de la ville, chargé de la conservation et de l'exercice de ses droits, du soin et de la gestion de ses intérêts.

Les membres du Conseil municipal sont élus pour 3 ans (loi du 14 juillet 1871). Ils se réunissent en session ordinaire quatre fois par an : au commencement des mois de février, mai, août et novembre. Ils peuvent être convoqués extraordinairement soit par le Préfet, soit avec son autorisation sur la demande du Maire ou sur celle du tiers des membres du Conseil municipal.

MAIRIE. M. Henry, rue du Bois, maire.

M. Baudin (Jules), r. Paillot-de-Montabert, M. Douine (Hippolyte), rue Simart, M. Hoguais, rue du Temple,

adjoints.

M. le maire reçoit tous les jours, à quatre heures, à l'Hôtel-de-Ville.

CONSEIL MUNICIPAL. Elections des 30 avril et 7 mai 1871.

Le tableau qui suit est dressé, conformément à la loi du 6 mai 1855, d'après l'ordre des scrutins, et selon le nombre de voix obtenues.

Le nombre des membres qui devaient composer le conseil municipal de la ville de Troyes, eu égard à sa population, était de 27. — Ce nombre a été augmenté et porté à 30 par suite de l'adjonction de la commune de Saint-Martin-es-Vignes, a la commune de Troyes qui a elevé le chiffe de la population à plus de 30,000 habi tants. Cette adjonction a eu lieu le 6 août 1856, en vertu d'une loi rendue le 10 juillet 1856.

MM.

Viardin père *, médecin, rue du Temple. Gayot (Amédée), député à l'Assemblée nationale, place SaintPierre.

1878. 16


242 VILLE DE TROYES.

MM.

Douine (Hippolyte), manufacturier, rue Simart. Parigot (Félix) *, député à l'Assemblée nationale, rue du Bois. Buxtorf (Emanuel), constructeur-mécanicien, rue de Paris. Baudin (Jules), ancien avoué, rue Paillot-de-Montabert. Vaudé (Emile), propriétaire, rue de la Cité. Gauthier (Orner-Adolphe), avoué, rue de la Monnaie. Saussier (Louis), manufacturier, rue Notre-Dame. Babeau (Victor), avocat, rue du Paiais-de-Justice. Berthier-Roblot *, ancien négociant, place du Préau. Marot (Etienne), meunier, aux Moulins-Notre-Dame. Henry (Louis-Alban), notaire honoraire, rue du Bois. Boutiot (Théophile), propriétaire, place de la Tour, Fontaine (Félix), manufacturier, mail de Chaillouet. Henneton (Gustave), marchand de bois, rue de Paris. Boulanger (Henri), architecte, rue du Palais-de-Justice. Frérminet (Léon), avocat, rue du Palais-de-Justice. Chaperon (Pierre), employé, rue Saint-Remy. Baltet (Stanislas), entrepreneur, rue du Bois. Ang"noust (Louis-Léon)*, président du tribunal civil, rue, de la Planche-Clément.

Hoguais (Hippolyte), notaire, rue du Temple. Quélard (Augustin), propriétaire, quai des Tanneries. Cazelles (Gustave), banquier, rue de la Trinité. Payen-Joly, négociant, rue de Paris. Ray (Jules), pharmacien, rue Juvénai-des-Ursins. Baltet (Charles), pépiniériste', faubourg Croncels. Guisin-Bernard (Victor), fabricant de toiles, rue Vieille-Rome. Moreau-Philippon (François), négociant, mail de la Madeleine. N...

BUREAUX DE LA MAIRIE.

Les bureaux de la Mairie, cour de l'Hôtel-de-Ville, sont ouverts an public de 9 à 4 heures.

Secrétariat.

Ouvert au public de 2 à 4 heures. Affaires réservées, — budgets, — compte administratif , - procès- ver baux du conseil municipal, — contentieux, — octroi, — archives, — correspondance,- personnel, —police, — instruction publique - théâtre.

Secrétaire, chef des bureaux : M. CANOT, quai des Comtes-deChampagne,

Comtes-deChampagne,

Bureau du Secrétariat. Alignements, — correspondance générale; — usines,— éclairage, — sociétés de secours mutuels, — arrêtés et réglements, — concessions de terrain dans les cimetières, — comptabilité, — octroi, — boulangers, —


VILLE DE TROYES. 243

— approvisionnement, — hospices et bureau de bienfaisance, — cérémonies publiques, — pensions de retraites, — établissements insalubres,

— aliénés, — assistance judiciaire, — légalisations de pièces. — droits de voirie et de stationnement.

Employé principal : M. Ménétrier.

Employés : MM. Continant. Blanchot, Lascoretz et Zaigue.

Bureau militaire.

Recensement de la population et statistique, — élections et changements de domicile, — élections générales, — garde nationale (sapeurspompiers), conseil de recensement, conseil de discipline, jury de révision,

— recrutement, — engagements, — militaires en congé, — logement, casernement des troupes, — jury, liste des jurés, — prud'hommes, — subsistances, mercuriales hebdomadaires de quinzaine et mensuelle, mesurage et pesage des grains, — mesurage du bois de chauffage, —statistique agricole et industrielle, — contributions, — patentes, — livrets d'ouvriers, — passe-ports et visa pour permis de chasse, — certificats de vie et d'indigence, — syndicat des digues et canaux.

Chef de bureau : M. HENRY, rue de l'Hôtel-de-Ville. Employé : M. Collard.

Bureau de l'état civil. Naissances, — mariages et décès.

Chef de bureau : M. COUSIN, rue de Sainte-Madeleine. Employé : M. Huchard.

Bureau de l'Architecte-Voyer.

MM.

BAILLI, architecte-voyer, rue Hennequin, 4. Vitu, agent-voyer, rue du Bois. Ozeré, piqueur de la voirie. Serva, dessinateur.

Guyard (Ernest), receveur municipal, rue Jaillant-Deschainets.

Vauthier* , médecin, chargé de constater les décès et les naissances de la ville, rue du Paon.

Hervey, médecin, chargé de constater les naissances, rue des Cordeliers.

Guichard, médecin, chargé de constater les naissances, rue du Palais-de-Justice.

Corpechot, notaire de la ville, rue Jaillant-Deschainets.

Cuny * , receveur principal des droits de place.. Vigne, concierge de l'Hôtel-de-Ville.


244

VILLE DE TROYES.

LISTE

DES NOTABLES COMMERÇANTS.

MM.

Abit (Emile), blanchisseur.

Abit-Paillot (Félix), fabricant de bonneterie.

Alexandre (Prosper-J.), marchand de fers.

Arquin-Chollier, mercier.

Argentin (Pierre-A.), fabricant de bonneterie.

Aubert (Charles), fabricant de bonneterie.

Aubry-Garnier (V.-N.), armurier.

Aumont (Elisée), marchand de grains.

Baltet (Stanislas), entrepreneur de menuiserie.

Bardot (Adolphe), blanchisseur.

Baudin (Pierre), marchand de bonneterie.

Eaudin-Horiot (Simon), marchand de bonneterie.

Baudin-Marteau (C.-C), aubergiste.

Baudin Noël (Michel-A.), fabricant de bonneterie.

Baudin-Doré (Edme-F.), marchand de farine.

Barthélémy (Nicol.-B.), pâtissier.

Bazin-Argentin (P.-A.), marchand de bonneterie.

Bazin (Léon-Joseph), marchand de bonneterie.

Bazin (Joseph-Martin), tanneur.

Bazin (Joseph-Louis), négociant en épicerie.

Basseville (Louis), maitre d'hôtel.

Bellot aîné(P.-J.), marchand de meubles.

Bellot jeune (Alexandre), marchand de meubles.

Bellard (François-Marie), serrurier.

Berlot (Jean-Eustache), tonnelier.

Berlot (Grégoire-A.), fondeur.

Bernard, boucher.

Berthelemot-Maugoust, marchand de bois.

Berthelemot-Petit, poëlier.

Berthelot (Nicolas), mécanicien.

Berthelin-Galley (É.-F.), marchand de nouveautés.

Bertrand-Hû (G.-L -H.), imprimeur.

Beuve (Bapt.-N.-E.), mercier.

Biche (Adrien), marchand de vin.

Bigey (Claude-E,), lampiste.

Blanc jeune (Nicolas), charcutier.

Blanchet-Chameroy (M.), marchand de bonneterie.

Blondon (Léon-Jules), marchand de bestiaux.


VILLE DE TROYES.

245

MM.

Bodier fils (Jean-B.), fabricant de bonneterie.

Boiteux (Pierre), sellier.

Bordier-Perrière (J.-B.), fabricant de chandelle.

Bordier-Robinet (A.), fabricant de bonneterie.

Borgne-Tonnelot, marchand de toiles.

Bouclier (Antoine-P.), fabricant de chaises.

Bourbon, maçon.

Bourbon-Lancelot (A.), cordonnier.

Bourgoin (Jacques-L.), voiturier.

Bourgouin (Paul-F.), pharmacien.

Bourgoin NicoIas-E ), marchand de commestibles.

Bourgoin-Coffinet, marchand de bois.

Bourguignat (Eugène), marchand de bois.

Boutet, épicier.

Braley-Ducoudray, marchand de vins.

Bréchot (Jacques-V.), marchand de parfumerie.

Brévot (Edme), libraire.

Bricard (Félix), marchand de vins.

Briet-Ruinet (Pierre-N.), marchand de laine.

Briller-Collet, épicier.

Brochard-Boussard, fabricant de bonneterie.

Bruley (Jean-Baptiste), menuisier.

Brunard (Joseph-Brice), imprimeur.

Buxtorf aîné (B.-J.-B.), banquier.

Caffé (Edme-J.-B.), imprimeur.

Caillot (Pierre-E.), marchand de tissus.

Cambon-Dalichamp (A.), fabricant de bonneterie.

Camusat (Edme-Victor), marchand de peaux.

Camusat-Maubrey (P.), marchand de nouveautés.

Camusat (Victor), marchand de laines.

Camusat-Godot (J.-P.), boucher.

Camut (Emile), serrurier.

Canis (Charles), horloger.

Carougeat (Onésime), fabricant de bonneterie.

Carraud fils (Jules), épicier.

Carret (Jean-Baptiste), fabricant de bonneterie.

Carret (Jean-Elisée), fabricant de bonneterie.

Carret (Edouard), fabricant de bonneterie.

Cavin (Jules), serrurier

Cazelles-Sauveur, fabricant de bonneterie.

César (Auguste-Sylvain), pharmacien.

Champeaux (Fr.-T.-T ), liquoriste.

Chapplain (Romain), cordonnier.

Gharlier (Xavier-F -J ), tanneur.

Charrié (Vincent-Edme), fabricant de bonneterie.

Charton (Pierre), fabricant de bonneterie.


246 VILLE DE TROYES.

MM.

Charton (Paul-E.), horloger.

Chauchat (Arsène), apprêteur.

Chaumonnot-Delarothière, marchand de fer.

Chaussin aîné (E.-P.), fabricant de bonneterie.

Chaussin jeune (A.-P.), fabricant de bonneterie.

Chevallier (Edouard), marchand de tissus.

Chevron (Eugène), orfèvre.

Chollier (Etienne-Louis), liquoriste.

Chollot-Herbin (E.-A.), fabricant de bonneterie.

Clair (Adolphe), fumiste.

Crété père (Alphonse), marchand de papiers, peintre

Cochois (Hippolyte), fabricant de bonneterie.

Coindet (Lucien), fondeur.

Collin-Jacquier (Louis), marchand de charbon.

Collot (Claude-Emile), fabricant de bonneterie.

Collot-Chambellun, marchand de fromages.

Colson (Charles-F.), épicier.

Contant (Nicolas), marchand de rouennerie.

Contant-Troquié (G.-E.), carrossier.

Contant-Guibal (E.-P.), peintre en voiture.

Coquille (J.-B.-Louis), marchand de charbon.

Corneveaux (Pierre-A.), boulanger.

Cornu (Martin), coutelier.

Cornuat (Frédéric-V.), marchand de toiles.

Cortier-Joffroy, marchand de laines.

Cotel aîné (Auguste-A.), mécanicien.

Cotteret père (Paul), marchand de bois de placage.

Cotteret fils (Louis-J.), ébéniste.

Couard (Adrien), marchand de rouennerie.

Courgibet (André), loueur de chevaux.

Cousin (Louis-Basile), fabricant de bonneterie.

Couturier-Derson (N.-C.), marchand de nouveautés.

Coutin (Théophile), commissionnaire.

Cuisin-Bernard (L.-V.), fabricant de toiles.

Dalichamp-Prévost (P.), négociant.

Daloz (Paul-Emile), chapelier.

Damoiseau (Nicolas), fabricant de bonneterie.

Darce (Charles-Joseph), limonadier.

Darce (Jean-Baptiste-A.), marchand de bois.

Dard-Cadout (Laur.-P.), fabricant de bonneterie.

Dard (Nicolas-Antoine), meunier.

Dattez (Henri-Théodore), épicier.

Dauptain (Charles), quincaillier.

Daviau fils, entrepreneur.

Delaunay fils, pharmacien.

Delaune-Guyard (L.-A..), marchand de tissus.


VILLE DE TROYES.

247

MM.

Delorme (Pierre), marchand de peaux.

Démarche (Jean-M.-A.), chapelier.

Derrey (Eugène), fabricant de bonneterie.

Deschamps-Chardon, mercier.

Desrues (Onésime), marchand de chevaux.

Dessirier (Louis), directeur de l'usine à gaz.

Deveaux (François-J.), fabricant de billards.

Didat aîné (J.-B.), maréchal.

Diderot (Michel-A.), fabricant d'huile.

Doré (Jules-Constant), fabricant de bonneterie.

Dorez-Souillard , fabricant de bonneterie.

Dossot (Pierre), loueur de chevaux.

Doué, épicier.

Doué fils, fabricant d'huile.

Douine (Ernest), filateur.

Doussot (Adrien-Nicolas), marchand de bois.

Doyen fils (Adrien), entrepreneur de maçonnerie.

Droin (Eugène), boulanger.

Drouot (Léon-Emile), marchand de nouveautés.

Dubois père (Jos.-Hya.), entrepreneur.

Dubois fils, menuisier.

Duchat aîné (Pierre-C), charcutier.

Duchat jeune (Louis), charcutier.

Dufëy-Rohert, libraire.

Dumont-Tellier (Ferd.), marchand de tapis.

Dupont Boussard (J -E.), blanchisseur.

Dupont-Choiselat (E.-A.), blanchisseur.

Dupont-Forest (Louis), filateur.

Dupont-Poulet (P.), filateur.

Eustache (Eugène), boulanger.

Fariney (Jeau-B.), négociant.

Favier (André-Théop.), marchand grainetier.

Fleuret (Eugène), négociant en rouennerie.

Flogny (François-Cyp.), fabricant de bonneterie.

Frémont (Victor), marchand d'antiquités.

Fritsch (Michel-Jean), charron.

Fromonnot (Claude), liquoriste.

Fichaux fils (Charles-F.), pâtissier.

Fournt (Jacques-Alex.), maçon.

Gabut (Jules), marchand de rouennerie.

Gallet-Lemosse (A.), fabricant de bonneterie.

Gambey-Briet (E.-M.), apprêteur.

Gambey-Maillot (P.-F.), blanchisseur.

Gambs (Chrétien-C.-A.), fabricant de corsets.

Gamichon (Simon-Vincent), entrepreneur.


248 VILLE DE TROYES.

MM.

Gatouillat aîné (A..-N.), carrossier.

Gatouillat jeune, marchand de tissus.

Gaudet (Louis), tonnelier.

Gaudichon (Nicol.-L.), fabricant de savon.

Gaulard (Achille), poëlier.

Gauthier (Alfred-Louis), marchand de bois.

Gégnon.(Victor-G.), limonadier.

Geoffroy (Jean-Noël), couvreur.

Gérard (Hippolyte-Ange), fabricant de bonneterie.

Gey (Camille), pharmacien.

Gille (Jules), marchand de draperie.

Gillet fils (François), mécanicien.

Gillier (Joseph), fabricant de bonneterie.

Gillot (Emile-Etienne), marchand de grains.

Gillot (Ernest-Théophile), marchand de grains.

Gillot, commissionnaire de roulage.

Gobin-Brusson, marchand de bois.

Gobinot (Léon), blanchisseur.

Gobinot-Chambaron (A.), blanchisseur.

Godard (Armand), boucher.

Godard (Pierre-L.-J.), fabricant de bonneterie.

Gomand (Emile Paul), boulanger.

Goutin (Joseph), fabricant de bonneterie.

Grados (Edme-Nicol.), marchand de vins.

Grandidier (Alexis), menuisier.

Grau (Martial), marchand de bonneterie.

Gravier (Pierre), fabricant d'aiguilles.

Greslon (Charles-E.), tailleur.

Grisard (Camille), fabricant de corsets.

Guéniot (Claude-Germain), cordonnier.

Guériu-Dauvée, marchand de bois.

Guichard (Jean-P.-E.), tonnelier.

Hariot (Louis-Emile), marbrier.

Helle-Duquenès, fabricant de carrés de montres.

Henneton (Jean-Baptiste), marchand de bois.

Henneton jeune, marchand de bois.

Henrion (Charles-P.). agent de change.

Henry (Nicolas-Victor), meunier.

Hérard-Feste (Victor-L.), chaudronnier.

Herbin (Alfred-Louis), fabric. de bonneterie et filateur.

Herbin (Jules-Ernest), filateur et fabric. de bonneterie.

Hériot, épicier.

Honnet (Ernest-C), marchand de nouveautés.

Honnet (Ernest-P.), marchand de rouennerie.

Honnet fils (Emile), peintre.

Houzelot-Roblin (Nic), fabricant de bonneterie.


VILLE DE TROYES. 249.

MM.

Huchard (Appol.-Auguste), mercier.

Hugot (Louis), peintre-verrier.

Huguenot fils (P.-L.-E), marchand de bonneterie.

Huguier-Truelle, pharmacien.

Huot-Decens (Jos.-A.-I ), orfèvre.

Huot (Jules), marchand de blanc.

Hurey (Eugène-Val.), charcutier.

Jacoillot (J.-B.-Alexandre), serrurier.

Jacquinot (Alexis), charpentier.

Jay (Auguste-Etienne), marchand de nouveautés.

Jeanne-Cordier (Ch.-Désiré), meunier.

Jeannel (Joseph), marchand de fers.

Jeannet (Edme-Nic), fabricant de bonneterie.

Jeanny (Simon-César), plâtrier.

Joanneton (Prudent-E.), marchand de mercerie.

Joblet (Pierre), blanchisseur.

Joffroy fils (Georges), marchand de vins.

Joffroy-Gayot (Charles), tailleur.

Jorry-Blavoyer (Jules), négociant.

Jorry (Louis), menuisier.

Jorry-Prieur (H.-J.-B.), marchand de toiles.

Journé (Eusèbe), marchand de tissus.

Jullien (Pierre-Xavier), marchand de bois.

Jully-Cartier (Ernest), brasseur.

Jumeaux (Paul), marchand de bonneterie.

Junol-Taviot (Antoine), blanchisseur.

Kélard (Pierre), charpentier.

Lacroix-Bracco (L.-T.), fabricant de bonneterie.

Lafaist (Vulfrand), fabricant de bonneterie.

Lafond-Faverot (Alexis), fabricant de bonneterie.

Lambert (Placide), libraire.

Lambert (Hippolyte), marchand de grains.

Lamblin aîné (Charles), marchand de volailles.

Lancelot (Théodore), marchand de vins.

Laumet-Longuet (Th.), fabricant de briques.

Lavocat (Alex.-Jos.), tanneur.

Lavocat fils, fabricant de bonneterie.

Lebon (Jean-Bapt.), fabricant d'huile.

Lecaudey (Désiré), chapelier.

Léclanché (Paul), fabricant de registres.

Leclert-Ganne (Alfred), ébéniste.

Lécorché (Athanase), marchand de nouveautés.

Leduc-Hû (Louis-J.), marchand de bonneterie.

Lefebvre aîné (Auguste), doreur.

Lejey-Testard (P.-D.), marchand de fers.

Lemoine (Remi-Hip.), mégissier.


280 VILLE DE TROYES.

MM.

Lesmarets-Desprez (A.), maçon.

Loiselet (Alexandre), marchand de tissus.

Longbois (Ernest-M-.), marchand de vins.

Lorain (Orner), confiseur.

Lorré (Prosper-J.-B.), pelletier,

Lorne (Narcisse-Maxim.), distillateur.

Lutel Bnurguignat (P.), marchand de grains.

Mailfer (Julés-Armance), marchand de nouveautés.

Mailly-Manyat (Ch.-M.), apprêteur.

Maire (Jean-Nicolas), maçon.

Maison (Jules), pharmacien.

Manchin (Claude-Louis), marchand de fontes.

Mannequin (Emile), mécanicien.

Mannequin (Alphonse), tourneur.

Marchand (Georges), faïencier.

Marinot (Nicolas-E.), marchand de bonneterie.

Marnot (Ernest-Armand), négociant en vins.

Marot (Claude-Nicolas), fabricant de bonneterie.

Martin (Laurent-A.), fabricant de toiles.

Martinot, marchand de nouveautés.

Massey (François), charcutier.

Masson (Gustave), fabricant de bonneterie.

Masson (Louis-Auguste), briquetier.

Mathelin (Alexandre), marchand de nouveautés.

Mathieu (Alexandre), boulanger.

Mauchauffée (A.-J.), fabricant de bonneterie.

Menneret-Perrodin (A.), fabricant de bonneterie.

Menesson (Alex.-H.), mécanicien.

Menesson (Alphonse-J.), mécanicien.

Mérat-Blondel (Léger), boulanger.

Mérat-Gantel (Pasc.-T.), limonadier.

Michaux (Loais-AIph.), fabricant de bonneterie.

Michaux jeune, fabricant de bonneterie.

Michaux (P.-E.-N.-I.), fabricant de pompes.

Michaux (Vincent), marchand de nouveautés.

Michel-Ruffier (Léon), marchand dé bonneterie.

Migeon, maçon.

Mignard (Pierre-E.), quincaillier.

Millard-Gauthier (Edme), fabricant d'huile.

Millot (Victor-Gabriel), apprêteur.

Monniot-Desprez (P.-A.), marbrier,

Montenot (Louis-E.), marchand de charbons.

Montezer fils (Henri-J), relieur.

Mopinot (Camille), marchand de vins.

Moreau-Phlipon (F.), fabricant de bonneterie.

Morel-Payen (Pierre-M.), fabricant de bonneterie.


VILLE DE TROYES. 251

MM.

Mortinet, relieur.

Mosle (Eugène), fabricant de chaussures.

Nailiot (Ch.-Pierre-Savinien), négociant.

Namur (Charles-Pierre), pharmacien.

Nancey (Arnédée), négociant en bonneterie.

Naudot (Paul), confiseur.

Nauroy-Bréjard, marchand de fromages.

Nérisson (René), fabricant d'aiguilles.

Nicot, marchand de papier.

Nieps (Jacques), marchand de nouveautés.

Oger-Jeannet (Alfred), marchand de nouveautés.

Oudin (Michel-Auguste), fabricant de bonneterie.

Oudin jeune (M.-V.-E.), marchand de chaussures.

Oudot (Pierre), marchand de plâtre.

Paillette (Léopold), directeur de la succursale de la

Banque de France.

Pain (Charles), menuisier.

Papin, marchand de vins.

Parigot (Emile), charpentier.

Paris (Auguste), fabricant de bonneterie.

Partiot (Jean-Baptiste), marchand de cotons.

Patin-Beaurepaire, épicier.

Paton père, relieur.

Paupe-Clausel (Louis-F.), lithographe.

Pauvre (Gustave), charpentier.

Payen-Joly (Eug.-S.), marchand de cotons.

Pecoud (Pierre), négociant en épicerie.

Pelissonnier, négociant en vins.

Perrier (Claude), marchand de vins.

Perrin (Gabriel-Sébastien), marchand de tissus.

Perrin (Charles), marchand de bonneterie.

Perricourt (Fr.-Hipp.), marchand de bois.

Perrot-Fontaine (Hilaire), tapissier.

Perry (Victor), teinturier.

Petitdidier (Victor-F.), horloger.

Petit-Musnier (J.-B), fabricant de bonneterie.

Petit aîné (Joseph-Nicolas), mécanicien.

Petit (Jean-B.-Bernard), fabricant de tissus.

Pichon (Léon), marchand de bonneterie.

Pigeotte (Alexandre), chemisier.

Pillard (Pierre-Marie), orfèvre.

Pillost-Rémond, restaurateur.

Pinsot-Houzelot (Prud.), marchand de grains.

Poron (Charles-Marie), manufacturier.

Pougiat aîné, fabricant d'huile.

Poulet-Winter (Adolphe), marchand de laines.


252 VILLE DE TROYES.

MM.

Pourlet (Ambroise), maçon.

Pouthier-Petit (Fr.-Dés.), marchand de bonneterie.

Préaux (Ferdinand-H.), horloger.

Prin-Relin, marchand de bonneterie.

Prin (Nicolas), épicier.

Profit (Auguste-Eugène), liquoriste.

Prunier (Isid.-Augustin), épicier.

Quinat aîné (Louis), charpentier.

Quinquarlet (Avit-Félix), fabricant de bonneterie.

Quinquarlet-Dupont (A.), filateur.

Quinquarlet (Hilaire-A.), fabricant de bonneterie.

Raby (Jules-Eugène), marchand de toiles.

Raclot (Victor-Alexandre), marchand de rouennerie.

Ragueneau (Jules-P.), marchand de nouveautés.

Raguet (Paul), fabricant de bonneterie.

Raudin (Nicolas), marchand de bois.

Ray (Jules-Joseph), pharmacien.

Raynaud-Pillard (Th.-J.), tuilier.

Regnault (Louis-Prosper), banquier.

Régnier (Henri), fabricant de bonneterie.

Remy (Pierre-Victor), fabricant de bonneterie.

Rénier (Emile-Louis), agent de change.

Ricard (Louis-Emile), banquier.

Richer-Hû (Louis-Gaston), marchand de mercerie.

Rigny (Pierre-Alfred), boulanger.

Rigolley (Ernest), négociant.

Rigolley (Armand), marchand de laines.

Rigolley (Charles), marchand de laines.

Rigolley (Edmond), marchand de laines.

Rigollot (Gaston), épicier.

Riousse (Principe), meunier.

Rivière-Chamon (Eug). boulanger.

Robin (Gustave-J -A.), fondeur.

Rocard (Auguste-Eug.), orfèvre.

Rocher (Ambroise),

Roger (Charles), marchand de vins.

Roinot (Jean), marchand de nouveautés.

Roizard (Arsène), fabricant de bonneterie.

Rosty (Gélestin), peintre.

Rothier-Pillost (Léon). cordier.

Rothier jeune, cordier.

Rouannet (Martin-Cas.), serrurier.

Rousseau (Célestin), marchand de mercerie.

Royer-Gaullet (Jean-P.), boulanger.

Royer (Michel), commissionnaire de roulage.

Royer (Modeste-J.-B.), marchand de charbon.


VILLE DE TROYES. 253

MM.

Ruotte (Aristide-Auguste), liquoristé.

Salomon (Joseph), marchand de rouennerie.

Salomon-Rougé (Louis), marchand de tricots.

Samuel (Ferdinand), meunier.

Saussier (Paul-Jean-B.), quincaillier.

Sauvage (Jean-Paul), marchand bimbelottier.

Sennegy(Edme), marchand de grains.

Serisier-Chandelier, marchand de toiles.

Sester, liquoristé.

Simonnot (Alphonse), marchand de toiles.

Simplot (Jules-Barthél.), marchand de draps.

Socard, confiseur.

Soucin (François), tanneur.

Tantet (César-Nap.), marchand mercier.

Tantet (Eugène), marchand mercier.

Tarin (Ambroise-Germ.), tuilier.

Thévenot (Auguste). filateur.

Thévenot-Nérat (Arsène), négociant en papiers.

Thibaut (Louis-Marie), fabricant de papiers.

Thiéblin fils (Emile-E.), négociant.

Thouvenin (Ambroise), négociant.

Thuillier (Sébast.-Phil.), tailleur.

Tintrelin-Bréjurd (C.-A.), marchand de fromages.

Tisserand (Charles), boulanger.

Tisserand (Pierre-Nic), entrepreneur.

Tonnellier (Michel-A ), épicier.

Toulouse-Rerton (Thé ), épicier.

Toulouse (Ferdinand), négociant.

Troquié-Cadillac (Aug.), négociant.

Truelle (Florentin), fabricant de bonneterie.

Vachette (Emile-Aug.), fabricant de serrures.

Vacherat (Ernest), marchand mercier.

Valange (Louis-Simon), marchand mercier.

Vaillant (Joseph), marchand de bois.

Valton (Auguste), marchand de grains.

Valton-Beringer (Louis), fabricant de métiers.

Vailon-Lerouge (J.-B.), fabricant de bonneterie.

Vanarien-Derrey (Léon), marchand de bonneterie.

Varnet (Charles), négociant.

Vaudé (Louis-Edouard), banquier.

Vernant (Aristide), fabricant de bonneterie,

Vez fils, négociant.

Viardin (Henri-Maurice), fabricant de bonneterie.

Viard (Edouard), opticien.

Vidal (Pierre), armurier.

Vienne (Albert-Victor), négociant.


254

VILLE DE TROYES.

MM.

Viénot fils (Joseph-A.), marchand de blanc.

Vigerie-Guibal (P.-J.- Z.), négociant.

Viget (Charles), marchand de porcelaines.

Vignes (Joseph-G.-E.), directeur du Crédit Agricole.

Vincent-Périer (Alexandre), marchand de vins.

Vincent-Larcher (L.G.), peintre-verrirr.

Vinot (Henri-Léon), fabricant de bonneterie.

Viot (Adolphe-Louis), marchand de cotons.

Virey (Alexis), marchand de grains.

Vivien, entrepreneur.

Vivien-Bertrand (Anand), tanneur.

Voitcy (Louis), capitaine au long cours.

COMMISSAIRES DE POLICE.

MM.

De la Granville de la Chevardière, commissaire central de police, rue des Bas Trévois, 2.

Laboulaye, rue de la Cité, 25 (moitié de la ville, 1er arrondissement).

Fournot, rue Saint-Vincent-de Paul, 55 (moitié de la ville, 2e arrondissement).

Michel, inspecteur de police, rue de la Montée-des-Changes, 8.

Sergents de Ville.

Millon, brigadier, rue de la Cité, 74.

Delieux, id. quai des Tanneries, 20.

Forgeot, sergent, rue du Gros-Raisin, 8.

Castillon, id. faubourg de Preize.

Benoît, id. rue de la Grande-Tannerie, 38.

Jacques, id. rue de Paris, 74.

Guillard, id. faubourg Croncels, 58.

Huchard, id. rue de la Pierre, 31.

Borgne, id. rue de la Trinité, 18.

Godin, id. rue de Molesmes, J.

Borgne (A.); id. rue Saint-Gilles, 7.

Tremet, id. rue Saint-Jacques, 47.

Naudin, id. rue Surgale, 41.

Lambert, id. rue Simart.

Gardes-Champêtres.

Pléot, rue Courtalon, 57. Lauray, faubourg Saint-Jacques.


VILLE DE TROYES.

Bidault, rue

Boudin, rue de Preize, 115.

Lecoq (Arsène), garde des cimetières, au Cimetière.

TRIBUNAL DE POLICE.

Ce tribunal connaît de toutes les contraventions aux ordonnances de police, et aux articles du code pénal, depuis le n° 471, jusques et y compris le n° 483, et, en outre, de toutes celles qui sont portées dans les lois antérieures et que ce code n'a pas modifiées.

Il est présidé par l'un des trois juges de paix de la ville de Troyes, alternativement et par trimestre.

M. le commissaire central, ou le commissaire de police par lui délégué, remplit prés du tribunal de simple police les fonctions de ministère public.

Les audiences se tiennent tous les vendredis, à midi, dans une des salles de l'Hôtel-de-Ville.

MM.

L'un de MM. les juges de paix, président.

Le commissaire central, remplissant les fonctions de ministère public.

Zaigue, rue Charbonnet, M, greffier.

Payen, rue du Temple, 50, Buridant, rue Charbonnet, M, Gauchot, rue des Quinze-Vingts, 22,

huissiers-audienciers.

OCTROI.

La loi qui établit un octroi municipal et de bienfaisance dans la commune de Troyes a été adoptée par le Conseil des Anciens le 12 fructidor an VIX. Elle, port» que le produit de l'octroi sera spécialement et uniquement destiné à l'acquit de ses dépenses locales et à celles de ses hospices.

Le personnel de l'octroi de la ville de Troyes se compose :

1° D'un préposé en chef de l'octroi ; 2° D'un contrôleur comptable ; 3° De quinze receveurs; 4° De trois préposés sédentaires; 5° De deux préposés aux entrepôts ; 6° De dix-neuf surveillants de jour et de nuit ; 7° De onze surveillants aux poternes pour les passages interdits à la perception ; 8° De huit auxiliaires.


256 VILLE DE TROYES.

Bureau central, rue des Bas-Trévois, 16.

M. BLASSON, préposé en chef, rue des Bas-Trévois.

M. Brunard, contrôleur de l'octroi, rue des Bas-Trévois.

RECEVEURS. A l'Abattoir. — M. Logerot (Joseph). A l'Embarcadère. — M. Joffroy (Hippolyte). A Saint-Jacques. — M. Lecomte. Aux Chartreux. — M Largeot.

A la route de Nevers (Croix du Petit-Pavé). — M.Georges (Th,). A Sainte-Savine. — M. Joffroy (Lazare). Au Port. — M. Abit.

A la recette centrale (à la Halle aux vins). — M. Lopez, A Saint-Martin. — M. Lécorché. Au Pont-Vert (Preize). —M. Larcher. Aux Trévois. — M. Noiret. Aux Mcrots. — M. Fontaine. A la Grande-Planche. — M. Moret. Au Vouldy. — M. Bruniot. Aux Tauxeltes.— M. Ducroquet.

Service des Entrepôts. (Bureau de la Recette centrale, à la Halle au Vin.)

M. Georges (Nicolas). M. Bruniot.

(La perception et le passage des objets assujettis aux droits d'entrée et d'octroi sont interdits par tous les endroits autres que ceux ci-dessus désignés.)

SERVICE MUNICIPAL DU CONTROLE DU GAZ

Un service de contrôle dn gaz, pour en vérifier le pouvoir éclairant et la qualité a été établi par les soins de l'administration municipale et d'une commission syn dicale.

Les intéressés qui ont des renseignements à demander ou des observations à faire peuvent s'adresser à l'Hôtel-de-Ville, cabinet du contrôle, les lundi, mercredi et vendredi, de huit à neuf heures du soir.

Un extrait des registres est publié chaque mois dans le journal.

Membres de la Commission syndicale.

MM.

Orry (Xavier), président. Poron (Amand), vice-président. Leduc-Hû, trésorier. Dupont (Ernest), secrétaire.


VILLE DE TROYES. 357

MM.

Berthier-Gayot.

Douine (Hippolyte).

Dupont-Poulet.

Richer-Hû.

N...

Chef du contrôle : M. Orry (Xavier).

Essayeur-vérificateur : M. Biémont.

INSTRUCTION PUBLIQUE.

CHAPITRE 1er. _ ENSEIGNEMENT SECONDAIRE.

CHEFS D'INSTITUTION.

Titulaires.

MM.

Cieutat, rue du Bois.

Rouget, rue Champeaux.

Larzillière, à Ma-Campagne, près Troyes.

Prédécesseurs., MM.

Haghe. Herment, neveu.

N...

CHAPITRE II. — ENSEIGNEMENT PRIMAIRE.

SECTION Ire. — PENSIONNATS.

Titulaire.

M. Luquet.

Prédécesseur

M. Biche.

MAISONS D'EDUCATION DE DEMOISELLES.

Mmes Broussey, rue Grosley. Demoulins, place Saint-Pierre. Beaussire et Derousse, rue du Pont-Royal, 1. Fransquin, mail du Beffroy. Hugot, mail des Blanchisseurs. Ferrant, rue Champeaux. Les Religieuses du Sacré-Coeur, cour Saint-Martin-ès-Aires.

— de la Visitation, faubourg Croncels.

— Ursulines, rue Notre-Dame.

— de la Providence, rue des Terrasses.

— de la Providence, rue de la Vicomte.

SECTION II. — ÉCOLES COMMUNALES.

(Elles sont toutes gratuites.)

1878. 17


258 VILLE DE TROYES.

§ 1er. - ÉCOLES SPÉCIALES DE GARCONS.

MM.

Venant, directeur, rue du Grand-Cloître-Saint-Pierre. Daulet, adjoint.

François, directeur, rue Saint-Vincent-de-Paul. Brisson, adjoint.

Malarmé, directeur, place du Ravelin. Dematons, adjoint.

Lécorché, près l'église de Saint-Martin. Billotte, adjoint.

Les Frères de la doctrine chrétienne, rue Hennequin. — mail de Croncels.

— — rue de la Madeleine.

§ 2. — ÉCOLES SPÉCIALES DE FILLES.

Mmes

Gayon, directrice, rue Boucherat. Mlle Laurent, adjointe. Les Ursuliues, rue Grande-Tannerie.

Les Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul, rue du Cloître-SaintEtienne et rue Saint-Vincentrde-Paul.

§ 3. — ÉCOLES COMMUNES AUX DEUX SEXES.

MM.

Locquin, à la Vacherie.

Lécuriot, aux Tauxelles.

Baudroit, rue Saint-Frobert (école protestante).

Professeurs particuliers pour les Écoles primaires.

M. Gaulard (René), rue Champeaux, 2, professeur de chant.

M. Chollot, rue de la Cité, professeur de dessin.

M. Mann, rue du Temple, professeur de gymnastique.

Commission pour la surveillance des Ecoles de la ville de Troyes.

Le Conseil départemental de l'Aube, par sa délibération du, 3 mai, 1872, a arrêté, ainsi qu'il suit, la liste des Membres composant la délégation cantonale pour la surveillance des Écoles de la ville de Troyes :

MM.

Henry, maire, président.

Angenoust *, président du tribunal civil, vice-président.

L'abbé Trouvé, vicaire de Saint-Pierre.

Biche, ancien maître de pension.

Blanchet-Chameroy, négociant.

Chéron, ancien chef destitution.

L'abbé Lécorché, vicaire, de Saint-Ramy.


VILLE DE TROYES. 259

D'Arbois de Jubainville *, archiviste du département.

Douine (Ernest), manufacturier.

Gayot (Amédée), député.

Gey, pharmacien.

Hoguais, notaire.

Boutiot (Théophile).

Petit, avocat.

Pierret, avoué.

Dutreix, avocat.

Fréminet (Léon), avocat.

Vaudé (Emile), propriétaire.

Vauthier *, médecin.

Buxtorf (Emanuel), ingénieur-mécanicien.

Assollant, ancien professeur.

L'abbé Foisel, vicaire de Saint-Jean.

L'abbé Aubert, vicaire de Saint-Pierre.

Saussier (Louis), manufacturier.

Costel, avocat.

Babeau (Albert), propriétaire.

§ 4. — SALLES D'ASILE.

Rue de la Petite-Tannerie, La soeur Saint-Remy, des Ursulines,

Ursulines, Docteur Guiehard, médecin.

Rue des Forces, La soeur Ephrem, de la Providence

Providence Troyes, directrice. Docteur Bacquias * , médecin. Docteur Forest, médecin.

Rue Boucherat, La soeur Marceline, de la Providence,

Providence, cin.

Docteur Carteron (P.) *, médeDocteur Vauthier * , médecin.

Rue du Marché-Rupt, La soeur Bélus, de la communauté

communauté St-Vincect-de-Paul.

Comité de patronage des Salles d'asile de Troyes.

M. Henry, maire de Troyes, président.

Mme Mafagrin, présidente d'honneur.

Mme d'Anthenay, secrétaire.

Mmes Angenoust, Rattier, Léon Boillefot, Douine, Gayot, HérardDupont, Julien Baltet. Journé, Rémond, Tatin, Huvier, André, Félix Fontaine, Mlle Bénard, Lalou, Masson-Lavocat, Bazin-Rousselet, Hoppenot (Emile), Corpechot, Douine (Hippnlyte), Bouché de Sorbon.

MM. le curé de Saint-Pierre, le curé de Saint-Urbain, le curé de Saint-Pantaléon, le curé de Saint-Martin.


260 VILLE DE TROYES.

SECTION IIIe. — COURS D'ADULTES. § 1er. — CODRS D'ADDLTES. — HOMMES.

Les Frères de la doctrine chrétienne, mail de Croncels (cours

spécial aux militaires). Les Frères de la doctrine chrétienne, rue Hennequin, Les instituteurs laïques, école de la place du Ravelin.

§ 2. — COURS D'ADULTES. — FEMMES.

Mme Gayon, rue Boucherat.

Ces cours ont lien tous les jours, les dimanches et jeudis exceptés, de huit heures à dix heures du soir.

SECTION IV. — ÉCOLES LIBRES DE JEUNES FILLES.

§ 1er. — ÉCOLES GRATUITES.

Les Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul, rue Saint-Martin. Les Religieuses de la Visitation, faubourg Croncels.

du Sacré-Coeur, cour Saint-Martin-ès-Aires.

§ 2. — ÉCOLES PAYANTES.

Mlles

Houzelot, rue de l'Hôtel-de-Ville. Mimey, rue Carrée. Blessing, rue du Cheval-Blanc. Pourrier, rue Saint-Jacques, 50. Cambacérès, mail des Tauxelles. Varnet, rue de la Grande-Tannerie.

Cours du soir établis par la Société de l'Ecole élémentaire de Troyes, rue du Dauphin, 6.

COURS PUBLICS ET GRATUITS D'ALLEMAND ET D'ANGLAIS.

Ces cours, fondés en 1852, par la libéralité de M. Jaillant-Deschainets, se font dans une salle de l'Hôtel-de-Ville, le soir, de 7 à 9 heures. Cours d'allemand, le lundi et le mercredi. Cours d'anglais, le mardi et le vendredi.

M. Martel, pofesseur d'allemand, rue Planche-Clément, 45. M. Souard, professeur d'anglais, faubourg de Preize.

COURS GRATUIT DE CHANT

POUR LES ADULTES

Ce cours, fondé en 1859, par la municipalité de Troyes, a lieu dans une salle de l'Hôtel-de-ville, a 8 heures du soir, deux fois par semaine, les mardi et vendredi.

Professeur : M. Gaulard (René), rue Champeaux, 2.


VILLE DE TROYES. 261

ECOLE GRATUITE DE DESSIN

ET D'ARCHITECTURE

L'École de dessin et d'architecture a été ouverte le 15 novembre 1773. La première distribution des prix a eu lieu le 18 septembre 1774. Cette école, entretenue par le Conseil municipal de Troyes,se tient dans un bâtiment municipal, rue Boucherat, n° 2, tous les jours, de cinq à sept heures du soir en été, et de six à huit heures du soir en hiver, excepté le dimanche et le jeudi. Elle est utile aux jeunes gens qui se destinent aux arts et aux métiers.

Les jeunes gens qui désirent suivre les leçons doivent se faire inscrire, avant le 31 octobre, à l'hôtei-de-ville, sur un registre déposé au bureau de l'administration générale. Nul ne peut être admis s'il n'a l'âge de douze ans révolus.

Autrefois, c'était une école royale confirmée par lettres-patentes du mois de février 1779, enregistrées au Parlement le 23 mars 1781.

M. de Bruneval, décédé le 2 mai 1775, quoique étranger à la ville, en fut le bienfaiteur; il fonda les prix de l'école, et donna une maison, rue de la Levrette, pour loger les professeurs. Afin de rendre hommage à la mémoire de M. de Bruneval, le conseil municipal, en 1851, a donné son nom à la rue de la Levrette.

Cette Ecole, qui était installée depuis l'origine à l'hôtel-de-ville, a été transférée, en 1855, dans la rue du Temple, et en janvier 1869, rue Boucherat, 2.

MM.

Bailly, directeur-professeur, rue Hennequin, 1. Royer. professeur de dessin, rue du Bois. Baudelle, professeur de sciences appliquées à l'industrie, rue de Preize.

Roussel, surveillant.

ÉCOLE DE GYMNASTIQUE

Place des Jacobins.

Cette Ecole, instituée par les soins du Conseil municipal de la ville de Troyes, a été ouverte le 24 août 1840.

Les exercices ont lieu tous les jours, excepté l'hiver, depuis six heures du matin jusqu'à huit heures du soir. Les séances sont générales ou particulières.

PROFESSEUR-DIRECTEUR :

M. Mann, professeur d'armes et de gymnastique, r. du Temple.

HALLE AUX GRAINS

Cette halle, dont la construction a été commencée en 1837, a été érigée suivant les dessins de M. Gauthier, architecte. Elle a été ouverte le 12 décembre 1840.

Tous les samedis, elle est abondamment pourvue de blés et de graines de toutes sortes. Elle renferme, dans sa parue supérieure, des greniers qui sont loués à divers négociants.

Concierge : M. Moine fils.


262 VILLE DE TROYES.

HALLE A LA BONNETERIE

OU AUX MARCHANDISES

Cet établissement, construit par les soins du Conseil municipal de Troyes, sur les dessins de M. Portret, architecte, est divisé en magasins qui sont loués à divers fabricants de bonneterie des arrondissements de Troyes, de Nogent et d'Arcis. — Les jours de vente sont les jeudi, vendredi et samedi de chaque semaine. — Dans l'origine, cette halle était destinée aux toiles et à la bonneterie; maintenant elle est seulement occupée par les produits de cette dernière industrie. —Le 3 février 1837, les fabricants de toile ont commencé à occuper cette halle, et les fabricants de bonneterie au commencement de 1838.

Concierge : M. Dubois.

HALLE AUX VINS OU ENTREPOT RÉEL POUR LES BOISSONS

Cet établissement municipal, situé à l'entrée du faubourg Croncels, a été fondé en 1810 pour recevoir en dépôt les boissons expédiées par des propriétaires récoltants, sous la surveillance des administrations des contributions indirectes et de l'octroi municipal de la ville.

M. Naudin, concierge assermenté.

ABATTOIR PUBLIC

Quai du Fort-Bouy.

Cet établissement a pour but de pouvoir exercer une surveillance sur les viandes livrées à la consommation de l'intérieur de la ville. Aux termes de la loi et des instructions qui régissent le commerce de la boucherie, tous les bouchers et les charcutiers, domiciliés sur toute l'étendue du lieu sujet à l'octroi, sont tenus d'y abattre les bestiaux qu'ils destinent a la consommation de la ville.

Les droits d'octroi sur les bestiaux abattus se perçoivent en même temps que les droits d'abats et les droits sur le suif en branche, au bureau de l'abattoir.

Les bâtiments du nouvel abattoir que la ville de Troyes vient défaire contraire par M. Fléchey, architecte, ont été terminés au commencement de l'aimée 1858. Ils ont été inaugurés le 7 mars 1858 et mis en activité le lendemain.

Le décret impérial qui autorise la translation de l'abattoir public, de la rue de la Grande-Courtine au quai du Fort-Bouy, est daté du 9 juin 1855.

Receveur : M. Logerot (Joseph). Préposé sédentaire : M. Raby. Inspecteur des viandes : M. Millet. Concierge : M. Chanteclair.


VILLE DE TROYES. 263

ECOLE DE NATATION

Mail de Chaillouet.

Cet établissement hygiénique a été créé par les soins de la municipalité de Troyes, en 1840. D'abord établie sur le mail des Tauxelles, l'Ecole de natation a été transportée, en 1856, sur le Cours-Saint-Jacques, puis en 1864 sur le mail de Chaillouet.

Fermier de l'Ecole de natation : M. Dubois, entrepreneur, rue Jaillant-Deschainets.

BOITE DE SECOURS

POUR LES NOYÉS ET LES ASPHYXIÉS

S'il est important de retirer les noyés le plus promptement et avec le plus de soin possible, il ne l'est pas moins d'avoir sous la main tout ce qui est nécessaire pour donner les secours que leur état réclame. Aussi l'administration manicipale de la ville de Troyes a-t-elle fait déposer, dès l'année 1832, trois boites de secours sur différents points de la ville :

1° A la pharmacie de l'Hôtel-Dieu, quai du Canal ;

2° A l'Ecole de natation;

3° Au moulin de Saint-Quentin.

BIBLIOTHEQUE DE LA VILLE

Rue Saint-Loup.

La bibliothèque publique de la ville de Troyes occupe une salle immense disposée dans l'ancienne abbaye de Saint-Loup. Cette salle, formée de deux étages réunis, a 55 mètres de longueur sur 10 de largeur et 7 de hauteur. Elle prend le jour du côté du midi, par 8 grandes fenêtres de 5 mètres de hauteur ; les 32 fenêtres qui regardaient le nord ont été murées. Un arrêté du Directoire du département avait consacré à cet établissement tous les appartements supérieurs de l'abbaye, dès le 9 septembre 1790; mais le manque de fonds suspendit jusqu'en 1796 l'exécution du projet. L'administration municipale vint alors en aide à celle du département, en offrant d'avancer les sommes nécessaires à la confection des buffets.

Cette bibliothèque fut fondée en 1651, par suite de la donation de Hennequin, docteur en Sorbonne. Après la révolution de 1792, la bibliothèque de l'abbaye de Clairvaux, riche d'au moins cinquante mille volumes, dont faisait partie la précieuse bibliothèque du président Bouhier, de Dijon, acquise en 1781, vint enrichir ce dépôt. A la même époque, la bibliothèque de Troyes s'augmenta encore de vingt-quatre bibliothèques particulières, et de quinze bibliothèques conven tuelles; parmi ces dernières se trouvait celle de l'Oratoire, formée en grande partie de la collection des savants frères Pithou.

Actuellement elle ne possède pas moins de cent mille volumes imprimés, et plus de deux mille manuscrits; le catalogue des manuscrits, dressé par M. Harmand, a été imprimé en 1856.

On peut consulter, dans les Annuaires de l'Aube de 1845 et de 1840, et dans les Mémoires de la Société Académique de l'Aube, de 1838, de 1842 et de 1843, diverses notices sur cette importante collection.

Elle est ouverte depuis dix heures du matin jusqu'à trois heures de l' aprèsmidi, excepté les mercredis, les fêtes légales et le temps des vacances (du 20 août au 1er octobre).


264 VILLE DE TROYES.

MM.

Socard, bibliothécaire, rue de la Cité. Det (Silvère-Alexis), bibliothécaire-adjoint.

Dauphin, Desmaisons,

garçons de salle.

Commission de surveillance.

Le Maire de Troyes, président.

L'abbé Goffinet *, chanoine.

Le Brun-Dalbanne *, ancien notaire.

Gérard-Boilletot *, chef de division à la Préfecture.

D'Arhois de Jubainville * , archiviste du département.

Chalmel, greffier du tribunal.

Jully, professeur au Lycée.

Pernet, professeur au Lycée.

Gayot (Amédée), propriétaire.

Finot, ancien chef d'institution.

Baheau (Albert), propriétaire.

Dutreix, ancien avoué.

Blerzy (Henri), directeur du télégraphe.

CASERNE DE TROYES

Rue de Croncels.

La caserne de l'Oratoire, bâtie en 1850, et inaugurée le 11 septembre 1851, peut recevoir 1,109 hommes d infanterie. Elle est actuellement occupée : 1° par le dépôt du 71e régiment d'infanterie de ligne;— 2°par le dépôt du 36e régiment d'infanterie de ligne; — 3° par 4 compagnies du 44° régiment d'infanterie de ligne.

Les dépôts des 71e et 36e de ligne sont installés à la caserne de l'Oratoire. — Les compagnies hors-rangs sont installées à la CASERNE PROVISOIRE, rue duTemple. Les bataillons actifs font partie de l'armée de Paris.

Administration du 71e régiment de ligne.

MM.

Bonneton , major, rue du Temple, 39.

Allessandri *, chef de bataillon, rue Glaude-Huez, 14.

Bablon * , médecin-major, rue Urbain IV, 11.

Administration du 36e de ligne.

Thomassin *, major, commandant le dépôt, place de la Banque, 14. Pabanel*, capitaine d'habillement, faubourg Sainte-Savine, 19. Courrapied *, capitaine-trésorier, rue du Bois, 10. Laederich, médecin-major, mail des Blanchisseurs.

44e de ligne. Haffner * , chef de bataillon, place de la Préfecture.


VILLE DE TROYES. 265

THEATRE DE TROYES

Porte de la Madeleine.

Le département de l'Aube est compris dans le 4e arrondissement théâtral, »Tee ceux de la Haute-Marne et de l'Yonne.

Mme Annet-Gillon, dirctrice autorisée, mail de la Madeleine, A. M. Auzac, concierge.

PERCEPTION DES DROITS D'AUTEUR.

MM. Pesme (Isidore), rue des Quinze-Vingts, et Rocard, rue Charbonnet, délégués de la Société des auteurs dramatiques de France pour la perception des droits sur les pièces de théâtre jouées à Troyes. Bridet, rue Notre-Dame, 15, délégué de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, pour la perception des droits sur les airs de vaudevilles, les romances et chansonnettes chantées en intermèdes dans les théâtres, ainsi que sur les oeuvres musicales exécutées dans les concerts et bals publics du département.

BUREAU DE BIENFAISANCE

PERSONNEL DE L'ADMINISTRATION DES SECOURS A DOMICILE.

Administrateurs.

MM.

Henry, maire de Troyes, rue du Bois, président-né. Baudin-Berthier, ancien négociant, rue de Paris, n° 61, viceprésident.

Buxtorf aîné, banquier, rue Saint-Nicolas, 3, L. Voitey, ancien capitaine au long cours, rue

Saint-Martin, 42, Boutiot, homme de lettres, place de la Tour, 5, Bigey, ancien lampiste, mail des Tauxelles, 29,

membres.

Comptabilité.

Guyard, receveur municipal, rue Jaillant-Deschainets, 48, trésorier du bureau. Viard, employé du bureau, rue Dominique, 36.

Le burean tient ses séances tous les vendredis, à trois heures, rue du CloitreSaint-Etienne.


266 VILLE DE TROYES,

COMMISSIONS DE CHARITÉ PAR PAROISSE.

Section de Saint-Nicolas.

Voitey, président, rue Saint-Martin. Merger, curé, vice-président.

Masson-Lavocat, mail de la Madeleine, Sauveur-Cazelles, place de la Bonneterie, Pigeotte, place de la Banque, Bazin-Rousselet, mail Saint-Nicolas, Soeur Louise, maison de charité de la rue SaintVincent-de-Paul,

membres.

Ce bureau se réunit le premier mardi de chaque mois, à deux heures, maison de charité de la rue Saint-Vincent-de-Paul.

Section de Saint-Pantaléon. Baudin-Berthier, président, rue de Paris.

Boulage, curé, vice-président. Paupe-Clausel, rue de la Trinité, Vinot-Laty, rue de Croncels, Judrin, rue du Dauphin, N...,

Soeur Louise, maison de charité de la rue SaintVincent-de-Paul,

membres.

Ce bureau se réunit, maison de charité de la rue Saint-Vincent-de-Paul, le quatrième mercredi de chaque mois, à deux heures.

Section de Saint-Jean.

Baudin-Berthier, président, rue de Paris. Morlot, curé, vice-président.

Petit, rue du Temple, Payen, huissier, rue du Temple, Hoguais, notaire, rue du Temple, N...,

Soeur Vincent, maison de charité de la rue Saint-Vincent-de-Paul,

membres.

Ce bureau se réunit le troisième mardi de chaque mois, à deux heures, maison de charité de la rue Saint-Vincent-de-Paul.

Section de Sainte-Madeleine.

Baudin-Berthier, président, rue de Paris. Gambey, curé, vice-président.


VILLE DE TROYES. 267

Thomassin, place du Lycée, 47, Léautez, rue Jaillant-Deschainets, Lua, rue des Quinze-Vingts, N...,

Soeur Angélique, maison de charité de la rue Saint-Vincent-de-Paul.

membres.

Ce bureau se réunit le premier mercredi de chaque mois, maison de charité de la rue Saint- Vincent-de-Paul, à deux heures.

Section de Saint-Martin.

Voitey, président, rue Saint-Martin. Coqueret, curé, vice-président.

Bigey, rue du Bois,

Rémond, rue de Paris,

Noël, mail de la Madeleine,

Pestelard,

Soeur Falga, maison de charité de Saint-Martin,

membres.

Ce bureau se réunit le troisième mercredi, a deux heures, maison de charité de la rue Saint-Vincent-de-Paul.

Section de Saint-Remi.

Boutiot, président, place de la Tour. Cornet, curé, vice-président.

Danton-Jolly, rue Claude-Huez, Pierret, mail des Tauxelles, Dallemagne, rue de l'Hôtel-de-Ville, N...,

Soeur Suzanne, maison de charité de la rue du Cloître-Saint-Etienne,

membres.

Ce bureau se réunit le deuxième mardi de chaque mois, à une heure et demie, rue du Cloitre-Saint-Etienne.

Section de Saint-Urbain.

Bigey, président, mail des Tauxelles, 29. Méchin, curé, vice-président.

Blancet-Chameroy, rue Notre-Dame, Cornat, rue Petite-Tannerie, Vivien-Bertrand, rue Petite-Tannerie, N...,

Soeur Suzanne, maison de charité du CloîtreSaint-Etienne,

membres.

Ce bureau se réunit rue du cloître, le premier vendredi de chaque mois, à deux heures.


268 VILLE DE TROYES.

Section de Saint-Pierre.

Bigey, président, mail des Tauxelles, 29. N..., vice-président.

Babeau-Robin, rue du Cloître-Saint-Etienne, Lacouture, Cloître-Saint-Etienne, 9, Nancey (Alfred), rue Hennequin, N...,

Soeurs Louise et Marthe, maison de charité du Cloître-Saint Etienne,

membres

Ce bureau se réuni le deuxième vendredi, à une heure, rue du Cloitre-SaintPierre.

Section de Saint-Nizier.

Boutiot, président, place de la Tour, 5. Prévost, curé, vice-président.

Fontaine, mail de Chaillouet, Goussin, rue Saint-Jacques, Gaudichon, rue aux Moines, N...,

Soeur Vincent, maison de charité du CloîtreSaint-Etienne,

membres.

Ce bureau se réunit rueducloitre Saint-Etienne, le deuxième mercredi de chaque mois, à une heure.

Paroisse protestante.

Buxtorf aîné, président. Berthe, pasteur, vice-président.

Rosemburger, fabricant de bonneterie, mail

Saint-Nicolas, David-Piot, propriétaire, mail du Lycée, Micolci, directeur de la maroquinerie, rue de

Paris, Bergtholdt, employé, rue de PHôtel-de-Ville, Mme Berthe, dame de charité, au presbytère ,

protestant,

membres.

Ce bureau se réunit rue du cloître Saint-Etienne, le quatrième mardi de chaque mois, à trois heures.

SOCIETE DE SAINT-VINCENT-DE-PAUL.

CONFÉRENCE DE TBOYES.

La Société de Saint-Vincent-de-Paul, instituée pour le soulagement moral et matériel des pauvres, a été fondée à Troyes en 1840. Elle visite les pauvres à domicile.


VILLE DE TROYES. 269

Jusqu'au 1er janvier 1855, ses séances ordinaires ont eu lieu, le mercredi de chaque semaine, de huit à neuf heures du soir, rue Pithou, dans un local qui était aussi affecté à la Bibliothèque des bonnes lectures. Mais à partir de cette époque, la Con férence de Troyes s'est fractionnée en trois sections : celle de Saint-Piei re, celle de Sainle-Madeleine et celle de Saint-Jean; elles sont reliées entre elles, porjr l'unité d'action, par un conseil particulier.

Conseil particulier. Membres du Bureau.

MM.

Guichard, docteur en médecine, président, rue du Palais-deJuslice, 19.

Fontaine (Félix), manufacturier, vice-président, aux MoulinsBrûlés.

D'Arbois de Jubainville *, archiviste du département de l'Aube, secrétaire, rue du Paon, \1.

Poullet, clerc de notaire, vice-secrétaire, rue Saint-Aventin.

Valton (Victor), fabricant de bonneterie, trésorier, rue du Dauphin, 42.

+. CONFÉRENCE SAINT-PIERRE.

La conférence Saint-Pierre se réunit le vendredi de chaque semaine, de huit à neuf heures du soir, dans le local du fourneau, rue Boucherat. Elle comprend la circonscription de la paroisse Saint-Pierre, moins la rue de Nervaux et la paroisse Saint-Nizier.

Membres du Bureau.

MM.

Fontaine (Félix), manufacturier, président, aux Moulins-Brûlés. D'Arbois de Jubainville *, vice-président. Gayon, secrétaire, rue Boucherat. N..., trésorier.

VESTIAIRE DES PAUVRES.

Clément, rue de la Cité, 35.

+- +- CONFÉRENCE SAINTE-MADELEINE.

La conférence Sainte-Madeleine se réunît le vendredi de chaque semaine, de huit à neuf heures du soir, dans le local des frères des écoles chrétiennes de la parois e Sainte-Madeleine Elle comprend la circonscription de la paroisse SainteMadeleine, de la paroisse Saint-Remi, de la paroisse Saint-Martin, de la paroisse Saint-Nicolas, et la rue de Nervaux, enclave de la paroisse Saint Pierre.

Membres du Bureau.

MM.

Hoppenot (Emile), manufacturier, président, mail de Preize. Voitey, vice-président, rue Saint-Martin. Royer (Lucien), rue Saint-Nicolas. Serizier, négociant, rue Notre-Dame.


270 VILLE DE TROYES.

VESTIARE DES PAUVRES.

Grandidier, menuisier, rue Jacques-Julyot.

+.+.+ CONFÉRENCE SAINT-JEAN.

La conférence Saint-Jean se réunit le mercredi de chaque semaine, de huit à neuf heures du soir, dans le local des Frères des Ecoles chrétiennes de la paroisse Saint-Jean, faubourg Croncels. Elle comprend la circonscription de la paroisse Saint-Jean, de la paroisse Saint-Pàntaléon et de la paroisse Saint-Urbain.

Membres du Bureau.

MM.

Lacouture-Duchat, ancien négociant, président, rue du CloîtreSaint-Etienne, 9.

Cazelles-Sauveur, négociant, 1er vice-président, rue Saint-Nicolas, 1.

Simonnot (Paul), 2e vice-président, rue de la Brouette, 4.

Coquet (Paul), secrétaire, rue de la Grande-Tannerie, 40.

Lambert, libraire, trésorier, rue Champeaux.

VESTIAIRE DES PAUVRES.

Vivien-Bertrand, négociant, rue de la Petite-Tannerie.

COMMISSION DE SAINT-REGIS.

La commission de Saint-Régis s'occupe gratuitement du mariage civil et religieux de tous les indigents; elle les reçoit dans le local du Fourneau, rue du Flacon, 7, le vendredi de chaque semaine, de deux à trois heures.

Membres de la Commission.

MM.

Pigeotte (Léon), avocat, rue du Palais-de-Justice. Simonnot (Charles), mail des Tauxelles. Poupelier, rue de Paris. N...

BIBLIOTHÈQUE DES BONNES LECTURES.

L'abbé Lerouge, directeur, rue du Cloître-Saint-Etienne.

FOURNEAU DE LA SOCIETE DE SAINT-VINCENT-DE-PAUL.

Le premier fourneau de la Société de Saint-Vincent-de-Paul a été fondé avec le concours de l'autorité municipale de la ville de Troyes; qui avait fourni un local situé rue Hennequin,dans les bâtiments de l'ancien Pétit-Séminaiie. Depuis il a été transporté dans une maison située me Boucherat, n°7, et la ville a converti, en une indemnité qu'elle inscrit à son budget, la jouissance gratuité qu'elle


VILLE DE TROYES. 274

avait concédée au local du Petit-Séminaire. Une salle est affectée au service du fourneau proprement dit, et une autre sert de réfectoire pour ceux qui veulent consommer sur place. — L'ouverture du fourneau a eu lien le 19 mars 1855.

Moyennant 10 centimes, ou sur la présentation d'un bon de la Conférence, on donne ou 100 grammes de viande désossée, ou six décilitres de bouillon gras, de riz, de haricots un d'autres légumes, ou encore une soupe maigre composée de six décilitres de bouillon et de cent grammes de pain.

Deux membres délégués par les Conférences sont désignés à tour de rôle pour servir les pauvres, soit que ceux-ci emportent leur portion, soit qu'ils la consomment sur place.

Le fourneau fonctionne tous les jours, excepté le dimanche et les jours de fêtes.

Le service d'été a lieu de huit à dix heures du matin, et le service d'hiver de neuf heures à onze heures.

Directeur du Fourneau. M. Guignard, rue Hennequin,

SOCIETE DE CHARITE MATERNELLE.

La Société de Charité Maternelle (maintenant autorisée par le Gouvernement)

pour but de secourir les pauvres mères de famille en couches. Pour faire partie de a Société, la souscription, annuelle est de 25 fr.; toutes les personnes qui donnent une somme moindre sont considérées comme bienfaitrices. L'établissement de cette société a en lieu le 25 février 1815.

Bureau d'Administration.

M mes

Angenoust (Léon), présidente, rue Planche-Clément, 43. Brocard-Renaud, vice-présidente, rue Jaillant-Deschainets. Le Brun, trésorière, rue du Grand-Cloître-Saint-Pierre. Millière, secrétaire, place Saint-Pierre.

N...

COMMISSION

DE SURVEILLANCE POUR LE TRAVAIL DES ENFANTS.

N... N...

HOSPICES.

La fondation de l'hôpital, due aux libéralités du comte Henri-le-Large, remonte à l'année 1158. Les bâtiments actuels datent du XVIIIe siècle; la pharmacie fut construite vers 1700; la première pierre du grand bâtiment fut posée le 14 mai 1733, par Louis de Mauroy, seigneur de Villemoyenne, maire de la ville de Troyes. L'aile droite des bâtiments fut achevée en 1753, et l'autre fut commencée en 1755. La chapelle de l'Hôtel-Dieu fut construite de 1758 à 1700, et c'est aussi en 1760 que l'on posa la belle grille en fer qui longe la rue de la Cité.

Autrefois les hôpitaux de la ville de Troyes étaient au nombre de 7 : l'HôtelDieu-le-Comte, — l'hôpital de la Trinité, — l'hôpital Saint-Abraham, — l'hôpital


272 VILLE DE TROYES.

Saint-Nicolas, — l'hôpital du Saint-Esprit, — l'hôpital de Saint-Bernard, —, et l'hôpital de Saint-Lazare, Ils avaient leur administration particulière et leurs revenus séparés. Louis XIII les réunit le 13 avril 1630, sur la requête de l'évèque René de Breslay.

Actuellement, il n'y a plus que trois établissements hospitaliers : 1° l'Hétel-Dieule-Comte, destiné aux malades civils et militaires; 2° l'Hospice Saint-Nicolas, destiné aux vieillards et aux orphelins; 3° et l'Hospice de Saint-Martin-ès-Aires, destiné aux orphelines.

Le premier contient 186 lits, le second 137, et le troisième 92. — Total, 415 lits.

Commission administrative.

Séances, les lundis et vendredis, à l'Hôlel-Dieu, quai des Comtes-dèChampagne.

Administrateurs.

MM.

Le maire de Troyes, président-né. Malagrin (Henryj, propriétaire, ordonnateur. Dallemagne-Corthier * , propriétaire, contrôleur.

Riousselet, juge de paix, Gayot (Amédée), propriétaire, Babeau (Albert), propriétaire,

membres.

Rougeot, secrétaire de la Commission administrative, rue du

Bois, 49. Boiteux (Emile), économe, faubourg Saint-Jacques, 25. Boyau (Adolphe), employé, rue François-Gentil, 9 . Payen(Paul-Hippolyte), employé, faubourg Croncels, mail du

Lycée, 29.

Pesme (Isidore), inspecteur des établissements de bienfaisance

et du service des enfants assistés, rue des Quinze-Vingts, 25. Damoiseau, receveur, rue du Petit-Cloître-Saint-Pierre, 5. Lédanté, inspecteur des biens et des bâtiments, quai des Comtesde-Champagne.

Comtesde-Champagne.

Guenat fils, a Montaulin, Prin, à Culoison.

Maître, à Rouilly-Saint-Loup, Haillot, à Bray, commune des BordesLile-Aumont,

gardés particuliers.

N..., avocat des hospices. Pargny, notaire des hospices, rue du Dauphin. Picard, avoué des hospices, rue du Palais-de-Justice. Laloue, huissier des hospices, place de la Préfecture.

Service médical des Hospices. Quai des Comtes-de-Champagne.

Le docteur Paul Garteron *, r. Champeaux, Le docteur Bacquias * rue Claude-Huez,

médecins titulaires


VILLE DE TROYES. 273

Viardin *, rue du Temple, Le docteur Vauthier *, quai des Comtesde-Champagne,

chirurgiens.

Mme Dard, sage-femme de la Maternité, cité Pré-Juilly, 16.

Service intérieur de l'Hôtel- Dieu. Soeur Marguerite Guiraud, supérieure. 15 Soeurs de la Congrégation de la Charité de Nevers. M. l'abbé Arnoult, chapelain, quai des Comtes-de-Champagne.

Service intérieur de l'hospice Saint-Nicolas, rue de la Cité. Pour les vieillards et les orphelins. Soeur Thérèse Jouvé, supérieur. 8 Soeurs de la Congrégation de la Charité de Nevers. M. l'abbé d'Antessanty (Gabriel), chapelain, rue Saint-Jacques, 42. M. Vauthier * , médecin.

Service intérieur de l'hospice des Orphelines. Cour de Saint-Martin-ès-Aires. Soeur Bazile Lafon, supérieur. 6 Soeurs de la Congrégation de la Charité de Nevers. M. l'abbé Fliche, chanoine titulaire, chapelain, rue SaintMartin-ès-Aires.

SaintMartin-ès-Aires. Bacquias *, médecin, chargé du service.

COMITÉ DE SANTÉ DES HOSPICES DE TROYES.

Ce Comité a été institué par la Commission administrative, le 10 février 1863 pour fournir à l'administration les renseignements qui lui sont demandés.

MM.

Le docteur Paul Carteron *, président. Le docteur Vauthier *, secrétaire.

Viardin *, Bacquias *,

N...,

membres.

COMMISSION DES PRISONS

MM.

Le Préfet, président.

Angenoust *, président du tribunal civil, Guillot, procureur de la République, Bronville. juee d'instruction.

membres

de

droit.

Le Brun-Dalbanne, propriétaire, secrétaire.

1873. 18


274 VILLE DE TROYES.

MAISON D'ARRET ET DE CORRECTION

Rue Heunequin.

MM.

Guitton, gardien-chef. Yard, gardien ordinaire.

Précheux, id. id.

Guenin, id. id.

Saunois, gardien portier.

L'abbé Aubert, rue Linard-Gonthier, aumônier des prisons.

CAISSE D'EPARGNE DE LA VILLE DE TROYES.

Cette Caisse fut fondée par la ville de Troyes en 1822.

On reçoit tous les dimanches, depuis midi jusqu'à deux heures, à l'Hôel-deVille, les dépôts de 1 fr. à 300 fr., avec intérêts à 3 3/4 pour 0/0.

Les caisses d'épargnes sont principalement destinées à recevoir les petites sommes que les particuliers veulent y placer. Elles ont été fondées dans un but d'utilité publique, pour offrir aux personnes laborieuses les moyens de se créer des économies. On sait qu'elles sont à l'abri de tout risque possible, et les avantages qu'elles offrent sont de plus en plus appréciés. On voit avec plaisir que la classe la plus intéressante des petits fabricants, des ouvriers et des artisans de tous genres, vient à la Caisse déposer ses plus petites épargnes, et s'habitue peu à peu à considérer comme devant être en quelque sorte son grenier de réserve, un établissement entièrement fondé dans son intérêt et dont l'administration est essentiellement gratuite,

Directeurs.

MM.

Henry, maire, président.

Dallemagne-Cortier*, vice-président.

Gabiot, négociant.

Hoguais, notaire.

Hérard-Dupont, ancien manufacturier.

Payen-Joly, négociant.

Rémond (Frédéric), propriétaire.

Danton-Joly, ancien négociant.

MM.

Mocqueris aîné, anc. négociant.

Buxtorf, ingénieur-mécanicien.

Gréau (Julien), ancien négociant.

Douine aîné, manufacturier.

Fontaine (Félix), manufacturier.

Rousselet, marchand de bois.

Paillette, directeur de la Banque de France.

Hoppenot (Emile), manufact.

Guyard (Ernest), trésorier, rue Jaillant-Descliainèts. Ménétrier, chef de bureau. Blanchot, Lascoretz, Collard et Zaigue, employés. Déguilly, employé auxiliaire.


VILLE DE TROYES. 275

SOCIETE DES CONCERTS DE TROYES.

La société des concerts, organisée le 14 décembre 1864, remplace la société philharmonique de Troyes, qui avait été fondée en novemhre 1834. — Le nombre des concerts ne peut être inférieur à quatre par an. — Ces concerts doivent avoir lieu en janvier, en mars, en novembre, en décembre. — Le prix de l'abonnement annuel est de 25 francs.

Administration.

Président : MM. Baltet (Julien) , négociant. Vice-président : Argence O. * , ancien maire.

Trésorier : Guyard (Adolphe), ancien notaire.

Secrétaire : Brunard, imprimeur.

Vice-secrétaire : Pesmes (Isidore).

Membres :

G. Cazelles, banquier. Raby fils négociant.

ORPHÉON DE TROYES.

Cette utile institution a été établie dans la ville de Troyes par arrêté de M. le Maire, en date du 21 septembre 1854.

L'inspection est faite par une commission prise dans le sein de la Commission centrale de l'association chorale et instrumentale du département.

Professeurs.

Cours d'adultes et cours intermédiaires : M. René Gaulard, rue

du Bois, 94. Ecoles communales : M. René Gaulard, rue du Bois, 94.

SOCIÉTÉ DE TIR

DE LA VILLE DE TROYES.

Composition du Bureau.

MM.

Lefebvre, inspecteur au chemin de fer, président. Douine Ernest, manufacturier, vice-président. Camut, architecte, secrétaire-trésorier.

Bourbon (L.), entrepreneur,

Geoffroy,

Duré (Jules), négociant,

Roussel, armurier,

Samuel Marot, meunier,

Perrin fils,

Henry,

commissaires.


276

VILLE DE TROYES.

SOCIÉTÉ D'EQUITÂTION

Fondée le 14 août 1872.

Président : MM. Jean Casimir Perier*, avocat.

Vice-président : Leclert-Ganne, marchand.

Secrétaire : Picard, avoué.

Vice-secrétaire : Bigey, lampiste.

Trésorier : Régnier, négociant.

Vice-trésorier : Buxtorf (Emanuel).

Administrateur ; Miellé, représentant.

Administrateur-adjoint : Poron, manufacturier.

SOCIÉTÉ NAUTIQUE TROYENNE.

Cette Société, fondée le 13 mars 1804, a été autorisée par arrêté préfectoral, le 14 juillet 1804. Son but est d'encourager le goût des exercices nautiques, et de donner des régates et des concerts sur l'eau.

Elle se compose de 200 membres. La cotisation aunuelle des membres est de 12 francs. — Elle possède des embarcations qu'elle loue aux sociétaires.

Président d'honneur : MM. Cambon, préfet de l'Aube. Président : Jean Casimir Perier *, avocat.

Vice-président: Vin (Ernest), négociant.

2e vice-président : Tonnelier, négociant.

Secrétaire : Goutin, négociant.

Vice-secrétaire : Dedron, peintre.

Trésorier : Georgin (Charles), caissier.

Vice-trésorier : Pariney, marchand de glaces.

Conservateur du matériel : Bonbon, contre-maître.

SYNDICAT DES DIGUES ET CANAUX DE TROYES.

Cette association syndicale, instituée par décret du 10 mars 1851, se compose de propriétaires intéressés à l'entretien des canaux et des digues de dérivation de la Seine à Troyes, et à la conservation des digues de l'ancienne Seine, depuis SaintJulien jusqu'en aval de l'usine de Fouchy.


VILLE DE TROYES.

277

MM.

Le Maire de la ville de Troyes, président. Parigot*, ancien notaire, directeur-adjoint. Gréau, ancien négociant.

Marot, Fontaine (Félix),

propriétaires d'usines.

Marot-Bouvet, Berthier-Petit,

N...,

propriétaires riverains.

Gayot (Amédée), conseiller municipal. Parigot (Théodore), propriétaire riverain.

SOCIETE DE SECOURS MUTUELS

DES BONNETIERS DE LA VILLE DE TROYES.

M. Janson (Eugène) est le fondateur de cette société. Elle date de 1814. De cette époque à 1827, les ouvriers de M. Janson étaient seuls admis à en faire partie. Mais le 4 février 1827, tous les ouvriers bonnetiers ont pu se faire recevoir sociétaires; c'est par conséquent à cette date que doit être placée la création de la société des bonnetiers de la ville de Troyes.

Cette société, rangée sous le décret présidentiel du 26 mars 1852, compte aujourd'hui 2,546 sociétaires environ, dont 300 membres honoraires.

La société accorde à ses malades 1 fr. 50 c. par jour, leur fournit les médicaments et les soins des médecins. — Une retraite de 1 fr. est accordée aux vieillards et aux infîrmes. —Trois médecins composent son conseil médical.

Cette société a un orphelinat. — A partir du 1er janvier 1867, elle admet tous les enfants indistinctement, depuis 6 ans jusqu'à 16, avec le bénéfice des médicaments et des médecins de la société-mère.

Membres du Bureau pour 1873.

Président : MM. Partiot (Jean-Baptiste), mail Saint-Nicolas,

Saint-Nicolas,

1er vice-président : Chaperon, rue St-Remy (Ste-Savine), 22. 2e — Fayet (Henri), rue du Cheval-Rouge, 8.

3e — Crevot (François), rue du Chemin-deTroyes,

Chemin-deTroyes,

Secrétaire : Pajot, rue du Ravelin, 4.

1er vice-secrétaire : Ragon, rue du Dauphin, 20.

2e — Jacquinot, faubourg Croncels, 94.

Trésorier : Crenillier, rue Largentier.

Vice-trésorier : Page, rue Clos-Bersat, 3 (Sainte-Savine).

Comptable: Wadecki, rue Pré Juilly, 12.

Vice-comptable : Payen (Paul), mail du Lycée, 29.


278

VILLE DE TROYES.

SOCIETE GENERALE

DE SECOURS MUTUELS DE LA VILLE DE TROYES.

La Société générale de secours mutuels de la ville de Troyes s'est constituée le 8 octobre 1853; ses statuts, qui la rangent sons le régime du décret présidentiel du 26 mars 1852, ont été approuvés par arrêté préfectoral, en date du ,5 août 1853.

Cette société comprend aujourd'hui, par suite de sa fusion avec la Société des Typographes, la Société des Tailleurs et la Société des Chargeurs, par suite aussi des appels qui ont été faits aux classes laborieuses et l'adjonction des femmes et celle des enfants âgés de 5 ans au moins, environ 2,010 membres actifs et 460 membres honoraires on associés souscripteurs.

Cette société a un orphelinat. Elle rétribue trois médecins pour donner leurs soins aux malades, et elle délivre gratuitement ies médicaments. — Toutes le» consultations et les opérations chirurgicales sont à la charge de la Société.

Le bureau de cette société est ainsi composé :

MM.

Président honoraire : Argence 0. *, avocat.

Président : E. Caffé, imprimeur, rue du Temple.

1er vice-président : Marinot-Germette, rue Bruneval, 6.

2e — Terrillon, rue Pithou, 6.

Secrétaire : Gayon, cour de la Rose.

1er vice-secrétaire : Boudin fils, faubourg Croncels.

2e — Tresse, quai des Comtes-de-Ghampagnè.

3e — Parigot, rue Bruneval.

Trésorier : Camut, rue de la Grande-Tannerie; 10.

Vice-trésorier : Javé, rue de la Pierre.

Comptables: Georgin et Royer.

SOCIETE DE SOULAGEMENT

ENTRE LES OUVRIERS TANNEURS, CORROYEURS, CHAMOISÈURS, MÉGiSSIERS ET PELLETIERS DE TROYES.

Cette société, fondée le 13 mai 1838, a obtenu son autorisation légale le 26 mars 1839. Elle possède 30 membres. On sociétaire malade reçoit 1 fr.50 c. pendant les deux premiers mois. Après vingt ans, les associés ont droit à une pensobn viagère de 278 fr. 75 c. Le versement mensuel de chaque membre est de 1 fr. 50 c. (Société libre.)

Membres du Bureau en exercice.

Président: MM. Auguste Boucherat, rue de Jargondis.

Vice-président N...

Secrétaire: N...

Trésorier : Mercier, rue de la Grande-Tannerie.


VILLE DE TROYES. 279

SOCIETE DE SECOURS MUTUELS

ET DE PRÉVOYANCE

DES OUVRIERS FILEURS ET AUTRES DE LA VILLE DE TROYES.

Celle société, établie le 21 juillet 1845, a été reconnue légalement par M. le Préfet de l'Aube, le 22 août 1845. Elle compte 135 membres. Chaque sociétaire verse 1 fr. 60 c. de cotisation mensuelle. La subvention aux malades est fixée à 1 fr. 25 c. par jour, pendant un an. Après quinze ans de versements consécutifs, le sociétaire infirme a droit à une pension viagère de 75 centimes par jour. (Société libre.)

Les Membres du Bureau en exercice sont :

Président : MM. Doué, rue du Temple, 41.

Vice-président: Desbordes, rueSimart.

Secrétaire : Gouet (Anatole), rue Grande-Courtine.

Vice-secrétaire : Prévost, rue des Trévbis.

Trésorier : Ploient, rue Pré-Lévêque.

Vice-trésorier : Royer, rue Paillot-de-Montabert.

SOCIETE DE SECOURS MUTUELS

DES PEINTRES ET PLAFONNEHRS DE LA VILLE DE TROYES.

Etablie le 8 novembre 1846, elle a été autorisée à se constituer légalement le 20 janvier 1847. Chaque membre doit verser 1 fr. 50 c. par mois. Le nombre des sociétaires s'élève à 51. Tout sociétaire malade reçoit 1 fr. 50 c. par jour pendant les six premiers mois, et seulement 1 fr. pendant le reste de la maladie. Après avoir fait partie de la société pendant quinze années, le sociétaire devenu infirme reçoit une somme de 300 fr. (Société libre.)

Bureau en exercice pour la présente année.

Président annuel : MM. Nageotte, place Saint-Remy.

Vice-président : Remy, rue du Temple.

Secrétaire : N...

Trésorier : Solle, rue du Paon.

SOCIETE DE SECOURS MUTUELS

ENTRE LES MENUISIERS. ÉBÉNISTES ET TOURNEURS DE TROYES

Elle a établi son règlement le 31 janvier 1847, et l'a fait approuver par M. le Préfet de l'Aube le 26 mars suivant. Les membres sont au nombre de 75 ; ils versent 1 fr.


280 VILLE DE TROYES.

50 c. par mois. Chaque sociétaire malade touche 1 fr. 50 c. par jour pendant trois mois, et seulement 1 fr. pendant les trois autres mois qui suivent. Après avoir été

quinze ans sociétaire, chaque membre devenu infirme jouit d'une pension viagère 75 centimes par jour. (Société libre.)

Membres du Bureau d'Administration.

Président : MM. Garchon, rue Bruneval, 10.

Vice-président : Mouzard, rue François-Gentil.

Secrétaire : Polentru, faubourg Sainte-Savine, 22,

Vice-secrétaire : Gouley, rue du Gros-Raisin.

Trésorier : Lasnier, faubourg Sainte-Savine.

CHAMBRE LITTERAIRE

RUE DES QUINZE-VINGTS.

Conseil d'Administration.

MM.

Baltet (Julien) *, négociant, président. Petit, avocat, vice-président. Corpechot, notaire, trésorier. Delafoy, notaire, secrétaire. Dutreix, ancien avoué, économe.

Hoguais, notaire,

Vauthier *, médecin,

Noché d'Aulnay, ancien notaire,

Gayot. juge,

Gravier, conseiller de préfecture,

membres.

Pinguaud, fournisseur du cercle.

CERCLE DU COMMERCE

PLACE DE SAINT-PANTALÉON, 4.

Conseil d'Administration.

MM.

Saussicr (Louis), négociant, président. Julien Desplanches, ancien négociant, vice-président. Thomassin (Alphonse), propriétaire, trésorier. Raby, secrétaire.


VILLE DE TROYES. 281

Perrin-Soucin, Gustave Masson, négociant, Dufëy-Robert, libraire, Edmond Perrin,

membres.

FOIRES DE TROYES

FOIRE DE MARS : Pour les marchands étalagistes, place et mail du Lycée, dans des barraques construites à cet effet, et louées par des entrepreneurs, suivant un tarif réglé par l'Administration municipale. — Elle commence le deuxième lundi de carême et dure trois semaines.

FOIRE DE SEPTEMBRE : Pour les marchands étalagistes et pour les petits théâtres, place du Lycée. — Commence le 1er septembre et dure trois semaines.

FOIRES DES 10 FÉVRIER, 20 JUILLET ET 22 OCTOBRE : Pour les chevaux, au faubourg Croncels; pour les bestiaux, place SaintNicolas ; pour les grains et les denrées alimentaires, mêmes emplacements que ceux du samedi. — Elles durent chacune un jour.

FOIRE DU JEUDI-SAINT : Pour les jambons et le lard, rue NotreDame; pour les chevaux, rue du Faubourg-Croncels ; pour les bestiaux, place Saint Nicolas. — Elle dure un jour.

MARCHES DE TROYES

Marché aux arbres, place du Préau, le samedi.

— aux bestiaux, place des Jacobins, le samedi.

— au beurre et aux oeufs, place de la Banque, les vendredis

vendredis samedis, et place de l'Hôtel-de-Ville, le dimanche.

— au blé, Halle-au-Blé, le samedi.

— à la bonneterie, à la Halle à la Bonneterie, les jeudis,

vendredis et samedis.

— au bois de chauffage, rue du Bois, le samedi.

— aux cercles et à l'osier fendu, rue du Bois, les samedis

en septembre et octobre.


282 VILLE DE TROYES.

Marché au chanvre et aux fils, rue Urbain IV, le samedi, dès le matin.

— aux chevaux, faubourg Croncels, le samedi.

— aux échalas, place Saint-Remi, le samedi.

— aux fleurs, cour de l'Hôtel-de-Ville, le dimanche.

— à la ferraille, place de l'Hôtel-de-Ville, le samedi. — à la friperie, place de l'Hôtel-de-Ville, le samedi.

— aux fromages salés, rue Notre-Dame, tous les jours.

— aux fruits, place de la Bonneterie. le samedi.

— au gibier, place de l'Hôtel-de-Ville, tous les matins.

— aux grains, Halle-au-Blé, le samedi.

— aux laines, place des Jacobins, tous les samedis peudant

peudant mois de juin, de juillet et d'août. (Affranchi de tous droits de place.)

— aux lapins, place de l'Hôtel-de-Ville, tous les matins. - aux légumes et aux fruits, rue Urbain IV, tous lesjours ;

les vendredis et samedis, il se tient rue Notre-Dame,

- aux légumes et denrées alimentaires, place Saint-Nizier, tous les matins.

— à la marée fraîche, place de l'Hôtel-de-Ville, tous les

jours, excepté pendant les chaleurs.

— aux oignons, derrière la halle au blé, le samedi.

— à l'osier, rue du Bois, le samedi, en avril et mai.

— aux pains de chenevis, Halle-au-Blé et quai des Comtesde-Champagne,

Comtesde-Champagne, les personnes étrangères à la ville de Troyes, le samedi,.

— aux pigeons et aux oiseaux vivants, place Saint-Remi,

le dimanche.

— au poisson frais et à la marée salée, place des Changes,

les vendredis et samedis.

— aux souliers et sabots, rue Notre-Dame, le samedi.

— à la triperie, place de l'Hôtel-de-Ville, tous les jours.

— à la volaille, place de la Banque, le samedi.

Etalage pour la viande, la faïencerie et les petits marchands de toutes sortes, place de l'Hôtel-de-Ville, tous les jours.


VILLE DE TROYES. 283

VOITURES PUBLIQUES

DILIGENCES.

Hôtel du Mulet, place de la Bonneterie. — Service pour Estissac, Aix-enOthe et Villeueuve-1'Archevêque — Départ de Troyes tous les jours à 5 heures du malin. — Deuxième départ, pour les mêmes localités, tous les soirs à 5 heures.

Hôtel du Commerce, rue Notre-Dame. — Omnibus pour le chemin de fer.

Hôtel Saint-Laurent, rue Notre-Dame. — Service pour Arcis (entreprise

Paris). — Départ de Troyes tous les jours, à 7 h. du matin ; départ

d'Arcis, à 3 h. — Deuxième service pour Arcis (entreprise Paris et

Istasse.) — Départ de Troyes tous les jours, à 5 h. du soir; départ

d'Arcis, à 6 h. du matin.

Service pour Vendeuvre (entreprise Aubert). — Départ de Troyes tous les jours, à 4 h. du soir; départ de Vendeuvre, à 6 h. du matin.

Service pour Méry-sur-Setne (entreprise Berlot). — Départ de Troyes tous les jours, à 4 h. du soir; départ de Méry-sur-Seiue, à 6 h. du matin.

Service pour Chaouree (entreprise Pânon). — Départ de Troyes, à 4 h. du soir; départ de Chcource, à 6 h. du matin.

Service pour Saint-Mards-en-Olhe ( entreprise Basseville). — Départ de Troyes tous les jours, à 5 h. du soir; départ de Saint-Mardsen-Olhe, à 6 h. du matin.

Hôtel des Courriers, rue de l'Hôtel-de Ville. — Messageries pour Châlous, à 3 heures du soir, correspondant avec Reims, Verdun, Metz, Nancy, Strasbourg et l'Alsace, tons les jours.

Service pour Arcis et Ramerupt (entreprise Devertu). — Départ de Troyes lous les jours, à 7 heures du matin ; départ d'Arcis, à 3 heures du soir.

BERLINES TROVENNES, rue de Croncels, 26 (Bernard et Cie). — Correspondance avec le chemin de fer de Lyon. — 1ere départ de Troyes pour Sens, à 5 heures 30 minutes du matin; — 2e départ, de Troyes pour Ervy, Flogny, à 6 heures 40 minutes du matin; — 3e départ, de Troyes pour Ervy, Tonnerre, à 4 heures 15 minutes du soir. — Retour de Sens. pour Troyes, à 1 heure du soir; de Tonnerre, à 2 heures du matin; de Flogny, à 2 heures 30 minutes du soir.

MESSAGERIES NATIONALES, rue du Dauphin, 29 et 31.— L'administration des Messageries nationales se charge des articles de Messageries et


284 VILLE DE TROYES.

des recouvrements pour toute la France et l'Etranger. — S'adresser, an Bureau, à M. DÉOUST, correspondant des Messageries nationales.

Omnibus à domicile : — M. COURGIBET, rue de la Grande-Tannerie, 33. — — — M. BASSEVILLE, à l'Hôtél Saint-Laurent.

MESSAGERS.

AIX-EN-OTHE,

MICHAUX et QUINCARLET, chez Baudin-Mogis, arrivent le jeudi, partent le samedi.

ANGLURE, BÉRANGER, chez Massart, arrive et part le samedi.

ARCIS-SUR-AUBE,

LEBOEUF-FÈVRE, à Saint-Laurent, arrive et part tous les deux jours.

BÉON , au Petit-Louvre, arrive les mardi et samedi, part le même jour.

AUXON,

GEOFFROY, rue du Sauvage, arrive les mercredi et samedi, part

le même jour. ROGER, chez Ravinet, rue de Croncels, arrive et part le samedi.

AUXERRE et SAINT-FLORENTIN, HILAIRE ARNOULT, au Sauvage, arrive deux fois la semaine.

SAINT-FLORENTIN et ERVY, MINAT, au Croissant, deux fois par semaine.

BAR-SUR-SEINE, MORIS, au Croissant, part de Troyes les mercredi et samedi.

BOUILLY, HOUZELOT, au Sauvage, arrive et part le samedi.

CHALONS, DARNEL, rue Jaillant Deschainets, arrive le dimanche et part le jeudi.

CHAVANGES, TALOT, au Petit-Louvre, arrive et part une fois par semaine.

DAMIPIERRE, LDDOT, au Char-d'Or, arrive le jeudi, part le vendredi,

DIENVILLE, FOITRRIER, à l'hôtel du Sauvage, arrive le jeudi, partie vendredi.

ESTISSAC, LUTEL, chez Baudin-Marteau, part deux fois par semaine.

JASSEINES, BERTRAND et MENUEL, chez Alexis, partent le samedi.

MARAYE-EN-OTHE, REGNAULT, chez Varnet, porte Croncels, part deux fois par semaine.

MARCHILLY-LE-KATER, au Sauvage, les samedis.

MARIGNY, TISSIER, chez Baudin-Marleau, à Sainte-Savine, arrive et part le samedi.

MÉRY-SUR-SEINE, PAYEN, chez Alexis, rue de la Pierre, arrive les mardi et vendredi, part les mercredi et samedi.


VILLE DE TROYES. 283

LES RlCLES,

COQUERET, chez Ravinet, arrive et part 2 fois la semaine. LAMY-VALNOT, au Sauvage, arrive le vendredi, et part le samedi matin.

RIGNT-LE-FERRON, SIRIOT, chez Baudin-Marleau, à Sainte-Savine, arrive le vendredi, part le samedi.

ROMILLY, COGNON-VERGEOT, chez Mme Ve Baudin jeune, à Sainte-Savine, arrive et part le samedi.

SENS et VILLENEUVE-L'ARCHEVÊQUE, TARTOIS, au Sauvage, arrive et part le mercredi.

SÉZANNE,

BÉRANGER, chez Baudin jeune, correspondance avec FéreChampenoise,

FéreChampenoise, arrivée ni départ fixe. LECHAUVE, au Petit-Louvre, arrive et part le jeudi.

CHEMIN DE FER DE PARIS A BELFORT

L'administration transporte toutes sortes de marchandises. — Elle conduit les voyageurs de Troyes en cinq heures à Paris, ceux de Belfort en sept heures à Troyes, et ceux de Châtillon-sur-Seine en deux heures quarante-cinq minutes à Troyes.

BUREAUX : TROYES, A LA GARE.

La compagnie a ouvert une succursale place de la Bonneterie, 12, gérés par ses agents.

BUREAU CENTRAL ET BUREAUX-SUCCURSALES

Des chemins de fer de l'Est dans Paris.

BUREAU CENTRAL : Rue du Bouloi, 7 et 9 (anciennes Messageries Jumelles).

BUREAUX-SUCCURSALES :

Rue Saint-Martin, 295 (hôtel du

Petit-Saint-Martin) ; Rue de Rivoli, 156; Rue Saint-Antoine, 217 (place de la

Bastille) ;

Hôtel du Louvre; Rue de Rambuleau, 8; Impasse de la Planchette, rue SaintMartin; Rue de la Jussienne, 21.

Le public ne doit pas confondre les succursales de la Compagnie avec les factoreries, qui n'apportent les paquets à la gare qu'en les chargeant d'un déboursé pour le transport dans Paris. — Les articles de messagerie et de marchandises à grande vitesse, les finances et les valeurs sont reçus dans ces bureaux-succursales, sans aucune espèce de frais, et le prix de transport est le même que s'ils eussent été déposés à la gare.


286 VILLE DE TROYES.

HEURES DES DEPARTS ET DES ARRIVÉES :

Départs de Troyes pour Paris.

10 heures 15 minutes du soir.

1 heure 45 minutes du matin.

6 heures 35 minutes du matin. il heures 09 minutes du matin.

3 heures 08 minutes du soir.

5 heures 56 minutes du soir.

6 heures 20 minutes du soir,

jusqu'à Longueville.

Arrivées de Paris à Troyes. 11 heures 03 minutes du matin.

1 heure 00 minutes du soir.

6 heures 08 minutes du soir. 10 heures 05 minutes du soir. 11 heures 41 minutes du soir.

1 heures 29 minutes du mat.

9 heures 35 minutes du mat.

Départs de Troyes pour Chaumonl.

6 heures 25 minutes du soir. 11 heures 23 minutes du matin.

1 heure 08 minutes du soir.

1 heures 40 minutes du maiin.

6 heures 80 minutes du soir,

jusqu'à Bar-sur-Aube. 11 heures 46 minutes du soir.

Arrivées de Chaumont à Troyes. 10 heures 49 minutes du mat. 2 heures 58 minutes du soir. 5 heures 35 minutes du soir. 1 heure 40 minutes du mat. 9 heures 56 minutes du soir. 4 heures 49 minutes du matin.

CHEMIN DE FER DE TROYES A CHATILLON-Sr-SEINE

Le trajet se fait en deux heures quarante-cinq minutes.

Départs de Troyes.

3 heures 10 minutes du mat. 7 heures 10 du matin. 1 heures 10 minutes du soir. 6 heures 40 minutes du soir. 10 heures 15 minutes du soir.

Arrivées de Châtillon à Troyes

6 heures 25 minutes du matin. 10 heures 35 minutes du matin. 2 heures 27 minutes du soir. 9 heures 30 minutes du soir. 5 heures 48 minutes du soir.

CHEMIN DE FER D'ORLEANS À CHALONS

Cette ligne est livrée au service depuis le 6 mai 1873, dans la partie comprise entre Sens et-Châlons.

GARES A TROYES : Gare de la compagnie de l'Est, à Troyes, Gare de Preize.

BUREAUX : Rue de la Paix, 57, à Troyes.

BUREAUX DE DÉPARTS : Messageries Coutin, rue du Dauphin, 6.


ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBE

Sous-Préfecture.

M. RAYMOND DE BAR, sous-préfet. M. Ch. Plisson, secrétaire. M. Noble, rédacteur. M. Bernard, expéditionnaire.

Les bureaux de la sous-préfecture sont ouverts au public tous les jours, de 9 à 11 heures et de 1 à 4 heures, excepté les dimanches et jours fériés.

CONSEIL D'ARRONDISSEMENT

(Voir à la page 209, ordre des attributions et son organisation.)

RENOUVELLEMENT DES MEMBRES DU CONSEIL. 1re SÉRIE. — Méry-sur-Seine, — Ramerupt. 2e SÉRIE. — Arcis-sur-Aube et Chavanges. Le conseil a été élu entièrement en 1871.

MM.

Canton d'Arcis-sur-Aube. Menuel, maire, à Arcis-sur-Aube.

— — Gossement *, docteur en médecine,

médecine, Arcis.

— de Chavanges. Bourdon, (Edouard), maire à

Braux.

— — Vagbeaux, docteur en médecine,

à Chavanges.

— de Méry-sur-Seine. Collin-Sainte-Marie, propriétaire

à Droupt-Sainte-Marie, et avocat à Troyes.


288 ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBE.

MM.

Canton de Méry-sur-Seine. Aveline (Alexandre), notaire àPlancy.

àPlancy.

— — Contat (Louis-Claude), propriétaire

propriétaire Méry.

— de Ramerupt. Girardin (Théodore-Désiré), notaire

notaire Trouan-le-Grand.

— — Grenet, propriétaire à Ramerupt.

TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE

MM.

Haüer *, président.

Delacroix (Henri), juge d'instruction.

Lhuillier (Paul), juge.

Loyseau, juge suppléant.

Lhuillier père, juge honoraire.

Parquet. Vial, procureur de la République. Avenel, substitut.

Greffe. Bouvard, greffier en chef. Dubois, commis-greffier. Jours d'audience civile, les jeudis ; — correctionnelle, les vendredis.

BUREAU D'ASSISTANCE JUDICIAIRE

MM.

Lacolle, ancien avoué, président. Ludot, ancien notaire.

N...

MM.

Menuel, ancien notaire. Lemoine.

Bouvard, greffier du tribunal, secrétaire.

AVOUÉS

Titulaires.

MM.

Sardin (Hippolyte). Sirault (Alex ). Guerrier (Alex.).

Prédécesseurs.

MM.

Lacolle. Do rival. Guerrier père.

HUISSIERS

Titulaires. MM.

Riel, à Arcis-sur-Aube. Royer.

Prédécesseurs.

MM.

Malbec. Soret.


ARRONDISSEMENT DARCIS-SUR-AUBE. 289

Titulaires. MM.

Berthelot, à Chavanges. Petit, à Méry-sur-Seine. Dorgeot, à Méry-sur-Seine. Bailly, à Ramerupt.

Moret, —

Prédécesseurs.

MM.

Viciot.

Tissier.

Poncelet.

Blondel.

Delatour.

Chambre de discipline.

Royer, syndic. Bailly, rapporteur. Riel, trésorier.

Dorgeot, secrétaire. Petit, membre.

JUSTICE DE PAIX

Arcis-sur-Aube.

MM.

Chifflard, juge de paix.

Menuel (Louis-André), ancien notaire, Sardin, avoué,

suppléants.

Noble-Oger, greffier.

Audiences, les mardis, à dix heures, à l'hôlel-de-ville.

Chavanges. Dereins, juge de paix.

Vauchelet *, propriétaire, Vagbeaux, docteur en médecine,

suppléants.

Lorphelin, greffier.

Audiences, les samedis à dix heures, en la maison commune.

Méry-sur-Seine. Méringer, juge de paix.

Petit, propriétaire à Plancy, Contât (Louis-Claude),

suppléants.

Macault, greffier. Audiences, les mardis, à dix heures, dans une salle de l'hôtel-de-ville.

Ramerupt.

Le boeuf, juge de paix, à Ramerupt.

Savetiez, ancien notaire, a Dampierre, Vénard, notaire, à Ramerupt,

suppléants.

Michaut, greffier.

Audiences, les samedis, à onze heures, en la maison commune. 1878. 19


290 ARRONDISSEMENT D'ARGIS-SUR-AUBE.

NOTAIRES.

Canton d'Arcis-sur-Aube.

Titulaires.

MM.

Dupont, à Arcis-sur-Aube. Béquin (Ferdinand), id. Saulin, à Charmont. Gillon, à Mailly.

Prédécesseurs.

MM.

Menuel. Lefèvre. Vallois. Danquin.

Canton de Chavanges.

Joannot, à Jasseines. Boulard (Emile), à Chavanges.

Dormont. Travaillot.

Canton de Méry-sur-Seine.

Lasne, à Méry-sur-Seine. Jobert, à Rilly-airite-Syre. Aveline (Alexandre), à Plancy.

Febvre.

Boucher.

Patris-Debreuil.

Canton de Ramerupt.

Girardin flls, à Trouan-le-Grand. Charonnat, à Pougy. Vénard, à Ramerupt. Savetiez (Ch. ), à Dampierre.

L- Girardin pèise, Maîtrct.

Huguier (L.-A.). Savetiez père."

Chambre des Notaires.

Maîtret, président. Vénard, syndic. Savetiez, rapporteur. Dupont, secnétaine. Girardin, trésorier.

saulin, Boulard,

membres.

Notaire honoraire de l'arrondissement,

M. Savetiez père, à Dampierie,


ARRONDISSEMENT D'ARCIS- SUR-AUBE.

291

COMM1SSAIRE-PRISEUR.

Titulaire.

M. Baraton (Emile, à Arcis-sur-Aube.

Prédécesseur.

M. Renard.

CONSEIL D'HYGIENE ET DE SALUBRITÉ.

MM.

Gossement * , médecin, à Arcis-sur-Aube. Vagbeaux, mrdecin, à Chavanges. Grenet, propriétaire, à Ramerupt.

Lasnier, agent-voyer d'arrondissement honoraire, à Arcis-surAube. Gillet, vétérinaire, à Chavanges. Michaux, médecin, à Ramerupt. Jacob (Léon), pharmacien, à Arcis-sur-Aube. Bézine, médecin, à Méry-sur-Seine. N. .

LISTE

DES MÉDECINS ET OFFICIERS DE SANTÉ Dans l'ordre de leur réception.

DOCTEURS EN MÉDECINE.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Brodard-Leroy (Pierre-Fr.) Chavanges. Paris, 1830.

Gossement (Nicolas) *. Arcis-sur-Aube. Id. 1837.

Yagbeaux (Ach.-Ant.-A.) Chavanges. Id. 1841.

Bézine. Méry-sur-Seine. Id. 1854.

Bertrand (Louis-Augustin). Nogent-sur-Aube. Id. 1855.

Mosmant (Eug.-Gustave). Dampierre. Id. 1860.

Bertrand (Stanislas-Fr.). Charmont. Id. 1860.

Gros (Joseph). Méry-sur-Seine. Id. 1864.

Chailley. Arcis-sur-Aube. Id. 1869.

Théveny. Plancy. Id. 1869.


292

ARRONDISSEMENT D' ARCIS-SUR-AUBE.

OFFICIERS DE SANTE REÇUS PAR LE JURY.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

César (Germ.-Jos.-J.-C.). Pougy. Paris, 1833.

Dios (Jean). Mailly. Troyes, 1851.

Michaux (Alexandre). Ramerupt. Id. 1831.

Jossot (Alexis-Isidore). Grandville. Dijon, 1856.

Coffinet (Jules-Alexandre). Plancy. Id. 1861.

PHARMACIENS.

Reçus par les écoles.

Titulaires.

MM.

Jacob, à Arcis-sur-Aube. Jacquin, —

Hariot, à Méry-sur-Seine.

Prédécesseurs.

MM.

Sevenet.

création.

id.

SAGES-FEMMES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Boivin (Marie-Catherine). Voué. Troyes, 1827.

Tranchant. Montmorency. Châlons, 1819.

Pédrot (Marie-Jeanne-A.). Chavanges. Paris, 1831.

Chambrillon (Jul.Cél.). Droupt-St-Basle. Id. 1832.

Dubois (Marie-Syre). Chauchigny. Châlons, 1833.

Perrin (Marie-Anne-Cath.). Nogent-sur-Aube. Id. 1838.

Terrillon (Eléonore). Lhuitre. Chaumont, 1841.

Monnot (Henriette-Rosal.). Charmont. Châlons, 1842.

Genevois (Stéphanie). Savières. Id. 1842.

Michaut (Marguer.-Célinie). Chalette. Id. 1845.

Sausey (Marie-Angélique). Pougy. Troyes, 1846.

Maron (Thérèse). Brillecourt. Id. 1848.

Jérôme (M.-Cél.), fe Perrin. Méry-sur-Seine. Id. 1851.

Charruet (Séraphine-H.) Chavanges. Châlons, 1852.

Chalot (Clarisse-Zélie). Longueville. Id. 1854. ;

Romanet (Victorine). Méry-sur-Seine. Dijon, 1855.

Guilleminot (Delphine). Châtres. Id. 1856.

Hariot (Eugénie-Amélie), Nogent-sur-Aube. Id. 1857.

Lamy (Marie-Eléonore). Arcis. Paris, 1868.


ARRONDISSEMENT D 'ARCIS-SUR-AUBE.

293

VETERINAIRES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Métillon (Jean-Baptiste). Pougy. Alfort, 1821.

Gillet (Charles-Théophile). Chavanges. Id. 1842.

Turquet (Charl.-Emm.). Méry-sur-Seine. Id. 1851.

Dauney (Eugène). Ramerupt. Id. 1865.

Royer (Camille). Arcis. Id. 1868.

COMPAGNIE DE SAPEURS-POMPIERS.

NOTA. — Il n'y a qu'une compagnie dans l'arrondissement d'Arcis, à Dampierre; — dans les autres communes, seulement des subdivisions.

Dampierre, N..., capitaine.

COMMISSION SYNDICALE DE L'AUZON.

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube, le 9 avril 1845.

MM.

Machet, maire à Molins. Bottot, à Piney. Robert, à Brevonnes. Monniot fils, à Auzon.

N... N...

VILLE D'ARCIS.

MAIRIE

MM.

Menuel, maire.

Guerrier (Alexandre), avoué, 1er adjoint. Jacquin-Lambert, 2e adjoint. Coquillet, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Menuel-Danton, anc. notaire. Jacquiti-Lambert, négociant. Aviat (Bertrand), négociant.

MM.

Guerrier, avoué.

Baraton, commissaire-priseur.

Haùer, prés, du tribunal civil.


294 ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBE.

Armand 0. *, secret, d'amb. Vigreux-Soinoury. Rigault-Godot. Hébert-Carrey. Dehaussy de Robécourt. Ghailley, docteur-médecin.

Frémont (Léon), impr.-libraire. Biaise, tanneur. Jumillard (Léon), md de bas. Hariot (Onésime).

N... N...

RECETTE DES FINANCES.

MM.

E. de Lapradé, receveur particulier. N..., fondé de pouvoirs. Philippe, caissier. Garousse, percepteur.

COMMISSARIAT DE POLICE. M. Rougier (Amable), commissaire.

COMMISSION DES PRISONS.

MM.

Raymond de Bar, sous-préfet. Hauër * , président du trib. L'abbé Gérard, curé.

MM.

Vial.procur. de la République. Delacroix, juge d'instruction.

N...

Médecin : M. Gossement *.

Aumônier : N...

Gardien, chef : M. Denonvilliers.

Surveillante des femmes : Mme Denonvilliers.

POSTE AUX LETTRES. M. Mougin, receveur. Mlle Hercelin, employée.

ROUTES DEPART ARRIVÉE

de DES C00RRIERS : DES COURRIERS :

Brienne . 4 heures 30 du matin. 7 heures du matin.

Châlons-sur-Marne 5 heures 30 du soir. 5 heures 30 du matin.

Chavanges 4 heures 30 du mati. 8 heures du soir.

Mesgrigny 9 heures du soir. 5 heures 50 du matin.

Plancy 4 heures 50 du matin. . 5 heures du soir.

Troyes 5 heures 45 du matin. S heures 50 du soir.

ARRONDlSSEMENT POSTAL DE LA DIRECTION D 'ARCIS.

La Taxe d'Arcis pour ces communes et leurs hameaux, et réciproquement de ces communes pour Arcis, est de 15 CENTIMES pà}- lettre affranchie et 0,25 centimes par lettre non affranchie, et CINQ CENTIMES par avis de mariage, naissance et décès.

î Allibaudières.

2 Arcis-sur-Aube.

3 Aubeterre.

4 Aubigny.

5 Aulnay.

6 Avaul-Iés-Ramerupt.

7 Champigny.

8 Charmont.

9 Chaudrey. 50 Chêne (le).

11 Coolois.

12 Dampierre.


ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBÉ. 295

13 Dommartin.

14 Dosnon.

15 Feuges.

16 Fontaine.

17 Grandville.

18 Herhisse.

19 IsIe-sous-Ramerupt.

20 Jasseines.

21 Lhuitre.

22 Longsols. 25 Magnicourt

24 Mailly.

25 Mesnil-la-Comtesse.

26 Mesnil-Lettre.

27 Monlsuzain.

28 Moremhert.

29 Nogent-sur-Aube.

50 Nozay.

51 Ormes. 32 Ortillon.

33 Poivre.

54 Pouan. 35 Pougy.

56 Piemiferfait.

37 Ramerupt.

38 Romaines.

59 Saint-Etiénne.

40 Saint-Nabord.

41 Saint-Remy.

42 Torcy-le-Grand.

43 Torcy-le-Petit.

44 Trouan-le-Grand. 45 Trouan-le-Pelit.

46 Vaucogne.,

47 Vaupoisson.

48 Verricourt.

49 Vinets.

50 Villelte.

51 Villiers.

55 Voué.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE D'ARCIS-SUR-AUBE.

Le bureau télégraphique d'Arcis fonctionne depuis le 1er janvier 1862; il est établi rue de Troyes, 53, et ouvert de 9 heures a 7 heures tous les jours de la semaine, et seulement de 8 à 10 le matin, et de 3 à 6 le soir, les dimanches et jours fériés.

Mme veuve Vernède, agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Menuel, maire, président.

Hauër *, président du tribunal, vice-président.

Rigault, propriétaire, Gossement *, médecin, N...,

membres.

DAMES DE CHARITÉ.

Mmes

Lhuillier.

Ludot.

Soeur Sainte-Clotilde.

Mmes Vigreux. Lasuier.

N...

HOPITAL. Commission administrative.

MM.

Le Maire, président.

Chifflard. juge de paix, vice-président.

Hauër *, président du tribunal, Guerrier, avoué, Ludot (Romulus), Sardin (Charles-Hippolyte),

membres.


296 ARRONDISSEMENT-DARCIS-SUR-AUBE.

Notaire : M. Dupont.

Receveur : M. Garousse.

Médecins : MM. Gossement * et Chailley.

Comité consultatif des Hospices.

Ce comité est appelé à donner son avis sur toutes les affaires contentieuses qu intéressent les hospices.

N...

N...

BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE D'ARCIS-SUR-AUBE. M. Franquet, lieutenant de vaisseau en retraite, bibliothécaire.

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS D'ARCIS-SUR-AUBE.

Les statuts de cette Société ont été approuvés par le Préfet de l'Aube, le 2 août 1864. Elle a été installée le 20 mars 1865.

Président : M. Armand (Ernest), 0 *, secret, d'ambassade.

Vice-Présidents :

M. Menuel. M. Meurisse.

Secrétaire : M. Garnier. Trésorier : M. Guyard.

SOCIÉTÉ DE SAINT-VINCENT-DE-PAUL. Conférence d'Arcis-sur-Aube.

MM.

Oudin père, ancien négociant, président. Lorey, trésorier. Jumillard, secrétaire.

COMMISSION DE SURVEILLANCE POUR LE TRAVAIL DES ENFANTS DANS LES ATELIERS.

MM.

Le Maire de la ville d'Arcis-sur-Aube. Lhuillier, vérificateur des poids et mesures. N...

CAISSE D'ÉPARGNE. Le bureau est ouvert tous les dimanches, de midi à deux heures.

MM.

Menuel, maire, président. Lacolle, vice-président. Chifflard, juge de paix, secrétaire.


ARRONDISSEMENT D'ARCTS-SUR-AUBE. 297

Gabillot 0 *, chef de bataillon en retraite,

Gossement *, médecin,

Lhuillier, juge,

Rigault-Godot, propriétaire,

Sirault, avoué,

Hauër *, président du tribunal,

Hébert, propriétaire,

Sardin, avoué,

N...

N...

directeurs.

Vauchelet *, maire à Chavanges, directeur pour, le canton de

Chavanges. Guyot, directeur, pour le canton de Méry. Marelle, sous-caissier. N..., directeur, pour le canton de Plancy. Lallée, sous-caissier.

N..., directeur,pour le canton de Ramerupt. Cordier, receveur-caissier.

ÉCOLES.

Ecoles communales :

M. Marion, instituteur.

Mlle Lalore (Marie), institutrice.

Salle d'asile : Soeur Elie (Mlle Tresse), des Ursulines, directrice.

MAISONS D'ÉDUCATION. M. Haument, chef d'institution.

Les Ursulines, pensionnat de demoiselles et école gratuite et payante.

FOIRES.

Le 4e vendredi de février.

Le 9 mai.

Le 3e vendredi de juin.

Le 24 août.

Le 1er vendredi d'octobre.

Le 1er décembre.

MARCHÉS. Marché aux bestiaux le lundi.

Petit marché, pour les denrées de ménage, le mardi, sous la halle. Marché pour les denrées alimentaires, les grains et les marchands étalagistes, le vendredi, sous la halle.

Commune de Chavanges.

MAIRIE.

MM.

Vauchelet *, maire. Vagbeaux, adjoint. Desguerrois, secrétaire.


298 ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBE.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Vauchelet. Vagbeaux. (Achille). Leroy-Brodard. Gillet (Théophile). Drouin (Louis). Georget-Térapet.

MM.

Saunier -Rabasse. Oudin-Georget. Desmoulins (Philippe). Vagbeaux (Auguste). Brocheton-Brocheton. Bienne-Georget.

POSTE AUX LETTRES. M. Luquin, directeur.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau, installé depuis le 20 août 1868, est ouvert au public tous les jours, de 9 heures à midi et de 2 heures à 7 heures du soir; les dimanches et jours fériés, le matin, de 8 h. 30 à 9 h. 30, et le soir, de 5 heures à 6 heures.

M. Deguerrois, agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM. les conseillers municipaux. M. l'abbé Gagon, curé.

Ecole communale des garçons, tenue par M. Forgeot., École des filles, tenue par les Religieuses de la Providence.

FOIRES.

Le samedi qui précède le 2 février. Le jeudi qui précède les Rameaux. Le samedi qui précède le 24 juin. Le 4 octobre.

Le samedi qui précède le 11 novemb. Le,samedi qui précède le 25 décembre.

Ville de Méru-sur-Seine.

MAIRIE.

MM.

Joly *, maire.

Marelle (Pierre Marie-Joseph), adjoint.

Marelle, secrétaire.


ARRONDISSEMENT D'ÀRCIS-SUR-AUBE. 299

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Prud'homme.

Turquet (Emmanuel).

Lasne (Médard).

Begis (Narcisse).

Marelle (Pierre-Marie-Joseph).

Macault (Louis).

MM.

Porentru (J.-B.). Contat (Louis-Claude). Pageot, Louis-Gustave). Grandsire (Auguste). Joly (Pierre). Payen (Charles).

POSTE AUX LETTRES. Mlle Guibout (Mélanie), directrice.

ARRIVÉES. DÉPARTS.

Toute la France 1er envoi 2 heures 45 matin. 3 heures matin,

Toute la trance 2e envoi. Midi 45. 11 heures 30 matin.

Route (1er envoi. 11 heures 25 matin. Midi 45.

d'Arcis-sur-Aube.(2e envoi. 10 heures 40 soir. 2 heures 50 matin.

Route de Plancy (comme pour la roule d'Arcis-sur-Aube). Route de Sézanne (comme pour toute la France).

TÉLÉGRAPHIE.

Le bureau municipal de Méry est établi place de la Halle, Il fonctionne depuis le 1er décembre 1867.

M. Charonnat, agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Le Maire, président-né.

Marelle (Pierre-Marie-Joseph), Contat (Louis-Claude), Aveline (Alexandre), Mirey fils, propriétaire, Marelle (François), propriétaire,

membres.

Séances, le 1er de chaque mois, pour la répartition des secours aux indigents.

Ecole des garçons, dirigée par M. Bourgeois, instituteur communal. Ecole des filles, tenue par la soeur Valentine. Salle d'asile, dirigée par la soeur Jacques.

FOIRES.

Le 15 mars. Le 20 juin.

Le 25 septembre. Le 25 novembre.

Marché aux grains, le jeudi.

Marché aux légumes, au beurre et à la volaille, tous les jeudis, à six heures du malin en été, et à huit heures en hiver.


300 ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBE.

Commune de Plancy.

MAIRIE.

MM.

Petit (Alexandre), maire. Coffinet (Jules-Alexandre), adjoint.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Petit (Alexandre). Sirost-Corrard. Gamichon (Jules). Gombault-Guérinot. Cofflinet (Jules-Alexandre). Royer-Boutigny.

MM.

Gouget-Aviat.

Bartinat (Jean-Baptiste).

Lefèvre-Ledet.

Morcel (Charles).

Aveline, notaire.

N...

POSTE AUX LETTRES.

Mme Travaillot, receveuse.

Deux distributions de dépêches dans la journée : à sept heures et à une heure.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau, qui fonctionne depuis le ... 1869, est installé à la maison commune.

N..., agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Petit (Alexandre), maire, président.

L'abbé Jacquinot, curé, Patris, ancien notaire, Lesvier, ancien négociant, Gouget (Auguste), Coffinet (Jules), officier de santé,

membres.

Ecole communale des garçons, tenue par M. Lallée. Ecole des filles, tenue par les soeurs de la Providence.


ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AURE. 301

FOIRES.

Le 27 février.

Le lundi qui suit le dimanche des Rameaux.

Le 2 juin.

Le 5 novembre.

Tous les mercredis matin, marché pour les denrées alimentaires et les marchands étalagistes.

Voilure publique : M. Martin, correspondant avec la ligne de l'Est; deux départs et deux arrivées par jour.

Entreprise des dépêches : M. Paris, courrier du soir, correspondant avec la ligne de l'Est.

Commune de Ramerupt.

MAIRIE.

MM.

Delatour (Louis-Victor-Epaminondas), maire. Bertrand, adjoint. Couturier, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Delatour (L.-V.-Epaminondas).

De Larquelay-Michault.

N...

Bertrand (Eugène).

Maître (Charles).

Bertrand (Jules).

MM.

Boursier (Victor). Lescure (Raphaël). Coppoi (Gérasime). Charton (Basile). Deton (Jacques). Vallet (François).

BUREAU DE POSTE. Mlle Martin.

Arrivée d'Arcis-sur-Aube, six heures du matin. Départ pour Arcis-sur-Aube, trois heures 30 du soir.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau, qui fonctionne depuis le 24 août 1868, est placé à la maison commune.

M. Couturier, agent auxiliaire.


3.02 ARRONDISSEMENT D'ARCIS-SUR-AUBE.

BUREAU DÉ BIENFAISANCE.

MM.

Delatour, maire, président.

L'abbe Remion, cure, Charton (Basile), propriétaire, Delatour (Louis-Nicolas), propriétaire, Grenet, propriétaire, Ludot (Honoré),

membres.

Ecole primaire communale, dirigée par M. Couturier.

Ecole communale des filles, tenue par les soeurs de la Providence.

POIRES.

Le 3 mai.

Le 14 septembre.

Le 13 novembre. Le 51 décembre.

Marché pour les denrées alimentaires, le samedi matin.

VOITURES PUBLIQUES. A Troyes, hôtel des, Courriers. Départ de Troyes, à 7 heures du malin. Arrivée à Ramerupt, à 10 heures 1/2.

Départ de Ramerupt, à 1 heure 30 minutes du soir. Arrivée à Troyes, à 5 heures 30 du soir.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE

Sous-Préfecture.

M. Monnoyeur, sous-préfet.

M. Oudin, secrétaire, chef des bureaux.

Audiences, tous les jours, de dix heures du matin à quatre heures du soir, les dimanches et jours fériés exceptés.

CONSEIL D'ARRONDISSEMENT.

(Voir, pour les attributions et son organisation, à la page 209.) RENOUVELLEMENT DES GANTONS. 1re SÉRIE. — Soulaines et Vendeuvre. 2e SERIE. — Bar-sur-Aube et Brienne-le-Château.

La 1re sérié a été réélue en 1867, et la seconde en 1871.

MM.

Canton de Bar-sur-Aube. Carlot, docteur en médecine à

Bar-sur-Aube.

— — Marquot, maire à Bayel. - — Piot, maire à Lignol.

— de Brienne-le-Château. Buret, maire à Saint-Léger-sousBrienne.

Saint-Léger-sousBrienne.

— — Jacquot, propriétaire à Briennele-Château.

Briennele-Château.

— de Soulaines. Darnet, notaire à Soulaines.

— — Lemoine, maire à Morvilliers.

— de Vendeuvre-sr-Barse. Herment, maire à Vendeuvre.

— Croissant, maire à Trannes.


304 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE.

MM.

Desrosiers, président. Legrand *, président honoraire. Delaine, juge d'insiruction. Millet, juge.

Philbert,

Barbier,

Lerouge,

juges suppléants.

Parquet.

Carra de Vaux, procureur de la République. Oudot, substitut.

Greffe. Delaine, greffier en chef. Pèvre, commis-greffier.

Audiences civiles et commerciales, le mardi et le jeudi; audiences correctionnelles, le samedi.

BUREAU D'ASSISTANCE JUDICIAIRE.

MM.

Vincent, président.

De Saint-Martin,

Mutinot,

Minot-Maillard,

Lemoine, receveur de l'enregistrement,

membres.

Delaine, greffier, secrétaire.

AVOCATS.

MM.

Masson de Morfontaine (Maurice). De Bauffres (Georges).

AVOUÉS.

Titulaires.

MM.

Parey. Arnoux. Masson. Patey.

Prédécesseurs. MM.

Lerouge.

Léger.

De Saint-Martin.

Bourgoin.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. 505

HUISSIERS.

Titulaires. l'

MM.

Grandjanin, à Bar-sur-Aube. Janson, id.

Chevalier, id.

Lefranc, id.

Louvat, id.

Valck, à Brienne-le-Château. Félix, id.

Grand, à Dienville. Darnet fils, à Soulaines. Sardin, à Vendeuvre. Martin (Eugène), à Vendeuvre.

Prédécesseurs. MM.

Jorry.

Babel.

Maillard.

Bienaimé.

Du mont.

Paris.

Coquin.

Chalmet.

Darnet père

Beurey.

Denize.

Chambre de discipline.

Lefranc, syndic, à Bar-sur-Aube. Louvat, trésorier, id.

Grand, rapporteur, à Dienville. Chevalier, secrétaire, à Bar-sur-Aube. Martin, membre, à Vendeuvre.

JUSTICE DE PAIX.

Bar-sur-Aube.

MM.

Chaale des Etangs, juge de paix.

Herbin (Adolphe), propriétaire, Léger (Léon), ancien avoué,

suppléants.

Angevin, greffier.

audiences, les vendredis, à onze heures, à l'hôtel-de-ville.

Brienne-le-Château.

Jacquemin, juge de paix, à Brienne-le-Château.

Maury, notaire à Lesmont,

N...

suppléants.

Ledrut (Léon), greffier. Audiences, les mardis et les vendredis, à onze heures, à l'hôtel-de-ville.

Soulaines. Pointe, juge de paix.

1873. 20


306 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

Darnet, notaire, Mahon, propriétaire,

suppléants.

Legrand, greffier,

Audiences, les lundis, à dis heures, dans la maison commune.

Vendeuvre-sur-Barse. Perrin, juge de paix, à Vendeuvre.

Blorgeot (Jules), géomètre, Bocquillon (Charles) *, propriétaire,

suppléants.

Banouot, grenier.

Audiences civiles et de simple police, les mardis, à onze heures ; de conciliation, les mercredis, à l'hôlel-de-ville.

COMMISSAIRE DE POLICE.

Bar-sur-Aube.

M. Brunon.

NOTAIRES.

Canton de Bar-sur-Aube.

Titulaires.

MM.

Lorez (Alfred), à Bar-sur-Aube. Finot, id.

Martinet, . id.

Petit, id.

Prédécesseurs. MM.

Barbier.

Vernand (Henri). Cartier. Thiéblemont.

Canton de Brienne-le-Château.

Maury, à Lesmont. Debias (Alexandre), à Dienville. Allard, à Brienne Huguenin, à Rosnay-l'Hôpital.

Desjardins.

Thiél ault (Auguste).

Proliit.

Gatouillat.

Canton de Soulaines.

Darnet, à Soulaines. Debias, à Ville-sur-Terre.

Fèvre. Cornette.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. 307

Canton de Vendeuvre-sur-Barse.

Sellerin, à Bossancourt. Cligny, à Bligny. N..., à Vendeuvre.

Cornette.

Salmon,

Huchard.

Notaires honoraires.

MM.

Debrienne père, à Vendeuvre. Chavance *, à Brienne-le-Château. Vincent, à Bar-sur-Aube.

Chambre des Notaires.

Darnet, président, à Soulaines.

Allart, syndic, à Brienne.

Lorey, secrétaire à Bar-sur-Aube.

N..., trésorier.

N..., rapporteur.

Maury, membre, à Lesmont.

COMMISSAIRE-PRISEUR.

Titulaire.

M. Perron, à Bar-sur-Aube.

Prédécesseur.

M. Boizard.

CONSEIL D'HYGIÈNE ET DE SALUBRITÉ.

MM.

Monnoyeur, sous-préfet, président.

Le maire de Bar-sur-Aube, Mougeot, médecin, à Bar-sur-Aube, Des Etangs, juge de paix, à Bar-sur-Aube, Petit, vétérinaire, à tiar-sur Aube, Camps, médecin à Brienne- -Château, Arbelin. ancien pharmacien, a Bar-sur-Aube, Bernard-Fareu, pharmacien, à Vendeuvre-sr-B., Guerrapain (Narc), anc. vétérinaire, à Bar-s-Aube, Jacquinot, pharmacien, à Bar-sur-Aube,

membres


308

ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

LISTE

DES MÉDECINS ET DES OFFICIERS DE SANTÉ,

Dans l'ordre de leur réception.

DOCTEURS EN MEDECINE

NOMS ET PRENOMS. DOMICILES. RECEPTIONS.

Vernand (Martin) * (1). Bar-sur-Aube. Paris. 1817.

Liébaux (François) (1). Id. Id. 1830.

Delaiue (Alexandre). Dienville. Id. 1836.

Protte (Honoré-Joseph). Brienne-l-Château Id. 1839.

Carlot (Joseph). Bar-sur-Aube. Id. 1840.

Mougeot (Pierre). Id. Id. 1844.

lieraient (Arnoult). Vendeuvre. Id. 1847.

Vauthier (Charles-J.-B.). Id. Id. 1884.

Jourdan ( Augustin-Fr.). Soulaines. Id. 1855.

Guyot. Lesmont. Id. 1860.

Matrion (Gustave). Arsonval. Id. 1865.

Evrard, Bar-sur-Aube.

Vaudey. Brienne-1-Château

Pesme. Ville-sur-Terre.

OFFICIERS DE SANTÉ REÇUS PAR LE JURY.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Adeline (Pierre-Antoine). Rosnay. Troyes, an XI.

Protte (Louis). Brienne-l-Château Paris, 1814.

Adeline. Ville-sur-Terre. Troyes, 1816.

Jamin (Nicolas-Denis). Arsonval. Id. 1820.

Pothier (Eugène). Id. Châlons, 1831.

Richer. Vendeuvre. Paris, 1838.

Camps (Antoine-J.-Civilis). Brieune-l-Château Châlons. 1853.

PHARMACIENS.

Reçus par les écoles spéciales.

Titulaires. MM.

Jacquinot, à Bar-sur-Aube. Cruchet, à Brienne-le-Château,

Prédécesseurs.

MM.

Dupont.

N...

(1) N'exercent plus la médecine.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

309

Reçus par les Jurys.

MM.

Guénin, à Bar-sur-Aube. Bernard-Fareu, à Vendeuvre.

MM.

Ramillion.

N...

SAGES-FEMMES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Joffrin (Marie), fe Tranchant. Amance. Châlons, 1829.

Dupont (Anne), fe Perrin. Champignol. Paris, 1833.

Carré (Marguer, ), fe Sonard. Vendeuvre. Strasbourg, 1836.

Vallon (Marie), fe Delorme, Vauchonvilliers. Châlons, 1840.

Charigaut (Françoise-Elis.). La Villeneuve. Id. 1840.

Brun-Collot (Amélie), Lesmont. Id. 1842.

Bezançon-Delaunay (Agn.). Hampigny. Id. 1844.

Petit (femme). Brienne-l-Château Id. 1845.

Adeline (Célinie), fe Drouot. Bossancourt. Id. 1845.

Chamerois, fe Constantin. Bar-sur-Aube. Troyes, 1847.

Petitjean, fe Bruillon. Id. Id. 1851.

Vecache (Cécile), fe Deton. Rosnay. Id. 1851.

Robert (Adèle), fe Vaillant. Brienne-l-Château Châlons, 1852.

Brochard, fe Granjean. Précy-St-Martin. Id. 1852.

Maillard (Aug.), fe Brochard. Soulaines. Id. 1853.

François (Louise-Léont.). Lignol. Dijon, 1856.

Lefebvre (Clémentine). Dienville. Chaumont, 1853.

Geoffroy- Vierdin. Vendeuv.- s-Barse

Brunon. Id.

Gobin (Elisa), fe Mèble. Bar-sur-Aube. Paris, 1868.

VÉTÉRINAIRES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Martin (Charles-Eugène). Brienne-l-Ghâteau Lyon, 1844.

Martin (Ernest-Félix). Vendeuvre. Id. 1855.

Rolland (Anat.-Edme-H.). Dienville. Id. 1865.

Petit. Bar-sur-Aube.


310 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

COMPAGNIE DE SAPEURS-POMPIERS.

NOTA.— Il n'y a que trois compagnies dans l'arrondissement de Bar-sur-Aube : à Bar-sur-Aube,— a Vendenvre-sur-Barse et Brienne; — dans les autres communes, seulement des subdivisions.

MM.

Bar-sur-Aube, Dormoy, capitaine.

Vendeuvre-sur-Barse, N..., capitaine.

COMMISSION SYNDICALE DE LA VOIRE

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube, en date du 16 novembre 1853.

MM.

Vauchelet *, membre du Conseil général, à Chavanges, président.

Geoffroy, maire, à Villeret, Raguin-Huot, maire, à Lentilles, Besançon, propriétaire, à Hampigny. Herbin, propriétaire à Bar-sur-Aube, Petit, avocat, à Troyes, Fenard, propriétaire, à Chalette,

membres.

VISAE DE BAR-SUR-AUBE.

MAIRIE

MM.

Léger, maire. Boizard, 1er adjoint. Brisson, 2e adjoint. Chevallot, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Masson de Morfontaine.

Léger.

De Saint-Martin.

Truelle (Paul).

Devilliers.

Lerouge.

MM.

Cherrier.

Simonnot-Sarcelle.

Hury-Perrin.

Janlio.

Méchin-Monperrin.

Boizard.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. 311

MM.

Jully.

Monniot-Lâpre.

Brisson.

Guerrapain.

Vincent.

MM.

Legrand-Parisot. Daloz-Saillard.

N... N... N...

FONCTIONNAIRES DE LA VILLE.

MM.

Gabroy, receveur municipal. Dormoy, architecte-voyer. Chameroy, receveur à l'abattoir. N..., receveur des droits de place.

OCTROI.

Un décret impérial, daté dn 7 juillet I856, a autorisé la ville de Bar-sur-Aube à établir un octroi municipal.

MM.

Etienne, surveillant en chef.

Privé, Varnier, Nalot, Gabriel, Musnier, receveurs.

Jardin et N..., surveillants.

COMMISSARIAT DE POLICE.

M. Brunon, commissaire. M. Mérat, agent.

COMMISSION DES PRISONS.

MM.

Monnoyeur, sous-préfet. Desrosiers, président du trib. Léger, maire.

Aumônier : L'abbé Herzog. Médecin : Le docteur Mougeot. Gardien chef : Ménétrier.

MM.

Carra de Vaux, procureur de la

République. Philbert, juge suppléant.

POSTE AUX LETTRES. M. Moris, directeur.

Le bureau est ouvert au public tous les jours, pendant douze heures consécutives, depuis sept heures du matin jusqu'à sept heures du soir.


512 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

COURRIER DE TROYES, DE PARIS. 1er arrivée, 2 heures du matin. 2° — 2 — du soir. 1er départ, 7 — 50 du matin. 2e — 11 — 15 du soir.

COURRIER DE CHAUMONT. 1re arrivée, 12 heures du soir. 2e — 8 — 15 du matin.

1er départ, 1 — 45 du soir. 2e — 11 — 45 du soir.

Courriers de Soulaines, Clairvaux et Doulevant.

Départ : 2 heures du matin. Arrivée : 11 heures du soir.

Les facteurs ruraux, au nombre de cinq, sont expédiés pendant l'été, à 6 heures du matin, et pendant l'hiver, à 7 heures du matin.

ARRONDISSEMENT POSTAL DE LA DIRECTION DE BAR-SUR-AUBE.

La Taxe de Bar-sur-Aube pour ces communes et leurs hameaux, et réciproquement de ces communes pour Bar-sur-Aube, est de 15 CENTIMES par lettre affranchie et 0,25 centimes par lettre non affranchie, et de CINQ CENTIMES par avis de mariage, naissance et décès.

1 Ailleville.

2 Ambonville (Haute-Marne). 3 Arconville.

4 Argançon.

5 Argenlolles (Haute-Marne).

6 Arnancourt (Haute-Marne).

7 Arrentières.

8 Arsonval.

9 Baroville.

10 Bayel.

11 Bergères.

12 Bierne (Haute-Marne).

13 Blaize (Haute-Marne).

14 Bligny.

15 Bouzanconrt (Haute-Marne).

16 Buchey (Haute-Marne).

17 Chaise (la).

18 Champignol.

19 Chancourl (Haute-Marne).

20 Cirey-s-Blaise(Hte-M.) [distribon].

21 Colombé-les deux-Eglises (HauteMarne)

(HauteMarne)

22 Colombé-la-Fosse. 25 Colombé-le-Sec.

24 Couvignon.

25 Curmont (Haute-Marne).

26 Daillancourt (Haute-Marne). 27 Engente.

28 Fontaine.

29 Travaux. 50 Fresnay. 31 Fuligny.

52 Guindrecourt-sur-Blaise (HauteMarne). 55 Harricourt (Haute-Marne).

54 Jaucourt.

55 Lévigny. 36 Lignol.

37 Maisons-près-Soulaines.

38 Sïeurville.

59 Montier-en-Hsle, ou Mothé.

40 Molhe-en-Blaizy (la) (Hte-M.).

41 Pratz (Haute-Marne).

42 Proverville.

45 Rizaucourt (Haute-Marne).

44 Rouvres.

45 Sautrrryy.

46 Soulaines [distribution].

47 Spoy.

48 Thil.

49 Thors.

50 Urville.

51 Ville-au-Bois-lès-Soulaines (la). 52 Villeneuve-aux-Fr. (la) (Htr .M.) 55 Ville-sur-Terre [distribution.] 54 Yoigny.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. 313

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE

Le bureau de Bar-sur-Aube fonctionne depuis le 15 novembre 1860. Il est établi à la mairie.

Mlle Picq, agent auxiliaire.

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS DE BAR-SUR-AUBE.

Les statuts de cette Société ont été arrêtés le 18 décembre 1859. Le nombre des sociétaires s'élève à deux cents environ.

Président : M. Léger (Léon), ancien avoué, suppléant du juge

de pais, à Bar-sur-Aubè. Vice-président : M. Truelle. Secrétaire-trésorier : M. Mutel.

BUREAU DE BIENFAISANCE

MM.

Léger, maire, président.

L'abbé Quélard, curé-doyen de Saint-Pierre, L'abbé Paillard, curé de Saint-Maclou, Liébeaux, (Hippolyte), Boizard,

membres.

Dutailly-Degrond, ordonnateur et secrétaire. Gabroy, receveur.

DAMES DE CHARITE.

Mmes Angevin, Legrand, Barbier, Herbin (Adolphe), Vincent et Mlle Girardin.

HOSPICE CIVIL ET MILITAIRE.

L'hospice de Bar-sur-Aube comprend :

Une salle de 12 lits, pour les hommes ;

— de 8 lits, pour les vieillards (hommes);

— de 12 lits, pour les femmes ;

— de 8 lits, pour les vieillards (femmes) ;

— de 2 lits-Napoléon ;

— de 5 lits, pour les militaires.

Des chambres particulières sont destinées aux officiers.

Il existe, dans l'établissement, un quartier d'aliénés admis temporairement.


514 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

Commission administrative.

MM.

Léger, maire, président.

Masson de Morfontaine, ordonnateur.

Degrond (Auguste),

Vincent,

Lerouge, ancien avoué,

Morel, propriétaire,

N...,

membres.

Gabroy, receveur-économe. Finot, notaire de l'hôpital. Girardin, architecte. Le docteur Mougeot, médecin. Le docteur Evrard, médecin. Le docteur Carlot, id. Religieuses Ursulines. Soeur Saint-Jérôme, supérieure.

CAISSE D'EPARGNE.

Le bureau, à l'hôtel-de-ville, est ouvert le samedi et le dimanche,de midi à deux; heures.

MM.

Masson de Morfontaine, président. N..., vice-président.

Lerouge, ancien avoué,

Léger,

Boizard,

Minot,

Mutinot,

Barbier,

Cherrier,

membres.

Gabroy, receveur-caissier.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. 515

INSTRUCTION PUBLIQUE

COLLÈGE COMMUNAL ET ÉCOLE PRIMAIRE COMMUNALE ANNEXÉE.

Bureau d'administration.

MM.

Le sous-préfet, président.

Léger, maire,

Legrand *, président honoraire du tribunal civil,

Masson de Morfontaine (Hippolyte)O *, propr.,

N... N... N...

membres.

Meuriot, principal.

Bouragné, professeur de mathématiques.

N..., régent de quatrième et de cinquième.

Robert, professeur de français.

N..., maître d'études.

Morin, instiiuteur, directeur de l'école primaire annexée.

N..., professeur de dessin.

N..., professeur de musique.

Ballette, professeur d'histoire.

CONSEIL DE PERFECTIONNEMENT. Institué par arrêté ministériel en date du 4 octobre 1866.

Léger, maire, président.

Hanriot, inspecteur d'Académie,

Meuriot, principal du collège,

Legrand *, président honoraire du trib. civil,

Lerouge, ancien avoué,

Degrond, ancien négociant,

Masson de Morfontaine 0. *, ancien officier

d'artillerie, Philbert, propriétaire,

membres.

ECOLES.

Ecole gratuite de garçons, dirigée par trois frères de la doctrine chrétienne. — Directeur : frère Olléguer.

Ouvroir et école communale et gratuite de filles, tenus par les religieuses Ursulines. — Supérieure : soeur Sainte-Ambroise.

Salle d'asile : MmePindeling, directrice.


316 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

PENSIONNAT DE DEMOISELLES.

Mlle Karr, pensionnat, rue Neuve.

Les dames Ursulines, école primaire et pensionnat.

CERCLE LITTÉRAIRE.

MM.

Barbier, ancien notaire, président. Minot-Maillard, propriétaire, secrétaire-trésorier.

CERCLE DU COMMERCE.

MM.

Soulès, géomètre, président.

Jobard, agent d'assurances, secrétaire.

FOIRES. La veille des Rameaux. Le samedi précédant le 24 juin,

Le dernier samedi d'août.

Marché aux grains, le mardi et le samedi.

Marché aux légumes et aux denrées alimentaires, tous les matins.

Ville de Brienne-le-Château.

MAIRIE.

MM.

Le prince de Bauffremont-Courtenay, prince de Robec, maire. Dautel, propriétaire, adjoint. Gay, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Jaquot-Jaquot. Le prince de Bauffremont. Allart (Louis). Coulant-Jaquot. Déroo (Jean-Baptiste). Dautel (Antoine). Groiset (Simon). Gortier (Nicolas).

MM.

Bernhard (Philippe). Garnier (François). Juglat (François). Dupire (Justin). Vagbeaux (Remy). Vauthier (Georges). Guiraud (Joseph). Amoux-Vellut.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

317

POSTE AUX LETTRES.

M. Keller, directeur.

COURRIER DE TROYES

ET DE PARIS. (1 Départ. — 2 Arrivées.) 1re Arrivée : 5 heures 15 du matin. 2e Arrivée : 2 heures du soir. — Départ : 10 heures du soir.

COURRIER DE CHAUMONT

ET DE BAR-Sr-AUBE.

(1 Arrivée. —2 Départs.)

Arrivée : 3 heures 15 du matin,

1er Départ : 11 heures du malin.

2e Départ : 10 heures du soir.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal est établi depuis le 1er juillet 1866, à la mairie

Mlle Ollivier, agent auxiliaire.

HOSPICE CIVIL ET MILITAIRE DE BRIENNE. Cet hospice est tenu par cinq soeurs de Saint-Vincent-de-Paul. Administrateurs.

MM.

Le prince de Bauffremont, maire de Brienne.

L'abbé Legras, curé.

Dautel-Lorey, propriétaire.

Allart, notaire.

Jacquot, propriétaire.

Jacquemin, juge de paix.

Protte fils, médecin.

Vagbeaux.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Le prince de Bauffremont, maire, président.

L'abbé Legras, curé, Corder (Gustave), propriétaire, Robiquet, propriétaire, Jacquemin, juge de paix, Vagbeaux,

membres.

CAISSE D'EPARGNE.

Succursale de celle de Bar-sur-Aube,

N..., administrateur.

M. Maury, greffier de la justice de paix, caissier.


318 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

ÉCOLES.

M. Pinot, directeur de l'école primaire.

M. Garnéry, chef d'institulion.

Mlle Lemoine, maîtresse de pension.

Ecole tenue par des soeurs de Saint-Vincent-de-Paul.

Salle d'asile : par les mômes.

FOIRES.

Le 9 janvier. Le 46 février. Le 14 mars.

Le 9 mai. Le 26 octobre. Le 1er décembre.

Marché, le jeudi matin.

Commune de Dienville.

MAIRIE.

MM.

Grand, maire. Noblot, adjoint. Lamblin, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Tintrelin-Gerbeaux. Brelest-Roger.. Pailley-Bessac. Nateur-Roger. Grand (Henri). Debias (Alexandre).

MM.

Noblot-Ruelle. Adeline-Hyardin. Bardeaux-Champagne. Dauvilliers (Dominique). Delaine (Alexandre). Fourrier-Pierlot.

POSTE AUX LETTRES. Mlle Guillemain, receveuse.

Le courrier de Jessains arrive à 2 heures du malin et à 1 heure 50 m. du soir. — Le courrier de Vitry-le-François et de Brienne—le-Chàteau. arrive à 8 heures 50 m. du matin et à 10 heures 30 du soir.

Il y a trois distributions par jour.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal fonctionne depuis le 12 février 1866, chez l'agent.

Mme Adeline, agent auxiliaire.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. 519

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Grand, maire, président.

L'abbé Ridey, curé, Dauvilliers, rentier, Couin, rentier, Debias, notaire, Masson-Gouverne, propriétaire,

membres.

ÉCOLES. Ecole de garçons : M. Lamblin, instituteur. Ecole de filles : Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul.

ORPHELINAT ET OUVROIR.

Directrice : M 1' 6 Jeanne-Françoise Lebeault, en religion soeur Marie, de la congrégation des filles de la Charité de SaintVincent-de-Paul.

FOIRES.

Le 25 janvier.

Le 1er lundi de Carême.

Le lundi de la Semaine-Sainte.

Le vendredi avant la Pentecôte

Le 9 septembre. Le 30 octobre.

Le lundi qui suit le 2e dimanche de l'Avent.

Commune de Soulaines.

MAIRIE.

MM.

Thierry-Delanoue, maire. Darnet, adjoint. Senot, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM. Darnet.

Thierry-Delanoue. Legrand (François). Jolein (Eugène). Ledôme (Edouard). N...

MM.

Tassin (Charles). Mahon (l'aub) Royer-Herrard. Georges (Firmin). Chalicarne (Martial). Brouillard-Camus.


320 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Thierry-Delanoue, maire, président. L'abbé Thévard, curé, secrétaire.

Legrand, greffier, Darnet, notaire, Royer-Jacquemin, propriétaire,

membres.

ASSOCIATION MUSICALE.

MM.

Thomas (Léopold), chef d'orchestre. Chalicarne (Jules), sous-chef. Royer (Auguste), secrétaire-trésorier.

POSTE AUX LETTRES. Mlle Roussin, distributrice.

Arrivée : 4 heures 30 du matin.

Départ : 8 heures 30 du soir.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal fonctionne depuis le 18 juillet 1867, à la mairie.

M. Senot, agent auxiliaire.

ÉCOLES. Ecole communale : M. Senot, instituteur. Ecole des filles, tenue par deux soeurs de la Providence.

FOIRES.

Le 11 janvier.

La veille do l'Ascension.

Le 17 septembre. Le 24 novembre.

Ville de Vendeuvre-sur-barset.

MAIRIE.

MM.

Herment, maire. Blorgeot (Jules), adjoint.

N..., secrétaire.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE. 321

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Herment (Zacharie). Blorgeot (Jules). Olivier (Joseph). Arnoult (Jean-Baptiste). Pavée de Vendeuvre. Guilhaumou (Auguste). Martin (Ernest). Protte (Léonard).

MM.

Le Drut (Léon). Drozière (Charles). Martin (Eugène). Nourrissat (Léopold). N. .

Mauperrin (Edme). Vauthier-Tissier. Péronne-Arnoult.

POSTE AUX LETTRES. Mme Millot-Lamotte. directrice.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau est établi à l'hôtel-de-ville de Vendeuvre depuis le...

M. Andrieux, agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Herment, maire, président.

Labbe Gauthier, cure, De Brienne, notaire honoraire, Buffat, ancien percepteur, Bocquillon-Thibézard *, propriétaire, Perrin, juge de paix,

membres.

CAISSE D'ÉPARGNE. Succursale de celle de Bar-sur-Aube.

Les séances ont lieu le dimanche, de midi à deux heures, en l'une des salles de l'hôtel-de-ville et en présence d'un des administrateurs.

Bureau d'administration.

MM.

Herment, maire de Vendeuvre. Perrin, juge de paix. De Brienne, notaire honoraire. Schmith, directeur de la faïencerie.

1873, 21


322 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-AUBE.

MM.

Bocquillon (Charles) *, ancien contrôleur.

Buffat (Gabriel), propriétaire.

Mauperrin (Edme), propriétaire.

Ledrut, propriétaire.

Blorgeol, adjoint au maire.

Chambellan, propriétaire.

Frémy, propriétaire.

Guilh'aumou père, rentier.

Caissier : N..., secrétaire de la mairie.

ECOLES.

Ecole de garçons :

M. Coubault, instituteur.

M. Beaugrand, instituteur-adjoint.

Ecole de filles : les dames de la Providence.

Ecole secondaire et primaire : M. Petit (Napoléon).

Salle d'asile : soeur Placidie, dame de la Providence, directrice.

FOIRES.

Le 17 janvier.

Le mercredi après les Cendres.

Le 25 avril.

Le 25 juin. Le 21 octobre.

Marché aux denrées alimentaires, le mercredi et le vendredi.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE

Sous-Préfecture.

M. DEHEURLE (Victor), sous-préfet. M. Corcelle, secrétaire.

Ouverture des bureaux, tous les jours, les dimanches et jours fériés exceptés, de onze heures à trois heures. Les audiences sont fixées de midi à deux heures.

CONSEIL D'ARRONDISSEMENT.

(Voir, pour ses attributions et son organisation, à la page 209.)

RENOUVELLEMENT DES MEMBRES DU CONSEIL.

1re SÉRIE. — Chaource et Essoyes.

2e SERIE. — Bar-sur-Seine, Mussy-sur-Seine et les Riceys. La 1re série a été réélue en 1864, et la seconde en 1871.

MM.

Canton de Bar-sur-Seine. Courtat, maire de Villemoyenne.

— — Fontaine, médecin à Bar-surSeinc.

Bar-surSeinc.

— de Chaource. Rouvre, maire, à Chaource.

— — Berton, maire d'Avreuil.

— d'Essoyes. Simon, propriétaire à Essoyes.

— — Allevy, à Eguilly.

— de Mussy-sur-Seine. Couche, maire de Celles.


324 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

Canton de Mussy-sur-Seine. Cailletet, maire de Mussy. — des Riceys. Laurent-Paulin, maire de Bagneux.

Bagneux.

TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE.

MM. Costel *, président. Perlet, juge d'instruction. Laurey, juge. N..., juge-suppléant.

Parquet.

De Job, procureur de la République. De Baudesson, substitut.

Greffe. Grandnom, greffier en chef. Col lot, commis-greffier.

Audiences, mardis et jeudis, pour le civil et le commerce; mercredis, pour la police correctionnelle.

BUREAU D'ASSISTANCE JUDICIAIRE. MM Bocquillon, conservateur des hypothèques, président.

Dommartin. receveur de l'enregistrement, Jobard, ancien notaire, Langlois, ancien notaire, Thomas, ancien huissier,

membres.

Grandnom, greffier en chef du tribunal, secrétaire.

AVOCATS. MM. Mauger. — Gayot.

AVOUES.

Titulaires. MM. Dagron.

Saillard (Camille). Bouillier (Eugène), Lefebvre. Pinel.

Prédécesseurs. MM.

Rédarès. Gayot. Jolly. Cheurlin. Ducoudié.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

325

HUISSIERS.

Titulaires. MM.

Rouvre, à Bar-sur-Seine. Clément, id.

"Chatel (Jules), id. Pebvre (Isitl.) id. Pi rrand, à Chappes. Guyot, à Chaource. Simon, id. Brain, à Chesley. Mannoury, à Essoyes. Lebon (Jules), id. Bultel, à Gyé-sur-Seine. Bidault.

Petit, aux Riceys. Prignot, id.

Prédécesseurs. MM.

Dumont.

Fréquoix.

Chiitel (Ambroise).

Ribault.

Pénard.

Paillard.

Bultel.

Carré

Jagin.

Préaux.

Petel.

Bouvret.

Royer.

Gerdy.

Chambre de discipline des Huissiers.

Febvre, syndic, à Bar-sur-Seine. Chatel, trésorier, id. Clément, secrétaire, id. Lebon, rapporteur, à Essoyes. Perrand, à Chappes, membre.

JUSTICE DE PAIX.

Bar-rsur-Seine.

MM. Thiesset, juge de paix.

Dagron, avoué,

N...,

suppléants.

Bailly, greffier.

Audiences, les samedis, à l'hôtel-de-ville, à onze heures.

Chaource.

Capuran, (Charles) *; juge de paix.

Golaudin, notaire, à Lignières, . Hahert, ancien notaire, à Chaource,

suppléants

Haillot, greffier.

Audiences, les mardis, à l'hôtel-de-ville, à onze heures.


326 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

Essoyes.

MM. Trombert, juge de paix.

N...,

Bacquias, notaire,

suppléants.

Ménétrier, greffier.

Audiences, les samedis, à l'hôtel-de-ville, à onze heures.

Mussy-sur-Seine. Lorain, juge de paix.

N...,

Leclerc (Alexandre), notaire à Polisy,

suppléants

Picarle, grenier.

Audiences, les samedis, à l'hôtel-de-ville, à onze heures.

Les Riceys. Hennequin, juge de paix.

Ducloux, notaire,

N...,

suppléants.

Goudeau, greffier.

Audiences, les lundis, à l'hôtel-de-ville, à onze heures.

NOTAIRES.

Canton de Bar-sur-Seine.

Titulaires. MM. Patour, à Bar-sur-Seine. Lécuriot, id. Bourbonne, id. Frotté, à St-Parres-Ies-Vaudes. Delarue, à Marolles-les-Bailly.

Prédécesseurs. MM. Hennequin. Adnot. Blavot. Adnot. Mathieu.

Canton de Chaource.

Martin, à Lignières. Oudin, à Vanlay. Longuestre, à Chaource. Crétey, id.

Martin, à Chesley.

Golaudin.

Bazin.

Hahert.

Maréchaux.

Bessonnat.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 327,

Canton d'Essoyes,

MM. Bacquias fils, à Essoyes. Courtin, à Loches. Chatel, à Beurey. Labiche, à Vitry-Ie-Croisé. Gomy, à Landreville.

MM. Bacquias. Salmon. Guillaume. Comble. Tapprest.

Canton de Mussy-sur-Seine.

Richomme, à Gyé-sur-Seine.

Leclerc, à Polisy.

Gabiot, à Mussy-sur-Seine.

Belorgeot. Simonnot. Trempé.

Canton des Riceys.

Chapotot, aux Riceys.

Ducloux, id.

Donon, à Bagneux-la-Posse.

Ménétrier.

Landry.

Jacob.

Notaire honoraire.

Habert (Charles), à Chaource.

Chambre des Notaires.

Leclerc, à Polisy, président. Chatel, à Beurey, syndic. Grétey, à Chaource, rapporteur. Bourhonne, à Bar-sur-Seine, secrétaire. Bacquias, à Essoyes, trésorier.

Ducloux, aux Riceys, Martin, à Chesley,

membres.

Bouillier, avoue, à Bar-sur-Seine, Marie, avocat à la Cour d'appel de Paris,

conseils.

COMMISSAIRE-PRISEUR.

Titulaire.

M, Rigollot, à Bar-sur-Seine.

Prédécesseur.

M. Henriot.


328

ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEISE.

CONSEIL

D'HYGIÈNE PUBLIQUE ET DE SALUBRITÉ.

MM.

Le sous-préfet, président.

Cartereau *, docteur en médecine, vice-président.

Sainton, docteur en médecine,

Pascalis, pharmacien,

Martin, vétérinaire,

Thiesset, juge de paix,

Martinot, vétérinaire,

Fontaine, docteur en médecine,

Trumet (Armand) *, docteur en médecine,

N...

membres.

LISTE

DES MÉDECINS ET DES OFFICIERS DE SANTÉ

Dans l'ordre de leur réception.

DOCTEURS EN MÉDECINE.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Cartereau (Et.-G.-Guil.)*. Bar-sur-Seine. Paris, 1813.

Rouvre (Louis-Pierre). Chaource. Id. 1827,

Collet (Nicolas-Auguste). Bar-sur-Seine. Id. 1836.

Prié (Emile-Napol.-Jos.). Les Riceys. Id. 1837.

Guillemot (Jacques-Phil.). Etourvy. Id. 1840. ;

Fontaine (Adolphe). Bar-sur-Seine. Id. 1838.

Tuilant (Marien). Les Riceys. Id. 1887.

Barteau(Pierre-Alexandre). Mussy-sur-Seine. Troyes, 1887.

Prunier (Eugène). Landreville. Id. 1857.

Sainton (Hippolyte). Bar-sur-Seine. Paris, 1860. Trumet (Armand) *. Id.

Michon. Essoyes.

Larniral. Bagrieux-la-Fosse. Paris, 1861.

Carreau (Léonard). Bar-sur-Seine. Id. 18 .

Picardat. St-Parres-1-Vaud. Id. 18

Ferrant. Les Riceys. Id. 1869.

Jacquard (César). Bar-sur-Seine. Id. 1871.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

329

OFFICIERS DE SANTÉ REÇUS PAR LE JURY.

MOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Barat (Jean-Baptiste). Vanlay. Auxerre, 1817.

Douge(Nicolas). Mussy-sur-Seine. Melun, 1818.

Rigollot (Auguste). Landreville. Troyes, 1819.

Bertrand (Edme-Jean-L.). Essoyes. Id. 1832.

Beudin. Chesley. Id. 1844.

PHARMACIENS.

Reçus par les Ecoles spéciales.

Titulaires.

MM.

Andrieux, à Bar-sur-Seine. Pascalis, id.

Prédécesseurs.

Roger. Poumier.

Reçu par le Jury.

Godard, aux Riceys. Truchot.

SAGES-FEMMES.

MOMS ET PRÉNOMS. DOMICILE. RÉCEPTIONS.

Geoffroy, fe Vaillant. Landreville. Châlons, 1810.

Collot (Mad.), fe Simonnet. Gyé-sur-Seine. Troyes. 1816.

Lhuillier (femme). Ville-sur-Arce. Châlons, 1833.

Deviras (Euphrasie). Id. Id. 1833.

Maître (Marie), fe Dyard. Cussangy. Id. 1835.

Tiffon (Mélina-Marie). Mussy-sur-Soine. Paris, 1838.

Clibert(Hélène-J.-Elisa). Chervey. Châlons, 1836.

Michelot (Célest.), fe Petel. Essoyes. Id. 1836.

Raguet (Nicole-Virginie). Thieffrain. Id. 1836.

Jeoffroy (F.), fe Personnet. Essoyes. Id. 1837.

Maître (femme). Cunfin. Chaumont, 1841.

Muzey (Claire). Bragelogne. : Châlons, 1845.

Goussard (M.), fe Mirgodin. Les Riceys. Troyes, 1846.


330 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Petit (Constance). Plaines. Troyes, 1847.

Bourgoin (Ed.), fe Masson. Bar-sur-Seine. Id. 1848.

Carteron (El), fe Paquier. Les Riceys. Châlons, 1850.

Baugé (M.-A.), fe Tapprest. Fontette. Troyes, 1831.

Millard (Prudence). Longpré. Id. 1881.

Maître (Virginie). Cunfin. Châlons, 1852.

Normand (Em.-A.-Anast.). Jully-sur-Sarce. Id. 1882.

Garnier (Thér.-Rose-V.). Avirey-Lingey. Dijon, 1856.

Naudin (Anne-Elisabeth). Id. Id. 1856.

Fuseau (Mar.), fe Carteron. Id. Id. 1857.

Perier (Louise), fe Brusson. St-Parres-1-Vaud. Id. 1857.

Prélat (Marie-Octavie). Vitry-le-Croisé. Id. 1859.

Petel (Elisa). Bar-sur-Seine. Paris, 1862.

VÉTÉRINAIRES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Fréminet (Edme). Chaource. Alfort, 1835.

Martin (Joseph-Félix ). Bar-sur-Seine. Id. 1838.

Martinot (Louis-Jean-F.). Id. Id. 1839.

Bréaudat (Edme-Séverin). Eguilly. Id. 1846.

Pitois Edmc-Maxe). Chaource. Id. 1847.

Verreau. Bar-sur-Seine. Id. 1868.

COMPAGNIE DE SAPEURS-POMPIERS.

Il n'y a que cinq compagnies dans l'arrondissement de Bar-sur-Seine : à Ear-sur Seine, — Chaource, — Essoyes, — Landreville,— les Riceys; — dans les autres communes, seulement des subdivisions.

MM.

Bar-sur Seine, Batier, capitaine.

Chaource, Cheurlin (Ambroise-Félix,), capitaine.

Essoyes. Oudin (Nicolas), capitaine.

Landreville, Maîtry, capitaine.

Les Riceys, De Mauvise (Louis-René), capitaine.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 331

COMMISSION SYNDICALE DE LA LAIGNES.

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube, en date du 19 mars 1862.

MM.

Jourdheuille-Gallimard, anc. juge de paix, aux Riceys, directeur.

Thomassin-Berthier, propriétaire, aux Riceys.

De Taisne, propriétaire, aux Riceys.

Isambert (Rernard), propriétaire, à Balnot-sur-Laignes.

Languery (Auguste), propriétaire, à Neuville-sur-Seine.

Quaniaux, maire, à Polisy.

N...

Suppléants.

Mimey-Durupt, propriétaire, aux Riceys. Quaniaux (Henri-Gabriel), propriétaire- à Polisy.

COMMISSION SYNDICALE DE LA SARCE.

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube, en date du 29 décembre 1854

MM.

Hugot (Jean-Baptiste), propriétaire, à Bragelogne. Guinot (Jean-Baptiste), propriétaire, à Bagneux-la-Fosse Babeau, propriétaire, à Avirey-Lingey. Vaillant (Adolphe), propriétaire, à Airelles. Goussard (Nicolas), id. à Villiers-sous-Praslin.

Jobard (Bénigne), propriétaire, à Jully-sur-Sarce. Collet-Collet, id. à Virey-sous-Bar.

Syndics s uppléants.

Chatron (Nicolas-Joseph), à Jully-sur-Sarce. N...


332 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

COMMISSION SYNDICALE DE L'OURCE.

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube, le 10 octobre 1854

MM.

Berthelot, propriétaire, à Verpillières.

Barachin, propriétaire, à Essoyes.

Grattepain, propriétaire, à Loches.

Olivier (Auguste), propriétaire, à Landreville.

Couches, propriétaire, à Celles.

Brunet, propriétaire, à Merrey.

Boulard, manufacturier, à Bar-sur-Seine.

Bruant, propriétaire, à Bar-sur Seine.

Patour, propriétaire, à Landreville.

Syndics suppléants.

Decesse-Berthelot, propriétaire, à Essoyes. Brocard-Gautherin, propriétaire, à Landreville.

COMMISSION SYNDICALE DE L'ARMANGE.

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube, en date du 6 décembre 1854.

MM.

Rouvre, maire, à Chaource, directeur.

Cheurlin, pour Chaource.

Deviras, maire, pour les Loges-Margueron.

Grados, pour Cussangy.

Mathieu (Nicolas), pour la Loge-Pomhlain.

lîerthon (Alexis-Raphaël), pour Avreuil.

Paillot (Adolphe), pour Ervy.

Quicroit (Alexis), pour Courtaoult.

Gibier (Jean-Pierre), pour Davrey.

Sauvageot (Jean-Baptiste), meunier, à Metz-Robert.

Bazin, pour les Granges.

Patrois, pour Turgy.

Sgndics suppléants.

Sauvageot, meunier, à Metz-Robert.

N...


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 353

COMMISSION SYNDICALE DE L'ARCE.

Instituée par arrêté de M. le Préfet de l'Aube, en date du 27 octobre 1854.

MM.

Sicardy (Pierre-Nicolas), à Ville-sur-Arce. Lucron, à Vitry-Ie-Croisé. Doussol-Robin, à Eguilly. Allevy (Jean-Baptiste), à Eguilly, Ducron (Emile), à Chervey. Petit (Toussaint), à Buxières, Mary (François), à Merrey. Martinot, meunier, à Chervey.

Syndics suppléants.

Marquot-Chapplain, propriétaire, à Merrey. Massin (Alexandre), propriétaire, à Ville-sur-Arce.

VILLE DE BAR-SUR-SEINE.

MAIRIE.

MM.

Saillard-Huot, imprimeur, maire. Bourbonne et Dagron, adjoints. Rousselet, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Maitinot (Félix), vétérinaire. Trumet de Fontarce(Armand) * ,

propriétaire. Cartereau *, Dr en médecine, Voudenet-Ducloux, épicier. N...

Morot, entrepreneur. Breton (François), banquier.

MM.

Saillard-Huot, imprimeur. Bouge-Truffe, propriétaire. Laurent-Gard, cultivateur. Bourbonne (Alex.), notaire. Vinot fils, banquier. Maubrey-Friquot, cultivateur. Bruant-Soccard, propr.


534 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

MM.

Fontaine (Adolphe), docteur en

médecine. Dagron, avoué.

Pascalis (Lucien), pharmacien. Rodet, marchand de fers.

MM.

Coulbault (Victor-Prospér),

chapelier. Henriot (Hyacinthe), propr. Villain-Oudiot, entrepreneur.

COMMISSAIRE DE POLICE DE LA VILLE. M. Damis.

OCTROI. M. Chevillot, agent receveur.

COMMISSION DES PRISONS.

MM.

Deheurle. sous-préfet. président.

De Job, procureur de la République, L'abbé Eliot, curé de Bar-sur-Seine, Costel *, président du tribunal, Saillard, maire de Bar-sur-Seine,

membres.

POSTE AUX LETTRES.

Le bureau est ouvert au public de sept heures du malin à sept heures du soir.

Départ pour Troyes, 8 heures 40 du matin.

Départ pour Troyes et Paris, 7 heures 40 du soir.

Départ pour Chaource et le Midi, par Tonnerre, 3 heures 08 du soir.

Départ pour Chàtillon-sur-Seine, Chervey et Essoyes, 9 heures du soir. Le départ des facteurs ruraux, pour la banlieue, a lieu à sept heures du matin.

M. Moine, receveur.

ARRONDISSEMENT POSTAL DE BAR-SUR-SEINE.

La Taxe de Bar-sur-Seine pour ces communes et leurs hameaux, et réciproquement de ces communes pour Barsur-Seine, est de 15 CENTIMES par lettre affranchie et 0,25 par lettre non affranc, et de CINQ CEN'IIMES par avis de mariage, naissance et décès.

1 Merrey.

2 Ville-sur-Arce.

5 Buxières.

4 Magnant.

5 Fratignes.

6 Marolles.

7 Chauffour.

8 Poligny.

9 Bourguignons.

10 Courtenot.

11 Virey-sous-Bar.

12 Chervey.

13 Bertignolles.

14 Eguilly.

15 Vitry-le-Croisé.

16 Villemorien.

17 Jully-sur-Sarce.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 335

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE DE BAR-SUR-SEINE.

Depuis le 13 décembre 1866, un bureau télégraphique municipal est établi à Bar-sur-Seine, Grande-Rue.

Mlle Terrillion, agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Saillard, maire, président.

L'abbé Eliot, doyen,

Dagron, avoué,

Costel *, président du tribunal,

Cartereau *, docteur en médecine.

N...,

membres.

HOSPICE. Commission administrative.

MM.

Saillard, maire, président.

Thiesset, juge de paix,

Breton, banquier,

Corcelle, secrétaire de la sous-préfre,

Trumet de Fontarce *,

membres.

Cheurlot, secrétaire.

Cet hospice possède une salle pour les hommes (4 lits), une salle pour les femmes (6 lits), et une salle pour les militaires (6 lits). Une autre salle est destinée, conformément à la loi de 1841, à recevoir les aliénés furieux.

Le personnel de la maison se compose de six soeurs de l'ordre de Saint-Vincentde-Paul.

Il y a dans cet hospice deux écoles gratuites pour les jeunes personnes. Lès classes sont tenues par deux religieuses de Saint-Vincent-de-Paul. — Un ouvroir, destiné à former les jeunes filles aux travaux de l'aiguille, est annexé à cette école.

M. l'abbé Marin, aumônier de l'hospice.

MM. Cartereau * et Sainton, médecins de l'hospice.

Commission pour surveiller l'exécution de la loi,sur le travail des enfants dans les manufactures, usines et ateliers.

MM.

Gobert, vérificateur des poids et mesures.

N... N...


336 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

CAISSE D'ÉPARGNE ET DE PRÉVOYANCE.

Cette caisse a été établie à Bar-sur-Seine par ordonnance royale eu date du 15. décembre 1844, et elle a commencé ses opérations le 17 avril 1845. , J

Elle est administrée par douze directeurs présidés parle maire.

Ces directeurs sont choisis par le conseil municipal, savoir : trois dans sort sein, les neuf autres parmi les notables propriétaires.

La caisse est exclusivement consacrée à recevoir en dépôt les économies journalières que les particuliers veulent y verser.

Ces dépôts portent intérêt a 3,75 p. 0/0 sur chaque somme ronde de 1 fr. .

Les dépôts sont remboursables à volonté, en prévenant quinze jours à l'avance.

Toutes les opérations de la caisse sont gratuites.

On y reçoit depuis un franc au moins jusqu'à 300 fr. au plus par chaque versement, et jusqu'à concurrence de 1,000 fr.

Le bureau est ouvert tous les dimanches, à l'Hotel-de-Ville, excepté le jour de Pâques, de midi à deux heures.

PENSION SECONDAIRE. M. Musset (Alfred), directeur. Une école primaire supérieure y est annexée.

Maison d'éducation pour les jeunes demoiselles.

Mlles Bonnet, directrice.

Haghe et Doussot, directrices.

Ecole des Frères de la doctrine chrétienne. Trois Frères sont chargés de l'éducation gratuite des enfants de la ville. Le Frère Aignan.

Trois frères sont chargés des classes. Alleux, économe. Soeur Vincent, institutrice de l'hôpital.

SALLE D'ASILE. Une soeur de Saint-Vincent-de-Paul, directrice.

SOCIÉTÉ PHILHARMONIQUE.

MM.

N..., chef d'orchestre. Pétry, sous-chef d'orchestre.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 337

FOIRES.

Le 5° vendredi de Carême. Le lendemain de la Trinité.

Le 5 septembre. Le 15 décembre.

Marché aux grains, aux denrées alimentaires, et pour les marchands étalagistes, le vendredi.

Ville de Chaource.

MAIRIE.

MM.

Rouvre, médecin, maire. Crétey, notaire, adjoint. Guenard, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Rouvre (Pierre-Louis), médecin. Gauthier-Méry(Alph.), propr. Crétey (Charles-Alfr.), notaire. Fréminet (Edme), vétérinaire. Pitois (Edme), vétérinaire. Laurent-Miot. Gat (Gabriel).

MM.

Guinot (Justin), charron. Cheurlin (Ambroise), propriétre Prunier-Parisot, ancien notaire Couche (Louis), propriétaire. Gobert (Gaspard), greffier. Habert(Charles), notaire honor. Longuestre, notaire. Pacot (Désiré). Raguin (Clément).

JUSTICE DE PAIX.

MM.

Capuran, juge de paix.

Golaudin, notaire, à Lignières, Habert, notaire honoraire, à Chaource,

suppléants.

POSTE AUX LETTRES. Mme Lecler, directrice.

Départ pour Tonnerre : 7 heures du soir. Arrivée de Tonnerre : 5 heures 30 du matin.

Départ pour Bar-sur-Seine : 6 heures 30 du matin. Arrivée de Bar-sur-Seine : 6 heures du soir, 1873. 22


338 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal fonctionne depuis le , 1868: il est établi à la mairie de

Chaource.

M. Prunier-Chaptoel, horloger, préposé.

HOSPICE. Commission administrative.

MM.

Rouvre, président.

Viardot,

Gat (Gabriel),

Habert, notaire honoraire,

L'abbé Charton, curé,

Prunier-Parisot,

membres.

Guenard, secrétaire. N..., médecin de l'hospice.

Une école gratuite pour les jeunes filles est annexée à l'hospice ; les classes sont tenues par trois religieuses de la Providence.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Rouvre, maire, président.

L' abbé Charton, cure, Habert (Charles), notaire honoraire, Regnault-Quincerot, propriétaire, Prunier Parisot, propriétaire. Simon (Germain), propriétaire,

membres.

MAISON D'ÉDUCATION. M. Guérin-Goudeaux, chef d'institution.

PENSIONNAT DE DEMOISELLES. Les Soeurs de la Providence.

Ecole communale de Garçons.

M. Bienaimé, iustituteur. M. Bienaimé fils, adjoint.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 339

FOIRES.

Le lundi-gras. Le 3 mai. Le 28 juin.

Le 2S août. Le 18 octobre. Le 20 décembre.

Marché, le lundi, pour les denrées alimentaires.

Ville d'Essoyes.

MAIRIE.

MM.

Barrachin, maire. Renard-Prélat, adjoint. Robert, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Barrachin (Léopold), propriété. Decesse-Berthelot (Jean-Baptte),

marchand de vins. Simon (Louis-Gabrl.-Napoléon),

propriétaire. Hériot-Dudez (Jean-Charles),

direct, de la poste aux lettres. Gonstant-Talbot. Michon. Poinsot-Lhuillier.

MM.

Roger-Decesse (Edme), vigneron. Renard-Prélat (Gabriel), vigon Rouvre-Garnier, vigneronDecesse-Barbier, vigneron. Brotel-Hériot. Bertrand-Quinot. Bertrand-Prélat. Gentelot (Victor). Protte-Hériot.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Barrachin, maire, président.

L'abbé Lagesse, curé, Decesse-Bertrand, propriétaire, Lebon, huissier, Renard-Prélat, Talbot (Constant),

membres.


540 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

POSTE AUX LETTRES. Mlle Brodiez, receveuse.

Arrivée du courrier à 6 heures du matin et à 4 heures du soir. — Départ du courrier à 7 heures 1/2 du matin et à 0 heures du soir. — Deux distributions par jour.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal fonctionne depuis le 1er août 1867 ; il est établi à la mairie d'Essoyes,

M. Robert, agent auxiliaire.

ÉCOLES COMMUNALES.

Ecole des garçons : M. Fortier-Labbé, instituteur. Ecole des filles : Trois Soeurs de la Providence. Salle d'asile : Deux Soeurs de la Providence.

FOIRES.

Le 21 janvier. Le 21 mars. Le 21 mai.

Le 21 septembre. Le 21 novembre.

Marché, le samedi matin, pour les denrées alimentaires.

Ville de Mussy-sur-Seine.

MAIRIE.

MM.

Cailletet, maire. Grosjean, adjoint. Chicoillet, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Grosjean. Cailletet, meunier. Thumereau-Michelot. Piardon-Socard. Taquey (Joseph).

MM.

Gourdon (Antoine), propre. Beau (Louis), propriétaire. Mariotte (Didier). Charruet-Pleuret. Profilet (Louis).


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 541

Fleury-Bourgin. Defrance (Louis). Bourgoin-Légonet.

Devallois (Hypolite). Albried (Edme). Grivotet, propriétaire.

POSTE AUX LETTRES.

Mme Didier, directrice.

Route de Troyes.

Levées de la boite, 8 heures 15 m. du matin et 7 heures 15 m. du soir. Distributions, 6 heures 50 du matin et 2 heures du soir.

Route de Châtillon-sur-Seine. Levées de la boîte, 9 heures du soir et midi et demi. Distributions, 6 heures 30 du matin et 2 heures du soir.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal, installé près la mairie de Mussy-sur-Seine, fonctionne depuis le 1868.

M. Simonnot, préposé.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Cailletet, maire, président.

L'abbé Perrin, curé, Grosjean,

Matouillot, propriétaire, Ménégault, propriétaire,

N...,

membres.

ÉCOLES. Ecole communale : M. Prévost, instituteur. Ecole de filles confiée aux religieuses Ursulines : Mme SaintSimon, supérieure. Salle d'asile : Mlle Landelle (Nathalie), directrice.

FOIRES.

25 janvier. 25 avril.

1er septembre. 11 novembre.

Marché, le samedi matin, pour les denrées alimentaires.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

Ville des Riceys.

MAIRIE.

MM.

Ducloux, maire.

De Zéddes et Bérillon, adjoints,

Morel, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Scipiot-Marcel, propriétaire. Ménétrier (Eugène), anc. notaire. Pelissot-Prunier, propriétaire. Retorna-Lapière, propriétaire. De Zeddes fils, propriétaire. Picardat (Léon), horloger. Tuilant, docteur-médecin. De Mauvise. Morot-Liotet. Valnot-Sirot. Pélissot-Chaux.

MM.

Bérillon-Boucherat, propriété, Godard, pharmacien. Maréchaux (Emile), propriétrevigneron.

propriétrevigneron. propriétre. Sauvanet-Cadot, négt en vins. Ducloux (Etienne),notaire. Chapotot. Verry-Mammès. Mirgodin-Godin. Beau aîné.

POSTE AUX LETTRES. Mlle Valton, receveuse, à Ricey-Haute-Rive.

Arrivée des courriers, à six heures du matin et à deux heures et demie du soir. — Deux distributions par jour : à sept heures du matin et à trois heures du soir.— Levée de la boite principale, à sept heures du matin, à quatre heures trois quarts et à sept heures du soir.

Levée pour les communes rurales du canton, à sept heures du matin. i

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal, installé à la mairie des Riceys, fonctionne depuis le 1er décembre 1866.

M. Morel, agent auxiliaire.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 343

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Ducloux, maire, président.

Beau aine, propriétaire, Bobin-Marquandier, propriétaire, L'abbé Jossier, curé de Ricey-Bas, Thomassin-Berthier, propriétaire, Fleuret (Pierre Bonaventure),propriétaire,

membres.

HOPITAL DES RICEYS.

Cet établissement, fondé par la générosité de plusieurs personnes, a été ouvert en 1868. Il est tenu par trois soeurs hospitalières.

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS DES VIGNERONS DES RICEYS.

Les statuts de cette société, autorisée le 15 novembre 1852, ont été approuvés par M, le Préfet de l'Aube, le 27 février 1854, conformément au décret organique du 26 mars 1852.

Elle compte 340 associés participants, et 51 membres honoraires faisant des dons à la société.

Indépendamment d'une cotisation mensuelle, qui varie en raison de l'âge des sociétaires, chacun d'eux, à tour de rôle, est tenu de fournir son temps et son travail pour ceux des membres de la société auxquels le conseil de famille décide qu'is sera accordé un secours de cette nature.

La société acquitte les frais de visite des médecins et des chirurgiens aux sociétaires malades, infirmes ou blessés.

Membres du Bureau.

MM.

Thomassin-Berthier, propriétaire, président. De Taisne, propriétaire, vice-président. De Zeddes (Gabriel), secrétaire. Jourdheuille, juge de paix, trésorier. Mary-Réault, rapporteur.

Morot-Meligne, vigneron, Gallimard-Reglet, vigneron, Harvier-Souverain, vigneron, Maître-Socquard, vigneron, Picardat-Bidault, Picardat-Isambert, vigneron,

membres.

SOCIETE DE SECOURS MUTUELS DES SAPEURS-POMPIERS ET DES OUVRIERS RÉUNIS DES RICEYS.

Cette Société s'est formée aux Riceys, dans les premiers mois de 1860. Ses statuts ont été approuvés par arrêté préfectoral du 18 mai 1860, qui la place sous le régime du décret du 26 mars 1852.


344 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

Les secours donnés par la Société ont pour objet le paiement des honoraires du médecin et les médicaments, une indemnité quotidienne pour les malades de 75 centimes.

En outre des membres honoraires, la Société compte 125 membres participants.

Membres du Bureau.

MM.

Charbonnet-Robin, président. Ménétrier, ancien notaire, vice-président. Socard-Cunin, horloger, secrétaire. Ducloux, notaire, trésorier. Socquart (Charles), tailleur, rapporteur.

Poinsot-Douge, menuisier, Charinet, chef cantonnier, Lautain (Charles), cordonnier, Buot-Bidault, peintre, Picardat-Mauclair, buraliste, Jeannin-Baillot, cordonnier,

syndics.

SUCCURSALE DE LA CAISSE D'ÉPARGNE DE BAR-SUR-SEINE, Administrateurs délégués.

MM.

Ducloux, maire.

Berrillon-Boucherat, propriétaire.

Godard, pharmacien.

Maréchaux, propriétaire.

Ménétrier, ancien notaire.

De Larqueley, propriétaire.

De Zeddes, propriétaire.

Gallimard-Charpentier, propriétaire.

Perrier-Garnier, négociant.

Boyé-Dutailly.

Boniot.

Berthelon.

Morel, secrétaire de la mairie, sous-caissier.

La Caisse est ouverte les dimanches, de midi à deux heures.

ECOLES PRIMAIRES COMMUNALES.

MM.

Marchand, directeur, à Ricey-Bas. Besançon, directeur, à Ricey-Haut. Planson, directeur, à Ricey-Haute-Rive.


ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE. 345

MAISONS D'ÉDUCATION.

MIle Tranchant, directrice, à Ricey-Haut. Les Soeurs de la Providence, à Ricey-Haute-Rive. Les Soeurs de la Providence, à Ricey-Bas. Les Soeurs de la Providence, à Ricey-Haut.

SALLE D'ASILE. Les Soeurs de la Providence, à Ricey-Haut.

Comité de patronage de la Salle d'Asile.

N..., président.

Mme Gallimard-Carteron, vice-présidente. M. l'abbé Puissant, curé de Ricey-Haut, secrétaire. Mmes Jourdheuille, Ray-Truelle, Quenedey jeune, Charbonné, Clément-Grattepain.

FOIRES.

Le 13 janvier, à Ricey-Haute-Rive. Le jeudi qui précède le mardi-gras,

à Ricey-Bas. Le Jeudi-Saint, à Ricey-Haut.

Le 11 juin, à Ricey-Haut. Le 15 juillet, id. Le 51 août, à Ricey-Bas. Le 28 octobre, à Ricey-Hant.

Marché, le jeudi de chaque semaine, pour les denrées alimentaires.

Commune de LandrevilIe.

MAIRIE.

MM.

Robert (Isidore), maire. Vandeuvre (Constant), adjoint. Depontailler, secrétaire et agent de police.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Robert, propriétaire. Vaillant-Maréchaux, md de bois. Vandeuvre (Constant), adjoint. Collon-Gillot, propriétaire. Bréaudat, gourmet.

MM.

Martry-Daniel, propriétaire. Gomy, notaire. Olivier (Auguste), propriétre Mongeot-Martry, id. Bourgeois-Tacheron id.


346 ARRONDISSEMENT DE BAR-SUR-SEINE.

MM.

Estienne-Larrivé, propriétaire. Rabiat (Alexandre), id. Robert-Regley.

MM.

Patour (Edmond), meunier,

Tibault-Boudain.

Jardinet-Bréaudat.

POSTE AUX LETTRES. M. Ziégler, receveur.

Le bureau de poste de Landreville dessert Landreville, Loches, Viviers, Chacenay et Celles, tons les jours. - Arriviée , des courriers à cinq heures du matin et à deux heures et demie du soir. — Départ dés courriers à huit heures du matin et à six heures et demie du soir.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal, installé à Landreville, fonctionne depuis le 1er janvier 1867.

M. Depontailler, gérant.

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS DES VIGNERONS DE LANDREVILLE.

Président : M. Cadot (Hector).

SOCIÉTÉ DES SAPEURS-POMPIERS ET DES TRAVAILLEURS DE LANDREVILLE.

Président : M. Vandeuvre, adjoint.

ÉCOLES PRIMAIRES COMMUNALES.

M. Têtevide (Edouard), officier d'académie, instituteur.

Mlle Gillot (Camille), institutrice,

Mlle Gillot (Armance), institutrice-adjointe.

FOIRES. Le 2 avril. Le 7 septembre.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE

Sous-Préfecture.

M. EBELING, sous-préfet. M. Degand (Emile), secrétaire. M. Goutorbe, employé.

Audiences, tous les jours, de midi à 4 h. du soir.

CONSEIL D'ARRONDISSEMENT.

(Voir, pour ses attributions et son organisation, à la page 209.)

RENOUVELLEMENT DES MEMBRES DU CONSEIL.

1re SÉRIE. — Nogent-sur-Seine et Romilly-sur-Seine. 2e SÉRIE. — Marcilly-le-Hayer et Villenauxe. La première série a été réélue en 1867, et la seconde en 1871.

MM.

Canton de Nogent-sur-Seine. Bonenfant, avoué, à Nogentsur-Seine.

— — Astoin, meunier, à Nogent.

— de Marcilly-le-Hayer. Jeannerat, notaire à Pâlis.

— — Horiot père, propriétaire à

Bercenay.


348 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

MM.

Canton de Romilly-sur-Seine. Lesage-Thibault, négociant,

à Romilly-sur-Seine.

— — Pelizet, médecin, à Maizièresla-Grande-Paroisse.

Maizièresla-Grande-Paroisse.

— — Boudard-Abeilard, propriétaire

propriétaire Saint-Martin-deBossenay.

— de Villenauxe. Chenuat, maire, àVillenauxe.

— — Huguier, propriétaire, à Villenauxe.

Villenauxe.

TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE.

MM.

Glandaz *, président honoraire. Gauthier, président. Jumeau, juge d'instruction. Patenôtre, juge.

. Bonenfant, Bourgeat,

juges suppléants.

Parquet. Blache, procureur de la République. Guillaume de Sauville, substitut.

Greffe.

Dufour, greffier en chef. Boulaire, commis-greffier.

Audiences : affaires civiles, commerciales et criées, le jeudi; affaires correctionnelles, le vendredi.

BUREAU D'ASSISTANCE JUDICIAIRE

MM.

Duvelle, avoué, président.

Vignole, ancien notaire, Messéan, notaire, Vincent-Collin, ancien notaire, Didelot, receveur de l'enregistrement, Dufour, greffier du tribunal, secrétaire.

membres.

AVOCAT. M. Etienne.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

349

AVOUÉS.

Titulaires.

MM.

Bonenfant.

Duvelle.

Carré de Busserolle.

Raimond.

Prédécesseurs.

MM.

Clin. Hénault. Mayeux. Etienne.

HUISSIERS.

Titulaires.

MM.

Bichat, à Nogent-sur-Seine.

Lavallée, id.

Beau (Camille, id.

Bruant, à Marcilly-le-Hayer.

Michon, id.

N... à Romilly-sur-Seine.

Tuomassin, id.

Grisier, à Pont-sur-Seine.

Bertholle, à Villenauxe.

Maudier, id.

Prédécesseurs.

MM.

Adam.

Louvain.

Beau père.

Trouvé.

Aubrat.

Thomas.

Deschamps.

N...

Maillet.

Prévost.

Chambre de discipline.

Beau (Camille), à Nogent-sur-Seine, syndic. Grisier, à Pont-sur-Seine, trésorier. Bichat, à Nogent-sur-Seine, secrétaire. Bertholle, à Villenauxe, rapporteur.

JUSTICE DE PAIX.

Nogent-sur-Seine. M. Guyot, juge de paix.


350 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

MM.

Etienne, avocat, Vignolle, notaire,

suppléants.

Maire, greffier.

Audiences, les mercredis, à onze heures, à l'hôtel-de-ville.

Marcilly-le-Hayer. Bouvard, juge de paix.

Debris, notaire, Marcilly, notaire,

suppléants.

Payen, greffier.

Audiences, les jeudis, à onze heures, à l'hôtel-de-ville.

Romilly-sur-Seine. Bigot, juge de paix.

Dheurles (Alexandre) *, propriétaire, Vincent-Colin, anc. notaire, à Nogent-s.-Seine,

suppléants.

Triffaut, grenier.

Audiences, les mardis, midi, à l'hôtel-de-ville. Billets d'avertissement, les lundis, à midi,

Villenauxe. Lasnier-Confolant, juge de paix.

Jacob (Charles-Auguste), propriétaire, Roussin, avocat,

suppléants.

Méneutrier, greffier.

Audiences, les jeudis, à onze heures, à l'hôtel-de-ville.

NOTAIRES.

Canton de Nogent-sur-Seine.

Titulaires.

MM.

Vignole fils, à Nogent. Messean, à Nogent. Romagny, à Nogent. Julliot, à Pont-sur-Seine. Charonnat (Jules), à Traînel.

Prédécesseurs.

MM.

Vignole père. Poletnich. Langlois. Vivier. Grimoux.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 351

Canton de Marcilly-le-Hayer.

Débris, à Marcilly-le-Hayer. Jeannerat, à Pâlis. Marcilly à Somme-FontaineSaint-Lupien.

Mention. Simonnot.

Menfroy.

Canton de Romilly-sur-Seine.

Gillot, à Romilly-sur-Seine. Courjean, id.

Lenfant (Gabriel). Petit.

Canton de Villenauxe.

Huez, à Villenauxe. Gatelier.

Taillebois. Lignon.

Chambre des Notaires.

Débris, à Marcilly, président. Romagny, à Nogent, syndic. Huez, à Villenauxe, rapporteur. Charonnat, à Traînel, secrétaire. Jeannerat, à Palis, trésorier.

Gatelier, Marcilly,

membres.

Notaires honoraires de l'Arrondissement.

MM.

Vincent, à Nogent-sur-Seine. Langlois, à Nogent-sur-Seine. Lignon, à Villegruis.

N...

COMMISSAIRE-PRISEUR.

Titulaire.

M. Thibault (Emile), à Nogent-sur-Seine.

Prédécesseur.

M. Thibault père.


352

ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

CONSEIL D'HYGIENE ET DE SALUBRITÉ.

MM. Le sous-préfet, président. Poletnich, propriétaire, à Nogent. Nicas, agent-voyer en chef honoraire, secrétaire. Herbelin, médecin, à Villenauxe.

Némon, conducteur des ponts-et-chaussées, à Nogent-s-.Seine. Chertier fils *, médecin, à Nogent-sur-Seine. Olive fils *, médecin, à Nogent-sur-Seine. Bourotte, pharmacien, à Nogent-sur-Seine. Wolaston, médecin, à Romilly-sur-Seine. Dautresme, pharmacien, à Nogent-sur-Seine. Beaujean, vétérinaire, id.

LISTE

DES MÉDECINS ET DES OFFICIERS DE SANTÉ

Dans l'ordre de leur réception,

DOCTEURS EN MEDECINE

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Dorez (Edme-François). Villenauxe. Paris, 1824.

Peffault-Delatour (D.-Ed.). Pont-sur-Seine. Id. 1830.

Wolaston (John-Thomas). Romilly-sur-Seine Id. 1845.

Chertier (Jules-Louis) *. Nogent-sur-Seine. Id. 1846.

Herbelin (Emile). Villenauxe. Id. 1847.

Olive (Sébast.-J.-Alex.) *. Nogent-sur-Seine. Id. 1852.

Dubois ( Pierre- Alexandre). Marcilly-le-Hayer. Id. 1886.

Felizet (Charles-Savinien). Maizières-la-G.-P. Id. 1858.

Martinet (Alf.-Victor-Em.). Villenauxe. Id. 1862.

Curie (Alban-Jean-Marie). Marcilly. 1869.

OFFICIERS DE SANTÉ REÇUS PAR LE JURY

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Wanderbach (Jos.-S.-F.). Marigny. Troyes, 1813.

Labat (Pierre-Hyac.-G.). Romilly. Paris, 1831

Camps (Pierre-Rasile-M.). Id. Id. 1854.

Girbe. Traîne!. Id. 1884.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

353

PHARMACIENS.

Reçus par les Ecoles. Titulaires. Prédécesseurs.

MM. MM.

Rachimont, à Nogent-sur-Seine. Dautresme.

Pigot, à Villenauxe. Ghio.

Reçus par le Jury.

Bourotte, à Nogent-sur-Seine. Chertier.

Labat, à Romilly-sur-Seine. Ghio-Truelle.

SAGES-FEMMES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Vergeot (Anne-Adélaïde). Villenauxe. Paris, 1833.

Gallet (Marie-Anne). Gumery. Troyes, 1836.

Grillat (Désirée), fe Vilette. Saint-Aubin. Châlons, 1842.

Gauliat (Elisabeth), fe Larpenteur.

Larpenteur. Id. 1845.

Klibert (Mar.-Jos.), fe Meunier. Romilly-sur-Seine Troyes, 1852.

Martinet (V.-Aug.), ve Roy. Pâlis. Châlons, 1854.

Benoist (Athalie). Romilly-sur-Seine

Menneret ( Augustine), fe

Chercuitte. Nogent-sur-Seine.

Villette (Marg.-Constance). Traînel. 1865.

Tapprest (E.-Vict.), fe Marceau. Nogent-sur-Seine.

VETERINAIRES.

NOMS ET PRÉNOMS. DOMICILES. RÉCEPTIONS.

Beaujean (Constant-Laur.). Nogent-sur-Seine. Alfort, 1851.

Huot (Théophile). . Trainel. Id. 1860.

Gauvain (Ulysse-A.-F.). Marcilly-le-Hayer Id. 1866.

Maldan (François-Alex.). Villenauxe. Lyon, 1866.

Chamolle (Arthur). Nogent-sur-Seine. Alfort, 1872.

1873. 23


354 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

COMPAGNIE DE SAPEURS-POMPIERS.

Il n'y a que quatre compagnies dans l'arrondissement de Nogent : à Nogent-surSeine. —Trainel, — Romilly,— Villenauxe; — dans les autres communes, seulement des subdivisions.

MSI.

Nogent-sur-Seine, Poney (Alfred), capitaine.

Id. Gotobre. lieutenant honoraire.

Id. Barsanty, lieutenant.

Id. Tartary, sous-lieutenant.

Trainel, François, capitaine.

Romilly-sur-Seine, Vernier-Fanielle (Louis-Alex.), capne.

Id. Giroux-Cayn, lieutenant.

Id. Thomassin, sous-lieutenant.

Villenauxe, Rognot-Gruyer, capitaine.

COMMISSION SYNDICALE DE LA SEINE.

La commission a été instituée par arrêté préfectoral du 18 août 1855, pour le curage et l'entretien de la Seine.

Membres de la Commission.

MM. Comte Delavau, à Paris, directeur-président. Nioré-Cossard (Frédéric), vice-président, à Maizières. Julien (Auguste), à Maizières. Acier, maire, à Glesle. Richomme, id.

Millard, id.

Trulat, à Châtres.

Lenfant (Camille), maire, à Romilly. Gérin, à Saint-Just. Thomas Giles, à Saint-Just. Magnin, à Saint-Oulph. Moreau, à Anglure.

COMMISSION SYNDICALE DE LA NOXE.

1°. La commission intrà muros a été instituée par arrêté préfectoral du 19 mars 1860, pour le curage et l'entretien de la partie du ruisseau comprise dans la ville de Villenauxe.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 355

MM.

Jacob (Charles-Auguste), propriétaire, directeur-président. Geslin (Louis-Charlcs-Augustin), tanneur. Derson-Soumillon, meunier. Cordier (Antoine-Louis), propriétaire. Legendre, meunier.

Syndics suppléants.

Herbelin (Emile-Athanase), docteur en médecine. Pouphile (Victor), meunier.

2°. La commission extra muros a été instituée par décret impérial da 1er décembre 4804, pour l'amélioration du ruisseau de Villenauxe et de ses affluents, depuis le Pont-Vert, sur la route impériale n° 51, jusqu'au confluent de la Noxe, dite rivière de l'Arche.

MM.

Rozay-Massey, propriétaire, directeur-président. Rognot-Gruyer, propriétaire, à Villenauxe. Chassaigne-Cosset, propriétaire. Rousseau-Durand, propriétaire. Gentil (Alexandre), meunier, à Plessis-Barbuise. Gruyer-Soumillon, propriétaire, à Plessis-Barbuise.

Syndics suppléants.

Mérat-Vaucouloux, propriétaire, à Villenauxe. Soumillon (Auguste), propriétaire, à Plessis-Barbuise.

VILLE DE NOGENT-SUR-SEINE.

MAIRIE.

MM.

Etienne, avocat *, maire. Romagny, notaire, 1er adjoint. Chertier *, docteur-médecin, 2e adjoint. Vogeleis, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM

Chertier *, docteur-médecin. Etienne * avocat, maire. Romagny, notaire. Tartary-Noré, entrepreneur. Lasneret, agriculteur. Harmant, armurier. Astoin, meunier.

MM.

Pécarrère, fabricant de sucre.

Boneufant, avoué.

N..,

Messéan, notaire.

Raimond, avoué.

Poletnich, ancien notaire.

Benuist-Juillet, carossier.


336 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

MM.

Beaujean, vétérinaire. Vincent, ancien notare. Gauthier-Gautrin, propriétre. Vignole, ancien notaire. Gittard, marchand de bois.

MM.

N....

Barsanty, entrepreneur. Madin, malteur. Simeray, chef d'institution.

ARCHITECTE-VOYER. M. Poney (Alfred).

COMMISSAIRE DE POLICE. M. Devarenne, commissaire.

COMMISSION DES PRISONS.

MM.

Eug. Ebeling, sous-préfet. Gauthier, président du trib. Blache, procureur de la République.

MM.

Bonenfant.

L'abbé Bonnemain, curé. Etienne *, maire. Senet, vicaire, aumônier.

POSTE AUX LETTRES. M. Fortin, directeur.

ARBONDISSEMERT POSTAL DE LA DIRECTION DE ROGERT-SUR-SEINE.

La Taxe de Nogent pour ces communes et leurs hameaux, et réciproquement de ces communes pour Nogent, est de 15 CENTIMES par lettre affranchie et 0,2S c. par lettre non affranchie, et de CINQ CENTIMES par avis de mariage, naissance et décès.

1 Gumery.

2 Chalautre (Seine-et-Marne).

3S Courceroy.

4 Fontaine-Fourche, id.

5 Fontenay-de-Bossery.

6 Plessis-Gâlcbled.

7 Mâcon.

8 Melz (Seine-et-Marne).

9 Mériot (le).

10 Motte-Tilly (la), 11 Quincey.

12 Bouy-sur-Orvin

13 Saint-Aubin.

ii- Soligny-les-Etangs.

15 La Louptière.

16 Saint-Nicolas.

17 Saulsotte (la).

18 Traînel.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE DE NOGENT-SUR-SEINE. Ce bureau est établi rue des Ponts, depuis le 11 novembre 4862.

Mme Maupin, directrice, agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE. MM. Etienne, maire *, président.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 357

Gotobre, orfèvre,

L'abbé Bonnemain, curé-doyen,

Bonenfant, avoué,

Ganthier-Gautrin.

membres.

Romagny, notaire, Vignole, ancien notaire,

membres adjoints.

Vogeleis, secrétaire de la mairie, chargé de la comptabilité.

HOPITAL. Commission administrative.

MM.

Etienne *, maire, président.

Vignole, ancien notaire.

Bonenfant, avoué.

Vincent, ancien notaire, ordonnateur.

Romagny, notaire, membre.

Reau-Mangeon, économe.

L'abbé Senet, chapelain.

Messean, notaire de l'établissement.

Chertier *, médecin.

CAISSE D'ÉPARGNE.

MM.

Poletnich, président. N..., vice-président. Messean, notaire, secrétaire. Adam-Bourcy, caissier.

La caisse d'épargne a des succursales à Villenauxe, Romilly et Marcilly-le

Hayer.

Directeurs.

MM.

Vignole père. Bonenfant, avoué. Martinet, à Marcilly-le-Hayer. Etienne *, avocat, maire. Tartary Noré, entrepreneur de

travaux. Bisson père. Lautelet-Lautelet. Gauthier-Gautrin. Lasneret, agriculteur. Guilliot de Varolles.

MM.

Lenfant, ancien notaire à

Romilly. Duvelle, avoué. Gotobre, propriétaire. Romagny, notaire. Vincent-Collin, ancien notre N...

Beau-Mangeon. Garousse-Cuissard. Desportes père. Harmant, arquebusier.


358 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

Commission de surveillance pour le travail des enfants dans les ateliers et manufactures.

N... N...

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS

DE LA VILLE DE NOGENT-SUR-SEINE.

Cette société, fondée en 1861, compte 86 membres participants et 68 membres honoraires.

MM.

Etienne *, maire, président.

Vincent, ancien notaire, Vignole fils, notaire,

vice-présidents.

Desportes (Célestin), trésorier. Dumouron, secrétaire. Maire, vice-secrétaire.

COLLÈGE LIBRE.

M. Simeray (Auguste), directeur.

MM. Lereuil et Ballon, professeurs de latinité.

MM.

Ecole

communale

mutuelle

Huchard, directeur.

Lutel, Pellerin,

maîtres-adjoints.

Ecole des filles : Mlle Guillemin, institutrice libre. Pensionnat des Ursulines.

Une école gratuite pour les jeunes personnes est annexée à l'hospice. Les classes sont tenues par deux religieuses de Saint-Vincent-de-Paul.

SALLE D'ASILE

Dirigée par les dames Ursulines.

Comité de patronage.

MM.

Etienne *, maire, président. L'abbé Bonnemain, curé doyen.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 359

Mmes

Chevanne-Hennequin.

Gourbeyre.

Guérin-Tiphaine.

Mutelé.

Poletnich.

Lagout.

Langlois.

Olive-Morin.

Beau.

Souclier.

Etienne.

SOCIÉTÉ DE SAINT-VINCENT-DÉ-PAUL.

MM.

Chevanne aîné, propriétaire, président. Beau, huissier, trésorier. L'abbé Senet, bibliothécaire.

BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE. A l'Hôtel-de-Ville. Cette bibliothèque, fondée en 1860, est ouverte au public le dimanche.

Bibliothécaire : M. Bage, inspecteur primaire. Bibliothécaire honoraire : M. Chertier, docteur-médecin.

FOIRES.

Le 25 mars. Le 11 juin.

Marché aux graim, le samedi.

Le lundi qui suit le dernier

dimanche d'août. Le 28 octobre.

MESSAGERIES.

Une voilure de Villenauxe à Nogent, correspondant avec le chemin de fer à 11 heures 44 minutes du matin; retour dans la même journée.

Une voiture de Marcilly-le-Hayer à Nogent, tous lés mercredis et samedis. Courrier de la poste, tous les jours.

Commune de Marcilly-le-Mayer.

MAIRIE.

MM.

De Mellanville, maire. Juchat, adjoint.


360 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Gennerat (Gustave), propriét. Huez-Pépin, cultivateur. Juchât (Savinien), propriétaire. De Mellanville, id.

Durand (Edme), id.

Morey(Victor), march. de rouen.

MM.

Simard (Nicolas), cultivateur. Dubois (Pierre-Âlex.), médecin. Débris, notaire. Dantigny (Adolphe), charron. Bruley (Joachim), id.

Bruant (Pier.-Ernest), huissier.

POSTE AUX LETTRES.

Mme de Mesmay, directrice.

Arrivée, à S heures 50 du matin. — Départ, 7 heures 15 du soir.

Les communes comprises dans l'arrondissement postal de la direction de Mareilly-le-Hayer, sont :

Avant-les-Marcilly.

Avon-la-Péze.

Bercenay-le-llayer.

Bourdenay.

Charmoy.

Faux-Villecerf

Fay.

Saint-Flavit.

Marigny-Ie-Châlel.

Pâlis.

Planty.

Prunay-Belleville.

Rigny-la-Nouneuse.

Somme-Fontaiue-Saint-Lupien.

Trancault.

Villadin.

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal fonctionne depuis le 1867; il est établi chez

M. Dauphin.

Mlle Dauphin, directrice.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

De Mellanville, président. Juchat, vice-président.

Gouget (André), médecin, Douine (Arnand), menuisier, Noël, propriétaire, Durand, propriétaire,

membres.

L' abbe Gelmier, cure, secrétaire. Hurion, percepteur, trésorier.

BIBLIOTHECAIRE SCOLAIRE. Mignon, instituteur, bibliothécaire.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 361

CAISSE D'ÉPARGNE.

Succursale de celle de Nogent-sur-Seine.

Ouverte le dimanche, de midi à quatre heures, à la mairie.

MM.

De Mellanville, président. Mignon, caissier.

Membres du Comité cantonal.

MM.

De Mellanville, à Marcilly-leHayer.

Marcilly-leHayer. à Marcilly. Vincent, à Marigny.

MM.

Berthelin, à Marcilly-le-Hayer. Noël (Jules), id.

Nicole, id.

Gauthier, id.

Ecole primaire : M. Mignon, instituteur. Ecole des filles : Mlle Chaplain.

FOIRES.

Le 17 février, le 31 mai.

Le lundi qui suit le premier dimanche de septembre.

Le 12 octobre.

Marché, le jeudi matin.

Ville de Pont-sur-Seine.

MAIRIE.

MM.

Vivier, maire. Àuguet, adjoint. Courtois, secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Berthier (Jules-Alex.), propre. Vivier (Marc-Ant), anc. notre. Casimir Perier, G. 0. *, prop. Auguet aîné, propriétaire. Asselin, id.

Dauphin, id.

MM.

Mahot-Millet, propriétaire. Thomas (Louis), id. Cain (Azir), id.

Delaunay-Juchat, id. Rozé(Onésime), id. Gibier (Louis-Henri).

POSTE AUX LETTRES. Mlle d'Hyochet, directrice. Deux distributions par jour.


562 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SÉINE.

BUREAU TELEGRAPHIQUE

Ce bureau est établi à la gare Du chemin de fer.

M. Lefèvre; chef de station

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Vivier, propriétaire. Poinmerolle (Louis-François), rentier.

MM.

L'abbé Douge; curé. Delaunay (Louis-Napol) ; propr° Barat (Louis), propriétaire.

HOSPICE. Commission administrative.

MM.

Thomas (Louis), propriétaire. Roblin (Louis), propriétaire. Eparvier (Louis-Maurice).

Pelrault-Delatour, médecin de l'hospice. Soeur Saint-Athanase, chargée de la pharmacie. Mme Larpenteur, sage-femme de l'hospice.

L'abbé Douge, curé.

Dauphin (Maurice), propriétre.

ABATTOIR PUBLIC. M. Leclerc, préposé sédentaire.

Ecole gratuite et Pensionnat pour les jeunes personnes, tenus

par deux soeurs Ursulines. Ecole communale : M. Courtois, instituteur.

FOIRES. Le lundi de Pâques. —— Le 15 novembre. Marché, le mercredi matin.

Ville de Romilly-sur-Seine.

MAIRIE.

MM.

Lenfant (Camille), maire. Lesage (Romain-Prosper), 1er adjoint. Gobinot (Jean-Hubert), 2e adjoint. Deschamps, secrétaire.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 363

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Lesage (Romain-Prosper) négt.

Lenfant (Camille), propriétaire.

Gobinot (Jean-Hubert), id.

Favreau (Charles-Léon), teinturier.

Lacour (Modeste-Savinien), propriétaire.

Cognon (Jules-Auguste), fabt de bonneterie.

Boudios (Emile-Léopold), fabt de bonneterie.

Raverdeau ( Antoine-Modeste), meunier.

Oudin (Gustave-Léopold), négociant

Dheurle (Alexandre-Nicol.) *, capitaine retraité.

Bazin ( Alexandre - Bernard), propriétaire.

Vernier (Louis-Alexandre), protaire.

MM.

Brouillard (Laurent-Joseph), fabt de bonneterie.

Berthier (Louis-Henri), fabt de bonneterie.

Corpelet (Louis-Isidore), propriétaire.

Gillot (Pacifique-Constant), notaire.

Barbier (Jean-Bapte), fab 1 de bonneterie.

Lambert (Louis-Bonaventure), serrurier.

Hazouard (Ambroise-Dominique), distillateur.

Lecointe (Louis-Albert), banquier.

Guillot (Alexis-Gabriel), fabt de bonneterie.

Layat (Hubert-Auguste), fabt de bonneterie.

N...

COMMISSAIRE DE POLICE. M. Guérin.

CONSEIL DES PRUD'HOMMES.

Le Conseil des Prud'hommes de Romilly a été établi en 186 . — Les audiences se tiennent le mercredi de chaque semaine, à une heure, en l'une des salles de l'hôtelde-ville,

MM.

Phlipon (Bernard), rentier, président.

Brouillard-Fagot, fabricant de bonneterie, vice-président.

Triffaut, greffier de paix, secrétaire.

Patrons.

MM.

1re Catégorie. Bellemère-Voisembert, fabricant de bonneterie.

— Berthier-Boivin, id.

— Phlipon-Degois, id.

2e Catégorie. N...

— Raverdeau-Marchand, charron.


364 ARRONDISSEMENT DE NOGEN l'-SUR-SE1NE.

Ouvriers.

MM.

1re Catégorie. Barbier-Barayon, bonnetier.

— Bardat (Eloi), —

— Guenard-Larible, —

2e Catégorie. Gornet-Michaud, plâtrier.

— Lambert (Alexis), serrurier.

POSTE AUX LETTRES. M. Wirth , directeur.

ARRONOISSEMEUT POSTAL.

Les communes comprises dans l'arrondissement postal de Romilly sont les suivantes :

Crancey.

Ferreux,

Fosse-Corduan (la).

Gelannes.

Maizières.

Origny-le-Sec.

Ossey-les-Trois-Maisons.

Pars.

Saint-Hilaire.

Saint-Loup-de-Buffigny.

Saiul-Martin-de-Bossenay.

BUREAU TELEGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal, installé à l'Hôtel de-Ville, fonctionne depuis le..... 1867.

Mlle Deschamps.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Le Maire, président. L'abbé Haillot, curé. Boivin-Cramaille Guichardet, trésorier.

MM.

Gobinot. Labat (Gaston).

N...

CAISSE D'ÉPARGNE. Succursale de celle de Nogent-sur-Seine.

MM.

Lenfanf, président.

Deschamps, secrétaire de la mairie, trésorier.

BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE MUNICIPALE

à l'Hôtel-de-Ville (1,200 vol.), ouverte au public les dimanches de midi à 3 heures.

Bibliothécaire :, M. Lenfant (Gabriel). Sous-bibliothécaire : M. Triffaut.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 565

BIBLIOTHÈQUE SCOLAIRE. Ouverte tous les jours. (264 volumes.) M. Blanchet, instituteur, bibliothécaire.

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS DE ROMILLY.

MM.

Guichardel, président.

Le marquis de Chambon *, vice-président.

Julien fils, vice-président.

Bertbier Bonin, secrétaire.

Lecointe (Albert), vice-secrétaire.

Bellemère-Vergeot, trésorier.

Joannis-Bazin, comptable.

COMMISSION POUR LES LOGEMENTS INSALUBRES.

MM.

Le Maire, président-né.

Wollaston, médecin.

Bellemère-Voisembert, négociant.

Labat, pharmacien.

Poney (Alfred), architecte, à Nogent-sur-Seine.

Felizet, médecin, à Maizières-la-Grande-Paroisse.

MUSIQUE MUNICIPALE.

La musique municipale de Romilly a été établie en 1865.

Chef de musique : M. Geoffroy (Jéréme).

ÉCOLES.

Ecole primaire communale : M Blanchet, instituteur; Doussot

et Payen, instituteurs-adjoints. Maison d'éducation des demoiselles : Mlle Millet (Ambroisine). Salle d'asile : Soeur Mélanie, directrice. Ecole primaire communale des filles, tenuepar les Soeurs de la

Providence : M"" Lavanoux, Soeur Ildefonse, directrice. Cours d'allemand, quatre jours par semaine : M. Rohfritsch,

professeur.


366 ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

FOIRES.

Le 1er lundi de mars. Le 1er lundi d'octobre.

Marchés, le lundi pour les grains et toutes espèces de marchandises, denrées alimentaires, etc., etc., le jeudi, pour les denrées alimentaires et les marchands étalagistes.

Tille «le villenauxe»

MAIRIE.

MM.

Chenunt (Charles), maire. Collot-Lefèvre, 1er adjoint. Jacob (Charles-Auguste), 2° adjoint. Vernier. secrétaire.

CONSEIL MUNICIPAL.

MM.

Rognot-Gruyer, propriétaire. Landois (E.), maître de pension. Chenuat (Charles), propr. Jacob (Charles-Auguste), propriétaire. Derson (Charles), meunier. Pigot, pharmacien. Rozai (François-Marin), propr. Denizard (Etienne), cultivateur. Huguier-Jacob, propriétaire. Legrand (François), cultivateur.

MM.

Geslin aîné, tanneur. Chasseigne-Sosthène, cultivat. Bardin (Louis-Amable), propr. Bertholle (Nicolas), huissier. Collot(Franç.), fils,md de fers. Gentil (Alexis), cultivateur. Gruyer (Jean-Baptiste), propr. Cordier (Antoine), négociant. Rousseau-Gerost, propriétaire. Rousseau-Durand, propriétaire. N...

M. Gallée, receveur municipal.

COMMISSAIRE DE POLICE. M. Moniot.

POSTE AUX LETTRES.

Mlle Dumesnil de Maricourt, directrice.

Arrivées ; 5 heures du malin; 3 heures du soir. Départs : 10 heures 30 du matin ; 8 heures 20 du soir.


ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE. 367

BUREAU TÉLÉGRAPHIQUE.

Ce bureau municipal, installé à la mairie de Villenauxe, fonctionne depuis le 6 mai 1868.

M. Vernier, agent auxiliaire.

BUREAU DE BIENFAISANCE.

MM.

Le maire, président. Geslin aîné, md tanneur. Dorez, docteur en médecine.

MM.

Jacob (Charles-Aug.), propriétre Huguier-Jacob, propriétaire.

N...

SOCIETE DE SECOURS MUTUELS DE VILLENAUXE.

Cette Société a été installée le 27 avril 1862. Elle compte 120 membres participants et 80 membres honoraires.

MM.

Jacob, président.

Reynard. vice-président.

Geslin aîné (Louis-Charles), 2e vice-président.

Jacob (Charles-Auguste), trésorier.

CAISSE D'EPARGNE.

Cette succursale de la caisse d'épargne de Nogent-sur-Seine a été établie Villenauxe le 9 février 1838.

Conseil d'administration.

MM.

Chenuat (Charles), maire, directeur, président du conseil. Geslin aîné, marchand-tanneur, vice-président. Vernier, secrétaire de la mairie, caissier.

MUSIQUE MUNICIPALE. M. Landois, chef.

INSTRUCTION PUBLIQUE. Pensionnat primaire libre.

MM.

Landois, directeur.

Lecamus et Gombault, maîtres-adjoints.

Ecole primaire pour les filles.

Mlle Berger, directrice.


368

ARRONDISSEMENT DE NOGENT-SUR-SEINE.

Pensionnat pour les jeunes filles.

Les daines de la Providence.

ÉCOLES COMMUNALES.

Ecole de garçons :

M. Doche, directeur. M. Jeanson (Théotime).

N...

Ecole des filles : Les dames de la Providence.

Salle d'asile : Soeur Joséphine (soeur de la Providence).

Comité de patronage de la Salle d'asile.

M. le Maire, président. M. l'abbé Tallon, curé.

Mmes

Gentil-Jacob. Jacob-Fagot (veuve).

Mmes

Geslin-Lecerf. Chenuat.

FOIRES.

Le 6 février.

Le lundi de Pâques.

Le 1er vendredi de juillet. Le 29 septembre.

Marché, le vendredi matin.


ANNUAIRE DE L'AUBE

DEUXIEME PARTIE

RENSEIGNEMENTS STATISTIQUES

HISTORIQUES & ADMINISTRATIFS

1873. 1..



NOTES

SUR

LES JUSTICES SEIGNEURIALES

DE LA VILLE ET DES FAUBOURGS DE TROYES PAR M. TH. BOUTIOT

Président de la Société Académique de l'Aube.

Selon Championnière, l'origine du seigneur justicier remonterait, par une généalogie non interrompue, jusqu'au Judex des codes de Théodose et de Justinien.

Des attributions fiscales, civiles, militaires et judiciaires, ainsi que la surveillance et l'exécution de la justice, étaient réunies dans les mêmes mains. Les administrateurs des provinces étaient désignés sous le nom de Judices. Le Judex remplissait les fonctions de juge à l'égard de l'impôt. Des noms et de la fonction de Judex vint la qualification de Justitioe, appliquée à l'ensemble des tributs et des redevances.

Sous les deux premières races, les percepteurs et les possesseurs de Justitioe se nommèrent également Judices. Il y en avait de deux classes : les Judices publics et les Judices privés. Les Justiciers publics avaient pour charge principale le recouvrement de l'impôt et l'administration de la justice. Ceux- ci se divisaient en Justiciers sédentaires et en Justiciers errants ou Missi dominici, chargés de parcourir les provinces pour redresser l'administration locale des juges ou justiciers


— 4 —

sédentaires , assurer l'exacte justice et surtout faire rentrer aux mains du roi la part qui lui appartenait dans les redevances perçues par les comtes.

Les justiciers privés, dont l'existence est constatée par de nombreux textes sous la deuxième race, paraissent chargés de l'administration du domaine du roi.

Les redevances justicières furent données, soit à un particulier, soit à l'église à titre d'honor. Elles perdirent, dès ce moment, le caractère de revenu public et prirent celui de possession particulière. Elles sortirent du fisc royal pour constituer l'élément de la fortune privée.

Au XIIIe siècle, on ne reconnaissait que les hautes et basses justices. Ce n'est qu'au XIVe que s'introduisit, dans le langage féodal, la moyenne justice. Une ordonnance de Philippe de Valois, de février 1331 , serait le premier acte législatif où il serait fait mention de la moyenne justice.

Faisons connaître ce qu'étaient le haut, le moyen et le bas justicier.

Le Haut-Justicier avait la connaissance de tous les crimes punissables de la peine de mort, mutilations de membres et autres peines corporelles , comme le fouet , le poteau et le carcan, les amendes honorables et tous les cas où il y avait effusion de sang. Il avait aussi la connaissance des bêtes trouvées en dommage dans l'étendue de sa justice.

Les bêtes épaves et autres biens meubles , non réclamés et trouvés sur son territoire, appartenaient au Haut-Justicier. Mais il devait faire publier ces épaves par trois fois, dans la huitaine, au lieu accoutumé à faire la publication ou à rendre sa justice. Si ces biens étaient réclamés, le Haut-Justicier devait les rendre moyennant le remboursement des frais.

Le Haut-Justicier avait droit aux successions vacantes.

Les potences, ceps, échelles et piloris étaient signes de haute justice, dit l'article 133 de la coutume de Troyes. Certains seigneurs avaient droit à des gibets à un pilier; d'autres, à quatre piliers. Si les fourches patibulaires tombaient, le Haut-Justicier pouvait les relever dans l'année. Ce temps


— 5 —

écoulé, il était obligé de prendre Lettre du Roi pour les réédifier.

Tout Haut-Justicier devait avoir des prisons sûres. Les Etats d'Orléans (1560) ordonnèrent que les prisons ne seraient pas situées au-dessous du rez-de-chaussée. Pithou rapporte qu'il a été défendu à tout Haut-Justicier , par arrêt du 4 dédécembre 1542, de mettre les prisonniers aux ceps, de les enferrer ou de leur faire autre rudesse.

Donner sauvegarde était acte de haute justice.

Le Moyen-Justicier avait connaissance en première instance de toutes actions civiles, réelles, personnelles et mixtes, et des délits auxquels l'amende appliquée n'excédait pas soixante sous.

Si le crime commis en la terre du Moyen-Justicier méritait une plus grande peine, il devait en informer le HautJusticier.

La coutume de Troyes plaçait parmi les droits du MoyenJusticier celui de donner justes et mesures, à l'exclusion du Haut-Justicier; ce qui s'entendait non pas d'avoir un étalon," patron ou échantillon do mesures, mais seulement avoir droit de visite sur les poids et mesures, et de punition des contraventions.

Les mesures à vin et à autres breuvages et liqueurs ne faisaient point partie des poids et mesures. Elles étaient comprises dans les droits domaniaux du souverain.

La peine appliquée à ceux qui faisaient usage de faux poids et de fausses mesures était arbitraire.

Le Bas-Justicier avait la connaissance de toutes matières personnelles envers son sujet, jusqu'à soixante sous parisis, et les délits, dont l'amende était de six sous et au-dessous. Si un plus grand délit se commettait en sa justice, le Bas-Justicier devait en avertir le Haut-Justicier et prendre sur l'amende jusqu'à six sous parisis.

IL avait le droit de planter les bornes entre les propriétés de ses sujets et de leur consentement ; de connaître de sa cen-


— 6 —

sive et de condamner ses sujets à l'amende par faute de cens non payé.

La coutume de Troyes reconnaissait encore une quatrième justice : la Justice foncière. Cette justice était celle qu'avait le seigneur Haut-Justicier, ne possédant pas les droits royaux. En vertu du droit de Haute-Justice des seigneurs, tous les habitants, étant au dedans du territoire compris dans cette Haute-Justice et qui ne s'avouaient pas bourgeois du roi, devaient répondre, en tous cas civils et criminels, pardevant les juges Hauts-Justiciers; mais en s'avouant bourgeois du roi, les habitants s'exemptaient de la juridiction des seigneurs fonciers, auxquels il ne restait plus que la police et la réalité, et la contrainte pour leurs droits seigneuriaux.

Toutes coutumes et usages contraires cessant, la Justice foncière ne donnait point d'autres droits de Justice au seigneur foncier que sur les héritages, qui lui étaient censuels et redevables, à l'effet de les pouvoir faire saisir, faute de paiement du cens.

Les seigneurs fonciers avaient droit de faire cris et proclamations pour la garde des blés, vignes, prés, nettoiement des arbres, ban de vendange et permission de faire la fête du lieu. Les juges royaux ne pouvaient connaître de ces cas.

Cette quatrième Justice n'était établie que dans le ressort de la prévôté de Troyes, où quelques lieux étaient soumis à des seigneurs fonciers, tandis que le roi y faisait exercer ses droits par des maires créés après l'établissement des bourgeoisies royales. Ces maires connaissaient du fait des habitants qui s'étaient reconnus bourgeois du roi, et du droit de jurée que ces habitants devaient au roi. Les décisions de ces maires ressortissaient en appel au prévôt de Troyes.

Cette rapide exposition des droits attribués aux différents Justiciers seigneuriaux, selon la coutume de Troyes, était indispensable pour faire comprendre la diversité qui existait entre les différentes Justices seigneuriales établies dans la ville et dans les faubourgs de Troyes. Ces droits de Justice étaient inhérents aux droits de propriété.


_ 7 —

Une remarque à faire, c'est que toutes les Justices seigneuriales de Troyes, proprement dites, étaient possédées par les chapitres ou corporations religieuses.

I

Grande Mairie de l'abbaye royale de Notre-Dameaux-Nonnains.

L'abbaye de Notre-Dame-aux-Nonnains remonterait au moins au VIe siècle. Elle avait des droits d'oblation qui paraissent primitifs sur les paroisses de Saint-Jacques-aux-Nonnains, de Saint-Jean-au-Marché, de Saint-Nicolas et de SaintPantaléon. et qui, à mon avis; comme le droit de Justice, emportait avec lui des droits de propriété.

L'abbesse possédait haute, moyenne et basse justice. Elle connaissait de toutes causes, avait droit de police et de voirie. Elle connaissait des vagabonds, mendiants et gens sans aveu, arrêtés sur son territoire. Au XVIIIe siècle, l'abbesse, Madame de la Chaussée-d'Eu-d'Arrest faisait encore publier et crier à son de trompe des ordonnances sur ces matières. Pour exercer sa justice, l'abbesse avait son grand maire et ses sergents, et pour l'exécution des sentences, ses prisons, ses ceps et son pilori. Sa potence s'élevait sur la, place même de l'abbaye.

Les arrêts de mort prononcés par son juge, étaient, par convention spéciale, exécutés par la main du prévôt des comtes de Champagne, puis du roi : ce prévôt payait à l'abbesse une redevance de 20 deniers pour cette singulière préro - gative.

Les officiers de la justice de Notre-Dame-aux-Nonnains tenaient leurs plaids ou audiences à droite de l'entrée de l'abbaye, où existait un banc de bois couvert par un auvent. La prison et le cachot étaient près de ce lieu et, là, se trouvaient les fers à ferrer et à enjamber les prisonniers. Les


ventes et publications de police se faisaient à la porte de l'église.

L'étendue de la justice de Notre-Dame-aux-Nonnains comprenait l'enceinte et l'enclos de l'abbaye; à l'extérieur, cette Justice commençait à l'un des coins de la rue de la Petite- - Tannerie, à gauche en entrant dans cette rue ; elle se continuait par le petit marché, de là aux places Notre-Dame. Les rues Perdue, de Saint Paul ou des Jacobins; la cinquième maison à droite en montant la rue Notre-Dame; dans la rue de la Petite-Tannerie, depuis le pont de la Croix jusqu'aux murailles des deux côtés. Toutes ces places étaient des jardins donnés en accenssissement, et sur lesquelles des maisons furent construites. Dans la rue Moyenne, la troisième maison à gauche en montant; diverses maisons sises rue du MoutonBlanc , notamment l'hôtel de l'Image-Saint-Georges. Une autre maison ou hôtel Notre-Dame, proche la Belle-Croix (1 ). La collégiale de Saint-Urbain fut élevée sur un terrain soumis à la juridiction de Notre-Dame. Tous ces différents lieux faisaient partie de cette Justice.

Il existe aux archives départementales une partie des documents de la Justice de Notre-Dame-aux-Nonnains. — 21 registres— de 1608 au 27 juillet 1790.

IL Justice ou bailliage de l'évêque de Troyes.

L'évêque n'aurait exercé, dans la ville de Troyes, de juridiction temporelle que dans des limites fort restreintes

Les événements dont Anseçise, évêque de Troyes, fut l'un des principaux auteurs, en 859, auraient eu pour causes les prétentions de ce belliqueux évêque. Vaincu par le comte Robert, il n'aurait conservé que quatre seigneuries : Anglure, Saint-Just, Poussey, la rivière et les moulins de Méry. Ces

(1) DUHALLE.


— 9 —

domaines furent réunis aux mains de seigneurs laïques, désignés par le comte Robert, et qui devinrent les barons de la crosse. Ces barons devaient foi et hommage aux évoques de Troyes ; ils étaient ses vassaux , lui payaient droit de quint et de requint et, lors de leur intronisation, ils les portaient de l'abbaye de Notre-Dame-aux-Nonnains, jusqu'au choeur de la cathédrale.

L'évêque n'aurait conservé de juridiction sur le territoire de Troyes, que sur l'hôtel épiscopal, le bourg Saint-Denis, le bourg l'Evêque, le quartier de la rue Surgalle et du Fort-Bouy, et sans doute le quartier extrà-muros du Pré-l'Evêque. Bien que Philippe de Pont, évêque de Troyes , ait donné au chapitre de Saint-Pierre la cure de l'église de Saint-Denis, il n'aurait pas alors cédé d'autres droits sur ce bourg.

Par son testament, Henri II, dit le Jeune, déclare que les hommes de l'évêque seront à jamais libres et exempts de sa taille et de ses impôts et que, lors des vacances du siège, le comte Henri ou ses successeurs ne prendront, pour la taille des hommes de l'évêque, sur les biens de celui-ci, que 300 liv. t. qui seront perçues, non par le comte ou ses officiers,,mais par le doyen du chapitre (1).

Mais les hommes et les femmes, serfs de l'évêque, s'ils se mariaient entre eux, épousaient aussi les femmes ou les hommes du roi. Aux XIVe et XVe siècles, Les produits de ces mariages furent partagés, notamment en 1375, 1401, et de 1458 à 1460. A cette dernière date, on trouve même un commissaire sur le fait des partages des hommes et des femmes entre le roi et l'évêque de Troyes. Le partage avait lieu par moitié, quand l'un des époux appartenait au roi et l'autre à l'évêque. Puis, par suite de différentes alliances, les serfs pouvaient appartenir pour un quart, un huitième, un seizième et un trentedeuxième au roi ou à l'évêque; mais quand celui-ci ne possédait plus qu'une portion inférieure au trente-deuxième, alors l'individu devenait serf du roi.

(1) DESGUERROIS. Saincteté chrestienne.


— 10 —

Ces sortes de serfs existaient à Troyes et dans beaucoup dé lieux dépendant de la prévôté de cette ville.

Le partage de 1375 comprenait les enfants de 549 ménages et un troupeau de plus de 1,236 individus.

Les évoques de Troyes n'ont jamais voulu reconnaître la suprématie des comtes de Champagne. Ils se sont toujours prétendus Pair à comte , jusqu'à la rédaction des Coutumes de Troyes, de même qu'ils déniaient au bailliage la connaissance en appel des décisions de leurs juges, ne prétendant relever que du bailliage royal de Sens. La lutte dura plusieurs siècles, et ne prit fin que vers 1588.

L'Eglise de Troyes était placée directement sous la protection du roi. L'évêque, dans les processions, à ce qu'on m'a assuré, dit Trasse de Montmusard (T. I, p. 481 de son manuscrit, Blq. de Troyes), faisait porter deux bannières, l'une représentant saint Pierre, patron de l'église, et l'autre était semée de fleurs de lys, sans nombre : c'était la bannière de France.

Au siècle dernier, la juridiction temporelle de l'évêque n'aurait pas dépassé, à Troyes, l'enceinte de l'évêché. Les audiences de son bailli se tenaient à l'hôtel épiscopal, où étaient ses prisons, dont l'une s'appelait, au XVe siècle, Quarcassonne.

En 1496, l'évêque prêta ses prisons au roi pour y mettre des Bourguignons révoltés conduits de Dijon à Paris.

L'évêque avait en outre sa juridiction ou son officiai, ne devant connaître que de matières ecclésiastiques ; mais ayant souvent, jusque vers la moitié du XVe siècle, statué sur des matières civiles, commerciales, etc. (Voir BOUTIOT. Recherches sur les coutumes de Troyes et les concordats d'entre le roi et l'évêque de Troyes, 1872).


_ 11 _

III.

Grande Mairie des Doyen, Chanoines et Chapitre de l'église de Troyes ou de la cathédrale.

Cette justice remonterait à l'année 1104. Le comte Hugues dota le chapitre de Saint-Pierre de divers privilèges et libertés, c'est-à-dire, qu'il affranchit le cloître et les maisons canoniales avec leurs dépendances, réservant aux chanoines toute leur juridiction sur les.habitants ; accordant un droit d'asile, et trois de leurs officiers, le célérier, le grainetier et le mayeur ou maire, de quelques manières qu'ils vécussent, jouissant de la même liberté que les sept servants de l'abbaye de SaintLoup , affranchis l'année précédente, et sans qu'ils fussent tenus d'aucun droit, service ou coutume envers le comte ou ses successeurs.

Thibault-le-Grand accorda aux chanoines de Saint-Pierre les droits de justice sur le bourg de Saint-Denis et le Prél'Evêque. En 1104, la cure de Saint-Remi avait été remise au chapitre par l'évêque Philippe de Pont. La Vacherie et la Moline dépendirent de la justièe du chapitre, ainsi qu'Echenilly et les Noës, possédés en partie par le chapitre et l'abbaye de Montier-la-Celle.

Dans l'intérieur de la ville, le chapitre avait droit de justice, dans la nef de la cathédrale : fait jugé en 1420 et 1429 après contestation ; et avec l'évêque, dans le choeur, dans les cloîtres, les maisons renfermées entre le petit et le grand cloître Saint-Pierre, les maisons canoniales, le parvis et les allours ou alloirs de ce parvis, et sur plusieurs maisons sises dans différentes parties de la ville; aux Lisses-Saint-Etienne, près la Tour-Chapitre, entre l'évêché et l'église de SaintDenis ; la maison de la Crosse, près du pont Rognon; celle des Torches, rue des Deux-Paroisses ; le quartier de Cuchot, dépendant du bourg de Saint-Denis ; l'hospice de Saint-Nicolas , dont les chanoines étaient les fondateurs et les admi-


— 12 —

nistrateurs. La seigneurie de la Vacherie fut bornée, en 1581. Elle commençait en face du deuxième arc-boutant, près de l'arche de Rioteuse, vers la porte de Saint-Jacques, et de là à la ruelle de Gournay, non compris les fossés de la ville ; le long des fossés jusqu'au milieu de Jully; de là, le long de la rivière jusqu'au fossé de Bourbereau (non le quartier de Bourbereau situé en ville), de là aux trois gués, etc. Les indications, en dehors de celles-ci, présentent des noms et des repaires tels qu'il n'y a pas possibilité de les reconnaître aujourd'hui. (Arch. dép. Inventaire du chapitre de Saint-Pierre, t. I, p. 16, 2° partie, Seigneurie de la Vacherie).

A cette époque et postérieurement, l'auditoire de cette seigneurie s'élevait près de la Croix-de-la-Vacherie. Le chapitre l'acheta en 1576.

Au siècle dernier, le ressort de la juridiction du chapitre ne s'étendait plus que sur la place de Saint-Pierre, les cloîtres et l'hospice de Saint-Nicolas.

En 1009, d'une transaction entre le chapitre et les Frères et Soeurs de l'Hôtel-Dieu-Saint-Nicolas, il résulte que le chapitre fut maintenu dans ses droits de haute, moyenne et basse justice sur ledit Hôtel-Dieu ; qu'il avait le droit de nommer le maître ou administrateur qui devait serment au chapitre, de même qu'il lui devait compte de son administration et était son justiciable en tous délits et en tous cas; le chapitre avait droit de visite et de juridiction, pour le temporel et le spirituel , de correction et de réformation , quand bon lui semblait.

Le chapitre avait droit de juridiction sur ses membres et sur plusieurs curés de la ville et de la campagne. Il avait ses officiers qu'il nommait et dont les jugements ressortissaient nùment au bailliage de Sens. L'évêque, n'étant pas considérécomme supérieur du chapitre, n'aura iteu aucune juridiction sur lui. (Camusal-Courtalon).

Le doyen de Saint-Pierre jouissait du droit d'oblation sur les paroisses de Saint-Remi, de Saint-Nizier, de Saint-Denis et de Saint-Aventin et sur leurs succursales, comme l'abbaye


— 13 —

de Notre-Dame-aux-Nonnains, sur la paroisse de Saint-Jean et ses succursales, Saint-Nicolas et Saint-Pantaléon.

Les officiers de justice du comte de Champagne prétendant soumettre à leur juridiction le chapitre de Saint-Pierre, entrèrent avec lui en hostilité dès le XIIe siècle ; mais des actes royaux maintinrent le chapitre dans ses droits de justice sur les cloîtres (de 1349 à 1763) ; d'autres placèrent sous la protection du bailli de Sens, le chapitre et l'église de Troyes, les domestiques et les sujets des chanoines, qui n'étaient tenus de répondre en justice que par devant le bailli de Sens. (Actes de Louis XI, Charles VIII, François Ier, Henri II et Charles IX, de 1461 à 1561 ; Inventaire de Saint-Pierre, t. IV, 2e partie, p. 41).

Le chapitre de Saint-Pierre avait un grand-maire pour principal officier de justice. Cet officier tenait ses audiences près l'auberge de la Verte, sur la petite place de la Hache, située près et en face du parvis Saint-Pierre, dont elle n'est séparée que par la rue de la Cité. C'était sur cette petite place que s'élevait la potence, signe matériel du droit de justice. On nommait cette justice, Justice de la Hache, du nom de la place.

Cet officier était le premier juge de toutes les justices du chapitre, et tous les juges particuliers commis sur les lieux n'étaient que ses lieutenants.Il devait être gradué. Il avait le droit d'aller sur les lieux dont le chapitre était seigneur, pour juger les affaires qui y étaient pendantes. Il pouvait aussi les juger à son siège ordinaire, celui de la Hache (1).

A Troyes et dans le ressort de la justice de Saint Pierre, la police appartenait au lieutenant-général du bailliage ou au lieutenant de police, selon l'époque. Le grand-maire de SaintPierre publiait des ordonnances, portant défense aux mendiants d'entrer dans la cathédrale pour y mendier, sous peine de carcan et de prison ; aux manans, d'entrer et de passer

(1) Arch. dép., f. de Saint-Pierre. Liber villosus. On trouve des lettres de commission données par le chapitre aux grands-maires de Saint-Pierre, XIVe siècle.


— 14 —

par la cathédrale avec des paniers et autres fardeaux, sous peine de confiscation et d'amende ; aux enfants, de s'attrouper et de jouer sur la place pendant les offices, et de jeter des pierres au-devant du portail. On le voit, ces ordonnances ne touchent qu'à la police et à la conservation de l'édifice, siège du chapitre.

En quelque lieu de la ville qu'habitât le mayeur de SaintPierre, il était de la paroisse du Sauveur, lui, sa femme, ses enfants et ses domestiques. La paroisse du Sauveur avait son siège à la cathédrale, au lieu même où aurait été bâtie la première église par saint Potentien.

IV.

Grande Mairie de l'abbaye royale de Saint-Loup.

D'abord chapelle construite sous l'invocation de NotreDame, et hors des murs de la ville, l'abbaye de Saint-Loup remonterait au Ve siècle. Elle s'est ensuite placée sous la dédicace du saint abbé, qui préserva la ville de Troyes du pillage par les troupes d'Attila, et dont le corps fut déposé dans cette abbaye.

Le savant Alcuin aurait été abbé de Saint-Loup.

En l'an 1103, le comte de Champagne, Huon ou Hugues donna aux religieux de Saint-Loup, alors rentrés en ville et habitant au nord de la cathédrale, certains droits et revenus qu'il possédait à Rouilly-Saint-Loup. En même temps, il accorda la liberté aux chanoines et à tous leurs servants, avec défense de les troubler dans la jouissance de leurs privilèges. Ces servants, qu'ils vécussent à leurs dépens ou aux dépens des chanoines, sont rendus tellement libres que le comte les exempte, s'ils sont marchands, de tous droits envers lui et ses successeurs, et, sous la malédiction de Dathan et d'Abiron, contre les infracteurs de ces privilèges.

En 1114, l'abbaye avait pour prévôt, Pierre de Maraye,


_ 15 —

qui retira des mains des barons de Chappes, l'avouerie de Saint-Loup.

Le comte Henri-le-Libéral confirma l'acte de Hugues, en 1154 et en 1161. Il accorda aux chanoines liberté, et franchise, dans leurs maisons, et défendit à quiconque d'être assez téméraire de faire violence en leurs logis, soit pour se saisir de valeurs ou pour fausse mesure.Il voulut que les servants de Saint-Loup, vivant de la manse des chanoines, encore qu'ils fussent marchands, ne payassent aucune gabelle et ne répondissent à sa justice qu'autant que les chanoines y consentiraient. II décida que sept des servants qui gardaient les biens des chanoines, le célérier, le jardinier ou grainetier, le mayeur ou maire, son lieutenant, deux marguilliers et le cloîtrier, jouiraient des mêmes privilèges.

C'est dans ces actes qu'il faut voir l'origine de la justice de Saint-Loup.

Le ressort de la grande-mairie de Saint-Loup s'étendait sur l'abbaye et ses dépendances, dans la ville de Troyes. A l'extérieur, il comprenait les lieux suivants, en tout ou en partie: Molins , Lusigny, Rouilly-Saint-Loup, Baire-SaintLoup, Villepart, Charmont, Montsuzain, Mesnil-Sellières et la rivière de l'Ardusson.

Depuis 1725, la justice de l'abbaye avait son prétoire à gauche de l'église de Saint-Loup, qui occupait à peu près l'emplacement de la rue neuve Girardon. Antérieurement, ce prétoire était placé à la porte du monastère.

Il ne reste de la justice de Saint-Loup qu'un seul registre aux archives départementales (1784-1785).

Grosley fut grand-maire de la justice de l'abbaye de SaintLoup.

V.

Justice de l'abbaye de Montier-la-Celle.

L'abbaye de Montier-la-Celle est d'antique origine. Son existence remonterait au VIe siècle. Située au milieu des ma-


— 16 —

rais placés au midi de la ville de Troyes et formés par les eaux de la Vienne, ses habitants défrichèrent ces contrées. Ses domaines étaient considérables.

En 1114, le comte Hugues confirme cette abbaye dans la possession des biens dont elle jouit. Il déclare que tous les hommes qui demeurent ou demeureront en la ville de Montier-la-Celle, sont sa propriété; qu'elle a droit de justice dans le bourg de Sainte-Savine ; qu'elle possède toute la justice et toutes les coutumes depuis le pont de Voyse jusques à Burgnon, ainsi que les justices et coutumes de Javernant, de Prunay, de Saint-Léger , de Barberey, de Rilly (Sainte-Syre) , de Chausson, de Ruvigny, de Brillecourt et de Fontenay.

Cette abbaye possédait des droits collectifs avec le chapitre de Saint-Pierre, sur les Noës, les Grandes et les Petites-Chapelles, etc. En ville, elle a possédé, rue du Flacon, le petit Montier-en-Celle devenu le Petit-Séminaire, aujourd hui établissement scolaire; le Cellier rouge, place du Marché-au-Blé, et la plus grande partie de l'îlot de maisons formé par la place du Marché-aux-Oignons, la rue du Dauphin, la rue des Greniers et la rue de la Trinité. Ces bâtiments portaient la désignation de Greniers, d'où l'appellation de la petite rue sur laquelle ils aboutissaient.

Jusque vers la fin du XVe siècle, l'abbaye de Montier-laCelle possédait quelques serfs dans la ville de Troyes.

Elle avait droit de haute, moyenne et basse justice sur toutes les terres qu'elle possédait, et Philippe V, dit le Long, en 1318, lui confirma tous ses droits de propriété et de justice.

En ville, le siège de la justice de l'abbaye était placé à, l'entrée de la rue de la Trinité, à droite en se dirigeant vers la rue du Temple. Les bancs qui constituaient matériellement ce siège de justice, étaient solidement fixés à la muraille dé la maison du coin, ancienne propriété de Montier-la-Celle. Ces bancs disparurent en septembre 1857.

La justice de Montier-la-Celle, de Troyes, fut supprimée dans le cours du siècle dernier.


— 17 —

VI. Bailliage de Saint-Jean-en-Chatel ou de Saint-Biaise.

Hugues, comte de Troyes, donna en l'an 1100, à Otton, abbé de Montiéramey, comme titulaire du prieuré de SaintJean-en-Châtel, situé en ville, près de la Tour ou du château des comtes , la justice du bourg de Saint-Martin-ès-Vignes et de tout ce qu'il y possédait ; elle prit le nom de Justice de Saint Biaise ou de Saint-Jean-en-Châtel.

Regnault, vicomte de Troyes, donna à la même abbaye de Montiéramey sa part de justice et tous les droits qu'il possédait dans la villa de Saint-Martin, édifiée sous les murs de Troyes.

En 1178, Henri-le-Libéral confirma l'abbaye de Montiéramey dans ses possessions, et y ajouta les biens dont la désignation suit. Il reconnaît lui devoir une somme de vingt sous pour l'entretien d'une lampe placée devant l'autel de Saint-Biaise, et pour se libérer de cette dette, il donne au 'prieuré de Saint-BIaise (l) la liberté de la ruelle Hardouin. Il abandonne sa justice et autres droits sur deux chambres et une maison, sises en ville, et le tiers de deux petites maisons dépendant de l'aumônerie de l'abbaye de Montiéramey. Il accorde la liberté à la terre de Saint-Jean-en-Châtel et des droits de justice, depuis la Croix de Saint-Martin jusqu'au chemin de Preize, hors des murs , et s'étendant, d'un autre côté, de la vigne de Guy au ruisseau de Pouilly. Cette terre sera aussi libre que la villa de Saint-Martin. La liberté est accordée aux hommes appartenant à l'abbaye de Montiéramey et habitant sous les portes de la ville de Troyes ; ils ne relèveront que de la justice du prieur de Saint-Jean.

A partir de 1178, la justice du prieuré de Saint-Jean-en(1)

Saint-Jean-en(1) partie de la chapelle, convertie en habitation, a déjà disparu; ce qui a survécu va prochainement disparaître. Ce que l'on en voit encore appartient au XIIe siècle.

1873. 2.


Châtel s'étendait donc des murs ou fossés de la ville jusqu'au ruisseau de Pouilly ou de Bécon, et à la rue ou chemin de Preize.

En 1628, le bailli de Saint-Jean-en-Châtel limitait le territoire de sa justice de la manière suivante : De la bonde Gendret à la porte de Belfroi, et de cette porte aux fossés Patris, le haut et le bas Glos-le-Roi, avec la ruelle qui les borde, le long de la rue des Marots et de celle de Pouilly ; le bourg ou faubourg Saint-Antoine du côté du Clos-le-Roi, en revenant aux fossés Patris, jusqu'au boulevard de Saint-Antoine ou de Chevreuse ; de là, à la Pointe-à-l'Ange, tout le long du faubourg de ce côté jusqu'à la Basse-Charme de Pouilly, et, de là, jusqu'au pont de pierre en la rue et sur le pavé de Preize; ensuite, le long de la rue de Preize, du côté des Fourches-Branlard, et enfin six arpents des hautes et basses communes, jusqu'à la porte de Comporté et à la bonde Gendret.

La grande rue du faubourg de Saint-Martin, dite naguères rue de la Cité, aujourd'hui rue de Paris, paraît en dehors de la justice de Saint-Jean-en-Châtel. Il est certain que le roi exerçait, au bourg de Saint-Martin, des droits de voirie, au XIVe siècle, et les voyeurs de la ville et du roi y percevaient un droit lors de l'assiette du seuil et de l'élévation de la charpente, quoique cette justice fût haute, moyenne et basse.

La juridiction du bailli de Saint-Jean-en-Châtel s'étendait encore sur quelques maisons situées en ville. Cet officier de justice prétendait avoir des droits sur la portion du territoire comprise entre la porte de Belfroi et la tour Boileau ; mais cette prétention était repoussée par le maire des quatre portes et faubourgs.

Le siège de cette justice était placé à l'entrée de la ruelle Maillart ou des Chats, du côté de la Poulaillerie ou de la rue Champeaux.

Cette juridiction fut exercée jusqu'en 1790. Elle est représentée, dans les archives judiciaires, par six registres : du 3 juillet 1744 à 1790.


— 19 —

VIL

Justice du bourg ou faubourg Saint-Jacques.

On ignore la date de la fondation du prieuré de SaintJacques, duquel dépendait la justice du bourg, qui passa aux mains des Trinitaires ou Mathurins, vers 1260.

L'établissement de cette justice remonte au-delà de 1205. En cette année, la comtesse Blanche, veuve du comte Thibaut III, fit enquérir pour reconnaître à qui appartenait la justice du bourg Saint-Jacques. Cette information établit que le prieur de Saint-Jacques avait droit à cette justice et à la visite des poids et mesures. Ce que la comtesse reconnut.

Cette justice comprenait le bourg Saint-Jacques et le Labouras. En 1553, elle était limitée par trois croix: l'une, placée sur la chaussée, du côté de Saint-Parres ; l'autre, sur la chaussée qui conduit au Pont-Hubert; et la troisième, du côté de la ville, près la ruelle aux Moines.

De toute ancienneté il y avait, en face de la ruelle aux Moines, une barrière, traversant la rue du bourg Saint. Jacques et délimitant ce bourg de la ville.

En 1303, le droit de justice fut de nouveau contesté au prieur par les officiers du roi Philippe-le-Bel, comte de Champagne ; mais ce fut sans succès.

Cette justice haute, moyenne et basse dans l'origine, devint par l'établissement des bourgeoisies royales justice foncière; mais, en 1548, le prieur de Saint-Jacques acquit du domaine les droits royaux, moyennant 70 livres, et reprit ainsi des droits que le temps lui avait enlevés.

Le prieur, en sa qualité de seigneur du faubourg, faisait exercer, tous les ans, sa justice, le jour de Saint-Jacques, 25 juillet, par ses officiers et ses sergents. Ceux-ci entraient chez les boulangers pour y saisir le pain qui y était « de petit poids et de malfaçon, » et chez les cabaretiers, pour y visiter les mesures. Il était enjoint à chacun des justiciables du


— 20 —

prieur de mettre, ce jour-là, et d'exposer devant la porte de sa maison, un seau plein d'eau pour le danger du feu.

Les" constructions n'étaient élevées au faubourg SaintJacques, qu'à la condition de les démolir et de les brûler en cas de guerre, condition avouée et reconnue devant les officiers de justice, par ceux qui construisaient:

Cette justice, devenue mairie royale de Sâint-Jacques,subsista jusqu'en 1790. Aux archives, trois registres en gardent^ le souvenir-: de 1660 à 1669 et de 1767 à 1790.

VIII.

Grande Mairie de l'église collégiale et royale de Saint-Etienne.

Le chapitre de Saint-Etienne paraît avoir été fondé avant 1157. A cette; date, Henri-le-Libéral donne à ce chapitre entre autres choses,le cloître libre, les moulins qu'il possède près des étuves, ceux qui sont situés près de son château neuf,; la pêche et le cours d'eau depuis la villa de Sencey (SaintJulien), jusqu'au moulin de Saint-Quentin, la liberté d'un grand nombre:de maisons, de boutiques et d'étaux répandus| dans la ville, divers individus qu'il possède dans la banlieue; tous les aubains qui, à Troyes, lui appartiennent; les ponts, libres situés dans le domaine de leur église; la liberté avec la justice de la terre appartenant à Girard , et située derrière Saint-Quentin et aux Noës.

Dans : le cours des siècles, le chapitre: de Saint-Etienne prétendit à la justice sur tous les cours d'eau de la ville , (dérivés de la Seines Mais cette prétention fut repoussée:longtemps avec succès, d'une part par l'Hôtel-Dieu-le-Comté, sur le canal des Trévois ou, de Pétal, depuis la Grande-Pointe jusqu'aux fortifications de la ville; il s'appuyait surl'acte de 1174, par lequel Henri-le-Libéral lui donnait les moulins de Pétal, de la Tannerie et de Croncels,avec le cours d'eau et la pêche,


— 21 —

et, par les habitants, pour les dérivations renfermées dans la ville. Sur le canal de Jaillard à Meldançon, l'usage seul aurait établi les droits du chapitre de Saint-Etienne.

Le droit de justice de ce chapitre sur le cours d'eau principal de la dérivation, donnait à son grand-maire celui de relever les cadavres trouvés dans les canaux compris dans sa juridiction, et de s'emparer des épaves trouvés dans ces mêmes canaux. Un casque trouvé dans l'un des rupts donna lieu à un grand procès.

Le chapitre de Saint-Etienne avait droit de haute, moyenne et liasse justice sur ses propriétés sises en ville et notamment sur son cloître, les étuves aux hommes et aux femmes ; le côté du levant de la rue du Mouton-Blanc, dont l'emplacement est occupé, en face l'Hôtel-Dieu, par le canal de la Haute-Seine ; le côté du couchant de la rue des Trois-PetitsEcus. Cette circonscription était celle de 1787.

Le pilori, signe.de la haute justice, s'élevait près des étuves aux hommes.

La prison était rue de la Cave-Percée, aujourd'hui remplacée par celle qui conduit le long de la terrasse de l'Hôtel-Dieu à la rue du Vert-Galant.

En 1586, le bailliage de Troyes avait fait élever, près du Palais-Royal et vis-à-vis la principale porte de l'église de Saint-Etienne, un gibet à quatre fourches, bien que déjà la justice royale possédât des fourches patibulaires dans d'autres quartiers, notamment sur la place du Marché-au-Blé et sur celle de l'Etape-au-Vin. Les chanoines se plaignirent de cette entreprise au duc de Guise, qui fit supprimer ce gibet.

Le chapitre avait droit de minage sur la ville et les faubourgs, c'est-à-dire, droit de mesurage des différentes denrées vendues à Troyes. Il existait seize offices de mesureurs, dont les titulaires payaient chaque année au chapitre 230 liv., dit Cour talon.

Le bailli de Troyes, le maire ou bailli du chapitre, les marguilliers-laïcs, leurs femmes, leurs enfants et leur domestiques relevaient de la chapelle de Saint-André, titre de la


— 22 —

paroisse de Saint-Etienne, dont le siège était à droite en entrant au choeur de la collégiale.

Il n'existe aux archives que deux registres de cette justice, du 3 juin 1690 au 17 avril 1730.

IX. Grande Mairie de l'Hôtel-Dieu-le-Comte.

La fondation de l'Hôtel-Dieu-le-Comte remonterait à une date antérieure à 1157; l'administration en appartenait à des Maître, Frères et Soeurs de l'ordre de Saint-Augustin ; sur un certain territoire, ils auraient exercé des droits de haute, moyenne et basse justice, et l'Hôtel-Dieu était lieu de franchise et d'immunité.

Ces droits furent contestés. En 1369, Milet de Colas-Verdey, écuyer, fait prisonnier en la maison de la Herse, près de la porte de la Girouarde, fut rendu à l'Hôtel-Dieu : cette maison dépendant de sa justice. Diverses sentences furent rendues en ce sens au XIVe et au VXe siècle.

Un document de 1483 établit que le Maître, les Frères et les Soeurs de l'Hôtel-Dieu-Ie-Comte avaient, de toute ancienneté, toute justice, haute, moyenne et basse audit Hôtel et dans ses dépendances; à savoir : depuis le pont de la Salleau-Roi, le long de la rivière jusqu'au pont de la Girouarde, depuis le pont de la Salle jusqu'à l'hôtel de la porte « Jausne » (ou Jaulme), appartenant aux chanoines de Saint-Etienne, compris leur petit cimetière, placé entre les galeries de la Salle et la Chapelle (de Saint-Barthélémy) dudit hôtel, et, du côté de la Grande-Rue, depuis le pont de la Girouarde jusqu'à l'Hôtel de la Grande-Coupe, appartenant à la collégiale de Saint-Urbain, et, de l'autre côté, audit hôtel , maison et grange de la Grande-Coupe, aux jardins de l'hôtel de la Montée et de l'hôtel de la Porte-Jaume.

En 1613, les limites de la justice de l'Hôtel-Dieu-le-Comte


— 23 —

sont les mêmes, sinon que la maison de la Porte-Jaume a été acquise du chapitre de Saint-Etienne, que la justice en appartient à l'Hôtel-Dieu, et que l'hôtel de la Grande-Coupe ou de la Coupe-d'Argent appartient alors au même Hôtel-Dieu.

La justice de l'Hôtel-Dieu-le-Comte s'étendait aussi de la Grande-Pointe jusqu'aux fortifications de la ville; le droit de pêche de cette partie de la rivière fut aliéné et celui de la justice paraît s'être perdu.

La grande-mairie de l'Hôtel-Dieu-le-Comte n'existait plus au siècle dernier, au moins pendant la dernière moitié.

X.

Grande Mairie de l'église collégiale et papale de Saint-Urbain.

Fondée par Urbain IV, cette église fut construite sur l'emplacement même de l'échoppe où Jacques Pantaléon, devenu pape, avait passé ses premières années. Elevée sur le territoire de l'abbaye de Notre-Dame-aux-Nonnains, ce ne fut pas sans de longues et vives querelles que les conservateurs des privilèges de Saint-Urbain se rendirent maîtres de la résistance de l'abbesse et des religieuses.

La justice de Saint-Urbain n'a possédé qu'un territoire fort restreint; l'église et le terrain compris entre la rue Urbain IV, la Grande-Rue, la rue du Maillet-Vert et la rue de la Vierge, au plus, auraient composé l'étendue de son ressort, avec quelques maisons que le chapitre possédait en ville.

Sa potence, en l'an 1500, s'élevait au coin oriental de l'hôtel du Chaudron et faisait de ce côté limite de sa justice.

Le 24 mai 1546, les chanoines de Saint-Urbain donnèrent à leur doyen la permission de faire faire un siège de justice à la chapelle de Tous-les-Saints, érigée en leur église. Ce doyen, le 1er décembre 1550, passait accord avec le procureur du roi au bailliage pour l'établissement de ce siège de justice. En


— 24 —

1558, l'évêque de Carraciole et son officiai, Nicole le Tartrier, archidiacre et curé de Saint-Jean, s'opposèrent à l'exécution des volontés du doyen qui finit par triompher.

Le ressort de cette juridiction était si peu étendu que la trace s'en perdait. Cependant, en 1663, en donnant à bail une maison faisant le coin de la Grande-Rue et de celle du MailletVert, le doyen se réservait, sur cette maison, le droit de justice.

Au XVIIe siècle, le doyen donnait à emphythéose une maison appartenant à la collégiale moyennant 16 livres en argent, deux livres en cire neuve, douze deniers de censive portant lods et ventes, défaut et amendes, droit de remerciment et de retenue. Ce droit de remerciment et de retenue, que nous n'avons trouvé dans aucun commentaire de notre coutume, voulait que le détenteur nouveau notifiât son contrat au doyen de Saint-Urbain dans les six mois qui suivaient sa prise de possession, par suite de vente, permutation, succession ou autrement, sinon il était tenu de payer 16 livres en argent et deux livres de cire neuve, et si ces formalités n'étaient pas accomplies dans les six mois, le doyen avait le droit de prendre et de retenir la maison.

Une sentence du bailliage de Troyes, du 14 mars 1780, intervint sur les plaintes de la fabrique de Sainte-Madeleine, à l'occasion de l'inhumation d'une dame Labbé, dont le mari était qualifié de Grand-Maire du chapitre de Saint-Urbain. Cette décision défendait au chapitre des attribuer, à l'avenir, aucun droit de justice sous le titre de Grande-Mairie ou autres quelconques, ni d'y instituer aucun officier. Elle fut confirmée au Parlement, sauf au chapitre à faire valoir ses droits à l'occasion de sa justice.

Suivant arrêt du 19 mars 1782, le maire de la justice de Saint-Urbain était paroissien de cette église, à l'exclusion de sa femme, de ses enfants et domestiques. Le siège de la paroisse était la chapelle de l'Annonciation. (Courtalon.)


— 25 —

XI.

Justice du Commandeur du Temple, ou de Saint-Jeande-Jérusalem, ou de Malte.

La ville de Troyes était le siège d'une commanderie qui prenait le titre de commanderie de Troyes, à laquelle plus tard furent réunies celles d'Orient et de Bonleu, et dont dépendaient un grand nombre de propriétés rurales dont nous n'avons pas à nous occuper ici.

En ville, le commandeur avait son hôtel, situé rue du Temple. Dans l'enclos de cet hôtel, il avait haute, moyenne et basse justice. Les droits devaient s'étendre probablement sur la grande maison, sise au coin de la rue du Temple et de la Montée-des-Changes, dite maison des Angoiselles ou le Petit-Hôpital.

L'officier de justice prenait le titre de bailli. Suivant M. Corrard de Breban (Lesrues de Troyes,p. 6), la potence du commandeur aurait été placée à l'extrémité occidentale de la rue du Temple.

XII.

Justice foncière et Mairie royale de Croncels.

Le Roi fut seigneur haut, moyen et bas justicier du bourg de Croncels. La justice de Croncels fut aliénée, en 1543, avec d'autres parties du domaine royal, dépendant du bailliage de Troyes, avec condition de rachat perpétuel. Cette justice et seigneurie est ainsi désignée « Justice haute, moyenne et basse en tous cas civils, criminels, de réalité et de police, grosses et petites amendes, confiscations, épaves et droits de jurée èsvillages, finages et territoires des faubourgs de Croncels, les Grands et Petits-Trévois, la Saulte, la Burie-lès-Troyes, avec le droit de bourgeoisie jurée, connaissance et juridiction sur les bourgeois et bourgeoisie, qui sont et seront manans et


— 26 —

habitants desdits lieux, avec le droit de bourgeoisie jurée connaissance et juridiction en tous cas civils et criminels qui appartiennent au Roy sur les habitans et demeurans à Bréviande, de la paroisse de Sencey, la Tuilerie, Saint-André, Saint-Michel, et ce qui est de la mairie royale de Croncels, le Pont-de-l'Arc, la Renouillère, Verdun, finages et territoires d'iceulx étant en ladite mairie de Croncels, de laquelle dépendent lesdits villages, lieux et hameaux susdits avec le village et le finage d'Echenilly. »

Vendue à Christophe Menesson en 1543, cette seigneurie et justice fut réintégrée au domaine royal. Revendue aux Largentier en 1594, elle fut de nouveau aliénée par les commissaires royaux en 1694.

La justice de Croncels, confondue dans la mairie royale des quatre portes et faubourgs de Troyes, fut enfin supprimée en 1750 et réunie au bailliage et siège présidial de Troyes, après déguerpissement du titulaire, le sieur Rémond.

La fourche patibulaire de Croncels s'élevait au carrefour de Croncels, près la rue de la Mission.

XIII.

Justice foncière et Mairie royale du faubourg Sainte-Savine.

Cette justiee était haute, moyenne et basse. Elle consistait en tous cas personnels, criminels et civils, de réalité et de police, amendes tant arbitres qu'autres, confiscations, épaves, droits de bourgeoisie, connaissance et juridiction sur les habitans et demeurans à Sainte-Savine, finage et territoire dudit lieu, en ce qui appartient au roi, et aussi le droit de bourgeoisie, connaissance et juridiction en tous cas personnels, civils et criminels, grosses et amendes et exploits de la mairie royale des Noës et des lieux et fmages de Lépine, Linçon , Saint-Germain et Echenilly pour partie.

Il y a lieu de remarquer ici la différence des expressions.


— 27 —

La seigneurie et la justice foncière de Sainte-Savine comprennent la haute, moyenne et basse justice et toute juridiction, même dans le cas de réalité, parce que le roi est seul propriétaire de la seigneurie et de la justice foncière, tandis que pour le surplus du ressort, le roi n'y a que la connaissance des cas personnels , ce qui s'entend seulement pour les causes des particuliers qui se sont avoués bourgeois du roi, et cela parce qu'il y a des seigneurs fonciers qui ont droit de haute, moyenne et basse justice, et toute espèce de juridiction sur tous les habitants, excepté ceux qui s'avouent bourgeois du roi.

Au siècle dernier, ces aveux étaient tombés en désuétude ; les juges royaux n'exerçaient plus aucune juridiction sur les habitants des lieux situés dans l'étendue de la mairie royale des faubourgs.

XIV.

Mairie royale des quatre portes et faubourgs de Troyes.

Cette justice, quoique royale, est mise au rang des justices inférieures. Les droits qui y étaient attachés étaient à peu près les mêmes et, comme elles, elle était justice de premier degré. Il n'y avait donc pas lieu d'en former une classe qu'elle aurait seule composée. Cette justice, par sa compétence, doit pourtant être assimilée aux mairies royales créées dans le ressort de la prévôté de Troyes.

Les faubourgs de Troyes formaient, au moyen-âge, des bourgs complètement isolés de la ville. La seigneurie de ces faubourgs était indépendante du domaine royal, sauf le faubourg Croncels, qui paraît, jusqu'en 1543, avoir toujours eu le roi pour seigneur. La population y prit du développement. Les bourgeois du roi y augmentèrent en nombre.

Depuis la fin du XIIIe siècle, le ressort de la prévôté de Troyes avait été divisé en mairies royales. Les faubourgs n'a-


— 28 —

vaient pas été compris dans cette distribution, à cause de leur faible importance. Mais le développement considérable!de la ville, dans le cours du XVIe siècle, avait attiré des habitants dans sa plus proche banlieue. Il y fallait une autorité (judiciaire.

Ce besoin s'en faisait, sans doute sentir, (puisque-Charles IX défend, en 1568, aux fermiers de ses domaines,.de commettre des juges pour exercer la justice dans les faubourgs, et (Ordonne au bailli ou à son lieutenant et au (procureur du roi de nommer trois (personnes, dont l'une sera choisie pour exercer la justice.

Cette création porte préjudice aux droits du bailliage. Remontrances par le bailli sont faites au roi, qui, par d'autres lettres-patentes, ordonne l'exécution de celles du 30 janvier. L'établissement du juge ne fut pas définitif.

En 1575, il est procédé à une enquête par l'un des généraux des finances sur l'opportunité de la création de cette justice demandée par les habitants. Cette enquête fut favorable à la demande et, en août 1577, eut lieu l'établissement définitif de la justice des quatre portes et faubourgs de Troyes. Les gages du juge furent fixés à 20 liv. t. ; ceux du greffier, à 5 livres, et non sur les amendes. Ces lettres d'érection, payables sur le domaine du roi, ne furent enregistrées au Parlement qu'en juillet 1578.

En 1585, le juge mayeur royal des portes et faubourg fit ériger le pilori de sa justice, avec carcan de fer, au carrefour de Croncels, c'est-à-dire près de la rue de la Mission.

Mais cette création froissait de nombreux intérêts. Les juges seigneuriaux et les anciens juges royaux s'évertuaient à restreindre les droits établis en faveur de la nouvelle justice., Henri IV confirma cette création en ordonnant que les habitants plaideront en première instance devant le juge mayeur, à peine de 50 écus d'amende, et en défendant à tous juges royaux de troubler ce juge dans l'exercice de sa charge.

Les attributions étaient si peu définies et les droits tellement confus que les membres des différentes juridictions sont


— 29 —

souvent en querelles pour soutenir leurs prétentions Nous n'entrerons pas dans ce dédale, qui se compliquait de questions de personnes, de lieux et de matières, et qui aujourd'hui n'a plus d'intérêt.

La justice des portes et faubourgs de Troyes fut aussi augmentée de différents offices, notamment de ceux de président, de conseiller, de garde-scel, de lieutenant-criminel, commissaire-enquêteur et examinateur, de conseiller-rapporteur de défaut, etc. En 1699, ce tribunal se composait : D'un juge mayeur ; D'un lieutenant ; D'un procureur du roi ; Et de trois greffiers.

Les appels en matière civile étaient portés au bailliage et siége-présidial et, en matières criminelles, au Parlement.

En 1674, cette mairie royale s'étendait sur Sainte-Savine, Pouilly, Chaillouet, Preize, les Tauxelles, la Rivière-de-Corps et Croncels.

Le siège de cette justice fut presque ambulant. II passait d'un lieu à un autre, et il semblait que chacun s'efforçât de lui refuser l'hospitalité.

En 1600, la Logette du mayeur était édifiée près de la porte de la Madeleine et en dehors de la ville. Le conseil de ville ordonna que cette logette serait transportée aux avenues de l'un des faubourgs , proche des maisons ou en quelque recoing.

Quelques jours après, il décida qu'elle serait placée près de Sainte-Jule, sur le territoire de Saint-Martin. Mais, en 1601, les gens du bailliage en ordonnèrent la démolition. Le juge des faubourgs se plaignit au Parlement, et le conseil de ville se joignit au bailliage pour être autorisé à déplacer cette logette. qui était au dedans des Faux-Fossés, et par conséquent en dehors du territoire de la juridiction des portes et faubourgs .

En 1693, le juge se dispose à faire construire son audi-


— 30 —

toire près de la porte de Belfroi ; la ville s'y oppose et l'engage à l'édifier au faubourg Croncels , près de la Vienne. Les directeurs des hôpitaux prétendent à la propriété de ce terrain. Nouvel obstacle. Enfin, le conseil de ville accorde au juge mayeur de placer son auditoire près du petit corps-degarde avancé, hors de la porte de Belfroy.

Cette justice absorba pendant un temps la juridiction royale sur les faubourgs de Croncels et de Sainte-Savine. Mais, ainsi que l'observe, vers 1772, un conseiller au bailliage, M. Truelle de Chambouzon, les aveux de bourgeoisie n'étaient plus en usage dans la banlieue de Troyes ; les juges royaux n'exerçaient plus aucune juridiction sur les habitants des lieux situés dans l'étendue de la mairie royale des faubourgs de Troyes, dans lesquels il y avait des seigneurs fonciers autres que le roi.

Cette juridiction, comme la prévôté, fut donc dépouillée successivement de ses attributions qui, chaque jour, s'amoindrissaient.

En 1750, le 17 février, le roi ordonna la suppression de la mairie des quatre portes et faubourgs de Troyes, et sa réunion au bailliage, qui avait profité et devait profiter encore du peu qui restait à l'ancien office de mayeur.

La liquidation eut lieu moyennant un remboursement de 6,600 liv. payées au sieur Gauthier, titulaire.

A la fin du XVIIe siècle, les vingt livres de gages touchés par le juge mayeur des faubourgs, étaient payés :

5 livres, par le roi, pour le faubourg Croncels ;

5 livres, par le seigneur engagiste de Sainte-Savine ;

5 livres, par les Frères de la Trinité-Saint-Jacques, comme engagistes du faubourg Saint-Jacques ;

Et 5 livres par le seigneur de Pouilly, comme engagiste des droits royaux au faubourg de Pouilly et de Saint-Martin.

Le greffe était divisé en greffe ancien et en greffe alternatif et triennal.

En 1750, lors de la suppression, le greffe ancien appartenait à l'hôpital des Cent-Filles-Dieu de Paris.


— 31 —

Au XVIIIe siècle, le maire des faubourgs donnait cinq audiences par semaine : une à chaque faubourg, le faubourg de Preize ayant été désigné à part de celui de Saint-Martin.

Cette justice est représentée aux archives judiciaires par vingt registres, de 1673 à 1748.

XV. Mairie royale de Chaillouet.

En 1778, cette justice comprenait toutes les maisons bâties dans l'espace renfermé par les Moulins-Brûlés jusqu'à la croix de fer du faubourg Saint-Jacques.

II n'existe qu'un registre de cette justice, de 1639 à 1649.

XVI. Bailliage de La Rivière-de-Corps.

En 1778, ce bailliage comprenait l'extrémité du faubourg de Sainte-Savine, la Maladière et la Rivière-de-Corps.

XVII. Mairie de Pouilly.

Cette justice contenait le bout du faubourg Saint-Martin, les Marots et les maisons des environs.

Troyes, le 20 Octobre 1872.



FRANÇOIS BOUTARD

POÈTE LATIN MODERNE Né l'an 1664, mort en 1729

PAR

M. L'ABBÉ ETIENNE GEORGES, DE TROYES

Membre de plusieurs Sociétés savantes.

La renaissance des études classiques en Champagne, comme dans les autres provinces, date de l'année 1530 ; à cette époque, François Ier institua dans l'Université de Paris des professeurs royaux pour enseigner les langues mortes, particulièrement la langue latine. En vertu des ordonnances de ce prince, sous l' influence d'une éducation toute spéciale, on vit s'épanouir sur le sol champenois toutes les fleurs de la culture romaine. Les trop rares débris de la littérature antique, échappés aux ravages du temps, reparurent au grand jour. Dans les écoles épiscopales et les bibliothèques monastiques, Thomas d'Aquin, Scot Erigène, Pierre Lombard, se serrèrent sur leurs vieilles tablettes de chêne pour faire place à Virgile, à Tacite, à Cicéron. Les traducteurs, surtout les traducteurs des poètes de l'antiquité, se multiplièrent; souvent les mêmes hommes, après avoir vêtu de la robe française la muse de Lucain et d'Horace, habillèrent leur propre muse de la toge

4873. 3..


— 34 —

romaine. Les imprimeurs eux-mêmes s'associèrent aux labeurs des érudits, et l'infatigable famille troyenne des Guillaume-Ie-Bé, chargée par le roi de perfectionner les caractères orientaux du célèbre Henri Estienne, publia pour sa part de nombreux ouvrages, entre autres la belle Bible polyglotte d'Anvers.

C'est ainsi qu'à côté de la pléiade française brilla dans l'Olympe rajeuni une pléiade latine dont les oeuvres furent aussi connues de leur temps et peut-être plus admirées que celles des versificateurs qui se servaient de l'idiome national. A l'appui de cette remarque, il suffit de citer les poésies de Passerat et les éditions de Pithou. Le néologisme trahit parement en eux leur origine; cette pureté de diction frappe d'autant plus d'étonnement qu'à cette époque les livres élémentaires, tout imprégnés de la barbarie scolastique, fourmillaient d'erreurs et que les méthodes, extrêmement défectueuses, n'étaient guère propres à seconder ces savants qui parlaient ou écrivaient comme les citoyens du vieux Latium.

La réforme protestante, il est vrai, en adoptant, pour se populariser, la langue nationale, avait forcé les théologiens catholiques à se servir du même instrument ; cette vulgarisation de la polémique religieuse porta un coup fatal aux études classiques; mais Henri IV accorda au latin des lettres de sauvegarde ; pour mettre fin au barbarisme, il défendit aux maîtres et aux écoliers d'employer dans les collèges une autre langue que la langue de Virgile et de Cicéron. Grâce à cette prohibition, la philologie latine prit un nouvel essor ; elle atteignit, sous le règne de Louis XIV, à un degré de perfection jusqu'alors inconnu. Les oratoriens, fondés par un cardinal champenois, Pierre de Bérulle, contribuèrent beaucoup à l'épanouissement de ce mouvement intellectuel; aussi leurs doctes latinistes et leurs disciples figurent-ils avec distinction dans le cortège littéraire du grand roi

Parmi ces derniers se fit remarquer avec honneur François Boutard, natif de Troyes; ce fils d'un pâtissier vint au monde


— 35 —

en novembre 1664 (1 ) ; il entra de bonne heure chez les pères de l'Oratoire, où ses progrès dans les humanités ne furent pas moins brillants que solides. Sa prédilection pour le culte des muses s'y manifesta plus d'une fois avec succès; il se crut né poète; il aimait passionnément à composer dans cette langue accentuée du rhytme qui colore l'idée et la rend harmonieuse. Dès l'âge de vingt ans, n'étant encore que simple précepteur chez le sieur de la Noue, seigneur de Pouilly-en-Auxois, il publia une ode en vers français. Inspiré par les beautés de la nature, sous les frais ombrages, au milieu des scènes champêtres qui entouraient le joli castel de ses hôtes, il avait chanté les ravissantes harmonies et les fécondes merveilles de là création en strophes qui n'obtinrent pas toute l'admiration désirée. Il n'en conclut point que son talent n'avait pas les bonnes grâces des filles du Parnasse ; il quitta momentanément le domaine de la poésie française pour tenter quelques excursions sur les terres de la poésie latine. Ses tentatives dans le genre lyrique réussirent tellement à son gré qu'il prétendit faire revivre en sa propre personne Horace, son poète de prédilection, le type idéal qu'il s'attachait à imiter ; il disait, non-seulement qu'il lui ressemblait par les traits du visage, par les manières, par la taille, mais encore qu'il était l'héritier de son génie et qu'il prêtait même des charmes à ses vers.

Il s'était sans doute signalé de bonne heure par un goût très-prononcé pour la littérature antique, puisque, dans un de ses Mémoires autographes, il articule qu'en 1684, Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier, et Fléchier, évêque de

(1) La plupart des biographes font naître François Boutard en 1654, et prétendent qu'il mourut à l'âge de 75 ans. C'est une erreur. L'acte de baptême que nous avons trouvé dans les registres de la paroisse Saint-Remi de Troyes, aux archives de la Mairie, prouve que notre poète latin naquit en 1661 et que, par conséquent, il entrait dans sa soixante-cinquième année, lorsqu'il rendit le dernier soupir. Voici l'original :

« François, fils d'honorable homme Louis Boutard, marchand, et d'honnête femme Marie Noël, sa femme, a été baptisé le 7 novembre 166 Le parrain, qui l'a nommé, honorable homme François Rolin, marchand; la marraine, honnête femme Jeanne Noël, femme d'honorable homme François Flogny. »


— 36 —

Nîmes, l'excitèrent à traduire l'Histoire Auguste, recueil des vies des empereurs romains qui régnèrent depuis Adrien jusqu'à Dioctétien. Cette marque d'estime l'honorait d'autant plus que ses illustres conseillers étaient de la plus haute compétence en cette matière. Le duc de Montausier, nommé par Louis XIV gouverneur du Dauphin, avait commandé pour l'usage du prince la belle collection des classiques ad usum Delphini. Bossuet, évêque de Meaux, et le savant Huet, évêque d'Avranches, lui avaient été adjoints le premier en qualité de précepteur, le second comme sous-précepteur. Fléchier a prononcé l'oraison funèbre du duc de Montausier, son ami et son protecteur. Quelque flatteuse et pressante que fut pour un jeune homme l'invitation de ces grands personnages, Boutard s'en tint à une courte et substantielle dissertation sur le caractère des six auteurs de l'Histoire Auguste ; ces biographies latines, dit-il, ont été écrites en mauvais style et sans critique; mais elles renferment des renseignements précieux.

Il s'écoula sept ou huit années, sans que le jeune humaniste pût se fixer dans une profession en harmonie avec ses goûts littéraires ; enfin, après bien des tâtonnements et bien des incertitudes, il entra comme précepteur de M. de Villepreux, au château de M. de Franchie, grand prévôt de l'Isle. Ce fut dans les moments de loisir de ce studieux emploi, que son génie poétique se déclara sous de favorables auspices. Il appliqua de nouveau son talent à la poésie française et composa une ode à la gloire de Françoise d'Aubigné, marquise de Maintenon. La maison de cette veuve du poète Scarron avait été pendant quelque temps le rendez-vous de tout ce qu'il y avait de plus spirituel dans la capitale. Elle se servait souvent de son crédit pour proléger les gens de lettres. Boutard célébra les charmes et les bienfaits de cette rivale de l'ambitieuse et altière marquise de Montespan. Son poème demandait de l'imagination et de l'enthousiasme, des expressions vives et hardies, parfois sublimes; le jeune adepte de Pindare n'atteignit pas à ces qualités essentielles ; dès lors il se livra exclusivement à la composition de l'ode latine où il fut en réalité plus heureux.


— 37 —

Le voisinage de M. de Francine l'avait mis à même de faire connaissance avec Mlle Mauléon, remarquable par l'agrément et la solidité de sa conversation. Cette aimable et généreuse personne se plaisait à élever des pigeons ; les moeurs douces et familières de ces oiseaux qui s'apprivoisent facilement s'harmonisaient avec ses goûts; elle admirait ces couples gracieux qui se témoignent une tendresse et une constance d'affection vraiment merveilleuses ; en retour de ses soins et de ses caresses, les pigeons dont les teintes changeantes à reflet métallique avaient pour elle beaucoup de charmes lui montraient de l'attachement et de la docilité. Tous les ans, elle en envoyait un certain nombre des plus beaux à Bossuet, évêque de Meaux, le jour de sa fête patronale. Boutard épia l'heure du départ de ces jolis messagers et persuada sans peine à Mlle Mauléon de les rendre porteurs d'une ode latine à la louange de l'illustre prélat. Bossuet voulut connaître l'auteur des stances cachées sous l'aile d'une colombe; il l'accueillit avee une bienveillance toute particulière dans son palais épiscopal et l'emmena passer quelques jours à sa délicieuse maison de campagne de Germigny, aux bords de la Marne.

Quelles profondes et sublimes réflexions que celles de Bossuet sous les paisibles ombrages de cette villa, en compagnie de tout ce qu'il y avait de plus distingué par l'esprit, le savoir et l'illustration. Quand le temps ne permettait point la promenade ou la station accoutumée dans les allées du parterre ou bien sous les discrètes charmilles de la terrasse, l'éloquent pontife rassemblait ses auditeurs intimes dans l'intérieur et s'y entretenait librement avec toute l'élite des seigneurs, des magistrats, des prêtres, des savants ; ces entretiens dont il était l'âme et l'oracle se prolongeaient quelquefois dans la soirée; là s'agitaient toutes les questions les plus palpitantes d'intérêt empruntées, tantôt à la littérature, tantôt à la théologie; chacun apportait le produit instantané ou réfléchi de sa pensée. De jeunes et ardentes intelligences s'essayaient à déployer leurs ailes pour s'élever aux plus hautes cîmes de la pensée; Bossuet les soutenait ou les dirigeait


— 38 —

dans leur vol; pour leur apprendre à fendre l'air, il s'élançait devant eux comme l'aigle avec ses aiglons.

Boutard, frappé de ees scènes d'un intérêt sans égal où les élans de l'âme humaine se montraient dans un naturel empreint de tant de grandeur, conçut l'idée de chanter les délices de cette studieuse hospitalité. Il est des lieux que les leçons du génie ont immortalisés : à Athènes, le jardin d'Académus, berceau des écoles platoniciennes; sur les rivages de l'Attique, le cap Sunium, célèbre par les discours de Platon ; dans l'île de Rhodes, le monticule de Zimboli où Eschine exilé avait fondé une chaire d'éloquence; aux environs de Rome, la colline de Tusculum où le souvenir de Cicéron plane avec tant de majesté; ces lieux et d'autres moins fameux offrent tout le charme qui s'attache à la gloire. Germigny, solitude chérie du prince des orateurs sacrés, méritait de prendre rang parmi ces coins de terre vénérés par les pélerins de la science; c'est pourquoi Boutard en esquissa, la description dans une ode latine intitulée : Germiniacum.

Cette pièce fut accueillie avec une complaisance plus marquée encore que celle apportée par la colombe, emblème de l'Esprit divin qui inspira les plus beaux génies du christianisme. Les grands hommes fuient les louanges directes, parce qu'elles blessent leur modestie sans rien ajouter à leur renommée; mais ils sont enchantés d'entendre faire l'éloge de ce qui leur procure de la distraction et de la joie; comme s'ils avaient moins besoin de délassements et de récréations que le vulgaire, ou qu'ils fussent obligés de les justifier. Ce qui prouve que Bossuet pensait ainsi, c'est qu'il engagea Boutard à travailler sur le même plan à une description de Marly et de Trianon ; il se chargea de présenter à Louis XIV les odes latines où son poète favori aurait célébré ces résidences royales. Notre lyrique troyen sentit l'importance du conseil et le mérite de l'offre ; il se mit à l'oeuvre et sa muse n'oublia rien pour répondre aux désirs de son puissant Mécène.

Trianon, placé à côté de Versailles, semble destiné à démontrer ce que la grâce est à côté de la majesté ; il est situé


— 39 —

dans l'enceinte même du parc dont il forme en quelque sorte une riche dépendance. Le célèbre Mansard en a tracé les dessins. Les deux pavillons s'unissent au bâtiment principal par un péristyle de vingt-deux colonnes d'ordre ionique, les unes en marbre rouge, les autres en marbre vert. Cette variété de couleurs donne au monument une physionomie somptueuse qui rappelle les constructions de Rome et d'Athènes. Dans son aspect extérieur, le Trianon tient à la fois du temple et de la villa des temps antiques ; rien n'égale la délicatesse des dispositions intérieures où brille tout ce que la fantaisie de l'époque a pu inventer de plus coquet, de plus bizarre, et de plus ravissant. Les jardins, dessinés dans le style anglais, contrastent d'une manière frappante avec tout ce que l'on rencontre à Versailles ; on y voit de belles pièces d'eau , une île où se dresse le sanctuaire de l'amour, un belvédère de forme octogone, un hameau champêtre, les bosquets les plus frais du monde, une grotte dont le caractère à demi-sauvage tranche sur la forme régulière des lieux qui l'environnent, une cascade bouillonnante, un pont d'une hardiesse tout helvétique. Ce riant tableau de la nature se reproduisait à Marly, joli bourg pittoresquement étalé aux flancs d'un coteau, près de la rive gauche de la Seine, un peu au-dessus de Saint-Germain-en-Laye. Pour embellir cette résidence, jadis asile de la vieillesse, Louis XIV avait dépensé plus d'un milliard.

Dans la description de ces splendides demeures, Boutard se surpassa lui-même ; aussi Bossuet n'hésita-t-il pas à s'en faire l'interprète auprès du roi ; les stances lyriques, dont assurément l'original ne perdit rien de ses grâces dans l'explication qu'en donna l'évêque de Meaux, plurent extrêmement à Louis XIV. C'était en 1695 ; le gouverneur de Marly, nommé Bontemps, fut tellement ravi de la pièce de poésie où Boutard peignait admirablement les beautés de ce domaine confié à sa garde, qu'il ne cessa d'en rappeler le souvenir à Sa Majesté. Un jour, à force d'entendre parler de ce poète avec éloge, le roi demanda s'il était engagé dans l'état ecclé-


— 40 —

siastique. Bossuet répondit que Boutard avait toujours témoigné le désir d'entrer dans les ordres sacrés ; mais que la médiocrité de ses ressourcs pécuniaires l'en avait empêché. — « Eh ! bien, reprit le roi, je lui alloue mille livres pour qu'il aille dans votre séminaire se préparer à la prêtrise ; après quoi, j'aurai soin de lui. »

Boutard se rendit immédiatement à Meaux, où il semble avoir été l'objet de la prédilection particulière de Bossuet. Le pieux lévite aimait à répandre ses inquiétudes relatives à sa vocation dans le sein de l'évêque, son illustre protecteur, qui le recevait avec une paternelle bonté ; il le trouvait souvent dans sa chambre occupé à de sérieuses lectures; les yeux du pontife parcouraient gravement les pages du livre; sa langue était muette, sa bouche close ; son coeur seul s'ouvrait pour comprendre et retenir. Boutard, en pénétrant dans ce sanctuaire de la vie méditative , auprès de l'homme de génie qui remplissait l'Europe du bruit de son nom, s'asseyait en silence; après l'avoir longtemps contemplé sans oser l'interrompre, il se retirait sans rien dire. Il n'est pas de scène plus touchante que la vue du jeune abbé, le futur poète des Bourbons, encore livré aux agitations du doute, entrant à pas discrets dans le cabinet de Bossuet, attachant de respectueux regards sur le grand évêque absorbé par une lecture approfondie, et, bientôt, sortant silencieux sans avoir osé troubler d'un mot le recueillement du sublime penseur.

Après une année de noviciat l'abbé Boutard, revêtu du caractère sacerdotal, revint à Paris. Louis XIV convertit en pension les mille livres qu'il lui avait d'abord accordées à titre de gratification ; de plus, il l'investit de l'abbaye de Boisgroland, située dans le diocèse de Luçon. Lors du renouvellement de l'académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en 1701, il lui donna une place dans cette corporation savante. Le docte prêtre en fut nommé pensionnaire, à la présentation de l'abbé Bignon, avec l'appui du chancelier Letellier et du comte de Pontchartrain. Ce poste, qui n'était pas sans importance, supposait un mérite peu ordinaire dans celui qu'y portaient


— 41 —

les suffrages de la cour. Les membres pensionnaires devaient résider dans a capitale si quelque charge ou commission les appelait à demeurer ailleurs, on pourvoyait à leur emplacement l'un d'eux remplissait es fonctions de secrétaire de l'Académie, un autre les fonctions de trésorier. 'évêque de Meaux ne perdit pas de vue rançois outard il 'employa, en 697, à mettre en latin sa Relation du Quiétisme, ouvrage où la plus fine plaisanterie se mêle aux plus nobles mouvements de l'éloquence pour couvrir de ridicule les doctrines mystiques de madame Guyon. Cette version fut envoyée à Rome avant la décision de cette affaire où l'on reprocha à Bossuet d'avoir porté trop d'aigreur. L'année suivante, l'immortel auteur de l'Histoire des Variations engagea son laborieux protégé à traduire en latin ce livre où la vigueur de sa dialectique alterne avec la profondeur de son érudition théologique. Bossuet était persuadé qu'un pareil travail contribuerait puissamment à l'extension et à l'affermissement du catholicisme, s'il était répandu en Angleterre, en Allemagne et dans tous les pays du Nord où la langue latine était généralement usitée. Le cardinal de Rohan qui avait lu quelques fragments de la traduction faite par l'abbé Boutard, ne doutait point du fruit qu'elle produirait dans son diocèse de Strasbourg et dans toutes les provinces rhénanes.

La préface et les deux premiers livres de l'Histoire des Variations étaient à peine traduits, quand mourut Bossuet. Durant la dernière crise qui enleva ce grand évêque à l'Eglise de France, l'abbé Boutard ne quitta point le lit de douleur où était couché son illustre et révéré protecteur ; d'autres amis unirent tristement et pieusement leurs prières et leurs larmes à celles du grand homme mourant. Bossuet murmurait d'une voix attendrissante des oraisons mêlées de pleurs ; et, lorsque sa bouche cessa de prier, son âme avait reçu dans les cieux le prix de ses vertus et de ses travaux apostoliques ; elle était en possession de l'ineffable et éternelle splendeur du vrai vers laquelle avaient monté si souvent les élans de ce pathétique et profond génie. François Boutard, plus que tout


— 42 —

autre peut-être, sentit vivement le vide immense, que laissait dans le clergé de France la mort de ce pontife incomparable, justement surnommé l'aigle de Meaux ; il retraça de lui un magnifique portrait dans un poème latin qu'il adressa au grand-duc de Toscane, Cosme de Médicis. Ce personnage qui persécuta les savants et n'encouragea que les poètes disposés à le flatter, ne méritait guère la dédicace de l'éloge funèbre d'un pontife à qui revient la gloire, non seulement d'avoir créé, mais encore d'avoir provoqué des chefs-d'oeuvre dans les sciences, les lettres et les arts.

Cette nouvelle ode de François Boutard nous révèle quelle haute idée les contemporains avaient de Bossuet. « Je ne décrirai pas, dit-il, en beaux dactyles et en élégants spondés, son extérieur majestueux que rehaussent sa tête revêtue d'une mitre étincelante de pierreries, sa main où brille l'anneau pastoral orné de diamants , sa poitrine décorée d'une croix d'or, et tous les insignes de la dignité épiscopale. Que d'autres peignent ses vénérables cheveux blancs, ses regards vifs et pénétrants, son large et noble front, son imposante et sereine figure', l'ensemble de sa physionomie empreint d'un air de prophète. Pour moi, j'admire en lui des qualités d'un plus haut prix : la puissante universalité de son intelligence, les merveilleux effets de sa riche et rapide improvisation, la lumineuse précision de ses écrits... » Ensuite il le représente environné de la lumière céleste, plein du Dieu qui lui a confié son tonnerre, abaissant sous ses pieds la majesté des trônes , faisant pâlir les tyrans, et portant l'effroi jusque dans l'âme du dominateur des enfers, qui recule épouvanté , au premier accent de sa foudroyante éloquence.

C'est là l'enthousiasme d'un coeur reconnaissant; car, même à l'égard de Bossuet, il est permis de trouver l'image entachée d'exagération. Boutard nous semble plus correct et plus mesuré, quand il nous montre le grand évêque toujours modeste au milieu des applaudissements, humble au milieu des magnificences de la cour et d'une candeur qui caractérise ordinairement les esprits de premier ordre ; il le peint conti-


— 43 —

nuellement dévoué à son troupeau, malgré les oeuvres prodigieuses et les fonctions éminentes qui l'occupaient tout entier ; enfin il l'appelle l'ornement de l'épiscopat, le flambeau de l'Eglise, la terreur de toutes les sectes, le Père du dix-septième siècle. « Si l'Afrique se glorifie de son saint Augustin, s'écrie-t-il en terminant, si Constantinople revendique avec fierté son saint Chrysostôme ; la Dalmatie, son saint Jérôme ; la France n'oubliera jamais son Bossuet, qu'elle vante avec un légitime orgueil. »

Deux ans après la mort de ce grand évêque, la muse de François Boutard eut à déplorer un autre malheur ; c'était dans la nuit du 7 au 8 octobre de l'année 1700; un orage, qui eut des conséquences effroyables, éclata sur la ville de Troyes. Le fluide électrique embrasa le clocher de la cathédrale, dont l'aiguille s'élançait dans les nues à plus de trois cents pieds de hauteur. Malgré les efforts tentés, dès le début de l'incendie, la flamme active et dévorante gagna de proche en proche; bientôt la flèche qui dominait la cité en émoi ressembla à une torche ardente dont les lueurs grandissantes jetaient au loin de sinistres clartés. En trois heures, le clocher, jusqu'à sa base, était consumé ; le plomb et les cloches en fusion paralysaient toutes les tentatives. Le feu, stimulé par l'ardeur des métaux qui ruisselaient comme une lave, enveloppa du même coup les quatre divisions du grand comble. Les sommets du merveilleux édifice, enflammés à la fois, n'étaient plus qu'une vaste fournaise. De la haute toiture et du hardi clocher, il ne restait plus que des tisons et des cendres.

Dans toute la ville, réveillée en sursaut, le désastre produisit une sensation de stupeur; et, lorsqu'on fit le 29 octobre, une procession générale, présidée par François Le Bouthilier de Chavigny, alors évêque de Troyes, une scène émouvante eut lieu sur le parvis de la cathédrale: la foule qui suivait le religieux cortège, fut vivement impressionnée à la vue des ruines encore fumantes ; tout-à-coup elle interrompit le chant liturgique par dès exclamations douloureuses et la cérémonie s'acheva au milieu de la désolation publique.


- 44 —

L'abbé Boutard se fit l'interprète des regrets de la population troyenne, dans une ode latine qu'il adressa au premier pasteur du diocèse ; il y déplore éloquemment les suites de l'incendie et ses strophes lugubres, par une sorte d'harmonie imitative, semblent sonner le tocsin. L'évêque de Troyes, fils de Bouthilier de Chavigny et d'Elisabeth Bossuet, était cousin germain du neveu du grand Bossuet, chanoine et archidiacre de Meaux; il reçut avec des marques particulières d'estime et d'affection l'hommage du poète que protégeait l'oncle de son futur successeur.

Grâce à ces relations illustres, François Boutard, élevé à l'école de Bossuet, s'acquit une certaine réputation dans le monde littéraire de son temps; il ne se passait presque pas d'événement politique ou religieux que sa muse ne chantât dans des odes latines où l'on admire encore l'élégance du style, la grandeur des images et la sublimité des pensées. L'Année sainte, ouverte en 1700, sous le pontificat d'Innocent XII ; la victoire de Philippe V, chef de la maison des Bourbons d'Espagne, sur les Allemands, près de Lucera ; les faveurs accordées en 1702, par Louis XIV, à l'académie des Inscriptions et des Médailles; l'appel aux armes, adressé en 1715 aux princes chrétiens d'Europe pour les exhorter à une croisade contre les Ottomans qui menaçaient de détruire la ville de Mitylène, capitale de l'île de Lesbos ; l'éloge des frères Pithou qui s'étaient acquis une réputation européenne, dans la magistrature comme jurisconsultes et dans la science comme érudits ; l'ode où il appelle sur le Dauphin les bénédictions du ciel et les prières de la terre, afin que ce rejeton de race royale croisse pour le bonheur de la France; l'entrée triomphale de Louis XV à la cour, où ce jeune prince fut déclaré roi en 1715, sou; la régence de Philippe, duc d'Orléans; la mort de Louis XIV; le sacre de Louis XV; le tableau des vertus civiques et des qualités guerrières du régent de France ; l'horoscope du sérénissime duc de Bretagne; le jubilé indiqué en 1725 par le Pape Benoit XIII ; l'invitation aux puissances de l'Europe à cesser la guerre pour goûter les douceurs de la


— 45 —

paix ; toutes ces productions d'une muse fastueuse qui se promenait, comme l'abeille, de fleur en fleur, à travers les pompes de la royauté française, étaient accueillies avec enthousiasme par le public d'alors; ces pièces affectent essentiellement le caractère du dithyrambe; chaque strophe , chaque vers, chaque hémistiche a sa dose égale d'éloge et d'encens ; peutêtre les louanges s'épanchent-elles avec trop d'abondance et d'exagération ; mais elles sont si pleinement imprégnées des parfums de la littérature antique, qu'on leur pardonne de couler à flots, à ces stances vraiment dignes d'Horace et de Pindare.

Non seulement l'abbé François Boutard suivait ses inspirations personnelles dans le choix des poèmes qu'enfantait sa muse, mais encore il était souvent sollicité de mettre son talent de latiniste au service des grandes causes chrétiennes ounationales. En 1703, le secrétaire d'Etat,Paul Phélypeaux, seigneur de Pontchartrain, lui écrivit de la part de Louis XIV, en date du 4 février, pour l'encourager dans ses productions lyriques ; ce fut pour répondre à cette haute sympathie que le poète, quelque peu courtisan, lut dans les séances de l'Institut plusieurs odes qui furent traduites en diverses langues et répandues dans les pays étrangers. En 1706, le cardinal d'Estrées qui, par son esprit de conciliation, travaillait â pacifier l'Eglise, lui conseilla de recueillir dans un volume tous les préceptes de morale dispersés dans les oeuvres d'Horace, poète spirituel et judicieux, philosophe aimable et sans ambition. En 1710, à l'instigation du Pape Clément XI, il s'occupa de publier la version latine de l'Histoire des Variations, et de paraphraser en vers latins les plus beaux passages de l'Ecriture sainte; le cardinal Paulucci, interprète des sentiments du Souverain-Pontife, adressa un bref de félicitation à l'auteur. En 1713, l'électeur de Cologne lui demanda des légendes ou exergues pour diverses médailles et des inscriptions pour des statues. En 1716. l'ambassadeur d'Espagne le pria de lui composer le programme d'une fête pour la naissance de l'infant Dom Carlos. En 1717, Philippe, duc d'Or-


— 46 —

léans, régent de France, lui ordonna de mettre en latine pour le répandre plus facilement en Europe, le manifeste de la guerre contre l'Espagne, afin de déjouer la vaste conspiration ourdie par la duchesse du Maine et le duc de Cellaïnare, sous la direction du cardinal ministre Albéroni. En 1720, le cardinal Dubois, ministre des affaires étrangères et très -habile diplomate, le pressa de traduire en latin, dans le but d'amener la réunion des deux partis qu'avaient engendrés les ardentes disputes des jansénistes, le dernier corps de doctrineinterprétatif de la bulle Unigenitus. rédigé par le cardinal Louis-Antoine de Noailles, archevêque de Paris. En 1722, le duc d'Ossone lui demanda un programme pour la fête nautique donnée à l'occasion du mariage du roi d'Espagne; sa Majesté Catholique honora François Boutard d'une lettre autographe où elle le remercie en termes très-flatteurs de la magnificence de ses vers.

Ce serait une tâche trop longue qui dépasserait les bornes de cette briève esquisse, que de vouloir prendre toutes ces pièces pour les étudier à fond l'une après l'autre, et les classer chacune selon leur genre particulier. Qu'il suffise de dire qu'elles portent dans leur ensemble un sceau distinctif, un caractère marqué, auquel il est impossible de se méprendre, quand on en a lu quelques-unes avec une attention un peu soutenue. Ce sont bien des compositions qui se modulent à l'infini; certes, on ne saurait les taxer ni d'uniformité, ni de monotonie ; car, elles parcourent successivement tous les tons et revêtent en quelque sorte tous les costumes; mais les branches de l'arbre poétique ont beau s'étendre vers différentes directions et varier leurs formes, la souche demeure toujours la même. François Boutard répand, sur tout ce genre, de productions littéraires, une empreinte de nationalité, une vérité de peinture, une finesse d'observation, qui dédommagent largement de ce que ses strophes laudatives peuvent avoir d'insipide et d'exagéré.

Mais de toutes ses oeuvres lyriques, ce qui donne la plus haute idée de son talent, ce sont ses descriptions des rési-


— 47 —

dences royales : Chantilly, agréablement situé aux bords de la Nonette, où se retira le Grand Condé, comme dans un délicieux ermitage ; Meudon, bâti par le cardinal de Lorraine, sur les plans de Philibert Delorme et somptueusement embelli par Louvois, qui y fit élever l'une des plus belles terrasses de l'Europe; Fontainebleau, sans rival pour la magnificence de son vaste assemblage de bâtiments où quatre époques ont chacune imprimé leur cachet particulier de splendeur, comme sans égal pour la grande variété des sites pittoresques et des gracieux paysages de la forêt voisine; Versailles, avec son air si imposant de grandeur et de majesté, véritable épopée en pierre où se trouvent écrits en traits éblouissants les deux derniers siècles de notre histoire ; tous ces palais, où l'art a prodigué toute la splendeur de ses merveilles et la nature toute la richesse de ses décors, sont décrits avec leur physionomie distincte, avec leurs beautés caractéristiques dans des vers qui ne manquent ni d'élégance ni d'harmonie ; c'est là que le poète des Bourbons se montre tour à tour brillant, énergique, sublime comme Pindare, naïf, délicat et gracieux comme Anacréon.

François Boutard, nourri de Virgile et d'Horace, plein d'enthousiasme pour ces beaux génies, et doué d'un tact admirable pour les saisir et les comprendre, mérite d'occuper un rang distingué parmi les latinistes modernes qui ont le mieux senti ce que pourraient avoir d'heureuse influence sur l'a littérature, l'étude et les oeuvres de l'antiquité; aussi fut-il nommé, en 1710, pensionnaire vétéran de l'académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Ce titre n'était accordé qu'aux membres qui, après avoir utilement travaillé pendant dix ans au moins, se trouvaient, par suite des fatigues de leurs veilles studieuses, hors d'état de continuer leurs travaux. Pour assurer la véracité d'une pareille assertion, les académiciens qui voulaient obtenir le titre de vétéran, s'adressaient d'abord à l'Académie; celle-ci délibérait par voix de scrutin eomme pour une élection. Si les deux tiers des suffrages se prononçaient en faveur de celui qui postulait la vétérance, la délibération


— 48 —

de l'académie était envoyée au roi, afin qu'il statuât en dernier ressort selon son bon plaisir. En ce qui concerne l'assistance des vétérans aux assemblées académiques, les quatre plus anciens d'entre eux avaient seuls voix délibérative dans les élections et autres affaires particulières de l'Académie. François Boutard eut pour collègues comme vétérans l'abbé Renaudot, petit-fils du célèbre médecin Théophraste Renaudot qui fonda la première gazette en France ; Simon de la Loubère, restaurateur des Jeux Floraux ; et Richard Simon, savant hébraïsant.

Le docte abbé joignait à son titre d'académicien celui de commandeur de l'ordre de Notre-Dame-du-Carmel et de SaintLazare-de-Jérusalem ; ses poésies sacrées , notamment ses hymnes en l'honneur de saint André et de saint Clément, lui valurent sans doute cette dernière marque de distinction. Il n'en vécut pas moins dans un état voisin de l'indigence, si l'on en croit un Mémoire dans lequel il expose au roi Louis XV, les services qu'il a rendus à la patrie et à la religion; il se plaint avec amertume d'être réduit au strict nécessaire ; il jouissait cependant d'une pension de mille livres et de plusieurs bénéfices ecclésiastiques. Il mourut en 1729.

Nous ne voulons pas clore cette notice biographique sans reproduire, comme spécimen du genre de François Boutard, la traduction faite par M. Jaquot d'une ode qui se lie intimement à notre histoire littéraire. Notre lyrique y glorifie la mémoire des frères Pithou, et y célèbre la fondation dé l'ancien collège de Troyes. On va voir que l'auteur ne manque pas de verve, et qu'il possède une des qualités les plus essentielles du véritable poète.

Voici cette traduction inédite, fruit de quelques veilles studieuses de notre laborieux et savant compatriote, M. Jaquot, décédé à Paris en 1869 ; nous l'avons trouvée parmi les


— 49 —

manuscrits qu'il avait donnés à la Société Académique de l'Aube, pendant sa dernière maladie :

AUX MANES PIEUX DE PIERRE ET DE FRANÇOIS PITHOU, HOMMES TRÈS-DOCTES.

" Illustres Pithous, dont le nom est vénéré des muses grecques, je vous célébrerai, moi poète troyrn. Mes hommages vous sont dus, à vous que Minerve a protégés comme ses élèves, que Thémis a choisis pour ses interprètes, et que l'éloquence aux lèvres de miel a formés à l'image du romain Varron.

Que d'autres reproduisent vos traits sur le marbre, et gravent vos titres nombreux sur l'airain : moi j'adresserai à vos mânes mon encens et les vers pieux de la reconnaissance. Je couvrirai de rameaux-d'olivier votre commun sépulcre, d'où jaillissent et brillent encore dans l'air quelques légères étincelles de votre génie. Mais vos belles âmes, que ne peut enchaîner la pierre du tombeau, s'élancent pour traverser l'immensité des âges ; et, tandis que vos ossements, reliques chères aux neuf soeurs, reposent dans une urne sacrée, la renommée vengeresse qui vous survit recommande votre nom à l'univers et brave le trépas.

Qui pourrait énumérer les précieux volumes, monuments éternels de votre travail assidu, et les sources fécondes de doctrines qu'ont ouvertes vos nobles écrits, inspirés par l'amour du bien public?

C'est ainsi que vous êtes devenus les flambeaux de la France lettrée : c'est ainsi que vous brillerez à jamais dans le sanctuaire de la justice; car vous avez éclairé d'une vive lumière les lois romaines et françaises, et désormais le barreau ne sera plus un antre obscur.

Grâce à vos travaux, la Champagne voit avec joie se dérouler les antiques annales de ses souverain;;; et la ville de Troyes, fière de vos succès, admire son ancienne coutume dont vos commentaires ont dissipé l'obscurité.

1873. 4..


— 50 —

Cependant, infatigables habitants du Pinde, vous ne cessez pas d'explorer les manuscrits et de les arracher aux ténèbres. Ainsi, vous sauvez de l'oubli les fables de Phèdre, perles éclatantes tirées de l'immonde poussière.

Mais je veux surtout célébrer le Collège de Troyes, plus illustre que l'antique Lycée, et la demeure des Pithous, qui donne l'hospitalité aux muses errantes, comme autrefois la chaste cabane de Beaucis offrit un asile aux immortels. Là, dignes pères de la patrie, par vos soins la génération nouvelle se formera éternellement aux études que chérit Apollon. Là, tels que des laboureurs prévoyants, vous vous êtes empressés de préparer une pépinière de jeunes plants; et, pour que les tendres nourrissons ne pussent manquer des aliments de l'esprit, c'est à eux seuls que vous avez légué vos richesses helléniques et tous les trésors de votre bibliothèque. Aussi, vous êtes chantés par le troupeau nourri au banquet de Socrate ; et vos bienfaits ne cesseront d'être redits par les jeunes gens qui, instruits depuis longtemps dans la docte palestre, ceignent leur front de laurier aux applaudissements de la foule.

0 cité jadis agréable aux Césars, aujourd'hui plus agréable à Phébus, élève fièrement jusqu'au ciel ta triple tête. Ni la ville de Reims avec ses antiques murailles, ni celle que la Marne parcourt de ses eaux ne peuvent rivaliser avec toi. Tu es la gardienne des rois et de la religion de nos pères, tu es l'amie et la protectrice des beaux-arts. Ta gloire croîtra tant que la Seine baignera tes tours. Tu as été mon berceau : c'est dans tes murs que, jeune encore, j'ai puisé avidement aux sources d'Hippocrène; qu'enflammé d'une noble audace, j'ai, sous mes doigts légers, fait retentir pour la première fois le luth d'Horace et élevé jusqu'au ciel la gloire des héros. Mais, si mes vers ont jamais été dignes d'être répétés dans le Latium, c'est à vous, dignes fils d'AppolIon, c'est à vous que je le dois. Je l'avoue, et volontiers je vous consacre, ô mes maîtres, tout ce que j'ai reçu de lauriers pour prix de ma lyre victorieuse. »

Troyes, le 9 décembre 1872.


LES TABLEAUX DU LOUVRE

ET

LES DONS DE M. VALTAT

AU MUSÉE DE TROYES

PAU

M. LE BRUN-DALBANNE Membre résidant de la Société Académique de l'Aube.

MESSIEURS ET CHERS COLLÈGUES (1),

Je vous dois un compte-rendu de la mission que vous m'avez confiée dans l'intérêt du Musée. Permettez-moi de vous le faire dans les termes les plus simples et les plus succincts.

L'Etat a bien voulu distraire quinze tableauxdes collections du Louvre, pour les mettre en dépôt dans notre Musée. Il y en a quatre très-grands, qui sont : Le premier, un Joas dérobé du milieu des morts par Josabeth, signé : Delaroche le jeune, 1822, c'est-à-dire Paul Delaroche, l'auteur célèbre de l'Hémicycle des Beaux-Arts, de la Mort de Jane Grey, des Enfants d'Edouard, du Cromwel ouvrant le cercueil de Charles I er, du Duc de Guise assassiné à Blois, du Mazarin mourant, de la Jeune

(1) Ce rapport a été lu à la Société Académique de l'Aube, dans sa séance du 21 novembre 1872.


— 52 —

martyre emportée par les eaux du Tibre (qui est le portrait de sa femme expirée, qui était fille d'Horace Vernet), et de tant d'autres chefs-d'oeuvre devenus célèbres 1. Ce tableau, quine mesure pas moins de 3m 60 de hauteur sur 2m 60 de largeur, fut exposé au Salon de 1822, puis acheté par le gouvernement pour être placé au musée du Luxembourg, où il a figuré jusqu'en 1856, époque de la mort de Paul Delaroche. Ce fut le début heureux du peintre. Le dessin en est noble, l'exécution énergique et voulue, la composition bien nouée. Les artistes en furent frappés beaucoup plus que le public. Il paraît que Géricau.It s'était arrêté longtemps devant la Josabeth, et qu'il en avait fait l'éloge. Delaroche, qui l'apprit, se fit présenter, à Géricault, et il reçut directement ses conseils ou plutôt ses bonnes paroles, car la bienveillance était le fond de son caractère, surtout avec ceux qu'il appelait ses camarades.

Ce tableau, très-connu, est donc une précieuse acquisition pour le Musée; seulement, il est regrettable qu'il ait noirci depuis quelques années.

Le second tableau représente Caïn tuant son frère Abel: il est signé du monogramme AB, c'est-à-dire Adolphe Brune, peintre encore vivant, né à Paris. Adolphe Brune a obtenu une médaille de deuxième classe en 1834, une médaille de première classe en 1838 et en 1848. et il a été nommé chevalier de la Légion-d'Honneur en 1861. Ce tableau, qui a 3m 55 de haut sur 2m 55 de large, a été exposé au Salon de 1846, et acheté par le gouvernement. C'est une peinture fière, vigoureuse, aux carnations fraîches, bien empâtées. Le dessin en est correct, les raccourcis sont savamment exprimés. Adolphe Brune a deux tableaux au musée de Versailles.

C'est encore une bonne acquisition pour notre Musée.

Le troisième grand tableau, qui mesure 3m 20 de hauteur sur 2m 28 de largeur, est de Charles-Amédée-Philippe Vahloo, qui fut le frère cadet de Carie Vanloo, le plus habile et le plus célèbre des peintres de la dynastie des Vanloo. Il représente l'Aurore et Céphale, et il est signé : Amédée Van-


— 53 —

Ioo, 1777. Je le trouve, en effet, dans le Livret des peintures, sculptures et gravures, de Messieurs de l'Académie royale, de l'année 1777, indiqué comme étant de M. Vanloo, peintre du roi de Prusse, professeur; avec cette annotation : Ce tableau, de 7 pieds sur 10 de haut, est pour le roi. C'est un joli tableau dans lequel pourtant la grâce est cherchée au dépens du contour, et la manière au dépens de la tradition. La révolution Gréco-Romaine de Louis David avait relégué ce maître dans les magasins du Bric à brac; et son nom, après être devenu la racine du verbe Vanlooter, et presque une injure dans les ateliers, a repris depuis quelques années la faveur qui s'attache à l'école Française du XVIIIe siècle, et notamment aux peintres des fêtes galantes, car les peintures d'Amédée Vanloo sont riantes, claires, faciles et gaies, comme la cour de cette belle Pompadourette (ainsi que l'appelle Voltaire dans une de ses odes) dont il fut le protégé.

II faudra donc s'amuser à le voir, plus qu'à le copier.

Enfin, le quatrième grand tableau est de notre Paillot de Montabert, assez coloriste pour devenir un grand peintre, mais trop savant et trop habile écrivain pour ne pas s'attarder aux livres en oubliant ses pinceaux; il mesure 2m08 de hauteur sur 2m56 de largeur, et représente Diane et Endymion. Peint à l'époque de l'Empire, il a la grâce un peu efféminée des sculptures de Canova, ou des peintures de Delorme. La chevelure de Diane a été arrangée par le plus habile coiffeur de l'époque, et cette lumière douce et fardée qui éclaire le bel End3rmion n'est ni celle de la lune ni celle du soleil. Les montagnes sont bien jolies, et il ne manque aux moutons que les rubans bleus et roses d'Estelle ou de Némorin. J'entends d'ici les imprécations des austères élèves du grand David, « quand i on fait si frais et si coquet, on doit porter des ajustements de » femme, car on n'est en état de porter ni l'épée d'Achille, ni » la palette du maître. »

Peint à l'encaustique, ce tableau n'en est pas moins un trèsbel échantillon du talent de Paillot de Montabert.

Nous avons ensuite de l'école de Pierre Mignard Jacob quit-


— 54 —

tant la demeure de Laban, avec de grands arbres, un beau paysage, beaucoup de mouvement dans les figures. C'est une toile de 1m 70 de haut sur 2 mètres de large. Peut-être ce tableau est-il d'Antoine Dieu, qui vécut de 1662 a 1727, et eut l'honneur de voir quelquefois ses tableaux attribués à des maîtres d'Italie.

Puis, d'après Pierre de Cortone, la défaite de Darius, toile de 1m85 de large sur 0m90 de haut. C'est une copie vigoureuse, peut-être un peu vive, mais où se trouve le dessin et la fougue du maître.

De Pierre Mignard : le portrait du grand Dauphin, que je crois une copie plutôt qu'un original.

D'après Louis Michel Vanloo, le portrait du duc de Praslin. Celui-là était encore un des frères de Carie Vanloo, et il devint le peintre en titre du roi d'Espagne.

Un paysage de l'école d'Italie, dont le vernis est trop obscurci pour en laisser apprécier les qualités.

Il nous a ensuite été donné de la collection La Gaze : de ; Jean-Baptiste Tiépolo, qui vécut à Venise de 1632 à 1769, un Saint en prières, avec deux ailes si bizarrement soudées à sa robe de moine, qu'il nous semble représenter l'Ange de l'école, c'est-à-dire Saint-Thomas d'Aquin, l'auteur de l'office de la Fête-Dieu, instituée par notre grand Urbain IV. C'est une peinture facile, rapidement brossée, et dans laquelle le coloris court à son but sans trop se soucier du modelé.

De Pierre Mignard, une Sainte-Martyre, évidemment imitée de Guido Reni, avec des yeux levés au ciel, des traits arrondis, et l'absence de ces lèvres purpurines, en forme de cerise, que Mignard a toujours données à ses têtes d'expression ou à ses portraits de femme ;

De lui encore, un portrait d'homme, très-vigoureux et bien peint, mais dont l'attribution peut être contestée ;

Un tableau de Fleurs, signé van Huysum et attribué à Rachel Ruysch ; mais qui n'est ni de l'un ni de l'autre, encore bien qu'il soit certainement original et peint d'après nature;


— 55 —

malheureusement, il a été un peu frotté et émoussé dans ses plus fins glacis.

Enfin, il nous a été donné deux tableaux de la collection Campana, qui, malgré les quatre millions dépensés à l'acquérir, nous a fait si peu riches, qu'on se prend à désirer de voir enlever les tableaux qui en viennent, afin de faire place à d'autres, ou seulement de donner de l'air aux tableaux que leur voisinage offusque ou allanguit ; c'est d'abord un petit paysage italien qui ne se recommande par aucune qualité saillante ; puis les portraits de Dante et Béatrice, copies ou pastiches de peintures du XVIe siècle, mais où n'éclatent ni le rayonnement de la physionomie du grand poète florentin, ni l'idéale beauté de cette Béatrice Portinari qu'il pleura toute sa vie, et qu'il immortalisa dans sa divine comédie, en lui faisant parcourir les cercles de ce second royaume où l'esprit humain se purifie et devient digne de monter au ciel (1). Seulement, si la peinture laisse à désirer, le cadre italien est charmant avec ses rinceaux de feuillages et de fleurs, fouillés et ciselés comme une pièce d'orfévrerie.

Tels sont les tableaux que j'ai rapporteé de Paris et que vous pouvez dès aujourd'hui voir au Musée.

Mais comme une bonne fortune n'arrive jamais seule, dans le temps même où nous recueillions cet important complément de notre Musée de peinture, celui de sculpture s'enrichissait, par la générosité de M. Valtat, d'abord du beau groupe de son jeune et malheureux fils, qui promettait un artiste distingué à la France, et qui tombait avant l'heure, comme Henry Regnault, les mains pleines de couronnes et de promesses, victime de son dévouement à la patrie. Vous savez le sujet de ce groupe, la dernière oeuvre d'Edouard Valtat, qui parut avec honneur au salon de 1869, sous le titre de Faune et Dryade. Le Faune est charmant, et si l'on peut regretter que sa tête rieuse rappelle un peu trop le célèbre

(1) DANTE. Purgat., cant. 1, Terz. 2.


— 56 —

faune de Vienne en Dauphiné, sa pose, le mouvement de sa personne et la grâce de la Dryade qui écoute, charmée, les doux propos qu'il murmure à son oreille, en font assurément l'oeuvre la plus délicate et la plus achevée qui soit sortie du ciseau de Valtat.

Puis le même donateur enrichissait encore notre Musée de trois magnifiques bas-reliefs du maître des maîtres, de Phidias, qui restera à jamais un objet d'études et presque de désespoir pour les sculpteurs de tous les temps. Ils représentent une bataille : ici, des guerriers à cheval ; là, des guerriers à pied; les uns debout, les autres renversés, se combattant avec acharnement, dans ces poses divines, qui font penser aux combats de l'Iliade, auxquels les Dieux ne dédaignaient pas de se mêler. L'origine de ces bas-reliefs est trop intéressante pour que nous ne la racontions pas. Quand David voulut peindre ses célèbres tableaux de Léonidas et des Sabines, il obtint le moulage dos métopes du Parthénon et des bas-reliefs d'un temple de la Victoire, voisin d'Athènes. Il en fut si reconnaissant, qu'il emprunta à Phidias les personnages de Romulus et de Tatius pour les transporter dans son tableau des Sabines. Vous dire leur succès, quand le tableau fut exposé, ce serait vous répéter que les types immortels créés par Phidias exciteront toujours l'admiration, tant que régnera la notion du beau sur la terre.

Lorsque David, en 1815, prit le chemin de l'exil et se retira à Bruxelles, il donna à son élève, Paillot de Montabert, devenu son ami, les bas-reliefs de Phidias, qui arrivèrent plus tard à Edouard Valtat, afin d'avoir sans cesse sous les yeux les plus belles parties de ce merveilleux poème de l'homme interprété par l'art antique.

Voilà comment notre Musée est devenu l'héritier de Louis David.

Enfin, M. Valtat amis le comble à sa générosité en donnant à notre Musée de sculpture, l'unique moulage du beau Christ de Girardon, qui est à Saint-Remy. Là, au moins, on


— 57 —

pourra le voir et l'étudier à son aise. Ni le jour, ni l'heure n'en sauraient empêcher.

Je vous demande donc, Messieurs, de vouloir bien voter des remerciements à M. Charles Blanc, si bienveillant pour nous, puisqu'il a traité notre Musée, comme il me le disait lui-même, avec son fin et charmant sourire, avec une complète partialité; puis à M. le Préfet de l'Aube, qui n'a épargné ni soins, ni démarches, ni lettres de rappel, pour arriver au succès; enfin, à M. Valtat, qui n'a jamais oublié qu'il était un enfant de Troyes, et qui nous a toujours fait la part si généreuse et si large, qu'il n'a voulu garder que les témoignages de notre reconnaissance en échange de toutes les belles choses dont il s'est dépouillé pour nous.





L'ANCIEN BAS-RELIEF

DE LA

RUE DU GRAND-CLOITRE-SAINT-PIERRE

PAR

M. LE BRUN-DALBANNE Vice-Président de la Société Académique de l'Aube.

On voyait autrefois, rue du Grand-Cloître-Saint-Pierre, à Troyes, un bas-relief représentant un berger, abattant avec sa houlette les glands d'un chêne, que dévoraient avidement une laie et ses petits. Le chien du berger dormait derrière lui. Cette sculpture, taillée dans une pierre d'un seul morceau, ayant la forme d'un arc surbaissé, avait dû surmonter une porte. Elle était encastrée à hauteur d'appui dans le mur de clôture d'une vaste maison, qui s'appelait en 1471 l'hôtel des Tournelles, à cause de deux tourelles (1) qui l'ornaient sur la rue à laquelle elles avaient donné un nom. Cet hôtel était depuis longtemps canonial. Il avait été bâti sur une partie de l'emplacement du monastère dans lequel les chanoines vivaient en commun dès le VIe siècle, sous la conduite de leur évêque, qui était le premier des Frères de l'église de Saint-Pierre (2).

(1) CORRARD DE BREBAN. Les Rues de Troyes, p. 120.

(2) COURTALON. Topographie du diocèse de Troyes, t. II, p. 111.


— 60 —

Les chapitres, ou colléges de chanoines, dans ces temps éloignés, avaient des dortoirs, des réfectoires communs, des cloîtres bien fermés. Ils chantaient leurs matines à minuit et ne sortaient guère plus le jour que la nuit, car le cloître formait une dépendance immédiate de leur église. Plus tard, la rigueur de la règle s'étant relâchée, surtout après les dévastations des Normands, qui 'avaient dispersé et ruiné les chanoines de Saint-Pierre et les avaient obligé à travailler de leurs mains pour vivre : « Pour lors et après » ces grands incendies et ruines, » dit Des Guerrois, " que » firent à Troyes les Normans, le chapitre des cinq cha» noines de Saint-Pierre n'estoit pas trop accommodé de » moyens, tellement que chacun d'eux estoit contrainct de » faire quelque trafic pour la sustentation de sa vie et, par » ce moyen, le choeur et le service divin n'estoit pas si bien " fréquenté comme il estoit convenable (4); Manassès , quarante-sixième évêque de Troyes, entreprit, par les conseils et avec l'aide de Saint-Adérald, son archidiacre, de rétablir l'ancienne communauté des chanoines « qui avait été, » comme il le disait lui-même, « faite, défaite, refaite et n'avait pas été » de durée (2). » Manassès réussit, car il était « libéral, au» mosnier et avoit des rentes telles que pouvoit avoir un » homme nay de l'une des plus nobles maisons de Champa» gne, des comtes d'Arcyes, seigneurs de Rameru, Pougy et » autres domaines (3). » Et il n'enrichit pas seulement ses chanoines, il fit encore « du bien à foison à son épouse et » église de Saint-Pierre (4). » Or ceci se passait en l'année 983, et la fin du XIe siècle n'était pas encore arrivée, que les chanoines se séparaient de nouveau, après avoir partagé les biens qu'ils tenaient de la munificence de Manassès, et distrait pour toujours leur manse de celle de l'évêque. Il faut

(1) DES GUERROIS. La Saincteté chrestienne, p. 212 v°.

(2) BINET. Sainte hiérarchie de l'Eglise, p. 181.

(3) DESGUERROIS. Sainct. chrest., p. 243 r°.

(4) Bid., p. 243 v°.


— 61 —

bien croire, eomme le disait leur bienfaiteur, lorsqu'il hésitait à restaurer leur communauté, qu'on « trouve des gens qui » sont sans reproche, quand ils font ce qu'ils veulent; si tost » que vous leur voulez faire quelque chose contre leur vo" lonté, tout est perdu, toute leur vertu s'évapore en passion, » et ils aimeraient mieux aller en purgatoire, vivant en li» berté, que tout droit en Paradis, estant dans quelque con» traincte (1). »

Toujours est-il qu'à partir du XIIe siècle la communauté des Frères de Saint-Pierre ne fut plus qu'un souvenir. L'ancien monastère fut transformé en habitations séparées, voisines les unes des autres, auxquelles une rue donnait accès et qu'on fermait aux extrémités à de certaines heures. Les chanoines vivaient là dans un quartier spécial, à l'abri de tout contact compromettant, et l'on n'y admettait que les personnes nécessaires à leur service. Toute contravention était poursuivie par le prévôt ou le promoteur, ainsi que nous en rencontrons plusieurs exemples dans les mémoires historiques de Grosley. Cet état de choses se perpétua longtemps, puisque nous voyons qu'en 1364, « le 19e jour de novembre, fut ordonné au cha» pitre de Saint-Pierre de Troyes, qu'on diroit les matines à » minuit, comme autrefois on avoit accoustumé; car elles » avoient été transférées à dire au matin ainsi qu'on fait » maintenant, ce qui est un tesmoignage tant de la piété des » chanoines, qui ne craignoient pas de se lever de nuict, que » de ce qu'ils demeuraient dans un cloîstre fermé comme » l on voit celuy de Nostre-Dame de Paris : c'est pourquoy " encore pour le jourd'huy les rues où sont les maisons cano» niales on les appelle le Cloîstre, mesme dans Saint-Pierre y » a un officier nommé le cloistrier, qui a charge d'appeller » les chanoines au chapitre ou à d'autres besoins (2). »

Mais revenons à notre bas-relief. Depuis quelle époque avait-il été placé dans le mur de l'hôtel des Tournelles?

(1) BINET. Vie de Saint-Adérald, p. 183.

(2) DES GUERROIS. Sainct. chrest.. p, 378 r°.


— 62 —

Etait-ce en 1652, époque de la reconstruction de cette demeure canoniale, ainsi qu'il résulte de l'inscription répétée; sur les bandeaux des lucarnes qui ornent le toit? Qui saurait le dire aujourdhui. Puis, quelle était sa provenance? Autre point d'interrogation, auquel il n'est pas plus facile de répondre, à moins que son explication ne suffise à en écarter l'incertitude.

Ce qu'on peut dire en toute sûreté, c'est que notre bas-relief n'avait guère été respecté depuis son déplacement, et bien qu'il eût eu l'honneur de donner un nom assez étrange à la portion de la rue du Grand-Cloître-Saint-Pierre, qui s'étend de la rue des Tournelles au quai de Nervaux, les animaux qu'on y voyait sculptés avaient appelé sur lui les pierres et les outrages des nombreux enfants qui sillonnaient soir et matin le quartier, depuis que le successeur de Jean-Baptiste de la Salle y avait établi une école (1). La maison des Tournelles après avoir abrité, au sortir de la Révolution, une communauté religieuse, était devenue la propriété d'un respectable chanoine, qui était l'implacable ennemi de toutes les singularités et des gaillardises de la sculpture du moyen-âge. C'était un marteau à la main qu'il prétendait venger le passé des critiques et des satires que les artistes s'étaient permis contre les abus ou les vices de leur époque. Aussi ne fût-ce qu'en fronçant le sourcil, qu'il se décida à venir habiter une maison que ses titres lui disaient située rue du Grand-Cloître-SaintPierre, et que le public s'obstinait, malgré lui, à placer rue des Cochons. Lors donc, qu'en 1839, il lut obligé de reconstruire le mur qui soutenait le malencontreux bas-relief, il ne voulut pas manquer une si belle occasion de le faire à jamais disparaître.

Nous avions cependant, sur les indications de M. Corrard de Breban, espéré le retrouver à peu près dans son dernier état. Nous le fîmes rechercher dans le mur de 1839, afin

(1) L'école de Saint-Pierre fut ouverte en 1741. (Voir notre Histoire des Ecoles chrétiennes à Troyes, p. 21.)


- 63 —

d'en enrichir le musée. Malheureusement, nous n'avons plus trouvé que la pierre qui le portait. Elle était encore intacte et paraissait avoir été seulement retournée, mais lorsqu'elle fut entièrement dégagée, nous eûmes le chagrin de constater, qu'avant de la faire sceller dans la muraille, l'inexorable chanoine l'avait fait effacer à coups de marteau, en sorte qu'il ne restait plus même une silhouette de l'ancienne sculpture.

Ce qui restera pourtant de ce curieux bas-relief, c'est le joli dessin que nous publions et qui est dû au crayon si exact et si fin de M. Charles Fichot. Exécuté vers 1838, en face du bas-relief lui-même, nous avons eu la bonne fortune de le recueillir de la collection de M. Fortin, complété par l'inscription suivante qui est de sa propre main : « Copie d'une sculp» ture qui se trouve sur une pierre antique à Troyes, dans la » rue des Cochons, cloître Saint-Pierre, au coin de la petite » rue Saint-Loup (1). »

Après ce préambule qui nous a paru nécessaire, arrivons à notre bas-relief, que ses malheurs rendent peut-être aussi intéressant que son interprétation, encore qu'elle soit depuis longtemps en possession d'exercer la sagacité des savants.

M. Paillot de Montabert s'en était beaucoup occupé et il s'autorisait de la rudesse du travail et des détails du costume de l'unique personnage qu'on y voyait, pour le faire remonter

(1) Outre le dessin de M. Fichot, il existe encore trois dessins du bas-relief de la maison des Tournelles : le premier, exécuté en 1823, par M. Eugène Lami, mort conseiller à la Cour d'appel de Paris; le second, par M. Arnaud, l'auteur du Voyage archéologique dans l'ancien diocèse de Troyes; il a été publié dans le tome X des Mémoires de la Société Académique de l'Aube; enfin, le troisième, exécuté par M. Pourvoyeur, vers 1760, fait partie d'un recueil d'estampes, cartes et plans, intitulé : Antiquités et pièces relatives à l'histoire de Champagne, recueillies par Michel Tremet, prêtre et chanoine du Trésor de l'église de Troyes en 1764. — Ce Recueil en trois volumes in-folio, après avoir passé dans la collection de M. PatrisDubreuil, appartient aujourd'hui à M. l'abbé Coffinet, membre de la Société Académique de l'Aube.

Le dessin de M. Pourvoyeur est le plus exact des trois; on y voit très-distinctement la cuiller de la houlette dont nous aurons à parler.


— 64 —

à l'époque gallo-romaine. Il croyait découvrir dans cette scène champêtre un des mythes du culte de Cérès, à laquelle lé cochon était particulièrement consacré. Il pensait au prieuré de Saint-Quentin, il l'imaginait construit sur les ruines d'un temple de Cérès, dont notre bas-relief aurait fait partie. Toutefois, se défiant de son jugement, il dessina le bas-relief, pour avoir l'opinion de Visconti. L'illustre savant l'examina sans doute sommairement, il compléta ou refit dans sa pensée le dessin qu'il avait sous les yeux, et répondit à Paillot de Montabert que son explication était bonne, qu'incontestablement cette scène avait trait au culte de Cens et qu'elle décélait un ciseau celtique (1). Puis, n'avait-on pas trouvé, engagées dans la maçonnerie qui soutenait le bas-relief, deux têtes antiques représentant Jupiter et Cérès, avec les attributs distinctifs de leur divinité (2). Il n'y avait donc plus d incertitude, on était en présence d'un véritable monument de l'art romain. Examinons donc quelle peut être la valeur de cette opinion.

Commençons par dégager notre bas-relief de l entourage de fantaisie qu'on lui avait donné. Des deux têtes de Jupiter et de Cérès, l'une existe encore et n'a jamais ressemblé au dieu de l'Olympe. C'est une sculpture médiocre, sans caractère, datant vraisemblablement du XVe siècle et représentant soit un apôtre, soit même le Christ. Les injures du temps et les lapidations des enfants l'ont tellement altérée, qu'à peine peut-on déterminer son iconologie. Seulement nous pouvons conclure du Jupiter à la Cérès et attribuer sans crainte cette seconde tête à quelque sainte locale dont la statue n'avait pas été plus respectée que lui.

Quant au prieuré de Saint-Quentin, il avait-été fondé vers la fin du VIIe siècle. Il abritait une communauté de religieuses auxquelles saint Frobert, l'illustre fondateur et premier abbé de Montier-la-Celle, avait donné une règle (3), et rien dans

(1) Mém. de la Soc. Académ. de l'Aube, tom. X, p. 202.

(2) Ibid.

(3) CAMUZAT. Vita Sancti Frodoberti, Promptuarium antiq. Tricass. dioecesis, p. 7 et suiv.


— 65 —

nos annales ne laisse supposer qu'un temple de Cérès eût été remplacé par une église en l'honneur de saint Quentin, lorsque surtout l'on songe que saint Potentien et saint Sérotin avaient été envoyés par Savinien, l'apôtre du pays Sénonais, dès le IIe ou le IIIe siècle, afin de prêcher l'évangile dans la ville de Troyes, qui était encore païenne (1). La première église construite par eux, si l'on peut l'appeler ainsi, fut un petit oratoire qu'ils dédièrent au Sauveur, et qui était situé sur l emplacement de la chapelle du Sacré-Coeur, à la cathédrale (2). Cérès, et ses fêtes étranges, n'aurait certainement pas conservé un temple à si peu de distance de l'église du Sauveur, et cela durant quatre ou cinq siècles depuis la fondation de ce sanctuaire.

Puisque notre bas-relief n'était ni entouré de têtes antiques, ni un dernier vestige d'un temple de Cérès qu'aucun historien ne signale avoir jamais existé à Troyes, voyons donc s'il est lui-même antique; aussi bien nous aurions peut-être dû commencer par là.

Je remarque d'abord qu'il est habilement composé et sculpté avec beaucoup de précision et de justesse, en sorte que sa perfection doit le faire remonter à une très-haute époque, si elle ne le rapproche singulièrement de la nôtre. L'arbre qui se dresse au milieu du bas-relief est bien dessiné ; c'est un chêne, son tronc est noueux, ses branches sont exactement disposées ; il y a de la vérité dans son feuillage; et si les glands sont quelque peu développés et plus gros que nature, c'est parce que l'artiste a voulu qu'on ne pût pas se méprendre sur l'essence de l'arbre. Puis les animaux sont attentivement étudiés; ils ont le caractère et la tournure qui leur appartiennent : le chien est fidèlement retracé, il est au repos, il dort, et cela dans la pose habituelle au sommeil du chien. L'attitude du personnage est excellente ; son action est clairement exprimée : il veut abattre des glands pour ses pourceaux.

(1) DEFER. Vie des Saints du diocèse de Troyes, p. 9.

(2) Ibid.

1873. 5.


— 66 —

Quant à son costume, je n'y rencontre rien qui rappelle celui des Romains. M. Paillot de Montabert le croyait vêtu du sagum (1); or, le sagum était un manteau de laine grossière , ou plutôt une pièce d'étoffe carrée ou tout au moins rectangulaire qui, détachée du corps, pouvait être étendue comme un drap. Pour s'en servir, les Romains la pliaient en deux et l'attachaient sur l'épaule au moyen d'une fibule ou broche (2). Mais le sagum n'avait pas de manches, il tombait sur la poitrine et sur le dos. C'était surtout un vêtement militaire qui jamais n'était serré autour de la taille au moyen d'une ceinture.

Est-ce donc là le vêtement de notre personnage? Je ne lui vois qu'une blouse ou colle en usage chez les paysans, plus longue ou plus courte, avec des manches plus étroites ou plus larges, suivant que c'était une cotte ou un rochet. Ainsi, on trouve dans les peintures de la voûte de l'église abbatiale de Saint-Savin, en Poitou, des personnages revêtus de la cotte descendant aux genoux, avec ceinture à la taille, recouverte par les plis de l'étoffe, comme dans notre bas-relief. C'était le costume des paysans au milieu du XVe siècle, il était peu coûteux et ne gênait aucun de leurs mouvements, lorsqu'ils se livraient aux travaux des champs (3). Les jambes sont couvertes par des chausses qui étaient le vêtement des jambes et des pieds au moyen-âge. Quelquefois elles étaient assez longues, comme dans notre bas-relief, pour ne former qu'un avec les braies, on les nommait alors braies à pied ou braies chaussées; elles étaient maintenues non pas seulement par des jarretières, mais par des lanières qui, partant de la cheville, s'enroulaient autour de la jambe pour venir s'attacher au-dessous du genou (4). Les gens du peuple et les paysans avaient conservé ces anciennes chausses, qui leur étaient venues des populations de la Gaule. Les manus(1)

manus(1) de la Soc. Académ. de l'Aube, tom. X, p. 201.

(2) RICH. Antiq. rom., p. 548.

(3) VIOLLET-LEDUC. Dict. du Mobilier, t. III, p. 285, et t. IV, p. 312.

(4) lbid, t. III, p. 151.


— 67 —

crits du moyen-âge sont remplis de miniatures qui représentent les gens de la campagne dans cet accoutrement.

Enfin, il est un détail plus significatif encore, c'est que notre personnage tient à la main pour abattre les glands de l'arbre, non pas comme l'avait dessiné Paillot de Montabert, pour son ami Visconti, un pedum ou houlette antique (1), qui était un bâton recourbé, dont se servaient les bergers afin d'attraper ou de saisir par la patte les chevreaux et les moutons récalcitrants, mais une véritable houlette moderne avec sa cuiller de fer, permettant de lancer des mottes de terre aux brebis lorsqu'elles s'écartent du troupeau. Or, la houlette à cuiller de fer ne date que du XVe siècle (2), ce qui précise l'époque de notre bas-relief et détermine sûrement le temps auquel il appartient.

Nous nous en doutions bien à la finesse d'observation que ce travail dénote; car, dans les siècles antérieurs, les artistes dédaignaient de s'astreindre aux détails, et il leur suffisait de l'absolu de quelques types pour exprimer leur pensée, l'individualité pour eux s'effaçant toujours devant l'espèce.

Puisqu'il n'est pas antique, arrivons actuellement à l'explication de notre bas-relief; et, sans nous égarer dans des recherches lointaines, disons que ceux qui croyaient y voir l'enfant prodigue dans une des phases de son histoire, étaient plus près de la vérité que les savants qui voyaient en lui un des prêtres de Cérès ; car c'est bien un pâtre au milieu de son immonde troupeau, que nous avons sous les yeux.

Toutefois, est-ce bien ainsi que le Moyen-âge s'est plu à représenter la scène de l'Enfant prodigue, amené par la détresse à la dure condition d'un gardeur de pourceaux? L'enfant prodigue a dissipé toute sa fortune. Comment? Il suffit d'un mot à l'Ecriture pour l'exprimer, vivendo luxuriose (3). Et ce mot, pour ceux qui imitent l'enfant prodigne, est tou(1)

tou(1) de la Soc. Académ. de l'Aube, t. X. (Voir la planche, p. 201.)

(2) VIOLLET-LEDUC. Dict. du Mobilier, t. II, p. 483.

(3) LUC, XV, 13.


— 68 —

jours profondément vrai. La famine ravage le pays et ferme tous les coeurs à la pitié. Loin que l'on songe à l'aumône envers les inconnus, les services domestiques même sont au rabais. Aussi, quand le prodigue sollicite l'humanité d'un riche propriétaire, on lui propose de vendre sa liberté et d'accepter l'emploi de porcher, s'il veut obtenir quelque subsistance. Il n'y a pas à balancer, et pourtant cette objection même ne le sauve pas du besoin. Exténué de faim, accablé de remords, c'est la débilité qui l'affaisse autant que le souvenir du passé comparé à l'horreur du présent. Près de lui paissent, insouciants, ses pourceaux dont il envie la. paisible curée (1). C'est ainsi que les artistes du moyen-âge ont constamment représenté cette scène dont ils tenaient à faire ressortir, en traits saillants, la haute moralité.

Ainsi, dans l'admirable verrière de la cathédrale de Bourges, on voit l'Enfant prodigue à demi-nu, et seulement enveloppé de quelques haillons, assis à terre, appuyé sur son bâton, et la tête dans la main, en proie aux plus amères réflexions (2).

Dans le même sujet, à la cathédrale de Sens, le prodigue est debout, vêtu d'un pauvre hoqueton ; il s'appuie également sur un bâton; et la tête inclinée, il regarde paître ses pourceaux, visiblement livré à de tristes pensées (3).

A Chartres, d'après le manuscrit descriptif des anciennes verrières de la cathédrale, le verrier avait peint l'enfant prodigue agenouillé près de ses pourceaux (4). Si donc il avait dépassé le but, il n'en était pas moins resté fidèle à la tradition et à l'Ecriture; puisque dans cette scène l'enfant prodigue est au désespoir, que le repentir commence à s'élever dans son âme, qu'il se souvient qu'il a un père, et que sous le toit qui a abrité son enfance il y a des mercenaires dont le sort a de quoi lui faire envie. Il ira implorer de ce père délaissé

(1) LUC, XV, 14, 15 et 16.

(2) CAHIER et MARTIN. Monogr. de Bourges, pl. IV.

(3) Ibid., Etude XI.

(4) Ibid. Texte, p. 180.


— 69 —

par lui, le pain qu'il ne refuse pas au dernier de ses serviteurs (1).

Or, nous le demandons, qu'y a-t-il de commun entre la scène de l'enfant prodigue, que nous venons d'esquisser, et notre bas-relief? Ici, c'est un berger chaudement vêtu, dont les jambes sont soigneusement défendues contre les intempéries ; sa gibecière est bien garnie, on le voit à la tension de la courroie qui la soutient. Il lève sa houlette et abat, en se jouant, les glands qui doivent engraisser ses pourceaux. C'est sa fonction, il en connaît l'importance ; il sait la remplir, et dans son attitude on ne voit ni pensées douloureuses, ni regrets, ni repentir. C'est donc un pâtre avec son troupeau, ce n'est pas l'enfant prodigue.

Serait-ce par hasard une scène de symbolisme chrétien : l'homme se défendant contre les passions basses et sensuelles exprimées par les pourceaux, comme on peut le voir dans un des chapiteaux de Vézelay; ou bien est-ce l'homme en butte aux esprits de l'abîme, quelquefois figurés par les pourceaux ou par les sauterelles de l'Apocalypse, ces grandes enchanteresses qui perdent les âmes (2)? Nous aurions regret de demander à d'aussi hautes pensées l'explication de notre bas-relief. N'oublions pas, d'ailleurs, que nous sommes au XVe siècle, et que l'art, d'hiératique qu'il était aux siècles antérieurs, était devenu plus accessible et qu'il parlait alors le langage de tous.

Peut-être est-on allé chercher bien loin une solution qu'on avait sous la main. Car si le bas-relief provenait du prieuré de Saint-Quentin, il ne surmontait sans doute pas une porte conduisant à l'église? Il fallait vivre au prieuré de SaintQuentin ; il s'y trouvait non-seulement des jardins, mais aussi des étables. Et si le bas-relief venait d'un monastère des Antonins? Qu'y aurait-il d'étonnant qu'il eût indiqué leurs priviléges spéciaux et la principale source de leurs revenus?

Est-ce que la rue Saint-Abraham, à Troyes, ne possédait

(1) LUC, XV, 17, 20.

(2) AUBER. Hist. du Symbolisme, t. III, p. 336.


— 70 —

pas dès le commencement du XIVe siècle un monastère des Antonins (1)? Est-ce que ce monastère, connu sous le nom de commanderie ou de préceptorerie de Saint-Antoine, n'avait pas été détruit en 1590 par le comte de Saint-Pol, gouverneur de Troyes, pour la construction du Fort-Chevreuse (2) ? Or, c'était le privilége spécial de l'ordre des Antonins, confirmé par diverses bulles des papes de 1329, 1350, 1353 et 1398, ainsi que nous l'a appris notre savant collègue, M. l'abbé Coffinet, de laisser paître dans la campagne, et errer librement dans les villes, des pourceaux, pourvu qu'ils portassent au cou la sonnette de Monseigneur Sainct-Antoine (3). Or, à ce compte, ils devaient être nombreux; et, lorsqu'ils rentraient, il leur fallait des étables. Je soupçonne donc notre bas-relief d'avoir tout simplement surmonté une entrée conduisant à ces étables. Quand elles eurent été détruites, personne ne se soucia plus du pauvre bas-relief, la mal-chance commença à s'attacher à lui; et s'il fut recueilli, ce fut pour être mis à la porte.

Au surplus, les déplacements, joints à l'esprit aiguisé des savants, ont souvent grandi les monuments anciens, et les lointaines perspectives leur ont toujours été favorables. On est si heureux de poser des problèmes, lorsqu'on a commencé par imaginer les réponses.

Peut-être que notre explication trop simple ne contentera personne. Toutefois, nous nous estimerons heureux si notre tentative en provoque de plus satisfaisantes. Le champ reste ouvert; car on n'aura jamais fini de débarrasser l'histoire du passé. des broussailles qui l'obscurcissent et le rendent méconnaissable !

Troyes, le 17 Janvier 1873, Fête de Saint-Antoine.

(1) COURTALON. Topog. histor. de Troyes, t. III, p. 70.

(2) Ibid., p. 67.

(3) COFFINET. Recherch. sur les attributs de saint Antoine. (Mém. de la Soc. Académ. de l'Aube, tom. XXVIII, p. 155.


NOTES GENEALOGIQUES

CONTENUES DANS LE

LIVRE D'HEURES DE LA MAISON DE VAUDREY-SAINT-PHAL

PAR

M. D'ARBOIS DE JUBAINVILLE

Une branche de la maison de Vaudrey posséda du XVe au XVIIe siècle la baronnie de Saint-Phal (1). On sait qu'à l'époque de la Saint-Barthélemy, Anne de Vaudrey, seigneur de Saint-Phal, était bailli de Troyes (2).

M. Arnaud a publié dans son Voyage archéologique la pierre tumulaire du premier Vaudrey qui fut seigneur de SaintPhal, c'est-à-dire d'Arthur de Vaudrey, maître d'hôtel des rois Louis XI et Charles VIII. Arthur de Vaudrey était devenu seigneur de Saint-Phal par son mariage avec Claude de Montot, qui fut inhumée sous la même pierre que lui dans l'église paroissiale de Saint-Phal. Cette pierre était fort usée, et les dates d'années n'étaient plus lisibles quand M. Arnaud l'a dessinée et a inséré dans son ouvrage la reproduction lithographique de son dessin (3).

(1) Courtalon, Topographie, t. III, p. 120. — De Mousseaux, Essai généalogique sur la maison de Saint-Phal, p. 39-41. Suivant cet auteur, la seigneurie de Saint-Phal aurait appartenu à la maison de Vaudrey de 1410 à 1677.

(2) Courtalon, Topographie, t. I, p. 126; t. II, p. 364.

(3) P. 230.


— 72 —

J'ai trouvé ces dates d'années dans un livre d'heures qui a appartenu à la maison de Vaudrey-Saint-Phal au XVe et au XVIe siècle, et que possède aujourd'hui M. le prince Eugène de Bauffremont-Courtenay. Arthur de Vaudrey mourut le 7 décembre 1501. Sa femme l'avait précédé dans la tomba le 3 juillet 1493.

Les gardes et les premier et dernier folios de ce volume sont couverts de notes relatives aux naissances et aux décès des membres de la maison de Vaudrey-Saint-Phal à la fin du XVe siècle et au commencement du XVIe. Ces notes permettent de compléter la généalogie de la maison de Vaudrey-SaintPhal donnée par le dictionnaire de Moreri.

Arthur de Vaudrey fut père de Philibert II de Vaudrey. Philibert II de Vaudrey, seigneur de Saint-Phal, mort le 30 janvier 1508, eut huit enfants :

Gilles, né le 26 septembre 1489;

Pierre, le 9 mai 1491 ;

Marie, le 31 octobre 1492;

François, le 31 octobre 1493;

Antoine, le 29 décembre 1496 ;

Florent, le 15 avril 1499 (1) ;

Madeleine, le 10 septembre 1500 (?);

Bernardin, le 30 avril 1503.

Gilles, fils aîné de Philibert II, continua la branche de SaintPhal, et eut au moins trois enfants :

Anne, né le 24 avril 1320. C'est probablement celui qui fut bailli de Troyes de 1559 à 1579, et qui était en fonction lors de la Saint-Barthélemi ; Antoine, né le 1er février 1522; Philippe, né le 18 octobre 1524 ; Enfin, probablement François de Vaudrey, mentionné par Moreri, et père de Georges. On sait que le successeur d'Anne de Vaudrey, bailli de Troyes, fut Georges de Vaudrey.

(1) Fondateur de la branche de Valeroy Saint-Remi.


Le livre d'heures des Vaudrey-Saint-Phal est orné de miniatures fort bien conservées. On remarque dans le calendrier plusieurs saints spéciaux au diocèse de Troyes.

[1re garde.] Le pénultième jour du mois de janvier mil Ve et huit alla de vie à trespas noble homme Philibert de Vaudrey en son vivant seigneur de Saint-Falle lequel fut inhumé audit lieu. Dieu veuille avoir son âme (1).

[Folio 1 r°.]

Le mardi XIIIe jour du mois de juing mil CCCC IIIIXX et cinq mons. de Sercourt, à qui Dieu pardoint, rendit son âme à Dieu (2).

Le VIIIe jour d'aoust mil CCCC IIIIXX et XI Madame de Sercourt à qui Dieu pardoint, rendit son âme à Dieu (3).

Le troisiesme jour de juillet l'an mil quatre cens quatre vingt et treize feue noble et puissante dame Madame Claude de Montot, dame de Moy et de Saint-Fale ala de vie à trespas. Priez Dieu pour elle (4).

Le mercredi VIIe jour de décembre l'an mil cinq cent et ung feu noble et puissant seigneur Messire Artur de Vaudrey, chevalier, seigneur de Moy et de Saint-Fale, conseiller et maistre d'ostel du roy notre sire XIe et VIIIe, alla de vie à trespas (5).

[Dernier f° r°.]

L'an mil quatre cent IIIIXX et IX, le XXVIe jour de septembre le jour saint Cyprien fu netz Giles de Vaudrey. — Et inhumé à Saint Fale.

(1) Philibert II de Vaudrey, mari de Philippine de Fay, était fils d'Arthur, mentionné plus bas; il fut père de Gilles, Pierre, Marie, François, Antoine, Florent, Madeleine, Bernardin.

(2) Beau-père de Philibert Ier de Vaudrey.

(3) Belle-mère du même Philibert Ier. (4) Femme d'Arthur de Vaudrey.

(5) Fils de Philibert Ier de Vaudrey, père de Philibert II, et premier seigneur de Saint-Phal de la maison de Vaudrey, Arthur de Vaudrey fut attaché à la maison des rois Louis XI et Charles VIII.


L'an mil quatre cent IIIIXX et XI le IXe jour de may fust netz Pierre de Vauldrey. — Et inhumé à Saint-Jehan de Latran de Paris.

L'an mil quatre cent IIIIXX et XII le dernier jour d'octobre fust née Marie de Vauldrey. — Femme de Mons. de Chèle.

L'an mil CCCC IIIIXX et XIIII le dernier jour d'octobre fust netz François de Vauldrey, et trespassa trois mois après. — Et inhumé à Mouy.

[Dernier f° v°.]

L'an mil CCCC IIIIXX et XVI le XXIXe jour de décembre jour saint Thomas fust nez Anthoine de Vauldrey.

L'an mil CCCC IIIIXX et XVIIII, le jour de Pasquez, XVe jour d'avril, fust netz Flourein de Vauldrey.

L'an mil CCCC IIIIXX et X... le Xe jour de septembre fust née Magdalaine de Vauldrey.

Le dernier jour d'avril l'an mil cinq cent et troys fut né Bernardin de Vaudrey. — Ledit Bernardin est demouré an Rode.

L'an mil cinq cents et vingt, le mardi vingt-quatre jour d'avril à heures de environ deux heures après minuygt fut nez Anne de Vaudrey (1).

[3e garde.l

Le premier jour de febvrier, l'an mil cinq cents et vingt deux fut nez Anthoine fils de noble seigneur Gilles de Vauldrey.

Le dix-huitisme jour d'octobre cinqtz cens vingtz et quatre environ mynuyt fut nez Philipes de Vauldré frère desdictz Anne et Anthoine de Vauldré. — Et inhummet à Saint-Falle.

Troyes, 15 novembre 1872.

(1) Premier enfant de Gilles de Vaudrey, lequel était fils de Philibert II et naquit comme on l'a vu plus haut le 26 septembre 1489.


UNE EXCURSION

A L'ANCIEN PRIEURÉ DE FOICY

PAS

M. L'ABBÉ ETIENNE GEORGES, DE TROYES

Membre de plusieurs Sociétés savantes.

Je me reposais, un jour de promenade, au bas de la colline de Saint-Parres, près du superbe pont de pierre sur lequel passe la route nationale de Troyes à Bar-sur-Aube, lorsqu'il me prit fantaisie de visiter les ruines de l'ancien prieuré de Foicy. Je m'acheminai le long de la rive gauche de la Seine, entre une double bordure de tilleuls et de peupliers. A moitié de cette avenue, qui suit pittoresquement les sinuosités ombreuses du fleuve, s'ouvrit à ma droite, près d'une maison rustique, une voie herbue qui se divise presque aussitôt en plusieurs sentiers frais et riants. Ces ramifications agrestes, où le promeneur erre à l'aventure sans risque de s'égarer, sillonnent agréablement les broussailles et les buissons, les champs et les prés entrecoupés de mille petits ruisseaux qui se cachent entre les saules, et ne se laissent deviner que par leur gazouillement. Je me hasardai dans les nombreux détours, sous les délicieux ombrages de cette région bocagère.

Les premiers feux de l'astre du jour commençaient à dépasser la cîme des arbres, et se projetaient sur l'herbe en


— 76 —

reflets chatoyants. Sous les réseaux de lumière qui les gazaient avec délicatesse, tous les feuillages semblaient tissus de la soie la plus transparente. Les gouttes de rosée, qu'ils avaient retenues dans les fines nervures de leur enveloppe, n'étaient plus qu'autant de perles que les rayons solaires se plaisaient à colorer de toutes les nuances du prisme. Les insectes, revêtus aussi des splendeurs du matin, étalaient sur les gazons leur robe étincelante de pierreries. De beaux papillons, indéfiniment variés de parure, se dérangeaient à peine à mon approche, et promenaient de fleur en fleur leur amour aérien. Des troupes d'oiseaux se jouaient autour de moi et poursuivaient, dans l'atmosphère lumineuse, les mouches à l'élégant corsage qui traçaient mille cercles insaisissables au bord de l'eau. Toutes les voix de l'air, tous les parfums de la végétation montaient au ciel comme un agréable encens, comme un hymne plein d'harmonie, pour remercier Dieu des bienfaits de la création.

Je me laissai aller à toutes les impressions indéfinissables, mais douces et pénétrantes, que j'éprouvais au milieu de ces tableaux champêtres; je sentais un bien-être, un contentement, une joie indicible, qui me venaient de la contemplation des scènes charmantes et paisibles que j'avais sous les yeux. Après mille circuits, ma promenade solitaire et méditative me ramena dans l'allée de l'ancien prieuré de Foicy, à quelques pas de la grille d'entrée. Cette magnifique porte, que surmonte un bel écusson aux armes de la maison prieurale était ouverte à deux battants. J'avançai dans la cour où les granges, les écuries, les étables, tous les bâtiments d'une exploitation agricole, ingénieusement combinée et symétriquement distribuée, annonçaient une culture intelligente et considérable. Je visitai ce vaste domaine qui, à l'époque de l'introduction du christianisme dans le pays des Tricasses, avait servi d'ermitage à un jeune néophyte de noble extraction.

Patrocle, c'était le nom du nouveau converti, appartenait, en effet, à l'une des familles gallo-romaines les plus influentes de la vieille cité troyenne. Ses ancêtres s'étaient rendus re-


— 77 —

commandables par la double illustration d'un généreux patronage avant la conquête de Jules César, et par leur vaillante conduite pendant la guerre des patriotes gaulois. Seulement, comme la plupart des opulents propriétaires de la Champagne conquise, ils s'étaient laissés prendre au prestige des arts et des plaisirs que les vainqueurs, habiles politiques et redoutables soldats, tout ensemble, leur avaient offert en échange de leur indépendance nationale. Peut-être, au fond, eussentils voulu se soustraire à ces séductions oppressives et briser leurs chaînes dorées! Mais des jouissances nouvelles, des voluptés inouïes pour eux les circonvenaient de toutes parts.

Le luxe et la sensualité avaient trop d'empire sur ces riches indigènes. Le cirque, le théâtre, le bain, tous les raffinements du dilettantisme italien leur procuraient des satisfactions jusqu'alors inconnues. Si quelques membres de l'aristocratie gauloise avaient une intelligence plus haute, si déjà ils avaient compris la langue de la race conquérante, ils entraient à l'école des rhéteurs; ils entouraient la chaire des philosophes ; ils prêtaient une oreille attentive aux chants des poètes. Leurs enfants pouvaient étudier tous les secrets de l'éloquence de Rome et d'Athènes; ils ne revenaient pas dans le donjon paternel sans qu'ils eussent appris l'idiome latin ou l'art hellénique. Puis, obtenir le droit de citoyen romain, marier sa fille à un centurion, voir son fils devenir l'héritier d'une maison patricienne, revêtir soi-même la toge sénatoriale, telles étaient les espérances que les vainqueurs faisaient briller aux regards des vaincus pour se les assimiler.

Ces appâts n'eurent point de prise sur l'âme noble et fière du jeune Patrocle. Quoique élevé dans la religion païenne, il ne tarda pas à s'apercevoir de la supériorité de l'Evangile sur les doctrines polythéistes ; le génie du christianisme subjugua son esprit et toucha son coeur. Pour l'approfondir, il souhaita de trouver quelque gîte où il lui serait loisible de se dérober à tous les regards et de vivre loin des bruits du monde. La contrée de Foicy, alors isolée de la capitale des Tricasses par des bois et des marécages, lui présentait tout naturellement une


— 78 —

solitude en parfaite concordance avec ses goûts de vie d'abnégation et d'obscurité; il s'y retira furtivement dans une villa dont il avait hérité ; nul bruit du monde n'arrivait dans cette demeure enveloppée de verdure et d'eau ; nul écho profane ne retentissait dans ce tranquille ermitage, si ce n'est celui des fêtes païennes du coteau voisin où les flammes d'Auguste avaient érigé des autels.

Les abords de cette habitation étaient difficiles et périlleux, surtout en automne et en hiver. L'amitié chrétienne, seule, soutenait le courage des fidèles qui affrontaient tous les obstacles pour voir et entendre le pieux et noble ermite. Il était d'une taille avantageuse et d'une figure avenante ; à ces dons de la nature, il joignait une humeur douce, une affabilité peu commune, une parole éloquente et persuasive. Toutes les populations d'alentour, déjà initiées en partie aux bienfaits de la civilisation chrétienne, l'écoutaient comme un oracle et le vénéraient comme un taumaturge. Aurélien, alors gouverneur des Gaules, s'alarma de l'affluence toujours croissante des pélerins qui, attirés par la renommée des miracles et des aumônes de Patrocle, accouraient à Foicy; ces allées et ces venues incessantes lui parurent hostiles au culte officiel, et dangereuses pour l'ordre public; il cita le jeune et ardent propagateur de l'Evangile à son tribunal.

— Je te livrerai au feu, lui dit-il, si lu ne renonces à l'adoration d'un crucifié. — Que m'importe, répliqua Patrocle, je m'immole comme une hostie vivante au vrai Dieu qui m'appelle à souffrir pour sa gloire. — Mettez-lui des entraves aux pieds et des chaînes aux mains, ordonna Aurélien furieux. — Vous pouvez tourmenter mon corps, s'écria le confesseur de la foi; mais il n'est pas en votre pouvoir de dompter mon âme. — Le gouverneur, courroucé, prononça le jugement et condamna Patrocle à la décapitation. Les bourreaux emmenèrent aussitôt l'intrépide confesseur de la foi dans un endroit marécageux, sur les bords de la Seine, et lui tranchèrent la tête. Deux pauvres vieillards, témoins de ce martyr, levèrent le corps de la victime et le cachèrent jusqu'au soir. L'archiprêtre


— 79 —

Eusèbe et son diacre Libère vinrent, la nuit suivante, l'inhumer sans éclat.

Pendant plusieurs siècles, une humble chapelle, érigée à Foicy par des mains pieusement reconnaissantes, rappela le souvenir de cette fin tragique, en abritant la glorieuse dépouille du martyr troyen. Les comtes de Champagne, Thibaut-le-Grand et Henri-le-Libéral y fondèrent, dans le douzième siècle, un couvent de religieuses hospitalières, sous le patronage de la Sainte-Vierge et sous la règle de saint Augustin. Ces charitables filles s'unirent aux bénédictines de Fontevrault; on sait que ce célèbre monastère est une des admirables créations de Robert d'Arbrissel, à qui le pape champenois Urbain II avait décerné le titre de prédicateur apostolique, en récompense des missions prodigieusement efficaces de l'éloquent abbé. Dès l'époque de cette réunion, Foicy renferma une double communauté : l'une de religieuses, l'autre de religieux, à l'instar de l'abbaye de Fontevrault. Il n'entre pas dans notre cadre de dérouler cette fois les édifiantes annales de cette double communauté, vraiment féconde en bonnes oeuvres. Citons seulement quelques dates mémorables. En 1501, frère Olivier Maillard, vicaire général des Franciscains de France, expédia au prieuré de Foicy certains priviléges qu'il avait obtenus du légat en faveur de cette Maison. En 1544, les bâtiments, incendiés avec la plupart des titres, furent rétablis à l'aide des aumônes d'un jubilé ordonné à cet effet par le Souverain Pontife. En 1688, Mme de Bourbon, abbesse de Fontevrault, y envoya une partie des reliques de sainte Radegonde, reine de France; les populations environnantes venaient en foule les vénérer le lundi de Pâques ; c'était une des fêtes chrétiennes les plus populaires des alentours de Troyes.

La révolution a jeté bas l'ancienne maison prieurale, et dispersé les cendres de ses révérendes mères. La loge du jardinier, le colombier des soeurs, les bâtiments des pères, la chambre où l'on cuisait le pain destiné aux pauvres des environs, un magnifique lierre qui couvre de ses tiges sarmen-


— 80 —

teuses et orne de ses feuilles d'un vert sombre le vieux pan de muraille encore debout le long de la Seine, une pierre tombale, malheureusement mutilée, où l'on déchiffre à moitié l'inscription funéraire d'une abbesse, une plaque de cheminée où l'on voit représenté en relief le martyr de Saint-Parres, voilà tout ce qui reste des bénédictines de Foicy.

Troyes, le 8 septembre 1872.




M. CHARLES DELAUNAY

Le 5 août 1872 est mort à Cherbourg, victime d'un affreux accident en mer, M. Charles Delaunay, membre de l'Institut, directeur de l'Observatoire de Paris, grand-officier de la Légion-d'Honneur. Il était allé visiter la digue de Cherbourg, en compagnie d'un de ses cousins, M. Millot, et de deux matelots qui dirigeaient l'embarcation, lorsque la tempête les enveloppa, fit chavirer le canot et les engloutit.

M. Charles Delaunay est né à Lusigny, le 9 avril 1816; mais il appartenait plutôt à Ramerupt, où son père vint se fixer en 1818, et après avoir achevé de brillantes études au collége communal de Troyes, il se rendit à Paris en 1833. L'année suivante, il était reçu dans les premiers à l'Ecole polytechnique, d'où il sortit en 1836 avec le numéro 1. Nommé ingénieur des mines, il se sentit entraîné par une vocation irrésistible vers la science pure, et surtout vers les mathématiques transcendantes dont l'étude spéciale s'applique au calcul des mouvements des corps célestes.

Nous le voyons dès-lors, en 1841, le 19 avril, présenter à la Faculté des sciences une thèse sur la méthode des variations, thèse qui lui valut une distinction inusitée : le Ministre de l'instruction publique lui fit remise des droits universitaires, pour la manière supérieure avec laquelle il avait soutenu cette thèse. C'est ce qui lui valut aussi l'amitié de l'illustre Biot, dont il fut le suppléant, de 1841 à 1848, dans le cours d'astronomie à la Sorbonne; en même temps, il remplissait les fonctions de répétiteur de géodésie à l'Ecole polytechnique.

1873. 6.


— 82 —

De 1844 à 1851, il fut chargé du cours de mécanique physique et de géométrie descriptive à l'Ecole des mines.

En 1848, il fut membre du conseil central des Ecoles des mines. En 1849, il fut nommé ingénieur des mines de première classe.

En août 1851, la Faculté des sciences, à l'unanimité, le présenta au titre de professeur de mécanique physique, dont il n'était jusque-là que chargé de cours, et le 27 novembre de la même année, il fut aussi professeur de mécanique à l'Ecole polytechnique.

Nommé membre de l'Institut (Académie des sciences, section d'astronomie) en 1855, il ne tarda pas à y prendre le premier rang par la profondeur et l'étendue de ses connaissances. Aussi n'est-il pas étonnant qu'en 1870 le Gouvernement l'ait appelé à la direction de l'Observatoire de Paris, après avoir été, depuis plusieurs années, l'un des membres les plus distingués du bureau des Longitudes.

La carrière scientifique de M. Delaunay fut donc une des plus brillantes. Dès son début, il se fit remarquer par des travaux solides qui le placèrent de prime-saut au rang des sommités du monde savant, surtout comme mécanicien et astronome.

Nous avons parlé de sa thèse de mécanique ; mais que de nombreux et remarquables travaux n'a-t-il pas publiés dans les journaux et les revues scientifiques, tels que le Journal des Mathématiques, le Journal de l'Ecole polytechnique, la Connaissance des Temps, etc. Citons-en quelques-uns au courant de la plume : Note sur la ligne de longueur donnée qui

renferme une aire maximum sur une surface, en 1843;

Mémoire sur la théorie des marées, en 1844; — Mémoire sur le calcul des variations, travail qui a obtenu une mention honorable, le 16 février 1844, dans la séance publique de l'Académie des sciences; — Calcul de deux inégalités d'Uranus, en 1845 ; — Mémoire sur une nouvelle théorie de la lune, lequel


— 83 —

a été l'objet d'un rapport à l'Académie des sciences, le 4 janvier 1847. Celle-ci a décidé en outre qu'il serait inséré dans le Recueil des savants étrangers. C'était le commencement d'un travail gigantesque dont M. Delaunay s'est occupé depuis.

Comme professeur, M. Delaunay a publié des livres devenus classiques, tels que son Cours élémentaire de mécanique théorique et pratique, Paris, 1851. C'est un ouvrage complet et bien conçu, rempli de figures exactement gravées dans le texte : aussi eut-il plusieurs éditions qui se suivirent rapidement.

Plus tard, en 1854, il donna son Cours élémentaire d'astronomie, aussi avec figures dans le texte, et qui eut également plusieurs éditions. — Ces deux ouvrages eurent les honneurs de plusieurs traductions étrangères.

Comme complément de son Cours de mécanique, il publia, en 1858, son Traité de mécanique rationnelle, qui eut le même succès, quoique s'adressant à un plus petit nombre.

A l'Académie des sciences, dont il était un des membres les plus laborieux, il remplissait les comptes-rendus de ses travaux et de ses communications. Entre autres, nous y voyons : Nouvelle théorie du mouvement de la lune, en 1858; rapport fait par l'auteur sur son grand travail, dont nous parlerons plus bas ; il fit une profonde sensation à l'Académie et dans le monde savant; — Calcul de l'accélération séculaire du moyen mouvement de la lune, en 1859; autre point de vue de son grand travail ; — Calcul des variations séculaires des moyens mouvements du pérygée et du noeud de l'orbite de la lune, 29 août 1859.

Arrivons à l'oeuvre immortelle de M. Delaunay, celle qui lui coûta plus de dix années de travail et de calculs, nous voulons dire sa Théorie du mouvement de la lune, dont deux volumes ont paru de 1860 à 1867, et dont le troisième et dernier est achevé, mais n'est pas imprimé. Ce travail immense, qui a eu tant de retentissement dans toute l'Europe savante, sert à refaire avec plus d'exactitude les Tables de la lune, dont se servent journellement les marins pour se diriger sur


— 84 -

mer, et à calculer d'une manière précise les éclipses de soleil. A la vérité, l'ouvrage de M. Delaunay ne sera jamais populaire. Qui oserait, en effet, s'aventurer dans un dédale de chiffres et de formules algébriques qui se groupent en rangs serrés le long de 1814 pages in-4°, sans le moindre fil conducteur; c'est-à-dire, presque sans texte explicatif ? Toutefois, cet ouvrage restera comme un monument de la science, abordable à ceux qui s'occupent des questions relatives au mouvement de la lune.

Une telle gloire scientifique devait exciter la jalousie. Qui ne se rappelle, en effet, ces querelles haineuses de M. Le Verrier, en 1860, voulant faire sombrer au sein de l'Académie, sous des arguments en apparence assez sérieux, les théories savantes de M. Delaunay? Mais celui-ci sortit victorieux de cette lutte peu parlementaire du côté de son agresseur. Il n'y répondit que par de nouveaux travaux, intitulés : Nouvelle théorie du mouvement de la lune, en 1862, et Mémoire sur l'équation séculaire de la lune, en 1863.

Tant de travaux, aussi consciencieux que savants, méritèrent à M. Delaunay d'être choisi par l'Académie des sciences pour son président, et plus tard d'être nommé directeur de l'Observatoire de Paris, à la place de M. Le Verrier, son célèbre antagoniste.

Membre correspondant de la Société Académique de l'Aube depuis le 21 décembre 1838, M. Delaunay voulut ravir quelques moments à ses études privilégiées en faveur de la Société à laquelle il se faisait honneur d'appartenir. C'est ainsi qu'il donna pour l'Annuaire de l'Aube 1853, une Note sur le cadran solaire de l'Hôtel-de-Ville de Troyes, dans laquelle est compris un tableau donnant la différence entre le temps moyen et le temps vrai pour tous les jours de l'année 1853.

M. Delaunay fut décoré tardivement : au ministère on croyait qu'il l'était, lorsque ses amis demandèrent pour lui la croix. On était étonné de voir près de lui son préparateur décoré, lorsque le maître ne l'était pas.


— 85 —

Comme homme privé, M. Delaunay avait toutes les qualités qui peuvent distinguer et faire aimer celui qui les possède. On vient de voir un exemple de sa modestie. Son amabilité douce, sa bonhomie pleine de séduction, la simplicité de ses manières, le faisaient chérir de tous ceux qui avaient le bonheur de l'approcher. A Paris, à Ramerupt, partout il aimait à rendre service, à faire du bien. Son lieu de prédilection était Ramerupt. N'avait-il pas un jour, dans l'expansion de son coeur, fait bâtir et doté à perpétuité une maison destinée à l'éducation des jeunes filles? Aussi il était profondément aimé et estimé des habitants. On l'avait nommé membre du Conseil municipal de la commune, et s'il n'en était pas le maire, c'est qu'il avait refusé, ne voulant pas que les intérêts de son pays eussent à souffrir de son absence obligée.

Lorsqu'une mort prématurée l'eut enlevé à l'admiration de la science et à l'affection des siens, son corps fut transporté à Ramerupt, où il reçut les honneurs d'un deuil public et général, le samedi 10 août, au milieu du concours des populations du département, accourues pour rendre les suprêmes devoirs à sa dépouille mortelle. Plusieurs discours funèbres furent prononcés sur la tombe de M. Delaunay, et s'il a disparu du milieu de nous, sa mémoire bénie vivra dans tous les coeurs, entourée de la double auréole de la vertu et du génie.

EMILE SOCARD. Troyes, le 16 août 1872.



LE MARCHE COUVERT DE TROYES

Ce bâtiment couvre une superficie de 2,500 mètres — 60 mètres de longueur sur 42 mètres de largeur — et pourra contenir 354 places. Une large nef en rend l'aspect aussi harmonieux à l'intérieur qu'à l'extérieur. Les abords en sont faciles par de larges voies de communications et principalement par la grande artère de la rue du Bois.

Les quatre façades du pourtour sont supportées par 34 colonnes creuses, en fonte, espacées de 6 mètres d'axe en axe.

Ces colonnes ont une hauteur de 6 mètres 700 et un diamètre de 0m. 210 dans les parties les plus faibles; celles des angles pèsent chacune 1750 kilog. et celles dites intermédiaires 1120 kilog.; l'épaisseur de la. fonte varie de 0m. 22 à 0m. 30.

Elles reposent sur des plaques d'appui, également en fonte, noyées dans la pierre de taille.

A la hauteur de 2 mètres elles sont reliées entre elles par un fer, ayant en coupe la forme d'un double T, du poids de 150 kilog. ; un chéneau en tôles et cornières rivées ayant au milieu 0m. 800, aux extrémités 1 mètre 300, complète leur assemblage à la partie supérieure. Chaque chéneau pèse 1190 kilog.

Les colonnes ainsi assemblées représentent 34 travées de 6 mètres d'ouverture chacune, partagées horizontalement en deux parties, dont l'une, celle du bas, doit être murée, et l'autre, au-dessus, disposée à recevoir les persiennes.

Les murs, dont il s'agit, ont une hauteur de 2 mètres et les


— 88 —

assises de briques les composant sont de couleurs variées distribuées en losanges.

Les persiennes, placées au-dessus des murs précités, sont composées de montants en fer et en fonte et de lames en métal et en verre, et chacune des 34 travées du pourtour est divisée en sept parties égales par six desdits montants.

Les façades extérieures du pourtour sont ornées, au-dessus de chaque colonne, d'une tête de lion en fonte, surmontée d'une palmette de même matière formant un ensemble trèsgracieux.

Les portes, au nombre de six, sont en fer et tôle ; chacune d'elles est divisée en quatre panneaux.

La partie centrale de la charpente métallique est supportée par 18 colonnes en fonte, ayant 12 mètres 250 de hauteur, 0m. 210 de diamètre aux endroits les plus faibles, et de 0m. 22 à 30 d'épaisseur ; chacune d'elles pèse 2,160 kilog.

Les colonnes ont été fondues en trois parties chacune, réunies ensemble, au moment de la pose, par de forts boulons de manière à ne former qu'une seule et même pièce.

Elles sont posées sur des dés en pierre de taille dans lesquels sont encastrées des plaques d'appui en fonte, comme pour les colonnes du pourtour dont elles ne diffèrent que dans la forme.

A 12 mètres de hauteur, de 0 mètres en 6 mètres aussi, les colonnes de la partie centrale sont reliées par des poutres à treillis supportées par des consoles aux extrémités, le tout en cornières et fers plats ; puis elles sont réunies ou plutôt rattachées au pourtour par des arbalétriers simples, à treillis, composés également de fers plats et cornières, ayant 12 mètres 600 de longueur et une inclinaison de 0m 350 par mètre.

Chaque arbalétrier est fixé, dans les deux bouts, aux colonnes, et est supporté par deux consoles, en cornières et fers plats, boulonnées aux colonnes sur une hauteur de 1 mètre 700 ; son poids est de 1220 kilog.


— 89 —

Les arbalétriers sont entretoisés par six rangs de pannes en fer, ayant la forme d'un double T, distantes entre elles de 1 mètre 800.

Ces dernières pièces ainsi que celles qui précèdent forment l'ensemble do la charpente du pourtour.

Le reste comprenant un comble haut de 5 mètres avec sa lanterne, est formé de cinq fermes, munies de tirants en fer rond, dont la portée est de 18 mètres.

Ces cinq fermes sont en fer, à double T, et reliées entre elles par d'autres fers de même type, mais plus petits, désignés aussi sous le nom de pannes.

La hauteur du sol au faîtage de la lanterne est de 19 mètres.

Entre les fermes de la charpente centrale et le dessus du pourtour, la hauteur est de 2 mètres 500 ; cette partie est occupée par des cadres à vitrages entièrement en fer, ce qui, jusqu'à présent, est encore rare dans les édifices de ce genre.

La toiture, à laquelle on travaille en ce moment, est composée d'un voligeage en sapin, qui sera recouvert en zinc.

Les eaux pluviales seront reçues dans les chéneaux. où des pentes ménagées les feront déverser dans les colonnes correspondant par une addition de tuyaux à un conduit souterrain.

La charpente métallique seule comprendra 100 tonnes de fonte et 190 à 195 tonnes de fer, à très peu de chose près.

Tels sont les détails de construction que nous pouvons donner sur le marché couvert de Troyes, établissement qui, selon toutes apparences, sera inauguré avant la fin de l'année 1873.

DUFOUR-BOUQUOT.

Troyes, le 21 juin 1872.



CONCOURS INTERNATIONAL DE TROYES

Des 20 et 21 Juillet 1872

Le Comice agricole de l'Aube, obligé par les événements de suspendre ses concours et ses expositions depuis 1870, a trouvé, dans la suppression du concours régional de Besançon, une occasion d'affirmer une fois de plus son dévouement au progrès de la cause agricole, en organisant à Troyes le Concours international de machines et instruments agricoles.

Ce Concours se divisait en deux sections : le Concours international d'instruments de moisson mécaniques et l'exposition de machines et d'instruments d'intérieur et d'extérieur.

La réception a eu lieu le vendredi 19 juillet; le soir, l'installation était complète, et l'on pouvait se rendre compte de la quantité, de la variété et de la perfection des produits exposés.

Le samedi 20 juillet, les essais des moissonneuses, faucheuses, faneuses et râteleuses ont eu lieu à la ferme de La Planche, appartenant à M. G. Huot, en présence d'une assistance nombreuse qui a suivi avec le plus grand intérêt les épreuves diverses auxquelles ont été soumis les différents instruments qui prenaient part au Concours.

Les faucheuses ont été les premières engagées ; la faucheuse Wood avait à soutenir sa vieille réputation ; la Sprague cherchait à en acquérir une, la faucheuse Hornsby, dite Paragon, visait au même but. Toutes ont rivalisé d'efforts.

Une faucheuse Samuelson, annoncée, n'a pas été présentée.


— 92 —

Le champ d'épreuves était une luzerne en deuxième coupe n'offrant pas de difficultés insurmontables.

Le travail a été satisfaisant pour les modèles Wood et Sprague, qui ont fourni une coupe régulière et près de terre ; les éteules de la première coupe, faite à la faulx, permettaient de constater que le sciage mécanique n'a rien à envier sous ce rapport au travail à la main.

La Hornsby a été distancée pour la régularité du travail ; elle a coupé plus haut que ses concurrentes.

Toutes ont fait l'andain d'une manière satisfaisante. Le jury n'avait réellement à classer que les faucheuses Wood et Sprague, de beaucoup supérieures, quant au travail obtenu, à la machine de Hornsby.

En ce qui concerne la coupe et la mise en andain, il n'y a pas, pour ainsi dire, de différence appréciable entre les deux machines. Toutefois, dans la Sprague à deux chevaux, le sabot qui supporte la scie a souvent plongé et labouré le sol.

La traction effective de chaque machine n'a pu être appréciée d'une manière exacte, faute de dynanomètre. Cependant, de visu, la faucheuse Sprague a paru fatiguer beaucoup moins son attelage que ses concurrentes. Le modèle à un cheval, notamment, exposé hors concours par M. le comte de Launay, a accompli sa tâche avec une facilité exceptionnelle.

Sous le rapport du mécanisme, la faucheuse Sprague a enlevé la majorité des voix, et cela devait être ; de toutes les faucheuses, elle est la plus simple et la plus savamment conçue ; son organisme est parfait, très-bien agencé; tous ses organes, tous ses engrenages sont centralisés, réunis et placés au centre d'action de la machine, dans une enveloppe métallique à l'abri de tout contact avec les corps étrangers.

Restait à juger une question, mais de la plus haute importance, pour l'agriculture : la substantiality, expression fort juste, usitée en Angleterre et en Amérique, qui signifie solidité, matérialité, et par suite, durée.

La Sprague se recommandait à beaucoup de points de vue ;


— 93 —

sur cette question, elle fut battue. Certains de ses organes sont trop faibles et se brisent prématurément. La faucheuse à un cheval de M. le comte de Launay, qui a fourni un travail si satisfaisant, a eu, dès le début du travail exigé d'elle à Courcelles, plusieurs pièces brisées, remplacées depuis avantageusement

Dans les expériences faites chez M. Dosseur, les mêmes pièces ont eu le même sort.

A côté de ces témoignages défavorables, je dois à la vérité de dire que M. Naret, de Villemorien, qui a fauché 40 hectares avec la Sprague, n'a jamais eu le moindre accident, et que des essais faits chez moi, dans des circonstances très-difficiles, ont été aussi heureux.

Après une discussion approfondie, où les mérites et les inconvénients de chacun des deux systèmes ont été longuement discutés, la majorité du jury s'est prononcée pour la faucheuse Wood, et la Sprague a été classée en seconde ligne.

Les faneuses ont leur place obligée à la suite des faucheuses; elles prennent l'herbe qui vient d'être coupée, la divisent, l'étendent, la secouent avec une telle énergie, que la dessiccation en est de beaucoup hâtée. Les faneuses Howard et Nicholson ont toutes deux fait leurs preuves; leur travail est excellent et suffit à recommander leur emploi.

À leur tour, les râteaux à cheval suivent les faneuses et réunissent le foin en amas dont les faneurs font à la fourche des meulons en un tour de main. Le râteau de Ransoms-Sims et Héard, celui de Howard, dit automatique, et celui de M. Hte Maréchaux ont seuls pris part à la lutte. Ni l'un ni l'autre n'ont donné des résultats tout à fait satisfaisants. La cause en est surtout à la nature du travail que l'on a imposé à cette série d'instruments, que l'on a obligés à ramasser du fourrage vert ; étant infiniment plus lourd que le fourrage sec, le fourrage vert adhère au sol, le râteau, ayant à vaincre une résistance inusitée, manque de prise et glisse fréquem-


— 94 —

ment par-dessus une certaine portion de la récolte, laissant la besogne imparfaite.

Le râteau Howard, dit automatique, présente une disposition ingénieuse qui permet à son conducteur, monté sur un siége, de vider le contenu du râteau en agissant du pied droit sur une pédale. L'inconvénient de cette disposition est que l'homme se trouve placé en avant de la ligne du travail et aussi dans l'obligation de voir en même temps en avant pour la conduite du cheval et en arrière pour la direction du râteau.

Il est à regretter que le râteau à cheval, de Sprague, ne soit pas arrivé à temps pour les expériences ; il diffère en tout comme construction de ce que nous avons vu jusqu'à présent.

Au lieu d un pesant instrument à axe de fer, roues métalliques d'un grand poids, lourdes dents de fer en barre, il offre à l'oeil un mécanisme léger, un axe et des dégageurs en bois, des roues de vélocipède, de frêles dents d'acier assujéties par un ressort. Un siége est disposé pour le conducteur, qui a sous le pied gauche une pédale en bois pour maintenir la prise des dents et à portée de la main droite un levier aussi en bois pour débarrasser le râteau de sa charge.

Toutes les dispositions de cet instrument sont on ne peut pas plus ingénieuses ; tout cela est coquet, peinturluré, joli au possible, mais laisse beaucoup à désirer sous le rapport de la substantiality; nous aurions voulu voir cet instrument à l'oeuvre ; d'autres seront sans doute plus heureux ; dans tous les cas, nous souhaitons à la nouvelle création de la maison Sprague que l'épreuve lui soit légère et le résultat favorable.

A deux heures de l'après-midi, les moissonneuses entrent en lice ; elles sont attelées chacune de deux chevaux et font la javelle automatiquement. Le catalogue nous apprend que le Governor" de Hornsby, le Progress" du même constructeur et la Samuelson sont les seules machines qui prennent part à la lutte. Le lot attribué à chacune d'elles est de un


— 95 —

hectare de blé bleu bien droit. Le lot de la Samuelson est coupé de quelques accidents de terrain. A l'effet de juger du travail de ces machines dans une emblavure versée, la Commission fait passer un rouleau sur une portion égale de chacun des lots.

Le travail, commencé au même instant par les trois concurrents, est continué sans interruption par la moissonneuse Samuelson, qui triomphe de tous les obstacles sans difficultés apparentes; elle coupe régulièrement, fait la javelle d'une façon satisfaisante et n'égrène pas ; elle fait un aussi bon travail sur les parties déclives que quand le sol est horizontal, et sa coupe est aussi régulière dans la portion versée artificiellement que dans le surplus de la pièce. Bref, la moissonneuse Samuelson a donné un résultat qui ne donne prise à aucune critique.

Il n'en a pas été tout à fait de même de la machine Hornsby, dite Progress". Fabriquée spécialement en vue des pays à récoltes peu fournies, elle a une largeur de coupe supérieure à celle de Governor". Par un oubli inqualifiable, son exposant ne s'était pas pourvu de lames propres à cette machine ; il lui imposa une lame de Governor" qui était naturellement trop courte, d'où un mauvais travail, ou plutôt un travail impossible qui dut bientôt être interrompu. Cette circonstance n'implique en rien le mérite de la machine ; cependant, elle a été loin d'être une recommandation aux yeux de la Commission, qui, on le comprend, ne peut statuer que d'après les résultats acquis durant l'expérience.

La moissonneuse Governor", aussi de Hornsby, a donné de meilleurs résultats; toutefois, elle est restée inférieure à la Samuelson pour la coupe; le javelage était à peu près égal, l'égrenage peut-être plus sensible ; elle n'a pas coupé l emblavure versée; de plus, cette machine exige une traction plus considérable que sa concurrente, et malgré son excellent attelage, elle n'a pu terminer sa tâche.

Nous n'avons pas à revenir sur l'ordre dans lequel ont été décernées les récompenses. Mais nous devons insister tout par-


— 96 —

ticulièrement sur la portée et les conséquences des expériences de la Planche.

Ce n'a pas été seulement un concours où diverses catégories d'instruments se sont disputé les prix proposés, mais une occasion pour l'outillage de moisson mécanique de se produire, de s'affirmer, de plaider victorieusement sa cause devant l'agriculture de l'Aube, de démontrer la possibilité incontestable de son emploi, qui avait été niée; l'expérience à été décisive ; la machine a montré sa puissance, sa docilité, son intelligence; elle a offert au cultivateur son concours infatigable pour suppléer les bras qui lui font défaut : l'offre a été acceptée. C'est un triomphe de plus du progrès sur la routine.

Les moissonneuses, les faucheuses ont désormais droit de cité dans notre contrée ; elles ont vaincu le préjugé qui s'attachait à elles et elles ont fait leur entrée dans notre outillage de ferme; elles rendront de grands services à nos cultivateurs, en leur permettant de faire la moisson avec plus de célérité, et, par suite, de pouvoir, avec la main-d'oeuvre restreinte dont on dispose aujourd'hui, soustraire rapidement les récoltes aux atteintes des intempéries.

L'exposition de machines et d'instruments aratoires installée place du Lycée, offrait un véritable intérêt par suite de sa variété des types spéciaux fabriqués en vue des besoins de l'agriculture locale, et des perfectionnements apportés à l'outillage en général.

Examinons cette partie du Concours d'après l'ordre du programme.

Les charrues exposées étaient bonnes, elles n'offraient pas de dispositions nouvelles, mais des perfectionnements de détail avaient sensiblement amélioré les conditions de travail de ces instruments. Une charrue champenoise, construite par M. Gamichon, des Grandes-Chapelles, portait un soc mobile


— 97 —

que l'on peut à volonté pousser en avant, pour compenser l'usure de la lame. M. Gérard, de JulIy-sur-Sarce, avait exposé une collection de ses excellentes charrues, qu'il a rendues meilleures en remplaçant le fer par l'acier dans la construction des pièces qui ont eu à subir des frottements répétés. La charrue tourne-oreilles de M. Hippolyte Maréchaux, de Montmorillon , est d'un maniement très-facile ; elle est construite avec une grande solidité, c'est un instrument recommandable.

Les rouleaux faisaient complètement défaut, cela est regrettable; le rouleau a une grande influence sur le succès des cultures dans les terres légères de Champagne, qui demandent à être fortement comprimées et tassées pour conserver l'humidité nécessaire à la végétation.

Les rouleaux employés dans l'Aube sont en général défectueux. Construits en bois, ils sont insuffisants comme poids; étant d'une seule pièce, ils offrent de grandes difficultés pour opérer la tournée sur un rayon restreint; dans ce cas, la portion mouvante du rouleau est privée de son mouvement de rotation, par suite de l'immobilité à laquelle se trouve condamnée l'extrémité qui se trouve au centre de la courbe décrite ; elle est violemment poussée en avant et traîne sur le sol en détruisant l'emblavure.

Les rouleaux à segments évitent cet inconvénient, par l'indépendance du mouvement de leurs différentes parties; en retournant, les segments qui se trouvent à l'extrémité pivotante opèrent un léger mouvement de recul, qui facilite la rotation continue en avant des segments de l'aile marchante, et permet de pivoter sur place sans dommages pour la récolte.

L'emploi de la fonte au lieu du bois dans la construction des rouleaux est une amélioration dont la culture de l'Aube désire vivement l'introduction, en ce qu'elle lui permettrait d'agir plus énergiquement sur le sol, sans considérablement augmenter la traction qui est d'autant moins considérable que le diamètre du rouleau est plus grand. Beaucoup de 1873. 7.


98 —

constructeurs fabriquent des rouleaux à segments en fonte d'un grand diamètre, qui réunissent toutes les qualités qui doivent les faire préférer par l'agriculture de l'Aube, et c'est pour cela que nous ne nous sommes pas expliqué l'abstention de ces constructeurs.

Les herses articulées sont l'expression la plus haute des progrès accomplis dans la construction de ce genre d'instruments; M. Clovis Gérard, de Jully-sur-Sarce, avait exposé une collection de herses articulées à dents acérées, pouvant satisfaire à toutes les exigences de l'agriculture. Un modèle surtout nous a paru construit avec une parfaite connaissance des besoins de la culture locale; c'est une herse articulée à un cheval, fabriquée spécialement pour la petite culture et facilement transportable, grâce à deux lames de fer assujéties au dos de l'un des mouvements de la herse et formant traîneau. Pour le transport, on replie le surplus de l'instrument sur la partie munie de l'appendice cité. Cette disposition, qui réduit à moitié la largeur de la herse, lui permet la circulation sur des sentiers d'un mètre de large au plus. Le morcellement et l'enchevêtrement de la propriété dans l'Aube donnent à cet instrument une valeur toute particulière.

Il y a peu de choses à dire des houes à cheval, butteurs, scarificateurs, et aussi des semoirs, dont deux modèles seulement étaient exposés : les semoirs Garett et Hornsby; aucun de ces engins n'ayant été expérimenté, il a été impossible de se prononcer sur leurs mérites respectifs.

Les machines à battre occupaient une grande place dans l'exposition; les machines à grand travail, sur lesquelles s'est concentrée depuis longtemps l'attention des constructeurs, dominaient comme toujours; elles ne laissent, pour ainsi dire, plus rien à désirer, et sont assez connues pour qu'il ne soit pas nécessaire de les décrire à nouveau. Les batteuses mues par la vapeur, de MM. Protte et Harter aîné, étaienten première ligne; la machine de M. Harter a une grande douceur dans le mouvement, qui prouve la perfection de l'ajustage et l'agencement judicieux des organes. Celle de M. Protte,


— 99 —

qui ne le cède en rien à la précédente pour le fini de la construction, offrait une disposition nouvelle dans les appareils nettoyeurs du grain. A l'antique tarare avec son bruyant secoueur à grilles, M. Protte a substitué le ventilateur à hélice de son invention, qui offre des avantages sérieux.

Différentes autres batteuses, à manéges pour deux et trois chevaux, étaient exposées par MM. Protte, Harter aîné, Millard-Blondel, Harter jeune, Léautey. Toutes sont recommandables à plus d'un titre.

A côté de ces machines, destinées à la grande culture, on remarquait une miniature de batteuse en bout, mue par un manége à un seul cheval, qui contrastait singulièrement par ses proportions réduites avec les encombrantes machines en travers qui I'avoisinaient. Cette batteuse, destinée aux petites exploitations, a été l'une des curiosités du Concours, et a reçu des cultivateurs de l'Aube l'accueil le plus favorable, car elle répond à un véritable besoin ; elle a sa place assurée dans toutes les petites et moyennes exploitations dont elle complète heureusement l'outillage.

Cette batteuse, construite par M. Maréchaux, constructeur à Montmorillon (Hte-Vienne), se compose d'un tambour batteur à barreaux de fer, agissant sur un contre-batteur aussi à barreaux de fer, mais ceux-ci mobiles et indépendants, ce qui permet d'en augmenter ou d'en diminuer le nombre, selon la nature des récoltes à dépiquer; deux vis de pression permettent de régler la distance entre le batteur et le contre-batteur. La batteuse est commandée par un arbre de couche placé au niveau du sol, qui met en mouvement une poulie portant l'unique courroie de la machine, courroie qui va s'enrouler sur une seconde poulie d'un diamètre dix fois moindre, placée à l'extrémité de l'axe du batteur auquel elle donne l'action.

Le manége est entièrement en fonte et repose sur un fût de bois de chêne ; il se compose d'une couronne dentée, qui reçoit l'impulsion directe du bras d'attelage et le transmet à un pignon d'angle situé à l'une des extrémités d'un arbre horizontal, dont l'autre bout porte une roue d'engrenage qui com-


— 100 —

mande un pignon établi sur un second arbre horizontal, lequel est muni à son extrémité opposée d'une autre roue d'engrenage qui met en mouvement un dernier pignon dont l'arbre de couche forme l'axe. ■

Ces différentes pièces sont agencées pour produire un trèsgrand effet utile avec un faible effort; toutes les transmissions de mouvement sont directes, ce qui permet d'obtenir tout l'effet utile de la force motrice ; tous les organes sont combinés pour multiplier la vitesse dans la limite du possible; c'est surtout à sa grande vitesse que cette machine doit les qualités de son travail. Un cheval suffit comme moteur; cependant, un second bras d'attelage est disposé pour le cas où l'on voudrait lui en adjoindre un second. Deux personnes et un aide constituent l'équipe nécessaire au service de la machine; l'une engrène, l'autre tire la paille et la met en bottes; l'aide prépare les gerbes à l'engreneur et enlève la paille liée.

Le battage se fait en bout; la somme de travail produite est très-satisfaisante. Pendant les expériences du Concours de Troyes, malgré des pertes de temps et la longueur inusitée de la paille employée, la machine a battu sur le pied de 20 décalitres de seigle à l'heure, ce qui donnerait 20 ou 25 hectolitres pour une journée de travail. M. Maréchaux affirme que l'on peut arriver jusqu'à trente hectolitres, et nous n'en sommes point surpris, après avoir vu la machine, servie par quatre personnes et attelée d'un seul cheval, battre 12 hectolitres d'orge en l'espace de deux heures.

Les petits instruments d'intérieur, tels que tarares, trieurs, coupe-racines, hache-pailles, exposés en grand nombre par MM. Paulvé frères, Millard, Blondel, Harter aîné, Paul François, Jeudy Firmin, Harter jeune, étaient fabriqués avec soin et de manière à satisfaire toutes les exigences des cultivateurs.

Les pressoirs, appareils de vinification, appareils destinés à cuire les aliments du bétail, les bascules de ferme, les barattes n'ont brillé que par leur absence.

Dans la catégorie des instruments non classés au pro-


— 101 —

gramme, on remarquait particulièrement une machine à filer le chanvre, imaginée par M. Alix Turin, de Bouy-Luxembourg. Les dispositions de cette machine permettent au cordier de rester sédentaire, d'être assis même pendant son travail, d'où la faculté de s'installer à couvert et de pouvoir travailler à la lumière et par le mauvais temps ; avec cette machine, un aide n'est pas nécessaire, un ouvrier seul suffit à son fonctionnement.

Cette machine se compose d'un rail en bois de 80 mètres de longueur, établi à environ 0,50 centimètres du sol ; le long de ce rail se développe un double câble passant dans une poulie située à l'extrémité du rail opposée au fileur; ce câble est fixé par un bout sur une roue à pédales que fait mouvoir l'ouvrier au moyen des pieds; l'autre extrémité est attachée à un petit charriot faisant navette qui glisse sur le rail entraînant et tordant le fil.

Le mécanisme de ce petit charriot est très-ingénieux; cette pièce se compose d'une petite boîte de tôle sans fonds, qui possède à l'intérieur un cylindre de cuivre denté dont l'axe prolongé au dehors porte de chaque côté une roue dentée engrenant sur un pignon d'angle situé à l'arrière du charriot, et muni d'un petit crochet à son centre.

Lorsque le fileur veut mettre la machine en mouvement, assis sur une escabelle qui domine la roue à pédales, il étire une portion de filasse de la grosseur voulue et l'attache à l'un des crochets du charriot; puis, continuant à filer, il imprime par le mouvement des pieds l'impulsion à la roue à pédales, ce qui provoque l'enroulement du câble autour de cette roue; par suite de cette action, le câble attire le charriot qu'il remorque, l'éloignant progressivement du fileur et l'entraînant vers l'autre extrémité du rail. Durant la marche du charriot, la roue dentée qui a prise sur le rail se met en rotation et communique le mouvement à l'engrenage et au pignon qui opère la torsion du fil. Quand le charriot est arrivé au terme de sa course, le fileur attache l'extrémité du fil qu'il a en sa possession sur un dévidoir situé en arrière de son siége, et


— 402 —

tourne pour y enrouler le fil obtenu, ce qui ramène le charriot à son point de départ, et provoque le déroulement du câble d'autour de la roue à pédales ; de sorte que, quand le fil produit par cette première opération est complètement enroulé sur le dévidoir, les divers organes du mécanisme ont repris la position qu'ils occupaient au début du travail, et l'ouvrier recommence à filer comme il a été dit.

Un ouvrier seul file, par le moyen de cette machine, 1,200 mètres à l'heure.

Les organisateurs du Concours international de Troyes avaient eu le bon goût d'éviter tout ce qui aurait pu donner l'apparence d'une fête à cette réunion agricole, à laquelle ils ont conservé le caractère de dignité et de simplicité qui convient si bien à l'agriculture, et dont les circonstances actuelles nous font une loi; donc pas de décors, pas d'oriflammes, pas de joyeuses fanfares, pas de pompeuse distribution de prix; mais une véritable fête de famille où l'intimité a remplacé les bruyantes distributions du passé.

Le 21 juillet au soir, un banquet réunissait, dans la grande salle de l'Hôtel-de-Ville, les principales autorités du département et de la ville de Troyes, MM. les Présidents des Sociétés agricoles et horticoles de l'Aube, M. Tisserand, inspecteur général de l'agriculture, M. Ponsard, président du Comice de la Marne, MM. les membres des différents jurys, et un grand nombre d'agriculteurs distingués et de constructeurs.

Des toasts ont été portés aux lauréats, à l'union de l'agriculture et de l'industrie, à la prospérité de la France et de l'agriculture.

JULES BENOIT. Troyes, le 28 juillet 1872.


DIX-NEUVIÈME DISTRIBUTION

DES

RÉCOMPENSES

FONDEES

Par M. JAILLANT-DESCHAINETS

En faveur des Ouvriers de la ville de Troyes

Le 24 Novembre 1872

En cette année 1872, ce fut le dimanche 24 novembre que fut célébrée la fête de Sainte-Elisabeth, sous le patronat de laquelle, en mémoire de sa mère, M. Jaillant-Deschainets a placé sa belle institution des quatre prix à décerner au travail assidu et aux belles actions accomplies.

Cette fête populaire a toujours le privilège de réunir à ses assises les divers éléments de notre cité troyenne : propriétaires, manufacturiers, fabricants, artisans, travailleurs de toute espèce se donnent chaque année rendez-vous pour applaudir les fortunés lauréats que leurs mérites ont particulièrement distingués entre tous leurs camarades. Cette année, plus de deux mille personnes se pressaient sur les gradins du Cirque. Au milieu de la salle s'élevait le buste de Jaillant-Deschainets, entouré d'une corbeille de fleurs rares et disposées avec goût. Sur l'estrade on remarquait M. le Préfet, présidant la séance; M. le Maire de Troyes; Mgr l'Evêque; M. le Général commandant le département; MM. les Conseillers de Préfec-


— 104 —

ture; M. l'Inspecteur d'académie; M. Fontaine, président du tribunal de commerce; M. Truelle, trésorier-payeur-général; M. Douine, conseiller général ; M. Emmanuel Buxtorf, conseiller d'arrondissement, etc., etc.

La fanfare de la ville, qui avait prêté son concours désintéressé à cette solennité, a ouvert la séance par un brillant morceau vivement applaudi.

M. le Préfet a prononcé ensuite l'allocution suivante que nous reproduisons presque complètement, et qui a produit le plus grand effet sur tous ceux qui l'ont entendue; ce n'est pas sans profit qu'on lira les enseignements qu'elle contient :

« MESSIEURS,

" Je remercie M. le Maire de Troyes d'avoir bien voulu m'inviter à présider cette solennité. Je suis d'autant plus sensible à l'honneur qu'il m'a fait, que jamais réunion ne mérita plus de sympathie que celle-ci.

» Les distributions de prix sont d'ordinaire les fêtes de l'enfance; celle-ci est la fête de l'âge mûr, c'est son originalité et son intérêt; car si nous applaudissons aux expérances que donne l'enfance, nous voyons ici des espérances réalisées. Ces fêtes sont malheureusement trop rares; nous sommes emportés par le torrent des occupations journalières, distraits par les devoirs, les responsabilités et aussi les amertumes de la vie, et nous ne nous réunissons pas assez souvent pour récompenser les plus dignes et nous entretenir ensemble. Aussi suis-je doublement heureux de me trouver au milieu de vous; je ne vous connais pas encore assez, mais plus je vais, plus j'aime cette grande et laborieuse ville de Troyes, et plus j'apprécie les qualités sérieuses de ses habitants.

» Laissez-moi d'abord payer un juste tribut d'éloges à l'homme de bien dont je vois l'image devant moi. M. Jaillant-Deschainets était un homme de coeur, attaché à sa ville natale; c'est là la première condition du patriotisme; préoccupé du bien public et profondément intelligent des besoins et des conditions de la société moderne. Ce qui me charme dans sa fondation, c'est qu'elle est un hommage rendu à ce grand principe d'égalité démocratique qui, sainement compris et intelligemment pratiqué, peut être le salut d'une nation


— 105 —

comme il peut en être la perte s'il est détourné de son véritable sens, et obscurci par les sophistes.

» Et puisque la question se présente, laissez-moi vous dire toute ma pensée là-dessus : j'ai pour habitude de ne jamais reculer devant l'explication des paroles que je prononce.

» La Révolution française a été faite au nom des droits de l'homme. — Elle a proclamé l'égalité de tous; mais cette grande et immortelle Révolution n'aurait apporté en ce monde que le désordre, elle n'aurait engendré que l'envie et la jalousie entre les hommes si, en élargissant la sphère des droits, elle n'avait du même coup élargi celle des devoirs. Nous avons plus de droits, mais nous avons plus de devoirs. — C'est inséparable. Il faut connaître ces devoirs, les rechercher et les pratiquer est le premier de tous, celui qui les comprend tous, c'est le travail.

» Aujourd'hui le travail fait la seule distinction entre les hommes. Ce n'est pas la loi qui distingue les hommes, nous sommes effacés devant elle; ce n'est pas le rang, ni la naissance, ni la fortune, ni même peut-on dire l'intelligence — c'est le travail. — Le monde se divise entre gens qui travaillent et gens qui ne travaillent pas, et autant j'aime et j'estime les uns, autant., je n'ai pas besoin de le dire, je mésestime les autres.

» Ceux qui travaillent sont nécessairement amenés à pratiquer tous ces devoirs qui sont corrélatifs de droits que nous a donnés la Révolution. Ils ont le respect d'eux-mêmes, le sentiment de leur propre dignité, le respect de leurs semblables, l'amour de la famille, enfin le goût de l'épargne.

» Hélas ! Messieurs, je suis appelé souvent par mes fonctions à voir bien des misères. La plupart du temps, elles proviennent d'accidents imprévus, de crises, d'une famille nombreuse à soutenir. J'ai souvent vu des mères de famille, des femmes d'ouvriers supportant noblement et courageusement le* poids de la vie et jamais je n'ai vu femmes plus saintes, ni plus respectables — mais quelquefois aussi ces misères ont une autre cause. C'est l'imprévoyance, le défaut d'économie, le manque d'épargne.

» Je sais bien qu'il est difficile à un homme qui gagne péniblement sa vie de s'imposer des sacrifices quotidiens. C'est difficile, soit, mais c'est pénible et c'est nécessaire.

» C'est à nous administrateurs, c'est à vous Messieurs, qui êtes chefs d'usine, chefs d'atelier, patrons, qu'il appartient alors de fa-


— 106 —

ciliter l'épargne à l'ouvrier. — Il faut que nous favorisions les institutions de crédit, de prévoyance, les sociétés de secours mutuels, les sociétés de consommation, de coopération, tout ce qui, en un mot, peut mettre l'ouvrier en mesure d'épargner.

» Et alors l'ouvrier ne tarde pas à assurer le lendemain. Il fait plus, il double, il décuple la force de son instrument de travail, il arrive peu à peu par ses économies journalières à posséder ce moteur puissant dont on a dit bien du mal mais dont on ne peut se passer : le capital.

» Le capital que les économistes n'ont pas su définir, que d'autres, obéissant à des pensées mauvaises, ont défini d'une façon mauvaise et qui n'est autre chose que le travail accumulé.

» Grâce à l'épargne, l'ouvrier peu donc devenir capitaliste, il; remplit ces devoirs envers lui-même, envers sa famille: il fait plus, il remplit ses devoirs envers la patrie. Nous avons vu par le temps de crise que nous avons traversé ce que peut faire l'épargne des petites bourses. C'est grâce à elle qu'après avoir subi des désastres; tels que l'histoire d'aucun peuple n'en contient de pareils, nous avons pu encore étonner le monde et donner 42 milliards quand on nous en demandait 3.

» Mais je me laisse aller à vous faire un discours et je n'avais pris la parole que pour remercier M. le Maire de son invitation. Permettez-moi seulement de résumer ce que je viens de vous dire en deux mots : travail et économie.

» C'est là notre devise, notre devise à tous. Travaillons et économisons et nous ferons une nouvelle France grande et forte. Nous avons subi des épreuves sans nom, nous les méritions. Le châtiment a été rude, qu'il nous servent de leçon. Devenons sérieux, pratiquons le travail et l'épargne et nous reviendrons les fils d'une glorieuse patrie. Nous serons, dans le vrai sens et dans toute l'étendue du terme, des républicains. »

Après cette allocution accueillie par d'énergiques applaudissements, M. le Maire a lu le rapport suivant au nom de la Commission chargée de décerner les récompenses :

« MESSIEURS,

» Je me garderai bien d'entrer, après M. le Préfet, dans l'ordre d'idées qu'il vient d'exprimer en termes si justes et si brillants.


— 107 —

— J'aime mieux vous laisser et rester avec vous, sous l'impression sympathique que nous ont causées ses généreuses et patriotiques paroles et de me bormer au rôle modeste, qui me convient bien mieux d'ailleurs, de rapporteur fidèle des décisions de la Commission chargée avec moi de décerner aux plus méritants les prix fondés par notre vénéré compatriote, M. Jaillant-Deschainets, en faveur de nos laborieux et braves ouvriers.

» Je ne crois pas avoir besoin de vous en donner l'assurance : notre examen a été ce qu'il doit toujours être, consciencieux et réfléchi , et c'est à leur seul mérite que nos quatre lauréats devront la récompense qui va leur être décernée.

» Comme les années précédentes, de nombreuses demandes nous ont été adressées, et nous avons eu à examiner quarante-six dossiers pour les prix d'assiduité au travail et de bonne conduite seulement.

» A notre grand regret, nous avons dû écarter plusieurs de ces demandes; non pas que ceux en faveur desquels elles étaient faites ne fussent d'excellents et laborieux ouvriers dignes, à tous égards, de l'estime des honnêtes gens, mais ils n'appartiennent pas à la catégorie de ceux en faveur desquels M. Jaillant-Deschainets a édicté ses libérales dispositions.

" En effet, son testament porte expressément que ces deux prix seront donnés « aux ouvriers employés dans les manufactures de » la ville, qui se seront fait remarquer, aux dires de leurs chefs, " par leur assiduité au travail et par leur bonne conduite. "

» Ces termes formels du testament nous imposaient le devoir étroit de circonscrire nos choix dans le cercle tracé par M. Jaillant-Deschainets lui-même, et quelque pénible qu'il soit pour nous de ne pas admettre au Concours des hommmes dont la vie entière a été consacrée au travail et au bien, nous avons dû nous résigner, car notre premier devoir, si nous voulons loyalement remplir la difficile et délicate mission qu'il nous a confiée, c'est de respecter scrupuleusement la volonté du bienfaiteur de notre ville et de nous refuser la satisfaction d'interpréter arbitrairement sa pensée. » Ce sacrifice accompli, nous avons longuement examiné les titres des candidats qui réunissaient les conditions prescrites par le testament, et nous avons pensé que les deux prix d'assiduité au travail et de bonne conduite dont nous disposons cette année devaient être donnés :


— 108 —

» A CADET (Jean-Louis), ouvrier teinturier;

» Et à CHARTIER (Achille), ouvrier fileur.

» Dix candidats se sont présentés pour disputer les deux prix à décerner pour actions méritoires, ou pour belles actions.

» Pour ceux-là, aucune élimination ne nous était imposée par le testateur, tous les ouvriers de notre ville, qu'ils soient employés dans les manufactures, ou qu'ils travaillent isolément chez un patron ou chez eux, sont appelés à concourir, et nous avons eu la satisfaction de pouvoir examiner les titres de chacun de ces dix candidats.

» Parmi les plus méritants nous avons distingué :

» BOURGUIGNON (Louis-Prudent), ancien ouvrier serrurier;

" Et WONÉ (Eugène), ouvrier bonnetier.

" Et c'est à eux qu'il nous a paru juste de décerner les deux prix de cette seconde catégorie.

» J'ai le devoir, et vous me permettrez de le remplir aussi brièvement que possible, de vous faire connaître les droits de nos quatre élus à la récompense que nous leur avons accordée.

» CADET (Jean-Louis), né à Bréviandes, le 5 avril 1802, va bientôt atteindre sa 71 année.

» Pendant vingt-cinq années il a été employé à la teinturerie de MM. Dret-Lesieur et Descordes, et, depuis 26 ans, il est attaché à l'important établissement de MM. Colas-Anheim et Delaage, aujourd'hui dirigé par MM. Journé et compagnie.

» C'est donc une carrière de cinquante-et-un ans de travail non interrompu dans deux maisons. — Pendant ce long espace de temps, les divers patrons qui ont vu à l'oeuvre ce modeste et infatigable travailleur se sont toujours loués de son assiduité, de sa probité et de son excellente conduite; les certificats qui lui ont été délivrés sont unanimes à cet égard.

» Comme tant d'autres ouvriers laborieux, Cadet n'a pas impunément consacré sa vie à un travail pénible. Il est menacé de la perte d'un oeil et, depuis longtemps, atteint de douleurs rhumatismales qui parassent ses forces.

» CHARTIER (Achille) est né à Angers en 1809. Soldat pendant

12 ans, il s'est fait distinguer par ses chefs pour sa bonne conduite.

» Libéré du service en 1842, il s'établit à Troyes et travaille


— 109 —

pendant 6 mois chez un maître teinturier qu'il ne quitte que par suite de la cessation d'affaires de son patron.

» En 1843, il entre dans la filature de M. Hureau-Pignolet, possédée depuis 1845 par MM. Fontaine et Simonnot, et il y est encore aujourd'hui, aimé et singulièrement estimé de ces honorables manufacturiers.

» Dès 1855, ces Messieurs signalaient Chartier à l'Administration municipale comme un ouvrier d'élite, et depuis 1864 ils sollicitent avec instance pour lui l'un des prix Jaillant-Deschainets.

« En prenant possession, en 1845, de la filature de M. Hureau» Pignolet, nous y avons trouvé Chartier, disent MM. Fontaine » et Simonnot. — Simple manoeuvre d'abord, sa bonne conduite et » son intelligence nous l'ont fait distinguer, et nous l'avons ap» pelé successivement à plusieurs emplois de confiance dont l'im» portance à toujours été croissante et dans lesquels il a montré et » montre encore une activité et un dévouement méritoires....

" Nous ne saurions trop insister, ajoutent ces Messieurs, sur la » valeur des mérites de notre protégé. Ils se résument en une » durée de 29 années consécutives de travail dans le même éta» blissement, mais ils surpassent, nous en sommes convaincus, » tout ce que d'autres peuvent faire valoir comme exactitude, » assiduité, dévouement à ses devoirs et conduite constamment » exemplaire. — Aussi; dans la pensée que ce n'est pas seulement " la durée des services, mais encore leur valeur qu'il importe de « récompenser, nous recommandons Achille Chartier de la ma» nière la plus pressante. »

» Je ne pouvais mieux faire, je crois, que de vous lire ces deux passages de la dernière lettre de MM. Fontaine et Simonnot, et vous penserez certainement comme moi, qu'elle fait autant d'honneur aux patrons qui l'ont écrite qu'à l'excellent ouvrier qui a su inspirer de tels sentiments et un aussi complet éloge.

" Ces sentiments vous les partagerez avec nous quand je vous aurai dit qu'au mérite d'un travail assidu et d'une conduite irréprochable, Chartier a su joindre le dévouement à sa famille et à ses semblables. — En effet, en 1850, il sauvait d'une mort certaine et au péril de sa vie, un jeune enfant qui se noyait dans les ondes de la filature de Brulé, et, en 1870, il recueillait les deux enfants en bas-âge d'un fils qu'il a perdu, et subvient, depuis ce temps, presque entièrement à leurs besoins.


— 110 —

— » Bien qu'ils n'appartiennent pas à la même catégorie, la transition est facile de Chartier à

» BOURGUIGNON (Jean-Louis).

» Si le premier est un laborieux ouvrier, un brave coeur et un bon père de famille, le second est un citoyen courageux et dévoué, un travailleur infatigable, et quand la mort lui enleva sa femme, en 1848, il a bien rempli son devoir envers les cinq enfants qu'il restait seul à élever.

» Aussi n'avons-nous pas hésité à lui attribuer l'un des prix destinés à récompenser les actions méritoires et les belles actions...

» Né à Seignelay (Yonne), le 8 avril 1802, Bourguignon est veun habiter Troyes avant 1820, et y a exercé, jusqu'à ces dernières années, la profession d'ouvrier serrurier.

» Avant de se signaler dans son pays d'adoption par les actes de dévouement que je vais vous faire connaître, il avait, dans deux circonstances, sauvé, au péril de sa vie, deux jeunes gens qui se noyaient dans l'Yonne.

» Au mois de juin 1842, le jeune Baret, âgé de 16 ans, allait périr dans la Seine, près de l'usine de Jaillard, enlacé dans les hautes herbes qui émergeaient de la rivière, profonde à cet endroit de 4 à 5 mètres. — Bourguignon, alors employé dans cette usine, voit le danger que court le malheureux enfant, se précipite dans l'eau et, après avoir failli laisser lui-même sa vie au milieu de cet inextricable réseau d'herbes qui enroulaient autour de lui leurs liens mortels, parvient à ramener le jeune Baret sain et sauf sur la rive.

» Le 30 décembre 1847, un incendie éclate dans cette même filature de Jaillard où Bourguignon travaillait toujours.

» N'écoutant encore cette fois que son courage et son dévouement, notre brave ouvrier pénètre, à plusieurs reprises, dans les bâtiments en flammes, préserve du fléau les constructions menacées et sauve le matériel de l'usine on se fabriquait le gaz d'éclairage de la filature.

» Il a échappé à la mort qu'il bravait si généreusement, mais quand les derniers objets eurent été mis par lui à l'abri du feu, il avait les mains cruellement brûlées et dut rester 57 jours sans pouvoir reprendre son travail.

» Je vous ai dit que Bourguignon avait été encore un laborieux


— 111 —

ouvrier. — En effet, après dix-huit ans passés dans divers ateliers de serrurerie, et notamment chez MM. Bollendorf et Hastier, il restait, pendant dix-sept ans, employé comme serrurrier-mécanicien dans la filature de Jaillard, aimé et estimé de son patron, M. Charles Huot père.— A la mort de ce dernier, il travaille chez MM. Hoppenot frères et ne les quitte que par suite d'une grave infirmité qui ne lui permettra plus de se livrer à un travail régulier. — Cependant il lutte, pendant six ans encore, contre le mal qui paralyse ses forces et seconde de son mieux son gendre, M. Alexandre, marchand ferrailleur.

» Enfin, en 1869, ses infirmités lui imposent une inaction absolue et aujourd'hui, à 70 ans, il finit sa vie dans la pauvreté, car, vous ne l'avez pas oublié, il est resté veuf avec cinq enfants, et les sacrilices qu'il a dû faire pour les élever ont épuisé ses ressources.

» WONÉ (Eugène).

» Sur le même rang que le vieux et brave Bourguignon, nous avons placé le jeune Woné, Eugène.

» Il est né à Virey-sous-Bar, le 17 avril 1840.

» Il avait donc 13 ans lorsqu'en mai 1853, il se jetait tout habillé dans le gouffre creusé par le déversoir de Fouchy et sauvait de la mort le sieur Jean Coudeyrac qui s'y noyait.

» L'année suivante, au mois de juillet, à la même place, il arrachait encore à la mort, au péril de sa vie, le sieur Armand Herluison.

» En septembre 1856, à Ste-Maure, Woné, mettant cette fois son courage au service de la Justice, se lançait dans la Seine à la suite d'un malfaiteur, qui s'y était précipité pour échapper aux gendarmes qui le poursuivaient, parvenait à le saisir malgré sa résistance et le danger de cette lutte dans une rivière profonde, et le remettait entre les mains des agents de la force publique.

» Delphine Paris revenait de son travail avec son frère au mois de mars 1852; elle tombe dans la rivière des Bas-Trévois, trois mètres d'eau. — Woné sortait lui-même de son atelier : il entend crier : au secours ! se jette dans la rivière et sauve la vie de cette jeune fille.

» Le 21 juin 1868, Charles Chenevotot, âgé de quinze ans, se baignait dans la Seine, à St-Julien. Entraîné par le courant, il allait se noyer quand Woné, accourant aux cris poussés par les spectateurs


— 112 -

terrifiés et impuissants de cette imminente catastrophe, se jette couvert de ses habits dans la rivière, profonde d'au moins 4 mètres, et ramène sur le bord l'imprudent baigneur, évanoui mais vivant. » Enfin, un soir de septembre 1869 un cheval, rendu fou de terreur par deux débris de brancards de voiture, qui lui frappaient les flancs, parcourait, d'une course désordonnée, la rue NotreDame. — Woné se jette bravement à la tête de l'animal, parvient à s'en rendre maître et empêche ainsi lés graves accidents qui pouvaient se produire.

" Vos applaudissements me prouvent que nous avons bien fait de ne pas attendre plus longtemps pour décerner le prix à cet intrépide sauveteur, à ce courageux jeune homme qui, à 30 ans, avait déjà accompli tant d'actes de dévouement et qui, soyez-en sûrs, n'a qu'une pensée, redoubler de zèle et de courage pour se rendre encore utile à ses concitoyens.

» Et non-seulement Woné est un brave jeune homme, mais c'est encore un laborieux ouvrier. — Tous les patrons qui l'ont employé dans leurs ateliers, jusqu'au moment où il a pu acheter un métier et travailler chez lui, MM. Hoppenot, Poron, Contour et Charles Huot, s'accordent à rendre le meilleur témoignage; de son assiduité au travail et de sa bonne conduite.

» J'ai fini, Messieurs, et je vous prie de me pardonner les détails dans lesquels je me suis laissé entraîner. Mon excuse sera dans le vif désir que j'éprouvais, non-seulement de justifier nos choix à vos yeux, mais surtout de vous mettre à môme d'apprécier et d'aimer, comme nous-mêmes nous les apprécions et les aimons, les honnêtes et courageux travailleurs dont j'ai essayé d'esquisser la vie. — Nous les avons crus dignes d'être proposés en exemple à leurs camarades, et j'ai le ferme espoir qu'ils trouveront parmi eux de nombreux imitateurs. »

Des bravos unamines ont couvert les dernières paroles de M. le Maire.

Puis a eu lieu la distribution des prix aux quatres lauréats dont les noms avaient été proclamés.

Enfin s'est faite la remise des médailles commémoratives aux huit lauréats de l'année dernière, qui comptait pour deux, en raison des empêchements causés par la guerre en 1870, la ville de


— 113 —

Troyes étant alors occupée par les Prussiens. Voici les huit noms proclamés en 1871 :

Pour l'assiduité au travail et la bonne conduite :

1° MOREL (Nicolas), ouvrier chamoiseur; 2° MÉGARD (Charles), ancien ouvrier imprimeur; 3° GEORGEOT (Sébastien-Dieudonné), ouvrier teinturier; 4° LENOIR (Denis), ouvrier fileur.

Pour actions méritoires et belles actions :

1° PERROT (Nicolas), bobineur de coton; 2° TISSERAND (Pierre-Jacques), ouvrier charpentier; 3° GODARD (Nicolas), ouvrier fileur de laine; 4° DEGAND (André), garde-moulin.

Avant de lever la séance, M. le Maire a remercié les musiciens du concours désintéressé qu'ils avaient apporté à la solennité.

Un morceau de musique final plein d'entrain a terminé la cérémonie.

Troyes, le 26 novembre 1873.

EMILE SOCARD.

1875. 8..



LISTE

DES

DONS FAITS AU MUSÉE DE TROYES

AVEC LES NOMS DES DONATEURS Pendant les années 1870, 1871 et 1872 (1)

Article 34 du règlement de la Société Académique de l'Aube :

" Chacun des Membres de la Société doit contribuer, autant " qu'il est en lui, à l'augmentation du Musée.

" Les dons faits à la Société par ses Membres, ou par des per" sonnes étrangères, sont inscrits sur un registre spécial, et " publiés en outre dans les journaux de Troyes et dans l'ANNUAIRE " du Département, avec les noms des donateurs, "

Année 1870

MM.

Le baron BOYER DE SAINTE-SUZANNE $$, préfet de l'Aube : — Une sculpture en marbre blanc, représentant la Sainte-Famille; — six silex taillés à éclat, et deux silex à moitié polis; - un miroir romain; — une charnière de miroir antique; — un vase en terre sigillée signé Volus; — une espèce de fibule et un bouton en verre, le tout trouvé flans un tombeau antique, à Vaison (Vaucluse) ; — des carreaux émaillés de l'époque de la Renaissance, dont un porte une date.

PIÉTREMONT-PERRIN, propriétaire, à Troyes : — Des tuiles creuses et des carreaux émaillés provenant du Mesnil-Saint-Père.

(1) Pour les publications précédentes, voir l'Annuaire de l'Aube des années 1847 à 1870.


— 116 —

Mme PILLARD-BOUILLY, propriétaire, à Troyes : — Divers échantillons de minéralogie et de géologie, comprenant des cristaux de roche, des agathes, des grès de Fontainebleau cristallisés, des cristaux de sulfate de chaux et quelques fossiles; — un oeuf de casoar; — deux empreintes de camées; — diverses monnaies et médailles ; — un denier d'argent de PupienMaxime; un petit bronze de l'empereur Posthume; un moyen bronze de Constance Chlore; un moyen bronze de Vespasien; une monnaie d'Auguste, à l'autel de Lyon; un gros d'argent de Saint-Etienne de Metz; un teston de Henri III; un double tournois de Henri III; un double tournois de Henri IV; un double tournois de Louis XIII; une monnaie de billon au type de Charles-Quint; une monnaie genevoise de 1557.

LE MAIRE DE LA VILLE DE TROYES : — Treize pièces d'or des règnes de Jean II et de Charles V : 2 francs à cheval et 3 moutons d'or de Jean 11 ; 8 francs à pied de Charles V. Ces monnaies ont été découvertes par le sieur Jules Massé, terrassier, à Troyes, dans les fouilles pratiquées sur un chemin de la contrée des Trévois.

GAUDINOT (Eugène), propriétaire, à Troyes : — Une épée à lame damasquinée, avec garde ornée de plaques de nacre; Cette épée a été offerte par la ville de Troyes à M. Gaudinot-Gérard, maire de Troyes, à l'époque du passage du roi Charles X.

GROSDEMANGES, liquidateur de faillites, à Troyes : — Un fragment de mosaïque, trouvé près de Chanteloup; — des fragments de carreaux émaillés, trouvés sur l'emplacement de l'ancien

collége; — des monnaies des Tricasses; — des monnaies des comtes de Champagne; — des incrustations de l'aqueduc de Pont-sur-Seine.

CORRARD DE BREBAN O. , président honoraire du tribunal civil, à Troyes : — Un fragment d'un vase antique en pierre, trouvé dans le nivellement d'un pré sur le territoire de SaintPouange.

DOUINE-JOFFROY, propriétaire, à Neuville-sur-Vannes : — Un fer de

chevalet une monnaie romaine, trouvés à Neuville-surVannes,

Neuville-surVannes, la contrée des Craies.

HOPPENOT (Auguste), manufacturier, à Troyes : — Un fragment de


— 117 —

poterie sigillée, portant la signature ATEI, découvert dans les fouilles faites à Troyes, place de la Tour.

HAUER, secrétaire de M. le préfet de l'Aube, à Troyes : — Un fragment de mâchoire humaine, appartenant au squelette sur lequel se trouvaient les armes en or, découvertes à Pouan, en 1842.

LÉCORCHÉ (Auguste), terrassier, à Fontvannes : — 2 monnaies françaises des rois Henri IV et Louis XIII.

QUILLIARD , ingénieur en chef, à Troyes : — 5 lames d'épées en fer; — 4 grands fers de lances; — 2 grands anneaux de jambes, fragmentés; — 2 bracelets en bronze; — une agrafe de chaînette ; — 3 détails de fibules en bronze ; — 11 petits anneaux; — 2 détails de harnais de chevaux, en fer; — 2 mors de chevaux, en fer; — divers débris de ferrements. Ces objets ont été découverts à Mailly-le-Petit, à un mètre de profondeur, dans un champ appartenant à M. Pierre-Antoine Dehan.

Anonyme : — Une médaille romaine de Trajan, moyen bronze, frappée dans les colonies impériales, l'an 116 avant J.-C, trouvée à Troyes.

TISSERAND fils, entrepreneur, à Troyes : — Deux chapiteaux avec consoles en pierre, du XIe siècle,

BOUTUNLET, cultivateur, à Saint- Pouange : — Une espèce de hache de forme particulière, présumée de l'époque mérovingienne; — une pointe de javelot de forme celtique; — des fragments de poterie de fabrication grossière, pouvant remonter aux temps antéhistoriques.

BOUTIOT, propriétaire, à Troyes : — Des fragments de poterie, provenant des marais de Saint-Pouange, et datant de l'époque antéhistorique.

BRICET, notaire, à Troyes : — Un fragment de mosaïque, dont le fond est formé d'une espèce de ciment mêlé de charbon, et dont la surface est devenue luisante par le frottement.

PRÉAUX, horloger, à Troyes : — Une médaille romaine en bronze doré, de l'empereur Philippe-Auguste, trouvée près de Troyes.

DURAND, propriétaire, à Troyes : — Une garniture de serrure ornementée en cuivre.


— 118 —

SEROIN (Julien), propriétaire, à Troyes ; — Deux petits pots à anses, provenant de l'ancien cimetière de Sainte-Jule, à Troyes; — un fragment d'inscription en terre émaillée; — un fragment de statue, trouvé à Saint-André,

HORIOT, agent-voyer, à Nogent-sur-Seine : — Un ancien mors en fer, trouvé dans les fossés de la route de Pont-sur-Seine à Montmirail ; — 2 clefs anciennes en fer.

LECLERC-BASILIDE, propriétaire, à Estissac : — Un jeton en cuivre, trouvé à Neuville-sr-Vannes, portant les effigies de Louis XIII et d'Anne d'Autriche.

DAMOISEAU, propriétaire, à Sainte-Savine : - Une plaque de cheminée en-fonte, provenant d'une maison de la rue Molé.

FLÉCHEY, architecte, à Troyes : — 8 vases cinéraires, provenant de fouilles faites dans l'église Sainte-Madeleine, à Troyes.

MONIOT, propriétaire, à la Rivière-de-Corps : — Deux biscaïens modernes, trouvés sur le territoire de cette commune.

LUGUIET, cultivateur, à Montmorency : — Des fragments de pique et d'épée, trouvés dans un champ à Montmorency.

VALTAT père, ancien sculpteur, à Paris : — Deux grandes poteries, dites acoustiques, en terre rouge, provenant de l'église de Saint-Jean de Troyes; — une meule de moulin, de l'époque romaine, en granit, trouvée dans des fouilles faites à SainteSavine; — un vase antique en pierre blanche, affectant la forme d'un mortier, découvert dans une fouille faite à SainteSavine; — un second vase semblable, découvert dans des fouilles faites à l'église Saint-Remi de Troyes ; — un autre vase semblable, trouvé à Troyes, dans l'emplacement de l'abattoir actuel; — un quatrième vase semblable, découvert à Pouan; — un goulot de vase antique en terre rouge, trouvé, à 3 mètres, dans un gravier de la Vacherie, à Troyes; — un fragment de mosaïque multicolore, ayant fait partie de celte découverte à Paisy-Cosdon ; — un grand morceau de mosaïque blanche et noire, trouvé au sud de Paisy-Cosdon ;

— divers morceaux de peintures murales, provenant des fouilles de Paisy-Cosdon, réunis dans une tablette de plâtre;

— plusieurs fragments de marbres, découverts dans les substructions antiques de Paisy-Cosdon, réunis dans une tablette de plâtre; — divers morceaux de peintures mu-


— 119 —

raies, trouvés à Troyes, dans la rue des Bûchettes, réunis dans une tablette de plâtre; — quelques fragments de marbres, trouvés dans tes fouilles de la rue des Bûchettes, réunis dans une tablette de plâtre; — des fragments de mosaique et de peintures murales, trouvés à Troyes, dans l'emplacement de l'abattoir — un fragment d'architecture antique, avec frise sculptée en pierre, trouvé sur le même emplacement.

DARD-BRAUX, négociant, à Troyes : — Une pièce de monnaie de bronze, trouvée dans des déblais provenant de la cathédrale de Troyes.

MARIET, propriétaire, à Troyes : — Un double tournois de Gonzague, duc de Nevers, trouvé à Piney; — une clef ancienne découverte près de la côte de Montgueux.

L'abbé DUVAL, curé, à Saint-Benoît-sur-Seine : — Un nid de bec-fin Rousserolle, suspendu entre des roseaux.

NAGEOTTE, peintre, à Troyes : — Un échantillon de roche, avec incrustations.

ROYER, tonnelier, à Troyes : — Un oursin fossile, provenant de Gyésur-Seine.

PIAT-LECLERC, propriétaire, à Sainte-Savine : — Une clef ancienne, trouvée dans des fouilles.

CHOISELAT (Isaïe), propriétaire, à Prunay : — Un jeton en bronze, sur lequel on lit, d'un côté : Gallicus Delphinus, et, de l'autre côté : J'aime et je suis aimé.

Année 1871

CAMUSAT DE VAUGOURDON, propriétaire, à Troyes : — Un médaillier des plus précieux, comprenant une suite fort nombreuse dé monnaies champenoises; — une riche collection d'objets archéologiques de diverses époques, comprenant un bon nombre d'objets précieux trouvés dans le département de l'Aube. Cette collection est réunie dans un seul meuble.

ONFROY DE BRÉVILLE et Mme ONFROY DE BRÉVILLE, née CAMUSAT DE VAUGOURDON, propriétaires, au château de Haute-Fontaine (Marne) : — Un riche médaillier comprenant la collection de


— 120 —

monnaies françaises réunie par M. Camusat de Vaugourdon, avec le meuble qui la contient.

SOCARD (Emile), bibliothécaire-adjoint, à Troyes : - Un cachet ancien en bronze; — six médailles et monnaies diverses.

ARNOULT (Henri), propriétaire, à Vendeuvre-sur-Barse : — Un jeton aux armes du duc de Bourgogne, trouvé dans le parc du château.

BUTAT, jardinier, à Lirey : — Une bague avec chaton, en bronze, trouvée sur le territoire de Lirey.

RANCILLAT, peintre, à Troyes : — Le moule en plâtre d'une ancienne

rosace. BALTET (Charles), pépiniériste, à Troyes : — Une clef en fer du moyen

âge. Le docteur GUYOT, médecin, à Lesmont . — Un coin en bronze,

trouvé à Lesmont; — une pointe en os, aussi trouvée

à Lesmont; — une clef antique découverte à Blaincourt,

Blaincourt, (Pierre), propriétaire, à Vauchonvilliers : — Cinq pièces de

monnaies de billon.

Mme O'CONOR DE FRAVILLE, propriétaire, à Condes : — Le buste en plâtre du sculpteur Bouchardon, moulé sur l'original de Lescorné.

LANCELOT, sculpteur, à Paris : — Un médaillon en plâtre représentant la vapeur.

LE BRUN-DALBANNE, propriétaire, à Troyes : — Les bustes de grandeur naturelle des enfants de France (comte de Chambord et duchesse de Parme), plâtres moulés sur les originaux de Bosio; — un dessin de Pierre Mignard ; — un dessin de Simard.

SALLOT DE MONTACHET, propriétaire, à Turny (Yonne) : — Deux fragments de pierres sculptées, provenant d'un écusson, retrouvés dans les démolitions de l'hôtel de Dinteville, à Troyes.

MONTFALCON, sous-intendant militaire, à Lyon : — Quatre objets d'histoire naturelle provenant de la Guyane.

REGNAULT-GODERET, propriétaire, à Chauchigny : — Un oursin fossile trouvé à Chauchigny.


— 121 —

DROLET, propriétaire, à Lesmont : — Deux oursins fossiles.

DE VILLEMEREUIL O. , propriétaire, à Villemereuil : — Deux pièces de monnaie en billon, dont l'une est un double tournois de 1615, trouvées dans les déblais de la rue du Cloître-SaintEtienne, à Troyes.

DEVON, cultivateur, à Paisy-Cosdon : — Deux clefs antiques en fer, trouvées sur l'emplacement de l'ancienne chapelle de SaintNicolas.

GOUEZEL, conducteur des ponts et chaussées, à Belle-Isle-en-Mer : — Un petit fragment de la météorite tombée le 22 mai 1869, à Cléguerec (Morbihan).

VALTAT père, ancien sculpteur, à Paris : — Un groupe en plâtre représentant un faune et une nymphe, exécuté par son fils, Edouard Valtat, sculpteur à Paris, et exposé à Paris, en 1869, sous le n° 3742.

Année 1872

DOULIOT, principal du collége, à Châtillon-sur-Seine ; — Une collection d'objets de l'époque antéhistorique, comprenant des fragments d'os de renne, vingt-deux silex taillés et divers débris de l'industrie humaine, extraits des grottes de la Dordogne.

LAPAYRE (Eugène), élève sculpteur, à Boulages : — Un petit buste en plâtre représentant un soldat prussien; — un autre petit buste en plâtre représentant un marin.

BALTET (Charles), pépiniériste, à Troyes : — Cinq épreuves typographiques des bons municipaux créés par la ville de Troyes pendant la guerre de 1870 ; — un bon municipal de cinq francs de la commune de Villeneuve-l'Archevêque.

Anonyme, par l'entremise de M. Jules RAY : — Une petite statuette ancienne en plomb, représentant saint Roch.

CHANTRIOT, négociant, à Troyes : — Deux petites images chinoises, découpées et collées sur des feuilles d'arbres.


— 122 —

GILBERT-COUDER, propriétaire, à Troyes : — Une coquille fossile trouvée près de Chaumont.

CHERTIER , docteur en médecine; à Nogent-sur-Seine : — Deux échantillons d'une espèce de poisson prise dans la Seine, le Nase (Chondrostoma Nasus).

GERBE , membre correspondant de la Société Académique de l'Aube, a Paris : — Des oiseaux de France, une hirondelle de mer, un macareux, un ganga cata, un guillemot; — des poissons des côtes de l'Océan ; — une suite de crustacés parasités des côtes du Finistère; — un bon nombre d'arachnides et d'insectes récoltés dans le Var; — des animaux rayonnés, recueillis à Concarneau.

SIMON (Eugène), membre de la Société Entomologique, à Paris : — Un oiseau monté de Malacca ; — des crustacés recueillis en Corse; — quatre-vingts annélides marins de Porto-Vecchio (Corse); — six reptiles de Corse; — quelques mollusques terrestres et marins ; — des insectes de divers ordres ; — une collection de formicides de Corse; — un grand nombre d'espèces d'arachnides, déterminées et classées, conservées dans l'alcool; — des nids et des travaux d'insectes; — une espèce fort rare de scorpion-; — des orthoptères du Guatemala.

HUOT (Gustave) , propriétaire, à Saint-Julien : — Un fer de javelot antique, trouvé dans les grèves de la Seine; — deux espèces d'helminthes : le coenure du cerveau des moutons et une autre espèce des poumons de la vache.

FAIRMAIRE, naturaliste, à Paris : — Un oiseau échassier, le combattant en plumage de noces.

LESCUYER , membre correspondant de la Société Académique de l'Aube, à Saint-Dizier ; — Deux très-jeunes hérons pris dans le nid et recouverts de duvet ; — deux chouettes hulottes, aussi recouvertes de duvet.

MENUELLE, pharmacien, à Châtillon-sur-Seine : — Des coquilles fossiles du terrain jurassique de Châtillon.

LE MUSÉUM D'HISTOIRE NATURELLE, à Paris : — Vingt-et-une espèces de mammifères indigènes et exotiques.


— 123 —

MEUNIER, régisseur de l'usine de Plaines, à Plaines : — Un grand polypier fossile, trouvé dans le gravier de la Seine.

THÉVENOT (Arsène), négociant, à Troyes : — Un sceau en cuivre de la baronnie de Dampierre, provenant de l'ancienne justice féodale de Lhuitre, portant les armes de la famille Picot de Dampierre ; — Quatorze pièces de monnaies, romaines et françaises, en cuivre et en argent.

MIGNOT, ancien boulanger, à Troyes : — Un petit canon et un ancien fusil, trouvés dans les fouilles d'une maison.

BROTEL, propriétaire, à Autricourt : — Un jeton en cuivre de Louis XIII.

TENAILLON, horloger, à Doulevent-le-Château : — Une clef en bronze, trouvée à Doulevent.

MARTEL, professeur d'allemand, à Troyes : — Une petite statuette en bronze, trouvée dans le canal des Pharaons.

MOREL, propriétaire et maire, à Baroville : — Deux pièces de monnaies gauloises, en argent, trouvées à la Villeneuve-au-Roi (Haute-Marne).

KINNE, propriétaire, à Troyes : — Des oeufs de colin de Californie, pondus en domesticité; — une poule de Lille dite de Nangazaki.

PRON, artiste peintre, à Troyes : — Des fragments de vases antiques, en verre, découverts dans la rue des Cinq-Cheminées ; — un petit ornement en bronze, indéterminé.

BOURDIER, soldat, en garnison à Troyes : — Un jeton en cuivre, représentant un guerrier, avec cette légende : Aut Coesar, aut nihil.

DEGOISEY, propriétaire, à Saint-Parres-lès-Tertres : — Trois anciens fers de chevaux; — un éclat d'obus; — une amulette russe, en cuivre, découverte sur le territoire de Saint-Parres; — une ammonite et cinq coquilles fossiles de la craie; — une branche de frêne fasciée.

LA DIRECTION DES BEAUX-ARTS, à Paris : — Une gravure représentant la prise de la Smala, d'après le tableau d'Horace Vernet; — quinze tableaux provenant du dépôt des musées du Louvre :


- 124 —

1°. Antoine Dieu : Départ de Jacob.

2°. P, Mignard : Le grand Dauphin (copie d'après).

3°. Pietro de Cortone : Défuite de Darius (copie

d'après). 4°. Paul Delaroche : Joas trouvé par Josabeth.

5°. Van Loo (Louis-Michel) : Le duc de Praslin (copie d'après).

6°. Brune (Adolphe) : Caïn tuant son frère Abel.

7°. Ecole d'Italie ; Paysage.

8°. Paillot de Montabert : Diane et Endymion.

9°. Tiepolo : Un saint en prières. 10°. P. Mignard : Sainte martyre. 11°. P. Mignard : Portrait d'homme. 12°. Attribué à Rachel Ruysch : Fleurs 13°. Ecole d'Italie : XVIe siècle : Dante et Béatrice. 14°. Ecole d'Italie, XVIIe siècle : Paysage. 15°. Van Loo (Charles-Amédée- Philippe) : Aurore et Céphale.

L'abbé LAOUR, curé, à Pont-Sainte-Marie : — Six fragments de carreaux en terre émaillée, portant des traces de légendes, du XVIe siècle.

Mme GOUARD, propriétaire, à Troyes : — Deux meules de moulin gallo-romain en granit, découvertes sur l'emplacement de l'ancien prieuré de Saint-Quentin de Troyes.

BLERZY, inspecteur des lignes télégraphiques, à Troyes : — Deux pièces de monnaies et un billet (faux) de 500 francs, des EtatsUnis d'Amérique.

HOPPENOT (Auguste), filateur, à Troyes : — Le moulage en plâtre d'un antélixe en terre cuite représentant un masque de théâtre antique, trouvé dans sa propriété de la place de la Tour.

DROUET (Henri), sous-préfet, à Joigny : — Une série d'échantillons de bois fossiles, provenant de la forêt enfouie dans le terrain tertiaire de Dixmont (Yonne).

NEVEU (Arsène), receveur-buraliste, à Chesley : — Une pièce de monnaie ancienne, en argent, trouvée à Chesley.


— 125 —

GUILLIER, membre de la Société Académique de l'Aube, au Havre :

— Une belle suite de coquilles marines de diverses provenances ; — dix espèces de cirripèdes ; — diverses espèces d'animaux rayonnés ; — une carapace de tortue exotique;

— des objets de toilette et d'industrie de Chine et d'autres pays; — des objets usuels français du moyen âge et de l'époque moderne, parmi lesquels une bonbonnière peinte sur émail avec garniture en argent, une boîte en ivoire sculpté, un ancien briquet de poche, à silex, de facture italienne, un couteau de poche du siècle dernier; — douze médailles modernes.

L'abbé CHAUMONNOT, professeur au Petit-Séminaire, à Troyes : — Un objet antique, en bronze, à trois branches, d'un usage inconnu, découvert à Troyes, dans les remblais de l'ancien chemin de fer; — un morceau de sculpture en marbre, provenant de Laines-aux-Bois.

LAPEROUSE (Gustave), propriétaire, à Troyes : — Un grand bronze portant d'un côté l'effigie d'Antonin, et de l'autre celle de Marc-Aurèle, trouvé dans les fouilles du grand hospice, à Troyes.

BUXTORF (Emanuel), ingénieur-mécanicien, à Troyes : — Des échantillons de scories et de cendres de la dernière éruption du Vésuve (mai 1872).

MARÉCHAUX, maire, à Créney : — Un fragment de vase en terre rouge, dite de Samos, trouvé à Créney.

BRETAGNE, entrepreneur, à Troyes : — Une clef ancienne, en fer, trouvée à Messon.

Lé comte FRANCK DE MESGRIGNY, propriétaire, au château de Villebertin-Moussey : — Un tableau à l'huile représentant une vue des gorges de l'Allier (Haute-Loire), exposé en 1872, sous le n° 1095.

DOUINE (Ernest), manufacturier, à Troyes : — Une petite cuillère ancienne, en bronze, et une petite clef en bronze, trouvées près de l'usine des Moulins-Brûlés.

BLASSON, concierge, à Troyes : — Six monnaies françaises en billon, un monnaie allemande, un jeton.

DUMONT, élève du Séminaire, à Troyes : — Un petit vase de l'époque


- 126 -

gallo-romaine, en terre rougeâtre; — une clef ancienne en fer, trouvés dans des fouilles de la rue Saint-Aventin, à Troyes.

BOURGUIGNAT (Léopold), propriétaire, à Troyes : — Un double tournois, à l'effigie du roi Henri III, daté de 1587; — un double tournois, à l'effigie de Bourbon, prince de Condé; — une clef ancienne, en fer, trouvée à Chaource, — un crâne d'oiseau, préparé.

LA COMMISSION DES HOSPICES, à Troyes : — Un petit pavé d'une forme particulière; — quatre carreaux émaillés, du XVIe siècle;— un fût de colonne en pierre; — divers débris de poteries gallo-romaines; — six grands bronzes et un petit bronze romain; — un jeton en cuivre; — une pierre sculptée figurant un ange soutenant un écusson ; — une pierre sculptée portant les armes de Jehan Pineau, chanoine de la cathédrale en 1620; — six pieds de vases en verre datant de l'époque gallo-romaine ; — l'encadrement en pierre sculptée d'une fenêtre de la Renaissance, de la fin du XVIe siècle, avec la grille en fer et les volets en bois sculpté. Le tout provenant de travaux effectués au grand hospice de Troyes.

JOFFROY, propriétaire, à Chaource : — Une coquille fossile du genre ostrea, trouvée à la Chapelle-d'Oze,

HERBE (Gustave), propriétaire, à Troyes : — Un jeton en cuivre de Louis XIII et d'Anne d'Autriche ; — un autre jeton à l'effigie de Louis XIV ; — un échantillon de minéralogie.

PIARDON, entrepreneur de déménagements, à Troyes : - Un étrier, un mors et un fer de cheval d'une époque ancienne.

CARRÉ (Elie), propriétaire, à Machy : — Un oeuf de poule ayant une forme anormale.

QUINQUARLET (Félix), manufacturier, à Troyes : — Un oiseau palmipède (le grèbe oreillard); — trois espèces de poissons de la Manche; — trois espèces de mollusques mous conservés dans l'alcool; — quatre espèces d'annélides marins; — quatorze espèces d'échinodermes, méduses et autres rayonnés ; — douze espèces de crustacés marins et d'eau douce ;


— 127 —

— un grand nombre d'arachnides et d'autres insectes de divers ordres; — quelques oursins fossiles.

VALTAT père, sculpteur, à Paris : — Les moulages en plâtre d'un basrelief de Phidias, le grand sculpteur de la Grèce, représentant

représentant bataille; — un moulage du Christ en bronze de Girardon.

GOUSSIER, jardinier, à Troyes : — Deux médailles en bronze, trouvées à la Vacherie.

MATHIEU, propriétaire, à Troyes : — Une loupe de prunelier; — un nid de frelon.

DELAROCHETTE (Emile), propriétaire, à Troyes : — Une ammonite provenant de la carrière de Créney.

REMOND-MARIN, cultivateur, à Villiers-Piney : — Un fer de cheval ancien; — une pièce en argent de Louis XIV; — six monnaies en bronze de Henri III.

LATRUFFE (Hilaire), cultivateur, à Bergères : — Une coquille fossile trouvée à Bergères.

HUGUIER, pharmacien, à Troyes : — Une stalactite provenant d'une grotte des Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées) ; — un échantillon d'ardoises portant des cristaux, provenant également des Basses-Pyrénées.

PIANAZZI, plâtrier, à Troyes : — Un échantillon de nickel de la vallée de la Sesia, et trois échantillons de roches du nord de l'Italie.

ARGENCE O. , avocat, à Troyes : — Une pyrite de fer d'une forme curieuse, provenant de la craie d'Allibaudières.

BRALÉ (Louis), employé chez M. Journé, à Troyes : — Une hache polie en pierre de serpentine, trouvée près du Pont-Hubert, par M. Meunier; — une médaille et une monnaie d'Henri IV.

LASNE (Armand), bonnetier, à Troyes : — Un carreau en terre émaillée, aux armes de la famille de Vienne, de Gérodot.

CHANOINE (Anatole), propriétaire, à Gérodot : — Un égagropile provenant de l'estomac d'une vache.

DE VILLEMEREUIL (Arthur) O. , capitaine de frégate, à Cherbourg :


— 128 —

— Onze oiseaux exotiques, parmi lesquels on remarque trois espèces d'albatros, de l'Océan-Indien et de l'OcéanPacifique, remarquables par leur taille, un fou de l'OcéanAtlantique, cinq oiseaux de la Nouvelle-Calédonie : — Deux crânes d'albatros; — un poisson de mer, préparé.

Pour copie conforme au registre destiné à inscrire les Dons faits au Musée de Troyes.

Troyes, le 24 décembre 1872.

JULES RAY,

L'un des conservateurs.


— 129 —

PRIX MOYEN DES GRAINS

DE LA SAINT-MARTIN 1872,

Etabli sur la Mercuriale des Marchés de Troyes,

Des 3, 9 et 16 Novembre.

DÉSIGNATION PRIX DU DOUBLE-DÉCALITRE.

des

1re QUALITÉ 2e QUALITÉ 3e QUALITÉ GRAINS.

(dite de rente), (dite de moisson), (dite de dime).

Froment .... 4f 97c 0 4f 57c 0 4f 22c 0

Méteil 3 30 0 3 00 0 » »

Seigle 2 65 0 2 50 0 2 42 0

Orge 2 22 0 2 06 1 1 89 0

Avoine 1 81 0 1 73 0 1 62 0

1873,

9..



TABLES

DE

L'ANNUAIRE DE L'AUBE.

Pages.

Articles principaux du calendrier 7

Avertissement 5

Calendrier usuel, religieux et astronomique 9

Commission de l'Annuaire de l'Aube 2

Foires du département de l'Aube 11

DOCUMENTS GÉNÉRAUX.

Archevêques et évêques de France 54

Assemblée nationale 38

Conseil d'Etat 44

Division administrative de la France 56

Ministres secrétaires d'Etat 37

République française. — Gouvernement 37

Résidences diplomatiques 47

Tableau statistique et administratif de la France 50


— 132 — TABLE DE LA PREMIÈRE PARTIE.

NOMENCLATURE DES AUTORITES ET DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Abattoir public de la ville de Troyes 262

Académie de Dijon 80

Académique (service) .... 80 Adjoints aux maires . . . 163-174 Administrateurs du bureau de

bienfaisance 265

Administralion des douanes et

des contributions indirectes. . 108

Administralion des forêts . . . 111

Administration des mines ... 91

Administration des postes . . . 113

Administon des secours à domicile 265

Administration militaire ... 72

Agents de change 225

Agents voyers 97

Architecte du département . . 69

Archives du départemt de l'Aube 68

Arrivée et départ des courriers . 116

Arrondissemt de Troyes . . . 209

— d'Arcis-sur-Aube . 287

— de Bar-sur-Aube . 303

— de Bar-sur-Seine . 323

— de Nogent-sr-Seine. 347 Arrondissent postal de la direction

de Troyes . . . 127

— d'Arcis-sur-Aube . 294

— de Bar-sur-Aube . 312

— de Bar-sur-Seine . 323

— de Nogent-sur-Sne. 356 Assistance judiciaire de l'arrondt

de Troyes 211

Assistance judiciaire de l'arrondt

d'Arcis-sur-Aube ..... 288 Assistance judiciaire de l'arrondt

de Bar-sur-Aube 304

Assistance judiciaire de l'arrondt

de Bar-sur-Seine 324

Assistance judiciaire de l'arrondt

de Nogent-sur-Seine. . . . 348

Association médicale de l'Aube . 142

Associaton musicale de Soulaines. 320

Audiences civiles 211

Avocats de l'arrondt de Troyes . 212

— de Bar-sur-Aube. . . 304

— de Bar-sur-Seine. . . 324

— de Nogent-sur-Seine. . 348 Avoués de l'arrondt de Troyes . 213

— d'Arcis-sur-Aube. . . 288

— de Bar-sur-Aube . . . 304

— de Bar-sur-Seine . . . 324

— de Nogent-sur-Seine. . 349

Banque de France (succursle de la) 103

Bassin de la Seine 113

Bâtiments civils 98

Bibliothèque publique de Troyes 263

Bibliothèque d'Arcis-sur-Aube. . 296 Bibliothèque publique de Nogentsur-Seine

Nogentsur-Seine

Bibliothèque publique de Romilly-sur-Seine

Romilly-sur-Seine

Bibliothèque de la société de

Saint-Vincent-de-Paul. . . 270 Boites de secours pour les noyés

et les asphyxiés 263

Bourse de commerce. .... 225

Brigades de gendarmerie ... 73 Bureau d'administration du Lycée

de Troyes. 87

Bureau d'assistance judiciaire de

l'arrondissement de Troyes. . 211

— d'Arcis-sur-Aube . . 288

— de Bar-sur-Aube . . 304

— de Bar-sur-Seine . . 324 — de Nogent-sur-Seine . 348

Bureau de bienfaisance de Troyes 265

— d'Ervy ..... 237

— de Piney 240

— d'Arcis-sur-Aube . . 295

— de Chavanges . . 298 de Méry-sur-Seine . 299

— de Plancy. . . . 300

— de Ramerupt . . 302

— de Bar-sur-Aube . . 313

— de Brienne-le-Château 317

— de Dienville . . . . 319

— de Soulaines .... 320

— de Vendeuvre . . 321

— de Bar-sur-Seine . . 335

— de Chaource .... 338

— d'Essoyes. 339

— de Mussy-sur-Seine. 341

— des Riceys. . . . 343

— de Nogent-sur-Seine . 356

— de Marcilly-le-Hay. 360

— de Pont-sur-Seine . 362

— de Romilly-s-Seine. 364

— de Villenauxe . 367 Bureau des secours aux incendiés 131 Bureaux de la directon de l'enregt. 105 Bureaux de poste des communes 175-182

Bureaux des hypothèques . . . 405


— 153 —

Bureaux de la mairie de la ville

de Troyes 242

Bureaux de la préfecture . . 63-65 Bureaux de la poste aux lettres. 113-120

Cabinet d'histoire naturelle . . 136

Cabinet du préfet 63

Cadastre 106

Caisse d'épargnes et de prévoyance

de Troyes 274

— d'Ervy 237

— d'Arcis-sur-Aube. . . 296

— de Bar-sur-Aube . . . 314

— de Brienne le-Château . 317

— de Vendeuvre . . . . 321

— de Bar-sur-Seine. . . 336

— de Nogent-sur-Seine. . 357

— de Marcilly-le-Hayer. . 361

— de Romilly-sur-Seine. . 364

— des Riceys 344

— de Villenauxe .... 367 Canal de la Haute-Seine ... 94 Cantons de la ville de Troyes. . 217

Caserne de Troyes 264

Cercle du commerce de Troyes . 280 Cercle du commerce de Bar-surAube 316

Cercle littéraire de Bar-sur-Aube 316 Chambre consultative d'agriculture du département .... 00 Chambre de commerce .... 131 Chambre de discipline des huissiers de l'nrrondissemenl de Troyes. . . 215

— d'Arcis-sur-Aube . . 289

— de Bar-sur-Aube . . 305

— de Bar-sur-Seine . . 825

— de Nogent-sur-Seine . 349

Chambre des avoués 214

Chambre des notaires de l'arrondissement de Troyes .... 222

— d'Arcis-sur-Aube . . 290

— de Bar-sur-Aube . . 307

— de Bar-sur-Seine . . 327

— de Nogent-sur-Seine . 351 Chambre littéraire de Troyes. . 230 Chambre syndicale du bâtiment

de Troyes 00

Chapitre de la cathédrale . . 75-76 Chefs d'institution à Troyes . . 257 Chemin de fer de Troyes à Barsur-Seine 286

Chemin de fer de l'Est. . . 148-285

Chemin de fer d'Orléans à Châ- .

Ions 152-286

Chemins vicinaux. ..... 95

Chirurgien juré 211

Clergé du département . ... 75

Collège communal de Bar-sr-Aube 315 Collége de Troyes. (Voyez Lycée)

Collége libre de Nogent .... 358

Comice agricole départemental . 137 Comité de patronage des salles

d'asile de Troyes 259

Comité de santé des hospices de

Troyes 273

Commissaires de police cantonaux . . . 219-294-306-334-356

Commissaires de police de Troyes 254

— d'Aix-en-Othe . . 60

— d'Ervy. .... 00

— d'Arcis 294

— de Plancy.... 00

— de Bar-sur-Aube . . 311

de Brienne-NapoIéon 00

— de Vendeuvre-sr-Bse. 00

— de Bar-sur-Seine . . 334

— de Chaource ... 00

— d'Essoyes .... 00

— de Mussy-sur-Seine. 00

— des Riceys. ... 00

— de Nogent-sur-Seine . 356

— de Romilly-sr-Seine. 3' 3

— de Villenauxe. . . 366 Commissaires-priseurs de Troyes 223

— d'Arcis-sur-Aube . . 291

— de Bar-sur-Aube . . 307

— de Bar sur-Seine . . 327

— de Nogent-sur-Seine . 351 Commission administrative des

hospices de Troyes 272

— d'Arcis-sur-Aube . . 295

— de Bar-sur-Aube . . 314

— de Bar-sur-Seine . . 835

— de Nogent-sur-Seine . 357 Commission chargée d'examiner

les candidats aux bourses nationales, départementales et communales 84

Commission des Archives ... 69 Commission des bâtiments civils. 98 Commission d'examen pour l'instruction primaire 84

Commission d'examen pour l'instruction secondaire .... 83 Commission des orages de l'Aube. 141 Commisson des prisons de Troyes 273

— d'Arcis-sur-Aube . . 294

— de Bar-sur-Aube . . 311

— de Bar-sur-Seine . . 334

— de Nogent-sur-Seine . 356 Commission de surveillance de

l'Ecole Normale 90

Commission pour la surveillance

des écoles de Troyes .... 258


— 134 —

Commission de surveillance pour

le travail des enfants à Troyes. 271

— à Arcis-sur-Aube . . 296

— à Bar-sur-Aube. . . 00

— à Bar-sur-Seine. . . 335

— à Nogent-sur-Seine. . 358 Commission pour les logements

insalubres 225-365

Commission syndicale de la forêt

d'Aumont 112

Commission syndicale de l'Auzon 293 Commission syndicale de la forêt

de Jeugny 112

Commission syndicale de l'Arce. 333 Commission syndicale de l'Armance

l'Armance

Commission syndicale de la Barse 233 Commission syndicale de la Laignes

Laignes

Commission syndicale de la Noxe. 354

Commission syndicale de l'Ource. 332

Commission syndicale de la Sarce 331

Commission syndicale de la Seine 354

Commission syndicale de la Voire. 510 Commission syndicale des digues

et canaux de Troyes .... 276 Commissions de charité de la ville

de Troyes par paroisses . . . 266

Commissions hippiques. ... 00 Communauté des soeurs de SaintVincent-de-Paul.

SaintVincent-de-Paul. 77

Commune d'Aix-en-Othe . . . 233

— d'Auxon 234

— de Bouilly .... 235

— de Chavanges . . . 297

— de Dienville. ... 318

— d'Estissac 238

— de Landreville . . . 345

— de Lusigny .... 239

— de Piney 240

— de Plancy 300

— de Ramerupt . . . 301

— de Soulaines. . . . 319 Pour les autres, voir au mot VILLE.

Communes du département par

arrondissements et cantons. . 463

Communes du département par

lettres alphabétiques .... 175

Compagnie des chemins de fer de

l'Est 148

Compagnie des chemins de fer

d'Orléans à Châlons-sur-M. . 152

Comptoir d'escompte de la Banque de France 103

Conducteurs des ponts et chaussées 93

Congrégation des Franciscaines. 78

Congrégation des Ursulines . . 77

Congrégations religieuses . . . 77

Conseil d'arrondissemt de Troyes. 209

— d'Arcis-sur-Aube . 287

— de Bar-s.-Aube ... 303

— de Bar-sur-Seine . . 323

— de Nogent-sur-Seine . 347 Conseil de l'ordre des avocats . 213 Conseil départemental de l'instruction

l'instruction . . . . 83 Conseil de perfectionnement. . 87-315

Conseil de préfecture .... 61 Conseil des prud'hommes de

Troyes 224

Conseil des prud'hommes de

Romilly-sur-Seine. . ... 363

Conseil général 65

Conseil d'hygiène et de salubrité

du département 140

Conseil d'hygiène et de salubrité

de l'arrondissement de Troyes. 225

— d'Arcis-sur-Aube . . 291

— de Bar sur-Aube . . 307

— de Bar-sur-Seine . . 328

— de Nogent-sur-Seine . 352 Conseillers municipaux par commune (nombre de) . . . 475-182

Conseil municipal de Troyes. , 241

— d'Aix-en-Othe. . . 233

— d'Auxon .... 235

— de Bouilly. . . . 236

— d'Ervy ..... 236

— d'Estissac.... 238

— de Lusigny . . . 239

— de Piney . . . . 240

— d'Arcis-sur-Aube . . 293

— de Chavanges . . 298

— de Méry-sur-Seine . 299

— de Plancy. . . . 300

— de Ramerupt. . . 301

— de Bar-sur-Aube . . 310

— de Brienne-le-Chât. . 316

— de Dienville ... 318

— de Soulaines . . . 319

— de Vendeuvre-sr-B. 321

— de Bar-sur-Seine . . 333

— de Chaource. . . 337 —- d'Essoyes ..... 339

— de Landreville . . 345

— Mussy-sur-Seine . 340

— des Riceys. . . . 342

— de Nogent-sur-Seine . 355

— de Marcilly-le-Hay. 360

— de Pont-sur-Seine . 361

— de Romilly-s-Seine. 363

— de Villenauxe. . . 366 Conservateurs des hypothèques . 105 Conservateurs du Musée . . . 137 Conservation des forêts. . . . 441


— 135 —

Contributions directes .... 106

Contributions indirectes . . . 108

Contrôleurs des contributions. . 107 Correspondants du ministère de

l'instruction publique. ... 83

Cour d'assises 80

Cour d'appel de Paris .... 79

Cours d'adultes 260

Cours gratuit de chant pour les

adultes 260

Cours publics et gratuits d'anglais

et d'allemand 260

Courses de Montiérender . . . 162

Courses de Troyes 000

Courtiers de commerce.... 225

Couvents 77

Curés 78-163-174

Dames déléguées pour l'inspection des pensionnats tenus par des

institutrices laïques .... 84

Débit de papier timbré .... 105

Délégués cantonnaux .... 000

Département de l'Aube. ... 59

Départ et arrivée des courriers . 116

Dépôt de mendicité 147

Dépôt de remonte de Faverney . 162

Députés au Corps Législatif . . 59

Desservants 163-174

Diocèse de Troyes 75

Direction de l'enregistrement et

des domaines 105

Direction des postes 114

Direction et administration intérieure du Lycée 87

Direction générale des forêts. . 111 Distances légales des communes aux chefs-lieux de canton, d'arrondissement et de département 175-182

Division de la ville de Troyes en

trois cantons 217

Division militaire 72

Divisions et attributions des services de la préfecture. ... 61 Docteurs en médecine de l'arrondissement de Troyes. . . . 226

— d'Arcis-sur-Aube . . 291

— de Bar-sur-Aube . . 308

— de Bar-sur-Seine . . 328

— de Nogent-sur-Seine . 352 Domaines (Administration des) . 104

Eaux et forêts 111

Ecole annexe de l'Ecole normale. 90

Ecole d'accouchement . . . . 140

Ecole d'adultes 260

Ecole de gymnastique de Troyes. 261

Ecole de natation 263

Ecole gratuite de dessin de Troyes 261 Ecole nationale de» arts et métiers de Châlons-sur-Marne. . 148 Ecole normale primaire. ... 90 Ecole primaire supérieure annexée au Lycée de Troyes . . 88

Ecoles chrétiennes 258

Ecoles communales de Troyes . 257

— d'Arcis 297

de Bar-sur-Aube . . 315

— de Bar-sur-Seine . . 336

— de Nogent-sur-Seine . 358 Ecoles de jeunes filles .... 260 Ecoles gratuites 260

— non communales . 260

Ecoles primaires de Troyes. . . 258

Ecoles secondaires d'instruction. 257

Ecoles selon la méthode mutuelle 258

— simultanée 258

Eglise réformée de Troyes. . . 79

Enfants trouvés et abandonnés . 272

Enregistrement et domaines . . 104

Enseignement primaire. . . . 257

Enseignement secondaire . . . 257

Entreposeurs des poudres et tabacs 108

Entrepôt réel pour les boissons. 262

Etalons 160

Evêché de Troyes 75

Fabrique de la cathédrale ... 76

Facteurs de la poste aux lettres. 114

Finances 98

Foires de l'Aube. ( V. le Calendrier) 11

Foires de Troyes 281

Fonctionnaires de la ville de Barsur-Aube 811

Forêts 111

Fourneau de la société de SaintVincent de-Paul 270

Franchise des lettres à l'adresse des grands dignitaire» et des

hauts fonctionnaires de l'Etat. 126

Frères des écoles chrétiennes. 258

Garantie des matières d'or et d'argent 108

Gardes-champêtres de Troyes . 254

Garde nationale mobile. ... 72

Gardes-port 94

Garnison de Troyes 73

Gendarmerie 73

Gîtes d'étapes 72

Greffe du tribunal de Troyes . . 211

— d'Arcis-sur-Aube. . . . 288

— de Bar-sur-Aube.... 304

— de Bar-sur-Seine .... 824

— de Nogent-sur-Seine. . . 348


— 136 —

Greffiers de la justice de paix de

l'arrondissemt de Troyes . . 217

— d'Arcis-sur-Aube . . 288

— de Bar-sur-Aube . . 304

— de Bar-sur-Seine . . 325

— de Nogent-sur-Seine. 350 Gymnase civil de Troyes . . . 261 Halle à la Bonneterie .... 262

Halle aux Grains 261

Halle aux Marchandises . . . 262

Halle aux Vins 262

Hameaux du dépt de l'Aube. 183-206

Haras 160

Heures du chemin de fer . . . 286

Hôpital 271

Hospice pour les vieillards et les

orphelins 273

Hospice des orphelines. . . . 273

Hospices de Troyes 271

— d'Ervy 237

— d'Arcis-sur-Aube . . 295

— de Bar-sur-Aube . . 313

— de Brienne. . . . 317

— de Bar-sur-Seine . . 333

— de Chaource . . . 338

— de Nogent-sur-Seine . 357

— de Pont-sur-Seine . 362

— des Riceys. . . . 343

Hôtel-Dieu 271

Huissiers audienciers de Troyes. 211 Huissiers de l'arrondissement

de Troyes .... 214

— d'Arcis-sur-Aube . . 288

— de Bar-sur-Aube . . 305

— de Bar-sur-Seine . . 325

— de Nogent-sur-Seine . 349 Hypothèques (Bureau des). . . 105

Ingénieurs des ponts et chaussées 93 Inspecteur d'Académie . ... 82 Inspecteurs de l'instruction primaire. . . 83

Inspecteurs des eaux et forêts. . 111 Inspecteurs des monuments . . 69 Inspection des postes de l'Aube . 114 Inspection des officines et des magasins de droguerie .... 141 Institut des sourds-muets de Nancy 148 Instituteurs communaux . . 163-174

Instruction publique 80

Instruction publique de la ville de

Troyes 257

— de Bar-sur-Aube . . 315 Intendance militaire 72

Journaux du départemt de l'Aube. 207

Juges 210

Juges de paix . 216

Jury d'expropriation. . . . 153

Justices de paix de l'arrondissement

l'arrondissement Troyes 216

— d'Arcis-sur-Aube . . . 289

— de Bar-sur-Aube . . . 305

— de Bar-sur-Seine . . . 325

— de Nogent-sur-Seine . . 349 Lieutenants de louveterie . . . 112 Liste des hameaux et des autres

dépendances des communes du département de l'Aube. . 183-206

Liste du jury d'expropriation. . 153

Louveterie . 112

Lycée de Troyes 85

Maires des communes . . . 163-174

Mairie de la ville de Troyes . . 241

Maison centrale de Clairvaux. . 146 Maison d'arrêt et de correction de

Troyes 274

Maisons d'éducation de Troyes . 257

— d'Auxon .... 235

— d'Ervy .... 238

— d'Arcis-sur-Aube . . 297

— de Bar-sur-Aube. . . 316

— de Brienne. . . . 318

— de Vendeuvre-sr-Be. 322

— de Bar-sur-Seine . . 336

— de Chaource . . .338

— des Riceys. . . . 343

— de Nogent-sur-Seine . 358

de Pont-sur-Seine . 362

— de Romilly-s-Seine. 365

— de Villenauxe . . 367 Maisons d'éducation de demoiselles à Troyes . . . ... 257

Maîtres de poste ...... 00

Marchés de Troyes 281

Marchés aux grains du départemt. 162

Médecins des épidémies. . . . 141 Médecins et officiers de santé de

l'arrondissement de Troyes. . 226

— d'Arcis-sur-Aube . . 291

— de Bar-sur-Aube . . 308

— de Bar-sur-Seine . . 328

— de Nogent-sur-Seine . 352 Médecins des hospices de Troyes. 272

Médecin juré 211

Membres associés de la Société

Académique de l'Aube . . . 135

Membres du conseil général . . 67 Membres résidants de la Société

Académique de l'Aube . . .133

Messagers 284

Mines 91

Modèle de lettres chargées. . . 122

Monastère de la Visitation . . . 77

Monastère des Carmélites . . . 77


— 137 —

Monuments historiques du dépt. 70

Municipalité de la ville de Troyes 241

Musée de la ville de Troyes . . 136

Musique municipale d'Ervy . . 237

— de Nogent-sur Seine . 00

— de Romilly-sur-Seine. 365

— de Villenauxe . . . 367 Navigation des rivières d'Aube et

de Seine 94

Notables commerçants de la ville

de Troyes 244

Notaires de l'arrondt de Troyes 220

— d'Arcis-sur-Aube . . 290

— de Bar-sur-Aube. . . 306

— de Bar-sr-Seine ... 326

— de Nogent-sur-Seine . 350 Notaires honores. 222-290-307-327-351 Notions générales sur le service

des postes 120

Numéros des routes par lesquelles

sont expédiées les correspond.. 117

Octroi de la ville de Troyes . . 255

— de la ville de Bar-sr-Aube. 311

— de la ville de Bar-sr-Seine. 334 Officiers de santé de l'arrondt

de Troyes . . . . . 227

— d'Arcis-sur-Aube. . . 292

— de Bar-sur-Aube . . . 308

— de Bar-sur-Seine . . . 329

— de Nogent-sur-Seine. . 352 Orphéon de Troyes 275

Papier timbré 105

Paroisses de Troyes 78

Parquet de Troyes 211

— d'Arcis-sur-Aube. . . 288

— de Bar-sur-Aube . . . 304

— de Bar-sur-Seine. . . 324

— de Nogent-sur-Seine. . 348

Pasteur protestant 79

Pensionnat. (V Maison d'éducation.)

Percepteurs , 99

Percepteurs-surnuméraires. . . 99

Personnel du lycée de Troyes . 87

Petites-soeurs des pauvres ... 78 Pharmaciens de l'arrondissement

de Troyes 228

— d'Arcis-sur-Aube . . 292

— de Bar-sur-Aube. . . 308

— de Bar-sur-Seine . . 329

— de Nogent-sur-Seine . 353 Poids et mesures (vérificateur des) 110 Pompiers. (V. Sapeurs-Pompiers.)

Ponts et chaussées 91

Population par commune. . 175-182

Postes aux chevaux du départemt. 00

Postes aux lettres de Troyes. . 113

— d'Arcis-sur-Aube . . 294

— de Bar-sur-Aube . . 311

— de Bar-sur-Seine . . 334

— de Nogent-sur-Seine . 356 Postes aux lettres des communes 175-182

Préfecture de l'Aube .... 61

Première division militaire . . 72

Prison de Troyes 274

Prisons départementales ... 71

Professeurs au Lycée de Troyes. 88

— à l'Ecole normale . 90

Prud'hommes 224-363

Receveur municipal 243

Receveurs de l'Enregistrement . 105

Receveurs de l'octroi 255

Receveurs des finances .... 98 Receveurs et conservateurs des

hypothèques 105

Receveurs particuliers .... 98 Receveurs et distributeurs des

postes 118

Recrutement 72

Religieuses hospitalières dites

Augustines 78

Routes départementales. ... 92

Routes nationales 92

Sages-femmes de l'arrondissement

— de Troyes 223

— d'Arcis-sur-Aube . . 292 de Bar-sur-Aube . . 309

— de Bar-sur-Seine . . 329

— de Nogent-sur-Seine . 353 Salles d'asile de Troyes. . . . 259

— d'Arcis-sur-Aube . . 297

— de Bar-sur-Aube . . 315

— de Brienne-le-Chât. 318

— de Soulaines. . . 000

— de Vendeuvre-sr-B. 322

— de Bar-sur-Seine . . 336

— d'Essoyes . . . . 310

— de Mussy-sur-Seine 341

— des Riceys. . . . 345

— de Nogent-sur-Seine . 358

— de Pont sur Seine . 000

— de Romilly-sr-Seine. 365

— de Villenauxe. . . 368 Sapeurs-pompiers de l'arrondissement de Troyes 231

— d'Arcis-sur-Aube . . 293

— de Bar-sur-Aube. . . 310

— de Bar-sur-Seine . . . 330 de Nogent-sur-Seine . 354

Secours à domicile 265

Secours aux incendiés .... 131


— 138 —

Secours pour les noyés et les asphyxiés 263

Secrétariat de l'évêché .... 75 Secrétariat général de la préfecture 64

Séminaire (grand) 76

Séminaire (petit) 76

Sénateurs appartenant au département 00

Sergents de ville 254

Service académique 80

Service des bois de la marine nationale 113

Service des postes 113

Service extraordinaire des ponts

et chaussées 94

Service municipal du contrôle

du gaz 256

Services spéciaux de la préfecture 65

Société Académique du département de l'Aube 132

Société coopérative des ouvriers

de Troyes 000

Société d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres. . . 132 Société de charité maternelle, à

Troyes 271

Société des Courses de Troyes. . 000 Société de tir de la ville de

Troyes 275

Société d'équitation 276

Société de l'Orphéon 275

Société d'horticulture de l'Aube . 143 Société de Saint-Vincent-de-Paul,

à Troyes 268

— à Arcis-sur-Aube . . . 296

— à Bar-sur-Aube . . . 000

— à Bar-sur-Seine . . . 000

— à Nogent-sur-Seine . . 359 Société générale de secours mutuels de Troyes 278

Société horticole, vigneronne et

forestière de Troyes .... 144 Société des amis des arts de

l'Aube, 142

Société de secours mutuels des

Bonnetiers de Troyes . . . 277 Société de secours mutuels des

instituteurs et institutrices du

département de l'Aube. . . 146 Société de secours mutuels de

Landreville 346

Société de secours mutuels des

ouvriers Fileurs de Troyes. . 279 Société de secours mutuels entre

les Menuisiers de Troyes . . 279

Sociélé de secours mutuels des

Peintres de Troyes .... 279 Société de secours mutuels d'Arcis-sur-Aube 290

Société de secours mutuels de

Bar-sur-Aube 313

Société de secours mutuels des

Vignerons des Riceys. . . . 343 Société de secours mutuels d'Aixen-Othe

d'Aixen-Othe

Société de secours mutuels de Nogent-sur-Seine 358

Société de secours mutuels de

Romilly-sur-Seine 365

Société de secours mutuels des sapeurs-pompiers et des ouvriers réunis des Riceys. . . 343 Société de soulagement entre les

ouvriers Tanneurs de Troyes . 278 Société de secours mutuels de Villenauxe 367

Société médicale de l'Aube . . 442 Société nautique troyenne. . . 276 Société des concerts de Troyes . 275 — philharmonique de Bar-s-Se .336 Société des sapeurs-pompiers et

des travailleurs de Landreville. 346 Société vétérinaire de l'Aube. . 142 Soeurs de la Providence. . . . 77

Soeurs du Bon-Pasteur .... 77

Soeurs du Bon-Secours .... 78

Soeurs de Ne vers ...... 78

Sous-préfecture. — Arrondissement de Troyes 209

Sous-préfecture d'Arcis-sr-Aube. 287

— de Bar-sur-Aube . . 303

— de Bar-sur-Seine . . 322

— de Nogent-sur-Seine . 347 Stations d'étalons dans le département de l'Aube 160

Succursale de la Banqne de France 403

Surnuméraires de l'Enregistrement . . . 106

Syndical des digues et canaux de Troyes 276

Syndicat (v. Commission syndicale).

Tableau, par arrondissements et cantons, des communes du déparlement de l'Aube. . . 163-174

Tableau alphabétique des communes du département de l'Aube 175-182

Taxe des lettres 120-122

Taxes des journaux et imprimés 122-424


— 139 -

Télégraphe électrique de Troyes. 128

— d'Aix-en-Othe. . . 234

— d'Arcis-sur-Aube . . 295

— d'Auxon 235

— de Bur-sur-Aube . . 313

— de Bar-sur-Seine . . 335

— de Bouilly .... 236

— de Nogent-sur-Seine. 356

— de Brienne-le-Chât. . 317

— de Chaource . . . 338

— de Chavanges . . . 298

— de Dienville ... 318

— d'Ervy 237

— d'Essoyes .... 340 Télégraphe électrique d'Estissac . 239

— de Landreville. . . 346

— de Lusigny. . . . 239

— de Marcilly-le-Hayer 360

— de Méry 299

— de Mussy-sur-Seine. 341

— de Plancy .... 300

— de Piney 240

— de Pont-sur-Seine. . 362

— des Riceys .... 342

— de Ramerupt ... 301

— de Romilly-sr-Seine. 364

— de Soulaines . . . 320

— de Vendeuvre-sr-B . 321

— de Villenauxe . . . 367 Temple évangélique de Troyes. . 79 Temple évangélique d'Estissac . 239 Théâtre de Troyes 265

— de Bar-sur-Aube . . . 000

— de Bar-sur-Seine . . . 000

— de Nogent-sur-Seine . . 000

Timbre 104

Travail des enfants dans les manufactures, à Troyes. . . . 271

— à Arcis-sur-Aube . 290

— à Bar-sur-Aube . 000

— à Bar-sur-Seine . 335

— à Nogent-sr-Seine. 358

Trésor national 000

Trésorerie générale 98

Trésorier-payeur général du déparlement ....... 99

Tribunal de commerce de Troyes 223 Tribunal de première instance

de Troyes 210

— d'Arcis-sur-Aube . . 288

— de Bar-sur-Aube . . 304 Tribunal de Bar-sur-Seine . . 324

— de Nogent-sur-Seine . 348 Tribunal de police de la ville de

Troyes 255

Vérificateurs de l'enregistrement

de Troyes 105

Vérificateurs des poids et mesures 110 Vétérinaires de l'arrondissement

de Troyes .... 230

— d'Arcis-sur-Aube . . 293

— de Bar-sur Aube . . 309

— de Bar-sur-Seine . . 330

— de Nogent-sur-Seine . 353 Vicaires de Troyes ..... 78

Vicaires généraux 75

Ville de Troyes 244

— d'Ervy. 236

— d'Arcis-sur-Aube .... 293

— de Méry-sur-Seine. . . 298

— de Bar-sur-Aube .... 310

— de Brienne-le-Château. . 516

— de Vendeuvre-sur-Barse . 320

— de Bar-sur-Seine .... 333

— de Chaource 337

— d'Essoyes 339

— de Mussy-sur Seine. . . 340

— des Riceys 342

— de Nogent sur-Seine. . . 355

— de Marcilly-le-Hayer. . 559

— de Pont-sur-Seine . . . 361

— de Romilly-sur-Seine. . 362

— de Villenauxe . . . . 366 Visite des pharmacies et des officines de drogueries .... 141

Voitures publiques 283


— 140 —

TABLE DE LA SECONDE PARTIE.

NOTICES ET RENSEIGNEMENTS STATISTIQUES, HISTORIQUES ET ADMINISTRATIFS.

Pages. Concours international de Troyes, des 20 et 21 juillet 1872, — par M. Jules Benoit 91

Dix-neuvième Distribution des récompenses fondées par M. JaillantDeschainets, en faveur des ouvriers de la ville de Troyes, — par M. Emile Socard 103

François Boulard, poète latin moderne, né l'an 1664, mort en 1729, — par M. l'abbé Etienne Georges, de Troyes . 33

L'ancien Bas-relief de la rue da Grand-Cloître-Saint-Pierre, — par M. Le Brun-Dalbanne 59

Le Marché couvert de Troyes, — par M. Dufour-Bouquot. ... 87

Les Tableaux du Louvre et les dons de M. Valtat au Musée de Troyes, — par M. Le Brun-Dalbanne 51

Liste des dons faits au Musée de Troyes, avec les noms des donateurs, pendant les années 1870, 1871 et 1872 115

M. Charles Delaunay, — par M. Emile Socard 81

Noies généalogiques contenues dans le livre d'heures de la maison

de Vaudrey-Saint-Phal, — par M. d'Arbois de Jubainville . . . 71 Notes sur les Justices seigneuriales de la ville et des faubourgs de

Troyes, — par M. Théophile Boutiot 3

Prix moyen des grains de la Saint-Martin 1872 129

Une excursion à l'ancien prieuré de Foicy,— par M. l'abbé Etienne Georges, de Troyes 75

FIN.


Changements survenus pendant l'impression de l'Annuaire.

PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE :

M. le maréchal de Mac-Mahon, duc de Magenta.

MINISTRES :

Affaires étrangères ; M. le duc de Broglie.

Justice : M. Ernoul.

Finances : M. Magne.

Guerre : M. le général du Barrail.

Intérieur : M. Beulé.

Instruction publique et Cultes : M. Batbie.

Marine : Amiral D'Hompierre d'Hornoy.

Travaux publics : M. Deseilligny.

Agriculture et Commerce : M. de la Bouillerie.



Avis au Relieur pour le placement des Planches

Pages.

Ancienne sculpture de la rue des Tournelles, à Troyes, — par

M. Royer, d'après un dessin de M. Charles Fichot. . . . 59

Porte de l'ancienne abbaye de Foicy, — par M. Royer. ... 75

Delaunay, de l'Institut, — par M. Royer, d'après une photographie de M. Rentlinger 81

Marché couvert, à Troyes, — par M. Royer 87

TROYES, IMP. ET LITH. DUFOUR-BOUQUOT.




MEMOIRES

DE LA

DES SCIENCES, ARTS ET BELLES-LETTRES

DE L'AUBE. 35 volumes in-8° avec planches.

Ces Mémoires sont livrés au public par souscription. Le prix de celleci est fixé, par année, à CINQ FRANCS, pour les distributions qui se font à Troyes, et à SIX FRANCS, franc de port, pour les envois au dehors.

On souscrit, à Troyes, chez M. Jules RAY, Archiviste de la Société, place de la Banque de France, et chez tous les Libraires de cette ville; — à Paris, chez M. DUMOULIN, libraire, quai des Augustins, 13.

La Table générale des matières contenues dans la première série (1822 à 1846), et la Table générale de la deuxième série (1847 à 1803) se vendent séparément : 4 fr. chacune.

Plusieurs trimestres de la première série sont entièrement épuisés.

La seconde série des Mémoires a commencé en 1847, — et la troisième série en 1804.

NOTICE SUR LES COLLECTIONS

DONT SE COMPOSE

LE MUSEE DE TROYES, Fondé et dirigé par la Société Académique du département de l'Aube.

Par MM. GRÉAU, SCHITZ, TRUELLE, COFFINET, CORNET, CLÉMENT-MULLET et JULES RAY.

Un volume in-12 de 270 pages.

DEUXIEME ÉDITION.

Se trouve chez le Concierge du Musée, rue Saint-Loup.

Prix : 1 f. 50.