Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 100 on 100

Number of pages: 100

Full notice

Title : Revue Mabillon : archives de la France monastique

Author : Abbaye Saint-Martin de Ligugé. Auteur du texte

Publisher : Abbaye Saint-Martin de Ligugé (Chevetogne, par Leignon (Belgique))

Publisher : Veuve Ch. Poussielgue (Paris)

Publisher : A. Picard et fils (Ligugé)

Publisher : Brepols (Paris)

Publication date : 1987-01

Contributor : Besse, Jean-Martial (1861-1920). Directeur de publication

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Language : français

Format : Nombre total de vues : 16849

Description : janvier 1987

Description : 1987/01 (T61,N307)-1987/06 (T61,N308).

Rights : public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k56511919

Source : Bibliothèque nationale de France, département Fonds du service reproduction, 8-Lc18-607

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34349219d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 18/01/2011

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 100 %.
For more information on OCR


TOME LXI JANVIER - JUIN 1987

N° 307-308

REVUE MABILLON

FONDATEUR DOM BESSE

SOMMAIRE

Dom Jacques de BASCHER . Villesalem. L'ermitage fontgombaldien

fontgombaldien les origines du prieuré fontevriste 97- 129

Livres reçus 130

Marie-Louite AUGER Un essai de reconstition du Grand

Cartulaire » perdu de Saint-Benigne de Dijon (à suivre) 131-192


Revue Mabillon

Études d'Histoire Monastique en France

FR ISSN 0035-3620

PUBLICATION TRIMESTRIELLE

Prix de l'ABONNEMENT 1988 : 190 F. (par intermédiaire : 210 F.)

(TVA 4 % incluse)

Direction de le REVUE MABILLON, a 86240 - Ligugé, France

Compte chèques-postaux : J. Becquet, Limoges 1524-24 E

DISPONIBILITÉS

N° 40 ; 51 ; 63 ; 68 62 ; 64 ; 68 ; 76 92 ; 101, 102, 103, 104 108, 107, 108 ; 110 116, 116 ; 118-119, 120 121, 122, 123 ; 125, 126-128 128-132 ; 147-148 ; 148-150, 181-152 ; 153-154, 155-156 169 ; 161, 162 ; 184, 165, 166 ; 172, 173

175 ; 178, 179 ; 181, 182 184, 185,186, 187,188, 189, 100 191, 192, 193, 194, 196, 196, 197, 198, 199, 200 ; 203 etc... sauf 246

An. 1923/1, 3 ; 1924/1 ; 1925/2 1926/2, 4 ; 1927/4 ; 1929/4 1933/4 ; 1938/1, 2, 3, 4 1937/2, 3, 4 ; 1938/2 1939/3, 4 ; 1840/2-3, 4 1941/1, 2, 3 ; 1942/1, 2-4 1943/1-4 ; 1947/3-4 1948/1-2, 3-4 ; 1949/1, 2-3 1950/1, 3, 4 ; 1951/2, 3, 4 ; 1953/2, 3

1954/1, 4 ; 1965/1, 3, 4 1956/2, 3, 4 ; 1957/1, 2, 3, 4 1958/1, 2 ,3 ,4 ; 1959/1, 2, 3, 4 1060/1,2; 1961/1 etc... sauf 1971/4

T. XIII ; XIV ; XV XVI ; XVII ; XIX XX ;XXIII ;XXVI XXVII ; XXVIII XXIX ; XXX XXXI ; XXXII XXXIII ; XXXVII XXXVIII ; XXXIX XL ; XLI ; XLIII

XLIV ; XLV XLVI ; XLVII XLVIII ; XLIX L : LI etc... LVIII

(Le reste complet à raison de quatre fascicules par an et par tome ; mais le tome LVII, commencé avec le fascicule n° 227 pour 1967/1, se termine avec le fascicule n° 232 pour 1968/2 ; les « Tables générales 1905-1968 » commencent alors avec le fascicule n° 231 pour 1968/3, en tome hors-série jusqu'au n° 239 pour 1970/1. Ensuite le tome LVIII de la Revue alterne avec le tome XIV des « Abbayes et Prieurés ».) Reprographie des fascicules épuisés sur demande

Occasion : n° 90 (1933/2) et 112 (1938/4) épuisés.

PRIX DU FASCICULE : 55 F.


VILLESALEM

L'ERMITAGE FONTGOMBALDIEN

ET LES ORIGINES

DU PRIEURÉ FONTEVRESTE

Quasi abandonnée pendant des siècles, la lande marécageuse sise au nord de la Trimpuille, qui porte aujourd'hui le hameau de Villesalem et sa merveilleuse église romane, entre dans l'histoire au déclin du XIe siècle avec la fondation d'un ermitage fontgombaldien, remplacé bientôt par un prieuré fontevriste.

Grâce à un fonds d'archives relativement fourni, nous sommes assez bien renseignés sur l'administration du temporel du monastère, au moins pour la période qui suit la guerre de Cent Ans ; mais il est moins facile de retracer avec précision ses toutes premières origines : en raison de la rareté des documents dont l'un est douteux, l'affaire de la cession de l'ermitage fontgombaldien à Fontevrault n'a pas laissé d'embarasser les historiens.

Après avoir entrepris un examen attentif des sources manuscrites et narratives dont nous disposons, nous tenterons de reprendre ce problème. Il sera alors plus facile de situer l'ermitage de Villesalem dans le mouvement érémitique issu de Fontgombault, et d'étudier ensuite le contentieux qui s'éleva entre Fontevrault et Fontgombault, lorsque les ermites qui le délaissèrent firent cession, du lieu à Fontevrault, Nous chercherons encore à déterminer la place qui revient à, Villesalem dans la série des premières fondations fontevristes en Poitou. Enfin nous dirons quelque chose de ce prieuré de Villesalem au temps de Robert d'Arbrissel, fondateur de l'abbaye et de l'ordre de Fontevrault.


98 VILLESALEM

I. — LES SOURCES

Les sources manuscrites dont nous disposons aujourd'hui pour retracer les origines de Villesalem se ramènent à trois documents principaux.

Le premier est l'acte de la donation du lieu de Villesalem par Audebert de la Trémoille aux deux ermites Geoffroy Gastinel et Bertrand, puis de sa cession à Fontevrault. Nous le désignerons dans cette étude par le sigle A.

Le deuxième est la confirmation de cette double donation par Pierre II évêque de Poitiers (Sigle B). — Une note spéciale sera consacrée ensuite au vidimus de cette confirmation, rédigé en 1289 d'après l'original et qui en est la plus ancienne copie (Sigle B').

Le troisième et dernier est le titre qui relate avec détail les différentes cessions du lieu de Villesalem, puis le contentieux qui s'éleva à ce sujet entre Fontevrault et Fontgombault et qui fut « pacifié » par une transaction ; mention enfin des premières donations faites au prieuré après cette transaction.

DOCUMENT A

Acte non daté de la donation du lieu de Villesalem par Audebert de la Trémoille aux deux ermites Geoffroy Gastinel et Bertrand, puis de sa cession à Fontevrault.

L'original

La pièce originale se trouvait encore au XVIIe siècle dans le chartrier du prieuré de Villesalem ; elle est aujourd'hui perdue.

Copies manuscrites

1. Dom Claude ESTIENNOT, Antiquitatum in dioecesi Pictaviiensi benedictinarum ; B. nat., lat. 12756, p. 578.

2. B. mun. Poitiers, collection FONTENEAU, t. 81, p. 689 ; c'est la reproduction du texte ci-dessus d'ESTIENNOT, avec quelques variantes.


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 99

Editions principales

a. Balthasar PAVILLON, La Vie du bienheureux Robert d'Arbrissel, Saumur, 1667 ; Preuves p. 551, n° 25 ; ouvrage qui sera cité plus loin sous le sigle VR.

b. Dom Nicolas ANDRIEU, Histoire de l'abbaye royale de Notre-Dame et Saint-Julien de Fontgombault ; Arch. nat. LL 1011, f° 4 v (sigle HMF). L'auteur a reproduit le texte de PAVILLON.

c. Louis PICARD, Le fondateur de l'ordre de Fontevrault, Robert d'Arbrissel ; Saumur, 1932. - Reproduit aussi le texte de PAVILLON.

Texte critique (établi d'après 1, 2 et a)

Audebertus dominus Tremoliae et Pachota uxor sua ... 1 dederunt mansum 2 de Villesalem Gaufrido Gastinelli et Bertrando qui primi incolae fuerunt ipsius loci 3 ; et insuper praedictis fratribus flagitantibus, eundem mansum supra nominati viri Ecclesiae Fontis Euvraudi 4, et habitatoribus loci Villesalem qui in obedientia abbatissae Fontis Euvraudi permanere voluerint, dederunt ... 5

1. points de suspension en 2 et a, non en 1 // 2. mansum en 1 ; mansium en 2 ; masum en a // 3. qui primi incolae ipsius loci fueruht, en a // 4. Font-Euvraudi en a // 5. points de suspension en 2 et a, non en 1 //

Analyse

Bien que non daté et non scellé, ce document a été considéré par les historiens fontevristes comme le titre authentique de la donation dû lieu de Villesalem à Fontevrault, par Audebert de la Trémoille, avec l'assentiment des ermites, à qui le même Audebert l'avait antérieurement cédé.

D'après la publication qu'en a faite Pavillon, il apparaît que ce texte est incomplet ; il a été écourté au moins deux fois, soit par la copié atteinte par Pavillon, soit par Pavillon, lui-même. Il y a en effet une première coupure après Pachota uxore sua ; une autre après dederunt. Peut-être la suite du texte omis par Pavillon est-elle à chercher dans le document B, où figure, outre le don susdit de Villesalem par Audebert de la Trémoille, celui du droit de justice concédé aux moniales par le même Audebert.

Ce premier titre, probablement contemporain de l'installation des fontevristes à Villesalem, est antérieur aux documents

B et C.


100 VILLESALEM

DOCUMENT B

Confirmation, par Pierre I évêque de Poitiers, du don du lieu de Villesalem cédé par Audebert de la Trémoille aux ermites Geoffroy Gastinel et Bertrand, puis avec leur accord, à l'institut de Fontevrault.

L'original

Le chartrier du prieuré de Villesalem conserva jusqu'à la Révolution l'original de cette confirmation, scellé du sceau de l'évêque Pierre II ; aujourd'hui disparu.

Copies manuscrites

1. Vidimus (1289), par l'official du diocèse de Poitiers, de cette confirmation, reproduite d'après l'original. Ce document était conservé en original aux archives de l'abbaye de Fontevrault, dans la « layette de Villesalem ». MM. de SAINTE-MARTHE en firent la transcription, que dom FONTENEAU a reproduit ensuite dans sa collection (t. 87, f° 378 v - 380 r).

2. Arch. dép. Vienne, 2 H 5 liasse 40 (fonds de Villesalem), copie XVIIe ou XVIIIe siècle.

3. Copie de l'original, authentiquée le 16 janvier 1623 par Antoine GIBERTON, procureur fiscal de Villesalem. Malgré nos recherches, nous n'avons pu retrouver ce document qui, en 1866, appartenait à Mgr BARBIER de MONTAULT ; celui-ci en donna communication au Comité d'histoire et de philologie, qui le publia la même année (cf. ci-dessous en c).

Editions principales

a. PAVILLON, op. cit. Preuves, p. 551, n° 26 ; texte incomplet. — Dom ANDRIEU, op. cit. f° 4 v - 5 r reproduit avec quelques variantes le texte publié par PAVILLON.

b. Jean de LA MAINFERME, Clypeus nascentis Fontebraldensis ordinis ; Saumur, 1684, t. 1 (2e partie), p. 139 ; « ex archivo prioratus de Villesalem » ; texte incomplet, un peu différent du précédent. — Cette publication a été reproduite par MIGNE, P. lat. t. 162, col. 1111-12, et par L. PICARD, Le Fondateur, pp. 136-137.

c. COMITÉ D'HISTOIRE ET DE PHILOLOGIE : publication de la copie authentiquée en 1623 (cf. ci-dessus, n° 3, dans « Revue


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 101

des Sociétés savantes des départements », 4e sérié, t. 4 (1866), pp. 75-76.

d. Jules GOUDON de LALANDE, Notice historique sur l'ancien prieuré de Villesalem, dans « Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest »,1ere sérié, t. 33 (1868), pp. 401-403 ; texte complet mais fort incorrect gour les noms de lieu. — EDOUARD, dans Fontevrault et ses monuments, Paris, t. 2 (1874), pp. 322-324, reproduit la publication de GOUDON de LALANDE en y introduisant quelques variantes.

Texte critique (établi d'après 1, 2 et c)

Petrus, Dei gratia Pictaviensis, episcopus, omnibus hanc cartulam inspecturis, salutem in Domino sempiternam.

Sagax hominurn industrie litteras 1 reperit ut ea quae 2 perpetuam stabilitatem 3 desiderat 4, litterarum custodiae 5 vigili mancipantur 6, ne possint a pravis hominibus in posterurn depravari,

Inde est quod notum fieri volumus tam praesentibus quam futuris, quod Audebertus dominus de Tremolia 7, miles, dedit et dobessit, dat8 et concedit ambre Dei et pro redemptione animae suae et parentum suorum masum 9 de Villesalem cum omnibus pertihentiis suis, Gaufridp Gastinellî et Bertrando, qui primi incolae ipsius loci fuerunt, et insuper Ecclesiae fontis Ebraudi et monialibus de Villesalem 10, quae in obedientia abbatissae fontis Ebraudi permanere voluerint.

Pfaeterea 11 dedit eis 12 in dicto maso 13 de Villesalem, et in maso Dulciaoi 14, et in maso Veraici 15, et in maso Vitalis 16, et in maso Bucelli 17, et in omnibus pertinenciis eorum, et in omnibus locis acquisitis et acquirendis ab eis successoribusque suis, sive quae data vel legata fuerint in feudis et retrofeudis suis altam et bassam justitiam, cum omni alta et bassa vigeria 18, et cum omni pleno jure et sine aliquo retinaculo tenenda et explectenda ab eis succesoribusque suis et in perpetuurn possidenda.

Et super omnibus his et singulis, se et successores suos, juramento ab eo super sacrosanctis evangeliis praestito corporali, tutores in omnibus et per omnia promisit ; ita quod, si aliquis seu aliqui successorum suorum contra praedicta vel aliquid praedictorum venire praesumpserint seu fecerint 19, invocat 20 Dei omnipotentis auxilium, et de bonis suis non gaudeat in futurum.

Item, voluit, ordinavit et concessit, et adhuc vult et ordinat et concedit, in virtute praestiti juramenti, etiam 21 suos successores obligare 22. Quod si ipse Audebertus supradictus vel aliquis seu aliqui successorum suorum 23 contra donationes praedictas seu aliqua praedictarum donationum 24 aliqua expleta fecerint, in judicio sive extra judicium, nihil juris, possessionis, proprietatis 25 seu 26 dominii eis afferant, nec 27 prosint in aliquo, nec dictis monialibus de Villesalem nec succesoribus earum noceant 28 in futurum.


102 VILLESALEM

Nos autem praedictus episcopus, tanquam 29 capitalis et superior dominus, ad supplicationem et petitionem supradicti Audeberti, militis, domini totius castellaniae de Trimolia 30 et pertinenfiarum ejus 31, omnia et singula supradicta, pro nobis successoribusque nostris, confirmavimus, et authoritate praesentium confirmamus, et omnia et singula supradictis religiosis concedimus habenda, tenenda et possidenda ab eis successoribusque suis et expletenda 32, tam 33 per se quam per alios, nomine earumdem et ecclesiae suae, totaliter, integre, libere, pacifice et quiete, cum nullus in praedictis donationibus et concessionibus, jus aliquod habet 34, nisi nos et Audebertus superius nominatus.

Promittentes etiam Spiritu Dei ducti 35 et charitatis affectu 36 quam erga ordinem fontis Ebraldi habemus, tanquam capitalis superior dominus, pro nobis successoribusque nostris, omnia et singula supradicta praedictis religiosis garire 37 et deffendere penitus contra omnes.

Et ut haec omnia et singula inconcussa remaneant 38 atque firma, ea nostri sigilli munimine duximus roboranda.

Hoc actum fuit in ecclesia B. Petri Pictaviensis anno gratiae millesimo octuagesimo nono 39, videntibus, audientibus et concedentibus supradicto Audeberto de Tremollia 40, milite, et Pascheta 41 uxore sua ; et videntibus et audientibus Petro, decano beati Petri Pictaviensis ; Ranulpho 42 archidiacono ; Guillelmo 43, cantore ; Joanne, archipresbytero ; Audeberto, succentore ; Philippe Guillelmo 44 et Gilberto, canonicis ejusdem ecclesiae, et pluribus aliis.

Philippo rege Francorum regnante. Guillelmo 45, Aquitanorum 46 duce.

1. litteras, omis par 1 // 2. quae, au lieu de pro quibus // 3. perpetuam stabilitatem, en c ; perpetua stabilitate en 1 et 2 // 4. desiderant en 1, 2 et c ; pour desiderat // 5. custodiae, en 2 et c ; custodia, en 1 // 6. mancipantur, en 1 ; mancipatur, en 2 et c // 7. Tremolia, en c ; Tremollia, en 1 ; Trimolia, en 2 // 8. ac (dat), seulement en 1 // 9. masum, en 1 ; massum, en c ; malum en 2 // 10. loci (de Villesalem), seulement en c // 11. praeterea, en 1 et c ; praesentes, en 2 // 12. eis, omis en 2 // 13. maso, en 1 ; masso, en c ; malo en 2 // 14. Dulciaci (1, 2 et c) : Doussac, auj. hameau, commune de Béthines, Vienne // 15. Varaici (2) ; Veraici (c) ; Becarti (1) : Vrassac, hameau, commune de Béthines (cf. REDET, Dict. du département de la Vienne, p. 448) // 16. Vitalis (1 et 2) ; Viculis (c) // 17. Buccelli (1, 2 et c) : Buxerolles (?), Vienne, où Villesalem possédait une métairie. // 18. cum omni alta et bassa vigeria, en 2 et c ; omis par 1 // 19. seu fecerint, en c ; omis par 1 et 2 // 20. invocat, en 2 et c ; omis par 1 (...) // 21. etiam, en c ; et etiam, en 1 et 2 // 22. obligare, en 2 ; obligat, en c ; 1 (...) // 23. quod si ipse Audebertus supradictus vel aliquis successorum suorum, en 1 et c ; quod si audeant supradictum vel aliquid seu aliquormn successorum suorum, sic en 2 // 24. seu aliqua praedictarum donationum, en c ; seu aliqua praedictorum donationi, sic en 2 ; (seu aliqua praedictarum), lacune en 1 // 25. proprietatis, en 1 et c ; perpetratis, en 2 // 26. seu (dominii), lacune en 1 // 27. nec prosint, en 1 et c ; non prosint, en 2 // 28. noceant, en 1 et c ; non noceant, en 2 // 29. tanquam, omis par 2. // 30. Trimolia, en 2 ; Trimollia, en c ; Tremollia eh 1 // 31. pertinentiarum ejus, en 2 et c ; pertinenciis suis, en 1 // 32. expletendaque, en 1 ; et explenda, en 2 et c // 33. tam per se, en c ; aut tant per se, en 1 // 34. habet, en 2 et c ; haberet, en 1 // 35. ducti, en 1 et c ;


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 103

ductus, en 2 // 36. charitatis affecta, en 1 et c ; et veritatis affectugue, en 2 // 37. garire, en 2 ; garrire, en 1 ; gar(ant)ire, en c // 38. remaneant, en 2 et c ; maneant, en 1 // 39. millesimo octogesimo nono, en 2 et c ; MCIX, en 1 // 40. de Tremollia, seulement en 1 // 41. Pascheta, en 1 ; Pachota, en c ; Pachora, en. 2 //. 42. Ranulpho, en 1 ; Randulpho, en c ; Amulpho, en 2 // 43. Guillelmo, en 2 et c ; Villelmo, en 1 // 44. Guillelmo, en 2 et c ; Willemo, en 1 // 45. Guillelmo, en 2 et c ; Willelmo, en 1 // 46. Aquitnorum, omis par 2 //

Analyse

C'est à juste titre que plusieurs historiens tel F. Bourquelot (Rapport sur des documents envoyés par M. Barbier de Montault, dans « Revue des Sociétés savantes des départements », 4e série, t. 4, 1866, pp. 71-74), considèrent cette « confirmation », par l'évêque Pierre II, du don de Villesalem à Fontevrault, comme mauthentique. L' « original » est en effet daté de 1089, soit onze ou douze ans avant la fondation de Fontevrault, et quelque vingt années avant celle du prieuré fontevriste de Villesalem. Pour d'autres cependant, tel Pavillon (op. cit. p. 551, noté sur le titre n° 26), suivi par dom Andrieu (op. cit. f° 4 v - 5 r) : « ce titre paroistra d'abord apocriphe, à cause qu'il est datté de l'an 1089 ... cependant il est très véritable ... Que s'il est datté avant que l'ordre de Font-Evraud fut estably c'est qu'on le datta du jour que le don de Villesalem fut fait aux Hermites, qui le cédèrent à l'ordre de Font-Evraud, et non pas du jour de la dite cession ou confirmation d'icelle ». Voir aussi Louis Picard, Le Fondateur, pp. 136-137.

Pour être « inauthentique », c'est à dire composé fictivement afin de. remplacer un titre en déficit, il ne s'en suit pas que toutes les données contenues dans un tel document doivent être rejetées à priori ou sans examen. Il est arrivé plus d'une fois, que mis en présence d'actes classés « inauthentiques », des paléographes ont cependant admis que tel ou tel de ces documents a pu être élaboré à l'aide de titres aujourd'hui disparus, et donc contenir plusieurs données véritables....

C'est ce qui apparaît dans la première partie de cette « confirmation », laquelle se trouve conforme presque mot pour mot avec les titres A et C que nous tenons pour authentiques. Quant au deuxième objet qui figure dans notre document B — la concession du droit de justice et de voirie aux moniales de Villesalem par Audebert de la Trémoille déjà donateur du lieu — il correspond à des droits exercés anciennement et sans conteste par le prieuré de Villesalem. Cette concession, détaillée en B, a pu d'ailleurs figurer dans le texte complet de l'original A, dont nous ne possédons qu'une copie fragmentaire (cf. ci-dessus analyse de A).


104 VILLESALEM

DOCUMENT B'

Vidimus (1289) par l'official de Poitiers de la confirmation du don de Villesalem à Fontevrault

L'original

Se trouvait jusqu'à la Révolution aux archives de l'abbaye de Fontevrault, « layette de Villesalem » ; auj. perdu.

Copies manuscrites

1. Une copie fut faite d'après l'original par les SAINTEMARTHE (fin du XVIIe s. ou début du XVIIIe) ; auj. perdue.

2. Dom FONTENEAU a reproduit la copie précédente dans sa collection (t. 87, f° 378 v - 380 r ; B. mun. Poitiers) .

Editions

Ce texte est demeuré inédit jusqu'à présent.

Texte (conforme à la copie qu'en a faite Fonteneau).

Universis Christi fidelibus presentes lifteras visuris et audit. Officialis Pictav. salutem in Domino. Noveritis nos vidisse, legisse et diligenter inspexisse, ac de verbo ad verbum legisse quasdam litteras sigillo bonae memoriae Petri Dei gratia quondam episcopi Pictavensis, ut prima facie apparebat, cum filio serico sigillatas, non cancellatas, non abolitas, nec in aliqua sui parte vitiatas, quarum tenor de verbo ad verbum talis est.

Petrus Dei gratia Pictav. episcopus // etc. Les variantes qui figurent dans la suite de ce texte ont été signalées dans l'étude précédente du document B.

Hoc actum fuit in Ecclesia B. Petri Pictaviensis anno gratiae MCIX videntibus et concedentibus supradicto Audeberto de Tremollia milite, Pascheta uxore sua etc.

Datum hujus transcripti et sigillo curiae Pictaviensis sigillati in fidem et testimonium visionis, lectionis et inspectionis chartae seu literarum praedictarum, die Veneris post Epiphaniam Domini MCCXXCIX.

Scelllé de deux lacs de soye, et de cire jaune ; d'un costé est représenté l'effigie d'un Eveque in Pontificalibus, et de l'autre une main qui donne la bénédiction. Autour de ce sceau est ecrit : S. PETRI PICTAVIENSIS EPISCOPI.


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 105

Analyse

Ce Vidimus daté de 1289, année où Marguerite de Pocey, quinzième abbesse de Fontevrault convoqua à la maison-mère le chapitre général de l'ordre, est la plus ancienne copie que nous possédions actuellement de la confirmation par l'évêque Pierre II du don de Villesalem aux Fontevristes. Il fut rédigé par l'Official de Poitiers et scellé du sceau de la curie épiscopale de Gauthier de Bruges, évêque de Poitiers (1278-1307).

Comme il se doit, cette transcription se dit absolument conforme aux lettrés originales de l'évêque Pierre II : « ut prima facie apparebat ... quarum tenor de verbo ad verbum talis est ».

A part deux petites lacunes probablement imputables à la copie faite par les Sainte-Marthe et reproduite par Fonteneau, et encore quelques modiques variantes, le corps du texte est conforme aux copies n° 2 et 3 ; nous les avons signalées à l'article B. Mais dans la, finale de ce vidimus, la date de 1089 qui figurait en toutes lettres dans l'original de la confirmation, a été remplacée ici par celle plus crédible de 1109, encore qu'elle ne concorde pas tout-à-fait avec la mention qui lui fait suite — « (actum fuit) Philippe rege Francorum regnante », puique le règne de Philippe Ier prit fin en 1108.

A la suite du texte latin se trouve décrit en français (mis en français moderne par les Sainte-Marthe ou par dom Fonteneau) le sceau de l'évêque Pierre II appendu à l'original (cf. ci-dessus). Cette description correspond assez exactement à celle que Pavillon avait faite du même sceau de l'original qu'il avait eu entre les mains (cf VR, Preuves, p. 551) ; mais elle diffère sensiblement des autres sceaux authentiques du même évêque de Poitiers, décrits par François Eygun dans sa Sigillographie du Poitou (Poitiers, 1938, p. 359, n° 1206 et 1207, et planche XXXVIII) et par Marchegay, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Maur, publié dans « Archives d'Anjou » (Angers, 1843, figure p. 323 : sceau de Pierre II en 1105).

DOCUMENT C

Procès-verbal de la donation à Fontevrault du lieu de Villesalem, avec l'exposé du contentieux qui s'ensuivit, la transaction qui y mit fin, et la mention des premières donations qui furent faites au nouveau prieuré fontevriste.


106 VILLESALEM

L'original

Comme le vidimus de 1289, ce document se trouvait dans le chartrier de l'abbaye de Fontevrault, « layette de Villesalem », au temps où les Sainte-Marthe en firent une copie ; auj. disparu.

Copiés manuscrites

1. Transcription par FONTENEAU (B. mun. Poitiers, Recueil de diplômes etc, t. 87, f° 377 r - 378 r) de la copie (disparue) que les SAINTE-MARTHE avaient faite sur l'original. Texte complet.

2. Copié en extrait, par dom ANDRIEU, HMF, f° 5 r-v, de la publication faite par PAVILLON (cf. ci-après).

Editions principales

Il n'existe aucune publication du texte complet de ce document, mais seulement des extraits, dont :

a. PAVILLON, VR, Preuves, pp. 600-601, n° 140. — L'extrait publié par Pavillon a été reproduit par L. PICARD, Le Fondateur, p. 137.

b. Jean de LA MAINFERME, Clypeus, t. 1 (2e partie), p. 139 (« ex tabulario Fontis-Ebraldi »). — Cette publication a été reproduite par MIGNE, P. lat. t. 162, col. 1111-12.

Texte (celui de dom Fonteneau cité en 1, sauf rectifications indiquées dans les notes).

« Charte de l'abbaie de Fontevrauld. concernant la fondation du prieuré de Villesalem, meme ordre, par Audebert seigneur de la Tremoille, vers le commencement du douzième siècle ».

(Omnipotentem Dominum semper merebuntur in hoc saeculo habere perpetuum et in futurum remunerationem largissimam, qui in praesenti vita sua bona pauperibus erogaverunt, quamobrem) 1.

Willelmus de Tremollia et Audebertus qui prius medietatem masi Vitalis monachis fontis Gunbaudi dederant, longo in tempore 2 post heremitis quibusdam Gaufrido videlicet Gastinelli 3 et Bertrando 4 et locum eorum 5 in loco qui dicitur Villesalem religiose viventibus, (eamdem partem masi cum assensu Monachorum fontis Gunbaudi dederunt) 6.


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 107

Hi autem praedicti fratres famam conversations Ecclesiae Religiosarum foeminarum fontis Ebraudi audientes, decreverunt ut locum suum et omnia in eodem loco acquisita praedictis sanctimonialibus dedissent et facerent.

Qud audito, monachi quorum consensu venerabilibus fratribus praedictis Willelmus 7 et Audebertus hujus masi medietatem attribuerant [quatenus aliam Ecclesiam quam suam magis elegerant cui eis locum et adquisita sua insuper et praedictum dedissent masum) 8, ceperunt 9 dissentire ab eis et calumniam facere de supra dicto maso.

Quorum contentio cum usque aures Abbatissae venisset, et Abbatissa ad locum de Villesalem ascendisset, convenerunt insimul ipsa et abbas fontis Gunbaudi (et de dissentione et calumnia, consilio Audeberti qui mediatem furni quem ad Lucianum possidebat, pro emendatione mediatis masi supra nominati Monachis tribuit, et postea ipsam mediatem ejusdem masi cum assensu Abbatis et totius capituli Ecclesiae fontis Gunbaudi integre largitus est ; et interim consillo. quamvis Herberti archipresbiteri pacem firmam prolocuti sunt) 10.

Et postea capitulum fontis Gunbaudi cum Teburgi priorissa Podiae quam Abbatissa ad fontem Gunbaudi direxerat, stabiliter hanc eamdem pacem firmavit.

(Hugone de Tremolia11 vidente et Ademaro uno de fratribus Podiae, in signuni cujus pacis et dilectionis et concessionis masi Vitalis, cartas quas Heremitis. Gaufredo Gastinelli et Bertranno et alia quae in . 12 ob dissentionem abstulerant, reddiderunt).

(Hujus negotii , causa, Abbatissa dedit Audeberto marcham argenti et uxori suae, pro concessione, similiter fultrum pallii et pellas catinas. Maxima, mater Hilariae, et ipsa Hilaria cum consenssu filiorum suorum et filiarum suarum dederunt Deo et beatae Mariae et Sanctimonialibus fontis Ebraudi quidquid in ebdem maso habebant. Videntes et fratres ejus Raimundus (et) Willelmus, similiter ea quae habebant in ipso feodo dederunt et concesserunt, vidente Brientio Burda ; et hoc concessit Morinus Burda de cujus feodo erat, cum iret Hierusalem. Similiter Brientius Burda et uxor ejus et frater sui hoc quod habebat in eodem maso dedit, videntibus Morino Burda et Gaufredo Vilano).

1. Omnipotentem Dominum à quamobrem, omis par toutes les éditions // 2. longo in tempore, omis par b // 3, Bastinelli, en 1 // 4. Bertranno, en 1 et a ; Bertramno, en b // 5. et locum eorum, en 1 ; omis par b ; et locus eorum, en a // 6. eamdem partent à dederunt, omis par a // 7. Wilelmus, en 1 ; Villehmus en a // 8. quatenus aliam à dedissent masum, omis par a // 9. ceperunt, en 1 // 10. et de dissentione à prolocuti sunt, omis par a // 11. Hugone de Tremolia, jusqu'à Acta, omis par a // 12. quae..ob dissentione, lacune en 1 // 13. Willelmo Aquitaniae à pontifice, omis en a //


108 VILLESALEM

SITE DU PRIEURÉ DE VILLESALEM (CARTE CASSINI)


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 109

Acte carta Philippo Francorum rege, (Willelmo Aquitaniae duce, Petro Pictaviensi pontifice] 13.

Analyse

Ce titre provenant du chartrier de Fontevrault et qui est authentique, est aussi le plus complet et le plus équitable dans la relation qu'il fait de la difficile cession du lieu de Villesalem à Fontevrault. Il fournit des détails intéressants sur là transaction qui mit fin au contentieux entre Fontgombault et Fontevrault et sur les circonstances qui raccompagnèrent ; enfin il énumère les premiers dons qui furent faits au nouveau prieuré fontevriste aussitôt après cette transaction.

Comme beaucoup de chartes de cette époque, celle-ci a été rédigée sous formé dé procès-verbal ; l'acte, non scellé, fut établi au temps du roi Philippe Ier (f 1108) et de l'évêque Pierre II de Poitiers.

Les trois documents A, B et C que nous venons d'analyser représentent donc les seules sources manuscrites dont nous disposons aujourd'hui pour évoquer l'histoire de l'ermitage de Villesalem et de sa cession aux fontevristes - histoire qui s'étend sur plusieurs décennies. Plusieurs autres titres concernant cette période ont disparu. Nous apprenons en effet par le document C, qu'un certain nombre de documents intéressant Villesalem avaient été confisqués au début du contentieux qui s'éleva entre Fontgombault et Fontevrault, et qu'on les restitua lorsque fut conclue la transaction.

Quels étaient-ils au juste ? — Si l'on tient compte du processus de l'affaire de Villesalem, depuis la donation du lieu à l'abbaye de Fontgombault jusqu'à se cession définitive à Fontevrault, on peut considérer qu'au moins les actes suivants sont en déficit : la charte de donation du demi-manse Vital par Guillaume et Audebert de la Trémoille à Fontgombault ; l'acte de cession du même demi-manse Vital par Pierre de l'Etoile aux ermites Geoffroy et Bertrand ; le titre de donation du lieu de Villesalem par ces deux ermites à Fontevrault ; l'acte capitulaire de l'abbaye de Fontgombault qui entérina l'accord de Pierre de l'Etoile et d'Hersende de Champagne à la suite de l'entrevue à Villesalem ; il nous manque enfin l'acte authentique par lequel l'évêque de Poitiers Pierre II confirma la cession du lieu de Villesalem aux fontevristes.


110 VILLESALEM

II. — L'ERMITAGE DE VILLESALEM ET SA CESSION A FONTEVRAULT

L'ermitage fontgombaldien

A une époque que les sources manuscrites ne précisent pas, Guillaume de la Trémoille et son frère Audebert firent don dé la moitié du mas-Vital aux religieux de Fontgombault, lesquels, « longtemps après » et avec l'accord d'Audebert, le cédèrent à deux ermites (1). Selon Pavillon et dom Andrieu, cette dernière cession a pu avoir lieu en 1089 (2). Le manse cédé était sis paroisse de Journet, sur la rive droite du Salleron ; mais les bâtiments du prieuré fontevriste qui remplacèrent ceux de l'ermitage s'élevaient sur le versant nord d'un petit vallon, au fond duquel coule un ruisseau qui se jette dans le Salleron (3).

Les la Trémoille apparaissent ici comme les premiers bienfaiteurs de Fontgombault. Bien que la seigneurie dont ils portaient le nom ne fut alors que de médiocre importance (4), et au surplus mouvante des sires de Lusignan à cause de leur seigneurie d'Angles (5), la famille de la Trémoille jouissait déjà en Poitou d'une grande considération. C'est ainsi que Pierre de la Trémoille, père de Guillaume et d'Audebert, donateurs de Villesalem, comme aussi Audebert lui-même et son frère Josbert, se trouvent aux côtés des ducs d'Aquitaine, comtes de Poitou, en plusieurs circonstances (6). Dès cette époque, ils sont cependant assez « nantis » pour se montrer

(1) «...Willelmus de Tremolia et Audebertus qui prius mediatem masi Vitalis monachis fontis Gunbaudi dederant » (doc. C).

(2) Dans les « Preuves » de la Vie du bx Robert d'Arbrisissel, PAVILLON, citant la confirmation du don de Villesalem que les ermites Geoffroy Gastinel et Bertrand firent à Fontevrault, justifie ainsi la présence de cette date : " ce titre paroistra d'abord apocriphe, à cause qu'il est datte de l'an 1089 ... que s'il est datte avant que l'ordre de Font-Evraud fut estably, c'est qu'on le datta du jour que le don de Villesalem fut fait aux Hermites qui le cédèrent à l'ordre de Font-Evraud » (VR, p. 551).

(3) Ce ruisseau intermittent sert de déversoir à l'Etang de Villesalem, actuellement en eau. — PAVILLON, décrivant le site en 1667, dit que nos ermites « s'éstoient retirez dans un petit vallon entouré de bois et de ruisseaux » (VR, p. 147) ; voir aussi carte CASSINI.

(4) B. nat., CLAIRAMBAULT, t. 205, cité par R. FAVREAU, Le prieuré de Villesalem à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, dans « Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest », 4e série, t. 13 (1975), p. 217, n. 5. — Plus tard les la Trémoille seront à la tête d'une fortune considérable, avec quelque 200 terres, dont 50 étaient titrées (H. BEAUCHET-FILLEAU, Dictionnaire historique ... des familles de l'ancien Poitou, t. 2 (1854), p. 743.

(5) Louis REDET, Dictionnaire topographique du département de la Vienne (1881), p. 419.

(6) Pierre, seigneur de la Trémoille, vivant vers 1040, premier membre connu de la famille de la Trémoille, signe une charte de manumission à l'abbaye de St-Aubin. d'Angers, avec Guillaume VI duc d'Aquitaine et plusieurs autres (Pierre


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 111

généreuxenvers les monastères: de la région: ; ils le seront, bien d'avantage un-1peu. plus tard; (7) ;: et plus d'une fois, J'abbaye; de Pontgombault et ses filiales bénéficieront de leurs largesses (8).

Comme il appert dans la transaction qui mit fin au contentieux entre Fontgombault et Fontevrault (9), Guillaume et Audebert de la Trémoille (10) cèdent à Fontgombault, puisaux ermites, moitié - seulement du Mas-Vital. (11 ), l'autre moitié

SÇÉVOLE de SAINTE-MARTHE, Histoire généalogique, de la Maison de la Trémoille (B. nat. Lm3-563. A, p. 63), et dom FONTENEAU, Extraits généalogiques des premiers seigneurs de laTrémoille jusqu'en 1353, B. muni Poitiers, t. 87, f° 406r).

Audebert Ier de la Trémoille, chev., sgr: de la Trimoille et de: . Lussac - les - Eglises, vivant au temps de. Philippe Ier roi de France, fut présent avec Guy. comte de Nevers ... à une donation faite par Guy-Geoffroy (devenu Guillaume Vit duc:d'Aquitaine), et/par Agnès de Bourgogne, sa mère, à, l'abbaye dé la Trinité de Vendôme (P. SCÉVOLE dé SAINTE-MARTHE, op. cit., p. 64 ; et H. BBAUCHBT-FIUEAU, op. cit., t. 2, p. 745) ; «: vers 1070 » selon DUCHESNE (B. nat. doss. bleus, 646, sous dossier 323-24).

Josbert ou Joubert, frère • d'Audebert Ier de la Trémoille, parait, vers, 1084 dans une charte ; du Cartulaire de Saint-Jean d'Angely, avec Guy-Geoffroy,- duc d'Aquitaine (H. /BEAUCHET-FILLEAU, ibid., p. 745).

(7) Aux XIIe et XIII» siècles, les libéralités des la Trémoille allaientprincipaiement à l'abbaye de la Colombe, : qui sera leur nécropole, et a la Maison-Dieu de Mqntmorillon. ils firent aussi des. largesses à l'abbaye de l'Etoile, à celle de. Grandmont, aux fontevristes de la Puye et à nombre d'églises régulières et séculières, Quant à Villesalem, les la Trémoille en sont deux fois « fondateurs », puisqu'après avoir cédé aux religieux de Fontgombault le demi-mas-Vital qui formera le domaine de l'ermitage, ils augmentèrent sensiblement ce premier fonds lorsque Villesalem fut cédé aux fontevristes. En 1261 il y eut cependant un démêlé entre les moniales de Villesalem et Guy de la Trémoille au sujet des limites respectives de la Justice du prieuré et celles de la seigneurie de la Trimouille (FONTENEAU, t. 87,.f° 380..Y°) . ...

(8) Un certain Pierre de la Trémoille r— qui n'est pas connu des généalogistes de la Maison de la Trémoille — vivait vers 1120 dans la familiarité des moines de Fontgombault. Il a calligraphié l'acte de donation du domaine de Drouilles. (cne .de Chitray, Indre) qu'Arraùd, troisième abbé de Fontgombault, fit aux fontevristes de Longeront (original conservé aux Archives de l'Indre, H 859), dont copie dans dom ANDRÏEU, HMF, f°,16 v°). Outre le don qui fut fait du manse-Vital, les religieux de, Fontgombault sont redevables aux la Trémoille de plusieurs libéralités envers les filiales de l'abbaye. Ils sont considérés comme, les fondateurs ou les augmentateurs du prieuré fontgombadlien de Fontmoron (cne de Liglet, Vienne) (cf. notre éude : Le prieuré Saint-Antoine de Fontmoron, dans « Bulletin de la Societé des. Antiquaires r de l'Ouest », 4e série, t. 15, 1980, p, 518). En 1160, Audebert jt de la Trémoille testait en faveur du prieuré Sainte-Madeleine de la Charpagne (cne de Prissac, Indre) (FONTENEAU, t. 5, p: 423). Et en 1215, Guy de la Trémoille,- avec le consentement de ses frères Humbert et Pierre, concédait au même prieupê fontgombaldien, de la Charpagne la rente d'un sétier de seigle sur sa terre des Vazois (ibid. p. 381).

(9) Cf. doc...C

(10) Pierre, sgr de la Trémoille, eut quatre fils : Guillaume, qui apparaît avec son frère Audebert Ier dans cette cession du mas-Vital aux religieux de Fontgômbault ; Géraud, cité par BESLY dans une charte (v. 1050-70) ; et josbert ou Joubert, dont nous avons parlé plus haut. Guillaume était probablement l'aîné des quatre fils de Pierre, mais nous ne connaissons pas d'autre mention de lui que celle que nous faisons ici ; et nous voyons que dans les dernières années du Xlf siècle, la châtellenie de la Trimouille était en son entier aux mains d'Audebert Ier, époux de Pasquette (cf. doc. A et B), D'après SCEVOLE de SAINTE-MARTHE (op. cit. p. 66), Audebert Ier fut inhumé dans l'église de Villesalem. . (1l) Cf. ci-dessus,/note (1)..


112 VILLESALEM

ne leur appartenait pas (12) ; il se trouve en effet que malgré leur médiocrité, les terres plus ou moins marécageuses de ce secteur de la seigneurie de la Trimouille ' avaient été divisées en « manses » (13), c'est-à-dire en autant d'unités d'exploitation formées autour de bâtiments de colonage (14).

C'est aux moines ermites de Fontgombault (« monachis Fontis Gunbaudi ») que le demi-mas Vital fut d'abord cédé (15). Dans la terminologie-de l'époque, l'expression « monachus », comme celle de « religiosus » qualifie aussi bien le moine cénobite que l'ermite vivant seul ou avec d'autres (16). Si donc, comme nous le croyons, les « moines de Fontgombault » concédèrent ce domaine aux ermites « en l'an 1089 » (17), et ce, « longtemps après que les seigneurs de la Trimouille le leur avaient cédé à eux-mêmes (18), c'est que la première donation de ce lieu avait été faite aux ermites de la Fontaine(12)

Fontaine(12) moitié du mas-Vital appartenait à plusieurs « ayant droit », dont au moins deux membres de la famille' Bordes anciennement établie à Liglet et à Journet. Nous verrons plus loin comment cette autre partie du mas-Vital fut cédée aux fontevristes.

(13) On voit en effet que lors de' la cession de Villesalem aux fontevristes, Audebert de la Trémoille avait accordé un droit de justice et de voirie sur • les « manses » de Villesalem, de Doussac (Dulciaci), de Vrassac (Veraici), de Vital (Vitalis) et de « Bucelli » (peut-être Buxerolles, où Villesalem possédait une métairie). Cf. doc. B.

(14) C'était en effet une très ancienne coutume de diviser, en tout ou en grande partie, les vastes domaines. On les morcellait en « manses » d'étendue variables, dont chacune formait à la fois une exploitation agricole et une unité censuelle. La taxe attachée à chacune de ces manses était perçue par le fisc du propriétaire (cf. Prolyptique de l'abbaye Saint-Germain-des Prés au temps de l'abbé Irminon, Paris, t. 1 (1895) ; Introduction d'Auguste LONGNON, p. 99). Chaque manse (« mansum », « masum », en vieux français « mas ») était donc encore à l'époque de la cession de Villesalem l'équivalent de ce que l'on appellera plus tard ferme ou métairie. Il existait aussi des << demi-manses » (du CANGE, Glossarium, t. 2, col. 443) : à là suite de démembrement d'un manse complet, ils formaient à leur tour une unité d'exploitation, mais à l'échelle d'une borderie. La superficie des manses variait selon les temps et les lieux. Pour prévenir l'insuffisance des dotations d'église, une loi de l'empereur Lothaire avait prescrit que les manses cédés aux églises devaient être chacun de 12 bonniers de terre labourable avec deux serfs (Prolyptique, Introduction, p. 96). Selon l'estimation de LONGNON, au temps de l'abbé Irminon (811-829), le bonnier moyen pouvait avoir une contenance de 128 ares 33 centiares (ibid., p. 21), ce qui faisait pour le manse ecclésiastique moyen de 12 bonniers une contenance approchant de 15 hectares. Mais lorsque Audebert de la Trémoille céda le manse-Vital à Fontgombault, la loi de Lothaire était oubliée depuis longtemps.

(15) Cf. ci-dessus note 1.

(16) Ainsi les ermites groupés autour d'Isembaud, frère de Pierre de l'Etoile, sont qualifiés de s fratres religiosi »; et Isembaud, leur « magister » ou plutôt leur « père » («religiosorum fratrum monastice et eremetice viventîum pater » ; HMF, f° 15 ter) ; et Gobert, ermite de la Fontaine-Gombaud depuis sa première jeunesse (< ab infantia ») jusqu'à sa mort, est dit par le « pittacium » découvert dans sa tombe : « monachus sacerdos » (Léon PALUSTRE, Découvertes en Berry, dans Bulletin Monumental, 1889, p. 61).

(17) Cf. ci-déssus note 2.

(18) « Willeltnus de Trémolia et Audebertus ... longo tempore post, heremeticis quibusdam Gaufrido videlicet Gastinelli et Bertranno ... eamdem partent, cum assensu Monachorum fontis Gunbaudi ... dederunt » (cf. doc. C).-


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE Ï13

Gombaud; et non pas au « coenobium », qui fut fondé seulement en 1091 (19). Pour la même raison, ce sont encore les ermites de la laure de là Fontaine-Gombault — et non les bénédictins de l'abbaye — qui cédèrent le mas-Vital à Geoffroy et à Bertrand pour y vivre en anachorètes.

Le patronyme de l'un des deux premiers ermites de Villesalem nous a été transmis par les trois documents que nous avons étudiés ci-dessus : « Gastinelli », Gastineau ou Gastinel (20) ; — Les historiens s'accordent pour dire que Geoffroy Gastine! et Bertrand étaient d' « anciens religieux de Fontgombault » (22), « disciples de Pierre de l'Etoile » (23), et qu'ils furent ls « premiers habitants de Villesalem » (24). Pour une raison que nous ignorons, ils s'étaient détachés de la communauté érémitique de la Fontaine-Gombault, afin de poursuivre à deux et dans un autre site, leur vie ascétique (25).

Il est à croire que cette migration se fit avec l'agrément de: Pierre de l'Etoile, « magister » de la Fontaine-Gombaud, puique les religieux ermites de cette laure délaissèrent aux partants le mas-Vital qui leur appartenait (26) ; cette nouvelle cession se fit aussi avec l'accord d'Audebert de la Trémoille, premier donateur du fonds (27).

Combien de temps Geoffroy et Bertrand vécurent-ils à

(19) « Eodem anno (1091) incoeptum est coenobium sancte Marie quod vocatur fons Gombaudi, in confinio Pictavis et Biturige civitatum a beato Petro abbate cognomènto Stelle ». (Chronicon Sancti Maxentii, vulgo Malleacense ; original à. la B. nat. ms. lat: .4892, f° 202 v°).

(20) Cf. doc. A, B et C.

(21) En Poitou, le patronyme de Gastineau se rencontrait dès le XIe siècle (cf. BEAUCHET-FILLEAU, Dictionnaire des familles du Poitou, t. 3 (1895), pp. 755 et

756)..:

(22) Dom ANDRÏEU, : HMF, f° 4 r°.

(23),Dom ANDRÏEU, HMF, f° 4 V et 6 r°. — PAVILLONJ VR, p. 146. — ESTIÉNNOT, Antiquitatùm in dioecesi Pictaviensi benedictinarum, B. nat. ms. lat. 12756, p. 254 (copie.par dom FONTENEAU, t. 81, p. 585, B.. mun, Poitiers). — ESTLENNOT, Abrégé Historique du monastère de Villesalem, coll. FONTENEAU, t. 53, p. 295.

(24) « Aûdebertus dominus de Trémolia et Pachota uxor sua .... dederunt masum de Villesalem Gaufrido Gastinelli et Bertrando, qui primi incoloe ipsius . Ioci fuerunt » (cf; doc. A).

(25) « ... si ces deux religieux de Fontgombaud, disciples du B. Pierre de l'Etoile ont donné Villesalem aux religieuses de Fontevràult l'an 1089, c'estoit un essaim qui estoit sorti de Fontgombaud » (HMF, f° 4 r°).

. (26) On ne ' s'expliquerait pas autrement l'installation des deux ermites dans un domaine appartenant en propre à Fontgombault.

(27) Le document C donne l'initiative de la deuxième cession du mas-Vital aux seigneurs de la Trimouille (cf. ci-dessus note 18). En réalité ce ne pouvait être qu'un assentiment ou Une confirmation, puisque le mas-Vital appartenait alors aux religieux de Fontgombault.;— On ne parle plus dans cette nouvelle donation de Villesalem (doc. A) ni dans la confirmation qu'en fit l'évêque Pierre II vers 1109 (doc. B), de Guillaume de la Trémoille, frère d'Audebert (cf. ci-dessus, note 10); Sans doute était-il décédé.


114 VILLESALEM

Villesalem ? Si comme nous l'avons dit, leur installation au mas-Vital remonte à l'an 1089, et si leur départ eut lieu vers 1109, époque du contentieux entre Fontgombault et Fontevràult, leur expérience érémitique a pu durer une vingtaine d'années.

On voudrait aussi connaître le genre de vie de nos deux ermites. C'était à coup sûr une vie pauvre et pénitente, où les journées se partageaient entre la prière et le travail des mains (28). L'ermitage de Villesalem n'était cependant pas une « laure », abritant comme à la Fontaine-Gombaud une colonie d'ermites vivants sous la conduite d'un « magister » ; mais ici les solitaires jouissaient de plus d'indépendance, puisque les documents concernant les débuts et la fin de l'ermitage ne font état que des deux anachorètes susdits Geoffroy et Bertrand (29).

L'ermitage de Villesalem, tant à raison du lieu que de son peuplement, appartient donc à l'expansion érémitique de Fontgombault. Dans la série des six ascétères fontgombaldiens que nous connaissons, la fondation de l'ermitage de Villesalem vient au deuxième rang. Elle eut lieu plusieurs années après la fondation de la laure de la Fontaine-Gombault (30), mais elle précède de deux ou trois décennies les établissements érémitiques créés en Haut-Poitou par Isembaud, frère de Pierre de l'Etoile (31).

La donation à Fontevràult

Après avoir vécu à Villesalem pendant de longues années, Geoffroy Gastinel et Bertrand décident de quitter leur ermitage.

(28) Le travail des mains était très en honneur chez les ermites des XIe et XIIe siècles ; il répondait au désir d'imiter le Christ et de pratiquer une pauvreté authentique. Et puisque les ermites Geoffroy et Bertrand avaient reçu pour leur subsistance un petit domaine rural, pouvaient-ils en laisser l'exploitation à des tiers ? On constate par ailleurs que les moines fontgombaldiens demeurèrent longtemps fidèles à la pratique du travail manuel, alors que la plupart des monastères bénédictins l'avaient abandonné. Ainsi en 1265, le prieur du monastère fontgombaldien de Teilleau, dans le Maine (cne de Tassillé, Sarthe), déclare qu'il cultive « suis manibus » les terres du prieuré (HMF, f° 18 v° ; et notre étude Le prieuré St-Gilles de Teillau, dans « La Province du Maine », t. 81 (1979), p. 375).

(29) Cf. doc. A et C.

(30) L'ermitage de la Fontaine-Gombault existait plusieurs années avant la fondation de l'abbaye, qui eut lieu en 1091 (HMF, f° 3 v° - 4 r°). En 1091, partie des ermites suivirent Pierre de l'Etoile sur la rive droite de la Creuse-pour former la première communauté du « coenobium » ; mais d'autres restèrent, tel cet ermite Gobert dont nous avons parlé plus haut.

(31) Ce sont les ascétères de Moindin (cne d'Archigny, Vienne), de la Perchaie (cne de St-Pierre-les-Eglises, Vienne), de Saint-Pierre-en-Vaux cne de Bonnes, Vienne) et de Font-à-Chaux (cne d'Archigny, Vienne). Cette dernière laure devint ensuite le « coenobium » bénédictin de l'Etoile, et finalement abbaye cistercienne. Le premier de ces établissements a été fondé vers 1120, et le dernier le fut vers 1124


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 115

A cet âge d'or de la vie solitaire; il arrivait fréquemment que les ; anachorètes changent de lieu voire d'état, sans renoncer pourtant à leur idéal religieux (32).

A leur sortie de Villesalem, nos ermites firent don de leur petit domaine à Fontevràult (33). Comment expliquer ce choix ?

Cet exode eut lieu vers 1108-1109 (34) ; c'était l'époque de la pleine expansion fontevriste en Poitou. Depuis plusieurs années en effet, sur l'invitation et les encouragements de son saint ami Pierre II évêque■; de Poitiers, Robert d'Arbrissel sillonnait longuement et à plusieurs reprises l'immense diocèse de Poitiers, et plus spécialement le Loudanais et le Châtelleraudais (35). Les courses apostoliques du bienheureux Robert avaient pour objectif principal la réforme du clergé et des laïcs ; mais les prédications enflammées du fondateur de Fontevràult qui suscitaient des conversions en foule, étendaient la bonne renommée de ce monastère déjà surpeuplé et lui attiraient des vocations ainsi que des donations en grand nombre. Ainsi en fut-il, lorsque vers 1108, Robert vint prêcher en la ville du Blanc, à 3 lieues et demi de Villesalem ; l'on vit alors un blancois, « monitis famuli Dei Roberti » céder ses biens et

(cf. notre étude : Les fondations d'Isembaud, abbé de Preuilly-sur-Claise et de l'Etoile en Poitou, dans Revue Mabillon, t. 60, (1983), pp. 331 sv).

(32) Un grand nombre d'ermites de cette époque quittent leurs déserts pour adopter la vie cénobitique sous la règle de saint Benoît ; ainsi saint Bernard de Tiron, Vital de Mortain, Pierre de l'Etoile. Inversement, nombre de moines et de chanoines délaissent leurs cloîtres pour devenir ermites.

(33) Comme va le voir par le contentieux qui suivit cette première cession du lieu de Villesalem par les ermites à Fontevràult, il est bien véritable que ceux-ci eurent l'initiative de la dévolution du lieu à l'Institut de Fontevràult ; mais à cette cession les seigneurs de la Trémoille et l'abbaye de Fontgombault participèrent à dès titres différents. Cependant lorsqu'en 1119, le pape Calliste II confirmera les privilèges et les possessions de Fontevràult, la bulle ne retiendra que le nom de Geoffroy Gastinel comme donateur du lieu de Villesalem à Fontevràult : « ... locum Villesalem ex dono Gauffridi Gastinelli » (Ulysse ROBERT, Bullaire du pape Callixte II, t. 1er (1891), p. 87 ; ESTIENNOT, Antiquitatum, p. 578 ; Gallia christiana, t. 2, col. 1316).

(34) Selon ESTIENNOT (Antiquités de l'ancien diocèse de Poitiers, coll. FONTENEAU, t. 53, p. 295), Théburge aurait été prieure de Villesalem dès 1106 ; dans Antiquitatum, p. 254 : en 1107. La plupart des historiens placent l'exode des ermites de Villesalem et la cession du lieu aux fontevristes vers 1108 ou 1109 ; ainsi dom BESSE, Abbayes et prieurés dé l'ancienne France, t. 3 (1910), pp. 253-54 ; GOÛDON de LALANDE, Notice historique sur l'ancien prieuré de Villesalem, dans « Mémoires de la Société des Antiquaires dé l'Ouest » ler série, t. 33 (1868), p. 404 ; Mme Françoise GRELIER-PERELMAN, Le temporel de Fontevràult dans le Haut-Poitou depuis les origines jusqu'à la fin du XV' siècle, (thèse de l'Ecole des Chartes, dactyl., 1960, p. 60). En réalité l'exode des ermites a pu avoir lieu vers 1108 ; mais le contentieux qui s'en suivit n'était pas encore « vidé », lorsque, le 19 juin 1109, l'évêque Pierre II, à la demandé de Robert d'Arbrissel, confirma toutes et chacune des fondations fontevristes existant alors dans son diocèse (PAVILLON, VR, pp. 599600, n° 137). Villesalem n'y figure pas ; c'est donc que la formation de ce monastère est postérieure, à cette date.

(35) René NIDERST, Robert d'Arbrissel et les origines de l'ordre de Fontevràult, Rodez, 1952, p. 42 ; et PAVILLON, VR, ch. 38, 43, 40, 53 etc.


116 VILLESALEM

se donner lui-même à Fontevràult (36). Le renom de la grande abbaye parvint ainsi jusqu'à Villesalem ; ce fut le motif qui détermina Geoffroy et Bertrand à céder leur ermitage aux moniales fontevristes (37), avec l'intention expresse de les voir s'y installer en leur place (38).

La donation de Villesalem par les ermites se fit avec l'accord du seigneur d'origine, Audebert de la Trémoille, et avec celui de sa femme Pasquette (39). Mais se croyant propriétaires des lieux (40), Geoffroy et Bertrand négligèrent de consulter les religieux de la Fontaine-Gombaud, à qui le domaine avait été d'abord cédé (41). Estimant que cette dévolution était irrégulière et contraire à leurs droits, ceux-ci firent opposition (42).

Ce n'était pas la première fois que pendant cette période d'intense développement, le monastère de Fontevràult se trouvait en litige avec des abbayes bénédictines. Vu le très grand nombre de donations qui lui étaient faites, il était fatal que l'une ou l'autre ne porta quelque préjudice aux intérêts de

(36) Mention de la prédication de Robert d'Arbrissel au Blanc, dans l'acte de donation que Pierre du Blanc (Petrus Oblinci) fit à cette occasion en faveur de Fontevràult (Original perdu ; copie dans le Grand Cartulaire de Fontevràult (partie fondue f° 63, n° 218) ; autre copie aux Arch. dép. du Maine-et-Loire, 101 H-225 bis, p. 50 ; éditions principales : LA MAINFERME, Clypeus, t. 2, p. 367 ; PAVILLON, VR, pp. 602-603. MIGNE (P. lat. t. 162, col. 1115-16) a aussi reproduit cet acte, mais une erreur s'est glissée dans la clausule : « régnante Philippo rege in Francia » (+ 1108) ; toutes les sources manuscrites et autres éditions portent « régnante Ludovico rege » (Louis VI, successeur immédiat de Philippe le).

(37) « Hi autem praedicti fratres famam conversationis Ecclesiae religiosarum foeminarum audientes decreverunt ut locum suum ... sanctimonialibus dédissent » (cf. doc. C).

(38) Dans le document A, il est dit qu'à la demande des ermites Geoffroy et Bertrand, Guillaume et Audebert de la Trémoille firent don de Villesalem « ecclesiae Fontis Ebraudi et habitatoribus loci de Villesalem qui in obedientia abbatissaê Fontis Ebraudi permanere voluerint, dederunt ». Le texte B est encore plus explicite : Villesalem est cédé « Ecclesiae Fontis Ebraudi et sancti monialibus loci de Villesalem ».

(39) Cf. doc. A, B et C.

(40) En mettant le mas-Vital à la disposition des deux ermites, les religieux de Fontgombault avaient sans doute omis de dresser un acte de cession, et de prévoir le retour du domaine en cas de cessation de l'expérience érémitique ; le droit des ermites à disposer du domaine posait donc problème. La " leçon de Villesalem » ne sera pas oubliée par les moines de Fontgombault. Lorsque, vers 1120, Arraud, abbé de Fontgombault, donnera à Isembaud les terres de Moindin et de la Perchaie pour ses fondations érémitiques, il aura soin d'établir un acte de cession, et d'y insérer une clause restrictive prévoyant le retour de ces propriétés en cas de la « disolutio » de l'ermitage (HMF, f° 15 ter).

(41) La transaction qui mit fin au contentieux entre Fontgombault et Fontevràult est explicite sur ce point : « ... Willelmus de Tremollia et Aûdebertus, qui prius mediatem masi Vitalis monachis Fontis Gunbaudi dederant » (doc. C).

(42) « ... quo audito, monachi quorum consensu venerabilibus fratribus praedictis, Willelmus et Aûdebertus hujus masi mediatatem attribuerant quatenus aliam ecclesiam quam suam magis elegerant ... coeperunt dissentire ab eis et calumniam facere de supra dicto maso » (doc. C).


LÈS ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 1.17

monastères plus anciens (43). Alors les différents étaient « pacifiés » soit par Robert lui-même, soit par arbitrage de prélats, soit encore par l'intervention directe de la Supérieure de Fontevràult (44).

; Hersende de Champagne, première Supérieure de Fontevràult (45), entreprit de régler elle-même le litige de Villesalem (46, Elle se transporta donc dans le prieuré de la Puye, tout voisin de Villesalem. Au jour convenu avec l'Abbé de Fontgombault et prenant avec elle Théburge prieure de la Puye, Hersende se rend à Villesalem- En présence d'Audebert de la Trémoille, qui avait été choisi comme arbitre, la Supérieure de Fontevràult et l'Abbé de Fontgombault débattirent de leurs droits respectifs. On s'arrêta à un accord qui, moyennant quelques compensations consenties à Fontgombault, donnait satisfaction à Fontevràult pour l'essentiel (47). Pierre de l'Etoile dut se résoudre assez facilement à l'abandon du domaine de Villesalem, vu que des liens d'amitié l'unissaient étroitement à Robert d'Arbrissel (48).

Les dernières formalités à remplir pour ce « transport » furent confiées par Hersende à la prieure de la Puye. Théburge se rendit donc à Fontgombault pour faire homologuer en bonne et due forme ce qui n'était jusqu'alors qu'un accord de principe (49). De la réunion capitulaire qui entérina les conventions des supérieurs de Fontevràult et de Fontgombault, sortit une transaction, dont le document C, présenté plus haut, donne les conclusions.

Cet acte, qui mit fin au contentieux, est rédigé sous forme de procès-verbal. Il énonce que le premier fonds de Villesalem

(43) Jean-Marc BIENVENU, L'étonnant fondateur de Fontevraud Robert d'Arbrissel, Paris, 1981, p. 106. — L'auteur ajoute que, personnellement, Robert répugnait à la chicane, et que son désintéressement contrastait avec « l'apreté procédurière » des deux premières supérieures de Fontevràult (ibid., p. 107).

(44) R. NIDERST, op. cit., pp. 44, 45, 49 et passim.

(45) Hersende de Champagne, fille de Payen de Champagne et Veuve de Guillaume de Montsoreau, était proche parente du Comte d'Anjou. Elle portait ordinairement le titre de « priorissa », mais parfois celui d'«abbatissa », comme on le voit dans l'affaire de Villesalem (cf. VR, p. 551-552). Selon NIDERST (op. cit. p, 55), elle mourut en 1112 ou 1113. Son ancienne coadjudtrice, Pétronille de Chemillé lui succéda et fut élue abbesse en 1115.

(46) Selon PAVILLON, Robert d'Arbrissel « ne pouvant aller luy mesme régler cette contestation ... donna ordre à la bienheureuse Hersende ... de se transporter sur le lieu » (VR, p. 147).

(47) Cf. doc. C ; et PAVILLON, VR, ch. 45.

(48) " Comme Pierre de l'Estoille avoit esté disciple de nostre Robertr; il n'avoit garde de s'opposer à ses desseins, ny d'empescher l'avancement de son ordre » (VR, p. 148).

(49) Cf. doc. C.


118 VILLESALEM

avait d'abord été cédé aux religieux de Fontgombault par Guillaume et Audebert de la Trémoille, et que longtemps après cette donation, Audebert de la Trémoille, avec l'assentiment des moines de Fontgombault, l'avait concédé aux ermites Geoffroy Gastinel et Bertrand. Après avoir signalé que les religieux formèrent opposition à la cession que les deux ermites firent ensuite du lieu de Villesalem à Fontevràult, l'acte ajoute que, pour compenser le « dommage » occasionné à Fontgombault par l'abandon du demi mas-Vital, Audebert cédait aux moines de Fontgombault la moitié du moulin qu'il possédait à Lussac-les-Eglises dont il était seigneur (50). De son côté, 1' « abbesse » de Fontevràult voulant récompenser Audebert de la Trémoille pour ses bons offices, lui fit don d'un marc d'argent (51) ; elle fit aussi présent à Pasquette, épouse d'Audebert, d'un manteau de feutre et de fourrures en peau de chats (52).

Un des bons effets de la pacification de ce litige, à laquelle l'archiprêtre Herbert avait aussi contribué, fut que Hugues de la Trémoille et le frère Adhémar, religieux de la Puye, restituèrent les chartes concernant cette affaire, qu'ils avaient confisquées (53).

Dès lors, rien ne s'opposait plus juridiquement à la fondation fontevriste. Mais au préalable, il était nécessaire d'arrondir quelque peu le petit domaine de l'ermitage. Le plus urgent était de reconstituer dans son entier le manse-Vital, dont les ermites ne possédaient que la moitié. Aussi le procès-verbal de cette pacification a-t-il soin de noter l'importante donation qui suivit immédiatement l'accord. L'apport de cette deuxième moitié du mas-Vital fut fait aux moniales fontevristes par un groupe de co-propriétaires, dont plusieurs membres de la famille Bordes (54). Mais il est remarquable que, malgré ces

(50) « ... consilio Audeberti, qui medietatem furni quem ad Lucianum possidebat, pro emendatione medietatis masi supra nominati Monachis tribuit » (doc. C).

(51) « Hujus negotii causa, Abbatissa dédit Audeberto marchant argenti » (ibid.). — A cette époque et pour ce genre de négociations, il était fréquent que le bénéficiaire d'une donation gratifia le donateur d'un marc d'argent. Ainsi, l'abbesse de Saint-Avit de Châteaudun, à qui Fontgombault avait cédé en 1138 ou 1139 le domaine de Romilly du Perche, donna à Arraud abbé de Fontgombault, un marc d'argent, monnaie angevine (Original aux Arch. dép. d'Eure-et-Loir, H 4416). Le poids du marc d'argent de France, qui se subdivisait alors en 8 onces, était de 245 grammes 75, presque une demi-livre.

(52) « ... et uxori suae pro concessione, similitër fUltrum palii et pelles catinas » (doc. C).

(53) « ... Hugone de Trémolia vidente et Ademero uno de fratribus Podiae, in signum cujus pacis ... masi Vitalis cartas quas Heremitis Gaufredo Gastinelli et Bertranno et alia quae ... ob dissentione abstulerant, reddiderunt » (ibid.).

(54) La famille Borde, Bordes ou Bourde, établie dans le Montmorillonnais dès le XIIe siècle, possédait au XIIIe siècle le fief de Courtevrault, paroisse de Liglet.


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 119

dernières donations qui augmentaient sensiblement le domaine, à Fontevràult on considérait l'ermite Geoffroy Gastinel comme le principal donateur du fonds de Villesalem (55).

Que devinrent les ermites après leur départ de Villesalem ? D'après dom Estiennot, ils se seraient donnés eux-mêmes à Fontevràult en même temps que les lieux qu'ils quittaient (56). Rien ne confirme cette assertion. Nous voyons au contraire que, plusieurs années après son départ de Villesalem, Geoffroy Gastinel se trouve, non dans le sillage de Robert d'Arbrissel, mais dans celui de Raoul de la Futaie, cet ancien « magister eremitarum » (57) qui vers 1112, fonda dans la forêt de Nidde-Merle, non loin de Rennes, l'abbaye Saint-Sulpice-la-Forêt. Dans une charte du prieuré de la Fougereuse, dépendant de l'abbaye St-Sulpice (58), le nom de Geoffroy Gastinel figure avec celui de Raoul de la Futaie ; cette charte est datée de 1128 (59). On sait par ailleurs que le bienheureux Raoul avait entraîné dans ses fondations plusieurs autres solitaires qui aidaient le fondateur dans la direction spirituelle des religieuses (60). L'ancien ermite de Villesalem se trouvait en bonne compagnie, puisque Raoul de la Futaie s'était pareillement attaché l'ermite Aubert (61).

En 1211, les fontevristes de Villesalem seront redevables envers Pierre Bordes de terres et de droits sur la paroisse de Normaillé (« Armelhec ») et es environs (original aux Archives du Comité des Travaux historiques et des Sociétés savantes .', publié par la « Revue des Sociétés savantes des départements », 2e sériel, t. 8, pp. 71-72) ; et en 1228, envers Guillaume Bordes, de partie des ferrages de Courtevrault et du fief de Bouters (BEAUCHET-FIIXEAU, t. 1, p. 626).

(55) Cf. ci-dessus note 33.

(56) « ... qui quidem Gaufridus Gastinelli et Bertrandus seipsos et suum côénobiolum subdidere » (B. nat. ms. lat. 12756,p. 253).

(57) Raoul de la Futaie, profès de l'abbaye de Sàint-Jouin de Marnes, prit le désert vers 1095 ; il fut, croit-on, l'un des tout premier compagnons de Robert d'Arbrissel dans la forêt de Craon (A. ANGOT, Dictionnaire historique de la Mayenne, t. 1, 1900, p. 58).

(58) Le prieure Ste-Madeleihe de la Fougereuse (cant. d'Argenton-Château, DeuxSèyrès), avait été fondé vers 820 par Guy de la Fougereuse ; il fut cédé vers 1112 par Amaury de Trêves à Raoul de la Futaie, qui le rattacha à son abbaye de St-Sulpice-la-Foret; Cette donation fut confirmée en 1117 par Guillaume Gilbert, évêque de Poitiers (VR, Preuves, p. 561, n° 47 et 48 ; et dom ANGER, Cartulaire de l'abbaye St-Sulpice-la-Forêt, p. 351).

(59) Dans ses Preuves de la Vie du bx Robert d'Arbrissel, après avoir cité la donation qu'Ardouin Normand avait faite à Raoul de la Futaie pour son prieuré de la Fougereuse, PAVILLON ajoute : « j'ai veu deux autres titres à la Fougereuse, l'un de l'an 1128, oui Geoffroy Gastinelli est signé (sic) avec Raoul de la Fustaye ; l'autre » etc. (p. 562).

(60) « Il (Raoul de la Futaie) s'étoit associé quelques solitaires avec qui il demeurait auprès de Saint-Sulpice. Ils administraient les sacremens aux religieuses et recevoient d'elles toutes les nécessités de la vie » (Dom MORICE, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, t. 1 (1750), p. 102).

(61) L'ermite Aubert, qui s'était d'abord attaché à Guillaume Firrnat, suivit Raoul de la Futaie à Saint-Sulpice, où il mourut (ANGOT, op. cit., t. 1, p. 94). :


120 VILLESALEM

III. — LA FONDATION FONTEVRISTE

L'installation des moniales

A quelle époque le prieuré fontevriste fut-il formé ?

Dans l'acte de cession de l'ermitage à Fontevràult par les deux ermites, il est fait mention de l'installation en leur lieu et place de religieux et de moniales fontevristes (62).

Entre la donation du lieu de Villesalem et l'installation des moniales, il y eut très probablement un certain délai : un an ou deux peut-être. On n'était plus en effet à l'époque héroïque où les premières religieuses fontevristes réunies par Robert d'Arbrissel dans la forêt de Craon se contentaient de cabanes, en attendant la construction des principaux bâtiments du grand monastère (63). Il fallait en outre que le prieuré soit suffisamment doté en terres pour faire vivre une communauté d'une certaine importance, et que les litiges qui pouvaient s'élever au sujet de l'une ou de l'autre des nombreuses donations faites au nouvel établissement — comme ce fut le cas pour Villesalem — fussent réglés.

En suivant l'itinéraire de Robert d'Arbrissel en Poitou, et en situant dans le temps les diverses fondations qu'il entreprit dans cette province, il est possible d'approcher l'époque où les moniales s'installèrent à Villesalem.

Les activités de Robert en Poitou nous sont en effet assez bien connus par les documents de l'époque (64). Elles commencent dès l'an 1101 avec la fondation de Fontevràult aux confins de l'ancien diocèse de Poitiers ; elles se poursuivent pendant plusieurs années avec les prédications itinérantes de Robert à travers cet immense diocèse et par l'implantation de plusieurs prieurés fontevristes. Du vivant de Robert (+ 1116) six prieurés furent ainsi créés dans l'ancien diocèse de Poitiers, dont cinq en Haut-Poitou (65) et un en Bas-Poitou (66).

(62) Cf. ci-dessus note 38.

(63) VR, ch. 24 et 28.

(64) Un très grand nombre de ces documents concernent l'expansion fontevriste en Poitou ou la présence de Robert d'Arbrissel dans cette région. Dans son Robert d'Arbrissel, déjà cité, René NIDERST les a mis en oeuvre pour tenter d'établir un « itinéraire » du fondateur de Fontevràult .dans les provinces du Centre (cf. spécialement pp. 41 sv). Ce travail a été repris et mis au point pour le Haut-Poitou par Mme POIRIER-PERELMAN, dans sa thèse de l'Ecole des Chartes.

(65) Outre le prieuré de Villesalem (cne de- Journet, cant. de La Trimouille, arr. de Montmorillon), ceux de la Puye (cant. de Chauvigny, arr. de Châtellerault), de Lencloître-en-Gironde (cant. et arr. de Châtellerault, de G.aisne (aujourd'hui


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 121

Le plus ancien de ces prieurés, fontevristes fondés en Poitou est sans conteste celui de la Puye (67). Le premier fonds en avait été cédé à Robert vers 1104-1105 par Pétronille de Monthoiron, Pierre de Vaux et plusieurs autres (68). Cette donation du lieu de la Puyé fut confirmée par le privilège de Pascal II en 1106 (69) ; mais ce fut seulement entre 1106 et 1109 que le prieuré de la Puye (70), comme aussi les monastères de Guèsnés et de Lencloître (71) furent pleinement formés. En juin 1109, au cours du synode diocésain tenu à Poitiers, le fondateur de: Fontevràult placera, en même temps que Fontevràult même, ces trois nouveaux monastères sous

Guesne) (cant. de Monts-sur-Guesne, arr. de Châtellerault), et de, Tusson (cant. d'Aigre, arr. de Ruffec-Charente, dans l'ancien diocèse de Poitiers, auj. d'Angoulême). On notera que trois de ces prieurés ont été installés dans le Châtelleraudais.

Nous ne comptons pas comme prieuré fontevriste en Poitou la chapelle et fief de Raslay (cne de Morton, cant. de Trois-Moutiers, . arr. de Châtellerault) ce domaine donné à Fontevràult du temps de Robert (à ne pas confondre avec le prieuré fontevriste de Relay en Toùraine), ne semble pas avoir été peuplé de moniales. La chapelle de Raslay avait-été construite par Raynaud de Saumoussay (Rainaldus de Salmunchai) et cédée par lui à Robert d'Arbrissel, lequel pria son ami Pierre II évêque de Poitiers d'en faire la dédicace (Michel COSNIER, Fontis Ebraldi exordium, La: Flèche, 1641, p. 221 ; VR, p. 163 et 601). Cet épisode se situe vers 1111 selon NIDERST (pp. cit., p. 44), La chapelle dédiée à saint Avertin et le fief appartenaient encore à Fontevrault aux XVIIe et XVIIIe siècles (REDET, op. cit., p. 345).

(66) Le prieuré de la . Lande-en-Beauchêne (Landa de Bello-Quercu) (cant. de Beauvoir-sur-Mer, arr. des Sables d'Olonne).

(67) Les historiens: sont d'accord sur ce point ; ainsi LA MAINFERME, Clypeus, t. 1, p. 137 ; VR, p, 140 ; DEODATA, ta Paye;".Poitiers, 1919, pp. 32-33 ; Mme PERELMAN, p. 42. De fait, la confirmation de la donation à Fontevràult du fonds de la .Puye fut confirmée dès 1106 par le pape Pascal II : « confirrnamus ... quae ad earum gubernationem collata cognovimus, vidélicet fundum ... Logias, Podiam » bulle donnée au Latran le VII des calendes de mai (25 avril), cf. COSNIER, Exordium, p. 251 ;; FONTENEAU, t.8 p. 453. Par contre le doyen de tous les prieurés fontevristes est celui des Loges en Anjou (cant. d'Allonès, arr. Saumur) ; il commença fort modestement avec des cabanes, pour servir de « déversoir » au trop plein du premier' Fontevràult ; il - avait - été cédé à Robert d'Arbrissel en même temps que le site de Fontevràult par Gautier de, Montsoreàu (VR, pp. 135-136 ; MlGNE; P. L., t. 162,, col. 1109-1110:; NIDERST, op. cit., -p. 41 rJ.-M. BIENVENU; op; cit.; p.83).:

(68) Grand Cartulaire de_.Fontevrault, ch.686,: f° 168 et 169 ; COSNIER, Exordium, p. 216 ; MIGNE, P. lat., t. 162, col. 1906-97); Pétronille de Monthoiron, qui était probablement de la Maison de Chauvigny, semble avoir été le principal artisan de cette donation collective. Pourtant: dans la bulle de Calliste II (15 sept. 1119) où figurent les principaux donateurs ides lieux cédés à Fontevràult, Pierre Senebaud est seul nommé pour la cession du « locum Podiae » (Gallia christiana, t. 2, col. 1316).

(69) Cf. ci-dessus note 67.

(70) Le prieuré était sûrement constitué en 1108, date à laquelle Théburge, en qualité de prieure, reçut le don annuel de cinq deniers de mouture sur le moulin de Busserais (DEODÀTÀ, op. cit., p, 97).

(71) D'après PAVILLON (ch; 43, p. 140), la fondation des prieurés de Lencloître et de Guesnes suivit de près celle de la Puye. Le lieu de Lencloître, situé dans la « forêt de Gironde » fut cédé par Aymery, vicomte de Châtellerault (VR, Preuves, n° 132; p. 598) et par Raynaud: de . Piollant; Hugues de Vivonne etc. (bulle de Calliste II, 1119, Gallia t. 2, col. 1316) ; le prieuré de Guesnes, à deux lieues de Loudun, s'installa sur des terres reçues de Raoul de Saint-Jean et d'Etienne de Messemé (Maixime) et de ses fils (bulle de Callisté II, Gallia, t. 2, col. 1316). Foulques le Rechin et Foulques le jeune; comtes d'Anjou, y ajoutèrent plusieurs libéralités (LA MAINEERME, Clypeus, t, 2, pp. 200, 201 et 208).


122 VILLESALEM

la protection de l'évêque Pierre II et du clergé poitevin, moyennant une symbolique redevance synodale (72). C'est très probablement peu après cette date, que les fontevristes s'installèrent à Villesalem (73). Au temps de Robert, seront encore fondés en Poitou le prieuré de la Lande-en-Beauchêne (74) et celui de Tusson (75).

Le développement très rapide de l'ordre fontevriste entraîna de bonne heure la création de provinces. Au XVIIe siècle Villesalem, comme Lencloître-en-Gironde, Longefont et plusieurs autres prieurés fontevristes se trouvèrent compris dans la « Province de Bretagne » (Provincia Armoricae) (76).

La formation du temporel

Sans être ausi peuplé que la Puye, dont le temporel était sensiblement plus important, le monastère de Villesalem dut abriter dans les premiers temps une communauté assez nombreuse ; et le premier essaim, comme la première supérieure, avait été très probablement fourni par la Puye (77). Dès lors le demi manse-Vital cédé aux deux ermites était

(72) « Eidem defensioni mancipamus omnia loca quae in vestra diocesi sunt tam virorum quam sanctimonialium ad ecclesiam Fontis Ebraudi pertinentium ; Sanctimonialium scilicet quae sunt ad Podiam inter Calviniacum et Englam, et obedientiam de Jarùnda, et illam de Gaina » (VR, Preuves, n° 137, p. 599). L'acte rédigé au cours du synode est du XIII des calendes de juillet (20 juin 1109. A la différence de la Puye : Lencloître-en-Gironde (Jarunda) et Guesnes (Gaina) sont qualifiés d' « obédiences » ; ces deux établissements étaient sans doute à leurs débuts et encore peu peuplés.

(73) Cf. ci-dessus note 34. — Exception faite du prieuré de Guesnes, les monastères fontevristes fondés en Poitou du temps de Robert d'Arbrissel, se retrouvent sur une liste fort incomplète qu'en a donnée la Chronique de Saint Maixent, ad annum 1100 : Tusson; la Puye, l'Encloître-en-Chaufournois, « Raretus (peut-être Relay en Touraine), l'Encloître-en-Gironde, les Loges, la Lande (Beauchêne), Orléans (La Madeleine), Villesalem, Orsan, Hautes-Bruyères (cf. texte latin édité par Jean VERDON, La Chronique de Saint-Maixent, Paris, 1979, pp. 172 et 174). En réalité l'ordre chronologique des fondations n'a pas été tout-à-fait suivi : si La Puye est bien placé avant Villesalem, et Villesalem avant la fondation d'Orsan, le monastère des Loges, comme il a été dit plus haut a été fondé avant tout les autres établissements fontevristes, et celui de Tusson ne s'est établi que vers 1112 (cf. NIDERST, op. cit. pp. 41-47).

(74) Le prieuré de la Lande-en-Beauchêne, au pays de Retz, fut fondé sur un fonds cédé par Pierre de la Garnache — vers 1112 — à la prière de l'évêque Pierre II (COSNIER, Exordium, p. 217 ; et PAVILLON, VR, ch. 54, p. 177, et Preuves, n° 169, p. 606.

(75) La fondation du prieuré de Tusson fut laborieuse. L'initiative en revient à Foucaud Frénicard, de la Maison de la Rochefoucaud (VR, ch. 54, pp. 177-178) : ceui-ci offrit à Robert d'Arbrissel l'emplacement d'un ancien monastère. L'abbaye de Nanteuil fit d'abord opposition ; finalement le différend fut pacifié grâce à l'intervention de l'évêque Pierre II. La transaction conclue au chapitre de Nanteuil est de 1112 (COSNIER, Exordium, p. 228 ; VR, Preuves, n° 170, p. 606).

(76) LA MAINFERME, Clypeus, « Nomina prioratuum Fontis Ebraldensium ... necnon Provinciarum atque dioecesium in quibus consistunt » (t. 3, pp. 360-61).

(77) Au temps de Robert d'Arbrissel, les prieurés fontevristes aussi bien que la maison-mère étaient surpeuplés, et à sa mort (1116), l'ordre de Fontevràult


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 123

insuffisant pour faire vivre le monastère doublé dé Villesalem (78). Le problème de l'adaptation du temporel au peuplement des monastères fontevristes se posait à chaque fondation. Aussi voit-on l'évêque Pierre II, le grand protecteur de l'ordre de Fontevrault, payer de sa personne pour susciter des donations aux nouveaux monastères. Ici, il priait tel grand propriétaire de faire une libéralité (79), ailleurs le saint évêque venait sur les lieux du futur monastère, convoquait les propriétaires voisins et les invitait à céder aux fontevristes terrés ou rentes (80). Nous ne savons pas si l'évêque de Poitiers prit cette initiative pour la fondation de Villesalem ; du moins il est certain que les bons voisins du prieuré se montrèrent généreux-dès le début.

Et d'abord les fontevristes de Villesalem, nous l'avons dit, furent mises en possession de l'autre moitié du marise-Vital (81) ; puis de nombreuses donations suivirent, dont plusieurs nous sont connues par des documents des XIIe et XIIIe siècles (82). Le domaine du prieuré se trouva donc constitué pour l'essentiel

comptait près de.3000 religieuses réparties dans, les 19 prieurés existant : alors (cf.- J. DAOUST, art. « Fontevrault .»,. dans Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 17 (1971, col. 963). Dès sa fondation, la Puye abritait une communauté de 120 religieuses, d'après une note de dom LARDIER aux Archives du Maine-et-Loire, citée par Mme PERELMAN. En .1284 : 100 religieuses et 20 moines (FONTENEAU, t, 78, cité par DEODATA, op. cit.,. p. 61). Au XIVe siècle, à cause des malheurs du temps et de crises internes; les effectifs diminuent sensiblement : en 1360, l'ordre fontevriste ne comptait plus que 500 religieuses. Au XVIe siècle, dans les prieurés, la moyenne n'était plus que de 20 à 25 religieuses. En 1726, à Villesalem : 21 religieuses, dont 7 converses ; 16 en 1780 et en 1792 (GOUDON de LALANDE, op. cit. pp. 414, 415 et 408). — Le temporel de Villesalem, étant de. béaupoup inférieur à. celui dé là Puye. (tel que l'a décrit DEODATA, Pp. cit., p. 85 sv) ne permettait pas d'accueillir les vocations aussi largement. .

(78)11 est vrai que depuis leur installation à Villesalem, les ermites avaient augmenté le demi manse-Vital par l'acquêt de quelques terres, que ceux-ci cédèrent à Fontevrault en même temps que le manse-Vitaï : « ... Hi autem praedicti fratrès ... decreverunt ut locum suum et omniâ in eodem loco açquisita praedictis sahetimonialibus dédissent » (doc. C). Mais cela même, était insuffisant.

(79) Ainsi fit-il pour la fondation du prieuré de la Landé-en-Beauchêne (cf. ci-dessus note 74). . ;,:

(80) L'intervention perspnnelle.de l'évêque apparaît par exemple dans la donation collective du lieu de la Puye (COSNIER, Exordium, p. 216) ; Pareillement, pour; la fondation de Guesnes et de Lencloître-en-Gironde, Pierre II se transporte sur les lieux avec Robert : « le bx Pierre evesque de Poictiers qui estait comme l'ange tutélaire de nostre Saint (Robert) et qui le suivait presque partout, le, voulut accompagner en ces, lieux •; ils travaillèrent tous deux avec tant. de courage : à ces nouveaux établissements) qu'ils élevèrent en bref dans ces forests deux monastères (VR, p. 140).

(81) Cf. ci-dessus « La donation à Fontevràult » et noté 54.

(82) Les donations sont diverses : soit concessions de terres, soit de droits lucratifs (justice et voirie), soit dîmes, terrages ou rentes constituées. Quant aux donateurs, ils appartiennent à tous les rangs de la société féodale : depuis Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis, les seigneurs de la Trimouillle, ceux de Preuillysur-Claise, ceux du Blanc, de Chabenet, les d'Aloigny seigneurs de Rochefort-surCreuse, les Bordes seigneurs de Courtevrault, jusqu'aux propriétaires de condition modeste. (Mme PERELMAN, op. cit., pp. 60-61).


124 VILLESALEM

au commencement du XIVe siècle (83). Depuis lors, en dépit des aliénations imposées au XVIe siècle à tous les monastères par le fisc royal (84), il ne varia guère jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Mais là comme ailleurs, les rentes en espèces, assises sur des terres, commencèrent à perdre de leur valeur dès la fin de la guerre de Cent-Ans ; aussi au XVIIe siècle, les ressources tirées du domaine, auxquelles s'ajoutaient pourtant les dots des moniales, suffisaient à peine à l'entretien de la communauté ; en 1770, celle-ci se trouvait même endettée (85).

Le nom de Villesalem

Le nom de « Villlesalem » est-il antérieur ou non à l'installation des fontevristes ? — D'après les textes étudiés plus haut, il semble que Guillaume et Audebert de la Trémoille n'avaient cédé aux moines de Fontgombault que le « demi mas-Vital » (86), mais que lors de l'installation des ermites, ils firent don à ces derniers d'une part, du « lieu de Villesalem » qui leur appartenait (87), d'autre part, avec l'accord des moines de Fontgombault, ils ajoutèrent le demi mas-Vital (88), dont les Religieux étaient propriétaires, mais dont Guillaume et Audebert étaient les seigneurs primitifs. Par ailleurs, dans l'acte de confirmation on distingue clairement le « mas-Vital » du « mas de Villesalem » (89). Il nous paraît donc que le nom de Villesalem était celui d'un manse apparient aux la Trémoille avant Installation des

(83)Sur le temporel de Villesalem aux XVe et XVIe siècles, voir Le prieuré de Villesalem à la fin du XV' et au début du XVIe siècle par M. Robert FAVREAU, dans « Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest », 4e série, t. 13 (1975). La plupart des propriétés foncières du prieuré, comme aussi ses droits de diverse nature, sont compris dans les limites des paroisses de Journet, de Haims et de Béthines, et sur les deux rives du Salleron. D'autres sont plus éloignées, tel le bois de Villesalem dans la Haute-Màrche, et le lieu de Fontarcher en Loudunois (cne de Montaizé, Vienne), cédé à Fontevràult par le seigneur de Preuilly (B. nat. ms. lat. 12756, p. 580) et augmenté par Raoul. de Galart (Grand Cartulaire de Fontevràult, B. nat. lat. n. a. 2414, f° 76).

(84) Pour subvenir aux frais de pacification des guerres religieuses, Charles IX puis Henri III obligèrent à plusieurs reprises tous les établissements ecclésiastiques à aliéner une partie de leur temporel, il y eut ainsi six aliénations, qui s'échelonnèrent de 1563 à 1586. Plus tard, les monastères furent admis à racheter en tout ou en partie ce qu'ils avaient été contraints de vendre.

(85) C'est ce qui ressort du procès-verbal de la visite régulière de Villesalem en 1770 (Cf. EDOUARD, Fontevràult et ses monuments, t. 2, 1874, pp. 326-27). Ce procès-verbal, pésenté par le Visiteur à Mme de Pardaillan d'Antin, abbesse de Fontevràult, est signé par Dame Elizabeth de Saint-Georges des Marais, prieure triennale de Villesalem.

(86)« ... Willelmus de Tremollia et Aûdebertus, qui prius mediatem masi Vitalis monachis fontis Gunbaudi dederant ... » (doc. C).

(87) « ... et locum eorum in loco qui dicitur Villesalem » (ibid.).

(88) « ... eamdeih partem masi cum assensu Monachorum fontis Gunbaudi ... dederunt » (ibid.).

(89) « Praeterea (A. de Tremollia) dédit eis in maso de Villesalem ... et in maso Vitalis ... » (ibid.).


LES ORIGINES DU PRIEURÉ FONTEVRISTE 125

ermites; Lorsque les fontevristes prirent à leur tour possession de ces lieux, cette appellation de « Villesalem » (Maison de paix) qui convenait si bien à un monastère de contemplatifs, fut tout naturellement retenu pour désigner le prieuré lui-même et l'ensemble de son domaine.

Villesalem et Fontevràult

Théburge, prieure de la Puye (90), chargée par Hersende de Champagne, supérieure de Fontevràult, de négocier avec lés religieux' de Fontgombault la cession de l'ermitage, devint peu après la première prieure de Villesalem ; peut-être âssùmà-t-elle pendant quelque temps le gouvernement des deux monastères. Elle était prieure de Villesalem vers 1109 (91) ; elle ne l'était plus en J115, date à laquelle Hersende régissait le prieuré (92).

Pendant les premières années qui suivirent leur installation, les fontevristes de Villesalem durent se contenter d'un oratoire provisoire. Pour édifier l'église romane que nous .connaissons et qui est une répliqué ;de l'édifice primitif delà Puye (93), il fallut du temps et des fonds. Son plan est en effet quelque peu développé (94) ; au surplus la façade occiden(90)

occiden(90) ci-dessus noté 70. — Théburge, prieure de la Puyé, puis de Villesalem, a-t-elle porté le titré d'abesse comme l'avance GOUDON de LALANDE (op. cit., pp., 404 et 411). — Il est incontestable qu'Hersende de Champagne, première supérieure dé Fontevràult, apparaît avec ce titre dans le différend de Villesalem, vers 1109, bien que Fontevràult né fut érigé en abbaye qu'en 1115, un an ou deux après la mort d'Hersende. Nous ne nions pas non plus, que l'on rencontre le qualificatif d' «abbaye» ou d' « abbesse » en er lusieurs documents concernant des prieurés fontevristes (cf. EDOUARD, op. cit., pp. 331-333). « En 1109, écrit GOUDON, Audebert de la Trémoille fut arbitre entre Théburge « abbesse » du monastère de Villesalem, et Hersende de Champagne qui fut première grande-priéure de Fontevràult ... Cette Hersende donna en cette circonstance à Audebert... un marc d'argent » etc. Ici la confusion est manifeste : ce contentieux de 1109 n'est autre que celui de Fontgombault et de Fontevràult sur le propos de Villesalem, et où figurent ces trois, personnages ; mais c'est Hersèndè qui est dit « abbesse » (dé Fontevràult), et .Théburge n'y figure qu'avec son titré de « priorissa Podiae » (cf. doc. C). EDOUARD (pp. 324) s'est fait l'écho de cette confusion, et en fait le «commentaire » (pp. 331-333) ; par contre DEODATA, parlant de Théburge et de l'affaire de Villesalem ne reprend pas cette assertion (La Puye, pp. 33-34). Enfin, nous ne connaissons aucun texte où, au temps dé Robert d'Arbrissel, il soit fait mention de 1' « abbaye de Villesalem -»..

(91) Théburge n'était pas encore prieuré de Villesalem à l'époque du contentieux entré Fontgombault et Fontevrault, c'est-à-dire vers 1109 ; le prieuré de Villesalem ne put être formé qu'une fois le différend réglé ; on ne saurait donc retenir la date de « 1107 », avancée par dom ESTIENNOT (B; nat. ms. lat. 12756, p. 253) pour le priorat de Théburge à Villesalem. Cette assertion a été reproduite par GOUDON (op. cit., p. 411) et par EDOUARD (Pp. cit., p. 333).

. (92) ' « Hersendis, an. MCXV » (ESTIENNOT, op. cit., p.. 253).

(93) Cf. DEODATA, La Puye, p.. 131.

(94) L'église de Villesalem comprend une nef rectangulaire de cinq travées, munie de Collatéraux et un transept sur lequel sont greffées trois absidioles. Longueur totale de l'édifice : 44 mètres 70 ; largeur du: transept : 22 mètres 20 (dimensions intérieures)..


126 VILLESALEM

tale et le flanc nord ont été revêtus d'une profusion de sculptures (95). Francis Salet pense qu'elle fut achevée assez tardivement : « entre 1130 et 1140 » (96).

Bien que ne retenant pas pour lui la charge du gouvernement de Fontevrault et de ses filiales, Robert d'Arbrissel visitait souvent celles-ci (97) ; lors de ses courses apostoliques, si fréquentes en Haut-Poitou, les prieurés fontevristes lui fournissaient des étapes particulièrement indiquées. Cependant dans les premiers temps de l'ordre, la charge des visites régulières de toutes les maisons incombait au premier chef à l'abbesse de Fontevrault (98). Ainsi, en janvier 1116, l'abbesse Pétronille de Chemillé (99), assistée d'Augarde prieure de Fontevrault (100), étant venue au prieuré d'Orsan en Bas-Berry pour rencontrer Robert d'Arbrissel qui l'en avait priée (101), entreprit sur son ordre la visite des prieurés fontevristes de la région, c'est-à-dire, de la Puye et de Villesalem, qui étaient

(95) Bien que masquée en partie par le bâtiment conventuel et malgré la réfection de son fronton, la façade de Villesalem est à juste titre considérée par le professeur CROZET, comme une des « plus belles du Poitou » (L'art roman en Poitou, Paris (1948, p. 98).

(96) Francis SALET, L'église de Villesalem, dans « Congrès archéologique de France » (1951), p. 244. — Cette date se trouverait corroborée par la découverte qui fut faite d'une inscription lapidaire, trouvée en 1720 dans les fondations de l'église de Villesalem : « Guillelmus hune eccl. dedicavit anno Domini ... » (EDOUARD, op. cit., t. 1, p. 51, n. 1). — Guillaume Adhelme fut évêque de Poitiers de 1124 à 1140.

(97) Le frère ANDRÉ, chapelain de Robert d'Arbrissel et auteur d'une Vita Roberti, dit explicitement que le fondateur de Fontevrault visitait souvent ses maisons : « ilia vero habitacula ... more boni pastoris, fréquenter visitabat » (BOLLANDISTES, Acla Sanctorum, Febr. t. 3, p. 615 E). Il accomplissait ces visites tantôt seul, tantôt accompagné de l'évêque Pierre II (cf. VR, p. 164, visite du prieuré de Guesnes), tantôt avec Hersende de Champagne et Pétronille de Chemillé. L'évêque Pierre II prenait plaisir à accomplir de semblables visites dans les maisons fontevristes de son diocèse de Poitiers (VR, p. 163).

(98) Il est remarquable que cette fonction de visite des filiales de Fontevràult ne, soit pas explicitement mentionnée dans les « Statuta » primitifs de l'ordre (COSNIER, Exordium, pp. 201-208 ; et P. lat. t. 162, col. 1079-1082), que Robert avait lui-même rédigés lors de l'élection de Pétronille comme abbesse de Fontevrault, statuts qui furent ratifiés par le pape Callisté II, à l'occasion de son séjour à Fontevrault en 1116. Il est vrai que dans d'autres « Statuta vetera » de Fontevrault, recueillis par le fontevriste L. CAILLEAU (COSNIER, Exordium, p. 214), un des articles reconnaît à l'abbesse de Fontevràult la compétence générale, tant au spirituel qu'au temporel, sur toutes les maisons de l'ordre : « ut ... habeat obtineatque potestatem regendi ecclesiam Fontis Ebraldi et omnium locorum eidem ecclesiae pertinentium, et obediant ei » (P. lat. t. 162, col. 1084). Pareillement, l'article suivant stipule que la Grande prieure de Fontevrault soit reçue dans toutes les maisons de l'ordre, « post abbatisam », c'est-à-dire dans la dépendance de l'abbesse (ibid.).

(99) Pétronille de Craon, fille de Bouchard, baron de Craon, et veuve de Orri le Roux, seigneur de Chemillé, était abbesse de Fontevràult depuis 1115.

(100) Selon Louis PICARD (L'ordre de Fontevràult de 1115 à 1207, p. 11), Augarde, Grande Prieure de Fontevràult et ses deux frères, étaient probablement de la Maison de Roannais.

(101) Robert s'y trouvait lui-même et y séjourna une quinzaine de jours (fr. ANDRÉ, Vita Roberti, p. 617 CD). Selon PAVILLON (VR, ch. 78, p. 262), il y arriva sur la fin de janvier 1116.


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 127

les plus proches d'Orsan (102). La visite commencée fut soudainement interrompue par la nouvelle de la grave maladie qui devait emporter: Robert. Les messagers de celui-ci atteignirent l'abbesse, lorsqu'elle se trouvait à la Puye (103). Pétronille : en repartit aussitôt pour regagner Orsan ; elle arriva à temps pour recevoir les dernières volontés du fondateur de Fontevràult, qui s'éteignit le 25 février 1116 (104).

Il n'entré pas dans notre propos de poursuivre l'histoire du prieuré de Villesalem au-delà de la mort de Robert d'Arbrissel ; les: documents concernant la vie conventuelle de cette communauté sont d'ailleurs assez rares. Il serait pourtant intéressant de connaître dans - quelle mesure les fontevristes de Villesalem restèrent fidèles aux statuts élaborés par Robert d'Arbrissel. II est probable que le prieuré fut pendant les sept siècles de son existence à l'image des autres maisons de l'ordre, dont l'observance connut des fluctuations. A la période de prospérité et de ferveur que furent les XIIe et XIIIe siècles (105), succéda aux XIVe et XV* siècles, le temps des calamités : peste noire, dépopulation des campagnes, dévastations du fait des guerres franco-anglaises (106) ; peut-être

(102) Après avoir quitté Orsan, Robert accompagné de Pétronille, entreprit quelques courses apostoliques en Bas-Berry ; il s'arrêta à l'abbaye de Déols et y prêcha devant la. communauté monastique ; après quoi il enjoignit à Pétronille et à Augarde de visiter les monastères voisins : « His itaque peractis Petrônillam et Augardim, Fontis Ebralbi procuràtrices quae cum eo érant, visitatum Fratres atque Sorrores ire, : commonuit » (fr. ANDRÉ, Vita Roberti, p. 617 F). PAVILLON précise : " toutes ces choses étant faites, le Saint envoya Pétronille avec la soeur Augarde prieure de Font-Evraud, qui lui faisoit compagnie, dans les maisons voisines de l'ordre, c'est-à-dire à Villesalem et à la Puye, pour y faire leur visite » .(VR, ch. 78, p. 263).

(103) « Interea vero, nuntius qui transmissus fuerat post Abbatissam, ad Podiam usque pervenit » (fr. ANDRÉ, Vita Roberti, p. 619 A).

(104) Les sources qui mentionnent la mort de Robert d'Arbrissel ne sont pas d'accord sur la date. D'après le Martyrologe et le Cartulaire de Fontevràult, et encore selon NICQUET, Histoire de l'ordre de Fonteyrauld, Paris, 1642, pp. 120-123), le décès de Robert aurait eu lieu en 1117 ; d'après la Chronique de Saint-Maixenl et la Chronique dd"é. Saint-Aubin, il serait survenu en 1116 ; PAVILLON précise : le 25 février 1116 (année bissextile) en la fête de saint Matthias (VR, ch. .,78, p. 279), Avec M. J.-M- BIENVENU (op. cit., p. 165) nous tenons également pour cette dernière date.

(105) L'ordre fontevriste qui, en 1149, comptait déjà cent prieurés, continue à se développer jusqu'à la fin du XIIe siècle. Mais dans la deuxième moitié-du XIIIe siècle, apparaissent déjà Une certain relâchement chez les moniales, et un mouvement d'insubordination dans les prieurés de religieux (J. DAOUST, op. cit., col. 963).

(106) L'abbayé de Fontevrault aussi bien que ses filiales ne furent pas préservées des fléaux qui s'abattirent sur notre pays au XIVe et au XVe siècle ; la régularité, ainsi que le temporel des monastères en furent gravement atteints. Les guerres franco-anglaises furent particulièrement sévères aux confins du Poitou et du Berry : peu de monastères échappèrent à la dévastation. Les exactions de Jean Chandos dans- la campagne poitevine, en 1369, entraînèrent le pillage de la Puye et de


128 VILLESALEM ,

même y eut-il à Villesalem, une « éclipse » (107). Depuis la fin du XIVe siècle et jusqu'au milieu du XVIe, les abbesses de Fontevrault avaient bien entrepris des réformes, mais elles n'eurent pas grand succès (108). Les guerres de Religion, au cours desquelles nombre de monastères furent dévastés (109), en retardèrent l'effet. La stricte observance refleurit Cependant à partir de l'abbatiat d'Eléonore de Bourbon (1575-1611) (110) ; contrôlée dans tout l'ordre par les chapitres généraux et lés visites régulières, elle se maintint jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Ainsi en fut-il à Villesalem (111). Aussi le monastère jouissait-il de la confiance des familles de la région ; celles-ci confiaient volontiers leurs filles aux « dames » de Villesalem, afin de pourvoir à leur éducation (112). Les religieuses de Villesalem entretenaient encore des relations fréquentes avec les prieurés voisins, ceux de la Puye et de Lencloître (113) ; c'était pour les maisons fontevristes un stimulant pour le maintien de leur idéal spirituel.

Entre le prieuré de Villesalem et l'abbaye de Fontgombault, on ne constate pas de rapports suivis, mais seulement, de loin en loin, quelques contacts : les deux monastères se recrutaient en partie dans les mêmes familles de la région du Blanc et des paroisses voisines du Poitou (114). Mais à Villesalem

Villesalem (DEODATA, La Puye, p. 61 ; Histoire de l'ordre de Fontevrault par les fontevristes de BOULAUR, Auch, t. 2 (1913), pp. 145-46) ; Mme PERELMAN, op. cit., ; Robert FAVREAU, La ville de Poitiers à la fin du moyen âge, 1978, p. 183, n, 268).

(107) C'est ce qui semble ressortir des comptes de Villesalem de la deuxième moitié du XVe siècle et des premières décennies du XVIe (cf. Robert FAVREAU, Le prieuré de Villesalem, cité, p. 225). Cependant la série des prieures de Villesalem. qui comporte une lacune de 80 ans après 1390, reprend avec régularité en 1470 avec le priorat d'Isabelle Laubé (cf. GAUDON, p. 412).

(108) J. DAOUST, op. cit., col. 964.

(109) Encore que les fouilles qui ont été exécutées dans l'église priorale en 1965 lors de l'achat de Villesalem par l'Etat, aient mis à jour deux couches de vestiges d'incendie, on ne sait pas si l'église priorale fut incendiée pendant les guerres de Reigion (aimable communication du Docteur Jean JACQUET). La même incertitude existe pour le couvent de la Puye (cf. DEODATA, pp. 132-133).

(110) J. DAOUST, op. cit., col. 964.

(111) En 1712, dans son procès-verbal de visite de Villesalem, le visiteur fontevriste, tout en signalant l'état déplorable du temporel, fait le plus grand éloge de l'observance des religieuses (Arch. dép. Maine-et-Loire ; cité par F. SALET, op. cit., p. 225, n. 5). Même éloge des religieuses de Villesalem dans le rapport de la visite régulière faite en 1770 (EDOUARD, op. cit., t. 2, pp. 326-27). — Les moniales de Villesalem, comme celles de la Puye furent dispersées quelques semaines après le décret de suppression des religieuses (24 août 1792) par l'Assemblée Nationale.

(112) Docteur Jean JACQUET, Villesalem, dans « Présence d'Eglise » (Paroisse de la Trimouille) 1979. — Les fontevristes de Villesalem furent amenées à ouvrir cette maison d'éducation, pour doubler celle de la Puye devenue insuffisante (DEODATA, p. 60).

(113) DEODATA, p. 33, n. 2.

(114) Ainsi au XVIIIe siècle, dom Charles Jacquet, grand-prieur de l'abbaye de Fontgombault (1715-41), avait deux nièces à Villesalem ; elles étaient filles de son


LES ORIGINES DU PRIEURE FONTEVRISTE 129

comme à Fontevrault, le souvenir reconnaissant envers l'abbaye bénédictine dont le désistement avait permis la fondation du prieuré fontevriste, se conserva intact jusqu'à la fin de l'Ancien Régime (115).

fr. Jacques de BASCHER, m. bén.

frère Jérôme Jacquet, siéur du Courtioux, Président en l'Election du Blanc, et de Marie Beaupoil. Louise Jacquet était déjà professe, lorsqu'en 1717, sa soeur Anne fut admise également à faire profession. Pour cette circonstance, on lui constitua une dot de 130 livres. Le 11 mars 1717, dom Charles Jacquet, en qualité de procureur de son frère Jérôme, signait le contrat de cette rente dans le grand parloir de Villesalem où se trouvait réunie toute la communauté des religieuses, qui signèrent également, ainsi que dame Dorothée Jacquet des Ages, prieure triennale de Villesalem (1716-20) (Archives de l'bbaye de Fontgombault),

(115) La plupart des historiens de Fontevrault et les biographes de Robert d'Arbrissel font mention des libéralités de l'abbaye de Fontgombault envers l'ordre fontevriste ; ainsi PAVILLON, VR, p. 477, et LA MAINFERME, Clypeus, t. 1, pp. 43, 46, 139 ; et t. 2, p. 96.


LIVRES REÇUS

Goad and Nail. Studies in Médiéval Cistercian History X, ed. by E. Rozanne Elder (Cist. Stud. séries number eight-four, Kalamazoo Mich. USA, VII-300 p. dont 7 fig.).

Pierre-André SIGAL — L'homme et le miracle dans la France médiévale (XIe-XIIc siècle) (Histoire, Les éditions du Cerf, 1985, in-8° de 350 p., cartes et tableaux, 115 F.).

Abbé Robert AMIET — Le culte liturgique de sainte Geneviève (Ville de Paris, Commission des travaux historiques. Ouvrage publié avec le concours de l'Ecole pratique des Hautes Etudes, Paris, 1984, in-4° de 160 p., 4 cartes h. t.).

Jean BECQUET — Vie canoniale en France aux Xe-XIIe siècles (23 X 15 cm. 292 p., 13 cartes, index, rel. Collected Studies séries CS 220, 1985. Variorum, 20 Pembridge Mews, London Wll 3EQ).

Jean-Loup LEMAITRE — Manuscrits du chapitre et de l'évêché de Rodez. Manuscrits conservés aux archives départementales et à l'évêché. Préface de Jean Delmas [directeur des services d'archives de l'Aveyron] (Offset de VIII-138 p. et 30 pi. en 29,5 X 21 cm. Archives départementales de l'Avevron, Rodez, 1985).

Dom Jacques DUBOIS — Les ordres monastiques (Que sais-je n° 2241, 175 x 115 mm., 128 p. Paris, P.U.F. 1985).

Sainte Berthe et l'abbaye de Blangy-sur-Ternoise (in-8° de 28 p. Abbaye Blangy-sur-Ternoise, 62770 Le Parcq).

Jacques DALARUN — L'impossible sainteté. La vie retrouvée de Robert d'Arbrissel (v. 1045-1116), fondateur de Fontevraud. Préface de Pierre Toubert (in-8° de 382 p., pi. en t. coll. CerfHistoire, 1985, 167 F.).


UN ESSAI DE RECONSTITUTION

DU « GRAND CARTULABRE » PERDU

DE SAINT-BÉNIGNE DE DIJON

Lorsque les Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur consacrèrent leurs travaux à « l'illustration et la gloire de l'histoire gallicane », ils appliquèrent à l'histoire profane, et notamment aux histoires provinciales qu'ils entreprirent alors, la méthode qui leur avait réussi pour leurs travaux d'histoire ecclésiastique. Celle-ci consistait à ne rien avancer qui ne fût prouvé par des documents d'archives dont ils éditaient les plus importants comme preuves justificatives. A cet égard le titre: donné par Dom Urbain Plancher (1) à l'Histoire de Bourgogne dont le premier volume parut à Dijon en 1739 est révélateur : Histoire générale et particulière de Bourgogne avec des notes, des dissertations et les preuves justificatives. Composée sur les Auteurs, les Titres originaux, les Registres publics, les Cartulaires des Eglises Cathédrales et Collégiales, des Abbdies, des Monastères et autres anciens Monuments. Et enrichie de vignettes, de cartes géographiques, de divers plans, de plusieurs figures,, de portiques, tombeaux et sceaux tant des Ducs que.des Grandes Maisons, etc. C'est désigner le genre de pièces que nous sommes sûrs de retrouver dans les papiers de travail des Mauristes historiens et en particulier dans ceux de Dom Plancher, conservés à la Bibliothèque nationale dans la Collection de Bourgogne (mss 1-74). Et quand les originaux dont ils se servirent ont disparu, les copies de ces érudits permettent de les restituer en partie.

Tel est le cas pour le Grand ; Cartulaire de l'apbâye béné-, dictine de Saint-Bénigne de Dijon (2) qui fit partie de la

(1) Sur Dom Urbain Rlancher (+1750), voir P. TASSIN, Hist. litt. de la Congr. .de Saint-Maur' Paris, 1770, p. 677-79 ; U..BERLIÈRE, Nouveau suppl. à l'Hist. litt. de la Congr. de Saint-Maur, IIv Maredsous-Gembloux, 1931, p. 150-151 ; J; RICHARD, Dom Plancher et l'histoire de la Bourgogne, introd. à la réimpression de Dom U. PLANCHER, Hist. gén. et part, de Bourgogne, Paris,' 1974, t. I, p. IV-VII.

' (2) Cf. L.H: CÔTTINEAU, Répertoire ■ topobibliogr. des abbayes et prieurés, I, Mâcon, 1935, col. 966-968.


132 ESSAI DE RECONSTITUTION

Congrégation de Saint-Maur à partir de 1651. Un grand nombre des chartes figurant dans ce manuscrit aujourd'hui perdu ont été recopiées par les Bénédictins de la province de Bourgogne, soit à partir du cartulaire même, soit à partir des originaux, et se trouvent dans la Collection de Bourgogne. Les papiers d'autres érudits contemporains en recèlent également d'autres copies. Il était donc tentant d'essayer de reconstituer ce cartulaire et, dans un premier temps, de répertorier, pour chaque charte le composant, les copies qui en subsistent. Tel a été l'objectif de ce travail.

Le Grand Cartulaire de Saint-Bénigne, dont l'acte le plus récent remonte à 1429, datait selon Dom Plancher de la fin du XIIIe siècle (3) ; selon Dom Villevieille (4) du XIVe siècle avec des additions aux siècles suivants (5). En 1663 Philibert de La Mare (6) le déclare vieux « de deux à trois centz ans ou environ » avec des additions plus récentes. C'était, précise-t-il, « un livre in-folio en parchemin » (7). Des renseignements sur la forme matérielle de ce cartulaire peuvent encore être déduits de notes de travail de Dom Lanthenas (8).

Ce manuscrit, selon les descriptions de ces érudits, comportait 225 feuillets chiffrés, contenant 360 chartes numérotées avec une lacune des numéros 344 à 348. Ces 225 feuillets étaient précédés de trois autres, cotés A, B, C, dont le premier était illisible. Les folios B et C présentaient des chartes copiées sans numéro d'ordre, probablement ajoutées après coup. D'autres chartes avaient envahi le folio 1, sans doute blanc à l'origine, car les chartes numérotées ne commencent qu'au folio 2. D'autres chartes avaient en outre été intercalées en divers endroits du manuscrit et n'étaient pas comprises dans la numérotation primitive. Entre les feuillets cotés C et 1 se trouvait une Table des Chartes contenues dans le Grand Cartulaire, occupant sans doute plusieurs feuillets non numérotés. Peut-être commençait-elle dès le feuillet C pour lequel

(3) Ms. Paris, B.N., coll. de Bourg. 11, f. 145.

(4) Sur Dom Joseph Villevieille, voir U. BERLIERE, op. cit. II, p. 271-72 et H. et A. PASSIER, Notice biogr. sur Dom Villevieille en tête de leur édition du Trésor généalogique du Bénédictin, I, Paris, 1875.

(5) Ms. Paris, B.N., coll. de urg. 14, f. 24 et Dijon, Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 7.

(6) Sur Philibert de La Mare, conseiller au Parlement de Bourgogne (1615-1687), voir L. DEUSLE, Le Cabinet des manuscrits, I, Paris, 1868, p. 361-364.

(7) L. DEUSLE, Mélanges de paléographie et de bibliographie, Paris, 1880, p. 40. (8) Ms. Paris, B.N., coll. de Bourg. 12, f. 95-99 v° et 101-104 v°. Sur Dom Hugues

Lanthenas (+1701), voir P. TASSIN, op. cit., p. 185-188 ; U. BERLIERE, op. cit., I, Paris, 1908, p. 325-27 ; M.-L. AUGER, La bibliothèque de Saint-Bénigne de Dijon au XVII' siècle : le témoignage de Dom Hugues Lanthenas, ds Scriptorium 39 (1985), p. 234-264.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 133

nous n'avons trace que d'une seule charte, pas très longue, incapable en tout cas d'occuper le recto et le verso du feuillet. Or s'il "était-resté un espace libre, sans doute aurait-il été utilisé pour copier ultérieurement d'autres chartes, comme ce fut semble-t-il le cas pour chaque emplacement disponible du manuscrit;

Ce cartulaire a été répertorié par G. Chevrier et M. Chaume (9) sous l'appellation Cartulaire 3 et par Stein (10). Ce dernier, très incomplet, mélange les renseignements concernant le Grand Cartulaire et ceux qui ont trait à deux autres cartulaires de Saint-Bénigne de Dijon, le plus ancien renfermé dans le même manuscrit que la Chronique de Saint-Bénigne (11), et un Petit Cartulaire encore conservé de nos jours (12).

Aux tables du Grand Cartulaire signalées par ces érudits (celle de Bouhier (13) dans le ms. B.N., lat. 17081 ; celles de Dom Villevieille dans le ms. B.N., Coll. de Bourgogne 14, f. 24-93 et aux Archives départementales de la Côte-d'Or, reg. 1 H 7 ; et l'index chronologique de Dom Lanthenas dans le iris. B.N., Coll. de Bourg. 12, f. 16-31 v°) il faut ajouter un début de table analytique dû à Dom Plancher dans le ms. B.N., Coll. de Bourg. 11, f. 145-160, signalé, mais non identifié par Stein.

Aux copies systématiques bien que partielles de ce cartulaire citées par Chevrier et Chaume (celles de Bouhier, ms. B.N., lat. 17081 à compléter par le mas. 7080 14) de Do Pierre aurent (15) s. N., n.a.fr. 9767, . 6-69 ° d Do ubrée 16), s.B.N., at. 3872, p. 145-87 95-227 v, 41-88 ; d'n collaborateur anonyme, pisodique et peu compé tent de om Plancher s. .N., oll. de ourg. 1, . 306-2 copie de actes n°s 9, 0, 67, 68, 20, 70, 71, 06, 07, 17, 86, 34-38, 76> 17), il faut ajouter celle de om ubrée

9) . HEVRIER t . HAUME, hartes t documents de Saint-Bénigne e ijon, rieurés t dépendances es rigines 1300 ijon, 943, ntod.,, p, XI.

10) ibliographie énérale es cartulires rançais u elatifs 'hist. e rance, Paris 907, n° 150-51.

(1) s. ijon. Bib. un. 91.

12) s, a .N., . . .562.

(13) 'agit u onseiller u arlement e Bourgogne Jean II ouhier +1671). ur a ollection ouhier, >oir . ONSIN, a Bibliothèque Bouhier Dijon, 1971

14) f. . ROST, e résor e 'abbaye e aint-Bénigne e ijon. nventaires e 395, 519, 789-1791, ijon, 894, p 56, . extr. es ém. Sac. bourg d éogr. t 'hist., . ).

15) ur om ierre-Philippe aurent +1731), oir . OBERT, Supp. l'Hist. litt. de la Congr. de Saint-Maur, Paris, 1881, p. 62.

(16) Sur Dom Guillaume Aubrée (+1728), voir U. ROBERT, op. cit., p. 9-11 : M. PRÉVOST, Dict. de biographie française, IV, Paris, 1948, col. 229.-30 ; J. RICHARB, op. cit., p. IV,


134 ESSAI DE RECONSTITUTION

dans le ms. Bourg. 108, p. 168-203, 206-7, 216, 218, mentionnée par Stein, et les chartes qui ont été copiées pour le Père Chifflet (17) dans les mss B.N., Coll. Baluze 143 (sans n° bulle du pape Serge Ier, sans n° f. 225, n°s 4, 6, 7, 31, 34, 50, 63, 72, 110, 113, 131, 186, 206, 250, 276, 352, 360) et Bruxelles, Bibl. royale 8053-58 (Catal. 3734, n° 18) (sans n° bulles des papes Jean V et Benoît VIII, n°s 1, 2, 3, 5, 6, 47, 49, 51).

Ces dernières sont des copies de seconde main transcrites à partir des manuscrits de Bouhier dont elles portent en marge le numéro d'ordre. Cela est particulièrement, évident pour la charte 6 (ms. Baluze 143, f. 24) dont le copiste ne transcrit que le début et. renvoie, comme son modèle le ms. de Bouhier B.N., lat. 17081, à l'autre manuscrit (B.N., lat. 17080) où la charte est copiée à partir de l'original. Et c'est d'après le ms. 17080 qu'elle est transcrite dans le manuscrit de Bruxelles. Le Père Chifflet a d'ailleurs eu personnellement en main les manuscrits de Bouhier : deux notes de sa plume sont ajoutées dans la marge des f. 187 v° et 200 v° du ms. B.N., lat. 17080 et des corrections de sa main sont visibles au f. 1 v°-2 du ms. B.N., lat. 17081. Seules, deux chartes du Grand Cartulaire (n° 31, ms. Baluze 143, f. 293, et n° 50, ibid., f. 203) ne sont pas tirées des manuscrits de Bouhier, mais elles restent cependant des renseignements de seconde main, car les numéros qu'elles portent en marge ne sont pas ceux du Grand Cartulaire. Chifflet a cependant pu consulter directement le Grand Cartulaire : en effet, à propos de la bulle du pape Serge Ier (f. 1 v° du Grand Cartulaire et ms. Baluze 143, f. 90), il renvoie à l'original sur écorce et à la copie ancienne se trouvant au début du cartulaire où le copiste avait pu lire une indication qui, à l'époque du Père Chifflet, n'existait plus sur l'original, l'écorce s'étant altérée.

Aux copies de Dom Aubrée et du Père Chifflet, il faut ajouter les actes du Grand Cartulaire renfermés passim dans les mss 11-14 — et tout particulièrement 13 — et 71-72 de la Collection de Bourgogne, copiés tant à partir des originaux que du Grand Cartulaire même, et un certain nombre de chartes transcrites dans le ms. B.N., fr. 33092, f. 114-165 (chartes nos 85, 86, 57, 2, 3, 53, 91, 50, 48, sans n° au f. B ante indicem, 93, 58, 60, 87, 35, 64, 56, 28, sans n° f. 46-47) sans indication de source.

Parmi ces chartes du Grand Cartulaire disséminées dans la Collection de Bourgogne, que celui-ci soit ou non la source

(17) Le jésuite Pierre-François Chifflet (1592-1682) vécut à Dijon de. 1645 à 1675.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 135

directe des copies qui en subsistent, il faut faire mention spéciale d'un cahier intitulé De libertate claustri, constitué certainement au XVIe siècle pour la défense des droits de l'abbaye lors d'un procès (ms. B.N., Coll. de Bourg. 11, f. 707-714 v° : copies des chartes n°s 50, 7, 8, 47, 52, 72, 57, des bulles non numérotées des papes Serge et Benoît au f. 1 v°, de la charte n° 69).

On trouve en outre des analyses de chartes et des renseignements tirés du Grand Cartulaire par Dom Lanthenas dans le ms. Bourg. 12, f. 95-99 v° et 104 v° et par Duchesne dans le ms. B.N., Coll. Duchesne 63, f. 73-74 v° et 77-78 v°, recopiés pour Gaignières dans le ms. B.N., lat. 17048, p. 479-82 et 485-87.

Quant à Courtépée, il utilisa non le Grand Cartulaire même, mais l'exemplaire in-folio de la Collection Bouhier (ms. Dijon, Bibl. mun. 1168, f. 27 et 34 v°).

L'essai de reconstitution du Grand Cartulaire qui suit présente d'abord les 360 chartes numérotées correspondant au premier état du manuscrit, puis, à la suite, 27 chartes non numérotées insérées après coup sur les pages restées blanches du volume.

Chaque notice comprend :

1°) le numéro d'ordre de la charte dans le Grand Cartulaire ;

2°) à gauche, le folio du manuscrit perdu où la charte se trouvait ;

3°) à droite, la date attribuée à la charte par les Bénédictins ;

4°) le titre de la charte, tel qu'il est reproduit sur les copies du cartulaire et qu'il se retrouve au dos des originaux quand ceux-ci sont conservés ;

5°) sous la rubrique cf., références

— à l'Index chronologique de Dom Lanthenas (ms. B.N., Bourg. 12, f. 16-31 v°)

— au début de Table analytique dressée par Dom Plancher (ms. B.N., Bourg. 11, f. 145-160). : .... r„ ,,,,

— à la Table analytique dressée par Dom Villevieille (ms. B.N., Bourg. 14, f. 24-93) ;


136 ESSAI DE RECONSTITUTION

6°) la cote de l'original quand celui-ci a été retrouvé ;

7°) les copies manuscrites, d'abord complètes, puis partielles, qui ont pu en être retrouvées ;

8°) les fac-similés connus ;

9°) les éditions, complètes d'abord, puis partielles, qui ont pu en être retrouvées ;

10°) parfois, sous une dernière rubrique cf., le renvoi à un ouvrage mentionnant la charte.

Il va de soi que ce travail ne prétend ni être impeccable, ni être exhaustif. Une partie de la documentation se trouve à Paris et l'autre à Dijon : d'où le risque de confondre des chartes très proches, débutant par le même incipit et se rapportant à la même affaire. Risque également dé ne pas reconnaître une charte lorsque son contenu réel et le titre qu'elle porte coïncident mal, ce qui se produit. En outre, un bon nombre de copies manuscrites et des éditions ont été retrouvées, certainement pas toutes.

D'autre part, j'ai cru utile d'indiquer pour les copies, manuscrites modernes, quand cela était possible, l'auteur delà copie, ou bien l'ensemble auquel elle appartient. Parmi les auteurs figurent quelques collaborateurs non identifiés de Dom Plancher, désignés par des sigles divers : NRP, GN, D bouclés, Vôtre, Main de l'Inventaire de 1518, VF. Si les premiers travaillèrent de première main sur les documents mêmes, F, lui, ne fit jamais qu'un travail de seconde main. Son rôle, au sein de l'équipe des Mauristes chargés de seconder Dom Plancher pour l'Histoire de Bourgogne, fut de retranscrire, en vue de leur édition parmi les preuves justificatives, les copies faites par ses collègues à partir des originaux. Par suite, son texte est généralement plus lisible, mais moins bon, que celui de ses confrères (18).

Tel qu'il est, ce travail constitue une pierre d'attente dans l'espoir que quelqu'un, un jour, le reprendra, l'améliorera et se sentira le goût, le temps et les capacités de donner au public une édition du Grand Cartulaire de Saint-Bénigne de Dijon.

MARIE-LOUISE AUGER. I.R.H.T. (C.N.R.S.).

(18) Pour une plus ample information sur ce sujet, voir M.-L. AUGER, La collection de Bourgogne à la Bibl. nat. (mss 1-74) : une illustration de la méthode historique mauriste, à paraître dans la Coll. de l'Ecole pratique des Hautes Etudes (IVe section).


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 137

LE « GRAND CARTULAIRE » DE SAINT-BENIGNE DE DIJON

Ouvrages cités en abrégé dans les notices : J.-F. BOEHMER et E. MUEHLEACHER, Regesta Imperii. I. Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern. 751-918, 2e éd., Innsbruck, 1908 ; G. CHEVRIER et M. CHAUME, Chartes et documents de SaintBénigne de Dijon, prieurés et dépendances, des origines à 1300 T. II : 990-1124, Dijon, 1943 ; P.-F. CHIFFLET, Lettre touchant Béatrix, comtesse de Chalon ..., Dijon, 1656 ; ID., S. Bernardi Clarevallensis abbatis genus illustre assertumt Dijon, 1660 ; L. CHOMTON, Hist. de l'église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, 1900 ; A. DUCHESNE, Hist. généalogique des ducs de Bourgongne de la Maison de France, Paris, 1628 ; ID., Hist. généalogique de la Maison de Vergy, Paris 1625 ; J. GARNIER, Chartes bourguignonnes inédites des IXe-Xe et XIe siècles, ds Mém. présentés par divers savants de l'Acad. des Inscr. et Belles-Lettres, 2e s., t. II (1849), p. 1-16.8 ; ID., Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, Dijon, 1867-1877,: 3 vol. ; E. PERARD, Rec. de plusieurs pièces curieuses servant à l'hist: de Bourgogne, Paris, 1664 ; E. PETIT, Hist. des ducs de Bourgogne de la race capétienne, Paris-Dijon, 1885-1905, 9 vol. ; U. PLANCHER et Z. MERLE, Hist. gén. et part, de Bourgogne, Dijon, 1739-1781, 4vol. ; 2e éd., Paris, 1974, 4 vol.

f. 2 885

PRAECEPTUM KAROLI AGUSTI DE PLUMBARIIS.

rcf. mss Bourg; 12rf. 16 ; 11, f. 145 v° ; 14, f. 24.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 11. ...

cop. B.N., lat. 17080, f. 15 v°-16, n° 8 (Bouhier) ; BRUXELLES, B. roy; 8053-58 (Catal.'3734, n° 18) (Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., h. a. fr. 9767, f. 57 (dom Laurent).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 64-66 (dom Plancher).

éd. PERARD, p. 160 ; Rec. Hist. Fr. IX, p. 335 ; P. KEHR, M.G.H., Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum II. Karoli III Diplomata, p. 185-186, n° 117 ; CHEVRIER & CHAUME, t. I, n° 129 (à paraître).

éd. part. MABILLON, Annales Ordinis s. Benedicti III, 256.

2

f. 2 V° 869

PRAECEPTUM KAROLI RÉGIS MAGNI DE DONATIONE OSCARAE. cf. mss Bourg.; 12, f. 16 • 11, f. 146 ;id4,f. 24-25,


138 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 11.

cop. DIJON, B. m. 591, fol. 71 r°/v°, n° 23 et 59-60, n° 1 (Cartul. de la Chronique, XIe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1008 (cop. collat, de 1387) ; B.N., Mélanges Colbert 47, f. 530 r°/v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17080, f. 13 v°-14, n° 3 (Bouhier) ; BRUXELLES, B. roy. 8053-58 (Catal. 3734, n° 18) (pour Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., Dupuy 842, f. 35 v° ; Arch. dép. Côted'Or 1 H 145, f. 126-127 (dom Le Roy) ; B.N., lat. 12662, f. 256 r°/v° (XVIIe s.) ; f. 242-243 (XVIIe s.) ; f. 248-250 (XVIIe s.) ; B.N., lat. 12821, f. 49-50 (XVIIe s.) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 57 r°/v° (dom Laurent) ; B.N., fr. 33092, f. 122-123 (dom Villevieille).

cop. partielles B.N., Bourg. 11, f. 747 v° (dom Lanthenas) ; B.N., Bourg. 12, f. 120 et 191 (dom Lanthenas).

fac-sim. B.N., lai.. 9089, f. 52-53 et 67 (dom Plancher). LOT, LAUER et TESSIER, Diplomata Karolinorum IV, pi. XL.

éd. PERARD, p. 149-150 ; Rec. Hist. Fr. VIII, p. 618-19 ; P. GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909) p. 278-280 ; GIRY, PROU, TESSIER, Rec. des actes de Charles II le Chauve, Paris, 1952, II, p. 218-223, n° 326 ; CHEVRIER & CHAUME, t. I, n° 82 (à paraître).

éd. partielles LABBE, Meslange curieux ... ds L'Alliance chronologique II, Paris 1651, p. 470-71 ; P. GAUTIER, op. cit., p. 266 ; H. APPELT, ds Mitteilungen des oesterreichischen Institutes f. Geschichtsforschung 51 (1937), p. 282 et 284 ; M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41) p. 41, n. 1 ; H.-E. HOURS, Annales de Bourgogne 50 (1978), p. 19, n. 10.

cf. GARNIER, Chartes bourguignonnes, n° I, p. 91 et XXIII, p. 94.

3

f. 3 877

PRAECEPTUM KAROLI IMPERATORIS AUGUSTI DE LONGO VICO ET ALBINIACO.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 ; 11, f. 146 ; 14, f. 25.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 11.

cop. DIJON, B. m. 591, f. 70 v°, n° 22 ; B.N., Mél. Colbert 47, f. 534 V-535 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17080, f. 14 r°/v°,


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 139

n° 4 (Bouhier) ; BRUXELLES, B. roy, : 8053-58 (Catal. 3734, n° 18) (pour Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., Dupuy 842, f. 38 v° ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 145, f. 130 -r°/v° (dom Le Roy) ; B.N., lat. 12821, f. 55 r°/v° (XVIIe s.) ; B.N., n. a. fr, 9767, f. 57.v°-58 (dom Laurent) ; B.N., fr. 33092, f. 124 r°/v° (dom Villevieille). . "/; ;-

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 58-59 et 67 v° (dom Plancher) ; LOT, LAUER & TESSIER, Diplomata Karolinorum V, pi. XIX.

-éd. PERARD, p. 154-155 ; Rec. Hist. Fr. VIII, p. 656, m° CCLXVIII ; GIRY, PROU, TESSIER, Rec. des actes de Chartes IL le Chauve, Paris, 1952, II, p. 433-35, n° 419 ; CHEVRIER & CHAUME, t. I,n 0 102 (à paraître).

éd. part. LABBE, Meslange curieux ... ds L'Alliance chronologique II, Paris 1651, p. 474, n° XHÏ.

cf. GARNIËR, Chartes bourguignonnes, n° XXII, p. 94.

f. 3v°4 ,925'

PRAECEPTUM RODULPHI RÉGIS FRANCORUM DE SACIACO VILLA ET

ECCLESIA (...) NEC NON ET ÂBBATIOLA STI JÔHANNIS BAPTISTAE ET DE MERCATO.

cf. Bourg.. 12, f. 16 ; 11, f. 146 ; 14, f. 25 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 11. -;

cop. DIJON, B. m. 591, f. 60 r°/v°, n° 2 (Cartul. de la Chronique, XIe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 12 ; B.L, lat. 17080/ f. 16 r°/v°, n° 9 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 68 (pour Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., Dupuy 842, f: 36 v°-37 ; B.N.,lat.'12662, f. 250-251 ; B.N., lat. 12821, f. 53 ; B.N.; n, a.' fr. 9767, f. 58 r° /v° (dom Laurent).

cop. part. B.N., Mélanges Colbert-47, f. 532 v°-533.

fac-sim. B.N., lat. 9089; f. 88-90 (dom Plancher) ; LOT & LAUER, Diplomata Karolinorum, VIII, pi. I.

éd. PERARD, p. 162-163 ; J. DU BOUCHET, Preuves de l'Histoire de l'illustre maison de Coligny, Paris, 1662, p. 31, ; Rec. Hist. Fr. IX, p. 569-70 ; P. GAUTIER, ds Le Moyen Agé 22 (1909), p. 281-82 ; J. DUFOUR, Rec. des actes.de Robert 1er et de Raoul, rois de France (922-936), Paris> 1978, p. 41-46, n° 11 -CHEVRIER & CHAUME, I, n° 172 (à paraître). .


140 ESSAI DE RECONSTITUTION

éd. part. A. DUCHESNE, Vergy, Pr. p. 39-40 ; P. GAUTIER, op. cit., p. 266 ; H. APPELT, ds Mitteilungen des oesterreichischén Institutes f. Geschichtsforschung 51 (1937), p. 282 ; M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 6 (1939), p. 70 et n. 1 ; 7 (1940-41) p. 43, n. 4 ; H.-E. HOURS, Annales de Bourgogne 50 (1978), p. 19, n. 11.

.5

f. 4 1026

PRAECEPTUM RODULPHI RÉGIS DE SALINIS ET QUAECUMQUE IBI DATA SUNT SANCTO BENIGNO DIVIONÈNSI VEL DABUNTUR.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 146 ; 14, f. 25 v°. or.

cop. DIJON, B. m. 591, f. 75 v°, n° 26 (Cartul. de la Chronique, XIe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 17 (3 copies XVIIe s. dont 2 copies authentiques 1659 et 1660) ; B.N., lat. 17081, f. 1 v°, n° 1 (Bouhier) ; BRUXELLES, B. roy. 8053-58 (Catal. 3784, n° 18) (pour Chifflet d'après Bouhier) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H ,145, f. 124 r°/v° ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 58 v°-59 (dom Laurent) ; B.N., lat. 13872, p. 196 (dom Aubrée) ; B.N., lat. 9072, f. 1 r°/v° (XVIIIe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 157 (La Dijonnaise, XVIIIe s.).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 et 74 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 et 482 (Gaignières d'après Duchesne) ; B.N., Bourg. 108, f. 221 v° (dom Aubrée).

éd. Rec. Hist. Fr. XI, p. 549-550, n° XI ; Dom CHASSIGNET, Abrégé de l'histoire ... de Vaux-sur-Poligny éd. A. CHEREAU, ds Mém. Soc. d'émulation du Jura, 1866, p. 347, n° 21 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 72-73, n° 284 ; Th. SCHIEFFER, Die Urkunden der burgundischen Rudolfinger. M.G.H. Regum Burgundiae e stirpe Rudolfina diplomata et acta, Mùnchen, 1977, p. 286-288, n° 118 et p. 365.

cf. GARNIER, Chartes bourguignonnes, p. 94, n° XXVI.

6 f. 4 v°-5 1006

PRAECEPTUM ROBERTI RÉGIS DE CELLA QUAE DICITUR PUTHEOLUS. cf. mss Bourg. 12, f. 16 ; 11, f. 146 v° ; 14, f. 25 v°-26.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 141

or. Arch. dép. Saôné-et-Loire, fonds du prieuré Saint-Pierre de Palleau H 224, n° 1.

cop. DIJON;B; rn. 591, f. 75, n° 25 25 (Cartul. de la Chronique, XIe s.) ; B.N., lat, 17080, f. 17 r°/v°, n° 12 (Bouhier) ;; BRUr XELLES, B. roy. 8053-58 (catal. 3734, n° 18) (Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., n. a. fri 7333; f : 63 (XVIIe s. d'après Pérard) ; B.N., n. a. fr. 9767 f. 59 (dom Laurent) ; B.N. Bourg. 13, fi 4 r°/v° (VF) ; B.N., Bourg. 13, f. 6 r°/v° (Vôtre) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 12 (XVIIPe s.),

cop. part. B.N.; Duchesne 63, f. 74 v° (A. Duchesne) ; B.N., Baluze 143, f. 24 (Chifflet d'après Bouhier) ; B.N.; lat.. 17048, p. 482 (Gaignières d'après Duchesne).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 103-104 (dom Plancher).

éd. PERARD, p. 171 ; Dom PLANCHER, I, pr. 32 ; Rec. Hist. Fr. X, p. 588-89 ; Rec. dési Ordonnances des Rois de France de la troisième race, Paris 1723, Suppl. p. 37-38 ; PETIT, I, p. 34344, n° 3 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 31-33, n° 235.

cf. GARNIER, Chartes bourguignonnes, p. 94, n° XXV.

f. 5 1015

PRAECEPTUM ROBERTI RÉGIS DE LIBERTATE CLAUSTRI ETC.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 146v° ; 14, f. 26 r°/v°,

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 11.

cop. DIJON, B. m. 591, f. 60 v°-61 v°, n° 3 (Cartul. de la Chronique, XIe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1106 (XVIe s.) B.N. Bourg. 11, f. 707.708 (XVIe s. De libertate claustri) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 105 ; Arch. dép. Côte-d'Or G 1152 (cop. authentique 1632) ; B.N., Mélanges Colbert 47, f. 533-533 v° (A. Duchesne) ; B.N. lat. 17081, f. 2, n° 2 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, ff. 24 et 83 (pour Chifflet d'après Bouhier) ;B.N., Dupuy 842, f. 37 r°/v° ; B.N., n. a. fr. 7333, f. 73 ; B.N., lat. 12821, f. 53 v°-54 (XVIIe s.); B.N. Bourg. 11, f. 747 r°/V (dom Lanthenas) ; B.N., lat. 12662, f. 251-252 v° (XVIIe s.) ; B.N-, lat. 5193, p. 70-72 ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 59 r°/v° (dom Laurent) ; Arch. dép, Côte-d'Or 1 H 12 (XVIIIe s.) ; B.N., Dupuy 841, f. 148 ; B.N., Bourg. 92, f. 164 v°-165 v° (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 20-21 (D bouclés) -Arch. dép. Côte-d?Or 1 F 416, f. 26-31 (E, Petit).


142 ESSAI DE RECONSTITUTION

cop. part. DIJON, B. m. 591, f. 74 (Cartul. de la Chron., XIe s.) ; B.N., lat. 13872, p. 195 (dom Aubrée).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 106-8 (dom Plancher) ; P. GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909) p. 276.

éd. DUCHESNE, Vergy, Pr. p. 59-60 ; DUCHESNE, Ducs, Pr. p. 3-5 ; FYOT, Histoire ... Saint Etienne de Dijon, Pr. p. 13-14 n° 28 et 25-26, n° 40 ; Rec. Hist. Fr. X, p. 596-7 ; PETIT, I, p. 346-8, n° 6 ; P. GAUTIER, loc. cit. p. 276-78 (c.r. Cl. BRUNEL, ds Bibl. Ec. Chartes. Il (1910) 603-608 et cf. J. DHONDT, ds Annales de Bourg. 13 (1941), p. 30-38) ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 49-53, n° 260.

éd. part. PETIT, II, p. XIV-XV ; H. APPELT, ds Mitteilungen des oesterreichischen Institutes f. Geschichtsforschung 51 (1937) p. 279, n. 4 ; 280 ; 284 ; 287, n. 2-3.

cf. GARNIER, Chartes bourguignonnes, p. 91, n° III.

8 f. 6 1146

PRECEPTUM LUDOVICI REGIS DE LIBERTATE CLAUSTRI.

..cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 146 v° ; 14, f. 26 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 11.

cop. DIJON, B. m. 591, f. 62 v°, n° 7 (Cartul. de la Chronique, XIe s.) ; B.N., Bourg. 11, f. 708 r°/v° (XVIe s. De libertate claustri) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 105 ; B.N., Mélanges Colbert 47, f. 533 v°-534 (A. Duchesne) ; Arch, dép. Côte-d'Or G 1152 (XVIIe s.) ; B.N., lat. 17080, f. 135 v°-136, n° 295 (Bouhier) ; B.N; Dupuy 842, f. 37 v° ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 145, f. 128 r°/v° (dom Le Roy) ; B.N., lat. 12821, f. 54 r°/v° ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 59 v°-60 (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 164-169 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 et 79 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 et 489 (Gaignières d'après Duchesne).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 139 (dom Plancher).

éd. PERARD, p. 232.

éd. partielle P. GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909) p. 275, n. 1.

cf. GARNIER, Chartes bourguignonnes, p. 92, n° VII ; PETIT, II, p. 240, n° 299.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 143

9

f. 6 v°-7 1066

EMENDATIO ROBERTI DUCIS DE INFRACTIONE CLAUSTRI ET ATRIORUM SANCTI BENIGNI. .

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ;; 11, f. 146 V-147 ; 14, f. 26 v°-27v°.

or. Arch., dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 16 (cop. du 20 mars 1407) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 105 ; B.N., lat. 17080, f. 25 V-26, n° 35 (Bouhier) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 60 r°/v° (dom Laurent) ; B.N., Bourg. 11, f. 55-56 (Vôtre) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 61-71 (E. Petit).

cop. part. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 154, f. 14 v°-15 v° (cop. de 1528).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr. p. 11-13 ; PERARD, p. 191-192 ; Dom PLANCHER, I, Pr. 39 ; E. PETIT, I, p. 383-385; d'après dom Plancher ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 122-125, n° 344.

éd. part. P, GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909) p. 265 ; H. APPELT, ds. Miiteilungeh des oesierreichischen Institutes f, Geschichtsforschung 51 (1937) p. 283, n. 4 et 284,; M, OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit... pays bourguignons 6 (1939), p. 71, n. 3 ; 7 (194041), p; 37, n.. 4,. ....

10 f. 7 1165

CARTA GALTERII EPISCOPI LINGUONENSIS DE PASCUA PROPE DIVIONEM.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 147 ; 14, f. 27 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17080, f. 74 r°/v°, n° 159 ; B.N., n.a. fr. 9767, f. 60 v° (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 204-205 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 242.


144 ESSAI DE RECONSTITUTION

7 v°-8 1171

CARTA DE DOMO DUCISSAE TRANS OSCARAM.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 147 ; 14, f. 27 v°-28.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 316.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1008 (cop. collat, 1387) ; B.N., lat. 17080, f. 56 r°/v°, n° 109 (Bouhier) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 61 (dom Laurent).

12

f. 8 1186

CARTA MANASSES EPISCOPI LINGONENSIS DE CONFIRMATIONE DONI QUINGENTORUM SOLIDORUM IN PEDAGIO ISTIUS VILLAE.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 147 v° ; 14, f. 28 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 15.

cop. B.N., lat. 17080, f. 64 v°-65, n° 130 (Bouhier) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 61 r°/v° (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f, 85-90 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 (A. Duchesne) ; B.N., Bourg. 11, f. 597 (dom Lanthenas) ; B.N., lat. 17048, p. 481 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 261-262.

cf. PETIT, III, p. 267, n° 750.

13

f. 8 v°-9 1182

CARTA DE ECCLESIIS SANCTI PHILIBERTI ET SANCTI JOHANNIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 148 ; 14, f. 28 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 96.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 96 (5 copies informes) ; B.N., lat. 17081, f. 2 v°-3, n° 3 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 11, f. 194 r°/v° (XVIIe s.).


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 145

14 f.-9 1198

CARTA GARNERII EPISCOPI DE ECCLESLTS SANCTI JOHANNIS ET SANCTI PHILIBERTI.

v cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 148 ; 14, f. 28 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 96.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 96 (3 copies XVIIe s.) ; B.N., lat. 17080, f. 138 v°, n° 304 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 145 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 93, f. 49 v° (XVIIIe s.).

15

f. 9 1103

CARTA ROBERTI LINGONENSIS EPISCOPI DE DONATIONE ET LIBERTATE ECCLESIARUM SANCTI JOHANNIS ET SANCTI PHILIBERTI DIVIONENSIS.

DIVIONENSIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 ; 11, f. 148 v° ; 14, f. 28 v°-29. or.

cop. Arch. dép! Côte-d'Or 1 H 96 (cop. collat, de 1609) ; B.N., lat. 17080, f. 138 r°/v°, n° 303 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 11, f. 192-193 (XVIIe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 96 (2 cop. informes XVII-XVIIIe s.) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 61 v°-62 (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 93, f. 49 r°/v° (XVIIIe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 128-31 (E. Petit) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 12-19 (E. Petit).

éd. PERARD, p. 208-209 ; PETIT, I, p. 435-36, n° 130 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 184-186, n° 407.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 6 (1939), p. 65, n. 1 ; 7 (1940-1941), p. 19, n. 6.

16

f. 9 v°-11 1265

CARTA DE PATRONATU SANCTI PHILIBERTI.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 v° ; 11, f. 149 ; 14, f. 29. or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 975.


146 ESSAI DE RECONSTITUTION

cop. ibid. (XVe s.) ; B.N., lat. 17081, f. 3 v-4,° n° 4 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 11, f. 201-203 (XVIIe s., dans un acte de 1381) ; B.N., lat. 13872, p. 145-148 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 168-169 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 62-63 (dom Laurent).

17 f. 11 1189

CARTA DE HOSPITALI DOMINICI DIVITIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 149 r°/v° ; 14, f. 29 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1016.

cop. DIJON, B.m. 2012, f. 2-3 (cop. collat. 1571) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1016 (cop. collât. 1574 et deux autres copies) ; B.N., lat. 17081, f. 4 v°, n° 5 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 165-166 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 64 v°-65 (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1016 (cop. informe, dom Laurent) ; B.N., Bourg. 71, f. 101 (dom Salazard) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 226-33 (E. Petit).

éd. Gallia Christiana IV, Instr. col. 193, n° 81 ; Dom PLANCHER, I, pr. 116 ; J. d'ARBAUMONT, Notice historique sur la chapelle et l'hôpital aux Riches, Dijon, 1868, Pièces justif. IV, p. 105-106 (extr. Mém. Comm. Antiquités Côte-d'Or).

18 f. 11 v°-13 1195

CARTA DE CAPELLA DOMINICI DIVITIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 151 ; 14, f. 29 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1016.

cop. B.N., lat. 17081, f. 4 v°-6, n° 6 (Bouhier) ; DIJON, B.m. 2012, f. 5-8 (cop. collat. 1693) ; B.N., lat. 13872, p. 166-169 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 65-66 (dom Laurent) ; B.N., Bourg. 13, f. 135-140 (Main de l'inv. de 1518) ; B.N., Bourg. 13, f. 133-134 (dom Salazard).

19 f. 13-15 1195

CARTA DE CAPELLA DOMINICI DIVITIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 151 ; 14, f. 29 v°.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 147

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1016.

cop.B.N.,lat, 17081, f. 6-7, n° 7 ; DIJON, B.m. 2012, f. 942 (cop. collat. 1693) ; B.N., Bourg. 72, f. 20 (dom Salazard) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 111-132 (E. Petit).

éd. Dom PLANCHER, I, pr. 141 ; J. d'ARBAUMONT, Notice historique sur la chapelle et l'hôpital aux Riches, Dijon, 1868, Pièces justif. VI, p.. 107-111 (Extr. Mém. Comm. Antiquités Côted'Or).

cf. PETIT, III, p. 335, n° 915.

20 f. 15 1205

CARTA ROBERTI EPISCOPI LINGONENSIS DE ELECTIONE ABBATIS.

cf. mss. Bourg. 12, f. 19 ; 11, f. 151 ; 14, f. 30.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 38.

cop. B.N,, lat. 17080, f. 83 v°-84, n° 190 (Bouhier) ; B.N., n, a. fr. 9767, f. 63 (dom Laurent).

éd. PERARD, p. 297 ; CHOMTON, p. 156, n. 2.

21 f. 15 1224

CARTA HUGONIS EPISCOPI DE ELECTIONE ABBATIS.

cf. Bourg. 12, f. 19 ; 11, f. 151: v° ; 14, f. 30.

or.

cop. B.N., lat. 17080,. f. 88 v°-89, n° 204 ; B.N., n. a. fr. 9767, f, 63 (dom Laurent).

éd. PERARD, p. 406.

éd. part. Gallia Christiana IV, col. 600 ; H.P.C. de CHASTELLUX, Histoire généalogique de la Maison de Chastellux, Auxerre, 1869, Pièces justif. p. 314, n° CIII.

22

f. 15-16 v. 1129

CARTA GILENCI EPISCOPI LINGONENSIS DE EO QUOD HABEMUS A FLUVIO THILAE ET DEINCEPS.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 151 v° ; 14, f. 30 r°/v°.


148 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 671.

cop. B.N., lat. 17081, f. 7 v°-8, n° 8 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 148-151 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 170-171 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 63-64 (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 229-42 (E. Petit).

éd. PETIT, II, p. 209, n° 244.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 6 (1939), p. 100, n. 1 ; 7 (1940-41) p. 13.

23 f. 17 s.d.

CARTA DE EO OUOD HABEMUS A FLUVIO THYLAE ET DEINCEPS ET DE LIBERTATE GIRARDI DE ICCIO ET HAEREDUM EJUS.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 152 ; 14, f. 31.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 8 v°, n° 10 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 151-152 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 172 (dom Aubrée).

24 f. 17 1038

CARTA HUGONIS EPISCOPI LINGONENSIS DE ECCLESIA DE ITZ.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 152 ; 14, f. 31.

or.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 473 (XIVe s.) ; B.N., lat. 17081, f. 8 v°-9, n° 11 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 152 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 173 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 64 r°/v° (dom Laurent).

éd. CHEVRIER & CHAUME, II, p. 101-102, n° 322.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 14.

25

f. 17 v°-18 1057

CARTA DOMNI ARDUINI EPISCOPI DE DYNETO.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 152 v° ; 14, f. 31 r°/v°.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 1.49

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 440.

cop. interpolée ibid. ; B.N., lat. 17081, f. 9 r°/v°, n° 12 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 153 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 66 r°/v° (dom Laurent) ; B.N., Bourg. 13, f. 107-108 (D bouclés) ; B.N., Bourg. 13, f. 30 r°/v° (dom Salazard) ; Arch dép. Côte-d'Or 1 F 418, f. 200-207 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 et 78 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 et 487 (Gaignières d'après Duchesne).

: éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 144-145, n° 20 ; Dom PLANCHER, I, pr. 38 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 119-121, n° 340.

éd. part. J. RICHARD, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe s., Dijon 1954, p. 98, n. 1.

26

f. 18 s.d.

CARTA DE DIANETO DE SENTENTIA DEFINITIVA CONTRA DOMINUM DE SAUX.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 152 v° ; 14, f. 31 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 440.

cop. B.N., lat. 17080, f. 74 v°-75, n° 161 (Bouhier) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 66 v° (dom Laurent) ; B.N., Bourg. 13, f. 107 (D bouclés) ; B.N;, Bourg. 13, f. 30 v° (dom Salazard) ; B.N,, Bourg. 72, f. 2 (dom Salazard).

éd. PERARD, p. 254-255 ; Dom PLANCHER, I, pr. 190.

27 f. 18 v° 1182

CARTA MANASSE LINGONENSIS EPISCOPI DE DIANETO.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 153 ; 14, f. 31 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 441.

cop. ibid. (cop. collat. 1643) ; B.N., lat. 17081, f. 9 v°, n° 13 ; B.N., lat. 13872, p. 154 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 109-110 (D bouclés) ; B.N., Bourg. 13, f. 30 v° et 170 (dom Salazard) ; B.N., Bourg. 71, f. 26 (dom Salazard).d; .Arch- dép. :Côte-d'or 1 F 419, f. 208-213 (E. Petit).


150 ESSAI DE RECONSTITUTION

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 78 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 487 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 191, n° 76 ; Dom PLANCHER, I, pr. 101.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 14, n. 3.

28

f. 19 1234

CARTA DE VILLIACO ET DE DIANETO CONTRA DOMINUM DE SAUX.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 v° ; 11, f. 153 r°/v° ; 14, f. 32.

or.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 726 (XVIe s.) ; B.N., lat. 17081, f. 9 v°-10, n° 14 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 154-155 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 66 v°-67 (dom Laurent) ; B.N., fr. 33092, f. 150-151 ; B.N., Bourg. 13, f. 170 r°/v° (dom Salazard) ; Arch. de Vausse ? (XVIIIe s.).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 78 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 487 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 205-206, n° 103 ; Dom PLANCHER, I, pr. 189.

cf. PETIT, IV, p. 281, n° 2159 ; Infra, n° 196, où cette charte se trouve en vidimus.

29

f. 19 v° 1111-1123

CONTROVERSIA INTER MONACHOS DIVIONENSES ET AYMONEM DE TYLO CASTRO DE BOYS DE MARCENAYO.

cf. mss Bourg. 12, f 17 ; 11, f. 153 v° ; 14, f. 32 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 531.

cop. B.N., lat. 17080, f. 39 r°/v°, n° 60 (Bouhier) ; B.N., n. a. fr; 9767, f. 67 r°/v° (dom Laurent) ; B.N., Bourg. 13, f. 367 (D bouclés) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 174-79 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 78 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 487 (Gaignières, d'après Duchesne).


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 151

éd. PERARD, p. 220 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 222-223, n° 452.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 34, n. 2.

cf. PETIT, I, p. 461, n° 169.

30

t. 19 v°-20 1163

CARTA DE FURNO DE MARCENNAY.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 153 v° ; 14, f. 32 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 541.

cop. B.N., lat. 17080, f. 54, n° 102 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p.. 156 (dom Aubrée).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 181, n° 62.

31 f. 20 1190

CARTA DE MOLENDINO VILLAE COMITIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 153 v°-154 bis ; 14, f. 32 v-33.

or.

cop. B.N., lat. 17080, f. 67 v°, n° 140 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 293 (pour Chifflet) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 718 (dom Le Roy) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 67 v° (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 236-39 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 78 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 487 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 263-264.

32

f. 20 1235

CARTA DE USAGIO QUOD HABEMUS IN NEMORIBUS VILLAE COMITIS AD OPUS DOMUS CASNEDI.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 11, f. 154 bis ; 14, f. 33.


152 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 721.

cop. Ibid. (XVIe s.) ; B.N., lat. 17081, f. 10 v°, n° 15 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 156 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 67 v°-68 (dom Laurent).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 206-7, n° 104.

33

f. 20 v° 1216

CARTA DE QUARTA PARTE ORGEOLIS ET DE DUOBUS MANSIS QUOS HABEMUS APUD ACELEZ.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 ; 11, f. 154 bis ; 14, f. 33.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 549.

cop. B.N., lat. 17080, f. 81 r°/v°, n° 182 (Bouhier) ; B.N., lat. 17081, f. 10 v°, n° 16 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 236 v° (D bouclés).

éd. PERARD, p. 305.

cf. PETIT, III, p. 465, n° 1381.

34

f. 20 v°-21 : s.d.

CARTA DE PRATIS LOMPONE.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 154 bis ; 14, f. 33.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1029.

cop. B.N., lat. 17080, f. 56, n° 108 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 171 (pour Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 157 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 174 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 11, f. 46 (dom Laurent) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 26-27 (E. Petit).

35

f. 21 1186

CARTA MANASSES EPISCOPI LINGONENSIS DE XV SOLIDIS ... QUOD DOMINUS OTTO DE SAUZ ... DONAVIT.

cf. mss Bourg. 12, f, 18 v° ; 11, f. 154 bis ; 14, f. 33 v°.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 153

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 865.

cop. B.N., lat. 17081, f. 10 v°-11, n° 17 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 157 (dom Aubrée) ; B.N., fr. 33092, f. 144 r°/v° ; B.N./ Bourg. 13, f. 131 (VF) ; B.N., Bourg. 72, f. 16 (dom Salazard) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 222-5 (E. Petit).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 192-193, n° 80 ; Dom PLANCHER, I, pr, 108.

36 f. 21 v° [1117-1123]

CARTA DE NORGIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 ; 11, f. 154 bis. v° ; 14, f. 33 v

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 11 r°/v°, n° 18 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 158-159 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 175 r°/v° (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 68 r°/v° (dom Laurent).

éd. CHEVRIER & CHAUME, II, p.:224-226, n° 455. ,

éd. part. M. OURSEL, ds Mém- Soc. pour l'hist..du droit ... pays bourguignons 6 (1939), p. 110, n. 6.

37

f. 22 1115

CARTA DE SANCTO LUPO DE LINGONIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 ; 11, f. 154 bis v° ; 14, f. 33 v°-34.

or.

cop. B.N., lat. 17080, f. 35 v°-36, n° 54 (Bouhier) ; B.N;, lat. 13872, p. 159-160 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f.,68 v° (dom Laurent).

éd. CHEVRIER & CHAUME, II, p. 219-221, n° 450.

38

f. 22 v° s.d.

CARTA. ROBERTI EPISCOPI LINGONENSIS DE: ECCLESIA LAUTONE. cf. mss Bourg. 12, f. 17 ;. 11, f. 154, v° ; 14, f. 34.


154 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 103.

cop. B.N., lat. 17080, f. 28 v°-29, n° 40 (Bouhier) ; B.N,, lat. 13872, p. 160 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 176 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 11, f. 183 r°/v° (Main de l'inv. de 1518) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 88-89 (E. Petit).

éd. PETIT, I, p. 430-31, n° 120 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 195-196, n° 417 ; Ph. DHETEL, Annales historiques de la ville de Saint-Jean-de-Losne depuis ses origines jusqu'à 1789, II, Paris 1910, p. 463, n° IV. .

39

f. 22 v°-23 1158

CARTA DE MAGNO MONTE.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 154 bis v° ; 14, f. 34.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 547.

cop. B.N., lat. 17081, f. 11 v°-12, n° 19 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 160-61 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 68 v°-69 (dom Laurent) ; B.N-, Bourg. 13, f. 193 (D bouclés).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 175-176, n° 55.

40

f. 23 v° v. 1158

CARTA GODEFRIDI EPISCOPI LINGONENSIS DE ECCLESIA DE BRASIACO.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 154 bis v° ; 14, f. 34.

or.

cop. B.N., lat. 17080, f. 165 r°/v°, n° 363 (Bouhier) ; B.N., lat. 17081, f. 12, n° 20 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 162 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 177 (dom Aubrée).

41

f. 23 v°-24 1183

CARTA DE LIBERTATE ECCLESIARUM LONGOVICI, SANCTI APOLLINARIS, PLUMBARIIS ET VILLARIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 154 bis v° ; 14, f. 34 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 103.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 155

cop. B.N., lat. 17080, f. .62 r°/v°, n° 124 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 162 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 69 v° (dom Laurent) B.N., Bourg. 13, f. 121 (Main de l'inv, de 1518).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 191-192, n° 77.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 22, n. 7.

42

f. 24 s.d.

CARTA DE CORCELLIS IN MONTE ET DE ECCLESIA EJUSDEM.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 v° ; 11, f. 155 ; 14, f. 34 v°.

or. Arch. dép, Côte-d'Or 1 H 414.

cop. B.N., lat. 17081, f. 12 v°, n° 21 (Bouhier) ; B.N., lat, 13872, p. 241 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 69 v° (dom Laurent) ; B.N., Bourg. 13, f. 231 v° (D bouclés).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 78 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 487 (Gaignières, d'après Duchesne).

43

f. 24 1231/2

CARTA DE JURE PATRONATUS DE LAUDONA.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 v° ; 11, f. 155 ; 14, f. 34 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 653.

cop. B.N., lat. 17080, f. 93, n° 222 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 162 (dom Aubrée).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 204, n° 100 ; Ph. DHETEL, Annales historiques de la ville de Saint-Jean-de-Losne depuis ses origines jusqu'à 1789, II, Paris 1910, p. 464, n°.V, .

cf. PETIT, IV, p. 262, n° 2043.

44

f. 24 v° 1247

CARTA QUOD YSIER EST SINE GISTO. cf. mss Bourg. 12, f. 21 v° ; .11, f.. 155 ; 14, f. 34 v°.


156 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 480.

cop. B.N., lat. 17081, f. 12 v°, n° 22 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 163 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 214 (D bouclés).

45 f. 24 v° 1240

CARTA QUOD EPISCOPUS LINGONENSIS NON HABEAT PROCURATIONEM IN DOMO DE LONGO VICO.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 v° ; 11, f. 155 ; 14, f. 34 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 497.

cop. B.N., lat 17081, f. 12 v°-13, n° 23 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 163 (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 69 v° (dom Laurent).

éd. Gallia Christiana IV, Instr., col. 207, n° 106.

46

f. 24 v° 1275/6

CARTA DE LIBERTATE MANEIORUM DOMINI ABBATIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 26 v° ; 11, f. 155 v° ; 14, f. 34 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 602.

cop. B.N., lat. 17081, f. 13, n° 24 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 163 (dom Aubrée).

47

f. 25 1045

CARTA ROBERTI DUCIS DE LIBERTATE CLAUSTRI.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 155 v° ; 14, f. 35.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or B 11637 (vidimus de 1444) ; B-N., Bourg. 11, f. 709 (XVIe s. De lib. claustri) ; B.N,, lat. 17081, f. 13, n° 26 (Bouhier) ; Bruxelles, B. roy. 8053-58 (Catal. 3734, n° 18) (pour Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 205-206 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 157, f. [VI v°]


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 157

(La Dijonnaise) ; B.N., Bourg. 11, f. 50 ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 54-55 (E. Petit).

fac. sim. P. GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909), p. 285, pl. V.

éd. Dom PLANCHER, I, pr. 36 ; Rec. Hist. Fr. XI, p. 611 ; PETIT, I, p. 375-376, n° 31 ; P. GAUTIER, op. cit. p. 285 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 87-89, n° 310.

éd. part. P. GAUTIER, op. cit. p. 270, n. 2 ; H. APPELT, ds. Mitteilungen des oesterreichischen Institutes f. Geschichtsforschung 51 (1937), p. 28.5.

48 f. 25 1054

CARTA ROBERTI DUCIS DE TABERNA.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 155 v° ; 14, f. 35.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 16.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or B 11637 (vidimus de 1444) ; B.N., lat. 17080, f. 24 r°/v°, n° 33 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 92, f. 169-170 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 29 r°/v° (VF) ; B.N., fr. 33092, f. 137-138 ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 56-9 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 479 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr,, p. 11 ; PERARD, p. 190-191 ; Dom PLANCHER, I, Pr 37 ; Rec. Hist. Fr. XI, p. 614-615 ; PETIT, I, p. 380-81, n° 36 ; JOBIN, Saint Bernard et sa famille, Poitiers 1891, p. 556-557 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 117-118, n° 338.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 6 (1939), p. 96 ; 103, n. 2 ; 7 (1940-41), p. 12, n. 5 ; 62, n. 2.

49

f. 25 v°-26 [1034-1039]

CARTA ROBERTI DUCIS BURGUNDIAE DE DONATIONE VILLAE DE VIVARIO. cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 155 v°-156 ; 14, f. 35 r°/v°.


158 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch: dép. Côte-d'Or 1 H 708.

cop. B.N., lat. 17081, f. 13 r°/v°, n° 27 (Bouhier) ; BRUXELLES, B. roy. 8053-8058 (Catal. 3734, n° 18) (pour Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 206-207 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 366 r°/v° (D bouclés) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 4146 (E. Petit).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 5-7 ; PETIT, I, p. 359-60, n° 18 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 95-97, n° 315.

50

f. 26 1106

CARTA HUGONIS DUCIS DE LIBERTATE CLAUSTRI ET DE PORTAGIO VINI DLVIONENSIS ATQUE BELNENSIS ET DE PLUMBARIIS ET VLLLARI.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 ; 11, f. 156 ; 14, f. 35 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., Bourg. 11, f. 707 (XVIe s. : De libertate claustri) ; Arch. dép. Côte-d'Or G 1152 (an. 1632) ; B.N., lat. 17080, f. 136 T°/V°, n° 296 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 203 (pour Chifflet) ; B.N., lat. 13872, p. 235 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 143, p. 79 ; B.N., fr. 33092, f. 134 r°/v° ; B.N., Bourg. 13, f. 65 r°/v° (VF) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 145-148 (E. Petit).

éd. DUCHESNE, Vergy, Pr., p. 111 ; Ducs, Pr., p. 31 ; PERARD, p. 210 ; CHIFFLET, Genus illustre, p. 428-429 ; Beatrix, p. 177 ; Dom PLANCHER, I, pr. 48 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 196-198, n° 419.

éd. part. P. GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909), p. 274, n. 2 ; M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 6 (1939), p. 106, n. 2 ; 7 (1940-41) p. 12, n. 4 ; p. 52, n. 8 ; p. 55, n. 3 ; p. 62, n. 6.

cf. PETIT, I, p. 440-441, n° 142.

51 f. 26 v° 1102-1113

CARTA DE MERCATO IN NATALE SANCTI JOHANNIS BAPTISTAE.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 ; 11, f. 156 v° ; 14, f. 36.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 159

cop. B.N., lat. 17081, f. 13 v°-14, n° 28 (Bouhier) ; BRUXELLES, B. roy. 8053-8058 (Catal. 3734, n° 18) (pour Chifflet d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 207 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 132-133 (E. Petit).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 134 (pour dom Plancher).

éd. PETIT, I, p. 436-437, n° 131 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 183-184, n° 404.

éd. part. E. COLLETTE, Les foires et marchés à Dijon, Dijon, 1905, pp. 23 et 30 ; E. CHAMPEAUX, Les cimetières et les marchés du vieux Dijon, Mém. Acad. ... de Dijon, 4e s., t. 10 (1906), p. 74 ; M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 49, n. 4 ; pp. 50, 52 ; p. 54, n. 3.

52

f. 26 v°-27 1193

CARTA ODDONIS DUCIS BURGUNDIAE DE CONFIRMATIONE OMNIUM CARTARUM ANTECESSORUM SUORUM ET LIBERTATE POSSESSIONUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 156 v°-157 ; 14, f. 36 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 797 ; B.N., fr. 3887, f. 165 v°- 166 v° (XVe s.) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13 (an. 1427) ; Ibid. 1 H 105 (XVIe s. : De libertate claustri) ; B.N., Bourg. 11, f. 709710 v° (XVIe s. : De lib. claustri) ; B.N. ,lat. 17081, f. 14 r°/v°, n° 29 (Bouhier) ; B.N., lat. 17089, p. 858-60 (Bouhier) ; B.N., lat. 9869, p. 44-46 (de La Mare) ; Dijon, B. m. 918, f. 43 r°/v° (Pérard) ; B.N., Bourg. 92, f. 201 r°/v° + 206 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 97-110 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 (A. Duchesne) ; B.N., Bourg. 11, f. 597 (dom Lanthenas) ; B.N., lat. 17048, p. 479 (Gaignières, d'après Duchesne).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 146-147 (pour dom Plancher).

éd. PERARD, p. 214-215.

éd. part. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 64.

cf. PETIT, III, p. 327, n° 889 ; Infra n° 6 64 et 98 où cette charte se trouve en vidimus.


160 ESSAI DE RECONSTITUTION

53 f. 27 v°-28 1101

CARTA ODDONIS DUCIS DE MEDIETATE MONETAE DIVIONENSIS ET QUIBUSDAM PARVIS CONSUETUDINIBUS RELAXATIS.

.. cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 157 r°/v° ; 14, f. 36 v°-37.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17080, f. 32 v°-33 v°, n° 49 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 92, f. 186 r°/v° (dom Aubrée) ; B.N., n. a. fr. 9767, f. 56 r°/v° (dom Laurent) ; B.N., fr. 33092, f. 129-131 ; B.N., Bourg. 13, f. 61-62 v° (VF) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 99-114 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 479 (Gaignières, d'après Duchesne).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 132-33 (pour dom Plancher).

éd. PERARD, p. 202-204 ; Dom PLANCHER, I, pr. 46 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 173-77, n° 398.

éd. part. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 29 ; A. de BARTHELEMY, Essai sur les monnaies des ducs de Bourgogne, ds Mém. Comm. des antiquités de la Côte-d'Or 3 (1847-52), p. 81, n° I ; P. GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909), p. 274, n. 1 ; H. APPELT, ds Mitteilungen des oesterreichischen Institutes f. Geschichtsforschung 51 (1937), p. 285-86 ; M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 27 ; p. 34, n. 2 ; p. 38, n. 1 et 4 ; p. 54, n. 4 ; p. 55, n. 2 ; p. 59, n. 3 ; p. 62, n. 5.

cf. PETIT, I, p. 427, n° 112.

54

f. 29 1186

CARTA ODDONIS FILII HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE QUINGENTIS SOLIDIS DLVIONENSIBUS QUOS PATER EJUS NOBIS DEDIT IN PEDAGIO ISTIUS VILLAE ET DE DIMIDIA MONETA QUAM NOBIS SICUT IN CARTA PATRIS SUI CONTINETUR CONFIRMAVIT.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 157 v° ; 14, f. 37.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 15.

cop. B.N., lat. 17080, f. 65. r°/v°, n° 131 (Bouhier) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 75-78 (E. Petit)..


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 161

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 144 (pour dom Plancher).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 63-64 ; PERARD, p. 262 ; H.P.C. de CHASTELLUX, Hist. gén. de la Maison de Chastellux, Auxerre, 1869, p. 279-80, n °XLIX.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (940-41), p. 57, n. 7.

cf. PETIT, III, p. 266-67, n° 747.

55 f. 29 1192

CARTA ODDONIS DUCIS BURGUNDIAE DE 50 LIBRIS QUAS NOBIS PATER SUUS ET IPSE DEDERUNT IN PEDAGIO DIVIONENSI.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 11, f. 157 v° ; 14, f. 37.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 15.

cop. B.N., fr. 3887, f. 165 r°/v° (XVe s.) ; B.N., lat. 17080, f. 68 v°-69, n° 145 (Bouhier) ; B.N., lat. 17089, pp. 857-58 (Bouhier) ; B.N., lat. 9869, p. 43-44 (de La Mare) ; Dijon ,B. m. 918, f. 43 (Pérard) ; B.N., Bourg. 92, f. 208-209 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 267-70 (E. Petit).

cop. part. B.N., Bourg. 11, f. 597 (dom Lanthenas).

éd. PERARD, p. 267.

cf. PETIT, III, p. 323-24, n° 884 ; Infra n° 61, où la charte se retrouve en vidimus.

56

f. 29-30 1209

CARTA ODDONIS DUCIS DE TALENT.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 ; 11, f. 158 ; 14, f. 37 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 861.

cop. Ibid. (vidimus de 1287 et de 1370) ; Ibid. 1 H 991 (XVe s. ; cop. du vidimus de 1287) ; Ibid. 1 H 810, f. 10 v°-11 (XVe s.) ; Ibid. 1 H 861 (copie informe du XVIe s.) ; Ibid. B 11637 (an. 1553 ; cop. collat, d'un vidimus de 1376) ; B.N., lat. 17080, f. 78 v°-79, n° 174 (Bouhier) ; B.N., fr. 33092, f. 147-48 ; B.N., Bourg. 13, f. 147 r°/v° (VF) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 134-39 (E. Petit).

éd. PERARD p. 309 ; Dom PLANCHER, I, pr. 163.


162 ESSAI DE RECONSTITUTION

cf. PETIT, III, p. 423-24, n° 1203 ; -Infra n° 65 où la charte se trouve en vidimus.

57

f. 30 s.d.

CARTA HUGONIS DUCIS DE LIBERTATE CLAUSTRI ET OMNIUM VILLARUM SANCTI BENIGNI.

cf. mss Bourg. 12, f. 16 v° ; 11, f. 158 v° ; 14, f. 37 v°-38.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Ibid. (vidimus du 18 févr. 1444) ; Ibid. 1 H 105 (XVIe s. : De libertate claustri) ; B.N., Bourg. 11, f. 712 r°/v° (XVIe s. : id.) ; Arch. dép. Côte-d'Or G 1152 (cop. notariée an. 1632) ; B.N., lat. 17081, f. 15, n° 30 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 207-208 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 92, f. 178 r°/v° (dom Aubrée) ; B.N, Bourg. 13, f. 59-60 (D bouclés) ; B.N., fr. 33092, f. 117-18 ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 418, f. 227-34 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 479 (Gaignières, d'après Duchesne).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 117-18 et 124 (pour dom Plancher).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 20-21 ; Dom PLANCHER, I, pr. 41 et 45 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 126-28, n° 347.

éd. part. P. GAUTIER, ds Le Moyen Age 22 (1909), p. 272, n. 1 ; H. APPELT, ds Mitteilungen des oesterreichischen Institutes f. Geschichtsforschung 51 (1937), p. 285 ; M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 6 (1939), pp. 72, n. 2 ; 103, n. 1 ; 7 (1940-41), p. 12, n. 3.

cf. PETIT, I, p. 388, n° 43.

58 f. 30 v°-31 1177

CARTA HUGONIS DUCIS DE MEDIETATE MONETAE DIVIONENSIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 158 v° ; 14, f. 38.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 14.

cop. B.N., lat. 17080, f. 58 v°, n° 115 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 208-209 (dom Aubrée) ; B.N., fr. 33092, f. 141 r°/v° ; B.N., Bourg. 13, f. 106 r°/v° (VF) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 53-56 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 479 (Gaignières, d'après Duchesne).


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 163

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 54 ; Dom PLANCHER, I, pr. 91.

éd. part. A. de BARTHELEMY, Mém. comm. antiquités Côte-d'Or 3 (1847-52), p, 81, n° II ; M. OURSEL, Mém. Soc pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 1 (1940-41), p. 59, n. 5.

cf. PETIT, II, p. 389, n° 612. ;

N.B. « Une notte à la marge, de notre Cartulaire, fol. 30, charte 58, qui est une charte de l'an (1178, barré) 1177 du duc Hugues, qui concerne ce droit de monnoye : Prius fuerat nobis concessa moneta in recompensatione pro allodio de Sto Juliano pet quemdam Hugonem ducem an. MLXXVI, ut patet in antiquo cartulario in quo est confirmatio Régis Franciae » (ms. B.N., Bourg. 11, f. 22. Cf. aussi ibid., f. 64 ; Bourg. 12, ff. 121 v°, n° XX et 227 v°. ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 128, n° 348.

59 f. 31 v. 1165

CARTA HUGONIS DUCIS DE PASCUA.

Cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 159 ; 14, f. 38 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17080, f. 52 r°/v°,. n° 95 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 209 (dom.Aubrée) ; B.N., Bourg. 108 f. 178 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 31-34 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 480 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. part. DUCHESNE, Vergy, Pr., p. 137 ; M. OURSEL,. Mém. Soc. pour l'hist. du droit... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 27, n. 5.

cf. PETIT, II, p. 312, n° 437.

60

f. 31 v° 1186

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE QUINGENTIS SOLIDIS DIVIONENSIBUS MONETAE QUOS NOBIS DEDIT.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 1.1, f. 159 ; 14, f. 38 v°.

or: Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 15.

cop. B.N., lat. 17081, f. 15 v°, n° 31 (Bouhier) ; B.N., lat.


164 ESSAI DE RECONSTITUTION

13872, p. 210 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 179 (dom Aubrée) ; B.N., fr. 33092, f. 142 r°/v° ; B.N., Bourg. 13, f. 130 r°/v° (VF) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 71-74 (E. Petit).

cop. part. B.N., Bourg. 92, f. 201 (dom Aubrée).

éd. PERARD, p. 261-62 ; Dom PLANCHER, I, pr. 107.

éd. part. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 55 et 132-33.

cf. PETIT, III, p. 266, n° 746.

61 f. 31 v°-32 1235

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE PEDAGIO.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 11, f. 159 ; 14, f. 38 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 15.

cop. B.N., lat. 17080, f. 102 r°/v°, n° 239 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 210-11 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 180 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 171 (VF).

62

f. 32 [1129]

CARTA HUGONIS DUCIS DE HOC UT QUICUMQUE CASAMENTUM DE IPSO TENET, POTEST NOBIS IN ELEEMOSINAM DARE.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 v° ; 11, f. 159 r°/v° ; 14, f. 38 v°-39.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Ibid. (vidimus de nov. 1287) ; B.N., lat. 17080, f. 42 v°, n° 68 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 92, f. 218 v°-19 (dom Aubrée).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 222 et 490.

éd. part. M. OURSEL, Mém. Soc pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 34, n. 1.

63

f. 32 v°-33 1235

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE TRANSLATIONE HOMINUM NOSTRORUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 11, f. 159 v° ; 14, f. 39.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 165

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17081, f. 15 v°-16, n° 32 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 120 (pour Chifflet, d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 211-12 (dom Aubrée).

éd. GARNIER, Chartes de communes, II, p. 167-68.

cf. PETIT, IV, p. 291-92, n° 2223.

64

f. 33 v°-34 1235

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE LIBERTATE TERRARUM NOSTRARUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 11, f. 159 v° ; 14, f. 39.

or, Arch, dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Ibid. (deux copies dont une moderne) ; B.N., lat. 17080, f. 100 v°-102, n° 238 (Bouhier) ; B.N., fr. 33092, f. 145-46 ; B.N., Bourg. 71, f, 270 (VF) ; Arch. dép, Côte-d'Or 1 F 417, f. 184-95 (E. Petit) ; Ibid,, f, 168-83 (vidimus donné par l'abbé Amideus).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 479-80 (Gaignières d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 438 et 265-66 (cette dernière en vidimus) ; Dom PLANCHER, II, pr. 28 (avec saut du même au même).

éd. part. N. DIDIER, La garde des églises au XIIIe siècle, Paris, 1927, p. 110, n. 55.

cf. PETIT, IV, p. 289, n° 2204.

65

f. 34 v°-35 1235

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE GISTO IN VILLA SANCTI APOLLINARIS ET TALANT.

cf. mss Bourg. 12, f. 20.; 11, f. 159 v° ; 14, f. 39 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 861.

cop. Ibid. 1 H 810, L 11 r°/v° (XVe s.) ; Ibid.. B 11637 (cop. collat, en 1553 d'un vidimus de 1376) ; B.N., lat. 17080, f. 100 r°/v°, n° 237 (Bouhier).


166 ESSAI DE RECONSTITUTION

éd. PERARD, p. 438-39.

cf. PETIT, IV, p. 289, n° 2203.

66

f. 35 1235

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE CUSTODIA VILLARUM NOSTRARUM ET DE TALENT.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 11, f. 159 v° ; 14, f. 39 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 861.

cop. B.N., lat. 17081, f. 16 v°, n° 33 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 213 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 180 v° (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 92, f. 219 r°/v° (dom Aubrée).

cf. Infra, charte sans n°, f. 35 (= 14*).

67

f. 35-36 1244

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE MONETA, DE PEDAGIO, DE TRANSLATIONE HOMINUM NOSTRORUM, DE OBSERVATIONE PRIVILEGIORUM, CARTARUM SEU LITTERARUM NOSTRARUM DE TALANT.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 v° ; 11, f. 159 v°-60 ; 14, f. 39 v°,

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Ibid. 1 H 1008 (cop. de 1387).; B.N., lat. 17081, f. 16 v°-17, n° 34 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 71, f. 29 (VF) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 200-207 (E. Petit).

éd. Dom PLANCHER, II, pr. 36.

éd. part. A. de BARTHELEMY, ds Mém. Comm. Antiquités Côte-d'Or 3 (1847-52), p. 82, n° IV.

cf. PETIT, IV, p. 347, n° 2503 ; Infra n° 99, où la charte se trouve en vidimus.

68

f. 36 1235

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE QUOD AD MONITIONEM ABBATIS ET CONVENTUS POTEST AMOVERI A CUSTODIA VILLARUM NOSTRARUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 11, f. 160 ; 14, f. 40.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 167

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17081, f. 17, n° 35 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 213 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 180 v° (dom Aubrée).

69

f. 36 1239

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE INTERDICTO PONENDO IN TERRA SUA PER VENERABILEM VIRUM EPISCOPUM LLNGONENSEM.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 v° ; 11, f. 160 ; 14, f. 40.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., Bourg. 11, f. 714 v° (XVIe s. : De lib. claustri) ; B.N., lat. 17080, f. 157 r°/v°, n° 348 (Bouhier) ; B.N., lat. 17081, f, 17 r°/v°, n° 36 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 213-14 (dom Aubrée).

fac-sim. B.N,, lat. 9089, f. 170 (pour dom Plancher).

éd. PERARD, p. 442-43.

cf. PETIT, IV, p. 317, n° 2356.

70

f. 36 1208

CARTA ODDONIS DUCIS DE MILLE LIBRIS ET DE GEXTO SANCTI APOLLINARIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 ; 11, f. 160 ; 14, f. 40.

or, Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 84.

cop. B.N., lat. 17080, f. 77 v°-78, n° 171 (Bouhier).

éd. PERARD, p. 308-309.

cf. PETIT, III, p. 418, n° 1178.

71

f. 36 v° s.d,

CARTA ODDONIS DUCIS BURGUNDIAE DE CLAUSO DE SURDELIACO. cf. mss Bourg. 12, f. 19 ; 11, f. 160 v° ; 14, f. 40.


168 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 991.

cop. B.N., lat. 17081, f. 17 v°, n° 37 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 214 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 181 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 247 (E. Petit).

éd. PETIT, II, p. 238, n° 294.

72

f. 36 v°-37 1248

CARTA DE MONUBILIBUS (SIC) HOMINUM NOSTRORUM ET DE DOMIBUS EXTRA FOSSATA DE TALENT.

cf. mss Bourg. 12, f. 21 v° ; 11, f. 160 v° ; 14, f. 40 v°-41.

or.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13 ; B.N., Bourg. 11, f. 710 v°-711 v° (XVIe s. : De lib. claustri) ; B.N., lat. 17080, f. 163 v°-64, n° 359, 2e partie (Bouhier) ;B.N., lat. 17081, f. 17 v°-18, n° 38 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 118 (pour Chifflet, d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 214-16 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 102, f. 43 r°/v° (dom Aubrée).

éd. PERARD, p. 469-70.

cf. PETIT, IV, p. 370, n° 2613.

73

f. 37 [1119-1123]

CARTA HUGONIS DUCIS DE LONGO VICO ET DE MOLENDINO QUOD DICITUR AD SAXUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 ; 11, f. 160 v° ; 14, f. 41.

or.

cop. B.N., lat. 17080, f. 40 r°/v°, n° 63 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 11, f. 744 r°/v° ; B.N., Bourg. 13. f. 98 r°/v° (D bouclés ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 205-10 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 221-222 ; Dom PLANCHER, I, pr. 52 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 228-29, n° 459.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 169 éd. part. DUCHESNE, Ducs, p. 35 ; PETIT, I, p. 469, n° 189.

74 f. 37 v° [1162-1175]

CARTA DE COMENDATIONE LONGI-VICI.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 11, f. 160 v° ; 14, f.41 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 497.

cop. B.N., lat. 17080, f. 53, n° 98 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 216 (dom Aubrée) ; B.N.., Bourg. 92, f. 194 v° (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 419, f. 203 (E. Petit).

éd. DUCHESNE, Ducs, p. 52.

cf. PETIT, II, p. 319, n° 453.

75 f. 37 v°-38 1245

CARTA HUGONIS DUCIS DE LIBERTATE BRENNARIAE.

cf. mss Bourg. 12, f. 21 ; 14, f. 41 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17081, f. 18 r°/v°, n° 39 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 216 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 182 (dom Aubrée).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 76, avec la date de 1255 ; PETIT, IV, p. 350-51, n° 2527 et p, 426, n° 2843.

76 f. 38 s.d.

CARTA ODDONIS DUCIS DE COMENDISIA.

cf. mss Bourg. 12, f. 25 ; 14, f. 41 v°.

or. Arch. dép, Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17081, f. 18 v°,n° 40 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 216 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 183 (dom Aubrée).


170 ESSAI DE RECONSTITUTION

77

f. 38 s.d.

CARTA DUCIS HUGONIS DE EO QUOD JURE HAEREDITARIO NON HABET CUSTODIAM IN VILLIS NOSTRIS NISI TANTUM QUANTUM NOBIS PLACUERIT.

cf. mss Bourg. 12, f. 25 ; 14, f. 41 v°.

or. B.N., Bourg. 13, f. 184.

cop. B.N., lat. 17081, f. 18 v°, n° 41 (Bouhier).

cop. part. B.N., Bourg. 108, f. 183 (dom Aubrée).

78 f. 38 s.d.

CARTA HUGONIS DUCIS DE BOYS ET FERRARIIS ATQUE CARMELO DE MARCENNIACO.

. cf. mss Bourg. 12, f. 25 ; 14, f. 41 v°-42.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1.H 531.

cop. B.N., lat. 17080, f. 40 v°-41, n° 64 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 216-17 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 184 (dom Aubrée).

cf.. PETIT, I, n° 197...

79

f. 38 v°-39 s.d.

CARTA HUGONIS DUCIS NE HOMINES SUI DE CHIMINO TERRAS DE FINIBUS MARCENNIACI SINE PERMISSIONE MONACHORUM EXCOLANT.

cf. mss Bourg. 12, f. 25 ; 14, f. 42.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 531.

cop. B.N., lat. 17080, f. 38 v°-39, h° 59 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 217-18 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 185 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 181-88 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 220-21.


GRAND CARTULAIRE: ST-BENIGNE DE DIJON 171

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 28, n. 4.

cf. PETIT, II, n° 274.

80

f. 39 1183

CARTA HUGONIS DUCIS DE LIBERTATE MANSI GUIDONIS PRESBYTERI QUOD EST APUD MARCENNIACUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 14, f. 42.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 532.

cop. B.N., lat. 17080, f. 62, n° 123 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 371 (D bouclés) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 65-66 (E. Petit).

éd. PERARD, p. 257.

cf. PETIT, II, p. 416, n° 678.

81

f. 39 [v. 1143]

CARTA HUGONIS (sic pour ODDONIS) DUCIS QUOD MARTINUM HOMINEM

DE MARCENNIACO NOBIS DEDIT.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 V ; 14, f. 42 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 515.

cop. B.N., lat. 17081, f. 19, n° 42 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 218 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 92, f. 195 v°-96 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 254 v° (D bouclés).

éd. DUCHESNE,. Ducs, p. 38.

cf. PETIT, II, p. 229, n° 278.

82

f. 39 1160

CARTA DE INCOMMUNICATIONE MAGNI MONTIS INTER ABBATEM ET DUCEM.

cf. mss Bourg. 12, f. 17. v° ; 14, f. 42 v°-43.


172 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 547.

cop. B.N., lat. 17081, f. 19 r°/v°, n° 43 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 164-65 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 103 (D bouclés) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 11-18 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 74 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481 (Gaignières, d'après Duchesne) ; B.N., Bourg. 92, f. 196 v° (dom Aubrée).

éd. Gallia Christiana, IV, Instr., coll. 180-81, n° LXI ; Dom PLANCHER, I, pr. 77.

éd. part. M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 28, n. 3.

cf. PETIT, II, p. 277-78, n° 374.

83

f. 40 1257

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE MARCENNAY EN MONTAGNE ATQUE CORCELLIS EN MONTAGNE PRO ESCAMBIO DE MAGNO MONTE.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 v° ; 14, f. 43.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 515.

cop. B.N., lat. 17080, f. 118 v°-119, n° 271 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 71, f. 50 (VF).

éd. PERARD, p. 485.

cf. PETIT, IV, p. 443, n° 2903.

84

f. 40 1257

CARTA HUGONIS DUCIS BURGUNDIAE DE DONATIONE MONTIS DE MAGNO MONTE PREDICTO DUCI.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 ; 14, f. 43.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 547.

cop. Ibid. (vidimus de 1473) ; B.N., lat. 17081, f. 19 v°, n° 44 (Bouhier) ; B.N. lat. 13872, p. 218-19 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 186 (Dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 71, f. 51 (VF) ; B.N., Bourg. 71, f. 58 (D bouclés).

cf. PETIT, IV, p. 443, n° 2905.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 173

85

f. 40 v° s.d.

CARTA ODDONIS DUCIS DE VILLARI.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 v° ; 14, f. 43 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 693.

cop. B.N., lat. 17080, f. 48 v°, n° 84 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 219 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 92, f. 196 v°-97 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 235 v°-36 (D bouclés) ; B.N., Bourg. 13, f. 102 (VF) ; B.N., fr. 33092, f. 115 r°/v° ; Arch. dép. Côted'Or 1 F.417, f. 6-9 (E. Petit).

éd. DUCHESNE, Ducs, p. 38-39 ; Dom PLANCHER, I, pr. 79.

cf. PETIT, II; p. 277, n° 373.

86 f. 40 v°-41 s.d.

CARTA DE PRUNEDO.

cf. mss Bourg. 12, f. 17 V ; 14, f. 43 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 587.

cop. B.N., lat. 17080, f. 42, n° 67 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 220 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 178 r°/v° (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 123 v°-24 ; B.N., fr. 33092, f. 116 r°/v° ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 416, f. 218-21 (E. Petit).

cop. part. B.N., Duchesne 63, f. 73 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 480 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. DUCHESNE, Vergy, Pr., p. 134-35 ; Dom PLANCHER, I, pr. 106 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 235, n° 464.

cf. PETIT, II, p. 208, n° 239.

87

f. 41 1186

CARTA DE PRUNEDO.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 14, f. 43 v°. or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 587.


174 ESSAI DE RECONSTITUTION

cop. B.N., lat. 17080, f. 65 v°-, n° 132 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 220 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 123 r°/v° (D bouclés) ; B.N., Bourg. 13, f. 129 (VF) ; B.N., fr. 33092, f. 143 r°/v° ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 67-69 (E. Petit).

éd. Dom PLANCHER, I, pr. 105.

cf. PETIT, III, p. 266, n° 744.

88 f. 41 1190

CARTA HUGONIS DUCIS DE PRUNEDO.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 14, f. 44.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 20, n° 45 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 221 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 92, f. 203 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 187 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 95-96 (E. Petit).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 57-58.

cf. PETIT, III, p. 302, n° 841.

89 f. 41 v° 1190

CARTA HUGONIS DUCIS DE PRUNEDO.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 v° ; 14, f. 44.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 20, n° 46 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 221 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 92, f. 200 r°/v° (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 188 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 11, f. 306 r°/v° ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 94 (E. Petit).

éd. DUCHESNE, Ducs, Pr., p. 58.

cf. PETIT, III, p. 300, n° 836.

90

f. 41 v° 1238

CARTA DUCISSAE DE MODIO VINI.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 14, f. 44.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 175

or.

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1096 (vidimus de 1266) ; B.N., Duchesne 63, f. 73 (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17081, f. 20, n° 47 (Bouhier) ; B;N., lat. 17048, p. 479 (Gaignières, d'après Duchesne) ; B.N., lat. 13872, p. 221 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 92, f. 219 V (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 189 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 11, f. 306 ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 197 (E. Petit).

éd. PETIT, IV, p, 308, n° 2309.

91 f. 41 v°-42 1102

CARTA HUGONIS DUCIS DE PLUMBARIIS ET LONGOVICO ET EORUM : LIBERTATE.

cf. mss Bourg; 12; f. 17 ; 14 ,f. 44 r°/v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Ibid. 1 H 105 (XVIe s. : De libertate claustri) ; B.N., lat. 17080, f. 152 r°/v°, n °333 (Bouhier) ; B.N., lat. 17081, f. 20 r°/v°, n° 48 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 63-64 (VF) ; B.N,, fr. 33092, f. 132-33 ; Arch. dép. Côte-d'Or 1n F 416, f. 118-27 (E. Petit).

éd. PERARD, p. 204-205 ; Dom PLANCHER, I, pr. 47 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 180-82, n° 402.

éd. part. PETIT, I, p. 431, n° ,122 ; M. OURSEL, ds Mém. Soc pour l'hist, du droit ... pays bourguignons 7 (1940-41), p. 13, n. 2.

92 f. 42v°. 1170

CARTA HUGONIS DUCIS DE BECIS ET CHENEVIS ATQUE PLUMBARIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 11, f. 145 ; 14, f. 44 v°-45.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

Cop. Ibid. (cop. collationnée, XVe s. ?) ; B.N., lat. 17080, f. 55 r°/v°, n° 106 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 104 r°/v° (VF) ; B.N., fr. 33092, f. 139-40 v° ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 36-41 (E. Petit),


176 ESSAI DE RECONSTITUTION

cop. part. B.N., Bourg. 92, f. 200 v° (dom Aubrée). éd. PERARD, p. 243 ; Dom PLANCHER, I, pr. 82. cf. PETIT, II, p. 338, n° 499 ; infra charte [1*].

93

f. 42 v°-43 1175

CARTA DE LIBERTATE DUORUM HOMINUM ET DE CURTE ARNULPHI.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 14, f. 45.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17080, f. 57 v°-58, n° 113 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 105 r°/v° (VF) ; B.N., fr. 33092, f. 140 r°/v° ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 F 417, f. 49-52 (E. Petit).

cop. part, B.N., Duchesne 63, f. 74 v° (A. Duchesne) ; B.N., lat. 17048, p. 481-82 (Gaignières, d'après Duchesne).

éd. PERARD, p. 248 ; Dom PLANCHER, I, pr. 90.

éd. part. DUCHESNE, Vergy, Pr., p. 144.

cf. PETIT, II, p. 376, n° 581.

94 f. 43 1184

CARTA ODDONIS DUCIS DE ABERGAMENTO.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 14, f. 45.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 322.

cop. B.N., lat. 17080, f. 62 v°, n° 125 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 222 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 190 (dom Aubrée).

cf. PETIT, III, p. 258, n° 718.

95 f. 43 [1113-1119]

CARTA HUGONIS DUCIS DE BELLOFONTE ET LIBERTATE EJUS. cf. mss Bourg. 12, f. 17 ; 14, f. 45 r°/v°.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 177

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 926.

cop. Ibid. 1 H 904, f. 94 r°/v° (XVIe s.) ; B.N., lat. 17081, f. 21, n° 49 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 222-23 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 191 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 902, f. 4 r°/v° (XVIIIe s.) ; Ibid. IF 416, f. 167-71 (E. Petit).

cop. part. B.N, Duchesne 63, f. 74 v° (A. Duchesne).

éd. PETIT, I, p. 450-51, n° 156 ; CHEVRIER & CHAUME, II, p. 212-13, n° 438.

96 f. 43 v°-44 1257

CARTA DE JUSTITIA MAGNA ET PARVA DE BELLOFONTE, DE LONGO Vico,

DE MESSEIGNIACO ET EMENDA QUAM FECIT NOBIS PREPOSITUS PRO LATRONIBUS CAPTIS IN PRAEDICTIS VILLIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 ; 14, f. 45 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 844.

cop. Ibid. (vidimus de 1284) ; Ibid. 1 H 926 (vidimus de 1284) ; Ibid: 1 H 810, f. 3 v° (XVe s.) ; Ibid, 1 H 903, f. 24 et cop. collat, de 1463 ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 105 (XVIe s. : de lib. claustri) ; Ibid. 1 H 809, f, 21 ; B.N., lat. 17081, f, 21 r°/v°, n° 50 (Bouhier) ; B.N., lat, 13872, p. 223 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 192 (dom Aubrée).

cf. PETIT, IV, p. 443, n° 2904.

97

f. 44 1269

CARTA QUOD PRAEPOSITUS DIVIONENSIS NEC BAILLIVI POSSUNT CAPERE LATRONES IN VILLA DE CHASNEOT.

cf. mss Bourg. 12, f. 25 ; 14, f. 45 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 675.;

cop. B.N., lat. 17081, f. 21 v°, n° 51 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 223 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 193 (dom Aubrée).

cf. PETIT, V, n° 3685.


178 ESSAI DE RECONSTITUTION

98

f. 44 1273

CARTA ROBERTI DUCIS BURGUNDIAE DE JUSTITIIS VILLARUM NOSTRARUM ET DE CUSTODIA.

cf. mss Bourg. 12, f. 26 ; 14, f. 46.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. B.N., lat. 17081, f. 21 v°-22, n° 52 (Bouhier).

99

f. 45-46 1273

CARTA ROBERTI DUCIS BURGUNDIAE DE MONETA, DE PEDAGIO, DE TRANSLATIONE HOMINUM NOSTRORUM, DE OBSERVATIONE PRIVILEGIORUM, CARTARUM SEU LITTERARUM NOSTRARUM DE TALANT.

cf. mss Bourg. 12, f. 26 ; 14, f. 46.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 13.

cop. Ibid. 1 H 1008 (cop. collationnée de 1387) ;Ibid. 1 H 13 (cop. ancienne) ; B.N., lat. 17080, f. 163 r°/v°, n° 359 (Bouhier) ; B.N., lat. 17081, f. 22 r°/v°, n° 53 (Bouhier) ; B.N,, lat. 13872, p. 204-205 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 102, f. 166 r°/v° (dom Aubrée).

100

f. 46 1273

CARTA MEDIETATIS MONETAE AD VITAM ROBERTI DUCIS ADMODIATAE.

cf. mss Bourg. 12, f. 26 ; 14, f. 46.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 14.

cop. Ibid. (vidimus de mars 1279) ; B.N., lat. 17080, f. 158 v°, n° 352 (Bouhier) ; B.N., lat. 17081, f. 23, n° 54 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 202-203 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 102, f. 167 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 71, f. 80 r°/v° (VF).

éd. J. PERRENET, ds Rev. numismatique 4e s. t. 21 (19171918), p. 193-95, n° IV.

éd. part, A. de BARTHELEMY, Mém. Commission des antiquités de la Côte-d'Or 3 (1847-1852), p. 83, n° VII.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 179

101

f. 47 v° 1171

CARTA DE CENSU ANNUALI DOMUS DUCISSAE.

cf. mss Bourg. 12, f. 18 ; 14, f. 46.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 23 v°-24, n° 56 (Bouhier) ; P N., lat. 13872, p. 241-42 (dom Aubrée).

éd. part, M. OURSEL, ds Mém. Soc. pour l'hist. du droit ... pays bourguignons 7.(1940-41), p. 36, n. 6..

102

f. 47 v°-48 1208

CARTA DE CONVENTIONIBUS INTER NOS ET CISTERCIENSES.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 ; 14, f. 46 v°.

or.

cop. B.N,, lat. 17081, f. 24 r°/v°, n° 57 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 242-43 (dom Aubrée).

103

f. 48 v° 1219

CARTA DE CONCORDIA INTER NOS ET CISTERCIENSES DE CURSU AQUAE.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 ; 14, f. 46 v°-47.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 24 v°, n °58 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 243 (dom Aubrée).

104

f. 48 v°-49 1218

CARTA ABBATIS ET MONACHORUM CLAREVALLENSIUM DE COMPOSITIONE FACTA INTER NOS ET IPSOS DE VINEIS QUAS POSSIDENT IN ISTA

VILLA.

cf. mss Bourg. 12, f. 19 ; 14, f. 47.


180 ESSAI DE RECONSTITUTION

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 24 v°-25, n° 59 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 244 (dom Aubrée).

105

f. 49 1238

CARTA EXCLUSARUM SANCTI STEPHANI DIVIONENSIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 14, f. 47.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 25, n° 60 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 244 (dom Aubrée).

106

£ 49 1240

CARTA DE RECOGNITIONE MURI REGNAUDI VIRTUOSI SITI SUPER TERRAM SANCTI BENIGNI.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 v° ; 14, f. 47.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 25, n° 61 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 244-45 (dom Aubrée.)

107 f. 49 v°-50 1246

CARTA DE TERRIS ET VINEIS QUAS TEMPLARII POSSIDENT IN FINAGIIS TERRARUM NOSTRARUM, QUID DEBEANT PRO IPSIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 21 ; 14, f. 47 r°/v°.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 25 v°-26, n° 62 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 24546 (dom Aubrée).

cf. PETIT, IV, p. 355, n° 2543.

108 f. 50 1257

CARTA DE MOLENDINO DE CHAVANNES ET DE CROISOT. cf. mss Bourg. 12, f. 23 ; 14, f. 47 v°.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 181

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 317.

cop. B.N., lat. 17081, f. 26 n° 63 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p, 165 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 158, f. 1 r°/v°, (XVIIIe s. :la Dijonnaise).

109

f. 50 v°-51 1252

CARTA DE VINEA BILLONIS MILITIS DE DIVIONE QUAE EST APUD LAYRÉ QUAE DEBET NOBIS DUO MODIA VINI.

cf. mss Bourg. 12, f. 22 ; 14, f. 47 v°-48.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1073.

cop. B.N., lat, 17081, f. 26 r°/v°, n° 64 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 246 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 194 (dom Aubrée).

110

f. 51 1245

CARTA DE QUAERELA INTER NOS ET CANONICOS EDUENSES.

cf. mss Bourg. 12, f. 21 ; 14, f. 48.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 26 v°, n° 65 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 103 (pour Chifflet, d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 247 (dom Aubrée).

111

f. .5.1 -v°-52 1252

CARTA DE DOMO FAUQUERI QUAE SITA EST JUXTA VETUS MOLENDINUM D'ESPOILLART QUAM IPSE VENDIDIT NOBIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 22 ; 14, f. 48.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1008.

cop. B.N., lat. 17081, f. 27, n° 66 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 247-48 (dom Aubrée).


182 ESSAI DE RECONSTITUTION

112

f. 52 1252

CARTA DE QUADAM MISSA PERPETUA QUAM DOMINA REGINA BURGENSIS DIVIONENSIS CONSTITUIT IN PERPETUUM IN CAPELLA DOMINICI DIVITIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 22 ; 14, f. 48.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1020.

cop. B.N., lat. 17081, f. 27 r°/v°, n° 67 et f. 88 v°-89, n° 232.

cf. Infra, charte [22*].

113

f. 52 v°-53 1259

CARTA DE INSTITUTIONE FACTA QUALITER CANONICI VEL CAPELLANI CAPELLAE DIVITUM DEBENT FACERE ESTAGIUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 v° ; 14, f. 48 r°/v°.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 27 v°, n° 68 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 101 (pour Chifflet, d'après Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 248-49 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 140 v° (main de l'Inv. de 1518).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 172-73 (pour dom Plancher).

éd. Dom PLANCHER, I, pr. 142 ; J. d'ARBAUMONT, Notice historique sur la chapelle et l'hôpital aux Riches, Dijon, 1868, Pièces just. XI, p. 113-15 (extr. Mém. Comm. antiquités Côted'Or).

114

f. 53 1255

CARTA DE NUMERO MONIALIUM IN QUOLIBET PRIORATU.

cf. mss Bourg. 12, f. 22 v° ; 14, f. 48 v°.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 27 v°-28, n° 69 (Bouhier) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 145, f. 134 r°/v° (dom Le Roy) ; B.N., lat. 13872, p. 249 (dom Aubrée).


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 183

115

f. 53 v°-54 1255

CARTA DE QUADAM CONVENTIONE INTER ABBATEM ET PRIOREM DE LAYRÉ ET CAMERARIUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 ; 14, f. 48 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 840.

cop. B.N., lat. 17081, f. 28, n° 70 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 249-50 (dom Aubrée) ; Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 811 (D bouclés).

116

f, 54 1260

CARTA DE QUADAM DOMO IN VICO NOVO EXTRA PORTAM BOICHEFO QUAE FUIT ROBERTI CORDUBINARII.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 v° ; 14, f. 48 v°-49.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 316.

cop. B.N., lat. 17081, f. 28 r°/v°, n° 71 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 250 (dom Aubrée).

117

f. 54 v° 1262

CARTA QUOD MONACHI MORIMUNDI NON HABEANT CYMITERIUM APUD DIVIONEM.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 ; 14, f. 49.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 28 v°, n° 72 (Bouhier) ; B.N,, lat. 13872, p. 251 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 11, f. 320 ; B.N., Bourg. 11, f. 229 v° (D bouclés).

118

f, 54 v°-55 1266

CARTA DE CONCORDIA CUM CLAREVALLE[NSIBUS]. cf. mss Bourg. 12, f. 24 v° ; 14, f. 49.


184 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 991.

cop. B.N., lat. 17081, f. 28 v°-29, n° 73 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 251 (dom Aubrée).

119

f. 55 1267

CARTA ISTA EST DE REDDITIBUS HOSTELARII.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 v° ; 14, f. 49.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 557.

cop. B.N., lat. 17081, f. 29, n° 74 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 251 (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 108, f. 195 (dom Aubrée).

120

f. 55 v° 1265

CARTA DE MANSO DE JUDEERIA.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 v° ; 14, f. 49 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 84.

cop. B.N., lat. 17081, f. 29 r°/v°, n° 75 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 11, f. 309 v°-10.

cf. PETIT, V, p. 246, n° 3422.

121

f. 55 v°-56 1270

CARTA UNIUS EMINAE BLADI SUPER TERRAM IN GRANGIA PRAEPOSITI ET GUILLELMI.

cf. mss Bourg. 12, f. 25 ; 14, f. 49 v°.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 29 v°-30, n° 76 (Bouhier).

122

f. 56 1274

CARTA DE XXV SOLIDIS QUOS DEBET SYMONETUS ROBELEX IN

ASSUMPTIONE BEATAE MARIAE.

cf. mss Bourg. 12, f. 26 ; 14, f. 49 v°.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 185

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 30, n° 77 (Bouhier).

123

f. 56 v°-57 1275

CARTA DE TRIBUS DENARIIS CENSUALIBUS JUXTA CAMPUM SALOMONIS. cf. mss Bourg. 12, f. 27 ; 14, f. 50. or. Arch. dép. Côte-d'Or 1, H 524. cop. B.N., lat. 17081, f. 30 r°/v°, n 78 (Bouhier).

124 f. 57-58 1277

CARTA DE IVor MODIIS [VINI] QUOS ROBERTUS CANTOR CAPELLAE

DUCIS DEDIT NOBIS SUPER VINEAM DICTI BACCACE.

cf. mss Bourg. 12, f. 27 v° ; 14, f. 50.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 30 v°-31, n° 79 (Bouhier).

125

f. 58 v°-59 1277

CARTA DE CHEVROT DE SAUMAISE DE LXV SOLIDIS CENSUALIBUS. cf. mss Bourg. 12, f. 27 v° ; 14, f. 50. or. cop. B.N., lat. 17081, f. 31 r°/v°, n° 80 (Bouhier).

126

f. 59 1270

CARTA UXORIS DOMINI HUGONIS DE CASTELLIONE. cf. mss Bourg. 12, f. 25 v° ; 14, f. 50. or. cop. B.N., lat. 17081, f. 31 v°-32, n° 81 (Bouhier).


186 ESSAI DE RECONSTITUTION

127

f. 59 v°-60 1278

CARTA DE MANSO JUXTA EXCLUSAS.

cf. mss Bourg. 12, f. 28 ; 14, f. 50 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 305.

cop. B.N., lat. 17081, f. 32 r°/v°, n° 82 (Bouhier).

128

f. 60 1282

CARTA DE QUADAM PETIA VINEAE EMPTA [EN BECIS DE HEREDIBUS DOMINAE JAQUETAE DE COISCHEIO].

cf. mss Bourg. 12, f. 28 v° ; 14, f. 50 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1071.

cop. B.N., lat. 17081, f. 32 v-33, n° 83 et 55 v°-56, n° 141.

cf. Infra, charte n° 187.

129

f. 60 v°-61 1235

CARTA BARTHOLOMAEI ROSSOT DE DONATIONE XII JORNALIUM TERRAE ET UNIUS MOLENDINI APUD PLUMBARIAS.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 14, f. 50 v°.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 33, n° 84 (Bouhier).

cf. Infra, charte [3*].

130

f. 61 1239

CARTA QUOD FRATRES DE VALLE JUXTA TALANT NON POSSUNT PISCARI IN OSCHARA SINE LICENTIA ABBATIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 v° ; 14, f. 50 v°.

or.


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 187

cop. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 1008 (cop. collat, de 1387) ; B.N., lat. 17081, f. 33, n° 85 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 276 (dom Aubrée).

cf. Infra, charte [4*].

131

f. 61 1245

CARTA MARTINI DE CASAMENTO ANDREAE THOMAE DE PLUMBERIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 21 ; 14, f. 51.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 562.

cop. B.N., lat. 17080, f. 112 v°, n° 259 (Bouhier) ; B.N., Baluze 143, f. 107 (pour Chifflet, d'après Bouhier).

132

f. 61 1263

CARTA DE ARNULPHO DE PLUMBARIIS QUI PROPTER QUAMDAM ESCASURAM RELIQUIT DOMINIUM NOSTRUM ET NISI REDIERIT ARRENUNCIAT OMNIBUS QUAE HABET IN TERRA NOSTRA.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 ; 14, f. 51.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 33 r°/v°, n° 86 (Bouhier).

133 f. 61 v°-62 1268

CARTA DE DUABUS PETIIS TERRAE DE LAURENTIO CASATO. cf. mss Bourg. 12, f. 24 v° ; 14, f. 51. or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 562. cop. B.N., lat. 17081, f. 33 v°, n° 87 (Bouhier).

134 f. 62 1269

CARTA DE DUOBUS MODIIS VINI CENSUALIBUS SUPER VINEAS AD PONTEM DE TALANT.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 v° ; 14, f. 51.


188 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 569.

cop. Ibid. (copie de 1608) ; Ibid. (copie de 1633) ; B.N., lat. 17081, f. 33 v°-34, n° 88 (Bouhier).

135

f. 62 v° 1269

CARTA DE PONCETA DE PLOMBERIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 v° ; 14, f. 51 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 563.

cop. B.N., lat. 17081, f. 34, n° 89 (Bouhier).

136

f. 62 v°-63 1279

CARTA DE QUADAM PETIA TERRAE IN FINAGIO DE PLUMBERIIS. cf. mss Bourg. 12, f. 28 ; 14, f. 51 v°. or. cop. B.N., lat. 17081, f. 34 r°/v°, n° 90 (Bouhier).

137

f. 63 1238

CARTA BARTHOLOMAEI ROSSOT DE TRIBUS JORNALIBUS TERRAE QUOS DEDIT NOBIS APUD PLUMBARIAS.

cf. mss Bourg. 12, f. 20 ; 14, f. 51 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 557.

cop. B.N., lat. 17081, f. 34 v°, n° 91 (Bouhier).

138

f. 63 v°-64 1274

CARTA DE MARTINO LASPEE.

cf. mss Bourg. 12, f. 26 v° ; 14, f. 52.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 567.

cop. B.N., lat. 17081, f. 34 v°-35, n° 92 (Bouhier).


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 189

139

f. 64 1276

CARTA DE MEDIETATE MOLENDINI QUAM VENDIDIT RlCHOUS, RELICTA

DOMINI BONETI DE PLUMBERIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 27 ; 14, f, 52.

or.

cop, B.N., lat. 17081, f. 35 r°/v°, n° 93 (Bouhier).

140 f 65-66 1276

CARTA DE HOMINIBUS DE PLUMBERIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 27 ; 14, f. 52 r°/v°. or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 35 v°-37, nos 94-95 (Bouhier).

141 f. 67-68 1277

DE HOMINIBUS DE PLOMBERIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 27 v° ; 14, f. 52 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 563.

cop. B.N., lat. 17081, f. 37-38, n° 96 (Bouhier),

142 f. 68 v°-69 1279

CARTA DE SENTENTIA CONTRA HOMINES DE PLOMBERIIS. cf. mss Bourg. 12, f. 28 ; 14, f. 52 v°. or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 562. cop, B.N., lat. 17081, f. 38 r°/v°, n° 97 (Bouhier),

143

f. 69-70 1277

CARTA BARTHOLOMAEI DE PLOMBARIIS,

cf. mss Bourg. 12, f. 27 v° ; 14, f. 52 v°-53.


190 ESSAI DE RECONSTITUTION

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 563.

cop. B.N., lat. 17081, f. 38 v°, n° 98 (Bouhier).

144

f. 70 1279

CARTA DE QUADAM EMINA FRUMENTI QUAM HABEBAT EVRARDUS LES RACHEZ IN MOLENDINO NOSTRO DE PLOMBERIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 28 ; 14, f. 53.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 38 v°-39, n° 99 (Bouhier).

145 f. 70 v°-71 1282

CARTA DE GALTERINO DE PLUMBERIIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 28 v° ; 14, f. 53.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 567.

cop. B.N., lat. 17081, f. 39-40, n° 100 (Bouhier).

146

f. 71 v°-72 1283

CARTA DE GUILLELMO CLERICO DE PLUMBERIIS. cf. mss Bourg. 12, f. 29 ; 14, f. 53 v°. or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 567. cop. BN., lat. 17081, f. 40, n° 101 (Bouhier).

147

f. 72 v° 1283

CARTA DE TERRA EMPTA IN FINAGIO DE VELERS.

cf. mss Bourg. 12, f. 29 ; 14, f. 53 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 693.

cop. B.N., lat. 17081, f. 40 v°, n° 102 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 277 (dom Aubrée).


GRAND CARTULAIRE ST-BENIGNE DE DIJON 191

148

f, 73 1257

CARTA DE DOMINICO HOMINE NOSTRO DE VELERS ET TERTIIS TERRARUM

SUARUM.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 v° ; 14 ,f. 53 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 698.

cop. B.N., lat. 17081, f. 40 v°-41, n° 103 (Bouhier).

149

f. 73 1154

CARTA DE CORCELLIS.

cf. mss Bourg. 1.2, f. 17 v° ; 14, f. 54.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 413.

cop. B.N, lat. 17080, f. 50 r°/v°, n° 90 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p, 277-78- (dom Aubrée) ; B.N., Bourg. 13, f. 223 v°- 24 v° (D bouclés).

fac-sim. B.N., lat. 9089, f. 141 (pour dom Plancher).

150

f. 73 v°-74 1253

CARTA QUOD LAMBERTUS DE CORCELLIS VENDIDIT QUIDQUID JURIS HABEBAT IN FORESTERIA DE PRAEDICTA VILLA.

cf. mss Bourg. 12, f. 22 ; 14, f. 54.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 425.

cop. B.N., lat. 17081, f. 41, n° 104 (Bouhier).

151 f. 74 1277

CARTA CUJUSDAM PARTIS MAGNAE DECIMAE DE CORCELLIS.

cf. mss Bourg. 12, f. 27 v° ; 14, f. 54.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 417.

cop. B.N., lat. 17081, f. 41 r°/v°, n° 105 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 226 v°-28 (D bouclés).


192 ESSAI DE RECONSTITUTION

152

f. 75 1255

CARTA STEPHANI DE PRUNOY CLERICI.

cf. mss Bourg. 12, f. 22 v° ; 14, f. 54 v°.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 587.

cop. B.N., lat. 17081, f. 41 v°-42, n° 106 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 125 v°-27 (D bouclés).

153 f. 75 v°-76 1258

CARTA MAJORIS DE PRUNAY.

cf. mss Bourg. 12, f. 23 v° ; 14, f. 54 v°-55.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 587.

cop. B.N., lat. 17081, f. 42 r°/v°, n° 107 (Bouhier) ; B.N., Bourg. 13, f. 127-28 (D bouclés).

154

f. 76-77 1282

CARTA DE QUATUOR MODIIS VINI EMPTIS [APUD MERREJUM DE DOMINO ROBERTO LOU MONTON DE FAVERNEJO, add. dom Aubrée].

cf. mss Bourg. 12, f. 28 v° ; 14, f. 55.

or.

cop. B.N., lat. 17081, f. 42 v°-43, n° 108 (Bouhier) ; B.N., lat. 13872, p. 278-79 (dom Aubrée).

cf. PETIT, V, p. 173, n° 3105.

155

f. 77 1264

CARTA DE CONCORDIA INTER NOS ET MONACHOS BUXERIAE PRO PISCARIA DE OSCARA.

cf. mss Bourg. 12, f. 24 ; ,14, f. 55.

or. Arch. dép. Côte-d'Or 1 H 336.



ARCHIVES DE LA FRANCE MONASTIQUE

VOLUMES ENCORE DISPONIBLES :

LES CHARTES DE L'ORDRE DE CHALAIS (1101-1400), par J.-CH. ROMAN,

archiviste-paléographe. 1 vol. in-8° (t. I et III, épuisés) 30 F

HISTOIRE DE LA CONGRÉGATION DE SAINT-MAUR, par Dom MARTÈNE.

Tome I, II, IV, VI et VII épuisés. Tome X : Tables. Le vol. . . . 100 F

THÉOLOGIE DE LA VIE MONASTIQUE, D'APRÈS QUELQUES GRANDS MOINES DES ÉPOQUES MODERNE ET CONTEMPORAINE. Un vol. de 212 p. (tirage du fascicule n° 204-205, t. LI, 1961, p. 91-302). . 100 F

REVUE MABILLON

TIRAGES A PART D'ARTICLES

Sont disponibles les articles suivants, signalés dans les Tables Générales (fasc. n° 233, juillet-septembre 1968 p. 17-42) au prix de 1 F. la page (franco) :

n° 1, 25, 28, 29, 30, 39, 42, 59, 68, 75, 78, 79, 80, 82, 84, 93, 98, 101, 102, 132, 145, 147, 153, 161, 162, 167, 193, 220, 221, 253, 264, 268, 310, 361.

Avec la permission des Supérieurs. — Le Gérant : J. BECQUET

POITIERS IMP. L'UNION - Dépôt légal 1er trimestre 1987