bpt6k5479483/f4


tP RHRAM TTmPr

Lij Ku~ otET,

Dans le monde des lettres et des arts L'O~cte! de demain matin contiendra. ia longue liste des décorés des palmes académiques (officiers d'Académie). Nous en extrayons les noms suivants

MM. Adonis, auteur dramatique Jules Adler, artiste peintre Alvarez, de -l'Opéra Arnaud; chcl de cabinet du ministre des colonies.;

Bodinier, pnbliciste Léon Bailby, pu~ Miciste; Barrère, éditeur; Ambroise Baudry, professeur d'escrime Belin, sculpteur Bélouino, commissaire de police Bergougnan, président de l'Association dt* la presse judiciaire Mlle Besson, artiste peintre; M. Bëze, chef du secrétariat. du ministère, des colonies Maurice Bouclier, homme de lettres.

Henri Carvalho; administrateur de l'Opéra-Comique Couturier, chef de bureau .au ministère de la guerre.

Delest; attaché au cabinet du ministre -des travaux publics; Mlle Deina, de l'D:péra-Comique Destelle, chef de bataillon d'infanterie de marine Dislëre, publiciste Domergue, chef d'orchestre au Palais-Royal; Bore, peintre-décorateur; Duard, de l'Odéon Dugas, président des Prévoyants de l'Avenir; D' Dupont, à Paris; Dupré, artiste peintre; Duvoye. imprimeur-graveur, à Paris.

Enjolvas; directeur de la maison Dubois Evmard. professeur de musique à

Paris.

Fabre, sous-chef de bureau a, la direction des beaux-arts; Fargenel, chef de bataillon en retraite à Bourges Favier, artiste peintre Feedner, trésorier de la Société de secours mutuels desAlsaciensLorrains Ferrario, secrétaire particulier du président du conseil Firbach, chef du cabinet du ministre des travaux publics Mlle Fontaine, artiste peintre F ournier (Léonard), publiciste à Paris Fourrier, docteur en médecine; Fraitière, profes'seur de musique; François, adjoint au tnaire. de Saint-Denis.

Galerne, artiste peintre Philippe Garnier, auteur dramatique Gauche, rédacteur au ministère de l'instruction publique Gauthier, sculpteur Gautrelet, chimiste Girard, commissaire de police Glaser, publiciste Gruyer, professeur de ~musique Grun, artiste peintre

Henschell, directeur de la composition des Imprimeries réunies; Hesse, compositeur de musique Huard; trésorier de la Société d'horticulture

Jacob, trésorier de l'Association de la presse municipale Jacques, administrateur de la Caisse des écoles du troisième arrondissement; Mme la vicomtesse de Janxé Jasiensld, médecin des écoles du onzième arrondissement; Jérôme, de l'0pèra-Comique Joliet, de la Comédie~Française; Joliet,, de la Comédie-

De Kergrolen, .lîeutenant de vaisseau .docteur Kœnig Mlle Koyzanovi-ska; compositeur de musique.

Il Docteur Laborde Lacoste, homme de lettres Lagarrigue, secrétaire de la bibliothèque populaire du huitième arrondissement Lamouche, capitaine du génie de Launoy, publiciste Le Barbe, publiciste Leboux; administrateur de la caisse des écoles Lecaverlé, trésorier de la. Société nationale des architectes de France Lefebvre, sous-préfet à Avano'n; Jules Leitner, de la, Comédie-Française Marc Leroux; publiciste scientifique Le-roy, secrétaire particulier du ministre de l'agriculture Leroy, compositeur de mu- sique Leygues, procureur de la République à Pontivy Augustin Liard, artiste peintre Albert Livet, professeur de Longbois, professeur de mathématiques à l'Ecole des sciences politiques Ludwig, de la Comédie-Française de Luz, publiciste.

Louis Maitho; publiciste à Paris Maiecamp, architecte D*' Manson, Henri Maréchal; ingénieur des ponts et chaussées ~Achille Moullier, ingénieur Paul Monac, artiste peintre D" Pierre Maurel MausSM'e, attaché au cabinet du ministre de la guerre Mendel, éditeur à, Paris D' de Galènes Mlle Blanche Morèa, statuaire Paul Monteux. chef d'orchestre.

FT~.O'G-r~A-T~I~E: I3EES; ~E~E]GTA.GI-~B]S 1~'U V-:J']~"VIE2F~.

CPMA–~h.

RKLA.CHE.

DEMAIN

RIGOJLETTO

Op6ra en quatre actes, d'apr&s le drame de Victor Hugo,) 'paron's françaises d'Edouard Uuprcz.musique deYcrdi. LA KOHRIGANË

M!!['ten2a.,Coppec,MerMte mus. de Ci).-M. Widor

C{~EC-!E-FRA~SA!SE–8h. CABOTINS

tOfMd'.e ça. quatre sctes, en pi'ose,(!eM.E.Pai)Ieron Cadet f:oqueiincad. Phgoroaj DeFeraudy 3ai[tt-MEria Boucher Lar'ejû' Ti-arfier

DcLavsrL.ec Le!oir

Pierre Cardeve~ALambert SI'

Caracet GeorgesBerr

G!gccux P.Laugier .Lcfacte'r Jo'iet Hugon Vmain jn

C.titncr Ciprh S 2*praticie:t i''Kiconnier Lem;c Hamel Love! Leitoer

Prssf'omrnio DeheHy ').pr;tt!cien Ch.E5quier Undomcsiiqnc Gaudy j Un phoiographe Rave! Ilt Mormon H.Monteux ¡ 1" reporter Lemarchand j 2'reportcr Uemery 'Va!t;:)!me M°"HerUny -i M"'C.i['dot'cr.t FayoUc

Une [cmme Ffërnaux

Unercporiei'eEse Hadamard Le modtie 'F"' de f.-hair; bre .ynnes

M.deLavcr3L'e'indes is

LadtYcttH Thomseti

La Lmtati Lainé-ï,uguet,

8!<r"LunaH Lainé-Laguet

Une femme Jamaux CPER&"C8?,H8UE 8 h.) .PNSAtjriËGE

opera-boutTc en 1 acte, de M. j M'ch;:)Ca!('. musique de! M.A)idr6Ceca)ge. Harp!ig&me Hernaert Tenante Carboanc. J Marif.eLte M'Mf)!6 H~ '.su '.cc~ct'c

LA. JACQUERIE

drame tyriq. en 4 a., de E. Elan et Mme Simone Arnaud, mus. deA.Coquard.

Robert Jérôme

GuiUa'.jme Bouvet

C'° de Ste-Croîx H. Devries Baron de Savigny Du'our

l.eScnechat Beihomme Jeanns M. Del-na

Bianche Ker]ord

Seigneurs, hommes d'armes, ecuyers, pages, paysans, paysannes, enfants, etc.

La scène se passe dans le Eeauvoisis, on mai 1358.

GCÉOM-Sh. L4

POUR LA COURONNE

Drame en 5 actes, en vers de François Coppée

Etienne Alb. Lambert Ibrahim-EBendi Rameau

Michel Magnier.

Constantin Ravet

UncheYrier Jahan

Pris-onnierturc Duparc Il

Ourosch Marsay

Un officier Taldy

Un guetteur Geatis Lazare Etiévant Bazilidc M=" Tessandter Milifza De Boncza I Anna Chapelas Alexis Groslier Sophia Pauie Mary PALAtS-RQYAL-Sh. 1/4 MONSEIGNEUR

com.cn 1 a.,de Henry de Gorsse et Charles Meyreuit 1

Le baron Eetiucci Ftoridor PautBert Juliette M"° CaveM

Rosé Bussy ,ly

LE REMPLAÇANT

com. en Saetes~ par 'WiHiam Busnaeh et Georges Duval Antoine Raymond DucJoseau. Mauge

Henri Dubosc

Trouiiiet Colombet François' Mori

Joseph Usan.

Un agent Greffier

Un agent Dupont

Un greffier ?Jonnet

5iissMonoM"A.Lavigne Vatcutine A. Cbeiret Ciotiide A.Megard Sophie Bussy j D;usY ~cMongcy Jane' Milo Margaret naizac NcUy !!oM j

M~&AmaNatfha,a,~ro'fesseurde chant; t< Néron, sous-préfet de Clamecy.

'Mme Orange, artiste peintre. Pappert, architecte du cercle militaire Paumier, artiste'de l'Odéon Péret, attaché au cabinet'du ministre de la justice; Pierre Géringer, publiciste à Paris; Pirel, publiciste, avocat le docteur Julien Pioger lieutenant-colonel Pillon Gustave Pol, publiciste; Pouillot, attaché au cabinet du préfet de polic.e.

Mlle Ra-beau, artiste peintre; Maurice Renaud, de l'Opéra; Mme Cécile Renèvey, professeur libre; L'ucien Reulos,pu- bliciste Mme Ritter-~Campi, professeur de musique; Mme Jeanne Robin, femme de lettres; ;RobIot, secrétaire particulier du ministre des colonies, Philibert Roger publiGiste;Mme Eva Roger; professeur de diction; Roussea.u, artiste peintre à Carcassonne; Rousseau, ingénieur en chef des ponts et chaussées; Poussin, artiste peintre; Mme Roze,'professeur de musique ;Rupprecht, gérant du Bu~ctm

';muuc!pa~o~!Cte~;

Schmell, publiciste Sègofûn, sculpteur ;Silvy, archéologue; Simoi'œ.t, procureur de la République à Chambon doc.teul' Soûlié; Spencer, compositeur de

musique

Talvard, secrétaire général de la Société pour la propagation des. langues étrangères; Tarride, artiste dramatique; Tourmente, membre de la caisse-dés écoles du dixième arrondissement; Toussaint, artiste musicien Tréfeu, auteur dramatique Troubat, bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale

Vergues, artiste peintre Vermare, sculpteur Villatte, explorateur;

Warrin, chef adjoint du cabinet du Président du Sénat; Wells, secrétaire particulier du ministre de l'instruction publique, Willéme, publiciste.

A1BM1?"? 17~ MA~T~??'

A&~M&& &i Aâ~U~i~â

LECAHPnESiSSOHNE

M. Cuissart, députe de l'Aisne, a reçu de M. Cavaignac, ministre de la guerre, une lettre relative à la question du champ de tir et de manœuvre que le département de la guerre se propose d'établir sur le territoire de la commune de Sissonne.

D'après cette lettre, le décret déclaratif d'utilité publique a été émis le 29 août dernier et le tribunal civil de première instance ¡ de Laon a prononcé, le 22 octobre suivant, les expropriations nécessaires. En ce qui concerne les indemnités à payer aux propriétaires, l'administration réunit actuellement les documents et renseignements propres à Jui permettre d'arrêter le montant des offres à signifier. Le chiffre des oNres une fois arrêté, le tribunal de Laon déterminera le montant des indemnités provisionnelles à consigner et autorisera la prise de possession par l'Etat.

LES DOSS!ERS D'AVANCEMENT

Des instructions applicables à tous les corps d'officiers ont éte adressées aux différents corps de service du ministère de la guerre..

Pour éviter désormais'que les décrets d'avancement ne soient revisés au cabinet du ministre, M. Cavaignac recommande aux généraux directeurs de ne pas affecter les officiers à des résidences où, ayant des relations de parenté immédiate, ils risqueraient de se compromettre avec les attaches politiques de leurs familles.

LES MANŒUVRES ALLEMANDES

En Allemagne, les manœuvres impériales n'auront peut-être pas, cette année, toute l'ampleur qu'on devait tout d'abord leur attribuer., D'après les prévisions arrêtées parle cabinet militaire do l'empereur Guillaume, les et 6<= corps manœuvreront contre le '12" corps saxon, renforcé par la division d'infanterie deMagdebourg, détachée du corps. Le terrain assigné pour ces manœuvres, les plus importantes en 1896, est situé entre Gorlitz et Bautzen.

LA REVUE ÛE VERSAILLES

Le général Thiou, commandant l'artillerie du corps, en garnison à Versailles, a passé hier, à deux heures, sur. la place d'Armes, la revue des jeunes soldats de la classe versés dans les et 22" régiments d'artillerie. Un nombreux public assistait à cette revue, après laquelle toutes les troupes ont. dé&l&. ~ti?!& ~?~??7~f~F dépuratif, diurétique, par-

iMNM ~MMiUâ gatif, rafraîchissant, 50 cent.

au lieu de 1 fr 25. La G!'a?:~e p/iarmactf /'y;/ië H:~ME vend le meilleur marche de tout Paris. 24,rueEuennc-Marcel. (Voi?--{'~e.)

BOUFFES-P~St~S– 8h.D 1 L'ARAIGNÉE

vaudev. en i acte de M. Despré IsidoreDupinceau Mories

Moncabert Schey

Alfred A.Noël Gustat'o Jouvin

M'°*Dupincean Daguin Anaïs Ryter

MISS HELYETT

opérette en 3 a., de M. M. Boucheron, musique de M. Edmond Audran.

Paul Landrin Piccaluga Pnycardas Huguenet James Ch. Lamy Smithson Ban'al

Miss Hclyett M°"' Alice Fayier La senora Fer-

nandez RosineMaurel Manueta AliceBonheur Norette Baral

Ida Ryter

VAUDE~HE-Sh.1/2

VIVEURS

comédie en 4 actes, de Henri Lavedaa

Paul Sa).omon H. Mayer Dnp~t)et Boissetot D'' Guenosa Candé

Honore Cassel GaHpaux Biandin Numès

Cct'binel Grand

Octave Lacroix Gauthier Duyancau Mangiji

Fiorencay Pentat

M°''Btandin. M'°" Rejane

A!iee Guenosa L. Yabne Otga CeciteCaron Marq.deSt-Eloi 5t.Samary M°"'P. Salomon Drunzer

Ciaud" de Jersey Sore).

M'" Rivière Henriot

Denise S. Cartix Eve Grimault Louise Dubois Darmières M"°deFerouYiUcL. Marty ROUVEA)JTÉS-8h.}/2 DAME ET VALET

Tsud. en 1 a., de Ch. Cfairville Bcioiset Raou~

Gaëian P. Roger Lucienne Chariier

LE CAPITOLE

op.-boufrce.'t.Sa., dePaulFer'rier,Char)csC[airviiie,mus. de Gaston Serpette.

Cornélius Major Germain Narcisse Tarride

Vespo Cuyoo

TMUBLES_A_10MES

Londres, 7. envier. Les esprits continuent à être'très surexcités contre l'Alle-

magne..

Des bagarres se sont produites dans les docks et dans le quartier Est de la ville. Les matelots allemands et hollandais ont été sifilés et molestes. On a brisé des devantures de boutiques tenues par des Allemands. Les clubs' allemands et hollandais du quartier Est ont ferme leurs portes.

Le ton .de la presse de Londres est très violent..

Le G!ûbe dit que l'Angleterre se souviendra « Le télégramme extraordinaire du kaiser implique un mépris arrogant pour notre pays et nous en garderons le souvenir, a La Samt-James Galette parlant do la possibilité d'une guerre dit « Nous frapperons avec toute la force et l'énergio d'une nation -résolue et unie.

L'agitation contre l'Allemagne continue dans toutes les classes de la population, dans les grandes villes anglaises comme dans les campagnes.. On parle d'un conflit avec l'Allemagne comme possible, sinon probable. La démission de sir Cecil .Rhodes, que nous avons annoncée hier, est confirmée. On dit que le docteur Leyds, puisant dans les fonds secrets mis a sa disposition, a lancé. une compagnie allemande de colonisation pour introduire au Transvasai cinq mille colons militaires allemands.

Un télégramme de Capctown annonce que le train malle-poste, qui a quitté le 3 au soir Johannesburg pour Durban, et qui était rempli de voyage'urs, a déraillé dans une courbe entre Damihausen et Glencoe, sur la ligne de Natal.

On compte dix-huit mor'.s et cinquante personnes grièvement blessées.

Le consul de Portugal a Berlin, interviewé a propos des aQ'aires du Transvaal, a fait la déclaration suivante

L'Angleterre, actuellement, est complètement isolée. L'Italie et l'Autriche même refusent de lui accorder leur appui.

Le Portugal surveille attentivement la crise actuelle, qui pourrait changer sa situation en Europe.

Une alliance franco-russo-allemande est improbable, mais un accord entre ces nations sur certaines questions, menaçant la domination de l'Angleterre partout, est très possible.

L'Autriche tentera vraisemblablement de s'interposer amicalement entre l'Angleterre et l'Allemagne, sans toutefois désapprouver la dépêche de Guillaume II au président Kruger.

f

BCLLETM CORPOR.m Avec la première quinzaine de janvier, c'est, pour beaucoup de travailleurs, la morte-saison qui commence.

1 Il semble doue nécessaire, indispensable, d'envisager la question une fois pour toutes, d'en étudier les solutions pratiques et d'inviter les chefs d'établissement, intéressés d'ailleurs pour leur propre compte, à faire cesser aussi rapidement que possible un état de choses fâcheux pour la généralité de nos compatriotes.

M"

Piaute Colombet Caton Lauret

Fetix LeGaUe Garneade Royer

Apicius Roger

Scribonius Raoul

Polyclète Destrem Procas Prosper

Mételia M'J.Pierny Loë)ia Aubert

Fabia Sylviani Popper Datcy

Drusille Dartois

Camille De Sal

Livia Meizer

i" patricienne Minati

2' Sterci:

2* Francesca Uneesc!ave Charger !'OaTE-S&!HT-aARTi!S" FANFAN LA TULIPE

drame en 5ac[es et Tf tableaux deM.PaulMeurice

Faafan'ia Tulipe Coquelin Angélus Burguet Fitz-Onnal Desjardins' BeMaurepas Laroche Mar~cbaldeSaxe Gravier

Ramponneau Jean Cofluelin Mme de Pompa-

donr Mmes R. Sisos

Blanche deRosel Ritter

Guiilemette Luce Colas TABLEAUX

1. Au Yiltage de Rosel. 2. A Paris, chez la Bontemps 3. A Versailles. 4. Les jardins de Versailies. 5. Le camp français devant la viUe de Tongres. 6. L'intérieur d'nn mounn. T. A Choisy-Ie-Roi. VAR)ÉTÉS.-8h.l/2.

FORT EN X.

vaud. i acte. de L. Rannieres. Joué par Brunais, Arnonid, Feroumont, Mmes Crnzet, Duva))on.

Ï.E CARNET DU DIABLE pièce fantast.en3act. et Stabi.,

d'Ern'Blum et PaulFerri~r,

musique de G. Serpette. PrinceBetphégor Baron

Arsène Majavel A. Brasseur BaronCnpido Lassouche Rodrigo Guy

Pingaud Emiie Petit Gênerai Ruy de!

PLio Secco André Simon Satan Ed.Georges Casimir Schutz

Germain Brunais Prince FtinicaU Arnouid

Jùsqu~au jour de l'an, nous l'écrivions le mois passé, la plupart des corporations sont véritablement surmenées. On se lève avant l'aube et oh veille fort tard. Il y a là une habitude fâcheuse contre laquelle il est vraiment temps de réagir- Le procédé actuel coûte aux ouvriers et aux patrons à la fois. Il coûte aux premiers la santé, le repos et les longs chômages du lendemain il coûte aux patrons l'excès dos tarifs d'heures supplémentaires, tout en ne leur rapportant qu'une production bien au-dessous de celle qu'ils obtiendraient par une régulière méthode.

On nous objectera sans doute les difficultés d'emmagasinage. Elles ne sont pas aussi sérieuses, assurément, que l'on tend à le faire croire. Au surplus, les quelques sacrifices que l'emmagasinage imposerait aux fabricants seraient largement compensés par le profit qu'ils ne manqueraient pas de trouver à l'amélioration de leurs réserves. Aux environs de la nouvelle année, en effet, combien de maisons refusent des commandes, faute de pouvoir les fournir en temps voulu. Et qui profite le plus fréquemment de ces refus? Laconcurrence étrangère, toujours à l'affût de ces sortes d'affaires. Bien souvent, même, la clientèle s'accoutume à ses nouveaux fournisseurs, et c'est autant de définitivement perdu pour notre industrie nationale.

Le chômage du mois de janvier est l'un des plus douloureux. C'est l'hiver, c'est le terme t.

C'' Amchanick Feroumont AmiraiAntonio Thiery

C'°Mcrda.zofT Fieury-Fontès Mimosa M°~'Mea)y

Sataniella Thery

C'"Guadamara Bert.Legrand Jacqueiine Lavallière 'Venus De Gaby Diane de Poitiers Fugèros

Jacintha Diéter!e

M"' Connecticut Luce Myrès Aspasie Crozet

C'"Merdazoiî NebMit

i.Letri'bunaldeSatan.–2. La brasserie des Favorites. 3. La banque des Amours. 4. L'hôtel de Vespétros. 5. Tableaux vivants. 6. La chambre nuptiale. 7. La viHade Betphégor.–8.Le char de Vénus.

EmÉ-8h.l/4

opera-comiq.àgrand spectacle en 3 act. et lOtab)., de Henri Meilhac et A. de Saint-Atbin, musiq.doRobert'PIauquette.! Panurge Soutacroix Cocolati PantFugere Trouillogan Dekernel Pantagruel Lucien Noël CarpaUni Landrin

Her'Trippa Dacheux Chef des Odeurs

suaves,Maclou Bernard

Compositeur de

mus.,2'paysan Larroque Maitre de baiiet P. Marcus 1" agent, La Mi-

nerve Jaltier

L'introducteur et

L'intendant Bonté

Une Itorreur Clément Un buveur Plouvier Phi]octcea M°<" Bernaert Nicole J. Aubecq Caterina MarietteSuUy Philiberto Lebey

].page, M"' Ma-

clou Larg:nt

2' page Karty y

l.Le ménage de PantagrueL 2. Le cabaret de la Grand'Pinte. 3. Les bandits pour rire. 4. Le boudoir de la princesse Catcrina. 5. Les jardins de Cocotati.6.Cythère. T. Naissance de 'Venus Apothéose du paganisme. 8. Les moutons. 9. Le mouhn. 10. L~cour de Pantagruel.

En attendant que soit applique partout te remède que nous venons d'indiquer et. qui consiste,'au fond, en: une plus équitable répartition da travail, il est a souhaiter que les travailleurs, sans cesse menaces dans leur gagne-pain, se réunissent plus nombreux que jamais dans leurs sociétés de secours mutuels. 11 y a là au moins un palliatif, une ressource suprême qui permettra d'attendre les icurs meilleurs, une protection momentanée dont le résultat sera salutaire et l'exemple moralisant.

Quelques grandes organisations professionnelles de l'Angleterre sont parvenues a dérober leurs adhérents aux angoisses de la morte-saison par une fraternité bien comprise. On a assez emprunté a la nation britannique de choses détestables pour ne pas lui laisser exclusivement cette chose excellente.

FEMINITES

La ville de Saint-Louis (Missouri) n'a plus rien à envier à New-York, car elle vient d'assister à une noce qui, au point de vue du faste et de la dépense, a éclipsé le mariage désormais célèbre de miss ConsueloVanderbiltavecIeducdeMarIborough. Tous les millionnaires américains ne pouvant pas avoir des ducs pour cendres, M. Busch, le brasseur enrichi de Saint-Louis, a donné sa fille Clara Hazel à. un maître de forges allemand, le capitaine Paul von Gontard. M. Busch, qui vint en Amérique comme ouvrier brasseur, a amassé une fortune de cent millions environ, et est aujourd'hui propriétaire de la plus grande brasserie d'Amérique. Sa fortune est donc modeste relativement a celle des Vanderbilt, d'autant plus qu'il n'a pas moins de dix enfants. Mais son rendre est pour le moins aussi riche que le sera sa fille, et M. Busch a voulu que le mariage de celle-ci fût très brillant.

Si l'on juge la question uniquement par le montant des frais, la note s'élève a beaucoup plus de 120.000 dollars. Il faut dire qu'elle comprend environ 20.000 dollars pour les frais de voyage et d'entretien des parents et amis, sans doute moins fortunés que lui, queM. Busch a fait venir spécialement d'Allemagne pour assister au mariage de sa Elle. Le brasseur avait loué à prix d'or les deux plus grands hôtels de la ville, tant pour y loger ses invités que pour leur donner une fête. Les fleurs et plantes rares qui ont servi a décorer la maison privée do M. Busch, les deux hôtels et le temple dans lequel le mariage a été célébré n'ont pas coûté moins de 31.000 dollars. Et puis, M. Busch a dépensé plus de J 0.000 dollars pour une grande fête qu'il a donnée et des cadeaux qu'il a distribués à ses milliers d'ouvriers.

Enfin, pour ne pas citer d'autres frais, M. Busch avait fait remettre à neuf et renouveler complètement le mobilier des chambres d'hôtel qu'il a mises a la disposition de ses invités. Le nombre des invités qui ont assisté à la cérémonie religieuse était de huit cents.

Ajoutons, en terminant, qu'il est très sérieusement question 'de fréter un navire uniquement pour le transport de New-York en Allemagne des nombreux cadeaux reçus par les nouveaux mariés.

Le Duuet de Nmo~ est la poudre de riz la plus impalpable et adhérente qui existe. Elle fut recommandée par feu le savant docteur Constantin. Son dépôt est à la Parfumerie Ninon,31,ruedu4-Septembre.

LES REFORMES POSTALES

M. Mesureur, ministre du commerce, vient d'adresser aux membres des chambres de commerce, une circulaire par laquelle il demande leur avis sur les réformes à l'étude pour l'amélioration des services postaux. Après leur avoir rappelé toutès les opérations effectuées par l'administration des pestes et des télégraphes, le ministre termine ainsi

« Il me parait y avoir une utilité incontestable à ce que les chambres de commerce dont les membres représentent les intérêts de toute une région et qui sont par cela même les mieux placés pour se faire l'écho des vœux généraux, soient appelés à fournir leurs avis et a exprimer leurs desiderata sur tous les autres points du service.

« En un mot, je désire .que les chambres de commerce se fassent les interprètes de leur région pour formuler toute proposition qui leur paraîtrait de nature à entraîner une amélioration du service postal télégraphique ou téléphonique dans quelques branches d~exploitation que ce soit. B

TABLEAUX

PANURGE

TABLEAU~

CHATELET 8 h.~

LES SEPT CHATEAUX DU DIABLE

féerieagrandspectacleenSa., 1 prologue et 25tableaux,de MM.d'EnneryetCiairviIIe. Satan Joumard Canucbe Pougaud RicaRac Alexandre fils Astaroth Léoy

RégaiHette M*" Sauvaget Sathaniel De Roskilde AzeUe Manuel

Raymond Dytiane

Mère Ursule Daubran L'Orgueil Dauville La Luxure Lefèvre

L'Envie Fumât

L'Avarice Durville La Colère Oresty

La Paresse M.Marty La Gourmandise J. Do&

RENAfSSANCE 8 h. 112 AMANTS

comed.en4act.et5tableaux,de Maurice Donnay

GeorgesVetheuii Gui).ry

Cte de Puyseux L. Delaunay DeSambre P. Clerget Gaudéric Mérissel Ravier Grandey Prunier CourceUes ShHnder H. Legrand Prosper Stébler

Louis BarnoM

Joseph Stéphen

Le cocher Bert

Le chanteur Delacroix Gaston Sorbier Petit Fernand Georges Sorbier P'Cruëringer M""

Claudine Rozay JeanneGranier Hennette Jamine Mar~. Caron M"° Grégeois S.Damaury M°°Sorbier Marie Royer Fraulein Saryta

Miss Meity

Clara Gournay Denize Rozay Petite Collin eYMHASE-DRAHAUQUE 81/2 MARCELLE

comedte en 4 actes de Victorien Sardou

ChatiitM Noblet

René Couturier Dumény Albert Villeras Catmcttes Varignolles Lérand

Olivier Couturier Maury

Raibaud Jean Frêdat LaBordette Janvier

Jutelin Meicbissédec Dubois Goulet

Pierre Schuitz

AtarceUe M°"'JaneHading Baron'Cou.turterPasea

Detphine RosaBruck Yolande Lucy Gérard Diane Meda!

Simone DaHet

Mag Breval

Solange Netza

FOL)ESDRAMAT)QUES–81/2 LE BARON TZIGANE

opéra comique en 3 a. et 4 t.; paroles françaises de M. A. LaMque musique de M. J. Strauss.

Katman Zsupan Hittemans SandorBarinkayP.Monteux Comte Carnero Cavé

Ottovar Moixard C" Homonay Joubert

Pali Batréau

Mihaty Liesse

Ferko Moret

Yosi Leroy

Itran Joty

SafS M°"' Jane Pernyn Arsena PauUn

MirabeMa Jane Evans Czipra JoséeMaya MB)6!)-8h.l/4

pièce nouvelle en 5 actes et 10 tableaux

Gilbert Rollin Pierre Berton L'abbed'AreynesCheHes

Luc.deKernoël Votny

Servais Duplat Decori

Gaston Depréty Gémier

M" Ricard J. Renot Docteur Bordet Fontanes Marcel Chimene Cornavin 'Va))ieres DoctenrGermain Degeorge Chef delà SAreto Avelot

i" mendiant Y. Mattel Paul Rivât Desmarets M""

Henriette RoUiu Laure Fleur Marie-Blanche Esquilar Rosé

Jeanne Rivat Aug. Vallée Véronique L. Musset Georgette; Mony

Marguerite Picoury Une intirmiere Yvonne

Une mendiante DarvUte TABLEÂOI

1. 28 janvier 1871. 2. Le. berceau. 3. A rhospice de

F~TSmVERS

Des agents ça tournée, ce matin, a cinq heures, ont découvert, étendu sans. connaissance, auprès des Halles, un vieillard âgé de soixante-dix ans environ.

Transporte dans une pharmacie voisine, des soins énergiques ont etc. prodigués a ce malheureux, qui no put pas être rappelé à la vie.

La mort parait être due à une congestion provoquée par le froid.

L'identité du défunt n'ayant pu être établie; le corps a été transporté à la Morgue. Ecrase par un bicycliste

Un vieillard do soixante-deux ans, M. Ladames, traversait ce matin, vers dix heures, la chaussée du boulevard .Bonne-Nouvelle, lorsqu'un bicycliste 'allant à toute vitesse heurta le malheureux et le renversa. La machine passa sur le corps du vieillard, qui a été relevé grièvement blesse.

Il a été transporte à l'hospice Dubois, où son état a été juge désespère. Le bicyclisto auteur de l'accident, qui a réussi à prendre la fuite, est activement recherche.

M. Robillard, cantonnier à la Compagnie générale des Bateaux Parisiens, ayant aperçu tout-a-coup une femme encore jeune quimontait sur le parapet du pont et se jetait dans la Seine avant qu'aucun passant ait pu 1 empêcher de mettre son fatal projet a exécution, se précipitait à son secours et finit par ramener la désespérée évanouie sur la berge après avoir reçu des soins énergiques elle revint à elle et on la conduisit au commissariat dé M. Mourgues, aux ChampsElysées.

La désespérée est une dame Anna'W. couturière, mariée et mère de deux jeunes enfants c'est à la suite d'une scène de ménage qu'elle avait résolu de mettre En a ses jours.

Le magistrat l'a paternellement admonestée, puis l'a fait reconduire à son domicile. Feu de chambre

Un incendie s'est déclaré ce matin, vers dix heures, dans une chambre située au sixième étage delà maison portant le numéro 11 de la rue Champollion.

Les pompiers de l'état-major ont éteint le feu après une heure de travail. Les dégâts, purement matériels, paraissent considérables. la' feilâtre

Une dame Berger, rentière, âgée de soixante ans, demeurant 5, rue Bourdaloue, s'est jetée 'ce matin de la fenêtre de son logement situé au cinquième étage. La malheureuse est venue s'abattre dans" la cour de la maison et, dans sa chute, s'est fracturé le crâne. On ignore les causes de cet acte de deses-

poir,

poir, Les cambr/o/eurs

M. et Mme P. négociants en huiles, demeurant rue des Saussaies, en rentrant chez eux vers une heure du matin cette nuit, aperçurent la porte du magasin fracturée à l'intérieur le tiroir-caisse avait été forcé et une somme de près de 600 francs qu'il renfermait avait disparu.

Montant à leur appartement, au premier étage, les époux P. le trouvèrent complètement en désordre, les armoires ouvertes, les tiroirs retirés, le linge jeté par terre; tous les bijoux avaient été volés ainsi qu'une somme de plusieurs milliers de francs en billets de banque serrés dans un portefeuille.

Plainte a été déposée ce matin au commissariat de M._Gavrelle, qui a ouvert une enquête pour retrouver les audacieux voleurs, que personne n'a entendus ni surpris. tncendfe au marche du Temple

Un incendie, qui a menacé pendant quelques instants de prendre des proportions considérables, s'est déclaré hier soir, à six heures et demie, dans les magasins du marché du Temple.

Le feu a pris dans la partie gauche du pavillon en façade sur la 'ne du Temple, chez une marchande de modes et de confections pour dames. Le marché venait d'être fermé, mais il restait encore dans les bâtiments quelques gardiens qui ont aussitôt donné l'alarme. La'5amme, qui avait trouvé dans les vêtements, les tissus et les boiseries un a!i- ment facile, se développait déjà a une grande Il hauteur,

Les.pompiers de la caserne du Châteaud'Eau,et d-e. l'.avenue Parmentier arrivèrent presque immédiatement sur le lieu du si- nistre.

La foule était a cet instant considérable. MM. Trobert, commissaire de police, Tan- guy, ofRcier de paix, Catrou, inspecteur principal, organisèrent un service d'ordre qui tint les curieux à l'écart.

LA MENDIANTE DE

SAINT-SULPICE

BIois.DettedeiTf'ans.– 5. Place Saint-Sulpice. 6. Servais Duplat et C"7 Chez maman Jeanne. 8. La Seine aEoisie-Roi.9. Ghez l'aumônier de la Roquette.– 10. RoseeiMaris-Btanche.. HENUS-PLAISiRS.– S h. 1/2 PONT VIVANT

p. américaine a gr. spect. en 4 a. et 71., par Sutton Vane. .DunstanLeech A. Charpentier Richard Burton Andreas

Nntty Brown Andreyor JohnaGurnet Gontier' Azfcck G. Roberv&t Fergusson Brebion

Abel Perry Nouguet Dapper G. Warton Dismal Fred Warton Tipton H. Warton

KateHeatchcote Odenat

Mistress Jelf Guertet

Mardi-Gras Elza Vogel CeciIJetf Gaudy

Cocardier Véret Javacon Allart !A)bertDnrand Muu'at Albert Durand Hamilton Tticodore Rouvière Barbatier Prévost Charvet Chevalier M°" de la Haute-

Paul de Kock(Roux). M' au balcon, gardien de prison (Mon.val).Garde-champetre,i"mi-

nisire(Kerny).L'honime-statULe,

Lëfro/d

Emoufant sauvetage

Par ta fenêtre

M""

Cecit Burton pet. L. MuHer CLUKY 8 h. 1/2 LES DEUX CHAMBRES v.en la.,de Maurice Ordonneau Joue par PLOUviere,HQU3saye, Chevrier, Mmes Rioms, Huussaye, Chevrier.

DURAND ET DURAND Comédie vaudeviUe en 3 actes, de MM. Maurice Ordonneau etAIbinValabrogue.

ToureMe M"" Cuinet

Louise Norcy Pâquerette Mauryce Irma Lérys Clarisse Cardin O~&ZET 8 h. ')/.

DÉJAZET REVUE

revuedel'anneeenSacteset 12 tableaux', musique arrangee par M. Duvat..

M. Lëpine, préfet -de poHce, acMm.p'a.gt}~ de M. Laurent, secrétaire général, et de M. = GaiIIot, chef de la police municipale, .arriva des premiers.

Grâce à la promptitude des secours, on parvint a se rendre maitre du feu après une demi-heure de travail en noyant sous un deluge d'eau le foyer de l'incendie.

Deux gardiens do la paix du poste central du troisième arrondissement, les nommes Rollief et Foraz, ont été blessés assez grave-. ment au bras par des éclats de verre. Cet incendie, d'après l'enquête qui a. éta faite parait,a l'imprudence d'jine marchande qui aura laissé unechauQrëtte encora en feu, .près d'un tas de papiers.

Ce matin, à neuf heures, les pompiers ont dû démolir une partie de la toiture incendiée qui menaçait de s'effondrer et pouvait ainsi. causer de graves accidents.

Uu service d'ordre a du être organise.: Pendant toute la matinée, une foule énorme a stationne aux abords du lieu du sinistre, ENVtRONS DE PAR!S

Vincennes. Le bruit s'est répandu hiet qu'un meurtre avait été commis aux abords du fort de Vincennes. Renseignements pris, il s'agissait d'un combat entre trois charretiers ivres qui se sont battus à coups de fourche. Tous trois, peu grièvement blessés, ont été amenés au commissariat de police, où on les a remis en liberté après leur avoir dressé des contraventions pour ivresse. Met~y-sttr-Sefne. Les nommées Jeanne Storez, cuisinière, âgée de dix-huit ans, et Eiisa Leroy, domestique, âgée de quarantedeux ans, entraient, avant-hier, chez une dame Riand, débitante de vins, 3, rue de l'Eglise.

Elles se ûrent servir deux consommations; et, profitant d'une courte absence de la maîtresse de l'établissement, levèrent le couvercle d'un pupitre-caisse et s'emparèrent d'une somme de 150 francs qui se trouvait à l'intérieur.

Leur coup fait, elles s'en allèrent tranquillement. Mais la marchande de vins s'aperçut du vol, et hier matin, sur une plainte déposée par elle, M. Pelatan, commissaire da police, arrêtait les deux voleuses à leurs domiciles respectifs, la première, 35, rue Borghèse, et la seconde, 50, rue de l'Eglise. Toutes deux ont été envoyées au Dépôt. GentfJfy.– Un ouvrier maçon, M. Augusta Geay, âgé de soixante-neuf ans, demeurant en garni, 134, rue d'Alésia. à Paris, se rendait, hier matin, à six heures et demie, à Villejuif, où se trouve son chantier. Il suivait la route de Fontainebleau lorsque, ayant voulu traverser la chaussée, il calcula mal son temps et fut renversé par un lourd véhicule, qui lui passa sur le corps.

Relevé et transporté à l'hospice de Bicêtre, le malheureux, qui avait la colonne vertébrale fracturée, est :mort après une court.o agonie.

MtCft "t MSP'e~mtSnAnfES.– <!«<rMOt«t!tm<tttft. ptrMt

REY R ALD 1 Ir.,s Pilulos antinévralgiques d. por-

~Et HM!.MtË&PHulM:ntinéTr!t:giquMdcMtf.nnM!a

a'~i)DMt.ScTt)if'.Ph"-23.r.dt]~MoBntua.P<irts.H UfmMitS.

"ISSf" DEJEUNER FORTIFIANT' ~i~ R~ca.hout DELANGRENtER .S~-

v 1'emploi

ü1~ .i;5.i?:: "i. DU

DfdHÉTI9DE ROCHER

t!!E'BfiMm 3'59, spHitiM f~MO <6 tMMS mctrt 8' ea~tt en ha <!f pMtt. Mp9t ROCHER HarB~tM, 11!, rat ~j ToreaBe, Paris et Ph' hmi piti: tt [r.nM tt'Mc ïtEtie :s:fr<si!ntt indiqMBt tt! VaHete9, .msBB Catses, Symptômes, et Mstss consc~aences N Bi&bâto.tiM tMtt ttrstatt :MtiM:t M si SMK Joit Mx MM h t!M E[:!tde tiMiM. ~OlEANTE SENTIMES PtLtJLES etLÉRASSB~tJES

JLEca'ST'SMBRE

tiatAMME BSASSESME fEM~iTM 6, BOULEVARD POISSONNIÈRE

BtXERS A 3 FRAKCS. V!N ET CAFÉ COMPK)! MENU DU DINER DU 7 JANVIER

Potage purée Conti. Bisque d'ëcrevisse~ Saumon sauce genevoise

Soles à la Mornay,

Aloyau à ta Parisienne

Escalopes de veau à la Viennoise

Haricots panaches maitre-d'hôteJ

Choux-fteurs au gratin

Un verre de BonéeUctmc

le facteur (V.Henry). Artiste, 2° ministre (Ozanne). Prince Pourmegan, Guy (Lureau). Ministre, huissier ..Leblanc). M. Prud'homme, Monsieura t'orchestre (Bouchet). Marchand de fonds perdus,Petit carottier (Violette). Colosse, Bolphegor (Lusses.

M"Virginie Dejazetfd'Or-

ville). Virginie ~u balcon, Mll(,~

viHe).D.iTpe du balcon, Mile

Modeste (Régnier). Nounou,

CoItineusc(Barno)I').Ouvreuse,

ÀscenseurdelabutteMontmartre(Lnmbert).LeTiti(B:;cuiI). Ca'.i'che,l'Exj'<oratcur(C!as.qnnin). Exposition de Bordeaux,

Fi'ancois-ies-bas-bteus (nu-

mont). Génie de!aBasti)Ie (Gencc).Zo.IaC!ochcduchateaufC!r;i).Âr[!uentfMarce]le). Marianne (Lucy Albert'). Le Dôme des Invalides,Lofd'Haurigny).Ls dauphin (p~Roy;. TH. DELA REPUSUQUE. 81/4 LA BELLE GRELEE

drame en 5 actes et 7 tableaux THEATRE DE BELLEV!LLE-8 1/2 MARCEAU

ouïes Enfants de ta Republique THEATRE MOKCEY. -8h. C H AMPIGNO L MALGRÉ LUI C&SiNO DE PAM

et

HGuVEA~THEATRE

Tous les soirs, spectacle varie.–Les Dessous de l'année. revue.–Dickson.–Les D~nedin. La belle Mme de Karsy.–Le géant Wiikins, haut~ 2'°45. KeHer, Durnond. –Dimanches etfetes, matinée. KOUVE&U ORQUE. 8h. i/3 Exerciceseque~tres. –ParisParade,revue de Caran d'Ache etFordyce.

GiRQUE D'AVER.- 8 h. 1/2. La chasse au renard. Les mystericuxXXX.–LesOvergard. Dimanches et jeudis, matinée.

PAR)S).4NA-8h.

Tous tes soirs,concert-spectacie.– Tananarive. ça y est! revue cn2acteset4tab)oanx. –prag'son dans son répertoire. Mme Dufresny Les e8iebresAbisMirza.–Diman- ches et[etes,alh.l/2,matinee.

HIIll

Noix de veau

Chapon du Mans

BOUFFES OU fiOM 8 h. LE RÉGIMENT

ORQUE FEP.HAMO

Bd Rocbschouart. r.des Martyre Tous !essoirs,a8h.l/?,'

exercices équestres. LM Etéphants indiens, présenter parle Captain Curiay. Jeudis, dimanches et fêtes, maun6es:t2b.l/2.

F8UES-g~8ERE 8 h. 1/2

LesB!'itntz.–Potaire, chan-

teuse excentrique.–LesMimo3 d'0r,bai)et–Les frères Hege]man.–Dimanches, jeudis et fêtes,matinecsa2h.

Â~ZARÛHfVE~Sh.

Spectaeie-eoncert.–Lcsmi-

nesde blagues,revue.

OLYNP!A–8h.l/2

Spectacie varie.

Les Petits ~uarts-d'Hcure,

revue. Dimanches et fêtes, matinées.

"roonÂM'

Toustes soirs,coaeeri.-spac-

iaete. Retâche pour repeHtions gene:'a)es du Royaume des Femmes.

SCALA. 8 h. 1/2

Tous les soirs, spectacto'

concert. Pilris Fin de Sexe, revue.

BÂ-TA-CLAM.50,bdVoltairo Tous)essoii'a8h.,spsc-

tacle-concert.

PûLEKOM

Tousle5Jours,()e9heures~ à

minuit, patinage sur Yraieg-iace. PALAiS DE GLACE

(C'mimps-ISiysecs.)

Patinagesur vraie g!ace,!t

plus vaste piste circutairc.– Toustcs jours,de9aeuresd~ matinaminuit.

THEATRE DES TERMES

(Pafis-Conccrt) 8 h. 1/2

COHIGKAN

CONTRE CORtGNAN

'"CÛMCERTDELAPÈPiSiERE

Ruede [a Pépinière

Tous tes soirs, 8 h., spM<

taetevstri~.