bpt6k500065z/f1


Evolution de FAngteterre

Un de mes proches qui vient de rentrer d'Angleterre après huit mois de séjour m'a confié ses impressions et convictions. J'en ferai, comme il suit. la synthèse

Les événements d'Allemagne ont, depuis le l" juillet, profondément modifié les sentiments de nos voisins britanniques touchant l'organisation et les garanties de la paix en Europe. Ils sont & neuf mois des élections. Dans d'autres circonstances, ils auraient beaucoup hésité à parler de défense nationale, d'armements aériens. de « frontière sur le Rhin x les conservateurs, en particulier, auraient craint la forte réaction pacifiste des travaillistes et des libéraux. Aujourd'hui, ils paraissent ne plus redouter ce réflexe. La majorité de la population, impressionnée par les résultats, en effet inquiétants, des expériences de bombardement de Londres, est convaincue qu'il faut se protéger d'abord par une aviation puissante. et ensuite par une sérieuse organisation de l'a&sistanee mutuelle. Le <( splendide isolement a perdu presque tous ses adeptes. Comme point de départ, les Anglais acceptent volontiers maintenant une entente plus étroite avec nou.s. Ce n'est pas avec enthousiasme, car le vieil individualisme britannique n'est pas mort. certes Mais ils commencent à voir que c'est une nécessité et. pratiques, ils s'inclinent presque tous.

Ce n'est pas, au surplus, le réarmement de l'Allemagne en vue d'une agression sur le Rhin ou ailleurs qui les préoccupe uniquement. Ce sont aussi les intentions que l'on prête au Reich relativement à la revendication de certaines colonies en Afrique. L'Angleterre sent le mouvement centrifuge qui écarte un peu de Londres, Canada et Australie. Elle n'est pas éloignée de concentrer ses efforts sur le continent noir. Ne risque-t-elle pas d'y rencontrer l'Allemagne ? Ne doit-elle pas songer à ses possessions des régions de Kénia, du Tanganyka. du Nyassa, du Tchambèze, de la Rhodésie ? Lorsqu'il s'agit de son propre Empire, la Grande-Bretagne n'est pas à courte vue; elle prévoit, prépare et agit.

Donc, le projet de Convention générale de réduction des armements cher à M. Mac Donald, s'il n'est pas entièrement abandonné, passe au second rang des soucis du Foreign Office. L'on pense plutôt à la sécurité présente et aux moyens proposés par la France pour la garantir, moyens qui sont commandés par l'attitude troublante dr l'Allemagne. Encore une fois, l'idée de l'assistance mutuelle a fait beaucoup de progrès en Angleterre, et les directives de la politique extérieure française y sont singulièrement plus appréciées en ce moment qu'il y a trois mois.

Ne croyez pas, pour autant, que la

vieille sympathie anglaise pour Genève et la S.D.N. se soit muée en dénance ou même en indifférence. Le Couenant demeure, dans l'opinion générale, une sorte de Coran. Mais on l'interprète évidemment d'une manière plus positive, plus réaliste, plus favorable à la construction pratique de la sécurité collective. En somme, le rapprochement avec la France se manifeste en tous points, même sur la façon d'envisager l'orientation, l'activité, les devoirs et les possibilités de la S.D.N. C'est un point très important, pour le jour où l'U.R.S.S. et l'Allemagne retourneront à Genève.

Et la stabilisation de la livre sterling qui serait si heureuse pour l'économie mondiale, y pense-t-on sérieusement à Londres en ce moment ? Je n'en ai pas l'impression. L'Echiquier considère que sa politique monétaire a rétabli les finances de l'Etat et amélioré la situation économique du pays. Et puis, l'instabilité de la livre constitue un moyen de pression sur l'étranger dans certains cas. Et puis encore, il y a le dollar qui n'a peutêtre pas fini ses évolutions. Tout cela retient le gouvernement anglais qui, en principe, voudrait la stabilisation, mais hésite beaucoup à l'effectuer.

On lui a fait observer, cependant, qu'à la longue le crédit du sterling mouvant pourrait fléchir et que Londres, pour le maintenir, a dù récemment vendre une assez grande quantité d'or. L'argument n'a point encore paru décisif. M. Neville Chamberlain tient à son papier-monnaie et à son régime d'ineonvertibilité. Cette obstination n'est pas faite pour aider à résoudre la crise générale des affaires

Ainsi, la clairvoyance de l'Angleterre ne nous parait pas totale. Sur le plan de la défense nationale et de la consolidation de la paix, nos voisins se rendent mieux compte des réalités et se sentent plus solidaires du continent, plus portés à établir un synchronisme entre leur politique et la nôtre pour organiser la sécurité collective. Sur le plan de l'assainissement monétaire et de l'économie internationale, ils distinguent moins bien leur intérêt personnel profond et l'intérêt général. Mais rien n'est perdu. Le temps fera son œuvre d'éclaircissement dans ce domaine comme dans l'autre. Cependant, il serait hautement souhaitable qu'au delà du Chane tout fùt normalisé avant l'hiver.

L. A.PAGES.

« LA PAGf DES ENFANT3.

LES FUNERAILLES DHtNDENBURG A TANNENBERG

Le cercueil trainé sur un affût de canon.

Le colonel Hindenbuf< (au centre), fils du défunt, mMchnt derrière t h yrolone unebfe

LE TEMPS

DU SERPENT DE MER Des marins français et anglais

affirment t'avoir rencontré sur la ligne des Antilles, au large des Açores PORT DU HAVRE, 8 août. Le commandant Sylvestre, capitaine du paquebot Cuba. de la Compagnie Générale Transatlantnque. qui assure le service entre la France, les AntiHes et les côtes de l'Amérique centrale et de l'Amérique du sud. signale dans son rapport de mer qu'il a rencontré, le premier juillet. à 800 milles dans le sud-ouest des Açores. par mer très belle, à 5 h 20 du matin:

« Un monstre marin, d'une longueur « d'environ 25 mètres, d'une hauteur « de 4 à 5 mètres, ayant une tête pe< tite et un cou long et dont le dos « était orné de deux bosses rondes <f bien distinctes N.

L'officier de quart, M. Maguerez. et deux timoniers de service sur la passerelle virent l'étrange animal faire quatre bonds dans l'espace d'environ 30 secondes.

A chaque apparition, l'animal sortait son cou flexible de l'eau et la tête semblait regarder le navire. Malheureusement les témoins ne purent distinguer la forme exacte du corps et de la queue.

On ne peut s'empêcher de rapprocher ce fait de la découverte du squelette d'un monstre marin de grande dimension sur la plage normande. Alors le serpent de mer ne serait pas un leurre ?.

De: marins anglais

l'ont également aperça

Voici d'autre part un témoignage non moins officiel qui nous arrive d'Angleterre, il émane du commodore Réginald Peel. capitaine du paquebot a MatthfanM )). de la Cunard-Line. <t Nous avons vu, a déclaré cet officier, au retour d'une croisière aux Antilles, un serpent Il d'environ soixante pieds de long cet animal que nous n'avons pu classer dans aucune espèce connue, avait la tête longue et plate et sa couleur tirait sur le gris il portait quatre nageoires. Il

L'ORDRE RÈGNE

A CONSTANTINE

CoNSTAtmME, 8 août. La ville a retrouvé son calme. La présence d'importantes forces de police constituées par des détachements de troupes indigènes qui parcourent constamment les rues et les ruelles contribue sérieusement à créer l'apaisement. On assure que le chiffre des arrestations se monte à 300.

Le soldat Kalifa Elialou. maitre tailleur au 3' zouaves, qui. par le scandale qu'il provoqua dans une mosquée, est à l'origine des émeutes, a été maintenu en prison. Ajoutons qu'il est marié et père de famille.

Les obsèques des victimes des Israélites pour la plupart ont eu lieu ce matin en présence des autorités.

Aucun incident n'a troublé l'émouvante cérémonie.

M. Carde donne audience

à des notables indigènes

et israélites

CoNSTAMTiNE. 8 août. M. Carde. gouverneur général de l'Algérie, a reçu ce matin le général Kiffer, commandant la division de Constantine. avec lequel il s'est entretenu de l'organisation des mesures d'ordre.

Le gouverneur général de l'Algérie a ensuite donné successivement audience à une délégation de notables indigènes. puis à une délégation de notables israélites.

Le Duce glorifie

la marine italienne ROME, 8 août. A la fln des manœuvres navales, avant de quitter Gaëte. M. Mussolini a adressé quelques mots aux équipages qu'il a passés en revue.

x Je suis vraiment heureux d'avoir passé parmi vous, a-t-il dit. ces deux journées qui se sont terminées par la magnifique et impeccable revue d'escadre. Pour ce que vous avez fait, je vous adresse mes compliments les plus cordiaux. »

Puis. après avoir parlé des vertus des soldats de toutes les forces armées de la nation. et principalement des marins, qui, en temps de paix. portent te drapeau de l'Italie sur toutes les mers du monde

« Faites qu'en paix comme en guerre, a conclu le Duce, la patrie italienne puisse compter complètement sur vous et puisse être forte de vous.

<[ Uut au roi 1

UN JOLI

CHAR

Tous les ans,

à cette époque, se déroulent àValencia de grandes fefM, parmi lesquelles la ba taille de fleurs est célèbre dans toute l'Espagne.

Voici un des

chats les plus remarquables du défilé.

UN TRAIN DE VOVAGEURS

TAMPONNE EN GARE

UN TRAIN DE MARCHANDISES Un chef d.e train tué

Dix blessés

BRiocDE, 8 août. Un train de voyageurs a tamponné, en gare d'Arvant (Haute-Loire), un train de marchandises qui y stationnait. Le chef de train a été tué sur le coup deux voyageuses ont été blessées grièvement. Huit voyageurs sont légèrement atteints l'accident semble dû à une erreur d'aiguillage.

M. Henri MERTOT. à Rochefort, à la fois poète et relieur, âgé de 80 ans, qui vient d'être nommé chevalier de la Légion d'honneur.

Depuis 70 ans, il s'est voué aux lettres, et travaille encore à la reliure dans son atelier, au milieu de ses enfants. S D R

On reparle du prince de Galles, grand voyageur qui change d'air et de pays avec une /oc'y'fe prodigieuse. Ce prince, représentant émincnt d'une race très mobile, villégiature à l'heure qu'il est à Biarritz où il fetrouue son golf, son golf de Gascogne.

Reporlers ef photographes. preh à saisir ses moindres gestes, se demandent anxieusemcnt, et cette quesi'on, je vous l'assure, a son importance

L'hérite' du trône d'Angleterre refera-t-il du fricot ?.

Du tricot ? Mais oui. Souuenez-uous il y a quelques années, le /ils aîné de S. M. Georges M liurait, entre une course en auto et une épreuve de natation dans l'eau salée, à des traoaux de lapisserie. Il maniait l'aiguille avec une pattence et une dextérité incomparables. Après quoi, les jeunes snobs français, imitant ce royal exemple, s'étaient mis à tricoter, eux aussi, avec frénésie. Les wagons du métro parisien étaient bondés d'amateurs éléganfs absorbés par les mailles d'un chandail ou d'un puM-oner. On jouait alors à la pelote de laine comme on aura passé son temps au trictrac ou à la manille aux enchères, si telle auait été la marche du prince de Galles. Comprenez-uous maintenant que des obsernofeurt attentifs <urue<Hen< les fantaisie de notre hôte de choix, puisque de ses sautes d'humeur et de ses horaires quotiJteM JepesJen les eù ci Ici

DEUX REPRIS DE JUSTICE

SE TUENT AVEC UNE AUTO QU'ILS VENAIENT DE VOLER Un troisième complice

grièvement blessé

STRASBOURG. 8 août. Un accident d'automobile, qui a fait deux morts et un grand blessé. s'est produit, cette nuit à Stephansfeld, à une vingtaine de kilomètres de Strabourg. Les victimes en sont deux repris de justice dont l'un avait été libéré la veille seulement de prison. Les trois complices avaient volé la voiture dans la cour d'une brasserie de Strasbourg, et. leur coup fait, étaient partis en direction de Brumath. Ils n'allèrent pas loin. la voiture ayant dérapé, alla se jeter contre un arbre. Deux de ses occupants ont été tués sur le couti, le troisième a été transporté grièvement blessé à l'hôpital de Strasbourg.

REJET DU POURVOI FORMÉ PAR LE GREC MAVROMATI IMPORTATEUR DE FAUX VINS PORTUGAIS

PARIS, 8 août. La Chambre criminelle de la Cour de Cassation vient de prendre ses vacances annuelles après avoir tenu une dernière audience au cours de laquelle elle a rejeté le pourvoi formé par le négociant grec Constantin Mavromati. qui avait été condamné le 17 mars dernier par la 9' chambre de la Cour d'appel pour introduction en France, sans déclaration, de 826 hectolitres de vins espagnols sous la dénomination de vins portugais.

M. Constantin Mavromati se trouve donc condamné -définitivement à un mois de prison sans sursis et à une amende fiscale.

La chambre criminelle de la Cour de Cassation a ensuite fixé les dates de ses audiences de vacation soit les 25 et 27 août; les 8, 10, 22 et 24 septembre.

1 R E S

mancet d'une partie de la Jeunesse /rançaise

Chacun se dit Mon Dieu, pourvu que le petit-fils d'Edouard t ne s'avise pas, un matin, de faire de la broderie ou de laisser pousser ses cheueux jusqu'à en confectionner des nattes tombant duns le dos Pourvu qu'il ne carmtne pas ses ongles et ses <et)re Car, c'est écrit ou grand livre du destin, tous nos petits écervelés d'avant-garde. soucieux d'ébe dans le ton, en feraient autant et se emfniseraient à outrance 1 ')

Nous ne nions certes pas que la nouvelle conquête de la France soit une oeuvre signée par un noble anglais des plus sympathiques. Mais je ne sais pos trop ce que penserait Charles W/ s'il revenait parmi nous Met aïeux, quelle désillusion serait la sienne en visitant la Côte d'Argent 1. Le Petit Grégoire.

M. FLANDIN REPRÉSENTERA LA FRANCE AU FETES

CANADIENNES EN L'HONNEUR DE JACQUES CARTIER

LE HAVRE. 8 août. M. P.-E. Flandin, ministre des Travaux publics, embarquera. le samedi 18 août, au Havre. à bord du paquebot Champtain, pour aller représenter le Gouvernement fronçais aux fêtes canadiennes du 4' Centenaire de Jacques Cartier.

DU CANADA

AUX INDES

Deux aviateurs anglais tentent de battre le record de distance en ligne droite détenu par Rossi

et Codos

Tono!fTO. 8 août. Les aviateurs Léonard Reil. canadien, et Ayling. anglais, ont pris leur vol ce mattn. pour tenter de battre le record de distance détenu par les aviateurs Roussi et Codos.

Ils se dirigent vers Bagdad, où ils comptent atterrir avec leur appareil, qui s'appelle Trail o/ Caribou,

Ils ont emporté 2.500 litres d'essence.

!)n!)n!n!)!!n!H)!)!)!)H!!)!)N!))n!h)!)i!)int!)!!)))t

MÏSS BELGIQUE 1934

Mlle Josee Mandelaérs, qui vient detreetue

))!)!)!)H!t)!N!!)N!n!H!it!i!nH!tn'H!« Un cultivateur

se suicide avec un obus SAMT-OMER. 8 août. Un cultivateur de la commune de Bullecourt, canton de Croisilles. Joseph Mathon. 60 ans. marié, était neurasthénique depuis quelque temps, déclarant à qui voulait l'entendre qu'il était las de vivre. Pour mettre son projet à exécution, il se. rendit dans un champ oit il connaissait la présence d'obus et muni d'un marteau. Il en plaça un entre ses jambes et frappa sur le détonateur une violente explosion se produisit et la malheureux, fut déqhiquet.e.

UN ENTRETIEN IMPORTANT DE L'AVIATEUR MERMOZ AVEC LE MINISTRE DE L'AIR PARIS. 8 août. Le général Denain. ministre de l'Air, a reçu l'équipage de L'Arc-en-Ciel, qui lui a été présenté par l'aviateur Mermoz.

Le ministre a eu ensuite avec l'aviateur Mermoz un entretien de plusieurs heures au sujet de lexploitation pratique de ta ligne de France-Amérique du Sud et en ce qui concerne les décisions que comporte cette exploitation. !!)!)NN)!)N!!H!)N)HH!t!)N!n)!in!H)t!)!n!!HN))

L'aviateur ETtEXXE.

dont nous avons annoncé la mort M Bréftit, en c<"p!nie du radiotéten phiste Bonduel