bpt6k413423x/f2


française au Congrès de l'Union, se leva et s'efforça, par des paroles de courtoisic. de ramener le calme dans l'assistance.

Néanmoins, le vacarme continuait. On vit pénétrer dans la salle de l'Union un certain nombre de délégués italiens à la Conférence du désarmement, notamment les experts militaires qui, se mêlant à leurs compatriotes de l'Union, se mirent à prendre la parole et à apostropher M. Renaudel.

Le comte di San Martino, président de la délégation italienne, tntervenant dans le bruit et prêtant à M. Merlin des paroles qu'il n'avait pas prononcées, souligna qu'il prenait acte de ce que la délégation française se désolidarisait de M. Renaudel. 11 termina en demandant à ce dernier du excuses formolles. M. Renaudel s'y étant refusé, le bruit et les cris reprirent de plus belle, et la présidence et le bureau durent lever la ferianoc de l'Union, au milieu d'une vive agitation, qui se répercutait jusqu'aux abords de la Conférence du désarmement, tandis que le Conseil de l'Union se réunissait d'urgence.

M. RenaudeL interrogé par les journalistes à l'issue de la séance, a déclaré que, depuis deux jours, les membres italiens de l'Union exploitant les séances du Congrès, se livraient à une apologie continue du régime fascine qu'il considère comme contradictoire avec le régime parlementaire.

M Henaudel a tenu à faire remarquer que les membres de l'Union et l'Union elle-même n'ont rien de commun aveo la Société des Nations et arrivent à leur Congrès, saut quelques exception», avec une entière liberté de parole.

Le député du Var a confirmé les propos qu'il a tenus, à savoir « Le délégué fasciste a invoqué la Justice. Il n'y a pas de justice où il n'y a pas de liberté, ni de contrôle de l'opinion puWlque, • A ce moment, tous les dérecues italiens se levèrent et invectivèrent M Renaudel. Celui-ci, ainsi vioiemment pris à partie, riposta « Je n'accepte pas de leçon des représentante d'un régime qui a assassiné Mattéott. •> Les témoins de l'incident ajoutent qu'à cette apostrophe, les Italiens fascistes ont répondu en criant « A bas la France, qui, elle, donne abri aux assassins des atteintes. »

Ces paroles donnent une idée de la violence de l'incident, lequel a provoqué non seulement la réunion du Conseil exécutif de l'Union, mais une Conférence de tous les délégués italiens présente tant à l'Union qu'à la Conférence du désarmement bous la présidence de M. Balbo, sous-secrétaire d'Etat de l'Air et chef de la délégation italienne à la Conférence du désarmement.

GAZETTES Prévoyance.

Lorsque, le 8 novembre 1918, la révolution entra au palais des rois de Prusse, à Berlin, elle y trouva de considérables quantités de vivres, accumulées pour le bien-être de Guillaume II et des siens.

La division navale, dont l'insurrection avait hâté la chute Me la monarchie, puisa à ses réserves durant les deux mois qu'elle tint garnison dans la capitale allemande. Lorsqu'elle s'en alla, il restait encore 20 600 kg. de la plus fine farine de froment i 130 kg. de farine de seigle, 2 100 kg. de pois moulus, 1 950 kg. de semoule, d'orge, de pâtes, de gruau d'avoine 225 kg. de riz, 283 kg. de café et de thé. 3 132 kg. de sucre. 1 305 boites du Jait concentré, 16235 kg. de conserves de légumes et fruits, de confiture et de marmelade 11 41 kg. de savon, etc.

Quelle était l'arrière-pensée de Hohenzollern ? Prudence ou spéculation ? 9

Bourrage de crâne» bolchevik.

En Ukraine, la campagne alhélste he donne pas les résultats qu'en attendent les bolcheviks. La presse communiste ne brave pas le sentiment populaire jusqu'à présenter le Christ comme un ennemi du peuple, elle procède par gradation et ne s'acharn» pour le moment que contre les «pôtres, à propos de la célébration des saints apôtres Pierre et Paul, qui sont particulièrement honorés en Ukraine.

Le « Kommunist » de Kharkoff s'efforce de démontrer, en dépit des KvangileS, que les saints apôtres étaient de famille bourgeoise, et qu'ils ont dénaturé l'enseignement du Christ au profit de la bourgeoisie. C'est pourquoi, dit-il, le peuple ne doit pas observer la fête réservée à « ces serviteurs de la bourgeoisie internationale ».

Bourgeois vivant de leur pôohe quotidienne 1

Et Adam ? ne dira-t-on pas aussi qu'il a été le père de la bourgeoisie internationale ?

A trompeur trompeu– et demi.

A Margate. en Angleterre, un impresario exhibait moyennant 2 ponces, dans une cage de verre où elle devait demeurer 44 jours sans manger, une iieune actrice qui se proposait de détenir le record du jeûne.

De même qu'à la ménagerie où il est défendu au public d'exciter les animaux, une affiche priait les curieux de ne pas montrer de nourriture pour ne pas déchaîner la fureur de « Miss June, la lady jeûneuse Il arriva que la jeùneuse donna, feu effet, des signes manifestes de mauvaise humeur, et un jour, par tine lettre lancée à deux gamins, elle pria la polioe d'intervenir dans la fraude où elle était engagée.

Une enquête fut ordonnée et démontra que la jeûneuse était nourrie deux fois par jour à i heures du matin et à minuit et demi, de sandwiches, bananes, jambon, çnocolat, beignets, jus de viande, lait et thé. On lui avait donné un assortiment de fards qui devaient accentuer progressiwment sa pâleur. Mais les repas étaient si copieux qu'elle engraissait Il fallnt les réduire, ce qui provoqua la colère de Miss June et la lettre adressée à la police. L'imprésario avait déjà en>aissé 14 000 francs. au bout de dix-huit jours quand l'autorité intervint pour tromperie sur le specacTe. suV la plainte de trois personnes réquisitionnées à cet effet Avoir illusionné les badauds pendant dix-huit jours avec unjeûie qui n'existait pas, c'est une réclame pour monter une autre baraque avec d'autres badauds, on les mêmes.

La ?iji|i *̃«̃*«*̃ P*nc il FniM

î,e sultan du Maroc *'«nharqueea pour la Franco le 6 «Dût. Il visitera diverses villes d"eaux et«tattaos balnéaires. Il passera huit jours' à Paris, du 12 au 20 septembre à oebte occasion. U rendra yi-

..M.~ dl MB~UCM.

LES EVENEMENTS DE PRUSSE

M. vu P<?<a msttoic · l'~air tralion prouienne de stt foactù»uires républicains. Le atone règne cependant en AlicasgM Le Cabinet von Papen poursuit activement le « nettoyage à fond de l'administration prussienne. Peu à peu, en effet, il en écarte tous les fonctionnaires importants que l'ancien gouvernement y avait établis.

Ces fonctionnaires, qui étalent des républicains, sont remplacés par des personnalités plus favorables aux droites. Et l'épuration, qui se poursuit ainsi, permettra à la dictature du gouvernement du Reich d'assurer l'exécution stricte de ses prescriptions, sans risquer de les voir contre-carrer par ceux qui seront chargés de les appliquer. C'est ainsi que, dans les premières vingt-quatre heures de ton règne en Prusse, M. von Papen s'est débarrassé de 24 hauts fonetionnalrea qui, fidèles à la Constitution de Weimar, auraient pu entraver l'action du gouvernement. Ont été destitués ou mis à la retraite trois secrétaires d'Etat, un directeur ministériel, quatre présidents de province, six préfets, huit préfets de police et deux directeurs de police.

D'autre part, le président de la police de Berlin, Qneslnsîci, le vice-président Weiss et le colonel Heimannsberg seront poursuivis pour s'être opposés à leur destitution.

Malgré, cependant, ces Inoldents, le calme règne en Prusse. 11 est vrai que l'état d'exception et les sanctions édictées contre les fauteurs de troubles, y sont pour quelque chose.

Cependant, comme nous l'avons Indiqué déjà, les partis d'opposition recommandent eux-mêmes à leurs partisans le calme le plus absolu, en évitant toute provocation.

Coutittttioo

du nouveau Cabinet prussien Les membres du Cabinet prussien Braûn-Severing s'étant déclarés soli- daires aveo le président des ministres et le ministre de l'Intérieur qui venaient d'être destitués. M. von Papen a été contraint de leur trouver des remplaçants. Ij a nommé sous-secrétaire d'Etat au Commerce le Dr Ernst à l'Agriculture, M. Mussehl, et aux Finances, M. Schleusener. En même temps le secrétaire d'Etat à la présidence, D' Weismann, qui eéjourne en ce moment à Kartebad, demandait au chancelier d'être mis à la retraite.

Le secrétaire d'Etat Abegg, du ministère de l'Intérieur, a été destitué et le Dr Staudiger, secrétaire d'Etat au ministère du Commerce, a été invité à prendre un congé prolongé.

En qualité de haut commissaire en Prusse, le chancelier von Papen a convoqué ensuite ses nouveaux collaborateurs. Il les a priés d'établir rapidement un programme de travail.

Le cnucclier coovoqne la présideats des Etats allemands

Le chancelier doit se rendre vendredi eoir k Stultgart où il présidera, samedi, une réunion des présidents des Etats allemands qu'il a convoqués. II a pris cette Initiative pour rassurer les chefs des Etats el leur montrer que l'action entreprise contre la Prusse était devenue indispensable pour enrnyer l'agitation communiste représentant un danger imminent.

Les protestations pnustenne

bavaroise et badoisc

Les membres de l'ancien Cabinet Brailn-Severing ont décidé, à l'unanimité, de maintenir la plainte déposée devant la Cour d'Empire, qui doit l'examiner samedi, et ils ont adressé au maréchal Hindenburg le télégramme suivant

« Après avoir demandé l'intervention de la Cour d'Empire. nous vous prions de bien vouloir atténuer les mesures d'exception en attendant la décision de la Cour, étant donné 'qu'il s'agit d'empietement sur notre droit constitutionnel en qualité de ministres d'Etat. » Puis les ministres ont adressé une lettre au chancelier, lui reprochant de ne pas s'être maintenu dans le cadre de la Constitution.

La Bavière confirme, elle aussi, sa plainte devant la Cour, car le Cabinet de Munich reconnaît que ce qui s'est passé hier en Prusse peut se produire demain dans n'importe quel autre Etat allemand, et la Bavière se sent particulièrement menacée.

Le Bayerische Kurier, organe du paru catholique bavarois, proclame que la nomination du haut commissaire en Prusse peut ébranler dans sa base le système fédératif allemand.

L'Etat de Bade a adressé, lui aussi, une plainte a la Cour. Le Cabinet de Carlsruhe estime que le gouvernement

BOURSE DE PARIS Cours du 22 jaület 1932.

VA~S fi ~L~BS j~.)~tj VA~S ~J~! ~S ~t~t

VALEURS 1 ~ua ~oDa Il VALEURS 1 :.I.c:a:, Il VALEURS 1 =.1 I ~a VAlEURS 1 =. 1 :V:,j VALZm\S 1 :=.1 I cDu

tro" d'rut t Me,ist3slnx·3~39e.. ::46 65..44 65

AU PARQUET '!tM<M<.fMM.tMM..<M. -<MS)i9M.4tO.<C6'.

hrOiteef 9y.SO ..80T~os d'itlkle.. ~OD IHàen. .D 1gg!-3E i .911 · r i9lt.300.£96

1'v11th18111Yo.80 m ..80'7" te wo.. 15a ..¡. -3W -Z3 lui 1931-32 4" .9~(,6" 1911.300.295..

18M1s.3 nrIWoM., 1585 11516 CIoI'I'I6re8. !88& ..67 lallil.68 60.

191a.1916S% :100:: ::99" ""6" i565 ::iSdG:: '/ItoIt8I.545.540 "IIPmllll.tt750'00'" 1 Il "(1880.

t9lT 1 94 1 ..93 mptplr EtMmptd i180 iP00 1~ b E9E5 Est 5 x ·`·~ .SOt 'y 1g(1,

39181 4 es Mo ..w IIhM.AhiAe 069 6% KS. iTS.1, 1 .mt .i08 tg07.i185.

ia805%t<Hf<<Mt0.iJMTS' Escompll. 1180 4~S"<X-- -19i0.

191!O5 6 18wt..tJM90.W t 4M -3" 19fo.

i9M6~iOO~.tMTSt~,tt,dMt.Bh..9M .h!)''mt.)~Mt<M6".<6- -1MO~ TM.TOO..

19SS<%(~).10330.iOt..M<j)t~MM)t.<9M N60. a ils .361 -<

lui t %10; 06 .iOe~iMMMM~058 1t150 OMitttMM S .881 -MMCeM.t-tt!' .3 M.3 85

ias5~9e8s.<ea]StM~.tmt.M .907 I 3a i8g5.51 -5iso..59..

i9ST6~M)t..498M<96..c~t<M.6St .'Kt.Mn.,3.Mr.t..336.S 'ifn ~S.6515..65 T5

i9Yf 6 0lIIf..498' %98 It .6% .607 bu l~ sém 3 se .D 19f3' "65 '15 "65 i5

r.T.T.~19M.500.MO..sS!M'~MM.a]6 -60T..S~T.5% -~° -MttttMXt. -M M..M..

J)<5)ti9M.4850.7MMM .11 .M.8M.. ZM 4 MO 369 1x1.n ..st

7 7g 19K..SNi 50 .558 L~ "980 t000 5~ MM noo..363 .8a6 jiT,

~{t~ian..56S..S60.a60.M4.. ,J" 388 3S5 "~t~'t'MOM'~a' ~wr -= '1 t9!6..sæ..552.. L!1III.M 1000.. f~t.aea .3a5 = 2ill :33'1 AdI88

N5 "46 ~r~t. ~s ·. ssDO ta's.saD .5w s ~f .aiT .aiT ~w·i~.m

t~t.Se2 .St9 ~96: na 5 ~tf5 .t18 ~t: ,4E8 G8

< Ihrfx '7 t92'7..562.560.. e. .844 ..¡I8'7t 388.385 6 1 460 50 463 EMS. E~t. f9E5 ..19~r

.fiwl8I' t!lll! :595 ~fneah· :P3D "445 ":JS 1891.k:! .3t.2.. 3 nt.385 .37'7.. FI'IIICO-Cl8ï"tOO.. 5100

millet S hAI )9eln) ~1= t~813 3 ^6 ns.3~ .3

111111 18. .S35.. P11'11 ~1U1 .f30 "I,.23t 1899.319.aIG.. 10"3"15 ..1.313 "1111 ord.74 !I01.75

y JeeAu i?!1..54t 'S S 1910: !/<306 ..3-5.. -3g- ..3<M.S<<37B

OtM'-EMt~. -3M.3M ..¡',EI8CI!itI\6 P11'11.)lœo toi5 ~a~M03~t..M0.3t6..t-<5~4ST.<M.tM<TS.TtO.. 5 .t39 .499 .T~535.535 ht91ï3~M6.. 3 3 $!468 .MM'M<i4t5..t<TO..

439 M E"Utrt'e..430 "U! 19123 3 .E65.2 S.. .468. fltUl-Da.. 14tS.. H'1O.

tt q.l.A 1 .gi5 Eepa hed.iei.SOD .SA3 3 .E66 .E 5 4M EU "Itlgu Du. 14t5 1470

4 lui .~5 ft,,M)HfO_H~ MC .5~ HtBBBeC.MO.Mt.. -<X.M.4tS.4t5.M"< 365.4M..

lII1.m. 18ft.. ~0.5IIO -S=i9e36X.t2.5H.. -M.4H.«)e.M-

lM.38$ .384 AL L-t. ~11t .611.. f"t9M<!M.5M.H5.. Zt/!S. 3M .3>!d 1'

?~I"S5' 19246 5%8)5 .8i5.Md).tM< ..)??!

i9(1#I 974 -.S 08 < t9N4t;9%).950 ~970 s Bis .NT 56 -t3M..i33S.

ArrTMtb8lJ! ..63 · i80 2m "t i9t9C!.M<X)).47CO .tal0 pitey 5 °.d4i .111 tao iau

'-T.I/1..6\ btu ebumrs .2m i9Mt%S<œ& ST9-. ..IIrI68IS t~396.335.. ou~ti-.

t9f8.. ·3~ .988 peif, 50 .6t 6t HMt~t<tt.93e. = 3%.M.j.385.3M.. 0~

1 fat SS~ ~<6' /im.5t0.50t.. 4 "395 .3:15.. 0WIn--

b6fav 1 74 T4 ~e~pe. · ..80 lm:» .511 .SIO 2 5 .8s~ i~

Ij~,tf3' .gT,S :s 80", 1880.SI1 "510. i~395..

-1'n~. E,py.w .ü's 9os .385 $ ~r.âY .350 ~··)..81

-1 .l~l f~ a9é .191 yi. .3u y 7B ygp ·.

-<KMH.)n5. M ~t.M.M. ~S" -2~ et~Ottt. SM .StT

0.; 189E.$t t.<M.«0 .<9 Ot'S' S!)t< M ~6 .306

tt!trt)H90S. 390. 3?0 t.t~ft..t<O..JM..Sf~ !M<M* t06M.iee;a

""rie 19O!390 .9`u JI.I8ZIi.10 f015 lm o ..996 .898 àq&-sffflia 25 50 i0

-t?:)Mt.9<N. 900 e<)M-tt~690..t. \'M'<9B9..).!B9.. VA)LEMMtnMJ<tN. M~M.?.95~

)t<)t~)).HMtWS.90..330 f)~Ut)t.95f.9<0..<FMt. 1~9.5t5..j.5i5.. tc~-tt~30 M..31-~

190e.306..N6 .630 50t.5<M..<-MS.5M50t.MO.. F–*dEt.t )tM<ttttt. 3M.330 50

T<ttt~ttt1.<T8. JM ))t<)<~<~ .<M-'4W .J-iN5. ~65 ..j.35..t<<l/Sti5)..S:a .a.7! .15::

TMiti9CMT. ~r. -*B tt~tttttt. ti<0 .ii30 ..<-lM9. ~95 .395..jt~MOi9ee.ti .J.tt«t.M.t"

~< ~66 m ,i~ ~111 rI8 «MfL ~c i.Mt .<*s:«W. .<« .lli:liii8 wuxtr'Wi Î1~W r.

L'agitation

en Amérique du Sud Le conflit entre la Bofine

et le Paraguay la guerre menace. On manda de La Paz que le gouvernement boliven a décliné l'offre de médiation faite par la Colombie et quatre autres Etats, dans le conflit du Chaco. Les événements ne permettent pas uu peuple bolivien de songtr actuellement à un accord pacifique avec le Paraguay.

L'étal de siège a été proclamé dans toute la République. La foule parcourt les rue? de la ville et demande la déclaration de guerre la surexcitation devient de plus en plus grande, et des réu- nions, au cours desquelles les manifes- tants prêchent l'ouverture des hostilités, ont lieu dans presque toutes les villes boliviennes.

On sait que la querelle du Chaco, cette région depuis si longtemps controversée entre les deux pays, occasionne de temps à autre des conflits.

Mais ce qui reud l'affaire, cette fois, plus inquiétante, c'est le refus par les parties d'un arbitrage extérieur. Notons, cependant, que les journaux de La Paz affirment que la Bolivie ne se propose nullement d'entrer en campagne. On croit même qu'elle déoidera de soumettre le cas à la S. D. N.

Ce qui rend le problème bien difficile à résoudre, c'est que la possession du Chaco représente un caractère vital pour la Bolivie, parce que le fleuve Paraguay qui traverse cette région est son seul débouché vers la mer. Les Paraguayens i ne semblent pas vouloir céder la navigation de ce cours d'eau.

Bb Mima complet aa Chili

On apprend de Santiago du Chili qu'un nouveau complot organisé en vue de remettre au pouvoir le général Ibanez vient d'être découvert. Trois des amis dfl l'ancien dictateur ont été arrêtés. Plusieurs sentinelles ont été placées autour du ranoh où Je général Ibanez s'est réfugié à son retour d'«xil.

Le communiqué officiel ajoute que le complot eet complètement étouffé.

Lj silHliiD en MuDdCuOiine

Les hostilités sino-japonaises, Uéclanooées à la suite de l'arrestation d'un officier japonais dans le Jeiwl, semblent marquer un arrêt, qu'on croit d'ailleurs momentané. Selon une information de Tokio, le commandant des troupes japonaisos à Chao- Y 3.ng a fait un accord avec le commandant des forces chinoises, afin d'éviter de nouveaux combats à Jehol. Les Chinois ont promis de taira tout le possible pour retrouver le lieutenant lshimoto, dont on est sans nouvelles le commandement chinois a présenté des excuses à oc sujet et promis do réprimer toute provooation contre les Japonais.

Mais, d'autre part, on annonce que les autorités militaires chinoises, persuadées de l'imminence d'un conflit armé avec le Japon, montrent une certaine nervosité.

Dans la région de Pékin et Tien-Tsin elles ont donne l'ordre de préparer 52 trains pour des transports de troupes de parfaire les approvisionnements des troupes en armes et munitions de prendre des mesures très minutieuses contre les désertions on renforce également l'effectif des unités en y introduisant des jeunes recrues et on a donne des ordres pour que soient recueillies des informations sur les mouvements des troupes japonaises et pour que soit strictement gardé le secret des opérations militaires.

«WWW

Le chômage est en progression en Allemagne

On mande de Berlin que ie nombre total des chômeurs, en Allemagne, au !> juillet, s'élevait à 5 492000, en augmentation d'environ 16 0OO sur les chiffrps du 30 juin.

du iltjicli n'a pas lu droit de nommer un haut commissaire dans les Etats allemands. même s'il entend invoquer l'article 48 de la Constitution de Weimar. Le gouvernement de BMe exige, en outre, du Uibinet von Papen-von Sohleiclier, d'interdire le port de l'uniforme dans tout le Reicn et il ajoute que, pour son compte, pendant la journée des élections législatives, il prendra des mesures extraordinaires pour m*lntenir l'ordre et le calme dans le pays. La police occupe le siège ccairal du parti communitte

Les chefs communistes avaient décidé de préparer la grève générale, mais, devant l'opposition social-démocrate, ils ont abandonné ce projet et se sont contentés de faire distribuer, dans les rues, des tracts révolutionnaires.

La police est intervenue énergiquement, a saisi les feuilles de propagande, a arrêté les camelots et a occupé enfin le siège central du parti communiste. On prétend que les communistes avaient l'Intention de déclencher une action contre la préfecture de police et que, seule, la proclamation de l'état de siège a déjoué le plan des moscoutaires.

La Conférence d'Ottawa Le discoun à 1. séance d'ouverture Première» divergences

La conférence Impériale d'Ottawa a été ouverte, Jeudi* fc li heures, comme nous l'avons dit, par une allocution du gouverneur général, lord Bessborougfc, qui a lu le message du roi George. Dans le document, le souverain qui dit que ses pensées et ses prières vont aux délégués réunis dans la capitale canadienne, déclare notamment que l'Empire britannique est basé sur le principe de la coopération et que le but commun est de donner l'effet le plus large possible & ce principe dans la sphère économique, principe qui mettra en action, au sein de l'Empire, des forces bienfaisantes capables d'étendre leur impulsion au monde entier. « Je prie, conotut le roi, pour que voue receviez la lumière et la force nécessaires pour mener cette œuvre à bonne fin. M. Bennett, premier ministre canadien, élu président, déposa ensuite une motion demandant aux délégations de remercier le souverain britannique pour son message et de lui présenter leurs hommages respectueux. Cette résolution fut votée à l'unanimité, y compris la délégation irlandaise il est à noter qu'elle ne contenait d'ailleurs aucune expression précise de fidélité à la couronne.

Cependant, M. O'Kelly, président de la délégation irlandaise, a déclaré Noue sommes ici pour servir les intérêts économiques de l'Irlande, et non pour la glorification de l'Empire. »

M. Bennett a spécifié ensuite que le Canada était prêt à accorder à l'Angleterre une extension de la liste des produits exempts de droite et le maintien des préférences déjà existantes. En outre, de nouvelles préférences seraient étendues à certains produits anglais qui ne concurrenceraient pas tes produits canadiens. En retour, le Canada exige non seulement le maintien des préférences dont il bénéficie déjà, mais leur extension aux produits importés par l'Angleterre.

La proposition canadlenne signifie évidemment que le Canada désire qu'une préférence soit appliquée aux produits alimentaires k viande et céréales) que l'Angleterre Importe de l'étranger en quantités considérables.

M. Baldwin a répondu que la politique économique anglaise avait pour but de développer le commerce impé- rial, grâce à l'abaissement des barrières douanières entre les divers membres de l'Empire. Cependant, elle doit coopérer à tout projet international oui s'appli- quera à restaurer les prix mondiaux. « Personne, a ajouté M. Baldwin, ne suggère qu'un libre échange absolu au sein de l'Empire soit possible. Nous ne pouvons nous isoler nous-mêmes du monde, quoique grandes soient nos ressources 70 du commerce impérial se font encore avec des pays étrangers et seulement 30 avec les membres de l'Empire. »

L'Australie a approuvé le projet canadien.

La délégation de la Nouvelle-Zélande a demandé que le principe du contingentement soit appliqué aux importations de produits étrangers sur les marchés impériaux, tandis que le contingentement ne devrait pas s'appliquer aux produits impériaux. Ainsi, le volume des importations étrangères se trouverait réduit

On a remarqué le point de vue inter- national sur lequel s'est résolument plaoé M. Baldwin dans sa profession de fol, aussi dit-on que son discours a impressionné, dans un sens défavorable, les milieux des Dominions intéressés au commerce de la viande et du blé.

L'opinion reste, d'ailleurs, très divisée quant à l'ensemble des déclarations faites jeudi matin. Aucune note d'accord de principe n'est apparue. La lutte des Intérêts a, au contraire, commencé à se manifester.

«HfrHI

Le voyage à Douaumont du président de la République Le président de la République inaugurera, le 7 août, on bas-relief qui sera apposé sur le fort de Douaumont et qui reproduit le paragraphe de l'exemplaire du Journal Officiel du 16 novembre 1916, oitant à l'ordre des armées le régiment d'infanterie coloniale du Maroo (R. I. C. M.) pour avoir repris le fort à l'ennemi Jors de l'attaque mémorable du 24 octobre 1916 ».

Cette citation valut au drapeau de ce régiment d'être décoré de la croix de la Légion d'honneur. Ce drapeau, qui possède le plus de décorations {Légion d'honneur, médaille militaire, 10 citations aux armées; double fourragère)^ sera, pendant la cérémonie d'inauguration, entouré de sa garde et d'une compagnie d'honneur et symbolisera ce jour-là l'héroïsme et la gloire de toutes les troupes coloniales.

Le message do roi des Belges au peuple américain

Bruxelles, 22 juillet. Voici le texte du message que le roi des Belges a adressé en langue anglaise hier soir au peuple américain par téléphonie sans tU: C'est un grand plaisir pour moi d'aocepter l'invitation que les postes de téléphonie sans lil d'Amérique m'ont faite de parler aux Etats-Unis et c'est une eoïnoidence particulièrement heureuse qui me permet d'inaugurer, le jour de la fête nationale belge. la ligne de transmission directe par radio entre l'Amérique et la Belgique.

Je suis heureux de profiter de cette occasion pour envoyer un salut cordial au peuple américain, auquel mon pays a toujours été uni par des liens d'amitié sincère.

On a pu s'attendre à ce que je fasse une déclaration sur la crise mondiale et les difficultés économiques qui nous préoccupent en premier lieu aujourd'hui. Mais je considère que ce n'est pas l'occasion de le faire. Ma pensée prédominante en ce moment est une pen'sée de gratitude envers les savants de toutes les nations qui ont permis aux peuples, séparés par de grandes distances, de communiquer directement l'un avec l'autre par la parole. Et je formule le vœu sincère que les progrès quotidiens de la science, dont cette transmission est un exemple éminent, trouvent une contre-partie dans un progrès vers une meilleure compréhension entre nations. Ce n'est pas seulement un vain espoir que j'exprime, c'est ma conviction profonde.

Echos ministériels M. Maurice Palinodie, ministre du Budget, vient de conllrmer qu'il serait présent au banquet organisé pour diiiianche 24 juillet à Jonzao, par le Comité d'action républicaine de l'arrondissement, en compagnie de MM. Chapsal, Coyrard. Lauralne, Perreau, sénateurs André Hesse, William Bertrand, Longuet et Pouzet, députés.

M. Paui Boncour, ministre de la Guerre, présidera le Congrès national des officiers de réserve, qui se tiendra à Dijon, du 22 au 24 juillet. Il sera entouré des ministres de la Marine et de l'Air, ainsi que des généraux Weygand, Oamelin, Dufieux et Nlessel. M. Camille Chautemps, ministre de l'Intérieur, a reçu les membres du bureau du Syndicat national de police Judiciaire et administrative de France venus l'entretenir de diverses questions professionnelles.

M. Candace, soue-secrétaire d'Etat au ministère des Colonies, a reçu les membres du Comité direoteur de la Société de géographie commerciale, venus lui remettre la grande médaille d'or de la Société, pour l'ensemble de son œuvre maritime et coloniale.

M. Léon Meyer, ministre de la Marine marchande, ne pouvant se rendre dimanche au Congrès d'ostréiculture qui se tiendra au Croisic et à La Baule, se fera représenter par M. Gérard Strauss, son chef de cabinet. Il se fera d'autre part reprséenter par M. Gandrey-Réty, chef adjoint de son cabinet, à la manifestation nautique qui marquera l'arrivée à Caudebec de la flottille Paris a la mer.

Benlêres Nnvelles

tourelles arrestations i Berlin Berlin, 22 Juillet. L'ex-commandant de la police de Berlin, le colonel Helmannstberg, a été arrêté ce matin par l'autorité militaire, ainsi que leïcommaindan* de police Enke, et sf. Calborghe, membre de la Bannière républicaine du Reich.

Tous trois ont été conduits a la maison militaire de Moabit, sous l'inculpation a d'être suspecte d'avoir contrevenu à l'ordonnance présidentielle du 20 Juillet 1932

L ex-commandant de la police de Ber.Un, le colonel Heimannsberg qui, après avoir été arrêté, puis libéré lors de sa destitution, a de nouveau été emprisonné sous la prévention d'avoir contrevenu à l'ordonnance présidentielle du 20 juillet, est accusé d'avoir de nouveau exercé ses fonctions, contrairement à rengagement signé par lui mercredi dernier.

Le colonel aurait, en effet, accompli certains actes officiels se rappotant à la Bannière républicaine du Reich, ce qui expliquerait que M. Carlbergh, membre de cette association, a été arrêté également.

Le colonel Heimannsberg nie avoir commis aucune infraotion. 11 déclare, en particulier, n'avoir accompli aucun acte otficlel depuis sa libération, mais s'être seulement entretenu avec quelques ofliciers de la Schutztpeizei, atln de régler ses affaires de bureau et de transmettre son service.

UN DÉPUTÉ

ATTAQUÉ PAR DES HITLÉRIENS) Berlin, 22 juillet. M. Jaecker, député socialiste au Reichstag, a été attaqué par des hitlériens à Neidenburg, près de Kœnigsberg, alors qu'il sortait d'une salle de réunion électorale où il avait prononcé un discours sur le thème Luttons contre le fascisme.

Assailli, malgré la présence d'un bapitaine de gendarmerie, par un groupe de nationaux-socialistes, le député a été frappé à coups de casse-tête et grièvement blessé.

BeasrtggBiaeBls cuMierdâix CHANGE» A PARIS 1

SUI: Hier Auj. i ni: Hier Aaj. lotim.90,96..90^6 Ntllt* 10t8 Un-Tan. «5*885«&5a5 (tslia 130,80.129 90 tlluatga* Rwrtft ,••

MftfU.353,75.363,75 UU»

t–mttt tatm.497,497, Ixm* 804125 804,375 TlMM

BOURSE DE COMMERCE

Parts, SI Juillet.

Blé*. Ouverture courant 157,50, 157,25, 157,50, prochain 138, 138,25, 3 d'août 137,25, 3 de sept. 137, 3 'doct. 137,75, tous payés, 3 de nov. 138,25 à 138,75, 3 de déc. 139,25 payé. Tend. ferme.

Clôture dlsp. cote ofOcielle 165 base 74 k; courant 158,25, 158,50, 158,75, 159, prochain 138,50, 3 d'août 137,50, tous payés, 3 de sept, 137 à 137,25, 3 d'oct. 137,50 à 137,75, 3 de nov. 138 à 138,75, 3 de déc. 139 à 139,50. Tend. soutenue. Farines. Ouverture courant Incoté, prochain 192 vend., 3 d'août tncoté, 3 de sept. 179 vend., 3 d'oct., 3 de nov., 3 de déc. Incotés. Tend. sans affaires. Clôture courant 216 vend., prochain 190 vend., 3 d'août, 3 de sept. 3 d'oct., 3 de nov., 3 de déc. Incotés. Tend, sana affaires. Avoines. Ouverture courant 115, 115,25, 115.50 payés, prochain 96, 95.7Ï, 96. 96,25, 96,50 payés, 3 d'août ^91 à 91,50, 3 de sept. 87,50 à 88, 3 d'oct. 88 achet., 3 de nov. 89 à 89,50 3 de déc 90 a 90,50. Tend. ferme.

Avoines. Clôture •: «courant 115,23 paye, prochain 96,50 payé, 3 d'août 91.25 payé, ;i de sept. 87,50 payé, 3 d'oct. Ineoté, 3 de nov. 89 a 9», 3 de déc. 90,25 i 90,50. Tend soutenue.

Sucret. Ouverture courant 228.50, prochain 227.50 à 228, sept. 224 à 224,50, S d'oct. 213,50, 3 de nov. §14 » ttifiO, tous payés. Tend calme. Clôture courant §29 payé, prochain 227,50 a 228, sept. 224 à 224.50. 3 d'oct. 213 à 213,20, 3 de nov. 213,50 payé. Tend. lourde. Cote officielle 230 i 231.

AcolM. Ouverture courant Incoté, prochain 1 180, 1 170, 1 160 payés, sept. Ï030 payé, oct. incoté, » d'oct. 9S5 payé, IDT.-Mh W P*ï4 I»* team*.

La mort de René Bazin à l'Académie française

C'eat en ces termes eue M. Maurice Paléologue, directeur de l'Académie française, a annoncé !a mort de M. René

Bazin & ses confrères de l 'Académie

̃ Maesleure,

En ouvrant cette séance, J'ai un douloureux devoir à remplir notre confrère. M. René Ba&m. a succombé hter à une longue et cruelle maladie. L'heure n'est pu venue de dire tout ce quo notre Compagnie vient de perdre en ce parfait écrivain, ce romancier délicat, ce penseur idéaliste et métrant, qui a si fortement aenti la poésie de la terre française, tes mystérieuses et profondes vertus que notre atavisme national a comme infusées dans le sol français. c,'est un sùnple adieu,

Aujourd'hui, c'est un simple adieu, c'est le témoignage de notre personnelle affliction que j'exprime devant vous.

Je me borne donc à vous rappeler la flneese de son esprit, le charme et la droiture de son caractère, la bonne (trace de son accueil, mais aussi la force morale et l'éloquente fermeté qui se dégageaient de ses paroles dès qu'une question grave se posait dans nos délibérations.

Entin, comment ne rendrais-je pas hommage au tranquille héroïsme qu'il a déployé durant ces derniers mois, alors que nul espoir de guérison ne lui était plus permis? Assurément, les Inébranlables certitudes qui l'animaient, les radieuses clartés qu'il apercevait déjà devant lui, toute sa foi chrétienne si intégrale et si ardente, lui étalent d'un réconfort puissant.

Mais vous savez combien cette épreuve dernière lui était rendue particulièretnent cruelle par une autre épreuve qui le touchait dans les fibres les plus tendres ulc snn cœur.

Voila, eu quelques traits, l'image que nous garderons Intimement du cher confrère. qui nous laisse un si bel exemple de conscience et de travail. de patriotisme et de vertu.

La séance est ensuite levée en signe de deuil.

Os importait Congrès mmnaire se tiendra à Fribourg

Du 31 juillet au 3 août 1932, se tiendra, k Fribourg. sous la présidence d'honneur de S. Eic. Mgr Pierre dt Maria, nonce apostolique à Berna, et le haut patronage de Mgr Marius Besson, évêque de Lausanne Genève et Fribourg, le 8. Congrès international universitaire en faveur des Missions. Après les Congrès de Wurzbourg, de Moedltng, de Lubjana. qui ont connu un éclatant succès, et beaucoup contribué à promouvoir l'idée missionnaire dans le monde Intellectuel, et spéolalement parmi les étudiants, celui de Fribourg s'annonce comme devant être particulièrement intéressant. D'éminents professeurs, religieux et laïques, do buissc, d'Allemagne, de France, d'Italie, d'Autriche, de Pologne et de Belgique donneront des cours sur ce thème général La contribution des Missions à l'apologétique et sur la préparation des étudiants à l'apostolat missionnaire, notamment l'apostolat auprès des in- tellectuels non chrétiens.

Mar Ivanios, archevêque des Jacobites du Malabar, honorera le Congrès de sa présence et donnera lui-même une conférence le Jour de l'ouverture. A l'occasion du Congrès de Fribourg, une Exposition missionnaire a été organisée, qui durera du 23 Juillet au 4 août.

Le centenaire de la mort du roi de Rome

A Paris, le Comité du centenaire de la mort du roi de Rome a fait célébrer, à midi, en la chapelle Saint-Louis des Invalides, un service commémoratlf pour l'anniversaire de la mort du duc de Reichstadt.

Vendredi, après-midi, a 15 heures, les membres du Comité se sont rendus en pèlerinage au musée de la Malmaison pouir visiter les salles consaaréee au souvenir du rot de Rnme.

A Vienne, au nom du Comité du centenaire du roi de Rome, M. Rey de Villette, acoompagné d'un certain nombre de Français, de passage ou résidant à Vienne, a déposé une couronne sur le sarcophage du duc de Reichstadt.

A cette occasion, le délégué du Comité a évoqué, en quelques paroles émues, ta mémoire du flls de Napoléon, doué, a-til dit, de toutes les qualités de l'esprit et du corps, haut de stature, beau de visago, remarquable par l'aptitude militaire, et resté intégralement français, premier descendant d'une gloire qui drape encore de ses targes plis l'histoire de France, et de qui le souvenir émeut encore l'Europe au milieu de ses graves préoccupations.

Après quelques minutes de recueillement. des photographies furent prises du cercueil couvert de Heurs, parmi lesquelles se détachait une couronne envoyée par le maire d'Ajaccio.

Le Journal Officiel promulgue la loi autorisant l'application du tarif minimum aux blés en grains originaires du Canada, expédiés à destination de la France, avant l'expiration de la convention commerciale franco-canadienne du 15 décembre 1922.

ture courant 1 S 10 à 1 200 payés, prochain, «ept. lneoiô», oct. S55 payé, 3 d'oct., nor.-déc. incotés. Tend, lourde.

HALLES CENTRALES

Paris, le îâ Juillet.

Criée des viandes. Arrivages de la veille: bœfà 89 064 kg- veaux 136 Oto kg- moutons 46 389 kg., porcs 26 854 kg. Arrivages approximatifs du jour 360 000 kg--

Bœufs. Le kilo quart de derrière 4,50 a 9,70, quart de devant 2,50 a 4,20, aloyau 8 a 18.20, paleron 1,80 à 4,70.

Veaux. Le kiioi premier» qualité 8 50 à 10,50, deuxième qualité 6,30 à 8.40, troisième qualité 5,50 & 6,20, pans- cuisses 6.» a 13,50.

'Moutons. Le Mo première qualité lî.50 a 14,50. deuxième qualité 10 t 1S,4O, troisième qualité 7 i «,90, gigot 9 a 19. Porcs. Le kilo première qualité 10,80 à 11,50, deuxième qualité 3 à 10,30, fllet 9,50 & 16. poltrlM 6 4 10.

Bourre» des laiteries coopératives Industrielles. Le kilo -Normandie ta à 15, Charente, Pottou, Touraine 12 a 1730, autres provenances 9,80 à 14,50, malaxés Nonnans die 10,50 a f(. Bretagne 9,80 t 13, autres provunanes 8 à 12. Arrivages 31 234 kg. Œnfi. Le mille Picardie et Normandie 450 à 600, Bretgane 300 t 460, Poitou, Tonraine. Centre 460 à 620, Champagne, Bourgogne, Bourbonnais 500 a 530, Auvergne et Midi 450 à 500. Arrivages 543 colis. Frtmagas. Les dix Brie laitier 80 & 100: le cent camembert Normandle 130 a 260, divers 90 a 16O. Poot-l'Eveque 150 à 33ij tes 100 kg. Comté et divers l 050 a 1100, Port-Salut 350 950

Volailles. La pièce pigeons 4 t 10, le kilo canard 12 & 13, tapins morts 10 a 11,25, poulets morts 15 a 20,50, vivants 14 a 16.

Légumes. Les 100 boues navets 100 k 200 les 100 kg. ail 130 t 230, carottes nouvelles 110 à 2S0, Champignons de couche extra 500 à 750, moyens 400 a 550. navets 110 à 180, oignons en grains 100 a 130 oseille 100 a 120. persil 150 a ax>, pommes de terre nouvelles du Midi 60 t 80, Paru 60 a 70, mucuse rouge 100 à 130.

MARCHE AUX VEAUX

Paris, le 22 Juillet

Veaux invendus de la veille 500, amenés 12, invendus ce Jour 230.

Le kilo (cours non offlclels) première qualité ».*> deuxième qualité 7,W. WoUieiW «u*Utf Lîft, lenu, tourd»,

NOS AMIS DÉFUNTS

I JÉSUS, HABIB, JOSEPH 1 (itut. 7 oms «I 1 quar. chaque jourj M. le chanoine Jolé, 60 ans. à Nan«y (Meurthe-et-Moselle). Mlle Juliette Milan, à Vieraon tCher). Mme de Bennoûis. née Marie Chorlol de Ruère, 87 ans, à Ussel (Corrèze).

Au diocèse de Paria Par décision de S. Em. le cardinal archevêque

M. l'abbé Charles Landry, administrateur de la chapelle Sainle-Genevjèva d'Auteuil, juge synodal de ronicialllé diocésaine, a été nommé chanoine titulaire de Notre-Dame. Les cérémonies de la réception au Chapitre et de l'installation au chœur de Notre-Dame auront lieu les lundi 25 et mardi 26 juillet, à l'office du matin. La réception au Chapitre sera préstàée par Mer Orépin. M. l'abbe Pou. professeur à la maîtrise Notre-Dame, a été nommé vicaire à SaintPau 1-Sa int- Louis.

M. l'abbé Dumall, de la dernière ordination, a été nommé vicaire à NotreDame de Bonne-Nouvelle.

Nouvelles religieuses Le Pape a reçu M. Jcvrem Simle, ministre de Yougoslavie et M. AWra Ebiserwa, secrétaire général du Conseil chrétien national du Japon.

Mgr Forbes, archevêque d'Ottawa, vient de visiter Oompierre-sur-Mer, d'où ses ascendants partirent pour le Canada en 1643.

Pendant sa visite à l'église, U tint a. lire les 42 noms gravés sur la plaque oommemoraUvo de la grande guerre et constata. à sa grande joie, que la plupart de oes nome, aprèll trois siècles de séparation, se retrouvaient encore dans son diocèse, avec la même orthographe, et même il y retrouva lcs noms de trois de ses prêtres.

La Semaine religieuse du diocèse de Belley publie

« Par décision de S. Exe. Mgr l'évêque, M. l'abbé Belleney, délégué de la Bonne Presse à Lourdes, a été nommé chanoine honoraire. Nos sincères félicitations à notre ami et délégué de la Bonne Presse.

De Vladivia (Chili), on annonca que Mgr Auguste Klinke, évêque de Proconese, a péri victime d'un incendie qui s'est déolaré dans le pala» éplscopal de cette ville.

Fête des automobilistei et des touristes

Les automobilistes, aviateurs, motocyclistes, sportifs et autre. voyageurs exposés aux dangers de la route sa donneront rendez-vous, les 24 et 25 juillet. à Saint-Christophe de Javel (pont Mirabeau), pour fêter leur saint patron. Le dimanche U, a 15 h. 30, Vêpres p«Jntlfloales. immédiatement suivies de la bénédiction et du défilé des voitures et des cycles de tout genre voiturettes d'enfant, motos, autos, camionnettes, etc. On est invité è. ileurir les véhicule». Puis. panégyrique du Saint, et Salut solennel en musique par la chorale Saint-Christophe. S. Exo. Mgr Crépin présidera les cérémonies et donnera le sermon. Le lundi sfâ, à 10 heures, grand'messe en musique. A 17 heures, Vêpres pontificales, présidées par Mgr Chaptal, et panégyrique de saint Christophe, par le R. P. Dieux de l'Oratoire. Salut solennel en musique. Les chanW de ce jour seront exécutés par un groupe de la sohola de Salnt-Françols-Xavier.

Tous ceux qui ne connaissent pas encore t'église moderne de Saini-Chri»tophe de Javel seront heureux de profiter de l'occasion pour la visiter c'est la plus belle église qui ait été faite en oiment armé.

ÉCHOS DE PARTOUT Le président de la République a reçu, jeudi, M. Carde, gouverneur général de l'Algérie.

M. Carde avait eu le matin un en« tretien avec M. Gardey. ministre da l'Agriculture.

Le président de la République a également reçu le résident général de France en Tunisie le recteur de l'Université de Strasbourg.

A Rabat, le résident général a offert un déjeuner en l'honneur dao délégués gouvernementaux de la zone es* pagnole venus à Rabat pour poursuivre avec les autorités de la zone française, les pourparlers relatifs aux contingen.tements des céréales.

M. Gratien Candace, sous-secrétaire d'Etat au ministère des Oolonies, a reçu les membres du Comité directeur de la Société de géographie commerciale venus lui remettre la grande médaille d'or de la Société pour l'ensemble de sou oeuvre maritime et coloniale.

AVIS DIVERS

Retraites. Du lundi 1" août, midi, au mardi 2 août, t4 heures, aura lieu, | la Villa Sainte-Anne, près d'Angers, sous la présidence de 8. Exe. Mgr Rumeau, une réunion de prêtre. s'intéressant aux retraites de dix Jours Dus des confiTeDco» suivies d'échauffés de vues. on y étudiera le* »rantag-ei que la retrate de dix Jours peut pré- senter pour la vie Intérieure et le inims- tère du prêtre.

Ecrire a M. le directenr de la villa SainteAnne, 25, chemin des Fauconnertes, Lm Ponts-de-Cé (Maine-et-Loitre).

Arrivages par départements Indre-et-

LOlrA, ft.

Marché Inactif, affaires fente: Le gros renvoi d'hier pèse sur les cors qui ne es nialouennent que très difficilement. MARCHE AUX METAUX

Londres, SJ Juillet.

Antimoine qualité spéciale a 41.10 j t cuivre comptant 25 8/3, trois mol» 24 18/1 1/2, beat aelected 27,10 t 28 15, électrolytlc 27,10 à 28,10 étain comptant 125 11/3, trois mots m 3/9 plomb aurtal* comptant 15,10, étranger comptant » ll/ï, étrang-er livraison éloignée 9 16/3 zlno comptant H tI/3, livraison éloignée il 16/3 argent comptant 17, deux mon 17 1/16 or 115,5 mercure 10,10 à 10,15. Ca/éë. Clôture juillet 236,50, août 237,75, sept. 237,75, oct. 236,25, nov. 236,25, dcé. 283,25, JanY. 228.Î5. fév. 228,25, nUTS 227. avril 225,(0, mal 294,29, juin lneotA. Tend. à petne soutenue. Ventes 1 750 saca, MARCHE DU HAVRE

Le Havre, le 2» Juillet

Cotonl. Opverture Juin. 197, aoft» 19S, s?pt. 197, oct. 198, dov. 199, déc. 900, Janv. 201, fév. 202, mars 203, avril 204, mal 205. Juin 206, tend, calme. Ventes: 350 balles. Cafea. Ouverture Juillet 232, tout 235. sept. 235, oct. 283,50, nOT. 233,50, déc. 281,50, Janv «8, fév. 228, mari Î26.75, avril J25.25, mal 231, Juin incoté, tend. t peine soutenue. Ventes 1 758 sacs.

Poivres. Juillet »I5, août 315, sept. S15, OCt. 315, DOV. 315. déc 315, Janv. 31», r«v. 315, mars 315, avril 315, mat et juin lr> cotés.

Llverpool, le » Juillet.

Cotons. Juillet 4,38, oct. 4,3», Jaot. 4,43, mare 4,48, mai 4,54.

MARCHE DE NEW-YORK

New-York, le 21 Juillet.

Cotons. Dlsp. 6,75, JUllL 5,60, août 6,65, •ept. »,«, oct 5,73 a ï,74, nov. 531, âge. 5.88, Janv. 6,97, fév. 603, BM» 640, 8TTU »,1T, mai 6,24, juin Incoté.

cafés. Disponible g. Juin. 6,43 cept. 6.18, dee. 6M. mars 5.99. mat 5,9». Ventes approximatives 1 000 sacs.

Oralas. Blés roux disponible S8 8/t< mais disponible 37 7/8.

New-Orléans, le 21 Juillet

Cotons. Disponible •">,«, JuilL i,«S, oct.

5~~ a 5, d6C, 5rfI.. talY, la 1l1li

ma