Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 8 on 8

Number of pages: 8

Full notice

Title : Figaro : journal non politique

Publisher : Figaro (Paris)

Publication date : 1938-07-13

Contributor : Villemessant, Hippolyte de (1810-1879). Directeur de publication

Contributor : Jouvin, Benoît (1810-1886). Directeur de publication

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34355551z

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Format : Nombre total de vues : 164718

Description : 13 juillet 1938

Description : 1938/07/13 (Numéro 194).

Description : Collection numérique : Arts de la marionnette

Description : Collection numérique : Commun Patrimoine: bibliothèque numérique du réseau des médiathèques de Plaine commune

Description : Collection numérique : La Commune de Paris

Rights : Consultable en ligne

Rights : Public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k4099159

Source : Bibliothèque nationale de France

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 15/10/2007

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 72%.


L'ACCORD anglo italien

Un certain énervement, une certaine confusion se manifestent au sujet

de l'accord anglo-italien lequel n'est toujours pas en vigueur. La presse italienne s'agite. Des questions sont posées aux Communes par l'opposition au premier ministre. De quoi donc s'agit-il?

i

̃^ <*̃

Le protocole signé à Rome le 16 avril dernier par le comte Ciano et lord Perth, porte sur huit points distincts « statu quo » méditerranéen, échange d'informations militaires, Moyen-Orient, propagande, lac Tsana, obligations militaires des indigènes de l'Afrique orientale italienne, exercice de la religiorTet traitement des communautés religieuses dans la même raison, régime international du canal de Suez. Le chapitre relatif au Moyen-Orient est à lui seul tout un traité. Ces protocoles s' accompagnent, en outre, de plusieurs « notes ». L'une concerne la diminution des forces italiennes en Libye. L'autre a trait aux « volontaires » italiens en Espagne. Le comte Ciano y prend trois engagements tout à fait nets

1° Celui de procéder « pratiquement et réellement à l'évacuation de ces volontaires au moment et dans les conditions qui seront déterminés par le comité de Londres » 2° Celui de retirer tous les volontaires et tout le matériel italiens d'Espagne dans le cas où la guerre cesserait avant la fin des opérations d'évacuation

3° Le comte Ciano confirme, enfin, que l'Italie n'a aucune visée territoriale, politique ou ne recherche aucun privilège économique en Espagne ou dans ses possessions et n'a aucune intention d'y maintenir des forces armées. De son côté, l'Angleterre informe Italie, dans une autre note, qu'elle est résolue à « clarifier » la situation des Etats membres de la S. D. N. à l'égard de l'Abyssinie, mais qu'elle considère, d'autre part, que le règlement de la question espagnole reste la « coiir dition préalable à l'entrée en vigueur de l'accord du 16 avril ». Les deux gouvernements s'accordent, d'ailleurs, pour spécifier que cet accord prendra vie à une date qui sera fixée en commun.

f i

C'est sur ce point que les avis des deux signataires comz mencent à différer.

Les Italiens disent (du moins le gouvernement lance ce ballon d'essai par sa presse) « Nous avons accepté le plan de Londres. Donc la question 'd'Espagne est « réglée ». L'accord peut entrer en vigueur. » A quoi les Anglais répondent « Pardon accepter le principe d un règlement n'est pas effectuer ce règlement. Cela tombe sous le sens. Pour que l'accord puisse entrer en vigueur, il faut que l'évacuation des « volontaires » italiens soit, sinon terminée, du moins réalisée dans une très large proportion. » Ce qui revient à dire que l'application de l'accord anglo-italien reste subordonnée à la mise en pratique du plan du comité de Londres.

x

Cette constatation appelle alors deux observations. La première, c'est que l'Angleterre et l'Italie croyaient, évidemment, en avril dernier, que l'affaire espagnole était sur le point d'être réglée, et cela prouve combien il est difficile, à l'heure actuelle, d'apprécier justement les faits militaires. La seconde, c'est qu'il est à craindre que tous ceux qui désirent contrarier l'accord anglo-italien ne retardent l'application du plan de Londres. Ou encore que l'on ne rejette, à Rome et à Londres, sur autrui la responsabilité de toutes les difficultés qui surgiront.

̃̃

̃*̃

Réjouissons-nous, en tout cas, d'être à l'abri de ces responsabilités. Le grand mérite de MM. Daladier et Bonnet en fermant, comme ils l'ont fait, la frontière espagnole et en plaçant la France dans une position de non-intervention rigoureuse, conforme à celle de l'Angleterre, est d'avoir ainsi enlevé aux arguments de mauvaise foi toute possibilité de trouver audience auprès des gens de bonne foi. Si, par malheur, la France vivait encore sous le régime des « positions de droit » et des « positions de fait », et de la « non-intervention relâchée », l'accord anglo-italien se réaliserait, sans doute sur notre dos.

Wlàdimir d'Ormesson.

M. Edouard Daladier

a prononcé

un important discours

"Je n'ai jamais cru; je ne croirai jamais à la fatalité de la guerre" a déclaré le Président du Conseil Parlant des récents événements

qui se sont produits en Europe Centrale M. Edouard Daladier a dit

La détermination pacifique de la Grande-Bretagne et de la France a rencontré celle des autres nations et notamment, j'ai le devoir de le dire, celle de l'Allemagne. J'ajouterai qu'en cette occurrence, le gouvernement français a voulu faire connance aux aspirations pacifiques dont le chancelier du Reich s'est toujours réclamé publiquement.

La contribution française à l'œuvre de conciliation qui s'imposait, a été d'autant plus active, d'autant plus sincère et constante, que nos engagements solennels avec la Tchécoslovaquie sont pour nous inéluctables et sacrés.

Entre les peuples qui ont appris à s'estimer sur les champs de bataille, il y a désormais un meilleur usage à faire de leurs forces, conjuguées dans la compréhension mutuelle et l'organisation de la paix. ̃

Les semeurs de panique ne prévaudront pas contre notre patrie et les dupes qui les suivent seront leurs premières victimes. (Lire en page 5, le texte du discours.)

EN PAGE 5

Doit-on réorganiser le sport en France ? La réponse de

M. PAUL ROUSSEAU président de la Fédération

Française de Boxe

à l'enquête du «FIGARO» EN PAGE 5

La nouvelle émission du Trésor

LES JOURS SE SUIVENT ADIEU A UN ÉCRIVAIN VIENNOIS

J'avais.signalé naguère la détention, dans un camp de concentration allemand, de l'écrivain viennois Raoul Auernheimer, avec l'espoir que son sort pourrait être adoucz. Cette espérance aura été courte il est bien certain, à présent, que Raoul Auernheimer est mort au camp de Darnau, près de Munich. Au lendemain de l'Anschluss, des nazis s'étaient présentés chez lui et l'avaient emmené, sans lui laisser le temps de prendre un vêtement ou un livre. A peine celui de dire adieu a sa compagne. Cette séparation aura duré un peu plus de trois mois et elle a été insupportable dans le sens le plus fort du mot à Raoul Auernheimer. Il ne reviendra donc plus dans Vienne qu'il a tant aimée. Je ne commenterai pas l'événement sous son aspect inhumain. Le régime allemand est comptable de sa réputation, ce n'est pas une polémique de plus ou un plaidoyer qui chan- geront désormais le jugement de l'histoire.

Avec Raoul Auérnheimer disparaît le dernier écrivain d'un trio qui, avec Arthur Schnitzler et Hugo von Hofmannsthal, aura le mieux représenté ce qu'on ap- pelait la vieille Autriche. Des trois, Hofmannsthal fut le plus grand, celui qui s'éleva aux régions inspirées, celles d'une poésie ou la foi rejoignait les plus nobles élans de l'esprit. Ses « mysteres », celui de La mort de chacun (Jedermann), celui de la Grande scène du monde resplendissaient de toutes les lumières de la poésie dramatique. Cela rappelait, avec une symbolique plus enveloppée, le Schiller d'Intrigue et amour. Ce fut à coup sûr un très grand poète. (Notons au passage que son fils a été également interné à D a r n a u.) Schnitzler, esprit charmant et vif, créateur au théâtre de types gracieux, mais capable lui-même d'échapper à cette grâce pour fixer des aventures plus graves, a été le meilleur animateur du théâtre autrichien durant le début du xx. siècle. Raoul Auernheimer en était te défenseur; quiconque s'est intéressé à l'art dramatique a rendu hommage au goût, à la sincérité, à l'importance de ses feuilletons de la Neuïe Freï Press. Sa grande activité de critique ne l'avait pas détourné du roman Le Marchand de Secrets, traduit en français par M. Dunan, témoigna pour son imagination artiste, ainsi que quantité de longues nouvelles qui montraient bien ce qu'il devait à Maupas sant et à Bourget. Son dernier livre fut consacré à Vienne et c'est un acte d'amour dont Raoul Auernheimer ne pouvait pas supposer qu'il était également un testament spirituel d'une portée singulière.

Ces trois écrivains, que je réunis dans la mort et la brièveté d'un jugement, auront partagé la a communauté d'une fin malheureuse. Du moins Schnitzler et Hofmannsthal n'auront pas eu la douleur de perdre ce qu'ils avaient si bien honoré. Leur peine fut plus intime celle de Raoul Auernheimer a été la plus cruelle qu'une âme e délicate .puisse subir. Guermantes.

Contre la hausse de l'essence Une protestation des Chambres

d'agriculture

M. Joseph Faure, sénateur de la Corrèze, président des chambres d'agriculture, communique une note dans laquelle il proteste au nom de ses mandants contre le fait que le gouvernement prétend avoir été dans l'obligation d'augmenter le prix de l'essence afin de pouvoir couvrir les dépenses afférentes à la distillation du blé et aux allocations familiales agricoles.

D'autre part, M. Faure n'admet pas que cette augmentation soit le gage des mesures prises par le gouvernement en faveur de l'agriculture.

Enfin, le sénateur de la Corrèze fait observer que le produit de la taxe supplémentaire sur les huiles et essences s'élèvera à plus de 800 millions, chiffre quatre fols supérieur à celui représenté par les allocations familiales à l'agriculture.

S. EM. LE CARDINAL GERLIER, PRIMAT DES GAULES, REÇOIT LA MEDAILLE MILITAIRE

On relève, dans les récentes attributions de médailles militaires, le nom de Pierre-Paul-Marie Gerlier, adjudant au 95° R. I. Combien de lecteurs du «Journal officiel se sont doutés qu'il ne s'agissait de rien de moins que du primat des Gaules, S. Em. le cardinal Gerlier ? T

Mme DOLLFUSS

est rentrée en Allemagne (De notre correspondant, par téléphone.)

GENEVE, 12 juillet.

On apprend que l'ancien conseiller fédéral, président de la Confédération, M. Musy, conseiller national, a fait des démarches en AIlemagne en faveur de Mme Dollfuss, la femme de l'ancien chancelier d'Autriche, et ses deux enfants qui séjournaient dans sa demeure au château de Middes, aans le canton de Fribourg. M. Musy a obtenu pour eux une situation conforme à leurs besoins. Mme Dollfuss est rentrée en Allemagne. Ed. B.

'iiiiiiiiiiuiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiitimimifiiiiMiiiiiitiiHtiii

LE TOUR DE FRANCE CYCLISTE

Le Hollandais

M1DDELKAMP

a gagne

la septième étape BAYONNE-PAU (Lire1 les détails en page, 8)

HOWARD HUGHES poursuit vers l'Est son vol prodigieux L'AVION AMERICAIN

EST ARRIVE A OMSK

à 19 h. (Q. M. T.) soit 43 h. 40 après son départ de New=York II est reparti à 22 h. 37 (G. M. T) en direction de l'Alaska

LES' CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES )' SONT MOINS FAVORABLES

ET LA VITESSE DE CROISIÈRE

DE L'AVION EST SENSIBLEMENT RÉDUITE

Les membres de l'équipage qui accompagnent Howard Hughes. De gauche à droite lieutenant Tom Thurlow (second pilote), Harry Connor (navigateur), Richard Stoddart (radio), Lund '̃̃̃•; (mécanicien)..

L'appareil américain devant le hangar dans lequel il a été réparé au Bourget.

Moscou, 12 juillet. Poursui-' vant sa prodigieuse randonnée, l'aviateur Howard Hughes, qui avait quitté Le Bourget ce matin, à 0 h. 24 G. M. T. s'est posé, à 19 heures G.M.T. (21 heures, heure locale) à Omsk. L'appareil avait fait escale à Moscou où il était arrivé à 8 h. 5 G. M. T. (11 h. 5, heure locale).

A 22 h. 37 (G.M.T.) HUGHES A DECOLLE DE OMSK

II a couvert les 2.780 kilomètres qui séparent Moscou de Paris en 7 h. 49 minutes, soit à la moyenne horaire de 355 kilomètres.

La liaison New-York Moscou (8.320 km.) a été accomplie en 30 h. 45, l'escale au Bourget comprise. A Moscou, Hughes avait donc 19 h. 55 minutes d'avance sur le record précédent de Wiley Post. A Omsk, cette avance était de plus de 24 heures, Hughes ayant relié New-York à Omsk en 43 lieures 40 (y compris les escales), tandis que Post qui avait atterri à Nevosibrisk, à 960 kilomètres plus à l'est, couvrit le trajet de Ne\v-York à cette dernière ville en 69 heures 2 minutes.

Les conditions atmosphériques de la première partie de cette nouvelle étape furent très mauvaises et le

L'AVIATRICE NEO-ZELANDAISE JEAN BATTEN.

..a été reçue hier à l'Hôtel de Ville. La voici auprès de M. Le Provost de Launay, président du Conseil municipal.

pilote dut se diriger uniquement à l'aide des instruments de bord. L'aviateur n'a pas volé de Paris à Moscou en ligne droite. Il fut obligé, en survolant le territoire allemand, de suivre un itinéraire tracé par le gouvernement du Reich, le faisant visiblement s'écarter le plus possible des zones militaires.

(Suite page 3, col. 1 et 2.)

POURQUOI

ce mauvais temps? Peut-être, parce que le Gulf-Stream ne joue plus sur nos côtes le rôle de calorifère

Nous avons eu un mars ardent, un printemps glacé, puis 33 degrés en'juin et, de nouveau, des cataractes.

Quelque chose est cassé dans la machine climatique, mais quoi ? L' 0. N. M. y perd son latin, et l'O. N. M. est excusable, car son rôle strict est la « prévision du temps à brève écheance x, 48 heures au maximum.

LES TROUBLES REDOUBLENT ENPALESTINE notamment

À CAÏFFA

et à Jérusalem. .où l'iman de la mosquée d'Omar a été assassiné (Téléphone « Figaro n)

JERUSALEM, 12 juillet.

La terreur régne toujours à Jérusalem et à Coiffa. Ce matin, à Jérusalem, dans les quartiers bas de la ville, un prêtre arabe, Cheikh Nuri el Katib, qui depuis trente ans prêchait à la mosquée d'Omar, a été assassiné par une bande de terroristes qui, selon les rapports de la police, ne seraient pas des Juifs mais des Arabes. El Katib avait la réputation d'être opposé aux tendances politiques du grand muphti qui est toujours en exil. Deux Juifs furent gravement blessés dans un grand magasin par l'explosion d'une bombe lancée par un jeune Arabe qui a réussi à s'échapper. La découverte de 'bombes non éclatées dans le quartier commerçant fut l'occasion de nouvelles bagarres. On rapporte de nombreux cas de sabotage dans les concessions juives, ainsi que sur les lignes téléphoniques et télégraphiques des autorités.

A Caïffa, deux bombes éclatèrent à une heure d'intervalle. L'une fut lancée sur un camion des postes dans la rue Centrale et a blessé un Juif l'autre, lancée dans un quartier juif ne fit pas de victime. Une troisième bombe fut lancée sur un autobus juif dans la banlieue de Caïffa. Les assaillants firent feu sur le conducteur qui, n'étant pas blessé, répondit à cette attaque. Deux Juifs lapidés dans le marché arabe sont sérieusement blessés. La première brigade du régiment d'Essex est arrivée cet après-midi d'Egypte, après la première brigade des gardes irlandais arrivée en Palestine hier.

Mlle ANNIE GARRIGUES.

âgée de vingt ans, habitant Perpignan, a été élue hier « Miss France 1938 ».

Or, la vérité tient peut-être dans ces mots le Gulf-Stream est mort. Disons plutôt que le Gulf-Stream, cet antique calorifère transocéanique dont l'épanouissement bleuté traverse les atlas,- a fait place, dans l'esprit des savants à une certaine théorie des « transgressions atlantiques » dont les mouvements sont imprévisibles. Théorie e d'autant plus digne d'attention qu'elle est due à un de nos compatriotes, M. le Danois, directeur de l'Office des pêches maritimes et qu'elle vient de recevoir une importante confirmalion au dernier Conseil international pour l'exploration de la mer, à Copenhague.

Un fleuve marin

« fantôme »

D'innombrables « océanographes se sont efforcés de donner du Gulf-Stream des tracés plus ou moins exacts. Or, on n'a jamais trouvé la « rive » sud du Gulf-Stream au nord, les eaux chaudes viennent buter contre une muraille d'eaux froides, le courant du Labrador, mais au sud elles se confondent avec l'immense masse des eaux équatoriales.

Le prince de Monaco, à bord de son yacht océanographique Princesse-Alice, tenta de vérifier l'existence du Gulf-Stream au moyen de flotteurs l'Allemand Krummel entreprit un gigantesque catalogue de la dérive des épaves. Enfin la recherche des mines flottantes, jetées à la mer durant la guerre par les belligérants et qui constituaient pour la navigation un grave danger, représente une « expérience » de grande envergure encore qu'involontaire à laquelle collaborèrent toutes les nations. Pierre Devaux.

(Suite page 3, col. 1 et 2.)

POUR LA VISITE ROYALE. LES RUES DE PARIS DECOREES

aux couleurs franco-britanniques

Un aspect du boulevard de la Madeleine, où la décoration forme, aiw dessus de la chaussée, une voûte du plus bel effet.

CHRONIQUE

MON LIVRE D'ADRESSES

AU mois de juillet, les coups de téléphone s'espacent, le courrier diminue d'épaisseur, l'antichambre se vide et la secrétaire a le temps de se regarder au miroir c'est le moment de mettre à jour mon livre d'adresses, Ce gros registre noir porte en vert sur la tranche un escalier alphabétique par où toute ma vie descend, de A à Z, avec courts arrêts aux vingt paliers, terrasses mélancoliques d'où j'aperçois le panorama de mon existence. Un répertoire ? Non, un roman, avec ses héros, ses personnages épisodiques, ses fantômes. Le temps a fait là-dedans son classement de vingt années, je veux dire ses trous, ses coupes sombres déjà certaines pages sont des cimetières. Le hasard est venu égayer d'autres feuillets de ses rayons de soleil, de ses intermèdes comiques, singuliers, stupéfiants.

Ail début de chaque majuscule initiale viennent les parents, les camarades d'enfance et de lycée, les premiers collègues ou confrères ce sont ces têtes de liste sur lesquelles s'est le mieux acharné le destin l'apoplexie, le cancer, l'anémie ont eu beau jeu de triompher de ces signes presque effacés l'encre jaunie, le crayon pâli perdent avant nous la mémoire de ceux-là qui ont compté dans notre vie on dirait que la page, par en haut, retourne au blanc. Des inconnus surnagent, comme des croûtons coriaces sur cette soupe à l'oubli. Femmes divorcées, danseuses d'un soir, jeunes filles qui ont quitté leur nom comme un poussin quitte sa coquille d'oeuf. Je les retrouve, mariées, bien et mal, en d'autres pages du livre, à travers ces mille déguisements qui font de la vie des femmes autant de contes des Mille et une nuits, autant de romans policiers. '[ ̃ ̃ Après l'histoire parlante des noms, le poème, que dis-je, la balzacienne épopée des adresses. Je passe sur les familles traditionnelles, enkystées dans leurs immeubles j'omets les amis sédentaires qui n'occupent qu'une ligne, enfoncés parmi leurs livres dans ce rez-de-chaussée sur cour que leur père habitait déjà. A côté d'eux, que de relations d'une mobilité extravagante, que d'errants romantiques Au désespoir de ma secrétaire, ceux-là, avec lesquels on n'est jamais à jour, salissent des folios entiers, insatisfaits notoires sautant, la Seine tous les six mois, grands anxieux passant la frontière tous les ans avec leurs hardes et leurs meubles copains eschyliens en fuite devant une épouse acariâtre, une maîtresse vindicative, une mère terrible camarades de cercle poursuivis par des dettes d'honneur vagabonds lettrés, sentimentaux défaits, bohèmes d'art et de mœurs errantes. Les uns ont brouillé leurs traces, les autres sont allés loger dans des quartiers d'inavouables Bâli ou de louches Capri ceux-ci ont descendu une pente et ceux-là sont partis en zigzags des saints ont quitté leur château pour des abris de patronages des poètes ont échangé leur chambre d'anarchiste pour une tartane à l'Ile du Levant. Plumes légères emportées par des courants d'air, astronomes au fond de leur puits, je les retrouve tout au long du papier patiné par l'usage jusqu'au jour où je les porte disparus. Comme ces doux révoltés ou ces terribles réfractaires me consolent des autres, les mathématiciens du succès, les arrivés organisés dont chaque adresse sent l'effort, la ténacité la prudence Ceux-là ont bondi stratégiquement d'un abri de brique à une forteresse en pierre de taille, malins promus automatiquement de la meulière au marbre et de la dot à l'héritage pour eux, les arrondissements de Paris sont disposés en échelle de perroquet et ils s'y hissent (jamais un faux pas, jamais une gaffe !) en attendant le grand trait transversal que M. de Borniol m'obligera à tracer sur eux.

Si mon livre d'adresses était broché, depuis longtemps il n'en resterait plus rien mais parfois je l'envoie chez le relieur qui y encarte de lui-même quelques onglets pour les noms nouveaux, les amis neufs qui brillent comme des sous, pour les médecins futurs qui nous guériront, pour des fournisseurs inconnus qui n'augmenteront pas leurs prix, pour des banquiers inespérés qui ne nous ruineront pas, pour des jeunes gens ignorés qui deviendront célèbres, pour tous les remplaçants anonymes que l'humanité tient en réserve ce sont ces pages d'espoir qui constituent la plus précieuse partie de mon livre d'adresses.,

Paul Morand.

Par PAUL MORAND


if 1 sjyf ^1 tUL %#̃-

Mme ARSENP-HINRVv,

.femme 4e notre ambsssadPBF »n JspQi», est mie pianiste de grand talent. On la voit jej, 3 l'hôpital de la. Croi^Rmige «Je Tokio, jpuant devant tes jeunes infirmières japonaises.

LES ECHOS

Napoléon dans sa ville natale. On va installer à Ajaccio sur l'une des places de la ville, le Casone, au bout du joli cours Grandval une statue de Na- poléon qui sera solennellement inaugurée le 15 août prochain. Il a été dit, à ce sujet, qu'Ajaccio possédait déjà une douzaine de statues de Napoléon. Ce n'estpas exact.

Les statues que l'on peut voir en parcourant la ville se rédui- sent au nombre de deux. D'abord la statue marmoréenne de Napoléon en Premier Consul on dirait, plus exactement, en consul romain, car il est drapé dans sa toge que sculpta l'habile Laboureur, et qui se dresse au haut d'un socle carré, gardée par quatre lions de pierre et baignée de jeux d'eau, place des Palmiers. Don du cardinal Fesch, elle fut érigée en 1850, Ensuite, le vaste monument en bronze de la place du Diamant qui, face au large, représente l'empereur à cheval, dans tout l'appareil de sa gloire, entouré, aux quatre coins, de ses quatre frères, à pied, L'œuvre est de Barye et de Viollet Le Duc à la fois, ce qui n'empêche pas les Ajacciens de la connaître sous ce sobriquet mérité L'Encrier,

Il y avait bien, en outre, dans le vestibule de l'Hôtel de Ville, une statue en "bronze de l'Empereur en « petit caporal », copiée de celle que Seurre avait fondue pour être placée sur la colonne Vendôme et qu'on voit au-dessus de la porte des Invalides. Mais c'est celle-là, précisément, qui est transportée place du Casone.

Deux prélats

nés dans un petit village Les 1,100 habitants de la petite commune de La Biolle, dans le département de la Savoie, ont lieu d'être fiers.

Mgr Masson, qui vient d'être npmmé archevêque de Colombo, dans l'île de Ceylan, est né à La Biolle. De même Mgr RoisiIon, qui depuis 1026 est évoque de Vlzagapatam, dans l'Inde, est laussi un enfant de ce pays. Voilà de grandes illustrations pour un petit village qui, dans des temps plus anciens, ne pou-

COURRIER DES LETTRES

A la devanture du libraire Assurément, l'un des plus agréables livras qui soient offerts à des vacances à la campagne que ces Pprtraits d'oiseaux (Ed. Stock) de M. Jacques Delamain.

Les connaissances ornithologiques ne sont pas le fort des citadins M. Delnmajn enseigne h ravir, c'est-à-dire sans jicdanUsnie et dans le charme le plus libre de la nature; l'esprit d'observation, up peu de cepur aussi pour lps observes, animent ces trente-deux monographies consacrées à des oiseaux familiers de notre terre, le pinson, Jp roitelet huppé, la fauvette a tête noire, le vorace loriot, le bouvreuil pivoine, le pic épeiche. Des aquarelles en couleur du peintre d'oiseaux Roger Reb'pussin ont plus d'utilité qu'on ne le croyait le Parisien des vacances, posté dans son bosquet, devra commencer d'abord par reconnaître les hfMes chantants du bois. Ces belles images lui feront un repère..

Messieurs Sanson, bourreaux 1791-1860, (Ed. de France) de Gpur. ges Pair: l'invention de la guillotine, les cérémonies sanglantes de la place de la Concorde, etc. Un livre à enlever Je sommeil, surtout que, si M. Georges Pair njéritait une critique pour ce ré. LA JOURNEE La Plumms du Souvenir

A 18 h. 30, à l'Arc de Triomphe Société de la Légion d'honneur,

Cérémonies

9 h. 30, 155 bis, rue de Rennes Distribution des prix du Collège Sianlb las.

Expositions

20, rue de Berri Figures et coutumes' de Belgiaue.

Au Musée national de Fontainebleau « Les Petntres de ta l'orét ». 2, avenue Rnpp Salon des Tutleries.

A la Bibliothèque Nationale Arts de l'Iran.

9, Faubourg-Salnt-Honorê La cathédrale de Relms,

Au Jeu de Paume des Tuliertes Art américain.

Au Musée du Louvre exposition il anglaise (clôture le 17). '• 8, rue de Sèze la peinture anglaise contemporaine.

Au Musée des Colonies peintures marocaines et algériennes.

Au château de Bagatelle: La rosé dans l'art (l'après-midi).

Au château de Sceaux les Parisiens Si la campagne (l'après-midi) Au Grand Palais Palais de la Découverte.

A la galerie da l'Elysée aquarelles d'Asselin.

83, Faubourg- Saint-Honoré Renoir portraitiste.

Les Courses »

U h. Le Tremblay.

cit historique, ce np serait pas celle de manquer d'imagination et de np point savoir broder sur son sujet.

Le Sainte-Hélène de M. Octave, Aubrv vient dp paraître pn deux

vpjujnes dans l'excellente collec-r

tion des « Maîtres de l'Histoire •» (Librairie Pion).

L'peiivre gagne un attrait nouveau par la qualité de l'illustra^tion de nombreux paysages de Ste-Hplène et de Longwood, dans les clichés qu'en a pris l'historien et qui évoquent souvent, par des reproductions de gravures, de dessjns, de peintures, les portraits do tous les personnages de l'entourage de l'ijmpereiir et de celui de Lowe; cp chai* d'images prolonge Ja vie du récit. Voici maintenant Sainte-,Hélène dans l'état d'un élégant ouvrage de biblipthèfjue!

Petites nouvelles

Le Prix littéraire 4e la Ville de IJlle (10.000 francs), sera décerné à nouveau en décembre 1939, Il va à une œuvre historique de vulgarisation, mettant en valeur les beautés de yjle et ses traditions, Renseignements, près de M. P, Kacli, bureau du Essi, Qrap4'PJace, h Lille.

Le concours d'été de l'Académie des jeux floraux de Nice est ouvert. Renseignement, près de M, de Peretti, 8, rue Dante, à Nice. L'Académie d'Education et d'Entraide sociales (92, rue de Varenne), constitue un pris de cinq mille francs pour chacun des concours suivants La reprise de l'activité professionnelle du tuberculeux guéri et la reconstitution de sa vie familiale Manuel du militant d'action sociale. Envoi des mémoires avant le 10 octobre 1939. Les AIffua;;Us.

l|lll||iimiNliM""IIMIIMMII|HI||HHII|il"»ll""Hlliiiii>

LE FIGARO

ABONNEMENTS pmolaBniui» un an Krance et Colonie» 40 f. 77 f. 1B0f. Uelgiqueet Luxem- 120f. 1801.

bourg 66f. 120f. 18Of.

ETHANGKH

(tarit réduit». 73 f. 135 f. 260 t. (tarll fort) 10Bf. 200 f. 380 f. Abonnement»- tarif l'rance et Coposte ISe rensei- lonies majoré des gner auprès de trais de circulation son office pot- fixés par le pays tal.) destinataire,

ces abonnements partent do 1" e> du 16 du mois.

frais de changement d'adresse t francs.

joindre ta Oanae d'abonnement 6 toute demande de renouvellement, chan.gement d'adresse, réclamatlon. etc.; A défaut de bande. rappeler le numéro d'inscription do l'abonnement et sa date d'échéance.

Compte de chéonts postaux t a* 242-53

vgit s'honorer que d'avoir donné le jour au taiHewi; modeste qut fut le père d'Henri Mui'ger. ALPREP FABRE'LUCE

LE SECRET

DE LA REPUBLIQUE

II y a longtemps que n'avait paru un réquisitoire aussi lucide et aussi im- pitoyable contre la politique française, tant t intérieure qu extérieure, d e ces vingt dernières années. Ne ménageant aucun inté-

rêt ni aucun parti, Fabre-Luoe dénqncç ici avec courage les tares dej ce qu'il nomme « la République des complices ». Il y a dans ce remarquable ouvrage matière à un vaste examen de conscience d'où peut naître le redressement du pays. (Grasset, 1 vol., 18 francs.)

New-York, ville bénie

des mendiants.

Les Américains ont bon cœur. Aussi les Etats-Unis sont-ils le pays où la mendicité rapporte Je plus. Elle rapporte même tellement que les pouvoirs publics s'en sont émus et viennent de se livrer à une vaste enquête au cours de laquelle 30,000 cas de mendicité ont été étudiés. Les résultats en sont étonnants. On a découvert des professionnels qui se faisaient jusqu'à 50 dollars,. par jour el .dpat, J&s comptes en banque se montaient à plusieurs milliers de- dollars.' On estime que, rien qu'à NewYork City, il se dépense en au- mône dans les rues, la somme fabuleuse de 50,000 dollars par jour. Un pareil marché a con» duit à l'industrialisation de la mendicité. Il existe des « entre*preneurs » qui ont des mendiants à gages. Ils les logent, les nourrissent et vont chaque ma- tin les déposer, en voiture, sur leurs lieux de travail. Le soir, on les recueille et on les vide comme de vulgaires appareils à sous. Mais le gouvernement va s'efforcer de mettre un terme à ce trafic.

T_,e Masque de fer,

400 !~)!L!)L!tOM& !ME ~IIIII~V~f~

£a Chine vue par un agent d e publicité

CHAPITRE II

(r~u~tgl .f

Ce n'est pas pour sa valeur qu'on engage un employé Dis que Ip commerce se dévploppe on pngage de nouveaux assistants et il y en a toujours plus que le nécessaire,

Jl ps,t rare d'entrer dans une boutique où il n'y f«t pas

deux fois plus «J'pmployés que de clients. Quand il

deux foil> plUfj <f'pmplqyés que de clienis, Quand' il

augmente SQn personnel, le patron ne choisit pas ses collaborateurs par une méthode aussi hasardeuse gué l'évalua*tion 4e leur intelligence, de leur activité et 4e lewr hpnnêtçte- Son système est bpa.UPPHP plus efficace, Faisant 1 inspection de ses voisins, parmi lesquels se recrutent ses clients, il remar-

que que Ja fanjilje Wong est nombreuse et prospère et qu'elle ne lui accorde pas sa pratique. Dès que l'affaire peut être conclue, un jeune et humble membre de la famille Wpng est engagé comme aide sur la prèsornptipn, qui se confirme généralement, que ses parents lui accorderont leur confiance. De la même manière, un Qiow, up Ling et un Chang sont adjoints au personnel. Quand ils n'ont rien à faire, ce qui est fréquent» ces garçons surveillent la rue d'pn œil attentif pour voir si un de leurs parents ne p'égaje pas chez un concurrent et quand le fait se prqduit il est l'objet d'une mise au point familiale. Eventuellement, après quelques années de service et le contrôle d'un apport appréciable de clientèle familiale, Je commis recevra un faible salaire et sera peut-être un jour pris comme associé. Si son père le commandite il ouvrira une boutique à laquelle la famille Wong en troupe portera sa clientèle. Cette évolution logique et fréquente explique comment, s'il y a de nombreuses boutiques en Chine, il y en a peu de grandes. Les seuls magasins importants sont ceux dont la famille est si nombreuse et si riche que l'aide étrangère est superflue ou même inutile.

Le « tape-à-œil » est mal jugé

Tandis que le commerçant chinois offre une évidence publique de sa prospérité en exposant ses marchandises à tous les yeux, il immobilise rarement son argent dans des vitrines modernes, des devantures de glace ou autres futilités qui remplissent de joie le cœur du détaillant anglais. S'il a prospéré, il ne veut pas déranger les heureuses influences qui l'entourent par un changement quelconque dans la boutique. 11 existe une autre raison plus pratique, L'aménagement d un magasin nécessite une immobilisation de fonds sans profit et peut produire une mauvaise impression sur la clientèle. L'homme qui a dépensé des milliers de francs pour embellir un local désire évidemment rentrer dans ses dépenses et c'est le client qui paiera la note. Celui qui a des goûts de luxe se montrera immédiatement plus

LE CARNET DU « FIGARO ?

AUJOURD'HUI

Hlariaoe. Mtai. Mlle Suzanne Desveimlu et M. Jean-Marie Hoejandts (Salnt-Honoré d'Kyluu).

Ambassades. 17 h. Réception cne? S, E, l'ambassadeur de France et la 'vicomtesse de Fdntènay (Versailles). Deuils, 0 h. Obsèques du R. P. Pade, provincial des Dominicains -(chapelle Ses Dominicains), 222, rue du Faupou.rg-Saint-Honoré).

9 11. Obsèques de i.Mlle Berthe Faucher (R.-D. de Boulogne, Sqlne). 10 h. Obsèques de Mme Lachenal, née Burély (St-Tliomas d'Aquln). io h. 30 Obsèques de Mme Jean George (Sainte-Marguerite, rue Sulnt-

Bcrnurd).

1 1 h. ;• Obsèques do M..Henri Pajot (Saiut-PliHlppe^du-KOUle),- '̃" -1 1 h. Obsèques de Mme Angeo- lln Salvador!, Saint-Pierre de Montrouge),

̃ii|lllMMMilM<llliMIIIIII"l)tlllMmiillPMMMMI!l,IIIHMIMI

cc~

On mande de Bucarest que l'état de santé de S. M. la Reine Mère Marie de Roumanie s'est aggravé au point que le conseil des ministres roumain envisagerait un voyage de S. M. le Roi Carol II à Dresde, où est actuellement soUgnée la mère du souverain.

S. A. R. le prince héritier de Suède est parti pour Washington, où il sera reçu à déjeuner par le secrétaire d'Etat.

AMBASSADES

"r^$'Exc.' l'ambassadeur de France à Londres, M. Charles Corbin, a donné Je lundi U juillet un diner auquel assistaient

S. Exe. l'j»ml)fiS8«<}imr fiy Japon et

Mine Ypslilda, due et duchesse d'Abercorn, lord et lady Hailsman, S. Exc. le ministre de Suisse, S. Exc. le ministre de Suède, lord et lady M»1' et

Kellie, lady QxfQrd, lord et lad}' Pigby>

S. Exe. le Jonkheer et Mme dp Mopees Van Swinderen,lady Lloyd, lady Dashwpod, lady Fitzgerald, Sir Robert et lady Kinfjprlpy, Sir Roderick et lady Jones, SH' John Monçk, Mrs Wjgrapi, Mrs Lionel de Rothschild, Mr et Mrs T. Maxwell, M. Crolla, M. et Mme BaMç (Jjslski, gppéral et MlDP Lelpng, Jf. de Charbonnières.

S. Exe. l'ambassadeur de France et la vicomtesse de Pontenay recevront en leur résidence de Versailles aujourd'hui mercredi 13 juillet, de 17 à 19 heures, pour entendre la chorale yougoslave Obilitçh, qui vient visiter différenTtes villes de France,

Les milieu* diplomatiques de Londres ont appris avec regret le départ du marquis de Castellane, deuxième secrétaire a l'ambassade de France, qui vient d'être promu au département de l'Europe ocçidentale, Le marquis de Çastellane était très estimé pour ses qualités d'intelligence et d'affabilité, pour sa connaissance approfondie de l'Angleterre et des grands prpblèmes diplomatiques. Le départ du marquis et de la marquise de Castellane n'est pas moins regretté de la société londonienne et de tous les membres de la çglonie française, qui se souviendront longtemps des réceptions qui furent données dans la spacieuse demeure d'Eton Square.

M. Guy de Girard de Charbonnières a été nommé deuxième secrétaire à l'ambassade le comte de Rose, qui occupait le poste d'attaché, est promu secrétaire.

MONDE OFFICIEL

t~ Le colonel Whlte, chef de la délégation australienne à la Conférence d'Evian, qui prend fin vendredi prochain, a quitté l'hôtel Royal, se rendant à Londres.

Shri Chand Kumari, Bai Sahida de Isarda, sœur de S. A. le Maharadjah de Jaipur, est à Paris, au Plaza Athénée.

CERCLES

Grâce à la Société d'Encouragement, le Club de Polo. à Deauville, dispose, sur l'hippodrome, de deux terrains réglementaires établis sur un fond de sable, ce qui les fait rechercher par les joueurs soucieux de pratiquer un sport rude et rapide.

Le due de Gramont, le président, a décidé que la balle serait jetée pour la première fois samedi 23 juillet, à 17 heures, Ce Club de een-

Mlle Yvonne Frey dont le mariage avec M. Raymond Weil vient 4'être célébré au temple de la rue Buffault.

(P!wt. Henri Manuel.)

tlemen 9 pour pour vice-présidents le duc Decazes et le comte de Ganay. En tête de son comité d'honneur étranger est inscrit £lr Erie Phipps,ambassadeur de Grande-Bre.tagne, en raison des nombreux joueurs britanniques de qualité qui prennent part aux compétitions, Lord Louis Mountbatten est la fois de ce comité et joueur très apprécié du Club.

La Coupe Jean de Madré, offerte par la comtesse de Madré la Cou. pe Gramont, la Coupe Ouverte, of. ferte par le comte de Ganay la Coupe Arthur Capel, que Lady Michelham donne chaque saison, et plusieurs autres coupes fourniront aux joueurs la possibilité de montrer un beau jeu d'équipe.

La balle roulera sur les tapis verts du Polo de Deauville jusqu'au 31 août,

NAISSANCES

r M. et Mme Pierre de Ribes Christofle ont le plaisir d'annoncer la naissance de leur fille Catherine. M. Jacques Thouvenot et madame, née Jacqueline Flammarion, ont le plaisir d'annoncer la naissance de leur fils Philippe. On annonce la naissance t P'AnniBrSlichèls glanshQnngt, FIANÇAILLES

"11 Qri npus prie d'annoncer les fiançailles de Mlle Françoise Fourmpn, fille ie M. et Mme Charles Fourmon, avec M. Glaude Thiénot, fils de M. André Thlénot, notaire à Reims, et de madame, née Charbonneaux.

On annonce les fiançailles de Mlle Hélène de Silans avec le comte de Golbéry, lieutenant au batail* Ion de chasseurs,

MARIAGES

Hier a eu lieu en l'église de La Guerche le mariage de Mlle Ida de Croy, fille du comte et de ia comtesse de Croy, née Montlivault, avec le comte Stanislas d'EscayracLauture, fils du marquis d'EscayracLauture, qui fut un des héros de la guerre, et de la marquise d'Escayrac-Lauture.

La bénédiction leur a été donnée par l'abbé de l'Epinois.

Le mariage de Mlle Denise Blin, fille de M. Maurice Blin, industriel à Elbeuf, et de Mme Maurice Blin, avec M. Jean-Pierre Fisch. hof, ingénieur I,C.P., fils de M. Pierre Fischhof, chevalier de la Légion d'honneur, croix de guerre, et de Mme Pierre Fischhof, a été célébré hier, suivi d'une élégante réception qui réunissait, après la cérémonie religieuse, de nombreux parents et amis des deux familles. Hier a été célébré, dans l'intimité, en l'église russe de la rue Daru, le mariage de Mme Olga O'Donnell avec le prince Boris Galitzine. Les témoins étaient, pour la mariée le comte Geoffroy de Failly et le prince Lyczinski-Troekouroff, et, pour le marié: le prince Dimitri Galitzine, son frère, et le colonel d'Estreme.

Nous apprenons le mariage, célébré dans l'intimité, à Pinard,

PAR Q A W L, C R O VV

avare de profits que celui qui se contente d'une boutique modeste et l'acheteur fera bien de se méfier de lui.

beaucoup dp touristes gui viennent à Sjhajighaï tiennent k visi= ter un magasin de jsqje' dont 18 célébrité esjt méritée, pap. aucun toit du monde n'abrite d'aussi adnijrables produçtipng. A côté d'elles les -trésors de certains établissements de Bond Street paraîtraient pauvres et de mauvais goût. Mais l'extérieur du magasin ne lait^sp pas. soupçpnper sa richesse, II est situé dans une rue obscure, il n'a pas de vitrines en glaces fit la peinture est si vieille qu'elle semble avoir été autrefois de différentes couleurs. Les planchers sont de mauvais bois et parfois s'en vpnt pn morceap?ç* II serait difficile de trpuyer dans le plus pauvre faubourg. dp Londres des, cpmptpirs et des vitrines aussi came= lotes, et peu de garçons de bureau anglais s'assoient devant un bureau aussi misérable que celui du directeur. Le mobilier et le

_1~ 1.

matériel n atteinqrajent pas. aux enuuerpji jP prix d'une voiture d'occasion quelconque vendue elle aussi à l'encan. Mais une fprtUBe- en pièces de soie est empilée sur ces comptoirs de mauvais sapin, et le chiffre d'affaires de cette célèbre maison est solide. Le bénéfice d'un jour de mprte-saison couvrirait largement les frais que causerait un aménagement. Quelques pas plus loir}, dans la même rue, se trouve le siège social d'un des plus importants établissements de tabac du pays, un des plus prospères du monde. L'entrée est encombrée d'énormes paquets que le visiteur doit enjambpr, L'escalier qui conduit aux bureaux est étroit, escarpé et sombre, tes pièces sont petites, remplies d'une foule agitée et donnent l'impression d'un terrier de lapin. La prospérité n'est révélée que par la présence de gardiens russes lourdement armés qui protègent le riche propriétaire contre les kidnappers, Ceux-ci savent en effet qu'il pourrait aisément payer une rançon d'un million, C'est dans ces locaux que le millionnaire fit ses humbles débuts, c'est là qu'il gagna sa fortune et rien ne pourrait le décider à y apporter le moindre changement. Il ne voulut même pas

agrandir une fenêtre dans son bureau particulier afin de faire entrer plus d'air et de lumière.

'C'est un privilège d'avoir l'autorisation de visiter les grandes agences de publicité de New-York. Là, pour loger le travail, on a fait appel à l'art et à l'habileté d'un architecte et d'un décorateur. A Londres, à Paris, à Berlin, les bureaux de ces grandes agences sont si frappants que celui qui les a visités ne les oubliera jamais. Mais je ne peux imaginer un client chinois confiant son argent à ces agences si somptueusement installées. En passant le seuil de la porte il évaluerait instinctivement le prix des étoffes et du mobilier ultra-moderne, le salaire de la charmante jeune fille assise au bureau de réception, et sa conclusion serait la suivante

{A suivre.) Cari Crow. Traduction de Claudine DECOURCELLE.

{Copyright f> les Editions de France 1938.)

Allie Helette ïawil dont le mariage aveç M. Jeun Colas de la Noue vient d'être béni en l'église Saint-Pierre de Ch&illot.

(Studio C. Mnrtin'Lorelle.)

le 12 juillet, de M, Lucien Rester, ancien maire de Dinard, avec Mme Henri Hallais, née Renée Evans, petite-fille du docteur américain Thomas-W. Evans.

Le mariage du prince Charles-Louis de La Tour d'AuvergneLauraguais avec Mlle Rosine Oster a été célébré le 2 juillet, en la basilique de Buenos-Aires, ainsi que nous l'avons annoncé hier. A la sortie de l'église, Mme George Oster était accompagnée par le prince de La Tour d'Auvgr» gne-Lauraguais, frère du marié. Le 3 juillet a été célébré, au temple de la rue Buffault, le mariage de Mlle Yvonne Frey, fille de M. René Frey et de madame, née Créange, avec M. Raymond Weil, fils de M. et Mme Sylvain Weil. Les témoins étaient, pour la mariée M. Bernard Frey, son frère; pour le marié: Mme Ernest Créange, sa tante.

Le service d'honneur était assuré par Mlles Françoise Meyer, Yvonne Loeb, Jacqueline Lévy, Maryvonne Le Hénaff, Denise Bloch.

Nous apprenons le prochain mariage de Mlle Daisy Dorothy Durrant, fille, du directeur général adjoint des Chemins de fer britanniques à Paris, avec M. Roger Conrat.

La bénédiction nuptiale leur sera donnée le jeudi 14 juillet, en l'église de Bon-Secours de Bois.Colombes. On annonce le mariage De Mlle Françoise Morin avec M. Charles Mercioi'.

-= Vient d'être célébré le mariage

De Mlle Elisabeth Orsel des Sagets avec JJ, René Blajze.

INFORMATIONS

L'Ile-de-France a quitté NewYork le 7 juillet dernier. Son arrivée à Plymouth et au Havre est prévue pour aujourd'hui 13 juillet

Débarquent au Havre

M. Ernest Schelling, comtesse Van der Straten»Pontho«, femme de S, Exc. l'ambassadeur de Belgique à Washington M. George Doriot, vice-doyen de Business School Administration de l'Université d'Harvard, et madame SI. Harry Armand, M. Jean Rey du Bolsslcr, M. Pierre Delatre.

M, Jsauc Marcosson a débarqué k Plymouth aujourd'hui.

M .et Mme von Dehn ont donné hier un très beau déjeuner au restaurant du Ritz, Leurs invités étaient

S. A. Abbas Pacha HlJmi, S. A. le Prince de Hesse, comte et comtesse Tascher, comte de Rougemont, Mme Ayer.

Mrs Carson Kane, de New-York, avait à sa table: S. A. I. le Grand-Duc André, S. A. I. le Prince Waldimir Krasinsky, Mrs Bates Batchelor, Mrs George Waterman, le capitaine Vincent Cannau.

Reconnu dans la salle

Lord Furness, Mrs Widener, princesse de Camman-Chimay, comte de Jumilhac, Mrs Ancott Wilson, M. R. Carter le baron Fouquier, princesse Boncompagni, comte Armand de La Rochefoucauld, Mrs Dean Bushby, comte et comtesse Zouboff, comte et comtesse Arivabene, Mrs Steel, Mrs Pardoe Mathews, comtesse Guy de Ganay, M. de Lys, etc.

S. A. le Nawab Bahadur de Palanpur a donné une réception le

11 juillet à l'hôtel George V, suivie de projections sur le Palanpur, son palais, les villes, les costumes, etc. Il part aujourd'hui pour Londres pour deux jours, d'où il revient de nouveau à Paris, à l'hôtel George V, pour assister à la visite royale des souverains anglais à Paris.

Jean Batten, la célèbre aviatrice néo-zélandaise, est arrivée hier à Paris et est descendue à l'hôtel George V, pendant sa courte visite en France.

DEV1LS

i~- Mme François Bertrand, M. et Mme Henry Bertrand, Mlle Yvonne Bertrand, le docteur Pierre Bertrand, professeur agrégé à la Faculté, chirurgien des hôpitaux de Lyon, et Mme Pierre Bertrand et Mme Gabriel Geoffray font part de la mort de M. François Bertrand, survenue à Saint-Cyr-au-Mont-d'Or le 9 juillet. Les obsèques ont eu lieu le 12 juillet en l'église Notre-DameSaint-Vincent, à Lyon.

Nous apprenons avec regret la mort de Mine Hubert Crespel, née Hélène Le Blan, déçédée à Lille le mardi 12 juillet, à l'âge de vingtneuf ans, et de sa fille Anne, décédée à Lille le lundi 11 juillet, à l'âge de quatre ans. Les funérailles auront lieu le vendredi 15 juillet, à onze heures, en l'église SaintEtienne.

=-, Nous apprenons la mort de Mme Henri >tassin, née Geneviève Desvouges, pieusement décédéç le 9 juillet 1938,

De la part de M, Henri Massin, sqn mari; de MM, Jean-Jacques et Yves Massin, ses fils, et de toute la famille.

Les obsèques ont été célébrées dans la plus stricte intimité.

1

On nous prie d'annoncer la mort de M. Roger Labourdette, fjls de M. Ed. Labourdette, avoué hono. raire près la cour d'appel de Bordeaux, et de madame, née Durand, décédé à Bordeaux le 28 juin 193g, dans sa trente-quatrième année. Les obsèques ont eu lieu en l'église cathédrale de Bordeaux, le 30 juin, dans l'intimité,

Rappelons que les obsèques de Mme Laçhen^T, née Marguerite Baréty, seront célébrées ce matini à dix heures, en l'église Saint-Thomas d'Aquip.

Les obsèques de M, Amédée Varlet ont eu lieu hier au PèreLachaise au milieu d'une nombreuxse assistance, dans laquelle on notait M. François Desmarais, viceprésident du conseil d'administration de la Société des automobiles Delahave; M. Charles Weiffenbach et M. Peigney, de la Société Delahaye.

Nous apprenons la mort du comte d'Hervois, survenue au Theil (Eure) le 7 juillet dans sa quatrevingt-sixième année.

M, Tedigne von Berkhout, fonctionnaire hollandais de la sec. tion financière de la S. D. N., vient de mourir accidentellement à Thonon.

Nous apprenons la mort de M. Ferdinand de Boistel, pieusement décédé à l'âge de soixantedouze ans, à son domicile, à Paris. On annonce, de Rennes, la mort de M. L. Picard, avocat aénéral à la cour d'appel, frère de M. Ch. Picard, de la Sorbonne, membre de l'Institut.

Nous apprenons la mort de M. Paul Behaghel.

On annonce la mort

De Mme Edgar Wolff, née NathanPicard, à Virollay de M. Jules Strauss, à Paris.

Valfleury.

PETIT CARNET

Profitez des beaux jours Passez vos week-ends à Evian, sur les bords du Lac Léman. Les Hôtels Royal et Splendide sont ouverts. Tous les sports, toutes les distractions. Smart.

ACTUAlœTES

EDDIE CANTOBv

le célèbre comique, grande vedette de l'écran, vient d'arriver en Angleterre jl doit sjéjpurner plusieurs semaines. Le voici, en compagnie de sa femme et de sa famille, à Southampton.

Voit? permettez; ?

la mode actuelle, par sa variété et son choix des modèles divers, permet aisément à chaque femme de trouver ce qui lui sied le mieux personnellement. Malheureusement, elle permet aussi beaucoup d'erreurs dans la sélection et la juxtaposition des accessoires d'une toilette.

Nombreuses sont les femmes qui f LES 5 EAUX X

,DE COLOGNE

,p~IfJGN~

COTY

Pour Io toilette; Après le

sport, les voyage. Elles

vous rafraîchissent, vous

délassent et vous parfu-

ment,

à l CTTtmanê

qrgme nerveux, magnétique.

C'est l'Eau de Cologne des

femmes très modernes.

au Cs/iup*e

odeur délicate et mystérieuse

des sous bols, Convient aussi

aux hommes.

Flacon Stilligoutte

Il Frs 18 Frs 31 Frs

fWfsrwl -tW au-.dessys ̃̃• in* Vous recevrez un flacon échan-

tillon de notre Egu de Cologne

à l'Aimçnt ou de notre Eau de

Cologne au Chypre contre 3 Frs 25

(5 timbres à 65 centimes) adressés

à Ç0TV (ServiceVP 17/3. Boi/l.

de Versqllles, Suresnçs (Seine). j

~<<t

LE CONCOURS

PHOTOGRAPHIQUE DU « FIGARO »

Le Figaro propose, cette année, un concours phatographique d'un genre nouveau intitule COURSE) AU TRESOR

PHOTOGRAPHIQUE

Nous demandons à nos lecteurs ou lectrices de nous en- voyer les six photos suivantes 1° Un étalage de marché en plein vent.

2° Une femme respirant des fleurs.

3° Un paysage vu à travers une raquette de tennis.

4" Une tête de vache.

5" Un canard s'essuyant les pattes sur un tapis-brosse. 6° Le rire d'un enfant.

Mais tandis que dans les cqur^ses au Trésor il s'agit de faire vite, nous demanderons dans notre concours de faire bien. Chacune des six photos recevra des notes du jury ces notes iront de à 4 20 et c'est le total de ces points qui permettra de désigner le vainqueur et les gagnants dps

autres prijf,

Au fur et à mesure que nous recevrons les envois, nous les publierons suivant la plape. dis-

ponible.

REGLEMENT

1° Au dos de chacune des six photographies devront être indiqués très lisiblement les nom, prénoms et adresse de la per* sonne qui nous envoie la photo. (Indiquer l'adresse habituelle.) 2" Aucune épreuve ne sera rendue, aucune lettre recomman» dée ne sera admise.

8S Aucune photo ne sera 8C" ceptée après le 1er octobre. 4° Les six photos devront être adressées en un seul envoi au

CONCOURS PHOTOGRAPHIQUE DU « FIGARO »

14, Rond-Point

des Champs-Elysées

PARIS

NOTA. Nous recommandons aux concurrents de nous envoyer des épreuves d'un format minimum de 9x12. Il est absolument inutile de nous envoyer le négatif.

LES PRIX

Premier prix d'une valeur de 3.500 francs.

Un deuxième prix d'une valeur de 2.000 francs.

Un troisième prix d'une valeur de 1.000 francs.

Un quatrième prix d'une valeur de 75A francs.

Un cinquième prix d'une valeur de 500 francs.

Un sixième prix d'une valeur de 250 francs,

Et 25 prix de 100 francs.

CHRONIQUE CYNEGETIQUE Ouverture de la chasse à la sauvagine

Demain les chasseurs de la sauvagine vont se livrer avec la joie au oocui' à leur sport, Depuis Jr loi du 3 niai 1844 la chasse à la sauvagine s'ouvre en France le 14 juillet ou le premier dimanche qui le suit. Ce sont les pré* fets des départements qui, par arrêté, déterminent l'époque de l'0U«vertlU'e de cette chasse. La chasse sur la grève au bord de la mer est ouverte toute l'année avec certain ncs restrictions.

La France est un pays très riche en sauvagine. Toute la côte à l'Ouest du Continent, de Calais à la frontière d'Espagne est une immense grève de sable où deux fois par jour la marée apporte toutes sortes de petits coquillages qui restent sur place quand la mer se retire. La sauvagine trouve sur lfl plage sans fin une alimentation très abondante. Au printemps oq en automne pendant la saison des migrations s arrête pour se nour» rir et s'y plaisant retarde son départ.

Dans Ja baie de l'Authie jusqu'au mont Saint-Michel, on trouve des embouchures où la chasse de la sauvagine depuis très longtemps est fameuse.

D'ailleurs depuis des générations les hommes ont fait de ces eiv* droits des coins charmants oîi le chasseur trpuve des h6tels confortables et des moyens pratique? ppur la chasse.

Ce qu'ils trouvent surtout ce sont des marins et des guides.

D,e plus, ce sont des artistes, ces marins, oui, des artistes. ils imitent les chants et les cris de tous les oiseaux et par ce moyen ils attirent la sauvagine qu'on ne voit même pas dans'le ciel.

Sans ces guides intelligents et adroits la chasse à la sauvagine perdrait beaucoup de son attrait. La chasse n'est pas identique dans tous ces endroits où le gibier est dense, Dans la baie de l'Authie on chasse soit devant soi, soit en hutteau dans le sable, le matin an petit jour. Dans les embouchures de la Somme, Saint-Valéry, le Crotoy, on chasse surtout en bateau; à Honfleur, on chasse dans l'embouchure de la Seine, en gros bateau à moteur. A Sallenelles et à Isigny, on chasse surtout dans la baie même, en bateau. Ces chasses sont très amusantes. Vers le Tréport et Port-en-Bessin on trouve des falaises énormes, des plages de galets et des rochers; le gibier n'aime pas ces endroits inhospitaliers. On n'y rencontre que des mouettes, des goelands et des cormorans, Piètre gibier indigne .du bon chasseur.

De l'embouchure de la Loire à l'Espagne des dunes considérables, des marais salants sont des ressources giboyeuses.

Les oies et les canards, les hérons, les spatules, les foulques et tous les autres oiseaux de mer sont chez eux dans de vastes lagunes où l'abondance de la nourriture et le calme et la tiédeur du climat les gardent le plus longtemps possible.

Amateurs de la sauvagine, il m'a été dit que la saison s'annonce bien. Bonne chance.

Paul Polo.

se laissent séduire par l'attrait d'an objet neuf et original sans songe, aux circonstances dans lesquelles il demande à litre porte. En ce sens1 nons avons vu et déploré le port des socques à hantes semelles nettement asiatiques d'inspiration accompagnant le soir des robes q danser aux jupes amples définiti- ventent Second Empire comme lignes.

Les visières et chapeaux visières sans fond ou pourvus d'un ma- dras drapé sur les cheveux composent une excellente formule de coiffure d'été, seulement elles ne sont senanies qu'aux nez brefs et aux profils mutins. Pourquoi faut-il que les beautés altières et les nez bourboniens s'obstinent à les porter envers et contre tout ?

Les garnitures florales sont légions cet été. Bous, bouquets immenses, coiffures, sacs, bracelets, toutes les corolles de nos jardins sont utilisées pour accompagner les robes d'été et égayent de leurs coloris les chevelures et les décolletés. Cette mode est charmante et embellit toutes les femmes, à la condition que ces fleurs vraies oit artificielles soient d'une fraîcheur indiscutable. Quelques femmes oublient parfois de donner à leurs garnitures les soins du jardinier ei se présentent fleuries de pétales froissés tristement évocateurs. Comtesse de S.»

Noté sur mon Bloc Solde modèles haute couture avec griffes, de 100 à 200 fr., du Jl au 20 juillet.

Riçolle,41, Bd MaleshertjBS,; Les plus belles perles

de culture au monde

sont chez Técla,

2, rue de la Paix, Paris.

Suzy.


Howard Hughes poursuit vers l'Est son vol prodigieux l (Suite de la première page)

En outre, la permission de survol fcvait été donnée, sous la condition que l'avion volerait à une altitude minimum de trois mille mètres. Hughes vola constamment à cinq mille mètres, perdant, ainsi, un temps précieux à gagner de la hauteur, ce qui réduisit la vitesse à deux cents kilomètres à l'heure, durant les deux premières heures. A Moscou, Hughes et ses compagnons ont été reçus à leur descente d'avion, par MM. Trojanovski, ambassadeur des Soviets à Washington Leguinov, chef adjoint de l'aviation civile soviétique et le chargé d'affaires américain à Moscou, ainsi que par de nombreuses personnalités de l'aviation soviétique, notamment les aviateurs Gromov et lou-machov, détenteurs du reeord mondial de distance, et Rossinski, père de l'aviation russe, premier pilote breveté en Russie. Les aviateurs américains ont eu à peine le temps de déjeuner avant de revenir surveiller les mécaniciens soviétiques qui faisaient le plein d'essence et d'huile. Ils ont eu un vif succès de curiosité, Ho.vvard Hughes surtout, dont l'aspect "timide et presque frêle désorienta un peu les spectateurs et ajouta à l'intérêt que suscitaient les récits circulant de bouche en bouche de ses exploits d'aviateur, de constructeur aéronautique et de cinéaste de talent.

Les autorités soviétiques ont remis aux aviateurs une série de cartes donnant la position des aérodromes où Us pourraient éventuel» lement atterrir en cas de besoin. A 10 h. 31 G. M. T. (13 h. 31 heure locale), le « New York World's Fair » décollait avec une extraordinaire facilité et partait en direction de Omsk, en Sibérie. Aux dernières nouvelles, les conditions atmosphériques dans la région d'Omsk étaient médiocres et devaient retarder la marche de l'avion.

L'arrivée à Omsk

Cependant, alors que l'arrivée était prévue pour 20 heures (G.M.T.) l'appareil se posa à Omsk à 19 ieures (G.M.T.) couvrant les 2.160 kilomètres de cette étape à la moyenne de 280 kms à l'heure. Cette moyenne est donc un peu inférieure a celle réalisée sur le trajet Paris-Moscou, sans doute à cause du mauvais temps signalé dans la région d'Omsk.

Howard Hughes avait eu, un instant, l'idée de voler directement de Paris à Novosibirsk, mais l'annonce que l'aérodrome était partiellement inodé, l'a détourné de ce projet.

Le pilote déclarait vouloir repartir de Omsk, dès que le plein d'essence serait fait.

L'aviateur estime qu'il ne rencontrera pas de difficultés dans la région des montagnes de l'Oural et que son vol sera relativement facile, le long du fleuve Ob et sur les steppes sibériennes et de Yakoutsk.

Cependant, des difficultés pourraient surgir de plusieurs chaînes de montagnes que l'aviateur ren-

les assassins de Marguin auraient regagné Paris Cannes, 12 juillet. Les policiers chargés de l'enquête sur 1 exécution de Marguin ont de sérieuses raisons de penser que les assassins ont déjà regagné Paris. Mais on recherche à Nice le troisième bandit qui, après le drame de Cannes, aurait été charge de ramener la Hotchkiss n° 5240 RK-6 à Nice. M. Guibal, commissaire divisionnaire, semble à peu près certain que Marcel Stefani se trouvait à Juan-les-Pins la veille du drame. Non seulement il aurait été vu dans un café d'Antibes, mais encore la femme de chambre d'un hôtel meublé de Juan-les-Pins a affirmé reconnaître ^armi des photographies qui lui furent présentées le frère du « roi des Corses » comme un client qui aurait séjourné dans l'établissement. Les enquêteurs sont donc portés à considérer Stefani comme un des criminels possibles. On prononce aussi les noms de Paoleschi, qui accompagnait Slefani au cimetière de Thiais, où il avait été attaque par Foatta. et d'un troisième individu Marinelli.

On .a appris que Marguin était venu sur Ja Côte d'Azur à bord d'une puissante voiture américaine Nash. En passant à Aix-en-Provence, il aurait été victime d'un accident, ce qui va faire l'objet d'une enquête dans cette ville. La Nash n'était pas pilotée par Marguin lui-même, mais par un chauffeur inconnu pour l'instant et que les policiers essaient d'identifier.

Sanctions italiennes contre le milicien coupable de l'incident d'Udine

Avec un souci de correction parfaite, le gouvernement italien après enquête sur J'incident de frontière d'Udine, où un étudiant fut blessé, a répondu à la note du gouvernement français.

Le gouvernement italien a pris des sanctions contre le milicien responsable. Il a donné des instructions pour éviter le retour de pareils incidents. Il a admis le principe d'une indemnité pour la victime et il a prié le gouvernement français d'adresser à celle-ci ses vœux de prompt rétablissement.

SUITE DE LA PREMIERE PAGE POURQUOI CE MAUVAIS TEMPS ?

Or, toutes ces vérifications concordèrent magnifiquement. Au lieu de retrouver mines, flotteurs et épaves sur les côtes d'Ecosse et de Norvège, on les repêcha en abondance autour des Açores, c'esi-à-dire dans la direction exactement opposée à celle prêtée au Gulf-Stream. Telle fut la fin sans gloire du grand courant transatlantique. Le « cœur atlantique » La nouvelle théorie, étayée par des milliers de mesures de température et de salure de l'eau, considère l'Atlantique comme formé de deux sortes d'eaux superposées. Le fond et les bords du bassin océanique sont occupés par des eaux « polaires », analogues à celles de l'Arctique, c'est-à-dire relativement froides et peu salées sur cette couche profonde flotte une sorte d'immense lentille formée d'eaux chaudes et salées les eaux « atlantiques ».

Cette superposition de deux

contrera avant d'atteindre la mer de Bering et aussi durant le vol vers Fairbanks.

Arrivée à New-York jeudi soir ?

L'aviateur est en contact permanent avec les stations de T.S.F. soviétiques qui le tiennent au courant des condiitons météorologiques.

On indiquait que si, après son départ d'Omsk, Hughes rencontrait un temps défavorable, il volerait vers le sud en direction de Chita (Sibérie).

Howard Hughes ne sait encore s'il volera de Fairbanks à NewYork d'une seule traite.

Jusqu'ici, tout est en excellent état du côté matériel les moteurs tournent comme des horloges. Cependant, Howard Hughes, qui ne s'est repose qu'une heure depuis

Lindbergh et Hughes

à leur arrivée à Paris à onze ans d'intervalle.

New-York, a paru un peu fatigué. Hughes pense arriver à NewYork demain soir ou vendredi matin.

Des lettres apportées par Hughes

M. Paul Tissandier, secrétaire général de la Fédération aéronautique internationale, a reçu, par l'intermédiaire de M. Bullitt, ambassadeur des Etats-Unis à Paris, des lettres apportées par l'aviateur américain Howard Hughes et destinées à être remises à tous les aéro-clubs européens.

Dans ces lettres, M. Grover A. Whales, président de l'Exposition internationale de New-York en 1939, salue l'aviation de tous les pays d'Europe et invite les clubs à participer à la partie de l'Exposition réservée à l'aéronautique.

A LONDRES

900,000 francs de bijoux sont volés

à Mme Jacques Cartier Londres, 12 juillet. D'audacieux voleurs se sont emparés, ce soir, de deux valises contenant des bijoux d'une valeur de 5,000 livres, appartenant à Mme Jacques Cartier, femme du directeur de la maison de joaillerie parisienne du même nom.

Les voleurs, profitant d'une brève absence du chauffeur, avaient réussi à pénétrer dans la voiture, qui attendait à la porte de l'immeuble habité par Mme Cartier, et à y subtiliser les deux valises sans attirer l'attention.

♦–

Le comte Ciano

a reçu le ministre de Tchécoslovaquie Rome, 12 juillet. Dans les milieux diplomatiques de Rome on attribue une importance particulière à l'entretien que M. Schwalkoski, ministre de Tchécoslovaquie, a eu aujourd'hui, sur sa demande, avec le comte Ciano, ministre des affaires étrangères, et au sujet duquel on observe beaucoup de discrétion de part et d'autre.

Néanmoins, on croit savoir que le problème tchécoslovaque a fait essentiellement l'objet de cette entrevue.

La préparation

du statut des nationalités en Tchécoslovaquie

Prague, 12 juillet. Les négociations et les travaux de préparation du statut dts nationalités se poursuivent activement dans les milieux gouvernementaux.

Les partis d'opposition seront à nouveau reçus; demain mercredi, par M. Milan Hodza, président du Conseil, qui poursuit les négociations concernant la loi sur les langues. Le présidant du Conseil recevra

« mers > différentes peut surprendre elle est cependant conforme à ce principe océanographique que « deux grandes masses d'eau de température et de salure différentes ne se mélangent pas ». C'est ainsi que les croisières de la Dcaia et du Mercator ont révélé l'existence, dans les parages de Sainte-Hélène et au large du Chili, de trois « mers mortes », isolées, où les animaux ni les plantes ne peuvent vivre. Naturellement, la niasse flottante des eaux atlantiques est extrêmement sensible, comme la mer elle-même, aux attractions de la lune, du soleil, de Jupiter, ainsi qu'à nombre d'influences qui nous échappent. De là de vastes mouvements d'expansion et de contraction au cours des années, les eaux tièdes s'étendant alternativement jusqu'à à l'Angleterre seulement ou jusqu'au delà des pays scandinaves, en direction du Spizberg. C'est le battement du « cœur atlantique »,

LES AVIONS

JAPONAIS

ont bombardé

les villes chinoises de Wou Chang

et de Canton

,Plus de 800 victimes dans la population civile Shanghaï, 12 juillet. On mande de Han Kcou que dix-huit avions japonais ont lancé cet après-midi 150 bombes sur Wou Chang, démolissant partiellement l'école de jeunes filles tenue par l'Américan Church Mission, et entièrement l'hôpital provincial, causant de nombreuses victimes parmi les civils. On a retiré jusqu'à présent, plus de 200 cadavres des débris. Sur le toit de l'école, deux grands drapeaux américains étaient peints. Les victimes, tuées et blessées, atteindraient 500.

Par ailleurs, trois cents personnes ont été tuées ou blessées au cours du bombardement de Canton effectué ce matin par quinze avions nippons.,

Les Chinois se replient dans le Sud du Chansi Tokio, 12 juillet. Les dernières dépêches du front des opérations en Chine annoncent que dans le sud du Chansi les troupes chinoises se replient les unes en direction ouest et d'autres vers le sud, en direction de la province du Honan. Quelques détachements ja- ponais ont avancé de 120 kms en quatre jours.

La santé du roi George continue à s'améliorer (téléphone « Figaro ») LONDRES, 12 juillet.

En l'absence du Roi, la Reine a été présente, ce soir, à la réception qui a eu lieu au palais de Buckingham.

On ne peut qu'admirer le courage de Sa Majesté qui, surmontant le chagrin profond que lui a causé, il y a à peine trois semai- nes, la mort de la comtesse de Strathmorc et ne voulant pas cau- ser un désappointement aux 1.200 personnes invitées au palais, présidera la fête de ce soir.

Le roi George doit encore garder le lit, mais les médecins sont satisfaits des progrès constants de l'état de leur malade. Cependant, en raison de la visite prochaine de Leurs Majestés à Paris, ils considèrent plus prudent que le Roi prenne encore quelques jours de repos et reste à Windsor jusqu'à la veille de son départ pour la France. Il est probable que lord Dawson of Penn, le médecin de Sa Majesté, -sera du voyage. Il y a d'ailleurs un précédent En 1903, le roi Edouard VII fut accompagné à Paris par sir Francis Laking, son médecin particulier et ami personnel.

La statue du roi Albert Ier serait inaugurée en octobre La statue du roi Albert I" sera inaugurée vraisemblablement au mois d'octobre. La Ville de Paris se propose d'inviter à- cette occasion le roi Léopold III à assister à l'inauguration de la statue de son glorieux père. 6.

1 Poursuite ul

aux Etats-Unis pour non-paiement

de l'impôt

(Câble c Figaro »

WASHINGTON, 12 juillet.

Malgré la réputation qu'on nous fait, il n'.v a pas que les Français qui essaient de se soustraire au paiement de l'impôt sur de revenu. La meilleure preuve en est l'affaire uu peu ennuyeuse qui arrive à M. Pierre Dupont, le millionnaire américain, ainsi qu'à son ami et collaborateur M. John Raskob. Les deux amis sont poursuivis par l'administration des rappels de taxes. On estime ou'ils auraient fait entre eux des opérations reconnues comme illicites en 1929 et les 'rappels d'impôts qu'on leur impose pour cette année sont pour M. Pierre Ducont de 21.600.000 francs et 36.000.000 pour M. Raskob. M. Dupont, dont le revenu journalier était en 1929 de 3.600.000 francs, avait payé cependant 38.303.460 francs d'impôts à la fin de cette année.

fdouvfttes BREVES 1 1- ~=

ETRANGER

Fonctionnaires hongrois poursuivis pour propagande national-socialiste

Budapest, 12 juillet. La police de Budapest a arrête quatre fonctionnaires du parti national-socialiste. Ils sont accusés d'avoir rédigé et distribué des tracts nationalsocialistes et seront poursuivis pour atteinte portée contre l'ordre publie et la sécurité de l'Etat, ainsi que pour propagande subversive. Les Soviets rendent

à la Pologne

la couronne des Poniatowski Moscou, 12 juillet. Le gouvernement soviétique aurait décidé de rendre à la Pologne la couronne et le sceptre du roi de Pologne Poniatowski, enterré à Leningrad. Les négociations en vue de la rétrocession à la Pologne de ces précieux objets historiques ont duré 18 ans. Pour sauvegarder la dignité des musiques militaires allemandes

Berlin, 12 juillet. Le maréchal Goeriug vient d'interdire de jouer des morceaux comportant des chœurs sifflés par les musiciens. Cela, a déclaré le maréchal, est incompatible avec la dignité de la musique militaire allemande.

ALLEMAGNE. AI* fin de juin, le Banco do Brasil ayant complètement suspendu l'achat de marks de clearing provenant des achats allemands de produits brésiliens, le Reich déclare que, jusqu'à nouvel ordre, il n'achètera plus les principaux produits brésiliens. HOyGRIE. Après une séance de pure forme, la Chambre hongroise s'est ajournée sine die. Les

AU SBIN DU CABINET DE LONDRES TROIS MINISTRES BRITANNIQUES DEMISSIONNERAIENT V si l'accord anglo-italien était ratifié en l'absence des conditions requises SirNeville Henderson a entretenu Lord Halifax des, préparatifs militaires intensifs du Reich (De notre correspondant particulier, par téléphone)

LONDRES 12 juillet.

La présence à Londres de Sir NeviMe Henderson, ambassadeur de Grande-Bretagne à Berlin, a permis à lord Halifax d'obtenir de vive voix quelques renseignements complémentaires aux récents rapports envoyés de Berlin qui n'ont pas manqué de causer unp certaine inquiétude à Londres. Ici on ne peut pas en ces temps de crise latente et en raison du mytère qui enveloppe toujours les préparatifs du gouvernement de Berlin sp baser sur de simples indications pour faire des pronostics. Il n'est pas moins vrai que les informations suivantes que nous avons puisées aux meilleures sources permettent de craindre que le gouvernement du Reich ne prépare quelque « surprise » pour l'été avant le congrès de Nuremberg qui doit avoir lieu le 5 septembre prochain.

Nous apprenons en effet que les travaux de fortifications sur la frontière occidentale et les troupes de couverture sur la ligne Siegfried se sont intensifiés dernière- ment à tel point que dans un avenir prochain elles formeront une barrière infranchissable. De nouveaux plans qui doivent permettre de doubler l'aviation allemande en moins de six mois au lieu de dix viennent d'être mis en exécution et déjà les usines peuvent produire quatre cents appareils par mois. On espère que dans trois mois ce nombre pourra être doublé. Mais on constate déjà que ce chiffre de quatre cents est égal au chiffre de la production de guerre. Les moissons dans les campagnes allemandes ont été avancées et doivent être terminées à une date fixée 1 Par ailleurs, comme une correspondance de Berlin au Figaro l'a annoncé il y a deux jours, les grandes manœuvres militaires de l'automne ont été supprimées cette année. Pour quelle raison ? Mesure d'économie ou au contraire signe évident de préparatifs militaires plus importants que des manoeuvres î.

Seule la victoire du général Franco permettra de régler le conflit espagnol Tel semble toujours être, malgré les conversations Ciano-Perth, le point de vue de Rome

(Télépl~one c Fi~aro » ,;Pas de « camoufla e N l'.aviation italienne, qui est supé.

(Téléphone « Figaro » fag Je « Camouflage » iSTJutf aXê.^ SU1>é"

ROME, 12 juillet.

Les deux entretiens qui ont eu lieu entre lord Perth et le comte Ciano n'ont pas dissipé le malaise existant entre la Grande-Bretagne et l'Italie au sujet de la question d'Espagne et de l'entrée en vigueur de l'accord du 16 avril. Samedi dernier lord Perth aurait transmis au ministre italien les conditions définitives de son gouvernement sur la mise en vigueur de l'accord. A la suite de cela, quel a pu être le sujet de l'entretien d'hier entre les deux ministres ? P On l'ignore et la plus grande réserve est observée à ce sujet. La Grande-Bretagne, étant donné la position qu'a prise son gouvernement dès le début des entretiens, ne peut pas céder et passer outre à la question d'Espagne. Afin que l'accord arrive rapidement à son plein effet, elle doit donc attendre un geste de l'Italie. La question dépend donc des Italiens, mais de ce côté on ne se déclare pas en mesure de faire le geste nécessaire. En tout cas on ne le fera pasavant la victoire complète de Franco et cela malgré les bruits selon lesquels l'Italie serait prête, sans attendre les réponses de Barcelone et de Burgos, à retirer ses volontaires. Dans ces conditions, on se voit ramené à la formule du Comité de non-intervention, ce qui apporte au règlement de la question un retard considérable, puisque selon les prévisions les plus optimistes le plan de retrait des volontaires ne pourrait pas donner de résultats avant au moins deux mois.

vacances parlementaires seront interrompues, cette année, par la session solennelle du Parlement hongrois, convoqué à l'occasion du 900e anniversaire de Sairit-Etienne, roi et patron de la Hongrie. M. Etienne Antal, sous-secrétaire d'Etat à la justice, ancien chef de la presse du gouvernement Goemboes, a été nommé directeur du nouvel office de propagande organisé par le service de presse de la présidence du conseil.

IRAK. A Bagdad une vague de chaleur détermine un véritable exode de la population, on estime à cinq mille le nombre des estivants qui ont quitté la ville depuis mai. Le thermomètre, qui est encore en hausse, çtteint déjà à l'ombre quarante-huit degrés.

IRLANDE. Les forts occupés jusqu'à présent par l'armée britannique des îles Spike, au sud de l'Irlande, ont été remis officiellement à l'armée irlandaise.

ITALIE. M. Mussolini a effectué un long vol d'entraînement sur un avion de bombardement, survolant la c6te Tyrrhénienne. A son retour à Guilonia, il a assisté à l'essai d'un nouvel appareil de chasse.

Le chef de l'organisation des « Jeunesses hitlériennes », M. Baldur von Schirach, qui est à Rome depuis lundi soir, a pris contact avec plusieurs personnalités dirigeantes du parti fasciste.

POLOGNE. M. Beck, ministre des Af faires étrangères de Pologne, qui partira aujourd'hui pour Riga, fera, vraisemblablement, une escale de quelques minutes sur l'aérodrome de saunas.

SUISSE. Au Grand Conseil de Zurich, une interpellation socialiste à dénoncé l'existence à Zurich de dix-huit organisations allemandes affiliées au parti hitlérien et s réclamé la suppression des organisations étrangères politiques en Suisse.

Sur le plan diplomatique, ces rapports constatent le mécontentement et l'impatience croissante de Berlin au sujet des lentes négociations entre le gouvernement de Prague et les Sudètes allemands. Avant le congrès de Nuremberg le gouvernement allemand doit trouver d'une façon ou d'une autre le moyen d'effacer « l'échec du 21 mai ». La crainte d'une nouvelle crise en Europe Centrale provoquée par une seconde tentative d'intervention allemande en Tchécoslovaquie n'est-elle pas la raison pour laquelle M. Neville Chamberlain se montre si désireux de conclure définitivement l'accord anglo-italien et par contre 3a. raison pour laquelle M. Mussolini ayant connaissance des motifs d'inquiétude du gouver- nement britannique se montre si exigeant, même menaçant ? La tension anglo-italienne Malgré ces rapports qui ont été communiqués à M. Neville Chamberlain, le gouvernement britannique se montre beaucoup plus préoccupé de la situation en Méditerranée, des troubles en Palestine et de cette nouvelle tension avec l'Italie. (Les relations entre les deux pays n'ont jamais été moins satisfaisantes depuis l'époque des sanctions, nous confiait aujourd'hui un député conservateur bien renseigné des problèmes diplomatiques actuels.)

L'irritation du gouvernement italien vient, comme on le sait, du refus renouvelé du gouvernement de Sa Majesté de modifier les conditions prévues pour la mise en vigueur du protocole.

Le premier ministre, comme on le sait, est à la recherche d'une formule de compromis qui pourrait lui permettre de faire, avant la fin de la session parlementaire, « un discours de ratifications aux Communes •>, ce qui serait possible si le gouvernement italien consentait à faire un geste susceptible d'impressionner favorablement le Par-

des volontaires

D'autre part, il n'est problablement pas exact que M. Mussolini et le général Franco aient fait un arrangement secret quant au « camouflage des volontaires ». Dans les milieux romains on interprète ces rumeurs comme des manœuvres de Barcelone pour retarder l'exécution du plan et de brouiller le jeu entre la Grande-Bretagne et l'Italie,

« L'Italie est fière

de ses sacrifices

en Espagne »

écrit la presse fasciste (Téléphone « Figaro ')

Rome, 12 juillet. « Nos héroïques légions de l'air en Espagne », tel est le titre placé en tête de la liste publiée aujourd'hui, qui donne le nombre des pertes italiennes dans l'aviation depuis la guerre d'Espagne. Cent-vingt pilotes tués, vingt officiers ou hommes blessés ou faits prisonniers et neuf manquants. Tel est le bilan, bilan un peu lourd, aussi, la presse s'empresse-t-elle de faire savoir combien est grande la fierté italienne devant de tels sacrifices. « Les pilotes ont sacrifié leur vie à l'idéal fasciste. Ils ont victorieusement défendu l'honneur et le prestige de

♦ GRANDE-BRETAGNE. UN VIOLENT INCENDIE A DETRUIT L'OPERA DE COVENTRY. Ce théâtre avait été construit en 1889. HONGRIE. Le comte Joseph Tisza, âgé de 21 ans, petit-fils de l'ancien président du Conseil Etienne Tisza, est mort dans un accident d'automobile.

♦ LE SENATEUR BELGE VAN FLESTEREN, auteur de nombreux ouvrages économiques, s'est noyé accidentellement dans sa baignoire. Il était aveugle depuis l'âge de 25 ans.

PROVINCE

♦ L'OBJECTEUR DE CONSCIENCE GERARD LERETOUR, employé dans une uatne de moteurs d'aviation, a comparu devant le tribunal du Mans pour provocation à l'insoumission et au renvoi des fascicules de mobilisation par les hommes appelés sous les drapeaux. II a été condamné à six mois de prison et 500 francs d'amende.

AU COURS D'UNE DISPUTE, à Chaumont, M. Pierre Febvre a tué de plusieurs coups de couteau sa femme. Sur le point d'être rejoint par les gendarmes, il s'est donné la mort en se jetant du haut d'un viaduc. Les deux victimes laissent trois orphelins âgés de 8, 6 et 3 ans. ♦ TROIS NANCEENS REVENAIENT EN AUTOMOBILE d'une partie de pêche entre Ormes-etVille et Harouet, quand, à un tournant, la voiture fit une embardée et s'écrasa contre un arbre. MM. Jean Kilian et Arthur Thomassin ont été tués Hubert Kilian a été blessé.

LE PERCEPTEUR DE MERYSAINT-ANDRE, M. Alexandre AIlard, qui avait détourné une somme de 250.000 francs, a été appréhendé hier avenue de Choisy, a Paris. Il avait sur lui une fausse carte d'électeur.

lement de Westminster, qui est sur le qui-vive. Il nous semble tout à fait improbable que M. Neville Chamberlain ose annoncer la mise en vigueur de cet accord pendant les vacances parlementaires, à moins que les conditions requises aient été remplies et ceci pour la raison suivante que trois ministres du carnet, dont nous ne citerons pas les noms, ont informé personnellement le premier ministre que si l'accord était ratifié sans que ces conditions aient été remplies, ils remettraient aussitôt leurs lettres de démission. En conséquence, ce soir, un représentant britannique déclarait que l'accord anglo-italien ne pourrait entrer en vigueur que le jour où le comité de non-intervention serait en mesure de constater que le retrait des volontaires s'est effectué d'une façon suffisamment satisfaisante pour qu'il puisse reconnaître aux deux partis espagnols les droits de belligérance. Ce qui nous porte' pour être précis, au soixante-deuxième jour après le départ de la commission internationale en Espagne, c'est-à-dire à la fin de septembre, si les réponses de Burgos et de Barcelone sont favorables. Mais il y a toujours les impondérables.

Gérard Boutelieau.

M. CHAMBERLAIN A DEPOSE DANS L'AFFAIRE SANDYS Londres, 12 juillet. Le premier ministre, M. Neville Chamberlain, a, à son tour, témoigné aujourd'hui pendant une heure trente devant la commission spécialement nommée par la Chambre des Communes pour faire une enquête sur l'application de la loi des secrets officiels aux membres du Parlement britannique.

Comme les précédentes, cette réunion a eu lieu à buis clos.

Barcelone a commencé l'examen du plan anglais Barcelone, 12 juillet. Le conseil des ministres a délibéré de 11 heures à 15 h. 30. Au cours de ses travaux, le conseil a commencé l'étude du plan du comité de nonintervention remis au gouvernement espagnol par le gouvernement anglais. L'étude de ce plan sera poursuivie dans des conseils ultérieurs.

Le conseil a approuvé, d'autre part, le texte d'une communication du ministre des affaires étrangères aux gouvernements français et anglais, dont le contenu va être rendu public incessamment.

L'agitation

antitchécoslovaque

reprend dans la presse allemande

Téléphone « Figaro »

BERLIN, 12 juillet.

La campagne de presse contre la Tchécoslovaquie, qui semblait s'être un peu relâchée, reprend depuis deux jours avec une nouvelle violence. Le gouvernement de Prague est accusé de vouloir mettre le parti sudète devant un fait accompli, s'efforçant de cacher au parti le contenu exact de l'acte qui est soumis à l'approbation du Parlement. La Frankfurter Zeitung se plaint que les Sudètes n'ont que quelques s jours pour examiner le statut des nationalités, alors que les experts du gouvernement ont pris des mois pour le préparer. Elle conclut que Prague veut imposer le statut par la (orce. En même temps, l'on s'élève contre les soi-disant attaques dont les Sudètes allemands auraient été victimes à plusieurs reprises de la part des Tchèques, notamment le 21 juin dernier, lorsqu'à Pilsen un groupe de 300 Sudètes auraient été « provoqués » par 40 Tchèques, alors qu'ils participaient à la fête des plus longs jours de l'année. Un peu plus tard, 60 jeunes Sudètes qui rentraient de cette même fête auraient été attaqués à coups de pied et de bâton et un certain nombre d'entre eux blessés.

L'AUTONOMIE DE LA RUSSIE SUBCARPATHIQUE

Prague, 12 juillet. Les négociations concernant l'autonomie de la Russie subcarpathique se poursuivent. Le président Hodza a reçu le docteur Gerowski, représentant des Ruthènes d'Amérique, retour des Etats-Unis. Il a reçu également M. Hrabar, gouverneur de la Russie subcarpathique. On croit que les élections pour la création d'une Diète autonome auront lieu en automne.

LE NOUVEL EVEQUE DE METZ A EU INTRONISE

M.êtz, 12 juillet. En la cathé-

drale de Metz, occupée jusqu'à la dernière place par la foule et par le clergé régulier et séculier, a eu lieu, cet après-midi, la cérémonie d'intronisation de l'ancien évêque de Troyes, Mgr Heintz, nommé évêque de Metz.

Le préfet de la Moselle, entre autres nombreuses personnalités, assistait à la cérémonie.

LE VENEZUELA annonce son intention de quitter

la Société des Nations C'EST LE' NEUVIEME ETAT

de l'Amérique latine qui abandonne

r l'institution genevoise

r (De notre correspondant, par téléphone)

Genève, 12 juillet.

On n'a pas enregistré avec,une surprise particulière, à la Société des Nations le départ d'un neuvième Etat de l'Amérique latine le Venezuela. Celui-ci a fait savoir aujourd'hui télégraphiquement au secrétariat géneral de la Ligue qu'il avait décidé de se retirer de la S.D.N. Mais son ministre des affaires étrangères, M. Jilborgcs, avait déjà informé le Congres du Venezuela, au mois d'avril dernier, qu'il ne voyait pas d'utilité pour son pays à être représenté à Genève.

Bien que le Venezuela soit un petit Etat, puisqu'il ne compte que trois millions et demi d'habitants, son départ pourrait ébranler encore un peu plus une institution dont les assises ne paraissaient plus déjà très solides. Il inquiète en tout cas ceux qui, à la Société des Nations, s'employaient de leur mieux à empêcher sa désagrégation par l'abandon de l'Amérique latine.

LA GUERRE D'ESPAGNE

L'avance des nationalistes parait subir un temps d'arrêt dans le massif (ÏEspadan

Front catalan, 12 juillet. L'avance des nationalistes sur le front du Levant est ralentie par la résistance acharnée de l'adversaire qui, ayant fortifié puissamment la Sierra de Espadan, tente de toutes ses forces d'empêcher l'encerclement dont ce massif est l'objet. Les miliciens installés sur le sommet le plus élevé de Ja Sierra et sur de nombreuses crêtes au cœur de celle-ci s'opposent à la progression des nationalistes qui, ayant conquis des positions aux extrémités occidentale et orientale du massif, doivent cependant encore avoir raison de la résistance qui se manifeste à l'intérieur de la chalne. L'avance vers Sagonte devient, de ce fait, plus difficile. Bombardements

de Carthagène

Valence, 12 juillet. Selon les premiers renseignements, 24 personnes ont été tuées et 36 blessées au cours des deux bombardements subis par Carthagène.

Le bombardement de 11 heures a été effectué par sept appareils. Les avions ont laissé tomber leurs bombes sur la ville où plusieurs édifices ont été détruits.

Le comité permanent des réfugiés

serait convoqué

à Londres le 3 août

Evian, 12 Juillet. M. Myron Taylor. président du Comité intergouvernemental d'Evian, a réuni, cet après-midi, les chefs de délégations afin de leur communiquer le texte du projet de résolution élaboré conjointement par les représentants de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis. M. Myron C. Taylor a exposé les grandes lignes du mécanisme qu'il propose au comité d'adopter en vue de venir en aide, à l'avenir, aux réfugiés politiques. Un texte de résolution est en préparation. Les membres du comité se réuniront encore en séance secrète jeudi, afin de faire connaître leurs éventuelles observations sur les propositions concrètes de la délégation américaine.

Le comité permanent, dont le projet de résolution fixe la composition, sérait convoqué à Londres le 3 août prochain.

L'amitié des pays démocratiques

Un discours de M. Kennedy Londres, 12 juillet. Dans un discours qu'il a prononcé aujourd'hui à Winchester, M. Joseph Kennedy, ambassadeur des Etats-Unis en Grande-Bretagne, après avoir souligné la nécessité pour les puissances démocratiques telles la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, a entretenir les meilleures rela- tions possibles, a ajouté « En agissant ainsi, la Grande- Bretagne et les Etats-Unis, de mê- me d'ailleurs que les autres pays qui veulent voir leurs peuples vi- vre librement et heureux, pourront nourrir tous les espoirs de triompher des tempêtes qui font actuellement rage à travers le monde. »

,#,###,#########

HOTEL. DE

L'Ermitage d'Evian La célèbre maison, rénovée et em- bellie par de nouveaux aménage- ments, vous offre le maximum j" de confort, dans un cadre idéal, sa cuisine renommée agrémentera Ja votre cure.

EVI4ISI £tati<m du (f^eln

Cure de désintoxication de l'organisme ETABLISSEMENT THERMAL

SOURCE CACHAT

TOUS LES SPORTS TOUTES LES DISTRACTIONS UNE BONNE VOITURE

vendue par une < MAISON DE CONFIANCE »

SACHETE PAR LE FIGARO

On ne peut pas ne pas s'étonner de la régularité avec laquelle, l'un après l'autre, les Etats de l'Amérique latine quittent la S.D.N. De vingt Etats qui en étaient membres, il n'y en a plus que onze qui lui soient restés fidèles. 11 est vrai que, parmi ceux-ci, se trouvent des nations comme la République Argentine, le Mexique, le Pérou, la Colombie, la Bolivie, et qu# ceux-ci paraissent très attachés à l'institution de Genève.

On croit savoir que la décision du Venezuela a surtout été dictée par la déception qu'il a éprouvée en voyant la S.D.N. n'être plus en mesure de défendre les petits Etats contre une agression. L'affaire d'Ethiopie, surtout, a jeté un froid sur l'enthousiasme des petites nations et plus particulièrement sur certains Etats de l'Amérique latine qui ont vu leur chiffre d'affaires avec le continent européen diminuer par suite de l'application des sanctions.

Ed. Bauty.

Un navire inconnu

mitraillé à Sitges

Barcelone, 12. juillet. Au cours du bombardement, ce matin, de la petite ville de Sitges, un hydravion a mitraillé un navire qu'on suppose être de nationalité trangère, qui se trouvait au large.

Le général Franco

met la France en garde contre le danger

communiste

Bruxelles, 12 juillet, La Nation Belge publie des déclarations faites à son directeur, M. Paul Neuray, par le général Franco. Parlant de la France, le général a dit « C'est un pays magnifique. SU civilisation est incomparable, ses ressources inouies, et il ne faut point désespérer d'elle. Des dangers extérieurs la menacent. Comment pourra-t-elle se défendre si elle laisse le communisme l'affaiblir et la miner à l'intérieur.

Le Komintern aurait dissous le comité exécutif

du parti communiste polonais Varsovie, 12 juillet. Une publication communiste paraissant en Pologne,le Czerwonny Sztandar. annonce que le Komintern aurait dissous le bureau du parti communiste de Pologne et aurait l'intention de former un nouveau parti communiste, dont il aurait déjà désigné les membres du comité exécutif,

Un autre journal, le Wyeczor Worszawsky, qui représente l'opinion nationaliste modérée,confirme l'affiliation de la publication communiste et ajoute que les membres de l'ancien comité exécutif du parti communiste polonais ont été, soit exécutés en Russie soviétique, soit déportés en Sibérie.

♦–

LE CONGRES DES ECRIVAINS DE FRANCE

Le quatorzième Congrès des écri.vains de France s'est tenu, hier, à Montpellier. Diverses manifestations ont marqué cette journée, entre autres celle qui s'est déroulée à la Faculté de médecine, sous la présidence de M. Paul Valéry, entouré du professeur Paul Delmas, du docteur Voivenel. de MM. Viguié de Castres et José Germain, et au cours de laquelle un débat littéraire sur Rabelais fut institué. Aujourd'hui, les écrivains combattants se rendront dans la forêt qui porte leur nom, dans le massif de t'Espinouze.

~~####,#########~

*$àf *fe/l»RAG£ES

Fabrique i 56, rue Planchât, Parit

Succursale 79, Champj-Etysée*

Echantillons et album des boîte!

contre 2 frs en timbres (remboursables).

R lq


le Thé~âlne

AU PALAIS-ROYAL Ma femme est timbrée Comédie-vaudeville

de M. J. de Létraz

H. n'y a aucune raison pour que Jïa femme est timbrée ne connazsse pas le succès de La Fessée du même auteur, puisque l'attraction principale, le clou du spectacle est le même. Cette fois, il s'agit d'une dame qui s'assied sur un timbre d'une extrême rareté qui traînait sur un divan. Voici la dame « timbrée » comme si on devait la mettre à la poste. Elle s'en va sans se douter de rien.C'est donc une course se, éperdue, à la poursuite de ce îimbre rare avec les péripéties, les quiproquos et les sous-entendus qu'on imagine aisément. Le timbre, après avoir quitté sa première et galante situation, en trouve une autre en se collant subrepticement à un billet de banque et la poursuite continue. C'est une farce vaudevillesque bien dans le ton du Palais-Royal, jouée gaillardement par Lucienne Parizet, la femme timbrée, généreuse des attraits que la nature lui a donnés; Jeanine Mirande, Simone Sinclair, Noël Roquevert, Camille Guérin et Pierre Darteuil. A. W.

Mme ALBERT LEBRUN au théâtre Michel Mme Albert Lebrun a assisté avec ses enfants et quelques amis à la représentation des Jours Heureux au théâtre Michel. Elle a vivement félicité les jeunes interprètes de la pièce de M. Claude-André Puget, qui terminera la première série de ses représentations par une soirée gratuite qui aura lieu mercredi 20 courant. Ce sera la 100" représentation.

La réouverture du théâtre Michel aura lieu le 6 septembre avec le même spectacle, joué par tous les créateurs.

Ajoutons que, hier soir, M. Campinchi assistait à la représentation de Jours Heureux.

PETITES NOUVELLES Ce matin, à 10 heures, seront eélébrées, en l'église Saint-Thomas d'Aquin, les obsèques de Marguerite Barety. La défunte avait fait ses débuts à l'Odéon, aux côtés d'Albert Lambert. On l'avait surtout admirée pour son éclatante beauté dans Severo Torelli. Mais c'est en Russie qu'elle fit, avant la guerre, la majeure partie de sa carrière dramatique. Elle avait épousé le céramiste Lachenal. Le Théâtre Mogador rouvrira ses portes le 22 septembre prochain avec la comédie musicale Balalaïka, sous la direction de M. Maurice Lehmann. Mme Germaine Dermoz fera ses débuts au music-hall la saison prochaine, sur la scène de l'A. B. C. où ellï interprétera un sketch de Mme Marcelle Maurette dont l'action se passe sous le règne de Louis XIV.

ttttfttrrrrrrt r»»*f

SOIREES. Ce soir 13 La Marche nuptiale Jeudi 14 relâche Vendredi 15, mardi 19 Asmodée Samedi 16: Un Chapeau de paille d'Italie et Deux Pro-

verbes de 'Carmontelle Dimanche 17 :La Rabouilleuse Lundi 18: Chacun sa vérité, L'Age Ingrat. MATINEES.- Jeudi 14 Ray Blas (matinée gratuite) ;Dimanche 17 Ruy Blas

31 juillet Dernière représentation avant la fermeture annuelle.

k»Jf»»HW»»"ffffff*

PALAIS-ROYAL. Ce soir à 21 heu. res réception du service de second' pour MA FEMME EST TIMBREE. Demain jeudi à 15 h. première ma. tinée.

C~a~G3C~~

LE© EPATES RETENUES Samedi 13 août

CHATELET. En soirée réouverture et reprise de Le Tour du Monde en quatre-vingts jours.

Mercredi

OPERA-COMIQUE. En soirée Réouverture.

Mardi 6 septembre

THEATRE MICHEL. En soirée :Réouverture et reprise de Les Jours heureux.

Mercredi

DAUNOU. En soirée répétition générale de Trois Jeunes filles.

CE SOIR

'OPERA (Opéra 59-59), à 20 heures Faust (Mmes Solange Delmas, R Mahé Montfort, MM. Rouquetty, A Pernet, Charles-Paul, Forest). Orcùestre M. François Ruhl-

maüri.

Demain, en matinée Samson et Dalila (représentation gra-

tuite.

COMEd'iI-FRANÇAISE (Rlcï. 22-70), à 21 heures La Marche Nuptiale «mm! Pierre Dux, CnamDreuil, Debucourt, de Rigoult, Le Marchand Mmes' Marie Bell, André de enauvèron, vera Korène, Irène Brillant, Marcelle Gabarre, Lise Delamare, Denise Cair). .<

Demain en matinée, Ruy Blas, La Marseillaise (représentation gratuite) en soirée, relâche.

OPERA-COMIQUE (Rich. 72-00), à 20 h. 15 Carmen (Mmes Gilly, Dupard MM. Altéry, Bouvier, Ravoux, Poujols, Buck, Payen). Orchestre M. Eugène Bigot.

Demain matinée, Lakmé, Deuxième Rhapsodie (représentation gratuite) soirée,, relâche.

ODEON (Danton 58-13), à 20 h. 45 L'Avare (MM. Chamarat, Clairval, Raymond Girard, Harry James, Barré, Bourdel Mmes Suzanne Courtal, Michèle Michel, Slmonot, Bolti). Le Médecin malgré lui (MM. Georges Cusin, Darras, Eys'er, Baconnet Mmes Madeleine Brosy, Blanche Dars, Françoise Delille).

Feuilleton dn « Figaro» du 13 Juillet 1938 (12)

lA MMEMQME

C~~PI~Q~C~~I~~

Du 01, 61lKIE

CHAPITRE m

Le docteur parle

t- (Suite)

Selden s'inclina un peu ironiquement.

Vous avez parfaitement raison, répéta le docteur. Les marques sur la gorge de Calthorpe étaient des traces de dents. J'en ai vu de pareilles dans ma jeunesse, faites par un puma sur un autre carnivore. Vous faites allusion aux dimensions des canines ? 2

Vous êtes observateur, Selden. Je n'ai jamais vu de canines pareilles dans une mâchoire humaine. Le docteur avait perdu son sangfroid et il arpentait la pièce d'un pas rapide et nerveux.

J'espérais garder ceci pour moi. Cela va donner naissance à tou-

La distribution des prix au Conservatoire ,|| M. Jean Zay parle de réformes prochaines

Hier après-midi a eu lieu au Conservatoire la distribution des prix décernés à la suite des derniers concours. Ce fut une charmante cérémonie. Les petites lauréates des classes de musique étaient vêtues de blanc, de rose ou de bleu, elles avaient les cheveux bien frisés, elles serraient dans leurs mains leurs diplômes c'était enfin de vraies petites filles de distribution de prix. Les lauréats des concours de comédie, de chant et d'Opéra, personnages plus âgés, semblaient plutôt des lauréats de concours général. Et puis, naturellement, il y avait les parents et amis, heureux d'assister au triomphe de leur progéniture. M. Jean Zay, ministre de l'éducation nationale, présidait la cérémonie. Il prononça un discours au cours duquel il parla de plusieurs projets de réformes qu'il envisage. Le ministre a dit en particulier

L'activité artistique est devenue à tous égards un problème national. On a bien voulu reconnaître quelle attention particulière j'ai entendu lui réserver. De larges projets de réforme, qui ne sauraient manquer de recueillir votre adhésion, me sont actuellement soumis. Ils se préoccupent tout particulièrement du destin du Conservatoire. Et si je n'en ai pas hâté l'examen, c'est parce qu'il doit être entrepris dans la réflexion et la méthode.

Je pense, avec le Conseil supérieur, que les artistes dignes de ce nom doivent connaître le sens profond et l'histoire des œuvres qu'ils interprètent, se montrer capables de comprendre pleinement la volonté des auteurs. J'étudie également la proposition qui m'est 'faite de modi fier le règlement de certains concours pour en élever le niveau et augmenter l'importance des épreuves, parfois encore trop rapides.

Enfin, j'envisage la possibilité d'effectuer une sélection moins hâtive des candidats par l'admission provisoire confirmée seulement après un stage.

Après la distribution des prix et la proclamation des bénéficiaires des legs et donations attribués pour 1938 et dont nous donnons le détail d'autre part, un con- cert fut donné par un certain nombre de lauréats. Mlle Dellile joua sa scène de Poil de Carotte et M. Chevrier, L'Adversaire Mlle Joachim, sa scène d'Othello, et M. Clavensy, sa scène de Boris Godounot). Mlle Segala chanta l'air de Fidélio. On entendit encore Mlle Moscovitz, M. Gillet et M. Schwalbé. André Warnod.

Voici les noms des bénéficiaires des legs et donations pour 1938 Legs Nlcodami Ï.ÎM. Duc et Lavaud. Prix Guérineau M. Faudet et Mlle Ségala. Prix George Haini M. Recasens. Prix Popelin Mlles Moscovitz, Denjejssieurs, Girnudeau,. Lépnet, Çtaïnbeau, d'Arce, Henriot, Descours Zâitz-. mann, Guérin. Prix Ponsin Mffe Pezzani. Prix Henri Hertz Mlle Descours. Prix Doumic Mlle Deschamps. Prix Jules Garcin M. Schwalbé. Prix Girard Mlle Marey. Prix Tholer Mlle Cayret. Prix Monnot M. Schwalbé. Legs Buchère Mlles Joachim et Reinhart. Prix Meunié Mlle Michaïlesco. Prix C. Rosé M. Druart. Prix Milanollo MM. Audibert, Locatelli, Puig, Mlles Jousset, Jeanne, Artopoulos. Prix Rosine Laborde Mlle Marée. Prix LePaulle M. Lavagne. Prix Portéhaut M. Spiers. Prix Sarasate M. Schwalbé. Prix Eugénie Sourget de Santa-Coloma M. Faudet. Grand prix Osiris :M. Barbero. Fondation Yvonne de Gouy d'Arsy MM. Dutilleux, Lavagne, GalloisMontbrun, Désenclos, Mlle Pradelle, MM. Litaize, Lavagne, Meyer. Prix Ma-

Demain en matinée, Horace, Le Malade imaginaire, La Marseillaise en soirée, L'Abbé Constantin.

MICHEL (Anj. 35-U2), a 21 n. 20 Les Jours heureux, de C. A. Puget (Mlles Lucy Léger, O. Génlat, Juliette Faber s M. Armontel, André Bervll, F. Perler).,

AMBASSADEURS (Anj. 97-60). 21 n.: Le Misanthrope. ANTOINE, 21 heures Equateur.

CAPUCINES, 21 heures Préméditation.

DEUX-MASQUES, 21 n. La Nuit imprévue.

DEJAZET, 21 h. Irma, troisième à gauche.

ENGLISH PLAYERS (OEuvre), 21 h. Oscar Wilde. GRAND-GUIGNOL, 21 h. Le Viol, ..Et de père inconnu. HUMOUR, 21 h. 15 Françoise et ses tuteurs.

PALAIS-ROYAL, 21 h. Ma femme est timbrée. PORTE-SAINT-MARTIN Clôture annuelle. SAINT-GEORGES, 21 n." 10 L'Ecurie Watson. >- *• MUSIC-HALLS CIRQUES CHANSONNIERS

Même spectacle qu'en soirée .<̃

A. B. C., 15 ï.;

FOLIES-BERGERE (Prov. 98-49), S0 h. '45: Folle en Fleura revue à grand spectacle, en 2 actes et 60 tableaux, de M. Maurice Hermite. production Paul DervaL (Donna). A. B. C., 21 h. La nouvelle Revue de l'A. B. C. ALCAZAR, 20 h. 45 La Revue.

CASINO DE PARIS, 21 D. Féerie de Paris (Mlstlnguett). DEUX-ANES. 21 û. Les chansonniers et la revue. DIX-HEURES, 22 h. Martini ( en exclusivité), P. Colline.

tes sortes d'histoires extravagantes dans la forêt.

Il n'y a aucune raison d'ébruiter la chose. Mais vous, comme médecin, ne pouvez-vous m'en dire davantage ? '}

Vous êtes le diable en personne, Selden. J'imagine que vous le savez déjà. Ces marques ont été faites après la mort, non avant. Ce ne sont pas celles qui ont causé- la mort.

Je le pensais bien, mais je n'en étais pas sûr.

Il y eut un silence tendu et Hartley allait se jeter en travers avec quel- que observation banale, lorsque Selden parla

Ne prenez pas mal ce que vous dit un homme bien plus jeune que vous, docteur, mais je suis sûr que vous en savez plus que vous ne voulez dire.

Vous vous trompez tout à fait. Je ne sais rien de plus sur ces deux crimes que ce que je viens de vous dire.

Les regards se défièrent. Le docteur abaissa les yeux le premier. Le jeune homme continua, impitoyable

Peut-être me suis-je mal exprimé. Vous ne savez rien de plus sur le crime, mais vous essayez de vous convaincre que c'est 'un assassinat ordinaire. Je fais allusion à Sir

rius Demiéville Mlle Artis, M. Poulain. Fondation Ambroise Thomas MM Meyer, Clavensy, Mlle Joachim, M. Krempff, Mlle Hirsch. Prix Th. Lisbonne MM, Bouteuil; Mercier, Lafeuille, Callot, Bouchet, Daraux. Prix Claire Pages Mlles Collinson et Doyen. Prix Fargueil Mlles Delille et Joachim. Prix Henriette Fuchs Mlle Sima. Fondation Fernand Halphen MM. Dutilleux, Lavagne, Mlles Maurice Deschamps, Doyen, Féjard, MM. Désencle, Litaize. Prix Pierre Destombes M. Labadie. Prix Lili Boulanger M. Sautereau. Prix Bernerette-Rety Mlle Agugliaro. Prix Louis Batigue Mlle Deschamps.

Prix Edouard Nadaud M. Dumont. Prix Cavard-Canti Mlle Maynial. Prix Jacqueline Noël M. Bossé, Mlles Lovis, Antilio, Debeauce, MM. Rosenblum, Winder. Prix Edouard Moullé Mlle Hamilton, M Veyron-Lacroix. Prix Molé-Truffier Mlle Joachim. Prix Robert Le Lubez M. Fauré. Legs Christine Nilsson M. Fayeulle et les élèves les plus méritants des classes de chant et de déclamation. Prix Marie-Louise Da-

vesne Mlle Jousset. Prix Jacqueline Eberart Mlle Peschard. Prix Jules Griset M. Recasens. Prix Denain Mlle Deupès. Prix Reine Laurent Mlle Falcinelli. Prix de Mme Antonin Durand Mlle d'Arco. Prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques M Moulinot. Prix Larousse M. Sainval. Prix de l'Illustration M. Casadès. Prix de la Société des gens de lettres Mlle Noëlle. Prix de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique Mlle Aubel. Prix Sophie Chéné Mlle Laeuffer. Prix Henriette Martin M. Spiers. Prix Félix Galipaux Mlle Delille. Prix Jeanne Myrtale Mlle Ségala. Prix Madeleine Roch Mlle Noëlle. Prix Ernest Commanville M. Lantier. Prix CarruetteDestombes partagé entre des élèves méritants des classes d'instruments et de composition. Prix Blanchette Mlle Noëlle. Prix Alice Ducasse Mlle Joachim. Prix Régnier-Dumas: M. FeUtpas.

+

ŒS3CQUPS CE SOIR ̃: °

Au groupe théâtral de V Ameriean Sludent's nnd Aartist's Center (261 boulevard Raspail), à 21 heures, première présentatio de Then Rising generation (La génération grandissante), comédie de M. Wyh Weaver et Miss Laura Leycester.

Vendredi soir, Mme Marjorie Lawrece, qui rentrera spécialement par avion de Varsovie à Paris pour cette représentation, MM. Martial Singlier, Froumenty et Cambon seront, à l'Opéra, avec M. René Maison et Mlle Anita Volfer les interprètes de Lohengrin, que dirigera M. François Ruhlmann,

Revenant à l'ancienne tradition, l'Opéra ne jouera pas le samedi soir entre le 15 juillet et le 1er septembre. ♦ L'Opéra-Comique fermera ses pertes demain, après la matinée gratuite du 14 juillet. Cette clôture annuelle permettant d'assurer les congés de tout le personnel. La réouverture aura lieu le mercredi 17 août.

Voici le programme de la matinée gratuite que l'Odéon donnera demain jeudi à l'occasion de la Fête Nationale Horace, de Corneille Le Malade inîUginaire, de Molière ef La Marseillaise.

Demain jeudi 14 juillet, une ma^tinée gratuite de La Nuit -imprévue aura- Heu au 'ïhëttjre <ïès Deux-Majs-.

qu'es. ̃̃.̃̃? Jt ̃

Sur les Marches du Palais, tel est le titre de la pièce de M. Jean Sarment qui doit passer au Théâtre des Arts la saison prochaine. A l'Opéra, la matinée gratuite du 14 juillet commencera à 13 h. 30. Le programme sera composé, cette année, de Samson et Dalila, dont Mlle Schenneberg, MM. J. Luccioni, Martini Singher, Huberty, Froumenty, Noré, Forest et Cambon seront les interprètes, et de La Grisi, dansée par Mlles Camille Bos, Hughetti, M. Serge Peretti, et tout le corps de ballet. Entre les deux ouvrages, La Marseillaise sera chantée par M. Martial Singher et les artistes des choeurs. Au pupitre se succéderont MM. Paul Paray et H. Tomasi.

JËi)Ë)~_ &~

CET APRES-MIDI

CE SOIR

John, naturellement. Cependant, au fond de votre esprit, vous doutez, car vous connaissez ce pays, et vous avez des soupçons. N'ai-je pas raison ?

J'imagine que je me suis trompé sur votre compte, Selden, dit le docteur, souriant malgré lui. On croit tellement que les détectives sont des hommes à l'air grave et solennel, avec nez crochu et sourcils en broussailles vous savez, le genre cinéma que je n'ai pas pu vous traiter sérieusement. Vous avez raison, absolument. Dick sourit.

AlorsV maintenant, on va s'entendre. Vous étiez ici quand Anne Jenkins est devenue folié ? 2 Le docteur mordit violemment sa pipe.

Oui. La pauvre fille a éprouvé un choc épouvantable qui a affecté son cerveau, assez peu solide du reste. Elle est à l'asile du comté. C'est un cas bien triste. (Il paraissait ressentir une forte émotion, la sueur perlait sur son front.) Je l'ai eue ici même, continua-t-il, dans cette pièce. On m'avait appelé chez eux. mais rien à faire là-bas. Je l'ai amenée chez moi avec sa mère. Elle se débattait en poussant des cris. Elle hurlait à tue-tête des choses qu'on chuchotait tout juste dans le pays depuis des siècles. Je suis assez

Henry Fonda et Madeleine Carroll dans « Blocus », le nouveau film de l'Olympia.

Quatre pièces françaises seront représentées

la saison prochaine

en Hollande

Une dépêche d'Amsterdam annonçait, hier que la troupe théâtrale « La Maille vient de publier son répertoire pour la saison prochaine, qui commencera en septembre. Au nombre des six pièces sur lesquelles s'est fixé, définitivement le choix de la troupe figurent quatre œuvres françaises Chaleur du Sein, de M. André Birabeau Le Valet-maître, de MM. Paul Armont. et Léopold Marchand L'Enseveli, de Mme Nora Jonuxi, et Noix de Coco, de M. Marcel Achard. Pendant cinq mois, la troupe fera une tournée dans toute la Hollande avec ce même répertoire. M. JEAN TOULOUT quitte l'Union des Artistes M. Jean Toulout qui fut longtemps président de l'Union des Artistes, et qui en était resté un des plus actifs animateurs, vient de donner sa démission.

C'est une perte sérieuse que fait l'Union. Jean Toulout lui consacrait une grande partie de son temps. Le gala annuel de l'Union trouvait en lui un organisateur infatigable.

PETIT COURRIER MUSICAL ̃+ M. Philippe Gaubert vient d'être nommé maître de musique de l'Institut, en remplacement de M. Henri Busser.

<+. Hier matin, à 10 h. 30, a été donné par un délégué du Conseil municipal, devant l'Hotel de Ville, le départ d'un nouveau Tour de France .organisé par lu Caisse nationale autonome de la musique, qui a fait équiper une voiture automobile pouvant transporter un piano de concert et trois artistes qui iront, "faire entendre les

~Ee~ tp~u ~'7liéTr~~INe, aC chant,

<1I\f\a;u,v,c¡ ,Q.4"Lla. ~q~e, de .¡:haIlt"

.<1' ne% de e"vll es et 'dabs 'plusleurs

•CèirtaïneV- fle f'vllletf et'bourgades.

A NOS ABONNES

Pour éviter toute interruption dans, leur service, nous prions ceux de nos abonnés dont l'abonnement se termine le 15 de ce mois de bien vouloir ne pas attendre le dernier jour pour nous adresser le montant du renouvellement. La date d'échéance est indiquée sur la bande d'envoi.

CABARETS DANCINGrS AMBASSADEURS Le plus beau spectacle. Thé. din.. soup. COUPOLE (102, bd Montparnasse) 2 orch. Thés sam. dim. FETICHE (7, rue Fromentin) Cabaret, attractions. LIDO Thés, dancing, soupers, attractions..

LUNA-PARK Tous les jours, matinée et soirée. MONTE-CRISTO. 8. r. Fromentin (Tri 42-31) Cabaret -danc. PAVILLON DE L'ELYSEE Thés, dîners, soupers. SHEHERAZADE Léo Marjan,, Rica Martin, Dima Oressor. SKATING DE PARIS Matinée et soirée.

TABARIN, & 21 h. dancing: 23 h. 30 Les Heures sont belle*. -CINtilâS '•• Films parlant français.

ALHAMBRA 14 h. 30, 20 h. 30 Sœurs d'armes, 52* rue. CINE L'AUTO 10 a 24 30 Pauvre petite fille. CINEVOX-PIG. l?-2 h. m. Hom. de proie, Cous. de Varsovie. DEMOURS 14 h. 45, 20 h. 45 Ligne Maginot, Les Grands. EDOUARD VII. 14 h. 30-0 h. 30 :Les Perles de la Couronne. GAUMONT-PAL. 15 h-1 h. m.: Mon père et mon papa, IMPERIAL de 10 h. a 1 Il. m. Le Petit Chose. LE CLICHY :♦ 12 à 24 h. Trag. de la Jungle, Cant. de la Col. LUTETIA 14 30 à 20 30. S. 21 h. :Cap. courag. Tourn. dang. MADELEINE « 12 û. a 1 H. du m. Le Patriote. MARIGNAN + 14 a. a 24 h. Blanche-Neige.

MARIVAUX ♦ 12 a. a 2 n. du matin Quai des Brumes.' MAX-LINDER de 1 2 h. à 2 h. du m. Barnabe. MOZART 14 h. 30-19 h. S. 21 h. Carg. blanc. L'or d. la rue. MOULIN-R. + 14,30-19 h. S. 21 h. 3 artilleurs en vad. NORMANDIE 14 h. 30, 2 h. 10 m. Les Dieux du Stade. PANTHEON 14 h.24 h. Prison sans barreaux. PARAMOUNT + 9 30-2 h. m. Durand bijoutier.

coriace, mais il m'a fallu lui faire une piqûre hypodermique.

Morphine ? demanda Selden vivement.

Oui, et atropine. Le cœur flanchait. Ça aurait peut-être mieux valu 1

Et ce garçon Eric James. lui aussi a eu une frayeur et est tombé dans l'escalier °

Le diable vous emporte, Selden. Pourquoi toutes ces questions ? 2 Où voulez-vous en venir?. Bon. alors, poursuivit le docteur d'un ton plus calme. Puisque 5voùs y tenez absolument, je1 vais vous faire voir quelque Chose' que je croyais bien n'avoir jamais à montrer à aucun œil humain.

Il alla à son bureau et ouvrit un tiroir d'un geste rapide et nerveux. Puis il revint vers la cheminée, tenant deux photos à la main. Je fais un peu de photogra- phie en amateur et je m'intéresse particulièrement à la vie des oiseaux. Eric James m'accompagnait souvent avant son accident et m'empruntait quelquefois mon appareil. Je, lui développais ses négatifs. Ce n'étaient que clichés ordinaires sa mère, Sybil, paysages des bois. Un jour, il me rapporta mon appareil et je lui développai ses pellicules. La plupart étaient des coins de forêt, assez jolis, car le petit

ADOLPHE MENJOU repart pour Hollywood Adolphe Menjou n'aura pas séjourné .longtemps en France. Il s'embarque aujourd'hui, à bord du Champlain, à destination de NewYork.

Prendront place sur le même paquebot la violoniste Joyce Wasserman, ainsi que MM. Chfford Odets et Harold Clurman, auteur et producteur de la pièce Golden Boy.

Un film allemand

%ur « Robinson Crusoé » va être tourné au Chili A la suite d'un accord entre les autorités chiliennes et le producteur allemand, M. A. Franck, des acteurs et des techniciens allemands vont débarquer ces joursci au Chili, dans le but d'y réaliser une dizaine de films. Parmi ceux-ci figurera une version de Robinson Crusoé, qui sera tournée à l'endroit même où de Foe avait situé son histoire dans l'ile Juan Fernandez, à 6.500 kilomètres de Valparaiso.

SANS DOUTE

VOUS IGNORIEZ QUE. .Luise Rainer, enthousiasmée par les crinolines qu'elle porte dans « The Toy Wife », voudrait pouvoir en porter tous les jours, elle les trouve cependant un peu encombrantes pour conduire son auto 1

.Jeannette MacDonald est une autorité reconnue en matière de tissus dont elle possède une magnifique collection. Sa dernière acquisition est une rutilante étoffe mexicaine avec laquelle elle s'est confectionné un splendide chapeau.

'.K'iytVi S'i'illtt D! ïl i"t SÎS* ̃'•

-v r.V-v ̃y'f- ̃ '̃̃̃̃̃ -̃̃

.James Stewart; grâce à son talent d'accordéoniste est maintenant l'un des animateurs les plus recherchés des soirées d'Hollywood.

.Lionel Barrymore, dessinateur de talent, vient de faire une exposition de ses œuvres aux Galeries Milch de New-York, qui a eu un succès considérable.

·

.Freddie Bartholomew a récemment présidé, avec une grande dignité, sa première soirée mondaine à l'occasion de son quatorzième anniversaire.

a l'œil artiste et recherche les effets de lumière. Un des clichés, cependant, n'était pas bien.

Il passa une des photos à Selden. Elle représentait un chêne très vieux avec le soleil à travers les branches.

Selden la regarda, médusé, puis leva les yeux vers le docteur. Voici l'autre, maintenant. Apparemment, c'est la même scène. Selden prit la photo avec précaution. Ses yeux s'y rivèrent dans une horreur grandissante. Elle représentait le même arbre avec les mêmes effets de soleil, mais contre l'arbre se silhouettait une forme vague, transparente, immense et indécise, l'ébauche d'un squelette, avec l'ossature de ses côtes, son crâne grimaçant, à travers lesquels on voyait l'arbre se révéler nettement. Le « double atroce et irréel se révélait comme un spectre de film. N'oubliez pas, dit le docteur, d'une voix sans timbre, que le garçon n'a rien vu. Je l'ai interrogé soigneusement sans qu'il sache pourquoi. Il a malgré cela laissé échapper qu'il a eu peur à un moment sans se rendre compte pourquoi, et s'est sauvé. Il dit avoir éprouvé une sensation de froid, mais l'impression a été vite passée. Moi seul ai vu cette pellicule. J'ai acheté moi-même le rouleau à la pharmacie d'ici

LES FILMS NOUVEAUX

AU BIARRITZ `

Les As du Stade

II ne s'agit point ici de champions éprouvés, arrivés, qui cueillent les. lauriers d'un air grave, mais de joyeux garçons qui pensent encore aux études, qui croient déjà à l'amour et surtout aH sport. Chaque film américain qui a le collège pour cadre, bénéficie d'une figuration jeune et saine dont la sincérité est évidente, dont le jeu simple et franc tient de l'amateurisme ceci, pour une fois, n'est point péjoratif.

Peu nous importe quel est dans cette intrigue lobjet des préférences de la direction ou des brimades des élèves, qui gagne ou qui perd aux jeux du cœur ou du ballon, qui poursuit une vengeance, un mari ou un record. Il serait d'ailleurs dif ficile de s'y reconnaître, en ces mêlées sur le terrain, en ces malentendus dans la classe, en, ces mélanges d'aveux sous les arbres. Notre plaisir dépend uniquement de l'atmosphère qui règne d'un bout ri l'autre du film.

Les Ritz Brothers, d'une drôlerie maniérée, précieuse, mais qui porte, exécutent à propos de tout et de rien des numéros comiques et originaux. Maniant l'aiguille du tailleur, coiffés du chapeau mexicain ou du casque du joueur de football, vêtus d'oripeaux 'ou de vestons corrects, ils se contorsionnent, hilares et l'œil fou, et le décousu apparent de leurs numéros témoigne en vérité d'une science subtile. Joan Davis, grande fille, taillée à angles droits, ;n'a besoin d'aucun comparse pour atteindre aux effets les plus bouffons et ses trouvailles l'apparentent aux meilleurs pitres de l'écran. Nat Pendleton joue le Peau-Rouge d'abord brimé, puis s'impose ensuite parce qu'il est riche et surtout parce qu'il est sportif. Dick Baldwin forme avec Gloria Stuart un couple parfaitement assorti, photogénique à sou,hait, qui sait utiliser chaque rayon de lune comme chaque sourire du destin.

Et autour d'eux, une bande joyeuse mène sa ronde. Ces As du Stade ne briguent pas seulement un « score » avantageux, mais de gagner la vie, et leurs élans, leurs ambitions naïves qui s'étalent en pleine lumière nous délassent de tant de désenchantements illustrés en demi-teinte dont le cinéma international a tendance à abuser. Jean Laury.

̃SBpacRÂN 1

CET APRES-MIDI

Au Studio de l'Etoile, à 14 li. 30, reprise de Symphonie inachevée. ̃+ Le Studio de l'Etoile commence aujourd'hui, avec La Symphonie inachevée, une rétrospective des chefsd'œuvre viennois de l'écran.

Avant le premier tour de manivelle de la Fugue de Jim Baxter. Eddy Lombard qui en sera le protagoniste à réuni ces jours derniers, autour du metteur en scène Jean DrévUle, quelques amis. Assistaient > nfltanainent à ce dîner fort cordial StaciàNapierskowska, Geneviève Félix et Degnau Godowsky, qui fut le partenaire de Rudolf Valentino.

Fernand Rivers vient d'engager Fernandel pour tourner un film dont le titre n'est pas encore choisi, et qui ne sera réalisé que l'hiver prochain.

̃ ALHAMBRAI

cinéma mueic-hell j~

N ~t 50. rue de Malte.

Il A ~ntlaA à l'écran Il

à l'écran

UN JOUR AUX COURSES t

LA DANSEUSE de SAN DIEGO ̃

^hmhmmmv Sur scène ^aHaHil

ROBERT ROCCA FABREZY ̃ Witt et Gazzoli Ray Plexon |

PEREIRE 14 30,, 20 45 Tigres du Bengale, Grl. délicat. REX + 12 h. à 2 h, m. N. bl. de St-Pet., Loups entre eux. V.-HUGO 14-19 h. S. 20 h. 45 Vogues 38, Normandie. Films parlant anglais.

ALHAMBRA 14 h. 30 à 20 h. 30 Un Jour aux Courses. APOLLO 4-14-2 h. Les Femmes sont comme ça 1 Marlez-v. AUBERT 12 h., 0 h. 15 Belle Captive, Le br. Johny. AVENUE + 14 h. a 24 h. 45 Vacances.

BALZAC 14 h.-l h. m. 4 Hommes et une prière. BIARRITZ 4 14 h. à 24 h. 45 Les As du Stade. Joë Louis. BONAPARTE 15 Û.-21 h. Goldwyn Follies

CAMEO 15 1)., 17 h. S. 21 h. 30 Impossible M. Bébé. CESAR 14 à 24 h. Alerte aux Indes.

CH.-ELY8EE8 14 h. 30-0 h. 30 Arizona Bill. CINE-OPERA 15-19. h. S. 21 30 Caravane du Désert. COLISEE 14 Il. a 1 n. du m. La 8* fem. de Barbe-Bleue. COURCELLES 14 30, 10 h. S. 21 h. Ronflez, M. Burns 1 ERMITAGE + 14-24 h. Impossible M. Bébé. GAITE-C. 14-24 h. S. if b. L'Impossible IX Bébé, Superdét. GAITE-R. 1 30-3 h. m. Hollyw. Hollyw. Femme Jalouse. HELDER de 12 n. a 2 n. du m. Délicieuse. LORD BYRON 4 14 h.-l h. d m.: Coqueluche de Paris. MARBEUF + 14 h. 30-19 h. S. 21 A la Noix de Coco. OLYMPIA 12 h. à 24 11. Blocus.

PAGODE 4 14 30-20 30. S. 21 h. Impossible M. Bébé. PARIS 1 4 n..1 1 1 h. d. m. Pilote d'essai.

SAINT-DIDIER 4 14 h. à 24 h. Celui qui passe, Marie Tudor SCALA 12 à 2 h. m. Dem. en dots, Quitte ou double. STUDIO-28 15 h., 21 h. Festival fantastique. Dr Jekyl. URSULINES 15 h., 17 h., 21 h. A l'Angle du Monde. Film partant allemand.

NORMANDIE 14 h. 'i 24 B. Les Dieux du Stade. STUDIO DE L'ETOlLE 14 30 à 24 30 Symph. Inachevée.

et Eric m'a rendu mon appareil dès qu'il a eu fini. J'ai développé les clichés le soir même et lui ai dit que les derniers étaient abîmés. J'ai détruit les négatifs, mais gardé les deux épreuves.

Jack Hartley examinait les photographies. Si le comité voyait ça, ce qu'il en pousserait des cris de joie 1 remarqua-t-il.

Je n'ai pas l'intention de les lui montrer, dit froidement le docteur. Je compte que vous garderez cela pour vous. Vous m'avez forcé la main, Selden, avec vos questions persistantes.

Il remit les photos soigneusement dans le tiroir et le ferma à clef. Et vous n'avez pas d'explication à donner ? demanda Selden. Aucune. Allons, prenons un verre. Cette conversation est malsaine.

Le médecin évidemment ne voulait pas en dire plus long, et Selden savait quand il fallait s'arrêter. Pensif, il prit son verre.

Je vous remercie de vos confidences. Jack et moi les respecterons naturellement. C'est un problème étrange pour un jeune comme moi qui ne fais que commencer sa carrière. Je pense que plus tôt Mme James et les enfants quitteront cet endroit, mieux ça vaudra. Je suis

A L'OLYMPIA

BLOCUS

Les événements d'Espagne* ne peuvent manquer de tenter souvent encore les réalisateurs en peine d'effets massifs. Et Wiltiam Dieterle, auquel nous devons Blocus, nous fait passer de la paix à la guerre, du repos idyllique à la fureur des combats, de l'appel des cloches au bruit des mitrailleuses et des signes de croix aux imprécations.

Pour n'aller à l'encontre des opinions de personne pour ne point risquer que les spectateurs en viennent aux mains le metteur en scène ne précise point si Madeleine Caroll sert les Blancs ou les Rouges, si Henry Fonda appartient à l'un ou l'autre camp. L'intrigue insiste surtout sur les souf frances endurées par les civils, sur la faim qui tourmente les enfants, sur la peur qui jette les femmes entre deux raids d'avions, au pied des autels. Et le doute qui plane sur la cause que défend chacun dispense au film une certaine obscurité.

Si les soldats sont en guenilles, les officiers, correctement vêtus, s'expriment plus correctement encore et le texte anglo-saxon atténue étrangement la fureur de leurs propos. Bref, ce film est plus une allegorie qu'une série d'épisodes actuels et le cri final du lieutenant Marco qui en appelle à la conscience du monde pour que cessent tant d'horreurs nous semble davantage l'exhortation d'un neutre bien intentionné que la conclusion d'un partisan.

Madeleine Caroll, belle et touchante, est partagée entre des sentiments divers la dévotion filiale, l'instinct de conservation, la pitié et l'amour. Elle joue simplement, sobrement, se montre tour à tour humaine et sublime elle est le sourire de ce film un sourire grave, mais charmant.

Henry Fonda troque l'aiguillon pour conduire les bœufs contre un revolver de gradé. Sa figure énergique et franche, sa bonne diction le prédestinent aux gros plans et aux tirades qui portent. Leo Carillo est chargé de fa note comique, atténuée d'attendrissement. Les bombardements, les écroulements, les incendies sont réalisés avec la technique que le cinéma doit à une triste expérience qui se renforce, hélas, chaque jour. Et la figuration, choisie avec soin, exprime avec sincérité les angoisses d'un peuple en proie à toutes les misères humaines.

J. L.

A. Hollyrrood Des appareils invisibles ont été conçus pour les prises de vues du prochain film des Quintuplettes Dionne Five o/ a kind. Dissimulés dans les cloisons de la nursery, ces appareils n'attireront pas la curiosité des petites vedettes qui pourront ainsi être filmées.

Dans le sixième film de la série des « Mr. Moto » intitulé Winter Garden. Peter Lorre apparaîtra sous les traits d'un prestidigitateur aux côtés de Virginia Field, qui tiendra le principal rôle féminin.

My Darling Daughter aura pour principaux interprètes' Oliva-de Haviland-et Wayn» Morlssj -• ••-•

^mmmm.A^r^rrr.f.t.rretr.rttttrrttrtt

HV inoubi ±a.ifc>xe>

SYMPHONIE INACHEVEE Au Studio de l'Etoile

Afin de voue permettre de revoir

les chefs d'œuvre viennois dans leur version originale LE STUDIO de l'ETOILE passera à partir du mercredi 13 juillet l'inoubliable .SYMPHONIE INACHEVEE» avec Martha EGGERTH. Prix exceptionnel des places pendant ces programmes Tout l'orchestre *en matinée 6 fr. Matinée de Samedi, Dimanche et fêtes: 10 fr. Soirée 10 fr.

Salles d'actualité.

PARIS-SOIR (Ch.-Elys.), 10 h.-l h. m. Vogues 38. Le signe # slgnine permanent.

rîlfUM DU C3RAMO fiFR^I

A la Noix de Coco 14 h. 30, 17 h., 21 h. 15. Marbeuf. Alerte aux Indes 14 h., 16 h. 5, 18 30, .20 45, 23 h. Le César. Angle du Monde 15 h. 40, 17 h. 40, 22 h. 15 Ursulines. Arizona Bill 14 35, 16 48, 18 50, 21 5, 23 h. Ch.-Elysèes. As du Stade 14 15, 16 30, 18 50, 21 10, 23 h. Biarritz. Barnabé 12, 14, 16, 18 10, 20 10, t'i n., 23 n. Mas-Linder, Blanche-Neige 13 h. 55, 1S h. 44. 17 h. S4. 19 n. 24, 21 n. 14, 23 b. 4. Marignan. Blocus 14 50, 17 15, 19 30, 21 30, 23 50. Olympia, Coqueluche de Paris 14 n. 50, 17 n., 19 h., 21 n. 10, 23 h. 15 5 Lord Byron. Dangereux à connattre 15 h. 30, 18 h. 30, 22 h. 30. Marbeuf. Délicieuse 12 h. 5, 14 h. 5, 16 h. 5. 18 n. 5, 20 h. 5. ii'2 h. 5, 0 h. 10. Helder. Dieux du Stade:14 15, 16 30, 18 50, 21 10, 23 35 Normandie. Docteur Jekyl et M. Hyde 16 h. 15, 22 h. 15 Studio 28, Durand Bijoutier 9 h. 53, 11 h. 47, 13 h. 41, 15 h. 55, 18 h. 9, 20 h. 23, 22 h. 37, 0 h. 31. Paramount. Femmes sont comme ça 14,16 25,18 50,21 15,23 35 Apollo. Huitième femme de Barbe-Bleue i 14 Q. 45. 16 n. 50, 19 n. 5, 21 h. 10, 23 b. 20. Colisée, Mariez-vous 15 25, 17 50, 20 15, 22 30, 1 h. Apollo. Le Patriote 12 h. 24, 14 h. 39, 16 Il. 57, 19 û. 13, 21 û. 30, 23 h. 48. Madeleine. Pilote d'essai 14 25, 16 40, 19 h.. 21 15. 23 30. Le Paris. Symphonie Inachevée 18 30, 20 30, 22 30. Stud. de l'Etoile. Quai des Brumes 12 U. 20. 13 b. 20, 16 h. 20, 18 n 20. 20 h. 25. 22 h., 24 h. 45. Marivaux. Quatre Hommes et une prière: 14 h. 35, 16 Il. 55, 19 n., 21 h. 18. 23 h. 15. Balzac. Trois artilleurs en vadrouille 14 h. 20, 16 h. 40, 18 h 55 21 h. 15, 23 h. 35. Moulin-Rouge. Vacances 14 40, 16 50, 19, 21 10, 23 10 Avenue.

l

« GUNGA DIN »

de Rudyard Kipling

va être porté à l'écran

George Stevens va bientôt don«ner le premier tour de manivelle de Gunga Din, adaptation à l'écran de l'ouvrage de Rudyard Kipling. Victor Me Laglen, Cary Grant, Jean Fontaine et Douglas Fairbanks Jr ont déjà été retenus pour l'interprétation de ce film. Les studios R. K. 0. ont engagé, d'autre part, sir Robert Erskine Holland qui fut une importante personnalité des services civils britanniques aux Indes. Ce personnage qui possède une connaissance approfondie de la vie aux Indes, sera le conseiller technique de la réalisation de Gunga Din.

Il a fallu, dit-on, envoyer à travers le monde des agents à la découverte d'un acteur capable d'interpréter le rôle fort imporant d'un Hindou.

LES JOURNEES f DU CINEMA A LYON Une réception, présidée par M. Rey, adjoint au maire de Lyon, qui a eu lieu avant-hier soir dans un grand établissement du centre de la ville, a marqué le début des" trois Journées du cinéma, organisées au profit de plusieurs oeuvres de bienfaisance, par l'Association de la presse périodique de Lyon et du Sud-Est.

De nombreuses vedettes françaises et étrangères du cinéma et du théâtre assistaient à cette réception, à l'issue de laquelle a été donnée la présentation d'un grand film. Hier soir, un gala a été donné à l'Opéra de Lyon, en l'honneur des artistes. Ce matin, différentes manifestations sont prévues et à 13 heures sera servi le banquet officiel auquel assisteront les auto-

rités.

Ces Journées du cinéma coïncî* dent en partie avec les fêtes données à l'occasion du départ de la course internationale de hors-bords sur le parcours Lyon-Marseille-Cannes.

PETITES NOUVELLES Mme Paulette Pax vient de rentrer de Nice où elle a tourné le rôle de Mrs Nicholls, sous la direction de Fedor Ozep.

Un projet de barème des prix minima d'entrée dans les théâtres cinématographiques pour les départements dî la Seine, Seine-et-Oise et Seine-etMarne est actuellement à l'étude sur la proposition de la commission mixte chargée de combattre l'avilissement des prix, fort préjudiciable aux intérêts généraux de la cinématographie. On va établir une version française de Coqueluche de Paris, le premier film américain de Danielle Darrieux qui passe actuellement au Lord Byron. Et c'est bien entendu Danielle Darrieux qui se « doublera », elleméme, comme le flrent naguère Charles Boyer et Marlène Dietrich.

FILMS RECOMMANDES EXCLUSIVITES PATHE MARIGNAN

BLANCHE NEIGE ET LES SEPT NAINS

IMPERIAL

LE PETIT CHOSE NORMANDIE

LES DIEUX DU STADE SUR SCENE

JULES LADOUMEGUE

surpris que vous ne le leur ayez pas suggéré, docteur.

Hughes ne s'offusqua pas de l'observation, comme Selden l'avait craint. Il répondit presque tristement « Voilà une des choses sur lesquelles Harman et moi ne nous entendions pas. Mis à part ce dont nous venons de nous entretenir, Cold Stairs n'est pas un endroit qui convienne aux enfants. Le garçon, à mon avis, a besoin d'un traitement spécial et la fillette serait mieux dans une pension avec des compagnes de son âge. Elle devient neurasthénique ici. e

Y a-t-il quelque espoir de guérir le garçon ? demanda Hartley. Je n'en sais rien, répondit brusquement le docteur. Il eut l'air de ne pas vouloir discuter le cas trop compliqué, pensa Selden, pour un médecin de campagne qui s'intéressait surtout au sport.

Nous ne vous dérangerons pas davantage, dit Selden. Je reviendrai naturellement pour l'enquête, mais il ne faut partir maintenant pour Londres, consulter mon chef et recevoir ses instructions. Nous espérons vous revoir. Adieu, docteur, et merci de votre hospitalité.

(A suivre.) Walter S. Masterman. Traduction de H. Fauconnier»

Arrhamhaiill et G, Gilbert.

z {V.ojnjnght liy Ltbrmrie Shtrfc.) t


DOIT-ON REORGANISER LE SPORT EN FRANCE ? C1)

Il faut surtout obtenir une direction stable et un programme bien établi NOUS DIT M. PAUL ROUSSEAU

président de la Fédération Française de Boxe

M. Paul Rousseau, président de la Fédération française de boxe et membre de l'Union cycliste internationale, s'occupe aussi de deux organismes qui contrôlent, à la fois, amateurs et professionnels. M. Paul Rouseau est depuis fort longtemps à. la tête de la Fédération de boxe où sa gestion soulève maintes critiques du fait qu'il s'est efforcé de faire, depuis toujours. la part entre le professionnalisme et l amateurisme, La Fédération de boxe, en effet, a la réputation de ne pas se laisser faire et n'hésite pas, le cas échéant, à prendre les sanctions que nécessite la situation. Si le sport amateur dans la boxa n'est pas très brillant, c'est que la Fédération ne possède pas les (noyens de faire plus pour lui que ce qu'elle fait actuellement. Ainsi, je pose de nouveau le problème pour les dirigeants des ressources nécessaires pour faire vire un sport. M. Paul Rousseau connaît parfaitement les questions que nous posons pour en avoir d'scuté, maintes fois, dans des congrès divers. Il est de ceux qui recherchent des solutions à la crise que nous subissons et il est de ceux aussi qui connaissent le mieux les nombreuses difficultés qu'il faut vaincre pour non seulement faire fonctionner une fédération comme la sienne, mais encore pour défendre un sport aux mains de sociétés parfois trop pressées de connaître le succès et de dirigeants qui ignorent quelque peu les buts exacts du sport qu ils dirigent.

A nos questions, M. Paul Rousseau ne répond pas précisément. Toutefois, en ce qui concerne la séparation des sports amateurs et professionnels et de la formule allemande, M. Paul Rousseau nous dit

Je reviens d'Allemagne où j'ai assisté à un congrès de la Fédération internationale de boxe. Permettez-moi de vous dire que la déclaration des Allemands est surtout de principe. Et s'ils ont fait un très .gros effort en faveur du sport amateur, du moins ne se désintéressent-ils pas aux gestes des professionnels.

̃ Je n'en veux pour preuve que la radiodiffusion qui nous fut offerte du combat Schmelling-Joe Louis à New-York. Les péripéties de la rencontre furent brèves. Mais l'effort avait été fait pour faire connaître à tous le résultat de cette rencontre dans laquelle un professionnel allemand disputait le titre de champion du monde.

Ceci dit, je reconnais que nous devons ici faire un effort en faveur du sport et la première chose à réaliser c'est le sport à l'école, avec tout ce que cela entrainera d'obligations de toutes sortes pour ceux qui le réaliseront installations indispensables, éducateurs qualifiés, contr6le médical, esprit largement ouvert en ce qui concerne l'organisation. Je veux dire

~OC~

? des souverains | britanniques

Les préparatifs à Versailles Le programme des fêtes qui se dérouleront dans le bosquet d'Apollon, à Versailles, à l'occasion du séjour des souverains britanniques, n'a pas été modifié. Le mobilier apporté du Palais de Fontainebleau sera mis en place au dernier moment. La Galerie dés Glaces, où sera servi le déjeuner offert aux souverains, est aménagée comme elle l'était au temps de la monarchie les jours de fêtes. Le surtout de glaces enrichi de sculptures anciennes deux faunes en pierre grise entourant un Cupidon doré est placé depuis hier matin devant la table d'honneur. Les visiteurs admirent cet ensemble qui se trouve dans l'axe du Grand Canal.

Le service d'ordre

pour la garden-party de Bagatelle M. Albert Sarraut, accompagné du syndic du Conseil municipal, du préfet de police et du directeur de la police municipale, s'est ren- du hier à Bagatelle pour vérifier sur place les dispositions du service d'ordre de la garden-party qui sera offerte en l'honneur des souverains britanniques.

CHRONIQUE DES CONCERTS

Un musicien français retrouvé Antoine de Févin. C'est l'abbé Jules Delaporte, le directeur de la revue Musique et Liturgie, qui l'a remis en lumière en publiant une de ses plus belles œuvres la messe Ave Maria. Grâce aux études que lui ont consacrées, avec l'abbé Delaporte, M. Henri Potiron et M. Ch. van den Borren, nous savons maintenant la place qu'a tenue dans l'école polyphonique franco-flamande le grand musicien d'Arras, qui fut chantre de Louis XII et l'un des compositeurs qu'estimait'le plus le « père du peuple ». Il l'atteste dans un éloquent billet qu'il envoyait en 1506, d'Asti, en Italie, à Guillaume de Montmorency

Quand la chanson sera fais-te par Fevi/n et vos visaiges pourtraitz par Jehan de Paris, f erez bien de les m'envoyer pour, rnonstrer aux dames de par de- ça, car. il n'y en a point de pareilz. »

S'il fallait d'autres références à Févin, on en trouverait une, glorieuse, dans le prologue au Quart livre de Pantagruel, où Rabelais le cite parmi le groupe des grands musiciens qui font cortège à Josquin des Prés. Mais nous ne connaissions jusqu'ici la messe Ave Maria que par la lecture. M. l'abbé Delaporte nous l'a rendue plus familière encore en la faisant chanter dimanche dernier par la « Chapelle française de Paris », à Saint-Germain-l'Auxerrois, l'ancienne église des rois de France, dont les nefs étaient dignes d'abriter un pareil chefd'œuvre. Lorsqu'on l'entend, on n'est pas seulement frappé par

par là pas de limitation. Le sport à l'école, en effet, doit être organisé avec le concours de l'Etat, dans toutes les écoles quelle que soit leur orientation.

Ne croyez pas la tâche aisée, poursuit M. Rousseau. Il y a un travail considérable q accomplir. L'une des premières choses mettre au point, la plus importante à mes yeux, c'est la question d'un pro 1- gramme judicieusement établi, et celle d'une direction ferme et continue.

Tant que nous n'aurons vis m France cette direction fixe et ce programme, nous irons à l'aveuglefte et nous travaillerons dans le vide.

Essauez-donc de trouver cette direction 1

M. Rousseau interrompit là notre conversation.

La dernière question qu'il pose est, en effet, fort importante. Le sport, en France, subit les effets de la politique. Un jour il possède un ministère, le lendemain ce ministère n'existe plus. Quand il y a un ministère, celui-ci change de titulaire tous les trois mois Peut-on, dans ces conditions, espérer un travail suivi. Et dans le sport qui demande un effort continu sur de nombreuses années cette situât: n est particulièrement désastreuse.

Que M. Paul Rousseau nous permette de lui dire que si les fédérations le voulaient véritablement cette direction pourrait exister. N'y a-t-il pas, en effet, le Comiti National des Sports et de l'Education Physique ?

Ce comité, émanation des têdèrations, n'a actuellement aucune autorité véritable. Mais si les fédérations le voulaient il pourrait rapidement devenir l'organisme-directeur du sport en France. Pour cela, deux conditions Assurer son existence. D'une part les fédérations lui apporteraient les subsides financiers qui lui sont nécessaires (le projet de surtaxe sur les spectacles sportifs professionnels ou amateurs qui doit assurer l'existence du C. N. S, n'a pas encore pu être réalisé par les fédérations). De l'autre, 1 Etat chargerait le C. N. S. de la répartition des subventions. 2° Donner à ce comité les pleins pouvoirs et lui confier, en même temps que la charge d'élaborer un programme, la direction totale du sport.

Il n'y a là rien d'impossible, le tout, avec l'agrément de l'Etat, pourrait fonctionner admirablement.

Mais, car il y a un mais, les fédérations veulent-elles vraiment donner au Comité National des Sports cette direction ? 1

André Reichel.

(1) Voir le Figaro des 9, 10, 11 et 12 juillet.

ulU CONSEIL MUNICIPAL LE RAPPORTEUR GENERAL S'ELEVE CONTRE LE FLOT CROISSANT DES DEPENSES Au cours des deux séances qui ont occupé hier le conseil municipal, il y eut des discussions parfois vives.

C'est ainsi qu'un rapport tendant à une augmentation de crédits pour le chômage, crédits nécessitant un emprunt et le vote d'un centime 6 additionnel, le rapporteur général, M. André Puech, s'est nettement déclaré contre cette décision. « La Ville de Paris, a-t-il dit, a emprunté, à l'heure actuelle, 607 millions gagés par 26 centimes additionnels, pour les dépenses de chômage il n'est plus possible de continuer cette politique. Le Conseil municipal ne peut plus rien pour réduire le chômage dans la région parisienne. L'Etat doit donc pourvoir au paiement des allocations. »

Les crédits et leur gage furent biens votés mais par 38 voix. Les 52 autres membres de l'assemblée n'ont pas pris part au scrutin. On retrouve la note pessimiste dans les indications apportées à la tribune par M. Lemarchand qui, donnant des renseignements sur les résultats du compte de gestion du métropolitain en 1937, faisait remarquer que l'insuffisance des recettes s'élevait à 237 millions, « Plus que jamais, a conclu le rap- porteur, une politique financière prudente semble s'imposer. »

la claire richesse de sa facture, mais encore plus par sa sensibilité. Antoine de Févin v utilise les éléments essentiéls de l'Ave Maria de Josquin des Prés. « En composant une messe d'après ce modèle, avec un talent supérieur et une égale modestie », comme écrit au seizième siècle l'humaniste Glarean, il a fait entièrement œuvre nouvelle. Son admiration pour le motet de Josquin a exalté, en quelque sorte, sa foi, et c'est grâce à tout ce que Févin y a mis de sentiment intime qu'après quatre siècles de sommeil la messe Aue Maria s'est éveillée avec un sourire plein de tendresse et de fraîcheur. Rien ne rend plus sceptique, quant aux « progrès de l'art, que des révélations de cette espèce. Celle-ci nous apporte et M. Ch. van den Borren insiste avec raison sur ce point un des premiers exemples de ce qui va être la mesure, le goût français. Je partage moins le sentiment du savant musicologue lorsque en la comparant, il est vrai, à la messe Christus resurgens de Louis van Pulaer il confère à la messe de Févin, issue d'un motet à la Vierge, un certain caractère de virilité. Certes, elle est sans mollesse, mais ce qu'il y a précisément de plus frappant en elle, c'est le rapport de l'expression musicale avec le sens des paroles, c'est l'art avec lequel le musicien a accordé les nécessités liturgiques des diverses parties de la messe avec le thème poétique qui l'avait primitivement inspiré. Plus encore que les audaces qu'on y rencontre en plusieurs endroits, plus que les innombrables témoigna-. 1

1 EMISSION DE BONS

A COURT TERME pour le financement du réarmement

pendant le second semestre 1938

s'agit de bons à 18 mois d'échéance, émis au pair, J au taux de 3,50 et dont le plafond n'est pas fixé Afin de financer les dépenses du réarmement pendant le second semestre, la Caisse autonome de la Défense nationale a été autorisée à procéder, à partir du 18 juillet, à l'émission de bons à 18 mois, au taux de 3 fr. 50 l'an, par coupures de 100, 500, 1.000, 10.000, 100.000 et 1.000.000 de francs. Le plafond de l'opération n'a pas -été fixé à l'avance.

Le décret concernant cette émission parait ce matin au Journal officiel, ainsi qu'un appel de la Caisse autonome de la Défense nationale dont nous donnons par ailleurs le texte.

Le Journal officiel publie également un décret portant de 3 fr. à 3 fr. 50 le taux d'intérêt des bons ordinaires de la Défense nationale à deux ans d'échéance. Ainsi se trouvent uniformisés le taux des anciens bons à deux ans et celui des nouveaux bons à dix-huit mois.

Déclarations

du ministre des Finances M. Paul Marchandeau a fait, au sujet de cet emprunt, les déclarations suivantes aux journalistes accrédités au ministère des Finances

il est nécessaire de ne pas suspendre nos fabrications au mo- ment surtout où leur rythme a été largement accru. Pour cela, les Français qui savent dans quelle nécessité est placé leur pays d'assurer sa défense, ne refuseront pas leur concours. Cette fois, du reste, il ne s'agit pas pour eux d'une longue immobilisation de leurs disponibilités. Les titres émis sont des Bons à court terme, exempts de toutes taxes frappant les valeurs mobilières et de 1 impôt sur le revenu. La modalité d'emprunt adoptée répond tout à la fois au souci essentiel du gouvernement d'améliorer le crédit public et à la volonté de laisser une large part sur le marché aux investissements concourant au développement de l'activité économique.

Les souscripteurs des Bons de là Caisse autonome, tout en apportant un concours indispensable à la défense nationale, ne se priveront pas de la possibilité de retrouver, en cas de besoin, leurs épargnes avant l'échéance de dix-huit mois, puisque, dans le cadre du régime récemment instauré par le conseil général de la Banque de France, ils seront libéralement admis aux avances sur titres, à concurrence de 90 de leur montant dès la souscription des Bons, et à concurrence de 95 à partir du moment où ceux-ci n'auront plus qu'une année de durée.

"Là' ïiotïveHe "émission doit d&nc recueillir toutes les épargnes disponibles. Elle permettra à tous les Français d'accomplir leur devoir, en donnant à leur patrie autant qu'à eux-mêmes la meilleure des sécurités celle d'une armée forte et puissante, créée par l'effort unanime du pays qu'elle a pour mission de protéger.

Un appel de la Caisse autonome de la Défense nationale

Le conseil d'administration de la Caisse autonome de la Défense nationale, présidé par le général Nollet, grand chancelier de la Légion d'honneur, a lancé l'appel suivant aux Français

« La Caisse autonome de la Défense nationale a reçu la mission de pourvoir, a partir du 1" janvier 1938, aux dépenses exceptionnelles d'armements que la France doit s'imposer pour sauvegarder la paix.

» Le produit de l'emprunt que vous avez souscrit, en quelques heures, le 16 mai dernier, correspond, aux dépenses effectuées depuis le début de l'année.

» Pour que l'effort entrepris soit rapidement poursuivi, la Caisse autonome émet des bons dont le produit sera annexé exclusivement et sous notre contrôle, à la défense du pays.

» Français, faites tous votre devoir. Souscrivez 1

ges de la maîtrise du compositeur et les effets qu'il en tire (le flamboiement de l'Amen du Gloria notamment), c'est le sentiment dont elle est pénétrée qui enchante et émeut l'auditeur. C'est le dialogue de l'Aqnus De!, c'est l'Incarnatus, c'est 1' et resurrexit du Credo, ce sont les confidences si touchantes qu'échangent entre elles tantôt les deux voix x masculines des s chœurs, tantôt leurs deux voix féminines, qui donnent à ce chef-d'œuvre son caractère exceptionnel. Il est assurément un témoignage capital de l'état de la musique après Josquin des Prés. Il est surtout un document humain. Et c'est ce qui redouble notre gratitude à l'égard de celui qui nous l'a rendu.

Notre musique religieuse a manifesté d'une façon générale une grande activité durant ces dernières semaines. Dom de Malherbe, en qui revivent l'enthousiasme et le savoir des hautes époques de l'art chrétien, a donné de nouveaux exemples de son interprétation grégorienne si personnelle la Cantoria et M. Jules Meunier poursuivent leur utile croisade en faveur des anciens maîtres de la SainteChapelle. C'était hier Claude de Sermizv et sa messe « Voulait l'honneur », ce sera demain un invité « de marque » Okegehm et la fameuse messe de l'« Homme Armé s>, puis Pierre Certon, l'auteur du « Chant du Rossignol », qui fut directeur de la Sainte-Chapelle pen d a n t le deuxième tiers du seizième siècle, et dont M. Jules Meunier jouera l'étonnante messe Reqnum Mundi.

Dans le cadre saisissant de

Un important discours

de Edouard Daladier

Les Provençaux de Paris répartis en quinze associations recevaient, hier soir, à dîner le président du Conseil, Vauclusien on le sait M. Jules Julien, ministre des P. T. T., que ses liens d'origine rattachent à Apt, et M. Paul Reynaud, issu des Basses-Alpes:

Plus de cinq cents personnes, Je pressaient au Palais d'Orsay. 'Et bien vite les conversations prirent un tour sonore que l'éclat de l'accent renforçait. La couleur locale était d'ailleurs respectée. Hormis, bien entendu, Je protocolaire champagne, tous les vins fleuraient le terroir. Et le menu était dû au maître-queux Reboul, lui-même président d'une association de Provençaux et, de 'surcroît, poète. Les convives ne manquèrent pas ô'ini marquer bruyamment leur admiration. ̃'•

Un orchestre jouait les airs populaires du Midi, repris en choeur avec allégresse par la salle. Cette vive gaieté ne fléchit point jusqu'à l'heure des discours M. le sénateur de,Courtois, avec une éloquence chaleureuse, glorifia la petite patrie et fit l'éloge des trois hommes politiques héros de la

Voici dans quels termes M. Edouard Daladier président du Conseil, s'est exprimé

Comment, après avoir médité quelques instants sur l'histoire si dramatique de notre Provence, terre d'invasions et de révolutions, mais qui garde, à travers elles, toute l'originalité et toute la puissance de son génie, ne feribns-nous pas un bref'retoursur la vie présente de notre grande Patrie sur la vie de l'Europe elle-même ? II y a quelques semaines. lès événements qui se déroulaient en Europe centrale paraissaient devoir soumettre à une rude et 'redoutable épreuve le maintien de la paix. Cependant, la rupture d'équilibre qui risquait alors d'entraîner les peuples dans une irréparable catastrophe, a pu être évitée, grâce au concours de toutes les bonnes volontés, ou la détermination pacifique de la GrandeBretagne et de la France a rencontré celle des autres nations et, notamment, j'ai. le devoir de le dire, celle de l'Allemagne. J'ajouterai qu'en cette occurience-le gouvernement français a, voulu faire confiance aux aspirations pacifiques dont le chancelier du Reich s'est toujours réclamé publiquement. La contribution française à l'œuvre de conciliation qui, s'imposait de part et d'autre, a été d'autant plus active, d'autant plus ̃ sincère et constante, que nos engagements solennels avec la Tchécoslovaquie sont, pour nous, inéluctables et sacrés.

Le gouvernement français, comme le peuple français, tout entier, est en effet. animé par deux sentiments également forts et que comprennent, j'en, suis sûr, les hommes de tous les pays également attachés à la paix et à l'honneur le désir de n'avoir pas à exécuter ces engagements et la volonté de ne jamais renier notre parole si, par malheur, cette espérance venait à être déçue.

Aujourd'hui où, {jrâçe à mal,, frise et à, là parfaite loyauté du gouvernement tchécoslovaque, une procédure amiable a pu être ménagée, qui justifie-tous les espoirs en un règlement équitable et durable, nous pouvons mesurer le chemin parcouru vers un même but par les trois gouvernements étrangers les plus immédiatement intéressés à prêter assistance à cette œuvre de paix. Je n'ai jamais cru, je ne croirai jamais, à la fatalité de la guerre. Celle expérience récente nous auli rise û faire crédit à l'avenir. Nous ne voulons pas tenir pour fortuite la rencontre de ces bonnes volontés librement et spontanément manifestées. Ce qu'il a été possible de réaliser une fois doit d.emeurer réalisable jusqu'au règlement final de la question en cause.

Entré les peuples qui ont appris à s'estimer sur les champs de bataille, il y a désormais meilleur usage à faire de leurs forces conuguées dans la compréhension mutuelle et l'organisation de la Paix.

L'ordre intérieur

Par cette méthode, et je le crois sincèrement, par elle seule,' serait enfin mis un terme aux souffrances et aux misères qui, aujourd'hui, dans de si nombreuses contrées, ont rendu la vie des hommes si pénible et si précaire. Je' ne dissimule nullement nos propres difficultés ni la complexité des problèmes que chaque jour le gouvernement frà%r çais doit résoudre. Je sais bien que beaucoup nous reprochent de met-

Royaumont, Charles Münch, la Philharmonique et la chorale Yvonne Gouverné ont rendu à la vie la Messe en sol de Schubert et deux cantates de Bach, tandis que Marcel Dupré, Joseph Bonnet et Félix Raugel ont consacré leur talent à la gloire de maîtres du passé, d'hier et d'aujourd'hui, de Schütz à Liszt et de Palestrina à Bruckner, Fauré et Florent Schmitt.

Enfin, la Société d'Etudes mozartiennes, exilée de la chapelle de Versailles et réfugiée à l'église Saint-Louis-en-l'Ile (pittoresque et ravissant exil), a donné toute une série d'oeuvres de son répertoire, parmi lesquelles je citerai pour leur exécution, le De Profundis, le Lacrymosa, le Jubilate, la péroraison de la Messe en ut majeur et, à cause de son interprétation remarquable et de son beau style, la Grande fantaisie pour orgue qu'a jouée Mlle Line Zilgien.

Au Triptyque, MM. Jean Vigué et Pierre d'Arquennes ont, avec beaucoup de foi et de conscience, exécuté une adaptation pour deux pianos d'une partie de l'Art de la Fugue, La tentative est intéressante, mais l'effort qu'elle exige de l'auditeur n'est pas à j'avantage d'un ouvrage d'un caractère aussi spécial. Malgré la variété de couleur que cherchent à y mettre les pianistes, il demeure, en raison même des éléments qui le composent, de sa construction, de sa forme, d'une uniformité dont l'oreille se fatigue assez vite. Déjà on avait tenté, il y a quelques années, d'en donner une version instrumentale qui

fête. M. Jules Julien remercia dans une affectueuse allocution. M. Paul Reynaud rie' se borna pas à évoquer dans une improvisation brillante les vertus robustes du 'montagnard de la Haute-Provence, il ouvrit la voie au président du- Conseil en marquant d'un mot la, gravité de l'heure et les décisions qu'elle commande.. .'̃ ̃ ? v C'est en provençal que M, Daladier remercia ses compatriotes. Il le fit avec une aisance qui les charma, et les surprit peut-être. S'il n'est félibre il a gagné ses grades. Sa voix se fit grave lorsque, quittant le,parler d'oc, il tint à, son auditoire, en dialecte « françhiman » les propos politiques qu'on lira plus loin. Mais c'est en provençal encore qu'il voulut porter son toast « aux hommes fiers et libres de toutes nos provinces ».

La Coupo santo l'avait accueilli la Marseillaise le salua.' La petite patrie et la grande. Mistral que M. Daladier venait de nommer le plus grand poète peut-être des temps modernes » pouvait être satisfait.

Roger Dardénne.

tre trop longtemps à accomplir quelques-uns de ces miracles retentissants, dont il n'existe d'ailleurs aucun exemple dans la vie sociale. Une œuvre solide et durable, de- rénovation nationale ne peut se poursuivre que par degrés, et je préfère aux fantaisies des illusionnistes la lenteur méthodique et volontaire de notre paysan de Provence qui creuse le sillon pas à pas. Ce n'est point l'hiure et ce n'est pas le jour, de dire de quel point nous sommes partis, dé quels obstacles notre route a été traversée et comment nous entendons poursuivre notre chemin. II me suffira de vous dire ma confiance indestructible dans l'avenir de notre patrie. Les semeurs, de panique- ne prévaudront pas contré elle et les dupes qui les suivent seront leurs premières victimes. ̃

Le gouvernement a déjà, fait un effort important dans 'la voie 'du redressement financier. Il a rétabli l'unité budgétaire et il a donné -7!i pays les moyens de crédit nécessaires au développement de fa production.

Il n'entend pas limiter à'celà son effort, mais il est résolu à rétablir l'ordre dans les finances publiques. Toutes les dépenses inutiles ou superflues en seront tevrtees. Le contrôle sera encore renforcé.

Nous pouvons légitimement eap. rer que notre tâche sera facilitée par la reprise économique qui te dessine dans le monde et qui doit avoir d'heureux effets sur notre propre expansion.

L'afflux des touristes étrangers et l'amélturation de la balance commerciale, que marqué la dernière statistique, doivent également avoir une influence favorable sur notre situation financière.

Nous sommes résolus à maintenir notre monnaie à faire respecter la paix Intérieure et à assurer le fonctionnement normal de tous les services, publics.

Nous maihtïendtorisTintègrîtê ëè notre Frcnce et de ton Empire. Nous ranimerons sa force de labeur et 'sa puissance de production et. aù,ssi, et par dessus tout, ce fier et noble sentiment de /<!• fraternité française qui, <i tou'fs les heures décisives, a assuré >a véritable grandeur et le salut 'de la pa-

trie

LES MOUTONS

DE PANURGE..

̃ Nice, .12 juillet. Un accident est produit avant-hier dans'la vallée de l'Audiberghe, audessus de Grasse, où sont réunies de nombreuses bergeries.

Dans cette r solitude, le berger Marin, âgé de 60 ans, originaire de Saint-Auban, gardait un troupeau de moutons et de brebis comprenant 700 bêtes, qu'il avait rassemblées du côté du signal d'Andon.

Tout à coup, un chien déboucha de la forêt et s'élança vers le troupeau.' Effrayées, 'de nombreuses bêtes foncèrent en direction d'un profond précipice. Le berger essaya vainement de les détourner. Les moutoïls le renversèrent et tels ceux de Pànurge se jetérent dans le vide, l'un suivant l'autre. Ils tombèrent tous sur un rocher en pointe, deux cents mètres plus bas. Cent vingt bêtes trouvèrent, la mort.

avait déçu les espoirs fondés sur elle. Encore, dans l'arrangement du regretté Graeser révélé par H. Scherchen, les timbres de l'orchestre apportaient-ils à l'esprit une diversité qu'on ne saurait attendre de deux claviers. Lorsque apparaît l'admirable choral de la conclusion, c'est à peine si l'esprit lassé en réalise pleinement la beauté. On comprend le désir qu'ont les musiciens de faire partager au public leur plaisir. Mais cette haute spéculation musicale ne s'accommode décidément pas de rompre son hermétique silence. Au même concert, Mlle Inès Jouglèt a mis sa voix' charmante au service de plusieurs pièces vocales, parmi lesquelles quatre mélodies de Guy Sargé pleines de sensibilité, de goût et de musicalité.

Réparons un involontaire oubli. J'avais signalé, en regrettant que la musique anglaise fut aussi peu répandue en France* l'audition récente donnée sous les auspices d'Art et Tourisme de quelques chefs-d'œuvre d'outre- Manche. La Schola Saint-Etienne, que Mgr Ch. Signargout dirige a. Bourges, me rappelle avec raison l'effort qu'elle a accompli pour répandre en France la connaissance de cette belle littérature musicale. Elle a, notamment, donné l'an derniéP, avec Mme Balguerie et M. Froumenty, Didon et Enée, de Purcell. Nous ne rendrons jamais trop reconnaissante justice à nos sociétés provinciales, dont l'œuvre discrète et efficace est l'un des meilleurs éléments de notre vie musicale. ̃ .̃•̃ Robert Brussel.

LA REVUE DU 14 JUILLET

les troupes défileront demain à 9 heures devant M. Albert Lebrun sur les Champs-Elysées Les troupes du Gouvernement militaire de Paris, renforcées par des corps des autres régions, seront passées en revue, place de l'Etoile et avenue de la Grande-Armée demain à 9 heures, par M. Albert Lebrun, président de la République, accompagné de MM. Daladier, président du Conseil, rfiinistre de la Défense nationale et de la Guerre Campinchi, ministre de la Marine Guy La Chambre, ministre de l'Air. La revue sera suivie d'une remise de décorations, puis d'une présentation d'éléments sportifs militaires et d'un détachement, avec musique, de l'Ecole militaire préparatoire d'Autun.

Les troupes, présentées par le gouverneur militaire de Paris, défileront devant le Président de la République, avenue des ChampsElysées, en direction de la place de la Concorde et dans l'ordre suivant infanterie, cavalerie, troupes motorisées et mécaniques. Un défilé aérien de plusieurs escadres, dans l'axe des ChampsElysées, en direction de la place dé la Concorde, aura lieu immédiatement après le passage des formations mécaniques.

Voici le détail des formations dont l'ensemble sera particulièrement important

Groupement sportif musique et détachement de l'Ecole militaire préparatoire d'Autun, Equipes sportives régimentaires, Individuels, détachement du centre d'instruction physique d'Antihes. Formations à pied et montées Troupes à pied, Musique de la Garde républicaine

u) Ecoles.: Ecole polytechnique, Ecole Saint-Cyr, Ecole SaintMaixent, Ecole de Poitiers, Ecole de Vincennes

b) Troupes spéciales Ecole de gendarmerie Garde républicaine de Paris, Garde républicaine mobile c) Détachement de la marine Musique, Fusiliers marins, Ecole des apprentis 'de Lorient, Bataillon de côtes de Toulon

d) Détachements de l'air Musique, Ecole de l'air, un bataillon, un détachement de parachutistes. e) Infanterie demi-brigade de chasseurs 4e, et 13° bataillons et Ecole de haute montagne 10" division 5% 24e et 46° régiments d'infanterie 12" division d'infantérie 106° et 150e régiments d'infanterie 8° régiment de zouaves Troupes de forteresse 155° régiment 3° division d'infanterie coloniale, tirailleurs algériens 22e régiment, tirailleurs sénégalais; 12" régiment chenillcttes et engins antichars détachement de la 10- division.

2° Troupes à cheval Fanfare de la Garde républicaine de Paris, Escadron de Saint-Cyr, Garde républicaine de Paris, Garde républicaine mobile; 3e division de cavalerie, 4" hussards, 6° dragons. 11° cuirassiers, 1" brigade de spahis 4° régiment marocain et 6e régiment algérien.

3°. Formations motorisées 71" R. A. D., 72" R. A. D., 401e D. C. A. 404, D. C. A. 182e R. A. L. 8'génie, 3« génie, détachement du régiment de sapeurs-pompiers de Paris.

4° Formations mécaniques 2° dlvisidn légère mécanique 3e groupe auto-mitrailleuse, bataillon de dragons portés, 1er régiment de dragons portés, 8e cuirassiers, 13,' et 23" dragons i" brigade de chars-: 501» 503° et 511» chars.

4u SOMMET de ia Perfection

Les verres protecteurs Umbral Zeiss atténuent uniformément les radiations visibles et invisibles. Ne dénaturant pas les couleurs, ils conservent à la nature tout son charme et protégeant efficacement les yeux contre l'éblouissement, leur permettant même de mieux distinguer les détails du paysage. VERRES UMBRAL ZEISS CHEZ LES OPTICIENS Demandez renseignements et notice 0 81 à OPTICA, 18-20, Fg du Temple, Paris-1

LA VIE UNIVERSITAIRE « Le moment est venu de faire passer sur la France un large souffle d'esprit critique », a déclaré M. Léon Bérard au dîner annuel de l'Ecole des sciences politiques.

M. Léon Bérard, de l'Académie française, a présidé le diner annuel de l'Ecole libre des sciences politiques. L'ancien ministre de l'instruction publique a prononcé une allocution toute de mesure et de goût dans laquelle il s'est élevé contre l'abus de certains mots. Les mots « technique et « mystique » par exemple.

M. Léon Bérard a conclu ainsi « Oserai-je dire, m'appropriant un langage qui n'est pas celui de l'Ecole, que le moment serait peut-être venu de faire passer sur la France et, s'il se peut, sur le monde, un large souffle d'esprit critique •? Le monde est travaillé de passion furieuse. Quel serait l'avenir si, dans le pays même où l'on se flatte d'aimer la raison, par vocation nationale, on en venait à mépriser ses règles, à suivre, sous le nom d'idéologies ou de mystiques, toutes sottes d'inspirations confuses, à prendre pour guides les hommes qui ne doutent de rien ? »

Déclarations

du cardinal Verdier sur les problèmes de l'heure

Interviewé par M. Olav Leroi, ré- dacteur de la commission permanente des directeurs de journaux catholiques, Son Em, le cardinal Verdier a déclaré que les relations entre l'Eglise et l'Etat étaient, en France, très satisfaisantes « Nous sentons que partout on tend vers les forces spirituelles. L'Eglise jouit d'une pleine liberté. Le seul point douloureux est l'école mais nous espérons voir aussi de ce côté une amélioration intervenir. Malgré le conflit scolaire, il faut dire que les relations entre l'Eglise et l'Etat sont meilleures que dans les trenie dernières années.»

Interrogé sur l'attitude de la hiérarchie française au milieu des divergences qui séparent les catholiques français au sujet de la guerre d'Espagne, le cardinal a répondu

« La hierarchie ne se prononce pas dans ce domaine. Elle se contente de soulager les souffrances. Nous avons fait ce que nous pouvions pour aider les malheureuses victimes de cette guerre.

A l'égard de la main tendue par les communistes, l'archevêque de Paris déclare

a Notre opinion est celle du Saint-Père et je puis la résumer ainsi il n'y a pas de possibilité d'entente, ni au sujet de la doctrine ni pour les attitudes politiques; mais si les communistes désirent connaître la religion catholique, nous ne refusons pas de causer avec eux. Peut-être le geste de la main tendue correspond-il chez eux à un premier mouvement vers le christianisme.

s Si nous refusons notre collaboration au parti communiste dans le domaine politique, cela ne veut pas dire que nous évitons dans la pratique toutes relations et que, par exemple, un curé de banlieue s'abstient d'aider son maire contmuniste à nourrir les malheureux et à soulager les chômeurs de sa commune.»

Enfin le cardinal définit ainsi les conséquences de ses nombreuses constructions d'églises.

« On peut dire que notre œuvre dans ce domaine a, premièrement) consolidé la paix sociale. Ensuite, les ouvriers, heureux de voir qu'on s'occupait d'eux, ont envoyé leurs enfants à nos patronages. La construction de ces 100 églises nouvelles à été ainsi a l'origine d'un vaste courant religieux. C'est à 60.000-80.000 qu'il faut évaluer h nombre des garçonnets et fillettes à qui notre initiative a valu une éducation chrétienne. Par ail- leurs, nous avons montré la vitalité du christianisme. Enfin, il ne faut pas oublier que l'édification de tant de sanctuaires a été l'occasion d'un grand effort artistique, tant en ce qui concerne l'architecture qu'en ce qui regarde la sculpture, la peinture, la mosaïque.»

Vacances. Voyages. Sports. Joies de famille. Théâtre. Fêtes. Vos plaisirs, vos distractions méritent d'être sauvés de l'oubli. Gardez-en pour toujours un souvenir intact grâce à la photo, mais pour qu'il soit bien vivant, choisissez un appareil moderne, précis et d'emploi facile, un appareil ZEISSIKON avec objectif ZEISS CONTAX et SUPER NETTEL 24x36 mm.

SUPER IKONTA 4,5x6 à 6.5x11 cm.

IKOFLEX 6x 6 cm_ IKONTA. NETTAR, etc.

et n'oubliez pas

la clé du succès

FILM ZEISS IKON

EN VENTE DANS LES MAGASINS PHOTO Demandezrenseignementsetcatalogue C 81 IKONTA, 18-20, Fg du Temple, Paris-11»

POUR LES VACANCES

A ceux de nos lecteurs qui i auraient quelques difficultés à se procurer le « Figaro », pendant les vacances, nous offrons la facilité de souscrire des abonnements commençant n'importe quel jour pour finir au gré de l'abonné. Le prix en est le même que pour l'achat au numéro, soit, pour la France, 0.50 par exemplaire.

Pour l'étranger, ce prix doit être majoré des frais d'affranchissement, soit, 0,35 ou 0,70 suivant les pays. (tarif réduit ou tarit forti.

Renseignements dans 8 les bureaux de poste. En retenant chaque jour votre « Figaro » à la même marchande de journaux, vous nous éviterez les frais de retour d'invendus qui sont de plus en plus élevés, et vous contribuerez ainsi au maintien du prix de vente actuel tant à Paris qu'en province.

UN POLONAIS SE BLESSE GRIEVEMENT

EN MANIPULANT DES EXPLOSIFS DANS

SA CHAMBRE

Pontoise, 12 juillet. Une violente explosion s'est produite ce matin à Saint-Brice-sous-Forêt, dans une chambre occupée, par le polonais Sokalski, qui a été très grièvement blessé, notamment à la main gauche dont plusieurs doigts furent arrachés.

Il a déclaré nue l'explosion s'était produite quand il rentrait dans sa chambre, mais, des constatations faites par la police, il ressort que le Polonais était occupé à manipuler des explosifs au moment de l'accident.

Il n'a rien voulu dire sur les raisons pour lesquelles il détenait des explosifs, ni sur la nature de l'engin. Celui-ci n'était pas de grande puissance puisque, seul, un carreau de la fenêtre est légèrement fêlé.

On n'en n'a encore retrouvé aucun débris.

Des témoins ont rappelé que le Polonais avait déclaré vouloir se venger de son patron, charcutier à Domont. Est-ce dans ce dessein qu'il essayait de fabriquer une machine infernale ?

LE COMPLOT

Seize détenus bénéficient du régime politique

Sur les vingt-neuf détenus de l'affaire du C.S.A.R., seize viennent d'être placés au régime politique, sur l'ordre de l'administration pénitentiaire. Ce sont MM. Michel Harispe, Paul Renne, Gaston Juchereau, Antonin LaromignièreLafon, Henry Mauler, Pierre Parent, Gaston Jeanniot, Jean Fautré, Henri Vogel, Armand Hasenfuss, René Criitet, Michel Bernollin, Jacques Benoît. Roger Durand, François AJ]o et Charles Gaudiot. Chaque jour, M. Béteille signifie aux inculpés qui viennent à son cabinet, le réquisitoire du Parquet pour complot contre la sûreté intérieure de l'Etat.

LA MORT MYSTERIEUSE DE L'ARCHffECTE D'AMIENS Amiens. 12 juillet. La sûreté d'Amiens a pu établir la liste des immeubles parisiens dans lesquels l'architecte, M.,Dupuy, s'est rendu, le 25 juin, pour y exercer sa fonction de gérant.

L'hypothèse que l'architecte a pu être victime de la vengeance d'un locataire contre lequel il avait dû prendre des mesures de rigueur reste plausible.

On remarque, toutefois, que le vol ne fut pas étranger au crime, puisque M. Dupuy fut dépouillé de son portefeuille contenant une somme qui n'a pu être évaluée, mais que l'on suppose assez importante.

Les jumelles Zeiss sont tes meilleures du monde et aussi les plus légères. Leur légéreté n'a pas été obtenue au détriment des qualités optiques ou mécaniques. Bien au contraire, votre main ne tremblera plus, les objets apparaîtront plus nets et le rendement optique s'en trouvera amélioré. Sportur et Sitvarem 6x Deltrintem et DeltaremSx x

~1~~

CHEZ LES OPTICIENS Demandez renseignements et notice T 81 à OPTICA, !8-20,Fgdu Temple, Paris-tl«

LA 100e TRAVERSEE DE LA « NORMANDIE » La Normandie quitte New-York aujourd'hui, pour son centième voyage.

A cette occasion, M. Marcel Olivier, président, et M. Cangardel; administrateur, directeur général de la Compagnie Transatlantique, avaient convie, hier, les amis de la Compagnie à un cocktail après lequel fut projeté un film tres intéressant, relatif à la croisière que le beau paquebot fit l'hiver dernier, en Amérique du Sud avec un millier de touristes à son bord. Le succès de cette croisière avait été énorme, et a encore accru, si c'est possible, la réputation de la Normandie, de l'autre côté de l'Océan. Depuis le 29 mai 1935, date de son premier départ pour la conquête du ruban bleu, la Normandié a parcouru 300.000 milles marins, ce qui représente plus de quinze fois le tour de la terre, à une vitesse moyenne de 28 nœuds 28. Pendant ces trois années, elle a passé 544 jours à la mer, se déplaçant à 52 km à l'heure, sans un seul incident, sans aucune interruption de service, sans jamais ralentir sa marche, même par les plus fortes tempêtes d'hier, qui retardèrent les plus gros de ses rivaux, tandis que ses passagers n'en ressentaient rien. Une si belle ` régularité mérite d'être soulignée. A. T.


LES PETITES ANNONCES DU "FIGARO"

SONT REÇUES DAMS NOS BUREAUX ET F»AFt TÉUÉPMONE (fel-VSÉeg 3O-BS OUSQU-A <S MEURES

INSTRUCTION ÉDUCATION (10 francs la ligne)

NE DITES PLUS j qu'il faut « aller dans le pays » pour apprendre une langue vivante adoptez ASSIMIL

~p « LA METHODE FACILE v

Sept leçons d'essai et documentation complète ï fr. en timbres par lanque AN• GLAIS, -ALLEMAND, ITALIEN"' ESPAGN ASSIMIL (F.), 15 bis, rue de JUrignan (8e).

1

ECOLES DE PLEIN AIR

ECOLE BILINGUE

Ecole second, pour garç. et fill. enseign. en ANGL. et en FRANC. Classe MONTESSORI. Demi-pension. Jardiu. Service auto.

r. r. Borghèse, Neuilly-s.-Sne. Maill. 45-55. BACCALAUREATS

COURS FRADIN 2%JntDidie, Cours de vacances rentrée le 19 août. Téléph. KIcbcr 97-97.

S'GERMÀTÎ^ENÏÂYÊ" 1, rue Jeanne-d'Arc (au seuil de la Forêt). Institut. Pax cours vacances. Bacc. Ex. passage. Cours p. étrangers. Elèves logés dans familles. Toutes garanties. Tel. 213 et 452.

HOTELS ET PENSIONS <«.*>

PARIS

3,RTHEODORE=BANVILLE PARC MONCEAU, ordre, asc, à p. 50 f. LA TOUR, 37, r. de la Tour, Passy. Pension tout couf. Gd jardin. Téléph. Troc. 42-39. NEUILLY, Villa, jardin, exe. cuisine, tt conf. 56, rue .Perronet, Maillot 15-85 (M° Sablons). VILLA ST-RÔMAINSainl6Rorrau:in. ordre, pr. Bon Marché. A p. 40. Lit.o6-36. ter ARDRE. Pens. ds Hôtel part. dep. 40. i "35 r. Spontini. Gd jard. Kléb. 92-60. LES MARRÔNNÏËRS^r]^ niers (l6<).Aut.50-02. Hôtel-pension, régime. Studios. Service en appartement. Terrasses. ENVIRONS

NEUILLY, hôt.part. Excpens. Gd air, soleil. JARDIN. si, rue du Marche. Maill. 16-52. Pensions dans famille

famille franc, prend pens. hôt. part. pr. Monoeau, tt conf. 37, r. Tocquoville. Car. 38-71. Chambres meublées

'A louer chambre meublée, tout confort. S'adresser concierge, 6, rue dés Saussaies, 6. Meublés

ST=HONORE STUDIOS X1"214, Faubourg St-Honoré, Carnot 90-04. Studios meublés, 1 et 2 p, avec ou sans cuis. B&Hknce Victor-Hugo. Chamb., stud. av. bs, gd ooœf. Facil. repas. 54, av. Victor-Hugo. Maisons de santé

Maison de santé accepte dames âgées ayant bénin soins médic. rs, r. de la Grotte (156).

OCCASIONS BIJOUX 16 francs la ligne.

K ACHAT WRRK OR CENTRE ACHAT BIJ0UX BIJOUX et ARGENTERIE A f D 11 AL,lCll*3 de la SI* Horlog. eux plus hauts cours du jour. Suisse achèt. 12 plus cher qu'ailleurs BiWn BASS, 7, rue Nicolo (160). Jasm. 02-93. joux, Brillants, or, débris d'or, argenterie, Rubis, etc. Dégagement gratuit. Rich. 81-37. ATHAT RITfMTY 0R> brillants, etc., très cher.

AvIIAl D1JUUA EXPERTISE et DEGAGEMENTS GRATUITS.

23, BD CAPUCINES £ï 49, MONTMARTRE

Voyages [(10 fr.) Jne hme, 3I a., étr., belle voit. décap., dés. opnn. personne voyage Côte d'Azur, frais partagés. Ecrire 3499, Figaro (Ann.). J. h. 3a a., ch. camar. pr voyage 1 mois. Simca-5 décap., Allem., Suisse, Hal. Départ 3o juillet. Ecrire 3523, Figaro (Ann.). Situations (10 fr.) DEMANDES

Journal étranger publié à Paris et touchant toute l'élite cosmopolite, cherche collaborateur bien introduit auprès des éditeurs. Eaire 3460, Figaro (Annonces). Agences de placement (10 fr.) St-HÛNORE-D'ÉYLAU, ISO.r.Pompe, Passy 97-89. Personnel choisi. Métro Victor-Hugo. HELEN-SCOTT place tout. pers. muni sér. «éfér. 56, Fg Saint-Honoré. Anj.14-64, 18-00.

OFFRES D' EMPLOIS <M£ë~

GOUVERNANTES D'INTERIEUR DAMES DE COMPAGNIE

Dem. jne fille au pair sach. tr. bien conduire auto. Paris-mer. Ecr. n° 3516, Fig. (Ann.).« GOUVERNANTES D'ENFANTS Cherc. Jiurse-gouvern. franc, ou éU'ang., enf. 2 et 4 ans. New. château de VVallerand, Vireux (Ardennes). «

Demande jeune fille expér., douce, pour enf. s ans. Place stable Paris. Ecrire DENIS, Val-Fleuri, MAÇON.

Esanç. ou étrang. au pair, 2 mois mer, aider snèn., a fill. 9-12 a. Lucie, H, pl.d. Pyramides. INFIRMIERES

On dem. pr banlieue infirmière pour dame âgée. Très sér. référ. exig. Se près. mercredi 3 h. 30 à 5 b.: 36, rue Guynemer (2» ét.).« INSTITUTRICES

Urgent. Gouv.-instit. avec aUem. pr partir Boulgate. Se près. avec référ. 10 à 14 h. Dumas, 2, rue d'Andigné (Muette). « Institutrice cathol., capable suivre garçons 14-13 ans, fillettes 10-S ans, piano et préférence anglais, demandée à demeure famille Duprez, Les Lilas Brun-Pain, Tourcoing. JOURNEES BOURGEOISES

*3fc b. sec. m. p. add. ds lîi haute couture, Soroko, iS, rue des Sablons, Paris. | Gens de maison |

BONNES A TOUT FAIRE

Sera, bne à tout faire. Présenter de 3 à 6 h.: 3, square Claude-Debussy, Paris (17"). Dem. pers. m. dSéb. pour mcn. soigné. Pariscamp. De 1 à 1 h.: Alexiou, 82, Bd Picpus. Dem. b. à tt f, gre cuisin., 3 m. avec f. de ebamb., serv. cour. Réf. vert). Se présenter mercredi jusqu'à 4 h. et vendredi jusq. 2 h.: Lahaussoir, 72, rue de Lille. Paris (?«). Autrich., b. à tt f., dent. p!. journée, dira. libre. Anna Eder, 80, rue Saint-Dominique. B, à tt taire, sér. réf. sach. t. cuisine. 10 m. Paris. 2 m. campagne. 99, quai d'Orsay. « B. à tt gre f. de oh., bnes réi., pour le 5 août. Casse], 25, Bd Murât (16°). « pour environs de Paris, je cherche bonne à tout faire genre fme de ch., extra 3 mois. Venir .se présenter mercredi matin de 9 h. à II heures 78. avenue Marceau. J. SU. début., 15-18 a., p. aider. Paris-camp. I^és. îo à 2 h.: Abou!ker, 16, r. Marîgnan.« « Bne à tt faire cuisinant bien, genre f. de ch., 40 ans minimum, stable ou extra. Réf. exig. Télépb. à Wagram 13-67 pour rend. -vous. « B. à tt f., b.cuis., act., sér. réf., 25-35 ans, 2 tuait., 1 enf. Tél. Opé. 75-S0 de 3 à 6 h. Dem. bne à tt f. s'occup. enf.. non couchée, préfér. pari. allem. Se prés. avant 10 h. et entre 2 et 4 h. 35, avenue de Versailles. Dem. b.à tt f. sach.cuis. 3 mois camp. Marly, P«ris ensuite, pr serv. av.f. ch. Sér.réf. Prés. 11 ï. à 4 h.: Couvreur, S r. Laurent-Pichat. « Dcm. b. h tt f.-cuis. fais. bne cui». soign., r* .ni ->>'o. Pari*, r moi;, 1/2 mer, logée, avec exceil. réïér, Ttiépk matin Troc 5o-44. «

Cte-CfM AMfH3 <. Robert-Estienne

Ste-CAI AMfîD «. r- Kobert-Estienne

Oln^AnUDft. Marbeuf). El.73-84.

Ag. Intern. du Bon Marché, 39,r.St-Ferdinand (anc.47,r.Vaneau). pi. pers. choix. Gal.92-62. Recherches i(M) k.) CABINET Ancien chef de la Sûreté fit /2/VD/\1\] Paris. Enquêtes, surveillances divorces. 8.r.Bem. 8'.Ely.28-28.

Occasions (10 fr.) AMEUBLEMENT

Quantité de meubles, sièges, lustres, lampes, bibelots import, argenterie proven. reprises et échang. ou à réaliser pour compte de clients. Ancien et reproduction. Occas. sensa- tionn. A. CARNAVALET, 9. Bd Raspail, 9. Achat, Echange. Littré 67-08. Magasin ou- vert samedi et lundi toute la journée. DIVERS

ATHPTP LE PLUS CHER DE TOX?S r\VllC 1 E meubl., vêtem., fouir., tapis,

bibel. Jacob, I39,r.Clignancourt. Mon. 50-77.

7 ft, pour les abonnkt,

.rée. la bande d'nbOlUl.

Extra 2 mois 1/2, g. cuis., cath., pr Savoie. Prés, matin i, rue Fréderic-Passy, Neuilly. cuzszNZEREs

Dem. excell. cuis.-pâtiss., jeune, non mariée. Paris et 2 mois montagne. llatin io à 12 h.: Villan, 2o5, rue du Faubourg-St-Hohoré. Cuis. g. b.à .tt f., sér.réf.exig., pr partir Midi. Se prés. de 1 à 3 h. ou soir après 8 h. Seytier, 46, rue du Ranelagh, Paris. Dcm. cuis, stib., 30-50 a., 2 niait. Prés. 2 à 4 11 6, rue du Loutre (Métro Louvre). FEMMES DE CHAMBRE

Dem. prem. femme ch. pour villa Saint-Germain. Deux maîtres, trois domest., pas d'enf. Bonne place stable pour pers. sér., connaissant son métier. Ecrire en indiquant référ. verbales 3311. Figaro (Annonces), « Dem. i. de cfl.-maître d'hôt, serv. de table, argent., ménage. Se présenter mercredi de 2 h. à 5 h. 140, avenue Victor-Hugo. On dem, d'urgence f. de ch. juaq. fin juillet, sachant coudre, rûpass., aavoruk, service cour. Se présenter 7, v, de Villiers (2e étage). F. cb., 21-35 a., extra 2 mois cmp., mén., coût., repass. Réf. 1" ordre verb. et récent. Becourt, 39,av.Breteuil, 7». Prés. 10 à 14 h. Dem. f. de ch. pour serv. oour. Bues référ. exigées. Se présenter de lo h. à 12 h. mercredi Bernard, r3i, avenue Makikoff. Fmc de chamb. service courant, banlieue et Paris. S'adr. 115, Bd Saint-Germain, de 9 h. à 11 h, mercredi èt vendredi. On dem. pour banlieue et mer f. de ch. serv. cour. Très sér. réf. exig. Se prés, mercredi 3 h. 30 à 5 h.: 26, rue Guynemer (2e ét.).« FEMMES DE MENAGE

Jne fme 3 h. le mat. jusq. fin juîHet; mén., vitres, savonn. 7, av. de Villiers (2° ét.). F. de mén. à part. de 10 h. matin pour 3 à 4 heures- Soroko, 18, rue des Sablons. MENAGES

Hôtellerie env. Paris dem. mén., très bonne cuis.-pât., sobre, cp. faire 30-40 couv., mari valet-maître d'hôtel. Ecrire en indiquant réf.: 3461, Figaro (Annonces).

On dem. pour début sept., valet de ch. ayant permis de cond. et b. à tt f. Bnes réf. Se présenter 19, rue de Marignan. iily. 65-28. NOURRICES, BONNES D'ENFANTS Fam. off. dent. pour Maroc j. f. calh., sér., pour s'occuper 2 bébés et aider service. Réf. exig. Amyot d'Inville. Lannilis (Finistère). NURSES

Nurse suiss. ou angl., dipl., pour 2 enf. 2 ans et nouv.-né à venir août. Sér. réf. exig. Réponse Leclercq. 22, avenue GustaveDelory, Roubaix (Nord).

Urgent. Pour enf. i an et surv. 8 et 11. Mer, puis camp. Référ. exig. Se prés. de 13 h. à 16 h. i2, Bd Bmile-Augier. « Dem. nurse p. nouv.-né et bébé rS mois, début août. Se prés, de lo h. à midi et de 3 à 6 h. ri, quai Voltaire, Paris. « On dem. nurse Suissesse, ou française, si possible diplômée, pour enf. i an. Stable ou extra. Pressé. Se prés. mercredi soir entre 7 et S heures Scgognc, 6, square HenryPaté dô"). Téiéph. Aut. 20-J8.

VACANCES

Cours de Vacances. Bacc. 1" et 2e partie. Cours Jouffroy (44* ann.),9i,r.Jou(froy,Paris17°. Inscript. de io à 12 h. et sur rend.-vs. Pension d'enfants réput., b. sit. Versailles, 36, rue Saint-Jules, téléph. 17-35.

Cours de vac. Leç, prép. bacc. Fossier, 15, rue Cavé, Levallois. Per. 23-65. Enseignement (6 fr.) COURS ET LEÇONS

INSTITUT GAY=LUSSAC sS. RUE GALILEE PARIS (8"). Baccalauréats Examens de passage (par groupes de io élèves),

INTERNAT. DEMI-PENSION. EXTERNAT Ouv. à partir 18 juill. pr prép. session sept. J. h. étrang. dés. trouv. j. Franç, p. leçons de franç., si possib. avec connaiss. espagnol. Ecrire 3272, Figaro (Annonces). ANGLAIS RENDU INTERESSANT par profess. expérimenté. Progrès rapides, garantis, Leçons à domicile.

BLACK, tcléph. Vau. 17-04.

PI1MRA Tango.etc.Mlle Argentin. Pleyel, ftUJTlD/Y 252, Fg St-Honoré. Carn.64-23.

Maisons de repos

MAISONS-LAFFITTE vient d'ouvrir. MAI- SON DE REPOS, ancienne demeure particulière. Régimes, convalescence, surveillance médicale. Chainbrvs très agréables. Tout con- fort. Beau parc. Cuisine soignée.

« La Solitude », i, place Wagnam. Tél. 159. Villégiatures <-

Fam. pass. vac, pr. Combloux-Mcgève reç. j. Fr. et étr. Panor. uniq. s/ chaîne Mt-Blanc. Natat, tenn.. exe. nourr., répét. étud. secondaires, class. AH. Mar. oS-53. Dame rec. inv. pay. pi. camp. Tennis, excell. table. 45 fr. par jour. Ecr. n" 3397, Fig.-Ann. Mlle C., ex-gouvernante des Princesses de FraTice, serait heureuse de recevoir des jeunes filles, Françaises ou étrangères, de bonne familie, pour le temps des vacances, sur la côte méditerran. Excursions. Ecr. 3358, F.-An. Gd air.tt cft.gd parc,gar. Faimïl.,pers.âgées.Px mod. O.B.S. 02-67 Sèvres 2, Parc Cheviroa. Gd Hôtel Casino, Carorles-Plage, pens. compl. pour juillet à partir de 35 francs. Mén. dist. dés. être reçu inv. pay. joli site, So km. de Paris, gd conf., cuis. soign- Pension hôtels s'abst 17, Edimbourg 19-20. Manoir, parc, 30 km. (S.-M.), reç. pens. veeik end, vac., rep. enf.Surv.gBr. Ecn0 ass5,F.-A. MER

LA BAULE. ATALANTE HOTEL, s plage, fine cuis.au beurre. Tt cft Pcrjs.compl. d. 40. VOS ENFANTS A LA MER

ÇC Ï|\I 1D Plage sûre, tr. b. climat, cours anglais, jeux, leç. Départs 18

juil., 6 août. Rts Cours Hélène Boucher, Ker-Avel, Erquy-Plages (C.-du-N.).

AGENCES ET INTERMEDIAIRES Pensions dans familles. Mer, montagne ou campagne. Offres et demandes Henri TERRIER, 28, rue Saint-Lazare, Paris (9°).

VALETS DE CHAMBRE

MAÎTRES D'HOTEL

Valet-m. d'Ilôt, avec second puur Paris et campagne. Sérieuses référ. exigées. S'adr. Concierge, 15, rue du Docteur-Lancercaux. Dem. valet de ch.-m. d'hôt. très au courant du service. Se présenter mercredi de 2 h. à 5 h. 140, avenue Victor-Hugo. Paris. VALETS-CHAUFFEURS

Dem. chauff.-valet pr août-sept., région Compiègne. S'adr. à M0 Boccon-Gibod, 22, rue Cambon (2" ét.), de 11 à 15 et apr. 20 h.« «

DEMANDES 1 GOUVERNANTES D'INTERIEUR DAMES DE COMPAGNIE

Jeune fiHe viennoise, bonne éduction, désire position au pair chez bonne famille ou enf. Ecrire N" 0448, Figaro (Annonces). GOUVERNANTES D'ENFANTS Angl., con. all., piano, s'occ.enseig., soins mat. des enf. seulem. Ecr.: Grant, 51, r. Lauriston. Pers. sér. ch. place; allem., couture, mus. Réf. Pol. 5, rue des Feuillantines, Paris. Franc., 35 a., b. fam., exc. réf. verb., exp., s. cuis., mén., ch. pl. gouvern. enf. ou pers. seule. Mlle Jourdain, téléph. Dant. 67-07, de 9 h. 30 à 11 h. 30 et de 2 à 4 heures. Gouvern. expér. ou g.-inst. franc., 44 ans, long. et exc. réf., dem, situât, aupr. même tout jeunes enf. Cauvard, 65, rue La Boétic. J. fille b. fam. ch, pi. stab. ou été p. j. enf. Ecrire 3413, Figaro (Annonces). Jne étud. angl. ah. pl. au pair août-novombre (tin). Miss Mary Wheeler, 170 bis, boulevard Haussmann, Paris (8«).

J. dame, prof. gymnastique, parl. franç., ail., ch. pi. p. vacances au pair, arg. poche, auprès d'enf. Voyag. Ecr. n° 3450, Fig. (Ann.). Gte exp.,dist.,ch.pl.pair,arg.pocheIvac. jner.vie tam. Jobert, Les Fées, St.Palais (Char.-Inf.). INSTITUTRICES

Gouv.-inst., réf.,lat.,grec,angl., ch.sit.vac. Lib. 14 juill.-i"1 oct. Ecr. 3278, Figaro (Ann.). Inst., brev. super., bacc. compl., lat.,angl., math., certif. lie.. sc d. pl. ds fam. août-sept. et proch. an. scol. M. Lesnières,Vaiges(May.) Institutrice externe donner. répét. 9° à 40, latin, angl., plage Bretagne ou Normandie. Ecrire: N" 3515, Figaro (Annonces). JOURNEES BOURGEOISES

J. fine ch. journ. bourg. de 8 h. 3o à 6 h. le soir, nourrie midi, pr arrang., remm. bas, race. et ling. Ecr.: Mlle Ferstler, 8a,r.Y'ignoles, jo°. Bêrs., bne coût., cli. place hôtel ou ferait journ. bourg. Bnes référ. Mlle Michelin, 45, rue de Lille, Paris (7*).

Hte coirt., Tobes, manteaux, dem. journ. Ecr.: Mlle Marguerite, 10 rue de la Tour. PRECEPTEURS

Lecteur (FaHern., pari. pf. franç, doct. en philos. ch. précept. vac., grec, lat., angl., mus.; fam. dist. Ecr. n° 3441, Figaro (Ann.). EMPLOIS DIVERS

Employé de bureau, ex-gardien de la paix. J. Fabre, 63, rue de l'Hay, à Bicétre. lEmpktrs de bureau! f

SECRETAIRES

Dame, très bne sténo-dact., franç., angl.. ancien chef bureau, excefl. référ., cherche secriétariat. Ecrire 2936, Figaro ÇAnn.). Gens de maison |

BONNES A TOUT FAIRE

Pers. coni1., réf., d. pi. ten. int., f. ch., s'occ. ,ehf., mer-camp. Ecr, VasaJ, 14, r, Chalgrin, J. f., prop., act., dem. pi. pers. seule. B. réf. iEcr. seulem.: Mlle Marie. 122, r. Grenelle, 70.. Jne fme ch. ex.tr. cuis.-b.à tt f., libre 8 au !2S août, libre à partir 21 heures. Vautier, 15, rue Basly, Gennevilliers (Seine). Cuis.-b. à. tt f. ch. pi Paris oit mer. B. réf. .Ecr.: A. Lemarchand, 4, rue Jasmin (16e). Pers. libre août-sept. cherche extra mer ou mont. Sér. référ. Douay, 34, rue du Bac (7").; Cuis.-b. à tt f., 40 a., sér., cath., dem. pl. .st^I&iris-caan.p. Adèle. 127, rue du Ranelagh. CHAUFFEURS-MECANICIENS Ob^uff.-mécan» mais. bourg., 42 a., 10 ans ,réfer., place stable ou extra pour voyage. 'Maflxnix, 24, rue Eugène-Jumin, Paris (19»). Xhauff.-méc. russe ch. pi. extra ou stable. Très bnes réf. Jean, 3*.r.ue Clodion, Paris-i5e. Chaaiff.-raéc., 32 a., Fr., sér., travaill., ch. pl. stab., aid. intér. Ecr, n° 3297, Figaro (Ann.). Ch.nméc. d. extra i mois ou 2, Paris ou camp. !Isrbre 15 et. Scheidecker, 20, r. Affre (18e). Chauff.-méc. très sérieux, rec. p. malt., libre, oherc. pl. Voyagerait. Mairey, 7, rue Labié. ChauW.-raéc. xvsse, 38 a., ch. pl. stable ou extra. Réf. Ecr. Riss, 2S, ay.de Lamballe, 16e. Chauffeur-mécanicien, célibat., Suisse franç., expér. voit. améric, Hispano, voyag. Tr.b.réf. Ecr.: Henri, 28, r. de l'Arc-de-Triomphe, 17'. Chauff.-îTiéc., bnes réf., cherche place stable ou extra. .Laçib, 35, rue de la Chapelle. CONCIERGES

Mén. ,38-40 a., chgr.loge ou gard., conc. usine ou adm., mari élect. Conc, 128, r. Courcelles. Mén. prés. b., fme anc.doinest., d.loge m. brg. ;B. réf. Mme Cruet, 19, r. Alain-Chartier, 15°. Ménage concierge, 40 ans, cherche loge pour deux. Bonnes références. Ecrire Brillât, 133, rue de ia Pompe, Paris.

CUISINIERS

CuHfnîer cherche place maison bourg., pension de famille extra ou saisons. Ecrire Marmiu, jp, rue de Ponthieu, Paris (8e). CUISINIERES

Bne cuisirj., 40 ans, dem. place mer ou camp. Libre 25 juillet. Alice, 16, av. Breteuil (7''). Très bonne cuis.-pâtiss.-glac. dent. place ou extra. Référ. Louise, to, rue de Lille. 10. Très fine cuis.-pàt.-gl., libre le jS. dem. extra .Paris, déplacement. Ecrire condit., excell. référ. Claudine, 32, rue Poncclet, Paris-17., Cuisinière-pâtissière sans ménage demande extra. Ecrire N" 3313, Figaro (Annonces). Cuisinière capab., écon., demande extra. Marguerite, 13. quai de Passy (16e). B. cuis. luxemb., peu mén., dés. pi. ou ext. Lib.ste. Ir.camp.ci.Ec.cond.: Made,io,r.Puget. Cuis. cour., 54 a., act., pât., mén.,sav.,d.pl. ext.ou stab-ou b.à tt f. Saimés, 82, av.Clichy. Cuisin. fais. s. à m., bnes référ., dem. place ou extra, mer ou montagne, avec f. de ch. Marthe, sa, avenue de Wagram (8°). Cuisinière cherche place ou extra. Louise, légation du Venezuela 20, rue QuentinBauchart, 2o' Paris.

Cœs., libre, dem. pl. ou extra mer. Louise, 28, rue de l'Arc-de-Triompbe, Paris. Cuisin. dem. place mer ou camp., stable ou extra. Ecrire Marie, 34, avenue Montaigne. Veuve, très bne cuisinière, ch. pl. ou extra. Ecrire Marie, 40, Bd Malesherbes, Paris. Cuis. et fme de ch., mère et fille, dem, place ensemble. Ecrire N" 34S9, Figaro (Ann.). B. cuis. ch. pl. ou extra chez 2 ou 3 m. B.réf. Irait mer ou mont. Léa, 26, r. de Lisbonne. Extra, Cuis.-b. à tt f. du 30 juill. au 20 août. B. réf. Tr. sér. Er. 322o, Figaro (Ann.). Cuis. tte confiance dés. place ou long extra. Anne-Marie, 24 bis, rue Cler, Paris-7. Alsac., quacarrt., cuisin.-pâtiss., dem, place ou long extra. Louise, 27, rue Hamelin, 27. FEMMES DE CHAMBRE

F. ch. tr. sér. fer. cuis. pers. sle ou serv.cour. 2 mt.Réf.v.; coût., mén. Voy. Cécile, 8,r.Laîo. F. de ch., 25 a., recom. p. mait., sach. cout., serv. table, dem. extra Paris mois à part. 23 juill. Marie, 24, r. du Bac. Littré oç-63. F. de ch.-gouv. d'enf., 37 a., fr., all., coût., réf., ch. pl. Ecr. Nu 3307, Figaro (Ann.). j Demoiselle, 50 ans, f. de ch. avec valet ou ling., toute conf., cap., dem. pl. ou extr. Réf. ier ord. Mlle Grousseau, 43, r. Washington. F. de ch. dem. extra ou ménage. Sér. référ. Guillaume, 32, rue Legendre, Paris-170. F. de ch. cap. ch. pi. près pers. âgée, donner. soins. Sér. et long. réf. Anna, 87, av. Kléber. F.de ch., 44 a., av.b.réf., d. pi. m. Ecrire seulement Marie, mercière, 2, r. Dufrénoy. F. ch., libre 15 juillet, dem. pl. ou extr. Paris ou mer. Référ. Jane, 113, rue Lauriston. F. de ch. ch. pi,, cout., ling. Bonnes référ. Ecrire 3462, Figaro (Annonces). Jne fille cherche extra pour Paris du 15 juill. au ipr août, bonne à tout faire ou fme de ch. Jeanne, 90 bis, avenue Henri-Martin. Paris.

Dem. cliauff.-yalet ch&mb., très bnes référ. exigées. IScrire'en fournissant renseignements à M. Raimbert, 5, rue de Messine Paris. P. 2 mois camp., h. ites ms sach. cond. auto. Ecr. Delaaux-Giret, 2S, rue Copernic, Paris. VALETS DE PIED, GROOMS Demande valet de pied. même débutant. Concierge, Si, avenue Victor-Hugo Paris, (Fin des offres d'emploi)

D'EMPLOIS «m F. de ch. sér., conn. service, sachant coudre. Place stable. Hélène, 43, r.de l'Abbé-Grégoire. Pers., 48 a., sach. f. mén., lav., rep., coût., dem. place. Paris-campagne. Petits gages. Marie, 16, rue Lemercier, Paris (I70). FEMMES DE MENAGE

Anc. f. de ch., sér. réf., dem. 4 h. mat., 4 h. ap.-midi mén.,lav.,rep. EcJeannc,i3,r.St-Sabin J. f. cherc. ménage quelques heures par jour. Mme Nagy, 8s, rue Saint-Martin, Paris- Ex-f. eh. cher. mén., lav., cout., rep. 3 à 4 h. matin, apr.-midi. Edith, 93, Champs-Elysées. Jne fme ch. 3 à 4 h. ts les matins. Référ. Ecr. Mme Burgun, 3, rue des Tournelles. Cherche ménage et lessive à faire matin ou apr.-midi, quart. Auteuil-Pt-du-Jour. Sér. tif. Mme Dumesnil, 14, r. Thiers, Boulognc-s.-S. S. Jne fille dem. extra cuisin. ou heures de ménage. Mlle Bove, 17 bis, av. Foch, Paris. Cherc. extr. pend. absence mait., cuis., mcn. matinée. Mme Hillairc. 2 bis, rue Malar (70). MENAGES

Mén. sér., actif, conn. bien son métier, cuisinière-pâtiss. et valït-maitrc d'hôtel toutes mains, longs services, bons certificats; irait Paris et province; ferait extra. Bonnes condition, si stable. Détails offres iro lettre l'écot, 103, Bd Malesheibes, Paris (8e). Mén. v.-ni, d'h. et bne cuk.-pât., long. réf., deni. pi. stab. Paris. Ecr. n° 3407, Fig.-Ann. Mén. val. -m. d'h. et f. de ch.-ling., styl. Ecr. Petit, 17, rue Quentin-Bauchart, Paris. Mén. val.-chauff. et b. à tt f. alsac., bnes réf. Rodrigues, 30, rue des Matliurins Paris. Mén. als., 40 a., v.-m. d'h. et cuis.-pât., m. réf., ch.pl. préf.cnv.Paris. Ecr. 3502, F.-A. Mén., 40 ans, val.-imatt. d'hôt. et cuis.-pât., ch. pl. extra ou stable, mer ou camp. Gandon, 15, rue Henri-Monnier, Trud. 45-88. NURSES

Nurse expérim. dem. pl. extra. Libre suite. Mme Comte. 63, avenue Malakoff Paris. VALETS DE CHAMBRE

MAITRES D'HOTEL

M. d'h. franc., 40 a.,d.pl.st.ou ext.Paris-camp. Libre. B. réf. Louis, 101, Bd Haussmann. Valet-m. d'hôtel, 46 ans, ch. pl. Libre. Sér. référ. Louis Th., 20, rue Copernic. V. ch.-m. d'h., 45 a., pi. ou ext., sach. b.serv. Ecrire François, 19, rue Octave-Feuillet. Bon m. d'hôt., célib., i m. 80, réf. verb., dem. place. Serri, i65, rue de Grenelle. Mise Bd de Bouille recomm. Bpéc. son ancien mattre d'hôtel pour extra ou fixe. • Ecrire François, 5, rue Surcouf, Paris. VALETS-CHAUFFEURS Chauff.ch.pl. m. extr., con.serv.val.ch. Réf.yerb. ijost, 6, France-Mutualiste, Boulogne (Seine). Val.-chauff., 55 a., célib.. bnes réf., dem. pi. Bouvier, 34, avenue^do la Grande-Armée, 34. 'Chauff.-méc. -valet, aider. intérieur, ch. place. Michel, 7, rue Guisarde, Paris (6°). ^Indoch., tr. b. chaiiff.-val., 32 a. Paris ou campag. Nghien, 29, rue Le Marois (16e). ̃Ohauff.-méc. prud., 37 a., rec. p. maît,, aid. ;int. Voyag. Joseph. 48, rue de Meaux (19°). VALETS-CUISINIERS

;Cuisinier ou valet-cuis. russe dem. pl. ou ext. 'Bnes référ. Ecrire N° 3463, Figaro (Ann.). (Fin de. demandes d'emploi)

r

Farts. Imprimerie du Figaro. 1 Imprimeur-gérant DETOT 14, tond-point r^es Champs-Elysée».

K. T. 5T î5r

tE8 ce

1

A ENGH1EN

P1UX DE PERPIGNAN

(Haies, à vendre. 9.000 fr., 2.800 m.) 1. Antin G2 (M. Il » (au vicomte de Chambure)P. 6 » 2. B. de Rose 04 (R. Lock)..P. 7 » 3. Borréca «4 (R. Fleury) .P. 11 50 Non placés Peu and Iuk 66, Getaway B6, Muorl 08, Empressée U6, Attacus 60, Lélia 00.

>(Tête, 3 long., 4 long.)

PRIX DU ROUSS1LLON

(St. 15.000 francs, 3.700 m.) 1. Le Balayeur 60 (S. Rochet)G. 7 » (à M. James Hennessy).P. 5 50 2. La Prêtant. 60 (Vernicre) P. 9 50 Jumelé. 33 » Non placés Melba 60, Lovettaz 64, Noroc 70.

(1 long., encolure, 10 long.)

PRIX DU GERS

(Haies, hand. 12.000 fr., 3.200 m.) 1. Améric 62J (T. Dunn).G. » (à M. L. Arpels) ,P. 10 50 2. Harpalyce 6U (Bonavent.)'P. 22 50 3. Genua 63J (If. IJonncau).. P. 11 50 Non placés Yedo II 64, Madreperla 60, Curry 68J, Djama 66. Negro Bov 62, Djibouti 6Ï, Barème 62, Madrilène 60.

(Courte tête, 3 long., 2 long.)

PRIX BURGRAVE II

(Haies. 20.000 francs, 2.700 ni.) 1. Eglantiiic 00 (R- Bâtes) G. 19 50 (à M. R. Hathé-Ouiiminc).P. 8 » 2. Pescoli 62 (S. Rochcl) P..1 » a 3. Oiumantoe 60 (X. Pelai).- -P. '̃> » Non placés: Latorrc 62, Révocation 60, Salvctat 62, Lavardin 61, Florestan 02, Caoutchouc 62, Marin Gris 62, Ballet Girl 60, Viticella 60, Ramora 60, Prisunie 64.

(2 long., 4 long., 3 long.)

PRIX DE L'ARIEGE

(Steeple, haud. 15.000 Ir., 3.600 m.) 1. Estafette 64 (N. Pelât) G. 16 50 M. C. Mir-Calva) P. 6 50 2. Rose Reine 66 (A. Bâtes).. P. 6 » Jumelé 12 50 Non placés Bonifacio 62, Tatiana 60, Ucucalion 64, Traîne 63.

(5 long., 3 long., 3 long.)

PRIX IVAN

(Attelé. 12.000 fr., 2.800 m.) 1. Joinv. Wilkes (Bertho).G. 30 » (à Mme A. Bertho) P. 13 » 2. Léognan (R.-C. Simouard)P. 8 50 3. L'Amazone B (Vanliindeg.)P. 7 50 Non places Kama Deva II, Jaseur B, Jeguu, Kobette, Jéricho V, Lac titia.

PRIX LOUVOIS

(Attelé. 8.000 francs, 2.300 ni.) 1. Kestrel (A. Sourroubille).G. 54 » (à M. A. SouiToubille) P. 13 50 2. Luron II (J. Poirier) P. U 50 3. Murca Wilkes (L. Carré)..P. 9 » Non placés Klaude, Kiki Chéry, La Fourmi, Mamie Williams, Marcus^ Mèche au Vent, liaplrat.

AU TREMBLAY

Aujourd'hui, à 14 heures Courses au Tremblay. Gagnants du Figaro Prix Haricot. Yoshiwara, Cake. Prix Pauline. Magalo, 0 la Muta. Prix Sir Ucvys. Alrisk, Tardoirc. Prix llampttm. Empretta, Firouz. Prix Culler Ou. Inspecteur, Beau Ténébreux.

Prix Lord Clifden. Rurik, Birikil.

Circuits Automobiles Touristiques ILE-DE-FRANCE Au départ de VERSAILLES

Vallée de Cheyreuse

Dimanche et fêtes, jeudls, à partir du 14 juillet: 25 fr.

CHARTRES

Circuit de la demeure historique Tous les dimanches 40 fr.

Renseignement dans les gares de la SOCIETE .NATIONALE

DES CHEMINS DE FEU FRANÇAIS

AUTOMOBILES (10 francs la ligne)

Dans la voie des échanges extérieurs, exportations et importations, le commerce automobile de la France a été marqué, en 1937, par un sensible accroissement des voitures exportées, pn plus-value y sur l'année 1936.

Si, pour l'année écoulée, nous avons exporté 25.114 véhicules, contre 21.172 en 1936. nous sommes en moins-value sur les années 1931, avec 2B.ÎI18 véhicules, et surtout 1930, avec 31.112. Mais soulignons Ja reprise, comparativement à l'année 1935, notamment, où nous n'avons livré, hors frontières, que 18.933 véhicules.

^3 VOTRE VOISIN ʧ? réparée, entretenue au prix voiture série. Un MILLION de pièces origine en magasin. 50 voitures occasion revisées et garanties. R.Sallot, 92,r.Ed.-Vaillant,LevaUois. Per.i2-32 PANHARD lypc C> *• fin 37, sous rril^tlrtlVW gar usine, en rodage, vend. p, partie. bas px 83, av. Bosquet. Inv.35-iS. STUDEBAKER (Métro Maillot). La plus LUXUEUSE. La plus ECONOMIQUE. STUBEK, 134, avenue Malakoff. Kléb. 80-47.

Cabr. Chevrolet 20 CY 37 4 places sous capote, intérieur cuir, dans son neuf absolu, occasion rare.

Rozé, 22, rue Villejust. Kléber 74-20. CAB. GRAHAM 17.000 supercharged, vérit. américa. int. cuir,T.S.F. Voit impcc. cnt. revisée. 19, av. Bugeaud. CABRIOLET 7=C 1938 Roues pilote, garantie. Prix intéressant. HOTCHKISS 680 1936 C.I. Cabourg i's m., magn., abs. nvc, 23.500. TALBOT CADETTE=1S 37 C. I. 4 ptes, très belle voiture, 32.Soo. Df|7p Agent exclusif Citroën, IWJLiL, 22, rue Ville-just, Paris (i6«). CITROEN^CREMAIL. 1937 7 CV, 11 légère, depuis 19.000 franc. Reprises acceptées. 19, av. Bugeaud.

Le dernier codicille du testament de Napoléon va être vendu à Londres Londres, 12 juillet. Le « Daily Telegraph » annonce que le 26 juillet prochain on vendra aux enchères, à Londres, un document qui porte les derniers mots écrits par Napoléon. Il s'agit du 8* codicille ajouté par Napoléon à son testament, le 27 avril 1821, de sa propre main, mais non signé, ce qui e rendit inéxécutable. Ce codicille n'était connu, jusqu'ici, que par les mémoires du chirurgien de Napoléon, le docteur Antommarchi, qui se plaignit de n'avoir pu recevoir, à cause de l'absence de signature, les 6.000 francs que lui avait alloués l'Empereur, comme pension à vie et qu'il priait MarieLouise de lui verser. Le document *st écrit sur le même papier que Je testament et les autres codicilles. La maison qui met en vente ce remarquable manuscrit n'a pas encore voulu révéler son origine. Le codicille comporte quatre clauses dont la dernière est ainsi libellée, sans virgules ni accents « Je lègue ma maison d'haibitation à Ajaccio et tous mes biens terres vignes jardins meubles troupeau à ma mère ».

La première clause institue exécuteurs testamentaires « Monthoîon, Bertrand et Marchand et Las Cases ou son fils, trésorier ». La deuxième prie Marie-Louise de ,prendre Antommarchi à son ser'vice et de lui payer pension. La ,;troisième prie Marie-Louise de « prendre idem Vignali pour au.ŒÔnier et l'attacher en cette qua'-litfe à mon fils. »

Pour conserver sa fraîcheur, la peau doit pouvoir respi- lraii'<ïj»£

rer librement à travers ses millions de pores. Mais il arrive Wm?, h^t^J fréquemment même après avoir lavé son visage que ||B «•̃̃ des particules infimes de maquillage restent encore au fond "™™ "H^S^S^S des pores et les obstruent. L'asphyxie cutanée avec tes £" A Tf~ K T ^MhE^36n5^2 points noirs est alors inévitable. Z5y\ V V J 1 > T~)1tl I BH iHBBft WiM Employez donc le Savon de Toilette Lux il réalise le fi ^Hl BSlP5 BBHr* 4B'

moyen de protection te plus efficace contre l'asphyxie I V^N T ï I 1 I 'l fi j^W BHbH^H

cutanée. Sa mousse abondante pénètre, en effet, profon- JL \) £ L£l, JL JL lL, fi "M^^MRJJfM»^» dément, dans les pores et les débarrasse de toutes impu> ^ËÊÊMÊUBttÉmÊÈmÊÊÊÈ retés. En rendant les pores rigoureusement propres, le *^l-– "T* ''̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃̃555 Savon de Toilette Lux conserve, à l'épiderme, sa fraîcheur

et son éclat.

POUR' LA FRAICHEUR ET LA BEAUTEL. DU TEINT Pri'X' 7-5 te-paia.

US"" PRODUIT FRANÇAIS c ccï UiNc ai-Ci^LiTE LEVER

^s5S===_ LINCOLN=ZEPHYR 1938

s^liirtJalnl/^ VOITDiRE DE GRANDE CLASSE Consom. 17 Ut. au: ioo km. ^^V# E WEISMANN, DISTRIBUTEUR BELLES

-~s^ .-y BELLES

REPRISES 40, av. de la Porte-de-Villi ers, 17», Eto. 14-08 et 52-28. OCCASIONS Liquidation de voitures neuves ·

DODOE ET DE SOTO

Prêtes à prendre la route

CORD SUPERCHARGER C. I. ET PLUSIEURS AUTRES VOITURES D'OCCASION DE MODELES RECENTS A DES PRIX TRES INTERESSANTS AUTOMOBILES LA SALLE ET OLDSMOBILE MAGASIN D'EXPOSITION STATION-SERVICE 79, Champs-Elysées (angle r. Qùentin-Bauchart) 27, rue du Pont, NEUILLY-s.-S. (Elysées 22-08 et 30-15.) (Maillot 60-28 et 60-29.) LANCIA=BELNA HOTCHKISS 11 CV 1934 Cond. int. impec. 18.800. 19, av. Bugeaud. Familiale, 7 places face route, garantie.

u~~ T~ BARBEC0T- rue GUYOT. Wag. 00-40.

CITROEN 1937 garantie. V \£- kZ CITROEN = PILOTE 1 938 BARBECOT, 12, rue GUYOT. Wag. 00-40. sous garantie usine. 19. avenue Bugeaud. CAB. FORD V8.40 HOTCHKISS impec., 12.800 fr. 19, av. Bugeaud, ^C^

HOTCHKISS BARBECOT. 12, rue GUYOT. Wag. 00-40. 4 CyI.. W4, ^35nt.et 19;6,. 4 et 6 P!ac«, V|VA QD=SPORT JUIL. 37

garanties Ó 'XOlS.. 37

BARBECOT, 12, rue Guyot. Wag. 00-40. Berline gd luxe, 21.900 fr. 19, av. Bugeaud.

Nouvelles militaires Mutations

dans l'état-major général de l'armée

Le général de division Griveaud, Inspecteur général par Intérim du génie, a été titularisé dans ses fonctions. La date de prise de commandement du général de division Caillault, nommé commandant supérieur des troues du Levant, a été fixée au 28 juillet 1938.

Le général-de division Fessart, gouverneur de Dunkerque, a été placé, à 'compter du 13 juillet, dans la deuxième section (réserve) du cadre de l'étatmajor général de l'armée.

Admissibles à Polytechnique (Sixième série)

Candidats ayant fait leurs études à Dijon, La Flèche, Lille, Lyon-Anglais, Marseille, Nancy. Nantes, Orléans, Rouen, Saint-Etienne.

1" Sont déclarés sous-admissibles t Agostini, Angel, Astosncau, Avennt. Bastle, Beaurln, Bansenon, Bernard, Bigeon, Bœuf, Briquet, de Bricoult, Brisson.

Cammisar, Canolle, Cathcrlnet, Chesnais, Chevallier Jean, Clarin, Commiot, Corre.

Dcbomy, Declerck, Delahodle, Delporte, Demotes-Ainard, Denis, Devillez, Dhuin, Dillard, Ducorast, Duval. Ganter, Gempp, Genty, Gombert, Grandjean, Granjon, Gras. Greget, Greiner, Grolée, Ouilllema, Guiet, Guyet. Hardy. Hof, d'Hollander.

Jacquet, Jamet.

Lallemsnt, Laurent, Lantieau, Le Blan, Lefévrc, Lekieffre, Lemoine. Le Moniea de Sagazan, Lenouvel, Louchard, Luglez, Lutton, Lutz.

Mangeot, Marcha], Mariette, Matthys, Meymon, Menguy, Me*et, Mermor, Muron.

Natta, Nordon.

Petre, Poney, Py.-« »̃ *'•* Rabot, Rallion, Râteau, Baultn, Rle-

De leur eôlé, les importations ont marqué une reprise avec 2.682 véhicules introduits chez nous, contre 1403, au plus bas, 1 an l^6* Le mouvement de baisse des importations avait été caractérisé depuis 1930, où furent importés 7.877 véhicules.

Le marché français de la voilure d'occasion reste toujours bien approvisionné en belles voitures de marque, de toutes puissances, françaises ou étrangères, dont on trouve de nombreux modèles daus la rubrique du Figaro des VOITURES D'OCCASION. 1

»

CABRIOLETS 4 PLACES, GARANTIS.

Les Esquimaux

.souffrent de la chaleur New-York, 12 juillet. Le correspondant du Vailij Telegraph à New-York signale qu'une vague de chaleur s'étend sur tout l'hémisphère occidental « de l'Arctique aux tropiques ». On signale une température de 20 degrés à Barrow, dans l'Alaska, au delà du cercle arctique, et les Esquimaux, dit-on, souffrent beaucoup de la chaleur 1

«-

Mouvements de bâtiments L'escadre de l'Atlantique est arrivée à Brest.

Le torpilleur Forbin a quitté Tanger à destination de Casablanca.

L'aviso garde-pêche Qucntin-Roosenelt a quitte Boulogne à destination de Cherbourg.

L'aviso colonial Rigault-dc-Genouilly venant de Ivaoa est arrivé à FatuHiva.

L'aviso école de pilotage Ancre a quitté Brest à destination de SaintMalo.

gel, Roblin, Rochon. Roland, Rouquet, Rupaud, de Ruty, Rys.

Sadoulet, Sordoillet, de Souza. Tavard, Thiebault, Thierry d'Argenlieu, Tlllerruin, Trlehet.

Vassort, Verbce, Vigneron, Villemin. Wilmot-Rousscl.

2° Sont déclarés admissibles pour avoir obtenu une moyenne égale ou supérieure à 12,5 pour les six premières compositions

Bourion, Echard. Fort, Inrroumets, Thirion, Vergné.

Candidats déclarés admissibles dans un des concours antérieurs Aubin, Baboz, Berbognon, Betramieux, Bourgeot, Carotte, Cussac, Paintandre, Roger, RombOut, Saugrain, Saurat, Vieilledent, Vierne. Wicker.

Occas. Gare Montparnasse DIMHADh familiale 16 CV 1936, bon f AlMlAKl/ état. Bas prix.

PANHARD ïpfâcv'u1; 17.000 CITROEN cv benine 11.000

ni a t 6 cv> cond. intér- 1 c: rinn

FIAT 4)Mrt<t;r.diuM ta.UV~

FIAI 4 portes, (trand lune W'WW

Cl AT 6 CV, cond. intér. | 1 (\f\f\

MAI 2 portes, 4 places.. H.UUU FIAT 6 cv- conduite inté- ] f. fUlft riAl rieure 1937 IV.XfKfU

décapotable, · 13.000

SIMCA=5 décapCis 13.000 SIMCA=5 ^S 12.000

V = r(m. gar. usine 12.M

SIMCA=5 bcrli^,d luxe H.00O FORDcolch io31 6.500 LICORNE H02 ctP înt 6.000 ETS G. JACOB & CIE

DISTRIBUTEUR SIMCA-F1AT

1. rue de l'Arrivée, PARIS-15»

Partie, vend magnif. Chevrolet, cond. int. gd luxe, type Masler 36, peu roulé. Flory, 14, rue des Tilleuls, Boulogne-sur-Seine. TALBOT m CV. m. 1934. 4 Pl. C.I parf ét. Ier prop., z2.ooo. Rich. 16-61. March. s'abst Achat

ACHETONS MAXIMUM Voitures récentes, Paiement comptant. MARBEUF, 32, rue Marbeuf. Ely. 97-61,

Le cotre « La Flemme »" n'a pas encore été retrouve Cherbourg, 12 juillet, On est toujours sans nouvelles du cotre « La Flemme », parti de Cherbourg mercredi dernier à destination de Guernesey.

La préfecturo maritime ayant alerté tous les sémaphores, à appris, aujourd'hui, que, le vendredi 8, un petit bâtiment dont le signalement corespond à celui du navire disparu, naviguait au large des Casquets.

Depuis, nul n'a revu le petit yatch.

S'il s'était réfugié en Angleterre, sa présence eût été vraisemblablement signalée.

On avait dit, tout d'abord, que parmi les passagers se trouvait M< Jamet c est Mme Javet, femme d'un ingénieur des travaux de la Ville de Paris, qui avait pris place à bord.

«

ÇA ET LA

L'inauguration du monument du maréchal Foch, aura lieu à Beauvais. dimanche prochain, sous la présidence de M. Daladier, et en présence du général Weygand, qui fut le principal collaborateur du maréchal.

Pour permettre la préparation de la visite de Leurs Majesté le roi et la reine d'Angleterre, le Musée et le Paix- de Versailles, ainsf que les châteaux de Trianon fit 1# Musée des Voitures seront fermée à partir de vendredi, jusqu'au sa. medi 23 juillet 1938, inclusivement


LE « FIGARO » ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

LA NOUVELLE EMISSION DU TRESOR

Bien qu'ils soient embrouillés avec méthode et enveloppés d'une lumière aussi obscure que possible, les comptes du Trésor, par l'ipdicatjpn des opérations passées avec le fonds des changes, confirment l'estimation des rentrées de capitaux qui ont suivi, en mai, le repli du franc, Ces rentrées ont été supérieures à 20 milliards,

Elles ont eu pour premier ré' sultat de regarnir et même de faire déborder le fonds des changes. C'est ce qui lui permet de subir à présent, avec sérénité, l'agitation asges: vive du marché au cpmptant et, avec satisfaçtion peut-être, la formation h terme d?»n découvert fort exposé.

En même temps, les capitaux rentrés ont approvisionné la .Trésorerie, Depuis le mois de mars, celle-ci ne vivait que d'appels à la Banque. Du jour au lendemain, elle a trouvé sur le marché monétaire des ressources abondantes, Par malheur, la pleine conscience des chances k saisir semble lui avoir échappé. Et ses besoins, d'autre part, sont comme s'ils étaient illimités. Pour ces deux raisons, certains embarras- se sont manifestés plus tôt qu'il n'était vraisem-

blable. r

Vingt milliards ou davantage de rentrées en quelques jours, tant en valeur absolue que relativement à la disette des capitaux sur le marché, c'était une occasion magnifique, inouïe et telle que Poincaré n'en eut jamais. Par quelle disgrâce cet énorme afflux a-t-il été presque sans influence sur le système du crédit public ou privé ? C'est un procès que l'on se flatte d'avoir instruit ici en détail. Car la fatalité, en l'occurrence, ne joue aucun rôle. Le marché a été frappé, à coups redoublés, par des émissions calculées de telle sorte qu'elles excluaient l'hypothèse de son redressement. La leçon a-t-olîe été comprise ? J'en vois un signe dans la nouvelle émission du Trésor,

Ce qui explique, sans les excuser, ces erreurs obstinées, c'est que les données numériques du problème interdisent l'espoir d'une solution qui ne soit pas périlleuse. Puisqu'il s'agit, en définitive, de trouver chaque semaine un milliard, le choix est nécessairement entre des dangers inégaux, jamais nuls ni négligeables. Pratiquement, qu'on le veuille ou non, l'inflation est inévitable en l'état actuel des comptes publics. Quelle forme convient- de lui donner ? C'est la seule question à traiter. Le recours direct à la Banque, expédient simpliste, émeut vivement l'opinion. Il est donc h réprouver, L'appel au long terme, si|r un", marché qui n'y est 'pas disposé, ne procure 911e des déceptions. Restent les emissions à courte échéance, avec l'aide systématique du, réescompte, C'est Un progrès considérable et, qui jait? le gage peut-être d'un avenir moins sombre que ce syllogisme élémentaire ait été enfin julmis. F~-F. Lçgueu.

F,-P- Legueii,

BOURSE DU 13 JUILLET A 9 3 8

"VALEURS" lPa.|^| VMÊURS" 'ipSâ-JggS » VALEURS l,ggfa,l gSR 11 VALEURS fel SES il VALEURS :rlPS;|^

!bflm ~?~-??4~ :2~ 1871 3~ 44. 448 ~'eçlr,d.,5Irr'Il(~lrg 127D 'oi"

3H 73 in 73 AS ÉSvU ynîflj, $673 368Ï 876 if, 7. 437 437 |"e'Sj° f «*«'« |fg fA IN BANQUE

010 "H" 78 l(u..e~on,I-et;¿~sef. 7 7 J 9 Ii 0 194 193 É^érglQ du RbÎP·· `~70 6is

1917 ~~4~m~i~ 30 302:: Ig9d·189625~%· !9. 190.. En"gi~yd.Ou~ ~e7.. 83..

J fe i|!g '•• 7090 70 70 jmc7 ;j\ |933. a28 434., 898 2 S .̃•̃•• 235.. 233,. ^-twmiW» 184,. 183 50 T6RMII

1HI~I~ 6960 ~09700 fyrc7¡'1933. 195,. 191 By92~ .235.. 15.. E,I-Lpn¡I. ~70,. 183$) I TEf¡M~, 0

4~ 1920pmortLspb· 6 70 i 8anq, Nat,Qu M..iq, 19~ 19! "I ~2~: forc.MIII, a~I. 357:: 350:: "·, b 4~

1920a,orli"a~, 127 50 95 50 ~anqu.OttoÍnan. 547.. 549 19042~" ~dt,. 4 ~2$ 90 = Haut-Rhin · 957 950 4Ibl. 5, '408

~"1?25IaçtJao,gel 78Q5 12845 <;r~ditFan"E8yptlen4565 ..4610.. 191DTIITIMât 6.. 19~,50 d Rhône.: 490.. 430. Areas. ~M50 3¿B..

14 1932 A" '76~ 7840, .46.9.. 19103'f: 190.. 190. de aTruy4re 711 TOD ~~<6~?°6~

4KHI932t 7835 76 55 Conadian Pocif 243 240 g »23f! 240.. 235., d.lgVi.nnt 269,. 260.. | "Jpan S*<> S47 4 ;f I iwVmôVîi.v. MU wf rhœs"Litsord""385o 39I0 a |?Sî 1; ffî- $&~ Hqvr' <•»' E|scl: w- "9" cïXdgV: ili ?? i?i

gb:4~!934 735:: 813 S,K.i. Phill 3.·: ~57Ô 3 '9~~ 4 h~ .662 656 ~.· ~S 17 770 Canodian g, E P8 le 27050 Y4

Ob. Trésp,rt!i 1934 735 738.. ~t;~iÏ":I~¡~g:woo 4000 > :g "i~i: m 649.. Indach,n,~le<!r,l~op,1 37 3/0.. Co, outc, (,Finen. c,) a.d, 270 50 :'61

§.:T~3'6 ~.6 749.. EaIlQeduld:2120.. ~135.. 193140 AIO 601 Maro<alne DlSt"but, 41 ~92.. !;g9~I,tJgy<a<"V.. 1199.. $46 ·,

Ob,Trésor3 !Oi1936 13610 13590 Geduld 1673 1678 B :n 4~ 19914/ FPrfificatloPs 594 58 NantalS.p' Eclalrog. 330.. ~31 Charlerpd,·· 248 50 253

Qp,Trél¡¡r4'.IY36.. III 50 III 50 Monte<a¡¡'~¡; 182:: i90:: ~F~rJ'{'.4'let,. 653 65~ Oue," Pori.i.n. 625 621 C~arJero~ 24850 253..

m.. ~ia.Tinlo. 2580.. ,grl~5¡1¡1i' 838:. 825.. ·, PyrAado,€narg.€IAt. 9 Q87.. €?: 31950 321 50

Ban.T..IOanI4Ó~9933 970.. 969 ~gle iNorvogl"nnell690 1762 19955'ots 81~ A05 Ro~'o-Fronc. <490 149 j0 105" 10350

8.Tr.5-10-150ns5,,34 99450 99450 Pétrollna. 624.. 624,. Cpm, 1879;/60'. 650.. 658 Sud-Electrique T35 $A5 Daggqlpn,el,O. 36P 4A 361..

8.T!.3.(>,IOgn,41>1.34 991.- ~679~: ~793~' ?99:: ~92~

lame auton. 4 !i H 768 770 ŒKiffi? «m 45 15 Ç9H1, IfBO S « «60 •• MS Sgd.lumi»f.* PoT. &̃̃ 87.. «.««n». IWO IW5 B(MW9fleFrpnfe,<S7QS 6630 ![ 2865 2845 FQnç. ||| 3 Sb 211 210.. "̃_ %ui«. M IS 1 14» Durban Deep MO.. 5B4

H VA 45)00 4&300 M I B52bÔk6 265 253 TettohoMt. 3:f.. ~y0 ~ttf'), f$7.. lA<'

B,.H«.d.rAl9éri.. 5220 ,.5290.. H.V?V 45?8o.. 46300. g g&S|# ™- %} y Qç^ Jg "g? *»*

gnR~e ,8 9 ne, Nastld. g .I030()t, omo i Tra .et0i;rr IOI

Banq. Pofis PaYS-8os iÏ95- 1202 Porlugu.ses Tobpeos 598.603 Z 189221JJ9. 7 284 Dpllf~s-Mi.g 50$5.. 507! 579 570

Transatlansique ¢GO 617. Sucr t R' 1 d'S Yple 860 8511 Fpnc, IB952 80 f.. 284.. ·· 28A Equateur. 220 50 21g

dBl'gnienPoris, itl 446 Suer. qUlaf, d Egypt« B6O «S* £ >. ̃ IS99260K 251 251 lndy;tr,T«itll« fQI») "25 '• "9g •• Franco Wyoming. 337 331 CompagmeAigéflen. 905.. 935.. ̃̃̃ i– ̃̃ lu Fonc. 1903 3 266.. 266.. Industrie Textile S?" i°? Ginwsl Mining. V04,, ?08.. CaqiBMr ri'Ejspmpte 77?.. 790,. S C9rn. 1906 3 255.. 255,, Perfnehifj 332,. 33Q.. Goldfield $8 703.. r a Font. I9893J. 135.. 135.. eent.d'Ecfair.(lebon) 1753 l?52 Qu|h Kolumpong, 206 50 207.. Créd. Corn, de France 460.. 460.AUBT«UT (Copi, 1912 3 130.. 129.. Continentale du Qgi ÏU5 fOi Hptchkis; 748.. 748.. Fane, t)e France 2625 2577 COMPTANT y Sponç. 1913 3 ii ii 272.. 272.. Ecioir.Çhauf.ot F. M. 648.. 625.. Huanchaca S3 50 53 50 Créd.Fonc.dll'Indoc. 176.. 176.. ? 19134% 438-. 447.. eie^Réu.QqietEleci. 15) i5l r- lypnnait 1525 1521 S Emp. 19267».. 5Î6 555 Franç.d'Eclair.p.Gai 60fl «95 Hydro-Cère 55 50 54 75 7$ Sociét|rGénérole. 68S 686.. FONDS P'ETAT °; Com. 1927 7 485.. 482.. Oaj Ydefaris 175.. )74.. johcnne.burg 516.. 531.. Rente foncière 358 355.. 5 Cpm. 19304»,. 612.. 611 AcétyLetEleçtro-Mét. 430,. 435., lonslçggte Ul 50 145..

SM8Ï, 22500,, 22480.. S«, Am«fK»ORl». 7*85 73 85" Corn. 1931 4 •̃ 62Î 619,. Aciéries de Ungwy., 326,. S 1 8 UnSon fin ord. 34 50 34 25

3 5? $ Amortissable. 9680 g Cpm, 31-32 4'(, 646 §45 de Micheville 682 p75 Mam Reei., 695 695 Sue» (part de fond.). I94Q0.. 19200.. 4 U 1932 A 7840 78 40 v Enip. I93Ï 4 <l, 655.. 650.. At.etChant.delaloire 407.. 405.. Malocco ord 196.. 200.. Sue» {civilelkinq.l" 6210 6230 B 7670 7650 Emp. 1933 5 ̃̃ 709.. 708.. -Const.Norddelo Fr. 376.. 380,, Mejcicon Eqg|eOjlpr. 47 75 45 75 i». 560.. 566.. Um», l°34Sli»i 870.- i'0., Chant, do St-Nqzoire 861 870.. Michelin (part). 1219 1209 EvU 768., 779.. Ob.Ch.f-Etat45É 12-14 319.. 319.. Bons 1 00 lr" 1887 77:. 73.. Châtillon-Commentry 1380 1400 Minière cïei Gds lac. 680.. 69S Hfti. 582.1 576.. 5J. 1919 332., 331,, Bon. |00 fr, IS8S 67 50 67 Fives-Lille 500.. 493.. Nord 760 751 P.T.Î.5?è IMBrfij S00 U* m i8| S8| For.Ac.HutB-BankcyB 178 191 Moteur. Gnome 671 671 4S/"olJ2°r.o4ÛÛ 395., 396.. »IWIH"Îp S J?o" 209 ·. MsFin.etHoméc. 372.. 376.. Mozambique 52 75 53,. Orléans 702.. 691 s K 1934-1935 834.. 837.. ̃> f \l\\ £}.%•• îçï Jeumont 314.. §11 Naraguta ï|n 106.. 106.. Santa-Fé(C'-fr.e.f.|Pr. 416 50 413.. a 1 5 Ji 1 933 705 J.Be|geMut.Çh,deFer I43S 1444 Nationale Viscose. 395.. 387.. tfâ opol taindePari. 863 87» C. Nat.Cr. Agr.5 33 965 953 6»' (S 383 369 lsuvroll/ Montf Aoli). 306 300 Padang 635 231

Parisienne Indostrie. 330.. 326.. ? V.or2l<l&dollor.) 3750 3779 *QV, iiî §fg Mat.deCh.FerlCieF,.) 494.. 482,, Pernod 103.4 1038

PariSjennelndu.tr, 330.. ~26.. 7!9.ar2/(IOOdpllar,13750.. 3779. 2~i. 7 2 316. M,9t.q~Ch"Fer(C!.F,r'l 2085 2Q~ 9 Pernqd. IQ3,4.. 103e..

Tram, do Shanghaï 7J3 705.. 7% Or24(l0<Sdollars! 4350 2?'fo»V 7fj2 702 Métaux (Cie Fronç.).. 2085 2089 Ph.o!phat,CpnstanMn. iH 294..

Eau&Eclairageltyonl 1305 I3?5 Afr. Qcç, Franc. 3 337.. 338., î» os?' 7Û5 7& Senelie-Maubeuge 606.. 607 PhQSDhptes Tunisiens 145.. 146 50

£au¡;' ~cloi.oge(Lyonl 13P5 1325 AIr, °, C;, F.anç, 19b9' 337.. 338.. €tpl 5 ÍÍ 1933' 7A 75 1 j~ 5~n.lle.M~ubeuge., 606.. d90 Phq,phPt.s T~"i.l~n, 3BI 3BP 50

Oi.t. ParLien, d'Elec. 636 631 %• S!ÎVl»l3 275 272 Lyon 3 fi 1855 312 3K> ehorSîonT ju Tonlsin, 2o7o 2Q7O Electricité de Pqris. 650.. 616 ? 0'ot'i 325 322 C°mmen.- Fourchant. 475.. 490., Randfonlein 352 50 355,. Electricité de la Seine 353.. 350.. Madagas.ca.r 1903-05. 331 331 S S< jjïi •• 1(2" 69o Dombrowa (Houi|.)p. 548., 55°,. Bantj Mine. 1642 ..1630.. Electr.etGazduNord 350.. 349 50 Maroc 4* ,1914. 39?., 306., J7, | (>, "33 –• Sa" §Jfj «ontrambert la Bero. 477.. 476.. Roan Antelope 157.. 159., gSiMBW !^° 'ÎS « IU! ifi "? |fc: f| •̃ 1 ̃}. «3?.?: JS (S iS^K: S jB

En<.rei.m.~dit~j06.S06..Tun~3C~9!2S).. 252.. 4 'II" 3()6 M6 :An~ 387.0.. Sp,.ng.M!2M..M2..

Enem~e.Nord.fr. 290.. 286.. Credit Nat. 5 9. 1919 478.. 472.. ,d6C~ 406' 408 Cor,rigY. <28 522" ~"9" 65 25 6575

TrVYgre.·. 701 685 2 C.Not.Ob.500t:5f.20 466.. 465.. NprrJd 6. ,sé,éE. 390 390 Cormdu3'.· 640" 640" ThM,it. M2.. 303..

NordAumlér4,F,·. 764 750. B.n,6')~9?2. 5j8.. ~16.. I ~~6sérieD, :04:: 406 MorI9. AIO.. 410. T°"n~yps(ScuthA(.) 12A 50 124

Télegr¡¡phl. lan, Fol. 47\1.. 41J.. Bon.6'J1onv,23 505.. 499.. 2 idpérlo C.. 3A(J 34Q.. O."ic,urt.. 91I ·· PI5

Thomso~.HoU~lan. 141.. 137 SU B,onI6'9Iuln.3 49~ 493.. H,193J. 7pi 700" AIB,.T9ni;,((~mniN~ml 142A 1620. ? 50 294

Unland £Iectrl<llé.96.. 3yB Obl,6,Ó 1424. 505.. 543 01' 6" ~69 369 T~blze IR5 123 50

ForetAcié.duN-etE. 6»l 684 Prleanié (, WV •̃ ^°» Guorgoui açt. 1275 1280 Union Corporation.. I6J8 1630

Danoin·Anzin,· 1~30' 1245.: i;>ép,deI'Ai.ne7;.26 505- SA5 5$.'i~33"" IB 698 MPk.-el.Had,Ç,(~élol,14~~0 4~Q5. Miniè,ljtKotgngapr, r, AI U 4212

Denaln-Ansin iHÔ Y, 1245 'A pép.delAi«ne7ÏJ26 505.. 505.. 50-|O33"" ?02 Y. 69S Y, Mofc.-el,riad.c.|déi,i;) 4«0 4§O5 Min.iè. Ht Katgngapr, 4lifJ 4212

Soulne.. JJa 765 7 fc 2? 565 560 « .n?/l/ vin 15? Transylvanie M. or 6/ 69 Vieille Montogne. 2210 .,2210

aO0n /7U ̃• 'M 9p8 906 905 i f>ueil2%% 333., •»« ̃ |pronCaisede.Pétrole5 94.. 92.. Vins et Spiritueux 285 50 2vJ

S<hn.id.r(Cr.u,ol)" IpA2 1028.. delaMorn.Q}i~ 457 455.. 8ANQUES ·. I-Ivdra-Carb, St.D.n,l. 424 424., West Rand. 311 50 345

f^eiœxt TA y. W y. tt^M So 4M y. ionqBSoccid 730 705 K^tfo'^ g y. |f »S 18* ioî

8éthun~ 4\18' 495 d,M.u.,6\¡;),tJ 472 471.. anq'd \Ud hi 3555 p.,heibronn 3~3.. 951 `

Courribres. 220" 219:' du Nord6 b 1921 472.. Ab7.. del'i^dochino.3355..3535.~ Stpndard Fr. Pé,trole. oll 818..

lens 288 285 50 6«IM3 465 465 g"»1" 2640 2'0U Dynamite (Société Ci 780 757.. COMPTANT

Mprlos.· 413.. 41U.. 7'70 1927 496.. 500 deModa ascol 415 3BI Gloe.IPuN.delaFr, 3105.. 3095,

Ylcolsn.NCIIVX.. 472.. 473.. pa..de-C.76j192Ó 506.' 504.. delaMa~iniq, 2875" ~2675 S~2:2. 2200, ~b~d,M.. 1410.. ~0

&»&̃ 2iS 257! Jig S :• & ,?«£ ;1 ̃̃ SëiïtâZï.: 'ÎÎ8 te &%&&& "Sa

gor jpuiss. 2600 2575 56,1929 g88 ~87 Eur C !P~ s) ar 3 0 Solin. PU Midi·· 710 72U Moteurs Solmson ,c,) 29 50 28 50

ord, (verte). 2282 ..2295.. Somme6Ji5il923 464.. 458-. ·. Z » 2flO Auxiliaire Novigot.. 1280 1270 Forge.de loProvid.. 17200.. 17000- 55* 1% ̃̃ « •• B"£SWS S •̃ SS •̃ = --#? ? ÏÏXZZZ Z Y. Y. '=: « S'i6

Nickel. 697 ~3 V'lIede~elm61~199227B BB5.. 900. Fra;'co-Jaoon.. gd 86 Tronsports en Comm, m, 550 550. Steoua Romono. 5650 049,50

Penarraya. 8!g 315 Egi. deva. 1928 878 875 N' leC tl'I 5~ 2 592 8' d770 d767 Djebet Djerissa cap" 2875 2855~

1435 1434 Ind, Su. fr, 6 t927 437 435.. des oysdu N, I$A 565.. 578. Oua.'o et Melloula.. 13B0 1355

Sï& jft in-, Al.«. 192,. 453 448 K^Com. ™. Y. gÇ?*» Y. 2 ^0=: Î!B Y^Y

Kuhimann.· 626 6!9 .nduttf.At.ec. ~2t. 453.. 446-. Cftd.Mu.'r..tCom. 290.. ~°T'~ 3791 379" Huteh.n!M. nt0..m7..

Mof.Color.Sr.Oeoi». 1035 Y. 1040 Y. AIBérle3«/« 1902. 337 336 Créd. Fon. Alg.-Tunis. 415 414 S-™00'0" \it ttl fil. Schoppe Lyon, co. 1950 1955 •• Indochine 1899-1905 228 224 Crédit Foncier Colon. 215 213 Nicoloi 370 378 Viscose Françalle 550 545 Phwphate. de Gafia 782 781 Tunis 3 1902- 1907 245.. 246. Créd. F.lndochlnejp.l 1 100 I MO Olido 2175 ..2iO7., Pr.Chim.d'AlalsFrog. |525 1529 Tunisie t 1931. 009.. 609.. SI* Fr. Banq. Dépôts. 623.. 624.. port 6000 5990 Bras. Comète oct.onc. 1887 1867 Rhône-Poulenc 655 657 Y. Reports Dupots 602.. 600.. Polir (Félix) 46 25 46 25 Distil. Bretag. Norm. 156.. 154.. Soint-Gobain 192/ 1945 Allem.24,Dowe»IOfH. 5700 ..5650 Soc GleAl.ac deBon 403 404 Saint.Raphaël 5695 ..5695 UmonSucr.oe l'Aime 320 346 Port du Rosario. 4700 4760 Angleterre 2 54 «. 13610.. 13595 Société Mariéilloise. 558 559 Sucrerie. Coloniales. 327 322 Mçnaco 1340 1345 ChcrBeur.Rjur.is. 501 "498 Arg.nt.n 5 Içjb.. 3545 Sou, Corn É"ep"n 30! Y. 314 Su2e(Di.till,ri*d,la) 4500 ..4500 Bo»to. (Tobocl 7 4 73 AirUquid 1 195 1198 5 1909.. 3520 Union des Mine. 136 136 Ornent. Franco, ,290 1281 Bro«,eilOetJ.DuPon 218 217 Foncière LyonnaUe 670 «B3 Ciment, de I Indoch. 328.. 321.. Par.d Êd.lOffen.todt) 142.. 142..

BrotMneQunmèt. j270 ..5300.. Be)g.3K)8M-M,t't. 90 25 9050)mmobi).Mar:.i)~.M2)25 2120 Bon Marché. 139 139 .=~=–=~

&$m S S ^IfilS i » S » -g– ̃̃-̃̃ gggj^ g g (', H A N G E.S

C!lra!n 8. 416 g 6.P~b, 220 220.. WDUSTRIEILES Coty (59Ciélé Anan.I. I~ CHANGES–

~¿'G~ 595 600 Chili 6 · · 233.. 234 Buena,A' r~s{(h,l~r) 440.. 449 GalerleILalavette. 25 25 25 25

3™^» î il S il £3'Sif 'I S3=p « :i ̃! "^T^ë #! “.=.

Fard 6325 63 5Ó' Congaobl,4% 1901. 530.. 340 Chem'~fstAI~o"en. 475 279.. 2ç0 290.. 178 55.. '3623~

SKi: ,|? 25 41 I EavoteDrivil/âié. 3415 1391 Indochine et funnan 475.. 4SI Pnntempsord. 79.. 79.. New.York 3621 3523.,

Hévéa!" 3S" •• 382 •• tBVOte privilégiée. J4I5 ..3391 40Q 3OQ Agence Ha»a 406 405 Bruxelle. 613 613 50. p.™, ,«, At* Hoiti 5 1910 TV. 710 Chemin Ouest Alger. 374 374 Didot «ottin 815 830 Madrid 207 25 p;«fT2ci,'àû'.»nÏD"l îll Maroc5Vl9lÔ ïïn 4 0 Ro.ar. 0 Puerto-Belgr! 101 98.. Chai» ^q o30 Rom8 190 60 190 80 I

K«Ti Lrw, Snv to? '• iîl ̃• Poîoonef»' w" ̃AIa "w lun.»ieni(eh»m.dB t.) 390 395 librairie hachette. |085 595 Berne 82/375 828 25.

Raffin, et Sucrat, Soy 593 S86 Pologne 7 1927: 2584 2570 1 unlll.n'Ichem. r.1 390 395 · ~r.i°"'e o~of~e¡t~ 1085 1595.. Berne. B21 375 B2B 25.

Tërfr«rouSgë"i>.a': 426 Y «3 Y. P-lïïSS 3 'féile l?A Y. 2780 Y. T™™- '"doch.ne cop. 670 ÏÏ^lS?^?" iîg À7Î *™"»°™ « /5 » Union Européenne 691 563 '0 Mog. Génér. de Poris 1390 1405 C iroge, framo", ml LONDRES EttSJi, 292.. 329.. Rouman(e4"22Bon» 17450 177.. Eaux (Comp.Gén.de.) 1043 1070 Colonies (Gerér oui oiô Paris 177 3/4 lyon&Fu,ionnouv. 293.. 290. ynifiée4»/, 232.. 235.. Eaux d'Evian 342.. 340.. l-olomMlue "•̃' 239 New-York. 49350 T J. Midi 3 7 |929.. ||70 1150 Viffel 375 365.. Ounlop 456.. 455.. RiodeJaneiro 2 ijTiî •••• Midi 3 3C8 307.. '%V,\93\ 445.. 445.. Vichy (Etab. Thermal) 1550 1570 Bec Auer 218.. 214.. Buenoi-Ayre, 19 0} l •••'•• Nord 3 H ancienne. 354 Algérienne Eclairage 190 190 Maroc (Oe Gén. du). 317 317 Ul Orléan.3H 330 326 Santo-Fé 5 1910.. 1915 BftleroLe Force et lu. 205 203 Taboc au Maroc 7400 350 NEW-YORK Que»t 3 X nouveau.* 318 Serbe 5 1913 37/ 366 Ediion 675 640 Cr. Fonc. Franco-Can. 3320 ..3300 Pari. 278 3,8 Ml. 5ft?*3OPI.Ypung 341 338.. Sui»é 1903 4330 4360 Electric de Mar.eille 242,, 240,. Sotnowice 367., 367.. Undre» 496 1/2

:M;;A~OE£:É1 TRÈS J:R.É1S:rS'J. A.~rr

L'empmnt à court terme rassure 1& Bpurge -™ Médjpcre tenue des places européennes «» L'or monnaya reste recherché «*– La réforme du marché Pari» Fléchissement des métaux «» Vive reprise à WftM Strsel

© Tandis 8VP les places européennes en général témoignaient, hier, d'une réserve nuancée de faiblesse le marché de Paris, qui avait ouvert alourdi, s'était assez vigourepliement repris en séance pour qu'il soit possible d'inscrire, dans la plupart des cas, des cours en progrès sur la veille.

Si l'on considérait l'allure peu satisfaisante des marchés de matières premières, principalement de relui qes ftiétaux communs, et la tension qui persistait sur le marcjié des changes il fallait admettre que le réqpnfort donné £ fa Bourse pendit de l'intérieur.

$ C'est précisément ce que les informations de la. sqjrée ont confirmé de ppint en point, L'émission de l'emprunt à court terme (18 mois) et de taux relativement mqdéré (3,5 0/0), connue de certains, pendant la séance, avait rassuré la Bourse, inquiète à ilfpte titre des perspectives ouvertes au marché des rentes par J'gventualité d'une émission a long terme. © Grâce ce pedlessemonf tBc(~nique et psychologique, appuyé d'ailleurs par le fonds de soutien, les fonds d'Etat terminent généralement à leurs cours de la ueille. Le 3 reprend même 5 centimes à 73,45 ainsi que le le 4 1/2 32 A à 78,40.

© Les séries à garantie de change s'assurent des plus-values plus substantielles puisque le 4% 1925 s'avance à 128, 45 en hausse de près d'un point et le 4 1/2 1937 à 127 (+0,65).

© Au compartiment bancaire la Banque Transatlantique prend 17 francs, à 617. On a noté la faiblesse de l'Union Européenne qui termine à 563 (-28) après 551, On connaît les intérêts de cette affaire en Europe Centrale,

© Parmi les valeurs françajses ce sont les produits chimiques qui ont bénéficié le plus rapidement de la réprise tandis que les métallurgiques témoignaient de plu» d'hésitation.

PARIS

Principales fluctuations

En haitsëe t

4 0/0 1925 128 45 + 0 06 Banque Transutlunt. fil7 + 17 Lyonnaise dés Eaux 1325 + 20 Sôint-Gobaln 1»45 + 18 H, V, A 46300 +1200 Azeus 308 + 7 50 En baisse

Crddlt Foncier 2577 -=48 Tramw. de Shanghaï 705 18 Air liquide, part. 4075 » 75 Skodu («15 < 65 Principales transactions En francs #0 rente

»% 20fl.34(i 4i 1D32 A !U7.41f> 17 00.044 4 1832 B 945.804 4% 18 335.17(5 4*% 1087. 843.B33 5% 20 134.880 01}, 31 jySGA 2.177.300

A% 25 210.088 O. 4%1930 B J.537.500

A% 25' 219,088 0. 4%l!)3(i B t.537.500

En litres

BBnniie de P 180 St-ûob«ln 446 B. de Parts 3.501 Air Liquide. 1-643 Union Porl». 375 Quilm*» MfcTtftfhnals 1.011 lUdo Hévéas 2.283Sue? capital, 124 Terres Roug 2.360 Cr. gljengnaï 489 Vrg, 4 1/3 34 308

OMr, Elect. 1,021 Cap, Pu. :i|c. 14.007

Forges N.-E. 805 *>n3ons-LHs 2.G30 Tréfilerleg.. 302 Geduld 1.511 Lens 2.210 Rio 2.63* NicHel 1.708 Union Corp 044 Penarroy^ 1.125 Royal Dutch 1.921 Uaine 452 Atnst. Hubb. 411 Kali S..Thér. 730 'r, Nat. 191S» 1-541S KuUlman». 1,OU Cr, Nat. 1920 1.407 Pechiney 1.327 Cr. Nat. 1923 1.53IS Rb, Ppulinc, 1.589 »

08l1GATIONS

eelaoE.tr 8eloef'lr'F.11/34~473..2A5.. nerB le;triq.ICtlel nerg,feçlrq.e) 49g 6

Indochine 3 VI 9dv. 267 263 Bat 5% 933. 'IP •• 'V° ̃• Béthunc Ciede nouv. 503 490 Pointe ôPitr». 381 382

© Aux internationales le§ valeurs de pétrole se sont signalées par leur irregularité mais terminent mieux disposées. Les Eagle ont fléchi sur le démenti apposé, par le* agent? financiers de la MPSJcftH. dll® bruits de négociations avec le gouverne* ment mexicain.

© £es mines d'or put été soutenues maig relativement peu acti» yea eu égard à la faveur que connait toujours le métal. La prime sur le dollar-or s'est en effet élevée, Wer, jusqu'à 8 0/0 de |a parité, Les Valeurs du groupe (es. plus fermes ont été « Çrpwn, Mima » #t

« ïransvaal »,

M, Albert Caç/UQt, menxWf de l'Institut, vient de dapner à La

Revue Çleue H/|p très intéressante

ft¡¡YllfJ gntitfilde, JI fagt S.114vrr

étude intitulée •• U fftWt saliver

l'industrie française dont nous effrayons le paragraphe sifiuaiit Le pri^ de revient comporte, dans l'ensembje de l'industrie française t B8 0/0 de salaires 'directs, 22 0/Oçi'imppts, 10 0/0 de rembourserflent pro, grç^sif è l'épargne. Il n'y a pjus en

France, depuis plusieurs Qnnée^, de

part réelle poup le bénéfice industriel. Si piî considère l'ensemble de le profluçtion dp tput le pjiys, les pertes

dépassent" notablement les gain?.

Sur un thème familier aux lecteurs du Fjgaro économique et fi=naiioier, Paris-Midi présente quelques observations pertinentes au sujet de l'organisation du marché de Paris,

L'importance démesurée qu'ont tendance "à prendre à Parle les mouve.ments boursiers provient avant tout

LES CHANGES

La légère tension des changes ne s'est pas démentie et le fonds d'égalisation a dû surveiller le marche de très près.

La livre termine à 178,66 contre 178.55, et le dollar ft 36,23 contre 36,21.

A terme, les reports passent de 2,55 à 3,15 sur la livre à 3 mots, et de 0,55 à 0,66 sur le dollar. A un mois, 0,80 contre 0,75 sur la livre 0,17 contre 0,16 sur le dollar.

LONDRES alourdi

YJ~tEURB 1 CI4!, 1 O, Il VAlEU~S tour$ Cous. î 7ST/I 76 7/1 Cro.B-MIn, 16 3/16 18 IU ifi. 1101/1 110 3,16 (asi Rjnd.. «1/3 607', WarLong.. 103. 103, Oaduld (7/1 8 16.16 lnm,3% 11. 10 7 a ColallcUi.. 76 1 (î 71/11, 11, "> < Y, 10 7/! 1P 7/8 R«it Mines. 177/6 177/1

4 KI1I17I 'Hl( HH Clurtered., J7/6 27/3

»ro.«K,. S! 1/2 83 1/t «loTInto. « !/l 1* 1/3

Bres. I16S8] 9. «3i Tharsls. «/. 35;. Chine- 14 77. 77. Tsnganylka 6/8 6/B (int.ufill, m 102, »9«eoni1i IK/IOU 1)1 .'S ïoung « «0 1/2 BoïilOvtch. 38 1/5 2S S.» H8llMi3' 13, 13, Shell, + 19/32 4 VI'- Jap.l»ÔIS9) 83. 13. «en.djle.. 4/7H 4/71, Porlgg. 3 78 1/2 78. «>glo-lnn.. 100/7(4 "»/. Russe|1806l 0 01» Gulj. %i. 92/t

Espu. «t.. 39 1/2 90 1/2 «Ali-Trust 2D/S 2S;.

Iu«7i4.. 2 1/4 2 1/4 Illicca. 23/l!i 21/10H

H»i)ro-£lec., 429/J? 51/16 SeDUh. J1/S JW,

int. Holding. 1 1.2 1 9/1fi Courtaulds 3&/6 36/4H

Imp.TOBK.. 1(4/4' US/114 Brlil.Cclan. S/J J/4K

Misl Corp.. U3M US/9 Imp. Chjmle, lv'3 »/> 08 Eure. 8Ï:1 S 7/8 Uniia.sr 3S.3 38/1 Jagersront.. 1 5/tt 11/4 «Ithlsoo. 3S 1 î 38 1/2 Brfkpan. H/4 Si 58/8 dnrt.hclf. 6 16/16 6 7/8

Cent. «Inll. !2 22 Union Part!. ;3 77

BRUXELLES héaitant >iwli vidé. I mot ||Cl"lf'*t|| prtcin I cour» Tublse 102. 102. ».S,Î?{S'I 7275. 7275. Clttro m .1. 230. 8anq. Bru. «0 «6

Bare. Irsc. S02 1/2 202 1/2 tmXW, W> •/> \KK ,!̃

8r«!ll tr«e. 382 1/2 SM Calste B. D, 2J0O 2310

Buanos-Ayp. 143. 1(2 1/2 Cr, Amers.. 600, 500. Héliopolis.. 1625, 1600. Soc. G, Bel. 3310. 3300. Nltr. Rallw. S20 325. EtectreHI.. 1620. 1615.

Bwq.dePar. 975. «80. tlcel. (cap.) 960. 975.

Elect, Saine. 289. 2B3 3/4 |f«l,l 26(0. 2630.

El. BaiKert 285. 283 3/» Wn«- 7776. 7775. HUtrppollt.. 700. 700. Krdraflfip.. 198. loi TMianilki 55. 54 1/2 J. Cockarlll. 1165. 1110. Hl-W (pr.l 3iiè S«50 Ovjrêe-Mar. 1175. 1175.

6f.\ AstuF. Mines 162. 159.

Idïd.l Ïlelllc-Hsiil, 1825 17W ̃ Conconlla.. 61. 60 1/2 Maurage, 7025, 7025, Pelrs«na. m 810 Nord »irl. 1975- VU •/•

de ce que les « couches d'acheteurs i ne se rerioijveljent pas,

Le public s'abstient.

Pour ranimer la Bourse, l'élargissement du marché des fonds d'Etat, l'Introduction de fortes valeurs américaines, pourraient être mis à l'étude, zépQse notre confrère,

mais a

Ne conviendrait-il puis d'abord que Paris "manifestât un peu mieuaf son in^dépendance vis-ii-vjb des autres plaças ? Ne faudrait-il pas, en outre, qu'un minimum d'activité et 4e aiabilité fût déjà assuré et qu'on ne vit pas, ppr eïBraple, une vente de dix titres provoquer, sur l'action de la Panque de France un recul de 105 points 1

© te « Stoçlç fiSChsnge est virsiblement inquiété par ia situation ppHtisug eurpoéeime, ha Stjancç (i été maussade et les fpn4» brJtBBpiques eux-mêmes s'inscrivent en jéger recul. On a noté aussi le repli des fonds d'Etgt allemands et autrichiens.

© Faiblesse au Métal E«ohaiige pu l'etain au comptant abandonne 15 sh., le plomb 6 sh. et le cuivre 15 sh. 7 1/B d.

JI a été trgité 1.900 tonnes de cuivre, 200 tonnes d'étain, 1.500 tonpes de plomb et 950 tonnes de zinc. $ Les mines métalliques, a Lon-

dres, cèdent du terrain,

5 Les mines d'or, au contraire, sont raffermies, On a noté des achats hritunniqtifa qui ont aeenmpagné la demande toujours très active du ron'ir-ri.

6 JI a été vendu sur le marché libre de l'or 4S2 barres 'd'une va. leur de J.220.OQQ livres au prix de 141 2 1/2 par once suit une hausse de 1/2 penny sur la veille. Ce prix basé sur les offres et demandes comporte une prime de 1 pen.ny 1/2 aur la parité du dollar à 4, 92 7/8.

© New-York est tres ferme. Après un début hésitant le marché se raffermit brusquement en clôture et termine en hausse de 1 à 4 points, total des transactions 1,620.000, Caoutchouc en hausse de 40 points. Céréales de 1 à 3 points.

AMSTERDAM bien dia. 'mum i Pa. i a ii «"̃"« i pSi i s Ainsi. Bank. 160 1/4 223 8/4 H. li. A. 452 1/2 463 3/4

Royal 0»;cn. 338 1/2 340 1/8 ligist. R* 224 3/4 2!) 3/4

», H. U. 16 16 46 1/3 Senembah,. ïdS ̃/• ÎSS

Unllntr. 155 1/2 165 1/8 Chade 1S7

Philips .,̃• %9 9/4 3(3, Jf.a Culthur 165. 1(9. NEW-YORK très ferme

vu [IIB5 I £!"̃ I 6" II Vil FIIR<t I Clot. I Dern,"

J" >rW

4lr Reduct,, 60 1/4 62 1/4 Inltr, Nlclc,. 48 1/1 49 1/!

Alllcjf Chem, 174 1/2 178. Int. T. Mal. 9 7/1 io 1/4 i~

Amer. Can. » .i. 99 5/8 Jon» «aai. 19 1/1 94.

Am. Métal.. 35 35 1/2 1 Kennecolt 38 3/4 u> 3/4

Am. P. S llchl (1/1 6 1/8 UsslUl, B 100 1/4 gj 3/4

»mer. Smcl. 47 5/8 48 1/4 tœrs 50 7/8 si 1/4

«ip, T, i T. 140. 14.1. lorlllan). 17 3/8 n 3/4

Am.TobacB 79. tO «i. Inlire.. 42 7/9 42 )/4

Anaconda. 32 3/4 34 1/2 Konlgontry, 42. 44 1/2

Anaconda. 32 3/4 112 NaI.BeIrYP, 16117 14118

AlçhlGcn 36 > 37 1,8 Nat. Daln P, 15 1/2 16 1/8

fendu Aï.. 15 3/4 1! W. Olltlll, ?? 5/8 22 3/4 8«|hl.St««l. 67. 6S1/2 », ÏCunlr.. "1/2 u 3/8 Borde». 17. 17 North Amer. 217/8 32 7/8 Brook Mann. 11 •/• 11 1/2 Paramopt,, 10 1/4 11 8/6 Canad, Pac. 6 3/4 7, ProctfC I~ Casa, 92 1/2 93 1/2 Publli Sen. 13 3/4 31 1/2 Celan Corp. 1». 19 3/4 Radio 7, 7 1 CtrroPatco. 44. 48 3/4 Rep. Steel.. 181/ 19 3/8 Ches. a.Oblo 29 3/4 30 1/4 Rejnolds B. 40 3/4 «1. cumin. «?/» »-Jj«m sort.. M..V? .«.• ColumblaGt! 7 S/S 7 31 Shell. 16 1/4 16 7 8 Consol, Edl! 28 28 S/4 Socgny l'ac. 1b 15 1/8 Cont, Can-, 45. 47 3/4 st. Brands., 8. e Corn Prodoe. 6S1'4 67. St. OH of HJ El 7.6 55. Cotr 1111 41/4 Tems Cor». 44 1/8 .4*7/8 Dom Minet. 28 3/4 28 1/2 Teias Cuir.. 33 1/8 33 1/4 Du Pont. 118 1/8 123, Union Pic. 7J 80.

tlep. B. 1S, S, 8 6/8 9. Unit. Air Cr, 28 5/8 28 7/8

Elle. P, al. 11 6/8 12 1/4 li. S. Smell. 67. 68. Cencr. tlœ. 40 1/8 il!» U. 5. Elecl. 55 6! 53.

Cewr, Foods 33 6/8 33 7/8 pref,. 107, 106.

Ganèr. Mol 37 7/8 39 1/2 «est. Union ;g 3/4 31 1/4

Goodyear. 22 3/4 23 7,8 Wistlnon. 97 J/4 100.

ONort.pro,. 19 3,4 21. WoolnoHh.. 461/2 17 7/8 Int, Nantit 63 1/8 64 6/8 touiisslo.n. 37 •/̃ » 7/8

MARCHES COMMERCIAUX

~ïours "pDérfl7

précèd. I cours

BtE. (pr|i Imposé «p. wllyrel 197- 197,. y, ll»«rMol, Juillet 6/3 3/8 6/4 1/4 m Chicago. Juillet 718/8 73 5/8 -r Septembre 721/2 74 3/4 AVOINE Paris. Julie; 138 50 139 50

Août 126 50 J2B 50

fABINES. oan, 283 îfc COTON (SskeUl. Alexandrie.. Juillet '12 61 12 69 Noembro 13 20 13 18 cr- KcH'ork. JuIIIe «78 78 6 79 -t Octobre 811 71 8 78

SUCRE Kettïork. JuIIIe! 180

-n t^ Septembre p 1 SB

fumé Nméyeyq., 19 ,n IH

CAOUTCHOUC. jirnie' (eull.,

̃ 'ir' lonitrfs. Dlioonlble 7 3/16 CAOUTCHOUC. Kcw-ïorfc. Juillet 1173 15 10 Stpumlra 14 M 15 19 CUIVRE (StanJ. tondres Comptant 3814.;C- 33'. ÏM-ïork, Juillet B51 fffl Septembre 855 868 ETAIK. tondrei, Comptant 110 ̃/̃ 189 7/6 PLOMB oranger.. Comptant H 16/10 HlO.li, ZINC rr. Comptant 14 ./• 1316/7)4 i ARGENT Ibarres).. tomnanl 19 5(18 19 3/8 0B'F|«1iM."i!t Carnptajlt à~ 141/2 141/2JJ

M. MARCHANDEAU PREPARE LE BUDGET DE 1939

Ppdp que le projet de budget du prochain exercice puisse être souinis, selon l'usage, dans la seponde quinzaine de septenîbi'e à la cou)*rnUsjpn des finances de la Chambre, M. Marpliandeau pq«rs«it BCtivement avec ses services la préparation du dit budget,

En vue de parvenir à l'équilibre budgétaire, le ministre des finances s'entretiendra successivement avec ses collègues du cabinet des posaibilités de réduction des crédits demandés par les différents minis. tères,

LE JAUNE D'ŒUF

AVAIT SUPPLANTE LE MARC DE CAFE. Une fermière de Pressy-surM'arne, Mme Gallois, reçut, le 14 juillet 1937, In visite d'une marchande ambulante, Bertlje JUin, qui prétendit lui révéler l'avenir. Cassez un œuf, lui dit-elle, et j'interpréterai le jaune,

Ainsi fut fait-Mais Mme Gallois vit un cheveu dans le jaune, et la nomade lui prédit aussitôt de grands malheurs.

Il faut, il tout prix, conjurer le mnuvais sort, conseilla-t-elle j remettez-moi quelques objets précieux, je les ferai bénir et vous ne craindrez plus rien.

La crédulité coûte parfois très cher la fermière rapprit à ses dépens.

Arrêtée, Berthc Klin comparut devant le tribunal correctionnel de Pontoise qui l'acquitta, au bénéfice du doute mais, hier, la neu.vième chambre de la Cour lui a infligé un an de prison.

La réception

à l'Hôtel de Ville

de miss Jean Batten

L'héroïque aviatrice, miss Jean Batten, a été fêtée hier par la munleipalité de Paris, à l'Hôtel de Ville.

En présence de nombreuses personnalités, parnii lesquelles on re-

marquait Aimes la marquise de

Npailles et Blériot; MM. le général de Vergettes, représentant l'AéroClub de France; Armand Massnrd, président du Comité" olympique des Isnai'ds, député; Jean de Castellane, etc, M. le Provost do Lnunay, président du Conseil municipal, a salue m'ss Jean Batten et lui a présenté les compliments de la municipalité et de la population parisiennes. Puis il a offert à l'aviatriee une gerbe de fleurs enrubannée aux couleurs de la ville. Très émue, miss Jean Batten a remercié tout d'abord en anglais, puis a terminé par quelques mots français:

« Je nie suis aperçue en posant le pied sur la terre de France, que je n'étais pas considérée comme une étrangère. »

La cérémonie s'est terminée par la signature du Livre d'Or.

Après l'incident de frontière franco-italienne

On nous communique

« Les internes en médecine des hôpitaux de Paris, très émus de l'accident dont vient d'être victime ̃leur collègue Dpliertrc, attendent la conclusion de l'enquête entreprise par le ministère des affaires étrangères, sollicitent d'en obtenir communication et espèrent que toute mesure sera prise pour obtenir réparation du dommage émisé dont les suites ne sont pas encore prévisibles. »

Officiers "™j

1 ministériels

U m,u.ua.

Vente uu Palais ijc 4u^tipe $. j.aris, le 29 juillet 1938, à 14 h., en 7 lots 1° Immeuble à Paris (18°) 22, Rue de Thioîiville et 1 Imm- 19, R. Léon-Girsud. Surf, totale deg 2 imm. 5.200 mq,env,Propriété à Paris (18) 18, Rue de Thionvilîe et Passage de Thionville, n° 6, Surf. totale S.01S mètres carrés env. 3" Propriété à Paris (18e) 16, Rue de Thion ville Surf. totale 1.004 mètres carrés env. 4" Immeuble à Paris (198) PASSAGE THIONVILLE, 3 Surface 175 mètres carrés environ. 5° Immeuble à Paris (18e) RUE DE L'OURCQ, 21 Surface 362 mètres carrés environ. 6° Immeuble à Paris (19e) R. DE L'OURCQ, 23 ET 25 Surface 296 mètres carrés environ. 7° PROPté INDUSTRIELLE à Paris (IS' arrondissement) RUE LEON=GIRAUD, N° 17 Surface 1.002 mètres carrés environ. Mises à px 950.000 fr., 40«.00O fr., 350.000 fr., 150.00(1 fr., 40.000 fr., «O.OOO fr., 300.000 fr. Total des mise* à px i 2.150.00O fr. S'adr. pr rens. â Me Fernand Bertin, avoué à Paris, IS, rue Duphct, Et. de feu M« Roger Bertin et à M» Grolous, av. à Paris. Vte Palais Paris, 29 juill. 1938,14 h. NUE=PROPRIETE MAISON à Paris (1G* arrond.)

Î82, Av. de Versailles Rev.net 52.500 f.env.M.à p. 400.000 f. S'ad. M* Roger Danet, av., 85, rue de Richelieu; Lermoyez, François Fichot, Tournesac et Jacques Lot, av., Paris Flichy, not. Montrouge.

VENTES ET LOCATIONS Paraît tous les jours, sauf le Dimanche

ST-JAMES l(JiWM de Ç7(U d'OJ^QTNB

R~,u~,

rau~,c9a~s

il ̃ ï ̃ nT~p H^H

~Qi~ ~tell

S'-JAMES 2/3JRhunj__5yarr}es, ï/3 Sirop de Sucre, zeste de citron, glace. iti

S'-JAMES SODA

à |p g|pce

Ralrn9~

Après Iq cgfé t UN S'-JAMES

!51 «

t~f~f'

MOTS CROISES

Horizontalement. I. Rusé dans les petites choses Grosse pilule. H. Indique deux directions voisines Qui concerne l'état des hommes vivant sous des lois communes (fém.). III. Désigne deux pôles Tournas un corps par ses deux extrémités en sons contraire. IV. Préfixe télépho- nique Ingénue. V. Port cspii^nol sur la Méditerranée. VI. Conspua Fin d'infinitif. VII. Préposition Qui a l'apparence de l'intérieur de rertaines coquilles {fém.). VIII. Ce qui trouble lu sérénité Tapnge. IX. Administrateurs de provinces dans l'ancienne Egypte. X. Ville d'un roi de Bretagne martyrisée à Cologne Article. ̃ XI. Pusse tout près' avec rapidité Roi des Gétules, fils de Jupiter Ammon.

Verticalement, 1. Folâtrer. 2. Fin de participe IYuurpat du premier prix tioncourt Deux lettres de « Toulon ». 'J. Astronoine du xive sipcle auteur de célèbres prédictions. ̃ 4, Sons remise Perdu. S. Contume Dans le Rhône et dans le Rhin; Lentille. 0. Bien qu'une religieuse apporte en entrant au couvent Affluent dit Rhône Pronom relatif 7. Complimenta. 8. J)'un mot de Juvénal expliquant les motifs d'une irrltution Fonder. !t, Plaisanteras. 10. Cité dans mainte histoire murseillaise Deux lettres de « Seine » Article. Jl. Fait tort à. Lourds relativement à leur volume.

A NOS ABONNES

Pour éviter toute interruption dans leur service, nous prions ceux de nos abonnés dont l'abonnement se termine le iî> de ce mois de bien vou'loir ne pas attendre le dernier jour pour nous adresser le montant du renouvellement. La date d'échéance est indiquée sur la bande d'envoi,

t~<<'f~M~<~<)<<<<<sM~M~M\<MM<M<.

Un séjour reposant sur les bords du Léman, dans un pays de rêve au MONTREUX PALACE ORCHESTRE, TENNIS, GOLF, P^AG E ET GARAGE

Même jnoison HOTEL LORIOS ET HOTEL NATIONAL

Vente au Palais, 29 juillet 1938, 14 h. PROP^s 67, R.D'HAU= TEVILLE ^V. PROP. QrPAIÎY (seii)e), 10, av. tenôtre. iJwUnUA M_ à px 10.0(10 fr. S'adr. M* Murcel Dupont, av., 90, r. du Bac.

[ VENTES "|

f immeubles

L– -•

Cherche à acquérir Imm. rapport l'iiri» ou liiuilieuK proche. Héicimii. pour toute illUicat. illUr. YAM13B, 64, rue Miromesnll. Lab. 74-80. Appartements i à vendre

i

AV. FOCH (même). R.-de-ch. 6 p., 2 s. de b., jard., tt conf. 280.000. Wolff, 169,Bd Haussmann. Ely .41 -28. Hôtels" | i particuliers

1

AV.MARECUAL-MACNOURI' même Lux. hot. part. bien décoré à vend. ou à louer. 2 sal.,s.à, à m.,bur.,biblioth., 8 ch.. 4 s. bs, gar., jard. Klé. 95-61. Lai, liôt. k. Bois, amén. av. le plus gd goût, conf. et raffin.; jard. 400™. 2 gdes terras. au midi. 800.000 fr., compr, décoration. Auteuil 23-22. AV EfWTlf H- pnrt. sit. lor ordre. tYV rUVIl 1.000 mq. Très belle récept., G ch. à c, s. de bs, remise, petit jardin. Grande allure. Except. LARGIER, 32, Bd Mnlesherbes. i Propriétés

L_ +

Tournliic, pr. gare. Exp. DoAffiÀ maine rapp. et agr. Parc. FerV me. Bois. Chasse. Vue. 145 ha, 230.000. JAMMES, S7,Bd Hllussiiiaun.

̃im JlT'^k wi~ I i^ mmmw I ^miKr

Mercredi 13 juillet 20 h., TOUR EIFFEL Musique de chambre. Divertissements {SpitzmuUer) Suite pour piano (T. Uttrsanyï) Sonatine pour violon et piano (7, Francaix).

20 h. 30, TOUR EIFFEL Emission dramatique a Les origines de la littérature, Mahomet », aiaphtktt. rsétothnniaiif d' P.-D. Perret, d'après les documents anciens « Le 14 juillet 1919 », évocation radiophottique de G. Delamare.

20 h. 30, STRASBOURG Concert symphonique sous la direction de E. G. Munch Symphonie fantastique, op. 14 {Berlioz) Le Roi d'Y*, ouverture (Lalo) Concerto en ré mineur, pour violoncelle 8t orchestre {Lalo) Marche héroïque (SainkSqëns). 22 h. 25, NATIONAL ANGLAIS Musiqjte de chambre Quatuor en la {Beethoven); Quatuor ti? 1 en {Koechlpi),

ORCHt:8.TIi~

20 h., LONDRES REGIONAL Symphonie en mi t>émo| (Mozart).

29 h. 3.0, PARIS P. T- T- Concert relayé de Vichy.

20 h. 30, RENNES-BRETAGNE Concert de musique française (Saint-Saëns, BourgauitDucoudray, Debussy, Larmanjat, Schmitt, Pierné, Roussel).

22 h. 5 LUXEMBOURG ÇEjivres de Lalo, d'Indy, Debussy, Ravel.

MUSIQUE DE CHAIVIBRe ET SOLI 13 h. 30, RADIO-PARIS Mélodies de Purcell, Bizet, Gounod.

16 h., TOUR EIFFEL Quatuor cordes (Stern) Mélodies (Melin) Quatuor A cordes (Pjerné).

18 h. 15, JC(ENTGSWUSTERHAUSEN · Récitai de violon (Schumann, Debussy). 1S h. 15, HAMBOURG Pijces pour flûte (J.rS. Bach, Mozart, Reger),

18 h. 45, PARIS P. T. T, Mélodies par Mlle Marcelle penya Œuvres de Georges Chausson, Séverac, Fauré.

20 h., RADJOrPARIS Récital de violon. MUSIQUE LEGERE ET VARIETES 20 h. 30, BORDEAUX-LAFAYETTE I Comédie gaie î Marions-nous (Acremant), 20 h. 35, POSTE PARISIEN « En correetionnsile » (M. Diamar.trBerger). 21 h,, RADIO-PARIS Variétés.

THEATRE

20 h. 30, LYON P, T. T. Cabine 36 (A. de Lorde).

Jeudi 14 juillet

20 h. is. PARIS P. T. T. Emission théâtrale, « Art et Travail » présente a Le 14 juillet » {L'Iliade du peuple). pièce de R&tnain Rolland, adaptation musicale de A. Roussel, C. Kœc/ilitt, A. Honegger, D. Lazarus, orchestre et chœurs, direction Désormières, avec MM. Vidalin, Vitray, Richard, Plessy, Courquin, Lacroix, Lavialle, Dumonlier, Lebray, Sardes, Pavlères, Entéric, Bonvillers, Fenal, Francey, Camus, Hiéronimus, Jacquet, Puylagarde, Baryel, Loysel, Oesme, Deljerrière et Mmes Saler, Roudey. Vanda,

Une excursion à Anvers en train radio-dancing LE DIMANCHE 17 JUILLET 1938 La Société Nationale des Chemins de Fer Français mettra en marche, au fiépart de Paris-Nord, le dimanche 17 juillet 10U8, un train spécial radiodanuliiff à destination d'Anvers. Prix aller et retour

103 fr. on 3» cl. 159 lr. en 2° cl. Paris-Nord, départ Oh. 10 Anvers, arrivée 7 h. Anvers, départ 18 h. 40 Paris-Nord arrivée 0 h. 37.

Renseignements et inscriptions à la gare de Paris-Nord (bureau des renseignements) et dans' les bureaux de ville de Paris.

Attention La mise en marche de ce train étant subordonnée fi un nombre minimum d'adhésions et le nombre de places étitnt limité, hntez-vous de vous inscrire. Se munir d'une pièce d'identité avec photographie.

SOCIETE NATIONALE

DES CHEMINS DE FER FRANÇAIS A TRAVERS PARIS ET L'ILE-DE-FRANCE EXCURSIONS EN AUTOCAR ORGANISEES PAR LA S. T. C. R. P. Tous les Jours; Départ 10 heures Visite de Paris (sauf le dimanche) 30 francs Vorsaillcs-Malmalson (sauf le lundi) 55 l'r. Fontainebleau 60 l'r. Jeudi 14 juillet

Chartres, Malntcnon, Rambouillet, départ 8 Il, 30 55 l'r. POIH-SaillteMaxence-Villers- Concrets, départ 8 heures 55 fr. Fontainebleau (Propagande) départ 0 heures 40 fr. Châteaux de la Loire (en un Jour), départ 7 heures 165 fr.

Dimanche 17 juillet

Mantes, Méry-sur-Olse, Is1e-Adam, départ 0 h. 50 fr. Provins Ville, d'art, départ 8 h. 30 60 fr. Solssonsisiérancourt, départ 7 h. 30 75 fr. Forêt de Marly, départ 13 h. 18 fr. Verdun-Reims et Dieppe.Le Tréport.

M ̃»

SOCIETE NATIONALE

DES CHEMINS DE FER FRANÇAIS Courses du Touquet Arrêt spécial à ETAPL6S du train 20, les 14, 17 et 31 juillet

à l'occasion des courses du TOUQUET Pour donner an publie des facilités' supplémentaires, le train 20, qui part da Cajais-Maritlme à 17 Il. 35 et arrive à Paris à 20 h. 58, sarrêtera exceptionnellement ii Etaples à 18 h, 33, les 14, 17 et 31 juillet.

IVIf P JOLIE VILLA niVt< Q,ITAR'FJIBH LANTERNE Jardin 3. 000 jn2. 1S5.O0O,

Çomp, de 8 p., cuis., s.b., tt cf.Vwe sp,

G{J ph. villas, app. imm., eomra., terr,

Liste gratuite sur (Jemande. ÂG. ALEXIS 1-m?^r Covr. Paris, 34, r. Laffitte. Pro.50-35. Réll< l'oiil'Miisu. SdIi-hU. Do m, 200 ha. 3 exploit, tg cliptls, IfnvlSN. Çlifiteun Empire. 14 p. magnif., mobilier dt objets gde valeur. Pure, vue, cadre unique. D. 585.000. Gdes facilités. Cnl>l!i«f-SIi<li,lù,pl. Pupuy, Toulouse. Viager, pr. Bnghieu, mais, bourg, tr. bne const. 6 p., eau, gaz, élect., tr. b. jard. 800" Px 12.000 cpt, rente 6.000 s. têtes 77-61 ans, Jouiss. l"' décès.

| D I <>niQ a0' RIJB LAPFITTE.

LE LVIJIx7 \:0, RUE 06-27.

LiD LiVUlO Taltb. 00-27.

Pr week end ou vac.57 kro.Paris.rég. Alumny-en-Vexin, mais.2 gr.p.,dép,,jd. 400'» planté, e.,él. X.b.état. Px 21.0U0.

I R I HItIQ 2°, RUE LAPFITTE.

LE Ll)llla7 :W, Tait. 66-27.

IuL, LAJXJlJ Tait. 66-27.

AA km. P.-L.-M. Eav. mais. une. 6 p., gde pee ù'eau, potag., pré, 7.000 m. ohas., poche, 80.000. Même rég., aut:\ proor. l-çvn Essonne. .Millot, 95, r. St-La/.ai'o. in. al- 5. Ouest, 80 km. Près Vernon. Petit château ancien; belle situat., entier, remis remis en état p. propr. étranger quittant la France. Boiseries anciennes, 5 chambr., 4 s. de b., parc clos 20 ha. Prix à. débattre dont hyp. Voir Frank Arthur, 134, boulevard Haussmann.

ENVIRONS DE PARIS

A louer, envir. Paris, gde villa, 10 ch., 2 sal., s. b.,conf., gar., tél., élect., vue, parc, trajet Paris 25 min. Ecr. Chabaud, 27, r. Sarrette. Gob. 22-22. Bruuoy. Sup. ppté à vend. 250.000. Fac. paiem. P. Lefort, Brunoy(S.-O.) | LOCATIONS 1 /2pparîemenîs^i j meubles

i

Elfs. su:, .u, ue b cuis,, ds tr.lux. imm., p. 2 mois. ïïc. n" 3455, F.-Imm.

Kerva, Serva, Balza, Doniflley, Ngël, tA*

grame, Lhote, Raussey.

2p h. 55. TOUR EIFFEL Relais de Prague Concert organisé à Prague à l'occasion de la fâe nationale française, softs Vt direction de Amer/net Patrie (ouverture), de Biset Tombeau de Çouperin, de Rawl, Prélude de Pénélope, de Fauré, La mer, 4g Debussy.

20 h. So, RADIO.PARJS Orchestre national sous la direction de Inghelbreckt « La Marseillaise depuis Rouget de Lisle », évocation par R. Fauchais el f),-E, Jnsheh hreclit, QSQtj~$TRE a

ORCHESTRE

19 h. 30 RADIO-PARIS La chorale univwsitaire yougoslave Obilitch.

20 h. NATIONAL ANGLAIS Concett, œuvres de ïfoycjn, SitWlius, Spohr, prétry. 20 h. is. FRANCFORT Œuvres de Schubert.

?2 h. VARSOVIE Œuvres de Ravel et Debussy.

20 h. 30. STRASBOURG Concert de l'harmonie municipale de Metz.

MUSIQUE DE CHAMBRE ET SOLI 20 h. TOUR EIFFEL Ricital de piang et chant, œuvres de Basil, Çoupêrin, Scars latti, Monteverde, Pergolèse, Paisiello, 20 h. 30. TOUR EIFFEL Piano, œuvres de Schubert, Beethoven, Pierné. MUSIQUE LEGERE ET VARIETES 11 h., RADIO-PARIS Emission enfan» tine.

'"li h. RADIO'ÇITE « 14 Juillet tf évocation radiophonique, présentation de Henri Malherbe.

16 h. RADIO-PAIUS « La vie de R91* get de Lisle de M. -H. Rozier.

20 h. RADIO-CITE Bohême 38. 21 h. RADIO-CITE Gala populaire, avec Maurice Chevalier et l'orchestre R«ty Ventura.

22 h, ro. POSTE PARISIEN f S Dernier trajet i> de Diamant-Berger,

OPEflA

j5 h. PARIS P. T. T. g f La fille çhj régiment » de Donj?etti.

THEATRE

14 h. PARIS P. T. T, « tes premiers 14 juillet de la IIIe république » évocation de M.-Ç, Leçornte.

15 h. 15- TOUR EIFFEL « La Mar- seillaise de Ripper-Plcard et A. Cadou, 17 h. RADIO-PARIS « Le convalescent de qualité ou l'Arislocrate » de Fsbre d'Eglantine, « Le triomphe du Tiers Etat », pièce anomyne, interprétées par la troupe de l'Odéon.

20 h. 30. MARSEILLE a Le paquebot Tenaeity pièce de Vildrac.

LA PAROLE

9 h. 25- PARIS P.T.T., RADIO-PARIS. ILE-DE-FRANCE, RADJO-CITE, POSTE PARISIEN Revue du 14 juillet, 14 h. 30 RADIO-PARIS Lectures et poèmes.

18 h. 3o PARIS P. T. T. La prise da la Bastille », nages de Michelet. 22 h. 30 RADIO-PARIS Reportage des fêtes populaires.

23 h. 45, Veillée nocturne de l'ossuaire de Navarin, orientation de Henri Malherbe,

COURRIERS A POSTER AMERIQUE DU NORD

POUR NEW-YORK · Qucen-Mary (dép. de Cherbourg le 13, arr. le 18) Chumplain (dép. du Havre le 13, arr. le 20) Xieuw-Amsterdam (dép. de Boulogne le 14, arr. le 20) New-York (dép. de Cherbourg le 15, arr. le 22). DEPART DES TRAINS (Gare SaintLazare) Champlain, le 13, s 12 h. 3; Queen-Maru, le 13, h 14 h. 14. POUR LE CANADA Montolare (dép. de Cherbourg le 13) Ausonia. (dép. du Havre le 22) Einprcss-of-Brilain (dép, de Cherbourg le 23).

POUR LOS ANGELES ET SAN FRANCISCO San-Pedro (dép. du Havre le Iti).

AMERIQUE CENTRALE ET ANTILLES t POUR LES ANTILLES Bretagne (dép. de Bordeaux le 10 août), AMERIQUE DU SUD

POUR RIO-DE-JAVEIRO ET BUE. NOS-AIHES Hinhland-Brigade (dép, de Boulogne le 10) Floiida (dép. de Mursellle Je 20).

AFRIQUE-MADAGASCAR t

POUR ALEXANDRIE et BEYROUTH S Cluimpollitm (dép. de Marseille le 19). POUR COTE OCCIDENTALE D'AI'Hl» QUE Asie (dép. de Bordeaux le 211). POUR MADAGASCAR, LA REUNION · Leconte-de-Lisle (dép. dt Marseille le 14 juillet) Ville-de.Tamalave (dép. de Marseille le 20). EXTREME-ORIENT

POUR INDOCHINE. CHINE ET JAPON Aramis (dép. de Marseille le 22).

POUR L'INDOCHINE Cap.-Varella (dép. de Marseille le 29).

POUR NOUVELLE-CALEDONIE (via Panama et Tahiti) Ville-de-Stras. bourg (dép. de Marseille le 8 août).

Près Ilols, as hôtel particulier, loue» rais appartement indépendant mblê, 3 pièces, tout confort, vue sur ter.rasse, jusqu'au 16 septembre, Passy 08-27, le matin.

Appartements 1 l non meublés

t– +

11, av, AliiHonse-XIII. 5" 6t., 6 p,, bs, gd cft, tt fag. 16.0004-ch. Opé. 08-85. PI. lonn, r,-ch. 6 p., bs, haut plat. bel. récep. et 4' et. 9 p. 2 bs, 2 toi! lib. Partlolp, Rem. en t. Op. 08-55. VIct.-Hugo, 78, r.Bcissière. App.5 p. pr., tt cf. 15.000+ch.Vis.l4-lC h. et. Etolle, npp. 2 gds stud. et 3 ch. tt cf. Jard. Loy.7.000, Repr, just. Pn».10-a4. Gd choix d'ripptM beaux quartier*. Ag.Im. Ch.-Elysées. 49,av.Mcntaigne. i 2 WP etc- V. P

i, i>. o, t r.té[. a o, r,

Neullly-St-Jniiie», 11, Bd de la Seine. Gd studio av. gdes. à m., petit salon, chamb. à couch., bains, cuis., office, chamb. domest., tt conf. Lib. p. juill. Etoile, 16.000+ch. 6'-T, esca!. intér, 6 p.,2 b.,terrasse,tt cft,sol.Wag.89-41

Demandes ] d'appartements

On dem.pr oct. appt 6 p., conf., étage élevé ou villa St-Cloud, Neuilly, StGermain. MAUNY Hnrle-Jeunne, r. Pigeory, Villers-sur-Mer (Calvados) Je cherche beau studio aves salle de bains, préfér. près Bois de Boulogne Fer.reprise. Ecr. 3509, F.-Im. Fonds 1 de commerce

i +

On dem. mén.p.gérance lib.café-hOt. Gar.ex,12.000.S'ad.dir.22,r.Roussel,17«


CA SEPTIEME ETAPE DU TOUR DE FRANCE 115 kms sans histoire, de Bayonne à Pau ou le Hollandais MIDDELKAMP ,[' gagne au sprint devant Wengler et Vissers LEDUCQ,RESTE PREMIER,AU CLASSEMENT GENERAL AUJOURD'HUI LES CONCURRENTS SE REPOSENT

Disputée hier, la courte étape Bayonne-Pau, 115 kilomètres, aurait présenté un intérêt comparable à celui des étapes précédentes si une crcvaison de pneumatique, dont André Leducq, porteur du maillot jaune, fut la. victime, n'avait déclanché une sérieuse bataille, à vingt-cinq kilomètres de l'arrivée.

Fort heureusement pour le capitaine, des « Cadets », ses troupes lui donnèrent un sérieux « coup de main pour le ramener sur le peloton et, à dix' kilomètres, tout était rentré dans-l'ordre, au grand désespoir de" Wengler qui, 'pendant quelque temps, pouvait avoir nourri l'espoir de.revêtir le maillot symbolique. Dans l'étape d'hier, si les coureurs de l'équipe de France, leur compatriotes de l'équipe des « Cadets et leurs adversaires de l'équipe LuxembourgSûisse ont maintenu leurs positions, coureurs' belges et italiens ont confirmé la bonne condition qu'ils avaient accusée la 'veille.

Après la sixième étape, l'équipe belge était à quatre minutes trois secondes de l'équipe française, alors que les coureurs italiens comptaient six minutes trente-six secondes de retard. Après l'étape d'hier, ces retards ont été ramenés, respectivement, à trois minutes quarante-trois secondes et quatre minutes cinquante-deux secondes et, dans les derniers classés de la journée; ne figurent ni un Belge, ni un Italien.

Bien mieux, le Belge Vissers qui, jusqu'à présent, n'avait pas encore été très en vue a réussi à se classer troisième de l'étape, dans le même temps que le premier et l'Italien Bini a pris une sixième place très honorable.

La bonne tenue de ces hommes est d'autant plus significative que la moyenne horaire de l'étape d hier a été supérieure à quarante kilomètres.

Ultime entraînement et ultimes espoirs

avant les championnats de France

Malgré la fraîcheur de la température et le temps maussade, le stade nautique des Tourelles est aussi animé que pendant les grandes chaleurs. Les championnats de France sont proches, et chacun veut parfaire sa forme, coûte que coûte.

On rencontre beaucoup de visages nouveaux les Parisiens sont dépayses, car l'Afrique du Nord est digne- ment représentée. Constantine et Ca- sablanca sont déjà à pied d'œuvre. Alger et Tunis n'arriveront que ce soir, n'ayant pu s'embarquer que lundi, aussitôt après les championnants de l'Afrique du Nord.

L'entraînement se poursuit avec assiduité. Tandis que les élèves d'Hermant font de la distance, les nordafricains, quelque peu incommodés par le froid, se contentent de sprints poussés. Et chacun détaille le style de son concurrent le plus sérieux. C'est ainsi que nous avons trouvé le Constantinois Bobcoff emmitoufflé dans des chandails et des lainages, le tout recouvert d'une splendide gandourafa qui donnait aux gradins un petit air déscrtlque.

Pallard il est bien capable de me déposséder de mon titre de cliampion scolaire. Il a terriblement progressé cette année.

Quelles sont vos performances de cette année ? J'ai réussi 2 m. 22 s. et 1 m. 4 t. 2/10 à Philippeville, dans un bas-

PELOTE BASQUE

Urruty accorde une revanche

à Lemoine

Demain au Fronton de Paris Par son exhibition de dimanche dernier, Urruty a prouvé qu'il était ineontestablement le plus fort pelotari actuel.

Nous reverrons à nouveau Urruty et

Lemoine et Urruty.

Lemoine face à face demain aprèsmidi, au Fronton de Paris, et nombreux seront ceux qui auront à cœur de revoir le champion du monde Urruty, d'autant plus que son rival Lemoine acclimaté à la vie de Paris, s'est promis de faire mieux encore que dimanche.

Sur présentation de leur bande d'abonnement, les abonnés du « Figaro » auront droit à des billets à tarif réduit pour eux et leur famille.

NOUVELLES

de TOUS les SPORTS SKI. A l'Aiguille de Pers, au col de l'Iseran,. la classique course d'été a été gagnée par le jeune James Couttet, devant Mermourt, Vignoles, Juge et Cohendoz.

WATER-POLO. Eu quarts de finale du Championnat de France, le 24 juillet, l'E. N. Tourcoing (1), le R. U. Alger, l'E. N. Tourcoing (R) et le C. N. Paris seront en lice à Toureolng. La Libellule, le C. N. Tunis, le C. N. -Lyon et le Toulouse 0. E. C. se trouveront en présence è Lyon-Villeurbanne.

Autre fait à retenir le nombre peu important des retardataires ce qui

prouverait la bonne forme actuelle

et aussi le désir de bien faire de tous les concurrents en vue.

Il aurait été, du reste, regrettable qu'une étape facile de cent quinze kilomètres ait été meurtrière.

A l'époque où les « Géants de la Route » montaient de lours vélos équipés de pneumatiques épais mais « crevant tout aussi facilement que les pneumatiques modernes, plus légers et roulaient sur des routes rendues difficiles par la boue ou la poussière sans avoir à espérer aucune aide pour effectuer leurs réparations ou être ramenés sur les hommes qui les précédaient, les étapes de cent quinze kilomètres étaient inconnues. Et la valeur du sport n'en était pas diminuée.

Avant de franchir les Pyrénées en deux demi-étapes, 115 et 193 kilomètres les coureurs du trentedeuxième Tour de France se reposeront à Pau.

Il est donc logique d'attendre d'eux une huitième étape plus « mouvementée » que les sept premières.

Le résumé

de la septième étape

Les premiers kilomètres de l'étape furent couverts à une allure soutenue, sans que personne ne songe a se sau1 ver mais, à vingt-cinq kilomètres du but, Leducq est victime d'une crevaison de pneumatique.

Ses adversaires les plus directs en profitent pour se sauver Walschot, Vervaecke et Vicini se montrent particulièrement décidés.

Alors que deux de ses coéquipiers se mettent à la poursuite des fuyards, avec l'espoir de « freiner leur ardeur, les autres attendent Leducq qu'ils ramèneront sur le peloton après

NATATION

sin de 50 m., eau douce, et je voudrais bien rééditer ces exploits samedi et dimanche. Il n'y a que ce froid qui m'ennuie l Pense:, nous subissions quelque 40» avant de partir, la différence est bien grande 1

Un peu plus Join, Je plongeur Semperé, écoute attentivement les conseils de Pierre Lemaitre qui, sportivement, corrige les fautes de son concurrent. Le froid est terrible pour nous plongeurs. Les muscles se durcissent et nous ne pouvons plus guère compter sur nos reflexes. Le vent souffle sur la plateforme de dix mètres, et nous n'avons guère de moyens de nous' réchauffer.

Le coach des Casablancais, Gérard Gardez, couvre un carnet de signes cabalistiques

Chut 1 ne dévoilez pas les secrets d'entrainement. Tout ce que nous pouvons vous dire c'est que nous avons déjà démoli deux chronomètres à force de prendre des temps, et que nous voudrions bien rencontrer des clubs métropolitains en water-polo. Notre équipe est très homogène, et nous avons battu en « montant » le C. N. Lyon, qui vient de se qualifier pour les quarts de finale de championnats de France, Ne pensez pas que nous nous croyons plus forts que tout le monde, nous voudrions simplement nous entraîner, car nous n'avons que peu d'occasione de matcher des équipes plus fortes que nous.

Quant à Tali, il arrive tout souriant

L'eau n'est pas si froide que cela J Si vous aviez talé celle de Dombasle, ont eu lieu les championnais militaires 1 Tenez, nous qui cherchez toujours la nouveauté il y avait là-bas un nègre formidable Balthazar, soldat à Saint-Brieuc, qui a failli battre Nakache aux 33 m., il était en tète, et s'est malheureusement effondré 1 m. lfl s., alors qu'il avait déjà réalisé 1 m. 4 s. La fédération croyait que c'étaient des temps gonflés et ne l'avait qualifié qu'en dernière heure I Donunage qu'il n'ait pas battu Nakache en série, je serais peut-être champion militaire l Yvonne Jeanne.

UN MATCH AMICAL Le S. C. U. F. et le C. N. A. Casablanca se sont rencontrés, hier soir, à la piscine Hebert. Les Parisiens s'assurent le meilleur avec trois buts d'écart. Les Marocains, très rapides, semblent un peu désavantagés dans un bassin aux dimensions réduites l'âme de l'équipe est Gérard Gardez, le gardien de but est excellent, tandis que les arrières semblent les points faibles de l'équipe. Quoiqu'il en soit, ce fut une excellente partie, jouée fort correctement de part et d'autre.

PAILLARD ET BOBCOFF aux prises dans

les championnats scolaires Les championnats de France scolaires se disputeront, demain aprèsmidi, au stade nautique des Tourelles, en prélude aux championnats toutes catégories qui seront organisés samedi et dimanche.

Il ne faut pas croire que les épreuves seront facilement gagnées. Chez les minimes, le Parisien Landais voudrait prendre sa revanche sur le Remois Grandthomme, révélation de la saison, tandis que le Constantinois Kerambrun est de taille à mettre tout le monde d'accord.

Mais l'épreuve la plus serrée sera le 100 m. juniors, où le Parisien Roland Pallard se heurtera au CQnstantinois Bobcoff, qui vient de remporter le championnat des ligues nordafricaines en 1 m. 4 s. 2/10.

Quant au Lycée Voltaire, il aura à s'employer sérieusement pour conserver le relais 5X50 m. Des équipes comme celles de Perpignan, d'Alger où même de Toulouse, seront de dangereux adversaires pour les élèves du professeur Troucellier. Y. J.

TIR AUX PIGEON:

Au Cercle de Deàuville Prix Martell, 3 pigeons, série. 1. ex œquo de Lamaze, Lagnier, comte de Durfort 7 sur 7.

Prix de la Société Française de Munitions. 1 pigeon, handicap. ex aequo Leonard, duc d'Ayen, R. de Thézy, Van der Heydent, A. Hauzeur, Lagnier 17 sur 17.

Prix Pol Roger. 1 pigeon, série. 1. ex œquo R. de Thézy, Van der Heydent, A. Hauzeur 9 sur 9 3. Lagnier 8 sur 9.

une chasse de moins de vingt kiltres.

A cinq kilomètres de Pau, Wissers sa sauvera en emmenant Middelkamp et Wengler, Middelkamp arrachant la victoire au sprint.

Classement de la 7° étape, Bayonne-Pau, 115 km. 1. Theo Middelkamp, en 2 h. 61 m, 22 s. 2. Heinz Wengler 3. Vissers, tous même temps 4. Berrender, 2 h. 51 m. 33 s. 6. Fréchaut, 2 h. 66 m. 35 s. 6. Bini, même temps 7. ex aaquo tous les autres dans le même temps, sauf

85. Egli 86. Deforge 87. Fontenay 88. Carini 89. Lamure 90. Ducazeaux.

Classement général

après la septième étape 1. A. Leducq, 43 h. 0 m. 66 s. 2. Wengler, 43 h. 1 m. 8 s. 3. MaJerus, 43 h. 1 m. 43 s. 4. Rossi, 43 h. 1 m. 65 s. 6. Magne, 43 h. 2 m. 43 s. 6. Mathias Clemens, 43 h. 12 m. 43 s. 7. Tanneveau, 43 h. 2 m. 49 s.; 8. Speicher, 43 h. 3 m. 1 s. 9. Lowie, 43 h. 3 m. 1 s. 10. J.-M. Goasmat, 43 h 3 m. 16 s. 11. Cosson, 43 h. 3 m. 20 s. 12. Weckerling, 43 h. 3 m. 31 s. 13. Vervaecke, 43 h. 4 m. 18 s.; 14. Disseaux, 43 h. 6 m. 23 s, 16. Vicini, 43 h. 6 m. 23 s.

Le classement international 1. France, 129 h. 9 m. 59 s. 2. Cadets, 129 h. 12 m. 24 s. 3. Luxembourg-Suisse, 129 h. 12 m. 39 s. 4. Belgique, 129 h. 13 m. 42 s.; b. Italie, 129 h. 14 m. 61 s. 6. Allemagne, 129 h. 16 m. 43 s. 7. Bleuets, 129 h. 27 m. 37 s. 8. Espagne-Hollande, 129 h. 28 m. 32 8.

AuJourd'hui, les coureurs se reposeront à Pau.

FOOTBALL

EN ATTENDANT la saison prochaine Le football est en sommeil, en ce qui concerne le stade tout au moins, car, à notre connaissance, il n'y a pas beaucoup de footballeurs qui pratiquent l'athlétisme. Ayant remisé les chanssures à crampons, les joueurs attendent la prochaine ouverture de la saison. Peut-être pourraient-ils dans ce court laps de temps passer te brevet du sportif. si leur fédération les mettait dans l'obligation de le posséder 1 Cependant les footballeurs sont très occupés, car dans la coulisse se font les tractations entre clubs pour la saison prochaine et les transferts marchent bon train.

Nous établirons un jour prochain le bilan de ces tractations. Notons aujourd'hui que le champion de France, le F. C. Sochaux, a fait quelques acquisitions de marque Kancsar, Missoum, Gabrillargues, Sefelin, Badina viendront tenir compagnie la prochaine saison à Mattler, Keller, Faczinek, Courtois, Irregaray, Duhart, Korb, Hug Lehmann, etc. Mais le F. C. Sochaux a des ennuis avec certains de ses équipiers Cazenave, Lauri, Szabo, Ithurbide, Di Lorto n'ont pas renouvelé leur contrat.

Signeront-ils de nouveau 7

̃'̃'̃̃- -VJ: ̃

Un autre grand club veut faire parler de lui: le R. C. Paris. Il entend réunir sons son drapeau la saison prochaine les ptus grands noms du football. Aux côtés de Hiden, Jordan, Diagne, Veinante, on trouverait Delfour, Bastien, Aston. Le Racing ne se refuse rien. Il est vrai qu'il a réalisé les plus grosses recettes de la saison.

:+*;1

Le Nord avait pensé à fusionner ses deux clubs de Roubaix d'Excelsior et le Racing. Pendant des semaines on a dit « Ils fusionneront ils ne fusionneront pas ». La fusion, finalement, ne se fera pas. Ainsi en a décidé le bureau fédéral sur l'avis de la commission du groupement des clubs autorisés.

Et cela est très bien.

Réglementairement, en effet, il était impossibte de créer une telle fusion de professionnels, les clubs étant seuls autorisés à utiliser des joueurs rélribués, mais restant des clubs amateurs. La fusion réunissant uniquement des professionnels, la chose devenait impossible. A. R.

Les JEUX OLYMPIQUES

LES ATHLETES

des Etats-Unis favorables au voyage à Tokio

Le Comité Olympique américain que la question de la participation aux Jeux Olympiques à Tokio préoccupe a organisé, parmi les athlètes américains un referendum.

Celui-ci vient d'être clos et 90 pour cent des athlètes se sont prononcés en faveur de la participation.

A noter que ce résultat est normal. Les athlètes, en effet, qui ont la perspective d'un beau voyage au Japon, ne peuvent logiquement voter contre une participation de leur pays.

Malgré cela, il est probable que les dirigeants du sport aux Etats-Unis réfléchiront encore avant de décider leur participation aux Jeux de 1940. Les frais énormes entraînés par cette participation sont, pour les Etats-Unis comme pour les autres pays, un motif de réflexion.

SKI NAUTIQUE

Au Val d'Esquières

Après avoir ouvert la saison avec Rominger, il ne pouvait plus être question qui de vedettes et c'est actuellement toute une constellation qui gravite autour du « Tota », toujours conduit j>ar Baltié, plus allant et plus vociférant que jamais dans son rôle de professeur. Les défis s'entrecroisent sans arrêt et si un jour c'est à qui de Moussia, de Jean-Pierre Aumont el de Blanche Montel passera le premier le tremplin sans tomber. Le lendemain, c'est un concours de slalom où capitaines et lieutenants de la base aéronautique maritime de Saint-Raphaël se livrent un duel sans merci.

Bien entendu, au-dessus du peloton, il y a les as, mais si Mazurel risque la cabriole en voulant passer le tremplin trop haut, il y a les prudents et si Renée Saint-Cyr se risque à nager dans les eaux du « Tota », elle n'a point encore tenté la chance -de glisser derrière lui.

NAVIGATION AUTOMOBILE

Les premiers concurrents du raid Lyon-Marseille-Cannes quitteront Lyon aujourd'hui Les embarcations plas rapides partiront demain

C'est aujourd'hui, à 16 heures, que sera donné, au barrage de la Mulatière, à Lyon, le départ des premiers concurrents du raid motonautique Lyon-Marseillé-Cannes, les pilotes des horsbords de tourisme et des cruisers à cabine.

Après escale à Valence, les concurrents repartiront, le lendemain matin, pour Marseille, alors que, ce même jour, le départ sera donné, à Lyon, entre les ponts de l'Université et Galliné, aux bateaux de course, aux runabouts et aux hydroglisseurs.

Parmi les concurrents, il en est de nombreux qui méritent une attention toute spéciale.

Le plus en vue sera très certainement Piquerez qui, sur son racer Rafale-XI, de la catégorie des plus de 1.200 kilos, a l'intention d'établir le record de la plus grande vitesse sur le parcours.

Le plus redoutable adversaire de Piquerez apparaît devoir être Meyer, qui pilotera son Incognito.

D'autres pilotes fourniront de belles performances le Parisien C. Drouilly,

« Normand V » a gagné au Havre

le Prix du FIGARO Les premières épreuves organisées par la Société des Régates du Havre ont été disputées par bonne brise d'ouest-nord-ouest, mais par mer houleuse et sous un ciel obscurci par de nombreux grains et, parfois, par une petite pluie fine persistante.

Au programme de cette première journée de régates figurait le Prix du Figaro, attribué par les dirigeants du Club de France aux yachts de la série des 6 mètres J. I.

En raison du grand nombre des partants et de l'habileté des barreurs cette épreuve, qui présenta un grand intérêt, fut suivie par de nombreux spectateurs.

La lutte fut très serrée entre Normand-V et Dinorah-111 dont les barreurs accusèrent une habileté fort remarquée, surtout dans le virage aux dernières bouées.

Finalement, le bateau dje M. M. Draeger enleva la victoire, malgré la très belle résistance de M. 0. Desouches, excellent second devant M. Bouteleux.

La lutte fut tout aussi serrée entre les derniers classés seize secondes séparaient le dernier du cinquième. Dans la Coupe Calypso, la lutte fut très vive entre le vainqueur, qui mena la course de bout en bout, et le second, Jean Vernier, âgé de quatorze ans et demi. Résultats

Prix du Figaro. 6 mètres J. I., parcours 11 milles. 1. Normand-V, M. Draeger, 1 h. 43 m. 48 s. 2. DinorahIII, C. Desouches, 1 h. 43 m. 54 s. 3. Marquita-III, P. Bouteleux, 1 h. 44 m. 24 s. 4. Namoussa-ll, L. Bréguet 5. Corinna, M. Thierry Mieg 6. Asteria-HI, M. Dessouches 7. Qu'Importe, Mme L. Cotnareanu, 8. La-Bandera, P. Gaudermen.

Papillons, monotypes du N. 0., parcours 7 milles. 1. Amaryllis, J. Dufour, 1 h. 23 m. 2. Nedon, C. Kaiser, 1 h. 25 m. 40 s. 3. Florianne-111, Mme Florian-Chardon, 1 h. 25 m. 47 s.- •-•-

'Coupe Calypso, série des Requins, Sarcours 9 milles. 1. Calypso-Ill, 0. Genestal, 1 h. 49 m. 4 s. 2. Dicky, J. Vernier-Delcourt, 1 h. 49 m. 13 s. 3. Cherblaou, Mlle Sheid, 1 h. 56 m. 6 s. 4. Shark, Mme A. Augustin Normand, 1 h. 58 m. 56 s.

NATATION. A Dombasle-sur-Meurthe ont eu lieu les championnats de France militaires. Sur 100 mètres, Nakache et Talll se sont retrouvés Nakache a gagné en 1 m. 2 s. Talli fut second en i m. 4 s.

Nakache a également triomphé dans l'épreuve de sauvetage. Le s'apeurpompier Morin a été le meilleur plongeur.

De Tournois en Tournois

Au Cercle des Sports

de la Marne

Convocations pour aujourd'hui 13 juillet

15 heures Mme Gravis, Mme Gourovitch, Mlle Hildebrant, Mme Pollack, Mme Baudot, Mlle Rouquier, Mlle Pognon, Mme Bouvelot, Mlle Cholin, Mme Ratier, Mme Fontaine, Mlle Marcellin, Mme Bouchard, Mme Guichon, Mlle Lembeye, Mme Derouen, Mlle Normand, Mlle Casteonet, Mme Faisse, Mme Epstein.

16 heures Mme Pomer, Mlle Lejour, Mlle Ferrand, Mme Herold, Mme Privat-Deschanel, Mme Andrivet, Mlle Gagneux, Mlle Bonheme, Mme Potet, Mme Maujard.

18 heures Nieolsky, Lorth, Fillot, tran-Geza, Cavel, Laverdet, Préjean, Souillard, Marcellin, Tribel, Fasquelle, Chagnot, Soule J., Pote, lenietti, Moskawitz.

18 h. 30 Collot, Giraud, Couture, Maleterre, Chaperon P., Pollack M., Lhuillier, Germaine, Reynald, Nterenberger, Harnois, Schreyer, Mirmande, Mayer, Baranton, Caradeau.

Convocations pour demain jeudi 14 juillet

8 h. 45 Edel, Langlois, Marlois, Bobas, Chambost, Bonnefous, Antognini, Richard F., Meunier A., Didier M., Faisse, Passerat, Delort, Jarry, Laroque, Plisson, Boyer, Letourneur, Grenet, de Chazelles.

9 h. 15 Haussmann, Charnier, Delmas, Gautier, Model, Huby, Palil, Roy, Sioen, Sebe, Lejeune, Pieri, Finaz, Leneliney, Favereau, Coquereau J., Allard, Gobin, Barillier, Beauvillain.

10 heures Toubas, Bruchausen, Brunner, Soule C., Maclou, Parmeland, Moutier, Grouehetsky,

11 heures Les vainqueurs de 8 h. 45.

11 h. 30 Les vainqueurs de 9 h. 15 et de 10 heures.

14 h. 15 0. Mourre, Remillier, Rischmann, Bouvelot, Hamelin G., Gillet, Montifrov, Deffayet J., Jamain R. Chanet, Pollack M., Leresche, Richard P., Lasserre, Hamelin J., Martinie-Dubcusquet, Weil G., Woliner, Argaud. 15 heures Galtier, Mayer, Dubreuil, Polack R., Chaperon J., Leroy-Dive, Beaurienne, Laisne, Cauchois, Merlin 0., Beressi, Bourdeix R., D. Laurent, Boutet, Cardin, Descamp, André, Morel, Roques, Maillard.

15 h. 30 Les vainqueurs de 14 heu- res 15.

16 h. 15 Les vainqueurs de 15 h. 17 heures Gagneux, Allaigre, Michel Bernard, Gravis, Bouzou, Lever- rier, Bourdeix P., Frenklan, Poignon, Bonnet, Pollack J., Allaln, Richter,

VACANCES à SESTRIERES S

Les plus beaux terrains de golf et de tennis

Ses 3 téléfériques Ses hôtels-tours à des prix modérés et au service impeccable

Cure de soleil et de repos v

Pour renseignemmts S. A. Alberghierct de Sestrières, à Sestrières, près Turin (Italie)

les Belges Callebaut frères, Buysse et Couzin, les Italiens Pieraccini, Rusconl, Robino, Donati, Théo Rossi et le colonel Gorini, qui pilotera un hydroglisseur, et le Genevois Perroy. Aux derniers essais, Blanchard a mis à l'eau un hors-bord aux lignes impressionnantes et sur lequel tout ce qui représentait du poids inutile a été sacrifié. Il aura, comme principal adversaire, le champion de France Rousset.

Sur un superbe racer 800 kilos, Schott a obtenu des résultats très satisfaisants. Le seul bateau qui ne semble pas tout, fait prêt est celui-de Léorat, qui est capable d'accomplir une très belle course.

Parmi les concurrents figurent deux gracieuses pilotes Mme Botàwala et Mlle d'Andirand.

Le départ des hors-bords de tourisme et des cruisers à cabine, qui sera donné aujourd'hui, sera précédé d'un défilé sur la Saône, auquel participeront tous les concurrents venant de Saint-Germain.

LA VOILE

.ES REGATES D'ETE sur la Côte d'Azur

1

Nice, 12 juillet. (De notre correspondant particulier.) La saison estivale de yachting de la Côte d'Azur, qui avait débuté par les Régates de Beaulieu et de Villefranche-sur-Mer, s'est poursuivie par celles de Nice qui comportèrent deux journées. La première, organisée par le Girelling-Club, donna lieu à une grosse surprise. En effet, dans la série des 6 m. 50, Lucie, à M. Rainaud, jusqu'ici imbattable, connut sa première défaite, que lui infligea Kikoulou, à M. Stagnaro.

Voici les résultats de, cette première journée

8 m. 50. 1. Bise, à M. Borgna. Cruisers. 1. Janic, à Mme Bailley 2. Dalch-Mad, à M. Dandin 3. SainteMarie, à M. Caubert de Cléry 4. Helder, à la comtesse Rochiki.

6 m. 50. 1. Kikoulou, à M. Sta- gnaro 2. Lucie, à M. Rainaud 3. Paquerette, à M. Augier 4. Arlette, au docteur Ricoud 5. Tanit, à M. Raymond Maurice 6.Phi-Phi, à M. Giordano.

3 m. 75. 1. Frisson, à M. Stagnetto.

Monotypes C. V. V. 1. Gian-Maria, à M. Martin.

Stars. 1. Sabipa, à M. A. de Mille 2. Encore-Toi, à M. J. de Mille 3. Aïe-Aïe-Aïe, à M. Le Guay 4. Killy, à M. Pagelli.

La seconde journée, organisée par le Club Nautique de Nice, vit Kikoulou confirmer sa victoire sur Lucie. Cependant- une brise presque nulle nuisit quelque peu à la régularité des épreuves dont voici les résultats 3 m. 75. 1. Frisson, à M. Stagnetto.

5 m. 1. Papillon, à M. Baye. Monotypes C. A. 1. Ali-As, à M. Baussy 2. Astuce, à M. Lombard 3. As-Si-Ça-Va, à M. Martin.

Monotypes C. V. V. 1. Glan-Maria, à M. Martin 2. Fief, à M. Sneyers 3. Futifu, à M. Capelier-Médecin 4. Rhumbs, à M. Achiardi.

Stars. 1. Kitty, à M. Pagelli 2. Audiwood, à MM. Woodcock et Audibert 3. Ale-Aïe-Aïe, à M. Le Guay 4. Sabipa, à M. 4, de Millo.

6 m. 50. 1. Kikoulou, a M. Stagnaro 3. Lucie, M. Raipaud 3. Tanit, à M. Raymond Maurice 4. Paquerette, à M. Augier 5. Phi-Phi, à M. Giordano 6. Crackertoo, à M. Giordan 7. Belva, à MM. Lorerizi. Cruisers. 1. Nostalgie, à M. Génin 2. Dalch-Mad, à M. Dandin 3. Opale, à M. Le Maréchal 4. SainteMarie, à M. Caubert de Cléry 5. LaBelle-Aventure, à M. Betatti 6. Week-End, à M. Sneyers.

Les Régates d'été de la Côte d'Azur se poursuivront du 14 au 17 juillet, à Cannes, le 24 juillet à Menton, le 31 juillet à .Monaco, les 7 et 8 août à Saint-Raphaël, les 18 et 21 août à Saint-Tropez^Sainte-Maxime. Jean Rouillot.

TENNIS

Bréaud, Fiquet, Giraudier, Leroy, Detaisse, Bonheme, Vogel, Rolato-Petion, Gallay, Baron, Bac.

18 h. 30 Les vainqueurs de 17 h. Les « daviscupmen »

français

pour France-Allemagne Le comité technique de la Fédéra tion française de tennis a désigné les joueurs qui renrésenteront la France, en demi-finale de la Coupe Davis, contre l'Allemagne, les 22, 23 et 24 juillet à Berlin.

Christian Boussus, Bernard Destremau, Yvon Petra et Jean Lesueur ont été choisis. Brugnon sera leur capitaine »

Boussus et Brugnon quitteront Paris lundi prochain. Les autres « davlscupmen », actuellement à Hambourg, rejoindront Berlin dès la fin des Championnats internationaux d'Allemagne.

Des « internationaux » français

En même temps qu'il désignait l'équipe de France de Coupe Davis, le comité technique a choisi les joueurs qui prendront part aux prochaines rencontres internationales.

Pour France-Belgique, les 3 et 4 août à Nieuport. Abdesselam, Bolelli, Jamain et P. Pellizza. Mlle Goldschmidt et Mme Lebailly. Deux remplaçants et une remplaçante seront désignés ultérieurement.

Pour France-Italie, les 13, 14 et 15 août, à Viareggio. Max Decugis est chargé de former l'équipe.

Pour le tournoi de Bastad. Abdésselam et H. Bolelli.

Budge et Mako

en Yougoslavie

Les joueurs américains Bùdge et Mako, le joueur tchécoslovaque Drobny et les joueurs yougoslaves Puncek et Kukuljevitch, venant de Prague, sont arrivés à Belgrade.

Ils joueront entre eux, Mako c. Puncec et c. Drobny Budge c. Puncec et c. Kukuljevic, Budge-Mako c. Puucec-Drobny.

A l'U. A. Intergadz'arts 14 heures. Guerdan c. Edel. 18 heures. Dessair c. Davidson ou Coquereau, Lips c. Bouvelot ou Hillen, Tenaille c. Lo Monaco, Bourdeix c. Blond ou Prlllard.

13 heures; Barillet c. Caradeau ou de Pins, Favières c. Meunier.

MOTOCYCLISME

Une équipe militaire française participe

à une importante

épreuve internationale en Belgique

Les» formations motorisées semblent être, désormais, dans 'le mouvement motocycliste, grâce à. Ta juste- compréhension de chefs avises qui se sont rendu,compte que c'est en participant à-de nombreuses manifestation qu'on formera ce personnel d'élite qu'on doit désormais trouver dans les formations mécaniques.

Après le Tour de France, dont on se rappelle le succès, le Concours d'estafette de Fontainebleau, la toute récente démonstration de Montlhéry où onze officiers pilotes ont battu les records du monde jusqu'à 20.000 kilomètres, voici qu'une équipe militaire a été. fort opportunément, engagée dans un tournoi militaire, organisé en Belgique et qui réunit des équipes belges, anglaises, suisses et allemandes.

Ce. premier effort est à louer. Nous gageons qu'il est le prélude d'une action plus intense dans l'avenir. Malheureusement nos représentants, cinq sidecars et une machine solo, comme d'autres formations, seront handicapés parce que chose incroyable et qui va à l'encontre des règlements généraux des compétitions les organisateurs quinze jours avant l'épreuve à la demande des formations d'outre-Rhin, ont sensiblement abaissé le poids total des équipages moto-sidecar.

On comprendra l'importance de la mesure prise lorsqu'on saura que les épreuves comportent 500 kilomètres en tourisme, en « tous terrains » et une partie acrobatie. Or, pour les deux derniers exercices tous termins et acrobaties, le poids total joue un rôle prépondérant et facilite la tâche des pilotes. On aurait aimé voir le règlement respecté avec plus de scrupule.

Malgré cela, louons l'initiative prise par les chefs de la motorisation française et faisons confiance à nos équipages. Georges Bonnet.

AUTOMOBILE

Le Congres du «Gaz des Forêts » s'ouvrira à Limoges

vendredi prochain Ainsi que nous l'avons annoncé, c'est vendredi 15 juillet que s'ouvrira, à Limoges, le congrès du gaz des forêts. Les séances de travail seront présidées par MM. Liautey, député, ancien sous-secrétaire d'Etat à 1 agriculture; Faure, président de l'assemblée des présidents de chambres d'agriculture, et Henry Queuille, ministre de l'agriculture.

La première journée se passera -à Limoges.

Au cours de la seconde journée, les congressistes assisteront, en forêt de Mcilhards, près d'Uzarches, à des expériences de carbonisation, puis gagneront Brive' où auront lieu, dans le cadre de la Foire-Exposition, des démonstrations pratiques de gazogène. La journée du 17 juillet se passera à Tulle, sous la présidence du sénateur Néron, président de la Société nationale d'encouragement pour l'utilisation du gaz des forêts. Les congressistes assisteront à l'inauguration du barrage de'l'Aigle, par MM. Frossard et Queuille, ministres. Enfin, à l'Ecole d'agriculture de Neuvic, expériences de traction agricole à l'aide du gaz des forêts.

Enfin. la clôture du congrès aura lieu Il Clermûnt-Ferraïul, où une séance sera présidée par M. Llsutev, député, ancien sous-secrétaire d'Etat à l'agriculture et où seront arrêtés et votés tous les vœux et résolutions. Une grande épreuve de régularité de] fonctionnement des véhicules à gazo- j gènes, en pays de montagne, se dérou- lera entre Tulle et Clermont-Ferrand, le 18 juillet. Elle est placée sous la haute autorité de M. le. général Maurin, ancien ministre de la guerre, qui présidera le jury.

Ce programme fait apparaître l'intérét de cette manifestation.

L'ACTIVITE SUR LES LINKS

Au Golf de Saint-Germain

Médaille d'or, dames, première série. Finale sur 36 trous Mme J. Harding b. comtesse Pinel, w.-o. Médaille d'argent, dames, deuxième série. Finale sur 36 trous Mme R. Badcr b. Mlle F. Combe, w.-o.

Médaille d'or, messieurs, première série A. Finale sur 36 trous P. Sbrel b. P. Bertrand, 1 up au 36". Médaille d'argent, messieurs, première série B. Finale sur 36 trous P. Bellocq b. M. Hutin, 3 et 2.

Médaille de bronze, messieurs. deuxième série. Finale sur 36 trous R. Nouel b. A. Deas, 5 et A.

Coupe Halbers, messieurs, première série A et B. Finale sur 36 trous P.. Bertrand b. Ph. Clément, w.-o. Coupe Anglo-Américaine, messieurs, deuxième série. Finale sur 36 trous J. Larnaudie b. J. Roscnthal, 3 et 2.

Coupe Pasteur, dames, première série. Finale sur 36 trous Mlle C. Benoist b. Mme J. Faure, et 4. Coupe Britannique, dames et messieurs. Finale sur 36 trous L. Nassif b. J. Harding, 8 et 7.

Au New-Golf de Deauville

Foursomes, 18 trous, medal play. 1. Comte L. de Montgomery-S. F. Brews (scr,), 69 2. G. Larnaudie-J. Orengo (8), 72 3. R. Fabry-W. J. Brandi (2), 73 M. G. Bullus-J. J. Bûsson (3), 73 5. comte F. de GanayC. Hirigoyen (7), 75 A. M. Vagliano-

•* LES ESCADRILLES ANGLAISES, qui ont participé, dimanche, à la fête de l'Air de Villacoublay, ont quitté Le Bourget, hier matin, à 10 h. 30. Elles ont regagné leur base de Northold en formation, après avoir couvert la' distance Le Bourget-Croydon en 51 minutes, malgré-un violent vent debout. Le .record précédent était détenu par Air-France avec 57 minutes. •* LES /AVIATEURS GROMOFF ET YOUMASHOFF, qui ont accompli le raid Moscou-Californie, en passant par le pôle Nord, se préparent à battre très prochainement leur record de distance, de 6.700 milles, en volant à une plus grande vitesse et à une plus grande altitude. Gremoff a même émis l'opinion, qu'avec l'expérience qu'il avait acquise dans les vols polaires et les appareils dont on dispose, il serait possible de faire le tour du monde sans escale.

•+< DANS LA REGION DU CERRO CÔLORINES (Etat de Mexico), un indigène à découvert les restes d'un avion et'deux squelettes d'hommes. 4On croit qu'il s'agit de l'avion « Quatro Vlentos » des Espagnols Barberan et Côllar, perdu le 20 juin 1933 sur le territoire mexicain. Une caravane est partie pour le lieu de l'accident. Rappelons que le « Quatro Vientos » était un Bréguet 19 G. R., Hispano 600 CV. Les aviateurs avaient effectué le raid Seville-Cuba.

̃+ LE CHEF PILOTE CRESPY, accompagné des mécaniciens Descendu et Donadieu, a repris lès essais de l'hydravion « Algol » Latécoère 523, pesant 36 tonnes, essais qui avaient été arrêtés pour effectuer quelques modifications de détail. Après un vol très satisfaisant de 40 minutes, l'appareil a été remis par Crespy entre les mains des contrôleurs de l'Etat. Le lieutenant de vaisseau Mathon a fait alors un vol d'une heure.

̃+̃ LE PBEMIER DES SIX VOLS D'ESSAIS transatlantiques entrepris par le « Mayo » catapulté d'un avion plus grand va avoir lieu. L'avion partira de Southampton et, par bonds successifs, atteindra Feynes (Eire). Bootwood (Terre-Neuve) et New-York.

wri75o; Voyage en chemin de

^a W^ ifm'iA pens. compl. depuis

^i^l?, 1510

I ;1 r 1 I

Brochures et renseignements OFFICE. Dl/ TOURISME. TCHÉCOSLOVAQUIE. I

I 7, Foub. Soint-Honoré. Paris (8e), et I

TOUS BUREAUX ou AGACES DE VOYAGE.

,A 2OH30, DE PARIS,-4H DU BOURGET,

UN PAYS JEUNE A VISITER. LA TCHECOSLOVAQUIE A TRAVERS LA TCHECOSLOVAQUIE ̃ TOUTE LA TCHECOSLOVAQUIE EN 10 JOURS ̃ A partir de Fr. 2.480 I LA TCHECOSLOVAQUIE THERMALE ET CLIMATIQUE ̃ Un magnifique circuit de 12 jours, à partir de Fr. 2.925 ^B Demandez notre programme spécial pour les ^H

CURES ET VILLÉGIATURES A FORFAIT EN TCHECOSLOVAQUIE H Toutei les stations Toutes les maladies Les prix les plus bas m CES VOYAGES SONT ORGANISÉS EXCLUSIVEMENT PAR WAGONS-LITS"COOK PARIS 14, Bd des Capucines, 2, PI. de la Madeleine, etc.» et a: MARSEILLE, LYON. BORDEAUX, NICE, LILLE. NANTES, STRASBOURG, etc. XMtf

A. Ghintran (+1) 75 E. EknayanE. Bérard (5), 75 J. R. Me Coch-P. Hirigoyen (1), 75.

Au Golf du Sart

Coupe Jules Rcqulllart. Quarts de finale Auguste Vanoutryve-Roger Wattinne b. Mme Maurice Wallaert-M. Devildcr, 4 et 3 Mme Paul Six-Robert Dansette b. Charles Screpel-Jacques Leclercq, 4 et 3 Mare ToulemondeJean d'Halluin b. Mme Devilder-Mme Saint-Léger, au 19° Mme et M. Albert Wattinne b. Mme DestailleursPuul Giraud, 1 up.

Demi-finales A. VanoutryvcR. Wattinne b. Mme P. Six-Dansette, 1 up Mme et M. Wattinne b. !IL Toulemonde-J. d'Halluin, 4 et 3.

Finale Mme et M. A. Wattinne b. A. Vanoutryve-R. Wattinne, 2 et 1. Au Golf de Complègne

Prix du Francport, mixte, handicap, contre normal, 18 trous. Prix offert par M. Maurice Chauvet.

1. Smyth (14), 2 up 2. Mme Lhomme (7), 2 down 3. A. Hillaert (12), 3 down G. Hillaert (10). 3 down Yves de la Courtie (13), 3 down F. Coze (12), 3 down.

Au Golf d'Aix-les-Bains

Mixed foursomes, medal play, 18 trous, handicap. 1. Mlle SalomosonBachelet (21), 65 2. Mme GaillardSimmons (17)jj 78 3. Mrs Visser-Piperno (14), 79.

AVIATION

LA COMPAGNIE ALLEMANDE Deutsche Lufthansa commencera dimanche prochain ses vols d'essais sur l'Atlantique nord, à l'aide d'avions catapultés de navires porte-avions. RAPPELONS QUE LES INSIGNES de grand croix de la Légion d'honneur sont remis'au général Denain, par le général Vuillemin, le 19 juillet, au cours d'une prise d'armes au Bourget. Le général Denain passera en revue les escadres rassemblées pour défiler le lendemain a Versailles pendant la visite du roi.

LE RAPPORT ANNUEL sur l'aviation civile en Grande-Bretagne, Indique que les services aériens britanniques ont couvert, au cours de l'année, 5.220.000 kilomètres, transportant 161.500 passagers et 1.300 tonnes de chargement.

Il est à noter qu'il n'y a pas eu un seul accident grave sur les lignes régulières en 193", fait remarquable, étant donné que la plupart des services fonctionnent pendant les mois d'hiver et dans des climats où les conditions atmosphériques sont particuliérement mauvaises.

Le nombre total des appareils enregistrés est passé de 2.899 à 3.140. Le nombre des pilotes s'est élevé de 1.705 à près de 2.000, celui des pilotes privés de 0.783 à 7.500 environ.

Les routes aériennes dont le service est assuré par des avions britanniques et des Dominions, couvrent une longueur totale d'environ 80.000 milles, soit 128.000 kilomètres. Les services des Etats-Unis s'étendent sur une longueur de 100.800 km.; ceux de la France sur 62.000 km.; ceux de l'Allemagne sur 51.040 km.; ceux de l'Italie sur 31.150 km ceux des PaysBas sur 30.400 km.

<+ LE QUADRIMOTEUR FARMAN de la Compagnie Air-France « Ville-deDakar », qui s'était envolé hier matin de Natal, à 0 h'. 45 (G. M. T.), ayant à son bord les 277 kilos de poste du 1490 courrier aérien 100 Amfra est arrivé à Cisneros à 19 h. 45 (G. M. T.).

Equipage Retne (D), Lebuègue (1), Cornet (S8), Tiiomasset (66), .Montet (31)

Voyage chem.- de fer.

^SLilflfk Pens. compl. excurs.,i

visites, pou'b., etc.

Ljfl'JnrjfS'U Tt comp. Paris à Parlsi

t~~U~M~t deD.tt~~M~

MHrvVrx *er ^e Paris <* Paris.

Tout y est p«Ml.v

Sa hauteur 6 cm/ 1

Son poids 3 kg 500

Enfin son prix I

et pourtant la surface d'uns grande machine de bureau U Demandez notice gratuite. B F

,#########~#####

Circuits Automobiles Touristiques BRETAGNE SUD Au départ de VANNES

(A partir du 10 juillet)

Carnac, Sainte-Anne d'Auray

Lundis et mercredis 35 fr. Château de Josselin

(sauf le 26 juillet)

Mardis et vendredis 35 fr.

Golfe du Morbihan

Tous les dimanches 35 fr

(A partir du 1,6 juillet)

Carnac, Quiberon, Sainte-Anne d'Auray Jeudis et samedis 45 fr.

QUIBERON

(A partir du 10 juilet)

Carnac, La Trinité, Loomariaquer Tous les jours (sauf le 26 juillet) i 22 fr.

Auray et Sainte-Anne d'Auray (sauf le 26 juillet)

Lundis, mardis, mère., vend. 22 fr. Lorient

Lundis et jeudis 33 fr.

La Saule, Pornichet, Le Crolsio (sauf le 28 juillet)

Mardis, jeudis, samedis 60 fr. Concarneau, Pont-Aven

Mercredis et vendredis 60 fr. Lorient

(A partir du 1i juillet)

Pont-Aven, Concarneau

Les lundis 45 fr.

Le Faouët

Les mardis 40 fr.

Sainte-Anne d'Auray, Carnao, Quiberon Les jeudis 50 fr.

Renseignements dans les gares de la SOCIETE NATIONALE

DES CHEMInS DE FEU FRANÇAIS

SOCIETE NATIONALE

DES CHEMINS DE FER FRANÇAIS Dimanche 17 juillet

Une journée à Dieppe Billets aller et retour à prix réduits' classe 60 fr. classe 45 fr. Les enfants de 4 à 10 ans

paient demi-place.

Départ de Paris-Saint-Lazare à 6 h. 10. Retour à 23 h. 9. Arrêts à Ar-i genteuil, Pontols'e et Gisors.

Renseignements complémentaires aux Bureaux de Tourisme et de Renseignements des gares de Paris Saint-Lazare et Paris- Montparnasse.