Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 1 to 8 on 8

Number of pages: 8

Full notice

Title : Figaro : journal non politique

Publisher : Figaro (Paris)

Publication date : 1937-07-13

Contributor : Villemessant, Hippolyte de (1810-1879). Directeur de publication

Contributor : Jouvin, Benoît (1810-1886). Directeur de publication

Relationship : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34355551z

Type : text

Type : printed serial

Language : french

Format : Nombre total de vues : 164718

Description : 13 juillet 1937

Description : 1937/07/13 (Numéro 194).

Description : Collection numérique : Arts de la marionnette

Description : Collection numérique : Commun Patrimoine: bibliothèque numérique du réseau des médiathèques de Plaine commune

Description : Collection numérique : La Commune de Paris

Rights : Consultable en ligne

Rights : Public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k4095487

Source : Bibliothèque nationale de France

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date of online availability : 15/10/2007

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 63%.


LA FRANCE devant les « blocs » j~ de nations

M.! van Zéeland, premier ministre de Belgique, a rempli auprès des -Etats-Unis, au cours des

dernières .semaines, une mission dun haut intérêt, en vue de laquelle les gouvernements anglais" et français lui avaient confié une sorte de mandat. ̃ Cette mission fut un essai pour modifier la pente des choses euro-péennes, qui menace de devenir de plus en plus alarmante. La France y est intéressée, au tout; premier rang, par sa position et par l'influence que sa politique, y compris sa politique financière, peut exercer sur la suite d&- événements internationaux.

v;- v".vv- ^x-v:.

On raisonne souvent, chez nous, comme si les nations continuaient d'évoluer, chacune pour soi, Vers l'isolément ou l'indépendance com- plète des intérêts et dés forces, suivant le principe dit de l' « -autarcie ». Ce raisonnement, avec d'autres qui l'accompagnent, retarde.

En fait, depuis plusieurs années, les nations évoluent de nouveau vers l'extension de leur territoire économique et, par conséquent, de leurs engagements politiques, implicites ou explicites.

L'ère de l'individualisme national. qui avait succédé à l'ère de vague solidarité que -représentaient les mer thodes parlementaires de,la Société des Nations, est dépassée à son tour. Nous en sommes à l'ère des « blocs » économiques, déjà formés ou en cours de formation, résultant d'ententes ou de pressions directes.

•>-> ,.̃.̃̃,̃•̃.̃•

̃ Le plus ancien bloc lie lés intérêts, relations et compensations de l'Empire -britannique' On l'appelle «groupe d'Ottawa » parce que la Çonférejiee impériale d'Ottawa, en 1932, lui donna pratiquement force

.deïoïttat ̃1'-î^f'-r: ••̃

Plus récent est le bloc pànâméricain, dit <<Bûeriôs-Ayrès ». Il ;se forma, dans cette ville,- par une conférence des cations américaines qu'oui vrit- un retentissant- discours de M. Roosevéft.' ,;•̃̃ Le bloc des nations du nord de l'Europe, que représente justement M. van Zéeland, est dit « groupe d'Oslo ». Il lie le Danemark, la Suède, la Norvège, la Hollande, la

Belgique.

Les Etats « totalitaires »,. l'Allermàgne et l'Itàlie, ont uni leurs politiques pour .tenter,, par des moyens di- vers, de former un groupement depuis la Baltique jusqu'à la mer Noire et la. Méditerranée.

L'énorme territoire, des Soviets, entouré de républiques soumises, constitue, à lui seul, un bloc fermé. vEnfiri l'Empire japonais, après avoir assujetti 4a Maridehourié, affirme une fois de plus, en ce moment même, son ambition de soumettre la Chine du Nord.

La France se trouve exactement sur. la ligne de rupture entre lés groupes d'inspiration démocratique », Ôttawà-Buenos-Ayres-Oslô, et le groupe d'esprit « totalitaire » BerlinRome. Sa politique.extérieurë la rap*proche des premiers- groupes. Mais les penchants antilibéraux s'a politique économique et sociale l'en orjt éloignée peu a peu, malgré le frein, d'ailleurs fatigué; de T « accord

tripartite:»' ̃"̃̃ •̃̃'̃̃•

'̃̃; r* T- ̃'

Le' danger de guerre est, évidemment, dans la tentation qu'aurait le groupe « totalitaire » d'étendre son territoire économique en direction de la mer Noire et de la Méditerranée orientale, par la force, s'il ne pouvait l'étendre par simple pression Ou marchandage. Ce grave risque, joint aux incon^.yénieiïts très' sensibles que comporte 3a fermeture de la moitié de l'Europe et toute la Russie pour le commerce; des groupes dits « démocratiques », sans parler, de l'inquiétude que l'expansion japonaise cause aux intérêts anglais et américain, a fait naître l'idée d'une entente entré le bloc britannique dit d'Ottawa, le bloc panàméricain dit de BuenosAyres;et lé bloc de l'Europe septentrionale dit d'Oslo.

Entente dont l'objet serait à la fois d'élargir les échanges de groupe à groupe et d'écarter la guerre. ,11 s'agirait, autrement dit, drétablir, comprenant l'Europe occidentale, l'Empire britannique et l'Amérique, une vaste zone de libertés et de prospérité dont les avantages, les ressources et les moyens d'action seraient tels que les Etats totalitaires » auraient un intérêt manifeste à y entrera leur tour, en renonçant à leurs aventures.

C'est l'idée de M. van Zeeland et du groupe d'Oslo.

La difficulté immédiate est d'amener l'Amérique à un accord qui convienne aux intérêts très divers de l'Empire britannique et qui- n'irrite pas la crainte des Américains euxmêmes de se voir mêlés aux querelles européennes.

Le président Roosevelt et son entourage montrent certainement des dispositions très favorables. Mais ils représentent un peuple qui, tout en reconnaissant le bien que ferait l'entente proposée, ne veut à aucun prix être solidaire d'un côijflit éventuel' en Europe. L'Amérique, avant de s'engager, demande donc qu'un résultat substantiel soit obtenu en Europe même pour réduire les causes de conflit' et ralentir la course aux armements. ̃

Or, d'une part, l'Angleterre, dernière venue dans la course aux arinements, ne peut renoncer à rattraper le temps perdu, et, d'autre part, il dépend des Etats « totalitaires que les causes de conflit soient faciles ou non 'à réduire.

.•; y -:5#v. ̃

Le doute qu'éprouvent les étrangers au sujet de l'évolution finale de la France, apporte, d'ailleurs dans l'étude de' ce problème, un élément d'incertitude considérable..

Si la France n'arrive pas à relever sa production, à modérer ses prix de revient et à rétablir la circulation normale de ses capitaux, elle ne saurait échapper au régime de l'économie autoritaire, qui la rapprocherait du genre d'existence des Etats « totalitaires ». Dès lors elle ne pourrait plus entrer dans un système international dont l'attrait serait fait de la liberté et de l'étendue des échanges. Ne pouvant, d'autre part, pour des raisons évidentes, former bloc avec les Etats « totalitaires », elle deviendrait complètement isolée..

En ce cas, il est probable que le groupe d'Oslo, Belgique comprise. se «épareràit du reste de rEurope pour chercher sa sécurité et sa prospérité dans des ententes particulières avec Londres et Washington.

Lucien ROMIER.

LES JOURS SE SUIVENT

CES CÛNFftiïNn DE pMlS

Lorsque nous arrivâmes place de la Madeleine, ce restaurant de vieille e renommée était fermé et nous dûmes chercher notre pitance ailleurs. Si jamais on nous avait dit que ces maitres d'hôtel, qui sont vraiment des personnages et des personnages importants de la vie parisienne, feraient gréve, on nous aurait bien surpris. Les nouveaux venus, passe encore, mais ceux-là, qui sont une institution, qui ont connu Paris et le connaissent encore, sur le ,bout du doigt Ils ont servi des rois incognito (il y en a toujours à Paris), des. grands-ducs insouciants (il n'y 11 en a plus), des auteurs en renom, des chroniqueurs et ils les ont servis sans servilité quoique avec perfection. Il y a chez quelquesuns de ces ,vieux maîtres (vais-je ajouter d'hôtel?) une parfaite urbanitë et cette apparence philosophique qui appartient aux témoins blanchis d'une époque. Ils peuvent être empresses sans platitude^. confidents sans familiarité. Alfred Capus, qui a peint, en mots souriants et profonds, le tableau des nioeûrs dé son temps, disait de certains provinciaux aventureux, ou de vedettes dégonflées « Encore un qui ne.savait pas commander chez Voisin. ,j>. Paris avait pu un moment se tromper sur leur valeur et leur réussite les maîtres d'hôtels. qui les servaient, eux, ne s'y étaient certainement pas trompés. Ce n'est pas à ces Parisiens chevronnés qu'on aurait pu faire prendre M. Stawisky pour tut nomme du monde, ni même sans doute pour, tin vrai banquier.

Personnages de comédie; et dont la comédie et le roman dialogué, cher à M. Henri Lavêdan et à M. Abel Hermant, ont usé avec beaucoup de saveur et de talent. Les traits y étaient a peine poussés." Le maître d'hôtel choyant son « habitué et sachant d'un mot préciser les liens respectueux qui l'unissaient au client fidéle n'était pas une rareté. Sem m'a conté que le mot le plus compréhensif qu'on lui ait jamais exprimé l'avait été par un maître d'hôtel du Maxim' s d'avant la guerre. Sem avait alors été amoureux, fort amoureux et ce n'est pas trahir un secret que le raconter aujourd'hui d'une « dtva dont le talent était plus sur que le cœur. « Ce qu'elle a pu me mentir » disait-il de son ton persif leur, où passait une pointe, d'accent gascon. « Et me désespérer. Ah la bougresse » Or, un matin. il restait indécis et fade devant le menu, le maître d'hôtel qui le servait chaque jour lui confia à voix basse « Que monsieur Sern me per-, mette de le lui dire, cela ne vaut pas de lui ôter l'appétit » Et Sem, contant ce trait, ajoutait qu'il avait suffi à le.délivrer de sa faiblesse. Nous voici loin de la grève. En effet. Nous en étions loin, alors. Gruermantes.

LE CONTROLE EN ESPAGNE

l'AiLEiRRE REJfflpïT

ife vendredi un rapport

au Comité de non -intervention Aux Communes, M. :E<len a approuvé l'attitude du gouvernement français (De notre correspondant particulier,: par téléphoné.)

Lord Plymèuth, président. du Comité de -non-intervention, se rendant hier matin au' Foreign Office.

Londres, 12' juillet, II; est possible, de voir, un peu plus clairement ce soir comment- le ̃ gouvernement britannique va s'efforcer de relever de ses ruines le système de contrôle espagnol. L'entreprise est courageuse et par sa gravité la médiation de M. Anthony Edén rappelle celle que sir Edward *Grev entreprit en 1912 et 191-3: II suffirait d'un peu <le bonne, volonté de part et d'autre pour:que le projet britannique réus-

sisse. ̃ '̃_̃-

En fait, ne s'agit pas véritablement de projet ce gui invporte avant tout pour lès experts anglais c'est quelecbn- · trôle reprenne dès que possible SOUS une forme quelconque,^ même; précàiréi avant même qu'on négocie l'application, d'un nouveau plan. qui, de toute façon, ne pourrait être réalisé avant plusieurs' semaines.

Ainsi, lè pDreigri "Office .s'efforce en

~~gl\~v!ê..«¡g~11.êi~le'»

d~ 'l'L. '1"1"

?

̃ ̃ :d^^ëiirë;: :vétàie: Mais de regrettables et vifs incidents se sont produits dans plusieurs établissements Sans doute la grève de l'hôtellerie ne.s'est pas aggravée et les meneurs qui escomptaient Un succès se sont lourdement trompés. Mais, même partielle, c'est" encore -trop qu'elle se prolongé et surtout qu'elle donne Heu à des incidents préjudiciables au bon. renom de Paris. Les étrangers qui, sont nos hôtes ont droit à un accueil et à un séjour, paisibles dansla- ville du .monde réputée naguère encore la plus hospitalière.- Il est odieux de constater que le hasard d'un instant de, repos à une terrasse de café puisse les rendre victimes de nos querelles sociales. La, rue est: à, tout le monde, sans doute, mais, à coup sûr, eUe ne doit pas appartenir aux fauteurs = de troubles. ̃ ̃̃̃"̃;̃̃' ̃ ̃ ̃

Parmi les- grands cafés parisiens, 32 ont eu leurs portes fermées 63 ont été ouverts et ont été exploites avec un service réduit. Quant aux hôtels, 25 seulement ont "été: touches, par la grève. Le nombre, des grévistes a notamment dimjnué. Mais, de violents et regrettables incidents se sont produits.

Au Fouquet's, avenue des Champs-'Elysées, où une glacé a été brisée. Cinq

1ESDITMDD MAROC ET ;:ÏI''W:|illM|)|J^lEfS|t-

Le présideitt de la République a offert hier un déjeuner en l'honneur du Roi de Roumanie. Dans l'après-midi, le chef de l'État a reçu en audience officielle le Sultan du Maroc. On vbjt ici,; sortant de l'Elysée et passant devant* la garde dîhbnneur, à' gauche," le Sultan Si Mohamed à idroite,. le RévCaroJ^

ce moment de persuader le représentant de Lisbonne d'autoriser les fonctionnaires anglais à reprendre provisoirement leurs travaux afin de' rétablir le contrôle terrestre. Les ambassadeurs- britanniques- Rome et à Berlin ont été chargés récemment de demander aux Kouverné-

ments.allemand..et italien s'ils pouvaient,

pour une période de trois semaines, accepter que le contrôle naval ftôit. exécuté par les flottes franco-britanniques ayant à bord des observateurs allemands et italiens pendant qu'on organiserait le contrôle lUntérièur des ports espagnols. s

Ce ;dernier projet ne peut être immédiatement appliqué, parce que,, d'une part, le recrutement d'un ..personnel de choix prendra dir temps et que, d'autre part, ce dernier contrôle qui doit être accepté' par les deux parties, ne serait pas autorisé par les nationalistes 'sans qu'ils aient reçu au préalable certains avantages, notamment la reconnaissance du droit de belligérance. La formule^ d'uii contrôle international; auquel participeraient les puissances scandina-'ves a été jugée irréalisable. Au. Fore ign Office, M:. Edén à< passé .aujourd'hui une partie de la. journée à travailler avec les experts. On se montre plus pessimiste que vendredi dernier. En tout cas nous serons prochainement fixés si l'Allemagne et l'Italie acceptent de faire le moindre geste de e conciliation ou si les/ deux puissances cherchent réellement à précipiter le démembrement du 'Contrôlé.

M. Eden a déclaré cet après-midi aux Communes que lé gouvernement britannique compte remettre dès vendredi au Comité international un rapport sur le mandat quK lui à été donne. M. Corbin a remis ce matin à lord Plymouth la note,du gouvernement français annonçant qu'à partir de demain le contrôle 'des Pyrénées serait suspendu.

Toutefois, lès observateurs ne s'éloigne-

ront pas de leur poste et M. Corbin a dé

nou v.eau affirmé que le gouvernement

français demeurait fidèle au pacte de non-intervention. ̃ Aux Communes, M. Eden a, en réponse à M. Kendersonqui lui demandait' si la décision du gouvernement français

recevait t'entièref approbation du gou-

vernement britannique,! qualifié'vde r'ai-

sonnable làk,4éçis|o«-lrançàise (en'-raiiôn

du précédent pifrtS^h.- n' ça,' '̃'̃ ;'̃<̃̃

Eiilin ajoutons que le générai Franco a a ^'ait. parvenir à Londres, une. note déclarant' qu'il s'opposait pour l'instant, ;au retrait des: voîohtaiTes. ̃̃̃-̃ -i i ̃ Gérard Boutçll'eau.

C. J.

^personnes ont > été appréhendées et relâ-

chées.- ̃ ̃ ̃'• ̃

Au Colisée, des grévistes ~ont' pénétré, au nombre d'une quinzaine,' dans- l'-étàblissemerit. La police est -intervenue et :̃' arrêté l'im d'entre eux, Alexis Gar-

jriier,' 32 ans, garçon dé café, demeurant,

;18, rue Le. Regrattier. r (Suite page.'?, colonnes" l\ét'2).

AU COMBES SttClAHSTE DE MARSEILLE Nous ne sommes pas

des vaincus.

Nous sommes fiers de ce que nous avons fait. s'· déclare M. lébri Bl u m Letiader$.EJ.O. a dit enoutrej^

•̃̃ l'on dresse un tableau récapitulatif de nos réalisations, on verra que ce n'est pas si niai si on résume le discours de Marceau Pivert, on en tirera le sentiment de notre échec.. j Nous' avons fait: démarrer l'éconoritie par l'accroissement de la capacité' générale d'achat. C'est sur la première phase de prospérité recouvrée qu'on- a pu fonder tentative de redressement -financier. Accomplir aujourd'hui les actes qui contiennent un germe ae guerre,-stiu's prétexte gué ce danger seia pins grand demain, c'est /tt<t'/tcation de lâ'gïiei ré" préventive. Jamais, je l'admettrai.

C'est un vice, pour une Constitution, que la coexistence de deux assemblées' d'drïginés-différeniés et de pouvoirs égaux.

H règne sur ce congrès une tristesse.

(' _.J."

^^̃R^ABitÊ"' PLAIDOYER

.it I

(De notre envoyé spécial Roger Dardenne, par téléphone.) Le débat sur* la politique générale était terminé ce soir à huit heures, bien que le nombre: des orateurs a jt. obligé le Congrès à tenir une séance de nuit. On aurait pu ècourter considérablement cette journée, qui parut bien longue et fertile. en redites,

L'attaque. menée par M. Marceau-Pivert fut virulente, mais manqua d'art. Son discours, long et diffus, suite d'affirmations passionnées jetées d'une voix brutale, ne s'imposa pas à l'attention du congrès. Il ne suscita même pas les remous que Ton pouvait attendre. Le discours de M. Léon Blum fut long et habile. 11 contient d]abord une réédition du discours- récent de Bordeaux. M. Blum persiste à penser que son expérience a réussi « Je. n'avoue pas l'échec », s'écrie-t-il. Il se glorifie des résultats obtenus. Il n'est pas «un otage repentant dans le ministère e actuel ». Mais' après cet air de bravoure, il lui fallut expliquer les raisons de- son départ du pouvoir. M. Blum apporta ici' un argument inédit 1 On a prétendu. dit-il que nous n'étions pas un gouvernement comme les autr'es.;Mais si. Et nous devions nous soumettre aux règles de la Constitution. La bataille révolutionnaire ne pouvait être engagée dans des conditions défavorables. La situation financière était dangereuse et la situation, exté-

rieure critique. •"

'( (Suite page 3, colonnes 6 et 7) y ̃̃̃"

TERRIBm COLLISION PRES D'ORLEANS

Deux virttiirés en ilammcs

Six perèotirieè peMàâfejtt ç?ir|ïOï?içées une autre est grièvement* blessée Orléans, T2 'juillet. -Un effroyable, accident d<; .la route s'est produit,, dans soirée, d'hier, sur la route' d'Orléans, à Vannes-sur-Gosson, sur, le territoire !de la ̃ cômmiirie' de Marcilly-eh-VilIlette. ̃̃•- ̃;̃ Vers 19 h. 30, une puissante voiture dans laquelle "avaient" pris place M. Roberf. Corjon, -37. ans, ( représentant de commerce, 51, rue. de. Çhâteaudun, à Paris,-et sa femme M. et Mme Brault, comnierçants avenue, des Champs-Ëly'séès et conduite par un chauffeur, suivait la route de îJargeaU' àPithivierset i s'apprêtait à aborder le. croisement de la route d'Orléans Vannes-sur-Cosson.- ̃ .“̃•̃• .̃̃̃ A ce moment, survenait, une voiture, venant de VapBes-sûr-Cosson,. conduite par 1kl. Léon Beaùbois, 54 ans, retraité des chemins de fer,, demeurant Ï6, rue de l'Entrepôt à 'Saint-Ouen. Il'. était ̃accoirçpagné de son cousin, M. Eugène iBeaubois, 43 ans, domicilié, à Vincennes. -{Suite page :3; colonnes 1 el 2)

PBMIËB JODR D'IMPOTS NOUVEAUX Les impressions du contribuable ¡:. sous son fardeau aiourdi

Les.' premières augmentations1 nou- velles et « sensibles" » pour. le pujbllc sont entrées hier matin en applicatiqn. Elles ;p6rta.ient sur le prix -des .cigarettes, .les taxes ̃postales ,cf les commiiniçatibiis .téléphqnjqu'es. Une fois encor;e| les- Français ont ronchonné, inais-'jils; -ont .-payé. P'ailleurs, pouvaichtrils faire autre-

LES LAUREATS 1

DU CONCOURS GENERAL.

ont reçu leurs prix hier matin. à la Sorbonne- en présence de M. Albert Lebrun. Voici -M. Pierre Moinot qui a obtenu le premier prix de compp̃ sition française. ̃

ment '.? Mais. s'il y a parfois: eu des mots, aigre-doux et des réflexions peu amenés envers le gouvernement, tout', s'est, en. général, passé, sans incident. ,'̃ Dans uii cafl-tàbac

proche de l'Exposition C'est un « ;café-tabac -de la rive gauche' et qui, pour l'Exposition, s!êst • dqniïé; un nouveau visage/: chromes, glaces, cuirs, rouges, éclai-

rages indirects. Il a changé son nom

et. sVpp'elie « Le: », du nom de la rue dont il occupe un angle. Clientèle mélangée soldats, de l'O.X.Sl., ouvriers de l'Exposition, provin-. ciaux débarqués d'un train matinaj, et qui « cassent la croûte ».

Un paquet de « bleues », demande un « compagnon».

2-fr. 20, éf lias pour lônbtcntps.

2-fr. 20, et pas pour longtemps.

Nous attendons l'inspecteur, reprend la buraliste.- ̃

En effet, les anciens prix -subsistent jusqu'à ce que l'inspecteur des tabacs soit venu vérifier les stocks. Alors,. comme ce brave homme a plusieurs débits à inventorier, le délai pour les anciens prix se prolonge. A l'Expo,. c'est déjà 2 fr. 70, dit

quelqu'un-

Cela s'est rapidement su que l'inspecteur n'est pas encore passé. Je crois bien qu'en un quart d'heure défilent des représentants de toutes les corporations. Ils s'en vont les poches bourrées. Mais, hélas, tout a une fin.

L'inspecteur arrive, me -déclare le gérant, qiie j'interroge. Il Vient de nie téléphoner.

Est-ce que voiis pensez que votre vente va diminuer avec les nouveaux prix ? "?

Certainement, certainement, et ]a semaine prochaine également. Les fumeurs ont fait des stocks. Mais après, tout reviendra comme par' le passé. Mais la Loi est entrée. Elle a un canotier sur la tète et tient un pararpluie à la main. Ah voici l'inspecteur.

Maintenant, l'inspecteur compte avec Je .gérant les paquets roses, bleus, jaunes, verts. L'ère nouvelle est, commencée.

(Suite page 3, colonnes 1 et »2-)-

CHRONIQUE

CIVILISATION QUAND MÊME Par ANDRÉ ROUSSEAUX LE E cri d'angoisse de Paul Valéry, ) « Civilisations, nous savons

maintenant que nous sommes mortelles », revient de temps en temps battre comme un glas certaines heures de notre vie d'aujourd'hui. Mais à d'autres heures, il nous est donné de nous apercevoir avec émerveillement que la civilisation a la vie dure. Nous sommes comme des enfants dans un jardin, qui s'ébattent sans prendre garde que les vieux arbres parmi lesquels ils jouent, et qu'ils heurtent parfois d'un pied étourdi, sont des puissances difficilement déracinables, il ne faudrait, au contraire qu'un peu d'amour et d'intelligence de notre propre vie pour que le jardin refleurisse.

On est toujours ramené à cette image d'un jardin ou d'un parc pour évoquer l'art de. vivre en France. C'est que l'image répond à la vérité. Autour de Paris en particulier, vingt endroits où les ombrages i et les eaux vives s'honorent de 1 majestueux souvenirs nous offrent leurs, refuges. C'est là qu'on nous invite à cultiver les arts, à la belle saison. Deux jours de la même semaine, nous sommes allés. entendre Mozart à Versailles, Rameau à Royaumont. C'est le bonheur d'une civilisation comme la nôtre que d'ouvrir à des plaisirs choisis des cadres inaltérables.

Mozart à Versailles, c est la joie d'une harmonie retrouvée. C'est une concordance renouvelée et perpétuée. Le ballet des Petits Riens est contemporain du délicieux théâtre Montansier. Remettre l'un dans l'autre, comme on l'a fait l'autre jour, c'est faire renaître un instant de bonheur; A la répétition généiale de cette séance des Etudes Mozartiennes, M. Karl Alwin, chef d'orchestre de l'Opéra de Vienne, a eu un mot admirable. Il achevait de régler l'accord des ballerines viennoises et'de l'orchestre français. |l faisait appel à tout ce qu'il savait de notre langue pour suggérer aux musiciens les nuances souhaitées. On l'entendit murmurer « délicatesse », et puis, ne trouvant rien de mieux à dire « Vous êtes à Versailles, messieurs. » Une goutte de fierté était versée dans notre joie. L'hommage du Viennois nous donnait conscience de nos possibilités de noblesse et de perfection. A Royaumont, une harmonie plus hardie jette entre les siècles d'audacieux rapports. Sous les voûtes gothiques de l'abbaye, la présence d'un orchestre, les galbes et les; vernis de la lutherie, les voix, des instruments qui chantent du Haendel, du Bach, du Florent Schmitt, bousculent un peu nos habitudes paresseuses, qui prêtent des décors étroits aux objets de leur admiration. Mais l'art est un. Aux plus beaux moments de la musique, il suffit d'élever les yeux le long des colonnes de pierre, si droites, si pures, jusqu'aux ogives où elles s'épanouissent, pour que cette unité soit obtenue. Peut-être le choral de Bach et l'oratorio de Rameau, en se répandant sous ces voûtes, leur apportent-ils une perfection de surcroît qu'elles attendaient. Peut-être saint Louis, qui venait ici servir les moines et les pauvres quand cette salle était le réfectoire de l'abbaye, admettrait-il que notre art y trouve un incomparable séjour, faute que notre désordre social y rejoigne l'exemple de sa charité. Ces grands lieux de l'Ile-de-France, que de grands hommes ont marI qués de leur empreinte, leur ont été offerts par une nature charmante et magnifique. Abbayes et châte: ux s ouvrent sur les plus belles campagnes du monde. A Royau.mont, les frondaisons qui couvrent le pays depuis Senlis et Chantilly viennent mourir au bord du cloître, que la verdure envahit. C'est pourquoi, dans de tels lieux. l'art s'élève si aisément. Son bonheur est sans doute d'y renouer avec la nature la familiarité merveilleuse dont Wanda Landowska a été la première à retrouver le secret dans son jardin de Saint-Leu. Le lieu d'une civilisation est d'abord un endroit béni..

André Rousseaux.

EN PAGE 4 '"•̃ 7 7

LE CARDINAL PACELLI v visita hier la cathédrale de Chartres

t;uiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiil|ifiiiliiiilillllllIIHIME EN PAGE 3

Un nouveau raid soviétique MOSCOU-SAN FRANCISCO


•fieilKO-J|ÇTllÂHT.IS-

UNE VICTOIRE FRANÇAISE A LUCERNE LE DUC ET LA DUCHESSE DE WINDSOR. Un magnifique saut d'obstacle du lieutenant Chevallier, sur « D'Huis », vainqueur .en compagnie du président Miklas, assistent, à Klagenfurt, k une grande du Prix de 1 Armée Irlandaise au Concours hippique international de Lucerne. fête de natation qui réunissait les meilleurs nageurs autrichiens.

LES ECHOS

h A lOURNEE

tép«monies

M Flamme du Souvenir

A 18- 11. 30, à l'Arc de Triomphe Société de la Légion d'Honneur.

A A 10 heures, b Kotre-Dame Messe solennelle, chantée par S. Em le cardinal PScelli. 10 h. iâ, k la gare du P.-L.-IM. Départ du légat pontifical pour Rome. A 9 h. :!0, 155 Bis, rue de lionnes Distribution des prix du Collège Stanislas, sous ia présidence du général Weygand.

Expositions

̃– Au cftateau de Malsons-Laffitte Art Brjmjîif catalan.

A la Bibliothèque Nationale Exposition peQ]-ge ^Vashington.

A l'Orangerie des Tuileries Arts de la Chine, Chine ancienne.

11, rue Royale les' maîtres populaires de la réalité.

«^- Au château de Bagatelle Exposition r Histoire du Bois de Boulogne » (L'après-midi).

t– Au château de Sceaux Les environs de Paris d'autrefois » (L'après-midi). Avenue du Président-Wilson, au Palais National des Arts Chefs-d'œuvre de Fart français.

Au Musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli « Le décor de la vie de 1900 itU9SS ».

De 15 à 19 heures, 1, impasse. Blottlère Exposition de la statue da Joffre, Bar. M, Maxime ~éa1 del Safte..

%t* courses

A 14 heures Le Tremblay,

Chapeau melon chapeau-Sénat. Il fait extrêmement chaiul.au congrès socialiste e;t les 'délégués* se mettent à l'aise, jl. Léon Blum luimênië répugne, pas à « tomber là veste et c'est un spectacle pittoresque de voir dans la salle tant de bras nus et de poitrines découvertes, car les chemises sont à manches courtes et s'entrebaîllent largement.

»Seul, M.. Lebas, en complet et col rigide, garde une correction que la ténipérature n'entame pas. Il n'a même pas renoncé au fameux chapeau melon qui lui fait une figure à part dans un parti où le chapeau melon est plutôt déconsidéré. Ce qui faisait dire à un membre de l'aile gauche

rjQuand on se dit l'adversaire du Sénat, on ne devrait pas s^habijler «p sénateur.

Umbiance provisoira.

Le vieux Café de la Paix a une publicité lumineuse où figure cette phrase « Ambiance de Paris ».' On pouvait regretter de pouvoir lire ençore ces mots en lettres de feu,

DEMISSION

DE L'ARCHEVEQUE

M CANTERBURY ?

Londres, 12 juillet. La rumeur, quoique non confirmée, circule avec persistance de la démission de l'archevêque de Canterbury, Bien que âgé seulement de 72 ans, le Dr Lang a été très fatigué par les événements récents et notamment par l'abdication d'Edouard VIII.

Le Dr Lang est devenu archevêque de Canterbury en 1928. Trois fois déjà il a souffert de dépressions consécutives au surmenage et à des névralgies. A l'Académie des sciences Un certain moustique parisien SIM. E. Roubaud, Colas-Belcour et Stefanopoulo, de l'Institut Pasteur, ont constate que la fièvre jaune pouvait être transmise par les piqûres d'un moustique répandu en Europe, et notejnment dans la région parisienne, Vaëdes geniculatus. Ce moustique, qui n'existe pas dans les régions tropicales, abonde dans les bois, les parcs et les jardins. Ces faits doivent être pris en considération au point de vue de la prophylaxie de la fièvre jaune. Ils ne justifient, toutefois, aucune inquiétude particulière de la part des Parisiens familiers des parcs et jardins, Vaëdes n'étant nullement un nouveau venu. Restons simplement en état de vigilance. contre tous les moustiques. L. C.

[vn~~rH~rv~r~N

LE FIGARO

ABÛTSHEWIENTS j 3 mois 6 mois un an France et Colonies. 32 fr. 60 fr. 112 fr Belgique et Luxem-

Bourg 60» t15 » 150» e' ETRANGER

(tarif réduit) 60 » 113 » 210 » <tarif fort) 80 IBS » 300 Abonnements- poste tarif fronce et t'ptoiSe r*n$eigner au- \nies majoré des frais prés de son office \de circulation fixés par postal.) Us pays destinataire.

tes abonnements partent du V et du 15 du mois,

frais de changement d'adresse s 1 fr. 60. Joindre la bande d'abonnement k toute demande de renouvellement changement 4*«dr«sse, réclamation, etc.: à défaut dg Bande rappeler le numéro d'inscription de l'abqnnement et sa date d'échéance, Cofngte de chèques postaux t n" 242.53

hier, alors que la terrasse familière était supprimée, qud les gardes mobiles gardaient la place, et qu'une grande glace cassée témoignait de l'état de choses actuel. En la circonstance, « Ambiance de Paris » semblait d'une cruelle ironie. Espérons que ce n'est que provisoire.

-r

Il y a cigare et cigare.

Louis XIV s'était brouillé avec les Pays-Bas pour une médaille. Verrons-nous l'Autriche et l'Allemagne se brouiller pour un cigare ? La régie viennoise vient d'éditer un cigare dit « Summus Pontifex » dont la bague reproduit l'effigie du Saint-Père sous une inscription élogieuse. Ce cigare ayant été mis en vente à Berlin, la presse hitlérienne se déchaîne en invoquant les raisons qu'aurait actuellement le Reich de ne pas faire siens les éloges décernés au Saint-Père, et dénonce les buts « vilement lucratifs » du gouvernement autrichien.

Cette polémique est suivie avec un intérêt particulier par les Alsaciens. Ceux-ci gardent en effet le souvenir d'un certain Havane « Delcassé » que le Reich avait mis en vente dans leurs bureaux de tabacs en 1912 pour des buts qui n'étaient pas, on le sup-" ppsfc, idéologiques. Le poème du Cid est disparu. M. Miguel Artigas, directeur de la Bibliothèque nationale de Madrid, qui, pour des raisons faciles à comprendre, n'occupe plus son poste, pousse un cri d'alarme.

Il a appris que l'inestimable manuscrit du Poème du Cid » a disparu du coffre-fort de la Banque d'Espagne où il était enfermé. Le « poème du Cid » date du xiii° siècle et est l'œuvre de Pierre Abbe que les Espagnols appellent Abat.

Cette pièce rarissime avait été longtemps dans un couvent de moines de Vivar, puis fut apportée à Madrid et était propriété par indivis des héritiers de Don Alexandre Podal.

On retrouvera sans doute le manuscrit, si ses détenteurs actuels cherchent à le vendre. Mais c'est une pièce d'un placement difficile. > Le Masaue de Fer.

LA VISITE A PARIS

DU ROI DES BELGES On sait que le roi des Belges visitera l'Exposition de Paris et le pavillon belge le 24 juillet 1937.

Le souverain sera reçu par le Président de la République, qui offrira un déjeuner en son honneur à l'Elysée. Les autorités de l'Exposition guideront le roi Léopold à travers celle-ci. Il entrera par la porte principale et gagnera le pavillon de la Belgique, où l'attendra, pour le saluer, le baron Vaxelaire, commissaire général du gouvernement belge.

Après avoir parcouru le pavillon belge et du Congo, le roi se rendra au pa>lais de la Découverte. On connaît tout l'intérêt que le souverain porte aux choses scientifiques.

Il visitera aussi le palais de l'Art moderne, où sont, en ce moment, réunis les chefs-d'œuvre de l'art français depuis les origines.

-a»~

LA VIE UNIVERSITAIRE Un Congrès d'instituteurs non cégétistes

Du 23 au 31 jiuPIet, le Syndicat national des instituteurs, dont le secrétaire général est M. Delmas, tiendra à Paris un congrès où les instituteurs cégétistes se livreront sans doute encore à des déclarations révolutionnaires. Mais les 80,000 instituteurs groupés à la C. G. T. ne représentent pas h eux seuls la profession; 55,000 de leurs camarades sont groupés en dehors de la C. G. T., dans diverses associations professionnelles. L'une d'elles, la Fédération des groupements professionnels d'institutrices et d'instituteurs, qui groupe J2.000 adhérents et qui réclame l'union, aij sein d'une confédération, de tous les instituteurs nationaux, tiendra également, fin juillet (le 27 et le 28) sou Congrès annuel, « Purjs. La réforme de renseignement, les questions spéciales à l'Alsace-Lorraine, les lois sociales, la situation des jeunes, l'éducation morale et civique, l'orienta- tion professionnelle, autant de problèmes sur lesquels se pencheront les congressistes. Contrairement aux instituteurs révolutionnaires, les instituteurs non çégétistes délaisseront donc la politique pour apporter tous leurs soins aux questions professionnelles et sociales. M.. P. H,

La présentation de «Kirika"

au théâtre

des Mathurins. .en présence du roi Carol S. M. le roi de Roumanie a assisté, hier soir, il la présentation de gala de Kirika, la comédie de M. Georges Ciprian, version française de M. Matei Roussou, que M. Georges Pitoëff crée au théâtre des Mathurins. S. M. le roi de Roumanie était accompagné du maréchal de la cour le colonel Urdureano, du ministre de Roumanie M. Cesiano, et du commissaire général roumain à l'Exposition M. Demètre Gusti.

Reconnu dans la salle le général Gouraud, le général Gamelin, le général Sweisguth, S. Exe. l'ambassadeur du Brésil et Mme de Souza Dantas, S. Exe. l'ambassadeur de Turquie et Mlle Suad, S. Exc. le ministre de Tchécoslovaquie et Mme Osuski, S. Exe. le ministre de Yougoslavie et Mme Pouritch, M. et Mme Langeron, M. Chapsal, ministre du commerce M. et Mme Charléty, les commissaires généraux à l'Exposition de Pologne, Yougoslavie, Egypte M. et Mme Paul Morand, le juge à la Cour permanente de La Haye et Mme Demètre Negulesco, Mlle H. Vacaresco, M. et Mme Gérard Bauër, M. et Mme X. Pillât, St. et .Mme LûciURsco, M. et Mine Dezarrois, M. Jean Gheor-ghiu, M. Hiott, M.. Pappoudoff, de la légation de Roumanie; M. M. Roques, M. Charles Diehl, colonel et Mme Otopeano, M. Philippe Cotnareanu.

Après le premier acte, M. Georges Pitoëff et Mme Ludmila Pitoëff se sont repdus dans la loge du roi, qui les a vivement félicités. A.

DEJEUNER A L'ELYSEE EN L'HONNEUR

DU ROI DE ROUMANIE S. M. le roi Carol II a visité, hier matin, le pavillon de la Roumanie à l'Exposition. Reçu par M. Gusti, commissaire général, et ses collaborateurs, le souverain a porté une extrême attention à tous les détails et a vivement félicité l'organisateur d'une réalisation aussi élégante et instructive.

Arrivé à 10 h. 30, le roi ne s'est retiré qu'à midi dix, pour rentrer à l'hôtel Ritz et, de là, se rendre au palais de l'Elysée, le président de la République et Mme Albert Lebrun offraient un déjeuner en son honneur.

Les honneurs militaires ont été rendus, à l'arrivée et au départ, au roi qu'accompagnait le maréchal de la Cour, M. Urdureano.

Les hôtes du déjeuner étaient S. Exe. M. Cesiano, ministre de Roumanie M. Hiott, secrétaire de la légation le colonel Potopeano, attaché militaire le docteur Gusti, commissaire général de Roumanie à l'Exposition M. Chautemps, président du Conseil MM. Albert Sarraut et Viollette, ministres d'Etat MM. Yvon Delbos, ministre des affaires étrangères Georges Bonnet, ministre des finances Campinçhi, ministre de la marine; Chapsal, ministre du commerce de Tessan, sous-secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Henry Bérenger, sénateur, président de la commission des affaires étrangères du Sénat Jean Mistler, député, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés le général Gamelin, chef d'état-major général de l'armée, vice-président du conseil supérieur de la guerre l'amiral Darlan, chef d'état-major général de la marine, vice-président du conseil supérieur de la marine le général Féquant, chef d'état-major général de l'armée de l'air, vice-président du conseil supérieur de l'air M. Labbé, commissaire général de l'Exposition S. Exe. MI. Thierry, ministre de France à Bucarest S. Exc. M. Léger, ambassadeur de France, secrétaire général du, ministère des affaires étrangères, ,>

>).•. "̃̃̃

Aujourd'hui, le roi Carol doit avoir des conversations avec plusieurs personnalités politiques françaises, dont MM. Chautemps, Yvon Delbos et Daladier.

.»_

LE CINQUANTENAIRE DE VECQIE HÉRIOT Le prince Hassan, prince héritier du Maroc, a assisté à la fête donnée à la Boissière à l'occasion du cinquantenaire de la fondation de l'Ecole militaire enfantine Hériol. Aux côtés de Mme Dubernet-Douine, veuve du fondateur; de son fils, M. Olyippe Hériot, et de son petitfils, M. Hubert de Saint-Senueh, on remarquait le général Lasson, le général Wemare, M. Pierangeli, sous-préfet de Rambouillet; le colonel de Lasalmonie, président de l'Association des anciens enfants de troupe de Paris; M. Henri Herson, administrateur délégué, adjoint au président du conseil d'administration de la Société du Louvre, dont un des fondateurs fut M. Auguste Hsriot,

LE CERCLE

JACQUES BAINVILLE fête la libération

de M. Charles Maurras. .au cours d'un grand dîner Le Cercle Jacques-Bainville, dont l'objet est, on le sait, de conserver vivant le souvenir du grand historien, a offert, hier soir, au pavillon Dauphine, un banquet à M. Charles Maurras, afin de célébrer sa libération.

De nombreuses notabilités des lettres, de l'armée, des sciences et de la société parisienne assistaient à cette njanifes^

tation.

A l'issue du dîner, il. Lucien Corpéchot, président du cercle, donna lecture des lettres d'excuses, chaleureuses et souvent émouvantes, des personnalités qui n'avaient pu être présentes. Puis, M. Oharles Maurras remercia le Cercles Jacques-Bai nyille de son initiative au cours d'un discours longuement applaudi.

_>, -«_

La distribution des prix du Concours général

à la Sof bonne

La cérémonie traditionnelle de la distribution des prix aux lauréats du Concours général s'est déroulée, hier, selon le rite annuel, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

M. Albert Lebrun, arrivé d'Aix-lesBains, présidait la cérémonie. Accompagné de M. Magre, secrétaire général de la présidence, le président de la République était entouré de personnalités des lettres, des beaux-arts, de l'enseignement et des membres du corps diplomatique.

Le discours d'usage

Après l'exécution de la Marseillaise par la musique du 46e régiment d'in^ fanterie; M. Clarac, professeur de première supérieure au lycée Louis-leGrand, se leva pour prononcer le discours d'usage, un discours très substantiel dans lequel il exprima l'idée que « ceux qui ont reçu la culture ont contracté une espèce de dette ».

Les humanités, « ces études soi-disant inutiles », sont glorifiées par l'éminent professeur. Les explications de texte, si ardues, si rébarbatives à première vue, possèdent une vertu cachée et les élèves en retirent souvent, à leur insu, de « bien précieuses vertus sociales en prenanf l'habitude de préciser le sens des mots, de retrouver l'ordre d'un développement, de suivre la pensée d'autrui jusque dans ses plus fugitives nuances et de la confronter avec la sienne en pleine sincérité. e 1 M. Jean Zay reprend la thèse de M. Clarac et y apporte son entière adhésion. « Ont-ils fait un jeu de' dupes ceux qui, de plus en plus nombreux, ont une culture générale supérieure à leur situation sociale ? » »

Les jeunes gens, affirme le ministre, reçoivent de leurs maîtres un avantage supérieur à toutes ies réalisations matérielles la possibilité d'accéder à la joie.

M. Jean Zay fait ensuite l'éloge de la culture désintéressée « Développez le seul univers qui soit complètement à vous votre monde intérieur. » M. Bruhat, inspecteur de l'Académie de Paris, a donné ensuite lecture du palmarès.

Voici la liste des premiers prix du concours général

Classe de mathématiques. Mathématiques M. Lefort (André), né à Neuilly- sur -Seine le 6 janvier 1921, élève de mathématiques au lycée de Versailles.

Classe de physique. M. Fraïssé, Roland, né à Bressuire le 12 mars 1920, élève de mathématiques au lycée de Toulouse.

Classe de philosophie. Dissertation philosophique M.Pamplume Louis, né à Montrouge le 15 février 1919, élève de philosophie au lycée Henri-IV. Classes de philosophie et de mathématiques. Géographie M. Paul Bauer, née à Oran Je 4 février 1919, élève de philosopbje au lycée d'Oran. Classe 'de première. Composition française M. Pierre Moinot, à Fre-ssines (Deux-Sèvres) le 29 mars 1920, élève de première au lycée de Périgueux Version grecque Mlle Micheline Fasciato, née à Paris le 7 août 1920, élève de première A au lycée Jules-Ferry Version latine Mlle Renée Gason, née à Laval le 8 octobre 1920, élève de première A au lycée d'Orléans Thème latin M. Pierre Massiol, né à Limoges le 3 octobre 1921, élève de première au lycée Lakanal Histoire Mlle Madeleine Amoudruz, née ît Chambéry Je § septembre 1920, élève 4epremière A au lycée de ClermontTFerrand. Chargés des livres à tètes d'or, les lauréats venus déboutes les régions de la France quittèrent la Sorhonne dans un brouhaha joyeux. Pour beaucoup c'était leur premier voyage à Paris et la consécration de leur travail et de leur valeur se mêlait au bonheur de fouler le sol de la capitale.

M.*P. HwweUt.

~Lode dL ~e~ ~~joJ~

0 C~AJUPC~Lt~L<? ~/UJJL

L'AVANT-SAISON AU TOUQUET

Chapitre du bain

Il est normal qu'après tant de variations fantaisistes, le maillot de bain soit revenu, cette année, à un sage classicisme. Et il est normal aussi que le Touquet soit parmi. les premieres plages à offrir l'exemple de cette modération.

S'il bannit sur les maillots les coupes dépareillés, façon « musichall », il admet cependant les coloris nouveaux, tels que le rouge pourpre. Sur cet agréable ton violacé, il va jusqu'à permettre le voisinage, sous forme de quelque bretelle en cordelière, du bleu pastel.

La cordelière est décidément en honneur, car on la voit nouer, haut sur la cheville, des sandales en filet caoutchouté, d'un air strictement marin et d'un port léger, et qui semblent une des plus charmantes inno* vations de la saison.

Sous le vent

Qui ne porte plus à Paris de petits chapeaux à la manière des calottes d'enfant-de^chœur, n'hésite pas à les arborer au Touquet, et a raison. Rien de plus jeune, sous le vent, que ces bonnichons dont on peut s'offir une collection entière, variant du feutre au velours, et des ornements brodés

LE CARNET DU « FIGARO »

AUJOURD'HUI

Deuils. 10 heures Obsèques de Mme Théodore Lescouvé (Saint-Pierre de Chaillot).

.iiiiiiiiiiiiniiiiimmiiimiliçmiiiciiiuiiiiiiiimiimiiHinniniiii' COURS

LL. MM. le Roi et la Reine d'Angleterre sont arrivés hier matin à Londres, venant d'Edimbourg, où ils viennent de passer une semaine à l'occasion des fêtes données pour commémorer le couronnement.

Le baptême de S. A. R. le Prince héritier de Bulgarie Simeon a été célébré hier. Les parrains étaient le général Njokaljev, âgé de quatre-vingt-six ans, le plus âgé des généraux bulgares; le métropolite de Varna et le président du conseil M. Kiosseivanov.

Seuls; les membres de la famille royale et du gouvernement assistaient à la cérémonie. Le baptême fut présidé par Mgr Stefan, métropolite de Sofia. AMBASSADES

S. Exc. M. Jules Lukasiewicz, ambassadeur de Pologne, a donné, vendredi soir, une réception au pavillon polonais de l'Exposition internationale de 1937. De nombreux représentants des milieux journalistiques et des sphères artistiques et intellectuelles français et étrangers y, .assistaient. -«. ̃̃],"i-j Au cours de cette brillante soteêe,' Mme Maneta Radwan-Zamoyska chanta plusieurs mélodies populaires polonaises, et la danseuse étoile des ballets polonais, Mlle Ziuta Buczynska, exécuta quelques danses polonaises.

S. Exc. le ministre de Tchécoslovaquie à Paris et Mme Stefan Osusky ont offert, avant-hier, en l'hôtel de la légation, un diner auquel ont pris part S. Exc. l'ambassadeur de Belgique et la comtesse de Kerehove de Denterghem, S. Exe. le comte von Welczeclï, ambassadeur d'Allemagne; S, Exe..le ministre, de Finlande et Mme Holma, M. Gabriel Hùnotuux, de l'Académie française, et Mme; G. Hanotaux général et Mme Weygand, M, Marcel Prévost, de l'Académie française, et Mme M. Prévost; baronne M. de Rothschild, Mme Georges, comte et comtesse de La Rochefoucauld. baron Robert de Rothschild, etc.

A l'occasion de l'arrivée du général Miloutin Neditch, chef de l'état-major général de l'armée yougoslave, M. et Mme Pouritch ont donné, hier, un déjeuner intime en son honneur.

DANS LE MONDE

La princesse Philippe de CaramanChimay a donné, hier, un élégant goûter à l'occasion des fiançailles de sa fille avec le duc de Magenta.

M. et Mme Henri Verne ont clôturé brillamment leurs élégantes réceptions en leur belle résidence du quai des Tuileries/par une réunion à laquelle assistaient

Mme de Souza Dantas, comtesse de Kerchove de Denterghem, princesse P. d'Arenberg, le jonkheer Loudon, M. et Mme Reibel, Mme Marcel Régnier, Mme A. Villey, Mme Jacques Stern, M. et Mme George Blumenthal, M. et Mme David-Weill, M. et Mme Paul Valéry, M. et Mme Marcel Baschet, Mme Jean Locquin, Mme Georges Huisman, Mme et Mlle Adolphe Bbschot, docteur Morse, de Washington: Mme Helder. M. et Mme Louis GIHet, M. et Mme René Basehet, M. et Mme Maurice Denis M. Paul Jamot, Mme Georges Risler, M. Jacques-Emile Blanche, M. Jacques Baschet, comtesse Aymar de Dampierre, Mme Paul Dupuy, M. et Mme Henri Focillon, M. et Mme Jules Aubrun, M. et Mme Pontremoli. Mme René Dom- mange, baronne Gourgaud, Mme Henry Bonnet, il, Jacques Jaujard, Mme François Boucher, M. et Mme P. Bargeton, comte et comtesse A. de Bertier de Sauvigny, Mme Pierre Bodereau, M. Georges Salle

M. René Huyghe, M. et Mme de Chenevière, Mme Spreckels, M. Eustache de Lorey, M. et Mme Louis Hachette, baronne de Langlade, M. Charles Boreux, M. et Mme Louis Hauteeœur, M. et Mme Pierre Schommer, Mme Max Fischpr, Mme Edmond Cléray, M. et Mme Gabriel Cognacq, M. Romain Coolus, lady Cahill, M. et Mile François Carnot, M. et Mme Charléty, M. Hugues Citroën, M. et Mme Camille Mauclair, M. et Mme Henry Piéron, M. René-Jean, M. Ferraton, M. et Mme Delsalle, M. Sterling, M., Mme et Mlle Paul Vitry, M., Mme et Mlle Fouqueray, M et Mme Leveillé, M. et Mme Louis Gallié, Mme Vinès, M. André Weill, M. André Mariage, Mme et Mile Jacques René-Doumic, M Henri Dubois, Mlle Braun, M. et Mme René Dussaud, M. et Mme Marcel Ribière, M. et Mme Jean du Sault, comte et comtesse Arnauld Doria, M. et Mme François Dussaud, Mme Delaroche. Mme Paul Deschamps, docteur Conteneau, baron Coche de La Ferté, M. Balliinan

M. et M|ne Léonce Calvy, Mme Germain Bazin Mme de Mcraes Snriîiento, M. et Mme Jean Bloch, M., Mme et Mlle André Blum. M. et Mme Champion, M. et Mme t^ollardHastingue, M. et Mme Cornely, M. et Mlle Luc Benoist, .M, Paul Hermant, Mme Gaston Brière, M., Mme et Mlle Marcel Aubert, M. et Mme Jan Astrue, M. et Mme Patras, M. et Mme Alfassa, M. et Mme Anspach, M. Georges Fontaine, Mme Jean-Arthur Fontaine, Mme Rosita, M. et Mme Louis Gillet, M. et Mme Goulinat, M. du Gardier, M. Léon Gosset, M. Gronk(j"\vsky, M. et Mme René Grousset, M. Gerodie, M. Hierche, Mlle Delaroehe-Yernet, M. Raymond Isay, Mme Kahn, Mlle Julllerat, M. et Mine Li-ehi-valIjc-r-CJievignard, Mme Laussel, ~Sl, et Mme Levaillant, M. et Mme (' -T. Loo, M. et Mme Merzbacli. Mme Maurieheàu-Beaupré/ M. Repé Moulin, M. et Mme Boris Maslow, M. Marogor, Mme Claude Roger Marx, Mme et Mlle Marquet de Vusselot, M. de Montrémy Mme André Mesureur, Il. et Mme Mérillou, M. Henri de Monifort, M. et Mme Georges Mer, Mme de Noyelle, M. et Mmn Ponlremoli, M. Jacques Pasquier, M. Pératé, "M. et Mme Peytel, yf. et Mme Henry Piéron, M. et Mme Patras, Mme Parent, M. et Mme Jacques Quartier, M, et Mme Quizet, M. et Mme Jacques Robiquet, Aï. et Mme Rudjer, M. et Mme Rouart, Si. Louis Peau, M. Georges-Henri Riviàre, M. Vergnet-Ruiz,. M. et Mme Schœf-

aux applications de mica et de métal.

Colliers de fruits

Ces colliers, ces bracelets de fruits d'eucalyptus peints en rouge, en vert, en jaune, que nous avions aperçus dans les collections, nous les retrouvons, acclimatés déjà, parmi les pins et des dunes. Aprés avoir parfumé malles et valises, ils embaument cons et poignets, appelant la poésie de quelque nouvel Apollinaire.

̃' > G, C.

VU ET RETENU

Un bracelet fait de fines lanières de cuir tressées et auquel est suspendue une petite montre en cristal toute ronde, semblable à un grelot.

Des gants en peau blanche, travaillés dans le sens de la longueur, et jusqu'au bout des doigts, d'un jour à la main exécuté en soie blanche.

♦ Un ensemble de flanelle blanche avec piqûres apparentes, façon sellier1, en cordonnet noir, porté avec une blouse de soie noire à jabot volumineux et des gants de daim noir.

Diane.

fer, vicomte de Ternas, M, et Mlle Trouvé, Mme Jean-Louis Vaudoyer, M. et Mme Jean Verrier, M. Pierre Vcrlet, M. Washington Loop, M. et Mme Zuber-Billiet-Cario, Mme Gonsc, Mme Ulam, M. Roger Casse, etc,

0

NAISSANCES

Le vicomte de la Celle et la vicomtesse, née Yvonne Clémenceau de la Lande, sont heureux de faire part de la naissance de leur fille Florence. 21juin 1937.

M. d'Abbadie de Barrau et madame, née Christiane de Kerraoul, sont heureux de faire part de la naissance de leur 'fils Lionel.

M. Pierre Hannebelle et madame, née Jacqueline Gilbert, sont heureux de faire part de la naissance de leur fils Dominique. 8 juillet.

On annonce la naissance

De Marie-Chri&tine de Tricornot

FIANÇAILLES

On nous prie d'annoncer lés fiançailles de Mlle Marie-Thérèse Chégaray avec M. René Fernet.

On annonce les fiançailles

De Mile Lucienne Buque avec M,. Pierre Gaillard de Champris.

MARIAGES

Le samedi 10 juillet a été béni en l'église de Gadanca.ûrt (Seine-et-Oise) le jnariage.vjie Mlle Bernadette de Boury. avec le baron Augustin de Meaux,1 capi- laine à'l'état-majôr de l'armée de l'ail* L%: bénédiction a;.été donnée par le Rme Dom j. de Puniet, abbé de SaintPaul ̃ d'Osterhoot, am.ide la famille, qui prononça une fort belle allocution. Le Saint'Père avait daigné envoyer sa bénédiction aux jeunes mariés.

Les témoins étaient, pour la mariée le marquis de Boury et le comte de Chazelles, ses oncles pour le marié le général Féquant, chef d'état-major de l'armée de l'air, et le vicomte de Meaux.

A ganche Mlle Christine Pagès dont le mariage avec M. François Messéan de Selorges vient d'être célébré en l'église Saint-François-Xavier. A droite Mlle France L'Huillier dont le mariage avec M. Renaud Bouffé vient d'être béni au temple de la rue Cortambert.

(Phot. G.-L, Mfinuel et Phot. O'Doije.)

En l'église Saint-François-Xavier, le R. P. Padé, prieur des Dominicains, a béni samedi le mariage de Mlle Christine Pagès, troisième fille de notre confrère M. L.-A. Pagès, chevalier de la Légion d'honneur, commandeur de Saint-Sylvestre, directeur de la rédaction de l'Ouest-Eclair à Paris, et de madame, née Maraval, avec M. François Messéan de Sélorges, fils de M, Albert Messéan, officier de la Légion d'honneur, sousdirecteur honoraire au ministère des finances, et de madame, née Chalvet de Récy.

Les témoins étaient, pour la mariée M. Xavier Pagès, son frère, et M. Augustin Desplats, industriel; son oncle pour le marié M. Gaston Messéan, ancien chef du contrôle général à la Banque de France, chevalier de la Légion d'honneur," et M. Chalvet de Récy, directeur honoraire au ministère des pensions, officier de la Légion d'honneur, ses oncles. Un gracieux cortège d'enfants et de sœurs, cousines et amies, en robes de tulle cyclamen et chapeaux de feutre bleuet, accompagnait la mariée, qui portait un élégant ensemble de voile triple rehaussé de point d'Angleterre et d'une couronne de fleurs d'oranger.

Le 8 juillet, en l'église Saint-Germain des Prés, a été béni par le T. R. P. Brillet, supérieur général de l'Oratoire, et dans la plus stricte intimité, le mariage de notre confrère M. André George avec Mme Pierre Idrac, née Paule d'Izarny-Gargas.

INFQRMATIONS

Le déjeuner traditionnel bleu et blanc a été donné à l'occasion des régates internationales de Deauville, samedi, aux Ambassadeurs. Très nombreux et très gai, il réunissait une centaine de yachtsmen parmi lesquels nous avons reconnu: M. Fpssorier, maire de Deauville, et Mme Fossorier; M. Bvéguet, M.- et Mrs Woolen, M. et Mme Kronheimer, M. et Mme Herbulot,

NOTÉ SUR MON BLOC

Mlle de Bournonville qui épousa, la semaine dernière, M. de Florival portait un diadème de crin nacré retenant un voile de tulle Illusion incrusté de point d'Angleterre, création Hélène Sorbier. Ses dix demoiselles d'honneur étaient également coiffées par Hélène Sorbier, 5, rue Tronchet.

Cimbonett, l'incomparable soutien-gorge « pointu », donne le buste haut et ferme, dont sont si fières celles qui le portent. Il est vendu en exclusivité chez Batby (Corset Perséphone), 187, rue St-Honoré (angle de la rue des Pyramides). Suzy.

M. -et Mme Desouches; M. et Mme Mitclïell, M. et Mme Chardon, M. Charles Fairey, miss Claidone, miss Burton, miss Heyward, M. Sc.iu-1c.-hcr, -M. Goclson, M. Gauthier, M. Frusco, M. Ancel. Mme Pelfresne, M. Lesaurvage-, M. Molins. M. Bronty, 11, de Catalano, M. Reniai, M. Melan, M. Gc-nestall, M. Thiery Micg, M. Bouteleux-Thillard, M. Wallace Barr, major Crailsharii, M. Hugh Goodson, M. Beunett, etc.

Parmi les personnalités récemment arrivées à Vichy, citons

S. A, le rajah de Bhor, M, Pevez Iiiina. meien président de la République vénézuélienne, et lime Ferez Lima; M. Hakki bey, président de la chambre do commerce de Smyrne; Mgr Douhlïer, camém-r du Pape sir Herbert et lady Brown, de Croydon Mme G. Thomson, femme de l'ancien ministre comte et comtesse de Kerouartz, inspecteur général Cuullaud, Mrs G, Corbitt, Mme P. Cailloux, femme du conseiller d'Etat; général Mougij), comtesse de Blegler, docteur Langelez, professeur à l'Université de Bruxelles; baron et baronne de Linmander de Nieuwenhovc, marqnis de Roualle, colonel Hankey, Mrs E.-D. Stair, de Détroit: comtesse P. de Rastang, Michigan; M. Sarbach, contrôleur général de la Sûreté nationale Mme J. Gandoin, comte de Beylie, vicomte de Montlivault, comte des Garets. comte et comtesse de Brjnon, comte de Sejournet, de Gaud; >Ime Bardou-Job, etc. DEUILS

Nous apprenons la mort de M. Pierre Dareste, connu par ses remarquables travaux de' législation coloniale. De New-York, on annonce la mort de M. Jack Curley, célèbre impresario, décédé, à l'âge de soixante et un ans, à ̃Great. Neck (Lonpisland).

Georges Carpentiçr, Caruso, Rudolph Valsntino, William' Tilden comptent parmi ceux que Jack Gujley contribua ̃ à lancer.

Nous apprenons la mort survenue. à Montevideo, le 9 juillet, de Mme de Pena, veuve de M. Carlos Maria de Pena, ancien ministre de l'LJruguay à Washington, et mère de M. Hugo V. de Pena, ministre de l'Uruguay à Mexico; de Mme Paul d'Hybouville, de Mlles Albertina et Carlota de Pena et de Mme Herquinigo.

Les obsèques de M. Raoul Mallet, banquier, ont été célébrées samedi dernier, en l'église du Saint-Esprit, ,rue Roquépine.

Le service était présidé par le pas- teur Monod.

Le deuil était représenté par Mme Raoul Mallet, sa veuve; M. et Mme Phi.lippe Mallet, M. et Mme André Harth, ses enfants, et par les autres membres de la famille.

L'inhumation a eu lieu au cimetllre du Père-Lachaise. ̃̃ On annonce la mort de M. Hugues Dedons de Pierrefeu, pieusement décédé à l'âge de quinze ans. Il était le fils, du comte et de la. comtesse Dedons de Pierrefeu.

Nous apprenons la mort. de M. Louis de Rosière, pieusement décédé en son domicile à Paris, 44, avenue Mozart. Il était le père de MM. Robert et Paul de Rosière, de Mme Charles de Longchamp et de Mme Guy Tarbé' de Saint' Hardouin. ̃ •'

Les obsèques auront lieu à Lyon, dans l'intimité.

Nous avons le regret d'apprendre la mort, dans sa quatre-vingt-douzième" année, de M. Gioachint Penso, banquier, chevalier de la Légion d'honneur, commandeur de la Couronne d'Italie. Les obsèques ont été célébrées, le 9 juillet, dans la plus stricte intimité. Nous apprenons la mort de Mlle de Sinéty, décédée au Puy (tjauteLoire). Elle était la sœur et la bellesœur du vicomte et de la vicomtesse de Sinéty, la tante de la baronne Pierre de Vaulgrenant et de la comtesse de Truchis de Varennes.

De Washington, on annonce V mort de Mme Hugh Campbell Wallace, veuve de l'ancien ambassadeur des Etats-Unis, et fille du Chief Justice Fuller, décédé. 9 juillet.

Le mardi 20 juillet, à onze heures, en l'église de la Madeleine, sera célébrée une messe de bout de l'an à la mémoire de Mme Argentina. Tous les amis et admirateurs de la grande artiste voudront s'associer à cette pieuse cérémonie.. On annonce la mort ̃ ̃ Du docteur Robert Laucelot; de M. Achille Schvob, à Paiis.

Valfleury.

̃/̃̃_ '̃̃̃̃

Nous accordons à tous nos abonnés une réduction de 25 0/0 sur le tarif normal des avis de faire part des NAIS'SANCES, FIANÇAILLES, MARIAGES, etc. PETIT CARNET

A Aix-les-Bains.

Dans un cadre unique, les Hôtels Rossignoli offrent le confort le plu.3 reposant.

Sur la hauteur, le Splendide-RoyalExcelsior reste le rendez-vous de l'élite. .Près du Casino et des Thermes, l'Europe-Villa Victoria conserve W ré» putation bien connue,

Smart*


UN MOUVEMENT QUI ECHOUE LA GREVE "GENERALE" DE L'HOTELLERIE

DEMEURE ETALE

r Quelques incidents se sont encore produits (Suite de la première page.)

Au Périgord, rue Matignon, des vitres ont. été brisées et deux arrestations ont été opérées celle de Hèmeric Fotor, âgé de 37 ans, d'origine hongroise, demeurant 25, rue des Acacias; et l'Algérien Lemla Ace ben Larbi, 27 ans, demeurant 34, rue Legendre, qui ont été envoyés au Dépôt. Boulevard Haussmann, au café Triadou, quatre glaces ont été brisées.

Dans le dixième arrondissement, bonlevard de Strasbourg, la police a procédé à six arrestations. Rue de Chabrol, cinq personnes furent arrêtées devant le Terminus-Nord, boulevard Denain. Trois autres manifestants ont été appréhendés.

A l'Exposition, au pavillon du Gaz, restaurant Potel et Chabot, une bagarre assez violente s'est produite entre grévistes et non grévistes. Deux personnes ont été blessées' et ont été conduites à l'hôpital Marmottan après avoir reçu des soins, elles ont regagné leur domicile. Quatre arrestations ont été opérées et les délinquants ont été mis à la disposition du commissaire de police du quartier du Gros-Caillou. Le soir, dans les grands restaurants du centre, les consommateurs dînèrent sous la protection de. la garde mobile armée.

Un meeting salle Wagram Les employés en grève de l'hôtellerie se sont réunis en meeting, dans l'aprèsmidi, à la salle Wagram.

Ils ont entendu plusieurs orateurs, qui ont protesté contre le communiqué du ministère du travail, approuvant l'interprétation patronale de l'accord du 3 juillet.

Avant de se séparer, les grévistes ont voté une résolution dans laquelle ils blâment l'attitude du gouvernement

D'une ligne sobre et harmonieuse ̃'élève sur les

bords de la Seine, dans le cadre féerique des, Fontaines Lumineuses, le Pavillon

FERNET-

BRANCA.

Cette marque de réputation mon.diale vous invite à lui rendre visite, le meilleur accueil vous y est réservé.

FERNET-BRANCA l'apéritif célèbre dans le monde entier

SUITES DE LA PREMIÈRE PAGE I.. PREMIER JOUR D'IMPOTS NOUVEAUX

A la poste

Mademoiselle, veuillez me donner Elysées 26-07.

A 0 fr. 50 ou à 0 fr. 65 ?

Je ne saisis pas.

Et la dame « employée » préposée au téléphone dans ce bureau de poste s'explique. Si je' lui demande ,à elle, « une communication qu'elle me donnera au « manuel », sa conscience professionnelle de bonne employée l'obligera à me la compter 0 fr. 65, mais si je dispose d'une pièce de cinquante centimes, V « automatique » ne demandera pas mieux que de me brancher avec ie Figaro pour'le prix d'antan. Voici un renseignement fort intéressant. Mais, dites-.moi; mademoiselle, êtès-yous autorisée à fournir des pièces de dix sous à vos clients ? '? Cette charmante dame des P.T.T. n'avait pas pensé à ce cas de conscience.

Il y a, d'ailleurs, beaucoup de choses auxquelles on n'a pas pensé dans la maison, car l'inspecteur de service ne me cèle pas qu'il n'a reçu que ce matin, à 8 heures, la feuille indiquant les majorations de tarifsi Le receveur et lui-même n'ont pas ces-

UN TERRIBLE ACCIDENT D'AUTO

Surpris par la brusque irruption de l'autre voiture fort avancée sur la route, suppose-t-on, M. Beaubois ne put freiner pour arrêter sa voiture en quelques mètres.

Tamponnée à l'avant, l'auto de M. Corjon fut précipitée sur le bas-côté de la route où elle se retourna, tandis que celle.de.M. Beaubois se renversait près d'elle, sur la chaussée.

Le choc avait été d'une violence telle que les réservoirs à essence des deux véhicules explosèrent en même temps. Les secours sont impuissants Le docteur Deshayes, d'Orléans, qui sortait en voiture de sa propriété de Soûlas, située à quelques centaines de mètres, avait aperçu une colonne de fumée et de flammes. Presque au même moment, M. Le Gac, garde forestier au château de Bruel, passant à bicyclette, avait eu l'attention attirée par le feu. Tous deux se dirigèrent vers le lieu de l'accident. Ils virent alors M. Robert Corjon qui courait vers eux, affolç. Le malheureux avait tenté, vainement, de sauver sa femme du brasier.

Mme Brault, qui avait réussi à s'éloigner de sa voiture en flammes, s'était

qui, disent-ils, fait office de briseur de grève ils réprouvent également « les brutalités de la police », qui semble avoir reçu des ordres à cet effet. Ils ont voté la continuation de la grève. Un important service d'ordre a canalisé les employés à la sortie du meeting. Une délégation des employés à la présidence du conseil M. Camille Chautemps, président du conseil, a reçu, dans la fin de l'aprèsmidi, une délégation des employés. Il a invité les délégués à se rendre au ministère du travail, où ils ont été reçus par M. Pouillot, directeur adjoint du cabinet, à 20 heures.

Le président du conseil a reçu ensuite quelques délégués patronaux de l'hôtellerie, dont M. Drouant. '̃••̃ La réunion au ministère du travail n'a donné aucuns résultats. Lès pourparlers reprendront aujourd'hui. Un communiqué patronal Dans un communiqué, le syndicat, général de l'Industrie hôtelière a fait connaître que la grève n'a pris aucune extension en province. Le syndicat, insiste auprès de ses adhérents pour qu'ils observent strictement la discipline syndicale refus de signer tout accord particulier et tenir les établissements ouverts.

LE SULTAN DU MAROC A PARIS |

S. M. le sultan du Maroc a rendu visite, hier après-midi, au Président de la République. II était accompagné du général Noguès et de S. Exc. El Mokri, grand vizir.

sé, de la matinée, de, transcrire des copies pour tous les bureaux auxiliaires du quartier.

Aux guichets, lé public fait la queue.

Pas d'incidents ?

Non. Pourtant, un « entêté » vient de s'emporter et de déclarer qu'on le volait Comme si nous étions responsables, nous autres' C'est un « coup dur ». Ainsi, tenez, nous avions beaucoup de petites gens qui expédiaient, en province, le journal qu'elles avaient acheté le matin. La taxe de un centime est désormais de deux sous. Deux sous pour envoyer un journal périmé, dix foix le prix ancien l'augmentation, quoique faible en soi, est considérable. Mais, voyez-vous, dans quelques jours, tout se tassera. On oubliera même quels étaient les anciens prix. Allez donc demander aux Français de quarante ans, quel était le prix de la léttre recommandée quand le timbre était à deux sous ? Je ga-ge que quatre-vingt-quinze sur cent ne s?en souviennent plus. La puissance d'oubli est une qualité ou un défaut français, comme vous voudrez, conelut mon postier -philosophe.

Ph. k:

étendue, très grièvement atteinte, sur le bas-côté de la route.

Quant aux trois autres occupants d? la puissante voiture, M. Brault, Mme Corjon et le chauffeur, ils avaient été ensevelis sous les débris, de Celle-ci. En raison de la chaleur dégagée par l'incendie, qui avait gagné l'herbe sèche de la propriété de Soulas et barraU complèterrrcnt la route, il ne fallait pas espérer pouvoir les dégager.

On ne pouvait davantage porter secours à MM. Eugène et Léon Beaubnis, dont les corps avaient été projetés hors de leur voiture, qui, tués su*- le coup, devaient également être carbonisés. Tandis que le docteur Deshayes conduisait de toute urgence 51. Robert Corjon et Mme Brault à Phôpitul d Orléans, M. Le Gac donnait l'alarme à l.i gendarmerie de la Ferté-Saiii -Aubin. On ne s'explique pas comment l'accideiit a pu se produire. La visibilité est, en effet, relativement bonne à cet endroit et la croisée des chemins est, régulièrement signalée de chaque côté des routes.

En dépit des soins qui lui ont été prodigués, Mme Brault est morte ce matin à quatre heures.

On réserve le pronostic sur l'état de santé de M. Gorjon.

|LE CONFLIT ESPAGNOL

A BERLIN, M. FRANÇOIS-PONCET PROTESTE AUPRES DE M. VON NEURATH. .au sujet de la falsification par l'Agence D. N. B. du texte de la déclaration du gouvernement français suspendant le contrôle à la frontière pyrénéenne

Berlin 12 juillet. M. François-Poncet, ambassadeur de France, a fait une démarche auprès du baron von Xeurath pour protester contre la falsification par VAyence D. N. B. et les journaux allemands du texte de la déclaration officielle annonçant que le gouvernement français avait décidé de suspendre le contrôle exercé à la frontière des Pyrénées.

Tout d'abord, la presse allemande avait remplacé le mot « suspendre » par le mot suppression ». En second lieu, la phrase déclarant que la France restait fidèle à ses engagements de nonintervention avait été écartée de la tra- duction allemande.

Il convient d'ajouter encore que le D. N. B., après avoir reçu dès samedi après-midi des remarques du côté français, n'avait pas jugé utile jusqu'ici de procéder aux rectifications nécessaires. Si dans la soirée les postes de T.S.F. allemands ont remis les choses au point au sujet de la levée du contrôle à la frontière des Pyrénées et annonce à leurs auditeurs que la France restait attachée à ses engagements de non-intervention, la presse du Dr Goebbels n'en continue pas moins à commenter avec violence et hostilité la décision du gouvernement français.

-Le Berliner Tageblatt écrit notamment « L'aggravation par la France de la crise du contrôle et de la non-intervention se produit, tandis que M. Eden s'efforce désespérément de trouver une solution nouvelle acceptable pour tous. > La situation à la frontière portu-

SUR LE FRONT DE MADRID

La bataille se poursuit avec acharnement Les nationalistes assurent qu'ils ont repris

l'initiative des opérations

Avila, 12 juillet. Malgré la dure riposte donnée par l'armée nationaliste aux attaques qui se succèdent depuis six jours sur le front entre Villanueva del Pardillo et le quartier d'Usera, on ne peut pas affirmer que l'offensive gouvernement soit enrayée.

Les combats se sont succédé aujourd'hui encore avec une grande violence sur tout le front de bataille et les gouvernementaux n'ont pas renoncé à porter leurs assauts aux lignes nationalistes, sans remporter d'ailleurs des succès positifs permettant d'accroître et de consolider le gain territorial qu'ils parvinrent à s'adjuger à la faveur de la surprise tout au début de l'attaque.

Dans le secteur de Villanûéva del •Pardillo, qui est le plus menacé, lés nationalistes ont repris, ce matin l'initiative des opérations. Ce village, qui est encerclé depuis cinq jours par six bataillons gouvernementaux qui se sont infiltrés dans les vallées boisées au sud de l'-Escurial à travers un véritable no man's land, fait face héroïquement à une pression inouïe et sans cesse accrue.

Ce matin à l'aube la lutte a repris de plus belle et s'est poursuivie, acharnée, jusqu'aux premières heures de l'après-midi. Le résultat de ce combat est que les nationalistes ont réoccupé trois positions de montagnes sur lesquelles s'étaient installées les jours ̃précédents les forces assaillantes et se

DEUX RAIDS AERIENS UN EQUIPAGE SOVIETIQUE A QUITTE MOSCOU

POUR SAN-FRANCISCO i VIA LE POLE NORD

Il est parmi 'les records du monde d'aviation, un record que les Russes désirent particulièrement acquérir celui de distance en ligne droite, que détient depuis 1933 l'équipage français Rossi-Codos, avec 9.104 kms.

Trois aviateurs soviétiques le pilote Michaël Gromov, le navigateur Daniline et le radio Youmachev sont partis hier à 1 h. 10 (G. M. T.) de l'aéro- drome de Chelkovo, près Moscou, pour tenter de battre le record de Rossi et Codos.

Cet équipage va refaire le parcours accompli le 18 juin dernier, par l'équipage Tchkalov Moscou-Etats-Unis par le Pôle Nord. Il espère atteindre d'un coup d'aile San Francisco et même Los Angeles à bord d'un appareil identique à celui de Tchkalov A.N.T.25 monomoteur de 950 CV, d'un rayon d'action de 11.000 kms et qui est chargé de 7 tonnes 1/2 d'essence et huile. Dans la soirée d'hier, les aviateurs ont fait savoir, vers 22 heures, que, .malgré les mauvaises conditions atmosphériques, leur vol se poursuivait normalement. Ils se trouvaient alors à 1.600 kms. du Pôle Nord.

Rappelons que Michaël Gromov présida aux essais de l'avion géant MaximeGorki, à bord duquel il se trouvait lors de la catastrophe. En 1934, Gromov battit le record de distance en circuit fermé avec 12.411 kms, record qui ne fut pas homologué, l'U.R.S.S. n'appartenant pas à cette époque, à la Fédération aéronautique internationale. NOUVELLE TENTATIVE

DE L'AUSTRALIEN LLEWELLYN SUR LE CAP-LONDRES

Pour la quatrième fois, David Llewellyn a quitté Le Cap pour tenter de battre le record de vitesse entre cette ville et Londres.

Llewellyn a atterri hier à Ndola, venant de Lusake, puis à Kioumu, dans le Kenya, d'où il s'envolera pour Khartoum.

CONCOURS

PHOTOGRAPHIQUE DU « FIGARO V

BON NU J 13 JUILLET 1937

gaise ne peut être comparée, en rien à celle des Pyrénées-Orientales.

Rome fait preuve

de modération

à legard de l'Angleterre (De notre correspondant particulier, par téléphone.)

Rome, le 12 juillet.

Sur la tentative anglaise de médiation, les milieux romains responsables continuent à observer une grande ré-, serve. Ils, n'affichent leurs sentiments que dans les violentes attaques dirigées contre la France. v

La Tribuna déclare que Paris n'avait pas le droit de suspendre le contrôle sur les Pyrénées avant la conclusion des pourparlers en cours.

Dans le Lavoro Fascista, M. Engely, docile porte parole du palais Chigi, dénonce la décision française comme un acte de dépit et un véritable chantage. Toute cette mauvaise humeur contre notre pays n'entame en rien, d'ailleurs, l'expectative prudente dans laquelle demeure la diplomatie romaine à l'égard de la Grande-Bretagne. Manifestement, les vœux du gouvernement italien vont vers une solution transactionnelle et pacifique, dans la mesure où celle-ci sera compatible avec la thèse fasciste. Pour arriver à son but, la subtilité italienne ne négligera aucune de ses sé-

maintiennent sur le terrain gagné d'où elles peuvent communiquer facilement avec le gros de leurs forces le long de la rivière Guadarrama.

Les gouvernementaux

annoncent une avance. .dans les secteurs d'Espiel et de Villa Harta

Valence, 12 juillet. On mande d'Andujar l'ennemi a essayé de reprendre une partie des positions conquises par notre troisième corps ainsi que celles occupées par la 115° brigade à

Hinoposa.

1 Toutes ces attaqué* oat été'rcpoussêes violemment et, aussitôt 'après, nos troupes se sont lancées à l'assaut.

Elles ont notamment amélioré nos positions dans tous les secteurs d'Espiel et de Villa Harta.

Noire avance a été de deux kilomètres tandis que les pertes de l'ennemi étaient sérieuses et qu'il laissait entre nos I mains un grand nombre de prisonniers.

« L'INCIDENT DE LA CHINE DU NORD » Les Japonais auraient engagé plus de 20.000 hommes

« Incident de la Chine du Nord », telle est la formule officiellement adoptée par le gouvernement impérial de Tokio, pour désigner le conflit qui met aujourd'hui aux prises Japonais et Chinois. Cet euphémisme ne trompera personne.

L'agression de Lou-Kou-Chiao peut n'être qu'un épisode sans portée. Ce peut être, pour le Japon, une occasion de tâter le terrain, un moyen de provoquer des réactions européennes. Ce peut être aussi le point de départ d'une nouvelle marche en avant, une étape nouvelle sur le chemin de cette « paix japonaise » qui, selon certains stratèges de Tokio, doit régner un jour sur tout le Pacifique.

L'origine des derniers événements paraît connue le Japon, qui, comme d'autres puissances, a le droit, aux termes du protocole du 7 septembre 1901, de concentrer des troupes en certains lieux du nord de la Chine, afin d'assurer la liberté des communications, entretient des garnisons assez fortes entre Pékin et la mer. Dans la nuit du 9 juillet, à l'issue d'une manœuvre dans la région du Nord, un soldat japonais fut porté absent. Des recherches, aussitôt entreprises, aboutirent aux portes de la cité chinoise de Lou-Kou-Chiao. L'entrée leur ayant été refusée, les Japonais bombardèrent la ville. Quelques brefs armistices mis à part, pendant lesquels les Japonais concentrèrent des troupes (24.000 hommes, disent les Chinois), les hostilités n'ont pas cessé depuis lors, et des batailles assez dures se déroulent à quelques kilomètres de Pékin.

Comme chaque fois que des événe-

LE GENERAL NEDITCH.

chef d'état-major yougoslave, est arrivé hier matin à Paris. On le voit ici en compagnie du général Gamelin qui était venu le saluer à sa descente de train.

ductions à l'égard de-la puissance que la confiance, des autres pays a rendue l'arbitre suprême de la situation internationale.

Madeleine-R. Anglès.

A la frontière pyrénéenne les observateurs neutres quitteront leur poste

aujourd'hui à midi

Tarbes, 12 juillet. Comme suite à la notification off icieli'e par le gouvernement français-de sa décision de suspendre le contrôle international, à la frontière franco-espagnole,si les conditions qu'il a posées pour son maintien n'étaient pas réalisées, le colonel Lunn, chef du contrôle international en France, à pris toutes dispositions pour que les observateurs neutres soient éventuellement en mesure de quitter leur poste demain mardi à midi et de regagner des localités de rassemblement, fixées à quelques kilomètres à l'intérieur du ter. ritoire français.'

la Cité consentirait-elle

un emprunt au générai Franco ? Londres, 12 juillet. Suivant des informations recueillies dans la Cité, on apprend ce soir qu'un emprunt d'un minimum de 40.000.000 de livres sterling a été accordé aujourd'hui en faveur du gouvernement de Salamanque par un groupe d'intérêts privés. On précise que cette opération est indépendante du crédit de 50.000.000 de livres sterling récemment accordé aux autorités de Burgos pour leur permettre d'acheter certains produits, notamment de l'essence.

Actualités internationales

ALLEMAGNE. Un prêtre cathotique a été condamné à Berlin à trois mois de prison pour avoir uni par les liens du mariage un Juif et une Allemande de race aryenne.

BELGIQUE. ,1/. de Laveleye, mi- nistre de la justice, qui avait, à plusieurs reprises, offert sa démission à M. Van Zeeland, maintient sa décision et la déclare irrévocable.

ETATS-UNIS. Le président Roosevelt a signé une loi accordant un crédit de trois millions de dollars pour la participation fédérale à l'Exposition de New-York en 1939.

v– ITALIE. M. George Lansbury, qui a eu avant-hier, à Rome, un long entretien avec le comte Ciano, ministre des Affaires étrangères, a été reçu hier,

pottt-'la seconde ~fots'p~âf M: Mussolini.

PALESTINE. Un mouvement de boycott antibritannique se dessinerait parmi les Arabes hostiles au statut projeté.

ROUMANIE. Le général Sichitiu, chef d'état-major de l'armée, est parti de Bucarest pour Paris ou il assistera à la revue militaire du 14 juillet.

ments se produisent dans cette partie d'Extrême-Orient, il est malaisé de faire le point. Le prétexte invoque apparait assez mince. Les autorités de Nankin qualifient « extrêmement grave » la situation. Les chancelleries européennes affectent de n'y attacher que peu d'importance. Les Japonais rejettent toutes les responsabilités sur les Chinois qui, une fois de plus, s'élèvent contre les « provocations » de leurs voisins.

Un fait est certain si, en pratique, les civils de Tokio ont toujours adopté les vues du parti militaire, tout en protestant pour la forme, l'armée nippone du Kouang-Toung a, elle, carte blanche sur le territoire qu'elle occupe. Et des trains blindés, chargés de troupes, arrivent à Tien-Tsin escortés d'avions de bombardement une partie de la flotte japonaise se concentre dans le golfe du Petchili et le Mikado rentre dans sa capitale. La Chine, en réponse, se déclare prête à résister jusqu'à la dernière extrémité.

La localisation de l'incident est évidemment le but auquel devraient tendre les efforts des deux iparlies. Or, assuré de l'appui du Cabinet, le prince Konoyi semble peu disposé à la conciliation, d'autant moins que la réorganisation du gouvernement de Nankin ne laisse pas de lui porter ombrage. Les échos lui attribuant le dessein de vouloir, à la faveur du malaise pesant sur l'Europe, faire progresser la « politique japonaise en Chine » sont probablement exagérés. Mais, sans faire intervenir ici l'accord germano-nippon du 25 novembre 1936, il est permis de se demander jusqu'à quel point une diversion extrême-orientale est mal vue de certaines puissances. Paul Mousset.

Les combats se poursuivent Londres, 12 juillet. On mande de Pékin à l'agence Renter

« Le combat entre Chinois et Japonais a repris ce soir à 22 heures et se poursuit actuellement. »

Les effectifs japonais

Londres 12 juillet. Les troupes japonaises qui se trouvent maintenant dans Fengtaï s'élèvent à plus de 20.000 hommes, et Tokio a en outre envoyé du Japon la 5° divjsion en même temps que la 10e déjà mobilisée.

Le gouvernement chinois a vigoureusement protesté auprès du gouvernement japonais, le pressant d'éviter d'aggraver la situation.

P*Iolold~"41"~ & e e e p p e p e e e p p elole-lol"dj~il 14 JUILLET A TROUVILLE Passez les fêtes à Trouville. « La Reine des Plages », à deux heures de Paris par trains directs, vous offre, avec sa plage de sable fin, sa célèbre promenade des Planches et tous les avantages et attractions d'une grande station. Au Casino, cinéma, dancing, roulette, banque ouverte, baecara, boule. Piscine d'eau de mer filtrée sur la plage. Hôtels, pensions et villas < toutes classes. Prix modérés.

̃

LE CONGRÈS SOCIALISTE Me LEON BLUM

PRONONCE A MARSEILLE UN GRAND DISCOURS Le leader S. F. I. 0. a été acclamé >1 par les militants

.(Suite de la première page)

Sur cette situation extérieure, M. Blum s'appesantit. Il s'efforça d'en faire toucher la gravité aux militants., Il fit allusion au péril dont la paix fpt menacée il y a peu, et dont on ne connaîtra le détail que lorsque les archives diplomatiques pourront être ouvertes.

Un autre point sur lequel insista M. Blum, c'est la nécessité pour le parti socialiste de conserver un caractère démocratique. Il ne parut pas que ce '̃'̃) fût là un pas vers la fusion avec les communistes.

M. Blum confirma la nécessité de la pause. Il renouvela ses affirmations ];̃ de loyauté envers M. Chautemps mais il déclara que le rassemblement populaire devait chercher les moyens de réformer le Sénat et. de lui retirer un pouvoir exorbitant. C'est là une concession qu'il devait faire à son auditoire.

Le succès de M. Blum fut considérable. Aura-t-il détaché de l'opposition, comme il le désire, dit-on, un nombre de voix important qui viendront grossir la majorité que recueillera sa motion ? S'il est une minorité irréductible, il y a aussi à coup sûr un élément flottant qui doit se rallier au vainqueur.

DISCUSSIONS DANS UN CALME RELATIF

Marseille, 12 juillet. Voici enfin le jour tant attendu de la grande discussion II n'est pas besoin de dire que la salle est comble, et même un peu plus, dès le matin. Les orateurs inscrits il y en a une quarantaine sont, parait-il, d'accord pour empêcher les débordements d'éloquence. Cette convention collective ne vous fait pas grâce d'un discours. Et le président même, « un technicien », a bien du mal à faire respecter le temps de parole imparti à chacun. De même qu'il n'arrive guère à faire tenir tranquilles les auditeurs des tribunes qui, en dépit du règlement, s'obstinent à manifester bruyamment leurs sentiments.

Signalons que, le matin, M. Grumbach appela l'attention du congrès sur la situation extérieure. Il s'en prit assez vivement à M. Marceau Pivert, lui demandant où étaient les masses dont il parle sans cesse. MM. Brossolette, Zyromski, Hérard défendirent les thèses de la minorité. M. Hérard réclama nettement le départ du Cabinet des ministres socialistes. M. Philipp affirma qu'un nouveau cabinet socialiste reviendrait bientôt au pouvoir, mais il faut qu'il soit précédé de l'élaboration d'un second programme du Rassemblement populaire. C'est aussi le point de vue que développa au début de l'aprèsmidi M. Roucayrol, qui réclama les nationalisations et la reforme du Sénat. Il ne cacha pas que les alliés du Front populaire avaient suscité bien des déboires au gouvernement Blum.

Un paradoxe

Un jeune délégué souligne assez bien le côté paradoxal du congrès « Nous t sommes tous mécontents et, pourtant, nous allons donner notre confiance à nos représentants au gouvernement. » Pourquoi ? A cause de la situation extérieure. Oh 1 ce n'est pas qu'il ait 1 confiance. « Bonnet n'est pas Auriol. » e Mais enfin il vaut mieux « passer sous un tunncl que dérailler. » Et il faut faire en sorte que le cabinet Chautemps ne soit qu'une transition entre deux cabinets socialistes.

Un agrégé de philosophie inflige ensuite à la salle une demi-heure d'incroyable pathos, et la parole passe à M. Marceau Pivert. Il en a, nous prét vient-on; pour soixante-dix minutes (en français courant, une heure dix !) M. Marceau Pivert se refuse à tout sentimentalisme. Il veut dire tout ce ~f qu'il pense et n'avoir d'égards pour per̃ sonne Si Dieu lui-même se présentait devant nous, notre premier devoir se• rait de le traiter d'égal à égal. » Apprés ciez la modestie 1

Point par point, M. Marceau Pivert critique impitoyablement la politique du précédent Cabinet. Il n'a rien fait contre le capitalisme il a entretenu des rapports courtois avec l'Eglise. De sa place, M. Vincent Auriol proteste avec véhémence

Il n'est pas possible, s'écrie-t-il, que vous ne sentiez pus que votre critique de notre action se retourne contre le parti. t.

Bien entendu, M. Marceau Pivert n'en convient pas et il poursuit, avec une violence accrue, devant une salle houleuse.- Parlant des lois sociales, il déclare « faut que les ouvriers développent leurs exigences, en ce qui concerne la politique coloniale et la politique agricole. » Rien ne trouve grâce à ses yeux.

Que veut donc lI. Pivert ? D'abord que les ministres quittent le Cabinet. Puis, qu'un appel soit lancé au pays, en prenant pour base le programme de la C. G. T. Enfin, qu'un gouvernement de combat soit constitué avec la participation des communistes et des syn\dicats.

La situation extérieure ne paraît pas un argument opposable à M. Pivert. Il n'y a qu'à organiser la révolution internationale. C'est tout simple Et comme il met en cause M. Grumbach, celui-ci lui X'plique

«Tu es un ignorant et tu es de mauvaise foi.

Le discours de M. Léon Blum A six heures du soir, M. Léon Blum monte à la tribune au milieu d'une longue ovation. Mais M. Bracke, qui de- vait prendre la parole à ce moment, entre dans une grande colère. Il accuse le bureau d'avoir modifié l'ordre des orateurs arbitrairement, en sorte que certains pourraient bien ne plus parler. On se chamarlle. L'entêtement de M. Bracke l'emporte.

Enfin, M. Léon Blum peut prononcer 1 son discours. Il se plaint doucement que la confiance qu'on lui témoigne vienne plus d'une amitié et d'une habitude ancienne que de l'cxamen du parti. Il possède un crédit de confiance accu- .1 mulé et certains ont l'air de croire que r le meilleur service qu'on pourrait lui r rendre serait de lui redonner sa liberté. I M. Blum ne veut employer aucun argu- 1 ment d'autorité. Mais il veut que le "parti se prononce clairement. s M. Blum trace un tableau pathétique ( de tout son temps de pouvoir, où il a c connu « les jours sans répit et les nuits r sans sommeil ». 1 Il ne faut pas oublier, ajoute-t-il, dans quelles conditions nous avons pris r le pouvoir. Nous n'étions pas un gouvernement socialiste. 1 Et, s'armant d'un tableau récapitulatif d dressé par la minorité, M. Blum dit u Pourtant, à en croire M. au g Pivert, l'échec serait total. Ainsi donnet-il des armes aux adversaires du parti. n

VACANCES A SESTRIERE

(ZSi.OOO mètres)

Son golf 18 trous ses tennis ses funiculaires ses hôtels tous à des prix modérés et au service impeccable Le paysage le plus pittoresque des Alpes l italiennes. Cure de repos, de soleil et de calme Pour tous renseignements

S. A. ALBERGHIERA de Sestrière à Sestrière

près Turin (Italie)

Roger Dardenne.

Personne n'a exercé plus sévèrement h critique sur soi que mot-même et je n'annonce pas l'échec. Nous ne sommes pas des vaincus. Nous ne sommes pas au gouvernement actuel des otages repentants. Nous sommes fiers de ce que nous avons fait.

La salle l'acclame.

M. Blum répète ce qu'il a déjà dit plusieurs fois. Il a amélioré la situation, fait démarrer l'économie, rendu plus heureuse la înajoriié du pays.

La reprise économique a été moins rapide qu'on pouvait Je supposer. Cependant, on constate une reprise indéniable et on enregistre des plus-values d'exportation. M. Blum fait naturellement grand état des lois sociales, « qui sont ce que son gouvernement a fait de plus précieux et de plus glorieux ». Et, raillant l'opposition, M. Blum lui dit

Quoi 1 Fous me demander de partir pour revenir au pouvoir Vous réclamez un second gouvernement socialiste. Nous n'avons donc pas si mal réussi ? Passant à la question espagnole, M. Blum déclare qu'il assume à ce sujet toutes les responsabilités. Sans la fiction de la non-intervention, la paix n'aurait pu être protégée. L'éducation des peuples s'est faite. Et, d'un ton pathétique, M. Blum ajoute

Accomplir aujourd'hui des actes qui contiennent un germe de guerre sous prétexte que ce danger sera plus grand demain, c'est la justification de la guerre préventive. Jamais je ne l'admettrai. M. Blum répète qu'il est partisan de la médiation, étant entendu que l'Espagne choisira elle-même son régime. Quant aux décisions récentes, il ne les accueille pas avec une joie sans mélange. Il redoute de graves difficultés. II demande ensuite au congrès de diue qu'il a bien fait de quitter le pouvoir. Et il rappelle que lorsqu'il s'est décidé pour la pause, jl s'est interrogé pour savoir si le gouvernement devait conserver la direction.

Nous étions un gouvernement régulier, constitutionnel, soumis à toutes lés règles de la République. Ce qui vous choque, c'est que nous sommes partis comme les autres. C'est que nous n'étions pas'si différents des autres. Il n'y a pas de comparaison entre le 12 février et le 20 juin. Le 12 février, nous représentions la légalité contre les factieux. Le 20 juin, la situation était toute différente. Si nous avions poursuivi la lutte, aurions-nous été suivis ? Dans quel état aurions-nous mis le pays ? N'aurionsnous pas déclenché la panique financière ? Enfin, il y avait la situation extérieure. C'est en considération de tous ces dangers que nous nous sommes retirés.

On aurait voulu qu'il reprît le pou.voir coûte que coûte. Mais à quelles difficultés n'allait-on pas se heurter? Ou bien c'était la bataille révolutionnaire engagée dans de mauvaises conditions, ou bien la capitulation sans combat. La sagesse était donc d'accepter la participation.

Le Front populaire est intact à la Chambre et dans le pays. Les mesures fiscales ont été prises en plein accord par tous les ministres. D'autre part, avant le 31 août, les réseaux de chemin de fer seront intégrés dans une société nationale à majorité d'Etat.

M. Léon Blum affirme sa loyauté totale envers le gouvernement -dont il fait partie. Cependant, il entend conserver son droit de critique envers la Constitution. C'est pourquoi il estime qu'il faut modifier le fonctionnement du Sénat, puisque pratiquement la dissolution n'existe pas.

Seconde phase =

C'est un problème à faire étudier pa1. l'ensemble du Rassemblement populaire II faut préparer une seconde phase d'ae tion pour le Rassemblement populaire Entre ces deux phases, une période d'adaptation est nécessaire.

Une tristesse, conclut l'ancien président du conseil, plane sur ce congrès, tristesse de voir s'achever quelque chose à quoi nous étions attachés. Le parti doit montrer d'autant plus de courage que les circonstances sont plus difficiles. Et il supplie le congrès d'armer les ministres de l'autorité dont ils ont besoin. Je vous demande de bien peser ce qui est en jeu dans notre pays, la liberté, et, dans le monde, la paix. A ces dernières paroles jetées d'une voix basse et anxieuse, la salle répond par de longues acclamations et par l'Internationale.

La séance de nuit

La séance de nuit s'ouvre assez tard. VI. Paul Faure prend la parole vers mimit. Il va tenter un effort pour augnenter la majorité qui doit, selon les ^révisions, se prononcer en faveur de a motion Léon Blum.

M. Paul Faure, qui attaque l'opposition avec une rare vivacité, invite le Congrès à dire clairement s'il ratifie la lécision du Conseil national. Mais il se ̃efuse à admettre qu'on puisse laisser es ministres socialistes dans le gouvernement avec la mission de le torpiller.

Avec une fougue passionnée, M. Paul 7aure fait l'éloge de M. Léon Blum et le son gouvernement. Et il termine par ne adjuration à l'unanimité du Congés, qui l'acclame longuement.

Les débats continueront cet aprèsnidi.


LE 1 4 JUILLET A PARIS Un important programme de cérémonies militaires et de fêtes populaires

La revue traditionnelle du 14 juil- let sera passée par M. Albert Lebrun à partir de 9 heures, place de l'Etoile et avenue du Maréchal-Foch. Les troupes défileront sur l'avenue des Champs-Elysés jusqu'à la place de la Concorde. M. Daladier, ministre de la Défense nationale et de la guerre, a voulu que cette cérémonie militaire traditionnelle du 14 juillet soit la représentation de l'armée française dotée des éléments les plus puissants et modernes, grâce à l'effort financier consenti par le pays. 'Le défilé sera précédé d'une présentation des équipes sportives régimentaires, et des individuels sortis victorieux des diverses compétitions. Par là, le ministre de la Défense nationale et de la guerre a tenu à marquer l'importance de l'effort accompli dans l'armée po-ir l'entraînement au sport des jeunes Français.

Le groupement sportif présentera successivement

Les équipes sportives et les individuels sortis victorieux des dernières épreuves militaires motocyclistes (10 records du monde d'endurance) un détachement de l'école militaire préparatoire d'Autun, précédé de la musique de cette école les équipes victorieuses et individuels de l'armée de terre et de l'air (football, basket-ba'll, cross, athlétisme, tir, escrime, boxe, tec..).

Le défilé des troupes

Après cette présentation de nos jeunes sportifs, le défilé des troupes se déroulera en deux masses successives. La première comprendra

Les élèves des écoles (Polytechnique, des détachements des trompes spéciales Saint-Cyr, Saint-Maixent, Poitiers) des détachements des troupes spéciales; des éléments de la Marine et de l'Air, dont un détachement de « parachutistes » des corps d'infanterie (chasseurs; zouaves, tirailleurs, coloniaux, éléments motorisés) et, en particulier, un régiment de forteresse, avec un bataillon d'intervalle et un équipage d'ouvrage des unités de cavalerie.

Pour assurer un champ suffisant aux éléments motorisés et mécaniques, ceuxci ne se mettront en route que 10 minutes après le passage des cavaliers. Dans cet intervalle de temps, doit se dérouler un défilé aérien de plus de 600 avions de modèles récents.

Eléments motorisés,

mécaniques et chars

La deuxième masse des éléments motorisés de toutes armes (dragons portés, sapeurs, télégraphistes, artilleurs, pontonniers, D. C. A.) et un détachement de la marine, des engins mécaniques blindés, les uns rapides et légers (autosmitrailleuses de cavalerie), les autres plus lourds et plus puissants chars de combat).

Les retraites aux flambeaux Organisées par MM. Beandoin et Lods, avec le concours du capitaine Barbier. Retraite militaire, Sous le commandement du lieutenant-colonel Berthié. Départ place Lobau à 21 h. 30, rue de Rivoli, Bastille, boulevard Beaumarchais, République, Grands Boulevards, Madeleine, rue Royale. Arrivée place de la Concorde à 22 h. 30.

Musique des équipages de la flotte, musique de l'air, fanfare du 6e B.C.A- musique du 162" R.I.F., musique du 8e zouaves. Nouba du 6" R.I.M., musique

Petit guide du public pour V Exposition iiHiiuifiiitiiiiiiuiiiuiiilliiiilitiiiiiliiiiiiiiiiiiiMilinliliiiiiiiiitfiiiiiiiiiiiiiiiniitiiiiiiiHiiii h Aujourd'hui, cinquantième jour d'ouverture t

6 francs, de 9 h. 30 à 24 heures.

INAUGURATIONS ET FETES

AUJOURD'HUI

15 heures Inauguration du Pavillon de ta Vahée moyenne de la Loire.

17 h. 30, 19 h. 30, 21 h. 30 Parc d'Attractions (Cours Albert-1") Exhibition des Skieurs nautiques.

21 h. 30 à 23 h. 30 Sur la Seine (Pont d'Iéna), Fontaines lumineuses.

22 heures Grand Feu d'artifice (Cours Albert I").

22 h. 15 à'23 h. 15 Fontaines lumineuses au Théâtre d'eau du Cours Albert-1".

DEM AW ̃̃

17 h. 30, 19 h. 30, 21 h. 30 Parc d'attractions (Cours Alberl-I ') Exhibition des Skieurs nautiques.

22 heures Sur la Seine (Pont d'Iéna), Fête de l'Eau et de la Lumière. « La "Lumière nationale », musique de Jacques Ibcrt. 22 h. 15 à 23 h. 15 Fontaines lumineuses au Théâtre d'Eau du Cours Albert-I".

Pour téléphoner à un pavillon de l'Exposition ou pour tous renseignements, il suffit de composer EXP sur l'appareil automatique. GUICHETS DE CHANGE DE LA BANQUE TRANSATLANTIQUE Entrée Concorde, Alma, Trocadéro.

Pavillon de la Banque Transatlantique.

Feuilleton du « Figaro » <to 13 Juillet 1937 (36)

La double énigme VIII

(Suite)

Je doute que ma mère ait beaucoup fréquenté les Jacobs, telle fut la nouvelle pensée importune qui lui vint à l'esprit. Papa a toujours eu horreur des gens qui n'étaient pas de son milieu et refusait de les recevoir à Denver. Et ce vieux Gérald maintient la tradition. Je me demande- si elle a bien connu Freke dans le temps ? Elle a l'air de s'entendre avec Milligan. J'ai grande confiance dans le jugement de mère. Elle s'est montrée vraiment épatante I dans cette affaire de vente de cha-

du 46° R.I., fanfare du 23e R.I.C. 1.500 porteurs de torches. 500 cavaliers. A 22 h. 30 place de la Concorde, concert donné par les musiques ayant participé à la retraite.

Retraite civile. Départ du Parvis de Notre-Dame à 21 h. 30, rue SaintJacques, boulevard Saint-Germain, rue Monge, avenue des Gobelins, place d'Italie.

Sur les grandes places

Les grandes places parisiennes seront décorées et des spectacles en plein air s'y donneront à partir de 21 h. 30. Place de la Concorde. La Marseillaise, par Mme Marie Simar de l'Opéra, l'orchestre et les chœurs. Divertissement chorégraphique par le ballet de l'Opéra. Chants et danses régionales.

Orchestre de 100 exécutants et chœurs de 120 exécutants sous la direction de M. Ernest Guillou.

Place de l'Hôtel-de-Ville la Marseillaise par Mlle J. Delle, de l'OpéraComique et M. Barrai, les choeurs et l'or- chestre. Récit du 14 Juillet (Michelet), par M. Jean Hervé, sociétaire de la Comédie-Française Le Chant du Départ par les chœurs et l'orchestre. Orchestre de la Garde Républicaine (130 exécutants) et chorales (125 exécutants) sous la direction du commandant Dupont). Des spectacles se dérouleront également places de la Bastille, de la Nation, du Combat, aux Buttes-Chaumont, places Daumesnil et Gambetta et square Séverine. Des farces de Molière seront jouées au Pont-Neuf et un concours de chansonniers aura'lieu place Pigalle. Le circuit des vedettes

Organisé par MM. Evelinoff, Medrano, Gysor, Houcke et l'Union des Artistes, place de l'Opéra, à 21 h. 15, La Marseillaise par la troupe, départ simultané des cinq tréteaux roulants.

Relais Barbès-Rochechouart, place Jean-Jaurès, place du Combat, Ménilmontant, avec le concours d'André Pierrél, Alice Cocéa, Jane Manet, Fredo Gardoni. Georges Bastia, Germaine Duclos, Lilian Ellis et Maurice Chevalier à minuit.

Relais porte Saint-Denis, porte SaintMartin, place Voltaire, place Daumesnil, avec Fréhel, Robert Gysor, Jean Rigaud, Hachem, Khan, Maryse Wendling, Arletty, Viviane Gosset.

Relais Sèvres-Lecourbe, mairie du quinzième, mairie du quatorzième, place de Grenelle, avec Joséphine Baker, Donmel, Elsie Guittar, Barbara La May, Marie Dubas.

Relais place Clichy, place Jules-Joffrin, Marcadet-Balagny, place des Ternes, avec Georges Saverslty, les Lilliputiens, Boulicot, Mlle Salomon, Staffel. Relais place Saint-Michel, Raspail.Montparnasse, place Denfert-Rochereau, place des Gobelins, avec Jane Boitel, Laure Diana, Briscott, Boucot.

Les chansons de marins

sur la Seine

Spectacle organisé par MM. le colonel Keller, Peter-Matisse et Pierre Blois. A 21 h. 30, deux remorqueurs portant le grand pavois, et ayant à bord chacun deux solistes, 25 musiciens, 20 choristes de l'Opéra, et les marins de la marine de l'Etat, vogueront du pont de Bercy au pont Solférino et, empruntant respfe<Hiy*mént îa':riw droite et la rive gauche dû fleuve, s'arrêteront à chaque pont, pu sera donnée une audition.

rité. J'aurais dû l'avertir. Elle a dit une fois.

11 poursuivit quelques minutes un souvenir fugitif qui se sauva avec un frémissement ironique de la queue. Il revint à son livre.

Tout à coup, une autre pensée surgit, évoquée par la photographie d'une expérience chirurgicale. N'étaient les affirmations catégoriques de Freke et de Watts, je tirerais au clair cette affaire des lam-beaux d'étoffe accrochés à la chemi-

née.

Il médita ce sujet, secoua la tête et retourna obstinément à sa lecture. Esprit et matière ne font qu'un tel était le thème du physiologiste. La matière peut se transformer en une « éruption d'idées ». II. est possible, au moyen d'une incision, d'inoculer des passions dans un cerveau. Pour vous débarrasser de votre imagination, un traitement approprié vous guérit de scrupules périmés comme on guérit une maladie. « La notion du bien et du mal, phénomène connu, est en-fonction de l'état des cellules cérébrales, lequel est susceptible d'être modifié. »

« La conscience dé l'Homme peut être comparée à la piqûre du frelon qui, loin de lui être profitable, détermine: sa mort,, même si-elle ne

ON SE PROPOSE

DE DEMANDER

AUX PARISIENS

UN NOUVEL «EFFORT» DE 500 MILLIONS

En Comité du budget c'est-à-dire non public le Conseil municipal a examiné un mémoire du préfet de la Seine relatif aux mesures à prendre en vue de diminuer le déficit du budget qui, comme nous l'avons dit ces jours derniers, atteint 1.300 millions. Voici i d'ailleurs ce qu'en dit M. A. Villey « Le déséquilibre du budget est profend, et il ne saurait être évidemment question de le faire cesser en un seul exercice. Pour 1938, il devra être réduit dans une forte proportion. Toutefois, il ne doit pas attendre jusqu'à cette époque pour vous demander un nouvel effort. La Trésorerie municipale a besoin d'être alimentée sans délai, le produit du récent emprunt paraissant devoir être épuisé au mois de septembre prochain. Seules les recettes indirectes répondent à ce souci immédiat. » Et alors le préfet de la Seine propose les mesures suivantes

« Remaniement du tarif de l'octroi sur la base du coefficient 7 par rapport aux taux d'avant guerre en vue d'augmenter d'environ 30' le produit total des ressources d'octroi, ce qui donnerait 175 millions.

» Doublement de la taxe sur l'éclairage électrique, ce qui procurerait 50 millions.

» Relèvement d'environ 20 des redevances et taxes sur les services publics (balayage, halles, marchés, abattoirs, concessions dans les cimetières, pompes funèbres) d'où on attendrait 30 millions.

» Au total de 255 millions que donneraient ces relèvements, viendrait s'ajouter, mais à plus lointaine échéance, le produit de 100 centimes additionnels, soit 165 millions.

» Enfin, si le Conseil général relevait les tarifs des autobus, automatiquement, ainsi qu'il en a été décidé, les tarifs du métropolitain seraient augmentés de 0 fr. 10, d'où environ 80 millions. » L'ensemble de ces mesures procurerait donc 500 millions. »

A l'issue du comité du budget, une note a été communiquée- à la presse, où il est dit que, dans son exposé, le rapporteur général, M. André Puech, a rappelé la répercussion des lois sociales sur les dépenses du personnel, de matériel de travaux qui s'élève à plus d'un milliard par an.

L'examen et la discussion des graves propositions de l'administration aura lieu en séance publique jeudi. Pour simplifier les débats, il a été décidé que chaque parti politique désignera un seul orateur dont le temps de parole sera limité.

Il convient de souligner que, sans son exposé des motifs, le préfet de la Seine n'a pas manqué d'évoquer l'exemple donné par le gouvernement.

GAZETTE DES TRIBUNAUX Les danseurs qui n'aiment pas la critique

Le 26 avril, Mme Odic-Kintzel et trois de ses élèves exécutèrent un récital de danses dans l'atelier du sculpteur Philippe Besnard, fils du peintre Albert Besnard, rue d'Heliopolis.

L'assistance était nombreuse et choisie il y avait aussi des critiques dont M. Jacques d'Antibes, qui donna, dans un hebdomadaire, un article ironique. Le soir même, un coup de téléphone vint réveiller le journaliste qui, fatigué, s'était couché et ne répondit pas. Vei-S(5nzË-lteureS,an"'s'<3iiaa à sa porte. M. d'Antibes alla ouvrir et reçut un cbùp de poing qui le fit choir il se releva, s'empara d'une casserole et en coiffa son agresseur qui M'était autre que le jeune François Fourade, étudiant en droit et élève de Mme Odie-Klntzel. Le journaliste a porté plainte et l'étudiant-danseur a comparu devant la 10° chambre correctionnelle.

Enveloppée dans un peplum, Mme Odic-Kintzel, entourée d'une cour d'ad- mirateurs, 'est venue défendre son élève qui a voulu lui prouver son dévouement. M. André Toulouse et Philippe Besnard ont apporté leur témoignage en faveur de l'accusé.

Mais les critiques Marius Richard et Robert Kemp sont venus déclarer que M. d'Antibes n'avait pas outrepassé son droit d'écrivain

Défendu par son homonyme, M" Jacques Fourade, le jeune François idem a été condamné à quinze jours de prison avec sursis et un franc de dommages demandé par Mc Marc Jacquier. Le pompier Fauveau

déposerait une plainte contre X.

MeS Isorni et Rebeyrolle se sont rendus, hier après-midi, auprès de M.- Cavaroc, procureur général, pour l'aviser qu'ils allaient déposer une plainte contre X. à la suite de l'acquittement de leur client, le pompier Fauveau. Le procureur les a invités à venir le revoir samedi. La plainte, si elle est déposée, sera naturellement transférée au parquet de Limoges.

JETS D'EAU

L'élégance des soupeuses du Pavillon italien l'Exposition trouve un extraordinaire prolongement dans le spectacle des jets d'eau qui, face à la terrasse baignée de fraîcheur, montent de la Seine en poussant éternellement de fragiles et précieux ballonnets dont les couleurs sont les plus diverses et les plus satisfaisantes au regard. Vous trouverez quand vous voudrez, où vous voudrez, l'appartement que vous voulez par les annonces immobilières du FIGARO. rubrique Ventes et locations », paraissant tous les jours, sauf dimanches.

s'est exercée qu'une seule fois. Pour l'homme et pour le frelon, la valeur de survivance est purement sociale. Si l'humanité passe jamais de son stade de développement actuel à celui d'un individualisme supérieur, comme certains de nos philosophes se sont hasardés à l'imaginer, nous sommes en droit de préjuger que cet intéressant phénomène mental de la conscience cessera graduellement de se manifester, tout de même que les nerfs et les muscles qui jadis contrôlaient les mouvements de nos oreilles et de notre cuir chevelu se sont atrophiés, sauf chez quelques individus d'un type attardé, et n'offrent plus d'intérêt que pour le physiologiste. »

Fichtre, pensa distraitement lord Peter, voilà une doctrine idéale pour un criminel. Un homme qui croirait cela ne serait jamais. Et alors la chose advint, la chose qu'il attendait presque inconsciemment. Elle advint à l'improviste, sûrement, aussi inévitablement que le lever du soleil. Il se souvint non de tel ou tel fait ou d'un enchaînement d'événements logiques, mais de tout la chose lui apparut complète, parfaite, avec toutes ses dimensions, instantanément comme si elle se trouvait hors du monde, il la voyait

Le Cardinal Pacelli visita hier la cathédrale de Chartres LE CARDINAL VERDIER OFFRIT UNE RECEPTION A L'ARCHEVECHE EN L'HONNEUR DU LEGAT

Après le triomphe et les pompes d'hier ce fut ce matin pour le cardinal Pacelli la solitude, le recueillement, la clôture presque à 7 h. 30, accompagné seulement d'un prélat de sa suite, par une faveur exceptionnelle, le çardinal légat ayant franchi la grille du Carmel célébrait sa messe dans l'infirmerie dés Carmélites, à l'endroit même où sainte Thérèse rendit le dernier soupir. Une messe basse, une messe ordinaire, mais qui, dite à cette place et par ce prince de l'Église, prenait une signification, revêtait un caractère que tout commentaire affaiblirait.

Avant de quitter ces lieux devenus sacrés, le cardinal Pacelli, qu'une vive émotion étreignait, bénit les Carmélites parmi lesquelles se trouvent encore trois sœurs de sainte Thérèse.

A peine sorti du eloitre, le cardinal légat fut ressaisi par les honneurs et la foule. Il lui fallait quitter Lisieux pour Montligeon. Après une dernière visite à la basilique inaugurée hier, il se rendit à pied de sa résidence à la

place Fournet.

Le préfet, le sous-préfet et le maire lui exprimèrent leur gratitude et lui présentèrent leurs hommages. Le cardinal passa en revue les troupes, salua le drapeau. L'hymne pontifical et la Marseillaise retentirent. Au milieu des acclamations de la foule, le cardinal Pacelli, en voiture, s'élogna vers Montligeon, centre de prières pour les âmes du Purgatoire, oeuvre dont Ic secrétaire d'Etat du Saint-Siège est le protecteur officiel.

Puis ce fut Chartres et sa magnifique cathédrale. Une foule considérable y attendait le légat. S. Em. Mgr Harscouët, évêque de Chartes, le reçut entouré du préfet, du maire, du commandant d'armes, des officiers supérieurs et du clergé. Les cloches sonnèrent à toutes volées, les orgues retentirent, la visite d'un des chefs-d'œuvre de l'art français s'accomplit. Le cardinal Pacelli était enthousiasmé. A sa sortie comme à l'entrée, la foule l'acclama. 15.000 personnes étaient là.

Quelques instants de repos à l'évêché puis, toujours par la route, le cardinal

LES ADMISSIONS

A L'ECOLE CENTRALE Voici la liste des candidats admis à subir, les épreuves orales du concours d'admission à l'Ecole Centrale

Paris. MM. Achrafi, Adam, Agnes, d'Ainval, Ambardanoff, Auberge, Auburtin, Augère, Aumont, Auscher. Baboin, Baki, Balas, Barbier, Bardou, Baron, Barrai, Barthes, Baudron, Bauer, Bayet, Becquet, Bellair, Benezet, Bérard, Berille, Berhzon, Ber.naux, Bernier, Berthier Bertoye, Bertrand, Blanc, Bosset, Bourdet, Bi-ajon, Brauer, Bro, Buchard, Bujon, Caillctaut, Caisey, de la Calla, Cambournac, Carlier, Carot, de Catheu, Cerf, Chabal Oharbonnieras, Chardin, Chaumette, Chevalier, Cœure, Cogez, Colcombet, Convert, Corbineau, Coinu-Thénard, Courgenou, Courtois de Yicose, Crouzet, Cuynat, Daffa, Dalimier, Daube, Dechelette, Dejardin, Delahaye, Detamarre-Deboutteville, Dalamel de Bournet, Delainotte, Delanoy, Delaunay, Delcour, Depasse, Deruelle, Desaubliaux, Desouches, Doat, Dollfus, Dubois, Duchazeaubeneix, Dufossez, Dufour, Duhain, Duraast, Dumoutet, Duong, Durkheim, Elsner, Estève. Euve, Faul, Findeling, Foras, Fortado, Foucksmann, Fraisot, de Froissard.

MM. Galtier, Gauvry, Gay, Gelinler, Gentbon, George, Gerarf, Godeluck, Golaz, Goucnard, Grosjean, Gueneau de Mussy, Guillaume, Guiliiod, Guilmoto, Hardy, Harle, Heirnlque, Hermet, liersent, Hcurtaux, Hibou, Huchet, Janin, Jaudeau,. Joseph, Jùllien, Kammerer, Karcher, Kiener, Koch, Kungler, Lacour, Lacroix, Laine, Larrouya, Lebel, Leblond, Le Comçasseur de Créqui, Ivefaure, Lefebvre. Leininger, Lelong, Le Ray, Lespes, Mlle LesueUr, MM. Level, Lévy, Lévy, Mabeix, Mahieux, Maire, Malphettes, Maquart, Maréchal, Marelle, Marrache, Martin, Mathis, Mazare, Mellerio. Mény, Mercier, Meyerie, Michau, Michelin, de Miribel, Monlouis, de Bontgolfler, Morard, Morel, Moutrier, Moynot, Munich, Néron-Bancel, Nicault, Nicolaou, Nicolle, Noir de Chazourues, Noriot, Nourry, Olive, Ollier, OlUvry, Orsini, Oswald, Partos, du Pasquier, l'aster, Patin, Patois, Patouillard, Paulhac, Pautet, Pelletrat de Borde, Pellier, Perrot, Petitmengin, Peyrichou, Pietraru, Piketty, Pimpaneau Plouin, Poron, Pradairol, Puton, Quantin.

MM. Raymond..Raynaud, Réol, Reverse, Revol, Richard, Richerd, Richerd, Rieunier, Roche, Roche, Mlle Rodanet, MM. Rofort, Ronssin, Roycourt, Rover, Roze, Ruault Rube, Sakal, Salze, Sandberg, Savarin, Sayag, Scalliet, Servan, Sevestre, Siegler, Siroéon, Simionesco, Solanet, Solas, Spanberg, Stirnemann, Stroli, Tavernier, Théodore, Thîricz, Thomas de la Pintière, Vallée, Vanderpol, Varlet Vauthier, Yerneret, Villemain, Vinot, Wallet, Yallouz, Zenaidi, Ziegler, Zins.

Paris-pravince. MM. Auber, Bassot, Cazin, I'ryeiY Girardeau, Luce, Videgrain. Alger. M. Marill.

Bordeaux. MM. Fabre, Lamaison, Sarrazin, Saucct.

Grenoble. M. Gariel.

jjlle. MM. Beaurain, Brisson, Charles, Fosse, Kremer, Lehnreau, Long, Malegue, Ollivier, Rateau, Spriet, Vilain.

Lyon. MM. Billard, Costes, Grassy, Gruo'es, Isaac, Toizon, Voillot, Yu. Marseille. MM. Agostini, Ancel. Aveiias, Bonnardel, Chapulut, Coullet, Flaissier, Gombert, Jean, Jullien, Laperrousaz, Poutiers.

Montpellier. MM. Calmes, Caysslols, Fahre, Olivier.

Nantes. MM. Couillien, Granboulan, Hardouin, Rivard, Serbinenkow.

Strasbourg. M. Bauer.

IYIVG~nBt' >1H

r

r · r r

Tr-

p-

suspendue dans l'infini de l'espace. Plus besoin de déductions ou de réflexions. Il savait.

Il est un jeu où l'on vous présente des lettres séparées, avec lesquelles il vous faut composer un mot. Par exemple

XUEICSA

La façon lente de résoudre le problème consiste à essayer toutes les combinaisons en éliminant celles qui semble absurdes, telles que

ASCIEUX

ou

CIUXASE

Un autre moyen consiste à s'hypnotiser dans la contemplation de ces lettres en désordre, jusqu'au moment où, par une brusque illumination qui ne fait aucune part à la logique, ou grâce à quelque impulsion fortuite venue de l'extérieur, la combinaison CISEAUX

s'impose avec une calme certitude. Après cela, inutile même de coordopner les lettres. Le résultat est acquis.

Les éléments épars de deux absurdes puzzles se heurtèrent dans le cerveau de lord Peter, s'ajustèrent pour produire la solution désirée. Le bruit d'une chute sur le dernier toit du pâté de maisons. Jacobs sous une averse froide, causant avec une

regagna Paris. En y arrivant, il y trouva le télégramme suivant du Pape Le Saint Père qui a suivi de si près l'heureux voyage et l'accueil triomphal réservé à Votre Eminence Révérendissime par les autorités religieuses et civiles et par des foules innombrables de cette chère terre de France, en remercie dtt fond du cœur le Roi des cieux et la Vierge Immaeulée qui font 'visiblement assisté et guidé à la tombe glorieuse de Lisieux, afin que, renforcé par la présence du légat a latere, s'élève avec plus de ferveur vers le ciel le soupir ardent de tant d'âmes qui implorent l'abondance des grâces divines sur les immenses besoins de l'Eglise.

/l renouvelle la bénédiction apostolique, signe de consolation et gage de la faveur céleste. Signé: Mgr Pizzardo. Le cardinal Verdier qui, avec le cardinal Baudrillart et S. Exc. M. CharlesRoux, était rentré dans l'après-midi, par train spécial, offrit hier soir à l'archevêché, en l'honneur du cardinal Pacelli un diner suivi d'une élégante réception. L'élite de la société parisienne fut par le cardinal Verdier présentée au cardinal Pacelli qui sut avoir pour chacun un mot aimable.

Ce matin à 10 heures, le cardinal Pa- celli célébrera à Notre-Dame une messe pontificale au cours de laquelle il prendra de nouveau la parole. Il déjeunera ensuite à l'Elysée, puis sera reçu à l'Hôtel de Ville et au ministère des affaires étrangères avant de prendre le train pour Rome à 19 h. 35. '1

Paul Lesourd.

*».

En (linéiques I r~r~e

A BORD DU TAPE UR «MAYENNE », le cuisinier Buroukak a tué d'un coup de couteau l'aide-cuisinier Nestor Hardey, puis s'est jeté à la mer. Repêché, il a été écroué à Marseille, aussitôt l'arrivée du navire.

A LA SUITE D'UN DERAPAGE, une automobile conduite par M. Sandre, ingénieur, et dans laquelle se trouvaient un autre ingénieur, M. Monnay, et une jeune fille, s'est, jetée violemment contre un arbre à Strasbourg. Les trois occupants ont été transportés à l'hôpital dans un état grave.

««»'

La Foire de Paris de 1937 Plus de 8,000 exposants ont pris part à la Foire de Paris 1937 Parmi les sections étrangères officielles, se distinguaient celles de l'Autriche, de la Belgique, du Luxembourg, de l'Italie, du Japon, des Pays-Bas, de la Roumanie, de la Suède et de la Tchécoslovaquie.

La foule des curieux qui se pressent d'ordinaire dans les allées et les stands était surtout composée, cette année, de commerçants étrangers venus ndes pays les plus lointains, attirés par l'Exposition ou arrivés précédemment en Europe pour assister aux fêtes du couronnement du souverain britannique. Sur le marché intérieur, les affaires faites par les exposants ont paru influencées par deux tendances différentes la possibilité d'une hausse de prix qui, agissant comme un stimulant, à favorisé les commandes le besoin général d'accroître le rendement de la maind'œuvre qui s'est fait sentir dans les sections techniques par une recherche accrue de machines automatiques ou semi-automatiques.

A l'exportation, la demande de matières premières (produits chimiques, métaux, textiles) a fréquemment dépassé les offres.

Malgré les incertitudes qui prévalaient au moment où s'est tenue la Foire de Paris, les exposants ont été presque unanimement satisfaits et ont fait connaître leur intention de prendre part à la trentième manifestation de la Foire, en mai 1938.

Le f oie usé

des coloniaux

Tous ceux qui ont fait les colonies ont le foie malade. Leur teint jaune en témoigne. Les écarts de régime, l'usage des boissons alcoolisées, la fatigue physique ou cérébrale provoquent tout de suite chez ces malades une foule de malaises et de troubles digestifs (vertiges, nausées, migraines, douleurs au côté droit, constipation ou diarrhée fétide, fermentations putrides de l'intestin). Le seul moyen d'éviter ces ennuis consiste à prendre, au début de chaque repas, 20 à 30 gouttes d'Hépascol François. En huit jours, la transformation est complète

« Ayant servi en Orient pendant la guerre écrit M. B, à Lyon j'ai attrapé du paludisme et de la dysenterie. Mon métier très dur m'entraînant à boire beaucoup, je souffrais atrocement de tout le ventre. Tantôt j'étais constipé, tantôt j'avais de la diarrhée. Je souffrais de nausées et vomissais très souvent. Sur le conseil d'un ami, j'ai pris de l'Hépascol François. Je viens de finir mon premier flacon. Mon côté droit, qui était comme paralysé, est maintenant très bien mes urines et selles sont normales. Je dors parfaitement l'appétit est revenu plus de vomissements; plus de vertiges. Mon poids (102 kilos pour 1 m. 64) est tombé à 90 kilos et j'en suis enchanté. » (Lettre E 356.) L'Hépascol François se trouve dans toutes les pharmacies 10 fr. 60 le flacon 16 fr. 95 le double flacon.

prostituée de Battersea Park Road, un cheveu roux, des bandes de toile, l'inspecteur Sugg allant chercher le grand chirurgien à la salle d'autopsie de l'hôpital, lady Jacobs en proie à une attaque de nerfs, l'odeur de savon phéniqué, la voix de la duchesse « Pas de vraies fiançailles, plutôt une sorte d'accord tacite avec le père de la jeune fille », des actions de pétrole péruvien, la peau bistrée et le profil accusé, charnu, de l'homme dans la baignoire, la déposition du docteur Grimbold « Selon moi, la mort ne s'est produite que plusieurs jours après la blessure », des gants de caoutchouc, et même, plus faiblement, la voix de M. Appledore « Il est venu me voir, monsieur, avec un pamphlet contre la vivisection », toutes ces choses, et bien d'autres, s'entre-choquèrent et ne formèrent qu'un son unique, se heurtèrent comme des cloches dans le clocher avec une note plus profonde qui perçait à travers le fracas « La notion du bien et du mal est un phénomène cérébral, sujet à modification. à modification. à modification. La notion du bien et du mal est sujette à modification. » Lord Peter Wimsey n'était pas de ces jeunes gens qui se prennent très

Le premier Congrès international d'urbanisme souterrain

Actuellement se déroule à Paris, du 8 au 13 juillet, le premier congrès in- ternational d'urbanisme souterrain, qui réunit les représentants de plus de quinze pays et des municipalités des plus grandes villes du monde.

Aujourd'hui, déjà, les agglomérations importantes utilisent leur sous-sol pour décongestionner la surface, mais une inorganisation totale préside dans la plupart des pays à l'agencement souterrain La ville de demain est appelée à accroître son réseau de chemin de fer métropolitain, à créer des voies spécialisées pour les marchandises, et surtout, des voies pour les transports privés ou publics, qui permettront des déplacements aisés et rapides. Un exemple concluant nous est fourni, dès maintenant, par les premiers passages souterrains qui entourent Paris. Les entrepôts et les garages seront aussi relégués au sous-sol, et il y sera créé des abris de protection, seuls efficaces contre les attaques aériennes, et malheureusement nécessaires.

L'urbanisme souterrain est de première importance dans la vie d'une cité moderne, et il faut féliciter le Groupe d'études du centre urbain souterrain (G. E. C. U. S.) d'avoir réuni à l'occasion de ce premier congrès les principaux spécialistes de cette question. Leurs travaux, venant à l'appui des manifestat-ions de la classe 17 ter « Urbanime souterrain à l'Exposition, seront du plus haut intérêt pour l'organisation de la ville de demain.

Une Assurance se souscrit Au SOLEil ouà' L'AIGLE 44, Rue de Chaleaudun<à PARIS.

GRAND PRIX DU ROmAN DE*U ACADÉMIE FRANÇAISE k

GUY DE POURTALÈS I

LA PÊCHE i

miraculeuse!

te roman plus important qui oit paru depuis longtemps.

JACQUES BOULENGER.l'EchodePoris. Un livre pétri d'esprit, de culture, de poësiç humaine..

ANDRÉ ROUSSEAUX, te Figaro. 7qut cela est excellent et toujours savoureux. H n'y a pas un épisode qui ne se lise avec plaisir. avec émotion. HENRY BIDOU, ta Revue de Font.

>*+»+++++**»*+++++++++*+++*»»++»*++»**++++++»+»*

DUSAUSOY

04 4m xwlèfce

au sérieux, mais, cette fois, il fut terrifié. Impossible, murmurait confusément sa raison. Credo quia impossibile, répondit sa conviction intime avec un impérieux contentement de soi. « Mais alors, dit sa conscience venant aussitôt s'allier à la conviction intime, qu'allez-vous faire de tout ceci ? »

Lord Peter se leva et arpenta la chambre. Bon Dieu. grommelait-il. Bon Dieu. » Il prit l'annuaire mondain sur la petite étagere au-dessus du téléphone et chercha du réconfort dans ses pages.

« Freke, sir Julien, créé chevalier en 1916. Grand'croix de l'Ordre de Victoria, 1919. Commandeur de l'Ordre de Victoria, 1917. Chevalier commandeur de l'Ordre du Bain, 1918. Docteur en médecine. Membre du Collège Royal de médecine, membre du Collège Royal de chirurgie, docteur en médecine Paris, docteur sciences, Cambridge. Chev. de Grâce de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Chirurgien consultant de l'hôp. Saint-Luc, Battersea. Né à Gryllingham, 16 mars 1879, fils unique de Edouard Curzoa Freke, Esq. de Gryll Court, Gryllinghum. Education Harrow et Trinity Collège, Cambridge, Col. A. M. S. Ancien membre du Conseil du Service iniMi"al de l'Ar-

9HHHR is juttLET BHBB

REVUE

DES

DEUX MONDES ANDRÉ DEMAISON La nouvelle arche de «îoé

Apre» l'expérience Blum ELIE CHAMARD

En marge du

chemin des Dames

Aten* i'n u P«rto fr. Pénat" Ut fr.^

HttMMM 240 pave* HHSbBH

LES CONFLITS OUVRIERS Une grève vient d'éclater dans la batellerie à Cambrai et à Saint-Quentin. Cent cinquante conducteurs de tracteurs ont abandonné le travail et la navigation est complètement arrêtée sur cette partie du canal.

Les dockers du port de Caen se sont mis en grève pour protester contre le nombre insuffisant de dockers employés dans les cales lors des déchargements. Aucun bateau n'a été déchargé. Des entrevues ont eu lieu, sans résultat, à la préfecture.

A Paris, une trentaine de charbonniers grévistes ont manifesté devant les chantiers Alric, 17, rue Stephenson, où une courte et violente bagarre s'est produite. Le calme a été rétabli rapidement par la podice. Dans les 12" et 13e arrondissements, le service d'ordre est intervenu également pour disperser des manifestants.

J» continue de vivre avec ce livre.

FRANÇOIS MAURIAC, Gringoire. Pourtaiès n'avoif jamais atteint à unt pareille hauteur.

MARCEL TH1EBAUT, te Jour.

Une belle et grande entreprise que Guy de Pourtolès o menée à bien.

my

mée. Publications Quelques Notes sur l'Aspect Pathologique du Génie, 1892. Statistiques pour contribuer à l'Etude de la Paralysie infantile en Angleterre et au Pays de Galles, 1894. Troubles fonctionnels du Système nerveux, 1899. Maladies cérébro-spinales, 1904. Les Régions limitrophes de la Démence, 1906. Examen du Traitement de la Folie chez les indigents au Royaume-Uni, 1906. Développement moderne de la Psychothérapie, une Critique, 1910. Folie criminelle, 1914. Application de la psychothérapie au traitement des traumatismes provoqués par les obus, 1917. Réponse au professeur Freud, avec le compte rendu de quelques expériences réalisées à la base chirurgicale d'Amiens, 1919. Modifications structurales accompagnant le principales névroses, 1920. Clubs White's, Oxford et Cambridge, Alpin, etc. Récréations Echecs, alpinisme, pêche. Adresse 282, Harley Street, et Maison Saint-Luc, Prince of Wales Road, Battersea Park, S. W. Il. »

Dorothy Sayers.

(A suivre.)

Traduit de l'anglais par L. Servicen.

(,'n[~riri,rht t~H. )1 l'1~W~1.


i~Ë~~

II paraît que. Dans mon quartier.

Hier, au déjeuner qui réunissait la presse théâtrale autour de SI. Locquin, après que celui-ci eut parlé des réjouissances qui se préparaient à Paris pour le 14 juillet, Maurice Chevalier dit l'émotion qu'il aurait.à à revenir, chanter dans le quartier où il jouait aux billes avec ses petits camarades.

C'est une très jolie idée qu'ont eue les organisateurs des fêtes que ce retour des vedeties dans leur quartier. On verra aussi Marie Dubas à Grenelle, Arletty, Frehel dans les rues de leur enfance.

Naissance de la Compagnie René Fauchois.

M. René Fauchois a groupé une dizaine d'excellents comédiens auxquels il confiera, avec son répertoire, la création de ses nouveaux ouvrages. La « Compagnie René Fauchois » débutera en octobre prochain.

Son répertoire comprendra, pour la saison 1937-1938 Prenez garde à la peinture, Boudu sauvé des eaux, La Danseuse éperdue, La Dame aux gants verts; La Fille de Pilate, La Leçon de Talma, Hérodiade (création), Jean Bart ou Le Bon corsaire, Le Chirurgien de Jouvence (création), L'Enfant gâtée, L'Affaire de la rue Dupetit-Thoùars, Nocturne.

La compagnie.. René Fauchois ira d'abord en provinee et à l'étranger avant de. se. fixer, q Paris;

lES3toups CE SOIR

Au Théâtre Antoine. 20 h. 45, repetition générale du spectacle des « Jeunes Comédiens 37 » Macbeth, de Shakespeare; Œdipe, de M. Jean Cocteau.

Mme Ninon Vallin paraîtra en représentation à l'Opéra vendredi soir, dans La Damnation de Faust.

̃<*> Demain mercredi 14 juillet, à 15 heures, M. Robert Dêsarthis offrira une représentation de marionnettes aux enfants malades du docteur Lannelongue, à TJiôpHal Trousseau.

PROGRAMME DES THEATRES ti

̃̃ > EN SOIREE

OPERA (Opéra 59-59), à -20 h. Faust (Mimes Germaine Hœr- ner, Mahé, Montfort MM. Robin, Pernet, Bussonnet, A'oguera. Danse Mlles Chauyjré, Solange Schwarz, Si. nioni). Orch. M. Henri Busser. Demain, matinée gra- tuite: « Rigoletto », « Suite de danses »; soirée, relâche. ̃ COMEDIE-FRANÇAISE (Rich. 22-70), à 21 heures Le Simoun (MM. Dessonnej, Brunot, Le Roy, Yonnel Mmes Marie V entura, Mad. Renaud, Jeanne Sully, etc.). Demain, matinée gratuite « Le Jeu de l'Amour et du Hasard », « Le malade imaginaire D, « La Marseillaise ». Soirée, relâche. OPERA-COMIQUE (Rich. 72-00), à 20 h. 15 La Chambre bleue (Mlle Drôuot; MM. Pujol et Tublana). Werther (Mmes Renée Gilly, Ertaud; MM. Arnoult, Bouvier et Guénot). Orch. M. R. Desoriniére. Demain, matinée gratuite « ̃ Manon » soirée relâche.

ODEON (Danton 58-13), à 21 h. La Paix est pour demain (Mlle Hélène P«rdrière; MM. Wasley, R. Murzeau, Bourdel, Parzy; Mme S. Courtal, etc.). La Nuit d'Octobre (M. RogerWeber, Mlle Suzanne Saneley). Demain, matinée gra^«.tuiteuivK.Hacaee », « Les Plaideurs •»,-« La Marseillaise » soirée « La Dame aux Camélias »,

ATHENEE (Opéra 83-23), 21 h. Electre,' de M. Jean Girai». doux. (MM. Jouvet, Renoir, Bouquet, Adam; Mmes Deviller, Dorzlat. Madeleine Ozeray).

GAITE-LYRIQUE, à 21 h. Le Pays du Sourire (MM. Jwé Janson, Allain Dhurtal, R. Allard; Mmes R. Ardenti, Cébron-Norbens, C. Navarre, etc.).

ANTOINE, 20 h. 45 rép. gén. Spect. Jeunes-Comédiens, 3 h. ATELIER, 21 heures Jules César.

BOUFFES-PARISIENS, à 20 h. 45 Trois valses (Yvonne Printemps).

CAPUCINES. à 21 h. La Nait du 7.

COMEDIE DES CHAMPS-ELYSEES, à 21 h.: Opéra-bouffes. CHATELET. a 21 h. Yana (Bach, Roger Bourdin). DAUNOU (7, rue Daunou), 21 h. Pamplemousse. DEUX-MASQUES, à 21 h. 15 Le Dard.

GRAND-GUIGNOL, à 21 h. i Epouvante et rirfe

MARIGNY, à 21 h. La Belle Saioon.

MATHURINS.PITOEFF relâche pour répétitions. MICHEL, à 21 h. George and Margaret (Edward Sterling). NOUVEAUTES, à 20 h. 45 V'la J'fr»T»H.

Nous prions nos Abonnés,, dans leur propre intérêt, de nous communiquer leurs demandes d'abonnements et de changements d'adresses 3 JOURS A L'AVANCE.

W

-M. Jean COURTOIS, à Concanieaa M. le général CUDIN DU PAVILLON, au château de ChaIivoy M. Henri CHARMASSE, au château de Savilly M. le lieutenant CHOLESKY, à Alger M. Paul CADET, au Vésinet M. Achille COCHARD, à Villerville M. le commandant duc DE CHOISEUL, Villa Robert-le-Diable' Mme M. CHERADÀME, à Tichène Mme DE CHERGE, à Eclaron M. Louis OABON, à Graveson M. R. CASATI-OLLIER, à Ghatenay Mme L. COURTOIS DE V1COSE, à Barbotan-les-Thermes; M. CAUCHOIS, à Eaux-Bonnes M. DE CHIZELLE, à Droizells M. Emile CHARRIER au château de Rivière M. Edouard COSSON, à Hohwald Mme la comtesse DE CERTAINES, au château de Goncourt Mme A. DAUPHIN, à Thonon-les-Bains M. Eugène DUCHATEL, à Compiègne Raymond DIRIART, à Pau Mme Michel DEHOLLA1N, à Dampmart Mme Robert DELAMARE, à Comffion M. le colonel DEBAINS, à Sainte-Adresse M. Marcel DUPLAN, à Saint-Nectaire M. R. DUIZABO, à Bayonne Mme la comtesse DE DOUGLAS, au château. de Montréal M. Noël DESURiMONT, à La Cloche :Mme André DALSACE, à Agon Mme Jacques DAUGE, à CormeiMes Mme A. DUPUY, au château de Renancourt Mme Florantin DEBRAND, à Dijon Mme la comtesse EXELMANS, à Neuffly Mme li comtesse Charles D'BRCEVTiLLE, au château de Pontgibajjd M. Jacques FAURE, à Cabourg M. le docteur J. FAURE, à Aix~les-Bains M. Fabien REY, à La Bourboule M. FASQÛELLE, aux Loges-enJosas Mme la comtesse Pierre DE FRANCE DE TE&SAN, au Mirauldin Mme Fernand FAUQUET, à Rouen Mme Charles' FERE, au château du Bosc-André M. Pierre FRACHON, au château de Vielleségure M. Georges GRAND, à Billy M. J.-B. GAUTHIER. à Vichy M. GERA'RDIN, à Fontainebleau Mme la marquise DE GANAY, au château de Courances Mme Philippe GINTZ, à Parmain Mme GRENIER, au chalet des Pins ;.M. M. GUHXOUET, à Vichy M. Georges GUEYRAUD, à Zagreb M. Henri GAUTHIER, au manoir de Goarfroment Mme la comtesse Henri DE GOUVION-SAINT-CYR, au château de Gerville M. J. GRUMBACHVOGT, au château de Bieville-s.-Orne M. Roger GLANDAZ, au château de Lesigny M. Miguel GARCL\, à Bu Mme la marquise DE GOUVELLO, au château de Kerleveneau Mme GO,DARD DECRAIX, au château de Montigny Ilme J. F. GUYON, au Ohesnay M. Eugène GABOLDE, à Montagne-Noire Mme la comtesse Pierre DE GEOFFRE DE CHABRIGNAC, à Royat Mme la comtesse DE GUITAUT, Epoisses Mme HAAS, à Saint-Lunaire Mme Paul HENRIET, à Lunéville M. Maurice HAMELIN; à Châteauneuf-en-Thymerais Mme J.-J. HAME'L, à Chesières-5.-Ollon M. Ch. Emile HEURTEAU, à Rulianec Mme Etienne ISABELLE, à Yraare M. le capitaine Bernard JOBERT, au camp de Coetquidan M. Julien JUBERT, à Houlgate M. KULP, à lialgenceuse M. L. KAMMERLOCHER, à Bernières-s.-Mer 'Mme Gérard DE LA VERTEVEULE, â Ccré M. Christian LAZART, à La Queue-les-Yvclines Mme la marquise DE LEUSSE, au château de Gourdans Mme la comtesse DE LA HOUSSAYE, à Perros-Guirec Mme MBRRET LEMORO, à Saint-Pol-de-Léon M. le comte DE LA BARRE DE NANTEUBL,- à *̃ Trégastel Mme Robert LEFRANC, à Blincourt v Mme René LE BRET, à Donville M. Pierre LE SUR, à Saint-Gervais M. P. DE LA CROIX, à Limoges M. Jacques LEHIDEUX, à Aix-lesBains M. Paul LANG, à.Hirsingue Mme LAURENT DU BUIT, au château de Coar-sur-'Loire Mme DE LARGENTAYE, au château de Lorges M. le comte DE LAUNAY. au château de Beaune Mme la comtesse R. DE LANNOY DE BISSY. à Cavalière-Cap-Nègre Mme LAWTON, à Floirac Mme la comtesse Ph. DE LA LOGE D'AUSSON, au château de Montbnin Mme la baronne DE LA GRANDIBRE. au manoir de la Sicaudais M. G. LOMBARD GERIN, à Gresse M. Jean LAMBERT, au Chezelais M. LAMBERT, aux Prazdc-Chamonix M. Georges LETRONE, à Valloire i

v «Jules César»

au théâtre antique d'Orange

Le 1er aoùt sera présenté, au théâtre d'Orange, le Jules César adapté de Shakespeare par M. Gabriel Boissy. La mise en scène sera de M. Emile Fabre. M. Gabriel Boissy nous a parlé hier de Jules César.

Je n'ai pas craint, nous dit-il, d'apporter de grands changements dans toute la dernière partie. Jules César est le 'héros principal, le personnage central de l'œuvre. Tel il apparaît dans toute la première partie, à laquelle je ne touche pas. La seconde partie tend, à mon sens, à montrer le désarroi et le remords de Brutus, qui se donne la mort, désespéré d'avoir tué son ami Jules César sans avoir atteint d'autre but que celui d'augmenter le désordre et l'émeute. Je me suis attaché à donner un texte le plus simple, le plus dépouillé possible, sans aucune fioriture.

Quels seront les interprètes ? 1 Le rôle de Jules César sera tenu par Muratore, qui se souvient peut-être avoir joué la tragédie dans sa prime jeunesse, à Marseille, et justement dans un ouvrage d'Emile Fabre, Timon d'Athènes. Roger Gaillard sera Marc-Antoine. Escande tiendra le rôle de Octave et Vidalin celui de Brutus. Madeleine Silvain sera Porcia et Rachel Berendt la femme de César.

La mise en scène sera-t-elle importante ? ?̃̃

̃ II y aura plus' de 300 personnes, une trentaine de cavaliers devant le mur. La figuration sera fournie par les danseuses, les danseurs et les choristes, qui- seront à- Orange pour la représentation d'autres spectacles, et les dragons en garnison dans la ville deviendront des légionnaires. Aucun décor autre que le mur, qui sera, pendant l'orage, éclairé d'une façon saisissante.

André Warnod.

Les matinées gratuites du 14 juillet A l'occasion de la Fête Nationale, lés théâtres suivants donneront demain des matinées gratuites

A l'Opéra Rigoletto, Suite de danses. A la Comédie-Française, à 13 heures Le jeu de l'amour et du hasard, Le Malade imaginaire,

A l'Opéra-Comique Manon.

Dans chacun de ces théâtres, on entendra en outre La Marseillaise.

PALAIS.ROYAL, à 21 h.: Madame est avec moi! ` RENAISSANCE, à 20 h. 45 Maud. habille-toi!

SAINT-GEORGES, à 21 h. 10 L'Ecurie Watson. TH. DES CHAMPS-ELYSEES, relâche.

TH. CH. DE ROCHEFORT. 21 h. L'Etrange Croisière. THEATRE DE PARIS, à 21 h. La Fessée.

Music-Halls » Chansonniers

A. B. C. La Revue da Rire. Marie Dubas et 10 comiques. ALCAZAR, à 21 h. Beauté de Femme (revue nouvelle). CASINO DE PARIS, 21 h. Paris en joie (Maurice Chevalier). DEUX-ANES, à'21 h.: Aneries 1937, revue.

THEATRE DE DIX-HEURES, à 22 h.: Martini, Jean Rieux, et la revue Les Huîtres de la Couronne.

FOLIES-BERGERE, à 21 h. En Super.Folles, revue à grand spectacle, en 50 tableaux, de M. Maurice Hermite, (Joséphine Baker). Mat. samedis, dimanches.

LUNA-PARK Tous les jours, matinée et soirée: attractions, dancing.

Cabarets Dancings

MAGIC-FOLIES (180, rue de l'Université), 22 h. 30 La Joi. des yeux (revue).

MONTE-CRISTO, JS, rue Fromentin (Tri 42-31) Cabaret-dàuc. BAL DU MOULIN-ROUGE, 21 h. 30 dancing; 22 h. et minuit 30 Le Cotton Club.

TABARIN La Joie de vivre. Attractions.

BAGATELLE, 20, rue de Clichy (Trinité 79-33).

CHEZ SUZY SOLIDOR, 12, rue Sainte-Anne: Attractions, CABARET DE MONSEIGNEUR, 94, r. d'Amsterdam (Tï. 25-35) ». Skarjinsky, Saala. Seversky, Aza Razsadova.

CABARET DES FAMEUX TZIGANES. 4, r. de La Michodière. CLUB DES OISEAUX Thés, cocktails, dîners dansants. SHEHERAZADE Marianne Davis, J. Manet, Hachem Khan. AU FLORIAN (74, Champs-Elysées) (Elysées 14-70). Direction Sartori. Salle réfrigérée. Un dîner dansant à prix fixe 30 francs.

LIDO Thés, dancing, soupers, attractions.

AU RON-RON (7, rond-point Champs-Elysées), 4 et 9 h.: Danses, attractions.

DEPLACEMENTS ET VILLEGIATURES DES ABONNES DU FIGARO

Mme Paul DE LA GRANGE, à Couches-les-Mines Mme Fernand LA1R DUBREUIL, à Trouville-s.-Mer M. DE LAURISTON BOUBERS, à Orbigny Mme Pierre MARUEJOULS, à Trébeurden Mme !MATEO POURTALE, à Bagnoles-de-1'Orne M. Camille MAUCLAIR, à SaintLeu-la-Forêt Mme iMarcel MARTIN DU GARD, à Dampierre. Mme a comtese DE MARCIEU BEAUFORT, au château de Molmont M. F. MONTANDON, à La Goutte M. le colonel MAISONS, à Paramé Mme Robert MARONI, au Mont-Pèîerin-s.-Vevey Mme André MAYBR, à Saint-Cloud Mme MENDL, à Burgenstock M. le docteur Claude MASSELIN, à Glion-s.Montreux Mme ia comtesse DE MONTLAUR, au château de Jaligny Mme la comtesse DE MILLBVTLLE, au château de Sàint-Aignan M. le duc DE MORTEMART, au château d'Entrains M. Marion DE PROCE, au château de Cadouzan Mme la baronne NIELLY, à La Flèche Maître NOUQUE, à Aix-les-Bains Mme P. XOAILLY, à Theillat Mme Gaëtan DE NAVACELLE, au Château de Souvigné M. A. DE NOIRON, au château du Haut -Puis Mme la comtesse D'ORGLANDES, au château de Lonne Mme Jacques PIBRiRE-LEVY, à La Bourboule Mme POMMERY, au château d'Amondans Mme DU PAGE, au château de Fontéclose Mme PASQUIEK VAUVrLLŒRS, au château de la Bade M'ile E. DU PRADEL, à Monceau-s.-Dordogne Mme Jules PERQUEL, à Deauville M. Jean PAULHAN, à Port-Cros Mme Georges P ASTRE, à SaintAndré-de-Seignaux M. PEOLET, à Grenoble Mme Jean PICARD, à Luchon M. J. PLASSARD,

à Epernpn M. Paul PERET, à Chanteclair

Mme la comtesse H.' DE QUATREBARBES, au Hone-s.-Mer Mme ROGUES BELLON, au MontDore Mlle Marguerite ROUX, à Mandelieu Mme RADIGUE, au château d'Auffreville M. Marcel RIBA!RDIE>RE, à Saint-Rémy-les-Chevreuse Mme la baronne B. DE REININGHAUS, à Post .ReidMng M. le comte DE SAINT-LEON, à Etampes Mme la comtesse SA'BINI, à Dinard Mme René SIMON, à Athis-Mons Mme Jacques SAUVALLE, à ViUers-s.JMer M. H. SOULIER, à Gex M. André SCIAMA, à Tiège-lez-Spa Mme la comtesse Raymonde SABRAN PONTEVES, à Metzear Mme DE SEYNES LARLENQUE, au château de Sarlenque Mme Jean DE SEGUIN, à Pontaéllac Mme la comtesse DE SERIONNE à la Ville-Lambert Mme Johan-Gérard SCHURMANN, au Vieux-Moulin M. le docteur Paul SOUILHE, à AMsnac~es-Eaux M. Philippe SAL'MON, au Cap-d'Antibes Mme la comtesse Robert DE SESMAISONS, au château de la Li- zière Mme la marquise DE SAPORTA, à Londres Mme René VAULTrER, à Bourbonne-IesBains M. Auguste VERDET, à Royat Mme la comtesse E. DE VILLEFRANCHE, à Villers-surMer Mme Louis VESIGNIE, à Evian-te-Bains Mme la vicomtesse DE VANS9AY, à Angers Mme' la comtesse Georges DE VILLOUTREYS, au chàteau du Bois-Chapeleàu Mme la comtesse Christian DE VIGNERAL. au château de Colombiers M. Didier VILLENEUVE, à Saint-Prest M. le marquis DE VILLARET MONCLAR, à Bargemon; Mme la princesse DE WAGRAM, à Guethary Mme WATEL. à Rio-de-Janeiro Mme Edith WADE VtJERCHOZ, à Montfort-L'Amaury M. Richard WADDINGTON, au château de Saint- Léger. Mme Hervé D'AMIGNY, à VfllerviHe Mme Jacques ARMAGNAC, à 'Loctudy Mme la msr- quise D'ALBON. née DE BOURBON, au château d'Avauges M. le baron D'AIGUY, à Béon Mme APPERT, à Vittel M. E. AND.RE-MAR- TIN, a î'ile de Porquerolies Mme A. AGOSTÏNI. à PJougonven Mme DE BOUSQUET, à' Cabourg; Mme Thomas VAN BODBERGER, au château J de Saran Mme la comtesse E. BOULAY DE LA j MEURTHE. au' château de Fretay M. et Mine ] Emile BODE, à Saint-Ouen-1'Aumône Mme BOU- VET-MEZIERES, à Marnes-to-Coquette M. G. BELGRAND, à Cresserve M. Paul BIDEAU, à 1 Viroflay Mme BAUDE DE MAURCELEY, à | Saint-Jean-d'Angély Mme ta comtesse DE BRE- CEY,' au château de la Brjsolière Mme la -corn- j J tesse DE BOURY. au château d'Amfreville Mme s Ernest BONNEAU, à Cabourg Mme BARBE- 1 QUOT, à Gex Mme G. J. BOUBOULIS, au château des Boulayes Mme René BORNICHE. à Cabourg Mme BORZY\^KA, à Genève Mme BIZOT, à Riilieus ;M. Lucien- BIOT, 4 Chîtel- 1

Le concours international Eugène Ysaye

La nouvelle nous arrive toute fraîche de Bruxelles le concours international Eugène Ysaye, réservé jusqu'ici à l'art du violon; s'étendra désormais à d'autres instrumentistes.

En présence du succès considérable qu'a obtenu le premier concours international Eugène Ysaye, la reine Elisabeth, après avoir consulté de nombreuses personnalités du monde musical, vient de confier à la « Fondation musicale Reine Elisabeth la création d'un concours international annuel auquel resterait lié le nom d'Eugène Ysaye qui en énonça le principe. ·

Dorénavant le concours international Eugène Ysaye aura donc lieu tous les ans, suivant un certain cycle dont voici un premier aperçu en 1938, concours de piano, en 1939, concours de chefs d'orchestre, en 1940, concours de violon, en 1941,- concours de piano et ainsi de suite.

Une souscription publique vient d'être ouverte à cet effet. Elle a déjà réuni 810.000 francs.

CETTE NUIT.

MAX SPIRO présente

BAGATELLE THE MOST FASHIONABLE NIGHT CLUB OF PARIS LE SEUL A CIEL OUVERT

Aération naturelle

ORCHESTRE AMERICAIN

20, me de Clichy. Trinité 70-33

~I

Cabaret a*

Jtonsripeiir

94, rue d'Amsterdam (Place Clichy) Skarjinsky l'animateur bien connu Fernande Saala, Georges Seversky Aza Razsadovacélèbre chanteuse tzisaix Dancing Soupers. Tél. TRIN. 25-35 De 23 heures à l'aurore

EN SOIREE,

guyon M. André BOUVET, à Strasbourg M. Henry BEDIER, à Créteil Mme H. BOUCHAYER, à Brides-les-Bains; M. F. X. BOULANGE, à Paris-Plage M. A. BREMONT, à Plombières Mlle Suzanne BEYLIER, à Mogeville Mme Albert BENOIT-LEVY, à Saint-Cast M. René BEDHOME, à Mazingarbe M. Bernard CLAPPIBR, à Limoges M. le marquis DE COURSEULLES, au château de Berbeville M. Paul COUVREUR, à Gretz-Armainvilliers M. René OHAZE, au château de Rouilly M. Auguste CHENET, à Bei-Salzburg M. Jacques CORDIER, à Saujon Mme la comtesse Pierre DE CHABANNES, à La Trinité-sur-Mer M. le capitaine CHENEAU, à Vendôme Mme Alice CAPITANEANU, à Asnières Mme Robert C. CARMK3HAEL, à Sainte-Radegonde-en-Touraine Mme Albert CHAUDRON, à Believue Mme Albert CAUCHOIX, à Athis-Mont Mme la marquise DE CHAUMONT-QUITRY, à Versailles M. A. VAN CLEEF, à La Baule Mlle Huguette CLAUS. au manoir du Boulay Mme COLLE, au Crotoy M. René CHAMEROY, à Hénin-Lietard M. L. CARTERET, à Saint-Laureht-sur4Mer M. Louis DE CLERVAL, au château de Thaon Mme COLLET, à Brunoy M. DARTHENAY, à Samoissur-Seine î&Ue Suzanne DECAUVISLILE, à Pontaïïfac Mme DEL'GRANGE, au Zoute Mme Eugène DUSSOL, au château de Maurian M. R. DURAND, à Albias M. Louis DUPUIS. à Versailles Mme DE-FLANDRE, à Cabourg M. le marquis DES DORIDES. au Pouliguen Mme LYONNE'L DIDIERJEA'N, à Saint-Dié Mme DETTELBACH, au Lido-Venezia Mme Eugène DESMOU1LINS, à Stella-Plage Il. Robert DUCHESNEAU, à CharlevHle Mme la comtesse D'ESPAGNAC, à Eclaron M. A. FRANÇOISPONCET, à Seine-Port Mme la comtesse DE FRY, au château Saussard Mme Louis DE FOURCAUD, au château de Bellevue Mme FRANHLIN-SINGER, à Deauville Mme René FOULD, à Vîllerville-sur-iMer M. FAUCHIERMAGNAN, au château de Nointel Mme la vicomtesse DE FOL-LIN, à Poullan Mme Charles GADALA, à Saint-Prix MUe Th. GELLE, à Plahcy Mme Paul GUELOT, au Gros-Rouvre M. Pierre GADOT, à Saint-Firmin-Vineui! 'M. Louis GRATIEN, a Nointel Maître GIARD, à Bessancour M. Henri GINIDRE, au château de Laverdines Maître A. GAUDRY, à Orléans M. Edme GEOFFRAY, à Saint-Julien-de^Civ-ry Mme la comtesse H. DE GUEBRIANT, à SaintPaul-de-Léon Mme DE GUELLBBON, au château de Saint-Reinault Mme la marquise GICQUEL DES TOUCHES, à Diuard M. le capitaine DE GALBERT, à Nancy M. le capitaine GUILHEM DE POTHUAU, à Lion-sur-Mer M. Louis GIGOT, à Saint-Charles-de-Percy Mme J. GUINUT, à JullouvfcHe-s.-Mer M. R. GUELLET, à Genève M. Louis GRESSE-MBAD, à Contrexéville M. HENTSCH, à Genève Mme Jean HELD, à Ailly M. André HIRSCH, à Crans-sur-Pierre Mme Gilbert HERSENT, au château du Champ à Aïouettes M. F. HAZAN, à Deauville Mme Pau! ISTDL, au manoir de la Haute-Beauce Maître Raymond INBONA, à Saint-Cloud-Montretout Mme John JARVIS, à Ascain Mme la comtesse DE JOUVENCBL. au château de Villecanin Mme Etienne JACQUEMIN, à Angers Mme JOLY DE COLOMBE, à Châtelguyon M. Pierre JOLY, à Ezanville M. DE KERGOMMEAUX, à Saint^Léonard Mme la comtesse DE LA REVELIERE, au château de Porce M. le baron I/HORIM-E, à Bussières-lesBelmont M. DE LA COUPILLIERE, à Pau M. Roger-Adolphe LACAN, au château de Belmont M. le comte Henry DU LUART, à Gouarec; M. LEFEUVRE, à Oheméré M. le comte DE LECA, à Fermas Saint-Pedro-do-Sul M. G. LEINEKUGEL LE COCQ, à Ostende Mme Gtxerifde LAUGUET, à l'Etang-îa-Ville M. Daniel LACOMBE, à Concarneau Mme LAUTH, à Trouville M. LENOBLE, à la Ferté-Bernard Mme Pierre LORILLEUX, à BénerviUe Mme la comtesse P. DE LEUSSE, au château de Valgenceuse; Maître LABOURET, à Senlis Mme la baronne Jean DE LA BOUILLERIE, au château du Brossais Mme Henri LAiMONIN, à Ajaccio Mme la générale LE, ROUX, à Saint-Gfldas-de-Rhuys Mlle LEXCELLENT, à Néris-les-Bains Mme Pierre LEPAGE, à Annecy Mme Louis LANGLO1S. à Uriage-les-Bains Mme Germain LEEEVRE-PONTALIS, à Vineuil j Mm la baronne

LADY ABDY

qui joue le rôle de Jocaste dans l' « Œdipe » de Jean Cocteau.

Pierre Chenal réalise

« L'Alibi »

de Marcel Achard

L'Alibi est un scénario original que Marcel Achard a écrit directement pour l'écran, et dont l'action gravite autour d'un crime. Fertile en péripéties dramatiques et inattendues, riche en situations que le pinéma n'avait pas encore exploitées, ce film, comme tous ceux de Marcel Achard, est attendu avec impatience.

Nous sommes dans une loge d'artiste d'une boîte de nuit parisienne. Etendu sur le tapis, nous voyons le professeur Winkler, célèbre télépathe (Erick von Stroheim), que l'on vient de trouver mort. Feu-Seu, son assistante chinoise, pleure silencieusement. L'entrée de la loge est interdite. On attend la police, qui doit venir faire son enquête sur les lieux du crime. Le commissaire Colas (Louis Jouvet) arrive. On reprend la courte scène plusieurs fois. Les résultats étant enfin satisfaisants, Pierre Chenal passe au numéro suivant. Erich von Stroheim cesse de faire le mort et Louis Jouvet abandonne son enquête. Nous en profitons pour lui poser quelques questions sur le film et ses interprètes.

Marcel Achard m'a..procuré un réel plaisir en me confiant le rôle de Colas, nous dit-il. C'est un policier adroit. Sa fantaisie le mènera loin dans le domaine de la criminalogie, et le public se passionnera à suivre ses exploits. Albert Préjean, qui est, lui aussi, un fin limier dans ce film, et moi-même, avons dû nous documenter sérieusement avant de tourner. Le domaine dans lequel nous devions évoluer nous était, en effet, complètement inconnu.

On nous a parlé d'un certain alibi pour lequel Jany Holt aurait touché 20,000 francs ? Vous voulez tout savoir Certes, elle a bien touché cette somme, mais quand elle comprit le rôle que l'on voulait lui faire jouer elle l'a restituée. D'ailleurs, il y a beaucoup d'événements importants en dehors de celui-là, un enchaînement de situations coihpliquées qui provoquent la mort de l'inquiétant professeur Winkler, dont on ne connaîtra la vraie raison qu'à la fin du film. »

Erich von Stroheim avec son autorité coutumière, a campé un Winkler impressionnant Jany Holt, dans un emploi nouveau pour elle, personnifie Hélène, une petite entraîneuse de la boîte de nuit où se produit le professeur-télépathe. Margo Lion, Mad Siamé, Mau- rice Bacquet et Philippe Richard complètent la distribution de L'Alibi. A. d'H.

DE LASSAT DE MEYNARD, au château de Dissay M. le comte DE LA JONQUIERE, à Champhol. M. Pierre LION, à Pilat-Plage- 'M. le baron E. DE I.AMBEiRTERIE, au château de Connezac M. Chartes LE CERF, au Havre Mme la duchesse DE LA TREMOrLLE, au Touquet M. Robert MOSSMANN, à Carnac-Plage Mme la vicomtesse P. DE MOUGINS-ROQOEFORT, au château de Chapignolle Mme la baronne MAROOHETTI, au château de Vaux M. Henri MAES, à Villeneuve-Saint-Salves M. G, MARCILLE, à Villers-sur-Mer M. G. MORBL, au manoir de Nervaux M. Pierre MOENECLAEY, à Fontaine-Ie-Port Mme la comtesse DE MAZIEUX. au château de Riols M. Maurice MICHALON, à Cheptenval- Mme V. DE MARCE, à Cariepont Mme la baronne A. DE MONTLIVAULT, à Gennèlines M. l'abbé Louis MAILLET, à Behuard Mme André MAUROIS, à Dinard M. le comte DE MOLKE, à Glovup M. Henry MAILLARD, à Bazoches-s.-Hoène Mme J. MYARtD, au Crcusot M. Georges MASSON, à Qairefonlaine Mme la comtesse Frédéric DE NICOLAY, au château de Casson Mme la comtesse Ch. DE NICOLAY, à La Baule-les-Pins; Mme la baronne S. DE NEUFVHjLE, à Uriage comtesse DE NARKIEWIEZ-JODKO, au château de l'Echelle Mme René NOUEL, à La Mascotte; Mme la marquise DE NEGRONI, au château de Tilloy M. J. NANTAS, à Maule Mme O'CONNOR, à Mirabeau-; M.- OLIVIER, à Penvenan Mme M. PELOILLE, au PJessis-Trévise Mme Alfred DE PIREY, au château de Maisières M. Pierre PONT, à Ampus M. le baron DE PIERREBOURG, à Vauxbuin Mme PAES MORErRA, à Tabuco M. Edouard PERRIER, à Cannes M. Robert POUMIÈR, à Montmorency Mme Marcel PILLON, à Royé-surJMatz Mlle POTHIER DUPOY DE GUITARD, à Moizecourt M. André PIAT, à Mâcon Mme Gabriel RAMBAUD. â Massandré M. Jean REY, à Font-Romeu II. Tony REYMOND, à Moustiers-SainteMarie M. ARVID SQHAUMAN, à Stora Ror Mme Philippe SAL'MON LEGAGNEUR, au château de Courcelles M. A. B. W. SCOTT, à SaintJean-Cap-Ferrat Mme STRBMkER, au château de Sailly M. Antoine SAINT-GERMIER, à Bayonne Mlle Marguerite SOUOHON, à SaintRaphaël Mme A. DE SIQUEIRA FEISLA, au château des Tourelles Mme SABARDAN, à Mauzun M. Léo TROUELHET. à Moulares Mlle J. THIRY, à Eu M. THIBAULT DES ALLIERS, à Saint-Germain-du-Crioult M. Eugène THIBAUT, à Ouroux-surSaône M. THIBOUST, à Sées M. Maxime VBLAY, à Gstaad Mme DE VELLE, au manoir des Tourelles M. le colonél VOGEL, à Lucerne Mile VOGEILWEI4D, au château de Longpont Mme VAV.ASSEUR, à Castillon M. le général VIGNON, à Pdnt-dePany Maître VICIER, à Saint-Germain-en-Laye; Mme WELTER, à Avatlon Mme la comtesse H. D'YANVILLE, à Viroflay.

'Mme AUGUSTIN-THLERiRY, à Magny-Cours », Mme la baronne D'ANGLBJAN CHATIÎLLON, à Challes-les-Eaux M. Louis ANCEL, à Harfleur Mriié Gabriel AGHION, à Lausanne M. Jean ADER, à Poline M. Iwan, AUDRAS. à SaintLunaire Mme Jean ACKER, à L'Hay-les-^Roses M. -G. ARVENGAS, à Hambourg Mme la comtesse R. D'AVENEL, au château de Nautrey Mme E. D'ALBERT-LAXE, au château de Cancaval M. Edmond ARNOULT, à Tontainebleau M. Pau! AUBLET, à Ascain M. le docteur J. ARNAUD, au château de la Vespiète Mlle R. ARCHER j à Houilles Mme BU'RNOUF, à Nancy; (M. Henri BEAUZEMONT. à Saint-Pair-sur-Mer M. le prince Edouard DE ^ROGLIE, au château de Mont-Laurent M. Jacques BARDOUX, à Saint-Saturnin Mme BO0R-LON DE SARTR, à Elingenthal Mme Pierre BRISSET, à Malbuisson M. Louis BEAUPERE, à 'La Baule Mme la baronne Albert BEYENS, à Versailles M. Georges BELLOY.au château de la Font'; M. le baron DE BOURGOING, au château de Tracysur-Mer M. Jean BREART, à Clichy M. B. BOUSQUET, an château d'Amilly Mme Ja marquise DE BERULLE. à Basse-Goulanie Mme BUISSON, au château deMon.Uieu M. Frédéric BLANCHY, à Arcachon Mme la comtesse DE BBLLAIGUE, au château de Paredon Mme Marcel BULTE, à :Part-Xavallo Mme la comtesse C. DU BUISSERET, à Schwarzwald M. Albert BONNICHON, Nançay M. le comte Hector

Jean Lumière

va faire ses débuts à l'écran Le chanteur populaire Jean Lumière vient d'être engagé pour interpréter un rôle important dans Le Chanteur de minuit, dont la mise en scène sera de Leo Joarinon. Quant à la musique, elle sera signée Paul Misraki.

Dès le 11 août 'prochain, les cinémas changeront de programme le mercredi.

Au cours d'une récente réunion organisée par les directeurs de cinéma parisiens,

11 a été décidé que, désormais, les change-

ments de programme s'effectueraient le mercredi au lieu du vendredi. Cette décision entrera en application le 11 août prochain.

~«~M~««~tM<t«f~<~Mt«Wtt«'

~l, PROGRAMME DES CINEMAS .1.

l-ilms parlants français.

CAMERA La Kermesse héroïque, Winterset.

CESAR Le Greluchon délicat.

COLISEE 15 h., 17 h., 21 h. Quand l'alouette, chante. BONAPARTE Lac aux Dames.

CINE-OPERA P. 14 à 20 11. Soir., 21 h. Le Greluchon délicat.

DEMOURS Veille d'armes.

ELYSEE-CINEMA 15 h., 17 h., 21 h. Josette.

GAUMONT P. 17 h. à 24 h. 17 Le Maître de Forges, IMPERIAL P. 14 à 1 h. Angèle.

LUTETIA La Belle de Montparnasse.

MADELEINE P. 12 à 2 h. 40 Troïka sur la piste blanche. MAX-LINDER 12 2, 14 11, 16 4, 18 h., 21 15. 24 h. Ignace. MARIGNAN 14 h. 25 à 23 h. 20 Les sept perles de la Couronnne.

MARIVAUX P. de 14 h. à 19 h. La Grande Illusion. MOULIN-ROUGE :_P. 14 h. 30-19 h., 21 h. La Griffe du hasard.

MOZART 15 à 21 h. Veille d'armes.

NORMANDIE 14 h. 52 à 24 h. 18 L'Homme de proie. NOTRE-CINE 15 h., 17 h., 21 h. Kermesse héroïque. ̃ + OLYMPIA P. 10 h. à 24 b. La Dame de Pique. PARAMOUNT P. de 9 h. 30 à 2 h. du mat. Le Cantinier de la Coloniale.

RANELAGH P. 14 à 21 h. A nous la liberté! REX La Danseuse rouge.

Films parlants anglais.

AGRICULTEURS 15, 17, 21 h.: La Vie privée d'Henry VIII. APOLLO 14 h., 2 h. du matin Les Derniers Hors-la-Loi, La Lumière verte.

AUBERT Panique à la radio.

AVENUE P. 14 h. 30.et 19 h. Soir., 21 h. lo HTeeck-end mouvementé ot- Taxi- dans la nuit.

Les salles marquées du signe donnent un spectacle entièrement permanent, L'HEURE DU GRAND FILM:

La Dame de Pique 10 h., 12 h., 13 h. 40, 15 h. 35, 17 h. 40, 19 h. 45, 21 h. 45, 22 h. 55. Olympia. Madame poursuit Monsieur: 15 15, 17 22, 22 10. Mir-Lord-Byron. L'Escadron blanc 15 h., 17 h. Studio Etoile. Eteignez la lune 14 h. 30, 15 h. 20, 21 h. 30. Marbeuf. Sur l'avenue 15 h., 17 h. 45, 22 h. Balzac. L'Entreprenant M. Petroff De 14 h. à 2 h. Helder. La Grande Illusion 10 h. 12, 14 h. 10, 16 h. 30, 19 h., 21 h. 20, 23 h. 50. Marivaux. L'Homme qui terrorisait New-York 15 h. 20, 17 h. 40, 22 heures 15. Marbeuf. Chant du Printemps: 14 h., 16 10, 18 15, 22 h. Ciné-Ch.-Elysées. Jeune Fille délurée 15 h. 50, 18 h. 10, 22 h. 35. Panthéon. Monnaie de singe 15 h., 17 h., 22 h. 15. Studio 28.

DE BEA1RN, à Toulon 'Mme la vicomtesse DE BOISLECOMTE, au château de Mondétour Mme Edouard BOURDET, à Tamaris-sur-Mer Mme la marquise DE BRETEUI'L, au château de Breteuil M. le baron Max DE BODMAN. à Orléans Mme j BORDEREL, à Villers-sur-Mer M. Louis BATCAVE, à Orthez M. C. BOOS, à Givet Mme Ernest CAILLE, à Besançon M. H. CUVINOT, au Cap-Ferrat (Mme la comtesse DE CRISENOY, au château de Rabut Mme Michel DE CAZOTTE, à Saint- J«an-de-Luz M. Gaston CELERIER, à Broyé Mme la duchesse DE CADORE, à SaintServin-sur-Mer Mme la baronne COCHIN, au château de Beauvoir M. A. CHAMUSSY. à Royan-Pontaillac M. A. COMTE, à Fontainebleau -M. CORNUAULT, à Chaville M. DU CAUZE DE NAZELLE, à Aube-surRille MHe Louise CADLA, à Saint-Loup-duDorat M. le baron OHADENET, au château de Monthairon Mme la maiquise DE CHATEAV RENARD, à SainICergue-s.-Nyon Mme Paul CHANUT, au Chalet-iBlanc M. le comte DE CARNE, au château de Chicheboville Mme la vicomtesse A. DE CURBL, au château de Coinsur-Seille Mme la baronne DE CEVINS, au château de Cevirs Mme C. M. COLLINET. à Neuilly Mme Jean CHAPELLE, à Romanil M. le capitaine Jean DU CORAIL, à Saint-Cast MHe DE CONIAC, à Marly-le-Roi Mme CLAVEL, à Martillac M. COUOROY DE LILLE, à Royan Mme la comtesse François DE CHiBVIGNE, à Biarritz Mme Georges OLAUSSE, à Saigneville M. Albert CREMERY, à Saint-Germain M. Marcel COTY, à Londres Mme la comtesse R. DE CASTELLANE, à Saint-Cast M CHEVRIER DE BEAUCHESNE. à Bourbonneles-Bains Mme la comtesse DE CHAMPGRAND, à Herbault M. F. CHARMOT, à Thonon-iesBains M. M. COURTIN, à Saint-Fargeau M. Jean-Louis CAVALINI, au Lido-Venise M. Jules COUDRAY, à Vernon M- Jean DAMPT, à Grignon Mme Henry DELAUNAY, au château de Saint-Just M. Pierre DELOCHE DE NOYELLE, au Touquet Mme la vicomtesse DE DURFORT, au château de Cattevitle M. Adolphe DEMANGEAT, à AUevard-leà-Bains Mme DUBOIS-MILLOT, à Poissy 'Mme Jacques DEVYS, à Wissant M. Henri DESCHAMPS, à d'Abriès Mme DAVRAINVIULE, à Bridcs-lesBains Mme J. DUGAS 'DE LA BOISSONNY, à NeuviHeH!es--Dames Mme S. DOUANE, à Champrosay il. Jean DEMARIA, à Berlin-Charlottenburg M. l'abbé DUBOURG, à Annecy M. Lucien DUPONT, à Champfleury M. DESRUELLE THEETTEN, au Petit-Ronchin Mme Paul-DUBOIS-TAINE. à JuHouville-les-Puits M. Robert DUBOC, aux Praz-<ie-Chamonix Mlle Hélène DIDIER, à Aix-les-Bains Mme DOLOUBEKOFF, au château de Remarday Mme DELPECH ESTIER, au château de la Noue M. Carlo DELEUZE, à Cappellen-Bosch Mme la comtesse Simon DE DREUX BREZE, à Chitenay Mme FECHNER, à Houlgate Mme la vicomtesse DE FENOYL, à Sainte-Foy-1'Argentière Mme FONTANT, au château de Montbozon Mme FiBRRY, à Hossegor M. Alex FLEURQUESÎ, à Saint-Gervais-ies-Bains Mme FRANTZ, à Largny M. Jacques GEISMAR, à La Baule M. André GARNIER, à Saint-Léger-en-Y vélines Mme la comtesse P. DE GIBON, au château de Grainville Mme DE GI'NESTE, à Mirabe'l Mme René GUERIN DE LITTEAU, à Chatou M. Pierre GAUJA, au Petit-^Manoir-de-Farceaux M. B. GENNARI, à La Bourboule Mme B. DE GRETRY, à Fontainebleau M. Jacques GUILLOT. à VerneuiI-=ur-Seine M. Pierre GIBERT, â SaintFargeau le capitaine Michel GOURAU'D, au camp de Suippes M. Paul GENUYS, à SaintGermain-enJLaye 'M. André HUE; à Bondues Mme HENRI-GAII-'LARD, au Viviers M. HUM- j BLOT, à Sauville Mme HENNECART. à Ver- sailles Mme D'HEBRARD DE SAJNT-SULPICE, à Torcy M. Han HARiLOFF, aux Dolo- mites Mme G. HALGAND. à La Chapelle-sur- Erdre M. Pierre HUMBLE, à Courdimanche. Mme Pierre ISTEL, à Dinard Mme la vicom- tesse D'INFREVTIXE, à Rauville M. JOUFFROY, à Epernon Mme Louis JOHANET, à L'Isle-Adain Mme la comtesse DE JUMILHAC, à Genthod-Bellevue Mme J. KINDiBERG, à Dax; Mlle Louise KLEPPER, à Fondement M. le comte DE KBRGORiLAY, à Coutainville Mme B. KQGg, ,ViUars-£,-OUon M. le csmtc DE 1

A propos de « Records 37» Au cours de la soirée d'ouverture du pavillon « Photo-Ciné-Phono » qui eut lieu mardi dernier à l'Exposition, sous la présidence de MM. Jean Zay, ministre de l'éducation nationale, et Hymans, sous-secrétaire d'Etat au commerce, un public extrêmement élégant eut la primeur d'un fragment de film encore inédit.

Il s'agit de Records 37, réalisé par Jean Tarride et J.-B. Brunius, une suite d'images se succédant sur un rythme rapide composant une véritable symphonie de, toutes les activités du monde et du progrès dans la vie moderne. Ce film sera présenté prochainement en exclusivité dans une grande salle parisienne en outre, il sera projeté sur le paquebot Normandie à l'occasion d'une soirée de gala que le président Roosevelt doit honorer de sa présence.

La radio américaine vient de s'entendre avec Allan Jones pour que celui-ci interprète devant le micro les principaux airs de Un jour aux courses, le nouveau film des Marx Brothers, qui passera d'ici peu à Paris.

r#"#"#######'####.

FILMS RECOMMANDES Exclusivités PATHE

MARIGNAN

Les sept Perles de la Couronne OLYMPIA

LA DAME DE PIQUE MOULIN ROUGE

LA GRIFFE DU HASARD

VICTOR HUGO

L'Etrange Visiteur

IMPERIAL

ANGELE

BALZAC: 14 h. 30 à 19 h. 30; S., 21 h. 15 Sur l'avenue. I CH.-ELYSEES 13 h. à 21 h. 45 Le Chant du Printemps. COURCELLES, 15 h., 17 h., 21 h. Trois jeunes filles à

la page.

EDOUARD-VU 14 h., 21 h. Six heures à terre.

ERMITAGE 14 h. à minuit Amour en première page. HELDER 14 à 2 h. du mat. L'Entreprenant M. Petroff. LUX Fantôme à vendre.

LUTETIA L'Etrange Visiteur.

MARBEUF 14 à 21 h. 15 Eteignez la lune. L'Homme qui terrorisait New-York.

MOZART L'Etrange visiteur.

MIR.-LORD-BYRON 14 h. 30-19 h. S., 21 h. Madame poursuit Monsieur.

NAPOLEON Message à Garcia.

LE PARIS 14 h. à 1 h. 30 Visages d'Orient.

PANTHEON P. 14 h. 30 à 19 h. 15. S., 21 h. 10 Crime en haute' mer. Jeune Fille délurée. a

FASSY Son premier succès.

PEREIRE L'Etrange visiteur.

RANELAGH 15 h., 17 h., 21 h. Tudor Rose.

SCALA 12 à 2 h. L'Appel de la folie, L'Etrange visiteur. STUDIO UNIVERSEL 12 à 24 h. Théodora devient folle. STUDIO 28 15 h., 17 h., 21 h. Monnaie de singe. VICTOR-HUGO 14 h. à 19 h. S., 20 h. 45 L'Etrange visi. teur, La Belle Equipe.

Film parlant allemand

PASSY Sa Majesté est de sortie..

Film parlant italien.

ST. ETOILE 14,30, 16,45, 21 h., s.-t. ïr. Escadron blanc. Salles d'actualité.

PARIS-SOIR 10 h.-l h. Conqueros, Presse filmée. TanzMusik.

Crime en haute mer 14 h. 45, 17 h. 10, 21 h. 20. Panthéon. Quand l'alouette chante 15 h., 17 h., 21 h. Cohsee. L'Homme de proie 14 52, 17 13, 21 52, 24 18. Normandie. Les Sept Perles de la Couronne 14 h. 25, 16 h. 35, 18 h. 45, 21 h. 20, 23 h. 20, Marignan. Six heures à terre 14 15, 16 30, 21 15. Edouard-VU. Taxi dans la nuit 14 h. 30, 17 h. 23, 21 h. 15. Avenue. Le Cantinier de la Coloniale 9 h. 45, 11 h. 40, 13 h. 30, 15 heures 45, 18 h., 20 h. 15, 22 h. 30. Paramount. La troisième flèche tuera 10 h. 51, 12 h. 51, 15 h. 1, 17 h. 6, 19 h. 6, 21 h. 16, 23 h. 20. Aubert. Troïka sur la piste blanche 12 h. 46, 15 h. 17, 17 h., 19 h. 34, 21 h. 51, 0 h. 8. Madeleine. Week-end mouvementé 15 h. 44, 18 h. 37, 22 h. 40. Avenue. Visages d'Orient 14 h., 16 h. 33, 19 h., 21 h. 33. Le Paris.

K.ERSAINT. à Saint-Cost M. Jean KASTILER, à Saint-Cermain-en-Laye Mme Gaston LE BLAN, au Touquet-Paris-Plagc M. LEFORT, à ViHerssur-Mer M. le lieutenant-colonel DE (LANOUVELL-E, à Vitlers-sur-Mer Mme LANGLOIS, à Bourbon-L'Archambault Mme LERBBOURG, au Mont-Dore Mme la comtesse DE LAUBESPIN, à Honneur M. P. JAHAN DE LESTANG, à Tours Mme Edmond V. LEFRANC, à Morgat Mme Julien LAVOLLEE, à Néris-les-Bains Mme Jacques LEGRAND, à MiHy-Manche Mme LEVEHJLE-NIZBROLLE, à Checy Mme la marquise DE LOVERDO, au château des Condeuinais Mme DE UMAIRAC. au château de Sou!ages M. DE LA VACQUERIE, à Noyers Mme RaouJ LYAUTEY, à Crevic Mme LUCIGNANI, à Royan Mme René LE BRET, à Bru.-inen M. le comte H. DE LAURENCIE, à Saint-Aignan-Grandhière Mme Victor LYON, à AvonFontainebleau M. LE ROY DES BARRES, à Epinay Mlle J. DE LA BOISSIERE, au château DE SAINT-LEGER Maître J. LEVATOIS, à Sainteny Mme Georges LAGRESILLE, à Bayon Mme LAMBERT DAVID, au Mont-Dore Mme DE LA VERTEVILLE, au château du GrandBiard Mme DE LANZAC DE LABORIE, au château de Irflhat M. colonel DE MONTAL, au château de Rieutort Mme Joseph-Henri MARCHAND, à Neauphle-k-Château Mme Miguel F. DE YTURBE, à La Tour-d'Auvergne M. Julien MACK, à Chasse M. le baron Albert MARIANI, à Châtelguyon Mme MILLET, à Rougemont-le-Château S. Exc. Mme la marquise DE MALA5PINA, à Tortona Per Volpedo Mme Jules MANHEIM, à Bad-Ragaz Mme MALAQUIN, à Ableiges Mme Paul iMAYBR, à Neufchatel M. C. DE MiBDELSHEIiM, à Versailles M. et Mme André MANCHON, à Rouen Mme la comtesse H. DE MONTEYNARD, à La Baule M. Ernest MASSIN. à Telgrue Mme André MORREN, au Zoutc M. W. MICHEL, à Gstaad Mlle H. MERCADIER, à La Baule M. le comte Jean DE NOBLET, au château de Saint-Point Mme la comtesse Stanislas D'ORSETTI, au château de Bernapré M. Georges PLUYETTE, à Noirmoutier Mme Georges PERCHAIS, au château du Bois-Eaguene Mme la marquise DE PINDRAY D'ÀMBEiLL-E, à Poitiers M. Léonce PREVOTAT D'ANTHIER, au château Grevaz ALARELIGIEUSE-DEUILIMMEDIAT 2 Rue Tronchet. 32 Place de la Madeleine

Z~M

LES FILMS NOUVEAUX

Au Normandie

« LES HOMMES DE PROIE » Un scénario

très cinématographique

Il faut en convenir un scénario spé-. cialement écrit pour l'écran s y adapte mieux qu'un autre, qui n était point fait pour lui. Celui des Hommes de Proie fut conçu sous le signe du cinema, ce qui vaut un bon rythme qui entraîne et enlève l'action.

Par ailleurs, il y a bien quelques faiblesses dans cette histoire d'un aventurier qui garde un cœur exigeant malgré son goût pour la noce et dont la femme délaissée s'essaye à d'autres amours.

Jeanne Boitel, que la douleur ploie très photogéniquement et qui se montre fort touchante; Jean Max, aventurier sombre et secret, et Jean Galland le troisième sont les vedettes d'une distribution homogène.

Et des extérieurs harmonieux servent de cadre à effets d'une juste sincérité. Jean Laury.

ill1Pp^9OTÉS KBW C RAN CET APRES-MIDI

A VApollo, à 14 heures, première représentation de Les derniers hors la loi et de La lumière verte.

CE SOIR ̃

Au Club Cinématographique 32 (salle F. 1. F.), à 21 heures, projection privée de L'Opéra de quat' sous.

Q~~NCIPALES

~X

AU GRAND PALAIS 21 juillet FETE COLONIALE. Participation de nombreux danseurs, chanteurs coloniaux et des troupes coloniales dans un grand palais symbolique qui figurera l'Empire français.

Du 24 juillet au 8 août Grande quinzaine sportive. Championnats du monde de Dirt track, de hockey, de boxe et gala des champions.

EN PLEIN AIR

14 juillet FETE 3ÏA.TIOIVALE, fête populaire avec bals sur les grandes places de Paris, rondes d'avions allmnant les feux d'artifice sur les différentes collines avoisinant la capitale, retraites aux flambeaux. SUR LE PARVIS

NOTRE-DAME

A partir du 30 août « Le Vray Mistère de la Passion ».

GALAS LUMINEUX Sl'B LA SEINE, SUR I,A TOUR EIFFEL. TOUS LES SOIRS, FONTAINES LUMINEUSES SUR LA SEINE.


LE FIGARO ECONOMIQUE ET FINANCIER

La réforme de ta Bourse Un décret-loi qui serait utile et agréable

Le problème français n'est pas fi- > nanciej.' ni monétaire, il est econo- mique. Depuis cinq ans, tous les gouvernements, sans exception, l'ont déclaré "et répété. Le ministre en c ( exercice des Finances a cependant c insisté sur cette notion fondamen- 1 tale avec plus de force qu'aucun 1 autre. Son programme fiscal est une i première étape de la restauration. t La seconde doit être préparée sans T délai. A cette obligation, qu'il ne cesse pas de proclamer, M. Georges Bonnet ne parait pas disposé à man- 1 quer, 'Il a organisé un comité de l'é- 1 conomie nationale. Et ce qui est plus important, il en a confié le secréta- t riat général à M. Itoger Aubouin. Libéral orthodoxe, praticien avisé, 1 disciple éminent et collaborateur du professeur Charles Rist, M. Aubouin sait d'avance, mieux que personne, un métier qui lui est déjà familier. Que peut-on espérer de plus pour l'instant ? Après tant d'années gâchées, après tant de fautes commises rien.

Cela posé; il n'est pas défendu de signaler à l'attention une question d'apparence secondaire, dont le règlement pourrait être rapide, et relativement facile, en même temps qu'il présenterait des avantages considérables pour le développement des opérations en cours. Cette question c'est celle de la Bourse.

Sauf quelques réformes de détail, d'intérêt inégal et qui n'ont pas été toujours bien coordonnées, aucun perfectionnement n'a été apporté depuis vingt- cinq ans au mécanisme du marché sauf que les valeurs mobilières ont été mises en hachis. La situation qui en résulte est misérable. Des esprits ingénieux savent s'en accommoder et tirer parti des abus lés" plus caractérisés. D'autres, en plus grand nombre, se résignent, curieusement, au marasme de leur profession, à la disparition progressive de ce. qui est leur raison d'être. Mais l'interrogation désabusée à quoi bon ? ne forme plus une excuse admissible, dans le moment qu'est entrepris un effort sérieux de sauvetage. Pour la Bourse, un point est acquis elle n'a pas de dégrèvements à attendre avant longtemps. Une répartition plus rationnelle de ses charges ne serait pas" moins bienfaisante. D'autres mesures sont toutes prêtes à prendre. Elles concernent l'élargissement et l'aménagement de la place. Elles seraient un grand progrès. Elles en annonceraient de plus, amples. Camembert disait très bien Cancrelat, devant t' le tas de bois à scier du colonel «Commence toujours par un bout et quand tu seras .arrivé à l'autre, tu seras étonné d'avoir fini. » Pour donner corps aux recommandations qu'avait" faites, en 1035, le comité de la Bourse, le moyen avait fait défaut. Par le malheur des temps, la procédure expéditivedes décretsJois a été ressuscitée. Chacun sent comme elle sert à travjayier les côtes des contribuables, hi gendarmerie maritime lui doit sa reconnaissance. L'administration desl. haras et -celle; des Beaux-Arïs Tonf employée avec succès. Elle fournirait la • Bourse plaque tournante 'de l'économie nationale une chance peut-être unique de salut.

F. -F. Legueu.

>>̃̃̃ ̃̃̃" --i'«p>

LES CH AUGES

Détente relative

Au 'début dç cptt,e semaine, et grâce à rjjnprçssïon ïavoratyle produite par l'apaisement iia conflit de l'hôtellerie, les 'changes se détendent un peu. Au comptant, la passe à 127,99 contre 128,12 le dollar revient à 25,7825 contre 25,86.

A terme, report à trois mois sur la livre, 3,50 au lieu de 4 francs, à un mois, 1 franc au lieu de 1,30. Sur le dollar, report à trois mois, 0,7' contre 0,85^. à un, mois, 0,21 contre 0,28. Mouvement hebdomadaire de la Caisse d'épargne

et de prévoyance de Paris

Opérations de la Caisse d'épargne et de prévoyance de Paris du lundi 5 au samedi 10 juillet. dé~pôt,5 20.000 fraiics.

̃Maximum des dépôts 20.000 francs.

Versements reçus de 6.078 déposants, dont 1.573 nouveaux, France 10 millions 153.276,93.

Remboursements à 5.008 déposants, dont 461 pour solde, Francs 11 millions 564.262,31.

Fonds d'Stat français achetas, à la demande des déposants pour un capital de Francs 56.0iS<),3i6,

INFORMATIONS

Nouvelles tranches d'emprunts coloniaux

L'Officiel du 10 juillet publié une série de décrets autorisant les colonies suivantes à éjnetU'e de nouvelles tranches d'emprunts sous la forme d'obligations de 1.000 francs 5 1/2 0/0 amortissables en vingt ans Guadeloupe ..(13 millions 700,000 francs), Guyane (1 million 30,000 francs)'; Nouvelle-Calédonie (6.500.000 francs), Somalis (6 millions). La situation budgétaire

américaine

II est annoncé que les revenus fiscaux intérieurs avaient atteint pour'l'an. née au !H) juin 1937 la somme de 4 milliards 652.504.1 &8 dollars contre 3 milliards 020,208.381 dollars pour l'exercice précédent. Sur ce mliifl're, Tlncome Tax raprésente 2.149.380.000 dollars, soit 40 0/0. Les taxes sur les articles dits « de luxe » ont rapporté notablement plus qu'en 1935-36 et les impôts de « sécurité sociale ont produit 265.755.000 dollars. L'Etat de New-York a payé à lui tout seul 976.200.712 dollars en impôts divers contre 775.744.135 dollars. D'autre part, pendant le dernier exercice,- jj n'a été fait usage pour l'amortissment de la dette que de 103.971.200 dollars sur les 723 millions réservés dans ce but. Pour le prochain exercice, M. Morgenthau annonce que 1.200 millions de dollars, après inclusion du montant statutaire pour l'année en cours, seraient disponibles pour l'amortissement.

La production d'automobiles aux Etats-Unis

La production d'automobiles, non compris celle de la Ford Motor, s'est éle- vée pendant le mois de juin à 525.983 voitures, en augmentation de 12 0/0 sur le mois de juin correspondant.

~«~M~~M~M~

Pour'acheter ou pendre un tmmeudle, me propriété, un appartement, lisez et utilisez les Annonces immobilières du

FIGARO.

MAECHÉ LO XJRD

L'Emprunt Young n'a pu être coté. Le Comité de l'Economie Nationale. L'activité des aciéries américaines est en forte progression à 82,7 0/0.

Q- Cette séance a été nettement lourde. Pour des raisons purement matérielles d'abord de nombreux opérateurs profitent des fêtes du 14 juillet pour quitter Paris cette semaine. © De plus, comme nous l'exposions dans notre dernière « Semaine Financière », la Bourse se rend compte que pour résoudre sérieusement la question financière il faut s'attaquer également à question économique. Il faut accroître la production et le rendement du travail. Or, nous n'en sommes pas encore là.

S) C'est ce que remarque également t'Agence Economique et Financière. Pour accroître le rendement national, écrit-elle, deux conditions complémentaires sont nécessaires

Lu première. c'est que l'Etat obtienne de tous, dans le travail, la discipline stricte et constante sans laquelle il est impossible de reprendre une production régulière. La seconde, c'est que toutes les entreprises aient la faculté de trouver, à des conditions convenables, les concours financiers dont elles, ont besoin pour « tourner rond ». Cette condition, c'est l'abaissement du loyer de l'argent. Vieille antienne, c'est entendu. On la rabâche depuis plusieurs années. C'est qu'il faut ou. accomplir l'effort nécessaire a cet abaissement ou renoncer à alléger le poids prohibitif que les affaires françaises supportent du fait du taux de l'in.térêt

S Les rentes cèdent des fractions de l'ordre de un point ù 1.8p. Valeurs du Tréso- alourdies.

® II paraît malheureusement certain

et les fonctionnaires des administrations intéressées à participer, à titre consultatif, aux travaux du comité le ministre des finances nomme un secrétaire général du comité chargé, sous son autorite, de préparer les travaux et de suivre l'exécution des décisions prises.

© Londres est un peu indisposé par les difficultés internationales concernant le problème de la non-intervention en Espagne. A peu près seuls les fonds britanniques gagnent des fractions. © Metal Exchange irrégulier cuivre standard + 4/4 1/2 à livres 56/12/6, zinc + 5/ à livres 22/15/* 1/2 plomb inchangé à livres 24/16/10 1/2, étàin livres 2/6/3 à livres 261/16/3. Il a été traité 450 tonnes de cuivre, 325 tonnes d'étairl, 1,150 tonnes de plomb et 950 tonnes de zinc.

® Les stocks, en fin de semaine, s'élevaient, à Londres, à 21,571 tonnes, en diminution de 483 tonnes, d'où une diminution totale de 857 tonnes.

© New-York est ferme. Dès l'ouverture le marché est bien disposé et la cote progresse jusqu'à la clôture, qui s'effectue dans les cours les plus hauts. Les gains sont de 1 à 5 points. Total des transactions, 1,020,000. Coton et céréales à peine soutenus.

© Par suite de la cessation des grèves dans l'industrie dp- l'acier, l'activité des aciéries américaines est estimée, à l'heure actuelle, à 82,7 p. 100 de leur capacité, contre 67,3 p. 100 la semaine précédente.

qu'une grande partie des ventes qui ont déterminé ce glissement émanent du comptant. De nombreux rentiers sont, semble-t-il, indisposés par la comptabilisation qui va être faite des coupons touchés, d'après les mesures financières prises récemment.

© La plupart des valeurs à revenu variable, françaises ou étrangères, perdent également du terrain.

® Aux fonds étrangers, l'Emprunt Young n'a pu être coté, à la suite du nouvel accord commercial francO'Ollemand, qui ne comporte pas de pourcentage réservé aux emprunts extérieurs allemands, le service de ceux-ci devant être assuré par la Reichsbank par priorité sur les divers versements autres que commerciaux.

Q Comme on l'aura vu ci-contre, le ministère des finances vient,d'annoncer la nomination de M. Roger Auboin, maître des requêtes au Conseil d'Etat, comme secrétaire général du Comité de l'économie nationale, lequel groupe les divers ministres des départements économiques. © Voici, d'après le décret paru hier, la composition du Comité ministériel de l'économie nationale

II est institué un Comité ministériel de l'économie nationale comprenant le ministre des finances, président le ministre des travaux publics, le ministre du commerce, le ministre de l'agriculture, le ministre des postes, télégraphes et téléphones, ainsi que les sous-secrétaires d'Etat à ces départements ministériels, le ministre des finances peut appeler le secrétaire général du Conseil national économique, les secrétaires généraux

PARIS 1

PRINCIPALES FLUCTUATIONS I

Hans,çe

40/0 19 25 1ür ;~0 + 090 tjnion Parisienne 438 + 26 Baisse

3 0/0 72 45 110 40/0 1917. 70 9U 1 80 50/01920. 93 5Q 1 4 1/z 1932 :a ss so 180 4 1/2 1SS7. 99 1 1M Banque de Paris. 11\10 19 ~ord 68(i -)9 Trmuw. de S~angha: 1062 –2K Générale d'Electricité. 1220 -100 Trétileries 825 46 Pechiney 1840 –52 Centra) Miniiig. :~tili;i :i;i Haut~Katangapriv. 30110 ti0 De Bf'S ord. 2118 31

PRINCIPALES TRANSACTIONS

En franct de renie t

8 0/0 474.372 4 1/2 0/Q 32 2.641.320 4 9/« 17, 156.466 4 J 1937. 933.570 « 0/0 18. 440.256 Ob. 3 J 36 A 3.419.800

ê 0/0 20 156.930 Ob, 4 30 8 7.719.800

4 0/0 25. 472.288 Oh.t%36B7.719.800

40/025. 472.288

En litres

Bons Trésor Saint-Gobain.. 254 4 1/2 0/0 34 Air liquide.. 882 B, de Franc? 129 Citroën'act.B. 252 Bf de Paris,. 1 114 N. 200 U, Parisienne 3.590 Indo Hévéas.. «49 C. Lyonnais, 396 Peugeot ..«.» 174 Suez cap. 115 Say 551 Diotrib. Elect 912 Terres R 1.152 Forges N.-Bst 852 Young 5J% 30 Tréfileries 153 Canadian. Paç, 5.0»9 Courrières. 1.159 Wagons-Lits.. 1.869 Lens 590 Central Mining 162 Marles 534 Geduld a. 299 Nickel >̃>, 983' Rio 1.267 Penarroya Vil 1.849 Azotp 238 Pse Pétroles. 1.030 Royal Dutch.. 1.310 Kali Ste Thér. 711 Amsterd. Rub. 294 Kuhlmann w 1.193 Cr. Nat. 1919 1.087

Péchlney 386 Cr. Nat, 1920 1.590

a.i Pau&nc V*J6 Cr. N«t. 1933- 1,608

LONDRES hésitant.

«Henné clf> De™- uiinioc Cl6t' i Dern-

•Alttml» précéd, cours <*i-tUK!> j p^d. j cours

Cens. 3»J.. 74 7/8 mil Crown -Min Kl/! J2 5/16

t% 106 S/4 10S7/S EastRMd. 57/6 SBilO'i WarLosn.. 100 l/t ioo 7/ie Geduid. 7 in 75/8 Front, s 13 l;î 1S lit ColdSeldB.. rtiio1, 70/7». i 15. 14 7/e KandMInes :32/6 t39/. 4<5(191T) 14. 1S 1/2 Ciartered 34/ Ô3/9 Are. 100 3/4 100 3/4 ïioTint».. J0 1/4 M. Brési(lSJS) 13, 3.4 233/4 tbarsis 45/45/. Ckiae4^ 102 ï/2 1013/4 Taisra»ïikâ M/s 14,3 Egypt. unif 1M •/• Ml •• Anaconda.. 226/i 225/. Youig 47 1/4 is 1/2 SoyalDutch 45 !̃/» 4S 1/2 Italien 3;; 16. 16. Shell. 5 7/16 5 13/82 Jap.4»o'(9Ï) 63 3/4 611/2 Me^Easle. 18,4;,» 18/. PortïB-3% '•/• 80 iaslo-Iran 88/1!» 87/6 Rnsse(1906) 0 5/6 0 5/8 G"la 42/t 42/6 Espas. «t. 41 41 Rnkb.Trast 39/ Dl, 38/B

Turo7}; 2 1/4 2 1/4 Malacca. 3!/t 37'6

Hydro-Elec 8 1/i 8 1/2 SennaH. 48/9 48/9 I»t.Jtoldlns 2'1WI* 3 Crartaulds. aj/iqjj. 61/6 Imp.Iohac. MO/IH 150/. Urist.Cela» 7/. ,1 7/.

St«lC«rp. 110 3/B «: 1,8 toP.Cliemic i7 4/8 37 1/8

BeBeert. 17 16 9/16 Uniierer 40/3 40/3

Jagersfoit. t 9/lt 1 3/16 Mcïisim. «4 82.

Brakpan. 47/8 46/3 Canad. ?ac. j2 ,/t 121/4

Cnt.HiBF. mu ti oaiooraei. ISO 128.

1 ~7 1,

BRUXELLES irrégulier.

TERME 1 Clôt. 1 Dern. Il CO¥PTAHT 1 c~ô,t. Il' Dern.

itiwt p^gd cours II comptant préc^ cours KM». 201 25 196 JLB.3%2.S 92S0 ..j 3230 Sldro 29! 73 282 50 BaniJ.Brni. 835.. | 835,. Baie. Trac- 227 50 214.. Banq.H.Bel 1885 j !835 BtaiilTrac. 742 50 728 75 Caisse R.p, 2600. 25C0 Bneftos-Ayr 162 f. 160 Cr Anvers. 503 5ûs Hellopolis 1660.. 1625 Soc, 0. Bel. 4660.. 4620,, Kitr.aailw 350 383 Electrobel 2065 2065 «a»q.ieP«r 15M 1380.. E.gail (cp.) 1230.. 1235 Elect.Seine .417 60. «07 50 (ton.) S540. 3Î90 El.GazNord 453 78 435.. Soûna 10025 10025 Hetropolit. J190 >}».. Hydroûna.. 300.. 300.. lansaiyika 111 so 109 5t J. cockerill 2160 2135 Ht-Kat(îr.) 4315.. 4250,, 08gré«-»ar t975.. 1375 (ep.) 4270.. 4250, Astu. Miles 267 50 !63,. (dTd.) 4240 4250 Vieille-Mp» 2Ç60. 2840 Concordia.. lia 116.. Msarage 11300 11200 Petrotua.. 685., 682 E0 Mord CïlH | 5425 3450..

Fetrollla' 6se 682 Nord Charl 15423 3450..

AirRed.117 72 3/4 71 5/8 Joins Mai» 129. AUiedCkem 227. 226 1/2 |Keanecott 58 3/8 60 1/4 Amer. Can. 1013/4 02 IMostgome 60 7/8 62. Amer Smel. 91 1/4 92 1/2 Uat.DairyP l/s 20 1/8 A«.I.etI. 16S 3/4 169 1/2 Kat. Wstil. 30 3/4 30 3/4 Am.Iol>acB. 76 3.4 78 1/2 K.-Y.Ce»tr. S9 3/4 411/4 Anaconda.. 55 1/8 56 3/4 SorthAmer 25 5/S 26 1/8 Atchison.. 311/4 82 3/4 Peisylvan 39 1/2 40 1/4 Canad. Pas. H 7/8 12 PaWic Sen 4! 1/4 Cise <̃• ̃/̃ »70 R»dio 9 l/> 9 1/4 Cer.d.Fajco 70, 70 1/2 Reynolds.. 50 :,8 SP 1/2 Chts.a.Oliio 54 3/4 SE Sears Roeb. 911/2 92 7/8 Com.SolTen 14. 13 7/8 Shell 28. 28 5/6 Consol.Edis 36 1/2 36 3/8 ôt. Brands. 12 7/6 13 C»ty.. 7 1/2 7 7/8 5t.OiloiIIJ 68 3/4 70 1/8 Corysler 103. J05 1/4 Texas Cçrp. 611/4 62 3/8 Pu Pont 15* •/̃ 155 1/2 Texas Oalf. 38 1/4 Elec.B.a.s. « S/S 1/8 Onioaraci. 128 1S0 1/2 Gener.Elec' 55 1/4 55 1/4 Dnit.AirCr 30. 31 2, S Gêner Mot! 53 ̃/• 5' 5/B U. S.S»elt. 91 ./• Goodyear 39 3/4 40 1/2 il. S. Steel. 108 3/8 112 3/4 InterHarv 110 3/4 113 1/8 Wester.Vn. 48 »/< 45 1/8 InterKlcli. «0 3/4 62. Westins».. (47 1/8 1491/4 J»t.I.etTel 11 V* '/• W«»lwortl>. 45 1/2 46

BLI Juillet 9/6 9/91/4 Ciicago. Juillet 122 3/8 120. Septemhra 123 3/8 121 1/8 AVOIMI ?wl. Juillet 117 Aost 116 50 50

1 HoTejtbre 18 17 18 34

Septembre 19 22 :9 16 SUIVRE (Stan.) Londres Comptant S6/M/2 56 12/6 Hew-Yorlt.. Juillet 12 to 1189 Scptemiro 12 80 12 90

ZIHC Comptant 23107,)'. 221S/7K ~2

•OR'FIH Comptant 140/5'i J4.O/2

BOURSE PU 12 JUILLET 1937 VALEURS |ffd.|^f VALEURS Clôt Der'l' VALEURS clôt. 1 Dern, VALEURS l, Clôt. 1 oern.

VALEURS coprs VALEURS précêd. cours ~l VALEURS pr6céd. cours il VALEURS précéd. cours

aja~t~, 1I~GrAdi2Eational5c!~S9t9.. 19.. ~462.. 460.BanqaeFranco-tapoaa.fse. 84.. ~83..IBenHerché fi0..l t99..

TERME crédit National 5^1919.. 462.. 460 Banque Franco-Japonaise. 84.. 83.. Bon Marché 140.. 139..

**•«•&> or.Nat.obliB.500'5%192». «40.. 417 Ban/Hat, p. le Co». et l'lud. 5. 563.. S64 ..cety (Société Anonyme). 229.. 216

.0' 7385 7245 or.llat.obh~.500f5%19:111, "0.. 417.. Bu,lIat.p.le(;oJl1.etl'Ind. 563.. !!IIi.. c..ty(SeçléteAaoll),JI1e). a2S., 218..

'5o. ̃ "Jj "J» 90 Bons6?,'1922 467.. 468,. Banque des pays du Bord.. 240 Galeries Lafayette 42.. 40.. *%>*?"̃ •̃-• JÎ'S !'?î! »ons6fJjanT.19!S. 470.. 466 Créât AlBérien 1500.. 1500.. (part).. 32900 «»î2«"vVi aï» «S»! Bons 6 <i(; juin 1923. 460.. Crédit Indust. et Commerc. 285 Ho»«Iles Galeries 925.. 309.. ?$îH??)M£Ws"?i' .«S «Smi oblip. ÇS»1924. 472.. 470.. CreditFon.d'Alséric-Tunis. 449.. 454.. Printemps, ord 122.. .120

î $ îî¥.Jî Ï1"1"»' 1SîfS *S? S Bépart. de l'Aime T 1926 4T0 474.. Crédit Foncier Colonial. 170.. 169.. AgenceHwas 520.. 515..

ié'Jlîlli SU ÏÏm ̃– 'JslWT 517.. B10.. OreditFon.Indo-Ciiinetpart) 1415 1405 Bfdot Bottln 1655

4'_ f832 8. T8 65 74 6 go t91d 817.. 610. cr.dltFon,I~do.chlne(part)1415..1408.. Ghaix. 170 ·. 9f2

IJ?'^ VV'VV;i" .25 «Z1W 6ob-i92a MO.. SSO Crédit Foncier Madagascar «6 Ciaix 870.. 912.. a'

8}ie-î*V*f'rVl^ï8J 32" ïïî"i *e la Marne 6 îi«. 430,. 422 Fran.de Banq. et Dépôts 525.. 534 Librairie Hachette «M 1400..

S}'&dIJnC-rm?'L1Mî- ïïï" ÏJÎ" 4«M«»rt.-et-ll.*s2. 413.. 420.. «o Report et Bopôts 475 Afriqw Occidental» <c>«).. 1040 1001 StrTr; *j!5 ?"«« 3S« i£.kk SeH*u»o6^"l923 421.. 42o:. Soc. 0* Alsacienne de Binq. 435., 433.. Air Liquide (part,). 3150 3065

Skr! ATÏî2r.V*iM? S4M 94M »rd 19M, 424.. 424 Société Marseillaise 4B3 Bergougnan 630.

OMil.4*ïre»r4Ooi93«. 94 30 9iW t%im.. «0.. 423.. Bous Camp. ïntrepronears. 303.. 300.. Cirases Français 368.. 375.. Bonslr. àl0ans4««19SS 698 892.. 7 1927.. 476 470 Union des Mines'. 148.. 148 Colonies (Générale des). 330.. 312.. Kî!T?'ÀaJ»l..?<>>u Us" mi" -ïas-de-taUls7%1926 475.. 475.; Foncière Lyonnaise 845.. 810.. Continent, Compteurs à Oas 313.. 305..

8ïïi£'51ft!K2y*$ÎSî S" iU" 1%M– «9.. 4M. immobilière Marseillaise 2100 2105 Bunlop 498.. «5..

Bons xr. 3-B-io ans jîs 1934 *»s •̃ ̃• sc^-iQjq b-ïk pqa Immobilière Maroeilla ise 2100 Bec Auer 217 230

Wu& AutoAom 4 51 7 140 5%1929. 825 C34 AMMNStMUSTMELMS Rroc'S.'MMMiedti'" 495': 230..

c:.a1Q8 ..toJGlOIIt }. 9. /11. 74B"~ 1Ie..e 8 }i QL 1921, 4:!O" ua" ACTIONS IIIDVST1\r&Lt.&S Maroc (Ci. Générale dn) 495..i

Banque de France 69% 8805.. NmmB.d ~y, °~ 1959. 425~ 490 I Hneaos·Ayies (cùem.daler 972 9T0 Maroc (Ci- Générale du): 7500 1500

BM<ne<t.FrMM.6900..6N5 i,iu:d'T"S, BueMs-AyrM(chem.dehr 972.. 970 Ta~ac au Maroc, 7500. 7500

il de 1'Algérie. 8490 .Yille de Reima 6'p f9lT e40: e2s Dakar â Saint·Genis, 12$0 12% Tabac Pene: Peavto-CAand. B28o 80a6

^ft^iffl!iï«iiSS :«:: »5»||^ g:; §:: g:: ^p^é^ï. g:: g::

8a9qaE8e2aeiatPAya·Ha9120B 1199 5.û lg2B 192 784 G°emin Eat·AIgéNEn. 175.: a88 8oeaowice. 260.: 25S

Iransatlanti^ie. 550.. 550., Id Sn.ri,«FP 56'< S ÏS ™* ̃ ̃ Indo-Cnine et ïunnan 1950 1850 ~°"

de 550.. 550 Ddus.Sutri.rerr.6~'{)1921 oi03.. tOO.. Karoa 1 1950 .850 ~HEEN~$ANQU6

compagnie Algérienne 43s ¡Odustrl.1SAlsaCiUS, 1S2~, 410," 402 Chemsn paes4AlBdrian. 582.. 9sE MAKCMMMN~

~~X~~S4:: 4S ,Algérie SC6190J. 9pE 3\6 4~ 4.0:: "AI'\ 443.. 443

Ciédit Commarc. de Frpeq ~474 ~n5 ~;Gptye.~·5898. SU' l'anisiens (cheminter).j 418 400 448 443

Foncier de FranceT! 2355.. 2398.. Ïïiis3% 1902-1907 ?S Sf f™ "= l'Indo-Cnine cap. 745.. J™M;«;«^ -.IVi,- r «S JS

Lyonnais. 14Î5 1405 iin sie 4. K 1931™ SI S Magasins Géncr. de Paris. 1814 750 *"«a.e*a"°îJe"sypto. 5080 5025

̃ Siciit. ééiirtl*1: m:. 1'.». ` iK.Ene'lKBaWosiÔOL g^1' stm Eaux (Comp. Cénérale dos). J21B 1216 ggj1,0*1 Iwt'°" -g--yj-

îSîî^.n: &&•: jBgaî?! 1::E:: l- xv^ S:; m SF: Ie6 g-

.RE9tB.P9ac(èip. S9T.. 378., Angieterre2~ 2 ~gSS0..9548..IEaaxd'Eeian. â12 ·· Hraay. 15:50 152.

Suez 6«t de Jondateur), 21600. 31830. w 'T 5 1909 Sïï ïicliy (EUbl. Thermal). 16S5 1610 g*S/S?V»rtV"' l, f?, ik î?l BM«.teWl«) (cinquième.. 6350 6350. Belgique 3 pfîras-lbbsi-; "io joij Air .comprimé 1870 1870 ISçh"ufs!FinanVrord' II? M 30?

~8st,.· 535.. 928" Belgique $?3"~t8S4: %'· 8050 comprime 190.. Caoniptoaoa(Pmane,)·ord. 3t7.. 301

~t.5M.. 6sso. :B~lii<¡11'c,,3 ~1B?S-I90¡5i; 820 ,35" '11870 I Ills70, ~t:n: '¡a~è:)ôr'¡: 1~;

Lyon 660.. 638.. Brésil 1909 (Pernambaco).. 505 Eatson. 530.. 547 rhartered »î «îû ai«

MM •!• ̃«".̃. 536. Chili 6 SX" in HçctrioitedeÇlarwiUe. 335,. 335 |o"y Dew ÎK 177"

nord 715.. 686.. »iM4;iKi91)8 »i Electricité de StrasbonrB. 1450 -1479.. Slïmbia' "i m" 159

\lord 630" 88 C ao ~¡' 't,,°"'19OÍ" 28S0.. 2530.. 'Enorgio Electrique (GI.). 491.. 47J.. COlnm~ia. 170.. lu

Orléais G30 Congo obi. 4 1901 "Sk 441 iEnersio Electrique (Gi-). 491.. «» Siw» Miiii ̃ is« 1628

^»t"le(Ci;fr.CUerPr,V.') S35 625.. SffW M*iM*i*e ,«;; i»g Energie du Katoç 770.. &&»: "Y. 'Sî MétropelitaindoPari». 982.. 985.. Baifl 5 1910. "Jg -g^ I »jwe ta luu». 18| 185.. oe Beers ordUaire 2149 JUS Parisienne Industrie 355 349 Maroc 5 1910 w 415 Energie Sud-Ouest 675.. Féfére 2090 .1960.. de saaehaî 1085 16*2 Pologne 7 «J 1927 1M, lw0 ÏBt-Jamiere 195.. 195 D,p 344 341..

Eaux et Eclairege (Lyon), '1'1200 1220., Portugal 3 °~ 1'° série 2031 2032.. Forces mot. Agout.¡500.. 500 East Ge'¡RId. 1\035 f032

^SlSÎCT.ga:«::«- ES^& 18:: ^:f- S* £̃̃ g" S?. i%-i%

Di.tr.ar!SiOn, Parle. 5i5 e35 aeumanle t~i-922 BO.s 145.. 149.. = ~ih~ 500 =' '1 Ea~ter. 378.. 315

iK!^d4ceSné: »:: B:: = ???aî«: g:: i^ = g:: g:: g^* «

Blectricité et Gaz du Nord d., 382 · · 97J 7 °' 1951. 381 882 W 1. la Vienne. 217 2,13 FTaaca Wpomin pp0 ~1

ES8*»- gîg: Si! liipS^E S Si «fe: |!B |6?

EaergieLittoraJ.!4é4itorr. 1320 50 497 220 8erJJo5%1t11. 230 Hydre Electrique Auvergne 799 795.. G.oldfielda Idiata 6 4Q" 564

P.aergie8lent.Bard·Fiaece-SOB.. 30! SBiPPP1BN01, 3020. 2970. 470 .S"6~MMMM: 451

.NT·f,apièpo. 710.· 613.. MatacatncDletribntion. 449.. iBO., GO~~°mMDg. 291.. 296..

9 p OBLIGATIONS liantaise d'Eclairagç 3bO 350 Botc)Gtlsa.· 712 690

S?=Ë- |i: g!- 1 iiifcE g:: g:: «SE fa:: "a;; Sfe^E %i ï::

'.l'e~gf4Phlen~FII. Isi" 18713¡; aGO..1 US Ou.,tPari,;e. 590, 601.. IInauc~aca. S250 8950

D9f9ad'EitctTiditd.1:IB=a8y: 579~ 876 "·' 431,. 423.. Pyrénéenasd'EneF6lGBlec. 975.. 958. =mre 7076 6850

Do111at9CisB. 3as," 16754, 431 4:!O.. $acteur Rive Gauche 97S ..195B.. Il)'dro.cèr. 7075 6850

For I:Acler,dII'ordet¡¡at 720.. 18S4.1s9t2,6" 211.. TA6.. 6ecteur 1\lveGauche 213. 1. lü;itt. lit bo 113 50

aCbútjder (lirousot). U'O.. 1090.. <Il 1898 2% 207.. Sud-lumière prier.. jouissance. 1~" SI.. ~:oa TI. 'P";¡: 34.. ~5

Trt4ltrlel.tL.dulI.&yr. 811.. 210 a5 ¡;¡ 1$119 a% ilét. 24 21-2 11$ Télépho~e. JOB s.ance. 210" E06. M#9 roof 4u kit

Goumore. :g.. 5M~,F-: sa9.· YerPpilfaf5eTt5m.aSBi9tT. 493:: 418.. Malac.ord S. 238..

Lens, ~b iT9.. 19102;1%.et. ati ;10, IdEaIcei Eegle 0i1 ord. 123 50 !t8

Vicoig.es H0.UX 4M.. 418.. u 19tOS^ Sî" DollfusMieg 4750 4750 Michel!» (part) 1400 1366

«a.. «6.. » 19123$ 5^" g!" {»*«*• Textile. <O")., 106».. 1076.. Minier, dis crands Lacs.. 768.. 760..

8aléo. s7o 16P 156 w fet8 S $. a7o x2a Industrie Textile, (G'')., 1060 1076 Mlnién des Cranda Laes.. 768 7%

HiclKl 370;. 9«5.. g m85g g»- gj- Industrie Textile 290.. 290.. Moteurs Gnome 665.. 650.. Ponarroya 35S50 352 S itai'yy »™ •• •• PcrencKes 868.. 338.. Mozambique 40 76 S875 75

ïransai»» «es Pétrole», 900.. 890.. i9304%- Si" 5s" Centraled'Eclalrage(Lebon) 1595 }600 Naragnta lin «5

Electro-chimie d'Ugine. 12SJ.. 1217.. 1930 4 Lots !!î 5K 0wtj»eatal« du Gâs. 800 Nationale Vise» MS 455..

Kuhlmann 628.. «16.. 19314$.. gj-. •» •̃ Eclairage, Chauf. et F.M.. 5«5 575.. Padang. 640,. 627..

Kuhlmanit GU 616 19314 iô. · 62S rage, Chauf, et F.M..5" 575 g. · su 427

»atièr. colorant. St-Beal». 11W 1JJ0 4 y Fortiâcations: §5 km Frail|- d'Eclairage par an. 665 Pernod 1800 1858

l'hosphateJ4eG~sa" 00 712 VIi:Parlsl932i}'lots <04" Gai de Paris 126 225 Ph "te

Pred, chim. d'Alaislroges. 1892 IM U4 ..2215 eDOapbatc9 de 6aaetaatl9e. ~S% 9%

BYone.poalaRC. Ion t03a a23 8t0 Aciéries de £Iecteo-bldtal. 490 40! Tunisiens l29.. 128

SÉ:5::S:: < JkL^ I:: 1:: *^=""dS.ISBSStoii: «:: £:: iSS? I;: Si

'ro.hilll, d'A! ,.is'res, 1892 19h0.. Nm, fB99260' lots 662.. de Micoerille 765 725 os. coustanll.e.! 306 SOS 50

Uargeurs Réunis «2.. «4.. ,»̃• 5ÎS | *? "> «i •• »} •• Atel.etCbantiersdclaLoire 430.. 425 Sïïfîî&iî î» •• t2!M

AirUquid. 10M 1001 /riSMs8oif.« If? «5" c<mst.NorddclaFrance 440 72& Kî* îfe S;; Î5f

Brassefioeuilmes.. 5700.. 56».. «Jf» Ijnïs? »« -• "? •• Chantiers de Saint-JfMaire 670.. 670 Sfïï if'e'°»« SÎW 50 SS"

Bra,.serlellnllmis.$7111.. 5650.. (;o¡n.16903~156I.. 23o Ch~ntl.rsde,5aint'N", sir. 670.. 870.. 1'.O.A.telope 432501 U6..

taoutch.u5«ena4oehi»e, 7».- 6»l *• îïSstfn'oV Sf'" g2 ̃ Dhâtlllon^ommçntry 1435 1480 SStlïfï! ïiîiA 722 iA

iltriwn B 547. 541,. 261.. 250.. FiçeE.TJillc fifift SA7 SpriOgS Mines 195 50 190 50

¡;Itroenll. M7.. 1141.. 18852~1261.. 241., ~A~.K.t~a las 155 Tanganyika 19550 19050

Compteur» à Gai 685.. 666.. g p- ïllg ? 55 gs S" 5S" Bartoo çt Homéo 465.. 455.. îffïï1/1** .2 ̃• ,5*1

para 77 7S < «OttC. 1BS& 280 299.. 300.. jemnnnt vu «an Tnarsis 290,, 287 50 69

"ra g liom. 1899J6O5Ô 2S550 260.. S terrant (Fore Chant» ois" So W*" <s««» African). «0 50 81 50

?4ueent .». 856:: roue. 1993 3 2q8 m960 50 Marl.ectlle!DÕO 485:: 650 Transvaal Laud 96 2U W

Peugeot m,. 49».. F0ttC.19D3356 «850 275 F iViire Mat a Si ÎS (Sï <is inuu^Ul Land. 250., 24S50

BafiderlesetSucreriesSaï 58o!. 575 H -om. 19063?^ 259.. 258.. niiaiî5lSS» {S ISo Tubi" «2 •• »° ••

ïerrrerouset S67 665.. ? fo«o. 1909 3 140.. 142.. MatoelieCh dcForfC^Fr ml" as" Union Corporation 930.. 928.. unio» suropéewe. 797.. 783.. g £»̃ *|g » §» m.. «M ̃ • Kï (». Françâfie).f. »% Y. $i -Minié«HaMKata»ga,r. 3750 3M0 JiKïîôr. 344.. 339., 3 «M, 18M3J4 jj., 287.. 281 sonelle-Manbc uee im m -• Cap, 3704 3665

Lyon i% Fusion nouv 282.. 278.: g 1M34% 41, «> ̃ ̃ giume Tc^defiouV 474 ÎS vieille Montagse i486 2450

*.«»& 30650 308 I S, fnip. 19267% 53 585 ..| gbonVa gedïSSi»"" «50 SJ» Ti»8 ï B5'r»««- •̃ M' 50

non a aneieeaa. SB;. J«4 H Ma- îtElH 481.. *19 ̃• commentry-Fourchambaiit 445 4M WestHand. 193.. 191..

OTIéan.0% 334.. 334.. g 'Ïï- Jgfî^ 595.. »* ̃• floXowaVnmercTparts Ss Y. 391 ^°6t **»•*• »•̃ «» ••

1< Or,4"% ~ol.e"1 ses ¡ja, m. '927 7 ,Si.. 479.. 'omm entry.p..rchamhaUiil U5:: 131:: West Rand. 193"1 1111

nouveau 334. 314 Pa ",om. 19~ù.u.. 595.. 595.. ùoQtbrowa(Honillere)parts S6$ 391 West S,ring. 2IZ.. 2ISS..

3~: :1 '0111. 1991·3T4' 4'0. °' .2. 6tO.. Iblontrambort ct la 3Orav.d.\ -i6O:: 4s0" ",ubU"1'A~Ü

A\10Il1a!Oe5,ofl.ron.gla93. kmP· 19324'gïu, 628.. ~13.. ;'nièhe(/II!.osd'). 780.. 771 gitterolsePar00etLpmlera 2t$.

KS^e^ériei"?!»^» S Sgîfc: g- 11? g"^ ̃̃ ̃̃–̃̃ g" g:: ï^ï£'&!£ &y™y.

l<n..e~.n'oi,1"ot2' serle.1 12 50 12 50 zlnp. 193' 5 J,~ 699.. 691.. i DlanI7.II 5011:: 500:: 1\o.hal~len'e Gouhe, 1350.. 1,350

ter»ie4%Amortissa)i.i8Si, 256.. 250.. Smp. 1934 5 !j « g|| 810.. JJÎÏJrex lis" Si" Bardin, Renard, Cosebe 1527.. 1505..

Wrc h ;̃“ i»W 274 W».. Mus 100 fr. IB87 "S" W»|hS,î^ «J •• £° Mçteur. Salmson 1. 12 75

Jawiueaaxi»» 4uH«if« 24JB0 2«,. »»• 100 fr, 1888 S" 67 50 Ïï,rî2 «S" S| Forge» de la Wortde»o«. 14300 14100 ïanîue uttomane ..7 466 471 Sricoïrt mo «20 -«'»*̃ 6M 505..

weav Poncler Egyptlen 4JM 4520.. Alsac«-rerral»e 5 19M. 573 «J •̃ SSruSîi'iiiiVôiïiïiV 1830 1935 ittMf K,"»»" M •• M ••

t.aaaaiauib ractdc SI& 1 S l881 1f4,. =iBàrio-Ta9fela(omafim), 1930., t895 ditoaug Romane se 8&

umaaia» ««se .518. J10 ÎS»?!21- » •• SoïTâinesde) ord îtoo 'iess «* W«is»a 2420.. 3400..

Wasoni-Ut. ord 1M 50 98 25 5 193J. 66Î «« gookow "et î TffiO Ï765 oaasta Mesloula. 1850 1750

"'oso.Llte ord. 1Qt 50 98 Est 6, /0 1938, 881.. a$s.. 6asrga9raot.1860., 1755.. ouasta et Moulcula. 1850.. 1750

uemrai «unlng j705 2665 Est 6»S 368.. gf.. jMttwl-Ha*.ca»(deiâiii> isM «M Xalc*li' Luiwtc 2SB5 2405 GeuAU» ,1015. :ÎÎJÏ.. *?»••/ »B.. !«̃̃ "ydroIcarbures'est-Deïii XS Mi WCI^on 1J00 1275

ittontecatini 106 108 | l% 328., gj-- rL.caise dos Pét™i«. 40§ Filat.Schappedelyoa,cap. 2J70 2J5S

monsecatini: -f08:. ~~8.. a9û. 378,. 668.. FraaPeieedasPdtrolEa· WQ U5 viscose Française, aise 2955..

»io-ainto 2600.. 25M 5% 1933 667.. «g-- fSffïï1*lïS.f2iSkV1"; 9M •• "S •• Viscoje Française 54S0 8525

Aiote (Mortégionne) «» .12S8. Etat ««1933 669.. «g- iii'^if"10"118* 373., 390 Bratserio Wmête act, ano. 2020.. J8Î5

AzototNonég.o).I28D.. 1268. Etatj¡~~I933. 569.. 305" 2$chàlbrolin ,as 375.. 8gij.. Union Ouctière ant.e. 2020..1825..

mronna.? «M. 586.. Lyon î'% 1855. 308 |f| •• ^.VSsociété'^ïrVr.; «»•• Union Sucrière de l'Ai.ne. 261.. 261..

lleyal Uutch (dinemes); 5115 S8f5 8 û. 9S3 BU 8$3 Dpaamita(SOCiétdCe9tralo) Me SW ISO BloParo. (f95 l060

itoyai ¡¡utch td,xlemOS), 5815 1i815 i 353a a r, e) 970.. 850.. lIo.oos. 113$.. 1050

Sgïr^a^»^ = i^i: S:: g:: ~r~is d'Anàl g¡oe. 12$3.. U88.. Bostoa (Tshca). 8SZ.. 8SZ..

,ucr.er.c..gy, Z Y. «3.. ,£, S»^™; » Y. ÏÏÏÏliïÏÏZï FÏa.oe 4H Y. 3420 ?W"" *"»«̃•»«« 1M

689.. 6 a1833, S." ~ia~.3335::3~ d'P,dl6

cotUPTAnV ̃ *l» S* •• !S" iali Sainte-Thérèse 1280.. 1240.. 1 1

""îKrESï ̃̃̃ i&i»: g- Bel %y. &»#fcix:8S::85:: changes

~YOHDS lI'ET4f b h~ï933: ~9 888 ~I:æ~i:¡i~~i~ü; 1%$ 1800 ~~i~l~er~t~l

9 °$ Amortissehle :7g go 72-40 Nezd G~~ série F. 400 4OO Salf9P dn Itidi 6T0 è88

3% Amortissable,. 7380 72*0 Bord série F. 400.. 4M •• Sali»» 4u Midi 670,. «63.. n 1 ̃" nui ̃

? Amortissable M _̃_ 90.. 5% série 369.. 369 •• Port du Kosario 5S25 8150 P.BI«

Il.~ÓAmo ls.a_e. 81.. gS~. 15 (p ij~Óséri'II. 369.. 369.. por~dll"08ario. 532$.. $t1iO.. l'AluI

t^iHHlA. ,890 75,0 ̃_ 4^sérieB 398.. ♦?*•• Auxiliaire Havigation. lsBo 1280

». > 74»s 7370 2 S}4?$serioc 332.. 334" Touago et Remorquage. im 133 Londres 12813 12799

4 1937 amortissaWe. ssts s%&3. 66S.. •»•• Transport» or «oSnii. sa tw Hew-ïork. 2588.. 2S782S

Obl.Cb.ItrStat4%19i»,i4 3S 307.. orléau«% 373.. 370.. Bénédictine 59W 5J05 Br«xelle« 4S5S5. 434 J25 "^ffi*" «S »>». 316.. «;•• »amoy(J«i6n) ?«£ Y. 10W Y M«drid ••–••• iiiik

P.T.T. 5%1828. 4 500. ÎS.. 406.. 65S1933 667,. S? J«»«UePl« ÏMODier, «40 *>»><» t 1»«8 W't

4.'jSolM«r.»*B0. 38J,. 378.. o»8t2Ji> 386.. ̃• Diatillorie >o l'lndo-Chl»e. 534 SM »erae «M 75. JJOSis

5 H 1934-1935 76o BANQUES 667.. 670.. Entrepôt de Grenelle 525" 530 Y. Amsterdam 1421 50 1M« ••

caisse Nat. 11!34-1935 bl~ 710.. 752.. Banque Afrique Occident,. 700 700 Grand# de Greeelle. U5 530.. "Iterdam 14:1150 141

Caisse Kat,w,Asr. 5% 19JS 87» »70 Banne Afrique Ocoident,. 700. 700 arandsMoui.doCorbeil.or. 150 «50 musses

7 !î« or 1921 (100 douar»; 36»,. J693 •- de l'indo-thine. 3995. 3950:' «eelas M2 «7..

7% or 1924 dollar»)., mm de U (luadcloupe.. 2205 2220 «os»t-B6 883.. 884 »ari» 10513 1051.

Airlque0cci««jlt.Fran;,3% 343 346 4e la Guyane JJO» 2a» M>da 2881 1790 New-York 49091 49091

7v.or,'02t(1~del¡.rt)..I188.. dela-eloupe.. 2205" 22aO.. H~58i'BÓ. US.. 804.. '.rll. 1.0513 1051.

Indo-cMne 3 4909. J51 jsa m- de Madagascar. 300.. 285.. •» part 7000 6980 RiodoJaneiro 3.. 3 G

Ma?ôlM3. «1 mY *e la Martinimw.. 2725. Potin (Félix) 85,. 88 Bienos-Ayres. 1715 16 ««

Madagasear 19\3. 3' 91B lie de 14orilnl<¡11'" :1725. ,otln (F.Ux). 8! I"s'M" NEW·1014C 1715

Madagascar 1903-ifOS, JU.. «os.. doIaBémiIon. 2650 «70 Saiut-Raphaél S250 «145 hew.toik

Maroc i% 1914. m m E«wp«0»»^paTfl«r 378 S7S .Harnt» Franca!» 1S05 KSW-TCM

$%13lt.Y, 154.. 352.. "• « ̃ »ri», 33J. de rfado-CWiie. 442., 444.. Pari» 387. «»•

5~Ó 1918. 954 38t,. 'P1"¡. -321.. I, de l'h.dOooChiu. 4.U.f ~444.. Parie., 3I?

v»nis3«1352 }60.. 3M.. J»nqM Itdu».ilelrAlr.t(ord 232.. 235.. nlist t Cltausro»(part). «4J0 «00 Uni» «H g/a «M 7/1

et grâce

LES COURSES

A ENGHIEN

PRIX DE PERPIGNAN

(haies, à vendre. 7.500 fr., 2.SO0 ni.). 1. Marsac, 69 (N. Pelât) G. 7 » (à M. F. Ghipault) V. 5 BU 2. Borréea, 69 (R. Trémeau) P. 6 50 Jumelé 10 »

Non placés Nectar des Dieux, 67 Pen and Ink, 67 Dragée Haute, 64. (5 long., 4 long., 6 long.)

PRIX DES CADETS

(haies. 10.000 francs, 2.700 mètres). Ec. Unie Wallon .G. 22 50 1. Melba, 00 (J. Frigoul) P. 10 2. Romaïka, 60 (R. Bâtes) P. 12 50 3. Trame, 60 (A. Néel) P. 10 » Non placés Ma Tout de Go, 60 Guillaume Tell, 62 Montreau, 62 Chàrleroi, 62 Lys d'Ansîais, 62 Epi Byzantin, 62 Eg-^cr 02 Le Filon, 62 Kremlin, 62 (Euillet Blanc, 62; Porte Bonheur II, 62; La Gazelle, 60 La Héziére, 60 Figue Fleur, 60.

(2 long., 1 long, 1/2, 2 long.)

PRIX DE L'ARIEGE

(sl&eple, handicap. 12.000 fr., 3.100 m.). 1. Deucalion. 65 (A. Née!).. G. 36 » (à M. H. Randon) ..P. 13 50 2. Tournesol, 60 (R. Trémeau) P. 14 » 3. Zirconium, 60 (H. Bontemps). P. 14 50 Non placés Cloclo, 67 1/2 Carrousel, 60 Isolateur III, 68 Rose Reine, 67 1/2 Dolce, 63.

(1 long. 1/2, 2 long. 1/2, 6 long.)

COURSE DE HAIES DE JUILLET (handicap. 20.000 francs, 3.200 mètres). 1 La Reboursière, 67 J (Trémeau) G. 28 50 M. J. Bévillard): P. 10 » 2. Nicot, 60 (M. Denton) P. 12 50 3. Souna, 60 (M. Loltiérou) P. 2150 Non placés Gandelain, 70 Caméa, 67 1/2 Camboiie, 61 Massjpée, 63 Outremer, 62.

(2 long., 4 long., 3 long.)

PRIX DU ROUSSILLON

(steeple. 12.000 francs, 3.700 mdètres). 1. Pellegrino, 66 (X. Pelat).G. 8 »M. Jean Hiriburu)– P. 5 50 2. Nicotiane, 60 (R. Dornaletche). P. 10 » Jumelé. 40 »

Non places Pitchourikian, 68 Barco, 64.

2 long., 8 long., 4 long.)

PRIX IVAN

(attelé. 10.000 francs, 2.100 mètres). 1. Kola (M. Roussel).G. 120 » (à M. G. Rouchet) :.P. 27 50 2. Harris (Ph. Koch) P. 12 » 3. Harouu (Chyriacos).P. M 50 Non placés Incrédule, Habra, Indore, Koulisse, Latone, Jackie Boy, Irkoust. PRIX LOUVOIS

(attelé. 7.000 francs, 2.250 mètres). 1. Jehovah (G. Maximjn) .G. 20 » (à M. Ch. Bianchetti) P. 10 50 2. Les Champlev. (Ch. H. Frestel).P. 18 50 3. Leman P (Marcillac) P. 15-50 0 Non placés Kaboul B, Lem. Williams, Légère, Klaude, Ketty d'Urgèle, J. B., Juncus, Jerry Boy, Joueuse T, J'y Passepile.

AU TREMBLAY

Aujourd'hui, à 14 heures Courses au Tremblay. Gagnants du Figaro Prix Haricot. Pomone, Dynamo. Prix Versigny, Kirsch II, Nu Tête, Prix Sir Bevys. Quibole, Smash. Prix Hampton. Bordebure, La Favorite. Prix Caller Ou. Premier Avril, Pimental.

Prix Lord Clifden. Tonkette, Milord l'Arsouille.

A SAINT-CLOUD

L'ÉVENEMENT DE DEMAIN Le Prix des Maréchaux (50.000 francs, 2.600 mètres)

PARTANTS ET MONTES PROBABLES 58 Carius. C.ELUott. 58 Sn))g!o< A. Rabbe. 57 Tiepoietto. G. Duforez. 57 Son t'n~oue. F. Roclietti. 57 .Vo;)tdittQuMne. W.Johnstone. 56.n~H<t. J.Thompson. 52 CTttne/ftMa. C. Bouillon. 5 9lfredo. X,

^H^r^fei^H^Hfl

>MlM

Tair frais

des montagnes,

niais,

i>mmmjj

un surcroît de travail l'eau du radiateur atteint 90°

Empfoyoz une huile qui résiste aux température» élevées FAITES CONJIANCE A vfVv

© SHELL C

imiiuimj ffTrrrn

MOTS CROISÉS i

̃X357 1

Horizontalement: I. Crié à un enfant impertinent Risque. II. Dans l'arrondissement de Narbonne Négation. III. On y voit une chapelle princicre Célèbre têtu Fils de l'indolence. IV. Vient au secours de l'imbécile Premier évêque de Paris. V. Vient avant le valet Nouveau venu. VI. Fin de participe Parlote internationale Sert à ouvrir et à fermer. VII, Couleur Premier d'une série sonore Connu. Vin. Ville du Piémont Fit comme la pie. IX. Vin mousseux Qualifie maint animal. X. Employés Poème béotien. XI. Convive Pilote émérite Donné avant l'ouverture.

Verticalement. 1. Permit à une impératrice d'exceptionnels soins de beauté Fait par un audacieux, ou un homme sans honneur. 2. Ne peut plus payer grand' chose Met sec. ̃ 3, Non ignoré Abréviation princière Etudiés par le lolkloriste Initiales d'un! grand écrivain russe. 4. Qui disparait par degrés (fém.). 5. Prénom d'une femme de lettres amie de la jeunesse Fin de participe. B. Le long du canal Initiale répétée d'un point cardinal Généralement exigé pour un voyage à l'étranger. 7. Article arabe Préposition Revers. 8, Sorti de son lit Bien

{•levée 9 Pas acquis Première victimè :] humaine. 10. Ils ont de l'expérience î j Prénom féminin, 11. Fin de participe î 1,

Possédâtes. :j.

Solution du Ï35G

COURS DE LA VILLETTE Gros bétail 4.999 amenés et 998 aux réserves renvoi 420. (Au kilo de viande nette)

Bœufs extra, 11 20; première qualité, 10 20; deuxième, 9 10; troisième 8 fr. Veaux 2.325 amenés et 1.005 aux réser. ves; renvoi 145. (Au kilo de viande nette); 9 Extra, 13 50; première qualité, 12 <10; deuxième, 11 30; troisième. 10 10.

Moutons 11.555 amenés et 4.090 aux reserves renvoi 185. (Au kilo de viande

nette)

Extra, 17; première qualité, 15 90; deuxième, 11 60; troisième, 9 3.0.

Porcs 1.207 amenés, 1.200 aux réserves et 4.595 entrés directement. (Au kilo vif) s Extra, 8fr.; première qualité, 7 80; deuxième, 7 50; troisième, 6 50.

M~<.M~~<M~~<<M'<

NEW-YORK assez ferme. iruciioc c|ôt. Dern. || Clôt. Dern.

VALEURS ppé<;édr cours | VALEURS précéd.j COUPS

MARCHES COMMERCIAUX Cours Dern.

précéd. cours

BXS (prtxispmé dé», wltire ̃̃ 153

fARISES paa. i.ille~ 233.. es 133.. 24 »*

COIOK (Safelu) Alexaadrie. Juillet 18 08 18 24

Hew-York.. Juillet 12 47 12 29 octobre 12 5S 12 37 SUCEE Hew-Yorl: Juillet 249 Î47 Septembre 249 246 lotdres. Disponible 9 5/16 9 1/16

CAOUTCHOUC.. How-ïork.. Juillet 1193 18 86

CdOUTCB0U0·. üew·Yotk.. Jniltet la 3S !8 88

ETAIN Londres Comptant 264 2/6 261 le/S

PLOMB étrang. Comptant 24 16/10 241S/1.

PIAMBéttxBg· Co4ptaat Zif6ll02§1dJ17,

ARGENT <bar.) Comptant 20 S/16 20 1/8

Le TOUQUET RESTAURANT DU CASINO Mardi 13 Juillet

DINER DES GRANDS VINS DE FRANCE

Dans le cadre du « Normandie »

15 JOURS DE VACANCES

Séjour sur la Côte d'Azur et voyage en Italie à «ai-tir 1.180 francs.

Bretagne 825 Tchécoslovaquie 1.150 Autriche 1.150. Tou* frais compris de Paris u Farts.

L.A MAISON DU VOYAGE «, r. Boudrcàu. Ou. 87-35.

VENTES ET LOCATIONS Paraît tous les jours, sauf le Dimanche

*'•̃'< ̃( a

Officiers 1 j

1 ministériels

Adj.ch.not.P3i-is,20 juillet. Imiub. à Paris tl> BOURSE. Cce 417m env. Plus, locs » D ut), loc. Prêt C: Pc-nc. M.à px 1.400.000.S'ad. M.Pioton, liq.Stés,07,r.Vic- (,on-e; Salats, not., 3,rJ^ouvre.Et sf 1. 1. Vente aîTpalaîs de Justice à, Paris, le 28 juillet 1037, à 14 heures. En 4 lot*. 1" lot PROPté à PARIS (4° arr.) Rue Jacques-Cœur N° 1 Et R. DE LA CERISAIE 4 ET 6 Conten.: 603 mq. environ. Revenu brut 02.245 tr. envir. Mise à px 450.000 fr. 3 Prêts du Crédit Foncier.

lot Propriété h Paris (11» itrroiul.1) Rue de la Roquette N° 57 Conten.: 1.799 mq. envir. Revenu brut 47.031 îr. envir. Mise à px 3«O.00O fr. Prêt du Crédit Foncier.

Sï» lot Propriété à Paris (11" ai-ronil.) Rue de la Roquette N° 55 Conten. »15 ma. envir. Revenu brut «4.70» fr. 40. Mise à px 3O0.0O0 francs. 4»- lot :PHOPté h St-MAUR-DKS-FOSSES Rue Mahieu N° 4

Rue des Ecoles et Avenue MarinvUJe. Conten. 7.995 ma. environ. Libre de location. Mise à prix S50.0W francs. S'adresser à M0 Chardeau, avoué à Paris, 31. rue de Ponthieu Mes Beaugé et Brunet, avoués M" Ploix, Pascault et Letulle, notaires à Paris.

St-TROPBK. Vue magnif. sur golfe. Très belle propriété d'artiste. Constr. lor ordre. Vastes dépend. Eau, verger, pinède, vigne. 2 ha. 1/2 env. seul ten, M. à px 200.000. Adj. le 12 août 1937 chez M" Bernard, not. à St-Tropez. Renseignements JAMMES, 57, Bd Hnmtsmann.

Vente au Palais de Justice à Paris, le mercredi 28 juillet 1937, à 14 heures. TERRAIN A PARIS Bd Aug.-Blanqui 55 à 63 inclus, Snp. 7.383 ma euv. av. diverse» constr. à us. indust. et comm. et habit. 5IISE A PRIX 1.5<KM>00 FR. pouv.être baissée d'un tiers ou de moitié. S'ad. Me Jean Baxille, av., 31 Fg Poissonnière, Paris; Pierson, not. à Fresnes-enWoëvre (Mse); Hamel,Servin,Sureau,not. Vente au Palais de Justice à Paris, le 30 juillet 1937, à 14 heures. En six lot» 1MAPon A EPINAY=S.=ORGE (S,»et-O.). 9 chemin Vert, Villa MarieLouise. Sup. 400m env. M. à px 30,000 fr.

2o MAÎCÂM m*>»* ville, 40, r. Petit-

^1o At( 1ICILAT mêwe vüle, 40, r. Petlt-I

iTUM*9Un Vaux, av. jardin. Superf.

1.100 mq. env. Mise à px 60.000 fr. 3" 13 ares 87 ca de terre, enclos sur terroir d'Epinay-s.-Orgre,lieud.« Les Dorées et les Rubeaux ».M.à px 10.000. 9 ares 28 ea. de terre, sis m. comm., lieud. « Chantier des Dorées et les Rubeaux s.M.à px 5.000. 5» S ares 34 ea, de terre, sis m. commune, lieud.«Les Dorées ».M.à px 2.500. 6" S ares 54 ca.de terre, sis m. comm., lieud. «Chantier du Pavillon ». M.à px 3.000. S'ad.â Me Jean Basilic, av., 31, Fgr Poissonnière, et à. M? Barthélémy, syndic, 3. rue Sêguier

Vente Palais Justice Paris, le 28 juillet 1937, PUAI}' compr. mais, d'habitat. à 2 «.̃ et terrain couvert A AI EflDTVII I 13 (Seine), rue de la A ALrUKl VILLC Marne 11 bis présumé. Rev.br. env. 14.648 f.M.à p. 35.000 f. S'ad. M0 Bourgeois, av., 18, r.d'Ague.sseau; M" Dreyfus, av., 3, Bd Sftbastopol, Paris. Vente au Palais a Paris le 28 juillet 1937, PA V1LJ.ON 1

à. 14 Il, it LA iARENNE-sA"%T-

RE (Seine), 19 bis, Av. du 11-Novembre. Superf. 278 mq. euv. M. à px SO.Ofl© fr. S'ad. à M" Henri Labat, av.,5,v.de Vienne, et Marin, avoué; P. Vincent, not. Paris. VENTES

I Immeubles

I

Immeuble de rapport à vendre

A VEKSAM-I.es

Construct. de" 1er ordre, entièrement en pierre de taille. situation d'angle, locations bourgeoises. ïtev. brut 41.000 fr. envir. Prix demandé 465.000 fr. S'adr. à l'Agence I.efiÉvre. 49, rue Mare*chai-Foch, Versailles. Tél. 0-23 et 0*24. Versailles. Placement. Bel Imm. de rapp. 65 mèt. de façade envir. 3 étages. Bien situé. Rapport 67.000 fr.

15 km. Onest. Somptueuse propté 40 ha. Hnrraca,29,ri.Orang-erie,Versailles.Tél.574. Appartements ~| f à vendre

Trocadéro. Gd appt 6 p. princ, 3 sal., s. à m., 2 s. de b.. cuis., hall 18X4, angle av. et r. 600 mq. Ecr. n" 39130, Figaro -Imm. Cause départ, vends à. STeullly, au soleil, sur jardins, ét., tr. belle vue, 6 pièces, 2 bains, linger., gd garag 325.000 fr. Ecr. pr rend.-vs 39461, Figaro (Immob.). r~ "Propriétés

L_

PROPRIETE.S. Nièvre, Morvan. Domaines grande partie prés 200.000 à 1 million. Rapport 4 à 6 net avec ou sans maison maîtres. Villas, Châteaux. Banque R. GRANDJI,7.4,N, 13, rue Gambetta, NEVER8, Tél. S-OS. A vendre. Propté 104 km. Paris. 165 ha. un seul tenant. Demeure L. XIII. Bois 90 ha. Ferme 75 ha. dont 25 ha. herbag.; eau, élect. Entièrem. libre de jouissance. Exploitât, facile. Ebeling,- Philmin, BoIssy-les-Perche (E.-et-L.).

ENVIRONS DE PARIS

@Pr.Chantilly. Tr.beau Cottage tt cft. Vx mourrai. ParosécBd riv.Jol. ferme, 32 ha.35O.OO0.Jammes,57,Bd Haussm. Embarcadère sur ta Marne 'j

Vue niagnifiq. Trflport. Belle habitat, au milieu de 2 ha., 12 pièces, tout conf. Garage, tennis, etc. A vendre.

Banque Imm. Paris, 34, Bd Malesherbes.

( Terrains

I s-

REGION BORDEAUX

A vendre. conditions cxceiftionnelR'S, beau Terrain de 100 lia.

en totalité ou par tiers.

.Facilités. Renseignements

a Blysé.es 47-94 ou Kléb. 95-01.

| LOCATI 1 Appartements n I meublés

i

1 D 7 P 3P Téléph, ftrrts S V P

tp.,2P!jj^ggrrt5s.v,p.

"33 Fbir St-Honoré. Stud. élég., ICE-, *>• de b., cuisine, 1.000 fr. par mois. SJEUIM.V. Hôtel particulier à louer meublé pour trois mois 15.000 fr. Ren* dez-vous sur lace. Téléph. Val. 0--0. Appartements 1 non meublés

PLACE ETATS-UNIS fi£Sr » salons, s. à m.. 2 bains, conf., i' et. Air, soleil. Pour renseignem. Opéra 03-55. Trocadérq, SI. v. Vineuse. 4 bel. pièc, bs, gd conf. Angle, plein soleil. Ope. 08-55. AA R. VÂIIENNE, pav. 7 p. ES conf., "v ch. part, inst: 8.500 net. Opé. 08-55. A louer, Monceau, 7 p. Cn.-de-Mars, 4 p., tout confort. Prix intéress. Paru. 49-OB. Obllgado. Bel app.. galerie, 5 gr. p., bH, chauff. indé., 12.000 + 10 fo.Balaac 51-42. Monceau. et., balc.Bel app. 6 p.,bs,toil., chauf.asc.eau ch,15.000+ch.à nf.Balz.51-4ii PLUS DE SOUCI

· FORFAIT A l'ASNBE

La Résidence du Champ-de-Mars fait savoir qu'elle ne dispose plus que de quelq. appts non meublé» de 2 p., s. de b. conf. Pension et service assurés. 4, av.enue Octave-Gréard.

Hôtels •̃ f i particuliers

I

Eu bordure du Bols. 2. bx hôtels à louer adm. meub. Gd jard. Garage. Terrasses fleuries. Sol. Bel.récept., 3 ch, 3 bs, tt cft. 51, Bd d'Auteuil, Boulogne. Aut. 23-22. I Villégiatures

St-Jean-de-I,uz, villa mod. 1 et 1)b. cft. Vue magn.Px av. Ecr;39462, Figaro-Imm.


La transpiration a, sur la lingerie, des effets désastreux!

11 n'est pas de tissu délicat capable de résister à l'acidité de la transpiration. Or, nous transpirons tous, beaucoup plus, d'ailleurs, que nous ne l'imaginons. Même en un seul jour, les dessous absorbent, en grande quantité, des substances qui abîment, bien vite, les tissus fragiles. Il est donc évident que les dessous ont besoin d'être lavés le, plus souvent possible. Rendons grâce à Lux, toujours sî mer- veilleusement sûr il est si pur aussi que < ses fines paillettes se dissolvent même à l'eau froide. Sa mousse nettoie très doucement et | élimine, cependant, toutes traces de îrans- J piration. La meilleure façon 'de conserver votre lingerie en parfait état est de la laver, fréquemment, avec Lux. En agissant ainsi vous travaili-ez, du reste, dans votre intérêt personnel, car vous augmentez, en_ciême j cemps, votre fraîcheur corporelle^"

^r^B^H^T^W^H CltST UNE SPECIALITE LEVER,

~x

,~<<~W~~<~

DANS LES T. C. R. P. Service spécial de la ButterMontmartre A dater du jeudi 15 juillet 1937 et à libre d'essai, un servjce spécial fonctionnera aux 30 minutes de 12 heures s à 24 heures entre la place Pigalle, la Basilique du Sacré-Cœur et le carrefour Jiochechouart-Clignaneourt.

Premier départ de la place Pigalle 12 heures du carrefour Rochechouart©ignancourt, 12 h. 30.

BONNES -MAISONS (io m

Pour la Coquetterie

Jlijoux s

OFFRES

ACHAT Û5 BIJQDX

-BRILLANTS IAI IV EMERAWDES

PERL~S 8J'JOUX" "~M, ,ERAUD:ES

PEELJES PWUIJA Atbète ctef.

DCDMADn s,R.GODOT-de-MAURQY. DCK1>KU (p^ Madeleine). Op.86-3».

Sté Horlog.

ACHAT BIJOUX ,r^§L Brtll.,or,arg.,montres,dégagements. Rich.8i-37. 7.

tmWTPD POUR ire COMMUNION

VENTE, POUR 1'" COMMUNION

VCll I C (s BIJOUX en OR.en ARGENT

MONTRES en chromé 30, 6o, 100 fr.; en OR. 150, î5P, 509 fr. 49, Pg Montmartre.. Bottiers

LA CMNIQUE DES PIEDS SENSIBLES

BOTTIER JOSEPH, 'ffSt

J~S~.r~ La po6tfe.

Chaussures cousues main à partir de 125 fr, Sur mesures, 195 fr. Pédicure spécialiste. Suceurs. Nice, Vichy. Anjou 15-30. Fourrures

FOURRURES Profitez des PRIX D'ETE. Faites faire vos réparations, transformations. GARDES, 23, av.V.-Hugo (cour). Pas. 45-20

OFFRES U L. i\A » t. LJ I O(6 fv. Honr les abonnés)

GOUVJ!JIUiAm'lS ~f13

jfle fille ayt référ. pr s'oectip. enfants et 6 ans. ATg. de poche, temps libre. Roger, 37, r. du Ranelagh, Jaam. 04-31, av. 4 h. « Jne fille franc, demandée au pair pour l'été, campag. angl., pr s'ooe, enf. Campbell Davys, Neuadd Fawr, Llandovcry.Sth.ffales (Anglet.) Pr -vac. Pyrénées, jne fille »u pair pr 1 enf. Tél. hre rep.: Ctesse Roquette, Kléb. 92-66. Chcrç. Angl., 35-40 a., pr i f. 2 a. 1/2. Urg! Téléph. pr rénd.-voûs Pass. 77-33- Gtesse de La Salle, 15, rue Saint-Didier, 15.

|Emplois de bureau j

SECRETAIRES

Dem. jne fille, bne éduegt., "présent; bien, pouv. assumer secrétariat, ppur accomp. personnej voyage Midi et étranger du 1" aoijt au ra sept. Ecrire 39481, Figaro (Ann.). jGens de maison j

BONNES A TOPT FAIRE Bonne à tout faire sachant cuisiner femme de ch. sachant bien coudre, service de table. Wolff, II, rue Parmentier, Neuilly-sur-Seine. Dêm. b. à tt f. "i maît. Exe. réf. Prés. 'entre î'o î. et midi Ader, 55, rue de Varenne.

Lux n'est Nmais

vendu en vrac mais}

-exclusivement^ en* paquets d'onginp.

CONSERVE,

invuum rneuvYwa

Dernier départ de la place Pigalle

24 heures du carrefour RochechouartTqignaincourt, 23 h. 30.

Itinéraire rue Houdon, place des Abbesses, rues des Abbesses, Lepic, Norvins, place du Tertre, Basilique du Sacré-Cœur, rues Lamarck, Caulaincourt, Custine, Ramcy, de Oliguancotirt. Tarif unique 0 fr. 90 pour tous les voyageurs, mutilés compris.

Arrêts à la demande.

Hygiène

Qde PHARMACIE de FRANCE t3, PI. du Havre (Europe 34-50 et 37*18)

PUVERTE; TOUTE LA ]WI 1IT

Produits TOUTE M NUIT

Produits les meilleurs. WJI1

Prit tes plus justes. Livrais. Paris-Banl. sans augm. de prix. Orthopédie. Hygiène. Optique. Postiches

Spécialiste p. dames. Trav. à façon, toupet p. mess. Mme Marais,nr,r.de Rome.\Vagr.3S-i4. Pour la Maison

Garde-Meubl., Déménag. AUX PROFESSIONNELS 4, place Saint-Michel RPIINIC 6t, nte Cambronne, Paris. RCUHI<9 Transp. et Déménag.

Garde. RpnCI 18. me Saint-Augiotln

Garde. ~l1·4 18. NC Saiat·AugusUR

meuble PwMPm Opéra 49-94.

Pour le bateau

Comptabilité

Comptabilité, organisation, mise à jr, bilans, déclarations. Px mod. Chevalier,5,çité Trévise.

On dem. b. à tt f. 8 b. matin à 18 h. Stresser jeudi entre 10 et ïi h. Chanteur, 11, avenue Stéphane-Mallarmé, Paris. B. à tt faire sachant cuis. 2 maîtres, non couclléf. 55, rue de la Faisande-rie, Paris. Bne à tt faire. Place stable. Référ. exigées. Lindet, 8, rue des Marronniers, Paris (16e). Pers. act.. au pair, qq. h. cuis., mén., séj. campag. Nal, 26, av. Marceau, avant 3 h. « Demande bonne à tout faire pour partir 2 mois campagne et Londres. Bien payée. Inutile se présenter si pas références. Age de 20 à 25 ans.

Brack, 2, rue Marie-Rose, Paris (14e). (Métrq Alésia.)

CUISINIERES

Cuisinière capab.,tte confiance, trois mois Creuse. Possibil. stable Paris. Se présenter mardi toute la journée Dumont, 75, rue Perronet, 75, Neuilly-sur-Seine.

Dem. cuis, à tt faire, trentaine. S'adresser 13, rue Las-Cazes (?«), avec références, le matin de 10 heures à midi. «

Demande, pour Paris et 3 mois campagne, très bonne cuisinière. Ecrire Escarra, Saint-Léger-de-Foi-'îeret (Nièvre). « jFEMMES DE CHAMBRE

B. tt f. gçe f. çh. pour Mr seui, sachant cuisine. Réf.- exig. Se prés. 9 h. et 10 h. u, avenue Bugeaud (4e étage).

Mardi 13 juillet

16 h.. RADIO-PARIS Concert du Conservatoire américain de Fontainebleau. King Arthur, fragments (Purcell), avec AImes de Ppligftac, l'eyron, MM. Cuqwd, Courod, les chœurs et l'orchestre Concerto pour piano et orchestre (Françaix), art piano l'auteur L'Enfant et les Sortilèges, fragments (Ravel) orchestre rons la direction. de Mlle Nadia Boulanger.

20 h. 30, PARIS P. T. T. Concert symphonique sous la direction d'Albert Wolff, avec Mlle Piftean et la Chorale Raugel. En C(tjHa~Me (De1-~mas) A Saint-Valéry, poème symphonique (Fourestier) Chansons bourguignonnes {Maurice Emmanuel) par ies chœurs et l orchestre, soliste Mlle Pifteau Un dimanche basque (Laparra) La Brière, suite d'orchestre (Ladmirault) Danses alsaciennes (Levadè). ).

20 h. 45, PRAGUE Concert par la Philharmo-

nique tchèque. Concerto en mi bémol majeur pour

dcux piauas avcc orcloçsbe (Efasart) SJynipfanio

deux pianos avec orchestre (Mozart) Symphonie

«• 5 (Ridky).

ORCHESTRE

19 h., NATIONAL ANGLAIS Rossini, Dvorak, Mozart, Liszt.

20 h., LONDRES REGIONAL Symphonies de Schumann et d'Indy.

20 h., MIDLAND REGIONAL Symphonie n» 103, en mi bémol (Haydn).

20 h. 30, STRASBOURG Concert avec Jacques Février, pianiste. Œuvres d'auteurs daîiois et Aubade, de Poulenc.

20 h. 30, RENNES Festival Massenet, 20 h. 30, MARSEILLE Concert.

21 h., ROME Concert consacré à Monleverde. 21 h. S, SUISSE ROMANDE Wagner, Beethoven, Smetana, Debussy, Berlioz.

MUSIQUE DE CHAMBRE ET SOLI 18 11., PARIS P. T. T. Pièces pour piano, chants laotiens, mélodies. 19 h., RADIO-PARIS Mélodies et pièces pour piano.

21 h. 15, KŒNIGSPERG Concert de colistes. 21 h. 40, NATIONAL ANGLAIS Musique de chambre (Haydn).

22 h. 30, DEUTSCHLAND Piano (Depussy, Scriabine).

MUSIQUE LEGERE ET VARIETES 17 h., PARIS P. T. T. Concert de musique légère.

20 h. 20, POSTE PARISIEN Leur chanson et la vôtre.

20 h. 45, RADIO-CITE Quart d'heure d'humour.

QPERA

20 h., BRUXEILES Le portrait de Manon, de Massenet.

20 h. 30. RADIOrPARIS Werther, de Masse- net (de l'Opéra-Comique)

2,1 h. 30, STRASBOURG Les charmeurs, de Poise.

THEATRE

21 h. 10, POSTE PARISIEN La Prise de la Bastille, pièce radiophonique.

A Radio-Cité, mardi, b, 12 h. 35

le quart d'heure

du TROUBADOUR DE BYRRH

Grand concours de mélodies

MARIO PODESTA, de l'Opéra

Et vous pouvez gagner 500 francs! 5 Mercredi 14 juillet

Evocations diverses de jours célèbres. De la Fête de la Fédération, en 1790, au 14 juillet 1848. Sur l'onde de Strasbourg, M. Iiigjielbrecht passe en revue (c'est le jour) les instrumentations et les arrangements de J'Hymne national. Enfin, sur la plupart des antennes françaises, on dansera jusqu'au petit matin.

,16 h., RADIO-PARIS Fédération 1790 (première auditioii), fresque ̃ radiophonique de Julien Maigret, mise en ondes de Georges Colin, avec la Troupe Colin.

20 h. 30, RADIO-PARIS Le 14 juillet de la chanson, avec Damia, Georgius, Denysis, Ouvrard, etc., etc.

20 h. 30, STRASBOURG Concert par l'Orchestre National, avec la Chorale Raugel, sous la direction de M. Inghelbrecht. La Marseillaise, version Berlioz (Rouget de l'Ésle) Hymne à la jus.tice (Magnard) L'attaque dit moulin (Bruneau) Prélude et marche du couronnement de la Muse (Charpentier) Fragments symphoniques composés pour le « 14 Juillet » de Romain Rolland (Koechlin, Ibert Milhaud, Roussel, Honegger, Lazarus) Le Triomphée de la liberté (Doyen) La Maj-seillaise, version Thomas.

20 h. 30, TOUR EIFFEL Le 14 juillet 1848, évocation radiophonique inédite de Georges Delàmare La septième strophe, évocation icdiophonique inédite de René Jeanne et P. Martel, pre-

mière audition. ̃•'• '̃<̃"̃̃ ̃̃̃

ORCHESTRE

̃15 h. 15. LONDRES REGIONA'L Concert. 21 h. 20, NATIONAL ANGLAIS Rossini, Weber, Haydn. Tschaikowski, Saint-Saëns. Bizet. H h. 50, LUXEMBOURG Musique française Rivier, Saint-Saëns, Debussy. Fauré, Rabaud, puparc, Aubert. ? 22 h., VARSOVIE Musique française, sous la direction de Fitelberg. Les Indes galante? (Rameau) Le Calife de Bagdad (Boïeldieu) Suite brève (Aubert) Fêtes (Debussy) Fête polonaise du Roi malgré lui (Chabrjer>.

MUSIQUE DE CHAMBRE ET SOLI 18 Ii. 30, RADIO-PARIS Chants de l'époque de la Révolution.

20 h. 20, LONDRES REGIONAL Récital de violon.

20 h. 20, MIDLAND REGIONAL Violoncelle.

t DerpieC départ de Ia plaee Pi(tafle

1 LES PETITES ANNONCES DU FIGARO SONT REÇUES DANS NOS BUREAUX ET 'f»AR TÉLÉPHONE IÉLYSÉES 3O-BSI JUSQU'A 6 HEURES r

Dem. f. ch. jeune, act., serv. cour.; été montagne. Villan, 2Q5,Fg St-Honoré, 10 h.à midi. Dem- fme de ch, ttes mains, trentaine. S'adr. 13, rue Las-Cazes (7e),, avec référ., le matin de 10 heures à midi. « Dem. fme de ch.-couturière, pl. stable, sans service table. Référ. exig. Se prés, de 4 à 6 heures mardi 46, rue du Bac (7°). « Jne fille, 20 ans, libre de suite, 1" fme de chambre. Excellentes référ. Dominique, 6, Bd d'Indochine, Paris (19e).

F. de ch., couchée ou non, très propre, active, couture, mén., serv. table, 3 maît. Bons gages. Référ. exigées. Se prés. av. 10 h. ou 1 à 3 h.: 21, r.Casimir-Perier (M° Solférino.) On dem. pr St-Cloud f. de ch. s'ooc. d'enf. S'adresser à la Bijouterie, 28, Bd Barbès, 28. On demande pour place stable seconde fme de chambre, 20 à 30 ans, active, faisant lavage, repassage. Salaire 400 francs, bien nourrie, logée. Référ. exigées. Ecrire pu se présenter Mlle Salomon, 150, boulevard Haussmann, de 10 à 12 h. et de 3 à 5 h. FEMMES DE MENAGE

On dem. fme mén. les merer.,jeudi,vend.,sain. de 8 à 15 h. ou 8 à 20 h. Se prés. aujourd. de 5 à 7 h. 8, av. Adrien-Hébrard (160). FH4.ES DE CUISINE On dem. fille cuisine, 25-30 ans. Trois mois Suisse, ensuite Antibes. Espérance rempl. cuis. dans un an. Mengaut, 30. rue de Lisbonne. MENAGES

On dem. valet-maître d'hôtel et cuisinière pour 2 maîtres, Grenoble. Excell, référ. verb, Perrin, 1, rue Duvioud, Paris. «

DEMANDES D'EMPLOIS «m

travaux à façon (6fr.) DEMANDES

PEINTURE, papiers, lessiv. Px tr. mod. Htes référ. Déplac. prov, POSTOL, peintre-décor., S. r. Parmientier, Neqjlly (S.). Maillot os-47. PEINTRE-TAPISSIER, prix et travail sans cpncurrence. Hiob, 78, rue de Sèvres, ;8- GOUVERNANTES D'INTERIEUR DAMES DE COMPAGNIE

Demois., 23 a., b. fam., sér., sport., perm. cond., meill, référ. près d'enf., cherc. cmploi. Placheinska, 70, rue Denfert^Rochereau, 70. GOUVERNANTES D'ENFANTS Jne fille, très bnes réf., chère, place comme gouvern.-inst. auprès d'cnf. de 2 à 10 ans. Grande ville préférée. Ecrire MHe G. Rohner, 5, rue Saint-Lajare Paris (9^).

RADIO

22 h., POSTE PARISIEN Musique de chambre. 22 h. 30, DEUTSCHLAND Quatuor er. ré mineur, op. 76 n" 2 (Haydn).

MUSIQUE LEGERE ET VARIETES 15 h., RADIO-PARIS Le conscrit du Languedoc, sketch avec présentation de chansons du folklore .français.

15 h. 45, RADIO-PARIS Chansons.

17 h. 30, PARIS P. T. T. Concert.

20 h., RADIO-CITE SteHo et chœurs. 21 h. 10, POSTE PARISIEN Exposition maga.zine.

OPERA

20 h.0, PARIS P. T. T. ï.a Fille du Tambour major, opéra-comique en trois actes q'Offenbach, sous la direction de M. Geor|s.

15 h. 30, PARIS P. T: T. Danton, pièce en' trois actes de Romain Rolland.

DANS LA MARINE Le Journal officiel d'hier a publié, la liste d'admissibilité au Concours d'admission à l'Ecole- navale, à l'Ecole des élèpes officiers de la marine et à l'Ecole des élèves ingénieurs mécaniciens. Les centres d'examens oraux adoptés en 1937 pour les concours d'admission à l'Ecole navale, à l'Ecole des élèves officiers de marine et à l'Ecole des élèves ingénieurs mécaniciens sont Paris, Toulon et Brest. CONCOURS D'ADMISSION A L'ECOLP NAVALE

I. Liste alphabétique des candidats admissibles qui doivent sabir les épreuves orales à Paris.

1» Le vendredi 16 juillet 1937, à sept heures du matin, su Collège de France,,

MM. de Vanssay'OR.-F.-M.), Vastel CJ.-F.M.), Veujoz (R.-P.-M.-J.), Veyrat (M.-H.E.), Vicq (E.-M.-E.-P.), Wolff (A-M.), Zeiller (P.-J.-R.-M.-M.-), Àdaw-Maurin <M.-P.^ 12.), Alinat (J.-A.-L.-J.), Allongue (M.-P.M.), Antoine (R.-L.), Arnault de La SJénairdière (J.-M.-L.), Aupetit (A.-C), Babigcon (T.-R.), Ballot (M.-L.-M.), Bunuls (E.-F.-J.),

Barth (J.-M.-H.), Beteille (P.-J.-L.), Bignon

(Y.-J.-O.), Birden (J.-H.), Blancljet (G.-G.), Bourgeois (J.-M.rL.), Breitjier (G.-G.^A.), Brown de Colstoun (P.^D.rH.), Brugeille (J.- R.), Brunet (J.,P.).

S?M, Cadéac d'Arbaud (J.-A.-R.), Cadoret (Y.-E.-P.j, Carnbon (P.-A.), Canct (J.-A.L,), Cartkr-Bresson (L.-M.rA.), CartierBresson (Â.-3.-M--B.), Cliuvaije (O.-R.-M.-E.), Chiffert (G.-M.-H.), Ghossat de Moutburon (A.-M.-L.Y.), Clerc (L.-J.-A.), Colle (P.-J.- J. J.-M.),OrcineI (R.-M.), Delarue-Caion de Beaumarchais (R.-M.), Deleeue (J.-C.-M.-H.), Demoujin (R.-P.), Denis (R.-P.), Emy (A.G.-M.), Fabre-Roustand (de), Navacelle (C.F. de S.), Fenwick (I.-R.), Feroldi (M.-L.A,), Feuillerat (A.-M.-L.), Fossey (R.-E.-J.), Gabrie (J.-E.-M.-L.), Genet (J.-M.), Gignoux (B.rJ.-M.), Glories (J.l, Gonde (R.-t.-A.), Grossel (J.-A.-J.), Guillemette (H.-L.-M.-G.), Guillemin (F.-E.-M.-R.), Guttinger (J.-R.-J.). MM. Hautefeuille (M.-J.-M.), Hauvette (L.P.-J.), Hebrard (M.-M.-J.-G.), Henry (M.rM.A.). Heriard-Dubreuil (J.-M.-E.), Hinden (J.4*), Huberdeau (J.-P.-M.), Huet de la Tour du Breuil (H.-R.), D'Humières (M.J.-C), Imbert (J.-B.), Jeandet (H.-F.-A.), Kuppcr (J.-J.G-), Laloux (L.-H.-M.), Larangot (J.-P.-A.), Laroche (M.-C.-F.-E.), Lartigue (F.-J.-V.), Laurent (A.-F.-A.-M.), Le Bos (G.-L.-E.), Le Fur (A.), Le Masson de Rance (M.-J.rH.-V.), Mnse (O.-J.,G.), Lisbonls (J,L.-E.-E.), Loos ̃ '(f .-Tf.-H.-M.), Toursky (R.-

Le lundi 26 juillet 1937, à sept heures du matin, au CoJJège de France.

MM. Degove (J.-G.), De Loynes de Fumichon (A.-M.-J.), Lubeigt (J.-M.-L.-A.), Machenaud (R.-P.-A.), Martin (J.-W-L.-L.), Mas (R.-R.-J.), Maublanc de Boisboucher (H.-M.-P.), Maulbon d'Arbaumont (F.-G.M.-J.), Michadt (P.-P.-H.), Mine (G.-A.), Minvielle (J.-E.), Montaut (H.-P.-V.), Mouren (R.-J.-M.-L.), Neumann (D.), Neyrod (J.R.-L.), Pelletier (A.-J.), Pelliot (C.-L.-M.H.), Petrochilo (S.), Picard-Destelan (J.-H.M.-J.-H.), Pqiusot (O.-F.-A.), Porcjiier (R.A.-M.-Y.), Portalier (H.-G.), Poujol de Molliens (M.tM.-J.-G.), Prat (J.-F.), Quentin (R,J.), Ramelli (J.-E.-R.-F.), Raoust (M.-P.-M.) MM. Ravet (M.-V.-C), Reboul (G.-L.-E.), Reure (F.-M.-M.), Richaud (L.-D.), Rochas (,I.-p.), Rogeon (G.), Rondenay (F.-M.), Rossigneux (F.), Rouyei- (J.-G.^f.), Rouyer (J.- G.-M.), SabbagU (J.-C.^ Royer (L.-A.-M.), Saihler (Y.-P.), Sangujnetti (A.-M.-F.), Sangeron (H..M.-P.), Schaar (J.-P.-X.-J.-G.), Schmidlln (G.-M.I.-J.)'. Schuhler (M.-F,-E.), Sepbource (J.-C.-H.), Servant (H.-J.), Sibiril-Lel'ebvre (Y.-A.), Simon (G.-M.-E.l, Simon (J.-M.-A.), Sirodot (J.-M.), De Sulminihac (J.-E.-A.-M.), Sounie (G.I.-L.), Thaly (M.-G.), Tredez (B.-M.-N0, Trémolo (A.-P.M.), Tribout (A.-ïf.-C), Avre (1,J.), BlochLaroque (J.-R.-A.).

II. Liste alphabétique des candidats ad.missibles qui doivent subir les épreuves omles à Toulon.

MM. Avicc (P.T.), Berjoan (R.-P.-E.), Bernollin (A.-P.), Blehaut (P.-C.-M.-J.), Braxmeyer (p.-M.^E.), De Carpentier (R.-M.-J.), Defegue (M.^J.-J.), Denobili (R.-J.-D.). Esteve (J.rP.), Gas (F.-M.-M.), Gerbaucl (M.-H.F.-N,), Largenton (C.-C.-C), Le Gclard (L.3. -P.), Oberto (J.-V.-O.), Palinesani (C.-A.A.-MJ, Petit (H.-G.-R.), Revest (A;-E.-A.),

Pour extra en Bourgogne, mén. méc.-chauff. et fme de chambre. Référ. verb. Ecrire Mme Royall Tyler, Pavillon Colombe, SaintBrice-sous-Forêt (Seine-et-Oise).

Cherc. mén:, bne cuis. et valet de ch., sach. parfait. leur service, pour toute l'année campagne. Ecrire N" 39502, Figaro (Ann.). ̃̃ ̃̃ ̃ ̃ NURSES Urgent. Nurses franç. ou étr., carte travail; 4 jeunes enf. Ferlet, 194, Bd Malesherbcs. « VALETS DE CHAMBRE

MAITRES D'HOTEL

Valet de chambre connaiss. à fond son travail, parlant si possib. espagnol. Inutile se présenter sans meilleures référ. Hasler, 164, quai d'Auteuil, après-midi entre 7 h. et 7 h. 30. VALETS-CHAUFFEURS

Val.-ohauK. franc., sér. réf. Midi à 2 h. gantier, 217, Fbg St-Honoré. Carn. 76-69. On dem. du is juillet au ier sept. un valetebauff. pour Trouville. Référ. S'adr.: Etude Delapalme, mardi matin, 28, r. Scheffer, 16*. VALETS-CUISINIERS

Dem., pr Paris et 3 mois Midi, val. -m. d'hôt. bon cuis. Excell. et longues référ. exigées. Téléph. matin entre 9 et 10 h.: Aut. 23-22. VALETS DE PIED-GROOMS Colonel Balsan, 9, av. CharlesJ?loquet, dem. valet de pied français, célftiataire, libéré service militaire, connaissant parfaitement service. s mois Etats-Unis, 2 mois Nice. Sérieuses références exigées.

(Fin «les offre» d'emploi)

Gouv. franç. cherc, situation auprès enfants; soins matér., coupe, couture, tricot, surv. devoirs. Référ. Ecr. 39457, Figaro (Ann.). Au pair. Etudte angl. de l'Univ. de Londres ch.pî.fin juill., août et sept.Leç.angl.et al!. Miss Herscl.VVooburn Coven,High Wycombe.Bucks. INSTITUTRICES

Demois. étrang. cert. âge, gouv.-inst., franc., angl., espagn., niusic, réf. Prêtent, mod. Ecr. Varela, ab. P.O.P., 100 bis, avenue Kléber. EMPLOIS DIVERS

J. hme, 22 a., 1 m. 75, tr. sport., pari, angl., perm. cond., pouv. donn. leç. de cuit. phys. et natat., ch. empl. sport. pr durée vac. chez partic.àu aut. Ec.F.-M. Baron, 7S,r.Faisanderie Jne fme sér., capab., pari, anglais, cherche emploi aide dir. hôtel. Noirez, 10, rue du Château, Asnières (Seine).

Au pair, j. f. tiendr. comp. à j. pers. bne fajtn;, étrangère, août stat. été. De Grekpff iS, rue d'Estrées, Paris.

BRIDGE Problème Pnto 148 Par ïtf, Pf 05TUÊS

SOLUTION ou PROBLEME N' 147 (Peusthès)

THEATRE

Salini (R.-J.rB.), Southvell (Y.-C.)i Tardy

(•T.).

III.– Liste alphabétique des candidats a(lïnissibltts "qui doivent subir les épreuves orales à Bresl.

MM. Villemonte de la Clergcric (Y.-T.), André (P^-E.), Bardou (A.-Y.-PO, Baille (St.M.-A.), Branger (P.-A.-L.-C), Carsin <L.M.), Castunct (M.-IT.-L.). Derlot (E.-L.), Devin (J.-C.-GJ, Dillard (F.-C.-L.), Dycvre (P.), Feillard De Folin (J.-M.-C.-L.), Gajmi (M.-L.-C), Gérard (G.-G-F.-R--Y.), Goere (R.-J.-C.-M.), Guerrier (J.-G.), Jat'frclot (A.-P.-F.), Julien-Binard (L.-J.), Kerlnr (A.-H.-G.), Le Borgne (N.-J.-O.), Le Doare (E.-Y.-M.), Le Franc (.F.tM.-E.), Le Goff (Y.-L.), Le Quere (P.-J.), Lcscaudion (CR.), Mailloux (H.-F.), Quegulucr (H.), Raliion (H.-J.), Rciiuult (A.-P.-AI.i, Trapniuillin (A.-A.V, Tréhard (J.-H.-lL-G.).

U E ~u il~N,~ip a

jEmpIois de bureau |

SECRETAIRES

Sténo-dact. rapide, sér. réf., ch. remplacem. 1/2 journ. Ecrire 39434, Figaro (Ann.). [Gens de maisonj

BONNES A TOUT FAIRE

B.à tt 1, 44 a., sér., gre f. de ch., act., d. pi. ou extra camp., mer. Marie, 2, rue D.upin. Jne fille, 27 a., ch. pi. bne à tt faire pour 2 maîtres. Bnes réf. Pour Paris même été. Ecrire N" 3945S, Figaro (Annonces). B. à tt f., libre du 14 aq 28 juillet, dem. extra ou heures de ménage. Ecrire îille Lor, 7, rue Duguesclin, Paris (15e). CHAUFFEURS-MECANICIENS Très bon chauff., exc. réf., ferait rempl. pour 15 jours. Pommier, io, rue Amélit (7"). Ch.-méc. exp., 35 a.. grand, plus. lang., peut aider intérieur. Eor. n" 394r3 Figago (Ann.). Chauff.-méc., 40 a., long. réf., cherche place stable. Paul, 5, rue Obligado Paris. Ch.-méc., ig. réf. m. b., d. pi. ou extra. Habit. voy. Neveu, 18, rue Lacharrière (u0). Ch.-méc., cél., expérim. Paris, voy., serv. int., soign.,bien,i rn.74.Ser.ref. Josej>h,is,r.Duphot. Valet-chauff.-méc., 40 a., ch. pi. stab., pas plus de 3 mait. (ou voyage). Bonnes référ. François Suie, 12, rue Fenoux, Paris (15e). Chauff.-méc., 37 a., célibat., recomm., libre suite. Aiderait. Maurice, 32, av. Henri-Martin. CONCIERGES

Ménage, 47 ans, grand, très propre, honorable, demande place de concierge. Bonnes références. Ecrire -conditions Rivasseau, Nieulle-sur-Seudre (Charente-Inférieure) cuisinïëSs Cuis.-pâtiss., référ., dem. place. Paris-campagne. r Mezergue, 28, rue Lévis, Paris-i7«._ Cuis.^)âtiss., 38 a., libre 20 juillet-fin sept" dem. place hôt., pension de fam. Très bnes référ. Martini, 5, avenue du Parc-Monceau. ~r' ^^INÏiRËS

Bne cuis.-pât.-glac. dem. place. Références. Rosé, 30, rue de l'Arc -de-Triomphe Paris. Jne cuis.-pâtiss., 25 a., dem. place. Réf. Paris et camp. Ecr. 39509, Figaro (Ann.). Cuis, 'fais.niçn. Mer ou camp. Excell. référ. Mme Françoise, 3, me Guyot, Paris (17e). Petite cuis.-pât., serv. cour., recomm. Libre le 20. Barbero, 36, avenue Georgee-V, 36. Cuis. et fme de ch. désirent place, préférence ensemble. Ramiro, 56, rue La Bcétie (8e). Rec. par maît., cuisin. ch. extra 3 mois Côte Basque. Julia, 53, avenue Montaigne (8e).

VOYAGE DE PROPAGANDE

Stress, Milan, Venise, Florence, Napjes, Powipêï, Rome, Gêijes 14 jours, départs tons les niqis .> 1.540 fr. LES DOLOMITES

Voyage en autocar de grand tourisme à travers Ja Suisse et le Nord de l'Italie s Montreux, Interlaken, GJetsch,

pezzo, Venise, Véroiwi, Milan, Stresa i 16 jours 1,750 fr. A TRAVERS LES GRANDES

ET PETITES VILLES D'ART

en autocar de grand tourisme, g3 jours [. •> 2.350 fr. Délivrance de billets de chemin de ter à réduction de 60 et 70 Emission de bons d'hôtels, chèques-touristes et lettres de crédit au cours de la lire-touriste. Organisation de voyages individuels. CROISIERES EN MÉDITERRANÉE Renseignements et brochures sur demande adressée à la

COURRIERS A POSTER

AMERIQUE DU NORÇ

POUR NEW-YORK Berengcuriâ (dép, de

Cherbourg le 14, air. le 20 Çhamplain

(dép. du Havre le 15, arr. le 22) Europa (dép. de Cherbourg le 17, arr. le 22). DEPART DES TRAINS (Gare Saint-Lazarc.i Berengariu, le 14, à 12h. 29 Champlain, le 15, à 11 h. et 12 h. 3 Europa, le 17, à 12 h. 29.

POUR LE CANADA t Montcalm (dép. de Cherbourg le 14) Ascania (dép. du Havre

le 1«).

AMERIQUE DU SUD

POUR RIO-DE-JANEJRO ET BUENOSAIRES Highland-Princess (dép, de Boulogne le 17).

POUR LES ANTILLES Cuba (dép. du Havre le 18).

FEMMES DE CHAMBRE F. ch., b.et sér. réf., sach. îav., rcpass., mên., serv. partie., dés. pl. ou extra, même pers. étrang.de pass. Ecr. Mlle Lassère,42 ,r.d'Artois Jne fme ch. pi. fme de ch.-maît. d'hôt. extra, de préfér. Normandie ou mont. Libre le 20 août. Audebert, 192, rue de Crimée (19"). F. de ch. dem. extra août, serv. cour. Paris, camp., mer. Ecr.: Joséphine, 28, r. Marbcuf. F. de ch., 3o a., réf.verb., bon s. cour., dem. extra. Ecrire Marie, 130, rue de Rivoli. Fme de ch. dem. place ou extra. Bnes référ. Marie, 8, rue Jean-Goujon, Paris.

J. fille, 24 ans, ch, pl, fme de ch, étranger. Ecrire Marguerite, 40, rue Chariot (3 e). MENAGES Jne ménage début, dem. place concierge, Paris. banlieue, chauffeur ttes mains ayant conduit dans Paris, fme loge. Libre 15 septemb. Pierre, 10, Grande-Rue, Saint-Calais (Sarthe). Mén., 25 a., v.-m. d'hôt. sach. cond. et cuis. ou i. de ch., ch. pi. pr début août, ttes rég. sauf Paris (préf.mer) .Exc.réf Ecr.Mme Lestienne,Parvis S.-Jean-Baptiste,Roubaix (N.). Oncle et nièce dem. pi. même mais., intendant-m. d'h. et t. de ch. Paris,prpv.,étr. Prêt. mod. Ecr. A.M.F., Bar Aiglon, Oran (Alg.). Mén. sér., chauff.-méc. et f. de ch. ou cuis., dem. pl. Edouard, 48, rue Aroiral-Mouchez. Mén., 40 a., valates m. et cuis.-pât., dem.pl. Lib.suite. Lepetit, 4i,av.Ste-Foy, Ncuilly-s.-S. NURSES

Nurse-gouvern. anglaise cherche extra p. enf., à partir de 2 ans, Libre 15 juillet. F. Jones, 127, avenue àlalakoff, Paris (i6«). Pers. sérieuse, recom. par mait., dfm. pi. pour nouv.-né début septembre. Lefèvre, 6, rue Lyautey. Auteuil 23-94.

VALETS DE CHAMBRE MAITRES D'HOTEL

V,-m.d'hôt., trav., b.arg.,cour.des chauff.cent. B. réf. Charles, 254, Fbg Saint-Martin, Paris. Val. -m. d'h., 35 a., réf. Tél. Flandre 10-97, Paul, 22, r.Alb.-Duludet, La Courneuve (S.). Val.-ni. d'hôt. mais, bourg., référ. 6 ans, ferait extra. André, 7, rue Brey, Paris-i7«. Valet-m. d'hôte^ 38 ans, cherche place. Meill. référ. Jean, 8, rue Laurent^Pichat (16e). VALETSrCHAUFFEURS

Valet-cheuff., 46 ans, libre, demande place. Georges, 26, avenue Henri-Martin, Péris. (Fin des demande» d'empAol) Paris. Imprimerie du Figaro.

Imprimeur-gérant DETGT.

14, Rond-Point des Champs-Elysée».

R~sT'T' 4.

Saint-Moril/ Disentis, Meran'o, Carezza, Cortina d'Ain-

Agence officielle des Chemins de fer italiens de l'Etat v Bureau de Paris 3, boulevard des Capucines. 1 1

LES PLUS BELLES VOITURES

t (10 francs ïa ligne)

EN TOUTE COXFJANCE, ADRESSEZ-VOUS A L'ATELIER DE REPARATIONS

AVEC ni fs* « mrn Travail exécuti

PIECES D'ORIGINE Kl Jf ÎA I II par ouvriers FÇfHAPPPPP J-*>É*r» sortant de l'usine de Molsheim. p ij\^Hr\C(trdny Spécialiste^, rue d'Armenonvilje (17e). Eto. 50-75.

rkr«I IIIIVP ESSAYEZ LES NOUVELLES rvpi A fit*

DELAHAYE /~1_ ES$.aYEZ et DELAGE ^ETABLISSEMENTS WALLER

24, av. Pocte-de-Villiers SERVICE-STATION Etoile 40-71 (4 lignes).

UNE VOITURE. NE S'ACHETE PAb sans avoir visité

le Centre de la Voiture d'occasions

toutes marques

toutes forces tous' prix.

GRANDS GARAGES SOUTERRAINS 24-26, Bd Gouvion-St-Cyr (17e). Eto, 04-16. 402 0. 1.GD LUXE

Etat de neuf. Bas prix,

GRANDS GARAGES SOUTERRAINS 24-26, Bd Gouvion-St-Cyr (17e). Eto. 04-16. BELLES OCCASIONS Rolls. Hispano tous modèles; Alfa Rome», Chrysler, Mercedes à compresseur Buick 1935, cabriolets et conduites,?, 4 et 6 places; I Ford V-8-48, cabriolet 4 places Kellijer, état neuf garanti. SAVAO, 41, rue Bayen.

Situations (1Q fr.) OFFRES

Françaises, 35 i 45 ans, sont demandées pour travail d'après-midi intéressant et bien rémunéré. Situation stable suivant aptitudes, -rPrésenter pièces d'identité de 10 à 12 et 14 à 16 h.: Lâbarre, 22,pl,de la Madeleine, Paris. Agences de placement (10 fr.) î CIUDPDPI ID i?iT<de l'Epeton.Dan

L,CJTlrCi\CVl\.i;6^9.Mem.pl.,ni^om.

DAMPI AfiH 6ï.r-Ponipe. Troc.60-23.

S ~~L A (;[.~ bz,r.Pompe. Troc.6ca3.

KAliCLiAUll place pers.se>. Pompe

MAICCUCDDL'C 20- rôê Phalsbourg.

tlLESIIERpGJ 20. g 4l.PMe~.pe~.

IuHLCJIIIjIIPIjJ Wag. 32-47. MeULptij.

TDAlUrHET r-Castellane. MeiU.téf.

TRONC1~ET; r, r.cas~m. nsetu,rét.

HVUllVlICIHranç. et étr. Ani. 74^5-

personnel

avec réf. 5, r. Brémontier. 17'. Carn. 26-41 Occasions (io fr.) •"•'̃•' AMEUBLEMENT Achats, ventes, échang. bel.oçcas. en sal., s, à m., chamb., bureaux, brpnz., lustr., marbr., etc. Installatiqns, Magasins Généraux. Warrants Rive Gauohe,io;,Bd St-Cfrma,in.M'>Odé. Salon Louis XVI ancien à vendre. Ecrire 39250, Figaro (Annonces).

AFRIQUErMA»AGASC4B

POUR COTE OCCIDENTALE D'AFRIQUE Brazza (dép. de Bordeaux le 27). POUR MADAGASCAR, LA REUNION

Anqers (dép. de Marseille le 15 juillet)

POUR ALEXANDRIE ET BEYROUTH | Patria (dép. de Marseille Je J3).

EXTREME-ORIENT:

POUR INDOCHINE, CHINE ET JAPOM Aramis (dép. de Marseille le 23). ).

POUR L'INDOCHINE Porthos (dép, de Marseille le 14 .juillet Can-Padaran (dép. de Marseille le 30).

1TALIAN UNES wciMaTiinTiBiiBlnniiiliPliiili PROCHAINS DEPARTS

POUR L'AWERIQUE DU SUD .c NEPTUNIÀ

de Trieste, le 15 juillet.

̃lu Naples, le 17 juillet.

d'AlR-er, le 18 .1u!!Iet.

«Je Gil.ra|««r, te 19 iDlllet.

« AUGUSTUS »

̃le et Villcl>aucjie,

̃ le S9 juillet,

de Dafeav, te 3 août.

î-aris s 49, Av, «Je l'Qjpër», Tel J

Opé. OS-5S. A Nice 10, A.V. de la Vi«> t«»ire Canne» Casino BJuflSo|poJ

La Crotsette i » Marseille 38. »»}«

de la République.

VIVASTELLAC 1.0° LUXE 1936. état absol. neuf. Bas prix.

GRANDS GARAGES SOUTERRAINS 24-26. Bd Gouvion-St-Cyr (17e). Eto. 04-1*. Partie. à partie. Mona-4 Î93S. C.I. parf.état, 11.900. Téléph. mardi Défense iâ-83. PACKARD 36 CV SD; ior prix Concours Elégance 1034. Voiture unique. Etat compl. neuf. Prix dérisoire. Henry, 88, rue Leçourbe. Suff. 37-85.

locations d'auto

Choix de voitures pt Voyages. Ville et Cérémonies. A.S.A., 16,r. Debucoart. W«fi. 8M2-

'̃̃̃ JWpîJX

AD ACHAT bijoux 17 fr. "?ra@& "ï» très cher. Médailles. Or. D^asgenjei»ts. Argenterie 350 fr. Dentiers or et antiquités. RUBIS, 37. r. de Rome, près gare SUtjKjarc

MYRES

ACHETE livres, romans, littér., philo., crit.. littér., gravures, dessins, autographes. A. Ducrot, Si, r. Tpumon (6°). Dant. 45-90. t DIVERS

Ach. vêt.,fourr.,mobil.appart.compl., obj.div. Ecr.ou tél.Bercard,2o.r.Geofge-Sand. Aut^o2-73 Recherches <io fr.) CABINET Ancien chef de la Sûreté «5e fiADAM Paris. Enquêtes, eiiA-eillances, UURUll divorces. 8.r.Beiri {i*).Sif^i,tS

Les abonnés pu

TÉLÉPHONE

peuvent noue passer

par nçitre ligne sp»îcjale Elysêes 30-86 le texteleurs

PETITES ANNONCES


NOUVEAU GRAND PRIX D'ELEGANCE POUR.;

PELAHAYî

Au Concours d'Elégance de DeauViire, la grar>e vedette Mlle Sttzy Verntin, qui présentait son cabriolet Sport type 135 aux lignes particulièrement harmonieuses, remporte la plus haute récompense, la Coupe attribuée au Grand Prix d'Honneur. Vitesse, sécurité, confort, élégance sont l'àpanagè des 135 Sport Delahaye.

LE 31- TOUR DE FRANCE CYCLISTE Après s'être «jposéi les concurrents nartent ce matin pour Marseille, ia Xoidoii f

Pour la troisième fois depuis Je départ du Tour de France, les coureurs se sont reposés une journée.

C'est à jNice que les vedettes de la grande épreuve ont passé cette journée qui, venant après la dure étape de Digne il Nice, aura permis à tous de « récupérer » après les durs efforts fournis la veille. Plus que jamais, la lutte va être vive entre-les coureurs figurant en tête du classement général. En -effet. c'est un très' faible écart qui sépare les cinq premiers. Bartali,, qui. compte 10 minutes 20" secondes de retard, peut même, en raison de ses qualités de grimpeur, être considéré comme un adversaire redoutable pour S. Waes. actuellement possesseur du maillot jaune. Vicini, qui dans l'étape Digne-Nice avait

'̃/̃̃ L'étape *"de demain

Marseille-Montpellier (183 km.) porté le maillot jaune des individuels, va certainement faire des efforts pour es'sayer de reprendre uu trophée qu'il m'ait trouvé particulièrement son goût.

Lapébie, qui redoute beaucoup moins les Pyrénées que les Alpes, voit ses chances augmenter, n'ayant jamais été aussi .bien placé: au classement général.

Vissera et Disseaux qui, eux aussi, ont terminé avec le peloton de tête à Nice, vont repartir avec l'espoir de continuer dans les mêmes conditions.

L'ensemble de ces considérations doit assurer l'intérêt des prochaines étapes. Il est probable que le classement général subira de profondes modifications avant Perpignan.

Le classement général

après la dixième étape 1. S. MAES, 68 h. 0' 37"; 2. Vicini, 68-h. 1' 12"; 3. Lapébie, 68 h. 1' 59"; 4, Vissers, 68 h. 2' 20"; 5. Disseaux, 68 h. 5>54"; 6. Bartali, 68 h. 10' 57"; 7. Amberg, 68 h. 17' 2"; 8. F. Vervaecke, 68 h. 27' 28"; 9. Lowie, 68 h. 28' 26"; 10. Chocque, 68 h. 29" 7".

11. Camusso, 68 h. 33' 19"; 12. Marcaillou, 68 h. 35' 11"; 13. Braeckeveldt, 68 h. 3T 30" 14'. Gallien, 68 h. 42' 54" 15. Bautz, 68 h. 49' 20"; 16. Fréchaut, 68 h. 51- 36"; 17. Deloor, 68 h. 53' 0"; 18. Mul-

LA VOILE

LA COUPE DE FRANGE i A RYDE

Disputée hier, à Ryde, la 'première manche de la Coupe de France, créée en 1891 par le Comité du Yacht Français, a été gagnée/par le challenger du Yacht Club de. France, le huit mètres J. I. France, qui, après avoir effectué le parcours, en 3 h. :tO nii, a battu, avec une avance de 6 m, 30 s.; le defender britannique du Royal Thames Yacht Club Felma.

he France, qui appartient à. M. F. Rey, était barré. par M. Philippe de Rothschild. L'épreuve a été courue par jolie brise et mer, belle. Les agates de Deauville Les épreuves de la deuxième journée des régates organisées en vue de Deauville, par le Deauville. Yacht Club, ont été disputées par vent nord-ouest et mer houleuse. En .voici les résultats

Série des 12 mètres J. I. 1. Evaine, M. R. C. Eaircy, 1 h. 17 m. 28 s. 2. Flica, M. Hugh C. Goodson, 1 h. 14 m. 25 s. Série des 6 mètres .1. I. 1. Bandera, M. Gaudermen, 1 h. 46 m. 9 s. 2. Marquitta, Mrs Bouteleux-Thillard. 1 h. 48. in. o9 s. 3. Dinorah, Mrs Desouches-Brouty, 1 h. 51 m. 10 s.

Série des Requins. 1. Sire-de-Franiboisie, &ï. Parent, 2 h. 3 m. 20 s: 2. Marsouin, Mrs Gàrnier-Tauvel, 2 h, 7 ih. 1 s.

Série des Papillons. 1. Florianne-llî, Mine Florian-H. Chardon, .2 h. 10 m. 22 s. Série des Canetons. -r- 1. Balxanui, M. More.l, 48 m. 3 s.

Handicap national. 1..May-Flurifitine, M. Florian-H. Chardon, 1 h. 12 m. 25; s. Au Yacht Club de France Ail cours de la dernière séance tenue par les membres du conseil du Yacht Club de France, ont été admis comme membres ti- 1 tulaires Mme Hélène Paulmier, préseniée /par Mi Serge Paulmier. son mari II. Henri Beghin, présenté par MM. Jean Prouvost et François I>egueu M. Guy Devigny, présenté par MM. lî.-G. de La Brosse et G. Thuhé M. M. Pierre Malle, présenté par MM. Jean Prouvost et François Legueu M. Karl 01livier, présenté par M. Xavier Schelcher M. le' docteur Vidal, présenté par MM. L. Colleau et Harry Baur comme membre I[e junior M. Mario Rigaud, présenté par M. G. Delagc. son beau-père.

La'concession dii guidon du Yacht Club a été accordée à Allaïr, yacht moteurs de 29 CV, à M. R. Prieur Béatrice, yawl à moteur de 38 tx, à M. Dcvugny CallenBawn. keleh à moteurs de 57 tx 02, M. Ch. Micheletti Ellèn, yawl à moteurs dc 19 tx. au docteur Caubet Saint-Thérèse, cotre à moteurs de 5 tx OU, à M..P. Lederlin; Snouifleck, kolcli à moteurs de 55 tx, à Mme Jean Lchuiuly Yveline, yacht à nio- teurs. de 16 ixa au docteur Vidal.

1er, 68 h. 53' 51"; 19. Thierbach, 68 h. 55' 39"; 20. Laurent, 68 h. 58' 21". Le classement international 1. BELGIQUE, 204 h. 33 m. 59 s. 2. France, 205 h. 6 m. 17 s.; 3. Italie, 206 h. 16 m. 32 s.; 4. Allemagne, 207 h. 19 m. 22 s.; 5. Suisse. 208 h. 38 m. 19 s.; 6. Espagne, 210 h. 4 m. 57 s.; 7. Luxembourg, 211 h. '43 m. 32 s.

Le classement ,'•

du « meilleur grimpeur »̃ ̃ PRIX MÂRTINr ET ROSSI

1. F. VERVAECKE, 74 points; 2. Vicini, 61 pts; 3. Bartali, 50 pts; 4. IVtaes, 45 pts; 5. Lowie, 44 pts; 6. Vissera, 37 pts; 7. Gallien, 36 pts; -8. Ezquerra, 27 pis; 9. Berrendero, 16 pts; 10. Carini, 14 pts; 11. Galateau, Mersch et Puppo, 12 pts, etc. L'étape d'aujourd'hui

Voici l'itinéraire et l'horaire probable de l'étape a'iiiijbur"arlnii,. eiui sera çlisputée en deux parties. '•̃ r > Première 'demi-étape (en ligne)Xlce,. S 11. 10;sCajmes (32'Kïn.), ,8 11. 58; FréjuB (67, Km. 500); 10 h. ô;ïoulon (169 kilomètres), l 3 •.•heures.. Deuxième clemKétape (eomre .la montre, par équipes) '̃̃' '̃, Toulon (l'69. km.), premier départ, vers M li. 30; Marseille (i'AÀ. km:), première arrivée vers 16 heures; dernières arrivées vers 16 h. 30.

Bonduel gagne la seconde étape de Toulouse-Pans Disputée sur le parcours jWontayhsnBrive, la 'seconde étape de Toulous&-Parjs n'a pas apporté de changement "Impoi-tant au classement général, le peloton comprenant les principaux-' concurrents s'étarit regroupé malgré quelques échappées au début de la course.. Archambaud, qui s'était attarde,, perdu de précieuses minutés, et ses chances semblent compromises.

Au ̃ classement général, Ylaemynck et Van Simaeys totalisent le ̃ même temps, suivis à quelques secondes par de Caluwé, Hardiquest, Tersago, etc.

Aujourd'hui, les coureurs • disi>uteront ta troisième étape sur Je parcours Brive-.Châteauroux, «soit une distance de 214 kilomè-

tres.

tres. Le classement

de la seconde étape

1. Bonduel, les 238 kil.'cn 7 h. 4 m. 30 s. 2. yjaemynck,, à 2 longueurs 3. de Caluwé, à 3 longueurs Van* Simiaeys; î». Errie 6. Bonneiont 7. Hardiquest 8. Tersago 9. Mithouard 10. Fontenay 11. Bourlon, tous dans le imême temps. Le classement général

après la seconde étape

1. Vlacmynok, 14 h. 15 m. 19 s. (une place de premier) 2. Van Simaeys, même temps; 3. de Caluwé, 14 h. 15 m. 42 s. 4. Hardiquest, même temps 5. Tersago.

^o /;V ;.̃̃ s POLO

La saison internationale de Deauyfflie

t'ne sérle de niatches intéressants débutera le 24 juillet au Polo de DeauvîUe:, Ouverture, précoce, lîuisque la saison de polo, à Londres, se termine le 25 juillet seulement. Mais M. R. Sc.hroeders, le capitaine des « Pumas», et M. Bagge, le, capitaine des « Cosmopolitans », qui ont emporté de beaux trophées au 'Polo de Paris, en mai et juin, sont déjà à l'entraînement à* Deauville. M. Jacques Gonat, le capitaine de requise détentrice de la Coupe de l'Exposition de Paris, va venir les -,rejoindre, •'

Le captain Colling, qui arbitrera- tous les gruirds matches. et M. Maurice de Plument, le secrétaire :général, uri"ivei*ont prochainement. M. J.'E- -Macaire: amené 12 chevaux. M. Rémi Schelcher et plusieurs jeunes adeptes du ̃ polo joueront dès le .début. I^e comte d^ Gaiiuy, if .-ij- -président, le comte de Zogheb, M. Hubert Menier, M. Robert Gautier,' M. Hugh LIoyd-Thoinas, M. Pierre Louis-Dreyfus, :Prior Palmei^.lord Cowdray, loriMountbittenj-Ieoaptàin.Morrisson, Henri Eonturié, Raj KUmar,, Prithi Singh, Alfred Grisar, etc.. vont se disputer les Coupes -̃- · Le maharajah de Kashmir, le général Kûshru Jung, le-captain. Jagaeth -Singh, vus à Bagatelle, seront également au Ctùb: Normand.

–e*

tir aux Figeons A DEAU\iLLË Prix du Palmarès des sports. 't.- Cavroy, 19 sur 11) 2. Laurentz et Seguiu, 18' sur 19 4.. Lamazc, 45 sur. ^H5 de Thézy, Charbonnier <.ét .Nion>;12 ;snr 13. Poules. gagnées par^R.de.jhézy,- Miot, Lamaze, H. de Thézy, docteur Langlois', Cãvroy et marquis de. Viliefranche.'

̃ <̃»." r-

-:̃ :fe;v!rlR Le Championnat de France de tir de vitesse

Les Championnats de France de tir de vitesse à l'arme de-poing tirés à Versailles pendant lé. quarantième concours' national de tir ont donné les résultats suivants A- l'amie' libre 1. docteur Louis ;2. de Vi brave 3'. docteur Didier-.Hesse. A i'arme d'ordonnance 1. Chaudoye 2, docteur Didier-Hesse 3. Sabatié Garat. l,c docteur Didier-Hesse,, par l'addition de ses cartes de maîtrise à l'arme de :poing

de vitesse a i't(- proclamé f;-roi (lu'tl,r.-de

vitesse »..

APRÈS LE CONCOURS D'ÉLÉGANCE AUTOMOBILE DE DEAUVILLE

PEUGEOT TRIÔMPHlE AU CONCOURS AUTOMOBILE DE DEAUVILLE C'àrt à lui que revient le Grand Prix .d'Honneur de lac 'deuxième catégorie pour 'la, présentation ^'ensemble des L?to vo"u^ Mllés Lefévré;` May"Gisèle 'et Bern'<Ín.' Dans la catégorie suivante, Mlîe^Raymonde Bbylr. enlève ilé Preniter Prix d'Honneur avec le ravissant coupe sport Peugeot, création Darlmat, "̃̃ :C' qu'on voit ci-dessus et qui recueille les bravos unanimes de 1 assistance.

1

,-v-v v' ̃̃ :ït'M:i AVIATION

AliiLACôifi, i iiipi

ON APPLAIPI

FAMEUSE ':mÊ^pit^A

Le très beau spectacle auquel ;le > public est conyié, à la Fête de l'Air, se trouvera rehaussé par la présence de la fameuse Patrouille de l'Air, ex-Patrouille d'Etampes, qui 's'est déjà illustrée dans, de nomreusès fêtes et manifestations àéronauti-

ques..

La Patrouille de l'Ecole de l'Air aura la tâché ingrate de -venir exécuter soir « numéro » à -la suite d'un programme aussi brillant que chargé, qui semblerait con- ïéiér ,âu public quelques droits à •; être

blasé, y^ys P^"vfM15 ^Ififmpr qu p.HP. s fl£rf

quittera magnifiquement de cette tâche, car élïe est. dans l'acrobatie- de gi'oupe, ce que l'aviation mondiale peut donner de pins brillant. Une présentation entièrement nouvelle mettra ̃ particulièrement en valeur;, le .travailjaccompli. ̃ ̃ ̃ ̃

.̃^ôuyëiiçysé; >\)BRiSM:rS?iè^;

L'aviation privée ̃'̃'< ;[4 -J[~

+' Açtiyité de l'Aérodrome Morâne-Sàul-

niér' pendant la semaine du 4: au "Î0' juillet

1937 ̃

Ecole civile. Nouvelles inse.rrptibns,de MM. Tournut et Blot pour le brevet d'acrobatie r et de Saba et:Beke pour le brevet tourisme premier degré. MM. Voisin et About ont passe avec succès les. épreuves du brevet tourisme premier degré. < ̃ I Continuent leur entraînement :avec le pilote Storm MM. Lemarchand, Lesguillier,, Trébucien, Ofhan, Mme Pernéy 'et Mme Roman. A l'école des ingénienrs du service technique. 7 élèves volent seuls MM. GaUffreteau, Coilliot, Aubrun, Clamamus, Borthé, Delisée, Escaffre et Jacq. v

A l'entraînement des corps techniques. Activité un peu réduite après les nombreux

vols de fin de semestre. Nous ayons enre-

gistré cependant MM. l'ingénieur en chef Hirschauer et les pilotes Demonne, Hannotin, Borel, Bouchet, Jcrrold, Meyer, Chabonat, Gcimaix, Lardeux, Fontaine, Lefol, Livoisier, Henry. Soulier, Simon, Servian, Abrial, Willems, Gcntric, Romand, /Blu, Schnerb, Dién; Piry, Deschamp, Beat, Benjamin, Maillet, Nicolas et l'ingénieur en chef Philippe.

Aux services des 'essais. Continuation de la mise au point du biplace d'acrobatie 350 à moteur Renault spécial d'acrobatie par le pilote directeur V. Gùerreau. Le M. S. 405 de chasse 2,' accidenté parole nilotè \ronner, est de retour à l'aérodrome après réparations. ̃ •^Activité de la semaine du 2:au 8 juil-' let 1937 à, la base d'Orly de Pote^ AéroService. i Se sont entraînés sous la direction- de M. Sauvageot, directeur de la; station, du chef pilote Bouwen& et du pilote moniteur Lieure ̃

En double conimande :.Mmc Duflos. M.M.

Duflôs, Zuekcnberg, RCTlrepo, de '.ThuHy.' Cariet, Groclzinski, Viollette, Français, Ca-

rcla^Hailki, AJphen., :>̃̃>:̃

A la section-, do pilotage sans visibilité Mme Hcmerick, M. Morizpf. ;i En Vols 'seuls ou avec- leurs passagers Mme J. Brlyia,- MM. le. pi-Jncp Orhan, ,Lormier, du Chayla, Windsor, Lâcher.- Bricout, Beuville, Rouable, Pap]>a, (!(̃ Plagiiy, Le1- maitrft Vidal; Brissoniie.t,' de Boursier,; Régy,: Pecjet, Linais,. Buvry, Leloihe, A-rchambartilt, Coca, iVachqn, de (liiyaïicôurf, • -I.âvocat, Glandas. Faiyre, Mignon, Tliomas,Barre.au,. Larrôriilgniere,- Viaud, le; docteur Leibovici. ̃ r ̃̃ Le docteur 'et Mme Bloch oht -passé, avec, succès leurs épreuves de pilotage -sans! vi-

sibilité: ';̃:̃

Déplacements de. la semaine- M.: Villette à Lybn, Marseille, Montélïmar," Orléans,

oviy. '.• :A:

L'AyiÀTJON CHASSE A VILtACOUBLAY LE 18 JUILLET

Cet avion Dewbitine D.SlO.-ifloténr. canon Hispano?Suizat est \.m' service, dans notre armée de l'air. Il atteiçt le 400 H'heiire. On en verra plusieurs spécimens ̃ à la Fête de l'Air qui aura -lieu à Villacoiiblajr le 18 juillet.

Lès figures seront exécutées successivement par un avion isolé et 'par -une patrouille de, cinq avions, fn pilote présente te'figure tvpe, parfois avec une de .ses. variantes, ou quelque figure nouvelle. La figure est re-. prise par la patrouille dans le style qui lui est! propre. •̃ .̃•'̃̃ .• Les ';spèctateùrs adiiiireroht .ainsi' tout un ensembfe denii-tônneaux lents, rétablissements, tonneaux'lents en montant, renversements, immelman",1 immelman a 1 enve.ESi boucles sur le- dos, cercles, sur; le dos ;.(-t:(PTiffWfe-d^"Sa:ft^ i-Lyrtry^r^- ~T .»Lé ^sïjectâtcUV' pOUiTa aiusii.se rendre .compte delà: manière dont la.patrouille de l'EcoTede l'Air est parvenue à réaliser avec un ensemble de cinq -dés .figures de haute école, qui 'séiîjblaient jusqu'à ce jour -reserveés aux meilleurs virtuoses d'acrobaties sur ayio'ns isolés.

̃"•;Sèrties'-desprop.riétaii-es d'avions; a 1 en- tretien à'ndti-e' station M. Hampn, M. le docteur", et, Mme Blo'ch, 'M: Sénéchal. .W: Activité- de ,rAér(v-Club de sl^le-de- France ^pendant la ^semaine: du 3, au 10 juil-

Jet;i$37.

Instruction en double commande de Mme Peyret MM. Le'Bocey, du Souich, Mosland, de Mierry, Bcchade, Condeau,: Lebarque, Carvallb. ̃'

Chef-pilote M. Pauli Gaudin monitriceadjointe Mlle Yvonne Jourjon. Sur les environs, vols d'entraînement sur les 'appareils du club de Mme Brial; MM. Târbouriech, Hochet,; Mme et M. Gondard, MM. Gallie, Poùgnet, Dietrich, Ginhac, Guillaume, André Jules, Lucien Gaudin,: Dandelinger, Maillard, Chilot-Vèrnesse, Lafflneùr.. ·

M Mottis a passé avec succès son brevet premier degré ainsi que MM. Guillot, Pelletrcau et Hardbuin de :la section d'aviation

populaire., -̃̃-̃ .'̃̃̃̃

MM. Dletribh et M. Târbouriech ont obtenu le brevet, du deuxième degré. Voyages de M. Hervé Lauwick à ïroyes de M. de La Rocque à Deauville.

Cinq appareils du club ont participé au Rallye aérien national, avec MM. Guillaume, Tarboiiriecn. D'aval, Dietrich père et fils M. et Mme Poirier, leurs Tils M: BlondeaU et -M. Hochet sur ïaumin. "• ̃̃ S. a. P. VoJs d'instruction, en double comriiande de. MM: Rèynaud, Le ;Quang Dung,, Gauran, Nettre, Martin, Hérault, Carcuac, Piaumier, Arnaud, de Parige, Riche, Simon, Pellis'sier.' ̃ '• ̃' 'i .i L'aviation militaire Le prqtotvpe .d'aécoropagnenient à chasse et de boinbardement léger Potez '63-1, bimoteur Grforiie et Rhône 14 hélices à pas variable eh vol Gnome" et Rhône, perursuit ses essais, piloté par Nicolle et effectue, des 'P-aliers plein gaz-à, 500; 4.^)00 et S.dOO mètres.?.j La vitesse obtenue par cet avion triplace à l'altitude de rétablissement de; 4.800 métres est de- 445 -kilomètres à l'heure. Avec les réglages, 'qui se. poursuivent les .'ingénieurs comptent aitemdre le 459. à. l'heure. Ces perfoiHiahces'. avec les nouveaux moteurs Gnome et Rhôhè M-5 sont lés meilleures, qui aient été réalisées jusqu'à ce jour, pour j un appareil prototype, appelé' a

être construit; en' série. •̃ s

AVIRON. UispUtée-au cour»' des réfrat«s 'oi-g-antsées à CQrbèil par les 'dirigeants du ta .S. :îï.; Col'hOii; ilaVÇoiipe' universitaire a. ét<5. gagnée, par; l%qnipe de- l'Université, deJ\'ames-.auU--après ;uiicMiitté assez s'évère. ïr.iptn'phactft l'Ecole 'Centrale', de' Paris, et de ̃l'Ecole 03 "Médecine de Lille et de l'Ecole •de gsrrté navale .cte.Bpraëafix, ces deux dprnlÊr.es .équipes .ayant; été .classées ex aequo.

rtiT'

MISS FISHWICK ET A.-C CRITGHLEY sont encore vainqueurs dans la Coupe

Thion de la Chaume Une fois de plus, l'excellente équipe britannique miss Diana Fishwick-brig. gênerai Gritchley a remporté la Coupe Thion de La Chaume, dont la finale a été disputée hier après-midi, sur 18 trous, au Touquet. Mlle C. de Rothschild et F. Bicardo ne purent, -en dépit de tous leurs efforts, inquiéter leurs adversaires, qui s imposèrent par une régularité parfaite et triomphèrent par S trous d'avance et 3 à jouer. Résultat finale Miss D: Fishwiek-brig. général Critchley b. Mlle C. de Rothschild-F. Bicardo, 5 et 3.

Wa-

Le programme des épreuves de la semaine ̃> ̃

A. Saint-Germain

Samedi 17 juillet. Médaille dames, première et deuxième série. J Dimanche 18 juillet. /-Médaille messieurs, première série A et B.

A Fqurqueux

Dimanche 18 juillet. Médaille messieurs, nremière et deuxième série. L'ACTIYIïilÙFLES LINKS

Au Golf de Bagneres-de-Luchon

Médaille. 1. Baron de Giey (20), 67 2. docteur Brouqueyre (22), 68 3. L. A. Pellerin (7), 68 4. docteur Noguès (21J, 74' 5..E. Heïin (16), 76.

Au Golf de Dinard d

Coupe Leseneschàl knock-out. Finale lieutenant-colonel Marsden b. Mme Smet, 4 et 3.

lHIMMJMH·!

Le record du Golf de GARNOUSTIE a été battu par A. BOOMER avec la nouvelle balle « PEN FOLD AUTOGRAPH».

.<f~

HIPPISME

Le Concours international de Lucerne

Pendant les premières journées du concours l'équipe française s'est particulièrement distinguée et le lieutenant Chevallier a remporté une belle victoire -avec' d Huis. Dans le Prix des Nations, la lutte a été des plus vives entre l'Irlande et la France. Finalément, l'Irlande a triomphé de peu, précédant la France, l'Italie et la Suisse. Le classement individuel a été le suivant 1. Cap. Lewis (Irlande) 2. Lieut. de Bartillat- (France) 3. Lieut. de Busnel (France).

Le Pr-ix.de.Meggenhorn a été gagné par le capitaine Dégàjier (Suisse). Le major Kuhn a pendant le parcours fait une chute assez grave et s'est fracturé la clavicule. Pendant toute la semaine du concours, des réceptions fort brillantes se sont. succédé.

M. Alphand; ambassadeur de France a Berne a reçu à sa table J'équipe française ainsi que toutes lés notabilités suisses et étrangères. :Le conseiller d'Etat Walter a, de "son côté; convié le conseiller fédéral Minger1 ainsi 'quc-lès: représentants diplomatiques de la Fïance::et de l'Italie. Stick.

j' ^f~~

AVIRON

BELLE TENUE DES RAMEURS BE LA S. N. MARNE

EN BELGIQUE

Les rameurs de la S. N. Marne ayant participé aux' Régates internationales de Dinant ont réussi une très belle performance dans la course;de huit rameurs de pointe qui fut la plus belle'de la journée.

Des quatre équipes engagées dans cette épreuve, celle du London Thames R. C. était Ifc.plus en vue et, avant le départ, apparbissait. grande favorite. Cependant, l'équipe du C. R. Bruxelles conserva la tête: jusqu'aux douze cents mètres, mais après un bord a bord de plus de cinq cents mètres le Thames s'assura un léger avantage que Bruxelles et la Marne réussirent à combler à. moins de cent mètres de l'arrivée..

One fois encore, les derniers' coups de pelle donnèrent l'avantage aux rameurs britanniques qui l'emportèrent d'extrême justesse sur les Parisiens et les Bruxellois. S.

s~u~

VERSIGMY

Î~pPRENDABôNâ ~0 ~D~U~RE

LIT 1 oU MONDE éLéGANT

Suit tZJuÛè w gttcundûÈ ttuuu^iSA

87 Av.^dttaGRANOEARMÈESJ ISÎAV."» O8 MAlAKOff.

RIE au i01~

L'UNE DES VOITURES LES PLUS REMARQUEES..

'<2~r;i~à4: :J~]~li~Ü~mt~.J~

fut le cabriolet décapotable Simca 11 CV que présentait Mme Léon Rénier |

dont la d'une rare élégance s'harmonisait parfaitement avec sa voiture. ;<

dont la toilette d'une tare élégance s'harmonisait parfaitement avec 1 -11

SOUS LE PATRONAGE DU « FIGARO*. Les pilotaris de Mauléon joueront j de nouveau dimanche au Fronton de Paris pour la fête du S. C. U. F. |

Dimanche prochain 18 Juillet, Mauléon, trois fois champion de France, sera opposé, au Fronton de Paris, à la fameuse équipe parisienne du S. C. U. F., -plusieurs fois demi-finaliste et finaliste du Championnat de France.

L'annonce de ce match a suscité parmi les « aficionados » parisiens une curiosité qui ne fait que ceottre tant le prestige des Mauléonnais est grand.

Pour tenir en échec les Basques, les Parisiens du Bousquet, Garcia et Moreux s'astreignent depuis plusieurs semaines à un entrainement intensif et nous savons qu'ils sont décidés à se montrer les égaux des Recàlt, Aguer et Vigneau.

Tous les amateurs de pelote basque connaissent du Bousquet pour sa puissance qui le fait considérer comme le meilleur but-

NOUVELLES DE TOUS LES SPORTS J

BOXE. Le Conseil de la Fédération française de boxe, après avis favorable don- né par les délégués de ses commissions médicale, professionnelle et des arbitres, a décidé que, désormais, le poids des gants serait ainsi fixé pour la France et les colonies

4 onces (115 grammes) des poids mouches à légers inclus;

6 onces (143 grammes) des poids mimoyens lourds.

CANOE. Les Championnats de la F. F. Canoé ont été disputés sur le bassin de Créteil. En voici les résultats

Kayaks mono-rigides seniors, 10.000 m1; AlacKOwlack 56 m. 4 s.

Kayaks pliants mono seniors, 10.000 m. 1. Eberharclt 53 m.

Kayaks riçides, juniors, 6.000 m. 1. Sclimucler 37 'ni. 10 s.

Kayaks pliants W-places seniors, 10.000 ffiètfes.. 1. Laurent-I.eclerc.

Canadiens mono seniors', 10.000 m. 1. Coùrtin, 1 h. 20 m. 39 s.

Canadiens bi-seniors, 10.000 in. 1. Lendormi-Housset 1 h. 2 m. 2 s. Kayaks rigides' bi-junlors, 6.000 m. 1. Staub-Kœlblen 32 m. 28 s'.

^.a ^^h

tA SUISSE Vacances heureuses

et pas onereuses

LACS ET MONTAGNES SPORTS REPOS MERVEILLEUX X A FORTE REDUCTION RÉSEAU ROUTIER W SUR L'ESSENCE

BAH TARASP-SCHULS -viiLf»ÉtÀ

1,250 m. ENGADINE VU kl kit 11

LES SEULES SOURCES A SEL DE GLAUBER DES ALPES Guérissent les maladies de l'estomac, des intestins, du foie, des reins, du cœur et les suites de maladies tropicales, grâce à l'action des sources curatives (boisson et bains) combinées avec le climat tonique mais doux de laBasse-Engadine.Piscineetplage.goIf.tennis.Saisonrmaiàfinseptembre

~\st1\e,

VOIX prur,e5 tb~

R te, ..oes à ~s >,

.ci\a" et fit. I ~iss~ oso9o~.

res .téS et\\C~c" to.,¡.1n<t\t. 1

so~" rre"I\\s, 11o.1\ge' e~ 1es su~u oo cf~s

e 001.t co."ce'l'tGgel\l:X;' pe, 1I1P''I\cJ.e¡¡ '~rus'Pe 'i.Í'

de toui l'organisme par une cure régénératrice complète agissant sur toirtes les fonctions vitales. 30 années /l'expérience confirment le suec6s. de.no.tre inéthéae' thérapeutique. Documentez-vous, demandez la brocKure CC 58. KURANSTALT SENNRUTI DEGERSHEIM S -GALL r

/i/jU A 11 h. de PARIS en auto 560 ki». iVàMM^^ Tous les agréments JT d'un beau Séjour d'Eté GOLF PISCINE TENNIS CULTURE PHYSIQUE EN PLEIN AIR 14 HOTELS DE TOUTES LES CATEGORIES Du 23 au 29 août

Championnats Internationaux de Tennis de la Suisse

¡¡m¡¡¡

GOLF

¡~

teur de France 1a cortedas

teur de France, et ses « cortadas » fulflllf*

rantes sont redoutables pour: ses adversai» res, quels qu'ils soient. ̃' Moreux, arrière sOr, est un roc,qu'il est difficile d'entamer et les parties -qu'il fit l'an dernier avec son camarade de club du Bousquet, en compagnie de Chiquito Cambo, l'ont classé d'emblée parmi' les meils leurs arrières français. ;M Garcia, qui joue à gauche, complet l'équipe parisienne; son sens de la place, son classicisme et l'élégance de son Jeu ep font un des meilleurs joueurs de la capte

tale. ,jj

Voilà l'équipe contre laquelle les Mau- léonnais vont se heurter dimanche, sur le fronton des bords de la Seine, et on peut être certain que cette rencontre donnera lieu à un débat animé. ̃

['1

Mono pliants seniors, 1.000 m.. Ebertardt 5 m. 36 s. i Canadiens mono-seniors, 1.000 m. ̃ i% Courtin. .Kayaks rigides. seniors, 1.000 m. t; Eberhardt 4-;m.j49 s'. ̃ Kayaks pliants bi-places, ,1.000. m. 1. ClCt-JCiiniic 5 nr. 18 s. Canadiens bi-places. seniqrs, 1.000 m. 1. Rosaire-Rabéux 6;nl. 10 s.r; Kayaks pliants mlïtes'1.. 0,00 m. M. et Mme Testu 0 m. -22 s. Canadiens bi-places mixtes 1.000 -m. M. et Mme Mourgues 6 m. 23 s. Kayaks rigides juniors, 800 .m.'

Schmuckler 4 m. 16 S.

Kayaks pliants juniors, 800 m. i.. '.PI-, rotli 5 m. 15 s..

Kayaks pliants bi-places juniors, -800 m. 1. Anton-Fourault 4 m. 5 s.

Kayaks' rigides bi-places juniors, '80,0 m'i 1. Staub-Kœlblen.: 3. m. 37. s..

TIR. Dispute au Stand. Gastinne-Ré- nette, à Issy-les-Moulineaux, le Challenge Lesparre, épreuve internationale, a .èté.giignée par le marquis de Castelbajac, 1.272 points, devant MM. Canet,. 1.174- points, et Cabany, 1.114 points. ̃̃̃̃̃' ;•