Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 527 à 527 sur 936

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Dictionnaire universel des contemporains, contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers.... 1 / ouvrage rédigé et continuellement tenu à jour, avec le concours d'écrivains et de savants de tous les pays, par G. Vapereau,...

Auteur : Vapereau, Gustave (1819-1906). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1858

Sujet : Célébrités -- France -- Biographies

Sujet : Célébrités -- À l'étranger -- Biographies

Type : monographie imprimée

Langue : français

Format : 2 vol. (XI-1802 p.) ; 26 cm

Format : Nombre total de vues : 884

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k24236w

Source : Bibliothèque nationale de France

Notice d'ensemble : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb315429783

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


On a de lui Étude sur Ausone, thèse pour le doctorat Étude sur J'M~e Jeune, en tête d'une édition des Lettres de cet auteur (1845-1850) Histoire du collége de Z~/OM, dans Lyon ancien et moderne (1840); Roméo et Juliette, Étude sur Shakspeare (1852), drame; les Lettres et l'homme de lettres au xixe siècle (1856), couronné au premier concours institué par la Société des gens de lettres; Histoire de la littérature francaise depuis so~oT~tMe~sqM'd~os~o~s (1857), résûmébrillant et complet de toute notre histoire littéraire; la Critique et les critiques de la France, suivi de Paris nouveau, poëme (même année); enfin des articles de critique historique et littéraire dans la Revue du Lyonnais, le Journal et la BefMe de l'Instruction publique, et la Revue des DeuxMondes.

DEMOLIÈRE (Hippolyte-Jules), plus connu sous lenomdeMoLÉRi, auteur dramatique et homme de lettres français, né à Nantes le 3 août 1802, manifesta, de bonne heure, un goût très-prononcé pour la littérature et, à 17 ans, fit jouer avec quelque succès une comédie en vers. Après ce début, il alla étudier le droit à Rennes, puis la médecine à Paris, et ce ne fut que longtemps plus tard, vers 1837, qu'il reprit la plume en déguisant son nom sous un anagramme incomplet. Après la révolution de 1848, il fut un des secrétaires du gouvernement provisoire à l'hôtel de ville et fut attaché ensuite au secrétariat de la présidence, sous l'administration du général Cavaignac.

M. Demolièrea publié, dans les journaux, des feuilletons qui lui ont valu, sous son pseudonyme, une réputation de conteur spirituel, et il a donné au théâtre une vingtaine de pièces dont plusieurs ont eu du succès, entre autres la Famille Renneville (1843) Tôt ou tard (1843) le Gendre d'un millionnaire, comédie ~en 5 actes (Théâtre-Français, 1845); toutes trois' en collaboration avec M. Léonce Laurencot; la Famille (1849) la tante Ursule (1852), etc. Parmi ses romans, les plus connus sont; le Marquis de Montclar (1851); Iambo dans l'Écho des Feuilletons, (1848) Petits drames bourgeois, recueil de ses nouvelles (1856), etc. Il est l'auteur des Guidesitinéraires de Paris à Strasbourg (1854, 2e édit. 1855); de Paris d Corbeil et d Orléans (1854), qui font partie de la Bibliothèque des C~emtMs de fer.

DEMOLOMBE (Jean-Charles-Florent), jurisconsulte français, né à la Fère (Aisne), le 22 juillet 1804, étudia le droit à Paris, où il fut reçu- docteur le 2 août 1826. L'année suivante il "obtint, par concours et avec dispense d'âge, la place de professeur suppléant à la Faculté de Caen, puis, en 1831, également au concours et avant l'âge, la chaire de Code civil à la même Faculté, dont il est le doyen depuis 1853. Inscrit en même temps au barreau de la ville, il a été élu deux fois bâtonnier. M. Demolombe a été décoré de la Légion d'honneur en janvier 1846.

Ce savant et laborieux professeur publie, sous le titre de Cours de Code Napoléon (1845-1857, t. I-XV, in-8), un des plus importants commentaires dont notre législation civile a été l'objet. Les huit premiers volumes de cette publication sont une suite de traités sur l'état des personnes, et forment un ensemble complet. La seconde partie comprend jusqu'à présent Distinctions des biens, propriété (1856, 2 vol. in-8); Traité des servitudes et services fonciers (1856, 2 vol. m-8)~ Traité des successions (1857, 2 vol. in-8). DEMORTRËUX (Pierre-Thomas-Frédéric), an-

cien représentant du peuple, né à Lisieux (Calvados), le 29 novembre 1798, se fit recevoir licencié en droit en 1822. Connu par son ardent libéralisme et son hostilité au gouvernement des Bourbons, il fut après la révolution de 1830, appelé à la présidence du tribunal civil de Lisieux. Il ne cessa point de professer les doctrines démocratiques, s'opposa constamment à la candidature de M. Guizot, auquel le collège électoral de Lisieux était en quelque sorte inféodé, et, dans les réunions préparatoires, reprocha publiquement au ministre les errements de sa politique. Elu conseiller général du Calvados, il réclama hautement des réformes toujours ajournées. En 1848, le gouvernement provisoire le nomma souscommissaire dans l'arrondissement de Lisieux. Candidat démocrate, dans le Calvados, il fut envoyé à l'Assemblée nationale, le septième sur douze par 70490 voix, fit partie du Comité de la justice, et vota ordinairement avec la gauche, tout en soutenant contre les agitateurs socialistes le gouvernement du général Cavaignac. Partisan d'une Chambre unique et de la présidence révocable, il appuya l'amendement Grévy (voy. ce nom). Après l'élection du 10 décembre, il ne se sépara plus de l'extrême gauche. Il ne fut point réélu à l'Assemblée législative et alla reprendre à Lisieux, son siège de président au tribunal de première instance dont il est aujourd'hui président honoraire.

DENAIN (Léontine-Pauline-Ëlisa-Désirée Mesnage, dite), actrice francaise née à Paris, en décembre 1823, fut élève du Conservatoire, où elle obtint le prix de comédie en 1840, parut d'abord sur le théâtre de l'hôtel Castellane, et débuta à la Comédie-Française au mois de juin de la même année. Reçue sociétaire en septembre 1845, elle quitta brusquement la scène au commencement de 1856, à l'expiration des dix ans de service qui lui donnaient droit au titre de sociétaire retirée. Elle tenait avec élégance et distinction les rôles de coquettes et d'amoureuses. Elle réussit surtout dans Elmire du Tartu fe et dans la Délie des Trois amours de Tibulle, l'une de ses dernières créations. DENBI&H (William-Basile-Percy FEILDING, 7e comte DE), pair d'Angleterre, né en 1796 à Berwick-House (comté de Salop), descend d'une ancienne famille élevée en 1620 à la pairie héréditaire, et qui prétend avoir la même origine que les comtes de Hapsbourg. Après avoir fait ses études à l'université de Cambridge, il prit à sa majorité la place de son grand-père à la Chambre des Lords, où il soutient la politique conservatrice. Pendant quelques années, il a été grandécuyer de la feue reine douairière. De son mariage avec une fille du comte de Ducie (1822), il a neuf enfants dont l'aîné, Rodolphe-WilliamBasile, vicomte FEILDING, né en 1823, a été élevé à Eton et à Cambridge.

DENECOURT (C. F.) cicerone français, né à Nency-le-Val-Saint-Eloi (Haute-Saône), en 1788, et fils de pauvres vignerons, entra fort jeune au service d'un aubergiste, son parent, partit comme volontaire en 1809, et fit les campagnes de Prusse et d'Espagne. Mis à là retraite, par suite de blessures, en 1812, il fut envoyé à Mayence, en qualité de lieutenant dans les douanes, et rentra au service en 1814 et 1815. Il se fit ensuite ouvrier bijoutier, puis devint concierge de caserne à Melun et à Versailles. Dans cette dernière ville il s'occupa en même temps avec succès du commerce des vins et des eaux-de-vie. Destitué, en 1832, par le maréchal Soult, il alla vivre à Fontainebleau, et consacra dès lors sa vie et la plus