Reminder of your request:


Downloading format: : Text

View 76 to 76 on 479

Number of pages: 1

Full notice

Title : Oeuvres de Denis Diderot. T. 7 / publ. sur les manuscrits de l'auteur, par Jacques-André Naigeon,...

Author : Diderot, Denis (1713-1784). Auteur du texte

Publisher : (Paris)

Publication date : 1800

Contributor : Naigeon, Jacques-André (1738-1810). Éditeur scientifique

Set notice : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38966280r

Type : text

Type : monographie imprimée

Language : french

Language : French

Format : 15 vol. ; 18 cm

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : GTextes1

Rights : Consultable en ligne

Rights : Public domain

Identifier : ark:/12148/bpt6k2060815

Source : Bibliothèque nationale de France

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Online date : 15/10/2007

The text displayed may contain some errors. The text of this document has been generated automatically by an optical character recognition (OCR) program. The estimated recognition rate for this document is 90%.


Des disciples et des sectateurs de Pythagore. Aristée succéda dans l'école à Pythagore. Ce fut un homme Irès-versé dans les mathématiques il professa trente-neufans, et vécut environ cent ans.-Mnésarque fils de Pythagore, succéda à Aristée Bulagoras à Mnésarque f Tydas, à Bu» lagoras; Aresas à Tydas Diodore d'Aspende, à Aresas; Archytas, à Diodore. Platon fut un des auditeurs d'Archytas. Outre ces pythagoriciens, il y en avoit d'autres dispersés dans la Sicile et l'Italie entre lesquels on nomme Clinias, Philolaùs Théorides, Euritus Archytas Timée, et plusieurs femmes. On fait honneur à la même secte, d'Hypodarue d'Euriphame, d'Hyparque de Théages de- Métope de Criton de Diotogène, de Callicratidas de Charondas, d'Empédocle, d'Epicarme, d'OceUus d'Ecphante de Hyppon et autres.

Ecphante prétendit que l'homme ne pouvoit obtenir une vraie notion des choses; que les vicissitudes perpétuelles de la matière s'y opposoient; que les premiers principes étoient de petits corpsindividuels, dont la grandeur la forme et la puissance constituoient les différences; que le nombre en étoit infini; qu'il y avoit du vide que les corps n'y descendirent ni par leur nature ni par leur poids, ni par une impulsion, mais par un effort divin -de l'esprit que le monde, formé d'atomes»