page 20
Causeries du lundi. T. 3 / par C.-A. Sainte-Beuve,... | Gallica

Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 23 à 23 sur 551

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Causeries du lundi. T. 3 / par C.-A. Sainte-Beuve,...

Auteur : Sainte-Beuve, Charles-Augustin (1804-1869)

Éditeur : Garnier frères (Paris)

Date d'édition : 18..

Sujet : Littérature française -- Histoire et critique

Type : monographie imprimée

Langue : français

Format : 15 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k374382

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37310482b

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 0 %.
En savoir plus sur l'OCR


créée telle, comme si c'était là désormais une des fonctions essentielles de la civilisation et de la vie Mme de Genlis aurait certainement inventé l'écritoire, si l'invention n'avait pas eu lieu auparavant. Mais, en étant femme-auteur comme tant d'autres et plus que toute autre, elle eut sa manière de l'être, qui la caractérise. Agréable et brillante dans sa jeunesse, elle ne se bornait pas à un seul goût, à un seul talent; elle les briguait tous et en possédait réellement quelques-uns. Tous ces goûts, tous ces talents divers, tous ces arts d'agrément, tous ces métiers (car elle n'omettait pas même les métiers), faisaient d'elle une Encyclopédie vivante qui se piquait d'être la rivale et l'antagoniste de l'autre Encyclopédie mais ce qui donnait l'âme et le mouvement à cette multitude d'emplois, c'était une vocation qui les embrassait, les ordonnait et les appliquait dans un certain sens déterminé. Mme de Genlis était quelque chose de plus encore qu'une femme-auteur, elle était une femme enseignante; elle était née avec le signe au front. Le bon Dieu a dit aux uns Chante; aux autres Prêche. A elle, il lui avait dit « Professe et enseigne. » Jamais le mot de l'Apôtre ne reçut un démenti plus formel « Docere autem mulieri non permitto. -Je ne permets point à la femme d'enseigner, disait saint Paul à Timothée. Mme de Genlis n'était point libre d'obéir à ce précepte quand elle l'aurait voulu, tant sa vocation de bonne heure fut puissante et irrésistible. Elle manifesta dès l'enfance l'instinct et l'enthousiasme de la pédagogie, à prendre ce mot dans le meilleur sens. Il lui avait été ordonné, en naissant, d'être le plus gracieux et le plus galant des pédagogues.

On en a la preuve en parcourant ses volumineux Mémoires, dans lesquels, en voulant dissimuler sans doute et atténuer bien des choses, elle en a montré beaucoup