Créé en août 1940, le mouvement tire son nom des premières lignes d'un manifeste diffusé à l'automne 1940 : "Français, nous serons ceux de la Libération". Il montre que les premières recrues sont proches en politique intérieure  des idées du régime de Vichy, mais font passer leur projet politique après la libération de la patrie. Au fur et à mesure de son expansion et de l’évolution de Vichy, CDLL affirmera son attachement à la démocratie. Son rayonnement s'étend à la zone occupée, et recrute en particulier le milieu des ingénieurs et des militaires. Il est l'un des huit mouvements représentés au Conseil national de la Résistance, et ce dès mai 1943.
CDLL édite le journal du même nom à partir de mai 1943, qui devient à partir d'avril 1944 La France libre, nom sous lequel il paraîtra au grand jour après la Libération. La France libre fusionnera avec L'aurore en 1948. Le mouvement se distingue par son rôle dans le renseignement, l'aide à l'évasion et l'action paramilitaire.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la notice "Ceux de la libération" rédigée par Claire Andrieu dans le Dictionnaire historique de la Résistance.