Pour répondre à l’évolution des pratiques de jeu, qui tendent à plus de liberté et d’individualité, Nintendo lance en 1989 la première console portable qui connaisse un vrai succès commercial : la Game Boy permet aux gamers de jouer en toutes circonstances en leur offrant un large choix de jeux sur une console légère et autonome.

De nombreuses entreprises tentent alors de s’imposer sur ce nouveau marché, à commencer par Atari, qui sort sa Lynx quelques mois plus tard. Mais Nintendo a pour principal atout son catalogue de jeux et les succès de Tetris (1989), Zelda (1993) ou encore Pokémon (1996) contribuent à asseoir la domination de la marque sur le marché des consoles portables jusqu’à la fin des années 2000.

Nintendo Game Boy

La Game Boy répond à la principale limite opposée aux jeux électroniques en vogue jusqu'alors : il suffit pour changer de jeu de changer la cartouche insérée dans ce qu'il convient d'appeler désormais une console portable, quand les jeux électroniques ne permettaient pas de jouer à un autre jeu que celui intégré à leur boitier-écran. La Microvision (MB Electronics) avait déjà résolu cette question en 1983 et constitue de fait la toute première console portable de l'histoire, mais ses limites techniques ne lui ont permis de s'imposer sur le marché.

La Game Boy est au contraire dotée d'un système aussi puissant que la NES et ses créateurs peuvent s'appuyer sur un catalogue riche au fil du temps de plus de 450 jeux. Elle est vendue en 1989 avec Tétris, jeu dont Nintendo vient d'acquérir les droits, et s'écoule à plus de cent millions d'exemplaires jusqu'en 2003.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Atari Lynx

Quelques mois après Nintendo, Atari sort à son tour sa première console portable. La Lynx dispose de nombreux atouts technique : écran couleur, possibilité de connecter jusqu'à huit consoles ensemble pour des parties multijoueurs, ergonomie grâce à une double rangée de boutons qui offre un même confort de jeu aux gauchers qu'aux droitiers. C'est la plus puissante des consoles portables de sa génération, ce qui a une incidence sur son prix de vente : 190 $ à sa sortie aux États-Unis, 1 790 F. en France. Comme de surcroît les jeux déçoivent, la Lynx ne parvient pas à concurrencer la Game Boy. Sa production cesse en 1995.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Nintendo Game Boy Color

La Game Boy Color relance l'intérêt pour la marque en répondant à une forte attente des joueurs : près de dix après le lancement de la première Game Boy, voici la console portable dotée d'un écran couleur. La coque elle-même est disponible dans un large choix de couleurs vives. Tous les jeux pour Game Boy sont compatibles avec la nouvelle console de la gamme qui, comme son aînée, est produite jusqu'en 2003.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Nintendo Game Boy Advance

En 2001, Nintendo désire renouveler le design de la Game Boy. Conçue par un designer français extérieur au monde du jeu vidéo, la Game Boy Advance s’inspire ainsi du visage du panda. Compacte, la Game Boy Advance est pourtant la plus puissante des consoles portables alors sur le marché. Compatible avec les modèles précédents, elle offre également la possibilité de connecter jusqu'à quatre consoles pour des parties multijoueurs. La Game Boy Advance est produite jusqu'en 2008.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Nintendo Game Boy Micro

Sortie en 2005, la Game Boy Micro est le dernier modèle des consoles commercialisées sous la marque Game Boy, et seul modèle de la gamme dont les jeux ne soient pas rétrocompatibles. Il s'agit en fait, sous un autre nom, d'une nouvelle version de la Game Boy Advance. Comme son ainée, Nintendo en cesse la production en 2008.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.