Pour répondre à l’évolution des pratiques de jeu, qui tendent à plus de liberté et d’individualité, Nintendo lance en 1989 la première console portable qui connaisse un vrai succès commercial : la Game Boy permet aux gamers de jouer en toutes circonstances en leur offrant un large choix de jeux sur une console légère et autonome.

De nombreuses entreprises tentent alors de s’imposer sur ce nouveau marché, à commencer par Atari, qui sort sa Lynx quelques mois plus tard. Mais Nintendo a pour principal atout son catalogue de jeux et les succès de Tetris (1989), Zelda (1993) ou encore Pokémon (1996) contribuent à asseoir la domination de la marque sur le marché des consoles portables jusqu’à la fin des années 2000.

Nintendo Game Boy

Commercialisée au Japon en 1989, la Game Boy, premier modèle d'une gamme promise à un grand avenir, arrive en Europe à l'automne 1990. La première console portable de Nintendo est aussi puissante que la NES, qui connait alors un immense succès mondial, mais ce sont surtout les jeux qui vont asseoir le succès de la console, à commencer par Tetris, vendu avec la Game Boy et dont Nintendo vient d'acquérir les droits. Lorsque Nintento met fin à la production de la Game Boy en 2003, son catalogue de jeux est riche de 450 titres et la console s'est écoulée à plus de 100 millions d'exemplaires dans le monde.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Atari Lynx

Quelques mois après Nintendo, Atari lance à son tour sa première console portable. Techniquement, la Lynx dispose de nombreux atouts : une plus grande puissance, un écran couleur, une double série de boutons qui permettent aux gauchers de jouer (il fallait retourner la Lynx), la possibilité de connecter ensemble jusqu'à 8 consoles pour des parties multijoueurs. Mais ces performances techniques ont un coût : la Lynx est commercialisée en France au prix de 1 790 F, soit trois fois plus que la Game Boy. Comme par ailleurs les jeux déçoivent, la Lynx ne parvient pas à s'imposer sur les marché des consoles portables. Atari cesse sa fabrication en 1995.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Nintendo Game Boy Color

Dix ans après la sortie de la Game Boy, Nintendo commercialise la Game Boy Color. Compatible avec tous les jeux de la Game Boy, la console permet cependant d’y jouer en couleurs. La société japonaise répond ainsi à une forte demande des joueurs, et s’aligne sur les évolutions techniques effectives par Atari avec sa Lynx. La coque de la Game Boy Color est disponible dans un large choix de coloris. La sortie du jeu Pokémon (1996) et de la Color relance les ventes de la gamme Game Boy. La Color est produite, tout comme la Game Boy, jusqu’en 2003.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Nintendo Game Boy Advance

En 2001, Nintendo désire moderniser sa gamme et crée la Game Boy Advance. Conçue par un designer français architecte d’intérieur et totalement extérieur au monde du jeu vidéo, le nouveau modèle s’inspire du visage du panda. Compact, la Game Boy Advance reste néanmoins compatible avec les cartouches de jeux des anciens modèles et offre la possibilité de jouer simultanément jusqu’à 4 personnes.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.

Nintendo Game Boy Micro

Dernier modèle de la célèbre gamme des consoles Nintendo portables, la société japonaise propose en 2005 une console dotée d’un écran en couleurs. À cause de sa taille, les jeux des modèles précédents ne sont pas compatibles. Les productions de la Game Boy Micro cessent en 2008.

Consulter la notice de cet appareil sur le catalogue BnF-Archives et Manuscrits.