L’abécédaire est un petit livre pour les enfants qui apprennent à lire, contenant l’alphabet. Il constitue l’un des plus anciens genres destinés à la jeunesse, mais sans le dépôt légal, nombre de ces petits livrets, d’apparence modeste et d’usage quotidien, auraient sombré dans l’oubli. Studieux ou ludique, sagement illustré de quelques vignettes ou débordant de couleurs, il situe l'enfant dans son univers familier, peuplé de jouets et d’animaux, ou élargit son horizon en lui faisant découvrir les métiers, l’histoire, la géographie... Gallica vous invite à découvrir une sélection d’abécédaires de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, issus des collections de la BnF et de ses bibliothèques partenaires.

Restée stable depuis les premiers abécédaires imprimés, la structure de l’abécédaire suit les étapes progressives de l’apprentissage de la lecture : l’alphabet, les syllabes, les mots, les petites phrases se succèdent, avant que l’on n’accède à de courts textes (fables et contes moraux, catéchisme, manuel de civilité, etc.), illustrés ou non. Ce modèle traditionnel hérité de l’Ancien Régime conserve sa force tout au long du XIXe siècle.

L’abécédaire participe à l’essor des marchés du livre pour enfant et du livre scolaire, permis par le vaste mouvement d’alphabétisation que viennent parachever les lois Ferry des années 1880. Comme les autres livres et la presse, il est de plus en plus gagné par l’image, ce qui lui vaut de pénétrer dans tous les foyers.

L’abécédaire s’apparente à un objet symbolique qui marque le passage de l’enfance à l’âge de raison et à la culture écrite. Il fourmille donc d’indications sur les valeurs (obéissance, tempérance, travail) que la société entend inculquer à la génération suivante. Il n’offre donc pas seulement une initiation à la lecture, mais un véritable apprentissage de la vie en société.

Pour aller plus loin

Ségolène Le Men, Les abécédaires : lettres, mots, images. Futuroscope : SCÉRÉN-CNDP-CRDP, 2012 (Patrimoine d'enfances).

Ségolène Le Men, Les abécédaires français illustrés du XIXe siècle. Paris : Promodis, 1984.

Marie-Pierre Litaudon, « Abécédaires : ordre et commencements ». Babar, Harry Potter et Cie : livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui [en ligne].

Marie-Pierre Litaudon, Les abécédaires de l'enfance : verbe et image. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014 (Art et société).

Marie-Pierre Litaudon et Michel Manson, « Abécédaires ». Dictionnaire du livre de jeunesse : la littérature d'enfance et de jeunesse en France / sous la direction de Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot. Paris : Electre-Editions du Cercle de la librairie, 2013.

 

Avant 1830

L’abécédaire s’inscrit encore dans la longue tradition des « Croix de par Dieu », s’ouvrant sur une croix imprimée. Ce sont des petits livrets peu soignés diffusés par la voie du colportage, qui connaissent un grand essor à la fin de l’Ancien régime. L’imagerie religieuse y tient une place prépondérante, même si la période révolutionnaire tente d’y substituer des symboles républicains. Ce modèle traditionnel perdure dans le premier tiers du XIXe siècle.

1830-1860

Les abécédaires accompagnent la naissance du marché du livre pour enfants et celui du livre scolaire, qui sont encore très liés. Ils prennent parfois la forme de planches ou de dépliants, dès lors que la censure contraint les éditeurs imagiers comme ceux d’Épinal à abandonner la caricature politique au profit de l’imagerie enfantine. Profitant de l’émergence de l'album à l’époque romantique, l’image gagne du terrain dans les abécédaires, qui deviennent des cadeaux d’étrennes à l’égal du jouet.

1860-1914

Pour se démarquer des manuels scolaires, l’édition enfantine mise beaucoup sur l’illustration. A partir des années 1860, les innovations techniques contribuent à la démocratisation des images, puis la couleur s’impose dans les années 1880. Si les réformes de Jules Ferry s’appuient sur d’autres méthodes de lecture, l’abécédaire-album conserve une place privilégiée dans les familles, à la fois valeur sûre pour les classes aisées et promesse d’ascension sociale pour les plus modestes.

Après 1914

L’abécédaire est de plus en plus synonyme d’alphabet illustré, voisin de l’imagier, qui s’adresse aux enfants d’âge préscolaire. Outil d’une éducation avant tout récréative, il fait davantage appel à leur créativité, comme dans l’ABC de Babar (1934).