La Diana, Société historique et archéologique du Forez

Voir les documents dans Gallica

Description de la société

La Diana, société historique et archéologique du Forez, fut créée en 1862 sous la houlette du duc de Persigny à une période où la sensibilité à l’Histoire et au Patrimoine commençait à se développer. Son siège se situe à Montbrison dans l’ancienne salle des Etats de Forez, datant du XIIIe siècle, et décorée d’une exceptionnelle voûte d’ogive peinte de 1970 armoiries.

Ses buts, depuis sa création, sont de protéger, conserver et faire connaître le patrimoine forézien. Aussi La Diana joua un rôle important dans la sauvegarde de monuments phares du département de la Loire (châteaux de la Bastie d’Urfé et de Couzan).

 Ses fonds d’archives, de près de 2 000 000 pièces, s’étalent sur une période allant du XIIe au XXe siècle et  constituent une source importante pour l’histoire locale.

Dès l’origine fut constituée une bibliothèque historique qui compte aujourd’hui plus de 25 000 volumes, dont un grand nombre concerne le Forez et les provinces voisines. Le fonds ancien municipal de la ville de Montbrison fut déposé au siège de La Diana. Il comprend essentiellement les bibliothèques des anciens couvents de Montbrison.

Un musée archéologique et lapidaire fut aménagé dès 1885 près de la salle héraldique avec des collections ligériennes.

 Aujourd’hui encore, La Diana fait connaître le patrimoine forézien au travers de publications, de colloques et d’expositions mais aussi auprès des scolaires avec les ateliers patrimoine.

Description de la publication

Le Bulletin de La Diana, société historique et archéologique du Forez, paraît pour la première fois en 1876. Cette  publication trimestrielle contient des rubriques concernant la vie de la Société. Il est le lien privilégié entre les sociétaires et la vitrine de La Diana, car la plus grande partie du Bulletin est formée des textes des communications des membres lors des diverses réunions de la Société.

Ces textes intéressent tous les domaines relatifs à l’histoire du Forez. Ils peuvent être uniquement des inventaires ou des transcriptions de documents. Souvent les chercheurs font part de leurs recherches mais aussi des conclusions auxquelles ils sont arrivés. Chacun a sa spécialité : archéologie, architecture, histoire économique, linguistique ... Il est impossible de mentionner tous ceux qui publièrent des articles dans le Bulletin mais nous pouvons citer Joseph Déchelette et Henri Delporte pour l’archéologie, Marguerite Gonon pour la linguistique, Edouard Perroy et Etienne Fournial pour l’histoire médiévale.