Description de la bibliothèque

Le réseau des bibliothèques de l’Institut catholique de Paris est au service de l’enseignement et de la recherche. Il conserve 700 000 documents et offre 411 places assises. Il compte les bibliothèques de Fels en théologie, philosophie, histoire, littérature et sciences sociales, Jean de Vernon (BOSEB, bibliothèque œcuménique et scientifique d’études bibliques, et IFEB, Institut français d’études byzantines), la bibliothèque de droit canonique et le centre documentaire de l’Institut supérieur de pédagogie. L’Institut d’études augustiniennes (IEA) est une bibliothèque associée.

La bibliothèque de Fels (600 000 documents) est ouverte à tous dès la Licence et communique 50 000 documents par an, acheminés en 15 minutes en salles de lecture. Il est possible d’emprunter à domicile tout document imprimé après 1900. Le catalogue en ligne est en partie consultable sur le SUDOC. Accès à 38 bases de données et aux périodiques électroniques.

Fonds remarquables : 812 tablettes cunéiformes, 1200 sceaux byzantins, controverse protestante (2200 imprimés du XVIème), collections XVIIème (Port-Royal, école française de spiritualité, convulsionnaires, fonds Louis Cognet), histoire de Paris, Révolution française, catholicisme social, crise moderniste, fonds Paul Bourget, philosophie (Stanislas Breton, Emmanuel Mounier), dialogue avec les peuples méditerranéens (Abd-El-Jalil, Levé), bibliothèque arménologique (fonds Berbérian), sociologie (Gabriel Lebras), spiritualité (Maurice Zundel).

Description du fonds numérisé

Depuis 2013 les bibliothèques de l’Institut catholique de Paris, pôle associé de la BnF, constituent dans Gallica des corpus thématiques. Un premier corpus porte sur le XVIIème siècle et l’Ecole française de spiritualité, qui vit la fondation de l’Oratoire de France, des séminaires par les Sulpiciens et les Eudistes, et a été marquée par des figures comme celles de Saint-Vincent de Paul, le Cardinal de Bérulle, Jean-Jacques Olier. Un second est consacré à l’exégèse biblique, dont Richard Simon (1638-1712) passe pour l’un des fondateurs, et qui connut avec Alfred Loisy (1857-1940) et Marie-Joseph Lagrange (1855-1938) un essor décisif. Fondateur en 1890 de l'Ecole Biblique et Archéologique de Jérusalem, le Père Lagrange a replacé l'étude de la Bible au cœur de son milieu d'origine, géographique et historique, étendu à la pratique des langues anciennes. Un troisième corpus est consacré aux relations entre l’Eglise de France, l’Etat et Rome, de la Révolution à la IIIème République : il explore la Constitution civile du clergé, les Massacres de Septembre, le Concordat, en passant par le catholicisme social, jusqu’au ralliement des catholiques à la République (1892), et conduit jusqu’à une documentation fournie sur l’Eglise et la Première Guerre mondiale. Enfin, un ensemble est également constitué autour de l'histoire du Couvent des Carmes et de l'Institut catholique de Paris installé dans ses murs depuis 1875.

 La Revue de l’Institut catholique de Paris fondée en 1880 sous la forme d’un bulletin, devenue Transversalités, est en ligne sur Gallica jusqu’à l’année 2007.