Le projet qu’a conçu Bruno Gaudin correspond exactement à ce que la BNF et ses partenaires pouvaient en attendre : mise en sécurité des bâtiments, ouverture du Quadrilatère avec ses deux entrées rue de Richelieu et rue Vivienne, mise en valeur des espaces publics (galeries, musée…), création d’une galerie de verre, rationalisation des espaces de stockage pour les collections, amélioration des circulations, modernisation des salles de lecture. La double entrée voulue par la BNF et l’INHA est ainsi confirmée, avec un grand hall, point de rencontre indispensable au croisement des deux institutions, qui donne de la visibilité à la salle Ovale.

Bruno Gaudin, après avoir avec son équipe arpenté le Quadrilatère et en avoir examiné toutes les facettes et les complexités, entend tirer parti de ces strates de construction et dévoiler les décors patrimoniaux. Il soumet ainsi l’idée de présenter les coulisses de la Bibliothèque en proposant un parcours patrimonial libre qui permettra aux visiteurs de découvrir les parties classées du site et d’avoir un aperçu sur les salles de lecture, grâce à la création d’une galerie de verre reliant deux parties du bâtiment – on découvrit ensuite qu’une semblable galerie avait existé jusqu’en 1941 – et sur les magasins de collection les plus spectaculaires. Cette idée rejoint celle de Bruno Racine de consacrer la galerie Mazarine, destinée depuis plus d’un siècle à présenter des expositions temporaires, aux trésors de la BNF. Il propose enfin de supprimer le monumental escalier d’honneur, qui dessert la galerie Mazarine, le département des Manuscrits et celui des Monnaies, Médailles et Antiques mais qui fait obstacle à la circulation et gêne l’accès à la salle Ovale, et de le remplacer par un autre plus aérien, qui libère des espaces au sol et met en valeur les volumes existants.

Le programme est désormais fixé dans ses grandes lignes pour l’ensemble du Quadrilatère. Les travaux de la première phase se sont achevés pour la zone 1, le long de la rue de Richelieu, fin mai 2016. L’ensemble des espaces de la partie rénovée seront ouverts d’abord aux services puis, après le transfert et l’installation des collections, au public à l’automne 2016. Il y a tout lieu de penser que les travaux de la zone 2, le long de la rue Vivienne, bénéficieront des leçons tirées des aléas rencontrés au cours de la première phase et d’espérer que la phase suivante se poursuivra à partir de 2017 pour se terminer en 2020.